Entreprises et marchés

Commentaires

Transcription

Entreprises et marchés
N° 4265 – Lundi 14 avril 2014
Page 1/17
A LA UNE
■ Ligue des champions / 20152018 : beIN Sports et Canal+ se
1
partagent les droits ; avantage pour beIN
ENTREPRISES ET MARCHES
3
■ France Télévisions : perte nette de
8 M€ hors provision, inférieure aux 42 M€ inscrits au COM
■ SFR : sévères critiques de Martin
Bouygues sur le processus de cession
■ M6 : publication des résultats
trimestriels le 5 mai, avec une nouvelle
structure du reporting financier.
nouveaux épisodes des Petits meurtres
d'Agatha Christie en tournage
■ Arte / TV2 Norway / Zodiak
Media : la série Occupied en tournage à
RADIO
■ Radio France : radio officielle du
7
ETUDES
■ Ile-de-France / Production TV :
8
léger recul du nombre d'entreprises
sur un an
CHAINES LOCALES
8
VIDEO, VIDEO A LA DEMANDE
9
■ Catch-up : la consommation retrouve
un niveau record en janvier, à près de
285 millions de vidéos vues
6
INTERNET
9
JUSTICE
9
■ RFI : information judiciaire ouverte sur
l'assassinat de Ghislaine Dupont et
Claude Verlon
INTERNATIONAL
10
■ E-U / AMC : la 7e et dernière saison
de Mad Men lancée hier soir
■ Espagne : Prisa cède 3,69 % du
capital de Mediaset Espagne pour
121,2 M€
DISPARITION
■ Dominique Baudis : cérémonie
11
d'hommage national demain à 16h30,
présidée par François Hollande
Tour de France 2014
direction du cabinet de la ministre
■ CSA : neuf projets de programmes
retenus pour la 2e édition de la charte
alimentaire
pas ça pour la Rai Uno
7
Oslo
INSTITUTIONNEL
6
■ Ministère Culture et Communication : Laurence Engel confirmée à la
INDUSTRIE DES PROGRAMMES
■ Elephant Italia / PayperMoon
Italia : adaptation de Fais pas ci, fais
PRODUCTION
■ Escazal Films / France 2 : deux
NOMINATIONS
11
PROGRAMMES
11
■ M6 / Shine France : arrêt de Mon
bistrot préféré, faute d'audience
■ The Voice UK : Kylie Minogue ne
renouvelle pas son contrat
AUDIENCES
12
■ D8 / H2O : record historique en pda
pour Touche pas à mon poste !
CLIN D’ŒIL
REVUE DE PRESSE
AGENDA
ZOOM PROGRAMME
12
13
15
16
Bachelor, le gentleman célibataire
Colloque NPA / Le Figaro, le 13 mai 2014
Les nouvelles frontières du numérique
(voir bulletin d’inscription en dernière page, p. 17)
________________________________________________ A la Une Ligue des champions / 2015-2018 : beIN Sports et Canal+ se partagent les droits ; avantage pour beIN
Les droits TV de la Ligue des champions, attribués
vendredi par l'UEFA pour les trois saisons 20152018, restent partagés entre Canal+ et beIN Sports,
deux acteurs du payant. Si Canal+ a gagné l'appel de
la LFP sur la Ligue 1 (2016-2020), beIN Sports
remporte le match retour en renforçant son avantage
actuel sur les droits de cette compétition européenne. La
chaîne qatarie décroche quatre des cinq lots mis en
jeu, dont un lot premium qui lui garantit de diffuser à
coup sûr le match de l'équipe française lorsqu'il n'en
restera plus qu'une en course, et garde l'intégralité de
la compétition. De son côté, Canal+ indique avoir
acquis un lot premium (meilleure affiche du mercredi).
L'UEFA n'a pour sa part pas communiqué
officiellement sur l'attribution de ces droits.
Le montant global versé par les deux diffuseurs est
évalué à 145 millions d'euros par an, selon L'Equipe,
soit une augmentation d'environ 30 %. Le montant des
droits actuels est de 111 M€ annuels (61 M€ pour beIN
et 50 M€ pour Canal+).
129 rencontres en direct et en exclusivité
sur beIN ; 16 sur Canal+
A partir de la saison 2015-2016, beIN diffusera tous
les matches de chaque journée (145 au total), soit
129 rencontres en direct et en exclusivité, et 16 en
différé, correspondant à ceux de Canal+. La chaîne
qatarie a également les droits de la finale, mais pas en
exclusivité puisqu'elle doit être codiffusée par une
Lundi 14 avril 2014
2/17
A la Une chaîne gratuite. La répartition des droits se fera
par journée. beIN Sports obtient le premier choix de
la journée du mardi et la diffusion de tous les autres
matches du mercredi. Canal+ a quant à elle le premier
choix sur l'affiche de la journée du mercredi mais
aussi la diffusion du magazine Canal Champions Club.
Le lot 1 acquis par beIN comporte par ailleurs de
nouvelles dispositions pour les phases finales de la
compétition. Ainsi, tant qu'au moins deux clubs français
sont en course, la chaîne qatarie prendra la case du
mardi et Canal+ celle du mercredi. A partir du moment
où il n'y aura plus qu'un seul club français, beIN
aura le premier choix de diffusion, même si le match
du club en question est programmé le mercredi. En clair,
si un club français va en finale, beIN diffusera 10 de ses
13 matches. Une disposition qui lui permettra de diffuser
les rencontres du PSG, propriété du Qatar. Seuls trois
matches de poule lui échapperont. Par ailleurs, beIN
Sports sera également « le diffuseur exclusif de l'UEFA
Super Coupe en direct (vainqueur de la Champions
League vs vainqueur de l'UEFA Europa League) » ainsi
que des magazines du mardi et du mercredi (lot 3).
Satisfaction des diffuseurs ;
beIN dénonce la communication de Canal+
Les deux acteurs ont fait valoir leur satisfaction à l'issue
de cet appel d'offres, chacun insistant sur la qualité de
son offre et les lots forcément « premium » décrochés.
Dans un communiqué publié vendredi après-midi, le
groupe Canal+ s'est félicité d'avoir « [remporté] un
grand match de Champions League une semaine après
avoir obtenu les deux lots premium de la L1, soit au total
trois lots premium sur quatre ». Selon le directeur des
sports de Canal+ Cyril Linette, interrogé vendredi soir
sur France Info, cette offre comportera une
« amélioration » : celle de diffuser, « en tout cas sur une
grande partie de la compétition », la rencontre sur un
jour fixe, le mercredi. A partir de 2015, sur Canal+,
les matches de Ligue des champions seront diffusés le
mercredi, laissant deux jours sans football après l'affiche
de L1 du dimanche, a-t-il poursuivi. « C'est plus équilibré
et c'est important par rapport à notre promesse. » Autre
point de satisfaction : le groupe a désormais « une
visibilité jusqu'en 2020 ». A noter que, dans une
interview au Figaro ce week-end, Bertrand Meheut,
président du directoire du groupe, a qualifié beIN Sports
d'« acteur respectable qui propose une offre de
complément à celle de Canal+ sur le sport ».
De son côté, la chaîne qatarie s'est réjouie d'avoir
« amélioré considérablement son offre », et s'est félicitée
d'avoir conservé l'intégralité de la compétition. Elle
rappelle détenir également l'intégralité de la Coupe du
monde de la Fifa 2014, celle de la L1 et de la L2, ainsi
que les nombreux championnats étrangers (dont la Liga
en exclusivité). Toutefois, Florent Houzot, directeur de la
rédaction de beIN Sports, a dénoncé dans une interview
au JDD, la communication de Canal+ sur l'attribution
de ces droits, parlant de « désinformation » et de
« mensonge ». « Quand Canal+ dit : "Nous sommes
heureux d'avoir acquis un lot premium", c'est […] faux !
Canal+ aura les matches du mercredi, mais beIN a
acquis le seul lot vraiment premium, le lot 1, qui offre le
premier choix de diffusion », a-t-il fait valoir, ajoutant :
« Quand il ne restera qu'un club français en lice, il sera
chez nous, qu'il soit le mardi ou le mercredi. Si, comme
cette saison, le PSG est le seul club français en huitièmes
puis se hisse en finale, tous ses matches ne seront que sur
beIN. » Il a par ailleurs indiqué que les consignes de
l'UEFA sont claires : les diffuseurs ne doivent pas
commenter le résultat des appels d'offres avant l'instance
elle-même. Il a ajouté avoir rompu le silence en publiant
un communiqué vendredi soir « parce que Canal+ ne l'a
pas respecté ».
Canal+ vs beIN Sports :
un match quasi nul à près de 1 Md€
La bataille autour des droits TV du football, français et
européen, se solde par un quasi-match nul à près d'un
milliard d'euros par an. Rappelons qu'avec 748,5 M€
annuels de 2016 à 2020 contre 607 M€ de 2012 à
2016, la LFP a obtenu un montant record et en hausse de
plus de 20 % (nos informations du 7 avril).
L'investissement de Canal+ serait proche de 550 M€,
beIN versant donc de son côté autour de 200 M€ par an
pour la L1 et la L2. Les grands équilibres actuels
resteront à peu près les mêmes sur les périodes 20152018 (pour la Ligue des champions) et 2016-2020 (pour
la L1 et la L2).
