Dossier pédagogique

Commentaires

Transcription

Dossier pédagogique
MANOVIVA
Cie Girovago e Rondella
(Viterbo, Italie)
Avec la famille Grignani
(Marco, Federica, Tim, Tom)
et Alberto Becucci
Une occasion de découvrir un spectacle proposé par une famille italienne d'artistes, dont tous les
membres sont mis à contribution, comme marionnettistes pour les parents et comme musiciens et
techniciens pour les enfants.
Dans un monde de miniatures, ils nous racontent, sans paroles, de courtes histoires en forme de
paraboles, et où tout devient possible.
1. Présentation
MANOVIVA, marionnette à cinq doigts qui marche, est composée de cinq éléments : une tête, deux
mains et deux pieds. Ces cinq éléments s’enfilent sur les doigts de la main, respectivement la tête sur
le majeur, les mains sur l’index et l’annulaire, les pieds sur l’auriculaire et le pouce. Ainsi la main se
transforme en une incroyable marionnette aux infinies possibilités d’expression.
Deux personnages : elle, MANIN, habillée de rouge, lui, MANON, sans vêtements (nu) ; et deux
musiciens, durant 50 minutes, sans paroles.
La première partie du spectacle est sur le thème du cirque, avec des virtuosités qui captivent le
public ; la seconde partie se compose de petites histoires où les paroles sont remplacées par
des «symboles», langage universel qui touche une autre sphère de compréhension habituellement
négligée, histoires qui créent un dialogue en famille, surréelles comme un tableau de Chagall.
De ce fait, MANOVIVA est utilisée en hôpital comme thérapie motrice, pour faire des exercices en
apprenant à bouger isolément les doigts, et comme personnage de compagnie pour se divertir…
2. Analyse
Les spectacles qu’ils créent sont définis «populaires poétiques», c'est-à-dire de compréhension facile
mais avec une subtile ligne poétique qui émerge de chaque moment et mouvement.
À la fin du spectacle quand les lumières s’allument, la magie se termine et les deux marionnettes,
accompagnées par la musique, vont dans le public, serrent les mains, marchent au milieu de tous et
le public peut les toucher.
1
Ce contact direct est le réveil d’un rêve, et fait comprendre que les marionnettes sont réelles.
Le public peut alors lui-même essayer de les faire bouger simplement, en remuant la main.
De fait, MANOVIVA est une marionnette simple, n’importe qui peut la faire bouger et cette simplicité
crée un rapport immédiatement sympathique avec le public.
3. Les propositions pédagogiques
Le spectacle brasse quelques thèmes majeurs comme le cirque, le mime (et son prolongement les
différentes formes de langages), l’expression des sentiments
Aussi les propositions pédagogiques sont très diverses entre
et les divers niveaux auxquels le
spectacle s’adresse (cycle 2 et 3). Ainsi les textes donnés sont –ils exhaustifs mais peuvent être
remplacés avantageusement par des résumés disponibles sur internet.
3.1 Les programmes
Lecture d'images : Chagall
Le caractère figuratif et narratif de l'œuvre de Marc Chagall nous offre la possibilité d'exploiter ses
œuvres dans des activités de lecture d'image.
Les grands principes :
1. Faire décrire l'image, en faisant dire ce que l'on y voit de manière objective : deux personnages
enlacés qui volent, un village, des palissades, ...
2. Aller vers une interprétation : A votre avis qu'est-ce que ça veut dire ?
Il est fondamental de laisser les élèves s'exprimer librement.
On peut toutefois dans un deuxième temps amener les élèves à établir quels sont les procédés qu'il
utilise : la place des symboles, comment il compose son tableau.
3. Analyser la composition
L'image peut être découpée en 4 zones : La partie haute, la partie basse, la partie gauche et la partie
droite.
"Au-dessus de la ville"
Les principes
Interprétations
possibles
Que trouvons
nous dans la
partie
supérieure de
La partie haute
l'image ?
de l'image
Un couple
représente la
symbolisant
spiritualité,
l'Union et
l'immatériel, ce
l'Amour. Chagall
vers quoi on
place l'Amour
aspire.
au-dessus de
tout. Ce
sentiment
correspond à
son aspiration.
