CArneT de VOyAGes

Commentaires

Transcription

CArneT de VOyAGes
L
Bien venue en
Pa ys Est Quercy,
n’hesitez pas
e Pays Est Quercy se situe à la croisée des chemins.
Ce territoire se délimite à l’extrême Est du Lot, bordé
à l’Est par le Cantal et au Sud par l’Aveyron. Il offre ainsi
au visiteur de passage une multitude de paysages. Des vallées
du Lot et du Célé en passant par les grands plateaux calcaires
du Causse et les collines boisées du Ségala, ce territoire
rural a 1000 et une richesses à vous dévoiler.
Ce Pays est celui des contrastes, l’eau omniprésente,
la terre nourricière, la pierre et la nature s’y entrelacent
et composent des paysages variés et inattendus.
Nous souhaitons, par ces circuits provoquer chez le visiteur
un éveil des cinq sens. La vue, le goût, le toucher, l’ouïe
et l’odorat seront constamment sollicités.
n…à toucher du doigt la pierre
Bonne balade !
n…à contempler sans fin nos
Figeac, Ville d’Art et d’Histoire,
de nos monuments
paysages et leurs couleurs,
n…à découvrir les mille senteurs
de nos sous-bois,
n…à savourer notre cuisine
du terroir,
n…à prêter l’oreille aux légendes
contées par les hommes.
constitue l’un des sites phare de
notre Pays.
Le patrimoine médiéval de la ville
offre aux regards des visiteurs
toutes ses richesses, témoignage
de plusieurs siècles d’architecture.
Le travail de l’homme a permis de
façonner son centre ancien. Vous
découvrirez cet héritage de façades
sculptées et de portes ouvragées
au gré de vos balades dans ses
ruelles médiévales.
N’’hésitez pas à pousser la porte
du Musée Champollion –
Les écritures du monde et à vous
rendre place des écritures.
Le Ségala et le Limargue
(au Nord), situés entre les Monts
d’Auvergne et les plateaux du Causse,
dévoilent leurs paysages vallonnés et
verdoyants. Les forêts de hêtres, de
châtaigniers et de chênes se marient
aux ruisseaux cristallins. Au fil de vos
promenades, vous rencontrerez nombre
de villages typiques. L’architecture
rurale de ce paysage demande de la
part du promeneur un certain effort
de découverte et une quête
patiente du détail.
Les Vallées du Lot et du Célé
traversent le Pays de part en part,
creusant ci et là gouffres et méandres,
grottes et cascades. Ces deux vallées
vous confieront leurs secrets, leurs
histoires. Profitez de la fraîcheur
offerte par ces cours d’eau et par
l’ombre des falaises.
Le Causse, valorisé par le Parc
Naturel Régional des Causses du
Quercy consiste en un paysage
calcaire. Vous croiserez, au détour
d’un chemin, le témoignage du travail
des hommes : dolmens, murets de
pierre sèche, cazelles (cabanes de
pierre sèche).
Ce guide vous propose 17 circuits
inédits, hors des sentiers battus à
parcourir en voiture, à votre rythme,
selon vos envies et le temps dont
vous disposez. Des arrêts fréquents,
voire quelques balades à pied vous
permettront de découvrir des lieux
préservés, des espaces vécus, des
paysages sauvages.
Découverte, surprise, émerveillement,
échanges, à vous de choisir !
Ce circuit intègre plusieurs
arrêts et quelques marches à pied
(dont une d’environ deux heures)
à travers les paysages
typiques du Ségala
é ga la
du S
b ois
s
u
o
S
AU PAYS
2 h.
de l’arbre à pain
Départ de Saint-Jean-Mirabel
Prendre la D31 direction Listours.
Cette route sinueuse et souvent étroite,
mérite une vitesse réduite. Remarquez
le pigeonnier en bord de route avant
le hameau de Cirganiol.
Châtaigneraie
Arrivé dans la vallée du Célé, traversez
la N122 et prenez la direction Linac,
face à vous. Sur votre gauche, au bord de
la route, le château du Puy Launay, daté
du XIVes., ancienne demeure
des abbés de Figeac.
Prenez à droite la route menant à Linac.
Dans le village, garez votre véhicule
sur le parking (informations touristiques).
Continuez à pied sur cette route.
Latronquière
D3
1
653
6
D7
A la sortie du village, prenez le sentier
botanique dont le départ se trouve de
suite après le panneau Cussonac.
Cette boucle nécessite deux heures
de marche tranquille plus un
arrêt dans la vallée, pourquoi pas un
pique-nique? Vous entrez dans une
chênaie-charmaie; les vieux
châtaigniers, ici, sont creux : à partir des
années cinquante, ils ont subi l’assaut
de deux maladies : le chancre et l’encre
qui les ont décimés, nécessitant
le défrichement. Aussi la forêt d’origine
reprend ses droits. Prenez le temps
de lire les panneaux le long du chemin :
ils vous donnent de nombreuses
indications sur les plantes, mais aussi
sur leur utilisation locale ancienne.
Arrivé au bord du Veyre, repérez
l’Osmonde royale, fougère rare
et protégée, près de son panneau,
avant de remonter dans le bois pour
rejoindre votre point de départ.
De retour sur la route, prenez à
droite la direction Cussonac pour
admirer les maisons typiques du
Ségala, à balustres de bois.
Revenez ensuite au parking en
contournant l’église.
Reprenez la voiture et allez jusqu’à
la D31 où face au château du Puy
Launay, vous tournez à gauche.
En bas de la descente, tournez
à droite (virage en épingle),
direction Prendeignes D76.
Vous suivez le Bervézou, ruisseau
parfois torrentiel : Des plantations
de douglas emplissent les
pentes sur les hauteurs.
Ce conifère produit pour son bois
aux nombreuses qualités, supplante
de plus en plus épicéas et sapins.
A l’entrée du village de Prendeignes, après le panneau signalétique,
tournez à droite, (virage en épingle),
direction Gabanelle. De magnifiques
châtaigniers jalonnent votre parcours,
puis de somptueux paysages se
dévoilent sur votre gauche.
Au bout d’1 km, la forêt domaniale
vous accompagne jusqu’à un petit
pont, près duquel vous pouvez
stationner.
2 choix sont possibles :
L’été, pour terminer agréablement
cette journée, suivez la D76 puis
la D 653 jusqu’à Latronquière.
A 2 pas du village, le lac du Tolerme
propose une gamme variée
d’activités de plein air :
pêche, plage de sable, loisirs
nautiques, sentiers…
Vous pouvez aussi rejoindre
Lacapelle Marival par la D653 ;
Ce village au cœur du pays
du Ségala possède un cachet
particulier et est dominé par son
château médiéval.
D
Lacapelle-Marival
CHÂTEAU
Prendeignes
22
N1
Linac
40
22
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
D8
Ensuite, continuez tout droit, même
direction : un bois de bouleaux sur la
droite, a colonisé une châtaigneraie
défrichée. Observez les fougères aigles
indiquant une terre acide : vous êtes déjà
en Ségala appelé aussi Châtaigneraie.
Le terme Ségala signifie terre à seigle,
car longtemps seigle et sarrasin furent
les principales récoltes de ce pays. Le
châtaignier fut introduit au XVes. pour
apporter de nouvelles ressources aux
bêtes et aux gens de cette contrée
vallonnée. Arbre rustique, de basse
montagne, ne supportant pas le calcaire,
il apprécie à la fois un climat tempéré et
humide ainsi que les versants de collines.
Remplissant si bien ses fonctions,
il devint la base de l’alimentation
des paysans jusqu’au début du XXes.
et fut dénommé l’arbre à pain.
3/6 E TA P E S / 4 0/8 0 K M S
Pigeonnier de Cirganiol
Notez les différentes espèces de
fougères : polypodes, capillaires,
fougères des fleuristes, fougères
aigles. Au panneau charme,
touchez les troncs à taches
blanches, ils présentent une
circonférence bosselée, cherchez
son fruit à terre et observez
sa feuille gaufrée.
Si vous marchez sur le chemin de
gauche, vous pouvez ramasser
à terre différents cônes de
douglas, mais aussi de mélèzes
plus ronds, de grandes feuilles de
chênes d’Amérique, aux lobes
très découpés.
Reprenez votre véhicule et retournez
à Prendeignes, à près de 500 m
d’altitude, vous trouvez comme à
Linac, d’authentiques maisons de
Ségala avec ses balcons à
balustres de bois.
Pour atteindre les crêtes, prenez la
D76 à droite, à travers la forêt de
châtaigniers et de douglas. Après
4 km, vous arrivez à l’intersection de
la route allant vers «Le Castagné».
Un arrêt s’impose. Par temps clair,
vous apercevrez les sommets
enneigés des Monts du Cantal.
lé
é
Le C
Viazac
St-Jean-Mirabel
FIGEAC
D840
Le Lot
Pigoennier à Cirganiol…
23
deux raies blanches caractéristiques.
Empruntez ensuite le premier
chemin de gauche qui devient
une petite route goudronnée.
Tout de suite, repérez, à gauche,
la quinzaine de petits mélèzes
récemment plantés.
Remarquez à droite la forte pente
de jeunes châtaigniers et ne
vous privez pas de leurs fruits
qui abondent sous les pas
en automne.
Une mise en garde à faire pour
le sentier en forêt : véhicules
interdits sur cette zone.
Ne pas faire de feu, attention
aux déchets. Il est permis de ramasser
les fruits au sol.
Intérêt : nombreux arbres faciles
à identifier en ville grâce
aux panneaux d’interprétation,
en forêt : autres espèces,
facilement repérables,
la plupart plantées par l’ONF.
Un peu plus loin un douglas vert
solitaire permet la comparaison
avec le sapin : ses aiguilles molles,
vert cendré, à l’odeur de citron,
ses cônes à terre, vous ne pouvez
plus vous tromper.
Sentier forestier très agréable,
où les odeurs de résineux
participent au bien-être.
A LA RE NCONTRE DES ARB RES
2 h.
des espaces verts
à la Bou le Blan che
1ère partie dans la ville de Figeac
Départ de Figeac. Tout d’abord prenez
le temps de parcourir à votre rythme
Arbor’Essences, l’arboretum de Figeac,
éclaté dans les espaces verts de la ville.
Ce circuit se parcourt en plusieurs petites
promenades, au gré de la fantaisie.
2 E TA P E S / 6 K M S
D U RÉE : 1 J O U R Née
En sortant de l’Office de Tourisme,
allez tout droit. Arrivé sur les quais en
bordure de la rivière Célé, prenez à droite
sur 100 mètres, traversez la passerelle
qui enjambe la rivière puis le square, à
droite et allez derrière les terrains de
tennis.
Vous trouvez dans cet espace dit
les Pradges, un beau pin pleureur
de l’Himalaya et un spécimen dont
il n’existe que quelques dizaines
d’individus connus en France :
l’orme de Mandchourie.
Reprenez votre véhicule et garez-vous
sur le parking du foirail.
Puis rendez-vous aux terrasses du Puy,
esplanade arborée se trouvant derrière
l’église la plus proche, que vous devez
apercevoir de votre stationnement : vous
repérez aisément les cèdres de l’Atlas
sur la terrasse basse ; cherchez
les panneaux qui sont parfois cachés.
Allez aussi sur la terrasse haute où se
trouve un magnifique if femelle près
d’un pin sylvestre : remarquez l’orangé
sur le haut du tronc.
24
Orme de Mandchourie
Prenez le chemin en descente à
droite. A quelques mètres de là, un
panneau de l’ONF indique «Forêt
domaniale de la Boule Blanche».
Les châtaigniers dominent ici,
ainsi que les fougères-aigles et
les bruyères en tapis :
nous sommes en terrain acide.
Vous pouvez reconnaître sur
votre gauche un beau chêne
pédonculé. Sa feuille et son
gland sont très différents du
chêne pubescent présent sur
les terrains de causses.
Chêne pédonculé
2ème partie dans la Forêt
domaniale de la Boule
Blanche à Planioles
(à environ 6 km de Figeac)
Reprenez la voiture en direction
de Rouqueyroux.
Roulez 5,7 km. Vous dépassez
un relais de télécommunication à droite
et 350 m. plus loin, à gauche, un chemin
non goudronné avec un espace aménagé
vous permet de stationner. Une bâtisse
crépie vous sert de repère.
Dans le versant, sur la droite,
le douglas vert, un petit conifère
à l’odeur citronnée, et quelques
jeunes trembles occupent
le sous-bois. Après le panneau,
un massif de pins Laricio a été
planté : leurs cônes sont nombreux
à terre. La descente s’accentue et
le chemin vire à gauche.
Vous pourrez observer quelques
traces de mammifères dans
la végétation basse.
Le chemin devient plus rectiligne
alors qu’une odeur mentholée
nous imprègne de plus en plus :
ce sont les sapins qui bientôt
s’alignent de part et d’autre.
Leurs rameaux aplatient, rigides
et luisants, présentent par-dessous
Savez-vous qu’une variété
de noix porte le nom
de Camburat, localité voisine
de Figeac ?
Cette vieille variété originaire
du Lot a quasiment disparu
au profit de variétés hybrides
à plus fort rendement. Saluons
les quelques agriculteurs
de la commune sans qui cette
variété aurait complètement
disparu de son lieu d’origine.
Recherchez du même côté le pin
sylvestre, au tronc orangé, puis
plus loin, à droite, les bouleaux
verruqueux aux troncs blancs.
Avancez toujours sur la route
goudronnée, en laissant à gauche
un pré clôturé : des arbustes
spontanés ont profité de la lumière :
cornouillers sanguins, églantiers
et même quelques saules marsault.
Le sentier se fait alors plus rude
et vire à gauche jusqu’à un portail
vert près de votre point de départ.
Planioles
D840
De
rbres
eux a
nombr
FIGEAC
lé
é
Le C
D8
02
25
richesse de l’histoire du
ge
Passa
..
ettes.
in
hém
par T
Limargue ; châteaux,
manoirs et nombreuses
églises romanes dont
certaines fortifiées.
Limargue au Causse
I tinérances du
Départ d’Aynac : Devant l’église
Aynac, possède une église romane
du XIIes. avec son clocher octogonal
sur base carrée.
Le Château (ne se visite pas) s’est
structuré au XVIes. autour d’une tour
rectangulaire du XVes., entourée de
4 tours rondes ornées de mâchicoulis.
Château d’Aynac
Prendre direction St Céré D940,
puis prenez la D39 vers Gramat
puis tourner à gauche direction
Albiac par une petite route.
Au carrefour de la D 15 avec la D 184,
vous bénéficierez d’un Point de vue ;
puis, à 1 km avant le village,
présence d’une croix sculptée en
pierre datée de 1826.
Vous arrivez à Albiac, très ancien
village perché. Ruiné par la guerre de
cent ans, il ne comptait plus aucun habitant vers 1450, et fut repeuplé par des
auvergnats attirés par la fertilité des sols.
A l’entrée du village, vous verrez
un séchoir à châtaignes circulaire
couvert de lauzes ainsi que le Château.
26
8 E TA P E S / 3 0 K M S
D U RÉE : 1/2 J O U R NÉE
A la sortie, sur la route de l’Hôpital
(D 184), vous pourrez observez la
fontaine du Thérou et son lavoir ainsi
que le Château de la Pèze d’origine
médiévale à 4 km au sud-est.
Toujours en suivant la D 184, vous
pourrez observer immédiatement sur
votre droite un vieux pigeonnier,
vous entrez alors à L’hôpital Beaulieu.
Ce village s’est développé autour d’un
hôpital créé en 1238 par le seigneur
Gerbert de Thémines pour héberger les
pèlerins sur la route de Rocamadour.
Il fut confié en 1259 à l’ordre
de Saint Jean de Jérusalem puis de
Malte ; les dames hospitalières dirigèrent
cette communauté (abbaye, hôpital,
hospice, hôtellerie, maison d’éducation
pour jeunes filles et exploitations
agricoles) pendant près de 600 ans.
Ruiné par la guerre de cent ans, puis
restauré vers 1500, il ne subsiste
aujourd’hui que la salle capitulaire du
XIIIes., classée, et une partie du mur
d’enceinte (privé).
A voir à l’entour, le village d’Issendolus
avec son église romane remaniée, renfermant le reliquaire de Sainte Fleur et un
beau panneau de bois sculpté du XVIIes.
Revenez vers l’Hopital Beaulieu et
prenez la D 840 en direction de Figeac.
Vous arrivez alors à Thémines, ancienne
cité gallo-romaine qui fut le fief d’une
branche des Cardaillac. Une très belle
halle du XVes atteste de l’activité des
échanges au Moyen-âge.
D39
D1
5
D8
40
D38
Les bourgs témoignent de la
D940
0
perdent dans des gouffres au
contact du Causse.
D4
dont les nombreux ruisseaux se
4
une plaine vallonnée verdoyante
Autour de Thémines, plusieurs
grottes sont à découvrir (cf. topo
guide randonnées du Parc Naturel
Régional des Causses du Quercy,
circuit n°17). Prenez ensuite la
D 40 en direction de Rueyres.
Vous arrivez à Rueyres, traversé par
la rivière l’Ouysse qui va disparaître
dans un gouffre sous le Causse à
Thémines.
Sur votre gauche, le château de
Rueyres (privé), manoir du XVIIes.
est couvert de lauzes. A l’angle de
la grille, vous découvrirez la
« fontaine de Monsieur », source
décapante qui servait autrefois à
l’entretien des ustensiles en cuivre.
Suivez ensuite la direction Figeac
par la D 38 puis coupez la D 840
pour arriver à Théminettes.
Eglise fortifiéede Rudelle
Ce village est également un ancien
site gallo-romain. Vous pourrez ob- En quittant l’église, tournez à
gauche vers l’aire de repos
server un bel ensemble de maisons
(le couderc en occitan) puis
anciennes dont plusieurs avec tours.
suivre la direction Anglars.
Après les dernières maisons du
Visite possible d’une pisciculture.
village au Sud la petite rivière
le Francès devient souterraine à
A partir de Rudelle, randonnée
l’endroit appelé les Pertes du
possible vers la fontaine des
Francès. Théminettes est le
lépreux du Cabrimont
point de départ du circuit du Causse
(cf. topoguide randonnées
(11kms), clairement balisé et
du Pays Est Quercy).
figurant sur le topo guide
En suivant la D 15, vous arrivez à
Randonnées du PNR (N°17)
Anglars. L’église d’origine romane
possède un beau clocher fortifié.
Revenez ensuite sur vos pas emLes Anglais y auraient stationné lors
pruntez la direction Figeac (D 840)
des guerres de cent ans, l’origine
pendant environ 1 km. Prenez à
d’Anglars provient d’ailleurs de
gauche direction Rudelle.
l’appellation « Anglais ».
Vous arrivez à Rudelle, fondée
en 1250, par Bertrand de Cardaillac, Rejoindre Lacapelle-Marival en
continuant sur la D15, puis en
(classée Bastide du Lot).
prenant à droite la D 940.
Il promit terrain et jardin à tout
homme qui voudrait bâtir sur ses
terres. A l’entrée du village, les piliers
de forme octogonale symbolisent
Aynac
les colonnes de l’ancienne halle,
détruite en 1964.
L’église fortifiée ou « fort-église »
Albiac
de Rudelle date du
XIIIes. Elle était à l’origine
un bastion seigneurial,
abritant une chapelle, offrant à
L’Hopital Beaulieu Rueyres
l’étage un refuge aménagé pour
les habitants avec cheminée
Issendolus
Thémines
et défenses contre les Anglais
puis les Protestants.
Autrefois entourée de douves, de
Rudelle
courtines et de palissades, cette
église est considérée comme la
Théminettes
plus belle des églises fortifiées
du Haut Quercy. A l’intérieur, une
énigmatique patte de griffon à
la clef de voûte.
D1
8
Ce circuit parcourt le Limargue,
Anglars
D15
Lacapelle
Marival
27
des bases de piliers, colonnes et
chapiteaux des XI es. et XII es. Des chapiteaux
XI es., provenant de l’ancien porche
disparu, ont été utilisés comme supports
de bénitiers. Figeac possède aussi de
nombreuses maisons romanes avec leurs
arcades marchandes et leurs baies triples
on du
Mais
c
Figea
on a
Griff
ART
largement sculptées : la maison dite du
Griffon place Champollion, L’hôtel du Viguier
du Roy rue Emile Zola, LA maison rue Séguier…
Roma n
Départ de Figeac
1er circuit : Les centres romans
Prenez la D662, direction Cajarc. Passez
par Faycelles pour gagner Saint-PierreToirac. L’église Saint-Pierre est l’un des
plus beaux édifices romans du Lot avec
plus de 50 chapiteaux sculptés.
6 E TA P E S / 83 K M S
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
A Salvagnac, au pied du château,
prenez la D146 que vous quitterez
en direction du gouffre de Lantouy.
Les belles ruines du monastère de
Lantouy surplombent le gouffre et
révèlent de nombreuses ressemblances
avec l’église de Saint-Pierre-Toirac.
Revenez sur Cajarc, prendre la D17
direction Gramat, puis la D82, à gauche
pour atteindre Saint-Chels, joli village
typique du Causse. Dirigez-vous vers
Sauliac-sur-Célé/Marcilhac,
pour trouver une grange avec une
charpente à la Philibert de l’Orme coudée
du XXes. (en forme de carène renversée).
