Document de stratégie régionale de réduction de la pauvreté en

Commentaires

Transcription

Document de stratégie régionale de réduction de la pauvreté en
Le Secrétariat Exécutif
de la CEDEAO
La Commission de l’UEMOA
Document de stratégie régionale de réduction
de la pauvreté en Afrique de l’ouest
Par
Le Groupe Technique de Pilotage de
La Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté
En Afrique de l’Ouest
A
Ouagadougou et Abuja
Version provisoire
Août 2004
(ne pas citer)
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION .......................................................................................................................................6
CHAPITRE 1 : PAUVRETE, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT HUMAIN EN AFRIQUE
DE L’OUEST .............................................................................................................................................10
1.1. L’ampleur de la pauvreté et des inégalités monétaires ....................................................................................................10
1.1.1. Evolution de l’incidence de la pauvreté en Afrique de l’Ouest .....................................................................................10
1.1.2. Evolution des inégalités de revenus en Afrique de l’Ouest ...........................................................................................12
1.1.3. Vulnérabilité économique en Afrique de l’Ouest ..........................................................................................................13
1.1.4. Vulnérabilité et insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest .......................................................................................14
1.2. Les caractéristiques « micro » de la pauvreté en Afrique de l’ouest...............................................................................16
1.2.1. La pauvreté par zones géo-économiques .......................................................................................................................16
1.2.2. Analyse des caractéristiques démographiques et socioéconomiques de la pauvreté. ....................................................17
1.3. Croissance et pauvreté en Afrique de l’ouest....................................................................................................................17
1.3.1. Analyse des déterminants de la pauvreté .......................................................................................................................17
1.3.2. Contribution de la croissance à la réduction des inégalités et de la pauvreté ................................................................18
1.3.3. Liens entre croissance et pauvreté : une analyse des élasticités.....................................................................................18
1.4. Autres dimensions de la pauvreté et du développement humain. ...................................................................................19
1.4.1. Education.......................................................................................................................................................................19
1.4.2. Santé ..............................................................................................................................................................................22
1.4.3. Accès à l’eau potable.....................................................................................................................................................23
1.4.4. Accès aux autres services d’infrastructure.....................................................................................................................24
1.5. Conflits et pauvreté en Afrique de l’ouest.........................................................................................................................26
1.5.1.Principales sources des conflits communes aux crises de la région................................................................................26
1.5.2. Les conflits sont aussi le résultats de facteurs aux dimensions régionales ....................................................................27
1.5.3. L’impact des conflits n’est qu’une somme négative pour le développement de la région.............................................29
1.6. Vers un profil régional de la pauvreté : l’approche intégrée...........................................................................................31
1.7. Cheminement des pays vers les objectifs de développement du millénaire (ODM) ......................................................37
1.7.1. Bilan actuel des DSRP en Afrique de l’Ouest ...............................................................................................................37
1.7.2. Indicateurs de suivi des progrès vers l’atteinte des objectifs de développement du millénaire (ODM) ........................38
1.7.3. Analyse des indicateurs de suivi des ODM, objectif par objectif ..................................................................................39
CHAPITRE 2 : STRATEGIES NATIONALES ET STRATEGIES REGIONALES POUR
ACCELERER LA CROISSANCE EN AFRIQUE DE L’OUEST. ......................................................48
2.1. Les politiques macroéconomiques......................................................................................................................................48
A- Le cadre régional................................................................................................................................................................49
B- Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux ............................................................................51
2.2. La politique commerciale ...................................................................................................................................................57
A- Cadre régional ....................................................................................................................................................................57
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux ............................................................................59
2.3. Politiques agricoles, sécurité alimentaire, politique foncière et développement rural. .................................................67
A- Le cadre régional................................................................................................................................................................67
B- Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux ............................................................................68
2.4. Les politiques industrielles et de service............................................................................................................................78
2.4.1. Mines .............................................................................................................................................................................78
2.4.2. Industries .......................................................................................................................................................................79
2.4.3. Artisanat ........................................................................................................................................................................81
2.5. Les politiques d’appui au secteur privé.............................................................................................................................84
A. Cadre régional.....................................................................................................................................................................85
B. Synthèse des politiques nationales......................................................................................................................................86
2.6. Les infrastructures et la compétitivité de l’espace sous-régional ....................................................................................87
2.6.1. Transports routier et maritime .......................................................................................................................................87
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
ii
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.6.2. Transport aérien.............................................................................................................................................................91
2.6.3. Energie...........................................................................................................................................................................94
2.6.4. Télécommunications......................................................................................................................................................97
2.6.5. L’aménagement du territoire communautaire..............................................................................................................102
CHAPITRE 3 : STRATEGIES SOCIALES. ........................................................................................104
3.1. L’éducation ........................................................................................................................................................................104
A. Cadre régional...................................................................................................................................................................104
B. Synthèse des politiques nationales revue des programmes régionaux ..............................................................................104
3.2. La santé ..............................................................................................................................................................................110
A. Cadre régional...................................................................................................................................................................110
B. Synthèses des politiques nationales et revue des programmes régionaux.........................................................................110
3.3. Les migrations ...................................................................................................................................................................112
3.3.1. Importance du phénomène migratoire en Afrique de l’Ouest......................................................................................112
3.3.2. Les réglementations en matière de mouvements des populations ...............................................................................117
3.3.3. Migration et stratégie régionale de lutte contre la pauvreté.........................................................................................117
3.4. La prévention des conflits .................................................................................................................................................119
CHAPITRE 4 : MISE EN ŒUVRE, CADRAGE ET FINANCEMENT. ..........................................122
4.1. Evaluation des besoins d’investissement et financement des Programmes. .................................................................122
4.1.1. Eléments de cadrage budgétaire ..................................................................................................................................122
4.1.2. Identification des actions prioritaires...........................................................................................................................123
4.2. La mise en œuvre du DSRP régional ...............................................................................................................................125
4.2.1. Dispositif institutionnel de mise en oeuvre..................................................................................................................125
4.2.2. Mécanismes de financement........................................................................................................................................125
4.2.3. Programmation triennal des activités...........................................................................................................................126
4.2.4- Les facteurs de risques ................................................................................................................................................126
CHAPITRE 5 : SUIVI ET EVALUATION DE LA STRATEGIE REGIONALE DE LUTTE
CONTRE LA PAUVRETE.....................................................................................................................127
5.1. Objectifs et mécanismes de suivi et évaluation de la mise en œuvre du DSRP régional. ............................................127
5.1.1. Objectifs de suivi et évaluation de la Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté .............................................127
5.1.2. Le mécanisme de suivi-évaluation de la SRRP ...........................................................................................................128
5.1.3. Cadre Institutionnel de suivi-évaluation de la SRRP...................................................................................................128
5.2. Système d’indicateurs de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre du DSRP régional .............................................129
5.2.1. Indicateurs retenus pour la composante 1 du mécanisme de suivi-évaluation de la SRRP .........................................129
5.2.2. Indicateurs pour la composante 2 du mécanisme de suivi-évaluation de la SRRP......................................................132
ANNEXES STATISTIQUES..................................................................................................................133
A- Statistiques Economiques ...................................................................................................................................................133
B- Statistiques Sociales.............................................................................................................................................................142
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
iii
Liste des Tableaux
Tableau 1: Indicateurs Sociaux de quelques pays de l'Afrique de l'Ouest, (2001) .........................................................................8
Tableau 2: Indicateurs économiques de quelques pays de l'Afrique de l'Ouest, (2001).................................................................9
Tableau 3: Incidence de la pauvreté dans les pays de la CEDEAO..............................................................................................10
Tableau 4: Coefficient de Gini et Inégalités dans les pays de la CEDEAO .................................................................................11
Tableau 5: Croissance du revenu par habitant et pauvreté dans quelques pays de l’Afrique de l’Ouest......................................13
Tableau 6: Principaux indicateurs de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest........................................................................15
Tableau 7: Estimations de l’élasticité de la croissance de la pauvreté et du taux de croissance du PIB requis pour réduire
l’incidence de la pauvreté de 4 % par an. ...........................................................................................................................19
Tableau 8: Financement de l’éducation et taux d’analphabétisme ...............................................................................................20
Tableau 9: Parité filles - garçons et taux d’achèvement dans le primaire ....................................................................................20
Tableau 10: Taux de scolarisation aux niveaux primaire, secondaire et supérieur.......................................................................21
Tableau 11: Quelques indicateurs de santé...................................................................................................................................23
Tableau 12: Population ayant accès à l’eau potable .....................................................................................................................24
Tableau 13: Population ayant accès aux infrastructures sociales (%) ..........................................................................................25
Tableau 14: Accès aux services d’infrastructure ..........................................................................................................................25
Tableau 15: Bilan actuel des DSRP en Afrique de l’Ouest ..........................................................................................................38
Tableau 16: Classement des pays de l’Afrique de l’Ouest selon la valeur de l’IDH....................................................................39
Tableau 17: Résultats de l’objectif 1 de l’ODM...........................................................................................................................39
Tableau 18: Résultats partiels de l’objectif 8 de l’ODM (en millions de dollars) ........................................................................47
Tableau 19: Couverture de l’espace UEMOA en réseau routier ..................................................................................................90
Tableau 20: Estimation du temps d’escale navire dans quelques principaux ports ......................................................................90
Tableau 21: Couverture de l’espace UEMOA en téléphone et coût comparé de l’appel téléphonique ........................................99
Tableau 22: Point sur la résolution concernant la taxe de perception pour les appels intra-UEMOA..........................................99
Tableau 23: Migration internationale nette en Afrique de l’Ouest (Période 1995-2000) ...........................................................113
Tableau 24: Répartition des émigrants burkinabé d’après les périodes de départ et les pays d’accueil .....................................114
Tableau 25: Répartition par pays d’accueil des émigrants maliens entre 1960 et 1992 .............................................................115
Tableau 26: Répartition de la population Ouest africaine en Côte-d’Ivoire selon les données de 1998.....................................116
Tableau 27: Population Ouest africaine en Europe depuis 1996 ................................................................................................116
Tableau 28: Les données par nationalité de la diaspora ouest africaine en Europe selon les données de 2002 .........................117
Liste des Encadrés
Encadré 1: Mesure de la pauvreté monétaire................................................................................................................................11
Encadré 2: Insécurité alimentaire chronique et conjoncturelle : les deux visages d’un même mal ..............................................16
Encadré 3: Calcul de la ligne de pauvreté, expérience du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire....................................................34
Encadré 4: Les critères de convergence des économies de l’Afrique de l’Ouest et quelques résultats de surveillance ...............50
Encadré 5: Analyse statistique des indicateurs de convergence des pays de l’UEMOA, 1998-2003...........................................53
Encadré 6: Point sur le respect des critères de convergence par les Etats membres de l’UEMOA de 1998 à 2003.....................54
Encadré 7: TEC de l’UEMOA et Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO ..........................................................58
Encadré 8: Bilan de la mise en œuvre théorique du TEC et des mesures concomitantes par les pays de l’UEMOA (Situation à
fin 04/2001 actualisée à fin 03/2003)..................................................................................................................................63
Encadré 9: Evolution des échanges intra-UEMOA sur la période 1996-2002 .............................................................................64
Encadré 10: Point sur la mise en œuvre du TEC de l’UEMOA ...................................................................................................65
Encadré 11: Coopération transfrontalière et lutte contre la pauvreté – Cas de la région de Lipkato-Gourma .............................74
Encadré 12: Développement des filières agricoles régionales - le coton......................................................................................74
Encadré 13: L’aménagement des bassins : Une alternative pour les politiques de lutte contre la pauvreté en Afrique de l’Ouest.
............................................................................................................................................................................................75
Encadré 14: Le dispositif régional de prévention et de gestion des crises....................................................................................75
Encadré 15: Le question foncière rurale en Afrique de l’Ouest ...................................................................................................76
Encadré 16: Programme Commun du Transport Aérien des Etats membres de l’UEMOA : Plan d’actions prioritaires.............93
Encadré 17: Programme Energétique Communautaire de l’UEMOA..........................................................................................95
Encadré 18: Plan directeur du potentiel énergétique de la CEDEAO ..........................................................................................96
Encadré 19: Critères de convergence de la CEDEAO en matière de télécommunication..........................................................100
Encadré 20: Quelques Initiatives de coopération régionale en Afrique de l’Ouest en matières de l’éducation .........................107
Encadré 21: Liste des indicateurs de suivi des DSRP nationaux................................................................................................130
Liste des Figures
Figure 1 : Carte des conflits en Afrique de l’ouest.......................................................................................................................27
Figure 2 : Carte des réfugiés en Afrique de l’ouest ......................................................................................................................30
Figure 3: Cartographie Régionale de la pauvreté : Burkina Faso, Cote d’Ivoire et Ghana, 1998 ................................................32
Figure 4: Cartographie Régionale de la pauvreté, taux d’alphabétisme par régions ....................................................................35
Figure 5 : Cartographie Régionale de la pauvreté, Taux d’accès aux Centres de Santé...............................................................36
Figure 6: L’universalité de l’enseignement primaire en Afrique de l’Ouest : taux de complétion...............................................40
Figure 7: Rapport taux de scolarisation filles/garçons dans le primaire et le secondaire .............................................................41
Figure 8: Taux de mortalité infantile (5 ans et moins) .................................................................................................................42
Figure 9: Pourcentage des naissances assistées par le personnel médical ....................................................................................43
Figure 10: Accès à l’eau potable (en % de la population) ............................................................................................................46
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
INTRODUCTION
1.
La pauvreté est sans aucun doute le défi majeur auquel sont confrontés les pays
d’Afrique au Sud du Sahara, en particulier ceux d’Afrique de l’Ouest. En effet, les quinze
pays de la sous région sont classés parmi les plus pauvres de la planète et au moins une personne
sur deux y vit avec moins d’un dollar par jour, incidence des plus élevées parmi les blocs
régionaux du monde. De façon concomitante, les pays de la sous-région accusent aussi un retard
important concernant les autres dimensions du développement humain, notamment l’éducation, la
santé, la sécurité et l’accès à l’eau potable et aux autres infrastructures de base – transports,
énergie et télécommunication. De plus, la région est frappée par un nombre grandissant de
« maux » et de défis transnationaux tels que les maladies infectieuses (Paludisme, HIV/SIDA,),
les conflits nationaux, y compris les guerres civiles, dont les effets transcendent les frontières, et
qui détruisent le peu de capital physique et humain que les pays ont su accumuler. La
persévérance de ces maux contrarie gravement les efforts des pays pour accélérer la croissance et
réduire la pauvreté comme envisagé dans les stratégies nationales (DSRP) et les objectifs de
développement du millénaire (ODM).
2.
Les pays de la sous région sont déterminés à relever ce défi, tant au plan national que
sur le front régional. C’est pourquoi la plupart d’entre eux ont placé la lutte contre la
pauvreté au coeur de leurs stratégies nationales de développement. A ce jour, huit des quinze
pays de la sous région ont élaboré un Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
(DSRP)1. Le DSRP offre un cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté
dans lequel les pays définissent eux-mêmes : (i) leurs propres programmes de développement à
moyen terme à travers une approche consultative et participative ; (ii) des objectifs précis évalués
en utilisant les normes internationales telles qu’énumérées dans les Objectifs de Développement
du Millenium (ODMs) ; et (iii) un cadrage macro-économique et budgétaire à moyen terme qui
met en cohérence les priorités et les besoins de financement concomitants avec les ressources.
3.
Toutefois, il est de plus en plus évident qu’avec les inter connections entre les pays et
la prolifération des « maux » transnationaux mentionnés ci-dessus, les programmes
nationaux ne suffisent pas pour assurer aux pays d’atteindre les objectifs déclarés de
croissance et de réduction de la pauvreté. Progressivement, l’on est astreint à reconnaître que la
croissance et la pauvreté ont d’importants effets de contagion. Plus spécifiquement, dans le cas de
l’Afrique, ces « externalités » sont amplifiées par la petite taille des économies et le nombre
important de « biens » ou « maux » communs et de problèmes transfrontaliers ou régionaux.
Comme conséquence, un besoin pressant se fait sentir d’apporter des réponses concertées et
collectives aux problèmes communs, d’agir de façon proactive sur la base de stratégies nationales
et régionales intégrées plutôt que de façon ad hoc et réactive aux crises, et d’améliorer la
cohérence générale entre les programmes nationaux et les programmes régionaux.
4.
C’est pour cela que les Etats d’Afrique de l’Ouest ont mandaté le Secrétariat de la
CEDEAO et la Commission de l’UEMOA pour formuler une stratégie régionale de
réduction de la pauvreté qui viendrait renforcer les programmes nationaux des états
membres. A cet effet, les deux institutions ont mis en place un Comité Technique de Pilotage
pour conduire les travaux d’élaboration de la stratégie. Avec l’appui technique et financier de la
Banque Mondiale, le Comité a établi un plan d’action en deux phases pour la préparation et la
mise en œuvre du DSRP. Lors de la première phase, le Comité a renforcé ses capacités dans
l’analyse de la pauvreté et des DSRP nationaux, et a élaboré une revue des stratégies nationales
de réduction de la pauvreté (DSRP nationaux) ainsi que des programmes d’intégration régionale
1
A la fin Avril 2003, les pays ayant finalisé un DSRP complet sont : Bénin, Burkina Faso, Gambie, Ghana, Guinée, Mali, Niger,
Sénégal. La Côte d'Ivoire et le Nigeria ont pour leur part finaliser le intérim DSRP.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
6
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
en Afrique de l’Ouest. Cette revue a été discutée avec les équipes DSRP des pays membres lors
d’un forum important sur la pauvreté en Afrique de l’Ouest à Accra (novembre 2003). C’est lors
de cette rencontre que la résolution a été prise pour la préparation d’un document de stratégie
régionale pour la réduction de la pauvreté (DSRRP) lors d’une deuxième phase d’activités.
5.
Comme dans le cas des pays, le DSRRP constitue un cadre régional intégré de
référence permettant aux stratégies nationales et aux programmes régionaux de mieux se
renforcer dans les divers secteurs – macro, commerce, infrastructure, social, etc. - afin
d’accélérer la croissance, l’intégration et la réduction de la pauvreté en Afrique de l’Ouest.
De façon corollaire, le DSRRP offre : (i) aux organisations régionales un cadre stratégique pour
mieux prioriser les programmes régionaux et les mieux conjuguer avec les programmes nationaux
afin de maximiser les effets de croissance et de réduction de la pauvreté, (ii) aux états membres,
une meilleure visibilité de l’ensemble des programmes régionaux afin qu’ils en tiennent compte
dans la préparation des stratégies nationales, et (iii) aux partenaires au développement, un cadre
stratégique développé par l’ensemble des pays, qui permet de mieux structurer les concours
extérieurs aux pays tout comme au processus d’intégration de façon à maximiser l’efficacité de
leurs appuis. A cause des ces multiples fonctionnalités, le DSRRP constitue un important
document de facilitation du dialogue entre les organisations régionales, entre les pays et ces
organisations, et entre les pays, les organisations régionales et les partenaires extérieurs.
6.
Le DSRRP est structurée à la manière des DSRP nationaux, mais a aussi beaucoup
emprunté de la structure des DPR (« Development Policy Review ») de la Banque mondiale.
Un premier chapitre (I) fait l’état des lieux en terme de « development outcomes », analysant les
acquis des différents pays de la sous-region en terme de croissance, pauvreté monétaire,
vulnérabilité et développement social (éducation, santé, etc.). Les chapitres 2 et 3 font la revue
des stratégies nationales et régionales pour la croissance et la réduction de la pauvreté. Cette
analyse est organisée par thèmes centraux. Spécifiquement, le chapitre 2 couvre les stratégies
intégrées d’accélération de la croissance – macro, commerce, infrastructure, etc., tandis que le
chapitre 3 traite des stratégies d’ « inclusion », qui favorisent la participation des pauvres à la
croissance – éducation, santé, migration, prévention/résolution des conflits, etc. Comme dans les
DSRPs et les DPRs, les chapitres 4 et 5 traitent respectivement du cadrage budgétaire à moyen
terme – perspectives `a moyen terme, plan d’action et budget-programme - et du mécanisme de
suivi et évaluation de la mise en œuvre de la stratégie. Une série d’annexe est aussi proposée –
statistiques, cadrage, matrice des actions et résumé des études de base.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
7
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 1: Indicateurs Sociaux de quelques pays de l'Afrique de l'Ouest, (2001)
Pauvrete
Population
Pop.
Totale
million
% par
rapport a
CEDEAO
Pop.
Urbaine
% pop.
1,9
4,6
5,4
0,6
20,9
21,3
3,3
1,0
4,0
4,1
15,6
6,5
11,6
16,3
1,2
11,1
11,2
9,8
4,8
19,6
7,6
129,9
2,7
4,8
6,8
0,5
4,6
4,7
4,1
2,0
8,2
3,2
54,2
43,1
19,1
47,0
24,2
30,7
21,1
48,1
33,9
39,0
33,5
44,8
45,7
47,3
40,4
43,0
48,7
49,0
44,9
47,1
43,3
44,7
44,0
380
230
660
180
240
180
500
300
350
450
260
70
75
40
66
45
40
60
59,0
5940 *
23628 *
72,4
239,6
674,3
30,2
100,0
281,4
34,6
40,7
35,1
45,7
44,5
44,0
375
309
474
45
60
..
Surperficie
(% CEDEAO)
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
Ghana
Guinea
Nigeria
UEMOA
ECOWAS
SSA
0-14 ans **RNB par
% pop tete, US$
% de la pop en
dessous de
$1/jour
CEDEAO: Part de la population, 2001
Autres
7%
UEMOA
30%
45
60
35
Ghan
8%
Nigeria
55%
Source : WDI 2003; Banque Mondiale et Calcul des auteurs
* : en Km2
** : Valeurs de 2000
Sante
*Experance de
vie
Selected
Countries
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
Ghana
Guinea
Nigeria
Education
Taux de
mortalite
HIV infection
infantile
(% of pop.
(pour 1,000 Aged 15-49)
naissances)
PNB/Tete (US$/jour
Analphabete *Taux de
(% pop. Age scolarisatio
15+)
n Primaire
*Taux de
scolarisation
Secondaire
Niger
Guinea Bissau
Burkina Faso
Mali
53
45
46
44
43
46
52
49
58
46
47
87
105
111
127
120
116
67
77
57
96
83
2,1
7,2
10,1
2,3
1,7
1,5
1,8
8,5
2,4
2,1
4,1
60
76
53
61
59
84
63
43
29
nd
36
78
40
71
71
45
29
62
120
76
51
98
17
7
24
nd
10
7
16
27
39
12
33
Nigeria
Togo
ECOWAS
Ghana
UEMOA
Benin
Guinea
SSA
Senegal
UEMOA
ECOWAS
SSA
47
48
47
103
91
92
4,4
nd
nd
63
44
38
64
67
77
15
19
27
Cote d'Ivoire
0
0,4
0,8
1,2
1,6
Source : WDI 2003; Banque Mondiale, UNAIDS, 1998a et Calcul des auteurs
* : Valeurs de 1999
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
8
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 2: Indicateurs économiques de quelques pays de l'Afrique de l'Ouest, (2001)
Structure du PIB (%)
Revenu
PIB,
(Mil.,
US$)
Pays
2 372,0
2 486,0
10 735,0
199,0
2 647,0
1 945,0
4 636,0
1 259,0
5 301,0
3 034,0
42 674,0
26 279,0
77 288,0
318 374,0
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
Ghana
Guinea
Nigeria
UEMOA
ECOWAS
SSA
% dans PIB:Tx de
total croiss.(%),
CEDEAO
1995-01
3,1
3,2
13,9
0,3
3,4
2,5
6,0
1,6
6,9
3,9
55,2
34,0
100,0
411,9
5,1
4,8
3,8
1,4
4,9
3,5
5,4
3,1
4,2
4,0
2,8
4,0
3,9
3,3
Inflation
(%)
Agricul
ture
Indus
trie
4,0
5,0
4,3
3,3
5,2
4,0
3,1
3,9
32,9
Nd
13,0
4,1
7,9
Nd
36,0
38,0
24,0
56,0
38,0
41,0
18,0
40,0
36,0
24,0
35,0
36,4
35,1
18,0
14,0
21,0
21,0
13,0
26,0
17,0
27,0
21,0
25,0
38,0
35,0
20,0
23,5
29,0
(Manuf)
Services
9,0
50,0
41,0
55,0
31,0
36,0
42,0
55,0
39,0
39,0
38,0
30,0
43,6
41,5
53,0
15,0
18,0
10,0
4,0
7,0
18,0
10,0
9,0
4,0
4,0
11,4
9,8
14,0
CEDEAO: Part du PIB, 2001
Autres
8%
Nigeria
52%
Source : WDI 2003; Banque Mondiale et Calcul des auteurs
CEDEAO: Structure du PIB, 2001
Commerce Global
Export, % du Import, %
PIB
du PIB
Pays
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
Ghana
Guinea
Nigeria
UEMOA
ECOWAS
SSA
Gh
7
15,2
10,1
38,2
40,7
31,5
16,7
29,7
32,6
52,2
27,3
44,4
26,8
30,8
30,7
27,9
25,9
31,3
73,6
42,3
25,0
37,7
49,7
70,5
29,0
39,9
39,2
41,2
31,4
Terme de
l'echange
B et S
(1995=100
)
82,2
83,2
102,8
69,8
69,8
89,0
..
91,0
106,8
100,5
99,5
84,0
89,5
112,7
Investissement
Invest., en
% du GDP
19,2
25,4
8,8
21,7
21,1
11,3
20,1
19,7
23,7
20,9
20,1
18,4
19,3
17,1
Agroc
35
Services
42%
Dette
Dette Ext. Serv Dette
/Rev Nat.
/ export
(%)
(%)
70,8
60,0
115,0
364,8
115,0
80,5
75,9
113,9
130,7
109,6
80,0
124,5
119,7
67,7
10,0
11,0
8,1
0,7
6,6
6,6
9,3
5,9
8,9
9,2
11,5
7,3
8,0
9,0
Source : WDI 2003; Banque Mondiale et Calcul des auteurs
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
9
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
CHAPITRE 1 : PAUVRETE, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT HUMAIN EN
AFRIQUE DE L’OUEST
1.1. L’ampleur de la pauvreté et des inégalités monétaires
1.1.1. Evolution de l’incidence de la pauvreté en Afrique de l’Ouest
7.
L’état de la pauvreté en Afrique de l’Ouest représente le défi majeur auquel il faudra faire
face au cours de la première moitié de ce siècle. La région Ouest africaine constitue l’une des
régions les plus pauvres au monde. En 1997, l’Indice de Pauvreté Humaine (IPH) dans la région
était de 52% en moyenne contre 39 % dans toute l’Afrique (BAD, 2000). Le plus faible indice de
38% a été enregistré au Togo contre 66 % pour l’indice le plus élevé au Niger.
8.
Comme la pauvreté humaine, la pauvreté monétaire en Afrique de l’Ouest est
devenue préoccupante. Son incidence reste élevée. Elle varie de 30 % au Bénin à 72,6 % au
Togo et à 88 % en Guinée-Bissau. Plus grave, la tendance de l’incidence de la pauvreté en
Afrique de l’Ouest est à la hausse. Ainsi, l’incidence de la pauvreté au Burkina est passée de 44,5
% en 1994 à 45,3 % en 1998. Cette évolution est similaire en Côte d’Ivoire dont le taux de
pauvreté est passé de 32,3% en 1993 à 36,8 % en 1995 puis à 33,6 % en 1998. Il en est de même
pour le Nigeria et le Ghana dont les taux de pauvreté sont passés respectivement de 42,8 % en
1992 à 65,6 % en 1996 et de 35,7 % en 1991 à 42,6 % en 1999.
9.
Ainsi, partant de ces incidences (voir tableau 3), les pays de la sous-région Ouest-africaine
peuvent être classés sommairement en quatre catégories: (i) Les pays dont l’indice varie entre 30
et 35%, il s’agit du Bénin (30 %), du Cap Vert (30,2%) et de la Côte d’Ivoire (33,6 %) ; (ii) les
pays dont l’indice varie entre 36 et 55 %. Il s’agit de la Guinée (40,0 %), du Ghana (42,6 %), du
Burkina (45,3 %) et du Sénégal (53,9 %); (iii) les pays dont le taux varie entre 56 et 69 %. Il
s’agit du Niger (63,0 %), du Mali (63,8 %), de la Gambie (64,0 %) et du Nigeria (65,6 %) ; (iv) il
y a enfin les pays dont le taux est au-delà de 70%. C’est le cas du Togo (72,6 %), de la Sierra
Leone (82 %) et de la Guinée-Bissau (88 %)2.
Tableau 3: Incidence de la pauvreté dans les pays de la CEDEAO
Pays et période
Bénin : 1999-2000
Burkina Faso : 1998
Cap vert : 1993
Côte d’ivoire : 1998
Gambie : 1992
Ghana : 1998-1999
Guinée : 1994
Guinée-Bissau : 1994
Liberia :
Mali : 1998
Niger : 1994
Nigeria : 1996
Sénégal : 2001
Sierra Leone : 1990
Togo : 1995
Zones
Urbaine
23,3
16,5
17,2
23,4
nd
22,8
nd
nd
nd
30,1
52,0
nd
44,0
74,0
nd
Ensemble
Rurale
32,9
51,0
46,1
41,8
nd
51,6
nd
nd
nd
75,9
66,0
nd
72,0
88,0
85,9
30,0
45,3
30,2
33,6
64,0
42,6
40,0
88,0
nd
63,8
63,0
65,6
53,9
82,0
72,6
Sources : DSRP pays, Rapport de la Banque mondiale (2001),
Tableaux de bord des Etats membres de l’UEMOA et Rapport BAD (2002)
2
Le Libéria ne dispose pas de données sur la pauvreté.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
10
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 4: Coefficient de Gini et Inégalités dans les pays de la CEDEAO
Pays et période
Bénin : 1999-2000
Burkina Faso : 1998
Cap vert : 1993
Côte d’ivoire : 1998
Gambie : 1992
Ghana : 1998-1999
Guinée : 1994
Guinée-Bissau : 1994
Liberia :
Mali : 1998
Niger : 1994
Nigeria : 1996
Sénégal : 2001
Sierra Leone : 1990
Togo : 1995
Coefficient de
Gini
Inégalités (Q5/Q1)
53,0
59,8
43,0
36,7
47,8
39,6
40,3
56,2
nd
50,5
50,5
50,6
30,0
62,9
nd
nd
10,0
nd
13,0
nd
5,0
7,4
nd
nd
12,2
20,5
12,7
7,5
57,6
nd
Sources : DSRP pays, Rapport de la Banque mondiale (2001),
Tableaux de bord des Etats membres de l’UEMOA et Rapport BAD (2002)
Encadré 1: Mesure de la pauvreté monétaire
Le concept et la mesure de la pauvreté est une tache complexe. Trois éléments sont nécessaires pour évaluer la
pauvreté monétaire: (i) une mesure de bien être ; (ii) une ligne de pauvreté, seuil à partir duquel la distinction se
fera entre pauvre et non pauvre ; et (iii) une mesure qui servira à évaluer le niveau de la pauvreté pour toute la
population ou un sous-ensemble de la population.
La mesure du bien être la plus courante est le revenu ou la consommation des ménages si l’on veut évaluer de
manière quantitative et objective la pauvreté. Pour les pays en développement, des questions pratiques imposent
l’utilisation de la consommation comme estimateur du bien être (Deaton et Zaidi, 2002) (1). La seconde étape est
la détermination de la ligne de pauvreté qui mesure le seuil entre pauvres et non pauvres. L’établissement du
seuil de pauvreté se fait principalement de deux manières : la ligne de pauvreté relative et la ligne de pauvreté
absolue. La dernière étape est le choix d’une mesure de pauvreté qui le plus souvent est l’incidence de la
pauvreté. Comme mesure de pauvreté, les deux premières mesures de la classe de mesures FGT(2) sont le plus
couramment utilisées : l’incidence et la profondeur de la pauvreté.
(1) Deaton, Angus and Salman Zaidi, 2002: “Guidelines for constructing Consumption Agregates for Welfare
Analysis” LSMS Working Papers No 135, The World Bank, Washington, DC, May 2002.
(2) Foster, James; Joel Greer, and Erik Thorbecke: 1984 “A class of Decomposable Poverty Measures”
Econometrica, vol. 52, N0. 3, pp 761-766.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
11
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
10. La pauvreté en Afrique de l’Ouest s’expliquerait par les politiques économiques
inappropriées (la politique des prix aux producteurs par exemple), les évolutions erratiques des
cours des matières premières, les conditions climatiques défavorables et l’environnement sociopolitique, notamment en Guinée-Bissau, au Liberia, en Sierra Leone et au Togo et plus
récemment en Côte-d’Ivoire qui se sont traduits par une croissance économique faible.
11. Environ une dizaine de pays de l’Afrique de l’Ouest ont traversé au moins une période de
conflit ou de fortes tensions depuis la décennie 90. Ces conflits de toute nature infligent des coûts
économiques, sociaux et humains énormes non seulement aux pays en conflits mais également
aux autres pays de la sous région. En effet, selon Collier et Ali (1999), une guerre civile réduit de
2,2 pour cent le PIB annuel par habitant, détruit les bases humaines et matérielles de
développement et laisse derrière elle un héritage social et politique pouvant compromettre le
progrès pendant les décennies à venir. En conséquence, la stabilité politique et sociale est un
facteur indispensable pour la réussite des réformes économiques et de tous autres programmes de
développement durable et de lutte contre la pauvreté. A ces facteurs internes, s’ajoutent
l’épidémie du VIH/sida qui retarde les avancées des pays ouest africains. Il semble exister une
relation entre le taux de prévalence du VIH et l’incidence de la pauvreté.
1.1.2. Evolution des inégalités de revenus en Afrique de l’Ouest
12. L’Afrique de l’Ouest offre l’un des taux d’inégalité les plus élevés du continent et du
monde avec près de 56,2 % en Guinée-Bissau, 59,8 % au Burkina Faso et 62,9 % en Sierra
Leone. Les plus faibles taux d’inégalité de 30,0 % et de 36,7 % sont respectivement enregistrés
au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Le quintile des 20 % les plus pauvres de la population Ouest
africaine ne reçoit que 5,2 % des revenus en comparaison de plus de 50,6 % pour le quintile des
20 % les plus riches. En d’autres termes, le quintile des 20 % les plus riches disposent dix (10)
fois plus de revenu que le quintile des 20 % les plus pauvres. Ce ratio est très différencié d’un
pays à un autre, allant de 5,0 fois au Ghana à 20,5 fois au Niger et à 57,6 fois en Sierra Leone.
Ces inégalités qui restent très variables et prononcées ne permettent pas à la croissance de réduire
la pauvreté. La sensibilité de la pauvreté à la croissance est donc faible.
13. L’analyse comparée des taux de croissance économique réel et du revenu réel par tête
montre une corrélation positive, signifiant qu’un accroissement substantiel de l’activité
économique en termes réels améliorerait le revenu par habitant. Par conséquent, le ralentissement
de la croissance entraînerait un ralentissement voire une baisse du revenu par habitant, ce qui
complique d’avantage la situation des populations pauvres de la sous région. Le revenu réel
moyen par habitant qui se situe autour de 465 dollars par habitant (soit environ 1,3 dollars par
jour) souligne l’ampleur du phénomène de la pauvreté dans la sous région.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
12
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 5: Croissance du revenu par habitant et pauvreté dans quelques pays de l’Afrique de l’Ouest
Pays
Bénin (1994/95 et 1999-00)
Burkina Faso (1994 et 1998)
Côte d’Ivoire (1995 et 1998)
Ghana (1991/92 et 1998/99)
Nigeria (1992 et 1996)
Sénégal (1994 et 2001)
Taux de croissance du Pourcentage de la population
PIB réel par habitant vivant en dessous du seuil de
pauvreté nationale
1995-2000
2,3
2,3
1,9
2,0
0,4
2,7
1
33,0
44,5
36,8
52,0
42,8
57,9
2
30,0
45,3
33,6
42,6
65,6
53,9
Variation
-3,0
+0,8
-3,2
-9,4
+22,8
-4,0
Source : Rapport sur le Développement dans le monde 2000/2001 : Combattre la pauvreté et DSRP Nationaux
Les dates inscrites dans la colonne pays correspondent aux années 1 et 2 de mesure du seuil de pauvreté
1.1.3. Vulnérabilité économique en Afrique de l’Ouest
14. Outre l’incidence de la pauvreté, qui est une mesure statique du bien être, la vulnérabilité
est aussi un élément important dans la lutte contre la pauvreté. En effet, l’identification des
groupes vulnérables permet de mieux cibler les politiques économiques et d’en réduire les effets
pervers sur ces groupes. Les facteurs de vulnérabilité sont la sécheresse, les inondations,
l’instabilité politique, les conflits, la fluctuation des cours des matières premières. Il s’agira de
montrer à l’aide d’exemples comment la production ou les revenus peuvent varier fortement du
fait de ces facteurs. Aussi les cas de la Sierra Leone, du Libéria, du Nigeria et de la Côte d’Ivoire
sont-ils à considérer dans un contexte fortement affecté par le conflit.
15. La faiblesse du revenu dans les pays de l’Afrique de l’Ouest s’accompagne entre autres de
la baisse de l’espérance de vie due à la pandémie du VIH/sida et de la recrudescence des maladies
telles que le paludisme, de la mortalité infantile élevée, du taux d’analphabétisme élevé et du
faible taux de scolarisation. Cette situation exerce un impact défavorable sur la productivité et la
croissance économique de la sous-région. Entre 1995-2000 et 2001, la croissance des économies
de l’Afrique de l’Ouest est restée stable autour de 3%, du fait du resserrement des quotas OPEP
relatifs à la production de pétrole nigérian et des incidences de la crise ivoirienne. Les plus faibles
taux sont enregistrés en Guinée Bissau, en Gambie, et en Guinée. Cette faiblesse du revenu est
due à la dominance des activités de mono-production de produits agricoles exportables, sujets aux
fluctuations des cours des matières premières sur le marché mondial et occupant plus de 70% de
la population, et aux politiques économiques.
16. La profondeur de la pauvreté qui mesure la vulnérabilité des populations pauvres, est de
15,3% en 1993 en Afrique sub-saharienne, de 12,6% pour l’Asie du Sud pour une moyenne
mondiale de 9,2%. Cette profondeur de la pauvreté est moins ressentie au Moyen Orient et en
Afrique du Nord où le taux est de 0,6%. En Afrique de l’Ouest, ce taux dépasse les 15,0%,
variant de 10,3% en Côte d’Ivoire à 13,7% au Burkina Faso, puis à 21,7% au Niger et à 59% en
Sierra Leone.
17. La profondeur de la pauvreté, illustrée par le niveau relativement élevé de l’écart de
pauvreté, montre bien la forte vulnérabilité à laquelle sont sujettes les populations de l’Afrique de
l’Ouest. Le ratio p1/po, calculé pour le Niger et le Mali, qui mesure la distance moyenne des
pauvres par rapport au seuil de pauvreté, est respectivement de 2,90 et de 1,51. Cette analyse
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
13
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
montre, non seulement la forte vulnérabilité des populations pauvres en Afrique de l’Ouest, mais
encore les importants efforts financiers à fournir pour réduire efficacement la pauvreté.
1.1.4. Vulnérabilité et insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest
18. En Afrique de l’Ouest, c’est en général le Sahel qui cristallise l’attention sur les problèmes
alimentaires, du fait des famines consécutives aux grandes sécheresses des années 70 puis 80.
C’est aussi dans le Sahel que les économies agricoles des ménages fondées sur des systèmes
d’autosubsistance étaient les plus fréquentes et par conséquent les plus vulnérables aux chocs
externes. Aujourd’hui, sans pour autant que le danger soit écarté dans le Sahel, la problématique
alimentaire dans la région est bien différente. Même en l’absence de crise climatique, la sécurité
alimentaire des ménages est loin d’être assurée que ce soit dans les pays sahéliens ou dans les
pays côtiers.
19. Dans les pays sahéliens, l’insécurité alimentaire est liée à la faiblesse des ressources des
ménages qui n’ont pas suffisamment de moyens de production pour produire leur nourriture, ou
de revenus pour l’acquérir sur les marchés. En milieu urbain, c’est la pauvreté et le sous-emploi
qui sont à l’origine des problèmes alimentaires structurels. On estime aujourd’hui que plus de 17
millions de sahéliens, soit environ un tiers, restent confrontés de manière chronique à la faim ou à
la malnutrition. Dans les pays côtiers, les deux principales causes de l’insécurité alimentaire sont
d’une part la pauvreté des ménages, en particulier en milieu urbain, et d’autre part les conflits. En
milieu rural, les possibilités de production diversifiées restent importantes et contribuent à limiter
la malnutrition. Dans ces pays hors zone CILSS, plus de 22 millions de personnes connaissent
quotidiennement les affres de l’insécurité alimentaire.
20. Au début des années 80, avant même la grande sécheresse de 1984, les pays du CILSS
étaient les principaux bénéficiaires de l’aide alimentaire allouée à la région. Sur un total de 724
000 tonnes de céréales (7,3 % de l’aide mondiale en céréales), ils recevaient de l’ordre de 530
000 tonnes, soit 73 %. Depuis, les conflits dans les pays côtiers ont conduit à rééquilibrer
sensiblement l’utilisation de l’aide alimentaire. Au cours des années 1998/2000, la région ne
perçoit plus que 473 294 tonnes de céréales (soit 4,5 % de l’aide mondiale), mais surtout la part
du Sahel a chuté de plus de la moitié, les autres pays recevant à peu près les mêmes quantités
d’aide alimentaire : respectivement 245 300 et 227 990 tonnes. Ces allocations s’expliquent pour
l’essentiel par l’importance des aides d’urgence acheminées au cours des différents conflits
successifs (voir tableau en annexe).
21. L’analyse montre d’ailleurs que les disponibilités caloriques moyennes par habitant sont les
plus faibles dans tous les pays qui subissent des conflits armés. L’insécurité perturbe les travaux
agricoles et compromet la circulation des vivres comme l’accès aux terres. Cumulés avec les
déplacements massifs de population, on assiste à une chute des productions agricoles et à des
ruptures d’approvisionnements alimentaires : sur la période 1980-2000, la Sierra Leone a vu ses
surfaces et ses productions de maïs réduites d’un tiers et de riz de plus de la moitié ; les surfaces
et les productions de riz au Liberia ont régressé de 25%.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
14
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 6: Principaux indicateurs de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest
Années
Bénin
Burkina Faso
Cap-Vert
Côte d’Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée-Bissau
Liberia
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra Léone
Togo
Mauritanie
Tchad
Ensemble 17 pays
Part de la
population
souffrant de
malnutrition
(%)
19997-1999
15
24
16
15
15
34
28
41
7
24
41
17
11
34
..
Part des enfants
de moins de 5
ans d’un retard
de croissance
(%)
1995-2000
25
37
16
22
19
26
26
28
40
46
19
34
22
23
28
..
Insuffisance
pondérale
néonatale
(%)
Apport
calorique
Kcal /J/Pers
Apport
protéique
Gr/Jour/per.
1995-2000
15
18
13
17
14
9
10
20
16
12
9
12
22
13
24
1999
2489
2376
3166
2582
2598
2590
2133
2245
2089
2314
2064
2833
2307
2017
2528
2703
2206
2599
1999
58,8
69,2
72,8
49,6
51,4
50,4
45,5
45,6
37,2
66,8
59
62,7
64
46,3
59,6
74,1
66,3
59,9
Source : FAO, PNUD
22. Dans la région CEDEAO, comme dans d’autres espaces régionaux africains, la pauvreté et
l’insécurité alimentaire sont largement amplifiées par les conflits, l’absence de paix civile, la
corruption et plus largement la mauvaise gouvernance ou la mauvaise gestion des affaires
publiques. Les conflits armés ont amplement contribué à la dégradation de la situation
économique en Sierra Leone et au Libéria. Actuellement, c’est en Côte d’Ivoire que la crise est la
plus aiguë et remet en cause le rôle de moteur économique qu’elle jouait dans la zone franc, avec
des retombées économiques et sociales sur les différents pays de la sous-région, en particulier les
pays sahéliens enclavés pour lesquels la Côte d’Ivoire représentait un débouché important, un
espace d’émigration économique (flux de ressources vers le pays d’origine) et une voie d’accès
aux marchés internationaux, via les ports. Par ailleurs, des conflits plus localisés ou plus larvés
continuent d’affecter le climat dans la région (Casamance, Nigeria, Guinée Bissau).
23. Ces différents conflits induisent des «zones grises» aux frontières, favorables au
développement de trafics en tout genre et de la criminalité. De surcroît ils conduisent à des
déplacements importants de populations réfugiées, placées dès lors dans une précarité extrême, et
dépendante de la solidarité familiale, régionale ou internationale. Ces déplacements de
populations affectent les conditions socio-économiques à la fois dans les territoires en conflits et
dans les territoires d’accueil, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Enfin, ils conduisent à
amplifier les pressions localisées sur les ressources naturelles, et induisent des dégradations
supplémentaires de l’environnement.
24. La mauvaise gouvernance de son côté, est souvent un des facteurs sous-jacents ou
aggravants les conflits. Même en temps de paix, elle contribue souvent à une dégradation de la
situation économique des populations les plus vulnérables, en (i) détournant les ressources de
l’Etat au détriment des secteurs sociaux essentiels, (ii) en alimentant un climat d’incertitude qui
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
15
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
freine les investissements privés nationaux ou étrangers, (iii) en réduisant les flux d’aide au
développement, etc. Si le sous-développement et la pauvreté sont souvent mises en avant pour
expliquer les conflits, les différents exemples dans la région montrent que les origines des conflits
relèvent de combinaisons complexes entre contrôle des ressources (en particulier minérales),
enjeux et manipulation de clivages ethniques ou régionaux, utilisation de l’espace agropastorale,
masse critique d’une jeunesse déstructurée et sans emploi et formes d’appropriation et de contrôle
du pouvoir politique et économique. De manière certaine, les conflits constituent le processus
inverse au développement, pour le pays concerné mais aussi pour ses voisins et voire toute la
région.
Encadré 2: Insécurité alimentaire chronique et conjoncturelle : les deux visages d’un même mal
L’insécurité alimentaire revêt deux dimensions :
–
l’insécurité alimentaire chronique ou structurelle, qui résulte essentiellement du caractère massif de
la pauvreté. Celle-ci est d’autant plus prégnante que l’agriculture et l’élevage, piliers de la plupart
des économies des pays sahéliens, sont confrontés à de fortes contraintes. Par ailleurs, la richesse
créée par les autres secteurs d’activité reste peu dynamique et inégalement répartie. Ainsi,
globalement, l’insécurité alimentaire structurelle des ménages relève davantage de problèmes
d’accessibilité (insuffisance de revenu) que d’une disponibilité insuffisante des denrées sur les
marchés ;
– l’insécurité alimentaire conjoncturelle, correspond aux difficultés alimentaires qui affectent
périodiquement certaines catégories de la population et dont l’intensité est variable (depuis les
pénuries limitées dans le temps et dans l’espace jusqu’aux crises généralisées). Les populations les
plus vulnérables à ce risque de pénurie sont les ménages ruraux vivant dans les zones où la
production agricole est incertaine — en raison de la faiblesse de la pluviométrie moyenne et de sa
forte variabilité —, et où les sources alternatives de revenus sont limitées. Les ménages urbains les
plus pauvres sont aussi confrontés à ce risque lorsque les prix des denrées flambent subitement. Ces
deux dimensions de l’insécurité alimentaire sont étroitement liées. D’une part, la faiblesse du revenu
accroît la vulnérabilité des populations aux risques de crise alimentaire ; d’autre part, la succession
de plusieurs années difficiles (sur le plan alimentaire) limite la capacité des populations à
entreprendre des changements techniques ou organisationnels susceptibles de conduire à une
amélioration de leurs revenus. A fortiori, une crise alimentaire, avec ses retombées négatives sur le
capital humain, environnemental et productif d’une région ou d’un pays, hypothèque, parfois pour
de nombreuses années, les possibilités d’une amélioration durable de la sécurité alimentaire.
Ces deux dimensions de l’insécurité alimentaire doivent donc être considérées simultanément, que ce soit dans
l’analyse des déterminants ou dans la définition des stratégies et politiques de sécurité alimentaire.
Source : Dossier de communication Cilss « Sahel 21 : le refus de la misère, le choix d’une sécurité alimentaire durable »
1.2. Les caractéristiques « micro » de la pauvreté en Afrique de l’ouest
1.2.1. La pauvreté par zones géo-économiques
25. En Afrique de l’Ouest, la pauvreté affecte à la fois les zones urbaines et rurales. En
effet, dans les zones rurales, la proportion de pauvres varie de 33 % à 88 % contre 16,5 % à 74%
dans les zones urbaines. C’est au Burkina que cette différence est la plus grande, l’incidence de la
pauvreté en zone rurale étant trois fois plus élevée qu’en zone urbaine. L’écart le plus faible est
enregistré au Niger. Il est suivi du Cap Vert, du Mali et du Ghana où la probabilité d’être pauvre
est plus de deux fois plus grande suivant qu’on vit en milieu urbain ou en milieu rural. Dans ces
Etats, seule une action ciblée en faveur du monde rural peut contribuer efficacement à la lutte
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
16
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
contre la pauvreté. On constate par ailleurs qu’aucun pays sahélien ne figure parmi les cinq pays
ayant les incidences les moins élevés. Néanmoins, au vu des données disponibles, il est difficile
de conclure sur l’influence de la géographie sur la pauvreté. Une esquisse de solution est donnée
plus loin dans ce chapitre avec le profil intégré de pauvreté. En outre il convient de signaler que
ces données ne sont pas toutes comparables, la définition de la pauvreté étant variable d’un pays a
un autre.
1.2.2. Analyse des caractéristiques démographiques et socioéconomiques de la pauvreté.
26. L’analyse du phénomène de pauvreté en Afrique de l’Ouest montre que les facteurs socioéconomiques tels que l’âge, la taille du ménage, le niveau d’instruction du chef de ménage
constituent des déterminants de la pauvreté. Ainsi, la pauvreté augmente avec la taille des
ménages, en particulier en milieu urbain. Par exemple au Bénin, dans les ménages de plus de six
personnes, l’incidence de la pauvreté est deux fois plus élevée que dans les ménages de moins de
trois personnes. Au Sénégal, la taille moyenne des 20 % des ménages les plus pauvres dépasse 10
personnes alors que celle des 20 % des ménages les plus riches est de moins 8 personnes.
27. Par ailleurs, le secteur d'activité et la classe sociale expliquent l’incidence de la pauvreté.
Au Burkina, plus de 50% des actifs du secteur de l’agriculture sont pauvres contre 2,2 % des
salariés du secteur public. L’incidence de la pauvreté est assez élevée chez les inactifs et les
chômeurs. Les femmes, qui contribuent à plus de 50 % dans la force de travail au niveau de
l’agriculture, sont plus nombreuses parmi les pauvres. Ces couches sociales, qui composent la
majorité de la population, restent marginalisées. Les femmes et les jeunes sont faiblement insérés
dans les circuits formels de l’économie et exercent des métiers peu rémunérés dans le secteur
informel. Cette marginalisation favorise leur exclusion sociale et accentue la délinquance juvénile
et la prostitution, voire la vulnérabilité au recrutement paramilitaire. La pauvreté provient aussi de
l’exclusion sociale des groupes vulnérables notamment les orphelins, les handicapés et les
personnes âgées.
1.3. Croissance et pauvreté en Afrique de l’ouest.
1.3.1. Analyse des déterminants de la pauvreté
28. Les principaux déterminants de la pauvreté en Afrique de l’Ouest résident dans une
croissance économique insuffisante et non-pourvoyeuse d’emplois, une forte inégalité des
revenus, une faible productivité des facteurs de production (terre et travail), une précarité des
emplois traditionnels notamment agricoles ou informels, une faible intégration et diversification
des structures de production, une diversification insuffisante des exportations, une divergence
entre répartition spatiale de la valeur ajoutée et celle de la population active, un poids élevé de la
dette publique et une détérioration quasi structurelle des termes de l’échange.
29. Les difficultés d’accès aux ressources physiques et monétaires (terre, capital) par les
pauvres conditionnent aussi la faible productivité de l’agriculture. Sur un plan transitoire, la
faiblesse des revenus ruraux est liée à la volatilité et à la politique des prix agricoles qui
pénalisent surtout le secteur rural où sont concentrés les pauvres. Une large majorité des pauvres
n’a pas accès aux ressources financières et productives permettant de créer des emplois. Le
marché du travail est profondément déséquilibré. De nombreux actifs dans le secteur rural ne sont
pas occupés à plein temps. Le secteur formel, public ou privé, occupe entre 2% à 5% de la
population active et fournit peu de nouveaux emplois chaque année.
30. La persistance de la précarité des conditions de vie des populations semble être liée aux
limites des politiques publiques du fait de la faible utilisation des approches participatives et de la
décentralisation dans les différents programmes, à l’insuffisance de ciblage des catégories et des
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
17
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
régions, à la faible capacité d’absorption avec des déficits en infrastructures de base, la
persistance de problèmes de gouvernance perturbant la gestion de nombreux programmes et la
dégradation physique et qualitative des services sociaux de base (santé, éducation,
assainissement, habitat, accès à l’eau potable et nutrition) mal répartis. La pression
démographique couplée d’une faiblesse du niveau des techniques agricoles a accentué la
destruction du couvert végétal, la dégradation des sols et entraîné des perturbations climatiques
qui affectent défavorablement les rendements des cultures. Du fait de la forte densité de la
population rurale dans certains Etats membres (60 à plus de 100 habitants au km²), la pénurie des
terres arables se pose avec acuité.
1.3.2. Contribution de la croissance à la réduction des inégalités et de la pauvreté
31. La croissance est une composante nécessaire mais pas suffisante pour la réduction de la
pauvreté. Dans la plupart des pays de la CEDEAO, le taux de croissance économique annuel
moyen excède rarement 5 % sur la période 1995-2001. Même pour les pays qui réalisent les taux
le plus élevés, le taux réalisé est inférieur au minimum requis pour pouvoir lutter efficacement
contre la pauvreté. Le tableau 4 ci-dessous donne, compte tenu des élasticités actuelles entre la
croissance et la réduction de la pauvreté, les taux de croissance annuels nécessaires pour réduire
la pauvreté de 4 % par an et donc d’un tiers en dix ans, donc moins que la réduction de moitié
d’ici à 2015. Ainsi, le Bénin aurait besoin d’un taux de croissance de 6.6% alors que son taux de
croissance moyen entre 1995 et 2000 était de 5.1%. Globalement, les performances économiques
n’ont pas été suffisantes pour réduire substantiellement la pauvreté.
32. Etant donné que la majorité des pauvres se trouve en milieu rural, seule une croissance
substantielle des revenus de ce milieu permettra de réduire la pauvreté. Par ailleurs, la croissance
du secteur primaire qui occupe plus de 80 % de la population et dont la part dans la formation du
PIB est d’environ 35 % n’a été que de 4 % sur la période 1994-2000. Avec un tel rythme de
progression, il est difficile à ce secteur d’impulser durablement une croissance économique
d’ensemble forte et suffisante pour réduire significativement la pauvreté.
1.3.3. Liens entre croissance et pauvreté : une analyse des élasticités
33. La croissance peut contribuer à la réduction de la pauvreté si elle élève le revenu moyen
des pauvres. L’effet de la croissance sur la pauvreté dépend à la fois de la distribution du revenu
au sein de la population et de l’élasticité de la pauvreté à la croissance. Avec un taux de
croissance annuel moyen de 4 % à 5 % retenu pour le moyen terme dans les DSRP nationaux et
une incidence de la pauvreté de 30 à plus 80 % en 1998, il sera difficile aux Etats membres de
réduire de moitié la pauvreté d’ici à 2015. Toutes choses égales par ailleurs, une étude de la CEA
a montré que pour réduire la pauvreté de moitié en 17 ans dans les Etats de l’UEMOA, il faut une
croissance d’au moins 7 % par an.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
18
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 7: Estimations de l’élasticité de la croissance de la pauvreté et du taux de croissance du PIB requis pour
réduire l’incidence de la pauvreté de 4 % par an.
Bénin
Burkina
Côte d’Ivoire
Guinée Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
Cap Vert
Gambie
Ghana
Guinée
Liberia
Nigeria
Sierra Leone
Élasticité de la
croissance de la
pauvreté
-1,08
-1,01
-1,06
-0,88
-0,81
-0,62
-1,08
-0,79
-1,08
-0,81
-1,01
-0,87
-0,71
-0,98
Croissance
requise par
habitant
3,70
3,96
3,77
4,55
4,94
6,45
3,70
5,06
3,70
4,94
3,96
4,60
5,63
4,08
Taux de croissance
de la population
Taux de croissance
du PIB requis
2.90
2.80
3,10
2,10
2,80
3,3
2,60
3,10
2,20
3,70
2,80
2,70
2,90
2,50
6,60
6,76
6,87
6,65
7,74
9,75
6,30
8,16
5,90
8,64
6,76
7,30
8,53
6,58
Source : CEA : Rapport Economique sur l’Afrique, 1999
1.4. Autres dimensions de la pauvreté et du développement humain.
1.4.1. Education
34. Le taux d’analphabétisme reste élevé dans cette zone de l’Afrique. Au Niger il a atteint
84%. Le Mali, le Burkina, le Sénégal et le Bénin connaissent aussi des taux très élevés ( entre 60
et 80%). Par contre, au Cap Vert, le taux d’analphabétisme n’est que de 12%. Ces taux sont en
général plus élevés dans les zones rurales et pour les femmes.
35. Au-delà de la faiblesse des indicateurs sociaux, les Etats présentent de très fortes inégalités
entre les régions, les zones rurales et les zones urbaines. Ces inégalités sont toujours en défaveur
des zones rurales et des régions sahéliennes, régions à forte incidence de la pauvreté. Elles sont
aussi fondamentales à la compréhension des dynamiques des conflits dans les pays traversés par
le Sahel. La situation du secteur de l’éducation est également marquée par les disparités assez
prononcées entre les sexes. Dans le primaire, le taux de survie des filles est faible, au nombre des
raisons, on peut retenir d’abord la faible accessibilité, problème de l’abandon prématuré du
système scolaire à cause du mariage précoce, les corvées domestiques et des travaux champêtres.
36. Pour certains cas comme le Burkina, la Cote d’Ivoire et le Sénégal ou le Nigeria, le taux
d’achèvement du primaire baisse entre 1990 et 2000. Cette baisse est beaucoup plus attribuée à la
chute du taux d’achèvement des garçons. Au niveau du secondaire, des progrès ont été notés dans
la sous-région mais la fréquentation demeure très basse par rapport à la moyenne africaine. En
effet, le taux brut moyen de scolarisation s’est établi à 15,5% contre 29 % pour l’Afrique. Les
pays sahéliens sont à la traîne avec des taux variant de 7% pour le Niger à 12 % pour le Mali. Il
faut noter qu’aucun pays en Afrique de l’Ouest n’a eu un taux supérieur à la moyenne africaine.
