La mafia veut intimider

Commentaires

Transcription

La mafia veut intimider
1111
■P O IN T DE MIRE
II!!
M onsieur
le R édacteur...
BOMBE MEURTRIÈRE À PALERME
Musique
sponsorisée
La mafia veut intimider
►
A propos d’économies sur
les orchestres et d’une lettre
de Mme Françoise Bloch,
Saint-Prex (@ HEURES des
8 et 18 juillet) :
Dès son existence, n o tre
ra d io n a tio n a le a é té
a t t e i n t e d ’u n e a l l e r g i e
inexo rab le, p e rm a n e n te et
irré v e rsib le à to u t ce qui
to u c h e de p rès ou de loin à
la m u siq ue d ite sy m p h o n i­
que. D an s les a n n é e s 25 à
30, e n effet, les m usiciens
a u x q u e ls on n e d e m a n d a it
p as le u r avis d e v a ie n t se
p rç d u ire g ra tu ite m e n t
d e v a n t d e s m ic r o s q u e
v e n a ie n t in sta lle r d es te c h ­
n iciens p lus soucieux de
c lan d e stin ité q u e d ’effica­
cité.
P a r la suite, les h a u te s
sp h è re s d e la radio, issues,
o n le sait, d a v a n ta g e des
m ilie u x politiques q u e des
« a rts », ont, av ec u n e belle
constance, toujours m is les
b âto ns d a n s les rou es des
p o u rp a rle rs que les m u si­
ciens o n t essayé, toujours
e n vain, d ’e n tre p re n d re . A
l ’h e u re q u ’il est, je crois
sa v o ir que n o m b re d e p ro ­
b lè m es im p o rta n ts n e son t
toujours pas réglés.
(...) O n se ra it p resq u e ra s­
su rés q u a n d ces m essieurs,
d o n t M. S c h e n k e r e n p e r ­
sonne, no u s a ffirm e n t q u ’il
n ’est p as question de su p ­
p r im e r qui ou quoi q u e ce
soit. T o u te fo is , o ù c e la
to u r n e à la m au v aise farce,
c’est lo rsq ue M. S ch en k e r,
ju s te m e n t lui, ose p r é te n ­
d re, san s rire , q u ’il doit être
a u s s i p o s s i b l e d ’a v o i r
rec o u rs au m écén at. L e m é ­
c é n a t é t a n t m o r t d ep u is
b ie n longtem ps, c’est p eu tê tr e au x sponsors q u e M.
S c h e n k e r v o u la it fa ire
allusion.
O n v e r r a it d ’assez bon
œ il d ’ailleu rs, d a n s ce pays
si soucieux d ’efficacité, tel
ou te l co n c ert sponsorisé
p a r tel ou te l m a rc h a n d de
la it e n poudre. Ainsi, le
g rou pe des cors, trom pettes,
tro m b o n e s e t tu b a p o rte ­
rait, inscrit e n n o ir s u r le
g ilet b la n c : « Si j ’ai d u souf­
fle, c’est b ie n grâce a u Nesk ik q ue je bois a v a n t le co n ­
c e rt ! » O u en c o re le ch ef
a r r iv a n t au p u p itre , fu m a n t
u n é n o rm e cigare e t a n n o n ­
ça n t : « J e n ’ai pas gagné la
T ra n sa t, m ais je fu m e m a l­
g ré to u t le Mec à Rios ! »
O n p o u rra it ainsi v a r ie r à
l ’infini. L a rad io se ra it lib é­
rée d e ses gros soucis fin a n ­
ciers et les ch e rs zauditeurs
p o u r ra ie n t e n fin se v a u tr e r
d an s les b elles en v o lée s
d ’A lain Morisod, diffusées
v in g t - q u a tr e h e u r e s s u r
v in g t-q u a tre s u r les in n o m ­
b ra b le s chaînes prom ises.
