Press Release TEFAF 2016

Commentaires

Transcription

Press Release TEFAF 2016
BERNARD DE GRUNNE
Tribal Fine Arts
Présente
La sculpture Baoulé assise : Trônes des Esprits
à TEFAF Maastricht,
11-20 Mars 2016
Stand 122
Bernard de Grunne participera pour la 16e fois à TEFAF Maastricht. Il présentera une
collection unique de 18 pièces de qualité muséale, se concentrant sur les sculptures
assises de la tribu Baoulé du centre de la Côte-d’Ivoire. Il a fallu 4 années pour
rassembler cette collection exceptionnelle, et pour entreprendre les recherches visant à
une meilleure connaissance de ce phénomène : pourquoi est-il insolite de sculpter des
statues assises.
Plus d'info sur www.bernarddegrunne.com
Origines de la tribu Baoulé
En tant que groupe ethnique, les baoulé sont un mélange issu d’une culture « racine »
Baoulé du centre de la Côte-d'Ivoire, provenant du sous-groupe Baoulé Mamla datant
d'avant 1700 apr. J.-C.. Ils ont acquis certains éléments culturels des migrants d’origine
Akan, menés par la reine Abla Poku de la confédération Ashanti, qui, après une guerre de
succession entre 1725 et 1750 apr. J.-C., s’établirent sur le territoire Mamla divisé en
sous-groupes. La légende raconte que la reine sacrifia son propre fils pour pouvoir
traverser une rivière, et proclama « Baou-li », ce qui signifie « L'enfant est mort »,
donnant ainsi le nom à la tribu Baoulé.
Deux rivières, Bandama et Komoé, connues pour leur richesse en mines d'or, délimitaient
leur région. Leur société était considérée comme égalitaire et indépendante, aussi ils
prenaient les décisions politiques sous le Conseil des Anciens, ce qui était jugé comme
anarchique par les colonies.
Style artistique des Baoulé
Les styles artistiques de la Côte-d'Ivoire sont divisés en différents groupes tels que Gouro,
Baoulé, Dan, Sénoufo, Lobi et les Peuples Lagunaires. Le style Baoulé, l'un des plus raffiné
de l'art africain, regroupe des sculpteurs très reconnus dans toute l’Afrique. Tous les
détails anatomiques du corps humain sont sculptés avec extrême délicatesse (coiffure,
scarifications, ongles des doigts et des pieds, muscles...).
La majorité des sculptures Baoulé sont représentées debout et symbolisent généralement
l’idéal de l'homme (« blolo-bian ») et de la femme (« blolo-ba »), c’est-à-dire l'incarnation
des époux protecteurs de l’au-delà, qui sont révélés par le devin du village.
Particularités des sculptures Baoulé assises
De manière plus rare, les statues Baoulé sont représentées assises, sculptées pour les
devins comme contribution pour leurs rituels.
Les statues en terre cuite de la culture Nok au Nigéria sont les plus anciennes
représentations de l'homme assis en Afrique (entre 1000 av. J.-C. et 500 apr. J.-C.) à
l'exception de celles de l'Égypte antique. Parmi les autres styles de l'Afrique
subsaharienne, la posture assise est une iconographie inhabituelle. Par exemple, parmi
114 statues ancestrales Hemba (Zaïre) publiées par Neyt, seulement 6 sont représentées
assises {...} montrant à quel point cette posture se fait rare dans les styles artistiques de
l’Afrique centrale. Selon lui, la position assise implique le prestige et le pouvoir. Il suggère
également que chaque chefferie Hemba ne possédait qu’une seule statue ancestrale
assise, représentant une icône du héros fondateur éponyme de la chefferie, parmi toutes
les autres qui étaient en position debout. (Source : François Neyt, La grande statuaire Hemba du Zaïre,
Louvain-La-Neuve, 1977: 429)
L’étude de B. de Grunne portant sur 1308 sculptures Baoulé, publiées dans les archives
d’art Africain van Rijn de l’Université de Yale, montre que seulement 300 (23%) sont
assises.
Exemples de sculptures Baoulé assises
Au cours de ses recherches, B. de G. identifie 7 « Maîtres » et leur entourage, attribuant à
chacun un nom de convention, puisque les artistes ne signaient jamais leurs œuvres de
leur nom. Il prit comme référence les noms de collectionneurs ou de marchands célèbres,
qui découvrirent ou acquirent l’œuvre la plus représentative, servant d’exemple pour
chaque « Maître » et/ou atelier respectif.
Le Maître de Vérité (issu du célèbre collectionneur Pierre Vérité) : corpus de 7 statues
assises reconnaissables par de longues barbes tressées en fibres naturelles. (Voir Fig.1 dans le
document « Photo Sheet » du Press Kit)
Le Maître d’Ascher (issu du marchand renommé Ernst Ascher) : corpus de 12 statues
assises reconnaissables par leurs coiffures hautes et finement sculptées, leur patine de
couleur rouge soutenu et leur expression faciale intense. (Voir Fig. 2 dans le document « Photo Sheet »
du Press Kit)
Ces sculptures assises sont exposées publiquement et servent de résidence temporaire
aux dieux et aux esprits, qui prennent possession de leurs partenaires humains pour
envoyer un message lorsqu’ils sont en état de transe. À l'aide de ces statuettes, les devins
attirent le peuple et offrent un spectacle captivant. (Voir 2 images illustrant les cérémonies dans le
document « Photo Sheet » du Press Kit)
Trônes des Esprits
Bernard de Grunne soutient que « suite à la suggestion de Susan Vogel {...} le thème de la
sculpture assise caractérise le berceau de cet ancien style artistique Baoulé, créé par les
autochtones Mamla dans le centre de la Côte-d'Ivoire, et ce avant les migrations Akan du
Ghana actuel qui furent menées par la reine Abla Poku. Tout comme les Madones
intronisées de la France romanesque du 13e siècle. » (Source : Susan Vogel, Baule. Art africain. Western
Eyes, Yale University Press, New Haven, 1997: 30)
En outre, « en ce qui concerne l’évolution des styles Baoulé, on peut utiliser des repères
chronologiques tels que le type de sièges sur lesquelles les sculptures Baoulé sont assises.
Les statues elles-mêmes ont été ramenées en France entre 1920 et 1960 alors que les
chefferies Baoulé ont probablement commencé dès 1600 apr. J.-C. ».
Note à l’Editeur :
Contact Presse: Julie Mottier - +32 484 263 816
[email protected]
Bernard de Grunne - Tribal Fine Arts
Avenue Franklin Roosevelt 180
1050 Brussels - Belgium
[email protected]
www.bernardegrunne.com
Follow us: