Télécharger le PDF - La Tribune d`Orléans

Commentaires

Transcription

Télécharger le PDF - La Tribune d`Orléans
N°157 - du 14 au 20 sept. 2016
www.tribune-hebdo-orleans.fr
À LOUER, ORLÉANS, PLACE JEAN MONNET
T3 de 82 m2 (séjour de 25 m2)
avec balcon.
Résidence calme, proximité
des Bords de Loire, du Tram
et des commerces
635e/mois
(dont eau froide et chauffage)
Contact :
455261
02 38 41 49 42
Retrouvez-nous ! lhebdotwitte et lhebdo.orleans
Orléans est-elle
SOCIÉTÉ
442031
à la mode ?
Venez nous retrouver
dans nos nouveaux locaux
129 rue Bannier Orléans
Friperies, magasins derniers cris, boutiques éphémères… Les bonnes adresses
ne manquent pas, sur Orléans et son agglo pour être à la pointe de la mode…
ou au contraire ne pas s’y tenir. Sélections et réflexions. P.8-10.
Prêts immobiliers
Rachats de prêts
Assurance emprunteurs
02 38 42 25 85
www.orleans-meilleurtaux.com
455246
80, rue Vieille Levée - 45100 ORLÉANS
www.isocomble.com
SAINT-JEAN-DE-BRAYE P.6
Décathlon, épisode III
Malgré le camouflet infligé par la CNAC en juin
dernier, le projet de village Décathlon reste en vie
pour David Thiberge, le maire de Saint-Jean-deBraye. Un élu en place depuis 2008, qui évoque
pour La Tribune HebdO plusieurs dossiers
chauds liés à sa commune : centre aquatique,
dojo incendié et… un nouveau festival en 2017.
Notariat Évolution
OFFICE NOTARIAL D’OLIVET / Me Cédric Pléau – Me Charline Regnier-Pléau
– Me Typhaine
Bourgeois
e
OFFICE NOTARIAL D’OLIVET / M Cédric Pléau – Me Charline Regnier-Pléau
SAINT-JEAN-DE-BRAYE
Maison moderne de type F7
avec piscine – 183 m² habitables
sur terrain de 566 m² DPE D et B
MAREAU-AUX-PRES - Maison de Bourg
OLIVET VAL - Maison de type F7 493
000
€ négo
comprise.
rénovée
de type
F4 avec
dépendances
–
Rénovation intérieure récente – 141 m²
80 m² habitables environ sur terrain de
1 286 m² – Dépendances – Cave – DPE
sans mention – 186 800 € FNI
habitables environ sur terrain de
- Maison
Bourg
526 m² MAREAU-AUX-PRES
– Chauffage individuel
gaz –deDPE
rénovée
type000
F4 avec
dépendances –
C et Dde
– 377
€ FNI
OLIVET
orléans
Terrains à bâtir de 723 m² à 432 m²
Libre constructeur Hors zone inondable
De 120 000 € 101 500 € négo comprise.
ARDON - Propriété avec pièce d’eau sur
1.5 ha – 181 m² habitables environ –
Tout à l’égout – Chauffage fuel – DPE E
OLIVET
- Maison
et F VAL
– 543
000 €de
FNItype F7 -
Rénovation intérieure récente – 141 m²
ARDON - Propriété avec pièce d’eau sur
1.5 ha – 181 m² habitables environ –
80 m² habitables environ sur•terrain
52 rue de Picardie 45160 OLIVET • http://pleau-olivet45.notaires.fr
Mailde: [email protected]
63–54
41 - fuel
Fax– DPE
: 02
habitables environ sur terrain de• Tél. : 02
Tout38
à l’égout
Chauffage
E 38 63 44 45
1 286 m² – Dépendances – Cave – DPE
sans mention – 186 800 € FNI
526 m² – Chauffage individuel gaz – DPE
C et D – 377 000 € FNI
et F – 543 000 € FNI
52 rue de Picardie 45160 OLIVET • http://pleau-olivet45.notaires.fr • Mail : [email protected]
437584
OFFICE NOTARIAL D’OLIVET / Me Cédric Pléau – Me Charline Regnier-Pléau
437584
/ Identité visuelle - création logotype - propositions couleurs
441670
Ne jetez pas La Tribune HebdO sur la voie publique, faites-la plutôt lire autour de vous.
Agence d’Orléans
02 38 47 32 08
olivet
HEBDO
2
7 jours
d'actus
Le clin d’œil
ORLÉANS
UN VIDE-GRENIERS
AU TAPIS
Programmé dimanche dernier, le
vide-greniers « autour du Parc Pasteur » a été annulé six jours avant l’événement. « Nous n’avons pas les moyens
financiers, humains et matériels de sécuriser le domaine public sur lequel (le
vide-greniers) est implanté et permettant d’accueillir 300 exposants », ont
écrit les organisateurs dans un mail
adressé à la mairie d’Orléans, à qui Corinne Payre, la présidente du Comité
de Fêtes Gare-Pasteur-Saint-Vincent,
a reproché de ne pas vouloir déplacer
la manifestation à l’intérieur du Parc.
« Vos services n’ont pas pris la peine
d’étudier minutieusement » cette éventualité, explique Corinne Payre, « emplie de tristesse » à l’heure d’annuler le
vide-greniers.
Comme un boomerang, l’opposition
orléanaise s’emparait de ce non-événement, au sens littéral du terme, en
interpellant la Ville : « Comment de petites associations, pourront-elles continuer à vivre si on exige ainsi d’elles des
mesures de sécurité délirantes, qu’elles
ne peuvent mettre en œuvre seules ? »,
demandait ainsi la conseillère municipale Marie-Emmanuelle Matet de Raufray. Le Comité a tout de même fait le
déplacement dimanche, pour informer
les passants sur un stand exceptionnel,
proposant un goûter et un livre d’or de
réconfort, qui a recueilli plusieurs témoignages d’encouragement.
ORLÉANS
AU « BOUE »
D’EUX-MÊMES
Quand on a des idées et un peu de
pétrole, il est bel et bien possible de
Du 14 au 20 septembre 2016
la mairie d’Olivet, la clinique de l’Archette et le Comité Départemental
de la Ligue contre le Cancer, l’événement sera parrainé cette année par le
préparateur physique d’OLB Nordine
Attab. Vendredi dernier, celui-ci entraînait quelques-un(e)s des futur(e)s
participant(e)s sur la place de Loire
pour une séance de gainage et de renforcement musculaire afin de se préparer aux choses sérieuses. Déjà plus
de 1 000 personnes se sont inscrites
sur www.fouleesroses.fr. L’an dernier,
près de 30 000 € avaient été récoltés
lors des Foulées Roses.
LOIRET
GARE À LA FRAUDE !
À lire p.8-10
monter des événements qui fédèrent
à Orléans. Pour sa deuxième édition,
la No Limit Race, qui s’est déroulée
le week-end dernier à l’île Charlemagne, a rassemblé plus de 4 300 participants. 31 obstacles se trouvaient
sur le passage de ces aventuriers des
temps modernes : félicitations à Aline
Pedretti, Nicolas Geoffrey et Nicolas
Champenois, lauréats des deux tracés
proposés par Cyril et Alexis Neveu lors
de cette course pas comme les autres,
où la bonne humeur convolait en justes
noces avec une sacrée dose d’effort, de
sueur et de boue. Au vu de ce joli succès
populaire, il est quasiment sûr que la
No Limit Race reviendra en 2017. Avec
plein d’autres surprises…
OLIVET
LES FOULÉES ROSES
SE PRÉPARENT
Dans un peu plus de deux semaines,
les Foulées Roses reviendront à Olivet pour deux courses (5 et 10 km) et
marches (3 et 5 km) en faveur de la
recherche sur le cancer. Organisé par
Une entreprise soi-disant basée dans
la Nièvre contacte depuis plusieurs
jours des habitants du Loiret pour
proposer d’intervenir à leur domicile
afin de réaliser des travaux d’économie
d’énergie. Celle-ci serait mandatée par
le Département du Loiret, qui a confirmé la semaine dernière que ce démarchage relevait d’une fraude grossière.
Les services de la collectivité appellent
donc à la plus grande vigilance, et demandent aux personnes concernées
par cette escroquerie de la contacter
au 02 38 25 45 45.
RÉGION
PS : UNE FÊTE AU
NIVEAU RÉGIONAL
La Fête de la Rose, qui se tenait à Ingré
depuis 2008 au début du mois de septembre, n’aura pas lieu cette année.
Elle pourrait cependant revenir l’an
prochain, une fois les échéances électorales passées et la crise idéologique
qui secoue le PS réglée. En attendant,
« pour cette rentrée politique excep-
Éditeur, création et mise en pages :
Orléans / SAS au capital de 1 027 800 e/ RC Orléans B 338 520 018 585, rue de la Juine – 45160 Olivet / Tél. 02 38 63 90 00 / Courriel : [email protected] / Directeur de publication : Marc Moser
Rédacteur en chef : Philippe Hadef / Rédacteur en chef adjoint : Benjamin Vasset / Ont participé à ce numéro : Claire Seznec, Guillaume Torrent,
Mathias Perez, Emma Robert, Jean-Paul Vomorin. / Conception graphique et éditoriale : Scoop communication / Régie publicitaire intégrée
Tirage 20 000 exemplaires / Imprimé en France / Dépôt légal septembre 2016. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions.
Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation écrite préalable. Marques et modèles déposés. ISSN 2430-624X
PUBLI-RÉDACTIONNEL
ESDO passe maître en yoga
À Saint-Marceau, Véronique et Valéry Boucher ouvrent au sein de leur centre de remise en forme
ESDO un espace dédié au bien-être. Le yoga, la méditation et les massages y tiennent notamment
une place prépondérante. Bienvenue au studio Prana !
Les écouter, c’est déjà se sentir apaisé. Patrons du centre
de remise en forme ESDO, Véronique et Valéry Boucher
parlent avec passion de leur nouveau bébé. Un joli morceau de vie, tout neuf, tout frais, tout zen, qui devrait
séduire les Orléanais(es) en quête d’un peu de répit dans
leurs existences parfois pressées par le stress et les soucis.
Comment trouver du sens dans des journées et des
semaines vécues sans vraiment s’arrêter ? Comment se
poser quelques minutes et enfin prendre le temps de se recentrer ? L’art du yoga, auxquels Véronique et Valéry Boucher se sont formés depuis cinq ans, apporte des réponses
à ces questions essentielles. Au sein du centre ESDO, des
cours sont ainsi désormais proposées pour alimenter et
ressourcer aussi bien l’esprit que le corps.
Véronique et Valéry Boucher, créateurs
du centre ESDO et du studio Prana.
atériel
Tout le m pants,
tidéra
(tapis an riques…)
,b
s
le
g
san
ce
i sur pla
rn
u
fo
t
s
e
s.
e
c
n
a
s sé
avant le
VU ET APPROUVÉ
« Notre corps
est notre première maison,
celle qu’on ne quittera jamais »
Véronique et Valéry Boucher
DES COURS SUR MESURE
Le studio Prana s’avère être le lieu idéal pour s’initier à
cette spiritualité venue d’Inde, que l’on enseigne parfois en
France de façon trop restrictive : saviez-vous par exemple
que l’alimentation était l’un des cinq piliers du yoga ? C’est
donc cet art dans toute son unité et ses spécificités que
Véronique et Valéry Boucher ont ici décidé d’enseigner.
Coupés du monde par la magie d’une isolation parfaite
conférant au lieu un calme surprenant, l’on se retrouve
plongé dans un monde où les énergies se libèrent enfin.
Vient alors progressivement l’heure de « lâcher prise »,
pour qu’un bonheur pérenne puisse éclore comme une évidence, sans céder aux aléas de la vie.
Ces cours se vivent à huit personnes maximum, avec des
possibilités de coaching individuel, et même des séances
réservées aux hommes, lesquels aiment à penser que tout
cela n’est pas pour eux. Mais apaiser son mental, améliorer sa santé et s’élever vers une paix intérieure sont des
quêtes universelles, sans distinction de sexe, d’âge ou de
morphologie…
Un studio tout confort dédié au bien-être.
ZEN, MASSAGES ET MÉDITATION
Dans une époque où les moments de relaxation et de sérénité deviennent des trésors de plus en plus rares, le centre
ESDO met également en place des séances zen pour dé-
couvrir notamment la pratique du Pranayama, composé
pour partie d’exercices de respiration profonde. À ceux-là
s’ajoutent des séances de méditation dont les effets bénéfiques sur le vieillissement ont notamment été prouvés.
Trouver la clé en soi mais laisser l’autre la débloquer : c’est
pour mettre en application ce mouvement de balancier
que Véronique et Valéry Boucher inaugurent également
un espace de massages aux vertus cardinales. Massage
de jambes, massage de dos, aromassage (à base d’huiles
essentielles), massage traditionnel japonais amma (qui se
pratique habillé, sur une chaise) et massage Prana californien d’1 h 15 permettent de libérer des tensions et autres
points d’énergie dans nos corps souvent noués par les préoccupations du quotidien.
L’espace d’un instant en dehors du temps, celles-ci s’envolent et se diluent. Le corps paraît léger, tandis que l’esprit sourit aux lendemains qui chantent. Pourquoi se faire
du mal quand on peut se faire tant de bien ?
Studio Prana / Centre ESDO
45, quai de Prague – 45 100 Orléans
T. 06 03 61 56 11
www.esdo.fr
C’EST LE PIED !
Vous pourrez profiter prochainement au
studio Prana de séances de réfloxologie
plantaire. « Les pieds sont une carte du
corps », expliquent Valéry et Véronique
Boucher. Stimuler certaines zones réflexes
permet d’agir sur les organes à détendre.
Un bien-être total !
455293
Les centres de sport et de remise en forme
sont à la mode. Nul doute qu’ESDO, à SaintMarceau, survivra à celle-ci. Car, comme le
prouve l’authenticité du studio Prana, que le
bois des poutres laissées en l’état sublime,
les corps s’affinent ici dans une atmosphère
sans faux-semblant. Les neuf coachs sont
disponibles et à l’écoute, agréables et
souriants. On y vient pour aller mieux,
tout simplement, sans subir de regard
désobligeant. Véronique et Valéry Boucher
avaient voulu créer une ambiance comme à
la maison. C’est réussi.
HEBDO
4 I 7 JOURS D’ACTU
Le nouveau festival d’humour Rire O
Centre se déroulera le 21 janvier 2017 à
la Passerelle. L’heureux gagnant fera la
première partie de l’humoriste Lamine
Lezghad, le 5 mai prochain. Celle-là,
c’est vraiment la meilleure…
Hip hip hip…
C’est ce week-end (vendredi et samedi)
que va se dérouler la première édition
du festival Hop Pop Hop, dédié aux
musiques actuelles dans plusieurs lieux
du centre-ville d’Orléans : 108, Jardin
de l’Évêché, CCNO, Scène Nationale,
Salle de l’Institut, FRAC, Parvis de la
Cathédrale… Une « hop-ération » à ne
pas manquer !
flops
Retard à l’allumage
L’ouverture du Blue Devils (ex-Infrared) n’est pas pour tout de suite : les
pompiers souhaitent en effet limiter
à 50 personnes la jauge de la salle de
concerts, conçue pour… 200 par le
propriétaire, qui va donc devoir trouver
une « alternative »…
Panique à bord ?
Outre l’annulation du vide-greniers du
Parc Pasteur (voir p.2), deux autres
événements – la journée fitness prévue
samedi dernier, et un concert prévu ce
week-end à la MAM – sont rayés de
l’agenda pour des raisons de sécurité
par la mairie d’Orléans. Triste rentrée…
Cartable rase
Le « CarTab » numérique, lancée par le
Conseil Général du Loiret en 2013 pour
alléger le sac des collégiens, a vécu.
Expérimenté à Meung-sur-Loire, il a été
jugé trop coûteux et pas assez pratique
pour être reconduit et élargi. En
somme, le CarTab’ s’est fait remonter
les bretelles…
le chiffre
QUI SERA LE MEILLEUR
CUISINIER ?
Dans le cadre de la troisième édition de
l’Open Agrifood, qui se tiendra les 16 et
17 novembre prochains à Orléans, un
concours de cuisine baptisé Open Chef
sera organisé sous l’égide de l’AFPA, de
l’ARIAC et de la Caisse d’Epargne LoireCentre. Les plats devront être préparés
à partir de produits transformés par
l’industrie alimentaire régionale ; produits que les participants devront inclure dans leur recette. Ce concours est
ouvert aux professionnels de la restauration, évidemment, mais aussi aux apprentis, aux jeunes de -18 ans et aux particuliers, lesquels seront répartis dans
quatre catégories différentes. La date
limite de dépôt des fiches de recettes
est prévue pour le 9 octobre prochain.
Un jury sélectionnera ensuite trois finalistes dans chaque catégorie, en vue
d’une épreuve pratique le 4 novembre et
d’une remise officielle des prix le 16 novembre prochain.
Inscriptions sur le site www.openchefs.fr
LES PLAYMOBIL
S’EXPOSENT
Il y a un an et demi, Saint-Cyr-en-Val
avait surpris son monde agrémentant
les vitrines de ses commerces de figurines Playmobil, à l’occasion des
40 ans de la marque. Les amoureux de
cette figure mythique du jeu et du divertissement, pourront, petits comme
grands, se rattraper lors des Journées
Européennes du Patrimoine, prévues
ce week-end. À Beaugency, Jean-Michel Leuillier, l’un des plus grands collectionneurs au monde de Playmobil,
va réaliser une reconstitution du pont
et de la ville ancienne de Beaugency
sur plus de 150 m2. Présent depuis lundi dans le Loiret, ce collectionneur du
Nord mettra cinq jours pour agencer
cette œuvre insolite. Elle sera visible
à la salle des fêtes des Hauts de Lutz.
Samedi et dimanche de 10 h à 18 h.
Tarifs : 2 € adultes, 1 € enfants.
Même si lundi, les chiffres n’étaient
pas arrêtés, entre 15 et 16 000 visiteurs se sont déplacés le week-end
dernier à Sully-sur-Loire, dans le Loiret, à l’occasion de la Fête de la Sange,
rendez-vous incontournable des amateurs de chasse et de pêche dans la région. « Ce fut une bonne année sous le
soleil. Tout le monde avait le sourire »,
se réjouissait le président de la Fête
au lendemain de la manifestation,
qui avait fait le choix (payant) de la
Bretagne comme invitée d’honneur.
