N° 91 – Octobre 2010

Commentaires

Transcription

N° 91 – Octobre 2010
www.dvsm.fr
DOSSIER SPÉCIAL
HI-FI HOME CINEMA
Le high-end
a le vent en poupe !
N°91 – Octobre 2010 – 8,90 euros
IFA 2010 :
3D,TV connectée
et tablettes
PHOTOKINA :
DISTRIBUTION :
QUADRICOPTERE
L'image numérique
en effervescence
L'hypermarché
en plein virage ?
La vente cadeau
de fin d'année 2010 ?
Simplement éblouissant
Le nouvel écran Super Amoled 4 pouces du Galaxy S offre
un rendu exceptionnel à toutes vos applications. Sa qualité
d’affichage et sa réactivité assurent une expérience
unique des applications disponibles sur Android Market™.
Il y en a des milliers à découvrir ou redécouvrir sur votre
Samsung Galaxy S.
www.samsungmobile.fr
© 2010 - Samsung Electronics France, SAS au capital de 27 000 000 € - RCS Bobigny B 334 367 497 - 270 avenue du Président Wilson 93458 La Plaine Saint Denis Cedex
Images d’écran simulées. © Google, le logo Google, Google Maps, Gmail, YouTube, Google Talk, Android et Android Market sont des marques commerciales de Google, Inc.
Applications téléchargeables sur Android Market™. Coûts de connexion et de téléchargement selon opérateur. * avec Google.
1008045_DVSM_GALAXY-S_V4_210x297.indd 1
27/09/10 14:58
S
O M M A I R E
6 DVSM INFOS
Hypers, produits, personnalités, tendances, tous
à la Une
18 THOMSON SAIT RECEVOIR
LA NOUVELLE IMAGE
Strong dévoile sa panoplie de récepteurs et
adaptateurs à la marque Thomson
48 EN DIRECT DE LA PHOTOKINA
20 JOUONS LE JEU À LA FRANÇAISE
La photo numérique n’en finit plus de multiplier
ses atouts attractifs
L’une des patries du 7 art se fait forte sur le jeu
e
58
24 WATTS TOUT DOUX
RENCONTRE : BENOÎT DEDIEULEVEULT,
NIKON FRANCE
Les efforts demandés pour réduire les orgies de
kilowattheures
Lumières et perspectives sur une progression bien
conduite
60 RENCONTRE : DOMINIQUE ASTIER,
HP FRANCE
Un des leaders du créneau des PC évoque ses
recettes pour animer le marché
SPÉCIAL HI-FI
ET HOME CINÉMA HIGH END
62 TOUR DE GAMMES : LOGITECH
Couleurs, formes, fonctions : la marque lance de
nouvelles références qui, à coup sûr, vont séduire
les chalands
29 NOUS EN RÊVONS, QUI LE FERA ?
Les produits de hautes gammes ne sont pas
marginalisés partout
64 ELECTRONIQUES EMBARQUÉES À
31 PLAISIRS PHYSIOLOGIQUES
L’HEURE D’UN PETIT MONDIAL
L’aftermarket retrouve plus de légitimité que
jamais : dommage de ne pas les avoir montrés
au Mondial de l’Automobile
À TOUS LES RAYONS
Les sensations bien perçues restent excellentes
pour le CA
68
34 LA 3D MARCHE À PIEDS !
SURCOUF À LILLE : ARCHITECTURE
MONUMENTALE
En visite dans nouvelle implantation de l’ex-foire
de l’informatique
Vendre la 3D sans les pieds est une méthode qui
ne tient pas debout
36 CRÉEZ VOTRE FOIRE DU DRONE !
70 UNE HISTOIRE DE VEDETTE
L’AR Drone Parrot ne demande qu’à sortir :
profitons-en !
Quand le son d’un V8 ressemble à une rengaine
cruelle et idiote
DVSM, Distribution, Ventes & Services Magazine N° 91.
Parution du 7 octobre 2010.
Prix du numéro : 8,90 euros.
Abonnements : un an (10 numéros) : 89 euros
Deux ans (20 numéros) : 178 euros.
RÉDACTION, PUBLICITÉ, ADMINISTRATION, ABONNEMENTS :
BP 50119 - 93271 Sevran Cedex. Tél. : 01 43 83 41 24
Fax : 01 43 83 26 33 - Email : [email protected]
RÉDACTEUR EN CHEF : Yves Dupré.
ASSISTANTE : Véronique Duhamel.
PRINCIPAUX COLLABORATEURS : Geneviève Beauvarlet, Maria Geyer,
André Jull, Jérôme Larpège.
DIRECTEUR ARTISTIQUE, 1 RÉDACTEUR GRAPHISTE : Max Pagis.
COORDINATION : Armelle Couvaire.
DOSSIER IFA 2010
38 UN FUTUR
PEUT EN CACHER UN AUTRE
Vu à l’IFA : des équipements à vendre dans
quelques années
ER
42 BOULIMIES BERLINOISES
PUBLICITÉ : au support. Imprimé en France. Dépôt légal : à date de
parution. ISNN, 1626-7702.
Promenade au gré des stands, des tendances
et des nouveautés de l’IFA
* DVSM, Distribution, Ventes & Services Magazine est une publication éditée
par Retail Dynamik France* SARL. 73-75, rue de la Plaine. 75020 - Paris.
GÉRANT, DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : B. Sailliard.
Reproduction, même partielle, interdite. Tous droits réservés pour tous pays * Marques déposées.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
3
E
D I T O
Q
UI veut la fin veut les moyens.
Oserait-on contester la pertinence de cette maxime connue ?
Mais que pourtant, des pans entiers de la
distribution semblent de plus en plus ignorer. Paradoxe, car il suffit d’engager la
conversation avec n’importe quel acteur du
terrain pour que celui-ci, inéluctablement,
en arrive à évoquer un marché difficile et
un manque de profitabilité. Et d’accuser
Internet, les fournisseurs, le discounteur
d’en face... Et si chacun regardait un peu
plus ce qui se passe dans ses propres points
de vente ? Voici à ce sujet deux anecdotes
simples et un constat. La première se passe
en France, dans l’établissement d’un agitateur célèbre. La PLV du drone de Parrot y
a été placée cahin-caha, à l’entrée du magasin, à peine droite, ceci n’étant pas le problème. Mais après une méticuleuse recherche dans les rayons, point de trace de
ce quadricoptère. En revanche, un petit
panneau indique qu’il est au rayon téléphonie. Pourquoi pas ? Ne se pilote-t-il pas au
moyen d’une application iPhone ? Mais au rayon indiqué, pas de trace de l’aéronef. Il faut donc interroger l’un des deux vendeurs dont le regard est plongé sur son écran. « Bonjour... » « Bonjour ! » « Qu’est-ce qu’il vous fallait ? » interroge-t-il dans
le plus pure style maison, c’est-à-dire sans adresser le moindre regard à son interlocuteur, mais non sans lui faire sentir qu’il
dérange un peu. Et voilà que ce chaland ne manque pas de culot : «où sont les drones Parrot ?» interroge-t-il... « Dans le stock ».
« Ah... Et est-ce que je pourrais en voir un, et avoir une démonstration ? » Visage blême, regard interdit, la réponse ne se fait
guère attendre : « Non, regardez le présentoir là-bas ou essayez de voir des vidéos. Il n’y a pas de démonstration. » Et toc.
Certes, songeront quelques lecteurs supposés professionnels mais n’ayant pas tout compris de leur métier, cet objet
volant est tout de même un produit bien complexe à mettre en démo. Faux ! Seconde anecdote : nous sommes
chez Saturn, en plein centre de Berlin.Au détour d’une allée, au beau milieu d’un rayon, surgit soudain une vision
telle qu’il est légitime de se demander si elle est bien réelle. Une sorte d’engin, dans un souffle étrange, fait ce qui
ressemble fort à un vol stationnaire, là, au milieu des consoles de jeu. L’hypothèse d’une rencontre du troisième
type est vite écartée, car cet objet est en effet très reconnaissable : c’est le Parrot volant, en vrai de vrai. D’ailleurs,
quelques illustrations le confirment dans ce magazine. Quant au troisième type, il n’existe pas. Il n’y en a que deux,
debout côte à côte, un peu plus loin : le premier type, sympa, est visiblement un chaland, un client potentiel. Le
second, souriant, travaille chez Saturn et montre au premier, iPhone à la main, comment télécommander
l’extraordinaire joujou. Oui, la démo est possible, contrairement à ce que sous-entendait le vendeur qui ne s’agitait
guère. On peut (et même on doit) présenter et faire la démo de ce drone. Dans le rayon de l’enseigne d’outreRhin, il y a non seulement le même présentoir statique qu’à la FNAC déconcertante évoquée ci-dessus, mais de
plus, une belle pile de cet article, bien visible en rayon, attend ses futurs acquéreurs.A la première maxime de ce
coup de sang éditorial, il faut en ajouter une autre : « pas vu, pas vendu ».Toutefois, admettons que le quadrimoteur Parrot est un équipement à vendre un peu hors normes. Il n’engage pas, comme la 3D, un enjeu majeur pour
l’ensemble du métier. Et justement, pour cette 3D, nous retombons dans le même constat d’un trop fréquent
manque d’investissement, dans tous les sens du terme, dans notre distribution. Laquelle surévalue parfois largement
YVES DUPRÉ
rédacteur en chef
son talent et son savoir-faire. En effet, au cours du premier semestre, et jusqu’au début du mois de septembre, dans
les dizaines de points de vente du territoire que nous avons visités, bien rares étaient ceux où une démo 3D était
réellement opérationnelle. Lunettes absentes, diffusion de 2D ou de 3D sans lunettes, voire aucune diffusion. D’accord, dans
notre pays, tout ce qui est mis dans un point de vente et n’y est pas solidement attaché s’envole, lunettes incluses. Mais il y
avait chez les fabricants des dispositifs (nous en reparlons aussi dans ce numéro) qui auraient permis d’éviter cet écueil. «On
leur a proposé, ils n’en ont pas voulu» tranche l’un d’eux avec dépit. Refus probablement lié au fait que les dispositifs n’étaient
pas... gratuits. Faute de vouloir mettre les moyens (les fournisseurs n’ont pas à financer tout ce qui sert à vendre les équipements), depuis des années, on dispose mal les vidéo projecteurs, et on en vend peu. On a « viré » la plupart des démonstrations de hi-fi, et le marché est devenu infinitésimal. Et ainsi de suite, la liste des opportunités gaspillées pouvant s’allonger presque
à l’infini. Dans un schéma où, selon un professionnel averti, « 80 % des profits ne peuvent venir que des 20 % de produits les
plus valorisés », qui réussira à démontrer à certains ténors du terrain que la profitabilité ne tombe pas du ciel et qu’il faut tout
de même un minimum de moyens et de travail pour la concrétiser ? 쐍
Distribution,
démission ?
[email protected]
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
5
DVSM-I
N F O S
RE-DISTRIBUTION
Si en France, l'hypermarché changeait, c'est toute la distribution qui se recomposerait.
Et justement, il semble que réellement, l'hypermarché change.
Il fallait bien que cela
spécialistes devenant jour
responsables, donné que
reconquête de cibles bien
gymnastique. Dans cette
arrive un jour. Inventé sur
après jour plus musclés.
peu d’apports positifs.
identifiées, et notamment
évolution, il y a le nouveau
notre sol au confluent des
Dans son amorce
L’heure est venue d’agir
la clientèle féminine. « Nos
concept, Carrefour
années 50 et 60
d’évolution profonde,
sur d’autres leviers. A telle
clients sont avant tout des
Planète (vous avez dit
dans un contexte
visible à Ecully et à
enseigne que dans une
clientes », souligne ce
Planète ? Comme c’est
socio-économique qui
Vénissieux, Carrefour, le
interview accordée à
même intervenant. Voilà
bizarre...), ainsi que les
n’a plus rien à voir avec
véritable inventeur de
notre confrère le Parisien
donc Carrefour au seuil
ambitions et objectifs
ce que nous connaissons
l’hypermarché, apporte
Economie, Guillaume
d’une campagne de
avoués, dont une plus que
aujourd’hui, ce concept
donc des réponses
Vicaire, directeur exécutif
transformation de ses
spectaculaire remontée
sexagénaire qui s’est
pragmatiques à des
des hypermarchés
magasins d’une ampleur
de la marge. Apparaissent
développé en s’adaptant
questions qui restaient en
Carrefour, indiquait
sans précédent. En gros, à
également des choix
aux diverses époques qu’il
suspens. D’autant que,
récemment vouloir
l’automne prochain, les
moins mis en exergue,
traversait commençait à
comme on pouvait s’y
désormais, en plus des
plus vastes auront fait leur
sans pour autant qu’ils
être persécuté de tous
attendre (et comme nous
produits et des prix,
cure de jouvence et d’ici 3
soient dissimulés. Ainsi,
côtés. Sur son créneau
l’avions à plusieurs
« offrir de la magie à sa
ans, les points de vente de
l’enseigne en profite pour
essentiel, l’alimentaire,
reprises pressenti) les
clientèle ». Certes, la
l’enseigne seront
abandonner presque
il voyait des surfaces
offensives répétées sur les
compétitivité n’est pas
pratiquement tous passés
totalement des familles de
produits jugées trop
moyennes lui subtiliser
prix n’ont, de l’aveu
oubliée, mais l’accent est
à la moulinette d’une
une clientèle en partie
implicite de ses
mis sur la conquête ou
réforme menée au pas de
masculines. D’accord pour
motivée par les offres
la masculinité du bricolage
compétitives
qui devrait très largement
des hard-discounters,
s’effacer des rayons. Mais
mais aussi et surtout des
que dire du gros
consommateurs infidèles
électroménager, qui est
cherchant du « plus
pourtant un univers
relax », du moins éloigné,
largement convoité par
du moins gigantesque à
les consommatrices ? Il
parcourir. Une aubaine
semble donc que la
pour des magasins dits de
« vérité vraie » soit plus
proximité qui en profitent,
simple. Habillée avec
se révélant souvent plus
élégance, elle pourrait fort
attentifs à la qualité.
bien s’énoncer de cette
Dans des domaines plus
manière : fini désormais
spécialisés, l’hyper se
de guerroyer sur ce qui
retrouve aussi en
est par trop bataillé, peu
porte-à-faux face à des
profitable, et hors de
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
6
notre cœur de métier. Ce
également menées depuis
qui concerne des lignes de
déjà quelques saisons. Et
produits proposées par
pour les enseignes qui
des grands spécialistes
vendent du numérique,
qu’il n’est plus possible de
des télécoms, du
L'ATTENTE AUX CAISSES :
LA RÉVÉLATION !
contrer avec les armes de
multimédia, il peut aussi y
Combien d’années
l’hyper. Comment une
avoir des répercussions,
et de chariots abandonnés constituaient un handicap
GSA, même de grande
pas forcément négatives.
(et de clients perdus en
aussi négatif que quelques d’autres caisses), on
taille, pourrait-elle faire
Par manque de
cas de répétitivité)
prix pas forcément au top
multiplie les
mieux que de la figuration
combativité ou installés
aura-t-il fallu pour que
du top du moins cher ?
automatismes (caisses
décourageantes
lignes rouges (si la file les
dépasse, il faut ouvrir
face à un Castorama ou un
dans une confortable
certaines enseignes
Mais désormais, c’est un
autonomes,
Leroy-Merlin, des grandes
routine, voire un certain
comprennent que les files
mouvement opposé qui
« scannettes », etc.), et
surfaces de bricolage aux
laxisme, les grands et
d’attentes
s’amorce. On trace des
l’on affiche même
offres ultra-larges ? Ou
petits spécialistes ont
clairement la volonté de
encore, comment tenir un
durant des décennies
plus faire attendre un
rang crédible sur des
laissé une sorte de champ
client au-delà du
produits électroménagers
libre à l’hyper, devenu de
raisonnable. Bref, c’est la
ou techniques face à des
ce fait une sorte d’axe
grande mobilisation, un
magasins Boulanger ou
incontournable autour
réflexe qui s’observe
Saturn dans leurs taille
duquel bien des stratégies
surtout dans les GSA, car
et concept actuels ?
paraissaient verrouillées.
l’univers du bricolage, et
Il reste que le mouvement
Non seulement l’hyper,
certaines GSS ont encore
amorcé par le numéro
par rapport auquel s’était
du pain sur la planche
deux mondial de la
structuré l’ensemble du
dans ce sens.
distribution aura
tissu de notre commerce,
쐍
inéluctablement des
pourrait dans ce domaine
d’engager les initiatives
multimédia des quantités
conséquences, à
laisser filer quelques parts
indispensables, de
d’équipements peu
spécialistes est
commencer dans les
de marché, préférant se
retrouver des clientèles
connus des
probablement en train de
Une fenêtre de tir pour les
propres rangs des
renforcer sur ses
pour lesquelles une
consommateurs les plus
s’ouvrir dans cette
hypermarchés. Il est
spécificités propres. Mais
fonction de découverte,
profanes (et les plus
révolution qui, si elle va à
impensable que les autres
la distribution spécialisée
notamment des produits à
nombreux), lesquels
son terme, pourrait bien
enseignes de grande
qui évolue aussi d’une
moyenne et forte valeur,
n’avaient aucune chance
être la plus importante
distribution alimentaire
manière sensible pourrait
pourrait être mise en
de les découvrir un jour
vécue par le monde du
restent inertes, d’autant
profiter de cette
œuvre. Depuis au moins
dans des hypermarchés
commerce depuis bien
que, comme chacun le
redistribution des rôles (et
deux à presque trois
surtout préoccupés
longtemps. A chacun
sait, des réflexions
des trafics) afin, à moyen
décennies, il existe dans
par leurs promotions
de savoir en profiter.
d’importance y sont
terme, et à condition
l’offre numérique et
saisonnières.
쐍
LES INSTRUMENTS DE TRAFIC À TRAVERS LES ÂGES
L'hypermarché est né dans un contexte de
chaîne supposée hi-fi, les téléviseurs, puis
fin d'après-guerre, où l'accès à bien des pro-
les ordinateurs, entre mille et un objets à
duits de première nécessité au prix le plus
vendre de notre univers, ont drainé des
bas possible justifiait à lui seul un déplace-
armées de clients. La vidéo est passée par le
ment des consommateurs vers ces magasins
même chemin : en quelques jours, la version
d'une conception inédite. Avec les années
cassette VHS du Roi lion fut écoulée à plu-
60, la progression de l'équipement en auto-
sieurs millions d'exemplaires. Le disque n'a
mobile (pratiquement 4 ménages sur 5
pas échappé à cette tornade, la disparition
n'étaient pas motorisés à la fin des années
quasi intégrale des disquaires, encore nom-
50) et le prix du carburant verrouillé par
breux à la fin des années 70, n'est pas étran-
l'Etat, incitant les hypermarchés à user pendant au moins deux
gère à ce phénomène. Mais Internet et la naissance des enseignes en
décennies d'un petit rabais à la pompe pour attirer les conso-auto-
lignes sonne de glas de ces années fastes pour les GSA. Aujourd'hui,
mobilistes, mettant de ce fait en pratique le slogan américain déjà
un consommateur qui veut un prix sur une perceuse électrique, un
bien connu : no car, no business. C'était le premier croisement dan-
téléviseur à écran plat ou un lecteur de Blu-ray ne le cherche plus
gereux entre commerces de centre-ville et périphérique, apparition
dans l'allée pénétrante d'un hyper, mais sur la toile, ou dans les piles
du stationnement payant en prime. Mais dès les années 80,
en cash and carry d'une GSS conquérante. La coque de l'hyper reste
l'électronique tombe à pic pour faire de la promo attractive. La
solide, mais il faut en changer le moteur.
쐍
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
7
DVSM-I
N F O S
Olympus
magnifie ses
enregistreurs
miniatures
plus de dense d’ailleurs
comblés avec ce petit
bout d’électronique
une année sur deux. De
numérique qui enregistre
quoi assurer une pression
jusqu’en 24 bits et 96 KHz.
médiatique forte, à l’aube
A vendre environ 199
de la saison de fin
C’est une ligne de
euros, (disponible depuis
d’année. Ainsi, pour le jeu
produits très connue et
juin) il peut aller jusqu’à 32
vidéo, Gamescom
qui ne cesse de repousser
Go via une carte SD (2 GB)
(Cologne) a attiré près de
toujours plus loin ses
en mémoire interne). Le
260 000 visiteurs, alors que
performances. Le LS5 est
DP 20, avec un écran de
l’IFA (Berlin) enregistrait
grande taille, apporte
234 00 entrées, dont
Il y a des nouveaux
points de vente à visiter sur
Entrée libre !
autonomie et facilité
un nouveau maillon
d’emploi, tandis que les
WS-650S, 750 M et 760 M
de son quadrillage
complètent cette gamme,
de l’Ile-de-France,
très compacts, avec
région où l’enseigne
connecteur USB
possédera ainsi
rétractable.
쐍
7 grandes implantations
(à comparer à une
Salons :
près de 700 000
consommateurs
en un mois
cinquantaine
d’établissements
pour Darty.) A Lille,
probablement une
ce créneau appelait de ses
Hugues Mulliez a inauguré
fraction indéterminable
vœux (Paris Games Week).
le nouveau navire amiral
le top du top de cette
Ne soyons pas jaloux. Mais
pour l’électroménager.
Mais pour les autres
de Surcouf, dans un
gamme. Il vise bien mieux,
quand même... La
Ces deux rendez-vous
familles de produits
bâtiment où l’enseigne
sur le plan acoustique,
distribution d’outre-Rhin a
étant amplifiés en 2010 par
chacun se débrouille...
que le simple rôle de bloc-
bien de la chance. Chaque
la Photokina (150 000
note. Musiciens, presse
période de rentrée est
visiteurs) qui se tient sur
audio et « mordus de
nourrie d’une belle rafale
un rythme biennal. Ces
podcast » devraient être
d’évènements, un peu
expositions
Siglés Philips, mais proposés par Sagemcom, les
petits projecteurs Pico Pix ont une allure « à croquer ». Ce sont cependant de véritable équipements
techniques très aboutis, capables de projeter une
image d’excellente luminosité dans des espaces de
dispose de 4 000 mètres
carrés. Cet immeuble
naturellement d’une
Terrain :
Boulanger
limogé, Saturn
au soleil
couverture médiatique
L’automne apporte
l’enseigne (voir dans
importante, qui constitue
son traditionnel lot
ce numéro notre
incontestablement un
d’ouvertures
reportage). Boulanger
coup de pouce sérieux
de points de vente, une
n’est plus très loin du cap
pour les ventes. Ajoutons
animation du terrain
des 100 points de vente.
que notre voisin bénéficie
qu’amplifie quelques
Le 97ème a ouvert ses
s’accompagnent
PICO PIX :
PROJECTION DE POCHE
쐍
occupé jadis par les
Galeries Lafayette
puis Monoprix abrite aussi
désormais la direction
opérationnelle de
dans l’année d’autres
perspectives à moyen
portes à Limoges, sous la
soutiens du même type,
terme. Comme celle
houlette de Charles
avec par exemple le Cebit
qui concerne
Moulaine, son directeur.
qui, même s’il n’est plus
le centre commercial
Le magasin est implanté
ce qu’il fut jadis, reste
Créteil Soleil (Est parisien)
dans le centre commercial
pour le pays d’Angela un
où Saturn va installer
Family Village.
쐍
moment fort ou encore le
salon Sound and Car, exSinsheim récupéré par
Cologne, dédié à
l’électronique embarquée
taille modérée. Pour le Grand Rex, cela sera peutêtre juste, mais pas pour de nombreuses applications grand public ou professionnelles. Mémoire
interne, bonne autonomie, ces joujoux sont de surcroît bien préparés pour les points de vente avec,
souci extrême, un couvercle de packaging qui est
conçu pour faire de la démonstration.
쐍
et au tuning audio. Certes,
dans l’Hexagone, le Salon
de la Photo de Paris tient
bien son rang désormais,
et cet automne, le jeu
vidéo va enfin profiter de
la manifestation grand
public que l’ensemble de
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
8
왘왘
Écran 117 cm de la série 9000 LED
Il y a des milliers de façons de raconter une histoire.
Il n’y a qu’une seule façon de la vivre,
grâce au meilleur écran LCD européen de l’année!**
Une nouvelle fois, le jury EISA s’est réuni et a délibéré. Et cette année, le prestigieux prix de ‘‘l’écran LCD de
l’année 2010 - 2011’’ a été remis à notre téléviseur 117cm de la série 9000 LED, reconnu comme ayant la meilleure
performance et la meilleure qualité d’image. Nous sommes donc récompensés pour la 10 ème année consécutive. Rendez-vous l’année prochaine ?
www.philips.fr/eisa
** 46PFL9705 – a été élu meilleur écran LCD de l’année 2010-2011 par l’EISA. * Du sens et de la simplicité
DVSM-I
N F O S
A L’HEURE DU MONDIAL
DE L’AUTOMOBILE,
LA MINI COOPER S BEEWI
COLLECTE RECORD POUR ECO-SYSTÈMES
Les Français deviendraient-ils écolos ? C’est à se poser la question en voyant les
derniers chiffres d’Eco-Systèmes. l’Organisme vient en effet de franchir un nou-
Vous en rêviez ?
d’accélération et de
BeeWi l’a fait. La marque a
direction accessibles sur
Electroniques (DEEE) collectées sur le seul mois d’août, soit l’équivalent de 2,5 mil-
en effet prévu de
l’écran tactile. Retrouver
lions de personnes qui ont fait le geste de rapporter un appareil usagé dans un
veau cap en dépassant les 30 000 tonnes de Déchets d’Equipements Electriques et
proposer à vos clients une
les plaisirs de l’enfance n’a
point de collecte (magasin ou déchetterie) afin que celui-
Mini Cooper... version
pas de prix. Pourtant
ci soit dépollué et recyclé. « Ces excellents résultats sont
jouet. Ce premier modèle
BeeWi reste sage et vous
le fruit des partenariats constructifs que nous avons
réduit télécommandé se
suggère de proposer
engagés avec nos différents partenaires de la collecte
pilote à l’aide d’un
cette Mini à un prix client
(magasins, déchèteries, acteurs de l’économie sociale et
smartphone en Bluetooth,
de 59,90 euros. Mini
solidaire). Le basculement progressif des régions à la TNT
soit par le biais des
Cooper BeeWi sera, en
a également contribué à l’augmentation de la collecte
mouvements dudit
première démonstration
des écrans de télévision dernièrement » commente
smartphone et son
mondiale, sur le stand
Christian Brabant, directeur général d’Eco-Systèmes.
accéléromètre, soit grâce
d’Orange lors du Mondial
aux touches
de l’Automobile 2010.
