rapport de gestion 31 décembre 2011

Commentaires

Transcription

rapport de gestion 31 décembre 2011
RAPPORT DE GESTION
31 DÉCEMBRE 2011
MATAMEC EXPLORATIONS INC.
Rapport de gestion
Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011
PORTÉE DE L’ANALYSE FINANCIÈRE DE LA DIRECTION
L’analyse qui suit doit se lire en parallèle avec les états financiers annuels de Matamec
Explorations inc. (« la Société ») pour les exercices clos les 31 décembre 2011 et 2010.
La Société établit ses états financiers selon les principes comptables généralement
reconnus (les « PCGR ») du Canada, tels qu’ils sont énoncés dans le Manuel de l’Institut
Canadien des Comptables Agréés (le « Manuel de l’ICCA »). En 2010, le Manuel de
l’ICCA a été remanié pour y inclure les Normes internationales d’information financière
(les « IFRS »), et il exige que les entreprises ayant une obligation d’information du public
appliquent ces normes pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. La
Société a donc commencé à présenter son information conformément à ce référentiel
comptable dans ses états financiers 2011. Dans le présent rapport de gestion, les « PCGR
du Canada » s’entendent des PCGR du Canada d’avant l’adoption des IFRS. Les états
financiers pour l’exercice clos le 31 décembre 2011 et les données comparatives ont été
établis conformément aux IFRS s’appliquant à la Société et, notamment, à IAS 1 et à
IFRS 1. À moins d’indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens.
MISE EN GARDE RELATIVE AUX ÉNONCÉS PROSPECTIFS
Les sections de ce rapport de gestion portant sur la stratégie et le plan d’action de la
Société et ses activités d’exploration renferment des « énoncés prospectifs » qui
dépendent du contexte, particulièrement les énoncés qui reflètent les opinions, les
estimations et les attentes de la Société face aux événements et aux résultats futurs. Ces
énoncés prospectifs dépendent d’un certain nombre de facteurs et comportent certains
risques et incertitudes et il n’y a aucune garantie que ces énoncés s’avéreront exacts. Les
facteurs pouvant faire varier de façon importante les résultats, les activités et les
événements futurs par rapport aux attentes exprimées expressément ou implicitement
dans ces énoncés prospectifs comprennent, sans s’y limiter, la volatilité du prix des
métaux et des minéraux industriels telles les terres rares, les risques liés à l’industrie
minière, les incertitudes relatives à l’estimation des ressources minérales et les besoins
additionnels de financement, ainsi que la capacité de la Société à obtenir ces
financements. Ces risques et incertitudes sont décrits dans le présent rapport de gestion.
STATUTS ET NATURE DES ACTIVITÉS ET CONTINUITÉ DE L’EXPLOITATION
Statuts
La Société a été constituée en vertu de la partie IA de la Loi sur les compagnies (Québec)
le 9 juillet 1997. Depuis le 14 février 2011, la Société est régie par la Loi sur les sociétés
par actions (Québec).
Nature des activités
Les activités de la Société portent essentiellement sur l’exploration de propriétés minières
en vue de leur exploitation commerciale. La Société n’exploite présentement aucune
propriété minière. La Société détient dans son portefeuille 100% de six propriétés
minières, trois participations de 50% et une redevance sur une autre. Six propriétés sont
2
MATAMEC EXPLORATIONS INC.
Rapport de gestion
Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011
situées au Québec et quatre en Ontario. Ces propriétés totalisent 899 titres miniers pour
une superficie de 35 000 hectares (350 kilomètres carrés). Elles sont explorées pour les
métaux précieux, les métaux de base, les métaux rares et les terres rares. Elle concentre
principalement ses activités sur l’exploration et la mise en valeur de la propriété Zeus incluant le
gîte d’éléments de terres rares-yttrium-zirconium de Kipawa, située au Témiscamingue dans le
sud-ouest du Québec. Ce gîte est enrichi en éléments de terres rares lourdes et peut être considéré
comme l’une des meilleures sources potentielles au monde.
Continuité de l’exploitation
La récupération du coût des actifs miniers dépend de la capacité de découvrir et d’extraire
économiquement les réserves de minerai, de l’obtention du financement nécessaire pour
poursuivre l’exploration et le développement de ses propriétés et de la mise en production
commerciale ou du produit de la disposition des propriétés. La Société devra obtenir
périodiquement de nouveaux fonds pour poursuivre ses activités et malgré le fait qu’elle
y soit parvenue dans le passé, il n’y a aucune garantie de réussite pour l’avenir.
LES FAITS SAILLANTS DE L’ANNÉE

Deuxième mise-à-jour des ressources minérales du gîte de Kipawa dont le contenu en
dysprosium passe de 1 800 tonnes à 2 800 tonnes dans la catégorie indiquée;

Percées significatives dans le développement du procédé métallurgique;

Étude d’évaluation préliminaire économique réalisée par la firme d'ingénierie
indépendante Roche Ltée annoncée le 30 janvier 2012 et déposée sur SEDAR le 15
mars 2012;

Réservation au printemps 2012 des facilités de SGS Mineral Services de Lakefield en
Ontario, afin de réaliser un pilotage sur la concentration physique et sur
l’hydrométallurgie du minerai du gîte de Kipawa;

Campagne d’exploration autour du gîte de Kipawa et découverte d’un affleurement
minéralisé en eudialyte à 300m au nord-ouest de la limite actuelle du gîte;

Campagne d’exploration et de prospection sur le complexe alcalin de Kipawa et
découverte d’indices minéralisées en terres rares-yttrium-zirconium-niobium-tantale;

Continuité des rencontres d’information avec la table d’harmonisation et de suivi de
Témiscamingue, ainsi qu’avec les Conseils de bande d’Eagle Village et Wolf Lake;

Signature d’une lettre d’intention non-obligatoire le 7 décembre 2011 avec la société
Toyota-Tsusho Corp. relativement au gîte de Kipawa et à la propriété Zeus, qui a été
amendée le 28 février 2012 pour lier les parties et qui a été accompagnée d’un
versement de 1,5M$ CAD à Matamec;

Différents travaux d’exploration réalisés sur les autres propriétés de Matamec;
3
MATAMEC EXPLORATIONS INC.
Rapport de gestion
Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011

Augmentation à 12 millions d’options qui peuvent être octroyées par le régime
d’options d’achat d’actions de Matamec;