Point notable : l'intégralité des droits du football
disponibles en France est désormais dans les mains de
ces deux acteurs du payant. Eurosport, qui diffuse
actuellement un match de L2, ainsi que Orange,
YouTube, Dailymotion et L'Equipe.fr (droits nomades et
VOD) sortent du jeu.
A noter que l'UEFA doit encore attribuer les droits de
l'Europa League. Le groupe M6, qui est candidat,
gardera peut-être une partie de cette compétition, diffusée
avec succès sur sa chaîne W9.
Lundi 14 avril 2014
3/17
Entreprises et marchés France Télévisions : perte nette de 8 M€ hors provision, inférieure aux -42 M€ inscrits au COM
Le conseil d'administration de France Télévisions a approuvé vendredi des comptes 2013 en perte nette de 8 M€,
hors coût de restructuration liée au plan de départs volontaires. Cette somme, inférieure aux 42 M€ inscrits au
COM, passe à 85 M€ si on y inclut les provisions en vue du PDV. Le groupe public a fait face l'an dernier à un
repli des ressources publiques et des recettes publicitaires. La baisse des coûts de structure a permis de limiter la
charge des opérations courantes.
France Télévisions a clôturé l'année 2013 avec une
perte nette de 8 millions d'euros (hors provision pour
restructuration), soit une somme inférieure aux 42 M€
de perte inscrits au contrat d'objectifs et de moyens
(COM) pour cet exercice, a annoncé vendredi le groupe
public dans un communiqué. Celui-ci a été publié à
l'issue d'un conseil d'administration qui a approuvé les
comptes. En incluant les 77 M€ liés aux charges
exceptionnelles de restructuration (contre 90 M€
inscrits au budget 2013), qui financent en partie le plan
de départs volontaires (PDV), la perte nette totale
s'établit à 85 M€. En 2012, le groupe avait affiché un
léger bénéfice de 2,2 M€, mais avait reporté sur 2013
une provision d'une trentaine de millions d'euros au titre
du PDV (nos informations du 25 avril 2013).
« Ce résultat, sensiblement moins dégradé que ne le
prévoyait la trajectoire de retour à l'équilibre à horizon
2015 […] porte la marque du plan d'économie engagé
par le groupe, de la maîtrise des effectifs et du
dégagement de synergies liées à la mise en œuvre de
l'entreprise commune », souligne France Télévisions.
Dans le détail, les recettes publicitaires sont un peu
en dessous des objectifs : 333 M€ réalisés contre
340 M€ inscrits au budget. Elles sont en retrait de 39 M€
par rapport à 2012. Les ressources publiques sont quant
à elle passées de 2,528 milliards d'euros en 2012 à
2,502 Md€ l'an dernier. Les ressources totales ont
donc atteint 2,835 Md€ contre 2,842 Md€ inscrits au
budget. Entre 2012 et 2013, les ressources réalisées ont
reculé de 65 M€.
Baisse des coûts de structure
Les charges opérationnelles courantes s'inscrivent à
2,551 Md€, contre 2,577 Md€ prévus au budget. Elles
diminuent d'1,2 % par rapport à 2012.
Les efforts ont porté sur « l'ensemble des coûts de
structure », qu'il s'agisse du coût de grille avec la
renégociation des contrats de programmes ou des
fonctions supports. Les réductions concernent par
exemple les frais de missions et de représentation (-16 %),
les dépenses de communication et de publicité (-5 %) ou
encore les dépenses d'entretien et de maintenance ainsi
que d'honoraires (plus de 6 %).
Quant à l'organisation des moyens et la planification
des équipes, « en particulier sur le réseau France 3 »,
elles ont permis « une diminution sensible » des
effectifs, ajoute le groupe. Ceux-ci ont été ramenés à
10 120 salariés, contre 10 315 prévus dans le budget
et 10 490 en 2012.
La création et le numérique préservés
Le groupe a respecté ses obligations en matière
d'investissement dans la création française. Ils ont
représenté « près de 40 % du coût des programmes
des chaînes nationales » contre 38 % en 2012 et moins
de 35 % en 2010. France Télévisions ne détaille pas les
montants concernés mais indique que « les niveaux
d'investissements dans la création audiovisuelle comme
dans le cinéma ont été supérieurs aux montants
prévus par le COM ». Pour rappel, ceux-ci sont de
400 M€ par an pour l'audiovisuel et de 57 M€ pour le
cinéma (nos informations du 12 juillet 2013).
S'agissant des moyens accordés aux développements
numériques, ils ont progressé de 13 %, à 64 M€. Ils
devraient être portés à 78 M€ en 2014 (nos informations
du 21 mars).
Le plan d'économie en cours se poursuit et s'amplifie
en 2014 et 2015 pour maintenir le cap du retour des
comptes à l'équilibre en 2015, assure le groupe.
Inquiétude du comité d'audit
Malgré ces résultats meilleurs que prévu, le comité
d'audit de France Télévisions s'est inquiété du déficit
affiché par le groupe, selon le site des Echos. Dans un
avis présenté en conseil d'administration, il a « réaffirmé
la nécessité de conduire les mesures d'économies
prévues dans le COM pour retrouver l'équilibre ». Alors
que France Télévisions prévoit de nouvelles pertes en
2014, le comité a demandé que lui soit « [fournie]
prochainement une prévision pour 2014 qui,
notamment, tirera les conséquences des résultats
constatés sur les comptes 2013 », ajoute l'avis.
Lundi 14 avril 2014
4/17
Entreprises et marchés France Télévisions : deux projets d'accord soumis demain en CCE
La direction de France Télévisions va soumettre demain en CCE deux projets d'accord dans le cadre du projet de
plan de départs volontaires. Le premier, qualifié de « majoritaire », se base sur le texte initial d'octobre 2013 et
intègre des évolutions issues des négociations qui se sont achevées vendredi. Le second, dit « complémentaire »,
reprend des points qui faisaient partie des revendications des syndicats, en particulier sur le renouvellement
générationnel au sein des effectifs du groupe et sur les possibilités d'internalisation d'une partie de la production.
Deux projets d'accord sur le plan de départs
volontaires (PDV), dont Satellifax a eu copie, seront
soumis demain en CCE aux organisations syndicales
représentatives de France Télévisions. Le premier,
qualifié d'accord « majoritaire », reprend dans une
version un peu modifiée le document d'octobre 2013
qui a donné le coup d'envoi de la négociation sur le PDV
(notre « Confidentiel » du 7 octobre 2013). L'autre,
qualifié de « projet d'accord complémentaire »,
comprend un certain nombre de points issus de la
négociation avec les syndicats, notamment en ce qui
concerne la pénibilité et le renouvellement générationnel,
la production interne d'émissions et les « compétences
complémentaires » associées à certains métiers.
Plus de place à la mobilité interne
Le projet d'accord majoritaire évoque désormais la
« suppression potentielle » de 361 postes et ouvre
plus largement les possibilités de mobilité interne. Les
postes des salariés de l'AITV et de l'activité de soustitrage de la rédaction de France 2, qui étaient
intégralement éligibles au PDV, sont désormais ouverts à
la mobilité interne. En cas de compétition entre
plusieurs salariés sur un poste à pourvoir, priorité leur
sera donnée. Si l'accord est voté, un poste de
représentant dédié à la mobilité interne sera créé au
sein de l'instance de suivi sur la mise en œuvre du PDV.
Un représentant de la direction régionale du travail
(Direccte) siégera aussi lors de ses réunions.
Les indemnités de départ ont été relevées à deux,
quatre ou six mois selon l'âge de départ du salarié (au
lieu de deux, trois et quatre mois). Le montant maximum a
quant à lui été porté de 24 à 30 mois de salaire. Un
plafond à 240 000 euros a en revanche été intégré
dans le mécanisme.
Renouvellement générationnel et effet de noria
Le séquencement du PDV a également été assoupli. La
période de volontariat pourra par exemple
s'échelonner jusqu'au 30 septembre.
Le projet d'accord complémentaire détaille pour sa
part la manière dont la pénibilité peut être prise en
compte au sein de France Télévisions. Il identifie des
métiers dans lesquels ce facteur pourrait être pris en
compte pour certains salariés de plus de 61 ans : JRI,
chefs opérateurs, machinistes constructeurs de décors,
travailleurs de nuit et matinaliers, métiers de la régie
finale à Malakoff et en outre-mer. Dans le cadre du
renouvellement générationnel, les salariés qui seraient
amenés à quitter le groupe en raison de la pénibilité
seraient remplacés dans ces fonctions par des salariés
de moins de 30 ans. Les économies réalisées à la faveur
de cet « effet de noria » permettraient de réduire le
nombre de postes ouverts au volontariat dans le PDV.
Jusqu'à 13 postes pourraient être concernés.
Possibilités d'internalisation de la production
Ce projet d'accord intègre aussi l'une des revendications
des syndicats qui souhaitaient favoriser le recours aux
compétences internes pour la production de certaines
émissions. En cas d'accord, une « charte de priorités en
matière de production » serait ainsi présentée en CCE au
cours du second semestre 2014. France Télévisions
s'engagerait à étudier la faisabilité d'une fabrication en
interne lors du lancement de tout nouveau programme
ou de tout renouvellement de contrat.
