editorial n° 48 – avril / mai 2008 sommaire

Commentaires

Transcription

editorial n° 48 – avril / mai 2008 sommaire
EDITORIAL
N° 48 – AVRIL / MAI 2008
Nous avons le plaisir d’accueillir de nouveaux chroniqueurs pour ce numéro. Nous
avons pour volonté de développer les chroniques de CDs et donner plus d’infos
généralistes et nous plonger dans les racines de la musique country et d’aborder
les différents aspects de cette musique que nous apprécions tant !
N’hésitez pas à nous transmettre vos infos, voir vos idées, nos pages sont ouvertes.
Pour celles et ceux qui le souhaitent, les liens web sont actifs si bien sur vous lisez
ce magazine à l’écran, nous essayons d’aller vers une inter-activité…
Merci à tous ceux qui nous témoignent leur attachement et leur satisfaction, merci
pour vos encouragements.
A toutes et à tous, bonne lecture. Gillou
Site : http://countrybulletin.free.fr/ Mail : [email protected]
SOMMAIRE
Pee Wee King, par Eric « Cactus » Coste
Hommages à Dan Fogelberg, par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Cd reviews : Paul Mac Bonvin, Brandon Rhyder, Emerson Drive, par Marion
Lacroix
Biographies : Dierks Bentley, Darren Kozelsky, Honky Tonk Farmers, par
Georges Carrier
Cd reviews : Maison Dixon, RN 10, Rose Alleyson, Tennessee Stud, par
Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Biographie : Bob Will’s, traduction par Marie- France Simon
Biographies : Jiri & Rowdy Rascals, Brandon Rhyder, Bonnie Bishop, par
Georges Carrier
Country en Lyonnais, par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Cd reviews : Walt Wilkins and the Mystiqueros, par David Loison
Les news du salon, par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Aventure au pays de l’Oncle sam, par Blue Railroad Train
Dans le texte : Brooks and Dunn « Cowboy Town », par Mireille Lafond
Solution des mots croisés du numéro précédent, par MJ
News musicales et people des Craponnais d’honneur, par Georges Carrier
Au micro ce soir : Frédéric Paris, par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Country Music, personalités et news, par Marc Verdier
Mark Knopfler, par Barbara Pichl et Bruno Gadaut, mise en page par Gilles Bataille
Made in France : par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
L’agenda : par Jacques Dufour
Steel Guitar France : présentation du site
Les radios country sur le net, par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Albert Lee and the Hogan’s Heroes, info relayée par Gilles Bataille
02
PEE WEE KING par Eric « Cactus » Coste
Contrairement à ce que l'on pourrait croire ce ne sont pas les
Mexicains qui ont apporté l'accordéon dans la country music.
Ceci est le fait d'un fils d'émigré polonais Julius Frank
Kuczynski plus connu sous le nom de Pee Wee King. Julius est
né à Abrams dans l'état du Wisconsin le 18 février 1914. c'est
son père qui lui apprend à jouer de l'accordéon en le faisant
participer activement aux activités de son orchestre
« américano-polonais ». Dès qu'il est en possession de son
premier instrument, il commence à élargir son répertoire en
direction de la chanson de cow-boy et se produit sur quelques
radios locales. A la suite de l'une de ses émissions (sur WSL) il
est amené à rencontrer Gene Autry, l'un des cow-boys chantant
du moment. Gene Autry est enthousiaste à l’écoute de ce jeune accordéoniste haut comme
trois pommes. C'est G Autry qui donne à Julius le surnom de Pee Wee à cause de,sa petite
taille, quand à King c'est Wayne King qui lui donnera son nom. En 1934, Gene Autry et Pee
Wee King déménagent à Louisville pour se produire sur WHAS, la radio locale. Assez
rapidement Gene laisse les reines à son poulain car il est appelé vers d'autres horizons
californiens. Aussi Pee Wee est engagé par Frankîe More et ses 'Log Cabin Boys' avec
lesquels il se produira en 1935/36. Le band est accompagné par les frères Callahan et Bob
Atcher ensemble ils se produisent sur les scènes du kentucky. Ne voyant pas revenir Gene
Autry, Pee Wee King crée son propre groupe : 'The Golden West Boys'. A la tête de cette
formation il apprendra son métier de leader, manager, technicien, chorégraphe etc.... En 1937,
c'est sur la scène du Grand Ole Opry que Pee Wee et ses Golden West Boys font parler
d'eux. En effet à cette occasion fait, pour la première fois, apparition sur une scène une 'stell
guitar' électrique, de même une batterie vient appuyer l'ensemble. Le succès de PWK est
immédiat. La présence de jeunes: Eddy Artnold, CowBoy Copas, Redd Stewart (le parolier
multi instrumentiste) est certainement aussi à l'origine de ce succès. Mais l'événement de la
carrière de PWK est la composition du titre qui est devenu depuis l'hymne du Tennessee :
"Tennessee Waltz-, au départ inspirée par Bill Monroe et sa Kentucky Waltz. Pee Wee King
a su assez rapidement reprendre une ancienne composition de Redd Stewart pour le mettre
au goût du jour. Très vite la chanson fait la tête des charts . En 1948 elle est top 3 sur les
charts country et en 50 fait la tête des charts pop après avoir été reprise par Patti Page.
Depuis cette chanson a été enregistré 300 fois et a été vendu à 40 millions d'exemplaires.
L'année suivante se sont 3 nouvelles chansons qui font qui font la une "Tennessee Tears,
'Tennessee Polka' et 'Bonapart Retrait'.
Au fil des années leur musique évolue et se frotte à la
tendance du moment: le rockabilly, allant même
jusqu'à adapter certains titres. Pee Wee King est
désormais un entertainer recherché puisqu'il dirige
plusieurs radios-shows, de même les network sont
friands de ses prestations. Le 17 février 1965 le
gouverneur Frank Clement proclame hymne national
la chanson 'Tennessee Waltz'. En 1974 P W King
est élu au Country Hall Of Farne. C'est le 7 mars
2000 qu'il est rappelé vers le honky-tonk des anges. Il
restera dans nos mémoires comme étant celui qui a
amené une modernité dans la country music avec
l'accordéon, la batterie, l'électrification de certains
instruments. Paix à son âme.
03
HOMMAGE A DAN FOGELBERG
par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Son album « High country snows » en 1985 a fait le bonheur des animateurs d’émissions
country bien que ce grand artiste n’appartient pas vraiment à ce style musical. Tout comme
John Denver il a cependant laissé son empreinte dans le genre et les deux artistes partagent
deux autres points communs : leur attachement aux problèmes de l’environnement et le fait
que ni l’un ni l’autre n’aura atteint l’âge de 60 ans.
Dan Fogelberg est né le 13 août 1951 dans l’Illinois (nord des
Etats-Unis) d’un père musicien et d’une mère venue d’Ecosse. La
découverte des Beatles à l’âge de 12 ans devait décider de son
avenir. Il commence à écrire des chansons et monte un groupe
au collège pour interpréter les chansons des Fab Four. Il poursuit
ses études à l’université de l’Illinois tout en continuant à se
produire dans les bars. La rencontre avec un producteur de
renom le propulse en Californie en 1971 où il signe un contrat
avec Epic qui l’envoie à Nashville.
Là il enregistre son premier album « Home free ». Sans trop de
succès. Il retourne en Californie travailler avec Joe Walsh (futur
Eagles) et leur collaboration débouche sur « Souvenirs » qui est
un bon succès avec 500.000 exemplaires vendus et un premier single dans les charts pop. Les
deux prochains albums atteindront le million d’exemplaires : « Phoenix » et « The innocent
age ».
Nous sommes au début des années 80 et Dan vit alors dans un chalet au sommet d’une
montagne du Colorado, dans les Rocheuses, où il vit en harmonie avec la nature et trouve la
quiétude propre à inspirer ses prochaines œuvres. Il se fait construire un ranch près de Boulder
et écoute beaucoup de cassettes de bluegrass dans son pick-up truck. Cela ajouté au fait qu’il
se produit avec Chris Hillman (Byrds, Desert Rose Band) dans un festival lui donne l’envie
d’enregistrer un album plus « roots » que les précédents.
Le résultat donnera le mythique « High country snows »
enregistré à Nashville et sur lequel il est entouré de Doc
Watson, Ricky Skaggs, Herb Pedersen, David Grisman,
Jerry Douglas, Charlie Mc Coy, Chris Hilman, Al Perkins
et Vince Gill. Comme vous vous en doutez, cette œuvre
est une splendeur et sert toujours de référence 20 ans
plus tard. Une fusion country/bluegrass qui hélas n’aura
pas engendré d’autre descendance. Dan connaît par la
suite les problèmes d’un divorce et les trois albums
suivants n’auront pas le même impact. Son dernier
album, le bien nommé « Full circle », est paru en 2003
après 10 années de silence. Il renouait avec son style
folk/rock de ses débuts. Hélas un cancer de la prostate
devait stopper définitivement la carrière de cet artiste
attachant le 16 décembre dernier.
04
CD REVIEWS par Marion Lacroix
PAUL MAC BONVIN "Bonne Chance"
C’est le nouvel album de cet artiste suisse, vigneron, qui nous
ravit toujours avec son style personnel et souvent cajun, mais
pas uniquement. Ce CD est composé de chansons dont la
majorité a été écrite ou co-écrite par Paul. Ca fait toujours
plaisir de constater qu’on peu bien composer et chanter en
français et qu’en plus ça «sonne» bien Country. Les
changements de rythmes sont bien présents avec 4 titres un
peu plus rythmes que la moyenne. Son ami Albert Lee
l’accompagne à la guitare et au piano, comme d’habitude.
J’aime particulièrement quatre morceaux. «La longue route», classique, «Le Patois», bien
rythmé dont le titre dit tout, «13 ans», du Cajun qui bouge et «Passe-Moi la Guitare», un Rock
‘N Roll de sa composition.
J’avoue avoir un faible pour cet artiste, sympathique, bon vivant qui m’a plut dès la première
fois.
BRANDON RHYDER "Live"
Un album réclamé par ses fans. Un artiste de la nouvelle
vague qui interprète une Country Music moderne avec un
nouveau groupe et qu’on retrouvera cet été à Craponne. Il en
est l’auteur-compositeur et a été produit par Radney Foster.
Un album qui ne laisse pas indifférent. C’est du bon «Live»
enregistré au Texas et qui contient sept nouveaux morceaux
sur les treize, ce qui est rare, mais aussi les deux derniers
enregistrés en studio. Ils font partie de mes préférés, «Before I
Knew Your Name» et «Home Again», co-écrit avec Jon
Randall (Craponne 2006). Les titres «Live» que j’apprécie sont
«No One Stays In Love Alone» et «Back Roads» qui parle de
sa jeunesse.
EMERSON DRIVE "Countryfield"
Emerson Drive «Countryfied», leur 5ème album. Un sextuor de
canadiens de l’Alberta qui réussissent bien aux USA et qui ont
accompagné un temps Shania Twain en tournée. De la Country
Music moderne et parfois Country-Pop qui leur a fait gagner
trois awards canadiens dont celui du groupe de l’année. Leur
musique est agréable à écouter, pas trop typée et très passe
partout.
Deux titres co-écrits par une des membres, le chanteur Brad
Mates, dont «Testify», un de mes morceaux préférés qui a du
rythme tout comme le dernier qui est un classique de Charlie
Daniel «Devil Went Down To Georgia» interprété magistralement par le groupe. Ces deux titres
éclipsent un peu les autres dont j’ai aussi retenu «Countryfied Soul» et «Moments» leur n°1 en
2007.
Un CD avec une protection, des bonus, et qui ne passe pas sur le PC ni sur certains lecteurs
de DVD ! !
05
BIOGRAPHIES par Georges Carrier
DIERKS BENTLEY
Dierks a grandi comme la plupart des gamins américains des années
70, dans un environnement de rock FM et de disco. Bien sûr, il y avait
la country qui passait sur l'autoradio de son père. Puis un jour , il
entendit Waylon Jennings chanter la chanson de la série The Dukes
of Hazzard 'Sheriff, fais- moi peur', et ce fut une véritable révélation. Il
se rappelle 'le rock n'était pas vraiment mon truc. Je n'arrivais pas à
chanter comme David Lee Roth. Et j'ai perdu trois années à écouter et
essayer d'imiter de mauvais groupe de chevelus des années 80."
Puis à l'âge de 17 ans, un copain lui apporté un disque d'Hank Williams, Jr. chantant "Man to
Man" un dialogue surréaliste entre un fils et son père mort. "Ce moment a changé toutes mes
perspectives. Il y a eu un déclic. C'est la country music que j'aimais." Il se mit à composer,
cessa de faire des solos distordus et s'entraîna à la guitare rythmique et partit pour Nashville.
Et quand les réalités et les difficultés de Music City commençaient à le décourager, il filait au
Station Inn, le bar de Bluegrass le plus réputé de Nashville.
"Je remercie Dieu d'avoir trouvé cet endroit," dit-il. " Le Bluegrass m'a donné toutes mes bases.
Je savais que c'était par cette musique, avec ces gens et dans cet endroit que j'allais
commencer à me construire." Dierks s'est mis à étudier la country music comme s'il était à
l'école, s'imprégnant des morceaux de Willie Nelson, Harlan Howard et Mel Tillis. Il s'était fixé
comme but de se produire au célèbre Bluebird Cafe avant son vingt-troisième anniversaire et il
y est arrivé deux semaines avant la date fatidique. Il a formé des groupes et a appris en
passant de bars en pubs en honky tonks jusqu'au Station Inn. Il a refusé d'aller à la chasse aux
producteurs. Au lieu de cela, pour son premier album, il s'est entouré d'une équipe de grands
musiciens de rock du groupe de Jamie Hartford et de bluegrass du groupe de Del McCoury.
Son style, mélange de bluegrass traditionnel et de country moderne a tout de suite plu aux
jeunes et Capitol Nashville lui a signé son premier contrat.
Dans le monde de la musique, le meilleur moyen de garder son indépendance est de faire un
tube d'entrer de jeu et c'est ce qui est arrivé à Dierks quand son premier single What Was I
Thinkin' est devenu No. 1. Deux autres singles ont suivi ainsi qu'un CMT Flameworthy Award
pour son clip vidéo et une nomination à la CMA en tant que Meilleur Espoir. En plus de l'album,
Dierks continua à se produire à travers tout le pays, dans des endroits où aucun autre artiste
Country n'avait osé jouer avant lui. Avec Cross Canadian Ragweed, il fit le "High Times and
Hangovers Tour," une tournée de 35 villes. La route lui prenait tout son temps et une pause de
10 jours fut nécessaire pour préparer le second album. Dix jours mais aussi dix nuits que
Dierks passa dans les studios. Il n'était pas temps de faire des expériences musicales mais
temps de faire de la bonne country music.
DAREN KOZELSKY
Venu tout droit de la scène Red Dirt music, voici un artiste au talent
peu ordinaire, qui nous ramène au son traditionnel de la country
music. À l'aube de ce qui va sans doute devenir une très brillante
carrière, Darren Kozelsky est déjà sous les feux de la rampe avec son
premier album, Let Your Mind Fly, chez Boo Hatch Records. Né et
élevé au Texas, Darren est à l'image des jeunes musiciens de ce
grand état, musical s'il en est. Diplômé de l'Université de San Angelo,
06
ses qualités de chanteur et auteur compositeur sont reconnues et appréciées du public mais
aussi de ses pairs. Wade Bowen est l'un de ceux qui sent très bien le succès inévitable qui
attend ce nouveau venu puisqu'il a récemment déclaré. "Darren Kozelsky a l'un des meilleurs
premiers albums qu'il m'ait été donné d'entendre depuis longtemps. La puissance de sa voix et
son charisme l'emmèneront très loin."
Composer et écrire avec des sommités comme Bob Childers, Tom Skinner, Jonny Burke et
Dean Faires (Dead Ringers), et Mike McClure a été une sacrée expérience et Darren reconnaît.
"J'ai été trés intimidé quand Mike m'a demandé d'écrire avec lui. Quand je pense que je suis un
de ses fans les plus acharnés et qu'il demandait de travailler avec lui, le ciel me tombait sur la
