Ambassade de France/Institut fran Ambassade de France/Institut

Commentaires

Transcription

Ambassade de France/Institut fran Ambassade de France/Institut
Ambassade de France/Institut franç
français du Japon
Evé
Evénements et projets culturels 2013
30 janvier 2013
Contact presse
Cyril Coppini
T: 0303-57985798-6321 / F: 0303-57985798-6026
[email protected]
L’Institut français du Japon :
En septembre 2012, les établissements de Tokyo, Yokohama,
Kyoto et Fukuoka ont fusionné avec le service culturel de
l’Ambassade de France. L’Alliance française d’Osaka a rejoint
l’Institut français du Japon au 1er janvier 2013. L’Institut français
du Japon organise tout au long de l’année des événements,
principalement autour de 4 grands thèmes : « La société
numérique » ; « La ville de demain » ; « Rebonds-pour en finir
avec la crise » ; « Méditerranée-Japon 2013 ».
Cinéma
DONNEES ET CHIFFRES CLE DU
CINEMA FRANÇAIS
Au Japon
Le Japon est l’un des plus importants marchés pour le cinéma français :
• 4e marché mondial pour les exportateurs français ;
• 1er marché asiatique pour les exportateurs français (71,8% des recettes
en provenance d’Asie sur la période 2003-2010) ;
• 10 209 000 EUR de recettes pour les exportateurs français en 2010, soit
une part de marché de 5,9% en droits payés en minimum garanti ;
• Chaque année, en moyenne, sortie d’une quarantaine de films français
au Japon, totalisant 1 à 4 millions d’entrées.
Dans le réseau culturel français au Japon
• En 2011, le réseau culturel français au Japon a présenté 220 films
français, soit une vingtaine de cycles/thématiques ou rétrospectives,
avec une moyenne de 5 à 6 séances par semaine.
• Ces projections ont réuni plus de 11 250 spectateurs (+62% par rapport
à 2010). Elles ont souvent donné lieu à des débats ou rencontres avec le
public, en présence d’artistes ou professionnels, critiques de cinéma,
français et japonais (18 invités en 2011).
• Le réseau culturel français au Japon dispose de 7 salles de projection au
sein de ses établissements à Tokyo et en province, auxquelles s’ajoutent
16 salles de cinéma partenaires à travers le Japon.
En 2012, les établissements de Tokyo, Yokohama, Kyoto et Fukuoka puis
en 2013 celui d’Osaka fusionnent avec le service culturel de l’Ambassade de
France pour créer l’Institut français du Japon (IFJ). Complété par le réseau des
Alliances françaises du Japon présentes à Nagoya, Sapporo, Sendai et
Tokushima et s’appuyant sur la Maison Franco-Japonaise, le Lycée Français
International de Tokyo et l’Ecole française du Kansai, l’IFJ a pour mission de
promouvoir dans l’archipel la culture française, dont le cinéma.
Selon le Tokyo Shimbum dans un long article daté du 28 août 2012, ‘le
cinéma français va bien’, avec d’excellents films récents distribués au Japon dont
les succès mondiaux que sont The Artist ou Intouchables, mais aussi Les
femmes du 6ème étage ou Les Neiges du Kilimandjaro.
L’Institut français du Japon invite le public à découvrir un cinéma riche et
divers, conjuguant films de patrimoine et films contemporains. A travers des
cycles et rétrospectives, en partenariat avec des salles de cinéma, lors de
festivals de cinéma prestigieux, ou au sein même de ses bâtiments, le public
peut rencontrer des acteurs, des réalisateurs, des critiques et des journalistes, à
la fois français et japonais.
L’Institut français du Japon a développé de très bonnes relations avec
différents partenaires franco-japonais : distributeurs, exploitants, festivals,
institutions, artistes, journalistes, etc., les programmes étant souvent établis en
étroite collaboration avec eux.
La promotion du cinéma français au Japon se fait avec l’appui de l’Institut
Français et d’Unifrance, qui accompagne les films de la vente à la distribution et
contribue à la venue d’artistes français pour présenter leurs films.
En 2013, l’Institut français du Japon va développer une programmation
culturelle autour de quatre thèmes : « La Méditerranée », « La société du
numérique », « Les villes de demain » et « Rebonds – pour en finir avec la crise».
Au-delà de ces thématiques, l’IFJ propose aussi une programmation cinéma
originale liée à l’actualité tant française que japonaise.
◆ 16èmes Semaines des Cahiers du Cinéma
- Janvier-février
- Invités : Leos Carax (cinéaste), Stéphane Delorme (rédacteur en chef des
Cahiers du Cinéma)
Pour la seizième édition des Semaines des Cahiers du Cinéma, la rédaction de
cette revue de référence élabore avec l’Institut un
parcours dans le cinéma français le plus récent. Un
cinéaste ou un acteur, dont la sortie de son dernier
film est prévue dans le courant de l’année, nous fait
l’honneur de sa présence à Tokyo et une
discussion publique avec le réalisateur et le
rédacteur des Cahiers est également organisée à
l’issue de la projection.
En 2013, nous avons l’honneur d’accueillir Leos
Carax. Après 13 ans d’absence, Leos Carax est
revenu sur le devant de la scène avec Holy Motors,
film incroyablement ludique, sidérant d’originalité et
d’invention, Il a été présenté en sélection officielle
au Festival de Cannes 2012, et sortira au Japon en
avril 2013.
L’IFJ présentera également une programmation autour de Holy Motors :
« 11 stations pour une histoire poétique du cinéma français ».
La circulation de ce programme est prévue à Tokyo, à Fukuoka et à Kyoto:
Du 18 janvier au 3 février à l’Institut français du Japon - Tokyo
Du 26 au 31 janvier à KBC Cinéma de Fukuoka
Le 30 janvier à l’Institut français du Japon – Kansai et les 8, 9, 10 février à
Kyoto Cinéma
Programme
Meilleurs films français de 2011/2012
L’Apollonide de Bertrand Bonello (2011)
Les Chants de Mandrin de Rabah Ameur-Zaïmeche (2012)
Camille redouble de Noémie Lvovsky (2012)
Vous n’avez encore rien vu d’Alain Resnais (2012)
Après mai d’Olivier Assayas (2012)
Journal de France de Raymond Depardon (2012)
Holy Motors (2012)
Programme extrait de « 11 stations pour une histoire poétique du cinéma
français »
Brumes d’automne de Dimitri Kirsanoff (1929)
La Petite Lise de Jean Grémillon (1930)
Daïnah la métisse de Jean Grémillon (1931)
Le Testament du Docteur Cordelier de Jean Renoir (1959)
Le Testament d’Orphée de Jean Cocteau (1959)
Quatre nuits d’un rêveur de Robert Bresson (1971)
Son nom de Venise dans Calcutta désert de Marguerite Duras (1976)
L’Enfant secret de Philippe Garrel (1979)
L’Éveillé du pont de l’Alma de Raoul Ruiz (1985)
◆ La crise et après…
- Juillet
- Invités : Jun Hirose (professeur-adjoint de l’Université Ryukoku, critique),
Alain Badiou (philosophe), Nicolas Klotz (cinéaste)
Ce programme est proposé dans le prolongement de « Rebonds –
Pour en finir avec la crise », un cycle pluriannuel de débats proposé
par l’IFJ et le Réseau culturel français au Japon. Il permet
d’évoquer les thématiques relatives à la résilience face aux crises –
financière, environnementale, démographique, etc. –, autant pour
un public large que pour les spécialistes, au moyen de rencontres
de différents formats qui associeront des intervenants,
principalement français et japonais, d’horizons divers : représentants du secteur
privé, scientifiques, décideurs politiques, artistes, membres de la société civile,
etc. cinéaste et metteur en scène français.
Sur le thème de l’après-crise, il est envisagé de confronter le point de vue d’un
critique, d’un philosophe et d’un réalisateur comme Nicolas Klotz qui a réalisé en
2011 avec son épouse Elisabeth Perceval Low Life, un film sur la jeunesse aux
prises avec un monde envoûté par le contrôle.
Programme (sous réserve):
Low Life de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval
Ma part du gâteau de Cédric Klapisch
Krach de Fabrice Genestal
Une vie meilleure de Cédric Kahn
Louise Wimmer de Cyril Mennegun
Sur la planche de Leila Kilani
Rosetta de Luc et Jean-Pierre Dardenne
Destin Postal de Daniel Ropars
Desert moon de Shinji Aoyama
Tokyo Sonata de Kiyoshi Kurosawa
◆ Festival du film d’animation français
- Juin/mi-juillet
- Invités : Joann Sfar (réalisateur)
La France est numéro un européen et numéro trois mondial en production de
films d'animation derrière les États-Unis et le Japon. En dix ans, ces films sont
passés d'un box-office annuel moyen de 100 000 à 2 millions de spectateurs sur
son territoire. Les films d’animation française collectionnent les nominations et les
prix (Oscar du court-métrage pour Oktapodi réalisé par six diplômés de l'école
des Gobelins en 2010, nomination aux mêmes Oscars de Persepolis de Vincent
Paronnaud et Marjane Satrapi en 2008, L'Illusionniste de Sylvain Chomet en
2011, Une vie de chat de Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli en 2012, etc.) et
s’exportent à l’étranger. Au Japon, le dynamisme de ce secteur des industries
culturelles est encore mal connu.
C’est pourquoi l’Institut français du Japon propose « Le Festival du film
d'animation français », organisé depuis 2008 par l’antenne de Yokohama au
mois de juin, dans le cadre du « Mois de la France à Yokohama », en étroite
collaboration avec la section d’animation de l’Université Tokyo Geidai et le
cinéma Jack&Betty. Au-delà des rencontres et discussions publiques avec des
artistes et critiques français et japonais, des séances ciné-goûters pour les petits
seront également organisées
Programme (sous réserve) :
Ernest et Célestine de Vincent Patar, Stéphane Aubier et Benjamin Renner
(interprété par Lambert Wilson et sur un scénario de Daniel Pennac, Cannes
2012, sortie Japon 2013)
Le chat du rabbin de Joann Sfar
Programme de courts et moyens-métrages en hommage à Ladislav Starevitch
Programme de courts-métrages des étudiants de l’Université Tokyo Geidai et de
ceux de Supinfo à Valenciennes et Arles
◆ Festival du cinéma méditerranéen
- Août-septembre
- Invité : Abdellatif Kechiche (sous réserve)
À l’occasion de la grande et prometteuse exposition « Méditerranée »
du Louvre au Tokyo Metropolitan Art Museum en 2013 et MarseilleProvence, capitale européenne de la culture 2013, ce festival dédié au
cinéma méditerranéen propose un panorama des films tournés dans
les pays francophones du bassin méditerranéen ou ayant trait à la
Méditerranée.
Cette région, à la croisée de
plusieurs cultures, a inspiré de
nombreux réalisateurs et nul
besoin de rappeler que le
cinématographe est né à la Ciotat,
dans le Sud de la France, avec
la caméra des frères Lumière.
La Graine
Kechiche
et
le
mulet
d’Abdellatif
A travers le "Festival du cinéma méditerranéen", c'est une invitation au voyage
cinématographique que propose l'Institut français du Japon, qui accueillera
Abdel Kechiche, cinéaste franco-tunisien, encore méconnu au Japon. Aucun de
ses films n’est à ce jour sorti au Japon mais on constate un intérêt pour ce
réalisateur à la suite de la présentation de La Graine et le mulet au Festival
international du film de Tokyo (TIFF) en 2008. Son dernier film Le Bleu est une
couleur chaude, dont la sortie est prévue en France en 2013 a pour tête d’affiche
Léa Seydoux, qui est présente au TIFF cette année avec Les Adieux à la
Reine de Benoît Jacquot.
Programme (sous réserve) :
L'Arrivée d'un train à La Ciotat des frères Lumière (France, 1896)
A propos de Nice de Jean Vigo (France, 1930 - catalogue IF)
Toni de Jean Renoir (France, 1935 - catalogue IF sans droits pour le Japon)
César de Marcel Pagnol (France, 1936)
Gueule d’amour de Jean Grémillon (France, 1937)
L’Étrange monsieur Victor de Jean Grémillon (France 1938)
Méditerranée de Jean-Daniel Pollet (France, 1963)
La Baie des Anges de Jacques Demy (France, 1963 - catalogue IF sans droits
pour le Japon)
Le Mépris de Jean-Luc Godard (France, 1963)
Antigone de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet (Italie, 1991)
Mercedes de Yousry Nasrallah (Egypte, 1993)
Nénette et Boni de Claire Denis (France, 1996)
Marius et Janette de Robert Guédiguian (France, 1997)
Le Destin de Youssef Chahine (Egypte, 1997)
L’Eternité et un jour de Theo Angelopoulos (Grèce, 1998)
Un film parlé de Manoel de Oliveira (Portugal, 2003)
L’esquive d'Abdel Kechiche (France, 2003 – catalogue IF)
La Graine et le mulet d'Abdel Kechiche (France, 2007 - catalogue IF)
Mourir comme un homme de Joao Pedro Rodrigues (Portugal, 2010)
Le Policier de Nadav Lapid (Israël, 2011)
Le Repenti de Merzak Allouache (Algérie, 2012)
Tabu de Miguel Gomes (Espagne, 2012)
◆ Mois du Film Documentaire
◆ Ville au cinéma
- Novembre
- Invités : Alain Cavalier ou Emmanuelle Demoris (sous réserve)
- Avril ou juin
- Invités : Kiyoshi Kurosawa (cinéaste), Ryoji Suzuki (architecte, cinéaste,
critique)
Le documentaire connaît depuis quelques
années un véritable engouement et le
documentaire «made in France» connaît un
succès
international,
puisqu’après
le
divertissement, c'est aujourd'hui le genre
télévisuel le plus acheté par les distributeurs
étrangers. Les Français possèdent en la
matière un savoir-faire reconnu et se
distinguent par un travail d’enquête, une
originalité des sujets et du traitement et un
véritable travail d’écriture. Chaque année en
novembre, « Le Mois du film documentaire » met à l'honneur ce cinéma en
France, dans les DOM-TOM et les Centres, structures, Instituts culturels français
à l’étranger. Avec l’appui de l’Institut français qui soutient cette manifestation,
l’Institut français du Japon propose dans le cadre du « Mois du film
documentaire » un panorama de la création documentaire contemporaine
française. Ce programme piloté par l’antenne de Yokohama, en partenariat avec
le cinéma Jack and Betty, fêtera sa 4éme édition en 2013.
Il serait envisagé d’inviter Alain Cavalier, symbole mondial du documentaire
français ou une réalisatrice talentueuse comme Emmanuelle Demoris.
Programme (sous réserve) :
12 portraits d’Alain Cavalier
Que faire ? Mafrouza partie 3 d’Emmanuelle Demoris
Cendres de Idrissa Guiro et Mélanie Pavy (Lauréats 2012 Villa Kujoyama)
Barcelone ou la mort d’Idrissa Guiro
Trésor vivant de Marc Petitjean (lauréat 2011 Villa Kujoyama)
Ce programme illustre la contribution cinématographique au thème
des « Villes de demain », un cycle pluriannuel de débats proposé par
l’IFJ et le Réseau culturel français au Japon à partir de l’automne
2012. Il permettra d’évoquer les thématiques relatives au monde
urbain autant pour le grand public que pour les spécialistes, au
moyen de rencontres de différents formats qui associeront des
intervenants principalement français et japonais d’horizons divers touchant à
la ville : architectes, urbanistes, représentants du secteur privé, scientifiques,
décideurs politiques, artistes, membres de la société civile, etc. Ce cycle sera
adossé au festival littéraire « Feuilles d’automne », au festival numérique
« Choc Digital » organisés par l’IFJ, ainsi qu’aux rencontres de l’Université
francophone d’Asie, organisées par les ambassades de France d’Asie du
Nord-Est. Il est prévu d’organiser une discussion entre Kiyoshi Kurosawa,
cinéaste qui explore les possibilités de faire entrer la réalité de la ville dans le
cinéma, et Ryoji Suzuki, architecte/cinéaste/critique qui s’intéresse à la
relation très étroite entre le cinéma, la ville et l’architecture.
Programme (sous réserve) :
Metropolis de Fritz Lang
L’Aurore de Friedrich W. Murnau
Dans la ville blanche d’Alain Tanner
Fellini Roma de Federico Fellini
Cléo de 5 à 7 d’Agnés Varda
Le Pont de Nord de Jacques Rivette
Les Nuits de la pleine lune d’Eric Rohmer
Chien enragé d’Akira Kurosawa
Rêves de France à Marseille de Jean-Luois Comolli
Yi-Yi d’Edward Yang
Rétribution de Kiyoshi Kurosawa
La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli
ème
◆ 21
Japon
édition du Festival du Film Français au
- Organisé par Unifrance, en association avec l’IFJ (juin)
- Invités : « parrain/marraine » + importante délégation artistique française
(réalisateurs, acteurs, scénaristes, etc.).
Chargé de la promotion du cinéma
français dans le monde, Unifrance
accompagne les films français de
la vente à la distribution.
Unifrance organise chaque année
deux festivals, Le Festival du Film
Français (FFF) et un festival en
ligne, Myfrenchfilmfestival.com.
Dans le cadre du Festival du Film Français, des masterclasses/ateliers ou journées/soirées spéciales avec des
artistes invités sont organisés. Par exemple, il est
envisagé de faire venir en 2013 le réalisateur Jacques
Doillon
et
sa
fille
Lou
Doillon
(actrice/chanteuse/mannequin), qui joue dans son
dernier film (Un enfant de toi) et qui viendrait au Japon
pour une série de concerts pour la sortie de son premier
album. Une soirée « spéciale Doillon », en collaboration
avec des partenaires japonais, pourrait ainsi être
organisée.
Un enfant de toi
de Jacques Doillon
◆ Rétrospective Alain Delon (ou Charlotte Rampling)
dans le cadre du Festival du Film Français
Le Festival du Film Français, qui a
fêté son 20ème anniversaire en
2012, présente le meilleur du cinéma français récent et inédit au Japon et
accueille de grands acteurs et réalisateurs (Catherine Deneuve, Juliette Binoche,
Sophie Marceau, Luc Besson, etc.).