L’année prochaine, direction le sudouest, avec le Pays Basque qui viendra
chanter ses mérites, ses spécialités et
ses traditions sur les bords de la Loire.
VÉHICULE SANS PERMIS
ORLÉANS
LES JARDINS DE
COCAGNE OUVRENT
LEURS PORTES
Cela fait 10 ans que l’association Solembio œuvre pour la réinsertion de
personnes en difficulté en les faisant
travailler dans ses Jardins de Cocagne.
Pour fêter cette décennie de goût et de
solidarité, ces Jardins seront ouverts
au public ce dimanche, entre 10 h et
18 h. Des visites guidées et techniques
sont prévues, de même que des balades en ânes, une exposition photo
4 500 LOIRET
FÊTE DE LA SANGE :
ÉDITION RÉUSSIE !
455302
Blagues à part
ORLÉANS
SULLY-SUR-LOIRE
VENTE ET LOCATION
35-2016
Elle poursuivait ce Graal depuis deux
Olympiades : licenciée à l’USO Judo,
Sandrine Aurières-Martinet, déficiente
visuelle, a finalement remporté l’or aux
Jeux Paralympiques de Rio, dans sa
catégorie des -52 kg. Un ippon entre
deux rives…
des jardiniers, une expo d’artistes locaux, une animation végétale pour les
enfants, un atelier d’art légumier et
des concerts de deux groupes locaux,
Upseen et Utopic Combo. Un repas bio
sera également possible entre midi et
14 h (12 € adulte et 6 € -12 ans). L’association Solembio emploie actuellement 36 jardiniers en réinsertion.
132 ter, rue des Montées, à Orléans.
Détail du programme sur www.solembio.org.
441860
Or d’œuvre
tionnelle, le PS a décidé d’organiser
ses fêtes de rentrée à l’échelle régionale,
avec son Premier secrétaire et de nombreux membres du Gouvernement », a
fait savoir Olivier Frézot, le premier
secrétaire fédéral du PS dans le Loiret. Elle aura lieu, à Tours, le 22 octobre
prochain.
455301
TOPS
Du 14 au 20 septembre 2016
NOUVEAU
en anglais
Masterclass
e
EQUIP’LOISIRS AUTOS
119 rue des Bonnes - 45160 Olivet
Tél. 02 34 620 400
www.equip-loisirs-autos.fr
de la 6 à la terminale
Cours hebdomadaires
en petits groupes
86 rue Bannier - 45000 ORLÉANS
02 38 42 10 30 - www.anacours.fr
C’est le nombre de personnes qui ont franchi les grilles du Campo Santo, le week-end dernier, à l’occasion de la
troisième édition du festival Orléans Joue. Une fréquentation record qui a même étonné les organisateurs, lesquels tablaient sur une fourchette haute de 4 000 visiteurs. Le soleil et la qualité de l’événement, qui commence
à faire traînée de poudre, a bien évidemment contribué au succès de cette édition, dont les organisateurs ont
demandé à la Ville qu’elle ait lieu, l’an prochain, le week-end du 10 septembre 2017. Pour les années suivantes,
les organisateurs n’envisagent pas un déménagement du Campo Santo, plébiscité par le public et les éditeurs de
jeux. Mais les murs restent difficilement amovibles, et l’on envisage aussi d’allonger les horaires pour permettre
au flux de visiteurs qui pourrait s’accroître d’être davantage étalé dans la durée.
455425
02 38 76 08 00
Journée continue du mardi au samedi
Le garage qui rembourse votre franchise !*
Engagements
• En cas d’accident, j’appelle le
pour qu’il prenne
en charge les réparations de mon véhicule
au
02 38 76 08 00.
• Je préviens mon assureur du garage choisi
pour effectuer mes réparations.
• Le
me prête un véhicule pendant la durée
de l’intervention.
• Je donne au
un chèque de couverture qui sera
encaissé après remboursement de mon assurance.
• Contrôle qualité.
• Garantie des travaux 1 an.
• Cadeau de parrainage pour tout nouveau client présenté.
*
vous rembourse votre franchise dans la limite de 20% du montant de votre facture TTC, plafonné à 150 €. Conditions en magasin.
LA CHAPELLE ST MESMIN
ZA La Chistéra - 09 67 50 15 36
0816112_Annonce_insertion_21x13,5cm_Po_sept_2016_La_Chapelle.indd 1
455320
0816108
02 38 76 08 00
170 rue d’Alsace • 45160 Olivet
www.garage-de-leurope45.com • https://www.facebook.com/garage-de-leurope45.com
12/08/2016 11:52
HEBDO
6 I L’INTERVIEW
Du 14 au 20 septembre 2016
« DÉCATHLON
J’ESPÈRE QUE CELA se conclura »
DAVID THIBERGE
Entre le village sportif Décathlon, l’incendie du dojo Jean Zay et l’ouverture de l’Obraysie, David Thiberge, maire (PS)
de Saint-Jean-de-Braye, fait le point sur les dossiers chauds de la rentrée. Claire Seznec
La Tribune HebdO : Huit ans après,
le projet de village sportif porté par
Décathlon n’est toujours pas sorti
de terre. Qu’en est-il ?
D.T. : Je ne comprends pas les deux refus de la commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) pour
ce dossier : la construction du village
sportif apporterait 100 emplois tout de
suite et 140 à long terme, les terrains
ne sont pas exploités et la moitié de la
surface de 16 ha deviendrait un espace
vert et sportif ouvert à tous. Décathlon le retravaille pour le présenter une
nouvelle fois. J’ai toujours la conviction
que c’est un beau projet et j’espère qu’il
se conclura.
La Tribune HebdO : Vous voulez
également développer la demeure
et les jardins de Miramion. Quel
est le but de la démarche ?
D.T. : Sur le site de Miramion, en centreville, il y a 7 ha. La première chose à
faire est de créer un nouveau parc
ouvert au public. Ensuite, l’objectif est
d’accueillir des associations en lien avec
la nature et le végétal, comme l’Abeille
abraysienne, la société d’horticulture
d’Orléans et du Loiret et le conservatoire national des chrysanthèmes. Avec
ces dernières, nous travaillons sur un
projet de jardin extraordinaire, une
sorte d’écrin de chrysanthèmes uniflores, dont la commune a l’une des plus
belles collections, et de fushias. Enfin,
le 23 septembre, le conseil municipal
votera le permis d’aménagement de
terrains. La commune les vendra aux
particuliers, qui y développeront un lotissement sur 1 ha.
La Tribune HebdO : Au début de
l’année, la commune a inauguré
une nouvelle piscine, l’Obraysie.
Six mois plus tard, quel est le bilan ?
David Thiberge, maire de Saint-Jean-de-Braye.
« La Métropole est une chance »
D.T. : Les premières semaines ont été
difficiles : la piscine a fermé plusieurs
fois pour cause de vandalisme. C’est
désolant. Mais tout est réparé aujourd’hui, même si les bassins restent en
rodage. Cet été, la fréquentation a été
très bonne, peut-être grâce au temps
clément. Actuellement, et jusqu’au
18 septembre, la piscine est fermée
pour son entretien annuel. Elle ouvrira
ensuite pour les particuliers, les écoles
et collèges, mais aussi pour les clubs de
natation, de plongée et de canoë-kayak.
Quant à l’ancienne piscine, elle sera dé-
molie au début de l’année. À la place, il
y aura un nouvel espace vert.
UN NOUVEAU DOJO EN 2017
La Tribune HebdO : Toujours côté
sport, où en est l’enquête sur l’incendie du dojo Jean Zay, en juillet
2015 ?
D.T. : Il s’agit d’un incendie criminel. Cet
événement a suscité beaucoup d’émotion dans la commune. Les associations
ont été solidaires et les sportifs ont pu
s’entraîner dans d’autres salles. Cet automne, nous allons poser la première
pierre du nouveau dojo. Il se situera
dans la cour de l’école Jean Zay, et ouvrira à la rentrée 2017.
La Tribune HebdO : Quels sont les
projets culturels pour cette année ?
D.T. : Il y a de cela quinze ans, une tradition s’est arrêtée, celle de la fête de
la fin du mois de juin. Avec les élus, les
habitants et des professionnels, nous
travaillons à la remettre au goût du jour
lors d’Ateliers de travail festif. Il y a eu
un appel à projet et nous décortiquons
maintenant les offres. L’événement devrait se dérouler le 30 juin et le 1er juillet
2017, puis tous les deux ans. On veut que
ce soit de qualité, avec du sens, de l’exigence, de l’inattendu, et que ce soit accessible à tout public. Mon but ? Que ce
festival fédère à l’échelle de la commune.
La Tribune HebdO : L’agglomération orléanaise va passer en Métropole. Comment percevez-vous cette
transition ?
D.T. : Cela doit être une chance pour les
vingt-deux communes de l’agglomération. Le climat de confiance, depuis
qu’Olivier Carré est maire d’Orléans,
permet d’avoir une forte ambition. Mais
attention, il va falloir être attentifs aux
valeurs, garder l’identité de chaque commune, tout en formant un ensemble.
La Tribune HebdO : Comment
avez-vous réagi en apprenant
que vous alliez recevoir la Légion
d’honneur ?
D.T. : J’ai été très surpris ! Je l’ai su
le matin du 14 juillet par SMS. Je ne
suis pas de ceux qui demandent, c’est
Jean-Pierre Sueur, sénateur, qui a fait
la démarche. Je cherche un parrain qui
me remettra la distinction, mais je n’ai
pas envie que cela prenne une tournure
nationale. Je suis simplement heureux
de cette reconnaissance de mon travail
d’élu (depuis 1989, NDLR). ●
445284
OFFRE EXCLUSIVE !
Votre maISOn COnnECtéE
avec la box SOMFY Tahoma et
vos volets roulants motorisés
pour seulement
1€* de plus !
Illustration : Cédric Simon-Béril
129 Rue Saint Marceau - ORLÉANS - 02 38 22 32 72
* Offre valable du 01/09/2016 au 31/10/2016 pour la signature d’un contrat de construction dans le cadre de la loi du 10/12/1990. Offre non cumulable valable uniquement pour l’agence Maisons Clair Logis d’Orléans (45). Cette offre comprend l’installation d’une box SOMFY
Tahoma ainsi que la motorisation de 4 volets roulants. Cette offre ne peut pas être transformée en remise commerciale. Descriptif complet de l’offre dans l’agence Maisons Clair Logis d’Orléans (45). MAISONS CLAIR LOGIS, SAS au capital de 640 000 € - SIREN 775 629 173.
crue
historique
455269
sur le bassin de la Loire
Agence Mellow
O
P
X
E
une
2 Quai du Fort Alleaume - ORLÉANS
DU 15 SEPTEMBRE
AU 15 OCTOBRE 2016
Plus d’informations...
flashez le code.
8 I DOSSIER
Où
se faire plaisir
HEBDO
Du 14 au 20 septembre 2016
MODE
à Orléans ?
TENDANCES
Le centre-ville d’Orléans
regorge de boutiques
de vêtements et de
chaussures. Mais à part
les grandes enseignes
telles Zara, The Kooples,
les Galeries Lafayette et
encore Aigle, où peuton trouver de petites
merveilles vestimentaires
pour la rentrée ? Claire Seznec
«
L
’important dans la mode, c’est
de ne pas la suivre. » Cette
affirmation revient dans la
bouche de la styliste Florence Gossec, installée dans la rue des
Carmes, et de la blogueuse orléanaise
Chloé Broutet. Mais faire le tri entre les
magasins orléanais n’est pas forcément
une mince affaire, surtout lorsque l’on
vient d’emménager. « Depuis quelques
années, il y a une évolution dans l’offre,
constate Chloé. Notamment depuis
l’arrivée de boutiques éphémères et de
friperies vintage. » De quoi susciter de
nombreuses envies vestimentaires.
LES LOUANGES DE LA FRIPERIE
« Une évolution
dans l’offre »
Chloé Boutet, blogueuse orléanaise
Depuis le mois de juin, dans la rue d’Escures, une petite friperie s’est ouverte.
Son nom ? Loup’Ange à l’Elégance. On y
trouve des vêtements pour hommes et
femmes, bien entendu, mais également
des accessoires et des chaussures, avec
une large gamme de prix. Il y a même
des pièces rares et vintage. La gérante,
Tiffany, a voulu donner à sa friperie un
univers particulier, entre élégance et
rétro. Autres endroits pour chiner : Casuale, dans la rue Illiers, un dépôt-vente
pour hommes et femmes avec de belles
affaires (notamment pour les grandes
marques) ; et Rachel Bis, dans la rue
Croix de Malte.
L’ORIGINALITÉ CHIC
Ces derniers temps, de nouvelles
boutiques de mode dite classique ont
également vu le jour. « Parmi les plus
attractives, je note Ba&sh, le Nouveau
Magasin, Suite 341, énumère la blogueuse. C’est l’idéal pour trouver des
pièces chics et originales, avec un motif ou une matière particulière. » Son
Parmi les boutiques branchées orléanaises, on compte
le magasin 1,2,3, qui propose des pièces originales.
coup de cœur ? Mademoiselle et vous.
Si cette boutique en a ouvert d’autres
à Tours et à Paris, sa naissance a eu
lieu à Orléans.
LES 11 M2 DE L’ÉPHÉMÈRE
Depuis septembre 2015, dans la rue
Isabelle-Romée, une Boutique Éphémère s’est créée. L’idée ? Permettre aux
créateurs du département de se faire
connaître. Y sont déjà passées les Fées
Citron, Dessine-moi un savon, Nuoo…
Chaque semaine, un nouvel univers,
entre mode et décoration d’intérieur,
est à découvrir dans ce local de 11 m2.
En ce moment et jusqu’au 17 septembre,
le lieu est envahi des plantes vertes du
Jardin d’Adeline. Pour connaître la programmation des créateurs dans cette
boutique, rendez-vous sur la page Facebook de Boutique Éphémère Orléans.
LES CRÉATEURS
FONT LEUR RENTRÉE !
Ce week-end, de 11 h à 19 h, l’association « Mademoiselles Paillettes », créée
par Maëlle et Anne-Lise, organise un
premier marché des créateurs. L’évé-
nement se déroulera au Campo Santo,
dans le centre historique de la cité johannique. Les férus de mode ne peuvent
le manquer. Seront présents des créateurs de bijoux, de papeterie, de mobiliers, mais aussi de mode comme
Réglisse Vert, Very Monkey, Gambille…
Et l’entrée est gratuite.
L’UNIQUE SUR MESURE
Une occasion particulière ? Ou simplement pour se faire plaisir ? Il y a
quelques créateurs dans la région
d’Orléans qui peuvent vous créer un
vêtement sur mesure. Pour une mode
urbaine, Florence Gossec propose des
pièces classiques confectionnées avec
des tissus dits nobles. Côté couture,
Frédérique, installée à Saint-Jean-deBraye, organise des cours mais peut
également confectionner des robes, des
jupes ou des petits hauts. Plus original
et décalé, Claire Le Hénaff, de Piment
de Soie à Saint-Jean-de-Braye, crée des
corsets, pour le quotidien comme pour
les mariages. Comme Florence Gossec,
elle est membre des Ateliers Art de
France. ●
455122
Région Centre-Val de Loire - 06/2016
En 2016,
32 000 formations
proposées en région Centre-Val de Loire.
Profitez du plan régional de formation
pour décrocher un emploi !
10 I DOSSIER
C’est quoi
HEBDO
Du 14 au 20 septembre 2016
,
être à la mode ?
SOCIÉTÉ
Souvent, la rentrée rime
avec une nouvelle tenue,
une nouvelle coiffure, un
nouvel accessoire. Pour
décortiquer ce qu’est la
mode aujourd’hui et ce qui
se fait à Orléans, détour
par le magasin de la styliste
autodidacte Florence
Gossec. Claire Seznec
C
’est la fin de l’été, la rentrée, bientôt l’automne. Qui dit changement de saison dit changements
de vêtements. Et ce besoin quasi-irréversible d’être « à la mode ». Dans
le centre-ville d’Orléans, il y a pléthore
de grandes enseignes, même si les collections peuvent parfois se ressembler.
Mais pour certains, la mode, c’est justement de ne pas la suivre. « Même si l’on
s’inspire les uns les autres, il faut avoir sa
propre vision du vêtement », estime Florence Gossec, styliste orléanaise installée
dans la rue des Carmes et créatrice de
« mode urbaine ». « Pourtant, beaucoup
de clientes potentielles affirment ne pas
pouvoir porter mes créations au quotidien », dit-elle. De fait, pour aller travailler,
faire des courses ou même se détendre
après une dure journée, les Orléanais(es)
s’habillent surtout de manière pratique.
« Ce n’est plus comme avant, la population ne s’habille plus, surenchérit la styliste. Mais quand on va au restaurant ou
au théâtre, pourquoi ne pas revêtir une
belle robe ou un costume ? » Et Florence
Gossec de plaider pour une autre façon de
s’habiller : « petit, on nous a dit qu’on était
unique. Parfois, nos mères nous cousaient
ELLE BLOGUE SUR CE QUI EST EN VOGUE
Depuis cinq ans, Chloé tient le blog « thenewbackk ». Elle l’a lancé
lors de ses études à Paris, qui portaient sur le digital et le commerce.
Depuis, elle le tient « par plaisir ». Son idée ? Créer des liens entre le
monde de la mode et Internet. « J’ai rencontré beaucoup de personnes
du milieu et le blog a rapidement pris de l’ampleur », se souvient-elle.
Cela fait maintenant trois ans que des marques de mode et de beauté
prennent contact avec elle. « Les blogueurs sont invités à des soirées
de lancement de produits et même à des conférences de presse. »
De retour à Orléans, Chloé souhaite entrer en relation avec des
stylistes, des créateurs et des personnalités orléanaises. « L’objectif
est de montrer autre chose. Ensemble, on veut et on peut transformer
Orléans, lui donner une nouvelle dynamique, affirme-t-elle. Et si je peux
aider de jeunes créateurs, ce sera avec plaisir. »
La mode orléanaise a fait sa rentrée dimanche dernier lors de deux défilés,
place de la République, organisées par les Vitrines d’Orléans.
un habit, unique lui aussi. Alors, une fois
adulte, pourquoi ne pas continuer dans
cette voie ? », se demande Florence Gossec, qui défend une certaine approche de
la mode et du style. « Aujourd’hui, il existe
des codes universels dans ce domaine.
