GEH Limoges - Groupe EDF

Commentaires

Transcription

GEH Limoges - Groupe EDF
UNITÉ DE PRODUCTION
CENTRE
> G R O U P E D ' E X P L O I TAT I O N H Y D R A U L I Q U E
LIMOGES
Vassivière
Faux La Montagne
Éguzon
La Roche
Champsanglard
Chauvan
> L E G R O U P E D ' E X P LO I TAT I O N H Y D R A U L I Q U E
LIMOGES
LE GROUPE D’EXPLOITATION HYDRAULIQUE LIMOGES
C’est en Corrèze, au cœur du plateau de Millevaches, que naissent les cours d’eau de la Creuse et de la Vienne. Avant de se rejoindre
à une poignée de kilomètres de Châtellerault dans le département de la Vienne, les deux rivières et leurs affluents auront traversé pas
moins de 28 barrages hydroélectriques gérés par le Groupe d’Exploitation Hydraulique Limoges.
Parmi les ouvrages les plus importants des bassins de la Creuse et de la Vienne, on peut citer les barrages de Vassivière et d’Eguzon qui
totalisent à eux deux plus de la moitié de la puissance installée du GEH. Au-delà de leur intérêt énergétique, ces ouvrages représentent
également un atout important pour le tourisme régional. De nombreuses activités sportives et touristiques se sont développées sur les
retenues si bien que le GEH Limoges se retrouve au cœur d’un usage multiple de l’eau qui demande une gestion des barrages dans un
esprit de concertation. Aujourd’hui, EDF est un acteur de l’eau incontournable sur les bassins de la Creuse et de la Vienne.
LE FONCTIONNEMENT D’UN BARRAGE
Un barrage hydroélectrique fonctionne selon le principe d’un moulin : l’eau, retenue derrière le barrage, est amenée sur une turbine
qui se met en rotation. La turbine entraîne un alternateur qui génère le courant électrique. Le transformateur élève ensuite la tension
pour faciliter le transport de l’électricité sur de longues distances.
En quelques minutes, les aménagements hydroélectriques du GEH Limoges sont capables de fournir au réseau électrique une
puissance de 262 MW. Chaque année, la production du GEH correspond à l’équivalent de la consommation en électricité d’une ville
d’environ 115 000 habitants hors industrie.
76GG6<:
G:I:CJ:
ENADC:
=6JI:
I:CH>DC
IG6CH;DGB6I:JG
6AI:GC6I:JG
IJG7>C: 8DC9J>I:
;DG8w:
25 CENTRALES
28 BARRAGES
5 DÉPARTEMENTS
(Corrèze, Haute-Vienne,
Vienne, Creuse, Indre)
262 MW
de puissance
En couverture : barrage de Faux La Montagne
(l'équivalent de la
consommation domestique
d'une agglomération de
115 000 habitants)
RE
)N D
VASSIVIÈRE
Le barrage de Vassivière,
mis en eau en 1949,
et son usine de Peyratle-Château sont un
outil indispensable à la
fourniture d’électricité
régionale. La retenue
est également devenue
le pôle touristique le plus
important de la région
Limousin.
…>ÌiiÀ>ՏÌ
#REUSE
6IENNE
,œV…iÊ>ÌÊ¿ˆ}Õi
,œV…iÊÕʜˆ˜i
}Õ✘
i˜ÌÀ>iʘÕVj>ˆÀi
`iÊ
ˆÛ>ÕÝ
¿}i
iÃÊ
…iâiiÃ
…>“«Ã>˜}>À`
…>À`iÃ
>Ê,œV…i
#H
ER
œÕÃÃi>Õ
ON
4AURI>Ê,œV…iÊ/>>“ˆi
,A3IOU
-ÌÊ>ÀV
…>ÕÛ>˜
>À
̈}i
6ˆ
iœ
Õ
>˜ LiÀÌ
}
Ս iÀiÌ
>i
Õ
i v
6>Ã
Èۈ
> ˆÝ
mÀi
ÀÌ
œ ˆ˜iˆÝ
˜
*iÞ Ì‡>ÀÀœ
À>̇
˜
i‡
…@Ì
i>Õ
¿ÌÀœˆÌ
>Ê
…@ÌÀi
…>ÌiÕÃ
-AULDE
œ˜vœi˜Ì
>Û>Õ`‡i>`i
>ÕÝÊ>ʜ˜Ì>}˜i
#HAR
…>““iÌ
ENTE
Ê"-
ÕÃÃÞ
6IENNE
-iÀۈmÀiÃ
BARRAGES
ET CENTRALES DU GEH
Barrages
ÒRE
Usines
>
L’EAU, UNE ÉNERGIE SOUPLE ET RENOUVELABLE
Il n’existe aujourd’hui aucun moyen de stocker l’électricité en grande quantité. Les retenues d’eau
formées par les barrages représentent une solution écologique et économique à ce problème.
L’eau accumulée derrière les barrages constitue en quelque sorte une réserve d’électricité : EDF
stocke 7 milliards de m3 d’eau soit les 3/4 des réserves françaises et utilise cet élément naturel
pour répondre rapidement aux variations de la consommation d’électricité.
D’autre part, l’eau est la première des énergies renouvelables au monde. C’est également
une des réponses à l’effet de serre. Grâce au nucléaire et à l’hydraulique, 95 % de l’électricité
produite par EDF n’émet pas de CO2. Les 25 usines du GEH Limoges contribuent à ce résultat.
Passe à poissons
de Chatellerault
LA PRÉSERVATION DU MILIEU NATUREL
EDF travaille en permanence avec les acteurs locaux de l’environnement pour optimiser l’exploitation de ses ouvrages en fonction de la sensibilité du milieu naturel et pour mettre en
œuvre des solutions spécifiques à chaque ouvrage.