Cette technique très particulière
a été inventée au XVIes. Elle se trouve
à gauche face à la salle des fêtes.
Tympan de l’église de St-Félix
D U RÉE : 2 H E U R E S
En reprenant la D2, direction Figeac,
empruntez à gauche la D206 vers
Saint-Félix. La 1ère travée de l’église
et le très beau tympan datent du XIIes.
Il présente Adam et Eve au moment
du péché originel : Eve prend du
serpent le fruit du savoir. En même
temps Adam et elle portent une
main devant leur sexe, découvrant
soudain la honte de leur nudité.
Les chapiteaux sont aussi remarquables avec leurs motifs feuillagés.
Notez la croix métallique datée 1785.
2ème circuit :
Les églises romanes
Suivez la D840, direction Rodez.
A la sortie de Figeac, tournez à
gauche (D2) pour atteindre Lunan,
un peu plus loin à droite. Suivez le
fléchage indiquant église romane.
L’église paroissiale Saint Martin,
presque isolée dans son vallon,
conserve une abside et des
modillons XIIes. sous une voûte
XVes. C’est plus bas dans ce vallon
que se trouvait le prieuré «fille de
Conques» dont les moines ont créé
l’abbaye de Figeac.
Regagnez Figeac puis, par la
route de Brive (D840), allez à
Fourmagnac. L’église Saint-Pierre,
à nef unique, présente des parties
hautes remaniées mais conserve
son aspect roman. Regardez les
modillons, ces pierres sculptées
qui débordent et soutiennent les
avancées du toit. Notez la fontaine
pétrifiante au milieu du village.
Continuez vers
Figeac.
D41
D13
D21
élé
Le C
D2
St-Jean-Mirabel
EGLISE
6
Revenez sur vos pas. Au croisement
avec la D2, prendre à droite, puis à
gauche pour découvrir le Moulin à
vent de Seyrignac (se visite), du XVe s.
Revenez ensuite sur vos pas et
reprenez la D2, à gauche.
Entrez dans Saint-Jean-Mirabel.
Fourmagnac
Fons
L’église Saint-Jean-Baptiste.
EGLISE
Le tympan du XIIIes, montre la
Camburat
Planioles
crucifixion et le baptême du Christ.
Lissac
et Mouret
Corn
En entrant, passé l’arc triomphal,
Boussac Camboulit
vous retrouvez l’église romane, Espagnac
Ste-Eulalie
FIGEAC
RUINES EGLISE
dont l’entrée et le chevet
ST-MARTIN
Brengues
St-Sulpice
sont devenus des
Faycelles
Le Lot
chapelles décorées Marcilhac
s. Célé
ABBAYE
St-Chels
de peintures XVIe
St-Pierre-Toirac
EGLISE
Larroque-Toirac
ST-PIERRE
et XVIIes.
Montbrun
Notez aussi les maisons
Cadrieu
XVIIIes. au fond de la place.
CAJARC
Montredon
D20
Le tympan, du XIIe s., représente Samson
terrassant le lion. A l’intérieur, le style des
chapiteaux est à rapprocher d’autres
édifices du Lot (Figeac, Marcilhac-surCélé). Ils illustrent des thèmes récurrents
dans l’art roman : Daniel dans la fosse
aux lions, Adam et Eve…
Regardez également la très belle toile du
Christ en croix. Profitez-en pour visiter le
village qui porte de nombreuses traces
Renaissance. Continuez jusqu’à Cajarc.
Prenez à gauche la D17 vers
Villefranche-de-Rouergue.
Passez le pont.
Continuez ensuite vers Marcilhacsur-Célé. Vous aurez une très belle
vue sur la vallée du Célé et le Causse
de Gramat. Grande abbaye
bénédictine, ruinée par la guerre
de Cent Ans, Marcilhac conserve
de belles ruines de
son église Saint-Pierre.
Le tympan, particulièrement
abîmé, de la fin du XIes.,
période de retour
à la sculpture dans l’art,
présente le Christ
bénissant en majesté
entouré des saints Pierre
et Paul, de deux anges,
de la lune et du soleil.
4 E TA P E S / 4 0 K M S
Lunan
EGLISE
St-Félix
EGLISE
D840
62
De la période romane, l’église conserve
Quittez Marcilhac par la D41,
direction Figeac.
A Camboulit, au croisement avec
la D21, à gauche, vous apercevrez
les ruines de l’ancienne église
paroissiale Saint-Martin.
Le chœur est roman, la nef gothique.
Poursuivez jusqu’à la D802.
Tournez à gauche, puis à droite vers
Lissac-et-Mouret (D18). Sur cette
route, se trouve le pont du Fraysse
composé de 3 arches et de bordure
en grès. Cet ouvrage correspondrait
à la voie moyenâgeuse FigeacCahors par le Causse. Il devait
permettre la traversée du Drauzou,
même pendant les crues.
Regagnez Figeac par la D2.
En entrant dans les ruines de
l’église, reconstruite seulement pour
partie au XVes., on est frappé par
l’aspect grandiose de la partie
romane. Le clocher XIVes. présente
à sa base des sculptures romanes
de chapiteaux ainsi que la très belle
porte à l’angle opposé de la façade
occidentale. On y reconnaît Daniel
dans la fosse aux lions.
La salle capitulaire est le dernier
élément conservé de l’ensemble
claustral et propose de belles
sculptures. Le traitement des corps,
des ventres, des plis des vêtements,
les thèmes, etc. sont significatifs de
la fin du XIIes. A l’intérieur de
celle-ci se trouve une intéressante
formule de voûte sur support, un des
ancêtres de la croisée d’ogives.
D6
Saint-Sauveur se poursuivit jusqu’au XIV s.
e
D82
D17
Figeac. Initiée à la fin du XI es.,
la construction de l’abbatiale
Salvagnac-Cajarc
28
D146
GOUFFRE
DE LANTOUY
29
panoramas sur les collines du
Ségala et les Monts du Cantal.
Vous irez à la rencontre d’un petit
patrimoine local traditionnel du
Ségala. Alors, bonne visite !
ga
u Sé
a ge d
s
y
a
P
la ...
PAR MONTS ET
par Vaux en Séga la
Départ de L’Eglise de Leyme :
Leyme vit en 1213, sous le règne local
de la puissante famille des Cardaillac.
Le village se développa autour de
l’abbaye cistercienne.
L’Eglise, vouée à Sainte-Eutrope fut
construite au XIXes. Son intérieur,
de style baroque, s’est vu transféré
de l’ancienne chapelle de l’Abbaye
des boiseries datant du XVIIe, des
retables dorés et sculptés style Louis
XV, banquettes de moniales en bois de
noyer ainsi qu’un autel en marbre rose de
Thémines. Le coup de cœur va au pupitre
en bois représentant un aigle aux ailes
déployées datant du XVIIes.
Pour la petite histoire, cette église fut
achetée en 1811 par les paroissiens
pour 1500 francs.
Au carrefour de l’Eglise, suivez la direction
Molières par la D 39. Après 2km, vous
pourrez alors prendre à gauche pour
vous rendre au Point de vue du Pech
Mouleyret, qui offre une vue sur le
village et les monts d’Auvergne.
L’accès en voiture est peu aisé, il
est possible de rejoindre la table
d’orientation à pied (500 m environ).
Arrivé à Terrou, montez dans le bourg
pour contempler les maisons en pierres
et toitures de lauzes et l’Eglise Saint
Pierre abritant deux statues en bois doré.
Le village de Terrou a été ravagé et
incendié par les Allemands au
Printemps 1944.
A Terrou possibilité de départ de
randonnée dans la vallée de la Bave à la
cascade du Cheval Blanc (20 km).
Quittez ensuite Terrou pour Labathude,
en suivant la D19. Après 2 km, sur votre
gauche vous pourrez voir le Moulin du
Bouscarel, moulin en activité où l’on peut
encore trouver de la farine de blé noir.
Maison à bolets
Molières
D3
9
Terrou
Espeyroux
Labathude
D940
D6
53
Lacapelle
Marival
9
A Cardaillac, vous pouvez stationner
sur le parking du fort, au centre du
bourg. Cardaillac, qui figure parmi
« les plus beaux villages de
France », est le berceau d’une des
plus anciennes familles féodales de
France. Il est situé sur le chemin de
Saint-Jacques de Compostelle
(GR65). Cardaillac, est aujourd’hui Leyme
un remarquable site médiéval
regroupé autour du fort, avec ses
2 tours du XIIe et ses remparts. Il
héberge plusieurs ateliers d’artistes.
Vous pourrez effectuer la visite
du fort, fléchée et parsemée de
panneaux explicatifs.
Dans le vieux bourg, poussez la
porte du Musée Eclaté (se visite).
Vous pénétrerez dans la maison du
Sémalier, son atelier, sa cave, son
habitation, le séchoir à châtaignes,
le moulin à l’huile de noix, l’école
d’Antan, à la découverte des objets
et outils de la vie quotidienne au
début du XXes. Vous redécouvrirez
la vie d’autrefois en parcourant les
différentes bâtisses qui abritent ce
musée des plus original.
D1
Prenez direction Labathude sur la D 19
(à gauche).
Le prieuré de Labathude appartenait à la
baronnie des Cardaillac, une communauté
y vécu entre 1584 et 1662. Les paysages
d’élevage et de culture dévoilent en
chemin un bâti traditionnel du Ségala
(maisons à bolets notamment).
Suivez ensuite la direction la Remise,
en route, profitez du point de vue
sur l’Auvergne et sur les Vallées
alentours. Puis la D 653 en direction de
Latronquière. A Rouqueyroux prenez à
droite la D 19 direction Figeac.
Revenez ensuite sur vos pas puis
prenez à droite direction Figeac/
Cardaillac. En route, vous pourrez
profiter de la vue sur la vallée. Après
3 km, suivez la direction Cardaillac.
Reprenez la D 15 pour rejoindre
Lacapelle puis, la D 48 et la
D 205 jusqu’à Espeyroux.
Vous y découvrirez, dans un paysage
varié, parsemé d’herbages et de
fermes, les témoignages d’un petit
patrimoine rural qui ne manque
pas d’intérêt, ainsi, tout près de la
Mairie, on peut voir un remarquable
ensemble jumelé constitué d’un
puits et d’un four en pierres du pays,
couvert de lauzes.
Le Franc
es
D15
Sainte Colombe
La
Dra
uzo
u
Saint Bressou
5
30
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
D1
Revenez ensuite sur vos pas en suivant la
direction Molières (D 39).
Arrêtez vous sur la place de Molières,
plantée de marronniers centenaires.
En bas de la place, vous pourrez observer
un puits communal (1887) en grès
couvert par un berceau en plein cintre
équipé de pierres percées pour faciliter
le remplissage des seaux, sa toiture est
couverte de lauzes.
L’église du XIIes. mi-gothique, mi-romane
a servi de tour de défense pendant la
guerre de 100 ans.
Traversez ensuite le bourg de Molières
et à la sortie du village à l’intersection
prendre à gauche direction Terrou (D 39).
8 E TA P E S / 6 5 K M S
Quittez ensuite Cardailac pour Saint
Bressou par la D 18 puis la D15.
Prenez à gauche la D92 direction
Mialet. Le hameau de Mialet
possède une jolie petite église
romane qui a été remaniée à la fin
du XIXes., ainsi qu’un pigeonnier
circulaire, antérieur à la Révolution.
Si vous le souhaitez, vous pouvez
rejoindre le plan d’eau de Sagnes
en direction de Cardaillac, c’est un
lieu apprécié pour la promenade,
la pêche et pourquoi pas, pour un
pique-nique au bord de l’eau.
Revenez sur vos pas, puis à Saint
Bressou, montez au sommet du Pic
(route sur votre gauche) qui culmine
à 619 m. Une table d’orientation
vous permettra une bonne lecture
du paysage allant jusqu’aux Monts
d’Auvergne, à l’Aveyron et au Causse.
D48
Ce circuit vous offrira d’agréables
Prenez ensuite Sainte Colombe
sur votre gauche.
Au XIIIes., les terres de SainteColombe dépendaient de la
Baronnie de Cardaillac. L’église
était à l’origine un sanctuaire qui
fût donné, en 972, à l’abbaye de
Figeac. Vous pourrez observer aux
angles de la toiture du clocher deux
colombes, l’une portant un rameau,
la seconde un marteau.
Face à l’Eglise, une grande bâtisse,
l’ancien pensionnat Notre Dame du
Sacré Cœur, fermé depuis 1972, a
accueilli nombre de jeunes filles qui
y ont accompli leur scolarité. Henri
Troyat, dont l’épouse y avait été
pensionnaire, l’évoque dans
son roman «La Grive».
Enfin, le monument aux morts
vous interpellera par la force de la
gestuelle de la statue polychrome du
soldat brandissant un fusil et criant
«Debout les Morts».
Cardaillac
31
L’architecture rurale du Ségala
demande de la part du promeneur un
certain effort de découverte et une
e de
E gl i s
.
a t ..
la d i r
quête patiente du détail architectural.
Vous découvrirez ainsi la richesse patrimoniale de nos villages ainsi que les
paysages verdoyants du Ségala.
de V A L L É E S en G O R G E S et de
chapelles en églises
Départ de Saint Hilaire :
Dans le bourg, remarquez les pierres
d’angles gris bleuté de l’Eglise (1904),
pierres provenant de Parlan (Cantal).
6 E TA P E S / 3 5 K M S
D U RÉE : 1/2 J O U R NÉE
Ainsi qu’un bel exemple de plancadou
(avant toit en bois) qui était utilisé pour
faire sécher, châtaignes et noix à l’air
libre. L’accès au plancadou visible sur
la gauche se faisait par le grenier.
Prenez ensuite à droite au prochain
carrefour puis à droite à la patte d’oie
direction Lantuéjoul. Au prochain
croisement, prenez à gauche, vous
arrivez alors à Saint Cirgues.
Eglise de St Hilaire
A proximité de l’église, une plaque
indique l’emplacement d’une fontaine
(derrière une porte en bois), avec un
ancien mécanisme pour puiser l’eau.
Reprennez la route contournant l’Eglise
puis la D19 vers Latronquière. Lorsque
vous passerez sur le pont en pierre,
observez la borne ancienne indiquant la
limite entre le Lot et le Cantal. Le village
de Saint Hilaire est directement accolé
au Cantal. Prendre à gauche en direction
de Lauresses.
Le Francès
Saint Hilaire
D19
Lauresses
D3
1
Saint
Cirgues
u
ea
A Sabadel, un promontoire de
645 m constitue un remarquable
belvédère ; au sud-est, deux affluents
de la Bave et de la Burlande
prennent naissance de part et d’autre
de la route départementale 653, au
nord-est, les gorges du Bervézou.
Traversez le bourg et passez
D35
devant l’Eglise. Suivez ensuite
la direction Montet et Bouxal
Montet-et-Bouxal
6
à droite (D 76)
D7
A la sortie du hameau,
après les pompes à essence,
Sabadel
prendre à gauche
direction Bouxal.
erc
32
Au carrefour du Montet, à droite
remarquez un ancien sécadou
avec loges à porcs au-dessous.
Prendre à gauche.
L’église, seigneurie médiévale
relevant du Comte Evêque de
Cahors, entourée de quelques
maisons, s’élève sur un promontoire
rocheux dominant le confluent
de deux ruisseaux tributaires
du Bervézou.
Il y a de nombreuses années,
deux communes se partageaient
le territoire : Le Montet et Bouxal.
Deux communes et donc deux
clochers ! La réunion de ces deux
communes se fit en 1827 sur
ordonnance royale signée de
Charles X. Depuis, le nom est
resté et Bouxal et Le Montet,
hameaux de la commune, gardent
néanmoins tout leur charme.
Revenez sur vos pas puis prenez
la direction Sabadel (D 76).
A Bouxal, avant l’église, à voir une
croix de pierre à motifs sculptés.
L’Eglise Sainte Radegonde dépendait
au Moyen-Age, de la Commanderie
de l’Ordre de Malte établie au
château de Latronquière.
Fin du circuit, vous pouvez ensuite
revenir sur vos pas pour rejoindre la
route de Figeac et Lacapelle.
B
Le
A lauresses, le porche carré et la qualité
des peintures de la porte d’entrée de
l’église lui confèrent un intérêt particulier.
En descendant de l’église au STOP
prendre tout droit « Les Gazélies ».
20 m après le stop, sur votre droite, vous
pourrez observer un ancien sécadou.
Dans le hameau des Gazélies, la
première maison à droite présente en
façade principale un ancien bolet (balcon
en bois avec escalier).
A St Cirgues, sur la gauche en entrant
dans le bourg, vous pourrez observer
deux fours rénovés. Il semblerait que l’un
soit destiné à cuire le pain, le second,
les gâteaux. Sur votre droite, un porche
couvert de tuiles plates à crochet et un
pigeonnier font face aux fours.
L’Eglise de Saint Cirgues appelée
Eglise de la Nativité, porte une
Croix de Malte en façade.
Derrière l’ancien château d’eau (bâtiment
daté de 1962), vous pouvez observer une
tour (couverte de balconnets) appartenant
à l’ancien château de Saint Cirgues.
Reprenez ensuite la direction de Figeac
(D 199), depuis la route, vous pourrez voir
le Tilleul de Paramelle , haut de 35 m.
Arrêtez vous pour l’observer (information
sur un panneau au pied de l’arbre). Ce
tilleul serait un Sully, arbre remarquable,
d’environ 400 ans, planté sous le règne
d’Henri IV. Ils seraient encore 35 en
France. C’est un arbre magnifique en
parfait équilibre. Le Tilleul de Paramelle
est entouré d’un ensemble bâti typique
de la région.
Séchoir à chataîgne ou Sécadou
Au croisement, prenez la direction de
Latronquière (D 31) puis à gauche,
Montet et Bouxal ( D 35). Prenez
enfin à gauche direction le Montet.
C’est sur cette commune que se
trouve le chemin du gouffre des
cloches. La légende raconte que,
durant la guerre de 100 ans, les
cloches d’une ancienne chapelle
située au « Scabries », roulèrent sur
la falaise abrupte, jusque dans le
gouffre d’où son nom. On prétend les
entendre en présage d’événements
douloureux, de grands malheurs.
99
D1
33
“Figeac”
Rendez-vous à Béduer en prenant
la D21 puis la D41 à droite,
direction Boussac.
Prenez la 1ère à gauche en direction
de Béduer (attention le panneau
Béduer est de dos).
raversez le petit pont à gauche et
continuez jusqu’à vous trouvez en
face du château de Béduer.
Vous pourrez alors en admirer la
tour XIIIes., dernier vestige médiéval
visible de l’extérieur.
Visite de la ville fléchée avec le circuit
“les clefs de la ville” (disponible à l’Office
de Tourisme). Figeac conserve un ensemble
remarquable de maisons gothiques bâties
entre le milieu du XIIIes. et le XIV es.
C’est le cas de l’Hôtel dit de la Monnaie,
une maison privée du milieu du XIII es.
où est installé aujourd’hui l’Office de
Tourisme. On retrouve les grandes demeu-
gothique
ART
Départ de Figeac
Cette richesse architecturale est
directement issue des ressources
agricoles, d’un commerce local dynamique
et de la présence des marchands
figeacois dans le commerce international.
Les consuls, gestionnaires
élus de la communauté,
en ont tiré la puissance
nécessaire pour entrer
en conflit avec l’abbé,
seigneur de la ville.
Cet épisode verra le roi
de France, Philippe le Bel,
devenir seigneur direct
de Figeac en 1302.
Les églises de la ville sont
principalement gothiques :
- Saint-Sauveur s’achève
aux XIIIe s. et XIVes.
- Notre-Dame du Puy
Eglise du Puy
créée au XIIIe s. est agrandie
e
au XIV s. (portail, abside, chevet).
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
Allez jusqu’au panneau Camboulit
sur la gauche. Cet autre bourg
castral, fondé au XIes., présente
une première enceinte pour
le château puis une enceinte
large du XIIIes. dont on emprunte
la porte pour entrer dans le village
encore aujourd’hui. On y trouve
des restes du château, des maisons
médiévales et des bâtiments
restaurés de façon fantaisiste.
Ce bel ensemble, rural aujourd’hui,
comprend aussi des maisons
Renaissance et des échoppes
XVIIIes. Face à Camboulit se
trouve le château de Béduer
qui a plusieurs fois
tenté de prendre
le contrôle de
St-Sulpice
Camboulit.
40
Cardaillac
Fons
5
D1
au cours du XIIIes. dans 6 châteaux
différents, gardant leur ville d’origine
pour regrouper la famille. La tour dite
de Sagnes se visite, elle était vouée à
la défense. Le deuxième étage conserve
des latrines, une baie, une porte qui
donnait sur un balcon de bois et
un placard mural.
Le dernier étage a disparu
mais il est possible de grimper
sur la plate-forme qui en
résulte, à 21m de hauteur
(contre 25 m à l’origine).
Profitez du panorama
(attention aux enfants).