Ed. Gros,
S ain t-S u lp ice
Sans
logis
E n v o y a n t tous ces to u ris­
tes d é a m b u le r d a n s les rues
d e L a u sa n n e s’e x c la m a n t
s u r la b e a u té d e la cité et
tous au tre s clichés, je m e
d e m a n d e : m ais e n fait que
sa v en t-ils de ce tte v ille où
tou t le m o n d e il est beau,
tou t le m o n d e il est g en til ?
C ar, lo rsqu ’on g ra tte cette
carapace, q ue reste -t-il ? J e
vais vous le dire. Ç a fait
trois m ois que je c h e rc h e u n
a p p a rte m e n t p o u r m a fille
e t m oi-m êm e, c a r e lle co m ­
m e n ce l ’école cet autom ne.
E h b ie n ! ^e n ’ai rien . J e n e
sais pas où nous seron s à la
fin août, où e lle ira en
classe. E t p o u rtan t, nous
som m es Suissesses e t je tr a ­
vaille, donc je suis solvable.
D e to u t m on cœ u r, je ne
d ésire pas d e v e n ir u n cas
social. Mais q u e m ’o ffre-ton ?
C. Fernandez-M aillard,
C h ex b res
Carcasses de voitures à peine reconnaissables, vitrines éventrées, façades mutilées, flaques de sang gorgées de poussière,
cadavres gisant parmi les gravats, regards vides, silhouettes
immobiles : Palerm e a vécu nier matin un acte de guérilla inouï.
Dans la lutte souvent impitoyable qui, dans le chef-lieu sicilien,
oppose les forces de l’ordre aux seigneurs de la m afia, jamais ces
derniers n’avaient mis autant de détermination criminelle au
service de leur dessein. Rocco Chinnici, 58 ans, « patron » de
l ’équipe des juges d’instruction de Palerm e, est mort. Avec lui,
deux carabiniers de son escorte et le concierge de son domicile.
ROME
Gian POZZI
L a m afia n e tu e q u ’e n cas de
nécessité, su iv a n t u n e logique
im placable. Mais e lle n e m a n ­
q ue ja m ais sa cible. Rocco
C h in n ic i b é n é fic ia it, v u sa
fonction, de m esures de p ro tec­
tion exceptionnelles. Tous les
m atins, u n e v o itu re b lin d ée
avec c h a u ffe u r e t d eux c a rab i­
n iers d ’escorte l ’a tte n d a ie n t à
sa porte, tandis que d eu x v é h i­
cules de p atro u ille b ouclaient
la rue. Im possible, p o u r u n
co m m an do de tu e u rs ord in ai­
res, d ’agir d an s ces conditions.
Aussi a-t-on utilisé les g ran d s
m oyens : u n e v o itu re piégée
g arée d e v a n t la porte du m agis­
trat, plus de cen t kilos de d y n a ­
m ite reliés à un d éto nateu r,
u n e m ise à feu radiocom m andée à d ista n c e . A u bon
m om ent.
A 8 h 10, le m ag istrat so rt de
chez lui, sous b o n n e escorte. E t
c ’est to ut de suite l ’explosion.
Q uan d retom b e la poussière et
q ue se dissipe la fum ée, le spec­
tacle est h a llu c in a n t : q u atre
morts, quatorze blessés, u n e
v in g tain e de voitures rédu ites
en ferraille, des v itrin e s et des
fen ê tre s év e n trée s p a r dizai­
nes, des ap p a rtem en ts dévastés
d an s u n ray o n de 2 0 0 m ètres.