Cette internalisation d'une plus grande part de la
production consisterait à renforcer la présence et
l'activité de MFP, afin de conserver au sein du groupe
le maximum de marge liée aux activités de production
qui lui seraient confiées et de mieux maîtriser les droits
d'exploitation. La consultation de MFP serait rendue
systématique pour les nouveaux projets. Le groupe
s'attacherait aussi à mieux mobiliser la part
dépendante de financement de la production
patrimoniale (actuellement fixée à 5 %) en renforçant la
capacité de MFP à répondre à certaines attentes ou en
l'associant aux producteurs indépendants dans le cadre
d'une coproduction déléguée.
SFR : sévères critiques de Martin Bouygues sur le processus de cession
Martin Bouygues, pdg du groupe Bouygues, candidat
malheureux au rachat de SFR (Vivendi), a sévèrement
critiqué le processus de cession de l'opérateur
téléphonique, dans un entretien au Figaro paru ce weekend. « Bouygues Telecom peut rester seul car il peut
compter sur le groupe Bouygues, qui peut lui fournir
des moyens importants pour gagner la rude bataille qui
s'annonce », a-t-il affirmé. « Dans un marché à quatre
opérateurs, nous savons que nous devons continuer à
diminuer nos coûts et à innover fortement », a-t-il précisé.
Interrogé sur d'éventuelles discussions avec Free ou
Telefónica pour un rapprochement avec
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
5/17
Bouygues Telecom, le pdg a par ailleurs répondu :
« Je ne commente pas les rumeurs. »
« Je n'imaginais pas de telles pratiques »
Dans cet entretien, Martin Bouygues se montre très
véhément vis-à-vis de Vivendi, maison mère de SFR, et
de Jean-René Fourtou, président du conseil de
surveillance,
qui
a
préféré
retenir
l'offre
d'Altice/Numericable au début du mois (nos
informations du 7 avril). « Des appels d'offres
compliqués, tordus, bizarres, j'en ai vu beaucoup. Mais
je n'imaginais pas de telles pratiques dans un tel
dossier… à Paris de surcroît ! », a-t-il déclaré,
indiquant que c'est Jean-René Fourtou qui l'a
convaincu en janvier de s'intéresser à la vente de
SFR en l'« assurant de la pertinence et de la faisabilité de
l'opération ». Mais, « pour des raisons qui me sont
inconnues, [il] a totalement changé d'attitude un peu
avant le dépôt de notre première offre. De futurs
partenaires, nous sommes devenus soudainement des
gêneurs. Tout a été fait pour ne pas permettre à Bouygues
de présenter ses offres et ses arguments au conseil de
surveillance. Les anomalies se sont multipliées. […]
Entreprises et marchés Pour paraphraser Michel Audiard, "je n'accuse pas…
j'évoque". Et je vous laisse juges », a-t-il conclu.
Martin Bouygues a par ailleurs minimisé les craintes
de suppressions d'emplois en cas de rapprochement
entre Bouygues et SFR. « En définitive 1 400 "doublons"
pouvaient éventuellement subsister. Garder ces
collaborateurs ne posait pas de difficulté à une
entreprise de cette taille avec un tel potentiel de
développement », a-t-il assuré.
Procédure « en toute transparence »
Vivendi a réagi vendredi soir dans un bref
communiqué, affirmant que le groupe « se refuse […] à
polémiquer mais réserve tous ses droits ». « Martin
Bouygues commente avec son ton sa version des faits
concernant la cession de SFR », a-t-il estimé. « Vivendi
affirme que la procédure qui l'a conduit à choisir l'offre
d'Altice-Numericable en dépit des pressions, des mises en
cause déplaisantes dont ses équipes n'ont cessé d'être
l'objet, l'a été en toute transparence, et avec le souci
constant de l'intérêt de l'entreprise, de ses salariés et
de ses actionnaires », a-t-il souligné.
M6 : publication des résultats trimestriels le 5 mai, avec une nouvelle structure du reporting financier
Le groupe M6 publiera le lundi 5 mai ses résultats du
premier trimestre, avec une nouvelle présentation de
la structure de son reporting financier et opérationnel
adoptée depuis le 1er janvier, a-t-il indiqué vendredi dans
un communiqué. Cette évolution fait suite aux changements
intervenus dans l'organisation opérationnelle, en fonction
de trois métiers principaux : la télévision gratuite et
payante, la production et les droits audiovisuels, ainsi
que les diversifications (vente à distance, Girondins de
Bordeaux…). M6 publiera ainsi, désormais, une
information sur ces trois segments.
Le périmètre d'activité du groupe a été modifié le
1er janvier par deux opérations, rappelle-t-il. La première
cession
du
site
de
e-commerce
est
la
Mistergooddeal.com à Darty, finalisée le 31 mars (nos
informations du 2 avril). La seconde est l'application
d'une nouvelle norme comptable, « IFRS 11 –
Partenariats ». Conséquence de cette norme, les
coentreprises dans lesquelles le groupe détient un intérêt,
jusqu'alors consolidées par intégration proportionnelle,
seront à présent mises en équivalence. M6 indique
toutefois que pour faciliter les comparaisons entre 2014
et 2013, les données 2013 pro forma sont disponibles à
l'adresse : http://www.groupem6.fr/finances/.
Groupe M6 : les rémunérations des dirigeants sur l'exercice 2013
Les montants dus à Nicolas de Tavernost, président du
directoire du groupe M6, se sont élevés à 1,68 million
d'euros au total au titre de l'exercice 2013, indique le
document de référence du groupe publié vendredi. Ils
étaient d'1,63 M€ pour l'exercice 2012. Ces montants se
répartissent, entre autres, en 925 008 euros de
rémunération fixe et 748 423 € de rémunération
variable, contre 701 408 € pour 2012.
Les montants dus à Thomas Valentin, vice-président du
directoire, s'établissent à 879 956 €, contre 950 977 €
un an plus tôt. La rémunération fixe est restée la même
(495 001 €), mais la rémunération variable a reculé à
378 768 €, contre 449 245 € en 2012. En incluant la
valorisation des actions de performance attribuées au
cours de l'exercice, la rémunération totale de Thomas
Valentin atteint 1,04 M€, contre 1,03 M€ l'année
précédente.
Les montants dus à Robin Leproux, vice-président du
directoire et dg de M6 Publicité, se sont élevés à
925 220 €, en forte progression par rapport à 2012
(558 845 €). Ils comprennent notamment 410 020 € de
rémunération fixe et 509 908 € de rémunération
variable. En ajoutant la valorisation des actions de
performance, la rémunération totale affiche 1,13 M€,
contre 615 545 € un an auparavant.
Les montants dus à Jérôme Lefébure, directeur
administratif et financier du groupe, et membre du
directoire, s'inscrivent à 540 109 €, dont 399 997 € en
rémunération fixe et 135 504 € en rémunération variable.
En 2012, les montants dus atteignaient 442 180 €, dont
310 771 € en rémunération fixe et 126 995 € en
rémunération variable. En ajoutant la valorisation des
actions de performance, la rémunération totale s'élève à
666 190 €, contre 498 880 € un an plus tôt.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
6/17
Institutionnel Ministère Culture et Communication: Laurence Engel confirmée à la direction du cabinet de la ministre
Laurence Engel a été confirmée en qualité de
directrice du cabinet d'Aurélie Filippetti, ministre de la
Culture et de la Communication, indique un arrêté de
nomination publié samedi au Journal officiel.
Christopher Miles est également confirmé en tant que
directeur adjoint, et Arthur Toscan du Plantier comme
conseiller pour la communication et les relations avec la
presse.
CSA : neuf projets de programmes retenus pour la 2e édition de la charte alimentaire
Le CSA a retenu neuf programmes dans le cadre de
son appel à projets d'émissions diffusées au titre de la
deuxième édition de la charte alimentaire, a-t-il
indiqué vendredi dans un communiqué. Cette charte, qui
vise à promouvoir une alimentation équilibrée et l'activité
physique dans les programmes et les publicités TV avait
été signée le 21 novembre par six ministères, 36 chaînes
TV et plusieurs syndicats de producteurs (nos informations
du 22 novembre 2013).
Présentés lors du dernier MipTV, ces programmes sont :
10 conseils, un programme court où un producteur de
fruits ou de légumes donne dix conseils utiles aux
spectateurs pour faire leurs achats ; Faudrait savoir, un
programme ludique pour aborder le sujet de la santé au
quotidien ; Les ptits cuistots, un dessin animé dans
lequel des enfants réalisent des recettes sous les conseils
d'un chef cuisinier ; Les Sansoucis en forme, autre
dessin animé sensibilisant les jeunes enfants à l'hygiène
alimentaire ; Maman chef, une émission éducative à
destination des parents ; Perfect chef, un concours de
recettes diététiques entre les cuisines de plusieurs
hôpitaux ; Récré gourmande, une émission de cuisine
qui transmet à des enfants de CM2 les bases d'une
alimentation saine ; le clip musical Soigner son hygiène
de vie c'est dire oui à la vie ; et enfin Vitafoot, un
dessin animé autour d'une équipe de football amateur,
qui traite des liens entre alimentation et santé.
Le jury de sélection recevra les producteurs des projets
retenus afin de leur donner des conseils sur le respect des
repères du Plan national nutrition santé (PNNS). Les
programmes seront ensuite présentés aux chaînes de
télévision avant l'été.
________________________________ Industrie des programmes Newen Distribution: Run & Buzz optionné par Globomedia (Espagne) et TéVé Media Group (Benelux)
Run & Buzz, format de jeu codéveloppé par Newen et
Big Nose, a suscité de premières options durant le
MipTV où il était présenté pour la première fois à
l'international, a indiqué vendredi Newen Distribution
qui le commercialise. Globomedia en Espagne et TéVé
Media Group (Pays-Bas) pour le Benelux flamand ont
ainsi exercé le droit de premier regard dont ils
bénéficient en tant que membres de Newen Network, a
précisé le groupe français, interrogé par Satellifax. Ce
réseau initié par Newen en mai 2011 rassemble des
producteurs européens, et est dédié à l'échange et à la
circulation des formats.
Le jeu a également été optionné par l'« un des
principaux producteurs de jeux et divertissements en
Turquie », selon la société de distribution. Des
discussions sont aussi en cours pour les Etats-Unis,
l'Italie, la Russie, l'Argentine, la Colombie, le
Mexique et la Grèce, indique le communiqué.
Run & Buzz a fait l'objet d'une simulation durant le
marché cannois (nos informations du 8 avril). Il met en
compétition 12 candidats qui doivent répondre à des
questions en résolvant un dilemme : attendre les indices
ou aller le premier appuyer sur le « buzzer ». Sauf que
ledit « buzzer » n'est pas le traditionnel champignon à
portée de main… mais un « siège-buzzer » qui se trouve
à dix mètres d'eux.
En France, où il n'a pas encore de diffuseur, le jeu sera
produit par Telfrance Games et Big Nose Games, qui
dépendent respectivement de Newen (Telfrance, Capa,
Be Aware) et de Big Nose (Xavier Pujade-Lauraine).
Elephant Italia / PayperMoon Italia : adaptation de Fais pas ci, fais pas ça pour la Rai Uno
Elephant Italia, filiale italienne du groupe Elephant
(Emmanuel Chain, Thierry Bizot), coproduira avec
PayperMoon Italia, producteur indépendant spécialisé
dans la fiction TV, l'adaptation en 12 x 52' de Fais pas
ci, fais pas ça, produite en France par Elephant Story
(Guillaume Renouil) pour France 2. La série est destinée
à la Rai Uno. « La série est en cours d'écriture et le titre
n'est pas encore défini », a indiqué à Satellifax Thierry
Bizot, au MipTV, en marge d'une conférence sur les
formats de fiction.
PayperMoon Italia a notamment produit la fiction
familiale Questo nostro amore pour la Rai, et appartient
au groupe Aislin-PayperMoon, par ailleurs actionnaire
de la société française Pampa Productions (Nicolas
Traube). Ce groupe italien est détenu par le fonds
d'investissement britannique Cambria.
Fais pas ci, fais pas ça fait aussi l'objet d'une adaptation
pour le network américain CBS (notre « Confidentiel » du
31 janvier). La série est elle aussi en cours d'écriture dans
un format de plusieurs épisodes de 52'.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
7/17
Production Escazal Films / France 2 : deux nouveaux épisodes des Petits meurtres d'Agatha Christie en tournage
Escazal Films (Sophie Révil et Denis Carot) tourne
actuellement, à Lille et dans ses environs, deux nouveaux
épisodes de la collection Les petits meurtres d'Agatha
Christie pour France 2. Le duo Swan Laurence (Samuel
Labarthe) et Alice Avril (Blandine Bellavoir) se
retrouvera « au cabaret L'Eden » dans Le crime ne paie
pas, adapté du texte Murder on the Links de la
romancière britannique, qui accueillera également
Dominique Pinon. Avec Un meurtre est-il facile ?,
d'après Murder is Easy, Avril verra ses fiançailles gâchées
par une série de crimes. Egalement à la distribution de
cette nouvelle aventure : Philippe Nahon et Anne Benoît.
Le tournage de ces épisodes, réalisés par Marc Angelo,
se poursuivra jusqu'au 11 juin.
Arte / TV2 Norway / Zodiak Media : la série Occupied en tournage à Oslo
Arte et la chaîne privée TV2 Norway ont lancé début
avril à Oslo le tournage de la série Occupied, un
thriller d'anticipation ancré au cœur des enjeux
pétroliers de l'océan Arctique, sur une idée originale de
Jo Nesbø, maître du polar scandinave. La série est
produite par Yellow Bird (Millénium, Wallander) et GTV
(Deux flics sur les docks, Quatre garçons dans la nuit),
deux sociétés du groupe européen Zodiak Media. A
noter que l'accord de coproduction avait été initialement
annoncé avec le diffuseur public NRK (nos informations
du 29 avril) qui est finalement sorti du montage financier
en mai dernier, a précisé Arte à Satellifax.
Le scénario est signé Karianne Lund, Erik Richter Strand,
Ina Bruhn et Bjørn Paqualin. La réalisation des 10 épisodes
de 45 minutes est partagée entre Erik Skjoldbjærg, Erik
Richter Strand, Pål Sletaune, John Andreas Andersen et la
Française Charlotte Brandström (Vaugand, Wallander).
Le casting réunit Henrik Mestad, Eldar Skar, Vergard Hoel,
Ane Dahl Torp et Janne Heltberg.
Le tournage se poursuivra jusqu'au 21 novembre.
___________________________________________________Radio Radio France : radio officielle du Tour de France 2014
Le groupe Radio France a renouvelé vendredi sa
convention avec Amaury Sport Organisation (ASO)
faisant de France Bleu, France Info et France Inter les
radios officielles du Tour de France, ont annoncé les
deux partenaires dans un communiqué commun. « Nous
sommes particulièrement heureux de renouveler ce
partenariat qui a vu le jour avec succès l'an dernier à
l'occasion de la 100e édition du Tour de France », a
déclaré Jean-Etienne Amaury, président d'ASO, cité
dans le communiqué.
A l'occasion du 101e Tour, les trois stations mettront en
place sur leurs antennes un dispositif exceptionnel pour
suivre en direct les étapes de la Grande Boucle. France
Bleu sera la radio emblématique de ce partenariat.
Chaque jour, les rédactions locales proposeront une
émission en direct depuis le Pavillon France Bleu installé
dans le village départ. Les arrivées de chaque étape
seront également retransmises en direct et en intégralité,
et des envoyés spéciaux interviendront régulièrement à
l'antenne dans les éditions nationales.
France Info consacrera deux journaux des sports
quotidiens à la compétition. Les reporters, au cœur du
peloton sur les motos de la station, interviendront en
direct toutes les 30 minutes (et même en continu dans les
grandes étapes de montagne, du départ à l'arrivée des
courses). Jean-François Bernard, ancien maillot jaune et
troisième de la Grande Boucle en 1987, proposera ses
analyses à l'antenne.
Enfin, France Inter, radio historique du Tour, diffusera
deux rendez-vous quotidiens spécifiques (matinale et
journal de 19h) ainsi que des interventions en direct de la
course dans tous les journaux.
Parallèlement, une plate-forme commune entre
France Bleu et France Info sera mise en ligne. Un
journaliste de la rédaction web de France Info couvrira
l'événement pour l'ensemble des sites.
Lundi 14 avril 2014
8/17
Etudes Ile-de-France / Production TV : léger recul du nombre d'entreprises sur un an
L'année 2013 marque « une rupture majeure » dans
l'évolution du nombre d'entreprises de la production
audiovisuelle et cinématographique en France depuis
dix ans, avec un arrêt de l'augmentation constatée sur
la période, indique la 9e édition de l'Observatoire de
la production audiovisuelle et cinématographique en
Ile-de-France. Les données recueillies et analysées dans
cette étude, mise en place par Audiens et la
Commission du film d'Ile-de-France, portent sur 2001
à 2012 pour l'ensemble et sur l'année 2013 pour ce qui
concerne les entreprises.
Entre 2001 et 2013, le nombre des sociétés avait
augmenté de 60 %, mais la tendance s'était ralentie depuis
2006 pour se stabiliser en 2012 à un niveau élevé. En
2013, le secteur comptait 5 070 entreprises en Ile-deFrance (contre 5 086 en 2012) et 2 006 dans les autres
régions (vs 2 044). La consolidation se manifeste de
manière inégale, souligne l'étude. Elle est en effet « en
grande partie accomplie dans le domaine de la
postproduction » – avec 542 sociétés en 2013, l'Ile-deFrance retrouve un niveau proche de celui de 2007.
Le nombre de structures de production de
programmes TV établies en Ile-de-France résiste mieux et
progresse pour atteindre 1 783 entreprises en 2013
(+30 sur un an). En 2012, elles généraient
7 149 emplois permanents (vs 6 190 en 2011) et
58 914 intermittents (vs 65 507).
