schéma de cohérence territoriale

Commentaires

Transcription

schéma de cohérence territoriale
PREFET DU CALVADOS
-
PORTER A CONNAISSANCE
--SCHÉMA DE COHÉRENCE TERRITORIALE
DE LA
SUISSE NORMANDE
Sommaire
I. L'OBJET DU PORTER À CONNAISSANCE..............................................................................6
A. PRINCIPE....................................................................................................................................6
B. CONTENU...................................................................................................................................6
II. PRÉSENTATION DU SCOT......................................................................................................7
A. L'ÉLABORATION DU SCHÉMA DE COHÉRENCE TERRITORIALE.....................................................................7
1. Le cadre juridique du projet de territoire.......................................................................................................7
2. Les objectifs de développement durable portés par le ScoT........................................................................7
3. Un développement solidaire.........................................................................................................................8
4. La hiérarchie des différents documents de planification et sectoriels...........................................................8
B. LE CONTENU DU SCOT..................................................................................................................9
1. Le cadre général..........................................................................................................................................9
2. Les documents constitutifs du ScoT...........................................................................................................10
a) Le rapport de présentation---------------------------------------------------------------------------------------------------10
b) Le PADD (Projet d'Aménagement et de Développement Durable)-----------------------------------------------10
c) Le DOO (Document d'Orientation et d'Objectifs)----------------------------------------------------------------------10
3. Le processus d'élaboration du ScoT..........................................................................................................12
a) Les principales étapes, de l’initiative à l’approbation-----------------------------------------------------------------12
b) La concertation------------------------------------------------------------------------------------------------------------------12
c) L'association de l’État---------------------------------------------------------------------------------------------------------12
d) La CDCEA (Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles)---------------------13
III. LES DISPOSITIONS PARTICULIÈRES À PORTÉE JURIDIQUE.........................................14
A. LA DTA DE L'ESTUAIRE DE LA SEINE.............................................................................................14
B. SDAGE ET SAGE..................................................................................................................14
1. Le SDAGE..................................................................................................................................................14
2. Le SAGE....................................................................................................................................................14
C. LE SCHÉMA RÉGIONAL CLIMAT AIR ÉNERGIE (SRCAE)...................................................................15
D. LE SCHÉMA RÉGIONAL DE COHÉRENCE ÉCOLOGIQUE........................................................................16
E. LES SERVITUDES D'UTILITÉ PUBLIQUE...............................................................................................16
1. Les périmètres de protection des captages................................................................................................16
2. Canalisations de transport de gaz et canalisations de transport d'hydrocarbures, réseaux de transport
d’électricité......................................................................................................................................................17
a) Canalisations de transport de gaz-----------------------------------------------------------------------------------------17
b) Réseaux de transport d’électricité-----------------------------------------------------------------------------------------17
3. Le domaine ferroviaire................................................................................................................................18
4. Servitude hertzienne – France-Télécom....................................................................................................18
5. Les servitudes liées à Télé Diffusion de France.........................................................................................19
6. Les servitudes liées à la Défense nationale...............................................................................................19
7. Le plan de prévention des risques..............................................................................................................19
8. La zone de répartition des eaux.................................................................................................................20
9. Les sites inscrits et classés, les monuments historiques............................................................................20
IV. LES INFORMATIONS ET DONNÉES UTILES......................................................................20
A. LES DOCUMENTS D'ORIENTATION ET DE CADRAGE...............................................................................20
1. Les schémas de services collectifs (décret du 18/04/02)...........................................................................20
2. Les zones et corridors humides..................................................................................................................21
3. L'assainissement des eaux usées..............................................................................................................22
a) Classement en zone sensible :---------------------------------------------------------------------------------------------22
b) Plans d’épandage des boues de station ayant fait l’objet d’une déclaration ou autorisation---------------22
c) Mode de fonctionnement et état des stations d'épuration communales :---------------------------------------22
4. Le schéma régional d'organisation sanitaire..............................................................................................23
5. Le plan régional Santé-Environnement......................................................................................................23
6. Le patrimoine naturel..................................................................................................................................23
a) Le réseau Natura 2000 ------------------------------------------------------------------------------------------------------23
b) Les ZNIEFF de type 1---------------------------------------------------------------------------------------------------------24
c) Les ZNIEFF de type 2---------------------------------------------------------------------------------------------------------25
7. L'inventaire régional des paysages............................................................................................................26
8. Orientations de gestion de la faune sauvage.............................................................................................26
9. Les risques.................................................................................................................................................27
a) Le dossier départemental des risques majeurs -----------------------------------------------------------------------27
b) La prévention du risque sismique------------------------------------------------------------------------------------------28
c) Le recensement des mouvements de terrain---------------------------------------------------------------------------28
d) L'atlas des zones inondables-----------------------------------------------------------------------------------------------29
e) La base de données des sites et sols pollués -------------------------------------------------------------------------30
f) Les installations classées pour la protection de l'environnement--------------------------------------------------30
B. LES DOCUMENTS DES COLLECTIVITÉS LOCALES..................................................................................31
1. Le contrat de projets État-Région 2007-2013 ............................................................................................31
2. Schéma Régional d'Aménagement et de Développement du Territoire.....................................................32
3. Le plan régional pour la qualité de l'air.......................................................................................................32
4. Le schéma régional de développement touristique....................................................................................32
5. Le plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés..................................................32
6. Le schéma départemental pour l'implantation d'éoliennes.........................................................................33
7. Le schéma départemental pour l'accueil des gens du voyage...................................................................33
8. Le schéma départemental de développement du tourisme........................................................................33
9. Le Plan Vélo Départemental.......................................................................................................................34
a) L’axe Caen-Flers---------------------------------------------------------------------------------------------------------------34
b) Les mesures d'accompagnement------------------------------------------------------------------------------------------34
10. Le plan départemental pour le logement des personnes défavorisées....................................................34
11. Le schéma départemental d'alimentation en eau potable........................................................................35
12. Les syndicats de production et de distribution d'eau potable ..................................................................35
13. Le Pays du Sud Calvados........................................................................................................................35
14. Les territoires de SCOT limitrophes de la Suisse Normande...................................................................36
a) SCOT de Caen Métropole en cours d'élaboration---------------------------------------------------------------------36
b) SCOT du Bocage Virois en cours d'élaboration------------------------------------------------------------------------36
c) SCOT du Pré-bocage en cours d'élaboration---------------------------------------------------------------------------36
d) SCOT du Pays de Falaise en cours d'élaboration---------------------------------------------------------------------36
V. DONNÉES SIG DISPONIBLES AUPRÈS DES SERVICES DE L’ÉTAT...............................37
A. LES DONNÉES ENVIRONNEMENTALES................................................................................................37
B. LES DONNÉES AGRICOLES.............................................................................................................37
C. LES DONNÉES SUR LE LOGEMENT ET LA CONSTRUCTION NEUVE..............................................................37
D. L'EMPLOI .................................................................................................................................37
E. LA DÉMOGRAPHIE.......................................................................................................................38
I. L'objet du porter à connaissance
Les nouvelles dispositions du code de l'urbanisme, appelées Grenelle 2, ont pour effet de renforcer la prise en compte
de l'environnement dans les documents de planification. Et notamment les SCoT.
Ces objectifs qui doivent obligatoirement figurer dans les SCoT (mais aussi les PLU et les cartes communales) sont
rassemblés dans L121-1 du code de l'urbanisme, notamment la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la
maîtrise de l'énergie et la production énergétique à partir de sources renouvelables, la préservation de la qualité de
l'air, de l'eau, la protection de la biodiversité, la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques, ou
encore l'exigence d'une répartition «géographiquement équilibrée» entre emploi, habitat, commerce et services ...
De plus, la loi énonce un principe général où les SCoT doivent contribuer au respect des objectifs de développement
durable explicités au L121-1 du code de l'urbanisme.
D'autre part, la loi prévoit l'extension des SCoT à l'ensemble du territoire d'ici à 2017.
Les contenus et articulations des documents constitutifs des SCoT sont précisés en tenant compte des nouvelles
orientations définis par la loi. (art L122-1-1 à L122-1-16).
A. Principe
■
Article L. 121-2 du code de l'urbanisme :
« Dans les conditions précisées par le présent titre, l’État veille au respect des principes définis à l'article L. 121-1-1et
à la prise en compte des projets d'intérêt général ainsi que des opérations d'intérêt national.
Le préfet porte à la connaissance des communes ou de leurs groupements compétents les informations nécessaires
à l'exercice de leurs compétences en matière d'urbanisme. Tout retard ou omission dans la transmission desdites
informations est sans effet sur les procédures engagées par les communes ou leurs groupements.
Le préfet fournit notamment les études techniques dont dispose l’État en matière de prévention des risques et de
protection de l'environnement.
Les porters à connaissance sont tenus à la disposition du public. En outre, tout ou partie de ces pièces peut être
annexé au dossier d'enquête publique. »
B. Contenu
Le contenu du porter à connaissance de l'Etat est précisé par le code de l'urbanisme:
■
Article R. 121-1 du code de l'urbanisme :
« Lorsqu'il reçoit la décision d'une commune, d'un établissement de coopération intercommunale ou d'un syndicat
mixte d'élaborer ou de réviser un SCoT ou un PLU, le préfet porte à la connaissance du maire ou du président de
l'établissement public les dispositions particulières applicables aux territoire concerné, notamment les directives
territoriales d'aménagement, les dispositions relatives aux zones de montagne et au littoral figurant aux chapitres V et
VI du titre IV du présent livre, les servitudes d'utilité publique ainsi que les projets d'intérêt général et les opérations
d'intérêt national au sens de l'article L.121-9.
Il fournit également les études techniques dont dispose l’État en matière de prévention des risques et de protection de
l'environnement.
Au cours de l'élaboration du document, le préfet communique au maire ou au président de l'établissement public tout
élément nouveau. »
Le présent porter-à-connaissance comporte donc :
− des éléments à portée juridique certaine, les servitudes d'utilité publique, les projets d'intérêt
général et les opérations d’intérêt national ;
− des informations relatives aux documents d’orientation et de cadrage s’appliquant sur tout ou
partie du territoire de l’établissement public ;
− des informations et données utiles relatives aux protections existantes en matière
d’environnement et de patrimoine, aux études techniques en matière de prévention des risques et
de protection de l'environnement ;
− éventuellement, des études permettant de nourrir la réflexion conduite par l’établissement public.
6/38
II. Présentation du ScoT
Le schéma de cohérence territoriale (SCoT) est un document de planification stratégique qui exprime un projet global
mettant en cohérence les politiques sectorielles en matière d'urbanisme, d'habitat, de déplacements et d'équipements
et de protection de l’environnement.
A. L'élaboration du schéma de cohérence territoriale
1. Le cadre juridique du projet de territoire
■
Article L.110 du code de l’urbanisme :
« Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique en est le gestionnaire et le
garant dans le cadre de ses compétences. Afin d'aménager le cadre de vie, d'assurer sans discrimination aux
populations résidentes et futures des conditions d'habitat, d'emploi, de services et de transports répondant à la
diversité de ses besoins et de ses ressources, de gérer le sol de façon économe, de réduire les émissions de gaz à
effet de serre, de réduire les consommations d'énergie, d'économiser les ressources fossiles d'assurer la protection
des milieux naturels et des paysages, la préservation de la biodiversité notamment par la conservation, la restauration
et la création de continuités écologiques, ainsi que la sécurité et la salubrité publiques et de promouvoir l'équilibre
entre les populations résidant dans les zones urbaines et rurales et de rationaliser la demande de déplacements, les
collectivités publiques harmonisent, dans le respect réciproque de leur autonomie, leurs prévisions et leurs décisions
d'utilisation de l'espace. Leur action en matière d'urbanisme contribue à la lutte contre le changement climatique et à
l'adaptation à ce changement. »
Cet article de portée générale décrit le cadre dans lequel le projet de territoire doit s’inscrire et confirme les différentes
collectivités dans le respect mutuel de leurs compétences propres, dans un rôle de gestionnaire et de garant du
territoire.
Le non respect des principes énoncés à l’article L.110 peut conduire le préfet à exercer son contrôle de légalité (art.
L122-11).
2. Les objectifs de développement durable portés par le ScoT
■
Article L121-1 du code de l'urbanisme :
« Les schémas de cohérence territoriale, les plans locaux d'urbanisme et les cartes communales déterminent les
conditions permettant d'assurer, dans le respect des objectifs du développement durable :
1° L'équilibre entre :
a) Le renouvellement urbain, le développement urbain maîtrisé, la restructuration des espaces urbanisés, la
revitalisation des centres urbains et ruraux ;
b) L'utilisation économe des espaces naturels, la préservation des espaces affectés aux activités agricoles et
forestières, et la protection des sites, des milieux et paysages naturels ;
c) La sauvegarde des ensembles urbains et du patrimoine bâti remarquables ;
1° bis La qualité urbaine, architecturale et paysagère des entrées de ville ;
2° La diversité des fonctions urbaines et rurales et la mixité sociale dans l'habitat, en prévoyant des capacités de
construction et de réhabilitation suffisantes pour la satisfaction, sans discrimination, des besoins présents et futurs en
matière d'habitat, d'activités économiques, touristiques, sportives, culturelles et d'intérêt général ainsi que
d'équipements publics et d'équipement commercial, en tenant compte en particulier des objectifs de répartition
géographiquement équilibrée entre emploi, habitat, commerces et services, d'amélioration des performances
énergétiques, de développement des communications électroniques, de diminution des obligations de déplacements
et de développement des transports collectifs ;
3° La réduction des émissions de gaz à effet de serre, la maîtrise de l'énergie et la production énergétique à partir de
sources renouvelables, la préservation de la qualité de l'air, de l'eau, du sol et du sous-sol, des ressources naturelles,
de la biodiversité, des écosystèmes, des espaces verts, la préservation et la remise en bon état des continuités
écologiques, et la prévention des risques naturels prévisibles, des risques technologiques, des pollutions et des
nuisances de toute nature. »
Trois principes concourent aux objectifs du développement durable :
− le principe d'équilibre ;
− le principe de diversité des fonctions urbaines et de mixité sociale ;
− le principe de respect de l’environnement.
7/38
3. Un développement solidaire
■
Article L122-2 du code de l'urbanisme :
« Dans les conditions précisées au présent article, dans les communes qui ne sont pas couvertes par un schéma de
cohérence territoriale applicable, le plan local d'urbanisme ne peut être modifié ou révisé en vue d'ouvrir à
l'urbanisation une zone à urbaniser délimitée après le 1er juillet 2002 ou une zone naturelle.
Jusqu'au 31 décembre 2012, le premier alinéa s'applique dans les communes situées à moins de quinze kilomètres
du rivage de la mer ou à moins de quinze kilomètres de la périphérie d'une agglomération de plus de 50 000 habitants
au sens du recensement général de la population. A compter du 1er janvier 2013 et jusqu'au 31 décembre 2016, il
s'applique dans les communes situées à moins de quinze kilomètres du rivage de la mer ou à moins de quinze
kilomètres de la périphérie d'une agglomération de plus de 15 000 habitants au sens du recensement général de la
population. A compter du 1er janvier 2017, il s'applique dans toutes les communes.