Rocco C h in nici était le suc­
cesseur d e C esare T e rra n o v a à
la tête du b u re a u des juges
d ’instructio n de P ale rm e. Son
p rédécesseur av a it été assassi­
n é le 25 se p tem b re 1979. C ’est
le q u a triè m e m a g is tra t qui
tom be sous les balles de la
m afia d an s la cap itale sici­
lienne. D ans u n e in te rv ie w
accordée l’an d e rn ie r à la télé­
vision italienne, il résu m ait en
peu de m ots son im possible
m i s s io n : « E n m a t i è r e d e.
m a fia, il est déjà d ifficile
d ’id en tifier les sim ples ex écu­
tants. Si p a r h asard on les
trouve, il n ’y a pas m o y en de
re m o n te r au x m an dan ts. »
Une loi qui dérange
L ’a tte n ta t p o u rra it ê tre u n e
m a n ière de reponse au m a n d a t
d ’a rrê t décern é voilà quelques
sem aines, p a r le juge d in stru c­
tion G iov ann i Falcone, con tre
le s c h e f s d e s p r i n c i p a l e s
« fam illes » de la mafia, soup­
çonnés d ’avoir ourdi l’assassi­
n a t du g én éral D alla C hiesa le
3 septem bre d ern ier.
Ces m a n d ats d ’arrêt, ce p en ­
d an t, p o u rra ie n t n ’être que l e .
p ré lu d e à l ’extension de l ’e n ­
quête à des m ilieu x au-dessus
d e tout soupçon,-com m anditai­
res présum és de l ’attentat. C ar
Le juge Rocco Chinnici.
ap
la loi qui, depuis l ’au tom ne
d ern ier, p erm e t au x investiga­
teu rs de fo uiller dan s les com p­
tes en b anq u e des suspects, d é ­
ran g e beaucoup de gens en
Sicile. Et pas seu lem en t des
h abitués de la gâchette.
Aussi faut-il voir d ans l ’a t­
te n ta t d ’h ie r m atin u n e intim i­
dation à l ’in ten tio n des juges
d ’instruction trop curieux. L e
recours à u n e bom be de forte
puissance perm et, q u a n t à lui,
d ’atte in d re un au tre but, sou­
v e n t visé p a r les terro ristes fas­
cistes : p r o v o q u e r ce q u ’on
a p p e l l e la « s t r a t é g i e d u
reflu x » ; c’est-à-dire s'assurer,
p a r u n a tte n ta t aveugle, la
com plicité passive de la popu­
lation con tre les forces de 1 ordreGi. P.
LE FEU RAVAGE L’ITALIE
Six morts en Sardaigne
Une puissance inouïe.
ARMÉNIENS AU PORTUGAL
Nouvelles menaces
D eu x co m m an do s sont a rriv é s au P o rtu g a l « p o u r v e n g e r nos
frè re s m o rts d ans l ’am bassade fasciste de T u rq u ie » m ercred i, a
a n n o n c é je u d i soir p a r té lé p h o n e à l ’A gence F ra n ce -P re sse à
L isb o n n e u n in te rlo c u te u r a n o n y m e se ré c la m a n t d e l ’Armée^
ré v o lu tio n n a ire arm é n ie n n e .
: « N ous som m es a rriv é s a u jo u rd ’h u i e t nous som m es en tra in de,
p r é p a re r u n e action de g ra n d e e n v e rg u re », a-t-il ajouté. S ’ex p ri­
m a n t d an s u n p ortugais très im parfait, l ’in terlo cu teu r s’est p rése n ­
té com m e é ta n t le m e u rtrie r de « l ’am bassad eur tu rc â L in d a a
V e lh a », tu é p a r b alles en ju in 1982.
L ’a rm é e ré v o lu tio n n a ire a rm é n ie n n e a rev e n d iq u é l ’attaq ue
suicide, m ercredi, d e l ’am bassade de T u rq u ie à L isbonne, dan s
la q u elle les cinq assaillants o nt été tués ainsi q u ’u n policier e t la
fe m m e d ’u n fo n ctio n n aire turc.
P o u r le C onseil des m inistres, l ’a tte n ta t de L isb o n n e a m o n tré
« la nécessité d e la création d ’u n service d e ren se ig n em en t effi­
cace ».— (afp)
L’Italie a demandé hier l’aide des pays de la Communauté
européenne pour lutter contre les incendies qui ravagent la
Sardaigne, a-t-on appris à Rome. Cette requête a été formulée
dans un message adressé jeudi à la CEE par le ministre de la
Protection civile, M. Loris Fortuna. Le ministre y demande
l ’aide des pays de la CEE en général, mais plus particulière­
ment de la France, compte tenu des bases spécialement
équipées dont elle dispose en Corse.