En 2012, le Festival du Film Français s’est tenu pour la première fois en province,
à Kyoto et Fukuoka. En 2013, le FFF doit s’étendre à l’ensemble du réseau
culturel français au Japon.
Le Festival du Film Français 2012 s’est tenu dans 9 salles différentes :
- A Tokyo : l’Asahi Hall (714 places), le Toho Cinemas Nichigeki (523
places), l’Eurospace de l’école Eigabigakko (145 places) et l’Espace
Image de l’IFJ de Tokyo (108 places).
- A Kyoto : la Salle Inabata de l’IFJ du Kansaï (80 places) et le Kyoto
Cinéma (257 places réparties sur 3 salles)
- A Fukuoka : le Nishitetsu Hall (286 places) et la Bibliothèque municipale
(250 places)
Programme et délégation : seront connus après le Festival du Film de Cannes
- Juin-juillet
- Invité : Alain Delon (sous réserve)
Alain Delon est considéré comme l'un des plus célèbres symboles du cinéma
français à travers le monde et est très aimé au Japon. L’Institut français du Japon
souhaite rendre hommage à ce monstre sacré du cinéma et mesurer la place et
l’impact de cet acteur dans le paysage cinématographique français. En créant
son propre style, à la fois ciselé et mystérieux, Alain Delon est devenu une
légende. Ayant travaillé avec les plus grands réalisateurs – Visconti, Clément,
Melville, Losey, mais aussi Antonioni, Cavalier, Zurlini, Blier ou Godard, ainsi que
dans des films plus commerciaux, c’est
toute l’histoire du cinéma français qui sera
retracée à travers cette rétrospective sur
Alain Delon.
Programme (sous réserve) :
Plein soleil de René Clément
Rocco et ses frères de Luchino Visconti
L’Éclipse de Michelangelo Antonioni
Le Guépard de Luchino Visconti
Mélodie en sous-sol d’Henri Verneuil
Le Samouraï de Jean-Pierre Melville
La Piscine de Jacques Deray
Le Cercle rouge de Jean-Pierre Melville
L’Assassinat de Trotsky de Joseph Losey
Un flic de Jean-Pierre Melville
M. Klein de Joseph Losey
Nouvelle vague de Jean-Luc Godard
◆ 3ème édition de MyFrenchFilmFestival.com
- Du 17 janvier au 17 février 2013
- Organisé par Unifrance, avec le soutien de l’IFJ (janvier-février)
Lancé en 2011, MyFrenchfilmfestival.com est un festival de cinéma en ligne
(VOD payante) organisé par Unifrance, en partenariat avec Allociné, qui a pour
but de faire découvrir la jeune création française et vise un public plutôt jeune.
En janvier 2012, la deuxième édition du Festival de cinéma français en ligne,
soutenue par le CNC, a permis d’obtenir pendant trois semaines 1,3 million de
visionnages de films français en provenance de 174 pays différents. Ce résultat
était 30 fois supérieur à celui de la première édition.
En 2013, MyFrenchfilmfestival.com (site Internet et films) est accessible en 12
langues (dont le japonais) et propose en compétition aux internautes du monde
entier 10 longs métrages et 10 courts métrages récents.
4 prix seront décernés : le Prix du Public, le Prix de la Presse Internationale, le
Prix des Réseaux Sociaux et un nouveau prix, celui du Jury, présidé par Michel
Hazanavicius et composé de réalisateurs étrangers (Emanuele Crialese,
Lucrecia Martel et Wang Xiaoshuai).
Les films en compétition
Longs métrages
De bon matin de Jean-Marc Moutout
La Désintégration de Philippe Faucon
Donoma de Djinn Carrénard
Louise Wimmer de Cyril Mennegun
Radiostars de Romain Lévy
Parlez moi de vous de Pierre Pinaud
La Pirogue de Moussa Touré
Sport de filles de Patricia Mazuy
Tous au Larzac de Christian Rouaud
Une bouteille à la mer de Thierry Binisti
Courts métrages
Ce n’est pas un film de cow boys de Benjamin Parent
Double mixte de Vincent Mariette
Edmond était un âne de Franck Dion
Fille du calvaire de Stéphane Demoustier
Je sens le beat qui monte en moi de Yann le Quellec
Le Marin masqué de Sophie Letourneur
Le Monde à l’envers de Sylvain Desclous
Le Pays qui n’existe pas de Cécile Ducrocq
Oh Willy… de Emma de Swaef et Marc Roels
Un monde sans femmes de Guillaume Brac
Les films hors compétition
Film de patrimoine : Les Tontons flingueurs de Georges Lautner
Film québécois de long métrage : Roméo Onze de Ivan Grbovic
Film québécois de court métrage : Opasatica de Eric Morin
myfrenchfilmfestival.com
Arts de la
scène
LA PROGRAMMATION 2013 DE
L’INSTITUT FRANÇAIS DU JAPON POUR
LES ARTS DE LA SCENE
Danse, théâtre, musique classique ou contemporaine, la scène artistique française est d’une
grande richesse, particulièrement vivante et appréciée au Japon.
L’Institut Français du Japon présente des œuvres originales et diverses qui participent au
renouvellement des formes et à l’enrichissement des variétés artistiques et esthétiques.
L’ensemble de ces projets sont co-organisés en partenariat avec des institutions culturelles
japonaises (théâtres, salles de spectacles, festivals, biennales…).
Pour 2013, notre programmation en Arts de la scène met en lumière les créations associant
artistes français et japonais :
Vivarium de Philippe Quesne et Clôture du A de Pascal Rambert, mis en scène avec
les comédiens japonais de la compagnie Seinendan, dirigée par Oriza Hirata, metteur en
scène japoanis de renom ;
Les Souffleurs – commandos poétiques en collaboration artistique avec le Repertory
Theatre KAZE pour Sakura Zensen, avancée du Front de floraison en avril prochain.
La transdisciplinarité :
Mathilde Monnier présentera Pudique acide / Extasis à la Triennale d’Aichi à l’automne
2013 ;
Les Blanches Neige de Catherine Bay, interviendront à l’occasion de Roppongi Art
Night, nuit dédiée à la création contemporaine, pour performance artistique marquante ;
Ouunpo – Laboratoire Mobile, collectif d’artistes interrogeant la ville ;
ème
Pour la 3
Nuit Blanche Kyoto, en miroir du grand événement parisien, sera une
nouvelle fois habitée par l’esprit vif et surprenant de la création artistique, investissant, la
ville, ses rues et ses institutions culturelles.
Une nouvelle génération de créateurs :
Maud le Pladec, présentera Professor au TPAM (Performing Arts Meeting in Yokohama),
plateforme professionnelle du spectacle vivant en Asie et au Fringe Festival de Fukuoka ;
Breathing Monster de Myriam Gourfink au Red Brick Workhouse de Yokohama pour Le
Mois de la France et au Kyoto Art Center ;
La compagnie Winter Family avec une performance de théâtre documentaire
intitulée Jerusalem plomb durci invitée au Tottori Bird Festival.
Un des évènements incontournable de cette année 2013 sera la venue de l’Ensemble
Intercontemporain, invité à l’occasion de La Folle Journée. Événement phare d’un programme
dévolu à la musique contemporaine Ca sonne français en Asie (Chine, Corée, Vietnam,
Japon…).
Enfin, l'Académie de musique française de Kyoto, l'un des plus importants et prestigieux
ème
édition
conservatoires français «hors frontières», tiendra en avril prochain sa 24
MUSIQUE CONTEMPORAINE
◆ « CA SONNE FRANCAIS AU JAPON » PARTIE I
•
Printemps 2013 : Tokyo
L’Asie est aujourd’hui un enjeu essentiel
pour le spectacle vivant ; la musique y est
très présente, majoritairement sur des
terrains plus patrimoniaux et classiques.
Le Focus musique contemporaine « Ca
sonne Français » au Japon vise à
promouvoir des pièces phares issues de la
production française contemporaine, de la
fin du XXème siècle aux créations récentes.
Une Folle Journée avec l’Ensemble Intercontemporain De Ravel à
Boulez (3-4-5 mai). La Folle Journée à Tokyo événement majeur de la vie
musicale, s’ouvre aux répertoires de création en mettant l’Ensemble
Intercontemporain au centre de sa programmation avec 13 concerts. Créé
par Pierre Boulez en 1976, l’Ensemble intercontemporain réunit 31 solistes
partageant une même passion pour la musique du XXe siècle à aujourd’hui. Placés
sous la direction musicale de Susanna Mälkki, ils collaborent, aux côtés des
compositeurs, à l’exploration des techniques instrumentales ainsi qu’à des projets
associant musique, danse, théâtre, cinéma…
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
IRCAM x Tokyo Spring festival (1-6 avril)
L’Ensemble Court Circuit et le compositeur Yan Maresz donneront un ensemble de
conférences autour des œuvres avec technologies IRCAM.
En partenariat avec :
L’Orchestre de la NHK sur une création du compositeur français Richard
Dubugnon (24-25 avril). Il s’agira de la première japonaise de son concerto pour deux
pianos avec les sœurs Labèque.
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
MUSIQUE CONTEMPORAINE
◆ « CA SONNE FRANÇAIS AU JAPON » PARTIE II
•
Automne 2013 : Tokyo, Kyoto, Nagoya, Fukuoka et Yokohama
Ensemble Musique Interactive EMI (octobre)
Dirigé par le compositeur Jacopo Baboni Schilingi, l'Ensemble de Musique Interactive se
consacre tout spécialement à la rencontre entre instruments traditionnels et
musique électronique sous toutes ses formes : musique électronique enregistrée, musique
électronique interactive en temps réel, vidéo, etc…
En partenariat avec :
MUSIQUE CLASSIQUE
ème
◆ 24
ACADEMIE DE MUSIQUE FRANCAISE DE
KYOTO
•
•
Mars/ Avril 2013 : Horikawa Hall et Alti Hall de Kyoto
Avril 2013 : Munetsugu Hall de Nagoya
Avec le soutien de :
Tokyo Sinfonietta
Cet ensemble présentera à Tokyo un programme retraçant les œuvres du compositeur Bruno
Mantovani, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris
depuis septembre 2010. (D’autres programmations en dehors de Tokyo sont également à
l’étude).
En partenariat avec :
Philippe MANOURY / GRAME
"Partita 1" de Philippe Manoury, pièce de 45 minutes autour du dialogue "homme/machine" qui a
fait l'objet d'un développement technologique Grame/Ircam, est associée à deux
nouvelles œuvres du jeune compositeur Sébastian Rivas et du compositeur japonais Dai
Fujikura. Cette programmation franco-japonaise donnera lieu à un ensemble de concerts et
masterclass dans les universités des arts de Nagoya, de Shobi et au Kunitachi College of
Music à Tokyo.
En
partenariat
avec :
Avec le soutien de :
Ensemble Skené (4 octobre à Nigata, 8 octobre à Tokyo)
Création inédite, commandée par Radio France / France musique et signée par la pianiste et
compositeur Catherine Verhelst, « Jules et la mécanique des souvenirs » est un voyage musical,
sonore et visuel racontant le rapport intime de Jules Verne avec le territoire d’eau de son
enfance.
En partenariat avec :
Avec le soutien de : Ville de Niigata
De par son ampleur, son ancienneté, son prestige, l'Académie de musique française de
Kyoto est devenue l'un des plus importants et prestigieux conservatoires français « hors
frontières» dans le monde.
Créée en 1989, cette académie accueille chaque année au printemps une dizaine de
grands solistes français pour une série de classes de maîtres. A l'issue de sélections
sur audition dans les départements de musique de l'ensemble du Japon, 140 élèves
environ sont retenus pour suivre un enseignement de très haut niveau pendant deux
semaines. Des concerts des professeurs ponctuent ces rencontres devant un public
fidèle, chaque année plus nombreux.
Pour enrichir les échanges de jeunes musiciens japonais et français, l'Ecole Normale de
Musique de Paris décerne trois bourses d'études aux meilleurs élèves depuis 2004.
En partenariat avec :
DANSE
◆ MATHILDE
MONNIER PUDIQUE ACIDE /
EXTASIS
- 26 et 27 octobre 2013, Triennale d’Aichi
- 2 Novembre 2013, Hankyu center, Osaka (à confirmer)
- 9 Novembre 2013, Saitama Arts Theater, Tokyo
DANSE
◆MAUD LE PLADEC,
PROFESSOR
•
•
18 février, dans le cadre du Fringe Festival de Fukuoka
16 février 2013 dans le cadre du TPAM - Perfoming Arts Meeting à Yokohama.
Pudique acide / extasis est un remontage inédit, que proposent Mathilde
Monnier et Jean-François Duroure, des deux premières pièces qu’ils
créent ensemble.
Invention déchaînée qui galope à travers tous les registres, c’est avec
une insistance particulière que les danseurs exhibent, comme des
cicatrices brûlantes, les traces multiples d'un héritage dont ils sont le lieu
de confluence.
Cunningham,
Viola
Farber,
François Verret, Pina Bausch
sont autant de résonances que
la gestuelle des danseurs
commente, amplifie, digère et
brise. Semblablement habillés,
d'abord de kilts écossais, puis de
volants froufroutant sous des
vestes d'hommes, ils affirment
l'âpre existence des anges. Non
le partage androgyne, mais le
redoublement du sexe. Chacun,
dans ce qu'il a d'ambigu, et
d'ironiquement retenu, condense en soi la somme de tous les désirs. Jeux de
déshabillages, barbouillage sanglant des lèvres du garçon : on rôde, comme chez Pina
Bausch, autour de l'Objet, en l'excédant sans cesse. D'où ces échanges de peaux, de
mains, de jambes mêlées sous les tulles. Une chair "chauffée" jusqu'à l'épuisement.
Mathilde Monnier, chorégraphe de renommée internationale présentera pour la
première fois au Japon, son duo, œuvre emblématique des années 80.
C'est sur un principe d’une simplicité confondante que s’est construite cette pièce : le
corps transcrit ce que la musique fait entendre. L’énergie rock, les éclats et les montées
d’acide électronique de la partition de Fausto Romitelli, la si bien nommée Professor
Bad Trip s’incarnent alors sur scène, dans une danse expressionniste, habitée de
visions hallucinatoires, sans cesse au bord de la catastrophe et de la saturation.
D'abord interprète remarquée par des chorégraphes de renom, Mathilde Monnier, Boris
Charmatz, Loic Touzé et Herrman Diephuis, Maud Le Pladec est l’une des
personnalités les plus marquantes de la nouvelle génération de chorégraphes français.
Elle fait de la danse comme on rêve d'en voir : arc-boutée à de la musique, faisant corps
avec elle et ouvrant à un imaginaire débridé.
*Le TPAM est une plateforme asiatique d’échanges, d’information, d’apprentissage, de
rencontres professionnelles internationales dédiées au spectacle vivant. Véritable
interface entre les artistes et le public, il se déroule dans les nombreux lieux culturels de
Yokohama. La scène artistique française y est particulièrement bien représentée.
En partenariat avec :
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
DANSE
DANSE
MYRIAM GOURFINK
BREATHING MONSTER
- 2 juillet : Conférence Dance / Musique - Kyoto Art Center
- 3 Juillet : Représentation - Kyoto Art Center
- 4 Juillet : Conférence Dance / Musique (lieu à déterminer), Yokohama
- 6 ou 7 juillet, Redbrick Warehouse, Yokohama, dans le cadre du Mois de la France *
Une longue expiration, quasi-infinie, une
coulée lente et comme arrêtée bien qu'en
mouvement
constant,
pleine
de
miroitements,
d'oscillations
et
de
changements de vitesses. C’est ainsi que
les pièces de Myriam Gourfink pourraient
être décrites, un ensemble fascinant,
véritable morphine chorégraphique, qui
provoque chez le spectateur un état
proche de la méditation.
YUVAL PICK
PLAY BACH
Automne 2013, Bankart, Yokohama
Pour entrer dans l’œuvre de Bach, il s’empare d’une « playlist »
composée de ses morceaux préférés et de ceux qui leur parlent
viscéralement aux danseurs. Les corps s’en emparent avec puissance.
L’énergie vitale se communique entre eux. Le poids de l’un repose sur
l’autre. Ils s’accueillent mutuellement. Poussés à l’extrême jusqu’au
lâcher prise, ils font jaillir la musique, engagés dans la même passion,
dans une pure nécessité…
Les techniques respiratoires du yoga fondent la démarche de Myriam Gourfink. Guidée
par le souffle, l'organisation des appuis est extrêmement précise, la conscience de
l'espace ténue. La danse se fait lente, épaisse, dans un temps continu. Figure de proue
de la recherche chorégraphique en France, Myriam Gourfink est également invitée par
de nombreux festivals internationaux.
La danse de Yuval Pick
est à son image de
danseur puissant et
singulier. Profondément
musicaux,
son
mouvement,
sa
«
respiration
»
se
déploient avec une
grande force et tout
autant de tendresse.
*Le Mois de la France à Yokohama : Depuis 2005, Yokohama est dédié son mois de Juin à la
France. Nombre de commerces de la ville mettent en avant leurs produits français tandis que les
institutions culturelles, en collaboration ou sur proposition de l’Institut français du Japon à
Yokohama, présentent la culture française au travers d’expositions, de manifestations
gastronomiques, de programmations cinématographiques, de spectacles, de conférences...
Yuval Pick a collaboré
avec de nombreux
chorégraphes reconnus parmi lesquels Ohad Naharin, Tero Saarinen ou Russell
Maliphant. Ancien danseur du ballet de l’Opéra national de Lyon, il dirige maintenant le
Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape dans l’agglomération lyonnaise.
En partenariat avec :
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
PERFORMANCES
CATHERINE BAŸ
BLANCHE-NEIGE
•
•
•
•
•
20 mars, Institut français du Japon - Tokyo
23 et 24 mars, Tokyo Midtown, Roppongi dans le cadre de la Tokyo Art Night
25 au 30 mars, ateliers de création à Kyoto
31 mars 2013 : Performance à Kyoto dans le cadre de Musee Acta
3 avril 2013 : Hankyu center, Osaka, dans le cadre de la French Fair
Sous
forme
de
performances,
ces
Blanche-Neige prolifèrent à travers le monde
depuis 2002, et se multiplient à l’image de la
culture
de
masse.
