Lady Barbara Judge sur l`impact de Fukushima sur les programmes

Commentaires

Transcription

Lady Barbara Judge sur l`impact de Fukushima sur les programmes
 PAROLE D’EXPERTS | Juin 2011 Question à Lady Barbara Judge sur l’impact de Fukushima sur les programmes nucléaires Lady Barbara Judge est une experte reconnue dans les milieux industriels, juridiques et financiers. Elle a occupé les plus hautes fonctions dans des entreprises du secteur de l’énergie et a été Présidente de l’Agence britannique pour l’Energie Atomique (UK AEA) pendant six ans. Depuis février 2010, Lady Judge siège au Comité international pour le développement de l’énergie nucléaire dans les Émirats Arabes Unis. Quel sera l’impact de Fukushima sur les programmes de construction de nouvelles centrales nucléaires ? Lady B.J. : À mon avis, Fukushima aura moins de conséquences que ce que certains ont tendance à penser. Le plus probable, c’est que les pays qui ont déjà décidé de construire des centrales nucléaires (comme la Chine, l’Inde ou la Russie) vont poursuivre leurs projets. Mais c’est vrai aussi que Fukushima pourrait pousser des pays hésitants à renoncer, comme vient par exemple de l’annoncer l’Allemagne. En Grande Bretagne et aux Etats Unis l’accent sera mis sur le perfectionnement des mécanismes et des procédés de sureté, ce qui augmentera vraisemblablement le coût des projets, mais je pense que les programmes seront poursuivis. Nous allons apprendre beaucoup de Fukushima et le renforcement de la sûreté permettra de progresser — comme cela a été le cas dans l’industrie pétrolière à propos de l’intégrité des puits, après l’accident dans le golfe du Mexique. Quelles conséquences pour les programmes de prolongation de durée d’exploitation des installations existantes ? Lady B.J. : De toute évidence, les procédures de sûreté vont être renforcées et nous avons déjà vu que l’Union Européenne voulait que des tests de résistance soient entrepris pour l’ensemble des centrales nucléaires existantes. Les exploitants devront effectuer des analyses de risques beaucoup plus approfondies et apporter de nouvelles améliorations à la sécurité s’ils veulent obtenir une extension de durée d’exploitation de leurs ouvrages, dans le nucléaire comme d’ailleurs dans tout autre secteur. 1 Quels enseignements faut-­‐ il tirer de Fukushima ? Lady B.J. : Pour qu’il y ait de réelles avancées, les exploitants de centrales nucléaires doivent faire appel à des spécialistes indépendants de la gestion des risques. Il faut que des analyses objectives et approfondies soient réalisées pour chacune des centrales, afin d’établir, mettre en œuvre et contrôler un programme de remise à niveau. Ces analyses des risques doivent prendre en considération les impacts fonctionnels du vieillissement sur la durée d’exploitation restante. À l’échelle mondiale, nous sommes tous concernés par le changement climatique. Des objectifs élevés ont été annoncés pour les rejets de carbone, mais ils seront impossibles à atteindre si l’énergie nucléaire ne fait pas partie du mix énergétique. Beaucoup de gens s’accordent à dire que les énergies renouvelables ne peuvent pas répondre à tous les besoins. Les pays qui ont décidé d’arrêter le nucléaire seront contraints de faire ce vers quoi l’Allemagne se dirige : augmenter les émissions de carbone en brûlant plus de charbon. Pour moi, le secteur nucléaire était un bateau qui suivait le courant à vive allure. Fukushima a agi comme une ancre jetée par-­‐dessus bord. Le bateau va continuer à progresser, mais des décisions pourraient être retardées et ralentir sa course. 2 

Documents pareils