georges andy rené, un escroc sur facebook

Commentaires

Transcription

georges andy rené, un escroc sur facebook
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Haiti 20 gdes/ USA $1.50/ France 2 euros/ Canada $2.00
HAÏTI LIBERTÉ
JUSTICE • VÉRITÉ • INDÉPENDANCE
1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210
Tel: 718-421-0162
Email: [email protected]
Web: www.haitiliberte.com
NOMINATIONS DANS
L’ADMINISTRATION PUBLIQUE !
Eske akò 5 fevriye a
egziste ankò ?
Page 6
English
Page 9
L’assassinat de
Robert Anglade à
St Louis du Sud
:un coup dur pour
le tourisme local
Page 8
Voir page 4
De gauche à droite l’ex Directeur Général de la PNH, Godson Orélus, le nouveau Directeur Général de la PNH,
Michel-Ange Gédéon et l’inspecteur général en chef de la PNH, Ralph Stanley Brice
GEORGES ANDY RENÉ, UN ESCROC
SUR FACEBOOK !
Voir page 4
Son pseudonyme est Armand René. Il utilise ses photos prises, soit avec Martelly, soit avec Lamothe et Bill Clinton, pour se présenter
aux dames qui, elles-mêmes par naïveté se sont laissées tromper par le charme, l’audace et la ruse du bandit légal
Entretien de
José Mujica
avec Christophe
Ventura !
Page 10
Brésil : le
processus de
destitution de
Dilma Rousseff a
commencé
Page 17
Editorial
HAITI
Nouveau compte à rebours : des manœuvres en
tout genre !
Par Berthony Dupont
N
otre pays devient le théâtre permanent de toutes sortes de
contradictions, de discordes et de luttes intestines, depuis
qu’une situation de plus en plus incertaine se détériore dangereusement au fil du temps. Haïti reste une plaque tournante
et un enjeu d’intérêts divers ; mais individuels aux dirigeants
de la classe politique. C’est une marmite qui bout sous le feu
de la démagogie, de la confusion, de la mauvaise foi et qui
peut à tout moment exploser. Cela reste toujours vrai d’autant
que les pièces du puzzle politique dramatiquement complexe
se réarrangent au rythme des refrains habituels de prétendus
changements et promesses dont on nous assomme à chaque
nouvelle crise; sauf que cette fois, décidément le contexte est
quelque peu inhabituel.
Voilà pourquoi le spectre de la déstabilisation continue à
se profiler à l’horizon du pays pour favoriser l’opportunisme
et la démagogie. En effet, la stratégie du gouvernement provisoire de Jocelerme Privert et du Premier ministre Énex JeanCharles, est non seulement cousue de fil blanc, mais elle cache
des desseins inavoués. Le président ne cesse de claironner que
la commission de vérification est indispensable et incontournable ; mais il a pris le soin de souligner que c’est « pour faire
la lumière sur les élections de 2015 mettant en second tour
les candidats à la présidence Jovenel Moïse de PHTK et Jude
Célestin de Lapeh ». Le Premier ministre pour sa part a tout
bonnement déclaré : « Nous sommes ouverts à une certaine
forme de vérification qui soit le plus proche possible de l’accord du 6 février » Ces deux positions tout à fait ambigües ne
peuvent être qu’annonciatrices d’un piège bel et bien tendu
par l’impérialisme et ses alliés locaux contre le peuple.
Il est évident qu’il y a un complot ourdi contre les aspirations et les intérêts du peuple. Ceci ne fait guère de doute,
puisque le peuple lui ne jure que par la vérification totale, nette
et propre sur l’ensemble des élections de 2015, qu’elles soient
du 9 Aout ou du 25 octobre 2015. Alors que le peuple attend
qu’on clarifie les faux députés et sénateurs qui siègent au Parlement, voilà que le nouveau CEP de Privert vient de publier les
résultats définitifs pour 69 cartels municipaux élus aux élections du 25 octobre 2015. Sommes-nous en face des grandes
manœuvres de l’Occident et des forces réactionnaires ? Qui
pis est, quelques heures avant la publication de ces résultats,
Privert exhortait le CEP à élaborer un calendrier électoral et
un budget pour le reste des élections qui concernent le second
tour de la présidentielle, des élections législatives partielles et
des élections locales. Privert et Jean-Charles semblent vouloir apaiser les uns et rassurer les autres pour désamorcer un
conflit réel ou potentiel de façon à convaincre les forces impériales de leur donner un peu plus de temps au pouvoir.
Dans ces conditions, la nouvelle manœuvre de Privert est
destinée à détourner l’attention populaire du monumental gâchis du pouvoir précédent dont il est également responsable.
En effet, il a été président de la commission Finances à la
chambre Haute avec pour mission de veiller à la bonne marche
du gouvernement. Mais quelle a été la position de Privert pendant tout le mandat de Martelly ? Celle d’un sénateur collabo,
inexistant au service de la Nation. Il a lui-même publiquement
annoncé que Martelly est son ami personnel. Quel patriote
conséquent, sérieux, décent, prendrait la chance de s’identifier
de la sorte avec Martelly, s’il n’était pas du même acabit que
lui ?
L’histoire nous apprend que les crises font avancer les sociétés. Parmi les drames, les déchirements, l’essentiel est que
ces crises débouchent sur des solutions qui, non seulement ne
ramèneraient pas la société en arrière, mais l’impulseraient
vers l’avant. Toute évolution sociale, même la plus négative
produit son contraire, en l’occurrence du positif. Sauf en Haïti
où les crises ne sont toujours que pour nous faire reculer, nous
précipiter le plus rapidement possible vers l’abîme.
Considérons maintenant la position du sénateur contesté
de l’Artibonite en Action, Youri Latortue, de la Commission
Ethique et Anti-Corruption du Sénat. Quel beau nom de Commission ! Pourtant l’objectif visé du sénateur n’est pas réellement de faire la lumière sur la gestion du fond PetroCaribe
comme il l’a laissé comprendre ; mais pour faire équilibre à
l’Audit que réclame la population sur les exactions de l’ancien
régime. Déjà, il annonce les couleurs en invitant certains anciens Premiers ministres et rappelle au commissaire du gouvernement Jean Danton Léger « à prendre la loi pour boussole
dans les poursuites qu’il a déclenchées »
Des manœuvres à n’en plus finir, alors que le G-8 dans
une lettre-réponse au Secrétaire Général de la Présidence signale « ne pas pouvoir participer à cette rencontre de plus
pour ne pas donner corps à la perception de ceux qui voient
dans la multiplication de ces rencontres une manœuvre dilatoire ou la tentation d’utiliser la Commission comme un outil
de chantage ». On se rend bien compte de l’état d’esprit et de
l’orientation défaitiste de Pitit Desalin, LAPEH et MAS du G8
qui ont bel et bien répondu à l’invitation de Privert, à l’instar
de Fanmi Lavalas.
A ce compte, aucun secteur politique n’est annonciateur
d’espoir pour l’avenir du pays ; un pays occupé, gravement
affecté dans sa souveraineté et dans son indépendance. Il ne
nous reste qu’une seule chance à prendre pour combattre ces
manœuvriers à toute épreuve: l’organisation du mouvement
populaire en toute indépendance politique, impliquant l’idée
d’une séparation d’avec les dirigeants de droite et de fausse
gauche. Elle seule peut conjurer le grand danger qui nous menace !
Bulletin d'Abonnement
Prénom: ______________________
Adresse: ______________________
Ville: _________________________
Etat/Pays: ____________________
Zip Code/Code Postal: ___________
Tél: __________________________
E-mail:
2
_______________________
Haiti Liberté/Haitian Times
Modalités de paiement
Etats-Unis
Première Classe
$100 pour un an
$50 pour six mois
Montant : $ ___________
Chèque
1583 Albany Ave
Brooklyn, NY 11210
Tel:718-421-0162
Fax:718-421-3471
3, 2ème Impasse Lavaud
Port-au-Prince, Haiti
Email :
[email protected]
Website :
www.haitiliberte.com
DIRECTEUR
Berthony Dupont
EDITEUR
Dr. Frantz Latour
RÉDACTION
Berthony Dupont
Wiener Kerns Fleurimond
Kim Ives
Fanfan Latour
Guy Roumer
CORRESPONDANTS
EN HAITI
Daniel Tercier
Bissainthe Anneseau
COLLABORATEURS
Marie-Célie Agnant
J. Fatal Piard
Catherine Charlemagne
Pierre L. Florestal
Yves Camille
Jacques Elie Leblanc
Roger Leduc
Joël Léon
Claudel C. Loiseau
Anthony Mompérousse
Dr. Antoine Fritz Pierre
Jackson Rateau
Eddy Toussaint
Ray Laforest
Edmond Bertin
ADMINISTRATION
Marie Laurette Numa
Didier Leblanc
DISTRIBUTION: CANADA
Pierre Jeudy
(514)727-6996
DISTRIBUTION: MIAMI
Pierre Baptiste
(786) 262-4457
COMPOSITION ET ARTS
GRAPHIQUES
Mevlana Media Solutions Inc.
647-499-6008
[email protected]
WEBMASTER
Frantz Merise
frantzmerise.com
Tarifs d’abonnements
A remplir et à retourner à Haiti Liberté 1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210
Tel : 718-421-0162, Fax 718-421-3471
Nom: _________________________
LIBERTÉ
Mandat bancaire
Carte de crédit
Numéro : ________________________
Date d’expiration : ________ /_______
Canada
$125 pour un an
$65 pour six mois
Europe
Amerique
Centrale,
Amerique du
Sud et Caraïbes
$140 pour un an
$80 pour six mois
$150 pour un an
$80 pour six mois
Afrique
$150 pour un an
$85 pour six mois
Code de sécurité : _________________
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
A Travers Haiti
Haïti, chronique d’une crise électorale (99) Un plan d’action pour
Le CEP de l’ère Privert !
relancer le processus électoral
Par Catherine Charlemagne
Ç
a y est, c’est reparti ! Haïti dispose
d’un nouveau Conseil Electoral
Provisoire (CEP). Un nouveau pas
franchi dans l’Accord du 6 février
2016. Mais pas sûr que ce soit dans
la résolution de la crise électorale qui
court sur près de quatre années. Jamais
cette institution n’a été si attendue
par l’ensemble des acteurs qui ont
conduit le pays au bord de l’explosion
politique et sociale. Depuis la décision
de la Communauté internationale, par
le biais du Core Group, de suspendre le
processus électoral le 22 janvier 2016
afin d’éviter le pire au pays, tout le
monde attendait la suite. Maintenant,
c’est fait. En application de l’accord signé entre le pouvoir exécutif et législatif
en ignorant royalement le pouvoir judiciaire, une liste composée de neuf (9)
personnalités, pour la plupart connues
du pays, a été publiée par la présidence
de la République annonçant la reprise
du processus électoral.
Selon le décret présidentiel,
ce nouveau CEP a été constitué pour
poursuivre les opérations électorales
là où elles s’étaient arrêtées, c’est-àdire réaliser le second tour entre les
deux candidats arrivant en tête lors
des joutes du 25 octobre 2015. Problème, ces deux postulants ne sont
autres que Jude Célestin de LAPEH et
Jovenel Moïse du PHTK, le parti de
l’ancien Président Michel Martelly. Or,
si le pays est encore à la recherche d’un
nouveau Président de la République élu
pour succéder à Michel Martelly, c’est à
cause de la présence de Jovenel Moïse
arrivé en première position selon l’ancien Conseil Electoral Provisoire dirigé
par un certain Pierre-Louis Opont. D’où
la persistance des acteurs à réclamer la
formation d’une Commission de vérification électorale en vue de dire, selon
eux, la vérité sur ce qui s’est passé lors
des scrutins du 25 octobre 2015, voire
du 9 août de la même année pour certains. On sait que si jusqu’à maintenant
cette affaire d’élections reste suspendue
comme une épée de Damoclès sur le
pays risquant même de le plonger dans
une occupation effective des Etats Unis
d’Amérique, c’est la présence du candidat du PHTK qui pose problème.
L’objectif de toute l’ex-opposition est de chasser du processus électoral Jovenel Moïse pour que, selon elle,
les choses redeviennent à la normale.
En réalité, tout le monde sait que le
véritable problème n’était point l’organisme électoral lui-même. L’opposition
s’est servie de quelques individus malintentionnés au sein de l’institution
pour mener à bien l’œuvre politique
qu’elle entendait conduire contre le
pouvoir d’alors. En vérité si Jovenel
Moïse était classé en quatrième ou cinquième position, tout se serait bien passé. Voilà pour le petit rappel. Après trois
mois de pause électorale, on reprend les
mêmes acteurs et l’on recommence. A
une différence près, le pouvoir issu de
l’Accord du 6 février a fait table rase
du CEP décrié en reconstituant un nouvel organisme avec des personnalités,
semble-t-il, au-dessus de tout soupçon.
Sauf que l’on a déjà entendu cette belle
phrase à chaque constitution d’un nouveau Conseil Electoral Provisoire.
Et, sans vouloir jouer l’oiseau de
mauvais augure, l’on craint que cette
épithète ne serve une nouvelle fois à
rien tant la bataille pour la sélection de
ces 9 personnalités a été rude. Parmi
les 9 membres du nouveau CEP, une
seule personne, en effet n’a été contestée par le secteur d’où elle est issue.
S’agissant de maitre Carlos Hercule,
désigné par l’église catholique. Sinon,
tous les autres ont fait l’objet de contestation au sein de leur propre secteur.
C’est un mauvais présage pour l’avenir
de ce CEP qui, pour nous, devrait être
le dernier Conseil Electoral Provisoire
Les neuf nouveaux membres du Conseil électoral Provisoire
d’Haïti. En effet, que ce Conseil réussisse son pari d’organiser des élections
crédibles et inclusives afin de doter le
pays d’un chef d’Etat démocratiquement élu et sans contestation, ce que
nous doutons fort vu le contexte, c’est
qu’il restera comme celui qui a réussi là
où tous les autres ont échoué. De fait,
certains membres resteront en place
pour la composition du CEP permanent
en guise de récompense.
Qu’il échoue une énième fois,
ce qui est très probable puisque les
conditions de sa réussite ne sont pas
remplies, il n’y aura plus de CEP provisoire de ce genre jusqu’à ce que les
dirigeants trouvent la meilleure formule
pour organiser des élections dans ce
pays. A condition, bien entendu, que la
Communauté internationale les laisse
aux commandes, ce dont nous avons
de sérieux doute. D’une manière ou
d’une autre, ce qu’on va bientôt appeler le « CEP de Berlanger » rentrera dans
l’histoire comme le dernier CEP provisoire de la République. Sauf si le prochain est placé directement sous la supervision d’un étranger. Ce qui est une
probabilité. Contestés par leurs propres
secteurs, les membres du CEP démarrent avec un handicap certain. Puisque
dans la polémique et les contestations
qui ne tarderont pas à venir de la part
des politiques dès les premières décisions qui seront prises, la fronde
sera amplifiée par ceux-la mêmes qui
devraient servir de bouclier humain
pour les protéger.
L’équipe conduite par Léopold
Berlanger, PDG de radio Vision 2000,
proposé par le secteur presse, ne tardera pas à faire les frais d’une conjoncture politique mangeuse d’hommes
et de femmes avant même de poser les
jalons de sa nouvelle vision électorale
pour sortir le pays du piège dans lequel
il s’est enfermé. Quels sont ces secteurs qui désignent leurs représentants
pour la reconstitution d’un organisme
public qui, pratiquement en trente années, n’a réalisé qu’une seule élection
non contestée, celle de1990 ? Scrutin
au cours duquel le prête Jean-Bertrand
Aristide s’était distingué en se faisant
élire démocratiquement Président de la
République. Bizarrement, ce sont toujours les mêmes secteurs qui proposent
leurs représentants à l’exécutif qui, lui,
les désigne pour la formation du CEP.
Pourtant, malgré cette pérennité dans
le processus de nomination des membres au sein de cet organisme d’Etat,
le résultat est toujours très discutable.
Plus le pouvoir exécutif persiste sous
prétexte de cohésion nationale à intégrer ces différents secteurs dans la
désignation des personnalités devant
devenir des juges électoraux, plus on
s’enfonce dans une sorte de commerce
d’influence où tout le monde cherche à
imposer un petit copain ou copine en
vue de lui faire faire un peu d’argent.
Surtout que ces dernières années, le salaire d’un Conseiller électoral explose. Il devient très intéressant
s’élevant à hauteur de deux cent quarante mille gourdes (240.000) mensuel.
Sans compter les divers frais accompagnant ce salaire mirobolant pour
un pays où le salaire minimum journalier s’élève à peine à 250 gourdes.
Voiture, chauffeur, gardes de sécurité,
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Milo Milfort/Haiti Liberté
Les membres du nouveau CEP lors de leur première conférence de
presse à Pétion-Ville
Par Milo Milfort
Parmi les 9 membres du nouveau
CEP, une seule personne, en effet
n’a été contestée par le secteur
d’où elle est issue. S’agissant de
maitre Carlos Hercule, désigné par
l’église catholique
téléphone, secrétariat, etc. demeurent
des avantages non négligeables pour
un Conseiller électoral. On comprend
aisément qu’un syndicaliste qui gagne
péniblement entre 20 à 30 mille gourdes
par mois voit tout d’un coup qu’une opportunité s’ouvre à lui avec espoir de
gagner près de 250.000 gourdes chaque mois et l’influence politique qui
va avec lui permettant de faire du trafic
d’influence auprès des politiciens sans
vergogne et des candidats capables de
lui quadrupler cette somme juste pour le
favoriser par rapport à son ou ses concurrents moins fortunés.
Les diverses polémiques et les
scandales étalés sur la place publique
et dans les médias auxquels le pays a
assisté ces derniers temps découlent de
ces avantages quand on est membre
du Collège électoral haïtien. Ils sont 9
secteurs. Allant des plus influents et
sérieux au plus insignifiants et moins
influents. Pour le CEP de l’ère Jocelerme
Privert, le choix a été très laborieux.
Non pas pour la présidence qui n’avait
qu’à choisir une des deux personnalités
sur une liste ou de nommer la personne
désignée par sa chapelle. Cette édition
suite à la page(14)
Le nouveau Conseil Electoral
Provisoire (CEP) constitué fin mars
dernier, a présenté le mardi 5 avril
2016, un plan d’action comportant
quatre volets en vue de relancer dans
de « bonnes conditions et dans les
meilleurs délais », le processus électoral haïtien interrompu en 2015.
L’Evaluation de ce qui reste au
CEP, engager des réflexions avec les
acteurs concernés (notamment l’exécutif, législatif et la société civile), travailler avec l’exécutif et la communauté internationale en vue de renforcer
l’institution électorale et la réouverture
du dossier des élections municipales
afin de parvenir à la publication des
résultats des municipalités non contestées, tels sont les quatre volets du
plan annoncé par le président du CEP
Léopold Berlanger lors de sa première
conférence de presse. « Nous avons
l’obligation de trouver ce qui a bloqué
la machine électorale, les motifs qui
l’ont engendré et les moyens de les
résoudre », a-t-il souligné, insistant
sur le fait que réaliser des élections
crédibles qui ne provoquent pas de
crise reste un grand défi pour le pays.
Selon M. Berlanger ces démarches aideront à trouver un consensus permettant d’aboutir à un processus électoral
réussi. « Le processus électoral exige
plus de transparence et de rigueur »,
termine-t-il.
Les élections entamées en 2015
n’ont pas pu aboutir en raison d’une
crise politique suscitée par les résultats
des présidentielles qui ont placé le candidat du pouvoir (Tèt Kale) de l’époque
Jovenel Moise en deuxième tour avec
Jude Célestin du parti politique LAPEH.
Haïti sollicite 193.8 millions de dollars
pour répondre aux besoins de 1.3
millions de personnes vulnérables
Par Milo Milfort
L
e gouvernement haïtien et le bureau des affaires humanitaires en
Haïti (OCHA) ont lancé le jeudi 6 avril
2016, un appel de fonds de 193.8 millions de dollars américains en vue de
tenter de répondre aux besoins critiques
de 1.3 millions d’Haïtiens vulnérables,
dans un contexte mondial marqué par
de grandes crises humanitaires où le
financement de l’aide internationale
consacrée à ce pays de la Caraïbe risque
de diminuer.
« La situation critique des
milliers de familles touchées par ces
multiples problèmes et particulièrement par l’insécurité alimentaire
exige une réponse rapide et efficace
pour éviter une aggravation de la
situation humanitaire au moment où
nous sommes en train de jeter les bases pour un développement durable du
pays », a expliqué le ministre haïtien
de la planification et de la coopération externe (MPECE), Aviol Fleurant.
suite à la page(15)
Christine M. Mosse
MD
Director: Florence Comeau
Interlink Translation
Services
* Translations * Interpreters
* Immigration Services
* Resumé * Fax Send & Receive
* Much more.
English • French • Kreyòl • Spanish
Internal Medicine
Board Certified
2336 Second Avenue (at 120th Stree)
New York, NY 10035
Tel: 718-363-1585
Office hours by appointment
899 Franklin Avenue,
Brooklyn, NY 11225
212.987.5200
Haiti Liberté/Haitian Times
3
Georges Andy René, un escroc
sur Facebook !
Nominations dans
l’administration publique !
Par Yves Pierre-Louis
D
Georges Andy René alias Armand
René
Par Thomas Péralte
1ère partie
L
’avocat Georges Andy René un ancien cadre du régime Martelly-Lamothe est dénoncé par deux de ses victimes. Il s’agit de D.N. habitant dans le
Texas et M.D de Brooklyn, New-York.
Pour des raisons de sécurité, le journal
n’a pas voulu la pleine identité de ces
deux femmes haïtiennes.
C’est le premier ministre, Laurent
Salvador Lamothe, et le ministre du commerce et de l’industrie, Wilson Laleau,
qui avaient installé, le mardi 21 août
2012, Georges Andy René au poste de
directeur général du Centre de Facilitation des Investissements (Cfi) où il a passé 11 mois avant d’être remercié au mois
de février 2014. Sans doute, juste après
que des employés du centre de facilitation
des investissements étaient venus sur les
ondes de Vision 2000 pour mettre à nu
ses pratiques mesquines dans la boite.
« Il procéda à des révocations arbitraires
et il engageait d’autres personnes
comme des consultants avec des salaires
mirobolants pour 3 mois ; alors qu›elles
ne se sont présentées que quelques jours
au bureau. On l’accuse également que
des entreprises proches de lui ont envoyé des factures pour des millions de
gourdes, alors qu’elles n’avaient fourni
aucun service à l’administration »
Sur Facebook il a l’habitude d’inviter particulièrement des femmes à nouer
des relations amicales avec lui. Son pseudonyme est Armand René. Il utilise ses
photos prises, soit avec Martelly, soit
avec Lamothe et Bill Clinton, pour se
présenter aux dames qui, elles-mêmes
par naïveté se sont laissées tromper par
le charme, l’audace, la ruse et la beauté du bandit légal, ce vagabond habillé,
ont-elles déclaré avec indignation et
amertume. Pour visiter son site Facebook
faites : www.facebook.com/armand.rene.754?fref=pb&hc_location=friends_
tab&pnref=friends.all
En fait, il n’y a pas grande différence entre les actes posés par Sonson
Lafamilia et ses gangs, Brandt et son
réseau de kidnappeurs ainsi le nommé
Georges Andy René alias Armand René.
Sur Facebook il est passé maitre dans
l’art de dépouiller des femmes de leur
argent sous prétexte d’établir une relation
amoureuse allant jusqu’à leur promettre
mariage. En fait ce n’est pas la première
fois que cet homme a été dénoncé.
L’individu Georges Andy René est
l’époux de Pascale Elie René ; mais il a
déclaré à quelques unes de ses victimes
sur Facebook, qu’il est un divorcé et qu’il
ne vit qu’avec son garçon de 5 ans ;
alors qu’à d’autres il a dit que le garçon
est âgé de 9 ans. « Malheureusement,
j’étais tombée amoureuse, pour son
charme, son influence. Juste deux jours
après notre conversation, il m’a dit qu’il
avait un problème sérieux et je devrais
lui prêter $1000,00 ; et qu’il me rembourserait le double de cette somme,
quand on lui aurait versé sa paie » nous
a déclaré D.N.
Nous avions trouvé important de
publier cet article afin d’éviter à d’autres
femmes quelles qu’elles soient qu’elles
ne tombent plus dans de pareils pièges,
et afin qu’elles découvrent la mentalité
réelle, le vrai visage de ces mercenaires
qui ont été à la tête du régime précédent.