tête." Mike McClure est internationalement reconnu pour avoir écrit "Rather Have Nothin','" sur
le dernier album de Garth Brooks : The Lost Sessions. "Travailler avec a été l'un de mes
projets préférés. Let Your Mind Fly est le meilleur disque que j'ai jamais produit avec le son le
plus country que j'ai entendu depuis longtemps. Darren a de la puissance dans la voix et il a les
meilleurs musiciens." Sur l'album, participent le plus grand joueur de steel du Texas Lloyd
Maines, et le violoniste de Reckless Kelly, Cody Braun.
HONKY TONK FARMERS
L'histoire des Honky Tonk Farmers débute véritablement au début de l'année 2002. Formé de 7
musiciens s'étant rencontrés presque fortuitement lors d'une jam-session improvisée dans la
cave d'un immeuble, ce groupe va très vite monter en puissance en s'appuyant sur l'expérience
musicale et scénique de ses membres les plus capés.
Dès 2004, la popularité du groupe atteint la France.
D'emblée, les plus prestigieux festivals de l'hexagone
s'ouvrent au HTF. Dès lors, le nom des Honky Tonk
Farmers sera synonyme de qualité, énergie et convivialité.
Reconnu et plébiscité, le groupe est sollicité de toute part.
Passant de grandioses festivals européens en simples
soirées locales pour danseurs, le groupe devra attendre le
printemps 2006 pour trouver le temps de s'atteler à
enregistrer et produire son premier CD ´ Welcome to the
Farm ª. Mis sur le marché dés l'été, ce CD recevra les plus
beaux éloges de la presse spécialisée, des DJ, des
auditeurs et des animateurs radio.
Les nombreux contacts que le groupe noue au fil du temps, ses efforts à sans cesse renouveler
son répertoire et à travailler avec professionnalisme la qualité de sa musique ne font qu'asseoir
sa réputation européenne. Outre leur attachement à rester amateurs tout en offrant un
spectacle de pros, les ´ Farmers tiennent par-dessus tout à leur image de musiciens ouverts,
simples, sympathiques et abordables par tout un chacun. Bien que prioritairement CountryRock, le répertoire du groupe particulièrement apprécié des line-dancers ne néglige
aucunement les morceaux traditionnels et incontournables de cette musique d'une incroyable
variété et en perpétuelle évolution.
07
CD REVIEWS par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
MAISON DIXON «Dogfood and Diesel »
Davantage orientée vers le folk et le
traditionnel, la musique de Maison Dixon présente cependant des attraits pour l’amateur de
country classique. Basé dans le Gard (Cévennes) ce trio acoustique est formé d’un Américain,
Jesse Reece (vocal, guitare et harmonica), d’un Britannique, Joe Wigfall (vocal, mandoline, tin
whistle) et d’un Français, Jack Bernard (contrebasse). Quelques invités ont été conviés à
l’enregistrement live en studio de cet album « Dogfood and diesel ».
De la nourriture pour chien et du carburant, je ne sais pas, mais en
tout cas de la musique Américaine authentiquement « roots », ça
c’est certain ! Les amateurs de country apprécieront plus
particulièrement leur version de « Jambalaya », enjouée et habillée
d’un bon fiddle (Pascal Thorel) et de « Honky tonk moon » de
Randy Travis traité en soft/swing acoustique et élégant. Ils
accrocheront également à la mandoline qui accompagne la valse
lente de Bill Monroe « Sitting alone in the moonlight/Midnight on the
water ».
On garde la mandoline pour deux autres balades : « Come on home », tout en douceur, et
« Ice covered birches », ainsi que dans le rapide semi-instrumental « Lost John/Little rabbit ».
Le trio n’est pas insensible aux racines noires comme le prouvent leur reprise de « Big boss
man » du bluesman Jimmy Reed (et non Jerry !), bien que leur version se rapproche de celle
d’Elvis, et le titre qui ouvre l’album, « Write me a few of your lines », un bluesy/rock qui
m’évoque les Canned Heat. Plus folk, « Short man’s room » met en évidence l’harmonica.
« Wade in the water » est tendance gospel. Maison Dixon reprend aussi Woody Guthry
(« Ingrid Bergman ») et termine l’enregistrement par une longue mélopée Irlandaise,
« Blackbird », rythmée par la contrebasse et habillée de tin-whistle. Un trio dont la convivialité
doit être partagée en audience réduite plutôt que sur la scène d’un festival. Contact :
[email protected]
RN 10 « Country »
Dans le dernier numéro du CWB nous vous annoncions que
le groupe de l’ouest Parisien RN 10, formé en 1996,
s’apprêtait à sortir un album de compos personnelles. Il est
donc grand temps d’évoquer le précédent qui est
exclusivement constitué de reprises. Le répertoire est
moderne avec deux Alan Jackson, « Just playin’ possum »
(1992) et « Who’s cheatin’ who », n° 2 en 1997 mais n°1 en
1981 pour la chanteuse Charly Mc Clain. Deux Travis Tritt,
« She’s goin’ home with me » (1997) et le duo avec Marty
Stuart « Honky tonkin’s what I do best » (n°2 en 1996)
devenu presque un classique.
Deux Vince Gill, « Baby please don’t go », presque du r’n’b, mais aucun rapport avec le
classique du blues repris par les Them, et « Jenny dreamed of trains », co-écrit avec Guy
Clark. « Ain’t got nothing on us » fût un Top 15 pour John Michael Montgomery (1996) et “Then
you can tell me goodbye” un n°4 pour Neal Mc Coy, en 1996 également, mais offrit un n°1 en
1968 à Eddy Arnold. C’est un slow typé 60’s. Figurent enfin deux classiques, « You never can
tell » de Berry, Top 10 célèbre pour Emmylou en 1977, et la belle valse lente « Bartender’s
blues » de James Taylor, un Top 6 pour George Jones en 1978. Titre pas évident à reprendre
après le Possum mais la version de RN 10 est agréable. Le répertoire, somme toute assez
large, de ce combo de 6 musiciens, ainsi que leur bonne maîtrise vocale et instrumentale,
devraient leur valoir de nombreuses sollicitations en provenance des associations de linedance. Pour la petite histoire la RN 10 relie Versailles à Rambouillet. www.rn10country.free.fr
ou Jean-Michel 02 37 82 52 23
08
ROSE ALLEYSON « Take Pleasure »
Attention, prudence ! Cet album nous
annonce la naissance d’une grande artiste de country. Dans l’édition 46 du CWB nous vous
présentions Rose Alleyson par la plume de son producteur Carlton Moody. Notre (bien aimé)
rédacteur en chef Gillou ne tarissait pas d’éloges après l’écoute de ce premier album. Je peux
à présent vous assurer que Rose mérite toutes les considérations car ce premier essai est
absolument convainquant. Auteur, compositeur, interprète, tous les titres sont l’œuvre de Rose.
Les textes sont intelligents et les rythmes fort variés.
Le vocal nous prouve que l’artiste à déjà du métier (passages
dans quelques groupes auparavant). Rose a pu se voir réaliser le
rêve d’aller enregistrer à Nashville grâce à sa rencontre avec
Carlton Moody (Burrito Deluxe) qui la prise sous son aile. Le
résultat est probant. L’accompagnement est classique et country
de chez country avec ce qu’il convient de guitares, banjo,
mandoline, harmonica, pedal-steel… L’ensemble est plutôt orienté
sur les morceaux rapides, voir country-rock, mais figurent quand
même une valse et deux balades dont un duo avec l’ami
producteur. L’humour est présent dans les textes (« What women
do ») de même que la nostalgie (« Mum »). Seule manque la photo de Rose mais « Take
pleasure » vous l’annonce : vous prendrez beaucoup de plaisir à la découverte de ce premier
opus qui est une totale réussite et devrait permettre à Rose Alleyson de conquérir bien des
scènes… http://rosealleyson.com
TENNESSEE STUD « The First One »
S’il est un groupe qui avance à pas de géant dans la reconnaissance des médias et du public
c’est bien Tennessee Stud. Vous pouvez miser sur cette formation Lyonnaise qui porte le nom
d’un cheval ! Celui dont parle le texte d’un vieux classique de la country qui offrit un Top 5 à
Eddy Arnold en 1959. Cette chanson a été écrite par Jimmy Driftwood qui composa également
« Battle of New Orleans » pour Johnny Horton. A la base nous avions affaire à un quatuor de
garçons dont le répertoire était surtout axé sur du traditionnel tant en country qu’en folk, rock et
bluegrass. L’arrivée début 2007 de Sandrine a dynamisé la formation : voir par ailleurs les
commentaires d’une prestation récente. Précisons tout de même que Tennessee Stud n’a pas
spécialement adapté son répertoire pour faire plaisir aux line-danseurs et les succès de
toujours comme « Tutti Frutti, Nine pound hammer, Blue suede shoes, Hello Mary Lou » n’ont
pas été remplacés par les derniers tubes de Faith Hill ou Lee Ann Rimes. C’est plutôt Sandrine
qui s’est adaptée au style « Tennessee Stud » que l’inverse. Elle tient le vocal a parité avec
Thierry Aïli et apporte une joie de vivre qui lui assure tout le soutien du public. Passons à
l’étude de ce premier album. Thierry au vocal lead et Sandrine en soutient pour cette élégante
ouverture sur un vieux thème du bluesman Mississippi John Hurt, « Make me a pallet ».
Rythme alerte mais en douceur, « That’s all », signé Merle Travis, est
un duo brillant entre les deux chanteurs. Une chanson d’Alison Krauss
comme « The lucky one » ne peut trouver meilleure interprète que
Sandrine avec son vocal aérien. Le vieux hit des Everly Brothers,
« Bird dog », (n°1 en 1958), est lui aussi traité à deux voix. Il en va de
même pour cet autre classique qu’est « My baby left me ». Jean-Marc
Salas est au dobro. « Moody river », n°1 pour Pat Boone en 1961, fût
adapté par Johnny Halliday. La reprise de Sandrine est toute en
finesse. Retour au duo pour le fameux « Sitting on top of the world »,
grand classique du répertoire bluegrass. Fabien Costille est au banjo. La fin se profile déjà avec
un traditionnel du répertoire folk, « Banks of the Ohio », que la Stéphanoise Annabelle avait
également repris. Huit titres comme pour le premier album de Chattahoochee, c’est un peu
court. Il devrait y avoir un minimum syndical imposant au moins dix chansons ! Alors, vite,
mademoiselle et messieurs, nous attendons la suite… http://ten.stud.free.fr et [email protected]
09
BOB WILL’S par Marie France Simon
Le nom de Bob Wills' sera à tout jamais associé au style Western Swing. Il n'est certes pas
l'inventeur du style, mais il 'a popularisé et en a changé les règles. Dans le même temps, il a
même ré-inventé les règles de la musique populaire.
Bob Wills et son groupe, Les Playboys du Texas, étaient un orchestre de bal, avec une section
à cordes qui jouait des airs populaires comme s'ils étaient des numéros de jazz. Leur musique
s'est développée et a aboli les frontières entre les genres musicaux. C'était l'une des musiques
les plus populaires de l'époque. Dans les années 40, le groupe était l'un des plus célèbres du
pays et ses musiciens comptaient au nombre des plus talentueux de l'époque. Lorsque le
public se détourna du western swing, Bob Wills perdit lui aussi en popularité, mais son
influence reste incommensurable. Des premiers Honky Tonkers jusqu'aux nouvelles
générations d'artistes du mouvement country, tous lui doivent beaucoup, tout comme certains
musiciens de rock et de jazz. Bob Wills était un rebelle, et son esprit a soufflé sur la musique
populaire américaine du 20e siècle un style à la fois virtuose et rebelle.
Bob Wills est né aux environs de Kosse, au Texas, en 1905. Son père et son grand-père lui
apprirent à jouer de la mandoline, de la guitare et, finalement, du violon. Il jouât régulièrement
dans les bals pendant son adolescence. En 1929, il rejoint une troupe de spectacle à Fort
Worth, où il joue du violon et se produit la figure barbouillée de noir. Lors d'une représentation,
il rencontre le guitariste Heman Arnspiger, et le duo forme le "Wills Fiddle Band". En moins d'un
an, ils se produisaient dans les bals et les radios de Fort Worth et sa région. Au cours d'une
soirée, les deux amis rencontrèrent un chanteur nommé Milton Brown, qui se joignit au duo.
Peu après, le frère du guitariste, Durwood Brown, et le joueur de banjo Clifton "Sleepy"
Johnson, vinrent se joindre à l'orchestre.
En 1931, le groupe lança son propre programme radio,
sponsorisé par la Société "The Burris Mill and Elevator", les
fabricants de la farine "Light Crust". Le groupe fut alors
renommé "Light Crust Doughboys" (Les gars des Beignets à la
fine croûte). Leur programme était diffusé dans tout le Texas,
présenté et produit par W. Lee O'Daniel, le directeur de Burris
Mill.
En 1932, le groupe était devenu célèbre au Texas, mais l'envers du décor n'était pas si rose!
O'Daniel n'autorisait pas le groupe à jouer en dehors de l'émission de radio. Brown quitta le
groupe. Il fut remplacé par Tommy Duncan, qui travailla avec Bob Wills pendant les 16 années
suivantes. A la fin de l'été 1933, Bob Wills, exaspéré par ses bagarres avec O'Daniel, quitta les
"Light Crust Doughboys", imité en cela par Duncan.
10
Wills et Duncan s'installèrent à Waco, au Texas, et formèrent le groupe des Playboys, avec
Wills au violon, Duncan au piano et au chant, June Whalin à la guitare rythmique, Johnnie Lee
Wills au banjo ténor et Kermit Whalin à la pédale steel guitare et la basse. Toute l'année
suivante, le groupe alla de radios en radios, O'Daniel faisant pression pour les évincer des
ondes. Finalement, le groupe s'installa à Tulsa, et trouva un travail à la station de radio KVOO.
C'est à Tulsa que le groupe trouva son "son". Wills recruta un jeune joueur de steel guitare,
Leon McAuliffe, âgé de 18 ans, mais aussi le pianiste Al Stricklin, le batteur Smokey Dacus. Il
ajouta une section de cuivres à l'orchestre. Bientôt, les Playboys Texans devinrent le groupe le
plus célèbre de l'Oklahoma et du Texas. Ils enregistrèrent leur premier disque en 1935, pour
American Recording Company, qui sera plus tard intégrée par Columbia.
Chez ARC, le producteur des Playboys était Uncle Art Satherley, et il
le restera pour les 12 années suivantes. Le chef du groupe avait la
manière, et ils enregistrèrent de nombreux titres sortis sur des 78
tours. Le succès était suffisant pour que Bob Wills exige que McAuliffe
figure sur le disque de 1936, "Steel Guitar Rag" (il ne figurait pas sur le
précédent car la maison de disque avait de très nombreux joueurs de
steel guitare sous contrat). La chanson devint un standard pour les
joueurs de steel. Sur ce disque figure également "Right or Wrong",
avec Duncan en chanteur leader.
Vers la fin de la décade, les grands orchestres avaient la faveur du public et Bob Wills voulait un
orchestre capable de jouer des arrangements complexes, inspirés de la musique jazz. Pour lui
permettre d'atteindre cet objectif, il engagea Eldon Shamblin, arrangeur et guitariste, qui écrivit
pour les Playboys Texans des morceaux fusionnant musique country et musique jazz. Vers
1940, Bob Wills avait remplacé les musiciens les moins doués par d'autres. Le groupe comptait
alors 18 membres. Les Playboys Texans pulvérisèrent de nombreux records d'audience à
travers le pays, remplissant les salles de Tulsa à la Californie. Ils obtinrent leur premier grand
succès national avec "New San Antonio Rose", qui se classa n° 11 en 1940. Le groupe continua
d'enregistrer et de se produire tout au long de 1941 et 1942, ce qui leur assura une très grande
popularité au niveau national. Mais l'arrivée de la seconde guerre mondiale mit fin à cette vague
de succès.
Waylon Jennings chantait, sur un titre sobrement intitulé “Bob Wills Is Still The King” :
"Well if you ain’t never been there then I guess you ain’t been told
That you just can’t live in Texas ’less you got a lot a soul
It’s the home of Willie Nelson, the home of western swing
He’ll be the first to tell you, Bob Wills is still the king"
Pour un accès direct vers des vidéos :





