revue européenne du droit social - revueeuropeenne-du

Commentaires

Transcription

revue européenne du droit social - revueeuropeenne-du
Revista europeană de drept social
REVUE EUROPÉENNE
DU
DROIT SOCIAL
1
Revue europénnee du droit social
Maison d’édition Bibliotheca
• Atestée par le Ministère de la Culture et des Cultes
avec l’avis no. 4363 / 27.05.1997
• Acreditée par le Conseil National de la Recherche
Scientifique (CNCS), 2011-2014
• Membre de l’Association des Editeurs de Roumanie –
AER (Romanian Publishers Association – RPA)
N. Radian, KB 2/3, Târgovişte, 130062
tel/fax: 0245.212241
e-mail: [email protected]
www.bibliotheca.ro
2
Revista europeană de drept social
REVUE EUROPÉENNE
DU
DROIT SOCIAL
Volume XXX • ISSUE 1 • Year 2016
Édition Bibliotheca
Târgovişte, 2016
3
Revue europénnee du droit social
La Revue est reconnuée par le
Conseil National de la Recherche Scientifique (CNCS)
categorie B+ avec avis no. 828/2007
en évidence BDI Copernicus, CEEOL, EBSCO Publishing
et DESY Publication Database
Comite scientifique/ Scientific Board:
Antonio BAYLOS, Professeur, Université de Castilla La Mancha, Espagne;
Gabriela Mendizábal BERMÚDEZ, Professeure, l’Université Autonome d’État
Morelos au Mexique; Sophie BOUTILLIER, Maître des conférences, 'Université du
Littoral-Côte d'Opale, France; Martha Elisa Monsalve CUÉLLAR, Professeure,
l’Université La Gran Columbia, Columbia; Carmen DI CARLUCCIO, Charge de
cours, Universita Seconda di Napoli, Italia; Rafael Junquera de ESTÉFANI,
Professeur, UNED Madrid, Espagne; Cristina MANGARELLI, Professeure,
l’Université de la Repúbliaue, Montevideo, Uruguay; Ana R. Martín MINGUIJÓN,
Professeure, UNED Madrid, Espagne; Raul Vergara MIRELES, Professeur,
Université Autonome d’État Morelos, Mexic; Ángel Guillermo Ruiz MORENO,
Professeur, Universidad de Guadalajara, México; Maria ORLOV, Maitre de
conférences: Université d’Etat „Alecu Russo” Balti, République de Moldova; José
Alvarez PESTANA, Professeur, UNED Madrid, Espagne; Ahmed SMAHI, Maître
des conférences, Université de Tlemcen, Algérie; Edvana TIRI, Charge de cours,
Professional Business Academy, Tirana, Albania; Kamil TUGEN, Professeur,
Université du „Dokuz Eylul” Izmir, Turquie; Alexandru TICLEA, Professeur,
Université Ecologique Bucarest Roumanie; Dimitri UZUNIDIS, Professeur,
Université du Littoral-Côte d'Opale, France; Vlad BARBU, Professeur, Académie
de Police „Alexandru Ioan Cuza” Bucarest, Roumanie.
Comite de rédaction/Editorial Board:
Rédacteur en chef / Editor responsible:
Executive Editor:
Rédacteur en chef adjoint / Editor assistant:
Secrétaire de rédaction / Editorial Secretary:
Dan Ţop, PhD
Marc S. Richeveaux, PhD
Radu Răzvan Popescu, PhD
Pedro Fernandez Santiago, PhD
130051, Târgovişte, Aleea Trandafirilor, bl. 10, ap. 46
Judeţul Dâmboviţa, Roumanie, Tel. 0722.723340
www.RevueEuropéenne_du_DroitSocial.ro
ISSN 2393 – 073X
ISSN–L 1843 – 679X
[email protected]
4
Revista europeană de drept social
SOMMAIRE
THEORETICAL CONSIDERATIONS RELATING TO LAW NO. 219/2015
ON SOCIAL ECONOMY IN ROMANIA (Dan Ţop) / 7
UNA VISION DE LA 104ª CONFERENCIA INTERNACIONAL
DEL TRABAJO (Martha Elisa Monsalve Cuellar) / 14
LE COMPTE PERSONNEL DE PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ
D’UNE LOGIQUE DE PREVENTION À UNE LOGIQUE
DE COMPENSATION RELATIVE (II) (Marc Richevaux) / 24
LES NOUVELLES APPROCHES DE SOUTENABILITÉ
DE LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE (Samia Omrane Belguith) / 51
COSTUMER‘S COSTUMERS RELATIONSHIP: B2B RELATION
BETWEEN PHILIPS LIGHTENING COMPANY AND ENVIROCONCEPT
IN FRANCE (Hasim Deari, Semiha Loca, Loris Rio, Bardhyl Ceku) / 74
EVALUATING THE FIRMS TURNOVER CONTRIBUTION
TO THE SECTOR EFFICIENCY GROWTH: DO FIRMS
SELECTION POLICIES MATTER? (Asma Raies) /85
DROIT LINGUISTIQUE ET SOCIAL DANS LE SYSTÈME
ÉDUCATIF EN AFRIQUE: PERCEPTIONS ET PRATIQUES
DÉCLARÉES DES ENSEIGNANTS POUR UNE COHABITATION
NÉCESSAIRE DES LANGUES NATIONALES ET DU FRANÇAIS
A L’ÉCOLE PRIMAIRE AU TOGO (Koffi Ganyo Agbefle) / 105
THE REFORM OF PENSIONS IN SPAIN. OPORTUNITY
OR NECESSITY? (Miryam de la Concepción González Rabanal) / 113
EVOLUTION AND CHALLENGES OF MONETARY STRATEGIES OF CENTRAL
BANKS: THE CASE OF TUNISIA (Hassen Chtourou, Sami Hammami) / 131
5
Revue europénnee du droit social
THE CODIFICATION OF THE LAW OF THE SEA (Dorina Patuzi) / 144
LA VALORISATION DU SAVOIR FAIRE LOCAL AU SERVICE DE
L’ÉCONOMIE VERTE DANS LA RÉGION DE HARIZA-CHAAB
CHNINI (SUD-EST TUNISIEN) (Riadh Béchir, Sawsen Béchir) / 152
A COMPARATIVE ANALYSIS OF THE EUROPEAN
MEDIATION (Raffaele Aveta) / 165
LE SYSTÈME BANCAIRE ALGÉRIEN ET LE DÉFICIT
D’INTÉGRATION DES PME (Karim Si Lekhal) / 189
WATER PUBLIC POLICY IN NORTH OF ALGERIA:
TOWARDS AN INTEGRATED WATER RESOURCES
MANAGEMENT (Ahmed Smahi, Amel Hamhami) / 210
MESURE DE L’INSTABILITÉ POLITIQUE DANS LES PAYS
EN DÉVELOPPEMENT: UNE APPROCHE
MULTIDIMENSIONNELLE (Marzougui Mounir) / 225
6
European Journal of Social Law
THEORETICAL CONSIDERATIONS RELATING
TO LAW NO. 219/2015 ON SOCIAL
ECONOMY IN ROMANIA
Dan ŢOP1
Abstract: Unlike the market economy, social economy purpose is not for profit, but to
help improve living conditions and offering new opportunities for disadvantaged or
vulnerable persons being part of. Social Economy is considering a model of social
enterprise, organized in various forms (cooperatives, mutual societies, associations,
foundations) whose mission is to provide a series of measures,, accompaniment to the
employability of vulnerable people 'to ensure these measures accompaniment, businesses
need to collaborate with public social services at the county level and local and county
employment agencies labor. Law no. 219/2015 on social economy provides for the
establishment of new types of legal entities, specifically social enterprises and social
enterprise insertion to ensure participation in economic and social life of the employees from
vulnerable groups such as women, Roma people or children institutionalized. Regulating
social economy will help develop local communities to create jobs and involve the vulnerable
groups in social or economic activities
Keywords: social economy; social enterprise, Employability; disadvantaged persons;
vulnerable groups.
Contemporary social economy is deeply rooted in socio-philosophical
concepts that have emerged in the nineteenth - century, which refer to the ideas of
socialism, liberalism and Christian solidarity.
Thus, Robert Owen, inspired by french utopian socialists by ideas - Claude
Henri de Saint Simon and Charles Fourier, believed that the main aim of all social
actions was to create “a new man”, which would not be directly than through a
total reconstruction of social and economic conditions which formed conscience.
On the concepts of liberalism (and later of neo-liberalism), society as a whole
(and even smaller social groups) does not exist as a separate entity, it is only a
simple gathering of individuals bound by a vast diverse connections and
relationships. Among such institutions, cooperatives and other voluntary
associations have an important role to play. One of the parents of co-operative
movement - Herman Schulze - Delitzsch - founded the first cooperative banks in
Germany.
Christian Solidarity which shared several features with the two doctrines
above, considered that families were the basic units of social structure, the key role
in the social organization played division of labour, and it can be achieved by
1
Professor PhD, Valahia University of Târgoviște, România, [email protected]
7
Revue europénnee du droit social
various "corporations" cooperatives representing one of the forms of such
corporations, their founder Friedrich Wilhelm Raiffeisen being who created the
first savings and credit cooperatives implanted mainly in the poorest rural areas.
These three concepts are present in contemporary European cooperative
movement. In some countries (Italy, for example), are found national cooperative
organizations in which the three philosophies coexist.
In search of a number of analysts founding fathers2 were off the work of
K.Polanyi, a leading economist who has published în1944 his basic work,, The
Great Transformation ".
The term of social economy appeared3 in the economics literature, probably
for the first time in 1830, with the publication by French liberal economist Charles
Dunoyer a Treaty on social economy that advocated a moral approach to
economics.
Social economy (called "solidarity economy" or "third sector),, developed
from the need to find new, innovative solutions to social problems, economic and
environmental needs of communities and community members who are ignored or
insufficiently covered by public or private sector. "4
Although there are differences from country to country, everywhere in the
European Union there are comparable entities having the same characteristics, even
if they are not described as part of "social economy" and are not legally regulated
in all Member States. The term of solidarity economy (which appeared in 1980 in a
particular social and political context that emphasizes employability and strengthen
social ties) has imposed especially in Francophone5 and made a number of
corrections to the term of social economy.
Romania,, has a long tradition in the social economy. The first entity ES
(Phalanstery from Scăieni), the first national structures representing interests ES
and the first regulations of the manifestations of the social economy dates back to
the second half of the nineteenth century. "6
In the first period of the development of social economy,, civic activities were
minimal, donations to the Ortodox Church have been the main feature of
philanthropic behavior, and first regulating rights and fundamental freedom for
civil society development was done in 1866. The first Constitution of Romania
after World War I and the creation of Greater Romania has accelerated legislative
framework and on February 6, 1924, Law 21, known as Mârzescu law, the law that
created the legal framework for applying the principle of association mentioned in
2
Netedu Adrian, From social economy to solidarity economy. Approaches and specific differences in
Magazine of Social Economy, nr. 3/2013, Hamangiu Publishing, Bucharest, 2013, p. 5
3
Report prepared for the European Economic and Social Committee, 2007 cited Sorin Cace –
coordinator Social Economy in Europe, Expert Publishing House, Bucharest, 2010, p. 16
4
www.ies.org.ro
5
Netedu Adrian, From social economy to solidarity economy. Approaches and specific differences in
the Journal of Social Economy, nr. 3/2013, Hamangiu Publishing, Bucharest, 2013, p. 11
6
Simona Maria Stănescu, Ileana Mirela Nemțanu, Why is it simply as a law of social economy to wait?,
the Journal of Social Economics, no. 1/2015, Hamangiu Publishing, Bucharest, 2015, p. 22
8
European Journal of Social Law
the Constitutions of 1866 and 1923 so the number of associations and foundations
has increased significantly in the interwar period. The social economy has revived
and significant development after the revolution of 1989, because after 1990,
foundations and voluntary associations could be created without government
permission."7
Social Economy considered a continuation of employment policy, employing
all those who are discouraged and have given up the chassis still can look for a job.
It creates jobs for people with disabilities, those excluded and socially
marginalized, those who do not have a home, those who have no training, single
parents, Roms are stigmatized and fail to find a place work, young graduates... do
not encourage or stimulate its development, because from a legal standpoint there
is no law to regulate all social economy entities8.
In Romania it was adopted in this respect Law no. 219/2015 on the social
economy, which is to regulate social economy, establishing measures to promote
and support the social economy9.
According to the law (article 2), the social economy is defined as all activities
organized,,independent public sector, whose purpose is to serve the general
interest, the interests of a corporate and / or personal non interests, by increasing
the employability of people belonging to the vulnerable group and / or production
and supply of goods, services and / or works ".
The social economy is based (article 4) on the following principles:
a) priority to individual and social objectives to increase profits;
b) solidarity and collective responsibility;
c) the convergence of interests associated members and the general interest
and / or a corporate interests;
d) democratic control of the members exercised over the activities;
e) voluntary and free of association in the specific forms to the social
economy;
f) legally distinct, autonomous management and independence from public
authorities;
g) allocate most of the profit / financial surplus for the achievement of general
interest or in the interest of a corporate personal non members.
The social economy contributes, provides art. 5, local community
development, creating jobs, involvement of persons belonging to vulnerable groups
as required by this law, social activities and / or economic activities, facilitating
their access to community resources and services with the following objectives:
a) strengthening economic and social cohesion;
b) employment;
c) development of social services.
7
Daniela Vîrjan, Social economy and the labour market in the current context in Review of Social
Economy, no. 1/2011, Hamangiu Publishing, Bucharest, 2011, p. 92
Ibid, p. 134
9
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 551 of July 28, 2015.
8
9
Revue europénnee du droit social
According to this regulation provides for the possibility of establishing in
Romania two types of legal entities: social enterprise and social enterprise
insertion.
The status of social enterprise is recognized (art. 8) gave the statement on
social enterprise, which is given to those who have social enterprises by
establishing and organizing the documents to the following criteria:
a) acting in a social and / or general interest of the community;
b) allocate at least 90% of the profit social purpose and statutory reserve;
c) undertakes to submit the assets remaining after liquidation to one or more
social enterprises;
d) apply the principle of social equity to employees, ensuring fair wage levels,
there may be differences between not exceeding the ratio of 1-8.
They can be social enterprises:
a) degree cooperatives, which operate under Law no. 1/2005 on the
organization and operation;10
b) credit unions, operating under Government Emergency Ordinance no.
99/2006 on credit institutions and capital adequacy, approved with amendments by
Law no. 227/2007;11
c) associations and foundations, which operates under Government Ordinance
no. 26/2000 on associations and foundations, approved with amendments by Law
no. 246/2005;12
d) employees' unions, which operate under Law no. 122/1996 regarding the
legal regime of credit union employees and their unions;13
e) unions of pensioners who are established and operating under Law no.
540/2002 regarding unions of pensioners;14
f) agricultural companies, operating under Law no. 36/1991 on agricultural
societies and other forms of association in agriculture;15
g) any other categories of legal persons concerned in accordance with the legal
provisions for the establishment and organization cumulatively social economy
definition and principles laid down in law.
The social enterprise insertion is (art. 10) social enterprises:
a) has permanently at least 30% of staff belonging to vulnerable groups so that
cumulative work during these employees represent at least 30% of the total
working time of all employees;
10
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 172 of 28 February 2005, republished in
2014.
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 480 of 18 July 2007.
12
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 656 of July 25, 2005.
13
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 250 16 ocotmbrie 1996.
14
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 723 3 ocotmbrie 2002.
15
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 352 of 23 May 2007.
11
10
European Journal of Social Law
They are considered as a vulnerable group16, individuals or families who are at
risk of losing their ability to meet the needs of daily living, in accordance with art.
6 letter p welfare of Law no. 292/2011.17
b) aims to fight against exclusion, discrimination and unemployment by socioprofessional insertion of disadvantaged people.
It is considered disadvantaged person who does not have the resources
necessary to meet a minimum standard of living18.
In literature it has found that social enterprises are part of a new,,welfare mix "
both parties, both governments and citizens cooperate co-projecting new forms of
public services "19
Social enterprises are obliged under article insertion. 11 to ensure, for
employees who belong to the vulnerable group, measures of accompaniment to
provide professional and social insertion, such as information, counseling, access
to forms of training, adapting the workplace to a person's ability, accessibility of
the workplace to the needs of individuals as well as other measures aimed at
supporting employability and social.
In order to ensure measures of accompaniment, businesses must collaborate
with public social services at the county and local agencies and county employment
of labour.
Additionally, it is necessary and collaboration with specialists in fields such as
psychology, social work, teaching, training, employment, and medicine,
occupational medicine or the social economy.
The status of certified social insertion (article 12) by providing social brand
that includes the certificate attesting to their status of social enterprise insertion,
valid for 3 years from the date of issue, and a specific element of visual identity
necessarily applicable on products made or work performed or documents
demonstrating a service.
Businesses can benefit social insertion, provides art. 19 of the Law, the
following facilities from the local authorities:
a) allocation of spaces and / or public lands in units / territorial-administrative
subdivisions, in compliance with Law no local government. 215/200120, while
performing duties for which they were granted social brand;
b) support the promotion of products produced and / or supplied, services
rendered or works executed in the community and in identifying their outlets;
c) support the promotion of tourism and its related activities, making use of
local historical and cultural heritage;
16
Alexandru Ţiclea, Laura Georgescu, Social security law, Juridical Universe Publishing House,
Bucharest, 2015, p. 258
Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 905 of 20 December 2011.
18
Dan Țop, Labour Law - social security law, Bibliotheca Publishing House, Târgoviște, 2013, p. 574
19
Victor Nicolăescu, Social enterprise in contemporary socio-economic context in Review on Social
Economy, nr. 1/2011, Hamangiu Publishing, Bucharest, 2011, p. 92
20
Republished in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 123 of 20 February 2007.
17
11
Revue europénnee du droit social
d) other facilities and exemptions from taxes granted by the local government
under the law.
To grant those facilities, local government authorities can approve their
budgets amounts necessary. In addition, companies can benefit from social grants
and other facilities for the purpose of setting up, operating or development.
Social insertion enterprises, which employ young people at risk of social
exclusion, as defined in Law no. 76/2002 on the unemployment insurance system
and employment stimulation with subsequent amendments and supplements21 are
considered (art.20) insertion employers and benefit from the facilities22 provided by
law for this category of employers.
Social enterprises benefit from free insertion mark for issuing unique social
and registration in obvious social enterprises.
Employers are required to submit documents certifying group membership
vulnerable employment agencies within five working days of the date on which it
is shown that the person hired belong to the vulnerable group. The lack of such
documents entails penalty of a fine of 1,000 lei to 2,500 lei.
It is established by this law (article 26), the National Commission for Social
Economy, unincorporated body of collaboration, coordination and monitoring
social economy, 'the National Commission in order to help develop the social
economy promoting and supporting social economy entities.
Adoption of the law,, would support the social economy on the labour market
rather vulnerable groups through social economy entities than developing the
whole area of social economy as economic and social sectors. orientation
recognition mechanisms and especially the financial support exclusively to social
enterprises is contrary to the object insertion said in the first article. In addition,
support for social economy entities can not be limited only to legislative
amendments but involves correlating the impact of financial, social and
institutional. Taking a strategic vision of supporting all social economy entities on
the basis of these elements can lead to unblock the current situation and will help
develop the social economy, an objective that aligns our policy directions pursued
in other EU Member States".23
It is also true that this regulatory framework will be completed with the
development of the Methodological Norms for the application of this law, which
can provide the necessary legal instruments to achieve the objectives imposed new
social entities.
In conclusion, we consider that the new regulatory framework for social
economy can be achieved cooperation appropriate between state bodies concerned
policy Coupar workforce and companies that will become interesting in promoting
21
Law nr.250 / 2013 on amending and supplementing Law no. 76/2002, published in the Official
Gazette of Romania, Part I, no. 457 of July 24, 2013.
22
Dan Țop, Considerations regarding the regulation of the period of internship for University Graduates,
Revue Européenne du droit social no. 1 (26) 2015, pp. 7-17
23
Simona Maria Stăscu, Ileana Mirela Nemțanu, art. cit, p.24
12
European Journal of Social Law
forms of social economy in our country, taking into the multitude of facilities that
may be granted under the law.
Bibliography:
Ţiclea Alexandru, Georgescu Laura, Social security law, Bucharest, Juridical Universe
Publishing House, 2015
Ţop Dan, Labour Law - social security law, Bibliotheca Publishing House, Târgovişte, 2013
Cace Sorin – coordinator, Social Economy in Europe, Bucharest, Expert Publishing House,
2010.
13
Revue europénnee du droit social
UNA VISION DE LA 104ª CONFERENCIA
INTERNACIONAL DEL TRABAJO
Por1 Martha Elisa Monsalve CUELLAR
Abstract: As we are doing in the last near years giving not only sector considerations
always with an objetive sense as critic where is necessary analise the subjets of the
conference as the Director´s Report, this job pretends to give a general view to this
important meeting where is considered the future of work and the century celebration of OIT
arriving in 2019.
Keywords: Conference subjets,future of work and century celebration of OIT,
sustentability of enterprises and world climate.
1. Antecedentes en referencia al caso de Colombia
No podemos dejar de mencionar que durante mas de 22, años Colombia
siempre fue materia de análisis como caso de país violador de los Convenios 87 y
98 sobre derecho de asociación y libertad sindical y negociación colectiva
respectivamente en todas las Conferencias de la OIT.
Afrontamos serios debates donde el país fue duramente cuestionado por este
motivo con un tratamiento que afecto mucho su imagen internacional por la
sindicación, no plenamente justificada, como pudo establecerse posteriormente, de
la muerte de sindicalistas, como política del Estado en connivencia con el sector
empleador.
Colombia ha vivido infortunadamente 60 años de violencia indiscriminada
influenciada igualmente por ideologías políticas y narcoterrorismo Han sido
características de su historia hechos de una violencia posiblemente heredada de sus
mayores que no la justifica pero lleva a comprender esa situación que por fortuna y
en una de las expresiones mas importantes que ha tenido el país, de utilización del
Dialogo Social (recordemos entre otras, el Frente Nacional, Ley 50 de 1990, la
Constituyente de 1990 y su producto la Constitución de 1991, institución de la
misma, Comision Permanente de Concertación y Dialogo de asuntos laborales y
salariales donde se ha negociado en oportunidades, lo concerniente al salario
minimo legal mensual vigente, donde se buscan soluciones al conflicto colectivo
1
Doctora en Derecho y Ciencias Politicas U.G.C con estudios de Maestria en la UCLM
Especializaciones en Negociación Colectiva, Seguridad Social, Medios Alternativos de Solucion de
Conflictos U de Harvard , Derechos Humanos Instituto Berg, Investigadora de Redes Internacionales
Conacyt, Cielo, Mundo del Trabajo,,Coautora de libros colectivos a nivel nacional e internacional,
autora de innumerables artículos en Revistas Especializadas Conferencista Nacional e Internacional
Pdta de ITRAS e ILERA, miembro del Comité de Laboralistas de la Andi Consejera Tecnica Asesora
del Sector Empleador a la OIT por mas de 20 años
14
European Journal of Social Law
antes de la huelga y el ACUERDO TRIPARTITO DE 2006, que destacamos por su
importancia y trascendencia y que puso fin a largos años de confrontación entre los
interlocutores sociales que se reflejaban en la OIT.) No mencionamos el proceso de
dialogo que se adelanta en Cuba por no tener realmente datos concretos sobre los
acuerdos a los cuales se ha llegado si efectivamente se han logrado tales acuerdos).
Ese acuerdo Tripartito fue el producto de una Concertación entre los tres
sectores que se presento a la Conferencia de 2006 donde, consuetudinariamente, se
analizaba la inclusión de Colombia en la lista de países a analizar en las sesiones de
la Comisión de Aplicación de Normas, órgano principal de control de la OIT que
solo funciona durante la conferencia.
Despues de haber escuchado en ese mismo escenario y por tantos años las
expresiones mas crudas contra Colombia el panorama a partir de ese momento
cambio y año tras año vamos recibiendo consideraciones de país en avance después
de las misiones de verificación que en dos oportunidades hemos recibido.
Las bases de ese Acuerdo en el sentido del compromiso de respetar los
derechos de sindicalización normas protectoras (ley 1210/10 y negociación
colectiva Sector publico decreto 160 de 2015), velar por la seguridad de los
sindicalistas dotándolos de mayor protección.
El funcionamiento de una Oficina de Representacion de la OIT financiada por
el Estado y con la cooperación técnica de la oficina, la creación de una sección
especial de la Fiscalia que se ocupara de la investigación y fallo de casos de
muertes de sindicalistas cuyo acontecer y falta de investigación ponían a flote la
gran impunidad que aqueja nuestro sistema judicial.
Igualmente desde el ámbito de la legislación normas protectoras al derecho de
asociación con como efectivamente se logró con la ley 1210 de 2010 y haber
eliminado la competencia al Ministerio de Trabajo de conocer de los asuntos
sindicales que se consideraba intervencionismo de Estado asi como la calificación
de la legalidad de la Huelga por la jurisdicción laboral con las experiencias no
afortunadas de los paros de la rama judicial por la inoperancia por convertirse en
juez y parte.
La negociacición colectiva en el sector público Dto 160 de 2015
De esa actividad en el primer informe presentado en 2008 a la Conferencia de
ese año, la resultante fue 90 casos investigados y fallados cuyas causas pudo
establecer la Sección Especializada de la Fiscalia, no correspondían íntegramente a
muertes, que nunca se han debido suceder, por causas ajenas al movimiento
sindical Solo 3 tuvieron este carácter en empresas multinacionales que fueron
debidamente sancionadas inclusive a nivel internacional Los demás correspondían
a actividades no licitas en las cuales se comprometieron los sindicalistas como
intermediación en secuestros, narcoguerrilla paramilitarismo y 3 crimenes
pasionales Que importante este informe para desvirtuar las afirmaciones efectuadas
durante tantos años por los enemigos de nuestro país que infortunadamente los
tenemos por razones netamente políticas.
15
Revue europénnee du droit social
En el 2009 los casos investigados y fallados aumentaron a 120, con idénticas
connotaciones En 2010 se conformó una Mision Tripartita de Alto Nivel que visito
nuestro país la cual se entrevisto con todos los sectores y diversidad de organismos,
funcionarios, tanto del sector publico como del sector privado El informe
presentado por la Misión en el 2011 fue altamente satisfactorio como “país en
avance” quedando muchas cosas aun por hacer.
Hoy en dia podemos decir que la imagen de Colombia es otra en el ámbito de
la OIT gracias al Dialogo Social y al Tripartismo y ´porque los interlocutores
sociales han comprendido su importancia Infortunadamente esta transformación en
el sector sindical no ha sido unánime y persiste en una Central de Trabajadores de
las cinco con las cuales contamos en este momento, el ánimo de desprestigio del
país sin utilizar los instrumentos de Concertación y Dialogo que tenemos
institucionalizados y no utilizando el desprestigio que no conviene a los intereses
de la nación como quedó plenamente probado en años anteriores y que originó
nefastas consecuencias para la economía, el turismo la inversión y la misma
migración Era el nuestro considerado como el país mas peligroso del mundo
recordando que es el escenario internacional de la OIT donde acuden 184 paises
del orbe.
2. La crisis de la OIT 2012-2015
Por primera vez en su casi un siglo de fundación la OIT tuvo que sufrir por
primera vez, una de las mas profundas crisis originadas en algo en lo cual
habíamos llamado la atención en el 2008, precisamente en un Congreso en
Argentina organizado por ARTRA en Mar del Plata.
En presencia de dos funcionarios de la OIT, manifestamos con toda firmeza
que esta organización había permanecido bajo una campana de cristal,estática,
anquilozada ignorando el cambio en el mundo del trabajo de los últimos 20 años y
que requería con urgencia una reforma en sus estructuras y actualización de
procedimientos asi como la revisión de instituciones que hoy (en el 2008 hoy siete
años después mucho mas) resultaban desuetas lo que originó que los colegas
variaran la temática de sus intervenciones anunciadas con la anticipación del caso
para pronunciarse en defensa de la organización a la cual prestaban sus servicios en
una por demás, justificada actitud de lealtad con su empleador.
Sin ser visionarios si era una situación que se veía venir y que era necesario
precaver pero no se hizo con las naturales consecuencias La crisis hubiera podido
evitarse con una simple acción de revisión y actualización de su estructura y
procedimientos para actualizarlos al mundo del trabajo de hoy.
16
European Journal of Social Law
3. Organismos de control de la OIT
a) Comité de libertad sindical – Mediante quejas los Estados Miembros
deben responder ante este órgano de control que si bien es cierto no tiene poder
sancionador alguno si efectuan consideraciones, recomendaciones y
procedimientos de control y seguimiento a las quejas que contra las ampresas se
elevan y de las cuales el país debe respoder obviamente mediante las alegaciones
que en su defensa efectúen las querelladas.
Fue especialmente relevante durante tantos años de cuestionamiento al país el
aumento de quejas ante este Comité lo que hizo que el concepto del mismo fuera
muy desfavorable para el país Hoy aunque frente a una disminución muy
considerable de quejas afrontamos 19 sin que podamos afirmar que todas sean sin
fundamento y en ello queremos adoptar una posición objetiva e imparcial.
b) Comision de Expertos -En el año 2012 cuando iniciaba su periodo el
nuevo Director Guy Ryder del sector sindical se presentó la primera crisis generada
en la interpretación de la Comisión de Expertos, del derecho de
huelga,desbordando el ámbito de sus competencias al manifestar que debía formar
parte del Convenio 87 sobre derecho de asociación y libertad sindical Ante la
solicitud del sector empleador y algunos gobiernos de retirar tal solicitud e
impedirla el sector trabajador y algunos gobiernos el sector empleador se retiro de
las sesiones y como consecuencia por primera vez en la historia de la OIT la
Comision de Normas principal órgano de control, no sesiono y por lo tanto no hubo
conclusiones para presentar.
c) Comisión de Aplicación de Normas -En el 2013 y mediante un acuerdo
entre las partes se resolvió no tocar el tema y fue asi como la Conferencia en
cuanto al trabajo de la Comision de Normas pudo presentar resultados y
conclusiones pero estaba en el ambiente el conflicto no terminado de dirimir.
En 2014 luego de escoger los 25 casos en que Colombia vuelve nuevamente a
la palestra por el Convenio 81 sobre Inspeccion del Trabajo, lo mas injustificado
del mundo y solo por razones políticas por considerarse que si Venezuela es
analizado Colombia también debe serlo El informe del Gobierno en la vocería del
Ministerio del Trabajo presento un resultado de multas impuestas a las empresas de
67.000 millones de dólares, suma nada despreciable como producto de la actividad
inspectiva del Ministerio.
Se analizaron los 25 casos y con ello los aspectos conclusivos en cada uno
pero al llegar a la aprobación de las Conclusiones en la sesión final de la Comision,
los trabajadores y algunos gobiernos manifestaron no firmar mientras no se
incluyera la interpretación de la Comision de Expertos sobre el derecho de huelga
como parte del derecho de asociación En consecuencia no hubo conclusiones y por
tanto el trabajo de la Comision no tuvo respaldo lo que causó gran revuelo a nivel
del Director y los diferentes órganos de la OIT que declararon evidenciada la crisis
iniciada en el 2012.
17
Revue europénnee du droit social
Ya el Director había empezado a hablar de reformas las cuales a nivel de
estructura se iniciaron con el evidente achatamiento de la organización La duración
de la Conferencia disminuida de tres a dos semanas indicaban claramente que se
había percibido la necesidad de adecuarse al momento actual del derecho del trabajo.
En el 2015 se superó la crisis Se reafirmó el Tripartismo y el Dialogo Social
La OIT sin acudir a la Corte Internacional de Justicia como se propuso fue capaz
de solucionar la situación conflictiva que afrontó por primera vez en casi cien años
de existencia.
4. 18ª reunion regional de las Americas
En Lima, a mediados de Octubre de 2014 se realizó esta importante reunión
que consideramos preparatoria de la 104ª Conferencia de la OIT y con la asistencia
de los países miembros de América es preciso destacar y con base en el Informe
del Director Guy Ryder sobre temas que calificamos de gran trascendencia en
especial para los países en via de desarrollo.
En primer término la advertencia de que la economía en muchos de estos
países que a consecuencia de la crisis de 2008 en la Unión Europea y Estados
Unidos habían sido la posibilidad para que muchas empresas se trasladaran en
busca de mejores condiciones originando un crecimiento notable en países como
Chile, Brasil, Perú,Colombia,Panamá, Mexico a pesar de sus condiciones de
seguridad dando paso a la Alianza Pacífico entre Colombia Chile Mexico y Perú y
la invitación a Costa Rica con un aumento sensible en su economía No obstante lo
anterior era sensible el decrecimiento de esas economías analizando la falta de
formación originada en los deficientes niveles de educación que producen falta de
competitividad y baja productividad aspectos que deben mejorar si se quieren
mantener esos niveles de crecimiento.
El acercamiento de la empresa a la academia para indicar las necesidades de
formación para en su eventual requerimiento de mano de obra se encuentre el
personal idóneo.
Los niveles preocupantes de jóvenes desocupados que no encuentran
oportunidades de trabajo indican claramente que esa falta de conexidad esta dando
resultados muy desfavorables en el aumento porcentual de falta de oportunidades
para los jóvenes Insistió mucho en mantener formación para el trabajo, en el
trabajo y durante los tiempos dedicados a la búsqueda de trabajo para mantener la
idoneidad.
El entender que el mundo del trabajo sufrió una enorme transformación y con
ello la adaptación a esas circunstancias demandan procesos de readaptación y
formación de nuevas competencias La educación y la formación profesional son
pilares fundamentales en esa transformación.
18
European Journal of Social Law
5. Temas de la 104ª Conferencia de la OIT
Como puntos inscritos para la Conferencia destacamos entre otros los
siguientes por considerarlos de mucha relevancia.
a) El Informe del Director General el cual se somete a examen de los
representantes del tripartismo de los Estados Miembros quienes se refieren a el en
sus intervenciones de cinco minutos en la Asamblea General.
b) Para discusión en las diferentes Comisiones a sesionar durante la
Conferencia se inscribieron:
1-Pequeñas y Medianas empresas y creación de empleos decente y productivo
(discusión general).
Este tema es de una gran importancia pues partimos de la base que quienes
está ofertando oportunidades de trabajo son precisamente las pequeñas y medianas
empresas pero que la informalidad es característica de la pequeña empresa.
Frente a fenómenos como el español donde el 93% de las empresas son
pequeñas o medianas y que nuestro país y muchos más presentan ese fenómeno
precisamente porque las grandes empresas se han atomizado este tema merece la
mas alta consideración y las conclusiones de esta Comision deben ser analizadas
a espacio.
La transición de la economía informal a la formal reíste igualmente mucha
importancia pues los niveles de informalidad a los cuales hemos llegado de más del
60% son de por si un voz de alerta en el sentido de si ofrece mejores condiciones el
mantenerse en la informalidad por la falta de incentivos y el aumento de costos
laborales que el paso a la formalidad.
Estas conclusiones establecerán parámetros que tendrán que ser materia de
consideraciones en las políticas de empleo y regulación de cargas impositivas.
El tema denominado “Discusion recurrente sobre el objetivo de la protección
social (protección de los trabajadores) con arreglo al seguimiento de la Declaración
de la OIT sobre justicia social d para una globalización equitativa de 2008” la
consideramos de una gran amplitud que involucra varios temas que han venido
siendo objeto de discusiones en el marco de las diferentes reuniones de este
organismo.
Consideramos a titulo personal que en esta primera parte se quiere establecer
los resultados de aplicación de la Recomendación 202 de 2012 sobre pisos de
protección social que de una u otra forma conlleva la ampliación de la cobertura de
la seguridad social y con ello la búsqueda de la justicia social a través de la
disminución de los niveles de pobreza.
Además el seguimiento que viene haciendo la OIT sobre la Declaración de
Derechos fundamentales entre los cuales la cobertura de la seguridad social como
factor de eliminación de inequidad es evidente.
Por considerar que estas discusiones pueden originar no solamente
Declaraciones sino Recomendaciones que en el segundo debate de 2016 se
19
Revue europénnee du droit social
conviertan en un nuevo Convenio deben cumplir el trámite de las dos vueltas en
diferentes reuniones de la Conferencia.
Hasta donde es recomendable la adopción de nuevos Convenios frente a la
necesidad inminente de revisar una serie de convenios obsoletos que no están
siendo aplicados precisamente por tratarse de situaciones desaparecidas o
modificadas por el paso a la modernidad.
Porqué no analizar la baja ratificación de los Convenios en algunos casos
precisamente por requerir de una revisión, adecuación o sencillamente eliminación
por inaplicabilidad?
No creemos que por contabilizar 189 Convenios sea este un parámetro para
medir la eficacia normativa de la OIT Deben ser otros los parámetros que se
apliquen para esa medición.
6. Informe del director general
La iniciativa del centenario relativa al futuro del trabajo que no es idea nueva
pues la propuso el mismo Director hace dos años a comienzos de su mandato
asumido en 2012.
Dadas las grandes transformaciones sufridas en el mundo del trabajo con la
aparición de nuevas formas de trabajo adaptadas precisamente a esa mutación, la
forma de ofertarlo,los nuevos puestos de trabajo, el énfasis en trabajo autónomo
por cuenta propia, el emprendimiento ante cada vez la oferta menor de puestos de
trabajo por los fenómenos de transformación de las empresas indican claramente
que debemos analizar el futuro teniendo en cuenta la cada vez mas creciente
aparición de nuevas tecnologías,y la aplicación de las mismas en la cual
presentamos mucho atraso especialmente en los países en via de desarrollo los
cambios generacionales y su incidencia en el mundo del trabajo.
Plantea en su Memoria un plan de aplicación de tres fases y examina que tipos
de temas podrían abordar las cuatro conversaciones del centenario a examinarse
por una Comisión de alto nivel.
Se destacan los temas principales sin ahondar en ellos dejando que a través
sean producto de maduración y rigor intelectual pero que a la vez puedan servir de
marco de referencia para las actividades futuras con el cumplimiento del objetivo
de la justicia social.
Puntos propuestos hace dos años:
1-Retos a largo plazo que se plantean a la OIT
2-Cambios tan vertiginosos y de tal magnitud que han transformado el mundo
del trabajo
3- Por esa razón se planteó el futuro del trabajo como una de la siete iniciativas
para conmemorar el centenario de la OIT
4-El Consejo de Administracion acogió esta y las otras seis propuestas:
1- Relativa a la Gobernanza
20
European Journal of Social Law
2- A las normas
3- La iniciativa verde
4- Sostenibilidad de las empresas
5- Poner fin a la pobreza
6- Y la iniciativa relativa a las mujeres en el trabajo
Con respecto a esta última debe quedar claro que las mujeres no piden normas
protectoras que se conviertan en factores discriminatorios en el trabajo frente a los
hombres en igualdad de condiciones.
Es la consideración especial al papel que le ha otorgado la naturaleza de la
maternidad pero que en los cambios que registra la sociedad moderna muchas
personas los solicitaran no como función natural sino adquirida y consideramos
que para ese cambio demográfico si que tendremos que prepararnos.
7. El futuro del trabajo
Primera iniciativa surge como respuesta a las dificultades que se plantean a la
OIT para abordar las repercusiones derivadas de un proceso de continua
transformación para sus actividades futuras.
El concepto como tal conlleva 11 consideraciones que tendrán que estudiarse a
espacio por encerrar verdaderos programas de gestión a seguir.
El proceso será sometido a fases y debemos relevar el hecho de la formulación
de invitaciones a participar a los mandantes tripartitos,las organizaciones
internacionales a las instituciones de investigación, a las universidades,la sociedad
civil y a varias personalidades individuales Los Estados Miembros serán los
llamados a establecer las propias redes y proceso.
Con esto se abre un panorama de participación muy amplio en el tema del
Futuro del Trabajo en el cual debemos todos mostrar una presencia activa Es una
gran oportunidad de contribuir a planteamientos futuros en beneficio del logro de
los objetivos para el Centenario de la OIT.
Se plantea la creación de una unidad especifica en la oficiana bajo la dirección
de un asesor especialista en cuestiones relativas al futuro del trabajo Esperamos no
se trate de otro ente burocrático y por tanto inoperante.
Temas motivo de análisis y pronunciamientos
1- El mundo del trabajo de hoy
2- Empleos, pobreza y protección social
3- Internacionalización de la producción
4- La calidad del trabajo
5- Probable evolución futura
De su examen dependerá en gran parte
21
Revue europénnee du droit social
8. La sostenibilidad
Analizada desde dos aspectos muy importantes:
a) De las empresas o fuentes de empleo
Frente a la necesidad de que el mundo provea 600 millones de empleos surge
un concepto de importancia de protección a través de la sostenibilidad de todo lo
que constituya posibilidad de cubrir ese déficit en el mundo.
b) La economía verde puede conllevar la generación de nuevas tecnologías
requiriendo grandes inversiones en infraestructura que a su vez serán fuente de
nuevos empleos especializados que van a requerir la capacitación y formación
profesional para atender esas nuevas competencias que surgirán de los nuevos
procesos de producción ecológicos conllevando una sostenibilidad del medio
ambiente al cual deben dirigirse todos los esfuerzos de la humanidad mediante una
concientización,formación profesional y sistemas coactivos.
c) Por ello encontramos tan adecuado y pertinente el mensaje de la EXPO
2015 en Rho Fiera de Milan donde la temática esta orientada a la naturaleza su
protección la necesidad de cuidar del medio ambiente y los recursos naturales en
una verdadera campaña de concientización educación que para los 20 millones de
visitantes que esperan recibir desde el 1º de Mayo al 31 de Octubre de 2015 será
una gran contribución a la sostenibilidad del planeta cada vez mas amenazado y
con síntomas tan evidentes como las olas de calor y frios intensos que se presentan
especialmente en los países sujetos a estaciones y a las grandes manifestaciones de
la naturaleza que se convierten en verdaderas tragedias terremotos, inundaciones
incendios generados por el recalentamiento de la tierra.
9. Conclusiones
La OIT superó la crisis mediante la reafirmación del tripartismo y del dialogo
social pilares fundamentales de su estructura.
La transformación generada por los fenómenos de la globalización, la
internacionalización de las economías,flexibilidad laboral, la movilidad, los
cambios demográficos las migraciones,grandes transformaciones tecnológicas y
falta de transferencia de las mismas, resultado de un mundo cada vez mas dedicado
a la investigación han producido igualmente la transformación en el mundo del
trabajo.
Constituye una necesidad urgente el analizar el trabajo de hoy frente a sus
fortalezas y falencias.
Examinar si las instituciones del derecho del trabajo mantienen su vigencia o
por el contrario hay que sujetarlas a esa transformación del trabajo, formas de
ofertarlo y nuevas formas de trabajo y producción de medios y servicios.
22
European Journal of Social Law
Frente a esa dinámica evolutiva no podemos permanecer estáticos y tenemos
igualmente que transformar o adaptar la normatividad laboral a esas nuevas
circunstancias que hace 20 años ni siquiera considerábamos.
Aferrarse a instituciones desuetas como al puesto de trabajo para toda la vida
no son compatibles con el mundo evolutivo de hoy El cambio debe ser acelerado
como lo demanda la gran evolución del mundo del trabajo.
23
Revue europénnee du droit social
LE COMPTE PERSONNEL DE PRÉVENTION DE LA
PÉNIBILITÉ D’UNE LOGIQUE DE PREVENTION
À UNE LOGIQUE DE COMPENSATION RELATIVE (II)
(suivre du numéro précèdent)
Marc RICHEVAUX1
Maître de conferences
Abstract: An account painfulness prevention will be created starting from January
2016 the exposure to the risk factors exceeds the thresholds envisaged. It will make it
possible to the employee to profit from certain advantages. The risk is to see the preventive
measures replaced by a compensation.
Keywords: painfulness;compensation; health of the worker.
Ouverture du compte (à compter du 1 er janvier 2015)
Pour l’ouverture du compte le salarié n'a pas de démarche à faire.
Son compte prévention pénibilité sera automatiquement créé à partir de janvier
2016 à la suite de la déclaration de son employeur, si son exposition aux facteurs
de risques dépasse les seuils prévus. Il sera prévenu, par mail ou courrier, par la
caisse de retraite gestionnaire de son compte.
Le salarié peut s'informer sur le site dédié2 de la Cnav ou en appelant un
numéro de téléphone3.
− Pour les employeurs qui exposent leurs salariés à des facteurs de pénibilité
le compte prévention pénibilité de risques génère des obligations à la charge de
l’entreprise.
− Si des salaries du régime général ou agricole, sont exposes à l’un ou
plusieurs des facteurs de risques au-delà des seuils fixés4, l’employeur doit évaluer
l’exposition de son salarié et la déclarer cela via son logiciel de paie, ce qui
renforce le caractère d’abord indemnitaire d’un système dans lequel la prévention
n’est envisagée que de façon secondaire et même là d’abord en terme de réduction
des coûts de production5 la santé physique et morale du salarié ne devenant qu’un
problème annexe à celui de la réduction des coûts de production on est bien là dans
1
Maître de conférences, Université Côte d’Opale Littoral, France
www.preventionpenibilite.fr
3
le 3682
4
ct article L. 4161-1 issu de la loi 2014-40 du 20 janvier 2014 et entré en vigueur le 1er janvier 2015
5
Marc Richevaux., Capital humain coût du travail compétitivité des entreprises cahiers du cedimes
1/2014
2
24
European Journal of Social Law
une logique ultra-libérale confirmée par d’autres textes provenant des mêmes
inspirateurs6.
− Il doit aussi acquitter des cotisations
− Les facteurs de risques et les seuils à prendre en considération sont les suivants
repris dans les tableaux ci-dessous qui précisent les facteurs de risques et les seuils et
les dates de mise en vigueur du dispositif (2015 ou 2016 selon la nature des risques).
− De plus, le logiciel de paie génère automatiquement une fiche de
prévention des expositions à conserver par l’employeur pendant 5 ans et que le
salarié peut consulter à tout moment
− Pour facteurs de pénibilité le dispositif entre en vigueur des 2015
− les facteurs de pénibilité envisagés sont les suivants:
− Les activités exercées en milieu hyperbare (dès 2015)
− Le travail répétitif (dès 2015)
− Le travail de nuit (dès 2015)
− Le travail en équipes successives alternantes (dès 2015)
Pour les autres la mise en application du dispositif attendra 2016
1. Les manutention manuelles de charges
2. Les postures pénibles
3. Les vibrations mécaniques
4. Les agents chimiques dangereux y compris les poussières et fumées
5. Les températures extrêmes
6. Le bruit
- Les facteurs de risques
La détermination de l'exposition dépend de l'exposition à un (ou des) risque(s) lié(s)
à l'un des 10 facteurs de pénibilité recensés, en tenant compte des seuils minimaux et des
temps minimaux ET des moyens de prévention et de protection mis en oeuvre.
Pour les risques professionnels susceptibles de constituer des facteurs de pénibilité,
seules les expositions dépassant certains seuils, après application des mesures de
protection collective et individuelle, sont prises en compte dans la fiche pénibilité7.
Les seuils d’exposition sont précisés dans le Code du travail8, sachant que pour
six des dix facteurs, leur entrée en vigueur est différée au 1er janvier 2016. Sont
désormais prévus, pour chaque facteur de pénibilité, des seuils d’exposition chiffrés
associant une action ou une situation à une intensité et à une durée minimale.
Les 10 facteurs de risques retenus sont répartis en 3 catégories et définis par
une intensité, mesurée en décibels pour le bruit, en kilogrammes pour les
manutentions manuelles de charges… et une temporalité, mesurée par une durée
d’exposition en heures ou une fréquence. Les seuils sont appréciés après prise en
compte des moyens de protection prévus par l’employeur: moyens de protection
6
Marc Richevaux., La loi Macron: Tharcher le retour: rev eur dr soc mars 2015
ct article L. 4161-1 issu de la loi 2014-40 du 20 janvier 2014 et entré en vigueur le 1er janvier 2015
8
ct article D. 4161-2
7
25
Revue europénnee du droit social
collective, ou équipements de protection individuelle: casque, masque, etc..;
L’exposition est évaluée au regard des conditions habituelles de travail
caractérisant le poste occupé, et non pour l’ensemble des salariés, ce qui montre
bien l’aspect secondaire donné à la prévention des risques en général, appréciées en
moyenne sur l’année. Pour ce faire, l'employeur peut s'appuyer:
1. sur des données collectives, à travers notamment l'identification et
l'évaluation de situations types d'exposition, sous réserve que ces données
collectives soient bien consignées en annexe du Document unique;
2. sur des documents d'aide à l'évaluation des risques, notamment des
référentiels de branche, dont la liste doit être fixée par arrêté ministériel.
Si un salarié est exposé à l'un (ou plus) de ces facteurs, l'entreprise doit:
- mettre en place des actions pour diminuer l'exposition,
- établir une fiche de prévention des expositions,
- déclarer l'exposition pour la tenue du compte pénibilité.
En complément, les entreprises, dont l'effectif est au minimum de 50 salariés
et dont au moins 50% des effectifs sont exposés à des facteurs de pénibilité,
doivent conclure un accord ou d'élaborer un plan d'actions relatif de la prévention
de la pénibilité. Le pourcentage de 50% sera descendu à 25% en 2018.
Le pourcentage de l'effectif concerné doit être annexé au document unique.
Cette proportion est actualisée chaque fois que nécessaire, et notamment lors de la
mise à jour du document unique d'évaluation des risques.
Cela est résumé dans les tableaux ci-dessous
Les contraintes physiques découlant de la nature du travail
1. Les manutentions manuelles de charges
Manutentions manuelles de charges, c’est-à-dire toute opération de transport
ou de soutien d’une charge dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou
le déplacement, exige l’effort physique d’un ou de plusieurs travailleurs.
26
European Journal of Social Law
2. Les postures pénibles
Postures pénibles définies comme positions forcées des articulations
Malgré les progrès techniques l’activité physique qui produit douleurs,
lumbago, chute, troubles musculosquelettiques… reste la principale source
d’accidents du travail et de maladies professionnelles.
3. Les vibrations mécaniques
Vibrations mécaniques transmises aux mains et aux bras et celles transmises
à l’ensemble du corps
Les facteurs de risques professionnels au titre de l'environnement
physique agressif
1. Les agents chimiques dangereux y compris les poussières et fumées
27
Revue europénnee du droit social
Concernant l'exposition aux ACD, le seuil est déterminé par application d'une
grille d'évaluation définie par arrêté ministériel dont on attend la parution et
prenant en compte:
- le type de pénétration
- la classe d'émission ou de contact de l'ACD
- le procédé d'utilisation ou de fabrication
- les mesures de protection collective ou individuelle mises en oeuvre
- la durée d'exposition
2.
Les activités exercées en milieu hyperbare (dès 2015)
3
Les températures extrêmes
De nombreux métiers exposent à des températures élevées. Le travail en
extérieur peut aussi exposer à la chaleur, notamment en été (en période de
canicule). De nombreuses situations professionnelles exposent les salariés au froid,
naturel ou artificiel, avec des risques pour la santé et d’accidents du travail. En
dessous de 5° C, la prévention la plus efficace consiste à éviter ou à limiter le
temps de travail au froid.
4.
28
Le bruit
European Journal of Social Law
Le bruit au travail peut provoquer des surdités mais aussi stress et fatigue qui,
à la longue, ont des conséquences sur la santé du salarié et la qualité de son travail.
Et des solutions existent pour limiter l’exposition des travailleurs aux nuisances
sonores. DOSSIER
Les facteurs de risques professionnels au titre de certains rythmes de
travail
1. Le travail de nuit (dès 2015)
2. Le travail en équipes successives alternantes (dès 2015)
Travail en équipes successives alternantes, communément appelé travail
posté (comme par exemple les 3 x 8 ou 2 x 12)
3. Le travail répétitif (dès 2015)
Travail répétitif caractérisé par la répétition d’un même geste, à une cadence
contrainte, imposée ou non par le déplacement automatique d’une pièce ou par la
rémunération à la pièce, avec un temps de cycle défini
29
Revue europénnee du droit social
L’employeur évalue l’exposition de son salarié et renseigne les informations
correspondantes dans son logiciel de paie.
Cela après avoir établie une fiche de prévention des expositions.
- fiche de prévention des expositions
Quels que soient sa taille, son statut juridique et ses activités, lorsqu'un salarié
est exposé à des facteurs de pénibilité au-delà de certains seuils, l'employeur doit
établir une fiche individuelle d'exposition. L’identification des salariés pour
lesquels une fiche pénibilité doit être établie est réalisée grâce à l’évaluation de
l’exposition de chaque travailleur au regard de ses conditions habituelles de travail,
évaluée, en moyenne, sur l’année.
La loi permet également aux partenaires sociaux de caractériser l’exposition
des travailleurs à la pénibilité par des situations types d’exposition définies par un
accord collectif de branche étendu9. Les conditions dans lesquelles ces situations
types peuvent être prises en compte par l’employeur pour établir la fiche pénibilité
sont précisées dans le Code du travail10.
Établissement de la fiche individuelle de pénibilité
La fiche individuelle de pénibilité11 est obligatoire quelle que soit la taille de
l'entreprise.
Elle est établie par l'employeur, en cohérence avec le document unique
d'évaluation des risques professionnels (DUERP).
Lorsque l'entreprise est couverte par un accord de branche étendu relatif à la
prévention de la pénibilité, l'employeur peut s'appuyer sur les situations types
d'expositions identifiées dans cet accord. L'employeur peut aussi tenir compte des
documents d'aide à l'évaluation des risques, notamment les référentiels de branche.
Pour le salarié intérimaire, les entreprises utilisatrices doivent transmettre à
l'entreprise de travail temporaire les informations nécessaires pour établir la fiche.
Depuis le 1er janvier 2015, l’employeur doit annexer au document unique de
sécurité les données collectives utiles à l’évaluation des expositions aux facteurs de
pénibilité de nature à faciliter l’établissement des fiches pénibilité, notamment à
partir de l’identification de situations types d’exposition et la proportion de salariés
exposés à ces facteurs au-delà des seuils réglementaires prévus12. Si l’employeur
n’identifie pas de risques constitutifs de facteurs de pénibilité dans son entreprise,
ils sont limitativement définis13, en cas d’exposition à ces facteurs dépassant les
seuils réglementaires, son obligation générale de sécurité vis-à-vis de ses salariés
demeure. En effet, l’employeur est tenu d’évaluer les risques professionnels liés à
ses activités, de retranscrire les résultats de son évaluation dans le document unique
et de prendre les mesures nécessaires pour les prévenir et garantir ainsi la santé et
la sécurité des salariés.
9
article L. 4161-2 du Code du travail
ct article D. 4161-1 alinéa 2
11
Code du travail (articles L. 4161-1 et L. 4161-2, D. 4161-1 à D. 4161-4).
12
article R. 4121-1-1 du Code du travail
13
article D. 4161-2 du Code du travail
10
30
European Journal of Social Law
Contenu de la fiche individuelle de pénibilité
Pour son contenu, le modèle de fiche de prévention des expositions14 est défini
par arrêté15. Il s’agit d’un modèle à minima, c’est-à-dire que la fiche établie par
l’employeur doit au minimum comporter les informations prévues dans ce modèle.
Un arrêté à paraître va créer un nouveau modèle de fiche pénibilité, faisant évoluer
la fiche pour l’aligner sur le compte personnel de prévention de la pénibilité.
Avec la création de la fiche pénibilité, les dispositions relatives à la fiche
d’exposition des travailleurs exposés aux agents chimiques dangereux (ACD)
et l’attestation d’exposition aux ACD remise aux travailleurs ont été abrogées.
Pour les expositions antérieures au 1er février 2012, l’attestation d’exposition est
toujours remise au travailleur à son départ de l’établissement.
En revanche, d’autres fiches subsistent:
a) fiche d’exposition à l’amiante16,
b) fiche de sécurité pour les activités exercées en milieu hyperbare17.
Conservation, communication, confidentialité et sanctions
La fiche individuelle d’exposition aux facteurs de pénibilité est conservée par
l’employeur par tout moyen, pendant 5 ans après l’année à laquelle la fiche se
rapporte.
− Elle est communiquée au service de santé au travail qui la transmet au
médecin du travail. Elle complète le dossier médical en santé au travail.
− De plus, elle est tenue à tout moment à la disposition du travailleur.
Une copie de la fiche est transmise au travailleur au terme de chaque année
civile, ou dans le mois suivant la date de fin de contrat si celui-ci s’achève au cours
de l’année civile. Une copie lui est également remise en cas d'arrêt de travail d'au
moins trente jours consécutif à un accident du travail (AT) ou une maladie
professionnelle (MP) et d'au moins trois mois dans les autres cas, ou de déclaration
de MP.
En cas de décès du travailleur, ses ayants-droits peuvent obtenir une copie de
la fiche.
La fiche pénibilité est confidentielle. Dès lors, les informations contenues dans
ce document ne peuvent pas être communiquées à un autre employeur auprès
duquel le travailleur sollicite un emploi.
Le fait de ne pas remplir ou actualiser la fiche est puni d’une amende de 1500
€ (avec une majoration en cas de récidive), appliquée autant de fois qu’il y a de
travailleurs concernés par l’infraction18.
14
article L. 4161-1
arrêté du 30 janvier 2012.
16
article R. 4412-120 du Code du travail
17
article R. 4461-13 du Code du travail
18
article R. 4741-1-1 du Code du travail
15
31
Revue europénnee du droit social
Cas particulier du travail temporaire
À compter du 1er janvier 2015:
− Les entreprises utilisatrices transmettent à l’entreprise de travail temporaire
les informations dont cette dernière a besoin pour établir la fiche. L’entreprise de
travail temporaire, en tant qu’employeur, établit la fiche individuelle d’exposition.
Les conditions dans lesquelles les entreprises utilisatrices transmettent ces
informations et les modalités selon lesquelles l'entreprise de travail temporaire
établit la fiche de prévention des expositions sont définies par décret en Conseil
d'Etat.
A minima, la fiche doit contenir les rubriques suivantes:
– Facteurs de risque
– Période d'exposition (Date de début et date de fin)
– Mesures de prévention en place (organisationnelles, collectives, individuelles)
– Commentaires, précisions, événements particuliers (résultats de mesurage
etc...)
Elle doit mentionner le fait que le salarié concerné peut demander la
rectification des données contenues dans la fiche.
- Cas particulier des expositions à l'amiante et du travail en milieu
hyperbare:
Concernant les risques d'exposition à l'amiante, une fiche d'exposition
spécifique est prévue19. Cette fiche doit indiquer:
Pour les autres situations, pour chaque salarié concerné, la fiche doit indiquer
la nature du travail réalisé, les caractéristiques des matériaux et appareils en cause,
les périodes de travail au cours desquelles il a été exposé et les autres risques ou
nuisances d'origine chimique, physique ou biologique du poste de travail;
– Les dates et les résultats des contrôles de l'exposition au poste de travail ainsi
que la durée et l'importance des expositions accidentelles;
– Les procédés de travail utilisés;
– Les moyens de protection collective et les équipements de protection
individuelle utilisés.
Concernant le travail en milieu hyperbare, les éléments de l'exposition sont
consignés dans la fiche de sécurité20. Cette dernière doit indiquer:
1. La date et le lieu de l'intervention ou des travaux;
2. L'identité des travailleurs concernés ainsi que leur fonction et, s'il s'agit de
travailleurs indépendants ou de salariés d'une entreprise extérieure, l'identification
de celle-ci;
3. Les paramètres relatifs à l'intervention ou aux travaux, notamment les
durées d'exposition et les pressions relatives;
4. Les mélanges utilisés.
19
20
article R. 4412-120 du code du travail
article R. 4461-13 du code du travail
32
European Journal of Social Law
Contenu de la fiche individuelle d’exposition aux facteurs de pénibilité
− Conditions d’exposition aux facteurs de pénibilité
− Période d’exposition
− Mesures de prévention mises en œuvre
− Précision, de manière apparente et claire, du droit pour tout salarié de
demander la rectification des informations contenues dans ce document
Cette fiche doit être établie en cohérence avec l’évaluation des risques
professionnels, tels que définis dans leur identification correspondant à l’obligation
de l’employeur, ce qui répète sur le plan individuel ce qui est prévu au plan
collectif.
Règles méthodologiques de l’évaluation de l’exposition aux facteurs de
pénibilité fixées par la réglementation
− L'exposition de chaque travailleur est évaluée par l'employeur au regard
des conditions habituelles de travail caractérisant le poste occupé, appréciées en
moyenne sur l'année, notamment à partir des données collectives.
− Le cas échéant, cette évaluation prend en compte les situations types
d’exposition définies par un accord de branche étendu pour caractériser
l'exposition des travailleurs à des facteurs de pénibilité. Ces situations types font
notamment référence aux postes occupés et aux mesures de protection collective et
individuelle appliquées.
− L'employeur peut également prendre en compte des documents d'aide à
l'évaluation des risques, notamment des référentiels de branche (nature et liste à
fixer par arrêté conjoint des ministres chargés du travail et des affaires sociales).
− Lorsque la durée minimale d'exposition est décomptée en nombre d'heures
par an, le dépassement du seuil est apprécié en cumulant les durées pendant
lesquelles se déroulent chacune des actions ou pendant lesquelles chacune des
situations sont constatées.
− utilité
La fiche d’exposition sert désormais de base à l'attribution des points sur le
compte personnel de prévention de la pénibilité. Ainsi, les données ainsi
formalisées devront être par auprès de la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse
des travailleurs salariés (CNAVTS) chargée de gérer ce compte. Cela devra être
réalisé dans le cadre de la déclaration annuelle des données sociales (DADS).
L'actualisation / la mise à jour:
La fiche individuelle d'exposition doit être actualisée en cas de modification
des conditions d'exposition.
2) Cotisations
Une cotisation de base due par toutes les entreprises au titre de la solidarité
interprofessionnelle
– due à compter de 2017 par les entreprises privées, agricoles et non agricoles
– taux: 0,01 % de la masse salariale
33
Revue europénnee du droit social
Une cotisation additionnelle due par les entreprises employant des salaries
exposés
- due à compter de 2015 et versée au plus tard le 31 janvier 2016 pour le
régime général et le 15 février 2016 pour le régime agricole
- taux différencié selon l’exposition
Salarié exposé à
Taux en 2015 et 2016
A partir de 2017
Un seul facteur
0,1 %
0,2 %
Plusieurs facteurs
0,2 %
0,4 %
b) Le fonctionnement du compte personnel de prévention de la pénibilité
Une fois mis en place, le compte est destiné à accueillir les points acquis par le
salarié exposé à un ou plusieurs facteurs de risque de pénibilité. Ce compte est
d’abord un outil de thésaurisation. En rester à ce stade serait largement
contreproductif en termes de prévention.
Il appartient à l’employeur à l’issue de chaque année civile et avant le
31 janvier de l’année suivante de déclarer dans le cadre de la DADS21 et pour
chaque salarié, le ou les facteurs de risques auxquels il a été exposé conformément
à la fiche individuelle d’exposition22. Cela tant pour les salariés sous contrat à
durée indéterminée que pour ceux titulaires d’un CDD d’une durée supérieure ou
égale à un mois, ayant débuté ou s’étant achevé au cours de l’année en cause23.
- Conditions d’alimentation du compte personnel de prévention de la
pénibilité
Lorsqu’ils sont exposés à un facteur de risque professionnel au-delà des seuils
règlementaires et application des mesures de protection individuelle et collective,
pendant un an, les salariés acquièrent au titre de l’année considérée 4 points, étant
précisé que chaque période d’exposition de trois mois permet par ailleurs
d’acquérir 1 point.
Cette condition relative aux mesures de protection risque d’être une source de
contentieux non négligeable. Pendant un an les salariés concernés acquièrent 4
points.
Ces points sont doublés en cas d’exposition à plusieurs facteurs. Les points
simples ou doublés sont à nouveau doublés pour les assurés nés avant le 1er juillet
1956 ils ont 59,5 ans au 1er janvier 2015, et il s’agit souvent de gens qui ont
commencé à travailler très jeunes et donc sont susceptibles de bénéficier de
différents dispositifs leur permettant de partir à la retraite à l’âge de 60 ans ils ne
bénéficieront dons que très peu du nouveau système mis en place, sauf à ce que les
points acquis au titre du dispositif compte personnel de prévention de la
pénibilité soient pris en compte pour une augmentation du montant de la
retraite, ce qui n’est pas prévu expressément par le texte mais pourrai en
21
Déclaration Annuelle de Données Sociales)
article R. 4162-1 du Code du travail
23
D. n° 2014-1156, 9 oct. 2014.
22
34
European Journal of Social Law
raison du système de comptabilisation des trimestres cotisés ou considérés
comme tels pour déterminer le montant de la pension retraite avoir ce
résultat. Ces points s’accumulent tout au long de la carrière dans la limite
maximale de 100 points, c’est-à-dire 25 ans, à supposer que le salarié concerné
résiste pendant tout ce temps, le Ministère ayant par ailleurs rappelé que le compte
n’était pas rechargeable.
Si des points sont attribués sur le compte personnel de prévention de la
pénibilité dès lors que le travailleur aura eu une exposition effective à un ou
plusieurs des facteurs de risques professionnels et au-delà de seuils d'exposition
définis par décret pour chacune de ces expositions, que dire de la poly-exposition à
certains risques professionnels à la frontière des seuils? En effet, des contraintes de
travail peuvent se cumuler, avec des effets non seulement additionnels mais
interactifs sur la santé et ainsi créer une pénibilité qui ne serait pas prise en compte
dès que les mesures effectuées le sont au titre de chacune de ces contraintes.
L’exemple d’un ouvrier travaillant au marteau piqueur génère à la fois des
vibrations mécaniques et du bruit. Si pour chacune de ces deux expositions les
seuils règlementaires ne sont pas dépassés, ils n’en reste pas moins que l’addition
de ces contraintes de travail peuvent avoir des effets néfastes sur la santé. « En
délimitant des catégories conventionnelles de population en fonction de critères
d’exposition, on prend le risque de rendre invisibles certaines situations de
pénibilité24. Les salariés concernés devront alors chercher ailleurs la prise en
compte de la pénibilité de leur travail ce qui donnera lieu à un contentieux dans
lequel ils pourraient bien n’obtenir que des indemnités et pas l’accès au dispositif
compte personnel de prévention de la pénibilité.
Dans l’entreprise le dispositif compte personnel de prévention de la
pénibilité et son alimentation sera géré par le service paye l’adaptation du
système de paye devrait être facile d’autant plus que contrairement à ce qu’en
disent certains d’entre eux, les obligations de l’employeur en la matière sont très
réduites. Les logiciels de paye devraient rapidement organiser de façon automatisée
l’édition de la fiche annuelle de prévention des expositions de pénibilité de chaque
salarié, la transmission à la Caisse nationale d’assurance vieillesse des informations
nécessaires pour l’ouverture et le fonctionnement des comptes et le versement des
cotisations. Certains employeurs qualifient cela de Choc de complexification alors
que l’on sait, et eux aussi, que de nombreuses entreprises se sont déjà dotées
d’outils permettant de retracer des plans d’actions de suivi de leur évaluation des
risques et l’édition automatique du document unique et des fiches d’exposition. En
vérité il s’agira d’éditer le même document 2 fois au lieu d’une ce qui
techniquement demande une manipulation qui est à la portée d’un mauvais élève de
6 e d’un collège. La vraie difficulté existe lorsque la paye est externalisée, il faudra
alors donner au sous-traitant une information supplémentaire qui d’ailleurs
24
L. Bugand, « Usure professionnelle: le défi de l’anticipation », Travail & changement, Agence
nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), n° 357, nov.-déc. 2014.
35
Revue europénnee du droit social
logiquement concerne peu de salaries. Au delà des mots cette idée de choc de
complexification véhicule l’idée une culture de la réparation au détriment de la
prévention. On peut craindre que l'évaluation des risques professionnels ne soit
plus abordée qu'au travers du compte personnel de prévention de la pénibilité et
son alimentation: calcul des points et versement de cotisations. La prévention de
l’exposition à des facteurs de risques devenant secondaire ou même, au pire,
n’existant plus réduite à sa compensation par le compte personnel de prévention
de la pénibilité. Il est aussi à craindre que le fonctionnement du compte personnel
de prévention de la pénibilité incite les employeurs à se concentrer uniquement
sur les salariés concernés par ledit compte pour les faire passer sous les seuils
d’exposition déclenchant le mécanisme du compte personnel de prévention de la
pénibilité, pourtant il serait bon de prévoir également de prévoir des mesures de
prévention pour les salariés en dessous des seuils.
La traçabilité est aussi vulnérabilité du bénéficiaire compte personnel de
prévention de la pénibilité, lors de l’embauche, pourrait constituer une
discrimination, le caractère personnel du compte n’étant pas en soit une garantie
suffisante contre la transmission entre employeur non pas du compte lui-même,
encore que..; mais au moins des éléments qui sont à la base de son existence et on
peut compter sur les spécialistes du recrutement pour intégrer dans les entretiens
d’embauche des questions relatives à ce problème. Pour lequel les règles relatives à
la vie privée et personnelle du salarié25 et la réglementation de l’embauche26 ne
paraissent pas de nature à aider le salarié qui ne souhaiterai pas répondre à de telles
questions.
- informations sur compte personnel de prévention de la pénibilité et son
fonctionnement.
Le Gouvernement a mis en place un site internet27 consultable par les
employeurs, les salariés et les partenaires afin que ceux-ci puissent y trouver les
informations dont ils ont besoin pour mettre en place le compte personnel de
prévention de la pénibilité et l’utiliser à compter du 1er janvier 2015. En cas de
difficultés sur la mise en œuvre du compte personnel de prévention de la
pénibilité, il sera possible pour les responsables ressources humaines, les salariés
et les institutions représentatives du personnel, du moins pour celles-ci seulement
sur les aspect généraux de contacter un interlocuteur compétent en composant un
numéro de téléphone28. Le fonctionnement de système similaire et les
dysfonctionnements souvent constatés laissent dubitatif sur l’efficacité.
- L’utilisation des points acquis
La question de l’utilisation des points acquis ne se posera véritablement que
dans plusieurs années. Des dispositions particulières existent pour les salariés âgés
25
Ct art 1121-1
ct art 1221-6 et s.
www.preventionpenibilite.fr
28
le 3682
26
27
36
European Journal of Social Law
pour lesquels la fin de carrière s’annonce proche. Pour les autres le salarié peut
utiliser les points figurant sur son compte de trois manières différentes.
1) le salarié peut demander à utiliser ses points dans le but d’accéder à une
formation qui sera reconnue comme facilitant l’évolution professionnelle des
salariés exposés à la pénibilité ou comme éligible par l’organisme ou l’employeur
prenant en charge les frais de formation. Les points du compte personnel de
prévention de la pénibilité sont convertis en heures de formation et rejoignent
sous cette forme le compte personnel de formation. Les points accumulés sur le
compte pourront être utilisés pour financer:
− une formation professionnelle permettant de s’orienter vers un emploi
non exposé ou moins exposé à des facteurs de pénibilité (1 point = 25 heures de
formation créditées sur le compte personnel de formation), soit un total de 100
heures de formation pour une année d’exposition une année de formation
universitaire est de 600h un peu moins pour une formation de CAP ou BEP.
Il faut noter ici que les textes donnent en quelque sorte une priorité à la
formation puisque les assurés nés avant le 1er janvier 1963 devront réserver au
moins 20 de leurs premiers points acquis à la formation. Cette obligation ne
s’impose pas aux assurés nés avant le 1er janvier 1960 et est limitée à 10 points
pour ceux nés entre le 1er janvier 1960 et le 31 décembre 1962. Chaque point ouvre
droit à la prise en charge de 25 heures de formation. Mais à l’issue de la formation
le salarié n’a aucune garantie d’affectation à un nouveau poste dans son entreprise
initiale ou d’embauche dans une autre entreprise;
2) le salarié peut choisir l’utilisation concerne le passage au temps partiel. un
complément de rémunération lors d’un passage à temps partiel (10 points =
réduction équivalente à 50 % pendant un trimestre). Dix points permettent de
financer un passage à mi-temps pendant trois mois, sachant que le temps de travail
réduit ne peut être inférieur à 20 % ni supérieur à 80 % du temps de travail
applicable dans l’établissement. Ce passage n’est pas de droit et suppose d’une part
le respect par le salarié d’un délai de prévenance de six mois et l’accord de
l’employeur qui doit répondre dans les trois mois de la demande. Il peut refuser.
Une fois acquis l’accord de l’employeur, dix points permettent un complément de
rémunération compensant pendant trois mois un passage à mi-temps. C’est à
l’employeur de transmettre à la CARSAT l’avenant du contrat de travail (fondant
le passage à temps partiel) ainsi que les éléments nécessaires au remboursement du
complément de rémunération et des cotisations afférentes. On doit espérer une
rapidité de réaction des CARSAT, l’exemple de celle de Lille submergée par des
liquidations de retraites qui font que certains retraités attendent depuis plus de 6
mois après leur premier jour de retraite le versement de la première échéance de
leur pension laisse augurer de bien des difficultés sur ce point. On peut penser
qu’un tel passage au temps partiel pourra servir de sas avant le basculement vers la
retraite il serait alors un moyen de transition douce vers la retraite ou avant une
réorientation vers des métiers moins exposés.
37
Revue europénnee du droit social
3) un départ anticipé à la retraite est possible dans certaines conditions.
(10 points = un trimestre de majoration). Il existe aussi pour le salarié la possibilité
qui lui est donnée de partir de 55 ans de financer une majoration de durée
d’assurance vieillesse. Dans la limite de huit trimestres (soit deux ans). Chiffre
logique puisque sauf cas particulier et temporaire, le salarié est dans l’obligation
d’utiliser 20 points pour la formation, ce qui signifie qu’il ne lui reste au maximum
que 80 points disponibles pour une autre finalité et notamment pour le départ
anticipé à la retraite. Le salarié pourra utiliser ses points dans la proportion de
10 points pour un trimestre afin d’abaisser l’âge auquel il pourra liquider sa
pension de vieillesse. Ces trimestres seront par ailleurs « réputés cotisés » pour le
bénéfice du dispositif de départ anticipé pour carrières longues.
Compensations liées à la pénibilité
A la possibilité de départ en retraite anticipé prévue par la précédente
réforme des retraites de 201029, qui prévoyait l’abaissement de l’âge de départ à la
retraite à 60 ans pour tous les salariés justifiant d’une incapacité permanente
partielle au titre d’une maladie professionnelle (MP) ou d’un accident du travail
(AT), sous certaines conditions (applicable depuis le 1er juillet 2011), s’ajoute,
sans pour autant s’y substituer, un deuxième dispositif mis en place par celle de
201430, instaurant le compte personnel de prévention de la pénibilité qui lui
prévoit instauration d’un compte personnel de prévention de la pénibilité qui
permet de comptabiliser sous forme de points les droits que chaque travailleur
exposé à des facteurs de pénibilité acquiert du fait de cette exposition, points qui
peuvent être utilisés à différentes fins (application progressive à compter du 1er
janvier 2015). Ces deux dispositifs de compensation coexistent.
Depuis le 1er juillet 2011, il existe la possibilité d’un départ à la retraite à 60
ans, pour les salariés qui auraient été exposés à des facteurs de pénibilité et
justifiant:
− d’une IPP d’au moins 20 % reconnue au titre d’une MP, ou d’un AT
ayant entraîné des lésions identiques à celles indemnisées au titre d’une MP,
− d’une IPP inférieure à 20 %, mais au moins égale à 10 % reconnue au
titre d’une MP ou d’un AT sous réserve que l’assuré ait été exposé pendant 17 ans
à un ou plusieurs facteurs de pénibilité et qu’il puisse être établi que cette IPP est
directement liée à cette exposition31.
À chaque cas d’IPP, il est prévu une procédure et des conditions d’obtention
spécifiques pour la mise en œuvre de la retraite à raison de la pénibilité32.
Le dispositif de compensation de la pénibilité par un compte personnel de
prévention de la pénibilité33, en dehors de considérations liées à un quelconque
taux d’IPP n’exclut donc pas, la possibilité de bénéficier du système antérieur pour
29
Loi 2010-1330 du 9 novembre 2010
Loi 2014-40 du 20 janvier 2014
31
Code de la sécurité sociale (articles L. 351-1-4, D. 351-1-9 et D. 351-1-10
32
circulaire DSS/SD2/2011/151 du 18 avril 2011
33
loi 2014-40 du 20 janvier 2014
30
38
European Journal of Social Law
les salariés exposés à des facteurs de pénibilité ayant entraîné une capacité de
travail dans les conditions prévues mais l’exclut pour ceux qui bien qu’exposés à
des facteurs de pénibilité, ne peuvent bénéficier d’un départ anticipé à la retraite
car ils ne remplissent pas les conditions liées à l’IPP. En effet, le seul fait d’être
exposé à un ou plusieurs risques, facteurs de pénibilité, au-delà des seuils
réglementaires après application des mesures de protection collective et
individuelle, permet d’acquérir des points qui seront enregistrés sur le compte
personnel de prévention de la pénibilité.
Sont exclus de ce dispositif les salariés affiliés à un régime spécial de retraite
comportant un dispositif spécifique de reconnaissance et de compensation de la
pénibilité34.
financement du compte personnel de prévention de la pénibilité
Le financement du compte personnel de prévention de la pénibilité est
assuré via un fonds à gestion paritaire dont les recettes résulteront en rythme de
croisière de deux cotisations Puisqu’il est prévue une application progressive du
financement35. La première de 0,01 % de la masse salariale, ce qui est bien peu,
surtout comparé aux sommes versées aux actionnaires des grands groupes ou de la
rémunération du capital des entreprises de moindre taille, sera à compter de 2017
payée par toutes les entreprises, la seconde sera payée par les entreprises ayant
exposé au moins un de leurs salariés à un facteur de pénibilité. La cotisation
comporte elle-même deux taux (en rythme de croisière qui sera atteint en 2017, les
années 2015 et 2016 faisant l’objet d’un taux réduit) selon que les salariés sont
exposés à un seul ou à deux ou plusieurs facteurs de pénibilité.
b) L’utilisation des points au service d’une amélioration des conditions de
travail et de la protection de la santé des travailleurs est-elle possible?
Peut-on retenir du Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité le « P » de
prévention36?. Le compte est davantage un système curatif, voire indemnitaire, dans
la mesure où le droit français admet l’indemnisation sous forme autre que
monétaire, et transitoire de court terme plus qu’un système préventif. Il tend à
corriger a posteriori les différences d’état de santé consécutives aux conditions
d’exposition à des situations de pénibilité par des mesures compensatrices. Dans
une version optimiste il devrait inciter les entreprises, notamment compte tenu des
conséquences judiciaires et indemnitaires, à avoir une démarche proactive et ainsi
transformer une obligation de mise en conformité en dynamique d’actions de
prévention. Dans une version moins optimiste il n’est pas exclu qu’elles se
contentent de l’aspect indemnitaire d’autant plus que leur tendance actuelle en la
matière est de chercher, souvent avec succès, à faire prendre en charge par la
collectivité ce type de dépense qui en toute logique incombent pourtant à
34
35
36
liste de ces régimes fixée par le décret 2014-1617 du 24 décembre 2014
D. du 9 octobre 2014
Hervé Lanouzière, « Usure professionnelle: le défi de l’anticipation », Travail & changement, n° 357,
nov.-déc 2014.
39
Revue europénnee du droit social
l’entreprise et qui en plus pourrait s’avérer moins cher que des investissement en
matière de prévention.
Un des enjeux lié à l’utilisation des points du compte personnel de
prévention de la pénibilité est de permettre de s’interroger sur les parcours
professionnels, la gestion prévisionnelle des emplois et la qualité de vie au travail,
et à l’entreprise de s’interroger sur son organisation du travail. Mais dans le
contexte actuel il n’y a pas trop d’illusions à se faire sur la mise en œuvre réelle de
ces questionnements et les réponses susceptibles d’y être apportées.
Il convient aussi d’ouvrir la réflexion sur d’autres mesures compensatrices
« indirectes » voire de protection et de maintien dans l’emploi qui relèvent des
prérogatives des services de santé au travail et plus particulièrement des médecins37
et qui peuvent d’avantage s’inscrire dans une dynamique de prévention. En effet, la
mission exclusive des services de santé au travail est d'éviter toute altération de la
santé des travailleurs du fait de leur travail38. A cette fin, ils doivent notamment
prendre en compte la pénibilité au travail dans la conduite de leurs actions en
milieu de travail, dans leurs missions de conseil et de surveillance de l’état de santé
des travailleurs. Rappelons que la fiche d’exposition doit être transmise au service
de santé au travail qui la transmet au médecin du travail qui en assure la traçabilité
au dossier médical. Cette fiche, corrélée au nombre de points acquis sur le compte
personnel de prévention de la pénibilité, dont le médecin n’est pas destinataire,
peut lui permettre de proposer des mesures individuelles telles mutations ou
transformations de postes, justifiées par des considérations relatives notamment à
l’âge, à la résistance physique ou à l’état de santé physique et mentale des
travailleurs39; ou encore, lorsque le médecin du travail constate la présence d’un
risque pour la santé des travailleurs, il propose par un écrit motivé et circonstancié
des mesures visant à la préserver40.
Dès lors que la pénibilité atteste la détérioration de l’état de santé en raison des
conditions de travail, une telle situation peut parfaitement donner lieu à un avis
d’inaptitude délivrée par le médecin du travail. L’employeur est alors tenu de lui
proposer un autre emploi approprié à ses capacités, compte tenu des conclusions
écrites du médecin du travail et des indications qu’il formule sur l’aptitude du
salarié à exercer l’une des tâches existantes dans l’entreprise et aussi comparable
que possible à l’emploi précédemment occupé, au besoin par la mise en œuvre de
mesures telles que mutations, transformations de postes de travail ou aménagement
du temps de travail. Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, si l’inaptitude est
consécutive à un accident du travail ou à une maladie professionnelle, le médecin
du travail formule également des indications sur l’aptitude du salarié à bénéficier
d’une formation destinée à lui proposer un poste adapté41. Ceci fait écho à la
37
L. n° 2011-867, 20 juill. 2011 relative à l'organisation de la médecine du travail.
C. trav., art. L. 4622-2.
39
C. trav., art. L. 4624-1.
40
C. trav., art. L. 4624-3.
41
C. trav., art. L. 1226-2, L. 1226-3 et L. 1226-10.
38
40
European Journal of Social Law
compensation liée à la formation professionnelle du dispositif de pénibilité. Les
possibilités de reclassement doivent être recherchées par l’employeur au sein de
l’entreprise et, le cas échéant, au sein du groupe auquel elle appartient42. Cette
recherche doit être effective43. L’employeur est tenu de prendre en considération
les propositions du médecin du travail et, en cas de refus, de faire connaître les
motifs qui s’opposent à ce qu’il y soit donné suite. Force est de constater
l’importance que revêt aujourd’hui le service de santé au travail dans le dispositif
de la pénibilité quant à la recherche notamment du maintien dans l’emploi du
salarié. Par ailleurs, le travail à temps partiel, notamment le mi-temps
thérapeutique, est un autre exemple d’aménagement du poste du travail qui peut
être proposé par le médecin du travail. Le risque est que les contraintes prises en
compte par le médecin du travail ne l’aient pas été par l’employeur dans son
diagnostic pénibilité.
Il y a lieu aussi d’insister le rôle non négligeable que peuvent jouer les
institutions représentatives du personnel et plus particulièrement le CHSCT. Ce
dernier, procède à l’analyse de l’exposition des salariés à des facteurs de
pénibilité44. Cette analyse lui permet d’émettre un avis critique et argumenté sur
l’exposition des salariés aux facteurs de pénibilité, le rapport et le programme
annuels de prévention présentés par l’employeur ainsi que les accords, plans
d’actions sur la pénibilité. Le CHSCT peut émettre un avis sur l’efficacité des
mesures de protection collective et individuelle prises en compte par l’employeur.
De plus, ce dernier devra traiter spécifiquement de la prévention de la pénibilité
dans le rapport annuel et des mesures de prévention de ce risque dans le
programme annuel. À cette occasion, le CHSCT peut proposer un ordre de priorité
des actions annoncées et adopter des mesures supplémentaires à partir de sa propre
analyse45
Dans des entreprises d'au moins cinquante salariés non dotées de CHSCT, les
délégués du personnel exercent les missions attribuées à ce comité46. Leur champ
d’intervention relatif aux conditions de travail étant donc étendu à la pénibilité; ils
pourront présenter des réclamations individuelles ou collectives sur cette question.
Ces possibilités nouvelles permettront aux équipes d’interpeller l’employeur qui
pourrait minorer les risques d’exposition ou le nombre de salariés exposés mais
aussi le médecin du travail.
Le compte personnel de prévention de la pénibilité: un outil de progrès de
la prévention de la pénibilité ou un retour à une logique de réparation?
Le compte personnel de prévention de la pénibilité est donc un compte qui
permet, lorsque le salarié décide d’en mobiliser le contenu, de compenser les effets
d’une longue exposition à un ou plusieurs facteurs de pénibilité. En tant que tel et à
42
Cass. soc., 16 sept. 2009, n° 08-42212: Bull. civ. V, n° 185.
Cass. soc., 24 juin 2009, n° 07-45656: Bull. civ. V, n° 163.
44
C. trav., art. L. 4612-2.
45
. C. trav., art. L. 4612-17.
46
article L. 2313-16 du Code du travail
43
41
Revue europénnee du droit social
s’en tenir à la finalité immédiate que le législateur lui attribue, les points acquis au
fur et à mesure de la carrière vont ouvrir au salarié des droits à la formation dont on
peut espérer qu’elle lui permettra d’accéder à un emploi moins pénible, mais sur ce
point aucune garantie n’est prévue à la sortie de la formation, au passage à temps
partiel et donc d’organiser une pause dans sa carrière ou d’engager un processus de
transition douce à la retraite, ou encore à un départ plus précoce à la retraite sans
avoir à justifier d’une incapacité de travail.
L’étymologie même du mot travail (tripalium) évoque sans doute une situation
de contrainte voire de torture laissant à penser que le travail est effectué de force et
que sauf dans certaines situations particulières comédien qui joue quand il travaille,
professeur d’université, il est pénible. S’il paraît illusoire d’organiser tout travail en
dehors de la moindre contrainte, difficulté ou souffrance, la mise en place d’une
démarche de prévention peut permettre de limiter les risques de détérioration de
l’état de santé du salarié. Le compte personnel de prévention de la pénibilité
n’est là que pour compter les points.
Face aux inquiétudes exprimées par beaucoup de chefs d'entreprise relatives à
la mise en œuvre progressive du compte personnel de prévention de la
pénibilité, le Premier ministre a confié à un parlementaire et à un chef d’entreprise,
on notera l’absence de représentant des salariés, ce qui ce comprend puisque la une
mission doit aboutir à des propositions de simplification du dispositif et de
sécurisation juridique pour prévenir d'éventuelles sources de contentieux, en clair
des moyens pour les entreprises d’échapper à l’indemnisation qui est pourtant la
marque forte du dispositif lui même et des risques supplémentaires qu’entraîne ses
insuffisances techniques. Les employeurs sont prêts à passer d’une logique de
prévention à une logique d’indemnisation mais à condition que le payeur soit
n’importe qui sauf l’entreprise ce que bien sûr dans le cadre du droit actuel les
tribunaux ne peuvent pas leur accorder. Dans le système français actuel de la
responsabilité civile, qu’il est difficile d’abroger totalement
L’indemnisation de la victime repose sur la faute47 et c’est alors sur le
responsable de la faute que pèsera l’obligation d’indemnisation, ou sur la
responsabilité des choses48, c’est alors le gardien de la chose à l’origine de
l’accident qui devra supporter le fardeau de l’indemnisation, ou sur le risque49.
Dans les conséquences d’accidents ou de mauvais état de santé du salarié à la suite,
à l’initiative de l’employeur, de son exposition démesurée à des risques, que leur
décision soient fondées sur la faute, la responsabilité des choses ou le risque, sauf
abrogation préalable de tout le droit de la responsabilité civile ce qui poserai bien
des problèmes et dans une sphère bien plus vaste que celle de l’entreprise, les
tribunaux ne pourront faire autrement que condamner le responsable: l’entreprise.
On voit donc bien que la demande des employeurs relative au risque de contentieux
47
C. civ., art 1382
C. civ., art 1384
49
Boris Starck., responsabilité civile Litec
48
42
European Journal of Social Law
n’est que le cache-sexe de la peur d’avoir à supporter eux-mêmes les conséquences
de condamnations qui ne manqueront pas être prononcée contre eux en raison de
leur responsabilité.
Leur recherche étant un passage d’une logique de prévention qui leur coûte
cher à une logique d’indemnisation par un autre qu’eux qui dans ce cas ne leur
coûtera rien. Espérons que celui qui est à l’origine de la mission le comprendra et
en tirera les conséquences, s’il ne le fait pas les règles de la responsabilité civile
qu’il est difficile de faire disparaître totalement prendront le relais.
Les entreprises concernées par les quatre facteurs de pénibilité entrant en
vigueur en 2015 n’ont, à ce stade, aucune tâche ou formalité supplémentaire à
accomplir au titre du compte. Aucune obligation déclarative n’est à accomplir
avant le mois de janvier 2016. ». On est loin du choc de complexité comparable au
déluge annoncé par certains employeurs. La mission doit travailler en étroite
collaboration avec Michel de Virville, auteur d’un rapport bien connu dont le but
était clairement la destruction d’un droit du travail contenant des règles protectrices
des travailleurs50, qui fut en son temps largement critiqué par l’ensemble des
organisations syndicales de salariés51 qui mène par ailleurs une mission d’appui
aux branches professionnelles et de préparation de la mise en place des facteurs de
pénibilité entrant en vigueur au 1er janvier 2016.
Dans l’attente des premiers résultats de ces travaux, il y a lieu de veiller à ce
que la prévention de l’exposition à la pénibilité reste la première des priorités.
II les perspectives ouvertes par la jurisprudence relative au préjudice
d’anxiété
Comme cela a déjà été démontré, la jurisprudence relative au préjudice
d’anxiété née avec l’exemple de l’amiante peut être étendue aux autres risques52 et
donc à celui de la pénibilité permettant alors des indemnisations qui pourraient bien
être très largement supérieures à celles prévues par le compte pénibilité et
resteraient à la charge des entreprises qui pourraient bien regretter amèrement leur
manque d’efforts en matière de prévention de la pénibilité.
Le préjudice d’anxiété n’est qu’une déclinaison du préjudice moral. Au XX e
siècle, le dommage moral s’est étendu aux personnes victimes d’atteintes dans leur
intégrité corporelle, puis peu a peu a de nombreux préjudices à partir du moment
où il y a atteinte morale. Ces reconnaissances trouvent leur source dans le code
50
Michel de VIRVILLE., Pour un code du travail plus efficace: rapport au ministre des affaires sociales,
du travail et de la solidarité rapport au Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité: La
Documentation française Janvier 2004
51
Marie-France Bied-Charreton., un projet de réfection du droit du travail néolibéral: grille d’analyse dr
ouvr 2004.161
52
Jeanne-Marie Wailly., DU PREJUDICE MORAL AU PREJUDICE D’ANXIETE: DE L’AMIANTE
AUXAUTRES RISQUES (évolution et perspectives): REVUE EUROPÉENNE DU DROIT SOCIAL
Volume XVIII • ISSUE 1 • Year 2013 p.18
43
Revue europénnee du droit social
civil: tout fait quelconque de l’homme qui cause a autrui un dommage oblige celui
par qui il est arrive a le réparer53.
Au sens étroit le préjudice moral correspond à l’atteinte de la victime au
travers son honneur, sa réputation ou son affection. La jurisprudence actuelle
accepte de façons diverses les préjudices moraux en fonction de la base juridique
sur laquelle repose la demande d’indemnisation.
Il faut distinguer le préjudice d’anxiété du préjudice d’angoisse. Et pour ce
faire, définir les termes: l’angoisse selon l’encyclopédie médicale est un sentiment
d’appréhension, de grande inquiétude s’accompagnant de symptomes physiques.
Elle serait ponctuelle. L’anxiété est un trouble émotionnel, un sentiment
d’insécurité que la jurisprudence prend en compte, y compris dans les relations de
travail54, intense de danger imminent. Elle est plus chronique et les conséquences
physiques le sont plus également.
Au sens psychologique, tous les individus ne réagissent pas de la même façon
face à un évènement et face aux conséquences connues et aléatoires. En effet
personne n’est maître des aléas de l’existence mais face au même évènement,
chacun est libre de sa réaction. Dans tous les cas un préjudice corporel entraine
toujours une modification qui peut être minime ou importante de la personnalité et
donc de la qualité de vie. La réparation par les tribunaux peut aussi souvent se
révéler arbitraire, et c’est sans doute la raison pour laquelle ces mêmes tribunaux
apprécient de façons très diverses ce préjudice moral. Même si l’indemnisation des
conséquences extrapatrimoniales d’une atteinte corporelle est admise sans
réserve55. Il existe néanmoins des conditions: cette demande doit être légitime, les
atteintes morales doivent être certaines. Un tiers de l’activité des tribunaux est
consacrée a la responsabilité civile et même si les dommages accidentels occupent
une bonne part, c’est bien l’aspect psychologique qui explique cette hausse.
Les victimes trouvant logique de réclamer réparation. La réparation du
préjudice d’anxiété trouve sa source dans le grand principe en droit de la
responsabilité qui veut que la réparation de tout dommage soit intégrale: Si aux
tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par la
faute duquel il est arrive a le réparer 56, cette réparation doit être intégrale57:
préjudice matériel comme moral. Mais son origine s’ancre aussi dans l’aspect
évolutif du préjudice extrapatrimonial constate. En effet c’est de cette évolution
que se nourrit l’anxiété. L’individu ne pouvant reconstruire sa vie dans cette
incertitude.
53
C. civ. , art; 1382
marc Richevaux., obligation de sécurité de résultat de l’employeur et sentiment d’insécurité note sous
cass.soc., 6 oct. 2010 Les petites affiches 1 er mars 2011
55
cass. Civ. 13 fevrier 1923
56
article 1382 du code civil
57
article 1149 du code civil
54
44
European Journal of Social Law
Même si les deux termes “prejudice” et “dommage” sont très proches, il
apparait certain que le terme préjudice convient mieux a l’anxiété, son étendue
semblant plus vaste et plus incertain que le dommage qui lui parait plus circonscrit.
Pour comprendre le préjudice d’anxiété et donc obtenir indemnisation, il faut
admettre qu’il s’agisse d’un phénomène indépendant de tout autre et donc par
exemple du “pretium doloris” souvent mis en avant pour justifier une
indemnisation moindre, n’y incluant que peu l’angoisse.
Le préjudice d’anxiété touche plus à l’humain qu’au droit, mais il est
néanmoins pris en compte par le droit. Il est strictement personnel et s’apprécie
individuellement. Le drame de l’amiante est aussi et avant tout un drame humain a
grande échelle composée d’une multitude d’individualité. C’est sans doute dans ces
particularités qu’on trouve une justification de la reconnaissance du préjudice
d’anxiété.
En ce qui concerne l’amiante, le préjudice d’anxiété peut être défini comme le fait de savoir que l’on vit avec des particules d’amiante dans les poumons, le fait
de vivre avec la peur des contrôles médicaux auxquels on doit se soumettre, la peur
de l’annonce ou de l’aggravation de la maladie, l’annonce de la maladie de
collègues ou de leur décès.
Ce préjudice d’anxiété a été reconnu sur la base de la maladie professionnelle
de l’amiante, dans les années 1950. Le chemin parcouru a été long pour en arriver a
une ensemble jurisprudentiel construit vers cette reconnaissance de la notion de
préjudice d’anxiété (A), cette évolution du préjudice d’anxiété qui gagne peu à peu
des pans entiers du droit (droit civil, droit commercial, droit du travail, ce qui
pourrait permettre de l’utiliser en matière de pénibilité »…) mais il faut aussi tenir
compte du fait que des dérives possibles qu’il faut détecter afin de les enrayer. Le
risque serait sinon de voir une trop grande reconnaissance voire une généralisation
de celle-ci nuire a terme a cette indemnisation
a) l’exemple de l’amiante: De la reconnaissance du prejudice d’anxiete a
partir du prejudice moral
1) les conséquences de l’exposition à l’amiante
La reconnaissance des conséquences de l’exposition à l’amiante n’a pas été
une chose aisée. Si maintenant elle ne fait plus aucun doute, la lutte des salariés et
des associations est permanente et attentive. Dans ce contexte qui reste passionné,
la reconnaissance du préjudice d’anxiété est vécue comme une victoire.
La reconnaissance du préjudice est né de l’exposition à de l’amiante. Ce n’est
que dans les années 1950 que l’on a fait le lien entre sante et amiante. C’est à ce
moment que l’on reconnait l’amiante comme maladie professionnelle avec
notamment des affections allant de l’asbestose au mésothéliome58.
Cependant, dès 1898, un inspecteur d’usine anglais écrit dans son rapport
annuel “que les risques de l’amiante pour la santé sont aisément démontrés”. En
1906, un inspecteur départemental du travail français fait les mêmes constatations.
58
décret du 31/08/1950
45
Revue europénnee du droit social
Pourtant, ce n’est qu’en 1977 que des arrêtés et des décrets règlementent
l’usage de l’amiante, notamment pour la protection des salariés exposes aux
poussières d’amiante.
Et même si les normes acceptées sont encore élevées, le processus est lancé.
On va alors à partir de janvier 1997 interdire la fabrication, l’installation et la mise
en vente de produits contenant de l’amiante59. ON prévoit alors dans ce même
texte60, un encadrement très strict des salariés devant manipuler de l’amiante (ex.:
chantier de désamiantage). Deux types d’indemnisation existent en France:
- Un fonds d’indemnisation des victimes d’exposition à l’amiante
- Un fonds de financement des cessations anticipées d’activité des travailleurs
de l’amiante.
Parallèlement, en octobre 1995 a été créée l’association SOS Amiante pour
aider les victimes de l’amiante dans toutes leurs démarches. L’amiante est la
première cause de maladie professionnelle en France et le droit pénal reconnaît
pour les contrevenants la mise en danger d’autrui et le droit social “la faute
inexcusable”.
Les acquis qui concernent l’amiante l’ont été après de dures luttes et combats
jurisprudentiels. Si les textes en vigueur protègent davantage les individus,
notamment en matière de prévention, il n’empêche que de nombreux ex salaries
ont été atteints, sont malades ou malheureusement décédés. Quand de tels drames
surgissent, il est prévu un régime d’indemnisation relativement efficace même s’il
est loin d’être parfait. En matière de réparation de préjudice, on sait que la
meilleure des indemnisations ne remplacera jamais la sante ou l’être disparu.
Pendant longtemps les personnes non malades étaient restées dans le néant bien
que leur angoisse soit réelle. Elles n’osaient que peu se plaindre car qu’est-ce que
leurs simple craintes a côte de collègues malades? C’est pour protéger et rendre
légitime leur peur qu’a été retenu le préjudice d’anxiété.
2) La reconnaissance du le préjudice d’anxiété: évolution jurisprudentielle
Le préjudice d’anxiété est un préjudice moral. On peut le définir comme “une
inquiétude permanente face au risque de déclaration à tout moment d’une
maladie”61 ou aussi de dégradation de la santé. Le préjudice d’anxiété est définit:
“le préjudice d’anxiété, c’est lorsque des salaries se trouvent dans une situation
d’inquiétude permanente face au risque de déclaration à tout moment d’une
maladie liée a l’amiante, et doivent subir des contrôles et examens réguliers ce qui
augmente l’angoisse”62. Une riche jurisprudence s’en est suivie. On prendra
seulement quelques exemples récents une juridiction63 vient d’accorder une
indemnité au titre du préjudice d’anxiété a trois ex-salaries d’ascométal de
Leffrinckoucke et a deux ex-salaries d’usinor (arcelor-mittal), ayant travaille
59
décret du 24/12/96
décret du 24/12/96
61
Cour de Cassation 11 mai 2010
62
Ahlstrom label pack et ZF Masson
63
conseil des prud’hommes de Dunkerque 29 mai 2012
60
46
European Journal of Social Law
respectivement 12 et 40 ans au contact de l’amiante. De même une autre
juridiction64 accorde aux 55 salaries adhérents a la mutuelle de la méditerranée et
anciens ouvriers de la Normed une indemnité de 10000 euros a chacun au titre du
préjudice d’anxiété. Une juridiction65 a reconnu le préjudice d’anxiété lié à la
potentielle exposition à l’amiante pour 29 salaries de l’équipementier Valeo pour
un total d’indemnités de 300 000 euros (elle reconnait le préjudice d’anxiété et le
bouleversement des conditions d’existence).
Les constructions mécaniques de Normandie (CNM) doivent donc indemniser
le préjudice de 10 anciens salaries (non malades) a hauteur de 8 000 euros chacun
en raison de la reconnaissance de leur préjudice d’anxiété66.
Cette jurisprudence qui reconnaît le préjudice d’anxiété apparait constante67.
Elle trouve sa source dans une des décisions plus anciennes. Ainsi par le préjudice
d’angoisse a été reconnu pour les salaries du Queens Mary (mais aussi pour les
passagers) qui avait vécu l’effondrement d’une passerelle et avaient connu les
affres de l’angoisse au milieu de leurs collègues ou amis décédés et ceci jusqu’a
l’arrivée des secours68. De même, ce préjudice d’angoisse fut pour les salaries
d’AZF, victimes de l’explosion de leur usine.
Cependant, il faut noter que cette constance dans les décisions est parfois
émaillée de résistance69. Ainsi, on a vu le refus du préjudice d’anxiété pour des
salaries de la maintenance nucléaire a la centrale nucléaire de Gravelines (risque
d’irradiation)70. Mais aussi une juridiction acceptant d’indemniser le préjudice
d’anxiété mais refusant aux salariés concernés 21 salaries d’Eternit-Tessac (Albi)
de leur accorder le préjudice découlant du bouleversement des conditions de vie71.
A présent cette jurisprudence dépasse largement le domaine de l’amiante.
D’autres atteintes, d’autres substances utilisées ou d’autres produits fabriqués
peuvent se voir appliquer le même régime.
En effet dans de nombreux secteurs d’activités, les risques sur la santé sont
nombreux et ceci a tous les stades de la production. L’extension ne s’arrête pas au
droit du travail. Les autres disciplines juridiques sont elles aussi concernées. Le
préjudice d’anxiété peut exister dans des situations autres que la relation de travail.
B) les possibilités d’élargissement
64
conseil des prud’hommes de Toulon le 31 juillet 2012
conseil des prud’hommes de Limoges 24 septembre 2012, dans le même sens Cour d’Appel de
Toulouse novembre 2012 confirme le conseil des prud’hommes d’Albi; Cour d’Appel de Poitiers24
octobre 2012 Prud’hommes de La Rochelle en indemnisant 22 anciens salaries des chantiers navals
de La rochelle; Cour d’Appel de Caen est venue le 28 septembre 2012 infirme une décision du conseil
des prud’hommes de Cherbourg qui avait refusé en mars 2010 de reconnaitre le préjudice d’anxiété.
66
Cour d’Appel de Caen est venue le 28 septembre 2012 infirme une décision du conseil des
prud’hommes de Cherbourg qui avait refusé en mars 2010 de reconnaitre le préjudice d’anxiété.
67
Cour de Cassation du 11 mai 2010.
68
Cour d’Appel de Rennes 02 juillet 2007
69
ex de résistances: conseil des prud’hommes de fin octobre 2012 Bergerac
70
conseil des prud’hommes de Dunkerque 04 juin 2012
71
Cour d’Appel de Toulouse 03 mai 2012
65
47
Revue europénnee du droit social
Les perspectives possibles relatives au compte personnel de prevention de la