L es incendies d e fo rê t en
S ard aig n e o n t déjà d é tru it
p lu sieurs m illiers d ’hectares,
n o ta m m e n t dan s les régions
de C agliari (sud de l ’île) et
d ’O ristan o (ouest de l ’île).
Jeud i, u n e dizaine de voitures
' o n t é té surprises p a r les fla m ­
m es près de Tem pio, d ans la
région d e Cagliari. Six p e r ­
sonnes o n t été^ tuées et u n e
q uinzaine d ’au tres blessées.
D ’au tre s foyers d ’incendie
sont d ’a u tre p a rt signalés en
Sicile, en C alabre, en Tos­
cane, en O m brie, et en V énétie, tand is que la canicule con­
tin u e de sé v ir su r l ’en sem b le
d e la P én in su le, où l ’on a
en reg istré ces d e rn ie rs jours
q u a ra n te degrés à Rome, F lo ­
rence, e t plusieu rs au tre s v il­
les italiennes.
E n Corse, près d e 20 000
h e c ta re s de m aq uis e t de
forêts o n t été dévastés p a r les
incendies depuis le 2 0 ju ille t
d an s le sud ae l ’île, do nt 8000
p o u r la seule jo u rn é e de jeudi,
au te rm e de laq uelle un p la n
d ’u rgen ce a été déclenche.
Les risques m ajeurs o n t pu
ê tre m aîtrisés, n o ta m m e n t au
n iv e au des villages d ’O cana et
O lène, p rè s d ’Ajaccio, qui
é taie n t m enacés à la tom bée
d e la n u it jeudi, précise u n
c o m m u n iq u é d u p o ste d e
co m m an d e m e n t a n tife u
p u b lié hier.
T rois avions DC 6 étaien t
a tte n d u s en Corse d ans la
m atin ée d ’hier. Ils d oiv en t
essayer de dresser u n e v é rita ­
b le b a rriè re ch im iq ue avec
des p ro du its re ta rd a n ts pour
é v ite r que le feu ne se propage
enco re plus.
T ro is c e n ts m ilita ir e s
é ta ie n t é g a le m e n t atte n d u s
p a r voie aérienn e. E n outre,
u n b â tim e n t de la m a rin e
n atio n ale d ev a it a r r iv e r en
fin de m atin ée à Ajaccio, p r in ­
cipale ville de l ’île, avec a son
bord 2 0 0 hom m es d 'u n e unité
sp é c ia lisé e d e la sé c u rité
civile et une relè v e po u r les
pom piers d ’Ajaccio, qui sont
s u r la b rèc h e depuis près de
dix jours. — (afp)
Un peu de soleil et beaucoup d’ombre
L’homme a une température interne pratiquement constante
lorsqu’il est en bonne santé ! Des mécanismes com plexes per­
mettent au corps humain de conserver son équilibre thermique
m algré les variations extérieures. Dans certains cas et notam­
ment lors de fortes chaleurs, ces mécanismes peuvent être
dépassés. Il peut en résulter des troubles plus ou moins sévères,
com m e le coup de chaleur, de la fièvre et des crampes.
L e refro id isse m en t d u corps
est o b te n u p a r c o n v e c tio n ,
ra y o n n e m e n t e t évaporation.
L a convection est la tra n sm is­
sion d e la c h a le u r à u n m ilieu
fluid e ; d a n s le cas d u corps
h u m a in , le flu id e e st l ’a ir
a m b ia n t. L o rs q u e l ’h o m m e
p re n d u n bain, le flu id e est
l ’eau. P o u r q u ’u n é c h a n g e
th e rm iq u e ait lieu d an s u n sens
fav o rab le à l ’ab aissem en t de la
t e m p é r a t u r e c o r p o r e ll e , la
te m p é ra tu re d u flu id e doit être
in fé rie u re à la te m p é ra tu re d e
la p ea u qui est d e l ’o rd re de
34°. S ’il y a in v ersio n , l ’a ir
é ta n t p lu s c h a u d q ue la peau, la
convection n ’a p lus lieu. L e
corps se réchauffe.