“Sittin’ On The Top of the World“ : http://www.youtube.com/watch?v=5sS5jSbV0Vg
Bob Wills et ses cowboys chantent “Lone Star Rag” dans un western :
http://www.youtube.com/watch?v=9MqcFdwZHoY
“Lone Star Rag : http://www.youtube.com/watch?v=kazGR-ihcfQ
“Goodbye Liza Jane“ : http://www.youtube.com/watch?v=R0Wkd0jQ-nw
“Merle
Haggard
et
les
Texas
Playboys
en
1976“ :
http://www.youtube.com/watch?v=vbTJ8gDAvn8
11
BIOGRAPHIES par Georges Carrier
JIRI & ROWDY RASCALS
Ce groupe exceptionnel joue du bluegrass traditionnel, du old-time de la country et du westernswing.
Tous les musiciens ont des qualités d'instrumentiste
exceptionnelles
auxquelles
s'ajoutent
d'incroyables
aptitudes vocales"a capella" . Le centre du groupe, c'est
son créateur, le violoniste Jiri "George" Kralik. Ce sont ses
expériences musicales qui ont façonné le style et le son du
groupe. George a rassemblé tous ces ingrédients qui font
le succès du groupe à travers ses différents voyages aux
Etats-Unis. Ses participations à de nombreux festivals ont
contribué à mettre en forme son approche musicale.
Cette compréhension de la musique et l'amour qu'elle provoque ont généré chez George un
style agréablement original et pourtant fortement ancré dans la tradition. Pour parfaire le
groupe s'ajoutent le guitariste et banjoïste Jirka Bok et Karel Waska à la contrebasse. Lors de
certains concerts, la voix d'Aneta Demelova vient compléter le trio. Le but du groupe n'est pas
de plaire uniquement au public Tchèque mais de se produire sur les plus grandes scènes
européennes et américaines. C'est la raison pour laquelle, après le titre de Meilleur Groupe à
l'European World of Bluegrass en 2007, ils ont décidé de se produire à Craponne sur Arzon, le
temple de la Country Music mais aussi du Bluegrass en France.
BRANDON RHYDER
Quand Brandon Rhyder a sorti "Conviction" il y a deux ans, il a considéré cet album comme un
test. S'il marchait tant mieux, s'il ne marchait pas cela mettrait un terme à sa carrière musicale
et à son rêve. Heureusement pour lui, il a très bien marché et cela lui même permis d'obtenir
son diplôme de management. Et pour répondre à la demande de ses fans, il vient de sortir un
tout nouvel album enregistré en public "Brandon Rhyder Live."
Avant "Conviction," Brandon avait sorti deux albums qui ne sont
pas soldés par des succès. Alors, il a décidé de changer son
fusil d'épaule avec un nouveau groupe, Mike Henretty à la
batterie et aux percussions, Charlie Richards à la guitare et à la
lap steel, James Hertless à la basse et aux harmonies vocales
et Ron D'Argenio à l'orgue Hammond B3. Il bénéficie aussi des
conseils de ses amis Radney Foster à Nashville, qui a produit
"Brandon Rhyder Live" et Walt Wilkins à Austin, avec qui il a
co-produit "Conviction."
Ils ont tous deux été très précieux quand Brandon a eu à
décider chez qui il devait signer avant d'opter pour la très
célèbre maison d'éditions musicales Harlan Howard Publishing
Co., chez qui il y a déjà des artistes de renom comme Mary
Gauthier et Lori McKenna, la petite protégée de Faith Hill.
12
"C'est comme passer de la promotion d'honneur à la ligue 1," dit Brandon, et il ajoute en
souriant, "C'est bien de jouer au Texas, mais on a envie de passer au niveau supérieur, au
niveau national voire international. Et vous ne pouvez pas savoir à quel point j'ai été heureux
d'apprendre que l'on venait de m'engager pour un concert cet été dans le festival country le
plus prestigieux d'Europe : le Country Rendez-Vous à Craponne en France. Des sommités ont
déjà joué là-bas ; Chesnutt, Joe Ely, Guy Clark, Marty Stuart, Jon Randall, Steve Earle, Jack
Ingram et cette année je vais partager l'affiche avec des géants comme Asleep At The Wheel,
Dierks Bentley et George Ducas. C'est tout simplement fantastique."
Aujourd'hui Brandon sait qu'il est sur la bonne voie. "On veut continuer à grandir, continuer à
apprendre et continuer à prendre les bonnes décisions." dit-il. Rhyder a déjà beaucoup appris,
notamment qu'il faut laisser le temps au temps et que seules les convictions comptent.
BONNIE BISHOP
Bonnie Bishop a grandi dans les faubourgs de Houston, Texas. Fille de vrais Texans, elle a
baigné dans la musique d'Otis Redding, d'Aretha Franklin, de Bob Seger et James Taylor. Elle
a pratiqué le chant choral au lycée et à l'université tout en obtenant une Maîtrise de sociologie
à l'université d'Austin. Pour payer ses études, Bonnie a composé et s'est mise à se produire
partout oô on le lui demandait. Aujourd'hui avec quelques années d'expérience et un deuxième
album qui a très bien marché, elle est bien partie pour faire une superbe carrière bien au-delà
de son Texas natal.
Depuis trois ans que Bonnie et son groupe travaillent ensemble, ils ont
joué avec Jack Ingram, Randy Rogers, Radney Foster et Ray Wylie
Hubbard et se sont produits dans les lieux les plus réputés comme le
Billy Bob's Texas, le Midnight Rodeo et le Mucky Duck à Houston. La
diversité de son style permet à Bonnie de jouer aussi bien dans des
clubs de danse que salles de rock ou bien des cafés-théâtres, mais
c'est surtout la puissance de sa voix et les harmonies riches et
dynamiques de son groupe qui leur ont valu le respect de leurs pairs.
Leur musique va du Blues Rock à la Country traditionnelle et Bonnie
peut chanter tout aussi bien comme Janis Joplin ou Tammy WynetteCe
qui fait aussi le succès de Bonnie, c'est qu'elle est une
des rares chanteuses à réussir à être acceptée à la fois par les artistes et les fans, ce que les
producteurs attribuent au fait qu'elle et son groupe sont homogènes. En 2004 le premier
album de Bonnie "Long Way Home" a connu un succès immédiat grâce au single "Sweet on
the Down Low," qui est resté plus de six mois dans le Top 30 de la Texas Music Chart.
L'an dernier, son second album intitulé "Soft to the Touch" a connu un succès encore plus
important, dépassant les frontières de l'État et du grand sud. Le single "Something the Doctor
Didn't Order" a fait un carton dans la Texas Music Chart's.Produit par Walt Wilkins et Tim
Lorsch, cet album dévoile le côté plutôt blues rock de sa musique avec des invités aussi
prestigieux que Walt Wilkins ou le guitariste de légende, David Grissom.
"J'aime ce que je fais et je veux le faire du mieux que je peux, mais je dois sans cesse garder à
l'esprit que ces dons ne m'appartiennent pas. Je dois faire preuve de sagesse si je veux réussir
ma carrière et ma vie." Si la sagesse, c'est chercher le chemin le plus authentique, alors nul
doute que Bonie Bishop est sur le point de devenir une des meilleures artistes de sa
génération.
13
COUNTRY EN LYONNAIS par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
En janvier l’association Cap Country organisait la soirée « Country à l’ouest » à la Pastorale
d’Irigny au sud de Lyon dans une salle qui avait déjà accueilli Danny Leigh et Heather Myles.
500 spectateurs et danseurs (places limitées et uniquement sur réservation) se pressaient pour
une affiche qui présentait trois groupes du cru. Cela nous permet d’envisager la venue d’une
tête d’affiche ou l’organisation d’un mini-festival si la structure d’accueil se présente et surtout si
une association veut bien prendre le risque de tenter la chose, ce qui est loin d’être évident !
La région possède un potentiel, ça on le sait, mais celui qui
rêvait d’un grand festival country à Lyon s’en est allé bien trop
tôt… Comme c’est la règle à présent dans les soirées « bal
country » la salle était partagée en deux zones : les spectateurs
à l’avant et les danseurs à l’arrière. La formule a fait ses
preuves et les non-danseurs sont les bienvenus dans les
soirées country. Kick Riders ouvrait le bal.
Six musiciens pour cette jeune formation qui présente un pedal-steel-guitariste.. Le répertoire
oscille entre new-country (Brooks & Dunn, Little Texas) et country classique (Cash, Randy
Travis, Alan Jackson).
Tennessee Stud peaufine son show à chaque prestation en
y ajoutant beaucoup de visuel et même quelques gags. La
parité vocale entre la sémillante Sandrine, qui n’hésite pas à
descendre dans la salle, et le stoïque Thierry est un atout
incontestable au service d’un répertoire large allant de
« Summertime » à « Blue suede shoes ».
Le quatuor des « vétérans » de la scène country Lyonnaise,
Midway Station, clôturait cette longue soirée avec un set
essentiellement country-rock pour le régal des danseurs. Marcel
Ségura, instigateur de cette initiative et bassiste de MS était
tout sourire en descendant de scène après le bœuf final car
cette première fût une réussite totale. Souhaitons que cette
belle idée de réunir plusieurs groupes l’espace d’une soirée
conviviale face tâche d’huile.
C’est incontestable, le niveau des groupes Européens, y compris les Français, s’est
considérablement élevé ces dernières années et beaucoup sont d’une valeur très nettement
comparable aux meilleures formations US de saloons et honky-tonks. La preuve nous en a été
donnée récemment avec la venue des Honky Tonk Farmers et des Slow Horses.
Les 10 ans du Boots & Stetson Club de Mions (69) ont été
fêtés dans la qualité avec deux formations au style similaire :
de la country actuelle, dynamique et festive qui ne laisse que
peu de repos aux centaines de danseurs dont certains venus
en car de Nice ! Hat Trick assurait l’un de ses tout premiers
concerts 2008 sous cette appellation : il s’agit en fait des
« anciens » Hawkins avec un nouveau chanteur, Stéphane
Bayol, au vocal remarquable.
14
Assurément l’un des meilleurs chanteurs country Français. L’autre nouvel atout de Hat Trick est
Mr Jay, guitariste soliste virtuose au jeu spectaculaire, qui officie en parallèle à la pedal-steel
guitare avec aisance. Une formation de choc au professionnalisme assuré qui est déjà
demandé sur la France entière. Il n’était pas facile d’oeuvrer derrière les Provençaux qui firent
un tabac mais les Honky Tonk Farmers ont du métier et montrèrent que leur bonne réputation
n’était pas usurpée.
Leur répertoire est solide, classique et leur chanteur
communicatif. Le soufflé n’est pas retombé et l’ambiance est
demeurée chaude jusqu’au final tant du côté des danseurs que
du côté des spectateurs. Les 7 « fermiers » Romands sont
toujours très appréciés en région Lyonnaise où l’on danse sur
de la vraie country : les deux groupes ayant une pedal-steel
guitare, instrument que l’on devait retrouver également 15 jours
plus tard au sein des deux formations invitées à Brindas (69)
par le WSCA de Charly.
Les régionaux de Kick Riders assuraient de leur mieux la première
partie et chauffaient les nombreux danseurs, dont une colonie montée
de l’Hérault. Le groupe s’aguerri et commence à bien remplir son
« carnet de bal ». Leur répertoire new-country plait beaucoup aux
danseurs.
11 heures d’autoroute sous la pluie n’ont pas refroidi l’ardeur des
musiciens de Slow Horses que le public découvrait. Il est vrai que le
groupe originaire du nord de l’Allemagne a l’habitude d’arpenter les
routes de l’Europe depuis de nombreuses années. Le vocal est assuré
par la souriante Gaby Lina Schmit qui me rappelle physiquement
Jennifer Nettles (Sugarland).
Son vocal est puissant. Le répertoire est composé pour une
large part de compos originales au tempo medium mais très
dansant. Quelques reprises cependant (Alison Moorer, Dixie
Chicks, JJ Cale,…). Là encore les années de scène vécues par
ces musiciens issus du rock & roll, du blues et du country-rock
engendrent un savoir-faire qui laisse admiratif.
Prochains rendez-vous en Lyonnais : Danni Leigh (US) et
Baskery (Suède).
COMMUNIQUÉ
Le samedi 11 octobre 2008, aura lieu le 2ème Showcase des Artistes Country Francophones !
La marraine de cette édition sera TAHIANA. Infos sur : http://www.cafe.countryenalsace.com
Un jury de professionnels notera les artistes selon les règles établies et consultables sur le site
dédié à l'événement. La composition du jury sera dévoilée en juin. Un certain nombre de prix,
consistant en interviews ou passages radios, pour la promotion des gagnants, sera attribué.
Vous souhaitez être partenaires ? Vous avez des questions ? Mailto : [email protected]
15
CD REVIEWS par David Loison
WALT WILKINS AND THE MYSTIQUEROS"Diamonds in the Sun"
Walt Wilkins and the Mystiqueros avec un album " Diamonds in the sun " , chez Palo Duro et
produit par Lloyd Maines , c'est vous dire de la qualité musicale !!!
Pour être simple , Lloyd est le papa et le musicien de
Natalie Maines , la chanteuse des Dixie chicks ... alors no
coment !
Il intervient , ici , à la steel guitare , à la mandoline mais
aussi au chant .
" Diamonds in the sun " est un album plein de légèreté ,
avec des morceaux tranquilles qui vous prennent les tripes
et vous transportent au coeur du Texas .
Pas besoin de faire du « rentre dedan »s pour impressionner , ils restent d'ailleurs cool sur
pas mal de morceaux !........alors écoutez : " Diamonds in the sun ", "just like Hank" ,"quiet
moon" et aussi "big shiny cars " et vous apprécierez sans aucun doute .
La voix de Walt et la steel de Lloyd vous feront planer quelques minutes; cet album est semblet- il... mystique comme le veut la pochette du cd ...et les musiciens ???
On peut retrouver ,également, des morceaux plus rythmés et dansant comme "get me gone"
et "the shape i'm in ".
Dans son ensemble , cet album est très représentatif de ce que l'on peut écouter à Austin ,
avec des artistes comme les Mystiqueros qui participent aux chants, aux chœurs et nous font
penser parfois aux voix du groupe Eaggle.
Walt Wilkins a déjà réalisé plusieurs albums , comme "Hopewell".
LES NEWS DU SALON par Jacques « Rockin’Boy » Dufour

