Référentiel de diplôme

Commentaires

Transcription

Référentiel de diplôme
Référentiel de diplôme
Brevet d’études
professionnelles agricoles
“Travaux horticoles”
Photo couverture : Nettoyage des bottes de radis.
Copyright : ©Pascal Baudry/Min.Agri.Fr.
Source: http://photo.agriculture.gouv.fr
Référentiel de diplôme
Brevet d’études
professionnelles agricoles
“Travaux horticoles”
Sommaire
Le référentiel du diplôme du BEPA Travaux horticoles comporte :
- un référentiel professionnel qui présente les emplois types visés par le diplôme, la
fiche
descriptive
des
fonctions
et
activités
exercées
et
la
liste
des
situations
professionnelles significatives,
- un référentiel de certification qui dresse la liste des capacités évaluées et attestées par
la délivrance du diplôme et précise les modalités d’évaluation.
Référentiel professionnel.................................. 1
Contexte des emplois visés par le diplôme .......................................3
Fiche descriptive des activités...........................................................7
Situations professionnelles significatives ........................................11
Référentiel de certification..............................13
Liste des capacités attestées par le diplôme ...............................13
Capacités générales .........................................................................15
Capacités professionnelles communes au champ
Productions végétales – Agroéquipement ........................................16
Capacités professionnelles spécifiques au BEPA Travaux
horticoles...........................................................................................17
Modalité d’évaluation .....................................................................19
Siglier .......................................................................................................21
Arrêté du 17 juillet 2009 portant création et fixant les modalités de délivrance du BEPA
Travaux horticoles.
Référentiel de diplôme
Brevet d’études
professionnelles agricoles
“Travaux horticoles”
Référentiel
professionnel
Le référentiel professionnel du BEPA Travaux horticoles décrit les emplois
d’ouvrier qualifié en travaux de la production horticole qui consiste à produire
des fruits, des légumes, des végétaux d’ornement, des jeunes plants.
Le référentiel professionnel est composé de trois parties : la première partie
fournit un ensemble d’informations relatives au contexte de l’emploi visé, la
deuxième partie est constituée de la fiche descriptive d’activités (FDA) et la
troisième
présente
les
situations
professionnelles
significatives
(SPS)
organisées en champs de compétences.
1
2
Contexte
des emplois visés
par le diplôme
1- Contexte des emplois
culture, pour lesquels la taille des arbres est le cœur de métier,
et les tractoristes.
visés
Dans le secteur des productions légumières, florales et des
pépinières une évolution importante des modes de conduite
Le secteur horticole est celui de l’agriculture qui emploie le
s’est produite et la culture hors-sol s’est généralisée. Dans les
plus de main d’œuvre : 4,6 UTA par exploitation en moyenne
petites et moyennes entreprises, la diversité des cultures et
en 2003 pour l’horticulture ornementale, 3 pour le maraîchage
des systèmes de production rencontrés conduisent le salarié
contre 2,2 pour l’agriculture en général.
à être très polyvalent, ce qui favorise la mobilité dans
l’entreprise et l’accès à un nouvel emploi. Les grandes
Les besoins en main d’œuvre saisonnière augmentent régu-
entreprises offrent souvent des emplois spécialisés de haute
lièrement depuis quelques années et le secteur horticole est
technicité
un gros employeur (1/3 de l’ensemble des saisonniers pour
phytosanitaire,
dans
différents
gestion
secteurs
du
climat,
:
multiplication,
irrigation
lutte
fertilisante,
seulement 6 % des exploitations agricoles). En moyenne sur
recyclage des eaux... Ces emplois, souvent réservés à des
le secteur, le travail saisonnier représente un peu moins de la
personnes
moitié des emplois totaux. C’est en horticulture ornementale
expérimentées, font appel à un haut degré d’automatisation,
qu’on trouve le plus de salariés permanents.
voire de robotisation.
ayant
une
qualification
plus
élevée
ou
plus
De nombreuses régions se penchent sur le problème du
recrutement dans les métiers de l’horticulture et les réflexions
sur les problèmes de formation et d’insertion sont fréquentes.
On
assiste,
l’agriculture,
comme
à
un
dans
tous
les
autres
développement
des
secteurs
de
2- Appellation de l’emploi
groupements
d’employeurs ou des services de remplacement. A contrario,
le secteur horticole est le plus faible consommateur de
Appellations de l’emploi-métier
Appellations du répertoire opérationnel des métiers et des
journées CUMA et ETA.
emplois (ROME) :
L’augmentation de la taille des exploitations, l’évolution des
Les emplois
techniques liées à la demande de produits de qualité, le
sont les suivants :
vieillissement
-
de
la
population
des
salariés
ont
des
conséquences sur la gestion de la main d’oeuvre dans les
41
112
dans le secteur de l’horticulture dans le ROME
-
Ouvrier/ouvrière
maraîcher(ère)
cultures
–
horticole,
légumières,
pépiniériste,
maraîcher(ère)
exploitations horticoles. Ce secteur se caractérise notamment
primeuriste, horticole serriste, rosiériste, agricole (maraîchage,
par la saisonnalité du travail qui contribue au développement
horticulture) ;
de main d’oeuvre saisonnière, souvent moins qualifiée alors
- 41 114 - Ouvrier/ouvrière - arboricole, viticole, agricole
que la technicité augmente dans l’ensemble des exploitations.
