RCS - Luçon, côté tribunes

Commentaires

Transcription

RCS - Luçon, côté tribunes
10/02/2017 23:29
http://www.racingstub.com
Cette page peut être consultée en ligne à l'adresse http://racingstub.com/articles/4525-rcs-lucon-cote-tribunes
RCS - Luçon, côté tribunes
0.0 / 5
(0 note)  24/09/2013 05:00  Côté tribunes  Lu 1.588 fois  Par guigues  3 comm.
© denisub90
Alors que la Meinau repasse sous la barre des 10 000 spectateurs, le Racing laisse ses premiers points
devant son public. Retour sur un match placé sous le signe de la contestation.
Le foot le samedi ?!
Rappelez-vous il y a quelques semaines, les UB90 s'inscrivaient dans le mouvement militant pour les matchs de foot le samedi.
Combat mené par SOS-ligue2. Ce premier match, un vendredi au milieu du mois de Septembre avait une allure de test pour
l'affluence de la Meinau. Avec un peu moins de 10 000 spectateurs officiels, l'enceinte alsacienne s'en sort relativement bien.
Les fidèles ont répondu présents même si les moteurs ont peut être un peu plus chauffé que d'habitude alors que les verres ont
moins trinqué avant le match.
Rappelez-vous encore du match face à Vannes et de la banderole destinée à la LFP : « Liberté d'expression bafouée, refus de
dialoguer et clubs rackettés, LFP = dictature déguisée ». Alors que l'on apprendra seulement le samedi que le Racing écope
d'une amende de 1000 € au motif subjectif de déploiement de banderoles inappropriées des supporters strasbourgeois
accompagnés de chants, les UB90 entament déjà le match retour par l'intermédiaire d'une nouvelle banderole « Thiriez, le
foot français mérite mieux que toi ». Déjà déployée le weekend dernier à Paris, elle fustige l'attitude du président de la ligue.
Frédéric Thiriez préfère donc bien tenter de faire taire les supporteurs à coup d'amendes, plutôt que de concrétiser un
dialogue qu'il revendique pourtant médiatiquement.
Quelques chant « Thiriez DEMISSION » fuseront à la suite. La réponse du berger à la bergère en toute tolérance et convivialité.
La FFF réagira-t-elle par une amende condamnant la liberté d'expression ? Nous le saurons assez vite.
RCS Arrrrrrgh
Deuxième thème de cette soirée pas content : le logo du club. Depuis qu'un immonde A dénature notre sublime logo, les UB90,
encore eux, lancent régulièrement des piques au club. Un combat de longue haleine pour obtenir le retour d'un logo digne de
ce nom sur les tuniques de nos joueurs. L'animation du jour se compose d'un voile avec le logo hérétique du RCS Alsace, sous
titré : « vous portez cette horreur » qui par magie ou quelques autres artifices tenus secrets se transforme en logo du RCS
accompagné de la banderole « mais seul celui là est dans nos coeurs ».
Animation en deux temps parfaitement réalisée, avec un message qui aura surement porté jusqu'à Marc Keller.
Le match
Le match
L'équipe comme le public fait une bonne entame de match. Le Racing est invaincu à domicile et les fans savent qu'ils y jouent
un rôle, si petit soit-il. L'ouverture précoce du score par Julien Perrin enflamme le Kop, d'autant que Perrin y va de sa révérence
devant le quart de virage nord ouest. Une belle manière d'étrenner le titre de joueur du mois d'Aout qu'il a reçu avant le
match.
Le stade pousse, les joueurs aussi. Le Racing se crée des occasions mais ne les mets pas au fond. Néanmoins nous arrivons à la
mi-temps avec un but d'avance face à une équipe vendéenne qui n'a pas vu le jour. La pause est mise à profit par les
supporteurs pour discuter de tout et de rien, mais pas vraiment de l'angoisse de voir le Racing sombrer et Luçon marquer. Le
destin en décide autrement et les adversaires du soir crucifient le Racing et son public sur une action à la limite foot-gag.
L'ambiance s'en ressentira grandement, malgré les efforts des 2 capos au micro, jamais le public n'enflammera la partie. A
l'image de l'équipe, il se contente de réagir par à coup sans trouver la solution.
Sikimic
Alors que le football ne sort pas grandi de cette seconde période, un fait de jeu va venir enflammer la Meinau, à défaut
d'aggraver le score. Sur une anodine touche que les visiteurs tardent à jouer, un objet volant non identifié atteint le rectangle
vert. L'arbitre peu prompt jusqu'alors à faire respecter les consignes de jeu, se précipite pour le ramasser. C'est sans compter
avec capitaine Milo qui est bien décidé à voir le football reprendre ses droits et qui se débarrasse de l'objet perturbateur en le
lançant de la fosse. L'arbitre devient rouge de rage, pendant que le public le conspue allégrement avant d'acclamer le
défenseur serbe. Une fois de plus Sikimic se révèle être le joueur atypique et attachant que le public Strasbourgeois apprécie. Il
écope néanmoins d'un carton jaune et l'arbitre renvoie tout le monde au vestiaire sous la bronca de la Meinau.
Malgré ce résultat décevant tant sur le fond que sur la forme, les bleus viennent saluer les supporteurs, l'occasion d'acclamer
une seconde fois Sikimic et de terminer par ce dernier chant « nous avons le Racing dans le coeur ».
Une banderole sera également dédiée à Samuel, supporteur du Racing parti trop tôt il y a 3 ans déjà.
guigues