2
Que trouvons
nous dans la
partie basse de
l'image ?
Probablement
La partie basse
une référence à
de l'image
son village natal
représente le
( ses origines,
monde
ses racines).
matériel, la
Présence de
dure réalité,
palissades ( Se
mais aussi ses
sent-il
racines.
prisonnier ou
est-il prisonnier
?) -> il a vécu
dans un
ghetto...
Pour l’instant
dans la partie
gauche, il n'y a
rien mais c'est
dans cette
La partie
direction que
gauche
vole le couple
représente la
pourquoi ? Vers
destination du
Paris ou New
voyage.
York.
pour fuir les
persécutions et
être enfin
heureux ?
La partie
droite
représente
l'avenir, mais
aussi l'est.
Dans la partie
droite il n'y a
rien mais cette
dans cette
direction que
penche l'image
donnant
l'impression
d'une attraction
vers l'est contre
laquelle le
couple se bat.
On remarquera également la présence stratégique de l'église qui se situe au premier tiers. Elle fait le
lien entre le terrestre et le spirituel : seule voie de salut ?
3
Conclusion : On constate qu'en appliquant un code de lecture simple on en arrive à une
interprétation relativement satisfaisante (qui n'engage évidemment que son auteur !).
Ce type de lecture a le mérite de faire parler les élèves et de les amener à justifier leurs
interprétations. L'ouverture vers la maîtrise de la langue est ici particulièrement sensible.
Le côté onirique et quelque peu surréaliste de cette oeuvre peut également conduire les élèves à
aller vers l'extraordinaire. On peut donc leur proposer de représenter par les moyens de leur choix
(dessin, peinture, collage) un univers de rêve. Comment montrer qu'on est dans un rêve ? Réaliser
une image dans laquelle il se passe des choses "pas normales" comme les gens qui volent par
exemple.
Référents : Les illustrations des fables de La Fontaine et son œuvre gravée.
La gravure est une technique qui est accessible à tous les niveaux. Le support à utiliser est le
polystyrène extrudé (un isolant). Il se grave facilement avec la pointe d'un crayon. Une fois le motif
gravé l'élève peut faire des multiples qu'il pourra mettre en couleur de manière différente. On peut
aussi lui imposer de n'utiliser que les couleurs primaires, les couleurs secondaires. Voire inventer
d'autres contraintes : n'utiliser que 2 couleurs complémentaires, expérimenter le principe des
dominantes et des toniques évoquées le jour de la présentation.
Pistes de travail en arts visuels : Les animaux chez Chagall
L’animal était très présent dans les tableaux de sa période de Vitebsk. Plus tard, dans le thème du
cirque, il trouve prétexte à de nouveau se faire côtoyer l’homme et l’animal.
Proposer aux élèves de trouver la fable d’origine de Jean de La Fontaineà partir des illustrations de
Marc Chagall :
Le corbeau et le Renard… Les images sont aisément
accessibles sur n’importe quel moteur de
recherche.
4
- Métamorphose
La chatte se métamorphose en femme, avec une tête
de félin sur un corps humain, comme pour les
représentations des dieux égyptiens.
Peindre des personnages au corps humain et au visage
d’animal, en commençant par un collage de tête
d’animal photocopiée, puis peindre le vêtement en
mélangeant noir et blanc.
- Zoologie
Illustrer des fables de La Fontaine, mettant en scène
des confrontations d’animaux. Choisir le point de vue
du zoologiste : coller une photographie de ces
animaux, en dessous, les nommer, les décrire et
mettre en avant leurs caractère et défauts. On
comprendra alors pourquoi l’auteur les a choisis pour
mettre en avant les travers de ses contemporains…
Comme approche de l’histoire de l’art, commencer une collection de reproductions d’œuvres,
peintes ou sculptées, représentant des animaux : des poneys et aurochs de la préhistoire, jusqu’à la
chèvre de Picasso.
Lecture de mythes : le pouvoir des mots et le Verbe créateur.
PROLOGUE : Note tout ce qu’évoque pour toi « création du monde ». Cela fera ensuite l’objet d’une
discussion en classe.
