dossier de presse - Baroque Ensemble of Nice

Commentaires

Transcription

dossier de presse - Baroque Ensemble of Nice
DOSSIER DE PRESSE
Edito
« Le baroque commence
lorsque la peinture, soudainement, va
découvrir le pouvoir dramatique
de l’ombre ou plus exactement le duo
inséparable de la lumière et de l’ombre
conçu comme une manière de tragédie. »
Philippe Beaussant, Vous avez dit baroque ?
De Léonard de Vinci à Victor Hugo, le clair-obscur, l’ombre, la lumière ont été au cœur
des préoccupations de nombre d’artistes.
Le recours aux métaphores multiples de l’ombre et de la lumière est fréquent dans le
langage des musiciens. On parle ainsi des accords sombres ou lumineux d’une
harmonisation ; dans l’orchestration, peut-on imaginer un Stabat Mater confié à l’éclatante
clarté des hautbois et des trompettes ou des Feux d’artifice royaux confiés aux subtiles
demi-teintes d’un ensemble de violes ?
Chez un luthier, il n’est pas rare d’entendre, lors d’une séance de réglage, que tel
instrument est un peu sombre, un peu clair, trop au pas assez brillant. Dans sa dimension
matérielle même, l’instrument est pétri de lumière métaphorique.
« Aucune matière ne peut être intelligible sans ombre et lumière. Ombre et lumière sont
issues de la lumière », notait Léonard de Vinci dans son Traité de la peinture, faisant ainsi de
la lumière la source de toute « matière », de tout art, et ce, dans son rapport dialectique
avec l’ombre.
C’est cette tension, ce dialogue, entre l’ombre et la lumière qui va animer l’ensemble du
programme de notre saison 2015-2016, des Leçons de Ténèbres au rayonnant Regina coeli,
en passant par la magnifique sonate de C.P.E. Bach mettant en scène « le Sanguin et
le Mélancolique ». Au mois de janvier, notre concert s’articulera autour d’une
correspondance entre la luminosité d’images plastiques et musicales, avec la projection des
splendides plaques de verre de lanterne magique, mises aimablement à notre disposition
par un amateur.
Fusion, correspondance, concomitance des arts dans un élan vers la beauté, c’était aussi le
rêve du Dr Albert Schweitzer : « Bach, disait-il, était un poète, et ce poète était en même
temps un peintre. »
Gilbert Bezzina, directeur artistique
Calendrier
L’été et l’automne de l’Ensemble Baroque de Nice
Soirées estivales du Département des Alpes-Maritimes
Samedi 11 juillet. 21h⎮ Église Saint-Étienne – Guillaumes
Dimanche 12 juillet. 18h30 ⎮ Cathédrale Saint-Michel – Les Baroquiales – Sospel
Lundi 13 juillet. 21h ⎮ Église Saint-Jacques – Les Ferres
Dimanche 16 août. 21h ⎮ Église paroissiale – Saint-Étienne-de-Tinée
> Venise Baroque / Les Pleurs d’Ariane (le 12). Albinoni, Locatelli, Vivaldi. Gilbert Bezzina, violon
Festival Musiques à la Chabotterie (Vendée)
Mardi 4 août. 21h ⎮Église – L’Herbergement
> Le Sommeil d’Ulisse. Clérambault, Jacquet de la Guerre. Claire Lefilliâtre, soprano
Festival Musica del temps passat (Ariège)
Jeudi 13 août. 21h ⎮Église – Roquefixade
> Bergers d’Arcadie. Corrette, Charpentier. Jean-Christophe Maillard, musette de cour
Journées du Patrimoine
Vendredi 18 septembre. 20h30⎮ Cathédrale Sainte-Réparate – Nice
Samedi 19 septembre. 17h ⎮ Salle Daudet – Peymeinade (Estivales)
> Violons baroques en Europe. De Tartini à Bach
Festival d’Art sacré d’Antibes
Vendredi 25 septembre. 21h ⎮ Cathédrale – Antibes
> Stabat Mater. Pergolèse
Anniversaire 15 ans des Amis de l’orgue de Bouc Bel-Air (Bouches-du-Rhône)
Vendredi 20 novembre⎮ Église – Bouc Bel-Air
> Le Coucou et le Rossignol. Concertos pour orgue de Bach, Haendel, Corrette. Vera Elliott, orgue
Musique baroque en Avignon (Vaucluse)
Dimanche 22 novembre. 17h⎮ Auditorium Mozart – CRR du Grand Avignon
> Folies & furies. Haendel, Vivaldi. Julie Robard-Gendre, mezzo-soprano
Festival C’est pas classique
Dimanche 29 novembre⎮ Acropolis – Nice
> Airs d’opéra. Haendel, Vivaldi. Julie Robard-Gendre, mezzo-soprano
Saison 15-16 Nice baroque en musique
Vendredi 9 octobre. 20h30 ⎮ Dimanche 11 octobre. 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin
> Brumes londoniennes. Purcell, Haendel, Geminiani
> Mercredi 7 octobre. 17h ⎮ Auditorium BMVR Louis-Nucéra
Conférence Lumière et science à l’époque baroque : entre clair et obscur (en partenariat avec l’Observatoire
Côte d’Azur) par Frédéric Morand, ingénieur responsable de l'instrumentation solaire à l'OCA/Calern
Vendredi 13 novembre. 20h30 ⎮ Dimanche 15 novembre. 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin
> Violon ou viole d’amour ? Vivaldi, JS et CPE Bach. François Fernandez, violon & violes d’amour
> Samedi 14 novembre. 15h ⎮ Auditorium BMVR Louis-Nucéra
Conférence La viole d’amour et ses sonorités multiples, naissance, parenté et métamorphose « baroques »
par François Fernandez
Vendredi 11 décembre. 20h30 ⎮ Dimanche 13 décembre. 16h30
Chapelle du Saint-Suaire
> Mort & résurrection. Mouret, Montéclair. Monique Zanetti, soprano
Séances de cinéma au Mercury
Vendredi 15 janvier. 20h30 ⎮ Dimanche 17 janvier. 16h30
Théâtre Francis Gag
> Concert à la lanterne magique. Farina, Uccellini, Telemann
> Samedi 16 janvier. 15h ⎮ Auditorium BMVR Louis-Nucéra
Conférence Lanterne magique et pré-cinéma : le grand art de la lumière et de l’ombre
Vendredi 26 février. 20h30 ⎮ Dimanche 28 février. 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin
> Telemann, musicien de l’Europe des Lumières
