Enquête sur les traces de la "bête" - Infos

Commentaires

Transcription

Enquête sur les traces de la "bête" - Infos
Enquête sur les traces de la "bête"
Panthère noire ou gros chat ? Mythe ou réalité ? Dans les Alpes de Haute-Provence, c'est le
feuilleton de l'été.
Une panthère noire dans les collines d'Oraison : on ne parle plus que de ça dans les Alpes-de-HauteProvence. Cinq témoins fiables se sont déjà manifestés auprès de la mairie. Les faits sont là,
corroborés par des empreintes de 8 à 10 centimètres de diamètre relevées dans la boue.
En l'absence "d'éléments probants" comme il dit, l'Office national de la chasse et de la faune
sauvage (ONCFS) se refusait encore ces derniers jours à prendre au sérieux "cette histoire de félin",
et à se décider à mettre en place des mesures concrètes et efficaces pour localiser l'animal et tenter
de le capturer.
"Une bête d'un noir magnifique, dotée d'une queue très longue"
Pourtant, dans les bistrots de la vallée de l'Asse, la panthère noire n'est plus une simple galéjade. Ici,
on connaît le mari de la pharmacienne qui l'a surprise en train de traquer des lapins dans un champ
ou la fille du correspondant de presse qui a vu traverser devant sa voiture "une bête d'un noir
magnifique, dotée d'une queue très longue". Le premier témoin à s'être manifesté possède une villa
sur les hauteurs d'Oraison.
L'animal est venu s'abreuver deux matins de suite dans sa piscine. Il a réussi à la filmer avec son
téléphone portable mais, en l'absence de perspectives, l'animal ressemble plutôt à un gros chat. Il
parle, lui, d'un "animal d'un noir magnifique, avec des yeux dorés". Le second témoin est un
pompier qui l'a croisée lors de son jogging matinal. Il décrit un animal "très haut, avec une très
longue queue, qui s'est enfui en deux bonds".
Panthère ou puma ?
Mais le mystère demeure. Alors nous avons demandé son avis à un expert reconnu : Gilles Cheylan,
conservateur en chef du Muséum d'histoire naturelle d'Aix. Après avoir examiné les clichés des
http://www.infos-paranormal.net/
empreintes pris par notre photographe le 6 juillet, ce spécialiste du monde animal est formel : "Il
s'agit bien des traces d'un grand félin. D'après la taille, il pourrait s'agir soit d'une panthère soit
d'un puma, mais en tout état de cause, les traces sont celles d'un félin et pas d'un grand chien". Le
directeur du parc zoologique de La Barben confirme aussi.
Comment une panthère noire peut-elle se trouver dans notre région ? Gilles Cheylan estime qu'elle
pourrait "venir d'un cirque ou d'un particulier qui l'a élevée chez lui et s'en est débarrassée parce
qu'elle devenait un peu trop grosse". "La panthère n'est pas un gros animal, mais il y a pas mal de
sous-espèces, explique-t-il. Elle pèse entre 30 et 50 kg seulement. C'est un animal surtout très long,
qui doit faire 1,50 m à 1,60 m, queue comprise. La queue est presque aussi longue que le corps. Sa
hauteur peut être de 50 cm à l'épaule. C'est comme un gros chien, tout en longueur".
La préfecture peine encore à croire à la présence d'un grand félin
Le profil type de ce qu'ont décrit les témoins. "Elle doit avoir des difficultés à se nourrir, estime
Gilles Cheylan mais même affamée, il est très improbable qu'elle s'attaque à l'homme. Par contre,
si elle était acculée dans un poulailler ou une bergerie et qu'elle essayait d'en sortir... C'est quand
même un animal dangereux". Le maire d'Oraison, Michel Vittenet, convaincu par le nombre de
témoignages concordants, peste contre le scepticisme de l'ONCFS : "Ils ont l'air de nier l'évidence.
Ils nous parlent d'empreintes avec des griffes, qui ne sont pas du tout celles qu'on a vues !"
À Mézel, André Chaspoul, lieutenant de louveterie, trépigne d'impatience devant sa cage à sanglier.
En attendant les ordres, il bat la campagne presque toutes les nuits au volant de son 4x4. À l'heure
où les grands fauves partent en chasse...
… Bien qu'elle reconnaisse qu'il y a des témoignages réitérés,
la préfecture peine encore à croire à la présence d'un grand félin dans le coin. Le préfet a néanmoins
chargé l'ONCFS de "demeurer particulièrement vigilant".
Échaudé sans doute par l'histoire marseillaise de l'été 2004 où un gros chat déguisé en panthère
noire par de nombreux témoins avait non pas bouché le Vieux-Port mais fait fermer les calanques...
Du coup, dans les Alpes de Haute-Provence, l'enquête avance à pas de velours.
La Provence
Alpes : la panthère rôde à La Bégude
Plusieurs personnes l'ont aperçue ces derniers jours dans ce secteur où elle pourrait avoir migré,
après Oraison.