(cultures pérennes) ;
Le remplacement des travailleurs permanents retraités est
- 43 212
difficile.
agricole et forestière.
Dans le secteur des productions fruitières, les techniques de
Autres appellations en usage
conduite se complexifient (tailles et éclaircissages adaptés à
chaque variété, lutte phytosanitaire de plus en plus complexe
à maîtriser…) ce qui implique la mise en place d’une formation
continue des salariés. Les grandes exploitations ont tendance
à différencier les salariés en deux familles :
les salariés de
- Conducteur/Conductrice d’engins d’exploitation
- ouvrier horticole polyvalent,
- ouvrier spécialisé en production fruitière ou légumière ou florale ou de pépinière,
- ouvrier tractoriste.
3
Contexte des emplois visés par le diplôme
3- Situation fonctionnelle
et délimitation des fonctions
En arboriculture fruitière le travail intègre le caractère pérenne
de la culture et l’importance des interventions sur le végétal
qu’il faut structurer et entretenir (la vigne de table fait partie de
cette catégorie).
En horticulture ornementale et légumière le travail prend en
Les emplois types correspondent respectivement aux appel-
compte les nombreuses similitudes dans les modes de
lations courantes d’ouvrier/ouvrière arboricole et d’ouvrier/ou-
conduites, en particulier le fait de cultiver sous abri et/ou hors-
vrière horticole (productions légumières, florales et pépinières).
sol.
Ils s’organisent autour d’activités professionnelles principales
constituant le “cœur de métier” du salarié, qui doivent être
maîtrisées par celui-ci. Les autres activités, d’occurrence variable en fonction des particularités locales et du contexte
socio-économique du secteur, des choix d’organisation des
employeurs au sein de leur entreprise et des compétences
reconnues du salarié, s’inscrivent dans l’emploi à des degrés
divers.
Le tableau suivant décrit les principales activités et caractéristiques de ces deux catégories d’emploi :
Arboriculture fruitière
Emploi en…
Horticulture ornementale et légumière
Pépinière
Activités communes aux
deux situations d’emploi
Mise en place des cultures de pleine terre : préparation des sols, plantation.
Mise en place d’installations : réseaux d’irrigation, paillages, palissages.
Suivi des cultures : aspect, état sanitaire, comportement…
Conduite de tracteurs attelés et d’élévateurs.
Application des réglementations en matière d’hygiène, de sécurité au travail et de respect de
l’environnement (démarches de certification qualité et/ou environnement).
Activités clés
ou “cœur de métier”
dans chaque situation
Taille d’hiver des arbres fruitiers et de la vigne de
Multiplication des végétaux : semis, bouturages,
table : taille de formation et d’entretien (ou de
greffages, repiquage, rempotage, placement,
fructification).
distançage.
Suivi des cultures : aspect, état sanitaire, com-
Suivi des cultures : aspect, état sanitaire,
portement…
comportement…
Interventions en vert sur les arbres fruitiers et les
Travaux sur la plante conduite en pleine terre ou
vignes de table : éclaircissages, égourmandage,
hors-sol : éclaircissage, pinçage, effeuillage, tuteu-
arcures,
rage, guidage, attachage, désherbage manuel…
sélection de bourgeons, écimages…
Récolte manuelle et conditionnement au champ.
Récolte manuelle et conditionnement au champ.
Préparation des commandes : identification
(reconnaissance des végétaux), sélection, conditionnement.
Contribution à la gestion du climat sous abri.
Activités secondaires
(présentes ou non selon
les entreprises et /ou
les régions)
Travaux d’entretien des sols : travaux superfi-
Préparation des substrats de culture.
ciels, broyages des bois de taille, fauchages.
Mise en place et entretien des installations :
Récolte assistée sur les passerelles.
abris fixes et temporaires, mobilier de culture,
Application de fertilisants et de traitements phy-
réseaux de drainage, matériels de chauffage et
tosanitaires.
d’aération.
Pose, ouverture et fermeture de filets paragrêles.
Nettoyage des parcelles ou aires cultivées.
Conditionnement en station, gestion du froid.
Application de fertilisants et de traitements phytosanitaires.
Vente de produits végétaux, conseil aux clients.
Ce qui caractérise ce type
d’emplois
Le professionnalisme réside dans la maîtrise des
Les activités manuelles répétitives sont prédomi-
techniques de taille d’hiver et en vert et la capa-
nantes mais très diversifiées. Le calcul de la ren-
cité à anticiper l’incidence sur le végétal de
tabilité de son activité est demandé au salarié.
chacune de ses interventions.