Lisez les textes puis complétez le tableau suivant :
Titre
Auteur
Maison
d’édition
Narratif,
descriptif ou
explicatif ?
Récit
mythique ?
oui / non
Texte 1
Texte 2
5
Texte 1
Naissance du monde
La déesse Mami prit quatorze poignées d’argile.
Elle plaça sept poignées à droite.
Elle plaça sept poignées à gauche.
Au milieu, elle posa une brique.
Ea, agenouillé sur une natte, ouvrit le nombril des figurines.
Des deux groupes, sept produisirent des hommes …
Sept produisirent des femmes.
La déesse qui crée les destins
Les compléta par paires. Mami
Dessina des formes humaines.
La Naissance du monde, coll. « Sources orientales », Le Seuil.
Quels sont les personnages dans ce texte ? …………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Ea : Est-ce un personnage féminin ou masculin ? Comment le voit-on dans le texte ? ……………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Texte 2
La création du monde selon les Indiens du Montana
Les Indiens du Montana racontent ceci : avant ce monde, il y en eut un autre, beaucoup plus difficile
à vivre que le nôtre. Les hommes de ce très vieux temps ne savaient ni inventer des légendes, ni
danser, ni composer de la musique. Leur esprit était obscur comme celui des animaux. Tunkashila, le
Créateur, n’était pas satisfait de ce monde-là, qu’il avait pourtant fabriqué de ses mains. Alors, un
jour, il se dit : « Je vais effacer ma création et je vais en pétrir une autre. Je vais chanter trois chants
qui feront tomber tous les orages du ciel. Puis je chanterai un quatrième chant, et je frapperai la
terre du pied. Alors la terre s’ouvrira, les eaux souterraines jailliront et plus rien ne sera, sauf les
eaux ». Tunkashila le Créateur fit tout cela. Il chanta son premier chant et le tonnerre gronda. Il
chanta le deuxième et la pluie dégringola. Il chanta le troisième et les fleuves débordèrent. Puis il
chanta son quatrième chant et il frappa du pied. La terre se brisa comme un vieux pot, les eaux
souterraines jaillirent et le monde fut noyé.
Alors Tunkashila se laissa dériver sur l’eau, assis sur sa tabatière, en fumant son calumet. Car tels
étaient les objets sacrés dont il ne séparait jamais : sa tabatière et son calumet. Il se laissa porter par
les vagues et le vent, de-ci de-là. Il n’y avait plus d’hommes, il n’y avait plus d’animaux, il n’y avait
plus le moindre grain de terre sur cet océan silencieux. Seul, un oiseau survivait encore : Kangi, le
corbeau. Mais il était fatigué. Il ne savait où se poser. Sur l’océan, il vint voler en vastes cercles audessus de Tunkashila le Créateur en criant :
- Grand-père, je vais mourir, mes ailes ne me portent plus. Grand-père Tunkashila, fabriquemoi une terre ferme où je puisse me reposer.
Tunkashila tira quelques bouffées de son calumet en regardant le ciel, puis il pensa : « Le moment est
venu d’ouvrir ma tabatière ». Il ouvrit sa tabatière, il en sortit un canard noir. Il dit à ce canard :
- Plonge au fond des eaux et apporte-moi une motte de terre.
Le canard plongea, au bout d’un long moment il reparut sur les vagues :
6
Je suis épuisé, dit-il. J’ai failli mourir. J’ai plongé, plongé, plongé encore, mais je n’ai pu
toucher le fond. Cet océan est trop profond.
Alors Tunkashila fit sortir une loutre, puis un castor de sa tabatière. L’un après l’autre, il leur ordonna
de plonger à la recherche d’une poignée de boue. La loutre plongea. Elle revint aussi bredouille que
le canard noir. Le castor plongea, il revint aussi bredouille que la loutre. Enfin le Créateur, du fond de
sa tabatière, tira une tortue. Et la tortue à son tour plongea. Elle resta si longtemps au fond de l’eau
que le canard, le castor, la loutre disaient :
- Elle est morte, elle ne reviendra jamais.
Le corbeau tournait dans le ciel, désespérait, gémissait :
- Je suis perdu, la tortue s’est noyée.
