Conseils concernant les mariages entre personnes de races

Commentaires

Transcription

Conseils concernant les mariages entre personnes de races
Chapitre 42
Conseils concernant les
mariages entre personnes de
races différentes
Tout membre de la famille humaine qui se
donne au Christ écoute la vérité et lui obéit; il
devient par là membre d’une même famille. Que
l’on soit ignorant ou savant, riche ou pauvre, païen
ou esclave, blanc ou noir,—toutes les âmes ont été
rachetées par Jésus. Elles sont purifiées par son
sang. Le nom de l’homme noir est inscrit à côté du
nom du blanc dans le livre de vie. Ni naissance, ni
position sociale, ni nationalité, ni couleur ne
suffisent à ennoblir ou à dégrader un homme. C’est
le caractère qui compte. Si un Peau-Rouge, un
Chinois ou un Africain donne son cœur à Dieu,
dans un esprit d’obéissance et de foi, Jésus l’aime
quelle que soit sa couleur. Il l’appelle son frère
bien-aimé.—Manuscrit 6, 1891.
1
Nous sommes une famille de frères. Quels que
soient nos gains ou nos pertes, nous devons nous
comporter noblement et vaillamment à la vue de
Dieu et de notre Sauveur. Puisqu’en tant que
chrétiens nous acceptons le principe selon lequel
tous les hommes, blancs ou noirs, sont libres et
égaux, soyons fidèles au principe et ne faisons pas
preuve de lâcheté en face du monde et des
intelligences célestes. Nous devons avoir les
mêmes égards pour l’homme de couleur que pour
le Blanc. Par l’exemple et par l’enseignement nous
pouvons en amener d’autres à agir comme nous.
Une chose, cependant, s’oppose au mariage
d’un Blanc avec un Noir. Personne n’a le droit de
placer sa progéniture dans une position
désavantageuse; personne n’a le droit de l’exposer
dès sa naissance à une vie d’humiliation. Les
enfants issus d’unions de personnes appartenant à
des races différentes ont un sentiment d’amertume
envers les parents qui leur ont laissé un tel héritage
pour toute la vie. Ceci constitue une raison
suffisante pour empêcher un mariage entre un
Blanc et une personne de couleur.—Manuscrit 7,
2
1896.
Réponse à une question
Cher ami,
En réponse à vos questions touchant
l’opportunité de mariage entre jeunes chrétiens de
race blanche avec des personnes de race noire, je
dois vous dire que cette question s’est présentée au
cours de mes premières expériences; d’après la
lumière que le Seigneur m’a donnée, de tels
mariages ne devraient pas se faire, car ils ne
manqueraient pas de créer des controverses et de la
confusion. J’ai toujours donné le même conseil.
Nos membres ne devraient pas être encouragés à
contracter de tels mariages. Que le frère de couleur
épouse une sœur de couleur qui soit digne de lui,
qui aime Dieu et garde ses commandements. Que
la sœur blanche qui se proposait d’épouser un frère
de couleur renonce à ce mariage qui n’est pas
conforme à la volonté du Seigneur.
Le temps est trop précieux pour le perdre dans
3
les controverses qu’un tel sujet fait naître. Que nos
prédicateurs ne soient pas distraits de leur travail
par des questions de ce genre. De tels mariages
créent de la confusion et empêchent l’œuvre
d’avancer à la gloire de Dieu.—Lettre 36, 1912.
Le Seigneur regarde avec compassion toutes
ses créatures, à quelque race qu’elles
appartiennent. “Il a fait que tous les hommes, sortis
d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de
la terre.” ... En s’adressant à ses disciples le
Sauveur a dit: “Vous êtes tous frères.” Dieu est
notre Père commun, et chacun de nous est le
gardien de son frère.—The Review and Herald, 21
janvier 1896.
4

Documents pareils