4
Principaux matériels utilisés : sécateur, tronçon-
Le professionnalisme réside dans la capacité à
neuse, tracteurs attelés qui impliquent l’applica-
s’adapter aux techniques et aux chantiers diffé-
tion stricte des règles de sécurité.
rents et à observer l’état des cultures.
Contexte des emplois visés par le diplôme
4- Autonomie
et responsabilité
- de la mise en œuvre des techniques spécifiques à chaque
culture en respectant les consignes de l’employeur,
- le cas échéant, du respect du processus de fabrication de
produits transformés.
Les salariés des exploitations de production arboricole et ma-
Les salariés ne sont pas responsables :
raîchères sont généralement très autonomes dans l’exercice
- des choix de conduite des cultures : mode de conduite, iti-
quotidien de leurs activités. En horticulture ornementale et la
néraire technique, espèces, variétés, types de fertilisants et
pépinière, qui offrent une large gamme de produits, les com-
de produits agropharmaceutiques, dates de récolte,
mandes journalières des clients influent sur l’organisation de
- de certaines opérations culturales : gestion automatisée de
l’activité et il est fréquent de changer de chantier plusieurs fois
l’alimentation hydrominérale et du climat (le choix des doses
dans la journée à la demande de l’employeur ou du chef
et les rythmes d’apport en particulier sont réservés à l’exploi-
d’équipe.
tant ou au chef de culture).
La limite de l’autonomie se situe généralement :
- en cas de panne sérieuse sur un matériel ou de conditions
de dangerosité particulières,
- en cas d’incident ou de panne électrique dans les installations de gestion du climat.
5- Évolution dans l’emploi
et hors de l’emploi
L’augmentation de l’autonomie s’obtient par l’expérience et la
prise de responsabilités croissantes impulsée par l’employeur.
L’évolution de la carrière du salarié dépend de plusieurs fac-
La régulation de l’autonomie se fait par des échanges avec
teurs : la taille des entreprises, le système de production, le ca-
l’employeur, quotidiens ou hebdomadaires, complétés par des
ractère familial de l’entreprise, la présence ou non d’une
tableaux d’affichage dans les bâtiments ou les serres ou au-
succession.
tres documents de saisie des résultats de l’activité ou des in-
Cependant, les activités des salariés peuvent s’enrichir au fur
cidents survenus.
et à mesure de l’acquisition de l’expérience, de l’augmentation de l’autonomie et de la responsabilité. La première étape
Les salariés sont responsables :
d’évolution dans l’emploi pour l’ensemble des entreprises est
- de l’observation du développement des plantes : aspect, vi-
le poste de chef d’équipe (fonction tutorale : encadrement et
gueur, état sanitaire, homogénéité,
formation des saisonniers et des apprentis ou stagiaires). Le
- de l’appréciation de l’ambiance : température, ventilation,
salarié peut aussi accéder à un poste à responsabilité
- de l’observation de manquements ou de défaillances : arrêt
différents secteurs suivant la configuration de l’entreprise : res-
dans
ou mauvais fonctionnement d’un matériel ou d’une installation,
ponsable d’atelier de multiplication, responsable de la protec-
- de l’utilisation des matériels et installations horticoles : usage,
tion phytosanitaire, de l’irrigation fertilisante, de la préparation
nettoyage et entretien courant,
des commandes, responsable d’un secteur de production…
- de la mise en œuvre de tout ou partie des techniques opti-
La formation continue est souvent utilisée pour favoriser cette
misant les facteurs de croissance et de développement des
évolution. Il arrive que certains salariés succèdent à leur em-
plantes,
ployeur, mais cela implique un accompagnement et un par-
- du respect des consignes, particulièrement en matière de rè-
cours de formation complémentaire pour l’obtention de la
gles d’hygiène et de sécurité et de respect de la réglementation,
capacité professionnelle agricole.
5
6
Fiche descriptive
d’activités
Fiche descriptive d’activités (FDA)
La fiche descriptive d’activités (FDA) dresse la liste de l’ensemble des activités, recensées lors d’enquêtes, exercées par des
titulaires des emplois visés par le diplôme. Il s’agit d’une liste quasiment exhaustive, à l’exception de quelques activités rarement
rencontrées.
La FDA ne décrit donc pas les activités exercées par un titulaire de l’emploi en particulier, mais correspond plutôt au cumul de
toutes les configurations d’emploi des salariés occupant les emplois visés par le diplôme.
Ces activités sont regroupées en grandes fonctions selon leur finalité.
Bien que le BEPA ne comporte pas de spécialités, afin de rendre compte des caractéristiques des principales situations
d’emplois, la FDA décrit parallèlement pour chacune des fonctions les activités de l’ouvrier d’une exploitation d’arboriculture
fruitière et celles d’une exploitation en horticulture ornementale ou légumière.
Arboriculture fruitière
Horticulture ornementale et légumière
Pépinière
1- Il prépare son travail dans le cadre des consignes reçues, en intégrant
le respect de la sécurité et de l’environnement
1.1- Il communique et prend en compte tous les éléments nécessaires à son activité sur l’exploitation
1.1.1- Il prend les consignes, au besoin les fait expliciter.
