Produits à base de Botox: sans expérimentation

Commentaires

Transcription

Produits à base de Botox: sans expérimentation
Bâle, le 20 juin 2012
Communiqué de presse
Véritable épidémie en ligne
Les animaux sont l’objet d’un commerce de masse inadmissible sur
les plateformes d’annonces gratuites
Plusieurs dizaines de milliers d’offres de vente d’animaux vivants, dont une grande part
d’offres suspectes, voire frauduleuses, se trouvent constamment sur les plateformes suisses
d’annonces gratuites. Une vaste recherche de la Protection Suisse des Animaux SPA montre
une authentique prolifération d’annonces proposant des animaux. Pour la protection des
animaux et aussi des utilisateurs ignorants, la PSA exige des mesures concrètes de la part des
exploitants des plateformes en ligne.
En mai 2012, la Protection Suisse des Animaux PSA a analysé et documenté les annonces dans les
catégories chiens, chats, animaux sauvages et accessoires pour animaux domestiques sur 19
plateformes en ligne. La situation la plus problématique est sans aucun doute celle des annonces
pour chiens. Parmi 1’377 des offres analysées, 37% étaient suspectes et 49% douteuses, 3% d’entre
elles étaient clairement des tentatives de fraude. Seules 11% des annonces pour chiens ont pu être
classées parmi les offres sérieuses. Un nombre frappant d’offres suspectes se retrouvent parmi les
annonces pour les animaux à la "mode" (Carlin, Chihuahua, Chat-léopard du Bengale) ainsi que
dans les offres de vente d’oiseaux (Perroquets). Des chiens coupés (illégaux en Suisse), des moyens
éducatifs interdits, ainsi que des toute petites cages pour oiseaux et rongeurs, dans lesquelles les
animaux ne peuvent être détenus légalement dans notre pays.
Frauduleuses, suspectes, illégales
Les exploitants des plateformes font trop peu pour faire obstacle aux annonces problématiques.
Tous ceux qui ont une adresse mail peuvent lancer une annonce sans que ses données personnelles
soient vérifiées. Cette circonstance ne permet pas seulement aux escrocs, au moyen de ce que l’on
appelle les « annonces camerounaises“, de trouver leurs victimes parmi les amis des animaux trop
crédules, ouvrant ainsi toutes grandes les portes au commerce international des animaux, interdit
par la protection des animaux. Des commerçants sans scrupules, souvent étrangers, vendent en
Suisse des chiens et des chats issus de la production en masse irresponsable ou de la capture
sauvage d‘espèces menacées, avec des documents falsifiés. Les victimes sont les animaux, mais
aussi les acquéreurs inconscients qui doivent se retrouver dans la jungle des offres frauduleuses,
illégales ou suspectes.
Assumer ses responsabilités
La Protection Suisse des Animaux PSA demande instamment aux exploitants de plateformes
d’annonces en ligne d’assumer enfin leurs responsabilités vis-à-vis des utilisateurs et pour la
protection des animaux, en vérifiant les adresses des annonceurs, en interdisant les annonces pour
animaux venant de l’étranger, de contrôler les contenus suspects et illégaux des annonces et de
lancer des avertissements. La PSA contactera les exploitants pour chercher avec eux une solution
consensuelle. Au cas où ces efforts ne mèneraient à rien, la PSA introduira une demande de
restriction légale du commerce des animaux en ligne.
Pour de plus amples informations: Recherche PSA "Commerce d’animaux par petites annonces en ligne"
sur www.protection-animaux.com/commerce_animaux
Pour vos questions:
Dr. med. vet. Julika Fitzi, Département chiens, Protection Suisse des Animaux PSA, téléphone 071 310 12 38
Helen Sandmeier, Service médias de la Protection Suisse des Animaux PSA, téléphone 079 357 32 04

Documents pareils