쐍
쐍
également envoyer le
un port USB, utile pour
contenu photo et vidéo
une synchronisation
d’un iPod vers un écran TV
automatique avec iTunes
La nomade
attitude par
Harman
grâce à sa sortie
par exemple.
Harman Kardon annonce
composite. La façade
Il est doté de commandes
un nouveau venu
inclinée du Go Play Micro
tactiles et fourni
dans sa gamme de
lui permet d’accueillir iPod
avec une télécommande
solutions audio portables :
et iPhone, sans oublier
infrarouge.
쐍
le Go Play Micro, une
version compacte du Go
Play 5. Ce Go Play Micro
s’adresse à tous les
mélomanes nomades avec
notamment sa poignée en
acier inoxydable pour une
portabilité optimale.
Fonctionnant avec 8 piles
de type C, il peut diffuser
jusqu’à 22 heures de
musique en continu, mais
ASUS : LE CASQUE ET L'AUTO ÉVOQUÉE
Après Koss et son casque HQ2, c'est au
ne dit pas si les vibrations se déclen-
tour d'Asus d'annoncer le lancement
chent quand un correspondant fâché se
d'un casque audio doté de moteurs de
met à hurler…
vibrations dans ses oreillettes : le
Asus a décidé de présenter son nou-
CineVibe. Comme son nom l'indique, ce
vel EeePC VX6 sur le stand du construc-
dernier propose de faire vibrer son pro-
teur automobile italien Lamborghini au
priétaire lors du visionnage d'une vidéo
Mondial de l’Automobile, de quoi séduire
ou pendant un jeu vidéo. Ce sont les
les amateurs de puissance et de mobilité.
basses qui se chargeront d'activer les
Cette « bombe miniature » est équipée
vibrations, de manière à renforcer
d'un Intel Atom D525 Dual-core à 1,8 Ghz,
l'immersion dans les scènes d'action les
boostée par 2 ou 4 Go de DDR3 selon ver-
plus intenses. Le CineVibe se relie en
sion, et couplée à une carte graphique
USB et ne nécessite pas une quelconque
Nvidia ION2 avec 512 Mo de mémoire
installation de pilotes au préalable. Outre ses oreillettes à moteurs de
GDDR3. Il est livré avec système audio stéréo ICEpower de Banq &
vibrations, il intègre également un micro pour discuter via Skype ou
Olufsen, d'un écran 12,1 pouces LED ultra lumineux d'une résolution de
un autre logiciel de messagerie, un micro également utile pour ceux
1366x768 pixels, d'un double espace de stockage de 250 ou 320Go +
qui s'adonnent aux joies du jeu multijoueur en ligne. Le communiqué
500Go en ligne et d'une webcam 1,3 Mégapixel.
쐍
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
10
DVSM-I
N F O S
CABASSE
MAINTIENT LE CAP
La rentrée et le début
prochain.
d’année 2011 s’annoncent
Lors de sa présentation,
SONY ERICSSON DÉVOILE
SON LIVEVIEW
Sony Ericsson vient d’annoncer la
riches en nouveautés pour
Guy Bourreau (directeur
Cabasse. La marque
général adjoint) a tenu à
entend conforter sa
souligner qu’en dépit
présence sur tous les
d’un contexte difficile,
créneaux avec une offre
Cabasse a réalisé une
forte sur l’enceinte de
croissance de 9% en 2009,
tradition (gamme Artis)
croissance
mais aussi une montée en
essentiellement réalisée
puissance sur les produits
par l’Europe de l’Ouest.
d’intégration (nouvelle
« A fin juin 2010, cette
sortie d’un petit appareil original
nommé LiveView. Ne dépassant
pas 3,5 x 3,5 x 1,1 cm pour 15g, ce
dernier offre un écran OLED de 1,3
de pouce (128 x 128) et se connecte
via Bluetooth à un smartphone
sous Android 2.0 minimum. Il permet notamment d’afficher les SMS,
les tweets, les statuts Facebook, le
numéro des appels entrants et
même de commander le baladeur
Antigua IW, série Archipel,
croissance est de 30 %. Et
par exemple) et in-wall
elle est tirée par tous les
audio du téléphone. Il se clipse
quelque part où se porte au poi-
produits et toutes les
gnet grâce au bracelet type mon-
géographies », a-t-il ajouté
tre livré avec le joujou. Un parfait
avant de préciser qu’en
compagnon pour l’ Xperia X10.
l’espace de 30 mois,
쐍
Cabasse avait sorti
31 nouveaux produits.
« Nous travaillons bien sûr
présentent une solution
la démonstration que
La marque est très
toujours avec les purs
ou un complément pour
les valeurs sûres ont plus
présente sur les marchés
indépendants et les
l’avenir. Cabasse apporte
que jamais leur raison
étrangers et de nouveaux
magasins traditionnels
la démonstration que l’on
d’être. Et Frédéric
pays (Chine, Hong Kong,
hauts de gamme qui
peut faire du produit
Lebreton de conclure :
Oman, Roumanie) sont
permettent des
d’intégration avec un son
« Même quand la période
venus s’ajouter à la liste.
conditions d’écoute
de qualité. Venu
est plus compliquée, le
marché est en attente
Pour sa part, Frédéric
idéales mais nous sommes
d’Amérique du Nord, ce
Lebreton (Directeur
également présents dans
marché de l’intégration
d’innovations et c’est
commercial et marketing)
les grandes chaînes
est déjà bien implanté au
rassurant pour nos clients
se montre résolument
spécialisées ». Le réseau
Royaume-Uni et en
de voir que Cabasse
optimiste. « La marque est
est actuellement
Belgique, la France ne
continue de développer
présente dans tous les
en pleine évolution
devrait donc pas tarder à
un discours dynamique et
circuits de distribution et
constate-t-il et s’intéresse
leur emboîter le pas. Dans
de proposer des produits
s’adresse à tous les types
désormais aux marchés de
un contexte de crise
novateurs à tous les
de clientèles, » dit-il.
l’intégration qui
économique, Cabasse fait
niveaux de la gamme ».
쐍
AIDES PUBLIQUES POUR LE TOUT NUMÉRIQUE
Fransat le rappelle : le passage au tout numérique
concerne toute la population française, et comme les
professionnels le savent, une proportion d’au moins 5 %
des foyers ne parviendra pas à capter la TNT via le
sans oublier bien sûr
réseau hertzien. Mauvaise pioche pour des ménages
le haut de gamme avec
qui en outre sont dans une situation économique ne
un modèle étonnant
leur permettant pas de financer l’équipement satellite
conçu et mis au point au
nécessaire.
sein du Cabasse Acoustic
Fransat indique donc aussi que des aides, qui peuvent
Center, à Plouzané
aller jusqu’à 250 euros, sont accessibles, notamment
(Finistère). Une enceinte
dans les zones blanches (sans réception), et qu’elles
de prestige dont nous ne
peuvent couvrir une installation complète, avec déco-
pouvons pas encore parler
deur, parabole et frais d’installation. A ne pas oublier,
(pour des raisons
les mois de mars (Ile-de-France) et novembre (fin de la
d’embargo) mais qui fera
migration) arriveront vite !
쐍
son apparition, en janvier
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
12
AVEC ASTRA, VOTRE CLIENT
EST TOUT DE SUITE BIEN ORIENTÉ !
VOS CLIENTS SATISFAITS...
VOTRE CHIFFRE DÉVELOPPÉ…
✚ DE CHAÎNES GRATUITES
✚ DE PRODUITS À VENDRE
● TNTSAT, toute la TNT gratuite,
dont la HD et toute l’offre en clair
avec plus de 40 modèles de terminaux TNTSAT :
SD, HD, avec PVR, CANAL READY
✚ DE LIBERTÉ POUR S’ABONNER
✚ D’INSTALLATIONS
● Sans changer de parabole ni d’orientation
● Sans changer de terminal pour vos clients équipés
TNTSAT CANAL READY
à forte valeur ajoutée pour équiper tous les postes de la maison
✚ DE COMMISSIONS
✚ D’INNOVATIONS
avec les ventes d’abonnements LES CHAINES CANAL+,
CANALSAT et INITIAL
● La meilleure qualité de diffusion
● Le + large choix de chaînes HD
● Et déjà la TV 3D
✚ D’AIDE À LA VENTE
avec toujours plus d’outils mis à votre disposition
gratuitement sur www.astrapro.fr
✚ DE 5 MILLIONS DE FOYERS EN FRANCE
ONT UNE PARABOLE SUR ASTRA
DVSM-I
N F O S
point même que s’il en a
nouveauté : une nouvelle
station d’accueil
iPod/iPhone, la RDP-X50iP,
BANQUE MAGNÉTIQUE A MIS
SON NOUVEAU SITE EN LIGNE
l’examinateur (les
dotée notamment d’un
design sobre et d’une
habitués des dépôts de
puissance de 40 W. Ce
marques ont déjà
dock pourra accueillir iPod
compris) la frapper de
et iPhone, et diffuser la
nullité, puisque une
playlist musicale à travers
marque ne peut pas être
deux enceintes de 2 x 20W
descriptive de ce qu’elle
RMS. La station d’écoute
désigne. Reste que ce
se chargera bien sûr de
procédé permet de
recharger les appareils
réaliser des photographies
d’y relier un autre type de
La légendaire griffe Sony
lecteur MP3.
AUX permettra également
쐍
Le distributeur du Nord-Est parisien innove. Comme
de nombreux fournisseurs, il a bien sûr depuis des
années une adresse en ligne très efficace. Il vient
d'en mettre en service une version toute neuve qui
profite d’un boîtier
WII Party :
Nouveau trailer
ultrafin en aluminium avec
Nintendo a concocté un
nouvel arrivant, le S750. Il
en relief, tout
reliés au dock, et une prise
L'homme qui
marche de Sony
Walkman s’enrichit d’un
fait une marque déposée,
il peut craindre de voir
non seulement remplit son rôle classique, mais de
nouveau trailer de Wii
d’épaisseur. Au niveau
Party, histoire de rappeler
sonore, Sony met une fois
que ce party-game fera
pour la communication
dans les points de vente.
(On vous en dit davantage
sur www.dvsm.fr).
쐍
plus, se fait informative. Il traite au jour le jour
l’actualité des marques (une bonne quarantaine)
dont il assure la diffusion auprès de la distribution.
seulement 7,2 mm
particulièrement adaptées
쐍
Le numérique peut
rendre riche, la
distribution aussi
différents, 13 modes de
Ilford reste un
pionnier !
C’est sans doute ce que se
de plus les gros moyens
en proposant la technique
jeu comme les parties de
Avec une image peut-être
des co-fondateurs de
baptisée Noise Cancelling,
Tic-tac-boum ou celles du
classique, si ce n’est rétro,
Facebook. Selon le
qui permet de supprimer
cache-cache qui obligera
liée à sa façon unique
magazine Forbes, qui
98 % du bruit ambiant, les
le compétiteur à fouiller
d’entretenir la flamme
dresse la liste des
procédés Clear Audio,
les placards et inspecter
autour de la photo en noir
Américains les plus
fortunés, celui-ci aurait en
programme 80 mini-jeux
dit Mark Zuckerberg, l’un
Clear Bass et Clear Stéréo,
sous les canapés pour
et blanc (avec beaucoup
ainsi que le moteur DSEE
dénicher les
de talent), Ilford pourrait
un an multiplié par trois
qui rétablit les hautes
télécommandes Wii
aussi se voir propulsé à
ses avoirs, culminant à
fréquences supprimées
cachées dans
l’avant-garde des
« 6,9 Giga dollars » ! Rien à
lors la compression des
l’appartement. On
techniques modernes.
voir avec les exploits
fichiers musicaux. L’écran
son apparition dans les
précisera également que
Cette firme vient en effet
du Livret A. Reste que ce
LCD net et lumineux 2
bacs le 8 octobre
le soft sera disponible
de lancer un produit
nouvel entrant est encore
pouces (5,1 cm) offre une
prochain, ce qui sera donc
dans un bundle qui
baptisé « Ilfovinyl 3D
un «petit bras», à côté de
belle qualité d’affichage
peut-être déjà fait quand
intègrera une Wiimote
Photo System ». Un peu
Bill Gates, qui a réussi à
des vidéos. Autre
vous lirez ces lignes. Au
blanche.
long, mais explicite, au
légèrement optimiser la
쐍
partie la plus haute de sa
HALO SUR XBOX ? UNE BOMBE COMMERCIALE !
tirelire, à 54 de ces mêmes
Giga$ (ou milliards de
Tenez-vous bien, la franchise « Halo » entre une fois de
dollars). Il est le premier
plus dans l’histoire. Microsoft a annoncé que « Halo :
de ce classement, dans
Reach » avait déjà généré plus de 200 millions de dol-
lequel Steve Jobs n’est
lars de ventes aux Etats-Unis et en Europe seulement
que 42e (6,1 milliards).
vingt-quatre heures après sa sortie. Des dizaines de
La distribution peut aussi
milliers de magasins dans le monde ont pris part à des
bien nourrir le capital de
évènements de lancement pour célébrer l’arrivée de
ses animateurs : Christy
ce nouvel opus de la saga… Halo, c'est la licence de
Walton (Walmart) apparaît
tous les superlatifs. Le plus gros objectif de vente, le
au 4e rang de nos cousins
plus gros investissement marketing... Halo 3, sorti en
d’Amérique étant le moins
2007, s'est écoulé à 11 millions d'exemplaires dans le
dans le besoin, 24 milliards
monde (dont 310.000 en France). Pour Halo 4, compte
de billets verts. Walmart
tenu des moyens mis en œuvre pour la promotion,
est le numéro 1 mondial
Microsoft vise très certainement plus haut…
쐍
de la distribution, devant
Carrefour.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
14
쐍
왘왘
DVSM-I
N F O S
en plus facilement
souhaite à n’importe quel
SONY LX900, LE TÉLÉVISEUR
QUI SURVEILLE LES ENFANTS !
contenu, via la VOD, la TV
Les baby-sitters ont du souci à se faire avec l’arrivée
accéder quand il le
de rattrapage ou les
du nouveau téléviseur Sony LX900. En effet, cet écran
ressources en ligne, le
embarque un capteur de présence intelligent qui,
destin des œuvres
grâce à une petite caméra intégrée, détecte le visage
transcrites sur des
des enfants. Si les bambins sont trop près de l’écran,
supports physiques
l’image se coupe et affiche un message d’alerte. En
devient bien compliqué.
plus de surveiller les marmots, le téléviseur Sony
Le service Zune
s'étend
à tous les écrans
Zune (Zune Marketplace),
d’abonnement musical
sensiblement chuter les
En règle générale,
Zune Pass permet
parts de marché de ce
Microsoft ne fait jamais les
d’accéder au catalogue
leader devenu fragile, et
choses à moitié. L’annonce
musical Zune.
C’est d’ailleurs la forte
le site en ligne Zune.net
activité en ligne de ses
tandis que le service
concurrents qui a fait
쐍
entraîné des pertes
conséquentes. Une
faite par le constructeur le
Location vidéo :
les temps difficiles
et déjà mise en œuvre,
Zune, le service de vidéo et
Le géant américain de la
avec examen au cas par
de musique de Microsoft
location vidéo
cas de chaque
fonctionnant depuis un PC
Blockbuster, qui ne
établissement. Pour une
sous Windows ou sous
compte pas moins de
poursuite de l’activité
Windows Phone 7. Bien
3 400 implantations aux
dont on peut se
sûr, ce service sera
USA, s’est placé sous le
demander si elle est
accessible sur une console
régime des chapitre 11,
encore pertinente.
Xbox 360 et naturellement
qui correspond à notre
sur Xbox Live....En clair, sur
procédure de mise en
quasiment tous les écrans
cessation des paiements.
Terratec :
la clé de la TNT HD
en possession de vos
A l’heure où la vidéo se
Terratec va permettre aux
clients. La plate-forme
télécharge à qui
possesseurs de netbooks,
Zune comprend le logiciel
mieux-mieux et ou tout
de PC portables ou de
leur ordinateur en un
quarantaine de ses
gratuit Zune, le Marché
consommateur va de plus
bureau, de transformer
écran de télévision
boutiques seront dotées
confirme. Puisque cet
automne en France sortira
restructuration est d’ores
쐍
SUR LA ROUTE AVEC LA PS3
Du 17 septembre au 11 décembre 2010, le PlayStation Move et GT5 vont sillonner
les plus grandes villes de France et s’arrêteront dans les centres ville, les centres
commerciaux et au sein de grands complexes cinématographiques. Cette tournée s’arrêtera successivement à Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier,
Marseille, Nice, Lyon, Metz, Lille, et Nancy. Près de 150 000 personnes pourront
ainsi venir expérimenter les nouvelles sensations qu’offrent le PlayStation Move
et Gran Turismo 5 sur PS3. Le PlayStation Move et GT5 sortent respectivement le
15 septembre et le 3 novembre prochain, ce qui, grâce au PlayStation Expérience
Tour donne une occasion unique au public de les tester en priorité.
쐍
LX900 a bien d’autres atouts pour plaire aux parents,
comme son capteur de présence optimise le son et
l’image en fonction de la position des téléspectateurs (par rapport à l'écran, bien sûr). L’image s’éteint
lorsque le téléviseur ne détecte plus personne dans
l'assistance, ce qui permet de réelles économies
d’énergie (associé à un écran LED moins gourmand
en énergie). L’écran est aussi 3D et permet de profiter
des films et programmes diffusés en relief.
쐍
compatible avec la TNT HD.
d’écrans 3D Panasonic.
En effet, la Terratec T1 est
Rappelons que
une micro clé USB dotée
Numéricable a d’ores et
d’une antenne
déjà lancé une première
télescopique qui permet
chaîne pilote en haute
de capter les chaînes de la
définition et en relief.
TNT en haute définition.
Inscrit dans la 3D Alliance
Les logiciels fournis sont
depuis le printemps,
compatibles PC/Mac et la
télécommande permet de
piloter à distance son
micro décodeur TNT.
Numéricable
monte en puissance
dans la 3D
Le « câblo-opérateur »,
qu’il faudrait peut-être
appeler « fibro-opérateur »,
public l’occasion de
compte bien promouvoir
découvrir la 3D à travers
d’une manière vigoureuse.
des programmes, et pas
D’ici la fin du mois
seulement des images de
d’octobre, une
démonstration.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
16
l’opérateur donne ainsi au
investit sur la 3D qu’il
쐍
CLÉ USB TROMBONE
Conçue par le studio
À chaque instant,
le jour, la nuit, la semaine,
le week-end,
des informations importantes
tombent sur
le design présenté
allemand Emamidesign,
lors du concours, mais
l’USB Clip de Verbatim
propose deux capacités
figurait parmi les lauréats
de stockage en 2 Go
du concours Red Dot
et 4 Go là où le prototype
Design Awards 2010 où le
initial n’en proposait
concept d’une clé USB
qu’une seule de 2 Go.
pouvant également servir
Les 7 coloris proposés
de trombone pour les
devraient séduire les
documents avait eu
amateurs de clés
son petit succès.
originales et d’objets
Verbatim a conservé
à usages multiples.
쐍
Netgear
et Panasonic pour
une meilleure
connexion sur
réseau sans fil
Entrée libre !
Netgear annonçait que
Panasonic l’a retenu
comme seul partenaire
permettront aux
réseau en tierce partie
consommateurs d’accéder
Internity :
pour la toile
supportant sa gamme de
et de diffuser des
téléviseurs Viera. Le
contenus provenant
C’est une première
premier produit Netgear
directement d’Internet
(sans mauvais clin d’œil) :
concerné par ce
sur leur téléviseur,
une enseigne lance
partenariat est la clé USB
transformant ainsi leur
un magazine
sans fil « Dual Band » N600
expérience et leur confort
dédié au 7e Art. Il est
WNDA3100. Ensemble, le
d’utilisation. « La clé
intitulé Clin d’œil Cinéma,
fabricant et Panasonic
WNDA3100 de NETGEAR
et il va être diffusé
délivre les débits et la
à 120 000 exemplaires
stabilité de signal
dans les 160 boutiques
nécessaires pour la
Internity. Il traite de
LIGNES BLEUES
ET LIGNES DE CAISSES
diffusion de vidéos en
l’actualité d’un domaine
‘streaming’. Ceci, combiné
dont sont friands une
avec la position de leader
grande proportion des
et l’avance technologique
clients des magasins de
de Panasonic sur le
cette enseigne, qui
marché de la télévision
propose de la téléphonie,
haute définition, permet
de l’audio-vidéo, du
au consommateur de
multimédia... Une belle
bénéficier du meilleur
initiative, qui sort des
vécu d’utilisateur possible. »
sentiers battus, et est bien
a souligné Frédéric
dans l’esprit de cette
Dubois, Country Manager
enseigne du groupe
de NETGEAR France.
Avenir Telecom.
En marge de ce que nous évoquons dans cette rubrique, mentionnons que
Carrefour vient d’officialiser la création de sa ligne bleue, ligne tracée au sol, qui se
trouve à deux ou trois « clients qui attendent » du point de passage. Quand le
nombre de consommateurs en train de patienter augmente, la file d’attente
dépasse la ligne bleue, ce qui déclenche une alarme. Des caisses supplémentaires
sont alors ouvertes. Il en aura fallu des années et des chariots abandonnés pour
comprendre que cette attente faisait sans doute perdre plus que quelques centimes d’écart sur le kilo de bananes. De l’aveu de l’enseigne, un sur trois de ses
clients reconnaît avoir renoncé à ses achats face à une file d’attente trop longue.
쐍
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
17
쐍
쐍
F
I R M E S
Thomson sait recevoir
Sous le logo Thomson, une panoplie de
récepteurs TNT et satellite entre en scène.
Explications.
d’aujourd’hui se situe dans la télévision
numérique, en haute définition, transmise par voie céleste ou terrestre. C’est
pour cette fonction que le groupe
Strong a conçu toute une panoplie de
récepteurs, une petite dizaine en tout,
capables de couvrir toutes les fonctions
Khaled Debs, PdG du groupe Strong, lève le voile
attendues dans cet univers. Point comsur une gamme de récepteurs numérique.
mun, ils ont tous fait l’objet d’un travail
La marque Thomson est toujours très
de design superbe.
présente dans les esprits des consomCes équipements peuvent côtoyer les
mateurs. Après quelques épisodes brouiltéléviseurs des plus racés du marché
Manuèle Wahl, vice-présidente en charge des
lons, qui ont parfois laissé des amersans avoir à rougir de leur allure, ce qui
licences de marque pour le groupe Technicolor,
tumes chez certains professionnels, rappelle les soucis de qualité omniprésents dans n’est pas toujours le cas pour des équiles accords de licences concédés pour
l’ex-firme Thomson, devenue Technicolor
pements souvent considérés comme des
l’exploitation de la marque Thomson.
SA - suite au rachat de cette société
accessoires. Dans la gamme terrestre, le
dont le nom s’identifie au cinéma en cision. Les 120 ans correspondent à TTR 100 constitue le premier échelon. Il
couleur -, s’est recentrée sur les équipe- l’ouverture en 1890, au 7 de la rue de autorise l’enregistrement et la lecture de
ments institutionnels et professionnels. Louvre à Paris,d’un « bureau d’affaires » de nombreux types de fichiers (via l’USB).
Mais elle gère toujours la marque la société américaine Thomson-Houston Le TTR 110 est du même esprit, mais à
Thomson, pour laquelle elle s’applique Electric Co., (du nom de Elihu Thomson double tuner. Avec le TTR 300 mhp, la
à trouver des licenciés
panoplie s’ouvre aux sercapables de l’exploiter sur
vices interactifs, tandis que
différentes familles de prole TTR 500 capte la haute
duits d’une manière fiable,
définition. Cinq modèles
durable et qualitative.
composent la famille « saC’est de cette manière que
tellite ».
nous voyons cet automLe TSR 200 est ouvert sur
ne, conformément à ce
le « Free-to-air », le TSR
que nous avions annoncé
400 étant un TNTSat,
dans quelques brèves de
compatible Canal Ready.
l’été, toute une gamme de
Le TSR 600 CI+ est HD, et
récepteurs pour la télévifonctionne tant en « Freesion transmise par satelto-air » qu’en TV payante,
lite, et la TNT, ornée du
incluant un slot pour les
célèbre logo, et proposée
cartes CI+. Quant aux TSR
par le groupe Strong. Un
800 et 806, tous les deux
lever de voile officiel a mêHD, ils traitent respectiveSi les adaptateurs (ou récepteurs) ont reçu un design élégant, leur
me été organisé à Paris, en
ment la réception de
packaging n’a pas davantage été négligé.
présence d’acteurs assoTNTSat et du HD+.
ciés à cette initiative, venus de toute et Edwin J. Houston, ses fondateurs), Une belle gamme, ornée d’une marque à
l’Europe et même de ses horizons les avant que ne soit créée en 1893 la filiale forte notoriété, toujours génératrice de
plus à l’Est, telle la Russie et autres pays française de cette entreprise entière- confiance, qui couvre l’ensemble des
continentaux. « Depuis 120 ans, la marque ment tournée vers l’électricité, la grande attentes du public dans ce domaine :
d’origine française » indiquait dans sa pré- innovation de cette fin de siècle.
voilà une offre qui devrait recueillir larsentation Khaled Debs, PdG du groupe Nous sommes loin de cette époque que gement les suffrages des responsables de
Strong, avec un petit soupçon d’impré- l’on disait belle. La grande innovation rayon. 쐍
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
18
Revus DVSM- A4:Revue DVSM_SDLP10_ A4 19/05/10 08:44 Page1
Bon Angle
Le Salon de la Photo vu par François Darmigny
SE RENCONTRER,
S’INFORMER, S’ÉQUIPER.