Blanche-Neige,
personnage venu d’ailleurs, se propage à la
manière d’un virus, elle investit un lieu, se
l’approprie puis s’en écarte aussi vite.
Les Blanche-Neige que Catherine Baÿ
imagine, jouent à la marge, aux limites indécidables pour elle de la danse, du théâtre,
du mime, de l’automate ou du pantin, jamais semble-t-il totalement maîtresses de leurs
mouvements. À force d’accumulations, de répétitions, les signes véhiculés par
Blanche-Neige et son mythe se déforment. La gestuelle est le plus souvent amplifiée
par l'installation de moniteurs qui diffusent une vidéo de Blanche-Neige du monde entier
lisant un texte satirique, et un travail sur l'environnement sonore qui contribue à
l'orchestration chorégraphique.
Dans ce travail proposé aux étudiantes d’écoles d’art, ce que Catherine Baÿ désire
interroger avant tout est notre propre relation à l’image en partant de la représentation
de sujets ou d’objets identifiables par tous. A la manière de l'ethnologue, elle procède
alors à une minutieuse observation des codes sociaux de ces éléments pour mieux les
manipuler et les subvertir en les décontextualisant de leur usage habituel.
L’artiste propose ainsi aux actrices du lieu de revêtir l'habit de Blanche-Neige et, sous
ces costumes génériques en latex, de revisiter leur propre contexte. Au-delà du code
chorégraphique qui est mis en place, chaque Blanche-Neige conserve sa singularité,
permettant le dépassement des tensions entre le groupe social et l'individu.
Ce projet propose de réactiver un possible imaginaire autour d’une figure hyper
médiatisée devenue objet de consommation courante par le spectaculaire.
En partenariat avec :
THEATRE
CO-REALISATIONS – CO-CREATIONS
PHILIPPE QUESNEANAMORPHOSIS – CREATION
•
•
du 7 au 11 février 2013, Atelier Shumpusha, Tokyo
13 février 2013 : 2 performances dans le cadre du TPAM, Yokohama
Après une résidence à Tokyo, Philippe Quesne conçoit et crée une pièce pour quatre
comédiennes japonaises de la compagnie Seinendan, dirigée par Oriza Hirata. Ce
projet s’inscrit dans le cadre
d’une collaboration continue
entre l’Institut français du
Japon - Tokyo, le Théâtre de
Gennevilliers
et
la
compagnie Seinendan pour
développer des créations
théâtrales franco-japonaises.
On retrouvera ce théâtre
emblématique de Philippe
Quesne ; un théâtre qui
s'ingénie à modifier les
conventions du genre et qui
crée un univers aux contours
incertains, mêlant le songe et la matière, la musique et les langages, la fumée et la
lumière, la solitude et le groupe. Un théâtre qui part des rituels communs de la vie
contemporaine pour les transformer sur scène en petites cérémonies, à la fois
dérisoires et ludiques.
Pour Philippe Quesne, le plateau est un atelier, un laboratoire, un “espace vivarium”.
S’y déroulent des situations extrêmes de l’ordinaire et s’y mènent des expériences
infimes, propres à la mélancolie urbaine ou aux menaces environnementales.
Tout s’y fomente souvent comme une comédie absurde et musicale, développée en
milieu tempéré.
En partenariat avec :
THEATRE
THEATRE
PASCAL RAMBERT
CLOTURE DE L’AMOUR- VERSION JAPONAISE
•
•
ATHUR NAUZYCIEL
L’IMAGE
•
Septembre 2013 : Artiste invité dans le cadre de la Triennale d’Aichi*
28 et 29 septembre 2013, Shizuoka Performing Arts Center (dates à confirmer)
Octobre 2013, Festival Kyoto Experiment (à confirmer)
Une seule phrase de dix pages où un
narrateur raconte le souvenir, à l’instant de
la mort, d’une curieuse balade amoureuse
à travers champs. Le glissement
ininterrompu de la parole semble se
dérouler jusqu’au dernier souffle et nous
livre les visions, à la fois drôles et
émouvantes, de cette étrange idylle.
Sont réunis autour de ce texte des complices artistiques : le scénographe et architecte
Giulio Lichtner, la musicienne Mileece qui crée ses compositions électros à partir de la
respiration des plantes, l’actrice Lou Doillon qui fait ainsi ses premiers pas au théâtre et
le danseur Damien Jalet qui a collaboré aux créations d’Ordet de Kaj Munk, Julius
Caesar de Shakespeare et Le musée de la mer de Marie Darrieussecq.
Le projet fait suite au succès de la création de Pascal Rambert à Avignon en 2011, et de
sa collaboration étroite avec la compagnie Seinendan dirigée par Oriza Hirata, metteur
en scène japonais majeur dont les pièces ont été présentées plusieurs fois en France.
Cette pièce sera recréée en japonais par la compagnie Seinendan et présenté pour la
première fois au SPAC (Shizuoka Performing Arts Center).
Un couple clôture son amour en deux monologues qui vont au bout de leur pensée,
deux longues phrases qui ne sauraient s’interrompre, manière de solder les vieux
comptes et marquer dans une langue poussée à bloc le territoire des corps.
Une femme et un homme se parlent. Ils évoquent leur séparation, parlent de l'avant et
du maintenant. À la question : « Qui aime-t-on quand on aime ? », Pascal Rambert
n'apporte pas de réponse toute faite. Il circule dans les possibles. Dans la brutalité d'un
verbe omniprésent, dans l'incroyable rigueur d'une écriture froide et meurtrière se
déroule un combat sans merci. Ils sont à armes égales, mais ne les utilisent pas de la
même façon. Il y a le masculin et le féminin. Il y a deux regards, deux silences, deux
paroles pour dire la violence d'un amour qui meurt.
« À travers la juxtaposition de quatre propositions artistiques, L’IMAGE est recréé
chaque soir pour un petit nombre de spectateurs installés sur un parterre de gazon et
s’offre à eux tel un paysage d’émotions et de sensations à traverser ».
Arthur Nauzyciel
* La Triennale d’art contemporain d’Aichi, créée en 2010, a rassemblé plus de 570 000
visiteurs. Cette seconde édition, qui se tiendra du 10 août au 27 octobre 2013, et aura
pour thème “Awakening – Where Are We Standing? – Earth, Memory and Resurrection”
(Prise de conscience – Où en sommes-nous? Terre, mémoire et résurrection). Dans ce
cadre, la triennale a décidé de consacrer un des volets de la programmation arts de la
scène à l’œuvre de Beckett.
En partenariat avec :
En partenariat avec :
THEATRE
PERFORMANCE POETIQUE
WINTER FAMILY
JERUSALEM PLOMD DURCI
•
LES SOUFFLEURS COMMANDOS POETIQUES
SAKURA ZENSEN
AVANCEE DU FRONT DE FLORAISON
Septembre 2013 : Tottori Bird Festival*
•
Un voyage dans une dictature émotionnelle / une performance de théâtre
documentaire.
Une jeune femme de Jérusalem nous guide lors d’un voyage sonore,
textuel et visuel à travers la société israélienne.
La douleur, la mémoire et le courage sont célébrés de toutes parts, les
codes et les symboles sont étirés jusqu'à l'épuisement.
Les chants, les discours, les sirènes et les danses sont omniprésents de la naissance à
la mort des individus qui, pris en otage, deviennent alors les acteurs d'une éblouissante
et macabre hallucination collective et se projettent dans un tourbillon violent, triste et
national. Israël accélère sa fuite en avant désespérée et vaine : la dictature
émotionnelle.
Avril 2013 : Fukuoka, Hiroshima, Osaka, Nagoya, Tokyo - à l’occasion de
Roppongi Art Night, Sendai et Fukushima
Volées d’hirondelles, Lignes d’horizon,
Lignes de crêtes, Approches éventail,
Figures, Commandos, Apparitions,
disparitions, Écritures corporelles,
Sentinelles, Courriers personnels,
Trous d’arbres, Tempêtes littéraires,
Marches sur l’eau… seront les modes
opératoires artistiques des Souffleurs
– commandos poétiques pour Sakura
Zensen.
Au Printemps 2013, en collaboration artistique avec le Repertory Theatre KAZE, les 30
comédiens français et japonais créeront au Japon « Sakura Zensen – Avancée du front
de floraison », une transhumance littéraire composée d’interventions poétiques,
graphiques et humaines escortant l’avancée du front de floraison des cerisiers, sur 2000
Km du Sud au Nord du pays. Projet nomade et éphémère, souple et furtif car assujetti
aux caprices de la nature et aux contraintes liées aux interventions dans l’espace public
japonais.
* Depuis 2008, le Tottori Bird
Festival, évènement majeur
des arts de la scène au
Japon,
invite
de
nombreuses
compagnies
nationales et internationales
à se produire devant un
public
toujours
plus
nombreux.
« Les Souffleurs commandos poétiques sont arrivés à Tokyo, le lundi matin 14 mars, trois jours après la
terrible catastrophe qui a frappé le Japon. Nous avons commencé à répéter avec les acteurs de la Tokyo
Acting Troupe Kaze à Tsukiyono, le 14 mars, lieu de création de la troupe Kaze situé à 180 kms au nord
ouest de Tokyo. Quand la seconde explosion s’est produite à la centrale de Fukushima, nous avons de
décider de quitter le Nord pour rejoindre le Sud du Japon.[…] Après réunion entre nous, malgré notre
tristesse et notre farouche volonté de rester au Japon, nous avons décidé qu’il devenait très difficile
d’exprimer notre geste artistique avec sérénité et que nous étions dans l’incertitude absolue de la justesse
de notre geste. Je voulais affirmer, par cette lettre, notre volonté de ne pas abandonner ce projet. Il n’est pas
question pour nous de renoncer. Nous voulons revenir, aux côtés du Kaze, le plus vite possible pour
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
déployer ce projet auquel nous croyons fondamentalement. C’est une question d’honneur et d’amitié. »
[Extrait d’une lettre d’Olivier Comte adressée aux partenaires japonais, le 24 mars 2011]
En partenariat avec :
PLURIDISCIPLINAIRE
PLURIDISCIPLINAIRE
3ème NUIT BLANCHE A KYOTO
•
OUUNPO,
UN LABORATOIRE MOBILE
Octobre 2013, Kyoto
•
Juin 2013, Tokyo / Yokohama
Ce projet fédérateur s’inscrit dans un réel travail de partenariat avec
des opérateurs culturels, institutionnels, informels et alternatif
d’importances tant à Tokyo qu’à Yokohama (360° Gall ery, Head
Hammer Studios, Mori Museum, Spiral Woacal Art center, Ambassade
de Suède, Institut Goethe, Musashino Art University, etc.). De part sa
volonté d’investir le territoire défini en s’adaptant, en travaillant et en
valorisant ses particularités (contraintes, opportunités…), ce laboratoire mobile offre au
collectif OUUNPO la possibilité de mettre en avant la création contemporaine
européenne et japonaise par le biais d'ateliers, de rencontres artistiques et de débats.
Ancienne capitale impériale, haut lieu de la culture et des arts traditionnels japonais et
jumelée avec Paris, les rues de Kyoto et ses institutions culturelles mettront la création
contemporaine à l’honneur, le premier week end d’octobre 2013.
Fidèle au concept d’origine, consistant à mettre en contact les citoyens avec la création
contemporaine, lors de déambulations nocturnes dans une ville soudain habitée par
l’esprit vif et surprenant de la création artistique, la « Nuit Blanche » de Kyôto se
déroule le même jour que celle de Paris, les deux villes étant unies, depuis 1958, par un
pacte d’amitié. Cette manifestation, créée en 2011 attire un public toujours plus
nombreux.
L’édition 2012 qui a présentée de nombreux projets dans différents lieux de la ville à
rencontré un vif succès.
Cette troisième édition célébrera par ailleurs, le Cinquantième
anniversaire du Traité de l’Elysée, marquant l’amitié et la coopération
Franco-allemande.
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
OUUNPO est un collectif d’artistes, curateurs et chercheurs résidant et créant à Paris,
qui forme un laboratoire mobile dans le but de co-créer et de partager un savoir et des
pratiques artistiques, liées aux quatre villes de Sao Paulo, Beyrouth, Stokholm et
Tokyo/Yokohama.
OUUNPO présente la transdisciplinarité
comme la clef de son projet. Il présente
ainsi, pendant 10 jours dans différents
lieux,
performances,
projections,
lectures, concerts… en collaboration
tant avec des institutions publiques,
culturelles, des groupes informels et /ou
alternatifs dans chacune des villes
d’accueil. Les fruits de ces rencontres,
productions, créations, réflexions et
travaux de groupe seront présentés
dans un recueil publié par le British Art Council.
Un livre présentant les travaux réalisés dans les 4 villes investies sera édité.
CONTES
PLURIDISCIPLINAIRE
ANNE WAMBERGUE, MICHA DERIDDER
LA GARDE-ROBE A VOYAGER,
UNE COLLECTION DE VALISES
-
COMPAGNIE BALABOLKA- RAGUKO
-
Avril 2012, IFJ- Tokyo dans le cadre du Café-concert*
Et en tournée à Fukuoka et Sapporo
IFJ-Tokyo : le 31 mai 2013, dans le cadre de « La Nuit de la philosophie »
IFJ-Kansai, première quinzaine de juin 2013, Osaka, Kyoto
IFJ-Yokohama : deuxième quinzaine de juin 2013, dans le cadre du Mois de la
France*, en collaboration avec Zonohana Terasse et l’IF Paris-Ville de Nantes
Une Collection de valises est un projet
interdisciplinaire et itinérant dans les lieux d’art
à la rencontre de plusieurs villes japonaises.
Une valise (la première valise) est composée
de vêtements singuliers, mis en scène sous
forme de performances habitées par Anne, et
proposées à l’essayage du public. Sur place, les artistes
explorent le rapport au geste et au vêtement afin de concevoir la
valise du retour (la valise Japon).
Anne Wambergue & Micha Deridder conçoivent différentes
performances questionnant les lieux et le public où elles se réalisent. Elles se sont
rencontrées aux Beaux-arts de Nantes et travaillent ensemble depuis 1998 sur
différents projets. Micha explore les limites du vêtement, enlevant les codifications,
allant à l'essentiel : une forme, une matière. Anne s'y glisse et le met en mouvement, lie
son corps à la forme, la développe et joue avec elle. Elles le mettent en scène dans le
contexte donné : une performance dans le jardin de la Fondation Cartier à Paris, un
dialogue avec les œuvres de la collection d'art contemporain du Mac Val à Vitry (entre
autres). Avec un brin d'humour, beaucoup de légèreté, leurs propositions amusent et
intriguent.
*Le mois de la France à Yokohama : Depuis 2005, le mois de juin à Yokohama est dédié à la
France. Nombre de commerces de la ville mettent en avant leurs produits français tandis que les
institutions culturelles, en collaboration ou sur proposition de l’Institut français du Japon à
Yokohama, présentent la culture française au travers des expositions, des manifestations
gastronomiques, des programmations cinématographiques, des spectacles, des conférences...
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
La Compagnie Balabolka, fondée en 2006, s’inscrit dans le renouveau du conte : entre
tradition et modernité, elle perpétue les histoires ancestrales du monde entier tout en
imaginant la scène de demain. Elle emmène son public à la découverte des contes
japonais et d’ailleurs par les chemins croisés de la tradition et de l’humour.
Riche d’un répertoire de 19 spectacles de contes présentés en France et en Asie, de
plusieurs créations théâtrales, d’ateliers de formation artistique, la Compagnie
Balabolka construit une scène inventive au plus près de tous les publics.
Lauréate 2009 de la Villa Kujoyama à Kyoto qui accueille des créateurs et chercheurs
confirmés, elle est l’unique dépositaire du Rakugo, art du Conte japonais, en France.
Après le succès rencontré en 2012 par leur spectacle Histoires tombées d’un éventail,
la compagnie sera de nouveau invitée en 2013 pour faire voyager le public vers les
terres de France et du monde, sous la forme de récits de tradition orale.
*café concert : Le café-concert ou caf’conc comme on l'appelle familièrement est à la
fois « une salle de concert et un estaminet, réunissant dans son enceinte un public qui
paie en consommations le plaisir d’entendre des romances, des chansonnettes ou des
morceaux d’opéra ». C'est un lieu de liberté où la proximité et l'intimité avec le public
sont ses principales caractéristiques. Cette définition courante résume bien le concept
du nouveau rendez-vous musical que l’Institut français du Japon vous propose en 2013.
Arts
visuels
© Philippe Ramette,
artiste invité à la Triennale d’Aichi 2013
LA PROGRAMMATION 2013 DE
L’INSTITUT FRANÇAIS DU JAPON
POUR LES ARTS VISUELS
PHOTOGRAPHIE
◆ GERARD RONDEAU-
C’EST ECRIT !
LE SUSPECT HABITE AU 23
- L’IFJ-Tokyo : novembre – décembre dans le cadre de Feuilles d’Automne 2013
L’Institut français du Japon et l’Ambassade de France assurent un rôle unique majeur
de repérage, d’expertise, de conseils artistiques et de soutien auprès de ses
partenaires français et japonais, favorisant l’ancrage des artistes français et des projets
de coopération artistique franco-japonais.
En 2013, la création contemporaine française dans les arts visuels sera présentée dans
toute sa diversité : installations vidéo et performances, expositions photographiques et
itinérantes, projets transdisciplinaires… huit projets d’artistes de renom et/ou émergents
bénéficieront d’une visibilité toute particulière sur l’ensemble du territoire japonais.
Tous les projets de l’IFJ et de l’Ambassade de France au Japon sont préparés et
organisés en partenariat avec des institutions japonaises, gage de rayonnement, de la
meilleure couverture médiatique et d’influence culturelle.