Elle apparut pourtant à nouveau sur les vagues. Elle cria :
- J’ai gagné, j’ai touché le fond !
Elle portait une boule de terre entre ses pattes. Tunkashila prit cette boule de terre et se mit à
chanter. Tout en chantant il la pétrit de ses mains. Puis il ordonna à cette boule de terre de recouvrir
les eaux, et la terre recouvrit les eaux.
Alors le Créateur réfléchit. Il se dit : « L’eau sans la terre ne fait pas un monde vivable. Mais la terre
sans eau non plus. Ma création est d’une grande tristesse. » Il se mit à se lamenter sur sa création, à
pleurer. Ses larmes ruisselèrent sur la terre, faisant naître des fleuves, des lacs, des océans.
Tunkashila, voyant cela, aussitôt s’apaisa. Il dit :
- Eh bien, voilà qui est mieux.
Alors de sa tabatière, il sortit toutes les espèces d’animaux, d’oiseaux, de plantes et les sema partout
sur le monde nouveau. Puis il prit quatre poignées de terre, la première rouge, la deuxième blanche,
la troisième noire, la quatrième jaune, et pétrit les quatre races humaines.
Enfin, il dit aux hommes :
- Ecoutez bien, mes enfants. Au commencement des temps, j’ai fait le premier monde. Il était
mauvais, je l’ai brûlé. J’ai fait un deuxième monde. Il n’était pas meilleur, je l’ai noyé. Je vous
donne le troisième monde. Si vous vivez en paix entre vous, en paix aussi avec les autres
vivants de la terre, les animaux, les plantes, tout ira bien. Sinon, je détruirai ma création une
nouvelle fois. Cela dépend de vous.
Tunkashila hocha la tête et dit encore :
- Un jour peut-être il y aura un quatrième monde.
Puis il disparut dans le ciel, fumant son calumet.
-
« La Création du monde selon les Indiens du Montana », Henri Gougaud, L’Arbre à soleils, légendes
du monde entier, Le Seuil, p.190-192
a. Vrai ou Faux ? Entourez la bonne réponse et justifiez votre réponse en citant le texte.
1. Avant ce monde, les hommes ne savaient ni créer, ni imaginer. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
2. Tunkashila chante cinq chants pour détruire l’ancien monde. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
3. Tunkashila ne se sépare jamais ni de sa canne à pêche, ni de son calumet. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
4. Seul Kangi, une colombe, survit à la destruction. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
7
5. Tunkashila fait plonger un canard, une loutre, un castor et une oie. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
6. Ce sont les larmes de Dieu qui firent naître les fleuves, les lacs, les océans. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
7. Nous sommes, selon cette histoire, dans le quatrième monde. Vrai / Faux
Justification : …………………………………………………………………………………
Exercices
* Rédaction :
Ecrivez à votre tour un récit de création. Il commencera par « Au commencement … » et se
terminera par « Ainsi fut créé (é)… ».
Vous emploierez principalement l’imparfait et le passé simple, organiserez votre texte en
paragraphes et ferez preuve bien sûr de créativité !
* Phrases simples et complexes
Distinguer les phrases simples et les phrases complexes :
Surlignez de 2 couleurs différentes les phrases simples et complexes soulignées dans le texte.
Dieu est en train de créer les animaux.
Les animaux tombaient du ciel un à un sans se faire mal. La plupart étaient
parachevés. Certains devaient attendre encore un peu avant de posséder tous leurs
attributs.
- Il paraît que j’aurai une trompe, dit l’éléphant, frais arrivé. Ça partira du front
et traînera presque par terre.
- C’est beaucoup pour un nez, dit le renard.
- C’est exactement ce qu’il me faut, riposta l’éléphant.
A peine avait-il terminé sa phrase que la trompe vint du fond du ciel prendre la
place qu’elle devait désormais occuper chez tous les éléphants.
Jules Supervielle, « La Création des animaux », in Premiers pas de l’Univers
* Transformez les couples de phrases simples suivants en phrases complexes.
Vous pouvez changer ou supprimer certains mots dans les propositions.