Dans les communes où s'applique le premier alinéa et à l'intérieur des zones à urbaniser ouvertes à l'urbanisation
après l'entrée en vigueur de la loi n° 2003-590 du 2 juillet 2003 urbanisme et habitat, il ne peut être délivré
d'autorisation d'exploitation commerciale en application de l'article L. 752-1 du code de commerce ou l'autorisation
prévue aux articles L. 212-7 et L. 212-8 du code du cinéma et de l'image animée.
Il peut être dérogé aux dispositions des trois alinéas précédents soit avec l'accord du préfet donné après avis de la
commission départementale compétente en matière de nature, de paysages et de sites et de la chambre d'agriculture,
soit, jusqu'au 31 décembre 2016, lorsque le périmètre d'un schéma de cohérence territoriale incluant la commune a
été arrêté, avec l'accord de l'établissement public prévu à l'article L. 122-4. La dérogation ne peut être refusée que si
les inconvénients éventuels de l'urbanisation envisagée pour les communes voisines, pour l'environnement ou pour
les activités agricoles sont excessifs au regard de l'intérêt que représente pour la commune la modification ou la
révision du plan. Lorsque le préfet statue sur une demande de dérogation aux dispositions du deuxième (1) alinéa du
présent article, il vérifie en particulier que le projet d'équipement commercial envisagé ne risque pas de porter atteinte
aux équilibres d'un schéma de cohérence territoriale dont le périmètre est limitrophe de la commune d'implantation du
fait des flux de déplacements de personnes et de marchandises qu'il suscite.
Le préfet peut, par arrêté motivé pris après avis de la commission de conciliation, constater l'existence d'une rupture
géographique due à des circonstances naturelles, notamment au relief, et, en conséquence, exclure du champ
d'application du présent article une ou plusieurs communes situées à moins de quinze kilomètres de la périphérie
d'une agglomération de plus de 50 000 habitants jusqu'au 31 décembre 2012, ou de plus de 15 000 habitants du 1er
janvier 2013 au 31 décembre 2016. »
Cet article fixe le principe d’un développement solidaire des territoires. Là où s’expriment, en règle générale, les plus
fortes pressions, les collectivités sont incitées à concevoir dans un cadre d’ensemble les projets dont l’importance
excède manifestement les seuls intérêts communaux.
4. La hiérarchie des différents documents de planification et sectoriels
■
Article L111-1-1 du code de l’urbanisme :
Les schémas de cohérence territoriale et les schémas de secteur doivent être compatibles, s'il y a lieu, avec les
dispositions particulières aux zones de montagne et au littoral prévues aux articles L. 145-1 à L. 146-9, le schéma
directeur de la région d'Ile-de-France, les schémas d'aménagement régional des régions d'outre-mer, le plan
d'aménagement et de développement durable de Corse, les chartes des parcs naturels régionaux et des parcs
nationaux, les orientations fondamentales d'une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et
de quantité des eaux définis par les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux, ainsi qu'avec les
objectifs de protection définis par les schémas d'aménagement et de gestion des eaux. Ils doivent prendre en compte
les schémas régionaux de cohérence écologique et les plans climat-énergie territoriaux lorsqu'ils existent.
Lorsqu'un de ces documents est approuvé après l'approbation d'un schéma de cohérence territoriale ou d'un schéma
de secteur, ce dernier doit, si nécessaire, être rendu compatible dans un délai de trois ans.
Les plans locaux d'urbanisme doivent être compatibles avec les schémas de cohérence territoriale et les schémas de
secteur. En l'absence de schéma de cohérence territoriale, ils doivent être compatibles, s'il y a lieu, avec les
dispositions particulières aux zones de montagne et au littoral prévues aux articles L. 145-1 à L. 146-9, le schéma
directeur de la région d'Ile-de-France, les schémas d'aménagement régionaux des régions d'outre-mer, le plan
d'aménagement et de développement durable de Corse, les chartes des parcs naturels régionaux et des parcs
nationaux, les orientations fondamentales d'une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et
de quantité des eaux définis par les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux, ainsi qu'avec les
objectifs de protection définis par les schémas d'aménagement et de gestion des eaux. Ils doivent prendre en compte
les schémas régionaux de cohérence écologique et les plans climat-énergie territoriaux lorsqu'ils existent.
Lorsqu'un de ces documents est approuvé après l'approbation d'un plan local d'urbanisme, ce dernier doit, si
nécessaire, être rendu compatible dans un délai de trois ans.
Les dispositions des directives territoriales d'aménagement qui précisent les modalités d'application des articles L.
145-1 et suivants sur les zones de montagne et des articles L. 146-1 et suivants sur les zones littorales s'appliquent
aux personnes et opérations qui y sont mentionnées.
8/38
Une directive territoriale d'aménagement peut être modifiée par le représentant de l’État dans la région ou, en Corse,
par le représentant de l’État dans la collectivité territoriale de Corse lorsque la modification ne porte pas atteinte à
l'économie générale de la directive. Le projet de modification est soumis par le représentant de l’État dans le
département à enquête publique dans les conditions définies par le chapitre III du titre II du livre Ier du code de
l'environnement. Lorsque la modification ne porte que sur un ou plusieurs établissements publics de coopération
intercommunale compétents en matière de plan local d'urbanisme ou sur une ou plusieurs communes non membres
d'un tel établissement public, l'enquête publique peut n'être organisée que sur le territoire de ces établissements
publics ou de ces communes.
Cet article précise la hiérarchie des normes d’urbanisme applicables. Il pose le principe de subsidiarité entre une
norme inférieure et des normes supérieures qui lui incombent. Ainsi le SCoT doit être compatible avec les
orientations du document existant qui lui est immédiatement supérieur.
Le non respect des principes énoncés à cet article peut conduire le préfet à exercer son contrôle de légalité (art. L12211).
■
Article L122-16 du code de l'urbanisme :
Lorsqu'un programme local de l'habitat, un plan de déplacements urbains, un document d'urbanisme ou une opération
foncière ou d'aménagement mentionné à l'article L. 122-1-15 comprend des dispositions qui ne sont pas compatibles
avec le schéma de cohérence territoriale, il ne peut être approuvé ou créé que si l'établissement public prévu à
l'article L. 122-4 a préalablement modifié ou révisé le schéma de cohérence territoriale. La modification ou la révision
du schéma et l'approbation du document ou la création de l'opération d'aménagement font alors l'objet d'une enquête
publique unique réalisée conformément au chapitre III du titre II du livre Ier du code de l'environnement, organisée par
le président de l'établissement public prévu à l'article L. 122-4.
■
Article L122-1-3 du code de l'urbanisme :
« ...Lorsque le périmètre d'un schéma de cohérence territoriale recouvre en tout ou partie celui d'un pays ayant fait
l'objet d'une publication par arrêté préfectoral, le projet d'aménagement et de développement durables du schéma de
cohérence territoriale prend en compte la charte de développement du pays.
B. Le contenu du ScoT
Les articles L122-1-1 et R122-1 et suivants du code de l'urbanisme fixent le contenu des SCoT. Le cadre général du
contenu du SCoT est établi aux articles dans ces mêmes articles.
Les articles L122-1-2 et suivants du même code exposent le contenu des documents obligatoires du SCoT que sont :
− le rapport de présentation (Art. L122-1-2) ;
− le PADD (Projet d'Aménagement et de Développement Durable) (Art. L122-1-3) ;
− le DOO (Document d'Orientation et d'Objectifs) (Art. L122-1-4 et suivants).
1. Le cadre général
■
Article L122-1-1 du code de l'urbanisme :
Le schéma de cohérence territoriale respecte les principes énoncés aux articles L. 110 et L. 121-1. Il comprend un
rapport de présentation, un projet d'aménagement et de développement durables et un document d'orientation et
d'objectifs. Chacun de ces éléments peut comprendre un ou plusieurs documents graphiques.
■
Article R122-1 du code de l'urbanisme :
Le schéma de cohérence territoriale comprend un rapport de présentation, un projet d'aménagement et de
développement durable et un document d'orientations générales assortis de documents graphiques.
Les documents et décisions mentionnées au dernier alinéa de l'article L. 122-1 doivent être compatibles avec le
document d'orientations générales et les documents graphiques dont il est assorti.
9/38
2. Les documents constitutifs du ScoT
a) Le rapport de présentation
■
Article L122-1-2
Le rapport de présentation explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement
durables et le document d'orientation et d'objectifs en s'appuyant sur un diagnostic établi au regard des prévisions
économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique,
d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, d'équipements et de
services.
Il présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers au cours des dix années
précédant l'approbation du schéma et justifie les objectifs chiffrés de limitation de cette consommation compris dans
le document d'orientation et d'objectifs.
Il décrit l'articulation du schéma avec les documents mentionnés aux articles L. 122-1-12 et L.122-1-13, avec lesquels
il doit être compatible ou qu'il doit prendre en compte.
b) Le PADD (Projet d'Aménagement et de Développement Durable)
■
Article L122-1-3
Le projet d'aménagement et de développement durables fixe les objectifs des politiques publiques d'urbanisme, du
logement, des transports et des déplacements, d'implantation commerciale, d'équipements structurants, de
développement économique, touristique et culturel, de développement des communications électroniques, de
protection et de mise en valeur des espaces naturels, agricoles et forestiers et des paysages, de préservation des
ressources naturelles, de lutte contre l'étalement urbain, de préservation et de remise en bon état des continuités
écologiques.
Lorsque le périmètre d'un schéma de cohérence territoriale recouvre en tout ou partie celui d'un pays ayant fait l'objet
d'une publication par arrêté préfectoral, le projet d'aménagement et de développement durables du schéma de
cohérence territoriale prend en compte la charte de développement du pays.
c) Le DOO (Document d'Orientation et d'Objectifs)
■
Article L122-1-4
Dans le respect des orientations définies par le projet d'aménagement et de développement durables, le document
d'orientation et d'objectifs détermine les orientations générales de l'organisation de l'espace et les grands équilibres
entre les espaces urbains et à urbaniser et les espaces ruraux, naturels, agricoles et forestiers. Il définit les conditions
d'un développement urbain maîtrisé et les principes de restructuration des espaces urbanisés, de revitalisation des
centres urbains et ruraux, de mise en valeur des entrées de ville, de valorisation des paysages et de prévention des
risques.
■
1.
2.
3.
4.
5.
1.
2.
3.
10/38
Article L122-1-5
Le document d'orientation et d'objectifs définit les objectifs et les principes de la politique de l'urbanisme et de
l'aménagement.
Il détermine les conditions d'un développement équilibré dans l'espace rural entre l'habitat, l'activité économique
et artisanale, et la préservation des sites naturels, agricoles et forestiers.
Il détermine les espaces et sites naturels, agricoles, forestiers ou urbains à protéger. Il peut en définir la
localisation ou la délimitation.
Il précise les modalités de protection des espaces nécessaires au maintien de la biodiversité et à la préservation
ou à la remise en bon état des continuités écologiques.
Il arrête des objectifs chiffrés de consommation économe de l'espace et de lutte contre l'étalement urbain, qui
peuvent être ventilés par secteur géographique.
Il précise les conditions permettant de favoriser le développement de l'urbanisation prioritaire dans les secteurs
desservis par les transports collectifs ainsi que celles permettant le désenclavement par transport collectif des
secteurs urbanisés qui le nécessitent.
Il peut déterminer des secteurs dans lesquels l'ouverture de nouvelles zones à l'urbanisation est subordonnée à
leur desserte par les transports collectifs.
Il peut étendre l'application de l'article L. 111-1-4 à d'autres routes que celles mentionnées au premier alinéa
dudit article.
Pour la réalisation des objectifs définis à l'article L. 122-1-4, il peut, en fonction des circonstances locales,
imposer préalablement à toute ouverture à l'urbanisation d'un secteur nouveau :
L'utilisation de terrains situés en zone urbanisée et desservis par les équipements mentionnés à l'article L. 111-4 ;
La réalisation d'une étude d'impact prévue par l'article L. 122-1 du code de l'environnement ;
La réalisation d'une étude de densification des zones déjà urbanisées.
6.
Il peut définir des secteurs dans lesquels l'ouverture de nouvelles zones à l'urbanisation est subordonnée à
l'obligation pour les constructions, travaux, installations et aménagements de respecter :
1. Soit des performances énergétiques et environnementales renforcées ;
2. Soit des critères de qualité renforcés en matière d'infrastructures et réseaux de communications électroniques.
7. Il définit les grands projets d'équipements et de services.
8. Il peut également définir des objectifs à atteindre en matière de maintien ou de création d'espaces verts dans les
zones faisant l'objet d'une ouverture à l'urbanisation.
9. Dans des secteurs qu'il délimite en prenant en compte leur desserte par les transports collectifs, l'existence
d'équipements collectifs et des protections environnementales ou agricoles, il peut déterminer la valeur audessous de laquelle ne peut être fixée la densité maximale de construction résultant de l'application de
l'ensemble des règles définies par le plan local d'urbanisme ou du document en tenant lieu.
Dans ces secteurs, les règles des plans locaux d'urbanisme et des documents d'urbanisme en tenant lieu qui
seraient contraires aux normes minimales de hauteur, d'emprise au sol et d'occupation des sols fixées par le
document d'orientation et d'objectifs cessent de s'appliquer passé un délai de vingt-quatre mois à compter de la
publication du schéma, de sa révision ou de sa modification.
Passé ce délai, le permis de construire, d'aménager ou de démolir ne peut être refusé et les projets faisant
l'objet d'une déclaration préalable ne peuvent faire l'objet d'une opposition sur le fondement d'une règle contraire
aux normes minimales fixées par le schéma de cohérence territoriale ou le schéma de secteur.
10. Le document d'orientation et d'objectifs peut, sous réserve d'une justification particulière, définir des secteurs,
situés à proximité des transports collectifs existants ou programmés, dans lesquels les plans locaux d'urbanisme
doivent imposer une densité minimale de construction.
■
Article L122-1-6
Le document d'orientation et d'objectifs peut, par secteur, définir des normes de qualité urbaine, architecturale et
paysagère applicables en l'absence de plan local d'urbanisme ou de document d'urbanisme en tenant lieu.
■
Article L122-1-7
Le document d'orientation et d'objectifs définit les objectifs et les principes de la politique de l'habitat au regard,
notamment, de la mixité sociale, en prenant en compte l'évolution démographique et économique et les projets
d'équipements et de dessertes en transports collectifs. Il précise :
Les objectifs d'offre de nouveaux logements, répartis, le cas échéant, entre les établissements publics de
coopération intercommunale ou par commune ;
Les objectifs de la politique d'amélioration et de la réhabilitation du parc de logements existant public ou privé.
■
Article L122-1-8
Le document d'orientation et d'objectifs définit les grandes orientations de la politique des transports et de
déplacements. Il définit les grands projets d'équipements et de dessertes par les transports collectifs.
Il peut préciser, en fonction de la desserte en transports publics réguliers et, le cas échéant, en tenant compte de la
destination des bâtiments :
Les obligations minimales ou maximales de réalisation d'aires de stationnement pour les véhicules motorisés que
les plans locaux d'urbanisme et les documents d'urbanisme en tenant lieu doivent imposer ;
Les obligations minimales de réalisation d'aires de stationnement pour les véhicules non motorisés que les plans
locaux d'urbanisme et les documents d'urbanisme en tenant lieu doivent imposer.