DU 4 AU 8
NOVEMBRE
2010
Paris - Porte de Versailles
www.lesalondelaphoto.com
Vous êtes professionnel des métiers de la photo et de l’image :
POUR RECEVOIR VOTRE BADGE GRATUIT DE VISITEUR PROFESSIONNEL
ENREGISTREZ-VOUS SUR www.InvitationPhoto.com EN ENTRANT LE CODE : DVSM
Salon de la Photo • Pavillon 4 • Paris Porte de Versailles
Du 4 au 8 novembre 2010 • Horaires : 10h - 19h (18h le 8 novembre)
JEUX VIDÉOS
LOISIRS INTERACTIFS
Frédéric Mitterrand, ministre
de la Culture, a cette année
confirmé les intentions des
pouvoirs publics d’accorder
au jeu en France l’importance
que ce secteur de création
culturelle, au même titre que
le cinéma, revêt aux yeux de
notre pays.
Le jeu vidéo
made in France
ANS un secteur en permanente mutation,
avec la 3D, le jeu en
temps réel, une expérience
vidéo-ludique de plus en plus immersive et le « serious gaming »
qui enfin fait valoir toute sa
valeur, il est indispensable de
posséder une longueur d’avance
et de s’adapter aux évolutions
du marché. Cela tombe plutôt
bien, car la France est riche de
titres qui ont fait sa réputation,
comme Alone in the Dark, LBA,
ou encore Trackmania. Elle n’en
est donc pas moins compétitive
au regard des innovations actuelles. La déclinaison vidéoludique du succès planétaire
« Avatar » n’a pas été développée par Ubisoft par hasard...
D
La France a le goût du jeu et l’a
récemment fait savoir par
l’intermédiaire de son ministre
de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand.
Ce dernier a présenté un « plan
d’action dédié » au secteur du
jeu vidéo. Il prévoit un abaissement du budget minimum (qui
s’élève à 150 000 euros pour le
moment) pour que les projets
soient éligibles au crédit d’impôt ainsi qu’une réflexion sur la
question des droits d’auteur
afin de définir plus justement la
rémunération des créateurs.
Notre nation aime tant le jeu,
qu’en avril dernier, ce secteur est
officiellement entré au patrimoine français. Le premier Musée du Jeux Vidéo a en effet
ouvert ses portes au sommet de
la grande Arche de la Défense.
Le musée s’est fixé pour objectif de « démocratiser et promouvoir la culture vidéoludique
auprès du grand public. »...
La France, pays
de la qualité de la vie
aime le jeu vidéo
D’accord, il connaît depuis quelques soucis d’hébergement, du
fait d’une réorientation de
l’affectation des espaces du
haut de cette grande arche.
Mais espérons que ce ne sera
qu’un mauvais moment à passer pour cette heureuse initiative. C’est donc fort de ces
constats et nouvelles mesures
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
20
Le jeu vidéo
français fait
référence, il
s’affirme par sa
différence via une
véritable
compétence
reconnue à
l’international. Et
l’Hexagone peut
être fier de figurer
comme l’un des
marchés les plus
dynamiques en
Europe sur ce
créneau…
ainsi que du nombre toujours
croissant de « gamers » que la
France souhaite attirer des
investisseurs étrangers. Le marché français des loisirs interactifs offre en ce sens de bonnes
garanties puisqu’il a atteint en
2010 un chiffre d’affaires de 3,6
milliards d’euros selon le rapport du cabinet de conseil aux
studios de développement de
jeu vidéo Newzoo.
Et les perspectives sont tout
aussi enjouées, puisque GfK
prévoit une croissance de 25 %
d’ici 2014. De quoi faire de la
France le premier marché européen du jeu vidéo, devant l’Allemagne. Les éditeurs étrangers
ne s’y trompent. Bon nombre
d’entre eux ont privilégié
왘왘
eu.playstation.com
gran-turismo.com
“2”, “PlayStation”, “PS3” and “ ” are trademarks or registered trademarks of Sony Computer Entertainment Inc. “
” is a
trademark of the same company. “Ô” is a registered trademark of Sony Corporation. “Blu-ray Disc” and “BD” are trademarks.
All rights reserved.
Gran Turismo 5 ©2010 Sony Computer Entertainment Inc. Published by Sony Computer Entertainment Europe. Developed
by Polyphony Digital Inc. “Polyphony Digital” logo, Gran Turismo and GT are registered trademarks of Sony Computer
Entertainment Inc. Manufacturers, cars, names, brands and associated imagery featured in this game
in some cases include trademarks and/or copyrighted materials of their respective owners.
Any depiction or recreation of real world locations, entities, businesses,
or organizations is not intended to be or imply any sponsorship
or endorsement of this game by such party or parties.
All rights reserved.
SONY_PS PAGE GT5 PRESSE_210x297mm.indd 1
30/09/10 11:18:28
les sociétés de développement
de jeux vidéo) travaillent en
collaboration avec des éditeurs
en 2009. Par ailleurs, 37,5 % des
sociétés affirment activer des partenariats avec l’étranger pour
l’édition ou le développement
de leurs jeux vidéo.
Sans grande surprise, le territoire national demeure un marché privilégié pour la commercialisation des productions
françaises pour une grande majorité d’entreprises (83,3 % en
2009, 75 % en 2008). Mais les
Etats-Unis (54,2 % des entreprises en 2009), la GrandeBretagne (53,1 %) et l’Allemagne
(48,9 %) apparaissent également comme des marchés intéressants pour les sociétés françaises du jeu vidéo. Le Canada
est cité comme un débouché
important par 29,2 % des
entreprises en 2009. A noter
que le Japon, la Corée du Sud
et la Chine sont cités moins
souvent, même si 2009 fait apparaître une plus grande importance de ces marchés.
Fabriquer un jeu vidéo, c’est
avant tout être capable d’inventer une histoire et une interactivité capables de faire réagir
PARIS GAMES WEEK À L'HORIZON
Dernières semaines avant le premier grand rendez-vous que les
adhérents du SELL ont donné à
tous les passionnés de jeu vidéo à
la Porte de Versailles, salon qui
devrait dépasser 100 000 entrées.
Si ce score est atteint, il deviendra
dès sa naissance le salon le plus
important du territoire touchant au
domaine des techniques et des loisirs numériques. 쐍
l’Hexagone comme plate-forme
de distribution pour le marché
européen (Electronic Arts, Codemasters, Konami France,
Namco Bandai, Gravity...).
Les entreprises
françaises : reflet du
marché vidéoludique
Une récente enquête du SNJV
et du CNC met en évidence
que les entreprises françaises
du jeu vidéo ont su s’adapter à
la mondialisation ainsi qu’aux
nouvelles tendances. En 2009,
36 des 96 entreprises déclarant
travailler sur le segment du jeu
en ligne pour PC, soit 37,5 %
d’entre elles. Ce pourcentage
est en progression par rapport
à 2008 (26 %) et apparaît inférieur à celui prévu pour 2010
(41,7 %). Le marché des jeux en
ligne pour consoles semble également en plein essor : 9 entreprises œuvraient sur ce créneau en 2008 comme en 2009
(9,4 %), mais ce nombre passe à
20 (20,8 %) selon les objectifs
des entreprises pour 2010.
L’évolution la plus spectaculaire
concerne le marché des jeux
vidéo pour téléphones mobiles,
« smartphones » et notamment
pour Iphone. 10 entreprises
travaillaient sur ce marché en
2008 (10,4 %), elles sont 24 en
2009 (25,0 %) et prévoient
d’être 39 en 2010 (40,6 %).
De manière plus détaillée, certaines plates-formes apparaissent en fort développement au
regard du nombre d’entreprises
qui occupent le marché. Le segment du « offline » pour la
Xbox360, comme celui de la
PS3, concerne une vingtaine
d’entreprises en 2010 (respectivement 18,8 % et 21,9 %),
contre 14 en 2009 (14,6 %) et
une dizaine en 2008 (respectivement 10,4 % et 9,4 %). En
revanche, si le marché « offline »
pour la console de salon Wii
mobilise plus d’un quart des
entreprises en 2009 (26 %), ce
nombre est en recul en 2010
(20,8 %), traduisant le ralentissement d’activité de ce segment.
55,2 % des entreprises (parmi
des publics très variés situés
aux quatre coins de la planète.
De plus en plus de jeux sont
pensés pour les marchés mondialisés, à l’instar des films américains. Les jeux vidéos français
constituent l’une des branches
des grands échanges culturels
en cours et à venir. Notre pays
possède des pôles de compétences variés et une expérience
tout aussi importante dans le
jeu vidéo, gage de pérennité et
essor pour le secteur Français.
Il est vrai que l’on ne pense pas
forcément à tout cela quand on
vend, dans un rayon, des loisirs
interactifs au quotidien. En
outre, il faut aussi constater que
la fibre nationale semble moins
toucher la sensibilité de nos
concitoyens que lorsque sont
évoquées d’autres industries
telles que l’automobile, le textile ou... l’électronique. C’est
sans doute cette curieuse vision
quelque peu autruchienne qui a
conduit ce jeu bien de chez
nous à voir tant d’années s’écouler avant que l’on commence quelque peu à se préoccuper, en hauts lieux, de son
importance. 쐍
M.G
QUINZE BOUGIES
POUR UNE LIGNE HISTORIQUE
« Notre challenge est de faire muter la PlayStation d’une
marque de jeux vidéo à une marque de divertissement numérique qui associe jeux, musique et cinéma » soutient Georges
Fornay, Senior VP de SCE Europe, à l'occasion d'une date
importante. En effet, le 29 septembre dernier, la Playstation
fêtait son 15e
anniversaire. Rappelons à ceux ne s'en souviennent plus qu'à ce moment, et alors que les
consoles de l'époque étaient dans un palier
(déjà le phénomène des cycles), nombreux
étaient les observateurs se demandant ce
qu'allait faire l'inventeur du Walkman dans ce
secteur insolite. Nous connaissons la réponse :
en 15 années, la distribution approvisionnée
par Sony a écoulé 15 millions d'unités, avec 5
millions de la première version, 6 millions de
PS2, 2,5 millions de PS3, et 2,7 millions de PSP.
Qui ne dirait pas « re-belote » ? 쐍
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
22
R
É G L E M E N TAT I O N
Watts tout doux !
Pour les équipements ménagers comme ceux de bureau, les nouvelles exigences
d’éco-conception entrent en jeu. Des règles qui marquent un nouveau pas franchi dans le sens
des économies d'énergies. Avec la complicité de la FICIME, voici des explications.
Dans le cadre d’une démarche d’économie d’énergie, l’Union européenne
impose aux constructeurs d’équipements électriques et électroniques ou
ménagers ainsi qu’aux fabricants d’équipements de bureau d’améliorer l’efficacité énergétique de leurs produits. Ceci
en les obligeant à réduire la consommation d’électricité à travers de nouvelles
règles de fabrication.
Constructeurs et importateurs doivent
se conformer aux règles de conception
prévues notamment par la directive
2005/32/CE qui établit un cadre pour la
fixation d’exigences en matière d’écoconception applicables aux produits
consommateurs d’énergie.
Cette directive a été abrogée et remplacée par la directive 2009/125 à la date
du 20 novembre 2009, avec un champ
d’application plus large. A noter : les
règlements n’ont pas été modifiés, ils
font toujours référence à la directive
2005/32/CE.
La directive prévoit deux catégories
d’exigences d’éco-conception. D’abord,
sont imposées des exigences génériques
tenant compte du cycle de vie du produit : sélection et utilisation des matières
premières, fabrication, conditionnement,
transport, fin de vie, production prévue
de déchets, etc. S’ajoutent ensuite des
exigences spécifiques, comme par exemple les caractéristiques environnementales particulières d’un produit, quantifiées et mesurables avec des valeurs
limites fixes telle que sa consommation
d’énergie.
La veille de demain
Les exigences d’éco-conception relatives
à la consommation d’électricité ont pris
en compte le mode veille et en mode
arrêt. Halte aux débits sournois ! Le
règlement (CE) n° 1275/2008 du 17 décembre 2008 précise la liste des équipements électriques et électroniques ménagers et de bureau consommateurs
d’électricité, connecté au secteur électrique, pour une tension assignée inférieure ou égale à 250 volts en mode
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
24
arrêt, mode veille et/ou en fonction
réactivation, qui doivent répondre aux
exigences. Ils sont au nombre de 40
répartis en quatre familles :
1° - Appareils ménagers tels que lavelinge, sèche-linge, lave-vaisselle, appareils
de cuisson, rasoirs, appareils de soins
corporels, etc.
2° - Les équipements de traitement de
l’information utilisés principalement dans
un environnement résidentiel. Comprenez, les micro-ordinateurs...
3° - L’électronique de loisirs tels que
postes de radio, récepteurs de télévision,
caméras vidéo, enregistreurs vidéo, etc.
4° - Les jouets, équipements de loisirs et
de sport, tels que trains et circuits électriques, consoles de jeux vidéo portables, équipements de sports comportant des composants électriques ou
électroniques, etc.
Dans le cadre de ce règlement et à la
date du 7 janvier 2009, les exigences de
consommation sont les suivantes :
En mode arrêt la consommation ne doit
pas dépasser 1Watt (0.50Watt en 2011)
R
É G L E M E N TAT I O N
En mode veille la consommation ne doit
pas dépasser 1 Watt (0.50 Watt en 2011)
En mode réactivation la consommation
ne doit pas dépasser 2 Watt (1 Watt en
2011)
Outre les cas généraux cités par le règlement CE n°1275/2008, un règlement
spécifique et plus élaboré s’applique par
type d’appareil et concerne pour l’instant les téléviseurs, les réfrigérateurs, les
décodeurs numériques, les lampes d’éclairage domestique et public, les moteurs
électriques, les sources d’alimentation
externes. Il doit être étendu à d’autres
produits.
La responsabilité de
l’importateur et le marquage CE
Si le fabricant n’est pas établi dans la
Communauté européenne et en l’absence de mandataire, l’importateur est
soumis aux obligations suivantes.
D’une part, il doit garantir que l’équipementt mis sur le marché et/ou mis en
service est conforme à la directive
2009/125 CE et à la mesure d’exécution
applicable. D’autre part, il doit conserver et mettre à disposition la déclaration
de conformité CE et la documentation
technique.
Avant la mise sur le marché et/ou la mise
en service d’un produit couvert par des
mesures d’exécution, un marquage CE
est apposé sur le produit, tandis qu’une
déclaration de conformité CE est délivrée, par laquelle le fabricant ou son
mandataire assure et déclare que le produit est conforme à toutes les disposi-
tions pertinentes de la mesure d’exécution applicable. Le marquage CE est
constitué des lettres « CE » et doit avoir
une taille minimale de 5 mm dans un graphisme gradué et défini.
Précisions sur des éléments
de cette réglementation,
vérifications, surveillance
La notion de mise sur le marché entend
la première mise à disposition sur le
marché communautaire d’un produit en
vue de sa distribution ou de son utilisation dans la communauté, à titre onéreux ou gratuit, indépendamment de la
technique de vente mise en œuvre. La
notion de mise en service s’applique à la
première utilisation d’un produit, aux fins
pour lesquelles il a été conçu, par un utilisateur final dans la communauté.
Le contenu de la déclaration de conformité doit comporter les éléments suivants :
- Le nom et l’adresse du fabricant ou de
son mandataire
- Une description du modèle suffisante
pour permettre une identification sans
équivoque.
- Le cas échéant, les références des
normes harmonisées appliquées
- Le cas échéant, la référence à d’autres
textes communautaires relatifs à
l’apposition du marquage CE.
- L’identification et la signature de la personne habilitée à agir au nom du fabricant ou de son mandataire.
Les autorités des Etats membres (DGCCRF/ Douanes) procèdent à des
contrôles et vérifient si les exigences
d’éco-conception sont appliquées. Les
critères de référence sont définis préalablement dans chaque règlement.
Par exemple, un échantillon de trois produits est contrôlé. Si les valeurs fixées par
le règlement ne sont pas atteintes ou si
l’écart des valeurs entre chaque produit
n’est pas conforme, trois autres échantillons du même produit sont à nouveau
prélevés ; si les valeurs sont correctes les
produits peuvent être mis sur le marché.
Mais dans le cas contraire, ils seront
considérés non-conformes et ne pourront donc pas être mis sur le marché. 쐍
La FICIME – Fédération des Entreprises Internationales de la
Mécanique et de l’Electronique – à laquelle est affilié le SECIMAVI,
regroupe plus de 250 entreprises générant 290 000 emplois et
réalisant un chiffre d’affaires total estimé à 45 milliards d’euros.
Avec une très forte représentativité dans les secteurs des biens
durables, la FICIME offre un accompagnement et un soutien aux
entreprises à travers une large gamme de services dans le domaine
juridique, droit social, douane, environnement, formation, technique, statistiques,
documentation. FICIME CONSEIL apporte la gestion individuelle des plans de formation. Pour toute information : 01 44 69 40 82 ou www.ficime.org 쐍
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
26
E
O
L
E
2
Expression.
Emotion.
Experience.
Encore plus facilement intégrable grâce
Version « in-ceiling » à encastrer
à son nouveau design, le système Eole 2
concentre les qualités acoustiques propres
à tout système Cabasse : efficacité, tenue
en puissance, transparence et stabilité de
l’image sonore.
Constitué de 5 satellites sphériques de
seulement 13 cm de diamètre orientables
dans toutes les directions par une fixation
magnétique élégante et pratique et
d’un caisson de grave hyper compact,
le système Eole 2 a bénéficié sur de
nombreux plans des centaines d’heures
consacrées au développement de notre
système 4-voies coaxiales de référence,
La Sphère.
Opéra, festival jazz, concert rock,
découvrez les performances sonores et
esthétiques du système Eole 2 !
En mode mural
En mode à poser
www.cabasse.com
- RCS Paris B 337 934 483 - Crédits photo : Alcide Rioche - 17202
EOLE 2 sur pied
210x297_aDL_Fichier.indd 1
4/03/10 17:48:47
Nous en rêvons,
qui le fera ?
SPÉCIAL
SALON
H
HOME CIN I FI
ÉM
HIGH EN A
D
VOLET 1
Le haut de gamme revient comme chaque année sur de devant de la scène, à travers le salon Hi-Fi et Home cinéma High
End.Une apparition rituelle qui rappelle que les plus anciennes valeurs au sein de l'électronique de loisirs restent fascinantes
et qu'elles représentent toujours des axes sur lesquels la profitabilité des enseignes pourrait être largement amplifiée.
Découverte ! Quel mot magique ! Mais
ce n’est qu’un mot. La mise en pratique
de ce qu’il recouvre fait figure de défi, de
combat hors de portée. Comment ne
pas se poser une simple question : le
haut de gamme peut-il sortir de son
extrême confidentialité à la française ?
Ce segment pour lequel il conviendrait
de mieux organiser la découverte, attend
toujours son heure, et pour l’heure, ne
fait à peine mieux que de vivoter. Et
pourtant, ce rôle que la distribution
pourrait assumer est joué quotidiennement, à seulement quelques heures de
route de notre capitale. Bien sûr, toujours chez les mêmes (enseignes), vont
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
29
rétorquer quelques lecteurs assidus.
N’oublions cependant jamais qu’un magazine ne crée pas l’événement, mais ne
fait que le rapporter. Alors, juste pour
faire saliver les professionnels sensibles à
ces arguments, en ouverture de ce dossier, voici quelques images et ambiances
recueillies... de-ci de-là.
왘왘
la visibilité du plus grand nombre, chaque
jour de l’année. Ce haut de gamme est là,
fait partie du quotidien, et est de ce fait
également installé dans les esprits de
tous comme faisant partie de ce qui
existe pour se divertir.
Visiter l’auditorium High End
Au cœur d’une bouillonnante GMS
d’outre-Rhin, voici une réalité presque
utopique pour un regard bien de chez
nous : des milliers de chalands peuvent à
tout moment vivre avec la sensation
consciente et intuitive que des gammes
telles que celles montrées sur nos clichés existent.
Et pourtant, celles-ci ne sont pas mises
en place dans une atmosphère si onctueuse qu’elle semblerait indiquer
qu’elles ne sont pas destinées aux noninitiés. A proximité des écrans plats les
plus discountés, des baladeurs les plus à
la mode, des notebooks les plus évolués,
des autoradios les plus communicants,
des quadricoptères les plus étonnants,
ces gammes de prestige sont exposées à
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
30
Ajoutez à ce contexte une presse spécialisée qui a poursuivi sa tâche depuis
des années, grâce à des annonceurs
ayant réussi à trouver des budgets que
d’autres ne cessent de mendier.
« Les ventes de ces produits ont tendance à s’émousser un peu », nous confie
toutefois le responsable d’un des rayons,
mais ajoutant qu’il est hors de question
d’en réduire l’importance. « Cela constitue un tout dans notre image ». Pour
bien vendre un produit, il faut s’en donner les moyens, avant que la vente soit
réalisée, bien entendu. Ce qui n’a rien à
voir avec le classique « on communiquera quand on en vendra » si souvent
entendu dans l’Hexagone, où les initiatives communicantes sont trop souvent
considérées comme les sanctions qui
récompensent de bonnes prestations.
Alors qu’elles ne peuvent être que leurs
indispensables moteurs, dans le haut de
gamme comme dans n’importe quel
autre domaine d’ailleurs.
Pendant quelques jours, ce haut de gamme se retrouve en vedette au Pullman
Rive gauche, et une nouvelle fois, des
cohortes de consommateurs vont démontrer que dans le public, une réelle
motivation existe et que probablement,
bien des possibilités sont gaspillées, faute
de chercher à en profiter davantage. Mais
comme le dit la chanson, « c’est déjà
ça ». Ne boudons pas notre plaisir, même
si celui-ci reste modeste. 쐍
Plaisirs physiologiques
à tous les rayons
« Sans la musique, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue » a pu dire Nietzsche.La musique n’a jamais été aussi
présente dans notre vie et les produits pour l’écouter n’ont jamais été aussi beaux et performants.Avec les images et
les effets qui les accompagnent, le catalogue des charmes numériques s'épanouit.La Hi-Fi haut de gamme est de
retour et l’avenir lui appartient, si nous le voulons bien !
En dix ans (de 2000 à 2010), le marché
européen de l’audio de salon a été divisé
par deux, passant sous la barre des 3 milliards d’euros en 2009. Mais 2010 pourrait bien être l’année du renouveau. En
effet, la clientèle renoue avec les bonnes
habitudes, elle n’hésite plus à pousser les
portes des magasins et retrouve le chemin de l’auditorium. Cette clientèle est
bien sûr largement composée de CSP+,
mais les jeunes générations (qui se sont
heurtées aux limites de l’écoute MP3) se
montrent aujourd’hui très intéressées et
ne sauraient être négligées.
La haute fidélité, plus communément
appelée hi-fi (abréviation de high fidelity)
a connu son apogée dans les années
1970 et 1980 où un public passionné
d’audiophiles prenait alors la peine de
composer chaque chaîne hi-fi ou presque
avec des éléments séparés, amoureusement et judicieusement choisis avec
l’indispensable concours de vendeurs
qualifiés et tout aussi passionnés que
leur clientèle. L’arrivée du CD et la généralisation des mini-chaînes tout intégré
mit fin à cette quête du Graal acous-
Gilles Foddé, de Yamaha France, se réjouit de
voir l’auditorium revenirt dans les GMS. Yamaha
fait cette année une prestation exceptionnelle
au salon, avec plusieurs espaces, et des concerts,
le samedi étant journée classique, le dimanche,
journée jazz.
tique. Et en parallèle, bon nombre de
magasins, cédant à la facilité d’une vente
rapidement orchestrée, fermèrent les
portes de leur auditorium. Les produits
étaient toujours là mais comment le faire
savoir et surtout, comment en faire la
démonstration convaincante sans un lieu
d’écoute adapté ?
La hi-fi fait entendre
sa différence
Presque vingt ans plus tard, l’arrivée du
Home Cinema semblait définitivement
sonner le glas de l’écoute audiophile, de
« Nous ne faisons aucune restriction sur la
qualité musicale » insiste Jean-Lous Lamblot,
patron de Marantz pour la France, marque qui
présentait pas moins de 17 nouveautés lors de
l’IFA, en septembre.
la hi-fi haut de gamme et des pratiques
s’y rattachant. Après avoir regardé avec
effroi « ces machines à faire du bruit »,
autrement dit les équipements Home
Cinema ainsi que certains acteurs historiques de la Hi-Fi les qualifiaient alors,
l’ensemble de la profession emboîtait le
pas et participait activement à cette évolution devenue inéluctable, apportant
ainsi de la valeur ajoutée et une touche
qualitative à des produits qui en avaient
bien besoin.
Il fallait composer avec l’engouement du
public pour le Home Cinema mais aussi
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
31
Fréderic Lebreton, de la société Cabasse, estime
que le marché attend toujours des innovations.
avec l’inexorable montée en puissance
du MP3 et des autres formats de musique compressés. La Hi-Fi haut de
gamme semblait alors prise entre deux
feux et condamnée à lutter pour sa survie. Les plus pessimistes pensaient que
les jeunes générations, très tôt formées
à l’écoute du MP3, ne seraient plus en
mesure de faire la différence. Toutefois,
certaines marques ne baissaient pas les
bras et apportaient des améliorations au
MP3 afin de démontrer aux jeunes générations qu’une autre forme d’écoute restait possible. Ce fut le cas de Yamaha
ainsi que nous le rappelle Gilles Fodde
(chef produit) : « Le Music Enhancer permettait de redonner vie au MP3 et
d’apporter ainsi la démonstration qu’une
écoute plus qualitative était permise ».
Le retour en grâce de la hi-fi
chez les GMS
Cet effort également soutenu par
d’autres acteurs est en train de porter
ses fruits car sur 2010, le marché est en
nette progression avec notamment un
bon comportement des éléments séparés et de chaînes CD qui reprennent
l’avantage sur les chaînes DVD 2.1.
Estimé à 549 millions d’euros sur 2010
왘왘
Ce beau maillon de Yamaha rappelle que les produits, outre
leurs performances, ont aussi leurs atouts d’objets pour
séduire la clientèle.
Même en petit format, la chaîne
sait devenir une référence :
Pianocraft Yamaha, 10 bougies
à souffler...
Bien sûr, la musique est aussi relayée par
l’image, et plus spécialement le cinéma :
deux arts majeurs pour un marché.