Le fort était alors un bourg
castral, c’est à dire qu’il était
coupé en deux par un rempart
intérieur disparu. La visite du
fort est fléchée et des panneaux
explicatifs vous invitent à
parcourir le village. Profitez-en pour
découvrir le Musée Eclaté, véritable
immersion dans le quotidien des paysans
au XIXes. De nombreuses traces
de l’époque médiévale sont encore
visibles dans le village.
Prenez à droite la route de Cajarc
(D19). Traversez Gréalou (belle
église romane) puis descendez sur
Cajarc (visite détaillée page 12
à 13). Le tour de ville reprend les
fossés du XIVes. L’ensemble de
la fortification de cette ville riche, de
son agriculture et de son commerce,
au Moyen Age, est repris au moment
de la guerre de Cent Ans.
Cet ensemble fortificatif disparaîtra
en 1623, sur ordre du roi.
Dès le XIIIes. apparaît à Cajarc une
culture nouvelle : le safran. Remis au
goût du jour il y a quelques années,
il est aujourd’hui une production
locale très prisée.
Quittez Cajarc par la D17 et la D83
en direction de Saint-Sulpice.
Il ne reste du château des XIIIes.
et XIVes. que peu de choses :
une poterne, une salle voûtée,
des terrasses et des pans de
murs de défense.
L’ensemble ne se visite pas mais
vous pouvez l’apercevoir depuis
quelques beaux points de vue.
Prenez la D13 qui vous ramenera
à Figeac.
D8
Prenez la D840, direction Brive puis la
D15 vers Cardaillac.
Cardaillac fut le berceau d’une famille
puissante en Quercy qui s’installe
7 E TA P E S / 94 K M S
Rejoignez la D840 par la D18
pour gagner Fons.
Promenez-vous dans ce village.
Site gallo-romain puis vicairie
wisigothique, Fons devient un prieuré
bénédictin, donné à Figeac.
Ce très beau village présente de
nombreux vestiges de son passé
médiéval. Il possède une souche de
cheminée XIIIe s.
En face de celle-ci, une maison
XIVes. fortement remaniée.
Les ouvertures du rez-de-chaussée,
enterrées, montrent clairement
l’augmentation du niveau de sol.
L’église Saint-André, romane
au chevet, est de nef gothique.
Elle sera «complétée» au XVIes.
par l’ajout d’une chapelle lorsque
cette église devint forteresse contre
les attaques protestantes.
Reprenez la D840. A Camburat,
prenez à droite la D18 jusqu’à
la D13 de nouveau à droite.
D1
8
Ecritures, au palais Balène, etc.
Hôtel du Viguier du Roy
Fourmagnac
lé
é
Le C
Camburat
D13
Planioles
D1
8
du Viguier du Roy, autour de la place des
D13
FIGEAC
Boussac
D41
Camboulit
D21
Béduer
9
O
res gothiques place Champollion, à l’hôtel
3
D8
D1
c
Figea
e de
ourism
T
e
d
ffice
Gréalou
D17
CAJARC
34
35
Balade à pied sans difficulté,
à faire tranquillement de préférence
le matin Nous vous conseillons de
prendre des chaussures plates fermées,
les jumelles sont les bienvenues
Attention à la falaise Vous pourrez
.
e th ym ..
Fle u r d
découvrir de nombreuses plantes
aromatiques et médicinales ainsi que
des points de vue nombreux sur
la vallée à plus de 100 m de hauteur.
au x arômes
L a colline
2 h.
Départ de Capdenac le haut :
Garez vous sur le parking sous les
remparts moyenâgeux à l’entrée du
village. Prenez la direction du lieu dit
« La Roque », passez devant une croix de
pierre en granit (cette dernière est datée
de 1667), avant de prendre à droite le
premier chemin marqué sentier pédestre.
Remarquez les orpins, plantes typiques
des murets sur votre gauche ; ce sont
des plantes grasses pleines d’eau, leurs
réserves pour survivre dans ce milieu
sec et chaud.
Dès le premier petit virage à gauche,
recherchez le calament officinal ou
petit basilic, à fleur mauve et à l’odeur
délicieuse de bonbon à la menthe ;
son nom calament signifie belle menthe
en grec. Les feuilles fraîches du calament
ont une action tonique et digestive en
infusion. On les emploie aussi dans la
composition de l’eau d’arquebuse et
aussi dans certaines sauces.
Remarquez les chênes pubescents
qui longent le chemin : cette espèce
méridionale, exigeante en chaleur,
typique des sols calcaires, est le
chêne truffier par excellence ; il est
reconnaissable à ses feuilles poilues et
à ses glands au pédoncule court.
Peu à peu vous entrez dans une zone
qui n’est pas sans danger ;
du fait de la falaise à pic.
Les plaques de calcaire affleurent sous
vos pas. A l’endroit où la vue commence
à se dégager, une borne est visible :
près d’un tapis de ciboulette parsemant
la pelouse. Cherchez le thym-serpolet,
petite plante discrète, à la tige rampante,
à fleur rose-mauve en épi.
36
2 E TA P E S / 4 K M S
D U RÉE : 2 H E U R E S
dessous, aux fruits rouges, en larges
grappes. Son écorce brun-jaunâtre
laisse suinter une odeur de résine
typique longtemps employée
autrefois : la térébenthine que l’on
brûle encore comme encens. Le
pistachier Véra, dont les petites
feuilles mates et ovales, ont une
odeur caractéristique d’amande.
La vue se dégage de plus en plus
sur la vallée du Lot. Vous pourrez
observer la ville de Capdenac-Gare,
née de la construction de sa gare
en 1869.
Prenez le temps de goûter ce
paysage et de saisir le passage
d’oiseaux affairés.
Tous se repèrent et suivent la rivière :
corneilles noires en couple, milans
noirs à la queue échancrée, friands
de poissons, héron cendré au cou
replié en forme de S, rentrant à
sa héronnière dans les méandres
arborés du Lot, buses variables à
queue en éventail, dont le plumage
varie d’un individu à l’autre, du blanc
cassé au brun le plus sombre.
Après la dernière maison, continuez
tout droit : le chemin s’élargit
en descendant : remarquez les
nombreux bancs de calcaire dans
le pré. Puis le sentier devient plus
abrupt et vire brusquement à droite :
attention aux chutes. Le buis fait ici
une haie dense. Au bout du sentier,
tournez carrément à droite sur un
large chemin plat.
Trouvez le chardon à foulon ou
cardère ou cabaret des oiseaux :
grande plante épineuse cultivée
autrefois pour carder la laine.
Ciboulette
Encore une plante médicinale et
aromatique, cousine du thym, aux vertus
antiseptiques, toniques et digestives.
C’est aussi un condiment et une plante
pour boissons aromatiques : il faut pour
cela récolter les fleurs et les faire
sécher en bouquets.
Près d’une croix, et d’une maison, de
part et d’autre du sentier, vous pourrez
observer plusieurs espèces d’arbustes
aromatiques à feuilles lisses.
Le buis à l’odeur suave, mais aussi deux
espèces de pistachiers : le térébinthe et
le Véra. Le pistachier térébinthe est un
bel arbuste méditerranéen, aux feuilles
vert sombre, lisses dessus, mates
De nombreux arbustes épineux
forment bientôt un épais fourré
propice à l’installation des
oiseaux : la ronce, l’aubépine
aux fruits pendants rouges sombres,
l’églantier ou rosier sauvage.
Le fruit de ce dernier en forme
de petite olive rouge est appelé
cynorrhodon.
Héron cendré
Un peu plus loin, sur la gauche une
source a été propice à l’installation
des prêles, surnommées queue
de cheval, riche en silice, la prêle
est la plante reminéralisante par
excellence.
Marchez d’un bon pas et au petit
bois de chênes, à gauche reposezvous sous le chêne près de la falaise
pour admirer la sinuosité du Lot qui
fait une boucle vers l’amont.
Dans la montée, vous passez devant
une ferme où les brebis ont coutume
de paître, virez à droite et trouvez
l’armoise, plante médicinale et
aromatique commune, aux feuilles
découpées, vertes dessus, feutrées
de blanc dessous, puis la mélisse
officinale à l’odeur de citron, à ne
pas confondre avec la menthe.
Vous voici à votre point de départ.
Cette balade aromatique peut être
complétée par la visite du village de
Capdenac le haut aux nombreux
points de vue et à l’histoire chargée.
D’autres arbustes communs sur les
terrains calcaires dans ce buisson :
troène commun (petits fruits noirs
toxiques) cornouiller sanguin
(fruits non comestibles en ombelles,
noirs à maturité).
Le Donjon de Capdenac le Haut
37
Les poules d’eau sont encore plus
discrètes : une oreille fine peut détecter de petits gloussements dans
la végétation aquatique,
surtout lorsque de
petits poussins suivent leurs mères.
Une fois les étangs dépassés,
au niveau d’un bouleau à tronc blanc,
avancez à droite sur un espace
argileux où les empreintes
abondent : pattes dissemblables
des ragondins, mais aussi sabots
de chevreuils et de sangliers,
pattes sans griffes de chats
domestiques, empreintes de chiens
ou de renards, parfois difficiles
à différencier, pattes minuscules
de rongeurs ou d’oiseaux, énorme
patte de héron… Si la glaise est
encore humide, vous avez plus de
chance d’identifier ces traces.
Quelques panneaux
d’interprétations vous permettront
d’observer des traces d’animaux,
ainsi que la faune spécifique des
falaises et des étangs.
Bottes nécessaires
après un temps pluvieux.
Cette balade offre un plus
a s cu
Ne p
a mp i
d e ch
e i l l ir
!
gn on s
Départ de Faycelles
Ne rentrez pas dans le bourg, mais allez
tout droit sur la corniche au lieu-dit
Le Battut près d’une croix de pierre et
d’une table en bois, pour observer
différents corvidés qui logent dans les
cavités de la falaise.
Mieux vaut observer le matin ou le soir,
car dans la journée, les oiseaux s’en vont
au gagnage, c’est à dire à la recherche
de repas, dans la plaine du Lot.
Vous repérerez une colonie bien
organisée de choucas des tours
repérable par les tours de ronde de ses
guetteurs ; et ses cris bruyants, bien
différents de ceux des corneilles ou
des corbeaux : plus aigus, ressemblant
davantage à un langage ininterrompu.
Après votre observation, prendre
direction Béduer en longeant le stade.
A Béduer, allez en face, vers Camboulit.
Pour cela, traversez le Célé et tournez
à gauche sur la D41.
Un 1 panneau appelé bois de Puy
Blanc, montre quelques aspects
de la faune et de la flore locales.
Le bois de chênes pubescents
est une réserve d’animaux, tel que
le geai des chênes, qui le premier,
réagit par son cri strident à votre
intrusion dans le bois. Les pics sont
aussi très présents : pic épeiche
bariolé et pic vert au plumage
vert-jaune. Vous rencontrerez
aussi la sitelle torchepot ou
le grimpereau des jardins plaqué
contre les troncs d’arbres les plus
hauts. Mais les plus faciles à voir et
à entendre sont les mésanges à
longue queue dont le bavardage
attire l’œil : elles vivent en colonie
et fréquentent ces zones riches
en insectes. L’humidité se ressent
ici car le chemin passe entre le
ruisseau des Bormes et les étangs.
Aussi les plantes typiques aux
milieux humides abondent :
carex, joncs, mousses et fougères.
4 E TA P E S / 11 K M S
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
Au niveau d’une église en ruines,
montez à droite vers Camboulit.
Pourquoi ne pas flâner un moment
dans ce curieux village ?
Prendre la D21 et rejoindre la nationale
Figeac-Cahors. Prenez-là à gauche et
traversez le village de Cambes.
Ne ratez pas sur la droite, la direction
Puy blanc.
Après l’intersection rappelant cette
direction, se garer sur le bas-côté,
près de la 1ere barrière en bois démarrant
un chemin sur votre gauche.
Vous allez emprunter une portion
du sentier-découverte, réalisé par
l’association “Du côté de Puy blanc“.
La présence d’argile, a permis, fin XIX ,
la création d’une tuilerie. Les étangs ont
pris naturellement la place des anciennes
carrières et apportent à cette région
un bienfait apprécié.
e
Vers le chemin, encore dans l’argile,
cherchez les rostres de bélemnites,
fossiles en forme de doigt qui
abondent ici, car nous parcourons
des terrains datant de la période
géologique du Toarcien. Ce sont les
restes de squelette d’un animal
marin qui vivait au Jurassique
inférieur. Continuez ensuite le sentier
qui ressort au niveau de la tuilerie,
belle bâtisse rouge, témoin d’un
passé laborieux. Pour rejoindre
la voiture prenez la route à droite.
Le 2e panneau décrit le crapaud
Reprenez direction Figeac et avant
sonneur à ventre jaune, amphibien
un viaduc, tournez à gauche vers
protégé, qui donne un caractère
Lissac et Mouret. Une fois dans
précieux à cette zone humide.
ce village, au stop, traversez et
Prenez à droite au niveau du
continuez en face vers Camburat.
panneau, car le chemin, plus loin,
A Camburat, vous rejoignez la
n’est plus praticable.
nationale Figeac-Gramat que vous
Vous voici au milieu des étangs,
empruntez à gauche. Vous pouvez
là où de nombreux pêcheurs
rejoindre Faycelles votre lieu
passent leurs journées. C’est le matin de départ par Figeac.
ou le soir que les étangs livrent leurs
secrets et montrent leurs habitants :
les ragondins immobiles pendant
la journée, se risquent à leurs
plongeons lorsque le jour
Camburat
Lissac
& Mouret
décline : on aperçoit
SENTIER
lé
DÉCOUVERTE
Cé
seulement les entrées
Corn
Le
Cambes
FIGEAC
de leurs terriers à la
D41
Camboulit
D13
base des
D21
îles.
Béduer
40
N1
Conrad Lorrentz, naturaliste de renom,
a étudié cette espèce et a dénombré
de nombreux «mots» échangés par une
colonie. Aux jumelles, distinguez l’œil clair
et le béret bleu-gris de leur tête.
Avec eux, cohabitent les corneilles
noires, plus communes, qui vont souvent
par deux toute la vie durant.
Peut-être verrez vous un couple de
grands corbeaux au couac très grave,
au vol lourd, dont on entend les
vibrations. Ils font environ 1,30 mètre
d’envergure et sont protégés car rares.
Ces corvidés souvent mal aimés, sont
plus intelligents que les rapaces.
Poule d’eau
er
après la pluie.
an ima lière
BALADE
2 h.
grand intérêt pour la visibilité des
traces un ou deux jours
Faycelles
Crapaud sonneur à ventre jaune
Le Lot
St-Pierre-Toirac
66
D
38
2
39
.....................................................................................................................
no
te s
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
Ce gu id e, d es tin é à
a grém en ter votre séjou r en
Pa ys E s t Q u erc y, a été
réa lisé a vec le p lu s gra n d
soin. Des erreu rs p eu ven t
cep en da n t a ppa ra ître da n s
le d escrip tif d es circu its.
N ou s vou s s erion s
recon na issa n ts d e bien
vou loir n ou s in diqu er
les imp er fection s
éven tu ellem en t con s ta tées.
L e visiteu r pa rcou r t ces
itin éra ires sou s sa p rop re
resp on sa bilité. L’éditeu r
n e sa u ra it être ten u
resp on sa b le d es in cid en ts
su r ven u s su r les pa rcou rs
décrits.
Ce guide est une extension du Carnet de voyage,
idée originale réalisé par l’Office de tourisme de
Figeac Cajarc il y a quelques années.
Nous tenions à remercier les Offices de tourisme
et l’Association Ségala Limargue pour leur
collaboration et leur travail sans lesquels ces
circuits n’auraient pu être réalisés.
d ’ é ta
p e...
in forma tion s
■ Office de Tourisme du Pays de Figeac - Cajarc
Hôtel de la Monnaie - Place Vival
B.P 60 - 46102 FIGEAC cedex
Tél. 05 65 34 06 25 - Fax 05 65 50 04 58
[email protected] - www.tourisme-figeac.com
■ Bureau d’accueil de Bagnac sur Célé (en saison)
Tel : 05 65 14 02 03
■ Bureau d’accueil de Cajarc
Tél. 05 65 40 72 89 - Fax 05 65 40 39 05
■ Office de Tourisme de Capdenac Gare
Tél : 05 65 64 74 87 ( www. payscapdenacois.com )
■ Office de Tourisme de Capdenac le haut
Tél : 05 65 50 01 45
■ Bureau d’accueil de Faycelles (en saison)
Tél. 05 65 34 03 77
■ Office de Tourisme de Lacapelle Marival
Tél : 05 65 40 81 11 ( www. Lacapelle-marival-tourisme.fr )
■ Office de Tourisme de Latronquière
Tél : 05 65 40 20 10
■ Bureau d’accueil de Marcilhac-sur-Célé
Tél. 05 65 40 68 44
Pays Est Quercy
1 avenue Jean-Jaurès B.P. 86 - 46103 Figeac cedex - Tél : 05 65 34 78 67
FUTUR IMMEDIAT - Impression Grapho 12 - Crédits photos : Pays : Biljara : Christophe Pélaprat - Valérie Beltrando - Céline Rondier - CDT du Lot/Jean Maureille - O.T Figeac/Pierre Lasvenes - O.T Latronquière : Claire Marmisse O.T Capdenac-Gare : Gilles Tordjman - Viguier du Roy - Xavier Reiniche - Mairie de Saint Félix - Association pour l’Aménagement de la Vallée du Lot / Thierry Gabet - Association Les Safraniers du Quercy.
n ir s
S ou ve
E n c h e m i n v e r s F i g e ac , é c r i v e z vot r e h i s to i r e …
C A RNE T DE V O Y A G ES
Les Sen tiers des Sen s
l e Lo t, o n e s t s o u s l e c h a r m e !
P LAN DE
SITUATION
Molières
Labastide
du Haut Mont
Sénaillac
Latronquière
Ladirat
ROCAMADOUR
BRIVE
A20 Aynac Leyme
Gorses
2
N1
2
Lissac
et Mouret
D802
D41
St-Chels
Montbrun
Cadrieu
Lentillac-St-Blaise
Cuzac
CapdenacGare
D6
Montredon
Le Lot
i
St-Pierre-Toirac
DECAZEVILLE
CONQUES
RODEZ
6
D8
Ambeyrac
D922
i
Larroque-Toirac
D2
Felzins
Lunan
Capdenaci
le-Haut
Faycelles
Carayac
Gréalou
CAHORS
Larnagol
8
St-Félix
62
i
i
St-JeanMirabel
Planioles
i
Béduer
D3
Viazac
Camburat
FIGEAC
Camboulit
Espagnac
Ste-Eulalie
St-Sulpice
Brengues
D1
9
CAHORS
A20
MarcilhacSur-Célé
Corn Cambes
Boussac
é
Le C
CAJARC
Salvagnac-Cajarc
VILLEFRANCHE DE ROUERGUE
TOULOUSE
St-CIRQ-LAPOPIE Calvignac
CAHORS
St-Jean-de-Laur
Puyjourdes
TOULOUSE
n Le Patrimoine médiéval de Lacapelle à Cardaillac
p. 6 à 7
n Chemin de Saint-Jacques de Compostelle
p. 8 à 9
n Sur le toit du Lot en Ségala
p. 10 à 11
n La Renaissance
p. 12 à 13
n Au pays de Cajarc
p. 14 à 15
n Le causse
p. 16 à 17
n De résurgences en vieux lavoirs
p. 18 à 19
n De la vallée du Lot à la vallée du Célé
p. 20 à 21
n Au pays de l’arbre à pain
p. 22 à 23
n A la rencontre des arbres
p. 24 à 25
n Itinérances du Limargue au Causse
p. 26 à 27
n Art roman
p. 28 à 29
n Par Monts et par Vaux en Ségala
p. 30 à 31
n De vallées en gorges et de chapelles en églises p. 32 à 33
LÉGENDE :
i
P ETITE P RÉSE NTATION
6
D7
Issendolus
SOM MAI RE
Lac du Tolerme
Terrou
LATRONQUIERE
St Médard Nicourby
i
Albiac
Bessonies
Espeyroux
Labathude
Quercy
en
Maurice
St
D3
St Hilaire
D8
1
40
Lauresses
Rueyres
53
D6
MontetThémines
Anglars
St
Cirgues
et-Brouxal
MAURS
i
Ste Colombe
AURILLAC
Sabadel Latronquière
LACAPELLE-MARIVAL
Prendeignes
Rudelle
St Bressou
Théminettes
Le Bourg
Cardaillac
Bagnac-sur-Célé
Le Bouyssou
St Perdoux
Linac i
Assier
Fons
Fourmagnac
lé
Offices de tourisme
Label plus beaux villages
de france
Plans d’eau
n Art gothique
p. 34 à 35
n La collines aux aromes
p. 36 à 37
n Balade animalière
p. 38 à 39
Bistrots de Pays
GR 6
GR 65
Certains circuits
comportent
une randonnée
2 h. pèdestre.
FIGEAC
BORDEAUX
CAHORS
TOULOUSE
Quelques conseils :
• Se munir d’une carte détaillée.
• Tous les sites indiqués ne se visitent pas.
De plus, les églises ne sont pas toujours
ouvertes. Merci de respecter les lieux.