Séances de cinéma au Mercury
Vendredi 18 mars. 20h30 ⎮ Dimanche 20 mars. 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin
> Leçons de Ténèbres. Charpentier. Philippe Cantor, baryton
> Mercredi 16 mars. 17h ⎮ Auditorium BMVR Louis-Nucéra
Conférence Les Ténèbres au Grand Siècle : Musiques et Liturgies pour la Semaine sainte sous le règne de Louis XIV
par Denis Morrier
Vendredi 22 avril. 20h30 ⎮ Dimanche 24 avril. 16h30
Chapelle du Saint-Suaire
> Les Ombres errantes. Récital. Vera Elliott, clavecin
> Mercredi 20 avril. 17h ⎮ Auditorium BMVR Louis-Nucéra
Conférence De la clarté universelle de la Renaissance aux clairs-obscurs baroques. Le basculement vers la
complexité irréductible du monde par Véronique Mérieux
Vendredi 20 mai. 20h30 ⎮ Dimanche 22 mai. 16h30
Église Saint-François-de-Paule
> Nisi Dominus. Vivaldi. Pascal Bertin, contre-ténor
Séances de cinéma au Mercury
Vendredi 9 octobre – 20h30 ⎮ Dimanche 11 octobre – 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin ⎮ Nice
Brumes londoniennes
Geminiani, Haendel,
Purcell
Au début du XVIIIe siècle, Londres est l’un
des principaux centres commerciaux
européens, attirant de nombreux
musiciens étrangers. C’est ainsi que le
violoniste virtuose italien Geminiani,
l’Allemand Haendel y firent carrière, et
un peu plus tard le dernier fils Bach,
Johann Christian. Pour faire voyager le
public niçois sous d’autres climats, en ce
pays qui inventa le concert public, Gilbert
Bezzina conduit son Ensemble Baroque
de Nice dans un programme de concerti
grossi et de suites instrumentales de ces Londoniens d’adoption, sans oublier un natif
incontournable, Henry Purcell, qui fera danser les fées dans les brumes de l’automne
naissant.
Autour du concert. Mercredi 7 octobre – 17h
Auditorium de la Bibliothèque Louis-Nucéra
Conférence de Frédéric Morand, ingénieur responsable de l'instrumentation
solaire à l'OCA/Calern. Lumière et science à l’époque baroque : entre clair
et obscur (en partenariat avec l’Observatoire Côte d’Azur)
Programme
Henry Purcell (1659-1695)
Suite instrumentale de Fairy Queen
Francesco Geminiani (1687-1762)
Concerto grosso op. 3 n° 3 en mi mineur
George Frideric Haendel (1685-1759)
Concerto grosso op. 6 n° 3 en mi mineur
Johann Christian Bach (1735-1782)
Sinfonietta en la majeur
Sinfonietta en ré majeur
Francesco Geminiani (1687-1762)
Concerto grosso sur La Follia d’Arcangelo
Corelli
Ensemble Baroque de Nice
Gilbert Bezzina, violon & direction
Jaroslaw Adamus, Marc Bussa
Laura Corolla, Marie-Agnès Letellier, violons
Elisa Imbalzano, alto
Claire Lamquet, violoncelle
Roberto Massetti, contrebasse
Vera Elliott, clavecin
Vendredi 13 novembre – 20h30 ⎮ Dimanche 15 novembre – 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin ⎮ Nice
Violon ou viole
d’amour ?
Vivaldi, JS et CPE Bach
François Fernandez,
violon & violes d’amour
Le clair-obscur en musique peut aussi être une histoire de timbres.
Deux instruments « da braccio » rivalisent ici dans l’expression des
passions et l’imitation des inflexions de la voix humaine : le violon,
brillant, chaleureux et tout en volutes, et la viole d’amour, plus
insaisissable, aux cordes métalliques et réverbérantes, avec sa tête
de femme sculptée aux yeux voilés (ne dit-on pas que l’amour rend
aveugle ?). D’expressivité en virtuosité, du sanguin au mélancolique,
François Fernandez nous fera découvrir toutes les possibilités de ces
deux instruments aux tempéraments si différents !
Viole d’amour, Guidanti,
1717. Palais Lascaris, Nice
Autour du concert. Samedi 14 novembre – 15h
Auditorium de la Bibliothèque Louis-Nucéra
Conférence de François Fernandez, concertiste et professeur au CNSM de
Paris. La viole d’amour et ses sonorités multiples, naissance, parenté
et métamorphose « baroques »
Programme
Alessandro Stradella (1639-1682)
Sinfonia a due Cori
Antonio Vivaldi (1678-1741)
Concerto pour viole d’amour en ré mineur RV393
Carl Philip Emmanuel Bach (1714-1788)
Sonate en do mineur pour 2 violons et b. c.
WQ161/1. Sanguineus und Melancholicus
Alessandro Stradella (1639-1682)
Sinfonia a due Cori
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Concerto pour clavecin BWV1053.
Transcription pour viole d’amour
Ensemble Baroque de Nice
François Fernandez, violon & violes d’amour
Gilbert Bezzina, Laura Corolla, violons
Myriam Mahnane, alto
Daniele Bovo, violoncelle
Roberto Massetti, contrebasse
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe
Vendredi 11 décembre – 20h30 ⎮ Dimanche 13 décembre – 16h30
Chapelle du Saint-Suaire ⎮ Nice
Mort & Résurrection
Mouret & Montéclair
Monique Zanetti, soprano
Au début du XVIIIe siècle, la musique illustre tous les moments
de la vie et de la mort, à l’église comme dans les salons
aristocratiques. Paris est alors le centre de la création
musicale et on y retrouve de brillants provinciaux venus y
faire carrière comme le Provençal Jean-Joseph Mouret,
« musicien des grâces », ou le Champenois Michel Pignolet,
qui ajoute « de Montéclair » à son nom pour l’occasion. La
soprano Monique Zanetti, grande interprète de la musique
baroque française et de son ornementation si délicate,
chantera la mort de Lucrèce mise en cantate par Montéclair et la Résurrection du Christ
dans un Regina Coeli de Mouret, donné au Concert spirituel après la disparition du
compositeur. Nos compositeurs baroques sont bien vivants aujourd’hui !