Bower & Wilkins est de ces logos qui
marquent le présent comme ils ont
marqué le passé.
(source GfK), le marché est donc ainsi
en progression de 3 %.
Ces dernières années, les grands magasins
spécialisés ou multi spécialistes avaient
quelque peu délaissé l’audio de salon et a
fortiori la hi-fi haut de gamme.Le net regain
d’intérêt amorcé en 2009 se confirme en
2010 puisqu’en valeur, la part des GMS
s’élève à 45 % et qu’elle enregistre une
progression de 14 %. « L’auditorium est
de retour chez les GMS », se félicite
Gilles Fodde (Yamaha). En ce domaine,
l’enseigne Boulanger fait valoir un effort
notable. En effet, il n’est pas un nouveau
magasin Boulanger (de même pour les
remises au nouveau concept) qui n’ouvre sans son auditorium. Une volonté
partagée par Darty et par la Fnac (même
si les magasins de province ne bénéficient
pas tous encore de leur auditorium).
« Nous sommes sans cesse en quête du
Graal de la reproduction sonore parfaite, nous confie Lionel Nunney (directeur général de BW), il est donc important que nos produits puissent s’écouter
et s’apprécier dans de bonnes conditions. Il est de même essentiel d’apporter la démonstration de fonctions
innovantes telles que le multi room pour
profiter de la musique dans plusieurs
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
32
pièces de l’habitation ». « On ne peut se
contenter de présenter des produits hifi posés sur une étagère, renchérit Gilles
Fodde (Yamaha), car dans ce cas, le client
ne retient que le prix ».
Frédéric Lebreton (directeur commercial & marketing pour Cabasse) se félicite pour sa part que la célèbre marque
d’enceintes bretonne (désormais filiale
de Canon) continue à développer un discours dynamique et mette en place des
produits novateurs. « Même quand la
période est plus compliquée, le marché
est en attente d’innovations et la marque
devient alors une valeur refuge ». On
Aux côtés des composants
d’exception Marantz, les
enceintes de la gamme
Mordaunt Short.
Pas toujours possible dans un magasin, la
mise au grand jour d’une stratégie de
conception extrême sur le plan mécanique et
électronique fait partie des détails qui se
révèlent volontiers dans un salon.
La firme japonaise qui a remis l’accent sur le haut de gamme multiplie ses
initiatives dans le domaine des techniques de pointe. Ses amplificateurs SC-LX73
et 83, dévoilé il y a quelques semaines, sont de cette génération d’exception. Ils
font appel à un principe d’amplification de classe D analogique, baptisé Ice
Power (puissance de glace) qui combine une puissance élevée et des taux de
distorsion extrêmement bas. La conception de ces équipements, qui devraient
être parmi les vedettes du prochain Salon Hi-Fi et Home Cinéma High End, est
mécaniquement hors pair, compartimentée, rigidifiée à l’extrême. Bien sûr, ces
modèles sont au top du top pour traiter à la perfection les signaux audio et
vidéo du home-cinéma dans le strict respect des codages et des rendus sonores
et visuels. Du grand art !
retrouve les enceintes Cabasse chez les
multi spécialistes mais les indépendants
continuent bien sûr d’être des partenaires privilégiés. Ces vrais professionnels ont toujours eu à cœur de défendre
leur cœur de métier et ils savent mieux
que quiconque valoriser ces produits
d’exception et partager leur passion avec
une clientèle souvent fidélisée qu’ils se
sont patiemment constituée, année
après année. Ils sont crédités d’environ
36 % en valeur et c’est le second réseau
derrière les GMS.
Avec 9 % en valeur, les hypermarchés
enregistrent une chute de 6 %. Ce n’est
assurément pas le réseau le plus adapté
à la vente de ces produits très qualitatifs
et à forte valeur ajoutée qui requièrent
du temps, de la disponibilité, une solide
expertise et des conditions d’écoute
adaptées. Mais leur présence pour raisons de génération de trafic, aux heures
chaudes de la hi-fi, avait introduit une
vision floue de cet univers pour bien des
consommateurs peu avertis. Lesquels
ont pu croire à une époque que ce que
leur montraient ces spécialistes du choufleur et de la promo sur les colas était
digne de ce terme engageant de hautefidélité. D’autant que certains pouvaient
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
33
alimenter cette nuance d’imprécision.
Qui se rappelle d’un rayon particulièrement performant (sous la houlette de
son animateur passionné) dans un certain Carrefour Vénissieux, là où la nouvelle approche de l’hyper ôte tout illusion à ceux qui en auraient encore eu
quelques atomes... Les gammes hautes,
avec leurs performances, leurs esthétiques, leurs conceptions extrêmes,
voire leurs excès, sont redevenues des
produits intégralement de spécialistes.
Nous y revenons dès le mois prochain,
avec des images, des souvenirs et des
sensations de ce salon 2010. 쐍
L
E
F E U I L L E T O N
D E
L A
3D
Montrer la 3D,c’est
La 3D est entrée dans les points de vente, mais sa visibilité souffre
d’un traitement plus que brouillon de la mise en place des lunettes.
Pourtant, des solutions efficaces existent. En voici la preuve.
Séduisante, la 3D ? Il faut voir... Et précisément, bien peu de consommateurs ont
réussi à voir, faute d’une bonne organisation dans la mise en place des démonstrations, et des fameuses lunettes. Certes,
tous les points de vente ne sont pas à
mettre sur le même registre. Exemple : à
Compiègne, dans le magasin Boulanger,
très bien tenu par une équipe visiblement compétente et motivée, tout visiteur qui entre dans le point de vente voit
immédiatement trois démonstrations en
parfait état de fonctionnement, lunettes
à disposition. Tout au plus pourrait-on
regretter que cette méticuleuse mise en
place ne soit pas « à droite en entrant »,
là où, physiologiquement, tombe instinctivement le regard de 72 à 74 % des individus. Dommage aussi que l’on ne
retrouve aucun équipement 3D dans le
rayon des téléviseurs. Mais ne soyons pas
plus royalistes que le monarque ! Si tous
les établissements avaient pris le même
soin pour la découverte de cette restitution du relief, nous n’aurions même
pas consacré ces pages à ce sujet.
Car hélas, et comme nous l’avons déjà
maintes fois souligné, cette théâtralisation fait « pschitt ! » dans une écrasante
majorité d’établissements. Ce qui n’est
pas le cas sur tous les territoires. OutreRhin, notamment, nous avons constaté
tout au contraire une systématisation de
la mise en place soignée, méticuleuse
et...opérationnelle. Conséquence : des
quantités de visiteurs glissent leur regard
derrière les fameux accessoires actifs qui
ne se vendent pas que chez Afflelou. Dans
de nombreux cas, ces visiteurs regardent
les images d’une manière prolongée :
leur découverte de la 3D en est aussi une
analyse. Doucement, ils se forgent une
opinion, admirent des scènes, s’attardent
sur des détails, comparent les rendus.
Quand sur notre propre terrain, des
cohortes de chalands ne voient rien ou
pas grand-chose, et repenseront à cela
plus tard, dans d’autres circonstances.
« Oui, mais les lunettes, on se les fait
voler ». Explication courante et facile.
Posées n’importe comment et juste attachées avec un cordon, l’écueil est inévitable. Sans oublier un détail plus important qu’on l’imagine : cela ne semble pas
très hygiénique à bien des visiteurs de
chausser les uns après les autres des
lunettes sur lesquelles se distingue plus
que souhaitée non pas l’image numéLG a osé un modèle encore
plus ambitieux, mais
également très
opérationnel. Il permet
d’entendre le son à un bon
niveau, sans mettre le
rayon tout entier dans un
tumulte assourdissant.
De cette façon, la
démonstration 3D
s’enrichit d’une aptitude
supplémentaire, en
rappelant, fort
discrètement, que l’usage
de la 3D peut aussi justifier
l’acquisition d’un système
audio performant. Non
sans rappeler que LG est
aussi un acteur majeur
dans le segment du
plasma.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
34
rique, mais l’empreinte digitale. Pouah !
Le pied change tout. Fixe, mais adaptable
en hauteur, il reste toujours dans l’axe.
Les images 3D y sont dont perçues correctement, alors que le consommateur
peut se contenter de venir les frôler
sans réellement y coller son épiderme. Il
suffisait d’y penser, ce qu’ont fait un certain nombre de fabricants. Il n’est cependant pas interdit à une enseigne de
concevoir son propre dispositif.
« Oui, mais cela suppose un investissement ! » Autre rengaine de-ci de-là entendue, et qui est propre à laisser pantois
tout observateur connaissant peu ou
prou le commerce. Ne consacre-t-on
pas, dans la distribution, des budgets parfois conséquents pour mettre le poisson
dans un univers de glace symbolisant la
fraîcheur, les fruits et légumes sous des
éclairages soulignant la qualité des produits, les vêtements sur des mannequins
qui ressemblent à des personnages plus
vrais que nature, les meubles dans des
décors proches de ceux d’intérieurs
douillets, etc. Pourquoi la 3D deviendraitelle le seul thème pour lequel il ne serait
pas justifié de se mobiliser dans le but
d’accélérer et d’optimiser les ventes ? 쐍
le pied
Le pied -signé Panasonic- offre
une vision réglable en hauteur
d’un simple geste, et comme
chacun peut le constater, les
lunettes ne risquent pas de
prendre le large. Mieux : cette
disposition prudente met la
démonstration en meilleure
visibilité.
Pas d’angoisse pour les jours de fortes affluences :
les pieds peuvent se multiplier
On regarde, on s’approche, on frôle, mais sans toucher :
sensation d’hygiène mieux perçue.
Distribution, Ventes & Services Magazine n°
35
91
GROS
P L A N
C’est du vol, mais pas
uniquement. Ce joujou est
un curieux ovni qui peut
donner de drones...,
pardon, de drôles d’envies
à vos clients.
AR-Drone Parrot :
Curieux caprice
vendeur !
Voilà sans doute le produit le plus insolite que les professionnels de la distribution auront eu à diffuser
depuis bien longtemps. Inclassable dans les rubriques usuelles de l’électronique, du multimédia ou des
télécoms, il est cousin des toutes ces familles, et pourrait bien constituer l’un des phénomènes de vente
les plus inattendus dans les prochaines semaines. Surtout si les enseignes se donnent un peu de peine...
Le bruit a commencé à courir en provenance des Amériques, voici quelques
mois. Un fabricant français, très spécialisé
dans la mise en œuvre du Bluetooth,
mais qui ne rechigne pas à s’aventurer
dans des projets insolites, avait décidé de
produire un drone. Autrement dit, une
sorte d’aéronef sans pilote, télécommandé, auquel sont confiées des missions spéciales, quand il reste dans son
cadre favori : celui des militaires.
Transposé au domaine des loisirs par la
firme de Henri Seydoux, il devient la réalisation d’un véritable rêve de gosse. Des
annonces et présentations dans des événements tels que salons ou foires pour
professionnels, nous en sommes arrivés
à la phase concrète. Celle où le produit
est disponible, déjà livré dans certains
points de vente (qui n’en font d’ailleurs
pas tous un usage aussi passionné qu’espéré).
Pour ceux qui n’auraient pas suivi cette
palpitante aventure, rappelons donc que
l’ArDrone, c’est son nom, est un équipement qui se pilote par liaisonWi-Fi (il n’y a
pas que la dent bleue dans la vie ! ) depuis
un appareil de la famille iPod - iPhone iPad. Il est d’ailleurs prévu qu’il sera aussi
maîtrisable à partir « d’autres platesformes », comme l’explique le constructeur, et donc probablement Androïd,
peut-être aussi Windows Mobile.
Hypothèse : et si certaines consoles
entraient dans le jeu ? Bon, pas trop vite
en besogne, chut ! Deux caméras sont
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
36
dans l’objet volant, et la vidéo qu’elles
capturent est visible sur l’écran de l’appareil pilotant, ce qui permet à l’utilisateur, entre autres fonctions, de diriger
son multicoptère comme s’il était installé dans son cockpit.
Pas si cher, pour un cadeau
L’accéléromètre de ces smartphones ou
tablettes à succès rend ce pilotage extrêmement simple, sans commune mesure
avec ce que peut être la maîtrise d’un
avion ou d’un hélicoptère télécommandé
classique. Ce joujou est aussi livré avec
deux carènes, l’une étant destinée à
l’utilisation à l’intérieur, et apte à supporter des chocs éventuels avec des
Le produit-cadeau idéal
pour les ventes de fin d’année ?
objets. L’autre est pour l’extérieur, plus
aérodynamique : le vol devient plus performant. L’appareil est aussi assez richement conçu sur le plan informatique,
permettant de générer son propre réseau, capable de s’inscrire en réseau avec
Montrer, expliquer :
ceux qui se donneront
la peine de donner vie
au drone Parrot
dans leur rayon optimiseront
les motivations,
non seulement envers le client
auquel s’adressera la démo,
mais aussi des autres,
ceux qui ne s’attendaient pas
à ce spectacle.
Produits prêts
à être vendus et rangés
au rayon des consoles.
Remarque : les chalands
familiers avec le couple
cyclique - collectif
apprécieront le « H »
imprimé sur le packaging.
d’autres drones du même type, de pratiquer des jeux, etc.
A 299 euros, « deux neuf neuf », nous ne
sommes plus tout à fait dans la gamme
des gadgets. Mais cette somme reste
abordable pour de nombreux consommateurs, notamment ceux qui sont équipés des téléphones multimédias évoqués, et encore davantage des tablettes
de Cupertino. Et compte tenu de l’effet
fascinant que cet engin magique peut
avoir sur pas mal d’individus, on peut
s’attendre à une montée en puissance
très consistante. A ne pas confondre
cependant avec la mode de la trottinette.
Celle-ci, qui fit irruption sans prévenir, il
y a quelques années, avait vu ces véhicules simplistes se propager à la manière
d’une épidémie. En une saison, plus de 4
millions d’unités avaient trouvé preneurs, faisant au passage vaciller pas mal
de prévisions concernant l’électronique
de loisirs. On ne comptait plus ceux qui
avaient dans la dernière ligne droite
avant les fêtes choisi d’offrir ce cadeau
roulant plutôt qu’un baladeur.Avec l’ArDrone, nous sommes en présence d’un
objet technique assez complexe malgré
tout, moins facile à dupliquer à coût
réduit que trois tubes d’inox, un peu
d’alu et deux roulettes. Pour l’utilisation,
la remarque est du même ordre. Il faut
viser des consommateurs exploitant les
applis des smartphones, se centrer sur
les adeptes d’une convergence entre
technophilie et attrait pour le ludique.
Démonstration obligatoire
Nous voici de retour sur le thème
abordé dans l’édito de ce même numéro. Avec toutes ses aptitudes séductrices envers une population de clients
d’une ampleur non négligeable, ce produit volant et au regard perçant impose
tout de même un minimum d’efforts
pour que sa diffusion devienne intéressante. Le premier de ces efforts implique
une possibilité de démonstration.
L’évocation de cet exercice peut impressionner, effrayer. Mais l’appareil est totalement conçu pour des évolutions sans
danger en intérieur, et est d’une docilité
extrême. Sachez aussi que lorsqu’une
démonstration est faite à la demande
d’un consommateur, les autres chalands
Distribution, Ventes & Services Magazine n°
37
91
présents à ce moment en profitent aussi
et peuvent à leur tour se laisser séduire.
Reste qu’il n’a échappé à personne que
cette mécanique encore un peu futuriste
peut aussi faire germer quelques idées
d’une autre nature dans certains esprits.
Sans aller jusqu’à imaginer un utilisateur
qui aimerait bien savoir d’un petit coup
de webcam volante par dessus la haie du
jardin si sa jolie voisine se laisser intégralement bronzer près de sa piscine, ce
drone ne pourra se soustraire totalement à un destin dans lequel prendront
place quelques utilisations de... comment
dire, d’observation. Mais à chacun ses
soucis. Les vendeurs de jumelles pourraient-ils être responsables de l’axe dans
lequel leurs clients envisagent de diriger
leur regard amplifié ? 쐍
L’
É V É N E M E N T
IFA 2010
Un futur peut
en cacher un autre
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
38
Alors que la 3D,les téléviseurs connectés et des myriades de tablettes ont envahi les halls de
la 50e édition de l’IFA, d’autres innovations se sont déjà glissées au cœur de la fête. Moins
soumises aux feux croisés des projecteurs de l’actualité,c’est pourtant par ces éléments,qui
constituent un avant-goût de ce qui arrivera dans les rayons et points de vente d’ici quelques
saisons, qu’il semble judicieux de commencer notre retour sur l’événement berlinois.
Qui avait porté véritablement attention
aux premières démonstrations de TV en
trois dimensions lors des évènements
berlinois de ces dernières années ? En
réalité, bien peu d’observateurs et, de
surcroît, ces apparitions étaient surtout
interprétées comme des attractions
ponctuelles, sans réel lendemain.
Aujourd’hui, cette restitution du relief
est omniprésente et constitue l’un des
enjeux majeurs pour les mois prochains.
Ce seul repère -nous pourrions en citer
beaucoup d’autres- implique une visite
des stands de l’IFA plus fouillée, car il n’y
a jamais de la part des fabricants de présentation gratuite.
Toute initiative, même si elle prend une
allure surtout attractive, révèle une idée,
une volonté. Les vrais relais de croissance ont tous fait surface de cette
façon. Voilà pourquoi nous avons tenté
d’ouvrir l’œil, et le bon.
Le vrai sans fil est parmi nous
Pris sous un angle le plus historique possible, notre monde du numérique, si performant soit-il, n’a pas encore réussi à se
débarrasser de son ultime mais indéracinable fil à la patte : le cordon
d’alimentation. Une contrainte qui existait déjà il y a un siècle, quand la fée électricité commençait à jouer de sa
Un peu comme au
cirque, quand les
illusionnistes
commencent leur
numéro, une petite
inspection autour de la
table, un coup d’œil au
dessus, un regard
attentif en dessous :
tout cela est bien réalisé
sans trucage. Un petit
croquis aide à mieux
comprendre comment
un procédé d’induction
permet à ce téléviseur
d’être totalement
débarrassé de tout
cordon, même pour
l’alimentation.
baguette magique, et que des observateurs lucides avaient identifiée. « Ces
bulbes en verre d’où jaillit une clarté plus
lumineuse que celle de nos lampes à
pétrole ne peuvent produire leur éclairage sans qu’un double conducteur en
cuivre ne soit préalablement mis en
place », lisait-on en substance dans un
almanach d’avant la première guerre
mondiale, dans lequel le chroniqueur
déplorait qu’à la place de la lampe classique que l’on plaçait où l’on voulait, il
faudrait, si l’électricité en venait à
s’imposer, avoir « autant de lampes
qu’une maison comporte d’endroits où il
peut être utile d’y voir clair », avec un
incroyable faisceau de conducteurs et de
commutateurs. Les conducteurs sont en
place, et bien au-delà de ce qu’imaginait
cette publication vieille de 100 ans, puisqu’en dépit de l’arrivée du Bluetooth, du
Wi-Fi, des liaisons infrarouges ou du 2,4
MHz, tout équipement nécessite toujours soit ce fil, soit une batterie.
Chez Haier, c’est déjà demain
Panasonic
voit les choses
en grand :
152 pouces, à travers
une définition
largement supérieure
à ce qu’est
notre actuel Full HD :
il faut déjà penser
à la relève...
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
39
Mais chez Haier, qui développe avec
insistance le concept de l’électricité sans
fil, un téléviseur 3D fonctionne sur le
stand de la marque, sans le moindre fil, et
sans trucage. Les visiteurs qui « chaussent » les lunettes pour regarder les
effets de relief de cet équipement futuriste se trompent-ils de révolution ?
Difficile à dire, d’autant que la restitution
de cette 3D, qui n’est autre que notre
vision la plus naturelle qui soit, perturbe
les esprits des innovateurs depuis des
temps où l’électricité elle-même n’avait
pas encore connu ses premiers grands
développements.
왘왘
L’
É V É N E M E N T
Sharp, à qui le LCD doit
l’essentiel de ce qu’il est
devenu, dévoile des version 3D
sans lunettes et tactiles. Pas
pour des téléviseurs, mais au
moins pour des tablettes, par
exemple.
L’Oled semblait ne plus beaucoup faire parler
de lui. LG, avec cette version étonnante,
montre que cette technique reste pertinente,
et que la compétition sur le front des écrans
n’est pas encore à son terme.
Dans le domaine de la restitution des
images, un petit cylindre étrange peine à
attirer les regards. Sur le stand Sony, il
est même un peu perdu, au milieu de la
foule qui assiste aux démonstrations 3D
sur écran géant. Pourtant, ses aptitudes
sont bien plus étonnantes, puisqu’on y
voit une image sur 360 degrés. Image
petite, modestement définie, mais une
image quand même.
Dans ce même domaine, il faut aussi
observer que l’innovation n’en est pas à
son terme. Preuve en est donnée chez
LG, avec des écrans OLED d’une finesse
Technologie toute nouvelle et
vision sur 360 degrés : nous
sommes dans le domaine de
l’expérimental et du prototype,
avec ce que l’on peut qualifier
d’écran, en prenant un joker
pour une éventuelle faute de
vocabulaire.
Précautions de langage : la 3D sans les lunettes existe. Samsung ne lui ouvre que des perspectives
institutionnelles, à travers un prototype qui n’est pas sans rappeler ce que l’on avait vu voici quelques
années pour diffuser de la communication dans des magasins. Mais cette fois-ci avec quasiment
aucun contrainte d’angle de vision, et une définition encore pauvre, mais améliorée.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
40
telle qu’il ne sera bientôt plus possible
d’y glisser ne serait-ce qu’une carte SD,
et avec des rendus en détails et en couleurs qui laissent pantois. Côté définition,
une confirmation, grâce à la gigantesque
démonstration de Panasonic. Nous sommes loin au-delà du Full HD. Dans cet
esprit, il y a déjà eu des démonstrations
chez d’autres acteurs, et au cours des
années passées.
Alors, des écrans qui fonctionnent sans
le moindre fil, que l’on regarde de tous
côtés, et qui vous restituent des images
30 ou 50 fois mieux définies que celles
du 1080p pour bientôt ? Oui, c’est dans
ce sens que l’avenir se dessine. La seule
inconnue étant celle du calendrier. La
NHK, télévision japonaise, n’a-t-elle pas
annoncé travailler sur le thème de la
vidéo-holographie pour l’horizon 2016 ?
Soit à peine au-delà du terme des GLD
associées aux produits qui seront vendus cet automne dans nos rayons. 쐍
Restez mobile et partagez
votre contenu multimédia
Imprimante
Serveur MediaShare
Ordinateur
portable
Réseau social
Téléchargement
direct sur
Facebook/Flickr
Accés à distance via une
connexion Internet
Cadre photo
numérique
Chez des amis
Sur votre ordinateur personnel
Le MediaShare permet de créer avec simplicité
un réseau centralisé et disposer ainsi d’un
emplacement unique sur lequel stocker vos
informations.
Offrant jusqu’à 2 To de capacité de stockage, il
permet à distance, d’accéder à vos données, de
partager vos photos, d’enregistrer et de protéger
vos fichiers et lire des fichiers multimédia. Vous
pouvez partager avec la famille et vos amis votre
bibliothèque numérique. Le MediaShare est doté
d’une interface conviviale et son design est aussi
robuste qu’épuré.
PS3 /
Xbox 360
En déplacement
Ordinateur portable / iPhone
TV
www.verbatim.fr
MediaShare – Disque dur réseau –
accès à distance
L’
É V É N E M E N T
Berlin 2010 :
Boulimies numér
L’IFA, c’est un tout, une myriade
d’images, de sons, de sensations, de
souvenirs que professionnels et grand
public n’oublieront pas de sitôt. De
Howard Stringer, PDG de Sony, développant les axes stratégiques de la
firme qu’il dirige, à des créateurs tels
que Ken Ishiwata (Marantz), le monde
des loisirs audio et vidéo est en communion. La 3D y est partout présente,
superbement mise en évidence sur
l’impressionnant mur d’images de
Panasonic, mais aussi chez Sony ou
Samsung. Et les médias ne sont pas en
reste, chaque marque organisant sa
conférence de presse, comme celle de
Sony.
Il y a du changement dans l’ère ! Notre
époque numérique s’émoustille jusqu’à
en secouer le vocabulaire comme un
Orangina. Ceux qui connaissent notre
pointilleuse approche des mots justes
peuvent le constater dans ce simple
détail.Alors que le téléviseur (l’appareil)
était l’axe dominant le plus récent de
cette kermesse berlinoise, la télévision
(les programmes) s’invite dans la farandole. Simplement parce que désormais,
ces contenus s’enlacent fébrilement avec
les contenants dans la connexion omni-
présente. Et le sujet déborde ! La téléphonie n’avait jamais eu d’autres scintillements à l’IFA que sur un plan purement local. Pads et tablettes changent
la donne, puisque votre gentille clientèle
va de plus en plus les utiliser pour
atteindre soit des choses spécifiques, soit
les mêmes loisirs que sur le téléviseur
ou encore les deux en même temps.
Voilà comment à l’IFA, surgissent aussi
des quantités de produits de religion
communicante. C’est vaste et un peu
confus, d’autant que le vrai thème histoDistribution, Ventes & Services Magazine n° 91
42
rique est toujours là : la hi-fi, très
iPodisée, cousinant à qui mieux-mieux
avec le cinéma du salon. Tout comme
l’électronique embarquée, un moment
en net repli, et qui se remontre à nouveau. Mais assez bavardé, cap sur les
stands. Bien sûr, la 3D envahit à pas grandissants les linéaires. Cette restitution du
relief est à la pointe de l’innovation.
Pourtant, elle ne constitue qu’une option,
un plus produit. Au même titre que de
nouvelles fonctions et applications présentées sur le salon.
Riche et animé, l’IFA nous
a laissé les souvenirs au
gré desquels il faut
maintenant se promener
de manière studieuse.
iques
Dopées depuis le début d’année par
l’extinction progressive de l’analogique,
les ventes d’écrans plats ont profité de la
dynamique de la Coupe du Monde. Fin
2010, début 2011, arrivera une nouvelle
génération d’écrans enrichis d’atouts
pour prolonger l’embellie.