Barack Obama country. Sur scène à Austin, Tx il s’est lancé dans une interprétation du
« Boogie back to Texas » d’Asleep at the Wheel accompagné par Ray Benson, Elizabeth
Queen, Joe Ely et Jason Roberts. Le verra t-on à Craponne en 2009 ?

Restons à Austin pour le programme de février/mars du célèbre Broken Spoke : Gary P
Nunn, Bruce Robison, Alvin Crow, Lucky Tomblin, Jesse Dayton, Dale Watson, Johnny
Bush, the Derailers, Cornell Hurd et James Hand. Et oui, the must de la country Texane sur
quelques semaines…

Craig Morgan vient de quitter le label de ses débuts Broken Bow Records.

Fin d’un super trio : avec le départ d’Heidi Newfield pour une carrière solo à venir, puis de
sa remplaçante après quelques mois, c’est au tour d’Ira Dean de quitter ce qui restait de
Trick Pony, c’est à dire Keith Burns désormais bien isolé !
16
AVENTURE AU PAYS DE L’ONCLE SAM par Blue Railroad
Train
Lundi, on nous attendait à 6h30 (!!!) dans une station de télévision locale (Fox Seven), afin de
jouer en direct à 7h30. Quel défi, pour un groupe qui a l’habitude de se produire tard le soir !
Nous assistâmes avec amusement aux nouvelles de la ville : un magasin pour chiens venait
présenter ses tout nouveaux produits, comme le brownie au foie… Malgré les invitations
insistantes du présentateur, qui affirmait en avoir consommé avec délices, personne n’eut le
courage de goûter… Nous interprétâmes « Honky-Tonk Blues », qui mélange paroles anglaises
et françaises. Ce passage peut être vu sur internet sur notre myspace :
http://www.myspace.com/bluerailroadtrain
L’équipe de l’émission fut adorable, l’un des techniciens voulut absolument nous acheter un
CD.
Le reste de la journée fut comblé avec une séance de shopping. Aucun d’entre nous ne voulait
partir sans un T-shirt et une casquette portant l’emblème du Texas. C’est un bouvillon à
longues cornes, mascotte de l’Université du Texas et de son équipe de football. Nous vîmes le
programme des conférences, organisées à l’intention des Américains qui décideraient de se
rendre en France : « Séjourner en France, ou comment survivre sans clim’ et sans glaçons »…
Le soir, nous profitâmes de notre temps libre pour aller enfin écouter les groupes dans les
clubs d’Austin. Tout d’abord, ce fut de l’excellent bluegrass interprété par les amis de Clem.
Puis nous découvrîmes un incroyable groupe de blues, recommandé par Elizabeth. Celle-ci
interpella le pianiste, Chip Dolan, pour l’informer qu’un groupe français était dans la salle…
« Des Français ? Vous avez apporté vos haches pour taper une jam? Je vous dédie ce
morceau et viens vous voir à la pause ! ». Il vint effectivement… pour nous offrir son disque :
Right Now. Un petit bijou.
Mardi soir, le 2 octobre, nous fîmes notre
dernier concert texan au Cactus Café, situé
sur le campus de l’Université. Le hall d’entrée
était tapissé d’affiches de tous ceux qui nous
avaient précédés dans cette salle. Nous
étions impressionnés de suivre les traces de
Ralph Stanley, Doc Watson, David Bromberg
et Chris Hillman, Alison Krauss, Taj Mahal,
Townes Van Zandt et bien d’autres.
Nous retrouvâmes un autre membre des
Boxcar Preachers, le banjoïste Bruce. Nous
lui fîmes remarquer que nous étions ravis de
voir que le Texas n’était pas, contrairement
aux clichés qui circulent, rempli de méchants cowboys pro-Bush. Il nous expliqua :
« Evidemment que non, et d’ailleurs si Bush allait dans un ranch muni d’un chapeau, il ferait
peur aux chevaux ! »
L’heure était venue de quitter l’ « Etat à l’Etoile Solitaire ». Nous le fîmes le cœur serré de
laisser nos amis Texans et cette ambiance conviviale.
Mais ce n’était pas fini. Il était temps de prendre la direction de Guthrie, Oklahoma, et de son
Festival International de Bluegrass. Il fallut également, pour éviter l’incident diplomatique,
ranger tous nos emblèmes texans. En effet, ce week-end-là opposait les équipes de football
américain du Texas et de l’Oklahoma dans un match national … A suivre …
17
DANS LE TEXTE par Mireille Lafond
Brooks And Dunn – Cowboy Town (Album : Cowboy Town) – Ville de
Cowboys
Dirt, Mud, and Dust
Bibles and Beer
Outlaws, Barb Wire, Saddles and Steers
It’s a simple life, Oh it’s sacred ground.
Hard times, High winds can't bring us down
Terre, boue et poussière
Bibles et bière,
Hors la loi, barbelés, selles et guidages de troupeaux
C’est une vie simple, Oh c’est une terre sacrée
Moments difficiles, les vents violents ne peuvent nous
abattre.
(chorus)
In cowboy town, yeah cowboy town
that’s were I'm from
Cowboy town
(Refrain)
Dans la ville des cowboys, oué ville des cowboys
C’est de là que je viens
Ville de cowboys.
We wear our boots to dinner
Drive our trucks to church
Solid as a rock
Salt of the earth
We like our whiskey strong
Play our music loud
Get things done by the sweat of our brow
On porte des bottes jusqu’au dîner
On va à l’église en camion
Solide comme un roc
Sel de la terre
On aime le whisky fort
La musique à plein tube
Tout se fait à la sueur du front
Here in cowboy town, yeah cowboy town
That's were I'm from
Cowboy town
Ici dans la ville des cowboys, oué ville des cowboys
C’est de là que je viens
Ville de cowboys
Winners, Losers, Sinners and Saints
It's were a good man's word is money in the
bank
Bad boys, pretty girls is the name of the game
When ya hit the ground, get up, shake off the
pain
That's a cowboy town
Des Gagnants, des Perdants, des Pécheurs et des Saints
Ici, la parole d’un honnête homme vaut l’argent de la
banque
Des mauvais garçons, de jolies filles, c’est le jeu
Quand tu tombes, relève toi, secoue toi pour effacer la
douleur
C’est la ville des cowboys
Someday when I die and my soul is called
home
High on a white horse I'll ride up on it
That golden chute will stand old St. Pete
He'll tip his hat and welcome me
Un jour quand je mourrai et qu’on rappellera mon âme
Bien droit sur un cheval blanc je chevaucherai
Cette chute dorée où se tiendra ce bon vieux St Pierre
Il portera la main à son chapeau pour me saluer.
To cowboy town, oh cowboy town
Son come on in to cowboy town
I'm gonna live and die
In cowboy town
Viens dans la ville des cowboys
Fiston, viens dans la ville des cowboys
Je vais vivre et mourir
Dans cette ville de cowboys.
18
SOLUTIONS DE LA GRILLE DU N° 47 par MJ
1
3
4
C
11
N
12
A
T
A
T
I
T
8
R
S
O
U
M
E
E
R
T
L
S
Y
O
A
H
N
A
E
Y N
H N
A
P O
20
J
M O
L
L
I
L
N
22
M
E
P
W
Z
B
O
R A
P
25
T
T
E
E
S
R
A
L
U D
R
7
T
I
A
H
A W A
T
I
O N
L
N
N
N
A
K
E
R
S
K
G
L
A
I
B
V
M O N
I
I
P
I
M
L
10
H
S O C
C
R
9
14
S
I
N
23
M O N D
E
G
A
L
E
I
E
Y
B
26
W E
S
T
A
U
L
I
E
A
T
19
A
U
24
S
17
S
21
R
15
R
D
M
A
13
E
18
2
R G E
G
S
H
16
E
6
P
U D
L
B
E
5
N
U
E U
M
E
O
N
L
27
G Â
T
E
X
EclipseCrossword.com
NEWS DES ANCIENS CRAPONNAIS par Georges Carrier
RANDY ROGERS (Craponne 2004) ENREGISTRE À L’EST ! Le Randy Rogers Band vient de
terminer l’enregistrement de son album chez Mercury Records avec Radney Foster à la
production. La commercialisation de l’album est prévu pour cet été Mais il a été enregistré ni à
Austin ni à Nashville. “On a décidé de changer de décors pour cet album, c’est pourquoi on l’ a
enregistré à Lafayette, La.,” Il y a beaucoup trop de distractions à Austin et c’est la même
chose à Nashville. En fait on est allé à Lafayette pour être loin du monde. C’était comme une
mise au vert” déclare Randy Rogers. Lui et son groupe ont vécu pendant deux semaines dans
le studio d’enregistrement. Ils se faisaient livrer les repas ainsi personne n’était obligé de partir
et tous ne se consacraient qu’aux 12 titres de l’album. Un single devrait sortir bientôt.
STONEY LARUE (Craponne 2007) s’équipe
Stoney LaRue a un bus tout neuf! C’en est fini pour lui du vieux van Chevrolet poussièreux.
Au fait ce dernier est mis en vente à $9,000 sur sa page MySpace. Ce qui est génial pour
Stoney c’est que le bus a des toilettes. “Vous vous rendez compte, on n’est pas obligé de
s’arrêté toutes les cinq minutes pour aller pisser,” a déclaré Stoney.
19
AU MICRO CE SOIR par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Ils sont ceux qui vous permettent d’écouter de la country music à la radio, ou à présent sur
internet, depuis plusieurs années. Ils vous informent sur les manifestations, vous font découvrir
les nouveautés ou vous repassent quelques classiques. Ce sont des passionnés. CWB tend le
micro aux animateurs country de la bande FM. Figures locales, le net permet à présent à leurs
émissions d’avoir une audience nationale dans la mesure bien sûr ou on vous les présente.
C’est l’objet de cette nouvelle rubrique qui s’attaque d’abord aux émissions captables sur votre
ordinateur.
Nom, prénom PARIS Frédéric
Nom radio et adresse RADIO PLURIEL 15 allée du château 69800 SAINT PRIEST
Nom émission, jour, horaires DESTINATION COUNTRY MUSIC en direct le jeudi de 20h30 à
22h 00 sur 91.5 FM à LYON.
Site et adresse internet www.radiopluriel.fr
[email protected]
CWB : Je crois savoir qu’avant la country tu t’intéressais particulièrement à la chanson
française ?
Oui, c’est vrai, je suis venu à la radio pour pouvoir faire
des émissions ou j’évoquais la carrière de chanteurs
français, Joe Dassin, Michel Delpech, Daniel
Balavoine, Jean FERRAT, Georges Brassens, ou bien
d’autres artistes que j’ai pu interviewer comme
Maurane ou Michel FUGAIN. Aujourd’hui beaucoup de
choses ont changé les bons artistes à découvrir c’est
sur scène qu’il faut aller les voir, plus que les écouter à
la radio.
Mais avant tout, je suis un fan de radio, un
radio « addict ». Mes modèles ont été Max MEYNIER,
Christian MORIN, Pierre BELLEMARE, Gérard KLEIN,
Georges LANG, et Michel DRUCKER pour n’en citer
que quelques uns… ! Depuis longtemps, je savais que
je voulais faire de la radio et c’est en 1983 grâce à
plusieurs radios associatives que j’ai pu concrétiser ce
rêve : à l’époque ce n’était pas un « vrai métier », il n’y
avait pas autant d’écoles que maintenant.
CWB : Comment en es-tu venu à la country ?
Je dois beaucoup de choses que je sais sur la musique grâce à Joe DASSIN que je cite
souvent dans mes émissions. On l’a peut être un peu oublié aujourd’hui mais JOE n’a pas été
uniquement le chanteur de l’été indien, il a aussi dans son vaste répertoire des chansons de
JOHNNY CASH, de Gordon LIGHTFOOT, de TONY JOE WHITE, de SIMON and
GARFUNKEL, de TOM PAXTON, de STEVIE GOODMAN, Bobbie GENTRY etc … du folk, du
country blues, des titres jazzy, un peu de country.
JOE DASSIN a souvent réussi avec ses auteurs de bonnes adaptations en français de
chansons originales américaines. Comme je suis curieux, j’ai toujours voulu savoir qui étaient
les créateurs des chansons originales américaines : je lisais les crédits sur les pochettes des
disques, j’ai découvert ces artistes américains et les ai adorés !!
Et puis un jour j’ai vu deux 33 tours dont les pochettes m’ont fasciné THE MAN IN BLACK de
JOHNNY CASH avec sa « gueule » incroyable et LUXURY LINER de Emmylou HARRIS, si
belle, toujours si belle …
20
En 1991, j’ai proposé une émission country à RADIO PLURIEL pour remplacer un animateur.
Comme je ne connaissais pas bien mon sujet, je me suis documenté. C’est en juin 1994, qu’a
démarré (d’abord le dimanche après midi) DESTINATION COUNTRY MUSIC. Cette émission
était prévue pour l’été seulement… elle est toujours à l’antenne… et je n’ai plus le temps de
faire des émissions de chanson française ! Grace à cette émission, j’ai rencontré des artistes
talentueux, et beaucoup, beaucoup de gens sympas !
CWB : Parles-nous du contenu de ton émission : oldies, nouveautés , majors ou indies,
styles représentés (bluegrass, western-swing, honky-tonk, rockabilly, cajun, hot newcountry, etc…)
J’ai animé l’émission seul, puis pendant quelques temps Patricia et Christophe m’ont rejoint,
leurs goûts variés et différents des miens permettaient de faire des programmations très
différentes : Patricia vit aujourd’hui en Colombie Britannique (cote ouest du Canada) et l’avis de
Christophe m’est toujours utile : il connaît toute la musique américaine ou presque. Même s’ils
ne sont plus dans mon émission, je suis toujours en relation avec eux deux et ils ont contribué
grandement à mon émission, je les en remercie ;
Actuellement, je programme beaucoup d’artistes des « majors », les stars de Nashville ou
d’ailleurs, certains newcomers, du honky tonk, du country rock, la new country des années 80
ou 90, un peu de western swing à l’occasion. Moins de bluegrass, c’est vrai ( et sans doute un
tort ?), je préfère le newgrass de RHONDA VINCENT à d’autres anciens musiciens de
bluegrass, question de goût surtout … Cependant je pense qu’on apprécie mieux le bluegrass
en concert dans les festivals par exemple, plutôt qu’à la radio ; mais ce n’est que mon avis…
Je programme des artistes connus dont les auditeurs pourront se procurer les disques
relativement facilement, j’ai aussi je crois le « sens du tube » je devine les chansons qui vont
plaire (j’essaye !). Mais il a pu m’arriver de programmer des coups de cœur moins connus
comme Pauline REESE, ou Jill KING.
Je ne connais pas bien la musique cajun, mais j’aimerai bien faire une émission spéciale
LOUISIANE, un état américain qui souffre surtout depuis 2005…
CWB : Fais-tu la promotion de la country Française ?
Oui, les groupes locaux lyonnais pour annoncer leurs événements, mais aussi des groupes
comme TEXAS SIDESTEP, Marie DAZZLER, Linda JACOB et les ROADRIDERS, ou encore
MARY LOU que j’aime bien. Les groupes CONNIVING ou HAT TRICK sont aussi excellents.
Mais c’est vrai que je pourrai en programmer davantage… je ferai des efforts, c’est promis !
D’un autre côté, l’émission qui durait deux heures ne dure plus qu’une heure et demi… alors ce
n’est pas toujours facile.
CWB : Reçois-tu des invités ?
Pas très souvent… pourtant nous avons reçu TENNESSEE STUD, VICKY LAYNE, MARY AND
CO, et aussi des organisateurs d’événements : notre ami ERIC REYNAUD de WILD GOOSE
venait à chacune de ses COUNTRY NIGHTS … sans lui aujourd’hui, notre studio semble bien
vide … Georges CARRIER du COUNTRY RENDEZ VOUS vient chaque année.
Il y a des copains de radio qui viennent Jean Luc et Gilbert (de la regrettée émission
COUNTRY ROADS à Villeurbanne), j’attends ROCKIN’BOY !!
Mon plus grand souvenir reste la venue dans nos studios de JENNIFER WEATHERLY en
1995. Elle m’avait promis de venir à Radio PLURIEL l’année d’avant quand je l’avais
rencontrée au festival de Craponne sur Arzon, elle a tenu sa promesse !
CWB : Es-tu un habitué des soirées line-dances ?
Non, car je ne sais pas danser !! (si c’est vrai ! mais ROCKIN’BOY non plus !)
Je ne danse pas au grand désespoir de « la fille qui m’accompagne » (mon épouse !)
Mais j’admire les danseurs de line dance (qui aiment aussi les chansons et pas que les
danses), il y a des cracks car les pas ne sont pas toujours faciles ! ce sont des soirées sympa ;
21
CWB : Es-tu fidèle à certains festivals ?
Oui, le Country Rendez Vous : j’aime la programmation, l’ambiance sympa dans le public, les
retrouvailles annuelles entre collègues de radio, les artistes qu’on peut rencontrer.
Je vais à GSTAAD quand je le peux, quelques fois à EQUIBLUES selon les artistes présents.
Je remercie aussi tous les organisateurs de soirées sur Lyon qui m’invitent à leurs événements,
j’essaye d’être présent le plus souvent…
CWB : As-tu des artistes « chouchou » que tu programmes régulièrement ?
Oui sans doute… Alan JACKSON ses premiers albums et le tout nouveau qui est excellent,
mon préféré MARTY STUART, EMMYLOU ( je vous ai dit que je craquais pour elle ? ),
J’aime aussi les chanteuses avec un grain dans la voix : TANYA TUCKER, HEATHER MYLES
ou DANNI LEIGH sont de bons exemples. J’aime aussi TRACY BYRD, RANDY TRAVIS ou
TRAVIS TRITT … dans les groupes : DESERT ROSE BAND ou LES PIRATES DU
MISSISSIPPI, les DERAILERS, dans les légendes JOHNNY CASH, GEORGE JONES,
TAMMY WYNETTE, bien sûr DOLLY PARTON etc …
J’en oublie beaucoup.
Par contre, il est vrai aussi que je programme moins les tout nouveaux artistes qui arrivent et
qui sont largement récompensés aux awards ; je ne veux pas les citer mais on se demande si
c’est encore de la country ? je préfère la pedal steel guitar et le fiddle aux synthés !
CWB : Comment te tiens-tu informé de l’actualité country ?
Par les conseils d’excellents camarades ! par internet surtout , et quelques revues.
CWB : Quelles sont tes meilleures découvertes en 2007 côté albums et quel est le (ou la)
jeune artiste en qui tu crois le plus ?
Sunny SWEENEY pour moi est ma plus belle rencontre en 2007 j’espère de tout cœur qu’elle
pourra faire d’autres disques aussi bons que HEARTBREAKS HALL OF FAME.
C’est une jeune femme de l’est du TEXAS avec un accent pas possible. Elle dit non sans
humour qu’elle est le prochain NEXT BIG NOTHING ! et qu’on ne l’entendra pas à Nashville !
Elle a été très sympa en interview, comme beaucoup d’artistes américains, d’ailleurs.
Il y aussi LADY ANTEBELLUM, TOWNSEND et O’DONNEL,… LITTLE BIG TOWN dont j’aime
bien le son, les trois albums de JOSH TURNER, ceux de JOE NICHOLS…
Je suis moins séduit par les dernières chanteuses blondes (ou pas) qui viennent d’arriver…
Beaucoup d’artistes que nous avons aimé il a quelques année ont disparu des grandes
maisons de disques … les nouveaux arrivants auront encore moins de temps pour faire carrière
dans la durée, c’est regrettable.
CWB : As-tu d’autres passions en dehors de la musique ?
Oui quelques unes, mais la radio me prend beaucoup de temps.
J’aime lire des biographies, des livres d’Histoire, j’aime le cinéma mais j’y vais peu.
Je suis un passionné d’actualité, d’information, … je suis collectionneur,