Autour du concert. Séances de cinéma
Cinéma Mercury
Mercredi 9 - 20h. Jeudi 10 – 14h. Samedi 12 – 14h
Programme
Ensemble Baroque de Nice
Jean-Marie Leclair
Deuxième Récréation de Musique
Monique Zanetti, soprano
Jean-Joseph Mouret (1682-1738)
Regina Coeli
Motet à voix seule et simphonie
Jean-Marie Leclair
Sonate n° 5 en mi mineur à 2 violons sans
basse
Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737)
Morte di Lucretia. Cantata a voce sole con due
violini e il Basso
Gilbert Bezzina, Laura Corolla, violons
Daniele Bovo, violoncelle
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe
Ve
Vendredi 15 janvier – 20h30 ⎮ Dimanche 17 janvier – 16h30
Théâtre Francis Gag ⎮ Nice
Concert
à la lanterne
magique
Farina,
Bach, Telemann
C’est en pleine période dite baroque, au milieu du XVIIe siècle qu’est inventée la lanterne
magique, qui permet la projection en grand format d’images fixes ou animées, donnant
naissance à un nouvel univers, théâtre d’ombre et de lumière. De fantasmagories en
grotesques, d’ombres chinoises en paysages réels ou rêvés, des premières représentations
scientifiques du monde animal aux premières explorations géographiques, une collection
privée de plaques de lanternes magiques rencontre ici la musique baroque, riche de pièces
à programme, pour un spectacle total, entre art sonore et art visuel.
Autour du concert. Samedi 16 janvier – 15h
Auditorium de la Bibliothèque Louis-Nucéra
Conférence. Lanterne magique et pré-cinéma : le grand art de la
lumière et de l’ombre
Programme
Johann Rosenmüler. Sonata Ottava à 4 en si b M
H.I.F.Biber. Fidicinium sacro profanum Sonate 12
en la M Allegro – (presto) – (Allegro, adagio) – Allegro
G B Fontana. Sonate n° 16 a 3 violini
Carlo Farina. Capriccio stravagante a 4
(Allegro), La lira, Il fi ferino, lira variata, (Allegro), Qui si
batte con il legno del archetto, (Allegro), Presto, Adagio, La
trombetta, La clarino, La gallina, Il gallo, Presto, Il flautino
pian piano, Forte, Presto, Adagio, Il tremulanto, (Allegro),
Fifferino della soldatesca, (Allegro), Il gatto, (Adagio),
(Presto), Il cane, (Adagio), (Allegro), Presto, (Adagio), La
chitarra spagniola, (Adagio), Sempre più adagio
J.S. Bach. Contrapuntus 1 & 7 extraits de Die
Kunst der Fugue BWV 1080
G P Telemann. Ouverture, en la majeur, pour
cordes et basse continue 55:A 2
Ouverture - Les Flots - Réjouissance - Rondeau Fanfare. Très viste - Menuet I / Menuet II - Polonoise
Ensemble Baroque de Nice
Gilbert Bezzina, Laura Corolla, violons
Myriam Mahnane, violon & alto
Daniele Bovo, violoncelle
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe
2 lanternistes
Vendredi 26 février – 20h30 ⎮ Dimanche 28 février – 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin ⎮ Nice
Telemann, musicien de
l’Europe des Lumières
Georg Philipp Telemann demeure un musicien
incontournable du XVIIIe siècle, plus connu de son
vivant que ses amis Bach ou Haendel. À l’affût des
nouveautés de son temps, il fit le lien entre la
période baroque et la période classique.
Autodidacte, prolifique, il assura sa réputation
européenne en dirigeant lui-même la publication et
la distribution de sa musique, également attentif à
rendre sa musique accessible aux amateurs. À l’image des musiciens multi-instrumentistes
invités à cette occasion par Gilbert Bezzina, Telemann joue dans ses suites et concertos
avec les timbres et toutes les possibilités qu’offrent instruments à cordes et à vent pour un
concert haut en couleurs.
Autour du concert. Séances de cinéma
Cinéma Mercury
Mercredi 24 - 20h. Jeudi 25 – 14h. Samedi 27 – 14h
Programme
Georg Philipp Telemann (1681-1767)
Suite pour viole de gambe et orchestre
TWV55:D6
Ouverture – La Trompette – Sarabande
Rondeau – Bourrée – Courante et Double
Gigue. Presto
Concerto pour 3 violons TWV53:F1 (extrait
de Tafelmusik)
Allegro – Largo – Vivace
Concerto pour hautbois d’amour TWV51:G3
Soave – Allegro – Adagio – Vivace
Suite pour flûte à bec et orchestre TWV55:a2
Ouverture – Les Plaisirs I et II – Air à l’Italien,
Largo – Menuet I / Menuet II – Réjouissance.
Viste – Passepied I / Passepied II – Polonoise
Concerto pour flûte à bec et basson
TWV52:F1
Largo – (Allegro) – (Largo) – Allegro
Ensemble Baroque de Nice
Gilbert Bezzina, violon & direction
Mélanie Flahaut, flûte à bec & basson
Johanne Maitre, flûte à bec & hautbois
Jaroslaw Adamus, Marc Bussa
Laura Corolla, Myriam Mahnane, violons
Josèphe Cottet, alto
Étienne Mangot, viole de gambe & violoncelle
Roberto Massetti, contrebasse
Vera Elliott, clavecin
Vendredi 18 mars – 20h30 ⎮ Dimanche 20 mars – 16h30
Église Saint-Martin – Saint-Augustin ⎮ Nice
Leçons de Ténèbres
Charpentier
Couperin
Les Leçons de Ténèbres se développèrent exclusivement en
France au XVIIe siècle. Offices des matines de la Semaine sainte,
ces trois Leçons journalières marquent la descente vers les
Ténèbres, symbolisée par l’extinction progressive des 15
bougies du candélabre pour n’en laisser plus qu’une, symbole
de l’espérance à la renaissance du jour. Philippe Cantor et
l’Ensemble Baroque de Nice proposent ici les troisièmes
Leçons des Mercredi, Jeudi et Vendredi saints, de l’un de des
plus illustres représentants du genre, Marc-Antoine Charpentier, composées en 1694 pour
les jésuites de l’église Saint-Louis, où le tout-Paris accourt. Associant virtuosité vocale de
l’air de cour à la solennité de l’office, la voix de basse apporte ici sa couleur profonde et
dramatique à cette célébration incontournable sous le règne du Roi-Soleil.