Comme le nouveau commissaire
du Gouvernement Me Jean Danton Léger
a eu la sagesse politique de mettre une
interdiction de départ sur quelques individus de l’ancien régime et a même de-
4
Une Photo privée de Georges Andy
René
Un reçu de transfert Western Union
fait au nom de Junior Vertilus
Michel Martelly et Georges Andy René alias Armand René
eux mois après l’arrivée du président provisoire, Jocelerme Privert à
la première magistrature du pays, des
changements commencent à s’opérer
dans l’administration publique haïtienne. Au Parquet de Port-Au-Prince, un
nouveau commissaire du gouvernement
près le Tribunal de Première instance,
Me Danton Leger commence à défrayer
la chronique. A la tête de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Michel-Ange Gédéon
est installé vendredi soir comme directeur
général ai. Il remplace à ce poste l’ex-directeur rose, Godson Orélus. Durant le
week-end écoulé, on a remarqué des patrouilles policières un peu partout à travers
les rues de la capitale.
Michel-Ange Gédéon issu de la 8e
promotion de la PNH était responsable de
plusieurs commissariats et de la Direction Centrale de la Police Administrative
(DCPA) avant d’être nommé directeur
général de la PNH.
Par Arrêté présidentiel en date du
11 avril 2016, publié dans le Journal Officiel, Le Moniteur au no 68, des citoyens
viennent d’être nommés dans des postes
de l’administration provisoire de monsieur
Privert. Il s’agit de: Antoine Atouriste,
ex-colonel des ex-Forces Armées d’Haïti,
ancien directeur de l’Unité de Lutte Contre la Corruption sous le régime tètkale de
Martelly nommé ministre de la Défense.
Paul Harry Voltaire, ancien directeur
des Collectivités territoriales est nommé
Secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales au ministère de l’Intérieur. Garry
Joseph Mazil est nommé directeur général
ai au ministère de la Culture et de la communication. Abel Metellus, ancien directeur du
budget est nommé directeur général au
ministère de l’Economie et des Finances.
Ronald Saint-Jean, ancien syndicaliste,
consultant à la station de radio-télé Caribes, est nommé directeur général des
Presses Nationales. Magaly Béatrix Camilien Bien-Aimé est nommée directrice
générale au ministère de la Planification et
de la Coopération externe. Lemeque Pierre
est à nouveau devenu directeur général
de l’Office National de l’Aviation Civile
(OFNAC). Luc Eucher Joseph est nommé
directeur général de l’Autorité Aéroportuaire Nationale (AAN), appelé également
Aéroport International Toussaint Louverture. Il était un ancien inspecteur général
de la Police Nationale d’Haïti et Secrétaire
d’Etat à la Sécurité publique sous l’administration de René Préval.
Lionel Constant Bourgouin est
nommé directeur général de l’Unité de
Lutte Contre la Corruption (ULCC). Roland
Pierre est nommé directeur général du
Centre National d’Equipements (CNE). Arnoux Severin devient directeur général au
ministère de l’Agriculture, des Ressources
Naturelles et du Développement Rural.
Gabriel Timothé est de retour comme directeur général au ministère de la Santé Publique et de la Population. André Lemercier
Georges, ancien ministre de l’Economie et
des Finances du gouvernement de Garry
Conille (2011-2012) est nommé directeur
de Cabinet du Premier ministre, Enex Jean
Charles et Marides Menager Alexandre est
nommé Secrétaire générale à la Primature.
Dans la foulée, le président Privert
a fait savoir, lors d’une conférence de presse au Palais national ce lundi 11 avril que
ces changements ont été effectués juste
pour faciliter une administration stable,
capable de fournir les services nécessaires
à la population.
Il faut souligner que d’autres directions importantes ne sont pas encore
touchées par le processus de changement.
Parmi lesquelles on peut citer : la Direction
Générale des Impôts (DGI), l’Administration Générale des Douanes (AGD), Office
National Assurance-Vieillesse (ONA),
Office d’Assurance des Véhicules contre
Tiers (OAVCT), Autorité Portuaire Nationale (APN), Direction de l’Immigration et
de l’Emigration, Electricité d’Etat d’Haïti
(EDH). La population attend également le
changement à la tête des mairies où il y a
des agents intérimaires qui y sont installés
depuis l’arrivée de Michel Martelly au Palais national, en mai 2011.
Depuis la chute de la dictature des
Duvalier, Haïti n’a jamais connu une administration aussi corrompue que celle de
monsieur Martelly. Des fonds destinés à
améliorer les conditions de vie de la population haïtienne, comme ceux de CIRH,
de Petro Caribe, de l’Education étaient
détournés pour enrichir les grands mangeurs du pouvoir tètkale. Le peuple haïtien
doit continuer à se mobiliser pour exiger
la reddition des comptes. Dans cette perspective, on revendique déjà une commission d’enquête indépendante d’audit sur la
gestion catastrophique du pouvoir tètkale.
Et d’ailleurs, le ministre de l’Economie et
des Finances de l’ancien régime tètkale,
qui manipulait des fonds publics au détriment de la population, Wilson Laleau est
interdit de quitter le pays. La nouvelle administration de monsieur Jocelerme Privert
va-t-elle faire la différence en matière de
corruption et de service ? Attendons voir !
Georges Andy René alias Armand René et Laurent Lamothe
mandé la comparution de quelques uns
d’entre eux comme le nommé Roro Nelson, Georges Andy René ne devrait pas
être en paix chez lui après toutes ses malversations au niveau du Centre de Facilitation des Investissements. Ne doit-on
pas tenir compte de ce nouveau dossier
quand il se sert des réseaux sociaux pour
soutirer de l’argent ? Qui sait après DN et
MD combien d’autres femmes seront victimes de ce sociopathe et préféreront rester dans le silence ? Et combien d’autres
encore sont sur sa liste ?
La société ne doit-elle pas se révolter contre cet énergumène qui ne fait
pas honneur à la gent masculine. Le
cynique a même utilisé son poste dans
l’administration de l’Etat haïtien pour
manipuler des femmes, et ne faire que
du chantage; ainsi, pour se vanter, il écrit
dans un message daté du 17 mars 2016
à 10h 17, à une femme qui s’était faite
duper : 3/17/16, 10:17 AM - Amand
René: OK Mon amour je vais donner
une conférence de presse et ensuite je
t’appellerai toute suite » Et ce sont ces
genres de messages, plus les photos qu’il
a envoyées qui ont justement donné le
vertige à ses infortunées femmes.
Voici quelques extraits des
premières conversations de Georges
Andy René alias Armand René entamées le Dimanche 13 mars 2016, exactement à 4h03PM. C’est bien au cours
de ce dialogue qu’il va s’identifier en tant
que Andy René.
Armand René: Salut
D.N : Salut
Armand René: Ça Va ?
D.N : Ça va merci et toi
Haiti Liberté/Haitian Times
Armand René: Ça Va!!
Jolies tes photos
D. N : Merci
Armand René: Tu vis en Haïti
D. N: Non Aux Etats Unis du coté de
Texas
Armand René: Okay c’est bien
Bnh tu es haïtienne ?
D.N : Oui je suis Haïtienne
Armand René: Okay moi j’ai un parent
haïtien
D.N : Ah bon ! Alors parle-moi un peu
de toi ?
Armand René: Bah moi je suis Andy
René je suis divorcé
D.N: J’ai un fils
Et toi
Tu vis ou ça ?
Armand René: En Haïti
D. N : Ok
D.N: Moi je suis Dieudonne divorcée
aussi je suis une infirmière et femme
d’affaires. Je vis avec mes 3 fils 18, 17
et 14 ans d’âge.
Armand René: Moi j’ai un fils de 5ans
D.N : Alors tu fais quoi dans la vie ?
Armand René: Je suis responsable
de relations publiques à l’ambassade
américaine en Haïti. Je travaille aussi
comme directeur de communication de
presse à la Primature haïtienne.
D.N : C’est bien alors tu as l’habitude
de voyager
Armand René: Oui j’achète aussi des
voitures depuis les États-Unis pour les
revendre en Haïti
D. N: D’ accord
Okay
Comment est le climat en Haïti
J’étais en Haïti ça fait 2 ans de cela
Armand René: Ah okay je comprends
Bnh je dirai qu’il fait chaud
Comme d’habitude
D. N: Ah bon ! Alors tu es à la recherche
de quoi ?
Armand René : Bnh je ne sais pas trop
lol
Ce qui vient vient
Et toi
D.N: Lol...Vraiment
Armand René: Oui
D. N: Moi je suis à la recherche de reconstruire ma vie avec l’homme idéal.
Armand René: Ah oui
D. N : Alors ce n’est pas ton cas ?
Armand René: Oui
D. N: Ah ! C’est bien
suite à la page(19)
AVIS JUDICIAIRE
PAR CES MOTIFS, le Tribunal après avoir délibéré au vœux de la loi, statuant à charge
d’Appel, maintient le défaut octroyé a l’audience contre le cité, accueille l’action de la dame
Darline Pierre pour être juste tant à la forme qu’au fond en droit, ordonne au sieur Wagner
Louis Jean de stopper toutes formes d’action de nature à troubler la possession de la
requérante, ce avec les conséquences de droit; l’interdit d’y mettre les pieds, condamne le
cité à vingt-cinq mille (25,000) gourdes de dommages-intérêts pour les préjudices causés, le
condamne enfin aux frais et dépens de l’instance, commet l’huissier Brisard Laurent pour la
signification du présent jugement.
Ainsi jugé et prononcé par nous, Me Laumidas ILEJUSTE, juge en audience civile, ordinaire
et publique en date du jeudi vingt et un janvier deux mille seize d’avec l’assistance du
citoyen Lucson Dupas, greffier.
Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution, aux
officiers du ministère public près les Tribunaux civils d’y tenir la main, à tous commandants
et autres officiers de la force publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront légalement
requis.
En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du juge et du greffier susdits.
Pour expédition conforme collationnée, Me Daniel Jean Julien, AV.
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Twa Fèy, Twa rasin O!
Au menu du commissaire Danton Léger:
queue de poisson boucané, à la sauce Ti malis
Par Fanfan la Tulipe
«
Singulier petit pays» avait dit Louis Joseph Janvier. Il avait raison. Son propos n’a jamais connu une seule ride au
fil des ans. Il s’est avéré une sorte de permanence, témoin historique du comportement aberrant de l’élite dirigeante haïtienne : politiciens, décideurs politiques,
gros chabrak de la flibuste économique,
législateurs, membres de l’exécutif et du
judiciaire, trafiquants de toutes sortes,
gardiens de l’ordre, intellectuels matois
et serviles, profiteurs de tous bords, tous
unis dans un même élan, tacite, implicite
ou explicite de préserver leur pouvoir, leur
influence, leurs intérêts personnels, bref,
le statu quo.
Les beaux discours, la parade, l’esbroufe, l’épate, le flafla, le bluff, et même
les fanfaronnades, ça c’est leur affaire.
Bien sûr, il y a des degrés dans ces comportements bonimenteurs ; n’empêche, il
faut toujours être sur ses gardes car, ce
monde flaflateur, ça voudrait se faire passer pour plus charmeur que rossignol. Du
«petit médecin de campagne» Duvalier,
qui se faisait passer pour un défenseur
des masses opprimées, aux transfuges
qui ont rejoint sans crier gare le monde
burlesque, grotesque, scabreux, honteux
et scandaleux de Martelly, ils sont légions.
Je suis passé par ce devire esbroufant pour en arriver au nouveau commissaire du gouvernement, Me Danton
Léger. Il aurait la réputation d’être un
homme sérieux, un qualificatif dont parfois il est nécessaire d’en casser l’écorce
avant d’en arriver à la substance même,
au nannan. Jusqu’à Michèle Bennett (qui
n’est pas de première virginité politique)
se réfère « à l’honnêteté, à la probité et
à l’honneur de Me Danton Léger, que
je n’ai jamais eu le plaisir de rencontrer,
mais qui, d’après mes renseignements,
est un homme intègre, sans parti pris,
cultivé et très professionnel, en plus qui a
été Député de Léogane et qui jouit d’une
réputation tout-à-fait respectable». Merci,
madame, ex-première dame, pour l’info.
L’opinion de Michèle Benett n’est
sûrement pas une référence. Au sujet
de Me Léger je préférerais plutôt m’en
tenir aux propos d’un Jean Monard Métellus d’une trempe morale et politique
autre que celle de la Benett. Parlant de
Monard, celui-ci dans une toute récente
intervention à son émission Intersection, recommandait à son «ami et frère»
Danton Léger d’être plus calme dans ses
déclarations intempestives par-ci par-là,
à la radio. Il lui conseillait même, entre
les lignes, et presque explicitement, de
se laisser juger par ses acta et de ne pas
foncer à coups de verba. Autrement dit,
même quand les mesures adoptées par
l’homme de la basoche étaient louables,
souhaitables, dans une perspective d’en
finir avec l’impunité endémique au pays,
il lui était recommandé d’agir avec discernement.
J’en arrive finalement au «menu du
commissaire Danton Léger». Je peux dire
sans exagérer que mèt la a fait la une ces
deux dernières semaines avec ses tonitruances médiatiques et décisions d’ordre
juridique. En effet, de gros bonnets du
carrousel politique de Martelly et des affaires «Olivier Martelly, Wilson Laleau,
Fritz Mevs, Marc Antoine Acra, entre
autres, font l’objet d’une interdiction de
départ ». Selon l’homme du jour, l’homme
fort du parquet de Port-au-Prince, les personnalités frappées d’interdiction de départ peuvent toujours «venir s’expliquer»
au parquet. Ah ! Seulement s’expliquer ?
Brrrr !
Je me sens mal à l’aise avec la
formulation «venir s’expliquer» que je
trouve plutôt floue, imprécise, douteuse,
nébuleuse, vaporeuse, sibylline, même
si je la comprends. En effet, je m’imagine mal Olivier Martelly s’amenant au
Parquet de Port-au-Prince, s’asseyant en
face de Me Léger pour lui «expliquer» :
Olivier Martelly, Wilson Laleau, Fritz Mevs, Marc Antoine Acra, les quatre anguilles sous roche de Me Danton Léger,
appelées à devenir queues de poisson boucané.
«Nous n’avons pas de fonds à notre disposition. Quand il s’agit de financement,
le ministère de la Planification gère la
construction des terrains et le ministère
à la Jeunesse et aux Sports s’occupe des
activités de camps d’été. Moi, je ne fais
que des propositions ». Alors oui, Olivier
n’est seulement qu’un propositionneur
bien intentionné, pour la bonne santé
physique de la jeunesse haïtienne. Et puis
voilà, bien expliqué, bien compris, merci
et au revoir monsieur Olivier. Non, pas si
vite mon coucou.
Tout compte fait, le Parquet devrait
d’abord s’intéresser aux lourdes activités
criminelles présumées d’Olivier Martelly, beaucoup plus importantes que ses
propositionneries aux deux ministères
susmentionnés. En effet – on se rappelle
– lors du kidnapping des deux jeunes
Moscosso, il avait été rapporté que, dans
la hiérarchie criminelle kidnappante,
Clifford Brandt aurait déclaré qu’il n’était
«que le numéro 5 du réseau et qu’il venait tout juste avant Olivier Martelly, qui
en serait le numéro 6». Les activités du
réseau Brandt-Martelly engagé dans le
kidnapping ont été rapportées en détail
par le RNDDH.
Alors pourquoi ne pas crever l’abcès kidnappant une fois pour toutes ?
Pourquoi ne pas inviter les échelons supérieurs du crime à «venir s’expliquer»?
Haïti Observateur, rapportant, semblet-il, les propos d’agents américains qui
ont participé à l’interrogation de Brandt,
ainsi que la clameur publique n’ont-ils
pas cité les noms de Stanley Handal,
Kiko Saint-Rémy, Dimitri Vorbes et Reynold Deeb comme les grands prêtres de
la kidnapperie nationale ? À mon avis,
le Parquet fait du bruit autour d’activités
sportives pour noyer le poisson d’une
dangereuse criminalité. On sent déjà que
toute l’affaire va finir en queue de poisson, du poisson que va nous boucaner le
commissaire pour être mangé à la sauce
Ti Malis.
On peut se rappeler le fameux,
l’extravagant, le biscornu commissaire
du gouvernement Francisco René aux
trousses de Me André Michel après six
heures du soir. Faisant preuve d’excès
de zèle, il avait fait emprisonner l’avocat
qui avait porté plainte contre Gwo Soso et
fiston Olivier pour corruption et usurpation de fonction. Même, la Cour d’ Appel
avait rejeté l’appel de la femme de Michel
Martelly, Sophia, et de son Fils Olivier
en maintenant la décision du juge Jean
Serge Joseph ; ce dernier avait demandé
au président Martelly, conformément à la
loi, d’ordonner la comparution de Laurent
Lamothe, Charles Castel, Marie Carmelle
Jean Marie et consorts par devant la
justice comme témoins dans le dossier
d’usurpation de titres et de corruption de
la famille présidentielle. On sait ce qui est
arrivé au juge Jean Serge Joseph… et le
traitement du dossier a eu fini en queue
de poisson bien boucané
Je ne peux qu’applaudir à la saine
mesure d’interdiction de départ prise par
Me Léger à l’encontre de Fritz Mevs, Olivier Martelly, Wilson Laleau, Marc Antoine Acra et quelques autres. J’ai même
envie de dire que c’est une présomption
de culpabilité (à établir ou à infirmer). En
effet, ces types-là font l’objet d’une inter-
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
diction alors qu’aucune mesure du genre
n’a été prise contre des citoyens connus
pour être honorables et que la clameur
publique ne montre pas du doigt, tel par
exemple le directeur de l’une de ces organisations des droits humains. Il faut croire
Le «beau» Roro, mais combien
vilain, moralement !
que Me Léger soupçonne ou sait qu’il y a
anguille sous roche.
Si tel est le cas, Me Léger doit non
seulement aller prospecter sous l’eau et
déterminer la grosseur et les aspérités de
la roche, mais surtout déterminer la grosseur de l’anguille, car il y a anguillette,
anguille, et anguillon. D’autant que le
juge Joseph, un très honorable magistrat,
un homme de loi compétent et qualifié,
avait, de son vivant, jugé «sans failles les
arguments de Me Newton Saint Juste et
de Me André Michel», et avait pris la décision historique d’ordonner la comparution de plusieurs hauts fonctionnaires de
l’État comme témoins à charge.
C’est agir avec légèreté lorsque le
commissaire Léger affirme disposer de
documents qui laisseraient croire que
la gestion du fils aîné de l’ex-président
Michel Martelly dans la construction des
parcs sportifs n’est pas « claire », et en
même temps déclare qu’il n’y a aucune
invitation pour Olivier Martelly de se
présenter au parquet de Port-au-Prince,
mais qu’il peut venir s’expliquer en prenant un rendez-vous comme l’a fait Alix
Célestin, directeur général de l’APN. On
a le pressentiment que fiston Martelly
prendra tout son temps pour solliciter un
rendez-vous. «Le temps passera sur les
mémoires, on oubliera l’évènement», Me
Léger aura tout le temps de boucaner la
queue de poisson de l’incurie martellyste,
epi epi anyen.
Que Me Léger ne s’attelle-t-il pas
au dossier de l’assassinat de Jean Dominique? C’en est un pas mal brûlant depuis
le 3 avril 2010. Les commissaires passés
ont tellement boucané la queue du poisson qu’il doit n’en rester que des cendres.
Seize années de lolo, pa lolo, et jusqu’à
présent rien. Me Léger doit aller remuer
cet amas pulvérulent et faire en sorte qu’il
n’y ait plus aucune fatalité à garder le
dossier de Dominique à l’état de cendres,
aucune raison à ce que Mme Jean Dominique ne voie le Phoenix du dossier de
son mari renaître de ses cendres.
J’ai mille et une raisons de croire
que toute l’exubérance, toute la pétulance, toute la luxuriance des propos de
Me Léger, toute sa bonne volonté affichée
de bien faire a toutes les chances de finir
en queue de poisson. Tenez par exemple,
en 2013, à trois reprises, l’ancien président Jean Bertrand Aristide était censé se présenter au parquet de Port-auPrince ; la première fois, le 3 janvier,
sur invitation du commissaire Lucmane
Delille. N’ayant pas reçu d’invitation à
temps, Aristide ne s’était pas déplacé. Le
9 janvier, c’est le commissaire lui-même
qui, par je ne sais quelle gymnastique
juridique, a rencontré Aristide chez lui.
Au sortir de l’audition, Delille déclarait :
« Tout s’est passé dans le calme, dans
la sérénité. Il est question de sa sécurité,
comme c’est un ancien chef d’Etat, nous
étions d’accord de l’entendre à son domicile». Mystère juridico-gymnastique
de la basoche. Mais, tout est bien qui
finit bien.
Le 8 mai 2013, l’ancien Président
Jean-Bertrand Aristide s’était présenté
au cabinet d’instruction du juge Yvilkel Dabresil, dans le cadre de l’enquête
sur l’assassinat, en 2000, du directeur
de Radio Haïti Inter, Jean Dominique, et
du gardien de la station. A l’issue d’une
audition d’un peu plus de deux heures,
Aristide a quitté à la mi-journée, sans
faire la moindre déclaration. Autour du
Palais de justice de Port-au-Prince était
placé un imposant dispositif de sécurité.
Nous sommes en avril 2016, et jusqu’à
présent on boucane encore des queues de
poisson à la sauce Ti malis dans les locaux du palais de Justice. Les senteurs et
effluves boucanants doivent sans doute
monter jusque dans les allées de Tabarre.
Avant de conclure, je veux applaudir chaudement la décision de Me Léger
d’avoir émis un mandat de comparution
pour spoliation à l’endroit du fier-à-bras
Roro Nelson, bras droit et testicule gauche
de l’ancien président Martelly. Ce malotru, ce mufle, ce goujat, ce rustre, ce butor, ce gougnafier, en a fait assez comme
ça, et il en a fait même trop. Il s’est fait
l’émule des tristement célèbres Bòs Pent
et Ti Bobo. Je souhaite qu’il ne s’amène
au Parquet seulement pour «s’expliquer».
Ce malfrat est dangereux. Il s’amuse à
dénigrer et humilier des journalistes du
calibre de Liliane Pierre-Paul et de Jean
Monard Métellus sans oublier ses nombreuses exactions sur la personne d’honnêtes citoyens. Il faut arrêter les pulsions
morbides de ce sans aveu, et vite. Il doit
rendre des comptes. Caton l’Ancien avait
raison: Delenda Carthago. Carthage doit
être détruite. De même, Foucando Roro
Nelsono. Roro Nelson doit être fouqué.
C’est à ce carrefour que nous attendons
Me Danton Léger.
J’applaudis également les louables
initiatives de Me Danton Léger de mettre
bon ordre à la situation des prisonniers
en détention prolongé depuis neuf à
quinze ans – il a déjà commencé et on
ne peut que l’en féliciter – et d’en finir
avec l’impunité. Je crains toutefois que
dans ce dernier domaine – l’impunité – il
ne soit éventuellement réduit à boucaner
des queues de poisson, et à remettre sa
démission – déjà écrite d’ailleurs – au
président provisoire Privert ou au prochain président. En effet, il y a de gros
morceaux qui devraient aussi rendre
compte : Sonson La Familia, sa femme
Mme Marie Taissa Mazile Etheart, Calixte
Valentin, Laurent Lamothe, Stanley Handal, Kiko Saint-Rémy, l’épouse grimelle
de l’ancien président et pourquoi pas
Micky, el gwouyador.
Si jamais Me Danton Léger arrive
à prouver que le pays n’est pas aussi singulier que le disait Louis Joseph Janvier,
je serai le premier à lui tirer mon chapeau
dans cette rubrique-même. En mettant
fin à l’impunité, il aura mérité de la Patrie.
Il n’y aura alors plus de queue de poisson
boucané, et l’on dira vive la République !
Même, on voudra crier: votez Mèt Danton, président de la république !
10 avril 2016
LACROIX MULTI SERVICES
Tel: 718-703-0168 * Cell: 347-249-8276
1209 Rogers Avenue, Brooklyn, NY 11226
www.lacroixmultiservices.com
• Income Tax • Electronic Filing
• Refund Anticipation Check (RAC)
• Direct Deposit - IRS Check
• Business Tax • Notary Public
• Immigration Services
• Translation, Preparation, Application, Inquiry letters
• 6 Hour Defensive Driving Course • Fax Send & Receive
• Resume • Property Management • Credit Repair
Haiti Liberté/Haitian Times
5
Kwonik Kreyòl
Anpil òganizasyon“sosyete sivil anba” a
pwoteste kont politik Neyoliberal k ap touye
plizyè milyon Ayisyen ak grangou
Vandredi 08 Avril ki sot pale la,
nan lokazyon dat senbolik sa ki make
uityèm anivèsè gwo levekanpe 08 Avril
2008 la kont grangou, anpil òganizasyon sosyete sivil anba a tankou BAI,
MOLEGHAF, MELA, OPPENA, MPJD,
SYNTART, RJESC,Mouvman Peyizan
Mibalè, Sodo, Lachapèl ak Boukan kare
elt…te òganize yon gwo mobilizasyon
pou pwoteste kont grangou, mizè ak
chomaj kap bwasebil mas yo epi denonse
politik neyoliberal FMI ak Bank Mondyal
enpoze Leta Ayisyen an, ki se prensipal
koz sitirasyon sosyo-ekonomik malouk
moun ki pi pòv yo, daprè dizon òganizasyon sa yo.
