Le serial-branleur pirate Ça se se discute - christian

Commentaires

Transcription

Le serial-branleur pirate Ça se se discute - christian
BD:
50 pages
dthumour
drôle
SFIO]'PING
-5!.e;':.
ESCROLOGI
POLITIGIUC
Faites votre
Alerte
aux faux
marché
labels verts
Le premi er m agazine d'inve stig ation j ub llat o ir e
ATENTICDNBIDON
33 HISTOIRES
DE BIDONNAGE
rvlÉo ntQue
POLtTtQUe
SGIENTIFIGIUE
lrrÉnalRE
NOTRE
TMPOSTEUTI
S'TNVITE
GHEZ
DET.ARUE
nùil:.oo ruR. ceu 5,95 cAD. LUX 3 50 EUR - T0r,/ s a-.,
TOtr/ A 12OO XPF-, PORT CONT 3 80 EUR CH 6 5O CH:. ::D0[i1
[drniria\1ffifu
S
3.80 EUR - D0[/] A:4 80 EUR
:l
:
-branleurpirab
-
"Çl
Je me masturbe tous les jours, parfois
plusieurs fois par iour...
(rlcanements du public et des invités).
Delarue au public
C'est facile de ricaner, non mais...
je vous en supp1ie...
- Oul, on peut parler sérieusement,
ce n'est pas forcément sujet à plaisanterie
:
-
- Qu'est-ce
que vous apporte
la masturbation par rapport
aux rapports à deux ?
- Je suis
très cérébral...
- Donc la machine
?
- Ouais, ça foncti.onne à pleins
Je peux me
- Hier, je me suis fait
à fantasmes
fonctionne à plein
tubes.
faire toutes les femmes
du monde...
38 I fÉcfro
des Savanes / numéro 269
Carla Sarkozy, par exemple. EIle était assez chaude, d'ailleurs
Gros malaise sur le plateau.
Delarue reprend
- Pas de détalls, merci...Tout ça est évidemment imagé, hein
:
?wQ ttloilfpiw a ArcuK
C'€S'( 11trft 66(,oissÉ t,r
'/
vous NllwzJAl4aû
I
ConsotLlÉ uN rcq?
^
ou u^J StaoLooàt (.
c'Éruîssail,
c'6r
/.A
49
cttoîÉ QtVVous €AûëS
fuq(z (F.ouwq
alE
tfuWfroÛQ
le discute"
e faire passer pour un témoin
bidon sur le plateau de Ça se
dlscute quand on a déjà piraté
d'autres émissions télé, c'est limite. Mais
profiter qu'on est en direct pour balancer
des propos salaces sur la Première dame
de France, là ça dépasse les bornes.
Consâtruence de l'imposture : Delarue se
fait remonter les bretelles par France 2,
qui lui interdit à l'avenir tout sujet trash.
Retour sur une imposture qui a bien
secoué le petit monde de la télévision.
16
avril
2OOB
Je suis en direct sur France 2, assis au
milieu de I'arène mediatique de l'émission
Ça se drscufe. Jean-Luc Delarue fait trois
pas vers moi :
- Bonsoir Fred. Vous êtes marié, vous
aimezvotre femme... Vous aimeztous les
deux le sexe, mais vous fatfes frès peu
I'amour Pourquoi ?
Près de 3 millions de Français attendent
que je leur déballe mon intimité. Comment
ai-je atterri dans cette galère ?
25 mars
Je viens d'écrire le point final d'une autofiction en bande dessinée, Pattes d'eph
et col roulé, où je raconte ma folle jeunesse. Sur 130 pages, quelques-unes
sont consacrées à la branlette, activité
essentielle de tout ado qui se respecte
(exceptés les adolescents incultes, pour
paraphraser Desproges). Et juste là, paf,
je tombe sur un appel à témoin pour
l'émission de Delarue : "Vous préférez
la masturbation à des rapports sexuels
,. Mon sang ne fait qu'un tour
(dans mes corps caverneux), j'appelle
normaux
Estelle de Réservoir Prod
:
Voilà : depuis que j'ai découvert la
masturbation, je n'ai jamais connu de
-
plaisir aussi intense. J'y ai d'ailleurs
consacré un livre...
Ferrer
sals pas si c'est une bonne idée qu'il
passe à /a télé... par rapporl à sa famille,
le poisson