Le plus important est celui du Togo qui est de 27 %. L’indice de parité filles–garçons dans le
secondaire varie entre 36 % et 50 % pour la période 1996-99.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
19
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 8: Financement de l’éducation et taux d’analphabétisme
PAYS
1990
3.2
2.7
Bénin
Burkina Faso
Cap Vert
Cote d’Ivoire
Guignée
Guinée Bissau
Gambie
Ghana
Liberia
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra Leone
Togo
En % du PIB
98-2000
-
-
4.6
1.9
3.8
3.2
2.7
4.1
3.2
0,9
3,9
5.5
2.8
2.7
3.2
1.0
4.8
Taux analphabétisme
Hommes
Femmes
47.9
76.4
66.1
85.9
8.7
15.2
40.5
62.5
Total
62.6
76.1
12
51.4
45.9
34.8
6.4
15.1
64.2
76.2
10.4
52.7
76.5
50.7
11.4
47.4
84
91.5
15.7
72.3
61.6
42.8
8.9
31.2
74.4
84
13.1
62.6
27.7
57.5
49.2
Source : World Development Indicators 2003, Banque mondiale
Tableau 9: Parité filles - garçons et taux d’achèvement dans le primaire
Pays
Bénin
Burkina
Cote d’Ivoire
Guinée
Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
Cap Vert
Gambie
Ghana
Guinée
Liberia
Nigeria
Sierra Leone
Proportion des filles
dans la population
scolarisée du
primaire
1990
2000
33,3
40,6
38,4
41,3
41,4
43,2
35,7
40,2
36,1
42
39,5
40,6
45,2
31,5
43,2
41,2
39,6
46,6
44,3
48,9
47,6
47,4
41,1
40,8
43,3
Taux de d’achèvement du primaire
(F = filles ; G=garçons ; Ens= ensemble)
1990
Année la plus récente
F
15
14
32
12
9
13
35
26
35
54
9
62
-
G
31
24
55
21
Ens.
23
19
44
16
14
23
56
55
45
71
24
82
-
11
18
45
41
40
63
16
72
-
F
30
30
51
-
G
47
20
30
-
Ens.
39
25
40
31
année
1998
1998
1999
2000
18
22
49
119
24
61
-
29
19
34
115
44
73
-
23
20
41
63
117
70
64
34
67
32
1998
1998
2000
1999
1997
2000
1999
2000
2000
2000
Source:Banque Mondiale, 2003
37. Au niveau du supérieur, les tendances observées au primaire et au secondaire se
confirment. Le taux de scolarisation le plus élevé ne dépasse pas 7% en moyenne (Cote d’Ivoire).
En Guinée Bissau, ce taux est le moins élevé et représente 0,45% de la population concernée. Les
disparités entre filles et garçons sont aussi remarquables.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
20
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 10: Taux de scolarisation aux niveaux primaire, secondaire et supérieur
Pays
Bénin
Burkina
Faso
Cap vert
Côte
d’Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Enseignement Élémentaire
ou primaire
Enseignement secondaire
Total
Garçons
Filles
Total
Garçons
Filles
Total
Garçons
Filles
98 –99
99 –00
98 –99
99 –00
99 - 00
00 - 01
98 –99
99 –00
99 - 00
81.72
85.90
42.11
42.91
-139
73.50
76.90
--
99.19
102.69
49.93
50.53
-140
84.28
88.16
--
64.23
69.09
34.20
35.21
-137
62.69
65.59
--
20.98
21.78
9.34
9.98
68,64
28.89
30.07
11.68
12.19
--
13.11
13.54
7.01
7.77
--
3.29
3.60
--
5.25
5.81
--
1.34
1.42
--
21.70
31.32
28.32
37.83
15.05
23.42
7.00
--
10.23
--
3.71
--
00 - 01
82
86
78
--
--
--
--
--
--
37.28
41.86
32,66
3
5
2
Années
scolaires
99 - 00
84
88
79
00 - 01
80
84
76
Enseignement Supérieur
99 - 00
63
75
51
13.78
20.10
7.28
--
--
--
00 - 01
67
78
56
--
--
--
--
--
--
Guinée
Bissau
98 –99
-
-
-
-
-
-
-
-
-
99 –00
82.66
99.07
66.34
20.37
26.42
14.38
0.45
0.76
0.14
Libéria
99 - 00
00 - 01
98 –99
99 –00
98 -99
99 -00
99 - 00
00 - 01
98 -99
99 -00
99 - 00
00 - 01
98 -99
99 -00
25,66
31.17
20.10
-11
----3
-3
---1
6.36
6.19
1.34
1.25
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra
Leone
Togo
55.15
30.67
32.43
--70.09
73.20
64.88
36.69
38.69
--76.81
78.42
45.37
24.44
25.95
--63.27
67.89
15.03
6.64
6.50
--19.58
23.94
19.75
8.09
7.83
--23.71
26.37
10.29
5.13
5.13
--15.27
21.55
-7
1.91
----3.49
2
133.26
123.75
151.29
138.65
115.12
108.77
33.52
36.21
47.80
50.23
19.20
22.16
3.84
3.72
Source : Institut des Statistiques de l’UNESCO, octobre 2002
38. Face à cette situation, des mesures d’accélération de la scolarisation par le biais de
programmes volontaristes d’amélioration de l’offre d’éducation. (Initiative 25-2005 de
l’UNICEF, FAST TRACK de la Banque Mondiale etc.) ont été mises en place à la fin des années
90. L’objectif principal étant d’améliorer le niveau d’éducation et réduire le taux
d’analphabétisme. Sur le plan de l’amélioration de l’équité entre filles et garçons, plusieurs
programmes comprenant des mesures incitatives ou des mesures de discrimination positive en
faveur des filles et des femmes ont été mises en œuvre dans les pays membres. Toutes les formes
d’éducation non formelles ont été mises à contribution pour l’accélération de l’accès à l’éducation
pour tous (EPT).
39. De manière globale, les mesures d’ajustement mises en œuvre dans les pays de l’Afrique
de l’Ouest ont encouragé aussi bien l’augmentation de la part des ressources publiques consacrées
à l’éducation que la diversification de ces ressources (mise à contribution du financement privé et
communautaire) et la rationalisation de leur gestion. Les dépenses publiques consacrées à
l’éducation n’ont pas connu une augmentation importante ces dernières années. On observe une
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
21
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
diminution de la part des dépenses de l’éducation dans le PIB dans tous les pays ou les données
sont disponibles. Les priorités étant dans tous les domaines, peut-on envisager une augmentation
de la part des budgets de l’éducation au détriment des autres domaines tout aussi prioritaires ?
L’une des solutions n’est-elle pas la diversification des sources de financement ? En ce qui
concerne le financement communautaire, dans plusieurs pays comme le Mali, le Sénégal, le
Bénin, le Burkina Faso, les écoles communautaires développées par les ONG et leurs partenaires
représentaient souvent plus de 25% des écoles primaires du pays. Une autre mesure
d’amélioration de l’accès à l’éducation mise en œuvre dans plusieurs pays de la CEDEAO
(Sénégal Niger, Mali, Burkina etc.) a été le recrutement des milliers d’enseignants non
professionnels (volontaires, vacataires) souvent rémunérés par les communautés ou par les
collectivités locales.
1.4.2. Santé
40. Les statistiques font remarquer une forte inégalité entre les nations. A titre d’exemple, en
1999, la mortalité infantile varie de 50 décès pour 1000 au Cap vert à 223 au Mali, 252 au Niger
et 283 en Sierra Leone. Pour quelques rares pays, le taux de mortalité infantile a connu une
augmentation entre 1990 et 1999. C’est le cas de la Cote d’Ivoire et du Nigeria. La mortalité
maternelle demeure préoccupante. En effet, selon les estimations nationales, le taux de mortalité
maternelle se situe entre 210 décès pour 100 000 naissances (cas du Ghana) et 910 décès (cas de
la Guinée Bissau). Les taux les plus observés se concentrent entre 500 et 700. L’augmentation
dans la majorité des cas des dépenses de santé exprimées par rapport au PIB fait constater que les
Etats ne sont pas indifférents à la situation sanitaire de la sous région. L’espérance de vie à la
naissance augmente très timidement dans la plupart des cas. Cependant, le Nigeria, la Côte
d’Ivoire, le Mali, le Togo et le Burkina reculent en termes de longévité. Cette situation peut entre
autres s’expliquer par la crise économique au cours de la décennie 90, et surtout par la persistance
des maladies telles que le SIDA et le paludisme.
41. La malnutrition touche aussi plus d’un tiers des enfants de moins de 5 ans. Elle atteint
55,4% au Cap Vert, 50 % au Niger et 40 % au Mali. Elle reste inférieure à 30 % dans la zone
côtière. L’utilisation des services de santé est faible et connaît des variations importantes entre
groupes sociaux. Ainsi, les 20 % les plus pauvres de la population ont recours deux fois moins
aux services modernes que les 20 % les plus riches. Le taux de couverture vaccinale des enfants
en milieu rural est faible par rapport au milieu urbain.
42. Les données disponibles au niveau de l’UEMOA sur les infections du VIH/SIDA montrent
une forte prévalence dans les pays de la région côtière. Ces infections du VIH progressent à la
faveur de la précarité des conditions sociales engendrée par la guerre et l’apparition des camps de
réfugiés, notamment en Guinée Bissau et en Côte d’Ivoire, accentuant la promiscuité et la
prostitution. Les mouvements de combattants, souvent accompagnés de viols et prostitution sont
aussi de nature à favoriser la progression du taux de prévalence. En effet, le taux de prévalence
est environ de 10,0 % parmi les adultes en Guinée Bissau, 10,8 % en Côte d’Ivoire et 7,2 % au
Burkina Faso. Le Sénégal, le Mali et le Niger affichent, un taux de prévalence inférieur à 2%, soit
le plus bas de la sous région. Tous les Gouvernements ont placé la lutte contre le sida au rang de
leurs priorités, avec l’implication des autorités dans la mobilisation de tous les acteurs et
partenaires au développement.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
22
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 11: Quelques indicateurs de santé
Pays
Bénin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinée Bis
Mali
Niger
Sénégal
Togo
Cape Vert
Gambie
Ghana
Guinée
Liberia
Nigeria
Sierra Leone
Afrique Sub-S
Mortalité infantile,
-5ans pour 1000
naissances
1990
..
..
150.0
246.0
..
335.0
..
142.0
..
127.0
119.0
..
..
136.0
323.0
1999
145.0
210.0
180.0
214.0
223.0
252.0
124.0
143.0
50.0
110.0
109.0
167.0
188.0
151.0
283.0
159
Mortalité
maternelle
90-98
500.0
600.0
910.0
580.0
590.0
560.0
480.0
520.0
210.0
670.0
700.0
Dépenses de santé Espérance de vie
(en % du PIB)
à la naissance
1990
2.8
4.1
3.1
..
3.2
..
2.6
2.8
..
4.8
4.0
3.4
..
2.7
..
2000
3.2
3.9
3.8
..
4.2
2.6
4.5
2.6
2.8
3.7
4.7
3.6
..
2.8
5.5
1990
51.9
45.4
49.8
42.3
45.0
44.9
49.5
50.5
65.3
49.3
57.2
43.7
45.1
49.1
35.2
2000
53.1
44.9
46.1
44.0
42.6
45.7
52.4
49.1
68.6
53.2
57.9
46.4
47.2
47.5
37.4
Source : World Development Indicators 2003 ; Banque Mondiale
1.4.3. Accès à l’eau potable
43. L’accès des populations à l’eau potable constitue une priorité parmi les actions retenues par
les Etats dans le cadre de leur stratégie de réduction de la pauvreté. La proportion des
populations ayant accès à l’eau potable augmente entre 1990 et 2000 aussi bien en zones urbaines
qu’en zones rurales. Malgré les efforts importants consentis avec l’appui des partenaires au
développement, la couverture en eau potable demeure un problème crucial pour l’ensemble de la
sous-région et notamment au Burkina, en Guinée Bissau, au Togo, au Niger et en Gambie. Au
Nigeria comme en Cote d’Ivoire, la proportion des populations urbaines ayant accès à l’eau
potable a baissé entre 1990 et 2000. Dans ces deux pays, la proportion de la population totale
ayant accès à l’eau potable augmente du fait des efforts consentis dans les zones rurales. Dans le
cas de l’ouest de la Côte d’Ivoire, les affrontements sur base ethnique ont eu un impact important
sur l’accès à l’eau potable. De nombreux puits ont été empoisonnés afin de pousser des
populations au départ.
44. Dans le domaine de l’assainissement, la situation est désastreuse. Ce domaine a été le
parent pauvre des interventions des Etats dans leur politique de développement. Au Mali,
seulement 8% des ménages disposent d’installations adéquates pour l’évacuation des excréta.
Pour l’évacuation des eaux usées, près de 95 % des ménages utilisent des pratiques non
hygiéniques, telles que des latrines traditionnelles. La gestion des ordures ménagères se fait à
l’aide de décharges sauvages favorables à la prolifération des vecteurs de maladies.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
23
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 12: Population ayant accès à l’eau potable
Pays
Bénin
Burkina Faso
COTE d’Ivoire
Guinée Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
Cap Vert
Gambie
Ghana
Guinée
Liberia
Nigeria
Sierra Leone
% population urbaine
1990
2000
74
66
97
92
79
65
74
65
74
90
92
82
85
85
72
83
80
91
72
78
75
% population rurale
1990
2000
55
37
69
72
49
52
61
51
56
60
65
38
38
36
36
37
53
62
36
49
46
% population totale
1990
2000
63
42
80
81
56
55
65
53
59
72
78
51
54
62
53
73
45
48
53
62
57
Source : World Development Indicators 2003, Banque Mondiale
1.4.4. Accès aux autres services d’infrastructure
45. L’accès des pauvres aux infrastructures modernes, telles que les transports, l’énergie, les
postes et télécommunications, qui améliorent le cadre de vie, demeure faible dans la majorité des
Etats. Au Niger par exemple, 96 % des ménages ruraux utilisent le bois comme principale source
d’énergie pour la cuisine en milieu rural, contre 92 % pour les ménages urbains. Le pétrole et le
gaz ne sont que très peu utilisés dans les centres urbains. Au Burkina, moins de 1% des ménages
ont accès à l’électricité en milieu rural en 1994. Même en milieu urbain, près de 64 % des
ménages utilisent la lampe à pétrole comme moyen d’éclairage.
46. L’accès au service de santé est élevé au Niger, en Gambie au Sénégal et au Burkina avec
des taux supérieurs à 90%. Par contre, ce taux est faible au Bénin (18%). Ce dernier a même
connu une régression entre 90-93 et 2000. Le Niger a connu la plus grande avancée dans ce
domaine car en 1990-93, seulement 30% des populations nigériennes avaient accès aux soins de
santé. L’accès aux sanitaires demeure un problème crucial pour l’ensemble de la sous-région
étant donné la faiblesse des taux observés, la moitie des pays se situant en dessous des 50%.
47. En ce qui concerne les autres infrastructures, la consommation d’énergie est encore faible.
Le Ghana, dont le niveau de consommation par tête est le plus élevé, a connu une baisse entre
1990 et 2000, passant de 346,8 KWH a 288.25 KWH. Les autres pays enregistrent une légère
augmentation de leur consommation par tête. Le coût d’un appel téléphonique de trois minutes
sur réseau fixe varie selon les pays. En 2001, le plancher est de 3 cents US en Sierra Leone, en
Guinée, au Ghana contre un plafond de 11 cents au Sénégal et au Niger.
48. A l’exception du Ghana, le nombre de téléviseurs pour 1000 habitants ne dépasse pas 100
pour tous les pays, soulignant les difficultés d’accès aux services d’information. Le problème se
pose avec plus d’acuité en Gambie et au Burkina dont le nombre de personnes ayant un téléviseur
est de 4 pour 1000 et 6 pour 1000 respectivement. Les pays de l’Afrique de l’Ouest ont enregistré
une augmentation généralisée des utilisateurs d’internet. Les taux les plus élevés sont observés au
Niger et en Guinée. Le Togo enregistre le taux le plus faible.
49. En ce qui concerne les infrastructures routières, les données permettent de constater une
insuffisance dans le bitumage des routes. Dans près de la moitié des pays, il y a une augmentation
insignifiante du pourcentage des routes bitumées. Dans d’autres cas ce pourcentage est constant
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
24
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
lorsqu’il ne diminue pas. La meilleure performance dans ce domaine est réalisée par Ghana dont
le réseau routier est bitume à 35%. Le taux le plus faible est obtenu au Libéria avec seulement 6%
de routes bitumées.
50. Dans l’ensemble des Etats, en raison de l’insuffisance de l’offre ou de l’accès aux
infrastructures, près de la moitié de la population continue de subir la privation de la satisfaction
d’un certain nombre de besoins essentiels. Dans certains cas, c’est faute de concertations initiales
avec les populations que les accroissements bruts des offres de services sociaux n’ont pas
véritablement profité à celles-ci.
Tableau 13: Population ayant accès aux infrastructures sociales (%)
Infrastructures Sanitaires
Services de santé
90-93
2000
90-93
Bénin
70
23
42
Burkina
42
29
…
Côte d’Ivoire
82
…
60
Guinée Bissau
27
47
…
Mali
49
69
…
Niger
52
20
30
Sénégal
50
70
40
Togo
63
34
…
Cap Vert
67
71
…
Gambie
76
37
…
Ghana
57
63
76
Guinée
56
58
45
Libéria
…
…
…
Nigeria
40
63
67
Sierra Léone
34
28
…
Source : BAD, Rapport sur le développement dans le monde, 2003
2000
18
90
…
40
40
99
90
…
…
93
…
80
…
51
38
Tableau 14: Accès aux services d’infrastructure
Pays
Bénin
Burkina Faso
Cape Vert
Cote d'Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Liberia
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra Leone
Togo
Consommation Coût moyen appel
Energie (KWH /
tel,
tête)
($/3min)
1990
44,7
2000
63,62
187
346,8
288,25
2001
0,09
0,1
0,04
0,05
0,05
0,03
0,03
0,07
0,11
77,1
98,7
80,89
120,57
0,11
0,03
0,1
Utilisateurs
d'Internet en
milliers
1998
3
5
2
10
2,5
6
0,5
0,3
0,1
2
0,3
30
7,5
0,6
7,5
2001
25
19
12
70
18
40,5
15
4
1
30
12
115
100
7
15
téléviseurs
Routes bitumées %
pour 1000
réseau total
habitants
1991
20
17,1
78
8,9
32,6
23
15,2
8,7
5,6
11,1
30
27,8
10,8
21,6
1999
20
16
78
9,7
35,4
29,6
16,5
10,3
6,2
12,1
7,9
30,9
29,3
8,9
31,6
1994-97
91
6
45
61
4
109
41
21
10
26
61
41
20
19
Sources: African Development Indicators 2000, World Development Indicators 2003; Banque Mondiale.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
25
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
1.5. Conflits et pauvreté en Afrique de l’ouest
51. Depuis la fin des années 1980, les conflits sont devenus un élément caractéristique et
incontournable en Afrique de l'ouest. En 2003, 65% de la population vivait dans des pays
sévèrement affectés par des conflits. Les différents épicentres des conflits actuels, essentiellement
le Libéria, la Cote d'Ivoire, la Casamance et le Nigeria partagent des facteurs structurels qui sont
à l'origine et perpétuent la violence dans cette région. Parmi les nombreuses et complexes sources
de ces conflits figurent la faiblesse de la gouvernance, y compris le secteur sécuritaire, l’absence
de débouchées pour une partie croissante de la jeunesse et la manipulation de clivages sociaux,
ethniques et «géographico-climatiques». Se conjuguent à ces éléments de dimension nationale des
facteurs transfrontaliers, qui contribuent à l’intensification des conflits par le fait même de se
propager au delà des frontières nationales. De manière similaire, l’impact de guerres civiles se fait
sentir au-delà des frontières nationales.
1.5.1.Principales sources des conflits communes aux crises de la région
52. La faiblesse de la gouvernance favorise l’instabilité qui ne peut être contenue par les
forces de défense et de sécurité. En effet, cette région compte plus de 70% des coups d'Etat
militaires en Afrique. Les influences externes, la corruption extrêmement répandue verticalement
et horizontalement, le clientélisme, les institutions publiques vulnérables et l'absence ou
l’inefficacité de processus de contrôle ont contribué à créer un environnement très favorable aux
conflits. Dans de nombreux cas, la fragilisation de l'État est aussi le résultat de manœuvres
politiques délibérées dans le but d'accéder aux ressources ou au pouvoir. Le processus de
démocratisation est très souvent affaibli par le calendrier électoral par lequel la campagne est
fondée sur le clientélisme ou l’appartenance ethnique, les résultats contestés, les élections ellesmêmes théâtres d’émeutes sanglantes et de graves violations des droits humains. Les crises en
Afrique de l’ouest ont très souvent eu un caractère politique avant de se transformer en guerre
civile comme cela a été le cas au Libéria, Sierra Leone, Guinée, Sénégal, Guinée Bissau et Côte
d’Ivoire. D’autres pays ont vu la transformation en affrontements violents à la suite d’un coup
d’Etat comme c’est le cas du Nigeria, Ghana, Togo et Burkina Faso. Face à des évènements d’une
telle brutalité, les forces de défense et de sécurité n’arrivent pas à contenir la violence et ont très
souvent été partie prenante, voire la cause immédiate de violences ou de conflits récurrents. Dans
certain cas, la mauvaise gestion du secteur sécuritaire a produit des conséquences immédiatement
dangereuses. Ces difficultés de gestion des affaires militaires ont pu prendre la forme de nonpaiement de primes, d’absence de contrôle civil, de rattachement des forces armées à un groupe
politique ou de fortes implications des militaires dans la gestion des affaires civiles de l’État,
notamment par l’absence de délimitation entre la police et l’armée. Il faut enfin reconnaître la
faiblesse ou la non adéquation des moyens mis à la disposition des forces de défense et de
sécurité pour appréhender les différentes menaces sur l’ensemble du territoire (mercenaires mieux
armés et formés, trafique d’armes légères, émergence de rebellions, etc.).
53. La jeunesse déstructurée et sans emploi est particulièrement à risque. Le niveau de
chômage chez les jeunes est inquiétant et nombres d'études analysant les structures
communautaires et familiales, urbaines et rurales, signalent des tendances préoccupantes résultant
notamment de l'absence de débouchées pour un nombre croissant de jeunes. De plus, ce contexte
crée une vulnérabilité importante à l'enrôlement au sein de milices ou factions armées,
pourvoyant aux besoins de base et comblant souvent un vide. En Cote d'Ivoire par exemple, les
milices menaçant le processus de paix sont essentiellement composées d'étudiants et de jeunes
issus de la rue. De même, des éléments très jeunes, arme malléable et peu chère, ont été
largement recrutés en Sierra Leone et au Libéria, et leur survie dépend de la prolongation de la
guerre.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
26
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
54. La manipulation des clivages ethniques, religieux et «géographico-climatiques»
constitue aussi l’un des facteurs. En effet, la plupart des pays d'Afrique de l'ouest sont traversés
par au moins deux lignes climatiques importantes suivant les limites du Sahel. De cette
délimitation physique, découlent de nombreux autres clivages qui traversent les pays
horizontalement alors que de nombreuses frontières s’orientent du nord au sud, verticalement,
offrant un accès maritime à de nombreux pays. Ces clivages physiques, puis religieux et
socioculturels ont contribué à entretenir une ambiance conflictuelle généralement mitigée. Les
clivages nord/sud, musulmans/chrétiens, éleveurs transhumants/paysans agriculteurs,
savaniens/côtiers ont souvent exacerbé des tensions nationales ou régionales. Ces différences,
finement manœuvrées par des entrepreneurs politiques poursuivant des agendas personnels
d’accès ou de maintien au pouvoir peuvent et ont formé une base de violences extrêmes. Les
conflits meurtriers sur une base religieuse au Nigeria à Kano entre Chrétiens et Musulmans ou les
déplacements forcés de populations originaires du nord de la Cote d’Ivoire hors de la région de
Gagnoa productrice de cacao en sont des exemples forts.
Figure 1 : Carte des conflits en Afrique de l’ouest
1.5.2. Les conflits sont aussi le résultats de facteurs aux dimensions régionales
55. A la longue liste des facteurs déjà identifiés à l’origine des conflits s’ajoutent ceux à
caractère transfrontalier dont l’analyse est particulièrement intéressante et appropriée dans le
cadre d’un document de stratégie régionale. Le cadre sociopolitique de l’Afrique de l’ouest offre
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
27
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
des frontières poreuses et précaires favorisant l’expansion des conflits d’un pays à l’autre.
L’unicité ethnique des zones frontalières rend d’autant plus difficile la limitation d’un conflit à un
seul pays. Le cas plus marquant est celui de la région du fleuve Mano où le conflit démarra à la
fin des années 80 et continua au début des années 90 au Libéria en glissant en Sierra Leone, en
Guinée et récemment en Côte d’Ivoire. De même, le cas du conflit de la Casamance au Sénégal
qui a directement entraîné une déstabilisation de la Gambie, la Guinée et la Guinée Bissau.
56. Les ressources naturelles peuvent aussi être l’objet de prédations dangereuses.
L’utilisation du domaine foncier aussi bien que l’extraction de ressources naturelles de haute
valeur sont très liées aux conflits mais de manière très différentes. Les multiples utilisations du
domaine foncier sont très anciennes et les modes de gestion des différends ont toujours existé de
manières plus ou moins efficaces. De la même sorte que les clivages ethniques, ces différentes
approches culturelles de la terre peuvent être aujourd’hui l’objet de manipulation et peuvent être
très facilement exacerbées par des agendas politiques. Il est nécessaire d’appréhender une
réforme de l’utilisation du domaine foncier pour l’ensemble de la région sur la base de politiques
cohérentes, coordonnées et complémentaires d’un pays à l’autre. Ces politiques devraient
particulièrement cibler le domaine foncier lié à la production de matières premières tout en restant
attentifs aux modes traditionnels de gestion de la terre. L’extraction et l’exploitation de ressources
naturelles telles que les diamants ou le pétrole interagissent avec les conflits très différemment.
L’aspect lucratif lié à ces ressources pour l’Etat mais aussi pour des acteurs non-étatiques ayant la
capacité d’exercer un contrôle sur un territoire est fondamental dans la compréhension de
l’appropriation de territoire, des revendications de sécession, ou du maintien d’un chaos apparent
sur certaines zones. L’exploitation du diamant a joué un rôle capital dans le financement des
factions dérivant de l’Etat ou de la rébellion en Sierra Leone ou au Liberia. Ces activités sont à
l’origine d’un commerce illégal des ressources naturelles contre lequel les organisations
régionales peuvent jouer un rôle important dans l’observation et le suivi des flux commerciaux et
le soutien de programme de régulation et certification tels que le processus de Kimberley pour les
diamants par exemple.
57. Les mouvements illicites de biens et de personnes directement liés à l’entreprise
guerrière sont très actifs dans la région. Le trafic d’armes légères est important en Afrique de
l’ouest, souvent issues de mutineries vidant les armureries nationales mais ce matériel provient
aussi d’un marché local et illégal d’armes légères. Dans certains cas, des membres de
gouvernement corrompus vendent des certificats d’utilisateur final (End-User Certificates, EUC)
à des trafiquants d’armes qui se chargent d’identifier des preneurs et de transférer documents et
matériel. L’absence de représentation suffisante de l’État et la fluidité des frontières favorisent un
nombre important de ce type d’opération et la liberté d’actions de ces groupes souvent beaucoup
mieux équipés que les forces de défense et de sécurité nationales. Les instituts de recherches
spécialisés dans les armes légères estiment entre 7 et 10 millions le nombres d’armes légères en
circulation en Afrique de l’ouest. Dans la même dynamique, des mouvements de combattants
mercenaires, miliciens ou mutins accompagnent les armes. Les groupes rebelles peuvent être très
rapidement soutenus par des groupes armés et entraînés, entrepreneurs de guerre, qui se déplacent
en fonction des opportunités. Les moyens pour faire face à ces groupes sont souvent très limités.
58. Les migrations importantes sont issues ou à l’origine des conflits. Les mouvements de
population et les camps de réfugiés issus d’un conflit voisin peuvent très vite devenir le ferment
de tensions dans le pays d’accueil. Une des perceptions très forte des réfugiés que les populations
ont des réfugiés est qu’ils sont, souvent associée à des combattants blessés forcés de récupérer
avant de retourner au combat. De même, les enfants soldats qui peuvent faire partie de ces
déplacements sont très vite stigmatisés et reçoivent relativement peu de soutien approprié à leur
réinsertion et cherchent alors à vendre leur seul savoir-faire dans ce nouveau contexte. Le cas des
travailleurs migrants en Cote d’ivoire relève d’un tout autre registre. Néanmoins, les perceptions
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
28
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
très fortes (de ces migrants eux-mêmes et des autochtones) d’«étrangers» sur le sol national
contribuent à les associer très rapidement aux tentatives de déstabilisation du pays. Dans ce cas
précis, cet amalgame a directement entraîné le départ forcé de plusieurs centaines de milliers de
personnes. Les communautés qui sont restées ont créé des groupes d’autodéfense et se sont
engagées dans des actions de vengeance.
1.5.3. L’impact des conflits n’est qu’une somme négative pour le développement de la région
59. Les conflits produisent des conséquences importantes au-delà des frontières nationales.
Selon une analyse des conflits (Collier, 2003), quand un pays connaît un conflit, il existe une
probabilité de 0,55 qu'au moins un de ces voisins soit à son tour l'objet d'un conflit. Cet effet de
propagation est largement renforcé dans cette région par une interdépendance très forte, en termes
économiques, sociaux, ethno-nationaux et politiques. L'absence d'accès maritime pour un certain
nombre de pays affecte leur commerce et les rend dépendant de la stabilité des pays par lesquels
passent leurs routes commerciales.
60. Les conséquences humaines et sociales sont catastrophiques. De manière systématique,
les civils ont souffert des conséquences les plus graves, les femmes et enfants d'autant plus. En
1996, un dixième de la population libérienne avait été tué et un tiers de la population restante était
réfugié en dehors des frontières, majoritairement des enfants et des femmes. De plus, les conflits
entraînent d'importantes conséquences humaines et sociales au delà des frontières nationales. Ils
sont la cause de déplacements majeurs de population au sein des frontières nationales mais aussi
au delà. Dans les deux cas, ces populations survivent dans des conditions très difficiles, sans
certitude de retour ou d’intégration dans la société d’accueil. Les guerres de la Sierra Leone et du
Libéria sont à l’origine d’une population réfugiée correspondant à 15% de la population
guinéenne. En Cote d’Ivoire, plus de 800 000 personnes ont été déplacées et 400 000 résidents
ont été forcés de quitter le territoire pour leur pays d’origine. Ces déplacements entraînent des
coûts sociaux et économiques très importants, portant sur les populations déplacées, sur les
populations d’accueil et plus généralement sur les économies des pays concernés. Au delà de ces
difficultés, ces mouvements sont très favorables à l’expansion du VIH/Sida d’une part parce que
remettant en cause les politiques de prévention et les programmes de traitement et d’autre part
parce que traînant leur lot de prostitution.
61. Bien que difficilement quantifiable, l’impact économique est très important. La totalité
des coûts économiques entraînés par un conflit pour les pays directement affectés et aussi pour la
région est difficile à évaluer. Mais à titre d’exemple, la crise en Cote d’Ivoire est responsable
d’un impact direct, au moins pour le Mali et le Burkina Faso, dépendant d’Abidjan pour accéder
aux flux maritimes. Les transports à travers la Cote d’ivoire ont été totalement interrompus puis
largement perturbés alors qu’avant la crise, 45% des exportations du Mali et 77% des
exportations du Burkina Faso transitaient par la Cote d’Ivoire. Selon l’UEMOA, la croissance des
pays de la région a été directement affecté par le conflit ivoirien de 1.7% à 4% au cours de ces
trois dernières années. Enfin la destruction des infrastructures et donc des liaisons commerciales
(transport, énergie, eau télécommunications) avec les pays voisins sont coûteuses à rétablir et
paralyse le commerce régional pendant une période critique. Une situation de conflit entraîne
certainement des perturbations dans la production agricole, notamment en raison de la difficulté
d’accès aux champs, au marché, la difficulté de distribution des intrants. Par ailleurs, il ne faut
pas négliger la création et la préservation d’une économie de guerre. Les conflits génèrent
l’expansion d’une économie illicite qui progressivement entretient l’instabilité au détriment de
l’économie formelle productive. Enfin, le secteur public se trouve aussi largement touché, la
priorité n’étant plus à la bonne gestion et aux résultats mais à la résolution de la crise. La part des
dépenses militaires augmente non seulement dans le pays directement en conflit mais aussi dans
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
29
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
le budget de ces voisins. Enfin, le chaos généré par une crise rend d’autant plus difficile le
prélèvement des taxes et les revenus publics diminuent aussi drastiquement.
Figure 2 : Carte des réfugiés en Afrique de l’ouest
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
30
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
1.6. Vers un profil régional de la pauvreté : l’approche intégrée
62. Les analyses précédentes comparent les profils pauvreté par pays. Cependant, les
différences de méthodologie et de définition rendent difficile la lecture de la pauvreté au niveau
régional. La comparaison pays et l’analyse régional de la pauvreté nécessite une uniformisation et
harmonisation de la méthodologie de définition du profil. L’approche intégrée du profil de
pauvreté serait une solution. Une question intéressante est de savoir la répartition géographique et
les caractéristiques des pauvres lorsque l’on fait disparaître les frontières entre les pays.
63. L’analyse du profil régional de pauvreté a un intérêt considérable mais présente quelques
difficultés méthodologiques dans sa réalisation. En effet, analyser la répartition et les
caractéristiques des pauvres en oubliant les frontières permettraient de faire ressortir les
caractéristiques communes des pauvres au niveau régional et ainsi définir des politiques
communes ciblées de lutte contre la pauvreté et renforcer les DSRP nationaux. Cette analyse ne
peut se faire en compilant les profils de pauvreté des pays pour plusieurs raisons. Chaque pays a
adopté une méthodologie différente pour l’établissement de son incidence de pauvreté, ce qui
rend difficile la lecture au niveau régional de l’incidence de la pauvreté3. De plus, les niveaux de
vie des pays diffèrent énormément si bien qu’un pauvre dans un pays donné serait considéré non
pauvre selon le standard d’un autre pays.
64. Une carte régionale de la pauvreté est un profil géographique qui indique les parties d’un
pays ou d’un espace régional où sont concentrées les pauvres. Ce type d’exercice est très utile
dans le sens où il permettrait de cibler plus facilement les actions de lutte contre la pauvreté. La
carte régionale de la pauvreté doit se faire à partir d’une approche uniforme d’estimation de
l’incidence de la pauvreté. Plusieurs méthodologies existent pour ce type d’analyse régionale. La
Banque Mondiale, par exemple, utilise généralement le seuil de pauvreté de $1 par jour4 par
adulte. Un problème avec cette méthode est le calcul des dépenses des ménages à leur valeur de
parité de pouvoir d’achat (PPP) qui peut s’avérer très compliqué. Une autre solution serait de
retenir les lignes de pauvreté nationale pour chaque pays et définir les ménages pauvres par pays
et de faire l’agrégation régionale dans une seconde étape. Une des limites de cette approche est le
manque d’harmonisation dans la définition des seuils de pauvreté pays (relative ou absolue).
65. L’analyse du profil régional se fait en utilisant l’approche relative. Une solution serait
d’utiliser l’approche relative et de considérer les deux ou quatre premiers déciles des populations
de chaque pays comme étant les pauvres. Cette approche a l’avantage d’utiliser une définition
uniforme de la pauvreté pour chaque pays et est facilement applicable dès que les données des
enquêtes ménages des pays sont disponibles. De manière pratique, le plus important dans l’étude
d’un profil de la pauvreté n’est pas le niveau de pauvreté en soi mais les caractéristiques des plus
démunis d’un pays ou région afin de mettre sur pied des politiques pour améliorer leur niveau de
vie.
3
A titre d’exemple, le Ghana et le Burkina Faso ont adopté l’approche absolue pour la définition de leur ligne de pauvreté quant la
Côte d’Ivoire utilise l’approche relative.
4
Parité des pouvoirs d’achat
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
31
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Figure 3: Cartographie Régionale de la pauvreté : Burkina Faso, Cote d’Ivoire et Ghana, 1998
Sahe
l
Nord
CentreNord
Nord-Ouest
Centr
e
CentreOuest
Ouest
Es
t
Centre-Est
LEGENDE
Upper East
SudOuest
Pauvreté
urbaine
Upper
West
Capitale
Autres villes
Pauvreté regionale
Nord
Norther
n
Nord-Ouest
Nord-Est
CentreNord
0-25
25 - 40
Brong
Ahafo
40 - 50
50 - 100
Ouest
CentreOuest
SudOuest
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
Centr
e
Volt
a
Ashanti
Centre-Est
Eastern
Su
d
Western
Greater Accra
Central
32
0
87.5
175
/
350
Kilometers
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
66. La répartition spatiale de la pauvreté monétaire et de ses caractéristiques sont les premières
questions à résoudre dans l’analyse d’un profil de pauvreté. L’objectif est d’identifier les
caractéristiques communes des pauvres au niveau transfrontalier et de permettre d’identifier et de
cibler les programmes régionaux afin de renforcer les programmes pays. A titre d’illustration, les
données de trois pays5 de la région ouest Africaine (Burkina Faso, Cote d’Ivoire et Ghana) pour
1998 seront utilisées. Chacune des enquêtes utilisées découpe le pays en zones6. Pour la
cartographie, nous travaillerons avec l’ensemble des zones de chaque pays en oubliant les
frontières géographiques. Pour chaque zone, l’incidence relative de la pauvreté est définie de la
manière suivante : (i) au niveau de chaque pays, les pauvres sont identifiés comme étant les 40%
les plus démuni ; (ii) la répartition de ces pauvres est analysée par zone afin d’étudier les
caractéristiques communes. Pour cela, l’incidence de la pauvreté est évaluée par zone. Si au
niveau national le taux de 40% de pauvres est retenu, la répartition par zone diffère. Ainsi,
l’incidence de la pauvreté par zone est définie comme le rapport du nombre total de pauvres dans
cette zone sur la population totale de la zone ; et (iii) La dernière étape est de définir des niveaux
de pauvreté pour la représentation géographique. Ainsi, comme cela est fait pour la figure 1, en
fonction de l’incidence de pauvreté, chaque zone est classifiée comme étant non pauvre si moins
de 25% de la population de la zone est pauvre et pauvre si plus de 50% de la population est
considérée pauvre.
67. La cartographie de la répartition spatiale des pauvres présente les similitudes entre pays et
anomalies assez intéressantes. Les régions côtières du Ghana Greater Accra, western, Ashanti,
volta, B.A.) et de la Cote d’Ivoire (sud, sud-ouest, centre et centre-est) sont les moins pauvres,
comme il fallait s’y attendre. La région sahélienne composée du Nord de la Cote d’Ivoire, du
Ghana et le Burkina Faso représente la partie les plus pauvres de la région à quelques exceptions
près de la zone ouest et centre du Burkina. Des « anomalies » apparaissent immédiatement du fait
que les zones Sahel et Est du Burkina Faso aient moins de 40% de pauvre. Intuitivement, l’on
imagine que plus l’on évolue des régions côtières vers les régions sahéliennes la pauvreté
augmente. Ces observations, plus ou moins « anormales » pourraient susciter des études plus
approfondies et les leçons qui en seraient tirées pourraient être appliquées dans d’autres régions
comme moyen de lutte contre la pauvreté.
68. Outre la dimension monétaire, la pauvreté ou le manque de bien être se caractérise aussi
par d’autres éléments de développement humain telle que l’accès à l’éducation, la santé et les
infrastructures. La figure 2 ci dessous donne le profil régional d’un indicateur de l’éducation, le
taux d’alphabétisme. Cet indicateur coïncide avec l’indicateur de pauvreté monétaire. Ainsi les
régions côtières sont les plus instruis contrairement aux régions sahéliennes du Nord.
5
Des raisons de disponibilités des données d’enquêtes ménages récentes ont guidé le choix de ces trois pays. Plusieurs autres pays de
la sous région finalisent leur enquête et pourront être introduits dans l’analyse dès que les données seront disponibles.
6
Le terme zone est utilisé (au lieu de région comme cela est fait dans le rapport de profil de pauvreté) afin d’éviter la confusion avec
le terme « région » utilisé dans le présent document et qui signifie l’ensemble des pays de l’Afrique de l’ouest.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
33
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 3: Calcul de la ligne de pauvreté, expérience du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire
La définition d’un seuil de pauvreté se fait essentiellement selon deux approches : l’approche relative et l’approche absolue. La
définition relative du seuil de pauvreté se base sur la distribution des revenues ou du niveau de consommation du pays. Ainsi, 50%
du revenu moyen du pays, par exemple, peut être pris comme le seuil de pauvreté. Une méthode alternative serait de définir les 20
ou 30 % de la population comme étant les pauvres et d’en déduire le seuil de pauvreté correspondant.
L’approche absolue est basée sur le principe du minimum nécessaire à un adulte pour subvenir à ces besoins essentiels. Cette mesure
se fait par l’estimation de la valeur monétaire d’un panier de biens alimentaires considéré comme minimum au ménage (seuil de
pauvreté alimentaire) auquel l’on ajoute un supplément pour les besoins non alimentaires (seuil de pauvreté non alimentaire).
La Côte d'Ivoire a adopté l’approche relative dans la détermination de son seuil de pauvreté. Suite à sa première Enquête
Permanente Auprès des Ménages de 1985 (EPAM 1985), la Côte d'Ivoire a défini les 10% de la population la plus démunie comme
étant les pauvres. Cela correspondait à un seuil de pauvreté de 75 000 FCFA (1). Ce seuil relatif, constant en terme réel, a été
actualisé lors des enquêtes suivantes. Ainsi, il est passé à 101 340 FCFA en 1993, 144 800 FCFA en 1995 et à 162 800 FCFA en
1998. Les ratios de pauvreté sont passés dans le même temps à 32,3% en 1993, 36,8% en 1995 et à 33,6% en 1998.
Le Burkina Faso a, pour sa part, utilisé l’approche absolue dans la détermination de son seuil de pauvreté. En effet, lors de la
première enquête auprès des ménages, réalisée d’octobre 1994 en janvier 1995(2), la ligne de pauvreté a été définie selon un besoin
calorifique de 2283 calories par jour par adulte-equivalent. Sur cette base, le seuil de pauvreté a été établi à 41 099 FCFA par adulte
et par an. La deuxième enquête ménage de 1998 a révisée ce seuil qui est passé à 72 690 FCFA par personne et par an, sur la base
de la variation du niveau des prix et de la modification des besoins essentiels. Le ratio de pauvreté correspondant de 44,5% en 1995
et 45,4% en 1998.
(1) Voir « Profil de Pauvreté en Côte d'Ivoire, 1998 » INS, Abidjan Mars 1999.
(2) Voir « Profil et Evolution de la pauvreté au Burkina Faso », Direction des Statistiques Générales, Ouagadougou, mars 2000
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
34
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Figure 4: Cartographie Régionale de la pauvreté, taux d’alphabétisme par régions
Sahel
Légende
Taux d'alphabétisme (%)
0 - 25
N ord
Centre-N or d
25 - 40
N or d-Ou est
40 - 50
50 100
Es t
C entre
C entre-Oues t
C entre- Est
Ouest
Upper East
S ud- Ouest
U pper W est
Nord
North ern
Nord-Oues t
N ord-Est
Centre-Nord
Brong Ahafo
Volta
Oues t
C entre-Oues t
C entre
Ashanti
Centre-Est
Eastern
Sud
Wes tern
Greater Ac c ra
C entral
Sud-Oues t
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
35
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Figure 5 : Cartographie Régionale de la pauvreté, Taux d’accès aux Centres de Santé
Figure 3: Cartographie Régionale de la pauvreté, Taux d’accès au Centre de
Santé
Sahel
Legende
Acces
auCentre
centre
de santé
modernes
Accès aux
de Santé
modernes
(%)
0 - 25
Nord
Centre-Nord
25 - 40
40 - 50
50 - 100
Nord-Ouest
Est
Centre
Centre-Ouest
Centre-Est
Ouest
Upper East
Sud-Ouest
Upper West
Nord
Northern
Nord-Ouest
Nord-Est
Centre-Nord
Brong Ahafo
Volta
Ouest
Centre-Ouest
Centre
Ashanti
Centre-Est
Eastern
Sud
Greater Accra
Western
Central
Sud-Ouest
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
36
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
69. Les stratégies nationales de lutte contre la pauvreté doivent désormais intégrer dans leurs
analyses, les Objectifs de Développement du Millénaire (OMD) fixés à la suite de la prise de
conscience par la communauté internationale de l’état d’extrême pauvreté des nos populations. A cet
effet, il est intéressant, au regard des DSRP nationaux, de projeter les cheminements possibles de nos
pays vers ces objectifs pour mieux orienter les stratégies de développement.
1.7. Cheminement des pays vers les objectifs de développement du millénaire (ODM)
1.7.1. Bilan actuel des DSRP en Afrique de l’Ouest
70. Devant les défis majeurs de la pauvreté en Afrique de l’Ouest, la stratégie de sa réduction
constitue un sujet de grande préoccupation de la politique économique des pays ouest africains. Ainsi,
la lutte contre la pauvreté reste-t-elle la principale préoccupation de l’ensemble des pays de la zone et
de leurs partenaires au développement. Dans cette perspective et avec l’appui des institutions de
Bretton Woods, les pays à faible revenu dont ceux de l’Afrique de l’Ouest se sont engagés dans
l’élaboration de documents de stratégies de réduction de la pauvreté (DSRP). Cet engagement est
également la conséquence positive des résultats des travaux du sommet des Chefs d’Etat d’Afrique au
Sud du Sahara sur l’agenda économique et social pour l’Afrique, tenu à Libreville les 18 et 19 janvier
2000 et du séminaire ministériel de l’UEMOA de Dakar en juillet 2000 sur l’accélération du processus
de lutte contre la pauvreté dans les Etats membres.
71. Dorénavant, les DSRP constituent la base des opérations de prêts concessionnels et
d’allègement de dette du FMI dans le cadre de l’Initiative renforcée en faveur des pays pauvres très
endettés (Initiative PPTE renforcée). Le dispositif des DSRP est bien en place dans la plupart des pays
d’Afrique de l’Ouest, en vue d’accorder davantage d’importance à la réduction de la pauvreté à
intégrer dans les processus de décision, à travers l’ouverture et la transparence du dialogue social.
Toutefois, tous les pays de la sous-région n’ont pas atteint les mêmes niveaux dans l’élaboration des
DSRP nationaux. Ainsi, le Bénin, le Burkina, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger et le
Sénégal ont déjà adopté un DSRP définitif. Actuellement, le Burkina Faso a terminé la revue de son
DSRP et est à la phase du renforcement de son dispositif institutionnel pour les actions futures et la
mise en œuvre effective des stratégies définies. Quant aux autres pays restant, ils sont soit à la phase
intérimaire, soit à la phase transitoire ou potentielle. C’est le cas du Cap Vert, de la Côte d’ivoire, de la
Guinée Bissau et de la Sierra Leone qui disposent d’une version intérimaire. Le Togo est à l’étape
d’avant-projet. Le Liberia et le Nigeria sont à une étape de transition, vers la décision d’élaborer un
DSRP national. Le Tableau 12 ci-après présente le bilan des DSRP en Afrique de l’Ouest.
72. Il est à souligner, toutefois, que certains DSRP sont très peu fournis en statistiques sociales. Si
celles-ci existent, elles ne sont pas récentes et nécessitent d’être actualisées. Aussi, un accent
particulier n’a-t-il pas été mis sur les sources sectorielles distributives de la croissance. La revue de
certains DSRP en cours devra prendre en compte ces insuffisances et renforcer les stratégies de
croissance. Dans ce combat contre la pauvreté, les pays de l’Afrique de l’Ouest ont perçu la nécessité
d’élaborer ensemble une stratégie régionale pour la réduction de la pauvreté afin de compléter les
actions des Etats de la sous-région dans le respect des principes de subsidiarité et d’externalité. Car,
les résultats obtenus jusqu’à présent par les pays en matière de lutte contre la pauvreté, en rapport aux
objectifs du millénium, ne sont pas très encourageants pour l’avenir. De même, aucun des DSRP
nationaux n’a fait cas de la prévention des conflits. S’il est une chose évidente, c’est que la survenance
d’un conflit peux saper tous les efforts qui sont par ailleurs déployés pour réduire le niveau de
pauvreté des populations. D’où la nécessité d’intégrer la prévention des conflits dans les DSRP
nationaux.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
37
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 15: Bilan actuel des DSRP en Afrique de l’Ouest
Etats membres
Bénin
Phase
Définitive
Date de parution
Septembre 2002
Burkina Faso
Définitive
En 2001
Cap Vert
Côte d’Ivoire
Intérimaire
Intérimaire
..
Janvier 2002
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Définitive
Définitive
Définitive
Intérimaire
2003
2003
2003
Septembre 2000
Liberia
Mali
Transitoire
Définitive
..
Mai 2002
Niger
Définitive
Janvier 2002
Nigeria
Sénégal
Potentielle
Définitive
..
1er trimestre 2003
Sierra Leone
Togo
Intérimaire
..
Potentielle (Avant projet) Novembre 2002
Observations
Point d’achèvement au 1er
trimestre 2003
Point d’achèvement en
2002
Document en cours
Point d’achèvement était
prévu en 2004
..
..
..
Document
en
cours
d’actualisation
..
Point d’achèvement au 1er
trimestre 2003
Point d’achèvement prévu
en 2003
..
Point d’achèvement prévu
en 2003
..
Dispositions en vue de
l’adoption
par
le
Gouvernement
du
document intérimaire en
2003.
Sources : FMI (2002), DSRP pays et BAD (2003)
1.7.2. Indicateurs de suivi des progrès vers l’atteinte des objectifs de développement du millénaire
(ODM)
73. Malgré la mise en œuvre des stratégies nationales de réduction de la pauvreté, les progrès vers
la réalisation des objectifs du Millénaire pour le Développement sont lents. Selon le PNUD, si la
tendance actuelle se poursuit, l’Afrique subsaharienne n’atteindra, par exemple, l’objectif de baisse de
deux tiers du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans que d’ici à 2165. Cette analyse pourrait
bien s’appliquer aux pays de l’Afrique de l’Ouest qui comptent dans leur rang les quatre derniers pays
du classement mondial de 175 pays étudiés. Cet indice varie de 0,275 pour la Sierra Leone et de 0,292
pour le Niger qui sont respectivement le dernier et l’avant dernier au classement mondial, à 0,727 pour
le Cap Vert qui occupe le 103e rang des 175 pays et est en tête des pays de l’Afrique de l’Ouest. Les
pays de l’Afrique de l’Ouest ne progressent pas suffisamment vers la réalisation des objectifs de
développement du millénaire. L’analyse des progrès accomplis, objectif par objectif, confirme ces
conclusions.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
38
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 16: Classement des pays de l’Afrique de l’Ouest selon la valeur de l’IDH
Pays
IDH
ANNEE 1992
Rang sur 160
pays
0,111
149
0,074
157
0,437
104
0,289
123
0,083
154
0,31
119
0,052
160
0,088
152
0,227
131
0,081
155
0,078
156
0,241
128
0,178
137
0,062
159
0,218
132
IDH
Bénin
Burkina
Cap Vert
Côte d’Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Liberia
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra Leone
Togo
Source : PNUD (2003) : Rapport mondial sur le développement humain, Economica
ANNEE 2001
Rang sur 175
pays
0,411
159
0,33
173
0,727
103
0,396
161
0,463
151
0,567
129
0,425
157
0,373
166
Nd
Nd
0,337
172
0,292
174
0,463
152
0,430
156
0,275
175
0,501
141
1.7.3. Analyse des indicateurs de suivi des ODM, objectif par objectif
Objectif 1 : Réduire l’extrême pauvreté et la faim de moitié d’ici à 2015
74. L’objectif de réduction de moitié le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté
national ne pourra être atteint qu’en 25 ans si le taux moyen de réduction se situe à environ 1% l’an ;
alors que dans des pays comme le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, la Gambie et le Sénégal, la tendance
actuelle est à l’aggravation de la pauvreté.
Tableau 17: Résultats de l’objectif 1 de l’ODM
Indicateurs
Taux de croissance
économique (%)
Situation
actuelle
(2002)
Pays
Bénin
Burkina
Cap Vert
Côte d’Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Libéria
Mali
Níger
Nigeria
Senegal
Sierra Leone
Togo
Taux
du
DSRP
4,6
5,0
3,0
-1,2
5,9
4,4
4,2
-7,2
2,7
3,9
2,9
-0,9
2,4
6,5
4,0
Taux de pauvreté (incidence de la pauvreté) (%)
Part de revenu
des 20% +
pauvres (Q1)
%
..
4,0
5,5
..
7,1
..
8,4
6,4
..
..
4,6
2,6
4,4
6,4
1,1
..
Taux le
plus
récent
(actuel)
30,0
45,3
..
33,6
64,0
42,6
40,0
88,0
..
63,8
63,0
..
53,9
68,0
72,6
Taux de
prévision
du DSRP
30,0
Taux projeté
de l’ODM
Prévalence de la
malnutrition des moins
de 5 ans (insuffisance
pondérale) (%)
Situation
Situation
actuelle
projetée
des ODM
15,0
13,0
6,5
22,7
..
16,8
32,0
21,3
20,0
44,0
..
31,9
31,5
17,0
26,9
34,0
36,3
23,0
..
15,0
21,0
12,0
32,0
23,0
39,0
20,0
36,0
7,0
25,0
47,0
23,0
11,5
..
7,5
10,5
6,0
16,0
11,5
19,5
10,0
18,0
3,5
12,5
23,5
11,5
Sources : DSRP, BM(2001), BAD(2003), UEMOA
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
39
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Objectif 2 : assurer l’universalité de l’enseignement primaire
75. L’analyse de la situation de cet objectif est faite dans la figure suivante. Pour chaque cas, la
droite rouge indique les performances récentes du pays considéré. La droite noire indique le processus
linéaire permettant d’aboutir à la satisfaction de l’objectif. Au vu de ces graphiques, dans la plupart
des Etats de l’Afrique de l’Ouest, les performances sont en deçà des performances minimales requises
pour atteindre l’objectif. Si cette tendance se maintient ces pays n’atteindraient pas l’objectif fixé. Par
contre, le Togo et la Gambie pourraient assurer l’éducation primaire pour tous leurs enfants en âge
scolaire d’ici à 2015.
Figure 6: L’universalité de l’enseignement primaire en Afrique de l’Ouest : taux de complétion
Guinee Bissau
Togo
Niger
120
120
120
100
100
100
80
80
80
60
60
60
40
40
40
20
20
20
0
0
0
1990
2001
2015
1990
2001
1990
2015
Burkina
Benin
120
120
100
100
100
80
80
80
60
60
60
40
40
40
20
20
20
0
0
2001
0
1990
2015
2001
1990
2015
100
120
100
100
80
80
60
60
40
40
40
20
20
20
0
0
2001
0
1990
2015
2001
2015
1990
100
80
80
60
60
40
40
40
20
20
20
0
0
2015
2015
Senegal
120
100
2001
2001
Nigeria
Mali
120
1990
2015
Guinee
120
60
80
1990
2001
Ghana
Gambie
120
2015
Cote d'Ivoire
120
1990
2001
120
100
80
60
0
1990
2001
2015
1990
2001
2015
Source : Données de World Development Indicators 2003, Banque Mondiale
Objectif 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomie des femmes
76. En Afrique subsaharienne, les filles ont moins de chance d’aller à l’école. Ceci vaut également
pour les pays d’Afrique de l’Ouest où persistent encore des préjugés culturels sur la fille. On pense,
par exemple, que la place de la fille est plutôt au foyer qu’à l’école. Avec de tels préjugés , l’objectif
de suppression de l’écart de scolarisation entre les garçons et les filles au niveau du primaire et du
secondaire d’ici à 2005, et à tous les niveaux d’enseignement d’ici à 2015 paraît peu réaliste pour
l’Afrique de l’Ouest, du moins pour la première date cible. Néanmoins les pays comme la Gambie et
le Sénégal sont sur une bonne voie dans la promotion de l’égalité des sexes dans l’enseignement
primaire et secondaire. Au cas où les tendances se maintiennent, ces deux pays pourraient atteindre cet
objectif de développement du millénaire. En effet, dans tous les pays de la sous-région ouest africaine,
les établissements scolaires ne parviennent pas à accueillir tous les enfants en âge scolarisable ou à
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
40
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
faire en sorte qu’ils suivent les cours jusqu’au bout. Aussi, la parité entre les filles et les garçons ne
sera-t-elle pas atteinte facilement, vu que les taux de scolarisation et d’alphabétisation des filles sont
plus faibles que ceux des garçons.