Nous avons tous les mêmes vêtements,
avec les mêmes matières et les mêmes
couleurs, un peu comme un uniforme »,
décrit la styliste, qui cherche à partager
son « goût pour la différence et l’indépendance ».
L’IMPORTANT ? ÊTRE BIEN DANS
SES BASKETS !
Dans une société où le regard de l’autre
semble plus important que le sien, certaines personnes n’osent pas porter ce
dont elles ont envie. « Il faut dire que
lorsqu’on est bien habillé, on accepte
d’être regardé », juge Florence Gossec.
Pourtant le « bien » habillé reste subjectif.
Dans les rues orléanaises, tous les styles
se croisent, du plus classique au plus original. Les adolescentes portent des hauts
courts, des pantalons taille très haute. Les
jeunes femmes parient sur les chemises
cintrées et les petites chaussures. « Ce
qu’il faut surtout, c’est se sentir bien dans
ses baskets », précise Florence Gossec.
Une vision que partagent plusieurs blogueuses orléanaises, dont Chloé Broutet,
qui lance : « il ne faut surtout pas se
prendre la tête ! » ●
QUE CHOISIR ?
S’il faut se faire plaisir en termes
de vêtements, la qualité réside
principalement dans le tissu. De
fait, une chemise de qualité se
tient sur un cintre, même après
plusieurs lavages. « Si on veut
garder un habit longtemps,
qu’il soit en coton ou en laine,
la qualité est primordiale »,
précise Florence Gossec. Aimer
la matière, donc. Mais aussi le
beau, le chic, sans être tape-àl’œil.
S
U
O
V
Z
E
N
GS
N
O
B
PARKIN
A
S LES
N
A
D
E
É
À L’ANN
ÈME
t
n
e
l
d
i
i
a
s
é
v
R
Tra permanent
!
S
I
O
M
2
1
E
L
=
t
n
e
m
e
n
Abon
Étudiantends
-30min
Offertes
CB
24h
24
442002
* abonnement souscrit pour une période annuelle renouvelable
k
e
e
W
/
Nuits
Ne tournez plus en
w w w. s t a t i o n n e m e n t - o r l e a n s . f r
La Caisse d’Epargne Loire-Centre partenaire du
TENTEZ DE GAGNER VOS PLACES VIP
pour approcher vos artistes favoris :
455094
Rendez-vous sur
caisse.epargne.loire.centre
ORLÉANS
RE
24 SEPTEMB
PO
ARC DES EX
PARKING P
* Réglement de jeu sur demande
HEBDO
12 I REPORTAGE
Du 14 au 20 septembre 2016
L’heure de la rentrée littéraire
a sonné !
CULTURE
Chaque année, au mois de septembre, c’est la rentrée littéraire dans nos librairies. L’occasion de découvrir les coups
de cœur des libraires orléanais, et de faire le bilan des ventes de l’année dernière. Mathias Perez
QUELS SONT LES THÈMES
RÉCURRENTS ?
Selon Sophie Todescato, les thématiques des livres de cette rentrée littéraire sont le reflet de notre société
et de son actualité plutôt morose, et
elles ont d’ailleurs tendance à s’assombrir d’année en année. « On retrouve
beaucoup les thèmes de l’intolérance,
de l’incertitude ou de la précarité sociale, explique Sophie. Il est vraiment
de plus en plus difficile de trouver un
roman léger et drôle… » Pour Chloé, la
thématique de l’immigration est éga-
DR
Quand on interroge Sophie Todescato
sur ses coups de cœur de cette rentrée
littéraire, la gérante de la librairie des
Temps modernes nous brandit sans
aucune hésitation le dernier roman de
Laurent Gaudé. « Écoutez nos défaites
est un livre qui entre en résonance avec
la gravité de notre monde, explique-telle. On y retrouve les qualités d’humaniste de l’auteur. » Chloé, de la Librairie
Nouvelle, mise quant à elle sur les premiers romans de deux jeunes auteurs :
Lithium, d’Aurélien Gougaud et Petit
pays, de Gaël Faye. « Dans Petit pays,
on voit un homme prendre conscience
de ses racines, raconte-t-elle. Je pense
vraiment que ce sera le succès de cette
rentrée ! » Le grand jeu de Céline Minard, Le garçon de Marcus Malte, Un
paquebot dans les arbres de Valentine
Goby… Marlène Brocail, la responsable
de la librairie Chantelivre, empile sa
petite dizaine de coups de cœur sur
la table de sa librairie. Mais si elle ne
devait en garder que deux ? « Ce serait
Repose-toi sur moi, de Serge Joncour,
un véritable conteur avec une langue
magnifique, commence Marlène. Et
ensuite Amour monstre, de Katherine
Dunn, un livre totalement déjanté. Cartésiens s’abstenir ! »
DR
QUELS SONT LEURS COUPS
DE CŒUR ?
Pour Sophie Todescato, gérante de la librairie des Temps modernes, la rentrée
littéraire est toujours « un moment exaltant » !
lement très présente. « Dans Désorientale, de Negar Djavadi, l’héroïne compare notamment sa ville natale à son
pays d’adoption », raconte la libraire.
Un premier roman sur le Téhéran d’hier
et la France d’aujourd’hui, qui s’interroge aussi sur la question de l’identité.
« On retrouve également ce thème de
l’identité dans Le grand jeu, de Céline
Minard, ajoute Marlène Brocail. Qui
suis-je ? Quelle est ma place dans ce
monde ? Voilà les grandes questions
de cette rentrée littéraire. »
LES PRIX LITTÉRAIRES
DOPENT-ILS LES VENTES ?
Amour monstre et Repose-toi sur moi sont les deux coups de cœur de Marlène
Brocail, responsable de la librairie Chantelivre.
« Les prix littéraires, ça fonctionne
toujours, affirme Chloé, de la Librairie Nouvelle. Les lecteurs viennent les
acheter dès le lendemain des résultats, et ça a un énorme impact sur les
ventes. Et puis, c’est le cadeau de Noël
idéal ! » Même constat chez Chantelivre.
« Boussole, de Mathias Enard, le Prix
UNE RENTRÉE
EN CHAIR ET EN OS
Les deux coups de cœur de
Sophie Todescato viendront ce
mois-ci à la rencontre de leur
public, à la librairie des Temps
modernes. Au programme :
questions/réponses avec les
lecteurs et séance de dédicaces.
Éric Vuillard est ainsi venu
présenter son livre le 14 juillet et
le 13 septembre. Ce sera ensuite
le tour de Laurent Gaudé, avec
Écoutez nos défaites,
le 20 septembre.
Goncourt 2015, s’est effectivement très
bien vendu, confirme Marlène. Avec son
écriture très littéraire et plutôt ardue, il
n’était pourtant pas du tout grand public. Beaucoup de gens ne sont d’ailleurs
pas rentrés dedans… » Le matin-même,
HEBDO
REPORTAGE I 13
DR
Du 14 au 20 septembre 2016
Une fermeture
qui déchaîne les passions…
Cette rentrée littéraire 2016 comptera un absent : la librairie
Passion Culture. Le 22 juin dernier, sa fondatrice Sylvie
Champagne annonçait la triste nouvelle de la liquidation judicaire
par le biais d’un communiqué dans lequel elle tenait le groupe
Casino (propriétaire des lieux) pour responsable de cette mesure.
En 2011, la librairie ouvrait ses portes sur 1 600 m2 de
culture, proposant ainsi aux Orléanais « la plus grande librairie
indépendante créée depuis 15 ans en France ». Le communiqué de
Sylvie Champagne revenait également sur « la belle croissance »
du commerce, et révélait la vente de plus de 110 000 livres en
2015, « soit l’équivalent d’un livre par Orléanais. » Seule ombre
au tableau : un différent sur les loyers – jugés « prohibitifs » par
Sylvie Champagne – et une renégociation infructueuse. L’annonce
de cette fermeture a fait couler beaucoup d’encre, et a suscité
de nombreuses réactions : une centaine de messages de soutien
de la part des anciens clients, mais aussi de plusieurs auteurs
(Marc Lévy, Douglas Kennedy, Tatiana de Rosnay…), et même une
pétition recueillant plus de 11 000 signatures.
Chloé, de la Librairie Nouvelle, mise sur deux jeunes auteurs :
Gaël Faye et Aurélien Gougaud.
une cliente des Temps modernes
confiait d’ailleurs à Sophie Todescato
qu’elle n’avait pas réussi à aller jusqu’au
bout. « Avec Boussole, soit on est sous
le charme, soit c’est un rendez-vous
manqué, explique la libraire. Cela dit,
est-ce vraiment le rôle d’un livre d’être
fédérateur ? Une œuvre qui plaît à tout
le monde, ça n’existe pas. À part, peutêtre, Le Petit Prince… »
QUELLES ÉTAIENT
LES SURPRISES DE 2015 ?
Certains livres, comme celui d’Amélie
Nothomb, restent encore, cette année,
des rendez-vous incontournables de
la rentrée littéraire. « Elle a un public
très fidèle, confirme Chloé. Ses lecteurs sont toujours très friands de ses
nouveaux livres, et ils se ruent dessus,
chaque année, quelles que soient les
critiques. » Mais loin de ces succès
garantis, certaines œuvres créent la
surprise. « 2084, la fin du monde, de
Boualem Sansal, est l’une de nos meilleures ventes en 2015, et c’était plutôt
inattendu », se souvient Sophie. Le livre
imagine un empire fondé sur l’amnésie
et la soumission au dieu unique. Toute
pensée personnelle y est bannie, et un
système de surveillance omniprésent
permet de connaître les idées et les
actes déviants du peuple.
« Est-ce vraiment
le rôle d’un livre d’être
fédérateur ? »
Sophie Todescato,
gérante des Temps modernes
Une fable, dans laquelle une religion
est devenue omnipotente, que l’auteur
était venu présenter à la librairie des
Temps modernes, deux jours après
les événements du Bataclan… Selon
Gallimard, son éditeur, Boualem Sansal s’inscrit dans la filiation d’Orwell,
« pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui
menace les démocraties. » ●
+ d'infos
La librairie des Temps
modernes
57, rue Notre-Dame
de Recouvrance
Librairie Chantelivre
15, place du Martroi
Librairie Nouvelle
2, place de la République
« UNE SORTE DE SURSAUT MILITANT… »
Interrogée sur le sujet, la directrice de Chantelivre se montre
également solidaire. « Un lieu culturel qui ferme, c’est toujours
triste, déplore Marlène Brocail. Et même si nous étions
concurrents, nous étions avant tout confrères, et on ne peut
évidemment pas se réjouir d’un tel événement. D’autant que
je trouve que l’équipe de Passion Culture faisait un très bon
boulot… » Lors d’un rassemblement de soutien, devant les portes
closes de Passion Culture, Sylvie Champagne avait d’ailleurs
eu une pensée pour ses confrères. « Il y a d’autres librairies à
Orléans, n’allez surtout pas sur Amazon », avait-elle déclaré aux
200 lecteurs qui avaient fait le déplacement pour l’occasion.
Selon Sophie Todescato, des Temps modernes, le géant américain
est effectivement le premier concurrent des librairies de quartier.
« Avec le nombre de librairies qu’il y a à Orléans, certains lecteurs
préfèrent encore commander chez Amazon, regrette Sophie. La
vente en ligne a perturbé la situation, et a précarisé de nombreux
libraires qui ne savent pas comment boucler leurs mois. Nos
marges sont parmi les plus faibles, et nous n’avons aucune prise
dessus. Cela dit, on note une petite prise de conscience et une
sorte de sursaut militant des trentenaires. Espérons que ça fasse
tache d’huile… »
Face aux allées pleines de clients de la Librairie Nouvelle,
Chloé a une vision des choses évidemment plus nuancée. « La
librairie se porte bien, explique-t-elle. Je pense que beaucoup de
lecteurs apprécient encore le contact humain qui se crée dans
les librairies. Et les conseils du libraire, on ne les trouve pas en
ligne. C’est quelque chose de précieux ! » Un avis partagé par
Sophie Todescato. « Nous sommes avant tout des passionnés,
nous lisons réellement les livres et on les conseille avec le cœur,
déclare la gérante des Temps modernes. Nous sommes une
librairie indépendante, et je peux donc donner mon sentiment
sur les œuvres, sans aucune arrière-pensée économique. Quand
je dis qu’Actes Sud a, selon moi, la meilleure rentrée littéraire, ce
n’est pas parce que l’éditeur fait partie de mon capital. » Selon
les Temps modernes, les temps sont durs pour les libraires, mais
une mesure les sauve néanmoins du naufrage : « Le prix unique a
heureusement sécurisé le secteur, livre Sophie Todescato. Sans
cette loi, il n’y aurait plus aucune librairie… »
HEBDO
14 I REPORTAGE
Du 14 au 20 septembre 2016
Chasse : une cohabitation pas simple
OUVERTURE DE LA CHASSE
En cette veille d’ouverture de la chasse, le Loiret et la Sologne se préparent à une coexistence potentiellement conflictuelle
entre usagers de la nature. Bonnes pratiques, bon sens et bonne volonté seront les trois piliers d’une saison sereine… Fabien Jacquet
Loiret – ont le bon goût de vouloir restituer
les bonnes pratiques et cela marche souvent ! J’ai la conviction profonde que ces
progrès aboutiront un jour prochain à une
situation très satisfaisante… »
respect du territoire public. Les autres usagers doivent, eux, ne pas s’exposer inutilement au risque d’accident : rouler prudemment quand une chasse est matérialisée, se
rendre visible sur le domaine public et ne
pas enfreindre la propriété privée. « C’est du
bon sens et de la bonne volonté, reprennent
en chœur Alain Foulon et Gérard Bouet. La
communication entre usagers sera la clé
d’une coexistence sereine, où chacun pourra
être amené à faire des concessions, pourvu
que ce ne soit pas à sens unique. » Le message est clair : tout le monde doit nettoyer
devant sa porte ! ●
* Office National de le Chasse et le Faune Sauvage
La nature, ça se vit.
UN EFFORT MUTUEL
Si les situations d’accidents sont rares
en Loiret et en Sologne, les interactions
sociales négatives entre usagers des territoires sont nombreuses. Gérard Bouet, administrateur à la FDC 45, en fait un cheval
de bataille : « j’œuvre tous les jours pour
que nous tous – chasseurs, randonneurs à
pieds, à cheval et à vélo… – parvenions à
assouvir nos passions sans nous gêner. Cela
veut dire que tous nous laissions de côté
les discours extrémistes et l’ignorance de
l’autre. Les territoires de chasse sont la plupart du temps privés et, trop souvent, cette
caractéristique est sciemment ignorée pour
diverses raisons, qui vont de la chasse aux
champignons à la volonté délibérée de
perturber l’action de chasse. C’est irresponsable ! Comme il est irresponsable pour des
chasseurs de ne pas suivre à la lettre, voire
au-delà, les consignes de sécurité. »
Concernant la signalisation, le port de gilets
fluos est désormais acquis dans une majorité de chasses. L’effort des chasseurs doit
désormais porter sur les attitudes : respect
des consignes de tir, port sécurisé de l’arme,
SAS TERRES ET EAUX - RCS 422.555.722 Lille Métropole. Crédit photo : iStock
Dans le Loiret et en Sologne, point de statistique précise, mais en tout cas pas d’accidents mortels récents. Plutôt bon signe,
quand on connaît la densité de chasseurs
dans notre région. Alain Foulon, technicien
à la FDC du Loiret, est responsable de la formation à la sécurité dispensée gratuitement
sur la base du volontariat : « nous avons
mis en place cette formation qui rappelle
les bonnes pratiques essentielles et les attitudes obligatoires tout au long d’une chasse,
et qui constituent les points éliminatoires de
la partie pratique du nouveau permis de
chasser. Depuis 5 ans, j’ai rencontré tous les
présidents de chasse du département pour
les sensibiliser et les encourager à restituer
les techniques et postures. Cela n’a pas suffi.
Nous organisons donc 6 sessions de formation de 15 candidats à l’année. J’espérais
plus de volontaires… » En cause, la moyenne
d’âge des chasseurs – qui tourne autour des
64 ans – et dont la plupart n’ont pas reçu
de formation initiale à la sécurité, tandis
que leur volonté de réapprendre reste chancelante. Mais ce tableau n’est pas si noir,
comme l’indique Alain Foulon : « Les jeunes
permis – 300 sont validés par an dans le
Le port de gilets fluos permet désormais de signaler les chasseurs à leurs
camarades et aux autres usagers de la nature.
la CHASSE
CATALOGUE
NOUVEAU
DU 26 AOÛT AU 24 SEPTEMBRE
*
a
l
o
b
GOuravenrtduree detolamchasse
ux lots À GAGNER !
eu
re
br
mb
om
de no
AU 17 SEPTEMin.BRE
ÛT
AO
26
DU
ent de la tombola en magas
* Voir règlem
455212
SENSIBILISER LES ANCIENS
© FABIEN JACQUET
L
e 18 septembre aura lieu l’ouverture générale de la chasse dans le
Loiret. La sécurité est un thème
qui catalyse les passions, tant au
sein de la communauté des chasseurs que
dans les rangs des anti-chasses. Expliquons
d’abord que ce sont les chasseurs qui sont
les premières victimes. Le travail de la Fédération Nationale des Chasseurs et de ses
entités départementales est donc, depuis
20 ans, de réduire le nombre d’accidents.
Chaque année, la FNC publie le bilan annuel effectué par l’ONCFS* sur le sujet. Il
rappelle que 146 accidents ont eu lieu en
2015-2016 en France, dont 10 mortels (et
deux victimes non-chasseurs). Ce nombre,
forcément trop élevé, est le plus bas enregistré dans l’Hexagone depuis plus de
20 ans.
TIRAGE
AUSOR
T
le 17 se
à17h pt.
TERRES ET EAUX ORLÉANS–SAINT-CYR-EN-VAL :
ZAC du Parc de Limère, 242 Avenue de la Pomme de pin - 45590 Saint-Cyr-en-Val - Tél. : 02 38 25 11 90
INITIATIVE POSITIVE I 15
La Tribune HebdO présentera désormais régulièrement une « initiative positive » portée par des associations, des collectivités,
des entreprises ou des particuliers. Notre objectif est clair : alors que l’actualité est au pessimisme, à la polémique inutile, et
à la dévalorisation de l’action politique, nous voulons montrer que, localement, des gens se bougent pour faire avancer les
choses. L’espoir, c’est pas si compliqué…
En voitures, Max !