Li te dizè nan maten, lè plizyè
santèn jèn oprime nan anpil katye popilè,
tiPeyizan, Etidyan, patizan ak senpatizan òganizasyon kap òganize mach la,
te rasanble nan rantre Primati a, aprè pou
yo t al mache nan lari Pòtoprens jouk yo
te bout douvan local Ministè Zafè Sosyal
ak Travay (MAST), yon mannyè pou fè
pase revandikasyon yo. Malerezman,
lèmanifestanyote rive bò kote Palè
Nasyonal, Ajan Polis Nasyonal Ayiti yo
Eske akò 5 fevriye a egziste
ankò ?
te bastonnen twaka mò anpil manifestan
pasifik, poutèt sèlman yo t ap revandike
dwa sosyal ak ekonomik yo.
Ak tout zak maspinay sa yo ki te
kreye gwo panik nan mitan popilasyon
an, manifestan yo te rete mobilize pou yo
fini pakou a, jan yo te notifye lapolis li a.
Nan lokazyon sila, òganizatè yo te profite eksplike ak laprès rezon ki motive yo
òganize mach sila. Responsab BAI a, Mèt
Mario Joseph te deklare nan sikonstans
lan: “konstitisyon 87 la, nan atik 22 l,
fè obligasyon ak leta pou li kreye kondisyon pou dwa lamanjay tout Ayisyen
alawonnbadè respekte, yon mannyè pou
yo ka manje vant deboutonnen”.
Mèt la te pousib pou l te di: “Se
yon vyolasyon dwa fondamantal moun
lè leta kite tout moun sa yo nan grangou, e se sitou yon vyolasyon Manman lwa peyi a, ak pak entènasyonal
sou dwa ekonomik, sosyal ak kiltirèl
yo, leta Ayisyen siyen epi ratifye”. Yon
lòtbò, Sekretè Jeneral MOLEGHAF la,
David Oxygène, kondane atitid otorite
ayisyen yo kap aplike dikte neyoliberal
la:“li klè politik neyoliberal enperyalis
la nan monn nan, rezève pouA yiti nan
divizyon entènasyonal travay la, yon
espas pou fè endistri tekstil epi kraze prodiksyon agrikòl nou yo; Se sa ki eksplike yo konstwi pak endistriyèl sa yo sou
plèn ki ka pwodwi manje tankou plèn
Maribawou ak Karakòl”.
“Anviwon 4 milyon moun ap viv
nan ensekirite alimantè, 44% popilasyon
an soufri malnitrisyon nan yon kontèks
prekarite ekonomik ki lage 60% popilasyon an nan chomaj, oubyen 78% ap viv
nan povrete ekstrèm. Sa nou kapab di
ki se rezilta 30 lane liberalis ekonomik”,
daprè Guy Laurore Rosenez, Manm
MELA.
N ap raple, 08 avril 2008, lè te gen
gwo leve kanpe kont grangou a, se te sèlman anviron 3 milyon Ayisyen ki te nan
ensekirite alimantè. Jounen jodi a, nou
pase a plis pase 4 milyon moun ki nan
grangou, nan yon kontèks kote sechrès
ap fini ak peyizan yo depi 3 lane. Avèk
gwo mouvman kont grangou sa òganizasyon sa yo deklanche nan peyi a, èske
nou pa sou wout yon lòt gwo leve kanpe
kont grangou ?
mezi pyès li apante lan kay la.
Pòtoprens te fèk tanmen reprann
souf ak premye siy douvan jou lè anbilans lan pati ak Manman. Konsè zwazo
ak vwa machann k ap pwonmennen
pa t sifi pou maske sansasyon vid ak
kè grenn machin lopital la kite dèyè
l. Menmsi fanmi an te konnen moman doulè ki ase souvan konn suiv
kaselezo a pral fini nan kè kontan.
Granpè, granmè, matant, monnonk,
kouzen, kouzin, sè pa t fouti ret anplas
tank yo sou tansyon. Tout moun te an
boulvès, sof mwen menm. Aktivite cho
cho yo kontinye jouk rete tann souse
enèji yo. Pandan tout mouvman sa
yo ap fèt sou kote m, m ret sou blòk
suite à la page(7)
Pwasondavril
Guy-Gérald Ménard
« Se yon fi ! Pitit gason m, ou
gen yon ti sè ». Papa m pase an kout
van sou galeri a, apenn si pye l touche
ak tè. Li travèse salon an tankou yon
flonn, figi l anvayi ak yon lafyèv lakontantman ki simaye yon vag chalè nan
Se bon kandida
Se bon kandida
Se bon bèl frè papa
Kanpe byen bwòdè dèyè mikwo ou
Pale bon jan franse
Benyen m anba filozofi
Plen vant mwen ak listwa
Touye m avèk gran savwa ou
Ou genyen bèl vwa
Epi ou se gran orat è
Monte moral mwen
Pran m lwen mennen m vini pre
Ou pran pouvwa
Tout nèg mòn
San benyen
Gwo zòtèy
Tèt mare
Chemiz zefi
Karako ble
Santi bon santi move
Yo va danse sou pwent zòtèy
Paske palè se va lakay ou
Gade non travay mwen
Se va traktè bouldozè
Ki va fè sa mache
Pitit mwen va aprann li
Se va avoka Sedye
Agonòm Tifatra
Elektrik va fè vèvè
Anba tout pye kafe
Radyo Televizyon Telefòn
Sò Tiselya va posede tout bagay sa yo
Ala bèl vi nou pral mennen
Manman cheri a
Se va papi frè Tidò
Manmi Sòtis
O papa prezidan souple
Demen maten monte nan mòn
Twouse kanson ou
Sekwe lawouze
Mete chapo paya k gran bò
Gwo linèt ak je vèt
Vini chita sou joukèt mwen
Bò fwaye dife avèk mwen
Bwè dlo kann mwen
suite à la page(14)
Jocelerme Privert, Michel Martelly ak Cholzer Chancy
R
epons pa m se non. Akò sa a pa
egzsite depi 7 fevriye. Akò a te
siyen ant 2 pati ki se prezidan Mateli
ak palman an. Depi 7 fevriye, Mateli
kite pouvwa a. Depi dat sa a, akò a
tonbe. Akote tout sa, akò a pa kadre
ak konstitisyon an epi yo mete l anwo
tèt konstitisyon an. Se yon lòt rezon
ankò ki esplike absans akò a. Paske,
okenn lwa oubyen akò pa kapab pi
wo pase konstitisyon an. Depi w
rantre nan aplike yon akò, yon arete,
yon dekrè oubyen yon lwa ki depaman ak konstitisyon an, ou vyole
konstitisyon an.
Sa ki fè, chak fwa mwen tande
otorite yo di y ap respekte akò a ak
tout konstitisyon an, mwen estime se
nan betiz moun sa yo ap pase peyi
a. Si akò a antikonstitisyonèl, ou pa
kapab aplike akò a ak konstitisyon
an anmenmtan. Si w nan akò a, ou
pa nan konstitisyon an epi si w nan
konstitisyon an, ou paka nan akò a.
Paske konstitisyon an ak akò a paka
monte menm chwal.
Nòmalman
depi
prezidan
Privert monte 7 fevriye, li te dwe
konvoke tout fòs sosyal nan peyi a
pou tabli yon lòt akò. Sa t ap pèmèt
li fè plizyè kou : debarase li ak akò a,
lejitime koudeta palman an bay la epi
siyen yon lòt akò ak tout fòs politik
ak sosyal ki nan peyi a.
Li lè li tan pou pouvwa a ak
Spanish ● English ● French ● Kreyòl
Kits contain a BOOK and 2 or 3 CDs
Price range:
only $25 - $35
Write, call, email, or visit:
Universal Book Store
(formerly Rincher’s Book Store)
2716 Church Avenue,
Brooklyn, NY 11226
718.282.4033
Email: [email protected]
6
Haiti Liberté/Haitian Times
Kisa ki dwe fèt pou nou soti nan
flou sa a ?
Lè a rive pou ekip ki sou pouvwa a
konvoke yon veritab deba nasyonal :
- Sou oryatasyon ekonomik
peyi a dwe pran. Kesyon sa a dwe
diskite pou nou deside si nou vle rete
nan oryantasyon ekonomik neyoliberal k ap donnen mizè a oubyen si
nou vle fè yon lòt chwa ekonomik ki
nan enterè popilasyon an?
- Sou kesyon dwa granmoun
peyi a, k ap toufounen anba dominasyon etranje. Eske nou vle yon
peyi ki granmoun tèt li? Eske nou vle
peyi a rete anba okipasyon? Si wi,
kilè n ap pouse do fòs okipasyon an?
Ki dispozisyon n ap pran pou diplomat etranje sispann foure dyòl yo jan
yo pito nan zafè peyi a ? Kisa n ap fè
pou nou fè eleksyon ak mwayen peyi
a, ak patisipasyon jèn yo, san enjerans etranje? Tout kesyon sa yo dwe
debat nan deba nasyonal la.
Fanm
Fanm pote lavi
pi wo pase fetay solèy
Nan voye wòch monte
bwote dlo desann
nan Lakou plètil
fanm leve nechèl wotè van
k ap bale wouze
fanm charye douvanjou l
sou tèt kamyon bwat
Madan sara fè ovètay
pou po pistach
Lè fanm ap goumen
kòtakòt ak gason
bab pou bab ak ranyon dife
Lè fanm pran sèt so
anvan l di alatraka
fò ou konnen konbyen kalfou
jipon l janbe
konbyen flanm li travèse
anvan bonèt li chavire
Nan peyi malfini
AVIS
LEARN A NEW LANGUAGE
with RINCHER’S SYSTEM
opozisyon an sispann pase pèp la
nan betiz, nan fè kwè yo vle respekte
yon akò ki pa egzsite. Depi menm jou
akò a te siyen, pifò aktè yo te deja
konnen pap gen eleksyon 24 avril, ni
prezidan eli 14 me. Men, kòm se ak
blòf yo toujou dirije peyi a, yo te pito
kite flou a kontinye jouk tout moun
ka konstate pap gen eleksyon, olye
yo bay pèp la verite a.
PAR CES MOTIFS, sur les conclusions conformes du ministère public, représenté à la barre par Me
Géraldine Lalanne, substitut du commissaire du gouvernement de ce ressort, maintient le défaut
requis et déjà octroyé à l’audience du jeudi dix mars deux mille seize pour le profit ; accueille
l’action en divorce introduite par le demandeur pour être conforme tant en la forme qu’au fond,
en conséquence, prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les époux
Medouard Prélorme et la femme née Marie Saint-Giles pour les causes sus-énoncées.En outre,
renvoie le demandeur par devant l’Officier de l’Etat civil d’Aquin pour la rédaction de l’acte du
divorce et la transcription du dispositif de la décision à sortir sur les registres destinés à cette fin.
Compense les dépens, commet l’huissier Fritz Bernard de ce siège pour la signification de la
présente décision
Ainsi jugé et prononcé par Nous, Louis Fils Joseph, juge en présence de Me Joseph Denis Gérard,
substitut du commissaire du gouvernement de ce ressort d’avec l’assistance du citoyen Jean
Claude Novembre, greffier du siège en audience ordinaire, civile et publique de ce jour jeudi
trente et un mars deux mille seize, en l’ An 213ede l’indépendance.
Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre ce présent jugement à exécution ; aux
Officier du ministère public près les tribunaux civils d’y tenir la main, à tous commandants et
autres officiers de la force publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront légalement requis.
En foi de quoi la minute de la présente décision est signée du juge et du greffier susdits.
Collationnée pour expédition conforme à la minute.
Fanm mennen lavi
nan sous dodomeya
kwape lamizè
twaze dyòl maldyòk
Dwèt madichon fanm
pa respekte pèpap
Lè fanm vanyan ap mache
li sanble tèt koupe ak manzè lavi
Lesiv defigire men l
Kout batwèl
ant salyè e valyè
trese riban
nan boukan pen kotidyen l
Semèl jounen l
manje pousyè
vale kalfou
twoke twòkèt pou chay
Fanm o!
pa gen baryè
pou mezire kouray ou
Michel-Ange Hyppolite
(Kaptenn Koukouwouj)
Jean Claude Novembre, greffier
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
- Sou koze privatizasyon antrepriz piblik yo. Kisa n ap fè ak antrepriz piblik ki privatize yo? Eske n
ap kontinye vann antrepriz piblik yo
bay sektè prive aloufa a oubyen n ap
nasyonalize yo?
- Sou kesyon sekirite peyi a.
Eske nou dwe gen yon lame? Si wi
ki kalite lame nou bezwen? Nan ki
kondisyon pou nou gen lame sa a ?
Eske se etranje k ap fè li pou nou oubyen se nou k ap fè lame nou ?
- Sou kesyon konstitisyon
peyi a. Nan moman n ap pale la a,
nou pa konn sou ki konstitisyon
nou ye ? Nou gen yon vèsyon nan
konstitisyon an ki swadizan amande
epi nou gen yon vèsyon kreyòl ki pa
amande. Devan yon tribinal, okenn
moun paka anpeche yon sitwayen
rale vèsyon kreyòl la pou li defann
tèt li. Kidonk, kesyon sa a merite yon
repons tout fòs viv sosyete a.
- Sou kesyon eksplwatasyon
min peyi a. Eske yon pouvwa poukont pa li ka deside fè kado richès
peyi a jan li pito ? Ki kalite min nou
ka eksplwate ? Ki min nou paka eksplwate ? Nan ki kondisyon pou sa fèt
? Deba sa yo dwe fèt ak tout moun.
Se pa yon ti ponyen dirijan ak miltinasyonal ki pou konplote pou fè dappiyanp sou richès nou yo. Kesyon sa
a konsène tout sosyete a
Akote kesyon estrktirèl sa yo,
gen yon seri kesyon ki mande repons
rapid. Pami yo nou ka site : kesyon
evalyasyon eleksyon yo, kesyon
dekrè ak arete ilegal Mateli te siyen
anvan li ale yo ak kesyon kòripsyon
an.
Nou panse, tout moun ki te enplike yon fason oubyen yon lòt nan
piye kès Leta a, dwe peye pou zak yo
poze a. Nan kelkeswa gouvènman yo
te poze zak sa a. Kit se sou Divalye,
sou rejim militè yo, sou Aristid, sou
Preval ak sou Mateli, yo tout dwe re-
ponn kesyon lajistis. Men, si n pap fè
demagoji, ann kòmanse ak dosye ki
devan nou yo. Ekip tèt kale a ki te
enplike nan piye kès Leta a, nou pa
dwe tann yo kite peyi a pou n al mennen ankèt sou yo. Se pou nou bat fè a
pandan li cho a. Se nan sans sa a, nou
apiye kare bare, dispozisyon pakè a
ap pran pou mete piyajè yo aladispozisyon lajistis. Men nou swete tou
pou se pa cho medyatik komisè a ap
fè. Nan sans sa a, n ap tann pou lajistis mete kòd nan kou tout piyajè ki
enplike nan piye lajan ak lòt resous
peyi a.
Kesyon evalyasyon eleksyon
yo se yon obligasyon. Si yon moun
pa gen anyen w ap kache, ou pa dwe
kache dèyè okenn pretèks pou anpeche evalyasyon an fèt. Dayè, pa
gen okenn eleksyon ki ka fèt nan
peyi a nan moman sa a, san pa gen
yon evalyasyon sou gagòt ki sot fèt 9
dawout ak 25 oktòb yo. Pa gen wout
pa bwa. Menm ti bagay ki te fèt 22
janvye a ap refèt ankò, si evalyasyon
gagotay la pa fèt.
Pou fini, tout moun konnen,
apre 12 janvye, Mateli te pran angajman pou li pa pibliye okenn lòt dekrè
apre dekrè pou reyalize eleksyon yo,
nan akò li te siyen ak pati yo nan
DÉCÈS
Haïti Liberté annonce avec infiniment de peine la triste
nouvelle de la mort du Professeur Hughes Théodore,
survenue en sa résidence privée à Elmont, Long Island le
Samedi 9 Avril à l’âge de 88 ans après une longue maladie
courageusement supportée. En cette douloureuse
circonstance, nous envoyons nos condoléances émues à son
épouse veuve Ertha Théodore née Lubin; ses enfants Mr
Hughes Théodore Jr et sa femme Lise, Réginal Théodore; sa
fille Madame Marget Bernadin née Kettely Théodore; ses
frères Messieurs Roland et Errio Ernest et leurs familles; ses
petits enfants Mme Mélissa Théodore, Mlles Tara et Farah
Bernadin, Mr Johny Bernadin ; ses neveux et nièces Mr Fred et Johny Ernest, Mr Pierrot et famille,
Mme Flore Pierrot et famille, Marcha Ernest, Mme Gina Pierrot et famille, ses cousins l’ex-Général
Prosper Avril et famille, Mr et Mme Jean Avril et famille ; Aux familles Théodore, Bernadin, Pierrot,
Ernest, Lubin, Aarestrup,Sidney, Paul, Tribier, Vital, Henry, Jeune, Avril ; aux membres de l’Eglise
Baptiste d’expression française pour leur support et dévotion pendant toute la maladie du défunt
ainsi qu’à tous les parents et alliés que ce deuil afflige.
L’exposition de la dépouille du professeur Hughes Théodore aura lieu le Vendredi 16 Avril de 6 heures
à 9 PM au parloir funèbre de Frantz Daniel Jean situé au No 5020 Foster Avenue, Brooklyn N.Y
11203. Tel 718 613 0228 et la mise en terre au Pine Lawn Cemetery à Long Island, N.Y.
Paix à son âme.
DÉCÈS
Nous annonçons avec infiniment de peine
la triste nouvelle de la mort de M. Prévilus
Jacques survenue après une grave
maladie courageusement supportée, le
lundi 21 mars 2016 à lʼâge de 74 ans.
Pleurant son départ, nous présentons nos
sincères condoléances à son meilleur ami
M. Gabriel Jacques.
Ses enfants : Réginald Jacques et
Madame, Mme Daphnée Jacques Jasmin
et époux, M. Wilfrid Jacques et Paulène
Gaspard, Mme Immacula Jacques et
enfants.
Ses frères et soeurs : Folus Jacques et
Dieuveuille Jacques
Ses neveux et nièces : Marlène Fish et
famille, Carole Sylvain et famille, Charlot
Julien et famille, Francoise Carré et
famille, Sainthomas Junior Facques et
famille, Clérissa Jacques et famille, Bertha
Jacques et famille, Ulrick Jacques et
famille, Fabienne Jacques et famille,
Merlyne Jacques et famille.
M. Prévilus Jacques
ses
cousins et cousines : Jean Claude Jacques et
famille, Ginette Jacques Ciné et famille, Solange St Fort et famille, Leslie Jacques et
famille, Joseph Jacques et famille, Léonie Loppe et famille, Louise Jeanty et famille,
Vierge Orion et famille, Clélie Dasné et famille, Jeanine Florilien et famille, Gaston
Dasné et famille, Sylvina Chéry et famille, Nélia Dasné et famille, Dr. Martine Augustin
et famille, Jeanne Dasné et famille, SENSEI Wilsler Jacques et famille.
La dépouille mortelle de Prévilus Jacques sera exposée au salon funéraire de
lʼentreprise Blair Mozzarella située au No. 723 Coney Island et Avenue C, Brooklyn, NY
11218, le vendredi 15 avril 2016 de 7 :00 pm à 9 :00pm.
Les funérailles auront lieu à lʼéglise St Jérôme située au coin de Nostrand Avenue et
Newkirk Avenue, Brooklyn le 16 avril 2016 à 9 :00 du matin.
Une réception aura lieu après les funérailles à Excellent Senior Care situé au No.1488
New York Avenue entre Foster et Farragut de Midi à 3hres de lʼaprès midi.
Aux parents et amis affligés par ce deuil : Jacques, Dasné, Lamarre, Fish, Sylvain, nous
envoyons nos sympathies.
Pour de plus amples informations, veuillez appeler :
Réginald Jacques : 215-500-5407
Wilfrid Jacques : 347-356-7876
Daphnée Jacques : 347-651-4031
Immacula Jacques : 257-276-8266
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
mwa janvye 2015 lan. Men, tout
moun konstate Mateli pa respekte angajman sa a. Prezidan an pibliye yon
bann arete ak dekrè dèyè do konstitisyon an epi dèyè do akò li te siyen
an. Pami yo, gen dekrè pou vann yon
pati nan Lagonav ak dekrè lame woz
la. Prezidan Privert dwe pran dispozisyon prese prese pou voye tout
arete ak dekrè sa yo nan poubèl.
Pou tout kesyon sa yo, tout fòs
demokratik ak pwogresis yo dwe rete
Guy NUMA
Travayè Sosyal
Edikatè popilè
Manm kòdinasyon Mouvman
Demokratik Popilè (MODEP)
10 avril 2016
Suite de la page (6)
glas mwen. M ap eseye montre evennman sa a pa konsène m ditou. Depi
lè enfimye yo te fèmen pòt machin
blan an pou retounen ak pasyan yo,
mwen rete chita sou pewon an, yon
bann lide ap fè lese frape lan tèt
mwen. Kè mwen sou biskèt. Li te klè
moman mwen t ap viv la te dènye
chans pou m te gen yon ti frè.
« Se yon fi ! ». Mo yo sonnen
lan zòrèy mwen s ou konn marengwen nan vil Gonayiv. Ositou se
san reflechi mwen di « non » lè Papa
mande si m pa ta renmen wè bebe a.
A nevan m t ap viv eksperyans ki pi
fè m mal. Rèv mwen te konn fè gwo
jounen lan kè m an sekrè ak lan entimite chanm mwen anvan m dòmi, te
fonn kou bè tab devan je m. Pandan
m ap konstate enpisans mwen lan
sitiyasyon an mwen vin reyalize se
premye avril bebe a fèt. Yon reyalite
mwen kouri trape pou eseye pete tèt
mwen. M te vle konvenk tèt mwen sa
k t ap pase a s on kou pa konprann,
yon move plezantri, on pwasondavril
yon ti betizè tap fè m. Yo te toujou fè
m konprann se Bondye ki chwazi bay
ti bebe e kòm Granmèt la konnen twò
byen ki jan m anvi yon lòt ti gason
lan fanmi an, m pa ta ka kwè Li trayi
m. Tansèlman se Manman mwen bay
DÉCÈS DE SAINVAL EXAVIER
Haïti Liberté annonce avec infiniment de peine la triste nouvelle
de la mort de Monsieur Sainval Exavier originaire de la pleine du
Cul-de-sac (Croix des Bouquets), survenue à l’âge de 89 ans, le
Vendredi après midi du 1er Avril 2016 à 04:25.
En cette pénible circonstance, nous présentons nos sympathies à
toute la famille Sainval
Ses fils et Fils: Sonia, Michelet, Gladys, Duma, Nicoles, Geramene
et Nason St Val.
Ses petits fils: Wendel Polynice, Caslande, Guerda, Nadege, Daniel, Angelo, Jacqueline,
Nathalie, Loulouse & Jimmy, Erby, Louna, Medjina, Sara, Ruth & Orielson.
Sa Sœur: Geneviève Jeanty
A ses Neveux et Nièces : Choupette, Jean Auguste, Edzer, Wilfride, Cocotte, Fifi & Nener.
Ses amis proches : Daniel Tercier, Boss Nicolas, Doudou, Mariecia.
Monsieur Exavier fut un militant Politique Lavalassien connu sous le Nom de PAPA Toto,
Médecin feuille. Après le coup d’état du 30 septembre 1991, il a mené une lutte
acharnée contre les putschistes et les forces macoutiques qui occupèrent le pays en ce
temps-là.
Les funérailles de Mr Sainval Exavier seront chantées le samedi 16 Avril 2016 prochain
à l’église Direct Mondial de Varreux à 3:00 PM.
Que son âme repose en Paix
mobilize, pou fòse pouvwa anplas la,
pran ankont, revandikasyon sa yo
nan fason l ap mennen bak peyi a.
Nan ka kontrè, tribinal listwa ap tann
dirijan yo nan kalfou mangonmen.
pote responsabilite desepsyon m. M
pa sispann repete : « Se fòt manman
m ; li fè sa espre, paske l konnen se
yon ti frè mwen te vle ». Evennman
jounen an kite yon mak endelebil nan
lespri m. Ventan apre dat memorab sa
a, mwen chonje chak detay tankou se
jodi a sa pase.