Figure 7: Rapport taux de scolarisation filles/garçons dans le primaire et le secondaire
Burkina
Guinee
Gambie
120
120
100
80
120
100
100
80
80
60
60
60
40
40
40
20
20
0
0
1990
2000
2015
20
0
1990
2000
Mali
2015
1990
Niger
120
100
100
80
80
60
60
40
40
40
20
20
100
80
60
0
20
0
2000
2015
0
1990
2000
2015
1990
Togo
Sierra Leone
120
100
120
100
100
80
80
60
60
40
40
40
20
20
20
0
0
1990
2000
2015
2000
2015
Afrique Sub-Saharienne
120
60
80
2015
Senegal
120
120
1990
2000
0
1990
2000
2015
1990
2000
2015
Source : Données de World Development Indicators 2003, Banque Mondiale
Objectif 4 : Réduire la mortalité infantile de deux tiers pour les enfants de moins
de 5 ans
77. Parmi les 37 pays en développement qui ont fait des progrès suffisamment rapides à la fin du
vingtième siècle et qui ont été jugés capables de diminuer de deux tiers d’ici à 2015 le taux de
mortalité juvénile de 1990, rares sont ceux qui appartiennent à l’Afrique de l’Ouest. Dans cette partie
de l’Afrique subsaharienne, les conditions sanitaires ne sont pas encore pleinement remplies. Le taux
de mortalité des enfants de moins de 5 ans demeure dans l’ensemble élevé. La meilleure performance
dans ce domaine est enregistrée au Cap Vert avec un taux de 57 pour 1000 contre un taux plus élevé
de 254 pour 1000 en Sierra Leone et de 236 pour 1000 au Mali. A l’exception du Cap Vert, du Ghana,
et de la Guinée dont les taux de diminution de la mortalité infantile sont supérieurs a ceux
correspondant à la diminution linéaire nécessaire pour satisfaire l’objectif de développement du
millénaire, dans la plupart des pays, au lieu que ces taux diminuent, ils augmentent. Les autres pays
font diminuer leur taux de mortalité moins vite que le suggèrerait la diminution nécessaire pour
atteindre l’objectif du millénaire.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
41
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Figure 8: Taux de mortalité infantile (5 ans et moins)
Burkina
Benin
200
250
150
200
Cap Vert
60
50
40
150
100
30
100
50
20
50
0
10
0
1990
2001
2015
0
1990
2001
Cote d'Ivoire
2015
2015
Ghana
120
100
80
60
40
20
0
1990
2001
1990
2015
250
250
250
200
200
200
150
150
100
100
50
50
0
0
150
100
50
0
1990
2015
2001
2015
150
250
200
200
150
150
100
100
50
50
0
0
100
50
0
1990
2015
Senegal
2001
2015
250
200
150
100
50
0
2015
2015
Togo
300
2001
2001
160
140
120
100
80
60
40
20
0
350
1990
1990
Sierra Leone
160
140
120
100
80
60
40
20
0
2015
Nigeria
300
250
2001
2001
200
350
1990
1990
Niger
Mali
300
2015
Liberia
300
2001
2001
Guinee Bissau
Guinee
300
1990
2015
140
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
2001
2001
Gambie
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
1990
1990
1990
2001
2015
1990
2001
2015
Source : Données de World Development Indicators 2003, Banque Mondiale
Objectif 5 : Réduire la mortalité maternelle de trois quarts d’ici à 2015
78. Améliorer la santé maternelle est également une préoccupation majeure, au même titre que la
santé infantile, pour l’ensemble des pays ouest africains. Il est question pour ces pays de mener des
politiques sanitaires efficaces de telle sorte que les femmes de l’Afrique de l’Ouest ne meurent plus
des suites de complications de la grossesse et de l’accouchement.
79. Malgré cette volonté de mettre fin au décès et à l’invalidité des femmes en âge de procréer, on
constate que partout dans la sous-région, le taux de mortalité maternelle demeure encore élevé. Ce
taux est de 1800 pour 100 000 vivantes en Sierra Leone. En dehors du Cap Vert qui enregistre un taux
de 55 pour 100 000 naissances vivantes, le reste des pays de l’Afrique de l’Ouest ne sera pas en
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
42
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
mesure de respecter l’objectif fixé de réduire ce taux de trois quarts par rapport à celui de 1990. La
moyenne des taux des pays serait autour de 600 pour 100 000 et même plus. Cette situation s’explique
par le fait que dans les zones rurales, la majorité des femmes accouchent dans des conditions,
difficiles sans l’assistance, ni d’un personnel de santé qualité, ni d’une matrone formée à cet effet. Le
nombre de naissances assistées par le personnel médical demeure très faible pour l’ensemble des pays.
Les taux les plus élevés se situent autour de 50% (Cote d’Ivoire, Ghana, Sénégal Togo) contre moins
de 20% pour les taux les plus faibles (Niger). Au regard des évolutions récentes, rares sont les pays qui
connaissent une augmentation de ce taux. La majorité des pays semblent ne pas pouvoir atteindre cet
objectif du millénaire comme l’indique la figure suivante.
Figure 9: Pourcentage des naissances assistées par le personnel médical
Burkina
Cote d'Ivoire
120
120
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
0
0
1990
2000
1990
2015
2000
2015
Nigeria
Gambie
120
120
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
0
0
1990
2000
1990
2015
2000
2015
Togo
Ghana
120
120
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
0
0
1990
2000
2015
1990
2000
2015
Source : Données de World Development Indicators 2003, Banque Mondiale
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
43
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Objectif 6 : Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et les autres maladies
contagieuses
80. Au même titre que la lutte contre l’extrême pauvreté et la faim, le combat contre la pandémie du
VIH/SIDA doit être mené de manière vigoureuse aujourd’hui, en Afrique de l’Ouest, par l’utilisation
adéquate des traitements antirétroviraux. En effet, à la pauvreté grandissante, à la faim et autres
maladies dues aux conséquences désastreuses des conflits armés, s’ajoute le spectre de la propagation
du VIH/SIDA qui touche en 2002, près de 29,4 millions d’adultes et d’enfants en Afrique sur les 42
millions vivant avec le virus dans le monde. En 2001, l’épidémie du VIH/SIDA aurait tué, selon
l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) 2,3 millions de personnes en Afrique subsaharienne.
81. L’analyse de son impact macroéconomique présente également un tableau très sombre pour
l’avenir de l’Afrique au plan économique et humain, du fait de ses incidences catastrophiques sur la
production, les finances publiques, les ménages et leurs capacités productives en baisse, puis sur la
main d’œuvre qualifiée. En somme, le virus du SIDA engendre davantage la pauvreté et réduit
l’espérance de vie. En Afrique de l’Ouest, ce fléau sévit avec une prévalence de près de 10,1 % en
Côte d’Ivoire pour le niveau le plus élevé contre seulement 1,2 % en Gambie pour le taux le plus
faible. Dans les pays affichant des taux élevés, tels que la Côte d’Ivoire, le Togo et le Burkina, cette
pandémie menace d’annihiler à long terme tous les progrès enregistrés dans le développement social,
si des programmes nationaux et régionaux ne sont pas mis en œuvre pour l’enrayer. Avec
l’insuffisance des moyens financiers et les coûts élevés des traitements, il n’est pas certain que
l’objectif qui lui est attaché soit atteint d’ici à 2015.
82. En ce qui concerne le paludisme qui sévit depuis des lustres en Afrique de l’Ouest et contre
lequel aucun remède adéquat n’a été encore trouvé, il apparaît difficile de croire que cette maladie
endémique puisse être éradiquée aux trois quarts en moins d’une génération. Car, les conditions
sanitaires sont les plus insalubres qui soient, tant dans les villes que dans les campagnes. Le paludisme
est la cause primordiale de décès chez les enfants de moins de 5 ans. En 2000, par exemple, on a
enregistré 906 000 décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde, dont 880 000 en Afrique
subsaharienne. En Afrique de l’Ouest, les cas de paludisme révélés en 1997 pour la plupart des pays,
sauf en 1995 pour le Burkina et le Sénégal, s’élèvent à 7 793 959 de personnes atteintes par cette
maladie (voir tableau ci-dessous). En proportion de la population totale de chaque pays, ce fléau fait
plus de ravage au Ghana avec un ratio de 11,3 %. Viennent ensuite des pays comme le Bénin avec un
taux de 10,4 % et la Guinée avec 9,7 %. Les plus faibles cas enregistrés sont au Nigeria (0,5 %) et au
Cap Vert avec 20 personnes déclarées.
83. Dans ce cas de figure, les traitements préventifs et rapides devront être vulgarisés dans toutes
les localités, afin de soulager les souffrances des populations pauvres qui subissent les ravages de cette
maladie. Dans le cas des autres maladies contagieuses, la tuberculose semble revenir en force, malgré
la maîtrise des traitements de cette maladie depuis un siècle. Ainsi, en Afrique de l’Ouest, l’incidence
de ce fléau s’est rapidement propagée, avec des cas révélés qui se chiffrent à 93 850 personnes
atteintes en 2000 pour la plupart des pays. Le Nigeria et le Ghana ont les plus importants malades
dénombrés, avec respectivement 25 821 cas et 10 933 cas. Le Cap Vert est le pays qui a le moins de
cas déclarés avec seulement 205 cas. Avec la recrudescence de cette maladie, si les soins efficaces ne
sont pas appliqués dans les différents pays, il n’est pas non plus sûr que la tuberculose, principale
cause de décès des personnes en pleine force de l’age de production, entre 15 et 24 ans, soit réduite
des trois quarts d’ici à 2015 en Afrique de l’Ouest.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
44
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Objectif 7 : Assurer une gestion durable des ressources naturelles en réduisant de
moitié la population n’ayant pas accès à l’eau potable
84. Dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, à l’exception du Liberia, il existe un plan
national d’action environnementale (PNAE) qui a été laborieusement achevé (voir tableau ci-dessous).
C’est dire qu’il existe des politiques de gestion rationnelle des ressources naturelles qui luttent
désormais contre les problèmes de déforestation, de désertification, de surpâturage, de surexploitation
et d’érosion des sols, de l’érosion côtière et éolienne, de salinisation et de manque d’eau. Mais à
l’analyse des faits comme l’augmentation des superficies emblavées pour la culture du coton
dommageable à l’environnement, et la persistance des problèmes de transhumance et d’insuffisance de
bois de feu, il n’est pas exagéré de dire qu’il sera difficile aux pays de la zone d’assurer une utilisation
durable des ressources naturelles. Tant de ressources financières ont été injectées dans la gestion des
ressources naturelles de manière différenciée d’un pays à un autre, qui ont donné peu de résultats
encourageants. Les femmes des zones rurales continuent d’aller, par exemple, chercher le bois de
chauffe pour la nourriture quotidienne à des distances très éloignées des habitations. La mise en œuvre
des programmes issus des PNAE a-t-elle échoué ?
85. Cette analyse sur la gestion rationnelle des ressources naturelles qui aurait pu améliorer les
conditions de vie des populations pauvres pose également le problème que rencontrent les individus
qui ont des difficultés d’accès à l’eau potable. Aujourd’hui dans le monde, il existe encore 1,1
milliards de personnes qui n’ont pas encore accès à l’eau potable dont les 25 % sont en Afrique
subsaharienne. Dans cette proportion de 25 %, l’Afrique de l’Ouest occupe une place prépondérante.
En effet, en 2000, le pourcentage de la population ouest africaine ayant accès à l’eau potable varie de
42% au Burkina, 57 % en Sierra Leone, à 78 % au Sénégal et 81% en Côte d’Ivoire. La moyenne pour
l’Afrique sub-saharienne se situe à 58%.
86. Les actions futures dans le sens de l’amélioration de la situation doivent viser dans tous les pays
de la sous région un taux de couverture atteignant au moins 90 % d’ici les vingt prochaines années,
avant d’espérer limiter les dégâts dommageables à l’environnement du fait des actions anthropiques.
Ces actions doivent veiller à la qualité qui devra être améliorée à tout moment, notamment dans les
zones rurales où les contrôles sanitaires sont presque absents. Les dernières évolutions font cependant
constater que certains pays comme le Ghana, le Sénégal et le Mali pourraient atteindre l’objectif du
millénaire au cas ou les tendances observées se maintiennent. Par contre en Cote d’Ivoire, au Togo, et
en Guinée, la situation est très préoccupante car le minimum linéaire nécessaire pour satisfaire
l’objectif du millénaire n’est pas atteint.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
45
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Figure 10: Accès à l’eau potable (en % de la population)
Cote d'Ivoire
Ghana
92
90
88
86
84
82
80
78
76
74
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1990
2000
1990
2015
2000
Mali
2015
Senegal
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
90
85
80
75
70
1990
2000
2015
65
1990
2000
2015
Togo
Guinee
80
70
60
50
40
30
20
10
0
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1990
2000
2015
1990
2000
2015
Source : Données de World Development Indicators 2003, Banque Mondiale
Objectif 8 : Créer un partenariat mondial pour le développement
87. La mise en place d’un partenariat mondial pour le développement nécessite, pour atteindre cet
objectif, le renforcement de la coopération et de l’aide internationale. Les domaines couverts par ce
partenariat mondial sont le commerce à travers la réduction ou la suppression de certaines barrières
commerciales, telles que les subventions agricoles de certains pays développés, les conditions
préférentielles et l’allègement de la dette.
88. Dans le domaine commercial, des initiatives ont été prises pour soutenir les économies des pays
à faible revenu, notamment en Afrique. C’est ainsi que les Etats-Unis ont voté la loi sur la croissance
et les opportunités en Afrique (African Growth Opportunity Act – AGOA). Il y a également l’initiative
en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) qui est déjà en cours d’application. On compte aussi
le consensus de la Conférence de Monterrey sur le développement où la communauté européenne et
les Etats-Unis se sont engagés à relever de manière substantielle le montant de l’aide publique au
développement (APD). Dans le cas spécifique des Etats membres de l’UEMOA, il y a eu, en avril
2002, la signature de l’accord commercial et d’investissement entre les Etats Unis d’Amérique et les
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
46
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
pays de l’UEMOA, en vue de favoriser les échanges commerciaux de l’Union (Trade Investment
Framework Agrement – TIFA). En dépit de ces initiatives prises en faveur du développement, des
efforts restent à fournir de la part des pays développés. Ces pays doivent, par exemple, réduire les
subventions agricoles qui pénalisent en retour les exportations des produits agricoles des pays
africains. Ils doivent aussi supprimer le reste des barrières commerciales protectionnistes qui
empêchent les exportations africaines de pénétrer leurs marchés. A cet égard, les pays ouest africains
producteurs du coton et leurs homologues de l’Afrique centrale ont uni leur voix en juin 2003 pour
porter plainte à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) des dommages qu’ils subissent du fait
des subventions du coton par les Etats-Unis et l’Union européenne.
89. En ce qui concerne la dette et son allègement, des progrès remarquables ont été accomplis,
grâce à l’initiative PPTE. En Afrique de l’Ouest, la plupart des pays ont atteint le point de décision, à
l’exception du Liberia, de la Côte d’Ivoire et du Togo. Le Burkina, le Bénin et le Mali ont atteint le
point d’achèvement et obtenu un allègement de leur dette. Toutefois, il faut souligne que les progrès
sur cette voie sont subordonnés à la réalisation des documents de stratégies pour la réduction de la
pauvreté (DSRP). La plupart des pays de la sous-région progressent dans ce sens, mais à des degrés
divers du fait des contraintes socio-politiques qui pèsent sur certains d’entre eux. Sur les vingt deux
pays africains qui ont déjà atteint le point de décision figurent dix pays d’Afrique de l’Ouest. L’espoir
créé par l’engagement de Monterrey en matière d’une augmentation substantielle de l’APD risque de
s’estomper et l’ODM qui y est attaché pourrait ne pas être atteint. En effet, au cours de la dernière
décennie, la valeur réelle de l’aide aux pays en développement a diminué de 8 % (BAD, 2002). On
estime que pour réaliser les ODM, il faudra doubler les flux actuels de cette aide publique au
développement. Le volume de l’aide en direction des pays de l’Afrique de l’Ouest est faible (voir
tableau ci-dessous). Dans ce cas de figure, on constate que les pays de la sous-région qui connaissent
quelques conflits sociaux ou armés ont vu le volume de leur aide publique au développement chuter
drastiquement. C’est le cas de la Côte d’Ivoire, du Liberia et du Togo.
Tableau 18: Résultats partiels de l’objectif 8 de l’ODM (en millions de dollars)
Pays
Bénin
Burkina
Cap Vert
Côte d’Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Liberia
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra Leone
Togo
Aide Publique au Développement nette totale, tous
donneurs confondus
1999
2000
2001
211,0
239,0
273,0
398,0
336,0
389,0
137,0
94,0
76,0
448,0
352,0
181,0
34,0
49,0
51,0
609,0
609,0
651,0
238,0
153,0
251,0
52,0
80,0
59,0
94,0
68,0
33,0
354,0
360,0
350,0
187,0
152,0
535,0
74,0
71,0
211,0
185,0
423,0
182,0
70,0
248,0
184,0
418,0
332,0
46,0
Appréciations de
l’APD
En hausse
En baisse
Faible
En baisse
Très faible
En hausse
En hausse
En baisse
En baisse
Légèrement en
baisse
En hausse
Stagnation
En hausse
En forte hausse
Forte baisse
Sources : OCDE et BAD (2003) : Perspectives économiques en Afrique, p. 434
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
47
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
CHAPITRE 2 : STRATEGIES NATIONALES ET STRATEGIES REGIONALES POUR
ACCELERER LA CROISSANCE EN AFRIQUE DE L’OUEST.
90. L’objectif principal de l’intégration régionale est de créer un espace économique large, ouvert et
compétitif, qui permette de réduire les coûts, d’attirer les investissements, de diversifier l’économie et
d’accélérer la croissance. Une croissance plus diversifiée et plus soutenue, est l’instrument principal
de réduction durable de la pauvreté. C’est donc principalement en favorisant une croissance plus
diversifiée et plus distributrice que les programmes d’intégration régionale appuient les stratégies
nationales de lutte contre la pauvreté dans les pays de la sous-région. Dans ce chapitre, nous ferons
l’état des lieux sur ces programmes, y compris (i) les programmes visant la construction d’un espace
économique commun et ouvert, (ii) les programmes « transversaux » de coopération entre pays pour
développer les infrastructures, valoriser les ressources humaines, prévenir/résoudre les conflits, qui
viennent aussi soutenir l’intégration de l’espace économique et catalyser la lutte contre la pauvreté.
Pour chaque domaine d’activités régionales, il sera fait l’état des lieux, notamment le point sur: (i) les
accords conclus dans le cadre CEDEAO et UEMOA ; (ii) la mise en œuvre de ces accords par les pays
signataires, (iii) les résultats observés pour l’ensemble des pays, (iv) les problèmes clés et perspectives
en relation avec la lutte contre la pauvreté.
2.1. Les politiques macroéconomiques.
91. La stabilité macroéconomique est une condition essentielle aussi bien pour l’intégration
régionale que pour la croissance et la réduction de la pauvreté. Elle facilite la convergence des
politiques, concourt à la réduction des risques pays et donc des coûts, favorise la croissance et
l’amélioration du pouvoir d’achat des populations. Les objectifs principaux de la convergence
macroéconomique sont l’assainissement des finances publiques, la maîtrise de l’inflation, le maintien
de la dette publique à un niveau soutenable et une bonne gestion des réserves extérieures.
92. En effet, un déficit extérieur excessif peut entraîner des tensions inflationnistes, en particulier
lorsque le déficit est financé par la création monétaire. Lorsque le financement est assuré par le
système financier interne, il peut entraîner des effets d’éviction et une hausse des taux d’intérêt avec
pour effet la limitation des financements au profit du secteur privé et une réduction de la croissance.
Un déficit raisonnable limite donc les tentations d’une variation brusque du taux d’imposition. Une
bonne gestion des réserves extérieures permet un approvisionnement régulier des marchés en produits
de première nécessité importés (produits alimentaires, pharmaceutiques, didactiques), particulièrement
importants pour les pauvres. Un approvisionnement insuffisant entraînerait un rationnement par les
quantités surtout défavorables aux pauvres.
93. Une inflation modérée est favorable à tous les agents économiques. Elle facilite les calculs de
rentabilité des producteurs et est favorable à l’investissement et à la création d’emplois qui bénéficient
en partie aux pauvres. Par ailleurs, elle contribue au maintien du pouvoir d’achat des consommateurs,
en particulier les non salariés dont la plupart sont des pauvres et pour lesquels les revenus ne sont pas
indexés. A l’inverse, les pauvres sont plus vulnérables à de fortes variations des prix car les non
pauvres ont une part importante de leurs revenus en actifs non financiers.
94. La maîtrise de l’endettement public est primordiale pour la lutte contre la pauvreté car le service
de la dette absorbe une part importante des recettes publiques, en général moins que les dépenses de
transfert au profit des pauvres. La maîtrise de l’endettement donnerait une plus grande marge de
manœuvre aux pouvoirs publics dans la lutte contre la pauvreté car ce sont autant de ressources qui
peuvent être consacrées à la lutte contre la pauvreté.
95. Toutes ces raisons militent en faveur de la nécessité de placer désormais la lutte contre la
pauvreté dans une dimension régionale d’intégration économique, car l’ouverture de nos économies au
courant de la mondialisation expose nos pays à des chocs souvent insupportables en raison de leur
fragilité. C’est dans cette perspective que les pays d’Afrique de l’ouest sont engagés dans un processus
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
48
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
d’intégration régionale dont l’un des actes majeurs est la surveillance multilatérale dans l’optique
d’une convergence des politiques nationales.
A- Le cadre régional
96. A la veille de la dévaluation du franc CFA survenue en janvier 1994, les Etats membres de
l’UMOA ont pris conscience de la nécessité de renforcer les politiques économiques mises en œuvres
par un cadre régional. L’objectif est de renforcer les bases de la monnaie commune, et d’assurer une
compatibilité entre la politique budgétaire et la politique monétaire. Les contraintes de la gestion de la
monnaie commune exigeant des politiques budgétaires saines, on ne saurait s’en remettre entièrement
à la volonté des Etats. En effet, l’accroissement du déficit budgétaire dans un Etat membre tend à faire
augmenter les taux d’intérêt dans l’ensemble de la zone. Dès lors que les coûts de financement ont
tendance à s’harmoniser au sein de l’Union, tous les Etats membres auront à supporter les
conséquences de la hausse des taux d’intérêt provoquée par le financement des déséquilibres
budgétaires de l’un des membres. Toutefois, il faut indiquer que les effets sur la communauté sont
variables suivant le poids économique du pays ayant enregistré ces déficits. Par ailleurs, l’inflation
provoquée par la demande additionnelle due à un accroissement excessif des dépenses est transmise à
l’ensemble de la communauté. La rapidité de la propagation dépend de la structure des échanges et de
l’importance du commerce intra-régional. De même, le déséquilibre budgétaire peut provoquer une
hausse du taux de change réel de la communauté. Dans ce contexte, il est indispensable qu’une
coordination des politiques budgétaires soit mise en place pour éviter qu'un Etat ne fasse supporter à
l’ensemble de la communauté, les coûts liés à sa politique budgétaire. C’est à cette fin que les Etats
membres de l’UEMOA ont institué la mise en œuvre de la surveillance multilatérale des politiques
macroéconomiques ainsi que l’élaboration d’un Pacte de convergence de stabilité, de croissance et de
solidarité entre les Etats membres.
97. Pour assurer la convergence des politiques économiques des Etats membres de l’Union, huit (8)
critères de convergence macroéconomiques ont été adoptés par les Etats membres. Ces critères se
résument en deux blocs à savoir les critères de premiers rang que sont : le ratio du solde budgétaire de
base rapporté au PIB nominal, le taux d’inflation, le ratio de l’encours de la dette publique totale
rapporté au PIB nominal et la non accumulation d’arriérés de paiement intérieur et extérieur sur la
gestion de la période courante ; et les Critères de second rang constitués de : le ratio de la masse
salariale rapportée aux recettes fiscales, le ratio des investissements financés sur ressources intérieures
rapportés aux recettes fiscales, le ratio du déficit extérieur courant hors dons rapporté au PIB et le taux
de pression fiscale.
98. Le cadre de convergence macroéconomique de l’Union est aujourd’hui caractérisé par la prise
de mesures visant à l’harmonisation du cadre juridique, comptable et statistique des finances publiques
ainsi que la fiscalité. Dans le cadre des finances publiques, six directives ont été prises à savoir : la
directive relative aux Lois de Finances, la directive portant Règlement Général sur la Comptabilité
Publique, la directive portant Nomenclature Budgétaire de l’Etat, la directive portant Plan Comptable
de l’Etat, la directive portant Tableau des Opérations Financières de l’Etat et la directive portant Code
de Transparence de la Gestion des Finances Publiques. Pour la fiscalité, des directives ont été prises et
portent sur l’harmonisation des législations relatives à la TVA, aux droits d’accises, à la fiscalité
applicable aux produits pétroliers et aux petites et moyennes entreprises.
99. Parallèlement, les pays de l’Afrique de l’Ouest, dans le cadre de la CEDEAO ont défini des
critères de convergence macroéconomique relatifs au déficit public, à l’inflation, à la dette publique,
au financement des Etats par la banque centrale et aux réserves extérieures. Il existe également des
critères de second rang relatifs à la masse salariale rapporté aux recettes fiscales, à l’investissement
financé sur ressources internes rapporté aux recettes fiscales, à la pression fiscale et au solde du
compte extérieur courant hors transferts officiels. De façon générale, ces critères poursuivent les
mêmes objectifs à la différence que le contexte de leur application diffère selon les zones, l’objectif
final étant de parvenir à l’harmonisation de ces critères (voir Encadré 4).
100. Pour les pays de l’UEMOA, les seuils des critères sont plus contraignants, notamment en
matière d’inflation. En effet, le franc CFA étant rattaché par parité fixe à l’euro, il est impérieux pour
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
49
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
les Etats membres de l’UEMOA de réaliser des taux d’inflation semblables à ceux réalisés dans les
pays de l’euroland pour préserver la compétitivité de leurs économies.
101. Pour les autres pays, le mécanisme vise à créer les conditions nécessaires à la création d’une
monnaie unique pour les pays non membres de l’UEMOA. A cet effet, l’Agence Monétaire de
l’Afrique de l’Ouest (AMAO), en tant qu’institution autonome de la CEDEAO, est chargée de
promouvoir l’intégration monétaire au sein de la sous-région ouest africaine. Elle œuvre ainsi à la
sensibilisation de toutes les parties prenantes au processus, sur la nécessité de faire en sorte que
l’objectif d’intégration monétaire de la CEDEAO soit une vision partagée. Ainsi, le programme de
coopération monétaire de la CEDEAO adopté en juillet 1987 poursuit l’ultime objectif de création
d’une monnaie unique et d’un institut d’émission commun. Dans ce cadre, il a été décidé que les pays
non membres de l’UEMOA constitueraient en 2005 une seconde zone monétaire, la Zone Monétaire
de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO). Au niveau de l’UEMOA, les Etats possèdent depuis 1962, une
monnaie unique (le franc CFA) gérée par la BCEAO.
Encadré 4: Les critères de convergence des économies de l’Afrique de l’Ouest et quelques résultats de surveillance
UEMOA
CEDEAO
PREMIER RANG
•
Taux d'inflation annuel moyen : il doit être inférieur ou égal à
10%)
Taux d’inflation annuel moyen : il doit être maintenu à
3% au maximum par an dès l’année 2000 ;
•
Déficit budgétaire hors dons sur PIB nominal : il ne doit pas
excéder 4%)
Ratio de l’encours de la dette intérieure et extérieure
rapportée au PIB nominal : il ne doit pas excéder 70
% en l’an 2005 ;
•
Financement monétaire du déficit budgétaire rapporté aux
recettes fiscales : il ne doit pas excéder 10%)
Arriérés de paiement :
arriérés de paiement intérieurs : non accumulation
d’arriérés sur la gestion de la période courante
•
Réserves brutes d’importations : il doit être supérieur ou égal
à 3 mois
•
Ratio du solde budgétaire de base (*) rapporté au PIB
nominal (critère clé) : il doit être supérieur ou égal à 0
% en l’an 2005 ;
•
•
•
-
arriérés de paiement extérieurs : non accumulation
d’arriérés sur la gestion de la période courante.
SECOND RANG
•
Ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales : il
ne doit pas excéder 35 % en l’an 2005 ;
•
•
•
•
Ratio de la masse salariale sur recettes fiscales : il ne doit pas
excéder 35%
Ratio des investissements publics financés sur
ressources internes rapportés aux recettes fiscales : il
doit atteindre au moins 20 % en l’an 2005 ;
•
Ratio des investissements publics financés sur ressources
internes rapportés aux recettes fiscales : il doit atteindre au
moins 20%
Ratio du déficit extérieur courant hors dons par
rapport au PIB nominal : il ne doit pas excéder 5 %
en l’an 2005 ;
•
Taux de pression fiscale : il doit être supérieur ou égal à 20%
•
Taux d’intérêt réel : il doit être supérieur ou égal à 0
•
Dépréciation du taux de change : Elle doit se situer à plus ou
moins 15%)
•
Arriérés intérieurs
Taux de pression fiscale (*) : il doit être supérieur ou
égal à 17 % à l’an 2005.
(*)
Solde budgétaire de base = Recettes totales (hors dons) – Dépenses courantes – Dépenses d’investissements publics financés sur
ressources internes. (*) Taux de pression fiscale = Recettes fiscales sur PIB nominal.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
50
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
B- Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
Situation économique des Etats :
102. Les politiques nationales s’inscrivent dans ce cadre régional et visent en priorité la stabilité
macroéconomique et la réalisation d’une croissance forte et durable dans le respect des critères de
convergence définis de commun accord dans l’Union et pour réduire la pauvreté. En dépit des efforts
consentis par les pays dans la mise en œuvre de leurs politiques nationales, l’état de convergence
recherché reste mitigé au regard des résultats atteints jusque-là. De même, l’analyse de l’état de
convergence pays par pays montre une grande variabilité entre les Etats quant au respect des critères
dans le temps. (Voir encadré 5 sur le résultat de la surveillance multilatérale et les performances sur la
période 1998 à 2003).
103. L’examen du respect des critères fait ressortir que deux groupes de pays se dégagent à savoir le
groupe 1 composé des pays qui respectent chaque année, au moins quatre (4) des huit critères de
convergence depuis 2000 à savoir Bénin, Burkina, Mali et Sénégal, et le groupe 2 des pays qui
éprouvent de réelles difficultés pour le respect des critères à savoir Côte d’Ivoire, Guinée Bissau,
Niger et Togo. De même, de façon structurelle, presque tous les pays de l’Union éprouvent des
difficultés à respecter certains des huit (8) critères, notamment la dette totale en pourcentage du PIB, le
taux de pression fiscale et la balance courante hors dons en pourcentage du PIB. L’examen de
quelques agrégats macroéconomiques en Afrique de l’Ouest montre que des efforts énormes restent à
faire, même si, pour les pays de l’UEMOA, on constate une reprise de la croissance depuis 2002. Cette
reprise n’est pas sans cacher des disparités par rapport aux pays pris individuellement ; ce qui remet en
cause l’objectif de croissance forte et durable nécessaire pour une réduction significative de la
pauvreté.
104. Dans l’ensemble, le non respect des critères s’explique principalement par le manque de vigueur
de l’activité économique et la forte vulnérabilité des économies aux chocs extérieurs (les termes de
l’échange, par exemple). L’insuffisance de l’assainissement des finances publiques, l’arbitrage
budgétaire généralement défavorable aux dépenses d’investissement et la lenteur dans la mise en
œuvre des politiques sectorielles et la persistance des tensions socio-politiques et des conflits armés
restent aussi des facteurs explicatifs importants de cette situation. Des estimations faites par le FMI
montrent, par exemple, que les dérapages budgétaires dans les pays de l’UEMOA sont dus en partie à
l’évolution du déficit liée au cycle conjoncturel et aux fluctuations des termes de l’échange. En
moyenne, selon cette étude, un point de pourcentage en perte de croissance par rapport au taux de
croissance potentiel, causerait un déficit d’environ 0,3% du PIB ; pour les termes de l’échange, cet
effet serait de l’ordre de 0,08%. D’où, la nécessité d’inscrire certaines actions dans un cadre sous
régional pour que les pays concernés soient mieux armés contre les chocs exogènes. De même,
certaines actions comme celles en faveur de la prévention et gestion des conflits trouveraient leur
optimum dans la dimension régionale.
105. L’analyse approfondie des politiques macroéconomiques des pays de l’Union révèle que les
pays ayant de bonnes performances en matière de respect des critères de convergence sont ceux qui
disposent d’un programme avec les institutions financières internationales notamment la Banque
Mondiale et le FMI. Ces pays ont pu donc bénéficier d’une relative stabilité pour mettre en œuvre des
réformes en matière d’assainissement des finances publiques ainsi que des réformes structurelles dont
les effets ont été immédiats. C’est le cas principalement des pays du groupe 1 où les mesures qui ont
été mises en œuvre visaient à améliorer la mobilisation des ressources qui permettront à l’Etat de faire
face à une demande sociale de plus en plus forte et pour mieux lutter contre la pauvreté.
106. Dans le cadre de l’assainissement des finances publiques, les mesures ont été prises pour
renforcer la mobilisation des ressources, améliorer le niveau d’exécution des dépenses en faveur de la
réduction de la pauvreté, réduire les dépenses non prioritaires et en outre, pour améliorer la gestion des
dépenses publiques.
107. Pour la mobilisation des ressources, un accent particulier a été mis sur l’amélioration des
performances des administrations fiscale et douanière. On peut citer à cet effet, les exemples du Bénin
et du Burkina Faso où des mesures concrètes ont été prises dans ce sens. Il s’agit notamment :
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
51
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
a. Concernant l’administration douanière : (i) de l’application de la valeur transactionnelle à
toutes les importations; (ii) de l’inclusion des produits alimentaires dans le champ couvert par les
compagnies de vérification des importations; (iii) du renforcement de la collaboration entre
l’administration douanière et fiscale d’une part, et l’administration douanière et les compagnies de
vérification d’autre part; (iv) de la collecte des impayés des frais de dédouanement; et (v) de la
lutte contre la fraude et la corruption.
b. Concernant l’administration fiscale : (i) de l’amélioration de la base de données des
contribuables; (ii) de la collecte des arriérées d’impôt; et (iii) du renforcement de l’audit fiscal.
108. Pour la maîtrise des dépenses publiques, un recadrage a été réalisé avec une réorientation des
dépenses vers les secteurs prioritaires et des mesures ont été prises pour réduire le train de vie de l’Etat
à travers la limitation des frais de consommation de bien publics (électricité, téléphone et eau) dans la
limite des allocations budgétaires. Ces politiques se sont accompagnées pour la plupart, notamment au
Bénin, au Burkina Faso et au Mali, par un certain nombre d’instruments de cadrage budgétaire
notamment les Cadres des Dépenses à Moyen Terme qui ont participé significativement à
l’assainissement des finances publiques. En effet, ces cadres fournissent un horizon de pilotage à la
gestion des finances publiques, permettent d’assurer une meilleure traçabilité des dépenses,
contribuent à la transparence et à l’efficience des processus budgétaires et, favorisent la responsabilité
et la bonne gouvernance. Les cas particuliers du Bénin et du Burkina Faso sur l’expérience du CDMT
au plan macroéconomique méritent qu’on s’y attarde dans la mesure où l’extension de cet exercice au
niveau sectoriel permettrait la mise en cohérence du cadrage macroéconomique et sectoriel ; toute
chose qui contribuerait à une meilleure exécution des dépenses publiques dans le moyen terme selon
des objectifs bien définis et compatibles avec les objectifs de réduction de la pauvreté. C’est aussi le
cas du Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFIP) du Bénin ou du Circuit
Informatisé de la Dépense (CID) au Burkina Faso.
109. Au niveau des politiques fiscales, face à la faiblesse constatée du taux de pression fiscale (seul
le Sénégal arrive pour l’instant à respecter la norme de 17% au moins), la question de l’élargissement
de l’assiette fiscale se pose comme un problème commun à presque tous les Etats. Le bilan de la mise
en œuvre des directives sur l’harmonisation de la TVA au niveau communautaire montre bien que les
Etats rechignent. Le Niger, par exemple qui doit remonter son taux moyen de pression fiscale de 11%
en 2004 vers l’objectif UEMOA de 17% d’ici 2006-2007, pour assurer une grande partie de ses
dépenses et promouvoir la soutenabilité fiscale, compte fiscaliser le secteur agricole. Ce problème
commun à beaucoup d’autres pays comme le Bénin et le Burkina Faso, soulève d’autres questions
dont l’orientation des politiques sectorielles, notamment celle de la politique agricole. La fiscalisation
d’une agriculture tournée vers les cultures de subsistance est-elle judicieuse quand on connaît
l’ampleur de la pauvreté dans les zones rurales ? Le projet est pourtant bien envisageable dans de
nombreux pays de la sous région si un cadre régional permet de garantir un marché pour certain types
de cultures comme les cultures de rente ou vivrière avec un programme régional d’aménagement des
bassins dont les externalités positives ne sont plus à démontrer. L’exemple du Bénin et du Burkina
Faso en matière de fiscalisation de la filière coton peut aussi servir de leçon dans la sous région pour
un élargissement de l’assiette fiscale.
110. Quant aux pays du deuxième groupe, le constat est qu’ils sont, soit en conflit (cas de la Côte
d’Ivoire et de la Guinée-Bissau), soit en période de reprise de coopération avec les institutions
internationales à la suite de suspension (cas du Niger), soit enfin en période de rupture complète avec
ces institutions (cas du Togo). On remarque par exemple une amélioration des performances du Niger
en matière de respect des critères de convergence depuis son renouement avec les institutions
internationales ; par contre, des pays comme le Togo et la Guinée-Bissau, peinent à respecter ces
critères.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
52
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 5: Analyse statistique des indicateurs de convergence des pays de l’UEMOA, 1998-2003
Critères de 1er rang
Critères de 2nd rang
Solde budgétaire de base, en % du PIB nominal (>=0%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
3,6
3,0
1,7
1,0
1,1
0,6
Burkina Faso
-0,3 -0,4 -1,0 -2,1 -2,7 -0,4
Côte d'Ivoire
-0,2 -1,3 -0,1
1,3 -0,4
0,0
-9,9
0,9
-1,0
0,7
1,5
0,4
Salaires et traitements en % des recettes fiscales (<= 35%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
35,4 33,3 31,0 32,0 31,9 31,0
Burkina Faso
39,2 41,7 43,7 46,1 42,7 40,6
Côte d'Ivoire
36,4 37,0 42,1 41,4 41,5 47,4
126,
7 53,9 59,8 74,3 87,6 99,6
Guinée Bissau
Mali
27,4 27,8 31,3 29,1 27,1 27,9
Niger
46,5 50,3 50,4 40,1 36,7 35,5
Sénégal
37,0 33,9 32,7 30,7 31,7 30,1
Togo
51,0 51,2 53,9 45,1 44,7 36,8
UEMOA
37,1 36,9 39,2 37,7 37,2 38,1
Taux d'inflation annuel (glissement des indices moyens)
(<=3%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
5,8
0,3
4,2
4,0
2,4
1,7
Burkina Faso
4,9 -1,1 -0,3
4,9
2,3
1,7
Côte d'Ivoire
4,5
0,8
2,5
4,4
3,1
3,4
Guinée Bissau
8,0 -2,1
8,6
3,3
3,9
3,0
Mali
4,1 -1,2 -0,7
5,2
5,0 -0,8
Niger
4,5 -2,3
2,9
4,0
2,6 -1,2
Sénégal
1,3
0,8
0,7
3,0
2,3
0,2
Togo
1,0
0,0
1,9
3,9
3,1 -0,6
UEMOA
3,6
0,2
1,8
4,1
2,9
1,5
Dépenses en capital sur financement interne en % des
recettes fiscales (>= 20%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
8,2 11,0 12,4 18,9 16,5 24,0
Burkina Faso
25,3 20,8 23,4 27,5 36,0 32,7
Côte d'Ivoire
26,7 17,6
9,5
7,2 11,6 11,7
Guinée Bissau 80,0 64,8 19,8 16,7
5,7
8,8
Mali
20,2 22,2 25,7 22,0 24,0 23,5
Niger
10,0 17,0
7,9 20,0 18,0 20,3
Sénégal
17,9 22,7 19,8 20,5 23,5 24,4
Togo
9,7
4,5
8,4
6,5
7,4
8,0
UEMOA
21,5 18,4 14,6 14,7 18,0 19,2
Dette publique totale, en % du PIB nominal (<=70%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
60,6 59,3 57,5 56,1 49,3 45,3
Burkina Faso
63,1 65,0 69,9 67,4 53,8 44,8
Côte d'Ivoire
129,7 103,4 103,4 102,2 86,7 81,5
Guinée Bissau 833,5 431,7 391,4 431,7 412,7 427
Mali
100,8 91,8 92,3 84,3 79,0 67,5
Niger
94,3 120,0 106,2 97,7 94,9 74,2
Sénégal
81,8 78,8 78,0 83,5 76,0 70,1
Togo
111,5 114,1 130,3 125,8 112,6 103
UEMOA
108,8 94,9 94,5 92,6 81,2 73,1
Recettes fiscales totales, en % du PIB nominal (>= 17%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
12,6 13,0 13,9 13,5 14,4 14,6
Burkina Faso
11,2 11,5 11,8 11,0 11,5 11,7
Côte d'Ivoire
15,1 14,9 14,3 14,8 15,5 14,1
Guinée Bissau
3,7
9,3 11,4 10,1
8,5
8,4
Mali
12,8 13,0 12,3 12,8 13,8 14,1
Niger
8,6
9,0
8,7
9,5 10,7 10,9
Sénégal
16,0 16,8 17,3 17,1 17,9 18,3
Togo
12,3 11,6 11,0 12,6 11,2 13,2
UEMOA
13,8 13,9 13,8 14,0 14,6 14,3
Arriérés de paiement de la période de la gestion courante
(<=0) (en milliards F CFA)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
Burkina Faso
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
Côte d'Ivoire
0,0 360,5 456,3 157,6 143,3
0,0
Guinée Bissau 18,4 20,1
7,6
4,7 22,5 21,4
Mali
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
Niger
14,7 49,2
3,6
7,3
0,0
0,0
Sénégal
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
Togo
33,7 51,9 72,6 56,6 62,5 21,3
UEMOA
66,9 481,7 540,1 226,2 228,3 42,7
Balance courante hors dons, en % du PIB nominal (<= 5%)
ANNEES
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Bénin
-6,1 -7,6 -4,6 -6,3 -4,7 -5,1
Burkina Faso -13,5 -14,2 -16,2 -14,4 -12,8 -13,9
Côte d'Ivoire
-2,9 -1,5 -2,5 -0,9
6,4
4,7
Guinée Bissau -20,4 -12,4 -6,1 -12,1 -22,4 -26,2
Mali
-8,7 -9,9 -12,0 -12,5 -5,5 -8,0
Niger
-11,3 -9,4 -9,0 -8,3 -10,3 -10,4
Sénégal
-8,2 -8,4 -9,3 -6,7 -6,6 -7,9
Togo
-13,8 -11,3 -12,7 -14,2 -11,7 -8,1
UEMOA
-6,9 -6,3 -7,1 -6,3 -2,4 -3,8
Guinée Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
UEMOA
-16,3
1,1
-3,6
2,6
-3,7
0,3
-9,2 -16,8 -13,1
0,1 -0,7
0,2
-5,5 -3,5 -3,1
1,5
1,4 -0,8
-1,7 -2,7
1,2
-0,5 -0,2
0,4
-8,7
0,0
-1,3
1,5
0,1
0,1
Source : Commission de l’UEMOA
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
53
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 6: Point sur le respect des critères de convergence par les Etats membres de l’UEMOA de 1998 à 2003
Nombre critères respectés par pays entre 1998 et 2003
1998
3
3
3
1
4
0
3
1
Pays
Bénin
Burkina
Côte d'Ivoire
Guinée Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
1999
5
3
2
2
5
1
4
1
2000
5
4
2
0
4
1
5
1
2001
4
3
2
0
4
0
5
1
2002
6
4
1
0
4
2
6
1
2003
6
4
3
1
6
3
6
2
Source : Commission de l’UEMOA
Nombre pays ayant respectés chaque critère entre 1998 et 2003
1998
3
2
2
5
1
4
0
1
Critère1
Critère2
Critère3
Critère4
Critère5
Critère6
Critère7
Critère8
1999
3
8
2
4
3
4
0
1
2000
2
6
2
4
3
2
1
2
2001
4
1
2
4
3
4
1
1
2002
4
4
2
5
3
3
1
1
2003
5
7
3
6
3
5
1
1
Source : Commission de l’UEMOA
Pays
Bénin
Burkina
Faso
Côte
d’Ivoire
Guinée
Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
UEMOA
Cap Vert
Gambie
Ghana
Guinée
Libéria
Nigéria
Sierra
Leone
Taux de croissance
Inflation
Solde budgétaire de 1
(hors PPTE)
2001
2002
2003
1,0
1,1
0,6
Solde des opérations
courantes (hors dons, %
PIB)
2001
2002
2003
-6,3
-4,7
-5,1
2001
6,2
2002
4,6
2003
6,7
2001
4,0
2002
2,4
2003
1,7
6,1
4,6
7,9
4,9
2,3
1,7
-2,1
-2,7
-0,4
-14,4
-12,8
-13,9
0,1
-1,6
-2,2
4,4
3,1
3,4
1,3
-0,4
0,0
-0,9
6,4
4,7
0,2
11,8
5,8
5,6
0,2
3,9
3,5
4,9
4,2
3,6
4,2
4,7
-7,2
4,4
3,0
-1,2
5,6
3,3
5,2
4,0
3,0
3,9
4,1
1,1
8,1
21,3
1,1
19,4
16,5
3,9
5,0
2,6
2,3
3,1
2,9
4,3
13,0
15,2
6,1
11,1
12,2
3,0
-0,8
-1,2
0,2
-0,6
1,5
-13,1
0,2
-3,1
-0,8
1,2
0,4
9,4
-9,8
-8,5
-7,8
-1,2
-5,4
-8,7
0,0
-1,3
1,5
0,1
0,1
-16,6
-9,3
-9,6
-8,3
-0,8
-5,4
-9,9
0,9
-1,0
0,7
1,5
0,4
-12,1
-12,5
-8,3
-6,7
-14,2
-6,3
-9,9
-5,1
-6,1
-3,4
4,2
-22,4
-5,5
-10,3
-6,6
-11,7
-2,4
-11,5
0,9
0,3
-0,6
3,9
-26,2
-8,0
-9,8
-7,9
-8,1
-3,8
5,4
6,6
3,4
-3,1
-17,8
-19,5
-9,4
-18,0
4,8
1,3
4,0
3,6
4,5
4,1
2,6
3,3
6,3
3,0
3,0
Sources : Commission de l’UEMOA et Secrétariat Exécutif de la CEDEAO
1
: Solde de base pour les pays de l’UEMOA, solde global pour les autres.
Groupe Technique de pilotage UEMOA-CEDEAO du DSRP régional
54
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
111. En vue de garantir la convergence des économies aux nouveaux horizons retenus, il conviendrait
que les Etats membres prennent des dispositions pour poursuivre l’assainissement des finances
publiques et accélérer la mise en œuvre des politiques sectorielles et des réformes structurelles en vue
de stimuler la croissance économique et d’atténuer la vulnérabilité aux chocs extérieurs. Une attention
particulière devra être accordée au renforcement des relations de coopération avec la communauté
financière internationale en vue de faciliter la mobilisation de ressources additionnelles indispensables
à la mise en œuvre des stratégies de réduction de la pauvreté. Enfin, il faut souligner a nécessité de
renforcer la surveillance multilatérale et le suivi-évaluation des politiques de lutte contre la pauvreté.
A cet effet, les systèmes statistiques nationaux doivent être soutenus pour une plus grande
performance.
Revue des programmes régionaux
112. La mise en œuvre des politiques régionales en Afrique de l’Ouest reste encore marquée par la
recherche d’une harmonisation des zones UEMOA et CEDEAO. Même si les critères de convergence
macroéconomique retenus sont globalement les mêmes, les seuils restent plus contraignants pour les
pays de l’UEMOA, notamment en matière d’inflation.
113. Ainsi, les nouvelles orientations stratégiques adoptées, en vue « d’impulser une dynamique
nouvelle au processus d’intégration régionale » de l’UEMOA, sont parfaitement en adéquation avec
les objectifs/activités prévus pour l’année 2004 par la Commission de l’UEMOA dans le cadre du
renforcement du processus d’intégration régionale. Les dispositions envisagées pour renforcer les
capacités de la Commission dans l’exercice de la convergence et de la surveillance dans l’UEMOA
trouvent leur réponse dans la pertinence des activités programmées au titre de l’année 2004 qui visent
la consolidation de la convergence, à travers : (i) la poursuite du suivi régulier des économies
nationales ; (ii) le renforcement de la convergence statistique ; et (iii) la consolidation du processus
d’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires nationaux dans le domaine des finances
publiques.
114. Pour les autres pays non membre de l’UEMOA, le mécanisme vise à créer les conditions
nécessaires à la création d’une monnaie unique. A cet effet, un certain nombre de programmes
régionaux sont initiés par le secrétariat exécutif de la CEDEAO pour un renforcement des politiques
macroéconomiques au sein de l’Union. Il s’agit, entre autres, de:
115. L’élimination de toutes les barrières non tarifaires de nature monétaire : Le programme de
coopération monétaire de la CEDEAO vise à moyen et long terme la convertibilité des monnaies ouest
africaines et la création d'une monnaie unique CEDEAO. Les ajustements des taux de change dans le
cadre des programmes d'ajustement structurel ont largement contribué à l'équilibre de ces taux
favorisant ainsi la convertibilité des opérations du compte courant de la plupart des Etats membres. A
court terme, les instances de décision de la Communauté ont invité tous les Etats membres à éliminer
toutes les barrières non tarifaires à caractère monétaire. Il a été recommandé à cet effet de permettre
aux citoyens de la Communauté d'effectuer le paiement des taxes d'aéroport, des frais d'hôtel et des
billets d'avion en monnaie locale.
116. Les douze pays suivants ont levé toutes les barrières non tarifaires à caractère monétaire au
commerce avec les pays au sein de la sous-région : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d'Ivoire,
Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal et Togo. Le Ghana n'exige que le
paiement de la taxe routière de transit en devise étrangère. Les trois (3) autres pays restants continuent
d'exiger le règlement en devises par les non résidents des billets d'avion, des taxes portuaires et
aéroportuaires etc. Ces Etats doivent éliminer sans tarder toutes les barrières non tarifaires à caractère
monétaire.
117. Pour faciliter l'utilisation des monnaies nationales dans le commerce et les paiements régionaux,
le Secrétariat exécutif de la CEDEAO et l'AMAO ont entrepris, avec l'assistance financière de PASUEDECO/OUA, une étude sur la convertibilité régionale de ces monnaies. Les résultats de cette étude
55
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
ont été présentés à une réunion des experts des Banques Centrales en juin 1999 à Abuja qui a fait des
recommandations pertinentes à la réunion des Gouverneurs en décembre 1999 à Lomé.
118. Le règlement des arriérés auprès de la Chambre de Compensation de l'Afrique de l'Ouest
(CCAO) : La CCAO avait été créée, entre autres, pour faciliter l'utilisation des monnaies locales dans
les transactions commerciales en Afrique de l'Ouest. L'organisation a été transformée en Agence
Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) qui est une institution de la CEDEAO chargée de la
conduite de sa politique monétaire. La Guinée Bissau et le Libéria restent devoir encore
respectivement 7,6 millions UC et 5,7 millions UC au titre d'arriérés auprès de la CCAO qu'ils doivent
apurer.
119. La monnaie commune CEDEAO et l’Harmonisation des Politiques économiques et
financières : Pour traduire la volonté d'harmonisation des politiques économiques de la CEDEAO
dans le cadre de l'objectif du Traité révisé et accélérer la création de la zone monétaire de la
CEDEAO, le Conseil des Ministres, sur proposition du Forum consultatif des Ministres des Finances,
Ministres du Plan et Gouverneurs des banques centrales avait défini en 1997 des objectifs en matière
d'indicateurs de convergence. Les évaluations annuelles ont montré que ces critères étaient en dessous
des exigences d'une union économique et monétaire crédible. Ceci a conduit le Conseil des Ministres
lors de sa quarante troisième session tenue en octobre 1998 à Abuja à inviter le Secrétariat Exécutif et
l'AMAO à valider le choix, affiner et élargir les indicateurs de convergence. Sur la base de cette
décision, le Secrétariat Exécutif a fait des propositions aux réunions conjointes des Directeurs des
Etudes des Banques Centrales et des Responsables des Ministères des Finances ainsi qu'aux réunions
des Gouverneurs des Banques Centrales. Le Conseil des Ministres, lors de sa session tenue à Lomé en
décembre 1999 a fait des propositions à la Conférence des Chefs d'Etats et de Gouvernements de
décembre 1999 à Lomé qui, a arrêté la gamme des critères de convergence devant faire l'objet d'un
suivi rigoureux dans le cadre du Programme de coopération Monétaire de la CEDEAO.
120. En termes de perspectives communes UEMOA-CEDEAO dans le moyen et long terme, la
question principale reste, à ce jour, le cheminement vers une zone monétaire unique. Compte tenu du
niveau de convergence constatée dans l’application des critères retenus aussi bien dans l’espace
UEMOA qu’au sein de la CEDEAO, l’échéance de juillet 2006 paraît improbable. Toutefois, la
poursuite de la politique d’harmonisation des critères de convergence et la volonté de créer un
véritable marché ouvert et concurrentiel, constituent des atouts majeurs qui, à terme, pourraient faire
de l’Afrique de l’Ouest un espace viable et crédible sur le plan économique ; la pauvreté s’en
trouverait alors significativement réduite.
56
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.2. La politique commerciale
121. L’objectif principal de l’intégration régionale est de créer un espace économique large, ouvert et
compétitif, qui permette de réduire les coûts, d’attirer les investissements, de diversifier l’économie et
d’accélérer la croissance. Une croissance plus diversifiée et plus soutenue est l’instrument principal de
réduction durable de la pauvreté. A cet effet, la politique commerciale constitue l’un des piliers
essentiels de l’intégration régionale. La définition d’une politique commerciale commune participe à
la construction d’une union douanière et à terme d’un marché commun. En outre, elle participe au
renforcement de la compétitivité, de la diversification économique, à l’augmentation des chances
d’intégration à l’économie mondiale et de ce fait à la croissance.
A- Cadre régional
122. Le traité instituant la CEDEAO signé le 28 Mai 1975 à Lagos, vise à promouvoir la
coopération et l’intégration dans la perspective d’une Union Economique de l’Afrique de l’Ouest
en vue d’élever le niveau de vie de ses populations, de maintenir et d’accroître la stabilité
économique, de renforcer les relations entre les Etats membres et de contribuer au progrès et au
développement du continent africain. A cet effet, il avait été prévu entre autres, la création d’un
marché commun à travers : 1) la libéralisation des échanges et l’élimination entre les Etats membres
des droits de douane à l’importation et à l’exportation des marchandises et l’abolition entre les Etats
membres des barrières non tarifaires en vue de la création d’une zone de libre échanges au niveau de la
communauté ; 2) l’établissement d’un tarif extérieur et d’une politique commerciale commune à
l’égard des pays tiers ; 3) la suppression entre les Etats membres des obstacles à la libre circulation des
personnes, des biens, des services et des capitaux ainsi qu’aux droits de résidence et d’établissement et
4) la création d’une union économique par l’adoption de politiques communes dans les domaines de
l’économie, des finances, des affaires sociales et culturelles et la création d’une union monétaire. (Voir
encadré sur le schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO).
123. Dans le cadre de la mise en place de l’Union Douanière, deux actions avaient été prévues
notamment, la libre circulation des produits du cru et de l'artisanat traditionnel entre les Etats membres
en franchise de tous droits et taxes d’effets équivalents sans restriction quantitative ou administrative
et, la réduction progressive jusqu'à leur élimination totale, des droits de douane et taxes d'effets
équivalents à l'importation des produits industriels originaires de la Communauté, sur une période de
dix (10) ans à compter du 1er janvier 1990, ainsi que la suppression des barrières non tarifaires qui
frappent ces produits à l'importation.
124. Parmi les objectifs arrêtés à l’article 4 du Traité de l’UEMOA (dont la création est
intervenue en 1994 suite à la dévaluation du franc CFA), figure la création par les Etats membres
d’un marché commun basé sur la libre circulation des personnes, des biens, des services et des
capitaux ainsi que sur un tarif extérieur commun et une politique commerciale commune qui devra
consacrer le transfert des compétences des Etats au niveau communautaire, en matière de politique
commerciale. Ce cadre a permis d’asseoir le régime commercial de l’Union qui s’est matérialisé par
l’adoption de mesures telles que la suppression de toutes les entraves tarifaires et non tarifaires aux
échanges intra-communautaires et la mise en place d’un Tarif Extérieur Commun (TEC) vis-à-vis des
pays tiers.
125. La politique commerciale commune de l’UEMOA est aujourd’hui caractérisée par : 1)
l’existence d’un tarif douanier, ainsi que les autres instruments de politique commerciale (Règles
d’origine, procédures douanières, évaluation en douane) qui sont gérés au niveau communautaire ; 2)
une législation communautaire en matière de concurrence entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2003
et qui donne compétence à la Commission pour contrôler et sanctionner les pratiques
anticoncurrentielles imputables aux entreprises et aux Etats dans l’Union, en ce qui concerne les
ententes, les abus de position dominante et les aides publiques ; 3) une législation communautaire en
matière de dumping ; et 4) la négociation et la conclusion des Accords commerciaux bilatéraux au
nom des Etats membres par l’Union en vertu duquel l’obligation est désormais faite aux Etats
57
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
membres d’arrêter des positions communes avant d’entreprendre des négociations dans les enceintes
où l’Union n’est pas représentée en tant que partie contractante.
126. Conscient de ce que l’adoption du TEC, dont le taux moyen est inférieur à la moyenne des tarifs
nationaux, pour la plupart des pays devait entraîner des pertes de recettes douanières significatives
dans plusieurs Etats, la Commission de l’UEMOA a fait adopter par le Conseil des Ministres, le 3
juillet 1998, un programme d’harmonisation des fiscalités indirectes des pays membres et un
programme de compensation de moins values de recettes douanières. Ce programme vise à harmoniser
les législations nationales en matières de Taxes sur la Valeur Ajoutée (TVA), de droits d’accises, de
fiscalité sur les produits pétroliers, et de fiscalité applicable à la petite entreprise, et à définir des
modalités communes de gestion de la fiscalité. En outre, l’impact budgétaire de la libéralisation des
échanges vis-à-vis des pays tiers, devait être compensé par une amélioration des recettes découlant de
la fiscalité interne. Compte tenu des contraintes administratives pesant sur la fiscalité directe, c’est la
fiscalité indirecte interne qui, dans les pays en développement, est l’instrument majeur de la transition
fiscale qui consiste en une réduction progressive de la part des recettes de fiscalité externe dans les
recettes fiscales totales, au profit de la part des recettes de fiscalité interne. Si cette transition fiscale ne
s’effectue pas, les pressions budgétaires risquent d’être telles que la réforme tarifaire entreprise dans la
zone, notamment la mise en œuvre du TEC et la libéralisation des échanges intra-zone, risque d’être
remise en cause.
Encadré 7: TEC de l’UEMOA et Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO
1. L’architecture du Tarif Extérieur Commun (TEC) de l’UEMOA
L’architecture du TEC comprend :
•
Au titre des droits et taxes à caractère permanent, de Droit de Douane à quatre taux 0 %, 5 %, 10 % et 20
%, respectivement pour les produits des catégories 0, 1, 2 et 3, la Redevance Statistique (1 %) et le
Prélèvement Communautaire de Solidarité (PCS), au taux de 1 %.
•
Au titre des droits et taxes à caractère temporaire :
la Taxe Dégressive de Protection (TDP), destinée à compenser de façon temporaire les baisses
importantes de protection tarifaire liées à la mise en place du TEC ;
la Taxe Conjoncturelle à l’Importation (TCI), destinée à lutter contre les variations erratiques des prix
mondiaux de certains produits, et à contrecarrer les pratiques déloyales à l’importation.
A ce jour, la fiscalité globale de porte, qui atteignait un plafond de 65,5 % est donc de :
2 % pour les produits de la catégorie 0 ;
7 % pour la catégorie 1 ;
12 % pour la catégorie 2 ;
22 % pour la catégorie 3.