1.1.2- Il peut participer à des réunions techniques et traiter avec certains intervenants sur l’exploitation : technicien,
mécanicien, technico-commercial…
1.1.3- Sous réserve de remplir les conditions réglementaires, il peut contribuer, pour des tâches simples et à la demande
de l’employeur, à l’encadrement de stagiaires, d’apprentis ou de salariés occasionnels.
1.1.4- Il rend compte de ses activités à son responsable, oralement ou sur tout document papier ou support informatisé
prévu à cet effet.
1.2- Il agit pour assurer des conditions optimales au déroulement du chantier dans le respect de la sécurité et de
l’environnement
1.2.1- Il programme les activités de la journée en fonction du calendrier des travaux et en prenant en compte les conditions
météorologiques.
1.2.2- Il prépare le matériel, les installations et les fournitures dans un souci d’efficacité et en fonction des consignes d’utilisation.
1.2.3- Il prend en compte les règles de bonnes pratiques, les procédures qualité et la réglementation relative à son secteur
d’activité (respect de l’environnement, hygiène, sécurité…).
1.2.4- Il s’informe sur les conditions de réalisation des activités, sur les risques professionnels éventuels et sur les mesures
de prévention à mettre en œuvre.
1.2.5- Il procède au nettoyage, à la mise en sécurité et au rangement des différents matériels, équipements et produits utilisés.
1.2.6- Il réalise les enregistrements nécessaires au suivi des activités.
7
Fiche descriptive d’activités
Arboriculture fruitière
Horticulture ornementale et légumière
Pépinière
2- Il met en œuvre des techniques et des opérations liées aux productions horticoles
2.1- Il utilise et entretient le matériel agricole dans le respect de la réglementation, de l’environnement et des
règles de sécurité
2.1.1- Il vérifie l’état général des matériels (tracteur et outils), leur fonctionnement et la liaison tracteur-outil.
2.1.2- Il vérifie la présence et le fonctionnement des équipements de sécurité (accessoires de signalisation, EPI...).
2.1.3- Il assure les différents réglages des matériels (hormis le pulvérisateur) sur consigne ou avec une notice.
2.1.4- Il conduit le tracteur en sécurité et attelle les différents engins et outils portés ou tractés, de manutention et de levage.
2.1.5- Il assure l’entretien courant (niveaux, remplacement des pièces usagées ou défectueuses n’ayant pas de lien avec
la motorisation ou les équipements électroniques et respectant la conformité des équipements…) selon les préconisations
du constructeur.
2.1.6- Il stocke, manipule ou évacue les consommables et les déchets (carburants, lubrifiants…) en prenant en compte la
réglementation et les risques de pollution.
2.1.7- Il alerte le responsable ou appelle le mécanicien en cas d’anomalie.
2.2- Il réalise les travaux liés à la multiplication des
plantes horticoles en préservant sa santé et dans le respect des règles de sécurité
2.2.1- Il apprécie le support de culture en fonction de son
utilisation : substrat pour le semis ou le repiquage.
2.2.2- Il effectue les opérations de préparation des substrats
et de la serre de multiplication.
2.2.3- Il effectue les semis manuels ou mécanisés.
2.2.4- Il effectue les boutures, les greffages et les surgreffages.
2.2.5- Il effectue les repiquages manuels ou mécanisés.
2.2.6- Il effectue les rempotages manuels ou mécanisés.
2.2.7- Il apprécie l’état de la jeune plante et des pieds mères
au cours de chaque opération culturale et en informe son
supérieur hiérarchique : aspect général, état sanitaire.
2.2.8- Il effectue les opérations de conduite des semis, des
boutures et des plants greffés : irrigation, brumisation, protection sanitaire, désherbage, aération…
2.2.9- Il manipule les plantes (plaques, godets, pots) et effectue les distançages.
8
2.3- Il réalise les travaux liés à la production arboricole
2.3- Il réalise les travaux liés à la production horticole
en préservant sa santé et dans le respect des règles de
en préservant sa santé et dans le respect des règles de
sécurité
sécurité
2.3.1- Il apprécie seul ou avec le responsable l’état d’une
2.3.1- Il apprécie seul ou avec le responsable l’état d’une par-
parcelle par rapport à son utilisation : plantation, replanta-
celle ou d’un support de culture par rapport à son utilisation :
tion, jachère.
plantation, aire de culture hors-sol (esplanade de conte-
2.3.2- Il apprécie l’état des arbres fruitiers au cours de
neurs), substrats…
chaque opération culturale et en informe son supérieur
2.3.2- Il apprécie l’état de la plante au cours de chaque opé-
hiérarchique : aspect général, état sanitaire.
ration culturale et en informe son supérieur hiérarchique :
2.3.3- Il effectue les opérations de préparation du sol : sous-
aspect général, état sanitaire.
solage, épandage d’engrais de fond et d’amendements,
2.3.3- Il effectue les opérations de préparation du sol : la-
labours, travaux superficiels, pose des paillages, semis des
bours,
enherbements.
d’amendements, pose des paillages.
travaux superficiels, épandage d’engrais de fond et
2.3.4- Il effectue la plantation des scions fruitiers ou de gref-
2.3.4- Il effectue les opérations de préparation du substrat :
fés-soudés.
préparation des mélanges et enrichissement conformément
à la formule choisie.