Addition d’une équipe ayant une expertise en développement et exploitation minière
par l’engagement d’un V-P Développement de projet et Construction, d’un directeur
Métallurgie et d’un directeur Environnement.
FINANCEMENT
La Société n’a pas effectué de financement en action ordinaire ou d’autre type d’entente
de financement en 2011, à l’exception de l’émission de 3 740 000 actions ordinaires
résultant de l’exercice de bons de souscription et d’options pour un montant total de 919
400$.
PROJETS ET NOUVELLES ACQUISITIONS
En 2011, la Société a concentré ses efforts sur la propriété Zeus incluant le gîte de
Kipawa. Toutefois, elle a effectué divers travaux d’exploration afin de conserver ses
intérêts miniers dans les propriétés Matheson JV et Matheson-Pelangio en Ontario et dans
les propriétés Tansim, Vulcain, Lespérance, Valmont et Sakami au Québec.
Aucun nouveau projet n’a été entrepris et aucune nouvelle acquisition n’a été réalisée au
cours de l’année 2011.
ACTIVITÉS D’EXPLORATION - PROPRIÉTÉS MINIÈRES
Au cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2011, les propriétés minières ont
augmenté de 17 923$ comparativement à une diminution de 687 745$ pour la période
correspondante en 2010.
Au cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2011, les frais d’exploration de la Société
se sont élevés à 3 632 558$ comparativement à 2 415 222$ pour la période
correspondante en 2010. Les propriétés Zeus, Vulcain, Lespérance et Valmont ont été les
plus actives avec des travaux d’exploration totalisant respectivement : 2 735 594$,
24 062$, 257 565 $ et 158 537$.
4
MATAMEC EXPLORATIONS INC.
Rapport de gestion
Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011
Activités d’exploration - propriétés minières (suite 1)
La ventilation par propriété des propriétés minières de 17 923 $ et des frais d’exploration reportés de 3 632 558 $ effectués durant la période est la suivante :
Propriétés minières au 31 décembre 2011
Montclerg
Solde au début
Variation de
l’exercice
Total par
province
Solde au 31
décembre 2011
Ontario
Matheson
Matheson
Pelangio
JV
Matheson
-Est
Valmont
Vulcain
Lespérance
Québec
Sakami
Zeus
Tansim
Total
$
-
$
27 141
$
1 581 454
$
41 360
$
110 400
$
183 647
$
15 495
$
115 301
$
144 828
$
46 712
$
2 266 338
-
-
-
19 200
-
(624)
-
(600)
(53)
-
-
-
-
-
19 200
-
-
-
-
-
-
17 923
-
27 141
1 581 454
60 560
110 400
183 023
15 495
114 701
144 775
46 712
2 284 261
Propriétés minières au 31 décembre 2010
Montclerg
Solde au début
Variation de
l’exercice
Total par
province
Solde au 31
décembre 2010
$
709 988
Ontario
Matheson
Matheson
Pelangio
JV
$
$
27 141
1 613 455
Matheson
-Est
$
-
Valmont
Vulcain
Lespérance
Québec
Sakami
Zeus
Tansim
Total
$
110 400
$
172 779
$
15 495
$
120 720
$
138 796
$
45 308
$
2 954 082
(709 988)
-
(32 001)
41 360
-
10 868
-
(5 419)
6 032
1 404
-
-
-
-
(700 629)
-
-
-
-
-
12 884
(687 744)
-
27 141
1 581 455
41 360
110 400
183 647
15 495
115 301
144 828
46 712
2 266 338
5
MATAMEC EXPLORATIONS INC.
Rapport de gestion
Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011
Activités d’exploration - propriétés minières (suite 2)
Frais d’exploration reportés au 31 décembre 2011
Montclerg
Solde au début
Analyses
Sondages
Géologie,
géochimie,
Géophysique et
prospection
Coupe de lignes
Matériel
Transport et
hébergement
Autres frais
d’exploration
Permis
Amortissement
Immobilisations
corporelles
Total
Total par
province
Total
Québec/Ontario
Radiation
Disposition frais
reportés
Aide
gouvernemental
Total incluant
radiation et aide
gouvernementale
Solde au 31
décembre 2011
$
-
Ontario
Matheson
Matheson
Pelangio
JV
$
$
72 283
772 207
-
MathesonEst
$
-
Valmont
Vulcain
Lespérance
Québec
Sakami
Zeus
Tansim
Total
$
216 509
76 442
-
$
1 271 962
8 830
-
$
158 694
6 794
148 424
$
2 189 652
-
$
1 517 384
474 109
211 584
$
144 664
4 349
-
$
6 343 355
570 524
360 008
-
172
-
17 737
132
-
53 812
1 016
270 377
1 558
85 523
-
20 664
-
1 500 472
12 020
22 604
36 210
166
1 984 967
12 020
25 478
-
-
2 747
-
19 241
32 520
636
200
430 091
7 065
492 499
-
634
-
7 152
31 450
-
4 958
3 068
4 561
6 216
9 350
6 838
601
11 640
55 715
26 719
2 093
7 932
85 064
93 863
-
806
4 656
63 874
-
158 537
324 062
257 565
34 305
2 280
2 735 594
57 815
6 936
-
-
-
64 680
-
-
-
-
-
3 567 878
-
-
-
(23 267)
-
-
(9 948)
-
(10 024)
-
-
3 631 357
(42 239)
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
(54 414)
(111 176)
(87 754)
(8 318)
(944 186)
(17 459)
(1 223 307)
-
806
40 607
-
104 123
202 938
169 811
15 964
1 791 408
40 356
2 366 013
-
73 089
812 814
-
320 632
1 474 900
328 505
2 205 615
3 308 792
185 020
8 709 367
6
MATAMEC EXPLORATIONS INC.
Rapport de gestion
Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011
Activités d’exploration - propriétés minières (suite 3)
Frais d’exploration reportés au 31 décembre 2010
$
595 938
-
Ontario
Matheson
Pelangio
$
70 793
-
Matheson
JV
$
864 882
43 701
346 796
-
-
(20)
Montclerg
Solde au début
Analyses
Sondages
Géologie,
géochimie,
Géophysique et
prospection
Coupe de lignes
Matériel
Transport et
hébergement
Autres frais
d’exploration
Permis
Amortissement
Immobilisations
corporelles
Total
Total par
province
Total
Québec/Ontario
Radiation
Disposition frais
reportés
Aide
gouvernemental
Total incluant
radiation et aide
gouvernementale
Solde au 31
décembre 2010
Valmont
Vulcain
Lespérance
Québec
Sakami
Zeus
Tansim
Total
$
183 231
10 921
$
1 269 737
-
$
156 645
-
$
2 184 130
-
$
590 719
307 647
220 725
$
88 129
-
$
6 004 204
351 348
578 442
161 230
5 142
26 843
602
(20)
-
16
-
44
-
736 994
30 421
70 847
89
995 954
36 254
(10)
29 731
16 851
-
-
-
222 877
200
269 629
11 318
-
505
995
64 262
9 014
1 912
-
620
3 068
3 501
-
164
5 407
41 934
17 619
3 636
12 980
127 852
49 083
11 298
1 490
6 660
666 536
57 129
3 668
3 517
5 615
1 578 217
87 752
6 660
-
-
-
679 324
-
-
-
-
-
1 735 898
-
-
-
(759 211)
-
(1 192)
-
-
-
-
2 415 222
(760 403)
(607 236)
-
-
-
-
-
-
-
-
(607 236)
-
-
-
(23 851)
(251)
(1 468)
(93)
(651 552)
(31 217)
(708 432)
(595 938)
1 490
(92 675)
33 278
2 225
2 049
5 522
926 665
56 535
339 151
-
72 283
772 207
216 509
1 271 962
158 694
2 189 652
1 517 384
144 664
6 343 355
7
TRAVAUX D’EXPLORATION
En 2011, 3 567 878$ ont été engagés en frais d’exploration reportés au Québec (98% des
FER engagés) et 64 680 $ ont été engagés en frais d’exploration reportés en Ontario (2%
des FER engagés) au cours de l’année. Voici un aperçu des principaux travaux
d’exploration réalisés au cours de l’année sur les propriétés Zeus, Valmont, Vulcain,
Lespérance, Tansim, Sakami et Matheson-JV/Matheson-Pelangio:
Québec
Zeus (Terres rares-yttrium-zirconium)
En 2011, Matamec a dépensé 2 735 594 $ sur la propriété Zeus principalement sur le gîte
de Kipawa en réalisant la campagne de forages de l’automne/hiver 2010-2011, des
travaux géologiques, des frais d’analyse, la deuxième mise à jour de l’estimation des
ressources NI 43-101, des tests métallurgiques et la réalisation de l’étude économique
préliminaire.
Signature d’une lettre d’intention avec Toyota Tsusho Corp.
Le 7 décembre 2011, la Société a signé une lettre d’intention non-obligatoire avec Toyota
Tsusho Corp. («TTC»), la société commerciale du groupe Toyota Motor. TTC est
intéressée par le gîte de terres rares lourdes de Kipawa, afin de s’assurer un
approvisionnement en terres rares lourdes pour la production et la commercialisation de
ses véhicules hybrides et électriques.
L’objectif principal de la lettre d’intention non-obligatoire est d'accélérer la production
du gîte de terres rares lourdes de Kipawa. Pour atteindre cet objectif, TTC et Matamec
ont l’intention d’accélérer le développement du gîte de Kipawa par une collaboration
mutuelle. Une assistance technique serait fournie par la chaîne de fournisseurs et le
réseau de TTC.
Le but ultime de cette lettre d’intention non-obligatoire est d'établir une entreprise en
coparticipation («JV»), exclusivement pour le gîte de Kipawa qui couvre une superficie
de plus de 1 000 hectares, entre TTC et Matamec (TTC: 49%-Mat: 51%), et de finaliser
une étude de faisabilité indépendante («étude de faisabilité»). Si les résultats sont
satisfaisants, TTC arrangera 100% du financement de la production et achètera 100%
d’un concentré mixte d’oxydes de terres rares en proportion de la juste valeur marchande
de chaque élément de terres rares.
Pour les coûts de l’étude de faisabilité, TTC doit contribuer à un montant basé jusqu’à un
maximum de 49% de la capitalisation boursière moyenne de MAT, durant la période de
90 jours se terminant le 30 novembre 2011.
La lettre d’intention non-obligatoire est divisée en trois périodes avec la possibilité, pour