2. Le schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO
A partir du 1er janvier 1990
Produits du cru et produits de l’artisanat traditionnel : exonération totale des droits et taxes d’entrée
•
sans aucune restriction quantitative et sans compensation pour les pertes de recettes résultant de leur
importation.
•
Produits industriels originaires de la communauté : élimination totale des droits de douane et taxes d’effet
équivalent pour compter du 1er janvier 1990 par réduction successive.
Groupe
I
II
III
Pays
Période
Taux de réduction
10 ans
10% de réduction par an
Bénin, Guinée, Libéria, Sierra Léone, Togo
8 ans
12,5% de réduction par an
Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Sénégal
6 ans
16,6% de réduction par an
Cap Vert, Burkina Faso, Gambie, Guinée
Bissau, Mali, Mauritanie, Niger
58
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
Bilan de mise en œuvre par les Etats et revue des politiques nationales
127. Au niveau de la CEDEAO, à ce jour, il n’a pu être mis en œuvre que la première phase de
la libéralisation des échanges, c'est-à-dire la création d’une zone de libre échange au niveau de la
communauté. Le bilan de mise en œuvre se présente comme suit : quelques pays, dont l’essentiel des
pays de l’UEMOA, ont éliminé les barrières tarifaires au titre du Schéma de Libéralisation des
Echanges (SLE) sur les produits du cru, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la
Gambie, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Léone et le Togo alors
que, pour les produits industriels, seul le Bénin a éliminé les barrières tarifaires concernant ces
produits. Au titre du budget de compensation destiné à rembourser une partie des pertes de recettes
douanières subies par les Etats membres du fait de la libéralisation des échanges intra-CEDEAO, seul
le Bénin qui applique le SLE a introduit une demande de remboursement. Le Burkina Faso, la Gambie
et le Mali ont payé l'intégralité de leurs contributions tandis que le Bénin et le Nigeria ont effectué des
paiements partiels.
128. Dans le cadre des mesures d'accompagnement à la mise en œuvre du schéma de
libéralisation des échanges communautaires, les instruments douaniers et statistiques tels les
certificats d'origine, la nomenclature douanière et statistique et la déclaration en douane ont été
harmonisés avec l’UEMOA. En outre, il a été adopté un protocole sur le Transit Routier Inter-Etats
(TRIE) et un système de caution de garantie des opérations de transit qui n’est pas mis en œuvre par
tous les Etats. Un projet de document douanier unique a été élaboré et a été soumis à l'examen de la
trente neuvième réunion de la Commission du commerce et des douanes tenue à Abuja du 17 au 19
mai 1999 qui l'a approuvé et l'a recommandé au Conseil des Ministres qui l’a adopté. Ce document
devra être substitué aux nombreux formulaires de déclaration en douane dans les Etats membres en
vue de faciliter et d'accélérer le dédouanement des marchandises et, par conséquent, limiter le temps
d'attente aux guichets de la douane. Le document permettra par ailleurs, l'uniformisation des
codifications et d'autres données à caractère statistique ou réglementaire pour une meilleure
élaboration des statistiques du commerce extérieur des Etats membres de la CEDEAO. Le bilan de son
application est le suivant : douze (12) pays ont imprimé et mis en circulation les certificats d'origine :
Bénin, Burkina Faso, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal,Sierra
Léone et Togo ; onze (11) pays ont mis en œuvre la nomenclature douanière basée sur le système
harmonisé (SH) ainsi que la déclaration en douane : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Gambie, Ghana,
Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Sierra Léone et Togo ; cinq (5) pays seulement ont mis en œuvre
le protocole sur le TRIE: il s'agit du Bénin, de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Niger et du Togo alors que
douze (12) pays ont désigné des cautions nationales de garantie des opérations de transit, à savoir le
Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le
Nigéria,le Sénégal, la Sierra Léone et le Togo.
129. Malgré les imperfections du schéma de libéralisation des échanges, le Bénin a accepté sur
son territoire des produits industriels originaires du Ghana, du Nigeria et du Togo.
Généralement, le programme de libéralisation des échanges n'est pas encore opérationnel. C'est l'une
des faiblesses principales de la CEDEAO. Cette situation est essentiellement due à la non impression
des documents douaniers harmonisés par certains Etats membres, à la non élimination des barrières
tarifaires, au coût élevé de la compensation, au chevauchement des SLE de la CEDEAO et de
l'UEMOA, au manque d'informations au niveau des opérateurs économiques sur le schéma de
libéralisation des échanges de la CEDEAO et à l’absence de ressources pour la compensation des
pertes de recettes douanières.
130. L’UEMOA a procédé, sur la période de juillet 1996 à décembre 1999, à un désarmement
tarifaire interne progressif sur les échanges de produits originaires. Ainsi, depuis le 1er juillet
1996 les produits du cru et de l’artisanat traditionnel circulent en franchise totale des droits et taxes
d’entrée. Les produits industriels d’origine communautaire quant à eux circulent effectivement sur le
territoire de l’Union, sous le régime préférentiel, en exonération des droits de porte, depuis le 1er
janvier 2000. L’évaluation à fin 2003 fait apparaître que 2239 produits fabriqués par 498 entreprises
communautaires ont été agréés à la Taxe Préférentielle Communautaire. De même, depuis le 1er
59
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
janvier 2000, est entré en vigueur au sein de l’Union, un Tarif Extérieur Commun caractérisé par un
réel désarmement tarifaire (22% de droit maximum au lieu de 65% auparavant) et des mesures de
taxation complémentaires (Taxe Dégressive de Protection et Taxe Conjoncturelle à l’Importation)
permettant de continuer à assurer une protection adéquate pour les secteurs sensibles aux réformes
commerciales.
131. La politique commerciale des Etats membres pris individuellement consiste en général à la
mise en œuvre de la politique commerciale commune de l’UEMOA et prend donc encrage sur les
directives de la Commission en la matière. En effet, les différents rapports de suivi de la mise en
œuvre du TEC montrent bien que tous les Etats de l’Union ont résolument adopté le TEC et que leur
régime tarifaire a été simplifié et la dispersion des droits réduite du fait qu’il est entièrement basé sur
le TEC de l’UEMOA. Toutes les lignes tarifaires sont définies par la nomenclature tarifaire et
statistique commune de 5 538 lignes tarifaires à 10 chiffres issues du Système Harmonisé (SH) de
Désignation et de Codification des Marchandises et un régime commun de valeur en douane des
marchandises. Chaque position étant placée, selon la réglementation de l’UEMOA en la matière, dans
une des quatre catégories : 0%, 5%, 10% ou 20%. A titre illustratif, la moyenne simple des droits de
douane « Nation la Plus Favorisée » (NFP) qui est de 12,1% aujourd’hui dans l’Union était, selon les
autorités, de 20% en 1997 au Niger et de 37% en 1994 au Sénégal.
132. De manière généralisée, la réforme a eu un relatif impact positif sur les échanges
commerciaux. En effet, sur la période 1997 à 2002, la structure par produits du commerce intra
communautaire et extra communautaire de l’UEMOA a très peu évoluée. De même, le taux
d’ouverture global moyen dans la zone est resté relativement stable, légèrement au dessus de 40 %,
avec toutefois une hausse sensible en 1998 (début de la mise en application progressive du TEC),
suivie d’une baisse en 2000 et d’un léger accroissement en 2001. Le fléchissement du taux d’ouverture
en 2002 est vraisemblablement la conséquence de la crise ivoirienne. En dehors du Mali et du Niger,
tous les pays membres ont en effet connu une baisse de leur taux d’ouverture en 2000. La Côte
d’Ivoire reste le pays le plus ouvert sur l’extérieur jusqu’en 2001, en dépit d’une diminution quasiment
constante de son taux d’ouverture. Le taux d’ouverture global du Sénégal, dont la croissance entre le
début et la fin de la période a été très rapide, est en 2002 supérieur à celui de la Côte d’Ivoire,
pénalisée par ses difficultés internes. Le taux d’ouverture pour les produits industriels suit la même
évolution que le taux d’ouverture global. Il est toutefois important de noter qu’à partir de 2000,
l’accroissement du taux d’ouverture pour les produits industriels, est essentiellement dû à une hausse
du taux d’exportation de ces produits. Entre 2000 et 2001, cinq pays ont connu une augmentation de
leurs exportations industrielles en % du PIB : la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Sénégal et
le Togo. Seuls, le Bénin et le Niger ont vu leur taux d’exportations industrielles baisser en 2001 ; celui
du Burkina Faso est resté identique entre 2000 et 20017.
133. Les échanges intra communautaire, en hausse continue depuis 1996, date d’entrée en
vigueur du désarmement tarifaire interne, ont enregistré un taux d’accroissement annuel moyen de
10,6 % entre 1996 et 2001, tandis que les exportations à destination des pays tiers ont cru de 4,4%.
Cette situation traduit un dynamisme relatif des échanges à l’intérieur de la zone. De même, diverses
études ont confirmé la baisse des taux de protection nominale et effective dans les pays de l’Union
depuis la mise en œuvre du TEC, mais aussi le niveau relativement plus élevé de ces taux dans
certains pays de l’Union par rapport à la moyenne communautaire. A titre illustratif, entre 1996 et
2001, le taux de protection nominale globale sur les importations du Sénégal serait passé de 46,6% à
26,4%, contre 19,7% pour l’ensemble de l’UEMOA8.
134. L’analyse de l’impact budgétaire de la mise en application de l’union douanière, (Rapport
de l’étude sur la « Mise en place d’un dispositif de surveillance commerciale à l’UEMOA », Avril
2004, effectuée par Anne Marie Geourjon), révèle les deux principales constatations suivantes : (1) la
baisse des taux du tarif dans la plupart des pays de l’union n’a pas eu de conséquences néfastes sur les
7
Ces conclusions ont été tirées intégralement du rapport final de l’étude réalisée par Anne Marie Geourjon pour la Commission de
l’UEMOA sur « la mise en place d’un dispositif de surveillance commerciale à l’UEMOA », Avril 2004
8
Rapports d’examen des politiques commerciales du Niger et du Sénégal par l’OMC et Kinkle, Herrou-Aragon, Kubota, Banque Mondiale,
Juin 2003.
60
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
recettes, car elle a peu ou pas affecté la performance en matière de recettes douanières (l’élargissement
de l’assiette ayant vraisemblablement compensé la baisse des taux) ; et (2) la transition fiscale, bien
amorcée avant la mise en application des réformes, semble marquer le pas à partir de 2001. En effet, et
selon cette étude, l’évolution de la part des taxes indirectes internes dans les recettes totales devrait
augmenter pour à terme compenser les réductions tarifaires. Cette progression de la part relative de la
fiscalité indirecte interne s’observe au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Togo jusqu’en
2000. Au Niger, aucune tendance significative n’est notée. Par contre, la part de la fiscalité indirecte
interne diminue au Bénin à partir de la mise en application du TEC. Cette baisse s’explique
vraisemblablement par la réduction du « commerce spécial » avec le Nigeria rendu moins attractif en
raison de la hausse des tarifs douaniers.
135. Néanmoins, il subsiste quelques entraves à la mise en œuvre de la politique commerciale
commune. Au niveau de l’application du régime préférentiel, malgré le fait que tous les Etats
appliquent aux produits originaires, le désarmement tarifaire intégral, quelques difficultés et entraves
ont pu être constatées, notamment : 1) des réticences à libéraliser la circulation de certains produits
originaires tels le sucre (le Sénégal et le Burkina) ; 2) l'existence de normes techniques nationales,
l'exigence de certificat national de conformité, l'imposition de quantités minima à importer ; et 3) la
perception de la Redevance Statistique sur des produits originaires.
Problèmes communs et exemples à émuler
136. En ce qui concerne le dispositif du TEC deux aspects peuvent être examinés à savoir le
respect de la grille des tarifs et celui de la nomenclature et la catégorisation des produits. Au
niveau de la grille des tarifs, mis à part deux Etats membres, tous les Etats ont globalement respecté
l'architecture et la structure du Tarif Extérieur Commun (TEC) de l'UEMOA et les quelques cas de
manquement constatés concernent : l’existence dans trois (3) pays de l’Union, d’une taxe ad valorem
de vérification des importations destinée à rémunérer les sociétés d’inspection et l’instauration d’une
redevance informatique par un Etat. Pour la nomenclature et la catégorisation des produits, tous les
Etats membres, à l’exception de deux ont mis en œuvre la version 2002 du système Harmonisé entrée
en vigueur depuis le 1er janvier 2003.
137. La TDP est appliquée dans seulement trois (3) Etats sur des produits appartenant tous à la
liste des produits de base. Par contre, la TCI est appliquée seulement dans deux pays de l’Union sur
des produits pouvant en bénéficier. Au niveau des obstacles non réglementaires à la libre circulation
des marchandises, un effort important doit être fait car des obstacles subsistent encore et se
manifestent par la multiplication des barrages routiers de contrôle dont l’efficacité n’est pas prouvée,
et par la perception de taxes illicites par les agents chargés du contrôle des véhicules, sur les corridors
de l’Union.
138. De même, dans presque tous les Etats de l’Union, on peut noter, malgré la mise en œuvre
du TEC, la persistance de niveau relativement élevé des exonérations. A titre illustratif, entre 1996
et 2001, le taux d’exonération sur les importations taxables est passé de 16,8% à 16,5% pour le
Sénégal et de 26% à 20% pour le Niger. En outre, malgré une application théorique quasi généralisée
du TEC et du désarmement intégral sur les produits originaires dans tous les pays de l’Union, les
évaluations des taux moyens effectifs de prélèvement sur les importations réalisées pour certains pays9
montrent bien que la réalité est tout autre et qu’il subsiste encore beaucoup d’entraves tarifaires et non
tarifaires aux échanges. Ceci pose le problème de la mise en œuvre effective du TEC dans l’espace
UEMOA. (Voir le degré de mise en œuvre théorique du TEC par Etat dans l’encadré).
9
Voir le cas du Niger dans l’encadré
61
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Revue des programmes régionaux
139. L’accélération de la mise en œuvre effective du TEC et des mesures concomitantes pour la
réalisation du marché commun nécessite que la Commission de l’UEMOA poursuive les mesures
communautaires pour améliorer la compétitivité des économies et la réduction des coûts des
facteurs, la libre circulation et le droit d’établissement des personnes. A cet effet, les mesures
suivantes méritent une attention particulière à savoir : 1) la mise en place d’un dispositif de
surveillance commerciale basé sur des indicateurs de suivi, de résultats et d’impacts ; 2) l’accélération
des travaux d’harmonisation des législations sur les codes en douanes, les exonérations douanières et
3) l’accélération de la mise en œuvre effective des lois sur la concurrence. Ces mesures sont d’autant
plus urgentes que la Conférence des Chef d’Etat a demandé à la CEDEAO d’adopter le TEC de
l’UEMOA.
140. Pour le développement des infrastructures économiques, l’objectif de l’Union pour le
moyen terme est de faciliter la circulation des personnes et le trafic des marchandises à travers
d’une part, l’amélioration de la quantité et de la qualité des infrastructures routières ainsi que leur
interconnexion transfrontalière, et d'autre part, la réduction des délais de transport, des coûts du fret,
de l’énergie et des télécommunications. A cet effet, les actions suivantes ont été programmées :
l'aménagement et l'entretien du réseau routier ainsi que l'amélioration du système d'informations
routières, la construction de postes de contrôle juxtaposés aux frontières et l’observatoire des pratiques
anormales; l’interconnexion des chemins de fer du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du
Togo, en passant par Niamey au Niger ainsi que la construction de voies nouvelles pour réaliser
l’interconnexion des chemins de fer Bamako / Dakar et Abidjan / Ouagadougou.
141. Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique commerciale commune, la Commission a
reçu mandat des Etats membres pour négocier et conclure des Accords de Partenariat
Economique avec les pays tiers. A cet effet, l’Union a conclu un Accord Commercial et
d’Investissement avec les Etats-Unis d’Amérique et est en négociations avancées avec le Royaume du
Maroc et la Tunisie. Cependant, s’agissant des relations avec l’Union Européenne, les négociations
pour l’Accord de Partenariat Economique et Régional se déroulent dans le cadre de la CEDEAO, en
vertu d’une décision de la conférence des Chefs d’Etat au niveau de cette institution sous régionale.
142. Pour améliorer les effets de réduction de la pauvreté des politiques commerciales, des
mesures urgentes méritent d’être prises pour assurer la disponibilité des produits alimentaires
de base et les produits de consommation courante sur tous les marchés de la sous région et à prix
raisonnables. Ces actions sont d’autant plus urgentes que certains pays de l’Union sont en excès
d’offre de produits céréaliers que les producteurs n’arrivent pas à écouler sur les marchés régionaux
faute d’accès à ces marchés alors que d’autres pays sont en situation déficitaire. Au titre de ces
mesures, nous pouvons citer : la levée immédiate des barrières non tarifaires qui frappent les échanges
intracommunautaires, l’amélioration du système d’information routier et l’activation du système de
surveillance en matière de sécurité alimentaire.
62
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 8: Bilan de la mise en œuvre théorique du TEC et des mesures concomitantes par les pays de l’UEMOA (Situation à fin 04/2001 actualisée à fin 03/2003)
Pays
Bénin
Nomenclature statistique et tarifaire
des pays
Lignes du TEC
Lignes non
n’appartenant à la
prévues dans
nomenclature
le TEC
nationale
47
0
Lignes dont la
catégorie ne
correspond pas à
celle du TEC
10
Burkina
0
1
Côte d’Ivoire
17
389
17
Guinée
Bissau
Nd
Nd
Nd
Mali
Niger
53
0
31
0
18
4
Nombre de droit
et taxes
supplémentaires
(hors TEC)
0
1 (Perception
d’une redevance
sur le sucre, les
piles et la farine)
Application de la
TDP
Application de la
TCI
Non
Non
Application de la valeur
transactionnelle
Oui
Autres anomalies
Néant
Oui (sur 5
produits)
Non
Oui (mais valeur de
référence nationale sur
certains produits)
Restriction quantitative
sur l’importation du
sucre
1 (Taxe spéciale
sur les oléagineux)
Oui (sur 5
produits)
Oui (huile de palme
raffinée et farine)
Oui (mais valeur de
référence nationale sur
certains produits)
Tarif alphanumérique
Nd
Nd
Nd
Non
Non
Non
Non
1 : Impôt Spécial
Sur Certains
Produits (ISCP),
1. Taxe de
vérification des
importations
Sénégal
798
151
180
3 : Taxe sur les
tissus (1%) ;
Prélèvement sur le
riz (0% à 30%) ;
Taxe d’égalisation
de 5%
Togo
17
34
34
1 : Redevance
informatique
Non
Non
Oui (sur 1 produit)
Oui (sucre, huiles
végétales, farine et
concentré de tomate)
Non
Non
Oui
Oui (mais valeur de
référence nationale sur
certains produits)
Nd
Néant
Existence de normes
nigériennes pour les
produits alimentaires
(riz, huile, lait), les
matériaux de
construction (ciment, fer
à béton), les eaux et
l’environnement
Application au Sucre
communautaire de la
fiscalité de droit
commun applicable aux
produits tiers. Et
« surtaxes temporaires"
sur les importations de
toute origine d’oignons,
de cigarettes, de
pommes de terre et de
bananes, du mil et du
sorgho
Oui
Source : Commission UEMOA/ DPFDC
63
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 9: Evolution des échanges intra-UEMOA sur la période 1996-2002
EXPORTATIONS
Années
Intra
UEMOA
Total Monde
IMPORTATIONS
Part intra
UEMOA
Intra
UEMOA
Années
Total Monde
Part intra
UEMOA
1996
387,4
3 350,7
11,6%
1996
240,5
3 499,4
6,9%
1997
457,2
3 705,2
12,3%
1997
286,8
3 960,4
7,2%
1998
516,1
4 059,3
12,7%
1998
350,7
4 670,5
7,5%
1999
572,5
4 142,0
13,8%
1999
357,9
4 667,1
7,7%
2000
593,9
3 863,5
15,4%
2000
414,3
4 661,7
8,9%
2001
577,3
4 123,8
14,0%
2001
475,2
5 203,6
9,1%
2002
502,4
4 488,9
11,2%
2002
453,0
5 008,1
9,0%
Valeurs en milliards de francs CFA
E vo lu tio n d u c o m m e rc e in tra U E M O A
1 8 ,0 0 %
E x p o rta tio n s
1 6 ,0 0 %
Im p o rta tio n s
1 4 ,0 0 %
1 2 ,0 0 %
1 0 ,0 0 %
8 ,0 0 %
6 ,0 0 %
4 ,0 0 %
2 ,0 0 %
0 ,0 0 %
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
Source : DPRDC/Commission UEMOA
Régime préférentiel de l’UEMOA : Nombre de produits agréés par pays
PAYS
Bénin
Burkina Faso
Côte d’Ivoire
Guinée-Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
Total
Source : DPRDC/Commission UEMOA
Nombre de
produits
173
186
1030
182
55
460
153
2239
Nombre
d'entreprises
41
38
223
39
14
116
27
498
64
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 10: Point sur la mise en œuvre du TEC de l’UEMOA
Plus de trois années après sa mise en vigueur, il importe de s’assurer que les pays membres de l’UEMOA mettent réellement
en œuvre le TEC et de faire un bilan sur les objectifs des différentes réformes commerciales entreprises. A cet effet, il ressort
des différentes études réalisées sur la zone que tous les pays de l’Union ont adopté effectivement le TEC aussi bien au niveau
de la nomenclature, de la catégorisation que de la structure tarifaire. Ceci a permit un renforcement des échanges intra
communautaires et un désarmement tarifaire intégral sur les produits agréés originaires de l’Union. En effet, la part des
exportations intra-communautaires est passée globalement de 14,1% en 1997 à 15,3% en 2001, tandis que celle des
importations est passée 8,9% en 1997 à 12,5% en 2001. Néanmoins, dans plusieurs pays, il subsiste encore quelques entraves
à la mise en œuvre totale des mesures du TEC. Au niveau de la nomenclature, des lignes tarifaires supplémentaires ont été
créées (Dans la nomenclature tarifaire du Sénégal par exemple, plus de 700 lignes sont hors TEC plus de 150 lignes du TEC
ne sont pas reprises), au niveau de la catégorisation, plusieurs lignes de la nomenclature tarifaire des pays ne sont pas
conformes à la catégorisation du TEC (180 lignes pour le Sénégal, 34 lignes pour le Togo, 18 lignes pour le Mali et 17 lignes
pour la Côte d’Ivoire, 10 lignes pour le Bénin et 4 lignes pour le Niger), au niveau du nombre des droits et taxes, en dehors
du Bénin et du Burkina Faso, les autres Etats de la zone procèdent à d’autres prélèvements non homologués par l’UEMOA
sur les importations (Taxe spéciale sur les oléagineux en Côte d’Ivoire, la redevance informatique au Togo, la taxe de
vérification des importations au Niger etc.).
Un examen approfondi des statistiques douanières du Niger, pays membres de l’Union révèle que le taux moyen effectif du
prélèvement tarifaire (droits de douane, redevance statistique et du prélèvement communautaire de solidarité) est passé de
10,5% en 1998 à 8,1% en 2001, traduisant l’effet du désarmement tarifaire induit par les réformes de mise en place dans le
cadre de l’Union douanière.
Par contre, sur la même période, le taux moyen de prélèvements effectif de tous les droits et taxes à l’importation a connu
une augmentation en passant de 13,7% à 14,6% entre 1998 et 2001.
Niger : Droits et taxes sur importations entre 1998 et 2001
DROITS ET TAXES MOYENS SUR IMPORTATIONS
Années
Biens de consommation Biens intermédiaires
1998
Dont tarif moyen
2001
Biens
d'investissement
TOTAL
17,6%
12,1%
7,5%
13,7%
14,3%
8,4%
7,1%
10,5%
18,5%
12,6%
6,0%
14,6%
5,1%
8,1%
Dont tarif moyen
11,1%
6,0%
Source : Calcul des auteurs à partir de données fournies par les autorités nationales
Cette augmentation du niveau de prélèvement s’explique essentiellement par l’effet des surtaxes. En effet, comme le montre
le tableau suivant, les prélèvements opérés sont en moyenne plus élevés que si les taux du TEC étaient appliqués. Les taux
moyens effectifs de prélèvement sur les importations taxables (toutes les importations en dehors de celles des ambassades, du
gouvernement, et des ONGs) sont de plus de deux points de pourcentage supérieurs à ce qu’ils devraient être si les taux
théoriques du TEC étaient appliqués. Au titre des surtaxes dans le cas du Niger on peut citer, la Taxe de Vérification des
Importations qui est appliquée sur toutes les importations même celles provenant des pays de l’Union, les taux de droits
d’accise différents de ceux homologués par l’UEMOA, la contestation des certificats d’origine par les services de douane
dans certains cas et l’utilisation de valeur de référence pour les opérations de dédouanement des importations au lieu de la
valeur transactionnelle, traduisant ainsi la non application du Règlement de l’UEMOA portant Valeur en douane. En effet, le
Niger utilise encore les valeurs administratives barêmées nationales établies sur 868 produits (au niveau de la ligne tarifaire à
huit chiffres) pour des importations d'une valeur inférieure de 1 million de francs CFA, et des valeurs mercuriales sur les
produits pétroliers.
Droits et taxes moyens théoriques et effectifs sur les importations taxables du Niger en 2001
Taux du TEC Taux effectifs
Ecart
CEDEAO hors UEMOA
Dont
Biens de consommation
Biens intermédiaires
Biens d'investissement
12,1%
14,9%
2,7
20,9%
9,6%
13,3%
28,7%
10,9%
17,3%
7,8
1,3
4,0
RESTE DU MONDE
Dont
Biens de consommation
Biens intermédiaires
Biens d'investissement
14,0%
16,2%
2,3
15,2%
13,4%
10,4%
20,4%
13,5%
6,5%
5,2
0,1
-3,9
: Calcul
auteurs à partir de données
fournies par les autorités
nationales
143. De même, desSource
actions
dedes
communication
et d’information
doivent
être mises en œuvre par
la Commission à l’endroit des Etats membres pour leur faire prendre conscience des
65
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
opportunités qu’offre la politique commerciale commune et la réalisation du marché commun en
matière de lutte contre la pauvreté. En effet, aucun des Etats de l’Union disposant d’un DSRP ne
fait cas de la Politique Commerciale commune de l’Union, ni des mesures concomitantes prises dans
le cadre de la construction du marché commun dans leurs stratégies de réduction de la pauvreté. Même
au niveau des actions prévues dans le cadre de la diversification de leur économie, les Etats ne
semblent pas percevoir l’opportunité qu’offre la mise en œuvre d’un régime préférentiel pour la
réduction de la pauvreté. Or, la garantie d’accès au marché régional peut avoir des effets importants en
terme de réduction de la pauvreté. Effet de revenu pour les populations rurales : la garantie d’une
facilité d’accès au marché régional peut permettre aux populations rurales de certains pays de l’Union
d’accroître leur production vivrière pour répondre à la demande exprimée dans les autres Etats de
l’Union, ce qui va leur générer un niveau de revenu plus élevé. C’est le cas par exemple du Burkina
qui se retrouve avec un excédent de produits céréaliers de près d’un million de tonnes que les paysans
n’arrivent pas à écouler. Effet de pouvoir d’achat : Au niveau des Etats de l’Union en déficit de
produits vivriers, la garantie d’accès au marché de l’Union, à travers le régime préférentiel leur offre
l’opportunité d’assurer la disponibilité de produits vivriers à leurs populations et à moindre coût.
144. Les principaux chantiers et axes d’actions de la commission pouvant contribuer à l’amélioration
significative de l’intégration commerciale se présentent comme suit :
La politique commerciale de l’UEMOA
• Les négociations par la Commission d’accords commerciaux et d’investissements
bilatéraux (avec le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, l’Egypte, le Liban) et multilatéraux (avec
l’UE) ;
• L’adoption de positions communes de négociation des Etats membres de l’UEMOA dans
le cadre de l’OMC, et appui technique apporté par la Commission aux Etats pour la
défense de ces positions ;
• La mise en place du dispositif de préparation et de suivi des négociations internationales
agricoles ;
•
•
•
•
•
•
•
•
•
La facilitation des échanges :
Le programme communautaire de construction de postes de contrôle juxtaposés aux
frontières entre les Etats membres ;
La simplification et l’harmonisation des procédures administratives et de transit portuaire
au sein de l’UEMOA ;
Le programme des corridors d’infrastructures comprenant un observatoire des pratiques
anormales sur ces corridors ;
Le programme régional de facilitation des transports et transit routiers inter Etats
(TRIE) incluant une étude d’élaboration de textes juridiques et réglementaires adéquats ;
L’étude d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers et portuaires.
L’adaptation de l’appareil productif :
Le programme de restructuration et de mise à niveau de l’industrie ;
La réalisation d’une étude comparée des grandes filières agricoles ;
Le programme pour la mise en place d’un système d’accréditation, de normalisation, et de
promotion de la qualité ;
Les différents projets initiés dans la plupart des départements pour constituer des bases de
données, assurer le suivi de leurs actions, concevoir et mettre en œuvre des stratégies
d’intégration dans leurs différents domaines ; par exemple, le Système d’Information
Agricole régional (SIAR), le suivi des indicateurs de compétitivité, l’élaboration d’un
indice de la production industrielle…
66
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.3. Politiques agricoles, sécurité alimentaire, politique foncière et développement rural.
145. Le secteur agricole représente plus du tiers du PIB global de la sous région, sans compter l'agroindustrie. Une croissance économique forte et une réduction significative de la pauvreté en Afrique de
l’Ouest ne peuvent être réalisées sans une croissance soutenue de son agriculture. Ce défi impose
qu’une attention particulière soit accordée à ce secteur en tant que pilier de la stratégie régionale de
réduction de la pauvreté en Afrique de l’Ouest. C’est ce qui explique les actions à dimension régionale
déjà entreprise dans ce domaine. De même, le foncier constitue un élément essentiel de
l’environnement juridique et institutionnel nécessaire à la réalisation efficiente des objectifs
d’intégration économique de l’Union. En ce qui concerne la situation environnementale, l’Afrique de
l’Ouest est caractérisée par les principaux problèmes que sont : (i) la fragilité des écosystèmes sous les
effets de la pression démographique, du déboisement massif, des feux de brousse incontrôlés et du
braconnage entre autres ; (ii) la péjoration continue des ressources en eau face à l’ensablement dans les
zones sahéliennes et sahariennes ; (iii) la persistance des mauvaises conditions sanitaires dans les
milieux urbains ; (iv) la prolifération des végétaux flottants qui menacent la faune et la flore des cours
d’eau ; (v) les conflits dans la gestion des ressources partagées ainsi que les effets des conflits armés.
A- Le cadre régional
146. Le cadre régional de la politique agricole sous-régionale distingue trois niveaux correspondant
aux actions engagées par les trois institutions sous-régionales à savoir la CEDEAO, l’UEMOA et le
Comité Inter-Etat de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS).
147. Au niveau de la CEDEAO : « les Etats membres s’engagent à tout mettre en œuvre pour
l’adoption d’une politique agricole commune, notamment dans les domaines de la recherche, de la
formation, de la production, de la conservation, de la transformation et de la commercialisation des
produits de l’agriculture, de la sylviculture, de l’élevage et de la pêche » (article 25(h) du traité révisé).
Sur cette base, le Secrétariat Exécutif de la CEDEAO a engagé depuis janvier 2001, un processus
d’élaboration d’un Cadre de la Politique Commune qui va préciser les objectifs de développement
agricole de l’Afrique de l’Ouest, prenant en compte la Politique Agricole de l’UEMOA et le volet
agricole du NEPAD. En outre, les chefs d’Etat ont adopté en décembre 2000 un Plan d’Action
Régional de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PAR/GIRE) dont le siège de la structure de
coordination est à Ouagadougou.
148. L’UEMOA, a engagé un processus qui a abouti à l’adoption d’une Politique Agricole de
l’Union (PAU) par l’Acte Additionnel n°03/2001 du 19 décembre 2001. La PAU « couvre
l’ensemble des activités de l’agriculture, de la foresterie, de l’élevage et de la pêche. Elle s’applique à
tous les produits agricoles, au sens large, comme étant l’ensemble des produits issus directement de
ces activités et de ceux résultant d’une transformation indispensable à une première utilisation. La
politique Agricole de l’Union prend en compte tous les systèmes de production et d’exploitation au
sein de l’Union, notamment l’agriculture familiale » (article 2). « Ainsi, la Politique Agricole de
l’Union a pour objectifs de contribuer de manière durable : (i) à la satisfaction des besoins alimentaires
de la population ; (ii) au développement économique et social des Etats membres ; et (iii) à la
réduction de la pauvreté. A cet effet, elle est basée sur trois grands axes: (i) la promotion d'un accès
accru aux marchés internationaux; (ii) la création d'un marché régional ouvert et concurrentiel pour les
productions et les intrants agricoles; et (iii) la promotion de la productivité et de la compétitivité des
producteurs de la zone pour satisfaire la demande tant des marchés internationaux que du marché
sous-régional.
149. Au niveau du CILSS : A l’occasion du sommet des chefs d’Etat, tenu à Banjul (Gambie) en
1997, une déclaration définissant la vision des Etats membres pour le 21ème siècle a été adoptée ;
Cette vision repose sur les priorités suivantes : (i) la promotion des ressources humaines ; (ii) le
renforcement des capacités des institutions à tous les niveaux ; (iii) le développement rapide et durable
des productions agricoles ; (iv) la croissance et la diversification des économies ; (v) la construction
d’un espace sahélien plus soudé et ouvert sur l’Afrique et le monde. La sécurité alimentaire constitue,
pour le CILSS, un axe prioritaire dans la mise en œuvre des orientations du processus Sahel 21, en
67
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
raison de son importance stratégique dans la lutte contre la pauvreté. Cette priorité s’est traduite par
l’élaboration d’un « Cadre Stratégique de Sécurité Alimentaire Durable dans une perspective de lutte
contre la pauvreté au Sahel », adopté en mai 2001.
150. En ce qui concerne la question foncière, il est à remarquer qu’à ce jour, il n’existe aucune
initiative au niveau communautaire (UEMOA) pour adresser cette question. Or le contexte
socioéconomique au sein de l’espace de l’Union se caractérise par des mutations à la fois profondes et
rapides dont notamment : i) la forte poussée démographique, qui selon certaines études prospectives
récentes, aboutira à un doublement de la population ouest africaine dans les trente prochaines années;
ii) les progrès exceptionnels de l’urbanisation qui a un impact très fort sur les comportements des
producteurs ruraux et l’organisation spatiale en milieu rural et; iii) la confrontation brutale des
économies ouest africaines aux marché mondiaux, à la faveur des processus de globalisation. A ces
transformations d’une ampleur et d’une rapidité sans précédent, il faut ajouter les évolutions
institutionnelles de grande portée politique telles que les progrès de la démocratisation, de la
décentralisation et du processus d’intégration. Comme conséquences de ces mutations, on assiste à une
réduction des espaces utiles, s’accompagnant d’une perturbation des systèmes de gestion foncière,
ainsi qu’à un accroissement des conflits fonciers. De même, on observe un phénomène de
restructuration de l’espace rural autour des grandes villes, s’accompagnant d’un changement radical
des pratiques foncières locale et d’une évolution progressive des modes de production agricole sur le
mode intensif.
151. Dans ce contexte de mutations foncières profondes, le développement des marchés fonciers
ruraux apparaît déjà à travers des pratiques foncières émergentes, observables sur le terrain, s’opérant
de manière informelle et, n’offrant aucune garantie aux parties. Aussi, de nombreux risques d’ordre
politique, juridique et surtout social sont-ils inhérents au développement du marché foncier en milieu
rural au sein de l’espace de l’Union. Mais la promotion de marchés fonciers ruraux comporte aussi des
opportunités certaines, notamment du point de vue de la construction du marché commun sousrégional. En particulier, le marché foncier rural est de nature à favoriser le droit d’établissement et la
mise en valeur des nombreuses terres rurales disponibles au sein de l’espace de l’Union (cas de
l’Office du Niger en République du Mali par exemple). Un système foncier sécurisé et un marché
foncier fonctionnel constituent également des conditions favorables à l’incitation aux investissements
et la mobilisation efficace du crédit en milieu rural.
152. Pour le cas particulier de la politique environnementale, le processus de formulation de la
stratégie de protection de l’environnement aux niveaux des principales organisations régionales est en
cours. C’est pourquoi il est prématuré de formuler des objectifs définitifs de la politique
environnementale. Toutefois, les problèmes liés à la lutte contre la désertification, la gestion des
ressources partagées, la lutte contre la prolifération des plantes flottantes et les problèmes d’eau sont
au centre des préoccupations des Organisations Intergouvernementales de la région. Notons cependant,
le lancement du processus de formulation de la Politique Communautaire d’Amélioration de
l’Environnement (PCAE) au sein de l’UEMOA. La plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest ont signé
les grandes conventions de protection de l’environnement. La stratégie régionale en matière de
protection de l’environnement envisagera la mise en œuvre de ces conventions dans une approche
régionale selon des démarches harmonisées en fonction de la spécificité des problèmes rencontrés par
des groupes de pays des grandes zones écologiques de l’Afrique de l’Ouest. La gestion intégrée des
ressources sera au centre de la stratégie régionale tout en prenant en compte l’état de pauvreté des
populations qui n’ont d’autres alternatives que de tirer leurs subsistances des ressources naturelles au
risque de compromettre le développement durable de la région.
B- Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
Bilan de mise en œuvre et synthèse des politiques nationales
153. L’analyse des DSRP nationaux fait ressortir des axes stratégiques construits autour des
principales sources de la croissance distributive qui restent dominées par l’agriculture (au sens large),
levier de l’activité économique dans presque tous les pays. En effet, à l’exception du Sénégal et du
68
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Nigeria où l’agriculture contribue en moyenne pour 16% à 20 % au PIB, ce poids varie entre 30 à 60
% dans les autres pays et occupe plus de 80 % de la population, pour 60 % des recettes d’exportation.
Aussi, l’objectif est-il d’assurer une croissance de 5% à 10% par an de la production agricole au cours
de la période 2002-2015, les secteurs des produits exportables (coton, fruits et légumes) et de
l’agriculture vivrière, et l’élevage étant considérés comme les plus grands contributeurs à la
croissance du secteur primaire.
154. L’examen des différentes stratégies mises en place par les pays dans le domaine de l’agriculture
permet de relever une certaine convergence dans la fixation des objectifs et les attentes en terme
d’impact sur la lutte contre la pauvreté. D’une manière générale, les objectifs poursuivis par les pays
sont : (i) de garantir la sécurité alimentaire ; (ii) d’augmenter et de diversifier les exportations
agricoles ; (iii) d’assurer la gestion rationnelle et la préservation des ressources agro-sylvo-pastorales;
(iv) d’améliorer le cadre de vie des populations rurales. Des objectifs spécifiques concernant, entre
autres, l’augmentation de la production alimentaire, le renforcement de la disponibilité des produits
alimentaires (marchés, stockage, etc.), l’amélioration des revenus des populations et l’accès aux
produits alimentaires, accompagnent souvent ces objectifs globaux pour permettre une
opérationnalisation des stratégies définies. Les options stratégiques, quant à elles, sont fonction de
l’environnement socio-économique des Etats d’une part, et des potentialités dont ils disposent d’autre
part.
155. L’environnement socio-économique des Etats : Pratiquement tous les pays d’Afrique de
l’ouest sont « preneurs de prix », ce qui les expose en permanence aux chocs extérieurs (prix sur le
marché mondial), notamment en qui concerne les produits d’exportation comme le coton (c’est le cas
du Bénin, du Burkina Faso et du Mali pour lesquels le coton représente le principal produit
pourvoyeur de devises). De plus, la position de certains Etats au sein des institutions sous-régionales
d’intégration économique, rend leur situation atypique par rapport aux échanges intra et inter
régionaux. C’est le cas, par exemple, du Bénin qui occupe une position charnière entre l’UEMOA et le
Nigeria, ou du Togo avec le Ghana. Ces positions induisent souvent des fonctionnements particuliers à
l’Economie locale. Par exemple, la position du Bénin dans la sous-région se caractérise par de faibles
transactions commerciales avec les pays de l’UEMOA et le développement exceptionnel des échanges
avec le Nigeria. A travers les échanges de produits agricoles, le Bénin se révèle plus intégré au Nigeria
qu’à l’espace UEMOA.
156. Les potentialités des Etats : Les économies des pays de la sous-région sont similaires et
dépendent, pour la plupart, d’un ou de deux produits d’exportation : le coton et les produits maraîchers
pour le Bénin, le Burkina et le Mali, le café et le cacao pour la Côte-d’Ivoire, les produits de l’élevage
pour le Niger, la noix de cajou et les produits de la mer pour la Guinée-Bissau, etc. L’orientation des
stratégies du secteur dans les pays tient donc compte de ce facteur, mais aussi de la valorisation de la
production agricole au sens large dans l’optique d’assurer une sécurité alimentaire durable dans des
économies fortement tributaires des aléas climatiques. Mais, force est de constater que de nombreuses
potentialités restent inexploitées et pourraient être mieux valorisées si des actions à dimension
régionales étaient entreprises dans ce sens. C’est le cas, par exemple de l’aménagement des bassins. La
principale difficulté demeure alors la question de la cohérence entre les stratégies des pays pris
individuellement et le cadre régional de coopération dans le domaine de l’agriculture. A cet effet, on
peut déjà noter une prise en compte des objectifs de la Politique Agricole de l’Union, en ce qui
concerne la recherche de la sécurité alimentaire dans les stratégies sectorielles des pays. Au Burkina
Faso par exemple, cette politique se matérialise sur le terrain par la mise en place de zones pilotes de
production couvrant une quinzaine de province du pays.
157. La complexité du secteur de l’agriculture du fait de son caractère hautement social, de son
importance dans l’économie de chaque Etat, de l’absence d’autres secteurs moteurs de croissance
économique, de la connaissance insuffisante des mécanismes de production, de stockage et de
commercialisation des productions agricoles met l’ensemble de la région dans une situation délicate.
En effet, les pays sahéliens de la région sont concurrents entre eux, de même que les pays côtiers entre
eux, si bien que les complémentarités entre les deux groupes sont faibles et la tendance qui se dégage à
la lecture des stratégies conforte l’idée que cette faiblesse de complémentarité risque de s’accentuer
69
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
puisque tous les Etats visent la diversification et l’intensification des productions sans aucun projet de
spécialisation et de création de complémentarités intra-régionales.
158. Dans les Etats membres de l’UEMOA, les législations foncières abordent les questions
foncières de manière diverse, en fonction des spécificités écologiques et politiques nationales. Les
trois principaux point de divergence et de convergence des options qui sous-tendent les législations
foncières des Etats sont : i) l’attitude des législateurs nationaux à l’égard des droits fonciers
coutumiers; ii) l’attitude des législateurs nationaux à l’égard des droits fonciers de l’Etat et; iii) la
question de la propriété privée dans les législations nationales. Néanmoins, de manière générale, les
législations foncières nationales de l’espace de l’Union ont toujours eu une attitude dominante
d’hostilité à l’égard des droits fonciers coutumiers (Burkina Faso) et une tendance récente à la
reconnaissance des droits locaux fondés sur les coutumes foncières (Niger). Mais face à l’échec des
options de négation de la réalité des droits fonciers locaux, des progrès sont actuellement enregistrés
dans l’expérimentation d’approches opérationnelles innovantes de sécurisation efficace des droits
fonciers coutumiers, notamment à travers les « plans fonciers ruraux » (Côte d’Ivoire et Bénin), les
« commissions foncières » (Niger) et la « gestion des terroirs » (Burkina).
159. Pour ce qui est des droits de l’Etat, une tendance à l’affirmation d’un monopole foncier de l’Etat
est toujours perceptible dans de nombreux Etats qui s’affichent comme représentants de la nation
entière, garants de l’intérêt général et principaux promoteurs du développement agricole. A une
exception près (Guinée Bissau), des dispositions plus ou moins libérales sont prévues pour permettre
l’appropriation privative de la terre. Mais il faut souligner que quelque soit l’option retenue en ce qui
concerne le droit d’appropriation privative, l’ensemble des Etats de l’espace de l’Union offre la
possibilité d’un accès sécurisé à la terre à toute personne, notamment à travers l’optique alternative de
la promotion des baux emphytéotiques.
160. Dans le domaine de la politique de l’environnement, la revue des DSRP nationaux des pays
de l’UEMOA montre une convergence de vue par rapport aux questions de l’environnement.
Même si, dans certains pays (pays sahéliens), un accent particulier est mis sur la problématique de la
désertification (ce qui se justifie compte tenu de leur situation géographique), la question de la
préservation du capital naturel et du cadre de vie reste au centre des stratégie de protection de
l’environnement. Les objectifs prioritaires sont dans l’ensemble : (i) la valorisation des ressources
naturelles ; (ii) la sauvegarde de l’environnement et la lutte contre la désertification ; (iii) la
sauvegarde de la faune et de la flore ; (iv) la sauvegarde de l’environnement marin et côtier ; (v) la
recherche d’un optimum entre la satisfaction des besoins des populations et le maintien de la
biodiversité pour les générations futures.
161. Ces orientations se traduisent sur le terrain par des actions concrètes à différents niveaux. Au
plan institutionnel, l’adoption de certains textes comme le code de l’environnement ou le code
forestier, est effective dans des pays tels le Sénégal et le Burkina Faso. Au plan pratique, une meilleure
organisation de la gestion de l’environnement peut être observée. C’est le cas au Sénégal, avec la prise
de mesures tendant à une suscitation et à une stimulation des attitudes positives vis-à-vis de
l’environnement et les actions de promotion de la préservation et de la protection des ressources
naturelles. Au Niger par exemple, où la question de la désertification est centrale dans la politique de
l’environnement, des mesures particulières sont centrées sur la création d’aires protégées et la
réhabilitation des terres dégradées. Toutes les politiques de lutte contre la désertification se mènent
dans un cadre de synergie d’action avec l’institution sous-régionale spécialisée dans le domaine : le
CILSS. La prise en compte diligente des questions de l’environnement dans les piliers du DSRP
régional constituerait un atout supplémentaire pour la valorisation de l’espace ouest africain dans le
cadre de la lutte contre la pauvreté.
Les programmes régionaux
162. La mise œuvre des programmes régionaux dans le cadre de la Politique Agricole dans l’espace
UEMOA s’articule autour des trois grands axes d’intervention suivants :
70
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
•
L’adaptation des filières agricoles et l’amélioration de l’environnement du système productif :
la réalisation de cet axe consistera à la mise en place, au niveau régional, d’un processus de
concertation avec les différents acteurs institutionnels et privés pour adapter les filières
agricoles aux règles du marché régional et international, en favorisant l’intensification de la
production et en améliorant sa compétitivité ;
•
L’approfondissement du marché commun dans le secteur agricole et la gestion des ressources
partagées, à travers de interventions portant notamment sur l’harmonisation des normes de
production et de mise en marché, des normes sanitaires, de la fiscalité appliquée au secteur
agricole, sur les dispositifs de contrôle, sur la gestion de la transhumance transfrontalière, sur
la gestion des ressources halieutiques et des ressources en eau partagées ;
•
L’insertion de l’agriculture dans le marché régional et mondial : dans cet axe, il s’agit de
mieux sécuriser les débouchés à l’exportation des productions agricoles et de limiter la
dépendance alimentaire des Etats membres de l’Union, en assurant l’insertion progressive de
l’agriculture dans les marchés régionaux et mondiaux, par des interventions portant
notamment sur la mise en place d’un cadre de concertation au sein de l’Union pour la
préparation des négociations commerciales internationales dans le domaine agricole et d’un
système d’information et d’aide à la décision dans les négociations.
163. Un programme triennal d’activités 2002-2004 a été élaboré pour la mise en œuvre de la
politique agricole de l’Union. Au nombre des programmes en cours, on peut relever :
•
l’appui à la fluidité du marché : Au plan communautaire, la politique à mettre en place doit
permettre l’exploitation des complémentarités des pays de la sous-région, en générant des
synergies et des économies d’échelle, en conférant du poids dans les négociations
internationales, sur l’agriculture en particulier et en offrant la possibilité de gérer des biens
publics régionaux. La politique peut s’organiser autour d’un système d’appui à la production
et au fonctionnement des marchés, de l’exploitation des potentialités existantes dans un pays
mais dont l’exploitation aurait un impact sur l’ensemble des pays, de l’appui à la formation et
à la recherche-développement.
•
Un système d’information régional d’appui aux marchés : L’exploitation des
complémentarités suppose la mise en place au niveau régional, d’une politique dynamique
pour développer la collecte, le traitement et la diffusion de l’information. Les systèmes
d’information modernes et à frais réduits peuvent être très utiles car ils offrent un accès facilité
aux compétences, aux capitaux, aux technologies et aux opportunités d'affaires et de marchés.
L’accès au marché suppose la capacité à respecter les normes et à acquérir des labels. Dans ce
cadre, la maîtrise de la Qualité est un levier clé. Les autorités régionales pourraient aider à la
définition et à l’harmonisation des normes et des qualités.
•
L’appui aux secteurs à haute potentialité de croissance : La gestion des biens publics
régionaux passe par l’identification des filières à forte potentialité de croissance qui peuvent
permettre à la région de faire face à un problème structurel. Un exemple serait l’identification
de régions ayant de fortes potentialités de croissance dans la production de céréales (riz, mais),
base importante de la consommation mais essentiellement importés et d’inciter les
investisseurs à les exploiter.
•
L’appui technique à la professionnalisation des filières : L’exploitation des potentialités
passe par la mise en place d’un cadre favorable à la promotion des investissements. La mise en
place d’un tel cadre doit permettre l’exploitation des potentialités identifiées. La promotion
des investissements suppose également le développement des occasions d’échanges et de
partenariat entre industriels, l’échange d’expériences des pays en matière de promotion ainsi
qu’une évaluation permanente des capacités des pays membres à attirer l’investissement
international.
164. De manière concrète, les difficultés liées à la mobilisation des ressources n’ont pas permis
d’atteindre un taux élevé de réalisation des activités programmées dans le cadre du programme
triennal. Ainsi, les activités suivantes ont-elles pu être réalisées : Au niveau de la PAU : (i) la
71
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
réalisation de l’étude sur la compétitivité comparée des grandes filières agricoles ; (ii) la mise en place
des cadres de concertation sur les filières agricoles ; (iii) la mise en place du dispositif de préparation
et de suivi des négociations internationales agricoles. En ce qui concerne la concertation avec les
Organisations Intergouvernementales : (i) la préparation du Programme de Travail et du Budget
Annuel (PTBA) 2003 et 2004 ; (ii) la synthèse des PTBA 2003 et 2004, des sept composantes du
Programme commun des OIG ; (iii) l’élaboration des TDR de l’audit de la gestion des crédits du
FIDA ; (iv) la formulation d’une deuxième demande de décaissement présentée au FIDA et acceptée ;
(v) l’élaboration d’une fiche programme pour l’étude d’identification du Système d’Information
Agricole Régional (SIAR). Au niveau du développement des filières, (i) le coton : la situation
dégradée du marché du coton et la proximité des échéances relatives au cycle de négociations de
l’OMC, ont entraîné une forte mobilisation de certains Etats producteurs de coton de la région, qui a
conduit la Commission de l’UEMOA à organiser en juin 2003 une réunion ministérielle de
concertation régionale sur les difficultés de la filière. Les recommandations issues de cette réunion ont
été mises en œuvre dès juillet 2003, avec l’installation d’un comité régional de suivi desdites
recommandations ; (ii) le riz : Une requête relative au projet régional de développement de la
production et de commercialisation du riz dans la zone UEMOA a été élaboré et soumise au Fonds
Commun pour les Produits de Base (FCPB) ; (iii) la pêche : Le programme triennal pour le
développement du secteur de la pêche des Etats membres, en mars 2003 ; (iv) l’élevage : La
commission a élaboré les TDR des études sur la législation pharmaceutique et sur l’audit des
laboratoires de contrôle des médicaments vétérinaires.
165. Dans le sous-secteur de l’environnement, les programmes suivants peuvent être notés : Le
programme de lutte contre les végétaux flottants : Ce programme a été adopté par les instances de
la Communauté qui ont mandaté le Secrétariat exécutif de mobiliser le financement. Une conférence
des bailleurs de fonds a été organisée au profit des pays bénéficiaires (Bénin, Côte d'Ivoire, Ghana,
Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal). Par la suite, le projet a été élargi aux pays nouvellement infestés
(Burkina Faso, Guinée, Togo, Gambie et le bassin de la Volta). Le Secrétariat compte entreprendre des
missions de sensibilisation pour obtenir le financement du programme et une meilleure coordination
avec les partenaires.
166. Le programme régional météorologique : Un document de projet relatif au renforcement des
systèmes d'observation synoptique de onze pays membres a été élaboré avec la collaboration de
l'Organisation Mondiale de la Météorologie. Des actions sont également menées auprès du PNUD et
d’autres partenaires au développement pour rechercher le complément du financement. Les pays
bénéficiaires se sont engagés à prendre en charge les contreparties financières de fonctionnement de
leurs volets respectifs.
167. Le programme de lutte contre la désertification : La Conférence des chefs d'Etat et de
Gouvernement de la CEDEAO a adopté le Programme d'action sous-régional (PASR) de lutte contre
la désertification en Afrique de l'ouest (Décision A/DEC.1/12/999). Le Secrétariat exécutif a été
mandaté, en collaboration avec le CILSS, pour initier les démarches nécessaires auprès des partenaires
au développement en vue de faciliter la mobilisation des ressources requises en vue de la mise en
œuvre du programme. A cet effet, une réunion de concertation entre la CEDEAO et le CILSS a défini
un planning d'activités. Il a été retenu d'axer les priorités sur la préparation des documents cadres des
projets sous-régionaux autour de trois domaines d'action : ressources en eau partagées, ressources
végétales et animales et ressources énergétiques. La CEDEAO et le CILSS ont sollicité l'appui des
partenaires au développement tels que le PNUE, le Mécanisme global, le FEM et l'UNSO. De façon
spécifique, le processus de formulation de la Politique Commune d'Amélioration de l'Environnement
(PCAE) est en cours, conformément au Protocole Additionnel N°II du Traité de l'Union. Une étude
permettra de définir ses axes prioritaires d'intervention et les instruments de mise en œuvre. En
attendant l’adoption de la Politique Environnementale de l’UEMOA, la Commission accompagne la
gestion du Programme régional du Complexe Parc W (ECOPAS) qui concerne le Bénin, le Burkina
Faso et le Niger. La sous région a développé des initiatives de gestion des ressources naturelles et de
l'environnement dans le cadre de la mise en œuvre des Conventions, traités et accords régionaux et
internationaux (CCD, CDB, CCC, etc.); des programmes régionaux de développement, de formation
et de recherche dans le domaine de la Gestion des Ressources Naturelles, etc.).
72
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
168. La gestion des ressources halieutiques : Le sous-secteur de la pêche contribue de façon
importante au développement économique et social des Etats membres de l'Union. Il joue un rôle
décisif dans la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire (apport de protéines à bas prix), la
création d'emplois et l'équilibre de la balance commerciale de ces pays. La région dispose d'un
potentiel important en ressources halieutiques dont la gestion rationnelle demeure un enjeu primordial
pour l'avenir de ce secteur. Sur la base des orientations de la PAU, un programme d'actions spécifiques
au sous secteur de la pêche a été élaboré par la Commission. Ce programme prévoit, l'harmonisation
des législations, l'établissement de plans d'aménagement concertés, l'adoption d'une stratégie régionale
de négociation des accords de pêche et une réglementation des conduites d'octroi des licences aux
tiers, la mise en place d'un programme régional d'appui aux services de surveillance côtière et
l'élaboration d'un code régional de pêche maritime.
169. La gestion de la transhumance transfrontalière : La transhumance transfrontalière matérialise
la complémentarité existant entre populations et écosystèmes de différentes zones de l'Union. C’est le
mode de vie et le moyen de subsistance des pasteurs des zones sahéliennes. Par les revenus qu’elle
leur procure, elle contribue à réduire l’insécurité alimentaire des pasteurs qui en dépendent.
Cependant, incontrôlée et mal gérée, elle a depuis longtemps généré des conflits fonciers, de même
que la dégradation des ressources naturelles. La poursuite de cette pratique implique la définition et la
mise en place des règles communes de gestion concertée au niveau régional. A cet effet, la
Commission prépare en collaboration avec les autres institutions régionales d'intégration et de
coopération (CEDEAO, CILSS), la définition d'une stratégie régionale de gestion de ce phénomène.
Un certificat de transhumance (élevage) a été adopté par la Conférence des chefs d'Etat et de
Gouvernement et est en cours d'exécution.
170. La gestion durable des ressources naturelles partagées et transfrontalières : Des
potentialités pour la coopération transfrontalière ou régionale existent, notamment dans les domaines
de la gestion des ressources partagées (eau, ressources naturelles, environnement) au sein de la sousrégion. Des initiatives régionales ont été développées, entre autres, dans le cadre du PASR, de la
GIRE, du GWP/WAWP, de l'UICN/BRAO et tout récemment dans le cadre du Nouveau Partenariat
pour le Développement de l'Afrique (NEPAD). La Commission, dans le cadre de la politique
environnementale de l’Union et en rapport avec les autres institutions régionales et internationales,
élaborera des stratégies de gestion durables de ces ressources.
171. Comme au niveau de PAU, la difficulté de mobilisation des financements n’a pas permis la
réalisation d’un certains nombre d’activités. D’autres activités ont, cependant, pu être réalisées en
2003. Il s’agit des activités liées : (i) à la formulation de la PCAE ; (ii) à la mise en œuvre du
Programme d’Action Sous-Régional de Lutte contre la Désertification en Afrique de l’Ouest et au
Tchad (PASR) ; (iii) à la mise en œuvre du Programme Régional Parc (Ecosystèmes Partagés
d’Afrique Soudano-Sahélienne – ECOPAS) ; et (iv) à la participation à des réunions et ateliers divers.
73
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 11: Coopération transfrontalière et lutte contre la pauvreté – Cas de la région de Lipkato-Gourma
•
Problématique
Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, chaque Etat s’organise en adoptant des stratégies énoncées, stratégies le plus
souvent définies lors des consultations participatives dans le cadre actuel des DSRP. Les stratégies ainsi adoptées
répondent généralement aux besoins des populations de ce pays. Cependant, la spécificité des régions transfrontalières fait
que celles-ci sont soumises à des politiques spécifiques de développement étant donné que, malgré le fait que ces dernières
appartiennent à des pays différents, elles ont des caractéristiques communes : mêmes populations, mêmes coutumes,
mêmes potentialités en ressources, mêmes obstacles au développement etc. Il se pose dès lors le problème d’une politique
de développement efficace applicable à l’ensemble des populations de telles régions.