Lè m gade dèyè ki sa m wè. Detoutan mwen toujou regrèt mwen pa
genyen, menm jan ak ti zanmi m yo,
yon gran frè pou mwen suiv osnon
yon ti frè pou mwen pwoteje. Lefèt pa
t gen yon lòt ti gason lan fanmi an pou
pataje tan m te lakòz mwen pase pi
fò tan m deyò. Chak lè yo te nesesite
prezans mwen nan kay la papa m ak
manman m te bije voye chèche m kay
yon vwazen oubyen sou yon teren
jwèt lan zòn nan. Se si paran m pa ta
ka konprann pou m ta sèvi yon patnè
jwèt pou senk sè m yo. Deja se pa ti
chalè zanmi m yo pa t ban mwen difèt
mwen te lan mitan tout fi sa yo. Retwouve w sèl gason lan mitan sis pitit
pa tèlman yon bon bagay, jan moun
ta panse. M chonje m te konn pase
plizye èdtan kouche lan kabann ap
envante istwa m ap viv ak frè mwen
pa janm genyen an. Pou kòmanse,
yon seri potre san nanm gen pou anvayi sèvo m : de fòm vag, lonbraj flou
ki ap disparèt apre yon ti moman. Epi
anvan m bat je m imaj miltikolò tonbe
flache dèyè pòpyè m pou firamezi figi
m ak frè imajinè mwen an vin fè kò ak
reyalite a. E, nan chak okazyon m te
lage brid imajinasyon m pou kite gwo
bonnanj mwen trennen nou lan kèk
advanti mouvmante, ti frè m nan te
pran yon vizaj diferan.
Chans pou mwen, apre mwen
pase yon peryòd ap chèchè nwaye
chagren m nan rèv chimerik, mwen
reziyen m gade reyalite a anfas. Se
konsa m deside aksepte sitiyasyon an
epi ede rann lavi tout moun pi fasil.
Piti piti papa m vin pran plis enpòtans
lan je m. Li te tounen papa, frè, zanmi. Jou apre jou mwen vin konprann
konpleksite lanati. Se ak kè kontan
mwen kanalize tout afeksyon m t ap
rezève pou yon ti frè ki pa janm vini
sou dènye ti sè m nan ki tounen de
zye lan tèt mwen. Jouk jounen jodi a,
kan m wè dam sa a se dènye ti sè m
nan mwen wè epi m santi yon chalè
bò gòch mwen. Dènye akouchman
Manman se yon eksperyans inik ki
pèmèt mwen pran konsyans nesesite
divèsite nan lavi epitou apresye byen
sa m genyen olye m plenyen pou sa m
manke. Petèt premye avril, apretou,
pa vle di pwasondavril pou sa.
Greater Brooklyn
Gastroenterology Care
Michel Jose Charles MD, FACG, AGAF
Board Certified Gastroenterology
Dr. Kesler Dalmacy
1671 New York Ave.
Brooklyn, New York 11226
Tel: 718-434-5345
Le docteur de la
Communauté Haïtienne
à New York
Office Locations
3621 Glenwood Rd, Brooklyn NY 11210
9408 Flatlands Ave, Brooklyn NY 11236
1381-B Linden Blvd, Brooklyn NY 11212
By Appointment Only
Tel: 718-434-0202 / 718-869-1501
E-mail: [email protected]
“Giving care, one patient at a time.”
Haiti Liberté/Haitian Times
7
Perspectives
L’assassinat de Robert Anglade à
St Louis du Sud :
Quand l’ambassadeur Peter
Mulrean gère la transition
de l’après-Martelly
un coup dur pour le tourisme local (1)
Par Jacques NESI
tion de Robert Anglade .
C
omme un coup de massue, les habitants de Saint Louis du Sud, notamment ceux de Zanglais, se réveillent,
dégoutés par l’horreur du fait, choqués
par la désolation, sidérés par la peur
résiduelle, dépités par la disparition,
encore une fois, d’une figure utile à
leur communauté. Robert (Bob) Anglade, connu pour sa combativité légendaire, sa ténacité, a été retrouvé mort,
vendredi le 8 avril en cours, le corps
inanimé portant des traces de balles,
dans sa chambre à son hôtel « Jardin
sur mer ».
Sans présumer des conclusions
de l’enquête, il s’agit à proprement parler d’un homicide qui suscite autant de
sentiments de révolte que d’impuissance. Révolte, parce qu’un homme
qui a résisté à toutes les difficultés de
l’investissement dans un milieu retors,
a su créer des emplois, insuffler de l’espoir au sein d’une société paysanne
disloquée, spoliée, abandonnée, larguée, attendant retentir dans la sébile
l’obole implorée des experts-touristes
des Organisations non Gouvernementales. Impuissance, parce que Zanglais
est l’espace de non-droit le plus criminogène de Saint Louis, où les signes de
l’insécurité sont aussi divers que multiples : agressions, vols de carburant
(l’explosion du camion-citerne transportant du carburant en 2013 à Saint
Georges à quelques mètres de Zanglais), barrages fréquents sur la route
nationale, vandalisme, brutalités des
jamaïcains, cession de territoire à des
groupes de trafiquants de drogue dans
l’insouciance des autorités chargées du
« monopole de la violence légitime. »
Celui qui a assassiné Robert Anglade ou le commanditaire de ce crime
crapuleux et lâche- dans son sommeil,
selon des informations judiciaires- a
tué toutes les espérances que chacun
pourrait, en Haïti ou en terre étrangère, nourrir envers le tourisme local.
Pionnier, aventurier, Rober Anglade a
pu, à force de caractère et d’être dur
au labeur, depuis plus de vingt ans,
transformer l’espace rural de Zanglais,
après l’avoir dompté, transformé. On
ne pouvait douter que cet espace fut
converti en ces lieux paradisiaques. De
nombreux touristes, d’origines diverses
y ont séjourné : ceux qui ont pris le
parti de rejeter le discours contenant
tous les clichés fabriqués, de toutes
pièces, toutes les annonces éculées,
sur la nature chaotique, infréquentable
d’Haïti. Avec leur caractère alarmiste,
les acteurs externes, puissants réunis
sous le label inconsistant de « pays
amis d’Haïti », publient sur le site de
leurs ambassades, des mises en garde à
leurs ressortissants. Mais ces derniers,
incrédules, résistent, puisque attirés par
les charmes de « Jardin sur mer » situé
en surplomb sur la plage, qui s’éclate
sous les ors accueillants des orchidées,
des hibiscus, des arbres fruitiers, « une
explosion végétale » où « les appétits
s’ouvrent, s’aiguisent, s’apaisent ».(2)
Saint Louis du Sud est connu
pour la qualité de ses sites, pour leur
importance historique et leur spécificité dans le département du Sud. Après
avoir connu une prospérité due à l’exploitation de riz ; après avoir été hissée au troisième rang derrière l’Artibonite et les Cayes, Saint Louis du Sud
dont l’économie est exsangue depuis
quelques années, ne compte que sur
le tourisme. (3)Elle en a les atouts. Il
lui manque, toutefois, des investisseurs
prêts à prendre les risques, à assumer
les défis soulevés par l’absence d’infrastructures, l’absence d’énergie, le
climat anarchique des gangs soudoyés,
des groupuscules de trafiquants et de
8
Robert (Bob) Anglade, assassiné
vendredi le 8 avril dernier
professionnels, par l’asphyxie de l’activité entrepreneuriale, sous la coupe
du pouvoir d’intimidation et de contrôle
des entités mafieuses.
Saint Louis du Sud ne mise
que sur l’engagement des hommes
pugnaces, ambitieux, visionnaires,
comme Robert Anglade qui a renoncé
au confort de la vie occidentale, ou à
l’accumulation de gains résultant d’un
poste électif, pour construire une voie
exemplaire, aux pauvres pêcheurs, aux
agriculteurs abandonnés, aux jeunes
désespérés. L’engagement de Bob Anglade ne pouvait pas être considéré
comme celui d’un brasseur d’affaires,
qui pullule tant en Haïti dans cette boue
puante et marécageuse de la compromission, mais d’un entrepreneur qui
annonçait la révolution, qualifiée par
Marx, quand il soutenait : « une révolution silencieuse s’accomplit dans
la société… »Le terme « révolution »
utilisé ici, dans un cadre métaphorique,
n’a rien d’excessif. Toutes les conditions sont réunies en Haïti, davantage
à Saint Louis du Sud, pour dissuader
tout citoyen d’investir : l’absence d’encadrement étatique, l’absence d’incitations fiscales, la démission de la justice,
le désintérêt de la police nationale, la
criminalisation de l’économie. L’investisseur qui tente de les contourner, est
perçu, dans l’opinion, comme un fou,
un échappé qui court, se bouscule, s’effare. Un incompris ! Cette « révolution
», tissée entre débrouille et mobilisation
du capital social, engagée par l’action
volontaire, s’estompe avec la dispari-
Les effets de la disparition de
Robert Anglade sur l’économie
locale
Les effets de cette disparition sont triples : d’abord, c’est un mauvais signal
à tous ceux qui réfléchissent à un projet
de s’engager dans des activités lucratives dans le tourisme local ou dans
d’autres filières ; ensuite, comme d’autres investisseurs, timorés par l’assassinat de Robert Anglade, rechigneront à
mobiliser leurs ressources dans les secteurs du tourisme, des emplois disparaitront et le spectre de la misère déshumanisera davantage les âmes rongées
par les affres du chômage. Puis, les
chacals seront récompensés, étant impunis : ils vont déployer davantage
leurs armes sur le double front de «
l’extinction programmée de l’entrepreneur non mafieux » (si on privilégie
l’hypothèse du secteur maffieux) et de
la multiplication des activités illégales.
Enfin, comme il n’y aurait pas d’enquête judiciaire identifiant les crapules
et les charognards, les groupes violents
vont profiter de la situation de l’impunité puisque l’assassinat de Robert Anglade va être la meilleure caution à la
pérennisation de leurs activités. Et la
liste est bien longue : des civils et policiers sont victimes d’actes divers depuis
de longs mois.
Mais, la question fondamentale
: qu’est ce qui explique cette extension de la violence dans la société
haïtienne ? La misère n’est pas le véritable facteur explicatif. Il faut chercher
les causes ailleurs. Pour Alain Gilles,
« l’émergence de nouveaux acteurs,
comme la contrebande internationale,
le trafic des stupéfiants, la migration
clandestine, a contribué à former de
nouveaux territoires, de nouveaux
groupes qui recourent à la violence
comme mode de résolution des conflits.
» (5).A ces facteurs, il faut ajouter l’impunité, soutenue par le laxisme des
agents de la police nationale, l’indigence de leurs ressources (pas de véhicules, d’équipements, d’armes…) de la
non-professionnalisation de la justice,
ses pratiques archaïques, ses faibles
incitations salariales, la dissolution de
l’armée, l’absence d’une police rurale,
des services de renseignement, l’adhésion des citoyens aux pratiques criminelles obsédés par des gains faciles,
suite à la page(15)
Menez Jean-Jerome
DENNIS MULLIGAN,
Attorney-at-Law
Haiti Liberté/Haitian Times
PAUL J. JOURDAN
Real Estate
Immigration-Divorce
107 Kenilworth Place
Brooklyn, NY 11210
L’ambassadeur des Etats-Unis en
Haïti Peter Mulrean
erait Washington en mettant au pouvoir le dauphin de Martelly, Juvenel
Moise (l’homme banane) a échoué. Il
faut désormais gérer l’après-Martelly.
Et Mulrean semble être l’homme pour
la circonstance.
Le personnage est calme et flegmatique. Il s’efforce de s’exprimer dans
un français soigneux et impeccable;
histoire de montrer aux «élites» de ce
«petit pays» que la langue de Molière
n’a pas de secret pour lui.
Quand il prend la parole dans les
médias, c’est pour donner des leçons de
démocratie, de droits de l’homme, de
liberté; tout ce qui, pour lui, constitue
l’essentiel de la politique étrangère
américaine. Un mythe qu’il ne cesse de
rabâcher dans les oreilles de nos parlementaires et leaders politiques, des
individus qui, à ses yeux, devraient observer texto les diktats de Washington.
Il ne se gêne pas pour intervenir
dans la politique du gouvernement,
l’orientation économique qu’il juge opportune pour le pays, préciser la date
des élections, etc. Il sait qu’il détient
le pouvoir de l’aide financière, des
programmes de «développement», de
l’octroi de visas et de bourses, qu’il distribue parcimonieusement aux familles
de ces sénateurs et députés prêts à se
prostituer pour obtenir les faveurs du
tuteur blanc.
Aujourd’hui, notre ambassadeur
s’impatiente. Il veut que les élections
se tiennent le plus rapidement possible. Il en va, dit-il, de l’avenir du pays,
de la lutte contre la pauvreté, contre
les épidémies. Bref, c’est par la stabilité politique, claironne-t-il, que la
nation haïtienne trouvera la voie à la
prospérité.
Que signifie pour Mulrean
suite à la page(15)
JETCO
Shipping
Phone:
(718) 859-5725
(347) 898-7514
•Immigration
•Divorce
•Business Formation
(Corporation & Partnership)
•Estate Administration - Wills
•Real Estate Closings
Over 20 years experience
646-253-0580
e REHMONCO constate, sans
grande surprise, l’immixtion de
l’ambassadeur étatsunien, Peter Mulrean, dans les affaires internes d’Haïti.
Se dépouillant de ses vêtements
de diplomate, Mulrean, sans se gêner
outre mesure, se déclare contre la mise
en place de la commission de vérification, qu’il juge inopportune et une
perte de temps; et dans une récente
entrevue accordée au journal Le Nouvelliste[1], il laisse entendre que son
gouvernement pourrait se lancer dans
la bataille contre la corruption en Haïti
en poursuivant légalement les individus qui y sont impliqués.
Des déclarations qui seraient
pour le moins consternantes, si elles ne
sortaient pas de la bouche d’un homme
qui sait pertinemment qu’il se trouve en
territoire conquis. Il faudrait écrire un
jour l’histoire politique de l’ambassade
étatsunienne dans notre pays. Une ambassade qui est véritablement une «institution», un État dans l’État. Depuis
l’occupation de 1915, elle concourt à
mettre en place la politique étrangère
conçue et préparée pour Haïti, politique
qui consiste essentiellement à maintenir le pays sous la domination impérialiste des États-Unis. Les interventions
de cette ambassade ont pris différentes
formes, selon les conjonctures, les circonstances et les contextes.
On se rappelle de Clinton E.
Knox, ambassadeur extraordinaire et
plénipotentiaire (1969-1973), connu
sous le sobriquet de «macoute honoraire» pour son soutien au régime des
Duvalier. On se souvient également de
Alvin Philip Adams, mieux connu sous
le nom de «Bourik Chaje», personnage
flamboyant, transféré en Haïti deux ans
avant le coup d’État sanglant de 1991
(était-ce une simple coïncidence ou
était-il chargé d’une mission?)
Rares, aussi, sont ceux qui n’ont
pas succombé aux charmes capiteux
de l’ambassadrice Pamela A. White,
marchant dans les rues de la capitale
bradsou bradsa avec le pétillant premier ministre Laurent Lamothe. C’était
la «belle époque» du banbòch martellien.
Aujourd’hui, les temps ont
«changé». La transition que souhait-
ATTORNEY AT LAW
•TPS
•Residency
•Citizenship
11 Broadway
New York, NY 10004
(near all trains)
L
Avocat
All aspects of Immigration Law
Nous parlons français
Par le Regroupement des Haïtiens de
Montréal contre l’occupation d’Haïti
(REHMONCO)
4512 Church Avenue
Brooklyn, NY 11203
● Boxes, Barrels, Containers
● Cheapest Rates & Best Service
● Door to Door Service to
All 10 Haitian Departments
● Shipping within 6 Weeks
Etienne Victorin
Nou pale kreyòl!
963 Rogers Avenue
Brooklyn, NY 11226
(718) 462-2600
(914) 643-1226 cell
Office: 718.856.2500
Cell: 347.998.7112
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
This Week in Haiti
As New York Primary Approaches:
Haitians Rally to Sanders, Shun Clinton
by Kim Ives
H
Kim Ives/Haïti Liberté
aitians in New York City are
flocking in great numbers to the
campaign of challenger Bernie Sanders, hoping to give leading Democratic Party presidential candidate
Hillary Clinton a little payback for her
meddling in Haiti’s 2010-11 election
when she was the U.S. Secretary of
State.
On the evening of Apr. 12,
about 15 Haitians gathered at the
Sanders mobilizing office at 1300
Flatbush Ave., corner of Foster Ave.,
to plan canvassing routes and lawn
sign distribution for the campaign.
“We had a good meeting, and
everyone is very motivated,” said
Marlène Jean-Noel, a veteran Haitian
activist who had proposed a Haitian
march and rally with Sanders the day
before to Nadya Stevens, NY State Director for Bernie 2016. Jean-Noel had
gone to the Sanders campaign headquarters in Gowanus with a delegation from a recently formed “Haitians
for Bernie Sanders” coalition, one of
at least three which have popped up
in the New York Haitian community.
“If Haitians unite in a strategic
alliance behind the Sanders campaign, this can influence large sectors
of the black American Democratic
Party base who are either fooled by
the Clinton campaign’s propaganda
or, if they sympathize with Sanders’
message, as many do, are fearful that
he cannot win,” Jean-Noel’s coalition
wrote in a statement which was given
to Stevens.
“If Sanders wins New York
State, this will be a crushing blow to
Hillary Clinton, not just in terms of its
large number of delegates, but symbolically and psychologically, because
she was the state’s senator.”
Haitians are primarily angry
that Hillary intervened in Haiti’s
sovereign elections to make Haitian
President Michel Martelly president
in 2011. But they also condemn her
for fighting the Haitian Parliament’s
efforts in 2009 to raise the Haitian
minimum wage to $5 a day (winning
$3 instead), impeding exiled President Jean-Bertrand Aristide’s return
home in 2011, and, after the 2010
earthquake, unilaterally deploying in
Haiti without permission 22,000 U.S.
troops, who brought more guns than
gauze. Clinton also always supported
MINUSTAH, the hugely unpopular
Haitians meet at the Sanders campaign Flatbush office on Apr. 12 to discuss how to support him and fight
Hillary
Avis Matrimonial
Separation Announcement
Je, Marie Bernard Destinobles, née
Marie Bernard Léon, avise le publique en
général et le commerce en particulier
qu'elle n'est plus responsable des actes
de son époux, Mervins Destinobles. Mr.
Destinobles a abandonné notre toit
marital depuis deux ans.
I, Marie Bernard Destinobles, maiden
name Marie Bernard Léon, hereby
notifies the general public and particularly businesses that she is no longer
responsible for the acts of her husband,
Mervins Destinobles. Mr. Destinobles has
abandoned the house of our marriage
for the past two years.
Edgard Lafond/Haïti Liberté
UN military occupation of Haiti, first
deployed after the 2004 coup d’état
against Aristide.
Haitian ire also comes from the
record of Bill Clinton, who is blamed
for hijacking the post-earthquake Interim Haiti Recovery Commission’s
$13 billion in international aid to build
sweatshops and luxury hotels and for
destroying Haiti’s rice production by
dumping cheap Arkansas rice on the
country. (Clinton now publicly admits
that this was a “terrible mistake,” the
consequences of which he “must live
with for the rest of my life.”)
On Sun., Apr. 17 at 3 p.m., Haitians will join in a rally outside Clinton
campaign headquarters at 1 Pierrepont St. in Brooklyn to denounce her
role not only in Haiti, but in Honduras, Libya, Syria, and the Ukraine as
well.
“Always a hawk, she was a fervent supporter of the attack on Iraq
and not only supported the invasion
of Afghanistan but pushed for even
greater involvement,” the international coalition organizing that rally
wrote.
A Haitian demonstration against Hillary Clinton at Rockefeller Center on
Jan. 12, 2016, the sixth anniversary of the 2010 earthquake
With perfect timing, on Apr. 11,
Counterpunch published an account
of how Clinton used her “soft power”
to shoehorn Martelly into office. The
article was an excerpt from the recent
book “International Crossroads and
Failures in Haiti” by Ricardo Seiten-
fus, a Brazilian law professor who
was the Organization of American
States (OAS) Special Representative
to Haiti from 2009 to 2011.
After the earthquake, Hillary’s “idea was to transform Haiti
suite à la page(14)
RINCHER
A CONCERT FOR PEACE
Translations
Cheapest in Town
Birth Certificate • Resume
• Divorce/Marraige Certificates
Universal Book Store
Languages • Religious • Political
• History • Educational
Radio Optimum Mondiale
Advertising • Radios • Annonces • Nouvelles
MARIE B. LÉON
Queens, NY
12 Avril, 2016/April 12, 2016
826 Rogers Avenue
Brooklyn, NY 11226
(718) 282-4033
Email: [email protected]
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
(Let support the next Border Health
Mission to the border of the Dominican Republic and Haiti)
Let's show our support and solidarity
to the refugees living in concentration
camps-like situation. Let's show them
that WE SUPPORT THEM, that we are
their supporters forever.!!!
Ayiti Chérie!!! Quisqueya La Bella!!!!
Dominican and Haitian performers in
one staget to sing for peace and love!
Performers: Sky, Chardavoine, Arelis
Figueroa. and others.Espanol:Un
Concierto de Paz: Haiti/Republica
Dominicana.
• Haiti/DR. This SUNDAY AT 4PM at
Riverside Church, 91 Claremont Ave
corner of 120th street, New York, Room
10T
Haiti Liberté/Haitian Times
9
Entretien de José Mujica avec Christophe Ventura !
« Les républiques n’ont pas été proclamées pour que les présidents, les sénateurs ou les ministres deviennent les
nouveaux nobles. »
Vendredi 27 février 2015,
Montevideo (Uruguay)
15 h 40. La Calle Tristán Narvaja s’agite. Flâneurs et lecteurs en quête se
croisent et s’entrecroisent le long des
trottoirs qui mènent chacun d’entre
eux vers l’une des multiples librairies
magiques qui animent l’âme du barrio Cordón : Afrodrita Libros, Librería
Vila, Babilonia Libros, Libreria Minerva, etc.
L’une d’entre elles abrite un trésor.
Nom de code : « Mémoires de Garibaldi
» (« Memorias de Garibaldi »). Ecrit
par Alexandre Dumas, ce texte rare
et romancé est consacré à la vie du
« héros des deux mondes », Giuseppe
Garibaldi. L’intrépide et infatigable
combattant républicain consacra sept
ans de sa vie (1841-1848) à lutter
auprès du gouvernement de Montevideo pendant la « Grande guerre »
(1839-1851) [1] avant de rentrer en
Europe pour se consacrer à une autre
bataille majeure : l’indépendance et
l’unité de l’Italie.
Le propriétaire de la Librería Ilion.,
Milton D., exhume de ses étagères
labyrinthiques les 235 pages de ces
« Mémoires » dans leur édition originale de 1860. Un peu plus tard dans
la journée, cet ouvrage – qu’il qualifiera de « bijou » – provoquera un
échange avec José Mujica dans lequel
il évoquera l’histoire des liens entre la
République orientale et l’Italie, pays
d’origine de sa famille maternelle.
Mais pour l’heure, il faut partir retrouver le désormais ancien président de
l’Uruguay (2010-2015) [2]. Le populaire « Pepe » nous attend en effet à
17 heures dans son lumineux bureau
de la « Torre Ejecutiva », siège de la
présidence de la République à Montevideo.
Tandis qu’il prépare sa « despedida
» (fête d’adieu) présidentielle le soir
même, vingt-quatre heures avant de
transmettre le pouvoir à son compagnon Tabaré Vazquez, il a décidé
d’accorder au Monde diplomatique en
español sa dernière interview en tant
que chef d’Etat [3].
Dans cet entretien qu’il m’a accordé
en tant qu’envoyé spécial du mensuel,
José Mujica explique pourquoi, selon
lui, la politique doit permettre la naissance d’une nouvelle culture humaine.
Mais il expose également en quoi l’action politique traverse une « crise de
crédibilité » et analyse les difficultés
de la gauche prise dans le flot des contradictions de la nature humaine.
Il expose enfin son évaluation des
changements intervenus en Amérique
latine depuis le début du XXIe siècle et
alerte sur les impasses de la globalisation actuelle.
Christophe Ventura : Durant
votre mandat présidentiel (20102015), vous avez incarné ce que j’ai
envie d’appeler un « président anthropologue ». En effet, tout au long
de cette période, vous avez cherché à
inscrire l’action de l’Etat dans le cadre
de votre conception du monde. Et cette
dernière affirme la centralité de l’être
humain dans le processus de la vie.
Ceci fait une différence avec bien d’autres dirigeants politiques qui agissent
en fonction de paramètres plus froids
et de court terme : budget, investissements, croissance, etc. Êtes-vous d’accord avec cette analyse ?
