Automatisme cardiaque, application aux greffes cardiaques

Commentaires

Transcription

Automatisme cardiaque, application aux greffes cardiaques
Automatisme cardiaque, application aux greffes cardiaques
INTRODUCTION
o explication du titre
o bref rappel des fonctions du cœur
o brève description du cœur: l’emplacement et sa composition
I. Automatisme cardiaque
o explication de l’automatisme cardiaque
II. Application aux greffes cardiaques.
Conclusion
--------------------------------------------------------------------------------------
Explication du titre : l’automatisme cardiaque signifie que le cœur fonctionne sans
intervention de la conscience. Cet exposé va donc analyser la façon dont on va utiliser
l’automatisme cardiaque lors des greffes cardiaques. Greffe : Technique chirurgicale
consistant à transférer un fragment de tissu d'un point à un autre d'un même individu ou
d'un individu à un autre.
Bref rappel des fonctions du cœur, emplacement et sa composition : Le cœur est un
organe creux et musculaire qui assure la circulation du sang en pompant le sang par des
contractions rythmiques vers les vaisseaux sanguins. Le mot cardiaque veut dire « qui a rapport
avec le cœur ».
Emplacement : Il se trouve dans le corps humain dans la partie médiane de la cage
thoracique délimitée par les deux poumons, le sternum et la colonne vertébrale un peu à
gauche du centre du thorax, en arrière du sternum, sur le diaphragme. C'est un organe
creux qui se meut par un muscle, le myocarde, il est entouré par les poumons. Le cœur
mesure de 14 à 16 cm et son diamètre de 12 à 14cm.
Composition : cet organe, organe central de la circulation sanguine est, en réalité,
composé de deux cœurs accolés l'un a l'autre, mais cependant totalement distincts l'un
de l'autre : un cœur droit dit veineux, et un cœur gauche dit artériel. Les ventricules ont
pour fonction de pomper le sang vers le corps ou vers les poumons.
Fonctionnement : Du sang appauvri en oxygène passe dans le ventricule droit. Le cœur le
pompe vers les poumons par l'artère pulmonaire. Après avoir perdu son dioxyde de carbone aux
poumons et s'y être pourvu d'oxygène, le sang passe par les veines pulmonaires vers l'oreillette
gauche. De là le sang oxygéné entre dans le ventricule gauche. Celui-ci est la chambre
pompante principale, ayant pour but d'envoyer le sang par l'aorte, vers toutes les parties du
corps sauf les poumons.
Sources :
http://www.exobiologie.info/SVT/page5/page5.html
http://www.infovisual.info/03/img_fr/062 Coeur.jpg
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C5%93ur
www.infovisual.info
I.
Automatisme cardiaque
o explication de l’automatisme cardiaque
Le muscle cardiaque est myogénique. Ceci veut dire qu'à la différence du muscle
squelettique, qui a besoin d'un stimulus conscient ou d’un réflexe, le muscle cardiaque
s'excite lui-même.
Stimulus : désigne tout ce qui est de nature à déterminer une excitation chez un
organisme vivant
Les contractions rythmiques se produisent spontanément, bien que leur fréquence
puisse être affectée par des influences nerveuses ou hormonales telles l'exercice ou la
perception de danger. Le cœur possède une fréquence d'impulsion au repos de 60 à 70
battements par minutes pour un débit de 4,5 à 5 litres de sang par minute. Les cellules
cardiaques se contractent de façon autonome, indépendamment du système nerveux :
elles sont responsables de l’automatisme cardiaque.
L’arrivée d’un courant électrique par le tissu nerveux entraîne une contraction du muscle
du cœur. Ce courant dirige uniquement le rythme cardiaque, les contractions se font
automatiquement. Dans le cas ou ce courant ne pourrait pas cheminer normalement
dans le cœur, le malade peut présenter une perte de connaissance, une syncope, ou
encore une mort subite.
La mort subite: une mort survenant sans signes prémonitoires dans l'heure qui la
précède. Elle entraîne des troubles irréversibles en 4 à 6 minutes, il est important de
prendre rapidement la bonne décision de réanimer ou ne pas réanimer le malade.
Syncope : perte de connaissance avec arrêt momentané des fonctions respiratoires et
éventuellement cardiaques.
Ainsi, à l’état normal, un influx nerveux est naturellement crée par le cœur et traverse
les différentes cavités, oreillettes et ventricules, de façon à ce que leurs contractions
soient synchronisées. Cet influx nerveux naît en haut de l’oreillette droite puis traverse
d’abord les oreillettes, qui se contractent en premier de manière à expédier le sang dans
les ventricules, dont la contraction est responsable de l’éjection de sang dans les
artères.
Il y a deux nerfs qui stimulent le rythme du cœur :
Les nerfs X : ils sont placés dans le cerveau, leur stimulation provoque un
ralentissement de l’activité cardiaque.
Les nerfs sympathiques : ils sont placés dans le cerveau, leur stimulation
provoque une accélération du rythme cardiaque.
Sources :
http://www.exobiologie.info/SVT/page5/
page5.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coeur
II. Application aux greffes cardiaques.
Lors de la greffe on utilise deux propriétés du cœur :
Même en dehors du corps, le cœur peut toujours battre correctement, il suffit de
le mettre dans un milieu compatible a la vie dans une solution nutritive adéquate.
Les cellules cardiaques se contractent de façon autonome, indépendamment du
système nerveux : elles sont responsables de l’automatisme cardiaque.
Pour procéder à la greffe le greffon est sorti du cœur du receveur mais il ne meurt pas
parce qu’il est mis dans un environnement adéquat à sa vie ceci implique que même
mis dans le corps du receveur il marchera quand même.
Greffon : organe transféré sur un individu qui est le receveur.
Le cœur possède une fréquence d'impulsion au repos de 60 à 70 battements. Cette
fréquence peut ralentir après une greffe cardiaque : le cœur bat très lentement dans la
majorité des cas ce qui provoque une perte de connaissance ou une syncope pouvant
entraîner des chutes parfois traumatiques car les nerfs X et sympathiques ne sont plus
reliés au cœur. Pour résoudre ce problème on utilise un pacemaker : stimulateur
cardiaque. Le but de la mise en place d’un stimulateur cardiaque est de provoquer une
contraction du muscle du cœur grâce à une impulsion électrique pour réguler le rythme
des battements à environ 60 battements par minute sinon le patient risque une
insuffisance cardiaque : c’est l’incapacité du cœur a s’adapter aux besoins de
l’organisme.
Sources : documents 1 et 2 page 244.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coeur
http://www.e-cardiologie.com/examens/ex-pacemaker.shtml
Conclusion : Le cœur est un muscle myogénique de plus son automatisme lui permet
de fonctionner tout seul et de vivre en dehors du corps. Ces caractéristiques sont
utilisées lors d’une greffe cardiaque cependant l’utilisation d’un pacemaker est
nécessaire pour stabiliser le rythme du cœur à celui de 60 à 70 battements par seconde.