•
Projets intergouvernementaux : une approche possible
Une stratégie de développement applicable aux régions transfrontalières serait de s’appuyer sur les projets
intergouvernementaux dont l’objectif serait de promouvoir la mise en valeur des ressources de ces régions situées à cheval
sur les frontières communes des Etats concernés. L’exemple type est celui du Programme de développement de l’élevage
dans les régions Liptako-Gourma, régions situées à cheval entre le Burkina, le Niger et le Mali dont l’étude de faisabilité
aboutit à des conclusions intéressantes.
•
Cas du Programme du Développement de l’Elevage dans la région Liptako-Gourma
l’Autorité de développement de la région Liptako-Gourma (ALG) est une organisation intergouvernementale sousrégionale née de la volonté du Burkina, du Mali et du Niger. Son objectif principal est la lutte contre la pauvreté par la
promotion et la mise en valeur des ressources de la région du Liptako-Gourma située à cheval entre les trois pays. La lutte
contre la pauvreté est projetée à partir de quatre objectifs spécifiques : la sécurité alimentaire, la protection de
l’environnement, le désenclavement et le développement social. La région pressentant d’importantes potentialités en
matière d’élevage, la stratégie porte sur le développement de cette activité dont la contribution aux recettes d’exportations
des Etats membres est très importante (3% pour le Burkina, 18% pour le Niger et 12% pour le Mali).
Le programme de développement de l’élevage dans le Liptako-Gourma vise, à travers le développement intégré et global,
à augmenter le revenu des populations et à garantir durablement la sécurité alimentaire. Les éleveurs, majoritaires dans
cette région qui compte 14 millions d’habitants, constituent la principale cible. D’autres groupes cibles ne sont pas
cependant à négliger. C’est le cas des agropastoraux, des vétérinaires privés, des bouchers et autres intermédiaires et des
transformateurs des produits de l’élevage.
Les principales composantes du programme visent l’appui à la santé animale, à l’hydraulique pastorale, au renforcement
des capacités des acteurs de la filière, à la production et à la transformation, aux infrastructures routières, à la
communication, la commercialisation et l’environnement.
Les effets et impacts du programme peuvent se grouper en deux catégories : les effets sur les paramètres zootechniques et
les effets sur le développement durable. S’agissant des premiers, les principaux indicateurs de l’activité d’élevage seraient
améliorés si le programme est implémenté. Les effets sur le développement durable visent la responsabilisation effective
des acteurs, le partenariat avec les institutions de recherche, l’amélioration de la production et de productivité et la prise en
compte de la problématique environnementale. Les études de faisabilité indiquent que le projet est techniquement faisable
et économiquement viable.
Source : Etude de Faisabilité du Programme de Développement de l’Elevage dans la Région du Liptako Gourma (Burkina, Mali, Niger),
Bureau d’Etudes et Recherche pour le Développement.
Encadré 12: Développement des filières agricoles régionales - le coton
Le coton occupe une place prépondérante. Cette filière emploie environ 6 millions de personnes et constitue une source
importante de revenus, tant pour les producteurs que pour les Etats. La région UEMOA est la première zone de production
cotonnière en Afrique. Plus de 1 million de tonnes de coton fibre sont annuellement produites au sein de l'Union dont
seulement 5 % sont transformées, les 95 % restant étant exportées sur le marché mondial. La filière a connu ces dernières
années une crise marquée, notamment, par l'effondrement des cours mondiaux, dû aux fortes subventions dont bénéficient
les producteurs américains et européens. La nécessité d’une approche régionale s’est imposée, en vue de dégager une
stratégie concertée pour apporter des solutions économiques et politiques aux problèmes de la filière. Un processus de
concertation est ainsi engagé au sein de l'Union pour promouvoir le développement d'unités de transformation d'envergure
régionale, la mise en place d'une part, d'un cadre de concertation et d'un système adapté de financement de la filière, et
d'autre part, d'un mécanisme de défense des intérêts des pays membres de l'Union dans les négociations commerciales
internationales dans le cadre de l'OMC et des relations ACP/UE.
74
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 13: L’aménagement des bassins : Une alternative pour les politiques de lutte contre la pauvreté en Afrique de
l’Ouest.
Au nombre des potentialités pouvant servir de soubassement au renforcement de la dimension régionale de la politique
sectorielle de lutte contre la pauvreté, figure l’aménagement des bassins de la région. Un inventaire rapide permet, en effet,
de recenser des initiatives sous régionales autour de quelques bassins comme l’indique ce tableau.
Organisations autour des bassins :
Organisation
Organisation du bassin du fleuve Gambie (OMVG)
Commission du bassin du Lac Tchad (LCBC)
Union du fleuve Manu (MRU)
Autorité du Bassin du Niger (NBA)
Organisation du Bassin du fleuve Sénégal (OMVS)
Pays Membres
Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Sénégal.
Cameroun, Tchad, République Centrafricaine, Niger,
Nigeria.
Libéria, Sierra Leone, Guinée.
Bénin, Burkina Faso, Tchad, Côte d’Ivoire, Guinée,
Mali, Niger, Nigeria.
Sénégal, Mali, Guinée, Mauritanie.
Le rôle de ces bassins dans le gain d’une valeur ajoutée régionale pour la lutte contre la pauvreté est multiple :
•
De nouvelles opportunités dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche peuvent s’offrir dans la
perspective d’une rationalisation de la production et d’un palliatif aux déficits céréaliers locaux ;
•
Dans un contexte de vulnérabilité des populations face aux aléas climatiques et à la gestion inadaptée des
ressources naturelles, l’aménagement des bassins constitue une alternative ;
•
La faible compétitivité des filières de productions agricoles et maraîchères peut trouver une solution dans la
conquête du marché africain et mondial.
Le besoin d’une coordination des politiques à travers une meilleure organisation de ces bassins reste un élément central
que la stratégie régionale de réduction de la pauvreté devra prendre en compte pour une valorisation des échanges par la
création de réseaux et une prévention des conflits en Afrique de l’ouest.
Encadré 14: Le dispositif régional de prévention et de gestion des crises
Le CILSS anime le dispositif régional de veille de la situation alimentaire dont les objectifs sont les suivants :
–
faire une évaluation précise et régulièrement ajustée de la situation agricole et alimentaire au niveau national et régional
–
identifier les zones et les groupes de populations vulnérables
–
déterminer les actions d’assistance et d’appui nécessaires pour éviter une crise alimentaire ou en limiter l’ampleur
–
mobiliser les dispositifs nationaux, les agences d’aide et les ONG pour mettre en œuvre les interventions jugées les plus
appropriées à chaque situation
Ce suivi exploite l’ensemble des informations produites par les différents dispositifs d’information au niveau national (statistiques
agricoles, Sim, Sap), régional (CILSS, Fews Net) et international (Fao/Smiar), ainsi que l’information collectée par les ONG ou les
donateurs comme le Pam, mais aussi les agences bilatérales.
Le dispositif est marqué par trois étapes essentielles de confrontation et d’analyse régionale de l’information, situées à des moments clés
de la campagne agricole et alimentaire :
–
la rencontre régionale sur le suivi de la situation agricole et alimentaire intervient en mars : elle établit une première évaluation
fondée sur les données de production définitives de la récolte précédente ; elle procède à l’identification des zones et
populations potentiellement « à risque » durant la prochaine période de soudure et élabore une stratégie d’atténuation des
risques ;
–
la réunion restreinte des dispositifs régionaux d’information intervient en juin. Elle procède à un premier bilan des
interventions engagées sur la base du diagnostic et des recommandations formulées en mars, réévalue la situation et les
besoins. Elle prépare le suivi renforcé de l’hivernage (missions de terrain, appuis aux dispositifs nationaux, etc.) ;
–
la rencontre régionale sur le suivi de la situation agricole et alimentaire et les perspectives de récolte de la campagne agricole
en cours, intervient mi-septembre. Elle est l’occasion d’établir un bilan des interventions conduites dans les zones et pour les
populations à risques.
Sur la base de la configuration de la campagne et d’une confrontation des informations sur son déroulement dans chaque pays, la
rencontre formule les premières prévisions de récolte (scénarii optimiste, moyen, pessimiste) destiné à anticiper un risque de crise
majeure. Elle émet un préavis sur la situation agricole et alimentaire
Le dispositif mobilise les principaux acteurs de la sécurité alimentaire au niveau régional. Il joue par conséquent une fonction de
coordination et de concertation, qui permet de mieux anticiper les crises et d’améliorer les réponses qui sont apportées.
75
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 15: Le question foncière rurale en Afrique de l’Ouest
Dans la perspective de réduction de la pauvreté, l’un des défis majeurs de l’agriculture ouest-africaine est celui de
l’intensification de la production. Relever avec succès un tel défi nécessite non seulement la mise en œuvre de mesures
techniques d’ordre agronomique ou technologique, mais également l’amélioration de l’environnement juridique et
institutionnel de la production, en particulier l’amélioration des systèmes fonciers. C'est-à-dire, l’ensemble des mécanismes
politiques, juridiques, institutionnels et sociaux à travers lesquels une société donnée assure le contrôle de la terre, en organise
la mise en valeur et en assure la gestion.
En effet, bien qu’étant diversifiés dans l’espace et dans le temps, les systèmes fonciers jouent toujours un rôle essentiel dans
le développement économique des sociétés, principalement dans le développement agricole.. Aussi un système foncier adapté
et efficace favorise t-il l’accès des acteurs ruraux dynamiques à la terre, leur permettant d’investir, d’améliorer la productivité
agricole et de contribuer à l’accroissement de la production. A l’inverse, un système foncier inadapté marginalisera les acteurs
ruraux les plus entreprenants, laissera l’essentiel des terres cultivables en friches ou dans un état de sous-exploitation. Il
constituera de ce fait une contrainte majeure à la réalisation de l’objectif d’accroissement de la production agricole poursuivi
par les Etats membres de l’Union. C’est pour cette raison que la Commission de l’UEMOA avec l’appui de la Banque
Mondiale a fait réaliser une étude pour initier une réflexion préliminaire sur la question foncière dans son articulation avec la
problématique de l’intégration au sein de l’espace de l’Union.
Basée sur l’identification des tendances lourdes d’évolution de la situation dans l’espace de l’Union, ainsi que sur l’examen
critique des politiques et législations foncières nationales, l’étude vise à discuter l’apport de systèmes fonciers sûrs et de
marchés fonciers fonctionnels dans l’accélération du processus de construction d’un marché commun fonctionnel et
compétitif.
La sous-région ouest africaine est affectée dans son ensemble par des changements tant sur le plan socio économique (une
croissance démographique exceptionnelle, des mouvements migratoires importants, une urbanisation accélérée et des
dynamiques économiques nouvelles, en liaison avec les marchés) que sur les plans politique et institutionnel (les progrès de la
démocratisation et de l’Etat de droit, le lancement du processus de décentralisation et la consolidation du processus
d’intégration) qui constituent les tendances lourdes de son évolution.
Il ressort de l’examen des politiques et législations foncières nationales que depuis le lendemain des indépendances, la totalité
des Etats membres de l’UEMOA a entrepris des processus de réforme foncière poursuivant comme objectif commun la
création des conditions d’une amélioration de la productivité et d’un accroissement de la production agricole en milieu rural.
Il s’agit de créer les conditions incitatives de la mise en valeur des terres et de l’investissement rural à travers un accès plus
facile à la terre (Burkina ; Togo) ou de favoriser la gestion durable des ressources naturelles tout en limitant l’émergence des
situations conflictuelles à travers une plus grande sécurisation des acteurs ruraux (Niger). Tout en reprenant à leur compte les
choix ci-dessus, certaines législations nationales (Sénégal et Mali) sont fortement orientées vers la réalisation d’objectifs
juridiques et techniques d’unification des règles foncières (droit traditionnel, droit moderne). Néanmoins, il est à constater
qu’aucune de ces réformes n’a réellement porté ses fruits du fait de plusieurs facteurs dont : i) la poussée démographique, la
dégradation des ressources et la réduction des espaces utiles ; ii) la perturbation des systèmes fonciers locaux ; iii) la mise en
place d’embryons de marchés fonciers du fait de la valorisation de la terre consécutive à la réduction de sa disponibilité et iv)
le développement des conflits fonciers.
Or la promotion d’une agriculture productive et durable sur le mode intensif suppose une amélioration des systèmes de
gestion foncière. A titre illustratif, les autorité maliennes ont indiqué être aujourd’hui en mesure de mettre à la disposition de
l’ensemble des opérateurs économiques de l’espace de l’Union, un potentiel de deux millions d’hectares de terres irrigables
(dont près de d’un million d’hectares sur le seul office du Niger), afin de permettre à l’Union de relever avec succès le défi de
l’alimentation d’une population en augmentation exponentielle. Les autorités maliennes entendent, dans le cadre de leur
contribution à la réalisation de la politique d’intégration et de l’engagement à mettre en œuvre une politique agricole
concertée, couvrir les besoins en riz de l’ensemble de ses voisins (Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina, Niger, mais aussi Guinée
et Mauritanie). Par une extension de l’aménagement des terres de l’Office du Niger, le Mali se dit capable de faire passer les
importations par ses voisins, de riz en provenance des pays asiatiques, de 62,22% à seulement 25% ; ce qui contribue à la
croissance économique générale au sein de l’espace de l’Union. En effet, la législation malienne actuelle offre la sécurité
foncière nécessaire aux investisseurs potentiels, nationaux comme étrangers, notamment à travers des baux ordinaires ou des
baux emphytéotiques.
Dans le cadre des objectifs de l’Union, l’étude a proposé un plan d’action dont l’objectif général est de contribuer à la création
d’un environnement foncier favorable à la réalisation d’un marché commun dynamique et compétitif. Les axes du plan
d’action sont : 1) Appropriation du processus par les Etats ; 2) Mise en place d’une structure de documentation, d’information,
d’étude et d’aide à la décision : l’observatoire régional du foncier en Afrique de l’Ouest ; 3) Renforcement des capacités
régionales en matière foncière et ; 4) Assistance aux Etats en matière de promotion de marchés fonciers.
Source : UEMOA 2004, Etude sur « La question foncière rurale face aux défis de l’intégration régionale dans l’espace UEMOA », par
Hubert M. G. OUEDRAOGO , Cabinet juridique DID International
76
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
172. Dans le cadre spécifique de la sécurité alimentaire, les politiques concernent essentiellement
les pays sahéliens confrontés aux aléas climatiques et à des crises alimentaires fréquentes. La plupart
des dispositifs nationaux de prévention et de gestion des crises alimentaires au Sahel sont constitués de
trois composantes : information, concertation/coordination et intervention. La composante «
information » repose sur plusieurs systèmes d’informations, focalisés sur un ensemble de paramètres
(production agricole, météorologie, marchés, situation sanitaire…), dont le degré de coordination est
variable selon les pays. La composante « concertation/coordination » se caractérise, dans la plupart des
pays, par l’existence d’instances paritaires réunissant les représentants de l’État et ceux des donateurs
impliqués dans ce domaine. La composante « intervention » comprend dans presque tous les cas un
stock physique de sécurité, mobilisé pour des distributions gratuites (proportionnelle à l’ampleur des
crises) et des ventes à prix subventionnés.
173. Concernant le dispositif régional de prévention et de gestion des crises alimentaires, il a été
progressivement mis en place, à l’initiative du CILSS et de ses partenaires extérieurs, un dispositif
régional de prévention des crises alimentaires. Il est constitué principalement des composantes «
information », avec notamment toutes les actions mises en œuvre ou coordonnées par le centre
Agrhymet, et « concertation/coordination », à travers les activités du Prégec (Unité de prévention et de
gestion des crises alimentaires) et la réunion annuelle du réseau de prévention des crises alimentaires
au Sahel. Il n’existe pas d’actions d’atténuation de crises mises en œuvre au niveau régional.
Cependant, en 1990, les pays du CILSS et plusieurs donateurs ont signé la «charte de l’aide
alimentaire», qui définit les principes d’utilisation de cet instrument afin de limiter ses impacts
négatifs sur le fonctionnement des marchés nationaux et le renforcement des capacités des groupes
vulnérables.
174. A l’issue des nombreuses évolutions qu’elles ont connu, les politiques de sécurité alimentaire
des pays sahéliens sont aujourd’hui confrontées à un enjeu de taille : parvenir à une réelle cohérence
entre les actions de prévention et atténuation des crises et celles visant une amélioration structurelle de
la sécurité alimentaire. En effet, trop souvent encore, les interventions de court terme contrecarrent les
résultats recherchés par les actions de long terme, que ce soit dans le domaine du renforcement des
organisations de la société civile, de la gestion des ressources naturelles ou de l’amélioration du
fonctionnement des marchés. L’importance de cet enjeu se trouve renforcé avec l’adoption, par tous
les pays de la région, d’une stratégie de réduction de la pauvreté.
175. Au niveau de l’UEMOA, la poursuite des activités du Programme Régional pour Sécurité
Alimentaire (PSRSA) dans le Etats membres, s’est concrétisée par les activités suivantes : (i) la
réalisation de quatre études sur les mesures fiscales, tarifaires et non tarifaires régissant la production
et la commercialisation des produits agricoles, sur les législations phytosanitaires, sur les législations
zoo sanitaires ; et sur l’évolution du cadre juridique et institutionnel de la sécurité sanitaire des
aliments et du contrôle alimentaire ; (ii) l’examen des rapports de ces études avec la cellule de
Coordination ; (iii) l’adoption de textes communautaires relatifs aux différents domaines
susmentionnés ; (iv) l’élaboration et l’adoption de programmes de renforcement des capacités des
Institutions de mise en œuvre ; (v) le renforcement des Programmes Spéciaux nationaux pour la
Sécurité Alimentaire au niveau de chaque Etat de l’Union.
176. En ce qui concerne le foncier, vu la diversité des contextes, la complexité des questions posées
et aussi leur caractère politiquement sensible, les Etats semblent les mieux placés pour traiter de leurs
problèmes respectifs. Néanmoins, l’UEMOA, en tant qu’institution supranationale d’intégration
économique, peut jouer plus efficacement le rôle de pilotage, de facilitation et d’appui du processus
appelé à se dérouler principalement au niveau des Etats. Ceci est d’autant plus pertinent qu’aucun Etat
ne peut prétendre avoir trouvé les réponses efficaces à ses problèmes fonciers. Quatre axes
d’intervention ont été identifiés pour permettre à l’UEMOA de jouer efficacement un rôle adapté en
matière foncière : i) Axe 1 : Favoriser l’appropriation du processus de réflexion par les Etats et
faciliter la concertation et les échanges d’expérience entre eux; ii) Axe 2 : Mettre en place un
Observatoire Ouest-Africain du Foncier; iii) Axe 3 : Promouvoir le renforcement des capacités
régionales dans le domaine du foncier et ; iv) Axe 4 : Fournir une assistance aux Etats en matière de
promotion de marchés fonciers ruraux fonctionnels.
77
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.4. Les politiques industrielles et de service
2.4.1. Mines
177. Le sous-sol des pays de l'espace UEMOA recèle un potentiel minier important et varié. Il s'agit
des substances énergétiques (pétrole, gaz naturel, charbon, lignite, uranium, etc.), des substances
métalliques (fer, or, cuivre, zinc, nickel, etc.), des substances non métalliques (phosphates, sel, etc.),
des matériaux de construction et des eaux souterraines. Ce potentiel minier n'est jusqu'ici que
partiellement mis en valeur et ne contribue que très peu au développement économique et social de la sous
région. La valorisation formelle de ces ressources est d’autant plus importante que ces ressources peuvent
jouer un rôle capital dans le financement des parties en conflit. L’exploitation et le commerce illicite de
diamant ont permis le financement et donc la survie à long-terme des factions en guerre en Sierra Leone et
au Libéria. De même, les revenus issus de l’exploitation du pétrole peuvent entraîner une aggravation de
la corruption, des volontés régionales de sécession et une plus grande vulnérabilité aux chocs exogènes.
A. Cadre régional :
178. La Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l’UEMOA a adopté, en décembre 2000,
la Politique Minière Commune (PMC) qui est basée sur une vision stratégique d'une industrie minière
compétitive de la sous région, assurant un développement durable de manière à satisfaire aux besoins
du présent sans compromettre les capacités des générations futures de répondre aux leurs. Cette
Politique Minière Commune a pour objectifs spécifiques: i) l'instauration d'un climat propice aux
investissements miniers; ii) la diversification de la production minière; iii) la transformation sur place
des substances minérales; iv) la coexistence mines industrielles - artisanat minier; et v) la préservation
de l'environnement.
179. Pour opérationnaliser cette politique, les programmes prioritaires suivants ont été élaborés par la
Commission: 1) l'harmonisation des cadres réglementaires ; 2) la promotion du secteur minier ; 3) la
mise en place d’un système sous-régional d'informations géo-minières ; 4) le renforcement des
capacités des structures institutionnelles et de recherche scientifique ; 5) le développement des
échanges intra-africains des produits miniers ; et 6) la préservation de l’environnement
communautaire.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
180. La part du secteur minier dans le Produit Intérieur Brut (PIB) des Etats membres de l'Union,
demeure faible et varie entre 0,5% et 10 %. L’industrie extractive régionale est composée de carrières,
d’exploitations industrielles et de l’artisanat minier. En effet, l’activité des carrières est importante et
occupe quelques milliers d'ouvriers et employés. Les matériaux extraits sont utilisés principalement
pour la construction, la verrerie, la chimie et les travaux publics. Les exploitations industrielles
concernent principalement l’uranium, l’or, les phosphates, les calcaires et les marbres. Enfin,
l’artisanat minier, à forte intensité de main-d'œuvre, a un impact parfois important, notamment
lorsqu'il s'agit de ressources minérales de grande valeur telles que l'or, l'argent et les pierres
précieuses. Il reste tributaire de contraintes juridiques, techniques, technologiques, environnementales
et souvent de facteurs socioculturels variables.
181. L’analyse des politiques nationale montre que le faible développement du secteur minier des
Etats membres de l’Union résulte d’un ensemble de contraintes parmi lesquelles on peut citer :
l’inadéquation des cadres réglementaires, le manque de moyens matériels, financiers et humains des
administrations minières, le faible niveau de connaissance du potentiel minier des Etats membres de
l’Union et le faible développement des industries de transformation des produits miniers, l’inexistence
d’une tradition d’exploitation semi industrielle, l’inorganisation et l’optimisation insuffisante de
l’artisanat minier, l’insuffisance d’outils performants de promotion minière, la faible implication des
privés locaux dans le développement du secteur minier, l’insuffisance des infrastructures économiques
78
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
de base, la faiblesse des flux financiers dans l’espace UEMOA, le mauvais positionnement
concurrentiel de la sous région, la forte fluctuation des prix des substances minérales, la faible
transformation sur place des substances minérales, le faible développement de la coopération entre
Etats et la protection insuffisante de l’environnement.
182. De même, les Etats de l’Union disposent presque tous d’un Code Minier National et font du
développement du secteur minier un des axes stratégiques pour le renforcement de la croissance et la
diversification de leurs exportations. A ce titre, diverses actions ont été programmées dans les
Stratégies Nationales de Réduction de la Pauvreté telles que : une meilleure organisation de
l’exploitation minière artisanale, un appui logistique et technique adéquat pour améliorer la
productivité des exploitations, l’amélioration des données géologiques, la promotion de l’utilisation de
matériaux locaux de construction et le développement des substances utiles. Mais les actions et projets
identifiés ne font pas directement référence aux diverses actions programmées dans le cadre des
activités régionales et de la Politique Minière Commune.
183. Au niveau régional, le programme d’harmonisation des cadre réglementaires vise à réduire les
disparités ou à rapprocher davantage les codes miniers des Etats membres de l’UEMOA afin de créer
un environnement sécurisé et favorable aux investissements miniers, et à créer les conditions pour une
contribution substantielle du secteur aux économies des Etats membres de l’Union. Ce programme a
donné lieu à l’élaboration d’un Code Minier Communautaire qui a été adopté en décembre 2003 et les
règlements d’exécution sont en cours de préparation au niveau de la Commission. Dans le cadre du
programme de mise en place d’un système sous régional d’informations géominières, la mise en place
d’un système d’informations connu sous le sigle (SIG-UEMOA) a débuté grâce à un financement de la
Coopération Française et de l’Union Européenne. SIG-UEMOA a été érigé en Pôle Régional d’un
système panafricain dénommé (SIG-AFRIQUE).
184. La Commission de l’UEMOA devra poursuivre la mise en œuvre des programmes prioritaires
dont les plus en vue sont : 1) la promotion du secteur minier qui repose sur quatre sous programmes
que sont : l’accélération de la mise en valeur des substances minérales, la création et le renforcement
des industries locales de transformation, l’encadrement de l’artisanat minier et le développement des
petites exploitations, l’émergence des entreprises privées locales et la recherche de financement pour
le secteur minier ; 2) le renforcement des capacités des structures institutionnelles et de recherche
scientifique dont la mise œuvre permettra d’apporter un appui institutionnel aux structures chargées de
la promotion du secteur et instaurer une coopération entre elles à travers trois axes qui sont : le
renforcement institutionnel, la contribution à la recherche scientifique et à la formation et l’institution
d’une coopération ; 3) la préservation de l’environnement, dont la réalisation permettra la mise en
œuvre d’outils d’évaluation des activités minières sur l’environnement.
2.4.2. Industries
A. Cadre régional
185. L’UEMOA dispose d’une Politique Industrielle Commune dont l’élaboration a été guidée par les
trois principes que sont la concurrence, la solidarité et la coopération. Cette politique vise : i) le
renforcement de la compétitivité des entreprises industrielles de l’Union et leur adaptation aux
changements structurels en cours ; ii) le développement des capacités d’exportation des Etats
membres, dans le cadre des nouvelles donnes du commerce mondial ; iii) la mise en place d’un
environnement favorable à l’initiative privée, la création et le développement des entreprises, en
particulier des PME/PMI ; et iv) la construction au sein de l’Union d’un tissu industriel fortement
intégré en s’appuyant, notamment, sur les PME/PMI et en favorisant la diversification et la
densification de ce tissu industriel.
186. La mise en œuvre de la Politique Industrielle Commune s’articule autour des programmes
suivants : i) le développement des structures et des programmes de promotion de la qualité ; ii) la mise
79
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
à niveau des entreprises et de leur environnement ; iii) la promotion des réseaux d'information ; iv) la
promotion des investissements et des exportations ; v) le développement de PME/PMI ; et vi) le
renforcement de la concertation au niveau sous-régional.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
187. Il ressort du diagnostic du secteur industriel des pays de l’UEMOA réalisé en 1999 et en 2002,
plusieurs contraintes notamment que, le tissu industriel des Etats de l’UEMOA est très peu développé
et ne participe que faiblement à la formation du PNB (de 12% à 27%) ; les matières premières de la
sous région sont très peu transformée ; le tissus industriel est peu diversifié, les pays possédant les
mêmes unités dans les mêmes filières ; le nombre des entreprises et des effectifs industriels reste
faibles, 2600 entreprises environ employant à peu près 147 000 personnes ; le faible dynamisme du
secteur caractérisé par une baisse de compétitivité sur les marché mondiaux en pleine croissance.
D’autre part, on peut citer aussi : un environnement peu incitatif (étroitesse des marchés, qualité
limitée des services, coût élevé des facteurs de production), une inadéquation du système de
financement existant pour soutenir l’investissement industriel et une insuffisance des capacités de
gestion des entreprises.
188. Conscients de cette situation, presque tous les pays de la zone ont fait du secteur industriel l’un
des moteurs de la croissance économique. Au niveau des pays, les stratégies pays d’appui au secteur
industriel visent en général les objectifs ci-après : i) l’amélioration de l’environnement des entreprises
industrielles notamment des PME/PMI et de l’investissement privé, ii) le renforcement des institutions
d’appui au secteur privé et des capacités des entreprises, iii) le renforcement des bases matérielles pour
l’investissement, iv) le renforcement des capacités managériales et techniques, notamment des
PME/PMI, v) la valorisation des ressources locales, et vi) l’amélioration des performances des
structures d’encadrement.
189. Pour appuyer tous ces efforts, plusieurs actions ont été conçues et mises en œuvre au niveau
régional notamment le programme régional de promotion de la qualité. Ce programme connu sous
l’appellation “ Programme Qualité UEMOA ” est financé par l’Union Européenne et exécuté par
l’ONUDI. Il est en cours d’exécution. Dans le cadre des activités du Programme, des formations ont
été organisées pour le renforcement des capacités, des laboratoires prioritaires ont été identifiés et
certains seront équipés, les organismes de normalisation de certains Etats ont été mis en place et/ou
renforcés, des projets de textes communautaires sont à l’étude, une coopération est prévue avec une
organisation internationale dans le domaine de l’accréditation, des appuis ont été apportés à deux Etats
dans le domaine de la pêche, etc.
190. En outre, l’UEMOA et la CEDEAO collaborent pour la définition de la politique Industrielle
Commune de l’Afrique de l’Ouest (PIC- AO) et la mise en oeuvre de leur Programme Qualité à
travers l’extension de la composante “accès aux marchés” du Programme Qualité CEDEAO aux Etats
membres de l’UEMOA ainsi que l’extension de la composante “métrologie” du Programme Qualité
UEMOA aux cinq Etats de la CEDEAO non membres de l’UEMOA (la Guinée et le Ghana sont déjà
bénéficiaires de cette composante).
191. Dans le cadre de la mise à niveau des entreprises et de leur environnement qui vise le
renforcement des capacités au niveau régional et national, la promotion de l’investissement et
l’augmentation des exportations, la Commission de l’UEMOA a préparé avec l’Appui de l’ONUDI,
un programme de restructuration et de mise à niveau de l’Industrie des Etats de l’Union qui a été
adopté en Juin 2003 et doit démarrer incessamment. Pour la réalisation volet « promotion des
investissements et des exportations », qui vise à accroître les investissements afin de favoriser la
croissance économique et de renforcer le secteur privé à travers l’organisation des missions
commerciales et de foires de promotion des investissements dans l’UEMOA ainsi que la participation
à des rencontres internationales au titre de l’Union. La Commission a également sollicité et obtenu
auprès de l’Union Européenne, l’appui du programme « PROINVEST » au profit des Etats de l’Union
afin de leur apporter un soutien pour l’accroissement de leurs investissements (rencontre d’affaires,
appui à des filières etc.).
80
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
192. En ce qui concerne les volets « développement des PME/PMI » et « renforcement de la
concertation au niveau sous régional », d’une part, la Commission de l’UEMOA, la BOAD et la
BCEAO ont conduit une étude sur la promotion et le financement des PME dans l’UEMOA qui a
débouché sur un programme d’actions pour la promotion et le financement des PME dans l’Union.
D’autre part, dans le cadre de la composante « information et dialogue » du PARI II volet secteur
privé, la Commission a bénéficié d’un financement pour appuyer la concertation au niveau sous
régional. Ce qui lui a permis de soutenir la création de l’Organisation Professionnelle des Industries
Cotonnières et Textiles (OPICT) qui vise la promotion de l’industrie textile de la sous région.
2.4.3. Artisanat
A. Cadre régional
193. Pour renforcer les politiques nationales et relever les défis du développement du secteur
artisanal de l’espace sous régional, un programme communautaire en matière d'artisanat (PCA) a été
élaboré avec les objectifs ci-après: i) harmoniser les cadres réglementaires des activités de l'artisanat;
ii) améliorer l'efficacité et la compétitivité des entreprises du secteur; iii) valoriser les matières
premières locales et le patrimoine culturel des Etats de l'Union; iv) améliorer la contribution du secteur
au PIB.
194. Pour réaliser ces objectifs, huit axes d’intervention ont été identifiés et constituent l'ossature du
PCA. Ces axes sont :
•
l'harmonisation des cadres réglementaires pour réduire les disparités entre les textes
nationaux régissant le secteur : une liste des métiers (par exemple) au niveau de l'espace
UEMOA permettra de suivre ces métiers, de détecter les plus actifs et de les promouvoir à
travers les échanges d'expériences et de savoir-faire ;
•
l'amélioration des qualifications professionnelles pour accroître le niveau de qualification
et mieux organiser la formation dans le secteur : appuyer le renforcement et/ou la création
d'un centre de formation régional en Design (par exemple) permettra d'accroître la
créativité et l'innovation ;
•
le développement de mécanismes de financement appropriés pour faciliter l'accès des
artisans au financement : une structure régionale de financement (par exemple) dédiée à
l'artisanat ou avec des lignes de crédit destinées à l'artisanat pourrait contribuer au
développement des structures de type mutualistes (caisses d'épargne) qui offriront au
niveau national un financement adapté aux réalités du secteur ;
•
la promotion commerciale des produits de l’artisanat pour assurer un meilleur écoulement
des produits : une révision de l’organisation du SIAO (par exemple) pourra améliorer la
promotion commerciale des produits artisanaux de la sous région ;
•
le développement des entreprises du secteur de l'artisanat afin de les rendre plus
performantes et plus compétitives : une fiscalité adaptée au niveau régional et une
relecture des marchés publics en faveur des entreprises du secteur pourront contribuer à
leur promotion ;
•
le renforcement des capacités des structures d'encadrement pour consolider les capacités
de gestion par un appui institutionnel à travers des formations et échanges d'expériences ;
•
le renforcement de la concertation régionale entre organisations professionnelles d'artisans
pour favoriser l'émergence d'organisations d'artisans fortes capables de promouvoir le
secteur : la Confédération des Artisans de l'Afrique de l'Ouest (CAAO) regroupant les
fédérations nationales des artisans de la sous région mérite d'être appuyée;
•
la mise en place d'un système d'informations sous régional sur l’artisanat pour disposer
d’informations fiables et actualisées sur le secteur et mieux orienter les politiques de
81
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
développement de l'artisanat ; ce système sera bâti sur les systèmes nationaux
d'informations sur l'artisanat.
195. Au regard de la situation et des différentes analyses effectuées, quatre défis majeurs sont à
relever pour assurer le développement du secteur. Il s'agit de : l'organisation du secteur, la formation,
le financement et la promotion commerciale des produits.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
196. L’artisanat joue un rôle important dans le développement économique et social des Etats de
l'Union. A titre indicatif, il contribue pour 10 à 20 % du PIB et engendre de 100 000 à 500 000
emplois selon les Etats. Son importance est appréciée à travers la production des biens et services pour
satisfaire les besoins essentiels des populations, surtout celles à faibles revenus, la création d'emplois
pour un grand nombre de personnes tant en milieu rural qu'en milieu périurbain et la formation
pratique des jeunes (les ateliers étant des lieux de production et de formation) etc.
197. Les Etats membres de l'UEMOA ont bien perçu l'importance du secteur à travers ses
implications sociales et surtout économiques. Tous les Etats ont réalisé les actions suivantes :
•
mise en place des cadres institutionnel et réglementaire pour une meilleure promotion du
secteur (directions de l'artisanat, fédérations nationales d'artisans, chambres de métiers, code
de l'artisanat, fiscalité adaptée,…),
•
création de structures de formation et de financement tournées vers les besoins du secteur ;
•
mise en œuvre des actions de promotion commerciale des produits de l'artisanat (organisation
des foires, construction de quelques villages artisanaux) ainsi que celles relatives au
développement des entreprises du secteur (facilités d'accès aux marchés publics, fiscalité du
secteur).
198. En dépit de ses atouts et potentialités ainsi que des efforts nationaux déployés, l'artisanat
connaît des problèmes qui entravent son développement, notamment : i) la faiblesse du cadre
institutionnel et réglementaire (les textes en vigueur ne couvrent pas tous les domaines importants du
secteur et varient d'un Etat à un autre pour des pays ayant presque les mêmes réalités); ii) un système
de financement insuffisant (les structures mutualistes couvrent à peine les besoins de financement à
court terme et prennent peu ou pas en compte les investissements); iii) la faiblesse des qualifications
avec ses répercussions sur la compétitivité des produits artisanaux (les insuffisances sont notoires au
niveau de l'esprit de créativité et d'innovation, les mêmes produits sont fabriqués pendant des
décennies); et iv) l'insuffisance des actions de promotion commerciale et des informations sur le
secteur (peu de foires sont organisées sur le secteur, participation aux mêmes foires avec les mêmes
produits, les informations disponibles ne sont pas actualisées et les informations fiables ne sont pas
diffusées).
199. Face à ces contraintes, une réponse régionale a été initiée par la Commission de l’UEMOA
et prévoit de mettre ensemble les Etats dans le cadre d’un programme régional de promotion
des exportations permettant de regrouper les producteurs de plusieurs Etats afin d’augmenter
leurs capacités de production et d’exportation en traitant l’ensemble des fonctions de l’amont vers
l’aval (depuis la création jusqu’à la commercialisation, en passant par les approvisionnements, la
technologie, la formation, le contrôle de qualité, le financement, la protection des œuvres, etc.). Ceci
permettra d’honorer les marchés (en quantité et en qualité, le respect des délais) et de s’adapter à leur
évolution.
200. Au titre des programmes mis en œuvre par la Commission de l’UEMOA, d’une part, la
BOAD a déjà financé au Sénégal et au Mali des projets de développement de l’artisanat en
milieu rural sous forme de prêts et est disposée à étendre cette expérience aux autres Etats de l’union.
La mise en œuvre de cette extension se fera avec le concours des autres partenaires. D’autre part, elle a
82
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
bénéficié du concours du Centre de Commerce International (CCI) pour la réalisation d’une étude sur
le développement et la promotion des produits artisanaux. Un atelier de validation de l’étude sera
bientôt organisé. En outre, dans le cadre de la mise en place d’un système d’informations sous régional
sur l’artisanat, la Commission bénéficie de l’appui du BIT pour sa mise en œuvre. C’est dans ce cadre
que quatre Etats ont acquis du matériel informatique. Des banques de données ont été mises en place
et des comités chargés de l’animation du réseau au niveau national ont été constitués.
201. Les programmes en cours d’élaboration sont axés sur : i) le développement des entreprises du
secteur de l'artisanat afin de les rendre plus performantes et plus compétitives (une fiscalité adaptée au
niveau régional et une relecture des marchés publics en faveur des entreprises du secteur pourront
contribuer à leur promotion); ii) le renforcement des capacités des structures d'encadrement pour
consolider les capacités de gestion par un appui institutionnel à travers des formations et échanges
d'expériences; iii) le renforcement de la concertation régionale entre organisations professionnelles
d'artisans pour favoriser l'émergence d'organisations d'artisans fortes capables de promouvoir le
secteur : la Confédération des Artisans de l'Afrique de l'Ouest (CAAO) regroupant les fédérations
nationales des artisans de la sous région mérite d'être appuyée; et iv) la mise en place d'un système
d'informations sous régional sur l’artisanat pour disposer d’informations fiables et actualisées sur le
secteur et mieux orienter les politiques de développement de l'artisanat, ce système sera bâti sur les
systèmes nationaux d'informations sur l'artisanat.
83
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.5. Les politiques d’appui au secteur privé
202. Les différentes expériences en matière de développement économique dans les pays de la région
ouest africaine depuis plus de quatre décennies d’indépendance révèlent que l’assistance extérieure ne
peut seule permettre de sortir un pays du sous-développement. Le secteur privé doit apporter sa
contribution et jouer un rôle moteur aussi bien dans la croissance économique nationale que dans sa
redistribution à l’instar des pays développés et ceux émergeants. Dans ces pays, le secteur privé
s’affiche comme l’élément central du développement avec environ 90% du financement des
investissements productifs et assure également une partie importante de l’emploi des ménages.
203. Contrairement à ces pays, l’Afrique en général et l’Afrique sub-saharienne en particulier sont
des zones caractérisées par un manque d’attractivité pour l’investissement direct étranger (IDE),
principal déterminant de la croissance économique. Selon les statistiques de la CNUCED, Singapour à
elle seule attire chaque année plus d’IDE que l’ensemble des 54 pays africains. En 2002, l’Afrique n’a
attiré que 1.7% des flux annuels globaux d’IDE (contre 2.2% en 2001 qui était une année
exceptionnelle). Ce manque d’attractivité du continent africain pour l’IDE est beaucoup plus prononcé
en zone UEMOA qui n’a bénéficié en 2002 que de 6,9% des 8 milliards d’IDE portés vers l’Afrique
subsaharienne. La moyenne régionale de la part de l’IDE dans le PIB de l’UEMOA reste faible
(1.89%) en 2002 et en deçà des moyennes de la CEDEAO (2.33%), de l’Afrique sub-saharienne
(2.35%), de l’Asie Pacifique (3.16%), de l’Europe de l’Est (2.55%), et de l’Amérique latine (2.51%).
204. Face aux deux principaux défis du moment, à savoir la réduction de la pauvreté et l’insertion
équitable de nos économies dans l’économie mondiale, ce manque d’attractivité pour l’IDE doit inciter
les autorités de nos pays à la nécessité d’améliorer en profondeur le climat de l’investissement à
travers le continent et de mener une vaste campagne contre les contraintes qui pèsent sur le secteur
privé en vue de promouvoir son expansion. Pour ce faire, les spécialistes du développement
économique s’accordent à reconnaître que les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile
doivent être tous considérés comme des acteurs complémentaires et indispensables dans la lutte contre
la pauvreté et le sous-développement. Le secteur privé peut ainsi devenir un partenaire clé du
gouvernement et de la société civile en relevant le défi du développement par l’adhésion aux principes
de la bonne gouvernance qu’il peut contribuer à promouvoir.
205. Avant d’aborder les avantages liés à l’investissement ainsi que les contraintes qui pèsent sur le
secteur privé dans la zone UEMOA, nous ferons un bref rappel des facteurs sur lesquels les
investisseurs sont généralement sensibles pour fonder leur décision d’investir dans une zone donnée.
Selon une étude réalisée par FIAS, les investisseurs étrangers sont particulièrement sensibles à : la
situation économique du pays, (degré d’ouverture internationale, concurrence qui règne sur le marché;
taille de ce marché); la stabilité et prévisibilité des politiques économiques; l’accès aux marchés de la
sous région; au risque politique (risque de coup d’Etat, d’expropriation, de nationalisation, de grèves
et conflits sociaux, etc.); aux conditions d’entrée (agréments, restrictions à l’investissement dans
certains secteurs, etc.); au contrôle des changes (notamment pour le transfert ou rapatriement des fonds
vers l’étranger); l’accès à l’arbitrage international pour le règlement des différends liés à
l’investissement; l’accès aux terrains (souvent interdit ou fortement réglementé pour les non
nationaux); la possibilité de trouver la main d’œuvre qualifiée et les intrants dont ils ont besoin, et la
possibilité d’obtenir les visas et permis de travail pour leurs cadres expatriés. En revanche, les
incitations (notamment les incitations fiscales) offertes par les gouvernements joueraient un rôle
secondaire dans la décision de localisation de l’investisseur étranger.
206. Les investisseurs privés locaux vont quant à eux être sensibles à un grand nombre de facteurs
similaires, à l’exception des restrictions éventuelles au rapatriement des capitaux et autres
préoccupations spécifiques aux investisseurs étrangers (arbitrage international, visas pour les
expatriés, restrictions dans l’achat des terrains par les non nationaux, etc.). Ils subissent souvent avec
beaucoup plus d’acuité que les investisseurs étrangers certaines contraintes comme les difficultés
d’accès au financement bancaire ou la lourdeur de certaines barrières administratives.
84
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
A. Cadre régional
207. Les avantages de la région et de ses pays membres existent mais ils sont relativement limités. Il
s’agit essentiellement d’une relative stabilité macro-économique (croissance, inflation, monnaie
unique liée à l’Euro), des ressources naturelles importantes permettant notamment le déploiement
d’activités importantes de production et d’exportation de produits agricoles et/ou miniers, d’une main
d’œuvre abondante et des progrès réalisés dans les domaines de l’union douanière, le commerce et la
concurrence.
208. Les contraintes sont quant à elles assez nombreuses, de degré et de gravité divers selon les Etats
membres. Celles les plus fréquemment citées par les investisseurs sont (sans ordre de priorité ou de
grandeur): la géographie (taille réduite des marchés internes; éloignement des grands centres
commerciaux des pays industrialisés; enclavement de certains pays de la zone ; risques de santé, etc.) ;
l’instabilité ou le risque politique ; les économies insuffisamment libéralisées, dominées par un Etat
encore fortement interventionniste, et/ou au degré d’ouverture vers l’extérieur encore limité ; les
pesanteurs bureaucratiques et le manque de transparence (y compris des pratiques de corruption) ; une
insécurité juridique et judiciaire encore trop prononcée ; les services d’infrastructures coûteux ou de
qualité insatisfaisante ou irrégulière (eau, électricité, transport, télécommunications) ; la rigidité du
marché du travail également caractérisé par une main d’œuvre abondante certes mais peu qualifiée (ou
dont les qualifications ne répondent pas réellement aux besoins des entreprises) ; une fiscalité encore
trop pénalisante, discrétionnaire ou complexe (malgré des régimes d’incitations souvent très
généreux) ; le faible niveau de développement du marché financier et en particulier les difficultés
d’accès au financement notamment pour la micro et petite entreprise ou pour les femmes.
209. L’amélioration du climat de l’investissement dans la zone UEMOA devrait donc se focaliser sur
ces contraintes. Des efforts importants engagés depuis 1994 se poursuivent au niveau régional visant
la stabilité et la croissance économique ; la convergence des politiques et des performances
économiques ; l’union douanière, le commerce et la concurrence ; et la fiscalité intérieure. Les
politiques d’appui au secteur privé doivent privilégier les investissements productifs en faveur des
PME/PMI, notamment, celles orientées principalement vers la génération de revenus et la satisfaction
des besoins de consommation de la majorité des agents économiques, c’est-à-dire le monde rural.
210. Cependant avec l’ère de la mondialisation, la production des PME/PMI doit également viser le
marché extérieur. Pour ce faire, les produits doivent être compétitifs, de bonne qualité et être bien
connus à l’extérieur à travers une promotion conséquente à l’exportation. Cette contrainte actuelle
d’ouverture sur le monde exige que tout développement passe par la reconnaissance du niveau
régional et le partenariat secteur privé et secteur public. Toutefois, la mise en œuvre effective des
actions de développement s’effectue généralement au plan national.
211. Conscientes du fait que la création d’un environnement économique stable est indispensable
pour l’Etat de droit, les Autorités de la sous-région ont mis un accent sur les réformes juridique et
judiciaire comme par exemple l’adoption d’un cadre juridique régional et la création d’une institution
judiciaire correspondante (l’OHADA) contribuant efficacement à améliorer l’environnement régional
pour la promotion du secteur privé. La pratique de la bonne gouvernance constitue également l’une
des préoccupations des autorités de l’Union à travers la revue des pairs, la mise en place dans chaque
Etat membre de la Cour des Comptes et du Code de transparence en finances publiques.
212. Enfin, au niveau régional, des dispositions régissant les activités du secteur privé sont en train
d’être révisées et harmonisées pour faciliter les opérations transfrontalières. Par ailleurs, un projet de
Code d’investissement de l’Union est élaboré et devra très prochainement être adopté.
85
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
B. Synthèse des politiques nationales
213. Seule la réalisation de diagnostics au niveau de chacun des Etats membres et au niveau de tous
les secteurs d’activités permettrait d’affiner l’inventaire des contraintes auxquels fait face le secteur
privé dans ces Etats, puis sur cette base, de formuler des recommandations d’actions spécifiques
adaptées au cas de chaque pays.
214. Au plan national, les Etats membres de l’UEMOA ont fait de la promotion du secteur privé
l’une des actions indispensables à mettre en œuvre pour renforcer la croissance économique. Les
actions prévues dans ce cadre peuvent se résumer comme suit : i) l’amélioration de l’environnement
des affaires à travers l’appui aux activités de réforme, de privatisation des entreprises publiques, et du
suivi des entreprises privatisées ; ii) le renforcement de la compétitivité des entreprises et la
diversification des exportations à travers la mise en œuvre des stratégies et actions pour développer les
filières à fort potentiel d’exportation ; iii) la facilitation de l’accès au crédit à travers l’appui aux
structures de micro-finance ; iv) la mise en œuvre de Projet de Formation des Entrepreneurs pour les
rendre plus efficaces dans la promotion des entreprises ; v) l’appui à la création, à la réhabilitation et
au renforcement des entreprises ; et vi) le renforcement du dispositif de gestion du Programme de
Relance du Secteur Privé.
Les perspectives porteront sur la poursuite des efforts dans la stabilité et la croissance
macroéconomique, l’union douanière, les politiques commerciales et de la concurrence, et la fiscalité
intérieure. L’accent doit être mis sur la bonne gouvernance, les infrastructures, l’organisation de
l’emploi et l’amélioration du risque politique trop élevé dans les Etats de l’Union.
86
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.6. Les infrastructures et la compétitivité de l’espace sous-régional
215. L’impératif de rendre les économies ouest africaines plus compétitives et capables de participer
à la globalisation est apparu comme un des meilleurs arguments pour accélérer l’intégration sousrégionale. En effet, l’intégration régionale peut donner lieu à des économies d’échelle et accroître la
compétitivité d’un espace sous-régional plus large et plus ouvert. Ces avantages peuvent être obtenus
en intégrant le marché de biens, le marché du travail ainsi que les services d’infrastructures notamment
les transports, l’énergie et les télécommunications. Traditionnellement, les services d’infrastructures
étaient fournis par des monopoles d’Etat mais avec les avancées technologiques et les réformes
économiques entreprises dans la plupart des Etats de la région, l’offre de services d’infrastructures est
désormais assurée sur un marché compétitif avec la participation accrue du secteur privé. Par ailleurs,
la disponibilité d’infrastructures de bonne qualité est un élément clé pour la réduction des coûts de
transaction.
2.6.1. Transports routier et maritime
A. Cadre régional
216. Dans le cadre de l’accélération de l'intégration économique régionale et du développement
des échanges commerciaux entre les Etats membres, la CEDEAO avait élaboré et adopté un
Programme de Transport Routier Prioritaire qui comprenait deux phases. La première, soulignée
dans la Décision A/DEC.20/80 relative au programme de transport communautaire, comporte les deux
étapes ci-après : (i) la facilitation du transport routier à travers les frontières nationales et (ii) la
construction du réseau d'autoroutes trans-ouest africain qui comprend la route trans-côtière Lagos –
Nouakchott et la route trans-sahélienne Dakar – N'Djamena (frontière Tchad). La seconde phase du
programme de transport routier prioritaire a été adoptée par la Décision C/DEC.8/12/88 relative aux
différents tronçons de route d'interconnexion pour l'accès aux pays enclavés. Dans le même temps, en
ce qui concerne le transport maritime, face à la perte de compétitivité des ports des Etats membres, la
CEDEAO a adopté depuis 1982 une Convention sur le Transport Routier Inter Etat (TRIE).
217. Le Conseil des Ministres de l'UEMOA a adopté, en sa séance du 03 juillet 1998, une
recommandation relative au programme commun de développement du sous-secteur maritime
de l'Union. Des objectifs généraux prioritaires ont été fixés pour lever les contraintes qui pèsent sur le
développement du sous-secteur dans le but ultime d’améliorer la compétitivité des ports. A l’issue
d’une étude commanditée par la Commission, la simplification, l'harmonisation et l’optimisation des
procédures administratives et de transit portuaire, apparaissent comme des axes majeurs de stratégies
de mise en œuvre des décisions du Conseil.
218. Avec l’appui des bailleurs de fonds dans le cadre du Programme de Transport en Afrique
Subsaharienne (SSATP) et conformément au plan d’action à court terme du NEPAD, la
CEDEAO et l’UEMOA ont préparé un Programme Régional de Facilitation des Transports et Transit
Routier Inter Etats de l’Afrique de l’Ouest qui vise essentiellement à abaisser les coûts de transports, à
améliorer la compétitivité des Etats membres et à réduire la pauvreté. Ce programme est bâti autour
des quatre composantes que sont: la construction de postes de contrôles juxtaposés aux frontières, la
mise en place d’observatoires pour identifier et analyser les pratiques anormales entravant la fluidité
du trafic sur les corridors routiers, la mise en œuvre réelle de la convention du TRIE, et l’extension de
l’Initiative VIH/SIDA aux corridors routiers de la sous région.
87
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux:
Bilan de mise en œuvre et revue des politiques nationales
219. Au niveau de la CEDEAO, la construction des réseaux routiers africains a été l’un de ses
plus grands succès. Les résultats des missions effectuées sur le terrain pour déterminer l'état
d'avancement du programme prioritaire indiquent qu'environ 83%, soit 3777 Km sur les 4.560 Km de
la route trans-côtière (Nouakchott – Lagos) avaient été achevés. En ce qui concerne la route transsahélienne, Dakar – N'Djamena (frontière Tchad) les résultats indiquent que sur un réseau d'une
longueur totale de 4460 Km, 3894 Km soit 87% sont achevés. Ces axes seront complétés par les voies
en construction au niveau de l’UEMOA. Les investissements routiers sont prévus sur une période de
10 ans avec un programme prioritaire quinquennal qui consiste à entretenir et réhabiliter, 6260 Km de
routes, et à bitumer les maillons manquants, soit 2350 km. Le coût des travaux d’infrastructures
routières sur cette période de 10 ans, est estimé à 1237 milliards de francs CFA et concerne 13300 Km
de routes.
220. Sur la mise en œuvre de la Convention sur le TRIE par contre, le constat est qu’elle n’est
pas mise en application par tous les Etats membres et dans toutes ses dimensions. Les problèmes
identifiés dans la mise en oeuvre du TRIE sont principalement, le déficit d’information et de
sensibilisation au niveau des opérateurs économiques, des décideurs publics et de la société civile. En
outre, il faut observer que si les textes de l’UEMOA ont un caractère exécutoire pour les Etats
membres, il n’en est pas de même pour les Conventions communautaires de la CEDEAO, ce qui
explique aussi la lenteur dans la mise en oeuvre du TRIE.
221. Les stratégies pays se résument en général à l’entretien routier et aux constructions de
routes centrées sur la réduction de la pauvreté notamment le désenclavement et l’intégration à
l’économie nationale des régions, avec pour objectif essentiel d’offrir un réseau d’infrastructures
développées en bon état et des services de transport performants et compétitifs, pour permettre la
réduction des coûts de production, la création d’emplois, le bon approvisionnement des marchés, le
développement des activités économiques, l’accès aux ressources, aux outils de production et aux
opportunités. A cet effet, dans presque tous les Etats membres de l’UEMOA, il existe un Programme
Sectoriel des Transports dont la stratégie adoptée comprend principalement : i) des mesures de
renforcement institutionnel et de modernisation des structures pour accroître l’efficacité du secteur,
renforcer les capacités de planification, de conception et de gestion des institutions ; ii) des actions
d’entretien et de réhabilitation d’infrastructures ; iii) le renforcement de l’implication du secteur privé
dans la gestion et les investissements du secteur ; et iv) une stratégie de développement du transport
rural.
222. Cependant, la couverture de l’espace UEMOA en réseau routier demeure faible malgré les
efforts consentis par les Etats et leur volonté réellement affichée à travers les stratégies de
développement du secteur. Cette faible couverture s’explique en partie par l’existence de vastes
zones désertiques dans des pays comme le Mali et le Niger. En effet, les taux de couverture sont de
l’ordre de 15,63 et 13,24 pour 100Km² de superficie pour la Côte d’Ivoire et le Togo et respectivement
de 1,22 et 0,80 pour le Mali et le Niger. Néanmoins, toutes les capitales des Etats membres sont reliées
par un réseau routier en bon état.
223. Au niveau du sous-secteur maritime, la situation est caractérisée par une faible
compétitivité des installations portuaires et de transit des Etats membres de l’Union. Dans le cas
des formalités administratives et douanières appliquées aux marchandises destinées à la consommation
locale, on remarque une multiplicité de documents, une dispersion géographique des services
impliqués dans l'accomplissement des procédures portuaires, la persistance d'opérations manuelles de
saisie des manifestes, des contrôles intempestifs, même sur les trafics conteneurisés. En ce qui
concerne le trafic en transit, on relève aussi une complexité et une lenteur dans les procédures
administratives et douanières, l'obligation de lever des déclarations en détail, au lieu de déclarations
sommaires, comme il se devrait ; la coexistence de procédures manuelles et informatiques; le manque
de standardisation dans le traitement des manifestes; l'écor systématique des marchandises; des délais
de franchise insuffisants, vu la lenteur dans le traitement des opérations.
88
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
224. Le coût des prestations de services est très élevé. En effet, les frais de transit et de
manutention représentent une part importante du coût total du passage portuaire même si les taxes
portuaires semblent plus modérées pour les sacheries que pour les filières industrielles. Bien plus, les
coûts du passage portuaire varient, pour les mêmes produits, d'un port à l'autre, en raison des coûts des
facteurs et du fait de l'existence de tarifs négociés ; les frais de magasinage et de surestarie sont
fréquents et impliquent, outre l'administration douanière, le chargeur et les structures de vérification.
225. Quant aux délais, de traitement des dossiers ou d’attente, d’entreposage, d’acheminement
des marchandises en transit, analysés par maillon concerné dans la chaîne des opérations
portuaires, ils varient entre 8 jours et 27 jours, suivant les ports et les types de marchandises et
conditionnements. Les raisons invoquées tiennent à l'insuffisance des moyens de manutention, à la
faiblesse des moyens de paiement du chargeur, aux retards dans la transmission des documents etc.
Cependant, le temps d’escale des navires dans la plupart des pays de la sous région varie entre 1 et 2
jours.
Revue des programmes régionaux et perspectives
226. Le diagnostic de la situation a permis d’identifier plusieurs groupes de problèmes notamment
par rapport au:
Cadre réglementaire : (i) la non application effective des protocoles et Conventions de la
CEDEAO ; (ii) l’existence de barrières multiples affectant la fluidité du trafic sur les
corridors; (iii) la non mise en place effective des comités de facilitation nationaux ; (iv) et
l’existence de multiples et répétitifs contrôles aux frontières) ;
Cadre institutionnel : (i) l’insuffisance des ressources humaines nationales et régionales
aux niveaux administratif et sectoriel ; (ii) l’insuffisance de coordination et problèmes de
cohérence des mécanismes actuels) ;
La mise en œuvre du TRIE : (i) la faible relation entre parties prenantes du système de
garantie ; (ii) l’inadéquation du niveau de garantie ; (iii) la résistance aux changements ;
(iv) le faible degré d’application de la Convention TRIE ; (v) l’insuffisance
d’informations ; (vi) l’existence de lacunes dans le cadre institutionnel et dans les
procédures);
Système d’information et de communication : (i) le manque d’informations fiables, (ii)
l’ignorance de la réglementation, (iii) l’inadéquation des moyens de traitement de
l’information ;
Financement des infrastructures et organes, l’absence de mécanisme de financement
durable des comités de gestion des corridors et des postes de contrôle juxtaposés.
