Télécharger ce chapitre au format PDF

Commentaires

Transcription

Télécharger ce chapitre au format PDF
Commerce de détail, commerce de gros et production
Collaborateurs
En dépit d’une conjoncture difficile, Coop a revalorisé les
salaires minimums et offre toujours les meilleures conditions d’embauche dans le commerce de détail suisse.
Elle a organisé cette année 47 177 journées de formation
et lancé une campagne d’affichage mettant en avant le
large éventail d’apprentissages qu’elle propose.
Formation et perfectionnement
Un éventail de formations plus large
Coop a investi en 2015 environ 45 millions de francs,
mais aussi beaucoup de temps et de savoir-faire,
dans la formation du personnel. 47 177 journées de
formation et de perfectionnement ont été organisées
en 2015. Les cadres de la vente ont participé à des
filières de formation internes (au total 550 journées)
axées sur la fonction d’encadrement. 15 collaborateurs ont, par ailleurs, suivi une formation externe en
vue de l’obtention du diplôme fédéral de manager
en commerce de détail. A noter aussi la création d’une
nouvelle fonction dans l’entreprise, à savoir celle de
«conducteur/trice de ligne de production». 40 personnes sont en train d’être formées à ce poste innovant créé en vue de la mise en service, mi-2016,
du nouveau centre logistique avec boulangerie in­
dustrielle à Schafisheim. Objectif: les préparer à la
conduite d’installations techniques ultra-modernes
nécessitant des connaissances très pointues.
Transmission des connaissances en ligne
La formation en ligne a, pour la première fois, été déployée à large échelle en 2015. Près de 15 000 collaborateurs ont été formés en ligne dans les domaines de
la chaîne du froid, de l’hygiène et de la protection de
la jeunesse. Cette méthode d’apprentissage sera étendue à divers autres thèmes ces prochaines années.
Formation avec stage pour jeunes diplômés
Coop offre aux jeunes diplômés de l’enseignement
supérieur des perspectives d’évolution diverses et
variées. Elle a mis sur pied à leur intention un programme de formation comprenant un stage dans la
vente, dont le premier a eu lieu entre l’automne 2014
et l’automne 2015. Les neuf stagiaires ont pu dé-
50
couvrir les multiples facettes de l’univers fascinant
du commerce de détail. Affectés à différents postes,
dont certains avec responsabilité, ils ont acquis une
expérience précieuse. Plusieurs d’entre eux ont
­d’ailleurs décroché un poste de gérant adjoint dans
un supermarché Coop à l’issue de leur stage. Début
­octobre 2015, dix autres jeunes diplômés se sont
lancés dans la même aventure. Coop propose également de tels stages au sein de la Direction Trading
et au Siège. 17 stagiaires ont suivi une formation
de ce type en 2015, et 80 % d’entre eux ont intégré
par la suite un poste au sein de l’entreprise.
Intégration des jeunes dans le monde
du travail
Nouvelle campagne des apprentis axée sur la variété
La baisse du nombre d’élèves sortant d’école et
«l’universitarisation» du système éducatif ont renforcé la concurrence entre les entreprises pour recruter des apprentis qualifiés. D’où l’importance croissante des campagnes de communication. La nouvelle campagne de Coop, avec son slogan «Pour mon
apprentissage. Pour mon avenir.», met l’accent sur
la variété des formations initiales et des perspectives
professionnelles chez Coop. Coop a remanié à cette
occasion l’ensemble de ses supports publicitaires
(brochures, fiches d’information et dépliants). Elle a,
par ailleurs, participé à divers salons où elle a pu
mettre en avant son image d’employeur attrayant
grâce à un nouveau stand interactif.
1203 jeunes commencent un apprentissage chez Coop
Coop propose des contrats d’apprentissage dans pas
moins de 30 métiers au choix, dans la vente, l’admini­
stration, la logistique et la production. En août 2015,
1203 jeunes ont commencé un apprentissage dans
ses rangs, soit 41 de plus que l’année précédente.
Ils sont encadrés par 32 conseillers en apprentissage à temps plein et environ 2000 formateurs.
Le taux de réussite aux examens de fin d’apprentis­
sage s’est établi à 96,7 % – un bon résultat. Pour
de nombreux jeunes, la fin de la formation initiale
marque le début de la carrière professionnelle.
En 2015, 63,3 % des jeunes ayant terminé leur apprentissage se sont vu offrir un poste fixe au terme