Fiche descriptive d’activités
Arboriculture fruitière
Horticulture ornementale et légumière
Pépinière
2.3.5- Il effectue les opérations d’installation de la culture :
2.3.5- Il effectue les opérations d’installation de la culture en
attachages, rabattages, protections contre les rongeurs, opé-
sol ou de la culture hors-sol : pose conteneurs de substrats
rations de surgreffage…
(sacs, gouttières…), semis direct en sol, plantation de plants
2.3.6- Il effectue les opérations de conduite de la culture :
ou de bulbes, tuteurages, attachages…
taille de formation, taille d’hiver, broyage des bois, travaux en
2.3.6- Il contribue à la gestion du climat : manipulation des
vert (taille, égourmandage, rabattages), extinction de bour-
ouvrants et des écrans, mise en route manuelle d’extracteur,
geons, éclaircissage de fleurs ou de fruits, tuteurage, gui-
blanchiment des parois à partir du sol…
dage, arcures, inclinaisons, effeuillage…
2.3.7- Il effectue les opérations de conduite de la culture :
2.3.7- Il effectue les opérations d’entretien de la culture : fer-
contrôle du climat, tailles et travaux en vert, pinçage, éclair-
tilisation, irrigation, (parfois irrigation fertilisante), pollinisa-
cissage, rabattages, sélection de fleurs ou de bouquets, étê-
tion, contrôles visuels, protection phytosanitaire, désherbage
tage, tuteurage, guidage, attachage, effeuillage…
chimique, fauchage…
2.3.8- Il effectue les opérations d’entretien de la culture : fertilisation, irrigation, (irrigation fertilisante le plus souvent),
contrôles visuels, protection phytosanitaire, désherbage chimique ou manuel…
2.3.9- Il effectue le nettoyage de fin de culture : enlever les
paillages et les arceaux, sortir les plantes, les substrats, les
réseaux d’irrigation…
3- Il participe ou réalise seul les travaux de récolte, de conditionnement
des produits et/ou de préparation des commandes
3.1- Il réalise les travaux de récolte en préservant sa
3.1- Il réalise les travaux de récolte et de préparation des
santé et dans le respect des règles de sécurité
commandes en préservant sa santé et dans le respect
3.1.1- Il participe aux opérations de prérécolte : comptages,
des règles de sécurité
tests de maturité.
3.1.1- Il effectue la récolte manuelle (ou le prélèvement)
3.1.2- Il effectue la récolte manuelle adaptée à l’espèce, la
adaptée à l’espèce cultivée, à la variété et à l’objectif de com-
variété et à l’objectif de commercialisation (calibre, couleur,
mercialisation dans le respect du cahier des charges (calibre
indice réfractométrique, fermeté, aspect, régression de l’ami-
ou taille, couleur, indicateur de maturité spécifique à l’es-
don).
pèce, stade de développement, indice de floraison, forme,
3.1.3- Il participe à la récolte mécanisée : alimentation en
fermeté, aspect, conformation…).
emballages vides, poses de filets, tri, manutention…
3.1.2- Il effectue le choix des produits végétaux (légumes,
fleurs, potées fleuries, feuillages, végétaux en conteneurs, en
mottes ou en racines nues), conformément à la commande
du client : espèce et cultivar, calibre, taille, quantité, qualité…
3.1.3- Il participe à la récolte mécanisée : alimentation en
emballages vides, tri, nettoyage, manutention.
3.1.4- Il effectue le déchargement des emballages vides et
le chargement : palettisation, mise en roll ou en palox, chargement direct pour les sacs et gros sujets.
3.2- Il réalise les travaux de conditionnement en préservant sa santé et dans le respect des règles de sécurité
3.2.1- Il effectue le conditionnement “au champ ou sous abri” : nettoyage, triage, calibrage, gerbage, mise en barquettes,
égalisation des longueurs, mise en bouquets, mise en seaux, en caisses ou en cartons, mise en plateaux…
3.2.2- Il effectue le conditionnement en station : alimentation en emballages vides, calibrage, conditionnement, palettisation.
3.2.3- Le cas échéant, il peut contribuer à la gestion du climat des chambres de stockage.