ÉVÉNEMENT
E
t maintenant, il n’y a plus
qu’à espérer que le temps se
maintienne... Car sans l’aide
du ciel, la fête sera forcément
beaucoup moins belle. Encore que… Profiter des ronronnements réguliers d’une
Maserati ou d’une Aston Martin confortablement calé sur le siège du passager
reste appréciable aussi bien sur route
sèche que détrempée.
Les amateurs de belles cylindrées se
réuniront donc ce dimanche pour la
deuxième édition d’« Un Max de tours »,
une journée de baptêmes automobiles
de haute volée réalisés en compagnie
des propriétaires de voitures d’exception. Au départ du Parc des Expositions,
plusieurs de ces bolides s’élanceront à
intervalles réguliers pour parcourir entre
12 et 13 km autour d’Orléans, Olivet et
Saint-Cyr-en-Val. Évidemment, cette escapade bucolique et vrombissante aura
« UNE DIMENSION
HUMAINE »
Au-delà de ces importantes
manifestations annuelles,
l’association « T’Libre Max »
œuvre à l’année pour faire
évoluer le regard sur le
handicap. 50 membres
adhérents la composent
ainsi que 15 personnes
particulièrement actives pour
l’organisation des opérations
que sont « Un Max de Tours »
et « Un Max de Jazz ».
« Nous voulons rester sur une
dimension humaine », énonce
Sabine Guillien. L’adhésion à
l’association ne coûte que 20 €
par an, et évidemment, les
bonnes volontés ne sont pas
refusées…
un prix, qui servira non pas à rémunérer les conducteurs, mais à financer les
projets mis en place par l’association
« T’Libre Max », laquelle vient en aide
aux enfants handicapés. C’est la seconde
fois que Sabine Guillien, sa présidente,
se lance dans cet événement alléchant.
Elle-même fan de rallye et femme influente dans le tissu économique orléanais, elle a pu compter sur son épais
carnet d’adresses pour solliciter ses
nombreuses connaissances et monter
ainsi cet événement. « C’est beaucoup
de réseau et de bouche-à-oreille »,
confirme-t-elle, en citant plusieurs entrepreneurs locaux qui se sont joints à
l’aventure, emmenant celles et ceux qui
le souhaiteront à bord de sa Tesla 100 %
électrique.
UNE MAISON DOMOTIQUE
EN PROJET
Une cinquantaine de voitures, dont une…
bonne vieille Deudeuche, défileront ainsi
dans le sud de l’agglo tout au long de
cette journée. Au-delà des habituelles
commodités d’usage – buvette et restauration sur place – des structures gonflables pour les enfants et des ateliers
maquillage agrémenteront la manifestation. Des concerts égayeront également la journée. Le tout placé dans des
conditions de sécurité optimales, avec
l’aval de la Préfecture et des municipalités concernées par le tracé du parcours.
En 2014, plus de 600 baptêmes avaient
été effectués (moyennant une récolte
de fonds de 10 000 €), un succès qui
a visiblement convaincu l’association à
remettre le couvert cette année, après
une série de spectacles et de concerts
proposés l’an dernier sous la bannière
d’« Un max de jazz ». Une manifestation
d’envergure qui avait notamment bénéficié d’une tête d’affiche prestigieuse en
© DR
Ce dimanche, « Un max de tours vol.2 » revient au Parc des Expositions pour venir en aide
aux enfants handicapés. Des baptêmes en voitures d’exception seront proposés sur une
boucle d’une douzaine de kilomètres. Benjamin Vasset
C’est parti pour une deuxième édition d’un « Max de tours » !
la personne de Sanseverino. Mais pour
ne pas tomber dans une forme de routine, l’association a décidé de rejouer des
mécaniques en 2016.
À l’avenir, il faudra encore à Sabine Guillien de nombreuses autres éditions pour
mener à bien un projet qui réclame un
investissement massif : la construction
d’une maison d’habitation pour les personnes en situation de handicap mental.
C’est le grand dessein que cette maman
d’un enfant autiste –Max, donc – poursuit depuis plusieurs années. « Je me
lève tous les matins avec cette angoisse
de me dire : lorsque je ne serai plus là, qui
pourra assurer l’avenir de mon fils ? »
D’où cette ambition de faire germer,
peut-être dans cinq ans, une maison
domotique et digitale où des garçons
et des filles – entre 8 et 10 – handicapés
mentaux pourraient vivre en collectivité,
accompagnés comme il se doit par un
ou plusieurs professionnels. Les grands
segments sont tracés ; reste encore à
trouver le terrain idoine dans l’agglomération ainsi que les financements
manquants (auprès des collectivités,
des fondations d’entreprises, des mécènes…) pour ficeler encore davantage
un projet déjà bien emmailloté, puisque
l’architecte orléanais Patrice Debaque
devrait fournir prochainement les premières esquisses de cette maison et faire
avancer de façon concrète ce « combat
de longue haleine ».
Si la genèse et le nom de l’association qu’elle défend porte son histoire
personnelle et l’empreinte de son fils,
Sabine Guillien précise que sa lutte embrasse un contour beaucoup plus large.
« Cette association fonctionne au profit
de toute personne en situation de handicap », indique-t-elle, expliquant que
« T Libre Max » a par exemple acheté
deux Tableaux Blancs Informatiques
(TBI) à l’Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique Fernand Oury de
Saint-Jean-de-Braye. Dimanche prochain, toutes les personnes en situation de handicap se verront offrir leur
baptême lors de la deuxième édition
d’« Un Max de tours ». 150 d’entre eux,
liés à l’Institut Serenne, aux Amis de
Pierre ou à l’IME de Châteauneuf-surLoire connaîtront ainsi le plaisir d’une
ronflante épopée. « Je ne sais pas encore sous quelle forme, mais l’on refera
quelque chose en 2017 », prévient d’ores
et déjà Sabine Guillien. C’est certain :
rien ne lui fera tomber son Max. ●
HEBDO
16 I ÉVÉNEMENT
Du 14 au 20 septembre 2016
Au patrimoine, citoyens !
JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
Qu’est-ce que la citoyenneté ? Quels en sont les lieux clés à Orléans ? Le thème national des 33es Journées
européennes du patrimoine, samedi 17 et dimanche 18 septembre, interroge. Florilège de visites pour y répondre.
Claire Seznec
POUR OUVRIR LES ARCHIVES…
Elles sont à la fois les témoins et les
preuves de nos droits et de nos identités. Les archives, municipales et départementales, sont collectées afin
d’attester du patrimoine, de l’histoire
et de la culture d’un territoire. Pour les
Journées européennes du patrimoine,
LA MONTÉE
DES MARCHES
ORLÉANAISES
Archives départementales
6, rue d’Illiers / Archives
municipales : 5, rue FernandRabier.
POUR DÉCOUVRIR
L’ARCHITECTURE MUNICIPALE…
La mairie n’a pas toujours été située
dans le centre municipal que nous
connaissons actuellement. Le tout pre-
©©FOTOLIA
Comme chaque année, la
cathédrale Sainte-Croix propose,
sur réservation, de dominer la
ville du haut de sa structure
gothique et néogothique.
Mais les places pour monter
les marches sont déjà toutes
prises…
leurs portes s’ouvrent. L’occasion de
découvrir le travail des archivistes
mais aussi de comprendre la difficulté de la conservation des documents,
des délibérations municipales aux états
civils. Certains, abîmés puis restaurés,
seront exposés dans le cloître des archives départementales du Loiret. Ces
visites mettent également en lumière
les sources recueillies aujourd’hui
et questionnent sur la citoyenneté
de demain.
À visiter lors d’un circuit entre patrimoine et citoyenneté, l’Hôtel Groslot
intrigue toujours les Orléanais…
mier hôtel de ville d’Orléans fut l’hôtel
des Créneaux, situé au cœur de la ville
médiévale, en 1790. Ce bâtiment vacillant entre gothique et Renaissance,
érigé entre 1445 et 1513, a successivement accueilli le siège du tribunal et le
musée des Beaux-arts, jusqu’en 1981.
La mairie a ensuite été déplacée dans
l’Hôtel Groslot en 1855. Depuis 1981,
les services municipaux ont pris place
dans le centre municipal. Pour visiter
ces lieux emblématiques de la citoyenneté, rendez-vous samedi 17 septembre,
à 10 h 30 et 15 h. La réservation, obligatoire, est à effectuer auprès d’Orléans
Val de Loire Tourisme.
Réservations à Orléans Val de
Loire Tourisme : 02 38 24 05 05
POUR SE SOUVENIR DE JEANNE…
Depuis la Révolution, Jeanne d’Arc
représente la liberté. Son histoire a
marqué. Elle a séjourné dans une maison à pans de bois, place de Gaulle,
à Orléans en 1429, hébergée par
Jacques Boucher, trésorier général
du duc d’Orléans. La demeure a été
reconstituée dans les années 1960 et
accueille aujourd’hui une salle multimédia et un centre de recherche et de
documentation. Le rez-de-chaussée
lui est consacré. Un film retraçant
sa vie et le souvenir qu’elle a laissé
à Orléans y est diffusé plusieurs fois
par jour. Il est également possible
de suivre une visite commentée de
la maison, sur le thème de l’image
républicaine de Jeanne. De quoi donner envie de lire ou relire le poème
de Voltaire...
POUR INTÉRESSER
LES PLUS PETITS…
Pour les enfants, les Journées européennes du patrimoine peuvent parfois s’avérer rébarbatives. La Ville
d’Orléans a donc créé un jeu de piste
à destination des familles. L’objectif
est d’emmener les visiteurs dans plusieurs lieux d’histoire, en lien avec le
thème de la citoyenneté. Des indices
et des mini-jeux sont disponibles sur
le programme papier des Journées du
patrimoine. Les réponses, elles, seront
données sur Facebook et sur le site
mutualisé de la Ville d’Orléans et de
l’AgglO dès lundi 19 septembre.
Autre jeu, cette fois, sur smartphone :
il s’agit de tester une nouvelle application, GéoMOTifs, sur les intérieurs (uniquement le dimanche) et extérieurs de
l’Hôtel Groslot. Le but ? Rechercher des
motifs, des figures héroïques, mythologiques et des symboles du pouvoir
municipal sur les murs et façades du
bâtiment. ●
ET AUSSI…
D’autres monuments, comme
les églises, ouvrent pour les
journées du patrimoine. C’est
notamment l’occasion d’aller
à la Glacière, habituellement
fermée, dans le Parc floral
de la Source, mais aussi de
redécouvrir le 2e étage, remis
au goût du jour, du musée
des Beaux-Arts. Un nouveau
parcours des collections des
XVIe et XVIIe siècles y a été créé.
Plus original, la gare d’Orléans
participe cette année à
l’événement : les curieux
visiteront un poste d’aiguillage
et des cabines de conduite
d’une rame TER. Attention, il
faut réserver.
Réservations gare d’Orléans :
06 08 87 50 62.
HEBDO
17
Du 14 au 20 septembre 2016
Toutes les semaines, vous y avez droit. Vraiment décalée
ou faussement sérieuse, la « Question de la semaine » que
Le Monde nous envie vous est posée chaque semaine dans
La Tribune HebdO. Du politique au pratique, tout y passera…
Quel est pour vous le lieu
le plus emblématique d’Orléans ?
Clara et Manon, 17 ans
ÉTUDIANTES
Animé et gratuit
« Les bords de Loire, sans aucune hésitation ! En soirée, c’est
clairement le coin le plus animé
d’Orléans, et on peut s’y poser
sans dépenser un euro ! C’est
parfait quand on n’a pas d’argent.
Cela dit, ça manque de bars, ou
même de stands, pour pouvoir
boire un verre ou grignoter un
truc. Les péniches sont sympas,
mais c’est assez cher. »
Marianne, 24 ans,
PROFESSEUR DES ÉCOLES
Julien, 25 ans, ÉTUDIANT
La pucelle
d’Orléans
« Jeanne d’Arc étant le symbole
d’Orléans, la place du Martroi avec
sa statue reste le lieu le plus emblématique de la ville. Cela dit, les
bars de la rue de Bourgogne sont
aussi cultes pour les Orléanais, et
les bords de Loire sont devenus
incontournables. C’est gratuit, joli,
calme, reposant et verdoyant ! »
Gérard, 61 ans, RETRAITÉ
Aline, 58 ans, COMPTABLE
Sarah, 19 ans, ÉTUDIANTE
Eddie, 25 ans, INTÉRIMAIRE
Clélie, 20 ans
Joli cadre, mais…
Selon la saison
« La cathédrale, la statue de
Jeanne d’Arc, le vieux centre historique avec ses belles maisons
et ses rues pavées… Il y a plein de
lieux emblématiques à découvrir
quand on vient à Orléans. C’est
une belle ville, mais elle se traîne
une mauvaise réputation, malheureusement un peu justifiée.
Les Orléanais manquent souvent de convivialité… »
« Les bords de Loire l’été, et la rue
de Bourgogne l’hiver ! Orléans est
une très belle ville, et je la trouve
même plus jolie que Tours. Le
seul inconvénient, c’est le campus excentré à la Source. En tant
qu’étudiant, on ne peut pas profiter du cadre du centre-ville, et
de ses animations. Et l’absence
de tram après minuit n’améliore
pas les choses… »
Yann, 37 ans, GROSSISTE
Laure, 33 ans, SECRÉTAIRE
Mustaf, 25 ans,
Un coin de nature
Un choix cornélien
Damien, 24 ans, ANIMATEUR
Jacky, 25 ans, SERVEUR
« Les bords de Loire offrent
un petit coin de nature, à deux
pas du centre-ville. C’est juste
parfait ! On a un joli cadre pour
marcher ou pour courir, et on
peut ensuite terminer la balade
en allant manger une glace, pour
récupérer toutes les calories
perdues. Et grâce à la guinguette
et au Festival de Loire, c’est le
coin le plus animé d’Orléans. »
« La place de Loire, la rue
Jeanne d’Arc, la cathédrale, la
place du Martroi, le beffroi, la
rue de Bourgogne, la maison
de Jeanne d’Arc, les bords de
Loire… Il y a tellement de lieux
emblématiques que c’est vraiment difficile de faire un choix.
On est globalement mieux loti
que d’autres villes, et je trouve
qu’il fait bon vivre à Orléans. »
Une nette
amélioration
« Les bords de Loire, depuis qu’ils
ont été réaménagés. C’est un lieu
qui est devenu agréable, aussi bien
en journée qu’en soirée. Orléans
s’est amélioré en 30 ans. À l’époque,
les quais étaient déserts, et on
n’osait même pas mettre un pied
rue de Bourgogne. Aujourd’hui,
c’est bien plus vivant et convivial. »
ÉTUDIANT
ÉTUDIANTE
Jolie et vivante
« La cathédrale symbolise bien
la ville. On la voit de loin, et c’est
le lieu de rendez-vous de tous les
Orléanais. Les bords de Loire
sont également devenus très
agréables depuis leur rénovation. Quand on était adolescents,
la ville était vraiment déserte,
et on était les premiers à la critiquer. Mais aujourd’hui, c’est
bien plus joli et vivant ! »
HEBDO
18 I ÉCONOMIE
©©FOTOLIA
Du 14 au 20 septembre 2016
VIE D’ENTREPRISE
Elle est aujourd’hui partout.
La dématérialisation s’est
inévitablement attaquée à
la gestion des documents
de ressources humaines
dans les entreprises et les
administrations. Signature
du contrat de travail,
bulletin de paie, coffrefort électronique... Quels
sont les avantages pour les
employeurs et les salariés ?
Guillaume Torrent
Patron,
D
ans un monde baigné par le
numérique, nous consultons
nos comptes bancaires,
réalisons des achats ou
déclarons nos impôts en ligne de manière naturelle. Sommes-nous prêts à
franchir le cap du tout dématérialisé
dans le cadre de notre vie professionnelle ? C’est en tout cas le choix fait
par de plus en plus d’entreprises (TPE,
grands groupes, etc.), pour lesquelles la
dématérialisation est devenue un enjeu
majeur.
Cette volonté est de plus poussée par
la loi « Travail », qui va faciliter la dé-
y a plus d’papier(s) !
matérialisation du bulletin de paye à
partir du 1er janvier 2017. En effet, à
compter de cette date, l’employeur sera
autorisé à remettre au salarié – sauf
opposition de sa part – un bulletin électronique (article L. 3243-2). La signature électronique de divers documents,
à l’image du contrat de travail, rentre
également dans ce cadre. Est-ce un procédé toutefois récent ? « La première
directive européenne sur le sujet date
de 1999. Depuis quelques années, les
entreprises sont de leur côté avides des
pratiques de dématérialisation, car elles
y trouvent un intérêt financier et orga-
QUE DIT LA LOI ?
Article 1366 du code civil : « L’écrit électronique a la même force
probante que l’écrit sur support papier, sous réserve que puisse être
dûment identifiée la personne dont il émane et qu’il soit établi et
conservé dans des conditions de nature à en garantir l’intégrité ».
Article 1367 du code civil : « La signature électronique consiste en
l’usage d’un procédé fiable d’identification garantissant son lien avec
l’acte auquel elle s’attache. La fiabilité de ce procédé est présumée,
jusqu’à preuve contraire, lorsque la signature électronique est créée,
l’identité du signataire assurée et l’intégrité de l’acte garantie, dans
des conditions fixées par décret en Conseil d’État ».
nisationnel », indique Guillaume Petit,
animateur réseau chez ChamberSign
France, l’autorité de certification créée
par le réseau des Chambres de commerce et d’industrie.
QUELQUES CLICS…
ET LE TOUR EST JOUÉ !