Impact positif du crédit d'impôt international
En matière de tournages étrangers, l'année 2012 a
été « remarquable », indique l'étude. L'impact du
d'impôt international, porté fin 2013 de
10 millions d'euros à 20 M€ (nos informations du
20 décembre 2013) ne commencera à se faire sentir
qu'en 2014. Les principaux tournages accueillis ont
mobilisé des équipes de production exécutive et des
prestataires à même de répondre à des demandes très
spécifiques. Dans le secteur de l'audiovisuel, Bayoo Asia
a ainsi assuré la production exécutive de 42 épisodes de
46' de la série Fleurs et brumes pour la chaîne chinoise
Hunan TV (nos informations du 20 septembre 2012).
crédit
Perspectives positives pour 2013
La production audiovisuelle connaît en 2013 plusieurs
phénomènes positifs. L'étude cite notamment la hausse
des investissements du CNC (+7,5 % à 263,9 M€) et
des diffuseurs (+8,2 % à 862,6 M€) ainsi que le bénéfice
du crédit d'impôt national, qui permet « une
relocalisation sensible des tournages » (+12,5 %), et la
hausse du nombre de fictions produites (782 heures
aidées par le Centre).
« L'évolution favorable la plus sensible est à
chercher du côté de l'animation dans une année haute
de son cycle de production », souligne l'étude. En 2013,
les financements internationaux de l'animation
française (52 M€) ont pratiquement rejoint ses
financements nationaux (58 M€). « Sans renoncer à
ses ambitions artistiques, [l'animation française] fait la
démonstration que le marché international est le facteur
clé de croissance de la production française », indiquent
les auteurs de l'étude.
__________________________________________ Chaînes locales Normandie TV : extension de la diffusion à l'Orne
La chaîne locale Normandie TV diffuse depuis
mercredi dernier son programme de l'émetteur de
Brullemail au Merlerault dans l'Orne. Elle est désormais
accessible sur le canal 34 ou 31 pour les habitants
d'Alençon, de L'Aigle, de Mortagne, de Sées, etc. mais
aussi sur une partie de l'Eure, de l'Eure-et-Loir, du nord de
la Sarthe et du nord de la Mayenne. Les nouveaux
téléspectateurs doivent réinitialiser leur téléviseur et lancer
la recherche de nouvelles chaînes.
Les émetteurs de Lisieux, Orbec, Vimoutiers dans le
pays d'Auge sont maintenant alimentés pour couvrir toute
la région de Basse-Normandie.
Normandie TV bénéficie aussi d'une diffusion nationale
sur les box ADSL des opérateurs Orange (234),
Numericable (96), Free (337), SFR (346) et Bouygues
(422).
Lundi 14 avril 2014
9/17
Vidéo, vidéo à la demande Catch-up: la consommation retrouve un niveau record en janvier, à près de 285 millions de vidéos vues
Avec 284,2 millions de vidéos visionnées en
janvier 2014, la télévision de rattrapage (TVR)
retrouve un niveau de consommation record (+42,7 %
sur un mois), selon le baromètre publié vendredi par le
CNC, qui prend en compte les programmes issus des
14 chaînes hertziennes gratuites dont les six historiques.
Après le tassement du mois de décembre
(199,2 millions), la consommation affiche donc des
résultats jamais atteints l'an dernier. Le précédent record
avait été enregistré en novembre, à 244,8 millions (nos
informations du 22 janvier).
Le total de la télévision en ligne (catch-up, bonus et
visionnage en direct) s'établit à 333,1 millions de
vidéos vues (+38,9 % sur un mois). A noter que le
changement de périmètre du panel (intégration de Gulli,
HD1 et 6ter) ne rend pas possible la comparaison sur un
an, précise le Centre. L'ordinateur capte 44,8 % de la
consommation, contre 34,3 % pour la télévision et
20,9 % pour les supports mobiles dont 11,7 % pour la
tablette et 9,2 % pour le smartphone.
Le divertissement à la première place
Le divertissement est le premier genre de programmes
avec 30 % des vidéos visionnées. La fiction, le cinéma, le
documentaire et les programmes jeunesse totalisent
38,7 % des vidéos vues. Les meilleures audiences sont
réalisées par The Voice (Shine France) pour TF1, Castle
(ABC) pour France 2, Plus belle la vie (Telfrance Série,
Rendez-vous Productions) pour France 3, Le grand journal
(KM) pour Canal+, Sam le pompier (Hit Entertainment)
pour France 5, Elementary (CBS) pour M6, Touche pas à
mon poste ! (H2O) pour D8, Les princes de l'amour
(Studio 89) pour W9, Les mystères de l'amour
(JLA Productions) pour TMC, Super Nanny (Shine France)
pour NT1 et, enfin, La ferme en folie (Nickelodeon
Animation Studios) pour Gulli.
Baisse de l'offre à près de 15 000 heures
Après plusieurs mois de hausse, l'offre sur internet
accuse un léger repli de 2,3 % par rapport à
décembre, à 14 975 heures. Elle enregistre en
revanche une progression de 18 % par rapport à la
même période 2013. « Sur un mois, elle est en baisse
de 2,1 % à 12 600 heures pour les programmes de flux
et de 3,1 % à 2 400 heures pour les programmes de
stock », selon le Centre. L'animation, le documentaire, la
fiction et le cinéma constituent ainsi 15,8 % du total.
S'agissant de la fiction, la française représente 37,5 %
contre 32,8 % pour l'américaine. « Les principales offres
sont proposées par NRJ 12, M6 et France Ô pour la
fiction, par 6ter, TF1 et Gulli pour l'animation, et par
Arte, France 5 et France 3 pour le documentaire »,
indique-t-il. « 33,9 % de l'offre totale de TVR est
disponible entre 0 et 7 jours (5 100 heures). 62,9 %
des programmes sont consultables plus de 30 jours
(9 400 heures) », souligne par ailleurs le CNC.
_________________________________________________ Internet Wat.tv : défaillance ce week-end après un problème de renouvellement du nom de domaine
Wat.tv, la plate-forme vidéo de TF1, n'était pas
accessible samedi soir et jusqu'à hier en fin de matinée,
a révélé le site web Numerama. Selon ce dernier, cette
situation serait due au fait que TF1 a oublié de renouveler le
nom de domaine de sa plate-forme. Whois, la base de
données qui référence les noms de domaine, indiquait que
celui-ci avait expiré le 11 avril, soit vendredi.
Réagissant à cette défaillance samedi soir, TF1 a
assuré avoir demandé le renouvellement du nom de
domaine Wat.tv. « Mais pour une raison que nous
ignorons, cela n'est pas effectif », a ajouté le groupe.
« Le trafic a alors automatiquement basculé en "site
parking" », a-t-il poursuivi, précisant : « Nos équipes
techniques travaillent sur un transfert des vidéos sur une
autre adresse (URL) afin de pouvoir les rétablir au plus
vite sur MyTF1 et MyTF1News, le temps de récupérer la
plate-forme Wat. » Le site a finalement recommencé à
fonctionner hier en milieu de journée.
__________________________________________________ Justice RFI : information judiciaire ouverte sur l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon
Une information judiciaire a été ouverte vendredi par
le parquet de Paris sur l'assassinat, fin 2013 au Mali,
des journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude
Verlon, a-t-on appris de source judiciaire. Ghislaine
Dupont, 57 ans, et Claude Verlon, 55 ans, en mission pour
RFI, ont été tués le 2 novembre 2013 à Kidal (nord-est du
Mali), peu après avoir été enlevés par un petit groupe
d'hommes armés. Leur assassinat faisait jusqu'alors l'objet
d'une enquête préliminaire conduite par le parquet de Paris.
Cette annonce intervient après que la famille et les
proches de Ghislaine Dupont ont demandé, fin mars, au
parquet, des informations sur l'avancée de l'enquête (nos
informations du 27 mars). Ils s'étonnaient notamment de
l'absence de désignation d'un magistrat instructeur.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
10/17
Justice Guyane : la chaîne privée ATG placée en redressement judiciaire
La société privée ATG (Antenne Télé Guyane) a été
mise en redressement judiciaire vendredi par le
tribunal de commerce de Cayenne, moins de deux
ans après avoir commencé à émettre. Cette décision fait
suite à la saisine du procureur de la République et du
tribunal mixte de commerce par sept salariés, le
19 mars. Après l'audience du tribunal de commerce le
4 avril, un administrateur et un mandataire ont été
désignés vendredi. Lors d'une précédente audience de
référé mi-mars à propos d'un différend entre des
actionnaires et le président de la chaîne, celui-ci avait
admis que la société ATG était en « cessation de
paiement depuis septembre », tout en soutenant avoir
« trouvé un partenariat de nature à sauver la chaîne ».
Depuis ses débuts, en mai 2012, la chaîne guyanaise
privée est présidée par le président de la Chambre de
commerce et d'industrie de la Guyane, Jean-Paul Le
Pelletier, dont la compagne a été directrice des
antennes de la chaîne jusque début février. Pour lancer
sa chaîne, il avait rassemblé une vingtaine de chefs
d'entreprise de Guyane, avec un capital de départ de
500 000 euros. ATG avait fait l'objet d'une
augmentation de capital de 500 000 € courant
2013.