José Mujica : Voyons… Je pense
tout d’abord qu’il faut s’occuper en permanence et sans relâche des questions
du quotidien, de l’alimentation, du travail des gens, de leurs logements, de
l’éducation, de la santé. Mais il faut le
faire en partant d’une prémisse fondamentale : la croissance, même quand
l’économie se porte très bien, multiplie la richesse en même temps qu’elle
accentue toujours les inégalités. Ainsi,
si l’Etat n’intervient pas pour enrayer
la situation - au moins en partie -, la
vie en société devient difficile, les contradictions s’accentuent et prennent un
caractère explosif malgré l’accumulation des richesses.
10
Entretien de José Mujica à la Torre Ejecutiva (siège de la présidence de la
République orientale d’Uruguay, le vendredi 27 février 2015)
La globalisation n’est pas un conte. Elle est bien réelle. Mais réelle pour
déboucher sur un désastre
Le populaire José Mujica« Pepe »
C’est un premier point. Mais
nous, les êtres humains, nous ne nous
nourrissons pas seulement de pain.
Nous nous interrogeons aussi sans fin
: qui sommes-nous? Où allons-nous ?
Comme la notion de démocratie
n’est jamais achevée et qu’il faut reconnaître qu’elle a des limites, nous devons
nous attacher à créer des conditions de
démocratie bien plus réelle, plus profonde, moins injuste. La politique doit
aussi se préoccuper de ces choses-là.
Et même si on a l’air de prêcher dans
le désert, il ne faut pas renoncer, parce
que la question des valeurs est, en définitive, un préalable.
Mais cette question, dans un
monde qui se préoccupe pourtant de
tout et de n’importe quoi, ne semble
plus exister. Les sciences et la technologie peuvent bien être utiles pour
rendre notre vie un peu plus agréable,
mais elles n’ont pas une intention en
soi. Cette intention et ce sens, c’est à
nous de leur donner sur la base des nos
principes éthiques.
Si je me résume, je pense qu’il est
possible de modifier la réalité matérielle
de manière significative. Mais notre culture, elle, reste plus ou moins la même.
Le changement culturel est beaucoup
plus difficile à atteindre. Une partie de
ce changement ne s’obtient pas par une
action sur des racines extérieures. Il
s’obtient en touchant à des choses qui
s’enracinent au plus profond de nous
mêmes. Il faudrait que les être humains
décident de s’améliorer eux-mêmes
dans un combat quotidien pour devenir meilleur… C’est de là que pourrait
surgir le véritable « homme nouveau
». Parce que l’ « homme nouveau », ce
n’est pas celui qui jaillit un jour d’un
monde ayant résolu ses contradictions
! L’ « homme nouveau », c’est l’homme
de toujours, celui que nous connaissons, mais qui désire s’améliorer. Celui
qui est conscient de ses bassesses et de
ses vilenies, mais qui se rend disponible
pour lutter contre. C’est lui l’« homme
nouveau », celui qui veut se réinventer.
L’homme ne pourrait-il pas être partiellement maître du sens qu’il veut donner
à sa propre vie ? Si ce n’est pas le cas,
nous pourrons toujours dépasser nombre de nos contradictions, elles finiront
toujours par revenir.
Pourquoi dis-je tout cela ? Parce
que les républiques sont nées d’un cri
désespéré contre l’absolutisme, les
monarchies, le féodalisme. Mais elles
en ont adopté en peu de temps des us
et coutumes que nous conservons toujours, qui viennent du passé et aux-
Haiti Liberté/Haitian Times
quels nous nous sommes simplement
accoutumés. Ainsi, ceux qui détiennent
le pouvoir ne sont pas nos égaux, et ne
parlons pas de ceux qui détiennent la
richesse ! Voyons un exemple : il est
dit de notre gouvernement qu’il a mis
en place un agenda social important.
Mais il faut admettre que les gens de
couleur qui ont des problèmes sont les
pauvres de couleur, que les homosexuels ayant des problèmes sont les homosexuels pauvres, que les femmes les
plus discriminées sont en premier lieu
les femmes pauvres. L’agenda social ne
peut éliminer ces contradictions de fond
qui sont des contradictions de classe.
Tout ceci me fait penser que
nous n’avons pas suffisamment mis en
avant la bataille culturelle. Et si nous
ne nous battons pas sur le terrain de la
culture, nous abandonnons à d’autres
un terrain trop précieux. Je le crois et
je le dis. Même étant président, je n’ai
jamais cessé d’être un combattant de
la lutte sociale et je pense que ce qui
me rend un peu différent, c’est justement cela. Je n’ai pas été avalé par la
fonction.
CV : D’après vous, le fait d’être
toujours resté un combattant vous a-t-il
aidé à faire de la politique l’instrument
d’un lien entre les gens, visant à développer les relations dans la société face
à la logique du marché, qui dissocie les
individus et la société ?
JM : La crédibilité de la politique
est en crise. Tout républicains que nous
soyons, nous nous sommes « fait avoir
» par nous mêmes. Les républiques
n’ont pas été proclamées pour que les
présidents, les sénateurs ou les ministres deviennent les nouveaux nobles.
Et que le risque grandisse de les voir
se préoccuper avant toute chose de leur
propre avenir économique. C’est pour
cela que la politique manque de crédibilité, parce que les gens se rendent très
bien compte de ce fait. On commence
par ne plus croire aux hommes politiques, puis aux partis. Et à la fin, c’est
l’être humain qui ne croit plus en luimême. Que reste-il alors ? Le nihilisme.
Il semblerait que les sociétés modernes
soient des sociétés désenchantées. Elles
ne se passionnent pour rien et aucune
cause ne trouve grâce à leurs yeux.
Mais l’être humain a besoin de croire.
Du point de vue anthropologique, il est
l’animal le plus utopique qui existe. Et
je vous le dis sur la base de mon observation personnelle. Dans tout ce qui
m’a été donné de voir dans ma vie, j’ai
pu constater l’existence de constan-
tes au sein de chaque groupe humain
et à toutes les époques. Tous finissent
par croire en quelque chose, par s’inventer une religion ; et rien n’est plus
utopique qu’une religion ! L’homme a
un besoin religieux, il a besoin de croire
en quelque chose. Mais comme la modernité est plutôt « a-religieuse », alors
que faire ? Lutter pour les moyens de
production n’assouvit pas ce besoin.
Aujourd’hui, je n’observe pas les
gens ressentant la nécessité de devenir
meilleurs. Ils ressentent plutôt celle de
gagner plus, d’acheter plus, mais pas
de devenir meilleurs. Et cette maladie
traverse aussi bien la droite, la gauche
que le centre. C’est la maladie de l’époque.
CV : La consommation ...
JM : Elle se dissimule dans la
consommation. La consommation a un
pouvoir d’étourdissement énorme. Elle
s’impose comme le sens principal qui
oriente toute notre existence.
CV : Vous avez déclaré que votre
gouvernement a eu du mal à faire une
politique plus à gauche parce que le
peuple voulait des IPhones...
JM : Le capitalisme a besoin que
les gens consomment toujours plus et il
invente donc pour ce faire des besoins
nouveaux en permanence, souvent fictifs. Mais entendons-nous ! Je ne suis
pas contre la consommation en soi. Je
suis contre la perte de temps et d’énergie que le gaspillage provoque. Je suis
pour utiliser ce temps et cette énergie
pour traiter les questions fondamentales qui concernent l’humanité. Dans
notre monde, la compétition pousse à
changer de téléphone tous le trois ou
quatre mois ; mais le vrai problème vital qu’il faut régler est celui de l’eau en
Afrique subsaharienne. La population
qui quitte massivement l’Afrique ne
peut être contenue avec des murs. Le
gaspillage dans notre société de consommation, jamais satisfaite, aboutit
à une perte collective de solidarité. Le
monde moderne est de plus en plus
riche, mais chaque fois moins solidaire.
CV : Comment faut-il construire
cette solidarité ?
JM : Je n’ai pas la réponse. Je
ne peux que dénoncer honnêtement
ce que je vois. Etre intellectuellement
honnête est la base de tout. Je crois
que tout ceci nous dérange, mais je
crois qu’il faut que nous soyons beaucoup dérangés car la gauche dont nous
avons besoin à l’avenir ne pourra plus
répéter, comme le chant des sirènes, les
discours de Lénine. Lui a commis les
erreurs de son temps, c’est ainsi. Il faut
que nous le comprenions ainsi ! Pour
moi, la gauche ne peut pas continuer avec la même routine. Ou alors, je
me demande, s’il y aura toujours une
gauche dans le futur.
CV : Est-il possible que les forces
de gauche et syndicales, ainsi que les
organisations populaires, soient devenues conservatrices ?
JM : Oui, parce qu’elles deviennent corporatistes, prêtes à défen-
dre le statu quo et les conquêtes obtenues mais elles oublient les objectifs
politiques en chemin. Il y avait une
boutade qui disait « si tu ne changes
pas, rien ne changera, même si Fidel
est ton président » (rires). La question
est là… Nous devons abandonner le
raisonnement selon lequel plus nous
améliorerons l’environnement matériel
de l’homme, plus nous améliorerons
mécaniquement l’homme et irons vers
la création de l’ « homme nouveau
». Arrêtons ! Sinon, nous renvoyons
la création de l’ « homme nouveau »
à une hypothèse de futur. La bataille
débute maintenant et elle commence
notamment au sein des forces de
gauche. Mais il faut une grosse dose
d’honnêteté intellectuelle pour la mener car si les forces de gauche suivent le
même chemin et partagent les mêmes
vices que la droite, les gens ne sauront
pas faire la différence.
La différence entre la gauche et
la droite est que la droite pense que
l’homme est un animal égoïste - et rien
de plus qu’égoïste - et que rien n’est
meilleur que l’initiative individuelle.
Chacun est responsable d’organiser sa
propre vie. Voici, en résumé. La gauche
ne réfute pas cette dimension de la réalité ; mais elle pense qu’il existe en plus
la solidarité et la société et qu’il faut
améliorer les relations dans la société
pour essayer d’atténuer l’égoïsme dont
nous avons été doté par la nature. C’est
un dilemme irréductible.
CV : Votre gouvernement a connu des succès considérables en matière
de lutte contre la pauvreté et les inégalités. Pensez vous que la politique est
l’art du possible ou bien l’art de rendre
possible ce qui est nécessaire pour le
peuple ?
JM : Les changements dans une
société nécessitent la création d’outils collectifs. La situation actuelle est
duale parce qu’elle oblige à considérer
les gens tels qu’ils sont, et les gens ont
des attentes terre à terre. Je ne peux
pas parler à quelqu’un des choses que
je viens d’évoquer ici parce qu’il me
rétorquera « Et comment je paie l’électricité demain » ? Ma première préoccupation est de m’assurer que cette
personne ait de quoi payer l’électricité
; je n’ai pas le droit de lui parler d’autre
chose avant. La bataille se mène sur
les deux fronts, parce que si à la fin il
n’y a plus personne derrière toi, alors
tout est fini. Cet état de choses nous a
obligés à nous occuper des problèmes
concrets : comment créer de l’emploi,
comment trouver des investissements,
etc. Le problème le plus grave était le
chômage, ce qui nous a obligés à entreprendre plusieurs réformes qui nous
éloignaient peut être de nos convictions
initiales, mais qui nous rapprochaient
des gens et de leur vie concrète.
Il est possible que nous, hommes de gauche, ayons négligé une
question fondamentale : aucune valeur n’est plus importante que la vie.
Être en vie est déjà un miracle. Il faut
donc prendre soin de la vie. Mais de
quelle vie ? De la vie bien concrète des
suite à la page(16)
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Surprisingly Affordable!
NY State of Health’s
NEW Essential
Plan
Coverage is
$20
a month or free
if you qualify
The Essential Plan is a new
health insurance plan for
New Yorkers that includes:
Comprehensive Benefits
Free Preventative Care
NO Deductible
Enroll Anytime!
Essential Plan enrollment is open ALL YEAR
1-855-355-5777
nystateofhealth.ny.gov
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Haiti Liberté/Haitian Times
11
Perspectives
Pourquoi les « Panama Papers » ?
Par Thierry Meyssan
Contrairement aux apparences, la
campagne des « Panama Papers »
n’aura pas pour conséquence de restreindre les malversations financières,
ni d’augmenter les libertés, mais exactement le contraire. Le système va
se contracter un peu plus autour du
Royaume-Uni, de la Hollande, des
États-Unis et d’Israël, de sorte qu’eux
et eux seuls en auront le contrôle. En
violant le principe d’égalité devant la
Justice et leur éthique professionnelle,
les membres de l’International Consortium of Investigative Journalists se
sont mis aux service des ennemis de
la liberté et des défenseurs du Grand
capital, et le fait qu’ils aient épinglé au
passage quelques malfrats n’y changera rien. Explications.
La stratégie économique
des États-Unis
Au début de son mandat, le président Obama a désigné l’historienne
Christina Romer pour présider son
Comité des conseillers économiques. Ce
professeur à l’Université de Berkeley
est une spécialiste de la crise de 1929.
Selon elle, ni le New Deal de Roosevelt,
ni la Seconde Guerre mondiale n’ont
permis de sortir de cette récession, mais
l’afflux de capitaux européens, à partir
de 1936, fuyant la « montée des périls
».
C’est sur cette base que
Barack Obama a conduit sa politique
économique. En premier lieu, il a agi
pour fermer tous les paradis fiscaux que
Washington et Londres ne contrôlent
pas. Puis, il a organisé la déstabilisation de la Grèce et de Chypre, de sorte
que les capitaux européens se réfugient
dans les paradis fiscaux anglo-saxons.
Tout a commencé en Grèce, en
décembre 2008, avec des manifestations à la suite de l’assassinat d’un
adolescent par un policier. La CIA a
transporté par autobus des casseurs
du Kosovo pour perturber une manifestation et installer un début de chaos [1]. Le département du Trésor a pu
alors vérifier que des capitaux grecs
quittaient le pays. L’expérience étant
concluante, la Maison-Blanche décida
de plonger cet État fragile dans une
crise financière et économique qui remît
en cause l’existence même de la zone
euro. Comme prévu, à chaque fois que
l’on s’interroge sur une éventuelle expulsion de la Grèce de l’euro ou sur
une dissolution de la zone euro, des
capitaux européens se précipitent dans
les paradis fiscaux disponibles, principalement britanniques, états-uniens et
MULTIPLE
Service Solutions
Fritz Cherubin
• Income Tax Preparation
• Immigration Services
• Translation of Documents
(French, English, Spanish)
• Notary Public
• Fax
1374 Flatush Avenue
Brooklyn NY 11210
718-421-6787
12
La doctrine Romer : contraindre les
paradis fiscaux non-anglo-saxons
à renoncer, et déstabiliser l’Union
européenne jusqu’à ce que les
capitaux refluent vers les paradis
fiscaux du Royaume-Uni, de la
Hollande, des États-Unis et d’Israël
hollandais. En 2012, une autre opération fut conduite contre le paradis fiscal
chypriote. Tous les comptes bancaires
furent confisqués au-delà de 100 000
euros. C’était la première et unique fois,
dans une économie capitaliste, que l’on
observa ce type de nationalisation [2].
Au cours des huit dernières années, nous avons assisté à de nombreuses réunions du G8 et du G20 qui
ont établi toutes sortes de règles internationales, prétendument pour prévenir
l’évasion fiscale [3]. Cependant, une
fois ces règles adoptées par tous, les
États-Unis —et dans une moindre mesure Israël, les Pays-Bas et le Royaume-Uni— s’en sont dispensés.
Les paradis fiscaux
Chaque paradis fiscal a un statut
juridique particulier, généralement saugrenu.
Actuellement, les principaux paradis fiscaux sont l’État indépendant de
la City de Londres (membre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande
du Nord), l’État du Delaware (membre
des États-Unis), et Israël, mais bien
d’autres paradis fiscaux existent, surtout britanniques, à commencer par les
îles de Jersey et de Guernesey (membre du duché de Normandie et à ce titre
placé sous l’autorité de la reine d’Angleterre, mais ni membre du Royaume-Uni, ni de l’Union européenne),
Gibraltar (un territoire espagnol dont
la propriété foncière est anglaise et que
le Royaume-Uni occupe illégalement),
jusqu’à Anguilla, les Bermudes, les
îles Caïmans, les îles Turques, les îles
Vierges ou Montserrat. Il y a en aussi
quelques uns rattachés à la Hollande :
Aruba, Curaçao, ou Sint Maarten.
Un paradis fiscal, c’est une «
zone franche » étendue à tout un pays.
Frantz Boisson, EA
Licensed: US Treasury Dept.
TAX & ACCOUNTING
Individual, Self-employed,
Corporate, Cabbies, Aliens,
Business Set-up, Proposals
IRS REPRESENTATION
Audits, Back taxes, Warrants,
Levies, Appeals
3415 Avenue I
(near Flatbush Ave.)
Brooklyn, NY
718-462-2085
Haiti Liberté/Haitian Times
Hillary Clinton: le soutien
à Netanyahou et le coup
militaire au Honduras
Durant une dizaine d’années,
Forbes a classé Fidel Castro comme
le chef d’État le plus fortuné au
monde. S’il est aujourd’hui admis
que c’était de la pure propagande,
Forbes ne s’est jamais excusé
Cependant, dans l’imaginaire collectif,
une zone franche est indispensable à
l’économie, tandis qu’un « paradis fiscal » est une calamité, c’est pourtant
exactement la même chose. Bien sûr,
certaines entreprises abusent des zones
franches pour ne pas payer d’impôts,
et d’autres abusent des paradis fiscaux, mais ce n’est pas une raison pour
remettre en question l’existence de ces
dispositifs indispensables au commerce
international.
Dans leur guerre contre les paradis fiscaux non-anglo-saxons, les
États-Unis ont surtout porté des coups
contre la Suisse [4]. Ce pays avait
développé un strict secret bancaire permettant à de petits opérateurs de mener
des transactions à l’insu des gros. En
contraignant la Suisse à abandonner
son secret bancaire, les États-Unis ont
étendu leur surveillance de masse aux
transactions économiques. De la sorte,
ils peuvent aisément truquer la concurrence et saboter l’action des petits
opérateurs.
Les « Panama Papers »
C’est dans ce contexte que
Washington a fourni au Süddeutsche
Zeitung 11 500 000 fichiers informatiques piratés au quatrième cabinet
d’avocat au monde chargé de créer
des sociétés off shore. Cet espionnage
étant un crime, les prétendus « lanceurs d’alerte » qui l’ont accompli sont
restés anonymes. Bien sûr Washington
a d’abord soigneusement trié les dossiers et a exclu en premier lieu tous
ceux relatifs à des ressortissants ou à
des entreprises états-uniennes, puis
probablement ceux qui concernent
ses bons alliés. Le fait que quelques
prétendus alliés, en délicatesse avec
l’administration Obama, —comme le
président Petro Porochenko— figurent
dans ces documents, nous confirme
qu’ils viennent d’être lâchés par leur
suite à la page(15)
J&M
Accounting
Service
Expert Income Tax Preparation
Jean R. St. Jour, CB
2916 Clarendon Road
(between Nostrand & E. 29th St.)
Brooklyn, NY 11226
718.284.0733
La candidate démocrate Hillary Clinton lors de la réunion récente de
l’American Israeli Public Affairs Committee (AIPAC)
Par Barry Sheppard
L
ors de la réunion récente de
l’American Israeli Public Affairs
Committee (AIPAC), les trois candidats républicains à la présidentielle
ainsi que la candidate démocrate Hillary Clinton ont joué des coudes dans
la compétition de celui qui apparaîtra
le plus favorable à Netanyahou et à
l’Etat sioniste.
L’AIPAC est, aux Etats-Unis,
le puissant lobby en faveur du gouvernement israélien et de chacune
de ses politiques. Il exerce une forte
pression sur tous les membres du
Congrès.
Hillary Clinton a probablement remporté la compétition, pour
reprendre les mots du célèbre journaliste Glenn Greenwald, par «un
discours en faveur d’Israël militariste dégoûtant, va-t’en guerre au
possible, sans la moindre ombre de
préoccupation pour le peuple de Palestine.»
Elle a insisté sur la nécessité
pour les Etats-Unis de maintenir le
développement de l’armée israélienne, dotée de l’arme nucléaire, au
moyen de milliards de dollars d’aide
et d’armement de telle sorte qu’elle
puisse surpasser tous les autres pays
de la région, en soutien du récit sioniste ridicule qui postule que le pauvre
petit Israël est menacé par ses voisins.
Hillary Clinton, dans son discours, s’est donné beaucoup de
peine pour critiquer le mouvement,
qui prend de l’ampleur, en faveur
du Boycott, Désinvestissement et
Sanctions (BDS) ; mouvement qui
lutte contre l’occupation israélienne
de la Cisjordanie et l’asphyxie de
Gaza. «Un grand nombre de jeunes
ici présents aujourd’hui», a déclaré
Clinton, «sont en première ligne
dans la bataille visant à s’opposer au
mouvement alarmant, connu sous le
nom de BDS, en faveur du désinvestissement et des sanctions […] Nous
devons rejeter toute tentative de diffamation, d’isolement ou de déstabilisation d’Israël ainsi que du peuple
juif.»
Les «jeunes» de l’audience
dont il est question sont les militants
sionistes, souvent enragés, présents
sur de nombreux campus qui cherchent à placer hors la loi les groupes
étudiants croissants qui soutiennent
le mouvement BDS, y compris la
Jewish Voice for Peace. Par cette déclaration, Hillary Clinton s’aligne sur
ceux qui établissent un trait d’égalité
entre l’opposition aux politiques israéliennes et la diffamation du peuple
juif, autrement dit l’antisémitisme.
Le Conseil d’administration
nommé par l’Etat (Regents) de l’Université de Californie (UC) a récemment tenté de faire passer une motion
qui assimile l’antisionisme à l’antisémitisme, prohibant BDS et Jewish
Voice for Peace de tous les campus de
l’UC. L’indignation a obligé le conseil
d’administration d’atténuer son texte, assimilant «certains» antisionistes
avec des antisémites. C’est d’ailleurs
sur la base d’une insinuation fausse
qui a attribué des graffitis antisémites
à des activistes du BDS.
Les législatifs de certains Etats
ont introduit des lois assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme. Cela
revient à affirmer – parmi d’autres
faussetés – que de nombreux Juifs
antisionistes, y compris des citoyens
israéliens, des figures comme Noam
Chomsky, les membres de Jewish
Voice of Peace, les membres juifs
d’organisations socialistes et bien
d’autres sont antisémites. Cela correspond bien au récit sioniste selon
lequel tous ces Juifs éprouvent de la
«haine d’eux-mêmes» ou pire encore.
La déclaration de Clinton
devant l’AIPAC l’ancre pleinement
dans le soutien à cette campagne
sioniste. Elle assimile également les
Juifs avec l’Etat d’Israël, une fausse
allégation sioniste selon laquelle Israël est «l’Etat de tous les Juifs dans
le monde».
Autant le parti démocrate que
le parti républicain, toutes les administrations américaines, y compris
celle d’Obama, ont et continuent de
déverser des montagnes d’argent
et d’armements sur Israël, soutiennent Israël diplomatiquement et
soutiennent l’occupation de près
d’un demi-siècle par Israël de terres
conquises au cours de la guerre de
1967. Clinton fait sienne toutes ces
politiques, mais d’une manière plus
véhémente.
Ainsi que Greenwald l’a dit,
H. Clinton a fait «non seulement
de l’adoption du gouvernement de
droite israélien un élément central
de sa campagne, mais de Netanyahou lui-même.» Le clan Clinton a des
suite à la page(16)
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Transfert de fonds
à travers le monde
à partir de n’importe quel
emplacement de Postes Canada.
Fiable • Rapide • Abordable
www.moneygram.ca
1-877-716-6940
MoneyGram, le Globe, et le lien qui vous rapproche sont des MC/MD de MoneyGram. Toutes les autres marques appartiennent à leurs propriétaires respectifs. ©2016 MoneyGram.
pmp_16-00197_print_FR_9-95x11-65in.indd 1
Vol.
9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
01.03.2016 17:14
Haiti Liberté/Haitian Times
13
Suite de la page (3)
a donné lieu à une guerre ouverte
parmi les multiples organisations
de femme évoluant dans la défense
des conditions de la gente féminine.
Mais finalement, c’est madame Marie
Frantz Joachim qui a été choisie pour
ce secteur. Pareil pour le secteur des
droits humains. On en est venu à faire
des coups de poing à en croire les responsables d’une branche qui conteste
le choix de Jean Simon Saint-Hubert
pour représenter ce secteur.
Quant au secteur syndical, divisé sur le cas de son ex-représentante
au CEP de Pierre-Louis Opont qui
s’accrochait à une branche sans support, une partie voulait garder Marie
Lourdes Edith, l’une des 3 dernières
des Mohicans qui n’entendaient pas
quitter le siège du CEP à Pétion-ville.