les deux parties, à la fin des deux premières périodes, d’aller ou non de l’avant:
1. Une période de vérification diligente qui peut se prolonger jusqu'à la fin de
mars 2012, est conditionnelle à la livraison de l’étude d’évaluation
économique préliminaire du Groupe Roche, qu’évaluera TTC à ses propres
8
frais et durant laquelle des ententes de JV et commerciale «Off-take » seront
préparées;
2. Une deuxième période de 60 jours, si TTC décide de poursuivre après la
période de vérification diligente initiale, par laquelle TTC remboursera les
dépenses encourues pour l’étude de faisabilité entre décembre 2011 et mars
2012 et donnera aux deux parties un délai nécessaire pour négocier et recevoir
les approbations internes pour les ententes de JV, commerciale «Off-Take » et
autres accords d'usage pour ce type de transaction;
3. Un JV serait alors établi pour le gîte de Kipawa entre TTC (49%) et Matamec
(51%) avec une entente commerciale d’«Off-Take», le tout selon la
contribution de TTC basée jusqu’à un maximum de 49% de la capitalisation
boursière de MAT pour la période de 90 jours se terminant le 30 novembre
2011.
Le 28 février 2012, la Société et TTC ont signé un amendement à la lettre d’intention
non-obligatoire du 7 décembre 2011 par lequel les parties sont maintenant liées. De plus,
Matamec a reçu un montant de 1 500 000$ CAD en remboursement de dépenses reliées
au gîte de Kipawa. Avec ce paiement, les parties ont convenu qu’elles avaient jusqu'au 27
juin 2012 pour négocier et recevoir les approbations internes pour les ententes de JV,
commerciale «Off-Take » et autres ententes reliées.
En outre, TTC et Matamec ont convenu de négocier de bonne foi des ententes séparées,
afin que TTC participe à l'exploration et au développement des indices de terres rares
découverts sur la propriété Zeus, situés à l’extérieur du périmètre du gîte de Kipawa.
Gîte de Kipawa
Travaux d’exploration
La campagne d’exploration de 2011 sur le gîte de Kipawa a conduit à la découverte d'une
nouvelle occurrence de minéralisation enrichie en terres rares, principalement de
l’eudialyte dans un affleurement, à 300m au nord-ouest de la limite actuelle du gîte.
Calcul de ressources NI 43-101
Le gîte de Kipawa est situé entre la surface et 90 mètres de profondeur et est continu sur
une distance de 1,45 kilomètre, sur une largeur de 200 mètres et sur une épaisseur de 50
mètres. La Société croit que la localisation du gîte affleurant sur le sommet d’une colline
permettra une exploitation avec un minimum d’impact sur l’environnement et à des coûts
très bas.
La minéralisation se trouve à l’intérieur d’une unité de syénite. La syénite pente à 20
degrés vers le sud-ouest et son épaisseur vraie varie entre 40 et 65 mètres. À l’intérieur de
cette unité se trouvent 3 couches enrichies en TREO dont les épaisseurs vraies varient
entre 2 et 28 mètres. Ces 3 couches forment la « Zone géologique enrichie en TREO ».
La portion non enrichie de la syénite forme la « Zone géologique de ZrO2 ».
9
Effectuée par la firme indépendante SGS Geostat, la dernière mise-à-jour des ressources
sur le gîte de Kipawa de mai 2011 montre des ressources indiquées représentant 76% des
ressources totales dans les zones enrichies en terres rares. Le contenu des ressources en
oxydes totales de terres rares («TREO ») dans les zones enrichies en terres rares du gîte
de Kipawa s’établit maintenant avec une teneur de coupure de 0.3% TREO à 63 850
tonnes dans la catégorie indiquée et de 17 780 tonnes dans la catégorie inférée. Les
ressources en oxydes de terres lourdes additionnées à l’oxyde d’yttrium («HREO+Y2O3»)
représentent en moyenne 36% des TREO soit de 22 940 tonnes et 6 300 tonnes dans les
catégories indiquée et inférée respectivement.
Les essais métallurgiques effectués sur le dépôt suggèrent qu’une teneur de coupure de
0,2% TREO pourrait être un scénario réaliste pour une éventuelle exploitation. À cette
teneur de coupure, la ressource actuelle s'élève à 17 645 000 tonnes dans la catégorie
indiquée et 6 805 000 tonnes dans la catégorie inférée pour un contenu in-situ de 76 800
tonnes TREO dans la catégorie indiquée et de 25 200 tonnes TREO dans la catégorie
inférée. Le contenu en dysprosium passe de 1 800 tonnes à 2 800 tonnes dans la catégorie
indiquée.
Tests de concentration physique et d’hydrométallurgie
Réalisés à SGS Services Minéraux de Lakefield (« Lakefield ») en Ontario, les récents
tests de concentration physique montrent qu’un concentré contenant 90% de l’yttrium
dans seulement 35% de la masse originale minéralisée du gîte de Kipawa peut être
produit. La réduction de la masse à traiter est très significative car elle diminue la
quantité d’acide requise en aval, et par conséquent réduit les coûts d’opération du projet.
L’exploit de concentrer 90% de l’yttrium dans 35% de la masse originale de la
minéralisation est une amélioration considérable en comparaison des résultats
antérieurement publiés de 52,8% et de 40%. Cette réussite dans l’optimisation de la
concentration minérale a été réalisée grâce a un broyage grossier de la roche suivi par une
séparation magnétique à sec pour l’élimination des minéraux de la gangue du matériel
minéralisé.
Une percée majeure dans la lixiviation du pré-concentré a aussi été atteinte. La méthode
de lixiviation exclusive développée par Matamec a démontré que la minéralisation
d’eudialyte peut être dissoute avec succès, et ce de façon simple et peu coûteuse. Cette
méthode de lixiviation réduit considérablement la quantité de chaleur, d’acide, d’eau et
de temps de résidence nécessaire pour solubiliser les éléments des terres rares. Plusieurs
tests de lixiviation ont été complétés à date et ont donné des récupérations
exceptionnelles de 88% pour les terres rares et même de plus de 89% pour les terres rares
lourdes et l’yttrium. Ces deux percées significatives dans le développement du procédé
métallurgique pourraient considérablement abaisser les coûts d’opération et de
capitalisation du projet; et de ce fait en augmenter le rendement économique.
Nous nous devons de mentionner de nouveau le décès de M. Les Heymann, P.Eng.
Depuis 2008, la Société a pu bénéficier de ses nombreuses années d’expérience de
métallurgiste aussi bien en recherche qu’en traitement et en opération dans le champ des
terres rares. La métallurgie et le traitement du minerai sont les clés pour établir la
viabilité d’un gisement de terres rares. Les a joué un rôle primordial en surmontant les
défis métallurgiques que Matamec faisait face avec le gîte de Kipawa. Le résultat est une
10
solution de traitement à faible coûts qui a positionné Matamec sur la voie du succès. Sous
la recommandation de Les, Matamec a engagé Eliza Ngai, P.Eng., pour superviser le
programme d’essais métallurgiques et du développement du schéma de procédé. Les
Heymann et Eliza Ngai ont travaillé ensemble de 2005 à 2009. Suivant les conseils et les
plans de Les, Eliza Ngai a continué de superviser les essais au laboratoire Lakefield et a
ajouté aux legs considérables que Les nous a pourvu.
Mini plan pilote
Dernièrement, Matamec a retenu les services de Lakefield pour réaliser un pilotage sur la
concentration physique et sur l’hydrométallurgie du minerai de son projet phare de
Kipawa. Depuis le début de 2010, des tests en discontinu pour le traitement de l’eudialyte
unique de Kipawa ont été réalisés au laboratoire de Lakefield. Un procédé de traitement
a été développé comprenant deux étapes : 1) la concentration physique par séparation
magnétique et 2) une lixiviation directe à température ambiante, propriété exclusive de
Matamec, pour récupérer les éléments de terres rares.
Les deux plans pilotes comprendront: une mini-usine de concentration des minéraux qui
traitera 15 tonnes de minerais ainsi qu’une mini-usine d’hydro-métallurgie qui
fonctionnera à 10 kg / h pendant 10 jours. La taille et la durée des installations des usines
pilotes ont été établies en collaboration avec le personnel technique de SGS. Un dépôt
monétaire de 250 000$ a été fait et la complétion des tests pilotes est prévue pour la mi2012. De plus, un vaste programme d'optimisation des tests en discontinu a été mis en
place afin de perfectionner le schéma de procédé avant d’entreprendre le pilotage.
Étude d’évaluation économique préliminaire
En mai 2011, la société a engagé la firme d'ingénierie indépendante Roche Ltée
(« Roche ») de Montréal pour réaliser son étude d’évaluation économique préliminaire
(« ÉÉP ») du gîte de Kipawa. Le rapport de cette étude a été déposé sur SEDAR le 15
mars dernier. En voici les faits saillants :
Économique du projet très forte:







606 millions $ avant taxe sur la valeur (NPV8 %);
Taux de rendement interne (TRI) avant taxe de 36,9 %;
2,8 milliards $ de revenus;
1,67 milliard $ de bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciation et
amortissement ("BAIIA");
Une période de récupération avant impôt de 2,4 ans;
Investissements: 315,8 millions de dollars (y compris les imprévus de 63,2
millions $ ou 25 %);
OPEX: 89,2 millions de dollars par an ou 16.97 $ TREO / kg.
11
Projet robuste:





Minéralogie simple, géométrie idéale du gisement, schéma de procédé
métallurgique simple, la plupart des infrastructures déjà en place;
79,6 % des ressources sont de catégorie indiquée;
Teneur d’un concentré minéral de 1,1 %;
Récupération globale des terres rares de 81 %;
Production moyenne annuelle de 5 072 tonnes de concentré de TREO mixte.
Accélérer le développement: la première production prévue pour le 2e trimestre
2016, éventuellement plus tôt.
L’ÉÉP démontre un projet robuste qui contient tous les éléments des terres rares avec une
grande partie de sa valeur dans les cinq éléments essentiels (Dy, Tb, Y, Eu et Nd)
identifiés par le Département de l'énergie des États-Unis en 2010-2011. Ces cinq
éléments critiques sont essentiels pour 4 technologies énergétiques propres. Le projet
montre un potentiel significatif en plusieurs sous-produits. Basé sur la production
annuelle, on s’attend que le gîte de Kipawa soit parmi les cinq meilleurs gîtes de terres
rares lourdes à l’extérieur de la Chine.
Sommaire d’exploitation annuel
Production
Années 2 – 12
(moyenne)
Unités
Année 1
Ressources
extraites
Mt
1 134
15
1 362
Ratio
d’extraction
Stérile : Minerai
1,93:1
1,37 :1
0,93 :1
Mt
1134
15
1 362
Teneur
% TREO
0,460
0,432
0,352
Teneur du
concentré de
minéraux
% TREO
1,18%
1,11%
0,9%
Récupération
% TREO
81 %
81 %
5 257
3 882
Tonnes traitées
Concentré mixte
de TREO
Tonnes
81 %
4 229
Année 13
N.B. La période de pré-production comprend l'exploitation minière de 886 000 tonnes de stérile.
12
Production annuelle (Oxydes de terres rares contenu dans le concentré mixte de
TREO)
REO
(tonnes)
Année 1
Années 2 – 12
(moyenne)
Année 13
Moyenne
(A1-A13)
Ce203
599
782
564
751
La203
1 275
1 532
1 088
1 478
Pr203
166
198
143
191
Nd203
581
694
499
671
Sm203
128
157
115
151
Eu203
17
20
15
20
Gd203
127
155
114
150
Tb203
23
29
22
28
149
190
146
183
Ho203
33
42
33
40
Er203
102
130
104
126
Tm203
16
20
16
19
Yb203
97
121
99
118
Lu203
13
16
14
16
Y203
903
1 170
912
1 130
(i) Dy203
(i) Dy203 : objectif de production moyenne de 200 TPA de A2 à A8
13
Revenus et coûts d’opération
Unités
Années 2 –
12
(moyenne)
Année 1
Année 13
Moyenne
(A1-A13)
NMR (i)
$/kg TREO
158
150
124
149
Mines
$/kg TREO
3,897
3,162
3,859
3,272
Traitement
$/kg TREO
11,557
11,099
12,418
11,236
G&A
$/kg TREO
2,091
1,682
1,882
1,729
Coûts liés
aux sites Résidus
$/kg TREO
0,057
0,046
0,051
0.047
Coûts liés
aux sites Transport
$/kg TREO
0,915
0,982
1,098
0,985
Coûts de
trésorerie
$/kg TREO
18,516
16,970
19,308
17,269
TPA
4 229
5257
3 882
5 072
Production
de concentré
mixte de
TREO
Les charges additionnelles et autres informations financières peuvent être retrouvées
ci-dessous.
Estimation des ressources minérales
L’estimation des ressources minérales du gisement de Kipawa a été mise à jour en mai
2011 en utilisant la même méthode que l'estimation de novembre 2010. Le modèle de
minéralisation globale des ressources a été développé par SGS Geostat. Les ressources
minérales dans la fosse ont été estimées par Roche en utilisant une teneur de coupure
« in-pit » de 72,24$/t après application de la dilution minière et des facteurs de
récupération, tel que présenté dans le tableau suivant :
Ressources «in-pit » (i)
Tonnes (t)
Teneur (%)
Indiquées (79,8 % du gîte)
15 161 000
0,434
Inférées (20,2 % du gîte)
3 843 000
0,403
Total
19 004 000
14
(i)
Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas de
viabilité économique démontrée. L'évaluation économique préliminaire des
ressources minérales présumées sont considérées géologiquement trop
spéculatives pour que des considérations économiques ne leur soient
appliquées, afin de leur permettent d'être classées comme réserves minérales.
Il n'y a pas de certitude que les résultats prévus dans les évaluations
préliminaires économiques se réalisent et les résultats réels peuvent varier
sensiblement.
Mines
L’exploitation minière sera effectuée en utilisant des camions et une pelle comme
équipement minier. Le ratio de la mine à ciel ouvert est estimé à 1,42:1 (déchets: minerai)
avec une durée de vie de 12,9 ans. La charge d'alimentation est de 1,5 million TPA ou
4110 DPT.
Traitement
Les analyses des premiers tests au laboratoire SGS Canada inc. à Lakefield (Ontario) en
2010 ont visé l'examen d'un processus de récupération connu utilisant des conditions
agressives pour l'extraction des éléments des terres rares, c'est-à-dire par lixiviation avec
un acide concentré à température élevée. Début 2011, il était devenu évident que des
conditions beaucoup moins agressives que prévues étaient possibles pour les minéraux
particuliers présents dans le minerai de Kipawa, c'est-à-dire par lixiviation avec un acide
dilué à température ambiante, ce qui a permis une amélioration substantielle dans le
schéma de procédé.
La présente étude de Roche est fondée sur les résultats de tests métallurgiques datant
d'avant le 1er novembre 2011. Les tests métallurgiques à l'appui de l’ÉÉP ont été réalisés
sur deux échantillons composites («2010 composite» et «2011 composites»). Le
Composite 2010 était composé d’échantillons de carottes rejetés de la zone d’eudialyte et
le composite de 2011 a été une scission d'un échantillon de 5 tonnes. Ces échantillons
sont utilisables à des fins de développement de processus et sont satisfaisants pour l'étude
actuelle, mais ne sont pas nécessairement représentatifs du gisement dans son ensemble.
Le processus proposé est constitué de deux étapes 1) une première usine située sur le site
minier de Kipawa pour le concassage, broyage et concentrations magnétiques et 2) une
usine hydrométallurgique située près de la ville de Témiscaming pour la lixiviation et la
récupération des terres rares.
1. Site minier
De la mine, le minerai sera transporté par camion vers une trémie d'alimentation où il sera
jeté dans un concasseur à mâchoires et stocké dans un silo à minerai grossier en avance
sur le circuit de broyage. Le matériel broyé sera acheminé à partir du silo à minerai à une
usine de broyage semi-autogène (SAG), suivi par un broyeur à barres pour qu’à la fin du
circuit de broyage soit obtenu par tamisage un produit fini à la bonne granulométrie. Un
15
concentré de minéraux de terres rares sera ensuite produit en utilisant la séparation
magnétique et le concentré résultant sera expédié par camion pour un traitement ultérieur
aux installations d'hydrométallurgie.
2. Les installations hydrométallurgiques
Le concentré est rebroyé dans un broyeur à boules et acheminé dans une série de
réservoirs de lixiviation où il est lixivié à l’acide sulfurique à température ambiante. Le
produit lixivié est épaissi et la solution mère est récupérée par filtration. Le résidu du
filtre est légèrement acide, il est lavé et neutralisé avec de la chaux avant d'être dirigé
vers le parc à résidus. La solution mère est partiellement neutralisée avec du calcaire dans
une série de réservoirs. Du gypse est ainsi créé dans la solution mère, celle-ci est épaissie
et filtrée sur un filtre à bande. La solution mère est récupérée, clarifiée et les impuretés
restantes sont enlevées par échange ionique. Ensuite, les terres rares sont récupérées par
précipitation chimique à l'acide oxalique. Le précipité est filtré et calciné pour donner un
produit final. Le gypse, les impuretés et la solution stérile sont acheminés sur le parc à
résidu et après divers stage de décantation, la solution stérile est ensuite recyclée dans le
circuit de neutralisation des résidus.
Infrastructure
L'accès au gîte de Kipawa est fourni par un réseau de routes d'exploitation forestière de
qualité variable menant à la ville la plus proche de Témiscaming, au Québec, située à
quelques 50 km à l'ouest de la propriété. Il s'agit d'une petite ville d’une population de 3
000 habitant ou Tembec emploie plus de 950 personnes dans ses usines chimiques de
pâtes et papier. Ces routes donnent accès au réseau d'Hydro-Québec. North Bay avec
une population de 55 000 habitants est située à 68 km au sud-ouest de Témiscaming.
C’est la ville la plus proche et elle possède le plus grand aéroport au nord de Toronto.
Elle est reliée à Témiscaming et aux grands centres métropolitains en Ontario et au
Québec par une bonne autoroute et une voie ferrée. Les services miniers se trouvent dans
les régions minières de Sudbury, Rouyn-Noranda et Val-d'Or.
Les principaux éléments de l'infrastructure proposée sur le site minier de Kipawa
comprennent: la production d'énergie diesel, une usine de concentration minérale, un
atelier d'entretien, un bassin de résidus et l'amélioration des routes d'accès. Le site de
l'usine de Témiscaming comprend une usine hydrométallurgique, un bassin de résidus, un
entrepôt et des bureaux.
Estimation du coût en capital
L'estimation du coût en capital fondée sur l'application de méthodes normalisées afin
d’obtenir une étude économique préliminaire avec une précision de ± 35% couvrant
l'extraction de roche minéralisée, le traitement et les infrastructures nécessaires pour le
projet de terres rares lourdes de Kipawa. Les coûts d'investissement initiaux ont été
estimés à 315,8 millions de dollars, dont 197,5 millions de dollars sont des coûts directs
et 55,1 millions de dollars sont des coûts indirects, tels que l'ingénierie,
16
l'approvisionnement, la gestion de la construction et autres coûts. Des coûts d’imprévus
de 25 % du total, soit 63,2 millions de dollars ont été ajoutés, voir ci-dessous:
Coût
(million CAD)
Éléments de coût en capital
Site Kipawa
Mines
Fosse à ciel ouvert et services
auxiliaires
Installations de gestion des
résidus du concentrateur
Installations de traitement (site
Kipawa)
Infrastructure du site Kipawa
13 400
7 617
10 269
62 292
Total
Site Témiscaming
Installations de gestion des
résidus
Usine métallurgique
Infrastructure du site
7 200
100 778
15 004
Total
Autres infrastructures
Bâtiments auxiliaires
Total des coûts directs
Total des coûts indirects
Contingence (25 %)
Coûts totaux
67 472
3 523
85 999
10 730
197 507
55 103
63 153
315 763
Estimation des coûts d'exploitation
Les estimations des coûts de fonctionnement ont été faites pour chaque étape et
compilées par Roche. Le coût d'exploitation pour les deux étapes des opérations de
Kipawa et de Témiscaming couvre l'exploitation minière, la transformation, le transport
du concentré de minerai et du concentré mixte de TREO, la gestion des résidus et de
l'eau, les frais généraux et d'administration, ainsi que les infrastructures et les services.
L'estimation du fonctionnement du projet est basée sur les paramètres suivants:
 Tonnes de roches minéralisées et stériles exploitées par an: 3 557 000 millions;
 Tonnes de roches minéralisées moulinées par an: 1,5 million;
 Tonnes de concentré minéral produites par an: 0,525 million ;
 Tonnes de concentré mixte de TREO mixte produites (moyenne typique
annuelle): 5 257;
 Tonnes de concentré mixtes de TREO mixte produites en moyenne: 5 072;
 Main-d'œuvre requise pour le fonctionnement: 221 employés.
17
Le coût total d'exploitation pour le projet Kipawa est estimé à 89,2 millions de dollars par
an ou 16,977 $/kg de concentré mixte de TREO. Un résumé des coûts d'exploitation du
projet est présenté ci-dessous:
Éléments des coûts d’exploitation
Général et administration
Main d’œuvre - Administration
Contrats
Général
Marketing
Taxes municipales
Total G&A
Mines (incluant la main d’œuvre
minière)
Procédés
Main d’œuvre – Concentrateur
Emplacement métallurgique
Énergie
Eau potable
Réactifs
Consommables
Autres transformations
Total des transformations
Résidus
Transport
Transport du concentré minéral de
Kipawa à Témiscaming
Transport vers l'Asie du concentré mixte
de TREO
Total transport
Total
Coût annuel
($)
Coût par kg de
concentré de TREO
($/kg)
3,672
2,971
1,343
0,450
0,405
8,841
0,698
0,565
0,255
0,086
0,077
1,682
16,619
3,161
10,571
9,781
0,098
29,207
4,741
3,952
58,350
0,240
2,011
1,861
0,019
5,556
0,902
0,752
11,099
4,2
0,799
0,960
5,160
89,210
0,183
0,982
16,970
Étude de marché
La production de terres rares à l’extérieur de la Chine augmentera dans les années à venir,
donc l'offre du marché s’accoisera. L'introduction de la production de Kipawa sur le
marché réduira notre dépendance envers les ressources chinoises et leur capacité de
raffinage. En particulier, le projet Kipawa permettra d'accroître l'offre de dysprosium et
du terbium. Il aura impact moindre sur le marché des terres rares en général.
La composition du panier des prix des différentes terres rares et de l’yttrium utilisée dans