Autour du concert. Mercredi 16 mars 2016 – 17h
Auditorium de la Bibliothèque Louis-Nucéra
Conférence de Denis Morrier, musicologue, professeur d’analyse et de
culture musicale au CNSM de Paris et au CRD du Pays de Montbéliard.
Les Ténèbres au Grand Siècle : Musiques et Liturgies pour la
Semaine sainte sous le règne de Louis XIV
Programme
Ensemble Baroque de Nice
Marin Marais
Pièces en trio. Suite n° 2 en sol mineur
Philippe Cantor, baryton-basse
Marc-Antoine Charpentier (1643-1704).
Troisième leçon des Matines du Mercredi
saint H141
Troisième leçon des Matines du Jeudi saint H142
Troisième leçon des Matines du Vendredi
saint H143
François Couperin (1668-1733)
Motet Ad te levavi oculos meos
Apothéose de Corelli
Motet Salvum me fac deus
Gilbert Bezzina, Myriam Mahnane, violons
Daniele Bovo, violoncelle
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe
Vendredi 22 avril – 20h30 ⎮ Dimanche 24 avril – 16h30
Chapelle du Saint-Suaire ⎮ Nice
Les Ombres
errantes
Couperin
Froberger
Vera Elliott
clavecin
Le clavecin, instrument baroque par excellence, orne châteaux, salons et demeures bourgeoises
durant tout le Grand Siècle et jusqu’à la Révolution. Les plus grands musiciens de l’époque lui
dédient une riche littérature soliste, dont le virtuose Louis Marchand et surtout les Couperin : Louis,
chef de lignée d’une longue dynastie de musiciens et François, son neveu, dit « Le Grand »,
compositeur à la cour de Louis XIV et célèbre claveciniste. Dans un subtil jeu de contrastes, Vera
Elliott nous offre un récital en ombres et lumières, parcours entre les clavecins français et allemand,
avec son illustre représentant Froberger. D’Ombres errantes en Tombeaux, de la Lugubre à la
Ténébreuse, la Favorite ou la Piémontaise viennent danser pavanes, gigues, chaconnes et passacailles.
Autour du concert. Mercredi 20 avril – 17h
Auditorium de la Bibliothèque Louis-Nucéra
Conférence par Véronique Mérieux, maître de conférences au département
d’Etudes italiennes de l’université Nice Sophia-Antipolis.
De la clarté universelle de la Renaissance aux clairs-obscurs baroques.
Le basculement vers la complexité irréductible du monde.
Programme
Johann-Jacob Froberger (1616-1667)
Tombeau fait à Paris sur la mort de Monsieur
Blancheroche – Toccata – Ricercar
Suite XVIII en sol mineur
Allemande – Gigue – Courante – Sarabande
Louis Couperin (1626-1661)
Prélude à l’imitation de Mr. Froberger
Pièce de trois sortes de mouvements
La Piémontaise
Pavane en fa # mineur – Passacaille
Louis Marchand (1669-1732)
Livre premier (1702) en ré mineur (extraits)
Prélude – Allemande – Courante – Sarabande
Gigue – Chaconne
François Couperin dit « Le Grand » (1668-1733)
Allemande « La Ténébreuse » – Courante
Sarabande « La Lugubre » – Les Ombres Errantes
Chaconne à deux temps « La Favorite »
Vera Elliott, clavecin
Clavecin d’après Donzelague, 1716, Michel de
Mayer
Vendredi 20 mai – 20h30 ⎮ Dimanche 22 mai – 16h30
Église Saint-François-de-Paule ⎮ Nice
Nisi dominus
Vivaldi, Pergolèse
Pascal Bertin
contre-ténor
Nisi Dominus… Vanum est vobis ante lucem surgere : si le Seigneur
ne bâtit la maison, ne garde la ville, il est vain pour vous de vous
lever avant la lumière, résume le Psalmiste. Si le Gargantua de
Rabelais prend cette formule au pied de la lettre et y voit une invitation à la grasse matinée,
d’autres, dont l’humaniste de la Renaissance Marsile Ficin, inscrivent cette lumière dans la tradition
platonicienne, celle du Soleil comme métaphore de l’Un-Beau-Bien-Vrai qui guide les hommes hors
de la célèbre caverne. La voix intemporelle et mystérieuse du contre-ténor nous guide vers la
Lumière à travers les mélismes du Salve Regina de Pergolèse et du Nisi Dominus de Vivaldi.
Autour du concert. Séances de cinéma
Cinéma Mercury
Mercredi 18 - 20h. Jeudi 19 – 14h. Samedi 21 – 14h
Programme
Arcangelo Corelli (1653-1713)
Concerto grosso op. 6 n° 1 en ré majeur
Largo, allegro, largo, allegro – Largo – Allegro
Allegro
Pietro Antonio Locatelli (1695-1764)
Sinfonia funebre in fa m, composta per l’essequie
della sua Donna, che si celebrano a Roma
Lamento, largo – Alla breve ma moderato
Grave – Non presto – La consolatione, andante
Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)
Salve Regina
Arcangelo Corelli
Concerto grosso op. 6 n° 9 en fa majeur
Preludio – Allemanda – Corrente – Gavotta
Adagio – Minuetto
Antonio Vivaldi (1678-1741)
Nisi Dominus
Ensemble Baroque de Nice
Pascal Bertin, contre-ténor
Gilbert Bezzina, violon & direction
Jaroslaw Adamus, Marc Bussa
Laura Corolla, Myriam Mahnane, violons
Mauro Righini, alto & viole d’amour
Daniele Bovo, violoncelle
Roberto Massetti, contrebasse
Vera Elliott, clavecin
Sergio Basilico, théorbe
Autour
des
concerts
Conférences. Auditorium de la BMVR Louis-Nucéra. Nice
Durée 1h
! Mercredi 7 octobre. 17h
Conférence Lumière et science à l’époque baroque : entre clair et obscur (en
partenariat avec l’Observatoire Côte d’Azur) par Frédéric Morand
! Samedi 14 novembre. 15h
Conférence La viole d’amour et ses sonorités multiples, naissance, parenté
et métamorphose « baroques » par François Fernandez
! Samedi 16 janvier. 15h
Conférence Lanterne magique et pré-cinéma : le grand art de la lumière et de l’ombre
! Mercredi 16 mars. 17h
Conférence Les Ténèbres au Grand Siècle : Musiques et Liturgies pour la Semaine
sainte sous le règne de Louis XIV par Denis Morrier
! Mercredi 20 avril. 17h
Conférence De la clarté universelle de la Renaissance aux clairs-obscurs baroques.