-
JR au Watarium. Artiste contemporain français majeur, il expose ses
photographies en noir et blanc dans la rue, qu'il qualifie de « plus grande galerie
d'art au monde » attirant ainsi l'attention de ceux qui ne fréquentent pas les
musées habituellement. Son travail mêle l'art et l'action et traite d'engagement,
de liberté, d'identité et de limite.
-
Les Blanches Neige de Catherine Bay, performance artistique, à l’occasion de
Roppongi Art Night, nuit dédiée à la création contemporaine et le plus grand
évènement public de Tokyo dans ce secteur.
-
Philippe Ramette, sculpteur mettant en scène ses créations dans des
situations renversantes, et Stéphane Couturier, photographe de la construction
et de la destruction des villes seront invités à la Triennale d’Aichi à Nagoya.
-
Sophie Calle au Hara Museum : artiste plasticienne, photographe, écrivain et
réalisatrice mondialement connue dont le travail consiste depuis plus de trente
ans, à faire de sa vie, notamment les moments les plus intimes, son œuvre en
utilisant tous les supports possibles (livres, photos, vidéos, films, performances,
etc.).
-
La garde robe à voyager de Micha Derrider et Anne Wambergue sera
présentée à l’occasion du mois de la France à Yokohama et en itinérance dans
le réseau de l’Institut Français du Japon.
-
L’Institut français du Japon sera également partenaire du premier festival de la
photographie de Kyoto, Kyotographie, qui présentera une dizaine d’expositions.
«Il y a tout près de nous, autour de nous, un immense livre que nous ne lisons jamais ».
– Christian Caujolle
« C’est écrit » : dans les paysages de
Champagne qui lui sont chers, avec l’aide de
Victor Hugo, Cendrars, Apollinaire ou René
Daumal, Gérard Rondeau, recrée l’imaginaire
qui nous entoure et nous échappe et nous
convie à une balade littéraire, légère et fugace.
Il donne ainsi vie à un livre étrange, C’est écrit,
ciselé de paroles lumineuses, de propos
éphémères, de lettres à la dérive, et de verbes
silencieux.
« Le suspect habite au 23 » : Léo Malet, Ed Mac Bain, Peter Falk, Robin Cook, Bilal,
Jean-Patrick Manchette, Jean Vautrin, Frédéric Dard,
Claude Chabrol, Didier Daeninckx, Daniel Pennac,
Patricia Highsmith, Frédéric Fajardie, Jean-Pierre Mocky,
Thierry Jonquet, Sébastien Japrisot, Jérôme Charyn,
Richard Morgieve, Samuel Fuller, Jean Meckert, René la
Canne : Rondeau sort de ses tiroirs des portraits réalisés
pour la plupart il y a une vingtaine d'années et les
flanque au milieu des rues de Reims : un jeu de piste
unique mêlant l'univers des grands du polar et la ville
presque inquiétante, une vraie suite rémoise et policière.
Des Galeries Nationales du Grand Palais à Paris à la National Gallery de Jakarta, du
Mois Européen de la Photo à Paris au Festival de la Luz à Buenos-Aires, du musée de
l’Elysée à Lausanne au Martin-Gropius-Bau à Berlin, Gérard Rondeau présente de
nombreuses expositions personnelles. A Istanbul, New York, Sarajevo, Rome, il
invente des séries particulières. Rondeau voyage dans un monde en noir et blanc, il
emprunte des chemins sans fin, joue avec les mots, les jeux d’ombre et les silences, il
assemble des histoires et restitue des mondes en souffrance. Rondeau est un
photographe rare et singulier. Ses livres et ses expositions ressemblent à des journaux
intimes, à des romans.
PHOTOGRAPHIE
◆ EXPOSITION JR AU WATARI-UM
- Exposition de photographies au Watari Museum of Art, Tokyo (9 février-juin)
PHOTOGRAPHIE
◆ PLANETE FEMMES
- Exposition de photographies dans les Alliances françaises de Sapporo, Sendai, Nagoya et
Tokushima.
A l'occasion de la Journée de la femme
du 8 mars, s’appuyant sur le réseau
international des Alliances françaises, le
concours photo « Planète femmes » met
à l’honneur les femmes du monde et
permet de montrer le travail de
photographes amateurs issus de plus de
80 pays.
L'exposition, réunissant les 42 photos
des 21 lauréats, après avoir été exposée
dans l’une des galeries d’Agnès b. à
Paris puis dans la galerie de la Fondation, sera présentée dans les Alliances françaises
du Japon.
(Photographie du projet Women are heroes)
Le musée Watari-um organisera en 2013 la première rétrospective JR en Asie, et
présentera les œuvres majeures qui ont ponctué la carrière de l’artiste (Women are
heroes, The Wrinkles of the City…), notamment par l’affichage de photos de 25 mètres
sur 20 sur les murs extérieurs du bâtiment. Il est également prévu qu’une cabine photo,
circule dans le Tohoku pour que les habitants de la région puissent se prendre en photo.
Ces clichés seront exposés dans le musée durant l’exposition.
En partenariat avec :
JR, né en 1983, expose ses photographies en noir et blanc dans la rue, qu'il qualifie de
« plus grande galerie d'art au monde». Il expose librement dans les rues du monde
entier, attirant ainsi l'attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées
habituellement. Son travail mêle l'art et l'action et traite d'engagement, de liberté,
d'identité et de limite. JR crée un art qui s'affiche, sans y être invité, sur les immeubles
des banlieues parisiennes, sur les murs du Moyen-Orient, sur les ponts brisés d'Afrique
ou dans les favelas, au Brésil. Il a été récipiendaire du Prix TED en 2011.
En partenariat avec :
PHOTOGRAPHIE / PEINTURES
◆ MARIE DROUET & CHIHIRO MINATO,
DISTANCE / CONTINUITY
- Du 10 janvier au 3 février à l’IFJ-Tokyo
- A l’IFJ-Kansai, Kyoto
De la rencontre entre le japonais Chihiro Minato et Marie Drouet, dont les œuvres
étaient au même moment exposées à Nantes, est né un dialogue qui a pu donner lieu à
un véritable atelier.
Ce projet résulte d’une exposition commune sur le thème du paysage, celui de
l’après-Fukushima. Certaines pièces avaient été commencées avant mais avec la
catastrophe, la collaboration des deux artistes a profondément mutée. Ce sont deux
visions qui se répondent ainsi : l'une, à l'encre acrylique, est inscrite dans la continuité
d’un travail déjà amorcé, et l'autre, sur négatif, complètement bouleversée.
Les photographies de Chihiro Minato rayonnent d’une intensité d’autant plus
saisissante que les lieux photographiés sont désormais vides de toute présence
humaine. Marie Drouet, elle, les saisit par des coloris et des traits enchevêtrés, entre
effacement et mise en exergue. Si elle a recours à des supports divers – long rouleau, «
fisheye », dessin à l’encre, ou film – il s’agit toujours d’interroger le paysage plutôt que
d’en proposer simplement des images. Avec leurs œuvres, aux frontières de
l’imaginaire et du réel, du concret et de l’abstrait, Marie Drouet et Chihiro Minato
inventent une nouvelle logique paysagère.
Avec le soutien de :
PHOTOGRAPHIE / VIDEO
◆SOPHIE CALLE, POUR LA DERNIERE ET
POUR LA PREMIERE FOIS
- Exposition au Hara Museum of Contemporary Art du 20 mars au 23 juin 2013
- Projection des films Double blind et No sex last night suivie d’une discussion entre Hiroshi
Sugimoto et Sophie Calle à l’IFJ-Tokyo le 16 mars
Sophie Calle collabora avec le
Musée Hara en 1999 pour
présenter pour la première fois
l’exposition Douleur exquise,
issue de sa résidence au Japon
pendant 3 mois. Le projet connut
un immense succès. 14 ans après cette
première exposition, le Musée Hara présentera
ses derniers travaux dans lesquels le thème de
la disparition de personnes ou d’objets, dont
l’existence est avérée par quelques traces et
dont l’absence est enregistrée par la photographie, constitue également un thème de
prédilection de l’artiste et offrira l’opportunité à cette artiste de renommée internationale
(elle représenta la France à la Biennale de Venise en 2007) de toucher une seconde
fois un public japonais très attentif à ses œuvres.
Sophie Calle propose une réflexion sur l’absence, sur la privation et la compensation
d’un sens, sur la notion de visible et d’invisible. L’exposition, organisée en deux parties,
s’intitule « Pour la dernière et pour la première fois » réalisée à Istanbul à l’occasion de
sa Biennale en 2011. Depuis plus de 30 ans, Sophie Calle développe une œuvre
polymorphe, utilisant tous les supports (livres, photos, vidéos, films, performances, etc.)
dans laquelle elle interroge limite poreuse entre sphère publique et sphère privée et le
caractère interchangeable des positions du voyeur et de l’exhibitionniste. En parallèle,
l’Institut français du Japon à Tokyo organisera la projection du film Double blind qui sera
suivie par une discussion entre l’artiste Hiroshi Sugimoto et Sophie Calle.
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
PHOTOGRAPHIE
EXPOSITION
◆ TRIENNALE D’AICHI
◆ KYOTOGRAPHIE
- 12 avril au 6 mai dans plusieurs lieux emblématiques de Kyoto–(machiyas, temples,
sanctuaires, etc.).
- 10 août au 27 octobre
La Triennale d’Aichi (triennale pluridisciplinaire) créée en 2010 (plus de 570.000 visiteurs)
se tiendra pour sa seconde édition du 10 août au 27 octobre. Cette édition prend place dans
un contexte d’après 11 mars et aura pour thème “Awakening – Where Are We Standing? –
Earth, Memory and Resurrection” (Prise de conscience – Où en sommes-nous? Terre,
mémoire et résurrection). Environ 75 artistes japonais et étrangers participeront dont 2
artistes français : Philippe Ramette nouvelle production en cours de discussion avec l’artiste.
Stéphane Couturier présentera 8 grands formats de la série « Melting Point series ».
© Tadashi Ono
Il s'agit de la première édition d’un festival international de photographie qui se
déroulera chaque année au printemps à Kyoto à partir d'avril 2013. "Une dizaine
d'expositions, dans des lieux emblématiques, machiyas, temples, sanctuaires d'accès
facile au grand public. Les expositions auront une véritable identité locale, illustrant un
lien direct avec la ville de Kyoto et son patrimoine culturel, mais aussi sa
contemporanéité. Ceci s'exprimera à travers le regard de photographes et d'artistes des
arts visuels locaux, ou encore à travers des expositions qui mettront en perspective
photographie et Artisanat d'Art, patrimoine vivant de l'ancienne capitale. Le reste de la
programmation offrira un voyage à travers le regard de photographes du monde entier
et de différentes époques. Ce festival a pour but premier de faire découvrir la
photographie ancienne et contemporaine au public japonais et international. Au-delà de
cette aspiration, il s'agirait de revaloriser cette photographie qui s'est glissée de façon
galopante dans le quotidien des Japonais et lui redonner la dimension artistique qu'elle
mérite." L’IFJ présentera :
- une exposition, présentée lors des Rencontres d’Arles 2012, de Tadashi ONO,
ancien élève de l’Ecole Nationale de Photographie d’Arles et Professeur à
l’Université des Arts et du Design de Kyoto,
- deux évènements, l’un en écho à l’exposition Nicolas BOUVIER (Suisse) :
projection du film Le vent des Mots de Olivier Bauer et l’autre en écho de
l’exposition de Tadashi ONO une conférence/débat (Rémy FENZY, Directeur de
l’ENP d’Arles et François HEBEL, Directeur des Rencontres) dans le cadre du
festival "Kyotographie".
ARTISTES :
Malik
SIDIBE,
Nicolas
BOUVIER,
Eikoh
HOSOE,
Shiro
TAKATANI/DUMBTYPE, Tadashi ONO, Collection Christian Polak - L’Age d’Or de la
Photographie japonaise.
En partenariat avec :
◆ PHILIPPE RAMETTE- NOUVELLE CREATION
Philippe Ramette est un installateur. Né en 1961, il aime défier les lois de la gravité et de
la logique. Cet artiste sculpteur, photographe et dessinateur est l’auteur d’installations
surréalistes qui le mettent en scène dans des postures improbables et illogiques. Ses
installations captent la sculpture mise en scène dans un mélange de tragédie et de
comédie qui fonctionnent comme une énigme à résoudre.
L’artiste réalise des performances acrobatiques sans trucage ni retouche numérique
dans le but de montrer le côté absurde de l’existence et de réaliser des exploits
ordinairement impossibles à l’homme. Ses expérimentations usent d’un savant dispositif
de harnais et d’attelles qu’il met, de temps à autre, en lumière. Ses prothèses-sculptures
permettent de s’élever physiquement et corriger la manière de considérer le monde et sa
représentation.
◆ STÉPHANE COUTURIER – SÉRIE « MELTING-POINT »
Avec la série « Melting Point », la ville, l’industrie, les paysages construits
sont, pour Stéphane Couturier un moyen de rendre compte d'une réalité
qui n’est plus faite de choses isolées mais d'une réalité en mouvements
et transformations continus.
Façades de bâtiments, d’usines, Stéphane Couturier fait dériver l’aspect documentaire
de la photographie, pour déplacer et dépasser sa dimension purement narrative.
Photographe, Stéphane Couturier a été révélé à partir de sa série consacrée à l'usine
de Renault à Boulogne-Billancourt. Ses œuvres sont essentiellement constituées de
grands formats dans lesquels l'œil du spectateur se perd, captif de détails.
Stéphane Couturier a été exposé à de nombreuses reprises, notamment à la
Bibliothèque nationale de France à Paris, au Séoul Museum of Art, au Musée
d'Architecture de Moscou, à l'International Center of Photography à New York, au
Centre Georges Pompidou à Paris, à Los Angeles County Museum, à la National
Gallery of Canada, au Grand-Duc Jean Museum au Luxembourg, à l’Art Institute of
Chicago.
Il a reçu le prix Nièpce et a été nommé au prix Marcel Duchamp en 2003.
En partenariat avec :
Coordination générale de la présence française assurée par l’Alliance
française de Nagoya
Digital choc 2013
du 9 février au 3 mars
DIGITAL CHOC
En 2012, l’Institut franco-japonais à Tokyo a organisé la première édition du Mois du
Numérique, un festival destiné à mettre en lumière la créativité française dans les
domaines des cultures numériques et des nouvelles images. Cette manifestation a
su toucher un public large et renouvelé en abordant tous les domaines de la création
numérique : de l'art contemporain à la vidéo, de l'architecture à l'industrie du jeu vidéo
en passant par l'édition numérique, les musiques actuelles et les arts de la scène.
Après le succès de la première édition en 2012, l’Institut français du Japon renouvelle
donc l’expérience numérique et organise, du 9 février au 3 mars 2013, la seconde
édition de ce festival, intitulé Digital Choc.
À travers la thématique des « territoires numériques », l’édition 2013 souhaite explorer
les domaines que le numérique a bouleversés, influencés, révolutionnés. En particulier,
notre rapport à l’espace trouvera une nouvelle dimension dans l’installation lumineuse
créée spécialement dans le jardin de l’Institut par Caty Olive, comme une
reconstruction de cet espace si particulier au sein de la ville. L’espace urbain, traversé
par les signes de nos nouveaux moyens de communication, s’incarnera en pluie de
lettres dans l’installation du couple d’artistes HP process, Words City, prix « Arte
Creative » au Festival d’Enghien-les-Bains, dans laquelle le spectateur interagit par le
biais de son téléphone portable. Benoit Broisat, un ancien résident de la Villa
Kujoyama, présentera un film cartographiant entièrement la baie de Tokyo, après un
travail préparatoire effectué suite à sa résidence. Dans le cadre de Digital Choc,
LM3LABS saisira l’opportunité de l’année du serpent pour présenter une
"augmentation" du corps des visiteurs qui leur permettra de repartir avec le symbole de
leur année.
Seront également présentés le projet Pop-Up, développé par le CNAP et regroupant les
œuvres interactives de 10 artistes sur clé USB, ainsi que la bande-dessinée en réalité
augmentée La Douce de François Schuiten, dont le moteur est développé par
Dassault.
Nos horizons sonores seront également traversés par les technologies numériques,
comme nous le rappelleront le duo GangPol & Mit à l’occasion de la soirée d’ouverture
ou 2080, avec leurs univers très influencés par les jeux vidéo.
Les vastes territoires du jeu vidéo et de l’art vidéo seront à l’honneur, à travers d’abord
une rétrospective des œuvres marquantes d’Eric Chahi, créateur français majeur du
jeu vidéo, qui a collaboré avec la société française Ubisoft. Mais également au travers
d’ un nouvel acteur novateur dans le paysage, Les Editions Volumiques, à mi-chemin
entre édition de jeux de plateau et utilisation de tablettes iPad.
Un programme proposé par le festival les Instants vidéos à Marseille (capitale
européenne de la culture) à l’occasion de son 25ème anniversaire, retracera les 50 ans
de l’histoire de cette forme d’art apparue avec la première caméra vidéo légère mise sur
le marché, le Portapack, développée au Japon par Sony.
Les œuvres proposées dans Digital Choc seront présentées dans plusieurs villes du
réseau culturel français au Japon (5 antennes de l’IFJ et 4 Alliances françaises), ainsi
que dans des lieux partenaires (salles de concert, magasins, cinémas, galeries…).
INSTALLATION INTERACTIVE
◆HP PROCESS, WORDS CITY
- Installation : du 14 février au 3 mars à l’Institut français du Japon – Tokyo et du 16 février
au 3 mars à l’IFJ-Kansai / Kyoto
- Performances à l’Apple store Ginza (12 février), à l’IFJT (14 février) et à l’IFJ-Kansai (16
février)
http://databaz.org/hp-process/
Words city est une installation
interactive et générative sur la
toponymie urbaine révélée par la
participation
des
citadins
circulant dans la ville. En se
connectant avec leur smartphone
à un petit site mobile, les participants peuvent
envoyer le nom de la rue, de la place, du
quartier où ils se trouvent, ou le nom du monument, du café, du restaurant, de la station
de métro devant lequel ils sont... Ces mots sont ensuite envoyés à l'installation, ils
apparaissent alors à la surface de l'écran, traversant une trame vibrante de lettres, et ils
composent un texte aussi mouvant et aléatoire que les déambulations urbaines des
habitants. Lorsque qu'ils passent devant ce mur de mots, la silhouette des passants est
captée et incrustée dans la masse de lettres et lui donne de nouveaux mouvements. Ce
sont les passants qui animent cette cartographie poétique de la ville en étant à la fois
les vecteurs et les moteurs des flux de mots, chargés de la géographie et de la mémoire
de la ville.