l’ÉÉP est basée sur l’étude des prix historiques rapportés par des sites web commerciaux
et des études, telles que Metal Pages, Asian Metals et Roskill Information Service Ltd.,
ainsi que, de l'examen "Rare Earth market review"et des prix prévisionnels de divers
analystes et sociétés financières, tels que IMCOA, Byron Capital Markets, John Kaiser
Bottom Fish, Cormark Securities Inc, Marchés mondiaux CIBC, Jacob Securities inc., et
18
autres évaluations de projets de terres rares et les prix publiés et prévus par les
entreprises, y compris Molycorp Inc, Lynas Corporation, Avalon Rare Metals, Quest
Rare Minerals et Rare Element Resources Ltd. Les discussions qu’a eues Matamec avec
des utilisateurs industriels asiatiques ont été importantes dans la composition du prix des
prix des différentes terres rares et de l’yttrium qui a été retenu dans la présente ÉÉP.
Les prix des terres rares mentionnées dans les différentes sources ci-dessus varient et
dépendent de la qualité des prévisions futures pour 2020 et au-delà. Une comparaison a
été faite sur une durée de trois ans et les prévisions moyennes des diverses sources ont
conduit à choisir prudemment les prix de chaque oxyde de terres rares basé sur
l’estimation générale de Roche des marchés futurs et sur l'augmentation de la demande
prévue au cours de la période 2012-2020.
Le processus de séparation des oxydes individuels des terres rares à une pureté de 99,9 %
ne fait pas partie du cadre de l’ÉÉP, et par conséquent, n’a pas été évalué. Considérant
que Matamec produira un concentré mixte de TREO et non des oxydes individuels de
terres à une pureté de 99,9%, il a été décidé que les prix de vente prévus devraient être
réduits de 18,34 $/kg du concentré TREO mixte. Cette baisse du prix du concentré mixte
de TREO à 42.08/kg est considérée comme un compromis raisonnable entre les coûts de
séparation et le contenu en terres rares lourdes du concentré mixte de TREO produit par
Matamec en comparaison avec d'autres rares opérations minières ou de futurs projets de
terres rares. Notez que les coûts de séparation en Chine ou ailleurs ne sont pas été
divulgués par les différents opérateurs.
Analyse économique
Une analyse économique/financière du projet a été réalisée en utilisant un modèle de flux
de trésorerie. Le modèle est construit en utilisant des flux de trésorerie annuels en
monnaie constante au quatrième trimestre de 2011. Aucune disposition n'est prévue pour
les effets de l'inflation. Comme l'exige l'évaluation financière des projets
d'investissement, l'évaluation est basée sur l’hypothèse d’une participation de 100 %, à
savoir que la dette et les sources des fonds de capital sont ignorés.
19
Hypothèses économiques
Oxydes de terres rares
Ce203
La203
Nd203
Pr203
Sm203
Eu203
Gd203
Tb203
Dy203
Ho203
Er203
Lu203
Y203
Taux de change (CAD $/US $)
Taux d’actualisation (%)
Aucune valeur n'a été attribuée au Tm et au Yb, car aucun prix n’était
disponible.
Hypothèses techniques
Item
Minerai total extrait
Taux de production
Durée de vie de la mine
Récupération moyenne
combinée des procédés
Coût moyen du minage
Coût moyen de traitement
Coûts généraux et
d’administration
Coût de transport du concentré
minéral
Transport du concentré mixe
de TREO vers l’Asie
Frais de séparation
Item
Million de tonnes
Tonnes/année
Années
%
($/tonne mine)
($/tonne broyée)
($/tonne broyée)
($/tonne de concentré)
Prix du
marché
(US $/kg)
5.00
10.00
75.00
75.00
9.00
500.00
30.00
1500.00
750.00
65.00
40.00
320.00
20.00
1,00
8,0
Valeur du cas de base
19,0
1 500 000
12,9
81,0
4,67
38,90
5,90
8,00
183,00
$/kg
18,34
Modèle financier et résultats
Une ventilation des coûts en capital par point fournit une cédule de capital préliminaire
des dépenses au cours d'une période de pré-production de 2 ans. Les dépenses totales en
immobilisations de pré-production sont évaluées à 315,8 millions de dollars, à l'exclusion
du fonds de roulement. Le fond de roulement est évalué à 38,3 millions de dollars
excluant les dépenses de réhabilitation. Un équivalent du fonds de roulement de 3 mois
du total des coûts annuels d'exploitation est maintenu pendant toute la période de
production. La dépense initiale en capital est de 9,9 millions de dollars. Un total de 7,5
millions de dollars est prévu pour les frais de remise en état. Les coûts d'exploitation
20
totaux sont estimés à 1 142,5 millions de dollars pour la durée de vie de la mine ou une
moyenne de 60,12 $/tonne.
Les résultats financiers indiquent une valeur actuelle nette (« VAN ») avant impôts de
606M$ à un taux d'actualisation de 8 %, un taux de rendement interne (« TRI ») avant
impôts de 36,9 % et une période de récupération avant impôts de 2,4 ans.
Revenus et dépenses
Revenu total
Dépenses en immobilisations pré-production
Dépenses en immobilisations de maintien
Capital initial requis
Mines – coûts de remises en état
Coût total des opérations
Total des flux de trésorerie avant impôt
VAN avant impôts @ 8 %
VAN avant impôts NPV @ 5 %
VAN avant impôts NPV °10 %
TRI avant impôts (%)
Période de récupération avant impôts (en années)
Cas de base
(million CAD)
2 822,1
315,8
38,3
9,9
7,5
1 142,5
1 679,6
606
811
500
36.9
2.4
Analyse de sensibilité
Une analyse de sensibilité a été effectuée sur le scénario de base décrit ci-dessus afin
d’évaluer l'impact des variations des prix du marché des terres rares, le total des coûts en
capital de pré-production et les coûts d'exploitation sur la VAN du projet @ 8 % et le
TRI. Chaque variable a été évaluée de façon indépendante. Un intervalle de + / -30 %
avec des augmentations de 10 % ont été utilisées pour les trois variables. Avant impôts, la
viabilité du projet n'est pas significativement exposée à la sous-estimation des coûts en
capital et d'exploitation, pris indépendamment et la VAN est plus sensible aux variations
de charges d'exploitation. Comme prévu, la VAN est plus sensible aux variations des prix
des terres rares, suivis par les coûts d'exploitation et les coûts en capital.
Études environnementales, de permis et l'impact social/communautaire
Matamec a toujours respecté les règles énoncées par les différentes autorités
gouvernementales. Après la première campagne de forage, la Société a présenté un gîte
de bonne qualité (2009) et a décidé de commencer une étude de base du territoire autour
du gîte de Kipawa. Envireo Conseil Inc, une firme indépendante de Rouyn-Noranda, a été
embauchée pour réaliser l'étude du milieu aquatique. Ainsi, des échantillons de poissons
et de plantes aquatiques, et des prélèvements de boue ont été pris à partir de cinq sites, au
lieu des trois recommandés par la loi. Les résultats de cette étude (2010) montrent
clairement que la terre et l'eau ne sont pas polluées par REE, l'yttrium, le zirconium,
l'uranium et le thorium.
Le bail minier devrait être déposé avant la fin de mars 2012. L'avis de projet pour
commencer le permis environnemental devrait être déposé avant la fin du 1er trimestre
21
2012. L'étude de restauration et de l’impact environnemental va commencer au début de
mars 2012 et se poursuivra sur une période de 1 à 2 années.
Matamec a embauché des gens locaux qui se sont joints à son équipe de géologues et de
prospecteurs pour le début des travaux d'exploration avancés sur la propriété (décapage et
forage). Matamec a également commencé à rencontrer les autorités locales (maires,
conseillers municipaux, les chefs et conseillers des Premières nations) de toutes les
communautés locales. Plusieurs réunions publiques et visites de sites ont été organisées
par Matamec et une table ronde a été mise en place par un groupe de personnes clés pour
guider et informer Matamec sur les préoccupations des communautés. Trois (3) comités
ont été formés pour traiter les possibilités d'éducation, les avantages économiques, y
compris la création d'emplois et des préoccupations environnementales.
Autres secteurs de la propriété Zeus
La campagne d’exploration de 2011 sur la propriété Zeus avait pour but de découvrir de
nouvelles occurrences de terres rares-yttrium-zirconium-niobium-tantale le long du
contact favorable du complexe alcalin de Kipawa. Elle a conduit à la découverte de
nouvelles occurrences de terres rares dans ce complexe, tel l’indice Certitude.
La société a annoncé en mars dernier que l’équipe de géologues du projet Zeus dirigé par
Frédéric Fleury avait découvert de nouvelles minéralisations en terres rares et en terres
rares-niobium-tantale de type Surprise sur de nombreux affleurements entre les indices
Surprise et Surprise Nord. Un nouvel indice de terres rares-niobium-tantale a de plus été
définis à 1,5 kilomètre vers l'ouest et nommé Certitude. La moyenne des échantillons
récoltés l’été dernier qui dépasse les 0,5% TREO est de 3,2% TREO @ 27%
HREO+Y2O3 pour les échantillons de la région de Surprise (16 échantillons) et de 5,1%
TREO @ 36% HREO+Y2O3 pour ce nouvel indice (13 échantillons), avec des valeurs de
3,6% Nb2O5 et 360 ppm Ta2O5 sur certains échantillons.
À l’indice Surprise, le Dr Anthony Mariano, un expert mondial dans le domaine des
terres rares, a identifié des quantités significatives de fergusonite (un oxyde de terres
rares, niobium et tantale: Y(Nb,Ta)O4) et de xénotime (un phosphate de terres rares:
YPO4). La découverte de xénotime est particulièrement intéressante puisqu'il s'agit d'un
des rares minéraux de terres rares qui possède un processus d'extraction chimique
pleinement développé.
Le Dr Mariano détaille dans son rapport que la région de l'indice Surprise "contient des
affleurements de roches métamorphiques montrant des accumulations impressionnantes
de minéralisations de terres rares lourdes sous forme de fergusonite, euxénite, allanite et
xénotime. Ces types de minéraux sont relativement à grains grossiers et bien cristallisés,
avec un diamètre moyen allant de 1 à 3 millimètres, certain grains de fergusonite allant
jusqu'à un demi-centimètre de diamètre. Le Dr Mariano juge que ce type de
minéralisation devrait être facile à séparer physiquement et que, bien que des traces
d'yttrium se retrouvent dans certains grains d'allanite, la grande majorité des terres rares à
22
l'indice Surprise se concentre dans la fergusonite, le xénotime et de façon plus mineure
dans l'euxénite.
L'indice Surprise est situé 12 km à l'est du gîte de Kipawa. Cet indice à été décapé à la
pelle mécanique et rainuré en 2010, et a montré à cette occasion de hautes teneurs en
terres rares très enrichies en terres rares lourdes, en plus d'un enrichissement exceptionnel
à la fois en niobium et en tantale (meilleur intervalle de 2m @ 5.3% TREO (67% HREO
+ Y2O3/TREO), 3.6% ZrO2, 3.9% Nb2O5 et 630ppm Ta2O5. Ce rainurage fut suivi d'un
levé de sol régional. Le Dr Mariano visita et récolta ensuite des échantillons sur le site en
mai 2011. Depuis, de nombreux affleurements minéralisés en terres rares-NiobiumTantale ont été découverts et échantillonnés dans la région, incluant le nouvel indice de
Certitude 1,5 kilomètres plus à l'ouest.
Acceptabilité sociale du projet Zeus
Durant 2011, Matamec a continué ses rencontres d’information avec les différents
groupes et organismes des milieux concernés par le projet Zeus dans le cadre de la Table
d’harmonisation et de suivi. De plus, elle a poursuivi les rencontres d’information avec
les Conseils de bande d’Eagle Village et de Wolf Lake, en plus d’organiser une rencontre
publique d’information à Eagle Village le 29 septembre dernier.
Tansim (Lithium, Niobium, Tantale)
Au cours de l’année 2011, la société a dépensé un montant de 57 815$ sur la propriété
Tansim. Les objectifs de la campagne étaient de prospecter de nouvelles zones, ainsi que
d’échantillonner les anomalies d’un levé pédogéochimie antérieur. Ces travaux ont
permis de localiser deux granites fertiles, ainsi que quatre échantillons possédant des
valeurs anomales en Li et Ta.
Vulcain (Nickel-cuivre, cobalt et platinoïdes)
En 2011, des travaux d’exploration au montant de 324 062$ ont été engagés sur la
propriété Vulcain. À l’été, un levé géophysique radiométrique, magnétique et
électromagnétique aéroporté a été effectué sur la propriété. Ce levé a permis d’identifier
huit cibles électromagnétiques sur le bloc Gale. À l’automne, ces cibles ont été
prospectées à l’aide du Beep Mat et de VLF et trois cibles ont été identifiées et méritent
des travaux supplémentaires.
Valmont (Or)
Au cours de l’année, la Société a dépensé 158 537$ en travaux d’exploration. Suite à
l’interprétation du levé pédogéochimique de l’automne 2010, plusieurs cibles ont pu être
identifiées. Ces dernières ont été cartographiées et prospectées à l’été 2011. Des travaux
préparatoires à une future campagne de décapage ont également été effectués.
23
Lespérance (Or, métaux de base et diamant)
En 2011, notre partenaire Northern Superior Resources inc. a engagé des dépenses
d’exploration consistant principalement en coupe de ligne, levé géophysique, géologie et