L e ray o n n e m e n t est un
é c h a n g e d ’é n e rg ie e n t r e le
c o r p s e t l ’e n v i r o n n e m e n t
ra y o n n a n t. Ce m écanism e, d if­
fé re n t d u précéden t, p e u t être
r e n d u in o p é ra n t p o u r les m ê ­
m es raisons. E n cas d e fo rte
c h a le u r, se u le l ’év a p o ratio n ,
qui est le passage d e l ’ea u de
1 é ta t liqu ide à l ’etat gazeux, est
efficace. C ’est la voie de la d é ­
p erd itio n caloriq ue p ré p o n d é ­
ran te.
Calories libérées
L e refro id issem en t in te rn e
d e l ’org anism e h u m a in se fait
g râce à u n e au g m en ta tio n de la
circu latio n san g u in e p é r ip h é ­
rique En effet, la c h a le u r doit
être am en ée à la surface, d ’où
e lle p e u t se dégager. Les g la n ­
d es sud orip ares sécrèten t alors
u n e q u an tité im p o rta n te de
su e u r d o n t l ’év apo ratio n p e r ­
m e t la lib ératio n des calories
e n excès. L a tran sp ira tio n p eu t
ê tre considérable e t a tte in d re
1 litre d ’eau p a r h eu re . L a
su e u r c o n te n a n t e n o u tre du
sel, il y a des perd ition s asso­
ciées d e sodium e t d éséquilibre
in tern e. Il est essentiel de com ­
p e n s e r les p e r te s p a r u n e
h y d ra ta tio n a b o n d a n te accom ­
p ag n é e d ’u n e p rise de sel.
L ’alim e n tatio n lors d e fortes
c h a le u rs doit ê tre plus salée
q u ’à l ’o rd in aire. L a q u an tité de
c h a le u r qui se p erd p a r évapo ­
ratio n dépen d d e l ’h u m id ité de
l ’air. Si cette d e rn iè re est forte,
irp; h u m a in se refro id it
le corps
difficilem ent.
Le coup de chaleur
P o u r n e pas so u ffrir d e la
c h a le u r, il fa u t se protéger. E t
l ’u n e des p rem ières m esures
est de n e pas s ’exposer au
ra y o n n e m e n t d irec t d u soleil.
Les petits e n fa n ts e t les p erso n ­
n es âgées sont p a rtic u liè re ­
m e n t sensibles. Il fa u t donc
q u ’ils re ste n t à l ’om bre. L e
c o u ra n t d ’a ir facilite l ’év a p o ra ­
tion. E n excès, il p e u t d o n n e r
lieu à des d o u le u rs m usculaires
ou r é v e ille r des rh um atism es.
L a prise du liquide doit ê tre
ré p a rtie s u r l ’en sem b le de la
lournée d e m a n ière égale. Les
aoissons alcoolisées so n t e x trê ­
m e m e n t d an g e reu se s, p a rc e
q u e l ’a p p o rt caloriq ue d e l ’al-
cool, q ue l ’organism e d e v ra
b rû le r, co n tribu e au réc h au ffe­
m ent.
L e p lu s co u ra n t des s y n d ro ­
m es de c h a le u r est le coup de
c h a le u r av e c collapsus. L e
est la conséquence d u n e p e rd i­
tion excessive d ’eau, non com ­
pensée. L e tra ite m e n t consiste
a m e ttre la personne, qui en est
la victim e, d an s u n en d ro it
frais. L a perte de connaissance
est b rè v e e t sans conséquence.
Si elle se prolonge, le m alade
doit être hospitalisé d ’urgence.