penibilite l’evolution du prejudice d’anxiete vers la mise en danger d’autrui.
Les autres atteintes et les autres risques. Les autres risques d’atteintes à la
santé sont nombreux en droit du travail. Pour certaines de ces substances ou
produits, leur caractère dangereux est déjà reconnu à des degrés différents mais la
jurisprudence n’est pas constante dans les atteintes. Pour d’autres victimes, la
relation de salariat n’est pas établie, mais le risque au travail est bien là.
Ainsi on peut citer: - les travailleurs qui manipulent des produits de traitement
ou de conversation dans l’agriculture ou dans l’agro alimentaire (poursuite contre
l’employeur ou contre le fabricant), les salariés des laboratoires chimiques ou
médicaux qui manipulent des molécules ou virus dangereux. Les salaries du
nucléaire devant le risque potentiel lie à leur activité. Tous ces individus peuvent
légitimement ressentir de l’angoisse au quotidien. Toujours dans le monde du
travail, le cas du collègue du fumeur a été reconnu comme un préjudice en cas
d’apparition de maladie. Le préjudice d’anxiété est bien présent ici aussi. Que dire
aussi de la sensation d’agression ou du risque d’agression physique ou verbale
comme pour les chauffeurs de bus, les employés de pôle emploi, les salariés
d’accueil de certains services publics face à des usagers énervés par une grève ou
leur dossier qui n’avance pas assez vite à leurs yeux ou encore un cas de force
majeure (ex.: météo).
Ainsi l’Etat, au travers du statut de la fonction publique doit la protection à ses
agents. Dix huit enseignants d’un lycée de Vitry Sur Seine se sont vus reconnaître
le préjudice d’anxiété et une indemnisation de 500 euros chacun72, car une
juridiction a estimé que l’administration n’a pas mis en œuvre les mesures propres
a assurer la protection des membres du corps enseignant exerçant dans ce lycée.
Ces enseignants avaient vécu l’agression de leurs élèves au sein du lycée par des
personnes extérieures. Tous les cas l’appréciation de l’anxiété reste très subjective
ce qui complique singulièrement sa caractérisation et sa preuve.
En nos temps de crise, les moments d’angoisse sont très fréquents sur le plan
professionnel. Chacun aurait au moins un motif de porter plainte: un salarié contre
le groupe qui vient de racheter son entreprise et qui craint d’être licencié. Un
rapprochement utile est à faire entre le préjudice d’anxiété et l’infraction pénale de
mise en danger d’autrui sur une base d’une exposition au risque.
En effet, on peut dire que chaque substance utilisée ou/et chaque produit fini
manipulé peuvent être potentiellement dangereux. De plus, les connaissances
scientifiques évoluant sans cesse, la dangerosité n’est parfois pas encore connue.
Pour ce qui est de l’exposition à la pénibilité l’existence d’une fiche sera un
élément permettant de faciliter la preuve mais ne résout pas tout. La fiche permet
de prouver l’existence d’un ou plusieurs facteurs de pénibilité, voir le taux
d’exposition s’il est supérieur aux seuils prévus. Mais il subsiste des difficultés cela
prouve l’exposition supérieure au seuil mais pas le préjudice d’anxiété pour lequel
72
tribunal administratif de Melun
48
European Journal of Social Law
il faudra recourir à des témoins: collègues de travail et/ou médecins médecin du
travail ou médecin de ville. En cas d’exposition inférieure au seuils prévus il n’y
aura pas de fiche et la preuve du préjudice d’anxiété qui pourra justement être
caractérisé par une exposition inférieure au seuil qui est de nature générer un
préjudice d’anxiété d’autant plus fort qu’il n’est pas pris en compte au titre de la
prévention et de l’indemnisation de la pénibilité, mais la preuve sera d’autant plus
complexe à apporter, ce qui est difficile mais impossible. L’enjeu est de taille
puisque la preuve de ce préjudice permettra alors de se tourner vers des juges qui
pourraient bien donner des indemnisation bien supérieures à celles prévues dans le
cadre du compte prévention de la pénibilité pour les salariés suffisamment exposés
pour entrer dans le dispositif et permettre à ceux qui ne sont pas suffisamment
exposés pour entrer dans ce dispositif d’être néanmoins indemnisés.
Bibliographie:
HUET J., Le paradoxe des médicaments et les risques de développement D 1987,
chronique 73
LANGLET R., L’affaire de l’amiante, La Découverte 1996
MOREL L., Droit civil approfondi. La réparation du préjudice, Paris, Les cours de droit
1951/1952
PIERRE Philippe l’indemnisation du préjudice moral en droit français: La Découverte
TURC A, La distinction des obligations de moyens et les obligations de résultat, JCP
1945,1,449
Les amiantes de Jussieu, Le nouvel observateur n° 2247 (29/11/2007)
Rapport Lesage 2007 commande par Jean-Louis Borloo, ministre de l’environnement
(www.gou.fr)
Ou est le scandale? chronique, www.le point.fr, 19/10/96 et modifiée le 25/01.2007
Effets sur la sante des principaux types d’exposition a l’amiante, rapport INSERM 1997
Le drame de l’amiante en France, (www.senat.fr), rapport du Senat, 2005 annexe
Références législatives et réglementaires:
Code du Travail - Articles L. 4121-1 à L. 4121-5: Obligations de l'employeur (Principes
généraux de prévention)
Code du travail - Articles D. 4161-1 à D. 4161-4: Fiche de prévention des expositions
Arrêté du 30 janvier 2012 relatif au modèle de fiche prévu à l'article L. 4121-3-1 du code du
travail
Code du travail - Art. R. 4162-1 à D. 4162-57: Compte personnel de prévention de la
pénibilité
Code du travail - Art. D. 4163-1 à R. 4163-8: Accords en faveur de la prévention de la
pénibilité
Loi n°2014-40 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites
Décrets d'application de la loi publiés au Journal officiel du 10 octobre 2014:
Décret n° 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de
prévention de la pénibilité, aux modalités de contrôle et de traitement des réclamations
Décret n° 2014-1156 du 9 octobre 2014 relatif à l'acquisition et à l'utilisation des points
acquis au titre du compte personnel de prévention de la pénibilité
Décret n° 2014-1157 du 9 octobre 2014 relatif au fonds de financement des droits liés au
compte personnel de prévention de la pénibilité
49
Revue europénnee du droit social
Décret n° 2014-1158 du 9 octobre 2014 relatif au document unique d'évaluation des risques
et aux accords en faveur de la prévention de la pénibilité
Décret n° 2014-1159 du 9 octobre 2014 relatif à l'exposition des travailleurs à certains
facteurs de risque professionnel au-delà de certains seuils de pénibilité et à sa traçabilité
Décret n° 2014-1160 du 9 octobre 2014 relatif aux accords en faveur de la prévention de la
pénibilité
Décret n° 2015-259 du 4 mars 2015 relatif à la fiche de prévention des expositions des
salariés temporaires
Instruction DGT-DSS n°1 du 13 mars 2015 relative à la mise en place du compte personnel
de prévention de la pénibilité en 2015
50
European Journal of Social Law
LES NOUVELLES APPROCHES DE SOUTENABILITÉ
DE LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE1
Samia OMRANE BELGUITH2
Abstract: The recent international financial crisis has led to the increase in public debt
that has reached unprecedented levels, which has raised many concerns about the
sustainability of public finances of European countries and emerging ones. This has led
governments to adopt from 2009 austerity measures to stabilize the trajectory of public debt.
Various approaches are used to test the sustainability of public debt as the accounting and
the actuarial approach. However, these methods have presented many shortcomings which
required the adoption of new approaches, such as the estimation of fiscal reaction function,
stochastic simulations and using overlapping generations’ models.
Keywords: fiscal policy, sustainability, debt, budget constraint, fiscal reaction function.
Introduction
La récente crise financière internationale de la zone Euro a amené les
gouvernements à fortement creuser leurs déficits budgétaires. La dette publique a
alors atteint des niveaux sans précédents, ce qui a soulevé de nombreuses
inquiétudes quant à la soutenabilité des finances publiques. Ceci a amené les
gouvernements à adopter dès 2009 des mesures d’austérité pour stabiliser la
trajectoire de leur dette publique (Brender et al, 2012).
La soutenabilité de la dette publique est indissociable d’une gestion
macroéconomique saine. Une dette publique trop élevée freine la croissance
économique en décourageant l’investissement privé, car elle alimente la
perspective d’une augmentation des taux d’intérêt réels. D’un autre côté,
l’accroissement du fardeau de la dette peut amener à majorer les impôts et à réduire
les dépenses (Ferrarini et al, 2012). La question de la soutenabilité de la dette
publique doit s’inscrire dans un cadre dynamique en prenant en compte non
seulement le solde budgétaire primaire, mais aussi la vigueur de la croissance
économique et des taux d’intérêt. La soutenabilité de la dette est aussi fonction
d’autres variables, dont la réputation financière du pays, la qualité de ses
institutions et les anticipations autoréalisatrices (Escolano, 2010).
1
Je remercie vivement Monsieur le professeur Foued Badr GABSI pour l’aide qu’il m’a apportée lors de
la préparation de cet article.
2
Maître-assistante à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax en Tunisie Unité de
Recherche en Economie du Développement (URED). Corresponding author, Tel.+21695330801,
email: [email protected], Adresse postale: Route de l’Aéroport km 4 POSTE OUED
CHAABOUNI, B.P.N°111, 3071, Sfax, Tunisie
51
Revue europénnee du droit social
Pour évaluer la soutenabilité de la dette publique, diverses approches sont
utilisées, comme la méthode comptable, la méthode économétrique. Toutefois, ces
méthodes ont montré beaucoup d’inconvénients. En effet, malgré la simplicité de la
méthode comptable, elle se trouve cependant critiquée puisqu’ elle donne
généralement des résultats détaillés année par année. Si ces résultats ne sont pas
convergents, il serait alors difficile d’avoir une conclusion sur l’ensemble de la
période en question (Burnside, 2005). Quant à l’approche économétrique, elle
apporte des informations supplémentaires telles que le taux de couverture des
dépenses publiques par les recettes de l’Etat et le degré de sensibilité du déficit par
rapport à la dette héritée. Toutefois, cette méthode présente plusieurs inconvénients
comme l’exigence de séries longues et substantielles qui manquent souvent pour
les pays émergents et en développement. Les deux approches traditionnelles de
soutenabilité de la dette publique tiennent au fait que l’équation classique de
l’accumulation de la dette ne reflète pas les interdépendances entre les variables
déterminants la soutenabilité comme la croissance du PIB, les taux d’intérêt et les
soldes primaires. Ceci a suscité l’apparition de nouvelles approches de
soutenabilité qui prennent en considération les interactions entre les principales
variables déterminants la dynamique de la dette publique (Bohn, 2008).
Parmi ces nouvelles approches de soutenabilité de la dette publique, nous
distinguons la méthode d’estimation des fonctions de réaction de la politique
budgétaire (Khalid, Malik, et Sattar, 2007; Turrini, 2008; Afonso et Hauptmeier,
2009; Egert, 2010; De Mello, 2007; Budina et Wijnbergen, 2008; Burger et al,
2011), l’approche du FMI (2008), l’approche des simulations stochastiques ou
« Fan Chart » (Celasun, Debrun et Ostry, 2006; FMI, 2008; Giovanni et Garden,
2008; Beynet et Paviot, 2012; Sorbe, 2012; Berti, 2013), la soutenabilité dans le
cadre des modèles de croissance endogène à générations imbriquées (Greiner,
2007; Moraga et Vidal, 2010; Greiner et al, 2011; Arai, 2011; Andrian et
Kozlowski, 2011).
La question qui se pose alors dans cet article est la suivante: quels sont les
apports de ces nouvelles approches de soutenabilité?
Cet article traite les différentes approches théoriques et empiriques relatives à
la question de soutenabilité de l’endettement public. Il est structuré de la manière
suivante: la première section passe en revue la problématique de définition du
concept de la soutenabilité de la dette publique tout en distinguant entre les termes
suivants: soutenabilité, solvabilité, liquidité, stabilité. La deuxième section présente
les différentes approches traditionnelles de soutenabilité, leurs avantages et leurs
inconvénients. La dernière section examine les nouvelles méthodes d’évaluation de
la soutenabilité, des méthodes qui prennent également en compte l’environnement
économique tel que la position dans le cycle et de pouvoir identifier les
modifications de comportement dans le temps.
52
European Journal of Social Law
1. Problématique de définition de la soutenabilité
de la dette publique
La récente crise de la dette souveraine en Europe a contribué au renforcement du
consensus selon lequel les pays développés sont également soumis au problème de
soutenabilité de la dette publique au même titre que les pays émergents et en
développement. Cependant, malgré l’existence d’une littérature abondante consacrée
à la question de la soutenabilité budgétaire, les économistes n’ont pas apporté une
définition universellement acceptée à ce concept (Neck et Sturm, 2008).
D’après Jondeau (1992), « Une politique budgétaire est soutenable, si elle
assure à terme la solvabilité de l’Etat, c'est-à-dire si elle garantit que la dette ne
croîtra pas dans des proportions excessives (telles que l’Etat ne puisse plus assurer
son remboursement) ». Cette définition admet l’existence des déficits budgétaires
mais à condition qu’ils ne soient pas permanents, amenant à un accroissement
explosif de la dette publique, ou que l’Etat puisse dégager des excédents futurs
suffisants pour compenser ces déficits. Pour Agénor et Montiel (1996), une
politique budgétaire est soutenable si la valeur présente espérée des ressources
futures disponibles pour l'Etat pour assurer le financement de la dette est au moins
égale à la valeur du stock de la dette initiale.
Créel et Sterdyniak (1995) estiment que la soutenabilité est assurée si la
politique budgétaire ne compromet pas à long terme la solvabilité de l'Etat, donc si
elle n'entraîne pas une hausse de la dette publique relativement au PIB qui lui fait
franchir le seuil d'insolvabilité.
Comme l'avait précisé Liau (1996), le concept de soutenabilité doit être précisé
par rapport à deux autres concepts à savoir la liquidité et la solvabilité. La liquidité
est une notion de court terme. Un problème de liquidité survient si les actifs
immédiatement disponibles ne sont pas suffisants pour assurer aujourd’hui la
charge de la dette et le remboursement du principal qui arrive à l’échéance.
L’analyse de la liquidité est surtout pertinente pour les pays émergents, dans le
cadre de leur accès au marché du crédit global (Coeuré et al, 2004).
La solvabilité caractérise la situation financière d’un État qui est capable de
faire face à ses engagements, c’est-à-dire dont la contrainte budgétaire
intertemporelle est respectée, y compris en recourant à des ajustements budgétaires
lorsque cela s’avère nécessaire (Buiter, 1990). Le constat de la non-solvabilité d’un
État s’accompagne d’une crise des finances publiques qui se résout par un défaut
(répudiation de la dette) ou un épisode d’hyper inflation.
La soutenabilité correspond à la situation d’un État dont la solvabilité est
assurée sans qu’il ait particulièrement besoin d’ajuster sa politique budgétaire dans
l’avenir. Ainsi, la solvabilité caractérise l’état du « bilan de santé financière » d’un
État alors que la soutenabilité s’intéresse plutôt à la cohérence de sa pratique
actuelle en matière de politique budgétaire. Une politique peut ainsi ne pas être
soutenable sans pour autant que l’État cesse d’être solvable dans la mesure où, au
53
Revue europénnee du droit social
besoin, il peut choisir de modifier sa politique budgétaire, aujourd’hui ou à
l’avenir, pour pouvoir honorer sa dette. Pour un État, le constat d’une absence de
soutenabilité des finances publiques n’est pas synonyme d’impasse budgétaire mais
traduit la nécessité, pour respecter la contrainte de budget intertemporelle, d’un
ajustement fiscal conséquent (Coeuré et al, 2004).
La soutenabilité implique aussi la nécessite d’une analyse en termes de seuils
puisqu’une dette est stable si elle n’augmente pas en terme réel en pourcentage du
PIB. Dans une situation sans nouvel emprunt, la dette est stable si le solde primaire
est suffisant pour payer les intérêts assortis de la dette (Blanchard et alii, 1990;
Artus, 2000).
2. La dynamique de la dette publique
Toute analyse de la soutenabilité de la dette publique se base sur la contrainte
budgétaire intertemporelle (Bénassy-Queré et al, 2004). Un des points importants
est la possibilité pour l’Etat de monétiser son déficit par le biais de l’émission de
monnaie centrale. De façon à prendre en compte cette capacité de création
monétaire, il est possible a priori de considérer la contrainte budgétaire consolidée
de l’Etat et des autorités monétaires. Cependant, il faudrait dans ce cas consolider à
la fois l’actif et le passif, c'est-à-dire en particulier intégrer les créances détenues
par la banque centrale sur l’économie. Pour cela, nous allons supposer que le
financement monétaire du déficit budgétaire est nul (pas de seigneuriage). Pour
traiter la question de la soutenabilité de la dette publique, deux approches sont
utilisées à savoir l’approche comptable et l’approche actuarielle.
2.1. L’approche comptable de soutenabilité: analyse en terme de seuil
L’objectif de l’approche comptable est de déterminer le seuil de déficit
budgétaire soutenable sur la base du respect de la contrainte budgétaire
intertemporelle de l’Etat. Cette dernière est définie comme étant le sentier
d’équilibre de la dette, reliant le taux d’intérêt et le taux de croissance de
l’économie à long terme avec les surplus primaires futurs actualisés (Dietsch et
Garnier, 1984). En d’autres termes, il s’agit de comparer le stock de la dette à une
date donnée aux excédents primaires (solde budgétaire excluant les intérêts sur la
dette) futurs actualisés, à partir d’hypothèses sur les variables macroéconomiques
de long terme. Historiquement, la dynamique de la dette a été justifiée par la
persistance du déficit budgétaire (Jondeau, 1992; Afonso, 2005; Neck et Sturm,
2008; Bohn, 2008; Greiner et Fincke, 2009, 2011).
54
European Journal of Social Law
Généralement, la dynamique de la dette publique se formule comme suit:
Avec:
Bt: L’encours de la dette publique au début de la période t,
Gt: Les dépenses publiques hors charge d’intérêt,
Tt: Les recettes publiques,
rt: Le taux d’intérêt nominal apparent de la dette publique est défini par le
rapport entre les intérêts versés durant l’année t à l’encours de la dette enregistré à
la fin de l’année t-1.
On pose Dt = Gt-Tt qui représente le solde budgétaire primaire, c'est-à-dire
solde budgétaire hors charge d’intérêt.
L’équation (1) s’écrit:
Afin de représenter la situation financière de l’Etat, il est nécessaire
d’exprimer la taille de la dette publique en pourcentage du PIB nominal. Puisque la
contrainte de flux budgétaire du gouvernement traduit la relation entre le déficit
budgétaire et la dette publique, il est donc nécessaire d’exprimer cette contrainte de
flux en pourcentage du PIB nominal. Nous obtenons alors:
si la croissance régulière de l’économie se fait
Or,
au taux (nominal) n.
En notant
,
et
et en suivant la démarche
adoptée par Gabsi(2004), nous obtenons:
La soutenabilité de la politique budgétaire exige la stabilité de la dette
, ce qui implique:
publique; donc cette condition impose ici que
apparaît comme étant le niveau du solde budgétaire primaire
Ainsi,
nécessaire, chaque année, pour maintenir le taux d’endettement public constant à
son niveau courant. L’équation (5) peut être interprétée de la manière suivante: tant
que le taux d’intérêt nominal apparent de la dette publique (le coût moyen de la
dette publique) est supérieur au taux de croissance nominal de l’économie (r>n), le
gouvernement doit contracter des emprunts additionnels pour compenser le service
de la dette de la période antérieure puisque la croissance du PIB n’est pas assez
suffisante pour jouer un tel rôle. Le ratio de la dette au PIB risque d’augmenter de
façon explosive (effet « boule de neige »). Dans ce cas, la stabilité du taux
d’endettement public (la condition de soutenabilité de la politique budgétaire)
55
Revue europénnee du droit social
requiert la réalisation d’un excédent du solde budgétaire primaire (T>G)
(Blanchard et alii, 1990). En revanche, quand la croissance économique est
suffisamment forte (n>r), la soutenabilité de la politique budgétaire peut être
compatible avec des déficits primaires à condition qu’ils ne dépassent pas le seuil
(d) estimé dans l'équation (5) (Gabsi, 2004).
L'approche comptable est généralement adoptée par le FMI(2002). Elle
consiste à effectuer des projections pour la dette publique à moyen terme (cinq
ans), à partir d’un scénario de référence3. Ce scénario central, qui prend comme
hypothèse une application intégrale des recommandations des programmes du FMI,
fait en général apparaître une diminution des ratios de dette/PIB. Des scénarios
alternatifs permettent d’estimer les conditions et réformes nécessaires pour éviter
une détérioration de ce ratio. Enfin, d’autres scénarios reposent sur la prolongation
de la tendance historique des variables explicatives de la dette. Pour s’assurer de la
robustesse de l’analyse, le FMI applique des chocs sur les différentes variables afin
de simuler des scénarios de crise et de tenir compte des écarts observés
historiquement.
De Melo (1990) et Berthomieu (2004) ont proposé de calculer le déficit
budgétaire primaire soutenable nécessaire pour stabiliser le taux d’endettement
courant. La distinction de ces deux travaux apparaît au niveau des modes de
financement retenus et la décomposition de la dette publique en dette externe et
dette interne. D’autre part, selon Blanchard (1990), la différence entre l’excédent
primaire (optimum), nécessaire à la stabilisation du ratio dette/PIB, et l’excédent
primaire réalisé peut être considérée comme l’écart sur l’ajustement budgétaire. La
dette sera soutenable si cet écart est positif.
La méthode comptable a le mérite de donner une évaluation crue du besoin
d’ajustement des finances publiques mais ne renseigne ni sur les chances que le
gouvernement soit capable d’atteindre l’objectif fixé ni sur le temps que cela
prendra. Or la notion de soutenabilité relève plus de la volonté des gouvernements
d’éviter un dérapage des finance publiques à l’avenir qu’à la taille de l’effort à
soutenir (Brand et Ribeiro, 2010).
La capacité d’un État à stabiliser le niveau de la dette sur PIB à court et
moyen termes est généralement utilisée pour apprécier la soutenabilité de celle-ci.
Toutefois, pour que la dette publique soit soutenable, il faut que l’État soit solvable
c’est-à-dire que les créanciers aient un jugement positif sur sa capacité à
rembourser sa dette sur le long terme (Dufrénot et al, 2007). A cet effet, nous
examinons dans ce qui suit la condition de solvabilité de l’Etat en se fondant sur
l’approche actuarielle de soutenabilité.
3
Un scénario de référence représente les conditions macroéconomiques jugées les plus réalistes pour
l’avenir, compte tenu du potentiel de croissance et de la politique du pays considéré.
56
European Journal of Social Law
2.2. L’approche actuarielle de soutenabilité et les tests économétriques
Cette approche se base sur la vérification de la contrainte budgétaire
intertemporelle de l’Etat à partir des séries actualisées de dette publique et du
déficit budgétaire. C’est dans le contexte de ce genre d’analyse qu’ont été
élaborées les nombreuses études empiriques présentes dans la littérature. Les tests
de soutenabilité se situent dans une perspective stochastique. Il est possible de
tester directement la soutenabilité actuarielle par les procédures de tests de racine
unitaire comme la stationnarité de la dette actualisée (Wilcox, 1989). La
soutenabilité ici est assimilée à la valeur actualisée de la contrainte budgétaire de
l’Etat. Trehan et Walsh (1988) étendent cette analyse en montrant qu’une condition
nécessaire et suffisante de soutenabilité est l’existence d’une relation de
cointégration entre la dette et le surplus primaire.
Les premières analyses économétriques de soutenabilité ont été effectuées en
1986 par Hamilton et Flavin. Ces deux économistes ont abordé la soutenabilité de
la politique budgétaire américaine à travers une perspective stochastique. Ils sont
les premiers à tester empiriquement le respect de la contrainte budgétaire
intertemporelle en recourant à des tests de stationnarité (ADF) aux séries de dette
et de solde primaire. Ils considéraient que la soutenabilité de la politique budgétaire
signifiait la stabilité de cette dernière. Leur test de soutenabilité reposait sur la
stationnarité de la dette et du déficit primaire.
Par ailleurs, les travaux de Hamilton et Flavin étaient critiqués par Kremers
(1988) dans la mesure où leur régression manquait de retards et n'éliminait pas
l'autocorrélation des résidus. Il a mis en cause également le choix du taux
d'actualisation qui se basait sur un taux réel. Wilcox (1988) a repris la méthode de
Hamilton et Flavin en introduisant le taux constant comme taux d'actualisation. Il a
fini par donner une conclusion contraire à celle donnée par Hamilton et Flavin à
savoir la non stationnarité de la dette américaine.
Hakkio et Rush (1991) affirmaient que l'existence d'une relation de
cointégration entre les recettes et les dépenses totales est une condition nécessaire
et suffisante à la soutenabilité de la dette publique. Cette étude a été reprise par
Quintos (1995) et Afonso (2005) en introduisant une nouveauté à savoir la
distinction entre la soutenabilité forte et la soutenabilité faible. Elle qualifie la
relation de cointégration entre recettes et dépenses de soutenabilité forte lorsque le
coefficient entre les deux variables est unitaire.
Les travaux de Hakkio et Rush (1991) et de Quintos (1995) ont été largement
critiqués respectivement par Wickens et Uctum (1993) et par Hénin et Garcia
(1996). Ces auteurs s'opposent à l'idée que les tests de cointégration soient une
généralisation plus flexible du test de stationnarité du solde global. Ils montrent
que l’objectif principal des tests de cointégration est de donner une estimation du
coefficient de couverture des dépenses par les recettes. La stationnarité ne signifie
57
Revue europénnee du droit social
pas une couverture directe des dépenses par les recettes, mais plutôt une couverture
suffisante de la charge de la dette par le solde primaire.
Ces techniques de tests de contraintes budgétaires inter-temporelles ont été
massivement utilisées pour des sujets similaires tels que la soutenabilité des déficits
courants. C’est à partir de ces techniques qu’Afonso (2005) conclut que la plupart
des dettes publiques européennes sont faiblement soutenables. Cependant, nous
remarquons que la procédure qu’il met en œuvre ne l’amène à tester la cointégration
des séries dépenses recettes que dans le cas où la dette publique est I(2), ce qui est
contestable. D’autre part, cette méthode est critiquée du fait de la pertinence de tels
tests sur des séries temporelles couvrant des durées inférieures à 20 ans.
Les deux approches de soutenabilité ont l’avantage de ne pas reposer sur des
projections forcément discutables de soldes primaires, taux d’intérêt, croissance et
inflation (Brand et Ribeiro, 2010). Cependant, l’évaluation qu’elles font de la
soutenabilité budgétaire est moins exigeante que dans le cas de l’approche
actuarielle, pour deux raisons:
* Par construction, ces méthodes sont tournées vers le passé; * si elles
contribuent à la soutenabilité des finances publiques, les forces de rappel mises en
évidence ne sont pas nécessairement suffisantes pour assurer la soutenabilité
intertemporelle.
3. Les nouvelles approches de soutenabilité
Les approches traditionnelles de soutenabilité de la dette publique tiennent au
fait que l’équation classique de l’accumulation de la dette ne reflète pas les
interdépendances entre les variables déterminants la soutenabilité. Dans ce qui suit,
nous présentons certaines approches de soutenabilité pour mieux prendre en
compte les interactions des principales variables déterminants la dynamique de la
dette à savoir la croissance du PIB, les taux d’intérêt et les soldes primaires. Dans
ce contexte, nous pouvons poser les questions suivantes: Le solde budgétaire
primaire produit par la politique budgétaire permet-il de stabiliser le ratio dette
publique/PIB? Existe-il une corrélation positive entre le solde budgétaire primaire
et la dette?
3.1. Estimation d’une fonction de réaction fiscale
Face aux limites des tests usuels de soutenabilité, Bohn (1998) propose une
nouvelle approche pour tester la soutenabilité de la politique budgétaire pour les
Etats-Unis, sur une période relativement longue, à travers l’estimation d’une
fonction de réaction budgétaire, qui relie le solde primaire budgétaire (déficit
public hors intérêts de la dette) au niveau de la dette publique. Si ce solde primaire
est significativement et positivement relié à l’endettement public, alors la dette
58
European Journal of Social Law
publique est soutenable. Conformément à Bohn (1998), le solde primaire est utilisé
comme objectif opérationnel dans la fonction de réaction de la politique budgétaire
suivante:
(6)
étant le solde primaire du pays i au moment t,
un intercept (effet fixe)
propre à chaque pays qui tient à l’hétérogénéité du groupe de pays considéré,
le niveau d’endettement à la fin de la période précédente,
un terme
d’erreurs et un vecteur de variables macroéconomiques expliquant les variations
du solde primaire qui ne sont pas liés à l’obligation de solvabilité à long terme.
Selon la théorie de Barro (1974) sur le lissage des impôts, ces variables reflètent
des chocs transitoires affectant les dépenses et les recettes, par exemple, des
fluctuations du cycle conjoncturel et des événements exceptionnels tels que des
guerres ou des catastrophes naturelles. Le lien entre la politique actuelle et la
solvabilité à long terme réside dans l’hypothèse selon laquelle le solde primaire
réagit systématiquement aux variations antérieures de la dette publique, aspect qui
est saisi par le coefficient dans l’équation (6). Bohn (1998) démontre qu’une
valeur positive de suffit pour assurer la soutenabilité de la dette publique. La
principale hypothèse à vérifier à partir de la fonction de réaction budgétaire est que
le gouvernement doit ajuster le niveau de l’excédent budgétaire primaire en
réponse aux variations de l’endettement pour assurer la soutenabilité de la dette au
fil du temps. Il est possible de vérifier cette hypothèse en régressant l’excédent
primaire sur la dette publique, définis l’un et l’autre en pourcentage du PIB, tout en
contrôlant d’autres déterminants de l’orientation budgétaire. Une augmentation du
coefficient d’endettement est généralement associée avec une augmentation de
l’excédent primaire.
Bohn (1998) affirme qu’une réponse significativement positive du solde
budgétaire primaire au niveau de dette publique est une condition suffisante de la
soutenabilité de la dette publique. Plus tard, (Bohn, 2005), reproduit ce travail avec
des données sur une très longue période, 1792-2003, pour les États-Unis et trouve
le même constat, à savoir que la dette publique américaine est largement
soutenable.
L’équation (6) a été estimée par le FMI (2003) séparément, pour des groupes
de pays émergents et industrialisés pendant la période 1990-2002. Les résultats de
cette étude montrent l’existence d’une réaction positive (très forte), statistiquement
significative de l’excédent primaire à la dette, et ceux pour les pays industrialisés.
Par contre pour les pays émergents, tant que la dette en pourcentage du PIB,
augmente, la réaction de la politique fiscale devient très faible. L’étude montre
aussi l’existence d’une relation non linéaire entre la dette et le solde primaire.
Bohn (2007) montre que les tests de stationnarité et de cointégration sont
incapables de rejeter la soutenabilité. En effet, la condition de solvabilité n’exige ni
la stationnarité de la dette publique (en niveau ou en différence), ni la cointégration
59
Revue europénnee du droit social
entre les recettes fiscales et les dépenses publiques. Bohn (2007) conclue aussi que
la contrainte budgétaire intertemporelle est vérifiée uniquement pour une série
intégrée d’ordre n, avec n est très élevé. Dans le même article, il montre que
l’usage d’une fonction de réaction budgétaire de la forme:
Revient tout simplement à affirmer que les séries de déficit et de dette
publique doivent être cointégrées, avec un coefficient . Cependant, l’étude de
telles fonctions de réactions permet de revenir, selon lui, à la théorie économique,
puisqu’il s’agit de ne plus seulement se contenter de reproduire une méthodologie
économétrique routinière, mais de s’intéresser au comportement budgétaire des
gouvernements.
Edielle et Jackson (2006) testent la soutenabilité des finances publiques au
Cameroun à travers l’approche de Bohn (1998). Les régressions paramétriques et
semi-paramétriques avec des coefficients variant en fonction du temps sont
utilisées pour estimer la fonction de réaction de la politique fiscale du Cameroun
entre 1975 et 2005. Les estimations montrent que la réaction du ratio surplus
primaire sur PIB est une fonction croissante concave du ratio dette sur PIB. De
plus, le coefficient de réaction de la politique fiscale est significativement positif
sur la période considérée. Par contre une tendance négative est observée dans
l’évolution du coefficient de réaction jusqu’en 1993, marquant la détérioration
profonde des finances publiques.
En suivant les approches de Bohn (1998, 2005), Mendoza et Ostry (2008)
constatent que la solvabilité budgétaire des pays émergents diminue au-delà du
seuil d’endettement public de 50 % par rapport au PIB, cette solvabilité étant
mesurée par la réactivité du solde primaire aux variations du niveau d’endettement.
Poplawski (2009) utilise la méthodologie de Bohn (1998) afin de déterminer si
les dettes publiques d’un groupe de 20 pays membres de l’OCDE (en particulier les
États-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et l’Italie) sont
soutenables au cours de la période 1980-2007. L’auteur estime la réaction du
déficit primaire (en % du PIB) à la dette publique de l’année précédente et à un
certain nombre de variables qui influencent le déficit public, comme le cycle
économique, l’inflation, le déficit primaire structurel de l’année précédente et le
fait d’être en année électorale. Les résultats montrent que, lors de la période 19801998, les pays de l’échantillon avaient bien tendance à redresser leurs soldes
primaires lorsque leurs déficits augmentaient, ce sui montre que les finances
publiques étaient soutenables. Cette tendance est beaucoup moins valable sur la
période récente où un certain nombre de pays ont adopté un comportement non
soutenable des finances publiques. Ceci est particulièrement préoccupant pour les
pays de la zone euro dans la mesure où la monétisation de la dette est interdite. Les
résultats soulignent, en outre, que le cadre budgétaire européen (pacte de stabilité et
de croissance) n’a pas renforcé la soutenabilité des finances publiques.
60
European Journal of Social Law
Dans la suite de Bohn (2007), Collignon (2012) estime pour les pays
européens des fonctions de réaction des autorités budgétaires. L'originalité de
l'article est de montrer que la soutenabilité de la dette publique est le résultat de
l'interaction entre la politique budgétaire et l'environnement économique. Plus
précisément, l'auteur examine la façon dont la politique budgétaire répond aux
changements du taux de croissance de l'économie et des taux d'intérêt. Dans ce
cadre, la soutenabilité de la dette publique est analysée comme les conditions de
stabilité et de convergence d'un système d'équations différentielles comprenant une
équation comptable qui représente la contrainte budgétaire de l'État et une équation
comportementale, décrivant la réponse budgétaire à un éloignement des cibles de
déficit et de dette publique. La dette est dite soutenable s'il existe des conditions sur
les paramètres de cette fonction de réaction tels que le système est stable et si ces
conditions sont satisfaites.
Lamé et al (2013) estiment des fonctions de réaction fiscale pour tester la
soutenabilité de la dette publique de la France et de la Grèce. Les résultats mettent
en évidence le fait que les tests économétriques de soutenabilité présentent des
difficultés d'interprétation et des limites importantes, même lorsqu'ils sont
correctement spécifiés. Ainsi, en appliquant la méthodologie de Bohn (1998), les
auteurs montrent que les régressions paramétriques et semi-paramétriques
n’indiquent pas que le coefficient de réaction de la politique fiscale est
significativement positif dans le passé pour le cas des deux pays.
Ostry et al (2010) estiment pour 23 pays de l’OCDE, une fonction de réaction
de la politique budgétaire dans une regression de panel où le ratio solde primaire
des administrations publiques par rapport au PIB est la variable de dépendance. La
réaction du solde primaire varie selon le cas en fonction des effets fixes nationaux
et des autres variables explicatives. La fonction de réaction de la politique
budgétaire ainsi que les estimations de l’écart entre taux d’intérêt et taux de
croissance dans chaque pays servent ensuite à calculer la limite d’endettement par
rapport au PIB. A travers cette étude, les auteurs ont tenté de mesurer un nouveau
concept à savoir « l’espace fiscal 4» des pays de l’OCDE. Tant que la dette
publique demeure modérée, la soutenabilité est assurée par le fait que les surplus
primaires réagissent suffisamment aux accroissements de la dette pour stabiliser le
ratio dette/PIB. Cependant, au-delà d’un certain seuil de dette publique (90%),
cette stabilisation ne peut être assurée que par des mesures fiscales exceptionnelles.
La limite pour le ratio de dette publique est alors définie par la probabilité de
pouvoir le stabiliser par les mesures utilisées dans le passé. La capacité d’un pays à
s’endetter davantage, c’est-à-dire sa marge de manœuvre budgétaire, ne dépend pas
seulement de son ratio dette/PIB mais aussi de ses antécédents en matière de
dépense et d’imposition.
4
L’espace fiscal » du gouvernement est la différence entre le ratio courant de dette publique et le ratio
critique. Plus l’espace fiscal est étroit, plus le gouvernement est près de cette limite et moins il a de
marge de manœuvre pour réagir.
61
Revue europénnee du droit social
Dans cet esprit, Bénassy-Quéré et Roussellet (2012) proposent de calculer le
taux de prélèvement obligatoire au-dessus duquel la politique budgétaire vérifie la
contrainte budgétaire intertemporelle, c’est-à-dire le taux d’imposition global tel
que les futurs excédents budgétaires permettent de financer les dettes initiales. Ce
concept de soutenabilité peut impliquer que la dette publique doit revenir à son
niveau initial pour être soutenable.
Pour conclure, l’étude de la soutenabilité de la dette publique à travers
l’estimation d’une fonction de réaction de la politique budgétaire a l’avantage de
prendre en compte l’environnement économique tel que la position dans le cycle et
de pouvoir identifier les modifications de comportement dans le temps (Cimadomo
et al., 2007). L’introduction d’une cible pour la dette, qu’elle soit issue d’un
résultat économique (stabilisation du ratio de dette) ou d’une contrainte
institutionnelle (seuil de dette publique en % du PIB) est possible dans cette
approche (Bouthevillain et Schalck, 2007).
3.2. L’approche du FMI
En 2008, le FMI a développé une nouvelle approche de soutenabilité de la
dette publique qui dépend des fondamentaux de l’économie et repose sur l’examen
de la variation du ratio dette/PIB en fonction de l’évolution des indicateurs
macroéconomiques comme les niveaux des taux d’inflation, des taux d’intérêt réels
et nominaux, des taux de croissance réels, du solde primaire et du taux de change.
La contrainte budgétaire intertemporelle comme développé par le FMI(2008) est la
suivante:
(7)
où
est la dette totale dans la période
,
le changement du
taux de change, e le taux de change nominal, rf le taux d’intérêt sur la dette externe,
DFt la dette libellée en devise étrangère, DDt la dette libellée en monnaie nationale,
rd est le taux d’intérêt sur la dette domestique et PB le solde primaire qui est égal à
la différence entre les recettes et les dépenses de l’Etat avant paiement des intérêts.
Ainsi, la dette totale augmente quant la dette externe s’accroit suite à l’appréciation
de la devise étrangère, l’augmentation du taux d’intérêt étranger et la dépréciation
de la monnaie nationale. La dette totale augmente aussi lorsque le taux d’intérêt sur
la dette publique interne s’accroit. A l’opposé, la dette totale diminue lorsque le
solde primaire augmente.
La dette publique est exprimée en pourcentage du PIB5. En divisant
l’expression (7) par le PIB et si on suppose que g est le taux de croissance du PIB
et le changement du déflateur du PIB, on aura:
5
Notons que
62
European Journal of Social Law
(8)
En arrangeant l’équation (8), nous obtenons:
(9)
On suppose que,
alors, l’équation (9) devient:
(10)
Parfois, les données sur la dette libellée en monnaie nationale et en devise
étrangère ne sont pas systématiquement disponibles. Si on suppose que est la
part de la dette en devise étrangère (dft=αdt), le troisième terme à droite de
l’équation (10) peut être écrit comme dt avec la moyenne pondérée des deux
). Si on pose = , la
taux d’intérêts national et étranger ( =
fonction de réaction de la politique budgétaire comme représentée par le FMI est
alors:
(11)
L'étude de la soutenabilité de la dette publique par le FMI considère l'évolution
de la dette en utilisant l'équation (11) sur la base d’un scénario tendanciel (business
as usual) et des prévisions de certains paramètres comme l’inflation, le taux de
croissance du PIB et le solde primaire. En réalité, la fonction de réaction de la
politique budgétaire est utilisée pour tracer la trajectoire du ratio de la dette par
rapport au PIB et de voir si la dette publique se stabilise ou bien augmente dans le
futur. Cette approche de soutenabilité se base sur 3 critères: la trajectoire du ratio
dette/PIB, la stabilisation du ratio dette/PIB à un niveau permettant un
refinancement de la dette publique tout en préservant la croissance économique, et
la composition de la dette qui détermine le risque de spirale négative en cas de
dégradation des finances publiques.
En 2012, le FMI et la banque mondiale ont développé un nouveau cadre de
soutenabilité de la dette publique pour les pays à faible revenu. Ce cadre consiste
tout d’abord, à faire des projections d’endettement d’un pays sur les 20 prochaines
années, ainsi que sa vulnérabilité à des chocs exogènes et économiques avec des
scénarios de référence et des tests de résistance. Par la suite, il s’agit d’évaluer le
risque de surendettement sur cette période, à partir des seuils indicatifs
d’endettement, qui dépendent de la qualité des politiques et des institutions du
pays. Et enfin, élaborer des recommandations pour une stratégie d’emprunt qui
limite le risque de surendettement.
63
Revue europénnee du droit social
3.3. Les simulations stochastiques
Une autre approche de soutenabilité fondée sur les tests de résistance est la
technique des simulations stochastiques. Cette méthode prend en compte les
incertitudes et les risques qui entourent les trajectoires à moyen terme de la dette.
Elle permet d’étudier à la fois la corrélation des chocs et les réponses budgétaires à
ces chocs, en se fondant sur les données historiques relatives aux interdépendances
entre les déterminants de la dynamique de la dette (Celasun, Debrun et Ostry,
2006; FMI, 2008; Giovanni et Garden, 2008; Beynet et Paviot, 2012; Sorbe, 2012;
Berti, 2013; Lukkezen et Romagosa, 2013). L’approche stochastique de
soutenabilité dite aussi du graphique en éventail ou « Fan Chart » permet de
quantifier les risques pesant sur la dette publique et donc de mieux les évaluer.
Dans le cadre de cette approche, l’ampleur des risques associés est illustrée dans
des graphiques en éventail, qui présentent les intervalles de confiance pour divers
degrés d’incertitude autour de la médiane. L’intervalle de confiance sera plus large
pour les pays pour lesquels l’incertitude entourant les évolutions de la dette à
moyen terme est plus élevée que pour les pays où les risques pesant sur la
soutenabilité de la dette sont moins importants. De même, les graphiques en
éventail permettent de quantifier la probabilité que le ratio de la dette soit supérieur
ou inférieur à une valeur donnée (Celasun et al, 2006).
En appliquant la méthode des graphiques en éventail, Celasun, Debrun et
Ostry (2006) testent la soutenabilité de la dette publique de 5 pays émergents à
savoir l’Argentine, le Brésil, la Mexique, l’Afrique du Sud et la Turquie. A cet
effet, les auteurs bâtissent des intervalles de confiance autour d’un scénario de
référence en appliquant des chocs aléatoires à l’équation d’accumulation de la
dette. L’approche utilisée fournit un résultat probabiliste explicite, directement
dérivé des interactions observés entre les principaux déterminants
macroéconomiques de la dynamique de la dette, à savoir les taux d’intérêt des
marchés intérieurs et internationaux, le taux de croissance réel et le taux de change
effectif réel. Le diagnostic qui en résulte basé sur de multiples constellations de
chocs aléatoires tirés d’une distribution à moyenne nulle estimée sur les données
des 5 pays permet une évaluation plus robuste et plus réaliste de la soutenabilité de
la dette. Les résultats de cette étude montrent que plus les intervalles de confiances
sont larges, moins la soutenabilité de la dette publique est assurée.
L’analyse par simulations stochastiques effectuée par le FMI (2008) sur le
Maroc met également en évidence la robustesse des indicateurs d’endettement. La
probabilité que le ratio dette/PIB reste supérieur à 50 % en 2013 est inférieure à 10
% et celle que des turbulences macroéconomiques dévient la dette de sa trajectoire
de viabilité est quasiment nulle.
Di Giovanni et Gardner (2008) effectuent des simulations stochastiques pour
tester la soutenabilité de la dette du Liban. Les auteurs construisent des intervalles
de confiance autour d’un scénario de référence en appliquant des chocs aléatoires à
64
European Journal of Social Law
l’équation d’accumulation de la dette. L’étude montre d’une part, que le ratio de la
dette est sensible aux chocs macroéconomiques temporaires ou permanents.
D’autre part, il existe une probabilité très élevée que le ratio de la dette par rapport
au PIB n’augmentera pas malgré les chocs défavorables du PIB et du taux d’intérêt.
Pour évaluer la soutenabilité de la dette Hongroise sur un horizon de cinq ans,
Beynet et Paviot (2012) ont effectué une simulation stochastique dans laquelle des
chocs aléatoires basés sur la volatilité historique de la dette ont été appliqués à un
scénario de référence. À partir de ces simulations, des graphiques ont été construits
en éventail illustrant les évolutions probables de la dette en fonction de
différentes hypothèses relatives à la nature des chocs temporaires ou permanents
et à la réaction de la politique budgétaire, à savoir, laisser ou non opérer les
stabilisateurs automatiques. Les résultats font apparaître une probabilité non
négligeable (d’au moins 25 % dans le scénario le plus favorable) que le ratio
dette/PIB dépasse 90 %, niveau au-delà duquel l’endettement risque d’entraver la
croissance d’ici cinq ans, surtout si les paramètres étudiés se révèlent plus
instables encore que par le passé. Les principaux risques qui pèsent sur la
soutenabilité de la dette résident dans l’évolution de la croissance, laquelle affiche
une forte volatilité en Hongrie. Il apparaît donc que la croissance joue un rôle
déterminant dans la soutenabilité de la dette.
Pour tester la soutenabilité de la dette du Portugal, Sorbe (2012) utilise des
simulations stochastiques dans lesquelles des chocs aléatoires affectent les
principales variables économiques dans le cadre d’un petit modèle
macroéconomique. Le modèle tient compte des interdépendances mutuelles entre la
situation budgétaire, les conditions financières et l’activité, et notamment l’impact
de l’évolution de la dette publique sur la confiance des investisseurs et les taux
d’intérêt. Les résultats suggèrent que, dans le cadre du programme
d’assainissement budgétaire important qui est actuellement mis en œuvre, les deux
stratégies budgétaires considérées se traduiraient dans la plupart des cas par une
dynamique d’endettement soutenable. Ces deux stratégies comportent également
des risques, mais de nature différente: le risque d’une récession plus marquée si les
cibles nominales sont respectées et le risque d’une dette plus élevée en laissant
jouer les stabilisateurs automatiques. Les analyses de sensibilité des résultats
montrent que ces risques pourraient être réduits en stimulant le potentiel de
croissance de l’économie par des réformes structurelles et en choisissant des
instruments de consolidation budgétaires favorables à la croissance, c’est-à-dire
avec de plus faibles multiplicateurs. En réduisant les risques de récession, un
multiplicateur budgétaire faible augmente aussi les avantages relatifs de respecter
les cibles budgétaires nominales, tandis que les avantages des stabilisateurs
automatiques sont d’autant plus grands que le multiplicateur est élevé.
Dans un article récent, Lukkezen et Romagosa (2013) proposent deux
indicateurs stochastiques pour évaluer la soutenabilité de la dette publique de 9
pays de l’OCDE. Le premier indicateur capture la probabilité que le ratio dette/PIB
augmente plus que 20 points de pourcentage dans 10 ans. Le deuxième indicateur
65
Revue europénnee du droit social
capture la probabilité que le ratio dette/PIB dépasse le seuil de 90% dans 10 ans.
L’étude montre que le problème de soutenabilité se pose surtout pour certains pays
comme l'Italie, l'Espagne, le Portugal et l'Islande, où le ratio dette/ PIB augmentera
plus que 20 points de pourcentage dans la prochaine décennie.
3.4. Soutenabilité de la dette dans le cadre des
modèles de croissance endogène à générations imbriquées
La soutenabilité de la dette publique peut être aussi étudiée dans le cadre des
modèles d’équilibre général à générations imbriquées6. L’idée est de savoir l’effet
des règles budgétaires et des plans d’austérité adoptés sur la soutenabilité de la
dette publique (Cretz et al; 2000; Van Ewijk et al, 2005; Greiner, 2007:2012;
Yakita, 2008; Moraga et Vidal, 2010; Arai, 2011; Andrian et Kozlowski, 2011;
Espinoza et al, 2012; Carton et Guyon, 2012). Ces mesures d’austérité ont été
surtout adoptées par les pays européens suite à la dernière crise financière
internationale.
Crettez, Michel et Wigniolle (2000) se posent la question de savoir comment
la capacité d’endettement du gouvernement est limitée par sa capacité à taxer dans
le cadre d’un modèle à générations imbriquées et arrivent à la conclusion suivante:
lorsque le gouvernement n’est pas restreint dans ses choix d’impôts forfaitaires,
aucune contrainte budgétaire intertemporelle ne pèse sur lui. Lorsqu’il existe des
contraintes sur les impôts que l’Etat peut lever, les auteurs montrent qu’un
équilibre intertemporel existe pourvu qu’une contrainte sur la dette soit vérifiée.
Cette contrainte stipule qu’à chaque date, le volume de la dette ne doit dépasser ni
la valeur du PIB courant, ni la valeur actualisée du PIB de la période suivante.
Lorsque la limite de la valeur actualisée du PIB est nulle, ces auteurs montrent que
la condition dette-PIB implique la réalisation de l’équilibre budgétaire
intertemporel.
Annicchiarico et Giammarioli (2004) analysent l’impact de règles budgétaires
dans le cadre d’un modèle à générations imbriquées et croissance endogène. Le
modèle permet d’analyser des règles de politique budgétaire où le solde primaire
est ajusté en fonction de l’écart entre le niveau courant et la cible de dette publique
et de l’écart entre le niveau courant et la cible de solde public primaire.
L’ajustement budgétaire se fait par des ajustements sur le taux d’imposition ou sur
le taux de remplacement (le ratio entre la retraite et le salaire). Une fonction de
réaction budgétaire à paramètres fixes entraîne des fluctuations du taux de
croissance autour de l’état stationnaire et une dynamique en spirale du ratio
6
Le modèle d’équilibre général à générations imbriquées est un modèle d’équilibre général conçu pour
analyser l’équité intergénérationnelle. Il repose sur la théorie du cycle de vie pour le comportement à
l’égard de l’épargne. Selon cette théorie, les ménages accumuleraient de la richesse pendant leur vie
active en consommant moins que leur revenu disponible et utiliseraient cette richesse au cours de
leur retraite. Ce modèle se compose de trois secteurs: les consommateurs, les entreprises et les
administrations publiques.
66
European Journal of Social Law
dette/PIB autour de sa valeur cible. L’étude montre qu’il est préférable de réduire
le taux de remplacement plutôt que d’augmenter le taux de taxe, car cette réduction
a un impact positif sur la croissance et donc sur la vitesse d’ajustement7 de la dette
publique vers sa cible.
Puisque la croissance économique est le principal déterminant de la
soutenabilité de la dette publique, plusieurs études ont montré que le fait de
modifier la composition des dépenses publiques c’est-à-dire en compensant la
hausse de certaines dépenses par la baisse des autres dépenses, permet d’assurer
une croissance élevée et par la suite obtenir un niveau d’endettement soutenable.
Dans ce contexte, Van Ewijk et al. (2005) testent l’effet des dépenses de santé et de
retraite sur la soutenabilité de la dette publique des Pays-Bas. Les simulations
effectuées montrent qu’une baisse du niveau des retraites de 70 à 60% du salaire
final d’activité allégerait l’endettement public de 15 points supplémentaires de PIB
(par rapport à un scénario à politiques inchangées).
Greiner (2007) a élaboré un modèle de croissance endogène pour analyser les
effets que peut avoir sur la croissance une hausse de l’investissement public si
celle-ci était financée par endettement. II suppose que l’excédent primaire est une
fonction linéaire positive de l’endettement public afin d’assurer la soutenabilité de
ce dernier. Le risque est que le gouvernement réduise ses dépenses
d’investissement pour stabiliser le ratio dette publique sur PIB.
Yakita (2008) analyse la soutenabilité de la dette publique en supposant que le
ratio capital public en pourcentage du PIB et le ratio de financement de
l'investissement public par la dette publique sont constants. En utilisant une
fonction de production de type Cobb-Douglas et une fonction d'utilité linéaire,
l’auteur a montré qu'il existe un seuil pour le stock initial de la dette publique pour
chaque niveau de la dette à fin que la politique budgétaire soit soutenable.
Toutefois, si la dette publique dépasse ce seuil, la soutenabilité de la politique
budgétaire ne peut pas être assurée et la croissance économique diminue.
Moraga et Vidal (2010) étudient la soutenabilité de la politique budgétaire
dans un modèle de croissance endogène à générations imbriquées. Ils supposent
que l'endogénéité de la croissance provient de l'accumulation du savoir et qu'il
n'existe pas forcement l'altruisme intergénérationnel. La politique budgétaire est
soutenable si la relation indiquant la réaction de la politique budgétaire admet un
état stationnaire convergent. D’après cette étude, les auteurs montrent qu’il est
possible d'augmenter le taux d'imposition pour garantir un surplus primaire
suffisant pour réduire l'encours de la dette. L'augmentation sera d'autant élevée que
l'objectif en terme de ratio cible est éloigné.
Arai (2011) montre à travers d’un modèle de croissance endogène à
générations imbriquées que si le ratio des dépenses publiques par rapport au PIB
est faible, une augmentation de ce ratio permet d’assurer la soutenabilité de la dette
7
La vitesse de l'ajustement désigne la sensibilité des instruments budgétaires à la dynamique de la
dette publique.
67
Revue europénnee du droit social
publique. L’article montre aussi l’existence d’une relation en U-inversé entre les
dépenses publiques productives et la soutenabilité de la politique budgétaire.
Greiner (2012) utilise un modèle de croissance endogène avec dépenses
publiques productives pour tester la soutenabilité de la dette publique. L’auteur
montre que le surplus primaire est une fonction positive de la dette publique non
pas de la même période comme dans Greiner (2008) mais également de la dette
publique cumulée dans le passé.
Andrian et Kozlowski (2011) analysent les conséquences de différentes
stratégies de stabilisation budgétaire sur la production et l’ampleur de l’effort
budgétaire global requis pour le cas des Etats-Unis. À cet effet, les auteurs étudient
deux modèles différents: premièrement, le modèle néo-classique avec dépenses
publiques improductives et, deuxièmement, un modèle de croissance endogène
avec dépenses productives. Cette étude conclut que, la réduction des dépenses
publiques improductives est la meilleure stratégie pour assurer la soutenabilité de
la dette publique. Dans les deux modèles, les stratégies d’assainissement influent
sur les résultats obtenus, c’est-à-dire le niveau d’équilibre de la consommation
publique dans le modèle néo-classique et la croissance de la production. Le poids
relatif des réductions de dépenses ou des hausses d’impôts importe moins pour
l'ampleur de l’assainissement budgétaire nécessaire. Dans l’ensemble, un calibrage
du paramètre du modèle pour les États-Unis privilégie une stratégie
d’assainissement essentiellement fondée sur des coupes budgétaires.
Espinoza et al (2012) étudient la soutenabilité de la dette publique du Togo à
travers un modèle d’équilibre général à générations imbriquées tout en établissant
le lien entre l’investissement public, la croissance économique et la soutenabilité de
la dette. L'application du modèle montre qu’une très forte expansion de
l'investissement public aurait des effets macroéconomiques positifs à long terme,
mais nécessiterait une augmentation irréaliste de la charge fiscale pour absorber les
coûts récurrents de maintenance et assurer la soutenabilité de la dette.
Carton et Guyon (2012) utilisent un modèle d’équilibre général à générations
imbriquées pour évaluer l’effet des consolidations budgétaires sur la dette publique
de deux pays de l’union monétaire. Les résultats de cette étude montrent que, pour
assurer la soutenabilité de la dette des pays concernés, quatre mesures sont
simulées: hausses de la TVA, des cotisations sociales (employés puis employeurs),
baisses de la générosité du système de retraite et des dépenses publiques.
Acosta Ormaechea et Morozumi (2013) ont observé un échantillon de 56 pays
sur la période s’écoulant entre 1970 et 2010 pour déterminer quel poste de dépenses
les autorités budgétaires devraient favoriser pour assurer la croissance et par la suite
la soutenabilité de la dette publique. Leur analyse suggère que les réallocations des
dépenses du gouvernement entre différents postes (qu’il s’agisse de la défense, des
infrastructures, de la santé et de la protection sociale) ne sont pas généralement
associées à une accélération de la croissance. Il y a toutefois une exception: une
hausse des dépenses d’éducation, même à budget constant, est associée à une plus
forte croissance à long terme et à une dette publique soutenable.
68
European Journal of Social Law
Conclusion
L’objectif de cet article était de présenter les différentes approches théoriques
et empiriques de soutenabilité de la dette publique. Nous distinguons en effets,
deux approches traditionnelles de soutenabilité à savoir l’approche comptable et
l’approche actuarielle. Toutefois, ces deux approches ont été critiquées par Bohn
(1998) qui présente une nouvelle approche économétrique pour estimer la
soutenabilité de la dette publique. Les analyses et tests empiriques tels que définis
par Blanchard (1990) et d'autres auteurs qui lui sont contemporains sont limités car
elles se limitent à une évaluation exogène de la contrainte budgétaire
intertemporelle de l'Etat (Greiner et Fincke, 2009). Bohn (1998) suggère d'évaluer
comment le surplus primaire réagit à l'augmentation du ratio de la dette. Si le ratio
du surplus primaire sur le PIB augmente de façon linéaire ou quasi linéaire avec le
ratio de la dette, la dette publique est soutenable. L'idée derrière ce test est la
suivante: si le gouvernement peut faire évoluer le surplus primaire dans le même
sens que l'évolution du ratio de la dette, alors les mesures correctives montrent que
le gouvernement reste solvable. L'avantage de cette approche est qu'elle est fondée
sur une définition formelle et testable de la soutenabilité.
Les nouvelles méthodes d’évaluation de la soutenabilité prennent en compte
les risques et les incertitudes qui entourent les trajectoires à moyen terme de la
dette. C’est pour cela, que l’analyse de soutenabilité nécessiterait d’étudier à la fois
la corrélation des chocs et les réponses budgétaires à ces chocs, en se fondant sur
les données historiques relatives aux interdépendances entre les déterminants de la
dynamique de la dette. C’est l’objet des simulations stochastiques et de la methode
du FMI.
Les inquiétudes concernant la soutenabilité de l’endettement public ont aussi
amené les gouvernements à adopter des mesures d’austérité pour ramener le niveau
d’endettement public sur une trajectoire soutenable. Ces mesures prennent la forme
d’une hausse d’impôts ou bien d’une réduction des dépenses publiques
improductives. Les études effectuées dans le cadre des modèles de croissance
endogène à générations imbriquées suggèrent la modification de la composition des
dépenses publiques en favorisant les dépenses productives.
Malgré les avantages de ces nouvelles approches, nous constatons que les
économistes n’ont pas tranché quant à meilleur technique pour évaluer la
soutenabilité de la dette publique. En effet, aucune théorie, ni aucun cirière ne
permettent d’établir la frontière entre une dette soutenable et une dette non
soutenable. En 2010, le japon présentait le taux d’endettement public le plus élevé
(223% du PIB contre 143% en Grèce, 96% en Irlande et 93% au Portugal). Et
pourtant, les taux d’intérêt sur les titres publics à 10 ans japonais sont restés
inférieurs à 2%. L’explication de la relative confiance dans la dette publique
japonaise réside dans son caractère interne. En effet, la dette publique japonaise est
détenue à plus de 90% de résidents japonais (Schwengler, 2012).
69
Revue europénnee du droit social
Bibliographie:
Acosta-Ormaecha, S, and Morozumi, A., (2013), « Can a government enhance long-run
growth by changing the composition of public expenditure?», IMF working paper, n°
13/162, juillet.
Afonso, A. (2005), “Fiscal sustainability: The unpleasant European case”, Public Finance
Analysis, 61(1).
Afonso, A. and Hauptmeier, S. (2009) “Fiscal Behavior in the European Union Rules, Fiscal
Decentralization and Government Indebtedness”, Working Papers Series, No. 1054,
Frankfurt am Main: European Central Bank.
Agénor, P-R. et Montiel P. (1996), Development Macroeconomics, Princeton University
Press, Princeton, New Jersey.
Andrian, L., and Kozlowski, J., (2011) “Debt Sustainability With or Without Growth”,
manuscript, IDB, September 2011.
Annicchiarico, B. and Giammarioli, N., (2004), “Fiscal rules and sustainability of public
finances in an endogenous growth model”, ECB working paper n°381.
Arai, R. (2011), “Productive Government Expenditure and Fiscal Sustainability”, Public
Finance Analysis, Vol. 67, No. 4, 327- 351.
Artus, P., (2000), “La disparition de la dette publique est-elle une bonne chose? ”, CDC-Ixis,
Flash, N° 06, Janvier.
Ayadi, E., (2004), “Analyse de la soutenabilité de la politique budgétaire en Tunisie”, in La
restauration du rôle de l'Etat dans la croissance et le développement économique, Sous
la direction de Claude Berthomieu, Abdelkader Chaabane, et Abdelfettah Ghorbel,
éditions Publisud, pp.95-136, janvier.
Bachellerie, A., Couillault, B., (2005), “Soutenabilité de la dette publique et crises des pays
émergents: présentation des concepts et des instruments de diagnostic”, Banque de
France, Revue de la stabilité financière, N°6, Juin 2005.
Barro, R. J. (1974), “Are government bonds net wealth?” Journal of Political Economy
82:1095 1117.
Bénassy-Quéré, A. and Roussellet, G. (2012), “Fiscal sustainability in the presence of
systemic banks: the case of EU countries”, Working Paper 2012-05, CEPII research
center.
Berthomieu, C., (2004), « Dépenses publiques, croissance et soutenabilité des déficits et de
la dette extérieure: Etude de cas pour six pays riverains de la Méditerranée: Tunisie,
Maroc, Turquie, Liban, Israël, Egypte », Rapport de synthèse, Research n°FEM21-39,
July.
Berti, K., 2013, “Stochastic Public Debt Projections Using the Historical Variance-covarianc
Matrix Approach for EU Countries”, DG ECfin, Economics Papers 480.
Blanchard, O., Chouraqui J-C, Hagemann R. et Sartor N. (1990), "La soutenabilité de la
politique budgétaire: Nouvelles réponses à une question ancienne", Revue Economique
de l'OCDE, n°15.
Blanchard, O. (1990), "Suggestions for a new set of fiscal indicators", OECD Economics
Department Working Papers, 79, April.
Bohn, H. (1998). The behavior of U.S. public debt and deficits. The Quarterly Journal of
Economics, 113(3):949–963.
Bohn, H. (2005), The sustainability of fiscal policy in the united states. CESifo Working
Paper Series 1446, CESifo Group Munich.
Bohn, H. (2007). Are stationarity and cointegration restrictions really necessary for the
intertemporal budget constraint? Journal of Monetary Economics, 54(7):1837–1847.
Bohn, H., 2008. The Sustainability of Fiscal Policy in The United States, in Reinhard Neck
and Jan-Egbert Sturm (eds.), Sustainability of Public Debt, MIT Press, 15-49.
70
European Journal of Social Law
Bouthevillain, C. et Schalck, C., 2007. "Quels indicateurs budgétaires pour quels objectifs de
politique économique?," Bulletin de la Banque de France, Banque de France, issue 168,
pages 53-68.
Brand, T., Poplawski, R.M., (2010), « Soutenabilité des finances publiques », L'économie
mondiale 2010, Repères, La Découverte septembre 2009.
Brender, A., Pisani, F., Gagna, E., 2012, La crise des dettes souveraines, Éditions la
découverte, collection Repères, Paris, 2012.
Budina, N. and Wijnbergen, S. (2008) “Quantitative Approaches to Fiscal Sustainability
Analysis: A Case Study of Turkey since the Crisis of 2001” World Bank Economic
Review, 23(1): 119–40.
Buiter W. (1990), Principles of Budgetary and Financial Policy, Harvester Wheatsheaf,
London.
Burger, P., Stuart, I., Jooste, C. and Cuevas, A. (2011) “Fiscal Sustainability and Fiscal
Reaction Function for South Africa” IMF Working Paper WP/11/69, Washington DC:
International Monetary Fund.
Burnside, G., (2005), “Fiscal Sustainability in Theory and Practice”, A Handbook, The
International Bank for Reconstruction and Development / The World Bank.
Carton, B., Guyon, T., (2012), « Désendettement en union monétaire: un modèle
structurel », Economie et statistique, N°451-453, 2012. pp. 131-153.
Chalk N., Hemming R., (2000), “Assessing fiscal sustainability in theory and practice”, IMF
Working Paper, N°00/81.
Cimadomo, J., Garnier, J., et Schalck, C., (2007) “Time varying fiscal policy rules for five
OECD countries”, 64e conference de l’ESEM, Budapest, 27-31 août.
Coeuré, B., Bénassy Queré, A., Jacquet, P., et Pisani Ferry, J., (2004), Politique
économique, De Boeck et Larcier, S.A., 2004, Bruxelles.
Collignon, S. (2012). Fiscal policy rules and the sustainability of public debt in europe.
International Economic Review, 53(2):539–567.
Cottarelli C., (2009), “ Qui va payer la facture? ”, Finances et Développement, Mars 2009.
Creel J. et Sterdyniak H. (1995),"Les déficits publics en Europe: causes, conséquences ou
remèdes à la crise?", Revue de l'OFCE, n°54, juillet, pp.57-100.
Crettez, B., Michel, P., et Wigniolle, B., (2000), « Jusqu’ à où l’Etat peut-il s’endetter? Une
approche par les modèles à générations imbriquées d’agents » Document de travail X
GREQAM n° 00A11.
De Melo, M. 1990. "Fiscal Adjustment in High-Debt Countries", Ricerche Economiche, vol.
44, pp. 251-272.
De Mello, L. (2007) “Estimating a Fiscal Reaction Function: The Case of Debt Sustainability
in Brazil”, Applied Economics, 40: 271–84.
Dietsh, M., et Garnier, O., (1984), “La contrainte budgétaire inter-temporelle des
administrations publiques pour l’évaluation des déficits publics”, Economie et Prévision,
N°90, pp. 69-85.
Dufrenot, G., Houessou, E., Nonodji, E., (2007), Politique budgétaire et dette dans les pays
de l’UEMOA, Edition Economica, Paris, 2007.
Edielle N., and Jackson, T.H., (2006), "Testing Fiscal sustainability in Cameroon: Approach
of Bohn (1998)”, MPRA Working Paper 9738, University Library of Munich, Germany.
Egert, B. (2010) “Fiscal Policy Reactions to the Cycle in the OECD: Pro or Counter Cyclical”
OECD Economics Working Papers, No. 763, Paris: OECD Publishing.
Escolano, J., (2010), “A Practical Guide to Public Debt Dynamics, Fiscal Sustainability, and
Cyclical Adjustment of Budgetary Aggregates”, IMF, Technical Notes and Manuals, Fiscal
Affairs Department.
Espinoza, R.A, Andrle, M., David, A., Mills, M., Zanna, L.F., (2012), “As you sow so shall
you reap: public investment surges, growth, and debt sustainability in Togo”, IMF working
paper; 12/127.
71
Revue europénnee du droit social
Ewijk, C.V., (2005), « L’épargne-retraite et les finances publiques aux Pays-Bas », Revue
économique de l’OCDE, n° 39, 2004/2.
Ferrarini, B., Jha, R., and Ramayandi, A., Public Debt Sustainability in Developing Asia
Routledge/ADB, London, 2012 PP. 226. ISBN 0415522218
Fève, P., and Henin, P.Y. (2000), “Assessing Effective Sustainability of Fiscal Policy within
the G-7", Oxford Bulletin of Economics and Statistics, vol. 62, n°2 pp. 171-191.
FMI (2002), “Assessing Sustainability,” prepared by the Policy Development and Review
Department, SM/02/166.
FMI (2003), “La dette publique des marchés émergents”, Perspectives de l’économie
mondiale, Etudes économiques et financières, Septembre 2003.
FMI (2008), Staff Guidance Note on Debt Sustainability Analysis for Market Access
Countries, Washington, DC.
FMI et Banque Mondiale, 2012, Le cadre de viabilité de la dette établi conjointement par la
Banque mondiale et le FMI pour les pays à faible revenu, fiche technique du FMI,
Septembre, 2012.
Gabsi, F.B., (2004), “Endettement public et soutenabilité de la politique budgétaire en
Tunisie”, in La restauration du rôle de l'Etat dans la croissance et le développement
économique, Sous la direction de Claude Berthomieu, Abdelkader Chaabane, et
Abdelfettah Ghorbel, éditions Publisud, pp.77-94, janvier.
Gray, D., Hoon, C., Loukoianova, E., and Malone, S., (2008), “A Risk-Based Debt
Sustainability Framework: Incorporating Balance Sheets and Uncertainty”, IMF Working
Paper, N°08/40.
Greiner, A. (2012), « An Endogenous Growth Model with Public Capital and Sustainable
Government Debt », The Japanese Economic Review, vol. 58, n° 3.
Greiner, A. and Fincke, B., 2009, Public Debt and Economic Growth, Springer, Heidelberg.
Greiner, A. and Fincke, B, (2011), “Debt Sustainability in Selected Euro Area Countries:
Empirical Evidence Estimating Time-Varying Parameters” Studies in Nonlinear Dynamics
& Econometrics 15(3), Article 2.
Greiner, A. (2012), “Public Debt in a Basic Endogenous Growth Model”, Economic
Modelling, Vol. 29, Issue 4, 1344n°1348.
Guerrien B., (2003), « L’endettement public est le fardeau des générations futures » in Les
Econoclastes Petit bréviaire des idées reçues en économie, Paris, La Découverte, pp.
152-160.
Hakkio C.S. et Rush M. (1991), "Is The Budget Deficit too Large?", Economic Inquiry, vol.29,
pp. 429-445.
Hamilton, J., and Flavin, M., (1986), “On the limitations of Government Borrowing: a
Framework for Empirical Testing”, American Economic Review, vol. 76 n°4 pp. 808-819.
Henin, P.Y., et Garcia, S., (1996), "L'évaluation économétrique de la soutenabilité des
déficits publics", miméo, CEPREMAP et MAD-Paris1.
Hiebert, H., Pérez, J., Rostagno, M., (2009), “The trade-off between public debt reduction
and automatic stabilization”, Economic Modelling, Vol. 26, pp. 464–472.
Jondeau, E., (1992), “La soutenabilité de la politique budgétaire”, Economie et prévision,
N°104, pp.1-17.
Khalid, M., Malik, W. and Sattar, A. (2007) “The Fiscal Reaction Function and the
Transmission Mechanism for Pakistan” The Pakistan Development Review, 46(4): 435–
47.
Kremers, J.M., (1989), “US Federal Indebtness and the Conduct of Fiscal Policy”, Journal of
Monetary Economics, vol. 23, pp. 219-238.
Lamé, G., Lequien, M., and Pionnier, P.A., (2013), Interpretation and limits of sustainability
tests in public finance, Document de travail de l’INSEE, mars 2013.
Liau P. (1996), Economie financière publique, Dalloz, Paris.
72
European Journal of Social Law
Mendoza, E. G., and J. D. Ostry. 2008. “International Evidence on Fiscal Solvency: Is Fiscal
Policy “Responsible?”, Journal of Monetary Economics, 55(6): 1081-1093.
Moraga, F.H., and Vidal, J.P., (2010), “Fiscal sustainability and public debt in an
endogenous growth model”, Journal of Pension Economics and Finance, 9(2), 277-302.
Neck, R., and Sturm, J., E, 2008, Sustainability of public debt, MIT Press, Cambridge, 271
pp.
Ostry, J., A.R. Ghosh, J.I. Kim, and M. Qureshi, 2010, “Fiscal Space,” IMF Staff Position
Note SPN/10/11 (Washington: International Monetary Fund).
Poplawski, R.M., (2009), “New evidence on the effectiveness of Europe’s fiscal restrictions
», Document de travail CEPII, n° 2009-13, juillet.
Quintos, C.E., (1995), “Sustainability of the deficits process with structural shifts”, Journal of
Business and Economic Statistic, vol. 13 n°4, pp. 409-417.
Schwengler, B., Déficits public: l’inerte française, Edition l’'Harmattan, 2012.
Sorbe, S. (2012), “Portugal: Assessing the Risks about the Speed of Fiscal Consolidation in
an Uncertain Environment”, OECD Economics Department Working Papers n° 984,
OECD Publishing.
Trehan, B., and Walsh, C.E., (1991), "Testing intertemporal budget constraint: theory and
applications to US federal budget and current account deficit", Journal of Money, Credit
and Banking, vol. 23 n°2, pp. 206-223.
Turrini, A. (2008) “Fiscal Policy and the Cycle in the Euro Era: The Role of Government
Revenue and Expenditure” European Economy Economic Papers, Brussels: Directorate
General Economic and Monetary Affairs, European Commission. United Nations
Conference on Trade and Development (UNCTAD) (2009) Compendium on Debt
Sustainability and Development, New York and Geneva: United Nations.
Wickens, M., and M. Uctum. 1993. The sustainability of current account deficits. Journal of
Economic Dynamics and Control 17:423–441.
Wilcox D. (1989), "The Sustainability of Government Deficits: Implications of The PresentValue Borrowing Constraint", Journal of Money, Credit, and Banking, vol.21, n°3, pp. 291306.
Yakita A. (2008), Sustainability of Public Debt, Public Capital Formation, and Endogenous
Growth in an Overlapping Generations Setting," Journal of Public Economics, Vol.92,
pp.897-914.
73
Revue europénnee du droit social
COSTUMER‘S COSTUMERS RELATIONSHIP:
B2B RELATION BETWEEN PHILIPS LIGHTENING
COMPANY AND ENVIROCONCEPT IN FRANCE
Hasim DEARI1
Semiha LOCA2
Loris RIO3
Bardhyl CEKU4
Abstract: This paper aim to analyse one of the main concept of relationship marketing,
respectively costumer’s costumer relationship. Exploring relationship with customer is a
complex issue because costumers despite they are individuals or are business have
different perception about building good relationship, meanwhile their relationship are
influenced from many different factors. In this paper we tried to find out some of the factors
that have made Philips lightning company with Enviroconcept in the context of successful
relationship. Until now there is lack of study in this field of relationship in the context of
costumer’s costumers and this will be research based in the scientifically way which will
shred light in the existing discipline but new way of treatment of B2B relationship.
Keywords: Relationship, Customer Customer Relationship, B2B, Relationship marketing.
Introduction
As human beings live in the everyday relation with each other, as well and
businesses are in the close relationship with each others. This issue mostly is topic
in the relationship marketing. According to Buttle (1996) relationship marketing is
means to an end, and it’s based on two economic arguments: One: it is more
expensive to win a new customer than it is to retain an existing customer. Two: the
longer the association between company and customer the more profitable the
relationship for the firm.
Businesses are in the constant relationship in a transaction as: suppliers,
customers, competitors, ect. Our research is based in the relation of customer’
customers relationship, is part of the special market relationships. It represents
certain aspects of the relationships, such as the interaction in the service encounter
or the customer as a member of a loyalty programme (Gummenson, 2008). The
field of B2B relationship has been studied from many academics and researchers
(Rajamma, Zolfagharian, Pelton. 2011; Latusek, 2010, Gummenson, 2004, 2009).
According to Rauyruen, Kenneth E. Miller, Nigel J Barrett (2007) business
customers purchase large volume of products and services, managing and
maintaining loyal B2B customers can secure a supplier greater revenue. Although,
1
Faculty of Economics, State University of Tetova, Macedonia, [email protected]
Faculty of Economics, “Marin Barleti” University, Tirana, Albania, [email protected]
3
School of Business and Economics, Linnaeus University, Sweden, [email protected]
4
Faculty of Economics and Agrobusiness, University of Agroculture, Tirana, Albania,
[email protected]
2
74
European Journal of Social Law
Reichheld and Sasser (1990) stated that the importance and benefits of attracting
and maintaining loyal customers has arisen because there is a general acceptance
that profitability follows customer loyalty. To work on this relation, we decided to
choose a B2B relation as we are interested in this kind of business and it is easier
for us to get information.
The company we selected is PHILIPS LIGHTING Company, which is proposing
its products to a drawing office, in this case ENVIROCONCEPT, who proposes
PHILIPS ‘products to cities. We chose PHILIPS because we have contacts with the
company trough ENVIROCONCEPT and we though it was a relevant example for a
B2B relation.
ENVIROCONCEPT is a drawing office, designing roads, parks. Therefore
PHILIPS proposes its lighting solutions to it- Then if ENVIROCONCEPT is convinced
with this products, it includes them in its projects and then proposes PHILIPS’
products to the cities who decided at the end what products shall be used.
Figure no.1 Model of B2B Relationship
Objectives
PHILIPS is proposing lighting solutions to ENVIROCONCEPT, and this company
tries to put PHILIPS’ products in its projects and to sell it to the cities. Gummesson
(2008) in his book asks the question “Should a supplier then turn directly to the
end-user?” Considering this in our example, could PHILIPS skip his relation with
drawing offices and only interact with the cities. Another point in the book is that
“intermediaries may protect their business by withholding information and
blocking personal contacts between the manufacturers and the user.” Gummenson
(2008, p.79). The main objective would be to know if in a B2B relation, a supplier
could skip the intermediary and therefore if the intermediary would have to protect
his business by any means.
75
Revue europénnee du droit social
In order to answer to this question, we have to study the relation between
PHILIPS and the cities- how do they interact, what kind of relationship they have. Is
PHILIPS focusing on ENVIROCONCEPT when realising its products or do they focus
on the cities. An interesting point is also to know if PHILIPS helps ENVIROCONCEPT
to build a relationship with its clients, the cities. We also need to know what kind
of relationship has PHILIPS with ENVIROCONCEPT, in which way do they interact.
Theoritical framework
Definition of the relationship: customer’s customer
In B2B customers are using received deliveries to their customer. It can be the
same product, which is sold onward, or a delivery that goes into further
manufacturing or assembly; it can be equipment or facilitating goods and services
such as office supplies or security services. Every supplier has relationship to the
customer’s customer. It is there even if it is indirect and not recognized. Many
products pass through several stages before they reach the end user. The stages can
represent different companies, more or les related to each other. Iron ore becomes
steel and then steel, which becomes components which are assembled into a car
which is then sold to a consumer.
Another important issue is the role of suppliers in this process. They can
choose their mission to be helping customer to do business with their customers.
They must understand that if a delivery does not arrive on time, the workers and
the machines in the customer’s factory will be idle, and the customer’s customer is
put in the same predicament. Chain reactions occur which may not be obvious to
the first supplier in the chain. This was pointed out in R3 in connection with
physical distribution and JIT.
The importance of understanding the customer’s customer is also imperative
when it comes to customer goods and retailing (e.g.).A brewery uses the distinction
between customers (wholesalers, retailers, restaurants) and customers the beer
drinkers. In retail chains, the central buyers for these chains have been endowed
with power over the manufacturers. They are intermediaries and customers and
they are closer to the customer’s than manufacturers is. The manufacturers’ risks
not knowing enough about customer needs and behaviour and how this changes.
Peppers and Rogers (2004) in their book believe that every customer
interaction is an opportunity to enhance the relationship and increase customer
value, as well. Meanwhile, Brennan, Canning and McDowell. (2010) stated that
relationships in the B2B market are particularly difficult to manage since the
customers are more demanding and their expectations paradoxical.
Relationship: Personal and social networks
The formation and maintenance of social networks are important tasks for top
management, marketing and sales. Sometimes social networks may even be more
important than professional relationship and a supplier’s competence.
76
European Journal of Social Law
As Figure 2 shows, Personal relationship and social networks have emerged
from different areas of life and they mostly have an origin other than business. It is
therefore justified to approach them as mega relationships.
Figure no.2 Different types of relationship that constitute an individual’s social network
(Gummenson, 2008).
Relationship: The knowledge relationship
Knowledge can be the most strategic and critical resource and “knowledge
acquisition” is often the rational for alliance. Knowledge is progressively perceived
as a key driver of competitiveness. Indeed, as knowledge move through the
different companies who are working together it allows them to be more effective
in their work. It is a sustaining competitive advantage in a close cooperation
context.
Theories related to Relationship:
We have found some theories which can help us to describe the relations
between PHILIPS and ENVIROCONCEPT. According to Soren Hougaard and Mogens
Bjerre’s book theory (2002), we can try to define the relationship between the two
companies (mismatch, interdependent) according to each company’s behaviour
(co-operative, command, etc.).
77
Revue europénnee du droit social
The idea of “integration-centric” opposed to “exchange-centric” Soren
Hougaard and Mogens Bjerre(2002) can be interesting to see, to describe the
relations between PHILIPS and ENVIROCONCEPT. This can be deepened with the
instrumental and motivational loyalty concepts. Another point we found is about
relationship and customer loyalty we can apply between PHILIPS and
ENVIROCONCEPT. The idea is about the relationship quality as a predicator of B2B
customer loyalty.
Customer acquisition - there is a continuous need in a business for “new
blood”. Every company or organisation loses the consumers through relocation or
other forms of termination, if not through some level of competitive switching.
Companies, in the past have tend to concentrate on the customer acquisition
process as, in general, market growth provided a steady supply of new prospect.
Yet even in the best days of high population growth, high sector growth and
minimal competition the possibility always existed of substitutes or new
competitors entering the market and “diverting the flow”(. Soren Hougaard and
Mogens Bjerre, 2002) Furthermore, Gummesson (2012) has promoted the concept
by suggesting that customer acquisition is between five and ten time more
expensive then customer retention.
Customer retention (Buttle, 2006) - retaining customers over the long run
yields greater profits. However researchers have not widely explored either the
development of loyalty or its potential application to the business-to-business
(B2B). According to Buttle (1996) the dual benefits of customer retention ca be
summarised, therefore, as:
Existing customer are less expensive to retain than to recruit
Securing a customer’s loyalty over time produces superior profits
These, it is proposed, are the two economic arguments that underpin
relationship marketing.
Consumer trust - understanding the nature of trust and the importance of its
contribution to loyalty will leave a major impact on how business develop and
manage their B2B relationship (Papassapa Rauyruen, Kenneth E. Miller, Nigel J
Barrett, 2007)
Customer need to feel safe in their dealing with suppliers and need assurance
that their interaction is confidential in that they are able to trust their supplier and
customer. The level of trust will assist in identifying the importance of two levels
of relationship quality, relationship quality with the employees of the supplier and
relationship quality with the supplier in self.
Consumer commitment - in a business relationship commitment is a
psychological sentiment of the mind through which an attitude forms concerning
continuation of a relationship with a business partner (Papassapa Rauyruen,
Kenneth E. Miller, Nigel J Barrett, 2007). In terms of the relationship between
commitment and loyalty may include word of mouth communication –an important
aspect of attitudinal loyalty. Customer who has high commitment to a product or
service will buy more.
78
European Journal of Social Law
Satisfaction - Kotler (1994) states the importance of the concept that “the key
to customer retention is customer satisfaction”. In business concept customer
satisfaction is a measure of how products and services supplied by a company meet
or surpass customer expectation. It is seen as a key performance indicator within
business and is part of the relationship between B2B.
Perceived quality – good perceived quality is obtained when the expected
quality meets the expectations of the customer, that is, the expected quality. If
expectations are unrealistic, the total perceived quality will be low, even if the
experienced quality measured in an objective way is good. The expected quality is
a function of a number of factors, namely marketing communication, word of
mouth, company image price, customer needs and value (Gronroos, 2007).
Figure no.3 Theoretical model of relationship quality as predictor of B2B customer loyalty
Rauyruen et al. (2007)
Methodology
In order to reach our objectives, we decided to conduct one interview with
ENVIROCONCEPT and one with a PHILIPS LIGHTING’ sales people. We choose this
method as we thought it would be the most rich and precise in information.
Moreover we had the opportunity to reach the both persons who are more involved
in the relation. The two interviews will be managed on the phone as we have a
79
Revue europénnee du droit social
direct contact in both companies, thanks to ENVIROCONCEPT. In order to get more
information and clear picture to this research we decide to ask some common
question to companies who are case of study in this research. Here are the main
questions we are going to ask:
Questions similar to both companies:
1. How did you get in contact with ENVIROCONCEPT?
1.1. How did you meet PHILIPS LIGHTING?
2. How did you begin to work with each other?
2.1. Was it successful as the beginning?
2.1.1. Did you meet any obstacles?
3. How would you describe the relationship you have together?
3.1. (like a “friendship”, just a professional relation?
4. Do you help ENVIROCONCEPT to build and maintain their relations with
their customers?
4.1. If yes, how do you do that?
5. Does PHILIPS help you to build and maintain your relations with your
customers?
Questions concerning Philips:
6. Do you know ENVIROCONCEPT’s customers?
7. Do you have interactions with them directly?
8. What is the process for the creation of new products; are they only created
by the R&D of PHILIPS or could it be influenced by customers’ needs and demand?
(For example if a lot of cities are asking for the same typed light, would PHILIPS
start the creation of one model?
Empirical findings
We conducted the two interviews on the same day and the information they
gave us were complementary. We learned that the two companies met when a
PHILIPS’ sale people came to ENVIROCONCEPT to present the product they had and
gave them brochures. As Enviroconcept needed lighting solutions for a project,
they worked with this new “contact” with PHILIPS. The relations were good and
this first project went well, so ENVIROCONCEPT decided to continue to work with
PHILIPS LIGHTING.
ENVIROCONCEPT described his relation with PHILIPS as a “professional
friendship”, as the contact with the sale people is really important and determines
the future relations between the two companies. There was a good feeling between
the people of ENVIROCONCEPT and the sale people of PHILIPS; we learned that the
sale people made a lot of effort to start the relationship (more than others from
other companies). We can add that PHILIPS maintains the relation by giving gifts
throughout the year, by going to the restaurant to continue to build a nice contact.
80
European Journal of Social Law
They also organize special meetings to present to their customers their new
products and innovations.
PHILIPS often helps ENVIROCONCEPT to work on projects, when they need
difficult calculations or specific drawings, but they never interfere or get involved
between ENVIROCONCEPT and its clients directly. ENVIROCONCEPT doesn’t get any
help from PHILIPS to build its relations with its clients. Generally PHILIPS goes to
the cities and presents its products as they did for ENVIROCONCEPT, so they know
their customer’s customer, and also get in contact with a city after
ENVIROCONCEPT told them to do so: when ENVIROCONCEPT wants to put PHILIPS’
products on a project, they tell them to go to the customer to present the products
directly and build some kind of relationship to insure them to be chosen for the
project.
ENVIROCONCEPT told us that they had no interest in withholding any
information from PHILIPS as both need ever knowledge to produce the best results
for a project. ENVIROCONCEPT has the main role in designing a project, so PHILIPS
cannot skip it; they need its support to obtain businesses. Moreover
ENVIROCONCEPT projects are broadly, involving for example whole parks or
buildings where lighting solutions are just a part of it.
ENVIROCONCEPT also said that they were not exclusive with PHILIPS; they
worked with other lighting companies, choosing them when the products were the
best for a given project. PHILIPS explained to us that sometimes the creation of new
products is influenced by the end customers needs. So they design what towns
want, creating new lines of products. For instance, cities asked PHILIPS to develop
medieval kind of lightening to improve the traditional aspects of some particular
areas of the cities as they were particularly involved in tourism and cultural
inheritance.
Analysis
At first, with the response that we had, we are able to define the relation
between the two companies; it appears that both have a cooperative attitude:
ENVIROCONCEPT gives PHILIPS every detail about a given project and PHILIPS, in
return, helps ENVIROCONCEPT to put the more accurate products and sometimes
helps in the calculation of complicated parts. It appears, according to Soren
Hougaard and Mogens Bjerre’s 2002), that the two companies are interdependent.
They have mutual trust, and very good and strong relations. So it confirms that
PHILIPS developed a consumer trust and commitment based on a consumer
satisfaction as ENVIROCONCEPT and Cities perceived lightening products as good
product. However there’s a limitation to this theoretical vision as they are not vital
to each other: if ENVIROCONCEPT goes bankrupt, PHILIPS LIGHTING will continue
with others and its business won’t be threatened, it just would still be a loss, as they
81
Revue europénnee du droit social
have a long relation which normally provides them better profits- they know each
other very well, know how they work and it permits them to reduce costs.
We can complete this vision of a cooperative relation with the idea of an
interaction centric one (Soren Hougaard and Mogens Bjerre (2014) the two
companies have more than a pure market contracts, they have a lot of interactions,
PHILIPS has build a real relationship with ENVIROCONCEPT, but we cannot speak
about closed networks between them, so it can be described as an hybrid relation.
PHILIPS appeared to be pro-active in order to acquire ENVIROCONCEPT as a
customer; as we saw in the empirical findings, PHILIPS’ sale people seemed very
involved than other companies and put a lot of energy to create and maintain the
relation. ENVIROCONCEPT’s relation manager underlined that this relations had also
been possible thanks to a good harmony between them; the social dimension is
determinant in this kind of business: despite every efforts, if people don’t get along
it won’t ever work. According to the relationship in the context of personal and
social network (Gummenson, 2012), we can say that the relation was facilitated
thanks to some factors that smoothed contacts. Indeed, the persons handling the
relation have more or less the same background; they are from the same country.
While going deepen in the relation, PHILIPS will improve his knowledge about
the way ENVIROCONCEPT and particularly Cities function, which corespond to
knoledge relationship (Gummensson, 2012). A good communication of knowledge
will increase their capacity to work together and their effiency in producing
accurate lighting solutions. The way of leading their business is knew among the
actors, so it permits to save time and money. Moreover, a trust in each other
business is installing. Then PHILIPS worked well on the retention of the relation: the
company works closely with ENVIROCONCEPT, providing help when needed on
projects. But they also work on the social dimension by bringing gifts to
ENVIROCONCEPT, often inviting them to restaurant or bringing them to any kind of
trip or events. Finally, they establish not only business links but also personal.
Consumer commitment is worked out by PHILIPS both with ENVIROCONCEPT
and the final customers, the cities. They communicate a lot about their products, by
giving brochures to them and organising conferences about new products to
maintain this link they have with their customers. A great circulation of
information helps ENVIROCONCEPT to be more efficient by always proposing the
best solutions.
Concerning the customer satisfaction, we can say that if ENVIROCONCEPT is
still working with PHILIPS, it means that both cities and ENVIROCONCEPT are
satisfied; as we know PHILIPS is not the only company which works with
ENVIROCONCEPT, yet they often work together. Both companies work really
closely and have a very strong relation, but if in some way ENVIROCONCEPT or any
cities are dissatisfied, they would stop working together.
82
European Journal of Social Law
CONCLUSIONS
What comes out from the analysis is that PHILIPS has a strong relationship with
ENVIROCONCEPT: both socially, through the sale people, and professionally, by
working together on projects.
PHILIPS was able to build such a relation by succeeding in the different phases
of a customer relation, through the acquisition, retention, trust, commitment and
satisfaction.
From the analysis of the situation we can conclude that PHILIPS appears to
have relations both with ENVIROCONCEPT and the cities, but put more emphasis on
its relation with ENVIROCONCEPT as their opinion for choosing a company for a
project is really influential: they design the project and give strong advises on what
brand to choose. In this perspective, ENVIROCONCEPT has no interest in
withholding information, and that for two reasons:
- They need to share the information in order to propose a really accurate
project and
- PHILIPS however cannot skip ENVIROCONCEPT as it proposes the brands to
put in a project, because a city cannot impose the choice of a brand and has to stick
to a choice list given by ENVIROCONCEPT.
References:
Buttle, F. (1996). Relationship Marketing Theory and Practice, Sage publication. USA.
Brennan, R. Canning, L. E. & McDowell, R. (2010) Business-to-Business Marketing. Sage
Publications Ltd.
Egan. J. (2001) –Relationship Marketing, Prentice Hall, USA.
Gronroos, C. (2007). Service Management and Marketing, Customer Management in
Service Competition (3rd ed.). Wiley and Sons Ltd: UK.
Gummesson, E. (2008). Total relationship marketing, Routledge, USA.
Gummesson, E. (2012). Total relationship marketing, Routledge, USA.
Gummesson, E. and Polese, F. (2009). B2B is not an island! Journal of Business &
Industrial Marketing, 24 (5-6), 337-350.
Gummesson, E. (2004) Return on relationships (ROR): The Value of Relationship Marketing
and CRM in Business-to-Business Context. Journal of Business & Industrial Marketing,
19 (2), 136-148.
Kotler, Ph. (1994). Marketing Management: Analysis, Planning, Implementation, and Control
(The Prentice-Hall Series. USA.
Kotler, Ph. (2011). Marketing Management, 14th edition, The Prentice-Hall, USA.
Latusek, W. P. (2010) B2B relationship marketing analytical support with GBC modeling.
Journal of Business & Industrial Marketing, 25 (3), 209-219
Peppers, D. & Rogers, M. (2004) Managing Customer Relationships: A Strategic
Framework. Hoboken, New Jersey: John Wiley / Sons, Inc.
Soren Hougaard and Mogens Bjerre (2002). Strategic Relationship Marketing, Springer,
Germany.
Soren, H. and Mogens. B. (2014). The Relationship Marketer: Rethinking Strategic
Relationship Marketing, Springer, Germany.
83
Revue europénnee du droit social
Rauyruen, P. Kenneth E. M, and Barrett, J. N. (2007). Relationships quality as a predictor of
B2B customer loyalty, Journals of Business Research, 60(1), 21-31
Reichheld, Frederick F. and W. Earl Sasser, Jr. (1990). "Zero Defections: Quality Comes to
Services," Harvard Business Review, 68 (5), 105.
Rajamma, R. K.; Zolfagharian, M. A. & Pelton, L. E. (2011). Dimensions and outcomes of
B2B relational exchange: a meta-analysis. Journal of Business & Industrial Marketing, 26
(2), 104-114.
http://www.lighting.philips.com/in_en/trends/city_people_light/professional_partnerships
84
European Journal of Social Law
EVALUATING THE FIRMS TURNOVER CONTRIBUTION
TO THE SECTOR EFFICIENCY GROWTH:
DO FIRMS SELECTION POLICIES MATTER?
Dr. Asma RAIES1
Abstract: This paper offers a dynamic model of monopolistic competition which
combines both the adoption and the industry evolution theories, by formalizing the decisions
of Adoption, Learning, Entry and Exit of firms. The theoretical framework allows to evaluate
simultaneously the contribution to the sector efficiency growth of the intra and inter-firms
determinants. The Intra-firm determinant is defined by the effort of learning and adoption of
innovations, while the inter-firms determinant relates to firms’ entry and exit (Turnover). The
results show that firms’ turnover has no significant contribution to the sector efficiency
growth and thus involve policies of selection of less efficient firms recommended especially
by the World Bank for developing countries. We show that efficiency growth is principally
generated by the intra-firm determinant and recommend policies enhancing firms’ learning
and innovation activities
Keywords: Adoption of innovations, Learning, entry, exit, Turnover and selection
policies.
Introduction
La croissance de la productivité sectorielle est souvent attribuée à deux sources
principales. La première source dite ‘ intra firme’ a trait à la croissance de la
productivité au sein des firmes résultant principalement des efforts d’innovation,
d’apprentissage et des changements organisationnels. La deuxième source est
qualifiée d’‘inter-firmes’. Elle représente, d’une part, les effets de destruction
créatrice qui impliquent que les firmes les moins productives quittent le marché et
sont remplacées par des entrants plus productifs. D’autre part, il s’agit de l’effet de
réallocation des ressources et des parts de marché entre firmes pérennes et entre
firmes qui se créent et qui disparaissent.
Alors qu’un compromis semble émerger sur le rôle important de l’innovation
au sein de l’entreprise dans l’accroissement de la productivité du secteur, la
contribution de la rotation ou « Turnover » des firmes est encore un objet de
controverse. Plusieurs études empiriques tendent à montrer que le phénomène de
turnover des entreprises exerce un effet considérable sur la croissance de la
productivité sectorielle. Par exemple, l’étude de l’OCDE (2004) qui porte sur les
secteurs manufacturiers des dix pays de cette zone, durant les deux sous-périodes
1987- 1992 et 1992-1997, montre que la croissance de la productivité du travail au
1
College of Business of Umm Al Quraa University, Makkah, Saudi Arabia FSEG, Sfax (Tunisia), Paris
Sorbonne (France), [email protected]
85
Revue europénnee du droit social
sein de chaque firme représente l’essentiel de la croissance de la productivité
agrégée. La contribution du turnover est aussi positive dans la plupart des pays,
représentant de 20 à 40 pour cent de la croissance de la productivité agrégée de
travail. L’étude de Baldwin et Wulong (2006) confirme l’importance du turnover
des entreprises dans l’explication de la croissance de la productivité de travail dans
le secteur manufacturier canadien sur la période 1979-1999. La contribution de
cette composante ‘inter-firmes’ est estimée à 70 % sur cette période. De Loecker et
Konings (2006) trouvent que le turnover des firmes compte pour plus de 40 % dans
la croissance de la productivité agrégée en Slovénie. De même, dans leur étude du
cas indonésien, Wengel et Rodriguez (2006) montrent que le turnover des firmes a
fortement contribué à la productivité de travail dans le secteur manufacturier sur la
période 1994-2000. Un autre exemple est l’étude de Pavcnik. N (2002) qui montre
une contribution positive du turnover des entreprises à la croissance de la
productivité agrégée des secteur manufacturiers chiliens. Enfin, Martin. R (2004)
trouve une contribution de l'ordre de 14 à 16 pour cent seulement du turnover à la
croissance de la productivité agrégée2.
Contrairement à ces travaux, plusieurs montrent que le turnover des entreprises
a une influence très faible voir négative sur la croissance de la productivité agrégée
des secteurs. Nous citons l’étude de Lilu et Tybout (1996) qui montre que la
croissance de la productivité au sein des firmes (composante intra-firme) contribue
fortement à la croissance de la productivité agrégée. En revanche, la contribution
du turnover des firmes a été très faible à la fois dans le Chili et la Colombie. Ce
résultat a été confirmé par Kiyohiko et al. (2005) pour le Japon. De même, les
travaux de Dean Parham (2002), Law et Nathan (2005) et Duhautois et al. (2006)
mettent évidence une contribution négative du turnover des entreprises à la
croissance de la productivité agrégée et le rôle positif prépondérant de la croissance
intra-firme. La première étude montre que la croissance de la productivité agrégée
de travail des secteurs australiens est essentiellement due à la croissance de la
productivité au sein des entreprises pérennes. En revanche, la contribution du
turnover est négative. La deuxième étude constate aussi que dans les huit secteurs
manufacturiers étudiés en Nouvelle-Zélande sur la période de 1995 à 2003, la
composante inter- firme contribue négativement à la croissance de la productivité
agrégée du travail. Enfin, la dernière étude confirme, qu’au Maroc, la croissance de
la productivité agrégée de travail est générée par les activités de recherche et
développement des firmes pérennes (composante intra-firme). Dans une étude plus
récente, Margaritis et Grosskopf (2007) confirment les résultats obtenus par celle
de l’OCDE (2004). Elle montre que la composante intra firme contribue
majoritairement à la croissance et à la convergence de la productivité
2
Disney et al. (2003), Jaan, Raul et Kaia (2004), et Admasu (2007) et Gebreeyesus (2008) trouvent
aussi une contribution significative du turnover des firmes respectivement pour le cas du RoyaumeUni, de l’Estonie et de l’Ethiopie
86
European Journal of Social Law
multifactorielle agrégée dans dix-neuf pays de l’OCDE durant la période 19792002. Par ailleurs, les effets inter firmes sont très limités.
Enfin, plusieurs études de la Banque Mondiale (ex. Tybout (2000) ont mis en
évidence deux sources majeures d’inefficience des secteurs manufacturiers dans
ces pays. La première source a trait aux faibles taux d’innovation et
d’apprentissage (source intra-firme). La deuxième réside dans l’existence et la
persistance d’un grand nombre de firmes inefficientes et non innovantes (source
inter firmes). Deux politiques principales sont alors proposées par ces études en
vue d’améliorer la performance moyenne des économies des PVD. La première
politique consiste à s’attaquer aux déterminants intra firme, notamment, en
encourageant l’innovation et l’apprentissage. La deuxième politique se penche sur
le déterminant inter-firmes en préconisant la mise en place des réformes de
sélection (baisse des subventions et réallocation des ressources des firmes les
moins efficientes vers celles les plus efficiente), facilitant ainsi le turnover des
firmes et la sortie de celles les moins efficientes.
Or ces politiques proposées vont sans doute augmenter le chômage et la
pauvreté dans ces PVD puisque ces petites entreprises inefficientes (parfois
informelles) représentent la majeur source d’emploi dans ces pays. Pour cette
raison nous tentons dans cet article de proposer une formalisation théorique
permettant d’évaluer théoriquement la contribution des deux déterminants, intra et
inter firmes, à la croissance de l’efficience sectorielle, et d’en tirer des
conséquences en matière d’actions de politiques économiques.
Pour ce faire, nous developpement un modèle dynamique de concurrence
monopolistique combinant à la fois les théories d’adoption et d’évolution
industrielle, en modélisant les décisions d’Adoption, d’Apprentissage, d’Entrée et
de Sortie des firmes. La formalisation théorique va permettre d’évaluer,
simultanément, la contribution de des déterminants intra et inter-firmes à la
croissance de l’efficience du secteur. Les résultats montrent que le Turnover des
firmes a une contribution non significative à la croissance de l’efficience sectorielle
ce qui remet en cause les politiques de sélection des firmes les moins efficientes
recommandées par le banque mondiale pour le cas des pays en développement.
Nous montrons que la croissance de l’efficience est principalement générée par le
déterminant intra-firme et recommandons les politiques favorisant les activités
d’apprentissage et d’innovation des firmes
1. Le modèle
Nous considérons une économie composée d’un continuum de firmes
produisant des variétés différentes. Ces firmes ont des niveaux d’efficiences
hétérogènes qui dépendent de la technologie utilisée dans la production. Nous
supposons que l’entrée des firmes sur le marché est libre. A chaque période, t, un
entrant potentiel peut entrer en utilisant l’ancienne ou la nouvelle technologie, ce
87
Revue europénnee du droit social
qui détermine son coût marginal de production et par-là son niveau d’efficience.
Les firmes dotées de l’ancienne technologie ont la possibilité d’adopter la nouvelle
avec un taux moyen d’adoption, ht . Ces firmes innovantes doivent passer par une
phase d’apprentissage et d’adaptation –supposés passifs dans ce modèle- pour
réussir leur adaptation et atteindre le niveau maximum d’efficience (ou frontière
technologique). A chaque période, la probabilité de réussite de l’adoption est
donnée par un taux noté ρ . A chaque période, un certain nombre de firmes
innovantes et non innovantes quitte le marché. Enfin, les comportements d’entrée,
d’adoption, et de sortie des firmes déterminent l’évolution de l’efficience moyenne
du secteur.
1.1. Le consommateur
Nous utilisons la dérivation de Dixit et Stiglitz (1977) et Spence (1976) selon
laquelle le secteur est représentée par un continuum de consommateurs identiques.
Les préférences des consommateurs sont décrites par la fonction d’utilité inter
temporelle suivante:
∞
U =
∫
e − r t log C t dt
(1)
0
où Ct est l’indice de consommation du type Dixit – Stiglitz défini par:
1/α