j’aime le cyclisme, et les chats ! Tout cela dans le désordre…
CWB : Veux-tu ajouter quelque chose ?
J’espère pouvoir vous confirmer prochainement la rediffusion de mon émission le dimanche
après le jeudi en direct.
Je souhaite que chacun puisse contribuer à la promotion en France de la Country Music et cela
dans un bon esprit, et sans trop d’envie mercantile…
22
COUNTRY MUSIC ET MOTOS par Marc Verdier
Paroles de Chansons – Personnalités – News
Après les artistes et les festivals, approchons des acteurs de la Country Music française et
regardons les paroles de chansons, dans ces dernières, le biker ou la moto reviennent
régulièrement, moins que le cheval et son cavalier bien sur !
Me and the girls out after work
Drinkin' marguaritas one night
After a few, the conversation turned to
The kind of guys we like
One only dates doctors, one likes cowboys
And one prefers the sensitive kind
Well, I really shocked 'em then
All jaws were droppin' when
It came turn to tell 'em mine
I like a man with a tan and a twisted chrome
kickstand
Leanin' on a big old bike
The low rollin' sound that'll shake the ground
Comin' out of long pipes
I like a tattoo or two
Or even more if they're cool
On the big old arms of a long-haired dude
Inside of me, there's an all I wanna be
Biker chick chick …………
I never rode on the back of an old
Chopper down the highway
Holdin' on tight just him and I
Makin' our getaway
I've always been the good girl
Walked the straight and narrow path all my life, boo
But the tequila's kickin' in
And since I'm here with friends
Can't a girl just fantasize
I never said he was the marryin' kind
All I said was I bet he'd be a wild ride
Heh, heh, heh, heh, heh
Jo Dee Messina, dans son dernier album,
chante « Biker chick ». Sans traduire
littéralement, en gros, elle raconte qu’un soir,
autour de verres de margaritas, avec ses
copines,
elles commencent à parler de
l'homme idéal : les docteurs, les cowboys, les
sensibles... La chanteuse choque des amies
en décrivant le sien : un homme bronzé,
possesseur d'une bonne vieille moto appuyée
sur une béquille chromée et torsadée, de
longs pots d'échappements dont le son grave
fait trembler la terre. Elle aime un tatouage ou
deux sur les bras du type aux cheveux longs,
et même plus s'ils sont cool. Elle n’a jamais
roulé, collés lui et elle, à l’arrière d’un vieux
« chopper » sur une nationale. Elle a toujours
été une bonne fille, suivant le chemin droit et
étroit de sa vie, mais avec la téquila, elle
devient un peu plus fantaisiste, elle ne dirait
jamais qu’il est « mariable », mais seulement
que ce serait une balade sauvage.
Paroles de Biker Chick (Jo Dee Messina)
Interview de Roger Lyobard (Club Country
d'Heyrieux et site Country Gone).
MV : Un historique de tes activités ?
MV : Un historique de tes activités ?
RL : Il y a vingt ans, j'ai remis sur pieds le Club de Karaté, moribond
avec un collègue, après 5 ans, j’ai laissé tomber, c’était usant ! Avec
l’achat de la moto, j’ai intégré comme simple adhérent, le moto club du
coin. J'avais vu les 2 côtés du monde associatif, je pouvais alors créer
le Club Country d'Heyrieux début 1999.
La création de l'association s'est faite en quelques jours, sans réflexion
préalable. Le site Web s'est imposé comme une obligation, je
dépannais des ordinateurs mais n'y connaissais rien en création de
site, c'est la vision de ce public country dispersé et sans information qui m'a fait réfléchir sur un
moyen d'information autre que le support papier. La première page html toute simple
regroupant l'agenda, les groupes du coin et les clubs de Line-Dance, était née. J'ai toujours
aimé la simplicité dans la présentation, j’en parle, parce qu'à l'origine, tout le monde n'avait
qu'un simple modem ! Un de mes hobbies qui était toujours resté de côté, c'était la photo, je l'ai
"développé" en même temps que mon site, cela m'a aidé, involontairement, à me faire
connaître, car j'ai pris l'habitude de donner mes photos aux musiciens.
23
MV : Depuis quand fais-tu de la moto ?
RL : Tout petit déjà ! A 16 ans j’ai passé la fameuse
licence qui me permettait de conduire une 125. Ce fut
une Yamaha XT, je crois (routière bicylindre), puis à 18
ans, le permis Moto, et ensuite le permis voiture. J’ai
rouler aussi occasionnellement sur une Honda 350 four.
MV : Qu'as-tu eu comme motos ?
RL : 2 Yamaha 125, une Honda 350 Four. Plus rien de 20
ans à 34 ans, où j'achète une 535 Virago, encore une
Yamaha. Je la garde 3 ans et achète une Kawa 1500
Sumo en jurant qu'il n’y en aurait plus d'autre, coup de
foudre pour ce moteur !
MV : Un rapport, entre ces deux passions ?
RL : Non, rien que le hasard, avec mes premières motos et mes premières virées, je n'avais
aucun rapport avec le monde de la musique. En reprenant la moto en 1991, je suis allé au
rassemblement moto de Cunlhat où la musique prenait une place importante, ensuite j'ai rejoint
Craponne et la country.
MV : Une anecdote ?
RL : Il y a quelques années je sympathise avec un client qui possède une Harley. Le mec du
genre cadre dynamique, toujours tiré à 4 épingles. Une année à Équiblues, sous le chapiteau,
accoudé au bar, je vois passer un énergumène à 4 pattes sur le bar, s'excusant auprès de
chacun des consommateurs qu'il dérangeait. Le gars à fait le trajet d'un bout à l'autre du bar,
quand il est arrivé à ma hauteur, j'ai reconnu mon client, qui m'a également reconnu, poliment
salué et continué son chemin, toujours avec le sourire et 2 grammes très certainement...
MV : Merci Roger, une dernière chose ?
RL : Ma culture musicale country était très très proche de zéro lorsque j'ai commencé à
organiser des concerts. Depuis j'ai fait des progrès et c'est principalement grâce à la rencontre
avec Sylvie, une « précurseur » (je ne sais pas l'accorder au féminin !) de la danse country
dans la région. Elle a mis sa « CDthèque » à ma disposition ! Je ne la remercierais jamais
assez.
News : Lee Kernaghan, star de la country, a été nommé « Australien » de l’année 2008, et le
champion de moto Casey Stoner, lui, « Jeune australien » de l’année.
Dans le prochain numéro nous approcherons d’autres artistes et personnalités.
Site d'informations, consacré à la Country-Music en RhôneAlpes (France) : http://www.countrygone.com/
DENIERE MINUTE : Le Groupe de Suédoises "The Baskery" (Ex
Slaptones, première partie de Brian Setzer lors de sa tournée européenne avec un
passage à l'Olympia), les Baskery seront pour une seule date en France le 23 avril
2008 à Heyrieux, près de Lyon.
http://www.baskery.com/
http://www.myspace.com/baskery
http://www.youtube.com/watch?v=ingmySBj4Zs
http://www.youtube.com/watch?v=xgYpYWrWn18
24
MARK KNOPFLER traduction par Barbara Pichl et Bruno
Gadaut, mise en page par Gilles Bataille
En France : 7 avril à Toulouse, 8 avril à Nantes, 9 avril à Paris et le 10 avril à Strasbourg
Il a collaboré avec de nombreux artistes tels : Bob Dylan, Van Morrison, Randy Newman,
Buddy Guy, Tina Turner, Phil Lynott, Willy DeVille, Eric Clapton, Waylon Jennings, Chet Atkins,
Phil Everly, Vince Gill, Paul Franklin, Kate and Anna McGarrigle, Paul Brady, The Chieftains,
Ben. E. King, Mary Chapin-Carpenter, Joan Armatrading, Scott Walker, Jeff Healey, The Judds,
Jimmy Nail, Bryan Ferry, Aztec Camera, Steely Dan, Sting, Sonny Landreth, James Taylor,
Emmylou Harris, Gillian Welch and David Rawlings, et tant d’autres !
Mark Knopfler est né à Glasgow, en Ecosse, le
12 août 1949. Il avait environ sept ans quand sa
famille déménagea à Newcastle, dans le nord-est
de l’Angleterre. Petit, il fut d’abord inspiré par son
oncle Kingsley qui jouait du boogie-woogie à
l’harmonica et au piano. Plus tard, adolescent,
son goût pour la musique faillit le faire craquer
pour une guitare Fender Strat « Flamingo Pink »,
tout comme celle d’Hank Marvin, mais elle était
bien trop chère pour lui.
Alors, faute de moyens, il fut obligé de se contenter d’un double micro Hofner « Super Solid » à
50 Livres, ce qui était déjà beaucoup d’argent pour l’époque. Comme beaucoup de jeunes des
sixties, Mark avait l’habitude de se trimballer avec une guitare et il incorpora d’anonymes
groupes estudiantins, écoutant et essayant d’imiter des guitaristes comme Scotty Moore, Jimi
Hendrix, Django Reinhardt et James Burton. A 16 ans, il fit même une apparition sur une
télévision locale en duo avec sa copine de classe Sue Hercombe.
A l’école, Mark était très doué en Anglais et, en 1967, il parti, pendant un an, étudier le
journalisme à l’école Harlow. A la fin de sa scolarité, il décrocha un job de jeune reporter à
Leeds, au Yorkshire Evening Post. Après deux ans de ce boulot, il décida de reprendre ses
études et se mit à préparer un diplôme d’Anglais, à l’université de Leeds. Ce fut pendant qu’il
vivait là, qu’il rencontra un chanteur guitariste de blues local, dénommé Steve Philips. Mark
écrivait alors des articles, dans des journaux et des revues, concernant la scène musicale de
Leeds et ses environs. Par une curieuse coïncidence, le patron de Mark s’appelait lui aussi
Steve Philips. Cela causa une certaine confusion pendant des années et beaucoup de
biographies de Steve Philips prétendirent faussement que Steve lui-même travaillait comme
journaliste. Mark et son patron (l’autre Steve Philips) allèrent le voir jouer à Leeds. Steve se
souvient toujours comment Mark fit les présentations : « Steve Phillips, je te présente Steve
Phillips ».
Steve et Mark se trouvèrent de nombreux points
communs au niveau musical et décidèrent donc de
former un duo appelé « The Duolian String
Pickers ». Pendant ce temps, Mark continuait de
travailler comme reporter avant, plus tard, de se
consacrer à plein temps à ses études. Steve, de son
côté gagnait sa vie à la « City Art Gallery and Temple
Newsam House » en restaurant des tableaux. Ils
jouèrent ensemble pendant environ cinq ans.
25
Quelques uns de leurs morceaux se retrouvent sur l’album de Steve, sorti en 1996 : « Just’
Pickin’ ». Parlant du « jeune » Knopfler, Steve dit ironiquement : « C’était un bon guitariste,
dans le style de B.B. King ». Steve allait avoir une profonde influence sur la manière de jouer
de Mark, en lui apprenant les accords majeurs, très compliqués, du guitariste noir de Blues
Lonnie Johnson, ainsi que les subtiles techniques de la guitare Country Blues. Des éléments
que Mark allait, à terme, incorporer dans sa manière unique de jouer. Ce fut, en fin de compte,
une étape primordiale dans l’évolution de Mark comme guitariste. C’est pendant qu’il vivait à
Leeds que Mark fit son premier disque. Il a été enregistré dans une pièce transformée en
studio, dans une maison de Pudsey. La chanson s’appelait « Summer’s Coming My Way » et
on y retrouve Steve Philips à la guitare à 12 cordes.
En 1973, après avoir obtenu son diplôme, Mark décida de monter à Londres pour essayer de
percer sur la scène rock. Il examina méticuleusement la presse musicale et répondit finalement
à la plus importante annonce qu’il put trouver dans Melody Maker. Cela le conduisit à une
audition et à deux mois de travail avec un groupe de Blues appelé « Brewer’s Droop ». Mark
joua de la guitare sur trois des titres qu’ils enregistrèrent au Dave Edmund’s Rockfield Studios,
au Pays de Galles. Le batteur du groupe était un gars dénommé Pick Withers. Pick musicien
professionnel depuis qu’il avait 17 ans était un batteur très expérimenté. Une fois son travail
avec Brewer’s Droop terminée, Mark trouva un poste d’enseignant au Loughton College dans
l’Essex. Poste qu’il conserva deux ans, louant un appartement à Buckhurst Hill et donnant
quelques leçons de guitare à Staples Road School. C’est alors que son frère David, en route
pour Londres, vint résider quelques semaines chez lui.
Les frères Knopfler passèrent de nombreuses nuits
à jouer des chansons, plantant, sans même le
savoir, les fondations de ce qui allait devenir plus
tard, Dire Straits. Dans le milieu des années 70,
David monta donc à Londres où Mark le rejoignit
bientôt pour former un groupe, avec des copains du
Loughton College. Ils décidèrent de s’appeler les
Café Racers.
David partageait un appartement à Farrer House, dans le sud ouest de Londres (Deptford’s
Crossfield Estate), avec un bassiste originaire de Leicester, John Illsley.
John se souvient de sa première rencontre avec Mark : « J’étais sorti toute la nuit et je rentrais
vers les 10 heures du matin. J’ai été dans la cuisine pour me préparer une tasse de thé, puis
je suis passé dans le salon et là, il y avait un gars, allongé sur le plancher, la tête appuyé
contre une chaise. Il s’était endormi, juste vêtu d’un jean et de bottes en cuir. Il avait une
guitare posée sur les jambes. ». David avait souvent parlé à John de son guitariste de frère et
John devina tout de suite que le gars allongé sur le plancher du salon devait être ce fameux
Mark. Peu de temps après John devait se retrouver sur scène à ses côtés. En effet, un soir, le
bassiste des Café Racers tomba malade et on demanda à John de le remplacer. Mark et John
nouèrent immédiatement une intense complicité artistique mais il se rendirent également
compte simultanément que les Café Racers, malgré la réputation qu’ils avaient acquise sur la
scène du pub local, avaient un avenir assez limité. En avril 1977, Mark quitta son appartement
de Buckhurst Hill, pour emménager avec David et John.
John réalisa rapidement que non seulement Mark était un fabuleux guitariste, d’une originalité
enthousiasmante, mais qu’il était aussi un auteur talentueux. Les trois musiciens passèrent
l’été 1977, à répéter les morceaux que Mark avait écrit. Mais, il leur manquait un batteur. Mark
se souvint alors de son bref passage avec Brewer’s Droop et annonça qu’il connaissait celui
qui serait idéal pour le genre de musique qu’ils étaient en train de développer. Pick Whiters
avait vraiment impressionné Mark en 1973 et c’est tout naturellement qu’il fut invité à
l’appartement
26
de Farrer House. Les quatre musiciens commencèrent alors à donner des concerts ensemble,
sous le mon de l’ancien groupe de Mark, les Café Racers. John se souvient que jouer avec
Pick Withers était fantastique : « Je n’ai jamais joué avec quelqu’un d’aussi bon que lui ». Plus
tard, un ami de Pick suggéra un nouveau nom pour le groupe : Dire Straits. Les dés étaient
jetés. Le premier concert du groupe eut lieu en plein air, à l’arrière de l’immeuble de Farrer
House. L’électricité arrivant sur la scène grâce à un câble branché sur une prise de
l’appartement de John, situé au premier étage.
A travers les années, Mark a collaboré avec
énormément d'artistes tel que : Bob Dylan, Tina
Turner, James Taylor, Emmylou Harris, (dont il a
produit en 2006 une tournée Européenne et Nord
Américaine avec l'album fort acclamé « All the
Roadrunning »nominé au « Grammy Ewards »),
Eric Clapton et beaucoup d'autres encore.
Il a dévoué une bonne partie de sa vie pour la
Charité aussi bien pour les petites et les grandes
institutions. Dire Strait et The Notting Hillbillie
(groupe formé entre autre de Mark, guitare et
vocale, Franklin, pedal-steel) ont donnés des
concerts au profit de différentes causes.
En Mai 1993, il reçoit un prix, dont il est très fière, de l'Université de Newcastle « Honorary
Music Degree » (Doctorat Honorifique de Musique). Dire Strate étaient par dessus tout très bon
en communication....le coeur de ce groupe : le simplicité de leur musique mené de main de
maître, Mark Knopfler - voix rauque et un son très noble sorti de sa guitare Fender- se
mélange avec un son intemporel , jeune et dynamique à vous coupé le souffle.
Mark trouve aussi du temps pour numériser des arrangements musicaux pour des films: Local
Hero (83), Cal (84), Last Exit To Brooklyn....et des bandes son pour Metroland, Wag the dog
(tous deux en 98). En 96 Mark commence une carrière en solo avec l'album Golden Heart.
C'était tout simplement un pas supplémentaire dans l'évolution de sa musique, a-t-il dit. Ceci lui
a permis de montrer au monde son talent rare d'auteur compositeur et interprète; l'album
suivant en 2000 Sailing To Philadelphia; automne 2002 sort le 3ème album The Ragpicker's
Dream, une tournée est mise en place en 2003 et au démarrage de celle -ci Mark eut un très
grave accident de moto et la tournée à du être annulée. Heureusement, Mark s'est remis
totalement de ses blessures et a repris la route en 2005 pour promouvoir son 4ème album
Shangrila, sorti en septembre 2004.Sorti aussi The Best of Dire Straits and Mark Knopfler:
Private Investigations. En automne 2007 Mark sort son nouvel album solo Kill To Get Crimson.
Il reste un côté inconnu de Mark Knopfler, un côté très privé....Au milieu des années 80 Mark
était cité comme « L'Homme le plus calme du rock'n roll ». Il est naturellement timide et très
gêné lorsque ses admirateurs lui disent combien ils ont été touché par ses chansons et
comment sa musique a changée leurs vie. Il est de notoriété publique que Mark a été marié
trois fois. Son deuxième mariage a donné la naissance de ses jumeaux, Benji et Joseph, nés
en 1987, et son troisième mariage avec Kitty Aldrige a été béni avec la naissance de 2 filles –
Isabelle né en 1998 et Katya née en 2003. Après pratiquement trente ans au plus haut
sommets de sa profession, Mark restera, dans son cœur, un homme qui préférera passer le
meilleur de son temps avec sa femme et ses enfants; bref un « Homme de famille ».
Adapted from the Mark Knopfler Authorized Biography - http://www.markknopfler.com/
27
NEWS MUSICALES ET PEOPLE DES CRAPONNAIS D’HONNEUR
par Georges Carrier