De la TV 3D à la TV connectée
C’est le cas chez Sony annonçant à Berlin
l’arrivée de Qriocity, que pour simplifier,
bien des commentateurs ont déjà baptisé le « iTunes » de Sony. Ce service de
vidéo à la demande en streaming (disponible en France,Allemagne, Italie, Espagne
et au Royaume-Uni dès l’automne prochain) proposera des centaines de films
et contenus, en SD comme en HD. La
firme a conclu des accords de partenariats avec de nombreux studios : Fox,
Lionsgate, MGM, Universal, Paramount
Pictures,Walt Disney,Warner. Beaucoup
de titres seront disponibles en HD précise Sony. Ce service sera accessible sur
l’ensemble de la famille Bravia 2010,
téléviseurs comme lecteurs Blu-Ray ou
ensembles Home-Cinéma, sans oublier
la PS3.
LG présentait ses nouveaux téléviseurs
« Smart TV », qui allient services et
connectivité.Avec son interface intuitive,
LG a souhaité montrer à quel point le
vécu de l’utilisateur avec un téléviseur
peut devenir « smart » (amusant, simple).
Comme son nom l’indique, un téléviseur
Smart TV permet d’accéder de manière
ludique à toute une gamme de contenus
sur un seul écran.Tout commence par la
télécommande Magic Motion qu’il suffit
de pointer comme une manette de Wii
pour surfer au gré des services ou changer les paramètres du téléviseur. Des
applications utiles ou ludiques seront
proposées : aide aux premiers soins,
yoga, dessin, etc. La marque a aussi fait
très forte sensation avec sa gamme de
téléviseurs LCD tirant profit d’une nouvelle technique de rétro-éclairage LED,
procédé baptisé « Nano Lightning ». La
gamme LEX8 se compose de deux téléviseurs Full Nano LED en 46 et 55 pouces
d’une extrême finesse (seulement 8.8
mm d’épaisseur).
Design Your TV par Philips est une proposition d’une autre nature, permettant
à l’utilisateur de façonner un téléviseur à
son goût et de l’assortir aux couleurs de
son salon en sélectionnant plusieurs critères au moment de la commande. Cent
combinaisons sont proposées : couleur
du cadre entourant l’écran (8 coloris disponibles), taille de l’écran, pied ou fixation murale ou encore télécommande.
Seul « bémol » à cette bonne idée, la
commande se fera initialement exclusivement par Internet et hors distribution, la
livraison (gratuite) étant assurée sous 3
semaines. Ce service, pour le moment
disponible uniquement au Royaume-Uni
et en Allemagne, sera étendu à toute
l’Europe à partir d’octobre 2010. Notons
aussi le nouveau téléviseur Econova, dédié
à l’environnement. Il dispose d’un écran
LED ultra basse consommation, d’une
télécommande à énergie solaire et d’un...
mode hors-tension à zéro consommation ! Sans oublier son emballage 100 %
recyclable et son pied table/mur fourni
d’origine. Quant au Cinema 21:9 Platinum,
il se présente désormais sous une (seule)
version améliorée de ce téléviseur au
vrai format cinéma, désormais avec compatibilité 3D. Samsung exposait une
vision neuve et passionnante illustrant le
slogan « Creating a smarter life ». « La
vie plus smart ou plus intelligente fourmille d’attentes sociales à la fois passionnantes et divertissantes, se présenDistribution, Ventes & Services Magazine n° 91
43
tant dans des images et couleurs aussi
vivantes que dynamiques. C’est une vie
dans laquelle les consommateurs créent
leurs propres histoires », déclarait BK
Yoon, le président de Samsung Visual
Display. Et cette histoire se vivra intensément avec la série C9000, gamme
d’écrans avec 3D déclinée en 40, 46 et
55 pouces, et affichant une épaisseur de
seulement 7,9 mm. Et pour ne rien
gâcher, elle propose un rétro éclairage
LED. Chaque TV sera de plus livrée avec
une télécommande dotée d’un écran
LCD permettant de regarder une autre
chaîne que celle diffusée par la TV. Pour
traiter de la 3D, un peu comme en 2009,
la télévision en relief était présente et en
vedette chez toutes les marques d’écrans
comme de projecteurs vidéo.
En informatique ou en EGP, les fabricants
ont cette année redoublé d’efforts pour
proposer une vaste palette de produits
qui, dans un avenir proche, entreront
dans les habitudes de consommation.
Ainsi, il était clair lors de cette édition,
que l’offensive envers l’iPad était lancée.
De nombreux constructeurs ont profité
de l’IFA pour annoncer tablettes tactiles
et livres électroniques, histoire de
prendre des parts de ce marché
siphonné adroitement depuis le printemps par le seul Apple. Et les annonces
ont de quoi bouleverser la donne...
Nouveau challenger et non des moindres, Samsung revenait sur le devant de
On joue aussi à Berlin, même si ce n’est pas le
thème du salon. Et la 3D s’invite dans le jeu.
왘왘
L’
É V É N E M E N T
La firme au logo
bleu met en
évidence une
approche « smart »
de la télévision
et du téléviseur.
Sharp le rappelle : la
course aux plus belles
images n’est pas
abandonnée. Son
écran Quattron, à
couleur jaune
supplémentaire, en est
une démonstration.
Flat is beautiful : gamme Infinea, LG.
On partage, dit cette famille de Samsung, qui
décline le look et pas mal d’atouts des ses hauts
de gammes d’hier sur une vaste panoplie.
La capture et la restitution des images 3D,
technologie Sharp, en pleine action.
A croquer et dans la tradition de la ligne
Yamaha, qui accueille les plus renommés des
baladeurs, avec des atouts techniques exclusifs.
la scène avec sa Galaxy Tab. Plus petit
que l’iPad, ce produit de 190 x 120 x 12
mm pour 380 g embarque une batterie
4 000 mAh offrant jusqu’à 7 heures
d’autonomie en lecture vidéo.
Il « tourne » sous le système d’exploitation Android 2.2 Froyo, et dispose
de quelques fonctionnalités clés. La firme
annonce la disponibilité de la dernière
version de Flash Player, la 10.1, sur sa
tablette, et la gestion complète de la
technologie HTML 5. Vidéoconférence
avec caméra frontale de 1,3 megapixels,
affichage en mode portrait ou paysage, le
menu est vaste. Le constructeur a même
intégré une fonctionnalité presque inattendue : la téléphonie. La marque surfe
donc entre smartphone et tablette.
Toujours chez Samsung, voici des nouveaux PC portables. Ces ordinateurs qui
se déclinent en ultra-portables dans la
gamme NF et en portables dans la gamme SF, apportent plusieurs innovations
intéressantes. Dans la gamme SF par
exemple, SF310 et SF510, embarquent
respectivement un Intel Core i3 et i5,
avec des écrans de 13,3 pouces et 15,6
pouces. Ils disposent de la fonction
Express Charging Mode qui permet de
recharger la batterie en moins de 3
heures.Autre technologie intégrée dans
les SF, le Fast Start. Il assure un retour
de veille quasi-instantané, et une
connexion presque aussi rapide à Internet grâce au bouton « Internet sans fil ».
Autre nouveauté, la fonction USB Sleep
& Charge, qui permet de connecter ses
appareils en USB sur l’ordinateur pour
les recharger même lorsque celui-ci est
éteint.
L’HANNspree Tablet présentée par la
marque portant le même nom est une
version à écran tactile fonctionnant sous
Android. Elle dispose d’un écran tactile
LCD à rétroéclairage LED d’une définiDistribution, Ventes & Services Magazine n° 91
44
tion de 1024 x 600 pixels (format 16:9),
est dotée de 512 Mo de mémoire pour
le système et 16 Go pour le stockage. Le
GPU Nvidia serait compatible avec du
contenu 3D et lit le format Flash d’Adobe. Avec ses 26 x 17,1 x 13,9 cm pour
790 g, ce produit dispose d’une batterie
de 3500 mA et devrait être disponible
dès le mois de novembre, à vendre 400
euros environ, prix possible. ViewSonic
dévoilait deux tablettes dotées d’écrans
de 7 et 10 pouces. Si la première évoque
le Galaxy Tab - notamment pour la taille
d’écran et le système Android 2.2 Froyo,
la seconde est installée par défaut en
dual-boot, avec Windows 7 Home
Premium et Android 1.6.
Toshiba officialisait son Folio 100. Cette
tablette sous Android 2.2 est dotée d’un
écran de 10.1 pouces, de 16 Go de stockage interne, avec connexion WiFi.
Remarquable tant par son design que par
la qualité de son affichage cette tablette
offre un processeur Nvidia Tegra 2
cadencé à 1 Ghz, 16 Go de mémoire
interne, Wi-Fi, Bluetooth, MiniUSB,
HDMI, slot SD et une webcam de 1.3
MegaPixels. Le Toshiba Folio sort fin
2010 en Europe, au prix de vente possible et probable de 399 euros. Toshiba
Computer Systems annonçait quant à lui
le support étendu de la 3D pour son
Satellite A665. Ce dernier modèle de PC
portable à écran HD 3D supportera les
disques Blu-Ray 3D et le streaming de
films 3D en HDMI sur un téléviseur 3D.
De plus, la possibilité de conversion 3D
permettra d’ajouter une dimension nouvelle aux films 2D. Le Satellite A665 3D
Vision sera disponible au cours du 4e trimestre 2010. Nous n’avons bien sûr pas
résisté au plaisir de découvrir ou redécouvrir la gamme Archos, entreprise
bien de chez nous qui défend fièrement
ses positions. Enfin, MSI exposait son
Sony marque avec
ce caméscope un
virage dans
l’histoire de cet
équipement, en le
dotant d’optiques
communes avec ses
appareils photo
numériques.
2010 aura probablement enregistré l’une des
présences les plus significatives des
équipements multimédia à Berlin, aux côtés des
axes classique de l’audio et de l’image. On
n’annonce plus la convergence, elle est là.
Notebooks Samsung.
premier ordinateur tout-en-un 3D qui
porte la référence (courte) de :AE24203Di541BW7H. Soufflez ! Il affiche la 3D,
convertit la 2D, sur un écran tactile multipoints de 24 pouces affichant une résolution Full HD et une fréquence de
rafraîchissement de 120 Hz. Et pour que
le rendu 3D soit encore plus intense, la
marque a doté son Wind Top d’un son en
qualité THX TruStudio Pro. A quoi bon
aller au Grand Rex ?
Sony profitait du salon pour dévoiler un
nouveau portableVaio équipé aussi de la
technique 3D. Il devrait être disponible
au printemps 2011, selon le président de
Sony Europe, Fujio Nishida. Peu de données ont filtré pour cet ordinateur qui
n’est donc encore qu’à l’état de prototype. On sait toutefois que l’écran affichera un taux de rafraîchissement de
240 Hz « pour une imagerie 3D optimisée » selon le fabricant. Il serait équipé
d’un rétro-éclairage par LED. Côté 3D, il
fonctionnerait avec les lunettes actives
de Sony, les mêmes que sur les téléviseurs 3D Bravia ou le nouveau vidéoprojecteur 3D, également annoncé dans
le cadre de l’IFA. Sony destine son VAIO
3D aux jeux, à l’image, et au cinéma. LG
lançait le nouveau moniteur 3D W63D.
Développé spécialement pour les jeux
vidéo, il allie une qualité d’image étonnante à une impressionnante profondeur
La marque prestigieuse opère une déclinaison
des ses techniques réservées aux modèles les
plus prestigieux de sa gamme vers des maillons
plus abordables, que ce soit dans la conception
des circuits, le choix sévère des composants
(transfos toriques à double blindage) ou les
principes mécaniques mis en œuvre (châssis
plaqué cuivre). Sur le Pearl Lite, apparaît même
un réglage médium et la prise en compte du
retour des vinyles et de leurs exigences.
Philips a bien l’intention de reprendre une place
tout en haut du hit-parade, « après une période
où des difficultés d’approvisionnements lui ont
fait perdre des parts de marché », concède
Jeau-Robert Marenco, qui décrit une offre large,
avec beaucoup d’atouts. « Nous visons une
optimisation maximale de la qualité d’image »
poursuit-il, avec des couleurs, du piqué, une
extrême fluidité...
TX-NR 3008 de Onkyo : un superbe représentant
des équipements de hautes performances
dédiés au home cinéma, technologie Odyssey
intégrée, profil haut de gamme fièrement porté.
Au chapitre des tablettes, la ruée sur
Android est l’un des faits marquants
de l’IFA 2010.
Toshiba démontre cette vérité connue : c’est du fond des
ténèbres qu’il est bon de croire en la lumière. Ici,
la nuit -du show room- sert à démontrer les vertus d’un
« local dimming » plutôt réussi, appliqué à l’écran LCD.
Unique en son genre, et unique aussi désormais
dans la gamme Philips, le 21/9 est à la fois
Ambilight et 3D. Pour le rayon haut de gamme.
Formes et nuances
mode, cette station
d’accueil mise sur un
look classe pour
attirer les
utilisateurs de
baladeurs, sur
l’exposition Harman.
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
45
L’
É V É N E M E N T
On n’abandonne pas
une ligne à succès !
Beau nuancier, qui ne
fait pas l’impasse sur
une restitution audio
superbe. Comment
donner l’occasion au
client de trouver
chaussure à son pied.
Qriocity est l’une des
annonces majeures de
cet IFA 2010. Sony entre
de plain-pied dans les
plates-formes de
contenus.
de champ en 3D, avec la garantie d’effets
de flou quasi inexistants. Ce moniteur
offre une résolution Full HD, un taux de
contraste de 70 000:1 et un taux de
rafraîchissement de 120 Hz, soit 120
images par seconde.
Les tablettes entrent dans leur pleine époque.
Samsung propose des modèles
qui devraient lui permettre de se hisser aux
meilleurs niveaux des ventes.
Le e-Book, c’est chouette ! Les nouvelles versions
de Sony ont séduit les visiteurs.
Verbatim ne manque pas d’atouts dans son
superbe jeu de cartes mémoires.
On en a vu d’autres !
Aux gré de nos allées et venues semellophages dans le dédale de halls et de
stands, nous avons même déniché de
petits bijoux techniques ! France Télévision annonçait la fin du télétexte. En
effet, le groupe devrait adopter la norme
HBB TV (Hybrid Broadcast Broadband
TV), lui permettant ainsi de surfer désormais sur la vague des téléviseurs connectés... Sur le stand LG, l’Optimus 7, premier mobile de la marque sous Windows
Phone 7 faisait des curieux. Proposant
un clavier complet coulissant latéralement, associé à un large écran tactile
capacitif de 800 x 480 pixels, il permet de
profiter des applications du catalogue
Windows Mobile. Outre un appareil
photo de 5 mégapixels assorti d’un flash
LED, l’Optimus 7 se distingue par sa
compatibilité DLNA. Pioneer lançait le
BDP 430, nouveau lecteur Blu-ray de la
Jean-Robert Marenco
présente Fidélio, l’une
des premières stations
d’accueil iPad.
Vaste panoplie
de nouveautés chez
Pioneer, dont ces
stations d’accueil
colorées et
performantes.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
46
marque. Spécificité intéressante, ce lecteur prend en charge la gestion d’un
iPhone ou d’un iPod comme télécommande grâce à l’application iControlAV.
Le nouveau caméscope 3D de Panasonic
était lui aussi annoncé. Doté d’un objectif interchangeable, il se transforme en
simple caméscope familial classique
lorsque celui-ci est ôté. La lentille de
conversion, dans l’objectif, se contente
de séparer le plan filmé en deux
séquences distinctes, verticalement, pour
les récupérer sur le capteur HD conventionnel. Le HDC-SDT750EG sera vendu
pour un prix conseillé de 1400 euros.
Sony présentait aussi un prototype de
caméscope 3D, ainsi que son nouveau
Bloggie Touch (MHS-TS20K). Un caméscope de poche équipé d’un capteur
CMOS Exmor de 13 MP avec un zoom
numérique 4x. Un petit accessoire
numérique capable de filmer en HD
1080i et de prendre des photos avec une
résolution de 12,8MP. Ce micro-caméscope est, par ailleurs, équipé d’un écran
LCD de 3 pouces, d’une mémoire
interne de 8 Go et peut, grâce à une lentille à placer sur l’objectif, enregistrer des
vidéos panoramiques en 360°. Notons
aussi que Sony renouvelle sa gamme de
Sony est au nombre des acteurs du marché qui
vont doper le créneau des TV connectées. Une
montée en puissance qui pourrait
profondément changer la manière de regarder
le petit écran chez les consommateurs.
lecteurs de livres électroniques, les
Reader Touch Edition et Pocket Edition.
Le fabricant japonais équipe désormais
d’un écran tactile l’ensemble de ses lecteurs.
Le nouveau GoGear Connect de Philips,
dernier venu dans la gamme GoGear, est
Une connexion pour la TV très préparée pour
notre marché : le sens de l’histoire.
un baladeur intelligent qui, si l’on regarde
de près ses caractéristiques, se présente
certainement comme l’un des plus avancés du marché au regard des fonctionnalités qu’il propose. Doté du système
d’exploitation Android et d’un écran tactile 3,2 pouces de résolution 480x320 et
262 000 couleurs, il possède nativement
un nombre de caractéristiques qui pourraient presque faire de l’ombre à un iPod
Touch, et qui raviront ceux qui préfèrent
En silver ou en noir, enceintes blanches, voilà un
petit système signé Onkyo, qui accueille aussi les
baladeurs auxquels vous pensez.
Nouvelle gamme d’enceintes JBL
chez Harman.
Android à l’OS d’Apple. Sharp présentait un prototype de Smartphone permettant de photographier en 3D et
d’afficher le résultat en relief sans avoir
recours à une paire de lunettes. Il abrite
pour ce faire un couple de capteurs
miniaturisés, capables de filmer en 3D
HD 720p. L’écran LCD de 3,8 pouces est
quant à lui de type auto stéréoscopique,
ce qui permet de profiter du relief sans
lunettes grâce au procédé de la barrière
parallaxe...
Non, ce n’était pas tout, mais si vous
vouliez tout voir, vous auriez dû venir !
234 000 visiteurs se sont déplacés, dont
de nombreux professionnels. Un petit
coup d’Easyjet pour seulement quelques
dizaines d’euros, et le tour est joué. Bien
sûr, à ce moment de l’année, Berlin n’a
rien à voir avec Bormes-les-Mimosas. Ses
habitants rappellent que leur belle cité
connaît chaque année deux saisons :
l’hiver et le 15 août. Mais la chaleur des
stands en vaut bien d’autres, et elle
redonne du cœur à l’ouvrage de tous
ceux qui ont pour tâche de magnifier et
de vendre ce qui y est exposé.Alors, on
vous prépare la réservation pour l’année
prochaine ? 쐍
M.G
Proposée par Marantz,
la superbe collection
d’enceintes de
Mordaun-Short.
En dépit des la finesse
des dalles et de ce qui
les entoure, comme sur
ce très spectaculaire
LG, on peut désormais
parler de tendance
lourde : plus ils sont
minces, plus il va s’en
vendre.
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
47
On se rase chez Philips, au sens propre ! Avec
tout de même de l’Ambilight à un poil de cette
démo en vrai de vrai.
L’inventeur de la vraie barre de son, Yamaha, en
décline les versions, dont celle-ci, intelligemment
intégrée à un meuble support d’écran.
LA NOUVELLE
IMAGE
Titre
L’IMAGE NUMÉRIQUE ET SES MARCHÉS
PHOTOKINA 2010 :
Alors que de nombreuses
nouveautés avaient déjà été
dévoilées au cours de l’été, les
constructeurs ont encore brillé
sous le ciel de Cologne.
Désormais, les munitions de la
famille « nouvelle image » pour
un automne sur les chapeaux de
roues sont en place.
Regard appuyé
sur un rendez-vous majeur
et un marché qui reste svelte.
S’il ne fallait retenir que quelques enseignements de la Photokina 2010, le premier d’entre
eux consisterait forcément à constater que
l’univers de l’image numérique fait preuve
d’une vitalité exceptionnelle, du stade de
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
48
L' EFFER
VESCENCE CRÉATIVE
l’industrie à celui du show à grande échelle.
Cologne quelques grandes tendances fortes
Voilà qui est fort utile pour une inventivité qui
de l’électronique plus générale. Comme le
comme étant conçus « aussi » pour de la 3D,
explose, à tel point que technique et innova-
relief, pour le lequel Panasonic a installé une
mais pas « que » de la 3D. Nuance !
tions font de cet univers un ensemble déjà
présentation très proche de celle vue à l’IFA.
particulièrement diversifié, qu’il va falloir bien
Fujifilm qui en est à sa troisième génération,
connaître pour renseigner la clientèle et sur-
met aussi un gros coup de projecteur sur sa
cette nouvelle génération sont annoncés
Dernières premières,
animation omniprésente
tout lui vendre les produits les plus valori-
3D. Samsung et Sony ne sont pas en reste. La
sants, lesquels ne manquent pas ! Avec les boî-
3D se montre ici sous un angle extrêmement
Les évènements vivent à leur rythme, les mar-
tiers, les concepts se multiplient. Entre reflex,
concret, avec en majorité des scènes prises
chés à leur propre cadence. En dépit de son
hybrides, solutions intermédiaires, compacts
sur place et sur le vif. Jusqu’au bambin que la
immense audience, la Photokina 2010 a donc
simples, compacts experts, bridges, le tout
danseuse sur une scène éphémère prend déli-
vécu avec des produits pour la plupart déjà
assorti de dessins, de couleurs, de peaux ou
catement dans ses bras, invitant ses parents à
dévoilés au cours de l’été, nouveautés
de textures... surgit un véritable océan de ten-
venir voir dans les lunettes la petite tête
connues des professionnels. Mais quelques
tations, qui pourrait même, par certains côtés,
blonde comme en vrai de vrai.
vedettes de dernière minute étaient quand
donner envie d’émettre un début de précau-
Depuis l’IFA et l’expérience des premiers mois
même au rendez-vous pour une première
tion : il ne faudrait pas que trop d’envies tue
de vie en public, une précaution à l’égard de
apparition. Ce qui prouve que les construc-
l’envie, risque qui ne prendra sa réalité que si
cette 3D commence à être prise. Les consom-
teurs sont sur des charbons ardents, attentifs
un schéma trop confus venait à s’installer
mateurs, a-t-on constaté, pensent souvent
aux moindres initiatives de leurs concurrents.
dans les rayons.
que les équipements 3D ne prennent pas en
Ainsi, chez Fujifilm, le X 100 est arrivé presque
Reste qu’à travers les gammes de cette nou-
charge la banale 2D ! Le discours évolue donc
au même moment que les premiers visiteurs.
velle image effervescente, se retrouvent à
dans un sens nouveau : les équipements de
Chez Samsung, le NX 100 était sorti de l’ombre
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
49
왘왘
L
A
N O U V E L L E
I M A G E
L’IMAGE NUMÉRIQUE ET SES MARCHÉS
trant chez eux, ces visiteurs et leurs proches
médiatique seulement quelques jours auparavant. L’E5 d’Olympus ou le K5 de Pentax ont
vivront une longue soirée. L’exposition, c’est
aussi joué les vedettes naissantes. Bref, rares
aussi l’émotion.
étaient les stands où il n’y avait pas quand
La photo électronique a aujourd’hui une
même de l’événementiel à découvrir. Même
petite trentaine d’années si l’on considère
chez Sony, qui avait bouclé le chapitre de la
qu’elle a vu le jour vers 1979-1980, avec les pre-
nouveauté, il y avait de l’avant-première dans
mières démonstrations du Mavica (Magnetic
l’air, de quoi retenir l’attention des plus bla-
Video Camera) analogique de Sony. Il faudra
sés. Un prototype de boîtier reflex usant pour
attendre les années 90 pour que les APN
la première fois du miroir semi-transparent
soient timidement proposés au grand public.
tenait la vedette, une recette technique déjà
L’image numérique ne manque alors pas de
détracteurs. Avec une résolution qui n’excède
mise en œuvre sur ses Alpha 33 et 55. Mais ce
boîtier de haut de gamme vu pour la première
des visiteurs hautement intéressés vont lar-
pas les 320 x 240 pixels et des appareils dont le
fois en Europe n’est encore que du domaine
gement animer le bouche-à-oreille dans les
design semble élaboré dans les usines
du futur, tout comme le « Point & Shot Concept »
semaines et les mois qui suivront le salon.
sera mis en vente que dans le courant de 2011.
« Qu’est-ce que raconte le visiteur d’un salon
d’armement de l’ex bloc de l’Est, on voit mal
alors comment elle pourrait venir détrôner la
d’Olympus, dont on sait peu de choses, et qui ne
Une évolution à la fois
longue et vertigineuse
photo argentique.
En 1996, il se vend toutefois 14 000 APN sur le
marché français. On est passé en résolution
le soir quand il rentre chez lui ? » Nous sommes très attachés à cette notion importante
Leur laisser dans l’esprit des souvenirs visuels
VGA (640 x 480 pixels). La photo numérique
pour les visiteurs (plus de 180 000 pour le ren-
forts, bien au-delà de la seule présentation
peut alors poursuivre sa marche en avant tout
dez-vous de cette année) et parmi eux, du
des matériels et de leurs performances, est un
en améliorant sa résolution, en augmentant
grand public dont il ne faut pas sous-estimer
impératif. Force est de constater qu’à Cologne,
le nombre et la capacité des cartes mémoires.
l’importance pour les visiteurs d’un salon. En
cette mission est remplie à merveille. S’ils
Parallèlement, le taux d’équipement des
six jours dont un week-end, la Photokina attire
racontent tout ce qu’ils ont vu le soir en ren-
ménages en ordinateurs individuels a consi-
CANON : UN UNIVERS ENTIER SUR UN SEUL STAND
Les nouveautés du numéro un mondial de la photo avaient été dévoilées progressivement,
du milieu de l’été jusqu’aux heures chaudes précédant l’ouverture des portes de ce que
les familiers appellent la « Kina ». On y a donc retrouvé toute la panoplie maison, avec
une sorte de fête de l’EOS articulée autour du 60D, vedette de cette rentrée. Le successeur
du 50D est une sorte de synthèse de tout ce que peut faire un constructeur de ce niveau,
et il ne sera pas commode de le prendre en défaut au gré d’un argumentaire. Du processeur Digic-4 à ses 5,3 images/seconde en rafale, de son écran articulé à ses prises de vue
en 1080p, c’est peut-être une sorte de premier aboutissement absolu capable de répondre
aux attentes des chalands même exigeants. La famille des Ixus était elle aussi en pleine
effervescence, tandis que le compact expert G12 s’affirme comme l’un des « must » de sa
catégorie. Quant au PowerShot X30 IS, avec un zoom 35 fois, combinant le grand angle
(équiv. 24 mm) jusqu’au téléobjectif, il entre dans un axe de motivation de plus en plus pertinent, pour de nombreux adeptes d’une prise de vue très variée en styles, mais sans complication ni sacrifice sur la qualité des clichés. Un programme qui, déjà, s’annonce prometteur pour les visiteurs du prochain Salon de Paris, et pour les rayons spécialisés. 쐍
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
50
dérablement augmenté, facteur favorable qui
va largement contribuer à propulser la photo
numérique sur le devant de la scène. Ce court
rappel historique a juste pour objet de souligner l’une des caractéristiques fondamentales
de la photo numérique, son extraordinaire
inventivité et son incessante capacité d’innovation.
