Mannequinat et handicap : l`avis de la New

Commentaires

Transcription

Mannequinat et handicap : l`avis de la New
Coverdresssing
le magazine du vêtement adapté aux handicaps
http://www.coverdressing.com
Mannequinat et handicap : l'avis de la New-yorkaise Jullian
Mercado
Categories : Dossier
Date : 14 octobre 2014
1/5
Coverdresssing
le magazine du vêtement adapté aux handicaps
http://www.coverdressing.com
Jillian Mercado est New-yorkaise. Elle est directrice éditoriale du magazine WeTheUrban et
mannequin professionnelle. L'an passé, elle est apparue dans une campagne publicitaire pour
la marque Diesel. Aujourd'hui, après l'allemand Sven Baum et la française Stéphanie Lhorset,
Jillian Mercado répond à son tour aux questions de Cover Dressing dans la cadre du dossier
"Mannequinat et Handicap, militantisme ou avant-gardisme ?"
Jillian Mercado
Photo: Danny Roche / alt-beauty.com
Cover Dressing : Jillian, comment se passe le mannequinat aux Etats-Unis lorsqu’on est en
2/5
Coverdresssing
le magazine du vêtement adapté aux handicaps
http://www.coverdressing.com
situation de handicap ?
Jillian Mercado : Pour ma part, devenir modèle en situation de handicap aux Etats-Unis a été
toute une aventure. Je suis heureuse de dire que les gens m’ont accueillie à bras ouverts. Il y a
eu, certes, des défis à relever, mais aucun que je ne puisse surmonter. J’ai commencé avec la
campagne DIESEL au début de l’année dernière, et c’est à partir de là que j’ai décidé de
devenir mannequin sous contrat.
CD : Avez-vous déjà défilé, et si oui, quels en ont été les retours ?
JM : Comme je suis mannequin depuis peu, je n’ai pas encore eu l’opportunité de participer à
un défilé de mode. Mais j’ai fait des campagnes, et quand les photos sont sorties, les retours
ont été absolument extraordinaires.
CD : Connaissez-vous d’autres mannequins en situation de handicap ?
Danielle Sheypuk Photo de Christopher Voelker
JM : Avant de devenir moi-même modèle, je ne connaissais aucun mannequin ayant un
handicap, quel que soit ce handicap…jusque l’année dernière, où j’ai rencontré une femme en
fauteuil roulant qui a fait la Fashion Week de New-York. Cette femme, c’est Danielle
SHEYPUK. (Danielle SHEYPUCK a défilé en février 2014 pour Carrie HAMMER,la styliste
ayant fait défiler Karen CRESPO en septembre dernier à la Fashion Week de New-York. NDLR)
CD : En France, la plupart des défilés dits “handi-valides” se font pour des marques de
vêtements adaptés, avec des mannequins bénévoles. Avez-vous quelque-chose à dire à ce
sujet ?
JM : Mon point de vue sur cette question est mitigé. J’ai le sentiment que les personnes qui
défilent bénévolement pour des marques adaptées se sentent rassurées, plus à l’aise, et
supposent qu’elles ne pourront jamais être acceptées ailleurs. C’est pourquoi je me mobilise,
pour changer cette façon de penser ! Les modèles handicapés devraient être représentés
partout, pas seulement pour les marques adaptées mais pour toutes les marques.
3/5
Coverdresssing
le magazine du vêtement adapté aux handicaps
http://www.coverdressing.com
Photographed by Oli McAvoy
CD : Que pensez-vous des stylistes qui emploient des modèles en situation de handicap ?
JM : Je pense, tout d’abord, qu’on ne devrait pas catégoriser les personnes comme on le fait :
bien que les autres mannequins aient différentes tailles et mensurations, ces critères ne
deviennent pas leur unique caractéristique ! Alors pourquoi est-ce que ce devrait être différent
pour quelqu’un ayant un handicap ? Les stylistes se rendront bien compte que le modèle est
handicapé en regardant sa photo, n’est-ce pas ? Alors il n’y a pas besoin de nous classer en
amont dans une catégorie à part. Ce type de pratique pose véritablement problème, alors que
nous devrions tous être considérés de la même façon. Les stylistes ne devraient pas être
« glorifiés » pour avoir choisi des modèles issus de la diversité humaine, ou ayant différents
handicaps, … car après tout, ce ne sont avant tout que des modèles dans un défilé ! Je ne m’y
trompe pas, les spectateurs perçoivent effectivement ce type de défilé comme quelque-chose
de « spécial » … mais j’ose penser qu’à mesure que le temps passe, chacun s’habitue
doucement à la diversité humaine dans les défilés de mode.
CD : Y-a-t-il un message particulier que vous essayez de communiquer lorsque vous posez
pour une campagne ?
JM : La seule chose que je veux exprimer lorsque je pose, c’est que je suis là pour longtemps
et que je suis un modèle qui pose comme n’importe quel autre.
4/5
Coverdresssing
le magazine du vêtement adapté aux handicaps
http://www.coverdressing.com
Merci à Sylvie Gautier et Muriel Robine pour la traduction
5/5
Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)