227. Au niveau du transport maritime, les multiples entraves au développement moderne et à la
compétitivité des ports de l’Union appellent un certain nombre de réformes de simplification,
d’harmonisation et d’optimisation des procédures administratives et de transit portuaire : douane,
commerce extérieur, services de contrôle de qualité. A titre d’exemple, on pourrait suggérer que le
transbordement ne donne lieu qu'à la levée de déclarations sommaires simplifiées ou que les transferts
à l'intérieur du port respectent le principe de l’acceptation des sceaux douaniers étrangers; ou encore
que les dispositions de la convention sur le transit routier inter – Etats (TRIE) soient appliquées
(déclaration unique, chaîne de cautions, réduction des contrôles routiers…).
228. Concernant les systèmes douaniers, on pourrait proposer que : l'information sur les
conditions du passage portuaire soit partout informatisée; les systèmes informatiques des douanes
et de l'administration portuaire, soient reliés entre eux, pour autoriser des transferts automatisés de
données ; les commissionnaires agréés en douane puissent se connecter aux systèmes informatiques
douaniers et portuaires, pour les besoins des déclarations, des bons à délivrer et de la gestion des
crédits d'enlèvement ; les normes d'Echanges de Données Informatiques pour la Facilitation du
Commerce et du Transport (EDIFACT) soient adoptées pour favoriser la concordance dans la
89
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
séquence des données d'entrée relatives au manifeste ; puis la mise en place d’un système informatique
qui permette l’interconnexion entre les systèmes et entre les Etats.
229. La CEDEAO et l’UEMOA ont décidé de développer des synergies et ont organisé un
atelier en novembre 2003, pour la validation du Programme Régional de Facilitation des
Transports et Transit Routiers. Cet atelier avait pour objectifs de : faire l’état des lieux en ce qui
concerne les acteurs de facilitation en cours ; faire une évaluation des pratiques en cours le long des
corridors et aux postes frontaliers ; élaborer le cadre logique du programme (objectifs, composantes,
indicateurs, risques et hypothèses) ; et identifier les prochaines étapes des études complémentaires à
entreprendre et les ressources nécessaires à la préparation du programme.
230. En outre, la CEDEAO a apporté son soutien au secteur privé pour la création d’une
compagnie de transport maritime sous régional « Ecomarine International ». Un programme de
développement a été mis en place pour l’équipement en matériel de manutentions, l’aménagement
d’aire d’accostage et de stockage, les installations d’accueil des passagers et des services afférents,
pour un démarrage dans les meilleurs délais des opérations.
231. Un programme de développement du sous-secteur maritime a été adopté au sein de
l’UEMOA. Dans le cadre de sa mise en œuvre, les actions suivantes ont été réalisées : l’adoption du
programme de simplification et d’harmonisation des procédures administratives et de transit portuaire
et l’adoption d’une directive relative à la réforme et au financement des activités des conseils des
chargeurs au sein de l’Union.
Tableau 19: Couverture de l’espace UEMOA en réseau routier
Pays
Bénin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinée-Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
UEMOA
Afrique du Sud
Tunisie
Thaïlande
Vietnam
Afrique Sub-Saharienne
PMA (classification ONU)
Réseau routier (km)
6787
12506
50400
4400
15100
10100
14576
7520
121389
362099
18997
64600
93300
1656535
1151674
Km de route par 100 Km² de superficie
6,03
4,56
15,63
12,18
1,22
0,80
7,41
13,24
3,46
29,65
11,61
12,59
28,13
6,83
5,54
Source: WDI 2003 et calcul des auteurs
Tableau 20: Estimation du temps d’escale navire dans quelques principaux ports
Pays
Cotonou (Bénin)
Dakar (Sénégal)
Abidjan (Côte d’Ivoire)
Tema (Ghana)
Freetown (Sierra Leone)
Lagos (Nigeria)
Nouakchott (Mauritanie)
Le Cap (Afrique du Sud)
Beira (Mozambique)
Mombasa (Kenya)
Assab (Eritrée)
Port Soudan (Soudan)
Nombre de jour
2 jours
1 jour
2 jours
1 jour
1 jour
2 jours
1 jour
1 jour
1 jour
1 jour
1 jour
1 jour
Source : Document d’analyse SSATP No. 3F
90
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.6.2. Transport aérien
A. Cadre régional:
232. Prenant appui sur les dispositions du Traité (article 4) qui ont prévu « d’instituer une
coordination des politiques sectorielles nationales, par la mise en œuvre d’actions communes et
éventuellement de politiques communes » dans différents domaines dont celui des transports (cf
article 101 du Traité et Protocole Additionnel 2), le Conseil des Ministres de l’Union Economique et
Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), par la Décision n°08/2002/CM/UEMOA du 27 juin 2002, a
adopté à Dakar le Programme Commun du Transport Aérien des Etats membres de l’Union. De par
cette décision, le Conseil a donné mandat à la Commission de l’UEMOA pour assurer la coordination
des programmes nationaux de transport aérien et la mise en œuvre des actions communautaires y
afférentes. Ce Programme Commun vise essentiellement à : désenclaver le territoire de l’Union ;
développer un système de transport aérien sûr, ordonné et efficace dans la zone UEMOA et répondant
aux normes internationales définies par l’OACI ; promouvoir l’efficacité de l’administration de
l’aviation civile et la compétitivité des entreprises de transport aérien ; rendre accessible et au moindre
coût le transport aérien aux populations de l’Union ; assurer la convergence des politiques sectorielles
nationales ; et accroître les échanges commerciaux et les flux touristiques pour stimuler la croissance
économique et renforcer l’intégration des Etats membres. Pour rendre le Programme opérationnel,
quatre axes d’orientation des actions d’amélioration ont été identifiés et portent sur : le secteur des
infrastructures et équipement ; l’harmonisation et l’uniformisation des réglementations du transport
aérien ; l’amélioration des systèmes de transport aérien ; et la libéralisation des services du transport
aérien.
233. L’état de mise œuvre du cadre régional du transport aérien dans l’espace UEMOA à
travers le programme d’actions prioritaires se présente comme suit : l’adoption de deux (02)
paquets de textes du cadre juridique communautaire du transport aérien comprenant six (6)
Règlements et deux (2) Directives, la mise œuvre du projet COSCAP pour la supervision de la sûreté
aérienne, du projet OACI/UEMOA de renforcement de la sûreté de l’aviation civile. Par ailleurs, deux
études ont été réalisées, l’une sur le financement du développement de l’aviation civile, l’autre sur les
indicateurs de performance avec pour but de mettre en place une base de données fiable sur le
transport aérien et la création d’un fonds pour le financement du transport aérien. Enfin, un projet de
directive attribuant un statut juridique, l’autonomie financière et de gestion aux administrations de
l’aviation civile a été élaboré.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux:
234. L’état des lieux réalisé sur le transport aérien montre que les Etats africains en général
occupent une part modeste dans l’industrie du transport aérien, soit seulement 2% du trafic des
compagnies aériennes régulières des 185 Etats membres de l’OACI pour l’année 2000. Le trafic
international en provenance et à destination de l’Afrique au cours de la même année a été de 13
millions de passagers et de 278 000 tonnes de fret, avec un trafic domestique de tous les Etats africains
estimé à 2 millions de passagers. Sur cet ensemble, la zone ouest africaine est encore moins lotie car le
trafic international en provenance et à destination de l’ensemble des huit pays de l’UEMOA représente
4,7% du trafic passagers et 8,4% du trafic fret en provenance et à destination de l’Afrique avec environ
3 millions de passagers et 65 000 tonnes de fret. Cette situation n’est en réalité que le résultat de la
crise endémique que subit le secteur. Cette crise est caractérisée par : l’insuffisance et la déficience des
infrastructures aéroportuaires, la mauvaise gestion, l’endettement excessif, les déficits et faillites des
compagnies aériennes, l’inadaptation et le vieillissement de la flotte, l’étroitesse des marchés et
l’insuffisance des liaisons aériennes entre Etats africains, et la baisse de la qualité des prestations.
235. Des initiatives prises (telles que la Déclaration de Yamoussoukro du 07 octobre 1988 et la
Décision de Yamoussoukro du 14 novembre 1999) à l’échelle du continent pour libéraliser le
secteur du transport aérien africain n’ont donné à ce jour aucun résultat probant. Au niveau des Etats
de l’UEMOA, l’appartenance à des structures de coopération aéronautique que sont l’ASECNA et Air
91
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Afrique avait permis d’éviter la dislocation complète de leur système de transport aérien face à la
crise. C’est pour éviter que le statut quo n’engendre le déclin fatal du transport aérien des Etats
membres que l’UEMOA à initié la mise en œuvre d’un programme commun de transport aérien, sûr,
ordonné et efficace.
236. De manière générale, la mise en œuvre des Règlements et Directives de l’Union dans le
secteur des transports aériens par les Etats membres souffre d’une grande insuffisance. En effet,
il est apparu au cours des missions de suivi de la Commission de l’UEMOA que les outils du cadre
réglementaire communautaire n’ont pas été bien diffusé dans les Etats du fait que les Administrations
nationales, pour diverses raisons, n’ont pu prendre les dispositions pour la conformité des textes
nationaux à ceux communautaires, par intégration des directives et règlements à la législation
nationale. De même, lorsque dans certains cas, ces mises à jours sont opérées, le niveau d’applicabilité
des textes reste assez faible. A l’issue de ce constat, la Commission de l’UEMOA a organisé des
Missions circulaires d’informations dans les Etats membres, tant à l’endroit des opérateurs
économiques que des experts nationaux du secteur afin d’assurer une large diffusion des textes
communautaires en matière de transport aérien.
237. L’analyse des politiques nationales des Etats membres, en matière de transport aérien
révèle que dans tous les Etats presque, le développement des transports aériens constitue un axe
stratégique de renforcement de la compétitivité des économies nationales. Mais toutes les stratégies
nationales se focalisent plus sur le désenclavement aérien interne des pays. De ce fait, elles ont très
peu intégré les engagements pris par les Etats au niveau régional pour la mise en œuvre du Programme
Commun de Transport Aérien. Seulement quelques pays ont prévu des actions qui participent à la
réalisation des objectifs communautaires même si le lien n’a pas été établi de façon systématique. Il est
prévu par exemple, pour le Bénin (la modernisation, l’extension et le renforcement de la sécurité de
l’aéroport international de Cotonou, la transformation progressive des aérodromes secondaires en
aéroports aux normes internationales de l’OACI et au plan institutionnel, la création d’une société de
gestion autonome et privée de l’Aéroport de Cotonou) ; pour le Burkina (la privatisation de
l’aéroport de Ouagadougou, le développement de compétences à la Direction générale de l’Aviation
civile et maritime et une étude destinée à explorer les questions de sécurité à l’aéroport de
Ouagadougou) ; pour le Sénégal (l’achèvement de la réhabilitation des équipements d’aide à la
navigation, et la sécurité ; la libéralisation des services d’assistance en escale ; la construction d’un
nouvel aéroport international ; la poursuite des travaux de modernisation des aéroports régionaux et la
privatisation de leur gestion).
238. Au vu de ce bilan, l’accélération de la mise en œuvre effective du Programme Commun de
Transport Aérien par les Etats membres de l’UEMOA doit se poursuivre. A cet effet, les mesures
suivantes méritent une attention particulière: 1) la mise en œuvre effective de toutes les actions du
programme d’action prioritaire, 2) la mise en place d’un dispositif de surveillance et de suivi du
secteur basé sur des indicateurs pertinents issus de l’étude réalisée sur les indicateurs de performance;
3) l’accélération des travaux d’harmonisation des législations sur le code communautaire d’aviation
civile, les accords aérien communs et la réglementation de facilitation et création d’un comité régional
et d’un comité national de facilitation.
92
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 16: Programme Commun du Transport Aérien des Etats membres de l’UEMOA : Plan d’actions prioritaires
Ce Plan d’actions prioritaires à mettre en œuvre dans un délai de deux à trois ans à partir de l’adoption de la stratégie
commune couvre les huit (08) domaines suivants :
I. La création d’un Comité régional de contrôle, de suivi et de coordination devant se réunir une fois par an, à
l’initiative de la Commission de l’UEMOA ;
Sous tendu par la nécessité d’une procédure participative associant les autorités compétentes des Etats membres dans le
processus d’application du programme commun, elle a pour objectifs de : veiller à la mise en œuvre effective du
programme commun de transport aérien et d’associer toutes les parties intéressées dont les Etats membres à l’exécution du
programme commun de transport aérien de la Commission de l’UEMOA.
II. L’adoption de cadre juridique communautaire en trois (3) paquets ;
Les objectifs visés sont de : Contribuer à la création d’un marché commun homogène, rationalisé et efficace de transport
aérien de nature à favoriser l’intégration des économies des Etats membres ; créer les conditions d’une offre de services
globale par tout opérateur de l’UEMOA dans des conditions de non discrimination ; promouvoir l’émergence d’entreprises
de transport aérien viables et compétitives ; protéger les intérêts des usagers ; et accroître les mesures de facilitation (visa,
permis de travail, autorisation de sortie, simplification et accélération des procédures de contrôle d’immigration etc. ) pour
renforcer la libre circulation des personnes et des biens et développer le tourisme.
III. La mise en place d’un projet COSCAP pour la supervision de la sécurité
S’inscrivant dans le cadre général de l’amélioration des prestations de services de transport aérien, principalement en
matière de sécurité, ce projet vise à : coordonner la politique de sécurité de transport aérien des Etats membres en vue de
créer à terme une Agence Communautaire de Sécurité de l’Aviation Civile ; améliorer la sécurité et l’efficacité du
transport aérien en définissant et en établissant des règles harmonisées pour les Etats membres, conformément aux normes
OACI.
IV. L’adoption d’un mécanisme de coordination pour la sûreté par la mise en place d’un pôle d’expertise
Ce mécanisme vise à coordonner la politique de sûreté de transport aérien des Etats membres en vue de créer une
réglementation commune et la mise en place d’un mécanisme communautaire de sûreté et de l’aviation civile et à
améliorer la sûreté et l’efficacité du transport aérien en définissant et en établissant des règles harmonisées pour les Etats
membres, conformément aux normes OACI.
V. Le renforcement des capacités des autorités aéronautiques civiles des Etats membres de l’UEMOA.
Cette action vise à : attribuer un statut juridique approprié et une autonomie financière et de gestion aux structures
nationales chargées de l’aviation civile pour qu’elles jouent leur rôle de réglementation et de contrôle ; satisfaire les
besoins de formation et d’équipements des Autorités aéronautiques civiles ; et disposer d’un personnel compétent pour
assurer la mise en œuvre des normes OACI de sûreté et de sécurité principale.
VI. La mise en place d’un mécanisme pour le financement du développement du transport aérien de l’UEMOA.
Il s’agit à travers cette action de : doter la Commission de l’UEMOA et les Etats membres de ressources propres pour
assurer le financement des actions suivantes : l’organisation et l’harmonisation de la réglementation, la formation, la
concurrence, la sûreté et la sécurité, la participation du secteur privé, les obligations de service public, le fonds
d’intervention (recherche et sauvetage, incident et accidents) etc. ; faciliter l’accès au crédit pour les entreprises de
transport aérien de l’Union, handicapées par la trop grande prudence des organismes financiers ; assurer la compétitivité
des entreprises de transport aérien face aux compagnies aériennes extérieures ; et améliorer la sûreté et la sécurité du
transport aérien de l’Union.
VII. La création d’une banque de données sur le transport aérien de l’UEMOA.
S’inscrivant dans les orientations du traité de l’UEMOA en matière de politique économique et sous-tendu par la volonté
des Etats membres d’assurer la fiabilité des données statistiques et des informations relatives au transport aérien, la
création de cette banque vise à : disposer de données statistiques et d’informations faisant foi et pouvant aider à la prise de
décision en minimisant la marge d’erreur ; et gérer efficacement le programme commun de transport aérien de l’Union en
disposant de la visibilité nécessaire (tableaux de bord, projections, plans de développement, etc.), d’une source de
références fiables, complète et homogène.
VIII. Le développement des ressources humaines en quantité et en qualité.
Cette action vise à disposer d’un personnel compétent et en nombre suffisant pour accroître le professionnalisme,
l’efficacité de la gestion et la culture d’entreprise dans le secteur du transport aérien ; et à satisfaire les besoins de
formation, de qualification et de recyclage de l’Administration de l’aviation civile comme de l’industrie du transport
aérien.
93
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.6.3. Energie
A. Cadre régional:
239. Sur l’initiative de la CEDEAO, plusieurs projets transnationaux d’énergie, pour la
transmission d’électricité et le transport de gaz naturel sont au stade de conception ainsi que
deux propositions de programme d’harmonisation dans le domaine, en vue d’harmoniser les
réglementations, voire de créer un environnement réglementaire commun. La CEDEAO a élaboré un
plan directeur de développement du potentiel énergétique de la sous-région qui a été adopté par les
instances de décision de la Communauté. Ce plan directeur est axé sur le principe d’un programme
d’échanges énergétiques dans la sous région, West African Power Pool (WAPP).
240. Au niveau des pays de l’UEMOA, tout en prenant en compte les projets de la CEDEAO,
une Politique Energétique Commune (PEC) a été élaborée et vise à : i) garantir la sécurité des
approvisionnements énergétiques de l'Union, ii) mettre en valeur et assurer la gestion optimale des
ressources énergétiques de l'Union en systématisant l’interconnexion des réseaux électriques, iii)
promouvoir les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, iv) développer et améliorer l’accès
des populations rurales de l’Union aux services énergétiques et v) contribuer à la protection de
l’environnement. La mise en œuvre de cette politique devrait favoriser le développement des activités
industrielles à travers l’intégration des réseaux de transport d’énergie électrique et le relèvement de la
part de la population ayant accès à un approvisionnement en énergie. En effet, la formulation de la
Politique Energétique Commune s’est fait sentir pour répondre aux défis du secteur que sont : la
disponibilité, l’accessibilité et l’acceptabilité de l’énergie. Le PEC constitue un cadre homogène et
consensuel à travers lequel les Etats membres de l’Union entendent poursuivre, d’un commun accord,
leurs objectifs énergétiques qui concourent au bien être de leur population et à la prospérité de leur
économie. Aussi la Commission a-elle élaboré un Programme Energétique Communautaire qui a fait
l'objet de la Recommandation n°03/97/CM du Conseil des Ministres en date du 21 juin 1997. Ce
Programme, à travers ses différents axes, demeure l'instrument de mise en œuvre de la Politique
Energétique Commune.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux:
241. A ce jour, tant le plan directeur de développement du potentiel énergétique de la sous
région adopté par la CEDEAO que le Programme issu de la Politique Energétique Commune de
l’UEMOA n’ont connu une mise œuvre effective. Les différents projets et programmes y découlant
sont soit en phase d’étude de faisabilité ou soit en phase de mobilisation de financement auprès des
bailleurs. Avec le soutien de l’USAID, un cadre institutionnel est en cours de préparation pour le
développement du marché de l’électricité interconnecté entre les services publics de plusieurs pays
d’Afrique de l’Ouest (dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Nigeria, et
le Togo).
242. Au niveau pays, le secteur connaît depuis quelques années un début de restructuration et
même de privatisation. De façon générale, les différentes réformes entreprises dans le secteur portent
sur la révision du cadre légal, institutionnel et réglementaire, la séparation des deux secteurs eau et
électricité et voire la mise en concession de la branche électricité dans certains pays. Les stratégies
pays intègrent en général les programmes régionaux mais avec un accent particulier sur
l’électrification rurale.
243. En dépit des progrès enregistrés au cours des dernières années, les pays de la CEDEAO et
de l’UEMOA font face à d’importantes difficultés pour répondre à la demande d’électricité et
réaliser les investissements requis pour servir les zones rurales. En dehors de la Côte d’Ivoire qui a une
capacité de production d’électricité suffisante pour l’exportation, les pays de la région connaissent des
déficits énergétiques pour diverses raisons dont les plus importantes sont : (i) la faiblesse de la
capacité financière des entreprises nationales d’électricité (causée par des pertes techniques et
commerciales) pour entretenir l’outil de production et réaliser de nouveaux investissements, (ii)
l’incapacité à attirer l’investissement privé à cause des risques non commerciaux élevés, et (iii) le
94
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
manque de coopération régionale dans le secteur. Plus que jamais, la nécessité d’accélérer la mise en
œuvre des programmes régionaux s’impose pour les Etats de la sous région vue le niveau de
couverture très faible en énergie électrique des populations et le coût particulièrement élevé de son
accès tant pour les populations que pour les entreprises industrielles.
Encadré 17: Programme Energétique Communautaire de l’UEMOA
Ce Programme qui vise à l’opérationnalisation des objectifs de la Politique Energétique Commune de l’Union, se décline
en 9 axes:
•
Le renforcement du cadre institutionnel du secteur de l'énergie
Le renforcement institutionnel du secteur vise à : i) définir le degré de réorganisation nécessaire pour améliorer l'efficacité
des systèmes nationaux et pour faire face aux besoins financiers énormes du secteur ; ii) créer les conditions favorables à
une planification de la gestion intégrée des infrastructures ; iii) définir une politique des échanges basée sur la solidarité
sous-régionale et les conditions économiques de production afin d'assurer une meilleure utilisation des capacités existantes
et du potentiel énergétique.
•
La mise en place d'un système de planification énergétique intégrée
Le système de planification énergétique intégrée permettra de disposer de la quasi-totalité des données des différents
Etats membres de l'UEMOA en vue de faire une situation énergétique exhaustive de l'Union. Cela facilitera la réalisation
des exercices de projection de l'offre et de la demande futures, indispensables pour la définition d'une stratégie
énergétique communautaire optimale.
Une étude diagnostique et d’évaluation des besoins pour la mise en place d’un système de planification intégrée a été
réalisée en 1998 sur financement de l’Union européenne. Les conclusions de l’étude sont en voie d’être mises en œuvre
•
L'accélération de l'interconnexion des réseaux électriques
L'interconnexion des réseaux électriques vise à : i) augmenter la sécurité des approvisionnements nationaux en favorisant
les secours mutuels ; ii) réaliser des économies d'investissement par la mise en commun des moyens de production (effet
d'échelle) ; iii) réduire les coûts d'exploitation pour tous les Etats ; iv) renforcer l'intégration régionale.
La mise en œuvre de ce programme est conjointement menée avec la CEDEAO qui en est le chef de file.
•
La promotion des Energies Renouvelables
La promotion des énergies renouvelables vise essentiellement à en augmenter la part dans les bilans énergétiques
nationaux pour en faire un levier du développement économique et social.
Une étude sur la stratégie communautaire de promotion des énergies renouvelables comprenant un projet de relance du
Centre Régional d’Energie Solaire de Bamako (CRES) et un projet d’électrification et d’approvisionnement en eau
potable de 1000 villages par l’énergie solaire a été réalisée en 2000 sur financement de l’Union Européenne.
•
Le développement de l'électrification rurale
Ce Programme vise à faciliter l'accès des zones rurales aux services énergétiques pour l'amélioration du cadre de vie et
l'augmentation de la production.
•
La rationalisation de l'utilisation des combustibles ligneux
Ce Programme vise à rationaliser la consommation de l'énergie tirée de la biomasse notamment des combustibles ligneux
et à réduire la pression sur le couvert végétal des Etats membres de l'UEMOA.
Le financement d’un programme régional consacré à la biomasse - énergie est en cours de négociation avec les Pays
Bas. Ce programme a pour objectif de développer de façon durable la biomasse - énergie et de promouvoir les énergies
alternatives en préservant l’environnement et en luttant contre la pauvreté.
•
L'amélioration de l'approvisionnement en hydrocarbures
Ce Programme vise à réduire les dépendances vis-à-vis de l'extérieur tout en instaurant un système de secours mutuel apte
à amortir les effets néfastes des fluctuations du prix des hydrocarbures, notamment le pétrole.
Un accord de partenariat est en cours de négociation avec l’Association des Producteurs de Pétrole Africain (APPA) dans
le domaine de l’approvisionnement en hydrocarbures.
•
La diversification des ressources énergétiques
Ce Programme vise à diversifier les ressources énergétiques en exploitant les différentes potentialités. Ceci implique un
changement dans les modes de production et de consommation d'énergie et l'introduction de mesures correctives dans les
stratégies pour la préservation de l'environnement et un développement durable.
•
L'utilisation rationnelle de l'énergie
Ce Programme vise à promouvoir les actions de maîtrise de l'énergie et l'efficacité énergétique.
•
Le financement du secteur
Ce Programme vise la compétitivité globale du secteur tout en favorisant l'accès aux financements par le biais des marchés
financiers ou d'autres mécanismes appropriés.
95
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 18: Plan directeur du potentiel énergétique de la CEDEAO
Ce Plan porte sur les domaines suivants sites hydrauliques, interconnexions des réseaux électriques, gazoduc, énergies
renouvelables:
•
Sites hydrauliques
La mise en valeur des sites hydrauliques jugés d'intérêt régional : Mau au Ghana, Fomi en Guinée, Salthino en Guinée
Bissau, Bumbuna en Sierra Léone, Manantali au Mali, Garafiri en Guinée, Adjarala au Togo et au Bénin. Les sites de
Manantali et de Garafiri sont en cours d'exécution. Adjarala a fait l'objet d'une réunion de bailleurs de fonds. La mise en
valeur de ce site permettra de réaliser l'interconnexion Nord Togo-Nord Bénin.
•
Centrales thermiques
La construction des centrales thermiques à gaz à cycle combiné en Côte d'Ivoire et au Ghana ainsi que la réhabilitation des
centrales thermiques au Nigéria permettraient de disposer d'une capacité d'environ 9000 MW. Le coût des investissements
nécessaires est estimé à 6,4 milliards de dollars US.
•
Programme régional des énergies renouvelables
Dans le cadre de la diversification des sources d'énergie, la CEDEAO a élaboré un programme régional d'utilisation des
énergies renouvelables pour répondre surtout aux besoins énergétiques des zones rurales défavorisées et isolées du réseau
électrique. Ce programme vise principalement le solaire (photovoltaïque), la biomasse, la mini et micro hydraulique et les
économies d'énergie.
Dans le cadre de la valorisation des ressources énergétiques de la CEDEAO, la conférence des chefs d'Etat et de
Gouvernement a accepté le principe d'un programme d'échanges énergétiques de la CEDEAO "Power Pool" qui permettra
de faciliter la production et les échanges d'énergie électrique entre les pays excédentaires et les pays déficitaires.
Pour le financement de l’ensemble de ces programmes, la CEDEAO compte jouer le rôle de facilitation auprès des
partenaires au développement et participer au financement de certains projets à travers le Fonds de la CEDEAO.
Projet d’interconnexion des réseaux électriques nationaux en cours d’élaboration
Ce projet porte sur la réalisation de l’interconnexion de réseaux électriques nationaux sur une longueur d'environ 5600 km
portant sur des tronçons dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Bénin, Togo, Ghana, Cote d’Ivoire,
Niger, Burkina Faso et Mali).
Au total, les investissements à réaliser sur l'ensemble des infrastructures de production et de lignes d'interconnexion
envisagés s'élèvent environ à 11,8 milliards de dollars EU (imprévus compris) sur une période de 19 ans. Ces
infrastructures permettraient de doter la sous région CEDEAO d'une capacité installée d'environ 10000 MW correspondant
à la capacité nécessaire pour satisfaire la demande estimée d'ici à l'an 2015.
Projet de Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest
Il est envisagé d'utiliser le gaz naturel qui est une énergie non polluante créditée actuellement d'énergie la moins chère par
rapport aux autres sources d'énergies conventionnelles pour suppléer la production d'origine hydraulique exposée aux aléas
climatiques incontrôlables. A cette fin, le Bénin, le Ghana, le Nigeria et le Togo ont décidé de réaliser un gazoduc qui
permettra l'utilisation du gaz naturel du Nigeria par les quatre pays pour la production d'énergie. Les caractéristiques du
projet sont les suivantes :
la construction d'un gazoduc entre Warri au Nigeria et la frontière entre le Ghana et la Côte d'Ivoire en utilisant le
système de gazoduc Lagos Escravos existant ;
-
longueur totale du gazoduc 781 km ;
-
coût total de la construction 693.189.000 dollars EU ;
-
une structure de consommation du gaz répartie de la façon suivante :
Ghana 84 % du marché
Bénin 7 % du marché
Togo 9 % du marché
-
taux de rentabilité interne 15 % ;
un prix du gaz qui varie entre 1,70 et 2,43 dollars EU par million de "British Thermal Unit" (MBTU)
Le secteur privé a déjà exprimé son intérêt pour la réalisation du projet qui est à un stade très avancé.
96
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.6.4. Télécommunications
A. Cadre régional
244. En sa session de mai 1979 à Dakar, la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de
la CEDEAO a approuvé le premier programme prioritaire des télécommunications de la
Communauté dénommé INTELCOM I. Ce programme a trait à l'amélioration et à l'extension du
réseau des télécommunications au sein de la sous région. Les principaux objectifs du programme
INTELCOM I étaient de : i) désenclaver les Etats membres qui ne disposaient pas de liaisons fiables
avec l'extérieur ; ii) compléter les chaînons manquants du réseau PANAFTEL dans la région ouest
africaine ; iii) et relier les capitales des Etats membres par des liaisons téléphoniques directes en
utilisant les faisceaux hertziens. A partir de 1998, un nouveau programme INTELCOM II a été lancé
pour avoir un réseau régional moderne et fiable de télécommunications avec le projet de création d’un
marché commun des télécommunications entre 2005 et 2007. Le programme INTELCOM II devra
mettre à la disposition de la Communauté un réseau régional des télécommunications capable d'offrir
une gamme élargie de services y compris les services multimédia et large bande. Ceci permettra de
minimiser les transits extra-africains et d'améliorer l'inter connectivité directe des Etats membres.
245. A niveau de l’UEMOA, le Protocole additionnel n° II du Traité de l'UEMOA signé le 10
janvier 1994, a prescrit les objectifs suivants en matière de télécommunications : i) Définir un
schéma d'amélioration des infrastructures et des systèmes de télécommunications reliant les Etats
membres, ainsi que les mesures nécessaires à sa mise en œuvre; et ii) Prendre les dispositions relatives
à la libéralisation des prestations de services en matière de télécommunications, en leur donnant un
caractère graduel, afin de permettre l'adaptation dans chaque Etat, du secteur des télécommunications,
aux perspectives offertes par l'ouverture du marché de l'Union.
246. Pour opérationnaliser ces objectifs, la Commission a élaboré un rapport d’orientations
assorti d’un programme d’actions communes pour l’amélioration des télécommunications dans
l’Union qui a fait l’objet de la Recommandation n°03/2000/CM/UEMOA adoptée par le Conseil
des Ministres des Finances le 22 novembre 2000 à Ouagadougou. Cette recommandation s’articule
autour de cinq (05) axes à savoir : i) le développement en général des télécommunications à travers la
libéralisation progressive du secteur ; ii) la convergence des politiques sectorielles nationales par
l’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires nationaux ; iii) l’amélioration des liaisons
inter-Etats et la promotion des nouvelles technologies de l’information et de la communication
(NTIC) ; iv) le développement des ressources humaines ; et v) la mise en place d’un cadre
institutionnel regroupant les principaux acteurs du secteur des télécommunications.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux:
247. De 1983 à 1992, la Communauté, à travers le Fonds de la CEDEAO, a consenti des efforts
importants pour assurer le financement du premier programme qui a atteint ses objectifs
initiaux à plus de 95% (confirmé par l'étude de post-évaluation faite par l'Union Internationale des
Télécommunications (UIT)). Outre les résultats d’INTELCOM I qui ont été largement positifs, le
cadre réglementaire des télécommunications a été harmonisé, une association des agences de
réglementations a été créée et un système de gestion des données de services de télécommunication a
été mis en place. Pour faciliter la mise en œuvre de la stratégie adoptée, un Fonds spécial pour les
Télécommunications a été mis en place en 1980. Ce fonds est en cours de restructuration afin de
l’adapter à son rôle de catalyseur et de facilitateur d’INTELCOM II. La télé densité actuelle du
téléphone fixe qui est de 0,8 ligne principale pour 100 habitants devra passer à 3% en 2008 et celle du
mobile respectivement de 1% à 7%.
248. Au niveau de l’UEMOA, les Etats ont engagé plusieurs actions dont l’adoption d’une
Recommandation relative à la mise en place d’un programme d’actions pour l’amélioration des
télécommunications dans les pays de l'Union. Dans le cadre de ce programme, la Commission a
organisé une réunion des Opérateurs et Régulateurs des Télécommunications en octobre 2000 à
Ouagadougou à l’issue de laquelle les décisions suivantes avait été prises : i) la reprise et la
redynamisation des programmes de maintenance conjointe ainsi que l’échange de techniciens entre
97
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
opérateurs ; ii) la nécessité d’une coordination inter-Etats dans la conception et la mise en œuvre des
projets nationaux de manière à : i) harmoniser les technologies, ii) assurer l’interconnexion des
réseaux et soumettre des requêtes cohérentes aux partenaires au développement ; iii) la fixation à
l’horizon 2001 de la taxe totale de répartition à 200 FCFA/mn, et de la taxe de transit à 35 FCFA/mn ;
iv) la prise d’une résolution invitant les Opérateurs à appliquer une taxe de perception cible de 300
FCFA/mn pour toutes les relations intra-UEMOA, d’ici fin 2001 ; et v) la proposition de mesures
d’accompagnement relatives à la mise en place d’un mécanisme de suivi des conclusions de la
réunion, l’harmonisation des droits de douane sur les matériels de télécommunications,
l’harmonisation des procédures d’imposition de la TVA et la fixation de taxes préférentielles
d’interconnexion. En outre, l’UEMOA œuvre dans le sens de l’harmonisation des cadres juridiques et
réglementaires des pays membres et de mise en place de structures de concertation entre régulateurs,
fournisseurs et opérateurs. Un ‘livre blanc’ sur les Technologies de l’Information et de la
Communication (TIC) qui étudie une vision 2020 du secteur est en cours d’élaboration.
249. Au niveau des Etats, des efforts considérables ont été faits pour réformer le secteur des
télécommunications au sein de la CEDEAO et de l’UEMOA au cours des dernières années. La
plupart des pays ont revu leur politique sectorielle, procédé à une libéralisation progressive du secteur,
y compris la privatisation partielle de l’opérateur public, et adapté les cadres juridiques et
réglementaires. Il en est résulté une augmentation de la télé densité qui est passée de 0,5% en 1995 à
3,39% en 2003. En dépit de ces avancées notables, il reste encore beaucoup à faire pour porter le taux
d’accès à un niveau acceptable pour bien bénéficier des nouvelles technologies de l’information. Il
ressort du point sur la mise en œuvre des résolutions prises dans le cadre communautaire que seul le
Niger n’applique pas la taxe téléphonique intra-UEMOA de 300 f CFA la minute.
250. Le développement du secteur des télécommunications va exiger une volonté politique des
pays membre de l’UEMOA pour accélérer les réformes nationales et pour rendre effectif l’objectif
de créer un marché régional des télécommunications. A cet effet, la Commission de l’UEMOA a
entrepris une recherche de partenariat en vue de mobiliser les ressources financières et humaines
nécessaires à la réalisation des actions identifiées.
98
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 21: Couverture de l’espace UEMOA en téléphone et coût comparé de l’appel téléphonique
Appel vers
USA ($/3mn)
Pays
Bénin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinée-Bissau
Niger
Mali
Sénégal
Togo
UEMOA
Tunisie
Afrique du Sud
Afrique Sub-Saharienne
PMA (classification ONU)
Vietnam
Thailande
Korée du sud.
Indonésie
Appel local
($/3mn)
6,900
3,160
6,068
nd
9,026
12,641
2,233
7,901
6,847
nd
1,981
5,152
7,348
nd
2,194
1,926
nd
Lignes pour
1000 personnes
(Fixes et
mobiles)
0,090
0,100
0,050
nd
0,110
0,070
0,110
0,100
0,090
0,020
0,090
0,060
0,065
0,030
0,070
0,040
0,020
18
7
50
nd
4
2
48
20
21
112
304
32
8
42
143
1060
50
Source: WDI 2003
Tableau 22: Point sur la résolution concernant la taxe de perception pour les appels intra-UEMOA
vers
Bénin
Burkina
Bénin
Burkina
Côte
d’Ivoire
Guinée
Bissau
Mali
Niger
Sénégal
Togo
XXXX
200
396
300
XXXX
396
Côte
d’Ivoire
300
200
XXXX
3485
3485
3485
300
530
180
300
300
530
180
400
300
530
180
300
Guinée
Bissau
1331
200
496
Mali
Niger
Sénégal
F CFA
Togo
300
200
396
300
200
396
300
200
396
300
300
396
XXXX
3485
3485
935
3485
300
1800
180
400
XXXX
530
180
400
300
XXXX
180
400
300
530
XXXX
300
300
530
180
XXXX
Source : Commission de l’UEMOA
99
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 19: Critères de convergence de la CEDEAO en matière de télécommunication
•
Cadre réglementaire communautaire des télécommunications.
Il était prévu que le cadre réglementaire communautaire soit mis en place dans tous les Etats membres au plus tard en
l’an 2000 avec comme objectifs.
la séparation des postes et des télécommunications et l’unification des branches des télécommunications
nationales et internationales ;
la séparation des fonctions d’exploitation et de réglementation et le renforcement ou la création d’un
organe de régulation impartial conformément aux systèmes politiques et administratifs de chaque pays ;
la constitution d’exploitants publics de télécommunications en tant qu’entreprises commerciales avec une
autonomie de gestion ;
la privatisation éventuelle de l’exploitant public sous forme de partenariat stratégique ;
la prise en compte par les exploitants dans leur rôle d’acteurs de développement de la mission de service
universel.
•
Densité téléphonique
L’objectif de la densité téléphonique communautaire est une moyenne des densités prévisionnelles des Etats membres :
1 ligne principale pour 100 habitants en l’an 2000 et 2 lignes principales pour 100 habitants en l’an
2005 ;
les zones rurales doivent constituer 2.5% du nombre total parc téléphonique du pays en l’an 2000 et 5%
en 2005 ;
les lignes partagées doivent constituer 3% du parc en l’an 2000 et 5% en l’an 2005.
•
Numérisation totale des réseaux.
le taux de numérisation en commutation en l’an 2000 doit 90% et 100% en l’an 2005 ;
le taux de numérisation en transmission doit être de 95% et l’an 2000 et 100% en l’an 2005.
•
Réseau Numérique à Intégration de Services (RNIS)
L’accès de base (144 kbs) doit être fourni à 5% des abonnés résidentiels en l’an 2000 ;
L’accès primaire (2,048mbs) doit être fourni à 10% des abonnés professionnels en l’an 2000 ;
Les services RNIS doivent être disponibles dans la totalité des réseaux des Etats membres au plus tard en
l’an 2005.
•
Réseau Intelligent
Les réseaux des Etats membres doivent disposer de la fonction minimale « réseau intelligent » en l’an
1997 et la fonction intégrale en l’an 2000.
•
Technologie cellulaire
Tous les Etats membres doivent disposer des réseaux cellulaires au plus tard en 1999 ;
Le GSM sera la norme numérique pour l’ensemble de la communauté au plus tard en l’an 2005 avec
signature des accords de roaming par tous les Etats ;
Les Etats membres doivent harmoniser leurs positions sur les systèmes GMPCS au plus tard en l’an
1998.
•
Autoroute de l’information.
Accès intégral à Internet pour tous les Etats membres au plus tard en fin 1998 avec un débit minimal de
128 kbt/s ;
•
Standardisation des matériels lourds de télécommunications.
Adoption et définition des normes et standards pour l’inter connectivité, l’homogénéité et la
compatibilité des réseaux nationaux ;
Limitation du nombre de systèmes dans chaque Etat membre en vue de faciliter la maintenance du réseau
inter Etats
•
Industrialisation et préférence communautaire dans les approvisionnements et produits et services de
télécommunications.
-
Encouragement de la production locale du matériel de télécommunication dans les Etats membres ;
Octroi de préférences communautaires dans les approvisionnements en produits et service de
télécommunications fabriqués entièrement ou en partie par l’un des Etats membres.
100
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
101
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
2.6.5. L’aménagement du territoire communautaire
A. Cadre régional
251. Suite à un diagnostic des principaux problèmes en matière d’aménagement du territoire
de l’Union, la Commission a élaboré, suivant une méthodologie participative (Etats, Organismes
sous régionaux de développement, Universités de la sous région), un Document Cadre d’Orientations
Générales de la Politique d’Aménagement du Territoire Communautaire. Ce document de base a servi
à la préparation d’un Acte Additionnel sur la Politique d’Aménagement du Territoire Communautaire
adopté par la Conférence des Chef d’Etats de l’UEMOA, en sa session du 10 janvier 2004 à Niamey
(Acte Additionnel N0 03/2004). Cette politique d’aménagement du Territoire Communautaire de
l’UEMOA vise, à terme, l’édification d’une Union plus forte et solidaire, plus attractive et
compétitive, avec un marché régional dans lequel chaque Etat optimise, dans la complémentarité, ses
avantages comparatifs. Son objectif est d’introduire et de renforcer entre les différentes politiques
nationales et communautaires, la convergence, la cohérence et l’harmonie nécessaires pour garantir à
l’Union, un développement durable, soutenu et équilibré.
252. A travers le Document-Cadre d’Orientations générales de la Politique d’Aménagement du
Territoire Communautaire de l’UEMOA, quatre (04) grand axes d’interventions ont été définis
pour la mise en œuvre de la Politique d’Aménagement du Territoire Communautaire à savoir : i) la
Promotion de l’aménagement du Territoire communautaire dans les politiques publiques des Etats
membres ; ii) l’Accélération de la réalisation concertée de grandes infrastructures et d’équipements
d’intérêt communautaire ainsi que la définition d’une armature urbaine régionale ; iii) l’Orientation
spatiale de la mise en valeur des potentialités de l’Union pour renforcer la complémentarité, la
compétitivité et la meilleure insertion des Etats membres dans l’économie régionale et mondiale ; et
iv) le développement de la solidarité communautaire et le renforcement de la cohésion sociale. Par cet
Acte Additionnel, l’Union propose également les instruments techniques et financiers ainsi que les
mécanismes de concertation et de coordination sous-régionale indispensables à la mise en œuvre et au
suivi des politiques nationales et communautaires d’aménagement du territoire.
B. Synthèse des politiques nationales et revue des programmes régionaux
253. L’état des lieux en matière d’aménagement du territoire dans chacun des Etats de
membres de l’UEMOA fait apparaître que presque tous les Etats membres de l’Union disposent
d’une politique d’aménagement du territoire. Mais les niveaux atteints par les Etats en matière
d’aménagement du territoire restent encore trop disparates quant à la mise en place des outils et
instruments de conception et de mise en œuvre. De même, l’examen des politiques d’aménagement
des pays fait apparaître une faible articulation entre l’aménagement du territoire et les politiques
sectorielles.
254. L’adoption de la Politique d’aménagement du Territoire Communautaire étant très
récente, les instruments pour sa mise en œuvre effective sont en cours d’élaboration au niveau de
la Commission. A cet effet, un atelier technique de mise en œuvre de la politique territoriale
communautaire a été organisé à Cotonou du 23 au 26 mars 2004 au cours duquel un programme
triennal d’actions prioritaires a été élaboré et adopté. Au niveau de chaque axe du document cadre
d’orientation, des actions spécifiques ont été identifiées et programmées. Par ailleurs, un séminaire
régional est en cours de préparation afin de diffuser et de vulgariser la politique adoptée au niveau
régional.
255. Un des principaux problèmes de la mise en œuvre de la politique communautaire
d’aménagement du territoire est le manque de ressources financières bien qu’il existe le «Fonds
d’Aide à l’Intégration Régionale » qui devrait assurer le financement du développement équilibré de
l’espace communautaire. En vue de permettre la mesure des performances en matière d’aménagement
du territoire dans les Etats membres et au niveau de la région, il est prévu la création de l’Observatoire
Régional d’Analyse et de Suivi de l’Espace Communautaire (ORASEC) avec des antennes nationales
102
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
en vue du pilotage, du suivi et de l’évaluation de l’évolution de l’espace communautaire. Celui-ci
permettra d’identifier les déséquilibres et les disparités entre zones pour proposer les mesures idoines
pour leur réduction.
256. Les mutations et les défis sociaux que font apparaître le développement de l’Afrique de
l’Ouest demandent que le territoire communautaire, lieu d’expression des comportements et des
relations entre les hommes et leurs activités, soit considéré comme base des stratégies d’intervention
en vue d’un développement soutenu, équilibré, intégré et durable. Il devient plus que urgent
d’anticiper les grandes évolutions sectorielles et territoriales afin d’accompagner les dynamiques
régionales souhaitables et d’infléchir les évolutions non désirées. Par conséquent, la mise en œuvre de
la politique d’aménagement du territoire de l’UEMOA devra être intégrée aux domaines de
coopération entre l’UEMOA et la CEDEAO en vue de la recherche d’une meilleure fonctionnalité
globale de toute l’espace de l’Afrique de l’Ouest.
103
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
CHAPITRE 3 : STRATEGIES SOCIALES.
3.1. L’éducation
A. Cadre régional
257. Au niveau de l’Afrique de l’Ouest, la plupart des acteurs et partenaires nationaux ont opté pour
l’accès à l’éducation de base comme la priorité absolue. Cette mise en priorité quasi exclusive de
l’éducation de base s’est pratiquement opérée au détriment des l’enseignements professionnel et
supérieur. Dans ce contexte, les programmes régionaux de l’UEMOA et de la CEDEAO ont opté pour
la mise en œuvre d’actions communes en matière d’enseignement supérieur et de formation
professionnelle. De manière tacite la prise en charge de l’enseignement de base a été réservée aux
Etats dans les politiques communautaires.
258. Les deux Communautés Economiques Régionales (CER) qui couvrent l’Afrique de l’Ouest
accordent dans leurs politiques éducatives une importance particulière à la conduite d’actions
communes permettant de réaliser des institutions à vocation régionale capables de faire face aux
besoins de formation des ressources humaines pour l’intégration régionale. Le protocole additionnel
N°2 relatif aux politiques sectorielles, fixe comme objectif de la politique de formation des ressources
humaines de l’Union, la conduite d’actions suivantes :i) la création d’institutions communes
d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, permettant dans certains domaines, le
rassemblement des moyens que les Etats mettent en œuvre de façon dispersée ;ii) la reconnaissance
mutuelle des diplômes sanctionnant les formations dispensées dans ces institutions ; iii) la
coordination des programmes d’enseignement et de formation ; iv) l’évaluation des résultats de
l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle dispensée dans les Etats membres. Dans
cette même optique, le Conseil des Ministres de la CEDEAO a pris en 2003, une Convention Générale
sur l’éducation pour la reconnaissance et l’équivalence des diplômes en Afrique de l’Ouest.
259. Dans le cadre de la mise en œuvre de ces politiques régionales, plusieurs actions sont en cours.
Il s’agit de :i) la mise en place du programme d’appui et de développement des Centres d’Excellence
Régionaux de l’UEMOA consacrée par une décision et une charte des centres d’excellence régionaux
de l’UEMOA élaborée par le Conseil des Ministres de l’UEMOA. Le fondement essentiel de
l’approche des Centres d’Excellence régionaux est le constat qu’aucun pays membre pris
individuellement ne peut réaliser une formation de qualité dans tous les domaines liés à son
développement socio économique et social. Cette approche est en parfaite conformité avec l’approche
d’enseignement supérieur adoptée par le NEPAD.
B. Synthèse des politiques nationales revue des programmes régionaux
Axe 1 : Amélioration de l’offre d’éducation.
260. Plusieurs études conduites dans les années 80 ont montré que la demande sociale d’éducation a
connu une évolution très importante par rapport à l’offre insuffisante d’une éducation de proximité
pour la population jeune dont la croissance demeure forte. Une option importante d’amélioration de
l’offre d’éducation de base a été prise par la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest avec l’appui des
partenaires nationaux et extérieurs en matière d’éducation.
261. Des stratégies de diversification des sources de financement de l’éducation de base par le
recours aux financements communautaires et privés ont été conçues et mises en œuvre. Dans ce cadre
des réformes institutionnelles ont permis l’ouverture du secteur de l’éducation aux investissements des
acteurs privés et des composantes de la société civile (Associations d’écoles communautaires, ONG
nationales et internationales écoles privées). Ces stratégies ont été fondées essentiellement sur les
mouvements de démocratisation et décentralisation engagés dans la plupart des pays de l’Afrique de
l’Ouest depuis les années 80.
104
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
262. C’est ainsi que dans certains pays, les ONG nationales et internationales (Aide et Action, World
Education, Save the children, Care, Plan etc.), les promoteurs d’écoles privées, leur enseignement
confessionnel, ont permis d’ouvrir depuis la fin des années 80, plus d’écoles et centres
communautaires non formels, que les Etats ne l’ont fait depuis l’indépendance. Une des limites
importantes de cette stratégie a été l’absence de mise en place des conditions minimales
d’amélioration de la qualité de l’éducation pour l’acquisition d’un minimum éducatif irréversible pour
tous. Pour atteindre une amélioration significative de l’offre d’éducation, des actions volontaristes ont
été engagées notamment les constructions d’écoles avec des matériaux précaires, le recrutement
d’enseignants peu qualifiés à titre de vacataires, volontaires ou contractuels, etc. Dans plusieurs
expériences le paiement du salaire des enseignants ainsi que les charges de fonctionnement des écoles
ont été transférés aux communautés bénéficiaires.
263. Suite à toutes ces mesures, plusieurs pays ont enregistré une évolution spectaculaire de leurs
taux de scolarisation en général et des filles en particulier. Les mesures d’accélération de l’offre
d’éducation de base ont également eu des conséquences dévastatrices spectaculaires sur les autres
ordres d’enseignement comme l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur qui ont souvent
été privés d’une grande partie des ressources publiques consacrées à l’éducation. C’est ainsi que
certaines conditionnalités de l’aide à l’éducation contraignaient les Etats à réaliser des économies sur
les budgets de l’enseignement supérieur et à les redéployer en faveur de l’enseignement primaire qui
était devenue la priorité quasi exclusive. Dans le domaine de l’enseignement secondaire et
professionnel, plusieurs écoles normales de formation des instituteurs ont été fermées pendant la
période des ajustements structurels aggravant ainsi le déficit en enseignants qualifiés. C’est face à cette
menace de remise en cause de la qualité de l’éducation primaire que la fin des années 90 a vu la mise
en place de programmes décennaux de développement de l’éducation avec une stratégie
d’amélioration à la fois de l’accès et de la qualité de l’éducation.
264. Les bonnes pratiques conduites notamment au Mali, au Sénégal et au Burkina Faso ont porté
essentiellement sur la prise en charge partagée des coûts de construction des salles de classe par la
population, l’Etat et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF). Plusieurs programmes ont été mis
en place pour une gestion optimale des bâtiments scolaires et des enseignants selon des modalités de
classes multigrades et / ou à double vacation. L’un des cas les plus cité de bonnes pratiques en la
matière est celui des classes multigrades et à double vacation expérimentées au Burundi. Bien que cet
exemple soit en dehors de l’Afrique de l’Ouest, les leçons y relatives et les résultats mitigés de la
même expérience en Afrique de l’Ouest, pourraient inspirer l’élaboration d’une stratégie régionale
dans le domaine de l’expansion de l’offre d’éducation.
Axe 2 : Amélioration de l’égalité de chance et de l’équité.
265. Plusieurs programmes novateurs ont été mis en place pour réduire les disparités entre les genres
et entre les zones rurales et les zones urbaines dans l’accès et la rétention des enfants dans
l’enseignement de base. Dans ce domaine, plusieurs mesures de discrimination positive ont été prises
en faveur des filles et des femmes, essentiellement au sein des programmes développés par la société
civile. Les Etats ont, la plupart du temps, mis en place des mesures institutionnelles, législatives et
réglementaires afin de permettre aux acteurs de l’éducation, d’assurer une réduction rapide des
disparités entre les genres et entre les régions rurales et urbaines. Aussi ces actions ont-elles connu
diverses fortunes.
266. Les bonnes pratiques qui ont été recensées en matière de scolarisation des filles par une étude
menée en juin 2002 par CIEFFA (Alice Tiendrebogo 2000) portent entre autres sur : i) Les écoles
satellites au Burkina Faso permettant à la fois d’augmenter la couverture scolaire, la réduction des
disparités entre les régions et les sexes et de rapprocher l’école du domicile de l’apprenant ; ii) Les
écoles du village au Mali qui mettent l’accent sur l’égalité des sexes et la prise en compte des
contraintes du milieu rural dans les calendriers scolaires. Cette expérience, après les premières
évaluations a introduit des réajustements qui ont permis aux bénéficiaires d’obtenir des rendements
comparables et parfois supérieurs à ceux de leurs homologues de l’école formelle. Cette innovation a
également eu la souplesse nécessaire afin de permettre aux auditeurs de ces écoles qui réussissent, de
105
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
rejoindre le système formel d’enseignement par le biais des examens nationaux ; iii) Child Scope au
Ghana qui est un projet de type communautaire, met l’accent sur l’amélioration des taux d’inscription
et la rétention des filles en particulier. Le programme est fondé sur un partenariat entre l’ONG
d’appui, les services décentralisés du ministère de l’éducation, de la santé et l’UNICEF; et vi) L’école
communautaire de Konkoungou au Nord Togo. Cette forme d’école communautaire a été initiée à
travers les programmes de l’ONG Aide et Action. Elle met en avant la parité au niveau des
recrutements et la participation communautaire intervient dans le recrutement de l’éducateur
ressortissant du village, dans la conception du calendrier scolaire, dans le suivi et la gestion de l’école.
Des activités génératrices de revenus sont conduites pour contribuer au salaire des éducateurs.
267. Le point commun de toutes ces bonnes pratiques est la prise en compte à la fois de la
participation communautaire, des mesures de discrimination positives en faveur des cibles
défavorisées et de l’adaptabilité du programme d’enseignement aux exigences du milieu
d’implantation.
Axe 3 L’amélioration de la qualité de l’éducation
268. Les programmes dédiés à l’amélioration de la qualité de l’enseignement interviennent en général
par le biais de l’amélioration de la pertinence de l’apprentissage par rapport aux préoccupations du
milieu et l’utilisation des langues nationales. Les expériences les plus réussies dans ce domaine sont :
i) les Centres d’Education de Base Non Formel (CBNEF) et l’expérience « d’éducation bilingue
comme continuum éducatif et alternatif au système Educatif de Base Formelle au Burkina Faso » ; ii)
la pédagogie convergente au Mali ; iii) l’enseignement en langues nationale au Sénégal et au Niger et
iv) la Child SCOPE au Ghana.
Revue des programmes régionaux
269. Comme la plupart des programmes sectoriels, la politique régionale en matière d’éducation des
principales Communautés Economiques Régionales de l’Afrique de l’Ouest a connu très peu d’actions
concrètes. La réalisation des études d’adoption et de validation participative des actions communes ont
constitué l’essentiel des acquis. Les Communautés Régionales sont aujourd’hui dans une phase de
mobilisation des ressources financières pour la réalisation des actions concrètes de la politique
éducative régionale. Le Programme d’Appui et de Développement des Centres d’excellence entamera
dans les prochains mois, la phase de labellisation des institutions. Une étude sectorielle complète de
l’enseignement supérieur des huit pays de l’UEMOA est en cours et permettra de mettre en place un
programme d’appui global à l’enseignement supérieur. Cette étude est réalisée avec l’appui de Banque
Africaine de Développement (BAD).
270. Dans le cadre des programmes de convergence entre l’UEMOA et la CEDEAO, il a été décidé
de mettre l’accent sur la reconnaissance effective des diplômes par le biais d’un programme commun.
Des programmes régionaux initiés dans le cadre d’instituions internationales comme l’UNESCO, la
Conférence des Ministres de l’Education Nationale des Pays Francophones (CONFEMEN), l’Agence
Universitaire de la Francophonie (AUF) (qui a démarré son programme des « pôles d’Excellence »)
etc., ont été mis en œuvre à travers les évaluations des apprentissages dans le cadre du suivi de
l’Education Pour Tous (EPT), ou du Programme d’Evaluation des Systèmes Educatifs Africains
(PASSEC). Des activités régionales sur les manuels scolaires ainsi que la planification et la recherche
en éducation ont été conduites dans des groupes de Pays de l’Afrique de l’Ouest avec l’Appui de la
Banque Mondiale et de l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique.
271. Toutes les actions des organisations multilatérales, bien qu’impliquant certains pays de la sous
région, ne les atteignent pas tous. La plupart des programmes sont des projets pilotes n’atteignant pas
une masse critique de bénéficiaires et d’acteurs. Cela pose la nécessité de la concrétisation rapide de
programmes régionaux élaborés par les CER de l’Afrique de l’Ouest.
106
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 20: Quelques Initiatives de coopération régionale en Afrique de l’Ouest en matières de l’éducation
1. Les centres d’excellence régionaux, une innovation qui tire leçons de l’échec des écoles régionales
• Le concept.
La première option prise par les organisations d’intégration régionales africaines pour assurer la formation des cadres de
haut niveau dont les politiques économiques ont besoin pour se déployer est la création de grandes écoles régionales de
formation spécialisées dans les grands domaines des chantiers de l’intégration. C’est ainsi que la CEAO a créé l’Ecole
Supérieure pour l’Industrie Textile au Mali, le CESAG au Sénégal pour la formation des cadres de tous ses Pays
membres dans les domaines du textile et des métiers de l’économie et des finances publiques et privées. Ces expériences
ont connu un échec retentissant suite aux difficultés de financement par les Etats (soutenabilité). Le programme d’Appui
et de développement des centres d’excellence régionaux est une réponse à cet échec. Son approche consiste à identifier
sur une base compétitive et dans des domaines prioritaires pour la mise en oeuvre des politiques de développement
économique de l’Afrique de l’Ouest, les centres publics et privés susceptibles de faire face aux besoins de formation des
ressources humaines de qualité dans ces domaines.
• La démarche
La mise en œuvre de l’innovation comporte une phase de labellisation et une phase d’études de besoins d’appui afin de
permettre aux futurs centres de développer leurs capacités pour faire face aux besoins croissants et changeants de
l’économie régionale.
Les centres déjà existants doivent sur une base compétitive à partir de critères d’excellence transparents (par appel à
candidatures), prouver qu’après avoir reçu un appui calibré en fonction de leurs besoins bien identifiés, ils sont capables
de répondre durablement à la demande de formation au niveau de la région.
Après la phase de labellisation, les appuis régionaux seront mis en place et suivis selon des critères et des indicateurs
d’excellence par les structures régionales.
• Etat d’avancement du projet
Toutes les étapes préparatoires du démarrage de ce programme ont été exécutées par la Commission de l’UEMOA en
partenariat avec l’Agence Universitaire de la Francophonie et le Bureau Régional de l’UNESCO pour l’Education en
Afrique.