• Attention aux limitations de vitesse :
nos routes sont parfois étroites et sinueuses.
• Les temps et les kilomètres donnés
sont approximatifs.
• Prévoir des chaussures de marche pour les balades pédestres.
Dans le vieux bourg, poussez la
porte du Musée Eclaté (se visite).
Vous pénétrerez dans la maison du
Sémalier, son atelier, sa cave, son
habitation, le séchoir à châtaignes,
le moulin à l’huile de noix, l’école
d’Antan, à la découverte des objets
et outils de la vie quotidienne au
début du XXes. Vous redécouvrirez
la vie d’autrefois en parcourant les
différentes bâtisses qui abritent ce
musée des plus original.
ses ruisseaux s’orienter vers le
sud-est et se déverser dans le
d e Ca
Tou r
la c...
r da i l
Célé, creusant ainsi des vallées
plus profondes. Les villages,
ici encore sont riches de traces
de l’histoire du XIII e au XVII e s.
L e P atrimoine médié v al de
Lacap elle à Cardaillac
Départ de LACAPELLE MARIVAL
C’est le bourg le plus important du
Limargue central. Il est à la croisée de
routes importantes : la voie gallo-romaine
Lyon/Bordeaux (« lou camin clermontès »),
la voie est-ouest de Figeac à Saint
Céré et le chemin de Saint Jacques de
Compostelle. Il fut de tous temps un
bourg marchand important.
Une branche de la puissante famille
des Cardaillac s’y installa dès 1270,
dans une tour donjon massive,
qui fut complétée d’un logis
renaissance au XVIes.
Lacapelle fut une bourgade prospère du
XVe au XVIIIe s. : tissages, minoteries mais
également une verrerie, et une tuilerie.
La halle du XVe construite, devant
la porte fortifiée de l’Arbol, témoigne
des échanges qui s’y faisaient de
longue date, tout comme les traces
architecturales des échoppes autour
de la place de la halle.
6
D U RÉE : 1/2 à 1 J O U R NÉE
Château Lacapelle Marival
Au départ du château, une série de
circuits de randonnée pédestre balisés
sont à votre disposition, n’hésitez pas
à demander les tracés à l’Office de
tourisme, place de la halle.
Prenez ensuite la direction de Figeac,
pour une halte dans le village du Bourg.
A l’entrée du village, vous pourrez
stationner sur la place de l’Eglise.
Cette Eglise romane du XIIIes. jadis
fortifiée a été saccagée pendant les
guerres de religion, une grande partie
de la nef a été détruite.
Les divers remaniements subis lui
confèrent une architecture toute
particulière.
A 1km, vous rejoignez la D 840 en
direction de Figeac.
Vous avez la possibilité de vous rendre
à Assier par la D 653 (sur votre droite)
village où Galiot de Ginouillac, grand
maître de l’artillerie de François 1er
construisit au XVIes. son château
renaissance (se visite).
A l’entrée d’Assier, 500m à gauche
de la route, le monumental
pigeonnier de Galiot de Ginouillac
(constitué de plus de 2 000
alvéoles).
Sinon, continuez tout droit et à
500m prenez à gauche, direction
Le Bouyssou (D 92). Vous pouvez
stationner sur la placette à proximité
de la cabine téléphonique.
Un très ancien prieuré dépendant
de Figeac est à l’origine du village.
L’église en majeure partie romane
du XIIes. (classée) possède un
aspect très austère avec son
clocher tour.
Dans le village, vous pourrez
contempler de très belles vieilles
demeures appareillées en grès
(18es.). Randonnées possibles
vers le plan d’eau des Sagnes.
(Cf. topoguide randonnées du
Pays Est Quercy)
Du lieu de stationnement, prendre
direction « Ardenne ». Au prochain
carrefour, prendre à gauche puis
direction Camburat et enfin Figeac
par la D 840. Après 5 km, prenez
la direction Fourmagnac sur votre
gauche. Continuez en direction de
Cardaillac, l’un des « plus beaux
villages de France », il est le
berceau d’une des plus anciennes
familles féodales de France.
Un circuit (signalétique explicative)
vous est proposé au départ du
fort (parking). Ce circuit vous
fera découvrir le Fort, la Tour de
l’horloge et la Tour de Sagnes
(XIIes.). Cet ensemble bâti est visible
dès l’entrée du village.
Saint Maurice
en Quercy
D653
Lacapelle Marival
D15
Le Bourg
La
s
ance
Le Fr
Dra
uzo
u
Saint Bressou
5
D1
La richesse architecturale de Lacapelle
est caractérisée par la couleur chaude
ocre du grès qui s’exploitait localement.
Le château se visite l’été (visite guidée
et exposition d’art). Le tour du chemin de
ronde en haut du donjon est conseillé, il
permet de voir d’un seul coup d’œil les
3 paysages qui se côtoient ici : le
Ségala, le causse et la plaine du
Limargue. L’église actuelle date de
1835 (date sur la clef de voûte du
porche). C’est la rénovation d’une église
construite en 1596 par les Cardaillac
sur l’emplacement d’une église romane
détruite à la Renaissance,
le roman étant devenu trop austère.
5 E TA P E S / 4 5 K M S
Musée Eclaté
Empruntez ensuite la D15 en
direction de Saint Bressou.
Après la sortie du village sur votre
gauche, suivez le panneau Pic de
Saint Bressou. Ce pic, culminant à
618 m d’altitude offre une superbe
vue panoramique. N’hésitez pas
à grimper les quelques marches
de l’édifice de couleur ocre sur
lequel sont installées deux tables
d’orientation. Revenez ensuite sur
vos pas, puis, au croisement, prenez
à gauche jusqu’à Lacapelle Marival.
Arrivé à Lacapelle, prenez le D 635
en direction de Latronquière.
Prenez ensuite la D 218 puis sur
votre gauche la D 235 vers Saint
Maurice en Quercy.
Arrêtez vous sur la place du village,
vous pourrez ainsi visiter l’église,
édifice composite qui ne manque
pas d’intérêt. La porte nord à
trois voussures est surmontée de
deux corbeaux sculptés de têtes
grimaçantes: les modillons.
Elle ouvre sur une travée qui a
conservé deux chapiteaux dont
l’un représente la pesée des âmes.
Retour à Lacapelle Marival par la
D218 qui longe le plan d’eau
« Le Merlival » et vous ramène au
cœur du village.
D92
Le Bouyssou
53
par ce circuit, voit certains de
D6
La partie du Limargue parcourue
D8
40
Cardaillac
Assier
Fourmagnac
7
des 4 voies principales, pour gagner
de
Vue
lpice
-Su
Saint
Compostelle en pratiquant
en chemin les dévotions
aux saints.
C H E M I N D E S A I NT-J A C Q U E S
de Compostelle
Départ de Figeac
Figeac est sur un chemin de Saint-Jacques
de Compostelle, la via Podiensis, depuis
son acquisition des reliques de Saint
Vivien et Saint Marcel. A partir du XIIIes.,
5 hospices accueillent les pauvres.
Celui dit Saint-Jacques est devenu
l’hôpital de la ville. Le pèlerinage n’a laissé
que peu de traces dans la ville. Prenez
direction Villefranche (D822).
Sur la colline, suivez le fléchage
“l’aiguille du cingle” (cingle en patois
signifie méandre) pour découvrir
une aiguille de pierre taillée du XIIIes.,
de plus de 8 m. de haut, dont la fonction
nous échappe (peut-être une
limite géographique).
Vous verrez Figeac
comme des milliers de
pèlerins l’ont fait avant
vous. Ils descendaient
ensuite vers la ville par
l’ancienne voie galloromaine Rodez-Figeac.
Quittez Cajarc, direction
Limogne-en Quercy (D19). Le paysage
change en entrant sur le causse de
Limogne. A la prochaine intersection,
prenez à gauche. Saint-Jean de Laur
conserve une maison de tradition
médiévale (près de l’église XIXes.), avec
ouverture d’échoppe et encorbellement,
des maisons à auvent sur piliers de pierre
et un petit patrimoine de qualité.
Revenez sur vos pas et restez sur la D79
au croisement avec la D19, en direction
de Calvignac.
Lunan, Saint-Jean-Mirabel et
Saint-Félix (cf page 3).
Quittez Saint-Félix pour Felzins
mais en direction de Montredon
pour visiter la chapelle romane
de Guirande aux très belles
peintures XVIes.
Continuez vers Montredon (D2).
Dès l’entrée du village, face à la
maison de retraite, au-dessus du
rempart, se cache une belle Vierge
de pitié du début du XVIes., en
pierre. Depuis l’église s’offre un beau
point de vue sur Montmurat.
Reprenez la D2 pour
rentrer sur Figeac.
Continuez la D41 vers Figeac, via
Brengues. Arrivé à Camboulit,
à votre droite, un pont permet
de gagner Béduer par la D21.
Vous arrivez face au château
(ne se visite pas).
lé
é
Le C
0
A Béduer, prendre la route de Cajarc, à
gauche. A la sortie de Gréalou, ne ratez
pas le petit panneau Cadrieu à gauche,
juste avant le virage. Du château médiéval de Cadrieu, une tour de tradition
romane et une partie des fossés subsistent. Dans ce village, marqué par l’activité
agricole, on trouve une porte à vantaux
cloûtés. Descendez la VC1, à côté du
château pour rejoindre Cajarc par la
D662, à droite. Peu marquée
par son passé roumieu
(le roumieu est le pèlerin où
qu’il se rende), Cajarc possédait
cependant une ostie miraculeuse
qui est, paraît-il à l’origine de la
décision de réaliser, au XIVes, le 1er
pont de Cajarc sur le Lot. Détruit
peu après par les troupes anglaises, il ne fut pas question de le
relever avant l’actuel pont XIXes.
Les piles de ce pont ancien
apparaissent encore quand
le barrage lâche ses eaux.
Face à l’entrée du village, prenez
la route pour Lunan. Vous passerez
devant un très beau Christ en croix
de pierre du XVIIes. Vous le laisserez
sur votre gauche.
84
8
D U RÉE : 1 J O U R NéE 1/2
Quittez Marcilhac par la D41en
direction de Figeac et arrêtez-vous
à Saint-Sulpice qui imposait
auparavant sa force militaire sur la
vallée. La famille des Hébrard était
puissante. Démoli après la
Révolution par son propriétaire,
le château ne présente plus que des
vestiges. Vous trouverez aussi des
constructions troglodytiques des
XVIIIe et XIXes. et une église
XVIIes. qui conserve un pot en
terre dans son chœur. Ces pots,
renvoyaient et portaient la voix
des chants et des prêches.
Le chemin de corniche offre un beau
point de vue sur le village et la vallée.
D
Revenez sur vos pas et
continuez la D822 à
votre droite. Suivez
le fléchage du Mas
du Noyer (environ
5 km) à droite avant
Aiguille du cingle
la voie ferrée. Dans
son église, une statue de la Vierge du
XVIes. fait l’objet encore aujourd’hui d’un
pèlerinage au 15 août. Continuez jusqu’à
Faycelles. Lieu d’une présence humaine
attestée depuis 17.000 ans avant J.C., ce
très beau village s’est formé au XIIes.
Découvrez ses ruelles et allez jusqu’au
“Battut” pour admirer le point de vue.
A partir de Faycelles, 2 voies s’offraient
aux pèlerins. Dirigez-vous vers
Béduer (D21).
13 E TA P E S / 137 K M S
St-Jean-Mirabel
FIGEAC
Béduer
Brengues
St-Sulpice
Marcilhac
s. Célé
D1
St-Felix
Camboulit
D41
D21
4
Lunan
D2
Felzins
Montredon
L’AIGUILLE
DU CINGLE
MAS DU
NOYER
Capdenacle-haut
Faycelles
Le Lot
Carayac
Gréalou
D922
les pèlerins se multiplient, au long
St-Chels
D6
62
Lo
t
Après Godescale, êvèque du Puy-en-Velay,
Le
de l’apôtre Jacques le Majeur.
D1
9
Un ermite y aurait découvert le tombeau
A ses pieds, quelques vestiges
se devinent dans les maisons du
village. C’est au Mas de la Croix
que se séparent les 2 voies
G.R. 65 et G.R. 651.
Continuez vers Figeac puis prenez
direction Rodez que vous quitterez
pour atteindre Capdenac-le-Haut.
Cette très belle cité présente, sur
une histoire qui remonte à environ
3000 ans avant J.C., des vestiges
nombreux qui, pour les plus anciens
visibles, sont du Moyen Age :
des remparts, une tour, des
portes fortifiées, des maisons et
quelques fontaines.
Ne ratez pas les nombreux points
de vue sur la vallée.
Cadrieu
CAJARC
Larnagol
Gaillac
Calvignac
D7
9
D1
9
au nord-ouest de l’Espagne.
Traversez ce village, puis Larnagol
pour prendre la D143, direction
Saint-Chels, puis la D14 pour
atteindre Marcilhac sur Célé.
Cette riche abbaye, contemporaine
de Conques (fin du XIes.),
a longtemps été propriétaire de
Rocamadour à l’époque où le
pèlerinage n’y était pas encore
développé. Elle accueille dès l’origine
les pèlerins du chemin de SaintJacques. De l’ensemble, seules
subsistent les ruines romanes, la
reconstruction gothique et surtout la
belle salle capitulaire du XIIe s. et ses
sculptures. En faisant un détour vers
le lieu-dit Pailhès : beau point de
vue sur le village.
D1
43
Dès le IX es., l’Occident chrétien
tout entier se tourne vers la Galice,
St-Jean-de-Laur
9
et même des routes plus discrètes
encore, peu connues, vont
vous entraîner dans une ronde
de vallées et de gorges, dans les
paysages verdoyants du Ségala.
u Tol
La c d
..
e r m e.
S ur le toit
du Lot en Ségala
Départ de la place de l’Eglise de
Latronquière :
L’histoire de ce village remonte à l’époque
Gallo-romaine. Jules César pour frayer un
passage à ses légions aurait dû abattre
tant et tant d’arbres qu’il aurait baptisé la
région, le pays des « trunci », les « trunci
» donnant LA TRONQUIERE en deux
mots, comme on l’écrivait encore il y a
cinquante ans à peine.
A partir du XIIIes s’installe à Latronquière
et dans la région, la Commanderie de
l’Ordre de Malte, les armoiries de la
commune en ont conservé la croix.
Dirigez vous vers l’Eglise Saint Jean
Baptiste bâtie en 1880, cette dernière
est d’architecture gothique.
Au cours de la dernière guerre,
Latronquière fut un haut lieu de la
résistance. Entrez dans l’Eglise pour
observer le chemin de croix.
Ce dernier, peint par Pierre Delclaux
retrace le calvaire des habitants capturés
dans les rues du village le 11 Mai 1944
par des SS. Ils furent rassemblés en haut
du village et de là, dirigés sur les camps
de concentration. Quinze d’entre eux
mourront en déportation, quinze gouttes
de sang symbolisent ces vies fauchées
sur la dernière station du chemin.
Vous pouvez ensuite faire à pied le tour
du vieux Latronquière (vous trouverez en
chemin une croix en pierre de 1935 ainsi
qu’un ancien bénitier). Reprenez ensuite
votre voiture et rejoignez la rue principale,
suivez la direction le Rouget.
Prenez ensuite directement à gauche
direction Salle Polyvalente.
Vous pourrez alors voir, au prochain
carrefour la croix de Tarinque qui
témoigne de la déportation du 11 mai
1944, ainsi qu’une stèle portant le nom
des 15 déportés.
Garez vous près de la croix en fer
forgé. Descendez à droite pour
arriver à l’ancienne église romane.
En remontant, sur votre gauche vous
pourrez voir « un travail » à ferrer
les bovins, couvert de tuiles canal,
puis, en vous dirigeant vers l’école
communale à voir sur un pignon de
grange bordant la route un« œil de
bœuf mouluré ».
Reprenez ensuite votre voiture
direction Sousceyrac puis sur votre
droite, suivez la direction Pratoucy.
Arrivé à une crête prenez à droite
vers Labastide du Haut Mont.
Cette commune abrite le point
culminant du Lot à 785 mètres
d’altitude. Dirigez vous vers la table
d’orientation (derrière l’Eglise), vous
découvrirez alors, par temps dégagé,
un vaste panorama sur les Monts
du Cantal et une aire de jeux.
L’Eglise du village de caractère
cantalou (pierre gris foncé)
possède un clocher-mur.
Vous pourrez observer deux
chapiteaux à l’extérieur sur votre
gauche ainsi qu’une pierre creusée
(transformé en bac à fleurs)
comportant 2 croix de Malte.
Revenez ensuite sur vos pas
puis suivre la direction Aurillac.
Vous arrivez alors à Bessonnies.
8 E TA P E S / 5 0 K M S
D U RÉE : 1/2 J O U R NÉE
Revenez ensuite sur vos pas puis,
suivez la direction Lacapelle (D 653).
Prenez ensuite la direction
Saint Médard (D 258).
L’Eglise à mur clocher avec auvent
de Saint Médard Nicourby permet
de protéger la porte de l’église située
plein ouest. Cette Eglise isolée offre
un superbe point de vue sur les
paysages environnants.
Chateau des Bessonies
Revenez ensuite sur vos pas, puis suivez
de nouveau Lacapelle Marival (D 653).
Après 500 m sur votre droite, un petit
panneau vous indiquera Saint Médard
Nicourby. Vous pourrez profiter de
beaux points de vue sur le Ségala tout en
cheminant vers Terrou.
Vous arrivez à Terrou. Ce petit village
s’étage sur plusieurs marches au-dessus
de la vallée de la Bave. Garez vous sur
la place du village et profitez en pour
Croix de Malte
Le village de Ladirat appartient à
un paysage de bocage, parsemé
de maisons anciennes. L’Eglise offre
une architecture particulière :
ses deux pans extérieurs ne sont
pas symétriques. Entrez dans l’édifice
pour constater l’originalité du chemin
de croix rédigé en français et en
espagnol ainsi que les prie-dieu
portant le nom des familles
auxquels ils appartenaient.
Revenez sur vos pas jusqu’à Terrou.
A Terrou, suivre la D 39 en direction
de Gorses. Vous suivrez un cours
d’eau en contre bas. Empruntez
ensuite la direction Lac du Tolerme.
Profitez alors de la vue sur le lac.
Ce plan d’eau propose diverses
activités : pêche, baignade, parcours
de santé, promenade de 5km autour
du lac…Vous pourrez ainsi profitez
d’une petite halte rafraîchissante. Ladirat
Reprenez ensuite votre voiture
pour vous dirigez vers Saint Céré
Sénaillac en longeant
le Lac. Au cédé le passage,
bifurquez à gauche, vous entrez
alors dans Sénaillac-Latronquière
(D 245).
Le château des Bessonies
(se visite en saison), entouré d’un
beau parc, présente un corps de
logis à deux étages, aux combles
ajourés de lucarnes, flanqué de tours
rondes à hautes toitures. C’est en
ce lieu que le Maréchal NEY
(1769-1815) se réfugia. Arrêté,
Accusé de trahison par les Bourbons,
il devait être condamné à mort
et fusillé le lendemain, près
de l’observatoire de Paris.
Vous pourrez noter par la façade
sud du château le porche d’entrée,
le couronnement de son mur
d’enceinte et la symétrie de
ses ouvertures.
Fin du circuit.
Labastide du Haut Mont
Sénaillac-Latronquière
Le Toler
me
7
D21
Bessonnies
D31
D653
Latronquière
D19
D39
Terrou
Saint Médard Nicourby
D558
De petites départementales
vous balader dans ce centre bourg.
Observez les maisons en pierres et
toits de lauzes.
En Mai 1944, l’armée allemande
venue pour disperser les maquis du
Lot fit subir de lourdes exactions et
détruisit habitations et commerces.
Le monument aux morts arbore
une plaque de la médaille de
la résistance. Prenez ensuite la
direction de Saint Céré (D 19)
puis Ladirat (D 217).
Profitez de belles vues sur
le Ségala.
Lacapelle
10
11
les troupes de Perducat d’Albret et
Bernard de La Salle, aux ordres
du roi d’Angleterre, en 1371. Incendiée,
elle doit attendre le XVI es. pour avoir
vraiment les moyens de se réparer.
Une marque importante de cette période
ons
c à F
eveilla
on R
Mais
est la construction en pans de bois
(trop souvent appelés, à tort, “colombages”)
avec croix de Saint André.
Ren a issa n ce
LA
Départ de Figeac
Figeac a conservé de nombreuses tours
circulaires au cœur des bâtiments pour
recevoir les escaliers en vis. Au XVIIIes.,
les nobles demeures s’inspirent encore de
l’art de la Renaissance (hôtel de Crussol,
porte de l’hôtel de Sully à l’Office de
Tourisme). Les guerres de religion
mettent un terme à cette période
de reconstruction.
Il est représenté ici avec le taureau
furieux qui lui a ouvert le ventre.
Revenez vers Figeac par la D2 et la D31.
De suite après le panneau Saint-JeanMirabel, tournez à droite (D31).
Traversez la N122 pour rejoindre la D31,
puis la D76 direction Prendeignes.