Le basculement vers la complexité irréductible du monde par Véronique Mérieux
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Séances de cinéma. Cinéma Mercury. Nice
Les mercredi, jeudi & samedi
Découvrez une sélection de films en lien avec le thème de la saison de l’Ensemble
Baroque de Nice. Programme détaillé disponible à la rentrée.
! Séances les mercredi à 20h, jeudi à 14h, samedi à 14h
Semaine du 9 au 12 décembre 2015
Semaine du 24 au 28 février 2016
Semaine du 18 au 21 mai 2016
Le Mercury, 16 place Garibaldi, Nice ⎮ Tél. : 04 93 55 37 81 ⎮ www.mercury-cg06.fr
Tarif spécial pour notre public : 5 € sur présentation du billet du concert
Scolaires
Parcours baroque dans le Vieux-Nice
En partenariat avec le Palais Lascaris, l’Ensemble Baroque de
Nice organise des Parcours baroques dans le Vieux-Nice pour
les scolaires (primaires, collèges et lycées), afin d’appréhender
toutes les facettes de l’art baroque :
- visite-guidée du Palais Lascaris : architecture, vie quotidienne à
l’époque baroque et collection d’instruments anciens.
- visite du Vieux-Nice et de son architecture baroque.
- répétition pédagogique avec l’Ensemble Baroque de Nice
- générales ouvertes aux étudiants en partenariat avec l’université
Nice Sophia-Antipolis et organisation d’une soirée étudiante.
Sortie disque
La Silvia. Antonio Vivaldi
Parution le 25 août 2015
(réédition)
Label Ligia Digital. Distr. Harmonia Mundi
Antonio Vivaldi, La Silvia
Restitution en première mondiale du Dramma
pastorale milanais de 1721 en 3 actes
Roberta Invernizzi, soprano
Gloria Banditelli, mezzo-soprano
John Elwes, ténor
Philippe Cantor, baryton-basse
Ensemble Baroque de Nice
Direction Gilbert Bezzina
Créé à Milan au cours de l’été 1721 pour célébrer l’anniversaire de l’impératrice ÉlisabethChristine, épouse de l’empereur Charles VI d’Autriche, le dramma pastorale La Silvia
constitue l’un des temps forts de la riche carrière de Vivaldi. Y sont contées les aventures
de la bergère Silvia qui, comme vestale, se refuse à aimer le berger Tirsi. Après de
nombreux rebondissements, elle cède enfin à Tirsi, qui dévoile qu’il est en fait le dieu Mars.
Ils donneront naissance à Rémus et Romulus. La partition de La Silvia ayant disparu, cette
version a été reconstituée en 2000 à partir du livret et de fragments des bibliothèques de
Bruxelles et Turin.
À Nice : un disque à découvrir au corner Harmonia Mundi de la Librairie Quartier Latin (à
côté du lycée Masséna sur la Coulée verte).
Ensemble Baroque de Nice
Biographies
L’Ensemble Baroque de Nice, qui a fêté en 2012 ses 30 ans d’existence, est composé d’un noyau
d’une douzaine de musiciens jouant tous sur instruments anciens. Il s’est rapidement imposé,
depuis sa création en 1982, comme l’une des principales formations françaises spécialisées dans la
musique baroque. Sous la direction de Gilbert Bezzina, précurseur du renouveau du violon
baroque, l’Ensemble fait preuve d’une volonté de restituer une musicalité fondée sur la
connaissance approfondie des traités d’interprétation des XVIIe et XVIIIe siècles. Cette volonté s’est
accompagnée d’un travail de recherche et de redécouverte des chefs-d’œuvre baroques oubliés ou
méconnus. Très attaché au répertoire lyrique baroque, l’Ensemble Baroque de Nice est à l’origine
de la création mondiale d’opéras et d’œuvres lyriques : Dorilla in Tempe, L’Incoronazione di Dario,
Rosmira fedele de Vivaldi, Il Telemaco d’Alessandro Scarlatti ou son oratorio La Giuditta, créé au
cours de la saison 2008 du Vieux-Nice Baroque en Musique dans une mise en scène de Gilbert
Blin. Cette œuvre a donné lieu à un enregistrement discographique et à une tournée durant l’été
2009, passant par des festivals aussi prestigieux que Musique à la Chabotterie, les Heures
musicales de l’abbaye de Lessay ou le festival de La Chaise-Dieu. En juin 2012, Il Tigrane
d’Alessandro Scarlatti, reconstitué à l’Opéra de Nice dans une mise en scène de Gilbert Blin, a été
lui aussi chaleureusement accueilli par le public et la presse spécialisée. L’invitation de solistes de
renommée internationale et la collaboration avec différents ensembles vocaux permettent
également à l’Ensemble Baroque de Nice d’aborder la totalité du répertoire, de la musique de
chambre aux œuvres vocales, profanes ou sacrées. Les vingt enregistrements discographiques,
pour la plupart inédits, réalisés par l’Ensemble depuis sa création, ont toujours été largement
salués par la presse (Diapason d’Or, 5 Diapason, 4ffff Télérama, 10 Répertoire, Grand prix de
l’Académie du Disque…). Habitué des festivals internationaux, l’Ensemble Baroque de Nice se
produit régulièrement en concert en France et à l’étranger. Soutenu depuis sa création et
conventionné par le Département des Alpes-Maritimes, l’Ensemble est également subventionné
par la Ville de Nice et la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.