9
Fiche descriptive d’activités
Arboriculture fruitière
Horticulture ornementale et légumière
Pépinière
4- Il participe ou réalise seul les travaux liés à la mise en place des installations et à l’entretien
du matériel et des équipements
4.1- Il effectue les opérations de pose et d’entretien d’installations fixes communes aux productions horticoles en
préservant sa santé et dans le respect des règles de sécurité : palissage, réseau d’irrigation et /ou d’antigel ou de drainage, fossés, filets paragrêles, haies et brise vents…
4.2- Il effectue les opérations de pose et d’entretien des
abris en préservant sa santé et dans le respect des règles de sécurité
4.2.1- Il effectue les opérations d’installation d’abris bas (chenillettes ou tunnels nantais) et la pose de bâches de culture
(P17, ombrières, filets de protection…).
4.2.2- Il participe aux opérations d’installation et d’entretien
d’abris hauts, froids et chauffés : montage de structures,
pose de plastiques,
remplacement de vitres accessibles à
partir du sol, du mobilier (tablettes de culture), peintures, nettoyage, entretien des abords…
4.2.3- Il participe aux opérations d’entretien des installations
de gestion du climat : ouvrants, aérateurs, extracteurs, ventilateurs, gaines, réseau de chauffage enterré et suspendu,
brumisateurs, recyclage des solutions fertilisantes, diffusion
de C02…
4.2.4- Il peut être amené à travailler à partir d’une nacelle
qu’il doit conduire en toute sécurité.
5- Il peut contribuer à la vente des produits de l’exploitation sur la ferme, à la jardinerie ou
à l’extérieur
5.1- Il participe à la vente des produits sur l’exploitation ou à l’extérieur
5.1.1- Il organise le point de vente.
5.1.2- Il accueille le client et le conseille.
5.1.3- Il réalise la vente et l’encaissement.
5.1.4- Il procède, éventuellement dans le respect des règles de sécurité, au chargement et au déchargement des véhicules.
5.1.5- Il enregistre toute donnée utile à la gestion du stock.
10
Situations
professionnelles
significatives
Les situations professionnelles significatives de la compétence (SPS) représentent les situations-clés, qui, si elles sont maîtrisées par les titulaires des emplois visés par le diplôme, suffisent à rendre compte de l’ensemble des compétences mobilisées
dans le travail.
Ces situations sont regroupées par champs de compétences selon la nature des ressources qu’elles mobilisent et la finalité
visée.
Situations professionnelles significatives (SPS)
organisées en champs de compétences
Champs de compétences
SPS
Communication et réaction
Prise de consignes.
Contribuer au fonctionnement de l’entre-
en situation professionnelle
Relations interpersonnelles durant l’activité.
prise en communiquant avec ses collègues
Signalement des anomalies.
et sa hiérarchie.
Préparation et vérification des éléments
Optimiser la réalisation du travail.
Organisation du travail
Finalités
nécessaires à la réalisation du travail.
Vérification des dispositifs de sécurité et du
respect de la réglementation.
Enregistrement des données relatives à la
production.
Obtention et conduite
Multiplication végétative des plantes horti-
Agir sur la culture et/ou le végétal pour
du végétal
coles.
atteindre les objectifs de qualité et de
Mise en place de cultures de plein champ
rendement.
et sous-abri.
Alimentation hydrominérale des cultures.
Protection des cultures.
Travaux sur le végétal et techniques culturales associées.
Observation et surveillance
Repérage des ennemis des cultures.
Permettre grâce à la surveillance exercée
des cultures
Appréciation de l’état d’une culture.
de déclencher les interventions utiles à la
Surveillance des infrastructures et des
installations.
Récolte et conditionnement
protection et le développement des cultures.
Récolte ou cueillette.
Tri et conditionnement des productions.
Obtenir un produit de qualité prêt à la
Manipulation et transport des emballages et
commercialisation.
des produits récoltés.
Approvisionnement du chantier pour le
conditionnement.
Préparation des commandes (concerne surtout le champ de l’horticulture ornementale).
Utilisation et entretien
Conduite du tracteur et du matériel roulant.
courant des matériels
Repérage des dysfonctionnements des ma-
Optimiser les travaux prescrits en utilisant
et équipements
tériels.
les matériels et équipements dans le res-
Vérification des équipements de sécurité et
pect de la réglementation et de la sécurité.
application des règles de sécurité.
11
12
Référentiel de diplôme
Brevet d’études
professionnelles agricoles
“Travaux horticoles”
Référentiel
de certification
Le référentiel de certification du diplôme est constitué de deux parties :
- la liste des capacités attestées par le diplôme BEPA Travaux horticoles
- les modalités d’évaluation permettant la délivrance du diplôme.
Les capacités sont déterminées à partir de l’analyse des emplois et du
travail, et en fonction des objectifs éducatifs et d’insertion professionnelle,
citoyenne et sociale visés par les certifications du MAAP.
Elles sont de deux ordres :
- des capacités générales, identiques pour tous les BEPA du MAAP
- des capacités professionnelles spécifiques au BEPA Travaux horticoles
identifiées à partir des situations professionnelles significatives.