2. Mécanisme de reconnaissance des diplômes pour la promotion de la mobilité dans l’enseignement
supérieur en Afrique de l’Ouest
A cause de la diversité dans les traditions universitaires, dans les modes d’établissement des équivalences de diplôme
dans les pays de l’Afrique de l’Ouest, la reconnaissance mutuelle des diplômes mise en avant dans le protocole
additionnel numéro II relatif aux politiques sectorielles, rencontre d’énormes difficultés. Ces difficultés constituent un
entrave grave a la libre circulation des personnes dans les pays de l’Afrique de l’ouest et à la mobilité des professeurs et
des étudiants dans l’enseignement supérieur, source d’amélioration de la qualité.
La recommandation No4/98/CM/UEMOA relatives aux actions communes dans les Pays de l’UEMOA prévoit la
conduite d’un étude pour la mise en place d’un baccalauréat unique au sein de l’UEMOA pour améliorer la mobilité
dans l’enseignement supérieur.
Le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) est l’organe qui élabore les standards de
certification et d’équivalence des diplômes dans l’enseignement supérieur à son champ d’intervention limité aux pays
francophones.
La CEDEAO a adopté un protocole sur l’éducation et la formation qui contient une convention sur l’équivalence des
diplômes dans toute l’Afrique de l’Ouest
La CEDEAO et l’UEMOA ont inscrit l’examen de ce projet dans leur programme de coopération afin de contribuer à la
reconnaissance mutuelle des diplômes pour un avancement significatif de l’intégration dans les pays de l’Afrique de
l’Ouest par le biais de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique
3. Mécanisme régional de pilotage de l’accès et de la qualité de l’éducation de base
A l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, des initiatives d’évaluation comparative de la qualité de l’éducation limitées à des
groupes de trois à quatre pays existent. Il s’agit des évaluations régionales réalisées dans le cadre des initiatives du
MLA/UNESCO ou du Programme d’évaluation des systèmes éducatifs en Afrique (PASSEC/CONFEMEN.
Malheureusement ces études concernent un nombre très limité de pays de l’Afrique de l’Ouest et ne permettent pas
d’engager des réajustements pertinents pour l’ensemble de la sous région.
Les étapes de la mise en place du mécanisme:
Pour mettre en place un tel mécanisme les étapes suivantes sont nécessaires :
i)
l’élaboration de standards d’accès et de qualité en terme d’excellence et de pertinence de l’apprentissages
dans les systèmes éducatifs ;
ii)
la formation des équipes nationales et régionales sur la base des équipes d’évaluation utilisées par les deux
programmes ayant l’expérience de cette activité ;
iii)
l’organisation de la dissémination des résultats d’évaluations et la mise en œuvre des plans de réajustement
périodiques pour l’atteinte des objectifs du millénaire en matière d’éducation de base.
107
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Perspectives
AXE 1 : Mise en place d’un mécanisme régional de suivi évaluation de l’Education de base
272. Toutes les expériences novatrices entreprises par les stratégies nationales de développement de
l’éducation sont essentiellement limitées par leur caractère pilote et par leur manque de standards de
comparaison à l’échelle régionale pour suivre et évaluer leur efficacité dans le cadre de l’apprentissage
par l’enfant, d’un minimum lui permettant de sortir de manière irréversible de l’analphabétisme. C’est
pourquoi on peut considérer que la multiplication des expériences novatrices constitue le point fort des
stratégies nationales qu’il s’agit d’en capitaliser les plus pertinentes et efficaces, de les diffuser, de les
suivre et de les évaluer à l’échelle de la région par la construction de standards régionaux, des mesures
liées à l’accès et à la qualité de l’éducation. A terme, ces indicateurs permettront de mettre en place un
cadre harmonisé d’actions communes permettant d’accélérer la scolarisation universelle dans la région
Ouest Africaine.
273. La complémentarité d’une action régionale se justifie par le fait que les bonnes pratiques ont
besoin d’être capitalisées, diffusées suivies et évaluées à l’échelle régionale afin de s’assurer qu’elles
permettent effectivement l’atteinte de objectifs du millénaire en matière d’éducation. Ce mécanisme de
suivi régional qui servira également de système d’alerte sur les problèmes susceptibles de
compromettre l’atteinte des Objectifs de Développement pour le Millénaire sur l’éducation pour la
Région Afrique de l’Ouest.
Des atouts importants pour la mise en place du mécanisme.
274. Pour la mise en place d’un tel mécanisme au niveau de la sous région, l’expérience de
organismes sous régionaux comme la CONFEMEN, certains programmes de l’UNESCO et de
l’ADEA, la West African Evaluation Council, constitue un atout majeur. Ces organismes ont acquis
une expérience limitée dans le suivi évaluation régional des bonnes pratiques éducatives et de leur
impact. Toutefois les actions de chacun de organismes ne concernent que trois ou quatre pays de
l’Afrique de l’Ouest. De plus, ces institutions n’ont pas souvent le poids institutionnel d’imposer leurs
recommandations aux Etats contrairement à l’UEMOA et à la CEDEAO qui ont les moyens
institutionnels de faire appliquer les normes régionales. Afin de capitaliser ces bonnes pratiques,
l’action régionale doit permettre de réaliser le bilan de ces expériences et mettre en place une
méthodologie de suivi et d’évaluation de leur capacité à permettre l’atteinte de ODM pour l’Afrique de
l’Ouest.
275. L’action régionale doit également permettre aux Etats de suivre et évaluer l’atteinte des objectifs
du millénaire par le biais des évaluations comparatives des acquisitions des jeunes ouest africains sur
la base de standards régionaux à construire. Ce genre de dispositif a permis à l’OCDE de développer
une approche méthodologique de revue par les pairs dans le domaine spécifique de l’éducation. Cette
expérience internationale ne peut-elle pas inspirer la stratégie régionale dans le domaine de
l’éducation ?
Axe 2 : les Centres d’excellence régionaux pour soutenir la croissance.
276. Pour soutenir la croissance et permettre la formation optimale des ressources humaines dont
l’Union a besoin pour ses chantiers de développement, les centres d’excellence se sont avérés une
approche fort valorisée par plusieurs institutions et programmes (NEPAD, UNESCO, AUF etc.). Ce
programme est une réponse à la désaffection actuelle des ordres d’enseignement secondaire et
supérieur suite à la mise en priorité quasi exclusive de l’éducation de base.
277. La mise en priorité de l’éducation de base et les mesures d’accélération y afférentes ont eu
comme effets pervers, la désaffection des systèmes d’enseignement secondaire et supérieur. Les Etats,
malgré les restrictions budgétaires drastiques, consacrent beaucoup de leurs ressources pour la
108
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
formation des cadres nationaux dans les institutions d’enseignement secondaire et supérieur. Face à la
pléthore de la demande sociale dans tous les domaines, il est illusoire de demander une augmentation
des allocations budgétaires nationales pour faire face aux impératifs de formation pour les chantiers de
la croissance régionale. Pour la mise en place des mesures d’accélération de la croissance chaque Etat
de l’Union peut-il former individuellement tous les cadres dans les domaines les plus pointus du
développement?
278. Le choix d’une telle option aboutirait à un énorme gaspillage alors que certaines institutions
publiques, para publiques ou privés ont commencé à exceller dans les domaines respectifs et
pourraient répondre aux besoins régionaux de formation des ressources humaines (CESAG, EIER,
CAMPC, INPHB, Ecoles des Mines d’Accra, l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de
l’Urbanisme.(EAMAU) etc. Après la labellisation et le renforcement de leurs capacités, ces futurs
centres d’excellence, chacun dans son domaine, pourront faire face aux besoins de formation des
acteurs de l’Union, prise globalement.
279. Ainsi un des domaines d’intervention stratégique au niveau de la région doit être le
renforcement des structures d’enseignement supérieur à vocation régionale afin de les rendre plus
efficaces dans la formation des ressources humaines dont l’Union a besoin pour la conduite de ses
chantiers d’accélération de la croissance. Le programme des centres d’excellence régionaux de
l’UEMOA répond à cet objectif en complément aux actions nationales.
Axe 3 : Mise en place d’un mécanisme de reconnaissance et d’équivalence des diplômes en
Afrique de l’Ouest
280. Pour renforcer la libre circulation des personnes par le biais de la reconnaissance et de
l’équivalence réciproque des diplômes dans toute l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO a adopté un
protocole sur l’éducation et la formation qui contient une convention sur l’équivalence des diplômes
dans toute l’Afrique de l’Ouest. (voir encadré n°14 p.66). La CEDEAO et l’UEMOA ont inscrit
l’examen de ce projet dans leur programme de coopération.
109
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
3.2. La santé
281. Malgré l'adoption de la politique des Soins de Santé Primaires (SSP) par nos Etats en 1978 à
Alma Ata comme objectif de la "Santé pour tous", malgré l'adoption en 1985 du Scénario de
Développement sanitaire en trois phases qui fait du "district sanitaire" la pièce maîtresse du
développement sanitaire des pays, malgré l'initiative de Bamako en 1987 comme catalyseur dans la
relance des SSP et la promotion de la participation communautaire, force est de constater que la
situation sanitaire des populations de la sous région reste toujours précaire. A l’échelle régionale,
plusieurs défis sont à relever dont notamment la mise en place d’un système d’information sanitaire
fiable pour les alertes précoces face aux épidémies, le freinage de la progression de la pandémie du
VIH/SIDA et l’accessibilité des populations démunies aux médicaments génériques.
A. Cadre régional
282. L’objectif principal d’intervention des organisations régionales en Afrique de l’Ouest est
d’améliorer le niveau sanitaire des populations par la mise en œuvre d’actions communes pertinentes
et mises en cohérence avec celles de toutes les organisations internationales et régionales intervenant
dans le domaine de la santé en Afrique de l’Ouest. Les axes stratégiques sont :
•
Axe1 : La lutte contre les épidémies selon une approche régionale, transfrontalière et selon
des corridors pertinents d’intervention susceptible d’améliorer les synergies ;
•
Axe2 : la mise en place d’un système qui garantit la disponibilité d’une information sanitaire
fiable pour des alertes précoces face aux épidémies transfrontalières ;
•
Axe3 : La promotion des médicaments essentiels génériques, la fabrication et le contrôle de la
qualité des médicaments ;
•
Axe 4 : la lutte contre la propagation du VIH/SIDA ;
•
Axe 5 : le renforcement du partenariat international.
B. Synthèses des politiques nationales et revue des programmes régionaux
283. Les insuffisances des politiques sanitaires en Afrique de l’Ouest se sont traduites par des
résultats assez alarmants. Le secteur de la santé se caractérise généralement par une insuffisance
marquée des infrastructures sanitaires et sociales et des prestation de services, des moyens
d’évacuation limités et surtout avec un corps de santé insuffisant, mal réparti, mais surtout peu motivé
à exercer ses activités au niveau des zones pauvres et reculées des pays. En plus des soins de santé
primaires dont le développement est une priorité depuis la Conférence de Alma-Ata en 1978 suivie par
la Conférence internationale sur la Population et le Développement au Caire, les politiques nationales
de santé et d’action sociale des pays visent i) l'amélioration de la qualité et de l'offre des services de
santé (ii) le développement des services de santé à base communautaire; (iii) le développement, chez
les populations, d'attitudes et comportements de prévention des maladies et (iv) la lutte contre le
VIH/SIDA et le paludisme et (v) la lutte contre la mortalité maternelle et infanto-juvénile et vi) à
encourager l’implication du secteur privé à répondre aux besoins de santé vii) assurer la formation de
base, continue et spécialisée du personnel de santé; et ix) assurer la disponibilité des médicaments
essentiels sur l’ensemble du territoire à des prix accessibles.
284. Toutefois, l’impact des efforts consentis par les Etats par l’accroissement du budget de la santé
au cours des dix dernières années en vue d’atteindre en 2002 la norme de 9% du budget national
comme préconisé par l’OMS, a été atténué par le déficit de personnel, des infrastructures sanitaires et
en conséquence des soins de santé. Compte tenu des résultats obtenus sur le plan de la santé avec
notamment une espérance de vie à la naissance de 68,6 ans en 2000 et une mortalité des enfants de
moins de 5ans, de 28 pour 1000 naissances, le Cap vert a l’état le plus performant dans ce secteur. Ses
résultats représentent une nette amélioration par rapport à l’année 1996. L’accès aux infrastructures
110
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
par la population est limité à 45% de la population avec des variations de 60% en ville à 26% en
milieu rural. Le Gouvernement alloue 10% du budget national à la santé. Cependant pour améliorer les
résultats, il faut améliorer l’efficacité du système de santé en intégrant davantage les systèmes de santé
privés.
Revues des programmes régionaux
285. Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Conseil des Ministres, les actions de
la Commission ont abouti à l'élaboration d'une stratégie communautaire correspondant à un consensus
sur les objectifs et les actions communes à entreprendre, à court et moyen termes, afin de répondre
efficacement et en complémentarité aux problèmes de la lutte contre les épidémies, à la disponibilité
d'une information sanitaire fiable et aux problèmes de la promotion des médicaments essentiels
génériques, la fabrication et le contrôle de qualité des médicaments dans l'Union.
286. A cet effet, la deuxième réunion du Conseil des Ministres chargés de la santé de l'Union, tenue à
Cotonou le 31 mars 2000, a adopté les actions communes à mener pour l'amélioration et le
renforcement du niveau de santé des populations des Etats membres. Deux plans d’actions ont été
adoptés. Le premier plan d’actions communautaire est relatif à la mise en place d’un système sousrégional d’information sanitaire et de notification des épidémies des pays membres de l’Union et le
second sur la promotion des médicaments essentiels génériques, des médicaments traditionnels
améliorés, la fabrication locale des médicaments essentiels et le contrôle de qualité des médicaments
dans l’Union.
287. En termes d’actions concrètes en matière de santé, à travers les organisations sous régionales,
une série d’Accords a été signée pour l’amélioration de la santé des populations de l’Afrique de
l’Ouest. Ces accords de partenariat visent à mener une action conjuguée dans le domaine de
l’amélioration du niveau sanitaire des populations de la sous région. En outre, des actions sont
présentement en cours en vue de la préparation d’un achat groupé de médicaments essentiels, de
l’équipement des Etats membres en matériel informatique dans le cadre de la mise en place du système
sous-régional d’information sanitaire et de notification des épidémies entre les Etats (notification
transfrontalière) et d’une réflexion sur l’élaboration de la politique sanitaire de l’Union. De plus, la
création récente de l’organisation Ouest Africaine de Santé sur la base de la fusion d’anciennes
organisations régionales de santé, permettra de mieux harmoniser les actions de développement de la
santé à l’échelle de toute la région d’Afrique de l’Ouest.
288. Pour rendre accessibles les médicaments génériques essentiels, des achats groupés permettant
les économies d’échelles et la négociation des prix bas avec les laboratoires sont en cours de
préparation par l’appui aux centrales d’achat. L’amélioration du système d’information et de réponse
efficace aux épidémies transfrontalières quant à elle, passe par la mise en place du système notamment
par l’équipement informatique de tous les maillons du circuit d’information aux niveaux régional et
national. La lutte contre le SIDA et les autres maladies sera organisée selon des corridors pertinents
d’intervention.
111
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
3.3. Les migrations
289. La migration est un phénomène ancien et permanent dans l’histoire de l’humanité. C’est à partir
d’elle que se sont constituées les différentes entités socio-politiques et la formation du patrimoine
culturo-ethnique de l’humanité. Les flux de migration sont actuellement amplifiés par le phénomène
de la mondialisation de l’économie suite à la circulation extraordinaire des facteurs de production. En
Afrique de l’Ouest, le phénomène migratoire est ancien. Il était libre avant le partage colonial. C’était
une fierté pour les chefs traditionnels d’accueillir des étrangers sur leur territoire. Cela procure un
certain prestige dans la mesure où l’arrivée des migrants atteste de leur bonne réputation et de leur
générosité, qualité très recherchée par les dignitaires africains. Même si le pays, par ses difficultés
géographiques, n’attire pas des étrangers, par le jeu des mariages, les chefs cherchaient toujours à
favoriser l’accueil des personnes reconnues pour leurs qualités exceptionnelles. D’autres chefs
organisent aussi des razzias pour mieux peupler leurs domaines administratifs afin de renforcer leurs
potentiels de production : le développement du palmier à huile par le roi Ghézo dans l’ancien
Danhomey (Bénin actuel) a bénéficié de cette pratique.
290. A l’avènement de la colonisation, la nécessité de la mise en valeur de nouveaux territoires s’est
aussi fondée sur l’organisation judicieuse de la migration. Après la deuxième guerre mondiale, les
politiques de mise en chantier des grandes exploitations agricoles étaient basées sur des flux
migratoires intenses. La migration s’est aussi amplifiée avec les difficultés écologiques. Ainsi, la
sécheresse des années 1970-1980 au Sahel a entraîné une forte émigration vers les pays côtiers.
3.3.1. Importance du phénomène migratoire en Afrique de l’Ouest
291. L’appréciation de l’effectif des migrants en Afrique de l’Ouest n’est pas chose facile. Malgré
l’abondance des informations disponibles10, celle-ci butte contre l’instabilité tant dans le temps que
dans l’espace du phénomène et en raison du caractère clandestin des plus importants déplacements. De
même, la manière d’appréhender le phénomène n’est pas la même entre les directions nationales des
statistiques et les différentes opérations d’enquête ou de recensement. Ainsi, la plupart des
recensements nationaux n’arrivent pas à cerner l’importance des départs en raison de la nature des
questions qui sont posées aux populations lors des recensements et la manière dont s’effectue le
dépouillement des résultats obtenus. De même, les études exhaustives qui ont été réalisées sur
l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest au sujet de la migration n’ont jamais pu maîtriser l’importance des
stocks migratoires.11 Toutes les données disponibles sont donc peu fiables ; elles n’indiquent que des
tendances du phénomène.
292. De l’exploitation de ces données, environ 3,71% de la population ouest africaine est concerné
par les déplacements extra-territoriaux. Si l’on prend en compte les mouvements internes provoqués
par l’exode rural, la colonisation agricole ou le retour des citadins à la campagne, entre 20 et 30% des
personnes changent régulièrement de lieu de résidence dans la sous région. Les difficultés à obtenir
des informations fiables sont dues à la complexité du phénomène migratoire en raison de ses
différentes composantes : exode rural, colonisation agricole, retour des citadins à la campagne,
déplacements internationaux, déplacements dus aux conflits etc. Dans cette étude l’accent sera plutôt
mis sur les déplacements internationaux. La tendance de ces déplacements internationaux permet de
distinguer les zones de départ de celles d’accueil. Elle permet aussi de mieux saisir l’importance du
phénomène à travers les stocks concernés et les différents flux. Globalement, tous les pays de
l’Afrique de l’Ouest sont actuellement concernés par le départ massif d’une partie importante de leur
population vers d’autres pays et régions du monde comme l’atteste le tableau ci-dessous.
10
On pourrait se référer à la bibliographie élaborée sur le sujet par le Centre d’Etude et de Recherche sur la Population pour le
Développement (CERPOD) de l’Institut du Sahel à Bamako ou aux différentes publications de la direction des statistiques sur les questions
de population, etc.
11
Exemple des études du CERPOD sur Migration et urbanisation, décembre 1997.
112
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 23: Migration internationale nette en Afrique de l’Ouest (Période 1995-2000)
Pays
Population totale Migration nette Taux pour 1000
(millions)
annuelle
habitants par an
(milliers)
Sierra Leone
Guinée
Burkina Faso
Mali
Togo
Guinée-Bissau
4,4
8,2
11,5
11,4
6,3
1,2
-33
-48
-60
-50
-19
-3
-7,8
-6,2
-5,5
-4,7
-3,2
-2,9
Cap-Vert
Ghana
Sénégal
Nigeria
Niger
Côte-d’Ivoire
Mauritanie
Bénin
Gambie
Total
0,4
19,3
9,4
113,9
10,8
16
2,7
4,5
1,3
250,6
-1
-22
-10
-19
-1
12
8
25
11
-96
-2,5
-1,2
-1,1
-0,2
-0,1
0,8
3,4
6,1
9,1
-0,4
Source : Division de la population des Nations Unies, tableau mural.
293. De ce tableau se dégagent deux types de pays : ceux à solde migratoire négatif qui sont
considérés comme pays d’émigration et ceux à solde positif qui sont les pays d’accueil. On peut
considérer comme pays d’émigration ceux à écologie fragile comme le Burkina Faso, le Cap-Vert, le
Mali, le Niger et le Sénégal ou en crises politiques aiguës entraînant de fortes instabilités politiques
comme au Libéria, en Sierra Léone et depuis peu en Côte-d’Ivoire. On étudiera en guise d’illustration
quelques uns de ces pays d’émigration.
•
Le Burkina Faso
294. Les migrations constituent un aspect important de la démographie du Burkina Faso. A l’heure
actuelle le phénomène concerne environ 17 % de la population. Le tableau ci-après renseigne bien sur
l’évolution de cette migration par pays de destination et selon la période de départ. Selon le tableau, le
fort du contingent des émigrants se dirige vers la Côte-d’Ivoire, ensuite vers le Ghana jusqu’en 1975.
Ce dernier pays détenait le record de l’émigration burkinabé jusqu’en 1993. Mais à partir de cette date,
les départs vers la Côte-d’Ivoire n’ont cessé d’augmenter de manière significative et les flux à
destination de ce pays l’ont finalement emporté sur ceux allant au Ghana et même vers les autres pays
de la sous région. Il est à noter le retour récent de plus de 250 000 Burkinabés selon le gouvernement
du Burkina Faso dû au conflit en Cote d’Ivoire.
•
L’exemple du Mali
295. Le Mali a toujours été un pays de migration, ouvert sur l’ensemble de la sous région et le reste
du monde. Cette migration est très active. Selon le haut conseil des Maliens de l’extérieur près de
quatre (4) millions de personnes sont concernées. Le tableau ci-après rend compte de la répartition
géographique de ces Maliens vivant à l’étranger. La première remarque qui se dégage de tableau
concerne toujours la part prépondérante de la Côte-d’Ivoire qui accueille environ 50% des émigrés ;
ensuite viennent le Sénégal et les pays d’Afrique centrale. Le Ghana avait joué un rôle relativement
important avant 1970. La seconde remarque est la diversification des pays d’accueil par opposition
aux migrations burkinabé plus concentrées dans l’espace ouest africain.
113
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
•
Le cas du Ghana
296. Le Ghana fut pendant longtemps le pays d’immigration de l’Afrique de l’Ouest. Il est resté
durant la colonisation la plus riche colonie d’Afrique de l’Ouest. Il a connu son miracle économique
déjà vers les années 1950 suite aux avantages rentiers tirés de l’exploitation de l’or et du cacao. Cette
situation durera jusqu’en 1960, année de l’indépendance des autres colonies de la sous région. Cela
entraînera d’importantes immigrations des pays voisins qui resteront au Ghana jusqu’en 1969, date de
l’expulsion massive des étrangers ordonnée par le Docteur Bussia alors Président du pays. C’est le
début d’une profonde crise qui a perduré jusqu’à ces dernières années et dont les conséquences ont
transformé le Ghana en un pays d’émigration.
297. Avant cette crise économique aiguë, on comptait au Ghana plus de 1,2 millions d’étrangers en
1960, soit environ 14% de la population totale. Mais les données disponibles avancent plutôt le chiffre
de 811 000. Après l’application de l’acte d’expulsion de 1969 dénommé «Alliance Complience
Order », plusieurs milliers d’étrangers ont du quitter le Ghana, notamment les Nigérians. Ainsi, au
recensement de 1970, l’effectif des étrangers passa de 820 000 en 1960 à 562 000 en 1970, soit 6,6 %
de la population totale.
298. La situation actuelle est comparable à celle des années 1970 en dépit d’un contexte économique
brillant. Excepté les réfugiés ivoiriens, libériens et togolais, le nombre d’étrangers vivant actuellement
au Ghana reste faible. Au même moment, on assiste à une forte émigration de Ghanéens débutée
depuis les années de la récession économique de 1970-1980. La plupart de ces ghanéens avaient
trouvé refuge au Nigeria qui a connu un développement extraordinaire à partir de 1970 consécutif au
choc pétrolier de 1973 et de 1979. Ainsi, lors de l’expulsion massive des étrangers du Nigeria en 1983,
environ 980 000 Ghanéens avaient quitté le pays12. Malheureusement, il manque des données actuelles
sur la situation des Ghanéens en Afrique de l’Ouest, excepté la Côte-d’Ivoire qui mentionne dans les
résultats du recensement de 1998 la présence de 133 221 Ghanéens dont 93 313 seraient nés hors de
la Côte-d’Ivoire13.
299. Par contre, les informations sont disponibles sur la présence des Ghanéens dans les pays du
Nord. Selon le système d’observation permanent des migrations (SOPEMI), environ 124 555
Ghanéens vivent dans les pays du Nord. Ces trois exemples des pays d’émigration illustrent bien
l’ampleur du phénomène. Entre 10 à 30 % des populations de ces pays vivent à l’étranger.
Tableau 24: Répartition des émigrants burkinabé d’après les périodes de départ et les pays d’accueil
Période de départ Côte-d’Ivoire Ghana
1923 et avant
1924-1932
1933-1939
1940-1945
1946-1950
1951-1955
1955-1960
1960-1975
1975-1985
Total
Pourcentage
Autres
Total
310
1 480
4 100
8 750
10 820
21 280
930
3 450
3 910
5 210
7 810
12 630
3 520
7 740
8 450
6 670
3 430
1 810
4 760
12 670
16 460
20 630
21 260
35 720
33 960
298 656
621 559
1000324
15 470
27 724
773834
1 970
9 642
119945
163 257
51 400
336022
741 507
1241415
80,57
6,25
13,18
100
Source : Elaboré à partir des données fournies par Honoré Poyour SOME. Migration et urbanisation au Burkina Faso.
CERPO - INSAH - Vol.n°1, septembre 1991, 90 pages
12
13
Beverly Lindsay (éd.) African migration and National development. The Pennsylvania State University Press 1985.
Recensement général de la population et de l’habitation de 1998. Vol. IV T1. p.72
114
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 25: Répartition par pays d’accueil des émigrants maliens entre 1960 et 1992
1960
Pays
1970
1980
1990
1992
(estimation)
2 500 000 à
3 000 000
Afrique de l'Ouest
Dont
Côte d’Ivoire
Ghana
Sénégal
Guinée
Autres Afrique
Dont
Maghreb
- Libye
- Pays du Golfe
Afrique Centrale
Afrique
australe
orientale
Europe
Dont France
Amérique
Asie
TOTAL
2001
3 631 385
18 000
18 021
353 500
400 000
-
800 000
1 200 000
25 618
800 000
1 500 000
200 000
800 000
2 000
800 000
35 000
5 760
25 000
100 000
500 000
et
200 000
100 000
80 000
30 000
-
102 000
-
3500000
26 550
1 705
3761640
Source : Perspectives à long terme en Afrique de l’Ouest : étude du cas national du Mali, OCDE, CILSS, CINERGIE/BAD,
décembre 1993.
Les données de 2001 proviennent des Maliens de l’extérieur. Cf. document intitulé la problématique d’émigration du Mali.
Délégation générale des Maliens de l’extérieur Bamako.
•
Les pays d’accueil
300. Jusqu’à récemment, seule la Côte-d’Ivoire et partiellement le Bénin peuvent être considérés
comme des pays d’accueil de migrants. La première en raison des grands travaux d’équipements
qu’elle avait mis en chantier au lendemain de son indépendance, illustrés par le progrès économique
de la décennie 70. Le second, à cause de sa stabilité politique et de sa proximité avec le Nigeria.
Développements récents remettent en cause le caractère de pays d’accueil de la Cote d’Ivoire. Mais
seul le cas de la Côte-d’Ivoire sera analysé. Le dernier recensement de 1998 évalue le nombre des
étrangers à environ 4.000.047 individus dont 3.891.845 ressortissants de l’Afrique de l’Ouest. Ramené
à l’ensemble de la population totale estimée à 14.947.02, ces étrangers représentent 37,36%. Le détail
des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest en 1998, fait l’objet du tableau ci-après :
•
Le cas particulier de la diaspora ouest africaine
301. La diaspora ouest africaine reste encore modeste comparée aux déplacements internes dans la
zone. Néanmoins, elle commence à prendre de l’importance en raison des crises socio-politiques qui
affectent désormais presque tous les Etats de la sous région. Les pays du Nord, particulièrement les
puissances coloniales et leurs alliés que sont les Etats de l’Union Européenne constituent la direction
principale des Africains de l’Ouest. Le tableau ci-après résume bien la situation d’ensemble :
302. Les données par nationalité attestent de la prédominance de quelques pays de l’Afrique de
l’Ouest comme le Sénégal, le Ghana, le Nigeria, le Mali et depuis peu, la Côte-d’Ivoire. Cette diaspora
ouest africaine ne touche pas que l’Europe. Elle commence à s’étendre à l’Amérique du Nord,
notamment aux Etats-Unis. Elle concerne aussi le Moyen–Orient. Selon les données de 2000 du
Système d’Observation Permanent des Migrations (SOPEMI), environ 258 501 originaires d’Afrique
de l’Ouest, vivent aux Etats-Unis.
115
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
•
Le cas particulier des réfugiés
303. Le déclenchement et la persistance des conflits socio-politiques en Afrique de l’Ouest
occasionnent d’importants déplacements de population. Une grande partie de la sous région allant du
Sénégal à la Côte-d’Ivoire est en conflits permanents et devient en même temps le foyer des
populations déplacées, du fait de ces conflits armés.
304. Ainsi, les plus importants flux de migration en Afrique sont ceux des populations déplacées ou
réfugiées. Environ 7 à 8 millions de personnes sont concernées. Dans la zone ouest, objet de ce travail,
près de deux millions de personnes sont touchées. En 2001, environ 56 000 Libériens se sont installés
en Sierra Leone. La Sierra Leone elle-même a connu une forte émigration de sa population, environ un
million, en direction de la Guinée-Conakry. Pour ce pays, le nombre total des déplacés est estimé à
55000 personnes. En Côte-d’Ivoire, depuis septembre 2002, la situation est identique. Selon les
données du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, plus d’un million de personnes ont
quitté les zones de conflits pour chercher refuge ailleurs. De cet effectif, on pense que 500 000
personnes continuent d’errer à l’intérieur du territoire ivoirien où ils sont accueillis par des familles
hôtes. Cette situation aggrave la condition de précarité de ces familles dont beaucoup ont déjà perdu
une bonne partie de leurs moyens de survie.
305. Quant aux réfugiés proprement dits, plusieurs pays de la sous région leur servent de refuge. Il y
a d’abord ceux d’origine des réfugiés. Comme c’est le cas des sahéliens, il y a ensuite les pays
frontaliers ou relativement paisibles. Trois de ces pays ont installé de véritables camps avec
l’assistance de la communauté internationale et singulièrement du Haut Commissariat aux
Réfugiés(HCR) devenu très actif dans la sous région : la Guinée, le Ghana et le Bénin.
Tableau 26: Répartition de la population Ouest africaine en Côte-d’Ivoire selon les données de 1998
Nationalité
Effectif
Pourcentage
107 499
2 238 548
133 221
230 387
78 177
792 258
102 220
71 355
43 213
72 892
Bénin
Burkina Faso
Ghana
Guinée
Libéria
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Togo
2,7
56
3,3
5,7
2
19,8
2,6
1,8
1,1
1,8
Source : RGPH –1998 Volume IV. Analyse des résultats (T1)
Tableau 27: Population Ouest africaine en Europe depuis 1996
Pays
France
Grande Bretagne
Allemagne
Pays-bas
1996
1997
75 372
25 876
1998
81 545
28 889
1999
82 828
28 497
142 620
250 000
Source : SOPEMI
116
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Tableau 28: Les données par nationalité de la diaspora ouest africaine en Europe selon les données de 2002
Pays
France
Benin
Burkina Faso
Côte-d’Ivoire
Ghana
Mali
Sénégal
Nigeria
Grande
Bretagne
Allemagne
Pays-bas
Italie
Espagne
4 119
1 873
-
1 146
2 099
143
208
-
-
20 453 (i)
80 000
3 326
36 091
38 956
1 425
7 000
3 848
385
-
-
47 000
77 000
22 847
837
2 660
15 390
305
117
658
3 778
36 000
-
5 000
-
Source : SOPEMI
(i) Ce chiffre concerne l’effectif des Ivoiriens en France avant 2000
•
Le trafic des enfants
306. Le trafic des enfants dans la sous région mérite d’être pris en compte dans ce travail sur les
migrations parce qu’il constitue un des indicateurs clés de la pauvreté. Ce phénomène est souvent
négligé dans la plupart des travaux sur le déplacement des populations. Depuis peu, il prend de
l’ampleur et tend à devenir endémique dans le continent africain face aux conséquences
catastrophiques des crises sociopolitiques qui secouent la plupart des pays. Ce phénomène est
particulièrement important dans certains pays de la sous région qui sont doigtés par la communauté
internationale soit en tant que trafiquants, soit en tant que receleurs. Comme pays trafiquants, on cite
surtout le Mali et le Bénin ces dernières années, bien que le phénomène concerne tous les Etats.
Comme zone d’accueil, il y a la Côte-d’Ivoire et le Nigeria. Mais ce phénomène va plus loin pour
concerner le Gabon, le Liban et les pays du Golfe.
3.3.2. Les réglementations en matière de mouvements des populations
307. Les conditions d’entrée et d’accueil des migrants dans les Etats d’Afrique de l’Ouest, sont régies
par des textes juridiques dont la nature diffère selon les types de migrations :
i) lois relatives aux conditions de sortie des nationaux, d’entrée de séjour et d’établissement des
étrangers ;
ii) textes relatifs au statut des réfugiés ;
iii) réglementations relatives au trafic, à la protection des mineurs
308. Tous les Etats ne sont pas à jour au sujet de ces différents documents dont la plupart s’écartent
du protocole de la libre circulation des personnes et des biens de la CEDEAO montrant ainsi les
limites des décisions communautaires. Ces textes sont complétés par la loi relative au statut des
réfugiés à l’intérieur où on met sur pied une Commission Nationale des Réfugiés dont le rôle est
d’analyser les dossiers de ceux-ci et d’émettre un avis à soumettre au gouvernement pour décision.
3.3.3. Migration et stratégie régionale de lutte contre la pauvreté
309. L’impact de la migration sur la stratégie de lutte contre la pauvreté peut se mesurer de plusieurs
manières, notamment sur les bases de la production, sur le processus de développement et sur la
sécurité et la paix.
310. Impact de la migration sur les bases de production : En effet, l’une des conséquences
majeures de la migration qui affecte la sous région ouest africaine est la modification de l’image de
117
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
son peuplement. Celle-ci entraîne une forte concentration du peuplement vers les régions côtières avec
l’apparition de deux importants foyers vecteurs d’une forte urbanisation à l’intérieure de laquelle se
met en place une économie complémentaire et compétitive et un marché de consommation assez
dynamique.
311. Les incidences de la migration sur le processus de développement : Ces incidences sont
multiples, mais deux aspects méritent d’être évoqués : i) le transfert monétaire vers les pays d’origine
par les migrants ; et ii) le potentiel d’investissements des migrants de retour et le transfert de
compétences.
312. Migration, sécurité et paix : Le déplacement massif des populations dans la sous région est
désormais devenu un facteur important de crises et conflits. Les différentes expulsions d’étrangers et
les revendications identitaires qui en résultent sont des menaces à la sécurité et à la paix. Pour faire
face à ces fléaux, il devient urgent de rechercher de nouveaux espaces d’accueil des migrants afin de
créer de meilleures conditions de paix et de stabilité dans la sous région. Il y a nécessité de réfléchir à
la possibilité d’une meilleure répartition de la population ouest africaine en essayant de jouer sur les
différents réseaux urbains qui se développent dans cette partie du continent africain. De ces différents
réseaux, il paraît indispensable que l’on valorise celui des villes secondaires de la ceinture moyenne
comme nouveaux espaces de migration. Ces nouveaux espaces sont déjà inscrits tant dans la
géographie que dans l’histoire de l’Afrique de l’Ouest, notamment entre le 18ème et le 19ème siècles. On
peut rappeler à ce propos la constitution des communautés étrangères qui ont su créer et peupler des
marchés-entrepôts au contact de la forêt et de la savane. L’avenir des migrations ouest africaines
réside dans la valorisation de ces villes de contact entre pays sahéliens et forestiers. Celles-ci ont
commencé à prendre de l’importance à partir des politiques de décentralisation et de promotion des
collectivités territoriales.
118
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
3.4. La prévention des conflits
A. Cadre régional
313. Les facteurs liés aux conflits sont multiples, certains propres aux pays de la région, d’autres
transfrontaliers. Pour faire face au risque tangible de sombrer ou retomber dans un conflit, les pays ont
élaboré plusieurs systèmes de prévention des conflits. De même, les Etats membres de la CEDEAO se
sont entendus pour mettre en place un mécanisme de prévention des conflits au niveau régional. Mais
avant de décrire ce mécanisme spécifique, il convient de rappeler que l’intégration régionale dans son
essence est un processus qui tend à réduire l’incidence des conflits tel que démontré par exemple dans
le cas de l’Europe. La valeur ajoutée fondamentale de l’intégration est le développement d’intérêts
communs qui, sont progressivement garants d’un équilibre des intérêts nationaux et d’un
développement commun. En 1999, la CEDEAO a donc établi un Mécanisme de Prévention, Gestion et
Résolution des conflits, de Maintien de la Paix et de la Sécurité reposant sur deux instruments légaux à
savoir un système d’alerte précoce et un autre des opérations de maintien de la paix. L’Acte
Constitutif de l’Union Africaine en 2002 et le mécanisme du NEPAD en 2001 reflètent la
reconnaissance du rôle cruciale pour le développement de la paix et la sécurité ainsi que la
responsabilité centrale de la CEDEAO pour assurer ce mandat pour l’Afrique de l’ouest. C’est ainsi
que le Secrétariat de la CEDEAO est très impliqué dans des activités de diplomatie préventive et de
médiation. Le système d’alerte préventive est une structure reposant sur quatre bureaux-zones
responsables de l’observation et de la collecte d’un certain nombre d’informations sous forme
d’indicateurs liés au déclenchement ou à l’intensification des conflits. La centralisation de ces
informations est assurée par un système très sophistiqué de communication. En complémentarité à
l’Autorité des Chefs d’Etats et du Conseil de la CEDEAO, un Conseil des Sages a été mis en place par
le Mécanisme de Prévention, Gestion et Résolution des conflits, de Maintien de la Paix et de la
Sécurité. Ce conseil est directement actif dans les activités de médiations, conciliations ou de bons
offices.
B. Analyses de politiques nationales et revue des programmes régionaux
Cas de politiques nationales de prévention des conflits : Ghana, Côte d’Ivoire et Nigeria
314. La prévention des conflits se fonde sur un ensemble de processus et structures institués ou non
par l’Etat. Il est relativement difficile d’évaluer leur efficacité puisqu’en dehors de l’irruption de
conflits violents, aucun autre facteur ne permet de juger précisément de leur impact. Les structures
sécuritaires de l’Etat ont pour mandat de détecter les risques de violence et de prévenir la potentielle
intensification. Cependant, même très sophistiqué aucun système d’alerte ne peut être efficace sans
être intégré au processus décisionnel et associé à des politiques de réponses appropriées.
• Ghana
315. L’existence de nombreux conflits au Ghana et l’absence d’un conflit armé tendent à soutenir que
les processus et structures en place sont relativement efficaces, notamment en comparaison avec les
deux autres cas présentés ici. Le système judiciaire est un premier élément de prévention des conflits
violents puisqu’il tend à les mitiger à un stade très précoce. Un sondage réalisé par le Center for
Democratic Development a montré que 45% de la population avait confiance dans ce mode de
résolution des différends. En 1996, une loi sur les agences de renseignements et de sécurité a mis en
place des représentations décentralisées permettant une mise en œuvre locale ainsi qu’une collecte
plus précise des informations. En 2001, une loi a créé une Commission nationale de réconciliation qui
a permis de recevoir les requêtes individuelles concernant les violations des droits humains. Alors que
le mandat de cette Commission a été très discuté, cette commission a permis la large diffusion
(radiotélévisée) des auditions. La tradition de chefferies est encore très présente et très puissante. En
reconnaissant cette institution, la Constitution de 1992 a permis de préserver ces structures de
119
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
règlement local des conflits. Cependant, une partie grandissante de ces chefs est de plus en plus
soumise à une manipulation similaire à celle des agents de la fonction publique. Enfin, le nombre
important des organisations de la société civile révèle une certaine structuration de la société à
appréhender les problèmes en amont et au niveau micro.
• Côte d’Ivoire
316. Contrairement au Ghana, la paralysie actuelle de la Côte d’ivoire démontre une certaine
inefficacité des structures de prévention ou résolution des conflits ou une nette supériorité des
capacités des réseaux entrepreneurs de cette guerre. Les services d’information et de sécurité de l’Etat
n’ont pas permis de prévenir les tentatives de coup d’Etat de 1999 et 2002. En 2001, un Forum de
réconciliation nationale a réuni les acteurs représentatifs du pays pour soulever les questions difficiles
liées au conflit. Cependant, elle n’a pas été suivi de décisions permettant de prévenir la suite des
évènements. L’absence de reconnaissance officielle des chefferies traditionnelles ne leur a pas non
plus permis de jouer un rôle significatif au-delà de quelques tentatives individuelles. Par l’Accord de
Marcoussis, les Ivoiriens ont mis en place un Gouvernement de réconciliation et appréhendé un mode
de résolution des facteurs du conflit dans chacun des chapitres de l’Accord. Cependant, dans ce cas
aussi, une absence de définition claire dans la substance et dans le temps n’ont pas permis de mener à
bien les avancées nécessaires au retour de la stabilité. Une Commission Nationale de Désarmement,
Démobilisation et Réinsertion a aussi été créée pour permettre de préparer un programme de
réinsertion économique et sociale des combattants. Cependant, l’insuffisance de participation et les
manipulations politiques ont affaibli cette institution. Enfin, les récents efforts des chefs d’Etats de la
région ont donné un nouvel élan au programme de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion, mais
aussi à l’ensemble des structures et processus indispensables pour le retour à la paix.
• Nigeria
317. Le Nigeria connaît des structures de prévention des conflits similaires à celles du Ghana. Avec
plusieurs agences de sécurité et de renseignements complémentaires et des structures traditionnelles,
cet immense pays doit en plus superposer le niveau fédéral. La corruption et la distance entre certaines
régions et la capitale rendent d’autant plus difficiles la mise en œuvre des processus de prévention des
conflits mais surtout la capacité de réponse rapide. En réponse à la menace posée par les mouvements
de jeunesse, le Président Obasanjo a lancé une importante campagne pour la jeunesse avec des équipes
mobiles, impliquant un nombre important d’acteurs, tels que le Sénat ou la Chambre Basse ou encore
l’association des avocats du pays. Une Commission pour le Développement du Delta du Niger a été
créée afin d’appréhender les causes profondes du conflits dans cette région menaçant l’industrie
pétrolière du pays. Enfin, il existe un Institut pour la Paix et la Résolution des Conflits sous la
Présidence qui a mené une analyse détaillée et très ouverte des conflits. A l’issu de ce travail, un Plan
d’Action National sur les Conflits a été établi et sa mise en œuvre est mis sous la responsabilité du
Vice-Président de la République Fédérale du Nigeria.
Perspectives : Pour une prévention plus effective au niveau de la CEDEAO
318. Dans le cadre du Mécanisme de Prévention, Gestion et Résolution des conflits, de Maintien
de la Paix et de la Sécurité, les Etat membres de la CEDEAO ont réalisé de solides avancés dans le
cadre du processus d’intégration politique et militaire. Cependant les opérations de maintien de la paix
de la CEDEAO pourraient être améliorées et une expertise ouest africaine gagnerait à être davantage
développée. A cet effet, la CEDEAO doit tirer des leçons de son engagement dans les différents
processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion dans la région et établir une politique et un
savoir-faire communs sur les DDR de la région.
319. La CEDEAO doit pouvoir systématiser et tirer davantage profit des données concernant les
trafiques illicites d’armes légères et les groupes armés en se fondant sur une meilleure intégration du
système d’alerte précoce. De même, il faudra améliorer le système d’alerte précoce par un travail plus
120
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
approfondi des indicateurs, par un mandat plus clair des bureaux-zones, par le renforcement des
capacités du personnel du secrétariat, par une implication et un échange avec les organisations de la
société civile réalisant un travail similaire et enfin par une plus grande transparence de ces procédures.
320. L’avantage comparatif d’expertise et de lieu d’échange privilégié de la CEDEAO dans le
domaine de la réforme des secteurs sécuritaires doit permettre aux Etats membres d’entamer une
réflexion et de s’engager vers une plus grande efficacité et adaptation des forces de défense et de
sécurité nationale. Les politiques régionales de prévention des conflits doivent se fonder sur une
analyse des dynamiques des conflits de la région. Cette compréhension des facteurs liés aux conflits
pendant les différentes phases est indispensable afin de permettre le renforcement des facteurs de
stabilité et réduire la portée des facteurs d’instabilité.
321. Des approches et programmes spécifiques pour protéger et réintégrer les enfants soldats et les
femmes combattantes pourraient être développés dans une perspective régionale. Afin de rendre
opérationnelles les politiques préventives, la CEDEAO devrait s’appuyer davantage sur les Etats
membres et donc assurer l’entière intégration au niveau national, des décisions entendues au niveau
régional.
322. Dans le cadre des activités de développement, les organisations régionales doivent intégrer
davantage la nécessité d’établir une transition entre l’assistance humanitaire d’urgence et les
programmes et politiques de développement. Elles peuvent aussi être la plate-forme d’échange de
pratiques et d’information sur les succès et échecs de la reconstruction. A cet effet, elles doivent faire
face aux difficultés de coordination entre les politiques nationales, notamment aux frontières, aux
difficultés de coordination au sein des agences bilatérales d’aide au développement et aussi entre les
bailleurs de fonds. Le cadre régional peut aussi être le lieu de renforcement de méthodes telles que le
développement communautaire, de réseaux d’information locaux, de modes de prévention des conflits
à la base. Les processus de consultation et de décision, notamment ceux liés au DSRP doivent être
suffisamment éclairés et les décideurs conscients des économies politiques de guerre, des facteurs
transfrontaliers et des différents intérêts des parties prenantes à la poursuite ou à la résurgence du
conflit.
121
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
CHAPITRE 4 : MISE EN ŒUVRE, CADRAGE ET FINANCEMENT.
323. La lutte contre la pauvreté en Afrique de l’ouest est menée actuellement sous le double angle des
Documents Stratégiques pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) élaborés dans chaque pays et des
Objectifs de Développement du Millénaire (ODM). Avec l’élaboration d’un DSRP régional, le besoin
d’inscrire l’accélération de la croissance et d’augmenter son impact dans les différents pays prend
désormais une dimension régionale. A cet effet, l’analyse des politiques de développement demande
des instruments de mise en œuvre adaptés au nouveau paysage. Dans cette perspective et pour une
meilleure clarté des politiques d’intégration, une harmonisation des cadres d’intervention nationaux
avec le cadre régional s’avère indispensable à la réalisation des actions entrant dans le champ des axes
stratégiques définis.
324. Au niveau régional, l’UEMOA a déjà procédé à la définition d’un Programme Economique
Régional (PER) dont le but est de donner un nouvel élan aux économies de l’Union afin d’inverser les
tendances actuelles, caractérisées par un ralentissement préoccupant de la croissance économique, un
état généralisé de la pauvreté et une faible insertion dans l’économie mondiale. En effet, après avoir
connu des taux de croissance de plus de 5 % par an suite à la dévaluation de 1994, la croissance de
l’Union est retombée autour de 2 % en moyenne par an depuis 1999. Ce taux se situe en deçà du croît
démographique estimé à 3 % et en retrait par rapport aux performances permettant de réaliser les
Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) en 2015.
325. La nécessité de mettre en place une stratégie de développement en adéquation avec les piliers de
la présente stratégie régionale de réduction de la pauvreté et du Nouveau Partenariat pour le
Développement de l’Afrique (NEPAD), et de concevoir un plan d’actions qui prend en compte les
interventions des partenaires au développement et des bailleurs de fonds qui manifestent un
engagement croissant à consacrer de plus en plus d’appuis financiers à la réalisation des programmes
de développement à caractère régional, s’avère plus qu’indispensable. Les chapitres précédents de la
présente stratégie ont permis : (i) d’identifier les problèmes clés qui nécessitent une approche
concertée ou intégrée au plan régional ; et (ii) de recentrer les activités régionales sur la lutte contre la
pauvreté afin d’accroître les effets sociaux de l’ensemble des politiques d’intégration. Il s’agit
maintenant de proposer un scénario de mise en œuvre de cette stratégie en tenant compte des
contraintes de tous ordres, notamment celles liées à la problématique de mobilisation des ressources.
4.1. Evaluation des besoins d’investissement et financement des Programmes.
4.1.1. Eléments de cadrage budgétaire
326. L’une des premières conditions qu’il convient de remplir pour parvenir à une réduction
significative de la pauvreté est la réalisation d’une croissance forte et durable. Pour les pays de
l’UEMOA, par exemple, une croissance annuelle moyenne d’au moins 7% est indispensable. Pour
soutenir une telle croissance, un volume minimum d’investissements s’impose. Différents scénarii
montrent l’ampleur des efforts à consentir pour parvenir à un tel objectif :
•
Pour atteindre 7% de croissance l’an entre 2004 et 2015 avec une productivité marginale de
capital de 8%, un taux d’investissement de 87,5% est nécessaire, soit un investissement total
de 37427 milliards de F CFA par an en valeur ;
•
Si la productivité marginale du capital atteint 15%, le taux d’investissement nécessaire serait
de 46,7%, soit une valeur annuelle de 19975 milliards de F CFA ;
•
Pour une productivité de 25%, un taux d’investissement de 28% est requis pour une valeur
annuelle de 11977 milliards de F CFA.
327. Or la valeur actuelle de l’investissement pour l’ensemble des Etats de l’Union est seulement de
quatre mille (4000) milliards de F CFA. La seule alternative reste la réalisation de projets à forte
122
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
productivité marginale de capital avec un effort particulier dans la mobilisation des ressources
consacrées à l’investissement.
4.1.2. Identification des actions prioritaires
328. Les actions prioritaires identifiées dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en Afrique de
l’Ouest concernent trois secteurs principaux qui ont fait l’objet d’une étude conjointe de la
Commission de l’UEMOA, de la BCEAO et de la BOAD au titre du Programme Economique
Régional 2004-2008. Ces actions, non exhaustives, constituent déjà un paquet minimum d’activités
dont la mise en œuvre contribuerait à réduire de façon significative la pauvreté de toute la région ouest
africaine. Les secteurs concernés sont : (i) les infrastructures économiques ; (ii) l'agriculture ; et (iii)
les secteurs sociaux vers lesquels sont orientés respectivement 69,1 %, 15,6 % et 11,2 % des
ressources à mobiliser pour sa mise en œuvre. Le choix porté sur ces secteurs prioritaires se justifie,
d'une part, par la nécessité de réduire les coûts des facteurs de production, de moderniser les
infrastructures de base, de diversifier la production agricole et, d’autre part, par le développement
d'industries de transformation de produits de base. Ces actions visent à redynamiser les échanges,
impulser la croissance économique et soutenir l'activité de production à la base de manière à réduire la
pauvreté. Les activités d’autres secteurs comme les PME/PMI, la gouvernance ou encore la prévention
des conflits devront faire d’études pour en chiffrer le coût.
• Les infrastructures économiques : Les principaux programmes de ce volet concernent : Le
transport routier et ferroviaire : (i) l'aménagement et l'entretien du réseau routier ainsi que
l'amélioration du système d'informations routières ; (ii) La construction de postes de contrôle
juxtaposés aux frontières ; (iii) l’interconnexion des chemins de fer existants du Bénin, du
Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Togo, en passant par Niamey au Niger ainsi que la
construction de voies nouvelles pour réaliser l’interconnexion des chemins de fer Bamako /
Dakar et Abidjan / Ouagadougou. Le transport aérien : (i) la création d'une compagnie
régionale ; (ii) la mise à niveau et aux normes des infrastructures aéroportuaires des Etats.
L’énergie et les télécommunications : (i) le renforcement du réseau de distribution à travers
l'interconnexion du réseau électrique Côte d'Ivoire – Mali ; (ii) le renforcement des capacités
de production ; (iii) la mise en place d'un réseau intracommunautaire à haut débit.
• L'agriculture et l'élevage : les projets inscrits dans ce secteur concernent : (i) le
renforcement des capacités de recherche et de vulgarisation de semences de qualité et de
produits phytosanitaires appropriés ; (ii) la création de filières de produits non traditionnels,
indispensables pour la diversification de la base des échanges intracommunautaires et des
exportations hors Union ; (iii) le renforcement de la sécurité alimentaire dans les Etats par
des opérations d'aménagement de terrains dans la zone de l'Office du Niger, la mise en
valeur de bas fonds, en vue de la promotion de certaines cultures notamment de la riziculture
et la production de maïs; (iv) la réalisation d'ouvrages hydrauliques (forages).
• Les secteurs sociaux : Education : les actions identifiées concernent essentiellement la
promotion de centres d'excellence en matière d'enseignement supérieur ; Santé : il s’agit de :
(i) programme de lutte contre le VIH-SIDA et le paludisme ; (ii) la mise en place d'un
réseau sous-régional de centres de référence en soins spécialisés médicaux et chirurgicaux de
haut niveau.
• La prévention des conflits
4.1.3. Financement des Programmes
329. Le DSRP Régional s’élabore dans un contexte international favorable, marqué par l'engagement
croissant des partenaires au développement à consacrer de plus en plus d’appuis techniques et
financiers à la réalisation des actions de développement communautaire et à créer une synergie avec
les autres organisations à vocation régionale comme l’UEMOA, le CILSS, la CEDEAO, etc. Ceci
constitue un atout supplémentaire dans la recherche de financements, surtout que la mobilisation des
Etats autour des actions prioritaires pour la réduction de la pauvreté n’est plus à démontrer. La
définition et la mise en œuvre des stratégies efficientes de financement sont les conditions sine qua
non de la réussite du DSRP régional. Même si dans le cadre du Programme Economique Régional de
123
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
l’UEMOA, des financements sont déjà acquis (ils représentent 15 % du coût global du PER, soit 129
milliards), l’essentiel du financement des programmes reste à rechercher. Sa mobilisation nécessiterait
une exploitation optimale de l’ensemble des sources de financement disponibles. Les différentes
sources de financement identifiées sont notamment le budget des organes de l’UEMOA, de la
CEDEAO et des Etats, les financements de la BOAD, du marché financier régional, des banques, du
secteur privé et le financement extérieur.
a) Budget des organes de l’UEMOA, de la CEDEAO et des Etats
330. L’intervention des organes des deux institutions sera orientée vers la prise en charge des actions
de coordination et de suivi de l’exécution des projets inscrits à un Programme d’Investissement Public
Régional (PIPR). Une partie de ce financement, ainsi qu’une contribution des Etats pourraient servir
de contrepartie à certains projets à vocation régionale pour lesquels les conventions de financement
extérieur exigent une participation communautaire et le financement d’études spécifiques nécessaires
au démarrage d’autres projets.
b) Financement de la BOAD
331. La BOAD dispose d’instruments appropriés pour le financement de certaines politiques et
programmes sectoriels. Elle a manifesté une intention de financement pour les infrastructures routière,
portuaire et de télécommunication, les actions des politiques industrielles communes et les
interconnexions des réseaux électriques prioritaires. Les actions communes qui seront conduites à titre
principal par le secteur privé (création d’un centre hospitalier régional de dimension internationale,
télécommunications, énergie, infrastructures aéroportuaires, etc.) et qui génèrent des ressources
suffisantes pour le remboursement des engagements, pourront aussi être soumises au financement de
la BOAD.
c) Marché financier régional
332. Sous la condition de la définition d’un cadre juridique d’intervention sur le marché financier et
de ses modalités pratiques, le financement de certaines actions inscrites au PIPR pourrait faire l’objet
d’emprunts. Il s’agit, notamment des programmes liés aux infrastructures routières, au transport
aérien, à la politique énergétique commune et aux télécommunications.
d) Financement des banques
333. L’implication du secteur privé nécessite une étroite collaboration avec les banques. Des
systèmes de garantie pourraient alors permettre à des opérateurs de bénéficier de financement pour la
réalisation de certains projets jugés rentables et dont l’impact sur la réduction de la pauvreté dans la
région serait visible.
e) Financement extérieur
334. Dans l’optique de la vision du NEPAD, il serait souhaitable que le financement extérieur occupe
une place moins importante dans le dispositif de recherche de financement. Certains bailleurs de fonds
disposent de mécanismes spécifiques de financement de l’intégration régionale ; il s’agit notamment
de : (i) l’Union européenne : En effet, l’accord de partenariat entre les pays Afrique Caraïbes Pacifique
(ACP) et l’Union européenne (UE) signé le 23 juin 2000 à Cotonou consacre la coopération et
l’intégration régionales comme une stratégie pour atteindre des objectifs qui touchent quatre grands
domaines. Ceux-ci concernent le renforcement de la dimension politique des relations entre les pays
ACP et l’UE, la réduction de la pauvreté dans le contexte des objectifs et des stratégies arrêtées à
l’échelle internationale, l’établissement d’un cadre de coopération économique et commerciale
innovant et la rationalisation des procédures et des instruments financiers. Dans ce cadre, l'Union
européenne prévoit des appuis financiers pour les institutions régionales, à travers des Programmes
Indicatifs Régionaux (PIR) ; et (ii) la Coopération française avec le (FSP). De tels mécanismes sont
aussi en études chez d’autres bailleurs de fonds comme la Banque Mondiale ou la BAD. Cela
constitue des pistes pour la recherche de financement, sans oublier celle des financements directs
d’activités à vocation régionale aux Etats.
124
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
4.2. La mise en œuvre du DSRP régional
335. La mise en œuvre du DSRP régional nécessite un dispositif capable d’assurer une meilleure
communication entre les pouvoirs publics et le secteur privé, et une adhésion de l’ensemble des
partenaires sociaux pour une appropriation par les différents acteurs de développement. Les Etats,
premiers concernés par l’approche régionale de la lutte contre la pauvreté, devront particulièrement
veiller à la prise en compte de certains volets des Programmes régionaux dans leurs relations avec les
partenaires au développement (FMI, Banque Mondiale, etc.), notamment dans leurs DRSP nationaux
et dans leurs Programmes d’Investissement Public (PIP). La mise en œuvre du DSRP régional
proprement dit nécessite l’instauration d’un cadre institutionnel et des exercices de programmation en
cohérence avec un cadrage macro-économique et budgétaire préalablement et rigoureusement établi.
