Négociez votre salaire : les astuces pour réussir

Commentaires

Transcription

Négociez votre salaire : les astuces pour réussir
Fiche n° 09
Négociez votre salaire :
les astuces pour réussir
Quand et comment aborder la question du salaire en entretien d’embauche ? Quelle est votre
marge de manœuvre pour faire accepter vos prétentions ? Quatre clés pour réussir votre
négociation, même en période de crise.
La fin de l’entretien est généralement le moment le plus adéquat pour aborder la question
du salaire. Si le recruteur n’a
pas pris l’initiative de vous demander vos prétentions, vous
pouvez tout à fait l’amener à
parler de votre rémunération en
adoptant un ton très naturel :
« Pourriez-vous me donner un
aperçu du salaire prévu ? » Attendez-vous alors à ce que le
recruteur vous interroge sur
vos attentes. Pour lui répondre
au mieux, préparez-vous bien
en amont. Sachez que l’entreprise fixera votre salaire selon
quatre critères : son budget, votre valeur sur le marché, la politique salariale de l’entreprise
et le contexte économique. Ces
quatre paramètres laissent entrevoir une certaine marge de
manœuvre. Voici les tactiques
pour détecter les phases de souplesse et arriver à vos fins.
cier… sauf si vous disposez
d’un profil rare. Les réactions
d’un patron de PME, en revanche, dépendront beaucoup de
la conjoncture. Si son entreprise se développe, il sera davantage ouvert à vos propositions que s’il subit
la crise avec difficulté. Dans ce dernier cas, il
risque de prendre peur face à
des prétentions salariales trop
élevées : montrez alors que
vous saurez attendre une
situation plus favorable.
Adaptez-vous
à votre interlocuteur
Ajustez
vos prétentions
au marché
——
Parlez le même langage que
lui. Le DRH s’appuiera sur
une grille salariale fixe, pour
ne pas dire figée. À ce jeu-là,
il vous sera difficile de négo-
j. tromeur/Fotolia
——
Tenez compte
des conditions
salariales
Le salaire brut n’est pas le seul
critère à prendre en compte. Soyez attentif aux variables : primes, intéressement,
voiture de fonction, forfait
téléphonique…
——
Renseignez-vous sur les salaires pratiqués dans le secteur et
tenez compte des grilles et des
conventions collectives, com-
me par exemple en agriculture
où elles sont très précises. La
plupart des conventions sont
consultables sur Internet. Vous
pouvez également vous renseigner auprès de vos anciens camarades de promo, des agents
de l’Apecita, de Pôle emploi
——
L’avis d’expert
« Faites jouer la concurrence »
Karine Favrou, responsable RH d’une société d’informatique : « Si le recruteur vous demande
vos prétentions salariales, n’évitez pas la question en répondant par une interrogation sur la politique
pratiquée par l’entreprise à ce sujet. Vous afficheriez l’image d’un candidat peu préparé et n’ayant aucune
conscience de sa valeur. Annoncez plutôt une fourchette de rémunération, en cohérence avec les prix
du marché. Puis demandez à l’entreprise les différentes variables… Si vous savez avoir un profil rare, faites
jouer la concurrence, avec un discours de type : «Je ne vous cache pas que je dois étudier plusieurs
propositions. Ce critère fait partie de ceux qui influenceront mon choix.»
Tribune verte · Fiches pratiques
et de l’Apec… Analysez aussi
les offres d’emploi, qui abordent souvent la question de la
rémunération.
——
Gardez
vos meilleurs atouts
pour la fin
Révélez votre valeur ajoutée :
montrez ce que vous pouvez
apporter à l’entreprise. Si le recruteur n’est pas sensible à vos
arguments, changez de tactique : demandez à ce que l’on
vous donne une augmentation
si vous relevez les défis fixés
par l’entreprise dans les six
mois (attention, cette clause devra figurer dans votre contrat :
les paroles s’envolent…).

Documents pareils