Après des débats houleux sur la place
publique, c’est madame Dorcély Josette qui, finalement, a été désignée
par le Président Privert. Pour le secteur Vodou/paysan, après un début de
polémique mal engagé, surtout avec
l’élection d’un nouveau Ati National
qui a vécu longtemps au Canada, Kenson Polynice devient son représentant
au sein du nouveau CEP. Il remplace la
mambo Carline Viergelin qui formait,
avec les deux autres rescapées, le trio
infernal de l’ancien CEP. Le secteur
université qui traverse une crise sans
précédent depuis des mois, relative à
l’organisation des élections pour renouveler le bureau du Rectorat, est
empêtré dans ses méandres. Tout le
monde conteste tout le monde et personne n’a légitimité ni autorité morale
ni légale pour désigner un représentant
qui serait respecté par la population et
surtout ayant suffisamment de crédit
pour cautionner ou organiser des élections crédibles dans le pays.
Dans la douleur, ce secteur a
envoyé Bernard Jean Lucien pour suc-
céder à Marie-Carmel Paul Austin qui
s’accroche, elle aussi, dans les grilles
du CEP à Pétion-ville en compagnie de
ses deux collègues féminins refusant
d’abandonner les lieux. Mais, Bernard
Jean Lucien n’est pas un inconnu au
CEP. Ce citoyen a déjà occupé ce poste
au pire moment de la vie de cette institution. Il était Conseiller électoral
en 1987, lors du massacre de la ruelle Vaillant sous les militaires. Il avait
aussi contribué à la mascarade électorale du général Henri Namphy nommant le professeur Leslie F. Manigat
Président de la République en 1988.
Le secteur privé ou des Affaires, après
l’échec de Pierre-Louis Opont, avait
pris ses précautions bien qu’il ait tenté
d’imposer une autre tête de turc bien
connue du pays s’agissant de Jacques
Bernard. Ce secteur a envoyé deux
noms au Président Privert, un homme
et une femme. Evitant une nouvelle
levée de bouclier et un scandale de
plus avant même que le CEP s’installe, Jocelerme Privert a jeté son dévolu
sur la femme en la personne de Marie
Hérolle Michel comme la représentante
du secteur privé.
Les protestants ont évité aussi
le pire. Ils ont vite éteint le début d’incendie qui démarrait dès la demande
de la présidence d’envoyer les noms
pour le CEP. Secteur pluriel et divers,
plusieurs chapelles voulaient envoyer
les noms de leurs propres fidèles. Mais,
suite à une rencontre au Palais national avec tous les secteurs concernés, un
consensus a été trouvé entre eux sur
le nom de Frinel Joseph. Il représente
finalement le secteur Cultes réformés.
Pour la première fois de l’histoire du
CEP, le choix du secteur presse s’est vu
contesté. Attention, ce n’est pas la personne désignée qui est en cause. C’est
la manière dont elle a été choisie qui
pose problème pour les contestataires.
Ces derniers estiment que Léopold
Berlanger qui a été déjà membre d’un
précédent CEP n’est pas journaliste et
de fait, selon eux, il n’est pas qualifié
pour être leur représentant. Sauf que
l’argument n’est pas fondé. Certes,
Léopold Berlanger n’est pas journaliste de profession, mais il est patron
de presse.
Il est le propriétaire d’une
chaîne de radio diffusée à travers
tout le pays. Il emploie un nombre
considérable de journalistes et d’autres travailleurs de presse. A ce titre,
il peut être le représentant de ce secteur. Après la montée aux créneaux
de plusieurs groupes de journalistes,
surtout ceux des provinces, reprochant
entre autres leurs collègues de la capitale de tout accaparer, une entente a
été trouvée. Et du coup, c’est Léopold
Berlanger qui, pour la seconde fois,
représente le secteur presse au sein
de l’organisme électoral dont il en
devient Président après sa tentative
ratée lors de sa première expérience.
Enfin, celui du secteur catholique. Le
seul, l’unique qui ne fait aucun objet
de contestation de la part de qui que
ce soit. Maître Carlos Hercule, avocat
réputé et respecté par ses pairs. Il n’est
pas un militant du secteur catholique.
D’ailleurs, c’est pour cela que le Cardinal Chibli Langlois, à travers la Conférence Episcopale d’Haïti, l’a désigné
pour ce secteur.
Après les accusations de corruption portées contre son dernier
représentant, Ricardo Augustin, la
CEH n’a voulu prendre aucun risque
pour ne pas ternir son image. L’une
des rares institutions privées en Haïti qui garde pour le moment tous ses
crédits et veut continuer à peser sur
les affaires politiques du pays. Maître
Carlos Hercule est devenu Vice-Président du CEP en compagnie de son
collègue Léopold Berlanger, Président.
Ils auront à mener la barque d’un organisme public qui, malheureusement,
ne pourrait pas grand-chose face aux
contradictions et aux intérêts divergents des uns et des autres. Ainsi, une
fois le gouvernement dirigé par le professeur Enex Jean-Charles investi et
installé dans ses fonctions, le Conseil
Electoral Provisoire qui n’attendait que
cette démarche officielle a été lui aussi
investi et installé dès le jeudi 31 mars
2016. Ce Conseil a-t-il une mission
spéciale et une feuille de route à exécuter ? Selon toute vraisemblance, la
réponse est oui.
Pourra-t-il l’exécuter ? C’est
la principale préoccupation de tous
les acteurs liés ou pas à l’accord du
6 février dernier. Comme pour le
dernier CEP qui a lamentablement
échoué parce qu’il n’obéissait qu’aux
politiciens sans comprendre qu’il
était un organisme indépendant, les
membres du CEP de l’ère Privert sont
aussi compétents sinon plus que leurs
collègues précédents. Sauf que ce CEP
hérite d’une situation on ne peut plus
complexe et compliquée politiquement.
Il n’y a aucun doute sur la volonté de
Léopold Berlanger et de son équipe de
faire œuvre qui vaille en vue de produire un travail sérieux, voire de se
distinguer de Pierre-Louis Opont et de
ses semblables. Mais, deux choses lui
manqueraient pour réaliser son vœu le
plus cher : les moyens financiers et le
consensus politique entre les acteurs
concernés. Pour les moyens financiers,
c’est un moindre mal.
Rien n’est plus facile pour un
Etat, fut-il l’Etat haïtien, de trouver les
ressources nécessaires pour exécuter
ou atteindre ses objectifs. Surtout si
la volonté est là. Pour les précédentes
joutes, on disposait de l’argent en
grande quantité. Plus de 60 millions de
dor and his allies who had “plotted a
coup against Haitian President René
Préval.” However, the coup would
come a month later, Seitenfus explained, when “on Sunday, January
30, 2011, the unavoidable foreign
actor in the recurring Haitian political crisis decided to put an end to the
dispute. Hillary Clinton had arrived in
Port-au-Prince.”
Seitenfus masterfully relates
how, with the couched euphemisms
of a Mafia don, Hillary commanded
Préval, without doing so, to withdraw his protégé, Jude Célestin, from
the presidential race if he wanted to
reserve for himself “a special place in
the pantheon of Haiti’s history and
the struggle for democracy in the continent.”
“Préval replied with an emotive,
albeit enigmatic smile,” Seitenfus concludes. “It was only him who knew
that the crisis had reached its epilogue
at that moment.”
Clinton has a few Haitian-Amer-
ican elected officials supporting her,
like New York State Assemblywoman
Rodneyse Bichotte. However, those
endorsements don’t count for much
among the Haitian grassroots, where
influential radios, like Radio Panou,
are running pro-Sanders spots.
Bernie Sanders has beaten
Hillary Clinton in eight out of the past
nine primaries, but if she loses New
York, it could be her Waterloo. Haitians are pushing hard to make it just
that.
Suite de la page (9)
into a Taiwan of the Caribbean, with
maquiladoras, an apparel industry,
tourism, and call centers,” Seitenfus
explained. “These would be the niche
sectors that would guide the new cooperation framework. In this plan,
the particularities of Haiti itself didn’t
matter much.”
Seitenfus explains how in a
December 2010 diplomatic meeting on Haiti’s election crisis, he and
then Prime Minister Jean-Max Bellerive turned back the U.S. Ambassa-
Manje tonmtonm veritab mwen
Touye je ansoudin bay pitit fi m
Epi kase ti bwa nan zòrèy mwen
Ban m tijezi san konfesyon
Ou pa bezwen kyete ou
Demen avan jou kase kou labrin
Mwen pral jete bilten ou
M a va grate zong mwen
Pou mwen sa jete de bilten
Epi plen vant mwen avèk aransò
Pete kòf lestomak mwen avèk tafya
pike
Soule m pou ou ka woule m jan ou vle
Fè m rele viv ou
Ou se kandida popilè
Epi gade non si sa pa regle
Si sa pa mache
Ame m avèk bout bwa gwo wòch galèt
Rete dèyè pèsyèn sou balkon byen wo
Fè m siy tizonnen m eksite m
Fè m pran lari
Fè mwen mache sou lame
TECHNIC
DRIVING SCHOOL
vlc
CAR, BUS, TRACTOR TRAILER
auto
repair
• Engines • Transmissions
• Brakes • Starters
• Oil Change • Alternators
• Inspections
Mwen se pèp
Kou m pran you bal
Lanbilans va ranmase m mennen m
lopital
Fanmi m va desann nan mòn
Pete on kri
Tonbe kriz
Ya fè bèl veye
Chante chante a lanmò
Jwe kat
Mete bwa nan nen
LA DIFFERENCE
AUTO SCHOOL
LEARN TO DRIVE
547 Albany Ave.Brooklyn, NY 11203
Nou pale kreyòl!
718.363.2873
La Différence Auto School
30 HRS BASIC DRIVER COURSE
CPR & FIRST AID TRAINING
5 HR CLASSES
6 HR DEFENSIVE DRIVING
19A CERTIFICATION
1207 ROGERS AVENUE
BROOKLYN, NY 11226
718.282.7792
14
C.C
GREAT LEGACY
AUTO SCHOOL
“At Great Legacy We Convert
Your Fears Into Confidence”
8402 Flatlands Avenue
Brooklyn, NY 11236
Suite de la page (6)
LEARN TO DRIVE
dollars américains, sans compter l’apport non négligeable du gouvernement
haïtien. Le tout placé sous la houlette
de l’Internationale sur le compte de
PNUD. Or, nous avons appris qu’il ne
reste pas grand-chose en caisse. Estce Opont et ses collègues qui ont tout
dépensé ? Pas sûr, dans la mesure où
les décaissements se faisaient sous le
contrôle de l’Internationale. En clair, le
PNUD et les bailleurs de fonds étrangers savent avec exactitude où est passé
l’argent. Sur ce plan, pas d’inquiétude.
S’il faut avoir de l’argent frais, le CEP
de Berlanger n’aura aucune difficulté
pour renflouer les caisses. D’où, d’ailleurs, l’audit que le nouveau CEP entreprend afin de faire la lumière sur les
actions de l’ancien CEP avant même
qu’il se lance dans des opérations qui
engageraient sa crédibilité.
Si par malheur l’argent avait été
gaspillé à des fins qui n’ont rien à voir
avec les élections, ce ne serait même
pas l’affaire des autorités haïtiennes.
Ce serait celle de la Communauté internationale. Quant à l’Etat haïtien,
il trouverait d’autres sources de financement pour organiser ces joutes
électorales. Maintenant, il reste le côté
politique de la mission du CEP de la
dernière chance. Avant même son installation, un débat faisait rage sur ce
qu’il doit entreprendre. Selon certains,
c’est ce même CEP qui devrait s’occuper de vérifier ce qui s’était passé lors
des joutes du 9 août et du 25 octobre
2015. D’autres, plus prudents et plus
réalistes qui veulent garder la neutralité du CEP, avancent que cette affaire
relève d’une Commission indépendante formée de personnalités non liées au
CEP afin de préserver ses membres de
toutes influences politiques.
Car & Limo Service
• 24 Hour Radio Dispatched
• Fast Response • All Airports
528 Empire Blvd., Bklyn, NY 11225
Haiti Liberté/Haitian Times
718.771.2299
836 Rogers Avenue
(between Church Avenue
& Erasmus Street)
Brooklyn, NY 11226
Manager: Ernst Sevère
Tel: 718-693-2817
Cell: 917-407-8201
Fè ti jwèt kachkach liben
Epi pè savann va chante antèman m
Ya fouye you twou mete m
Epi ou a fè gwo diskou nan radio
Ekri gwo atik sou jounal
Mete non m nan listwa
Di toupatou mwen se nèg brav
Nèg kanson nèg vanyan
Mèsi kandida papa.
Jean Albert Réjouis
(718) 676-4514
(718) 942-4242
Martine Dorestil, Owner
Danny Dorestil, General Manager
5 Hour Classes
Defensive Course Saturday 9AM
GET YOUR TAX REFUND FAST
• Income Tax
• Insurance (car, life, home, business)
• Real Estate
• Financial Consulting
• Notary Public
• Translations (from French,
Creole, Spanish to English)
• Typing (resume, flyers, invitations, papers,
business letters)
• Faxing (sending and receiving). Copying.
• Electronic Filing
Phone: 718.693.8229 Fax: 718.693.8269
1786 Nostrand Ave., Brooklyn, NY 11226
(between Clarendon Rd & Avenue D)
Chery’s Brokerage, Inc.
CHERY’S BROKERAGE
1786 Nostrand Ave., Brooklyn, NY 11226
Tel: 718-693-8229 * Fax: 718-693-8269
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Suite de la page (12)
puissant protecteur.
Alors que le Panama est un État
de langue espagnole et que le Süddeutsche Zeitung est édité en Allemagne,
les fichiers volés ont été dénommés en
anglais par leurs espions : « Panama
Papers ».
Au passage, les auteurs de cette
carabistouille tentent de nous persuader que tous les hommes qui se dressent
contre Washington seraient des voleurs. Souvenons-nous par exemple des
campagnes qui furent menées contre
Fidel Castro, accusé d’être un trafiquant
de drogue et classé par Forbes parmi
les plus grandes fortunes du monde
[5]. Pour avoir constaté les difficiles
conditions de vie de la famille Castro à
Cuba, je me demande comment on a pu
monter un bobard pareil. Les nouveaux
magnats secrets seraient donc Vladimir
Poutine, Bachar el-Assad et Mahmoud
Ahmadinejad —dont la frugalité est
pourtant légendaire—.
Cette propagande contre des adversaires politiques, n’est que la partie
émergée de l’iceberg, l’important étant
l’avenir du système financier international.
Violation de l’éthique des
journalistes
Le Süddeutsche Zeitung fait
partie de l’International Consortium
of Investigative Journalists (ICIJ), une
association spécialisée non pas dans
le journalisme d’investigation comme
son intitulé pourrait le faire croire, mais
dans la dénonciation de crimes financiers.
Dans les sociétés républicaines,
la Justice doit être égale pour tous. Mais
l’ICIJ, qui a déjà rendu publics plus de
15 millions de fichiers informatiques
depuis sa création, n’a jamais porté atteinte aux intérêts des États-Unis. Elle
ne peut donc certainement pas prétendre agir par souci de justice.
En outre, des principes républicains de notre société découlent des
Suite de la page (3)
Ce plan de réponse humanitaire vise à
porter des éléments de solution à des
problématiques clés comme l’insécurité
alimentaire sévère affectant 1.5 million
de personnes, à assurer un minimum
de protection et de services de base à
plus de 120 mille personnes déportées/
retournées de la République Dominicaine, répondre aux besoins de 62 mille
personnes vivant encore dans les camps
de déplacés du séisme, apporter une
réponse rapide à l’épidémie de choléra,
lutter contre la vulnérabilité au choléra
dans les zones à haut risque, appuyer
le renforcement de la coordination humanitaire et la phase de préparation aux
urgences climatiques. Un ensemble de
situations qui fragilisent et rendent com-
L’International Consortium of
Investigative Journalists n’en est pas à
sa première affaire. C’est lui qui avait
rendu publics, en 2013, 2,5 millions de
fichiers informatiques volés à 120 000
sociétés off shore. Puis, c’est lui encore
qui avait révélé, en 2014, les contrats
signés entre des multinationales et le
Luxembourg pour bénéficier d’une fiscalité privilégiée. Et c’est lui toujours
qui révéla, en 2015, les comptes de la
banque britannique HSBC en Suisse.
L’International Consortium of Investigative Journalists, on s’en doute,
est financée par de nombreux organismes liés à la CIA, comme la Fondation
Ford, et les fondations de George Soros.
Ce dernier exemple est le plus intéressant : pour les membres de l’ICIJ, l’argent de M. Soros ne vient pas de la CIA,
mais de ses spéculations financières au
détriment des peuples, ce qui le rendrait
plus acceptable.
Principe fondamental des sociétés républicaines : pour être légitime, la
Justice doit s’appliquer également à tous (article 6 de la Déclaration des
droits de l’homme et du citoyen de 1789). Or, depuis sa création, l’ICIJ
s’abstient de dévoiler les crimes des États-Unis. Ce faisant, elle contribue
à l’accroissement des injustices
obligations pour les journalistes. Cellesci ont été formalisées dans la Charte
de Munich, adoptée en 1971 par tous
les syndicats professionnels du Marché
commun, puis étendue au reste du
monde par la Fédération internationale
des journalistes.
Je comprends parfaitement que ce
texte impose des limitations parfois difficiles à supporter. Et j’ai, il y a quelques
années, fait partie de ceux qui croyaient
utile de pouvoir la violer de temps à autres. Mais l’expérience prouve qu’en
la violant, on ouvre la voie à d’autres
violations qui se retournent contre les
citoyens.
Les journalistes de l’International
Consortium of Investigative Journalists ne se sont pas posés de question
éthique. Ils ont accepté de travailler sur
des documents volés et triés, sans avoir
la moindre possibilité de vérifier leur
authenticité.
La Charte de Munich stipule que
les journalistes ne publieront que des
informations dont l’origine est connue,
qu’ils ne supprimeront pas d’informations essentielles ou n’altéreront pas les
textes et les documents ; enfin qu’ils
n’useront pas de méthodes déloyales
pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
Trois exigences qu’ils ont violées
en parfaite connaissance de cause, ce
qui devrait les exclure des instances
professionnelles et provoquer la révocation des directeurs de la BBC, de
France-Télévisions, de NRK, et pourquoi pas de Radio Free Europe/Radio
Liberty (la radio de la CIA qui est elle
aussi membre du Consortium des journalistes).
Plus de Résistance sans paradis
fiscaux non anglo-saxons
Que le Hezbollah détienne des
sociétés et des comptes secrets au Panama et ailleurs n’a rien de surprenant.
J’évoquais dans un récent article les
efforts de la Résistance libanaise pour
s’auto-financer sans avoir à dépendre
des subventions iraniennes. Le complexe montage financier auquel il s’est
livré devra être entièrement recomposé,
faute de quoi le Liban redeviendra la
proie de ses voisins israéliens.
Que le président Ahmadinejad
ait créé des sociétés off shore pour
contourner l’embargo dont son pays
était victime et vendre du pétrole non
seulement n’est pas un crime, mais
c’est tout à son honneur.
Que la famille Makhlouf, les
cousins du président el-Assad, ait utilisé
un montage financier pour contourner
l’embargo illégal des puissances occidentales et permettre aux Syriens de
se nourrir durant cinq années de guerre
d’agression est tout aussi légitime.
plexe la réalité dans laquelle se trouve
le pays, aggravée entre autres, par la
dévaluation continue de la monnaie haïtienne, les taux d’inflation élevés, une
crise politique et économique aigue, les
faiblesses structurelles en termes de capacité de coordination et développement
national.
«Des problèmes structurels associés à des multiples urgences continuent d’augmenter la vulnérabilité de
millions d’Haïtiens. Nous devons agir
ensemble pour permettre à ces gens de
se relever », a insisté Mourad Whaba, coordonnateur de l’action humanitaire et représentant spécial adjoint du
secrétaire général des nations unies en
Haïti.
De ces 193.8 millions de dollars
américains réclamés, 105 millions de
dollars seront consacrés à la sécurité
alimentaire, la sécheresse et la nutrition; 20 millions dans la lutte contre
le choléra et dans le renforcement du
système de santé, 22 millions dans
les affectés par la crise migratoire entre
Haïti et la République Dominicaine, 38
millions pour les déplacés encore sous
Suite de la page (8)
et l’inefficacité des forces onusiennes.
Le citoyen patriote éprouve
donc, un sentiment de dégoût : pour
Haïti, et pour ses fils égarés en terre
étrangère. L’assassinat de Robert Anglade, comme d’autres déjà perpétrés,
banalisés par la justice, et la police
vient d’achever l’espoir que placent
encore certains haïtiens dans l’avènement d’une Haïti prospère et égalitaire. Les acteurs politiques, toutes
catégories confondues, ne donnent pas
l’impression d’avoir compris, évalué
les effets néfastes de l’insécurité. Ils
en tirent, pour certains, l’essentiel de
leurs ressources : n’ayant aucun plan
de lutte contre l’insécurité, contre la
disponibilité des armes, et l’impunité, depuis de longues années. Ils ne
peuvent recourir à l’indignation, à la
compassion, comme exutoires à leur
connivence et à leur silence, face à la
machine puissante de l’insécurité qui
mange, triture, assassine, phagocyte
les meilleurs talents d’Haïti. La société haïtienne a vocation désormais « à
assurer sa sécurité menacée dans l’état
de nature », forcée de rompre « l’édifice
civil, à travers le contrat qui le fonde
»(6). Elle ne peut se résigner à accepter
la guerre déclarée par des groupes de
gangs institutionnalisés, des individus
qui agissent sur commande, au risque
de laisser filer le destin de ces fils, jetés
dans « le grand collecteur des égoûts
du moment. »
Notes
1. Saisissons cette occasion pour
protester contre l’opération de confiscation d’une partie du territoire de
Saint Louis du Sud par les habitants
d’Aquin. « Jardin sur Mer » est situé à
Saint Georges, quatrième section communale de Saint Louis du Sud, contrairement à la propagande de la presse
locale. Aquin, ne disposant pas de sites
touristiques, s’emploie depuis quelques
années à diffuser des informations tendant à englober Saint Georges et Zanglais dans son aire géographique.
2. Jean METELLUS, « Haïti, mon
ile exposée et secrète », Paris, Les Editions de Janus, 2015,p.63.
3. Zones rizicoles d’Haïti : Vous
n’en croirez pas vos yeux !jeudi 27
septembre 2012,www.alterpresse.org
4. « Plus de 4 policiers sont
morts par balles, depuis le début de
l’année 2016, dont le dernier en date
est Gérald François, un agent de la
18e promotion de la Police nationale
d’Haïti (Pnh), abattu, ce mercredi 2
mars 2016, au Boulevard Harry Truman (plus connus sous le nom de «
Bicentenaire »), près du bâtiment qui
loge le Théâtre national d’Haïti. »(alterpresse,3 mars 2016)
5. Alain GILLES, » Etat, Conflit
et violence en Haïti. Une étude dans
la région de l’Artibonite », Port-auPrince, 2008,p.36
6. Pour reprendre les mots du
Léviathan, de Hobbes, paru en 1651.
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Que va-t-il rester de ce vaste
déballage ? D’abord la réputation
de Panama est détruite et mettra de
longues années à se relever. Ensuite,
de petits malfrats qui ont abusé du
système seront poursuivis en justice,
tandis que quantité de commerçants
honnêtes devront longuement se justifier devant les tribunaux. Mais contrairement aux apparences, ceux qui
animent cette campagne veilleront à ce
que rien ne change. Le système restera donc en place, mais tendra désormais à fonctionner au profit exclusif
du Royaume-Uni, de la Hollande,
des États-Unis et d’Israël. En croyant
défendre leurs libertés, ceux qui auront
participé à cette campagne l’auront en
réalité réduite.
Notes
[1] Merci aux lecteurs qui retrouveront l’interview que j’ai donnée
à un média grec à ce sujet en 2009.
Je n’avais pas écrit d’article, juste un
paragraphe incident dans « La “révolution colorée” échoue en Iran », par
Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 24
juin 2009.
[2] « Le pion chypriote », par
Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) ,
Réseau Voltaire, 25 mars 2013.
[3] « Le G 20 : une hiérarchisation des marchés financiers », par JeanClaude Paye, Réseau Voltaire, 9 avril
2009.
[4] « Lutte contre la fraude fiscale
ou main mise sur le système financier
international ? », « UBS et l’hégémonie
du dollar », par Jean-Claude Paye, Réseau Voltaire, 3 mars et 21 octobre
2009.
[5] « Forbes invente la fortune de
Fidel Castro », par Salim Lamrani, Réseau Voltaire, 24 mai 2006.
RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS
(SYRIE) | 6 AVRIL 2016
les tentes, 1 million dans la préparation
et réponse aux désastres et 2.9 millions
dans la coordination des affaires humanitaires dans le pays.