Le BEPA “Travaux horticoles” comporte deux catégories de capacités
professionnelles :
- des capacités communes à tous les BEPA du champ professionnel de “Productions végétales - Agroéquipement”
- des capacités spécifiques au BEPA Travaux horticoles
13
14
Liste des
capacités
attestées
par le diplôme
Capacités générales
C 1- Mobiliser les bases de la communication nécessaires à la vie
professionnelle, sociale et citoyenne
C 1.1- Communiquer en s’appuyant sur des éléments culturels ou professionnels.
C 1.2- Traiter des informations collectées à partir de différentes sources.
C 1.3- Utiliser des outils et techniques d’expression et de communication dans le cadre d’une action collective.
C 2- Mobiliser des repères historiques, géographiques et socio-économiques
pour se situer dans la société
C 2.1- Situer un évènement ou un fait d’actualité dans son contexte historique et/ou géographique.
C 2.2- Identifier des acteurs de la vie économique et sociale.
C 2.3- Mobiliser des références économiques et sociales dans des situations de la vie courante et professionnelle.
C 3- Mobiliser des connaissances de base dans les domaines scientifiques
et techniques
C 3.1- Mobiliser des outils et raisonnements mathématiques dans des situations de la vie courante et professionnelle.
C 3.2- Utiliser des connaissances élémentaires en sciences expérimentales pour expliquer des faits scientifiques ou techniques.
C 4 : Utiliser les technologies de l’information et de la communication
en autonomie et de manière responsable*
C 4.1- Utiliser son espace de travail dans un environnement en réseau.
C 4.2- Composer un document numérique.
C 4.3- Chercher des informations sur internet.
C 4.4- Communiquer en utilisant des outils adaptés dans le respect des règles d’usage de l’informatique et d’internet.
* la capacité C4 est certifiée par le B2i collège et par une partie des items du B2i lycée, elle n’est pas évaluée pour l’obtention du BEPA.
15
Liste des capacités attestées par le diplôme
Capacités professionnelles
communes au champ
Productions végétales - agroéquipement
C 5- Identifier les éléments de contexte de l’activité
C 5.1- Situer l’activité dans l’environnement professionnel et socio-économique.
C 5.2- Situer la production dans l’organisation globale de l’entreprise.
C 5.3- Présenter la réglementation générale relative au travail et à l’activité.
C 6- Présenter les composantes et le fonctionnement d’un processus
de production dans une perspective de durabilité
C 6.1- Présenter les principales caractéristiques agronomiques liées au processus de production.
C 6.2- Expliquer les principales étapes du processus de production.
C 6.3- Présenter les matériels et équipements utilisés dans le processus de production.
C 6.4- Présenter les principales données techniques et économiques d’une production.
C 6.5- Identifier des pratiques professionnelles cohérentes avec une perspective de durabilité.
C 7- Organiser son travail dans une perspective de sécurité
C 7.1- Identifier le travail à réaliser à partir des consignes reçues.
C 7.2- Identifier les principaux risques, règles de sécurité et mesures de prévention liés au travail et à l’utilisation de matériels
et équipements agricoles.
C 7.3- Organiser les activités en fonction des objectifs et des contraintes.
C 7.4- Réaliser les enregistrements liés aux activités.
C 7.5- Rendre compte du travail réalisé.
16
Liste des capacités attestées par le diplôme
Capacités professionnelles
spécifiques au BEPA Travaux horticoles
C 8- Identifier les végétaux utilisés en production horticole
C 9- Réaliser les travaux de conduite du processus de production horticole dans
le respect de l’environnement, des consignes et de la sécurité
C 9.1- Identifier les objectifs et le contexte d’une culture.
C 9.2- Réaliser les travaux de conduite d’une culture : mise en place, suivi et entretien.
C 9.3- Réaliser les travaux de récolte et de conditionnement jusqu’à la première mise en marché.
C 10- Utiliser les matériels et équipements dans le respect de l’environnement,
des consignes et de la sécurité
C 10.1- Utiliser les matériels et équipements horticoles.
C 10.2- Réaliser des opérations de maintenance conditionnelle des matériels et équipements.
17
18
Modalité
d’évaluation
Le diplôme du BEPA est délivré au vu des résultats obtenus à
L’exposé et les questions posées permettent de vérifier que
trois épreuves, E1, E2 et E3, si la moyenne des notes coeffi-
le candidat
cientées obtenue est supérieure ou égale à 10 sur 20. Les
l’activité, argumente et explique les choix techniques faits par
notes attribuées à chaque épreuve sont en points entiers.
le responsable et leurs modalités de mise en œuvre.
Les notes supérieures ou égales à 10 sur 20 obtenues aux
épreuves sont valables cinq ans à compter de leur date d’obtention. Les notes supérieures ou égales à 10 sur 20 obtenues
aux évaluations constitutives des épreuves certificatives en
cours de formation sont conservées pendant la durée du cursus
préparant à la spécialité du baccalauréat professionnel visé.