Les trois alinéas précédents ne sont pas applicables dans les territoires couverts par un plan local d'urbanisme
comprenant un plan de déplacements urbains.
■
Article L122-1-9
Le document d'orientation et d'objectifs précise les objectifs relatifs à l'équipement commercial et artisanal et aux
localisations préférentielles des commerces afin de répondre aux exigences d'aménagement du territoire, notamment
en matière de revitalisation des centres-villes, de cohérence entre équipements commerciaux, desserte en transports,
notamment collectifs, et maîtrise des flux de marchandises, de consommation économe de l'espace et de protection
de l'environnement, des paysages, de l'architecture et du patrimoine bâti. Il comprend un document d'aménagement
commercial défini dans les conditions prévues au II de l'article L. 752-1 du code de commerce, qui délimite des zones
d'aménagement commercial en prenant en compte ces exigences d'aménagement du territoire. Dans ces zones, il
peut prévoir que l'implantation d'équipements commerciaux est subordonnée au respect de conditions qu'il fixe et qui
portent, notamment, sur la desserte par les transports collectifs, les conditions de stationnement, les conditions de
livraison des marchandises et le respect de normes environnementales, dès lors que ces équipements, du fait de leur
importance, sont susceptibles d'avoir un impact significatif sur l'organisation du territoire.[...]
■
Article L122-1-14
Pour leur exécution, les schémas de cohérence territoriale peuvent être complétés en certaines de leurs parties par
des schémas de secteur qui en détaillent et en précisent le contenu.
11/38
3. Le processus d'élaboration du ScoT
a) Les principales étapes, de l’initiative à l’approbation
La procédure d'élaboration du schéma de cohérence territoriale est conduite à l'initiative et sous la responsabilité de
l'établissement public en charge de l’élaboration, de l’approbation, du suivi et de la révision du SCoT (art. L. 122-4 du
code de l'urbanisme).
L’établissement public définit les modalités de concertation avec la population.
Le schéma de cohérence territoriale est constitué d’un rapport de présentation comprenant (article L. 122-1-1) :
− un diagnostic ;
− une analyse de l’état initial de l'environnement ;
− une présentation du projet d'aménagement et de développement durable et des choix retenus au regard
des objectifs et des principes énoncés aux articles L. 110 et L. 121-1 et des dispositions mentionnées à
l’article L. 111-1-1 ;
− une évaluation des incidences prévisibles des orientations du schéma sur l'environnement ;
− ainsi que d’un document d’orientations (art. R. 122-2 et R. 122-3). Ce dernier précise notamment les
orientations générales de l’organisation de l’espace, les espaces et sites à protéger, les grands équilibres
entre les espaces urbains et ruraux, les objectifs relatifs à l’équilibre social de l’habitat, à la cohérence
entre développement de l’urbanisation et la desserte en transports collectifs, à l’équipement commercial
et artisanal, à la protection de l’environnement et à la prise en compte des risques naturels.
Au plus tard quatre mois avant l’examen du projet de schéma, un débat a lieu au sein de l’organe délibérant de
l’établissement public sur les orientations générales du projet d’aménagement et de développement durable (art. L.
122-8).
Par délibération, l’établissement public arrête le projet de schéma de cohérence territoriale (art. L. 122-8). Cette
délibération peut simultanément tirer le bilan de la concertation.
Le projet arrêté est transmis pour avis aux personnes publiques associées et au Préfet.
Le projet arrêté auquel sont annexés les avis des personnes publiques associées et du Préfet ainsi que tout ou partie
du porter-à-connaissance, est soumis à enquête publique (art. L. 122-10).
A l’issue de l’enquête publique, le projet éventuellement modifié pour tenir compte des avis des personnes publiques
associées, du Préfet et des observations du public, est approuvé par l’organe délibérant de l’établissement public (art.
L. 122-11).
Sauf si le Préfet a notifié des modifications qu’il estime nécessaires, la délibération publiée approuvant le schéma de
cohérence territoriale est exécutoire deux mois après sa transmission au Préfet (art L.122-11).
Le SCoT est tenu à la disposition du public.
b) La concertation
Conformément à l'article L. 300-2 du code de l'urbanisme, la concertation a lieu pendant toute le phase d'élaboration
du projet. Elle doit commencer au début des études préalables et se prolonger durant toute l'élaboration du projet
jusqu'à son arrêt. La concertation associe les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées.
La concertation est encadrée par deux délibérations de l'établissement public, l'une en fixant les modalités, l'autre en
tirant le bilan.
c) L'association de l’État
1) Le principe de l'association
Le principe de l’association de l’État est posé par l'article L122-6 du code de l'urbanisme:
« A l'initiative du président de l'établissement public prévu par l'article L122-4 ou à la demande du préfet, les services
de l’État sont associés à l'élaboration du projet de schéma.
Il en est de même du département, à la demande du président du conseil général, et de la région, à la demande du
président du conseil régional »
2) Le rôle de l’État
L’État veille au respect des principes définis par l'article L121-1 du code de l'urbanisme et à la prise en compte des
projets d’intérêt général ainsi que des opérations d’intérêt national.
L'association est, en outre, le moment privilégié au cours duquel l’État exprime les attentes et les objectifs qui résultent
des politiques nationales (transport, habitat, politique de la ville, aménagement du territoire, services,
12/38
environnement…) et, plus généralement, le point de vue et les réflexions stratégiques de l’État appliqué au territoire du
schéma de cohérence territoriale. L’État veille par ailleurs à l'articulation de la démarche avec celle de territoires
voisins.
3) Les modalités d'association de l’État
Les modalités de l'association ne font l’objet d’aucun formalisme au sens du code de l’urbanisme, permettant ainsi une
collaboration plus effective entre les services de l’État et l’établissement public.
4) La consultation des personnes publiques
Les articles L122-6 et L122-7 du Code de l'urbanisme précisent les modalités d’association ou de consultation des
personnes publiques autres que l’État.
Sont notamment concernées par ces dispositions :
− le Conseil Régional ;
− le Conseil Général ;
− les autorités compétentes en matière d’organisation des transports urbains ;
− les organismes de gestion des parcs naturels régionaux,
− les chambres de commerce et d’industrie ;
− les chambres des métiers ;
− les chambres d’agriculture ;
− dans les communes littorales, les sections régionales de conchyliculture.
Il en est de même des présidents des établissements publics de coopération intercommunale voisins compétents en
matière d’urbanisme et des maires des communes voisines.
Par ailleurs, le président de l’établissement public peut recueillir l’avis de tout organisme ou association ayant
compétence en matière d’habitat, d’urbanisme, de déplacements, d’aménagement ou d’environnement.
Les associations locales d’usagers agréées (art. L121-5 du code de l’urbanisme) ainsi que les associations agréées
(art. L141-1 du code de l'environnement) sont consultées, à leur demande, pour l’élaboration des schémas de
cohérence territoriale.
d) La CDCEA (Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles)
Au titre de l'article L122-3 du code de l'urbanisme, le projet de SCOT de la Suisse Normande devra être transmis,
avant enquête publique, à la CDCEA prévue à l'article L112-1-1 du code rural et de la pêche maritime.
La CDCEA du Calvados a été créée par arrêté préfectoral du 16 juin 2011. Son secrétariat est assurée par la
Direction Départementale des Territoires et de la Mer, 10 boulevard Vanier, 14000 CAEN.
La CDCEA rend son avis au plus tard trois mois après sa saisine par le syndicat mixte. A défaut d'avis rendu dans ce
délai, celui-ci est réputé favorable.
En cours d'élaboration du SCOT, le syndicat mixte peut aussi consulter la commission sur toute question relative à la
régression des surfaces agricoles sur son territoire. La CDCEA peut également, à sa demande expresse, consulter le
syndicat mixte sur les travaux et projets du syndicat relatifs à la consommation d'espaces agricoles (article L. 122-7 du
code de l'urbanisme).
■
Article L112-1-1 du code rural et de la pêche maritime
Dans chaque département, il est créé une commission départementale de la consommation des espaces agricoles.
Cette commission, présidée par le préfet, associe des représentants des collectivités territoriales, de l'Etat, de la
profession agricole, des propriétaires fonciers, des notaires et des associations agréées de protection de
l'environnement. Elle peut être consultée sur toute question relative à la régression des surfaces agricoles et sur les
moyens de contribuer à la limitation de la consommation de l'espace agricole. Elle émet notamment, dans les
conditions définies par le code de l'urbanisme, un avis sur l'opportunité au regard de l'objectif de préservation des
terres agricoles de certaines procédures ou autorisations d'urbanisme.
13/38
III. Les dispositions particulières à portée juridique
Sont recensés ici les lois, textes et documents approuvés ayant une relation juridique avec le schéma de cohérence
territoriale.
Ne sont volontairement pas listées toutes les mesures particulières qui découlent de l’application de textes en vigueur
et ne correspondant pas a priori à l’échelle de travail du SCoT (arrêté de classement des voies à grande circulation,
arrêté de classement des infrastructures bruyantes …). Si, dans le cadre de l’élaboration de son projet de territoire,
l’établissement public souhaite disposer de ces informations, l’État les tiendra à sa disposition.
A. La DTA de l'estuaire de la Seine
La DTA (Directive Territoriale d'Aménagement) de l'estuaire de la Seine, approuvée par décret en Conseil d’État le 10
juillet 2006, a été élaborée à l'initiative de l’État, dans le cadre de ses responsabilités d'aménagement du territoire
national, en concertation avec les collectivités locales.
Elle a pour objet de :
− définir les orientations fondamentales de l’État en matière d’aménagement et d'équilibre entre les
perspectives de développement, de protection et de mise en valeur des territoires, notamment afin de
régler les conflits d'usage dans les estuaires de l'Orne et de la Seine ;
− fixer les principaux objectifs de l’État en matière de localisation des grandes infrastructures de transport
et des grands équipements, ainsi qu'en matière de préservation des espaces naturels, des sites et des
paysages ;
− préciser les modalité d'application de la loi littoral, adaptée aux particularité géographiques locales.
Seule la commune de Mutrécy, située dans son périmètre, est concernée par les dispositions de la DTA.
Le texte du décret du 10 juillet 2006, le texte de la DTA ainsi qu'un résumé sont disponibles en Annexe 9 – DTA.
B. SDAGE et SAGE
■
Article L111-1-1 du code de l'urbanisme :
Les schémas de cohérence territoriale et les schémas de secteur doivent être compatibles, […] les orientations
fondamentales d'une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux
définis par les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux, ainsi qu'avec les objectifs de protection
définis par les schémas d'aménagement et de gestion des eaux.
1. Le SDAGE
Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux est un document de planification qui fixe, pour une
période de six ans, « les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau et les
objectifs de qualité et de quantité des eaux » (article L212-1 du code de l’environnement) à atteindre dans le bassin de
la Seine et des cours d’eau côtiers normands.
Le texte du SDAGE est joint en Annexe 10 : SDAGE & SAGE.
2. Le SAGE
Le SAGE (Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux) est un document de planification à long terme élaboré
pour mieux organiser la gestion de la ressource en eau (superficielles et souterraines) et des milieux aquatiques dans
une logique de développement durable et à une échelle géographique cohérente : le bassin versant.
Le schéma d’aménagement et de gestion des eaux peut être institué pour un sous-bassin, pour un groupement de
sous-bassins correspondant à une unité hydrographique cohérente. Le SAGE comporte un plan d’aménagement et de
gestion durable de la ressource en eau et des milieux aquatiques et un règlement.
Le SAGE doit être compatible avec le SDAGE. Les décisions prises dans le domaine de l’eau par les autorités
administratives doivent être compatibles ou rendues compatibles avec le plan d’aménagement et de gestion durable
de la ressource en eau du SAGE. Le règlement du SAGE est opposable au tiers.
Les SCOT, PLU et cartes communales doivent être compatibles avec les orientations fondamentales d’une gestion
équilibrée de la ressource en eau et les objectifs de qualité et de quantité des eaux définis par les schémas directeurs
d’aménagement et de gestion des eaux ainsi qu’avec les objectifs de protection définis par les schémas
d’aménagement et de gestion des eaux. Lorsqu’un de ces documents est approuvé après l’approbation du document
d’urbanisme, ce dernier doit, si nécessaire, être rendu compatible dans un délai de trois ans.
Le territoire de la Suisse Normande est concerné par le SAGE du Bassin Orne aval-Seulles
Le périmètre de ce SAGE a été défini par un arrêté inter-préfectoral des 16 août et 8 septembre 1999 carte jointe en
Annexe 10 : SDAGE & SAGE.
14/38
− Pour plus d'informations :
Site Internet du SAGE
http://www.sage-orne-seulles.fr
C. Le Schéma Régional Climat Air Énergie (SRCAE)
Le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) est un document stratégique et prospectif prescrit par la loi Grenelle
2, dont la finalité est de définir les objectifs et orientations à l’horizon 2020 et 2050 en matière de réduction des
émissions de gaz à effet de serre, de lutte contre la pollution atmosphérique, de maîtrise de la demande énergétique,
de développement des énergies renouvelables et d’adaptation aux changements climatiques. Les travaux
concerneront donc des domaines aussi variés que le bâtiment, les transports, l’industrie, l’agriculture, l’urbanisme, …
L'article 68 de la Loi 2010-788 du 12 juillet 2010 a modifié le code de l'environnement dans ses articles L222-1, L222-2
et L222-3 pour intégrer le SRCAE.
■
Article L122-1 du code de l'environnement
[…] le schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie vaut schéma régional des énergies renouvelables au sens du
III de l'article 19 de la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de
l'environnement. Un schéma régional éolien qui constitue un volet annexé à ce document définit, en cohérence avec
les objectifs issus de la législation européenne relative à l'énergie et au climat, les parties du territoire favorables au
développement de l'énergie éolienne. […]
■
Article L122-2 du code de l'environnement
[…] Les régions peuvent intégrer au schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie le plan climat-énergie territorial
défini par l'article L. 229-26 du présent code. Dans ce cas, elles font état de ce schéma dans le rapport prévu par
l'article L. 4310-1 du code général des collectivités territoriales. […]
■
Article L122-3 du code de l'environnement
Chaque région se dote d'un schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie dans un délai d'un an à compter de
l'entrée en vigueur de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement. […]
Dans le même temps, le nouvel article L122-1-12 du code de l'urbanisme impose de prendre en compte, dans les
documents d'urbanisme tels que les ScoT, les PCET (Plan de Climat-Energie Territoriaux), dont le SRCAE pourra se
doter à l'échelle de la région.
■
Article L122-1-12 du code de l'urbanisme
Les schémas de cohérence territoriale prennent en compte :
― [...] les plans climat-énergie territoriaux lorsqu'ils existent.
[…] Lorsqu'un de ces documents est approuvé après l'approbation d'un schéma de cohérence territoriale, ce dernier
est, si nécessaire, rendu compatible dans un délai de trois ans.
De ce fait, pour leur partie PCET, les SCoT doivent tenir compte du SRCAE et notamment pour les ZDE (Zone de
Développement Éolien) qui leur sont opposables et les PDU (Plan de Déplacement Urbain) avec lesquels ils doivent
être compatibles.
Le 28 juin 2011, l’État et la Région Basse-Normandie ont lancé l’élaboration du schéma régional climat air énergie de
Basse-Normandie (SRCAE). Son approbation est prévue au premier semestre 2012.