 nt


α
(2)
C t =  y j ,t dj 

0


où 0 < α < 1 avec σ = 1 / (1 − α ) est à la fois l’élasticité de substitution entre
∫
les variétés et l’élasticité de demande d’une seule variété. y j ,t représente la
quantité de la variété j demandée par le consommateur à la date t, et nt est le
nombre de variétés produites dans l’économie.
La demande agrégée de la variété j à la date t, Y j ,t , est donnée par la fonction
iso élastique suivante:
Y j ,t =
p j ,t
nt
∫
0
88
p i ,t
1 / ( α −1 )
α / ( α −1 )
EL
di
(3)
European Journal of Social Law
où E est la dépense par consommateur, L est le nombre de consommateurs qu’on
suppose exogène, et p j ,t est le prix de la variété j à la date t.
1.2. La firme
A chaque période, l’économie comporte un continuum de firmes. Chaque
firme produit une seule variété j différente de celle produite par les autres firmes.
D’où, le nombre de firmes sur le marché est égal au nombre total de variétés
produites, nt . La technologie de production d’une firme j peut être représentée par
la fonction de coût total suivante:
CT xj,t = cˆ x y xj,t + Fj,t
(4)
où CT j ,t est le coût total et ĉ x est le coût marginal de production. L’exposant ‘x’
fait référence au type de la firme où x = (o, l, h). Enfin, F j ,t est le coût fixe
supporté par la firme j.
Notons que cette spécification induit deux niveaux d’hétérogénéité dans les
firmes: au niveau du coût marginal, et au niveau du coût fixe.
i)- Au niveau des coûts marginaux, nous distinguons trois types d’entreprises,
o, l, et h:
a- Les firmes de type o sont celles qui utilisent l’ancienne technologie et sont
donc les moins efficientes. Elles produisent à un coût marginal, ĉ o .
b- Les firmes de type l sont celles qui ont adopté la nouvelle technologie mais
sont encore en phase d’apprentissage et d’adaptation. Elles produisent avec un coût
marginal, ĉ l . Ces firmes n’ont donc pas encore atteint la frontière technologique
donnée par le coût marginal minimal, ĉ h .
c- Les firmes de type h sont celles qui ont réussi leur adoption technologique
et qui produisent donc au coût marginal minimal de ĉ h .
Soulignons à partir de ce classement que cˆ h < cˆ l < cˆ o . Enfin, nous
α
supposons pour des raisons de simplification de notations que c x = ( cˆ x ) α −1 ,
où c x peut être considéré comme une mesure de l’efficience d’une firme j de type x
α
α
α
= (o, l, h). Il s’ensuit que c o = ( cˆ o ) α −1 , c l = ( cˆ l ) α −1 , et c h = (cˆ h ) α −1 selon
que la firme soit de type o, l ou h.
89
Revue europénnee du droit social
ii)- La deuxième source d’hétérogénéité réside dans les coûts fixes, F j ,t . Afin
de classer les firmes en fonction de leurs coûts fixes, nous introduisons un
paramètre noté A j ,t positif, continu et strictement décroissant en fonction du rang j
de la firme, tel que:
F j ,t = A j ,t Ft
(5)
où Ft est le coût fixe moyen de l’économie. Ainsi, plus j est élevé, plus A j ,t est
faible de telle sorte que le coût fixe de la firme est faible.
En supposant que l’adoption de l’innovation ainsi que la réussite de cette
adoption permettent de réduire tant le coût variable que le coût fixe, il découle que
les firmes de type o ont des coûts fixes plus élevés que ceux des firmes de type l,
qui ont elles-mêmes des coûts fixes plus élevés que les firmes de type h.
Le paramètre A j ,t est spécifié par la spécification de George Gôtz (1999):
1
j 
A j ,t = 1 + ε t  − t 
(6)
2
n
t 

où 0 < ε t < 2 est un paramètre qui mesure la dispersion des coûts fixes entre les
firmes. A j , t dépend du paramètre ε t et du rang de l’entreprise jt . Plus ε t est
élevé, plus forte est la dispersion des niveaux des coûts fixes des firmes. Lorsque
ε t tend vers zéro, Aj , t converge vers 1. Dans ce cas, toutes les firmes ont le même
coût fixe donné par le coût fixe moyen, Ft .
1.3. Le programme de la firme
Une firme j de type x, (x = o, l, h) maximise son profit noté par π xj,t sous la
contrainte de sa demande décrite par l’équation (3) ci-dessus.
Ce profit peut s’écrire comme suit:
π xj ,t = p j , t y j ,t − cˆ x y j ,t − F j ,t
(7)
où p j , t est le prix de la variété j .
La condition de maximisation donne le prix optimal pratiqué par cette firme:
p j ,t =
cˆ x
α
(8)
Il s’ensuit que le profit d’équilibre de la firme j de type x s’écrit comme suit:
(1 − α ) c x E
(9)
− F j ,t
π xj ,t =
cmt nt
90
European Journal of Social Law
où cmt dénote l’efficience moyenne du secteur au cours de la période t, et est
donnée par la relation suivante:
c h nth + c l ntl + c o nto
(10)
c mt =
nt
Afin d’étudier la contribution de l’effet de réallocation des ressources entre les
firmes de différents types sur l’efficience sectorielle, nous supposons qu’à chaque
période, les firmes de types o et l bénéficient de l’Etat des subventions forfaitaires.
Par souci de simplifier l’analyse, ces subventions sont supposées exogènes pouvant
s’agir, par exemple, d’une aide publique contractée de l’extérieure. Elles visent à
soutenir les firmes les moins efficientes -de type o- et celles innovantes mais en
phase d’apprentissage –de type l- et à augmenter leurs chances de survie. Soit s o le
montant de la subvention accordée à une firme de type o, et s l la subvention
accordée à une firme innovante de type l. Notons qu’afin de toujours stimuler les
activités d’innovation, il est indispensable de poser que s l ≥ s o .
En tenant compte de ces subventions, les expressions de profits des firmes de
types o, l, et h se réécrivent respectivement comme suit:
(1 − α ) c o E
o
(11a)
− F j ,t + s o
π j ,t =
cmt nt
π
l
j ,t
π
h
j ,t
=
=
(1 − α ) c l E
cmt nt
(1 − α ) c h E
cmt nt
− F j ,t + s l
(11b)
− F j ,t
(11c)
2. Les comportements d’adoption et de sortie des firmes
2.1. Le comportement d’adoption des innovations
A chaque période, il existe un nombre de firmes de type o qui adopte la
nouvelle technologie qu’on note par nta . Le taux d’adoption, noté par ht , est
endogène et vérifie la relation suivante:
nta = ht nto
(12)
Pour une firme j de type o, l’adoption de l’innovation lui permet d’augmenter
son niveau d’efficience de c o à c l , et de toucher une subvention s l supérieure à
s o . Par conséquent, elle lui permet de réaliser un profit π lj,t supérieur à π oj,t .
91
Revue europénnee du droit social
Nous supposons que cette firme décide d’adopter la nouvelle technologie, au
l
cours de la période t, lorsque le profit réalisé, π j ,t , est supérieur au coût
d’adoption supposé constant, et noté par x a . La relation ci-dessous détermine la
condition d’indifférence pour une firme de type o d’adopter une nouvelle
technologie: le bénéfice net lié à l’adoption étant nul.
(1 − α ) c l E
l
(13)
− F a + sl = xa
π j a ,t =
j ,t
cmt nt
La firme j a est donc indifférente entre adopter et ne pas adopter la nouvelle
technologie, au cours de la période t. Le rang j a est donc le rang minimum qui
correspond au niveau maximum de coût fixe permettant à la firme de type o de
réaliser un profit net d’adoption positif, et par là, d’adopter la nouvelle technologie.
Ainsi, toutes les firmes de type o ayant un rang supérieur au rang j a décident
d’adopter l’innovation. Il en découle que le nombre de firmes qui adoptent
a
l’innovation au cours de la période t, noté par nt , est donné par la relation
suivante:
nta = nto − jta
(14)
Ainsi, en combinant les équations (12) et (14), l’expression du rang –seuila
, jt , se définit par:
jta = nto (1 − ht )
(15)
2.2. La décision de sortie des firmes de type o
Une firme de type o est indifférente entre rester et quitter le marché si son
profit au cours de la période t est égal à son coût d’opportunité, supposé constant et
noté par z o . Cette condition est représentée par la relation ci-dessous:
(1 − α ) c o E
o
(16)
− F o + so = zo
π j o ,t =
j ,t
cmt nt
Dans cette relation, jto est le rang critique au-dessus duquel une firme de
type o survit. Il s’ensuit que le nombre de firmes sortantes de type o, au cours de la
période t, noté par ns to , peut s’écrire comme suit:
nsto = jto
(17)
A partir des relations (13) et (16), il est facile de déduire que:
co (x a − sl + F a ) = cl (z o − s o + F o )
j ,t
92
j ,t
(18)
European Journal of Social Law
En remplaçant dans l’équation (18) les expressions de F
j a ,t
et F
j o ,t
par leurs
expressions données par la relation (5), on établit une relation entre les seuils
d’adoption et de survie des firmes de type o, jta et jto respectivement. Soit:
 co
= l
c

jto
où Ψ t =
 a
 j +Ψ n
t
t
 t

( 2 + ε t ) (c l − c o )
2 cl ε t
+
(19)
cl ( z o − so ) − co ( xa − sl )
Ft c l ε t
Le lien strictement croissant entre les seuils d’adoption et de survie, jta et jto
respectivement, implique l’existence d’une relation négative entre le nombre de
firmes qui adoptent et le nombre des firmes sortantes. Autrement dit, la décision
d’innovation par les firmes o réduit le nombre de sortie au sein de ces firmes.
Ensuite, en substituant les relations (15) et (19) dans l’équation (17) il découle
que le nombre de firmes sortantes de type o se réécrit comme suit:
nsto
 co
= l
c


