ou parfois même la morale, et

Commentaires

Transcription

ou parfois même la morale, et
Première S2
Lecture cursive n°1 : Les Fables, Anouilh.
Questions :
1. Quelle est la morale de la fable intitulée La Jument ?
2. Quelle image Anouilh utilise-t-il du « lion » dans Les Trois lions ?
3. En quoi Le Chêne et le roseau fait-il référence à La Fontaine de façon explicite ? Quelle est la
leçon donnée ? Est-ce une opposition ou un complément à celle de La Fontaine ?
4. A quels évènements historiques Le Rat fait-il allusion ? N’y-a-t-il pas une remarque
impertinente dans le cours de cette fable ? Laquelle ? Pourquoi ?
5. Quels paradoxes pouvez-vous relever dans La Cigale ?
6. Pourquoi le titre L’Oiseau rare est-il ironique ?
7. Quelles sont les deux leçons de la fable Le Chat bourgeois ?
8. Peut-on dire que Le Renard jugé par un autre est une fable « à chute » ?
9. Comment Anouilh détourne-t-il La fourmi et la cigale ?
10. Quelle critique de la société Le Lièvre et le lion met-elle en place ?
11. A quelle autre fable Le Chien pelé fait-elle référence ? Comment pouvez-vous en interpréter
la morale ?
12. Pourquoi pourrait-on prétendre que Le Coq, les deux poules et l’ami ainsi que L’écrevisse
amoureuse sont des « paraboles » plus que des fables ?
Réflexion :
Que pensez-vous de ce jugement critique d’un internaute sur « Lire plus » concernant le recueil de
fables d’Anouilh ?
Parfois, ce sont des personnages qui changent, parfois même des rajouts dans «
l’intrigue », ou parfois même la morale, et quelquefois, tout ça à la fois, (…). Mais Anouilh
livre aussi des fables plus simplistes, mais toujours plaisantes, où l’auteur décrypte nos
comportements, leurs futilités, leurs conséquences parfois contraires à nos désirs.
On lit les fables d’Anouilh comme on lirait les portraits de La Bruyère dans Les Caractères :
satiriques, on y reconnaît des classes entières de personnes obéissant à des comportements
stéréotypées : l’hypocrisie, l’égocentrisme, la vanité…Anouilh se met même en abyme dans
« le fabuliste improvisé » dont la morale nous ramène à l’humilité de l’auteur (peut-être en
trompe-l’œil ?).
Professeur de français : Mme Delargillière.