Suite de la page (8) Quand l’ambassadeur Peter Mulrean gère la transition de l’après-Martelly
«stabilité politique»? Est-ce le régime
mafieux de Martelly qui, après cinq ans
de pouvoir, aurait laissé les caisses de
l’État vide, un gouvernement qui, en
la personne de son président, a incarné
le plus vulgaire des sexismes? Est-ce
encore ce régime au cours duquel on a
vu la misère du peuple augmenter de
façon exponentielle, l’exploitation des
ouvriers dans les zones franches s’intensifier, les richesses minières du pays
livrées à des compagnies étrangères
prédatrices? Est-ce cela qu’il appelle la
prospérité?
Mulrean dit que la «stabilité politique» attire les investisseurs. De quels
investisseurs parle-t-il? Est-ce ces
hommes d’affaires qui depuis le régime
de Jean-Claude Duvalier, investissent
dans la sous-traitance, le tourisme,
FRANTZ DANIEL JEAN
FUNERAL SERVICES INC.
• Funerals in All Boroughs
• Transportation of Remains
• Cremation
l’agro-business? Des capitalistes locaux
et internationaux qui ont bénéficié de la
destruction de l’agriculture, de l’industrie nationale, de l’exode rural?
À l’heure actuelle, cette «stabilité politique» à laquelle tient tant
Mulrean traverse une fois de plus une
crise profonde. Depuis près d’une vingtaine d’années, sa reproduction et son
maintien dépendent de plus en plus
de l’ingérence étrangère. Politique et
surtout militaire. Mulrean en est conscient. C’est pourquoi il prend en main
la gestion de l’après-Martelly avec
gravité, non seulement pour s’assurer
de la tenue des élections, mais aussi et
surtout de la reproduction du statu quo
ante. Ce qui dans la réalité signifie pour
le peuple haïtien la continuation de la
misère, de l’exploitation, de l’exclusion.
En ces temps de grandes souffrances de la nation haïtienne, il est
temps de mettre fin à cette domination des puissances impérialistes dans
la gestion d’Haïti. C’est pourquoi le
REHMONCO encourage les forces
progressistes, les organisations populaires d’Haïti à continuer la lutte contre cette domination impérialiste et
demande aux classes travailleuses du
Canada, des États-Unis et des pays de
l’Amérique latine de se joindre à cette
lutte pour l’émancipation et l’autodétermination du peuple haïtien.
Pour authentification.
Renel Exentus
Ricardo Gustave
Contact : [email protected]
gmail.com
Guarino Funeral Home
Nou pale kreyòl.
Serving the Haitian Community
for Over 30 Years
5020 Foster Avenue
Brooklyn, NY 11203
9222 Flatlands Avenue
Brooklyn, NY 11236
718.613.0228
718-257-2890
Haiti Liberté/Haitian Times
15
Suite de la page (10)
gens ; parce que je n’ai pas le droit de
sacrifier la vraie vie de mes compatriotes pour une hypothétique utopie. Je
me dois de leurs apporter la meilleure
vie possible maintenant.
Cela signifie-t-il qu’il existe des
limites au monde que nous pouvons
construire ? Non, cela veut dire avoir
de l’humanité et de l’amour pour la vie.
C’est ce que je privilégie en premier. Les
êtres humains ne disposent pas d’un
temps infini, ils n’ont que ce qu’ils vivent, ce n’est pas simple. Notre lutte
n’est pas de courte durée et il n’y aura
pas une issue éclatante dans un délai
court.
Il existe seulement un chemin et
il nous faut des êtres disposés à le prendre en luttant. Je ne crois pas que l’on
arrivera un jour au but. Le but n’existe
pas ! Seul existe le chemin et ce sont
les luttes menées en route qui nous
rendent dignes et nous apportent de la
satisfaction.
CV : Quelle est votre évaluation
des changements obtenus ces dernières
années en Amérique latine ? Quel regard posez-vous sur l’intégration latino-américaine d’aujourd’hui ?
JM : Il y a eu un rapprochement et
un respect plus grand entre des gouvernements qui ont des philosophies distinctes, mais qui ont pris l’habitude de
se rencontrer et d’échanger leurs points
de vue comme jamais auparavant. Ici,
en Amérique du sud, autour de chaque
port important on a fini par construire une nation, ou du moins un pays.
Et ces pays étaient connectés avec le
reste du monde, pas avec leurs voisins.
Nous avons vécu ainsi pendant deux
cents ans. La maturité que nous avons
acquise permet désormais une relation
forte entre gouvernements et favorise
la signature d’accords. Nos rapports
avec les Etats-Unis ont changé. Nous
sommes beaucoup plus indépendants
politiquement parlant. Notre rapport
avec l’Europe a changé également.
Mais il reste beaucoup d’obstacles à
franchir devant nous avant d’arriver à
l’intégration.
CV : Lesquels ?
JM : Les pays, surtout les plus
grands, sont préoccupés par leurs
projets nationaux. Les projets de construction collective sont faibles. Nous
avons des difficultés pour développer
des industries complémentaires. Il nous
arrive de traiter les marchés des pays
voisins comme des marchés étrangers.
Nous n’avons pas réussi à sensibiliser
les masses pour qu’elles s’approprient
le concept d’intégration. L’intégration
reste une préoccupation intellectuelle
de ceux qui lisent deux ou trois journaux par jour, mais elle ne touche pas
les peuples. Et si les peuples n’en sont
pas conscients, l’intégration ne sera pas
possible. C’est une faiblesse politique. Je
suis un fervent intégrationniste, mais je
dois regarder la réalité en face. Je con-
state que la principale préoccupation
des trois ou quatre plus grands pays
de la région est chaque jour d’avantage
leur situation interne et non pas les relations avec les voisins. Est-il possible
de dépasser ce stade ? Je l’espère…
Nos bourgeoisies ne sont pas
visionnaires. Par exemple, le noyau
économique le plus important se trouve
dans la bourgeoisie de Sao Paulo. Mais
cette bourgeoisie pauliste n’est pas prête
à parcourir le continent à la recherche
d’alliances. Elle le fait, mais plutôt
pour phagocyter, pour acheter. Surtout
pas pour multiplier les potentialités et
trouver des alliés. Elle devrait se battre
aujourd’hui pour bâtir un réseau d’entreprises multinationales latino-américaines capable de disputer le terrain aux
multinationales qui viennent d’ailleurs.
Mais elle finit par se soumettre et par
nouer des alliances qui lui font perdre
du terrain. L’intégration sera possible,
s’il existe une volonté politique à toute
épreuve. Voilà le défi.
quant le principe « qui n’est pas avec
moi est avec l’autre ».
nôtre…
Notes
[1] Ce conflit fut une guerre civile qui se transforma en guerre régionalisée, puis internationalisée. Elle
opposa les troupes du président uruguayen renversé Manuel Oribe, soutenu par le gouvernement argentin de
Juan Manuel de Rosas, aux partisans
du nouveau président Fructuoso Rivera
soutenu, lui, par le Brésil, les marines
françaises et anglaises, ainsi que par
les opposants argentins à Rosas. A la
tête de sa Légion italienne vêtue de
chemises rouges qui forgeront sa légende, Giuseppe Garibaldi participa à
la défense de Montevideo et fut nommé
chef de la marine uruguayenne par le
gouvernement de Rivera (1843).
[2] Ce dernier est désormais sénateur de la République et dirigeant du
Mouvement de participation populaire
(MPP). Il est l’une des personnalités latino-américaines les plus écoutées.
[3] Le Monde diplomatique en
español, septembre 2015 (entretien en
espagnol disponible sur Mémoire des
luttes : « Hay una crisis de credibilidad
en la política »).
CV : Washington a-t-il une nouvelle stratégie ?
JM : Non, Washington se préoccupe d’endiguer la Chine, de trouver
le moyen de lui bloquer le chemin en
matière de commerce, et l’Europe fait
la même chose. Ils veulent même se
retrouver au sein d’une sorte de communauté atlantique. Ceci peut prendre
de l’importance et chemin faisant, ils
offriront la Russie à la Chine en appli-
CV : Sommes-nous dans un
monde multipolaire chaotique ?
JM : Oui, très chaotique. Je vais
essayer d’être bref. Je crois que le
monde connaît une crise éminemment
politique. La globalisation n’est pas un
conte. Elle est bien réelle. Mais réelle
pour déboucher sur un désastre. Essayer d’en sortir suppose de la contrôler au
lieu de la laisser nous contrôler. Mais
nous n’avons pas le niveau politique
nécessaire. Les discussions qui se tiennent en Europe, aux Etats-Unis et dans
les pays centraux m’arrachent vraiment
le coeur. Il n’est pas possible que nous
discutions depuis trente ou quarante
ans comme cela sur la taxe Tobin. Estil encore possible de discuter une telle
évidence aujourd’hui à ces niveaux
de responsabilités ? Il semblerait que
nous ayons trop peur de mettre le doigt
dans les affaires des multimillionnaires.
Nous sommes terrifiés à l’idée de freiner
les banques. Et que dire des questions
monétaires…
Jusqu’à quand accepterons-nous
que le monde du travail soit arnaqué
par la politique monétaire lorsque nous
devrions travailler à la création d’un
système couvrant le monde entier ?
Système qui ne devrait pas être entre
des mains privées. Enfin, tu réalises
bien que ces questions dépassent les
capacités d’un petit pays comme le
L’oligarchie et les militaires du
Honduras partageaient les mêmes
craintes, ils pensaient également que
Zelaya pourrait prendre des mesures
en faveur des travailleurs appauvris
du pays.
Quelques semaines avant le
coup, Clinton fit un voyage au Honduras, lequel était probablement organisé avec l’aide de l’armée américaine qui possède des bases dans le
pays. Il était trop bien organisé pour
avoir été la seule œuvre de l’armée
hondurienne.
Un câble de l’ambassade
américaine destiné à Clinton, révélé
par Wikileaks, a montré que cette
dernière a eu une connaissance immédiate du coup. Elle a initialement
soutenu l’affirmation de l’armée
selon laquelle Zeyala «a fui au milieu de la nuit afin d’éviter la justice
en raison de ses crimes». Il est rapidement apparu que l’armée s’était
emparée de lui et l’avait conduit sur
une base militaire des Etats-Unis,
connue sous le nom de SOUTHCOM
Joint Task Force-Bravo [en charge des
opérations militaires des Etats-Unis
en Amérique centrale, son centre de
commandement est situé dans la base
aérienne de Soto Cano, au Honduras]
dans l’attente d’ordres sur son sort,
puis le président déposé a été envoyé
en exil au Costa Rica.
Le coup a été condamné par
l’Organisation des Etats américains
(OAS) et par les Nations unies, qui
exigèrent le rétablissement immédiat
de Zelaya à son poste. Cette revendication a été ignorée par l’administration Obama.
Clinton est devenue la personne
de contact pour l’administration. Elle
a orchestré la tenue au Honduras
«d’élections libres et justes […] qui
rendraient sans objet la question de
Zelaya», ainsi qu’elle l’écrit dans son
livre Hard Choices [traduit en français
sous le titre Le temps des décisions].
Des «élections libres et justes»
dans une dictature militaire établie à
la suite d’un coup d’Etat violent, revenait à couvrir le coup d’une feuille
de vigne. Une feuille de vigne assez transparente, car personne ne
s’y est trompé. L’administration a
continué de fournir illégalement de
l’aide financière et militaire au gouvernement militaire, en violation du
Foreign Assistance Act.
Le résultat n’est autre que le
désastre qu’est aujourd’hui le Honduras, avec sa capitale, Tegucigalpa, qui
se situe quais en tête des «capitales
du crime». Les animateurs de mouvements de travailleurs, de paysans,
d’indigènes, de Noirs, de femmes,
de personnes LGBT, des prêtres et
des intellectuels sont assassinés,
torturés, disparaissent. Un article du
New York Times [3 mars et 11 mars
2016] a baptisé le Honduras du nom
de «désordre made in USA». Avant
d’ajouter que depuis le coup, «le
pays descend toujours plus dans un
abysse en matière de droits humains
et de sécurité».
Clinton continue de faire l’éloge
du Honduras comme d’un exemple
brillant de démocratie. Elle rend les
trafiquants de drogue responsables
de tous les problèmes. Il est vrai que,
sous la dictature, outre la répression
et les tueries [voir sur ce site l’article
en date du 29 mars 2016], l’armée
s’est impliquée financièrement dans
la transformation du Honduras en
un narco-Etat, avec une telle terreur des gangs qu’elle a contraint
de nombreux jeunes à faire le choix
désespéré d’entamer le voyage dangereux et plus que difficile vers les
Etats-Unis, pour y chercher l’asile.
Du soutien à l’apartheid israélien au coup au Honduras, l’administration Obama, et sa personne
de contact Hillary Clinton, nous
laissent un héritage d’exploitation
impérialiste qui inflige une misère
énorme.
AMBIANCE
EXPRESS
DANA CARIBBEAN
CUISINE
Traduction de l’entretien original en espagnol : Rosa Gutierez
Photos de l’entretien :
Sofía Martínez Frenkel
Mémoire des luttes
12 avril 2016
Suite de la page (12)
relations d’amitiés personnelles avec
la famille Netanyahou.
Bernie Sanders est le seul candidat à ne pas s’être rendu à la rencontre de l’AIPAC. Il n’a pas dit que
cela était à cause des politiques de
l’AIPAC, mais parce qu’il menait
campagne ailleurs. Il a affirmé: «il est
absurde, comme le fait une fraction
du gouvernement Netanyahou, de
suggérer que la construction de nouvelles colonies [en Cisjordanie] est la
réponse appropriée aux récentes violences. Il n’est pas non plus acceptable que le gouvernement Netanyahou ait décidé de retenir des centaines
de millions de shekels de recette fiscale, qu’il est censé percevoir en leur
nom, des Palestiniens.»
Même des critiques aussi limitées d’Israël, qui faisaient partie il y
a 20 ans de la politique officielle des
Etats-Unis, ont disparu des médias
mainstream.
Lors d’un débat récent, H. Clinton a attaqué Sanders pour des commentaires qu’il a faits dans les années
1980, alors qu’il visitait le Nicaragua
suite à la révolution sandiniste. Des
commentaires qui étaient positifs envers les politiques sandinistes et certaines politiques du gouvernement
cubain. Sanders a répliqué qu’il était
opposé autant à la guerre soutenue
par les Etats-Unis (les «contras»)
Immaculeé Bakery
& Restaurant
2 Locations en Brooklyn
contre Nicaragua sandiniste qu’aux
politiques américaines envers Cuba.
Par cette charge contre Sanders,
Hillary Clinton signalait à une fraction de l’électorat qu’elle endossait la
guerre des «contras» soutenue par les
Etats-Unis contre la révolution nicaraguayenne, et ainsi que les invasions
de Cuba organisées par les Etats-Unis
(la «Baie de Cochons» en avril 1961),
les tentatives d’assassinat de Castro,
tout comme d’autres formes de terrorisme et le blocus économique.
H. Clinton, autant lorsqu’elle
était sénatrice que lorsqu’elle occupait
le poste de secrétaire d’Etat d’Obama,
tout comme par la suite, s’est montrée une partisane loyale de toutes
les guerres américaines, des bombardements, des frappes par drones,
des soutiens aux dictateurs, etc. Lorsqu’elle était secrétaire d’Etat, elle
n’était pas seulement la porte-parole
de ces politiques, elle participait à leur
élaboration. Son dossier est long.
Je ne veux mentionner ici qu’un
exemple: son rôle dans le coup d’Etat
militaire au Honduras en 2009.
Ce coup renversa le président élu
démocratiquement, Manuel Zelaya.
L’administration Obama s’opposait à
Zelaya parce qu’il s’approchait trop
d’Hugo Chavez et parce qu’elle craignait un nouveau gouvernement de
gauche en Amérique latine.
KATOU
RESTAURANT
5012 Ave M
(Entre E. 51 et Utica)
10h am – 10h pm
Spécialités
• Pâtés • Pain • AK-100 • Gâteaux
• Jus citron • Bonbon amidon
• Bouchées • Cornets
• Pain patate (sur commande)
• Bouillon (chaque samedi)
• Soupe (chaque dimanche)
1227 Nostrand Avenue
(entre Hawthorne & Winthrop)
Tél: 718.778.7188
1411 Nostrand Avenue
(entre Linden & Martense)
Tél: 718.941.2644
16
Une innovation dans la cuisine
haïtienne à Brooklyn
Tous les plats haïtiens réalisés par une
équipe de cordons bleus recrutés sous
la supervision de Katou
Griots – Poissons – Poissons Gros Sel
– Dinde – Poulet – Cabri
– Boeuf – Légumes
Bouillon le samedi – Soupe le
dimanche – Bouillie de banane le soir
Appelez le 718-618-0920
Livraison à domicile
Si vous avez du goût, vous ne
lâcherez pas Katou Restaurant
Haiti Liberté/Haitian Times
Venus
RESTAURANT
Specializing in
Caribbean &
American Cuisine
(Traduction A l’Encontre,
6 avril 2016)
A l’Encontre 9 avril 2016
2026 Nostrand Avenue
Brooklyn, NY 11210
• Restaurant
• Fritaille
• Patés
We do Catering
Available for all
Occasions
Fritaille etc..
670 Rogers Avenue
(Corner of Clarkson Ave)
Brooklyn, NY 11226
“Venus, l’entroit idéal”
718-287-4949
The Finest in Haitian Food
2025 Nostrand Avenue
(just off Farragut Road)
Brooklyn, NY
Breakfast • Lunch • Dinner
Pâtés • Gateaux
Catering • Delivery • Parties
General Manager: Marie S
Chef: Véronique Pillard
Manager: Danaelle Bonheur
718.434.4287
718.484.2335
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
A Travers le monde
Les prisonniers d’Obama !
Au Brésil, le processus
de destitution de Dilma
Rousseff a commencé
Par Koldo Campos Sagaseta
Il y a aux USA environ 500 prisonniers politiques, des prisonniers à
propos desquels personne n’interroge Obama, dont les grands médias
de communication ne parlent ni ne
parleront jamais, et qui ne seront jamais l’objet des préoccupations des
parlements européens ni des mairies
de certaines des grandes capitales européennes, telles que Madrid.
Parmi tant d’autres prisonniers,
il y a des poètes comme Leonard
Peltier, indien lakota et dirigeant de
l’American Indian Movement (Mouvement Indien Américain), qui, presque
aveugle et de santé fragile, a passé 40
ans derrière les barreaux pour avoir
défendu les droits des peuples indiens.
Des cinéastes comme Robert Redford
et des hommes politiques comme Nelson Mandela ont demandé et continuent à réclamer sa libération. En plus
de Leonard Peltier, 200 autres Indiens
d’Amérique du Nord sont emprisonnés
aux USA, tout comme, par ailleurs, des
dizaines de prisonniers afro-américains. Mumia Abu Jamal, journaliste et
militant politique, qui a passé 34 ans
derrière les barreaux, est un de ceux
qui cumulent le plus grand nombre
d’années de prison.
Les prisonniers politiques portoricains se comptent par dizaines, comme Oscar López Rivera, emprisonné
depuis 35 ans, et qui a refusé une mesure de ‘’clémence’’ de la part du président Clinton en 1999 parce qu’alors,
a-t-il dit, il serait plus prisonnier à l’extérieur qu’à l’intérieur de la prison.
La prisonnière politique Ana
Belén Montes, d’origine portoricaine et
officier des services secrets US, a été
condamnée à 25 ans de prison, dont
elle a purgé 14, pour avoir alerté Cuba
de projets terroristes tramés aux USA
contre cette île caraïbe. À Guantanamo, presque cent personnes, enlevées
dans différents pays et transférées
secrètement par avion jusqu’à ce territoire dont Cuba fut dépouillé il y a plus
Mumia Abu-Jamal
Leonard Peltier
La commission chargée d’analyser la procédure d’impeachment a voté
en faveur de la destitution de Dilma Roussef à Brazilia le 11 avril 2016
Par Claire Gatinois
Ana Belén Montes
Oscar López Rivera
d’un siècle, attendent depuis des années de savoir ce qu’on va faire d’elles,
privées de leurs droits, y compris du
droit à être défendues, dans l’attente
d’un jugement qu’elles n’obtiendront
pas.
L’année dernière, dans les rues
des USA, mille deux cents personnes,
noires pour la plupart, sont mortes
sous les coups de la police. De fait, il
n’existe nulle part au monde de police
qui tue plus, ni plus impunément.
médias, qui nous le présentent, aujourd’hui comme hier et comme tous
les jours, souriant, se protégeant de la
pluie sous un parapluie, dansant avec
sa ravissante Michelle, s’amusant avec
ses filles heureuses, prenant un café
avec une habitante, jouant au basket
avec des enfants, saluant un cireur de
chaussures, nous montrant sa voiture,
son avion privé, mangeant un hamburger dans la rue, buvant un soda…
Qu’il est humble, ce Prix Nobel de la
Guerre, qu’il est humble et quel fils de
pute.
Résultats de recherche d’images
pour « Obama en cuba »
Et Obama a encore l’impudence
de parler à Cuba des droits de l’homme, abrité qu’il est par la couverture
que lui offrent constamment les grands
Date de parution de l’article
original: 10 avril 2016
Traduit par Jacques Boutard
Edité par Fausto Giudice
Tlaxcala 11 Avril 2016
Un nouvel Eisenhower contre Trump ?
mesure de rassembler à la fois les
soutiens de Trump et les apparatchiks du parti, de manière à éviter
l’implosion du parti.
En 1952, le général Dwight
Eisenhower n’avait pas participé
aux primaires car il était encore
commandant des Forces en Europe.
Il s’était glissé dans la compétition
presque à la fin et avait été massivement désigné par le Congrès du
Parti républicain pour le représenter.
Réseau Voltaire 11 avril 2016
Pour sauver sa présidente, il
a convoqué Zola et son « J’accuse…
! ». José Eduardo Cardozo a pris un
ton solennel pour dénoncer ce qui
représente à ses yeux une attaque faite
à la démocratie brésilienne : la menace
d’impeachment (procédure de mise en
accusation et de destitution) de Dilma
Rousseff pour un motif, selon lui, fallacieux. « Il n’y a pas eu faute, il n’y
a pas eu crime (…). L’histoire ne pardonnera pas les auteurs et coauteurs
d’une violation de l’Etat de droit », a
plaidé l’ancien ministre de la justice,
qui assurait la défense de la présidente
brésilienne.
Son éloquence n’aura pas suffi
à convaincre la majorité des soixantecinq membres de la commission chargée d’analyser la procédure lancée
contre Dilma Rousseff, accusée d’avoir
embelli les comptes publics. Lundi 11
avril, trente-huit ont voté en faveur de
sa destitution, vingt-sept contre.
La première étape du processus
visant à éloigner du pouvoir la présidente, membre du Parti des travailleurs
(PT, gauche), avant la fin de son second mandat, est donc franchie. Sans
surprise. Les proches de Dilma Rousseff et de son mentor, l’ancien président
Luiz Inacio Lula da Silva (2003 -2010),
n’attendaient guère un vote favorable.
Les militants du PT fondent
maintenant leurs espérances sur le vote
en assemblée plénière de la Chambre
CATERING &
TAKE-OUT
Le général James Mattis
P
our évacuer l’hypothèse Donald
Trump, des membres du Parti
républicain cherchent un nouveau
candidat à la présidence des ÉtatsUnis. Ce pourrait être le général
James Mattis.
Ce grand intellectuel, surnommé le « moine soldat » par ce qu’il
ne s’est jamais marié, a été patron
du CentCom. Il a la réputation parmi les troupes de prendre soin de
chacun et particulièrement des
moins gradés.
Un groupe de milliardaires a
constitué une équipe de sept spécialistes pour étudier à la fois la
possibilité de lancer la campagne
de James Mattis et les réactions
des électeurs. Il semble qu’en cas
de victoire de Donald Trump aux
primaires, seul le général serait en
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
des députés, prévu entre vendredi 15
et dimanche 17 avril. « Nous avons
plus que des espoirs, l’impeachment
est désormais improbable ! », assuret-on à l’Institut Lula. Pour démettre la
présidente, une majorité des deux tiers
des députés est requise, soit 342 voix,
avant le vote au Sénat. A ce jour, selon
le décompte du quotidien Estado de Sao
Paulo, 298 députés seraient en faveur
du départ de la présidente contre 119.
Reste une petite centaine d’indécis devenus l’objet de toutes les convoitises.
Depuis des semaines, Lula, ardent défenseur de Dilma Rousseff,
tente de les convaincre de rester fidèles
au PT. Encore auréolé de l’héritage économique et social de ses deux mandats,
l’ancien syndicaliste aurait, selon la
presse, installé son QG à l’Hôtel Royal
Tulip de Brasilia, non loin de l’Alvorada, la résidence de Dilma Rousseff. «
Un bunker. On laisse son téléphone à
l’entrée, et les premiers mots de Lula
auprès de ses invités sont : “Qu’est-ce
que je peux faire pour t’aider ?” », croit
savoir une source à Brasilia.