Gilbert Bezzina, direction
Après de classiques études de violon au Conservatoire, Gilbert
Bezzina collabore avec différentes formations parmi lesquelles
l’Opéra de Nice, les concerts Colonne, Pasdeloup, l’orchestre de
chambre de Gulbenkian de Lisbonne. Son goût pour les musiques
des XVIIe et XVIIIe siècles lui fait très rapidement entreprendre une
recherche personnelle sur leur interprétation et en particulier sur
le jeu du violon baroque. Il fonde en 1965 la Société de Musique
Ancienne de Nice. Sa carrière de soliste débute par le répertoire de musique de chambre, notamment
en compagnie de Scott Ross et de Blandine Verlet. Il aborde ensuite la littérature orchestrale au sein
de La Petite Bande, dirigée par Gustav Leonhardt, et de La Grande Écurie & La Chambre du Roy de
Jean-Claude Malgoire dont, pendant plusieurs années, il sera le violon solo. Directeur de L’Ensemble
Baroque de Nice qu’il a créé en 1982, Gilbert Bezzina y a développé son goût pour les
redécouvertes du répertoire baroque aussi bien instrumental (Concerti Grossi de Locatelli, de
Scarlatti…) que lyrique. Dès 1984, il crée en première mondiale L’Incoronazione di Dario de Vivaldi,
suivi d’une longue série d’œuvres pour la plupart inédites (Dorilla in Tempe de Vivaldi, Il Telemaco
de Scarlatti) ; sa récente collaboration avec Gilbert Blin, qui travaille dans le même esprit de
recherche du « bon goût » de l’époque, lui a permis de continuer à explorer le répertoire lyrique
dans la cohérence de sa démarche esthétique. C’est ainsi qu’ils ont ensemble fait renaître Rosmira
fedele de Vivaldi, Teseo de Haendel et plus récemment Il Tigrane de Scarlatti en collaboration avec
l’Opéra de Nice-Côte d’Azur, ou La Giuditta, oratorio d’Alessandro Scarlatti qui a été présenté
dans les principaux festivals français. Gilbert Bezzina s’est également passionné et continue de se
passionner pour les grandes œuvres du répertoire parmi lesquelles on peut noter les sonates de
Haendel, les concertos de Bach ou de Vivaldi. La plupart de ces œuvres ont été enregistrées et
saluées par la presse internationale. Depuis 1996, Gilbert Bezzina assure également la direction
artistique du Vieux-Nice Baroque en Musique, saison de concerts mettant en valeur le riche
patrimoine baroque de la ville de Nice, soutenu à la fois par les instances régionales et par
l’enthousiasme d’un public sans cesse plus nombreux.
François Fernandez, violon & violes
d’amour
François Fernandez est né à Rouen en 1960, de parents
musiciens. Tout en poursuivant une formation moderne, il
commence l’étude du violon baroque avec Gilbert Bezzina
dès l’âge de 11 ans. Quelques années plus tard, c’est au
Conservatoire royal de La Haye qu’il se perfectionne, auprès
de Sigiswald Kuijken (Diplôme de soliste en 1980). Il devient
très vite son collaborateur le plus proche : entré à 17 ans
dans La Petite Bande, il en devient le premier violon en 1986.
Dans cette période, il travaille également avec les meilleurs orchestres baroques de l’époque : l’Orchestre
du XVIII siècle dir. F. Brüggen, La Chapelle Royale dir. Ph. Herreweghe, Melante 81 dir. B. de Asperen, Les
Arts Florissants dir. William Christie, le plus souvent comme konzertmeister ou en soliste. Ces 20 dernières
années, François Fernandez se consacre plus exclusivement à la musique de chambre. Pas seulement au
violon, mais aussi sur toutes sortes d’instruments à cordes frottées : violino piccolo, alto, viole d’amour,
violes de gambe et violoncello da spalla. En tant que chambriste, il a participé à des festivals importants du
monde entier avec Philippe Pierlot, Carlos Mena, Rainer Zipperling et Bernard Foccroulle au sein du
Ricercar consort ; avec les trois frères Kuijken, les trois frères Hantaï, Glen Wilson, Boyan Vodénitcharov,
Ryo Terakado, Yves Rechteiner, Marcel Ponseele, Enrico Gatti... et beaucoup d’autres artistes
remarquables. Ses récitals en solo, en particulier avec les Sonates et Partitas de J. S. Bach ont été entendus
hors d’Europe, notamment par diffusion live sur Internet. Par ailleurs, il apparaît maintenant comme chef
d’orchestre invité, récemment à la tête du Finnish Baroque Orchestra, de l’Orquesta de Cámara Valvidia au
Chili, de l’orchestre du Theater Aachen en Allemagne. Sous sa direction, le Ricercar consort a reçu le prix
de La Nouvelle Académie du Disque pour l’enregistrement du Terpsichore Musarum de Praetorius. Parmi
près d’une centaine d’enregistrements de musique de chambre, citons particulièrement ses Sonates de
J. M. Leclair pour Astrée-Auvidis-Naïve, qui ont reçu l’Editor’s choice de Grammophone, et 4ffff de
Télérama. Diapason a commenté : « danse après danse, le violon hyper-sensible de François Fernandez
manifeste une vocalité exemplaire. » Aux Pays-Bas, son enregistrement pour Flora des Sonates et Partitas de
J. S. Bach (Sei Solo) a été élu Beste Klassieke CD van 2003 par Prelude Klassiek. Avec Ph. Pierlot et
R. Zipperling, c’est en 2002 qu’il a créé le label Flora (www.kelys.org). Il a enseigné à Toulouse, Liège,
Bruxelles, Trossingen (D), Helsinki (FI), Taiwan. Depuis 1998, il est professeur au CNSM de Paris.
Parallèlement, il succède depuis 2009 à S. Kuijken au Conservatoire royal de Bruxelles. L’été, il donne des
master-class à Daroca (E).