La photo numérique est aujourd’hui devenue
un marché de renouvellement. Les acheteurs
sont donc plus avertis et exigeants. « Le marché français est réputé pour être l’un des plus
techniques, nous confirme Christophe Bioulac
(Chef de Produits numériques pour Kodak
France), le consommateur français est exigeant mais fidèle aux marques. Le marché
français a été le premier à s’attacher à des spécificités techniques comme le grand-angle, la
FUJIFILM X100 : LA RÉPONSE À UNE ATTENTE
RECENSÉE DE COMPACTS HAUTES PERFORMANCES
Fujifilm n’a pas pu résister à la
tentation de créer une première
intégrale au moment du salon de
Cologne. Celle-ci prend une forme
élégante et très typée photo, une
sorte de signal pour une clientèle
potentielle qui sera agréablement
mise à l’aise avec ce look presque
« vintage ». Pourtant, le X100 est
un appareil à la pointe de la technique numérique. Il met en œuvre
un capteur CMOS de format APS-C,
avec un objectif à focale fixe (non
interchangeable). Nous sommes
pratiquement à l’opposé des tendances où se mélangent fonctions
multiples et traitement intégrés.
Tout est dédié à la qualité de la
photo, avec du processeur EXR
maison. Le viseur est à lui seul un
exercice de performances et
d’originalité, que traduit son qualificatif « d’hybride », décidément
très utilisé dans le monde de la
photo. Il combine une visée
optique et la vision des scènes et
informations en numérique : un
véritable plus à mettre en valeur
et montrer en point de vente.
Aussi sous les projecteurs, la 3D,
les bridges... 쐍
stabilisation de l’image ou encore la vidéo en
HD, au-delà du nombre de pixels et du zoom
de l’appareil ».
Dans un contexte de crise économique mondiale, les constructeurs auraient pu être tentés par le repli sur eux-mêmes et se rassurer
en proposant des appareils plus rudimentaires, remettant les innovations techniques
à des jours meilleurs. Fort heureusement, il
n’en a rien été.
Le numéro un européen du cadre photo fait
progresser le concept, avec à la marque Agfa
Photo ce séduisant tactile à longue autonomie,
qui conjugue le visionnage des photos sur un
mode très tendance « Pad »…
« De l’audace, encore de l’audace, toujours de
l’audace » comme aurait dit Danton. Les tendances émergentes des années précédentes
se sont développées librement. Dans la plupart
des cas, il s’est principalement agi d’affirmer
les évolutions déjà constatées en matière de
design ou d’ergonomie mais l’on a quand
même pu être surpris par la spectaculaire
montée en puissance de nouvelles familles de
produits (en particulier, les boîtiers hybrides)
ou de fonctions révolutionnaires (capture
d’image en 3D) que l’on n’attendait pas si tôt.
Pour tous les produits de grande consommation, le design est aujourd’hui devenu un critère essentiel. Il l’est a fortiori dans l’univers
high tech où il est à la fois perçu comme un
élément différenciant et où il est censé expri-
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
51
L
A
N O U V E L L E
I M A G E
L’IMAGE NUMÉRIQUE ET SES MARCHÉS
PANASONIC : LE MICRO 4/3 MAGNIFIÉ AVEC LE GH2
Il y a deux ans, lors de la Photokina 2008, Panasonic lançait une révolution dans l’univers de la prise de vue avec le premier de ceux que l’on appelle
aujourd’hui les « hybrides ». L’arrivée du Lumix GH2 peut à la fois être vue comme une manière de parachever la construction d’une belle panoplie,
et comme le point de départ d’une autre génération. Dans cette « machine », on trouve en effet un couple très en pointe constitué par le nouveau
capteur « Live MOS » ultrarapide et le processeur pour la vidéo Full HD baptisé « Venus Engine ». « C’est un produit avant tout destiné aux amateurs
avertis, et étudié pour la vidéo », explique Romain Cholet de Panasonic France, qui insiste sur un autofocus deux fois plus rapide que sur les modèles
précédents. Le viseur électronique de 1,5 million de points, la vidéo à 50 images/seconde, le réglage manuel du niveau du son constituent certains
des nombreux points d’amélioration susceptibles de motiver des clients auxquels cette référence sera facturée aux alentours des 1 500 euros. 쐍
mer les performances et le niveau d’excel-
vend le mieux ». Tous les coloris sont néan-
tier reflex K-r dans un choix de plusieurs cou-
lence du produit. Pour la photo numérique,
moins proposés et ce, d’autant que le public
leurs ». Un pari que les constructeurs n’au-
un autre impératif prévaut, celui de la compa-
féminin est le plus gros acheteur d’APN com-
raient jamais osé, il y a encore deux ou trois
cité. A tel point que cette qualité désigne à
pacts. Cette féminisation de la photo numé-
ans. Mais entre temps, les APN hybrides sont
elle seule tout un segment d’APN, les com-
rique touche aussi le segment des reflex, les-
arrivés et leur venue a contribué à lever les
pacts. Par nécessité, tous les appareils à desti-
quels étaient traditionnellement achetés par
inhibitions et à entériner l’obsolescence de
nation du plus large public étant devenus
un public très majoritairement masculin. « Les
certaines conventions. Chez Canon, on ne
compacts, il a fallu introduire d’autres codes.
femmes viennent de plus en plus au reflex,
joue pas encore avec toute la palette des cou-
Il ne suffisait plus de pouvoir glisser l’appareil
constate Yazid Belmadi (Pentax), c’est en par-
leurs mais on préfère intégrer l’écran orien-
dans sa poche et d’avoir à sa disposition un
tie pour cela que nous proposons notre boî-
table. « C’est un réel argument car l’écran
appareil photo stylo (à l’instar de la caméra
orientable facilite le cadrage et permet des
stylo qu’en d’autres temps, Alexandre Astruc,
prises de vues parfaites », s’enthousiasme
le célèbre théoricien du cinéma, appelait de
Salvatore Magistro (chef de gamme Produits
ses vœux), il fallait le rendre encore plus
compacts numériques chez Canon). Il est vrai
attractif, plus familier et du même coup, le
que l’on peut ainsi facilement prendre des
rendre accessible et séduisant pour tous et
photos en contre-plongée ou en plongée. Au
pour toutes et surtout pour les technophobes
milieu d’une foule, il devient par exemple plus
invétérés. Pari pleinement réussi puisqu’il ne
aisé de tenir l’appareil à bout de bras, au-des-
viendrait plus à l’esprit d’un fabricant de sor-
sus de sa tête, tout en s’assurant d’un parfait
tir aujourd’hui des APN compacts qui seraient
cadrage. Chez Pentax, l’écran offre un angle
seulement noirs ou gris métallisés. « Nous
sommes parmi les premiers à avoir proposé
des compacts avec des couleurs acidulées
de vision à 170°. « Ce qui garantit une visibilité
Nouveauté exclusive : le E5, dont le boîtier en
magnésium est mis à l’épreuve.
tout à fait correcte », précise Yazid Belmadi.
(Pentax). Le moniteur orientable se retrouve
alors qu’à l’époque, les seules finitions étaient
aussi sur le reflex D5000 proposé par Nikon.
le noir ou le silver, se souvient Matthieu Lanier
Pour Michaël Ponomarenko (Panasonic) : « L’écran
(chef de groupe Imagerie numérique pour Sony).
doit être non seulement orientable mais éga-
Aujourd’hui, la couleur s’est imposée et il est
lement tactile car l’utilisateur veut pouvoir
d’ailleurs bien difficile de dire quel coloris gé-
accéder simplement aux fonctions de son
nère le plus de ventes ». Michael Ponomarenko
appareil, sans avoir besoin de tourner une
(chef produits Panasonic Lumix G) est en
molette ». De son côté, Capucine Durouchoux
revanche plus réservé sur le sujet : « Nous ne
(Product Manager APN pour Samsung) sou-
sommes pas avares en déclinaisons de cou-
ligne que : « Les appareils photo sont dotés
leurs et nous avons ainsi sorti un boîtier G2
d’écrans de plus en plus larges afin d’offrir une
bleu en juin dernier, mais nous constatons
meilleure lisibilité. Et de nouveaux critères
que le noir demeure encore la teinte qui se
comme le grand-angle semblent de mieux en
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
52
mieux compris et intégrés par le consomma-
grand-angle. Il en va bien sûr de même pour
teur. Aujourd’hui, près d’un appareil vendu sur
toutes les fonctions destinées à faciliter
deux possède un grand-angle alors qu’en
l’utilisation de l’appareil ou à compléter son
2007, moins de 10 % des appareils en étaient
champ d’action. Dans ce registre, une palme
pourvus ». Quant à Christophe Bioulac (Kodak),
pourrait être décernée au petit Nikon Coolpix
il nous révèle que : « Fort de différentes
S1000pj qui réalise la prouesse d’intégrer un
études menées auprès des consommateurs,
vidéoprojecteur permettant ainsi de projeter
les appareils Kodak proposent les fonctions
instantanément les images réalisées.
techniques les plus plébiscités ». Au nombre
Des APN taillés pour l’aventure
desquelles il range la vidéo HD (dont nous parlons un peu plus loin), le grand-angle, les
écrans confortables pour la visualisation, les
Pentax : le Kr et depuis, le Ka :
les nouveautés pleuvent.
Avec ses célèbres petits boîtiers µ, Olympus
couleurs « fun », la fonction « Smart Capture »
lement les photos que l’on souhaite parmi les
est le précurseur incontesté de ces APN tous
qui règle les paramètres de l’appareil et le par-
milliers présentes sur son disque dur ».
temps, capables de résister aux chocs, aux
tage qui, avec le bouton « Share », permet en
Si pour la couleur du boîtier, il suffit d’aligner
intempéries et pouvant même s’utiliser sous
simplement trois clics et comme jamais aupa-
les appareils sur la table et laisser le client
l’eau. Le tout nouveau µ Tough 3000 qui sera
ravant, le partage de ses photos que ce soit
choisir en fonction de ses goûts et préfé-
disponible en novembre prochain reste plei-
par email ou via les sites de partage tels que
rences, l’écran doit en revanche faire l’objet
nement fidèle à ce concept. Ce boîtier de 12
Facebook, Flickr ou Kodak Gallery ». Et, pré-
d’une démonstration complète, au même
millions de pixels et disposant d’un zoom avec
cise-t-il : « Nous avons aussi des fonctions de
titre que l’optique pour faire constater la puis-
position grand-angle 28 mm est en effet anti-
marquage qui permettent de retrouver faci-
sance du zoom ou la présence de la position
chocs, étanche à 3 m, résistant au froid (-10° C).
CASIO : UNE AUTRE CRÉATIVITÉ
La marque japonaise n’a pas l’habitude de
se contenter des sentiers battus. Elle vient
de confirmer cette stratégie dans ses nouveautés dévoilées à Cologne. Observez-les
bien, car il y a dans cette offre de véritables
histoires à raconter aux clients, et des
armes de motivation aussi exclusives
qu’efficaces. Le premier exemple est donné
par le EX-H20G, un compact aux lignes
sympathiques qui combine la fonction prise
de vue et une exploitation originale du
GPS. Naturellement, l’utilisateur peut se
positionner géographiquement, et même à
l’intérieur d’un bâtiment, car le dispositif s’appuie parallèlement au repérage par satellite sur un système d’accélérométrie qui fonctionne en permanence. « Il consomme de l’énergie, mais l’autonomie, qui est un point
fort de Casio, reste encore très supérieure à celle que l’on trouve en
moyenne sur des appareils de catégorie comparable » explique Jean de
Gasté, chef produits chez Casio France. A partir de ce positionnement,
l’appareil se comporte alors en véritable guide, indiquant à l’utilisateur
où sont les lieux, monuments ou autres, à voir ou visiter, et à photogra-
phier. Pour ce faire, l’appareil est doté
d’une base de données où ont été stockées
des informations sur une impressionnante
quantité de villes, et une bonne dizaine de
milliers de points de vue sur la planète. De
quoi aussi bien planifier des voyages que
de savoir sous quels angles photographier
paysages ou monuments. Un excellent produit, à l’heure où arrivent les ventes de
cadeaux de fin d’année.
Autre nouveauté vedette qui fait appel à
une technique déjà bien mise en œuvre et
maîtrisée chez Casio : la prise de vue ultrarapide. Couplée à un traitement d’image lui aussi réalisé à grande vitesse,
le tout se retrouve sur le EX-ZR10 qui, à chaque pression sur le déclencheur, fait plusieurs captures avec des niveaux d’exposition différents.
Jusque-là, on retrouve une méthode bien connue des photographes. Mais
ici, l’appareil se charge des synthèses des meilleurs niveaux, délivre le
meilleur compromis, «débouchant» les zones trop sombres, remettant au
bon niveau ce qui serait trop lumineux. Et qui plus est, cet appareil ajoute
un véritable traitement artistique des clichés. 쐍
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
53
L
A
N O U V E L L E
I M A G E
L’IMAGE NUMÉRIQUE ET SES MARCHÉS
SAMSUNG VOIT LOIN AVEC LES HYBRIDES
Après l’arrivée du NX-10, appareil « à objectif interchangeable sans miroir » de bon aloi apparu
voici quelques mois, l’annonce du NX-100 aura sans doute été l’un des moments forts de cette
Photokina 2010 (même si l’appareil avait été présenté quelques jours plus tôt). Avec cette initiative,
le constructeur coréen confirme sa confiance dans ce concept, tout en lui donnant une nouvelle poussée en termes de spécificités. S’appuyant sur le même capteur CMOS en APS-C que le NX-10,
le NX-100 (présenté entre autre par une jolie dame partant du principe selon lequel tout ce qui est
tatoué etc.) vise une clientèle extrêmement large, allant du débutant, grâce à ses modes très automatisés, jusqu’aux connaisseurs qui se feront une joie de l’exploiter, s’ils le souhaitent, en mode totalement manuel. Ajoutons que le style de l’objet, aux nuances à la fois douces et racées, peut aussi
bien le faire apprécier des utilisatrices que d’une clientèle mâle et virile. Mais au-delà de ces spécificités fondamentales, il y a aussi l’amorce si ce n’est d’un concept, au moins d’une approche très
novatrice, avec un objectif qui devient aussi l’instrument par lequel se commandent les différentes
fonctions. La sélection de celles-ci se fait par une bague, et dès lors, la prise de vue est métamorphosée. On ne lâche plus cet objectif, pilotant ainsi les « i-fonctions. » Bien sûr, quelques objectifs intégrant cette technique ont été lancés, et d’autres vont très prochainement arriver. Une attraction au
cœur d’un stand immense, où les autres produits, compacts notamment jouent aussi les vedettes. 쐍
Et avec le Solar Pack, constitué d’un étui sport
Photokina l’Exilim-H20G, un APN compact avec
tions de détection automatique des sourires
en néoprène et d’un chargeur doté d’un pan-
fonction GPS intégrée.
ou des visages. Pour Christophe Bioulac
neau solaire, il joue en plus la carte écolo.
Et juste à condition de se retrousser un peu
(Kodak) : « La détection du visage est l’une des
« Nos boîtiers sont tropicalisés, c’est-à-dire
les manches, il ne serait guère plus difficile
fonctions les plus plébiscitées par les utilisa-
capables de résister à une pluie fine ou à la
d’installer un petit bocal avec quelques pois-
teurs ». Les APN sont aussi très souvent dotés
poussière, se félicite Yazid Belmadi (Pentax).
sons rouges (on ne parle même pas d’a-
d’effets spéciaux (Pop Art, sépia, encadre-
Nous avons aussi deux compacts étanches,
quarium) pour y plonger l’APN et procéder
ments colorés, etc.), fonctionnalités certes
aptes à photographier sous l’eau ».
ainsi in vitro non au rappel du principe
pas primordiales mais cependant amusantes
L’APN est désormais en mesure d’accom-
d’Archimède mais à la convaincante démons-
et souvent mal connues des utilisateurs. Il
pagner l’utilisateur dans toutes ses activités
tration de l’étanchéité de l’APN et prouver sa
convient donc de bien renseigner le client à
de plein air (en randonnée, au bord de la mer,
capacité à prendre des vues sous-marines. La
leur sujet Mais il est une autre fonction qui
sur un bateau, sur les pistes de ski et même au
plupart des APN intègre aujourd’hui les fonc-
s’est maintenant imposée sur les APN, au
fond d’une piscine). Malheureusement, force
est de constater que ces fonctions pourtant
très utiles et séduisantes sont rarement mises
en valeur dans les points de vente. En fonction des périodes de l’année, il ne serait pourtant pas difficile de les présenter avec des éléments de décor évoquant la mer ou la
montagne. Certains magasins pourraient également les rapprocher de l’espace où sont
proposés les GPS pédestres et jouer habilement la complémentarité entre les produits,
suggérant ainsi au client venu acheter un GPS
qu’il peut aussi acquérir un APN étanche et
inversement. Une idée à approfondir et ce,
d’autant que Casio vient de présenter à la
Le numéro un du cadre sur notre sol
multiplie les initiatives, avec une sensibilité fonctionnelle à la lumière
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
54
point de devenir essentielle, la vidéo. De plus
en plus d’appareils sont en effet capables de
filmer à 24 images/seconde, en HD (720p) ou
même en Full HD, un privilège naguère réservé
aux seuls boîtiers reflex. « La fonction vidéo est
aujourd’hui indissociable de la prise de vue
photographique. La Full HD apporte une résolution parfaite et une grande fluidité de
l’image filmée » affirme Michaël Ponomarenko
(Panasonic). Désormais, on retrouve cette
fonction déclinée sur la plupart des appareils.
Sympathique présentations de best-sellers de Kodak.
Là encore, une démonstration en magasin
nous semble indispensable !
vendeur doit garder cela à l’esprit et au bon
Autre point d’amélioration : les produits com-
Lancée il y a maintenant deux ans par Olympus
moment, savoir le glisser à l’oreille de son
municants doivent impérativement être expli-
et Panasonic, cette nouvelle famille d’APN,
client, se réservant ainsi la possibilité d’une
qués et démontrés au client final. Des espaces
baptisée ainsi parce que ces boîtiers à objec-
vente future. Il doit également faire étalage
convergence sont nécessaires afin de regrou-
tifs interchangeables sont difficiles à classer,
de tous les objectifs et accessoires qui accom-
per l’ensemble des produits capables de com-
mais aussi parce qu’ils font le lien entre les
pagnent le boîtier hybride. Ils ne seront pas
muniquer entre eux. Samsung travaille déjà
compacts et les boîtiers reflex est en train de
forcément tous achetés au même moment
avec certaines enseignes pour présenter des
s’imposer aujourd’hui comme une famille à
mais il est important que le client sache qu’ils
systèmes complets en mesure d’être connec-
part entière. Et ce, d’autant plus facilement
existent et qu’à tout moment, il a la possibilité
tés (TV, notebooks, téléphones mobiles, etc.) ».
que le segment des APN bridges est en très
de les acquérir pour compléter son équipe-
nette perte de vitesse. Le renfort apporté
ment et enrichir ainsi sa pratique photogra-
cette année par Sony et Samsung, contribue à
phique. A près nous avoir déclaré que : « L’une
La 3D, vecteur
de l’homme culturel ?
le crédibiliser encore un peu plus et à asseoir
des volontés de Samsung était de prendre le
sa légitimité.
leadership sur la nouvelle catégorie des famil-
Selon l’ethnologue Marc Augé : « L’homme cul-
Ces appareils sont intéressants à plus d’un titre
les hybrides », Capucine Durouchoux (Samsung)
turel est en relation avec d’autres et cette
car ils s’adressent bien sûr à des utilisateurs de
constate que : « Les réseaux se posent actuel-
dimension relationnelle donne du sens à son
existence ». Pour faciliter et accroître cette
compacts, qui, quelque peu frustrés en constatant les limites de leur APN, éprouvent le
mise en relation, il se dote de techniques et
besoin de se tourner vers un produit pas trop
d’outils adaptés. Internet et ses réseaux, la
encombrant leur offrant plus de possibilités.
téléphonie mobile en sont les meilleurs
Mais ces hybrides ou compacts à objectifs
exemples actuels. Mais certaines évolutions
interchangeables comme on les appelle égale-
techniques peuvent aussi générer des pas-
ment peuvent aussi séduire des utilisateurs de
sages inattendus, des points de rencontres et
reflex qui ont envie de s’affranchir de certaines
être ainsi conduites à faire communiquer des
contraintes liées à l’emploi de ces appareils. Il
appareils entre eux.
est souvent malaisé en effet de devoir empor-
Lancée l’année passée, la 3D s’invite aujour-
ter avec soi
d’hui sur les appareils photo et entre par
un sac rempli d’objectifs et
conséquent en relation avec les écrans TV 3D
d’accessoires lourds et encombrants. Ce que
nous confirme Matthieu Lanier (Chef de Groupe
Imagerie numérique pour Sony) : « L’APN compact à objectif interchangeable est une nou-
Avec le miroir semi-transparent, Sony a peut être
créé une segmentation nouvelle, entre le bridge
et les reflex classiques.
ou les nouveaux cadres photo numériques 3D.
Dès ses débuts, l’image photo numérique
s’est naturellement affichée sur les écrans
velle catégorie qui va prendre de plus en plus
lement des questions sur la présentation en
d’ordinateurs dans un premier temps puis sur
de place sur le marché français. Lors de nos
linéaires des produits hybrides. Pour notre
les écrans TV. A l’instar des notebooks, certains téléviseurs furent d’ailleurs judicieuse-
études réalisées avec des consommateurs, plus
part, nous estimons que ce marché sera équi-
de 80 % des personnes interrogées pensent
valent au marché des catégories reflex, d’ici
ment pourvus d’emplacements pour cartes
que le reflex est un appareil réservé aux
deux ans. Il faut donc travailler sur les linéaires
mémoires. La surprise de voir l’image 3D venir
experts. Il est trop gros, trop encombrant et
photo rapidement et certaines enseignes
aussi vite à la conquête de la photo numé-
souvent perçu comme un produit anxiogène ».
(toujours très novatrices sur les nouveaux for-
rique n’en est pas moins grande !
L’un des intérêts de l’APN hybride ne serait-il
mats) ont déjà commencé à adapter les
Récapitulons. Il y a deux ans, Fujifilm sortait le
W1, tout premier appareil photo 3D grand
pas précisément de tendre une passerelle
linéaires de l’ensemble de leur parc. La caté-
vers l’univers des reflex qui impressionnent
gorie hybride, pour être comprise et intégrée
public. Après ce galop d’essai, la marque lance
encore bon nombre de néophytes ? Une fois
par les consommateurs, doit rapidement dis-
aujourd’hui le FinePix Real 3D W3. L’enre-
familiarisés avec les objectifs interchan-
poser d’un espace dédié entre les compacts
gistrement des images est réalisé grâce à la
geables, les possesseurs d’un APN hybride
experts et les reflex grand public avec pré-
combinaison de 2 capteurs CCD de 10 millions
pourront en effet avoir envie de sauter le pas
sentation des systèmes entiers (boîtiers et
de pixels chacun. Leur combinaison permet de
et d’acquérir finalement un boîtier reflex. Le
accessoires).
créer l’effet de relief. En moyenne, nos yeux
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
55
왘왘
L
A
N O U V E L L E
I M A G E
L’IMAGE NUMÉRIQUE ET SES MARCHÉS
Les hybrides passionnent déjà les foules.
Cette belle collection de Sony a de surcroît
des affinités avec la 3D.
sont espacés d’environ 6,4 cm. La distance
elle n’est pourtant pas si saugrenue. Car si l’on
entre les capteurs du Fujifilm Fine Pix W3 a
prend des photos en 3D, c’est bien évidem-
stratégiques, renseigneront la clientèle sur
été augmentée d’environ 20 % afin de générer
ment pour les regarder et sans doute plus
cette possibilité nouvelle, réaliser ses photos
cet effet de relief. L’appareil est également
encore, pour les montrer en 3D à son entou-
(et même ses vidéos) en 3D.
équipé de deux blocs optiques Fujinon parfai-
rage. Mais ne nous leurrons pas. Dès demain,
Cette année, il devrait se vendre environ 3,5
tement synchronisés. Les images 3D réalisées
les clients ne vont pas pousser les portes des
millions d’appareils photo parmi lesquels 3 %
des éléments de PLV qui, placés à des endroits
avec l’appareil peuvent être regardées sur un
magasins avec l’intention d’acquérir un APN
à 4 % seront des appareils hybrides. La photo
écran TV 3D. Fujifilm propose aussi le FinePix
3D. Bien peu d’ailleurs sauront qu’une telle
numérique est assurément le seul secteur de
Real 3D V1, un cadre photo numérique per-
possibilité existe.
l’électronique grand public qui évolue aussi
mettant de visualiser les images 3D sans
vite et qui, en dépit d’un contexte écono-
De la théorie
à la mise en pratique
croissance. Les évolutions techniques présen-
d’optiques 3D interchangeables avant la fin de
Ce sera donc au vendeur de les en informer et
quement mises en avant dans les points de
l’année. Pour ces deux marques, présentes à
mieux encore, de leur en faire la démonstra-
vente avec des explications valorisantes et de
la fois dans la photo numérique et dans le
tion. Pour ce faire, un rapprochement et des
solides démonstrations à l’appui.
domaine des écrans plats, la 3D présente un
échanges suivis entre les rayons TV et les
La vente n’est pas une science, c’est un savoir-
double intérêt. « Il y a une vraie convergence
linéaires photo devront s’instituer. Chez
faire qui repose sur des méthodes éprouvées.