La signature électronique est la transposition dans le monde numérique
de la signature manuscrite. Elle utilise un procédé fiable d’identification
permettant de garantir l’identité du
signataire, l’intégrité et la provenance
du document (soit qu’il n’a pas été modifié depuis sa signature). Elle est ainsi
parfaitement adaptée au contrat de travail. Si tout type de document peut être
signé électroniquement, la priorité est
donnée au format PDF pour sa stabilité
et sa possibilité d’embarquer plusieurs
signatures électroniques. Une question
peut évidemment tarauder les plus
sceptiques et les adeptes du papier. La
signature électronique a-t-elle la même
valeur juridique que la signature manuscrite ? Bien évidemment ! « Depuis
la loi du 13 mars 2000, la signature
électronique engage le consentement
« Un intérêt financier
et organisationnel »
Guillaume Petit, animateur réseau
des signataires de la même façon que
la signature manuscrite », précise Guillaume Petit.
Comment se déroule, en pratique, la
signature électronique d’un contrat de
travail ? Lorsque le contrat est prêt, il
est envoyé au salarié par mail ou bien via
une plate-forme propre à l’entreprise. Il
reçoit ensuite, par SMS ou par mail, un
code lui permettant de signer le document. Une fois signé, le contrat est transmis à l’employeur et au salarié. Le salarié
peut avoir accès à un coffre-fort électronique sécurisé, dans lequel sont stockés
et archivés son contrat de travail, ses
bulletins de paye ou tout autre document professionnel. Ce type de solution
est notamment proposé aux entreprises
par la start-up française Coffreo, créée
en 2007 par Emmanuel Cudry. Chaque
mois, plus de 250 000 contrats de travail sont ainsi signés électroniquement
HEBDO
ÉCONOMIE I 19
Du 14 au 20 septembre 2016
pour des entreprises comme Randstad,
Bouygues Immobilier, Adecco ou Ag2r
La Mondiale.
LA CCI DU LOIRET
L’A ADOPTÉE !
INNOVANTE,
ÉCOLOGIQUE ET ÉCONOMIQUE
La signature électronique des documents présente de nombreux avantages.
Simple et rapide, elle n’oblige plus l’employeur et le salarié de se rencontrer. Le
salarié peut signer à distance depuis un
ordinateur, un smartphone ou une tablette. Il n’y a plus besoin d’imprimer
de documents, ce qui représente des
économies de papier, d’encre et de frais
d’envoi. « Nous accompagnons les entreprises qui souhaitent sécuriser leurs
processus contractuels et soulager leurs
équipes RH tout en gagnant en productivité. Grâce à la digitalisation, la gestion
des flux RH est devenue plus simple et
plus efficace. Elle permet de diminuer
leurs dépenses de plus de 50 % par bulletin de paie et de 80 % par contrat de
travail, commente dans un communiqué
de presse Emmanuel Cudry, président et
cofondateur de Coffreo.
« De plus, depuis le 1er juillet 2016, la ré-
IA
L
TO
©FO
©
Le 1er janvier 2017, les entreprises pourront remettre aux salariés un bulletin
de paye électronique.
glementation eIDAS certifie les normes
de signature électronique pour tous les
pays de l’Union européenne. Aucun document ne peut plus être refusé sous
prétexte qu’il a été signé électroniquement. Ceci va favoriser les échanges
transnationaux de documents »,
conclut Guillaume Petit de ChamberSign France. La signature électronique,
et plus généralement la dématérialisation des documents, est un virage pris
par de plus en plus d’entreprises auquel
les salariés ne pourront visiblement pas
non plus échapper. ●
Le réseau consulaire des
Chambres de commerce et
d’industrie délivre un certificat
ChamberSign pour sécuriser
les échanges professionnels.
Il est également utilisé pour les
marchés publics pour lesquels
la signature électronique
a la même valeur juridique
qu’une signature manuscrite.
Les signatures électroniques
proposées par S, autorité de
certification des CCI, assurent
la sécurisation des échanges
Internet et l’accès à des
systèmes de dématérialisation
(marchés publics, télécartegrise,
etc.). La CCI du Loiret est à votre
écoute pour vous renseigner
sur l’usage du certificat, et vous
reçoit sur rendez-vous pour
sa délivrance, à Orléans ou
Montargis (plusd’informations
sur www.loiret.cci.fr).
UNE RECHERCHEC
IBILITÉS
DES MILLIONS DE POSS
COMPAREZ - PARTAGEZ - EXPLOREZ
Sur l’ensemble des offres de services entre particuliers.
LOCATION
DE VACANCES
COVOITURAGE
LOCATION
DE VOITURE
SERVICES
RENDEZ-VOUS SUR WWW.OPITRIP.COM
20
HEBDO
Faits divers
Attentat avorté à Paris :
une Montargoise écrouée
Courses sauvages :
trente-cinq verbalisations
D
ORLÉANS
près la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture près de la cathédrale
Notre-Dame-de-Paris, dimanche 4 septembre, plusieurs personnes
ont été interpellées et mises en garde à
vue. L’une d’elles a récemment été incarcérée.
Il s’agit d’Ornella G., une femme de 29 ans,
domiciliée à Montargis et assignée à résidence depuis le mois d’août. Elle était
fichée S pour avoir voulu rejoindre la
Syrie, et aurait été en relation avec une
sœur d’Hayat Boumeddiene, la compagne
d’Amedy Coulibaly, le tueur de l’Hyper Casher (janvier 2015). Ornella G. a été interpellée mardi 6 septembre avec son compa-
gnon, âgé de 34 ans (qui a été relâché), sur
une aire d’autoroute dans le Vaucluse. Ses
empreintes ont été retrouvées sur le véhicule de l’attentat avorté, ce qui a permis
de remonter jusqu’à elle. Lors de sa garde
à vue, cette femme a avoué avoir voulu
commettre un attentat à la voiture piégée
et aurait expliqué avoir été en contact via
le serveur Telegram avec un certain Abou
Omar, avec lequel elle se serait mariée religieusement par téléphone. Samedi, elle
a été mise en examen, puis incarcérée,
pour association de malfaiteurs en lien
avec une entreprise terroriste criminelle,
et pour tentatives d’assassinats en bande
organisée. ●
ans la nuit de vendredi à samedi, entre 22 h et une heure
du matin, un important effectif de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP 45) était mobilisé sur la
route départementale 2020, à Saran, pour une opération
« anti-runs ». Régulièrement, pendant les soirées estivales, des courses
automobiles ont lieu sur cette voie. Le but de celles-ci : être le premier à
arriver au feu rouge.
Ces courses sont interdites et surtout dangereuses. Généralement, les
participants possèdent des véhicules de tuning, personnalisées pour plus
de performance. Plus de cent contrôles ont été effectués. Trente-cinq
conducteurs ont fait l’objet de procès-verbaux électroniques. Outre l’aspect répressif, cette opération avait pour but de faire prendre conscience
à ces automobilistes du danger que représentent ces courses sauvages,
pour eux-mêmes comme pour les autres usagers de la route. Une polémique avait éclaté cet été, dans la presse locale, après que La République
du Centre eut révélé dans l’une de ses éditions cette pratique sur la
RD 2020. ●
Fixe,
commissions,
primes,
véhicule...
LE JOURNAL D’INFORMATIONS DE TOURS ET DE L’AGGLO
Tout un monde lointain…
pour violoncelle et orchestre
Beethoven
55 « Héroïque »
Symphonie n° 3, op.
violoncelle
Soliste Xavier Phillips,
Ossonce
Direction musicale Jean-Yves
Licences 1-135526/2-135527/3-135
Dutilleux
TOURS
456879
Commercial(e)
en espace publicitaire
GRAND THÉÂTRE DE
SAM. 2 AVRIL / 20h
DIM. 3 AVRIL / 17h
528
recrute
www.operadetours.fr
02 47 60 20 20
LES CONCERTS DE L’ORCHESTRE
LA RÉGION
SONT PORTÉS PAR
LE JOURNAL D’INFORMAT IONS
DE TOURS ET DE L’AGGLO
N°325 - du 31 mars au 6 avril
2016
Faut-il détruire
ts
URBANISME
outil fonctionnel aux commerçan
Tours offrent certes un
du Vieuxannées 80, les Halles de
au secteur piétonnier
Inaugurées au début des
et le quartier est mal relié
– souhaite vendre son
chef-d'œuvre de laideur
mais le bâtiment est un
– en grande partie inoccupés
à une
propriétaire des étages
de France, il est favorable
Tours. La mairie de Tours
rchitecte des Bâtiments
patrimoine. Quant à l'A
encombrant et coûteux
3
Enquête exclusive . PAGE
radicale.
plus
solution
Boutique GUY DEGRENNE
31
TOURS - 02 34 53 56
24, rue du Commerce
PATRIMOINE P. 2
Château de Loches :
1 M€ pour un accueil
modernisé des touristes
TOURS P.4
2 ans de mandat (suite) :
S. Babary défend son bilan
ENSEIGNEMENT P. 5
Réussite au bac :
le palmarès
des meilleurs lycées
NATURE P. 15
sur la voie publique,
faites-le plutôt lire autour
de vous.
La Maison de la Loire
fête ses 30 ans
32 appartements
du T1 au T4
RE
NT
RS
U
TO
CE
NOUVEAU
PROGRAMME
IRE
DEVENEZ PROPRIÉTA
NNELLÉ
QUARTIER RABELAIS-TO
caractère
Petite résidence de
du futur
à proximité immédiate
Eco-Quartier des Casernes
VENTE
RENSEIGNEMENTS ET
62 21 76
02 47 20 01 35 ou 06 16
www.quatro-promotion.fr
456747
[email protected]
Balades en Région,
nature...
idées spectacles, sorties
Notre petit guide
pour les familles.
Pages 6 à 9
www.tribune-tours.fr
Ne jetez pas ce magazine
Envoyez votre CV et photo à
SORTIES VACANC
HEBDO
les Halles de Tours ?
Intéressé(e)?
DOSSIERES
456583
A
LOIRET
Du 14 au 20 septembre 2016
POUR HABITER OU
Possibilité de TVA réduite-
INVESTIR
Frais de notaire réduits
HEBDO
FRANCE INTERNATIONALE I 21
Du 14 au 20 septembre 2016
ils ont dit
Des news d’en France, mais pas que…
FISCALITÉ
Jérôme Cahuzac, ancien ministre
du budget, devant ses juges :
« Je n’ai pas assumé que mes responsabilités politiques devaient avoir comme conséquence une
diminution de mon train de vie. »
On s’attendait, pour la seconde année consécutive, à une évolution
importante des taux d’imposition
décidés par les communes. Finalement, il n’en est rien. La baisse de
dotations de l’État, mais surtout
la revalorisation des bases de 1 %
décidée par l’Assemblée nationale –
laquelle souhaitait anticiper une
inflation qui n’est finalement jamais
arrivée – a visiblement suffi aux
maires pour équilibrer leur budget.
À Orléans, par exemple, les taux
votés par la municipalité n’ont pas
évolué. Ce qui mécaniquement, sur
notre feuille d’imposition, permet
d’accroître le volume des recettes
sans pour autant renier les engagements politiques, tout en maintenant une part élevée d’investissements d’autant plus nécessaire en
tant de crise.
Toutes les villes françaises n’ont pas
fait ce choix, même s’il concerne
la grande majorité des grandes
communes de plus de 100 000 habitants. Pour certaines, maintenir
un niveau satisfaisant d’investisse-
FAUX DÉPART
EN AUTRICHE
Après l’invalidation de
l’élection présidentielle
entre le candidat d’extrême droite et son rival
indépendant (mais soutenu par les écologistes),
le nouveau vote pourrait être repoussé, pour
cause de cartes d’électeurs endommagées. Mais
il faudrait constituer un texte sur mesure pour
permettre de repousser l’échéance électorale…
ÇA FAIT LE
BUZZ
GOOGLE ET
LA PHARMACEUTIQUE
Google, via une de ses filiales, et Sanofi viennent de
signer la création d’une co-entreprise (joint-venture)
pour lutter contre le diabète. Chacun devrait mettre
248 millions de dollars au pot pour trouver des
solutions simples à la gestion de cette maladie. Le
géant pharmaceutique compte sur les compétences
en miniaturisation et en gestion des données de
Google pour proposer un traitement novateur.
ment ne pouvait passer que par une
évolution de la fiscalité locale. C’est
le choix de Nantes, qui assume une
hausse de la taxe d’habitation de
6,5 % et de la taxe foncière de 14,5 %.
Dans des proportions moindres,
Clermont-Ferrand, Saint-Denis ou
encore Aix-en-Provence, ont privilégié cette option. Mais l’inverse
est aussi vrai. Caen et Nice, par
exemple, ont voté des taux à la
baisse pour compenser en partie
l’évolution des bases décidées nationalement.
Alors que nous recevons tous nos
feuilles d’imposition, l’évolution de
la pression fiscale est toutefois modérée cette année en France. Une
situation qui pourrait se reproduire
si le coup d’arrêt annoncé par François Hollande concernant la baisse
(réduite de moitié pour 2017) des
dotations de l’État se confirme dans
les faits.
INDUSTRIE
ALSTOM, LA PATATE
CHAUDE
L’histoire entre Alstom et le Gouvernement ne date pas
d’hier. Avant même qu’Arnaud Montebourg ne monte
au créneau quand il s’est agi de défendre les intérêts
français face à l’offre d’achat de General Electric, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Économie, avait lancé une nationalisation et apporté 720 millions d’euros
d’argent frais au géant français. Il avait même réussi à
céder ensuite ces parts à Bouygues, faisant réaliser à
l’État une plus-value record. C’est justement ce même
actionnaire qui fera entrer, presque dix ans plus tard,
General Electric dans la boucle. Et si, à l’occasion d’une
négociation musclée, Arnaud Montebourg avait à nouveau imposé l’État au sein du conseil d’administration –
faute de mieux –, le Gouvernement n’a pas été à même
de désamorcer la « bombe » Alstom. L’annonce de la
fermeture du site de Belfort est intervenue au terme
d’un appel d’offres lancé par la SNCF pour 44 motrices,
et pour lequel Alstom n’a pas été retenue. Et le pire dans
cette affaire, c’est bien que les seules chances de salut
pour le site français résident dans la capacité à générer
très vite des marchés à l’étranger. Un comble.
Christiane Taubira, ex-garde des Sceaux :
« La question (...) est de savoir si nous serons
capables, nous à gauche, sous peine de disparaître - et pour un moment -, de nous engager
pour l’égalité, la cohésion sociale, une République exigeante, bienveillante, présente. »
Manuel Valls, Premier ministre :
« Il faudra un engagement particulièrement
important dans la pénitentiaire. Sans doute autour de 3 milliards d’euros pour les dix ans qui
viennent. »
Alain Juppé, candidat à la primaire
de la droite :
« S’il y a des déçus du hollandisme – et en ce
moment ils sont de plus en plus nombreux –,
hé bien qu’ils viennent. S’il y a des électeurs du
Front national qui se rendent compte que le programme de ce parti nous amène dans le mur,
hé bien qu’ils viennent. Voilà mon état d’esprit ».
Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire
de la droite :
« Le risque zéro n’existe pas et je ne serai pas
celui qui dira que l’attentat de Nice aurait pu
être évité. Mais ce que je dis, c’est que François
Hollande ne met pas tout en œuvre pour lutter
contre le terrorisme. »
l’image insolite
©©AFP
Les impôts locaux
en mode apaisement
La police néerlandaise dresse des aigles
pour attraper des drones survolant des
zones sensibles ou restreintes… Voilà un
joli retour à la nature.
HEBDO
22 I SPORTS
Du 14 au 20 septembre 2016
On prend les mêmes
et on recommence ?
TENNIS
D
idier Gérard, le directeur de
l’Open d’Orléans, a dévoilé la
semaine dernière les noms
de 25 des 32 joueurs qui
composeront le plateau de cette 12e édition. Des anciens vainqueurs (Jan-Lennard Struff, Sergeï Stakhovsky), ce qu’il
faut de joueurs français pour allécher
le public (Paul-Henri Mathieu, Julien
Benneteau, invité par l’organisation)
et ce qu’il faut de têtes de lard (Jerzy
Janowicz) ou de têtes brûlées (Dustin
Brown) pour assurer le spectacle. Un aéropage de joueurs classés entre la 162e
et la 63e place (l’Ukrainien Ilya Marchenko) au classement ATP mais, il faut bien
le dire, pas vraiment de noms ronflants
dont la seule évocation pourrait créer un
début de frisson. « Ne me demandez pas
l’impossible », a d’ailleurs répondu Didier
Gérard à la remarque d’un journaliste
le titillant sur le sujet. « Vous ne trouverez nulle part ailleurs dans le monde
un Challenger avec 10 Top 100, comme
nous le proposons cette année ».
Lors de quelques-unes des éditions précédentes, le directeur de l’Open d’Orléans
STEVE DARCIS,
L’HISTOIRE BELGE
Trois fois, le tennisman belge
Steve Darcis, s’est inscrit à
l’Open d’Orléans. Trois fois, il
aura dû se retirer du tableau
au dernier moment. « Il est à
chaque fois tombé malade, fait
remarquer Didier Gérard. On
espère bien le voir cette année
sur les courts ! » Classé 106e
à l’ATP, le joueur s’abstiendra
certainement de toute
excentricité gastronomique
dans un restaurant orléanais à la
veille de son entrée en lice…
avait il est vrai été échaudé par l’attitude de joueurs plus renommés et mieux
classés, mais plus pressés de pointer au
guichet pour toucher leur chèque de
participation une fois leur défaite vite
consommée que de se livrer à fond pour
remporter le tournoi. Alors cette année,
les amateurs de tennis se rattraperont
peut-être avec la présence, encore hypothétique, de l’Espagnol Tommy Robredo, actuellement 187e à l’ATP mais six
fois quart de finaliste en Grand Chelem
durant sa carrière. « Il nous reste une
wild-card à attribuer, a expliqué Didier
Gérard. Tommy en a fait la demande.
Pour l’instant, on n’a pas dit oui, on n’a
pas dit non. » L’organisation se réserve
la possibilité d’octroyer ce sésame à un
joueur « plus connu » qui demanderait
une invitation.
DÉMÉNAGEMENT EN 2019 ?
Voilà pour le terrain. Pour le reste,
Sébastien Grosjean, donc, et Mickaël Llodra seront de nouveau de la partie pour
(notamment) animer toute la semaine les
soirées avec les partenaires et répondre
aux questions de la presse. Co-ambassadeurs du tournoi, les deux anciens partenaires de Coupe Davis feront encore une
fois le job. Ils bénéficieront d’ailleurs de
conditions de travail améliorées par rapport à l’an dernier, puisque l’Open d’Orléans a investi au printemps dernier dans
la réalisation d’un Open Space, dans un
immeuble mitoyen du Palais des Sports.