HP Process a reçu le prix Arte
Creative pour l’installation WORDS
CITY au festival des
Bains
numériques à Enghien-les-Bains du
9 au 16 juin 2012
INSTALLATION
◆ CATY OLIVE, ETUDE DES FLUIDES
Création in situ,
du 14 février au 3 mars, dans le jardin de l’Institut français du Japon – Tokyo
Un parcours lumineux spécialement conçu pour
le jardin de l’IFJ à Tokyo, un microcosme
ouvrant sur l’espace urbain.
L'installation prévue pour le jardin associe
lumière et micro diffusion d'eau par brumisation.
La lumière prend corps et se transforme dans le
volume d'une brume mouillée. La pièce est
prévue pour prendre place au milieu du jardin,
entrant ou pas en relation avec l'arbre central.
Formée à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, Caty Olive crée
des scénographies lumineuses. Elle partage ses activités entre des projets
d’architecture, expos, installations plastiques, et de spectacles chorégraphiques. A
travers ces différentes activités, les recherches sur les mouvements de glissement et de
vibration de la lumière l’attirent tout particulièrement. Depuis 93, elle collabore ou a
collaboré comme concepteur d’éclairage - scénographe à des projets chorégraphiques
de la scène contemporaine, notamment avec Marco Berrettini, Christophe Haleb,
Martine Pisani, Myriam Gourfink, Emmanuelle Huynh, et de façon plus privilégiée avec
Christian Rizzo. Ses derniers travaux sont Mon Amour pièce chorégraphique créée à
l’Opéra de Lille, Ni Cap ni couronne, commande du ballet de l’Opéra de Lyon et, en
cours : Erwartung, opéra de Schönberg pour le Capitole à Toulouse.
A noter : l’artiste sera en résidence au Tokyo Wonder Site - pendant 2 semaines (début
février).
INSTALLATION INTERACTIVE
INSTALLATIONS INTERACTIVES
JEUNE PUBLIC
◆ POP UP
Une installation originale proposée par 10 artistes contemporains sur clé USB, présentée dans
plusieurs autres villes.
http://www.cnap.fr/pop-2011
Développé par le CNAP (le Centre National des
Arts Plastiques), ce projet a consisté à passer
commande à dix artistes contemporains dont
l’œuvre témoigne d’une appropriation singulière
des technologies de l’image. Chacun d’entre eux
a imaginé un projet prenant forme et place dans
l’espace d’une clé USB. Interaction et
questionnement des nouveaux médias,
ce
projet ludique permet de repenser la singularité
d’une économie de l’immatériel et de prendre la
mesure de la place des images dans nos sociétés.
Avec les oeuvres de :
Christophe Berdaguer et Marie Péjus - Maisons sans clés
Samuel Bianchini - Keywords
Mathieu Briand - Tour de clé
Agnès de Cayeux - Sex Offenders, California Department of Justice's Internet
Claude Closky - Comptabilité (Accountacy)
Marika Dermineur et le collectif RYBN - OK
Benoît Durandin avec Katerina Chryssanthopoulou – Reclus
Valery Grancher : This is it ...
Stéphane Sautour : Ihmekalu
Cédric Scandella : Grey Writing
◆ LM3LABS
Installations et applications en réalité augmentée à l’Institut français du Japon - Tokyo
du 14 février au 3 mars
LM3LABS est une société innovante basée
au Japon, à Singapour et en France, fondée
en 2003 par une équipe de chercheurs,
d’ingénieurs et de designers venant d’horizons différents mais tous liés par leur passion
pour les nouvelles interactions homme-machine. Pionnier dans le domaine des
interactions gestuelles, LM3LABS développe des technologies basées sur la vision par
ordinateur et les applique aux mondes de la muséographie, des grandes marques et de
l'architecture d'intérieur.
Dans le cadre de Digital Choc, LM3LABS saisit l’opportunité de l’année du serpent pour
présenter une "augmentation" du corps des visiteurs qui leur permettra de repartir avec
le symbole de leur année.
EDITION NUMERIQUE
EDITION NUMERIQUE
JEU VIDEO
JEUNE PUBLIC
◆LES EDITIONS VOLUMIQUES
- Présentation des productions de cette maison d’édition d’un nouveau genre
- Applications sur iPad destinées au jeune public, dans les médiathèques du réseau culturel
français au Japon
Du 14 février au 3 mars à Tokyo
17 février à Osaka
http://www.volumique.com/fr/
Maison d‘édition innovante, les Editions
Volumiques sont tout à la fois éditeur de livres en
papier exploitant les possibilités de l’informatique
et laboratoire de recherche sur le support papier
et ses rapports possibles avec les nouvelles
technologies. Chacune de ses publications
enrichies un livre des émotions liées au monde
numérique, amplifiant le champ sensoriel du
lecteur et lui ouvrant les portes de l’interactivité
digitale.
◆FRANCOIS SCHUITEN, LA DOUCE
Présentation de la BD en réalité augmentée publiée chez Casterman
du 14 février au 3 mars
http://www.12-ladouce.com/
François Schuiten n'a que 16 ans lorsque ses planches sont
publiées pour la première fois dans l'édition belge de Pilote. A
l'atelier bande dessinée de l'Institut Saint-Luc, il rencontre
Claude Renard avec qui il réalisera deux albums, regroupés
sous le titre Métamorphoses. Avec son frère Luc, il élabore au fil
des ans le cycle des "Terres creuses", dont trois albums sont
parus à ce jour. Depuis 1982, il travaille avec son ami d'enfance
Benoît Peeters à la série "Les Cités obscures", dont les albums
ont été traduits dans une dizaine de langues et obtenu de
nombreuses récompenses. En janvier 2002, il reçoit le grand prix
d’Angoulême.
François Schuiten a également dessiné d'innombrables
affiches, illustrations, sérigraphies et lithographies,
collaboré à la conception graphique de plusieurs films, au
scénario de deux documentaires-fiction et réalisé de très
nombreuses scénographies. Il est également le
responsable de deux stations de métro et fut le concepteur
du gigantesque Pavillon des Utopies (A planet of visions)
qui a accueilli cinq millions de visiteurs à l’Exposition
Universelle d’Hanovre en l'an 2000, ainsi que du pavillon
belge à l'Exposition de Aïchi 2005.
Féru de locomotives à vapeur, François Schuiten a
travaillé pendant deux ans sur sa bande dessinée "La
douce", l'histoire d'un mécanicien passionné par sa machine, la 12.004. Dassault
systèmes, qui a décidé de redonner vie à cette locomotive mythique, a mis ses outils de
création au service de François Schuiten. Résultat, la bande-dessinée s'accompagne
d'une expérience de "réalité augmentée" : face à une webcam, la locomotive s'anime en
3D.
ART VIDEO
NOUVELLES IMAGES
◆ LES INSTANTS VIDEOS
PROGRAMME SPECIAL JAPON
◆ TOKYO DEMO FEST
Présentation de la demoscene japonaise – en pré-event, les 9 et 10 février à l’Institut français
du Japon – Tokyo
Apparue à la fin des années 80, la
demoscene est un genre culturel
composé de personnes qui voient dans
l'informatique un moyen d'expression
et d'expérimentation.
Graphistes,
musiciens et programmeurs pratiquent
leur art sur des machines modernes ou
anciennes, brisant les règles établies
et suivant un certain nombre de règles
tout à la fois. Leurs réalisations vont de
musiques qui rappellent ces vieux jeux sur console, à des effets visuels du niveau de
l'état de l'art.
Si la demoscene est à l'origine un mouvement profondément européen – ses
évènements les plus représentatifs ayant lieu en Finlande, en Allemagne ou en Norvège
– elle s'est aussi développée à travers le monde. Le Japon a également son
rendez-vous demo : le « Tokyo Demo Fest ».
Une telle rencontre, appelée demoparty, consiste à créer, découvrir les créations de
chacun, disputer des compétitions, partager son expérience et apprendre. L'ambiance
se veut festive et l'occasion d'établir de nouveaux contacts partageant une vision de ce
que peut être l'art numérique. « Tokyo Demo Fest », ce sont deux jours d'échanges et
de créativité.
Au programme :
Projection de démos
Conférences
Compétitions musicales
Compétitions graphiques
Compétitions de démos sur machines anciennes
Compétitions de démos sur machines modernes
du 14 février au 3 mars
Programme de projections dans le cadre du Japan Media Arts Festival, le 18 février
(Cinemart à Roppongi)
Débuter au Japon la célébration du
50e anniversaire de l’art vidéo est
symboliquement pertinent. D’abord
pour bien marquer que cet art a des
liens très forts avec l’Asie. Celui qui
est considéré comme son inventeur
(Nam June Paik) est coréen, mais avant de se rendre
aux USA, il a d’abord vécu des années
déterminantes pour sa formation artistique au Japon.
Dans le cadre de ce partenariat avec l’Institut français du Japon, les Instants Vidéo
proposeront en février 2013, une série d’œuvres d’artistes essentiellement français (ou
vivant en France), à la fois anciennes et récentes afin de bien souligner que l’art vidéo
est un art toujours en devenir, en mutation, en effervescence.
La sélection, loin d’être exhaustive, mettra à jour différentes tendances, différentes
esthétiques, différentes technologies, différents engagements poétiques et politiques
qui ont traversé l’histoire de l’art vidéo en France depuis les années 70 jusqu’à nos
jours.
Et comme Marseille sera en 2013 « Capitale Européenne de la Culture », nous
présenterons une programmation d’artistes vidéo vivant dans la région
Marseille-Provence : « Le Sud de la création vidéo ».
A noter : Ce projet fait partie de la thématique « Japon - Méditerranée 2013 »
ART VIDEO
MUSIQUES ACTUELLES
◆ GHOST TOKYO
Benoît Broisat
JEUNE PUBLIC
du 14 février au 3 mars
Derrière le Tokyo familier se devine un Tokyo latent, fait des dizaines de
projets avortés conçus par Kenzo Tange, Arata Isozaki, Kiyonori
Kikutake… A travers la vidéo Ghost Tokyo, ce sont ces points de repère
jamais sortis de terre mais dont la nostalgie fait peser sur la ville le
poids d'une présence fantôme que Benoît Broisat souhaitait
documenter. L’artiste a d’abord filmé à Tokyo les emplacements où ces
projets architecturaux non réalisés auraient dû se dresser. Il a ensuite
patiemment reconstitué chacun d'eux par ordinateur avant de les incruster en creux, en
y découpant leurs silhouettes, dans ses séquences vidéo. Paradoxalement, par leur
effacement même, ils accèdent enfin à la visibilité.
◆ GANGPOL & MIT
- Concert, performances, expos, ateliers pour enfants
- En tournée du 9 au 22 février dans plusieurs villes au Japon : Sapporo, Sendai, Tokyo, Kyoto,
Osaka, Kobe, Okayama, Hiroshima, Fukuoka, Beppu, Kumamoto
http://gangpol-mit.blogspot.jp/
Energétique, cybernétique, énigmatique : voilà ce
que sont Gangpol (musique) et Guillaumit (partie
graphique et vidéo), tous deux créateurs du duo
sonore et visuel Gangpol und Mit. De la musique
électronique
survitaminée
confrontant
de
nombreuses références, quelques personnages
loufoques et absurdes, et voilà des live
transformés en véritable performance visuelle,
avec projection, son et lumière. Leur style se
caractérise par une musique électronique
contrastée et mélodique, confrontant de
nombreuses références, les visuels élaborant des
personnages et environnements colorés sur la
base de formes géométriques simples. Sous un
aspect
général
ludique
et
humoristique,
apparaissent en permanence des situations
étranges, absurdes ou ironiques.
EXPOSITION
MUSIQUE CONTEMPORAINE
DEBAT D’IDEES
◆ CONTEMPORARY COMPUTER MUSIC
CONCERT (CCMC) 2013
Institut françaisTokyo (23 et 24 février)
Institut français du Kansai / Kyoto (26 février)
Concert d’orchestre de hauts-parleurs/Acousmonium-live
◆ JEU VIDEO : L’
’ART DU SIECLE
RETROSPECTIVE ERIC CHAHI
Du 14 février au 3 mars
Exposition et débats, à l’Institut français du Japon – Tokyo et Kansai, ainsi qu’à l’Alliance
française de Sapporo, avec un des plus grands maîtres français du jeu vidéo
La 17ème édition du concert de musique
acousmatique et électroacoustique CCMC2013
se déroulera cette année à Tokyo et à Kansai,
avec les classiques et les créations des
compositeurs français et japonais en « live »
sur un acousmonium, soit un orchestre de
hauts-parleurs.
A Tokyo, les oeuvres sélectionnées de la jeune
création seront également présentées, et les prix ACSM116, FUTURA et MOTUS y seront
décernés. Nous prévoyons des conferences-concerts par le Président du Jury Christine
Groult, compositrice française et professeur titulaire au Conservatoire de Pantin.
Festival annuel de musique contemporaine et expérimentale.
Graphiste, programmateur et concepteur de jeux vidéo, Eric Chahi est célèbre pour
Another World (Outer World au Japon), qu’il a réalisé en solo en 1991. Jeu culte,
Another World fut acclamé pour sa conception cinématographique, ses graphismes et
sa jouabilité due notamment à une narration exclusivement graphique. Au sein d’Ubisoft
Montpellier, Eric Chahi devient le directeur créatif de From Dust, un godgame sorti en
2011.
A l’IFJ-Tokyo (15 février), Eric Chahi débattra avec Fumito Ueda et Tetsuya Mizoguchi,
célèbres concepteurs de jeux vidéo, et Katsuya Terada, illustrateur, character designer
pour des animations et des jeux vidéo, pour discuter de l’influence et des implications
du jeu vidéo dans tous les domaines de la création. Le débat sera modéré par Keigo
Toyoda, rédacteur en chef du magazine Famitsu.
L’exposition présentera pour sa part les jeux qui ont marqué la carrière d’Eric Chahi. De
son premier jeu Frog, réalisé en 1983 et accompagné de dessins réalisés sur papiers
millimétrés, à From Dust sa dernière création en 2011, en passant par Another World
(1991), pierre d'angle de l'exposition.
Réseau
MUSIQUES ACTUELLES
◆ RENCONTRES D’AFFAIRES : TECHNOLOGIES DE
◆ RETOUR VERS LE FUTUR II (Live)
2080
13, 15 et 16 février à Tokyo
Artiste complet, habitué des collaborations en tous genres, 2080 est aussi un
authentique geek et une pointure du graphisme ! Son style rétro futuriste unique et
pêchu est un subtil mélange d’influences vidéo ludiques, dans la lignée de Takashi
Tareishi (Rockman) ou Chris Huelbeck (Turiccan), et de sons électro voisins de la très
plébiscitée French touch (Daft Punk, Dax riders, Mr.Oizo). Après un passage remarqué
lors de la première édition de Digital Choc, 2080 revient pour une mise à jour de nos
mémoires vives, le 13 février au WWW à Shibuya. Un artiste qui monte à ne manquer
sous aucun prétexte.
L’IMAGE ET CREATION DIGITALE
-
UBIFRANCE
Du 12 au 15 février à Tokyo
Ces rencontres ont pour vocation de permettre à des entreprises françaises de rencontrer des
partenaires et clients potentiels et de les familiariser avec les enjeux et problématiques du
marché japonais des secteurs de l’animation, des jeux vidéo, de la 3D et de la réalité virtuelle et
augmentée. Chaque entreprise bénéficiera d'un programme de rendez-vous individuel pendant
toute la durée de la mission et sera accompagnée des services d'un interprète si nécessaire.
En outre, un communiqué de presse collectif sera réalisé et diffusé à la presse spécialisée pour
annoncer la venue des entreprises participantes et informer de la tenue d’un évènement
networking réalisé en partenariat avec l’Institut Français du Japon.
Animation et contenus à destination du grand public : les jeux vidéo et les dessins animés.
L’industrie mondiale des jeux vidéo reste largement dominée par les acteurs nippons. Le Japon
est le deuxième marché mondial après les États-Unis. Même si le marché reste majoritairement
dominé par les acteurs nationaux, quelques firmes étrangères y sont bien implantées et profitent
de la popularité croissante des jeux occidentaux dans l’archipel. Les opportunités principales
pour les sociétés françaises se trouvent dans les marchés en forte croissance, tels que les jeux
en réseau et sur mobiles, qui prennent de plus en plus d’importance face au marché traditionnel
des jeux sur consoles.
Le marché de l’animation au Japon a représenté un total de 2,15 Mds Euros en 2010. La part
des contenus en ligne, notamment pour les smartphones et tablettes, prend une importance
grandissante, offrant de nombreuses opportunités pour les sociétés françaises qui peuvent
diffuser leurs contenus en dehors des médias traditionnels.
Technologies d’animation et modélisation à usage professionnel. Cette partie regroupe, entre
autres, les technologies de création et de diffusion de nouvelles images 3D, d’affichages 3D, de
solutions de géolocalisation et de mapping 3D, d’infographie etc. Les solutions de 3D et de
réalité virtuelle représentent un marché très important au Japon, à la croissance forte, où
l’innovation joue un rôle primordial. Le seul marché de la réalité augmentée a totalisé 400
Millions d’Euros en 2011. Les logiciels de CAO/IAO/FAO représentent un marché phare dû à la
puissance manufacturière du Japon et ont atteint 2,4 Mrds EUR en 2010, avec une hausse de
5,9% par rapport à l’année précédente.
Les opportunités pour les sociétés françaises innovantes sont donc nombreuses dans ce
secteur.