Selon l'article L122-1-12 du code l'urbanisme, le SCoT devra être rendu compatible avec ce document dans un délai
de trois ans.
Les documents Lancement-SRCAE.et Diagnostic-SRCAE sont consultables en Annexe 27 – SRCAE.
− Pour plus d'informations :
Site Internet de la DREAL
http://www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/le-s-r-c-a-e-r396.html
http://www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/le-s-r-c-a-e-r396.html
Site du SRCAE
http://srcae-basse-normandie.fr/public/
15/38
D. Le Schéma Régional de Cohérence Écologique
Au niveau national, les engagements du Grenelle de l’environnement prévoient la constitution d’une trame verte et
bleue nationale, déclinée dans chacune des régions françaises. La DREAL et la Région Basse-Normandie sont ainsi
chargées d’élaborer le SRCE (Schéma Régional de Cohérence Écologique) en Basse-Normandie.
Ce schéma contient :
• la définition et la hiérarchisation des enjeux régionaux en matière de continuités écologiques ;
• une cartographie de la Trame Verte et Bleue bas-normande au 1/100 000ème
• des propositions pour la mise en œuvre au niveau local.
Le SRCE est élaboré, à partir de 2011, en partenariat avec de nombreux acteurs du territoire, via le comité régional
trame verte et bleue.
La loi 2010-788 du 12 juillet 2010 a modifié le code de l'urbanisme en créant l'article L122-1-12 qui impose de prendre
en compte les SRCE dans les documents d'urbanisme tels que les SCOT.
− Pour plus d'informations :
Site Trame Verte et bleue – SRCE de Basse-Normandie
http://www.trameverteetbleue-basse-normandie.fr/le-srce-de-basse-normandie/les-principales-etapes/
E. Les servitudes d'utilité publique
Les servitudes d'utilité publique sont instituées par des lois ou règlements particuliers. Le code de l'urbanisme, dans
son article L 126-1, ne retient juridiquement que les servitudes affectant l'utilisation des sols, c'est-à-dire celles
susceptibles d'avoir une incidence sur la constructibilité et plus largement sur l'occupation des sols.
La liste des servitudes, dressée par décret en conseil d’État et intégrée au code de l'urbanisme (art. R126-1), classe
les servitudes d'utilité publique en 4 catégories :
− les servitudes relatives à la conservation du patrimoine
− les servitudes relatives à l'utilisation de certaines ressources et équipements
− les servitudes relatives à la défense nationale
− les servitudes relatives à la salubrité et à la sécurité publique
La liste des servitudes d'utilité publique concernant les communes membres de l’établissement public figure cidessous et les documents sont portés en annexe.
1. Les périmètres de protection des captages
En Annexe 1 – Captages d'eau potable, sont recensés les captages existants sur l’aire du SCoT, y compris ceux ne
disposant pas de périmètre de protection. Cette liste est accompagnée de cartographies localisant les points de
captage ainsi que l’emprise des périmètres de protection.
Sont concernées par ces captages les communes suivantes :
− Cesny_Bois-Halbout, source ;
− Clécy, puit et source ;
− Combray, forage ;
− Condé-sur-Noireau, captage au fil de l'eau ;
− Donnay ;
− Espins, deux sources ;
− Hamars, sources ;
− Lassy, deux forages ;
− Perigny, quatre forages ;
− Plessis-Grimoult, deux sites dont une source ;
− Saint-Germain-du-Crioult, deux forages ;
− Saint-Jean-le-Blanc, trois forages ;
− Saint-Laurent -de-Condel, deux sources ;
− Saint-Martin-de-Sallen, trois sources et un forage ;
− Saint-Pierre-la-Vieille, une source ;
− Tournebu, dix-neuf sources ;
− La Villette, trois forages et deux sources.
Voir liste et liens vers la cartographie de chaque captage : Annexe 1 - Captages d'eau potable / Captages d'eau
Suisse-Normande
16/38
Une carte générale des sites de captage est disponible en Annexe 1 – Captages d'eau potable / Captages d'eau
BN ARS 2011 ainsi qu'un état des DUP des captages et de leurs périmètres de protection en Annexe 1 – Captages
d'eau potable / DUP captages BN ARS 2011.
− Pour plus d'informations :
Site Internet de la DREAL
http://www.ars.basse-normandie.sante.fr/index.php?id=99958
2. Canalisations de transport de gaz et canalisations de transport d'hydrocarbures,
réseaux de transport d’électricité
a) Canalisations de transport de gaz
Le décret n° 70-492 du 11 juin 1970 (modifié par le décret n° 85-1109 du 15 octobre 1985) porte règlement
d'administration publique concernant la procédure de déclaration d'utilité publique des travaux d'électricité et de gaz
pour l'établissement des servitudes qui s'attachent aux canalisations de gaz.
Des conventions de servitudes sont signées entre GRT Gaz et les propriétaires concernés. Ces conventions
définissent le positionnement des servitudes et les interdictions liées à ces servitudes. Sont notamment interdites dans
l'emprise de ces servitudes : les modifications de profil du terrain, les constructions, les plantations d'arbres et
arbustes, les façons culturales descendant à plus de 40 cm de profondeur. GRT Gaz devra impérativement être
informé de tout projet à proximité de ses ouvrages (100 mètres de part et d'autre de la canalisation).
Les communes grevées par ces servitudes sur le territoire de la Suisse Normande sont les suivantes :
− Condé-sur-Noireau
− Lassy
− Saint-Germain-du-Crioult
− Saint-Jean-le-Blanc
− Saint-Vigor-des-Mézeret
En Annexe 2 - Transport de gaz sont joints des plans localisant ces servitudes sur les communes concernées.
− Pour plus d'informations :
GRT gaz
Région Val de Seine
Agence de Normandie – Département réseau Caen
rue Lavoisier – BP 114
14204 Hérouville-Saint-Clair
[email protected]
Tél. : 02 31 46 90 31
b) Réseaux de transport d’électricité
La présence de lignes électriques entraine certaines obligations qui incombent aux propriétaires des terrains traversés.
Ces propriétaires ont en particulier l'obligation de réserver le passage et l'accès aux agents chargés de l'entretien et
de la surveillance. Ils ont obligation de signaler tout projet de construction prévue à proximité des lignes. Les travaux
effectués à proximité des ouvrages électriques sont réglementés. Tout projet de tiers s'inscrivant dans une bande de
100 mètres de largeur de part et d'autre de la ligne doit faire l'objet d'une demande de renseignements à l'exploitant
des réseaux concernés. Ces démarches sont gratuites.
Les lignes électriques à haute tension suivantes imposent des servitudes aux communes citées :
− LA 90 kV : Condé-sur-Noireau – Flers -Vaston 1 pour la commune de Condé-sur-Noireau
− LA 90 kV : Condé-sur-Noireau – Flers pour la commune de Condé-sur-Noireau
− LA 225 kV : La Dronnière – Flers pour les communes de Tournebu, Martinville, Cossesseville
En Annexe-3 – Transport d’Électricité est jointe une carte localisant ces servitudes sur les communes concernées.
− Pour plus d'informations :
RTE – EDF Transport SA
Région Normandie
15, rue des Carriers – BP 7
14123 IFS
17/38
3. Le domaine ferroviaire
La Loi du 15 juillet 1845 et les textes subséquents (notamment décret-loi du 30 octobre 1935) sur la police des
chemins de fer a institué des servitudes à l’égard des propriétés riveraines d'une voie ferrée.
Ces textes instituent des servitudes « T1 » relatives aux chemins de fer :
− servitudes de grande voirie (alignement, occupation temporaire des terrains en cas de réparation,
distance à observer pour les plantations et l’élagage des arbres plantés, mode d’exploitation des mines,
carrières et sablières)
− servitudes spéciales (constructions, excavations, dépôts de matières inflammables ou non, servitudes de
débroussaillement)
La ligne Caen-Flers n'est plus exploitée actuellement. Cependant le conseil régional veut maintenir la possibilité de réouvrir cette ligne au trafic commercial dans le futur.
Il existe actuellement sur cette ligne
− 2 activités de vélo-rail (Pont Erambourg et Maizet)
− un projet de train touristique.
− un projet de vélo-route et voie verte (dont un premier tronçon sera réalisé entre Louvigny et Grimbosq en
2012) qui sera situé à proximité immédiate de la voie ferrée, sans obérer une éventuelle remise en
service commercial
Les communes concernées par la servitude "T1" pour la ligne Caen-Flers sont les suivantes :
Mutrécy, Grimbosq, Les Moutiers-en-Cinglais, Croisilles, Thury-Harcourt, Esson, Caumont-sur-Orne, Saint-Rémy-surOrne, Le Vey, Clécy, Saint-Denis-de-Méré, Condé-sur-Noireau.
− Pour plus d'informations :
− Direction régionale Haute et Basse-Normandie
Réseau Ferré de France
38 bis, rue Verte
BP 11 066
76 173 ROUEN CEDEX
Tél. : 02.32.76.03.66
Fax : 02.32.76.03.80
L’ensemble du domaine ferroviaire est protégé par la servitude T1. En annexe 6, est reproduite, pour information, la
notice technique pour le report aux PLU des servitudes grevant les propriétés riveraines du chemin de fer.
4. Servitude hertzienne – France-Télécom
Il existe trois sortes de servitudes hertziennes :
− Les servitudes PT1 : servitudes de protection des centres de réception contre les perturbations
électromagnétiques
− Les servitudes PT2 : servitudes de protection contre les obstacles des centres d'émission et de réception
d'ondes électromagnétiques
− Les servitudes PT3 : servitudes liées aux câbles PTT
1) Sont grevées de servitudes PT1 les communes de la Suisse Normande suivantes :
Cauville, Condé-sur-Noireau, Le Plessis-Grimoult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Martin-de-Sallen, Thury_Harcourt.
2) Sont grevées de servitudes PT2 les communes de la Suisse Normande suivantes :
Condé-sur-Noireau, Curcy-sur-Orne, Le Plessis-Grimoult, Ouffières, Thury-Harcourt
3) Sont grevées de servitudes PT2LH les communes de la Suisse Normande suivantes :
La Pommeraye, Le Bô, Le Vey, Saint-Laurent -de-Condel, Saint-Omer.
En Annexe 4 – Réseau hertzien, les servitudes hertziennes recensées sur le territoire de la Suisse Normande sont
présentées dans un tableau détaillé.
18/38
− Pour plus d'informations :
− FRANCE TELECOM-ORANGE
UPR OUEST
11, avenue Miossec
29334 QUIMPER Cedex
Gilbert MENEUR
Tél. : 02 98 76 34 58
[email protected]
− Agence Nationale des Fréquences
http://www.anfr.fr/fr/emetteurs/servitudes/
5. Les servitudes liées à Télé Diffusion de France
Les communes de Cauville, Condé-sur-Noireau, La Pommeraye, Le Bô, Le Plessis-Grimoult, Le Vey, Saint-Jean-leBlanc, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer et de Thury-Harcourt sont situées dans les zones de protection des
servitudes de type PT1, PT2 et PT2LH définies par n°ANFR 0140130001, 0140130009 et 0140130018 (voir en
Annexe 5 – Réseau TDF).
Le décret du 16 mars 1961 fixe l'étendue des zones et les servitudes applicables au voisinage du centre
radioélectrique du Mont Pinçon dans l'intérêt des réceptions radioélectriques.
− Pour plus d'informations :
− TDF
21 rue Claude Chappe
14000 Caen
Tél. : 02 31 29 30 00
6. Les servitudes liées à la Défense nationale
Le radar de Carpiquet impose les règles suivantes qui impactent le territoire du Suisse Normande :
− l'interdiction de construire des éoliennes dans un rayon de 20 km du radar
− la construction sous certaines règles (de 20 à 30 km du radar de Carpiquet)
Une cartographie jointe en Annexe 6 – Défense nationale, détermine les zones d'interdiction (arc de cercle rouge
plein) et de contraintes (en rouge pointillé)
-
Pour plus d'informations :
Délégation Militaire Départementale
72, rue Caponnière
BP 550
14037 CAEN Cedex
Tél. : 02 31 27 88 23
7. Le plan de prévention des risques
Un plan de prévention de risques inondations a été prescrit le 23 juin 2009, le PPRi du Noireau et de la Vère et est en
cours d'élaboration par les services de l’État.. Les communes concernées comprises dans le périmètre du SCOT sont
les suivantes :
Condé-sur-Noireau, La Chapelle-Engerbold, Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DDTM 14
http://www.calvados.equipement.gouv.fr/le-ppri-du-noireau-et-de-la-vere-r294.html
19/38
8. La zone de répartition des eaux
L'article R 211-71 du Code de l'Environnement dispose qu'une zone de répartition des eaux doit permettre de
« faciliter la conciliation des intérêts des différents utilisateurs de l'eau dans les zones présentant une insuffisance,
autre qu'exceptionnelle, des ressources par rapport aux besoins ». L'article R 211-72 impose de fixer par arrêté
préfectoral la liste des communes concernées par une ressource nouvellement classée ZRE.
Une zone de répartition des eaux (Z.R.E.) se caractérise par une insuffisance chronique des ressources en eau par
rapport aux besoins. L’inscription d’une ressource (bassin hydrographique ou système aquifère) en Z.R.E. constitue le
moyen pour l’Etat d’assurer une gestion plus fine des demandes de prélèvements dans cette ressource, grâce à un
abaissement des seuils de déclaration et d’autorisation de prélèvements. Elle constitue un signal fort de
reconnaissance d’un déséquilibre durablement instauré entre la ressource et les besoins en eau.
La Suisse Normande est concernée par une zone de répartition des eaux dont la liste des communes incluses dans ce
périmètre est fixée par arrêté préfectoral du 4 février 2004. Cet arrêté est joint en Annexe 7- ZRE. Cet arrêté
préfectoral définit sur le territoire de la Suisse Normande une zone de répartition au titre des systèmes aquifères
(nappes des calcaires du bajo-bathonien dans les départements de l'Orne et du Calvados (point 6 partie B de l'annexe
du décret 2003-869 du 11 septembre 2003)). L'article 2 de l'arrêté préfectoral impose certaines contraintes en matière
de prélèvements d'eau dans les communes concernées.
Ces communes sont les suivantes :
Acqueville, Angoville, Cesny-Bois-Halbout, Espins, Grimbosq, Martainville, Les Moutiers-en-Cinglais, Mutrécy, SaintLaurent-de-Condel, Tournebu, Trois-Monts
9. Les sites inscrits et classés, les monuments historiques
L’ensemble des sites classés et des sites inscrits au titre de la loi du 2 mai 1930 est recensé sous forme d’une fiche
descriptive en Annexe 8 – Sites inscrits et classés. Des cartographies accompagnent cette liste.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Service Territorial de l'Architecture et du Patrimoine (STAP)
http://www.culture.gouv.fr
IV. Les informations et données utiles
A. Les documents d'orientation et de cadrage
1. Les schémas de services collectifs (décret du 18/04/02)
Les schémas de services collectifs ont été définis par la loi n°95-115 du 4 février 1995 d’orientation pour
l’aménagement et le développement du territoire, modifiée notamment par la loi n°99-533 du 25 juin 1999. Approuvés
par le décret 2002-560 du 18 avril 2002, les schémas de services collectifs sont destinés à mettre en œuvre les choix
stratégiques pour la politique nationale en matière d’aménagement et de développement durable des territoires.