http://www.infos-paranormal.net/
"Vé ! Vé ! Vé ! C'est quoi ce machin noir ?" Chantal n'en croit pas ses yeux. Comme beaucoup dans
la vallée, elle a entendu parler de la panthère aperçue à diverses reprises depuis fin juin entre
Oraison et St-Julien d'Asse par des témoins dignes de confiance. Comme certains, le scepticisme l'a
peut-être disputé chez elle à la fascination…Mais ce jour-là, ses derniers doutes se sont envolés en
l'espace d'un éclair noir aux yeux dorés.
L'animal qui se roule, tel un gros matou, dans le chaume jaune du champ qui s'étend au pied de sa
terrasse, n'a rien d'un chat : beaucoup trop gros. Ni d'un chien : beaucoup trop …
félin. Christophe, son
mari, les jumelles plaquées sur les yeux pour ne pas en perdre une miette, confirme ce qu'elle n'ose
encore formuler. C'est bien elle, à 70 mètres environ.
"Elle s'est mise sur le dos, elle s'est roulée un peu par terre, d'un côté, de l'autre. Puis elle s'est
dressée et s'est dirigée en trottant vers le petit bois au bout du champ. Elle nous a entendus, s'est
retournée, nous a regardés, et est rentrée dans le chemin menant au bois. Puis elle est revenue sur
ses pas, est restée quelques instants encore, et a disparu", raconte le jeune homme, encore sous le
charme. Il précise que l'animal avait une très longue queue, un peu touffue, aussi longue que son
corps. "Elle frottait un peu par terre et remontait". La taille de l'animal ? "Un peu comme mon
épagneul".
Des empreintes dans la boue
Christophe Vincent est chasseur. Autant dire qu'il en connaît un rayon côté faune sauvage, à l'instar
de l'automobiliste qui l'avait aperçue, une aube de juillet, en train de courser des lapins dans un
champ près de St-Pancrace. Si Christophe et sa petite famille ne l'ont plus revue depuis ce 22 août,
et qu'il ne se passe pas un jour sans qu'ils scrutent la campagne de ce quartier des Courtiers, l'animal
leur a laissé un précieux souvenir le long du chemin qui serpente dans le vallon : une série
d'empreintes, très nettes, fixées dans la boue de l'orage de samedi soir.
Des traces qui ne laissent que peu de doutes sur leur origine. Là encore, comme celles trouvées en
juillet près d'une flaque d'eau près d'Oraison où l'animal avait élu domicile, l'absence de griffes
laisse supposer qu'il s'agit bien d'un félin. Leurs griffes sont en effet rétractiles et ne laissent aucune
marque, à l'inverse des chiens, renards et loups de nos contrées…
Ce que confirme André Chaspoul, lieutenant de louveterie. Davantage confronté aux sangliers et
aux loups lorsqu'ils posent problème, il s'est largement documenté sur le sujet au cours des
dernières semaines. Un laps de temps durant lequel la panthère -lasse peut-être des lapins
oraisonais- semble s'être rapprochée du secteur Bras-d'Asse, Espinouse, La Bégude, où elle pourrait
avoir trouvé un autre plat de résistance : le sanglier, voire quelques chevreuils...
… Vu l'abondance du
gibier, les chasseurs -qui pourront s'adonner à leur loisir dans quelques jours-, ont peu de risques
que l'animal les prive de quelques beaux trophées...
Plusieurs témoins
"Elle pourrait même être utile", lance en riant André Chaspoul qui suggère de faire "des lâchers de
panthères dans les champs cultivés pour faire déguerpir les sangliers"... Et pour cause : dimanche
dernier devant la distillerie, le lieutenant de louveterie procédait à une battue administrative dans un
champ dévasté par une harde, lorsqu'il a vu ses chiens en sortir "la queue entre les jambes, comme
s'ils avaient reçu une rouste"...
"Il y avait plein de petits cochons, aujourd'hui ils sont partis !" poursuit-il. Au-dessus de Brasd'Asse, les restes d'un chevreuil ont été retrouvés. À ses côtés, des excréments remplis de poils. Des
crottes qui ne pourraient appartenir, selon le chasseur qui les a vus, qu'à un carnivore, et pas à un
renard.
Vendredi dernier, une propriétaire de chevaux n'a pas réussi à les faire descendre dans le champ.
Après qu'elle s'y est elle-même rendue en voiture, et qu'elle a sans doute fait fuir ce qui les
http://www.infos-paranormal.net/
terrorisait, ils ont accepté de sortir. Dans la nuit, un paysan a remarqué que son chien n'aboyait pas
comme d'habitude : "juste un petit coup, comme s'il était effrayé". Vers 18h, une femme l'a vue
traverser un champ du côté des Planès. "Ça serait dommage de la tuer, elle est magnifique", lâche
Christophe, dont le domaine est privé. Si elle reste ici, elle ne risquera rien.
Les personnes l'ayant aperçue peuvent nous contacter 04 92 36 76 70.
Source : La Provence
http://www.infos-paranormal.net/