Pour tout renseignement, contacter JD François, Responsable Pôle Nouvelles Technologies,
Ubifrance Japon au +81 3 5798 6130 ou [email protected]
Musiques
actuelles
DONNEES ET CHIFFRES CLE
MUSIQUE FRANÇAISE
La musique française au Japon
• Le Japon représente 6% des exportations françaises dans le monde
• En 2011, 74 albums français sont sortis au Japon
• 11 artistes français ont occupé les classements de ventes physiques,
soit une hausse de 22% par rapport à 2010
• 279 concerts d’artistes produits en France ont eu lieu au Japon
La musique française et le réseau culturel français au Japon
• 25 concerts dans le réseau culturel français en 2012
• Plus de 5000 visiteurs
• 80 professionnels et médias de la musique présents à nos concerts
• Salles et scènes de capacités diverses entre 50 et 1000 places à Tokyo et
en province (dans les instituts et les antennes du réseau)
• Salles partenaires : Baron de Paris de Tokyo, Quattro (Tokyo et Osaka),
WWW, Vision, Cotton Club, Blue Note, Zepp (Osaka), etc.
En 2012, les établissements de Tokyo, Yokohama, Kyoto et Fukuoka puis
en 2013 celui d’Osaka fusionnent avec le service culturel de l’Ambassade de
France pour créer l’Institut français du Japon (IFJ). Complété par le réseau des
Alliances françaises du Japon présentes à Nagoya, Sapporo, Sendai et
Tokushima et s’appuyant sur la Maison Franco-Japonaise, le Lycée Français
International de Tokyo et l’Ecole française du Kansai, l’IFJ a pour mission de
promouvoir dans l’archipel la culture française, dont la musique.
En musiques actuelles, l’Institut français du Japon propose au public
japonais une programmation mêlant des artistes dont la réputation n’est plus à
faire et des découvertes, des coups de cœur qui feront les artistes de demain.
C’est avec un groupe en plein développement que les concerts débuteront au
mois de février lors de « Digital Choc », festival de l’IFJ dédié à la création
numérique sous toutes ses formes : le duo sonore et visuel GangPol & Mit,
nouveaux fleurons de l’électro française, ouvrira les voies des technologies
numériques aux fans comme aux novices. Les festivités continueront au mois de
mars avec les « Journées de la Francophonie » : Ben Mazué, un artiste
remarqué lors de son passage au Japon en 2012, ouvrira le bal avec ses
chansons aux textes à la fois romantiques et coups de gueule.
Si la « Fête de la Musique » se tient traditionnellement le 21 juin en
France, c’est sur trois jours, les 20, 21 et 22 juin qu’elle se tiendra au Japon
avec la présence de Pauline Croze et de Charles Pasi. Les deux chanteurs
viendront représenter la musique française, chacun dans son registre : l’une
dans la chanson à textes, l’autre dans des mélodies blues, funky, soul ou rock.
Les hommes reprendront les choses en main lors des « Journées du Goût » fin
septembre dans le cadre du thème « Japon Méditerranée 2013 » : le groupe
Moussu T e Lei Jovents, devenu maître du mélange des genres entre la
chanson provençale et l’opérette marseillaise, fera chanter Marseille lors de
cette journée festive.
Enfin, l’année 2013 sera ponctuée d’une série de « Cafés Live ». Le
concept est simple : profiter de la gastronomie française dans le cadre convivial
du restaurant de la Brasserie et associer le plaisir gourmand à celui des oreilles.
En 2013, l’Institut français du Japon encourage plus que jamais la création et la
diffusion culturelle française en proposant une programmation musicale
innovante, variée, moderne et ouverte à tous les publics, donnant à chaque
partenaire l’opportunité d’associer sa marque à la signature française, unique et
tellement appréciée au Japon.
OGRAMMATIO
◆ DIGITAL CHOC
Du 9 février au 3 mars 2013
Estimation de fréquentation à Tokyo : 350 personnes
Tournée Japon : Sapporo, Sendai, Tokyo, Kyoto, Osaka, Kobe, Okayama, Hiroshima, Fukuoka,
Beppu, Kumamoto
◆ Fête de la Francophonie
Mars 2013
Estimation de la fréquentation à Tokyo : 600 personnes
Tournée Japon : Yokohama, Kyoto/Osaka, Fukuoka (fréquentation estimée : 300 personnes)
BEN MAZUÉ
GANGPOL & MIT
Energétique, cybernétique, énigmatique :
voilà ce que sont Gangpol (musique) et
Guillaumit (partie graphique et vidéo), tous
deux créateurs du duo sonore et
visuel Gangpol und Mit. De la musique
électronique survitaminée confrontant de nombreuses
références, quelques personnages loufoques et
absurdes, et voilà des live transformés en véritable
performance visuelle, avec projection, son et lumière.
Leur style se caractérise par une musique électronique
contrastée et mélodique, confrontant de nombreuses
références, les visuels élaborant des personnages et
environnements colorés sur la base de formes
géométriques simples. Sous un aspect général ludique
et humoristique, apparaissent en permanence des
situations étranges, absurdes ou ironiques.
http://gangpol-mit.blogspot.jp/
Entre chanson, soul et hip hop, Ben
Mazué joue avec les mots et les
rythmes. Son credo ? La musique
comme partage. Issu de la
génération rap, ce grand blond aux
yeux bleus, amoureux de Paris, a
aiguisé sa plume à l’écoute d’Alain Souchon, Renaud
ou Jacques Brel. Dans son dernier EP « La règle des 3
unités », le chanteur au grain de voix si reconnaissable,
raconte ses regrets, son besoin d’amour et son extrême
sensibilité. Mais sa musique est avant tout faite pour
être partagée en concert, alors ne manquez pas son
passage au Japon.
http://www.benmazue.com/
http://www.youtube.com/watch?v=ENF8aBVxXWw
◆ Fête de la Musique
20, 21 et 22 juin 2013
Estimation de la fréquentation à Tokyo : 800 personnes
Tournée Japon : Kyoto/Osaka, Fukuoka (fréquentation estimée : 600 personnes)
PAULINE CROZE
Pauline Croze fait une entrée
remarquée sur la scène française en
2005 avec son premier album éponyme,
tout en petites confessions intimes.
Agée d’à peine 24 ans, elle éblouit
immédiatement la scène française de
son timbre si particulier suave et
sensuel. Cet album lui vaut un beau
succès et un double Disque d’Or.
Depuis, Pauline a fait du chemin et de
nombreux
concerts.
Dans
son
deuxième album « Un bruit qui court », ce petit brin de femme donne plus de
liberté à sa voix et c’est avec une Pauline plus jazz et trip hop que nous faisons
connaissance. Dès lors, elle ne cesse de lâcher la bride aux conventions de la
chanson française, de faire virevolter les notes et de jouer avec une voix volute,
caresse, vague ou flocon. Pauline Croze sortira son prochain album à la rentrée
2012.
http://www.paulinecroze.com/new-site/
http://www.youtube.com/watch?v=86vY8N6nR8M
CHARLES PASI
Charles Pasi fait partie de cette nouvelle génération d’artistes pour qui rien n’est
impossible. Du haut de ses 28 ans, ce jeune franco-italien à la touche très
parisienne, trace un parcours sans faute. Après un premier opus teinté de blues,
ce virtuose de l’harmonica et chanteur noir américain dans un corps blanc, à la
voix éraillée et charmeuse, livre un second album inclassable. Dans
« Uncaged », il oscille entre ballades mélancoliques et mélodies funky, soul ou
rock. Bercé par Miles Davis, Otis Redding ou Bob Dylan, Charles Pasi donne à
entendre ce que peut être la musique d’hier remise au goût du jour. Et pour ne
pas faire les choses à moitié, il se paye le luxe d’une collaboration avec le grand
jazzman et saxophoniste Archie Shepp sur les superbes titres « Better with
Butter » et « Farewell my love ». Assurément, nul ne restera de marbre devant
le talent de ce doux rêveur passionné. Ecoutez, vous comprendrez.
http://charlespasi.believeband.com/
http://www.youtube.com/watch?v=AbCTnwRg7Z0
◆ Journées du Goût, thème de la Méditerranée
◆ Cafés concerts 2013
Fin septembre 2013
Tournée Japon : Osaka, Fukuoka
Estimation de la fréquentation : 900 personnes
Estimation de la fréquentation : 40 personnes
Tournée Japon : Osaka, Fukuoka (fréquentation estimée : 60 personnes)
MOUSSU T E LEI JOVENTS
Formé en 2004, Moussu T e Lei Jovents
est originaire de La Ciotat, ville portuaire à
l’est de Marseille. Le groupe qui chante en
français et en occitan s’inspire du
Marseille des années 30 en célébrant le
melting-pot qui y régnait. Diverses influences se
retrouvent dans leur musique allant des chansons
provençales, au blues à la musique brésilienne en passant par des airs d'opérettes
marseillaises. Le résultat est à la fois traditionnel et moderne, local et universel et
c’est au final une réelle joie de vivre que ces Méditerranéens font ressentir au public
dans leurs concerts.
http://moussut.ohaime.com/
http://www.youtube.com/watch?v=W9_bzYuICak
Le café-concert ou caf’conc comme on l'appelle familièrement est à la fois « une
salle de concert et un estaminet, réunissant dans son enceinte un public qui paie
en consommations le plaisir d’entendre des romances, des chansonnettes ou
des morceaux d’opéra ». C'est un lieu de liberté où la proximité et l'intimité avec
le public sont ses principales caractéristiques.
Cette définition courante résume bien le concept du nouveau rendez-vous
musical que l’Institut français du Japon vous propose en 2013.
HENRY PADOVANI
Henry Padovani, auteur, compositeur, guitariste
français, est le plus international des Corses et un
monstre sacré du rock. Sa carrière internationale
démarre à Londres en 1977 avec la formation du
groupe culte The Police dont il est l’un des
fondateurs. Il rejoindra ensuite le groupe Wayne
County and the Electric Chairs, autre référence de
la musique punk, pour finalement créer en 1980 The Flying Padovani's avec
lequel il sortira deux albums. Ce dernier groupe sera d’ailleurs invité par de
prestigieux festivals tels que le Fuji Rock au Japon en 2006. L’Institut français du
Japon reçoit Henry Padovani au mois d’octobre 2013 pour une série de concerts
incontournables durant lesquels il interprétera non seulement des morceaux de
son répertoire, allant du blues au rock, mais également des grands classiques
de la chanson française et des arrangements de titres d’anthologie d’autres
artistes non moins célèbres.
http://www.henrypadovani.com/
GIEDRÉ
GiedRé, auteur, compositeur, interprète,
humoriste franco-lituanienne, est un talent
très prometteur de la chanson à texte. Ses
textes, justement, souvent décrits comme
« crus »
ou
encore
« politiquement
incorrects », sont surtout teintés d'un
humour grinçant mais délicieux, tout en
contraste avec ses costumes et son jeu de
scène hauts en couleurs. L’Institut français
du Japon reçoit GiedRé pour la première
fois au Japon au mois de décembre 2013
pour une série de concerts basés sur son premier album Mon premier disque qui
connaît un succès fulgurant en France. Une occasion unique de découvrir
l’univers singulier mais enchanteur de cette artiste aux multiples facettes.
http://www.giedre.fr/
Français,
livre,
francophonie
◆ Un enseignement de langue française de qualité
dans tout le Japon
Des cours de français dans toutes les antennes de l’Institut Franbçais du Japon à
Tokyo, Yokohama, Fukuoka, Kyoto, Osaka et aussi dans les Alliances Françaises : à
Nagoya, Sapporo et Tokushima.
Une offre de cours adaptée à chacun :
- des cours de langue
L’IFJ est avant tout un mlieu pour se former aux bases du français : notre méthode
développée spécialement pour le Japon permet une approche progressive et efficace
de la langue française.
- des cours thématiques
A tous les niveaux, l’IFJ propose des ateliers et des cours culturels sur la France
d’aujourd’hui (Arts et arts de vivre, littérature, histoire).
◆ Le réseau COLIBRI des lycées : un échange
bilatéral pour l’avenir de nos deux pays
Chaque année les lycées japonais qui enseignent le français, échangent pendant trois
semaines avec les lycées qui enseignent le japonais.
En chiffre :
- 41 lycées qui enseignent le français au Japon
- 32 lycées qui enseignent le japonais en France
- 30 lycéens français: départ aux vacances de la Toussaint
- 30 lycéens japonais: départ aux vacances de printemps
EN 2013, le réseau Colibri s’élargit à la Nouvelle-Calédonie et au Lycée français
international.
- des cours à distance
Afin de s’adapter aux personnes éloignés, nos centres proposent des cours de langue
à distance soit par correspondance, soit par internet.
Plus d’informations : http://www.reseau-colibri.net
Partenaire officiel éducation :
Partenaire officiel éducation :
◆ Récompenser la langue française
Les concours de français
Des concours de français, pour apprendre et pour gagner des prix : c’est toute l’année
et sur l’ensemble du territoire. Avec pour les meilleurs des voyages en France : la plus
belle récompense pour un étudiant de français !
- Concours de récitation : Institut français du Japon-Yokohama (NOUVEAU : mars)
- Concours de français de la Maison franco-japonaise à Tokyo (novembre)
- Concours de français de l’Université des Langues étrangères de Kyoto (novembre)
- Concours d’automne « Dire un poème » : Institut français du Japon-Kansai (Osaka,
novembre)
- Concours de langue française dans le cadre du jumelage Bordeaux-Fukuoka (juin)
- Prix du concours de français de l’Hokkaido (NOUVEAU : automne 2013)
Organisés en collaboration avec Air France et de nombreux partenaires, les concours
sont parrainés par l’Ambassade de France.
Les diplômes de français
Chaque année, l’Institut Français prépare les étudiants à apprendre la langue
française. Sous l’Egide de l’Ambassade de France le réseau culturel français délivre
les seuls diplômes de français reconnus par le ministère de l’éducation nationale : le
DELF, DALF et TCF. Chaque année l’Ambassade remet des prix aux meilleurs
candidats
NOUVAU : depuis 2010, les élèves de lycées peuvent passer le DELF JUNIOR
NOUVEAU : Depuis 2012, les tout petits peuvent passer le DELF PRIM
Plus d’informations : http://delfdalf.jp
Partenaire officiel éducation :
◆ JOURNEES DE LA FRANCOPHONIE AU JAPON
De nombreux autres artistes se produiront de mars à avril 2013, dans les villes de Tokyo, Yokohama,
Osaka, Kyoto, Sendai, Tokushima, Nagoya, Sapporo et Fukuoka.
•
•
•
•
•
Plus de 220 millions de francophones
à travers le monde
Découvrir la gastronomie des pays
francophones
Des concerts
Une invitation au cinéma francophone
Des ateliers de français
Des intervenants de prestige comme :
Abdelkader Djemaï :
Auteur d’origine algérienne, il a reçu le Prix Découverte Albert Camus et le Prix
Tropiques pour Un été de cendres. Ayant déjà fait ses preuves en Occident et MoyenOrient, il vient en 2013 faire découvrir son œuvre au Japon.
Frederik Peeters : Son album Pilules bleues le fait remarquer au Festival
d'Angoulême. En 2006, paraissent le volume 4 de cette même série ainsi que de celui
de Lupus, qui lui permettra entre autre d’être récompensé par le même festival.
◆ FEUILLES D’AUTOMNE 2013
Après le succès de l’édition 2012, l’Institut français du Japon renouvelle l’expérience et organise en
novembre-décembre 2013 la sixième édition du festival « Feuilles d’Automne », à travers de
nombreuses manifestations dans l’ensemble du Japon.
1. Présentation du festival :
- Plus de 15 000 visiteurs en 2012
- Prés de 30 événements rassemblant une quinzaine d’invites français
reconnus et traduits au Japon
- Des événements dans l’ensemble des antennes de l’Institut et des
Alliances françaises
- Des conférences gratuites et ouvertes à tout public
2. Programmation :
Cette édition sera illustrée par le thème « Méditerranée », thème qui sera mis en
avant par de grands écrivains :
Amin Maalouf est membre de l’Académie française. Son œuvre
interroge les rapports politiques et religieux qu'entretiennent l'Orient
et l'Occident, mais aussi les thèmes de l'exil et de l'identité, des
sujets traités dans ses différents essais parmi lesquels Les Identités
meurtrières paru en 1989, Origines publié en 2004 (Prix
Méditerranée), ou Chroniques de Sarcamande, traduit au Japon, aux
éditions Chikuma Shobo.
Pascal Quignard, écrivain dont l’œuvre est souvent inspirée par la
méditerranée, tel que Villa Amalia (adapté au cinéma) dont le succès
rejoint celui de Vie secrète, récompensé par le prix France Culture,
roman qui se verra traduire en 2013 au Japon.
Partenaire officiel
La Bande Dessinée, qui connaît un succès grandissant au Japon, est de nouveau
représentée en 2013 avec des auteurs majeurs comme :
Enki Bilal, ambassadeur de la bande dessinée de science-fiction
française, il fait ses débuts pour le magazine Pilote en 1972 avec Le
Bol maudit. Récemment, sa série La Tétralogie du Monstre a été
traduite au Japon. Artiste d’avant-garde, son style a su s’imposer en
Occident comme en Orient.
Nicolas de Crécy se démarque avec un style unique et épuré,
comme dans son œuvre majeure Bibendum céleste, traduite au
Japon chez Asukashinsha. Nicolas de Crécy parvient à surprendre à
chacune de ses nouvelles parutions, ce qui a lui a valu d’être lauréat
en 2008 du programme de résidences de la Villa Kujoyama (Kyoto).
En 2005, les deux auteurs inaugurent une collection prestigieuse autour du Louvre,
une idée née d’un partenariat entre le Musée et Futuropolis. Cette collection a été
présentée au Japon lors d’une exposition à Yokohama et au Musée du manga à
Kyoto.
◆ CYCLE SCIENCES
PENSER LA CRISE
HUMAINES
ET
SOCIALES :
La crise que traverse notre époque est souvent réduite à ses aspects économiques. Les interventions
de différents intellectuels permettra d’apporter une nouvelle approche à cette problématique :
éducative, sociale, écologique, etc.