sondages, dont la participation de Matamec s’élève à 257 565$. Les cibles forées à
l’automne 2011 n’ont pas intersecté des valeurs aurifères économiques. Des anomalies
géophysiques associées à une zone de cisaillement aurifère pourraient être forées en
2012.
Sakami (Or)
Au cours de l’année 2011, Matamec a dépensé un montant de 34 305$, principalement
pour réaliser une compilation de la propriété. La découverte de minéralisations aurifères à
la fin des années 1990 sur la propriété Sakami, a permis de poursuivre l’exploration sur le
« couloir Sakami » qui met en contact les sous-provinces de La Grande et d’Opinaca. Ce
territoire recèle un potentiel aurifère prometteur démontré, aussi bien par les découvertes
de Matamec que celles de Mines Virginia dans les extensions vers le nord et vers le sud
(projets La Grande et Apple).
Il s’avère que les secteurs « La Pointe » et « JR-Île », constituent les deux pôles
d’attraction reconnus sur la propriété. Les travaux de Matamec ont amené le secteurs La
Pointe à un stade d’exploration plus mature que les autres en terme de définition du
potentiel économique. Avec la complétion de nouveaux travaux d’exploration, Matamec
pourrait être en mesure de réaliser un calcul de volume d’une éventuelle ressource
minérale à une teneur moyenne de l’ordre 2,0 g/t Au. En plus, ces travaux pourraît
mettre à jour de nouvelles resssources minérales dans les extensions ouvertes du gîte pour
en augmenter le volume et la teneur.
Dans le secteur combiné « JR-Île » les travaux d’exploration sont encore peu nombreux,
considérant les teneurs significatives en or trouvées sur les indices « 9.6 » et « 43 ». Le
potentiel de découverte d’un gisement aurifère demeure très bon compte tenu de
l’étendue qu’ont révélé plusieurs indices, et ce, à l’intérieur de structures tectoniques, plis
et cisaillements, d’extension kilométrique pratiquement inexplorées. Les travaux futurs
seraient en mesure de terminer l’évaluation des indices « 9.6 » et « 43 » et de vérifier la
validité du modèle métallogénique proposé sur l’ensemble du secteur.
Ontario
Matheson-JV/Matheson-Pelangio (Or)
En 2011, des travaux d’exploration au montant de 63 874$ ont été engagés sur les
propriétés Matheson-JV/Matheson-Pelangio. Ces travaux s’inscrivent dans le programme
d’exploration défini en 2010 et qui visait l’exploration des mêmes assemblages
stratigraphiques, tel celui de Tisdale, qui renferme la plupart des gisements aurifères du
camp minier de Timmins. Particulièrement, ces travaux ont servi à la préparation de la
campagne de forages qui a été réalisée en janvier-février dernier, afin d’acquérir un
intérêt de 100% dans la propriété Matheson-Pelangio.
24
STRATÉGIE ET PLAN D’ACTION
Stratégie
Relativement à la stratégie corporative de développement minéral de la Société et suite au
dépôt de l’étude économique préliminaire par le Groupe Roche, le conseil
d’administration a toujours l’intention de positionner la Société dans le développement
des métaux dits énergétiques et stratégiques, principalement autour des propriétés Zeus,
Tansim et Vulcain. Quant au transfert des propriétés aurifères : Matheson JV/MathesonPelangio/Matheson Est, Montclerg, Sakami, Lespérance-Wachigabau et Valmont dans
une filiale à 100%, la Société attend que le positionnement de ces projets soit mieux
défini et que les conditions du marché boursier pour un financement soient plus
favorables.
Particulièrement pour la possible exploitation d’un gisement de terres rares, comme le
gîte de Kipawa, celle-ci exige une expertise technique reconnue et des débouchés par la
production. Ainsi, afin d’être en mesure de réaliser l’étude de faisabilité, et si elle est
positive, de pouvoir construire et de mettre en production le gîte de Kipawa, le conseil
d’administration a décidé de mettre en place au premier trimestre 2012, une division
minière dotée d’une équipe ayant cette expertise. Elle est dirigé par le nouveau VP –
Développement de projet et construction, Bertho Caron, assisté du directeur métallurgie,
Paul Blatter, et du directeur en environnement, Sylvain Doire.
Plan d’action
Pour 2012, le plan d’action de la Société vise principalement à réaliser l’étude de
faisabilité sur le gîte de Kipawa et de poursuivre l’exploration des différentes indices,
principalement Certitude et Surprise afin d’investiguer la possibilité de découvrir un autre
gîte dans le complexe alcalin de Kipawa. Un minimum de 4 millions de dollars sera
attribué à l’exploration sur la propriété. Sur le gîte de Kipawa, en relation avec l’étude de
faisabilité, une campagne de forages de définition de 17 000 mètres sera entreprise afin
d’améliorer la qualité des ressources du gîte, de recueillir des échantillons pour les tests
métallurgiques afin d’étudier la variabilité des teneurs, d’en vérifier les extensions et de
réaliser les tests de pilotage prévus pour le printemps 2012. Le budget dédié à l’étude de
faisabilité pourrait être de l’ordre de 19,5M$, advenant la signature des ententes avec
Toyota Tsusho Corp. prévue à fin juin 2012.
Une partie de ce budget sera consacrée à l’exploration de la propriété Zeus, surtout le
périmètre des indices Certitude et Surprise. Le Dr Mariano et Tony Mariano Jr,
consultants en exploration pour les terres rares de renommée mondiale, caractériseront la
minéralisation de Certitude durant la prochaine campagne de terrain de Matamec. Des
travaux complémentaires valideront l'étendue, ainsi que l'inter-connectivité de ces
occurrences minéralisées. Ces travaux de plus grande envergure seront effectués à l’été
dans le but de mieux définir les futures cibles de forages de la région, incluant des
traverses au sol, des décapages mécaniques, de la coupe de ligne, de la géophysique et
des levés géochimiques
25
Outre la propriété Zeus, la compagnie détient plusieurs autres propriétés pour les métaux
rares et stratégiques, tels le lithium, le niobium et le tantale sur sa propriété Tansim au
nord de Belleterre, pour le cuivre-nickel-éléments du groupe du platine sur sa propriété
Vulcain dans la région de Maniwaki et plusieurs autres pour l’or parfois associé à des
métaux de base au Québec et en Ontario. Un budget de 1,85M$ sera attribué à ces
projets.
À Tansim, il est prévu de cartographier toute la propriété et d’effectuer de la prospection
supplémentaire. Premièrement, 3 sites d’échantillonnage de l’été 2011 seront décapés
afin d’avoir une meilleure exposition du socle rocheux, suivi d’un rainurage de façon à
localiser la présence possible de granite fertile et de minéralisation en métaux de
énergétiques et stratégiques. Deuxièmement, l’exploration du secteur Est se poursuivra à
l’aide de scintillomètres et les granites présents seront échantillonnés de façon à
découvrir de nouvelles anomalies et des granites fertiles et pour les endroits présentant un
recouvrement glaciaires épais, un levé d’humus est recommandé. En dernier lieu, une
nouvelle visite du secteur ouest sera faite afin de vérifier la relation possible entre le
granite fertile et les valeurs anomales obtenues. Un budget de 150 000 $ est prévu.
Pour Vulcain, les trois cibles les plus intéressantes définis par le levé aéroporté Mag-EMradiométrique de l’été dernier et la prospection au sol continuerons d’être explorés. La
cible du lac Gale est constituée de plusieurs anomalies électromagnétiques dont la
localisation a été précisée à l’aide du levé VLF. Dans ce secteur, un affleurement d’une
roche mafique à ultramafique a été trouvé. Les anomalies électromagnétiques n’ont pu
être expliquées. Ainsi, un ou deux sondages pourraient être forés afin de recouper ces
anomalies. La seconde cible ayant donné les meilleurs résultats est la cible sud-est 2.
Cette cible est localisée sur une forte anomalie magnétique. Les échantillons de cette
cible ont retourné de nombreuses teneurs anomales en Zn. D’autres travaux de
d’exploration de base sont requis sur cette cible. Enfin, la cible nord-ouest a retourné des
résultats similaires à ceux de la cible sud-est 2, soit des teneurs anomales en Zn. D’autres
travaux d’exploration de base sont également requis sur cette cible. La Société consacrera
un budget de 200 000$ à la propriété Vulcain.
Pour ses quatre propriétés aurifères, Matamec consacrera en tout 1 500 000 $. Pour les
propriétés Matheson JV/Matheson-Pelangio/Matheson Est, une somme de 600 000 $ sera
investie afin de préparer une campagne de sondages sur des cibles de tills de base, misent
à jour par d’anciennes campagnes de sondages de circulation inversée. Ces anomalies
aurifères dans les tills de base ont été recompilées et retravaillées par Matamec en 2010.
Pour Sakami, l’exploration se fera sur les secteurs La Pointe et JR avec un budget de 600
000$. L’exploration de l’ensemble du secteur La Pointe se fera en deux parties
complémentaires. Premièrement, une campagne de forage ciblant les extensions latérales
du niveau stratigraphique de la zone 25 dans les charnières de pli avoisinantes serait
planifiée afin d’augmenter le volume global d’un minerai potentiel qui, combiné à celui
existant des zones 25 et 26, pourraît atteindre le seuil de rentabilité. Deuxièmement, des
forages devront cibler directement la zone 25 où l’information est insuffisante pour en
déterminer la valeur économique actuelle.
26
Dans le secteur JR : une première phase d’exploration servira à localiser avec plus de
précision les extensions des zones aurifères connues et d’en découvrir des nouvelles au
moyen d’un levé pédogéochimique d’humus, méthode testée localement avec succès en
2004 sur le secteur « JR ». Ce levé pourrait ainsi vérifier du même coup le potentiel des
charnières de pli de la zone de contact basaltes/sédiments pour des minéralisations du
type « zone 25 », où l’or serait associé à l’arsénopyrite. Il serait aussi justifié de couvrir
avec ce levé le secteur « Île » qui demeure sous exploré. Parallèlement au levé
pédogéochimique, un levé magnétométrique complémentaire « en continue » sera
effectué afin de mieux délimiter les zones de charnières et autres structures d’intérêt
identifiées dans les basaltes, puis selon une maille régulière aux 100 mètres sur le reste de
la propriété non couverts antérieurement, incluant le lac Sakami.
Sur la propriété Valmont, toutes les mesures structurales relevées, anciennes et nouvelles,
ainsi que les patrons géophysiques et géochimiques suggèrent la présence de structures
fortement plissées et de failles qui contrôlent vraisemblablement la mise en place des
veines aurifères et de métaux de base. En regard de ces informations, un levé de
cartographie structurale sera réalisé et permettra d’identifier les divers patrons de
plissement afin de concilier la disposition des filons aurifères dans un modèle tectonique
prévisible. Certains décapages mécaniques stratégiques sur des anomalies géochimiques
aideront grandement à compléter cette tâche et ultérieurement servira à l’implantation
d’éventuels forages aux diamants sur des cibles bien précises. De plus, le patron du levé
pédogéochimique sera complété. En tout, Matamec y consacrera 200 000 $.
La propriété Wachigabau-Lespérance située dans la région de Desmaraisville et détenue
en une société de coparticipation avec Northern Superior Resources inc. sera explorée par
forages pour un budget total de 200 000 $, dont la participation de Matamec (50%) est de
100 000$.
INFORMATION FINANCIÈRE SÉLECTIONNÉE ET RÉSULTATS D’EXPLOITATION
Le tableau suivant présente l’information financière choisie pour les exercices terminés les 31
décembre 2011, 2010 et 2009 :
Résultats au 31 Résultats au 31 Résultats au 31
décembre 2011
décembre 2010
décembre 2009 (1)
$
$
$
59 531
2 997
2 743
Produits – intérêts
Charges
Frais
généraux
et
2 066 458
d’administration
Impôts différés
(1 086 883)
900 019
Perte nette
0,008
Perte nette par action
de base et diluée
Note : (1) préparé selon les PCGR au Canada
2 093 331
1 230 942
(344 317)
1 824 593
0,020
(115 000)
1 194 481
0,020
27
Total de l’actif
Trésorerie et
équivalents de
trésorerie
Capitaux propres
Bilan au 31 décembre
2011
$
16 187 317
Bilan au 31 décembre
2010
$
16 674 351
Bilan au 1 janvier
2010
3 104 058
5 900 138
1 192 207
15 448 303
14 936 829
7 639 124
10 661 251
RÉSULTATS D’EXPLOITATION
La Société a subi une perte nette de 900 019 $ pour l’exercice terminée le 31 décembre
2011, comparativement à une perte nette de 1 824 593 $ pour la même période de 2010.
Au 31 décembre 2011, une rémunération à base d’actions d’un montant de 426 343 $ a
été constatée dans les résultats (305 786 $ au 31 décembre 2010).
L’augmentation des frais d’administration en excluant la rémunération à base d’action, la
radiation d’actif d’exploration et le gain sur disposition de propriété minières pour
l’exercice, ont augmentés d’un montant de 567 216$ principalement attribuable à
l’augmentation des frais de voyages et de représentation de 232 018 $ et à la variation des
dépenses suivantes:

Augmentation des salaires et charges sociales de 134 407 $

Augmentation des honoraires professionnels de 115 363 $.
Au cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2010, la Société a généré des revenus
d’intérêts de 2 997 $ (2 743 $ en 2009) et encouru des dépenses de 2 093 331 $
comparativement à 1 230 942 $ en 2009. Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011, la
Société a enregistré une perte nette de 1 824 593 $ comparativement à une perte nette de
1 194 481 $ pour la période correspondante en 2009. L’augmentation des dépenses de
2010 est attribuable à la radiation d’actifs d’exploration et d’évaluation au montant de
837 955$.
POLITIQUE SUR LES DIVIDENDES
Depuis sa constitution en société, la Société n’a jamais versé de dividendes en espèces
sur ses actions ordinaires en circulation. Tout paiement de dividendes dépendra des
besoins financiers de la Société pour ses programmes d’exploration et d’évaluation, de
son niveau de croissance future, ainsi que de tout autre facteur que le conseil
d’administration jugera nécessaire de considérer dans les circonstances. Il est peu
probable que des dividendes soient versés dans un futur proche.
28
SITUATION DE TRÉSORERIE ET FINANCEMENT
Le fonds de roulement de la Société s’élevait à 4 192 283 $ au 31 décembre 2011 (7 164
695 $ au 31 décembre 2010) incluant de la trésorerie et équivalents de trésorerie de 3 104
058 $ (5 900 138 $ au 31 décembre 2010). Ce fonds de roulement comprend 1 311 319 $
en crédits d’impôts à recevoir au 31 décembre 2011 (629 398 $ au 31 décembre 2010).
Les états financiers ci-joints ont été préparés conformément aux principes comptables
généralement reconnus, applicables à une société en continuité d’exploitation, qui
considère la réalisation des actifs et le règlement des passifs dans le cours normal des
affaires à mesure qu’ils arrivent à échéance. Dans son évaluation visant à déterminer si
l’hypothèse de continuité d’exploitation est appropriée, la Direction tient compte de
toutes les données disponibles concernant l’avenir, qui représente au moins, sans s’y
limiter, les douze mois suivants la fin de la période de présentation. La Direction est
consciente, en faisant cette évaluation, qu’il existe des incertitudes importantes en lien
avec des événements et des conditions et un doute important quant à la capacité de la
Société d’assurer la continuité de son exploitation et, par conséquent, la pertinence de
l’utilisation des principes comptables généralement reconnus applicables à une société en
continuité d’exploitation, tels qu’ils sont décrits dans le paragraphe suivant. Ces états
financiers ne reflètent pas les ajustements à la valeur comptable des actifs et des passifs,
aux dépenses et aux classifications de l’état de la situation financière qui seraient
nécessaires si l’hypothèse de continuité d’exploitation s’avérait inappropriée. Ces
ajustements pourraient être importants.
De plus, la Direction estime que ces fonds ne seront pas suffisants pour répondre aux
obligations de la Société et aux dépenses prévues en 2012. Tout manque à gagner
pourrait être pallié de différentes façons dans l’avenir, incluant sans s’y limiter,
l’émission de nouveaux titres de créances ou de capitaux propres, de nouvelles mesures
de réduction des dépenses ou l’arrivée de nouveaux partenaires ou un regroupement
d’entreprises. Malgré le fait que la Direction ait réussi à obtenir du financement dans le
passé, il n’y a aucune garantie de réussite pour l’avenir et rien ne garantit que ces sources
de financement ou ces initiatives seront accessibles à la Société ni qu’elles seront
disponibles à des conditions acceptables pour la Société. Si la Direction ne parvenait pas
à obtenir de nouveaux fonds, la Société pourrait alors être dans l’incapacité de poursuivre
ses activités, et les montants réalisés à titre d’actifs pourraient être moins élevés que les
montants inscrits dans les présents états financiers.
Un montant de 1 869 257 $ a été utilisé pour les activités d’exploitation de la Société au
cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2011 (1 109 715 $ pour la même période en
2010). La diminution des fonds utilisés est causée par une augmentation des dépenses
d’exploitation discutée dans la section « Résultats d’opérations » du présent rapport de
gestion.
Les activités d’investissement de la Société correspondent principalement aux fonds
utilisés pour des travaux d’exploration et d’évaluation dont le détail est divulgué au
29
tableau de la page 7, l’ajout de propriétés minières et l’acquisition d’immobilisations
corporelles.
La Société a droit à un crédit d’impôts remboursable relatif aux ressources pouvant
atteindre 38,75 % des dépenses admissibles, ainsi qu’un crédit de droits miniers
remboursable pour pertes équivalent à 15% de 50% des dépenses admissibles engagées
(16 % en 2012) financées au moyen de fonds n’ayant pas fait l’objet d’une renonciation
fiscale.
Les crédits d’impôts relatifs aux ressources de 2010 au montant de 585 981 $ ont été
reçus au cours du quatrième trimestre 2011.
La Société n’a aucun placement investi dans du papier commercial adossé à des actifs.
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT
Par actions ordinaires
Au cours de la période terminée le 31 décembre 2011, l’exercice d’option d’achat
d’actions et de bons de souscription ont totalisés 919 400 $.
Activités d’investissement
Les activités d’investissement de la Société comprennent les coûts liés à l’augmentation
des travaux d’exploration des propriétés Zeus, Vulcain, Valmont, Lespérance, Tansim,
Matheson JV, Matheson-Pelangio et Sakami.
DONNÉES TRIMESTRIELLES
Le tableau ci-après présente l’information financière choisie pour les huit derniers
trimestres :
1er trimestre
2e trimestre
$
2011
3e trimestre
$
$
4e trimestre
$
Revenus d’intérêts
et autres
Frais
d’administration
Perte nette
Perte nette par
action de base et
diluée
Actif courant
Actif total
Passif courant
Fonds de
roulement
Capitaux propres
11 787
16 356
14 031
17 357
412 599
(245 722)
515 529
(430 518)
661 105
(641 274)
477 225
417 495
(0,002)
5 022 520
16 187 317
739 014
(0,004)
6 411 869
16 211 702
561 963
(0,006)
6 375 267
16 781 565
931 607
0,003
4 931 297
16 187 317
739 014
4 283 506
15 448 303
5 849 906
14 706 739
5 443 660
14 912 758
4 192 283
15 448 303
30
1er trimestre
2e trimestre
$
2010
3e trimestre
$
$
4e trimestre
$
Revenus d’intérêts
et autres
Frais
d’administration
Perte nette
Perte nette par
action de base et
diluée
Actif courant
Actif total
Passif courant
Fonds de
roulement
Capitaux propres
20
21
11
2945
294 926
(205 218)
278 623
(397 016)
286 695
(140 403)
473 708
(943 956)
(0,002)
1 067 496
9 399 509
518 932
(0,003)
544 959
10 041 433
814 111
(0,001)
709 506
10 293 651
566 846
(0,012)
6 774 157
16 674 351
656 523
548 564
7 144 577
(269 152)
7 491 322
142 660
7 990 805
6 117 634
15 074 828
ANALYSE DES DONNÉES TRIMESTRIELLES
La perte subie lors du trimestre terminé le 31 décembre 2011, est inférieur à celle de 2010, parce
que durant le 4e trimestre de 2010, la Société à procéder à une radiation d’actifs d’exploration et
d’évaluation au montant de 837 955$.
INFORMATION SUR LES ACTIONS EN CIRCULATION, LES OPTIONS ET LES
BONS DE SOUSCRIPTION
La Société peut émettre un nombre illimité d’actions ordinaires, sans valeur nominale.
Au 31 décembre, la Société comptait 120 010 186 (116 230 186 au 31 décembre 2010)
actions émises et en circulation avec une valeur d’émission de 23 158 071 $ (21 956 622
$ au 31 décembre 2010).
La Société offre un régime d’options d’achats d’actions à l’intention des hauts dirigeants,
administrateurs, employés clés et consultants. Ce régime a été conçu afin que, grâce aux
actions, la Société dispose d’un moyen pour conserver, motiver ou récompenser des
bénéficiaires en raison des efforts qu’ils ont déployés afin d’atteindre les objectifs de la
Société. Depuis l’introduction du régime, 3 054 300 options d’achat d’actions ont été
exercées. Au cours de l’exercice, la Société a augmenté le nombre d’actions ordinaires
réservées pour l’octroi d’options d’achat d’actions à 12 000 000, dont 5 096 650
pouvaient être exercées. Le nombre maximal d’options pouvant être octroyées à un
participant ne peut dépasser 10 % du nombre d’actions émises et en circulation du
capital-actions. Le prix de levée des options octroyées ne peut être inférieur au cours du
marché escompté de l’action ordinaire à la Bourse de croissance TSX au moment de
l’octroi. Les options octroyées viennent à échéance à une date fixée par le conseil
d’administration au plus tard cinq ans après la date d’octroi des options.
Au 31 décembre 2011, la Société comptait 6 445 000 options d’achat d’actions (6 215
000 au 31 décembre 2010) pouvant être exercés à des prix d’exercice variant de 0,10 $ à
0,43 $ et portant des dates d’échéance variant du 26 février 2012 au 17 août 2016. Durant
31
l’exercice terminée le 31 décembre 2011, 1 211 800 options d’achat d’actions ont été
émises, 565,000 ont été exercées pour un montant de 120 650 $ et 416,800 ont été
annulées. Après la fin du présent exercice, la Société a octroyé 1 000 000 d’options
d’achat d’actions à son nouveau vice-président – développement de projet et construction
exerçables au prix de 0,41$ chacune et 200 000 d’options d’achat d’actions à son
nouveau directeur - métallurgie exerçables au prix de 0,41$ chacune; ces options sont
octroyées pour une période de cinq ans.
Au 31 décembre 2011, la Société comptait 10 757 375 (15 352 264 au 31 décembre
2010) bons de souscription en circulation pouvant être exercés à des prix d’exercice
variant de 0,25 $ à 0,50 $ et portant des dates d’échéance variant du 16 juin 2012 au 28
juin 2012. Durant l’exercice terminée le 31 décembre 2011, aucun bon de souscription
n’a été émis, 3 175 000 ont été exercés pour un montant de 798 750 $ et 1 419 889 ont été
annulées.
ARRANGEMENT HORS BILAN
La Société n’a aucun arrangement hors bilan.
OPÉRATIONS ENTRE PARTIES LIÉES
Depuis le début de l’année, la Société a effectué les opérations suivantes principalement
des dépenses reliées à l’exploration des propriétés minières avec Gestion Aline Leclerc
Inc., dont Aline Leclerc, présidente, est également dirigeante et administratrice de la
Société, et les honoraires professionnels suivants avec Laval St-Gelais, CA, qui est
dirigeant et administrateur de la Société et Marcel Bergeron, CA, administrateur de la
Société :
31 décembre 2011
Honoraires professionnels
Honoraires de consultation
Hébergement, transport,
communications
Géologie, géochimie,
géophysique et prospection
Coupe de ligne
Sommes diverses à recevoir
Comptes fournisseurs et charges
à payer
31 décembre 2010
$
91 797
$
29 995
62 306
56 950
128 417
19 040
705 274
12 020
10 790
596 967
12 723
138 881
254 230
Ces transactions ont été conclues dans le cours normal des activités et ont été mesurées à
la valeur d’échange, soit la valeur établie et acceptée par les parties.
32
PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES ET ESTIMATIONS ET TRANSITION
AUX IFRS
La préparation d’états financiers conformes aux IFRS exige que la Direction fasse des
estimations et émette des hypothèses qui ont des incidences sur les montants présentés
aux états financiers et dans les notes afférentes. Une description complète et une
présentation détaillée des principales méthodes comptables et des jugements, estimations
et hypothèses utilisées par la Société et de la transition aux IFRS sont fournies dans les
états financiers annuels du 31 décembre 2011 aux notes 1, 2, 3, 4 ,5 et 6.
NORMES INTERNATIONALES D’INFORMATION FINANCIÈRE