Utilisez les mots suivants : de telle sorte qu’ – parce qu’ – puis – qu’ – et.
a. Vieil-Homme-Coyote décida d’employer de la terre. Il avait vu cette terre près
du lac.
b. Il modela l’homme. Il modela la femme.
c. Les canards étaient inquiets. Ils craignaient la force de l’homme.
d. Ils allèrent voir Vieil-Homme-Coyote. Ils lui demandèrent de les protéger.
e. L’homme n’avait pas encore découvert la chasse. Il ne mangeait que des fruits
sauvages.
8
* Transformez en phrases complexes
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
L’éléphant est un animal qui …
En guise de nez, il possède une trompe avec laquelle …
Au commencement du monde, il avait un petit nez ridicule dont …
Il alla donc voir le Créateur pour qu’…
Mais le créateur n’était pas d’accord car …
L’éléphant le supplia tellement que …
Très énervé, le Créateur décida de le punir, et c’est ainsi que …
* Dictée préparée
Et Dieu se promena et regarda bien attentivement son soleil et sa lune et les petits astres de son
firmament. Il regarda la terre qu’il avait modelée dans sa paume et les plantes et les bêtes qui
remplissaient son beau royaume. Et Dieu s’assit et se prit la tête entre les mains et dit : « Je suis
encore seul ; je vais me fabriquer un homme demain ! »
Et Dieu ramassa un peu d’argile au bord de la rivière et travailla agenouillé dans la poussière. Et Dieu,
Dieu qui lança les étoiles au fond des cieux, Dieu façonna et refaçonna l’homme de son mieux.
Comme une mère penchée sur son petit enfant bien-aimé, Dieu peina, et se donna du mal, jusqu’à ce
que l’homme fût formé. Quand il l’eut pétri, et pétri, et repétri, dans cette boue faite à son image,
Dieu souffla l’esprit. Et l’homme devint une âme vivante.
* Recopier plusieurs fois les mots ou expressions en italique
* Expliquez l’orthographe des mots soulignés.
LE CIRQUE
Ce projet permet à l’enseignant de mêler les différentes disciplines enseignées, il est inspiré d’un
projet « cirque qui s’est tenu dans un collège (53) qui s’est déroulé dans le Collège Louis Launay de
Landivy (53) sur toute l'année scolaire 2009-1O. Il est facilement disponible sur internet à l’adresse
suivante pour de plus amples informations : http://lewebpedagogique.com/louislaunay/tag/cirque/
CIRQUE CONTEMPORAIN
Partons à la rencontre du cirque d'aujourd'hui, à travers le spectacle Manoviva
Une séance scolaire l'après-midi permet de découvrir le spectacle, ce déplacement a pu être préparé
par un travail en amont à la bibliothèque et l’emprunt de CD, DVD et livres, proposés en grand
nombre sur la thématique CIRQUE, et adressés à tous âges !
Si l’envie vous en prend, vous pouvez en faire le thème de l’année et exposer alors sur Le blog de
votre établissement photos et vidéos, description du projet, calendrier des événements, et l'enrichir
semaine après semaine.
Vous trouverez ci-dessous plusieurs activités rattachées à des disciplines multiples et variées :
9
En mathématiques : symétrie axiale
PRESENTATION DE L'ACTIVITE : réaliser un petit chapiteau en papier cartonné, tout en travaillant sur
la base de la symétrie axiale
BUT DE L'ACTIVITE : compléter un patron à l'aide de deux symétries axiales successives et construire
ce chapiteau. (le patron se trouve au bas de cette page)
DEROULEMENT DE L'ACTIVITE : chaque élève a en sa possession le quart d'un patron de chapiteau
de cirque. Il doit réaliser deux symétries axiales successives pour obtenir le patron complet.
Ceci fait, il ne restait plus qu'à découper le patron et à construire le chapiteau.
En arts plastiques
Pour la décoration, les élèves manipulent/étudient des reproductions de tableaux sur le cirque (voir
reproductions ci-dessous) :
Après avoir choisi la représentation d'un artiste, chaque élève peut décorer son chapiteau à la façon
de... Fernand Léger, Chagall, Seurat etc.