 (1 − h ) n o + Ψ n
t
t
t
t


(20)
Cette relation confirme une fois encore qu’une augmentation du taux
d’adoption, ht , est de nature à réduire le nombre de firmes sortantes de type o,
nsto . En outre, nsto est d’autant plus élevé que la subvention accordée aux firmes
de type o, s o , est faible ou que celle attribuée aux firmes de type l, s l est forte.
2.3. La décision de sortie des firmes innovantes (de type l)
A l’instar des firmes de type o, les firmes de type l sont régies par la même
règle de sortie. En effet, une firme de type l quitte le marché si son rang est
inférieur au seuil minimum de survie, qu’on note jtl et qui vérifie la condition
suivante:
(1 − α ) c l E
(21)
− F l + sl = zl
π lj l ,t =
j ,t
cmt nt
Cette condition implique que le profit de cette firme est exactement égal à son
coût d’opportunité, z l . Il s’ensuit que le nombre de firmes sortantes de type l, au
cours de la période t, noté par ns tl , peut s’écrire comme suit:
nstl = j tl − nto
(22)
93
Revue europénnee du droit social
A partir des relations (13) et (21), on peut déduire que:
xa + F
j a ,t
= zl + F
(23)
j l ,t
En remplaçant dans l’éq. (23) les expressions de F
ja ,t
et F
jl , t
par leurs
expressions respectives données par la relation (5), il est possible d’exprimer le
seuil de survie des firmes innovantes, jtl comme suit:
(z l − x a )
(24)
nt
Ft ε t
Ensuite, en utilisant les relations (15) et (24) dans l’équation (22) on peut
réécrire l’expression du nombre des firmes sortantes de type l, à la période t, ns tl ,
comme suit:
jtl = jta +
nstl = Φ t nt − ht nto
l
où Φ t =
(25)
a
(z − x )
Ft ε t
3. Dynamique de la structure du marché
Cette section présente la dynamique de la structure du marché. Cette
dynamique est déterminée par le taux moyen d’adoption, ht , le taux moyen de
réussite technique, ρ , ainsi que par les taux d’entrée et de sortie de chaque type de
firmes. Il est possible de distinguer ces différentes évolutions:
a - Le nombre de firmes non-innovantes (de type o) évolue au cours du temps
comme suit:
nto+1 = nto − nta + neto − nsto
(26)
où nta est le nombre de firmes o qui ont adopté l’innovation au cours de la période
t; nsto est le nombre de firmes sortantes de type o, et neto est le nombre de firmes
entrantes de ce même type.
Nous supposons qu’à chaque période t, la relation entre le nombre de firmes de
type o qui entrent sur le marché, neto , et le nombre des firmes sortantes de ce
même type, est donnée par cette équation:
neto = eto nsto
(27)
où eto est endogène et indique le taux d’entrée des firmes o.
94
European Journal of Social Law
En remplaçant dans l’équation (26) les expressions de nta , nsto et neto
données par les relations (12), (20) et (27) respectivement, la relation (26) se
réécrit comme suit:
nto+1

(eto − 1) c o + c l

= (1 − ht )
+ (eto − 1)Ψ t
l

c

 o
 n + (e o − 1)Ψ (n l + n h )
t
t
t
t
 t

(28)
b- Le nombre total des firmes de type l au cours de la période t+1, ntl+1 , est
donné par:
ntl+1 = (1 − ρ ) ntl + nta + netl − nstl
(29)
où ρ est un paramètre exogène qui dénote le taux moyen de réussite technique des
firmes innovantes (de type l). En effet, une proportion, ρ , des firmes de type l
réussissent leur adoption de l’innovation et rejoignent les firmes les plus
performantes, celles de type h. nstl est le nombre de firmes sortantes de type l, et
netl est le nombre de firmes entrantes de type l.
A l’instar des firmes de type o, nous considérons que les nombres de firmes
entrantes et sortantes de type l sont liés par la relation suivante:
netl = etl nstl
(30)
où etl , endogène, est le taux d’entrée des firmes l.
En substituant dans l’équation (29) les variables nta , nstl , et netl par leurs
expressions données par les relations (12), (25) et (30) respectivement, nous obtenons:
(
)
(
)
ntl+1 = Φ t (etl − 1) nth + 1 − ρ + Φ t (etl − 1) ntl + ht (2 − etl ) + Φ t (etl − 1) nto
(31)
où Φ t est préalablement défini dans la relation (25).
c- Enfin, le nombre de firmes de type h évolue selon la dynamique suivante:
nth+1 = nth + ρ ntl
(32)
Le nombre total des firmes actives, au cours de la période t, nt , est donné par:
nt = nth + ntl + nto
(33)
A partir des dynamiques d’évolution décrites dans les cas (a), (b), et (c), ce
nombre total évolue selon la relation suivante:
n t +1 = n t + ne t − ns t
(34)
où, ns t est le nombre total des firmes sortantes:
ns t = ns tl + ns to
(35)
95
Revue europénnee du droit social
Et net est le nombre total de firmes entrantes:
ne t = ne tl + ne to
(36)
4. Dynamique de l’efficience agrégée du secteur
En influant sur l’évolution de la structure du marché au cours du temps, les
dynamiques d’adoption, de sortie et d’entrée des firmes décrites dans la section
précédente affectent aussi l’évolution de la performance moyenne de l’économie.
Notons par g tn et g tcm les taux de croissance du nombre total des firmes et de
leur performance moyenne respectivement.
a- L’évolution au cours temps du nombre total des firmes peut se décrire par
cette relation:
nt +1 = g tn nt
(37a)
Autrement dit,
nth+1 + ntl+1 + nto+1 = g tn ( nth + ntl + nto )
(37b)
5. Les effets inter et intra firmes
5.1. Les effets inter firmes
On remarque d’après les expressions des taux de croissance g tcm et g tn que
les subventions s o et s l , n’ont pas d’effet sur la croissance de l’efficience
sectorielle, ni sur l’évolution du nombre total des firmes. Nous concluons donc à la
non pertinence des effets inter firmes Il s’ensuit que la politique de réallocation des
ressources des firmes les moins efficientes en faveur de celles les plus efficientes
visant à favoriser la sortie des firmes du premier groupe et à inciter l’innovation
des firmes du second groupe, est sans effet sur l’efficience sectorielle.
5.2. Les effets intra firmes
Les variables intra-firmes d’adoption et d’apprentissage,
ht
et
ρ
respectivement, affectent les taux de la croissance économique, g tcm .
Notons d’abord, à partir de la dérivée partielle donnée par la relation (46a) cidessous que g tcm croît de façon monotone en fonction de ρ ; la probabilité
moyenne d’atteindre le niveau maximum d’efficience c h .
96
European Journal of Social Law
2 c o (1 − ht ) (c h − c o ) 2
∂ g tcm
=
∂ρ
c h ht (3c o − c l ) + ρ (c h − c o ) − 2 c o
(
)
2
≥ 0 (46a)
Nous concluons donc à l’importance des effets d’apprentissage dans
l’amélioration de l’efficience sectorielle.
Ensuite, l’effet du taux d’adoption, ht , sur le taux de croissance, g tcm , est
donné par l’Eq (46b) ci-dessous:
∂ g tcm
=
∂ ht
(
)
) − 2c )
2 c o ( c h − c o ) ρ (c h − c o ) + c o − c l
(
c h ht (3 c o − c l ) + ρ (c h − c o
o 2
(46b)
Cet effet est non monotone. Il est positif pour des valeurs de ρ supérieures à
un certain seuil, ρ * , et négatif pour des valeurs de ρ inférieures à, ρ * , où:
0<ρ
*
=
cl − co
ch − co
<1
(46c)
En effet, une hausse du taux d’adoption, ht , s’accompagne de deux effets de
signes opposés sur la croissance de l’efficience du secteur.
Le premier effet, positif, est intra firmes et réside dans l’amélioration de
l’efficience propre à la firme puisque l’adoption permet de produire à un coût ĉ l
inférieur à ĉ o .
Le deuxième effet, négatif, est inter firmes et résulte de la baisse du nombre
des firmes de type o sortantes, nsto , qui suit la hausse du taux d’adoption, ht ,
comme le montre la relation (20) du modèle. Cet effet nuit à la croissance de
l’efficience agrégée.
Il ressort ainsi d’après les relations (46b-46c) que l’effet net d’une hausse du
taux d’adoption sur la croissance de l’efficience est positif si la probabilité de
réussir cette adoption, ρ , est supérieur à ρ * . Dans le cas contraire où les effets
d’apprentissage sont faibles (c-à-d, ρ < ρ * ), l’adoption de l’innovation ne fait que
réduire ce taux de croissance.
Ce résultat est de nature à confirmer le rôle déterminant de l’apprentissage. Il
suggère que l’adoption des innovations par les firmes n’a d’effet positif sur
l’efficience agrégée de l’économie que si elle s’accompagne d’un processus
d’apprentissage soutenu permettant de réussir cette adoption.
97
Revue europénnee du droit social
6. Détermination de l’expression du taux d’adoption, ht
Etant donné que le taux d’adoption ht est supposé endogène, ce paragraphe
tache de déterminer son expression, et ce à partir de la condition d’équilibre du
marché de travail. En effet, rappelons que l’offre de travail (qui correspond au
nombre total de consommateurs), L , est exogène. Nous supposons que cette offre
est ventilée entre l’activité de production et celle d’adoption de l’innovation.
Supposons aussi que la production d’une unité de production par la firme j de type
x(x = o, l, h) nécessite l x unité de travail, et que l’adoption de l’innovation nécessite
l a unité de travail. Le travail est rémunéré à un taux de salaire exogène, noté w.
6.1. L’activité de production
Le coût marginal de production, ĉ x , peut s’écrire comme suit:
cˆ x = w l x
(47a)
Ce qui permet de déterminer la quantité de travail nécessaire à la production
d’une unité de bien j:
l
x
=
cˆ x
(47b)
w
Il s’ensuit que la quantité totale de travail employée par une firme j dans la
production de sa variété au cours de la période t est donnée par:
x
L j, t = l y j, t =
cˆ x
w
(48a)
y j, t
Enfin, la quantité de travail affectée à la production et qui est employée par
toutes les firmes, notée LPt , est donnée par:
nt
LPt =
∫
L j, t d j
0
=
1
w
nt
∫
cˆ x y j, t d j
(48b)
0
En tenant compte de l’expression de y j, t donnée par la relation (3) et de celle
du prix d’équilibre p j, t donnée par l’équation (8), on obtient:
LPt =
98
αE L
w
(48c)
European Journal of Social Law
6.2. L’activité de l’innovation
Le coût d’adoption, x a , peut être donné par:
xa = w l a
(49a)
Ce qui permet d’écrire:
l
a
=
xa
(49b)
w
La quantité de travail agrégé employée dans l’activité d’adoption de
l’innovation, notée par Lat s’écrit donc:
Lat = l a nta
(49c)
où nta est le nombre de firmes qui adoptent l’innovation au cours de la période t.
En utilisant le fait que nta = ht nto (voir relation (12)), l’équation (49c) se
réécrit comme suit:
a
t
a
o
t
L = l ht n =
x a ht nto
(49d)
w
Finalement, la condition d’équilibre du marché de travail implique que:
L =
LPt
+
Lat
=
α E L + x a ht nto
w
(50)
D’où, l’expression du taux d’adoption de l’innovation, ht :
ht =
L (w − α E)
(51)
x a nto
Conclusion
Nous avons présenté un modèle d’adoption des innovations, d’apprentissage,
et d’évolution industrielle. Les résultats analytiques de ce modèle suggèrent que les
déterminants intra firmes de l’efficience agrégée –notamment l’apprentissage et
l’adoption des nouvelles technologies- expliquent le mieux la croissance de
l’efficience sectorielle. Les effets du turnover (ou inter firmes)- notamment le
turnover des firmes- semblent être non significatifs. Il s’ensuit qu’en termes de
politiques économiques, nos résultats rejoignent les conclusions des travaux
théoriques et empiriques qui suggèrent de renforcer les capacités technologiques
des firmes par l’apprentissage et l’adoption des innovations. Cependant, ces mêmes
résultats vont à l’encontre de certaines recommandations politiques notamment
99
Revue europénnee du droit social
celles faites par la Banque Mondiale pour le cas des pays en développement, telle
que la réallocation des ressources favorisant la sortie des firmes les moins
efficientes.
Annexexe
En remplaçant dans l’équation (37b), les variables nto+1 , ntl+1 et nth+1 par leurs
expressions respectives données par les équations (26), (29) et (32), nous obtenons
la relation (38) ci-dessous:


(eto − 1) c o + c l
gtn ( nth + ntl + nto ) =  (1 − ht )
+ ht (2 − etl ) + (eto − 1)Ψt +Φt (etl − 1)  nto
l


c


o
l
h
l
+ 1 + (et − 1)Ψt + Φt (et − 1) (nt + nt )
(
)
Il est facile de déterminer à partir de l’équation (38) un taux de croissance, g tn ,
qui ne dépend pas de la structure initiale du marché, c'est-à-dire, qui prévaut quels
que soient nth , ntl et nto . Ce taux est déterminé par les deux conditions ci-dessous:

(eto − 1) c o + c l
+ ht (2 − etl ) + (eto − 1)Ψ t + Φ t (etl − 1) = g tn
(1 − ht )
l
c


1 + (eto − 1)Ψ t + Φ t (etl − 1) = g tn
(39)
L’évolution au cours du temps du nombre total des firmes étant décrite par les
deux relations (34) et (37a) ci-dessus, ce qui permet en égalisant ces deux relations
d’écrire ce qui suit:
g tn nt = nt + net − nst
(40a)
En remplaçant les variables d’entrée et de sortie pour les firmes de types o et l
par leurs expressions décrites dans les relations (20), (25), (27) et (30), on déduit que:
 co 
 no 
n
o
l
g t = 1 + (et − 1) Ψ t + (et − 1) Φ t +   l  (1 − ht )(eto − 1) − ht (etl − 1)   t 
 c 
 n
 
 t 
(40b)
Il s’ensuit que la confrontation entre l’équation (40b) et la deuxième équation
du système (39) permet de conclure que:
 co

 cl

100

 (1 − h )(e o − 1) − h (e l − 1) = 0
t
t
t
t


(41)
European Journal of Social Law
b- L’évolution au cours du temps de l’efficience moyenne de l’économie peut
se résumer par cette relation:
cmt +1 = g tcm cmt
(42a)
Ceci permet d’écrire:
cmt +1 =
c h nth+1 + c l ntl+1 + c o nto+1
nt +1
= g tcm
(42b)
c h nth + c l ntl + c o nto
nt
ou encore,
c h nth+1 + c l ntl+1 + c o nto+1 = g tn g tcm (c h nth + c l ntl + c o nto )
(42c)
En remplaçant dans l’éq (42c) les variables nto+1 , ntl+1 et nth+1 par les eqs (26),
(29) et (32), nous obtenons:
g tn g tcm (c h nth + c l ntl + c o nto ) =
[c
[c
]
o
(eto − 1)Ψ t
+ c l Φ t (etl − 1) + c h nth +
o
(eto − 1)Ψ t + c l 1 − ρ + Φ t (etl − 1) + ρ c h ntl +
(
)
 
(e o − 1) c o + c l
c o  (1 − ht ) t
+ (eto − 1)Ψ t
l

c
 
(43)
]

 + c l h (2 − e l ) + Φ (e l − 1)
t
t
t
t


(

) n

o
t
Les conditions ci-dessous permettent de déterminer le taux de croissance de la
performance moyenne de l’économie, g tcm , et ce, quelle que soit la structure
initiale du marché:
c o (eto − 1) Ψt + c l Φ t (etl − 1) + c h = g tcm g tn c h
 o o
l
l
h
cm n l
c (et − 1) Ψt + c 1 − ρ + Φ t (et − 1) + ρ c = gt g t c


(eto − 1) c o + cl
 o
o
+

+
−
Ψ
(
1
)
e
c  (1 − ht )
t
t
l

c

 