A proximité du lieu-dit «Laromiguière»,
vous apercevrez le château du
Puy Launay (XVes.) sur la commune de
Linac. Composé de 2 corps de logis
rectangulaires accolés, il conserve en
partie son chemin de ronde avec
machicoulis ainsi que ses 2 tours
rondes arasées à la Révolution.
A Prendeignes, vous trouverez, dans
un paysage typique de la châtaigneraie
figeacoise, une église du XVIIes. à nef
charpentée qui conserve quelques
parties romanes.
Revenez vers Figeac par les D76, D31, et
N122. Après la traversée de Viazac-Gare
puis du lieu dit «Buzac», prenez à droite la
1ere route en épingle pour passer devant
le manoir de Carygus (ne se visite pas).
Ce logis du XVIe s. possède une
terrasse dont le toit est supporté par
7 colonnettes doriques. A proximité,
le village de St Perdoux et son
église romane sur son promontoir
domine la vallée.
Revenir sur vos pas et rejoindre la
D840 vers Figeac. A Camburat,
prenez à droite, traversez Lissac-etMouret pour rejoindre la route de
Cahors où vous tournerez à gauche
vers Figeac. Juste après le village
de Ceint d’Eau, près du château
de construction XVIes. a été
aménagé le labyrinthe des roses
(se visite).
Retournez dans le village, prenez
à gauche la D93 puis après
la traversée du pont, la D19 pour
rejoindre Béduer, puis tournez
à gauche vers Faycelles.
Bâti à partir du XIIes. sur la falaise,
pris par les troupes anglaises de la
guerre de Cent Ans, il domine la
vallée du Lot. On retrouve encore
dans le village des traces de son
histoire Renaissance dont cette
maison surnommée «le presbytère»
qui pourrait être une dernière partie
de l’ancienne forteresse devenue
au XVIes. résidence de repos
de l’abbé de Figeac.
Cette maison se détachera bien
sur la ligne de crête quand vous
quitterez le village en direction de
la vallée du Lot (D662) pour vous
arrêter à Larroque-Toirac.
CAJARC
Le château de Larroque-Toirac
Regardez aussi le beau pigeonnier
sur pilotis en contrebas vers l’église.
Il offre la particularité de présenter
comme «randière» de ses pilotis
d’anciens chapiteaux pré-romans
provenant d’une église disparue.
La randière est la ligne de pierre
en ressaut établie pour empêcher
les prédateurs de remonter jusqu’aux
nids du pigeonnier.
LacapelleMarival
Le Bourg
53
D6
1
D3
Au lieu-dit «Guirande», dans la chapelle
romane, admirez les peintures murales
du XVIes. Elles représentent des thèmes
classiques : le Christ, les évangélistes
sous leurs formes symboliques
(le tétramorphe), puis Marie-Madeleine
emportée aux cieux par les anges et enfin
saint Namphaise, très célébré localement,
dont la légende veut qu’il ait été un
soldat de Charlemagne.
Enterré dans la crypte romane de
Caniac-du Causse, il passait pour
guérir de l’épilepsie ceux qui marchaient
sous son sarcophage de pierre.
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
Ce village, outre la fortification de
l’église datée de 1513, possède
plusieurs maisons Renaissance
remaniées. La silhouette élancée du
château (ouvert à la visite) étrange
se détachant de sa falaise est une
très belle image de la vallée du Lot.
Exclusivement troglodytique à
l’origine, la fortification s’enrichie
au Moyen Age d’une tour pentagonale rasée à la Révolution, dont on
aperçoit les bases. A la fin du XVes.,
la famille de Larroque fait établir
la véritable fortification complétée
ensuite par le corps de logis et sa
tour-escalier de 40 mètres de haut
et 103 marches.
6
D7
Prenez direction Rodez, traversez
Capdenac-Port. Après le lieu-dit
«Juniac», empruntez la D76, à gauche,
pour atteindre Lentillac-Saint-Blaise.
Dans ce village, vous apercevrez un
château d’origine XIIes., fortement
remanié au XIXes. (ne se visite pas).
Prendre direction Felzins. Après 2 km,
suivre Cuzac (D31). Certaines bâtisses
de ce village datent du XVIIes.
Ce choix de construction (les passades)
avait pour but d’augmenter les surfaces
habitables au-dessus des voies existantes
tout en économisant les terres arables.
Revenez sur vos pas (D31), pour atteindre
Felzins. A la sortie de ce village, au
rond-point, dirigez-vous vers Bagnac
(D47). A la prochaine intersection,
suivez la D2, direction Montredon.
10 E TA P E S / 124 K M S
Après le manoir, tournez à droite et
prenez la 1ere route à gauche vers
«Ayres-Lagarrigue». Vous trouverez
une départementale, tournez à droite
vers Cardaillac. A la sortie du village,
tournez à gauche vers Fourmagnac
et la D840. Arrivé à cette départementale, tournez à droite vers
Gramat. Ne tenez pas compte du 1er
panneau indiquant Fons.
Continuez sur la D840 sur 2km300.
Au bout de la côte, tournez à
gauche et suivez le fléchage pour
«Aubiguière», à droite. Quand le
goudron s’arrête, devant vous,
s’élève la Maison Réveillac,
bel édifice du XVIIes. classé qui
mérite le détour.
Reprendre la D840 sur 10 km,
direction Gramat. Après le village
«Le Bourg», prenez à droite vers
Lacapelle Marival. Ce village au
cœur du pays du Ségala, dominé
par son château médiéval,
possède un cachet particulier.
CHÂTEAU
MÉDIÉVAL
D8
Prendeignes
2
CHÂTEAU
12
PUY-LAUNAY N
Cardaillac
40
Linac
Fons
Fourmagnac
Viazac
St-JeanMirabel
Camburat
Lissac
& Mouret
N1
22
de Cent Ans. La ville fut prise par
Ceint
d’eau
FIGEAC
D2
LentillacSt-Blaise
D19
Béduer
Faycelles
D6
62
Guirande
CHAPELLE
ROMANE
Felzins
D93
9
les reconstructions après la guerre
D1
A Figeac, la Renaissance marque surtout
Capdenacle-haut
D840
Le Lot
St-Pierre-Toirac
Larroque-Toirac
CHÂTEAU
PIGEONNIER
ÉGLISE FORTIFIÉE
Faycelles…
12
13
Les pierres de Cajarc, gardent le
souvenir de nombreuses périodes
historiques, reflétant le passé
tourmenté de la région.
l
Détai
ure
hitect
d’arc
AU PAYS DE
1 h.
Caja rc
Départ de l’Office de Tourisme de
Cajarc, ancienne chapelle néogothique.
7 dolmens, des traces gallo-romaines et
du Haut Moyen Age prouvent l’ancienneté
du lieu. Le nom de la ville lui-même vient
de Caiarnacum, de tradition romaine.
Le fossé médiéval est devenu le tour de
ville. Le rempart de Cajarc, repris de fond
en comble au XIVes., a protégé la ville de
toutes les attaques au cours de la guerre
de Cent Ans. Entrez par la rue centrale
et prenez la 1ère rue à gauche.
5 E TA P E S / 8 K M S
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
Rue Centrale
(en prenant à gauche) :
Passage de la voie romaine, élargie
aujourd’hui, cette rue étroite et sinueuse
était la plus large du Moyen Age.
Eglise Saint-Etienne :
De cette église, comptant 12 autels,
remaniée à la fin du XIIIes., il ne reste
que la base du clocher. Rebâtie vers
1650, elle est réparée au XIXes.
et dotée de sa porte actuelle, de son
chevet avec boiseries et de son
orgue. Cajarc fut un grand centre
protestant. La rue du Temple, proche
de l’église, le rappelle.
Les remparts de la ville
disparaitront sur ordre du roi,
en 1622, après la paix d’Alès.
En 1685, lors de la Révocation
de l’Edit de Nantes, la ville compte
encore 600 protestants.
La dernière maison consulaire
est devenue la mairie. Derrière
elle, vous retrouvez le tour de ville et,
au-delà, le Barri* Neuf. Attesté
dès1271, il prend la forme
orthonormée des bastides.
On y trouvait une population plus
importante que celle du centre-ville
car ce quartier vivait avec la rivière,
dans l’extraction des phosphates
naturels, formidables engrais,
exportés par bateaux.
Revenez vers le centre en passant
sous le pont puis sous la voie de
chemin de fer. Vous pouvez alors
voir les structures d’alimentation
en eau des locomotives, classées
monument historique.
Rentrez par la place de la Libération,
sur le tour de ville et la rue de la
plume, très belle rue médiévale.
Ouverte en 1989, la Maison des
Arts Georges Pompidou (Centre
d’Art contemporain ouvert à la
visite) appartient au renouveau de
cette petite ville, ancienne résidence
du Président et ville natale de
Françoise Sagan.
Après cette visite pédestre, remontez
en voiture pour admirer un des plus
beaux spectacles. Du tour de ville,
prenez la direction Villefranche-de
Rouergue ; juste après le pont,
à gauche, direction saut de
La Mounine (D127), point de vue
Maison des consulS :
Bâtie au XIIIes., cette maison appartenait
à un consul de la ville. Vous pourrez
apercevoir de belles traces de fenêtres
gothiques et de façade médiévale.
Continuez la rue, prendre à droite
et encore à droite la rue du château.
Le saut de la Mounine
Plan d’eau à Cajarc
La Maison des Consuls
Hébrardie :
Arrière du plus important palais urbain de
la ville, beaucoup détruit. La famille des
Hébrard de Saint-Sulpice était très
importante à Cajarc. Le plus actif d’entre
eux semble avoir été Aymeric 1er, évêque
de Coïmbra, au Portugal, né ici en 1279.
14
Les maisons principales donnaient sur
cette rue ou faisaient partie du rempart.
Dans l’élargissement de la rue se trouve
la maison Marran, première maison
consulaire qui fut aussi prison.
La charge de consulat fut obtenue
de haute lutte face à l’évêque de Cahors
devenu seigneur au XIIIes. Les consuls
ont réussi à faire de Cajarc une ville
riche dont le commerce et l’élevage
comptaient. La transhumance était
organisée avec les monts d’Aubrac.
force économique majeure.
Descendez la rue à votre droite
du calvaire. Vous y trouverez
les repères des nombreuses
inondations du XXes. Le Lot fait
partie intégrante de la vie de Cajarc
depuis l’origine. Dès le Moyen Age,
c’est la voie par excellence
du commerce. Un premier pont
en pierre du XIVes., officiellement
construit pour le passage des
pèlerins fut détruit par les troupes
anglaises installées dans le château
de Salvagnac durant la guerre de
Cent Ans. Il a fallu attendre le XIXes.
pour voir apparaître un second pont.
C’est encore la rivière qui permettra
de développer la formidable richesse
au XIXes. : Cajarc s’est lancée
vertigineux sur la vallée du Lot
où il est aisé de se garer.
La boucle que fait la rivière offre
un panorama grandiose sur la vallée.
Fleurs de Safran
15
Ce circuit offre de
ierre
t en p
Mure
sèche
nombreuses curiosités
naturelles du relief
karstique : falaises,
gouffres et igues
profonds, points de vue
très impressionnants.
d’abimes en à-pic
LE CAUSSE
Revenez sur Cajarc. Juste avant
d’y arriver prendre à gauche
la D662 vers Larnagol.
Ne ratez pas la 1ère montée
à droite puis après 1 km,
choisissez à droite
la direction La Plogne.
16
Revenez sur vos pas jusqu’à Salvagnac,
direction Cajarc. Juste avant le pont
enjambant le Lot, prenez à droite la D127
jusqu’à Ambeyrac. Après ce village,
traversez le pont métallique puis, après
700m, prenez à gauche vers Cajarc.
Sur votre droite, se dresse, imposant, le
château de Larroque-Toirac (se visite),
des XIIe et XVes.
A partir de là, attention aux
enfants, aux animaux, car
vous êtes soudainement
devant l’igue de Toulze.
Les igues, appelées
aussi cusouls dans
le Quercy, sont
des cavités très localisées et
fréquentes dans les calcaires.
Ne vous aventurez pas dans
ces cavités ; seuls des
spéléologues peuvent
éventuellement vous
les faire découvrir.
Faycelles
D6
62
Le Lot
Gréalou
Larroque-Toirac
CHÂTEAU
6
D8
Montbrun
D922
Départ de Cajarc.
Prendre la D19 direction Limogne-enQuercy puis la première à gauche (D79).
Traversez Saint-Jean-de-Laur pour aller
à Puyjourdes, un des plus beaux villages
de la région, où le temps semble s’être
arrêté : deux magnifiques lavoirs avec
dalles en V, l’un à l’entrée du village
et l’autre au lieu dit Larchier (route
de Villefranche).
FIGEAC
Au bout de 2 km, prenez la petite
route goudronnée, à droite, indiquant
Igue* de Toulze. Roulez toujours
tout droit sur 800 m. Dans la montée,
juste avant la crête, garez-vous sur
le côté. A côté du bidon gris, prenez
le sentier bien marqué qui serpente
à travers la lande de genévriers et
de buis. Marchez quelques dizaines
de mètres.
Ambeyrac
Cadrieu
FALAISES DU SAUT
DE LA MOUNINE
CAJARC
27
Saut de la Mounine
Revenez au centre de Cajarc, empruntez
le tour de ville (direction Villefranche)
puis la D24 vers Salvagnac-Cajarc.
Traversez la rivière et roulez jusqu’au
village de Salvagnac. Près du château,
prendre à droite la D146 que vous
quitterez 2 km après en tournant à droite,
direction Gouffre de Lantouy. Garez la
voiture. Il s’agit d’une résurgence d’une
profondeur de 42 mètres, qui descend
encore plus bas, au-delà d’un goulot
ensablé. Une longue halte s’impose :
prenez la sente vers le gouffre niché
dans la végétation.
D1
Allez en voiture jusqu’au point le plus
haut, au relais TV, où le demi-tour est
prévu. La vue est imprenable sur Cajarc.
En faisant quelques pas, vous pouvez
apercevoir de nombreux sentiers
qui serpentent de la ville vers le plateau.
Deux possibilités pour votre
balade : soit rejoindre Cajarc
par la vallée du Lot, soit continuer
à droite vers Gréalou.
Si vous choisissez cette solution, le
causse et de nombreux chemins à
travers les bois s’offrent à vous.
D1
9
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
De retour au parking, faites quelques
pas, découvrez le point de vue
sur la vallée et sur Montbrun.
Après votre promenade, retrouvez
votre véhicule pour rejoindre
la route de Gréalou.
Salvagnac-Cajarc
D14
6
GOUFFRE
DE LANTOUY
D7
9
5 E TA P E S / 42 K M S
Falaises du Causse
Après l’entrée du tunnel de chemin
de fer, la route se faufile entre les
falaises calcaires, la voie ferrée et la
rivière ; puis le Lot fait un méandre :
repérez, en face, les falaises du
saut de la Mounine, ensuite,
la boucle se referme, vous voici
à Montbrun : prenez le temps
d’admirer ce village si pittoresque,
blotti près de son château du XVes.
Après de nouvelles falaises,
appelées ici les Cévennes,
vous arrivez à Cadrieu : grimpez
dans le village jusqu’à l’école,
puis empruntez à gauche la direction
Gréalou.
St-Jean-de-Laur
Puyjourdes
LAVOIRS
*Gouffre/cavité
17
après quelques kilomètres, la route
en lacet révèle une vue imprenable
sur les falaises de Corn.
De très anciens lavoirs vous
permettront de découvrir
les résurgences du Causse
Dans la vallée, traversez le pont et
tournez à droite pour un petit crochet
à la source-lavoir du village près
de l’église. Stationnez sur le parking,
en bordure de route, et allez-y à pied.
La limpidité de l’eau sortant du
rocher, les cascades apportent
un climat relaxant à ce lieu.
s
ourde
uyj
de P
Lavoir
en vieux la voirs
DE RÉSU RG E NCES
Reprenez votre véhicule, direction
Espagnac à 3 km. Traversez
Sainte-Eulalie et prenez tout de
suite à gauche, direction Rian, une
petite route menant à un pont de
métal. La source bleue est là, après
le pont et le grand pré, en bordure
de la route. Garez-vous : un petit
sentier vous permet d’accéder à la
résurgence du Bual ou source
bleue. Cet endroit magnifique, très
fréquenté, garde un charme
mystérieux. Retraversez le pont puis
continuez à gauche, vers Espagnac.
Au lieu-dit «moulin vieux» une barre
de hautes falaises fait face :
il s’agit de la forteresse médiévale
appelée : «le château des Anglais».
2 h.
Départ de St-Pierre-Toirac
où une visite de l’église est
incontournable. En sortant de l’église,
sur la place, prenez à gauche vers
Cajarc. Face au passage à niveau,
empruntez la D38 à droite, vers Carayac.
Après 2 km, virez franchement à gauche,
direction Causse de la Flèche.
Arrivé au panneau sans issue, poursuivez
100 m. jusqu’au bout de la route.
Garez-vous près de la dernière maison,
le long d’un mur de pierres sèches bien
rebâti. Vous apercevez quelques grosses
pierres sur la pelouse, avancez.
Cazelle à Béduer
Un peu en contrebas, se trouve le lavoir.
Ici, tout est entretenu par les habitants
du hameau : la pelouse rase parsemée
d’orchidées en avril/mai et le lavoir
à 3 bacs. De petites marches mènent à
une vasque accueillant l’eau qui s’écoule
du roc. L’eau transparente permet, selon
la saison, de distinguer plusieurs larves
d’amphibiens : tritons, salamandres,
grenouilles ou libellules qui attendent tout
l’hiver avant d’éclore en période estivale.
Nous sommes ici à proximité du
Cirque de Bons, appelé souvent
bout du monde.
18
6 E TA P E S / 25 K M S
D U RÉE : 4 À 5 H.
Reprenez votre voiture, direction
Carayac. A l’entrée de Carayac,
laissez votre véhicule près du cimetière
à gauche. Prenez le chemin plat à droite.
A côté d’une maison, un panneau indique
le lavoir à 200 m. Profitez en après, pour
découvrir le lavoir du Poux Del Mas,
sur la route de Béduer. Avant d’y arriver,
remarquez sur votre gauche, le bel
ensemble d’architecture de pierre
sèche où se trouvent 2 cazelles.
Passez ensuite entre 2 étangs puis allez
jusqu’à l’intersection Faycelles-Béduer :
garez-vous ici, au Mas de la Croix,
contre la maison au toit d’ardoises.
Prenez le sentier situé entre les 2 murets
de pierre sèche. Il conduit à la fontaine
de Bénech ou fontaine des neiges.
Ce chemin descend vers le bois, jusqu’à
une petite route située après un puits
très ancien. La route à gauche vous
ramène sous le château.
Arrivé aux maisons, le lavoir, recouvert
d’un toit, se trouve sur votre droite.
Vous l’atteignez en passant devant une
maison basse restaurée. Rejoignez ensuite la départementale pour reprendre
votre véhicule.
Descendez sous le château vers le centre
du bourg, jusqu’à un croisement. Prenez
la route face à vous, direction Camboulit.
Vous êtes dans la vallée du Célé.
Roulez jusqu’au village de Boussac.
Après l’église, prenez à gauche, direction
Gréalou, Mas de Brézac : remarquez
l’ancien moulin, à droite du pont, au nom
évocateur de La Mouline.
La Flèche
La route s’élève le long d’une paroi
rocheuse. Après le pont, prendre la
3ème petite route à droite indiquant
Mas de Brézac-Crayssac. A partir
de l’intersection, roulez 2 km jusqu’à
l’entrée du hameau de Crayssac.
Garez-vous aux premières maisons,
près d’un hangar agricole et prenez
le chemin, à droite, qui grimpe
perpendiculairement, entre les
murets de pierre sèche.
Sur votre gauche, au bout de
600 m, une belle fontaine, sans
doute romane se cache dans le roc,
en contrebas. Il ne reste à ce jour
que des ruines, mais le point de
vue vaut un petit effort. Il n’est pas
étonnant de trouver cette fontaine
en hauteur, car, jusqu’au début du
XXes., les hameaux se situaient
surtout sur les coteaux, les terres de
vallées étant réservées aux cultures.
A Brengues, prenez à gauche,
traversez le Célé, suivez la D38
qui rejoint la D19 que vous prenez
à gauche pour atteindre Béduer.
Si vous avez encore un peu
de temps, arrêtez-vous près
du stade de Béduer, puis à pied,
prenez la route face au stade,
ensuite, à gauche le 2e chemin bordé
de haies (avec un arbre au centre
du chemin) : il mène à la source
et au lavoir de Fontieu.
Retournez à la voiture et traversez
Crayssac, direction Corn : ici,
Corn
FIGEAC
FALAISES
de nombreuses maisons et cazelles
SOURCE-LAVOIR
Boussac
restaurées s’harmonisent avec la SOURCE
D41
Camboulit
Ste-Eulalie
nature environnante. A la croix
Espagnac
de fer, prenez à droite :
9
Crayssac
1
Brengues
St-Sulpice
Marcilhac
s. Célé
lé
é
Le C
D3
FONTAINE D
D3 8
8
Béduer
SOURCE-LAVOIRS
Faycelles
Carayac
Le Lot
Gréalou
Larroque-Toirac
LAVOIRS
Montbrun
2
St-Pierre-Toirac
EGLISE
ST-PIERRE
6
D6
CAJARC
19
eu
à va p
o ti v e
m
o
c
o
L
r...
de la Châtaigneraie Auvergnate méridionale.