.Des rencontres dans l’ensemble du réseau culturel
.Une série de conférences à la Maison franco-japonaise,
sur le thème : « Penser la crise »
3. Un festival pluridisciplinaire:
Des grands intellectuels comme :
•
•
•
•
Du théâtre, notamment avec
Pascal Rambert, auteur et
metteur en scène renommé
au Japon (De mes propres
mains, Une (micro) histoire
économique
du
monde,
Knocking on heaven’s door,
etc), il présentera sa nouvelle
pièce Clôture de l’amour en
2013
Des débats d’idées
Des projections de films
Des expositions
Dominique Bourg : Philosophe, il se consacre à l’environnement et
à la technique. Il fait partie du comité de veille écologique de la
Fondation Nicolas-Hulot. Il a publié notamment Le Développement
durable (Gallimard), essai dans lequel il propose l’écologie comme
nouvelle sortie de crise.
Serge Latouche : Théoricien de la décroissance, il dénonce la
mondialisation des marchés, la marchandisation de la planète et le
concept de croissance économique « destructrice de la nature et
génératrice d’inégalités sociales ».
Mais la programmation du festival comprend également des ateliers de dessin, des
signatures avec les auteurs et bien plus encore.
Partenaire officiel :
Echanges
intellectuels
◆ VILLES DU FUTUR : DEFI CULTUREL ?
Débats, à l’Institut français du Japon – Yokohama, ainsi qu’à la Maison franco-japonaise
er
1 et 4 juin
◆ L’
’ART DE BOIRE
Débats dans les antennes de Tokyo et Yokohama de l’Institut français du Japon
28-29 septembre, dans le cadre des Journées du goût
Ville et culture entretiennent une relation de complicité : la ville encourage la
culture qu’elle donne à voir ; la culture modèle la ville, lui apporte du sens et
son énergie agrégative. La culture et ses technologies innovantes peuventelle relancer dans nos villes une dynamique de cohésion sociale ? La
« démocratie culturelle » peut-elle pallier à l’affaiblissement des capacités
structurantes de l’école, du travail ou de la politique, en cette période de doutes ?
Formats : un débat (4 juin) avec
des personnalités dont les maires
de Lyon et Yokohama, jumelées,
dans le cadre du festival « Le Mois
de la France à Yokohama », une
série de débats scientifiques (1er
juin) à la Maison franco-japonaise,
un cycle de films organisé par l’IFYokohama, une exposition à
l’antenne de l’IFJ-Tokyo.
Partenaires officiels :
A l’occasion des Journées du goût 2013, nous nous proposons de
réunir des intellectuels français (Michel Onfray) et japonais pour
échanger sur l’acte de boire dans ces sociétés où l’hédonisme est
élevé au rang d’art de vivre, et où la dégustation d’un bon alcool, loin
des excès, continue de porter une certaine image de nos cultures à
l’étranger.
A l’heure du politiquement correct et d’un retour à une certaine morale, la consommation
d’alcool comme acte culturel est battue en brèche par les campagnes multiples sur les
dangers de l’alcool, lorsqu’il est consommé sans modération ni discernement.
En France et au Japon, beaucoup continuent néanmoins de mettre en valeur une
pratique culturelle et identitaire à laquelle ils demeurent attachés. Nos « boissons
nationales » (le vin et le saké), porte-drapeau de notre culture respective, restent
célébrées dans le monde entier.
Philosophe et épicurien, Michel Onfray a créé
l’Université populaire du goût d’Argentanen après
avoir constaté le gâchis des légumes invendus,
les gens ne sachant pas les cuisiner. L’université
propose d’apprendre à retrouver le « goût des
choses », pour que la grande cuisine soit
accessible à tous. Son principe : un grand chef
invité enseigne des recettes gastronomiques à
partir de légumes de jardins. Une série d’autres
séminaires se sont ajoutés, car cuisiner ou
partager un plat, c’est aussi retrouver de la
convivialité et du lien social.
◆ LES PME FACE AUX NOUVEAUX RISQUES
Débat organisé par l’Institut français du Japon – Osaka, avec l’Université du Kansai
Mi-septembre
Le risque est aux fondements de l’économie. Il est générateur
d’opportunités et donc, potentiellement, de valeur. L’entrepreneur crée de la
richesse en prenant un risque. Dans le domaine financier, c’est souvent le
risque qui fait la valeur d’un placement.
Changement climatique, crises politiques et
financières, vieillissement démographique,
problèmes liés aux nouvelles technologies
de l’information, phénomène accru de
stress au travail… : face aux nouveaux
risques, les entreprises doivent sans cesse
réinventer leurs outils et leurs protocoles de
protection et de prévention.
Si les plus importantes disposent de
meilleurs moyens pour le faire, comment
les PME peuvent-elles se défendre ?
Quelles opportunités peuvent-elles tirer des
nouveaux risques ?
Partenaire officiel :
Action
universitaire
et scolaire
2. Tournée de promotion 2013
PROMOTION DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS
TOKYO : 17 ET 18 MAI / KYOTO : 19 MAI
Dates : du 15 au 30 octobre 2013
Viles étape : Sapporo, Sendai, Tokyo, Yokohama, Nagoya, Kyoto, Osaka,
Hiroshima, Fukuoka.
De Sapporo à Fukuoka, Campus France Japon assure la promotion de
l’offre de formation de l’enseignement supérieur français au Japon.
1. Salon EHEF 2013
En 2013, Campus France co-organise le
2ème opus du Salon Européen de
l’Enseignement Supérieur (EHEF 2013).
Cette opération met l’accent sur la
promotion des formations de niveau
Master et Doctorat en Europe ainsi que
sur les programmes de bourses
proposés par les différents pays
européens. Avec 60 établissements
venant de toute l’Europe, l’EHEF 2013
est l’occasion, pour les étudiants et les
jeunes
professionnels,
de
venir
rencontrer et échanger avec les
représentants d’établissements afin de concrétiser un projet d’études, de
recherche, ou de formation continue. Le pavillon France sera composé de 12
établissements et consortium d’établissements.
La tournée de promotion « Etudier en
France » est organisée et mise en œuvre par
Campus France Japon. Elle a pour objectif
premier la promotion de l’enseignement
supérieur français. Elle s’appuie sur le réseau
culturel français au Japon (5 Instituts
français et 4 Alliances françaises) et sur les
partenaires universitaires de la France au
Japon. Elle vise à diffuser une information de proximité sur les études en France
et plus largement sur la France au Japon, les entreprises françaises présentes
au Japon, etc.
Tel une caravane nomade, la tournée de promotion « Etudier en France »
sillonnera le pays afin d’apporter directement l’information aux étudiants. Au
départ de Sapporo, la « caravane » rejoindra Fukuoka en 15 étapes et autant de
campus universitaires visités.
La première édition du salon en 2012 a accueilli 1300 visiteurs, venus rencontrer
les représentants des plus prestigieuses institutions européennes et françaises :
HEC, ESSEC, Ecole Polytechnique, SciencesPo. Paris, Universités de Grenoble,
Institut Télécom.
Partenaires:
Partenaires :
3. Participation aux salons de l’étudiant
Enfin, Campus France continuera en 2013 à développer ses activités de
promotion auprès des établissements japonais : conférences d’informations,
participation à des salons de l’étudiant.
En 2012, cela représente plus de 40 évènements, organisés au sein des
principaux établissements d’enseignement supérieur au Japon.
PROGRAMME DE BOURSES
DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS
LE 12 AVRIL A L’AMBASSADE DE FRANCE
Créé en 1933, le programme de Bourses du
Gouvernement Français a permis à 1700
jeunes Japonais de poursuivre des études
en France dans des conditions
préférentielles. Les anciens boursiers
culturels, réunis au sein de l’association
ABC, continuent de faire vivre ce réseau de
Japonais amoureux de la France...
Exemple d’établissements concernés en 2012 :
Université de Hokkaido ; Université du Tohoku ; Université de Tokyo, Université
Waseda ; Université Keio ; Université de Technologie de Tokyo ; Université
Meiji ; Université Sophia ; Université de Nagoya ; Université des langues
étrangères de Kyoto ; Université du Kansai ; Université de Kobe ; Université
Seinan Gakuin.
Axe
essentiel
de
la
relation
franco-japonaise car il s’appuie sur l’avenir
de nos deux pays, ce programme fait l’objet
d’un suivi attentif aussi bien du ministère
des affaires étrangères que de notre
ambassade. Signe révélateur, malgré les
contraintes budgétaires fortes qui pèsent
actuellement sur la France et l’Ambassade,
les crédits destinés à ce programme sont préservés.
Parce que ce programme bénéficie d’une grande considération et demeure
prestigieux au fil du temps, l’ambassade lui donnera un éclat particulier en 2013
à l’occasion de la rencontre avec les lauréats de la promotion « Emilie du
Châtelet ». A l’ordre du jour de cette rencontre : félicitations, préparation au
départ et réception.
Partenaire :
3 - LE LYCEE FRANÇAIS INTERNATIONAL DE
TOKYO
- La Fête de l’école, le 15 juin 2013
La grande kermesse de l'école se tiendra à la fin
de l’année scolaire 2012 – 2013 avec son lot de
spectacles à destination des petits et des grands.
« La qualité de l’enseignement à la française dans un environnement
international », telle est la devise du LFIT.
Notre objectif est de faire du LFIT un établissement d’excellence, prospère
et ouvert au public japonais, binational et international.
- Le salon de l'étudiant, le 13 février 2013 de 8 heures 30 à 12 heures 30.
En partenariat avec Campus France, ce salon est principalement destiné aux
élèves du LFIT, mais sera ouvert à 11h30 aux parents d'élèves pour des
échanges avec des représentants de l'Institut de Gestion de l'Université Rennes
1, HEC, l'ESSEC et l'Université Meiji Daigaku.
- La création d’une classe relais, le 1er avril
Dans le cadre du projet de l’ouverture du LFIT à de nouveaux publics non
francophones désireux d’offrir à leurs enfants une éducation internationale
« à la française », une classe « relais » ouvre ses portes à l’école
primaire, dès le mois d’avril 2013.
Cette classe a pour but de permettre
aux enfants
non
ou
très
peu
francophones, d’acquérir un niveau
de maîtrise suffisant
en
langue
française pour suivre le cursus
enseigné dans notre établissement.
Cette classe s’adresse en priorité aux
élèves entre 5 et 9 ans.
L’enfant est inscrit dans une classe correspondant à son âge et entre
en classe relais pour un trimestre au minimum (du 1er avril au 27 juin 2013). Il
suit des cours intensifs avec une enseignante spécialisée, chargée d’un groupe
à effectifs réduits pour un horaire hebdomadaire de 24h. Principalement axé
sur la maitrise de la langue orale, un programme spécifique et personnalisé sera
proposé à chaque élève.
- La mise en place d’un « juku » de français, du 15 mars au 30 juin
Ce projet est le fruit d'un travail en commun avec l'Institut Français de
Yokohama.
- Les partenariats internationaux et rencontres sportives, tout au long de
l’année
Pour répondre aux attentes des parents d’enfants bilingues français-japonais,
qui souhaitent notamment maintenir ou faire progresser le niveau de français de
leurs enfants, un cours de français spécifique - en partenariat avec l’Institut
Français du Japon - est ouvert à partir du 15 mars 2013.
Fort de ses installations sportives exceptionnelles, le LFIT continuera en 2013 à
alimenter ses partenariats sportifs internationaux et son "ancrage" dans la vie du
quartier de Takinogawa en organisant des rencontres sportives avec nos
établissements partenaires : la Deutsche Schule de Yokohama, la British School
de Tokyo, les Universités Keïo et Waseda, l'école numéro 6 ou encore le collège
Koyo.
Les élèves qui le souhaitent pourront ensuite intégrer notre système éducatif dès
la 6ème ou en primaire via la classe relais.
La commémoration du Traité de l’Elysée sera particulièrement mise en valeur
cette année dans nos échanges avec la Deutsche Schule située à Yokohama.
Notre ambition est de pouvoir offrir à ces élèves la possibilité de préserver
une double culture française et japonaise et de les conduire jusqu’à
l’option internationale du baccalauréat en japonais.
www.institutfrancais.jp
www.japon.campusfrance.org
Programme
Méditerranée-Japon 2013
DANSE
MARSEILLE PROVENCE CAPITALE
EUROPEENNE DE LA CULTURE
En 2013 « Marseille Provence » sera la capitale européenne de la culture.
Aussi, l’IFJ et le Réseau culturel français au Japon vous proposent d’aller à la
découverte de la Méditerranée.
L’Institut français du Japon invite le public japonais à découvrir une
région riche et diversifiée conjuguant des programmations tant
cinématographique, artistique que gastronomique. S’adossant sur la
programmation culturelle de l’IFJ et des thèmes développés : « La société du
numérique », « Les villes de demain » et « Rebonds – pour en finir avec la
crise», la « Méditerranée » vient compléter ce triptyque avec une programmation
originale issue directement de cette région aux saveurs multiples.
La couverture médiatique notamment du Printemps arabe, le succès de
l’exposition Arab Express au Mori Art Museum, ou encore l’accueil fait à Tahar
Ben Jelloun montre bien l’intérêt des japonais pour la Méditerranée.
◆MATHILDE MONNIER
PUDIQUE ACIDE / EXTASIS
- 26 et 27 octobre 2013, Triennale d’Aichi
- 2 Novembre 2013, Hankyu center, Osaka (à confirmer)
- 9 Novembre 2013, Saitama Arts Theater, Tokyo
Pudique acide / extasis est un remontage inédit, que proposent Mathilde Monnier et
Jean-François Duroure, des deux premières pièces qu’ils créent ensemble.
Invention déchaînée qui galope à travers tous les registres, c’est avec une insistance
particulière que les danseurs exhibent, comme des cicatrices brûlantes, les traces
multiples d'un héritage dont ils sont le lieu de confluence.
Cunningham,
Viola
Farber,
François Verret, Pina Bausch
sont autant de résonances que
la gestuelle des danseurs
commente, amplifie, digère et
brise. Semblablement habillés,
d'abord de kilts écossais, puis
de volants froufroutant sous des
vestes d'hommes, ils affirment
l'âpre existence des anges. Non
le partage androgyne, mais le
redoublement du sexe. Chacun,
dans ce qu'il a d'ambigu, et
d'ironiquement retenu, condense en soi la somme de tous les désirs. Jeux de
déshabillages, barbouillage sanglant des lèvres du garçon : on rôde, comme chez Pina
Bausch, autour de l'Objet, en l'excédant sans cesse. D'où ces échanges de peaux, de
mains, de jambes mêlées sous les tulles. Une chair "chauffée" jusqu'à l'épuisement.
Mathilde Monnier, chorégraphe de renommée internationale présentera pour la
première fois au Japon, son duo, œuvre emblématique des années 80.
En partenariat avec :
DANSE
◆YUVAL PICK
PLAY BACH
Automne 2013, Bankart, Yokohama
Pour entrer dans l’œuvre de Bach, il s’empare d’une « playlist » composée de ses morceaux
préférés et de ceux qui leur parlent viscéralement aux danseurs. Les corps s’en emparent avec
puissance. L’énergie vitale se communique entre eux. Le poids de l’un repose sur l’autre. Ils
s’accueillent mutuellement. Poussés à l’extrême jusqu’au lâcher prise, ils font jaillir la musique,
engagés dans la même passion, dans une pure nécessité…
La danse de Yuval Pick est à
son image de danseur
puissant
et
singulier.
Profondément
musicaux,
son mouvement, sa «
respiration » se déploient
avec une grande force et
tout autant de tendresse.
Yuval Pick a collaboré avec
de nombreux chorégraphes
reconnus parmi lesquels
Ohad Naharin, Tero Saarinen ou Russell Maliphant. Ancien danseur du ballet de l’Opéra national
de Lyon, il dirige maintenant le Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape dans
l’agglomération lyonnaise.
THEATRE
◆WINTER FAMILY
JERUSALEM PLOMD DURCI
•
Septembre 2013 : Tottori Bird Festival*
Un voyage dans une dictature émotionnelle / une performance de théâtre
documentaire.
Une jeune femme de Jérusalem nous guide lors d’un voyage sonore,
textuel et visuel à travers la société israélienne.
La douleur, la mémoire et le courage sont célébrés de toutes parts, les
codes et les symboles sont étirés jusqu'à l'épuisement.
Les chants, les discours, les sirènes et les danses sont omniprésents de la naissance à
la mort des individus qui, pris en otage, deviennent alors les acteurs d'une éblouissante
et macabre hallucination collective et se projettent dans un tourbillon violent, triste et
national. Israël accélère sa fuite en avant désespérée et vaine : la dictature
émotionnelle.
* Depuis 2008, le Tottori Bird
Festival, évènement majeur
des arts de la scène au Japon,
invite
de
nombreuses
compagnies
nationales
et
internationales à se produire
devant un public toujours plus
nombreux.
En partenariat avec :
En partenariat avec :
EXPOSITION
EXPOSITION
◆SOPHIE CALLE, FOR THE LAST AND FIRST TIME
- Exposition au Hara Museum of contemporary of art 20 mars au 23 juin 2013
- Projection du film « Double blind » suivie d’une discussion entre Hiroshi Sugimoto et Sophie Calle à
l’IFJ-Tokyo
Sophie Calle collabora avec le Musée Hara en 1999
pour présenter pour la première fois l’exposition
Douleur exquise, issue de sa résidence au Japon
pendant 3 mois. Le projet connut un immense succès.
14 ans après cette première exposition, le Musée
Hara présentera, en coproduction avec le Musée de
la ville de Toyota et le Musée Marugame, ses
derniers travaux dans lesquels le thème de la
disparition de personnes ou d’objets, dont l’existence
est avérée par quelques traces et dont l’absence est
enregistrée par la photographie, constitue également
un thème de prédilection de l’artiste et offrira l’opportunité à cette artiste de renommée
internationale (elle représenta la France à la biennale de Venise en 2077) de toucher une
seconde fois un public japonais très attentif à ses œuvres.