10
4. DOSSIER DOCUMENTAIRE
4.1 Sitographie
Une vidéo à partir du spectacle afin de découvrir son univers :
http://www.youtube.com/watch?v=uC3bYnsLWM4
http://girovagoerondella.it
4.2 Prolongement - littérature et histoire : Le Verbe et la création du monde
Le travail sur la création d’un monde peut être prolongé par un travail en histoire, littérature et
éducation civique sur les grands récits de la création du monde et leurs influences sur notre culture.
Première Partie – Les Mythes des origines
Extrait 1 : La Bible, récit des origines
Depuis le 10ème siècle av JC jusqu’aux premiers siècles de notre ère, des auteurs, souvent anonymes,
ont rassemblé des récits oraux (contes, poèmes, règles religieuses…) : la Bible est le livre sacré des
religions juive et chrétienne.
« Bible » vient du grec « ta biblia» qui signifie « les livres ».
• Où range-t-on les livres ?
• Comment appelle-t-on un grand amateur de livres ?
« Le récit des Six jours »
Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide: il y avait des
ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la
lumière soit ! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec
les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y
eut un matin: ce fut le premier jour.
Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux. Et Dieu fit
l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus
de l'étendue. Et cela fut ainsi. Dieu appela l'étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce
fut le second jour.
Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec
paraisse. Et cela fut ainsi. Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Dieu vit que cela
était bon. Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des
arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela
fut ainsi. La terre produisit de la verdure, de l'herbe portant de la semence selon son espèce, et des
arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.
Dieu dit: Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce
soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ; et qu'ils servent de luminaires
dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. Dieu fit les deux grands luminaires, le
plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi
les étoiles. Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre, pour présider au jour et à la
nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. Ainsi, il y eut un soir,
et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour.
11
Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur
la terre vers l'étendue du ciel. Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se
meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé
selon son espèce. Dieu vit que cela était bon. Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et
remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre. Ainsi, il y eut un soir, et il y
eut un matin: ce fut le cinquième jour.
Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des
animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur
espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela
était bon. Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine
sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les
reptiles qui rampent sur la terre.
Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. Dieu les
bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur
les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. Et Dieu dit:
Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et
tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout
animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle
de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. Dieu vit tout ce qu'il avait fait et
voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour.
Bible, Genèse, I
La création
• Existait-il quelque chose ou quelqu’un avant la création du monde ?
• Quels sont les termes qui désignent ce qui existe au commencement du monde ?
• Complétez :
Jours
Ce que Dieu fit…
Premier
Deuxième
Troisième
Quatrième
Cinquième
Sixième
Septième
L’apparition de l’homme :
• Que pensez-vous du moment où l’homme apparaît sur la terre ?
• Qu’ordonne Dieu à l’homme ? Quelle responsabilité particulière lui confie-t-il ?
• Quelle expression suggère la supériorité de l’homme sur toute la création ?
Le pouvoir de Dieu
• Comment Dieu crée-t-il le monde et ses habitants ? Quel verbe exprime cette action ?
• Quelles formules expriment le pouvoir, la puissance de Dieu ?
• A chacune des étapes de la création, quelle expression montre le jugement de Dieu sur ce
qu’il crée ?
12
Extrait 2 : La Bible, le récit du paradis
Dieu installe l’homme et la femme dans un jardin paradisiaque appelé « jardin d’Eden » où tout leur
est fourni en abondance. Dieu leur interdit toutefois de manger les fruits de « l’arbre de la
connaissance du bien et du mal » sous peine de mort. (Genèse, II)
Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Éternel Dieu avait faits. Il dit à la
femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? La femme
répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l'arbre qui
est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que
vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour
où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien
et le mal.
La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir
l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès
d'elle, et il en mangea. Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et
ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures.
Alors ils entendirent la voix de l'Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa
femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.
Mais l'Éternel Dieu appela l'homme, et lui dit: Où es-tu ?
Il répondit : J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis
caché.
Et l'Éternel Dieu dit : Qui t'a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais
défendu de manger ?
L'homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé.
Et l'Éternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit : Le serpent m'a
séduite, et j'en ai mangé.
L'Éternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous
les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours
de ta vie. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci
t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.
Il dit à la femme : J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes
désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.
Il dit à l'homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet
duquel je t'avais donné cet ordre : Tu n'en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C'est à
force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des
ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs.