Sur la base d’un diagnostic approfondi et des perspectives de long terme, les schémas déclinent les objectifs que se
donne l’Etat pour l’organisation et l’accessibilité des services collectifs à neuf politiques publiques structurantes :
− l’enseignement supérieur et la recherche ;
− la culture ;
− la santé ;
− l’information ;
− la communication ;
− les transports de marchandises et les transports de voyageurs (abrogé par l'ordonnance n°2005-654 du 8
juin 2005 portant allégement des procédures d'adoption et de révision des schémas de services collectifs
et suppression des schémas multimodaux de services collectifs de transport) ;
− l’énergie ;
− les espaces naturels et ruraux ;
− le sport.
Destinés tout particulièrement à constituer un outil de pilotage et un cadre de référence pour l’action publique
contractualisée, notamment dans les contrats de projet État-Région, les documents uniques de programmation et
d’autres procédures contractuelles territoriales ou sectorielles, les schémas déclinent des orientations nationales en
tenant compte de la diversité des territoires, dans une perspective de planification différenciée.
20/38
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DATAR :
http://territoires.gouv.fr/la-datar
2. Les zones et corridors humides
Les zones humides sont parmi les milieux naturels les plus riches du monde : elles fournissent l’eau et les aliments à
d’innombrables espèces de plantes et d’animaux et jouent un rôle important en matière de régulation hydraulique et
d'auto-épuration.
En mars 1995, le gouvernement adoptait le "Plan national d'action pour les zones humides". Ce plan marque la
volonté d'agir pour arrêter la dégradation de ces milieux, en favoriser la restauration, garantir par une bonne gestion
leur préservation durable et reconquérir les sites d'intérêt national. Si la préservation des zones humides ne fait pas
l'objet d'une législation distincte, elle est prise en compte dans un ensemble de dispositions plus générales. Pour
faciliter l'application de ces dispositions, il convient, d'une part, de mieux définir la zone humide et, d'autre part, d'en
dresser une cartographie. Un décret paru le 30 janvier 2007 précise les critères à retenir pour la définition des zones
humides. Pour faciliter la mise en œuvre des différents outils en place (planification, défiscalisation, police de l'eau,
etc.), la DREAL de Basse Normandie a établit une cartographie régionale des territoires humides. Ce travail a permis
d'identifier une grande majorité des milieux humides. Cette cartographie n'a pas de valeur réglementaire mais
constitue un outil de connaissance et d'alerte opérationnel pour la préservation des milieux et l'application de la police
de l'eau. Il est complété par une cartographie des "corridors humides" (espaces potentiellement humides) délimités à
partir de la modélisation de la piézométrie en période de hautes eaux. Ces données sont accessibles via la rubrique
"données DIREN" (onglet Cartographie dynamique).
La loi a créé de nouveaux outils comme les "ZH d'intérêt environnemental particulier" (ZHIEP) et les "zones
stratégiques pour la gestion de l'eau" (ZSGE). Ces zones devront faire l'objet d'un programme d'action visant leur
restauration ou leur préservation (ZHIEP) nécessaires au respect des objectifs de qualité et de quantité fixés par le
SDAGE (ZSGE).
La défiscalisation, entière ou partielle, des ZH au titre de la taxe foncière sur la propriété non bâtie, prévue par la loi
n°2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux, doit s'accompagner d'un engagement
de gestion durable de la part du propriétaire qui souhaite en bénéficier. Les dispositions de l'article 1395 D du Code
Général des impôts dispose que les propriétés non bâties classées dans les deuxième et sixième catégories (près et
landes) et situées dans les zones humides définies au 1er du I de l'article L. 211-1 du code de l'environnement, sont
exonérées de la taxe foncière sur les propriétés non bâties perçue au profit des communes et de leurs établissements
publics de coopération intercommunale à concurrence de 50 % lorsqu'elles figurent sur une liste dressée par le maire
sur proposition de la commission communale des impôts directs et qu'elles font l'objet d'un engagement de gestion
pendant cinq ans portant notamment sur la préservation de l'avifaune et le non-retournement des parcelles. Les
modalités de cet engagement sont définies par décret en Conseil d'État. L'exonération est applicable pendant 5 ans à
compter de l'année qui suit celle de la signature de l'engagement et est renouvelable. L'exonération est portée à 100
% pour les propriétés non bâties situées dans les zones naturelles relevant des articles L. 211-3, L. 322-1 à L. 322-14,
L. 331-1 à L. 333-4, L. 341-1 à L. 342-1, L. 411-1 à L. 411-7 et L. 414-1 à L. 414-7 du code de l'environnement.
L'engagement de gestion pendant cinq ans porte sur le non-retournement des parcelles en cause et sur le respect des
chartes et documents de gestion ou d'objectifs approuvés au titre des réglementations visées précédemment.
Le SDAGE définit quant à lui des orientations spécifiques à la préservation des zones humides. La neutralité
écologique doit être obtenue dans le cadre de l'urbanisation future. La fonctionnalité (biodiversité, épuration des eaux,
expansion des crues) de ces zones humides potentielles doit être étudiée. Ces espaces et les corridors associés
doivent être préservés en priorité. En cas de destruction de zones humides, des mesures compensatoires globales à
l'échelle du territoire devront être prévues.
L’ensemble des outils existants de protection de la nature sont mobilisables au profit des zones humides (réserves
naturelles, arrêtés de protection de biotope, zones de protections spéciales, sites Natura 2000, réserves de chasse, de
pêche...). D'importantes zones figurent aux programmes d'intervention foncière du Conservatoire de l’espace littoral ou
des Conseils généraux (Politique de protection des espaces naturels sensibles).
En Annexe 11 – Zones humides est jointe une cartographie des zones et corridors humides présents sur le territoire
de la Suisse Normande.
Les communes concernées sont :
− Acqueville
− Lassy
− Angoville
− Lénault
− Le Bô
− Martainville
− Caumont-sur-Orne
− Meslay
− Cauville
− Les Moutiers-en-Cinglais
− Cesny-Bois-Halbout
− Mutrécy
− La Chapelle-Engerbold
− Ouffières
− Clécy
− Périgny
− Combray
− Placy
− Condé-sur-Noireau
− Le Plessis-Grimoult
− Cossesseville
− La Pommeraye
21/38
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
Croisilles
Culey-le-Patry
Curcy-sur-Orne
Donnay
Espins
Esson
Goupillières
Grimbosq
Hamars
Saint-Pierre-la-Vieille
Saint-Rémy
Saint-Vigor-des-Mézerets
Thury-Harcourt
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
−
Pontécoulant
Proussy
Saint-Denis-de-Méré
Saint-Germain-du-Crioult
Saint-Jean-le-Blanc
Saint-Lambert
Saint-Laurent-de-Condel
Saint-Martin-de-Sallen
Saint-Omer
Tournebu
Trois-Monts
Le Vey
La Villette
L'ensemble des zones humides de la Suisse Normande est cartographié. Ces cartographies, réalisées à l'échelle
communale, sont jointes en Annexe 11. Elles sont accompagnées d'une notice d'information. Ces cartographies sont
susceptibles d'être modifiées ; elles sont consultables sur le site Internet de la DREAL.
- Pour plus d'informations :
Site Internet de la DREAL
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/carto/recupCommune.asp
3. L'assainissement des eaux usées
a) Classement en zone sensible :
Comme tout le reste du bassin Seine Normandie, le territoire de la Suisse Normande est situé en zone sensible à
l’eutrophisation des cours d’eau par les nitrates et le phosphore des Eaux Résiduaires Urbaines (cf. arrêté ministériel
du 23 novembre 1994 portant délimitation des zones sensibles pris en application du décret n° 94-469 du 3 juin 1994
relatif à la collecte et au traitement des eaux usées mentionnées aux articles L. 372-1-1 et L. 372-3 du code des
communes et arrêté du 23 décembre 2005 portant révision des zones sensibles dans le bassin Seine-Normandie ).
b) Plans d’épandage des boues de station ayant fait l’objet d’une déclaration ou
autorisation
L'épandage des boues de stations est réglementé par les articles L214.1 à L214.6 du code de l’environnement.
La Suisse Normande est intégralement située en zone vulnérable aux nitrates au sens de la directive européenne du
12 décembre 1991 relative à la lutte contre la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole. Dans ce cadre,
l'épandage, notamment des boues, est réglementé par l'arrêté préfectoral du 22 septembre 2009. Cet arrêté
préfectoral impose des règles de distance d'épandage aux cours et plans d'eau ainsi que des périodes d'interdiction
d'épandage.
Les communes de Croisilles, Espins, Les Moutiers en Cinglais sont par ailleurs situées en zone de protection
prioritaire nitrates n°14 «Bourdonnières».
Les communes de Acqueville, Angoville, Cesny-Bois-Halbout, Martianville, Meslay, Tournebu sont par ailleurs situées
en zone de protection prioritaire nitrates n°15 «Moulines».
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DDTM
http://www.calvados.equipement-agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=1249
c) Mode de fonctionnement et état des stations d'épuration communales :
Les communes suivantes possèdent une station de traitement des eaux usées :
Cesny-Bois-Halbout, Clécy, Condé-sur-Noireau (associant ??? Saint-Pierre-du-Regard), Croisilles, Espins, Hamars,
Mutrécy (associant Les Moutiers-en-Cinglais, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Laurent-deCondel et , hors SCot, Boulon), Saint-Rémy-sur-Orne, Thury-Harcourt, Tournebu.
Les eaux usées des autres communes du périmètre du SCoT de la Suisse Normande sont traitées par des systèmes
d’assainissement non collectif.
22/38
Un document donnant l'état des stations d'épuration présentes sur le territoire en juillet 2011 est consultable en
Annexe 25 – Assainissement / Stations d'épuration SCoT Suisse Normande.
4. Le schéma régional d'organisation sanitaire
La révision du schéma régional d’organisation sanitaire de Basse-Normandie a été approuvé par arrêté de l'agence
régionale de l'hospitalisation (ARH) le 23 septembre 2010. Il est joint en Annexe 12 - Santé.
Il a pour objet de définir l’organisation sanitaire des établissements de santé publics et privés pour les cinq prochaines
années afin de répondre aux besoins de santé physique et mentale de la population bas-normande. Il assure une
organisation sanitaire territoriale permettant le maintien ou le développement d’activités de proximité (prise en charge
des personnes âgées, de la médecine et des urgences) et la mise en œuvre d’une prise en charge des patients selon
une gradation des plateaux techniques et des activités de soins.
En Annexe 12 - Santé – Profils et ressources, des données sanitaires sur les territoires sont présentées.
-
Pour plus d'informations :
ARS de Basse-Normandie
Délégation Territoriale du Calvados
Département Santé Publique et Environnementale
Tél. : 02 31 70 95 75
Site de l'Agence Régionale de Santé (ARS) de Basse Normandie :
http://www.ars.basse-normandie.sante.fr
http://www.ars.basse-normandie.sante.fr/index.php?id=101115
5. Le plan régional Santé-Environnement
Le Plan Régional Santé-Environnement (PRSE), en cours de révision, a pour objectif d'identifier et de concevoir des
actions à mettre en œuvre afin d'améliorer la santé des bas-normands en lien avec la qualité de leur environnement
dans une perspective de développement durable. Le futur PRSE déclinera à l'échelle de la région le Plan National
Santé-Environnement 2009-2013.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet dédié :
http://prse.bn.free.fr/prse2.htm
6. Le patrimoine naturel
a) Le réseau Natura 2000
Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels terrestres et marins, identifiés pour la rareté et la fragilité des
espèces sauvages, animales ou végétales et de leurs habitats. Cette démarche vise à préserver les espèces et les
habitats ainsi identifiés, dans un cadre de développement durable avec pour objectif l'arrêt de la perte de la
biodiversité.
Le réseau « Natura 2000 » sera constitué - à terme- à l’échelle du territoire européen par l’ensemble des sites
désignés par chaque État membre de l'Union européenne, aussi bien au titre de la directive «Oiseaux» de 1979 en
tant que Zone de Protection Spéciale (ZPS), que de la directive «Habitats» de 1992 en tant que Zone de Conservation
Spéciale (ZSC).
Au titre de la Directive « Habitats » n°92/43/CEE relative à conservation des habitats naturels de la faune et de la flore,
la Suisse Normande est pour partie couverte par deux sites d'importance communautaire :
− Bassin de la Druance : Cauville, La Chapelle-Engerbold, Condé-sur-Noireau, Lassy, Lénault, Le
Plessis-Grimoult, Pontécoulant, Proussy, Saint-Germain -du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Pierre-laVieille, Saint-Vigor-des-Mézeretqs
(arrêté du 8 octobre 2010 et cartographie en Annexe 13 – Natura 2000)
− Vallée de l'Orne et ses affluents : Le Bô, Clécy, Cosseville, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Rémy, Le Vey
(arrêté du 8 octobre 2010 et cartographie en Annexe 13 – Natura 2000)
-
Pour plus d'informations :
http://www.calvados.equipement-agriculture.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=262
23/38
http://natura2000.environnement.gouv.fr/regions/departements/DEPFR251.html
b) Les ZNIEFF de type 1
Les ZNIEFF, Zones Naturelles d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique, de type 1 sont des espaces homogènes
de superficie réduite d'un point de vue écologique et qui abritent au moins une espèce et/ou un habitat rares ou
menacés, d'intérêt aussi bien local que régional, national ou communautaire. ce sont aussi des espaces d'un grand
intérêt fonctionnel pour le fonctionnement écologique local.
Les ZNIEFF de type 1 sur le territoire de la Suisse Normande sont les suivantes :
− Les bois et landes du Mont-Pinçon (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Les Bois et landes du MtPincon).
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Le Plessis-Grimoult
− Les Bois de Cinglais et de l'obélisque (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Bois de Cinglais et de
l'Obélisque)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Croisilles, Espins, Les Moutiers-en-Cinglais, Saint-Laurent-deConde
− L'Ajon et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ajon et affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Curcy-sur-Orne, Hamars
− La forêt de Grimbosq (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Forêt Grimbosq)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Grimbosq, Les Moutiers-en-Cinglais, Mutrécy, Saint-Laurentde-Condé
− Les coteaux du Val de Maizet (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteaux du Val de Maizet)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Mutrécy
Trois-Monts
− Les coteaux de Thury-Harcourt (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteaux de Thury-Harcourt)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Croisilles, Curcy-sur-Orne, Saint-Martin-de-Sallen, ThuryHarcourt
− Les rochers de Clécy (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Rochers de Clécy)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Le Bô, Le Vey, Saint-Omer, Saint-Rémy.
− Les rochers de Brisevieille et vallon du ruisseau d'Orival (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 :
Rochers de Brisevieille et vallon du ruisseau d'Orival)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Cossesseville, La Pommeraye.
− Le coteau du Val Roy (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteau du Val Roy)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Ouffières.