Monique Zanetti, soprano
Après des études de piano et de musicologie, Monique Zanetti
s’oriente vers le chant. Elle commence sa carrière avec la Chapelle
Royale et les Arts Florissants. Elle effectue de nombreuses tournées de
concerts en France et à l’étranger (Europe, USA, Amérique du Sud,
Japon...) dans de grands festivals (Innsbruck, Saintes, Herne, Ambronay,
Utrecht, Aix-en-Provence, Fukuoka…) et participe à de prestigieuses
productions d’opéras baroques (Atys, Roland de Lully, Médée de
Charpentier, Didon et Enée de Purcell, Orfeo de Monteverdi…) sous la
baguette de William Christie, Philippe Herreweghe, Christophe
Rousset, Martin Gester, J.-C Malgoire, Gustav Leonhardt, Jérôme
Corréas, Joël Suhubiette, Jean-Marc Aymes… Son répertoire s’ouvre
également à la musique plus tardive : Les Noces de Figaro de Mozart, Le
Médium de Menotti, Werther de Massenet, Pelléas et Mélisande de
Debussy, Béatrice et Bénédict de Berlioz, Adrienne Lecouvreur de Cilea... (Opéra Comique, BAM de New York,
Opéra de Lausanne, Opéra du Rhin…). Elle aborde également la mélodie et le lied et se produit en concert
avec pianistes et pianofortistes : Patrick Cohen, J. Efflam Bavouzet, Alain Planès, Corine Durous... En juin 2012,
elle prend la responsabilité artistique de la première édition du festival « Les Voix de Silvacane », dans la
fameuse abbaye cistercienne provençale. Elle a à son actif une discographie de près de cinquante disques
enregistrés chez Harmonia Mundi, Erato, Harmonic Records, Opus 111, Et Cetera, Musidisc, Pan classics...
Parmi ces récents enregistrements citons le disque Soleils baroques de Rossi avec Les Paladins (dir. Jérôme
Corréas), Dixit Dominus de Vivaldi avec Francesco Fanna et l’ensemble Pian & Forte, des Airs de cour
d’Antoine Boesset avec l’ensemble à Deux Violes Esgales, ainsi que Les Surprises de l’Amour de Rameau, paru
en mars 2011 chez Alpha, et L’Art de bien chanter de Bacilly chez Saphir, qui a obtenu un Orphée d’Or en
2012, dans la catégorie « meilleure initiative discographique ». Son enregistrement Les Leçons de Ténèbres de
Couperin pour le label « Hérisson » a été salué par 4 ffff dans le magazine Télérama. Paru en 2014 : Ayres and
lessons for the Lyra Viol d’Alfonso Ferrabosco II chez Arion. À paraître : Les Figures de l’Amour d’André Campra,
chez Parnassie Editions. Passionnée par la pédagogie, Monique Zanetti est régulièrement invitée à animer des
stages et masterclasses de musique ancienne en France et à l'étranger (Versailles, Nancy, Rio de Janeiro, Juiz
de Fora Buenos Aires, Tokyo, Fukuoka, festival de Wallonie…).
Philippe Cantor, baryton-basse
C’est d’abord vers l’interprétation des musiques anciennes que Philippe
Cantor s’est orienté au sein des ensembles Clément Janequin, Huelgas,
Organum… Sa carrière de soliste a débuté avec l’ensemble Les Arts
Florissants et sous l’impulsion de Jean-Claude Malgoire et La Grande
Écurie et la Chambre du Roy. Il a aussi chanté le répertoire baroque sous
la direction de Sigiswald Kuijken, René Jacobs, Christophe Coin, David
Stern, Jean-Christophe Frisch… et Gilbert Bezzina avec qui il a signé
plusieurs enregistrements discographiques. En 1992, il remporte le
Concours de Rennes pour son interprétation du rôle de Golaud (Pelléas
et Mélisande – Debussy) et aborde les rôles du répertoire des XIXe et
e
XX siècles, jusqu’à la création d’œuvres contemporaines de Antoine
Duhamel, Pierre Jansen, Jacques Veyrier, Jean-Claude Wolff (qui ont
composé pour lui plusieurs cycles de mélodies) ; Maurice Ohana, Henri
Dutilleux, Philippe Forget… sous la direction de Jean-Marc Cochereau
(Orchestre Région-Centre) ; Robert Martignoni (Orchestre de Bretagne), Philippe Bender (Orchestre
régional Provence-Côte-d’Azur), Jean-Louis Forestier (Ensemble Musique vivante), Jacques Mercier
(Orchestre National d’Île-de-France), Christian Zaccharias (Orchestre de chambre de Lausanne), Ensemble
2E2M… Il partage aujourd’hui ses activités entre la musique baroque (avec l’Ensemble baroque de Nice
dirigé par Gilbert Bezzina, Fuoce E Cenere – Jay Bernfeld, La Compagnie Fêtes Galantes – Béatrice Massin),
l’oratorio, le récital (avec les pianistes Sophie Rives, Mara Dobresco, Jean-François Ballevre, Didier Puntos,
Laurent Wagschal), la musique de chambre (avec l’ensemble vocal Les Solistes de Lyon de Bernard Tétu,
accompagné par Philippe Cassard, Noël Lee, Jean-Claude Pennetier) et la scène où il fut notamment
remarqué dans les rôles de Pimpinone (Telemann), Don Alfonso (Mozart, Cosi fan tutte), Leporello (Mozart,
Don Giovanni), Mamma Agata (Donizetti), Golaud (Debussy, Pelléas et Mélisande), Le célébrant (Bernstein,
Mass), Macbeth (Philippe Forget, Macbeth) jusqu’à la comédie musicale : Sweeney Todd (Sondheim). Il
participe comme « acteur chanteur » aux représentations de La Dame de la mer de H. Ibsen par le Teatro
Malandro, mise en scène d’Omar Porras. Ses derniers enregistrements discographiques sont consacrés à la
mélodie française avec la pianiste Sophie Rives, publiés chez Anima Records : Claude Debussy (en 2010),
Francis Poulenc (en 2012), Maurice Ravel (en 2015).