Dierks Bentley (Craponne 2008) sortira un album Greatest Hits le 6 mai chez Capitol
Nashville. Le cd comprendr 10 hits et deux nouvelles chansons. Dierks Bentley a
demandé à ses fans de voter sur son site internet pour les meilleurs titres enregistrés en
public. Les chansons choisies figureront sur l’album.

Sortie d’un nouveau livre en avril : Gary Hartman traite de toute l’histoire de la Country
Music dans The History of Texas Music (Texas A&M University Press),qui sortira en avril.
Fondateur directeur du Centre de la Musique Texane à l’ Université de San Marcos et
collaborateur du Festival Country Rendez-Vous en France, Gary Hartman dresse dans cet
ouvrage le portrait d’une grande variété de styles incluant rock, blues, jazz, gospel et
musique des Indiens d’Amérique.

Visitez ROGERCREAGER.COM ! Roger Creager (Craponne 2007) a complètement relooké
son site Internet. Allez y faire un tour !

POUR MARLEIGH … Cross Canadian Ragweed (Craponne 2004) va donner un concert
pour Marleigh McClure (fille Mike McClure) le dimanche 2 mars au Wormy Dog Saloon à
Oklahoma City, OK! Marleigh a été opéré d’une tumeur l’an dernier et ses parents doivent
faire face à des frais pharmaceutiques énormes. Tous les bénéfices du concert iront à la
famille McLure.

Au programme Cross Canadian Ragweed, Stoney LaRue et les Arsenals, Randy Rogers,
Jason Boland, Red Dirt Rangers, Scott Evans, Tom Skinner.