l
l
l
+ c ht (2 − et ) + Φ t (et − 1) = g tcm gtn c o

(
)
(
(44)
)
Au final, la résolution simultanée des équations des systèmes (39) et (44) et de
l’équation (41) nous fournit les expressions des taux de croissance g tcm et g tn ,
ainsi que celles des autres variables endogènes du modèle, à savoir, les taux
d’entrée eto et etl , le coût fixe moyen des firmes Ft , et le paramètre de dispersion
101
Revue europénnee du droit social
des coûts fixes, ε t . Ces variables sont exprimées en fonction des variables
exogènes ainsi que du taux d’adoption, ht , qui est lui aussi endogène et dont
l’expression sera déterminée plus loin. Nous obtenons:
Le taux de croissance de l’efficience moyenne de l’économie, g tcm :
(
c o ht (c l − c o − 2c h ) − ρ (c h − c o ) + 2 c h
g tcm =
(
c h ht (c l − 3c o ) − ρ (c h − c o ) + 2 c o
)
Le taux de croissance du nombre total des firmes, g tn :
g tn
(
(1 − ρ ) c h ht (c l − 3c o ) − ρ (c h − c o ) + 2 c o
=
(
c o ht (c l − c o − 2c h ) − ρ (c h − c o ) + 2 c h
)
)
(45a)
)
(45b)
Le taux d’entrée des firmes non innovantes (de type o), eto :
eto
(
)
(c l − c o ) ht (c l − c o ) + c o − ρ c l (c h − c o )
=
(45c)
c o (c l − c o ) (1 − ht )
- Le taux d’entrée des firmes innovantes (de type l), etl :
etl = 2 −
ρ (c h − c o )
(45d)
ht (c l − c o )
- Le coût fixe moyen des firmes, Ft :
Ft =
où ∆ t =
Θt =
c l (s o − z o )
(c l − c o )
ρ (xa − z l )
+
(
( x a − z l ) 2 c o (c h − c l ) + ht c l ( 4 c o − c l )
2 ht (c l − c o ) (c h − c o )
(
(45e)
+ ∆t + Θt
2 ht
ht c o 2 c h ( z l − s l ) + c o ( 2 s l − 3 x a )
)
, et
)
2 h ( c − c ) (c − c )
l
o
h
o
- Le paramètre de dispersion des coûts fixes, ε t :
εt =
(
)
(c l − c o ) ( x a − z l ) 2 c h (1 − ht ) + Ω t Ω t
(2 ρ c
h
(45f)
)
(1 − ht ) + Ω t Γt
où Ω t = ht (c l − c o ) − ρ (c h − c o ) , et
(
Γt = ( x a − z l ) ρ (c l − c o )(c o − c h ) + 2 c o (c l − c h ) + ht ((c l ) 2 − 4 c o c h )
o 2
)
+ 2 ht c c ( s − z ) − 2 ht c (c − c )( s − z ) + ht (c ) (3 x − z − 2 s l )
o
102
h
l
l
l
h
o
o
o
a
l
European Journal of Social Law
References:
Admasu,S,(2007), “Firm Heterogeneity and Market Selection in Sub-Saharan Africa: Does it
Spur Industrial Progress?”, Economic Development and Cultural Change, vol 55
Admasu, S., (2007), “Competitive Selection and Technological Capabilities in Ethiopian
Manufacturing”, European Journal of Development Research,, vol 19, issue 1
Dean P., (2002), “The Role of Exit and Entry in Australian Productivity Growth”, Organization
for Economic Co-operation and Development. DSTI/ DOC (2002) 6.
De Loecker, J. and Konings, J., (2006), “Job Reallocation and Productivity Growth in A PostSocialist Economy: Evidence From Slovenian Manufacturing”, European Journal of
Political Economy, vol 22, p 388
Disney, R., Haskel, J. and Heden, Y., (2003), “Exit, Entry and Establishment Survival in UK
Manufacturing Manufacturing”, Journal of Industrial Economics, vol 51, pp 93-115.
Duhautois, R., Elhamine, S. et Elbasri, A., (2006), “Croissance de la Productivité et
Réallocations d’emplois au Maroc: La Contribution des Créations et Disparitions
d’entreprises”, Document de travail n° 54, Centre d’étude de l’emploi, Crest.
Jaan, M., Raul, E. & Kaia, P., (2004), “Creative Destruction and Transition: The Effects of
Firm Entry and Exit on Productivity Growth in Estonia”, Centre for the Study of Economic
and Social Change in Europe.
Kiyohiko, G. Nishimura, Takanobu Nakajima, Kozo Kiyota, (2005), “Does the Natural
Selection Mechanism Still Work in Severe Recessions? Examination of the Japanese
Economy”, Journal of Economic Behavior and Organization, vol 58
Law, D. and Nathan, M., (2005),“The Contributions from firm Entry, Exit and Continuation to
Labour Productivity Growth in New Zealand”, New Zealand Treasury Working Paper
05/01 Mars 2005.
Liu, L. and Tybout, J., (1996), “Productivity Growth in Chile and Columbia: The Role of
Entry, Exit and Learning”, in Roberts and Tybout (eds.), Industrial Evolution in Developing
Countries: Micro Patterns of Turnover, Productivity and Market Structure, New York:
Oxford University Press for the World Bank, pp 73.
Margaritis, D, Fare, R. and Grosskopf, S.(2007),“ Productivity, Convergence and Policy: A
Study of OECD Countries and Industries”Journal of Productivity Analysis,vol 28.
Martin, M.A. and Jaumandreu, J., (2004), “Entry, Exit and Productivity Growth: Spanish
Manufacturing During the Eighties”, Spanish Economic Review, vol 6, n° 3.
OCDE, (2004), “Les Sources de la Croissance Economique Dans les Pays de l’OCDE”.
Pavcnik, N., (2002), “Trade Liberalization, Exit and Productivity Improvement: Evidence
From Chilean Plants”, NBER Working Paper Series, n° 7852.
Toshiyuki, M. and Kazuyuki, M., (2005), “Market Dynamics and Productivity in Japanese
Retail Industry in the late 1990’s ”, RIETI Discussion Paper Series 05-E-001
Tybout, J., (2000), “Manufacturing Firms in Developing Countries: How Well do They Do,
and Why?”, Journal of Economic Literature, vol 38, pp 11-44.
Wengel,J.T. & Rodriguez, E., (2006), “Productivity and Firm Dynamics: Creative Destruction
in Indonesian Manufacturing, 1994-2000”, Bulletin of Indonesian Economic Studies,
December, vol 42, n° 3, pp 341.
103
Revue europénnee du droit social
Annexe: Classement des firmes
104
European Journal of Social Law
DROIT LINGUISTIQUE ET SOCIAL DANS LE SYSTÈME
ÉDUCATIF EN AFRIQUE: PERCEPTIONS ET PRATIQUES
DÉCLARÉES DES ENSEIGNANTS POUR UNE
COHABITATION NÉCESSAIRE DES LANGUES NATIONALES
ET DU FRANÇAIS A L’ÉCOLE PRIMAIRE AU TOGO
Koffi Ganyo AGBEFLE1
Abstract: The introduction of mother tongue languages in primary schools in Togo has
been stopped since 25 years because the different projects concerning that policy has not
grown. But we all know that the question of mother tongue languages in the schools is very
important for any human being community. It means that any community cannot run away
from that important question. This paper wants to show the very important place of mother
tongue languages in school in Togo according to the point of view of the teachers in the
primary schools.
Keywords: School bilingualism- instruction language- language policy- mother tongue
languages- official language
Introduction
Depuis plus d’un demi-siècle d’indépendance des pays africains, il est reconnu
que l’utilisation des langues maternelles comme langues d’instruction dans les
systèmes éducatifs améliorerait la qualité de l’éducation. Dans ce sens, les
organismes internationaux (UNESCO, OIF, Banque Mondiale…), les experts et
chercheurs recommandent tous l’instruction en langue maternelle comme étant une
nécessité. Cette nécessité a été exprimée à maintes reprises à travers des
publications et à l’occasion de nombreuses instances nationales et internationales
(ACALAN, 2005). Les textes officiels sont donc nombreux et les dirigeants
africains ont souvent rejeté la responsabilité du non enseignement des LN sur les
enseignants. Au Togo, le débat autour de l’introduction des LN dans le système
scolaire dort et ne semble plus préoccuper les premiers responsables en charge du
secteur de l’enseignement. Or on sait avec Poth (1997:7) qu’aujourd’hui refouler
chez un enfant son parler maternel est préjudiciable pour le développement de ses
capacités affectives et cognitives. Selon toujours Poth (ibid), les élans d’expression
spontanée de l’enfant, dus aux pulsions d’une vie intérieure féconde sont dès lors
artificiellement freinés et on nuit de la sorte au bon développement de ses facultés
d’expression dans la langue d’alphabétisation elle-même que l’on croyait pourtant
privilégier. Poth (1997:7) le dit plus clairement en ces termes:
1
University of Ghana, Legon Accra, Tel: 00233 547 732 732, E-mail: [email protected]
105
Revue europénnee du droit social
‘‘La pédagogie moderne a compris que l’acquisition rationnelle des langues
secondes en Afrique ne passe pas par leur utilisation exclusive dans les classes de
l’école primaire. C’est finalement rendre un mauvais service aux langues
européennes que de vouloir leur garantir un monopole qui les dessert’’.
Nous nous proposons carrément de ressusciter le débat des LN, en interrogeant
les enseignants sur leur réelle perception du bilinguisme scolaire LN-français et les
pratiques réelles qu’ils font du medium d’enseignement en cours c’est-à-dire la
place qu’ils accordent aux LN par rapport au français. Les principales questions de
cette étude sont les suivantes:
- Quelle perception les enseignants ont-ils de l’introduction des langues
nationales dans les écoles?
- Constituent-ils un obstacle à cette politique linguistique scolaire bilingue?
- Quelles pratiques linguistiques réelles font-ils du medium d’enseignement?
1. Configuration linguistique du Togo
Le Togo est un pays plurilingue, où sont parlées une trentaine de langues et de
dialectes d'importance inégale et répartis entre trois grandes familles linguistiques,
dont l'une, la famille indo-européenne, est exogène, et les deux autres, les familles
afro-asiatique et nigéro-congolaise, endogènes (Afeli, 2003).
1) la famille indo-européenne est représentée par le français, du groupe des
langues romanes, ancienne langue coloniale, érigée par la Constitution togolaise en
langue officielle du Togo depuis l'indépendance du pays en 1960. C'est une langue
exogène, non nativement parlée par aucune communauté endogène du Togo;
2) la famille afro-asiatique est la moins représentée des langues endogènes du
Togo, avec le hawsa, du groupe tchadique, parlé dans des îlots localisés dans le
Nord du pays et dans « Hawsa Zongo » à Lomé;
3) la famille nigéro-congolaise est la plus représentée des autres langues
endogènes du Togo, réparties en cinq groupes linguistiques:
- dans la moitié sud du pays, on a le groupe des langues kwa et le groupe des
langues dites résiduelles ou rémanentes;
- dans la moitié nord du pays on a le groupe des langues gur, le groupe des
langues ouest-atlantiques et le groupe des langues mandé.
Nous détenons tout le regroupement de langues qui précède de Aféli (2003:
119) qui affirme d’ailleurs ce qui suit:
Malgré l'existence d'un atlas sociolinguistique du Togo réalisé dans le cadre du
Projet Atlas Sociolinguistique (ASOL) initié par l'Agence de Coopération
Culturelle et Technique (ACCT) à la fin des années 70, il n'est pas toujours
possible de déterminer avec précision le nombre de langues parlées au Togo,
encore moins le nombre exact de locuteurs par langue.
106
European Journal of Social Law
2. Les objectifs de cette étude
Ce travail a pour objectifs de montrer le rôle des langues maternelles dans la
mise en œuvre d’une politique d’éducation efficace. Nous envisageons notamment
d’établir un rapport entre langue d’enseignement et performances pédagogiques.
D’un point de vue spécifique, nous envisageons de:
- décrire la pratique courante de l’utilisation du medium enseignement dans
l’enseignement de base au Togo;
- montrer la position réelle des enseignants par rapport au bilinguisme
scolaire LN-Fr;
- contribuer à l’élaboration d’une stratégie de mise en place d’une politique
linguistique bilingue pour une coexistence conviviale entre le français et les
langues togolaises.
3. Approche méthodologique de l’enquête
En ce qui concerne notre méthodologie d’enquête, nous l’avons axée sur une
recherche documentaire complétée par une enquête de terrain pour ne pas se limiter
à de pures théories. Nous avons donc enquêté des enseignants des cours primaires
en les rassemblant en deux groupes distincts: les enseignants des écoles primaires
publiques et ceux des écoles primaires privées. Cette distinction s’explique par le
fait que très souvent, les écoles privées ne s’inscrivent pas dans la logique de la
politique linguistique de l’Etat pour des raisons publicitaires comme on le verra à
la suite de ce travail.
La collecte des données a été faite sur la base de questionnaires et d’entretiens,
auxquels nous avons ajouté des observations de cours. Nous avons enquêté au total
200 enseignants des cours primaires de la Région Maritime au Togo à raison de
100 pour le secteur d’enseignement public et 100 pour le privé. Les principaux
points du questionnaire portaient sur leur adhésion et avis quant à la langue
d’enseignement dans la scolarisation de base. En d’autres termes, nous avons voulu
savoir s’ils sont, en leur qualité de pédagogues, pour l’enseignement exclusif en
langue française ou en langues nationales ou encore pour l’usage des deux langues
dans les écoles de base. Une autre préoccupation de notre enquête est de voir avec
ces « premiers acteurs de l’enseignement » lequel de l’usage du français ou des
langues nationales favorise mieux la compréhension des apprenants. Bref, nous
nous sommes intéressé à leurs pratiques pédagogiques quotidiennes de
l’enseignement en langue officielle afin d’en déduire les incidences que peut avoir
le medium d’enseignement sur le degré de réaction et de compréhension des cours
par les enfants. Mais nous précisons qu’il s’agit essentiellement de leurs pratiques
déclarées. En effet, nous ne sommes pas allé dans leur classe pour voir ce qui s’y
107
Revue europénnee du droit social
fait, mais nous nous sommes limité à ce qui nous ont dit. C’est cela que nous
appelons pratiques déclarées dans ce travail.
4. La perception de la langue d’enseignement
par les enseignants
Au sujet du médium d’enseignement, la variable ‘‘type d’école’’ nous permet
d’analyser la perception que ces différents enseignants ont de la langue
d’enseignement selon qu’ils sont des écoles publiques officielles ou privées.
4.1. Analyse des données relatives aux enseignants
Tableau 1: Perception de la langue d’enseignement
par l’ensemble des enseignants du secteur public enquêtés
Français
uniquement
20
20%
LN uniquement
18
18%
Bilingue Fr et
LN
62
62%
TOTAL
100
100%
Ce tableau nous indique que:
- Sur 100 enseignants enquêtés dans le secteur public, 20 sont pour
l’enseignement exclusif en français. Ceux-ci représentent seulement 20% de
l’ensemble des enseignants enquêtés dans le secteur public.
- 18 enquêtés sur les 100, soit 18% de l’ensemble des enseignants du
secteur public, prônent un enseignement en LN exclusivement.
- 62% de ces enseignants (soit 62 sur 100) optent pour un enseignement
bilingue LN-français.
Tableau 2: Perception de la langue d’enseignement
par l’ensemble des enseignants du secteur privé.
Français
uniquement
52
52%
LN uniquement
25
25%
Bilingue Fr et
LN
23
23%
TOTAL
100
100%
Le présent tableau indique que:
- 52% de l’ensemble des 100 enseignants enquêtés dans le secteur privé
sont pour un enseignement en français exclusivement.
- 25 enquêtés sur les 100, soit 25% de l’ensemble des enseignants du
secteur privé, prônent un enseignement en LN exclusivement.
- 23% de ces enseignants (soit 23 sur 100) optent pour un enseignement
bilingue LN-français.
108
European Journal of Social Law
Tableau 3: La perception de la langue d’enseignement par l’ensemble des enseignants enquêtés
Français
uniquement
72
36%
LN uniquement
Bilingue Fr-LN
TOTAL
43
21.5%
85
42.5%
200
100%
Le tableau ci-dessus nous permet d’apprécier, de manière plus large, le point
de vue de l’ensemble des enseignants enquêtés.
- sur l’ensemble des 200 enseignants enquêtés, 72 sont pour l’enseignement en
français uniquement dans la scolarisation de base. Ceux-ci représentent 36% des
enquêtés.
- 21.5% des enseignants enquêtés (soit 43 enseignants sur 200) sont favorables
à l’usage exclusif des langues nationales comme médium d’enseignement.
- 42.5% de ces enseignants (85 enquêtés sur 200) trouvent qu’il faut enseigner
en langue française et en langues nationales.
4.2. Interprétations des résultats
A partir de l’analyse des données contenues dans les différents tableaux et
graphiques qui précèdent, nous trouvons que la question de la langue
d’enseignement s’impose et il faut lui trouver une réponse. En effet, dans les écoles
primaires, la majorité des enseignants interrogés souhaitent une coexistence du
français et des LN ou tout simplement un enseignement exclusif en LN. Ces
enseignants affirment que, dans les faits, la langue française n’est pas la seule en
usage dans leurs écoles. Les langues maternelles des apprenants ou une des langues
nationales, interviennent qu’on le veuille ou non, dans la pratique de
l’enseignement de tous les jours. Ils sont 42.5% des enseignants enquêtés (secteur
public et privé confondus) à marquer leur adhésion pour une introduction effective
des LN dans nos écoles. Ils souhaitent que les LN soient officiellement introduites
dans les écoles au même titre que le français ou encore qu’il soit accordé aux
enseignants la liberté de recourir aux langues maternelles en vue, non seulement de
détendre l’atmosphère scolaire, mai aussi de faciliter chez les élèves la
compréhension des enseignements. Ce pourcentage d’enseignants optant pour un
enseignement bilingue n’est pas du tout négligeable. D’ailleurs cela prouve que les
enseignants depuis longtemps considérés comme une entrave à l’introduction des
LN dans le système d’enseignement ont changé d’attitude. On voit donc qu’une
bonne proportion des enseignants a compris la nécessité de recourir aux LN dans
leur pratique pédagogique de tous les jours. Ainsi, de nos jours il serait difficile
d’imputer la responsabilité du non enseignement des LN aux enseignants. En effet,
à la question de savoir si les enseignants sont pour ou contre un enseignement en
LN exclusivement, 21.5% des enquêtés des écoles publiques vont jusqu’à souhaiter
un enseignement exclusif en LN dans les écoles primaires. Cette proportion
d’enquêtés quoique moins importante n’est pas du tout négligeable. Elle affirme
109
Revue europénnee du droit social
que le français, malgré son statut de langue officielle, ne favorise pas la fluidité de
transmission des connaissances à l’école; sinon il le fait moins qu’on ne le pense.
Ce qu’il y a d’intéressant ici, c’est que les LN devraient devenir dès lors langue
d’enseignement et, le français, matière d’enseignement. Si l’on considère la
position des 42.5% d’enseignants qui optent pour un bilinguisme LN-français et
celle des 21.5% qui prônent un enseignement exclusif en LN, on comprend que
l’usage du français comme unique langue d’enseignement ne connait plus
l’adhésion de la majorité des enseignants qui sont, en fait, les acteurs immédiats de
l’école. C’est dire que ceux qui sont sur le terrain et qui sont en contact direct et
permanent avec les élèves ressentent la nécessité de recourir aux langues
nationales. La situation n’est pas très différente dans les écoles primaires privées,
même si dans leur « recherche de renommée », les directions ou fondateurs de ces
écoles exigent des maîtres un enseignement exclusivement en français. En effet,
36% des enseignants enquêtés dans les écoles privées, souhaitent un enseignement
bilingue (LN-français). Ils disent devoir faire beaucoup d’efforts pour enseigner
exclusivement en français avec l’exigence des fondateurs de ces écoles privées.
Dans un cas comme dans l’autre, la plupart des enseignants interrogés dans les
écoles primaires trouvent nécessaire une coexistence du français et des langues
nationales dans l’enseignement de base car cela facilite à l’enfant la compréhension
des enseignements. Nous convenons donc avec Ferreira (1985: 43) que pour ces
enseignants, les avantages de l’enseignement en LN ne sont plus un secret. Il réduit
les déperditions scolaires et met les enfants à l’abri d’éventuels blocages
psychologiques dus à un enseignement précoce en langue étrangère. C’est sans
doute ce qui explique la position LASCOLAF (2010:12) selon laquelle
‘‘ dans l’enseignement primaire l’utilisation des langues nationales vise à
favoriser les apprentissages fondamentaux et à rendre plus aisée l’acquisition
progressive d’une langue de communication internationale. La langue première de
l’élève exerçant une influence déterminante sur son développement cognitif et
affectif, le recours au bi/plurilinguisme scolaire à ce niveau d’apprentissage permet
de réduire l’échec scolaire’’.
Cette position se trouve réconfortée par les 21.5% d’enquêtés qui prônent
l’usage exclusif des LN comme langue d’enseignement. De plus, nous pouvons
justifier la position des 36% qui, eux, restent attachés à l’enseignement en français
exclusivement par le fait qu’ils manquent de conviction ou parce qu’ils ont été euxmêmes formés par le système scolaire colonial; ainsi ils croient que l’école africaine
ne peut trouver de salut qu’à travers un enseignement exclusif en français. Alidou
(2010: 46 cité par LASCOLAF, 2010) déplore cette attitude et écrit à ce propos:
‘‘Beaucoup d’enseignants qui sont formés par et pour l’éducation classique
dans une langue étrangère ne sont pas convaincus des avantages de l’usage des
langues africaines qui ont une valeur marginale dans le système éducatif
classique’’.
Dans tous les cas, la position de la majorité des enseignants que nous avons
enquêtés est claire: voir les langues nationales promues au même statut que le
110
European Journal of Social Law
français car cela favoriserait un cadre d’apprentissage plus détendu et moins
stressant pour le jeune élève africain en général, togolais en particulier. De plus la
promotion des LN dans nos écoles faciliterait la prestation pédagogique pour
l’enseignant et les apprentissages pour les élèves et, de fait, agirait sur les résultats
scolaires. La preuve est que certains enquêtés nous ont confié clairement que
l’enseignement en langue française exclusivement est « un calvaire pour l’enfant et
un véritable parcours de combattants pour l’enseignant » (Propos d’un enseignant
enquêté dans la Région Maritime au Togo). Il y en a qui trouvent que
l’enseignement en français seul est un idéal qu’on ne pourrait pas atteindre car la
réalité sur le terrain est autre. C’est dire que dans la pratique, le français n’est pas
en réalité la seule langue d’enseignement dans ces écoles; d’autres langues (les LN)
y interviennent également par nécessité, et cela se justifie surtout quand on sait que
la plupart des enfants arrivent à l’école primaire avec une langue nationale comme
langue maternelle.
5. Conclusion
Cette contribution, nous a ainsi donné l’occasion de reposer le problème de la
place réelle des LN dans l’enseignement en Afrique francophone en général, au
Togo en particulier d’autant plus que le cas du Togo est très frappant. Les
enseignants togolais enquêtés adhèrent majoritairement à l’idée d’introduire les LN
dans les écoles et souhaitent que cela soit effectif. Dans leur pratique de tous les
jours, une bonne place est déjà faite aux langues nationales (LN). C’est donc dans
un rapport de complémentarité que le français doit trouver sa place aux côtés des
langues nationales car son rôle et son avenir dépendent au premier chef du rôle qui
sera reconnu aux langues nationales. Puisque le choix du français comme langue
d’enseignement est un choix politique déterminé par des raisons historiques, cette
langue ne saurait s’imposer que si elle collaborait avec les LN car, comme le disait
Duponchel (1976: 385), le français est venu se superposer, en Afrique, à un tissu
linguistique originel déjà diversifié. Les possibilités de développement du français
ne peuvent se faire qu’à partir de l’importance accordée aux langues nationales.
Dans tous les cas, la réalité sur le terrain nous fait découvrir que l’enseignement en
langue française exclusivement est loin d’être une réalité d’autant plus qu’il ne
favorise pas la compréhension des enseignements par les apprenants. Ainsi les
enseignants n’arrivent plus à contourner les LN dans leurs pratiques pédagogiques
de tous les jours. L’état doit y penser à nouveau. Ainsi, au vu des résultats auxquels
nous sommes parvenus, nous formulons les recommandations à l’endroit des
autorités chargées de l’éducation au Togo, en espérant qu’elles pourraient
contribuer à améliorer les choses:
- Organiser un Congrès national sur la problématique du système éducatif
togolais, avec la participation des différents acteurs de l’école et des partenaires de
111
Revue europénnee du droit social
l’éducation, pour discuter de la réorientation de l’éducation de base dans sa totalité
et du rôle que devrait jouer les langues nationales dans le système d’enseignement.
- Concevoir un schéma qui tienne compte de l’importance juridique des
langues nationales et prendre des décisions pertinentes et coercitives concernant
l’utilisation des langues nationale comme outils d’enseignement et comme
matières.
- Concevoir et exécuter un programme d’urgence de formation des enseignants
de l’éducation de base; formation qui devra être axée sur l’utilisation des LN en
classe.
Abréviations et sigles:
ACALAN: Académie Africaine de Langues
DRE: Direction Régionale de l’Education
Di.Fo.P: Division de la Formation Permanente, de l’Action et de la Recherche Pédagogique
(actuelle DF: Direction des Formations)
EPTT: Education Pour Tous au Togo (projet initié par AFD: Agence Française de
Développement).
EPP: Ecole Primaire Publique
EPL: Ecole Privée Laïque
EPC: Ecole Privée Confessionnelle
FR: Français
I.N.S.E: Institut National des Sciences de l’Education
LASCOLAF: Langues de scolarisation en Afrique Francophone.
LN: Langue (s) nationale (s)
MEPSA: Ministère des Enseignements Primaires et Secondaires et de l’Alphabétisation.
References bibliographiques:
AFELI, Kossi A. (2003): Politique et aménagement linguistique au Togo: Bilan et
Perspectives, Thèse de Doctorat d’Etat, UL, 613 p.
A.C.A.LAN, (2005): Politiques nationales: Le rôle des langues transfrontalières et la place
des langues de moindres diffusions en Afrique, Colloque du 14 au 16 Mars: Bamako.
CALVET, Louis-Jean (1974): Linguistique et Colonialisme. Petit Traité de glottophagie.
Paris: Payot. 250 p.
DUPONCHEL, Laurent (1976): Le français en Côte d’ivoire, au Dahomey et au Togo, in « Le
français hors de France », p 385- 417
FERREIRA, Maria Solonilde, (1985): Evaluation de l’expérimentation de la réforme de
l’enseignement, Rapport de mission de l’UNESCO au Niger, Niamey /UNESCO, 43 P.
MAURER, Bruno (2010):.Les langues de scolarisation en Afrique francophone: Enjeux et
repères pour l’action, Projet LASCOLAF, Rapport général. 87p.
NAPON, Abou. (1994): L’enseignement du français au Burkina Faso: méthodes et
stratégies, dans les Annales de l’Université de Ouagadougou, série A, vol VI, pp. 23-41
POTH, Joseph (1997): L’enseignement des langues maternelles: une perspective
psychopédagogique adaptée au contexte éducatif des pays plurilingues africains. Collection
guide pratique, LINGUAPAX, Centre International de Phonétique Appliquée, 27 p.
112
European Journal of Social Law
THE REFORM OF PENSIONS IN SPAIN.
OPORTUNITY OR NECESSITY?
Miryam de la Concepción González RABANAL1
Abstract: The recent economic events reveal the need to reform public pension
systems, especially in developed countries where life expectancy of its population exceeds
80 years. Spain is one of this countries. As noted in the article, Spain has a pension system
that must deal with huge commitments because of the longevity of its people and the
generosity of its size. The paper analyzes the main lines of reform and its likely
consequences.
Keywords: Welfare State, Pensions, Spanish reform of pensions.
Jel classification: H 55
1. INTRODUCTION
When we analyze the current modern Social Security systems of the most
developed countries, we observe that one of the main elements common to all is
the existence of pensions, and amongst them, of retirement pensions.
Evolution of public spending in contributory pensions in Spain (In millions of Euros)
Year
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
(prevision)
Permanent
Disability
6.180,27
6.412,75
6.783,34
7.195,98
7.759,67
8.334,69
8.932,00
9.751,05
10.304,45
10.782,55
11.261,13
11.455,79
11.732,03
11.761,52
11.936,25
Retirement
Widowhood
Orphanhood
34.483,96
36.060,82
38.231,78
40.186,71
42.527,82
45.474,45
48.851,69
52.944,95
56.347,34
60.144,40
64.342,91
67.397,89
70.528,50
74.773,73
77.864,12
9.510,52
9.969,38
10.819,95
11.697,36
13.028,67
13.939,20
14.687,48
15.782,31
16.663,66
17.546,45
18.511,96
19.035,63
19.516,86
20.196,45
20.374,94
745,55
770,31
848,37
894,00
945,91
1.002,01
1.046,42
1.108,45
1.185,11
1.261,91
1.340,05
1.390,96
1.464,92
1.573,00
1.657,28
Family
Benefits
157,54
161,37
169,06
177,34
191,10
199,79
207,40
218,64
227,98
236,77
245,75
253,44
261,48
263,96
270,03
TOTAL
51.077,84
53.374,62
56.852,50
60.151,39
64.453,17
68.950,14
73.724,99
79.805,40
84.728,54
89.972,08
95.701,80
99.533,71
103.503,79
108.568,66
112.102,61
Source: Social Security Budget. Economic-Financial Report 2014, p. 232.
1
Associate Professor, Department of Applied Economics and Public Management, National University
of Distance Education (UNED), [email protected]
113
Revue europénnee du droit social
Among the various references in the Magna Norma of 19782 to the model and
content of Social Security, the one that more directly addresses the subject matter
of pensions is article 50: "Public authorities will guarantee, by means of adequate
and periodically revised pensions, the economic sufficiency of their senior citizens.
Likewise, and independently of family duties, they will promote their well-being
through a social service system that will attend to their specific problems of health,
housing, culture and leisure time”.
The Spanish Social Security model, an offspring of the Spanish Constitution,
can be summarized in the following table, in which we can distinguish three
different stages (contributive, basic and complementary):
Levels of protection of the Spanish Social Security model
CONTRIBUTORY
LEVEL
GENERAL COMPREHENSIVE PROTECTION
Healthcare
Social Services
According to the
According to contribution
limit of accumulated
resources
Non contributive
Exclusive benefits of this
pensions of
level
retirement and
disability
Maternity subsidy
Retirement and
permanent disability
pensions
Benefits by reason
Subsidies (temporal
of special need
disability, maternity,
paternity)
Assistance pensions Death and survival
for the elderly
benefits
BASIC LEVEL
COMPLEMENTARY
LEVEL
VOLUNTARY
COVERAGE.
FREE SUSCRIPTION.
Assistance and economic
benefits
The following reflections will focus on retirement pensions of contributory
nature which are a fundamental column to ensure the economic sufficiency of
senior citizens, according to the aforementioned article 50, and to the recent reform
of pensions.
2
Art. 41, art. 129.1, art. 149.1.17, art. 25.2, art. 39, art. 43 y art. 49.
114
European Journal of Social Law
2. Spain is different
We find ourselves in a moment of deep economic crisis, initiated in 2007, not
yet overcome by most of the developed countries. This general difficult situation has
triggered the need for deep reforms, both in the productive systems and in one of the
identity traits of Western countries of the so-called "first world": The Welfare State,
implemented after WWII and later expanded, with the acknowledgment of generous
benefits and services for all citizens as a result of the extension of their social rights.
(Text of the comic: pensions=(years of contribution + annoyances/ years of retirement+ miseries)
Expert committee for the calculation of pensions.
Although in some countries a reform of the public welfare systems had been
initiated before the crisis (as in Germany, Austria, France, Italy, Sweden or
Finland), in the case of Spain, besides the delay in implementing a deep reform of
the system, there are some unique differential elements that make such a reform
both urgent and more necessary.
One of these differential elements is the deeper repercussion of the crisis in
our economy, with an unemployment rate significantly above the average of the
EU, a crisis whose impact is especially dramatic in the case of the youth3, and
which has provoked a change of direction in migration4 trends5.
3
4
5
In the period between 1998 and 2008, Spain's unemployment rate of population between 16 and 24
years has only been surpassed by Italy, Greece, Slovakia and Poland, among all OECD countries.
Spain has been, for decades, a net receptor of immigrants and has become a net producer of
emigrants, specially of highly prepared youths, and of come-backs -particularly Latin-Americansaffected by the fall in operations of the building industry- which have returned to their respective native
countries. During 2013, Spain registered a negative migratory balance of 256.849 people. This
balance, a 80,2% greater than in 2012, was produced by a decrease of 4,3% in immigration and an
increase of 22,7% in emigration. In the case of the Spanish nationals, the migratory balance was of
45.913 in 2013. 79.306 people emigrated and 33.393 immigrated (INE).
The Spanish resident population was 46.507.760 of inhabitants the 1st of January 2014, a fact which
implied a reduction of 220.130 people compared to the beginnings of 2013. In relative terms,
population decreased 0,47% during 2013 compared to the decrease of 0,19% registered during 2012.
Thus, the population rate of decrease is intensified.
115
Revue europénnee du droit social
Another of the distinguishing elements of the Spanish case is the greater
longevity of our population. No doubt that the attainment of lengthier lives is a
major success of the economic development and a sign of the unequivocal progress
of the economies, but it has major effects upon the sustainability of the welfare
models, which have to be properly anticipated in order to guarantee its economic
viability and persistence in the long-term.
Spain leads the world ranking (only surpassed by Japan) in life expectancy. In
2012, Spain was leader among the countries of the OECD. Statistics show that
compared to the 22.4 years in the case of Spanish women older than 65 and the
18.3 years for men, the average life expectancy of the EU-27 is 20.1 for women
and 16.5 for men. Id est, the Spanish social system of pensions, particularly in what
refers to retirement6, has to be prepared, from a financial point of view, to confront
the impact of the demographic patterns, which has no precedence in the history of
mankind: the payment of more pension for a longer period (the aging of aging),
which is accompanied by a long descent in birth rates, with the consequent
inversion of the population pyramid.
Population pyramid in Spain
(Text of the graphic: Men/Women)
6
Also for widow's pensions due to the longer survival of women who have not contributed, in general, to
the Social Security as long as men.
116
European Journal of Social Law
Evolution of life expectancy at birth. gender breach. Spain
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
Men
73,5
73,9
74,1
74,5
74,5
74,6
75,2
75,4
75,4
75,9
76,3
76,4
76,4
77,0
77,0
77,7
77,8
78,2
78,6
79,1
79,3
79,4
Women
80,7
81,2
81,2
81,6
81,7
81,8
82,2
82,3
82,3
82,7
83,1
83,1
83,0
83,6
83,5
84,2
84,1
84,3
84,7
85,1
85,2
85,1
GenderBreach (Women-Men)
7,2
7,3
7,1
7,1
7,2
7,2
6,9
6,9
6,9
6,8
6,8
6,8
6,6
6,6
6,5
6,4
6,4
6,1
6,0
6,0
5,8
5,7
Source: Mortality Tables. INE (National Statistics Institute).
Recent evolution of life expectancy at birth. (Spain-EU comparative)
(Text of the GRAPHIC: Life expectancy at birth –years- Men/Women, Spain)
Source: Sustainable Development Indicators, Eurostat
117
Revue europénnee du droit social
The National Statistics Institute (INE) declares,without a doubt, that this
tendency will continue in the future, confirming the expectancies of a greater
population longevity, although the difference between men and women are slightly
reduced, as we can see in the following table:
Short term projection of life expectancy at birth. gender breach.
Spain
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Men
Women
79,6
79,8
80,1
80,3
80,6
80,8
81,1
81,3
81,6
81,8
85,3
85,5
85,7
85,9
86,1
86,3
86,5
86,7
86,9
87,0
GenderBreach
(Women-Men)
5,8
5,7
5,6
5,6
5,5
5,5
5,4
5,3
5,3
5,2
Source: Short term population projections.
Parameters of demographic evolution. INE.
Furthermore, as a consequence of the extended period of mandatory schooling
(which passed from 14 to 16 years) and the generalization of the right to a higher
education, a fact which has notoriously amplified the delay for the incorporation of
youths into the labor market, the anticipation of the age of retirement and/or the
abandonment of the labor market by persons older than fifty years-a sector of the
population strongly crushed by the economic crisis-, the period of contribution to
the system has been drastically reduced, weakening its contributory and
synallagmatic character. Added to this is the fall of the number of contributors to
the system as a consequence of the change of direction of population trends and the
aforementioned economic crisis.
Due to the behavior of the previous two variables (longevity and greater
unemployment rate), the third differential trait of the Spanish model is the
alarming levels reached by the dependency ratio (the relation between
contributors and pensionists). According to the previsions of INE, we will pass
from our current 4working-age persons per pensionist to 1.75 in 2049.
Added to all of the above isSpain’s higher substitution rate, i.e., the relation
of the pension to the last wage perceived before retirement expressed as a
percentage. In fact, Spain is one of the countries in which such percentage is the
highest, as the following OCDE table shows.
118
European Journal of Social Law
Gross Rate of Pension Substitution According to Income
Individual earnings, multiple of mean for men (women where different)
Median earner
OECD members
0,5
1
1,5
Median earner
0,5
1
1,5
OECD members (con'd)
Australia
60,2 (55.8)
91,1 (86.6)
52,3 (47.8)
39,4 (34.9)
Norway
52,3
Austria
76,6
76,6
76,6
74,0
Poland
48,8
Belgium
41,4
58,2
41,0
30,2
Portugal
55,0
Canada
51,0
80,1
45,4
30,2
Slovak Republic
67,9
Chile
45,5 (36.6)
57,3 (48.3)
41,9 (33)
37,3 (27.9)
Slovenia
40,6
Czech Republic
59,9
85,2
52,2
41,2
Spain
73,9
Denmark
83,7
120,7
78,5
64,4
Sweden
55,6
Estonia
55,3
65,2
52,2
47,9
Switzerland
58,4
Finland
54,8
64,1
54,8
54,8
Turkey
66,8
France
59,1
64,8
58,8
47,5
United Kingdom
37,9
Germany
42,0
42,0
42,0
42,0
United States
41,0
Greece
64,0
75,4
53,9
46,7
OECD34
57,9
Hungary
73,6
73,6
73,6
73,6
Iceland
73,8
91,7
72,3
70,1
Other major economies
Ireland
44,2
73,4
36,7
24,5
Argentina
96,2
Israel
86,7 (76.8) 103,7 (93.9)
73,4 (64.8)
48,9 (43.2)
Brazil
57,5
Italy
71,2
71,2
71,2
71,2
China
82,5
Japan
37,5
49,8
35,6
30,8
India
60,4
Korea
43,9
59,2
39,6
29,2
Indonesia
14,1
Luxembourg
59,3
77,7
56,4
53,0
Russian Federation 63,0
Mexico
44,7
55,5
28,5 (27.7)
27,2 (25.1)
Saudi Arabia
100,0
Netherlands
91,4
94,4
90,7
89,4
South Africa
11,8
New Zealand
50,1
81,1
40,6
27,0
EU27
60,0
Source: OECD pension models.
OECD (2013), Pensions at a Glance 2013: Retirement-Income Systems in OECD and G20 Countries
www.oecd.org/pensions/pensionsataglance.htm
(57.6)
(57.2)
(88.9)
(52.3)
(65.1)
(56.3)
(13)
(56.4)
(87.5)
(59.7)
63,4
49,3
67,5
74,2
62,0
73,9
70,2
64,3 (63.7)
73,5
55,8
49,5
71,0 (70.3)
115,2
55,4
97,9
75,6
14,1
72,4
100,0
19,1
69,6
52,5
48,8
54,7
65,9
39,2
73,9
55,6
55,2 (54.3)
64,5
32,6
38,3
54,4 (53.7)
(107.9) 90,4
(50.3)
57,5
(78.5)
77,9
(71.2)
55,8
(13)
14,1
(65.8)
60,2
(87.5) 100,0
9,6
(69.3)
58,0
(83.1)
(52.3)
(61)
(51.8)
(13)
(53.6)
(87.5)
(57.7)
41,6
48,8
54,1
63,4
36,7
73,9
67,9
36,8 (36.2)
64,5
22,5
33,4
48,4 (47.7)
82,1
61,7
71,2
49,2
14,1
56,1
100,0
6,4
53,3
(74.8)
(56.1)
(55.2)
(45.3)
(13)
(49.5)
(87.5)
(53.1)
Finally, Spain anticipates relatively short periods of contribution for the
calculation of the pension (15 years until the recent reform) breaking the
synallagmatic bond between contribution and pension.
Spain7 has not only to confront the coming challenge that for different
countries implies the fact of having copious cohorts of retired citizens (the result of
the generalized baby boom of the sixties and the seventies), but also has to be able
to implement deep and significant reforms in its retirement pension model, in order
to guarantee future generations a realist and viable horizon for its development in
the long term, responding to the hope that those who will retire soon have placed in
such a model.
3. The incidence of these factors upon a system
of defined-benefit distribution
Why are these factors important to guarantee the future welfare system,
especially in relation to retirement pensions8? Basically, because the Spanish
system is a model of distribution and defined-benefit.
The fact that it is a distribution scheme affects the way it manages its
resources from an actuarial point of view. There are two management alternatives:
7
8
In 2052, 37% of the Spanish population will be older than 65 years.
We cannot forget that the impact of aging affects also Public Health spending, for some diseases and
conditions have become chronic among the elderly, but also because of the attention to dependent
kin, the cost of certain social services, etc.
119
Revue europénnee du droit social
the distribution and the capitalization9, irrespective of the latter being individual
or collective. In the case of the distribution, all the revenues of the budgetary year
are used to pay the accrued benefits (pensions) of the same period of time.
Therefore, the capacity for the payment of pensions and their particular quantities
depends on the previous contributions to the system. Such contributions come
basically from workers and employers, but also, less significantly, from public
transfers, the collected quantities for recharges, sanctions and the like, the pay-offs,
incomes and interests, as well as from any other product of their resources, assets
and revenues. In relation to retirement pensions, these are exclusively financed
through contributions.
Sources for the Financing of the System (2009-2014) in thousands of euros
Economic
Rubrics
consolidated
settlement
2009
consolidated
settlement
2010
consolidated
settlement
2011
consolidated
settlement
2012
consolidated
budget
2013
consolidated
budget
2014
Social
106.552.904,60
Contributions
105.491.024,23 105.311.663,14 101.059.188,82 105.863.205,75 102.839.919,04
Taxes
and
other
1.211.594,63
Revenues
1.288.691,46
1.260.516,46
1.509.876,23
1.539.803,43
Current
Transfers
8.560.515,70
8.664.998,74
8.337.660,76
9.182.555,19
15.598.045,17 13.040.614,26
Capitalizations 2.778.729,76
2.794.409,40
3.061.993,93
3.311.113,14
2.655.727,74
Current
Transactions
119.103.744,69
118.239.123,83 117.971.834,29 115.062.733,38 125.656.782,09 119.672.281,37
Divestments
6.171,98
6.528,52
7.108,45
7.351,51
632,87
320,04
Capital
Transfers
310.020,82
55.837,20
42.486,67
21.194,02
20.016,43
18.536,18
Capital
transactions
316.192,80
62.365,72
49.595,12
28.545,53
20.649,30
18.856,22
1.316.095,63
2.475.652,44
Non-Financial
119.419.937,49
transactions
118.301.489,55 118.021.429,41 115.091.278,91 125.677.431,39 119.691.137,59
Financial
Assets
370.055,26
2.934.175,02
2.515.341,10
8.074.273,28
2.554.304,07
12.127.097,95
Financial
Liabilities
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
2.300,00
Financial
transactions
370.055,26
2.934.175,02
2.515.341,10
8.074.273,28
2.554.304,07
12.129.397,95
TOTALS
119.789.992,75
121.235.664,57 120.536.770,51 123.165.552,19 128.231.735,46 131.820.535,54
Source: Social Security Budget
This model is based both on the intergenerational solidarity and the
relationship between occupied assets (who pay contribution) and liabilities (those
who receive the pension), and not on the acquisition of an individual subjective
9
Capitalization implies the creation of a capital which contains contributions plus accumulated interests.
120
European Journal of Social Law
right. It imposes sacrifices to the youth in relation to elders, to the healthy ones in
relation to the ill, to the living in relation to the deceased, to those without family
charges in relation to those who have them, to those working in growing and
successful economic activities in relation to those who work in the most depressed
economic sectors.
As we can see, the health of the accounts of the system is closely connected to
the flow of its inputs and outputs.
In the model of defined-benefit distribution, the method of calculation of the
quantity of the first pension at the time when it is due is continuously regulated.
Previously known calculation rules are applied to the labor data of the worker,
taking into consideration relevant data, such as the number of years of contribution,
the monetary contribution base, and the age of retirement.
All the aforementioned corroborates the need to implement the reform of
pensions within the frame established in the Toledo’s Pact and its revisions10. A
reform which not only pursues the sustainability of the system so the welfare levels
achieved are not reduced by short term decisions, but also a reform which is the
result of a political consensus, with the necessary social back-up, and oriented to
the enforcement of the contributive character of pensions (the relationship salarycontribution-distribution) and to the betterment of the social protection for those
most in need.
We can established the following causal chain between salary and retirement:
Salary – Contribution Base – Regulatory Base – Pension
The revenue of the system depends on contributing population and the
amount of salaries, which are directly related to the phase of the economic cycle.
When the economy is in recession, salaries do not change or decrease, and the
number of contributing people (i.e. that are occupied) decreases, negatively
affecting the input of resources in the system. All these considerations without
taking into account the fraud generated as a consequence of the extension of the
phenomenon of underground economy, which undermines the financial base of
the model.
On the other hand, retirement pension expending depends on the number of
current pensions and their quantities, as well as on the substitution effect of old
pensions by new ones, for these have a greater initial amount.
From these facts, together with the aforementioned demographic forecast, the
European Commission11 has estimated that by 2060, the Spanish spending in
pensions will be over 25% of GNP, only to be surpassed by Greece.
10
11
The Toledo Agreement was approved April 6th of 1995 and revised in two occasions (2003 y 2011).
Pension Schemes and Pension Projection in the EU-27 Member States, 2008-2060.
121
Revue europénnee du droit social
4. The necessity to implement the reform
The implementation of the reform is right now an unavoidable task. If we do
not make the reform it would worsen the effects of the economic crisis, for it would
generate more uncertainties about the future system of pensions in particular, but
also to the Social Security system in general. This would affect negatively savings
and investments, for it would produce distrust and the weakening of foreign
investment, which examines the sustainability of public finances.
At the same time, we need to reduce the inequities of a system which only had
in account the last 15 years of working life, penalizing workers with long periods
of contribution and favoring thosewith shorter periods but higher salaries at the end
of their working life, with the result that the latter receive, unjustly, greater
pensions the former.
On the other hand, in absence of reform, the long term financial viability of the
system can be attained increasing taxes over the population, something which is
socially rejected. For this reason, the reform has been inspired by the prolongation
of the working life, offering incentives to those who prolong it beyond the age of
65 or 67.
5. Compared experience
In our economic milieu, the reform of pensions was implemented before the
economic crisis. In fact, six out of ten12 of the countries with greater spending in
pensions in 1990 (Germany, Austria, France, Italy, Sweden and Finland) have
already substantially reformed their model.
The most relevant characteristics of the implemented changes in other
countries are shown in the following table:
Country Age Pension
Retirement
Calculation
Incentives
Man Woman
Austria
Finland
France
Germany
Hungary
Italy
12
13
14
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Indexation
Average
Appreciation
x
x
x
x
x
x
DC13 NDC14
x
x
x
x
Life
Expectancy
x
x
x
x
x
Fedea Report: The Reform of Pensions. March 2010.
DC: Change from a system of defined benefit to another of defined contribution.
NDC: Change from a system of defined benefit to another of national accounts in which the returns of
the accounts is fixed by government according to productivity and GDP.
122
European Journal of Social Law
Japan
Korea
Mexico
New
Zeeland
Poland
Portugal
Slovakia
Sweden
Turkey
United
Kingdom
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Source: Pensions at a Glance, 2007.
6. Main objectives of the spanish reform
In the Exposition of the Motives of the Law 27/2011 about the updating,
adequacy and modernization of the Social Security system we read: the reform
obey to the firm and lasting compromise of all political and social agents of
keeping watch so the rights of social protection are not reduced by short-term
decisions and are placed in the realm of permanent dialog and of the widest
possible consensus… so the Social Security system can face important challenges,
such as the increment of life expectancy and a long decrease in birth rates.
Without any pretensions of thoroughness, we could say that any reform of the
system has to pursue at least the following objectives:
• To give an answer today to an unavoidable future problem, taking into
account the expected demographic behavior (aging), for expectations condition
the behavior of the economic agents: of the individuals, by means of their control
over their savings timing, so they can maintain their purchasing power at
retirement; of investors, for their trust in an economic plan is closely related to
stability of the national budgets of their investment target countries; of future
generations, for they have to know as precisely as possible the debt charge that
they will have to pay with their taxes (and/or social contributions).
• To make explicit the intergenerational solidarity costs of the model of
distribution so the individuals can plan their future. The reticence for the change of
the resources management model (from a distribution model to a capitalization
one) is founded on the additional financial sacrifice that would imply such a
change, hard to endure for the transitional generation that would have to contribute
not only for the payment of current pensions but also for the capitalization of
resources to meet the needs of their own future pensions.
• To guarantee the financial health of the model independently of the phase
of the economic cycle. There is an extensive about which one of the two models
(distribution/capitalization) endures better the ups and downs of the economy. The
truth is that the model of distribution does not include the implementation of
remainders, for the collected taxes are spent with the payment of the due benefits
123
Revue europénnee du droit social
of the period. It is for this reason that Spain, after the Toledo Pact, assumed the
compromise of contributing (since the year 2000) to a Funds Reserve whose
contributions and remainders are as follows:
Contributions to the Funds Reserve15 (in thousands of millions of Euros)
Year
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2010
Amount
601
1803
3575
5494
6700
7000
7500
8300
9400
1740
Source: Report to the Spanish Parliament of 2013 on the Funds Reserve, p.7.
General evolution of the Funds Reserve (at 31st of December of 2013)
Year
2000-2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Amount
35.879
45.716
57.223
60.022
64.375
66.815
63.008
53.744
Source: Report to the Spanish Parliament of 2013 on the Funds Reserve, p.13.
The change from distribution to capitalization -as has been proposed by some
authors in order to guarantee the financial sustainability of the system- would
require that at the same time that we maintain contribution for the payment of
current pensions (distribution), we could create remainders of enough monetary
quantities to ensure that all contributors had the opportunity to accumulate funds
for the payment of their retirement.
To be viable in the long term, the capitalization technique requires that we can
obtain revenues which guarantee that if contributors can claim the payment of the
benefits (pensions that substitute salaries) such payments are of enough quantity to
replace salaries, and that they will continue for the rest of his life. Logically, this
15
Since the year 2000 these contributions are charged to the budgetary surplus of the managing
institutions and common services of the Spanish Social Security.
124
European Journal of Social Law
fundamentally depends on the success of the inversion choices so they can generate
the necessary revenues. At the same time, those revenues depend on the economic
climate, on favorable expectations, something which is closely related to the phases
of the economic cycle. When the situation is one of expansion and growth, there is
a good payment of inversions. On the contrary, in moments of economic crisis is
much more difficult to obtain revenues. Such a situation is common if our analysis
is the long term, which is precisely what happens with contributors, for they make
contributions (in this case) to the system during all their lives in order to capitalize
them later and obtain their pension.
This leads to the conclusion that also in capitalization systems there is a close
connection between the sustainability of the model and the general situation of the
economy. However, the synallagmatic bond between what is contributed and what
is received is strengthen, a bond which depends on personal effort and not in the
solidarity of other people.
In the model of distribution, the relationship with the general economic
situation is important for both the number of contributors and the volume of their
contributions (salary related) depend directly on it, for it affects labor market and
the quantities of the salaries. Therefore, if the economy goes through difficult times
there will be a less number of workers (for unemployment will be greater) and,
consequently, a less number of contributors, which implies a decrease of the
amount of salaries and the volume of contributions.
It is frequent that the periods of economic recession coincide with a greater
quantity of retired population, for early retirement files and procedures are used to
adjust the size of the working force when economic activity falls.
It seems clear that the financial future of both models depends closely on the
state of the economy, so none of them is better to face situations of weak
productive cycles.
• To intensify the control over fraud. Fraud is one of the chronic problems of
pension systems, and it worsens during economic crisis. Different policies have
been developed to avoid it and penalize it. In the case of retirement pensions, the
most frequent fraud is the one in which the pensioner keeps working.
Flexibility in relation to the retirement age, its prolongation beyond the general
limit, with incentives that increase the quantity of the pension, can be an efficient
tool to avoid such illegal behavior.
• To approximate the contributions of all the schemes of the system. With
the reduction of the number of especial schemes of contribution and the
approximation among them of the contributive charges, we can avoid inequalities
(not always justified by objective reasons) in the contributive effort which benefits
a social collective over another. By means of policies of revalorization of pensions
–which increase those of lower amounts- we can equalize them and obtain similar
amounts to those of the collectives which have a greater contributive effort.
125
Revue europénnee du droit social
• To reinforce the contributive character of the system, expanding the
period of contribution and the period of calculation of the regulatory base of the
pension. The trend which expands the period of calculation to the full extent of the
working life favors the equilibrium between what has been contributed and what is
received, bettering the perception of the contributive effort and the general justice
of the system, avoiding the purchase of pensions. This orientation, which
progressively fixes the period of calculation in 25 years. Continues the reform
initiated long ago, when it was expanded first from 2 to 10 years and then to the 15
previous to the last reform.
• To prolong little by little the retirement age in order to accommodate
without traumas the aging of the population16. Such an action is the necessary
accommodation of the system to the new demographic situation. We have passed
from life expectancies of little more than 66 years in 1960 to more than 82 in the
present. In the 60’s of last century, the retirement age of 65 implied a statistical
pensioner life of only a year, while a little bit more than fifty years later it extends
to more than 17.
• To improve the social protection of those persons in greater need.
Ultimately, the great reform that we need to implement in the public systems
of pensions requires our wish to guarantee its continuity for future generations17,
and for that purpose we have to examine -in exclusively actuarial terms- what are
the clues for its survival, paying especial attention to the so called “sustainability
factor”.
7. Clues for the reform
The reform began in 201118considers the following changes19:
– The delay of the ordinary retirement date from 65 to 67, although 65 years is
kept as the age for those who have contributed for a period of 38 years and 6
months, implementing reduction coefficients in case of early retirement.
– A progressive extension (from 2013 to 2022) of the calculation period of the
retirement pension to encompass the last 25 years contributed (previous to the
reform it was 15).
– The possibility of choice of the most beneficial period for the worker.
– Extension of the scale from 35 to 37 years of contribution in order to qualify
for the 100% of the pension, increasing the grace period 6 months every two years
16
Incorporating some sort of sustainability mechanism which takes into account such demographic
changes.
The so called “intergenerationalagreement”.
18
Law 27/2011, of August 1st, whose subject matter is the update, adjustment and modernization of
the Social Security system.
19
In the writing of this point it has been taken into account the valuations that appear in the document:
The Reform of Pensions. Guarantee for a Public System. For a more flexible, contributory and
mutually binding retirement, by Workers’ Commissions.
17
126
European Journal of Social Law
since 2013. With the first 15 years of contribution (the number required until the
reform) only the 50% of the regulatory base of the pension is obtained.
– The possibility of advancing retirement age to 63 with 33 years of
contribution (until the reform it was 30) with a reduction coefficient of 7.5% by
advanced year.
– The possibility of retarding retirement age, with an annual increase of 3.5%
for every retarded year.
– The implementation of early retirement during periods of crisis when the
worker is 61 years old and has contributed for 33 years, with an annual reduction
coefficient of 7.5%.
– The implementation of incentives for the voluntary extension of working
life, between 2% and 4%, according to the contribution history of the worker (2%
if minor or equal to15 years and 4% if more than 15).
– The implementation of mechanisms for the integration of “contribution
lacunae” in some working histories, i.e., to consider as contributed some periods
within the considered period for the calculation of the regulatory base.
– The implementation of a new scale (monthly instead of annual) for getting a
given percentage of the regulatory base.
– The betterment of acknowledged contributory periods by men and women
with dependent children (up to 3 years old).
– The recovery of scholarship periods and the acknowledgment of those
periods for new scholarship holders.
– The betterment of the social protection for workers affected by employment
reduction proceedings (ERE) till their retirement.
– Integration of the Agrarian Special Scheme in the General Scheme20.
But undoubtedly, the novelty by which the reform of 2011 is better known
resides in its implementation of a “sustainability factor”21 into the system, which
according to the Expert Committee22, reinforces, clarifies and ensures the
equilibrium of the system, contributing to dissipate uncertainties for new and future
pensioners, improving confidence in the sustainability of our public finances.
20
Today’s Spanish Social Security System is called the General Regime, and it is integrated by different
special systems: Special Agrarian System, Special System of Private Homes Employees, Special
System of Fruits, and Fresh and Canned Vegetables, Special System of Resin Industry, Special
System of Extraordinary Hotel Business, Special System of Fresh Tomato Handling and Labelling
(corresponding to export entrepreneurs), Special System of Permanent Temporal Workers of Movie
Theatres, Ballrooms and Discotheques, Special System of Permanent Temporal Workers of
Companies of Market Research and Public Opinion. Besides these, there are the following regimes:
Special Regime of Self-Employed Workers, Special System of See Workers, Special System of Coal
Mining Workers, Special System of Students and the Special System of Public Officials.
21
Article 8 of the Law, with the intention of both keeping the desired rate between contributions to the
system and the benefits obtained from it, and the guarantee of its sustainability, stablishes the revision
-from 2017 on- of the fundamental parameters of the system according to the differences of life
expectancy for people of 67 years at the year of the revision and in 2027. Such revisions will take
place every 5 years, using the life expectancy data of proper official institutions.
22
Expert Committee Report of July 7,2013.
127
Revue europénnee du droit social
Given the demographic expectations for the coming years (longer life
expectancy and massive access to the pensioner status as an effect of the 60’s baby
boom), the goal is to achieve that both pensioners and active population can
maintain decent living standards, without the increase of the revenues of the system
beyond the number of beneficiaries, for it would create a difficult problem whose
tributary efforts would be difficult to endure.
The sustainability factor has two elements:
– The intergenerational equity factor, whose purpose is equality in pension
conditions for all pensioners, independently of their demographic group (no
penalizing the most numerous generations)
This factor acts only upon the calculation of the initial pension: it moderates its
quantity proportionally to the betterment of the life expectancy of the retired person
in relation to a given life expectancy reference. The purpose is that two persons
retired at the same age and with the same regulatory base have identical pension.
– The factor of annual revalorization, which corrects the quantity of the
pension based on the relation between the revenues and spending of the system and
is calculated with data from several years, so economic cycles are taken into
account, making possible the implementation of eventual corrections during 20
years.
This factor delimits the growth of pensions so it is balanced, i.e., so it fits to
available revenues, to the number of distributing pensions and to the substitution
effect.
The purpose for the implementation of the sustainability factor to the model is
the adjustment of the retirement pension in such a way that the total amount
received by a future pensioner would be equivalent to the amount received by
anyone retired before. For this, we relate the life expectancies of the two moments.
The first year for the implementation of the sustainability factor will be 2019.
According to the Exposition of Motives of the Law 23/201323, the purpose of
this adjustment factor is keeping the proportionality between the contributions to
the system and the expected benefits, ensuring present and future generations the
reception of adequate and sufficient benefits, as it is expressed in article 50 of the
Constitution.
The norm also considers24 the substitution of the current index of pension
revalorization, the Consumer Price Index (CPI) at work since 1997, by a new one
which includes the variation rate of the revenues of the system, the variation rate of
contributive pensions, the substitution effect25, the amount of revenues and
spending of the system that will be updated, as it was said, every 5 years.
23
Law 23/2013, of December 23. It regulates the Sustainability Factor and the Revaluation Rate of the
Social Security System of Pensions.
24
Chapter II.
25
The substitution effect is defined as the year to year change of the average pension of the system
during a year in which there was not a revaluation.
128
European Journal of Social Law
Besides, the reform vouchsafes a base line for revalorization of 0.25% and a
roof: it will never exceed more than 0.5% of the CPI’s percentage variation in the
previous annual period.
With the aim of total transparency in the mechanism of implementation of the
sustainability factor, the Law itself establishes the systematic publication of the
data of life expectancy, and annually, the value of the variables that operate in the
calculation of the factor.
9. Consequences of the reform
The incorporation of the sustainability factor to the Spanish pension system
entails the compromise to keep it under constant surveillance in order to make
timely adjustments due to demographic tensions and economic changing
circumstances demand, and so to grant the needed balance between its revenues
and its spending, therefore achieving long term sustainability and intergenerational
equity, granting the adequacy of pensions stated in article 50 of the Spanish
Constitution.
The sustainability factor is the mechanism for the distribution, through the
years, of the derived charges for the system of an ever aging population and the
increase of the dependence factor.
Authorities agree upon that its implementation at this time (of dire economic
crisis) is not only needed, but also convenient, for it clarifies the future of the
system, reassuring its financial viability in the long term, and because it takes away
the uncertainties of today’s pensioners and next pensioners to be, helping to the
recovery of public finances and the economy.
With the inclusion of the sustainability factor in the Spanish System we
minimize the effects that upon it have the economic cycles, for it acts as a buffer of
potential reductions in the amount of pensions in recession years and generates
surplus in those of economic growth, which implies a growth of the Reserve
Founds.
At the same time, it helps to implement article 135 of the Spanish
Constitution26 and the Organic Law of Budget Stability and Financial
Sustainability, which establishes that all Public Administrations must act according
to the principle of structural budget stability.
None the less, the reform has had its critics, for it will produce a reduction of
their initial amount, i.e., its substitution rate. This is a specially delicate subject in
times when salaries are kept down and the savings capacity of present day and
future pensioners is reduced as a consequence of the loss in acquisitive power of
salaries derived of the crisis adjustments. In fact, some studies have quantified the
effects of the reform as follows:
26
Amended in September of 2011 in order to limit public debt.
129
Revue europénnee du droit social
1. For the General Regime:
• An extension from 15 to 25 years in the calculation of the regulatory base
will produce a reduction of the pension between 6 % and 9%.
• A delay in retirement age from 65 to 67 years will carry a reduction of
14% of the pension.
• An extension of the number of years of contribution from 35 to 37 to
obtain the 100% of the regulatory base, will lead to a reduction in the pension
between 4 % and 8%.
These three taken together gives an average reduction of the pension between
24% and 31%.
2. For the Special Regime of Freelance Workers:
• An extension of the calculation period for the regulatory base from 15 to
25 years will reduce the pension 25%.
• The accumulated impact of the three factors will produce a reduction of
over 38%.
Bibliographical and normative references:
FEDEA: The Reform of Pensions. March 2010.
GONZÁLEZ RABANAL, M. de la C.: “La paradoja de la no discriminación de género en los
planes y fondos de pensiones de empleo”. (The Paradox of Gender non-discrimination in
the plans and funding of labor pensions). CrónicaTributaria nº 145, 2012, pp.97-106.
GONZÁLEZ RABANAL, M. de la C.:“Challenges of the Welfare State: The Spanish Case”,
Journal of Business and Economics, vol. 4. Number 12. 2013, pp. 1298-1303.
LAGARES, M. et al.: La sostenibilidad del Estado de Bienestar (TheSustainability of
theWelfareState) Documentos del Foro de la Sociedad Civilnº 5, Madrid, 2012.
Law 27/2011, of August 1. On the updating, adequacy and modernization of the Social
Security system
Law 23/2013, of December 23. On the Sustainability Factor and the Revaluation Rate of the
Social Security System of Pensions.
Report of the Expert Committee on the Sustainability Factor for the Public System of
Pensions (InformedelComité de Expertossobre el factor de sostenibilidad del
sistemapúblico de pensiones). Madrid, 7 de junio de 2013.
Workers’ Commissions. The Reform of Pensions. Guarantee for a Public System. For a
more flexible, contributory and mutually binding retirement. (ComisionesObreras.
“Garantía del Sistema Público. Jubilación más flexible. Más contributivo, más solidario”).
130
European Journal of Social Law
EVOLUTION AND CHALLENGES OF MONETARY
STRATEGIES OF CENTRAL BANKS: THE CASE OF TUNISIA
Dr. Hassen CHTOUROU1
Pro. Sami HAMMAMI2
Abstract: Monetary policy is a component of general economic policy and its primary
objective is to ensure price stability. For that, the central bank affects the interest rates,
through its monetary instruments, to regulate the money market. The objective of this paper
is to examine the monetary policy of the Central Bank of Tunisia and the evolution of its
interest rates. In this paper, we present the institutional framework of monetary policy and
examine the monetary policy of the Central Bank of Tunisia. In the empirical analysis, we
calculate the probability of the operations of monetary policy, we calculate the interest rate
with Taylor rule and we estimate the money market rate of Tunisia.
Keyword: Monetary policy, the Central Bank of Tunisia, the money market rate, the
operation of monetary policy and the Taylor rule;
1. Introduction
The central bank affects the money market through its monetary instruments.
For that, it must be able to evaluate the impact of its actions on the economy, which
requires an understanding of the mechanisms by which monetary policy affects the
economy.
There are several motivations for this study. First, we present the institutional
framework of monetary policy in which we present its objectives and the types of
policy interventions of central banks. Second, we explain the monetary policy of
the Central Bank of Tunisia. We intend to present the evolution of variables of its
monetary policy and we present its monetary policy after the Tunisian Revolution
in 2011. Finally, we develop an empirical analysis to examine the monetary policy
of the Central Bank of Tunisia. In this paper, we calculate the probability of the
operations of monetary policy, we calculate the interest rate with Taylor rule and
we estimate the money market rate of Tunisia.
The paper is organised as follows: the first section presents the institutional
framework of monetary policy followed by a presentation of the monetary policy
of the Central Bank of Tunisia in the second section. The next section discusses the
empirical analysis and summarises the results and the final section present
conclusions.
1
2
Faculty of Economics and Management, of Sfax (FSEGS), University of Sfax, Tunisia
Faculty of Economics and Management, of Sfax (FSEGS), University of Sfax, Tunisia
131
Revue europénnee du droit social
2. The institutional framework of monetary policy
The monetary policy refers to the actions undertaken by a central bank to
influence the availability and cost of money and credit to help promote national
economic goals. The central bank, through instruments and channels of monetary
transmission, influences the money market interest rate to achieve its ultimate
objective which is price stability. For that, it is responsible for ensuring monetary
policy to control the circulation of money, supervise credit institutions and preserve
the safety of the financial system. Otmar Issing (2005) has shown that, in practice,
most central banks analyse monetary aggregates and their components and
counterparts and report on developments. Also the Central Bank exerts, on behalf
of the State, the exclusive privilege of several functions: emit metal and paper
currency, manage the country's reserves of foreign exchange and gold and control
the quality of banking services.
More recently, some central banks seem to have again placed greater emphasis
on the analysis of money and credit aggregates in the context of real estate and
asset price fluctuations. Indeed, a good control of inflation ensures non-inflationary
growth, contribute to job creation and improve social welfare through the
preservation of purchasing power. According to Stiroh (2006), the extent of the
environmental stability of monetary policy based on the measurement of the degree
of convergence of interest rates, inflation rate and Gross Domestic Product. Debrun
and Wyplosz (1999) conclude that central banks are attentive to inflation, but they
do not ignore the cyclical changes in activity level.
IMF (2013) announced that central banks in the United States, United
Kingdom, Japan, and Euro area adopted a series of unconventional monetary
policies with two broad goals. The first was to restore the functioning of financial
markets and intermediation. The second was to provide further monetary policy
accommodation at the zero lower bound. These two goals are clearly related, as
both ultimately, aim to ensure macroeconomic stability. Monetary policy is a
component of the overall economic policy. We can define three objectives:
• The operational objectives: these are variables of the state of monetary
policy. They are used by the monetary authorities to send clear signals to the
markets. The operational objectives are the money market average rate and the
monetary base;
• The intermediate objectives: it is monetary aggregates, credit aggregates
and exchange rates. To achieve these objectives, monetary policy should set
operational objectives using the instruments at their disposal;
• The final objectives: the final objectives of monetary policy are those of
any economic policy: economic growth, price stability, full employment and the
balance of foreign trade. The simultaneous achievement of these four goals is
represented on the "Magic Square" of the British economist “Kaldor”.
132
European Journal of Social Law
Monetary policy is defined as the action that uses the control of the money
supply by the central bank to achieve the objectives of economic policy. We can
distinguish four types of policy interventions by central banks:
• Restrictive policy: this policy is used in times of negative growth and
rising inflation. The purpose of this policy is to fight against inflation or to better
control the national debt. This policy leads to increase the interest rate and the
decrease of the money supply which conduct to the decline of investments
(increasing financial costs), inflation and economic growth;
• Expansionary policy: this policy leads to the increase of the money supply
and the decrease of the interest rate, therefore investors decide to invest (reducing
financial costs) allowing the increases of the economic growth. But this policy can
direct to increase of inflation;
• Continuation of a rule: long-term continuation of a rule regardless of the
economic circumstances. Normally, if the central bank sets a rule, this means it will
determine the interest rate based on economic conditions and the objective rate. It
can detect two types: monetary targeting and inflation targeting. According to
Kydland and Prescott (1977), the conduct of the monetary policy based on the rules
notion is registered in the problematic of time inconsistency. Svensson (2000)
showed that, under certain conditions, the optimal reaction function derived from
an objective strategy of inflation can be expressed as a Taylor rule or such a rule
which may include monetary targets;
• Discretionary policy: it’s an adjustable monetary policy according to
economic and financial circumstances. It is simply an active policy that reacts on
the balance based on the information coming. This is a policy that determines each
period based on the state of the economy and its instruments.
The most important characteristic of the central banks is its autonomy to
accomplish its objectives. Alesina and Summers (1993) state that a greater
autonomy helps the central bank to engage in an efficient manner towards its goal
of price stability.
3. The monetary policy of the Central Bank of Tunisia
The monetary policy in Tunisia has experienced a continuous evolution. Since
1986, the program of monetary reform, that was implemented, was part of the need
for effective contribution of monetary and financial system for the economic
growth. The instruments of the monetary policy of the Central Bank of Tunisia
(CBT) has changed in February 2009 following the decision of the Board of
Directors to reduce the use of injection and puncture liquidity in the interbank
market. The new instruments are based on the refinancing and incorporating of the
standing facilities of deposits and lending. The aim of this decision is to improve
133
Revue europénnee du droit social
the dynamics of the money market average rate. The objective of the CBT revolves
around monetary stability and a standard of money growth.
According to figure 1, we notice an increase of the amount of refinancing and
the standing facilities of deposits and lending and a decrease of injection and
puncture liquidity. Also, a situation of illiquidity has appeared in June 2010 and
worsened after the Tunisian Revolution in 2011 which reduced the structural
liquidity and pushed the CBT to increase the amount of refinancing. This situation
of illiquidity is characterized by a negative liquidity position and increased
operations of monetary policy prompting the CBT to reduce the required reserve
ratio.
Figure1. Variables of monetary policy of the CBT
Source: The Central Bank of Tunisia
According to table 1, we notice a decrease of rates of deposits with duration
less than 3 months, deposits with duration between 3 and 24 months and special
savings account in 2011 following the situation of illiquidity.
134
European Journal of Social Law
Table 1: Evolution rate of reserve requirements
Date of
measurement
16/05/2002
29/22/2006
01/12/2007
01/05/2008
01/10/2008
02/01/2009
01/03/2010
01/05/2010
01/03/2011
01/04/2011
01/06/2011
Deposits with
duration less than
3 months (in %)
Deposits with
duration between 3
and 24 months (in %)
2
3.5
5
7.5
10
7.5
10
12.5
10
5
2
1
1
1
1
2
1
1
1.5
1
1
0
Special
savings
account (in
%)
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
Following the Tunisian Revolution in 2011 and the spread of the situation of
illiquidity, the Board of Directors of the CBT decided to reduce the key rate from
4.5% to 3.5 % which allows reducing the money market average rate. According to
figure 2, we notice a decrease of the liquidity position after the revolution that
pushes the CBT to reduce the key rate which generated a decrease of money
market average rate.
Figure 2. Evolution of the liquidity position, the money market
average rate and the key rate after the revolution
Source: The Central Bank of Tunisia
According to figure 3, we note the change of money market rate volatility at
the period of illiquidity which has worsened after the revolution prompting the
135
Revue europénnee du droit social
CBT to adopt the expansionary policy. Also, the CBT has decreased the key rate
(which led to the decrease of the rate of the standing facilities of deposits and
lending) and the difference between the key rate and the rate of the standing
facilities of deposits (from 50 to 25 basis points) and lending (from 50 to 75 basis
points). But this policy has lead to an increase of inflation prompting the CBT to
raise the key rate to 3.75 % in August 2012 and adopt the policy of inflation
targeting in 2013 which minimize the weighted average rate tender and the money
market rate.
Figure 3. The interest rates of the CBT
Source: The Central Bank of Tunisia
Roger and Stone (2005) show a direct link between inflation targeting and
improved economic performance. Also, Batini and Laxton (2007) stipulate that the
existence of an inflation target helps to stabilize the expectations of economic
agents.
The policy of inflation targeting insists some condition. According to Mishkin
(2004), the strategy of inflation targeting is based on the following four elements:
public announcement of the policy of inflation target, the ability of the central bank
to make good predictions of target variables, communication to the public and the
ability of the central bank to achieve its target. Also, Sargent & Wallace (1981)
consider financial stability is a fundamental condition for the adoption of inflation
targeting policy and to ensure its effectiveness.
After adopting the policy of inflation targeting, we notice the decrease of
inflation in Tunisia. Truman (2003) agrees on the success of the policy of inflation
targeting by improving the economic situation of countries. Lin and Ye (2009)
136
European Journal of Social Law
consider different groups of emerging markets and come to the conclusion that a
significant effect of inflation targeting on average inflation and its volatility.
4. Empirical analysis
In this section, we analyze the monetary policy and strategy of the CBT in
three parts: in the first part, we calculate the probability of operations of monetary
policy. In the second part, we calculate the interest rate with the Taylor rule (1993
and 2005) and compare it with the money market average rate. Finally, we estimate
the money market rate with the monetary variables that may affect its evolution.
a) Probability of the operations of monetary policy
Our first study examines the reaction of the operations of monetary policy
(OPM) to the perturbation of the Tunisian Revolution in 2011. For this, we will
calculate the OPM probability and the function of the OPM density with normal
distribution to make an analysis of the effectiveness and the severity of OPM at the
threshold of confidence of 95%. The normal distribution is one of the distributions
of probability the most suitable for modeling natural phenomena from several
random events.
The methodology is based on two parts: in the first part, we will calculate two
values with Microsoft Office Excel: probability with normal distribution (for this
we must calculate the mean and standard deviation of data) and value of the
threshold of confidence of 95% (we calculate this value with the statistics table of
the normal distribution). In the second part, we calculate the density function of the
series with the normal distribution with the Matlab software.
The table 2 shows the calculation of the OPM probability for the two years
below the threshold of confidence of 95%: in 2011 (87.5% is below 95%) and
especially in 2010 (79.5% is below 95%).
Table 2: Calculation of the operation of monetary policy probability for the two years
Value at the end of period (mean of
month) on millions of dinars
Probability of value with normal
distribution
The probability in percentage
Value of the threshold of confidence of
95% on millions of dinars
2010
961.6
2011
3544.7
0.7950162
0.8752646
79.5%
1698.4064
87.5
3917.7495
The figure 4 shows the density of operations of monetary policy in 2011
increase this amounts to the situation of illiquidity and the added risks of the
revolution which push the CBT to increase its monetary operations (density tail).
137
Revue europénnee du droit social
But there has been an increase in the percentage of its severity (blue area) from
79.5% to 87.5%. Also for both years, the operation of monetary policy probability
is below the threshold of confidence of 95% (red line).
Difure 4. The operations of monetary policy density in 2010 and 2011
b) Comparison of the money market average rate with the interest rate
calculated with the Taylor rule
The debate on the need for a rule in the conduct of monetary policy has
appeared in the early 70s in a context characterized by a distrust of economic
agents towards monetary authorities. The theoretical support provided about the
disadvantages of discretionary monetary policy which give central banks the
opportunity to implement rules consistent with their goal of price stability, without
eliminating their discretionary monetary actions. Among these rules, those of
Taylor are the most cited publications in monetary and academic organizations.
The Taylor rule is based on the calculation of interest rate on short-term which
it is compatible with the inflation target displayed by the central bank and the
stabilization of the output at its potential level. It is often used to understand the
behavior of a central bank's monetary policy. In addition, the estimation of the
Taylor rule gives a first indication of the weight allocated to the stabilization of
inflation and the elimination of the gap between the level of output and its potential
level.
Introduced in 1993, the Taylor rule has been popularized by both its simplicity
and its ability to describe the behavior of the monetary authorities in setting interest
rates. It is as following:
Where:
i = interest rate
= inflation
Y = growth rate of GDP
138
European Journal of Social Law
= growth rate of GDP filtered (the Hodrick-Prescott’s filter)
Also, Taylor presented another formula in 2005 is as follows:
Where:
= growth rate of inflation filtered (the Hodrick-Prescott’s filter)
The objective of this part is to calculate the interest rate with the Taylor rule in
1993 and 2005 and compare it with the money market average rate of Tunisia. For
that, we used annual data of the period 1974-2011 from the website of the CBT.
According to the figure 5, we note that the two curves have the same trend but the
Taylor rule in 2005 is more flexible and adaptive to the economic circumstances.
Figure 5. Calculation of the interest rate with the Taylor rule (in 1993 and 2005)
Source: Authors
According to the figure 6, we note that the two curves (rule of Taylor in 1993
and 2005) have the same trend in the period 1975-1990 and 1991-2011 with the
money market average rate that verifies that these formulas depend of the monetary
system. Also, we note that the curve of 2005 is better than the curve of 1993.
Indeed, the two curves indicate the importance of these rules in the conduct of
monetary policy and the evolution of economic activity.
139
Revue europénnee du droit social
Figure 6. Comparison of the money market average rate with the interest
rate calculated with the Taylor rule (in 1993 and 2005).
Source: Authors
c) Estimation of the money market rate
Following the decision of the Board of Directors of the CBT in February 2009
to develop the dynamics of the money market average rate, the CBT adopted the
standing facilities of deposits and lending, reduced the injection and puncture of
liquidity and developed the amount of refinancing.
The objective of this part is to analyze and estimate the effects of this strategy
on the money market rate. For that, we used daily data of the period 2009-2013,
from the website of the CBT. The money market rate depends on the key rate, the
deposit facility, the loan facility, the open market operations and the amount of
refinancing.
Before estimating the model, we must check the stationarity of all the
variables. For this, we will use new series of variables following some modification
and the ADF test. According to table 3, we note that all the variables are stationary.
At this stage, since all variables are stationary, we can apply the method of
ordinary least squares (OLS) to estimate the money market rate and determine the
effects of exogenous variables.
Table 3: Stationarity of the variables
Variables
Money market rate
Key rate
Deposit facility
Loan facility
Open market operations
Amount of refinancing
140
Probability of ADF test
0.0000
0.0000
0.0000
0.0000
0.0000
0.0000
Order of integration
I(0)
I(0)
I(0)
I(0)
I(0)
I(0)
European Journal of Social Law
Based on the results of the regression analysis using the method of OLS on the
table 4, we note that the volatility of money market rate depend on the key rate, the
deposit facility, the loan facility and the amount of refinancing. The results justify
the decision taken by the Board of Directors of the CBT. But, the Durbin-Watson
indicator (2.14) present a problem of autocorrelation of errors, for that we pass to
the co-integration to determine the dynamics of short term and long term.
Table 4: Estimation of the variables with the method of ordinary least squares (OLS)
Variables
Key rate
Deposit facility
Loan facility
Open market operations
Amount of refinancing
Interpretations
Significant and positive effect
Significant and negative effect
Significant and positive effect
No significant effect
Significant and negative effect
According to the trace test of Johansen, we conclude that they are four cointegrating relationships (29.608 < 35.192). The VECM (Vector Error Correction
Model) table shows the estimated relationship following the long-run cointegrating:
Where:
is the residual term.
Also the results show that, in the short-term, money market rate does not
depend on its own delayed values or values of other variables delayed because it
depends on the liquidity situation in the interbank market and the monetary policy
adopted by the CBT.
The general interpretations of these results are:
• The increase of the effectiveness and the severity of the operations of
monetary policy beside the perturbation of the revolution;
• The money market average rate is close to the interest rate calculated with
the Taylor rule which means that the money market average rate in Tunisia
depends on the economic conditions (GDP growth) and inflation;
• The money market rate depends on the key rate, the deposit facility, the
loan facility and the amount of refinancing as the decision of the Board of
Directors of the CBT;
• In the short-term, the money market rate does not depend on its own
delayed values or values of other variables delayed because it depends on the
liquidity situation in the interbank market and the monetary policy adopted by the
CBT;
141
Revue europénnee du droit social
• In the long term, the money market rate depends positively on deposit
facility and loan facility and negatively of the amount of refinancing, the open
market operations and the key rate.
The goal of this paper is to examines the monetary policies of the CBT and
analyze the strategy and the decision of its Board of Directors to reduce the use of
injection and puncture liquidity in the interbank market, increase the amount of
refinancing and incorporate the standing facilities of deposits and lending.
According to our results, we note an increase of the effectiveness and the
severity of operations of monetary policy beside the perturbation of the revolution.
Also, the money market average rate depends especially of the evolution of
inflation and the growth rate of GDP. In addition, the money market rate depends,
in the long term, on variables specified by the Board of Directors of the CBT.
Our results suggest that the monetary strategy of the CBT is effective and the
decision of its Board of Directors gave its effectiveness during the period of
illiquidity and disruption of the Tunisian Revolution in 2011.
5. Conclusion
In this paper, we present the institutional framework of monetary policy, its
objectives and the types of policy interventions of central banks. Also we explain
the monetary policy of the CBT and the evolution of variables of its monetary
policy after the Tunisian Revolution in 2011. In addition, this paper models and
provides an empirical evidence to examine the monetary policy of the CBT.
The effectiveness of monetary policy depends largely on the ability of the
central bank to influence the degree of confidence of private agents to follow the
monetary policy and the objectives it has announced. Monetary policy has seen
many changes, but whatever the appearances, it is to adjust the money supply to
stabilize prices.
References:
Alesina A. and Summers L.H., "Central bank independence and macroeconomics
performance: some comparative evidence", Journal of Money, Credit and Banking, 25(2),
pp. 151–162, 1993.
Batini, N. and Laxton, D., "Under What Conditions Can Inflation Targeting Be Adopted?" The
Experience of Emerging Markets, Working Papers Central Bank of Chile, 406, 2007.
Debrun, X. and Wyploez, C., "Onze gouvernements et une banque centrale". Revue
d’économie politique, 109 (3): pp 387-420, 1999.
Finn, E. K. and Edward, C. P., "Rules rather than discretion: the inconsistency of optimal
plans", The journal of political economy, volume 85, issue 3, pp 473-492, 1977.