P lus g ra v e est la fièvre de ch a­
le u r qui s u rv ie n t chez des in d i­
vidus qui so u ffren t déjà d ’une
m aladie ch ro n iq ue, te lle cjue
l ’arté rio sc lé ro se , le d ia b e te
sucré, l ’alcoolism e et les tro u ­
bles vasculaires. L e sym ptôm e
d ’a la rm e est l ’a r r ê t de tra n sp i­
ratio n . D ’a u tre s sy m p tô m e s
p e u v e n t ê tre ressentis. Des
m au x d e tête, des vertiges, u n
m alaise g én é ral ou de la con fu ­
sion m e n ta le o n t été décrits. L e
signe capital est l ’a u g m e n ta ­
tion d e la te m p é ra tu re qui p eu t
atte in d re 43°. U ne th é ra p e u ti­
que d ’u rg ence s’impose, c a r la
fièvre de c h a le u r p eu t être
ra p id e m e n t m o rte lle . A v a n t
tout il co n v ien t de refro id ir le
m alad e e n le p lo ng eant dans
u n bassin d ’ea u glacée. U ne
hospitalisation e n u n ité d e r é a ­
n im atio n est le p lu s so u v en t
nécessaire.
P lu s fré q u en te s mais h e u ­
reu se m en t m oins graves sont
les cram pes de c h a le u r qui sont
caractérisées p a r des spasmes
d o ulo ureu x au niveau des m us­
cles, des jam bes p rin c ip a le ­
m en t. E lles sont la co n sé­
q u ence de p ertu rb atio n s dan s
1 équilibre des ions m in érau x
sanguins. U n déficit en m a g n é­
sium en est p ro b a b le m e n t la
cause. D ans nos clim ats, et
m algré la canicule, les m éfaits
de la c h a le u r d e v ra ie n t être
assez rares, car les m oyens de
protection sont faciles à m e ttre
en œ u vre. Il n ’en est pas de
m êm e d ans les pays chauds.
A tten tio n au bord de la m e r où
l ’exposition au soleil est tou­
jou rs dangereuse.
Ce fr a n ç
O utrances
U DÉBUT de l ’expérience de Radiorail, u n jo u rn a liste
a in te r v ie w é u n
c h e f d ’a n ten ne, et résum é
co m m e su it ses déclara­
tions : « Nous voilà m o m e n ­
ta n é m e n t libérés des stru c­
tures éto u ffa n tes qui sont
les n ô tr e s à L a u s a n n e .
Notre re n d em en t est supé­
rieur, grâce à la sim plifica­
tio n outrancière que nous
avons opérée. Ici, tout est
dicté p ar les exigences d u
p r o g r a m m e . C ’est to u te
n o tr e philosophie q u i a
changé. »
O n retrouve là d e u x vieil­
les connaissances d u style
a m p o u lé d ’a u j o u r d ’h u i.
D ’abord, le m ot « stru ctu re »
sy sté m a tiq u e m e n t m is au
pluriel. Q u ’est-ce q u ’u n e
s t r u c t u r e ? C ’e s t la
m anière, nous dit le diction­
naire, d o nt les parties d ’un
to u t sont arrangées en tre
a
/ j
elles. L e studio de L a usan ne
a donc u n e certaine struc­
tu re ; qu'on y éto uffe ou
non, il n ’en a pas plusieurs.
Il est de m ode aussi de
m e ttre de la philosophie
p artout, q u ’il s ’agisse d ’une
idée, d ’une doctrine, d ’une
thèse ou d ’u n e sim ple con­
ception (com m e c ’est le cas,
p our la radio, dans la décla­
ration en cause). Dans son
sens le plus ex te n sif, la phi­
losophie est u n e conception
générale d u m o nd e et des
problèm es de la vie.
Q u a n t à l ’a d j e c t i f
« outrancier » (= qui pousse
les choses à l'excès), il m e
paraît s ’appliquer beaucoup
m ie u x à ces « structures » et
à cette « philosophie » q u ’à
la sim p lifica tio n estivale
des m éthodes radiophoniques.
Claude Bodinier

Documents pareils