Pour faciliter le passage des poissons migrateurs, le GEH Limoges a équipé le barrage de Châtellerault d’une passe à poissons. Cette opération, réalisée en 2004, permet désormais aux
saumons, aloses, anguilles et lamproies de remonter le cours de la Vienne pour se reproduire.
Au barrage d’Eguzon, EDF a signé une convention avec l’UNPF pour favoriser la reproduction du
sandre et du gardon en régulant le niveau d’eau de la retenue lors des périodes de frai.
Par ailleurs, le GEH Limoges participe à la sauvegarde des chauve-souris, espèces protégées qui
nichent dans certains barrages. Fin 2005, EDF a signé avec la préfecture de la Creuse un contrat
Natura 2000 qui rend compatible l’hibernation de ces "chiroptères" dans ses installations.
LES USAGES PARTAGÉS DE L’EAU
L’eau est un bien précieux que l’homme doit protéger et partager. C’est dans cet esprit qu’EDF gère ses ouvrages hydroélectriques, en conciliant
autant que possible son métier de producteur d’électricité avec les attentes environnementales et sociales. Cet engagement fait l’objet d’un
dialogue constant entre les différents acteurs. En créant de nombreux lacs, EDF a favorisé l’apparition de nouvelles activités dans des paysages
qui, à l’origine, ne s’y prêtaient pas. Le lac de Vassivière, notamment, est un exemple d’aménagement touristique sur une retenue artificielle.
En 1965, des communes environnantes se sont unies au travers du SY.MI.VA (Syndicat Mixte Interdépartemental et Régional de Vassivière) afin
d’améliorer le développement de l’activité touristique. Aujourd’hui, le lac de Vassivière est un vecteur économique de premier ordre pour le
département. Le barrage de Vassivière constitue une réserve en eau qui permet de soutenir le débit de la Vienne afin de limiter l’impact des
sécheresses sur la vie piscicole et de préserver l’activité industrielle et les usages du bassin versant.
>
LA GESTION DES CRUES
Les barrages d’EDF sont conçus pour évacuer des crues très
importantes. En période de crues, la priorité d’EDF est de ne
pas aggraver la crue et de protéger le barrage. Les équipes sont
mobilisées 24 heures sur 24 pour s’assurer que le volume d’eau
relâché par le barrage ne dépasse jamais le volume d’eau qui
rentre dans la retenue.
LA SÛRETÉ DES OUVRAGES
Pour compléter ces mesures, l’Etat demande aux exploitants de grands barrages
d’effectuer tous les 10 ans une vidange de la retenue, dans le but de contrôler la paroi
amont, généralement immergée. Afin de limiter les contraintes liées à la vidange d’un
barrage, l’exploitant peut demander une dérogation pour effectuer la visite à l’aide d’un
robot submersible.
LA SÉCURITÉ DES PERSONNES
Une usine hydroélectrique est utilisée pour répondre aux variations de consommation. Pour
jouer ce rôle, elle doit démarrer rapidement et à la demande des clients, donc de manière
imprévisible. Ne pouvant supprimer les lâchers d’eau, EDF informe largement le public sur
les risques liés à l’exploitation de ces aménagements grâce à des actions spécifiques :
• Des panneaux jaunes, installés au bord des rivières, signalent au public qu’il se trouve à
proximité d’une centrale hydroélectrique. Il convient de toujours respecter les consignes
et de rester vigilant !
• Chaque été, EDF déploie une campagne nationale d’information sur les risques en rivière.
Cette campagne met en œuvre des moyens techniques (tracts, affiches, dépliants,…) et
des moyens humains, notamment grâce au recrutement de saisonniers qui avertissent
les touristes des risques potentiels.
EDF Division Production Ingénierie Hydraulique
Unité de Production Centre
GEH Limoges
24 rue Victor Duruy
87000 LIMOGES
Tél. 05 55 34 93 00
www.edf.fr
SA au capital de 911 085 545 euros - 552 081 317 R.C.S. Paris - JUILLET 2006 - Réalisation : www.studio-magellan.com - Photos : DR, EDF Médiathèque / Marc Morceau, Claude Pauquet, Luc Quaglia, Frédéric Sautereau.
Les barrages vivent et réagissent au rythme des saisons et en fonction du remplissage
de leurs retenues. Pour mesurer leurs mouvements, EDF utilise des appareils d’auscultation (pendules, contrôleurs tridimensionnels des joints d’étanchéité, piézomètres…)
qui permettent d’établir régulièrement un diagnostic de santé. Les barrages font
également l’objet de contrôles périodiques par des experts en génie civil et par la DRIRE,
représentant de l’Etat.