D e la v allée du L ot
à la va llée du Célé
Départ de Capdenac Gare, centre ville
(place de l’Eglise) :
Dirigez vous vers l’Eglise Notre Dame
des Voyageurs. Sa construction s’est
achevée en 1899. Elle abrite des vitraux
qui représentent la gare avec une vue de
Capdenac au début du XXes. En 1970,
des vitraux d’art contemporain en dalles
de verre et ciment ont remplacé les
vitraux figuratifs donnant à l’édifice
un éclairage rayonnant de mille teintes.
(dépliant disponible à l’Office de
Tourisme).
Reprenez votre voiture, quittez la place
par la droite, puis tourner au feu à droite
pour rejoindre la Rue principale. Après
500m, sur votre gauche, vous observerez,
une sculpture en bois (Roland Delsol
- 1990) représentant un chauffeur de
locomotive dénommé « Toinou du Tinsou ».
Traversez la voie ferrée, puis garez vous
à proximité de la locomotive à vapeur
130 B 439. Postée tel un monument aux
abords de la ville, (route d’Asprières), elle
témoigne de l’épopée du chemin de fer,
marquant l’âge d’or de Capdenac.
(Circuit de rando « Autour de la Loco »
en vente à l’Office de Tourisme).
En sortie de parking, continuez tout droit,
puis, tournez à droite et traversez le petit
pont, à droite, vous observerez le Parc
de Capelle. Au feu, tournez à gauche,
puis, après 600m, tournez à gauche
à l’intersection, direction
St Julien d’Empare (D 558).
Avant le petit pont qui enjambe la rivière
de la Diège, tournez à gauche (voie sans
issue) pour découvrir le château de St
Julien d’Empare. Construit au XIIIème
siècle, le château a donné son nom au
village. Il a été agrandi au XVIIIe s. et
récemment restauré (privé, non ouvert
à la visite).
20
3 E TA P E S / 4 0 K M S
D U RÉE : 1/2 J O U R NÉE
Revenez sur vos pas, puis tournez à
gauche, empruntez le petit pont et
poursuivre jusqu’à St Julien d’Empare,
paisible village arborant ses maisons à
pans de bois et ses pigeonniers.
(Chemins de randonnée en vente à
l’Office de Tourisme de Capdenac Gare).
Traversez le village et rejoignez le
rond-point. Si vous le souhaitez,
à 15 mn en direction de Villefranche de
Rouergue (D 35), vous pourrez découvrir
à la grotte préhistorique de Foissac,
présentant d’intéressants témoignages
de son occupation il y a 5 000 ans
(concrétions, empreintes dans l’argile,
ossements, poteries).
Berges du Lot
Dans le cas inverse, prendre à droite au
rond point (D 86), direction Figeac et
regagnez Capdenac par les Berges du
Lot (Base nautique, minigolf, tennis, skate
parc, guinguette, aire de pique-nique).
Traversez le pont routier et prendre
immédiatement à gauche (devant la
vitrine) pour rejoindre la rive droite du
Lot. Allez jusqu’au bout de la route qui
se poursuit en chemin herbeux pour
découvrir le tunnel de Navigation.
Pont médiéval de Bagnac
Village d’origine gallo-romaine,
Capdenac Le Haut présente de
nombreux vestiges d’une histoire
mouvementée qui remonte à 3 000
ans avant J.C. (Donjon, remparts,
portes fortifiées, fontaine romaine,
ruelles moyenâgeuses…). Cet ancien
oppidum domine à plus de 110 m
de haut un vaste méandre du Lot et
offre une vue imprenable sur la ville
de Capdenac-Gare.
Suivez ensuite la direction de
Maurs (N 122), pour trouver une
grande bâtisse sur votre gauche qui
abrite la mairie ; derrière celle-ci un
arboretum crée en 2000 où vous
pouvez flâner avant de traverser la
route côté mairie, pour vous rendre
au square où le monument aux
morts fut inaugurée le 25 Septembre
1942. En revenant vers le bourg,
sur les rives du Célé, vous trouverez
un terrain de tennis, piscine, aire de
pique-nique, parcours de santé…
(Chemins de randonnées en vente à
l’office du tourisme). Bagnac sur Célé
lé
é
Le C
Partez ensuite direction Decazeville
(D 840). Après 2 km, prenez à droite
direction Felzins, (D 41). Lorsque
vous arrivez à Bagnac sur Célé,
vous traversez le pont neuf et la voix
ferrée. Suivez la direction Figeac
(N122) puis, garez vous sur le
parking du foirail sur votre droite.
Dirigez vous jusqu’à la halle du
XIXes. où se marient pierre, bois,
fonte et ardoise. Au dessus du foirail
sur votre droite, un petit escalier
serpente jusqu’à l’église qui date du
moyen âge et fut modifiée au cours
des siècles. On peut y
découvrir une chapelle
réservée aux dévotions
de Saint-Roch, une vierge
dorée en majesté et un Christ
« grandeur nature » sculpté en bois
de châtaigner et de noyer. 1
XIX es. Bagnac quand à elle est située sur une
vallée pittoresque ou serpente le Célé venu
D4
et ferroviaire offre une synthèse exceptionnelle de la révolution des transports du
Redescendez ensuite au foirail puis
longer la halle, prenez la direction
Figeac, puis, après 500 m, sur
votre gauche en contrebas, vous
découvrirez le pont médiéval avec
ses trois arches en dos d’âne, un
des rares ouvrages de ponts anciens
conservés en Ségala. L’ogive de
ses arcades et sa forme date sa
construction aux XIII/XIVes.
La terminaison en ac, les vestiges
archéologiques telle la voie pavée
dite « romaine », la statue « du lion
sans tête » trouvée aux alentours
du pont, peuvent faire penser
que Bagnac ait existé à l’époque
gallo-romaine. Capdenac
le Haut
40
Eiffel, son port, ses tunnels fluvial, routier
Ce canal de dérivation de 110 m de
long à ciel ouvert est prolongé par un
tunnel de 60 m creusé dans la roche
et flanqué de 2 anciennes maisons
éclusières à angles arrondis.
Mis en service dans les années
1870, il permettait aux bateliers de
gagner du temps et de rivaliser
ainsi avec le chemin de fer.
Revenir jusqu’au pont pour prendre
à gauche la D840 en direction
de Figeac, puis à droite vers
Capdenac le haut.
N1
vallées. Capdenac avec sa gare, son pont
Lot
Le
CapdenacGare
5
vous découvrirez un circuit entre deux
D3
Entre Capdenac Gare et Bagnac sur Célé,
D87
Foissac
21
Ce circuit intègre plusieurs
arrêts et quelques marches à pied
(dont une d’environ deux heures)
à travers les paysages
typiques du Ségala
é ga la
du S
b ois
s
u
o
S
AU PAYS
2 h.
de l’arbre à pain
Départ de Saint-Jean-Mirabel
Prendre la D31 direction Listours.
Cette route sinueuse et souvent étroite,
mérite une vitesse réduite. Remarquez
le pigeonnier en bord de route avant
le hameau de Cirganiol.
Châtaigneraie
Arrivé dans la vallée du Célé, traversez
la N122 et prenez la direction Linac,
face à vous. Sur votre gauche, au bord de
la route, le château du Puy Launay, daté
du XIVes., ancienne demeure
des abbés de Figeac.
Prenez à droite la route menant à Linac.
Dans le village, garez votre véhicule
sur le parking (informations touristiques).
Continuez à pied sur cette route.
Latronquière
D3
1
653
6
D7
A la sortie du village, prenez le sentier
botanique dont le départ se trouve de
suite après le panneau Cussonac.
Cette boucle nécessite deux heures
de marche tranquille plus un
arrêt dans la vallée, pourquoi pas un
pique-nique? Vous entrez dans une
chênaie-charmaie; les vieux
châtaigniers, ici, sont creux : à partir des
années cinquante, ils ont subi l’assaut
de deux maladies : le chancre et l’encre
qui les ont décimés, nécessitant
le défrichement. Aussi la forêt d’origine
reprend ses droits. Prenez le temps
de lire les panneaux le long du chemin :
ils vous donnent de nombreuses
indications sur les plantes, mais aussi
sur leur utilisation locale ancienne.
Arrivé au bord du Veyre, repérez
l’Osmonde royale, fougère rare
et protégée, près de son panneau,
avant de remonter dans le bois pour
rejoindre votre point de départ.
De retour sur la route, prenez à
droite la direction Cussonac pour
admirer les maisons typiques du
Ségala, à balustres de bois.
Revenez ensuite au parking en
contournant l’église.
Reprenez la voiture et allez jusqu’à
la D31 où face au château du Puy
Launay, vous tournez à gauche.
En bas de la descente, tournez
à droite (virage en épingle),
direction Prendeignes D76.
Vous suivez le Bervézou, ruisseau
parfois torrentiel : Des plantations
de douglas emplissent les
pentes sur les hauteurs.
Ce conifère produit pour son bois
aux nombreuses qualités, supplante
de plus en plus épicéas et sapins.
A l’entrée du village de Prendeignes, après le panneau signalétique,
tournez à droite, (virage en épingle),
direction Gabanelle. De magnifiques
châtaigniers jalonnent votre parcours,
puis de somptueux paysages se
dévoilent sur votre gauche.
Au bout d’1 km, la forêt domaniale
vous accompagne jusqu’à un petit
pont, près duquel vous pouvez
stationner.
2 choix sont possibles :
L’été, pour terminer agréablement
cette journée, suivez la D76 puis
la D 653 jusqu’à Latronquière.
A 2 pas du village, le lac du Tolerme
propose une gamme variée
d’activités de plein air :
pêche, plage de sable, loisirs
nautiques, sentiers…
Vous pouvez aussi rejoindre
Lacapelle Marival par la D653 ;
Ce village au cœur du pays
du Ségala possède un cachet
particulier et est dominé par son
château médiéval.
D
Lacapelle-Marival
CHÂTEAU
Prendeignes
22
N1
Linac
40
22
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
D8
Ensuite, continuez tout droit, même
direction : un bois de bouleaux sur la
droite, a colonisé une châtaigneraie
défrichée. Observez les fougères aigles
indiquant une terre acide : vous êtes déjà
en Ségala appelé aussi Châtaigneraie.
Le terme Ségala signifie terre à seigle,
car longtemps seigle et sarrasin furent
les principales récoltes de ce pays. Le
châtaignier fut introduit au XVes. pour
apporter de nouvelles ressources aux
bêtes et aux gens de cette contrée
vallonnée. Arbre rustique, de basse
montagne, ne supportant pas le calcaire,
il apprécie à la fois un climat tempéré et
humide ainsi que les versants de collines.
Remplissant si bien ses fonctions,
il devint la base de l’alimentation
des paysans jusqu’au début du XXes.
et fut dénommé l’arbre à pain.
3/6 E TA P E S / 4 0/8 0 K M S
Pigeonnier de Cirganiol
Notez les différentes espèces de
fougères : polypodes, capillaires,
fougères des fleuristes, fougères
aigles. Au panneau charme,
touchez les troncs à taches
blanches, ils présentent une
circonférence bosselée, cherchez
son fruit à terre et observez
sa feuille gaufrée.
Si vous marchez sur le chemin de
gauche, vous pouvez ramasser
à terre différents cônes de
douglas, mais aussi de mélèzes
plus ronds, de grandes feuilles de
chênes d’Amérique, aux lobes
très découpés.
Reprenez votre véhicule et retournez
à Prendeignes, à près de 500 m
d’altitude, vous trouvez comme à
Linac, d’authentiques maisons de
Ségala avec ses balcons à
balustres de bois.
Pour atteindre les crêtes, prenez la
D76 à droite, à travers la forêt de
châtaigniers et de douglas. Après
4 km, vous arrivez à l’intersection de
la route allant vers «Le Castagné».
Un arrêt s’impose. Par temps clair,
vous apercevrez les sommets
enneigés des Monts du Cantal.
lé
é
Le C
Viazac
St-Jean-Mirabel
FIGEAC
D840
Le Lot
Pigoennier à Cirganiol…
23
deux raies blanches caractéristiques.
Empruntez ensuite le premier
chemin de gauche qui devient
une petite route goudronnée.
Tout de suite, repérez, à gauche,
la quinzaine de petits mélèzes
récemment plantés.
Remarquez à droite la forte pente
de jeunes châtaigniers et ne
vous privez pas de leurs fruits
qui abondent sous les pas
en automne.
Une mise en garde à faire pour
le sentier en forêt : véhicules
interdits sur cette zone.
Ne pas faire de feu, attention
aux déchets. Il est permis de ramasser
les fruits au sol.
Intérêt : nombreux arbres faciles
à identifier en ville grâce
aux panneaux d’interprétation,
en forêt : autres espèces,
facilement repérables,
la plupart plantées par l’ONF.
Un peu plus loin un douglas vert
solitaire permet la comparaison
avec le sapin : ses aiguilles molles,
vert cendré, à l’odeur de citron,
ses cônes à terre, vous ne pouvez
plus vous tromper.
Sentier forestier très agréable,
où les odeurs de résineux
participent au bien-être.
A LA RE NCONTRE DES ARB RES
2 h.
des espaces verts
à la Bou le Blan che
1ère partie dans la ville de Figeac
Départ de Figeac. Tout d’abord prenez
le temps de parcourir à votre rythme
Arbor’Essences, l’arboretum de Figeac,
éclaté dans les espaces verts de la ville.
Ce circuit se parcourt en plusieurs petites
promenades, au gré de la fantaisie.
2 E TA P E S / 6 K M S
D U RÉE : 1 J O U R Née
En sortant de l’Office de Tourisme,
allez tout droit. Arrivé sur les quais en
bordure de la rivière Célé, prenez à droite
sur 100 mètres, traversez la passerelle
qui enjambe la rivière puis le square, à
droite et allez derrière les terrains de
tennis.
Vous trouvez dans cet espace dit
les Pradges, un beau pin pleureur
de l’Himalaya et un spécimen dont
il n’existe que quelques dizaines
d’individus connus en France :
l’orme de Mandchourie.
Reprenez votre véhicule et garez-vous
sur le parking du foirail.
Puis rendez-vous aux terrasses du Puy,
esplanade arborée se trouvant derrière
l’église la plus proche, que vous devez
apercevoir de votre stationnement : vous
repérez aisément les cèdres de l’Atlas
sur la terrasse basse ; cherchez
les panneaux qui sont parfois cachés.
Allez aussi sur la terrasse haute où se
trouve un magnifique if femelle près
d’un pin sylvestre : remarquez l’orangé
sur le haut du tronc.
24
Orme de Mandchourie
Prenez le chemin en descente à
droite. A quelques mètres de là, un
panneau de l’ONF indique «Forêt
domaniale de la Boule Blanche».
Les châtaigniers dominent ici,
ainsi que les fougères-aigles et
les bruyères en tapis :
nous sommes en terrain acide.
Vous pouvez reconnaître sur
votre gauche un beau chêne
pédonculé. Sa feuille et son
gland sont très différents du
chêne pubescent présent sur
les terrains de causses.
Chêne pédonculé
2ème partie dans la Forêt
domaniale de la Boule
Blanche à Planioles
(à environ 6 km de Figeac)
Reprenez la voiture en direction
de Rouqueyroux.
Roulez 5,7 km. Vous dépassez
un relais de télécommunication à droite
et 350 m. plus loin, à gauche, un chemin
non goudronné avec un espace aménagé
vous permet de stationner. Une bâtisse
crépie vous sert de repère.
Dans le versant, sur la droite,
le douglas vert, un petit conifère
à l’odeur citronnée, et quelques
jeunes trembles occupent
le sous-bois. Après le panneau,
un massif de pins Laricio a été
planté : leurs cônes sont nombreux
à terre. La descente s’accentue et
le chemin vire à gauche.
Vous pourrez observer quelques
traces de mammifères dans
la végétation basse.
Le chemin devient plus rectiligne
alors qu’une odeur mentholée
nous imprègne de plus en plus :
ce sont les sapins qui bientôt
s’alignent de part et d’autre.
Leurs rameaux aplatient, rigides
et luisants, présentent par-dessous
Savez-vous qu’une variété
de noix porte le nom
de Camburat, localité voisine
de Figeac ?
Cette vieille variété originaire
du Lot a quasiment disparu
au profit de variétés hybrides
à plus fort rendement. Saluons
les quelques agriculteurs
de la commune sans qui cette
variété aurait complètement
disparu de son lieu d’origine.
Recherchez du même côté le pin
sylvestre, au tronc orangé, puis
plus loin, à droite, les bouleaux
verruqueux aux troncs blancs.
Avancez toujours sur la route
goudronnée, en laissant à gauche
un pré clôturé : des arbustes
spontanés ont profité de la lumière :
cornouillers sanguins, églantiers
et même quelques saules marsault.
Le sentier se fait alors plus rude
et vire à gauche jusqu’à un portail
vert près de votre point de départ.
Planioles
D840
De
rbres
eux a
nombr
FIGEAC
lé
é
Le C
D8
02
25
richesse de l’histoire du
ge
Passa
..
ettes.
in
hém
par T
Limargue ; châteaux,
manoirs et nombreuses
églises romanes dont
certaines fortifiées.
Limargue au Causse
I tinérances du
Départ d’Aynac : Devant l’église
Aynac, possède une église romane
du XIIes. avec son clocher octogonal
sur base carrée.
Le Château (ne se visite pas) s’est
structuré au XVIes. autour d’une tour
rectangulaire du XVes., entourée de
4 tours rondes ornées de mâchicoulis.
Château d’Aynac
Prendre direction St Céré D940,
puis prenez la D39 vers Gramat
puis tourner à gauche direction
Albiac par une petite route.
Au carrefour de la D 15 avec la D 184,
vous bénéficierez d’un Point de vue ;
puis, à 1 km avant le village,
présence d’une croix sculptée en
pierre datée de 1826.
Vous arrivez à Albiac, très ancien
village perché. Ruiné par la guerre de
cent ans, il ne comptait plus aucun habitant vers 1450, et fut repeuplé par des
auvergnats attirés par la fertilité des sols.
A l’entrée du village, vous verrez
un séchoir à châtaignes circulaire
couvert de lauzes ainsi que le Château.
26
8 E TA P E S / 3 0 K M S
D U RÉE : 1/2 J O U R NÉE
A la sortie, sur la route de l’Hôpital
(D 184), vous pourrez observez la
fontaine du Thérou et son lavoir ainsi
que le Château de la Pèze d’origine
médiévale à 4 km au sud-est.
Toujours en suivant la D 184, vous
pourrez observer immédiatement sur
votre droite un vieux pigeonnier,
vous entrez alors à L’hôpital Beaulieu.
Ce village s’est développé autour d’un
hôpital créé en 1238 par le seigneur
Gerbert de Thémines pour héberger les
pèlerins sur la route de Rocamadour.
Il fut confié en 1259 à l’ordre
de Saint Jean de Jérusalem puis de
Malte ; les dames hospitalières dirigèrent
cette communauté (abbaye, hôpital,
hospice, hôtellerie, maison d’éducation
pour jeunes filles et exploitations
agricoles) pendant près de 600 ans.
Ruiné par la guerre de cent ans, puis
restauré vers 1500, il ne subsiste
aujourd’hui que la salle capitulaire du
XIIIes., classée, et une partie du mur
d’enceinte (privé).
A voir à l’entour, le village d’Issendolus
avec son église romane remaniée, renfermant le reliquaire de Sainte Fleur et un
beau panneau de bois sculpté du XVIIes.
Revenez vers l’Hopital Beaulieu et
prenez la D 840 en direction de Figeac.
Vous arrivez alors à Thémines, ancienne
cité gallo-romaine qui fut le fief d’une
branche des Cardaillac. Une très belle
halle du XVes atteste de l’activité des
échanges au Moyen-âge.
D39
D1
5
D8
40
D38
Les bourgs témoignent de la
D940
0
perdent dans des gouffres au
contact du Causse.
D4
dont les nombreux ruisseaux se
4
une plaine vallonnée verdoyante
Autour de Thémines, plusieurs
grottes sont à découvrir (cf. topo
guide randonnées du Parc Naturel
Régional des Causses du Quercy,
circuit n°17). Prenez ensuite la
D 40 en direction de Rueyres.
Vous arrivez à Rueyres, traversé par
la rivière l’Ouysse qui va disparaître
dans un gouffre sous le Causse à
Thémines.
Sur votre gauche, le château de
Rueyres (privé), manoir du XVIIes.
est couvert de lauzes. A l’angle de
la grille, vous découvrirez la
« fontaine de Monsieur », source
décapante qui servait autrefois à
l’entretien des ustensiles en cuivre.
Suivez ensuite la direction Figeac
par la D 38 puis coupez la D 840
pour arriver à Théminettes.
Eglise fortifiéede Rudelle
Ce village est également un ancien
site gallo-romain. Vous pourrez ob- En quittant l’église, tournez à
gauche vers l’aire de repos
server un bel ensemble de maisons
(le couderc en occitan) puis
anciennes dont plusieurs avec tours.
suivre la direction Anglars.
