Cyrano a de grandes oreilles

Commentaires

Transcription

Cyrano a de grandes oreilles
Cyrano a de grandes oreilles
classe de 4e du collège Louise Michel
1991-1992
Le vicomte, il s’avance vers Cyrano qui l’observe,
et se campant devant lui d’un air fat.
Vous . . . vous avez des oreilles . . . heu . . . très grandes.
Cyrano, gravement.
Très.
Le vicomte, riant.
Ha!
Cyrano, imperturbable.
C’est tout? . . .
Le vicomte.
Mais . . .
Cyrano.
Ah! non! c’est un peu court jeune homme!
On pouvait dire . . . Oh! Dieu! . . . bien des choses en somme . . .
En variant le ton, par exemple, tenez :
Enseignant : Eh! Vous! Ouvrez-les et écoutez!
Sensationnel : Inscrivez-vous donc au cirque,
Assurément, vous amuserez le public!
Admiratif : Avec de si grandes oreilles,
Ouir le chant du cygne doit être une merveille.
Musicien : Oreille fine ou mélomane,
Les vôtres ne risquent pas de tomber en panne.
Enfantin : Vous auriez pu comme Mickey
Devenir un personnage de Walt Disney.
Météorolorologique : Avec ces monuments,
Vous saurez sans doute d’où arrive le vent.
Commercial : Deux portugaises ensablées
Et quatre pots de miel bien emballés!
Chaleureux : Tricotez-leur une couverture,
Car l’hiver, ce doit être franchement très dur.
1
Ozkan
Leprévost
Harel
Lanchier
Furuncu
Hémery
Mathout
Ozkan
Indiscret : Vous tendez toujours l’oreille ainsi.
Employeur : Travaillez à la bijouterie :
Porteur de boucles, vous seriez merveilleux!
Elégant : Arrêtez de faire non, monsieur!
L’état de mon brushing : ne remarquez-vous point!
Campagnard : He! C’est-y des oreilles? Nanain,
C’est queuqu’feuille de chou ou ben queuqu’nénuphar!
Pratique : Dans la nuit, naviguez au radar!
Prévenant : Gardez-vous, votre tête entraı̂née
par ce poids, de tomber sur l’un des deux côtés.
Sentimental : Aimez-vous autant les grenouilles
Pour tendre ces nénuphars où elles s’agenouillent?
Tropical : En été, vous devez apprécier
Puisque c’est à l’ombre que vous vous promenez.
Acoustique : Vous devez tout saisir très bien,
Même si l’orateur vous parle de très loin.
Pratique : Hé l’ami! Ces feuilles sont à la mode?
Pour planer dans les cieux, c’est vraiment très commode.
Emphatique : Même le Sahara entier
Ne peut guère vos portugaises ensabler.
Phytophile : Arrosez-les si elles se fanent.
Chébran : Si vous voulez écouter un walk-man
Achetez deux grandes baffles sans entremise.
Sportif : Vous devez, avec de pareilles prises
Au vent, au marathon arriver le dernier.
Espion : Vous pouvez aux portes tout écouter.
Marin : Pourvu que l’on navigue en vent arrière,
Elles sont requises pour traverser les mers.
Flambeur : Etant donné que vous en avez deux
Mettez donc, je vous en prie, la plus belle en jeu.
Anatomique : Le marteau et le tympan,
Tapant, frappant l’enclume, sont assourdissants.
Compatissant : Supportez-vous que l’on s’en moque?
Télé-intoxiqué : Aimez-vous monsieur Spock
Au point de naturellement lui ressembler?
Bagarreur : Attention! je viens vous les frotter!
Surfeur : Pour un véliplanchiste, quelle aubaine!
Respectueux : N’ayez pas peur de cette veine :
C’est ce qu’on appelle avoir pavillon sur rue.
Entomologique : A quoi servent ces laitues?
Logement à limaces ou maison à puces?
Pédant : Vous descendez de l’éléphantis vulgarus
Plus que de l’hominis traditionnalo.
Catastrophique : Quand elles sont pleines d’eau
A l’inondation, surtout prenez bien garde!
Lesale
Foutel
Kassen
Leprévost
Lanchier
Gursoy
Autret
Haté
Ozkan
Hémery
Lanchier
Castelneau
Foutel
Chauveau
Garron
Lanchier
Autret
Canu
Lanchier
Viard
Autret
Haté
Haté
Leprévost
Chauveau
Castelneau
Prosaı̈que : Au lieu de prendre ta guinbarde,
Eh bah sers-toi d’tes deux ailes! D’accord, tu piges?
Mélomane : Qu’apprends-je? Qu’entends-je? Qu’ouis-je?
Avec de telles esgourdes, chanter si faux!
Valise : Seriez-vous éléphantjumbo?
Perdu : Dans ce labyrinthe, où est la sortie?
Nocturne : Il saute d’un avion et c’est la nuit.
Susceptible : Attention de ne pas s’envoler,
Votre tendre Jumbo pourrait s’en contrarier.
Avare : Avoir des esgourdes de cette ampleur,
Ca dispense d’avoir un gros ventilateur.
Généreux : Craind-il que son éléphant chéri
Se sente différent de son meilleur ami?
Dévot : A l’église, elles servent pour la quête.
Utilitaire : A quoi servent ces étiquettes?
Cache-col? cache-nez? ou peut-être cravate?
Cadancé : Une! Deux! Une à gauche, une à droite!
Aviateur : Attention! Décollage immédiat!
Affairiste : Grâce à ces deux enseignes-là,
Vous feriez un tabac, dans la publicité.
Anti-dicton : Ventre à une oreille affamé.
Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit :
Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n’en eûtes point un atome, et de lettres
Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot!
Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n’en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d’une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.
D’après : ”La tirade du nez”
dans CYRANO DE BERGERAC, Acte I, scène 4
d’Edmond Rostand.
Carpentier
Chauveau
Canu
Leprévost
Lesale
Feuillepain
Letrouit
Feuillepain
Canu
Moba Makela
Houle
Foutel
Chauveau
Mathout

Documents pareils