International Monetary Fund "Unconventional monetary policies: recent experience and
prospects", April, 2013.
Lin, S. and Ye, H., "Does inflation targeting make a difference in developing countries?"
Journal of Development Economics, 89 (1), pp. 118–123, 2009.
142
European Journal of Social Law
Mishkin, F. S., "Can Inflation Targeting Work in Emerging Market Countries?", National
Bureau of Economic Research, 10646, 2004.
Issing, O., "The monetary pillar of the ECB". The ECB and Its Watchers VII, Conference
speech, 2005.
Roger, S. and Stone, R., "On Target? The International Experience with Achieving Inflation
Targets", IMF Working Papers, International Monetary Fund, 2005.
Sargent, T.J. and Wallace, N., (). "Some unpleasant monetaristic arithmetic", Federal
Reserve Bank of Minneapolis Quarterly Review, pp. 1–17, 1981.
Stiroh, K. J., "Volatility accounting: a production perspective on increased economic
stability", Federal Reserve Bank of New York, 2006.
Svensson, L., "Open-economy inflation targeting", Journal of International Economics, 50:
pp 155-183, 2000.
Truman, E. M., "Inflation Targeting in The world Economy", Peterson Institute for
International Economics, 2003.
143
Revue europénnee du droit social
THE CODIFICATION OF THE LAW OF THE SEA
Dorina PATUZI1
’th
Abstract: During the XX century, the evolution of the law of the sea is related to the
tentative for its codification, initially promoted by the League of Nations (1930), and then by
the United Nations (1958, 1960, 1973, 1982). The results have not always resulted in
success, confirming the difficulty to draw up written rules that often result from opposing
positions taken by the States or groups of States, because of their diverging interests. In the
advancement of new technologies, the development of new activities such as navigation,
fishing, customs protection, military defense, research, mining, they manifest also new
concerns such as the protection of the marine environment through different types of
pollution. At the end of adapting the legal rules to the new needs, is determined a break
traditional conflict between the territorial sea, which is subjected to the sovereignty of the
coastal state, and the high seas, where all of the states have a freedom of use. Therefore
they established sui generis areas, adjacent to the territorial sea, where the coastal State
has certain rights in relation to certain matters, but not full sovereignty. With the affirmation
of these areas, there is the need to adapt new rules in order to balance the potentially
conflicting activities, taking place in areas or spaces of different States. We can refer to the
extraction of hydrocarbons by artificial platforms, or navigation, as well as the protection of
the marine environment or the rational management of living resources. Such problems
have characterized the work of the codification law of the sea process over the years. This
paper will provide a general overview and will analyze the elements of the maritime law
introduced in the principal conferences of codification of the law of the sea.
Keywords: Sea Convention, Territorial Sea, Contiguous Zone, Continental Shelf,
Exclusive Economic Zone, Continental Platform.
Introduction
For many centuries the international maritime law has been dominated by the
traditional principle of "freedom of the seas". It means that any singular State
cannot prevent and impede the use of marine areas by other states or communities.
The use of marine, which is thus guaranteed at all, meets the limit that consists in
the equal freedom of third parties.
As opposed to the principle of freedom of the seas, has always expressed the
pretense of the States to ensure some control of the waters adjacent to their coasts,
but this principle has prevailed on the principle of freedom of the seas at the end of
the last century, when the trend reversed receiving unprecedented protection in the
international law.
First of all, it has appeared in the practice the territorial sea figure, defined as
an area subject to the regime of the State. During the years immediately following
1
PhD Candidate, European University of Tirana, ALBANIA, Email: [email protected]
144
European Journal of Social Law
the end of the Second World War, saw an extension of the powers of the coastal
state, with in general acceptance of the doctrine presented by President Truman, in
a famous proclaims of 1945 on the territorial platform: it claimed the United States
control over resources platform, meaning that part of the fund and subsoil, which
constitutes the extension of the emerged earth.
Since the early 80s, finally, the practice has been biased in favor of a new
institute, initially advocated by the countries of Latin America and even by the
most of the developing countries, consisting of the exclusive economic zone, and
extended to 200 miles from the coast, where all the resources of the subsoil and
above, are considered as pertaining to the State.
The claims of States have increased significantly. Several of them began to
extend their protection of their interests in the conservation of fish species in the
high seas beyond their respective exclusive economic zones.
It is found a new term, the so-called sea presential, to indicate precisely the
need of the presence of the coastal State in the fight against the depredation of
marine wildlife. Although this institution has been opposed from most of states,
there is nothing that could eventually receive any recognition of the concept.
The concept of the territorial sea from Geneva to Montego Bay
The concept of the Territorial Sea is, according to the common law, subject to
the sovereignty of the state as well as the territories of the mainland. The
acquisition of sovereignty is automatic: the sovereignty exercised on the coast
implies sovereignty over the territorial sea.
The Article 2, of the Montego Bay Convention stipulates that: "The
sovereignty of a State extends, beyond its land territory and its internal waters in
an area adjacent to the its coast, is named territorial sea".
In accordance with Article 3 of the Convention, it can be extend up to 12
nautical miles from the coast. According to a doctrine formed in the period
between the two wars, the coastal State would have the right to exercise powers of
customs supervision, in an area adjacent to the territorial sea. This doctrine was
implemented by the Article 24 of the Geneva Convention of 1958 and then
transferred into the Article 33 of the Montego Bay Convention which states, “in an
area of the high seas contiguous to its territorial sea, the coastal State may
exercise control necessary, in view of: a) to prevent the violation of its customs
police, fiscal, health and immigration laws;
b)to repress the violations of the same laws, if they are committed on its
territory or in its territorial sea.
The same art. 33 sets at 24 nautical miles the maximum width of the
contiguous zone. In the article 5 of the Convention is set on, the general principle
that the basis for measuring the territorial sea which is given by the low tide line.
(BUZAN, B. 1981, 324-348).
145
Revue europénnee du droit social
More important, however, is the art. 7 which recognizes the possibility to
derogate from this principle relying on the system of straight lines sequentially.
Under this system, the baseline of the territorial sea is marked by following the
sinuosity of the coast, by joining the protruding points of this, or if there are islands
or reefs close by joining the ends of these, or even, in the presence of natural
features that make the coast unstable, combining the most advanced position.
The maximum projection used to be established following a procedure
provided for by Art 7 rather elastic: "the baseline must not differ appreciably from
the direction of the coast" and also "the waters lying within the line must be
sufficiently linked to the land domain to be subject to the regime of internal
waters." (CAMINOS, H., 1987, 67).
Still, it can take into account the economic interests established by a long use
of the coastal regions. Another important rule to be mentioned is the art. 10 of the
Convention related the bays.
According to the paragraph. 4 and 5 of the Article, “if the distance between the
points of entry of the natural bay non exceeds 24 miles, drawing a straight line
between these points and the territorial sea which is measured from this line,
considering the waters of the bay as internal waters; if the distance exceeds 24
miles, it is drawn within the bay an introductory line of 24 miles in order that, will
leave as inland waters the most of seaside area as possible”. (Klein, N., 2005, 77).
It's important to note that the Article 2 of the Convention, considers as bays
only the inlets that penetrate deep into the coast, whose surface is at least equal to
or greater than a semi-circle of 24 miles diameter.
Instead the Article. 10 par. 6 refers of the so called "historic bays", those bays
over which the coastal State can claim exclusive rights consolidated in time, thanks
of the acquiescence of other States. These bays are to be considered as internal
waters regardless of their size.
Is important to focus on one concept: the determination of the base line, is not
as important in terms of measuring the territorial waters, as for the measurement of
areas whose resources are pertinent of the coastal State.
Moving towards the open sea, it increases the possibility of hoarding of these
resources. This explains why many states have provided for "closing" of several
bays in recent years.
Regarding the powers of the State into the territorial sea, these are, in
principle, the same powers in the context of its territory, of course with the
limitations that accompany the territorial sovereignty. The first limit is constituted
by the so called inoffensive passage by the foreign ships referring the Articles.17 of
the Montego Bay Convention. (UNCLOS, 1982)
Each ship has the right to inoffensive passage through the territorial sea, both
for cross it, both for entering in the internal waters, both to take off coming from
these and as long as the passage is "continuous and rapid".
146
European Journal of Social Law
The Article 19, also defines the inoffensive passage as one that "does not
prejudice the peace, good command or the security of the coastal State" specifying,
at the same time, the cases (use of force, exercises or practice with weapons,
hostile propaganda, pollution, fishing etc.), in which the transition cannot be
considered inoffensive. If the passage is not inoffensive, the coastal State may take
all the appropriate measures to prevent it. In exceptional the coastal State may also
“close” the traffic for security reasons (Art. 25).
Another limitation that can be considered as a practice still observed, regards
the exercise of the criminal jurisdiction over foreign vessels. The criminal
jurisdiction cannot be exercised in order to made purely internal to the foreign ship,
relevant to events that do not have any effect in the outer, and are not suitable to
disturb the normal course of life of the local community.
On this point, the Convention differs from the common law, because of the
Article 27 which merely requires that the coastal State "should not" exercise its
jurisdiction over internal affairs, leaving in the State's decision whether or not to
exercise its power to impose penalties. (LAENZA U. 1987, 114)
The Continental platform
Its discipline is contained in the Articles 76 of the Montego Bay Convention.
Without prejudice to the freedom of using of all States of waters and the air space
above it (Article 78), the coastal State has the exclusive right to exploit the
resources of the platform (Article 77), meaning that part of the seabed adjacent to
coast which is the natural extension of the emerged earth and therefore remains at a
constant depth (approximately 200 m) falling into the abyss or degrade.
The exclusive right to exercise the power of government on the activities of
exploitation, is acquired automatically regardless of any effective occupation
platform (Art. 77). This right also has a functional nature: the State may exercise its
power of government only to the extent necessary to control and exploit the
resources of the platform. A major problem is concerning the delimitation of the
platform between states that are opposite or between contiguous states.
(LUPINACCI, J. CESAR., 1983, 83).
The Geneva Convention solved the problem by resorting to the criteria of
equidistance. Such a criterion consists in drawing a line whose points are
equidistant from the respective baselines of the territorial sea. However, a sentence
which constitutes an important milestone in the matter, in the 1969, the
International Court of Justice, decreed that the policy of equidistance was not
imposed by the common law. (JUDA, L.,1986, 58).
Therefore, the definition could be made only by agreement between the States
concerned, but always on an equitable basis. This last statement appears no sense.
Indeed subordinating the agreement to equity, is insignificant because when an
147
Revue europénnee du droit social
agreement is concluded, it remains valid as well, equitable or inequitable the
criteria.
It must affirm, therefore, that the international jurisprudence, referring to the
criterion of equity, has only indicated the practical criteria, not binding, which have
a simple remedial character of the criterion of equidistance (to be considered as the
basic criterion).
The opinion of the Court was implemented by the Convention of Montego
Bay, in the art. 83. The doctrine on the continental shelf, relying on the shape of the
coast, is, however, unfair; In fact, if some states have an extensive platform, others
have to deal with his absence or with deep ditch that separate it from the coast, in
this inequity it has made up the establishment of the exclusive economic zone that
still involves the assignment to the State, regardless of geographical conformation,
the resources of the sea floor up to 200 miles offshore. (JAGOTA S. P., 1981, 222).
The introduction of the Exclusive Economic Z
one into the maritime law
On behalf of the Exclusive Economic Zone, all states pronounced and have
already provided to set up the relevant laws without encountering any opposition, so
it can affirm that we are facing with an institution of customary law. The Montego
Bay Convention refers in the article. 55, to the economic zone extending up to 200
nautical miles limit being calculated from the baseline of the territorial sea.
The third conference, under the pressure of the developing countries, attributed
to the coastal State the exclusive control of all economic resources of the area, both
biological and minerals, both for the soil and subsoil and of the waters superjacent
for fishing. The Articles 61 and 62 of the Convention stipulate that is up to the
State to determine the maximum amount of exploitable fish resources, to determine
their ability to use and, if this is less than the maximum, to allow fishing to
foreigners. (SCOVAZZI, T.,1985, 276.)
With regards the State‘s power the opinion most defended, and not rejected, is
that the allocation of resources to the coastal State should not prejudice the
participation of other states to other possible uses of the zone. The States will
continue to enjoy the freedom of navigation, over flight, laying and carrying out
submarine cables.
It's actually hard to frame the situation of other states in the economic area in
terms of freedom of the seas. It must be recognized that today the situation is
changing and the discipline is not characterized more by the principle of freedom of
the seas. On one hand there is the right of the coastal State to exploit fully,
exclusively rationally and marine resources, and on the other hand remains the
possibility of other states to navigate, to overfly, as well to lay submarine cables ect.
It deals with a regime that is based neither on the freedom of all states, nor the
sovereignty of the coastal State. The rights have a functional nature, in the sense
148
European Journal of Social Law
that to someone is allowed only those essential activities of resources exploitation
and air or maritime transport. (JAYAKUMAR S., 1977, 69).
Maritime navigation
The general principle is that every ship is subject only to the power of the
country of his nationality: the flag state or the nation-state has the exclusive right to
exercise the power of government and the community naval exercise. This
principle meets exceptions in case when the ship is approaching the coast of
another State in:
International waters. The pirate ship can be captured by any State and
subjected to repressive measures. The State on whose territory is in a civil war can
visit and capture any ship that proposes to bring help (in weapons or armored) to
the insurgents.
Exclusive economic zone. The coastal State may visit and capture ships and its
cargo for infringements of its laws on fishing or the exploitation of undersea
resources.
Territorial sea. They observe the principles already analyzed the right of
inoffensive passage and the removal from the criminal jurisdiction of the coastal
state of purely internal facts to the ship.
Vessels of war or otherwise destined to public services can pursue a foreign
ship which has infringed their own laws, as long as the pursuit is continuous and
began at least in waters adjacent to the territorial sea. If the ship pursued enters in
the territorial waters of another State the pursuit shall cease. With regard to the
nationality of the ships must be between them and the State which grants the flag
there is a substantial. Important revelation is the protection of marine environment.
Combating pollution at sea can only be founded on a close international
cooperation. That's why the Montego Bay Convention devoted to the subject more
than forty articles. However, in practice there is no evidence that would lead to
affirm the existence of special obligations relating to the State Member. (JAGOTA
S. P., 1981, 85.)
It must be considered therefore the Article 192 of the Convention, which
declares that "States have a duty to protect and preserve the marine environment",
enshrining a principle not codified.
Instead, regarding the conventional law, numerous are the agreements, both
universal and regional arrangements made regarding. (DEL VECCHIO A., 1984, 234)
The second problem is to determine which State may exercise its power of
government on the ships to prevent pollution. To impose prohibitions and sanctions
will be the flag State, in areas under national jurisdiction, will be the coastal State.
In addition, is allowed the intervention of others outstanding on a ship in
international waters, to take the measures strictly necessary to prevent or mitigate
damage caused by an accident already happened.
149
Revue europénnee du droit social
Conclusions
Before the Geneva Conference, the initiative of the League of Nations, held in
Hague in 1930, the Conference of Codification, which merely draw the conclusion
that the differences between States on the territorial sea and the establishment of
the contiguous zone, was not possible to draw up a convention on the territorial
sea. (LEAGUE OF NATIONS, 1930, 123)
The first United Nations Conference on the Law of the Sea concluded in
Geneva on April 29, 1958 with the adoption of the text of four agreements: on the
Territorial Sea and the Contiguous Zone; on the high seas; on fishing and
conservation of living resources of the sea; on the continental shelf.
The second United Nations Conference on the Law of the Sea, convened in
Geneva in 1960 to examine the issues of the amplitude of the territorial sea and
limits of the fishing zones, it is concluded in failure.
The United Nations Conference on the Law of the Sea held between 1974 and
1982 was signed at Montego Bay, a new convention for the codification of the
International Maritime Law (as much as 320 items) which entered into force only
in November 1994, and was supplemented by an "application Agreement"
amending its XI part on the rules of undersea resources beyond the limits of
national jurisdiction. (CLINGAN T. A., 1982, 221),
The reason for such delay was precisely the refusal of the industrialized States
to be bound by the XI Part, as well as drawn up in Montego Bay because very
unbalanced for industrialized countries. With the adoption of the Agreement
application many of his innovative rules were accepted by all Governments.
According to the Article 311 of the Convention, this replaces the previous four of
Geneva parts.
The international sea is the only area in which the old principle of freedom of
the seas is still applied. All States have an equal right to take from the international
sea, the resources that is able to offer, from sailing, fishing, lying cables ect.
(BLAKE J. G., 1987, 23),
For those purposes, however, cannot be sure that through the action of a State
towards their own ships or to cross it in the international cooperation. Since they
are exhaustible resources, it is unacceptable that the States will assume ownership
of them to the point of suppressing any possibility of its use by other countries. In
marine areas located beyond the exclusive economic zone, ceases every protection
of the coastal States interests.
This issue was addressed in the Montego Bay Convention with the
establishment of the International Seabed, destined to prevail in the exploitation of
the resources of the bed and subsoil of the international sea, so that everything is in
the interest of humanity. The main bodies established were the Assembly, the
Council, the Secretariat and the Enterprise, which is an operational body through
which the Authority participates directly to exploitation. L 'objective of protecting
150
European Journal of Social Law
the interests of humanity would be achieved through the parallel system of
exploitation, dividing each area to be exploited in two equal parts, one attributed to
the identified State and the other directly exploited by the Authority. (LAENZA U.,
1987, 67),
References:
BLAKE J. G. (1987), Maritime Boundaries and Ocean Resources, London.
BUZAN, B. (1981), Negotiating by Consensus: Developments in Technique at the Third
United Nations Conference on the Law of the Sea, American Journal of International Law,
vol. 75
CLINGAN T. A. (1982), Law of the Sea: State Practice in Zones of Special Jurisdiction,
Honolulu.
CONFORTI B. (1987), The Mediterranean and the Exclusive Economic Zone, Milano.
DAHAMANI M. (1987), The Fisheries Regime in the Exclusive Economic Zone, Boston.
Del Vecchio A. (1984), Zona Economica Esclusiva e Stati Costieri, Firenze, Documents, vol. III
H. CAMINOS, (1987), The Regime of fisheries, Milan, cit., note 1
JAGOTA S. P. (1981), Maritime Boundary, RC, vol. II
JAYAKUMAR S. (1977). The Issue of the Rights of Landlocked and Geographically
Disadvantaged States in the Living Resources of the Economic Zone, Virginia Journal of
International Law, vol. 18
JUDA, L. (1986). The exclusive Economic Zone: Compatibility of National Claims and the
UN Convention of the Law of the Sea, Ocean Development and International Law
Journal, vol. 16
LAENZA U. (1987), Il regime giuridico internazionale del Mar Mediterraneo, Milano
Law of the Sea, Ocean Development and International Law Journal, vol. 16
League of Nations (1930), Actes de la Conference pours la codification du droit
international, (p.123), I, United Nations Conference.
LUPINACCI, J. CESAR. (1983). The legal Status of the Exclusive Economic Zone in the
1982 Convention on the Law of the Sea, Orrego, cit. note 4.
Report of the Expert Consultation on the Conditions of Access o the Fish Resources of the
Exclusive Economic Zone, FAO Fisheries Report, Nr. 293, Rome.
SCOVAZZI, T. (1985). Les speces hautement migratrices et le droit international de la mer,
Zagreb.
United Nations Convention on Law of the Sea (UNCLOS), 1982. United Nations Treaty
Series, vol. 559, p. 285.
United States Fishery Conservation and Management Act, (1976), International Legal
Materials, vol. 15, p. 634.
W.C. EXTAVOUR, The exclusive Economic Zone, Leiden, Sijthoff, 1978, pp. 51.
151
Revue europénnee du droit social
LA VALORISATION DU SAVOIR FAIRE LOCAL AU SERVICE
DE L’ÉCONOMIE VERTE DANS LA RÉGION
DE HARIZA-CHAAB CHNINI (SUD-EST TUNISIEN)
Riadh BÉCHIR1
Sawsen BÉCHIR2
Abstract: Regional development and improvement of living conditions of rural
populations are considered today as one of the main objectives in Tunisia. To improve the
living standards of the people, one of the proposed solutions to the national and even global
level is the green economy. This paper proposes a study on the assessment of a "green"
project realized in a rural area to the Governorate of Tataouine in the south- east Tunisia.
This work will address the impact of this project on the improvement of farmers' income.
Keywords: poverty, green economy, water conservation and soil ,Hariza chaab chnini
region, Tunisia.
Introduction:
En raison des multiples crises environnementales, économiques et sociales, les
décideurs du monde entier ne cessent de rechercher des voies de développement
durable. Une des solutions proposées lors de la conférence de Rio+20 est
l’adoption de l’économie verte qui a pris différentes interprétations, mais
globalement, il s’agit de réaliser plus de résultats socioéconomiques avec moins
d’impact écologique négatif. Lors de cette conférence de Rio+20 le concept de
l’économie verte a été adopté par la communauté internationale comme la voie
privilégiée pour atteindre efficacement le développement durable et éradiquer la
pauvreté.
Les régions arides tunisiens et du fait des conditions naturelles difficiles et des
aléas climatiques, la pauvreté se présente comme un problème qui se manifeste
surtout au niveau de la population rurale et qui touche particulièrement les petits et
moyens exploitants agropastoraux, considérés comme les plus vulnérables aux
aléas climatiques. Ce travail s’intéresse à deux zones rurales situées dans le
gouvernorat de Tataouine au sud-est tunisien; Hariza et Chaab chnini.
Afin d’appréhender notre problématique et évaluer l’impact d’un projet
« vert » réalisé par une ONG dans cette région sur l’amélioration du niveau de vie
de la population rurale; des prospections de terrain et des entretiens avec les
exploitants de la zone et avec les principaux acteurs de développement ont été
conduits.
1
2
Chercheur à l’Institut des Régions Arides de Medenine- Tunisie. Email: [email protected]
Membre de l’Association du développement et des études stratégiques de Medenine
152
European Journal of Social Law
Ce papier porte sur une évaluation approfondie de l’impact de l’intervention de
la société civile sur l’amélioration du revenu des agriculteurs dans les régions
arides et ce en utilisant des techniques de savoir faire local.
1. Zone d’étude
1.1 Localisation
Le deux zones rurales; Chaab chninni et Hariza, appartiennent
administrativement à la délégation de Bir Lahmar situé dans le Sud-est Tunisien au
gouvernorat de Tataouine.
Figure 1: Localisation de délégation de Bir Lahmar
Source; Auteurs
153
Revue europénnee du droit social
Ces régions, de superficie estimée à 600 Hectares, sont connues par une
richesse naturelle et diversifiée se basant surtout sur la culture de l’olivier et du
figuier avec une céréaliculture épisodique. Elles sont entourées par les montagnes
de la chaine de Matmata à l'ouest et la plaine Djeffara à l'est. La population locale
de la délégation de Bir Lahmer est marquée par un taux de chômage très élevé. Des
jeunes filles sans emploi et sans opportunités de s’ouvrir sur le milieu extérieur.
Des jeunes hommes ont recours à l’immigration et à l’exode rural. Dans les régions
de Chaab chninni et Hariza, les conditions climatiques sévères représentent un
obstacle à enrayer pour garantir un développement durable dans cette zone. Les
sécheresses prolongées et la grande variabilité de la pluviométrie sont des facteurs
importants de bouleversement des équilibres environnementaux, sociaux et
économiques. Hariza chaab chnini est une zone d’anciens jessours située dans le
nord du Oued de Khil, caractérisé par un relief accidenté et dégradé avec la
présence de deux importantes Châabs avec de vieilles plantations d’oliviers, des
palmiers et de figuiers. Cette zone est marquée par une érosion hydrique avancée
due à l’influence et au faible entretien des ouvrages de conservation des eaux et du
sol. La région comme les autres régions montagneuses de Tataouine est riche en
variétés locales tels que: Remth (Arthrophytum scoparium), Rtem (Retama
raetam), Chih (L'Artimesia)…Ainsi cette une zone est une région touristique rurale
connue par l’existence des Kessours historiques implantés aux sommets des
montagnes. La conservation des eaux et du sol (CES) dans notre région est dans un
contexte de complémentarité d’usage: conserver le patrimoine eau et sol par la
réhabilitation et l’entretien des Tabias et jessours pour améliorer les exploitations
agricoles et les revenus des populations rurales mais ceci nécessite des
investissements énormes qui dépassent généralement les possibilités financières du
petit agriculteur. Ces interventions concernent essentiellement les aménagements
des versants; les travaux de Jessours, de tabias et la construction des Majels qui
sont des savoirs faires et des techniques traditionnelles hérité depuis l’époque.
1.2. Aléas climatiques
La pluviométrie moyenne annuelle dans la région Hariza- Chaab chnini est de
150 mm/an, avec en moyenne une année sur cinq considérée comme sèche et prés
d’une année sur 10 très sèche. Les températures moyennes annuelles se situent
autour de 20°C. Le mois le plus froid est le mois de janvier avec une moyenne des
minima de 4°C. Le mois le plus chaud est le mois d’Août, où la moyenne des
maxima est de 45°C. La région Hariza Chaab chnini par sa situation dans la zone
présaharienne, est le domaine des vents forts et fréquents. Les vents dominants sont
de secteur W, NW, SW de novembre à avril, ce sont des vents violents, secs et
froids, accompagnés de tempêtes de sable. De mai à octobre les vents de secteur
marin (E, NE, SE) dominent dans la zone, mais n’ont qu’une influence très limitée
spatialement.
154
European Journal of Social Law
Figure 2: Etages bioclimatiques au gouvernorat de Tataouine
Source; CRDA Tataouine
1.3.Contexte de la région
Dans la région de Hariza Chaab chnini les conditions climatiques sévères
représentent un obstacle à enrayer pour garantir un développement durable dans
cette zone. Les sécheresses prolongées et la grande variabilité de la pluviométrie
155
Revue europénnee du droit social
sont des facteurs importants de bouleversement des équilibres environnementaux,
sociaux et économiques. Le chapitre 12 du programme d’Agenda 21 souligne
que: « La désertification et la sécheresse compromettent le développement
durable en raison de la corrélation qui existe entre ces phénomènes et
d’importants problèmes sociaux comme la pauvreté, une mauvaise situation
sanitaire et nutritionnelle et l’insécurité alimentaire, ainsi que ceux qui
découlent des migrations, des déplacements de populations et de la dynamique
démographique ». Il insiste sur le fait que les conséquences de la désertification
sont étroitement liées au développement durable à cause des contraintes socioéconomiques et environnementales générées. Dans notre zone, l’effet conjugué
de ces phénomènes a engendré des conséquences à plusieurs niveaux
(économique, sociale, environnementale) susceptibles d’être aggravées par des
pratiques humaines de plus en plus dégradantes des ressources naturelles de plus
en plus rares. Du fait de la complexité du phénomène de désertification, le
développement durable dans notre région doit faire face au défi d’une meilleure
compréhension du dynamisme interactif fort et complexe entre des sociétés en
mutation (systèmes agraires, occupation de l’espace, pratiques, activités de
production, usages des ressources, stratégies, besoins, conditions sociales et
économiques, etc.) et des potentialités du milieu de plus en plus décroissantes.
Cette amélioration de la connaissance pourra accompagner la décision pour une
gestion durable des ressources naturelles et des risques de désertification. Les
chercheurs, comme les décideurs, les ONG et les populations locales sont tous
concernés pour comprendre cette complexité.
2. Contexte de l’Economie verte dans la zone d’étude:
2.1. Définition du concept de l’économie verte:
L’économie verte peut être considérée comme une voie pour atteindre le
développement durable. Selon le PNUE, l’économie verte est « une économie
qui entraîne une amélioration du bienêtre humain et de l’équité sociale tout en
réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de
ressources » (PNUE, 2011)3. C’est une stratégie constituée d’un certains
nombres de plans d’action, qui promeut un nouveau paradigme de
développement. Elle est basée sur une véritable intégration des trois piliers du
développement durable que sont les dimensions sociale, économique et
environnementale. Elle appuie ainsi a la création d’une économie solide qui
favorise l’équité et le bien être social à travers des investissements qui
réduisent les émissions et la pollution, améliorent l’efficacité énergétique et
3
PNUE, 2011 « Vers une économie verte, pour un développement durable et une éradication de la
pauvreté », 44p.
156
European Journal of Social Law
l’utilisation des ressources et préservent l’environnement en luttant contre la
dégradation des écosystèmes.
Le concept d’ «économie verte» est apparu la première fois dans le rapport
«Blueprint for a Green Economy» en 1989. Depuis, l'intérêt pour une transition
verte n’a cessé d’évoluer et s’est intensifié jusqu’à être placé au centre des
discussions de la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable
(CNUDD) ou Rio+20 de 2012 qui l’a reconnu comme un outil de développement
durable.
Dans une économie verte, l'environnement favorise la croissance économique
et le bien-être humain. En tant que telle, l’économie verte peut être considérée
comme une approche orientée vers l'action pour atteindre les objectifs du
développement durable.
2.2. L’économie verte dans la région Hariza chaab chnini:
Les agriculteurs de la région Hariza chaab-chnini, et pour plusieurs raisons,
et notamment le manque de financement, ont presque oubliés leurs terres
endommagées par l’érosion depuis des années. Vu cette situation, l’association
du développement et des études stratégiques de Médenine est intervenue, par
l’appui du programme de micro-financement de fonds mondial pour
l’environnement (FEM), dans cette région afin de gérer les ressources naturelles
en utilisant le savoir faire local4. Dans la région de Hariza chaab-chnini et depuis
des centaines d’années les agriculteurs utilisent leurs savoirs faire local pour
dépasser les limites écologiques dans cette régions arides. Ainsi, les principales
techniques de gestion et de conservation des eaux et du sol utilisées sont les
Tabias et les Majels. Ces derniers sont des techniques « vertes » qui résultent
l’amélioration de la productivité des terres agricoles et par conséquent
l’amélioration du niveau de vie des exploitants agricoles et la lutte contre le
pauvreté. L’économie verte dans la région recouvre les activités économiques
respectueuses de l’environnement (Tabias, Majels, plantation). L’essor d’une
économie verte suppose donc le développement des filières « vertes »
(amélioration des productivités des oliviers) par des techniques « verts » ou
socialement responsable créateur d’emplois « verts ».
4
Le projet de gestion des ressources naturelles et adaptations des régions Hariza Chaab chnini aux
changements climatiques est réalisé par l’association du développement et des études stratégiques
de Médenine, par l’appui de fonds mondiales pour l’environnement, ce projet pilote a duré 15 mois.
157
Revue europénnee du droit social
Figure 3: Résumé des actions de l’Economie verte dans la région d’étude
Source: Auteurs
2.2.1. Les tabias
Les digues en terres ou tabias sont des ouvrages façonnés manuellement ou
mécaniquement pour assurer un complément d’irrigation. Une tabia est formée par
une longue banquette principale qui suit les courbes de niveau avec, à chaque
extrémité et à angle droit, une banquette latérale. Le bassin de retenue d’eau est
entouré sur trois côtés et ouvert sur le côté amont pour capter l’eau de ruissellement
destinée à l’alimentation des cultures implantées (Boufelgha, 2006; Ouessar et al.,
2006; Ouessar, 2007, Lachiheb, 2013)
Ce sont des bourrelets en terre confectionnés en courbe de niveau ou à peine,
de section généralement trapézoïdale, de grande base variant selon les sites de 3 à
environs 5 m, de petite base de l’ordre de 0,5 m, de hauteur de l’ordre de 1m, la
longueur varie selon les sites de 15à 20m et arrivant jusqu’à 50 et 60 m et même
parfois plus;chaque tabia doit être munie d’un déversoir latéral ou parfois de deux
déversoirs latéraux pour déverser la quantité d’eau excédentaire.
158
European Journal of Social Law
L’objectif principal de la réalisation de ces ouvrages est de retenir une partie
des eaux de ruissellement et de constituer un espace aménagé qui sera exploité en
plantation arboricole (olivier, figuier,…) et en cultures d’espèces annuelles:
céréales, légumineuses.
En année pluvieuse, une bonne récolte en biomasse d’espèces annuelles et
pérennes vivement souhaitées par le bétail peut être obtenue sur les parements
amont et aval du bourrelet de la tabia et sera pâturée sur place ou le plus souvent
collectée séchée et utilisée comme foin.
Figure 4: Emplacement des Tabias
2.2.2.
Les Majels
Les Majels sont des citernes d'eau pour l'eau de pluie, Il s'agit de réservoirs
construits en maçonnerie dans une excavation dans le sol. Les eaux stockées dans
les réservoirs à usage agricole, sont destinées essentiellement pour l'irrigation
d'appoint des arbres des Jessours, et pour l'abreuvement des animaux. Les Majels
jouent un rôle non négligeable à Hariza-chaab chnini dans la sauvegarde des jeunes
arbres plantés dans les terrasses des Jessours.
3. Choix de la méthodologie
Ce travail cherche à faire ressortir la perception des agriculteurs concernant
l’impact de l’intervention du projet de gestion des ressources naturelles et adaptations
des régions Hariza Chaab chnini aux changements climatiques sur l’amélioration de
rentabilité des terres agricoles, ainsi que présenter ce qui peut induire cette dernière
159
Revue europénnee du droit social
sur l’amélioration de revenu monétaire des agriculteurs et par la suite; sur la lutte
contre la pauvreté. Pour notre recherche, nous avons opté auprès des bénéficiaires
une enquête par questionnaire, une fois les réponses aux questionnaires collectées,
nous avons procédé à une analyse à la fois qualitative et quantitative. Pour cette
analyse, nous avons eu recours au logiciel SPSS qui peut dresser les tableaux de
pourcentage et des graphiques. Dans notre recherche empirique, nous avons ciblé un
échantillon de 60 agriculteurs bénéficiaires des interventions du projet. Le choix de
l’échantillon est basé sur différents paramètres tels que l’âge de l’agriculteur, le
niveau d’instruction et la facilité d’accès géographique, etc.
4. Résultats
4.1. L’âge moyen des agriculteurs
Au niveau des deux régions Hariza et Chaab chnini, et à partir de l’échantillon
global, l’âge moyen des exploitants est de 60 ans.
Tableau 1: Age moyen des populations enquêtées
Compartiment
Chaab chnini
N
29
Minimum
27
Maximum
85
Moyenne
58,83
Hariza
31
35
90
60,84
Total
60
27
90
59,83
Source: Nos enquêtes (2014)
D’après le tableau 1, on remarque que la population bénéficiaire de
l’intervention du projet dans la zone d’étude est assez âgée. Ceci s’explique par le
statut foncier dans cette zone qui est caractérisé par la présidence du chef de
ménage au niveau de l’exploitation durant toute sa vie. Leurs fils ne prennent en
fait la responsabilité du patrimoine agricole qu’après le décès des parents. De plus,
un nombre important des jeunes de la zone travaillent hors du secteur agricole et
même hors de la résidence de leurs parents ceci a coté d’autres facteurs limitants tel
que le non revêtement de la seule piste d’accès a la région qui n’aide pas les jeunes
agriculteurs à visiter et travailler leurs parcelles.
4.2. Place de l’agriculture
L’agriculture est une activité secondaire pratiquée par la plus part des
exploitants de la zone d’étude. L’agriculture représente à Hariza et chaab chnini un
domaine sous une double dimension économique et socio-culturelle: elle constitue,
d'une part, un recours en termes de subsistances, de production de richesse et de
gestion des risques et facteur qui souligne le rôle crucial joué par l'économie
160
European Journal of Social Law
agricole, et, d'autre part, elle forme un référent culturel et patrimonial. Cette
agriculture est marquée par son déclin qui a été provoqué - selon nos enquêtés - par
plusieurs phénomènes combinés, ayant touché les variables clefs: les rendements,
et les prix à la production.
- Les rendements: les rendements ont accusé une réelle régression. Plusieurs
causes combinées expliquent cette tendance, dont notamment:
• L’appauvrissement des sols agricoles: ce phénomène résulte du manque de
fertilisants, d’une part, et de la dégradation de la qualité de ces sols, d’autre part
(érosion éolienne et hydrique, désertification, salinisation, etc.).
• la succession des années de sécheresse,
- Les prix à la production: ces prix ont connu une progression relativement
lente, le problème demeure toujours au niveau des intermédiaires qui sont la base
de l’augmentation des prix de la production des produits agricoles.
4.3. Structure du revenu familial
L’activité économique des agriculteurs de la région Hariza chaab-chnini reste au
dessous des attentes de la population locale vu les conditions climatiques très difficiles,
ainsi l’activité agricole qui constitue toujours un des secteurs porteurs du
développement dans cette région, n’est plus en mesure, semble-t-il, actuellement
d’assurer un équilibre économique et social durable. La contribution du revenu agricole
au cours des dernières années, a une tendance vers la baisse, surtout avec les conditions
climatiques très difficiles qui handicapent le développement de ce secteur.
Actuellement, on prévoit aussi, d’après les agriculteurs enquêtés, l’abondant de
plusieurs terres à cause du faible rentabilité au cours des dernières années due aux
faibles précipitations durant toute l’année surtout que la population locale dans la
région pratique l’agriculture en sec, ceci a provoqué le dessèchement de plusieurs
arbres tels que le figuier, l’olivier etc. Dans la région de Hariza chaab-chnini, l’effectif
de la famille a influencé le revenu moyen par ménage et la diversification de ces
ressources. Le revenu familial global moyen par ménage enquêté est estimé à 3900 DT.
Tableau 2: Revenu familial en DT/an
Compartiment
Hariza et chaab chnini
N
60
Minimu
m
800
Maximu
m
21000
Moyenne
3900
Source: Nos enquêtes(2014)
On a remarqué aussi une inégalité au niveau de la répartition des revenus entre
les différentes classes sociales. La différence de revenu moyen par ménage est
expliquée surtout par le nombre d’actifs pour certains ménages, aussi par le type et
lieu d’activité. Nos enquêtes ont révélé que presque la moitié des ménages a un
revenu moyen entre 4000 DT et 8000 DT par an, alors que seulement 16 % ont un
revenu qui ne dépasse pas 4000 DT et 8% ont un revenu moyen entre 12000 et
161
Revue europénnee du droit social
21000 DT par an. Les revenus des enquêtés sont des revenus agricoles et des
revenu extra agricole. La plupart des exploitants ont une source extra agricole (une
activité principale) provenant par exemple de leurs activités dans des chantiers de
conservation des eaux et du sol, de commerce, la retraite, etc.
Figure 5: Revenu familial moyen par classe
Source: Nos enquêtes(2014)
4.4. Impact des Réhabilitation des Tabias sur le revenu des agriculteurs
Dans la région de Hariza chaab chnini, la réhabilitation des Tabias a résulté un
impact sur le revenu des agriculteurs. Ainsi, l’association du développement et des
études stratégiques a intervenu, par son projet, pour rétablir l’équilibre au niveau
des parcelles agricoles et par conséquent l’amélioration de leurs rentabilités
productives et ce par l’aménagement d’un espace qui a dépassé le 170 Hectars et
qui va être exploité en plantations arboricoles et culture d’espèces annuelles. Dans
ce contexte, 110 exploitations d’une superficie moyenne de 1Ha à 1,5 Ha chacune
sont aménagées par le biais de ce projet et devenues ainsi exploitables au cours des
futures saisons agricoles, ceci a facilité aux agriculteurs de travailler leurs terres et
ils ont déjà commencé par le labour, la taille, etc. ainsi, un patrimoine végétal qui
compte plus que 1100 oliviers et figuiers sont sauvés et régénérés grâce à
l’intervention de ce projet. Selon notre enquête:
- 20% des enquêtés ont estimé que leurs revenus annuels n’a pas changé après la
réhabilitation des Tabias, et ce a cause de manque de travail dans leurs terres
agricoles pour plusieurs raison tels que: la propriété collectif du terre, la non
disposition des moyen de transport pour visiter leurs terres, conditions climatiques...
- 80% des enquêtés ont estimé que leurs revenu annuel a augmenté après la
réhabilitation des Tabias. En effet: Avant l’intervention du projet l’olivier n’a
aucune production apparente, mais après la maitrise des eaux de pluie par
162
European Journal of Social Law
l’aménagement des tabias chaque olivier va donner au moins 5 Wiba5 d’olives soit
150 kg qui est équivalent à 30 litres d’huile soit 180 Dinars tunisien. Pour chaque
agriculteur un moyen de 10 oliviers existe dans leurs parcelles, donc on peut
estimer une amélioration de revenu annuel de 1800 dinars. Cette augmentation
annuelle est très importante puisqu’elle peut améliorer le niveau de vie des
agriculteurs de la région.
Discussion
A la fois cause et conséquence de la pauvreté, la dégradation des terres est liée à
presque tous les aspects de développement socio-économique dans la région de
Hariza chaab chnini. Le processus de développement rural dans cette région est un
processus lent, long et délicat., ainsi le problème de terres collectives demeure un
obstacle pour bien gérer les ressources naturelles. Par ailleurs, tout en obéissant aux
orientations et aux priorités de politiques globales, ce processus de développement
rural doit s’adapter aux contextes locaux qu’on sait très divers. D’où la nécessité de
concevoir les politiques, non pas comme cadre rigide, mais pour accompagner ce
processus, ce qui signifie une flexibilité plus grande dans la mise en œuvre et les
modes d’application. Cette remarque a pour objet de montrer que l’agriculture est
aussi un instrument puissant pour entraîner la croissance et surmonter la pauvreté
(Abdelhkhim, 2006). Mais, il faut impérativement que la productivité dans notre
région d’étude augmente, il faut passer à une agriculture à haute valeur ajoutée, et
fournir - à cause des conditions climatiques - une aide pour faciliter les sources de
revenu hors de l’agriculture. Et ça doit être clair et bien identifié dans les futurs
projets et programmes régionaux de développement qui seront réalisés par l’Etat ou
par des ONG. Ainsi, le développement durable à Hariza chaab chnini impliquerait
d’avantage de promotion des principes de gouvernance « verte » et de gestion des
ressources naturelles. Le secteur agricole privé impose aussi ses spécificités à ce
niveau. En effet, le fait d’améliorer le climat des investissements, de doter les jeunes
des compétences appropriées dans ces deux zones rurales constituerait une action
particulièrement prometteuse, et un moyen pour améliorer le niveau de vie. L’enjeu
est, donc, l’amélioration des conditions de vie des agriculteurs en préservant la
nature, pour cela, et afin de mettre une économie verte au service du développement
rural, il faut également améliorer la gouvernance locale. D’où la nécessité de
mobiliser l’Etat en trouvant une politique qui comporte les types de projets suivants:
- Un projet macro-économique favorable au développement agricole et à la
promotion des zones rurales de délégation de Bir Lahmar,
- Un vrai projet participatif de gestion des ressources naturelles, fondée sur
la responsabilisation des usagers et sur la valorisation et la sauvegarde du
patrimoine de la région,
- Des petits projets d'emploi « vertes » génératrices de revenus pour lutter
contre la pauvreté,
5
1 Wiba = 30 kg d’olive
163
Revue europénnee du droit social
- Un vrai projet d'équipement et d’infrastructure au niveau des zones
rurales, dans le cadre d'une politique concertée d'aménagement du territoire,
- Un projet d'intégration effective de la femme rurale dans le processus du
développement agricole.
Conclusion
Les projets régionaux verts du développement ont aujourd’hui un rôle très
important dans l’amélioration du niveau de vie de population rurale. La présente
recherche a montré que ces interventions au niveau des zones d’étude ont des résultats
positifs au niveau économique, social et environnemental. Il convient, ainsi, de
réfléchir dans un processus plus inclusif de réformes qui peuvent conduire à la
durabilité de ces projets verts à court et à long terme. La conception d’une stratégie
« verte » réussie et sa mise en œuvre exigera un comportement visionnaire et
transparent, une attitude d’apprentissage et des prises de décisions fondées avec une
participation des différentes parties prenantes: Etat, société civile et population rurale.
Références :
Abaab A, 1986. Mutations socio-économiques de la Jeffara orientale (Sud tunisien) »,
Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol 41, N° 1, pp 327-338.
Abaab A, Elloumi M, 2009. Ajustement, mondialisation et zone difficiles: politiques de
développement et stratégies des acteurs (le sud tunisien), actes du séminaire
internationale DELZOD, Avril 2009, pp 217-229.
Abdelhakim T ,2006.« Nouveaux paradigmes et grandes questions d'avenir pour le
développement rural en Méditerranée ». Options Méditerranéennes, Sér. A, n°71, 2006.
Béchir R, Khattali H, 2011. Développement durable et amélioration du niveau de vie de la
population au gouvernorat de Tataouine. Mediterranean Journal of Economics,
Agriculture and Environment, New Médit, vol. 10, n2, pp. 18-24.
Bechir, R Sghaier M,2013. Taux de pauvreté et ses mesures en Tunisie. Mediterranean
Journal of Economics, Agriculture and Environment, New Médit, vol XII,n2, 2013. p. 02-10.
Bechir, R Sghaier M Bechir S ,2015. Défis et perspectives du développement territorial au
niveau des gouvernorat de Medenine et Tataouine (Sud-est tunisien), Revue Européenne
du Droit Social. Issue no.1 (26) /2015.
Didier G, Henri G, Mohamed O, Ouled Belgacem A, Romagny B, Sghaier M, Taâmallah H,
2006 .Entre Désertification et développement La Jeffara tunisienne, Ed. Cérès, IRA, IRD,
Tunis.
PNUE, 2011.Vers une économie verte, pour un développement durable et une éradication
de la pauvreté, 44p.
Sandron F, Sghaier M, 2000. L’approche « indicateurs » pour suivre les relations population
- environnement: des concepts à l’expérience. Sécheresse. Volume 11, Numéro 3, pp
171-178.
164
European Journal of Social Law
A COMPARATIVE ANALYSIS
OF THE EUROPEAN MEDIATION
Raffaele AVETA1
Abstract: The EU directive 2008/52/EC has represented for many European countries
the occasion to introduce a consistent discipline of the civil and commercial mediation. This
regulatory vigour deserves an appropriate deepening, since it represents an outline of the
regulatory pluralism which is possible to draw from, in order to renew the community model in
regard to mediation matters. The unique distinctions existing among the member states
constitute, indeed, the “living base” to identify the best practices operative at a state level. In
particular, the purpose of the essay is to focus the attention to the Romanian, Spanish, Italian
and Irish legislations which show peculiar elements and give efficient regulatory schemes,
especially when the model proposed at a national level presents itself as independent and
original compared with the not always valiant choices enacted at a European stage.
Keywords: Civil mediation; EU directive 2008/52/EC; mediator; conflict resolution;
ADR; conciliation
1. Introduction
The acknowledgement of the EU directive 2008/52/EC represented for many
European countries the opportunity to introduce a systematic mediation discipline
or to restructure the existent regulatory system2. This regulatory vigour offers
useful elements of reflection and deserves a secure deepening since it represents an
outline of the regulatory pluralism which is possible to draw from in order to renew
the community model. From this perspective, the essay focuses its attention on the
Romanian, Spanish, Italian and Irish legislations which have particular aspects and
show many points of contact, outcomes not only of the European directive but also
the circulatory phenomena of “imitative nature” under way at a European level3.
2. The preliminary session
The informative session and the systems of “mandatory pre action mediation”
represent the main fields of contamination among the national European
legislators. It is the crisis of the civil justice and the clear utility of the recourse to
1
2
3
Researcher of Comparative private law at the Second University of Naples, Department of Law.
For an exam of the European situation, even in light of the European directive on the mediation, see
most recently: [G. DE PALO, TREVOR M. B., 2012].[HOPT J.K., STEFFEX F., 2013] [ DE PALO G., TREVOR
M B.,2012]. [ESPLUGUES C. 2014].
The subject matter raised a great interest among the Italian experts in comparative studies. On the
point see: [VARANO V.2007] [PERA. A., RICCIO G.M., 2011] [ AUTORINO G., NOVIELLO D.,.TROISI C.,
2011]. [FAVALE R., GAMBINI. M., 2013] [. BERLINGUER A., 2013, p. 459].
165
Revue europénnee du droit social
alternative instruments of resolution of controversies which drives towards the
obligatoryness, at least of the informative session, even countries that are
traditionally reluctant to introduce revenue forms of ADR. In England, a form of
“mandatory mediation for separating couples” that obliges to take part to “a
mediation information and assessment session” 4, has become operative.
In this context, the parties can receive information on the mediation process and
understand with the help of an appointed professional, if the mediation, in relation to
the object of the conflict, is the most suitable instrument to resolve the familiar crisis5.
Other countries have already verified the utility of such instruments for
different years. Romania, for example, has introduced a session that is preparatory
to the mediation and it is to be carried out with a compulsory nature6. In addition to
this, the Italian legislator restored the mediation as a condition of prosecution of the
judicial application in September 2013, while identifying a new procedure of
mediation7 phase in the preparatory session with compulsory nature.
4
According to what the section 10 of the Children and Families Act 2014 orders, the informative session
is applied to the proceeding related to the paragraphs 12 and 13 of the Practice Direction 3 A, read in
connection with the Part 3 of the Family Procedure Rules 2010. Instead the preliminary session does
not find application in certain circumstances indicated in the Family Procedure Rules 3.8.
5
The reform, entered in force on 22nd April 2014. About the nature and the recent development in
England and Galles see:[Allen T., 2013][ Andrew N.H., 2013].
6
The informative session introduced by the Ordonanţa de Urgenţă no 90/2012 that modified the art. 2,1 of
the Legea 192/2006 privind medierea i organizarea profesiei de mediator assumed a full efficiency on
15th February 2013 with the entering in force of the new code of civil procedure. The L’Ordonanţa de
Urgenţă no 4/2013 established that the norm set by the art. 2, 12 of the Legea 192/2006 intended to
declare unacceptable the “cererea de chemare în judecată” «în caz de neîndeplinire de către reclamant a
obligaţiei de a participa la şedinţa de informare privind medierea, anterior introducerii cererii de chemare
în judecată, sau după declanşarea procesului până la termenul dat de instanţă în acest scop, pentru
litigiile în materiile prevăzute de art. 601a» (art. 2,12, of the Legea 192/2006), would find an
implementation for the only sentences started after 1st August 2013. Later, the disposition of the art. 2, 12
of the Legea 192/2006 was declared unconstitutional with the sentence no 266 of 7th May 2014, since it
would impede the free access to the justice considered by the art. 21 of the Romanian constitution.
According to the constitutional court, the compulsory participation to an informative session «despre
avantajele medierii reprezintă o îngrădire a accesului liber la justiţie, deoarece se constituie într-un filtru
pentru exercitarea acestui drept constituţional, iar prin sancţiunea inadmisibilităţii cererii de chemare în
judecată, acest drept este nu doar îngrădit, ci chiar interzis». The Romanian constitutional judge
«consideră că procedura prealabilă obligatorie a informării asupra avantajelor medierii apare ca fiind o
piedică în calea realizării şi obţinerii de către cetăţean a drepturilor sale în justiţie. Mai mult, o procedură
constând în informarea asupra existenţei unei legi apare, neîndoielnic, ca o încălcare a dreptului de
acces la justiţie, ce pune asupra justiţiabilului o sarcină inoportună, cu atât mai mult cu cât procedura se
rezumă la o simplă obligaţie de informare, şi nu la încercarea efectivă de soluţionare a conflictului prin
mediere, astfel încât participarea părţilor la şedinţa de informare în faţa mediatorului este una cu caracter
formal». After the intervention of the Romanian Supreme Court, the participation to the preliminary
session has no more a compulsory feature, since also the norm of the art. 2,1 of the Legea 192/2006
was declared unconstitutional. The sentence no 266 was published on Monitorul Official no 464 of 25
June 2014. About the Romanian law in mediation matter see: [IGNAT. C., SUSTAC Z., DANILET C., 2009] [
ROŞU A., 2010] [ RĂDULESCU D., 2012, p. 279] [SANDRU M., RĂDULESCU D., CALIN D., 2013.]
7
About the implementation of the directive 2008/52/EC in Italy see:.[ MINERVINI E., 2009, p. 41] [
APPIANO E.M., 2009, p. 59]. [TROCKER, N., DE LUCA A., 2011] [ VOLPINO D., 2008] [TARUFFO M.,
VARANO V., 2011]. For a comment on the also known as “Decreto Letta” no 69/2013 and the following
amendment no 98/2013, which introduced the compulsory mediation in Italy. see FERRARIS F., 2013,
p. 1462] [.DE SANTIS A.D., 2013, p 265] [ FARINA P., 2014, p. 261] [CONTE G., 2014, p. 163] [.
BUGIOLACCHI L., 2014, p. 349].
166
European Journal of Social Law
The informative modalities seem to have apparently only a different content in
two countries.
The Romanian mediator’s duty is to inform about the advantages of mediation, to
give all the explanations in order to have the parties understand the «scopul, limitele şi
efectele medierii, în special asupra raporturilor ce constituie obiectul conflictului».8 A
complete and truthful information is necessary for a conscious choice by the parties.
More general appears the expressions used by the Italian legislator that forces
the mediator, during the course of the first meeting, into clarifying «the function
and the modalities of implementation to the parties9». The duty to include a
reference aimed at the advantages of the mediation procedure is omitted in the
introductory speech.
Much more relevant is the absence both in the Italian legislation and Romanian
one of any references to the session preliminary, to the information related, to the
level of professionalization of the mediator. These references are found in the
Spanish legislation10 and in the Irish Draft General Scheme of Mediation Bill. 11
The Ley 5/2012 controls in detail the contents of the introductory speech, with
the imposition on the mediador to inform the participants “de su profesión,
formación y experiencia” 12. The statement on the mediator’s professional skills
increases its appeal and conquers the confidence of the parties who are often
skeptical about the possibilities to solve the argument through an amicable
settlement in the initial phases of the procedure.
A capable mediator, endowed with a grounded educational and professional
background, will certainly have more chances of influencing positively his interlocutor.
Under this profile the Irish bill appears even more performing. «Prior to the
commencement of the mediation process», it provides for the duty of the mediator
to give the parties «details of his or her training and experience in mediation
8
The art. 29 of the Legea 192/2006 sets «Mediatorul are obligaţia să dea orice explicaţii părţilor cu
privire la activitatea de mediere, pentru ca acestea să înţeleagă scopul, limitele şi efectele medierii, în
special asupra raporturilor ce constituie obiectul conflictului». The Romanian law, entered in force in
2006 and published on the Monitorul Oficial no 441 of the 22nd May 2006, was emended more times
between the 2010 and 2013.
9
Cf. art. 8, clause 1, of paragraph 28/2010.
10
On the Spanish discipline in mediation matter see most recently:[ SOLETO MUÑOZ H., 2011] [ GARCÍA
VILLALUENGA L., 2012] [BARONA VILAR S., 2011] [ CASTILLEJO MANZANARES R (edited by), 2013] [
GARAU SOBRINO F., LÓPEZ SIMÓ F., 2014] [CANLE I., CELIA I, 2014].
11
Ireland adopted the EU directive with the approval of the SI 209 of 2011 European Communities
(Mediation) Regulations 2011 which regulates the “cross-border disputes”. On March 2012 a bill on
mediation was published. This will provide a regulatory framework “to internal mediation processes”.
The Draft General Scheme of Mediation Bill 2012, which incorporated a lot of recommendations given
by the Irish Law Reform Commission, should be approved by the end of 2014. The Draft can be read
at: www.justice.ie. For a close examination of the Irish legislation on the mediation see also the SI No.
502 of 2010 Rules of the Superior Courts (Mediation And Conciliation) 2010. The essay will examine
only some aspects of the Draft, omitting the SI 209 of the 2011 which presents a bare regulation and
not particularly innovative profiles. About the legislation on mediation matter see: B. HUTCHINSON,
Arbitration and ADR in Construction Disputes, Dublin, 2010; ID., Transposition of the Mediation
Directive by May 21, 2011, 2011, 18(4) CLP 70; [MADIGA J., 2012].
12
Art. 17 of the Ley 5/2012 de 6 de julio, de mediación en asuntos civiles y mercantiles, published in
BOE no 162 of 7 July 2012.
167
Revue europénnee du droit social
matters»13 and the duty to analyze further, on request of a part «(a) details of any
specialist qualifications, including training in screening techniques to assess the
appropriateness of mediation, which may be relevant to the mediation process; (b)
details of continuing professional development (if any) undertaken by him or her».
Actually, the mediator has to describe not a generic professional skill but an ability
that is directly connected to the started procedure, that is why the introductory
speech is particular useful.
According to the explanatory note, when the parties are not satisfied by the
level of «experience and training» offered by the mediator, they have the
possibility to turn to another professional.
The Irish Draft intensifies the duty of information expected by the European
Code14, according to which the sharing of information about his competence15 and
skill by the mediator was just as a possible phase.
It provides that such information should be formalized in a written agreement
that specifies the «terms under which mediation takes place, including information
concerning the code of practice (if any) under Head 9 which the mediator adheres
to, the confidentiality of mediation communications under Head 10, and the fees
and costs referred to in Head 16»16. The Head 7 is dedicated to the “role of
mediator” and provides a very accurate indication, even in reference to the other
information that must be included in the initial speech. In particular, the mediator
must underline the voluntary nature of the procedure, the possibility of
«withdrawing from it» in any moment, with or without motivation, the power
concerning only the parties «to determine the outcome of the mediation process».
Moreover, the Irish mediator must inform the parties about the chance to be
accompanied «by such non-party participants», the costs of the procedure that
«shall not be contingent on the outcome of the mediation process17», the means by
which any agreement may be formalized or made enforceable, the current and
potential conflict of interests in respect to incident, content of the mediation18.
Such introductory information has a strongly protecting civil liberties nature
which reduces the discretionary scope of the mediator to the minimum. Similar
hypothesis have been only partially introduced in the Romanian, Spanish and
Italian legislation.
In fact, the art. 29 of the Legea 192/2006 results extremely generic, void of a
minimum restriction content. The Spanish legislation and the Italian one appear,
instead, very attentive to the functionalist and procedural aspects of the institute of
13
Cf. Head 8 of the Draft General Scheme of Mediation Bill 2012 (indicated below as Draft).
For The Mediators’ European code see www.ec.europa.eu.
15
Cf. the section 1.2 of the Mediators’ European code of conduct, which provides the duty by the
mediator, before accepting the office, «to verify that he is given of the knowledge and competence
necessary to lead the mediation of the submitted case and, on request, to give the parties information
about it».
16
Cf. the Head 6 of the Draft.
17
Cf. the Irish Draft, Head 16.
18
On these points see the Head 7 of the Draft, lett. c), iv, v, vi, vii.
14
168
European Journal of Social Law
mediation; however as a whole they reveal themselves less evident than the Irish
legislation. To this sense the provisions of the art. 17 of the Ley 5/2012 are
oriented, as well as the vague regulation of the art. 8, par. c. 1, of the law decree
28/2010 about the functions and modalities of carrying out the mediation. In
particular, the provisions of the art. 17 are about the information regarding the
«características de la mediación», «organización del procedimiento», and the
«consecuencias jurídicas del acuerdo que se pudiera alcanzar, así como del plazo
para firmar el acta de la sesión constitutiva19».
The extreme conciseness of the Italian legislation, however, does not even
make clear the duty for the mediator giving information on the costs of the
procedure, instead, it is also found in the Romanian and Spanish legislation.
In the Legea 192/2006, the costs still form a necessary part of “contractul de
mediere”, so as provided «sub sancţiunea anulării» from art. 4520.
In the Spanish legislation, instead, the costs are clarified in the initial speech of
the mediator and form one of the aspects that is formalized in the act which
institutes the constituting session21, together with the other fundamental elements
such as the indication of the object of the judgment and the «programa de
actuaciones y duración máxima prevista para el desarrollo del procedimiento22».
The transparency on the costs and their formalization avoids the misunderstandings and the set of problems that sometimes may appear in the management of
the procedure of the Italian mediation, where the border between the “informative
session” and the pure beginning of the mediation actually appears less clear.
The legislative decree 28/2010 identifies, indeed, the agreement of the parties
and of the lawyer, as the necessary elements «to start the procedure of mediation»23
and determines that just the treatment of the merits matters, which are implied in
the incident, sets the payment of the benefits of the mediation24, nevertheless
without indicating any formal act which establishes the borders between the
informative phase and the merits one.
In Italy, the mediator could also face the hard situation to manage the
relationships with the parties which, after consenting the opening of the mediation,
refuse to pay the benefits in the absence of a written proof or demand information
about the dispute before joining the procedure.
19
Art. 17, I, of the Ley 5/2012.
The art. 45 of the Legea 192/2006 sets that the contract of mediation must include a clause related to
the duty of the parties in conflict to pay «onorariul cuvenit mediatorului şi cheltuielile efectuate de
acesta pe parcursul medierii în interesul părţilor, precum şi modalităţile de avansare şi de plată a
acestor sume, inclusiv în caz de renunţare la mediere sau de eşuare a procedurii, precum şi proporţia
care va fi suportată de către părţi, ţinându-se cont, dacă este cazul, de situaţia lor socială. Dacă nu sa convenit altfel, aceste sume vor fi suportate de către părţi în mod egal».
21
Art. 19 of the Ley 5/2012.
22
Art. 19 of the Ley 5/2012.
23
Cf. the art. 8 of the law decree 28/2010.
24
In case of negative result of the first mediation meeting, should the parties or just one of them decide
to not continue with the conciliation procedure, just the costs related to the beginning of the procedure
are due to the Institute, equal to € 40, plus VAT.
20
169
Revue europénnee du droit social
The first situation can be easily solved through the subscription to a specific
report. In the second case, instead, the mediator is entitled to decide if granting a
dispensation to the normal procedure, allowing the treatment of aspects regarding
the merit without any cost for the parties. The mediator will have to consider
carefully the circumstance and understand if, in the treated specific case, it can be
useful to broaden the phase that is also preliminary to the discussion about the
substantial aspects. Even with the approval of the mediator, it is possible that one
or more parties may nevertheless deny their own consent to a similar eventuality
and ask the strict observance of rules and regulations. In these cases, the mediator
should not go too far from the point of launching the discussion on the subject
matter without the approval of all parties that are present at the table of mediation.
In the Italian legislation, the absence of a clear duty of information could lend
to abuses from the mediators who, after acquiring the parties’ consent and starting
the procedure, skip the aspect related to the remuneration.
This conduct is clearly in contrast with the Mediators’ European Code of
Conduct that identifies in the quantification of the costs, an essential aspect of the
mediator’s fair working. The art. 1.3 sets, in actual fact, that the appointee for the
implementation of the procedure has not only to fulfill the duty of information on
the «mode of remuneration which he intends to apply», but also to refuse to
«accept a mediation before the principles of his/her remuneration have been
accepted by all parties concerned». The critical situation, observed in the Italian
model, do not make opaque the choice made by the legislator in the Law no
98/2013 of introducing a first informative meeting and conferring the same a free
trait, since these options are designed for improving the participation rate in the
procedure of mediation. In Italy, as in the other examined countries, it concerns the
mediator not to nullify the acceptance of the parties, while making the informative
phase profitable. The abilities, which are proved in the initial phase, will play a
fundamental role in persuading the parties to choose or not to carry on with the
meeting, thereby joining the following phases.
3. The duty of information
During the informative phase, the mediator’s conduct should be inspired to the
utmost decency, preventing from appearing excessively “aggressive” in the attempt
to convince the parties to endorse the mediation25.
In the Romanian, Spanish model and Irish Draft, the editing of a written act
allows the parties to ponder adequately their own choice about the continuation in
the proceeding.
25
A similar conduct risks of being not only ethically unfair but also counterproductive for the good result
of the procedure, undermining the parties’ confidence in the mediator. About the responsibility of the
mediator see: [Maietta A, 2014, p. 585].
170
European Journal of Social Law
In Spain, the freedom of decision finds a further defense with the temporary
space existing between the informative and the constitutive sesión which should
help to come to a decision about the continuation of the mediation. Indeed under
the art. 4 of Ley 5/2012, in the preliminary session, the Spanish mediator is forced
to inform the parties that «si en el plazo de quince días naturales a contar desde la
recepción de la solicitud de inicio de la mediación no se firmara el acta de la sesión
constitutiva prevista en el artículo 19, se reanudará el cómputo de los plazos».
The plan made by the Italian legislator is more simple. As far as it seems to
have drawn inspiration from the Romanian and Spanish regulations, on the other
hand it sounds as if it is following an autonomous course in the proceduralization
of the informative session. The law no 98/2013 makes provisions for the
embeddedness between the introductory explanation of the mediator and the
invitation to decide if starting the procedure, so as to make the procedural process
nimble.
In the plan of the Italian legislator, the helper mandatory presence of lawyers
possibly compensates the absence of a space of reflection.
This peculiarity, introduced only in 2013, confers the Bar an important role in
the management of the mediation, which must be carried out with a great balance
in order to avoid that the presence of the professional lawyer, since the first
meeting, can be transformed in a conditioning for the parties26. The assistance,
expressly considered by the art. 8 of the law decree 28/2010, must not take on the
forms of “a heavy interference” which compromise the freedom of the parties to
decide in autonomy.
This risk could have been avoided either by introducing an incompatibility
between the assistance during the mediation and the following legal representation
or not providing for the presence of a lawyer during the first meeting as mandatory
or limiting his activity to a mere consultancy, without identifying a necessary
element for the prosecution of the procedure27 in the lawyer’s consent.
The technical assistance appears, instead, appropriate where the substantial
defense of the rights presents itself as a crucial point for the definition of an asset
of interests able to satisfy the parties or when it is a matter of converting the found
agreement in a record of mediation free from formal defects and not opposing the
mandatory regulations or the public order.
In these cases, the mediator, who is devoid of any legal competence, is
certainly not able to cooperate with the parties, ensuring an adequate technical
support. According to this profile, the presence of the lawyers is an essential
26
The danger was underlined, among other things, even by the Irish Law Reform Commission in the
Report about “Altermative Dispute Resolution: Mediation and Concilitation”, Dublin, 2010, p. 50, 3.94,
available at www.lawreform.ie. Indicative in this sense, it is also the reference, contained in the Civil
Court Mediation Service Manual, 2009, p. 7, to the researches which would testify as the parties
«represented by a lawyer choose mediation significantly less often than unrepresented parties». The
Civil Court Mediation Service Manual can be consulted at the website www.judiciary.gov.uk
27
The refusal of the lawyer to start the mediation could make the client ask the mediator for a deferment
in order to have a continuation of the procedure with the assistance of a new legal consultant.
171
Revue europénnee du droit social
guarantee for the citizens. It is able to balance the probable absence of judicial
awareness on the mediator’s part. Despite this awareness has profiles of clear
objectivity, the directive 2008/52/EC does not confer a particular role to the bar,
neither it provides for the mandatory presence of a lawyer during the course of the
mediation and even the art. 8 of the EU directive no 11/2013, on the alternative
resolution of the controversies of the consumers28, provides the duty for the
countries to guarantee that the parties can comply with the ADR procedures
without necessarily turning to a lawyer or legal advisor, imposing a positive duty of
information29 at the expense of the European countries.
The directive 11/2013 tries, however, to counterbalance the absence of legal
professional with the prevision formulated by the recitals no 36 whereby “to
guarantee the necessary degree of confidence in the ADR procedure”. The persons
responsible for their implementation «should have general juridical knowledge that
are sufficient to understand the juridical implications of the dispute, without having
to be necessarily qualified legal professional30».
The adaptation to this provision will have repercussion on the national
legislation related to the requirements of the qualification of mediators and maybe
induces to rethink the Italian provisions on the lawyer’s role in the mediation.
To the legal adviser also the Irish draft appears to turn on his attention,
although only in the initial phase of redaction of the agreement, leaving the parties
the decision on his involvement. The mediator, in fact, must guarantee that the
parties are informed about the possibilities «to obtain independent advice,
including legal advice, prior to signing any agreement arising from the mediation
process» and must «advise any party not having a legal representative or other
professional adviser involved in the mediation process to consider seeking
independent advice, whether legal or otherwise, prior to signing any agreement
arising from the process31 ».
The scheme collects the suggestions developed on this point by the Irish Law
Reform Commission that, while encouraging the research of a legal assistance or
another adviser before signing the agreement of mediation, retraces the path
marked by different European acts that insist on the principle of the informed
consent and its guarantees.
In the Irish Draft the recommendation of the European commission is in
particular mentioned regarding to principles relevant to the ADR entities which
take part in the consensual resolution of consumer disputes. The recommendation,
already in 2001, underlined the necessity of allowing the parties «a reasonable
28
For the application of the directive 11/2013 in other subjects, cf. recitals no 19 of the directive at issue.
The art. 9, lett. B, of the directive 11/2013 imposes on the member states to guarantee that the parties
in the field of the ADR procedure «are informed about the fact that they are not bound to appeal to a
lawyer or legal consultant, but they can ask an independent opinion or be represented or assisted by
a third party in whatever phase of the procedure».
30
On this point see the recitals no 36 of the directive 11/2013. The missed coordination of the law no
98/2013 with the European norm causes many perplexity.
31
Cf. the Head 8, lett. f and g.
29
172
European Journal of Social Law
lapse of time to examine the possible terms and conditions in detail» before
stipulating a solution recommended to them on the way to settle the dispute so that
the parties «can reflect if accepting or not (…), obtaining advice, in case they hope
this or consider other options32».
In the same direction also the Green Paper on ADR which identifies «a period
of reflection before the signing or a period of retraction after the signing of the
agreement33» if necessary. The attention to a right information of the parties seems
to characterize the Irish Draft even in the phase prior to the mediation. The Head 4
sets, in fact, that the solicitor, before starting a civil litigation, cannot limit itself
only to inform the customer about the possibility of avail himself of the mediation
procedure (in accordance with the directive 2008/52/EC34) but it also has to
estimate the «client’s legal costs in the event of court proceedings» and «where
practicable (I) an estimate of the costs of other parties for which the client may be
liable if unsuccessful in court proceedings, (II) an estimate of the likely duration of
such proceedings (from commencement to conclusion)». Such a specific duty of
information allows the parties to concretely evaluate the utility of the mediation
both in reference to the costs to be sustained and also to the schedule of the
procedures to be started.
In Italy the lawyer, even burdened with the duty to inform the client about the
possibility of availing himself of the mediation procedure, tax relieves provided by
the law and the cases where the recourse to the mediation is condition for the
prosecution of the judicial application, is not duty bound to give information which
permit the client a comparison between mediation and trial. Although this
omission, in the Italian legislation the prediction of a written informative by the
lawyer appears very effective. The informative has to be given “clearly”, under
penalty of annulment of the contract with the client35.
It is noteworthy also the mechanism that provides for the duty to enclose the
informative subscribed by the client with the introductory act of the possible
judgment. The judge, verified the non attachment with this document, can in the
cases provided by the art. 5, subsection 1-bis, return the parties to the mediation36
and in the cases of discretionary mediation he can inform directly the litigants
about the possibility of using the mediation procedure37.
32
European Commission Recommendation of the 4th April 2001 on the principles for out-of-court bodies
involved in the consensual resolution of consumer disputes (2001/310/EC), recitals no 16, 17 and
section II, letter D.
33
European Union Commission, Green Paper on alternative dispute resolution in civil and commercial
law, COM(2002) 196, April 2002, par. 3.2.2.2, point 83, p. 30. See www.eurlex.europa.eu.
34
The recitals no 25 of the Directive 2008/52/EC explicitly invite the member states «to encourage the
legal professionals to inform their customers about the possibility of the mediation».
35
Cfr [Trisorio Liuzzi G.2010 p. 979].
36
The judge assigns the parties the deadline of fifteen days for the submission of the mediation request
and postpones the following hearing until the expiry of the three months term considered by the art. 6
of the law decree 28/2010 for the conclusion of the mediation proceeding.
37
About the duty of information on the lawyer responsibility, see the art. 4, par. 3 of the law decree
28/2010.
173
Revue europénnee du droit social
However, the Italian mechanism outlined by the law decree 28/2010 often
reduces itself to a mere formalism, limiting itself to the subscription of a prescribed
form and to the oral communication about summary information from the lawyer38.
Notwithstanding the promotional instrument devised, to the parties’ eyes the
attractiveness of the mediation is often strongly conditioned by the
opinions/prejudices of the professional lawyers who not always uses the
preparatory phase of the meeting as an occasion to inform his own client in a
neutral and objective way39.
This conduct does not find an adequate censorship even in the code of ethics
of the Italian Bar, which does not provide an ad hoc regulation in this regard. The
art. 54, in fact, does not state the duty of the lawyer «to base its own relationship
with the arbitrators, conciliators, mediators and technical adviser on honesty and
loyalty complying with the mutual functions40», but it clearly refers to the phase of
the effective execution of the mediation procedure.
There is not a rule of general character that directs, at least on the code of
ethics, the conduct of the lawyer in the phase preceding the institution of the
procedure, although since 2008 the CNF has actually adopted the Code of Conduct
for European lawyers whose article 3.7.1. clearly provides the duty of the lawyer to
counsel the client «at the opportune moment about the convenience to look for an
agreement or to resort to alternative instruments of dispute settlement41».
An exceptional viaticum for the good result of the proceeding is formed by the
right conduct of the lawyer involved in the mediation, since it prepares for a
cooperative mood that makes less difficult the work of the mediator and the
achievement of a possible agreement. The Spanish law devotes a specific article to
the duty of collaboration between the parties and the mediator, where it is
underlined as «las partes deberán prestar colaboración y apoyo permanente a la
actuación del mediador, manteniendo la adecuada deferencia hacia su actividad»42.
On the other hand, it is not found any reference to the conduct which the legal
consultant should have both during the mediation procedure and the prior phase in
the Ley 5/2012.
On the point, the Spanish legislator seems to move in the opposite direction of
the previous regional legislation and in particular of the Catalan law, where a clear
reference to legal assistance is present. The art. 15 of the Ley 15/2009 sets that the
mediator since the “reunión inicial” must «informar a las partes de la conveniencia
de recibir asesoramiento jurídico durante la mediación y de la necesidad de la
intervención de un abogado o abogada designado libremente para redactar el
38
[DE LUCA A., 2013, p. 1460] doubts about the efficacy outlined by the art. 4, par. 3 of the law decree
since «it does not offer any guarantee of effective information of the client».
About the relationship between the lawyer and the mediation see: B. CLARK, Lawyers and mediation,
Heidelberg, 2012.
40
The code of conduct for lawyers can be read at the website www.consiglionazionaleforense.it.
41
The Il Code of conduct for European lawyers can be found at www.consiglionazionaleforense.it.
42
Cf. the art. 10 of the Ley 5/2012. On the point see.[ GARCÍA VILLALUENGA L., p. 109]
39
174
European Journal of Social Law
convenio o el documento jurídico adecuado, sobre la base del resultado de la
mediación»43. The important role acknowledged to the legal consultant finds a
suitable basis in the introduction to the Catalan law that identifies in the «función
de la abogacía en el procedimiento de mediación (…) una garantía para la
salvaguardia de los derechos de los ciudadanos». The planning of the Ley 15/2009
would have certainly deserved a greater attention from the national Spanish
legislator, which finds useless to make explicit also the right of the part to be
assisted by a lawyer.
The law, at issue, finds instead an explicit formalization in the Romanian law
on the mediation, so that the art. 52 sets expressly the right to be assisted by an
«avocat sau de alte persoane, în condiţiile stabilite de comun acord». The reference
to the agreement reaffirms, even in regards to the legal assistance, the necessity to
agree upon this aspect of the procedure, so as to safeguard the balance between the
parties. In reference to the “criminal cases” the art. 68 of Legea 192/2006 states
that the mediation must be managed to guarantee the legal assistance and the
“procesul-verbal” must specify if the parties availed themselves of a lawyer’s help.
4. The mediation procedure between
incentives and sanctions
The conduct towards the mediation the legal professional are engaged in,
either in the phase preceding the meeting or during the work session, could be
considerably influenced by the efficiency of the legislative body concerning the
incentives and/or the sanctions related to the use or not of the procedure.
On this point, the systems, in force in different countries44, are sometimes
noticeably different and can represent one of the fundamental components to
outline a balanced relationship between the lawyer and the mediation procedure45.
In fact, when facing a major difficulty, a legal counselor might suggest his own
client joining a mediation against the significant advantages deriving from his
participation46 or on the contrary in case of non participation he will be able to
minimize the possible negative consequences.
43
Ley 15/2009, de 22 de julio, de mediación en el ámbito del derecho privado, published in BOE no 198
of 17th August 2009, p. 70785.
44
The art. 5, par. 2, of the European directive 2008/52/EC makes safe the national legislation by which
the recourse to the mediation is «conditional upon incentives and sanctions ».
45
In reference to necessity of incentives and sanctions n order to ensure the success of the mediation
institution, see the study commissioned by the European Parliament called: “Quantifying the cost of
not using mediation – a data analysis” that recognizes as «reimbursing dispute fees or giving tax
credits for successful mediation use are relatively simple ideas which might however have a big
impact on increasing mediation participation rates», cf. [ DE PALO G., FEASLEY A., ORECCHINI F.,
2011].
46
In other words, against the substantial advantages considered by the norm, it will result much more
difficult for the lawyer to minimize the positive effects of the participation to the mediation meeting.
175
Revue europénnee du droit social
Romania privileged the path of incentives, with the provision for the total
refund of the “taxa judiciară de timbru”, if the parties solve a hanging litigation
through the mediation47 and set, for some types of disputes, the total or partial
exemption from the payment of the mediator’s costs48. After the judgment of
the Constitutional Court no 266/2014, which has deprived the Romanian
magistrate of the possibility to declare inadmissible the “cererea de chemare în
judecată”, in case of non participation to the informative session, the sanction
system appears weak since it is only provided that «if a party will not try
mediation or another form of ADR, if applicable, the application for judicial
assistance might be denied49».
In Spain also is missing a penalty system towards who does not adhere to an
attempt of mediation, and no links exist between the mediation and the following
trial activity. The judge can not evaluate the choice of who decides not to take part
in the mediation, and there is no way he can take account of the possible proposals
formulated by the mediator, for example, for the purposes of the allocation of legal
costs50.
These possibilities are, instead, granted to the Italian judge that may sanction
the missed participation, without a valid reason, in the informative session through
the mechanism provided by the art. 8, c. 4 bis51. Nevertheless, these instruments
revealed themselves a little bit functional and unable to carry out a deterrent
function, as the statistical data of the Ministry of Justice testify. The data underline
a low rate of support to the mediation procedure52.
The decree 69/2013, only in the attempt to promote the participation of
litigants, has introduced the informative session and reformed the mediation53
costs system previously in force. In support of the institution, furthermore, the
exemptions and the tax relieves outlined by the art. 17 and 20 of the law decree
28/2010 and, despite the opposition of the lawyer class, the duty of information
47
Refers to the law 192/2006, par. 62 and 63.
It can be considered a form of support to the mediation institution also the charge of duty the
mediators have to fulfill free the informative activity in the preliminary session.
49
About the system of incentives and sanctions in Romania see Aa.Vv., ‘Reeboting’ , op. cit., p. 54. For
the normative references see GEO no. 51/2008, par. 59.2 and 63 of the law 192/2006.
50
[GARCÍA VILLALUENGA L., VÁZQUEZ DE CASTRO E., 2013, p. 71]
51
The art. 8, par 4 bis, disposes that « the judge condemns the associated party that, in the cases
considered by the art. 5, did not take part to the proceeding without a valid reason and to the deposit
on the income of the state balance of a sum of an amount correspondent to the court fee due for the
judgment.»
52
On the point, see also the last data of the Statistic General Direction of the Ministry of Justices related
to the period 1st January - 31st December 2013, which confirm the previous trend. During the 2013
the participant appeared in 32,4 % of cases. For further details see the Ministry of Justice website at
the address www.giustizia.it.
53
The parties who appear confine themselves to the payment of the only cost of the procedure start,
without having to pay out, as it early happened, the mediation benefits. It remained unchanged the
norm which does not provide any benefits on charge of the party which finds itself in the conditions
for the admission to the patronage at State’s expenses, as long as the mediation represents itself
as the condition of prosecution of the judicial request. On the point see art. 5 bis law decree
28/2010.
48
176
European Journal of Social Law
in charge of the lawyer, who should make the parties aware of the existence of
incentives right before the informative meeting so contributing to promote the
mediation advantages, was not changed. In the application practice, as already
said, even this instrument does not seem to have completely achieved its aims,
although conveniently sanctioned54. Actually the Law 98/2013 did not face the