3D qui peut maintenant s’appréhender comme
Panasonic, on nous dit préparer activement
lunettes. Sony n’est pas en reste avec le DSCTX9, un APN compact qui photographie en 3D.
Et de son côté, Panasonic a annoncé la sortie
mique difficile, affiche toujours une aussi belle
tées par les marques doivent être systémati-
une solution globale » observe Michaël Pono-
Mais elle doit nécessairement adapter celles-ci
en fonction d’éléments conjoncturels et
marenko (Panasonic). Cette convergence fait
d’évolutions ponctuelles ou structurelles. A ce
bouger les lignes. C’est une chance et un
titre, elle doit s’appréhender comme une épis-
atout que la distribution doit s’appliquer à
témé praktiké (science pratique) pour re-
mettre en avant. Mais pour ce faire, elle doit
prendre la typologie de Platon. Le vendeur ne
aussi se remettre en question et penser à la
doit plus se contenter de rester derrière son
mise au point d’une nouvelle approche de la
comptoir à énumérer les caractéristiques d’un
vente. Chez Sony, on nous dit avoir réfléchi
APN qu’il aura négligemment pointé du doigt,
avec certaines enseignes (Boulanger, Darty,
sur un rayonnage. Il lui faut suivre le mouve-
Fnac notamment) au moyen de rapprocher les
ment et adopter la révolution amorcée par la
deux univers. Des APN au rayon des télévi-
photo numérique.
seurs 3D ? L’idée pourrait prêter à sourire mais
Qui devinera le message
caché derrière ces lunettes ?
Sanyo avec ses Xacti continue de séduite en Full HD et format mini. Et silence, on tourne !
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
56
쐍
Christophe Perrier
Vite ! Il faut
,
s’abonner à DVSM
c’est la saison
des économies !
Electronique grand public,
Electronique embarquée,
Micro informatique, Multimédia,
Soho, Télécommunications,
Loisirs interactifs, Logiciels,
Services en ligne, Accessoires
Enseignes, marchés, rayons,
chiffres, dossiers spéciaux,
enquêtes, reportages, interviews,
nouveautés, produits,
technologies
Chaque mois dans DVSM,
toute l’actualité
des professionnels
de la distribution
S’abonner à DVSM, à La Lettre de DVSM,
ou aux deux à la fois, c’est l’affaire d’un clic sur www.dvsm.fr
Important : Vos abonnements peuvent être pris en compte dans le budget formation de votre entreprise, conformément aux
dispositions résultant de la circulaire du Ministère du Travail n° 147, du 17/08/1989, relative à la formation professionnelle.
Bulletin d’abonnement à « TOUT DVSM »
DVSM le magazine et DVSM La Lettre
A retrourner accompagné de votre règlement * à Retail Dynamik France - Service abonnements : BP 76 – 93270 – SEVRAN - France
Je choisis de souscrire :
1 abonnement d'un an à TOUT DVSM, soit 24 n° de DVSM La Lettre (dont 4 gratuits) et 12 n° de DVSM le Magazine (dont 2 gratuits),
soit 36 numéros en tout, au prix exceptionnel de 299 euros au lieu de 369 euros.
2 à 9 abonnements à TOUT DVSM, au prix exceptionnel de 259 euros l'abonnement seulement.* *
10 abonnements minimum à TOUT DVSM, au prix exceptionnel de 239 euros l'abonnement seulement.* *
Nom : ............................................Prénom : ................................................................Fonction : .............................................
Société : ....................................................Adresse :..................................................................................................................
Code Postal : ..................................Ville : ..........................................................................Pays : .............................................
Date : ......................... Signature : (obligatoire).
Nombre d'abonnements commandés :
* Chèque ou avis de virement. ** Pour les abonnements multiples, merci d'indiquer les noms et adresses
Conditions valables pour la France métropolitaine exclusivement. Autres destinations : nous consulter.
R
E N C O N T R E
Benoît Dedieuleveult, patron de la division
Image de Nikon France, ne dissimule en rien les
visées de la marque dans l’Hexagone.
A la Photokina, Nikon
a comme de
coutume multiplié
ses démonstrations.
Une animation toute
vibrante qui à elle
seule témoigne des
ambitions de la
marque. Pour cette
fin, les moyens sont
présents.
Nikon :
Esprit de
conquête
Compacts en
couleurs et sympas :
panoplie S5100,
produit de séduction.
« Nous sommes numéro un en volume »
indique sans détour Benoît Dedieuleveult,
graphique de panel à l’appui. « Nous
étions à 17 % de parts de marché en juin
et à 18 % en août ». Performances ponctuellement observées, que le directeur
général de la division image de Nikon
France rapproche d’une montée en puissance fort régulière. « Si l’on observe les
cumuls annuels à fin de mois de juin successifs, nous voyons que nous étions en
2007 à 12,3 %, en 2008 à 13,5 %, en 2009
D3100 : une
nouvelle vedette au
royaume du reflex.
Avec le P7000, c’est un superbe
compact expert que propose le
constructeur, avec des
performances dignes d’un
reflex.
à 14,8 %. Notre progression est régulière depuis quatre ans. » Et lorsque l’on
évoque les ventes en valeur, Benoît
Dedieuleveult ne se fait pas moins volontaire : « Nous sommes pour le moment
numéro 2 à quelques décimales près, et
nous visons logiquement la place de
numéro un, que nous espérons conquérir dès l’automne ou en 2011 ».
Comment faire pour atteindre cette
croissance ? « Il faut bien sûr de bons produits, et une bonne communication, ce
qui, malgré tout, ne suffit pas », explique
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
58
en substance Benoît Dedieuleveult. Côté
bons produits, la firme n’a pas à rougir
de son offre. Le Coolpix S 3000 s’est
affirmé être la référence la plus vendue
au cours de l’année 2010, et pas seulement d’une longueur : « nous avons
vendu 30 000 pièces en juillet ! » La collection de cette saison, avec les nouveautés en vedette sur le stand de
Cologne, a tous les atouts pour permettre un solide succès. Mais le second
étage de la fusée se trouve dans la communication. Elle inonde d’ailleurs le
Sous un slogan déclinable
en une infinité de propositions
invitant le consommateur dans son
univers, Nikon conduit une progression
particulièrement régulière depuis 4 ans.
stand de la Photokina, le « I am » étant
décliné en de multiples variantes, toutes
impliquant le consommateur ou utilisateur éventuel.Tout comme ce fut le cas
en France -et bien sûr en français- à travers les « je suis », notamment des campagnes télévisées. Une communication
qui, selon Benoît Dedieuleveult, a réellement marqué une rupture « et donne un
nouvel élan à l’image et à la dynamique
de la marque ».
Dans la panoplie des instruments qui
aident cette progression, impossible de
Proposition unique
sur le marché : ce S1100 pj
est armé d’un petit projecteur
intégré capable d’être exploité
en toutes circonstances.
ne pas évoquer les services conçus pour
la clientèle. « une gamme de services
innovants, qui génèrent des usages
riches ». Il y a bien sûr le N Club, où chacun peut s’inscrire et créer son espace.
« Nous pensions avoir 15 000 amateurs
sur cet espace, en fait, il y en a 35 000,
qui ont déposé 180 000 photos ». Il
aurait pu y en avoir davantage, mais leur
nombre a été volontairement limité, afin
de se concentrer sur la valeur, et favoriser les challenges ou les tournois.
Benoît Dedieuleveult évoque aussi
l’espace Nikon Pro, réservé aux professionnels. Il va se magnifier, au 88 du boulevard Beaumarchais à Paris. Il a permis
d’abriter de nombreuses journées d’assistance sur des évènements (F1 à Monaco,
Le S3000, produit le plus vendu
cet été en France dans sa catégorie.
Distribution, Ventes & Services Magazine n°
59
91
Roland Garros, etc.). La Nikon School fait
aussi partie de cette panoplie. Elle
accueillait 200 journées de formation par
an, dont une petite proportion pour la
distribution. Elle aussi va prendre de nouvelles dimensions, afin d’assurer un
nombre de services nettement amplifié.
Et bien sûr, la progression passe aussi par
la distribution, et par un travail d’ampleur
avec le terrain. La mise en place des produits dans des box-palettes ou même du
« mobilier provisoire » à l’image de certaines enseignes est au nombre des nombreuses recettes merchandising mises en
œuvre. Des produits font aussi l’objet
d’une mise en valeur dans des boîtiers
cristal prêts à être placés sur broches,
dans des linéaires conçus pour cet usage,
ou sur des présentoirs spécifiques. La
chaîne ne connaît pas de rupture, jusqu’au
contact avec le chaland. Et il faut ajouter
aussi que dans sa stratégie, la filiale française ne lésine pas sur les approvisionnements. Il est hors de question d’engager
toute cette procédure pour que surviennent des chutes d’activité liées à des
manques de produits.
En clair, un travail intense, méticuleux, qui
permet à la marque d’optimiser mise en
valeur, visibilité et lisibilité des offres sur
le terrain. Ajoutez à cela une image
légendaire : il n’y a dès lors plus d’obstacle à une avancée puissante dans les
ventes. 쐍
R
E N C O N T R E
HP :
Valoriser
les
différences
Alors que le marché des ordinateurs s’anime
plus que jamais à travers tous ses segments,
Hewlett-Packard multiplie ses initiatives
pour une montée en valeur dans les rayons.
Dominique Astier, de HP France, présente un produit
dont le sympathique design est loin d’être le seul atout.
Bleu, élégant, d’une texture tout en
finesse, un peu pastel, le petit netbook
est posé sur le bureau. Dominique Astier,
directeur commercial PC et accessoires
de HP France commente : « C’est l’un
de nos produits de fin d’année. » Il souligne que sa belle finition n’est pas seulement appliquée aux parties visibles de
l’appareil. Tout comme pour un élégant
notebook aux nuances écrues, dont le
grain offre au toucher une sensation de
raffinement, l’habillage n’est pas que de
façade. Nous sommes pas que dans la
tendance. L’apparence du produit traduit
l’esprit de sa conception tout entière.A
propos de ces finitions élégantes et soignées, Dominique Astier commente :
« Nous pensons qu’il y a une demande,
et la philosophie de HP est d’être présent là où la demande est identifiée, sans
agressivité ». Certes, les produits sont
élégants, et même séduisants. Mais leurs
atouts ne s’arrêtent pas là.
« Nous avons cette chance de disposer
d’un portfolio très large, concède
Dominique Astier. Notre offre va du netbook au desktop en passant par les
notebooks. Elle se prolonge par les systèmes d’impression, les consommables
et les accessoires (claviers, souris, hautparleurs, bagagerie, etc.). Nous disposons
d’une chaîne complète ». Une panoplie
qui permet effectivement à la marque,
habituée aux plus hautes marches du
podium sur les marchés où elle diffuse sa
production, de déployer une image cohérente et intéressante sur l’ensemble de
l’univers. « C’est sympathique en matière
d’offre, mais nous mettons aussi tout en
œuvre pour permettre derrière tout
cela une montée en gamme ». Pour le
segment des premiers prix, HP dispose
de la marque Compaq, une vraie marque
A, avec laquelle la firme propose des
Envy : tout en
textures et en
fonctionnalités
produits conformes à ce que demande
le consommateur à ce niveau de marché.
« A partir de là, nous avons développé la
marque HP « G », pour faire le lien entre
notre entrée de gamme et la ligne des
PC Pavilion, et au-dessus, se place notre
marque Envy, plus élaborée. Et nous
avons aussi dans le domaine des desktops les HP Elite.Toutes ces lignes ont du
design, des fonctionnalités et des arguments véritablement différenciants.
Nous estimons qu’il est primordial
d’assurer que les distributeurs jouant
notre marque vont réellement pouvoir
faire des ventes à valeur ajoutée. » Et
précisément, le style des produits permet de proposer des ensembles d’une
esthétique cohérente à la clientèle, sur la
totalité de la chaîne. « Nous bâtissons
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
60
d’ailleurs très souvent des opérations
croisées avec nos collègues de l’impression. Comme celle créée récemment
avec laquelle la vente d’un PC et d’un
multifonction tout-en-un permet au
client de bénéficier d’un remboursement
de 50 euros ».
Une démarche que Dominique Astier
place dans une stratégie claire : multiplier
les initiatives pour que le panier moyen
ne soit pas limité à ce qu’apporte
l’entrée de gamme. «Vendre un netbook
à 199 euros, c’est facile, mais pas forcément très constructif. Vendre le même
produit avec une valeur ajoutée à 249,
299 ou même 349 euros, cela devient
plus intéressant ». On trouve d’ailleurs
dans cet esprit une hiérarchie de positionnements dans la marque avec, pour les
netbooks, un premier prix à 249 euros, et
une ascension jusqu’à 349 euros ».Certes,
il n’y a dans cette démarche aucun refus
des volumes. La distribution, pour toutes
les familles d’équipements, fait part
d’attentes en termes de compétitivité,
« et c’est notre travail d’y répondre, mais
nous ne perdons jamais de vue cette
notion de valorisation des actes de
vente. »
Un point essentiel, et qui ne peut se
résumer à une simple volonté affirmée.
Car dans les rayons, les produits ne traduisent pas forcément sur un simple
regard toutes leurs spécificités. « Il y a
des fonctionnalités qui sont de vrais
arguments, et nous travaillons à magnifier à travers elles l’offre de nos produits ». Depuis près de deux ans, c’est
ce qui se réalise à travers les théâtralisations en points de vente, par du shop-inshop ou du « corner » que HP baptise
« Design shops ». Une cinquantaine de
ces dispositifs a déjà trouvé place dans
des établissements d’enseignes variées
(Carrefour, Leclerc, Boulanger, etc.).
« Nous visons une soixante de design
Shops installés d’ici la fin de l’année ».
Démarche qui ne se limite pas à l’installation d’un décor. Pouvant aller du dispositif s’intégrant dans un linéaire, et qui
permet d’en rompre le côté « alignement », jusqu’à des mobiliers plus conséquents, cette mise en place est enrichie
par un accompagnement des forces de
vente. Dominique Astier ne dissimule pas
le travail important déployé en amont.
Celui-ci n’a pas pour objet de développer les connaissances techniques des
vendeurs. Tout est imaginé pour que
ceux-ci, face aux consommateurs, puissent argumenter sur les fonctions et les
usages, pour les rendre totalement compréhensibles. Il évoque ainsi sur certains
PC une touche « Quick Web », qui per-
clientèle qu’il faut savoir prendre en
compte ». Dans les points de vente où
les Design Shop et l’accompagnement
des forces de vente sont mis en œuvre,
« nous démontrons que le prix moyen
des ventes réalisées sur nos produits est
supérieur de 15 à 20 % à ce qui s’observe
dans les autres points de vente ».
HP cultive donc cette présence et ce lien
avec les intervenants du terrain, notamment en faisant intervenir ses équipes de
commerciaux et de merchandisers, sans
pour autant « prendre la main » à la place
de ces professionnels. « Nous accompa-
Elégance :
TouchSmart.
plus en plus de perfectionnements (BluRay, 3D sont au programme de la fin
d’année chez HP), les ordinateurs dits de
bureau rencontrent aussi des attentes
nouvelles qui se multiplient, comme par
exemple celle consistant à pouvoir stocker à la maison et en un seul endroit des
quantités importantes de films ou de
photos. « Là aussi, ce sont des axes qui
permettent de déployer des argumentaires pertinents, pour un segment qui a
été bien redynamisé depuis le lancement
de Windows 7 ».
Cette évocation nous permet de revenir
sur l’accompagnement des circuits de
distribution. Si les équipes de merchandisers de HP couvrent quelques 500 magasins par mois, la formation est aussi un
travail sur lequel la firme ne relâche pas
ses efforts. « Nous formons 1 000 vendeurs par an, sur l’ensemble de nos
gammes, dans des sessions localisées. Les
revendeurs en sont d’ailleurs très demandeurs », constate Dominique Astier, qui
reconnaît en cela un atout très spécifique à HP, par rapport à d’autres interPortable HP
Mini : flashy !
Pavilion :
valeur sûre
met à un utilisateur d’accéder en moins
d’une minute à toutes les fonctionnalités Internet. Ou encore la touche
« Quick Sync » permettant depuis un
appareil nomade de se connecter sur un
PC de bureau directement dans un
répertoire (et d’en ressortir, transferts
et autres opérations effectuées). Même
des fonctions « Cloud » peuvent être
mises en œuvre, comme par exemple
pouvoir disposer pendant une durée
déterminée de 100 Go en ligne. Autant
d’atouts qui ne participent à la motivation que s’ils sont signalés et expliqués.
D’autant que le monde de l’ordinateur a
fortement évolé.
« Nous sommes passés de l’époque d’un
PC pour tous à celle « d’un PC pour
soi », ce qui entraîne des attentes dans la
gnons aussi notre démarche avec de la
génération de trafic. Nous faisons beaucoup de campagnes de publicité, comme
celle lancée en septembre, où l’on voyait
deux jeunes personnes équipées de produits sympathiques ». En clair, c’est de la
génération de trafic et une démarche
visant le positionnement des produits.
La plus significative des évolutions
récentes du marché est en effet, selon
Dominique Astier, « la forte évolution de
la mobilité. Or, les produits mobiles permettent d’afficher une certaine stature. Il
y a avec l’ordinateur portable un côté
achat social. Les utilisateurs sont enclins
à changer plus vite leurs ordinateurs.
Cela crée une dynamique, amplifiée par
le phénomène netbooks ».Alors que les
notebooks se maintiennent en offrant de
Distribution, Ventes & Services Magazine n°
61
91
venants « ne disposant pas forcément de
toutes ces ressources ». D’autant que le
réseau peut aussi compter sur un service très efficace. « Pour tous les points
de vente qui travaillent nos produits,
nous sommes en mesure de retourner
les équipements en cinq jours après un
passage dans nos ateliers de SAV. »
Une stratégie d’ensemble finalement
très efficace, face à une distribution qui,
comme le confirme Dominique Astier, a
pleinement compris désormais l’importance de développer une excellente lisibilité des offres dans les rayons, résultante un peu de la crise, mais aussi et
surtout du fait que « désormais, les
acteurs qui vendent des PC sont nombreux, et la concurrence est réellement
devenue très active ». 쐍
T
O U R
D E
G A M M E
ch :
e
t
i
g
Lo
r
e
s
i
m
i
t
p
O
’l œil x
i
o
v
et la
La veille technologique et la volonté de
s’adapter à l’évolution des équipements
audiovidéo et informatiques est une des
clés du succès de Logitech, numéro 1
mondial sur les périphériques personnels.
« Notre rôle est d’apporter des produits
qui offrent à l’utilisateur la possibilité de
tirer le meilleur parti de son matériel tant
sur la performance que sur le confort
d’utilisation, et parallèlement, aux distributeurs, le moyen de développer des
ventes complémentaires et de fidéliser
leurs clients » résume Gérard Isabel,
Country Manager France de Logitech.
Forte de ce constat, la marque présente
cette saison une panoplie de nouveautés
technologiques qui privilégient la mobilité, le sans-fil, le confort, l’ergonomie et
la simplicité d’usage.
Historiquement positionné sur les périphériques informatiques, qui restent son
point fort, Logitech s’est, sur ces dernières années, ouvert aux périphériques
de l’audio et de la vidéo, notamment
avec ses télécommandes universelles
Harmony. La gamme, qui a battu des
records de vente en 2009, s’est enrichie
de nouveaux produits : Harmony 300i,
Harmony 600 et Harmony 650 Remote.
Une de leurs particularités est la simplicité de configuration via Internet.
Partant du principe selon lequel les hautparleurs incorporés dans la plupart des
La souris reste
une spécialité Logitech
renommée.
l’iPhone, avec le haut-parleur rechargeable 275i, doté d’une autonomie sur
batterie de 8 heures. L’audio en toute
liberté a aussi inspiré le Logitech
Wireless Headset. « Cela permet de se
déplacer sans entrave lors de ses
conversations avec des collègues ou des
proches ou simplement de se divertir »
commente Gérard Isabel. Récemment
arrivé sur le très prolifique marché des
casques intra auriculaires avec Ultimate
Ears, Logitech cible cette année une nouvelle clientèle avec 5 séries d’écouteurs
inspirés - motifs et couleurs - de différents styles musicaux.
Technologie, design, confort et
simplicité d’utilisation sont au
rendrez vous des nouveautés de
Logitech qui, à côté des
périphériques informatiques,
accentue son développement
vers ceux dédiées à l'audiovidéo.
Progrès à l’œil
et des milliards de souris
notebooks sont petits et ne peuvent pas
reproduire fidèlement un son puissant,
Logitech a également fait de la qualité
audio un axe de développement. Les
nouveaux-hauts parleurs Logitech Wireless Speaker Z515 fonctionnent dans un
périmètre de 15 mètres à partir d’un
notebook ou netbook, d’un iPad ou d’un
iPhone. Le Wireless Laptop Speaker
Z305 produit un son panoramique sur
360 degrés et se fixe aisément à l’arrière
de l’écran d’un notebook, ce qui permet
de l’utiliser partout.
La firme cible spécifiquement l’iPod et
Si le constructeur améliore le son de
l’ordinateur, il perfectionne aussi son œil
avec de nouvelles webcams HD associées au logiciel Vid, téléchargeable gratuitement. Fer de lance de cette nouvelle
famille de caméras HD, la Logitech HD
Pro C910 associe les fonctions d’appels
vidéo HD, d’enregistrement en 1080p et
de téléchargement HD en un clic vers
FaceBook et YouTube. La caméra peut
aussi prendre des photos et les envoyer
par courrier électronique. Egalement disponibles, la webcam pro C510, version
portable de la HD, ou les HD C310 et
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
62
C210. La haute définition se retrouve
encore sur les systèmes de vidéo surveillance grand public Logitech Alert,
simples à configurer et permettant de
surveiller domicile, commerce ou extérieur à tout moment et quelles que
soient les conditions météo.
Le chapitre des nouveautés n’oublie pas
les grands classiques de Logitech, les
périphériques informatiques, et notamment les souris qui ont franchi le cap du
milliard d’exemplaires vendus depuis fin
2008. Récemment, le constructeur a
annoncé le million d’exemplaires pour
les seuls modèles sans fil. La nouvelle
Mettez la puce à
l’oreille des vos
clients avec ces
écouteurs tendance.
sans-fil est une souris dotée de 13 commandes programmables, un clavier intégrant la technologie d’affichage LCD
GamePanel, une exclusivité Logitech et
fonctionnant en Dolby Surround 7.1. Les
joueurs pourront aussi profiter des
enceintes de haut de gamme Z623, certifiées THX, à connecter à un ordinateur
ou un téléviseur, pour une onctueuse
immersion complète dans l’univers du
son.
Logitech suit l’évolution des produits
mais aussi les nouvelles façons de les utiliser. Le clavier K800 est rétro-éclairé et
le socle Speaker Lapdesk N700 met le
son home cinéma sur les genoux, grâce
à ses enceintes incorporées, son ventilateur intégré et sa base rembourrée. « Si
le notebook est utilisé à 90 % posé sur
une table ou un bureau, 60 % des utilisateurs s’en servent aussi sur un canapé
et 30 % sur un lit, » explique Gérard
Isabel qui ajoute que par ailleurs, 70 %
des adeptes du notebook peuvent utiliser leur appareil dans la pénombre, voire
dans l’obscurité.
Cette orientation vers toujours plus de
confort et de plaisir, que ce soit pour
visionner un film, écouter de la musique
ou communiquer avec ses amis, s’inscrit
dans une stratégie d’évolution, qui, selon
les principes du Feng Shui, entend aider
ses consommateurs à intégrer la technique de façon optimale dans leur habitat. Un principe et un art chinois plus
que millénaires, se rapportant à l’eau et
au vent inspirant l’harmonie de l’énergie,
qui peuvent avec une telle offre se glisser
également dans les rayons pour faciliter
des ventes confortables. 쐍
La webcam
haute définition
et haute couture
à la fois.
souris haut de gamme,Wireless Trackball
M570, sera disponible à la vente en
octobre. Elle est compatible avec le
dongle Uniflying, une technique exclusive
Logitech qui permet de commander plusieurs appareils sans fil de la marque sur
le même mini récepteur et
d’économiser ainsi des ports USB.
La technologie s’associe au ludique avec
la Collection Fantasy Color qui propose
des coloris chatoyants et des motifs
uniques autour de produits coordonnés,
souris, clavier, enceintes, socle de refroidissement, housses de portables...
« La Fantasy Collection, ajoute de la fantaisie à certains de nos accessoires et
périphériques informatiques les plus
populaires, les plus abordables et les plus
faciles à utiliser », souligne Gérard Isabel.
La collection devrait aussi favoriser
l’achat d’impulsion.
Autre point fort de la marque, les accessoires «gaming» qui bénéficient de
l’extension de la série G, avec un casque
L’usage du
notebook doit se
pratiquer dans le
meilleur confort.
GB
Distribution, Ventes & Services Magazine n°
63
91
Electronique embarquée :
Plus d’atouts que jamais
A l’heure du Mondial de l’Automobile 2010, crise économique, évolution de l’industrie et
progrès du numérique remettent les ventes de l’aftermarket pleinement dans la course.
Tous les deux ans, le Mondial de l’Automobile place sous les projecteurs de
l’actualité le bien d’équipement le plus
lourd du budget des ménages, mais aussi
le plus passionnel aux yeux de nombreux
consommateurs. Ce salon reste le plus
important au monde en termes de fréquentation (environ 1,5 million de visiteurs) dans l’univers des manifestations
grand public, toutes familles de produits
confondues. En 2010, il prend une couleur particulière. C’est le premier
d’après-crise, et il souligne à quel point le
créneau de l’industrie automobile a été
bouleversé par les turbulences économiques et financières de la période
2008-2009.