− Le coteau siliceux du Catillon (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteau siliceux du Catillon)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Clécy
− Le coteau siliceux de la Pommeraye (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteau siliceux de la
Pommeraye)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de La Pommeraye
− Le ruisseau de Flagy et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ruisseau de Flagy et ses
affluents)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Trois-Monts
− Les frayères à salmonidés de l'Orne (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Frayères à salmonidés de
l'Orne)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Clécy, Goupillières Grimbosq, Le Bô, Le Vey, Mutrécy, TroisMonts
− Le ruisseau de Traspy et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ruisseau de Traspy et
ses affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Cesny-Bois-Halbout, Combray, Croisilles, Donnay, Espins,
Esson, Placy, Thury-Harcourt
− Le ruisseau d'Herbion et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ruisseau d'Herbion et
ses affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Cauville Culey-le-Patry, Saint-Lambert, Saint-Martin-de-Sallen
− Le ruisseau de la Vallée des Vaux et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ruisseau de
la Vallée des Vaux et ses affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Caumont-sur-Orne, Combray, Donnay, Saint-Omer, SaintRémy.
− Le ruisseau d'Orival et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ruisseau d'Orival et ses
affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Cossesseville, La Pommeraye.
− Le ruisseau du Val de Vienne (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Ruisseau du Val de Vienne)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Clécy, Cossesseville, Le Bô.
24/38
− Le Vieux ruisseau et ses affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Le Vieux ruisseau et ses
−
−
−
−
-
affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Curcy-sur-Orne, Hamars, Saint-Martin-de-Sallen.
La Druance et ses principaux affluents (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Druance et affluents)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Condé-sur-Noireau , La Chapelle-Engerbold, Lassy, Le
Plessis-Grimoult, Lénault, Périgny, Pontécoulant, Proussy, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Jean-leBlanc, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Vigor-des-Mézerets.
Coteaux de Val Mérienne (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteau Val Mérienne)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Saint-Pierre-la-Vieille.
Coteaux du Noireau (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Coteau du Noireau)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Saint-Denis-de-Méré
Haut-Bassin du Noireau (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 1 : Haut-bassin du Noireau)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de Condé-sur-Noireau.
Pour plus d'informations :
Site Internet DREAL Basse-Normandie
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/carto/iso_album/Mesures_5.asp
http://envlit.ifremer.fr/content/download/40007/316274/version/5/file/ZNIEFF1_calvados.pdf
c) Les ZNIEFF de type 2
Les ZNIEFF de type 2 sont des grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés qui offrent des potentialités
biologiques importantes. Elles peuvent inclure des zones de type 1 et possèdent un rôle fonctionnel ainsi qu'une
cohérence écologique et paysagère.
Les ZNIEFF de type 2 sur le territoire de la Suisse Normande sont les suivantes :
− Le Bassin de l'Odon (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Bassin de l'Odon)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Curcy-sur-Orne, Hamars.
− La Vallée de l'Orne (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Vallée de l'Orne)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Caumont-sur-Orne, Cauville, Cesny-Bois-Halbout, Clécy,
Combray, Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Espins, Esson,
Goupillières, Grimbosq, Hamars, La Pommeraye, La Villette, Le Bô, Le Vey, Les Moutiers-en-Cinglai,s
Mutrécy, Ouffières, Placy, Saint-Lambert, Saint-Laurent-de-Condel, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer,
Saint-Rémy, Thury-Harcourt, Trois-Monts.
− Le Bassin de la Laize (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Bassin de la Laize)
Cette ZNIEFF recouvre les communes d'Acqueville, Angoville, Donnay, Martainville, Meslay, SaintLaurent-de-Condel, Tournebu
− Le Bassin de la Druance (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Bassin Druance)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Cauville, Condé-sur-Noireau, La Chapelle-Engerbold, La
Villette, Lassy, Le Plessis-Grimoult, Lénault, Périgny, Pontécoulant Proussy, Saint-Germain-du-Crioult,
Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Vigor-des-Mézerets
− La moyenne vallée de l'Orne (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Vallée de l'Orne)
Cette ZNIEFF recouvre la commune de La Villette.
− Le Bassin du Noireau (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Bassin du Noireau)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Condé-sur-Noireau, Proussy, Saint-Denis-de-Méré.
− Le Bois de Saint-Clair (cf carte Annexe - 14/ ZNIEFF Type 2 : Bois de Saint-Clair)
Cette ZNIEFF recouvre les communes de Angoville, Donnay, Meslay, Saint-Omer.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet DREAL Basse-Normandie
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/Znieff.html
http://wwz.ifremer.fr/envlit/documents/autres_documents/cartes_et_graphiques/basse_normandie/znieff2
7. L'inventaire régional des paysages
25/38
La Basse Normandie dispose d'un inventaire régional des paysages publié en 2004. Cet inventaire constitue un
ouvrage de référence qui propose une caractérisation des paysages et apporte des éléments de réflexion sur les
évolutions liées à l'économie ou à l'usage du sol et sur les conséquences visuelles que ces évolutions engendrent.
L'inventaire régionale des paysages constitue une somme de connaissances et d’analyses qui synthétise des
approches historiques, géographiques, sociologiques et culturelles qui permettent de comprendre la complexité et la
diversité subtile des paysages régionaux.
Huit grandes unités paysagères sont identifiées par l'inventaire et répertoriées par fiches. Le territoire de la Suisse
Normande s'inscrit dans plusieurs de ces unités qui concernent les communes suivantes :
− le bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées (cf carte et présentation Annexe 15 - Virois
Hauteurs boisées)
Les communes concernées sont : Condé-sur-Noireau, La Chapelle-Engerbold, Lassy, Pontécoulant,
Proussy, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Vigor-des-Mézerets
− le Pré-bocage (cf carte et présentation Annexe 15 - Pré-Bocage) :
Les communes concernées sont : Curcy-sur-Orne, Hamars, Ouffières, Trois-Monts.
− le haut pays de Falaise entre les bras des bois (cf carte et présentation Annexe 14 - Le Haut Pays de
Falaise) :
La commune concernée est : Martainville
− le Cinglais (cf carte et présentation Annexe 15 - Le Cinglais) :
Les communes concernées sont : Acqueville, Angoville, Cesny-Bois-Halbout, Combray, Croisilles,
Donnay, Espins, Esson, Grimbosq, Les Moutiers-en-Cinglais, Martainville, Meslay, Mutrécy, Placy, SaintLaurent-de-Condel, Tournebu
− le Val d'Orne (cf carte et présentation Annexe 15 - Val d’Orne) :
Les communes concernées sont : Croisilles, Curcy-sur-Orne, Donnay, Esson, Goupillières, Grimbosq,
Hamars, Les Moutiers-en-Cinglais, Mutrécy, Ouffières, Placy, Saint-Martin-de-Sallen, Thury-Harcourt,
Trois-Monts
− la Suisse Normande (cf carte et présentation Annexe 15 - Suisse Normande) :
Les communes concernées sont : Angoville, Caumont-sur-Orne, Cauville, Clécy, Combray, Condé-surNoireau, Cossesseville, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Esson, Hamars, La Pommeraye, La
Villette, Le Bô, Le Vey, Martainville, Meslay, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult,
Saint-Lambert, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer, Saint-Rémy, Thury-Harcourt
− le synclinal bocain (cf carte et présentation Annexe 15 - Synclinal bocain) :
Les communes concernées sont : Cauville, Clécy, Condé-sur-Noireau, Culey-le-Patry, Hamars, La
Chapelle-Engerbold, La Villette, Lassy, Le Plessis-Grimoult, Lénault, Périgny, Pontécoulant, Proussy,
Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Lambert, Saint-Martin-deSallen, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Vigor-des-Mézerets
− l'ouest ornais et le Mortainais (cf carte et présentation Annexe 15 - Ouest ornais et Mortainais) :
Les communes concernées sont : Condé-sur-Noireau, Saint-Germain-du-Crioult
Les fiches et les communes concernées par ces unités sont consultables sur le site de la DREAL.
− Pour plus d'informations :
− Site Internet de la DREAL de Basse Normandie
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/Inventaire.html
8. Orientations de gestion de la faune sauvage
La faune sauvage et ses habitats sont une composante essentielle de notre patrimoine naturel et contribuent à la
richesse de la biodiversité. Elle est fortement dépendante de la gestion des habitats et des populations des différentes
espèces.
La loi Chasse du 26 juillet 2000 a consacré la nécessité de prendre en compte la gestion de la faune sauvage, dans
son ensemble, cynégétique ou non et de ses habitats. C'est le rôle dévolu aux Orientations Régionales de Gestion de
la Faune Sauvage et de l'Amélioration de ses Habitats (ORGFH).
Les ORGFH doivent permettre, à partir d’un état des lieux initial, de dégager les axes stratégiques d’une politique
régionale sur les enjeux en terme d'espaces naturels et des objectifs partagés par l’ensemble des acteurs concernés
en matière de faune sauvage et d’habitats dans le cadre d’une gestion durable des territoires.
Les ORGFH sont établies à l’initiative du préfet de région et leur élaboration confiée à la DREAL avec l’appui
technique de la délégation régionale de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. La fédération régionale
des chasseurs et le conseil scientifique régional du patrimoine naturel sont amenés à donner leur avis.
Le document final des Orientations Régionales a été validé par le comité de pilotage du 30 novembre 2004, puis il a
été soumis à la consultation des instances régionales, conformément aux textes de loi en vigueur. Suite à cette
consultation, l'arrêté approuvant les ORGFH de la région Basse-Normandie a été signé par le Préfet de Région le 14
septembre 2005.
Le territoire de la Suisse Normande est concerné par plusieurs de ces orientations :
− les orientations relatives au bocage (cf Annexe 16 - Gestion Faune sauvage / Bocages) :
Elles concernent les communes suivantes :
26/38
Acqueville, Angoville, Caumont-sur-Orne, Cauville, Cesny-Bois-Halbout, Clécy, Combray, Condé-surNoireau, Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Espins, Esson, Goupillières,
Grimbosq ,Hamars, La Chapelle-Engerbold, La Pommeraye, La Villette, Lassy, Le Bô, Le PlessisGrimoult, Le Vey, Lénault, Les Moutiers-en-Cinglais, Martainville, Meslay, Mutrécy, Ouffières, Périgny,
Placy, Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc,
Saint-Lambert, Saint-Laurent-de-Condel, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer, Saint-Pierre-la-Vieille,
Saint-Rémy, Saint-Vigor-des-Mézerets, Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts.
− les orientations relatives aux plaines et campagnes découvertes (cf Annexe 16 - Gestion Faune
sauvage / Plaines et campagnes découvertes) ;
Elles concernent les communes suivantes :
Acqueville, Angoville, Caumont-sur-Orne, Cauville, Cesny-Bois-Halbout, Clécy, Combray, Condé-surNoireau, Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Espins, Esson, Goupillières,
Grimbosq, Hamars, La Chapelle-Engerbold, La Pommeraye, La Villette, Lassy, Le Bô, Le PlessisGrimoult, Le Vey, Lénault Les Moutiers-en-Cinglais Martainville Meslay Mutrécy Ouffières Périgny Placy,
Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, SaintLambert, Saint-Laurent-de-Condel, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer, Saint-Pierre-la-Vieille, SaintRémy, Saint-Vigor-des-Mézerets, Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts.
− les orientations relatives à la forêt (cf Annexe 16 - Gestion Faune sauvage / Forêt) ;
Elles concernent les communes suivantes :
Angoville, Caumont-sur-Orne, Cauville, Clécy, Combray, Condé-sur-Noireau, Cossesseville, Croisilles,
Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Espins, Esson, Goupillières, Grimbosq, Hamars, La ChapelleEngerbold, La Pommeraye, La Villette, Lassy, Le Bô, Le Plessis-Grimoult, Le Vey, Lénault, Les Moutiersen-Cinglais, Martainville, Meslay, Mutrécy, Ouffières, Périgny, Placy, Pontécoulant, Proussy, SaintDenis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Lambert, Saint-Laurent-de-Condel,
Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Rémy, Saint-Vigor-des-Mézerets,
Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts.
−
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DREAL de Basse Normandie
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/carto/recupCommune.asp
9. Les risques
a) Le dossier départemental des risques majeurs
Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Calvados participe à l'information préventive des
populations sur les risques majeurs naturels et technologiques. Approuvé en septembre 2005, il liste la totalité des
communes soumises à un risque (inondations, mouvements de terrain et cavités souterraines, sismicité) et un risque
technologique (industriel, transport de matières dangereuses, transport de matières radioactives et infrastructures de
transports).
Les communes suivantes y sont identifiées comme communes à risque majeur :
Curcy-sur-Orne, Goupillères, Grimbosq, Hamars, Les Moutiers-en-Cinglais, Mutrécy, Ouffières, Saint-Laurent-deCondel, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Rémy, Thuruy-Harcourt, Trois-Monts, Condé-sur-Noireau, La ChapelleEngerbold, Le Plessis-Grimoult, Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult.
La vocation du DDRM est également d'ouvrir la voie à d'autres supports tels que le dossier d'information communal
sur les risques majeurs (DICRIM) et le plan communal de sauvegarde (PCS), afin de favoriser la connaissance des
risques auprès des citoyens.
Les communes suivantes disposent d'un Porter à Connaissance (PAC) sur les risques :
La Chapelle-Engerbold, Le Plessis-Grimoult, Pontécoulant, Proussy
Le DDRM est joint en Annexe 17 – Risques / DDRM.
Une carte de l'état d'avancement des documents d'information préventive est consultable à l' Annexe 17 – Risques /
PAC DCS 2009.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DDTM du Calvados
27/38
http://www.calvados.pref.gouv.fr/sections/calvados/les_missions_de_la_p/securite_et_defense?
id=ma_commune_face_aux_1
b) La prévention du risque sismique
Depuis le 22 octobre 2010, la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq
zones de sismicité croissante en fonction de la probabilité d’occurrence des séismes (articles R563-1 à R563-8 du
Code de l’Environnement modifiés par les décrets no 2010-1254 du 22 octobre 2010 et no 2010-1255 du 22 octobre
2010, ainsi que par l’Arrêté du 22 octobre 2010) :
• une zone de sismicité 1 où il n’y a pas de prescription parasismique particulière pour les bâtiments à risque
normal (l’aléa sismique associé à cette zone est qualifié de très faible),
• quatre zones de sismicité 2 à 5, où les règles de construction parasismique sont applicables aux nouveaux
bâtiments, et aux bâtiments anciens dans des conditions particulières.
■
Décret n° 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
Article 1
Il est inséré, après l'article R. 563-8 du code de l'environnement, un article D. 563-8-1 ainsi rédigé :
« Art.D. 563-8-1.-Les communes sont réparties entre les cinq zones de sismicité définies à l'article R. 563-4
conformément à la liste ci-après, arrêtée par référence aux délimitations administratives, issues du code officiel
géographique de l'Institut national de la statistique et des études économiques, en vigueur à la date du 1er janvier
2008.