multiple questions related to the functionality of the compulsory attempt of
mediation and left unresolved all the bonds linked to the relation between
mediation and trial55.
In particular, in case the mediator submit the proposal the controversial
mechanism of art. 13 of the decree law 28/2010 related to the legal costs remains
in force.
This system was created to encourage the achievement of the agreement, but
until now it has been poorly used, since it leaves the magistrate an excessive
discretional power that, de facto, is converted in a disincentive to the request for a
formulation of a settlement proposal.
In reference to the connection between mediation and procedure, the only
innovation concerns the introduction of the “mediation ex officio” 56. At judge’s
invitation, the law 98/2013 expunged the mediation from the “judicial system” to
give the magistrate an evaluative power. Therefore he holds the parties and forces
them into having recourse to the mediation procedure.
Not only the subject matters identified by the art. 5 paragraph 1 bis, of the law
decree 28/2010, are concerned by the evaluation but also all the civil litigation
related to the available rights.
It is a matter of an important prerogative the judge involved in enhancing and
increasing the quality, explaining for example the reasons that are identified as
foundation of the expiration in the mediation. These indications would allow the
parties to understand the judge’s orientation with regard to the “mediability” of the
controversial relation and to stimulate a reasoned participation of the parties to the
proceeding.
The adequate functioning of the mediation supposes a reduction of the roles of
the civil litigation that allows the magistrate to have a full knowledge of the
litigation dossiers submitted to his exam in a way to understand what case is
mature for the mediation. The loads of work, which is run by the Italian courts, not
always allow to accomplish this exam with the likely risk of a limited use of the
mediation ex officio.
In any way the path chosen by the Italian legislator to strengthen the power of
“judicial referral” indicates a positive prospective that is to be carefully developed
54
The art. 4, par 3, of the decree law 28/2010 orders that «in case of breach of the duty of information
the contract between the lawyer and the client is possible to be cancelled».
55
The theme of the relation and process had a great room in the Italian doctrine, among the several
contributions, the following are recommended [FABIANI, M., 2009, p. 1142].[PORRECA P., 2010,
p.1834].[ PERFETTI U., 2013, p.433].[ NIEVA-FENOLI J., 2013, p. 1327]
56
This type of mediation is regulated by the art. 5, par. 2, of the law decree 28/2010.
177
Revue europénnee du droit social
and shows itself in line with the European and non European trends intended to
implement the role of case management conferred to the judges.
Under this profile, the models to be followed are not missing. The Irish Draft
itself offers useful elements of reflection in the articles 12, 13 and 17 which have
attention to the judicial mediation procedure.
According to the Head 12, the court can suggest the parties to have recourse to
the mediation and invite them to take part into an informative session “on the use
and operation of mediation” 57. A probabilistic evaluation on the case laws put
under exam will be carried out by the Irish judge, choosing to make the parties
aware of the mediation only if this procedure has a reasonable perspective of
success and «whether it is likely to assist the parties in resolving their dispute or an
issue in the dispute58».
The system of the Draft, which is based on the provisions of the Statutory
instruments no 502 of 201059, opts for a persuasive sanctions based on mechanisms
instead of conferring the judge coercive powers. If the parties decide to start the
mediation procedure, the court might give «directions as the court considers
necessary to facilitate the effective use of mediation60».
When the procedure fails, the conduct of the party, which has an “unreasonable
refusal” to consider the mediation or has an “unjustified refusal” to take part in an
informative session61, might assume significance in the “awarding costs” 62.
The judge is given wide margins of maneuvers, however, in any case, he can
not confer significance to the parties’ conduct during the mediation. The same
report filled by the mediator on the procedure result will have to be drafted in a
neutral way. It may not contain comments and recommendations, so as to not
damage “the general confidentiality privilege” provided by the Head 1063.
There are significant points of contact between the model proposed in the
Draft and the English norm that, at the same way, keeps the duty to work loyally
for the good result of the reconciliation procedure64 out; it precludes any
informative connection between the arbitrator and the judge65 and identifies a
57
Cf. the Head 12, I, let. ii of the Draft.
Cf. the Head 12, 5 of the Draft.
The Statutory instruments no 502 modified the Rules of the Superior Courts 1986, including a New
Order 56A that facilitates the judicial “referral” in the mediation or conciliation and a new rule 1B in the
Order 99 on the system of the legal costs in case of «refusal or failure without good reason of any
party to participate in any ADR process referred to in Order 56A».
60
Cf. the Head 12, 2 lett. c of the Draft.
61
On the point see the Head 17, 1 of the Draft.
62
The system of costs allocation is not applied to the proceeding in the field of family law, if the
circumstances stated in the Head 17, 3 of the Draft, occur.
63
Cf. the Head 13 of the Draft.
64
In Spain, as seen above, the art. 10 of the Ley 5/2012 introduced the duty of the parties to his own
collaboration to the activity of the mediator, but the regulatory provisions do not consider any sanction
for his non fulfillment.
65
In cases of offer to settle, the court might know the refused proposals, only after the decision on the
subject and with the only aim to allocate the legal costs. On this point, see the analysis conducted by
[PASSANANTE L., 2007].
58
59
178
European Journal of Social Law
relation between the supervision carried out by the judge on the reasonableness of
the parties’ conduct and the possible sentence of the payment of the legal costs66.
It is peculiar the implementation of the sanctions for the party, who does not
adhere to the mediation or who, though endorsing it, takes impediment or
preclusive attitudes for the good result of the procedure, can represent a
fundamental way to increase the recourse to the mediation in the European context.
However, the judge should not apply the automatic penalty mechanisms but he
should analyze the overall event that is the object of mediation. For this purpose,
the parties also and their lawyer should be summoned to a role of major
responsibility and be forced, for example, into explaining the reasons of the non
participation in the started procedure. An order of this kind would impose, in
particular to the serial litigants, a serious reflection on the reasons of the conflict
and on the possible alternatives to the judgment. From this perspective, the legal
consultant called to act as a real protagonist in the evaluation of the object of the
argument and its future solutions, takes a strategic role on.
As it happens, for example, in the English judicial system where a “constructive
engagement” towards alternative instruments is required of the lawyers.
Towards this direction the experience of the ADR Handbook67 and its recent
enforcement goes exactly. The Chapter 11.56, recently recaptured by the Court of
Appeal in the case PG II SA v OMFS Co. 1 Ltd. 68, suggests to the English lawyers
and their customers as behaving whenever, invited to the mediation, they decide
not to take part in it. Among the other things, in order to avoid legal sanctions, it is
necessary «responding promptly in writing, giving clear and full reasons why ADR
is not appropriate at the stage, based if possible on the Halsey guidelines69».
The enforcement of similar mechanisms represents a firm choice in the
direction of calling all the actors of the judicial apparatus for roles of major self
promotion and responsibility70.
66
The general rule, set by the Rule 44.5, par. 3 , let. A of the Civil Procedure Rules, finds enforcement.
According to this, while assigning the legal costs, the judge will take into consideration the conduct of
all the parties to resolve the dispute. On the theme, see.[ ZUCKERMAN A.S., 2006]. [PRICE S., DWYER
M.D., 2009]. The leading case in regard to the relationship between the conduct of the parties and the
payment of the legal costs is Halsey v Milton Keynes General NHS Trust [2004] 1 WLR 3002. Recent
legal enforcements, as in the case of Phillip Garritt-Critchley & Others v Andrew Ronnan and
Solarpower PV Limited [2014] EWHC 1774 (Ch) are not missing. The reform of the English trial
system, which offered the parties several occasions of conciliation/ transaction both before and during
the process and increased the managerial power of the judges, would be barely functional without an
adequate sanctions system. On the point see [CUOMO ULLOA F., 2008].
67
[ BLAKE S., BROWNE J., SIME S., 2013] The handbook, diffused between the judges and the English
lawyers, acquired an undisputed authority.
68
PG II SA v OMFS Co. 1 Ltd. [2013] EWCA Civ 1288.
69
Furthermore, the ADR Handbook disposes at par. 11.56: «not ignoring an offer to engage in ADR;
(…) raising with the opposing party any shortage of information or evidence believed to be an
obstacle to successful ADR, together with consideration of how that shortage might be overcome; not
closing off ADR of any kind, and for all time, in case some other method than that proposed, or ADR
at some later date, might prove to be worth pursuing». On the consequences of similar mechanisms
in the English experience, see.[ AHMED M., 2012, p. 5].
70
On the theme [Relis T., 2009]
179
Revue europénnee du droit social
5. The controversial matter of the mediator’s training
The aim of increasing the number of conciliations agreements cannot be
exhausted by the incentives and the sanctions connected to the mediation
procedure. This result is in fact barely realizable without an adequate
professionalization of the mediators.
As regards the field of their formation, the European framework is strongly
irregular. The discontinuity plainly traced by the countries, object of our study,
appears as result of the incomplete European norm.
A wide space to the national norms is given by the directive 2008/52/EC,
which let the State members free to «encourage, in any way they consider
worthwhile, the formation of mediators and the introduction of effective quality
control mechanisms with regard to the supply of mediation service71». A necessary
instrument to guarantee a management of the mediation that is “effective, impartial
and qualified in relation to the parties” is the initial and following training of the
mediators as pointed out by the art. 4 of the directive.
The absence of any further specification on the content of the courses, the
teaching hours, the subjects certified as instructor for mediators, the methods of
control of the offered formation opened the way to a variety of operative solutions.
Romania has got several profiles in common with Spain. In Romania, since
2006 the activity has been organized in a centralized way under the guide of the
Consiliul de Mediere, an autonomous72 state system with penetrating powers of
surveillance and control. The law confers it specific tasks, for example: promoting
the mediation activity and representing the interests of mediators; developing the
training standards in the field of mediation, on the base of the better international
procedures73, while authorizing also programs of continuous professional training
and specialization; qualifying the mediators for the practice of the profession, by
issuing the documents that certify the achieved professional qualification; crediting
the private organizations which provide the training74.
Since the number of credited subject is not particularly elevated, this facilitates
a real supervision on the didactic activity with the aim of raising the level of
professionalization for the individuals working in the mediation market. This aim
seems to be already announced by the minimum requirements necessary for the
71
Cf. the recitals no. 16 of the directive 2008/52/EC.
It is a public law body of nine members, who are elected «vot direct şi secret de mediatorii cu drept de
vot, în condiţiile prevăzute în Regulamentul de organizare şi funcţionare a Consiliului de mediere»
under the art. 17 of the Law no 192/2006. Only the authorized mediators can be part of the Council.
The elected members remain in office for 4 years.
73
The reference to the International standards appears symptomatic of the will to raise to the maximum
levels the formative criteria.
74
For a recapitulation on the functions conferred on the Consiliul de Mediere cf. the art. 20 of the L. no
192/2006. On the point see.[ MATEI B., 2011].
72
180
European Journal of Social Law
access to the profession and in particular by the request of at least three years75
working experience. The work background is not anyway limited to the only
activities which are consecutive to the mediation field. The Romanian legislator
has maybe avoided this choice, that is certainly reasonable to forestall a possible
conflict with the provision of the directive 2008/52/EC, which, at the art. 3 when
reporting the definition of mediator, leaves out the possible profession carried out
by the person in charge.
The concern, about guaranteeing the quality of mediation services and
ensuring the necessary control on the carried out activity, reflects itself also in the
choice of establishing and devolving on the Consiliul de Mediere the tabloul
mediatorilor autorizaţi, which makes public the data related to the credited
mediators.
The citizens are offered by the Romanian register the possibility to know a lot
of informations as the training background of the mediator, his level of
qualification, the authority that released the formative title, the reached practical
experience, the possible membership of a professional association76. The
transparency leads itself to the point of indicating also the existence of possible
«cauze de suspendare77» with the aim of implementing the fiduciary relation with
the mediation services user.
From this point of view, the Romanian legislator made explicit also the cases
of disciplinary liability of the mediator, by indicating in the art. 38 of the Law
192/2006 some illustrative hypothesis about a wider category of conducts that can
negatively influence the professional integrity of the subjects involved in the
mediation78, regulating in the art. 39-41 the same ways of carrying out a
disciplinary enquiry. The Consiliul de Mediere is entitled to the final decision on
the started proceeding and the possible sanction to be imposed that can range from
a written reprimand to a fine, such as the suspension from one to six months or the
severance in the most serious cases.
The legislation is particularly detailed and does not appear in this way in any
other of the examined systems, testifying the will to make the system of Romanian
mediation totally verifiable for the citizens, from the training to the penalty system.
The Spanish model, though contemplating many similarities with the
Romanian legislation, appears connected to less pressing rules.
The Ley 5/2012 considers that the mediator has a título oficial universitario or
de formación profesional superior and acquires a «formación específica para
ejercer la mediación, que se adquirirá mediante la realización de uno o varios
75
Cf. art. 7 of the Legea no 192/2006.
Cf. the art. 12 of the Law no 192/2006.
Cf. the art. 12, 2, of the Law no 192/2006.
78
The art. 38 indicates 4 specific cases: «a) încălcarea obligaţiei de confidenţialitate, imparţialitate şi
neutralitate; b) refuzul de a răspunde cererilor formulate de autorităţile judiciare, în cazurile prevăzute
de lege; c) refuzul de a restitui înscrisurile încredinţate de părţile aflate în conflict; d) reprezentarea
sau asistarea uneia dintre părţi într-o procedură judiciară sau arbitrală având ca obiect conflictul
supus medierii».
76
77
181
Revue europénnee du droit social
cursos específicos impartidos por instituciones debidamente acreditadas79». The
art. 12 contemplates that the Spanish Ministry of Justice and the competent public
Administration in collaboration with «las instituciones de mediación, fomentarán y
requerirán la adecuada formación inicial y continua de los mediadores», in
accordance with the European legislation. The Real Decreto 980/201380 by
devoting the capítulo II to the formación de los mediadores defines. the provisions
of the Ley 5/2012. It draws inspiration from a «concepción abierta de la
formación» and does not provide «requisitos estrictos o cerrados» in regards to the
training activity and is limited to establish some minimal requirements and join the
training with «la titulación del mediador, su experiencia profesional y el ámbito en
que preste sus servicios».
This relation, that could certainly be better made explicit81, has the quality to
encourage the credited institutions to offer courses, which are made according to
the trainees’ specific needs through the increase in the efficiency degree of the
teaching given. In any case, the formation, beyond the possible differentiation,
must have a minimum duration of 100 hours «efectiva»82 teaching and a specific
nature, allowing the mediators «el dominio de las técnicas de la mediación y el
desarrollo del procedimiento de acuerdo con los principios y garantías que
establece la ley» 83 and must identify as field of teaching «el marco jurídico, los
aspectos psicológicos, de ética de la mediación, de procesos y de técnicas de
comunicación, negociación y de resolución de conflictos»84.
It is clarified by the Spanish legislator that the courses cannot have only a
theoretic character85, but they must require at least 35 hours in practical teaching
with exercises, simulations and, at a high priority, with the «participación asistida
en mediaciones reales»86. Even the continuous training of the mediator shall have a
79
The art. 11 of the Ley 5/2012 shows the prerequisites for the acquisition of the mediator’s
qualification. Mediators can become the persons who are «pleno ejercicio de sus derechos civiles,
siempre que no se lo impida la legislación a la que puedan estar sometidos en el ejercicio de su
profesión. Las personas jurídicas que se dediquen a la mediación, sean sociedades profesionales o
cualquier otra prevista por el ordenamiento jurídico, deberán designar para su ejercicio a una
persona natural que reúna los requisitos previstos en esta Ley».
80
Real Decreto 980/2013 de 13 de diciembre, por el que se desarrollan determinados aspectos de la
Ley 5/2012, de 6 de julio, de mediación en asuntos civiles y mercantiles, published in BOE no 310 of
27th December 2013.
80
Cf. the preámbulo of the Real Decreto 980/2013.
81
On the point.[ CARRETERO MORALES E., 2014, p. 13].
82
As E. Carretero Morales writes in El estatuto, op. cit., p. 14 «non se especifica en el Real Decreto qué
ha de entenderse por docencia efectiva, o cual es el valor de los cursos online o semipresenciales,
asì como si van a tener validez los ya realizados y còmo se computa o valida la formaciòn pràctica
ofrecida por dichos cursos».
83
Cf. the art. 3, 2 of the Real Decreto 980/2013.
84
On the point see the art. 4, 1 of the Real Decreto 980/2013.
85
The Spanish legislator has already underlined in the preámbulo to the Real Decreto 980/2013 «la
importancia de las prácticas como parte necesaria de la formación del mediador, que requerirá no
sólo de la posesión de un conjunto de conocimientos, sino también del aprendizaje sobre la manera
de conjugarlos».
86
Art. 6 of the Real Decreto 980/2013.
182
European Journal of Social Law
mainly practical character and a duration of not less 20 hours over five years87. The
art. 7 of the Real Decree 980/2013 delegates the training of the mediators to the
centers, public and private, credited by the Ministry of Justice. Beyond the duty to
send the Ministry the documentation certifying the training programme and
indicating «sus contenidos, metodología y evaluación de la formación que vayan a
realizar88», the mechanisms of control, which might be exercised on the training
bodies, are not made explicit.
On the other side, the provision, at the expense of Instituciones de Mediación,
for the duty to inform the clients about the «formación, especialidad y experiencia»
of the mediators and the institution of a Register de Mediadores and of the
Instituciones de Mediación, accessible to all citizens through the web site of the
Ministry of Justice, appears clear and efficient.
The institution of the Register seems to answer to the provisions of the
directive 2008/52/EC that at the art. 9 invites the states to encourage the disclosures
to the public, in particular through Internet, of the information necessary to contact
the mediators and the organizations which supply the services of mediation. The
possibility to easily acquire the news on the education and the experience gained
should encourage the mediadores to search high educational standards, with the
predictable effect of enhancing the quality of the educational offer and
rationalizing the number of the training institutes working on the market.
The Spanish norm in regard to the profile of the control over the quality of the
training and the supervision on the mediators’ activity, even if it does not present
the useful caution of the Romanian discipline, appears by far more effective than
the Irish Draft, which keeps on leaving the sector of training completely
deregulated. In Ireland many private organizations, which provide also to offer
specific training programs and to credit its own members, act in the mediation
field. Some of these organizations amount to professional associations of
mediators.
The most influential of these institutes is the Mediators' Institute of Ireland
(MII), a not for-profit organization founded in 1992. Its aim is to promote «the use
and practice of quality mediation by ensuring the highest standards of education,
training, professional practice and regulation».89 The mediators, who are credited
by this institute, are divided into two categories: Practitioner Members and
Certified Members90. The achievement of these qualifications, differentiated
according to the reached training level, goes through a well developed process.
87
Art. 4, 2 of the Real Decreto 980/2013.
The art. 7 specifies that the teaching program shall be forwarded to the Ministry «así como el perfil de
los profesionales a los que vaya dirigida en atención a su titulación y experiencia, acompañando el
modelo de certificado electrónico de la formación que entreguen a sus alumnos».
89
The expression is taken from the site of the organization at the address: www.themii.ie
90
Six categories of MII Membership exist: 1) Practitioner Member 2) Certified Member; 3) Associate
Member, 4) General Member; 5) Trainee Member; 6) Organisation Member.
88
183
Revue europénnee du droit social
In particular, the Practitioners are required to have a documented experience
of at least 100 hours of effective mediation, the attendance at least at 6 mediations,
whose three must be concluded through an agreement and to pass an interview
assessment, where he has to show his skill level acquired in the management of the
mediation techniques.
The Certified Members have, instead, successfully completed a training course
of at least 60 hours duration, acknowledged by the Mediators' Institute of Ireland.
Both the categories of mediators are forced to follow a professional annual
refresher course and to conform with the MII’s Code of Ethics and Practice91.
The professional profile of the mediators credited at the MII is public and can
be consulted on the organization’s website. In so doing, the MII further enhances
the competence and skills acquired by its own members.
In such a context, the Irish legislator did not feel the necessity nor to regulate
the training of the mediator neither to consider the control mechanisms on the
implementation of the profession. This situation is, however, intended to be
changed, at least in some parts, if the “Code of practice for mediators”, provided
by the art. 9 of the Draft, is realized.
In fact, this article confers on the responsibility of the Ministry of Justice the
decision on the elaboration of a “Code of Practice” or the approval of «a code of
practice drawn up by another body», with the aim of «setting and maintaining
standards for the provision and operation of mediation services»92.
The art. 9 identifies also some of the possible provisions contained in the code,
such as the indication of ethical standards and dispositions related to the
«qualification requirements, including levels of training and experience» that must
be hold by the mediators93.
In Italy the training of the mediators and the control on their activity are at half
way between the Romanian/Spanish norms and the Irish situation.
The training of the Italian mediator can happen exclusively at the Institutes
accredited by the Ministry of Justice94, but the requirements for the accreditation
are not excessively rigorous and allowed the increase of subjects, in particular
private, delegated to offer the training in the mediation field. The D.M. 180/2010
identifies also the content of the courses, which are possible to be credited by the
ministry through the provision of a theoretical and practical training course,
inclusive of simulated sessions. The general indication of the subjects to be dealt
with and the high number of the organized courses, together with the insufficient
91
Furthermore the credited mediators are obliged to provide themselves with a professional indemnity
insurance.
On the point see the art. 9 of the Draft.
93
The functionality of the system seems to be taken for granted, given the absence in the Draft of any
reference to the control mechanisms in regard to the ethical code.
94
With the introduction of the D.L. 69/2013, the lawyers listed in the register, who received the title of
“mediatori di diritto” and who can follow a training programme on mediation matter, even at not
credited institutions, are exempted.
92
184
European Journal of Social Law
control made by the Ministry, have determined, at least in the two year period 2010
– 2012, a decline of the training quality and non homogeneous given teaching.
The attempt to raise the professionalism of the mediator was partially centered
with the introduction of the formative assisted traineeship, delegated to the
mediation bodies95.
The context is not undoubtedly improved with the assignment to the Italian
lawyer of the title “mediatore di diritto” 96. The provision contained in the Decree
Law 69/2013 appears as a concession to the lawyers class, which did not improve
the efficiency of the mediation system, where the lawyers play a central role both
as legal consultant and as mediator. Therefore, they should be incentivized more
than other professionals to better its own competence in the techniques of
negotiation. It is not sufficient the corrective introduced by modification of the
Decree Law 69/2013 with the introduction of the duty for the “mediatori di diritto”,
registered to a mediation Institute, to be adequately trained in mediation matters.
The CNF, in fact, has deprived this provision of meaning by the circular of 21st
February 2014, requiring a minimum number of hours designed for the training97
and the participation, in the form of traineeship, in only two procedures of
mediations.
The weakness of the Italian system, which is devoted to the training, is further
intensified by the absence of a Register for mediators accredited by the Ministry
which allow the citizens to know the professional profiles of the mediators in
charge, together with their effective registrations.
The establishment of a Register or the imposition of a duty on Mediation
Institutes to make public the curricular profiles of the persons working at its own
institutes98, as it already happens in Spain, could lead also the Italian mediators to
identify in the mediation market the training schools more renown and influential.
The Italian situation was partially changed after the judgment of the
Costitutional Court which blocked the compulsoriness of the mediation99. In actual
95
The assisted formative training was introduced by the DM 145/2011.
During the conversion of the Decree Law 69/2013, the provision was partially changed. The lawyers
“mediatori di diritto”, members of a mediation Institute, must under the art. 16 par. 4 bis, law decree
no 28/2010 «be adequately formed on the mediation matter and keep their own competence through
theoretic – practical refresher courses aimed at this, complying with what is provided by the art. 55 of
the code of conduct».
97
The CNF proposed for the “mediatori di diritto” a programme of 15 theoretical and practical hours
with the further clarification that 5 hours will be dedicated to the analysis of the decree law 28/2010
and 10 hours will be about the conflict management and the practical competences of the mediator.
98
It is what happens in France, where the art. 5 of the Ley 5/2012 on the mediación en asuntos civiles y
mercantile provided the duty on charge of the Instituciones de mediación to make transparent the
criteria by which the mediadores are chosen, by informing at least the clients of their «formación,
especialidad y experiencia».
99
The constitutional court, 6th December 2012, no. 272, in G.U., 1° special series, no 49 of 12th
December 2012. For a comment on the sentence see [PAGNI I., 2013, p.262][ FINOCCHIARO G.,
2013, p. 23].[BESSO C, 2013, p 605][ROMBOLI R., 2013, p. 1091].
96
185
Revue europénnee du droit social
fact, the measure at issue drastically reduced the charge of work of the Institutes100,
distancing the less qualified and motivated mediators from this field, and produced
a substantial reduction of the training offer related to the courses for mediators. The
latter should, over a long term, improve the quality of the training.
However, the collapse of the Italian model, result of a regulation not
adequately pondered between solutions inspired by the upholder of the statism and
the logic inspired to the “laissez-faire”, may difficulty find a settlement if not
through adequate normative correctives.
In Italy, as in Spain, the mediation may produce significant results only by
intensifying the state surveillance on the courses supplied and controlling their
quality.
The foundation of a state body, devoted to this purpose, could represent a
prescient choice, so as the conception of a system for the certification of the quality
of the Institutes and the professionals committed in the sector, on the model of the
Irish certifications101.
Even in the field of the training, the analysis of the unique distinctions existing
among the member states represents a precious forge of ideas to strengthen the
recourse to the mediation instrument in Europe. Just the stimulus coming from the
national legislations should induce to a prompt close examination of the best
practices operative at a state level. A comparative work which the European
Commission cannot leave out of consideration, when summoned by May 2016 to
propose adequate changes to the directives 2008/52/EC102.
Riferimenti bibliografici:
Ahmed M., [2012], Implied Compulsory Mediation, in «31Civ. J.Q.», p. 51.
Allen T., [2013], Mediation Law and Civil Practice, London.
Andrews N.H., [2013], Money and Other Fundamentals: English Perspectives on Court
Proceedings, Mediation, and Arbitration, University of Cambridge, Faculty of Law
Research Paper n. 38/2013.
Appiano E.M., [2009], I sistemi A.D.R. nell’ottica del legislatore comunitario, in «Contr.
impr./Eur», I, p. 59.
Autorino G., Noviello D. e Troisi C., [2011], Mediazione e conciliazione nelle controversie
civili e commerciali, Rimini.
Barona Vilar S. (edited by), [2012], Mediación en asuntos civiles y mercantiles en España,
Valencia.
100
101
102
The mediation institutes started working again at a full speed only with the reintroduction of the
mediation compulsoriness, as the numeric data related to the first 2014 trimester show. For further
details refer to the Ministry of Justice website at the address www.giustizia.it.
The system outlined for the mediators by the Mediators’ Institute of Ireland partially answers to this
scheme.
The art. 11 of the directive 2008/52/EC disposes that: «within the 21st May 2016 the Commission
presents to the European Parliament, Council, Economic and Social committee a report on the
execution of the current directive». The report examines the development of the mediation in the
European Union and the impact of the present directive in the member states. If this is the case, the
report is provided by proposal for changes of the current directive.
186
European Journal of Social Law
Berlinguer A., [2013], Hacia un modelo europeo de mediacion, in «Rev. Aranz. Doctr.», p.
459.
Besso C., [2013], La Corte costituzionale e la mediazione, in «Giur. It.», III, p. 605.
Blake S., Browne J., Sime S., [2013], The Jackson ADR Handbook, Oxford.
Bugiolacchi L., [2014], La mediazione obbligatoria nelle controversie civili e commerciali
dopo la conversione in legge del “Decreto Letta”, in «Resp. civ. prev. », I, p. 349.
Calin D., Radulescu D., Sandru M., [2013], Mediation in Romania. Legislation and
jurisprudence, Bucharest.
Canle I., Celia I (edited by), [2014], Mediación, Justicia y Unión Europea, Valencia.
Carretero Morale E., [2014], El estatuto del mediator civil y mercantil, in «Rev. de
mediación», I, p. 13.
Castillejo Manzanares R. (edited by), [2013], Comentarios a la Ley 5/2012, de mediación en
asuntos civiles y mercantiles, Valencia.
Clark B., [2012 ], Lawyers and mediation, Heidelberg.
Conte G., [2014 ], The italian way of mediation – Il modello italiano di mediazione, in «Giur.
civ.», I, p. 163.
Cuomo Ulloa F., [2008], La Conciliazione. Modelli di composizione dei conflitti, Padova.
De Luca A., Trocker N. (edited by), [2011], La mediazione civile alla luce della Direttiva
2008/52/CE, Firenze.
De Luca A., [2013], La Mediazione in Europa. Una questione di cultura e non di regole, in
«Riv. dir. civ.», VI, p. 1460
De Palo G., Feasley A., Orecchini F., [2011], “Quantifying the cost of not using mediation – a
data analysis”, 2011, at «www.europarl.europa.eu».
De Palo G., Trevor M.B., [2012], Eu Mediation Law and Practice, Oxford.
De Palo G., Trevor M.B., [2012], Eu Mediation Law and Practice, Oxford.
De Santis A.D., [2012], La mediazione finalizzata alla conciliazione delle controversie civile
e commerciali: le novità del 2013, in «Foro it.» X, p. 265.
Ellger R., [2013], Mediation in Ireland: Growing Importance of ADR driven by Budgetary
Restraints and Docket Congestion - a Cheap and Easy Way out?, in Hopt J., Steffex F.,
Mediation, p. 629.
Esplugues C., [2014], Civil and commercial mediation in Europe, II, Cambridge.
Fabiani M., [2009], Profili critici del rapporto tra mediazione e processo, in «Società», p. 1142.
Farina P., [2014], Le modifiche più recenti del c.p.c. e la reintroduzione della mediazione
“forzata”, in «Giusto proc. civ. », I, p. 261.
Favale R., Gambini M. (edited by), [2013], Mediazione civile e strumenti alternativi di
composizione delle liti, Napoli.
Ferraris F., [2013], La nuova mediazione civile e commerciale, in «Riv. dir. Proc.», VI, p. 1462.
Finocchiaro G., [2013], Osservazioni minime a margine della declaratoria di illegittimità
costituzionale della c.d. “mediazione obbligatoria”, in «Giust. Civ.», I, p. 23.
Garau Sobrino F.F., Lopez Simò F. (edited by), [2014], La mediación en materia civil y
mercantil, Valencia.
Garcìa Villaluenga L. (edited by), [2012], Mediación en asuntos civiles y mercantiles:
comentarios a la Ley 5/2012, Madrid.
Hopt K.J., Steffex F., [2013], Mediation: Principles and regulation in comparative
perspective, Oxford.
Hutchinson B., [2010], Arbitration and ADR in Construction Disputes, Dublin.
Hutchinson B., [2011], Transposition of the Mediation Directive by May 21, 2011, 18(4) CLP 70.
Ignat C., Sustac Z., Danilet C., [2009], Mediation guide, Bucharest.
Madigan J., [2012], Appropriate dispute resolution (ADR) in Ireland, London.
Maietta A., [2012], La responsabilià del mediatore, in «Danno resp.», VI, p. 585.
Matei B., [2011], Mediation in family matters: the experience in Romania, Brussels, in
«www.europarl.europa.eu».
187
Revue europénnee du droit social
Minervini E., [2009], La direttiva europea sulla conciliazione in materia civile e commerciale,
in «Contr. impr./Eur», I, p. 41.
Nieva-Fenoli J., [2013], La mediazione: un’alternativa ragionevole al processo, in «Riv.
trim.», IV, p. 1327.
Pagni I., [2013], Gli spazi e il ruolo della mediazione dopo la sentenza della Corte
costituzionale 6 dicembre 2012, no 272, in «Corr. Giur.», II, p. 262.
Passanante L., [2007], Modelli di tutela dei diritti. L’esperienza inglese e italiana, Padova.
Perfetti U., [2013], Giustizia civile tra riforme e ritardi: la necessità di un sistema efficiente, in
«Rass. For.», II, p. 433.
Pera A., Riccio G.M. (edited by), [2011], Mediazione e conciliazione, diritto interno,
comparato e internazionale, Padova.
Porreca P., [2010], La riforma dell’art. 96 c.p.c. e la disciplina delle spese processuali nella l.
n. 69 del 2009, in «Giur. Merito», p. 1834.
Radulescu D.M., [2012], Mediation a method to resolve conflicts without going to justice,
Rom. Stat. Rev., IV, p. 279.
Relis T., [2009], Perceptions in Litigation and Mediation: Lawyers, Defendants, Plaintiffs,
and Gendered Parties, Cambridge.
Romboli R., [2013], Nota a Corte cost. sent. n. 272/2012, in «Foro It.», IV, p. 1091.
Rosu A., [2010], Medierea- mijloc alternativ de soluţionare a litigiilor comerciale
internazionale. Medierea în România, Bucharest.
Soleto Munoz H., [2011], Mediación y resolución de conflictos: técnicas y ámbitos, 2011.
Trisorio Liuzzi G., [2010] Nuova disciplina della mediazione. Gli obblighi informativi
dell’Avvocato, in «Il giusto processo civile», p. 979.
Varano V. (edited by), [2007], L’Altra Giustiza. I metodi alternativi di risoluzione delle
controversie nel diritto comparato, Milano.
Villaluenga Garcìa L. (edited by), [2012], Mediación en asuntos civiles y mercantiles:
comentarios a la Ley 5/2012, Madrid.
Villaluenga Garcìa L., Vàzquez de Castro, [2013], La mediación civil en España: luces y
sombras de un marco normativo, in «Pol. y soc.», I, p. 71.
Volpino D., [2011], La direttiva 2008/52/CE del Parlamento europeo e del Consiglio, del 21
maggio 2008, relativa a determinati aspetti della mediazione in materia civile e
commerciale, in Taruffo M., Varano V. (edited by), Manuale di diritto processuale civile
europeo, Torino.
188
European Journal of Social Law
LE SYSTÈME BANCAIRE ALGÉRIEN ET LE DÉFICIT
D’INTÉGRATION DES PME
Dr. Karim SI LEKHAL1
Abstract: This article seeks to study the characteristics of the Algerian banking system,
its evolution and its mechanisms and operation, to see closely the conditions for granting
loans by public banks that compose it. Aren’t they sources of adverse selection problems
and moral hazards? Also showing how these conditions of access to bank financing and
behavior finance practitioners may be due to the exclusion of a large number of SMEs in the
credit market, it invites to reconfigure the national system and to rethink link between
bankers and entrepreneurs.
Keywords: Banking sector, banks, SMEs, credit risk, reforms, Algeria.
Introduction
Le professeur Joseph Stiglitz prix Nobel d’économie en 2001 considère que le
système financier peut être comparé au cerveau de l’économie. Il répartit des
capitaux rares entre les utilisations rivales en s’efforçant de les orienter là où ils
seront plus efficaces, autrement dit là où ils rapporteront le plus. Il surveille ces
capitaux pour s’assurer qu’ils sont utilisés de la façon promise et éviter ainsi tout
risque d’aléa moral. Sans un système financier efficace, les entreprises ne peuvent
pas obtenir les capitaux dont elles ont besoin pour financer leurs trésoreries pour
maintenir le niveau de leur production et encore moins les fonds que nécessite leur
expansion par de nouveaux projets. Il apparait qu’un système financier efficace,
capable d’irriguer l’économie nationale en capitaux constitue un préalable à tout
développement économique et industriel. Car la contrainte financière conditionne
l’activité des entreprises; puis, sachant que les PME - qui constituent le fer de lance
de toute les économies abouties - se financent essentiellement par le crédit bancaire
même si leurs relations avec les banques sont complexes et teintées
d’insatisfactions de part et d’autre (Fhima, 2010). Ainsi, il est inconcevable qu’une
économie ou une entreprise se crée ou se développe sans un accompagnement
bancaire performant. A l’inverse, on ne peut pas concevoir actuellement une
banque sans cette fonction essentielle de pourvoyeur de fonds indispensables aux
créations des entreprises et au développement d’un tissu productif et industriel. Ces
deux entêtés économiques que sont la PME et la banque constituent deux
1
Docteur en sciences économiques, de l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, Enseigne
les SES au Lycée Margueritte à Verdun - France
189
Revue europénnee du droit social
composantes principales de l’environnement économique dont l’existence et le
destin sont intimement liés.
Au vu de ces éléments, se pencher attentivement sur la situation du système
bancaire algérien, nous semble d’un grand intérêt, pour mieux approcher notre
problématique de financement des PME algériennes, surtout, quand on sait, comme
nous l’avons précédemment noté, que les banques restent de loin les premiers
fournisseurs des ressources financières pour ces entreprises. Cette forte dépendance
des PME du crédit bancaire est aiguisée par l’absence d’un marché financier
efficace en Algérie.
Dans cet article, à partir de recherches ayant portées sur le système financier
algérien et son évolution, nous examinerons en premier, la situation du système
bancaire algérien, dans toutes ses composantes et son fonctionnement, durant la
période des pratiques dirigistes (du socialisme d’Etat), mais aussi après les
réformes économiques des années 88, qui visaient son l’ouverture politique et
économique. Dans un second temps, nous analyserons les conditions posées par les
banques nationales dans leur octroi des crédits, et en quoi celles-ci peuvent être
sources des difficultés d’accès aux capitaux, que les PME ont souvent du mal à
surmonter et donc à intégrer avec succès le système bancaire national, pour une
meilleure satisfaction de leurs besoins de financement.
1. Aperçus sur le système bancaire algérien
avant les réformes de 1988
Pour comprendre les réalités du financement des entreprises privées en
Algérie, il est essentiel de voir de près l’état du secteur bancaire national et de ses
institutions, mais surtout de mettre en évidence les traits de leur évolution, depuis
l’indépendance en 1962 jusqu’à l’avènement des réformes économiques et
financières, qui sont les résultats directs des événements du 05 Octobre 1988 visant
à démocratiser le pays et à affranchir son économie du socialisme dirigiste d’Etat,
caractérisé par des lenteurs bureaucratiques et une hypercentralisation des pouvoirs
et des décisions politiques et économiques.
En effet, la réalité du secteur bancaire algérien a été fortement imprégnée par
la planification centrale et l’encadrement administratif dans sa gestion, tant dans les
activités des banques que dans leur fonctionnement (1967–1980). L’année 1988
constitue incontestablement l’année charnière pour les réformes économiques en
Algérie, et ce, suite à un grand déficit financier public et à un endettement très
élevé de l’Etat algérien. Le sens du changement engagé depuis par les autorités
chargées du développement visait essentiellement à apporter un autre système de
régulation de l’économie nationale, autre que celui de la planification centralisée
qui régissait tous les secteurs économiques et celui des banques publiques d’une
manière très particulière. Car, il faut le rappeler, les banques constituent le système
190
European Journal of Social Law
névralgique de toute l’économie et les contrôler c’est superviser et canaliser toute
l’activité économique et industrielle du pays.
Au départ, le système bancaire algérien était formé de l’héritage des
institutions et des structures financières existantes à l’indépendance. En 1970, les
banques d’Algérie étaient toutes publiques, leurs modes de gestion et de
fonctionnement ont été fortement marqués par les choix politiques et les options
idéologiques empruntées par les décideurs politiques du pays (le socialisme:
nationalisations, prédominance des grandes entreprises publiques…). Ainsi,
l’ensemble du système bancaire qui est sensé alimenter la croissance de l’économie
nationale était caractérisé par d’importants blocages bureaucratiques sur tous les
niveaux, et le fonctionnement des banques considérées comme entreprises
publiques faisaient l’objet de décisions volontaristes (Benmassaoud, 2010). La
première caractéristique qui distinguait ce secteur financier est de loin le gaspillage
des ressources financières disponibles: le financement de l’économie et des
entreprises publiques était planifié d’avance, par les autorités centrales, sur la base
d’une anticipation basée sur des diagnostiques et des études technico-économiques
souvent mal renseignées, pas actualisées et peu fiables. Pourtant cette planification
centralisée était le seul moyen d’accéder aux crédits pour les entreprises.
Conséquence de cette idéologie, durant toute cette période de dirigisme d’Etat
(1962 – 1988), les agents économiques nationaux étaient financés non sur la base
de leur efficacité et de leur rentabilité économique et financière, mais plutôt sur des
critères autres, déterminés par les politiques et les hauts fonctionnaires
d’administrations, loin de toute logique de rationalité économique. Une situation de
mal-gérance qui a créé des lenteurs bureaucratiques, de la corruption et des
pratiques clientélistes, qui ont conduit, par la suite, à un dysfonctionnement de tout
le système financier, que l’Etat algérien et ses institutions peinent à corriger
jusqu’à nos jours!
Dans cette première phase de l’évolution où le système financier algérien est
considéré comme véritablement national, fermé sur lui-même sous régime de
l’économie dirigée (Lachachi, 2005), le circuit planifié de financement, l’enjeu que
l’Etat a accordé à ses banques, la rigueur et l’exigence des institutions financières à
respecter les directives et les spécialisations sectorielles dictées par le pouvoir
central ont débouché sur d’importants dysfonctionnements et ont fait apparaitre de
vraies carences et insuffisances dans le rôle de ces banques publiques, que les
entreprises algériennes sont en légitimité d’attendre d’un système bancaire pour les
alimenter en capitaux. D’énormes difficultés structurelles dont les stigmates sont
encore observables de nos jours dans les différentes institutions de financement et
dans le comportement de leur personnel. On peut citer à titre d’exemple: les
lenteurs dans les délais d’exécution des opérations bancaires, la réduction des
services bancaires offerts aux encaissements et décaissements, l’absence du
marketing bancaire et de toutes innovations financières.... En effet, les banques
publiques algériennes étaient considérées, des décennies durant, comme de simples
démembrements de l’Etat, elles n’étaient ni maîtresses de leurs organisations, ni de
191
Revue europénnee du droit social
leurs stratégies et encore moins de leurs politiques de distribution des crédits. Elles
constituaient de simples structures au service de la planification centrale et
continuent encore à orienter, de façon majoritaire, même si dans un degré moindre
ces dernières années, leurs ressources vers le secteur public (Bia, 2006), au
moment même où la création de la valeur ajoutée privée n’arrête pas de croitre
dans l’économie nationale, contrairement au secteur public qui continue à
enregistrer des déficits récurrents et ce en dépit des nombreux renflouements
financiers dont il a bénéficié jusque là.
En somme, le marché bancaire algérien demeure de loin le moins développé
dans toute la région MENA et ce malgré les différentes déclarations d’intentions
des pouvoirs publics pour sa modernisation. Des réformes financières, que l’on
désigne par « les réformes bancaires » engagées depuis des décennies, mais qui
n’ont pas encore abouti, faute d’une véritable volonté politique.
2. La situation du système bancaire algérien
après les réformes de 1988
Après avoir fait des banques algériennes des guichets qui ressemblent plus à
des entités de « service public » qu’à des instituions financières à caractère
commercial, attachées aux principes de l’efficacité et de la rationalité économiques
(profit), une crise économique et sociale va contraindre les pouvoirs publics
algériens à précipiter une série de réformes pour sauver l’économie nationale de
sombrer complètement dans la déchéance. En effet, ce sont les circonstances
graves de la crise de 1986 qui ont fait comprendre aux autorités centrales qu’elles
ne peuvent pas se déroger en permanence à la logique de la rationalité économique
et de l’efficience organisationnelle dans la gestion des affaires publiques.
L’endettement extérieur du pays et la chute du prix des hydrocarbures et par voie
de conséquence des rentes du pays ont imposé qu’une série de réformes monétaire
et financières soient engagées, dans l’urgence, pour assainir le système financier
national et de près le secteur bancaire. Des réformes dont les plus significatives
sont: la loi bancaire de 1986, la loi sur l’autonomie des entreprises de 1988 et la loi
sur la monnaie et le crédit de 1990.
3. La loi bancaire de 1986 et la loi sur l’autonomie
des entreprises de 1988
La loi bancaire du 19 Août 1986 relative au régime des banques et du crédit
constitue la première loi bancaire sérieuse depuis l’indépendance du pays. Elle
s’inscrit dans une deuxième phase de l’évolution du système bancaire algérien où
l’on cherchait à s’ouvrir sur l’extérieur, avec le risque d’une certaine dépendance
192
European Journal of Social Law
vis-à-vis des institutions financières extérieures (Lachachi, 2005). Cette loi de 1986
a été élaborée dans un contexte économique particulier caractérisé par:
- une gestion de l’économie qui reste encore planifiée centralement et la
mise en œuvre du second plan quinquennal;
- une crise financière et économique grave (chute du prix du pétrole à 7 $ et
la baisse du cour du dollar, monnaie de facturation du baril) qui a mis en relief les
grands dysfonctionnements de toute l’économie nationale et particulièrement son
système bancaire.
Cette loi de 1986 visait à mettre fin aux ambiguïtés des textes réglementaires
qui régissaient jusque là l’activité économique et industrielle, son principal objectif
consistait à apporter des aménagements aux modes de financement de l’économie
nationale pour réorganiser son fonctionnement et ses secteurs d’activités. Elle
visait plus précisément des améliorations dans le fonctionnement du secteur public
qui prédominé jusque là la sphère économique et industrielle algérienne.
La loi de 1986 s’articulait essentiellement autours des axes suivants:
- l’élaboration d’un plan national pour le crédit afin d’aboutir à une maîtrise
du développement économique du pays, l’établissement d’une discipline financière
chez les banques et les autres institutions de financement mais surtout la mise en
cohérence de la planification.
- le renforcement de la participation des banques nationales dans le
processus de financement de l’économie, en dépit d’une contraignante tutelle sur
ces dernières (rappelons que cette loi affirme la tutelle du ministère des finances
sur la banque centrale et les établissements de crédit).
- Un nouveau cadre institutionnel et des modifications dans le régime de
crédit, en matière de garanties, pour les banques et pour les déposants, qu’il
convient de relever. Ces garanties vont dans le sens de la protection des déposants.
Une manière d’encourager l’épargne nationale. Aussi le secret bancaire est
introduit par cette loi pour la première fois: les dépôts auprès de établissements de
crédit sont dorénavant « couverts par le secret bancaire et bénéficient de la
garantie de la loi ». Toujours dans le sens d’encourager la collecte de l’épargne par
les banques, cette loi a instauré aussi divers autres mesures protectrices des
déposants2.
La loi du 12 Janvier 1988, quant à elle, est relative à l’autonomie des
entreprises publiques. Elle a transformé le statut des banques publiques en
Entreprise Publiques Economiques/ Sociétés Par Actions (EPE/ SPA), qui sont, de
ce fait, soumises aux lois de l’efficacité et de la rentabilité financière.
Contrairement à la première loi, cette seconde prévoit l’autonomie des banques et
particulièrement l’autonomie de leurs dirigeants. En d’autres mots, elle stipule
qu’une autorité extérieure à une institution de crédit ne peut pas se substituer à ses
2
Pour une revue générale du système bancaire algérien et les étapes de son évolution, Voir, Abdelkrim
Naas: « Le système bancaire algérien: De la colonisation à l’économie de marché », édition INAS,
Septembre 2003, Paris.
193
Revue europénnee du droit social
gestionnaires (du moins théoriquement)3. Avec plus de responsabilisation des
dirigeants des banques publiques, la loi bancaire de 88 entendait introduire plus de
rigueur et de discipline dans la gestion de tout le système bancaire.
Il est important de souligner ici que « le cadre prévu par la loi bancaire qui
devait régir à partir de 1986 le système bancaire et introduire un nouveau système
de financement de l’économie, par la mise en œuvre d’un plan national du crédit,
n’a pas été mise en place! » (Naas, 2003), faute de la non élaboration du nouveau
statut de la banque centrale et des instituions de crédit, une disposition inscrite dans
la ladite loi bancaire, ces nouveaux statuts n’ayant pas été publiés officiellement, la
loi bancaire n’a pas été mise en œuvre par les autorités financières concernées.
Ces différentes lois bancaires et, en dépit de leurs insuffisances, leur mise en
œuvre aurait certainement apporté plus de discipline et de rigueur dans les
comportements des banquiers algériens et améliorer le financement de l’économie
nationale. Ce qui permettrait de rattraper, au moins en partie, le retard accumulé
par rapport aux systèmes bancaires des économies voisines.
4. La loi sur la monnaie et le crédit de 1990
Depuis 1990 le secteur bancaire algérien a connu une profonde transformation
dans le sens de la modernité et d’ouverture sur l’extérieur. Cette mutation, on peut
l’observer tant au niveau des institutions que sur celui de la gestion bancaire (Yaici,
2006). La loi 90 -10 du 14 Avril 1990 relative à la monnaie et le crédit a abrogé la
loi bancaire et instaurer un nouveau environnement plus propice pour la pratique
bancaire. Elle constitue, en effet, un véritable point de rupture avec les pratiques
anciennes héritées de l’époque de l’économie planifiée des années 1970.
Cette loi de 1990 - prometteuse et ambitieuse au départ il faut le dire - son
principe directeur a visé les objectifs suivants4:
- Mettre un terme définitif à toute ingérence administrative.
- Réhabiliter le rôle de la banque centrale d’Algérie dans la gestion de la
monnaie et du crédit.
- Rétablir la valeur du dinar Algérien.
- Aboutir à une meilleure bancarisation de la monnaie.
- Encourager les investissements extérieurs utiles au pays.
3
4
Les responsables de crédits dans les banques publiques demeurent prudents en raison de la loi
pénalisant l’acte de gestion et de l’inefficacité des procédures de recouvrement. Non seulement la loi
est ancienne et inadaptée au contexte économique en transition, mais dans la plupart des cas elle
n’est pas appliquée correctement en raison du manque de spécialisation du système judiciaire, des
lenteurs des procédures et de la corruption qui gangrène les institutions. La création de tribunaux
spécialisés et la formation de magistrats spécialisés, en droit des affaires devraient accélérer le
déroulement des procédures de recouvrement pour les créanciers (banques), améliorer la gestion des
faillites et faciliter le contrôle de l’application effective des décisions de la justice.
Voir Ammour Benhalima: « Le système bancaire algérien: textes et réalités », éditions Dahlab, 1997,
Cité par Lachachi.
194
European Journal of Social Law
- Assainir la situation financière des entreprises du secteur public.
- Déspécialiser les banques et clarifier les missions dévolues aux banques et
aux établissements financiers.
- Diversifier les sources de financement des agents économiques,
notamment des entreprises par la création d’un marché financier national.
A l’instar de la loi bancaire de 1986, la loi de 1990 prévoit deux catégories
d’intermédiaires financiers, à savoir, les banques et les établissements financiers. À
ce titre, elle se substitue à la première (celle de 1986). Le remplacement des
établissements de crédit spécialisés par la catégorie d’intermédiaires financiers, la
mise en place d’une commission bancaire dont le rôle est de contrôler les banques
et les établissements financiers, sont les changements les plus importants que cette
nouvelle loi sur la monnaie et le crédit a apporté au paysage bancaire national. Elle
a introduit aussi pour la première fois la rationalité et les règles de l’orthodoxie
bancaire universelle en Algérie. Elle a consacré de ce fait, un caractère universel
pour le nouveau système bancaire national, en octroyant davantage d’autonomie
aux banques et aux établissements financiers, en leur accordant plus de champs
d’intervention, en les imprégnant de plus de rationalité économique, d’esprit
commercial et d’une flamme concurrentielle (naissance d’une âme de concurrence
inexistante jusque là).
5. La situation actuelle
La loi sur la monnaie et le crédit demeure encore marquée par la subsistance
des pratiques socialistes relatives au contexte dans lequel elle a été élaborée et
promulguée. En dépit, de l’ordonnance de 2001 et les modifications qu’elle a
apportées, celle-ci n’a fait qu’atténuer le déséquilibre des pouvoirs décisionnels. Il
faut dire que les innovations de cette ordonnance (de 2001) n’ont pas été mises à
profit pour dépolitiser l’action de la banque centrale. Il est donc nécessaire d’établir
un bilan-synthèse de cette loi (de 1990) pour pouvoir espérer faire émerger un
nouvel cadre législatif favorable, susceptible de faciliter la mutation du système
bancaire vers un véritable support d’une réforme économique globale et d’une
mutation d’une économie d’endettement vers une économie des marchés
financiers5.
La problématique de la réforme du système bancaire et le schéma général du
financement de l’économie algérienne demeurent encore en question et d’actualité,
notamment, à l’égard de la prédominance des banques publiques et la part
considérable qu’occupe encore le secteur public dans l’économie nationale.
Autrement dit, la fameuse loi sur la monnaie et le crédit n’a pas réussi, à elle seule,
5
La plupart des économies de l’OCDE ont connu cette mutation dans les années 80, comme c’est le
cas de l’économie française. Pour plus de détails, Voir Françoise Renversez: « De l’économie
d’endettement à l’économie des marchés financiers », in revue Regards croisés sur l’économie, n°03,
2008.
195
Revue europénnee du droit social
à régler les questions d’ordre fondamental, telles, l’organisation du système
bancaire et le thème de la gestion des réserves de change. La tâche de supervision
et de contrôle du système bancaire est - selon un bon nombre d’analystes probablement le voyant le plus clair du dysfonctionnement de la banque d’Algérie.
D’ailleurs, depuis la mise en œuvre de la ladite loi de nombreux scandales ont eu
lieux (Naas, 2003). Ceux des banques Khalifa et BCIA ne font qu’appuyer ce
sentiment de dégradation6.
Aujourd’hui encore, les banques algériennes se retrouvent en phase
d’adaptation de leur organisation, de leur structure et de leur fonctionnement, suite
aux mutations économiques, sociales et institutionnelles engagées par les autorités
chargées du développement depuis plus de deux décennies. En effet le paysage
bancaire algérien s’est doté de nouvelles banques, notamment étrangères, il en
compte actuellement plus de 30 institutions bancaires et financières déjà en
fonction ou en phase de démarrage.
L’économiste Lachachi (2005) classe les nouveaux organismes de financement
implantés en Algérie en trois catégories principales:
- Les grandes banques publiques, qui sont en nombre de 8 banques dont la
principale mission est de financer l’économie nationale, pour lui permettre de
rattraper les retards qu’elle a subi depuis pratiquent l’indépendance et même bien
avant. Un retard économique et technologique accentué par les événements des
années 1990, qu’on désigne en Algérie par « la décennie noire ». Pour ce faire, ces
banques se sont engagées dans un long processus de mise à niveau et de
modernisation de leurs services financiers.
- Les nouvelles banques, sont des banques relativement récentes, à capitaux
privés essentiellement, de provenance nationale ou étrangère, elles sont en nombre
de 14 institutions. Elles ont vu le jour et lancé leurs activités dans un contexte
économique caractérisé par une volonté de libéralisation et d’ouverture
économique, qui se dessine davantage et un environnement plus ou moins assaini,
par rapport aux années 1980 et 1990. Cependant, il faut noter que la plupart de ces
nouvelles institutions financières œuvrent largement sur le créneau des activités des
banques d’affaires et de commerce extérieur, bien loin des activités des banques de
détails, de l’activité de crédit et d’offre de produits de placement auprès des
particuliers et des professionnels libéraux, donc des entreprises.
- Les institutions financières spécialisées (IFS), elles sont en nombre de 7
établissements. Leur mission principale est d’accorder des financements spécialisés
et de prendre des participations dans le capital des entreprises et des projets (sous
forme de capital-risque, capital investissement…), mais aussi d’assurer une
certaine mutualisation des risques d’investissement par un ensemble de
mécanismes de garanties appropriés, afin d’atténuer les risques de défaillance
6
Les banques commerciales activent aujourd’hui dans le cadre d’une réglementation précise en
matière de règles prudentielles. Exemple, le rapport fonds propres/engagements risqués est au moins
de 8%. Leurs engagements sur un même bénéficiaire ne doit pas dépasser 25% de leurs fonds
propres nets.
196
European Journal of Social Law
supportés par les banques et les encourager ainsi à s’engager davantage dans le
financement de l’économie et des investisseurs.
En somme, les performances du système bancaire algérien restent encore
derrière celles réalisées par ceux de ses voisins, la Tunisie et le Maroc. Selon le
docteur Bahloul président de l’association nationale des économistes algériens 62%
des ressources financières du pays n’entrent pas dans le circuit bancaire officiel.
Les banques demeurent réticentes à prendre des risques et freinent ainsi les
initiatives d’investissement et de développement. Ce qui compromet sérieusement
le démarrage de nombreux nouveaux projets et pénalise surtout le développement
des entreprises existantes.
Dans le même sens, le banquier américain spécialiste de l’Algérie Gille Walter7
a bien souligné dans ses travaux les insuffisances qui caractérisent encore le système
de financement de l’économie algérienne, il insiste notamment, sur le « Faible degré
de sophistication du système financier. Le secteur bancaire demeure le principal
fournisseur de crédit domestique, mais sa réforme est récente et son développement
est encore limité, en l’absence de privatisation significative ».
L’Algérie demeure mal classée en ce qui concerne le climat des affaires
globalement, mais aussi, comme le montrent les enquêtes, son système de
financement est des moins performant de la région MENA, spécialement moins
attrayant pour les PME (Boukhezer, 2013). Forts de ces confirmations, les
paragraphes qui suivent, tentent de montrer en quoi et comment la structure
actuelle du système financier algérien ne favorise pas l’intégration des PME.
6. La configuration actuelle du système bancaire national
ne favorise pas l’intégration financière des PME
Le système bancaire algérien tout en étant ouvert depuis 1998 est dominé
largement par les six grandes banques publiques nationales qui collectent plus de
90% des ressources et distribuent 95% des crédits à l’économie. La part du marché
des banques privées est encore faible. Elles orientent leurs actions beaucoup plus
dans le financement d’opérations spéculatives plus profitables et dont la rentabilité
est immédiate (elles financent les opérations de commerce extérieur) que le
financement des investissements et du développement des entreprises (Nass, 2003).
Les informations détaillées relatives aux prêts alloués pour des PME privées
sont difficiles à obtenir. Il faut dire que durant longtemps le système bancaire
national était pensé et conçu essentiellement pour financer le secteur public. Ses
banques ont certes pratiqué le crédit au secteur privé, mais leur engagement est
resté circonscrit et le financement de l’investissement au bénéficie des PME
privées était timoré, sélectif, voir assujetti à des considérations politiques et
7
Gille Walter est un financier & Economiste en chef chez Camden Partners: « Evolutions globales de la
finance et étude de la conjoncture en Algérie », UAP-AMECO.
197
Revue europénnee du droit social
administratives (Hassam, 2012). Néanmoins, malgré ces manquements, il faut dire
que l’Algérie a effectivement progressé ces dernières années dans ses réformes
financières, les bases de l’ouverture de ce secteur en étaient posées, même s’il en
reste encore beaucoup à faire dans ce processus, notamment en matière de gestion
de risque et de développement de la supervision des banques (Fahmi, 2008).
En effet, selon les rapports annuels de la Banque d’Algérie les prêts accordés
au secteur privé enregistrent une croissance continue, soit 16% en 2008 contre 15%
en 2007. Une tendance amorcée depuis 2005, qui s’est poursuivie depuis, pour
permettre au secteur privé d’en bénéficier de 55,1% des encours de crédits à
l’économie en 2007 et de quelques 54% l’année d’après (Bouzar, 2010).
(Rappelons aussi que le crédit au secteur privé était de moins 3% entre 1960 et
1980, il a atteint 10% en 1990, depuis 2005 il se situe en moyenne à 55%). Une
domination du secteur privé qu’il faut cependant nuancer, car la grande majorité
des crédits bancaires accordés à ce secteur sert à financer des opérations du
commerce extérieur (financement des importations), au moment où
l’investissement productif n’aurait bénéficié que de 5% des concours (Smati,
2014). Et les PME n’ont le plus souvent qu’un accès limité à ces encours.
Alors que le volume des crédits bancaires alloués à l’économie nationale
enregistre une croissance régulière de l’ordre de 10 %, ces dernières années, les
enquêtes de terrain font apparaître que la plupart des PME seraient exclues du
marché du crédit. Une étude réalisée conjointement par le CENEAP et la Banque
Mondiale auprès de 572 PME dans 05 Wilayates (départements) exerçant dans 10
secteurs d’activité différents conclue que près de 70 % des PME sont simplement
exclues du marché du crédit8. Malgré l’étroitesse de l’échantillon de cette enquête,
elle a le mérite d’appuyer les résultats de nombreuses recherches universitaires
(dont les nôtres) sur le fait qu’en dépits de la situation de surliquidité du système
bancaire national, l’accès aux financements constitue encore le premier obstacle
pour la plupart des entrepreneurs algériens. Dans ce sens, cette enquête ressort que
l’accès et le coût du crédit constitue la contrainte la plus pesante pour 28,8% des
entrepreneurs interviewés, suivie des obstacles résultants de l’informel pour 28,2%
de ces chefs d’entreprises, 12,1% parmi eux pointent le taux de l’impôt, 7,1 % pour
l’incertitude de la politique économique et 6,3 % la corruption. Cette enquête nous
renseigne aussi que la majorité des entrepreneurs de l’échantillon, dont 72,7%
recourent à l’autofinancement pour leurs besoins d’exploitation, la priorité des
réformes économiques, doit s’atteler en premier aux mécanismes d’accès et au coût
du crédit, car l’accès à des financements conditionne leurs activités, commande
leurs performances et détermine leurs projets d’investissements.
En somme, il apparait que les conditions d’accès au crédit bancaire demeurent
contraignantes pour la plupart des entreprises prétendantes. Seules les grandes
sociétés bien connues et disposant d’un historique bancaire, de capital social et de
8
Cités par Fatima-Zohra Oufriha, La difficile transformation du système bancaire en Algérie, in l’Algérie
face à la mondialisation, sous dir Chenntouf édition du CODESRIA, Sénégal, 2008.
198
European Journal of Social Law
solides garanties y accèdent aisément. Ces conditions serrées découlent
essentiellement de l’absence de toute concurrence dans les activités de financement,
car l’efficacité du système financier suppose une concurrence loyale, entre les
banques qui le composent, qui engendre la rigueur dans la gestion des risques. A cela
il faut ajouter l’absence de banques d’investissement9, des sociétés de capital-risque
et des institutions de la micro-finance qui constituent un autre instrument de
financement complémentaire des TPE à côté du crédit bancaire classique.
Ainsi, l’origine du déficit d’intégration des PME au système bancaire algérien
est expliquée, en grande partie, par les caractéristiques structurelles de celui-ci et des
éléments qui lui sont endogènes. L’empressement à le libérer (en partie) demeure en
cours et les résultats des réformes de sa modernisation sont jusque là insatisfaisants,
loin des attentes des opérateurs économiques privés. Malgré les tentatives visant à
améliorer les performances du système financier national dans son orientation des
ressources disponibles, le paysage bancaire est toujours prédominé par le secteur
public et se caractérise encore par la présence des banques de dépôts et le manque
d’institutions financières spécialisées dans le développement de l’investissement à
long terme. La bourse d’Alger demeure, elle aussi, peu développée et son rôle est
marginal dans le financement de l’économie et des entreprises. Autrement dit, le
bilan des réformes bancaires en Algérie n’est pas très positif jusqu’à nos jours: les
conditions d’accès au crédit demeurent défavorables à toute entreprise et un grand
nombre de PME familiales recourent aux instruments de financement traditionnels,
comme le financement interne, le crédit interentreprises et le prêt à court terme, quant
celui-ci leur est accessible et que les banques veulent bien l’accorder.
L’examen de la problématique de financement des PME, montre que la
satisfaction des besoins de financement exprimés, nécessite l’implication d’au
moins de deux types de banques: les banques de développement des
investissements et les banques commerciales appelées aussi banques de dépôts,
pour alimenter en capitaux les entreprises et leurs trésoreries. Comme il se fait dans
la plupart des économies développées, où ce sont les banques d’investissement qui
initient le développement économique et industriel, pour que les secondes
(commerciales) prennent le relais et accompagnent le développement des agents
économiques et industriels dans leurs différentes activités.
Il apparait donc que la modernisation du système bancaire en Algérie, comme
dans la plupart des pays en voie de développement, devrait intégrer la nécessité de
créer des banques de développement des investissements, avec une présence de
succursales dans les territoires à proximité des petits entrepreneurs, rurales surtout. Ces
banques d’investissement peuvent êtres d’un statut public, privé ou mixte.
L’amélioration de l’accès aux prêts nécessitera aussi de renforcer les capitaux et le
savoir faire en terme d’étude des demandes de financement et d’analyse des risques des
9
Ce sont le banques commerciales, seules présentes sur le terrain, qui essaient, tant bien que mal, de
répondre aux besoins de financement des entreprises, en leur accordant des crédits d’exploitation qui
leur permettraient d’assurer un bon fonctionnement de leur activité et financer l’achat des marchandises.
199
Revue europénnee du droit social
quelques établissements de crédit existants. Le développement des PME et de leur
financement passerait donc par une meilleure articulation entre le financement public et
les ressources privées, et par une complémentarité entre les banques d’investissements
et les banques commerciales. En d’autres mots, seule la diversification des modes de
financement des PME permettrait d’assouplir les conditions d’accès aux crédits
bancaires à ces entreprises créatrices de richesses et de postes d’emplois.
7. Les conditions de crédit comme obstacles
d’intégration aux PME algériennes
Après avoir étudié le système bancaire algérien dans la section précédente et
noté ses caractéristiques, ses composantes et pointé ses insuffisances, et après avoir
mis en exergue les tentatives de réformes et les lois promulguées pour moderniser
les banques et leur environnement, nous avons observé que la mise en exécution
des différentes mesures est longue et complexe, car l’Algérie demeure un pays
surbureaucratisé. Nous examinons à présent les conditions d’octroi des crédits par
les banques algériennes dont les méthodes d’analyse et d’évaluation sont à peu près
similaires et partagent une clientèle plus au moins homogène.
En effet, elles son nombreuses les études de conjonctures économiques sur
l’Algérie qui ont fait de l’accès aux ressources financières la plus grande
contrainte, qui bloquerait les créations et le développement des entreprises privées
(Ziane, 2010). La facilité et le degré d’accessibilité aux prêts bancaires dans des
conditions « acceptables » constituent la pierre angulaire et l’essence même de la
relation banque et PME. Pourtant, force est de constater en Algérie des années
2014, que les conditions d’octroi des crédits par les banques nationales demeurent
très contraignantes10, et peuvent à ce titre, être à l’origine de problèmes de
sélections adverses et de hasards moraux. Les taux d’intérêt fixés par avance par la
banque centrale et les garanties exigées par les banquiers sont perçus par la plupart
des entrepreneurs et des experts comme une digue et un moyen d’exclure les
petites entreprises du marché du crédit.
8. Un coût de crédit élevé porteur de sélection
adverse et de hasard moral
Le taux d’intérêt est pour une entreprise l’un des coûts financiers vitaux, il
constitue probablement le volet le plus significatif des coûts cruciaux qu’elle est
amenée à supporter lorsque celle-ci a besoin de recourir aux ressources externes
(emprunts). Sa réussite et sa vitalité pourraient dépendre du taux d’intérêt qu’elle
10
Dans son rapport de 2008 la Banque Mondiale recommande à l’Algérie de développer « la
bancarisation de masse ». Rappelons que la bancarisation reflète le degré de pénétration des
services bancaires auprès des populations dans un pays ou une zone.
200
European Journal of Social Law
subi, qu’elle soit en phase d’amorçage ou de croissance, surtout lorsqu’il s’agit
d’un petit entrepreneur ou d’une jeune petite entreprise.
Il est unanimement admis chez les économistes et les financiers, que les
entreprises de dimension réduite rencontrent souvent plus de difficultés à accéder
aux ressources financières externes que les grandes entreprises. Celles-ci, dans la
mesure où leurs projets sont bons, trouvent sans difficultés les financements
(Cossart, 2004). Les PME n’ont pas réellement à choisir, car leurs propres fonds
sont souvent limités et sont largement sous capitalisées, surtout dans les pays en
développement. Leur dépendance du financement bancaire ne leur laisse, ni le
choix, ni l’hésitation de prendre ou de refuser les prêts disponibles, même si les
taux d’intérêt peuvent être des coûts exorbitants par rapport aux modestes moyens
financiers dont celles-ci disposent. Il faut le dire, elles sont dans le besoin!
En Algérie, bien que les taux d’intérêt pratiqués par les banques soient orientés
vers la baisse d’une façon continue depuis le début des années 2000, le coût moyen
des crédits bancaires par contre n’a pas suivi ce rythme de baisse et demeure
onéreux et pèse lourdement sur les finances des petites entreprises. En effet, après
une tendance haussière dans les années 1990 (notons par exemple les taux
pratiqués en 1995 est de 23,5%, en 1996 est de 21% et 19,5% en 1997) la courbe
des taux d’intérêt s’est renversée vers la fin des années 1999 et début 2000. C’est
dans le souci de contrecarrer la forte inflation - qui a caractérisé l’économie
nationale durant des années avant cette date - et relancer l’activité économique du
pays que le loyer de l’argent sur le marché financier algérien a été ramené à la
baisse11. Conséquence directe, les taux d’intérêt en 2010 varient entre 6,75% et 9%,
selon les banques et le type des crédits sollicités (Bouzar, 2010).
Sur le marché de crédit national, les banques publiques prédominantes (les
principaux acteurs du marché bancaire en Algérie restent les banques publiques
avec plus 90% des parts du marché) se contentent encore de retenir leur clientèle
traditionnelle, telles les entreprises publiques et semi- publiques et quelques
entrepreneurs privés jugés solides et solvables, et ne s’engagent pas dans la
concurrence entre elles. Les banques commerciales privées existantes, quant à
elles, comme on l’a vu plus haut, préfèrent s’orienter sur les opérations de
financement du commerce extérieur et des activités à rentabilité immédiate. Elles
n’activent ainsi sur le marché du crédit à long terme que faiblement12.
Conséquence, les taux d’intérêt, surtout à moyen et à long terme, sont jugés encore
élevés par les analystes et perçus par les entrepreneurs comme dissuasifs à leurs
11
Malgré cette baisse des taux d’intérêt la croissance économique n’a pas était au rendez-vous.
Jacques Sapir montre bien comment la croissance japonaise n’a pas progressé malgré les taux
d’intérêt presque nuls. Certes la situation socioéconomique entre le Japon et l’Algérie n’est pas la
même. Le Japon est une économie industrielle mature et l’Algérie est en voie de développement, elle
a donc besoin d’énormes investissements. D’où la nécessité pour l’Algérie d’élaborer une stratégie
nationale d’industrialisation. Pour plus de détails, Voir Sapir: « Les trous noirs de la science
économique, essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent », édition Albin Michel, 2000.
12
A cela, il convient de rajouter l’absence d’un marché financier et monétaire bien développés en
Algérie.
201
Revue europénnee du droit social
demandes d’emprunts. Alors qu’un taux d’intérêt élevé est susceptible d’évincer du
marché des projets économiquement viables, surtout ceux portés par les petits et
moyens entrepreneurs dont les fonds propres ne sont pas sans limites. Cette
exclusion constituerait une source de rationnement de crédit de nombreuses
entreprises ayant une situation financière fragile. Par ailleurs, un taux d’intérêt
onéreux représente aussi un facteur affectant négativement les performances
compétitives des PME.
L’économie algérienne, contrairement à ses voisines tunisienne et marocaine,
ne connaît pas un déficit structurel de ressources financières et encore moins une
insuffisance d’épargne nationale, par rapport à l’effort national d’investissement.
D’ailleurs, les principales banques algériennes sont en situation de surliquidité.
Selon l’économiste algérien Hamza Bouaziz, « Il y a 1100 milliards de dinars de
liquidités, mais ils sont dans les banques publiques [Cependant cette liquidité ne
va pas servir à développer davantage les produits financiers, notamment les
produits islamiques et le crédit à l’investissement en particulier] car il n’y pas une
démarche dans ce sens, c’est parce que le cadre réglementaire n’est pas idéal et
aussi parce que les banques publiques n’ont pas les compétences nécessaires pour
le faire. Les banques étrangères ont par exemple ce savoir faire, mais elles
manquent de liquidités. Le problème, c’est que nous ne savons pas comment
utiliser les liquidités disponibles »13.
Cette situation d’immobilisme et de rigidité dans l’affectation des ressources
financières disponibles de la part des banques se traduit, au niveau
macroéconomique, par une demande des crédits sur le marché qui est supérieure à
l’offre des financements de ces institutions financières, et ce en dépit, des sommes
colossales dont elles disposent. Au plan microéconomique, cela se traduit par un
rationnement de crédit (par la quantité) des entreprises. Autrement dit, la somme des
concours accordés par ces banques demeure largement inférieure à celle de la
demande globale de financement exprimée par les agents économiques et industriels.
En somme, les PME algériennes peinent encore à mettre en concurrence les
banques entre elles - quant il s’agit d’optimaliser leurs placements des excédents de
liquidité – et subissent de plein fouet la contrainte de manque des capitaux, dès lors
qu’il s’agit d’accéder aux financements à moyen et à long terme. En effet, les
conditions d’accès au crédit bancaire sont très pesantes sur les PME et très peu
élastiques par rapport aux spécificités financières de ces entreprises. Ces dernières
souffrent énormément de l’homogénéité de la démarche des banques dans l’étude des
demandes de prêts et de l’absence d’une approche différenciée, qui pourrait fournir
les critères d’une analyse accommodée dans le traitement des dossiers des demandes
de crédits présentées par les petits industriels et les commerçants de la ville.
Ainsi seule une directive des autorités financières qui viserait à stimuler la
concurrence entre les banques devrait entraîner une amélioration dans les modalités
13
Voir L’interview de Safia Berkouk pour Hamza Bouazi, dans le quotidien national El Watan du 15
novembre 2010.
202
European Journal of Social Law
et les conditions de financement bancaire des entreprises. Comme le recommande
explicitement l’Union Européenne dans ses propres directives bancaires
(Wagenvoort, 2005).
Et comme il n’est pas aisé d’intégrer dans la fonction de l’offre et de la
demande de financement des agents économiques la variable de financement
informel - propres aux pays en voie de développement - auquel recourent souvent
la plupart des entrepreneurs, les réalités des capacités de financement et de celles
des besoins exprimés sur le marché financier algérien peuvent paraître voilées
sinon biaisées, pour reprendre les termes du professeur Chabha Bouzar14.
9. Une exigence de garanties souvent outrancière
C’est pour se couvrir du risque de non remboursement d’un prêt accordé que le
banquier recueille des garanties. Evidemment, plus les échéances du crédit sont
lointaines, plus les possibilités d’avènement d’un état de nature défavorable
augmentent, et par conséquent, les garanties exigées pour celui-ci sont plus
importantes, surtout en situations politique et économique instables, marquées par
d’importantes perturbations et d’une incertitude aigue. Comme c’est le cas,
notamment, en Algérie.
Dans la théorie bancaire, la garantie est avant tout un accessoire et non pas un
préalable à l’obtention d’un prêt, c'est-à-dire que la décision de crédit ne repose pas
sur les seules garanties appropriées au projet en question. Les garanties que
réclame le banquier pour couvrir ses crédits (épargnes de ses clients) ne
représentent dans son esprit qu’une forme « d’issue de secours » qu’il s’aménage
en cas de « coup dur » tout en espérant à ne jamais avoir à les utiliser (Bouyacoub,
2003). Elles constituent aussi une contrainte psychologique que ce dernier pourrait
exercer sur l’emprunteur, pour le dissuader de toute tentation de manquement ou de
non respect des engagements conclus auparavant entre les deux parties, à savoir le
remboursement de l’intégralité des montants et des intérêts. En fournissant aux
créanciers le droit sur un actif en cas de défaut de paiement, la garantie réduit aussi
les coûts de surveillance des emprunteurs.
En matière d’octroi de crédit, la technicité bancaire est sensée être au service
de la promotion économique de l’entreprise, privée notamment, et de l’ensemble de
l’économie nationale. En principe, toutes les formes de prêts s’accommodent à
toutes les formes de garanties. Il est classique de distinguer deux types de
garanties: les sûretés personnelles (cautions) et les sûretés réelles (sûretés
mobilières et immobilières). L’hypothèque est la sûreté réelle immobilière par
excellence, mais elle constitue une garantie coûteuse par rapport au nantissement.
Elle est utilisée par le banquier souvent pour solliciter la couverture d’un crédit
14
Mme Chabha Bouzar est professeure de sciences économiques à l’Université Mouloud Mammeri de
Tizi Ouzou.
203
Revue europénnee du droit social
d’investissement, dont la durée s’étale sur de nombreuses années. Cette garantie
peut être aussi sollicitée pour couvrir une articulation de crédits d’exploitations,
quand le total global de ces prêts constitue un montant considérable.
Le capital « confiance » constitue aussi une donnée cruciale dans la relation de
financement entre les banques et les entreprises et soulève, de fait, la question des
garanties qui est un élément essentiel dans la décision de crédit, comme on l’a vu
précédemment. L’approche du chargé d’études pour le risque est une approche
économique et financière qui ne se résume pas à la constitution des sûretés, mais
plutôt, il lui faut tout un travail de recherche et de collecte des informations sur le
projet et l’entreprise, qui lui permettront de se faire une idée pertinente sur la
viabilité économique et financière de l’investissement concerné. C’est donc sur la
base d’une bonne connaissance de l’entreprise et de son secteur d’activité et un
examen approfondi des documents comptables et financiers que le prêteur fonde sa
décision de crédit, du moins en principe. Pourtant, force est constater que le
banquier algérien fait des garanties le critère fondamental dans l’étude d’une
demande de crédit, un préalable même! Il s’intéresse particulièrement aux garanties
réelles: nantissement de matériel, gages, hypothèque... De toutes les façons, il ne
possède pas le choix, puisque les garanties en valeurs mobilières, comme les
actions et les obligations, sont réduites, encore faut-il qu’une bonne partie des
entreprises se constituent en SPA et que le marché financier algérien soit assez
développé (Bouzar, 2010). Aussi, il importe de noter, ici, qu’en Algérie, comme
dans la plupart des pays en voie de développement, les garanties sont non
seulement difficiles à recueillir, mais surtout en cas de faillite, leur mise en
application est compliquée et s’avère souvent épineuse.
Les garanties exigées par les banques algériennes varient quelque peu en
fonction de la nature du crédit sollicité (à court, à moyen ou à long terme). Or,
l’absence d’informations fiables sur la situation objective des entreprises et la
qualité souvent jugée insuffisante des états financiers que présentent les
entrepreneurs, conjugués avec le manque de transparence, aussi bien dans les
relations et les échanges d’informations entre les banques et les entreprises,
qu’entre les institutions financières, les banques algériennes jugent souvent les
gages basés sur des éléments d’actifs circulant (mobilier) voir d’actifs fixes
(immobilier) comme insuffisants. Ainsi la réalité de la décision d’accorder un
concours bancaire ou non se base avant tout et le plus souvent sur les garanties
réelles que l’emprunteur est en mesure d’avancer, et non pas sur la base d’une
connaissance approfondie de l’affaire et l’analyse des chances de viabilité
économique et financière de celle-ci. Il importe aussi de souligner qu’en Algérie,
l’hypothèque recueillie par la banque prêteuse est généralement d’une valeur qui
dépasse le montent du prêt consenti. Une double contrainte, quand on sait que
l’hypothèque est une procédure très complexe à réaliser, tant que la question de
l’assainissement du foncier en Algérie n’est pas réglée, qu’un système de
transparence des droits de propriété n’est pas opéré et qu’une gestion efficace de
204
European Journal of Social Law
ces droits n’est pas engagée réellement (titres de propriété15). Aussi en cas de
contentieux, les procédures de saisie d’une hypothèque sont très lourdes et lentes,
faute d’insuffisance des notaires et des huissiers pour l’exécution des décisions de
la justice.
En effet, ce constat défavorable aux entreprises ne fait que conforter les
résultats des nombreuses études de conjonctures économiques qui ont fait de
l’accès aux ressources financières un des principaux obstacles à la survie et à la
croissance des PME en Algérie (Benbayer et Trari-Medjaoui, Madoui et Boukrif,
2009). Bien qu’il n’existe pas d’études nationales avec de forts échantillons pour
êtres mieux représentatives de la tendance économique globale, il est unanimement
admis que les entreprises moyennes, petites et micros souffrent sérieusement des
montants des garanties que les banques algériennes leur exigent pour tout prêt,
surtout quant il s’agit d’une demande de crédit à long et moyen terme. Ces niveaux
de garanties souvent exagérés constituent une contrainte dissuasive pour toute
initiative d’entreprendre, alors que leurs valeurs dépassent souvent les montants
des prêts sollicités. Dans le même sens, une enquête effectuée par Madoui et
Boukrif (2009) auprès de 20 PME, la complexité des rapports aux institutions
financières et aux banques revient comme un leitmotiv dans le discours des
entrepreneurs (algériens) interviewés. Dans leur échantillon la plupart des
promoteurs de projets s’accordent à dénoncer les lenteurs dans les procédures,
l’incompétence des banquiers et la pratique du clientélisme et de la bureaucratie.
Au regard de tous ces éléments d’analyse, il apparait que la décision du
rationnement de crédit, qui a pour conséquence le plus souvent d’exclure les PME
du marché du crédit, est avant tout l’aboutissement des effets de sélections
adverses et de hasards moraux qui sont eux mêmes les produits des augmentations
du taux d’intérêt et/ou de l’exigence outrancière de garanties. Des conditions
d’accès resserrées que l’organisation structurelle actuelle du marché financier dont
le manque d’efficacité et la concurrence dans l’orientation des capitaux ne
favorisent nullement: l’efficacité suppose une concurrence loyale - entre les
différentes catégories de banques – qui engendre le respect des clients et la rigueur
dans la gestion des risques. Cette difficulté d’accès aux capitaux pour les PME
relève aussi, comme nous l’avons vu, du manque des institutions de micro-finance
et des sociétés de capital-risque.
En somme, il apparait clairement que le système financier national est appelé à
améliorer ses performances et son soutien aux PME et aux jeunes entrepreneurs.
Car la réussite du défi de la croissance par l’investissement, qui constitue l’axe
principal des programmes de développement engagé depuis 1990 et renforcé
davantage par la politique de la réalisation des grands projets d’infrastructures
depuis 2000, dépendra cette fois-ci non pas de l’endettement extérieur inefficace,
15
A titre d’exemple près de 80% des terrains dans la région de la Kabylie ne possèdent aucun acte de
propriété, ils proviennent de l’héritage des générations anciennes très souvent sans aucun titre
notarial.
205
Revue europénnee du droit social
comme dans les années 80 mais, plutôt des systèmes financier et bancaire, dont il
faut renforcer les capacités de collecte de l’épargne, améliorer les services
financiers et revoir le mode d’allocation de ressources disponibles. Nous
esquissons dans ce qui suit quelques pistes pouvant améliorer les conditions
d’accès des entreprises aux prêts bancaires.
En guise de conclusion
Reprenons brièvement le fil des résultats auxquels nous sommes parvenus. La
contrainte de financement pèse sur tout projet, les conditions d’accès aux emprunts
sont pénalisantes à tout prétendant au prêt et défavorables davantage pour les PME,
qui sont plus dépendantes des crédits bancaires, dans la mesure où elles sont d’une
fragilité financière relativement importante par rapport aux grandes firmes, et
ressentent plus le poids des taux d’intérêt qui constituent un obstacle majeur à leur
extension, car ils pèsent lourdement sur leurs finances. La réticence des banques est
surtout pénible pour les jeunes entreprises qui se voient tout simplement refuser
l’accès au ressources financières et coince ainsi toute nouvelle éclosion des projets
d’investissements et empêche toute innovation, dans une période où le pays a
urgemment besoin d’une relance économique basée sur l’investissement et la
production, qui lui permettront de sortir du syndrome du tout importation, et
surtout d’atténuer le cauchemar du chômage, des jeunes diplômés qui dépasse la
barre des 24% dans les régions reculées du pays. Il importe de rappeler ici qu’il