C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre,
d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.
Adam donna à sa femme le nom d'Eve : car elle a été la mère de tous les vivants.
L'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. L'Éternel Dieu dit:
Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchonsle maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre
éternellement. Et l'Éternel Dieu le chassa du jardin d'Éden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été
pris.
C'est ainsi qu'il chassa Adam; et il mit à l'orient du jardin d'Éden les chérubins qui agitent une épée
flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie.
Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit: J'ai formé un homme avec l'aide
de l'Éternel. Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.
Bible, Genèse, III-IV
13
•
•
•
•
•
•
•
•
Relevez l’expression qui caractérise le serpent.
A qui le serpent s’adresse-t-il ?
Quelle interdiction Dieu a-t-il faite à l’homme ?
Quel argument le serpent utilise-t-il pour convaincre la femme de désobéir ?
Quelles sont les 3 raisons qui poussent la femme à céder ?
En quoi l’homme et la femme ont-ils changé à partir du moment où ils ont désobéi ?
Quelle punition divine est infligée à chacun des êtres ?
Finalement, que perd l’homme à cause de ce péché originel ?
Extrait 3 : comparaison avec le Coran
On dit que le Coran (al-Qur’an : récitation), composé de 114 sourates (chapitres) et de versets, a été
dicté par l’ange Gabriel (Djibril en arabe) au prophète Mahomet (570-632) qui a quitté sa ville de La
Mecque pour devenir le guide de la communauté musulmane.
Nous avons dit :
« Ô Adam !
Habite avec ton épouse dans le jardin ;
Mangez de ses fruits comme vous le voudrez ;
Mais ne vous approchez pas de cet arbre,
Sinon vous seriez au nombre des injustes ».
Le Démon les fit trébucher
Et il les chassa du lieu où ils se trouvaient.
Nous avons dit :
« Descendez, et vous serez ennemis les uns des autres.
Vous trouverez, sur la terre,
Un lieu de séjour et de jouissance éphémère ».
Adam accueillit les paroles de son Seigneur
Et revint à lui, repentant.
Dieu est, en vérité, celui qui revient sans cesse
Vers le pêcheur repentant ;
Il est miséricordieux.
Le Coran, Sourate II, 35-37, traduction D.Masson, éd.Gallimard Folio classique
2ème partie : un travail sur le vocabulaire biblique
- « Genèse », « évangile », « exode »
• Cherchez/cherchons dans un dictionnaire ces mots qui correspondent à des parties de la
Bible.
• Quel(s) synonyme(s) pourriez-vous donner de ce terme ?
• Que signifient les expressions : « la genèse d’un film », « prendre quelque chose pour parole
d’évangile », « l’exode rural » ?
• Savez-vous ce que désigne le mot « chaos » ?
14
- Voici une liste de mots et expression issus de la Bible, avec leur définition et leur origine biblique.
Associez les éléments qui se correspondent comme dans l’exemple.
Mots et expressions
Sens de ces expressions
Origine biblique de ces
expressions
Un bon samaritain
Un traître
Pleurer comme une madeleine
Expression du refus égoïste de
se préoccuper du sort des
autres après soi
Etre attendu avec impatience
parce qu’on va apporter de
l’aide
Personnage biblique, originaire
de Palestine, qui secourut un
juif alors que leurs peuples
étaient ennemis.
L’apôtre qui a trahi Jésus en
l’embrassant pour le désigner à
ses bourreaux.
Patriarche biblique de la
Genèse qui aurait vécu 969 ans.
Œil pour œil, dent pour dent
Un Judas
Verser beaucoup de larmes
Le Messie : pour les Chrétiens,
c’est le Christ dont la venue
était annoncée par les
prophètes.
Vieux comme Mathusalem
Synonyme de vengeance
Iahvé Elohim a ordonné à Moïse
la loi d’un châtiment
proportionnel à la faute
commise.
Après moi, le Déluge !
Très, très vieux
Etre attendu comme le messie
Une personne qui aide
spontanément autrui.
Marie-Madeleine pleura de
honte devant Jésus à cause de
ses fautes.
Le Déluge représente la fin du
monde.
4.4 Photographies du spectacle
15
16
17