4.2.1. Dispositif institutionnel de mise en oeuvre
336. Le succès de la mise en œuvre du DSRP régional dépend de plusieurs facteurs au nombre
desquels il faut citer le cadre institutionnel qui doit régir les activités des programmes définis.
L’importance du chantier régional et les enjeux de la lutte contre la pauvreté dans la région exigent la
mise en place d’un dispositif institutionnel impliquant tous les acteurs (institutions, Etats, bailleurs de
fonds) et dont l’appropriation est effective. Ce dispositif pourrait épouser le schéma suivant :
Figure : Schéma du dispositif de mise en oeuvre
Secrétariat
Exécutif de la
CEDEAO
Commission de
l’UEMOA
Elaboration du PIPR
Cellule
conjointe de
mise en oeuvre
Programmation et
Suivi de l’exécution
4.2.2. Mécanismes de financement
337. Le mécanisme de financement du DSRP pourrait suivre un même circuit quelque soit la source,
les différentes sources de financement étant : Pour les Etats : divers types de prélèvements (exemple
du Prélèvement Communautaire de Solidarité (PCS)) ; Pour les bailleurs de fonds : (i) les prêts : ils
devront être concessionnels ; (ii) les subventions et les dons : c’est la forme de financement que les
négociations devraient privilégier. L’ensemble des décaissements pourrait alors se faire par
l’intermédiaire d’un fonds communautaire avant de financer les programmes en fonction de leur type.
Une autre alternative pourrait consister à faire des aides-projets pour certains types de programmes
ciblés d’avance en accord avec les bailleurs de fonds concernés par le financement.
125
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Bailleurs de fonds
FONDS
COMMUNAUTAIRE
Financement direct
de programme
FONDS DE
CONTREPARTIE
Financement par le
biais des Etats
Organes UEMOACEDEAO
Etats membres
4.2.3. Programmation triennal des activités
(Voir fichier Excel)
4.2.4- Les facteurs de risques
338. Plusieurs facteurs de risques peuvent compromettre la mise en œuvre du DSRP régional ; les
plus importants pourraient être : (i) l’impact du mécanisme de financement sur le comportement des
Etats : en effet, le financement direct d’un programme dans un Etat pourrait encourager les autres à
l’accélération des financements sur budget propre d’autre programmes à dimension régional et à
financement national ; (ii) l’instabilité ; (iii) la gouvernance.
126
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
CHAPITRE 5 : SUIVI ET EVALUATION DE LA STRATEGIE REGIONALE DE LUTTE
CONTRE LA PAUVRETE.
339. L’élaboration du Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté vise à offrir un
cadre stratégique pour l’ensemble des activités macroéconomiques et sectorielles (commerce, finance,
secteurs sociaux, etc.) des structures régionales de l’Afrique de l’Ouest. Elle devra donner lieu à un
ensemble de programmes et d’activités prioritaires à moyen terme qui permettraient d’appuyer les
stratégies nationales de réduction de la pauvreté en cours de réalisation dans les Etats de la sous
région.
340. Au niveau sous régional, avec la réduction de la pauvreté comme objectif premier des politiques
nationales, la surveillance multilatérale devra dépasser le cadre macroéconomique et couvrir tous les
piliers clés des stratégies nationales de réduction de la pauvreté. Il sera défini à cette fin les indicateurs
à surveiller et la fréquence à laquelle il est prévu d'en rendre compte et d'en assurer le suivi. Comme
dans les DSRP nationaux, la mise en place d’un mécanisme de suivi et d’évaluation des programmes
découlant de la stratégie régionale de réduction de la pauvreté est essentielle pour apprécier la
progression réalisée en direction des objectifs visés et des résultats à atteindre.
5.1. Objectifs et mécanismes de suivi et évaluation de la mise en œuvre du DSRP régional.
5.1.1. Objectifs de suivi et évaluation de la Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté
341. L’objectif global du mécanisme de suivi et évaluation de la Stratégie Régionale de Réduction de
la Pauvreté est de disposer à terme d’un mécanisme régional adéquat, capable de mesurer
périodiquement l’étendue, la profondeur et l’évolution de la pauvreté ainsi que la pertinence,
l’efficacité, l’efficience et la pérennité des actions menées dans le cadre de la réduction de la pauvreté
dans les Etats de l’Afrique de l’Ouest. En d’autres termes, le système mis en place permettra non
seulement d’avoir une meilleure connaissance des conditions de vie des populations, mais également
d’apprécier les résultats et impacts des politiques, programmes et projets de développement mis en
œuvre dans le cadre régional pour réduire la pauvreté, en rapport avec l'environnement social, culturel,
économique, politique et géographique de la région.
342. Les objectifs spécifiques majeurs du suivi-évaluation de la mise en œuvre de la Stratégie
Régionale de réduction de la Pauvreté (SRRP) découlent des objectifs des composantes du système
prévu et se présentent comme suit :
• Suivre et analyser l’évolution des conditions de vie des ménages, la pauvreté ainsi que ses
causes profondes dans les Etats membre de la CEDEAO ;
• Suivre la mise en œuvre des programmes et plans d’actions régionaux mis en œuvre dans le
cadre du programme de réduction de la pauvreté;
• Renforcer la capacité des Institutions régionales à analyser les liens entre des ressources
budgétaires disponibles en faveur des programmes de réduction de la pauvreté ;
• Evaluer l’efficacité et l’impact d’interventions et de politiques mises en œuvre dans le cadre
du programme de réduction de la pauvreté.
343. Les résultats que l’on pourrait attendre d’un tel système se présentent comme suit :
• Un dispositif institutionnel permanent et efficient d’information sur la réduction de la pauvreté
est mis en place;
• Une base de données pour un meilleur suivi des indicateurs économiques, financiers et
sociaux est mise en place ;
• Des études spécifiques sur la problématique de la pauvreté et le développement humain dans
la sous région sont réalisées et diffusées ;
• Des études spécifiques d’impact de politiques, programmes et projets sont réalisées et
diffusées ;
127
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
•
Un cadre de concertation entre les différents acteurs de lutte contre la pauvreté dans les Etats
membres (Cellules de Lutte Contre la Pauvreté dans les Etats, les Organisations de la société
civile, le secteur privé, etc.) est créé ;
5.1.2. Le mécanisme de suivi-évaluation de la SRRP
344. Dans le cadre du suivi évaluation de la Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté, nous
proposons un mécanisme constitué de deux composantes à savoir : i) un Système de Collecte,
d’Analyse d’Indicateurs et de Suivi d’Exécution des Programmes Régionaux ; ii) et un Système
d’Évaluation d’Impacts (SEI) des politiques, programmes et projets de réduction de la pauvreté.
345. La première composante, intitulée Système de Collecte, d’Analyse d’Indicateurs et Suivi
d’Exécution des Programmes Régionaux (SCAISE), a pour but d’une part d’améliorer la
compréhension de l’interface qui existe entre l’environnement macroéconomique et les ressources
budgétaires disponibles pour la réduction de la pauvreté et d’autre part de suivre et d’analyser
l’évolution des conditions de vie des ménages, la pauvreté ainsi que ses causes profondes. Ce système
pourrait couvrir tous les domaines principaux des DSRP - convergence macro, politiques
commerciales, pauvreté selon le revenu et la distribution du revenu, l’éducation, la santé, et l’accès
aux infrastructures, etc. Les indicateurs seront tirés des systèmes d’information sur le contrôle de la
mise en œuvre des DSRP dans les pays et des efforts seront consentis pour améliorer l’harmonisation
et la standardisation des données et des méthodes. Il doit également permettre à la Commission et au
Secrétariat Exécutif de renforcer leur capacité à analyser les liens entre les ressources disponibles en
faveurs de programmes de réduction de la pauvreté, en faisant intervenir dans l’analyse des
considérations de résultats et d’efficacité ainsi que l’utilisation d’indicateurs de performance comme
outils de préparation et de suivi des budgets.
346. La deuxième composante est un Système d’Évaluation d’Impacts (SEI) des politiques,
programmes et projets de réduction de la pauvreté. Son but ultime est d’évaluer l’efficacité et l’impact
d’interventions et de politiques mises en œuvre dans le cadre du programme de réduction de la
pauvreté. Ce système vise d’un côté, à renforcer les capacités internes de la Commission et du
Secrétariat Exécutif à mener des évaluations, de l’autre, à permettre à des équipes externes d’évaluer
l’impact des interventions des Institutions régionales en matière de réduction de la pauvreté.
5.1.3. Cadre Institutionnel de suivi-évaluation de la SRRP
347. La mise en œuvre des actions et programmes retenus dans la stratégie régionale relèvera de la
compétence de la Commission de l’UEMOA, du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO, des Etats
membres et de certaines institutions régionales concernées. Toutefois, en vue d’assurer une meilleure
synergie entre ces multiples actions, une coordination de l’ensemble des acteurs et du système de
suivi-évaluation devra être effectuée à travers un cadre institutionnel. A cet effet, il peut être envisagé
l’extension des tâches des antennes existantes de la Commission de l’UEMOA et de la CEDEAO qui
fonctionnent correctement dans le cadre de la surveillance multilatérale des politiques
macroéconomiques. Un cadre institutionnel de deux niveaux (niveau régional et niveau national) peut
être mis en place pour assurer la mise en œuvre de la Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté.
348. Au niveau Régional : La Cellule Régionale de Lutte Contre la Pauvreté. Composée des
membres du Comité Technique CEDEAO/UEMOA, cette cellule sera chargée de : i) Assurer le suivi
et l’analyse des indicateurs sociaux de la sous région ; ii) Evaluer l’impact des programmes régionaux,
en particulier les programmes et projets de la SRRP; iii) Mobiliser les partenaires sociaux et
institutionnels autour de la préparation et l’exécution des programmes et projets liès à la stratégie de
réduction de la pauvreté ; iv) Organiser une revue annuelle des programmes et projets du DRSP
Régional; et v) Elaborer et soumettre aux Organes de Direction des Institutions Régionales
(Conférence des Présidents, Conseil des Ministres, etc.) chaque année, un rapport sur la situation
macro-économique et sociale de la Communauté qui, présente le point sur la mise en œuvre des
mesures du DSRP Régional, assorti de recommandations. La coordination au niveau central des
128
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
activités d’analyses et/ou de synthèses des travaux des différentes structures de gestion et mise en
œuvre des programmes est assurée par le Secrétariat Permanent de la Cellule Régionale de Lutte
Contre la Pauvreté.
349. Pour accomplir ces tâches, la Cellule Régionale de Lutte Contre la Pauvreté pourrait s’appuyer
sur un Secrétariat Permanent. Ce Secrétariat sera chargé d’assurer la coordination des travaux et la
gestion quotidienne des tâches de la Cellule. Entre autres tâches, le Secrétariat Permanent est chargé
de : la gestion des bases de données statistiques du Système de Collecte, d’Analyse d’Indicateurs et
Suivi d’Exécution des Programmes Régionaux (SCAISE); la rédaction d’un rapport semestriel sur
l’évolution de la situation économique et sociale de l’Union.
350. Au niveau national, les Comités Nationaux de Politiques Économiques (CNPE) qui sont les
relais de la Commission et de la CEDEAO dans le cadre de la surveillance multilatérale constitueront
le relais national de la Cellule Régionale. Ils seront chargés au niveau national de faire le suivi de la
mise en œuvre des programmes et projets de lutte contre la pauvreté. Ils assureront également la
collecte et l’analyse des données statistiques préliminaires sur le pays. A cet effet, les Comité
Nationaux de Politiques Economiques actuels devront être renforcés pour étendre leurs activités de
collecte aux indicateurs sociaux et au suivi des programmes et projets communautaires. Pour ce faire,
les Coordonnateurs des Cellules de mise en œuvre des DSRP nationaux devront être membre des
CNPE actuels.
5.2. Système d’indicateurs de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre du DSRP régional
351. Compte tenu du fait que chaque pays a défini des indicateurs selon ses propres besoins, il
demeure nécessaire d’avoir une série commune d’indicateurs au niveau régional (CEDEAO et
UEMOA) pour faciliter leur comparaison. En s’assurant de leur harmonisation et de leur
comparabilité, ces indicateurs pourraient constituer une base objective pour la pression des pairs afin
d’accélérer les performances dans certains pays en retard dans le domaine de la lutte contre la
pauvreté.
352. En outre, tenant compte des chevauchements et des interactions entre les domaines
d’intervention des uns et des autres d’une part et, d’autre part, de la nécessaire recherche d’efficience,
une évolution vers des ensembles harmonisés d’indicateurs est souhaitable. En même temps, il serait
illusoire de penser qu’un ensemble unique d’indicateurs permette de répondre à tous les besoins de
suivi-évaluation des politiques et des programmes. Chaque intervenant poursuit des objectifs
spécifiques et donc des politiques, des programmes et des projets particuliers et les indicateurs de
suivi-évaluation devraient refléter cette spécificité. Pour ce faire nous proposons un ensemble
d’indicateurs lié à chaque composante du mécanisme de suivi évaluation de la SRRP.
5.2.1. Indicateurs retenus pour la composante 1 du mécanisme de suivi-évaluation de la SRRP
353. Au niveau de la composante SCAISE, un nombre limité d’indicateurs couvrant les domaines ou
axes stratégiques des DSRP nationaux est proposé. Les trente cinq (35) indicateurs sont regroupés
suivant quatre (04) axes à savoir : Axe 1 : Renforcement du cadre macro-économique à moyen terme;
Axe 2 : Développement du capital humain et gestion de l’environnement; Axe 3 : Renforcement de la
bonne gouvernance et des capacités institutionnelles; Axe 4 : Gestion des solidarités et renforcement
des capacité des pauvres à participer au processus de décision et de production.
129
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
Encadré 21: Liste des indicateurs de suivi des DSRP nationaux
Objectifs globaux du DSRP
1.
Incidence de la pauvreté monétaire (milieu)
2.
Indice de la Pauvreté Humaine (IPH-1)
3.
Taux de croissance du PIB réel par habitant (milieu)
Axe 1 : Renforcement du cadre macro-économique à moyen terme
4.
Taux de croissance économique réelle (secteur)
5.
Taux d’inflation annuel
6.
Solde budgétaire de base, en % du PIB nominal
7.
Dette publique totale, en % du PIB nominal
8.
Arriérés de paiement de la période de la gestion courante
9.
Salaires et traitements en % des recettes fiscales
10.
Dépenses en capital sur financement interne en % des recettes fiscales
11.
Recettes fiscales totales, en % du PIB nominal
12.
Balance courante hors dons, en % du PIB nominal
13.
Solde de la balance commerciale (hors ré-exportations) en % du PIB
14.
Montant du service de la dette en % des exportations
Axe 2 : Développement du capital humain et gestion de l’environnement
Santé :
15.
16.
17.
18.
19.
20.
Nutrition :
21.
22.
Taux de mortalité infantile (TMI) (milieu, genre)
Taux de mortalité infanto-juvénile (TMM5) (milieu, genre)
Taux de mortalité maternelle (milieu)
Taux de prévalence du VIH-SIDA parmi les femmes enceintes au cours de visites prénatales dans les
centres de santé (milieu)
Taux de létalité du paludisme pour 10000 habitants (milieu, genre)
Taux de couverture vaccinale par antigène (BCG, DTCP3, Rougeole et Fièvre jaune)
Taux d’enfants de 0-5 ans souffrant de malnutrition (retard de croissance et émaciation) (milieu, genre)
Incidence de la pauvreté alimentaire (milieu,)
Education :
23.
Taux d’alphabétisation (milieu, genre)
24.
Taux brut d’admission à l’école primaire (milieu, genre)
25.
Taux d’enfants ayant terminé le cycle primaire (milieu, genre)
Assainissement, énergie et environnement naturel :
26.
Pourcentage de population ayant accès à l’eau potable (milieu)
27.
Pourcentage de ménages disposant de latrines (milieu)
28.
Taux d’accès des ménages à une source publique d’électricité (milieu)
29.
Taux de déforestation dû aux feux de brousse non contrôlés
Axe 3 : Renforcement de la bonne gouvernance et des capacités institutionnelles
30.
Taux d’exécution budgétaire global
31.
Pourcentage des dépenses publiques (investissement et fonctionnement) allant effectivement aux secteurs
prioritaires (ministères prioritaires)
32.
Montant du budget de l’Etat transféré effectivement aux collectivités locales
33.
Indice de participation des femmes
Axe 4 : Gestion des solidarités et renforcement des capacités des pauvres à participer au processus de décision et de
production
34.
Taux de pénétration des services financiers décentralisés (milieu, genre)
35.
Pourcentage de la population vivant dans des communes ayant un problème d’enclavement pendant les
saisons de pluie
Note : Milieu : rural/urbain; Genre : Hommes/femmes ou garçons/filles; Secteur : primaire/secondaire/tertiaire;
130
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
354. L’identification et la production régulière de tableaux standardisés des indicateurs pour
l’évaluation de la pauvreté et le développement en général dans les pays de l’Afrique de l’Ouest
imposent que des efforts soient consentis pour améliorer l’harmonisation et la standardisation des
données et des méthodes. A cet effet, cette composante du travail sur le DSRP régional pourrait être
réalisée en étroite collaboration avec la Banque Mondiale et AFRISTAT qui serviront de ‘’hub’ sousrégional pour le renforcement des capacités statistiques. Les pays continueront à être la source
principale des informations.
355. L’analyse et le suivi de la pauvreté à travers les pays seront bénéfiques pour tous les pays et
susciteront des progrès dans la lutte contre la pauvreté. Ils faciliteront les travaux nationaux dans le
cadre des DSRP en favorisant l’harmonisation des indicateurs, des normes et des méthodes et
accéléreront le rythme des réformes et d’exécution des DSRP nationaux. Ils fourniront non seulement
des repères ‘’absolus’’ tels que les objectifs de développement du millénaire mais les meilleures
pratiques sous-régionales que les pays pourront chercher à imiter.
356. Pour le suivi des programmes et projets régionaux, il serait illusoire de proposer un ensemble
d’indicateurs harmonisés qui traduisent réellement les objectifs de chaque programme ou projet.
Néanmoins, il convient ici de préciser la trame générale des indicateurs. Il s’agira de privilégier pour
chaque programme et projet, un ensemble d’indicateurs d’intrants, d’activités/processus et d’extrants
pour mesurer l’efficacité et l’efficience des programmes. Alors que pour le suivi évaluation des DSRP
nationaux, un nombre limité d’indicateurs calé sur les grands axes stratégiques avait été retenu, un
système d’indicateurs de suivi des programmes et projets doit inclure un plus grand nombre
d’indicateurs dans le secteur en question, permettant une vision plus complète et plus fine de ce
secteur et du programme.
357. A titre illustratif, dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique commerciale, la liste
suivante d’indicateurs peut faire l’objet de suivi :
- Indicateurs de suivi :
• Liste des droits et taxes frappant les importations, (vérifier la conformité par rapport à la grille
des tarifs du TEC)
• Nomenclature statistique et tarifaire (Vérifier sa conformité par rapport à la nomenclature
statistique et tarifaire de l’UEMOA)
• Nombre de lignes de la nomenclature–pays ne figurant pas dans la nomenclature UEMOA,
• Nombre de lignes de la nomenclature UEMOA ne figurant pas dans la nomenclature–pays,
• Nombre de lignes tarifaires dont les taux ne sont pas conformes à ceux du TEC.
• Nombre de produits assujettis à la TCI ne figurant pas sur la liste de base et n’ayant pas reçu
l’agrément.
• Nombre de produits assujettis à la TDP ne figurant pas sur la liste de base et n’ayant pas reçu
l’agrément.
- Indicateurs de résultat :
• Taux effectif de droit de douane sur les toutes les importations ;
• Taux effectif de droit de douane sur les toutes les importations selon la provenance (UEMOA,
CEDEAO hors UEMOA et Reste du Monde) ;
• Taux effectif de prélèvement (droit de douanes et toutes autres taxes) sur toutes les
importations,
• Taux effectif de prélèvement (droit de douanes et toutes autres taxes) sur les importations
selon la provenance (UEMOA, CEDEAO hors UEMOA et Reste du Monde) ;
- Indicateurs d’impact :
• Taux de croissance des importations intracommunautaires,
• Taux de croissance des importations hors zone,
• Taux de croissance des exportations intracommunautaires,
• Taux de croissance des exportations hors zone
• Part des importations intracommunautaires dans les importations totales
• Part des exportations intracommunautaires dans les exportations totales.
131
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
5.2.2. Indicateurs pour la composante 2 du mécanisme de suivi-évaluation de la SRRP
358. Moins qu’un ensemble d’indicateurs, il s’agit ici de réaliser des études d’impact dans des
domaines spécifiques liés à la stratégie régionale de réduction de la pauvreté afin de s’assurer que les
mesures mises en œuvre ont un impact réel sur le cadre de vie des populations de la sous région. Tout
programme mis en œuvre devra donner lieu systématiquement à une étude d’impact.
359. Une telle démarche de suivi évaluation peut se faire à travers la chaîne d’impact, qui est un
cadre conceptuel qui distingue plusieurs niveaux de suivi-évaluation et leurs relations de cause à effet
(figure 1) : i) Pour qu’une politique, un programme ou un projet (PPP) donné ait un impact sur une
cible de développement (CD) donnée, le point de départ est de mobiliser les intrants nécessaires, en
particulier les ressources budgétaires; ii) Ensuite, lorsque les Politique, Programme ou Projet sont mis
en oeuvre, on doit suivre des indicateurs d’activités et d’extrants, qui prennent le plus souvent la forme
de biens et services offerts; iii) Ces extrants produisent des résultats pour les groupes cibles. Ces
résultats sont souvent mesurés en terme d’utilisation, par les groupes cibles, des biens et services
produits par les PPP.
360. Suivre les progrès vers l’atteinte des résultats implique de comparer les résultats réels obtenus
aux Cibles de Développement visées pour identifier les écarts éventuels, d’analyser les raisons de ces
écarts et de faire des recommandations en vue d’atteindre les Cibles retenues. Enfin, une fois que, à
moyen et long termes, tous les effets directs et indirects se sont manifestés, on peut s’attendre à ce que
les PPP aient un impact du point de vue de l’ensemble des CD au niveau de la région et, plus
généralement, sur l’amélioration des conditions de vie des populations et la réduction de la pauvreté.
361. L’évaluation de l’impact implique l’établissement d’un lien entre les résultats et ces CD.
Comme au niveau de l’étape précédente concernant les résultats, suivre les impacts implique de
comparer les impacts réels observés avec les CD retenues pour les indicateurs d’impact. Lorsqu’on se
déplace de la gauche vers la droite, sur la chaîne d’impacts, le contexte à la fois social, économique,
environnemental, politique et mondial (facteurs exogènes) a une influence grandissante sur les
résultats des indicateurs. Cela est illustré par le nombre croissant de flèches allant de la gauche vers la
droite sur le diagramme. En outre, les indicateurs de résultat et d’impact peuvent être influencés par
plusieurs PPP macroéconomiques et sectoriels (facteurs endogènes) à la fois, et non pas par un seul et
unique PPP, ce qui crée un problème d’attribution de cause à effet.
132
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
ANNEXES STATISTIQUES
A- Statistiques Economiques
UEMOA : Soldes budgétaires, 1997-2004
(En pourcentage du PIB nominal)
Solde global hors dons
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
UEMOA
Solde global
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
UEMOA
Solde global base caisse
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
UEMOA
Recettes totales hors dons
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
UEMOA
Dépenses totales
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
UEMOA
1997-2000
2001
2002
2003
2004/1
-2,8
-9,9
-2,4
-22,0
-8,1
-8,7
-2,0
-4,9
-2,8
-11,1
0,4
-26,2
-9,6
-8,1
-3,9
0,1
-3,0
-10,0
-1,4
-18,1
-7,4
-8,2
-1,9
-0,8
-4,8
-8,3
-2,9
-18,5
-5,9
-7,6
-3,5
1,9
-5,0
-9,4
-0,9
-14,6
-7,9
-9,9
-4,8
-3,8
-4,4
-3,7
-3,8
-4,4
-4,7
0,3
-3,2
-1,8
-13,5
-2,8
-3,8
-0,2
-3,7
-0,3
-4,1
0,9
-11,8
-5,1
-4,7
-2,0
0,5
-2,0
-4,8
-1,0
-12,0
-3,6
-3,7
-0,1
-0,4
-3,4
-2,9
-2,6
-12,3
-1,3
-3,4
-1,4
2,5
-3,1
-4,5
-0,6
-9,2
-5,1
-4,1
-2,7
-1,7
-1,9
-1,4
-1,9
-2,2
-2,6
-0,7
-3,5
-0,9
-4,2
-3,1
-5,8
-0,2
-3,0
-0,7
-4,1
2,8
-10,5
-5,1
-6,1
-2,0
1,5
-2,3
-3,0
-2,3
-8,3
-3,7
-6,0
-0,1
1,0
-3,7
-3,6
-6,3
-5,3
-0,9
-4,6
-1,4
4,0
-3,2
-5,6
-0,6
-9,2
-5,1
-5,0
-2,7
-2,4
-1,7
-0,7
-2,3
-3,6
-2,8
15,0
12,4
18,1
14,2
15,2
9,5
17,1
13,4
15,3
10,9
16,9
16,8
14,5
10,5
17,8
14,6
16,3
11,4
18,0
15,4
16,9
11,3
18,9
12,3
16,5
12,2
17,1
16,7
17,4
10,1
19,1
16,4
17,0
12,9
18,6
15,3
18,0
11,0
19,1
13,3
16,0
15,5
16,4
16,3
17,0
17,7
22,3
20,6
33,0
23,5
18,5
19,0
18,4
18,1
22,1
16,4
43,0
24,5
18,7
21,8
15,5
19,1
21,5
19,2
33,5
24,5
19,5
21,0
13,1
21,4
19,5
19,9
35,2
23,5
17,7
22,8
14,5
22,0
22,4
19,3
29,9
26,0
20,9
23,7
17,2
20,4
19,3
20,1
20,6
21,6
Source: Commission de l'UEMOA
Note: /1 Prévision
133
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
UEMOA : Critères de Convergence , 1997-2004
1997-2000
2001
2002
2003
2004 (Prévision)
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
2,4
-0,5
-0,6
-10,9
0,4
-4,1
1,8
-2,6
0,1
-2,5
1,3
-13,1
-0,6
-4,4
-1,0
1,2
-1,8
-1,9
-0,6
-9,8
0,3
-2,8
0,1
2,7
-0,7
-3,0
0,8
-6,3
-0,5
-2,1
0,2
0,1
UEMOA
-0,1
0,0
-0,5
-0,3
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
3,4
1,5
3,4
15,9
0,8
2,0
1,2
3,1
(Glissement des indices moyens en %)
4,0
2,4
1,5
4,9
2,3
2,0
4,4
3,1
3,3
3,3
3,9
-0,5
5,2
5,0
-1,3
4,0
2,5
-1,6
3,0
2,3
0,0
3,9
3,1
-1,0
-0,5
-0,4
1,8
0,0
-3,7
0,3
-0,1
-2,5
UEMOA
2,3
4,1
1,3
0,2
Critère de premier rang
Solde budgétaire de base/GDP (>=0 %) 1/
(Pourcentage)
0,6
-3,8
0,2
-8,9
-1,4
-2,6
1,1
0,3
-0,2
Taux d'inflation annuel (<=3 %)
2,9
(En pourcentage)
Encours de la dette publique/PIB (<=70 %)
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
61,3
65,1
124,4
559,1
103,8
105,2
77,8
114,9
56,1
62,3
101,9
431,6
85,0
102,8
74,0
126,2
49,4
49,5
85,9
412,6
80,7
93,5
69,8
113,2
40,9
41,4
82,8
427,1
69,0
87,2
63,3
108,4
39,1
38,7
78,4
418,3
67,9
71,0
50,3
100,8
UEMOA
105,3
90,5
79,3
72,7
66,3
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
2,0
0,0
234,4
13,3
0,0
17,4
0,7
42,1
0,0
0,0
157,6
4,7
0,0
7,3
0,0
56,6
(En milliards de francs CFA )
0,0
0,0
0,0
0,0
143,3
523,9
19,7
21,4
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
60,9
65,8
0,0
0,0
0,0
11,7
0,0
0,0
0,0
0,0
UEMOA
309,9
226,2
Variation des arrièrés de paiement (<=0)
223,9
611,1
11,7
Source: Commission de l'UEMOA
134
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
UEMOA : Critères de Convergence , 1997-2004
1997-2000
2001
2002
2003
2004
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
34,7
41,3
38,0
70,0
28,9
51,0
36,3
51,6
32,0
46,1
41,5
74,3
29,1
39,3
30,7
45,1
(Pourcentage)
31,9
42,8
42,3
87,6
27,7
36,7
31,7
44,7
33,6
41,6
45,3
99,6
27,7
37,5
30,1
34,8
33,4
37,0
45,3
80,4
27,4
32,9
30,6
38,7
UEMOA
38,0
37,7
37,5
37,8
37,2
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
9,8
23,3
18,9
45,2
21,1
10,6
18,8
8,5
18,9
29,8
7,2
16,7
22,0
27,8
20,5
6,5
(Pourcentage)
17,2
36,0
12,4
5,7
24,0
24,5
23,5
7,4
22,8
33,1
10,5
8,8
20,0
26,6
27,5
7,7
26,4
39,1
11,2
0,9
21,3
29,2
27,8
9,5
UEMOA
18,2
15,3
18,7
19,1
21,0
Critère de second rang
Salaires et traitements/Recettes fiscales (<=35%)
Dépenses en capital sur financement interne/Recettes fiscales (>=20%)
(En pourcentage)
Recettes fiscales/PIB (>=17 %)
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
13,0
11,4
15,5
8,0
13,0
8,6
16,3
12,0
13,5
10,2
14,8
10,1
12,7
9,9
17,1
12,6
14,4
10,6
15,1
8,5
14,1
10,5
17,9
11,3
14,8
10,9
14,9
8,4
14,5
9,8
18,0
14,8
15,2
11,9
15,5
8,0
15,2
10,7
18,2
12,3
UEMOA
14,1
13,9
14,4
14,5
14,9
Benin
Burkina Faso
Cote d'Ivoire
Guinea-Bissau
Mali
Niger
Senegal
Togo
-6,5
-14,1
-2,3
-15,2
-10,1
-10,0
-8,4
-12,9
-6,3
-13,3
-0,9
-12,1
-12,5
-8,5
-6,7
-14,2
(En pourcentage)
-8,3
-11,8
6,4
-10,1
-5,8
-10,0
-8,1
-10,1
-4,5
-11,5
2,5
-7,4
-7,3
-9,8
-8,6
-13,3
-4,2
-10,9
2,2
-10,4
-6,8
-9,4
-7,5
-12,6
UEMOA
-6,8
-6,2
-2,8
-4,6
-4,4
Balance courante hors dons/PIB (>=0 %)
Source: Commission de l'UEMOA
135
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
BENIN: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Resource balance
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
1874,5
226,0
1648,5
393,8
345,7
48,1
2268,3
-259,1
404,9
664,0
2009,2
-44,3
1965,0
0,0
1965,0
90,43
2133,4
235,6
1897,8
377,9
367,0
10,9
2511,3
-303,3
348,7
651,9
2208,1
-46,0
2162,0
0,0
2162,0
569,9
2036,1
220,0
1816,1
396,7
396,7
0,0
2432,8
-276,0
346,8
622,8
2156,8
-29,8
2126,9
0,0
2126,9
562,1
2180,7
219,0
1961,7
396,8
396,8
0,0
2577,6
-243,0
399,0
642,0
2334,6
-13,4
2321,2
0,0
2321,2
676,5
2272,2
239,3
2032,9
418,0
418,0
0,0
2690,2
-302,9
385,4
688,2
2387,4
-17,5
2369,9
0,0
2369,9
657,6
2121,8
260,7
1861,1
426,8
426,8
0,0
2548,6
-293,8
333,6
627,4
2254,8
-12,2
2242,6
133,5
2376,1
708,9
2218,3
276,1
1942,3
454,9
454,9
0,0
2673,2
-301,4
360,2
661,6
2371,8
-21,3
2350,5
164,5
2515,0
296,7
683,8
292,7
1032,7
2009,2
831,6
303,0
1073,4
2208,1
808,3
312,0
1036,4
2156,8
891,9
315,2
1127,4
2334,6
903,5
326,9
1156,9
2387,4
823,8
313,1
1118,0
2254,8
842,7
342,4
1186,7
2371,8
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source : WDI 2003
BURKINA: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
1982,2
368,2
1613,9
562,4
547,5
14,8
2544,5
-360,8
305,6
666,4
2183,7
-10,0
2173,7
0,0
2173,7
191,52
2246,3
375,1
1871,2
679,1
649,8
29,3
2925,4
-448,8
276,4
725,2
2476,6
6,9
2483,5
0,0
2483,5
569,9
2027,5
339,2
1688,3
651,4
659,4
-8,1
2678,9
-392,7
266,9
659,6
2286,2
-2,2
2284,0
0,0
2284,0
562,1
2198,2
370,2
1828,0
759,4
759,4
0,0
2957,5
-436,0
361,6
797,5
2521,6
-2,8
2518,8
0,0
2518,8
676,5
2306,5
350,3
1956,1
668,5
668,5
0,0
2975,0
-441,8
287,0
728,8
2533,2
-5,3
2528,0
0,0
2528,0
657,6
2142,9
328,5
1814,4
589,6
589,6
0,0
2732,5
-420,8
236,8
657,6
2311,7
-5,0
2306,7
290,7
2597,4
708,9
2247,9
343,0
1904,9
630,7
630,7
0,0
2878,6
-392,5
250,5
642,9
2486,1
-4,9
2481,2
280,7
2761,8
513,9
782,9
414,1
937,4
2134,4
933,0
426,9
1058,0
2417,9
817,2
438,3
978,6
2234,1
963,5
532,9
893,1
2389,5
997,9
475,4
919,9
2393,2
881,1
424,2
915,2
2220,4
916,7
495,7
986,0
2398,5
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
136
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
COTE D'IVOIRE: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
7959,5
1190,0
6769,5
1351,9
1284,6
67,3
9311,4
538,7
4109,0
3570,3
9850,1
-987,5
8862,7
0,0
8862,7
903,14
9615,0
1269,8
8345,2
1470,3
1797,6
-327,3
11085,3
1054,0
4989,4
3935,3
12139,3
-916,0
11223,3
0,0
11223,3
569,9
9055,0
1175,0
7879,9
1690,7
1701,1
-10,4
10745,7
976,4
4855,3
3878,9
11722,1
-810,8
10911,3
0,0
10911,3
562,1
10263,6
1151,4
9112,2
1705,1
2044,1
-339,0
11968,8
813,6
5038,1
4224,4
12782,4
-790,3
11992,1
0,0
11992,1
676,5
9883,6
1197,8
8685,8
1651,1
1813,5
-162,4
11534,7
1025,3
5066,6
4041,3
12560,0
-810,7
11749,3
0,0
11749,3
657,6
8759,3
931,5
7827,9
1123,9
1166,1
-42,1
9883,3
709,5
4214,2
3504,7
10592,8
-755,2
9837,6
0,0
9837,6
708,9
8646,4
944,2
7702,3
1028,9
940,2
88,7
9675,4
735,2
4097,0
3361,8
10410,6
-628,7
9781,9
-337,0
9444,9
798,5
2879,7
1999,4
5113,3
9992,4
2986,6
2478,6
6674,1
12139,3
2733,5
2772,3
6216,3
11722,1
3083,3
2937,5
6761,6
12782,4
2761,1
3035,6
6763,4
12560,0
2561,0
2347,7
5684,1
10592,8
2524,8
2253,1
5632,7
10410,6
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
GUINEE BISSAU: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
256,9
16,3
240,7
56,6
56,6
0,0
313,6
-59,6
29,6
89,2
254,0
-18,0
236,0
33,0
268,9
11,97
265,7
17,7
248,0
62,3
62,3
0,0
328,0
-57,5
28,5
86,0
270,5
-18,6
251,9
31,7
283,6
569,9
260,6
18,8
241,8
58,5
58,5
0,0
319,1
-50,6
56,4
107,0
268,5
-14,2
254,3
41,3
295,6
562,1
226,3
19,2
207,1
23,4
23,4
0,0
249,7
-44,1
29,8
73,9
205,6
-14,1
191,5
31,2
222,6
676,5
227,0
24,2
202,8
37,7
37,7
0,0
264,7
-40,3
55,7
96,1
224,4
-14,3
210,1
27,6
237,7
657,6
238,0
30,1
208,0
34,5
34,5
0,0
272,5
-57,0
68,4
125,5
215,5
-12,3
203,2
25,2
228,3
708,9
221,4
24,5
196,9
43,2
43,2
0,0
264,6
-65,5
81,0
146,6
199,1
-15,9
183,2
31,7
214,9
-6,5
131,5
29,1
78,2
238,9
146,7
29,5
78,5
254,7
144,1
40,4
79,4
263,8
126,8
25,8
50,7
203,3
133,5
27,1
59,8
220,4
123,6
25,9
60,8
210,3
109,7
24,9
60,8
195,4
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
137
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
MALI: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
2274,4
238,2
2036,3
564,8
564,8
0,0
2839,2
-373,0
520,6
893,7
2466,2
-47,3
2418,8
55,7
2474,5
200,04
2431,0
266,2
2164,8
599,8
599,8
0,0
3030,8
-411,7
524,7
936,4
2619,1
-49,9
2569,2
50,0
2619,2
569,9
2228,6
297,3
1931,3
509,9
509,9
0,0
2738,5
-263,3
646,5
909,8
2475,2
-53,1
2422,0
39,6
2461,6
562,1
2306,0
293,4
2012,5
542,7
542,7
0,0
2848,7
-251,9
636,2
888,1
2596,8
-153,3
2443,5
60,4
2504,0
676,5
2453,9
323,9
2130,0
544,9
544,9
0,0
2998,8
-285,3
640,0
925,4
2713,5
-23,3
2690,1
55,9
2746,0
657,6
2206,2
313,2
1893,0
525,3
525,3
0,0
2731,5
-288,3
628,8
917,1
2443,2
-30,3
2412,9
129,0
2541,9
708,9
2374,3
343,4
2030,9
558,5
558,5
0,0
2932,9
-285,9
833,6
1119,5
2647,0
-133,0
2514,0
97,8
2611,8
237,4
1082,4
407,7
694,9
2184,9
1221,5
421,5
712,8
2355,9
983,6
345,2
881,5
2210,3
1086,9
404,5
847,6
2339,0
1065,2
382,6
842,3
2290,1
937,5
484,6
854,0
2276,0
924,5
645,5
877,8
2447,8
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
NIGER: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
1877,8
265,3
1612,5
137,6
131,6
6,0
2015,4
-134,6
322,7
457,2
1880,8
-50,7
1830,1
0,0
1830,1
-47,71
1925,4
224,5
1700,9
191,9
186,0
5,9
2117,3
-129,5
336,9
466,4
1987,8
-28,3
1959,4
0,0
1959,4
569,9
1786,3
254,1
1532,2
200,4
195,3
5,1
1986,7
-141,2
302,5
443,7
1845,6
-28,8
1816,8
0,0
1816,8
562,1
2020,6
271,6
1749,0
233,9
228,8
5,1
2254,4
-177,7
369,0
546,7
2076,7
-23,6
2053,2
0,0
2053,2
676,5
1943,0
301,1
1641,9
206,3
201,4
4,9
2149,3
-131,1
320,8
451,8
2018,2
-19,7
1998,5
0,0
1998,5
657,6
1739,4
234,4
1505,0
193,8
189,6
4,2
1933,2
-134,8
320,7
455,5
1798,4
-16,4
1781,9
3,8
1785,7
708,9
1890,8
241,1
1649,7
223,9
219,8
4,1
2114,6
-160,7
325,5
486,2
1953,9
-14,9
1939,0
4,0
1943,0
52,2
755,9
324,8
800,2
1880,8
773,9
353,8
860,0
1987,8
717,4
330,7
797,6
1845,6
885,2
347,1
844,4
2076,7
822,0
346,3
849,9
2018,2
680,5
319,4
798,5
1798,4
788,9
330,1
834,9
1953,9
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
138
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
SENEGAL: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
3980,8
553,1
3427,6
747,9
656,3
91,6
4728,6
-253,0
1543,6
1796,7
4475,6
-154,9
4320,7
110,3
4431,0
450,20
4055,9
559,9
3496,0
859,3
756,3
103,0
4915,3
-264,1
1587,5
1851,6
4651,2
-85,6
4565,5
57,9
4623,4
569,9
3847,9
456,3
3391,7
788,6
788,6
0,0
4636,6
-249,5
1487,8
1737,3
4387,1
-72,1
4315,0
178,8
4493,8
562,1
4068,7
483,4
3585,4
870,6
851,7
18,9
4939,4
-267,9
1546,1
1814,0
4671,4
-56,3
4615,1
171,9
4787,1
676,5
4213,1
520,1
3693,0
905,8
903,6
2,2
5118,8
-360,5
1445,2
1805,7
4758,3
-91,2
4667,1
159,3
4826,4
657,6
3909,9
456,8
3453,1
869,0
869,0
0,0
4778,9
-395,4
1338,8
1734,2
4383,5
-86,0
4297,5
197,6
4495,1
708,9
4087,2
467,1
3620,1
930,3
930,3
0,0
5017,5
-372,1
1374,9
1747,0
4645,4
-78,6
4566,8
180,7
4747,5
660,3
880,9
961,2
2633,6
4475,6
958,5
1051,1
2641,5
4651,2
838,6
1009,2
2539,3
4387,1
818,1
1134,1
2719,2
4671,4
858,7
1214,9
2684,8
4758,3
795,7
1177,7
2410,1
4383,5
829,2
1251,6
2564,6
4645,4
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
TOGO: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
1163,3
158,7
1004,6
211,2
177,9
33,3
1374,5
-65,1
424,7
489,8
1309,4
-44,5
1264,9
0,0
1264,9
101,57
1349,4
171,6
1177,8
275,0
251,4
23,7
1624,4
-159,1
487,7
646,8
1465,3
-26,4
1438,9
0,0
1438,9
569,9
1492,4
154,4
1338,1
244,1
194,5
49,7
1736,6
-237,3
434,3
671,6
1499,3
-28,9
1470,4
0,0
1470,4
562,1
1338,8
172,4
1166,4
294,0
243,5
50,5
1632,8
-216,1
471,2
687,3
1416,7
-23,3
1393,4
0,0
1393,4
676,5
1312,8
157,5
1155,3
268,4
227,5
40,9
1581,2
-159,8
455,1
614,9
1421,4
-38,4
1382,9
34,1
1417,0
657,6
1170,3
131,6
1038,7
255,2
217,5
37,6
1425,4
-204,6
397,9
602,5
1220,8
-29,1
1191,7
61,8
1253,5
708,9
1213,6
117,3
1096,3
260,8
248,0
12,8
1474,4
-215,4
410,8
626,2
1259,0
-24,3
1234,7
39,4
1274,1
60,5
494,5
290,4
524,5
1309,4
598,4
308,6
558,3
1465,3
632,4
301,6
564,9
1498,9
554,7
312,4
549,2
1416,3
581,0
290,6
549,6
1421,1
461,0
270,2
489,6
1220,8
496,4
266,0
496,3
1258,7
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
139
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
GAMBIE: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
397,0
52,5
344,5
77,1
77,1
0,0
474,1
-92,1
186,8
279,0
381,9
-0,5
381,4
0,0
381,4
-15,55
369,8
58,2
311,6
84,5
84,5
0,0
454,3
-62,5
185,1
247,5
391,8
-0,6
391,2
0,0
391,2
569,9
391,3
56,9
334,4
70,5
70,5
0,0
461,7
-52,1
184,8
236,9
409,6
-0,8
408,8
0,0
408,8
562,1
404,8
52,9
351,9
76,6
76,6
0,0
481,5
-64,9
212,6
277,5
416,6
-7,1
409,5
59,4
468,9
676,5
418,3
56,0
362,3
76,9
76,9
0,0
495,2
-63,2
198,6
261,8
432,0
-7,0
425,0
51,6
476,6
657,6
410,4
57,7
352,7
71,7
71,7
0,0
482,0
-60,4
201,8
262,3
421,6
-6,8
414,8
47,1
461,9
708,9
387,0
60,1
326,9
69,9
69,9
0,0
456,9
-66,5
212,5
279,0
390,4
-7,8
382,6
47,8
430,4
43,3
99,5
44,5
188,2
332,1
101,0
47,4
191,0
339,3
105,0
48,3
202,9
356,1
110,6
50,9
208,1
369,6
129,2
50,9
209,9
389,9
128,9
47,6
211,3
387,8
117,7
42,3
137,3
297,3
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
GHANA: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
5708,0
779,6
4928,4
1292,9
1364,5
-71,6
7000,9
-543,4
1582,7
2126,2
6457,4
-133,0
6324,5
523,2
6847,7
1139,65
5457,8
834,1
4623,7
2020,4
2020,4
0,0
7478,1
-552,6
2223,6
2776,2
6925,5
-143,5
6782,0
481,7
7263,7
569,9
6593,1
936,5
5656,6
1707,7
1640,8
66,8
8300,7
-1416,7
2231,0
3647,7
6884,0
-133,7
6750,4
552,7
7303,1
562,1
6708,3
1092,8
5615,5
1727,2
1671,5
55,7
8435,5
-961,5
2531,6
3493,1
7474,0
-151,9
7322,1
741,7
8063,8
676,5
7425,9
1047,5
6378,4
1619,0
1660,3
-41,2
9044,9
-1335,2
2459,1
3794,3
7709,8
-161,3
7548,4
620,2
8168,6
657,6
4813,3
761,9
4051,4
1179,7
1195,8
-16,1
5993,0
-1015,4
2448,4
3463,8
4977,6
-146,9
4830,7
646,7
5477,3
708,9
4995,8
824,6
4171,2
1272,3
1256,4
15,9
6268,1
-966,8
2769,6
3736,4
5301,3
-178,4
5122,8
787,4
5910,3
914,5
2504,1
1568,2
2385,1
6457,4
2697,8
1632,9
2594,7
6925,5
2463,2
1767,0
2653,8
6884,0
2691,7
1888,4
2893,9
7474,0
2758,3
1959,3
2992,2
7709,8
1757,1
1264,5
1956,0
4977,6
1903,1
1335,9
2062,2
5301,3
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
140
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
GUINEE: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
3220,1
230,0
2990,1
611,7
611,7
0,0
3831,8
-139,6
766,2
905,8
3692,2
-84,6
3607,6
-31,6
3575,9
355,84
3405,1
247,4
3157,7
670,0
670,0
0,0
4075,1
-207,8
734,1
941,9
3867,3
-94,4
3772,9
-24,2
3748,7
569,9
3199,6
233,4
2966,3
667,5
667,5
0,0
3867,1
-84,3
770,7
855,0
3782,8
-123,0
3659,8
-15,3
3644,5
562,1
3076,8
218,8
2858,0
644,9
644,9
0,0
3721,7
-133,1
770,2
903,3
3588,6
-128,5
3460,1
83,2
3543,3
676,5
2829,2
204,9
2624,3
796,8
764,4
32,4
3626,0
-164,7
759,0
923,7
3461,3
-83,8
3377,5
22,3
3399,8
657,6
2546,1
119,1
2427,1
676,5
650,2
26,3
3222,6
-159,2
734,6
893,8
3063,4
-77,6
2985,8
36,0
3021,7
708,9
2379,4
143,0
2236,4
660,0
635,9
24,1
3039,4
-49,7
830,7
880,5
2989,6
-91,7
2897,9
74,8
2972,6
593,3
760,5
1168,5
1604,0
3533,1
826,1
1261,0
1627,9
3715,0
833,0
1311,0
1467,8
3611,8
811,4
1281,5
1330,3
3423,3
795,7
1243,1
1267,3
3306,1
695,1
1075,1
1176,7
2946,9
685,8
1060,3
1064,1
2810,2
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
NIGERIA: Produit Intérieur Brut (prix courants)
(millions de dollars)
ANNEES
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
A. PIB (Optiques Dépenses et Revenus)
1. Consommation Finale
a) Publique
b) Privée
2. Formation brute de capital
a) Formation brute de capital fixe
b) Variation de stock
3. Absorption Totale (1+2)
4. Solde commerciale
a) Exportations de biens et services
b) Importations de biens et services
5. Produit Intérieur Brut (3+4)
6. Revenu net reçu du Reste du monde
7. Revenu national brut (5+6)
8. Transfers courants net du reste du monde
9. Gross national disposable income (7+8)
10. Epargne Nationale (9-1)
22925,0
3118,2
19806,8
4592,6
4587,6
5,0
27517,6
591,2
12448,8
11857,5
28108,8
-2220,6
25888,2
0,0
25888,2
2963,25
22988,8
2835,1
20153,7
5003,4
4998,6
4,8
27992,2
7307,0
16994,8
9687,8
35299,2
-2230,9
33068,3
0,0
33068,3
569,9
27300,1
3393,7
23906,5
6320,5
6315,0
5,5
33620,6
2608,8
16285,7
13676,9
36229,4
-2236,2
33993,2
0,0
33993,2
562,1
25853,2
3109,8
22743,4
7750,6
7750,6
0,0
33603,8
-1460,0
10776,2
12236,2
32143,8
-2826,5
29317,4
0,0
29317,4
676,5
28117,3
4665,0
23452,3
8131,5
8131,5
0,0
36248,8
-1472,8
12831,5
14304,3
34776,0
-3478,3
31297,8
1650,5
32948,3
657,6
27126,1
8433,3
18692,8
9343,5
9343,5
0,0
36469,6
4615,0
21499,5
16884,5
41084,6
-4358,6
36726,0
1731,4
38457,4
708,9
30257,8
10429,6
19828,1
11398,8
11398,8
0,0
41656,6
-283,2
19973,7
20256,9
41373,4
-3165,5
38207,9
1809,0
40016,9
9759,1
8809,1
13008,9
6048,5
27866,4
10518,2
16844,8
6892,8
34255,7
11751,9
15649,3
7538,4
34939,6
12018,0
10308,6
8503,2
30829,8
12212,4
11774,3
9418,9
33405,7
11721,0
18263,6
9737,9
39722,4
..
..
..
..
B. PIB selon l'origine (Optique Offre)
1. Agriculture
2. Industries
3. Services
5. Valeur ajoutée totale aux prix de base
Source: WDI 2003
141
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
B- Statistiques Sociales
BENIN: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
3,0
2,4
21,9
7,0
4,0
3,0
30,8
6,9
6,6
2,6
43,7
5,3
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
220
..
..
280
..
70
380
128
126
450
..
..
430
..
..
..
..
..
..
..
..
2,1
3,3
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
53
71
36
71
84
58
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
63
74
55
58
83
46
76
90
70
..
..
..
23
17
..
78
79
23
58
54
..
65
65
42
46
44
48
50
48
52
53
51
55
46
45
47
59
58
60
150
253
126
213
93
151
103
174
79
121
478
384
..
..
486
397
..
..
384
328
850
66
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
142
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
BURKINA FASO: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
6,2
1,9
6,3
7,3
7,9
2,5
11,4
7,3
11,8
2,4
17,2
6,3
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
45,3
16,5
51,0
..
..
..
..
..
..
160
31
..
210
76
92
250
121
131
450
..
..
430
..
..
..
..
0,6
..
2,0
0,8
1,5
1,5
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
9
12
7
23
29
17
35
41
29
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
42
66
37
58
83
46
76
90
70
..
..
..
38
9
..
46
41
34
58
54
..
65
65
42
42
41
44
45
44
47
43
42
44
46
45
47
59
58
60
163
290
140
247
107
207
103
174
79
121
526
407
..
..
467
362
..
..
559
507
1 000
31
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
143
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
COTE D'IVOIRE: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
6,8
4,1
32,1
7,4
9,9
3,7
37,5
7,1
16,5
2,4
44,5
4,6
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
570
18
..
640
51
..
620
124
..
450
..
..
430
..
..
..
6,1
..
..
6,9
7,3
1,0
4,6
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
..
..
..
63
72
53
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
81
92
72
58
83
46
76
90
70
..
..
..
..
25
..
56
54
21
58
54
..
65
65
42
47
45
49
51
49
52
45
45
46
46
45
47
59
58
60
158
239
114
172
116
191
103
174
79
121
526
428
..
..
421
346
..
..
553
494
690
63
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
144
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
GUINEE BISSAU: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
0,7
2,2
16,0
7,1
0,9
2,3
20,3
7,1
1,4
2,8
33,1
6,6
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
200
..
..
190
..
..
130
265
..
450
..
..
430
..
..
..
..
..
..
..
0,7
3,2
2,1
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
47
63
31
45
53
38
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
56
79
49
58
83
46
76
90
70
..
..
..
35
18
24
47
50
25
58
54
..
65
65
42
37
36
39
41
39
42
45
44
47
46
45
47
59
58
60
..
..
173
290
130
211
103
174
79
121
528
513
..
..
535
517
..
..
495
427
1 100
35
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
145
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
MALI: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
5,9
2,0
16,2
7,1
7,4
2,3
21,0
7,1
11,4
2,4
31,5
6,4
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
63,8
30,1
75,9
..
..
..
..
..
..
130
..
..
160
..
85
240
120
125
450
..
..
430
..
..
..
..
..
..
2,9
1,7
1,7
2,8
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
17
21
12
20
..
..
38
44
32
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
65
74
61
58
83
46
76
90
70
..
..
..
13
2
..
33
57
33
58
54
..
65
65
42
40
38
41
45
45
46
41
40
42
46
45
47
59
58
60
225
400
176
300
122
222
103
174
79
121
537
416
..
..
454
362
..
..
518
446
1 200
41
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
146
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
NIGER: Indicateurs Sociaux
Dernière année d’observation
sur la période
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Même région ou
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
4,8
2,9
10,6
8,0
6,5
3,1
14,3
8,0
11,4
3,3
21,6
7,1
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
250
31
..
230
89
102
180
122
137
450
..
..
430
..
..
..
2,3
..
..
3,1
0,3
1,4
2,3
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
25
32
17
34
41
28
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
59
70
56
58
83
46
76
90
70
..
..
..
27
4
49
48
23
40
58
54
..
65
65
42
39
39
39
41
41
41
46
46
47
46
45
47
59
58
60
197
330
191
320
155
264
103
174
79
121
611
490
..
..
562
453
..
..
473
308
1 600
16
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
147
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
SENEGAL: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
4,8
2,9
34,2
7,0
6,4
2,8
37,5
6,6
10,0
2,6
48,8
4,9
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
380
29
..
370
71
71
470
113
116
450
..
..
430
..
..
..
3,7
0,9
..
..
1,6
2,8
6,5
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
48
57
39
58
61
54
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
78
92
65
58
83
46
76
90
70
..
..
..
..
..
..
54
60
23
58
54
..
65
65
42
43
41
46
47
46
50
52
51
54
46
45
47
59
58
60
164
279
128
218
79
138
103
174
79
121
572
489
..
..
586
516
..
..
355
303
690
58
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
148
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
TOGO: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
2,3
2,3
16,3
6,6
3,0
3,3
26,5
6,9
4,8
3,0
34,5
4,9
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
280
26
..
250
59
101
270
125
116
450
..
..
430
..
..
..
3,5
..
..
4,6
2,6
1,5
4,8
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
55
75
34
61
72
49
92
100
84
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
54
85
38
58
83
46
76
90
70
..
..
..
27
24
..
58
64
25
58
54
..
65
65
42
47
45
49
51
49
53
50
49
51
46
45
47
59
58
60
127
214
106
176
87
140
103
174
79
121
529
431
..
..
457
375
..
..
460
406
570
49
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
149
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
GHANA: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
9,9
2,8
30,1
6,6
13,2
3,6
32,3
6,4
20,3
2,0
36,7
4,1
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
..
..
..
39,5
18,6
49,9
..
..
..
..
..
..
300
0
..
340
8
8
270
461
298
450
..
..
430
..
..
..
5,9
..
..
2,5
..
2,8
4,1
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
..
..
..
60
61
59
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
73
91
62
58
83
46
76
90
70
..
..
..
21
22
..
81
80
25
58
54
..
65
65
42
51
50
53
55
54
57
55
54
56
46
45
47
59
58
60
111
186
96
157
60
97
103
174
79
121
459
377
..
..
400
334
..
..
379
326
540
44
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
150
Document de Stratégie Régionale de Réduction de la Pauvreté en Afrique de l’Ouest
NIGERIA: Indicateurs Sociaux
POPULATION
Population Totale, milieu de l’année (millions)
Taux de croissance (% moyenne annuelle )
Population urbaine (% de la population)
Taux de fertilité (naissances par femme)
PAUVRETE
(% de la population)
Indice de pauvreté National
Milieu Urbain
Milieu Rural
REVENU
RNB par tête (US$)
Indice des Prix à la Consommation (1995=100)
Indice des Prix Alimentaires (1995=100)
INDICATEURS SOCIAUX
Dépenses publiques
Santé (% du PIB)
Education (% du PIB)
Sécurité Sociale et Bien-être (% du GDP)
Taux net de scolarisation ( primaire)
(% du groupe d’âge)
Total
Garçons
Filles
Accès à l’eau potable
(% de la population)
Total
Urbain
Rural
Taux de vaccination
(% des enfants de 12-23 mois)
Rougeole
DPT
Malnutrition infantile (% des moins de 5 ans)
Espérance de vie à la naissance (années)
Total
Homme
Femme
Mortalité
Infantile (pour 1000 naissances vivantes)
Infanto juvénile (pour 1000 naissances vivantes)
Adulte (15-59)
Homme (pour 1000 habitants)
Femme (pour 1000 habitants)
Maternelle (pour 100000 naissances vivantes)
Naissances assistées par spécialistes (%)
Dernière année d’observation
Même région ou
sur la période
groupe de revenu
1970-75
1980-85
1996-2002
Afrique
Sub
Saharienne
61,2
2,8
23,4
6,9
83,2
3,1
30,7
6,5
132,8
2,5
45,7
5,1
688,9
2,4
33,1
5,1
2 494,6
1,9
30,6
3,5
..
..
..
43,0
31,7
49,5
..
..
..
..
..
..
..
..
..
410
1
..
360
5
5
300
236
221
450
..
..
430
..
..
..
..
..
..
1,1
..
0,8
..
..
2,5
3,4
..
1,1
3,1
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
80
85
74
..
..
..
..
..
..
62
78
49
58
83
46
76
90
70
..
..
..
17
16
..
40
26
31
58
54
..
65
65
42
44
43
46
47
46
49
45
45
46
46
45
47
59
58
60
140
265
108
216
100
201
103
174
79
121
605
502
..
..
535
453
..
..
443
393
800
42
519
461
..
..
310
259
..
..
Faible
Revenu
Note: Taux net de scolarisation: rupture de série entre 1997 et 1998 du fait du changement de ISCED76 à ISCED97
Taux de Vaccination: Fait référence aux enfant âgés de 12-23 mois ayant été vaccinés avant un an d'âge
Source : WDI 2004 CD-ROM
151