existe une forte relation de dépendance entre le niveau de croissance d’une
économie et l’efficacité de sont système de financement.
Force est de constater que cette compétence financière (condition) essentielle à
la dynamique entrepreneuriale fait défaut, n’augurant rien de bon pour le secteur
privé en Algérie. L’entrepreneur algérien considère, le plus souvent, son banquier
comme ne prenant aucun risque, il n’est pour lui qu’ « un administratif de la
finance », un fonctionnaire d’Etat, dont le salaire n’est pas indexé sur le rendement.
Et par conséquent, il ne fait pas son métier de praticien de la finance et encore
moins lorsqu’il s’agit de fournir des services de conseils et d’ingénierie financière
si importants pour le développement des unités de service et de fabrication, en
temps de transition économique.
Malgré le faible rôle des banques nationales dans le financement de l’activité
économique, le crédit bancaire reste la principale source de financement externe des
PME algériennes, bien sûr parallèlement à la source informelle (estimée
officiellement à 40 milliards de dollars) qui circule dans l’économie et alimente de
nombreux entrepreneurs. Il revient donc aux pouvoirs publics algériens de veiller aux
conditions de financement de toutes ces entreprises, en leur assurant un climat
institutionnel serein, propice à l’apparition de la confiance jusque-là absente dans
l’ensemble des transactions économiques et financières, entre les opérateurs
économiques algériens. Un climat de confiance qui permettrait à son tour le
206
European Journal of Social Law
développement du relationnel entre les entrepreneurs et les banquiers, et plus
largement, entre les citoyens et les institutions financières et politiques de leur pays.
Pour y remédier, ces institutions du crédit doivent se débarrasser de cette
méfiance envers l’entreprise privée, en essayant d’appréhender les risques de crédit
avec subtilité et technicité. Un partage efficace d’informations sur les
caractéristiques des emprunteurs entre les agences bancaires serait aussi engendrer
davantage de visibilité pour les bailleurs de fonds, pour être au diapason des
réalités économique et financière des investisseurs et donc mieux comprendre et
évaluer les demandes de crédits qui leur sont soumises.
Le FMI, dans son rapport sur le système bancaire algérien16, préconise la
création d'une centrale des risques des particuliers (prévue pour 2011). Une
structure capable de contribuer à améliorer l'évaluation des risques par les
praticiens de la finance et encouragerait donc la distribution des prêts envers les
opérateurs économiques et industriels privés. Ce rapport avance aussi un ensemble
de mesures susceptibles d’améliorer l’octroi des crédits bancaires envers les PME
et les prêts immobiliers aux particuliers. Comme il insiste sur la nécessité de
moderniser les opérations et les moyens de paiement dans les banques nationales
afin de minimiser la pratique largement répandue du paiement en liquide qui
échappe à toute traçabilité et contrôle. Le développement des réseaux des
succursales bancaires constituerait un autre élément essentiel pour améliorer le
recours du grand public aux services bancaires (petits entrepreneurs, artisans…),
qui encouragerait, de ce fait, l’épargne, et par voie de conséquence les
investissements productifs. Le rapport conclue en soulignant que l’intermédiation
bancaire demeure encore faible en Algérie. D’où la nécessité d’améliorer le cadre
organisationnel de ses institutions financières, pour que celles-ci jouent pleinement
leur rôle d’intermédiaires financiers et de financeurs des entreprises dans de
meilleurs conditions.
En l’absence d’un système financier développé, un soutien aux institutions
financières non bancaire pourrait accroitre le recours des entreprises au crédit-bail
et l’affacturage. Le crédit-bail est un instrument utile qui permettrait aux PME
l’achat des équipements de production en l’absence de garantie. Un cadre législatif
et institutionnel doit être mis en place pour permettre la création et le
développement des sociétés de leasing (Dinh et Palmade, 2012).
Aussi, le microcrédit (qu’il faut développer) apparait comme l’un des moyens
les mieux adaptés pour financer les micro-entreprises et en particuliers les TPE
rurales. Il permet non seulement de réduire l’asymétrie d’information entre les
banquiers et les PME, mais aussi de baisser les frais de transaction pour le petit
entrepreneur (Adair et Hamed, 2004), en lui offrant un crédit à proximité, en
simplifiant la démarche de demande de prêt et son suivi, tout en tentant de réduire
au mieux les probabilités de hasard moral et de sélection adverse (Si lekhal, 2012).
16
Voir le rapport du FMI n°11/ 39: « Algérie: consultation 2010 », de Mars 2011, disponible sur:
http://www.imf.org/external/french/pubs/ft/scr/2011/cr1139f.pdf
207
Revue europénnee du droit social
L’autre instrument financier confirmé qui pourrait répondre aux besoins
spécifiques de financement des PME algériennes, innovantes surtout, est le capital
risque. Pourtant, force est constaté que lui aussi a du mal lui à s’introniser dans le
paysage financier algérien. Sa pratique demeure très restreinte et se limite
essentiellement à la région algéroise avec deux à trois institutions spécialisées
opérationnelles: FINALEP (1991) et SOFINANCE (2000). L’apport des sociétés
de capital-risque (qu’il faut promouvoir) pourrait compenser le déficit des sources
classiques de prêts pour satisfaire les besoins de financement des PME algériennes.
L’effet positif de l’amélioration de l’accès des entreprises privées, productives
surtout, à des financements justifient amplement l’action des autorités chargées du
développement qui pourraient intervenir et inciter les banques publiques à accorder
des crédits d’équipements (machines de production) aux entreprises bien gérées.
Références bibliographiques:
BACHAGHA, S. Quelle gestion pour l’entreprise informelle algérienne? édition d’El Watan
du 04 Juillet 2011, Alger.
BENBAYER. H & TRARI-MAEDJAUOI. H: « Le développement des sources de financement
des PME en Algérie: émergence de la finance islamique », in revue Economie et
Management, n° 09, Octobre 2009, Tlemcen.
BENMASSAOUD, K. Du management public au management privé, quel enseignement
pour le cas algérien. Communication aux Actes MED3 du 07 Octobre 2010.
BIA., C. Les reformes monétaires et financières et leur impact sur l’entreprise algérienne, in
revue d’Economie et Statistique Appliquées, n° 06, 2006, Alger.
BOUKHEZER, N. La libération financière et effets sur l’investissement en Algérie, in revue
Mondes en développement, n°162, 2013/2, Paris.
BOUYAKOUB, F. L’entreprise et le financement bancaire, édition Casbah, 2003, Alger.
BOUZAR, C. Système financiers: mutations financières et bancaires et crise, édition El –
Amel, 2010, Alger.
COSSART, J. Pour un soutien public à la capacité d’investissement des très petites
entreprises, in collectif, La très petite entreprise, promouvoir un acteur essentiel dans les
économies en développement, édition Karthala, 2004, Paris.
DINH,H et PALMADE, V. L’industrie légère en Afrique: politiques ciblées pour susciter
l’investissement privé et créer des emplois, édition Pearson, Banque Mondiale, 2012,
France.
FHIMA. F: « Financement des Petites et Moyennes Entreprises en Tunisie », Thèse de
Doctorat en Sciences Economiques, soutenue le 26 Octobre 2010, Université de Paris
12, Créteil.
HASSAM, F. Le système bancaire algérien: Essai sur les capacités d’intermédiation des
banques publiques en contexte d’économie étatique et d’attente libérale, édition
l’Economiste d’Algérie, 2012, Alger.
LACHACHI, M. Le système bancaire algérien: Mutations et perspective, Communication,
disponible http://ratoulrecherche.jeeran.com/lachachimeriemF2_TLEMCEN.pdf, 2005.
LAMIRI, A. La décennie de la dernière chance, émergence ou déchéance de l’économie
algérienne, éditions Chihab, 2013, Alger.
MADOUI, M et BOUKRIF, M. De l’économie administrée à l’économie de marché. Les PME
à l’épreuve de la mise à niveau des entreprises en Algérie, communication au Colloque
International, INRPME-AUF-AIREPME, 27 au 29 mai 2009, Canada.
NAAS. A: « Le système bancaire algérien: de la décolonisation à l’économie de marché »,
édition INAS, Septembre 2003, Paris.
208
European Journal of Social Law
SMATI, S. Encore trop de contraintes, Quotidien liberté, supplément économie, 12/11/2014,
Alger.
SI LEKHAL, K. La réticence des banques algériennes à financer les PME: facteurs de
blocage et perspectives, in Revue Européenne du Droit Social, n°26 janvier 2015.
SI LEKHAL, K. Le financement des PME en Algérie: réalités et perspectives, Thèse de
Doctorat en sciences économiques, Université de Versailles Saint Quentin, France,
soutenue le 20 juin 2014.
SI LEKHAL, K. Le financement des PME en Algérie: difficultés et perspectives, in Revue
Recherches économiques et Managériales, n° 12 – Décembre 2012, Université de
Biskra.
STIGLITZ. J. La grande désillusion, édition Fayard, 2004, Paris.
WAGENVOORT, R. Les enjeux du financement des PME », in la nouvelle économie
bancaire, S/Dirc PASTRE, édition Economica, Paris, 2005.
YAICI, F. La mise à jour des systèmes d’information dans le domaine bancaire et financier:
Un préalable au développement des institutions et aux progrès en matière
d’intermédiation financière en Algérie, Voir: http://www.drdsi.cerist.dz/SNIE/yaici.pdf,
2006.
ZIANE. Y: « Structure financière, relation bancaires de long terme et financement interentreprise des PME françaises », thèse de doctorat en économie, soutenue en 2004,
Université de Paris 10 – Nanterre Paris Ouest.
209
Revue europénnee du droit social
WATER PUBLIC POLICY IN NORTH OF ALGERIA:
TOWARDS AN INTEGRATED WATER
RESOURCES MANAGEMENT
Ahmed SMAHI1
Amel HAMHAMI2
Abstract: Freshwater is an essential element for sustainable development as well
as for life. While water use intensifies and the volumes used by humans are constantly
increasing, the issue of managing this vital resource arises forcefully. In fact, policies of
water management differ from one country to another given the available resources,
demographics, lifestyle and the availability of technology and human resources
adapted. The sustainable management of water resources must be based on an
integrated approach linking development and protection of the natural environment, the
participation of all actors and concerned parties and on the recognition of the economic
and social value of water. In this context, the question of water resources is posed
urgently in Algeria. Thus, water management poses a difficult problem for the authorities
considering water demand tends to increase as well as the overexploitation. The
resources which are available are less than those which are required. The outdated
fashion of water conveyance and insufficient storage capacity hinder the correct
distribution of water to the consumers. Currently, the challenge faced by hydraulic
Algeria is: how best to meet users (AEP, industry, agriculture) with relatively limited
water resources. Consequently, the water management is not efficient. Indeed, Algeria
is one of the northern countries of the Mediterranean basin which suffers from water
shortage. The river flows are characterized by important seasonal and inter-year
irregularities, especially in flood periods. Indeed, the knowledge of the climatic
conditions has an important role in the economical planning: it permits the best
management of the uncontrolled flows for short, mean, and long term. It there's nearly
fifteen years that all water stakeholders in Algeria became aware of the necessity to
reform the system of general water management. It was indeed soon perceived that
despite costly investments in thirty years by the state, the needs remained inadequate,
and that, moreover, the quantitative and qualitative protection of resources was not
satisfactorily ensured. This paper aims to examine existing water problems in Algeria
especially in the Wilaya of Tlemcen and to highlight the public policy of water
management through a statistics data. The purpose, however, is to make appropriate
recommendations which remain key challenges to enhance water demand satisfaction.
Keywords: Water public policy, integrated water management, water stress,
sustainable management, participatory approach, water demand and supply, desalination,
challenges, Tlemcen, Algeria.
1
2
PHD In Economics, Faculty of Economics and Management, University of Tlemcen, MECAS
Laboratory, Algeria , E-mail: [email protected] / [email protected]
PHD In Management, Faculty of Economics and Management, University of Sidi Bel-Abes, Algeria, ,
E-mail [email protected]
210
European Journal of Social Law
Introduction
Universal access to water is one of the main challenges to sustainable
development in the 21st Century3. In this sense, the world faces severe and growing
challenges to maintaining water quality and meeting the rapidly growing demand
for water resources. On of the most important problems is that much water is
wasted in existing agricultural, household and industrial uses.
However, the national water steering scheme is adapted in Algeria4 to fit into
the national scheme for the country’s development for horizon 20255. Within
National Water Plan framework, it has shown about Northern Algeria basins that a
15% decrease of the rainfall would translate into a reduction of approximately 40%
of surface water resources. According to the Blue Plan (A sustainable future for the
Mediterranean), the scenarios on balance between water resources and needs
expect an increased pressure on resources, because of the large increase in urban
population, industries and irrigated agriculture. Algeria faces water scarcity, which
is a factor restricting the economic development and source of social tensions.
Scarcity is evaluated in terms of the increasing stress on the water balance and also
in terms of irregular resources.
Being located in arid and semiarid zones, water scarcity represents a major
obstacle to the country’s socio-economical development. Actually, in terms of
climate, Algeria is characterised by a semi-arid nature, the fact that brings a high
degree of scarcity in water availability.
With an area of 2.4 million km2, the area consists of a geographic and climatic
diversity, with the north to the south, coastal and sub-coastal, a vast expanse of high
plains ("Highlands") semi-arid Sahara and a huge whole in arid and hyper. To this is
added the disparity in land use and population density: the coastal focuses on 4% of
the land area, two-thirds of the population, whereas areas of high plains, which cover
9% of the total, account for a quarter of the population. The hydrological context of
Algeria summarizes basins exoréiques wadis which have outlet to the Mediterranean
Sea and the endorheic basins formed by chotts and sebkhas.
Due to its scarcity, water in Algeria, as in most countries of the southern
Mediterranean, is a limiting factor for the development and source of social
tension. Scarcity is understood in terms of water stress and irregularity of the
resource, two factors likely to increase with climate change. In fact, the average
3
4
5
By 1996, are created specialized institutions such as the World Water Council (WWC) and the Global
Water Partnership and Global Water Partnership (GWP) that give a role to foster a dynamic approach
to managing economic water.
Algeria, (36 million inhabitants in 2010) is located in North Africa. It is bordered by the Mediterranean in the
North, Morocco and Mauritania in the west, Mali, and Niger in the south, and by Libya and Tunisia in the East
By 2025, only Lebanon and Iraq are expected to remain above the water scarcity level. Mauritania,
Algeria, Morocco, Tunisia, Egypt, Sudan, Iraq, Lebanon and Syria further rely on river flows
supplemented by limited groundwater sources, while many others depend mainly on shallow and deep
groundwater sources supplemented by surface run off during floods (UNDP, 2009).
211
Revue europénnee du droit social
theoretical availability of water has attained a critical threshold estimated at 500
m3 per capita per year6, representing less than half the scarcity threshold fixed by
the World Bank at 1000m3/capita/year, and less than the fifth of the threshold of
2000 m3/capita/year. Currently, the daily quota per inhabitant remains small in
comparison with international norms. There is a general consensus that this critical
issue may be caused by bad governance of water.
Face the challenge of ensuring coverage of the constantly growing needs water
(cities, industries, and agriculture), an active policy of water resource mobilization
and new management tools has been implemented. The state investment fund
provider tries to catch up water through a mobilization of surface water,
particularly strong in recent years. The option for the resource "unconventional"
becomes inevitable for the challenge towards water stress (Mebarki, 2008). Also,
the national policy on water provides new instruments for an integrated and
sustainable management of resources (Ministry of Water Resources, 2005).
1. Potential of water resources in Algeria
In Northern Algeria, where economic activity and population are concentrated,
the misuses of water and the approach to the whole water question have been even
more harmful and destructive. The surface water quality deteriorates in ponds vital
as a result of discharges of urban and industrial waste, dams and reservoirs are
silting lose usable capacity and the rejection of silt in the river poses enormous
ecological and environmental problems.
In terms of statistical, the average annual rainfall in northern Algeria is estimated
at between 95 and 100 109 m3. More than 80 109 m3 evaporate 3 109 and 12.5 m3
seep flow in 109 rivers. In northern Algeria, the main contribution comes from runoff.
The country’s total fresh water resources amount to 19 billion m3 per year,
corresponding to 600 m3/inhab./year. According to the ministry of Water
Resources7, this rate will reach a value of 500 m3/inhab./year by 2020, a fact that
arouses more concerns about how to cover future fresh water needs.
Algerian water potential is estimated at 17 billion m3. The spatial distribution of
these resources depends on the geographical characteristics of Algeria. Its area 2.4
million km2 consists of a geographic and climatic diversity: North consists of coastal
6
by 2015, almost all Arab countries are predicted to be below the level of severe water scarcity defined
as less than 500 m3 per capita per year; with nine countries below 200 m3, and six below 100 m3 (ElAshry et al, 2010).
7
Since the transfer of the irrigation sector under the Ministry of Agriculture, the MRE is the main
responsible of water policy which ensures the development and implementation. Its jurisdiction extends
to all activities related to the exploration, exploitation, storage, distribution of water for all uses, sanitation.
It ensures, with the Ministries of Environment and Health, preserving the quality of water resources. At
national level, the MRE provides its missions based in particular on public institutions charged
respectively with national competence studies and evaluation of water resources (ANRH, National
Agency for Water Resources), mobilization of water and their transfer (ANBT, National Agency for Dams
and Transfers), urban water supply (ADE), urban sanitation (ONA, National Sanitation Office) and the
management of irrigation perimeters (ONI, National Irrigation and Drainage).
212
European Journal of Social Law
and sub-coastal regions to semiarid highlands, towards the south and the vast array
Saharan arid climate or hyper. This result in a spatial distribution of water resources
estimated at 12 billion m3 in the North, and 5.2 billion in the Saharan regions.
At this geographic diversity, there is the disparity of land use and population
density. Coastal areas and focus on 4% of the country's area, two-thirds of the
population, while the highland regions, covering 9% of the area, includes a quarter
of the population. In addition to these geographic characteristics and population
distribution, adds the nature of water resources. Thus, of the 12 billion m3 of
North, 10 billion m3 are from surface runoff and 2 billion m3 of groundwater
resources. As for the 5.2 billion m3 Saharan regions only 0.2 billion m3 are due to
surface runoff and 5 billion m3 of groundwater resources are, whose characteristic
is their very low turnover rate. These parameters strongly determine the conditions
of use of water resources. It is estimated that, as of today, the ratio of water is 600
m3 per capita year. The World Bank has set the threshold of water scarcity to 1000
m3 per capita per year, Algeria is, therefore, in the category of resource-poor
countries in water.
In addition, the rapid urban growth and agricultural and industrial water
demand create a more strong. To answer this, various lines of development are to
invest. One of the first is obviously greater mobilization of water resources
infrastructure such as dams and desalination of water.
The cutting of northern Algeria into four regions based on the following
criteria:
• The geographical features and natural areas
• The grouping of watersheds and sub-watersheds, which exist between the
needs of transfer (Figure 1).
Figure1: Confrontation-resource needs for different horizons
213
Revue europénnee du droit social
It is clear that the Northern Algeria recorded on one side, a huge lack of resources
at the same time or needs is increasing and on the other hand, the volume of water is
mobilized down. This is due to different problems that affect human or natural sites can
capture the water. However, the Algerian water crisis is caused by following factors:
• Drought phenomenon
• increasing demand
• Pollution and salinity
• worn distribution grid
• used water treatment facilities out of order
• Silt and mud cloggy dams
• Inadequate water management and services organization
Recovery program in the field of agriculture will create a new request need
irrigation in addition to that already expressed. Indeed, the area equipped
infrastructure at large irrigated is 220,000 ha. It should be noted that more than
157,000 ha have been developed during the last decade (2000-2009). Small and
medium irrigation schemes covering an area of 900,000 ha. Their peculiarity is the
nature of water resources mainly derived from groundwater resources.
In addition, Algeria has a fleet that includes dams more than four hundred
(400) structures. It should be noted that more than a hundred deductions were made
during the last decade (2000-2009). These books can mobilize more than fifty (50)
million m3 to irrigate an area of 10 000 ha. Infrastructure development to meet the
needs of irrigation in all its forms must be studied in order to develop the capacity
available so as to cater to the expansion of agriculture
2. Diversification of water resources
in the face of increasing needs
The rapid urban growth (the rate of connection of the urban network of public
drinking water is 93% in 2009 with an average allocation of 168 liters per day per capita)
and Agricultural Development (stimulus program of irrigation) and create industrial
water demand increasingly high. To answer this, a mobilization of surface water is
particularly strong, and also adds the inevitable use of “unconventional” resources.
2.1. Dams and regional transfers
Algeria has now sixty-six (66) dams for storage capacity of nearly 7 billion
m3. This number is expected to grow (19 new dams planned under the 2010-2014
Plan) to enable regularizing the final half of the total contribution of the wadis, or 5
billion m3 per year for an installed capacity of around 10 billion.
In order to overcome the uneven distribution of water resources, the realization
of regional transfers to ensure regional equity in access to water, the deficit in AEP
214
European Journal of Social Law
(drinking water supply) urban areas in the north and the "highlands" to value of
thousands of hectares of agricultural land by the bias of irrigation.
2.2. Desalination of Sea Water: A sustainable option
To strengthen the security of the water supply of cities and coastal communities,
desalination of seawater is another possible route. Desalination of seawater has been in
the context of the renovation choices and management practices be promoted as an
alternative strategy to secure the water supply of some coastal towns and towns near The
use of seawater desalination was rushed by the very drastic situation (2001–2002) where
many of the dams supplying Algiers as well as many other cities were about dry despite
the rationing that was taking place for many years (Sadi, 2004). Facing this challenge, the
government had to take quick decisions for rapid actions. One of the solutions, to ease the
situation, consists on the implementation of an emergency program for seawater
desalination units for certain cities along the Mediterranean coast.
Twenty-one (21) stations have been piece in 2003 (emergency program). The
realization of thirteen (13) of desalination capacity has since been launched, four of
them are operational - including that of Algiers. They should eventually provide
2.3 million m3 per day.
°
Localisation
Capacity
m3/day
Population
to be served
repayment
schedule
01 Kahrama (Arzew)
90 000
540 000
in Operation
02 Hamma (Alger)
200 000
The Algiers
in Operation
03 Skikda
100 000
666 660
3rd T 2007
04 BeniSaf) A.Temouchent
200 000
1 333 320
4th T 2007
05 Mostaganem
200 000
1 333 320
3rd T 2007
06 Douaouda (Alger Ouest)
120 000
666 660
1st T 2008
07 Cap Djenet (Alger Est)
100 000
666 660
1rst T 2008
08 Souk Tleta (Tlemcen)
200 000
1 333 320
2nd T 2008
09 Honaine (Tlemcen)
200 000
1 333 320
2nd T 2008
10 Mactaa (Oran)
500 000
1 333 320
2nd T 2008
11 El Tarf
50 000
333 330
3rd T 2008
12 Tenes
200 000
999 990
3rd T 2008
13 Oued Sebt (Tipaza)
100 000
-
-
T: trimester
Total of Stations: 13
Capacity m3/day: 2 260 000
Total Population: 11 873 220
215
Revue europénnee du droit social
2.3. Transfer of water from deep aquifers in the Sahara
The transfer of groundwater Northern Sahara inland areas to the North has
been the subject of a feasibility study: identification of areas with high water
potentials, with surpluses to transfer to the North.
The current study focuses on the launch:
- The identification of areas with high water potentials with transfer surpluses
to the north;
- The identification of priority areas to be served;
- The identification and study of transfer infrastructure;
- The economic study of transfers: cost per m3 of water supplied, project
profitability;
- The impact study.
The following figure show the main water transfer project to strengthen the
northern Algerian in water resources, it concerns:
1-North-South transfer of water from Northern Sahara to the "Highlands
(ongoing study)
2 - South-South Transfer: In Salah Tamanrasset (transferred volume: 50
million m3 / year)
Figure 2: Water transfer from Northern Sahara region to Algeria northern
Source: http://www.mre.gov.dz/eau/grands_projets_mre.htm
216
European Journal of Social Law
3. Instruments of a new water policy
Since the national conference of Water (January 1995), the main ideas of a
new water policy have emerged involving a break with the previous approach, and
claiming substantial resources, strong political will and expertise to the challenge
required the issue of water. It is based on five new principles: the unity of the
resource, dialogue, economy, universality (the case of all water users) and ecology.
By providing new instruments, this water policy is an integrated, sustainable
and regional scale
• The Water Code (Law No. 05-12 of August 4, 2005 as amended and
supplemented on the water) is to establish the principles and rules for the use,
management and
• sustainable development of water resources as well as the national
community. Under this law, two instruments are set up: the master plans for water
resources (PDARE) and the National Water Plan (NEP).
• The National Water Plan (PNE) defines the objectives and priorities of
national mobilization, integrated management, transfer and allocation of water
resources. The PDARE define for each hydrographic unit natural strategic choices
mobilization, allocation and use of water resources to meet the needs of water,
protection quantitative and qualitative groundwater and surface water, and finally,
prevention and management of risks (drought, floods
The establishment of a set of procedures and tools (information system) is
necessary for the planning and management of regional integrated water resources
(Salem & Wiegand, 2006).
• The River Basin Agencies (5 ABH nationally), public institutions (EPICs)
responsible for developing and updating the cadastre hydraulic, to participate in the
preparation of development plans, to encourage users to make better use of water
resources and the fight against pollution, and finally to finance projects aimed at
water conservation and preservation of its quality. They have a consultative body,
the Basin Committee.
• Value, better manage resources and act on the request... Water
resources mobilized are struggling to various constraints, both natural and
anthropogenic: climatic (acting on the system of contributions), accelerated
siltation due to erosion basins, leakage through the karst dams, pollution... S 'added
to technical constraints and financial management issues books hydraulic. It will
overcome these constraints and to better manage both the supply and demand
In sum, the objectif of water public policy is to:
• Promote waste water re-use
• Promote seawater desalination
• Restore cities water distribution facilities
• Implement new way of management
217
Revue europénnee du droit social
•
•
Promote personnel training
Modernize management facilities
4. Main features of Water Strategy and/or Policy
Given the deficit situation in satisfying water needs, and despite the
importance of heavy investments in the sector, the water resources sector has
undertaken since the early 1995, comprehensive procedures to enhance the system
of organization and management of the sector.
A new water policy was initiated and is based on Integrated Water Resources
Management8 principles. The main features of the policy are:
• Scarcity of the resource;
• Integrated management across the river catchment; and
• Applying economic and environmental management.
4.1. Analysis and Challenges
Appling the revised National Water Plan and implementing the different
policy instruments, it is expected to gradually bring the water resources sector to
the implementation of the principles of Integrated Management of Water Resources
(IWRM). This shall improve the performance of the water resources system
through the involvement of users in decisions and the use of economic incentives,
in addition to the implementation of flexible regulatory means.
The improvement of public services in drinking water and sanitation calls for
institutional reforms for effective control and water management. The establishment
of public institutions of an economic nature is a first response to progress towards
sustainable management of the water supply and sanitation sector.
The National Water Plan aims at achieving development in the different
segments of the national economy (industry, agriculture, tourism), based on the
maximum mobilization of conventional and unconventional water resources. The
implementation of the plan and its associated institutional reforms requires state
financial support of about 1.3 billion $ per year.
One of the challenges facing Algeria is the efficient use of water, and the
reduction in water losses from distribution networks. The new water code gives the
legal basis for providing a reliable public service of water supply and sanitation,
and allows for managing water in an integrated manner at the watershed level
through regional agencies and committees.
8
The management of water resources can provide a significant number of benefits. : The benefits due
to better quality management of water resources; the direct socio-economic impacts, and the benefits
due to sustainable governance and better quantity management of water resources.
218
European Journal of Social Law
In fact, Algeria has far exceeded the criteria established by the World Bank in
terms of access to drinking water with a national rate of connection of more than
93%. Ministry of Water Resources, the quality of service and public water service
is a priority. Both through better water quality than regular availability and price
supported by the state. Algeria is a "model country" in the Middle East, North
Africa (MENA) in terms of mobilization and rational use of water resources, said
recently a representative of the World Bank (WB). Speaking at a workshop on
"Perspectives of water in the MENA region, linking the desalination and renewable
energy."
4.2. Integrated and sustainable management of water
National policy of water gives instruments integrated and sustainable
management of resources, which also ensures the expected impact of major projects.
"Learning to manage water resources in a sustainable development perspective is to
learn to control their rarity, but also its excesses, to ensure drinking water supply,
agriculture and industry, and to preserve the quality of the environment. ».
Complementary elements of an effective water resources management system
must be developed and strengthened concurrently. To evaluate the legal and
regulatory framework for the management and conservation of water resources in
force in Algeria, reference is made to the universal rules and principles which
provide a framework generally desirable for the integrated management of water
resources. This framework refers to the following complementary elements:
• The Enabling Environment or the general framework of national policies,
legislations and regulations, and information for water resources management
stakeholders.
• The Institutional Roles and functions of the various administrative levels
and stakeholders.
• The Management Instruments and tools, including operational
instruments for effective regulation, monitoring and enforcement that enable
decision makers to make informed choices between alternative actions.
Enabling environment
Policies
Legislative framework
Financing and
incentive structures
-
Institutional roles
Creating an organizational
framework
Building institutional capacity
-
Management instruments
Water resources assessment
-
Social change instruments
Conflict resolution
Regulatory instruments
Economic instruments
Information exchange
Plans for IWRM
Efficiency in water use
219
Revue europénnee du droit social
Integrated Water Resources Management (IWRM) has emerged during recent
years as a response to the so-called “water crisis”. The water resources integrated
management model is based on principles set in Dublin in 1992 and reproduced
under equivalent terms in most Water Conferences through the last20 years. WRM
is being promoted by many organisations, implemented in some areas and piloted
in others. A huge effort involving the reform of water laws, institutions and
capacity building is underway based upon the IWRM ‘recipe’.
However, in much of the world, it remains business as usual (Moriarty et al,
2004). A definition of IWRM that is in common usage is as follows: “IWRM is a
process which promotes the co-ordinated development and management of water,
land and related resources, in order to maximize the resultant economic and social
welfare in an equitable manner without compromising the sustainability of vital
ecosystems” (GWP, 2000).
Three key concepts which in one form or another are present in all definitions
of IWRM are: equity, efficiency and sustainability. IWRM aims:
• To promote more equitable access to water resources and the benefits those
are derived from water in order to tackle poverty.
• To ensure that scarce water is used efficiently and for the greatest benefit of
the greatest number of people, and
• To achieve more sustainable utilisation of water, including for a better
environment.
A fourth key concept is that of process. IWRM is a process of getting from
some existing state to some envisaged and preferred future state, by achieving
commonly agreed principles or best practice in managing water through the
involvement of all relevant stakeholders.
Integrated management of water resources requires effective coordination of
activities of sub-sectors of water that can deal effectively with cross-cutting issues
and interrelated, including environmental issues and health waterborne projects and
versatile construction of hydroelectric dams. To achieve these objectives, the
policy will focus on integrated management the following interrelated issues:
• Water Supply, Sanitation and Health;
• Watershed protection and the fight against erosion;
• Protection of biodiversity;
• Construction of sustainable dams and reservoirs;
• Involuntary Resettlement of the population;
• Protection of the marine and coastal environment;
• Drought and desertification, and
• Water Conservation as ecological resource.
Indeed, after the implementation of a new integrated information system
designed in the framework of sector support water resources funded by the EU, the
National Agency for Integrated Resource Management (AGIRE) has been created
under an executive order published in the official journal number 43.
220
European Journal of Social Law
This agency is under the supervision of the Ministry of the sector. Enjoying
financial autonomy, it will be loaded as part of the national development policy, to
achieve at the national level, actions can contribute to integrated management of
water resources. It is for her to perform all surveys, studies and research related to
the development of integrated management of water resources, to develop and
coordinate the management system integrated water information at the national,
states Decree.
It will also be responsible for contributing to the development, evaluation and
updating plans and long-term sectoral development, contribute to the management
of actions incentives for saving water resources and to preserve its quality. To
accomplish its mission, the Agency may, in particular, acquire, operate or place
any license, contract any loan, make investments in any group or society. The
creation of this agency is part of the executive decree of January 2010 concerning
the plan for the development of water resources at the national level and water. By
implementing this integrated agency resources, Algeria is in line with the
recommendations of the World Summit on Sustainable Development
(Johannesburg, 2003) decided to include the formulation of national plans for the
management integrated water resources and the rationalization of water use in the
target. it is an approach to development and management of water resources,
extended to the whole basin, which has an immediate impact on the MDG targets.
Integrated management of water resources is, in fact, promote the coordinated
development and management of water, land and related resources, in order to
equitably maximize the economic well-being and social results without
compromising the sustainability of vital ecosystems. Countries that adopt
integrated management of water resources in their national policies and strategies
related to water resources are the foundation of many health benefits.
Conclusion
Economists have argued for years that using markets for water would increase
both efficiency and social welfare. However, Algeria has undertaken efforts during
the current decennary and notably the five last years and has allowed the recording
noticeable improving in the mobilization and distribution fields of drinking, water
purification and desalination of water of the sea and of the protection of resources.
All the engaged efforts as far the investments level as the institutional and
organizational levels, turned on the resource development in order to increase
challenges and to be in harmony with the objectives of millennium in the water
sector. Thus, one of the challenges facing Algeria is the efficient use of water, and
the reduction in water losses from distribution networks. Through heavy
investment (20 billion U.S. dollars invested over the last five-year plan 2004-2009,
the challenge of large-scale mobilization of water resources is to catch the
important hydraulic delay accumulated by the country. According to Remini
221
Revue europénnee du droit social
(2010), a deficit of 1 billion m3 will be recorded in 2025 (in the case of poor water
management and a lack of mastery of unconventional resources).
It is now recognized that inherent in the concept of Integrated Water Resources
Management (IWRM) are the principles of water-use efficiency, water demand
management, equity of access, a balance of competing uses, the application of
appropriate environmentally sound technology, and participatory planning and
management to include all sectors of the economy and all segments of society.
Public authorities must promote the integration of all aspects of development,
management and protection of water resources by developing plans which aim to
satisfy basic needs and to promote equitable and effective distribution of water
resources, ecosystem protection and maintenance of the water cycle. The ability of
developing countries to make more water available for industrial, agricultural, and
domestic uses will depend on better management of water resources and more
cross -sectoral planning and integration (WPP, 2010).
The Algerian government currently shows significant efforts and investment in
a strategic issue as water sector, which resources are considered as state property.
Thus, important issues, political, socio-economic and environmental issues in the
world today around the water they need answers legal, organizational and
techniques that can enable a real water management in order to:
• fight against erosion, support low flows, prevent natural disasters and
hazards such as flooding or drought;
• improve health and the health of populations and prevent major diseases,
both in the village communities that urgently, in large cities;
• ensure food production for land reclamation and proper irrigation and
aquaculture development;
• allow the development of industry, energy production, and in some areas, the
practice of recreation and tourism as well as inland waterways, including integrated
development of all-purpose;
• Permanent prevent pollution, diffuse or accidental, and preserve the
balance and aquatic ecosystems.
All these problems can be solved on a sectoral basis and separately from each
other, but must be addressed in the framework of an integrated management of
water resources In addition, integrated management of water resources requires
both an understanding of natural systems, knowledge of the risks related to water
and its use and implementation of mechanisms for information and consultation.
References:
Algerian Ministry of Water Resources, (2004)" .National Strategic Elements in Water
Resources Field",.
AMCOW, (2012). « Rapport de situation sur l’application des approches intégrées de la
gestion des ressources en eau en Afrique ».
Annual Report (2010). “Driving Change in Water”, Water Partnership Program (WPP) in
www.worldbank.org/water/wpp
222
European Journal of Social Law
Bain, R., Wright, J., Yang, H., Pedley, S., Gundry, S. & Bartram, J. (2012). ‘Improved but not
necessarily safe: Water access and the Millennium Development Goals’, GWF
Discussion Paper 1225, Global Water Forum, Canberra, Australia. Available online at:
http://www.globalwaterforum.org/2012/07/09/improved-but-not-necessarily-safe-wateraccess-and-the-millennium-development-goals
Bommlaer., Olivier, Devaux Jérémy, Noel Coralie L, (2011). « Financing Water Resources
Management in France – a Case Study for an OECD Report », Études & documents Studies & documents n°33, April.
Butterworth, J.; Warner, J.; Moriarty, P.; Smits, S. and Batchelor, C. (2010). “Finding
practical approaches to Integrated Water Resources Management”, Water Alternatives
3(1): 68-81, Volume 3 | Issue 1, www.water-alternatives.org
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/medit_00258296_1992_num_76_3_2762
Kadi, A. (1997). « La gestion de l'eau en Algérie », Hydrological Sciences-Joumal-des
Sciences Hydrologiques, 42(2) April 191
Mebarki, A. (2008). « Le défi de l’eau en Algérie: ressources, aménagements et gestion
durable », (31ème Congrès International de Géographie UGI, Tunis, Tunisie, 12-15 Août.
Moench, M. Dixit, A. Janakarajan, M. Rathore, S.; Mudrakartha, S. (2003). “The fluid
mosaic, water governance in the context of variability, uncertainty and change”. Nepal
Water Conservation Foundation, Kathmandu, and the Institute for Social and
Environmental Transition, Boulder, Colorado, USA.
Moriarty, P., Butterworth, J., Batchelor, C., (2004). “Integrated Water Resources Management
and the domestic water and sanitation sub-sector, IRC Thematic Overview Pap.
MRE, (2005). « Le secteur de l'eau en Algérie », « water sector in Algeria », Ministère des
Ressources en Eau, Alger, DZ.
OECD, “Biodiversity, water and natural resource management” (http://www.oecd.org/eau).
Onda., Kyle, LoBuglio., Joe and Bartram., Jami, (2012). “Global Access to Safe Water:
Accounting for Water Quality and the Resulting Impact on MDG Progress", International
Journal of
Environmental Research and
Public
Health, pp. 880-894;
doi:10.3390/ijerph9030880, www.mdpi.com/journal/ijerph
Remini., B. (2010). « La problématique de l’eau en Algérie du nord », Larhyss Journal, ISSN
1112-3680, n° 08, Juin 2010, pp. 27-46
Rosegrant., mark w, (1997). « Water resources in the twenty_first century: challenges and
implications for action”, international food policy research institute, food, agriculture and
the environment discussion paper 20, Washington.
Sadi A., (2004). “ Seawater desalination share among water and market policy changes in
Algeria”, Elsevier, Presented at the EuroMed 2004 Conference on Desalination
Strategies in South Mediterranean Countries: Cooperation between Mediterranean
Countries of Europe and the Southern Rim of the Mediterranean, Marrakech, Morocco,
30 May–2 June.
Saidi F., Chikh. (1997). « La crise de l’eau à Alger, une gestion conflictuelle ». L’Harmattan,
Paris, 255 p.
Salem, A. & Wiegand, T. (2006). « Le modèle du bilan hydrique: un instrument de
planification régionale (Rencontre internationale sur la Gestion intégrée des ressources
en eau, Agence de Bassin Hydrographique Constantinois Seybouse Mellegue,
Constantine, Algérie, 18-19 mars.
Smahi., A., Hammhami., A. (2011). « Développement économique et préservation des
ressources naturelles: Quel défi pour les entreprises industrielles? », in Quatrièmes
rencontres internationales de l'économie de l'environnement d'Annaba, « La
problématique de l’eau dans les pays sud méditerranéens », « Water problematic in
southern mediterranean countries », Université BADJI Mokhtar Annaba du 16, au 18
novembre.
223
Revue europénnee du droit social
Smahi A, « Management of Water Policy Resources in Algeria by Concession to Foreign
Firms “, presentation poster, the 2013 NWRA River Symposium, Ramada Reno Hotel and
Casino, Reno, Nevada. www.nvwra.org
Smahi A, “Management of water resources in Algeria: issues and challenges”, 33th Annual
Conference of the MEEA, in San Diego, CA, January 4-7, 2013.
http://meeaweb.org/pdf/MEEASanDiegoPostASSASession.pdf
Sutton., Keith, Zaimeche., Salah. (1992). “Water resource problems in Algeria”, In:
Méditerranée, Tome 76, 3-4-1992. pp. 35-43. doi: 10.3406/medit.1992.2762
UNEP (United Nations Environment Programme), (2012). “Fresh Water for the future: A
synopsis of UNEP activities in water”.
World Bank, « Le secteur de l’eau en Algérie » (http://go.worldbank.org/JLU0KZG6G0).
Young., gorgon j, dooge., James c.i and Rodda., john. C, (1994). « Global water resource
issues”, Cambridge University press
Zella, L et Smadhi., D. (2006). « Gestion de l’Eau dans les Pays Arabes », Larhyss Journal,
ISSN 1112-3680, n: 05, Juin, pp.157-169.
Websites:
www.semide.org
www.oieau.fr
www.ime-eau.org
www.un.org/esa/sustdev/water.htm#links
www.worldwatercouncil.org
www.worldwatercongress2008.org/resource/authors/abs526_article
http://www.mre.gov.dz/eau/grands_projets_mre.htm
http://www.mre.gov.dz
224
European Journal of Social Law
MESURE DE L’INSTABILITÉ POLITIQUE DANS
LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:
UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE
Marzougui MOUNIR1
Abstract: In this article, we aim to examine the multidimensional nature of the political
instability in developing countries and to derive new measures of political instability. To this
end, we use a principal components analysis on a set of 25 indicators of political instability
for 114 developing countries. We arrived to detect four dimensions of political instability,
namely; the level of democracy, violence and politically motivated protest, the effects of
neighboring countries, and instability in government.
Keywords: Economic growth, political instability, PED and principal component
analysis.
1. Introduction
Il est largement admis que l'instabilité politique est nuisible pour la
performance de la croissance économique des pays. En effet, il existe plusieurs
études qui indiquent une corrélation négative et significative entre l'instabilité
politique et la croissance économique (par exemple, Gupta et al, 1990, Barro 1991,
Alesina et al. 1996, et Ades et Chua, 1997). Ces études sont complétées par
plusieurs contributions fournissant un lien théorique entre l'instabilité politique et
la croissance économique (par exemple, Benhabib et Rustichini 1996, Brock
Blomberg 1996, Devereux et Wen 1998, Darby et al, 2004 et Ghate et al, 2003).
Cependant, le cadre, dans lequel la relation entre l'instabilité politique et la
croissance économique est analysée, a récemment fait l'objet d'attaques. De Haan
(2007), entre autres, avance que la plupart des variables utilisées dans les analyses
empiriques sur la croissance économique, notamment l'instabilité politique, sont
mesurées avec erreur. Si oui, ce qui affecte gravement la fiabilité des estimations
obtenues, outre l'erreur de mesure, d'autres études soulignent le fait (et aussi fournir
la preuve statistique) qu'il existe une corrélation négative, n'implique pas
nécessairement une relation de cause à effet (Campos et Nugent, 2002).
Il y a eu plusieurs tentatives pour résoudre le problème d'erreur de mesure. La
plupart des études qui ont porté sur l'impact de l'instabilité politique sur la croissance
économique ont construit un index dimensions en utilisant l'analyse en composantes
principales (ACP) (Perotti et al, 1996), l'analyse discriminante (Gupta, 1990 et al), ou
l'analyse de logit (Alesina et al. 1996). Cependant, il existe de nombreuses preuves
1
Doctorant à la FSEG-Tunis, Tunisie, Email: [email protected]
225
Revue europénnee du droit social
des sciences politiques que l'instabilité politique est un phénomène
multidimensionnel (Rummel 1966, Morrison et Stevenson, 1971, et Jong-A-Pin
(2009), bien que cette littérature n'ait pas atteint consensus sur le nombre approprié
de dimensions. Comme ces études ont toutes constaté que l'instabilité politique a plus
de dimensions, les solutions proposées ci-dessus peuvent encore souffrir d'une erreur
de mesure ou, au moins ignorer certains aspects de l'instabilité politique dans
l'analyse de l'impact sur la croissance économique.
Dune manière assez surprenante, la multidimensionnalité de l'instabilité
politique est timidement abordée quand il s'agit d'analyser l'impact sur la croissance
économique. Ghate et al. (2003) examinent les effets sur la croissance des
dimensions identifiées par Hibbs (1973) et de différencier entre une dimension de
violence politique et une dimension de protestation collective. En outre, Chen et
Feng (1996), et Campos et Nugent (2002) analysent les effets de l'instabilité
politique modérée et sévère sur la croissance.
Dans cet article, notre objectif est d'examiner le caractère multidimensionnel
de l'instabilité politique et à dériver de nouvelles mesures de l'instabilité politique.
À cette fin, nous utilisons une analyse en composantes principales sur un ensemble
de 25 indicateurs de l'instabilité politique.
Le reste de cet article est organisé comme suit. Dans la première section, nous
présentons une tentative de définition de l’instabilité politique. Dans la deuxième
section, nous passerons en revue sur les principales techniques utilisées dans la
mesure de l’instabilité politique. Finalement, dans la quatrième section, nous
examinons une étude empirique de mesure de l’instabilité politique dans les pays
en développement.
2. Définir l'instabilité politique
La définition de l'instabilité politique peut être très ambiguë. étant donné que
son incidence est de nature institutionnelle et pourrait varier d’un concept
impliquant des idées plus abstraites telles que la mauvaise gouvernance aux plus
indicatifs tels que les variations injustifiées du gouvernement et des questions
connexes telles que troubles politiques, des émeutes, des grèves, des guerres
civiles, ou plus généralement toute forme de violence à motivation politique.
Selon une première définition par Lipset (1959), L'instabilité politique est tout
simplement le contraire de la stabilité politique, un pays politiquement stable avait
été une démocratie ou autocratie pendant au moins 25 ans (Miljkovic et Rimal
2008). Cette définition signifie que l'instabilité politique était la non-persistance
dans la forme de gouvernement, peu importe le type de règle.
Ake (1975) suppose qu’une tentative de définition de l'instabilité politique doit
commencer par la compréhension des concepts de comportement politique et la
structure politique. Ces concepts définissent ce que l’on peut appeler un
226
European Journal of Social Law
comportement politiquement stable et sa violation appelée instabilité politique,
donnée standardisée par les lois et coutumes d'une société organisée en vigueur.
d’autre coté, Mbaku (1988) est d'accord avec cette définition en utilisant le
mot «normalité» pour définir ce qui constitue un comportement stable et une
instabilité politique prescrit par un système politique qui peut différer selon les
pays. Fosu (1992), définit tout simplement comme instabilité politique « instabilité
des gouvernements, des régimes et des communautés au sein d'une nation».
Alesina et al. (1996) définissent l'instabilité politique en impliquant le degré ou
la probabilité d'un changement de pouvoir exécutif, si ce changement est
constitutionnel ou inconstitutionnel.
Bien que Morrison & Stevenson (1972), disent qu'il n'y a pas de définition
universelle de l'instabilité politique, ils donnent une définition qui est assez
agréable, avec celles déjà énumérées ci-dessus: une situation où un «modèle
d'autorité institutionnel» dans un pays s'effondre.
Donc, il pourrait être raison de dire qu'il n'y a pas une définition universelle de
l’instabilité politique, mais la définition la plus conforme à l'approche de cette
étude est celle proposée par Alesina et Perotti (1996) dans la quelle l'instabilité
politique est considérée sous deux angles / dimensions: l'une impliquant l'instabilité
de la direction et l'autre impliquant des troubles sociaux et la violence à motivation
politique.
La première consiste en une mesure de l'instabilité politique qui capture les
modifications à la fois constitutionnelles et inconstitutionnelles de gouvernements.
Elle distingue entre les termes propension du changement et de la fréquence de
changement politique au niveau de pouvoir exécutive, en disant propension ou la
probabilité d'un changement est plus liée à plusieurs variables économiques,
sociopolitiques et institutionnelles.
La seconde suggère également que les individus peuvent être insatisfaits,
perdent confiance dans le système politique et agissent sur leur mécontentement. Les
troubles sociaux et la désobéissance civile peuvent se manifester par la société civile,
créant des tensions sociopolitiques et une menace pour les régimes politiques.
3. Une revue de littérature sur les principales
études de l’instabilité politique
3.1. Un état d’études bidimensionnelles
En parcourant la littérature, en va rapidement constater que deux conceptions
communes de l'instabilité politique sont essentielles. La première met l'accent sur
l'instabilité au niveau de pouvoir exécutive et le second l'agitation sociale et
politique. Dans la première approche, l'instabilité politique définie comme
l'instabilité au niveau de pouvoir exécutive " c’est la propension observée au
niveau des changements de gouvernement" (Alesina et Perotti 1996). Ici, on fait
227
Revue europénnee du droit social
la différence entre les changements de gouvernement inconstitutionnels et
constitutionnels, c'est-à-dire ces changements qui peuvent avoir lieu au sein de la
loi ou à l'extérieur (coups d'Etat). La seconde approche met l'accent sur
l'instabilité sociopolitique définie en tant que phénomènes de troubles sociaux et
la violence politique. Cela constitue la société civile manifestations induites de
l'instabilité politique.
C’est un ainsi que, Feng (2003) met l'accent d’une part, sur la différence entre
le changement de gouvernement régulier et irrégulier, d'autre part sur le
changement majeur et mineur du gouvernement. On peut avancer que des
changements majeurs et mineurs du gouvernement ont un impact différent sur la
croissance alors que les changements réguliers et irréguliers leur impact sur la
croissance économique n’est pas clair. Aussi, Feng (2003) affirme: "Il est, certes,
difficile de considérer le transfert de pouvoir du Premier ministre James Callaghan
au Premier ministre Margaret Thatcher comme ayant les mêmes implications
politiques que du président Salvador Allende au général Augusto Pinochet..."
Même si les deux événements doivent être classés, comme principal changement
de gouvernement, la différence qualitative est évidente.
Tableau 1: La conception de l’instabilité politique comme
un changement de gouvernement: (Feng(2003))
Changement
Mineur
Majeur
Régulier
Transfert de pouvoir
constitutionnel dans la même
partie.
Alternance constitutionnelle
dans le bureau.
Irrégulier
Défaut de pertinence
Coup d'État.
3.2. Des études multidimensionnelles
Selon Butkiewicz et Yanikkaya (2005), les mesures les plus fréquemment
utilisées pour analyser les retombées politiques de l'instabilité sont classées en
trois catégories: la stabilité du gouvernement, l'agitation sociale / stabilité, et la
violence politique. Ils soutiennent que la diversité des mesures et les différents
sous-ensembles utilisés dans les différentes études rendent les résultats non
comparables. Néanmoins, certaines mesures sont plus fréquentes que d'autres,
comme les révolutions, les coups, et les assassinats. Dans une tentative
d'organiser un champ conceptuel confus, Butkiewicz et Yanikkaya (2005)
classent les 17 mesures de l'instabilité politique dans les catégories mentionnées
ci-dessus:
228
European Journal of Social Law
Tableau 2: Classement des indicateurs de l’instabilité politique
selon Butkiewicz et Yanikkaya (2005)
La stabilité du
gouvernement
Coups
révolutions
Changement ministériel
Anti -gouvernement
manifestations
crise de gouvernement
La stabilité sociale
Risque de conflit
externe
Risque de guerre
civile
Le terrorisme
politique
Racisme et la
nationalité
Tensions
La violence politique
manifestations politiques
assassinats
purges
Décès de politique
violence
émeutes
Des grèves générales
Victimes de guerre
Guerre (sur le territoire
national)
À première vue, certaines des mesures figurant à la violence politique
pourraient tout aussi bien avoir été classées sous la stabilité sociale (grèves,
émeutes, manifestations), et ainsi laissent la question de savoir si une telle
classification est appropriée. Mais il est clair que cette classification donne un bon
aperçu sur les différentes mesures et les problèmes de la catégorisation des
indicateurs.
Ainsi, Jong-A-Pin (2009) examine la multi-dimensionnalité de l'instabilité
politique et arrive à quatre dimensions principales: (1) la violence à motivation
politique; (2) protestation civile de masse; (3) l'instabilité au sein du régime
politique; (4) et de l'instabilité du régime politique. L'auteur remarque que les
études précédentes de l'effet de l'instabilité politique sur la croissance ont été
principalement unidimensionnelles, ce qui peut impliquer des erreurs de mesure et
des constatations incorrectes du lien de causalité entre l'instabilité et la croissance
(Jong-A-Pin 2009). Pour arriver à ces dimensions l'auteur applique une approche
d'analyse factorielle sur 25 indicateurs de l’instabilité politique, la classification se
fonde également sur des techniques statistiques.
Sanders (1981) a proposé des dimensions similaires: (1) les défis violents au
régime ou au gouvernement, (2) les défis pacifiques au régime ou au gouvernement,
(3) le changement de régime, et (4) le changement de gouvernement. Les deux
premières dimensions capturent les défis au régime, tandis que les deux derniers
représentent des changements réels du régime ou gouvernement. Cependant, Jong-APin (2009) n’est pas entièrement d'accord avec cette mise en place, parce qu’il
propose dans un cadre multidimensionnel les facteurs suivants:
(1) La violence à motivation politique.
229
Revue europénnee du droit social
(2) protestation civile de masse.
(3) L'instabilité au sein du régime politique.
(4) L'instabilité du régime politique.
Bien que les deux, Sanders (1981) et Jong-A-Pin (2009) mettent l'accent sur
quatre dimensions de l'instabilité politique, mais ils reflètent toujours les deux
dimensions de base. Violence à motivation politique et protestation civile de masse
qui reflète les troubles sociopolitiques, tandis que l'instabilité politique au sein du
régime reflète l’instabilité politique qui provient d’un changement de régime, ou de
gouvernement.
Selon Carmignani (2003), la dimension de troubles sociopolitique peut se
manifester par des conflits ethnolinguistiques, religieux, idéologiques et
économiques. Ce niveau élevé de troubles sociaux et des conflits peut perturber les
activités de marché, affectant directement l'investissement et la croissance en
raison de l'incertitude associée à l’activité du gouvernement.
4, Un survol sur les études empiriques
qui mesurent l’instabilité politique
Les différentes études, qui ont examiné la relation entre la performance
économique et l’instabilité politique, utilisent ou s’appuient sur trois approches, à
savoir:
I.
les variables muettes (dummys);
II.
les indicateurs subjectifs;
III.
les indices composites ou latents.
Afin de construire des indices qui mesurent l’instabilité à travers des
indicateurs qui captent le degré de l’agitation sociale.
4.1. Utilisation des variables muettes (dummys)
Dans un premier lieu, nous commençons par un récapitulatif théorique
intégrant les principaux travaux qui ont utilisé les variables muettes, afin de mieux
appréhender l’impact de ces dernières sur le niveau de croissance économique. Les
indicateurs d’instabilité politique (variables muettes) peuvent être classés dans une
liste, cités ci-dessous, et qui prend en considération la première approche citée
précédemment. Révolution, coups d’État et assassinat politique Barro(1991), les
victimes de guerre Easterly et Rebelo(1993), Barro et Lee (1994), l’indice de
l’instabilité politique et l’indice de l'inefficacité bureaucratique Mauro (1995),
changement majeur du gouvernement Benhabib et Spiegel (1997), révolution,
coups d’État et assassinat politique Sala-i-Martin (1997), la qualité institutionnelle,
l’inégalité des revenus et les indicateurs de violence politique Svensson (1998),
l’indicateurs de fragmentation gouvernementale, Darby et al(2004), et finalement
l’indice de fragmentation idéologique du gouvernement Carmignani (2001).
230
European Journal of Social Law
Les indicateurs politiques étudiés jusqu’à maintenant sont tous objectifs, car ils
sont basés sur des variables de comptage ou observations réelles, à savoir le
nombre de changements du gouvernement au cours d'une année ou le nombre de
protestations antigouvernementales.
4.2. Utilisation des indicateurs subjectifs
La deuxième approche consiste à remplacer les phénomènes d’instabilité
politique inobservables par d’autres variables observables, à partir des modèles de
probit et logit, tel que l’utilisation stratégique de la dette dans des politiques
opportunistes du gouvernement. Cette dernière reflète le niveau de l’instabilité
gouvernementale basée sur des observations réelles. Cette approche est très utilisée
par plusieurs auteurs, à savoir Lambertini (1998), Petterson (1999),Carmignani
(2000) Alesina et al (1996), afin de dégager une probabilité de l’incertitude ou de
l’instabilité. En revanche, quelques publications récentes, à savoir, Keefer et Knack
(1995), Brunetti, (1997), Svensson (1998) et Aron (2000), ont utilisé des
indicateurs subjectifs pour capturer l’instabilité politique en se basant sur des
enquêtes et des évaluations d’experts.
Ces mesures sont considérées comme un guide pour les chercheurs en matière
d’économie politique, car elles fournissent une mesure quantitative pour des
dimensions politiques qui sont totalement différentes des mesures présentées par
les indicateurs objectifs.
Ces indicateurs, qualifiés de subjectifs par la littérature, sont par exemple le
degré d’exécution des contrats et des obligations, les droits de propriété, le risque
d’expropriation, le risque d’une attaque violente contre les entrepreneurs privés, et
la primauté du droit. Ainsi, Carmignani (2003) a souligné l’importance de ces
indicateurs subjectifs dans la détection des différentes dimensions de l’instabilité
politique. Il a noté aussi que les mesures subjectives sont les plus susceptibles
d’être endogènes avec les performances économiques. Cela est expliqué par le fait
que le degré d’instabilité où l’incertitude est fournie par des individus neutres. Ces
mesures subjectives peuvent tout aussi bien présenter une évaluation des
institutions politiques.
Pourtant, Aron (2000) met en exergue plusieurs limites associées à
l’utilisation d’indicateurs subjectifs. La première tient à ce que les indicateurs
subjectifs seraient soumis à un effet hystérésis, surtout lors d’estimations de
l’effet de ces indicateurs sur le niveau de la croissance. La seconde lacune est
purement technique, elle se manifeste suite au fait que les indicateurs subjectifs
sont souvent définis sur une échelle de mesure ordinale (par opposition à
l’échelle cardinale).
231
Revue europénnee du droit social
4.3. Utilisation des indices composites ou latents.
La troisième approche met l’accent sur les indices composites ou latents, ces
indices sont extraits à travers l’analyse en composantes principales, cette méthode
consiste à réduire le nombre des indicateurs d’instabilité politique, afin d’avoir une
mesure ou un proxy pour les événements d’instabilité politique, Alesina et Perotti
(1996) ont dégagé un indice d’instabilité sociopolitique, à partir d’une analyse en
composante principale, afin de tester l’impact de ce dernier sur le niveau de
l’investissement. Campus et Nugent (1999) ont construit un indice d’instabilité
sociopolitique, à partir d’une analyse en composantes principales, afin de prouver
une causalité statistique au sens de Granger entre cet indice et le niveau de la
croissance dans les pays d’Afrique Sub-saharien. Annett (2000) a utilisé un indice
de fractionnement ethnolinguistique religieux et un indice d’instabilité global,
obtenu à partir d’une analyse en composantes principales, pour tester la nature de la
relation entre ces deux indices et les dépenses publiques. Finalement, Fosu (2001) a
construit un indice composite d’instabilité politique à partir d’une analyse en
composantes principales, afin de tester son impact sur le niveau de la croissance et
le capital physique.
5. Mesure de l’instabilité politique au moyen de l’analyse
en composantes principales: Cas empirique
5.1. Méthodologie de recherche
Cette section est consacrée à l’élaboration d’une analyse en composante
principale. Cette technique vise à déterminer la structure latente d’un ensemble de
données tout en expliquant la corrélation entre les variables ou les indicateurs afin
de réduire le nombre des dimensions et extraire uniquement les informations
communes à tous les indicateurs.
L’étape suivante consiste à déterminer le nombre de facteurs qui représente
l’instabilité politique des différents pays considérés. À partir de là, il existe trois
manières de déterminer le nombre optimal de facteurs.
Il est possible d’utiliser la méthode du critère d’information de Bai et Ng
(2002); l’idée consiste à accepter un certain degré de corrélation entre les erreurs et
les facteurs, de même le critère de Bai et Ng (2002) qui stipule que les facteurs
devraient être utiles pour l’application dans laquelle le nombre des facteurs sera
assumé et non pas déterminé par les données.
La deuxième méthode se base sur le graphique des valeurs propres, qui est
connu aussi sous le nom de parcelle d’éboulis (scree plot). L’idée consiste à fixer le
point de la chute linéaire des valeurs propres. Ces valeurs ne seront pas retenues
comme des facteurs, par contre les points qui sont au-dessus de ce point seront
retenus comme de nouveaux facteurs latents ou composants. Le graphique de
232
European Journal of Social Law
parcelle d’éboulis présente donc le tableau de bord afin de déterminer le nombre de
facteurs optimal. Finalement, on peut utiliser le critère de Kaiser; lors du choix de
nos facteurs, la règle stipule de retenir uniquement les facteurs dont les valeurs
propres sont supérieures à 1.
5.2. Présentation des données de notre échantillon
5.2.1. Statistique descriptive préliminaire des données politiques
Notre étude s’intéresse à un ensemble de pays en développement, pour une
période qui s’étend de 1991 à 2012. La revue des travaux de la littérature, de même
que l'inspection des bases de données, permet d'identifier 25 indicateurs susceptibles
d'être reliés ou de refléter une ou des facettes de l'instabilité. Ces 25 indicateurs sont
issus de plusieurs bases de données telles que Polity IV (Marshall et Jaggers), Monty
G. Marshall, Center for Systemic Peace, Societal-Systems Research Inc, Vienna et
CSP CoupsList. Le tableau 4 présent les différents indicateurs sélectionnés:
Tableau 4: liste des indicateurs d’instabilité politique
Code
Xrreg
Xrcomp
Xropen
Xconst
Parreg
Parcomp
Coup d’Etat
Intto
Civtot
nborder
nint
nac
MAGFAIL
MAGVIOL
MAGFIGHT
MAGFATAL
MAGAREA
Indicateurs
Règlement du recrutement exécutif
Compétitivité du recrutement exécutif
L’ouverture du recrutement exécutif
Les Contraintes exécutives
Le règlement de la participation
Compétitivité de la participation
Nombre de coups d’Etat
LA Somme de l’importance des épisodes de
violence civique et internationale guerre
qui ont touché le pays
La somme de l’importance des épisodes de
violence civile + guerre civile+violence
ethnique +guerre ethnique
Nombre de pays voisins partageant une
frontière avec l'état identifié
Nombre des pays voisins qui ont des
violences inter pays
Nombre d’États voisins avec n'importe quel
type de violence
Le niveau de l'échec de l'autorité de l'État
Le niveau de La violence associée à la
transition de régime
Nombre de combattants ou des militants
rebelles
Nombre annuel de décès liés à l'ampleur
des combats
Pourcentage du pays touchés par les
combats
Source
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Polity IV
CSPCoupsList
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Societal-Systems Research
Inc, Vienna
Societal-Systems Research
Inc, Vienna
Societal-Systems Research
Inc, Vienna
Societal-Systems Research
Inc, Vienna
Societal-Systems Research
Inc, Vienna
233
Revue europénnee du droit social
regciv
regint
Palcomp
EXconst
Polity
Auto
Democ
Durable
La somme de l’importance des violences
ethniques ou civiles de toute la région.
La somme de l’importance des violences
inter pays de la region
La compétition politique
contraintes exécutives
Le score de la politique combinée
autocratie institutionnalisée
démocratie institutionnalisée
Durabilité du régime
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Monty G. Marshall, Center
for Systemic Peace
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Polity IV
Les statistiques descriptives présentées dans le tableau 6 pour nos 114 pays
montrent que les valeurs des écarts types sont supérieures aux moyennes pour tous
les indicateurs sélectionnés, démontrant une forte dispersion et hétérogénéité au
sein de notre échantillon. De même, l’annexe présente la matrice de corrélation de
Person. La corrélation de Person nous permet d’obtenir une idée préliminaire sur
les indicateurs qui peuvent être regroupés ou projetés sur le même axe factoriel.
5.2.2. Résultat de l’analyse en composant principal
Afin d’extraire le nombre optimal de composant représentatif de nos
dimensions politiques, il faut vérifier quelques règles de base de l’analyse en
composantes principales(ACP). Tout d’abord, il faut faire recours à la parcelle
d’éboulis (scree plot), le graphique d’éboulis indique la présence de quatre
dimensions avec des valeurs propres supérieures à 1.
234
European Journal of Social Law
Ces quatre dimensions ont des valeurs propres supérieures aux autres facteurs.
Elles expliquent bien une part très importante du contenu de la variance commune.
Le tableau 6 représente le pourcentage d’informations récupérées par les
quatre premiers facteurs, à savoir 73,808 %, avec une perte d’information de
26,192 %. Cette perte est négligeable par rapport au nombre de facteurs obtenus.
Les résultats de la solution factorielle après la rotation de varimax, qui peut être
examiné par le tableau 6, représente la matrice de saturation (matrice des facteurs).
Tableau 5: Matrice de saturation des facteurs
Composantes
Niveau de la Protestation
et Les effets des Instabilité au niveau de
démocratie
violence politique pays voisins
gouvernement
,020
-,027
,010
Polcomp
,092
-,001
,046
,281
durable
-,381
,019
-,002
,017
xrreg
,093
,020
-,007
,013
xrcomp
,093
,019
-,008
,019
xropen
,093
,023
-,015
,006
xconst
,092
,018
,004
,016
parreg
,092
,019
-,011
,016
parcomp
,093
,002
-,007
-,195
Coupd’Etat
,208
-,016
-,039
,027
intto
,217
,025
-,057
-,003
civtot
,247
,025
-,049
-,006
,423
nborder
,003
-,020
-,001
nint
,395
,030
-,011
nac
,093
,395
-,016
-,030
-,125
regint
,483
,020
,041
,067
regciv
,274
,029
-,053
-,018
Polity
,089
,013
,028
,031
Autoc
,091
,025
-,023
-,010
democ
,091
-,039
-,088
,029
MAGVIOL
,071
,039
-,005
-,048
MAGFIGHT
,297
,037
-,024
-,031
MAGFATAL
,281
,033
-,020
-,044
MAGAREA
,292
,023
-,015
,006
Exconst
,092
-,017
,033
,032
MAGFAIL
-,102
Méthode d'extraction: Analyse en composantes principales.
Méthode de rotation: Varimax avec normalisation de Kaiser.
Tableau 6: la variance totale expliquée
Facteurs Valeurs propres initiales Extraction Sommes des Somme des carrés des facteurs
carrés des facteurs retenus retenus pour la rotation
Total % de la %
Total % de la %
Total
% de la %
variance cumulés
variance cumulés
variance cumulés
1
11,867 47,467 47,467 11,867 47,467 47,467 11,251 45,002
45,002
2
3,267 13,069 60,535 3,267 13,069 60,535 3,522
14,088
59,090
3
2,013 8,052
68,588 2,013 8,052
68,588 1,872
7,488
66,578
4
1,305 5,221
73,808 1,305 5,221
73,808 1,808
7,230
73,808
235
Revue europénnee du droit social
Méthode d'extraction: Analyse en composantes principales.
Statistiques de fiabilité
Alpha de Cronbach Nombre d'éléments
,938
25
À partir de la rotation Varimax qui repose sur la maximisation de la somme des
variances des saturations dans chaque colonne, il est possible d'identifier les poids
factoriels des indicateurs sur chaque facteur. Généralement, chaque indicateur à un
fort poids sur un seul facteur, et il est faible sur les autres facteurs. Les indicateurs
ayant une forte saturation factorielle peuvent être utiles lors de l’interprétation de ces
facteurs. Sachant que le coefficient alpha de Cronbach est égal à 0,938, ce qui reflète
la cohérence interne ou la fiabilité des indicateurs lors de notre analyse.
Généralement, ce coefficient est considéré acceptable à partir de 0,7
Le premier facteur est fortement corrélé avec des variables reflétant le niveau
de la démocratisation dans un pays; nous citons les variables, leurs codes ainsi que
leurs valeurs de corrélations avec le premier facteur.
Les premières variables sont le règlement du recrutement exécutif (xrreg), la
Compétitivité du recrutement exécutif codé par (xrcomp), la variable l'ouverture
du recrutement exécutif codé par (xropen)et la Compétitivité de la participation
(parcomp) qui ont un niveau de corrélation de 0.093, Les Contraintes exécutives
identifiées par le code (xconst), Le règlement de la participation codé par (parreg),
la compétition politique (Polcomp) et contraintes exécutives (Exconst) sont
corrélés de 0.092 avec le premier facteur, et finalement qui possède un niveau de
corrélation de 0.091 sont la démocratie institutionnelle (Dmoc), autocratie
institutionnelle (Auto) et le score de la politique combinée (Polity). À cet effet,
nous apostrophons ce facteur « le niveau de la démocratie ».
Le deuxième facteur possède un poids factoriel très élevé pour les indicateurs
associés à la violence politique, à savoir; le nombre des combattants ou militants
rebelles (MAGFIGHT) avec un coefficient de corrélation de 0,297, le nombre
annuel des décès liés au niveau des combats (MAGFATAL) qui est corrélé avec le
deuxième facteur d’une valeur de 0.281. Pourcentage des pays touchés par les
combats (MAGAREA) est corrélé d’une valeur de 0.292. La somme de
l’importance des épisodes de (violence civile, guerre civile, violence ethnique,
guerre ethnique) (Civtot) avec le niveau de la violence associée à la transition de
régime (MAGVIOL) qui sont corrélés respectivement de 0.247 et 0.323. Nous
proposons comme appellation pour ce deuxième facteur; « Protestation et violence
à motivation politique ».
Les indicateurs associés à des effets externes soit régionaux ou internationaux
sont les seules variables qui font le poids sur le troisième facteur, à savoir; Nombre
des pays voisins qui ont des violences inter pays (nint) avec un coefficient de
corrélation de 0.395 et la Somme de l’importance des épisodes de violence civique
et internationale guerre qui ont touché le pays (intto) qui possède une valeur de
corrélation de 0.217. La somme de l’importance des violences inter pays de la
236
European Journal of Social Law
région (regint) et qui est corrélée de 0.483, et finalement le nombre d’États voisins
avec n'importe quel type de violence (nac) qui est corrélée de 0.093, à son tour.
Ainsi, nous appelons ce facteur «Les effets des pays voisins ».
Le dernier facteur est fortement chargé par des indicateurs de nature purement
politique, on peut citer comme indicateur de durabilité du régime(Durable) avec un
coefficient de corrélation de-0,381. Le niveau de l’échec de l’autorité de l’Etat
(MAGFAIL) qui possède un coefficient de corrélation -0.102. Le nombre de coups
d’Etat (coup d’Etat) corrélé avec le quatrième facteur d’une valeur de 0,208,
auquel nous accordons le nom « instabilité au niveau du gouvernement ».
Le tableau 6 montre également la variance des indicateurs non-expliqués par le
modèle, autrement dit, il nous explique à quel point les dimensions de l’instabilité
politique peuvent refléter le contenu des indicateurs. Généralement, la plupart des
indicateurs ont des variances uniques supérieures à 0.5, ce qui montre bien que les
dimensions retenues sont des proxys pour des événements qualificatifs de nature
politique, et plus précisément, d’instabilité politique.
Notre analyse nous a permis d’identifier quatre dimensions d’instabilité
politique à savoir le niveau de la démocratie, la violence et la protestation à
motivation politique, les effets des pays voisins et l’instabilité au sein du
gouvernement. Nos résultats coïncident patiellement avec celles de Treier et
Jackman (2008), Jong-A-pin (2009) et Jeroen Klomp et De Haan (2009), c’est vrai
que notre résultat coïncide avec ces auteurs au niveau du nombre des facteurs, mais
ce qui est nouveau dans notre études, c’est de mettre l’accent sur l’importance des
violences et les conjonctures internationales sur l’instabilité politique dans les pays
en développement.
Conclusion
La plupart des études antérieures ont utilisé des indicateurs d’instabilité
politique choisis arbitrairement comme le coup d’Etat, l’assassinat politique, ce qui
suppose implicitement que l’instabilité politique est un concept unidimensionnel.
En outre, la plupart des indicateurs d’instabilité politique contiennent quelques
erreurs de mesure, ce qui peut conduire à des estimations biaisées. Dans ce travail
de recherche, nous avons effectué une analyse en composantes principales sur 25
indicateurs d’instabilité politique pour 114 pays en développement. Nous sommes
arrivés à détecter quatre dimensions d’instabilité politique, à savoir; le niveau de la
démocratie, la violence et protestation à motivation politique, les effets des pays
voisins, et l’instabilité au niveau du gouvernement.
Plusieurs études multidimensionnelles Butkiewicz et Yanikkaya (2005), JongA-Pin (2009) ont été effectuées pour déterminer les facteurs qui influencent
l’instabilité politique. Mais ce qui est nouveau dans notre étude, c’est de démontrer
que la situation politique dans un pays, peut être influencé par les conflits sociaux
politiques des pays voisins.
237
Revue europénnee du droit social
En effet, l'instabilité régionale perturbe les flux commerciaux. Les parts de
marchandises sont plus faibles dans les pays qui souffrent d'instabilité régionale.
Deuxièmement, l'instabilité régionale conduit à une augmentation des dépenses
militaires, c’est-à-dire que les dépenses de défense sont plus élevées dans les régions
qui sont menacées des conflits sociaux-politiques. En revanche, la part des dépenses
publiques consacrée à l'éducation sera plus faible dans les pays avec des voisins
politiquement instables. Ces influences régionales indésirables doivent être prises en
compte lors de la projection de la performance économique future de pays.
Ces résultats peuvent bouleverser les constatations des études antérieures qui
s’intéressent à la relation entre l’instabilité politique et la croissance économique.
Puisque l’on a une nouvelle dimension qu’il faut prendre en compte dans l’étude
des effets de l’instabilité politique sur la croissance économique dans les pays en
développement.
References:
Ades, A. and H. B. Chua (1997). “Thy neighbor’s curse: Regional instability and economic
growth.” Journal of Economic Growth 2, 279-304.
Ake, Claude (1975). ”A Definition of Political Stability”, Comparative Politics, Vol. 7, No. 2,
pp. 271-283.
Alesina, A., and Perotti, R. (1996). Income Distribution, Political instability, and investment.
European Economic Review 40, 1203-1228.
Alesina, A., Ozler, S., Roubini, N., and Swagel, P. (1996). Political instability and Economic
Growth. Journal of Economic Growth, 1, 189-211.
Annett, A (2000). Social fractionalization, political instability, and the size of government.
IMF Working Paper WP00=82.
Aron, J. (2000). Growth and institutions: a review of the evidence. The World Bank
Research Observer, 15, 99 – 135.
Asien,A, Vejia, F.(2013). How does political instability affect economic growth? European
journam of Political Economy 29(2013) 151-187.
Bai Jushan and NG Serena (2002). “Determining the Number of factors in approximate
factor models” Econometrica Vol 70 N° 1 (Jannuary, 2002) 191-221.
Barro, R. J. and Lee, J (1994). Sources of economic growth. Carnegie-Rochester
Conference Series on Public Policy.
Barro, R. J. (1991, May). Economic Growth in a Cross Section of Coutries. The Quarterly
Journal of Economic, PP. 407-443.
Benhabib, J. and Spiegel, M. (1997). Growth and investment across countries: are
primitivesall that matter. New York University and Federal Reserve Bank of San
Francisco,mimeo.
Brock Blomberg, S. (1996). Growth, political instability and the defence burden, Economica,
63: 649-72.
Brunetti, A. (1997), Politics and Economic Growth. Paris: Development Centre of OECD.
Butkiewicz, J. L and Yanikkaya, H (2005). The impact of sociopolitical instability on
Economic growth: Analysis and implications. Journal of Policy Modeling, 27, 629-645.
Campos, N, F and Nugent, J, B. (1999). Who is afraid of political instability. University of
Southern California, mimeo.
Campos, N, F and Nugent, J.B. (2002). Who is Afraid of political instability? Journal
ofDevelopment Economics, 67, 157-172.
238
European Journal of Social Law
Carmignani, F (2000). Political bias in fiscal policy formation: an econometric analysis of
coalition systems. Universita` degli Studi di Milano-Bicocca,Working PaperNo. 28.
Carmignani, F (2001). Theory and evidence on the political economy of growth, Universita
degli Studi di Milano-Bicocca Working Paper 31.
Carmignani, F (2003). New evidence on the politics and economics of multiparty cabinets
duration. Forthcoming in Scottish Journal of Political Economy.
Chen, B. and Feng, Y. (1996). Some political determinants of economic growth.
Dani Rodrik (1989). Policy Uncertainty and Private Investment in Developing Countries,
NBER Working Paper No. 2999 Issued in June 1989
Darby, J., Li, C. and Muscatelli, V(2004). Political uncertainty, public expenditure and
growth. European Journal of Political Economy. 20, 153–79 (2004).
De Haan, J.(2007). Political institutions and economic growth reconsidered. Public Choice
127, 281–292
Devereux M. and J-F. Wen (1998) Political instability, capital taxation and growth,European
Economic Review, 42, 1635-51.
Easterly, W. and Rebelo, S. (1993). Fiscal policy and economic growth. Journal of Monetary
Economics, 32, 417 – 458.
Feng, Y. (2003). Democracy, Government, and Economic Performance: Theory and
Evidence. The Mit Press.
Fosu, A. K. (2001). Political instability and Economic Growth in developing Economies:
Some specification Empirics. Economic Letters, 70, 289-294.
Fosu, A. K. (1992). Political instability and economic growth: Evidence from Sub-Saharan
Africa. Economic Development and cultural change, 40(4), 829-841.
Ghate, C., Le, Q. and Zak, P. (2003). Optimal fiscal policy in an economy facing
sociopolitical instability. Review of Development Economics 7, 583–598.
Gupta, Dipak K. (1990): The Economics of Political Violence, Praeger, New York;
Hibbs, D.(1973). Mass Political Violence: a Cross National Causal Analysis. Wiley, New
York. European Journal of Political Economy 12, 609–627.
Hair, J, Anderson, R. Tatham, W (1998). Black, Multivariate Data Analysis, 5th edn.
(Prentice Hall International, London.
Jong-a-Pin, R. (2009). On the measurement of political instability and its impact on
economic growth. European Journal of Political Economy 25, 15–29.
Keefer, P. and Knack, S. (1995), Institutions and economic performance: cross-country tests
using alternative institutional measures.Economics and Politics, 7, 207 – 227.
Lambertini, L. (1998). Are budget deficits used strategically? UCLA, mimeo.
Lipset, S.M. (1959). Some Social Requisites of Democracy: Economic Development and
Political legitimacy. The American political Science review, 53(1), 69-105.
Londregan, J. B., and Poole, K. T. (1990). Poverty, The Coup Trap, and the Seizure of
Executive Power. World politics, 42(2), 151-183.
Mauro, P. (1995). Corruption and growth. The Quarterly Journal of Economics, 110, 681 –
712.
Mbaku, J. M. (1988). Political instability and economic Development in sub-sahan Africa:
Some recent Evidence. The Review of Black Political Economy, 89-111.
Miljkovic, Dragan and Arbindra Rimal.(2008). “The Impact of Socio-Economic Factors on
Political Instability: A Cross-Country Analysis”. The Journal of Socio-Economics 2008:
2454-2463.
Morrison, D.G and Stevenson, H.M. (1971). Political instability in independent Black Africa:
More dimensions of conflict Behaviour within Nations. Journal of conflict Resolution,
15(3), 347-368.
Perotti, R. and Alesina,A (1996). Income distribution, political instability, and investment.
NBER, Working paper N°4486.
Petterson, P. (1999). An empirical investigation of the strategic use of debt. IIES,mimeo.
239
Revue europénnee du droit social
Psacharopoulos, G., (1994). Returns to investment in education: a global update. World
Development 22, 1325–1343.
Rummel, R., (1966). Dimensions of conflict behavior within nations, 1946–59. Journal of
Conflict Resolution 10, 65–73.
Sala-i-Martin, X. (1997). I just run four million regressions. NBER Working Paper No. 4186.
Sanders, David. (1981). Patterns of Political Instability. New York: St Martin’s Press.
Stock, J. H. and Watson, M. W. (2002). Forecasting Using Principal Components from a
Large Number of Predictors, Journal of the American Statistical Association.
Svensson, J. (1998). Investment, property rights, political instability: theory and evidence.
European Economic Review, 42, 1317 – 1341.
Treier, S and Jackman, S. (2008). Democracy as a Latent Variable, American Journal of
Political Science, Volume 52, Issue 1, pages 201–217, January.
Venieris, Y. P., and Gupta, D. K. (1986). Income Distribution and Sociopolitical instability as
determinants of saving: A Cross- Sectional Model. Journal of Political Economy, 94(4),
Wansbeek, T. and Meijer, E., (2000). Measurement Error and Latent Variables in
Econometrics. North Holland, Amsterdam
Annexe 1
Matrice de corrélation des indicateurs de l’instabilité politique
magfight
magfight 1,000
nregion -,080
,195
nac
,170
nciv
,137
nint
nborder ,117
,713
civtot
,069
intto
coupdetat ,031
parcomp -,251
-,249
parreg
-,245
xconst
-,249
xropen
xrcomp -,247
-,249
xrreg
magfail ,082
,289
regciv
,120
regint
magarea ,921
magfatal ,819
magviol ,301
240
nregion
-,080
1,000
-,067
-,079
,000
,217
-,106
-,041
-,006
,071
,066
,076
,065
,070
,069
,076
-,039
,000
-,091
-,088
-,068
nac
,195
-,067
1,000
,972
,349
,502
,160
,150
,037
-,049
-,030
-,065
-,042
-,048
-,037
-,023
,465
,244
,209
,208
,079
nciv
,170
-,079
,972
1,000
,167
,467
,146
,137
,048
-,058
-,042
-,073
-,052
-,058
-,049
-,015
,469
,157
,195
,190
,085
nint
,137
,000
,349
,167
1,000
,240
,081
,145
-,031
,026
,041
,019
,033
,030
,036
-,045
,149
,509
,105
,119
-,016
nborder civtot intto
,117
,713 ,069
,217
-,106 -,041
,502
,160 ,150
,467
,146 ,137
,240
,081 ,145
1,000
,055 ,090
,055
1,000 ,036
,090
,036 1,000
,015
,069 -,004
-,033
-,314 -,128
-,028
-,306 -,127
-,046
-,312 -,131
-,027
-,310 -,129
-,033
-,309 -,128
-,026
-,309 -,128
-,037
,103 ,029
,226
,305 ,171
,094
,060 ,251
,090
,679 ,068
,071
,632 ,088
,019
,377 ,050
coupdetat parcomp
,031
-,251
-,006
,071
,037
-,049
,048
-,058
-,031
,026
,015
-,033
,069
-,314
-,004
-,128
1,000
-,136
-,136
1,000
-,132
,996
-,140
,997
-,139
,997
-,138
,998
-,136
,998
,001
-,166
,039
-,166
-,061
-,035
,041
-,299
,020
-,247
,182
-,614
European Journal of Social Law
magfight
nregion
nac
nciv
nint
nborder
civtot
intto
coupdetat
parcomp
parreg
xconst
xropen
xrcomp
xrreg
magfail
regciv
regint
magarea
magfatal
magviol
parreg xconst xropen xrcomp xrreg
-,249 -,245 -,249 -,247 -,249
,066 ,076 ,065 ,070
,069
-,030 -,065 -,042 -,048 -,037
-,042 -,073 -,052 -,058 -,049
,041 ,019 ,033 ,030
,036
-,028 -,046 -,027 -,033 -,026
-,306 -,312 -,310 -,309 -,309
-,127 -,131 -,129 -,128 -,128
-,132 -,140 -,139 -,138 -,136
,996 ,997 ,997 ,998
,998
1,000 ,992 ,995 ,996
,998
,992 1,000 ,996 ,998
,996
,995 ,996 1,000 ,999
,997
,996 ,998 ,999 1,000 ,999
,998 ,996 ,997 ,999
1,000
-,166 -,162 -,164 -,163 -,165
-,135 -,181 -,151 -,158 -,146
-,016 -,047 -,032 -,032 -,022
-,295 -,295 -,297 -,296 -,296
-,243 -,243 -,244 -,243 -,244
-,613 -,615 -,614 -,615 -,615
magfail
,082
,076
-,023
-,015
-,045
-,037
,103
,029
,001
-,166
-,166
-,162
-,164
-,163
-,165
1,000
,074
,003
,093
,062
,153
regciv regint magarea magfatal
,289 ,120 ,921
,819
-,039 ,000 -,091
-,088
,465 ,244 ,209
,208
,469 ,157 ,195
,190
,149 ,509 ,105
,119
,226 ,094 ,090
,071
,305 ,060 ,679
,632
,171 ,251 ,068
,088
,039 -,061 ,041
,020
-,166 -,035 -,299
-,247
-,135 -,016 -,295
-,243
-,181 -,047 -,295
-,243
-,151 -,032 -,297
-,244
-,158 -,032 -,296
-,243
-,146 -,022 -,296
-,244
,074 ,003 ,093
,062
1,000 ,253 ,278
,273
,253 1,000 ,100
,071
,278 ,100 1,000
,828
,273 ,071 ,828
1,000
,110 -,021 ,386
,312
magviol
,301
-,068
,079
,085
-,016
,019
,377
,050
,182
-,614
-,613
-,615
-,614
-,615
-,615
,153
,110
-,021
,386
,312
1,000
Annexe 2
Liste des Pays en développement:
Afghanistan, Albania, Algeria, Angola, Armenia, Azerbaijan, Bahrain,
Benin, Burkina Faso,Bangladesh, Botswana, Burundi, Bulgaria, Cambodia,
Cameroon, Cape Verde, Central African Republic, Chad, Comoros,Congo,
Brazzaville, Costa Rica, Djibouti, Ecuador, Egypt, Equatorial, Guinea,
Ethiopia, Gabon, Gambia, Ghana, Guinea-Bissau, Greece, Guatemala, Guinea,
Guyana, Israel, Ivory Coast, Jamaica, Jordan, Kenya, Kuwait, Kyrgyzstan,
Kazakhstan, Liberia, Lebanon, Libya, Mauritania, Macedonia, Madagascar,
Malaysia, Mauritius, Malawi, Moldova, Mali, Mongolia, Morocco, Myanmar
(Burma), Mozambique, Namibia, Nepal, Nicaragua, Nigeria, Niger, Oman,
Pakistan, Panama,Paraguay, Peru, Philippines, Papua New Guinea, Portugal,
Qatar, Romania, Rwanda, South Africa, El Salvador, Saudi Arabia, Senegal,
Sierra Leone, Singapore, Slovenia, Solomon, Islands,Somalia, Sri Lanka,
Suriname, Syria, Taiwan, Tanzania, Thailand, Turkmenistan, Togo, Trinidad
and Tobago, Tunisia, Turkey, Uganda, Ukraine, Uruguay, Uzbekistan,
Venezuela, Vietnam, Yemen, Zambia, Zimbabwe.
241
Revue europénnee du droit social
242