[…] Calvados : tout le département zone de sismicité faible, sauf :
― les cantons de Blangy-le-Château, Cambremer, Douvres-la-Délivrande, Dozulé, Honfleur, Lisieux 1er canton,
Lisieux 2e canton, Lisieux 3e canton, Orbec, Pont-l'Evêque, Trouville-sur-Mer : zone de sismicité très faible ;
― les communes d'Amfreville, Auquainville, Les Authieux-Papion, Bavent, Bellou, Bénouville, Biéville-Quétiéville,
Bréville-Les-Monts, Cabourg, Castillon-en-Auge, Cheffreville-Tonnencourt, Cléville, Colleville-Montgomery,
Coupesarte, Courseulles-sur-Mer, Crèvecœur-en-Auge, Escoville, Fervaques, Gonneville-en-Auge, Grandchamp-leChâteau, Hérouvillette, Janville, Lécaude, Livarot, Merville-Franceville-Plage, Méry-Corbon, Le Mesnil-Durand, Le
Mesnil-Germain, Le Mesnil-Mauger, Monteille, Les Moutiers-Hubert, Notre-Dame-de-Courson, Notre-Dame-de-Livaye,
Ouistreham, Périers-sur-le-Dan, Petiville, Ranville, Saint-Aubin-d'Arquenay, Sainte-Marguerite-des-Loges, SaintJulien-le-Faucon, Saint-Laurent-du-Mont, Saint-Loup-de-Fribois, Saint-Martin-du-Mesnil-Oury, Saint-Michel-de-Livet,
Saint-Ouen-du-Mesnil-Oger, Saint-Ouen-le-Houx, Saint-Pierre-du-Jonquet, Sallenelles, Sannerville, Touffréville,
Troarn, Varaville, Vieux-Pont-en-Auge : zone de sismicité très faible. [...]
-
Pour plus d'informations :
http://www.planseisme.fr/Zonage-sismique-de-la-France.html
Le territoire de la Suisse Normande est compris dans la zone de sismicité 2 définie par le décret du 22 octobre 2010.
Les communes concernées sont :
Acqueville, Angoville, Caumont-sur-Orne, Cauville, Cesny-Bois-Halbout, Clécy, Combray, Condé-sur-Noireau,
Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Espins, Esson, Goupillières, Grimbosq, Hamars, La
Chapelle-Engerbold, La Pommeraye, La Villette, Lassy, Le Bô, Le Plessis-Grimoult, Le Vey, Lénault, Les Moutiers-enCinglais, Martainville, Meslay, Mutrécy, Ouffières, Périgny, Placy, Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, SaintGermain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Lambert, Saint-Laurent-de-Condel, Saint-Martin-de-Sallen, SaintOmer, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Rémy, Saint-Vigor-des-Mézerets, Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts.
c) Le recensement des mouvements de terrain
L'intégralité des données sur les mouvements de terrain est disponible sur le site Internet de la DREAL. Il est à noter
que données sont susceptibles d' être mises à jour au cours de la procédure d'élaboration. Sur simple demande, des
cartes peuvent être fournies à la collectivité.
-
Pour plus d'informations :
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/Mouv_ter.html
Glissements de terrain
Le territoire de la Suisse Normande n'est pas concerné par ce risque.
28/38
Cavités
En Annexe 17 - Cavités sont jointes les cartes localisant par commune les cavités.
Les communes de la Suisse Normande concernées par ce risque sont les suivantes :
Acqueville, Cauville, Cesny-Bois-Halbout, Clécy, Curcy-sur-Orne, Espins, Martainville, Le Plessis-Grimoult, SaintRémy, Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts.
Chutes de blocs
Sont concernées par ce risque les communes de la Suisse Normande suivantes :
Donnay, Espins, Esson, Goupillères, Grimbosq, Hamars, Lassy, Lénault, Mesley, Les Moutiers-en-Cinglais, Mutrécy,
Ouffières, Périgny, Placy, Plessis-Grimoult, La Pommeraye, Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, SaintGermain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Lambert, Saint-Laurent-de-Condel, Saint-Martin-de-Sallen, SaintOmer, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Rémy, Saint-Vigor-des-Mézerets, Thury-Harcourt, Le Bô, Tournebu, Trois-Monts,
Le Vey, La Villette, Caumont-sur-Orne, Cauville, La Chapelle-Engerbold, Clécy, Combray, Condé-sur-Noireau,
Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne.
En Annexe 17 - Chutes blocs sont jointes les cartes localisant par commune le risque de chutes de blocs.
d) L'atlas des zones inondables
Il existe sur le territoire des zones sensibles aux inondations par débordement de cours d’eau ou aux remontées de
nappe phréatique. Toute urbanisation en zone inondable est à éviter et pourra être soumise à autorisation préalable du
préfet conformément aux dispositions des articles L214.1 et suivants et R214.1 à 56 du code de l’environnement.
La transparence hydraulique doit être atteinte pour l'urbanisation future :
− prioritairement, en réglementant les constructions pour les rendre sans incidence sur les écoulements
(vides sanitaires etc...)
− ou en créant des espaces nécessaires aux mesures réductrices ou compensatoires globales à l'échelle
du territoire (zones d'expansion des crues).
Le risque d'inondation par débordement de cours d'eau
Le risque inondation de cours d'eau constitue un des principaux risque naturel affectant le territoire du SCOT. L'atlas
régional des zones inondables, mis en place par la DREAL de Basse-Normandie et consultable sur son site internet,
constitue le document de référence en ce domaine.
En Annexe 17 - Inondation par débordement de cours d'eau sont jointes les cartes localisant par commune le
risque d'inondation par débordement de cours d'eau.
Les communes suivantes de la Suisse Normande sont concernées par ce risque :
Le Bô, Caumont-sur-Orne, La Chapelle-Engrbold, Clécy, Condé-sur-Noireau, Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry,
Curcy-sur-Orne, Esson, Goupillères, Grimbosq, Hamars, Lassy, Lénault, Martainville, Mesley, Les Moutiers-enCinglais, Mutrécy, Ouffières, Périgny, Le Plessis-Grimoult, Pontécoulant, Pontécoulant, Saint-Denis-de-Méré, SaintGermain-du-Crioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Lambert, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Pierre-la-Vieille, Saint-Rémy,
Saint-Vigor-des-Mézerets, Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts, Le Vey, La Villette.
Le risque d'inondation par la remontée de nappes phréatiques
Après une ou plusieurs années pluvieuses, il arrive que la nappe affleure et qu'une inondation spontanée se produise :
on parle d'inondation par remontée de nappe phréatique. Ce phénomène concerne particulièrement les terrains bas ou
mal drainés. Sa dynamique lente peut perdurer plusieurs semaines.
Ce risque naturel est également cartographié sur le site internet de la DREAL.
En Annexe 17 - Remontées de nappes sont jointes les cartes localisant par commune le risque d'inondation par
remontée de nappes phréatiques. Il est à noter que les données sont susceptibles d'être mises à jour au cours de la
procédure d'élaboration.
29/38
Les communes suivantes de la Suisse Normande sont concernées :
Acqueville, Angoville, Le Bô, Caumont-sur-Orne, Cauville, Cesny-Bois-Halbout, La Chapelle-Engerbold, Clécy,
Combray, Condé-sur-Noireau, Cossesseville, Croisilles, Culey-le-Patry, Curcy-sur-Orne, Donnay, Espins, Espins,
Goupillères, Grimbosq, Hamars, Lassy, Lassy, Martainville, Mesley, Les Moutiers-en-Cinglais, Mutrécy, Ouffières,
Périgny, Placy, Plessis-Grimoult, La Pommeraye, Pontécoulant, Proussy, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-duCrioult, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Lambert, Saint-Laurent-de-Condel, Saint-Martin-de-Sallen, Saint-Omer, SaintVigor-des-Mézerets, Thury-Harcourt, Tournebu, Trois-Monts, Le Vey, La Villette.
- Pour plus d'informations :
http://www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr/carto/recupCommune.asp
e) La base de données des sites et sols pollués
La base de données des sites et sols potentiellement pollués BASOL, appelant une action des pouvoirs publics, à titre
préventif ou curatif, recense les sites concernés en basse Normandie.
Pour chaque site répertorié, les informations suivantes sont répertoriées :
− son identité (raison sociale, adresse) ;
− la description de l'activité actuelle ou passée
− le type de pollution présente
− les actions engagées
− l'environnement du site
− les traitements éventuellement effectués
− la surveillance, les restrictions d'usage, les mesures d'urbanisme réalisées,
− …
-
f)
Pour plus d'informations :
Site Internet de la base de données BASOL
http://basol.ecologie.gouv.fr/
Les installations classées pour la protection de l'environnement
Le cadre réglementaire de l'inspection des installations classées est défini par la loi du 19 juillet 1976 et par son décret
d'application. Toutes les activités d'un établissement industriel pouvant causer des nuisances ou engendrer des
risques sont répertoriées dans une nomenclature. Les installations sont classées dans des rubriques selon les
substances et préparations (série 1000) et selon les branches d'activités (série 2000). Chaque rubrique de la
nomenclature définit un seuil d'activité à partir duquel l'installation est soumise soit à déclaration, soit à autorisation
préfectorale.
Les ICPE de la Suisse Normande sont situées sur les communes suivantes :
Angoville
Seveso (1)
En activité
Régime (2)
14220
FERME SAINTE ANNE (EARL)
Non
Oui
A
14220
SIMON (EARL)
Non
Oui
A
14570
EQUARRISSAGE DE CLECY
Non
Oui
A, D, DC
14570
SOCIETE FROMAGERE DE CLECY
Non
Oui
A, D, DC
Croisilles
14220
MEILINK (GAEC)
Non
Oui
A, D
Esson
14220
LONGCHAMPS (GAEC DES)
Non
Oui
A
La Pommeraye 14690
RMSN
Non
Oui
A
Les Moutiersen-Cinglais
14220
TRANCHANT BOIS INDUSTRIE
Non
Oui
A, D, DC
Saint-Rémy
14570
DUMONT (EARL)
Non
Oui
D, A
14570
PITEL LELIEVRE (SCEA)
Non
Oui
A
Trois-Monts
14210
BOCAGE CHRISTIAN
Non
Oui
A
Condé-surNoireau
14110
DRESSER PRODUITS INDUSTRIELS
Non
Oui
A, D, DC
Clécy
30/38
14110
DUBOURG FILS
Non
Oui
A, D, C
14110
HONEYWELL
Non-
Oui
A, D, DC
14110
LCN
Non
Oui
A
14110
MGI COUTIER
Non
Oui
A, D
14110
TRELLEBORG SEALING SOLUTIONS CON
Non
Oui
A, D
Le PlessisGrimoult
14770
LE FOLL
Non
Oui
A, D
Proussy
14110
C3V
Non
Oui
A, D
14110
DUJARDIN FRANCK
Non
Oui
A
14770
TREIZE VIEILLES (GAEC DES)
Non
Oui
A, D
Saint-Jean-leBlanc
(1) Les établissements « Seveso »
La directive européenne « Seveso 2 » de 1996 remplace, depuis le 3 février 1999, la directive européenne « Seveso 1
» de 1982. Reprise en France au travers notamment de l'arrêté du 10 mai 2000 (complétant la réglementation des
ICPE), elle concerne les ICPE utilisant des substances ou des préparations dangereuses en quantités telles qu’elles
présentent un potentiel de danger important.
Cette directive définit deux catégories d’établissements :
1. les « Seveso seuil bas » : présentant des risques forts,
2. les « Seveso seuil haut » : présentant des risques majeurs.
Dans le langage courant, lorsque l’on parle de « sites Seveso », il est presque toujours fait référence aux sites seuil
haut. En droit français, un site Seveso seuil haut est classé « AS » au titre des ICPE.
(2) Régime
Pour chaque niveau de danger, un régime réglementaire et des contraintes s’appliquent :
A : autorisation, E : enregistrement, D : déclaration, S : servitude d'utilité publique, C : soumis au contrôle périodique
prévu par l’article L. 512-11 du code de l’environnement
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la base de données BASOL : Installations classées
http://installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/La-nomenclature-des-installations.html
http://installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/rechercheICForm.php?
selectRegion=C&selectDept=-1&champcommune=&champNomEtabl=&champActivitePrinc=1&champListeIC=&selectPrioriteNat=-1&selectRegSeveso=-1&selectIPPC=-1
B. Les Documents des collectivités locales
Cette partie liste les documents partagés par l’État et les collectivités locales que sont la région et le département,
ainsi que, de manière non exhaustive, les documents de ces seules collectivités qui appellent particulièrement, en
raison de leur objet, à être intégrés dans la réflexion menée par le syndicat mixte pour l'élaboration de son schéma de
cohérence territoriale.
1. Le contrat de projets État-Région 2007-2013
Le contrat de projets État-Région pour la période 2007-2013 a été signé en Basse-Normandie le 6 mars 2007. Il fixe
les grandes orientations soutenues conjointement par l’État et la Région pour le développement du territoire basnormand.
Le contrat de projets est joint en Annexe 18 - Contrat État Région.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Conseil Régional de Basse-Normandie
http://www.cr-basse-normandie.fr/index.php/innover-et-entreprendre/recherche-et-innovation/politiqueregionale/contrat-de-projets-etat-region
2. Schéma Régional d'Aménagement et de Développement du Territoire
31/38
La Région Basse-Normandie a initié en mars 2005 la révision de son Schéma Régional d'Aménagement et de
Développement du Territoire (SRADT) dans l'objectif de tracer les grandes orientations pour le développement de la
région à un horizon de vingt ans.
Ce document stratégique fixe les orientations fondamentales, à moyen terme, du développement durable du territoire
régional. Il définit notamment les principaux objectifs relatifs à la localisation des grands équipements, des
infrastructures et des services d'intérêt général qui doivent concourir, au sein de la région, au maintien d'une activité
de service public dans les zones fragilisées. Les projets économiques porteurs d'investissement et d'emplois y sont
également évoqués. Il contribue au développement harmonieux des territoires dégradés, à la protection et à la mise en
valeur de l'environnement, des sites, des paysages et des patrimoines naturel et urbain en intégrant les dimensions
inter-régionales et transfrontalières.
Ce document prend également en compte les projets d'investissement de l’État, ainsi que ceux des collectivités
territoriales et des établissements ou organisme publics lorsque ces projets ont une incidence sur l'aménagement du
territoire de la région (article 34 de la loi n°99-533 du 25 juin 1999).
Le SRADT a été approuvé par le Conseil régional le 14 décembre 2007
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Conseil Régional de Basse-Normandie
http://www.cr-basse-normandie.fr/index.php/vivre-et-se-deplacer/sradt
3. Le plan régional pour la qualité de l'air
Depuis le début des années 2000, le Plan Régional pour la Qualité de l’Air (PRQA) associe l’ensemble des Hauts et
Bas-Normands. Sur la base de consultations publiques le Plan Régional pour la Qualité de l’Air dresse un état des
lieux :
− informations et mesures disponibles sur la qualité de l’air en Normandie
− connaissances sur les effets de l’air sur la santé
− les conditions de vie, les milieux naturels
− les principales sources de polluants.
Le Plan Régional pour la Qualité de l’Air fixe des orientations visant à :
− améliorer nos connaissances
− réduire les pollutions
− informer et sensibiliser la population.
Le Plan Régional de la Qualité de l'Air en Normandie a été adopté le 28 mai 2010 par la Région Basse-Normandie.
-
Pour plus d'informations :
Site internet du Conseil Régional de Basse-Normandie :
http://www.cr-basse-normandie.fr/index.php/batir-une-eco-region/environnement/qualite-de-lair
4. Le schéma régional de développement touristique
Les régions Basse-Normandie et Haute-Normandie ont confié au Comité Régional du Tourisme de Normandie le soin
d'élaborer un schéma régional de développement touristique. Approuvé en octobre 2009, ce schéma constitue un
cadre de référence pour l'ensemble des acteurs normands du tourisme pour une période de dix ans.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Comité Régional du Tourisme
http://www.pro-normandie-tourisme.com/site-communaute-touristique-normande/menu-principal/quisommes-nous/strategie-2006-2010/une-strategie-pour-10-ans-305-1.html
5. Le plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés
Depuis le 1er janvier 2005, le Conseil Général a en charge le Plan Départemental d’Élimination des Déchets
Ménagers et Assimilés (PDEDMA). Il assure le suivi du plan approuvé le 27 mai 2002, dans le cadre de l'observatoire
régional et départemental des déchets. Ce document reste applicable jusqu'à sa révision qui doit intervenir au bout de
dix ans après son approbation.