____________________________________________ International E-U / AMC : la 7e et dernière saison de Mad Men lancée hier soir
La série Mad Men (AMC) a fait son retour hier soir sur
les écrans américains pour une 7e et dernière saison
qui s'achèvera l'année prochaine. Quatorze
épisodes, en deux salves de sept, vont se succéder
jusqu'à la fin juin 2015 pour mettre un point final aux
aventures sentimentales et professionnelles du personnel
de l'agence publicitaire new-yorkaise Sterling Cooper,
dominée par le beau et mystérieux Don Draper (Jon
Hamm). Le créateur de la série, Matthieu Weiner,
indique dans une interview, sur le site de la chaîne, que
cette ultime saison parlera « du monde matériel et
immatériel ». Des « choses de ce monde, l'ambition, le
succès, l'argent, le temps d'une certaine manière et par
contraste de ce que l'on ne voit pas, la vie spirituelle,
intérieure », a-t-il ajouté.
Lancée en 2007, Mad Men a remporté des dizaines de
prix, notamment l'Emmy de la meilleure série dramatique
à chacune de ses quatre premières saisons. Elle a
toujours été nommée pour les autres. La série a été
particulièrement acclamée pour sa reconstitution
historique et la beauté de ses costumes reflétant le style
chic impeccable de l'époque, comme sa propension à
boire et fumer sans arrêt. Le dernier épisode de la
saison 6, qui avait été regardé par 2,6 millions de
personnes, se terminait à l'époque de Thanksgiving en
1968. Il avait laissé Don Draper sans travail, quasi
divorcé et en conflit avec sa fille, après avoir divulgué le
lourd secret dont les indices émaillaient les saisons
précédentes.
La saison 7 parlera « des conséquences de ce que
Don Draper a fait pendant les six dernières
saisons », a précisé Matthieu Weiner, également
scénariste et producteur de la série. « Il va réparer pas
mal de dégâts qu'il a faits », a affirmé de son côté
l'acteur Jon Hamm dans une interview au magazine
Rolling Stone. Une rencontre avec des critiques
américains de télévision a récemment donné quelques
nouvelles pistes. La nouvelle saison se déroulera sur la
côte est et ouest. La série « a commencé en 1960, quand
New York était le centre non seulement des Etats-Unis
mais du monde », a poursuivi Matthew Weiner, elle
montrera « la montée en puissance de la Californie,
devenue le centre culturel du pays à la fin des années
1960 ».
Espagne : Prisa cède 3,69 % du capital de Mediaset Espagne pour 121,2 M€
Le groupe espagnol Prisa, maison mère de Canal+
Espagne (ex-Digital+), très endetté, a vendu 3,69 % du
capital de Mediaset Espagne Communication, filiale
du groupe italien Mediaset de Silvio Berlusconi, pour
121,2 millions d'euros, a-t-il indiqué vendredi. Prisa a
cédé 15 millions d'actions à un prix unitaire de
8,08 euros, soit en dessous de son cours de clôture de la
veille (8,401 €), selon une information du groupe diffusée
par l'organe de contrôle de la Bourse de Madrid CNMV.
Il détient désormais 13,65 % de Mediaset Espagne,
qui possède notamment des chaînes de télévision comme
Cuatro, TeleCinco et LaSiete. Cette cession intervient
alors que l'opération de vente de Canal+ Espagne au
groupe Telefónica est gelée. Prisa a déjà cédé 44 % du
capital de Digital+ en 2010, à TeleCinco (22 %) et
Telefónica (22 %), pour un total de 976 M€.
Le groupe avait obtenu en décembre le feu vert de ses
actionnaires au rééchelonnement de sa dette de
3,4 milliards d'euros (nos informations du 11 décembre
2013).
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
11/17
Disparition Dominique Baudis : cérémonie d'hommage national demain à 16h30, présidée par François Hollande
La cérémonie d'hommage national à Dominique
Baudis, ancien président du CSA et ancien Défenseur
des droits, décédé jeudi, se déroulera demain aux
Invalides à 16h30, et non à 15h, comme indiqué dans
un premier temps, selon l'agenda du président de la
République (nos informations de vendredi). François
Hollande présidera lui-même la cérémonie.
____________________________________________ Nominations Cartoon Network Studios : vice-président, Content Business Operations
Brian
Robillard,
précédemment
directeur,
Développement produit et Stratégie chez NBCUniversal,
a rejoint le groupe Turner Broadcasting System (Time
Warner) en tant que VP, Content Business Operations
pour Cartoon Network Studios. Il s'agit d'une création
de poste. Il sera basé à Burbank et rapportera à Rob
Sorcher, directeur des contenus de Cartoon Network. Sa
nomination intervient alors que Stuart Snyder, qui
dirigeait depuis mai 2007 la division Animation, Young
Adults & Kids Media, a quitté le groupe fin mars (nos
informations du 10 mars).
Avant NBCUniversal, Brian Robillard a exercé chez
Disney/ABC Television, en qualité de senior manager,
Product Strategy, Kids Networks, d'octobre 2010 à
août 2012. Il y a développé des stratégies contenus et
produits pour les plates-formes numériques en y intégrant
la dimension social média et applications mobiles. Il est
notamment l'un des artisans de l'initiative TV Everywhere.
Rappelons que Turner Broadcasting System (TBS) fait
l'objet de profonds remaniements. Le pdg Phil Kent a
quitté ses fonctions le 1er janvier dernier, après douze
années à la tête du groupe, et a été remplacé par John
Martin, directeur financier de Time Warner depuis 2008
(nos informations du 18 juillet 2013). David Levy, en
charge des ventes et de la distribution, a par ailleurs été
promu au poste de président de TBS.
TBS édite notamment les chaînes Cartoon Network,
Boomerang, Adult Swim, CNN, TBS, TNT, CNN, TCM,
TNT et truTV.
_____________________________________________Programmes M6 / Shine France : arrêt de Mon bistrot préféré, faute d'audience
M6 a décidé de déprogrammer sa nouvelle émission
culinaire de pré-access Mon bistrot préféré (Shine
France), après seulement une semaine à l'antenne, faute
d'audience, selon jeanmarcmorandini.com. Avec
651 530 téléspectateurs, le programme n'a enregistré
que 6,9 % de pda vendredi. M6 proposera dès
aujourd'hui Un dîner presque parfait (Studio 89),
précédemment diffusée dans la case. L'émission fera
donc son retour à la même heure, à 17h30.
Déclinaison de La meilleure boulangerie de France,
autre production Shine France, Mon bistrot préféré avait
été lancé le même jour et presque au même horaire que
le nouveau rendez-vous de téléréalité culinaire de TF1,
L'addition s'il vous plaît (TF1 Production). Celui-ci voit
quatre restaurateurs d'une même région s'affronter pour
obtenir le titre de meilleur restaurateur de la semaine (nos
informations du 19 mars). La concurrence entre les deux
formats a tourné à l'avantage de la Une, puisque
L'addition s'il vous plaît a rassemblé vendredi 1,2 million
de personnes pour 17,3 % de pda.
Canal+ : agacé, Jean-Vincent Placé quitte brièvement le plateau du Supplément politique
Jean-Vincent Placé, sénateur et conseiller régional
d'Ile-de-France (EELV), invité hier midi du Supplément
politique de Canal+, s'est emporté contre l'attitude
« lamentable » de la chaîne et a brièvement quitté le
plateau après que l'émission a rappelé l'épisode de ses
milliers d'euros d'amendes en souffrance. Le membre de
la commission des Finances s'était déjà expliqué
concernant ces 18 000 euros de PV impayés à la suite
d'une centaine d'infractions routières commises sur la
période 2004-2010 au volant d'un véhicule de fonction
du Conseil régional. Le Canard enchaîné avait révélé
les faits en décembre 2013. Quelques semaines plus
tard, Jean-Vincent Placé avait assuré avoir « réglé
l'ensemble du dossier ».
Hier, Le supplément politique a rappelé cet épisode et
fait entendre les déclarations d'une vice-présidente de la
région Ile-de-France, Michèle Sabban (PS), affirmant
qu'« il en aurait payé 7 000 €, mais [qu']il reste encore
des PV à payer ». Et l'élue de ponctuer : « C'est un
acte de civilité et en plus, quand on est élu, il est
important de le remplir. »
Cette séquence, intégrée dans un portrait de
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
12/17
lui en images, a mis en colère le responsable
écologiste, qui a martelé « c'est faux ». Il a accusé à
mots couverts la chaîne de lui avoir tendu un piège
après l'avoir suivi « pendant cinq-six jours en faisant
des risettes ». Jean-Vincent Placé a assuré ne rien avoir
à nier, ajoutant : « J'ai déjà tout dit sur ce dossier. […]
C'est clos, j'ai tous les éléments et je trouve ça
lamentable. » « C'est une histoire d'il y a cinq ans
qu'on
m'a ressortie notamment
pour
me nuire
Programmes politiquement, j'ai dit ce qui était à dire, et je trouve ça
assez minable de repasser sur cette histoire », a-t-il
poursuivi. Ne parvenant pas à se calmer, le sénateur a
décidé après quelques minutes de quitter le plateau.
« Je trouve ça honteux, je me tire d'ailleurs, vous
me faites chier », a-t-il lancé avant de retirer son micro-
cravate et de se lever. Après la coupure publicitaire, il
était de retour sur le plateau pour être interviewé.