NOUVEL ALBUM EN PRÉPARATION : Jason Boland & the Stragglers (Craponne 2005)
sont en studio! Le CD s’appelera Comal County Blue et sera produit par Lloyd Maines. Il
comprenbdra 13 pistes et devrait sortir en mai.
LES NEWS DU SALON par Jacques « Rockin’Boy » Dufour

Keith écolo. Tous les véhicules de tournée de Keith Urban fonctionnent au bio-diesel.

Paul Brandt, Aaron Lines, Deric Ruttan, Gil Grand, George Canyon, Chris Cummings,
Michelle Wright et les Wilkinsons : tous ces artistes Canadiens étaient sur des “majors”
dans les années 90. Oubliés par Nashville ils sont rentrés au pays où ils figurent tous
actuellement dans le Top 50 country national.

Allez Ginette ! On reste au Canada pour vous parler de Ginette Genereux qui assure les
premières parties de Carolyn Dawn Johnson en tournée. Ce nouvel espoir originaire de
Colombie Britannique chante en anglais, français et espagnol. Un mini CD 5 titres vient
d’être édité avec une reprise d’ « Hotel California ».

Tournée Européenne en juin/juillet pour Dolly Parton qui se rendra au Royaume Uni, Pays
Bas, Suède, Danemark et Norvège. La France et la Belgique ne sont pas à l’ordre du jour…
28

Lee Brice vient de sortir son premier album chez Asylum/Curb avec un single dans le Top
40. Lee est co-auteur du dernier n°1 de Garth Brooks « More than a memory ». Il confie que
son inspiration pour écrire des chansons lui vient de son ex-petite amie… depuis sept ans !

Daron Norwood, un ancien habitué des charts du début des 90’s, visite les lycées et facs
des USA pour parler des dangers de l’alcool (qui ruina sa carrière !) et de la drogue.
Parallèlement il revient du Soudan où il a réalisé un film, « With open eyes », sur les
conséquences de 20 ans de guerre au Darfour. Sortie du documentaire au printemps.

A l’heure actuelle, Paulette Carlson, égérie du groupe Highway 101, vit dans le Montana
avec ses enfants.

Danni Leigh, vue en mars près de Lyon, était à l’affiche du festival Néerlandais « Western
Experience » en janvier avec les Alsaciens de Texas Side Step.

« Country Fest » est un festival organisé en Irlande à la gloire des stars de la country des
50’s, 60’s et 70’s. George Jones en sera la tête d’affiche. Seront présents Gene Watson,
Stonewall Jackson, Billy Joe Shaver et Vernon Oxford. La génération années 80 sera
représentée par Ricky Skaggs et Nancy Griffith. A noter la réaparition de Clinton Gregory
(dernier succès en 1995) qui sera le jeunot du lot avec ses 42 ans ! New country exclue.
www.jwpromos.com

On aime les légendes en Irlande car Billie Jo Spears, Jeannie Seely et Lynn Anderson y
effectuent une tournée au printemps.

Le célèbre festival Nippon « Country Gold » à Kumamoto au Japon en octobre réunira
Dierks Bentley, Danielle Peck et Whiskey Falls.

« Long road out of Eden » des Eagles atteint les 3 millions d’unités et s’est hissé en tête
des ventes au Royaume Uni ainsi qu’en Australie, Norvège, Pays Bas, Grèce et même en
Indes, à Singapour et en Thailande !

Bonne note. Toby Keith a rejoint son ami Willie Nelson dans sa lutte contre l’abattage des
chevaux. Il faut dire que Toby en possède plusieurs dans son ranch de l’Oklahoma.

Randy Owen, chanteur soliste du groupe Alabama sortira son premier album cet été produit
par John Rich.

No joke. Le 1er avril est sorti un coffret de 100 chansons pour célèbrer les 75 printemps de
Willie Nelson.

Déjà signés pour les 20 ans de la « Country Night de Gstaad » Ricky Skaggs (retour) et
Clint Black (une première).
29
MADE IN France : L’actualité locale de la country
par Jacques « Rockin’Boy » Dufour
Cette rubrique est celle de l’actualité de la scène country francophone (F – B – Lux et CH).
Merci de nous adresser vos infos à [email protected]

Notre magazine s’associe à la douleur des membres du groupe
Marseillais Country Postal qui viennent de perdre dans un
accident leur guitariste Francis Perrin. Francis "Frank" Perrin:
guitariste acoustique, électrique et bassiste; spécialiste des
sessions en studio. Il a longtemps accompagné le bluesman
américain Adrian Burns lors de ses tournées européennes. Il
s'est aussi produit entre autres avec Ange Amadéi, Roger
Morand Cajun Band et Vicky Layne.

Le groupe Normand Greenbow’s Shadow recherche d’urgence une chanteuse tendance
new-country (arrêt de l’actuelle pour raison de santé). Les départements de la Seine
Maritime (76), du Calvados (14) et de l’Eure (27) sont concernés. Répertoire : Danni Leigh,
Dixie Chicks, Gretchen Wilson, Alison Krauss, Emmylou Harris…). Contact : Hervé Le Moal
02 35 51 61 50 ou 06 81 91 44 80 et [email protected]

Notre correspondant Alan Nash est rentré du Texas où il était parti en février enregistrer les
bandes de son futur album. Il nous racontera son séjour dans un prochain numéro du CWB
avec bien sûr quelques anecdotes dont un duo sur scène avec Dale Watson. Sortie du CD
prévue vers avril/mai. Ont contribué : Bobby Flores, Rickie Davis, Tommy Detamore, Miss
Leslie et le pianiste de George Strait…

Encore un groupe en Lorraine, déjà bien pourvue ! Les anciens musiciens de Chris Michael
(perdu de vue ?) ont formé le groupe Les Yankees. Le répertoire est new-country tendance
country-rock : Brad Paisley, Keith Urban, Alan Jackson, Dwight Yoakam, Clint Black, Toby
Keith, Garth Brooks… Projet d’album pour cette année. On retrouve Pat Collin au chant
lead, Nat Briegel à la guitare solo, Julien Mougel à la basse, Eric Diard à la batterie, sans
oublier bien sûr Clémence Ricocho au fiddle. www.myspace.com/yankeescountry

En région Parisienne 4 musiciens forment les Lone
Rangers. Ils sont plutôt axé sur le rock n’ roll classique
mais aussi sur la country avec notamment « Jambalaya »
ou encore « Acky breaky heart » au programme. Leur
deuxième album est en préparation. Le groupe se
compose d’Alex Mazzoleni (guitare), Romain Decoret
(basse), Romain Petite (piano) et Bernard Bayoux
(batterie). RD au 06 76 12 27 12

La chanteuse Matis et le chanteur Dan Dickson
s’associent pour présenter un spectacle complet de
musiques Américaines : country, folk, gospel, cajun,
bluegrass, rockabilly, western swing, rock n’ roll et blues !
Le rocker Jack Bon est de la partie et les artistes seront
accompagnés par les Honky Tonk Men avec l’appui
d’une choriste. Infos : [email protected] ou Gilles
Carducci 06 23 11 81 59
30

Le prochain album de Liane Edwards sera enregistré live les
4, 5 et 6 juin à l’Ilo Café de St Genis l’Argentière (Rhône 69).
Réservez vos places au 04 74 72 26 12

Alain Canovas, chanteur des Rockie Mountains, est le (tès)
heureux papa d’une petite Léna née le 17 mars. Félicitations
d’usage aux parents…

Pierre Lorry s’est produit pendant deux mois en Afrique en
solo avec un répertoire très « roots » en country et gospel :
Jambalaya, Country roads, Dixie, Stand by your man…

Pour les organisateurs d’évènements country qui veulent présenter des artistes originaux
Jean-Claude Paulin propose des pointures Américaines telles que Joni Harms, John Arthur
Martinez, Mike Bella, Eve Selis et beaucoup d’autres. Mission Country : 06 16 16 30 51 et
[email protected]

La chanteuse Alsacienne Martynn West est la marraine de l’Association d’Aide au
Financement d’Appareils Soignant le Cancer (AAFASC). Son dernier single s’intitule
« Danser avec les indiens ».

Suite aux sites fournis dans le Bulletin précédent vous pouvez rajouter
http//countrydancesudouest.free.fr/ et http//countrygrandouest.com/ Nous vous remercions
de nous faire part du reste de vos découvertes, régionales ou autres, qui présentent de
l’intérêt pour les amateurs de musique country. Par exemple www.mrjay.biz qui est le site du
guitariste du groupe Hat Trick, Mr Jay, qui vous dit tout sur la guitare country.

Notre ami Gilles Martin fêtera le 15 avril les 20
ans de son émission « Country & C° » sur Radio
Aria 99.6 à Longwy en Lorraine (54). 19h-22h avec
de nombreuses interventions de confrères. Happy
birthday ! [email protected]

Les Freightliners sortent un nouveau CD 5 titres
et présentent leur nouveau site : www.freightliner.fr
ainsi que www.ranchpowgrayon.fr
INFO …
Vous êtes artiste de country music ?
Vous souhaitez vous faire connaître ?
Référencez-vous gratuitement sur :
http://www.pmcf.fr
31
L’AGENDA par Jacques « Rockin’Boy » Dufour





























AMARILLO-17/05 Strasbourg Neuhof (67).
BIG ROCK-19/04 Courtelary (CH), 10/05 Garéoult (83), 31/05 Salaise sur Sane (38),.
BLUE LINE-05/04 Franchevelle (70), 18/05 Spechbach le Bas (68).
BLUE MOUNTAIN-26/04 « Le Cellier » Jambalaya Country Oudon (44).
BOURBON RIDERS-12/04 Vivonne (86), 26-27/04 Monistrol sur Loire (42), 11/05 Neuvy
(03), 17/05 Abrest (03), 25/05 Beaulon (03).
CACTUS PICKERS-12/04 Cercy la Tour (58), 30/05 « L’Athanor » Montluçon (03).
CANYON-04/04 « La Tocade » Os Marsillon, 12/04 Bordes, 19/04 « Au Pied du Cochonet »
Pau, 17/05 « Au Feu de Bois » Amou, 24/05 Bruge, 31/05 Lannemezan.
CATTLE CALL-05/04 Montreuil Av V.Hugo, 19/04 “Le Picolo” St Ouen , 04/05 “Le Clos
Bourbon” Villeneuve le Comte, 24/05 “Troll Café” Paris (75) rue de Cotte.
CHAIN GANG-17-18/05 Congy (51)
CHARLIE WEST-05/04 La Queue lez Yvelines (78), 12/04 Premery (58), 15/04 Neuilly
Plaisance (93), 26/04 Aubigny sur Nere (18), 10/05 Evreux (27), 31/05 Le Mesnil en Thelle
(60).
CHATTAHOOCHEE-23-24/05 « American Journeys » Cambrai (59).
DEEP THUNDERS- 17/05 « Domaine de l’Espérance » Rexpoede West Cappel (59)
DESTINATION-11/05 « Fête du Bœuf » Amneville (57).
FREE WEST-05/04 « Parc des Expos » Orleans (45), 19/04 Carnac (56).
GLWADYS ANN-05/04 Sartilly, 12 au 19/04 Lloret de Mar (ESP), 26/04 Deauville (14),
10/05 Caen (14).
HAT TRICK-12/04 St Marcel (71), 11/05 Malaucène (84), 16/05 « South Country Hyères
Festival », 17/05 Bourgoin Jallieux (38), 31/05 La Chaize le Vicomte (85).
HIBISCUS-23/05 “Havana Café” Ramonville Ste Agne (31).
HILLBILLY ROCKERS-20/04 Doussard (74), 30/04 Chavanod + Joni Harms (74), 03/05 St
Appolinaire (21), 04/05 Cézérieu en Bugey (01), 10/05 “The Renegade” Torino (IT), 24/05 St
Martin d’Hères + Slow Horses (38).
HILLBOYS & GIRLS-05/04 “Gibson’s Hall” Berre (13), 10/04 Marseille (en duo), 26/04
Cagnes sur Mer (06), 11/05 Lioux (84).
JAY RYAN-19/04 Déols (36).
LIANE EDWARDS-19/04 St Rémy de Blot (63), 25-26/04 « Le Country » Ludres (54), 01/05
“O’Flaherty” Nîmes, 02/05 Rignac à confirmer (12), 03/05 Launac (31), 10/05 “Chez
Paulette” Pagny (54), 11/05 « Domaine Monin » Vongnes (01), 17/05 St Agrève (07), 23/05
« Le Soubock » Caen (14), 24/05 Conty (80), 30/05 « Le Zinc Bleu » Beauvais (80), 31/05
Les Vieilles Branches (87).
LILLY WEST-05/04 « L’Armstrong » Attignat (01), 03/05 St Just en Bas (42), 08/05
“Mountain Horses Ranch” Jullianges (43), 17/05 Benais (37).
MC.M COUNTRY BAND-12/04 Fameck (57).
MARIOTTI BROTHERS-05/04 Bretagne (?), 12/04 Roquebrune sur Argens, 19/04
Auberives (38), 26/04 Vif (38), 01/05 Chateaurenard (13), 30/05 Marignac Genève (CH).
MARY & C°-04/04 « Le Prisca » Villeurbanne (69), 13/05 « La Coda » Prissé (71), 16/05
Télévision TLM à Lyon.
MARY LOU-17/04 au 01/05 tournée aux USA Floride, Caroline du Sud.
MATTHIEU BORE-4-5-6/04 « Le Mercure » Toulouse (31), 16/04 « Melody Blues » de
Paris.
MIDWAY STATION-03/05 Bompas (66).
MILWAUKEE-04/04 « Le Penn ar Bed » Plovan (29), 12/04 Mohon (56), 19/04 Cozes (17),
26/04 Naizin (56), 10/05 “La Vache à Lait” Urville Nacqueville (50), 11/05 Vouhé (79), 17/05
« Couleur Café » Plaine Haute (22), 24/05 Pont de Buis (29), 31/05 « Coat Kaer »
Quimperlé (29).
32



