de leur formation. Fin 2015, le groupe Coop employait 3410 apprentis au total, dont 570 dans le
commerce international de gros.
Politique salariale
Coop augmente à nouveau les salaires minimums
Malgré une conjoncture difficile, Coop n’a pas réduit ses effectifs en 2015 et a procédé à une revalorisation des salaires minimums pour la cinquième
fois en dix ans. Début 2016, les collaborateurs
sans qualification ont ainsi vu leur salaire augmenter de 50 francs, soit une hausse de 1,3 %. Le
­salaire horaire minimum a lui aussi connu une
hausse: 21.95 francs au lieu des 21.65 francs versés jusqu’à présent. Pour les collaborateurs sans
qualification assujettis à la convention collective
de travail (CCT), le nouveau salaire brut minimum
s’élève à 3900 francs. Les collaborateurs disposant
d’une formation initiale de deux ans ou plus perçoivent un salaire minimum compris entre 4000 et
4200 francs bruts par mois. A noter que Coop verse
en outre un 13e salaire mensuel. De plus, elle a
­procédé à des augmentations structurelles ciblées
des salaires. Coop offre toujours les meilleures
conditions d’embauche dans le commerce de détail,
comme le confirme l’agence d’évaluation indépendante «Inrate» dans une étude sur les conditions
de travail dans les grandes entreprises du secteur.
Au cours de la dernière décennie, Coop a augmenté
les salaires à hauteur de 18,7 %, et ce malgré le
contexte économique difficile dans le commerce
de détail pendant cette période et une baisse de
9,0 % du niveau des prix.
La prévoyance professionnelle chez Coop
La CPV/CAP propose des taux intéressants
Le taux de couverture de la CPV/CAP Caisse de
­pension Coop s’élevait à 113,1 % le 31.12.2015, un
chiffre légèrement inférieur à celui de l’année passée
(113,3 %). Avec un rendement de 1,9 %, les indices
de référence tactiques et stratégiques ont tous deux
été dépassés et ce, dans un contexte extrêmement
difficile en termes de placements. Le secteur
­Actions étrangères a affiché une performance négative après les corrections enregistrées sur les
­marchés actions au début du deuxième semestre,
provoquées par le fléchissement de l’économie
chinoise. Compte tenu du niveau toujours très bas
des taux d’intérêt pour les valeurs nominales et du
taux négatif sur les avoirs imposé aux banques
commerciales par la Banque nationale suisse en
janvier 2015, on ne pouvait espérer de performance
positive dans ces secteurs. Les caisses de pension
sont désormais tenues de publier leurs décisions de
vote en ce qui concerne les participations dans les
sociétés suisses cotées en bourse. Le règlement
de placement a été adapté en conséquence et un
comité d’exercice des droits de vote a été instauré
pour définir les directives. Les avoirs de vieillesse
des assurés actifs ont été rémunérés à 2,0 % en
2015, soit 0,25 % de plus que le taux d’intérêt minimal LPP. Les retraites sont restées inchangées
en 2015 et le resteront aussi en 2016. Le nombre
d’assurés actifs a légèrement augmenté, passant
de 36 314 à 36 440 personnes. Le nombre de
­retraités s’est lui aussi accru, passant de 18 983 à
19 272. En 2016, le Conseil de fondation évaluera
l’adéquation du taux d’intérêt technique.
Commerce de gros
Formation et perfectionnement chez
Transgourmet Suisse
La formation et le perfectionnement occupent une
place importante chez Transgourmet Suisse. Ainsi,
l’entreprise a, cette année aussi, organisé pour
ses 77 apprentis un camp par année de formation.
Chaque collaborateur a participé en moyenne à
25 heures de formation interne pendant l’année.
Grâce à sa politique de gestion des talents et à son
concept de promotion de la relève «Atelier des
cadres, de gestion ou du management», l’entreprise a été en mesure de pourvoir 74 % de ses
postes de cadres et autres postes-clés par recrutement interne.
Transgourmet France encourage les talents
Au cours de l’année sous revue, Transgourmet France
a mis sur pied un pôle Compétences pour accompagner ses employés dans leur parcours professionnel.
Objectif: permettre à chaque collaborateur de se
voir proposer un plan de carrière en adéquation avec
son potentiel et ses talents.
Commerce de détail, commerce de gros et production Collaborateurs
Groupe Coop Rapport de gestion 2015
51

Documents pareils