The Voice UK : Kylie Minogue ne renouvelle pas son contrat
Kylie Minogue a annoncé vendredi sur Twitter et
Facebook qu'elle ne renouvellera pas son contrat pour
la 4e saison de The Voice UK (BBC One), mettant ainsi fin
aux rumeurs qui la disaient partante. Sa collaboration en
tant que coach n'aura duré qu'une saison. La chanteuse
australienne a expliqué que sa tournée européenne Kiss
Me Once ne lui permettait pas de revenir.
Diffusée le samedi 5 avril, la finale a été suivie par
moins de 7 millions de téléspectateurs, un score
inférieur aux deux éditions précédentes.
Rappelons que la BBC a commandé deux nouvelles
saisons de The Voice auprès de Talpa Media (John de
Mol) (nos informations du 1er avril). Le jury de cette
saison 3 était composé de Kylie Minogue, will.i.am, Ricky
Wilson et Tom Jones. L'émission est produite par Talpa
UK en association avec Wall to Wall (Shed Media).
______________________________________________ Audiences D8 / H2O : record historique en pda pour Touche pas à mon poste !
Touche pas à mon poste ! (H2O Productions), le rendezvous quotidien animé et produit par Cyril Hanouna sur D8,
a battu son record historique en part d'audience jeudi
soir, à 7 %, indique la filiale du groupe Canal+. Le talkshow, suivi par 1,21 million de téléspectateurs, a permis
à D8 de se classer 5e chaîne nationale en access prime
time, derrière M6 et son magazine 100 % Mag (7,8 % de
pda). L'émission a fait mieux que N'oubliez pas les paroles
sur France 2 (1 million de personnes, 6,8 % de pda).
A noter que D8 est 4e chaîne nationale en nombre
de téléspectateurs, critère sur lequel elle devance
M6 (1,19 million). Cyril Hanouna recevait Pascal Soetens,
l'ex-grand frère de TF1, qui reprend du service à compter
de demain en prime time sur NRJ 12 avec le nouveau
magazine SOS ma famille a besoin d'aide
(La Concepteria) (nos informations du 26 mars).
_______________________________________________ Clin dʹœil VSD's tweets : Lechevallier, Hanouna, Lemaire, Garriberts, Minogue, Ambro, Mielcarek, Zolto...
Une sélection, parfaitement arbitraire, de tweets qui nous ont amusés ou instruits. Ou pas. L'orthographe et la syntaxe
d'origine sont conservées… sauf exception charitable !
Votre avis, vos suggestions : [email protected] ou @joelwir ou @satellifax.
@PLechevallier Si t'as pas un tweet repris dans @Satellifax au moins une fois par semaine, t'es pas une star des médias
qui parlent des médias
@Cyrilhanouna Merciiiiiiiiiiiiiiiii mes petites beautés ! Vous êtes des bombes ! #Fanzouzes #TPMP et on se retrouve ce
soir en direct ! Bonne journée !
@axellelemaire Depuis 48h je reçois énormément de suggestions & recommandations. Merci ! Je me demande
comment systématiser la démarche. A suivre.
@Garriberts Les Garriberts acquittés après le meurtre d'une voisine de table. "Elle avait activé le son des touches de
son portable, Mr le président".
@LNEcanal "Gilles Bouleau a pas un physique de présentateur TV" @BdLVillardiere #LNE
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
13/17
Clin d’œil @RomainAMBRO Access du dimanche sur #France2 : que des rumeurs ! Ni Lapix, ni Delahousse : Michel Drucker sera
bien là avec "Vivement Dimanche Prochain".
@kylieminogue Lovers, due to timing of my tour I won't be back next season for The Voice UK [
@PLechevallier @Manald1 "Oui, c'est agaçant de parler de #Netflix" sur @franceculture. Manuel, t'as du boulot avec
OTT, laisse tomber les médias ;)
@Manald1 [Manuel Alduy] @plechevallier j'ai dit aussi que ça devenait drôle @franceculture
@PLechevallier @Manald1 @franceculture oui mais j'aime bien tronquer les citations, sinon c'est pas drôle non plus ;)@
@PLechevallier @Manald1 sur @franceculture : si #Netflix écoute cette émission, je suis sûr qu'ils vont annuler leur
lancement en France #peur #Canalstar
@Manald1 @PLechevallier je crois qu'ils se fichent un peu.
@jeanspiri Personne ne m'avait dit que l'#eurovision74 était rediffusé ce soir #thevoice
@CemoiJerome C'est Robert Doisneau qui présente #thevoice [email protected] #toiaussidevientphotographe
@julienmielcarek @Stephanetasi tu n'as pas un LSM en direct câblé en HDMI ? C'est pourtant simple merde ! (Poke
@SarahJaneEnnis)
@Garriberts Dites, @libe, une alerte push sur notre victoire à 2048, c'est trop demander ?
@Garriberts @bertrandhadet Gentil de RT mais le déroulant sur @BFMTV on prend aussi.
@MichaelZolto Quelqu'un peut me traduire ce qu'a voulu dire @florentpagny ??! #TheVoice
@oabk6 Nom de domaine disponible à nouveau, plus qu'à attendre la propagation de DNS #IncidentWATMYTF1
(Tweets relevés les jeudi 10, vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 avril 2014)
_________________________________________ Revue de presse Notre revue de presse se veut un aperçu du secteur, vu par les autres médias (presse papier, presse en ligne,
télévision, radio), en complément de nos propres contenus. Ainsi qu’il est de tradition pour toute revue de presse, les
opinions exprimées et les faits mentionnés ne doivent pas être considérés comme reflétant les vues de notre rédaction.
CSA : les demandes de pouvoirs élargis relayées dans son rapport annuel
(Jamal Henni, bfmtv.com, samedi 12 avril)
[…] Dans son rapport annuel, le CSA dit qu'il veut faire
respecter sur le web les grands principes moraux qu'il fait
déjà appliquer à la radio et à la télévision : protection de
l'enfance, respect de la dignité humaine, interdiction de
l'incitation à la haine ou à la violence… L'autorité
administrative propose même un texte de loi prérédigé,
qui stipule : « Le CSA fixe, après consultation publique,
les règles auxquelles sont assujettis les services
audiovisuels numériques » (vidéo, radio et musique sur le
web) pour qu'ils respectent ces grands principaux
moraux. De plus, le gendarme réclame un bâton pour se
faire obéir : « En cas de manquement à ces règles, le
CSA peut prononcer une sanction à l'encontre d'un
éditeur de service », telle qu'une amende ou « la
suspension » du service. […]
Aujourd'hui, la loi impose aux radios de diffuser 40 %
de chansons francophones. Le CSA trouve ce cadre trop
rigide. Selon lui, la production de chansons francophones
est « aujourd'hui très majoritairement fondée sur la
variété. Elle est inégalement étoffée dans la production de
titres issus de certains genres musicaux spécialisés : rap,
R'n'B, etc. En revanche, elle est limitée dans les genres
rock et dance. De plus, un nombre croissant d'artistes
français s'expriment désormais dans une langue
étrangère, majoritairement en anglais ». Face à ce
constat, le CSA propose de passer à un régime plus
souple, où les quotas seraient définis au cas par cas entre
la radio et le CSA, puis formalisés dans la convention
signée par la radio. […]
Aujourd'hui, une chaîne est accessible à des numéros
différents selon le réseau : TNT, câble, satellite… […]
« Cette situation est source de confusion pour les
téléspectateurs », déplore le CSA, qui propose donc
d'« imposer à tous les distributeurs de reprendre
l'ensemble des chaînes nationales et locales gratuites de
la TNT selon leur numéro logique ». Et bien sûr, ce sera
le CSA qui « veillera au respect de la numérotation
logique ». […]
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
14/17
Revue de presse Canalplay : 450 000 abonnés, selon Bertrand Meheut
(Bertrand Meheut, président du directoire du groupe Canal+, interrogé par Le Figaro, samedi 12-dim 13 avril)
[…] Q : beIN s'installe-t-il durablement dans le
paysage concurrentiel ?
Bertrand Meheut : beIN Sports est un acteur
respectable qui propose une offre de complément à
celle de Canal+ sur le sport.
Q : Redoutez-vous l'arrivée de Netflix ?
BM : Netflix n'a rien à voir avec Canal+. C'est une
offre de vidéo à la demande de films de catalogue et
de séries. Là encore, c'est une offre de complément. De
plus, le groupe Canal+ dispose déjà d'une belle offre
de rattrapage avec Canal+ et Canalsat à la demande,
qui proposent 200 films frais, et avec Canalplay, un
véritable service de vidéo à la demande qui a déjà
séduit 450 000 abonnés.