Il n’y a eu aucun changement aux méthodes comptables appliquées par la Société pour
chacun des trimestres de 2011 comparativement aux états financiers annuels de l’exercice
terminé le 31 décembre 2011.
INFORMATION SUR LES ACTIONS EN CIRCULATION EN DATE DU RAPPORT
Au 26 avril 2012
Nombre
Capital-actions
Options d’achat d’actions
Bons de souscription
Actions en circulation pleinement diluées
120 010 186
7 645 000
10 757 375
138 412 561
INSTRUMENTS FINANCIERS
FACTEURS DE RISQUES FINANCIERS
La Société est exposée à différents risques financiers résultant à la fois de ses activités et
de ses investissements. La Direction de la Société gère les risques financiers. La Société
n’a pas recours à des transactions d’instruments financiers, incluant des instruments
financiers dérivés, à des fins de spéculation. L’exposition de la Société aux principaux
risques financiers et ses politiques financières en la matière sont décrits dans les états
financiers annuels du 31 décembre 2011 à la note 20.
RISQUES ET INCERTITUDES
RISQUE DE CONTINUITÉ D’EXPLOITATION
La Société et ses programmes d’exploration et d’évaluation minérale en sont aux stades
préliminaires et la Société ne dispose d’aucune source de revenus. La Société mise sur sa
capacité d’attirer d’importantes sommes de financement pour obtenir le montant de
capital minimum requis pour mener le projet à terme et continuer l’exploitation de son
entreprise. Bien que la Société ait réussi à amasser des fonds par le biais d’offres de
capitaux propres, de billets convertibles et de prêts à payer dans le passé, rien ne garantit
33
qu’elle réussira dans l’avenir, ni que du financement adéquat sera disponible pour la
Société ou que les conditions d’un tel financement seront favorables. Si la Société n’était
pas en mesure d’obtenir un tel financement, cela pourrait avoir comme effet de
compromettre la capacité de la Société à poursuivre ses programmes d’exploration et
d’évaluation et à conserver ses propriétés minières.
RISQUES
OPÉRATIONNELS
D’ÉVALUATION MINIÈRE
LIÉS
AUX
PROJETS
D’EXPLORATION
ET
Les activités de la Société en sont au stade de l’exploration. Les activités d’exploration et
d’exploitation minière comportent un degré de risque élevé. Peu de propriétés
d’exploration atteignent le stade de mise en production. Des formations inhabituelles ou
imprévues, des incendies, des pannes de courant, des conflits de travail, des inondations,
des explosions, des éboulements, des glissements de terrain et l’incapacité d’obtenir de la
main-d’œuvre, de la machinerie ou de l’équipement appropriés ou adéquats sont tous des
risques associés aux activités d’exploitation minière et à l’exécution de programmes
d’exploration. Le fait de ne pas tenir compte de ces risques pourrait réduire la rentabilité
d’une opération ou même empêcher carrément le développement d’une propriété.
RISQUES LIÉS À LA MISE EN VALEUR DES RESSOURCES
La mise en valeur de propriétés de ressources est tributaire à de nombreux facteurs, dont
le coût d’exploitation, les variations de la matière extraite, la fluctuation des marchés des
ressources naturelles et des bourses, le coût de l’équipement de traitement et d’autres
facteurs comme les revendications des autochtones, la réglementation gouvernementale,
notamment la réglementation portant sur les redevances, la production autorisée,
l’importation et l’exportation de ressources naturelles et la protection de l’environnement.
Selon le prix des ressources naturelles produites, la Société peut déterminer qu’il n’est
pas opportun d’entreprendre ou de poursuivre la production commerciale. Le fait de ne
pas tenir compte de ces risques pourrait réduire la rentabilité d’une opération ou même
empêcher carrément le développement d’une propriété.
RISQUE D’EXPLORATION (GÉOLOGIQUE)
La probabilité qu’un prospect individuel recèle des réserves qui répondent aux exigences
de la Norme canadienne 43-101, Information concernant les projets miniers est
extrêmement ténue. La plupart des projets d’exploration et d’évaluation ne débouchent
pas sur la découverte de minerai. Selon toutes probabilités, la majorité des propriétés ne
renferment pas de réserves et tous les fonds investis en exploration et en évaluation seront
probablement perdus.
RISQUE LIÉ AUX SUBSTANCES
Le marché pour les terres rares, comme pour toute autre substance minérale, peut être
affecté par des facteurs qui échappent au contrôle de la Société. Les prix des ressources
ont été sujets à de grandes fluctuations, particulièrement durant les dernières années.
L’incidence de ces facteurs ne peut être prévue avec précision, toutefois la faiblesse du
prix des terres rares pourrait réduire la rentabilité d’une opération ou même empêcher
carrément le développement d’une propriété.
34
RISQUE JUSQU’À L’INSCRIPTION DES TITRES DE PROPRIÉTÉ
Bien que la Direction ait pris des mesures pour vérifier les titres des propriétés minières
dans lesquelles la Société a une option visant à acquérir une participation, conformément
aux normes de l’industrie visant la phase courante d’exploration de ces propriétés, les
options visant à acquérir une participation et les participations dans les propriétés
pourraient être assujetties à des accords antérieurs non reconnus et ne pas être conformes
aux exigences règlementaires jusqu’à ce que la participation dans les claims et les titres
miniers soit enregistrée au Québec et en Ontario, Canada, au nom de la Société, ce qui
pourrait compromettre l’option de la Société visant à acquérir une participation dans la
propriété.
RÉGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE ET AUTRE
Les lois, les règlements et les mesures actuelles, possibles ou futures en matière
d’environnement pourraient entraîner des frais, des dépenses en immobilisations, des
restrictions et des retards additionnels dans les activités de la Société dont on ne peut
prévoir l’étendue. Les exigences de la réglementation et d les normes environnementales
sont constamment réévaluées et pourraient devenir beaucoup plus strictes, ce qui pourrait
nuire sérieusement à la Société ou à son aptitude à mettre en valeur ses propriétés de
façon économique. Avant que la production ne puisse débuter sur une propriété, la
Société doit obtenir les approbations des autorités réglementaires et environnementales.
Rien ne garantit que de telles approbations soient obtenues ou qu’elles le soient en temps
opportun. Le coût lié à l’analyse des changements dans la réglementation
gouvernementale pourrait réduire la rentabilité de l’exploitation ou empêcher entièrement
la mise en valeur économique d’une propriété. La Société est d’avis qu’elle est, dans
l’ensemble, en conformité avec les lois environnementales en vigueur.
ENTENTES D’OPTION ET DE COENTREPRISE
La Société a conclu des ententes d’option et de coentreprise en vertu desquelles : 1)
l’autre partie peut être gérant de l’option ou de la coentreprise; ou 2) la participation de la
Société pourrait être diluée si la Société n’engageait pas de dépenses d’exploration. Si la
Société néglige de verser les sommes dues ou d’émettre les valeurs mobilières
conformément aux conditions des ententes, l’option visant à acquérir une participation ou
la participation dans la propriété pourrait être abandonnée ou perdue et tous les montants
investis par la Société dans ces claims pourraient alors être perdus.
FINANCEMENT ET DÉVELOPPEMENT
La Société a subi des pertes jusqu’à maintenant et ne dispose pas de ressources
financières suffisantes à l’heure actuelle pour financer ses programmes d’exploration,
d’évaluation et de mise en valeur prévus. La mise en valeur des propriétés de la Société
dépend donc de l’aptitude de cette dernière à obtenir le financement supplémentaire
requis. Rien ne garantit que la Société réussisse à obtenir le financement requis et elle
pourrait en conséquence subir une dilution importante de ses intérêts (existants ou qu’elle
se propose d’acquérir) dans ses propriétés. L’incapacité d’attirer suffisamment de
financement ou de personnel qualifié pourrait avoir une incidence néfaste sur la
rentabilité ou la viabilité d’un projet. Les futurs financements pourraient prendre
35
différentes formes, dont la nature et les conditions ne peuvent être prévues avec
précision. Un financement par emprunt pourrait être assorti de clauses restrictives. Les
émissions de capitaux propres pourraient avoir un effet dilutif sur les actionnaires actuels.
La Direction travaille sans relâche pour assurer le financement requis pour atteindre les
objectifs de la Société.
RISQUE LIÉ AU PERSONNEL
La Société possède une expérience limitée dans la mise en valeur d’une propriété de
ressources et son aptitude en ce sens dépendra du recours à un personnel dûment
expérimenté ou de la conclusion d’ententes avec d’autres grandes sociétés minières qui
pourraient fournir cette expertise.
CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L’INFORMATION
Conformément au Règlement 52-109 sur l’attestation de l’information présentée dans les
documents annuels et intermédiaires des émetteurs (le « Règlement 52-109 »), le chef de
la direction et le chef de la direction financière de la Société déposeront une attestation de
base pour émetteur émergent à l’égard de l’information financière présentée dans les états
financiers intermédiaires, les états financiers annuels et les rapports de gestion
accompagnant ces états financiers.
Contrairement à l’attestation complète prévue par le Règlement 52-109, l’attestation de
base pour émetteur émergent comporte un « avis aux lecteurs » qui précise que le chef de
la direction et le chef de la direction financière ne font aucune déclaration concernant
l’établissement et le maintien des contrôles et procédures de communication de
l’information et du contrôle interne à l’égard de l’information financière, au sens attribué
à ces expressions par le Règlement 52-109.
INFORMATION ADDITIONNELLE ET DIVULGATION CONTINUE
Ce rapport de gestion a été préparé le 26 avril 2011 et est conforme au Règlement 51-102
des Autorités canadiennes en valeurs mobilières relatif à l’information continue. Ce
présent rapport de gestion vise à aider le lecteur à comprendre et à évaluer les tendances
et les changements d’importance liés aux résultats et à la situation financière de la
Société. Il présente le point de vue de la Direction sur les activités courantes de la Société
et sur ses résultats financiers courants et passés, ainsi qu’un aperçu des activités à venir
au cours des prochains mois. La Société divulgue régulièrement de l’information
additionnelle par le dépôt de communiqués de presse et autres rapports sur les sites
Internet de la Société (www.matamec.com) et de SEDAR (www.sedar.com).
(Signé) André Gauthier
(Signé) Laval St-Gelais
________________________________
(s) André Gauthier, Président et chef de la direction
(s) Laval St-Gelais, Secrétaire-trésorier
36
Matamec Explorations Inc.
1010 Sherbrooke Ouest, #700
Montréal, Qc H3A 2R7
Téléphone (514) 844-5252
Télécopieur (514) 844-0550
Courriel : [email protected]
Site web : www.matamec.com
Administrateurs et dirigeants
André Gauthier, président
Aline Leclerc, vice-présidente exploration, administratrice
Laval St-Gelais, secrétaire-trésorier
Marcel Bergeron, administrateur
Normand Tamaro, administrateur
Sylvie Prud’homme, administratrice
Conseillers juridiques
Spiegel Sohmer Inc.
Miller Thomson Pouliot S.E.N.C.R.L.
Montréal (Québec)
Auditeurs
Petrie Raymond S.E.N.C.R.L.
Montréal (Québec)
Agent des transferts
Services aux investisseurs Computershare Inc.
Montréal (Québec)
Inscription boursière
Bourse de croissance TSX
Symbole
MAT
Bourse OTCQX
Symbole
MHREF
37

Documents pareils