Le lieu accueillera un troisième restaurant pour accueillir les partenaires, qui
traditionnellement se pressent aux soirées particulièrement prisées de l’Open
d’Orléans pendant que, sur le court, les
joueurs s’étripent le plus souvent devant
des tribunes vides.
Didier Gérard annonce pourtant une affluence de 19 000 à 20 000 spectateurs
©©SÉBASTIEN RICHARD
Pour sa 12e édition, l’Open d’Orléans va accueillir plusieurs têtes connues du public : Sergeï Stakhovsky, Jerzy
Janowicz, Paul-Henri Mathieu et le vainqueur de l’an dernier, Jen-Lennard Struff. Le premier Challenger du monde
ronronnerait-il un peu ? Benjamin Vasset
Finaliste l’an dernier, le Polonais Jerzy Janowicz sera de retour à Orléans
cette année.
lors des dernières éditions du tournoi.
Le business et le sport sur le même pied
d’égalité : c’est la combinaison pour que
fonctionne un tournoi de tennis, puisque
les seules rentrées payantes des mordus
de tennis aux guichets ne pourraient pas
équilibrer un événement de ce calibre.
Sans partenaires bons payeurs et donc
« Ne me demandez pas
l’impossible ! »
le vainqueur empochant un chèque de
15 300 € (et 125 points ATP).
Cette année encore, le succès devrait
ainsi être au rendez-vous et conforter
ainsi le « standing » du tournoi. Avec
la prochaine sortie de terre du fameux
complexe multisport prévu en 20192020, l’Open d’Orléans devrait aussi
déménager à côté du Zénith. « J’espère
que l’on pourra avoir le premier tournoi
challenger du monde dans un écrin de
top niveau », confirme Didier Gérard,
réfutant par là même l’hypothèse d’une
montée en gamme en ATP 250. ●
Didier Gérard, directeur de l’Open
d’Orléans
exigeants, le tournoi n’aurait d’ailleurs
même pas pu exister. Dans sa catégorie, l’Open d’Orléans reste ainsi ce qui se
fait de mieux. Premier tournoi challenger
du monde, seizième tournoi indoor, et
61e tournoi mondial, avec une dotation
globale, pour les joueurs, de 106 500 €,
+ d'infos
Du 26 septembre au 2 octobre
Tarifs à l’unité : de 8 € à 23 €.
Réservations sur
http://www.opendorleans.com
Tirage au sort le samedi
24 septembre.
PROPRIÉTAIRE À INGRÉ
AU CENTRE BOURG
SAISON 2016 / 2017
EN BORDURE DE PARC
espaces verts, pistes cyclables,
chemins piétonniers
4 PIÈCES DE 74,42 M2
+ terrasse à 175 000 €*
Livraison fin 2016
laruchehabitat.com
filiale du
Tél. : 02 38 54 74 36
455101
*Prix en TVA réduite selon conditions d’octroi en vigueur de la Location-Accession.
Selon stock disponible. Conditions auprès de votre Conseiller.
Ateliers de Restauration
2522-ARC-Ingre-HEBDOOrleans-100x65-14SEPTEMBRE2016.indd 1
06/09/2016 15:16
Etablissement et Service d’Aide par le Travail
E.S.A.T. Auguste Rodin
absolem.com
Tapisserie d’Ameublement
Ebénisterie
Cannage et Paillage
Conseil décoration
Showroom tissus
Relookage
4, rue Auguste Rodin - 45071 Orléans Cedex 2
Horaires d’ouverture (rendez-vous recommandé) : du lundi au jeudi 9h30-12h15 & 14h00-18h00
Vendredi 9h30-12h15 & 14h00-17h00
Les Tribunes Hebdo d’Orléans et Tours,
deux titres d'information gratuite
CHAC
MHP
A
IO
MNPN
I OAN
T NLA
IG
T ULEI G2U
E 2
TOU
TOU
RSRS
FCFC NÎM
NÎM
ESES
Ven
Ven
dre
dred
di 15i 15
avri
avri
l l20h
S T ASDTE
20h
A DVEA LVLA
ÉLEL ÉDEU D
La
DO
coiffSS
ure IER
, un
en pleine évolu
SENIORtionmétier
CUH E
CR
HER
S
À PARTIR
À PARTIR
DE DE
LA
RUCHE HABITAT
À ORLÉANS
456579
7jours/7 – Appel
gratuit depuis un
bitat
larucheha
LE JOURN AL D’INFO
et lhebdo.orleans
Terrains viabilisés
teur
et libre choix construc
Contact
L’AGGL O
et Mer
N°327 - du 14
:
aux trous
!
47 20 17
GAGNEZ !
vous.
Nouvelles
inquiétudes
sur les hora
Tours-Paris ires TGV
autour de
VOLLEY-B
ALL P. 10
RE
NT
P. 27 CE
S
UR
TO
© Alexia
publique
pas ce magazin
e sur la voie
lire autour de vous.
Mellier
, faites-le
plutôt lire
Playoffs : le
en demi-fin TVB
ale !
m/lhebdo.orleans
NOUVEAU
PROGRAMME
DEVENEZ
Ne jetez
faites-la plutôt
sur la voie publique,
442024
Tribune HebdO
sixt.fr
61, rue André Dessaux
*Boostez-vous
#boostyourself
• 45400 Fleury Les
Aubrais • 02 38
32 appart
ements
du T1 au
T4
LOUEZ
VOTRE VOITURE
VENDREDI 16 SEPT.
À 20H
S TA D E O R L É A N S - L A S O U R C E
FESTIVAL
P. 12
Maître Gims,
Mika, Louis
e Attaq
IRE
QUARTIER
RABELAIS-TO
NNELLÉ
Petite résiden
ce de caractè
à proximité
re
immédiate
Eco-Quartier
du
des Casern futur
es
RENSEIGNEMENT
S ET VENTE
02 47 20 01
35 ou 06 16
62 21
www.quatro-pro
motion.fr
76
À ORLÉANS
73 01 00
22/01/2016 19:20
07/06/2016 16:18
d 1
0116_SIXT_VU_215x40mm.ind
TRIBUNE
STRASBOURG
Le Printemp
ue...
bat son pleins de Bourges
ce week-end
PROPRIÉTA
victoire acquise vendrea
Grâce à une courte
CA Bastia (1-0), l’USO
di dernier contre le
qu’elle avait tristement
retrouvé la Ligue 2, Dirigeants, entraîneur,
quittée l’année dernière.
HABITER
cette remondePOUR
le méritePossibilité
OU INVEST
de TVA réduitejoueurs : à qui revient printemps
IR
? Réponses.
Frais de notaire
au
réduits
tée, qui s’est dessinée
É
BESOIN D’UN ALLI
?
POUR LA JOURNÉE
Possibilité de
moduler
et d’individu
37000 TOURS
TRAINS P.
5
2 PASS 3 JOURS
de
URBANISM
E P. 4
aliser
Sanitas : le
vos formation
s
réno4vé grâcquartier
RUE RENÉ e à l'Éta
BESNARD
TÉL : 02
t
-
Augis fait
de deux ans le bilan
de mandat
www.negocim.fr
L’USO reprend
l’ascenseur
FORMATIO
NS
EN ALTERNANDIPLÔMANTES
CE
- Pré-B.P
DE 9H30
- Brevet
profession
À nel
17H
en Contrat
de Profession
nalisation
FORMATIO
NS DIPLÔMAN
INITIALES
TES
Possibilité
C.A.P 1 ande
2 ans
et d’individuaoumoduler
liser
vosFORMATIO
formations
OUVERTURE DES
NS
EN ALTERNAN DIPLÔMANTES
INSCRIPTION
S
CE
- Pré-B.P
À PARTIR
4 RUE RENÉ
DE JUIN
2015
BESNAR
Brevet professionn
D -- 37000
TÉL : 02
47 20 17
TOURS
el
en Contrat
38 - WWW.CP
deC-COIFF
Professionn
URE.CO
alisation M
JOUÉ-LÈS- 38 - WWW.CPC-COIFFURE.COM
TOURS P.
4
F.
02 38 44 44 75
avec le concours
4 RUE RENÉ
BESNARD
TÉL : 02 47
- 37000 TOURS
20 17 38 WWW.CP
C-COIFFU
RE.COM
JOURNÉES
D’INFORMATI
ONS
MERCREDI
10 ET 17 JUIN
e
102, 2 Avenue
NEGOCIM • ZI Synergie
45130 MEUNG-SUR-LOIRE
Pour participer : www.facebook.co
9
PORTES
Possibilité de
moduler
et d’individua
liser
vos formations
La coiffure , OUVERTES
samedi 23 un métier
en Le
plei
avril 2016
ne
évol
de 9h30
utio. n
à 16h30
au 20 avril 2016
FORMATIO
NS DIPLÔMAN
INITIALES
TES
C.A.P 1 an
ou 2 ans
:
et renseignement
SPORTS P.20-22
INSCRIPTIONS
À PARTIR DE JUIN
2015
HEBDO
VOIRIE
La mairie
de Tours a
passé au crible
sur trois sont
les 1 244 rues
plus fortem en mauvais état. La
municipalité communales et le
ent dégrad
résultat
ées ! PAGE
devrait trouve
3
r 12 millions n’est pas bon : au moins
d’euros pour
deux rues
refaire les
375 rues les
à Boulay-les-Barres
Nouveaux terrains
Saint-Ay, Artenay
TOURS ET DE
Attention
442062
phiques...
et inondations catastro à
nts, grève de la SNCF
note salée
Pression sur les carburarçants, artisans du Loiret auront une
Les entreprises, commeences pour l’économie locale ? P.6
payer. Quelles conséqu
INONDATIONS
RMATI ONS DE
Rues de Tou
rs
poste fixe
PAGES 6 À
FORMATION
S
EN ALTERNANCDIPLÔMANTES
E
- Pré-B.P
- Brevet professionne
l
en Contrat
de Professionna
lisation
OUVERTURE DES
456881
:
Espace de vente ne
33 rue du fg de Bourgog
à Orléans
02 38 54 74. 36
com
EDI
10
ET 17 JUIN
NOS CON
9H30 À 17H
SEILSDEPOU
ROMPRE LA
R
SOLITUD
E
FORMATION
S DIPLÔMANT
INITIALES
ES
C.A.P 1 an
ou 2 ans
-tours.fr
Retrouvez-nous ! lhebdotwitte
à payer ?
quel sera le prix
55€€
www.tribune
L’adresse
pour votre
future adresse
Loiret :
URSFC.FR
URSFC.FR
POURQU
JOURNÉES
SONT EN OI NOS
D’INFOR
AÎNÉ
MATION
S S
MERCR E
SANTÉ MEILLEUR
456747
HEBDO
Plus d’infos
Plus d’infos
PLUS D’INFORMA
PLUS D’INFORMA
Tours Football
Tours Football
TIONS SUR
TIONS SUR
Club Club
NOTRENOTRE
SITE WWW.TO
SITE WWW.TO
.com
www.lhebdo-orleans
2016
455101
N°148 – du 8 au 14 juin
LE MAGAZINE D’INFORMATION
D’ORLÉANS ET DE L’AGGLO
Ne jetez pas La
455243
Tél. 02 38 49 30 60 - [email protected]
www.cat-rodin.com
1
HEBDO-148-SEM23.indd
45 000 ex. & 135 000 lecteurs
Vous souhaitez communiquer sur les deux principales
villes de la région Centre-Val de Loire, optimiser
votre message et gagner de nouveaux marchés ?
Appelez tout de suite le 02 38 63 90 00
BILLETTERIE USOFOOT.COM
EN LIGNE
PLUS QU’UNE PASSION, UN ÉTAT D’ESPRIT
HEBDO
24 I CULTURE
Du 14 au 20 septembre 2016
Une saison
d’ouverture musicale
ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
La Tribune HebdO : C’est une programmation très ouverte, marquée par de nombreuses collaborations…
M.S : Nous avons la chance d’avoir un
concours de piano international, un festival de Jazz… Mais aussi beaucoup de
partenaires potentiels très compétents.
Marius Stieghorst et son orchestre.
Qu’est-ce que l’on peut faire ensemble ?
Je veux trouver un nouveau schéma.
Et cela passe par des collaborations, y
compris, par exemple, avec une fanfare.
La Tribune HebdO : La situation financière de l’OSO n’est pas des plus
brillantes. Cela vous gêne-t-il dans
l’évolution de votre orchestre ?
M.S : Notre budget n’est pas très important, mais nous avons aujourd’hui
un nouveau bureau, une nouvelle prési-
VICTORIA
Les critiques les plus avisées ne donnaient pas forcément cher de son
talent lorsqu’elle a quitté le petit écran pour s’attaquer au 7e art. Mais
force est de constater que Virgine Efira connaît une reconversion réussie. L’ancienne présentatrice de La Nouvelle Star prouve une nouvelle
fois dans Victoria qu’elle paraît dorénavant pouvoir tout jouer. Elle incarne ainsi, dans une comédie annoncée comme désopilante, une avocate « au bord de la crise de nerfs », harcelée par son ex et lâchée par sa
baby-sitter. L’arrivée dans sa vie d’un ancien dealer et d’un ami encombrant vont continuer à bouleverser l’existence de Victoria, qui n’avait
déjà pas grand-chose de paisible… Portée par l’actrice belge et par des
seconds rôles toujours aussi justes (Melvil Poupaud, Vincent Lacoste), ce
film se laissera certainement regarder avec plaisir et dérision !
dente – Micheline Taillardat – et nous
sommes en train de construire. Nous
avons un nouveau mécène avec la Société Générale, mais cette recherche de
partenaires prend du temps. Mon projet
pour Orléans, c’est de nous ouvrir aux
familles, à l’ensemble de la population.
Et pour réaliser cet objectif, on a besoin d’argent. Notre orchestre joue trop
peu pour créer du lien. Jouer plus, c’est
développer la qualité de l’ensemble. ●
©©DR
La Tribune HebdO : Un croisement
de style cette fois à l’occasion du
concert de Noël aux accents argentins. C’est un contre-pied intéressant. Pourquoi ce choix ?
M.S : Nous voulons ouvrir les portes. La
musique classique reste trop souvent
en retrait. Nous souhaitons, à Orléans,
nous ouvrir aux autres styles. 2017 sera
l’année franco-colombienne. Elle sera
marquée par une grande fête musicale
en fin de saison à Orléans. Mais nous
souhaitions donner une place à ces
notes sud-américaines et Jean-Pierre
Blaise, notre vice-président, a trouvé
des œuvres originales liées à la Nativité qui sont, comme l’Argentine, par
son histoire, un pont entre l’Europe et
l’Amérique du Sud.
©©DR
CINÉMA
La Tribune HebdO : Vous dirigez
l’Orchestre Symphonique d’Orléans
et êtes chef d’orchestre assistant à
l’Opéra de Paris. Est-ce facile à gérer ? Cela permet-il également des
croisements entre les deux structures ?
Marius Stieghorst : Il y a d’abord cette
proximité entre Orléans, l’Opéra Garnier
et l’Opéra Bastille. C’est une chance. Ensuite, être à la fois dans le lyrique où
l’on s’occupe beaucoup des mots et dans
l’œuvre symphonique, où l’on construit
la musique pour des instruments, c’est
fantastique. Mes racines, c’est l’Opéra.
C’est ce qui m’a amené à des collaborations en Allemagne, en Autriche, en
Angleterre et maintenant à Paris. Quand
j’ai été nommé à Orléans, j’ai eu naturellement l’envie de présenter au public ce
qui m’a porté tout au long de ces années.
Ce sera le cas notamment en mai avec un
croisement très enthousiasmant : nous
recevrons notamment Frédéric Chatoux,
flûte solo de l’Opéra de Paris et également mentor d’une de nos flûtistes. Et ce
seront évidemment des œuvres lyriques
qui seront à l’honneur.
©©OSO
Marius Stieghorst est le directeur musical de l’Orchestre Symphonique d’Orléans (OSO) depuis 2014. À la veille
de l’ouverture de la saison, il évoque pour nous cette couleur musicale particulière de l’année qui va débuter et les
ambitions de celui qui dirige et prépare l’avenir. Propos recueillis par Philippe Hadef
HEBDO
Du 14 au 20 septembre 2016
l’agenda
25
NOS
coups
DE
cœur
du 14 au 20 septembre 2016
16 septembre
CONCERT
16 septembre
CONCERT THÉÂTRAL
Pourvu que ça flotte
Pour une nouvelle
odyssée, le capitaine
réunit ses matelots à
bord de « La Passoire ».
Lors de ce voyage à la
recherche du trésor,
l’équipage essuie des
tempêtes, brave des
monstres marins,
repousse même une
invasion de crustacés !
Oscillant entre le
burlesque et la poésie, ce spectacle teinté d’humour et de magie offrira au
public de beaux moments de joie !
Saran – Théâtre de la Tête Noire – À 21 h.
DR
« Assurément une soirée pas comme les autres à la salle des fêtes de
Saint-Jean de Braye. Cette année, on aura pu les voir incendier les Vieilles
Charrues. C’est déjà leur deuxième passage en ville où une salle comble avait
pu les ovationner et partager ces moments brûlants de bonheur intense que
donne la Soul musique à ce niveau. » Lisa and the Lips enflammeront
la scène et sublimeront l’esprit soul des seventies avec, en première partie,
le doyen des projets musicaux rock de l’Agglo, les New York Kleps !
Saint-Jean-de-Braye – Salle des fêtes – À 20 h 30.
DR
Lisa and the Lips
17 septembre
CYCLO-RANDONNÉE
Chambord à vélo
Du 16 septembre au 2 octobre
EXPOSITION
Jenny de Hooghe
Jenny de Hooghe, diplômée des Beaux-Arts
d’Anvers, peint depuis des années, multiplie les
expositions personnelles ou collectives dans de
nombreuses galeries en France ou à l’étranger, et
communique sa passion au travers de ses ateliers. À
la suite d’un voyage au Maroc, elle se lance dans la
sculpture et se passionne pour cet art. Elle crée alors
des œuvres d’une grande sensibilité qui rencontrent
un très large succès auprès du grand public, mais
également auprès des professionnels. Elle nous
ravira le cœur jusqu’au 2 octobre en nous faisant
découvrir ses œuvres d’art.