L’industrie automobile elle-même appa-
raît comme métamorphosée et convalescente à la fois. Les cessions les plus
spectaculaires qui, pour certaines d’entre
elles, datent de bien avant la crise (ce qui
révélait déjà de profondes évolutions),
symbolisent bien cette mutation. Si l’on a
un peu oublié les passages spectaculaires
de figures de légende britanniques (Mini
chez BMW, tout comme Rolls-Royce ou
Bentley chez Volkswagen), l’arrivée de
Jaguar et des gammes Range Rover, abandonnés par Ford, chez l’indien Tata, était
déjà le symptôme d’un séisme d’ampleur.
Depuis, le numéro un mondial d’hier,
General Motors, est passé par le dépôt
de bilan et un dégraissage plus qu’énergique. Tandis que Chrysler, le troisième
géant américain, est devenu une filiale du
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
64
groupe Fiat. La plupart des constructeurs
« seconds couteaux » ont connu des
destins divers, à tel point que bien malin
est aujourd’hui celui qui peut sans hésiter dire à qui appartiennentVolvo (repris
par le chinois Geely) ou Saab (propriété
du néerlandais Spyker). Parallèlement,
l’industrie japonaise, qui s’octroyait de
plus en plus de parts de marché, a subi
de graves incidents (avec rappels de millions de véhicules sur tous les continents), voyant son ascension conquérante se gripper.Tandis que des groupes
coréens, taiwanais et même chinois commencent à menacer les acteurs historiques : le monde ne se refait pas que sur
le théâtre de l’électronique.
Paradoxalement, la mauvaise conjonc-
L’ÂGE DU PARC EST AVANCÉ
Des équipements de l’automobile aux statistiques sur les accidents, les raisons d’observer dans le détail l’évolution du parc
et les usages des personnes motorisées « auto » sont multiples.
Crise aidant, mais pas uniquement, car le phénomène est antérieur aux turbulences économiques, l’âge moyen des véhicules
s’allonge. En 1995, celui-ci était de 5,9 ans. Il est de 8 ans fin
2009, après avoir culminé à 8,2 ans en 2007. Mais les
ménages conservent leurs voitures plus longtemps : 4,9 ans
aujourd’hui, contre 3,6 ans en 1990, et 4,43 ans en 2000.
Peut-être parce qu’ils ont moins de moyens, mais aussi parce
qu’ils roulent moins : en 2000, un véhicule parcourait annuel-
ture n’a pas émoussé les ardeurs du côté
du haut de gamme. Si Hummer, avec ses
engins d’une conception au-delà du
déraisonnable, a sombré dans le tsunami
des subprimes, si les Viper ont quitté la
réalité pour entrer dans la légende, les
fabricants d’outre-Rhin, spécialistes des
modèles de très noble facture, - double
sens bien sûr - également perturbés par
la crise, sont malgré tout ceux qui ont le
mieux tiré leur épingle du jeu côté carnet de commandes. Mais à l’autre extrémité des hiérarchies, un mouvement
lement 13 560 km. Ce total n’est plus que de 11 793 km. Et
pour le parc diesel, la moyenne est passée de 18 140 km en
2000 à 14 819 en 2009.
L’automobile est un équipement moins présent dans les foyers
français, équipés à seulement 83,2 % (contre 80 % en 2000),
alors que pratiquement 100 % des ménages ont un téléviseur.
Mais chez les motorisés, les taux de multi-équipement est supérieur à 35 % dans une proportion assez stable depuis plusieurs
années. A noter que pratiquement 60 % des voitures du parc
sont des véhicules achetés d’occasion. Un pôle important pour un
équipement électronique plus moderne que celui d’origine. 쐍
Ecouter : cela reste
une des fonctions
majeures confiées à
l’électronique
embarquée.
Performances et
compatibilité avec
les sources
modernes sont des
arguments
dominants.
Ce qui est grave est bon :
reproduire les sons les
plus bas dans le spectre
audio, plus compliqué
dans l’espace exigu d’un
véhicule que dans une
pièce d’appartement,
reste aussi un thème
porteur envers le
chaland.
Des rayons moins
nombreux et moins bien
garnis constituent
depuis plusieurs années
un frein pour le marché.
Moins on en montre,
moins on en vend.
d’ampleur se concrétise un peu plus de
jour en jour. Les véhicules à bas coûts
s’envolent non plus uniquement dans le
segment des petites citadines simples et
rustiques. L’une des meilleures ventes
dans les « SUV », véhicules 4x4 ou assimilés, est désormais celle de Dacia avec
son Duster, un tout-terrain à la mode
dont un consommateur peut s’offrir dix
exemplaires pour le prix d’une seule
Porsche Cayenne turbo, ou deux à quatre pour le prix d’un SUV moyen.
N’oublions pas qu’en marge de la crise,
ou en guise d’accompagnement, l’auto-
mobile est aussi quelque peu KO après
les ascensions vertigineuses du coût des
carburants. Un peu retombé, le soufflé
des spéculations sur le prix du brut laisse
pour l’heure le litre de sans plomb à un
niveau qui n’est pas sans rappeler celui
des objets exposés dans les vitrines de la
Place Vendôme.Associé à la frénésie des
obsédés du réchauffement climatique et
du tarissement de l’or noir, ce tarif élevé
à la pompe donne des envies d’économies et de changement de modèles
technique et industriel, tentations qui
déteignent sous forme de mauvaise
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
65
réputation pour les véhicules supposés
les plus gourmands. La ficelle de l’automobile électrique est mise en œuvre par
bien des marques (ce qui leur permet de
recevoir des aides qui seraient estimées
non réglementaires sans ce noble motif),
tout comme l’élaboration complexe des
automobiles dites hybrides. Le Porsche
Cayenne Turbo, qui se range dans la liste
des vilains gros canards de la route, est
lui-même en train de se convertir à cette
mode du mi-essence mi-électricité. C’est
dire si sur le marché, plane une ambiance
propre à générer des angoisses.
왘왘
La navigation s’est
installée dans les
habitudes. Dans les
rayons, les portables
restent bien plus
performants et
souples d’utilisation
que la plupart des
GPS proposés en
première monte dans
l’automobile,
pourtant toujours à
des prix élevés.
Dans notre domaine des électroniques
embarquées, les répercussions de cet
état second de l’automobile sont bien
sûr visibles. Mais dans cet univers aussi
se cultivent les paradoxes. Hier encore,
l’automobile allait vers une sorte d’adoption en première monte de tout ce
qui pouvait servir d’accessoire, soit à
l’automobiliste pour s’en servir quand il
roule, soit au vendeur en concession,
pour en faire un pseudo-cadeau à son
prospect, plutôt que de lui accorder une
remise trop généreuse.
L’auto reste un salon roulant
confortable qui se doit d’être
équipé numériquement
Mais aujourd’hui, finies ces petites astuces.
Pour ne pas sombrer dans les volumes et
passer coûte que coûte la mauvaise période, le cap a été mis sur le prix de vente
avant tout. Aidé par la prime à la casse
- qui s’émousse désormais - le marché a
réussi à tenir sur le thème des quantités,
usant de ses coûts bas, de ses pseudo
TVA gratuites, de ses crédits à 0 %, tout
en simplifiant à l’extrême sur certains
modèles les panoplies d’accessoires.
Ainsi a-t-on vu de nouveau, comme il y a
quelques décennies, se vendre des voitures non seulement sans autoradio,
mais même sans le moindre pré-équipement dédié à cet historique complément
du tableau de bord. Bonne pioche pour
l’aftermarket audio-mobile, qui ne s’en
porte que mieux depuis quelques mois,
d’autant que, tant chez les industriels que
dans la distribution, les rangs se sont un
peu clairsemés.
Reste que sur de nombreuses gammes,
des évolutions ont aussi été observées
en termes d’équipement. Quand l’autoradio est fourni en première monte,
celui-ci est désormais presque toujours
compatible avec le MP3, et les prises
USB se multiplient. Le Bluetooth est plus
rare, même s’il fait doucement son chemin. Il devient presque systématique
quand un GPS « embarqué » est au
nombre des systèmes installés d’origine.
Un registre dans lequel la navigation a
tout de même évolué d’une manière
significative. Voici d’ailleurs quelques
exemples bien symboliques de cette
évolution.
Ainsi, en 2008, la gamme C3 de Citroën
était totalement dépourvue de GPS, à
l’exception des modèles du haut de
l’offre, qui avaient accès à une option facturée 2 090 euros. En 2010, la C3 a fait
totalement peau neuve, et seule l’entrée
de gamme ne peut accéder à la naviga-
tion, tarifée pour toutes les autres versions entre 1 100 et 1 400 euros environ. Chez Renault, dans le monospace
Scenic, ancienne version, le GPS était en
option pour toute la gamme, échelonné
de 1 200 à 1 950 euros. Le Scenic 2010
ne prévoit plus qu’une seule option, celle
destinée au modèle d’entrée de gamme,
à seulement 490 euros, la navigation
étant de série pour le reste de la famille
Scenic. A l’opposé, la Fiesta Ford, elle
illustre une autre manière d’évoluer. Le
modèle proposé au Mondial 2008 pouvait recevoir une option de navigation à
1 000 euros. En 2010, la nouvelle Fiesta
propose en série un système autoradio
avec prise USB, mais le GPS semble avoir
disparu, ce qui n’est pas anodin car ce
véhicule est devenu le symbole parfait de
l’automobile non rééquipable via l’aftermarket (sauf que Pioneer a réussi malgré
tout à élaborer un équipement de seconde monte parfaitement adaptable à
cette populaire citadine à la mode).
En clair, peu ou prou grâce à la crise, mais
aussi grâce à l’évolution très rapide et
vigoureuse du numérique, trop rapide
pour les rythmes de l’industrie automobile, non seulement l’aftermarket n’a
perdu aucune de ses chances, mais il
reprend plus que jamais d’excellentes
raisons d’exister. Le GPS de « base » est
devenu un minimum insuffisant pour de
nombreux consommateurs, qui souhaitent non seulement se diriger mais aussi
utiliser leur smartphone favori, diffuser
audio et vidéo dans des zones séparées
NAVTEQ : 25 BOUGIES
La société Navteq, née et basée à Chicago, profite de son 25e anniversaire pour faire
le point sur le chemin parcouru. Désormais à l’ouvrage avec 5 000 salariés, répartis
dans 211 bureaux (48 pays), cette entreprise, filiale de Nokia depuis environ trois ans,
revendique le titre de n°1 mondial de la cartographie numérique et du contenu géolocalisé. 400 brevets, plus de 1700 clients, voilà des chiffres qui donnent aussi une perception de la dimension de cette entreprise hors normes. Pour cette saison, l’actualité
de la firme est on ne peut plus concrète, avec un enrichissement de plus de 400 % de
la couverture du trafic des axes de circulation de l’Hexagone. A la clé, des estimations
plus précises des heures d’arrivées pour les utilisateurs et des itinéraires de remplacement plus nombreux. Pour parvenir à ce résultat, Navteq utilise de nombreuses
sources de données, dont la détection -anonyme- des téléphones portables. Les données de trafic de la firme couvrent 13 pays d’Europe.
Autre innovation : la mise en œuvre du « Natural Guidance », mode de guidage naturel, qui vise à renseigner le conducteur avec des informations visuellement très faciles
à identifier. Par exemple, au lieu de dire « tournez à gauche au prochain carrefour »,
la synthèse vocale du GPS pourra dire « tournez à droite juste après la maison verte ».
Ce qui, bien sûr, suppose un enrichissement important des bases de données. 쐍
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
66
du véhicule, savoir où sont exactement
les radars qui les guettent au coin des
fourrés, et même, quelle audace, écouter de la musique dans de somptueuses
conditions. L’option coûteuse reste bien
présente dans l’univers de l’automobile
pur et dur. Même si elle n’est pas toujours affichée à des sommets, comme la
navigation du Cayenne de Porsche déjà
évoqué, proposée à - seulement - 3 157
euros (à ce prix, la cartographie comporte sans doute tous les cratères de la
lune), les produits proposés dans la distribution vont tellement plus loin en
prestations, performances et facilité
d’emploi (songez aux mises à jour cartographiques que le consommateur
cherche à obtenir par le biais de son
concessionnaire auto !) qu’il ne faut pas
s’attendre à les voir disparaître de
sitôt. 쐍
PIONEER ROULE EN FORD
L’AVIC-F9220BT vient enrichir la ligne
AVIC désormais célèbre, pour un
constructeur en particulier : Ford.
Depuis le début de l’été, aucun souci
pour équiper les Focus, Mondeo, S-Max
et Galaxy, le nouvel AVIC s’intègre exactement en lieu et en place du système
d’origine, apportant des prestations nettement plus élaborées que celles de
l’équipement de série. Outre le logiciel
100 % développé par Pioneer, le 9220
dispose d’un écran tactile haute résolution, d’un kit mains libres d’origine
Parrot, d’un avertisseur de radars, d’une
information sur la circulation délivrée
parVia Michelin, de la lecture vidéo, et du
contrôle intégral iPod/iPhone de dernière génération. Et encore beaucoup
d’autres atouts, pour un prix client de
l’ordre de 1 449 euros. 쐍
ALPINE DÉVOILE
SA DERNIÈRE STATION
La nouvelle station multimédia Alpine,
référencée IVA -W520R est une véritable solution complète au format
double DIN. Intégrant un lecteur de
DVD audio et vidéo compatible DivX,
elle affiche les contenus sur un écran tactile de 14,5 cm de diagonale. Elle se plie
aux usages du bi-zone qui, comme chacun le sait chez les professionnels, permet de séparer les contenus diffusés à
l’avant du véhicule, et ceux de l’arrière,
dont la vidéo, peu recommandée pour
un conducteur attentif à sa route. Dotée
d’une amplification de 4 x 50 watts, et
d’un tuner FM-RDS, elle constitue un
ensemble complet, ouvert sur toutes les
sources possibles dans ce domaine. Elle
est comme de coutume chez Alpine
totalement compatible avec les télécommandes d’origine que l’on trouve sur la
plupart des véhicules. Lecture MP3, USB,
sorties lignes (3) pour amplification
extérieure, sont au menu, tout comme
la connexion iPod/iPhone. Elle comporte
aussi une entrée « navigation » et le
Bluetooth est d’origine Parrot, une référence en la matière.Vous l’aviez deviné,
cet équipement s’inscrit dans la tradition
de la marque sur le plan des performances. 쐍
SONY :
TOUJOURS SUR LA ROUTE
Bien des professionnels ont pour habitude d’affirmer que Sony n’est plus trop
présent sur le créneau de l’électronique
embarquée. Faux, comme le souligne
Hervé Vancompernole, de Sony France,
qui revendique de la sorte : « Sony est
même leader sur ce créneau ». Pour la
rentrée, la société arrive avec une ligne
de système au format double DIN. C’est
une offensive qui fait appel à un pragmatisme de bon aloi, puisque la navigation
GPS est assurée sur ces systèmes par
une technique TomTom. 쐍
왘왘
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
67
L
E
T
E R R A I N
Surcouf à Lille :
Mérite le détour !
Double opération pour Surcouf qui investit un immeuble du centre de Lille
afin de développer un nouveau concept de magasin et pour rapatrier son
siège social dans la cité des Flandres
Dans la continuité du grand chantier de
rénovation entrepris depuis 2009, année
du rachat de l’enseigne par Hugues Mulliez,
Surcouf s’implante à Lille, rue du Molinel,
à la place d’un ex-Monoprix et à proximité immédiate de la gare centrale Lille
Flandres. Avec 4 étages, dont 3 niveaux
dédiés à la vente, ce bâtiment des années
30 va aussi abriter le nouveau siège social du groupe qui garde néanmoins une
annexe administrative sur son site historique de la rue Daumesnil à Paris.
Deuxième magasin en superficie de vente
avec 2800m2, Surcouf Lille se distingue
trémie centrale s’impose dès l’entrée et 3
ascenseurs panoramiques, transparents
desservent les étages
Le rez-de-chaussée est consacré à la
mobilité (PC portables, téléphonie,) et
innove dans la présentation des produits
avec des tables mobiles façon bars à
sushi. Le premier étage accueille l’univers
image et son (TV, vidéo projecteur, innovations 3D, auditoriums home cinéma et
audio). Cet étage, qui se veut aussi le
rendez-vous des gamers, dispose d’un
espace lounge Surcouf Café qui peut
être utilisé pour des démonstrations de
Rayon des téléviseurs
par son concept visuel comme par sa
stratégie. Le décor futuriste imaginé par
les concepteurs se marie parfaitement
avec les emblèmes restaurés du bâtiment, en particulier, les arcades de fonte
en façade et la magnifique coupole Art
Déco.
Passé la porte monumentale,le visiteur est
plongé dans une ambiance résolument
HighTech et découvre un rideau d’eau de
12 mètres de haut qui diffuse en continu
des messages promotionnels et événementiels et un afficheur électronique de
même taille qui annonce les offres produits du moment. Tout est conçu pour
donner une vision globale du magasin. La
perspective des 3 niveaux ouverts sur la
tés sont connectés et peuvent être testés en libre toucher. L’interactivité passe
aussi par l’implantation dans chaque univers de guides d’achat sur écran, illustrés
par des vidéos et des explications simplifiées ainsi que par des bornes interactives permettant de s’orienter dans le
magasin ou de prendre rendez-vous avec
un vendeur spécialiste, dans l’immédiat
ou dans la semaine. « Nos vendeur sont
formés pour accompagner le client jusqu’au bout de son achat, y compris pour
l’encaissement », précisait encore Hugues
Mulliez. « Prochainement ils seront équi-
Nouvelle image, en libre toucher.
produits. Au troisième niveau, Surcouf
retrouve son métier historique avec la
boutique de composants, design en verre
et produits stockés dans des grands
tiroirs transparents non accessibles en
libre service. Ce niveau est aussi celui du
Village des Techniciens où l’on peut se
rendre avec ou sans rendez-vous.
« Notre nouveau flagship est pensé pour
proposer un vrai parcours initiatique aux
clients qui peuvent au choix se laisser
guider par les conseils des vendeurs,
découvrir un large choix de produits
tout en prenant le temps de les essayer
et de les comparer » expliquait Hugues
Mulliez lors de l’inauguration du magasin.
Dans leur majorité, les produits présenDistribution, Ventes & Services Magazine n° 91
68
pés de tablettes tactiles pour répondre
toujours plus rapidement aux clients ».
Ouvert le 17 septembre dernier, Surcouf
Lille répond aux valeurs définies en 2009
par Hugues Mulliez, en particulier les prix
web en magasin. Un engagement qui ne
peut qu’être tenu par Sébastien Furic, exdirecteur du site marchand Surcouf.com
et responsable aujourd’hui du magasin
de Lille, à la tête d’une équipe de 57 personnes (dont 40 nouvelles embauches).
Avec Lille, Surcouf compte 8 magasins et
1 site marchand, 700 collaborateurs et a
réalisé un chiffre d’affaires global de 300
millions d’euros lors du dernier exercice
clos en mars. 쐍
GB
Vaste choix de logiciels
Une verrière monumentale, héritée des temps où les magasins
étaient pensés comme des cathédrales.
Hugues Mulliez (debout) et Vincent
Arnaud, directeur général de
l’enseigne, présentent le navire
amiral du nouveau Surcouf
Distribution, Ventes & Services Magazine n°
69
91
V
I E U X
S O U V E N I R S
Il y a vedettes et vedettes
Incroyable comme certains faits lointains ont du mal
à s'effacer de la mémoire.
Les années 50 vont bientôt souffler leurs
quatre premières bougies. LaVedette 54,
sortie de chaînes de Poissy fin 53, (les
« années-modèles » de l’automobile démarraient en juillet) est pour l’Hexagone
une somptueuse auto. Cette « petite »
Ford, conçue Outre-Atlantique, a été
jugée par les créateurs de Dearborn trop
fluette et sans intérêt pour une Amérique en pleine expansion. La Vedette a
donc été « refilée » à la filiale française
de ce groupe Ford repris par Simca, qui
saura en faire un véhicule largement
assez huppé pour les plus aisés
de ses clients potentiels. En
fait, la 54 est presque identique
à la 53, mais elle a troqué son
inimitable dos rond contre un
arrière avec un petit coffre
bien carré qui lui donne un
peu plus de classe.
Les gamins de l’école l’on
repérée. C’est celle de Lionel,
celui qui vend des téléviseurs.
« Elle va plus vite qu’une
Traction » affirme l’un deux.
« Ouais, et elle n’a même pas
de clé, pour démarrer, il suffit
d’appuyer sur un bouton ! » renchérit
son copain, qui enfonce le clou : « c’est
presque une bagnole américaine ». Le
top du top, à l’époque où la réussite ne
s’affiche pas encore en Audi, en Mercedes ou en BM. Lionel, sans doute son
prénom, a monté un magasin à quelques
dizaines de mètres de la gare. On y entre
par trois marches. Il est d’une taille plus
que modeste. Mais qu’importe. Les GMS,
les hypers, les discounters sont loin
d’avoir fait leur entrée dans ce domaine.
Lionel vend à des clients précurseurs et
socialement à l’aise un équipement du
futur, qui vaut cher. Forcément. Les
marges sont au minimum confortables.
Toute vente s’accompagne d’une installation d’antenne. Bref, largement de quoi
procurer à ce distributeur d’avant-garde
de quoi faire entendre à la ronde
l’onctueux et viril « glouglouglouglouglouglou » que distille le 8 cylindres de
cette américaine naturalisée hexagonale.
D’autant que les ventes sont en progression, et chez Lionel, on ne sait plus
où donner de la tête. L’avenir s’annonce
radieux.
Les années 60 ont relégué presque dans
l’archéologie ces années 50 où ce que
l’on croyait être le progrès n’est rien à
côté de ce qui explose désormais. Dans
un an, le millésime 64 donnera, Jeux
Olympiques de Tokyo aidant, un nouveau
et vigoureux coup de pouce à cette
petite lucarne. Mais pour l’heure, Mario
n’est pas « taxi », il « fait » le taxi. De la
main à la main, au noir, si vous préférez,
pour les gens qu’il connaît.Au volant de
sa DS grise, il circule sans relâche dans
les rues et avenue de cette banlieue où
les maisons neuves fleurissent comme
les jonquilles aux premiers soleils du
printemps. Détail : quand ses clients ont
quelque bagage à mettre dans le coffre,
Mario reste à son volant, les laissant faire
eux-mêmes cette manutention. Et en y
regardant de plus près, on s’aperçoit que
Mario ne conduit pas sa DS comme tout
le monde. Il accélère et freine à la main,
avec une sorte de poignée installée juste
pour lui.
Tout cela parce qu’avant, il y a quelques
années, Mario travaillait pour Lionel. Une
fois les téléviseurs vendus, il partait les
livrer, et installait les antennes, les
fameux et parfois impitoyables râteaux.
En cette fin d’année, les clients s’étaient
Distribution, Ventes & Services Magazine n° 91
70
fait plus nombreux que jamais. De toiture
en toiture, Mario ne comptait plus ni ses
heures ni ses courbatures. Du matin jusqu’à 20H00, 21H00, voire plus, il grimpait, assemblait, connectait, fixait. Mais un
soir de décembre, pas longtemps avant
Noël, à la nuit tombée, Mario, fatigué, a
mal assuré son mouvement. Un instant,
il a cru pouvoir se rétablir, mais son
déséquilibre et un pied maladroitement
posé sur quelques enroulements de
« coax » lui ont volé ses dernières
chances. Il a roulé lourdement en glissant
sur les tuiles et, après un
très court instant dans le
vide, a senti le sol le stopper avec violence.
Quelques temps après, les
conclusions des examens
étaient limpides : paraplégie, du fait d’une lésion
irréparable de la moelle
épinière. Mario de marcherait plus jamais.
Lionel avait alors ouvert
un bien plus beau magasin, installant son atelier
de réparation dans le premier point de vente, avec les trois
marches. La vedette 54 avait d’abord été
remplacée par une Chambord, puis par
la nouvelle Mercedes, alors que Madame
Lionel n’en finissait plus de faire des factures. Lionel n’a plus jamais repris le
moindre contact avec Mario, ni le soir de
sa chute, ni plus tard.
Aujourd’hui, la TNT redonne sa jeunesse
au râteau. Est-ce une bonne nouvelle ?
Alors que la technique ne cesse de faire
étalage de ses prouesses, l’ère du numérique n’aurait-t-elle pas pu accoucher d’un
mode de réception permettant d’éviter
que d’autres Mario, après tous ceux qui
ont un vilain soir perdu l’équilibre, ne
soient obligés de se propulser à leur tour
sur les tuiles de nos sournoises toitures,
au risque de s’en briser le dos ? Ok, c’est
idiot. Ne soyons pas contre le progrès. 쐍
Cette histoire est strictement authentique. En dépit de son
ancienneté, les noms des personnes ont été modifiés.
Electronique grand public
Multimédia
Micro informatique
Haute fidélité
Home cinéma
Télévision numérique
Télécommunications
Loisirs interactifs
Electronique embarquée
Industrie
Distribution
Technique
Commerce
Marketing
Merchandising
Clientèles
24 heures sur 24
retrouvez
l’information
faite pour vous
sur
!
z
e
u
Cliq
Entrée libre
, mon blog,
s
e
é
iv
r
p
s
e
t
Mes ven
™ X10 Mini
ia
r
e
p
X
mon
50€
ous,
-v
z
e
d
n
e
r
s
e
Mon café, m
™ X10
mon Xperia
DU 15 OCTOBRE AU 30 NOVEMBRE
JUSQU’À
*
Conception et crédit photo : [kju:] Relationship Designers
remboursés sur l’achat
d’un Smartphone de
la gamme Xperia™
clique,
a
m
,
n
o
s
n
o
M
™ X8
mon Xperia
* Voir modalités en magasin ou sur www.sonyericsson.com/fr
Sony Ericsson est la marque ou la marque déposée de Sony Ericsson ou est utilisée sous licence accordée par Sony Corporation ou
Telefonaktiebolaget LM Ericsson. Sony Ericsson «make.believe» est une marque de Sony Corporation, Japon. Le logo d’identification
représentant du liquide est une marque ou une marque déposée de Sony Ericsson Mobile Communications AB. Sony Ericsson
Mobile Communications AB. N°Imm : 5566 16-3324 – Nya Vattentornet – SE2188 Lund, Suède. RCS Paris B 439 961 905