Sophie Calle propose une réflexion sur l’absence, sur la privation et la compensation d’un sens,
sur la notion de visible et d’invisible. L’exposition, organisée en deux parties, s’intitule « Pour la
dernière et pour la première fois » réalisée à Istanbul à l’occasion de sa Biennale en 2011.
Depuis plus de 30 ans, Sophie Calle développe une œuvre polymorphe, utilisant tous les
supports (livres, photos, vidéos, films, performances, etc.) dans laquelle elle interroge limite
poreuse entre sphère publique et sphère privée et le caractère interchangeable des positions du
voyeur et de l’exhibitionniste. En parallèle, l’Institut français du Japon à Tokyo organisera la
projection du film Double blind qui sera suivi par une discussion entre l’artiste Hiroshi Sugimoto
et Sophie Calle.
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
◆KYOTOGRAPHIE
- 12 avril au 6 mai dans plusieurs lieux emblématiques de Kyoto–(machiyas, temples, sanctuaires, etc.).
© Tadashi Ono
Il s'agit de la première édition d’un festival international de photographie qui se déroulera
chaque année au printemps à Kyoto à partir d'avril 2013. "Une dizaine d'expositions, dans des
lieux emblématiques, machiyas, temples, sanctuaires d'accès facile au grand public. Les
expositions auront une véritable identité locale, illustrant un lien direct avec la ville de Kyoto et
son patrimoine culturel, mais aussi sa contemporanéité. Ceci s'exprimera à travers le regard de
photographes et d'artistes des arts visuels locaux, ou encore à travers des expositions qui
mettront en perspective photographie et Artisanat d'Art, patrimoine vivant de l'ancienne
capitale. Le reste de la programmation offrira un voyage à travers le regard de photographes du
monde entier et de différentes époques. Ce festival a pour but premier de faire découvrir la
photographie ancienne et contemporaine au public japonais et international. Au-delà de cette
aspiration, il s'agirait de revaloriser cette photographie qui s'est glissée de façon galopante dans
le quotidien des Japonais et lui redonner la dimension artistique qu'elle mérite." L’IFJ
présentera :
- une exposition, présentée lors des Rencontres d’Arles 2012, de Tadashi ONO, ancien
élève de l’Ecole Nationale de Photographie d’Arles et Professeur à l’Université des Arts
et du Design de Kyoto,
- deux évènements, l’un en écho à l’exposition Nicolas BOUVIER (Suisse) : projection du
film Le vent des Mots de Olivier Bauer et l’autre en écho de l’exposition de Tadashi ONO
une conférence/débat (Rémy FENZY, Directeur de l’ENP d’Arles et François HEBEL,
Directeur des Rencontres) dans le cadre du festival "Kyotographie".
ARTISTES : Malik SIDIBE, Nicolas BOUVIER, Eikoh HOSOE, Shiro TAKATANI/DUMBTYPE, Tadashi
ONO, Collection Christian Polak - L’Age d’Or de la Photographie japonaise.
En partenariat avec :
CINEMA
ART VIDEO
« Le sud de la création vidéo »
Manifestation dédiée à l’art vidéo, à la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes,
installations, performances, multimédias... à l'occasion du 50ème anniversaire de la naissance
de l'art vidéo.
◆LES INSTANTS VIDEOS
◆Festival dédié au cinéma Méditerranéen
- Août-septembre
- Invité : Abdellatif Kechiche (sous réserve)
À l’occasion de la grande et prometteuse exposition « Méditerranée » du Louvre au Tokyo
Metropolitan Art Museum en 2013 et Marseille-Provence, capitale européenne de la culture
2013, ce festival dédié au cinéma méditerranéen propose un panorama des films tournés
dans les pays francophones du bassin méditerranéen ou ayant trait à la Méditerranée.
Cette région, à la croisée de plusieurs
cultures, a inspiré de nombreux
réalisateurs et nul besoin de rappeler
que le cinématographe est né à la
Ciotat, dans
le Sud de la France,
avec la caméra des frères Lumière.
PROGRAMME SPECIAL JAPON
Projections vidéo dans la galerie et l’Espace Images de l’Institut français de Tokyo
Possibilité de présenter le programme dans plusieurs autres villes
Février
Débuter au Japon la célébration du
50e anniversaire de l’art vidéo est
symboliquement pertinent. D’abord
pour bien marquer que cet art a
des liens très forts avec l’Asie.
Celui qui est considéré comme son
inventeur (Nam June Paik) est coréen, mais avant
de se rendre aux USA, il a d’abord vécu des
années déterminantes pour sa formation artistique
au Japon.
Dans le cadre de ce partenariat avec l’Institut français du Japon, les Instants Vidéo
proposeront en février 2013, une série d’œuvres d’artistes essentiellement français (ou
vivant en France), à la fois anciennes et récentes afin de bien souligner que l’art vidéo
est un art toujours en devenir, en mutation, en effervescence.
La sélection, loin d’être exhaustive, mettra à jour différentes tendances, différentes
esthétiques, différentes technologies, différents engagements poétiques et politiques qui
ont traversé l’histoire de l’art vidéo en France depuis les années 70 jusqu’à nos jours.
Marseille sera en 2013 « Capitale Européenne de la Culture », nous présenterons donc
une programmation d’artistes vidéo vivant dans la région Marseille-Provence : « Le Sud
de la création vidéo ».
La Graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche
A travers le "Festival du cinéma méditerranéen", c'est une invitation au voyage
cinématographique que propose l'Institut français du Japon, qui accueillera Abdel Kechiche,
cinéaste franco-tunisien, encore méconnu au Japon. Aucun de ses films n’est à ce jour sorti
au Japon mais on constate un intérêt pour ce réalisateur à la suite de la présentation de La
Graine et le mulet au Festival international du film de Tokyo (TIFF) en 2008. Son dernier film
Le Bleu est une couleur chaude, dont la sortie est prévue en France en 2013 a pour tête
d’affiche Léa Seydoux, qui est présente au TIFF cette année avec Les Adieux à la Reine de
Benoît Jacquot.
GASTRONOMIE
◆Les Journées du goût
Programme (sous réserve) :
L'Arrivée d'un train à La Ciotat des frères Lumière (France, 1896)
A propos de Nice de Jean Vigo (France, 1930 - catalogue IF)
Toni de Jean Renoir (France, 1935 - catalogue IF sans droits pour le Japon)
César de Marcel Pagnol (France, 1936)
Gueule d’amour de Jean Grémillon (France, 1937)
L’Étrange monsieur Victor de Jean Grémillon (France 1938)
Méditerranée de Jean-Daniel Pollet (France, 1963)
La Baie des Anges de Jacques Demy (France, 1963 - catalogue IF sans droits pour le
Japon)
Le Mépris de Jean-Luc Godard (France, 1963)
Antigone de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet (Italie, 1991)
Mercedes de Yousry Nasrallah (Egypte, 1993)
Nénette et Boni de Claire Denis (France, 1996)
Marius et Janette de Robert Guédiguian (France, 1997)
Le Destin de Youssef Chahine (Egypte, 1997)
L’Eternité et un jour de Theo Angelopoulos (Grèce, 1998)
Un film parlé de Manoel de Oliveira (Portugal, 2003)
L’esquive d'Abdel Kechiche (France, 2003 – catalogue IF)
La Graine et le mulet d'Abdel Kechiche (France, 2007 - catalogue IF)
Mourir comme un homme de Joao Pedro Rodrigues (Portugal, 2010)
Le Policier de Nadav Lapid (Israël, 2011)
Le Repenti de Merzak Allouache (Algérie, 2012)
Tabu de Miguel Gomes (Espagne, 2012)
-
Fin septembre-début octobre 2013
-
IFJ- Tokyo et dans les autres villes du réseau IFJ
La gastronomie participe au rayonnement de la France à l’international
et est partie intégrante de notre patrimoine culturel et de notre
savoir-vivre.
La France est, certainement, l'un des plus séduisants pays au monde grâce à la diversité de
ses paysages, de ses architectures, mais aussi de sa cuisine plurielle, l'un des marqueurs
forts de son identité nationale et ambassadeur de premier plan à l’étranger. Elle est un peu
au monde culinaire ce que l'anglais est aux langues vivantes : un langage universel.
Devant ce constant l’Institut français du Japon - Tokyo présente, le dernier week-end de
septembre 2013 la cinquième édition des Journées du Goût, rendez-vous annuel dédié à la
culture gastronomique sous toutes ses formes et saveurs.
Un parcours savoureux, entre plaisirs de la table et art, est au menu de ces deux journées
exceptionnelles.
En 2012, lors de la 4éme édition ce sont plus de 1200
personnes qui ont pu assister à des performances de cocktail
acrobatique, participer à des ateliers créatifs arts plastiques et
cuisine pour les enfants, découvrir les secrets de deux grands
chefs français à l’occasion de démonstrations de cuisine en
direct et vivre une expérience unique à l’occasion d’un
séminaire/dégustation de thé japonais conduit par un
spécialiste mondial du sujet.
Le public est majoritairement japonais, à 80%.
Florent Chavouet ©DR
MUSIQUE ACTUELLE
◆Concert de clôture des Journées du goût
Fin septembre-début octobre 2013
Proposé par : Tokyo
Estimation de la fréquentation : 900 personnes
Les journées du goût se clôturent en musique ! Cette année nous vous proposons d’assister,
sur le thème de la Méditerranée, au concert de MOUSSU T E LEI JOVENS.
◆BEN MAZUE
Mars 2013, Fête de la Francophonie
Proposé par : Tokyo
Estimation de la fréquentation à Tokyo : 600 personnes
2 ou 3 autres dates en province pour la Fête de la Francophonie, fréquentation estimée : 300
personnes
MOUSSU T E LEI JOVENTS
Formé en 2004, Moussu T e Lei Jovents est originaire de
La Ciotat, ville portuaire à l’est de Marseille. Le groupe
qui chante en français et en occitan s’inspire du Marseille
des années 30 en célébrant le melting-pot qui y régnait.
Diverses influences se retrouvent dans leur musique
allant des chansons provençales, au blues à la musique
brésilienne en passant par des airs d'opérettes
marseillaises. Le résultat est à la fois traditionnel et moderne, local et universel et c’est au
final une réelle joie de vivre que ces Méditerranéens font ressentir au public dans leurs
concerts.
http://moussut.ohaime.com/
http://www.youtube.com/watch?v=W9_bzYuICak
Entre chanson, soul et hip hop, Ben Mazué joue avec les mots
et les rythmes. Son credo ? La musique comme partage. Issu
de la génération rap, ce grand blond aux yeux bleus, amoureux
de Paris, a aiguisé sa plume à l’écoute d’Alain Souchon,
Renaud ou Jacques Brel. Dans son dernier EP « La règle des 3
unités », le chanteur au grain de voix si reconnaissable, raconte
ses regrets, son besoin d’amour et son extrême sensibilité.
Mais sa musique est avant tout faite pour être partagée en
concert, alors ne manquez pas son passage au Japon.
http://www.benmazue.com/
http://www.youtube.com/watch?v=ENF8aBVxXWw
LITTERATURE &SCOLAIRE
LITTERATURE &SCOLAIRE
◆Conférences de l’écrivain libanais Amin Maalouf
- mars à l’occasion de la journée de la francophonie (A CONFIRMER)
- Tokyo, Kyoto, Osaka, Nagoya
" Depuis que j'ai quitté le Liban Pour m'installer
en France, que de fois m'a-t-on demandé, avec
les meilleures intentions du monde, si je me
sentais " plutôt français " ou " plutôt libanais ". Je
réponds invariablement : " L'un et l'autre ! " Non
par quelque souci d'équilibre ou d'équité, mais
parce qu'en répondant différemment, je mentirais.
Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre,
c'est que je suis ainsi à la lisière de deux pays,
de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C'est cela mon identité... "
Partant d'une question anodine qu'on lui a souvent posée, Amin Maalouf s'interroge sur la
notion d'identité, sur les passions qu'elle suscite, sur ses dérives meurtrières. Pourquoi est-il
si difficile d'assumer en toute liberté ses diverses appartenances ? Pourquoi faut-il, en cette
fin de siècle, que l'affirmation de soi s'accompagne si souvent de la négation d'autrui ? Nos
sociétés seront-elles indéfiniment soumises aux tensions, aux déchaînements de violence,
pour la seule raison que les êtres qui s'y côtoient n'ont pas tous la même religion, la même
couleur de peau, la même culture d'origine ? Y aurait-il une loi de la nature ou une loi de
l'Histoire qui condamne les hommes à s'entre-tuer au nom de leur identité ? C'est parce qu'il
refuse cette fatalité que l'auteur a choisi d'écrire les Identités meurtrières, un livre de
sagesse et de lucidité, d'inquiétude mais aussi d'espoir. -Les identités meurtrières (1998)
◆Feuilles d’automne Pascal Quignard Villa Amelia
- Colloque à la MFJ
- Circulation à Kyoto
Feuilles d'automne est un festival littéraire dont la 6ème édition se
tiendra en 2013.Chaque année, et ce pendant prés de 1 mois, une
dizaine d’auteurs sont invités dans tout le Japon pour des
rencontres, des conférences, des ateliers etc.
Les rencontres littéraires sont prolongées par de nombreux
événements pluridisciplinaires (théâtre, débats, projections de films, expositions). En 2013,
Pascal Quignard, grand auteur, à la fois essayiste, scénariste et romancier, sera notre invité
d’honneur et donnera une lecture accompagnée au piano du livre Villa Amelia.
Pascal Quignard, né le 23 avril 1948 à Verneuil-sur-Avre dans l'Eure, est un écrivain
français. Il a été lauréat du prix Goncourt 2002 pour Les Ombres errantes, publié chez
Grasset. Violoncelliste, il fonde le Festival d'opéra et de théâtre baroques de Versailles. L'un
de ses livres les plus connus est certainement le court roman Tous les matins du monde,
dont le succès est lié à la version cinématographique réalisée par Alain Corneau.
FOCUS MEDITERRANEE
POUR LA TOURNEE DE PROMOTION DE
L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS
DANS LES UNIVERSITES JAPONAISES
Afin d’assurer une bonne visibilité au projet, le stand sera matérialisé par :
- Un véhicule, aux couleurs de Campus France et des partenaires soutenant
cette opération, symbolisant cette tournée de promotion,
- Un stand d’information sur les études en France sur lequel seront distribués de
la documentation, des goodies…
- Une conférence d’information dans les locaux de l’université, organisée en
partenariat avec les services de relations internationales de l’établissement.
◆ Tournée de promotion « étudier en France »
Octobre 2012,
Proposé par : Campus France Japon en partenariat avec l’IFJ et les alliances françaises du Japon
Estimation de la fréquentation : de 4500 à 7500 (entre 300 et 500 visiteurs par date ; 15 dates
dans tout le pays)
15 dates dans tout le Japon : de Sapporo (Hokkaido) à Fukuoka (Kyushu)
Le concept
La tournée de promotion « Etudier en France » est organisée et mise en
œuvre par Campus France Japon. Elle a pour objectif premier la promotion de
l’enseignement supérieur français. Elle s’appuie sur le réseau culturel français
au Japon (5 Instituts français et 4 Alliances françaises) et sur les partenaires
universitaires de la France au Japon. Elle vise à diffuser une information de
proximité sur les études en France et plus largement sur la France au Japon, les
entreprises françaises présentes au Japon, etc.
En accord avec ses partenaires institutionnels, Campus France prévoit de se
rendre sur le campus des établissements sélectionnés pour y mener une action
de promotion des études en France et principalement des établissements
d’enseignement supérieurs des régions PACA et Languedoc Roussillon.
Afin de matérialiser la présence de Campus France, un stand sera installé sur
un point à forte fréquentation, soit à l’heure du déjeuner, soit en fin de journée,
moments où les étudiants peuvent être sollicités pour des activités
« extérieures » à leurs cours.
Calendrier prévisionnel
Le calendrier a été défini en tenant compte des contraintes propres au calendrier
universitaire japonais.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Mardi 15 oct. 2013 :
Université de Hokkaido - Sapporo
Jeudi 16 oct. 2013 :
Université du Tohoku - Sendai
Vendredi 17 oct. 2013 : Université Meiji - Toyko
Vendredi 17 oct. 2013 : Université Sophia - Tokyo
Lundi 21 oct. 2013 :
Université de Tokyo - Tokyo (campus Komaba)
Lundi 21 oct. 2013 :
Université des Langues Etrangères de Tokyo
Mardi 22 oct. 2013 :
Université Keio
Mercredi 23 oct. 2013 : Université de Nagoya
Mercredi 23 oct. 2013 : Université Nanzan
Jeudi 24 oct. 2013 :
Université de Kyoto
Jeudi 24 oct. 2013 :
Université Ritsumeikan
Vendredi 25 oct. 2013 : Université d’Osaka
Vendredi 25 oct. 2013 : Université préfectorale d’Osaka
Lundi 28 oct. 2013 :
Université d’Hiroshima
Mardi 29 oct. 2013 :
Université du Kyushu
Les établissements sélectionnés sont des établissements ayant établi des liens
privilégiés avec la France et/ou participant au programme Global 30 Plus mis en
place par le Ministère japonais de l’éducation, de la culture, des sports, des
sciences et technologies (Mext), visant à encourager les étudiants japonais à
étudier à l’étranger.
Ces universités son considérées comme les plus prestigieuses du Japon,
conduisant leurs étudiant(e)s aux postes à fortes responsabilités.
アンスティチュ・フランセ日本
オフィシャルWEB
オフィシャルWEBサイト
WEBサイト
本日オープン!
Retrouvez l’actualité
de l’Institut français du Japon
sur notre nouveau site
www.institutfrancais.jp
L’Ambassade de France et l’Institut français du Japon
remercient leurs partenaires officiels pour ce
programme culturel 2013 de la France au Japon.
在日フランス大使館とアンスティチュ・フランセ日本は
以下の『2013年文化プログラム』公式スポンサーの皆様に
お礼を申し上げます。
Partenaire Éducation :
Partenaires Média :