Les épreuves du BEPA prennent la forme soit de contrôles en
a acquis une vue d’ensemble de la conduite de
L’évaluation est conduite par un jury composé d’un enseignant
de techniques professionnelles de la spécialité, d’un enseignant
de sciences économiques et de gestion et d’un professionnel,
à l’aide d’une grille d’évaluation critériée. En cas d’indisponibilité de l’examinateur professionnel, un examinateur enseignant
de techniques professionnelles doit être convoqué.
cours de formation (CCF) pour les candidats scolarisés (for-
L’épreuve certificative en cours de formation est organisée
mation
avant la fin du mois de mars de la classe de première de bac-
initiale
scolaire
et
apprentissage
habilité),
soit
d'épreuves terminales pour les candidats hors CCF.
calauréat professionnel. Le jury est externe à l’établissement
de formation et se déplace sur le lieu de l’épreuve sur convo-
Définition de l’épreuve E1
L’épreuve E1 est commune à toutes les spécialités du BEPA.
Elle permet de vérifier les capacités C1, C2 et C3 du référentiel de certification. Elle est de coefficient 3.
L’épreuve ponctuelle terminale est écrite d’une durée de 2
heures 30. Elle comporte un sujet composé de 2 ou 3 parties.
La correction est réalisée à partir d’une grille d’évaluation critériée par un enseignant de français ou d'histoire-géographie
ou de sciences économiques et d'un enseignant de mathématiques ou de physique-chimie ou de biologie.
L’épreuve certificative en cours de formation est composée de
trois situations d’évaluation permettant chacune de vérifier l’atteinte d’une capacité. L’évaluation est réalisée par les enseignants concernés par la formation permettant l’atteinte des
capacités évaluées.
Chaque situation d’évaluation est mise en œuvre en classe
de seconde. Elle est de coefficient 1.
cation de l’autorité académique.
Le cadrage des modalités de mise en œuvre de l’épreuve E2
est précisé par note de service.
L’épreuve a une durée de 20 minutes. Elle se compose d’un
exposé du candidat d’une durée de 5 minutes et d’un entretien
avec le jury d’une durée de 15 minutes.
L’épreuve ponctuelle terminale a une durée de 30 minutes. Elle
se compose d’un exposé du candidat d’une durée de 5 à10 minutes et d’un entretien avec le jury d’une durée de 20 minutes.
Définition de l’épreuve E3
L’épreuve E3 est spécifique de chaque spécialité du BEPA.
Elle permet de vérifier les capacités C7 à C10 du référentiel de
certification. Elle est de coefficient 4.
L’épreuve ponctuelle terminale est une épreuve pratique.
Sa durée varie de 1 heure 30 à 2 heures selon la spécialité.
Le cadrage des situations d’évaluation constituant l’épreuve
L’évaluation est conduite par un jury composé d’un enseignant
E1 est précisé par note de service.
de techniques professionnelles de la spécialité et par un professionnel, à l’aide d’une grille d’évaluation critériée.
Définition de l’épreuve E2
L’épreuve certificative en cours de formation est composée de 2 ou
3 situations d’évaluation indépendantes correspondant à la mise en
L’épreuve E2 est spécifique de chaque spécialité du BEPA.
œuvre de pratiques professionnelles. L’évaluation est réalisée par
Elle permet de vérifier les capacités C5 et C6 du référentiel
un enseignant de techniques professionnelles de la spécialité à
de certification. Elle est de coefficient 3.
l’aide d’une grille d’évaluation critériée, un professionnel est asso-
L’épreuve ponctuelle terminale et l’épreuve certificative en
cours de formation ont la même définition.
Il s’agit d’une épreuve orale réalisée à partir d’un recueil élaboré par
le candidat de 5 à 7 fiches descriptives d’activités liées aux situations
cié à l’évaluation, cependant l’absence du professionnel ne peut
être opposable à la validation de l’épreuve. En cas d’indisponibilité de l’examinateur professionnel, un examinateur enseignant
de techniques professionnelles doit être convoqué.
professionnelles significatives (SPS) du référentiel professionnel,
Une situation d’évaluation est mise en œuvre en classe de se-
appartenant à plusieurs champs de compétences. Une première
conde. L’autre ou les 2 autres sont organisées avant la fin du mois
fiche présente les éléments de contexte des activités, les autres
d’avril de la classe de première de baccalauréat professionnel.
fiches recensent des données et informations relatives à la mise en
Le cadrage et le nombre des situations d’évaluation consti-
œuvre de l’activité et caractéristiques de la conduite du processus.
tuant l’épreuve E3 est précisé par note de service.
19
20
Siglier
BEPA
Brevet d’études professionnelles agricoles
CCF
Contrôle en cours de formation
ETA
Entreprise de travaux agricoles
FDA
Fiche descriptive d’activité
ROME
Répertoire opérationnel des métiers et des emplois
SPS
Situation professionnelle significative
UTA
Unité de travail annuel
21
Ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche
Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche
Sous-direction des politiques de formation et d’éducation
Bureau des diplômes de l’enseignement technique
1 ter avenue de Lowendal - 75700 Paris 07SP
Juillet 2009
22