Après les dernières maisons du
Visite possible d’une pisciculture.
village au Sud la petite rivière
le Francès devient souterraine à
A partir de Rudelle, randonnée
l’endroit appelé les Pertes du
possible vers la fontaine des
Francès. Théminettes est le
lépreux du Cabrimont
point de départ du circuit du Causse
(cf. topoguide randonnées
(11kms), clairement balisé et
du Pays Est Quercy).
figurant sur le topo guide
En suivant la D 15, vous arrivez à
Randonnées du PNR (N°17)
Anglars. L’église d’origine romane
possède un beau clocher fortifié.
Revenez ensuite sur vos pas emLes Anglais y auraient stationné lors
pruntez la direction Figeac (D 840)
des guerres de cent ans, l’origine
pendant environ 1 km. Prenez à
d’Anglars provient d’ailleurs de
gauche direction Rudelle.
l’appellation « Anglais ».
Vous arrivez à Rudelle, fondée
en 1250, par Bertrand de Cardaillac, Rejoindre Lacapelle-Marival en
continuant sur la D15, puis en
(classée Bastide du Lot).
prenant à droite la D 940.
Il promit terrain et jardin à tout
homme qui voudrait bâtir sur ses
terres. A l’entrée du village, les piliers
de forme octogonale symbolisent
Aynac
les colonnes de l’ancienne halle,
détruite en 1964.
L’église fortifiée ou « fort-église »
Albiac
de Rudelle date du
XIIIes. Elle était à l’origine
un bastion seigneurial,
abritant une chapelle, offrant à
L’Hopital Beaulieu Rueyres
l’étage un refuge aménagé pour
les habitants avec cheminée
Issendolus
Thémines
et défenses contre les Anglais
puis les Protestants.
Autrefois entourée de douves, de
Rudelle
courtines et de palissades, cette
église est considérée comme la
Théminettes
plus belle des églises fortifiées
du Haut Quercy. A l’intérieur, une
énigmatique patte de griffon à
la clef de voûte.
D1
8
Ce circuit parcourt le Limargue,
Anglars
D15
Lacapelle
Marival
27
des bases de piliers, colonnes et
chapiteaux des XI es. et XII es. Des chapiteaux
XI es., provenant de l’ancien porche
disparu, ont été utilisés comme supports
de bénitiers. Figeac possède aussi de
nombreuses maisons romanes avec leurs
arcades marchandes et leurs baies triples
on du
Mais
c
Figea
on a
Griff
ART
largement sculptées : la maison dite du
Griffon place Champollion, L’hôtel du Viguier
du Roy rue Emile Zola, LA maison rue Séguier…
Roma n
Départ de Figeac
1er circuit : Les centres romans
Prenez la D662, direction Cajarc. Passez
par Faycelles pour gagner Saint-PierreToirac. L’église Saint-Pierre est l’un des
plus beaux édifices romans du Lot avec
plus de 50 chapiteaux sculptés.
6 E TA P E S / 83 K M S
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
A Salvagnac, au pied du château,
prenez la D146 que vous quitterez
en direction du gouffre de Lantouy.
Les belles ruines du monastère de
Lantouy surplombent le gouffre et
révèlent de nombreuses ressemblances
avec l’église de Saint-Pierre-Toirac.
Revenez sur Cajarc, prendre la D17
direction Gramat, puis la D82, à gauche
pour atteindre Saint-Chels, joli village
typique du Causse. Dirigez-vous vers
Sauliac-sur-Célé/Marcilhac,
pour trouver une grange avec une
charpente à la Philibert de l’Orme coudée
du XXes. (en forme de carène renversée).
Cette technique très particulière
a été inventée au XVIes. Elle se trouve
à gauche face à la salle des fêtes.
Tympan de l’église de St-Félix
D U RÉE : 2 H E U R E S
En reprenant la D2, direction Figeac,
empruntez à gauche la D206 vers
Saint-Félix. La 1ère travée de l’église
et le très beau tympan datent du XIIes.
Il présente Adam et Eve au moment
du péché originel : Eve prend du
serpent le fruit du savoir. En même
temps Adam et elle portent une
main devant leur sexe, découvrant
soudain la honte de leur nudité.
Les chapiteaux sont aussi remarquables avec leurs motifs feuillagés.
Notez la croix métallique datée 1785.
2ème circuit :
Les églises romanes
Suivez la D840, direction Rodez.
A la sortie de Figeac, tournez à
gauche (D2) pour atteindre Lunan,
un peu plus loin à droite. Suivez le
fléchage indiquant église romane.
L’église paroissiale Saint Martin,
presque isolée dans son vallon,
conserve une abside et des
modillons XIIes. sous une voûte
XVes. C’est plus bas dans ce vallon
que se trouvait le prieuré «fille de
Conques» dont les moines ont créé
l’abbaye de Figeac.
Regagnez Figeac puis, par la
route de Brive (D840), allez à
Fourmagnac. L’église Saint-Pierre,
à nef unique, présente des parties
hautes remaniées mais conserve
son aspect roman. Regardez les
modillons, ces pierres sculptées
qui débordent et soutiennent les
avancées du toit. Notez la fontaine
pétrifiante au milieu du village.
Continuez vers
Figeac.
D41
D13
D21
élé
Le C
D2
St-Jean-Mirabel
EGLISE
6
Revenez sur vos pas. Au croisement
avec la D2, prendre à droite, puis à
gauche pour découvrir le Moulin à
vent de Seyrignac (se visite), du XVe s.
Revenez ensuite sur vos pas et
reprenez la D2, à gauche.
Entrez dans Saint-Jean-Mirabel.
Fourmagnac
Fons
L’église Saint-Jean-Baptiste.
EGLISE
Le tympan du XIIIes, montre la
Camburat
Planioles
crucifixion et le baptême du Christ.
Lissac
et Mouret
Corn
En entrant, passé l’arc triomphal,
Boussac Camboulit
vous retrouvez l’église romane, Espagnac
Ste-Eulalie
FIGEAC
RUINES EGLISE
dont l’entrée et le chevet
ST-MARTIN
Brengues
St-Sulpice
sont devenus des
Faycelles
Le Lot
chapelles décorées Marcilhac
s. Célé
ABBAYE
St-Chels
de peintures XVIe
St-Pierre-Toirac
EGLISE
Larroque-Toirac
ST-PIERRE
et XVIIes.
Montbrun
Notez aussi les maisons
Cadrieu
XVIIIes. au fond de la place.
CAJARC
Montredon
D20
Le tympan, du XIIe s., représente Samson
terrassant le lion. A l’intérieur, le style des
chapiteaux est à rapprocher d’autres
édifices du Lot (Figeac, Marcilhac-surCélé). Ils illustrent des thèmes récurrents
dans l’art roman : Daniel dans la fosse
aux lions, Adam et Eve…
Regardez également la très belle toile du
Christ en croix. Profitez-en pour visiter le
village qui porte de nombreuses traces
Renaissance. Continuez jusqu’à Cajarc.
Prenez à gauche la D17 vers
Villefranche-de-Rouergue.
Passez le pont.
Continuez ensuite vers Marcilhacsur-Célé. Vous aurez une très belle
vue sur la vallée du Célé et le Causse
de Gramat. Grande abbaye
bénédictine, ruinée par la guerre
de Cent Ans, Marcilhac conserve
de belles ruines de
son église Saint-Pierre.
Le tympan, particulièrement
abîmé, de la fin du XIes.,
période de retour
à la sculpture dans l’art,
présente le Christ
bénissant en majesté
entouré des saints Pierre
et Paul, de deux anges,
de la lune et du soleil.
4 E TA P E S / 4 0 K M S
Lunan
EGLISE
St-Félix
EGLISE
D840
62
De la période romane, l’église conserve
Quittez Marcilhac par la D41,
direction Figeac.
A Camboulit, au croisement avec
la D21, à gauche, vous apercevrez
les ruines de l’ancienne église
paroissiale Saint-Martin.
Le chœur est roman, la nef gothique.
Poursuivez jusqu’à la D802.
Tournez à gauche, puis à droite vers
Lissac-et-Mouret (D18). Sur cette
route, se trouve le pont du Fraysse
composé de 3 arches et de bordure
en grès. Cet ouvrage correspondrait
à la voie moyenâgeuse FigeacCahors par le Causse. Il devait
permettre la traversée du Drauzou,
même pendant les crues.
Regagnez Figeac par la D2.
En entrant dans les ruines de
l’église, reconstruite seulement pour
partie au XVes., on est frappé par
l’aspect grandiose de la partie
romane. Le clocher XIVes. présente
à sa base des sculptures romanes
de chapiteaux ainsi que la très belle
porte à l’angle opposé de la façade
occidentale. On y reconnaît Daniel
dans la fosse aux lions.
La salle capitulaire est le dernier
élément conservé de l’ensemble
claustral et propose de belles
sculptures. Le traitement des corps,
des ventres, des plis des vêtements,
les thèmes, etc. sont significatifs de
la fin du XIIes. A l’intérieur de
celle-ci se trouve une intéressante
formule de voûte sur support, un des
ancêtres de la croisée d’ogives.
D6
Saint-Sauveur se poursuivit jusqu’au XIV s.
e
D82
D17
Figeac. Initiée à la fin du XI es.,
la construction de l’abbatiale
Salvagnac-Cajarc
28
D146
GOUFFRE
DE LANTOUY
29
panoramas sur les collines du
Ségala et les Monts du Cantal.
Vous irez à la rencontre d’un petit
patrimoine local traditionnel du
Ségala. Alors, bonne visite !
ga
u Sé
a ge d
s
y
a
P
la ...
PAR MONTS ET
par Vaux en Séga la
Départ de L’Eglise de Leyme :
Leyme vit en 1213, sous le règne local
de la puissante famille des Cardaillac.
Le village se développa autour de
l’abbaye cistercienne.
L’Eglise, vouée à Sainte-Eutrope fut
construite au XIXes. Son intérieur,
de style baroque, s’est vu transféré
de l’ancienne chapelle de l’Abbaye
des boiseries datant du XVIIe, des
retables dorés et sculptés style Louis
XV, banquettes de moniales en bois de
noyer ainsi qu’un autel en marbre rose de
Thémines. Le coup de cœur va au pupitre
en bois représentant un aigle aux ailes
déployées datant du XVIIes.
Pour la petite histoire, cette église fut
achetée en 1811 par les paroissiens
pour 1500 francs.
Au carrefour de l’Eglise, suivez la direction
Molières par la D 39. Après 2km, vous
pourrez alors prendre à gauche pour
vous rendre au Point de vue du Pech
Mouleyret, qui offre une vue sur le
village et les monts d’Auvergne.
L’accès en voiture est peu aisé, il
est possible de rejoindre la table
d’orientation à pied (500 m environ).
Arrivé à Terrou, montez dans le bourg
pour contempler les maisons en pierres
et toitures de lauzes et l’Eglise Saint
Pierre abritant deux statues en bois doré.
Le village de Terrou a été ravagé et
incendié par les Allemands au
Printemps 1944.
A Terrou possibilité de départ de
randonnée dans la vallée de la Bave à la
cascade du Cheval Blanc (20 km).
Quittez ensuite Terrou pour Labathude,
en suivant la D19. Après 2 km, sur votre
gauche vous pourrez voir le Moulin du
Bouscarel, moulin en activité où l’on peut
encore trouver de la farine de blé noir.
Maison à bolets
Molières
D3
9
Terrou
Espeyroux
Labathude
D940
D6
53
Lacapelle
Marival
9
A Cardaillac, vous pouvez stationner
sur le parking du fort, au centre du
bourg. Cardaillac, qui figure parmi
« les plus beaux villages de
France », est le berceau d’une des
plus anciennes familles féodales de
France. Il est situé sur le chemin de
Saint-Jacques de Compostelle
(GR65). Cardaillac, est aujourd’hui Leyme
un remarquable site médiéval
regroupé autour du fort, avec ses
2 tours du XIIe et ses remparts. Il
héberge plusieurs ateliers d’artistes.
Vous pourrez effectuer la visite
du fort, fléchée et parsemée de
panneaux explicatifs.
Dans le vieux bourg, poussez la
porte du Musée Eclaté (se visite).
Vous pénétrerez dans la maison du
Sémalier, son atelier, sa cave, son
habitation, le séchoir à châtaignes,
le moulin à l’huile de noix, l’école
d’Antan, à la découverte des objets
et outils de la vie quotidienne au
début du XXes. Vous redécouvrirez
la vie d’autrefois en parcourant les
différentes bâtisses qui abritent ce
musée des plus original.
D1
Prenez direction Labathude sur la D 19
(à gauche).
Le prieuré de Labathude appartenait à la
baronnie des Cardaillac, une communauté
y vécu entre 1584 et 1662. Les paysages
d’élevage et de culture dévoilent en
chemin un bâti traditionnel du Ségala
(maisons à bolets notamment).
Suivez ensuite la direction la Remise,
en route, profitez du point de vue
sur l’Auvergne et sur les Vallées
alentours. Puis la D 653 en direction de
Latronquière. A Rouqueyroux prenez à
droite la D 19 direction Figeac.
Revenez ensuite sur vos pas puis
prenez à droite direction Figeac/
Cardaillac. En route, vous pourrez
profiter de la vue sur la vallée. Après
3 km, suivez la direction Cardaillac.
Reprenez la D 15 pour rejoindre
Lacapelle puis, la D 48 et la
D 205 jusqu’à Espeyroux.
Vous y découvrirez, dans un paysage
varié, parsemé d’herbages et de
fermes, les témoignages d’un petit
patrimoine rural qui ne manque
pas d’intérêt, ainsi, tout près de la
Mairie, on peut voir un remarquable
ensemble jumelé constitué d’un
puits et d’un four en pierres du pays,
couvert de lauzes.
Le Franc
es
D15
Sainte Colombe
La
Dra
uzo
u
Saint Bressou
5
30
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
D1
Revenez ensuite sur vos pas en suivant la
direction Molières (D 39).
Arrêtez vous sur la place de Molières,
plantée de marronniers centenaires.
En bas de la place, vous pourrez observer
un puits communal (1887) en grès
couvert par un berceau en plein cintre
équipé de pierres percées pour faciliter
le remplissage des seaux, sa toiture est
couverte de lauzes.
L’église du XIIes. mi-gothique, mi-romane
a servi de tour de défense pendant la
guerre de 100 ans.
Traversez ensuite le bourg de Molières
et à la sortie du village à l’intersection
prendre à gauche direction Terrou (D 39).
8 E TA P E S / 6 5 K M S
Quittez ensuite Cardailac pour Saint
Bressou par la D 18 puis la D15.
Prenez à gauche la D92 direction
Mialet. Le hameau de Mialet
possède une jolie petite église
romane qui a été remaniée à la fin
du XIXes., ainsi qu’un pigeonnier
circulaire, antérieur à la Révolution.
Si vous le souhaitez, vous pouvez
rejoindre le plan d’eau de Sagnes
en direction de Cardaillac, c’est un
lieu apprécié pour la promenade,
la pêche et pourquoi pas, pour un
pique-nique au bord de l’eau.
Revenez sur vos pas, puis à Saint
Bressou, montez au sommet du Pic
(route sur votre gauche) qui culmine
à 619 m. Une table d’orientation
vous permettra une bonne lecture
du paysage allant jusqu’aux Monts
d’Auvergne, à l’Aveyron et au Causse.
D48
Ce circuit vous offrira d’agréables
Prenez ensuite Sainte Colombe
sur votre gauche.
Au XIIIes., les terres de SainteColombe dépendaient de la
Baronnie de Cardaillac. L’église
était à l’origine un sanctuaire qui
fût donné, en 972, à l’abbaye de
Figeac. Vous pourrez observer aux
angles de la toiture du clocher deux
colombes, l’une portant un rameau,
la seconde un marteau.
Face à l’Eglise, une grande bâtisse,
l’ancien pensionnat Notre Dame du
Sacré Cœur, fermé depuis 1972, a
accueilli nombre de jeunes filles qui
y ont accompli leur scolarité. Henri
Troyat, dont l’épouse y avait été
pensionnaire, l’évoque dans
son roman «La Grive».
Enfin, le monument aux morts
vous interpellera par la force de la
gestuelle de la statue polychrome du
soldat brandissant un fusil et criant
«Debout les Morts».
Cardaillac
31
L’architecture rurale du Ségala
demande de la part du promeneur un
certain effort de découverte et une
e de
E gl i s
.
a t ..
la d i r
quête patiente du détail architectural.
Vous découvrirez ainsi la richesse patrimoniale de nos villages ainsi que les
paysages verdoyants du Ségala.
de V A L L É E S en G O R G E S et de
chapelles en églises
Départ de Saint Hilaire :
Dans le bourg, remarquez les pierres
d’angles gris bleuté de l’Eglise (1904),
pierres provenant de Parlan (Cantal).
6 E TA P E S / 3 5 K M S
D U RÉE : 1/2 J O U R NÉE
Ainsi qu’un bel exemple de plancadou
(avant toit en bois) qui était utilisé pour
faire sécher, châtaignes et noix à l’air
libre. L’accès au plancadou visible sur
la gauche se faisait par le grenier.
Prenez ensuite à droite au prochain
carrefour puis à droite à la patte d’oie
direction Lantuéjoul. Au prochain
croisement, prenez à gauche, vous
arrivez alors à Saint Cirgues.
Eglise de St Hilaire
A proximité de l’église, une plaque
indique l’emplacement d’une fontaine
(derrière une porte en bois), avec un
ancien mécanisme pour puiser l’eau.
Reprennez la route contournant l’Eglise
puis la D19 vers Latronquière. Lorsque
vous passerez sur le pont en pierre,
observez la borne ancienne indiquant la
limite entre le Lot et le Cantal. Le village
de Saint Hilaire est directement accolé
au Cantal. Prendre à gauche en direction
de Lauresses.
Le Francès
Saint Hilaire
D19
Lauresses
D3
1
Saint
Cirgues
u
ea
A Sabadel, un promontoire de
645 m constitue un remarquable
belvédère ; au sud-est, deux affluents
de la Bave et de la Burlande
prennent naissance de part et d’autre
de la route départementale 653, au
nord-est, les gorges du Bervézou.
Traversez le bourg et passez
D35
devant l’Eglise. Suivez ensuite
la direction Montet et Bouxal
Montet-et-Bouxal
6
à droite (D 76)
D7
A la sortie du hameau,
après les pompes à essence,
Sabadel
prendre à gauche
direction Bouxal.
erc
32
Au carrefour du Montet, à droite
remarquez un ancien sécadou
avec loges à porcs au-dessous.
Prendre à gauche.
L’église, seigneurie médiévale
relevant du Comte Evêque de
Cahors, entourée de quelques
maisons, s’élève sur un promontoire
rocheux dominant le confluent
de deux ruisseaux tributaires
du Bervézou.
Il y a de nombreuses années,
deux communes se partageaient
le territoire : Le Montet et Bouxal.
Deux communes et donc deux
clochers ! La réunion de ces deux
communes se fit en 1827 sur
ordonnance royale signée de
Charles X. Depuis, le nom est
resté et Bouxal et Le Montet,
hameaux de la commune, gardent
néanmoins tout leur charme.
Revenez sur vos pas puis prenez
la direction Sabadel (D 76).
A Bouxal, avant l’église, à voir une
croix de pierre à motifs sculptés.
L’Eglise Sainte Radegonde dépendait
au Moyen-Age, de la Commanderie
de l’Ordre de Malte établie au
château de Latronquière.
Fin du circuit, vous pouvez ensuite
revenir sur vos pas pour rejoindre la
route de Figeac et Lacapelle.
B
Le
A lauresses, le porche carré et la qualité
des peintures de la porte d’entrée de
l’église lui confèrent un intérêt particulier.
En descendant de l’église au STOP
prendre tout droit « Les Gazélies ».
20 m après le stop, sur votre droite, vous
pourrez observer un ancien sécadou.
Dans le hameau des Gazélies, la
première maison à droite présente en
façade principale un ancien bolet (balcon
en bois avec escalier).
A St Cirgues, sur la gauche en entrant
dans le bourg, vous pourrez observer
deux fours rénovés. Il semblerait que l’un
soit destiné à cuire le pain, le second,
les gâteaux. Sur votre droite, un porche
couvert de tuiles plates à crochet et un
pigeonnier font face aux fours.
L’Eglise de Saint Cirgues appelée
Eglise de la Nativité, porte une
Croix de Malte en façade.
Derrière l’ancien château d’eau (bâtiment
daté de 1962), vous pouvez observer une
tour (couverte de balconnets) appartenant
à l’ancien château de Saint Cirgues.
Reprenez ensuite la direction de Figeac
(D 199), depuis la route, vous pourrez voir
le Tilleul de Paramelle , haut de 35 m.
Arrêtez vous pour l’observer (information
sur un panneau au pied de l’arbre). Ce
tilleul serait un Sully, arbre remarquable,
d’environ 400 ans, planté sous le règne
d’Henri IV. Ils seraient encore 35 en
France. C’est un arbre magnifique en
parfait équilibre. Le Tilleul de Paramelle
est entouré d’un ensemble bâti typique
de la région.