Là défileraient devant l’ancien
président les députés perplexes ou opportunistes auxquels seraient offerts
ici un poste au sein du futur gouvernement, là une promesse d’amendement
favorable à leur circonscription… « On
entre dans le dur. Ça devient très cru »,
affirme cette même source.
Charmeur, habile tacticien, Lula
profite, notamment, de l’appel d’air
laissé par le Parti du mouvement
suite à la page(19)
Now 2 Locations in Brooklyn
1738 Flatbush Avenue
(b/t Aves I & J)
718.258.0509
2816 Church Avenue
(b/t Nostrand & Rogers Aves.)
718.856.2100
Haiti Liberté/Haitian Times
17
18
CONVERTIBLES
33 IN-STOCK
COUPES
46 IN-STOCK
HATCHBACKS
25 IN-STOCK
MINIVANS
179 IN-STOCK
SEDANS
1105 IN-STOCK
UNDER $10,999
50 IN-STOCK
SUVs
720 IN-STOCK
TRUCKs
37 IN-STOCK
DO
OR SAYS
UP MAJ
VE UP
GIVE
N’T GI
DON’T
KEEP IT!
YOUR TAX REFUND!
MAJOR WORLD WILL DOUBLE YOUR TAX REFUND AMOUNT TOWARD THE PURCHASE OF A VEHICLE§
OVER 3000 CARS TO CHOOSE FROM ON OUR LOT!
CARS STARTING
AS
LOW
AS
$3,995!
*2008 Dodge Caliber, 91k mi, STK#17934
GET PRE-QUALIFIED IN SECONDS AT MAJORWORLD.COM WITHOUT IMPACTING YOUR CREDIT SCORE
‘12 CHEVY
$
BUY
FOR:
SONIC
5,995
'12 FORD
BUY
FOR:
$
BUY
FOR:
$
8,995
'13 NISSAN
BUY $
FOR:
COROLLA
10,995
$
PLUS TAX & TAGS
11k miles, Stk#22424
'13 TOYOTA
$
BUY
FOR:
2014 HONDA
$
BUY
FOR:
11,995
PLUS TAX & TAGS
$
14,995
PLUS TAX & TAGS
$
BUY
FOR:
EXPLORER
17,888
PLUS TAX & TAGS
'14 BMW
$
BUY
FOR:
‘14 INFINITI
$
Q50
20,888
PLUS TAX & TAGS
320X
17,995
PLUS TAX & TAGS
'14 NISSAN
$
BUY
FOR:
'14 LEXUS
BUY$
FOR:
ES-350
21,995
Stk#21811, 16k mi.
PLUS TAX & TAGS
48k miles, Stk#22706
MAXIMA
12,995
PLUS TAX & TAGS
7,995
'14 HONDA
BUY
FOR:
$
CRV
14,995
'13 TOYOTA
$
BUY
FOR:
FOR:
PATHFINDER
17,995
PLUS TAX & TAGS
'12 MERCEDES
$
ML-350
22,995
PLUS TAX & TAGS
48k miles, Stk#18214
CAMRY
9,495
‘15 NISSAN
$
BUY
FOR:
ALTIMA
12,995
PLUS TAX & TAGS
'14 TOYOTA
BUY
FOR:
$
RAV4
15,995
PLUS TAX & TAGS
$
BUY
FOR:
C CLASS
18,995
PLUS TAX & TAGS
28k miles, Stk#20433
‘13 LEXUS
$
BUY
FOR:
GS350
23,995
PLUS TAX & TAGS
Stk#16079, 48k mi.
7,995
PLUS TAX & TAGS
'14 FORD
BUY
FOR:
FUSION
9,995
$
PLUS TAX & TAGS
19k miles, Stk#22534
'15 TOYOTA
BUY
FOR:
$
CAMRY
13,888
'14 NISSAN
BUY
FOR:
$
PLUS TAX & TAGS
‘12 JEEP
$
BUY
FOR:
GRAND CHEROKEE
16,995
PLUS TAX & TAGS
'14 HONDA
FOR:
PILOT
19,995
PLUS TAX & TAGS
'15 VOLKSWAGEN
$
BUY
FOR:
$
BUY
FOR:
X5
26,995
PLUS TAX & TAGS
47k miles, Stk#13791
JETTA
9,995
PLUS TAX & TAGS
33k miles, Stk#22118
'15 HONDA
$
BUY
FOR:
ACCORD
14,995
PLUS TAX & TAGS
13k miles, Stk#22981
‘15 CHRYSLER
$
BUY
FOR:
300 LTD
16,995
PLUS TAX & TAGS
23k miles, Stk#22238
'13 MERCEDES
$
BUY
FOR:
E CLASS
19,995
Auto, 6 cyl, A/C, p/s, p/b, 9k miles, Stk#10085
'13 BMW
7,995
PLUS TAX & TAGS
20k miles, Stk#1934
BUY$
SENTRA
4k miles, Stk#12691
21k miles, Stk#21725
26k miles, Stk#22240
'14 MERCEDES
COROLLA
48k miles, Stk#23027
Stk#20624, 7k mi.
42k miles, Stk#10534
BUY
FOR:
FOR:
28k miles, Stk#17946
33k miles, Stk#21947
$
BUY
BUY $
PLUS TAX & TAGS
PLUS TAX & TAGS
'13 NISSAN
'13 TOYOTA
PLUS TAX & TAGS
30k miles, Stk#18077
33k miles, Stk#22334
27k miles, Stk#20434
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
MDX
104k miles, Stk#10125
SONATA
8,995
44 miles, Stk#20432
26k miles, Stk#11973
BUY
FOR:
$
42k miles, Stk#17885
MALIBU
'16 CHEVY
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
'13 FORD
'14 HYUNDAI
$
BUY
FOR:
Stk#22987, 33k mi.
SIENNA
14,995
ACCORD
7,495
'07 ACURA
Stk#22078, 11k mi.
ALTIMA
8,995
VERSA
PLUS TAX & TAGS
27k miles, Stk#19051
32k miles, Stk#1223
BUY
FOR:
FOR:
PLUS TAX & TAGS
PLUS TAX & TAGS
'15 TOYOTA
5,995
72k miles, Stk#7278
Stk# 20964, 32k mi.
ACCORD
‘15 NISSAN
$
BUY
PLUS TAX & TAGS
PLUS TAX & TAGS
'12 HONDA
ESCAPE
PLUS TAX & TAGS
52k miles, Stk#17256
'12 MERCEDES
BUY $
FOR:
GL-450
29,995
PLUS TAX & TAGS
32k miles, Stk#6794
Don't Make Your Next Payment Until You Speak To Us!
TAKE
THE
R M
1-888-396-2567 43-40 NORTHERN BLVD. LONG ISLAND CITY, QUEENS, NY 11101
TIRED OF YOUR CAR? WE'LL BUY IT FROM YOU!
SUBWAY
TO 46TH ST
STOP IN
QUEENS
WE ARE SURE TO HAVE A CAR TO FIT YOUR BUDGET • EASY FINANCING! BEST CHANCE TO GET APPROVED IS HERE! EASY FINANCING! ††
WE ARE SURE TO HAVE A CAR TO FIT YOUR BUDGET • EASY FINANCING! BEST CHANCE TO GET APPROVED IS HERE! EASY FINANCING! ††
Whether you’re buying or selling a car, If You Can’t Make It To Us,
We’ll Pick You Up. Call 888-396-2567 For Complimentary Pick Up.
Prices include all costs to be paid by the consumer except for license, registration & taxes. Used vehicles have normal wear, tear & mileage, some may have scratches & dents. ††All applications will be
accepted. Severity of credit situation may affect down payment, APR & terms. Bankruptcies and liens must be discharged. §Will match maximum refund up to $3,000 must show proof of tax return. See
dealer for details. Offers cannot be combined. NYC DCA#2003442, DMV#7117189. Publication date: 4/13/16. Offers expire 48 hours after publication.
Haiti Liberté/Haitian Times
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
Suite de la page (17)
démocratique brésilien. Sentant le vent
tourner, la formation centriste a décidé
fin mars d’abandonner le PT, son ancien allié. Les postes qu’il occupait hier
sont à pourvoir. Le pouvoir de persuasion de l’ancien ouvrier métallurgiste
semble porter des fruits, redonnant
espoir aux proches la présidente, que
certains avaient tôt fait d’enterrer. « Ce
changement de perspective, on le doit
à Lula, explique-t-on dans l’entourage
de la présidente. Il a des qualités personnelles que n’a pas Dilma Rousseff.
»
L’ancien président a d’autant
plus de force qu’en dépit des soupçons
de corruption et malgré l’affaire « Lava
Jato », cette enquête sur le scandale
des appels d’offres truqués du groupe
pétrolier Petrobras qui entache son
parti, il reste un homme populaire. Selon un sondage de l’institut Datafolha,
réalisé les 7 et 8 avril, Lula obtiendrait
entre 21 % et 22 % des scrutins, devant ou juste derrière la candidate écologiste Marina Silva (entre 19 % et 23
%), lors de la présidentielle de 2018.
Suite de la page (4)
« Lula représente plus que le PT. Les
Brésiliens votent pour une personne,
et Lula incarne encore une présidence
marquée par la croissance économique
et le progrès social », observe Cristiano
Noronha, vice-président du cabinet
d’analyses politiques Arko Advice.
L’ancien président profite aussi d’un
paysage politique où, hormis Mme
Silva, aucun protagoniste n’échappe
véritablement au discrédit lié à la
multiplication des affaires.
Charmer l’homme de la rue
Fin négociateur politique à Brasilia,
Lula cherche aussi à charmer l’homme
de la rue ; dans le Nordeste, à Fortaleza, où il s’est rendu en début de mois,
comme à Rio de Janeiro, lundi, où l’ancien président s’est mêlé aux artistes et
intellectuels qui, tels le chanteur Chico
Buarque, le soutiennent solidement.
Le septuagénaire se démène
pour sauver sa protégée et blanchir
son image et celle du parti. Il accuse
des médias d’être aux ordres d’une
élite déterminée à démolir le défenseur
Classified
Directory
AUTO DONATIONS
Donate your car to Wheels For
Wishes, benefiting Make-A-Wish.
We offer free towing and your
donation is 100% tax deductible. Call
(855) 376-9474
DISC JOCKEY
House party DJ for all Haitian or
Caribbean parties. New York metro
area only. Call or text 347.379.5765.
Ask for Junior.
EDUCATION
Mega Institution Mixte. Mission
d’Education pour les générations
de l’Avenir. Lilavois 53, Plaine du
Cul de Sac, Haiti. Ecole Primaire et
Bilingue. Fondateur : Jean L. Vallon,
M.S. EDU, Tel : (011509) 38131107. Email : [email protected],
[email protected]
HEALTH
Haitians love “SOUL,” the antioxidant power supplement made from
seeds! Banish pain, reclaim youth,
inject energy. Packets: $4 each.
Box of 30: $78. Two boxes: $143.
Call (203) 666-8650 or visit www.
myrainlife.com/rejuvenation.
HELP WANTED
DRIVERS with TLC License WANTED!
With or WITHOUT car. GEORGE
TOWN CAR SERVICE, Base #
B01081, 919 E. 107th St., Brooklyn.
Call Victor, 718.642.2222, cell
646.415.3031.
HELP WANTED
DRIVERS with TLC License WANTED!
With or without car. ALPHA CAR
SERVICE, Flatbush Ave. & Ave. I,
Brooklyn. Call 718-859-2900.
HELP WANTED
Driver Tractor Trailer & Owner
Operators Wanted, for Container
Work, 3 Years Pier Experience
Required, CDL Class A Licence, Clean
Record, Twic Cart Required. Good
Pay, Steady Work, Please Call Gabriel
or Mark (973) 690-5363 or Inquire
Within 187-189 Foundry St. Newark,
NJ 07105
HELP WANTED
Driver with a vehicle needed for
Wednesday newspaper deliveries.
Routes available in New York &
Miami. Call 718-421-0162.
HELP WANTED
Entry Level Heavy Equipment
Operator Career. Get Trained- Get
Certified- Get Hired! Bulldozers,
Backhoes & Excavators. Immediate
Lifetime Job Placement. VA Benefits.
National Average $18.00- $22.00
1-866-362-6497
Alors?
Alors tu es à la recherche de quelles
qualités ?
Armand René: Je recherche
une femme douce compréhensive
tendre, sensible, sensuelle, sincère,
ouverte, affectueuse, sentimentale
pour une relation amoureuse simple
basée sur la confiance, le respect et
la fidélité ; une femme qui sera avec
moi dans les bons et les mauvais moments de la vie ; une femme avec qui
je marcherais main dans la main et
sur les épaules de qui je puisse m’appuyer ; tout comme elle aussi sur moi.
M.D elle-même lui a envoyé
$1200.00, un premier transfert de
500.00 le 12 mars 2016 le numéro
du transfert est 100-950-1535. Un
second du même montant au numéro
033-958-7564 et un troisième le 18
mars de $ 200.00 ; mais ce qui parait
paradoxal, toutes ces transactions ont
été faites au mois de Mars 2016 et le
19 mars il a reçu de D.N $1000.00
US.
3/18/16, 1:09 PM - Amand
René: Chérie le nom de Mon Chauffeur
c’est VERTILUS JUNIOR
3/19/16, 10:34 AM – D.N:
C’est fait bb tracking # 525 377
8354
3/19/16, 10:37 AM - Amand
René: OK mon amour merçi
3/19/16, 10:37 AM - Amand
René: Western union?
3/19/16, 10:38 AM – D.N: Oui
Il a demandé à toutes deux DN
et MD d’envoyer l’argent au nom de
son chauffeur Junior Vertilus, parce
que lui, en tant que mulâtre, il ne
peut pas s’exposer à aller chercher
de l’argent au bureau de Western
Union, ce qui pourrait attirer des bandits capables de l’attaquer et même le
tuer. Cette prétention raciale, les employés du Centre de Facilitation des
Investissements (Cfi) l’avaient également dénoncée à travers la politique
coloriste imposée par ce directeur
« si vous n’êtes pas mulâtre vous
n’êtes pas autorisés à travailler »
and sandy beach. Low taxes and a
mild climate. Call (757)442-2171 or
email: [email protected],
website http://waverlylots.com
Pathologist Supervisor/ Life Coach
10 Assistant Director of Residential
Services House Manager Apply:
www.delarc.org
Services. 1-800-638-2102. Online
reservations: www.holidayoc.com
MISC FOR SALE
KILL BED BUGS & THEIR EGGS- Buy
Harris Bed Bug Killers/ KIT Complete
Treatment System. Available:
Hardware Stores. The Home Depot,
homedepot.com
VACATION RENTALS
OCEAN CITY, MARYLAND. Best
selection of affordable rentals.
Full/ partial weeks. Call for FREE
brochure. Open daily. Holiday Resort
des plus démunis. Il dénonce une justice qui, dans l’enquête « Lava Jato »,
omet ses ennemis politiques au moins
aussi corrompus. Il dénonce, enfin, un
« coup d’Etat » contre la démocratie,
mené par le biais d’un impeachment
fondé sur un prétexte.
« Dilma Rousseff n’a peutêtre pas commis de crime. Mais les
députés ne la jugeront pas d’un point
de vue juridique, mais politique »,
admet Ricardo Barros, député du Parti progressiste, qui refuse de donner
son avis avant que ne se prononce sa
formation, alliée jusqu’ici au gouvernement. « Lula est venu au secours
de Dilma. Cela a un côté positif, mais
aussi un aspect négatif : cela montre
que la présidente est incapable et peut
inciter les députés à vouloir l’éloigner
», pense Antonio Imbassahy, député
de l’opposition du Parti de la social-démocratie brésilienne. L’avenir à court
terme de la présidente se jouera dimanche.
Le monde 12 avril 2016
A suivre
Tel: 718-421-0162
[email protected]
DONORS NEEDED. Women 21-31.
Help Couples Become Families using
Physicians from the BEST DOCTOR’S
LIST. Personalized Care. 100%
Confidential. 1-877-9-DONATE;
1-877-936-6283; www.
longislandivf.com
LAND FOR SALE
CATSKILLS BARGAIN ACREAGE 31
acres- $89,900. 39 acres -$99,900.
Buy BOTH for just $185,000. 3 hrs
NY City, mtn views, woods, fields!
Twn Rd, utils. Terms avail! 888-9058847. NewYorkLandandLakes.com
LAND FOR SALE
NATURAL UNSPOILED COASTAL
PROPERTY- There is a place just
hours away where you can find
abundant natural beauty, clean air
and space. Located in Virginia 90
miles south of Ocean City. Lots are
3 to 22 acres and priced $60,000 to
$98,000. All are near the shoreline,
some with excellent water views.
Amenities include community dock
MONEY TO LEND
Get funding now for your small
business – up to $2 million in as
little as 2 days. Minimum 2 years in
business. Call BFS Capital: 888-7326298 or apply online www.bfscapital.
com/nyp
RECRUITMENT
The Arc of Delaware County seeks
dynamic professionals to lead our
nationally recognized organization in
supporting people with I/DD in living
personally fulfilling lives. Positions
include: Chief Services Officer Speech
DONATE YOUR CAR
Wheels For
Wishes
Benefiting
Make-A-Wish®
Tax
0%
0
1
Metro New York and
ible
duct
e
D
Western New York
*Free Vehicle/Boat Pickup ANYWHERE
*We Accept All Vehicles Running or Not
*Fully Tax Deductible
WheelsForWishes.org
WANTED TO BUY
CASH FOR DIABETIC TEST
STRIPS. Up to $35/Box! Sealed &
Unexpired. Payment Made SAME
DAY. Highest Prices Paid!! Call
Juley Today! 800-413-3479. www.
CashForYourTestStrips.com
Call: (917) 336-1254
* Wheels For Wishes is a DBA of Car Donation Foundation.
QUICK FUNDING
for Small Businesses
Get $5,000 - $2,000,000 in as few as 2 days*
MINIMUM 2 YEARS IN BUSINESS TO QUALIFY
APPLY
TODAY
(888) 732-6298
bfscapital.com/nyp
*Subject to approval and
merchant bank processing.
Your Homeownership Partner
The State of New York Mortgage Agency offers:
• Competitive, fixed-rate mortgages for first-time homebuyers
• Downpayment assistance available up to $15,000
• Special program for veterans, active-duty military,
National Guard and reservists
• Funds available for renovation
HELP WANTED
$8,000 COMPENSATION. EGG
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016
1-800-382-HOME(4663)
www.sonyma.org
There is amazing unspoiled land just hours away. Where you’ll
be surrounded by natural beauty, clean air and space; not condos,
crowds or traffic. Located in Virginia just 3+ hrs from I-95 NJ/
DE line. 23 lots, 3 to 22 acres each, priced $60,000 to $98,000.
All are near the shoreline, some w/ excellent water views. Paved
roads, utilities, dock, boat ramp and beach. Low property taxes.
Call (757) 442-2171 or email: [email protected]
Haiti Liberté/Haitian Times
19
Skah-Shah # 1 de Cubano
« Evolution »
Par Ed Rainer
C
’est toujours réfrigérant
de se ressourcer aux souvenirs du Skah –Shah #1,
groupe mythique du terroir natal. Marque déposée du konpa
compassé, héritier authentique
de Nemours. Et en plus d’être
capelé du sceau ‘’Cubann’’. De
ce timbre fleuri de musicalité
qui propulse la voix de J.E.T
aka, Cubano. Un vétéran qui ne
jure que par son art, pour avoir
échoué une sonorité qui a rallumé tant de bacchanales, tout
en continuant de jeter le pavé
dans la mare, dans l’offrande
de l’œuvre : ‘’Évolution’’, en
guise d’un retour aux pénates,
par rapport à la précédente
‘’Skah-Shah Classics’’, genre
anba tonèl, off- key.
Cette fois ci, c’est par ricochet qu’il requérit ses bases
et toutes les autres dérivés
qui s’y attachent, d’où On the
Move, un énième medley, d’increvables hits d’antan qui ne
démérite pas avec sa démarche
hyphe et ses accords sur mesure. Rèv an Mwen est une
ballade créole qui s’entiche de
passion. Alors que Aimer est
instillé d’un sax imaginatif aux
mille et une randonnées.
Pendant que l’ensemble
distille des paramètres mélodiques, harmoniques et rythmiques, en s’y adonnant à
d’inventives élaborations en
plus de son coda latin. Macho
man est un morceau tombé en
désuétude pour la bonne raison
que moralement, ça manque
de fair-play surtout dans un
monde où la femme a fait des
mues. Lavi pa konplike, une
exploration new-wave que Cubann a jugulée avec aisance,
spécialement en tandem avec
Jean Max Valcourt dans des
trilles vocales sur fond de précieux arrangements.
Skah-Shah #1, un sempiternel pot-pourri qui transmet à
la fois des errements de déjà vu,
et un revirement de séquences
avec l’irruption tempestive de
Gazzman Couleur, l’intervention de Richie, suivies des engueulades de Robby Martinau,
Michael Guirand, Olivier Duret, Mc D. Talon, Tijoe Zenny,
Mika Benjamin, Kenny Desmangles, Tantann, Ello, Georgy Metellus, entre autres qui
eurent pour effet d’actualiser
des refrains rétro: Dial #1-This
is it/Ozanana-America-Move
Tan-Haïti…..Allons danser, est
défini en ritournelle de multiples développements infusée
au soul irrévocable de Jean Elie
Telfort, lequel s’adonne aux
pulsations hyp-hop. L’épilogue
est entamé avec l’indéboulonnable hit Maria, avec ses airs
de saveur vintage et des
souvenirs inébranlables.
Le tout est donné
avec des pointes de référence, qu’ont pris la peine
de réinventer, un groupe
d’artistes qui représente
bien ce carrefour obligé du
travail bien accompli; apportant fraicheur orchestrale et expertise musicale
sans altérer le contenu
original de ces tubes rustiques. On parle de: Shedley Abraham, qui est encore
au four et au moulin, Jean Max
Valcourt s’étant aussi mis en
filigrane, fort de sa versatilité. Les griffes clairvoyantes de
Makarios, Ralph Condé, Dener
Céide, JP, Yves Abel, des cuivres
inventifs de Jean Caze, Lucien
Céran, Jean Vonsky, d’autres
contributeurs tels: Camille Armand, Gérald Sylvain etc. Pendant que Cubano fait régner sa
facture vocale, en ramenant
tout à sa dimension. Préférant
ne pas s’aventurer en dehors
de ses zones de confort. S’attelant plutôt à consolider son legs
comme leader de son SkahShah # 1, depuis des lustres.
Oui, le gosier n’a plus son
éclat de naguère ; mais cette
ombre est parfois majorée par
son die-hard attitude. Sachant
toujours délivrer avec vigueur,
pour maintenir encore conquérant le timbre le plus original de
la musique de climat, Cubano
a mis également en évidence
ses talents de M.C, avec une
couverture impeccable qui
l’atteste dans un come back
réussi.
A L’OCCASION DE LA FÊTE DES MÈRES HAÏTIENNES
LE CLUB DES AMIS D’HAÏTI LIBERTÉ
VOUS INVITE
A un grand diner dansant pour supporter le journal
SAMEDI 28 MAI 2016
Au local de la Mechanic Headquarters
65 Putnam Avenue
Between Classon Ave. & Irving Place,
Brooklyn, NY 11238
Donation $50.00
Animation: une pléiade d’artistes
Réservations et Informations
718-421-0162
Soutenir Haïti Liberté est un acte
patriotique et révolutionnaire,
vous ne le regretterez jamais !
RED HOOK
SHIPPING
SHIPPING FULL CONTAINER LOADS & VEHICLES
TO
HAITI, JAMAICA, GUYANA AND
THE REST OF THE CARIBBEAN ISLANDS
Boxes ● Barrels ● Containers ● Vehicles
Direct shipping from Brooklyn, NY to Haiti
We own 3 ships: Sloman Rover, Trans Gulf & Glamor.
973-690-5363
YON KONEKSY
O
N DIREK POU
HAITI
WEEKLY SAILING FROM NY & NJ PORTS
FASTEST TRANSIT TIME IN THE INDUSTRY
Direct to
Port-au-Prince,
Miragoâne &
St. Marc
12 DAYS TO HAITI
We specalize in shipping full container loads with personal
effects, household goods, commercial cargo, cars, trucks, buses
from NY port to Haiti every week, sailing time 10-12 days.
Please call GABRIEL or ROBERT
Email: [email protected]vmtrucking.com
www.HaitiShipping.com
20
Haiti Liberté/Haitian Times
Red Hook Terminal, 70 Hamilton Ave., Brooklyn, NY 11231
Phone: 718.855.1555 • Fax: 718.855.1558
www.redhookshipping.com
Vol. 9 • No. 40 Du 13 au 19 avril 2016

Documents pareils