Le PDEDMA est joint en Annexe 19 – PDEDMA.
32/38
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Conseil Général du Calvados
http://www.calvados.fr/cms/accueil-calvados/actions-departement/bien-vivre-dans-le-calvados/cadre-devie-et-environnement/dechets-menagers/plan-departemental-elimination-dechets-menagers
6. Le schéma départemental pour l'implantation d'éoliennes
L'article n° 98 de la loi n° 2003-590 du 2 juillet 2003 repris à l'article n° 553-4 du code de l'environnement, prévoit la
réalisation de schémas départementaux éoliens pour faciliter l'implantation de projets éoliens dans le cadre de la
valorisation des énergies renouvelables qui permet d'accélérer la limitation des gaz à effets de serre.
C'est pourquoi, l’État et le Département ont élaboré ensemble, le schéma pour l'implantation d'éoliennes, approuvé le
17 novembre 2003 par le Conseil Général du Calvados et révisé en février 2007.
Le schéma est constitué de trois documents :
− le schéma départemental Annexe 20 – Éoliennes / Schéma départemental ;
− la charte départementale Annexe 20 – Éoliennes / Charte éolien Calvados et annexes ;
− la cartographie Annexe 20 – Éoliennes - Cartographie éolien Calvados .
Il a été complété en 2009 afin de prendre en compte les perturbations engendrées par les éoliennes sur
les radars Annexe 20 – Éoliennes / Radar et éolien-fevrier2009 .
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DDTM du Calvados
http://www.calvados.pref.gouv.fr/sections/calvados/le_portail_eolien
7. Le schéma départemental pour l'accueil des gens du voyage
Le schéma départemental d'accueil des gens du voyage du Calvados (SDAGV) a été co-signé le 17 juillet 2003, par le
Préfet et le Président du Conseil Général.
La Loi n°2000-614 du 5 juillet 2000 modifiée relative à l’accueil et à l’habitat des Gens du Voyage prévoit que les
schémas départementaux d'accueil soient révisés au moins tous les six ans à compter de leur publication.
La procédure de révision du schéma départemental d'accueil des GDV du Calvados de Juillet 2003 a donc été
engagée dans le courant du 1er semestre 2009.
Le schéma révisé a été approuvé le 30 mai 2011.
Il fixe des obligations de réalisation d'aires d'accueil et de grand passage. En complément de ces obligations, il
préconise la réalisation d'aires de petit passage. Sur le territoire du SCOT Suisse-Normande, seule une aire de
permanente d'accueil de 30 places a été préconisée sur la commune de Condé-sur-Noireau. Au delà de ces
obligations, le schéma précise également les actions à mener en faveur de l'insertion sociale des gens du voyage.
Une attention particulière doit être portée aux voyageurs en voie de sédentarisation ou sédentarisés sur les territoires
Le SDAGV de 2003 et le SDAGV révisé en 2011 sont consultables à l'Annexe 21 – Gens du voyage.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DDTM du Calvados
http://www.calvados.equipement-agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/schema2003_cle775693.pdf
8. Le schéma départemental de développement du tourisme
Dans le département du Calvados, le Conseil Général a confié au Comité Départemental du Tourisme l'élaboration
d'un schéma de développement touristique pour les dix années à venir. Ce schéma est en cours de finalisation ; il
devrait être approuvé durant le premier semestre de l'année 2010. Les axes de développement préconisés dans ce
schéma seront, soit en adéquation avec le schéma inter-régional de développement touristique d'ores et déjà
approuvé en octobre 2009, soit en complémentarité de celui-ci sur certaines politiques.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet :
http://www.calvados.fr/cms/accueil-calvados/espace-multimedia/publications-du-conseil-general-ducalvados/plan-departemental-du-tourisme-2010-2015
33/38
9. Le Plan Vélo Départemental
Le Conseil Général du Calvados, à travers son Plan Vélo, se donne comme rôle « d'amorcer la structuration d'un
maillage par des réalisations phares et d'initier des projets auprès des collectivités locales dans une logique de
cohérence et de qualité ».
Les itinéraires du plan départemental vélo répondent aux orientations générales de la politique cyclable
départementale déclinée selon cinq grands thèmes :
− Affirmer le « T » régional dans le cadre du schéma régional des véloroutes et voies vertes
− Assurer des continuités interdépartementales vers le Sud
− Créer des liaisons structurantes interdépartementales
− Développer les liaisons ville-mer
− Sécuriser les sorties d'agglomération.
Ce plan prévoit à l'horizon 2016 un itinéraire sur le territoire du SCOT de la Suisse Normande.
a) L’axe Caen-Flers
En collaboration avec la région Basse-Normandie, l’objectif est de réaliser une voie verte longeant la voie ferrée,
préservant les usages ferroviaires de cet axe : vélorail, train touristique (sur une section entre Pont-Erambourg et
Cerisy-Belle-Étoile). Le Conseil Général a entamé les études de conception des 37 kilomètres de voie verte entre
Caen et Clécy dès 2010, avant de débuter les travaux en 2011 ou 2012.
b) Les mesures d'accompagnement
Le conseil Général se propose également de favoriser l'utilisation du vélo pour les trajets domicile-collège et
d'accompagner les initiatives locales en lien avec le Plan Départemental vélo.
L'ensemble de ces mesures de réalisation et d'accompagnement du Conseil Général pourraient favoriser l'émergence
d'un réseau maillé local sur le territoire du SCOT et permettre de proposer aux habitants une alternative sécurisée à
l'usage de la voiture pour des déplacements de courte et moyenne distance.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Conseil Général du Calvados :
http://www.cg14.fr/quotidien/environnement/plan_velo/index.asp
10. Le plan départemental pour le logement des personnes défavorisées
Le Plan Départemental d'Action pour le Logement des personnes Défavorisées (PDALPD) en vigueur dans le
Calvados a été cosigné du préfet et du président du Conseil Général le 11 janvier 2007.
L'objectif du Plan est de trouver des solutions adaptées pour permettre aux personnes les plus démunies d'accéder ou
de se maintenir durablement dans un logement. Il recense les dispositifs et outils pouvant être mobilisés et développés
pour répondre aux besoins de ces ménages.
D'une durée initiale de 3 ans, ce plan a été prolongé d'un an. L’État et le Département ont décidé d'engager la révision
du plan. Le nouveau plan prendra en compte les évolutions réglementaires, notamment les dispositions prévues pour
les personnes prioritaires au titre du droit au logement opposable (DALO), pour la lutte contre l'habitat indigne.
Un plan départemental de l'accueil, de l'hébergement et de l'insertion, piloté par la Direction Départementale des
Affaires Sanitaires Sociales a été élaboré pour 2009-2011. En application de la loi de mobilisation pour le logement et
la lutte contre l'exclusion du 25 mars 2009, et afin d'assurer la continuité des parcours d'insertion des personnes vers
le logement, ce plan sera inclus dans le PDALPD.
Le PDALPD est joint en Annexe 22 – Logement.
-
34/38
Pour plus d'informations :
Site Internet : DDTM du Calvados
http://www.calvados.equipement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=79
11. Le schéma départemental d'alimentation en eau potable
Le conseil général avec le soutien de l'agence de l'eau Seine Normandie, a élaboré un Schéma départemental
d'alimentation en eau potable (SDAEP) en 2005.
Il a pour but de hiérarchiser les priorités d'action et de chiffrer les moyens à mettre en œuvre pour sécuriser
l'alimentation dans les secteurs ruraux et assurer un partage équitable des ressources en eau entre les collectivités et
les différents usagers.
Le SDAEP est joint en trois parties en Annexe 23 - Schéma départemental d'alimentation en eau potable :
− SDAEP - Diagnostic de la situation actuelle
− SDAEP - Enjeux, sectorisation et propositions
− SDAEP - Estimation des coûts
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du Conseil Général du Calvados
http://www.cg14.fr/quotidien/environnement/actions/eaux/cycle-des-usages.asp?type=26
12. Les syndicats de production et de distribution d'eau potable
Les communes sont compétentes en matière d'eau potable, d'assainissement collectif et non collectif. Chaque service
d'eau potable (AEP), d'assainissement collectif (ASS) ou d'assainissement non collectif (ANC) est un Service Public
Industriel et Commercial. Il doit à ce titre avoir un budget indépendant et équilibré (article L 2224-1 du Code Général
des Collectivités Territoriales).
Une dérogation est possible pour les communes de moins de 3 000 habitants et les EPCI dont toutes les communes
ont moins de 3 000 habitants (articles L2224-2 à 6 du Code Général des Collectivités Territoriales).
La collectivité ayant délégué un service public reste responsable du service délégué et se doit, dans un souci de
bonne administration, de contrôler au plus près la bonne exécution et la gestion.
La Suisse normande compte :
− Cinq syndicats de production d'eau potable :
−
SIAEP Vallée de Hamars ;
−
SIAEP Vallée de Hamars ;
−
SIAEP Suisse Normande ;
−
SIAEP de la Druance ;
−
Condé_sur-Noireau.
− Six syndicats de distribution d'eau potable :
−
SIAEP de la Laize ;
−
SIAEP de Thury-Harcourt Esson ;
−
SIAEP des La Fontaine Ruante ;
−
SIAEP Suisse Normande ;
−
SIAEP de la Druance ;
−
SIAEP Pont d'Ouilly.
et le SIVOM « Vallée de Hamars ».
Une cartographie indicative des périmètres de ces syndicats est jointe en Annexe 24 - Eau potable.
13. Le Pays du Sud Calvados
L'article 22 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995 d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire
modifiée définit le Pays comme un territoire présentant une cohésion géographique, culturelle, économique ou social,
à l'échelle d'un bassin de vie ou d'emploi.
Le Pays du Sud Calvados, au sein duquel s'inscrit la Suisse Normande, a été créé en juillet 2004 et réunit trois
communautés de communes.
Une Convention territoriale ainsi qu'un document diagnostic et stratégique ont été élaborés et validés en 2008. Au
regard de l'article L122-1 du code de l'urbanisme, le schéma de cohérence territoriale de la Suisse Normande doit
prendre en compte les documents stratégiques du Pays Sud Calvados.
-
Pour plus d'informations :
35/38
http://www.cr-basse-normandie.fr/index.php/vivre-et-se-deplacer/villes-et-campagnes/pays-etagglomerations/le-pays-sud-calvados
14. Les territoires de SCOT limitrophes de la Suisse Normande
Le territoire du SCoT de la Suisse Normande est voisin de plusieurs SCoT en cours d'élaboration dans le Calvados.
Dans l'Orne, il n'existe pas à ce jour de SCoT voisin de celui de la Suisse-Normande qui soit en cours d'élaboration.
a) SCOT de Caen Métropole en cours d'élaboration
Son approbation est programmée pour la fin du mois d'octobre 2011.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du SCOT de Caen Métropole
http://www.caen-metropole.fr/web/menuLeSCOT.do
b) SCOT du Bocage Virois en cours d'élaboration
Son approbation est programmée pour le début de l'année 2013.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet du SCOT du Bocage Virois
http://www.SCOT-bocage.org/
c) SCOT du Pré-bocage en cours d'élaboration
Son approbation est programmée au cours de l'année 2013.
-
Pour plus d'informations :
SCOT du Pré-bocage
Place de l'Hôtel de ville
14260 Aunay-sur-Odon
Tél. : 02 31 77 68 54
[email protected]
site :
www.smpb.info/
d) SCOT du Pays de Falaise en cours d'élaboration
Le SCoT du Pays de Falaise a été prescrit en octobre 2010. Les études devraient débuter en début d'année 2012.
-
Pour plus d'informations :
SCoT du Pays de Falaise
CDC du Pays de Falaise
2, avenue Charles de Gaulle
14700 Falaise
Tél. : 02 31 90 42 18
[email protected] wanadoo.fr
Site :
http://www.cc-paysdefalaise.fr/
Une cartographie relative à l'état d'avancement des SCOT en Basse-Normandie est jointe en Annexe 26 – État
d'avancement juillet 2011.
36/38
V. Données SIG disponibles auprès des services de l’État
A. Les données environnementales
Les données environnementales SIG sont disponibles sur le site de la DREAL (ex DIREN Basse Normandie)
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DREAL
http://www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/
B. Les données agricoles
–
–
–
–
Le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire a réalisé
fin 2010 - début 2011 un recensement agricole en France.
Le recensement de l’agriculture concerne toutes les exploitations agricoles, y compris les plus petites.
Les premiers résultats du recensement agricole 2010 sont disponibles en ligne.
Sont à paraître prochainement :
des publications régionales, quatre pages Agreste-Primeur, d’ici la fin septembre ;
des études thématiques, quatre pages Agreste Primeur, tant au niveau national que local (régions, voire certains
départements ou bassins de production), à partir d’octobre ;
un accès aux cartes interactives (cartes en ligne), à partir de mi-octobre ;
des données chiffrées plus détaillées, à partir de novembre disponibles à l'adresse suivante :
http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/recensement-agricole-2010/
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DRAF
http://draaf.basse-normandie.agriculture.gouv.fr/RA-2010
C. Les données sur le logement et la construction neuve
Les données suivantes sont disponibles auprès des services statistiques de la DREAL :
− l'enquête annuelle sur le parc locatif social ;
− l'enquête sur la commercialisation des logements neufs ;
− les données de la construction : SITADEL.
Auprès du service Habitat de la DDTM il peut être consulté :
− FILICOM 2007 à l'échelle du SCOT ;
− EPLS : 2007 par commune ;
− Bilan annuel des financements de l'ANAH ;
− les données sur le financement du logement social.
Les études suivantes sont disponibles auprès des services de la DREAL:
− marchés locaux de l'habitat (octobre 2006);
− les besoins en logement temporaire des jeunes actifs (2008).
Il est aussi possible de consulter différentes études réalisées sur logement sur le site indiqué ci-dessous.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de la DREAL de Basse Normandie
http://www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/habitat-logement-r89.html
D. L'emploi
L'évolution économique et la situation de l'emploi du Calvados, sont disponibles sur le site internet de l'Institut National
de la statistique et des études économiques (INSEE).
-
Pour plus d'informations :
Site Internet de l'INSEE
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=11&ref_id=15277
37/38
Les données statistiques sur l'emploi sont mis à disposition sur le site « Unistatis » de Pôle Emploi.
-
Pour plus d'informations :
Site Internet pôle emploi – statistiques
http://www.pole-emploi.org/communication/[email protected]/communication/index.jspz?id=42953
http://unisatis.orsid.com/
E. La démographie
Les données statistiques sur la démographie sont disponibles auprès de l'INSEE (Institut National de la Statistique et
des Études Économiques).
-
38/38
Pour plus d'informations :
Site Internet de l'INSEE
http:/www.insee.fr

Documents pareils