Séchoir à chataîgne ou Sécadou
Au croisement, prenez la direction de
Latronquière (D 31) puis à gauche,
Montet et Bouxal ( D 35). Prenez
enfin à gauche direction le Montet.
C’est sur cette commune que se
trouve le chemin du gouffre des
cloches. La légende raconte que,
durant la guerre de 100 ans, les
cloches d’une ancienne chapelle
située au « Scabries », roulèrent sur
la falaise abrupte, jusque dans le
gouffre d’où son nom. On prétend les
entendre en présage d’événements
douloureux, de grands malheurs.
99
D1
33
“Figeac”
Rendez-vous à Béduer en prenant
la D21 puis la D41 à droite,
direction Boussac.
Prenez la 1ère à gauche en direction
de Béduer (attention le panneau
Béduer est de dos).
raversez le petit pont à gauche et
continuez jusqu’à vous trouvez en
face du château de Béduer.
Vous pourrez alors en admirer la
tour XIIIes., dernier vestige médiéval
visible de l’extérieur.
Visite de la ville fléchée avec le circuit
“les clefs de la ville” (disponible à l’Office
de Tourisme). Figeac conserve un ensemble
remarquable de maisons gothiques bâties
entre le milieu du XIIIes. et le XIV es.
C’est le cas de l’Hôtel dit de la Monnaie,
une maison privée du milieu du XIII es.
où est installé aujourd’hui l’Office de
Tourisme. On retrouve les grandes demeu-
gothique
ART
Départ de Figeac
Cette richesse architecturale est
directement issue des ressources
agricoles, d’un commerce local dynamique
et de la présence des marchands
figeacois dans le commerce international.
Les consuls, gestionnaires
élus de la communauté,
en ont tiré la puissance
nécessaire pour entrer
en conflit avec l’abbé,
seigneur de la ville.
Cet épisode verra le roi
de France, Philippe le Bel,
devenir seigneur direct
de Figeac en 1302.
Les églises de la ville sont
principalement gothiques :
- Saint-Sauveur s’achève
aux XIIIe s. et XIVes.
- Notre-Dame du Puy
Eglise du Puy
créée au XIIIe s. est agrandie
e
au XIV s. (portail, abside, chevet).
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
Allez jusqu’au panneau Camboulit
sur la gauche. Cet autre bourg
castral, fondé au XIes., présente
une première enceinte pour
le château puis une enceinte
large du XIIIes. dont on emprunte
la porte pour entrer dans le village
encore aujourd’hui. On y trouve
des restes du château, des maisons
médiévales et des bâtiments
restaurés de façon fantaisiste.
Ce bel ensemble, rural aujourd’hui,
comprend aussi des maisons
Renaissance et des échoppes
XVIIIes. Face à Camboulit se
trouve le château de Béduer
qui a plusieurs fois
tenté de prendre
le contrôle de
St-Sulpice
Camboulit.
40
Cardaillac
Fons
5
D1
au cours du XIIIes. dans 6 châteaux
différents, gardant leur ville d’origine
pour regrouper la famille. La tour dite
de Sagnes se visite, elle était vouée à
la défense. Le deuxième étage conserve
des latrines, une baie, une porte qui
donnait sur un balcon de bois et
un placard mural.
Le dernier étage a disparu
mais il est possible de grimper
sur la plate-forme qui en
résulte, à 21m de hauteur
(contre 25 m à l’origine).
Profitez du panorama
(attention aux enfants).
Le fort était alors un bourg
castral, c’est à dire qu’il était
coupé en deux par un rempart
intérieur disparu. La visite du
fort est fléchée et des panneaux
explicatifs vous invitent à
parcourir le village. Profitez-en pour
découvrir le Musée Eclaté, véritable
immersion dans le quotidien des paysans
au XIXes. De nombreuses traces
de l’époque médiévale sont encore
visibles dans le village.
Prenez à droite la route de Cajarc
(D19). Traversez Gréalou (belle
église romane) puis descendez sur
Cajarc (visite détaillée page 12
à 13). Le tour de ville reprend les
fossés du XIVes. L’ensemble de
la fortification de cette ville riche, de
son agriculture et de son commerce,
au Moyen Age, est repris au moment
de la guerre de Cent Ans.
Cet ensemble fortificatif disparaîtra
en 1623, sur ordre du roi.
Dès le XIIIes. apparaît à Cajarc une
culture nouvelle : le safran. Remis au
goût du jour il y a quelques années,
il est aujourd’hui une production
locale très prisée.
Quittez Cajarc par la D17 et la D83
en direction de Saint-Sulpice.
Il ne reste du château des XIIIes.
et XIVes. que peu de choses :
une poterne, une salle voûtée,
des terrasses et des pans de
murs de défense.
L’ensemble ne se visite pas mais
vous pouvez l’apercevoir depuis
quelques beaux points de vue.
Prenez la D13 qui vous ramenera
à Figeac.
D8
Prenez la D840, direction Brive puis la
D15 vers Cardaillac.
Cardaillac fut le berceau d’une famille
puissante en Quercy qui s’installe
7 E TA P E S / 94 K M S
Rejoignez la D840 par la D18
pour gagner Fons.
Promenez-vous dans ce village.
Site gallo-romain puis vicairie
wisigothique, Fons devient un prieuré
bénédictin, donné à Figeac.
Ce très beau village présente de
nombreux vestiges de son passé
médiéval. Il possède une souche de
cheminée XIIIe s.
En face de celle-ci, une maison
XIVes. fortement remaniée.
Les ouvertures du rez-de-chaussée,
enterrées, montrent clairement
l’augmentation du niveau de sol.
L’église Saint-André, romane
au chevet, est de nef gothique.
Elle sera «complétée» au XVIes.
par l’ajout d’une chapelle lorsque
cette église devint forteresse contre
les attaques protestantes.
Reprenez la D840. A Camburat,
prenez à droite la D18 jusqu’à
la D13 de nouveau à droite.
D1
8
Ecritures, au palais Balène, etc.
Hôtel du Viguier du Roy
Fourmagnac
lé
é
Le C
Camburat
D13
Planioles
D1
8
du Viguier du Roy, autour de la place des
D13
FIGEAC
Boussac
D41
Camboulit
D21
Béduer
9
O
res gothiques place Champollion, à l’hôtel
3
D8
D1
c
Figea
e de
ourism
T
e
d
ffice
Gréalou
D17
CAJARC
34
35
Balade à pied sans difficulté,
à faire tranquillement de préférence
le matin Nous vous conseillons de
prendre des chaussures plates fermées,
les jumelles sont les bienvenues
Attention à la falaise Vous pourrez
.
e th ym ..
Fle u r d
découvrir de nombreuses plantes
aromatiques et médicinales ainsi que
des points de vue nombreux sur
la vallée à plus de 100 m de hauteur.
au x arômes
L a colline
2 h.
Départ de Capdenac le haut :
Garez vous sur le parking sous les
remparts moyenâgeux à l’entrée du
village. Prenez la direction du lieu dit
« La Roque », passez devant une croix de
pierre en granit (cette dernière est datée
de 1667), avant de prendre à droite le
premier chemin marqué sentier pédestre.
Remarquez les orpins, plantes typiques
des murets sur votre gauche ; ce sont
des plantes grasses pleines d’eau, leurs
réserves pour survivre dans ce milieu
sec et chaud.
Dès le premier petit virage à gauche,
recherchez le calament officinal ou
petit basilic, à fleur mauve et à l’odeur
délicieuse de bonbon à la menthe ;
son nom calament signifie belle menthe
en grec. Les feuilles fraîches du calament
ont une action tonique et digestive en
infusion. On les emploie aussi dans la
composition de l’eau d’arquebuse et
aussi dans certaines sauces.
Remarquez les chênes pubescents
qui longent le chemin : cette espèce
méridionale, exigeante en chaleur,
typique des sols calcaires, est le
chêne truffier par excellence ; il est
reconnaissable à ses feuilles poilues et
à ses glands au pédoncule court.
Peu à peu vous entrez dans une zone
qui n’est pas sans danger ;
du fait de la falaise à pic.
Les plaques de calcaire affleurent sous
vos pas. A l’endroit où la vue commence
à se dégager, une borne est visible :
près d’un tapis de ciboulette parsemant
la pelouse. Cherchez le thym-serpolet,
petite plante discrète, à la tige rampante,
à fleur rose-mauve en épi.
36
2 E TA P E S / 4 K M S
D U RÉE : 2 H E U R E S
dessous, aux fruits rouges, en larges
grappes. Son écorce brun-jaunâtre
laisse suinter une odeur de résine
typique longtemps employée
autrefois : la térébenthine que l’on
brûle encore comme encens. Le
pistachier Véra, dont les petites
feuilles mates et ovales, ont une
odeur caractéristique d’amande.
La vue se dégage de plus en plus
sur la vallée du Lot. Vous pourrez
observer la ville de Capdenac-Gare,
née de la construction de sa gare
en 1869.
Prenez le temps de goûter ce
paysage et de saisir le passage
d’oiseaux affairés.
Tous se repèrent et suivent la rivière :
corneilles noires en couple, milans
noirs à la queue échancrée, friands
de poissons, héron cendré au cou
replié en forme de S, rentrant à
sa héronnière dans les méandres
arborés du Lot, buses variables à
queue en éventail, dont le plumage
varie d’un individu à l’autre, du blanc
cassé au brun le plus sombre.
Après la dernière maison, continuez
tout droit : le chemin s’élargit
en descendant : remarquez les
nombreux bancs de calcaire dans
le pré. Puis le sentier devient plus
abrupt et vire brusquement à droite :
attention aux chutes. Le buis fait ici
une haie dense. Au bout du sentier,
tournez carrément à droite sur un
large chemin plat.
Trouvez le chardon à foulon ou
cardère ou cabaret des oiseaux :
grande plante épineuse cultivée
autrefois pour carder la laine.
Ciboulette
Encore une plante médicinale et
aromatique, cousine du thym, aux vertus
antiseptiques, toniques et digestives.
C’est aussi un condiment et une plante
pour boissons aromatiques : il faut pour
cela récolter les fleurs et les faire
sécher en bouquets.
Près d’une croix, et d’une maison, de
part et d’autre du sentier, vous pourrez
observer plusieurs espèces d’arbustes
aromatiques à feuilles lisses.
Le buis à l’odeur suave, mais aussi deux
espèces de pistachiers : le térébinthe et
le Véra. Le pistachier térébinthe est un
bel arbuste méditerranéen, aux feuilles
vert sombre, lisses dessus, mates
De nombreux arbustes épineux
forment bientôt un épais fourré
propice à l’installation des
oiseaux : la ronce, l’aubépine
aux fruits pendants rouges sombres,
l’églantier ou rosier sauvage.
Le fruit de ce dernier en forme
de petite olive rouge est appelé
cynorrhodon.
Héron cendré
Un peu plus loin, sur la gauche une
source a été propice à l’installation
des prêles, surnommées queue
de cheval, riche en silice, la prêle
est la plante reminéralisante par
excellence.
Marchez d’un bon pas et au petit
bois de chênes, à gauche reposezvous sous le chêne près de la falaise
pour admirer la sinuosité du Lot qui
fait une boucle vers l’amont.
Dans la montée, vous passez devant
une ferme où les brebis ont coutume
de paître, virez à droite et trouvez
l’armoise, plante médicinale et
aromatique commune, aux feuilles
découpées, vertes dessus, feutrées
de blanc dessous, puis la mélisse
officinale à l’odeur de citron, à ne
pas confondre avec la menthe.
Vous voici à votre point de départ.
Cette balade aromatique peut être
complétée par la visite du village de
Capdenac le haut aux nombreux
points de vue et à l’histoire chargée.
D’autres arbustes communs sur les
terrains calcaires dans ce buisson :
troène commun (petits fruits noirs
toxiques) cornouiller sanguin
(fruits non comestibles en ombelles,
noirs à maturité).
Le Donjon de Capdenac le Haut
37
Les poules d’eau sont encore plus
discrètes : une oreille fine peut détecter de petits gloussements dans
la végétation aquatique,
surtout lorsque de
petits poussins suivent leurs mères.
Une fois les étangs dépassés,
au niveau d’un bouleau à tronc blanc,
avancez à droite sur un espace
argileux où les empreintes
abondent : pattes dissemblables
des ragondins, mais aussi sabots
de chevreuils et de sangliers,
pattes sans griffes de chats
domestiques, empreintes de chiens
ou de renards, parfois difficiles
à différencier, pattes minuscules
de rongeurs ou d’oiseaux, énorme
patte de héron… Si la glaise est
encore humide, vous avez plus de
chance d’identifier ces traces.
Quelques panneaux
d’interprétations vous permettront
d’observer des traces d’animaux,
ainsi que la faune spécifique des
falaises et des étangs.
Bottes nécessaires
après un temps pluvieux.
Cette balade offre un plus
a s cu
Ne p
a mp i
d e ch
e i l l ir
!
gn on s
Départ de Faycelles
Ne rentrez pas dans le bourg, mais allez
tout droit sur la corniche au lieu-dit
Le Battut près d’une croix de pierre et
d’une table en bois, pour observer
différents corvidés qui logent dans les
cavités de la falaise.
Mieux vaut observer le matin ou le soir,
car dans la journée, les oiseaux s’en vont
au gagnage, c’est à dire à la recherche
de repas, dans la plaine du Lot.
Vous repérerez une colonie bien
organisée de choucas des tours
repérable par les tours de ronde de ses
guetteurs ; et ses cris bruyants, bien
différents de ceux des corneilles ou
des corbeaux : plus aigus, ressemblant
davantage à un langage ininterrompu.
Après votre observation, prendre
direction Béduer en longeant le stade.
A Béduer, allez en face, vers Camboulit.
Pour cela, traversez le Célé et tournez
à gauche sur la D41.
Un 1 panneau appelé bois de Puy
Blanc, montre quelques aspects
de la faune et de la flore locales.
Le bois de chênes pubescents
est une réserve d’animaux, tel que
le geai des chênes, qui le premier,
réagit par son cri strident à votre
intrusion dans le bois. Les pics sont
aussi très présents : pic épeiche
bariolé et pic vert au plumage
vert-jaune. Vous rencontrerez
aussi la sitelle torchepot ou
le grimpereau des jardins plaqué
contre les troncs d’arbres les plus
hauts. Mais les plus faciles à voir et
à entendre sont les mésanges à
longue queue dont le bavardage
attire l’œil : elles vivent en colonie
et fréquentent ces zones riches
en insectes. L’humidité se ressent
ici car le chemin passe entre le
ruisseau des Bormes et les étangs.
Aussi les plantes typiques aux
milieux humides abondent :
carex, joncs, mousses et fougères.
4 E TA P E S / 11 K M S
D U RÉE : 1 J O U R NÉE
Au niveau d’une église en ruines,
montez à droite vers Camboulit.
Pourquoi ne pas flâner un moment
dans ce curieux village ?
Prendre la D21 et rejoindre la nationale
Figeac-Cahors. Prenez-là à gauche et
traversez le village de Cambes.
Ne ratez pas sur la droite, la direction
Puy blanc.
Après l’intersection rappelant cette
direction, se garer sur le bas-côté,
près de la 1ere barrière en bois démarrant
un chemin sur votre gauche.
Vous allez emprunter une portion
du sentier-découverte, réalisé par
l’association “Du côté de Puy blanc“.
La présence d’argile, a permis, fin XIX ,
la création d’une tuilerie. Les étangs ont
pris naturellement la place des anciennes
carrières et apportent à cette région
un bienfait apprécié.
e
Vers le chemin, encore dans l’argile,
cherchez les rostres de bélemnites,
fossiles en forme de doigt qui
abondent ici, car nous parcourons
des terrains datant de la période
géologique du Toarcien. Ce sont les
restes de squelette d’un animal
marin qui vivait au Jurassique
inférieur. Continuez ensuite le sentier
qui ressort au niveau de la tuilerie,
belle bâtisse rouge, témoin d’un
passé laborieux. Pour rejoindre
la voiture prenez la route à droite.
Le 2e panneau décrit le crapaud
Reprenez direction Figeac et avant
sonneur à ventre jaune, amphibien
un viaduc, tournez à gauche vers
protégé, qui donne un caractère
Lissac et Mouret. Une fois dans
précieux à cette zone humide.
ce village, au stop, traversez et
Prenez à droite au niveau du
continuez en face vers Camburat.
panneau, car le chemin, plus loin,
A Camburat, vous rejoignez la
n’est plus praticable.
nationale Figeac-Gramat que vous
Vous voici au milieu des étangs,
empruntez à gauche. Vous pouvez
là où de nombreux pêcheurs
rejoindre Faycelles votre lieu
passent leurs journées. C’est le matin de départ par Figeac.
ou le soir que les étangs livrent leurs
secrets et montrent leurs habitants :
les ragondins immobiles pendant
la journée, se risquent à leurs
plongeons lorsque le jour
Camburat
Lissac
& Mouret
décline : on aperçoit
SENTIER
lé
DÉCOUVERTE
Cé
seulement les entrées
Corn
Le
Cambes
FIGEAC
de leurs terriers à la
D41
Camboulit
D13
base des
D21
îles.
Béduer
40
N1
Conrad Lorrentz, naturaliste de renom,
a étudié cette espèce et a dénombré
de nombreux «mots» échangés par une
colonie. Aux jumelles, distinguez l’œil clair
et le béret bleu-gris de leur tête.
Avec eux, cohabitent les corneilles
noires, plus communes, qui vont souvent
par deux toute la vie durant.
Peut-être verrez vous un couple de
grands corbeaux au couac très grave,
au vol lourd, dont on entend les
vibrations. Ils font environ 1,30 mètre
d’envergure et sont protégés car rares.
Ces corvidés souvent mal aimés, sont
plus intelligents que les rapaces.
Poule d’eau
er
après la pluie.
an ima lière
BALADE
2 h.
grand intérêt pour la visibilité des
traces un ou deux jours
Faycelles
Crapaud sonneur à ventre jaune
Le Lot
St-Pierre-Toirac
66
D
38
2
39
.....................................................................................................................
no
te s
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
.....................................................................................................................
Ce gu id e, d es tin é à
a grém en ter votre séjou r en
Pa ys E s t Q u erc y, a été
réa lisé a vec le p lu s gra n d
soin. Des erreu rs p eu ven t
cep en da n t a ppa ra ître da n s
le d escrip tif d es circu its.
N ou s vou s s erion s
recon na issa n ts d e bien
vou loir n ou s in diqu er
les imp er fection s
éven tu ellem en t con s ta tées.
L e visiteu r pa rcou r t ces
itin éra ires sou s sa p rop re
resp on sa bilité. L’éditeu r
n e sa u ra it être ten u
resp on sa b le d es in cid en ts
su r ven u s su r les pa rcou rs
décrits.
Ce guide est une extension du Carnet de voyage,
idée originale réalisé par l’Office de tourisme de
Figeac Cajarc il y a quelques années.
Nous tenions à remercier les Offices de tourisme
et l’Association Ségala Limargue pour leur
collaboration et leur travail sans lesquels ces
circuits n’auraient pu être réalisés.
d ’ é ta
p e...
in forma tion s
■ Office de Tourisme du Pays de Figeac - Cajarc
Hôtel de la Monnaie - Place Vival
B.P 60 - 46102 FIGEAC cedex
Tél. 05 65 34 06 25 - Fax 05 65 50 04 58
[email protected] - www.tourisme-figeac.com
■ Bureau d’accueil de Bagnac sur Célé (en saison)
Tel : 05 65 14 02 03
■ Bureau d’accueil de Cajarc
Tél. 05 65 40 72 89 - Fax 05 65 40 39 05
■ Office de Tourisme de Capdenac Gare
Tél : 05 65 64 74 87 ( www. payscapdenacois.com )
■ Office de Tourisme de Capdenac le haut
Tél : 05 65 50 01 45
■ Bureau d’accueil de Faycelles (en saison)
Tél. 05 65 34 03 77
■ Office de Tourisme de Lacapelle Marival
Tél : 05 65 40 81 11 ( www. Lacapelle-marival-tourisme.fr )
■ Office de Tourisme de Latronquière
Tél : 05 65 40 20 10
■ Bureau d’accueil de Marcilhac-sur-Célé
Tél. 05 65 40 68 44
Pays Est Quercy
1 avenue Jean-Jaurès B.P. 86 - 46103 Figeac cedex - Tél : 05 65 34 78 67
FUTUR IMMEDIAT - Impression Grapho 12 - Crédits photos : Pays : Biljara : Christophe Pélaprat - Valérie Beltrando - Céline Rondier - CDT du Lot/Jean Maureille - O.T Figeac/Pierre Lasvenes - O.T Latronquière : Claire Marmisse O.T Capdenac-Gare : Gilles Tordjman - Viguier du Roy - Xavier Reiniche - Mairie de Saint Félix - Association pour l’Aménagement de la Vallée du Lot / Thierry Gabet - Association Les Safraniers du Quercy.
n ir s
S ou ve
E n c h e m i n v e r s F i g e ac , é c r i v e z vot r e h i s to i r e …
C A RNE T DE V O Y A G ES
Les Sen tiers des Sen s
l e Lo t, o n e s t s o u s l e c h a r m e !