Vera Elliott, clavecin
Après avoir étudié le piano au conservatoire de Nice, puis l’orgue sous la
direction de René Saorgin, Vera Elliott se consacre au clavecin et à la
basse continue, et obtient un premier prix à l’unanimité du Conservatoire
national de région de Nice, dans la classe d’Huguette Grémy-Chauliac. Elle
se perfectionne ensuite à Anvers avec Jos van Immerseel, à l’Académie
internationale pour l’interprétation sur instruments historiques (Ruckers
Genootschap). Elle étudie la basse continue avec Jesper B. Christensen au
centre de musique ancienne de Genève et au Conservatoire national
supérieur de musique de Lyon. Elle participe à de nombreuses académies
et se produit régulièrement au sein de différentes formations de musique
de chambre ainsi qu’avec l’Ensemble Baroque de Nice, dont elle est la
claveciniste depuis de nombreuses années.
Pascal Bertin, contre-ténor
Pascal Bertin commence le chant dès l'âge de onze ans au sein du Chœur
d’Enfants de Paris, maîtrise avec laquelle il se produira comme soliste dans
le monde entier et sous la direction de chefs prestigieux (Osawa, Mehta,
Solti). En 1988, il obtient le premier prix d'interprétation de musique vocale
baroque au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (classe
de William Christie). Sa carrière se partage depuis entre les groupes de
polyphonie médiévale ou renaissance : Huelgas, Mala Punica, Daedalus,
Doulce Memoire, Clément Janequin, A Sei Voci, Gilles Binchois et
l’oratorio ou l’opéra qu’il pratique avec entre autres Jordi Savall,
Christophe Rousset, Philippe Herreweghe, Marc Minkowski, Emmanuelle
Haim, Masaki Suzuki, John Eliot Gardiner, Sigiswald Kuijken, Gustav Leonhardt, Ton Koopman, William
Christie, Jean Tubery, Joël Suhubiette, Philippe Pierlot, Vincent Dumestre, Benoit Haller, Francoise Lasserre,
Gilbert Bezina, Konrad Junghanel, Michel Corboz, Thomas Engelbrock, Paul Dombrecht, Eduardo Lopez
Banzo, Marcel Ponseele, Hervé Niquet, Pierre Cao, Reinhard Goebel, Concerto Köln, Freiburger
Barockorchester, Academy of Ancient Music... À l’opéra, on a pu le voir à Genève, Anvers, Salzburg, Chicago,
Tokyo, Lille, Strasbourg, Paris, Nice, Amsterdam, Marseille, Bologne, Lausanne, New-York, Luxembourg,
Nancy, Dijon. Sa production discographique comprend actuellement plus de cent enregistrements dont on
peut souligner l’éclectisme. Il crée en 2013 « Pascal d’Aix Spectacles » compagnie dont le but est d’associer les
arts, les époques et les répertoires au sein de projets artistiques communs. Il est nommé chef du
département de musique ancienne au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris en 2014.
Pratique
Les lieux
Église Saint-Martin – Saint-Augustin
1 place Sincaire | 06300 Nice (à côté de la
caserne de la Légion étrangère et du collège
Ségurane) !!! église chauffée !!!
Chapelle du Saint-Suaire
1 rue du Saint-Suaire | 06300 Nice (au bout du
cours Saleya côté château) !!! chapelle
chauffée !!!
Théâtre Francis Gag | 3 rue de la Croix | 06300 Nice
Église Saint-François-de-Paule | 9 rue Saint-François-de-Paule | 06300 Nice (en face de l’opéra)
Auditorium de la bibliothèque municipale à vocation régionale Louis-Nucéra | 2 Place
Yves-Klein | 06300 Nice
Cinéma Mercury – Cinéma départemental | 16 place Garibaldi | 06300 Nice
Tarifs
Concerts (Ensemble Baroque de Nice)
Ouverture de la billetterie le 20 juillet
Abonnements 3 à 8 concerts :
Tarif plein : 13 € par concert
Tarif réduit : 9 € par concert
Groupes de 6 personnes, seniors (+ de 65 ans)
Réservation au concert :
Tarif plein : 16 €
Tarif réduit : 12 € (groupes de 6 pers., seniors + de 65 ans)
Tarif très réduit : 5 € (jeunes, étudiants de - de 30 ans, bénéficiaires du RSA, demandeurs d’emploi, pers. handicapées)
Gratuit pour les enfants jusqu’à 12 ans et les élèves du CNRR de Nice
Conférences (Bibliothèque)
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Cinéma Mercury
Tarif : 5 € par personne sur présentation du billet du concert. Billetterie sur place.
Billetterie concerts – points de vente
Ensemble Baroque de Nice ⎮ 25 rue de la Croix – Vieux-Nice ⎮ 04 93 80 08 74
[email protected] ⎮ www.ensemblebaroquedenice.com
Librairie Quartier Latin ⎮ 30 av. Saint-Jean-Baptiste – Nice (sur la coulée verte près du lycée
Masséna) ⎮ 04 93 80 29 36
Magasins Fnac - Carrefour - Géant - Système U – Intermarché et sur votre mobile avec
l’appli Tick&Live | www.fnac.com | www.carrefour.fr | www.francebillet.com
Contacts
Relations presse
Evelyne PAMPINI ⎮ 04 93 19 37 40 ⎮ 06 11 81 45 78 ⎮ [email protected]
IMAGE PUBLIQUE
306 route des Vespins – 06700 Saint-Laurent-du-Var
Administration – Communication – Diffusion
Laetitia CARDON ⎮ 04 93 80 08 74 ⎮ [email protected]
Ensemble Baroque de Nice – 25, rue de la Croix – 06300 Nice
www.ensemblebaroquedenice.com
ensemblebaroque.denice
L’Ensemble Baroque de Nice est une association loi 1901.
Il est membre de la FEVIS (Fédération des ensembles instrumentaux et vocaux spécialisés) et du syndicat PROFEDIM
(Syndicat professionnel des producteurs, festivals, ensembles, diffuseurs indépendants de musique).
Licence d’entrepreneur du spectacle n° 2-1050451 & n° 3-1075300
Photos
Ensemble Baroque de Nice © Lionel Bouffier
Partenaires