Le taux de mortalité des jeunes bovins Session : 2015

Commentaires

Transcription

Le taux de mortalité des jeunes bovins Session : 2015
Le taux de mortalité des jeunes bovins



Session : 2015-2016
Année : 2015
N° : 54 (2015-2016) 1

Question écrite du 23/10/2015
o de BALTUS-MÖRES Jenny
o à COLLIN René, Ministre de l'Agriculture,
de la Nature, de la Ruralité, du
Tourisme et des Infrastructures sportives, délégué à la Représentation à la
Grande Région
Monsieur le Ministre peut-il m'indiquer le taux de mortalité des jeunes bovins des trois
dernières années et m’indiquer en pourcentage de quelle façon ils sont
morts (maltraitance, maladie, abattage, etc.) en distinguant ces chiffres par âge
croissant et par sexe ?

Réponse du 12/11/2015
o de COLLIN René
Des données relatives à l'abattage des bovins sont enregistrées par l'ARSlA dans
l'exercice de ses missions sanitaires pour l'autorité compétente fédérale. Les données
disponibles permettent de distinguer les animaux morts et enregistrés au clos
d'équarrissage, de ceux qui sont abattus au sein d'un abattoir.
Dans le cadre de mes compétences, je gère la production agricole et en conséquence,
les animaux abattus à des fins de consommation. Les informations relatives à la santé
animale, à la traçabilité et à l'identification sont du domaine de compétence fédérale.
Le terme mortalité n'est habituellement pas utilisé pour des animaux abattus à des fins
de consommation.
Si on entend par jeune bovin, les bovins morts avant l'âge de 6 mois, la proportion, par
rapport aux naissances, de sujets abattus en abattoir est très faible, inférieure à 1 pour
1000.
Par contre, la proportion de jeunes bovins morts, pour une autre raison et enregistrés
au clos d'équarrissage, est de l'ordre de 5 pour cent.
De 2010 à 2014, ces proportions apparaissent stables au fil des années.

Documents pareils