NASHVILLE CATS-12/04 « Mac Coy Saloon »
NASHVILLE AIRPLANE-08 et 22/04 « Le Patrick’s » Paris 11è.
NASLY-04/04 « Le Ranch » Nantes (44).
PARTNERS-05/04 Ozoir la Ferrière (77), 01/05 Sevran (93), 10/05 Avrainvill (91), 23/05 « El
Rancho » Villabé (91), 24-25/05 « American Journeys » Cambrai (59).
PHENIX COUNTRY BAND-03/05 Boulieu lez Annonay (07), 16-17/05 « La Scène du Golf »
St Etienne (42), 24-25/05 Jarnage (23), 30/05 Châtillon sur Chalaronne (01), 31/05 Reims
(51), 01/06 Vonnas (01).
PIERRE LORRY SOLO-25/04 « Speed and Cool » Dagneux (01).
RANGE HEROES-04/04 “Soubock” Cauville (14), 06/04 Villefontaine (38), 12/04 St
Geneviève des Bois présentation du CD (91), 26/04 Jullouville (50), 04/05 « May Fest »
Pontivy (56), 17/05 St Sébastien sur Loire (44), 23/05 St Maixent l’Ecole (79), 31/05 St
Aignan (41).
REBELS-25-26/04 « Le Country » Ludres (54), 03/05 La Tour de Salvagny (69), 04/05 St
André les Verger (10), 10/05 Sarreguemines (57), 31/05 Salaise sur Sanne (38).
RICK CAVAN-18/04 Dourges (62), 27/04 Ledinghem + Earl & The Overtones, 03/05
Chievres (B).
ROCKIE MOUNTAINS-19/04 Grigny (69), 17/05 Brindas (69).
ROCKINCHER-11/04 La Salvetat St Gilles, 12/04 “Fête du Cheval” Monclar de Quercy (82),
10/05 Montpon Ménestérol (24), 11/05 Cazilhac (11), 18/05 Limoux (11), 24/05 Maureillas
(66), 31/05 Cugnaux, 01/06 Canéjan (33).
ROOTS 66-14/04 « Hotel Allety » Vichy (03), 18/04 Chadenet.
ROUTE 95-03/04 Argenteuil, 12/04 Hornoy le Bourg.
RUSTY LEGS-05/04 Pamiers (09), 9/04 St Jean de l’Herm (31), 25/04 Baraqueville (12),
03/05 Rivières (81), 10-11/05 Cazilhac (11), 17/05 Marcennais (33), 31/05 Cugnaux (31).
SHOWBUS BAND-26/04 « Bourse du Travail » La Seyne sur Mer (83).
STATION-05/04 Nancy, 01/05 Chalons en Champagne (51).
THIERRY LECOCQ-23 et 30/05 Jouar (77).
STEVE & HEATHER-11/04 “Billy Bob’s” avec 9 musiciens.
SUN SESSIONS-24/05 St Cyprien (66).
TAHIANA-19/04 Ambohimahitsy à Madagascar.
TENNESSEE STUD-05/04 Bernin (38).
TEXAS SIDE STEP-05/04 Samer, 03 et 04/05 Rennes + Tony Lewis (35), 10/05 Donges,
17/05 Gravelines, 23/05 Bollène, 24/05 St Sever.
TRUCK STOP RULES-19/04 “Country Club” Sète (34), 03/05 “Mac Coy Saloon”, 16 et
17/05 “Le Country” Villard de Lans (38), 31/05 Fismes.
WESTERN WINGS-17/05 Violay, 31/05 St Symphorien sur Coise (69)
WESTHILLBILLIES-26/04 Kervignac (56)
WOMEN FOLK-05/04 “Auberge” Thoiry (01), 16/05 St Michel sur Savasse (26).
YANKEES-4 et 5/04 “Le Country” Ludres (54), 17/05 « Country Harley Show » Marmande.
Divers :






BASKERY (SW) le 26/04 à Heyrieux (69)
RODNEY HAYDEN (USA) 17/05 « Billy Bob’s »
SLOW HORSES (D) St Martin d’Hères (38)
WILD WEST LADIES Comédie musicale de MC Maillet sur des chansons de Linda
Ronstadt et Johnny Cash 09/05 au « Bocapole » de Bressuires (87).
DI MAGGIO CONNECTION 23/05 « Casino » d’Hauteville Lompnes (01).
GOOD ROCKIN’ TONIGHT 6 26/04 Attignat (01) avec Ray Campi (USA), Rayburn Anthony
(USA), Rockin’8 Balls (FIN), Mississippi Queen (CRO), the Revolutionaires (SCOT).
33






L’OUEST AMERICAIN Garéoult (83) 10 et 11/05 avec “Cie Western Show”, “Hanta’Yo”, US
cars & bikes, danse, stands, gratuity la journée + Sdi Big Rock et dche les Country Breakers
www.les-legendes.com
FESTIVAL MONTPON MENESTEROL II (24) 10 et 11/05 avec Adrian Simmond’s,
Rockincher et Hibiscus. Bal, initiations, jeux… Rens les Crazy Shoes Country Dancers.
AMERICAN JOURNEYS VIII 23 et 25/05 Cambrai (59) avec Carlton Moody (USA),
Dreamliners, Chattahoochee, Partners, Tracy Caine (USA), Moonshine Playboys (B), Mary
Ann Scot (B), Arnold Baker & Tuxedos. Danse, voitures US & Harleys, animations, écrans
géants, stands… www.american-journeys.com
Le Mesnil en Thelle (60) 31/05 avec the Gang et Charlie West.
THE RENEGADE COUNTRYROCK FESTIVAL Frazione la Rotta, Torino (IT) du 02 au
31/05 avec Fiorella Mondo (IT), Hillbilly Rockers, Texas Renegade (NL), Rodeo Girls, Dan
Galli & Driftin’Boys. www.countryrockitalia.com
FORT RAINBOW 5ème festival western à Cestas (33) 23 au 25/05. Spectacles équestres,
danse, camions décorés, westerners et indianistes… Programmation musicale non
parvenue au Bulletin. [email protected] 06 80 03 31 27
Vos infos avant le 20 mai à [email protected]
http://lcdb.bluesfr.net/
Steel Guitar France
Un site Français consacré a la guitare qui chante.
Voici un instrument que vous avez souvent entendu, sans vraiment savoir a quoi ça
ressemble ??? Une guitare qui se joue a plat, sur les genoux ou bien le modele evolué, la
Pedal Steel, qui comprend 1 ou 2 manches & qui ressemble a une machine a tricoter !
A savoir et à retenir :
•
•
•
•
•
•
•
•
Steelday" à Charlieu les 19 et 20 avril 2008 : http://steelguitarfrance.forumactif.com/dates-concertsevenements-f3/steelday-a-charlieu-les-19-et-20-avril-2008-t1070.htm
International Steel Guitar Festival Chanos Drome le 19/21 Sept 2008 : http://www.chanos-isgf.org/
Steel Day en Ariége le 19 Aout 2007 : http://steelguitarfrance.forumactif.com/Dates-ConcertsEvenements-f3/-p5829.htm#5829
Steel Guitar France s'agrandit : http://pedalsteelguitarfrance.com
Visitez le FORUM SGF : http://steelguitarfrance.forumactif.com/
Le Trombinoscope : http://monsite.wanadoo.fr/willpickit/
http://steelguitarfrance.forumactif.com/trombino-biblio-f12/le-trombinoscope-t3.htm
LaBoutique SGF : http://monsite.wanadoo.fr/sgf
Ecoutez SteelRadio 24/7 : http://steelradio.com
34
RADIOS COUNTRY SUR LE NET
par Jacques « Rockin’Boy » Dufour et Gilles Bataille
Une réactualisation des émissions country que nous pouvons écouter sur internet s’avérait
nécessaire pour y voir plus clair. Aidez-nous à corriger et à compléter ce tableau, que vous
soyez DJ’s ou auditeurs. Merci. Mail : [email protected]
Tous les
Jours
Radio Country Club
24h00 / 24h00
Big Cactus Country
24h00 / 24h00
10h30 - 11h30 et
Country Music
15h30 - 16h00
Jean-Yves
Johnny D
www.radiocountryclub.com
www.bigcactuscountry.com/
Max
www.rvmfm.net/
Lundi
13h30 – 14h30
17h30
19h30 - 22h00
20h00 - 21h30
20h00 - 23h00
20h00 – 21h00
21h00 - 22h00
22h00 - 00h00
Mardi
13h30 – 14h30
17h30 - 18h30
19h00 - 20h00
Mercredi
Country Music
Kanga routes
Country club
W country
Pure Country
Boss & Slide
Planète country
Country Music
On the Road Country
Music
Coun’trip
13h30 – 14h30
18h00 - 20h00
19h00 - 21h00
Country Music
Sur la route de Nashville
Crossroads
20h00 – 21h00
Honkytonk Radio
20h00 - 22h30
Country souvenir
Jeudi
13h30 – 14h30
18h00 - 20h00
20h30 - 22h00
21h00
21h00 - 22h00
Rolland
Michel
Jean-Michel
Mickael
Helen
Jean-Pierre
www.radiocraponne.com/
www.rcf.fr (Rouen)
www.virefm.com
www.radioplus.fr
www.bergerac95.fr
www.gapeaufm.com/
www.collinesfm.net
www.country.fr.tc
www.radiocraponne.com/
Philippe
http://www.aligrefm.org/
http://perso.wanadoo.fr/primitive
Christian
Bernard
David et
Jean-Luc
Patrick
www.radiocraponne.com/
www.rpl-radio.com
www.radioarverne.com
www.rvrradio.fr/
www.idfm.fr.fm
Country Music
W country
Jean-Michel
Destination country music Fredéric
FACM Country Show
CM radio magazine
Patrice
www.radiocraponne.com/
www.radioplus.fr
www.plurielfm.org
www.rvrradio.fr/
www.terremarinefm.com
13h30 – 14h30
Country Music
19h00 - 21h00
Country show
Patrice
20h00 - 22h00
21h00 - 22h30
22h00 - 24h00
City of Lights
Rockin’ chair
Country music
Christophe
Dominique
www.radiocraponne.com/
http://countrymusic.free.fr/countryshow
www.beaubfm.com
www.rcf.fr (Rivages)
www.agorafm.fr
Vendredi
35
Samedi
10h00 - 12h00
13h00 - 15h00
17h00
17h00 - 18h00
17h00 - 18h00
18h00 - 19h00
18h00 - 19h00
Country roots
Crossroads (Redif)
Fred’s country
Only country
Country circus
Big boss country
Country Music
Marion
Bernard
Fred
Philippe
Michel
1 sdi sur 2
www.radioarcenciel.com
www.radioarverne.com
www.rcf.fr (Vivarais)
www.rcf.fr (Aude)
www.radio-galaxie.com
www.radioperigueux103.org
www.radiocraponne.com/
Fred
Mathias
Michel
Caroline
www.rcf.fr (Vivarais)
www.keepitcountryfrance.com
www.radiocraponne.com/
www.radio-galaxie.com
www.radio666.com
Frank-D
www.florival-fm.com/
20h00 - 22h00
Fred’s country (Redif)
Keep it country
Country Music
Country circus (Redif)
Country land
CQFM / American’s Best
Country
Rockin’Boy Saloon
www.lyonpremiere.com
21h00
FACM Country Show
Jacques
Jean-Luc et
David
Dimanche
11h00
16h00 - 17h30
17h30 - 18h30
18h00 - 19h00
19h00 - 20h00
19h00 - 20h00
www.rvrradio.fr/
COUP DE COEUR RADIO HEARTLAND PUBLIC RADIO
http://www.hpr.org/
La radio western, la seule station radio à diffuser gratuitement, 24 h / 24 h des musiques
Western/Cowboy .
Des grands classiques avec entre autres : Gene Autry, Sons of the Pioneers, Tex Ritter and
Patsy Montana, Don Edwards, Chris LeDoux, Michael Martin Murphy, Riders in the Sky et bien
d’autres …
Son animateur, Marvin O’Dell vient de recevoir le prix de « DJ of the Year »
36
ALBERT LEE and THE HOGAN’S HEROES
Vainqueurs d’un Grammy Award en 2002 et encore une fois nommé en 2005, Albert faisait
entre autres parties des noms de renommé mondiale apparaissant au Royal Albert Hall dans le
« Concert pour George », un hommage à George Harrison.
Cinq fois désigné par le « Guitar Player Magazine » "Meilleur joueur de guitare country",
Albert a été à plusieurs reprises membre des Thunderbirds de Chris Farlowe, de Country
Fever, de Head Hands and Feet, Emmylou Harris Hotband, The Crickets, et a joué de
nombreuses années avec The Everly Brothers ou encore avec Eric Clapton. Quand il n'est pas
sur la route avec « The Heroes » il exerce en tant que membre de Bill Wyman's Rhythm Kings.
Albert pose sa signature country sur beaucoup d'autres chansons.
Le groupe d’Albert Lee « The Hogan's Heroes » comprend certains des plus connus et les plus
respectés musiciens de la country et du rock’n’roll en Grande-Bretagne. En l'absence d'Albert,
ils étaient bien représentés à la "Rock Island Line" hommage à Lonnie Donegan concert à
l'Albert Hall de Londres en 2004, où ils ont été rejoints sur scène par Bruce Welch des
Shadows.
La composition du groupe est la suivante :
Gerry Hogan, fondateur de Country Fever, et membre du groupe de Rock'n'Roll des années 80
Matchbox, et est la raison même pour le nom de Hogan's Heroes (!). Il est universellement
reconnu comme le doyen des joueurs de pédale steel.
Brian Hodgson (basse / chant) a fait des tournées avec Billy Fury, Marty Wilde, et bien d'autres.
Dans les années 70, il a travaillé avec George Harrison, Eric Idle, Neil Innes et Fatso sur la
célèbre série de la BBC «Rutland Weekend Television, la première apparition de" The Rutles ".
Peter Baron (batterie / chant), un pilier de la scène anglo-saxonne, était dans la bande Elkie
Brooks, à la fin des années soixante-dix, suivie d'une bande américaine – Night – qui présentait
Chris Thompson, Robbie McIntosh et la fin Nicky Hopkins. Il s'ensuivit un sortilège avec la
bande rock anglais classique « Renaissance », avec lequel il a enregistré deux albums et une
tournée plusieurs fois en Europe et aux Etats-Unis.
Quand et où ils apparaissent sur scène, le pedigree de l'ensemble du groupe et leur mélange
rare de talent garantit un magique traité de la musique intemporelle et puissante.
http://www.myspace.com/albertleemusic ou http://www.albertleeandhogansheroes.com/
En concert le 6 avril prochain « Chez Paulette » à Pagney derrière
Barine (54)
Pour tout renseignement, contactez Sabrina : 03.83.55.32.83 - [email protected]
FIN – RENDEZ-VOUS DEBUT JUIN POUR LE NUMERO 49

Documents pareils