Saran – Château de l’Étang
Renseignements au : 02 38 80 34 00.
... DE COMBATS ET D’ENGAGEMENT
EN FAVEUR DES PLUS DÉMUNIS
MERCI
Depuis 30 ans, grâce à votre
confiance et à votre générosité,
les bénévoles des Restos du
Cœur peuvent poursuivre leurs
actions d’aide et d’insertion.
© Gaston BERGERET -
©©JENNY DE HOOGHE
Le Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l’Environnement du
Loir-et-Cher propose une cyclo-randonnée. Venez profiter d’un moment privilégié, à
vélo, dans le parc de Chambord et en forêt domaniale de Boulogne. Accompagnés
d’experts passionnés, vous découvrirez ce qui ne se voit pas ! Géologie, monuments,
archéologie et histoire des massifs forestiers sont au programme de cette cyclorandonnée organisée dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine ! Venir
avec son vélo, matériel personnel et pique-nique.
Chambord – De 9 h 30 à 17 h – Inscriptions au 02 54 51 56 70.
FAITES VOTRE DON en ligne sur
www.restosducoeur.org/dons
ou en flashant le QR Code
HEBDO
26
DR
Du 17 septembre au 22 octobre
18 septembre
du 14 au 20 septembre 2016
Du 17 septembre au 22 octobre
EXPOSITION
Lettres persanes
revisitées
La Rêveuse et la Médiathèque d’Orléans
proposent une exposition inspirée du
projet pédagogique Lettres Persanes
revisitées, mené durant le premier
semestre 2016 avec deux classes de
primo-arrivants d’Orléans. L’exposition,
dernier volet de ce projet aux facettes
multiples, revient sur l’histoire des
échanges Orient-Occident, avec des
témoignages mis en miroir par des
textes de philosophes des Lumières
et récits de voyage précieux, issus des
fonds patrimoniaux de la médiathèque.
L’exposition ouvrira le 17 septembre, à
l’occasion des Journées du Patrimoine,
avec un concert – lecture à l’auditorium
de la médiathèque. La Rêveuse (Florence
Bolton et Benjamin Perrot) et le
comédien Kristof Le Garff proposeront
pour cette occasion, des musiques du
XVIIIe siècle accompagnées de lectures
de textes extraits des Lettres Persanes
de Montesquieu et de lettres des primoarrivants ayant participé au projet.
Orléans – Médiathèque.
18 septembre
DÉCOUVERTE
©©BLUE MÉTALLIQUE
18 septembre
DR
Les arbres
ont la parole
Ils ont à raconter des rêves et des
aventures, les odyssées fabuleuses
d’intrépides voyageurs partis vers des
terres inconnues au péril de leur vie ;
ils se souviennent de la passion et de
la sagesse de ceux qui les ont plantés,
qui ont veillé sur leur croissance ; ils
gardent l’empreinte des tempêtes et
des grands gels qu’ils ont traversés.
Beaucoup ont disparu, beaucoup leur
ont succédé, composant un précieux
patrimoine, riche d’une remarquable
diversité, qui nous donne une
passionnante leçon d’histoire, de
géographie et de botanique.
Orléans
Parc Floral de la Source – À 15 h 30.
18 septembre
ÉVÉNEMENT
Fête du vin doux
Du 23 septembre au 15 octobre
Le 18 septembre prochain, la ville
de Saran célébrera la vigne et ses
trésors à l’occasion de cette nouvelle
fête du vin doux. De nombreuses
animations artisanales seront de
l’événement ! Bonne humeur, partage
et distribution du précieux nectar
feront de cette journée un moment
inoubliable !
Saran – Château de l’Étang.
18 septembre
PLEIN AIR
Patrimoine
Végétal
Loiret Nature Environnement et les
services de la Ville vous convient à
une randonnée ludique sur le thème
du patrimoine végétal abraysien. Le
circuit associera deux aspects de
la flore locale : les « herbes folles »
et les « arbres remarquables ».
L’occasion de découvrir ou de
redécouvrir les principales variétés
d’arbres qui jalonnent la ville et de
s’initier au rôle souvent méconnu des
espèces végétales présentent sur
l’aire urbaine.
Saint-Jean-de-Braye – Église
du Vieux Bourg – 14 h 30.
Du 23 septembre au 15 octobre
EXPOSITION
Cédrick Vannier
La saison passée et pour la toute
première fois, la Scène nationale
a accueilli un peintre en résidence
de création. Cédrick Vannier s’est,
en effet, immergé dans l’univers du
théâtre d’Orléans, captant, au fil des
spectacles, moments de vie, de scène,
depuis la salle ou les coulisses. Ces
instants saisis devinrent ensuite la
matière de ses toiles. Ce travail de
toute une année, près de quarante
peintures, sera exposé durant un
mois dans la Galerie du Théâtre.
Orléans – Théâtre – Du mardi au
samedi – De 14 h à 19 h et les soirs
de spectacle.
Du 24 septembre au 16 octobre
EXPOSITION
Pourvu
que j’arrive
quelque part
Thomas Dreyfuss, à travers le dessin
et la peinture, choisit de mettre la
théorie en perspective dans une veine
figurative. Pour lui, « peindre, c’est
aussi recomposer ce que l’on est ».
Les tableaux exposés gardent la
trace d’un univers, fait de transits et
d’échanges, qui se façonne au fil des
séjours de l’artiste parmi les Afar, un
peuple nomade d’Afrique et dans le
contact prolongé, en France, avec des
jeunes migrants du monde entier, à
qui il enseigne les arts plastiques. À
partir de ces rencontres, il cherche
à créer ce qui lui permettrait de
montrer et raconter ce monde
fragmenté, fait d’expériences et de
déplacements.
Orléans – Galerie Le Garage.
Jusqu’au 30 septembre
VISITE
Une vie de château
Après une année d’interruption,
le château de Saint-Brisson
rouvre ses portes. Forteresse
imprenable, le château fut
réaménagé en château
d’agrément au XIXe siècle.
Aujourd’hui, une quinzaine
de pièces meublées sont
présentées : pièces d’apparat
et appartements privés de la
marquise de Saint-Brisson, mais
aussi les lieux de vie domestique
d’une grande maison seigneuriale avec cuisines, boulangerie, office, lingerie,
chambres de bonne etc… La visite sera également ludique grâce aux
« Mystères de Saint-Brisson », enquêtes à mener au cœur du château,
et une découverte des jeux médiévaux.
Saint-Brisson/Loire – Château – Fermé le lundi
Renseignements au : 02 38 36 71 29
DR
©©N.BARUCH
l’agenda
Du 14 au 20 septembre 2016
HEBDO
27
à faire
©©FOTOLIA
Du 14 au 20 septembre 2016
ce
week-end
pour petits & grands
17 septembre
SPECTACLE
25 septembre
SPORT
Jusqu’au 30 septembre
VISITE
Les Grooms
Course
des mille lièvres
La demeure
des ducs de Sully
La ville de Semoy propose aux jeunes sportifs
courageux plusieurs courses pédestres en nature
dans la forêt d’Orléans. En fonction de leur âge, les
enfants se verront proposer différentes distances
adaptées à leur condition physique et pourront
ainsi profiter pleinement et s’amuser !
Semoy
Complexe sportif de la Valinière
Départ à 10 h
Inscriptions sur : http://cdf-semoy.fr
Le Château de Sully domine la Loire du haut de ses
sept siècles d’existence… Il nous ouvre ses portes pour
découvrir son cœur, mais il est également possible de
parcourir l’édifice de façon originale : que ce soient
les visites des parties insolites du château, les visites
aux chandelles, les « vite fait, bien fait » ou encore les
visites tragiques qui retracent cette froide soirée de
janvier 1902, il y en aura pour tous les goûts !
Sully-sur-Loire – De 10 h à 18 h
Renseignements et réservations au :
02 38 36 36 86.
Fanfare tout terrain à géométrie variable,
spécialiste du délassement comique et musical,
les Grooms proposent un service de qualité sur
goudrons et parquets. Rebondissant sur n’importe
quel événement, ils improvisent des saynètes
impromptues alternant chant, danse et théâtre.
Le répertoire des Grooms recherche l’éclectisme
à travers une cinquantaine de compositions et
arrangements originaux qu’ils mettent au service
du partage et de la bonne humeur !
La Chapelle Saint-Mesmin
Parc de Béraire
À 16 h – Entrée libre.
ARNAUD TSAMÈRE • 21 OCT
BILLETTERIE : 02 38 22 30 79 • ESPACE BÉRAIRE, Rue de Béraire
www.ville-lachapellesaintmesmin.fr • Facebook : Culture La Chapelle Saint Mesmin
442087
APOLLINAIRE, MES AMOURS • 24 SEPT
LA VIE D’ARTISTE • 15 OCT
SAGES COMME DES SAUVAGES • 29 OCT
HEBDO
28 I DÉTENTE
JEUX
FAITES
VOS
A
B
C
Du 14 au 20 septembre 2016
J.FLAMENT • CROISES • 075
D
E
F
G
H
I
J
I
II
III
IV
V
VI
VII
Adultère
en rase campagne
Horizontalement
I. Tels de petits os. II. Excitent la curiosité. III.
Bien développée. Esclave spartiate. IV. Aller
autrement. Futur. V. Signes graphiques. Règle.
VI. Traverse Romans. Prénom. VII. Titane.
Homme volant. VIII. Rivière du Congo.
Syndicaliste français. IX. Arrose Béziers. Espace
de loisir. X. Greffe. Butée dʼun pont.
FAITS DIVERS
Le 29 août 1938, José Salvador, un émigré espagnol, est frappé à mort, à La
Ferté Saint-Aubin, par un « toucheur de bestiaux » du coin, Raymond-Henri
Lasne. Verticalement
Comme souvent en de pareils cas, c’est la jalousie qui provoque ce
A. Ressemblance. B. Incontinence. C. Couche
de terrain.
Apanage.
D. Surface. Galère.
E. Note. Vasset
drame pathétique…
Benjamin
E
Palmier. F. Tête de projectile. Champion. G.
Mille-pattes. Admis. H. Écrivain français.
Conforme aux règles.
st-ce I.laEssence
chaleurdʼun
quiêtre.
Abricotier du Japon. J. Formule banale.
C’est à La Ferté Saint-Aubin – ici le château – qu’eut lieu
tombe sur le Loiret en
cette sinistre affaire, en août 1938…
cette fin d’été 1939,
IX
ou le contexte internaX
tional, particulièrement tendu en
Europe, qui provoque une remontée de stress et de testostérone à
SOLUTIONS
HORIZONTALEMENT :
La Ferté Saint-Aubin ? Ou plutôt
I. SÉSAMOÏDES. II. INTRIGUENT. III. MÛRE. ILOTE. IV. IRA. AVENIR. V. LETTRES. TÉ. VI. ISÈRE. LÉO. VII.
Horizontalement
TI. ICARE. VIII. UÉLÉ.
SÉGUY. IX. ORB. CAMP. X. ENTE. CULÉE. une sombre histoire d’adultère qui
: II. Excitent la curiosité. III. Bien
dérape tragiquement ? Le 31 août
I.VERTICALEMENT
Tels de petits os.
A. SIMILITUDE. B. ÉNURÉSIE. C. STRATE. LOT. D. ARE. TRIÈRE. E. MI. AREC. F. OGIVE. AS. G. IULES.
1938, José Salvador, un « brave
développée.
Esclave
spartiate.
IV.
Aller
autrement.
REÇU. H. DÉON. LÉGAL. I. ENTITÉ. UME. J. STÉRÉOTYPE.
Espagnol naturalisé français »
Futur. V. Signes graphiques. Règle. VI. Traverse
résidant à La Ferté Saint-Aubin,
Romans. Prénom. VII. Titane. Homme volant.
finit en effet par succomber à ses un bruyant coup de gourdin sur la pas d’alimenter ce tableau, déVIII. Rivière du Congo. Syndicaliste français.
blessures occasionnées deux jours tête, qui l’assomme pour de bon. Il peignant Raymond Lasne comme
IX. Arrose Béziers. Espace de loisir. X. Greffe. Butée
plus tôt par un toucheur de bes- faut dire que Lasne manie ce geste « un bamboucheur », c’est-à-dire
d’un pont.
tiaux des environs, Raymond-Henri à la perfection : c’est de cette fa- un « noceur », en français dans
Verticalement
çon qu’il étourdit ses bêtes avant le texte…
Lasne.
A. Ressemblance. B. Incontinence. C. Couche de terde les faire passer de vie à trépas… Mais plus que ces qu’en-dira-t’on,
rain. Apanage. D. Surface. Galère. E. Note. Palmier.
Deux jours plus tard, victime d’une la Cour d’Assises du Loiret doit
F. Tête de projectile. Champion. G. Mille-pattes.
fracture au crâne, Salvador rend examiner les faits. Et doit savoir
Admis. H. Écrivain français. Conforme aux règles.
son dernier souffle, laissant neuf si Raymond Lasne s’est défendu
I. Essence d’un être. Abricotier du Japon.
au cours de la rixe qui l’a opposé
enfants sans père.
J. Formule banale.
à Salvador, ou s’il l’a frappé alors
Un témoins, au procès
PAN SUR LE CRÂNE !
de Raymond Lasne
que ce dernier lui tournait le dos.
Le procès de Raymond Lasne Pour l’accusé, cela ne fait aucun
Retrouvez la solution
Entre eux, le différend n’a absolu- s’ouvre à Orléans le 25 janvier doute : son rival l’a menacé à
des mots croisés
ment rien de politique : les deux 1939. L’attente du public est im- plusieurs reprises de lui « couper
sur notre site Internet :
hommes sont tout simplement ri- mense pour cerner les tenants le cou. » Et c’est dans le feu de
www.tribune-hebdo-orleans.fr
vaux. Lasne, 36 ans au compteur, et aboutissants de ce drame de l’action qu’il a saisi son gourdin
s’est amouraché de la femme de la jalousie. « Il ne reste plus une pour estourbir José Salvador.
José Salvador, jusqu’à en devenir place assise » dans la salle d’au- Son avocat lui emboîte le pas,
son amant régulier. Il ne faut pas dience, narrent les journalistes plaçant sa plaidoirie sur le terTrucs & astuces
beaucoup de temps au mari cocu présents, qui expliquent cet en- rain d’un malheureux accident, et
pour découvrir le pot-aux-roses : gouement par la réputation dont demandant donc en fin de compte
vexé, blessé, celui-ci met rapide- jouit le dénommé Lasne dans l’acquittement. Une thèse que ne
C’est biodégradable, non inflammable et non toxique :
ment en garde Raymond Lasne, les environs. « Il a beaucoup de cautionne pas la partie civile, mais
le bicarbonate est LA poudre à tout faire à la maison.
lui demandant de stopper toute sympathies et d’inimitiés », dit-on qui a ses partisans auprès du jury
Il peut être utilisé en adoucissant pour la lessive, en
forme de rapprochement avec son ainsi dans la presse à son sujet. populaire : Raymond-Henri Lasne
désodorisant sur les tapis, les moquettes ou pour supépouse. Ces considérations et ces Le Journal du Loiret prend lui, sera d’ailleurs condamné à trois
primer les odeurs de tabac, et même en fongicide dans
intimidations passent au-dessus de comme souvent, fait et cause pour ans d’emprisonnement. Il devra
le jardin. C’est également une poudre à récurer efficace.
la tête du marchand de bestiaux, la victime défunte. Et brosse un aussi verser 30 000 Francs aux
Avec un peu de vinaigre blanc, il est parfait pour netqui n’a d’yeux que pour sa nouvelle portrait peu amène de l’accusé, enfants de José Salvador au titre
toyer la salle de bain. Mais attention, ce mélange proà qui il reconnaît cependant une des dommages et intérêts. Après
conquête.
duit un gaz. Enfermé dans une bouteille, il peut la faire
exploser.
Le 29 août, une altercation finit par qualité : l’intelligence. Hormis cela, le drame, ceux-ci ont en effet dû
D’autres produits, plus courants et tout aussi écoloopposer les deux hommes. Une rixe il est, pour le quotidien, « de mo- quitter la vie au grand air de La
giques, sont efficaces pour créer ses produits d’entreéclate, durant laquelle José Salva- ralité douteuse, paresseux et peu Ferté Saint-Aubin pour rejoindre
tien ménager : le sel, l’huile d’olive, le jus de citron et le
dor empoigne violemment le cou communicatif. » Un témoin qui un « pauvre logis de la rue de la
savon noir. ●
de son rival. Il reçoit en échange viendra à la barre ne se privera Mouillère, à Orléans… » ●
© AURELIA.FR
VIII
« C’est un
bamboucheur ! »
Le bicarbonate à tout faire
HEBDO
DÉTENTE I 29
Du 14 au 20 septembre 2016
le sondage
C’est vous qui le dites !
LE COURRIEL DE LA SEMAINE
Chaque semaine, La Tribune HebdO publiera un coup de gueule ou un coup de cœur – cela peut aussi être
une réflexion pertinente… – que vous nous enverrez au gré de votre humeur. Le sujet ? C’est vous qui voyez…
De la difficulté de se garer
Toute nouvelle habitante d’Orléans, je voudrais vous faire part de mon incompréhension : entre l’absence de clignotants, les
vitesses autorisées non respectées et les files monstres devant les feux rouges, je trouve les conducteurs parfois dangereux !
Autre bémol routier : les places de parking. La majorité est payante (ce qui est compliqué lorsqu’on ne prend pas la voiture
pendant deux jours, le week-end par exemple, et qu’on n’a pas de garage privatif dans le centre de la ville). Et les places
gratuites sont bondées, les véhicules se garent de fait dans tous les sens, bloquant parfois les sorties d’autres usagers,
voire égratignant d’autres voitures. Peut-être n’y a-t-il pas assez de places ? Stéphanie, 22 ans
La police des transports devrait
être armée d’ici à 2017 dans
l’agglomération orléanaise.
Trouvez-vous cela légitime ?
1/ Oui
2/ Non
3/ Je ne sais pas
Répondez sur notre site Internet
www.lhebdo-orleans.com
Vous avez
tranché
Affaire Bygmalion : croyezvous à une coïncidence des
calendriers politique et
judiciaire ?
Pour paraître dans la prochaine page du Courriel des Lecteurs, envoyez-nous vos proses
à [email protected] Tous seront lus, mais pas forcément approuvés !