Auteurs associés : la société vendue à Claude Berda et AB Groupe
Dominique Lancelot, pdg de la société de production
Auteurs associés, a vendu sa société à Claude Berda et
AB Groupe, selon Ecran Total. Claude Berda a acquis
60 % de la société, et AB Groupe 40 %. La productrice,
seule actionnaire depuis la cession des parts du groupe
Carrère fin 2012, explique avoir rencontré « de
nombreuses difficultés pour racheter (ses) parts » et
avoir eu du mal à se consacrer « à l'artistique, à côté
de la gestion au quotidien de la société ». Dominique
Lancelot conserve la présidence de la société, et
continue d'assurer la production artistique de sa série
phare, Section de recherches, diffusée sur TF1. En
outre, « je pars […] avec tous mes projets, cinéma et
télévision, que je vais développer au sein de deux
nouvelles structures que j'animerai seule », précise
Dominique Lancelot. Au sein de sa société Gedesel, elle
développe une série feuilletonnante, La Garçonne,
histoire d'une jeune femme qui décide de se faire
passer pour un homme et pour intégrer la brigade
criminelle de Paris dans les années 1920. La
productrice travaille aussi sur une série intitulée Tête de
liste, à tonalité politique, et sur 200 mètres, une
comédie romantique.
TF1 / Shine France : The Dancers, un concours de danse à mi-chemin entre Fame et Friends
(Sylvain Merle, leparisien.fr, vendredi 11 avril)
[TF1] va donner leur chance à des jeunes passionnés
lors d'un tout nouveau concours de danse qui sera diffusé
en feuilleton quotidien en fin d'après-midi de trente à
quarante minutes pendant plusieurs semaines. Baptisé
The Dancers, leur vie c'est la danse, cette série-réalité
produite par Shine France […] se veut à mi-chemin entre
un Friends et un Fame de la danse. Le tournage a
commencé et les premiers épisodes devraient être diffusés
dans quelques semaines. The Dancers suivra au quotidien
une petite dizaine de jeunes passionnés. Agés de 18 à
29 ans, ils ont été sélectionnés parmi des centaines de
personnes castées dans toute la France, autant dans les
écoles de danse que dans la rue. […] Trois directeurs
artistiques, des chorégraphes reconnus, s'occuperont
chacun d'un petit groupe de danseurs qu'ils dirigeront
lors des répétitions. […] Pas de compétition intergroupe
cependant : chacun devra travailler pour mériter sa
place. Sans animateur, l'émission pourra accueillir des
nouveaux pour remplacer ceux qui ne sont pas à niveau
et à la toute fin, un seul remportera le concours. A la clé
une somme d'argent et un contrat de travail.
France 2 / DEMD : une 3e saison de la série Caïn commandée
Selon Le Parisien, France 2 a commandé une troisième
saison de la série Caïn, produite par DEMD (Lagardère
Entertainment). Bertrand Arthuys sera l'auteur et le
réalisateur des huit épisodes. Bruno Debrandt, qui
incarne le héros de la série, et Julie Delarme, qui joue sa
coéquipière Lucie, seront reconduits. Le tournage pourrait
se dérouler cet été à Marseille.
__________________________________________________________________________________________________________
Edité par Fréquences, membre du Spiil – Sarl au capital de 10 000 € – Commission paritaire : 1214 W 90061 – Satellifax, 9, rue Charlot
75003 Paris – www.satellifax.com – Twitter : @satellifax – Directeur des publications Satellifax, Satellimag et Satellinet : Joël Wirsztel
Abonnements : Véronique Olasz – Tél : 01 40 29 47 48 – Fax : 01 42 78 70 36 – [email protected], tarifs : 3 mois 730 €, 1 an 2 690 €
Publicité : REMICS Régie, Remi Collard – Tél : 06 09 77 37 22 – [email protected] – Rédaction : 01 44 78 04 78,
[email protected] – Directeur de la rédaction : Joël Wirsztel – Rédactrice en chef : Yvane Dréant – Rédaction : Franz Durupt, Arnaud
Grellier, Christine Monfort, Virginie Sengès – Collaboratrices : Pascale Paoli-Lebailly, Carole Villevet – Secrétariat de rédaction :
Muriel Teissier du Cros, Maxime Bomier – REPRODUCTION INTERDITE – 19e année de publication – © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
15/17
Revue de presse Radio France : le SNJ organise une journée pour parler des précaires
(Sophie Gindensperger, Libération.fr, vendredi 11 avril)
Leur embauche, on la leur promet en général pour la
Saint-Glinglin. Alors c'est [jeudi], à la Saint-Fulbert – ça
rime avec précaires –, que le SNJ de Radio France a
décidé de donner un coup de projecteur sur cette armée
qui peuple les couloirs de la Maison ronde et les
rédactions locales de France Bleu. […] Dans cette
maison où un journaliste sur cinq est un précaire, l'idée
est, selon Thierry Colin, l'un des porte-parole du
syndicat, « d'inviter les journalistes, militants ou pas, à
discuter, provoquer le dialogue » pour extérioriser ce
qui reste parfois aussi un tabou. « Les précaires n'osent
pas se plaindre », ajoute-t-il, sachant pourtant que la
plupart des journalistes aujourd'hui titulaires ont connu
de longues périodes de précarité avant d'être
embauchés. « On sait que ce n'est pas forcément le
sujet prioritaire pour les gens, alors c'est à nous d'en
parler. Et les tracts ne suffisent plus. » Ils rappellent les
difficultés rencontrées au quotidien par les pigistes, aux
horaires ultraflexibles, mal défrayés, qui obtiennent des
CDD quand ils ont enfin accédé au « planning », ce
vivier dans lequel on pioche pour compléter au cas par
cas
les
équipes
des
différentes
antennes,
particulièrement les locales de France Bleu, éparpillées
dans toute la France. Le tout dans l'attente du graal : le
CDI. […] Du côté des précaires, qui se sont regroupés
en collectif anonyme et ne sont pas à l'origine de cette
journée, on salue l'initiative. Mais un de ses membres,
contacté par Libération, l'estime quand même « un peu
à côté de la plaque », car « le SNJ a refusé récemment
de lancer une intersyndicale pour porter nos
revendications, alors que les autres syndicats étaient
pour ». Le SNJ avance une impossibilité de travailler
avec SUD, qui a attaqué le précédent accord sur les
précaires signé par le syndicat de journalistes. […]
Radio : la vidéo devient incontournable aussi pour les généralistes
(Sylvain Merle, Le Parisien, dimanche 13 avril)
Aujourd'hui, la vidéo est incontournable à la radio.
« C'est le format roi sur internet, le plus rémunérateur »,
estime Tristan Jurgensen, directeur général de Rtl.net.
« Nous étions les premiers à lancer un live vidéo en
2012 », rappelle Ophélie Wallaert, rédactrice en chef
d'Europe1.fr. qui propose de quatorze à seize heures
de direct par jour pour 1,5 million de connexions
mensuelles au flux vidéo en streaming. Avec douze
heures par jour, sa rivale RTL affiche 2,2 millions de
connexions au live. Environ 30 000 personnes ont suivi
en vidéo le débat de l'entre-deux tours opposant Anne
Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet. « C'est 5 % de
l'audience totale, la vidéo apporte de nouveaux
auditeurs », souligne Tristan Jurgensen. Cadreurs,
monteurs, réalisateurs et caméras par dizaines…, les
deux stations investissent. Elles disposent même de
régies mobiles pour retransmettre leurs délocalisations
en France et à l'étranger. Quand Cyril Hanouna
descend dans la rue, un cadreur le suit. Quant aux
journalistes, ils sont de plus en plus mis à contribution
grâce à leurs smartphones. Les reportages d'envoyés
spéciaux radiophoniques se visionnent parfois aussi.
Outre les meilleurs moments redécoupés en petites
capsules faciles à partager, les radios produisent des
contenus spécifiques au Web. Europe 1 teste par
exemple un zapping de la matinale et en envisage un
d'humour tandis que RTL développe des pastilles
éditoriales et de décryptage. […]
Matignon : André Loncle, précédemment à l'Elysée, assurera la coordination audiovisuelle
(Marcelo Wesfreid, lexpress.fr, vendredi 11 avril)
[…] Le chef du service audiovisuel de l'Elysée, André
Loncle, a quitté la présidence de la République pour
rejoindre Matignon. Il est en cours de recrutement comme
« chargé de mission pour la coordination audiovisuelle
de Matignon ». En clair, il s'occupera de l'image et de
l'emploi des moyens techniques (scénographie,
conférences de presse, allocutions) des services
audiovisuels du Premier ministre Manuel Valls.
Il connaît bien le nouveau locataire de Matignon.
Ancien consultant de l'agence Euro RSCG, André Loncle
avait été choisi par Manuel Valls, alors directeur de la
communication de François Hollande pendant la
présidentielle, pour organiser les grands meetings de la
campagne socialiste […]. […]
_________________________________________________ Agenda Agenda médias : événements d’aujourd’hui et de demain
Demain
16:30
Obsèques de Dominique Baudis aux Invalides
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences
Lundi 14 avril 2014
16/17
Zoom programme Chaque semaine, nous analysons l’historique et l’évolution des audiences d’un programme qui revient à l’antenne pour une nouvelle saison.
BACHELOR, LE GENTLEMAN CELIBATAIRE
Attention
Les « Zoom programme » sont exclusivement disponibles
dans la version de Satellifax
adressée aux abonnés.
ou en achat à l’unité.
Informations abonnement : Véronique Olasz
01 40 29 47 48 / [email protected]
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 19e année de publication. Reproduction interdite © 2014 Fréquences

Documents pareils