Oui : 32 %
Non : 60 %
Sans opinion : 8 %
L’actu vue par les lecteurs
Le dernier mot
de La Tribune HebdO :
Qu’avez-vous retenu de l’actualité de la semaine écoulée et pourquoi ? Toutes les
semaines, La Tribune HebdO vous donne la parole sans vous imposer de quoi parler. À vous de décider…
Jean-Charles, 36 ans, Demandeur
d’emploi
Attrapez-les tous !
« Je ne suis pas vraiment de la génération Pokémon, mais je n’ai pas résisté au phénomène Pokémon GO ! J’ai
téléchargé l’application par curiosité,
et finalement, je prends beaucoup de
plaisir à y jouer avec ma fille. Elle était
d’ailleurs aux anges quand elle a réussi à attraper Pikachu ! La polémique
sur ce jeu est absurde. Il est véritablement fédérateur, et il pousse les gens
à sortir de chez eux pour rencontrer
d’autres joueurs. Le jeu permet donc
de nouer des liens au lieu de s’isoler. »
©©DR
©©DR
©©DR
POKÉMON, ATTENTAT ET INQUIÉTUDE
Sébastien, 27 ans, Commercial
Philippe, 48 ans, Artiste
« Ce qui a retenu mon attention dernièrement, c’est l’attentat déjoué en plein
cœur de Paris. C’est rassurant de voir
que les forces de l’ordre font bien leur
travail, et qu’ils arrivent à contrecarrer ce genre de menace, mais ça nous
prouve une fois de plus que l’épée de
Damoclès flotte toujours au-dessus de
nos têtes. On a l’impression que ça ne
s’arrêtera jamais, et que ce n’est finalement qu’un instant de répit avant la
prochaine attaque… Cela dit, il ne faut
pas céder à la psychose. »
« Je suis particulièrement inquiet pour
l’avenir. L’être humain grandit et se développe sans conscience, et il devient
l’artisan de sa propre fin. Il consomme
beaucoup trop, et court donc inévitablement à sa perte. Le principal fléau,
c’est l’ignorance. Quand on ne sait
pas, on fait n’importe quoi, et on agit
comme des enfants qui mettent leurs
doigts dans la prise, ou qui traversent
la route sans regarder. Ce n’est pas un
discours anarchiste ou une prédiction,
c’est juste de la logique… »
Ne pas céder
Un monde en déclin
Sécurité
Nous sommes beaucoup à avoir un
sentiment partagé. Nous voulons
tous nous prémunir du danger, mais
pour autant, nous voulons éviter
les entraves. C’est une situation
schizophrénique qui nous conduit à
ne jamais être réellement satisfait
du résultat. On accepte la fouille,
mais cet effort de compréhension
collective est mis à mal quand une
manifestation est annulée. Quel est,
en réalité, le niveau de risque que
nous sommes capables d’accepter ?
À vrai dire, aucun ! Alors, pourquoi
nous montrons-nous aussi critiques
face à ces interdictions ? Peut-être
et probablement parce que ce
risque d’attentat est maintenant
intégré dans notre quotidien, qu’il
nous berce par sa monotonie… Et
qu’enfin, nous sommes naturellement
poussés à remettre en question
chaque interdiction par manque de
confiance.
La confiance… Voilà bien l’élément
déterminant. La confiance qui nous
permet de faire face, d’assumer
des restrictions… Mais aussi de
consommer et de faire avancer notre
économie. Cette confiance qui nous
fait défaut. Pour autant, face aux
risques d’attentats, il faut plus que
jamais rester vigilant. Et cela passe
également par la solidarité envers
ces associations qui doivent souvent
annuler une manifestation qui leur
permet de dégager les ressources
nécessaires pour l’année entière.
HEBDO
Du 14 au 20 septembre 2016
Je
veux
Horoscope
LES ASTRES ET VOUS...
Bélier
21 mars au 20 avril
AMOUR : Enthousiaste et débordant d’entrain, vous créerez une ambiance tonique
à la maison. TRAVAIL-ARGENT : Voilà
une excellente période pour mettre sur
pieds des projets à moyen ou long terme.
Vous aurez des opportunités. SANTÉ :
N’imposez pas d’efforts excessifs à votre
organisme.
recevoir
EDITH
Taureau
21 avril au 21 mai
AMOUR : L’heure est toujours aux plaisirs dans la vie personnelle. Célibataire,
un attachement durable est envisageable.
TRAVAIL-ARGENT : Les amis, les protecteurs sont très bien disposés. La carrière,
les projets sont toujours animés. Jouez gagnant. SANTÉ : L’organisme, moins stressé, retrouve son calme.
Orléans
on
s
i
a
m
à la
Gémeaux
22 mai au 21 juin
AMOUR : Vous saurez créer un climat
chaleureux, propice à la complicité et
au bien-être, avec la personne que vous
aimez. TRAVAIL-ARGENT : Dans vos
occupations professionnelles vous avez
tendance à vous affirmer de plus en plus.
SANTÉ : Vous prendrez de bonnes résolutions pour rester en forme.
Cancer
22 juin au 22 juillet
AMOUR : Toujours en quête de stabilité, vous ferez des efforts pour renforcer vos liens affectifs et régler avec
votre partenaire certains problèmes
qui vous opposent régulièrement. TRAVAIL-ARGENT : Un petit problème financier sans gravité est possible. Il faut
cependant surveiller les dépenses. Au travail, c’est plutôt calme. SANTÉ : Prudence
si vous devez prendre la route.
Je m’abonne
Je reçois directement EDITH Orléans
dans ma boîte aux lettres !
Hebdo 157
Oui Je m’abonne à EDITH pour un an,
je reçois 9 numéros
Lion
• M , M , M ....................................................................................................................................................
• Prénom ...............................................................................................................................................................
• Adresse..............................................................................................................................................................
me
lle
...............................................................................................................................................................................................
• CP.................................................................................................................................................................................
• Ville ...........................................................................................................................................................................
Je paie uniquement les frais postaux ! Je joins au bulletin
d’abonnement un chèque de 27 € à l’ordre de Edith & Compagnie.
Edith Magazine - Edith & Compagnie,
9 rue Jeanne d’Arc 45000 ORLEANS
23 juillet au 22 août
AMOUR : La vie affective ne marquera pas
beaucoup ces journées mais certains pourront noter une embellie dans les relations
avec le conjoint. TRAVAIL-ARGENT : Si le
secteur professionnel semble calme, le domaine financier risque d’être soumis à des
pressions. SANTÉ : Adoptez une meilleure
hygiène de vie.
Vierge
23 août au 22 sept.
AMOUR : Vous êtes occupé par trop de
personnes et de choses à la fois... Vous
n’êtes pas assez disponible pour votre partenaire. TRAVAIL-ARGENT : Vous subirez
de fortes pressions de la part de vos supérieurs. Vos nerfs seront à fleur de peau.
SANTÉ : Petits troubles dermatologiques
à traiter sans attendre.
Balance
23 sept. au 22 oct.
AMOUR : Vous pourriez trouver l’âme
sœur dans votre entourage proche.
Regain de sensualité en couple. TRAVAIL-ARGENT : Vous réaliserez de nombreux projets qui vous tenaient à cœur
grâce à votre ténacité et votre courage.
SANTÉ : Vous résisterez à tous les assauts
des microbes et autres virus.
Scorpion
23 oct. au 22 nov.
AMOUR : Profitez bien de ce climat sensuel favorable aux joies de la vie. TRAVAIL-ARGENT : Vous sentez naître un
désir de changement. Une crise qui peut
être bénéfique. SANTÉ : Bonne résistance
malgré le stress.
Sagittaire
23 nov. au 21 déc.
AMOUR : Votre besoin d’indépendance
ne s’accordera pas avec les contraintes de
la vie à deux. TRAVAIL-ARGENT : Vous
aurez des ambitions élevées, et vous serez
bien décidé à atteindre au plus vite vos objectifs. SANTÉ : Tonus.
Capricorne
22 déc. au 20 jan.
AMOUR : Nette accalmie dans vote vie affective ! Vous pourrez désormais évoluer
dans un climat sentimental serein. TRAVAIL-ARGENT : Excellentes perspectives
professionnelles. Toutefois, si vos idées ne
font pas l’unanimité, ne vous braquez pas.
À force de persuasion, vous finirez par
convaincre tous vos interlocuteurs. SANTÉ : Dynamisme en hausse.
Verseau
21 jan. au 18 fév.
AMOUR : Vous sortirez le grand jeu de la
séduction à votre partenaire. Célibataire,
une amitié, peut-être plus, vous réchauffera le cœur. TRAVAIL-ARGENT : Un joli
passage pour la vie professionnelle. De
plus, les partenaires, les associés sont attentifs. SANTÉ : Excellente.
Poissons
19 fév. au 20 mars
AMOUR : Vous devez prendre un peu de
recul face à une situation familiale ou sentimentale complexe. TRAVAIL-ARGENT :
Vous surmonterez facilement les quelques
obstacles que vous trouverez sur votre
route et des opportunités se présenteront.
Soyez prêt à les exploiter à fond. SANTÉ :
Excellente, et si vous faisiez un peu de
sport ?
Franck Cohen
Essais
encore
PORTRAIT
L’entraîneur du Rugby Club Orléans revient sur le banc de touche après avoir
pris du recul pendant un an. Quasiment né avec un ballon ovale dans
les mains, il raconte comment ce sport a transformé un garçon introverti
en un bouillant meneur d’hommes… Benjamin Vasset
© DR
S
amedi prochain, pour la première
journée du championnat de Fédérale 2 que le RCO jouera – en
nocturne – contre Rennes, Franck
Cohen retrouvera sa place au bord du terrain. Il l’avait abandonnée un an plus tôt
pour prendre de la hauteur et endosser le
costume, plus large, de directeur sportif. Ce
retour à l’envoyeur n’était pas prévu, mais a
finalement coulé de source lorsque le club
a appris le départ de son entraîneur, Mathieu Axisa, pour le Castres Olympique en
tant qu’analyste vidéo. « On n’en a pas voulu à Mathieu, relate Franck Cohen. Pour lui,
c’était une magnifique opportunité. » Après
avoir sondé plusieurs pistes pour parer ce
coup dur, il est vite apparu que la meilleure
solution était de rappeler celui qui mena
le club de Fédérale 3 en Fédérale 2 en juin
2014. « J’ai eu un peu de mal à l’accepter,
car je me plaisais beaucoup dans mes nouvelles fonctions, explique l’intéressé. Mais je
suis au service du club. Et l’aigreur a laissé
place à l’excitation. » Excitation de viser l’une
des places qualificatives pour les play-offs et
de lorgner pourquoi pas sur l’étage au-dessus, sans griller les étapes évidemment. Car
pour s’être brûlé les ailes lorsqu’il évoluait
en Fédérale 1 (2006-2012), le RCO a bel et
bien failli être rayé de la carte. Trou dans la
caisse et ambiance délétère : même si cette
page est aujourd’hui refermée, l’entraîneur
du RCO, déjà au club lors de cette période
venimeuse, regrette que « des relations aient
pu être gâchées » par ces événements.
Alors que s’ouvre ce week-end une nouvelle
saison, l’atmosphère est aujourd’hui toute
autre rue des Montées. Elle est aussi favorisée par un projet sportif qui voit loin, et
dans lequel les fameuses valeurs du rugby
amateur ont été rappelées et marquées au
fer rouge dans le cahier des charges du club.
Pour les retranscrire au quotidien et veiller à
leur permanence, Franck Cohen a la tête de
l’emploi, que son passé rugbystique étaye :
à Nuits-sur-Armançon, en Bourgogne, où il
a commencé à tripoter la gonfle, son hochet
avait la forme d’un ballon de rugby. « C’était
un club très familial, raconte-t-il. On traçait
le terrain nous-mêmes. Ce fut une richesse
de commencer le rugby dans un club si modeste. » Un club créé d’ailleurs par… son père,
« J’étais dans l’excès »
CV
13/11/1979 :
naissance à Tonnerre
2001 :
arrivée à Orléans
2014 :
fait remonter le RCO en Fédérale 2
ancien joueur de XIII, qui enracina l’Ovalie
dans cette terre coincée entre Auxerre et
Dijon, où le rugby a trouvé un terreau fertile
à son bourgeonnement. « On pratique làbas un rugby de terroir assez rude », sourit
l’actuel entraîneur du RCO. Un rugby mâtiné
de Côtes de Beaune, riche de troisièmes mitemps échevelées. Si dans le monde professionnel, le sens de la convivialité s’est peutêtre érodé, il paraît intact à l’étage inférieur.
Mais malgré tout les années passent et les
égos peuvent dépasser : une lame de fond
que souhaite endiguer Franck Cohen. « Plus
que l’erreur technique, c’est le manque de
respect à la vie de groupe qui me met en
pétard, dit-il. Je ne comprends pas un joueur
qui, à notre niveau, ne s’investit pas à 100 %
dans le projet collectif. »
« LE RUGBY M’A CONSTRUIT »
Sur ce point, Franck Cohen peut parler du
pays, au propre comme au figuré. Il raconte
ainsi comment, adolescent, tellement dévoré par la passion pour son sport, il interrompit ses vacances familiales en Martinique
pour rentrer jouer un match en Bourgogne.
« J’étais dans l’excès », lance-t-il dans un
euphémisme. Mais un excès alimenté par
l’impact que ce jeu et son environnement
auront eu sur sa métamorphose personnelle. « Au départ, je n’avais pas forcément
beaucoup de confiance en moi, j’étais assez
introverti, exprime-t-il. Mais sur le terrain,
j’étais tout autre. Le rugby m’a construit en
tant qu’Homme. Si je n’avais pas pratiqué
ce sport, à ce poste – il était demi d’ouverture, NDLR – je n’aurais pas été le même. »
Numéro 10 sur le terrain, et donc passerelle
entre les lignes avants et les lignes arrières, il
a pu cerner tous les paramètres d’un jeu qui
met indéniablement des coups sur la tête,
mais forge autant les corps que les cœurs.
Ce cordon qui l’a très tôt lié au rugby,
Franck Cohen n’aura finalement jamais
pu – ni souhaité – le couper, poursuivant
son apprentissage de la vie les crampons
inexorablement vissés aux pieds. Joueur
donc – à Auxerre en Fédérale 2, puis à
Orléans – mais aussi éducateur sportif et
Brevet d’État, il aura toujours eu des poteaux de rugby dans son champ de vision.
« Je me suis construit dans cette famille. J’ai
peut-être bâti plus de liens avec les gens du
rugby qu’avec ma propre famille. » Freud se
régalerait peut-être de cette déclaration,
qui pourrait toujours s’appliquer aujourd’hui.
« Je ne suis pas souvent à la maison, ex-
plique-t-il. Je félicite donc ma femme pour
ce qu’elle fait au quotidien… » Son fils de
huit ans n’a, surprenant paradoxe, pas demandé sa licence au RCO : tous les goûts
étant dans la nature, il a au contraire opté
pour la danse classique ! Des entrechats
sans doute plus gracieux que ceux réalisés
sur des scènes plus verdoyantes, encore que
Franck Cohen ne soit pas un adepte, loin de
là, d’un rugby musclé où le rentre-dedans
est érigé en vertu cardinale. « Le rugby est
un sport de combat, observe-t-il, mais il doit
aussi proposer de l’évitement. » C’est sur cet
axiome et ce refus de proposer un bonneteau à taille humaine, qu’il a bâti la philosophie de jeu du RCO, à base de passes et
de courses croisées. « Les joueurs qui nous
rejoignent savent qu’ils vont trouver ici un
rugby différent », assène-t-il, en refusant de
transposer à l’échelon amateur les parties
de chamboule-tout visibles sur certains terrains de Top 14.
Cependant, même au RCO, les premières
lignes ne récitent pas des vers quand ils
entrent en mêlée, et le rugby réclame toujours « d’aller chercher quelque chose de
guerrier ». Et donc un discours davantage
cerclé d’épines que de roses pour motiver
ses vingt-deux ouailles quand elles entrent
sur le pré. « Peut-être parce que, suite à
une blessure, je suis devenu entraîneur tôt,
j’étais assez virulent et sanguin, je gesticulais beaucoup au bord du terrain, rappelle-til. J’essaye de travailler beaucoup là-dessus
et je crois avoir acquis une certaine forme
de détachement. Je pense que cette saison, je serai plus calme… » Les années et
la montée en Fédérale 2 l’ont sans doute
adouci, tout autant que l’âge aidant… et les
échanges avec ses proches. « Ma femme
m’a ouvert les yeux en me disant qu’il y avait
d’autres choses dans la vie que le rugby »,
tempère-t-il. Choqué l’an dernier par la violence des attentats de Paris, perpétrés le
jour de son anniversaire, il évoque les jours
d’après et son inquiétude « de voir son pays
en souffrance. » « À huit ans, mon fils m’a
demandé sur une fête foraine si un camion
n’allait pas venir… » Face aux incohérences
du monde, sentir la chaleur de l’autre, sur
le terrain comme dans la vie, ne lui a sans
doute jamais semblé si impérieux. ●
Du 18/08/16 au 05/10/16
pendant 12 mois au lieu de 38,99 €/mois
Internet - TV - Téléphone
(3)
Soit une remise de 14e (1)
+ un remboursement de
5e/mois si vous changez
d’opérateur internet (2).
451260
Livebox Zen Fibre
* Livebox nécessaire, location : + 3 e/mois.
Offre soumise à conditions en France métropolitaine sous réserve d’éligibilité et du raccordement effectif du domicile. Frais de mise en service
décodeur TV : 50 e. Frais de résiliation 50 e.
(1) Promotion de 9 €/mois pour les nouveaux clients Orange et remise de 5 €/mois la Fibre au prix de l’ADSL. (2) Remboursement réservé aux clients changeant d’opérateur haut débit (hors
Orange) au-delà du 18/06/16. Formulaire disponible sur le site orange.fr (3) Temps d’attente gratuit puis coût d’une communication locale depuis une ligne fixe Orange. Depuis un mobile Orange,
la communication est décomptée du forfait ou de la mobicarte selon l’offre. Coût variable selon opérateur.
Orange, SA au capital de 10 640 226 396 €, 78 rue Olivier de Serres - 75015 Paris. 380 129 866 RCS Paris.

Documents pareils