tout ça...".
Le poisson est fené : elle me rappelle,
enthousiaste, me donne des précisions
Je multiplie les détails graveleux, elle
mord à l'hameçon. Toutes mes ex m'ont
sur la date d'enregistrement. Je demande
:
-
suis même fait virer quand mon patron
C'est en direct ?
- Ah oui, /à sl vous dlles des bétises, on
ne pouna pas vous couper, hein !
Bon, je ne me fais pas trop d'illusions. ll
m'a surpns en flag à m'astiquer sous mon
suffit de taper mon nom sur un moteur
bureau ;je suis un cérébral, mes fantasmes seront toujours plus puissants que
n'importe quel rapport bêtement charnel :
Bardot jeune, Priscilla vieille, des meufs
avec trois seins, des bimbos hermaphrodites... No limit ! Jefais mon expert:
- Je peux prolonger I'orgasme pendant
des heures, ou me faire jouir par une
simple pression du doigt.
- Vous faites du tantrisme ?
- Non, de I'onanr'sme (ça ne la fait même
pas rire).
de recherche pour avoir la collection com-
largué à cause de ma branlomanie, sauf
ma femme qui s'est fait une raison : je me
Elle insiste pour parler à ma femme,
histoire de vérifier mes dires :
- Vous savez, on tombe partols sur des
imposteurs, on doit recouper les informations...
- Ah bon ? Bien, je vais lui demander; mais
c'est pas gagné, elle est plutôt timide.
En efiet, ma chérie refuse net. La pauvre
a déjà le mérite de supporter mes canulars continuels, mais elle ne veut pas
s'im-
pliquer personnellement.
Qu'à cela ne tienne, je donne à Estelle le
téléphone de Fabrice Tarrin, mon complice d'impostures. Qui joue bien le jeu,
rajoute des détails truculents ('7 ame btbn
demander des précisions sur I'intimité de
ma copine, ç nourrit ses fanfasmes'), et
pousse le vice jusqu'à ajouter "Mals le
plète de toutes mes farces (impostures
de l' Echo,caméras cachées pour l'émission d'Ardisson, etc.) En plus, j'ai déjà
joué au témoin bidon, notamment pour
C'est mon cho,k, également produit par
Réservoir Prod, la boîte de Jean-Luc
Delarue. La dernière émission que j'ai
couillonnée avait fait trois pages dans
Entrevue, difficile de faire moins discret.
En plus, j'ai donné mon vrai nom à Estelle,
étant donné qu'ils vérifient souvent les
identités avant les émissions. ll y a une
chance sur mille pour que j'arrive jusque
devant les caméras de Ça se dlscute. À
moins qu'ils soient vraiment super crâins.
D'ailleurs, pas de coup de téléphone la
semaine suivante. Je me dis " c'est mort ",
quand la belle Estelle (j'ai sévèrementfantasmé sur elle entre-temps) me rappelle
pour m'annoncer que ma candidature est
définitivement retenue.
Un instant, je me demande s'ils ne préparent pas une émission sur les imposteurs, avec un thème à la con, la branlette,
pour drainer tous les farceurs... Mais non,
je suis trop parano" Deux jours plus tard,
je reçois deux allers-retours pour Paris
(sympa pour ma chérie) et une réseruation dans un trois étoiles.
ooVous
savez, on tombe parfois
sur des imposteursl.."
LiÉcho des Savanes / numéro zes t
39
00...
évitez les histoires
avec les hermaphrodites ...
le public noaime pas trop..."
Les coulisses
de l'exploit
Jour J.
Un taxi affrété par Réservoir Prod me
dépose devant le Studio VCF, Plateau
900, à la Plaine-Saint-Denis.20h, soit H
moins 3.
On me guide à travers bâtiments et couloirs, jusqu'à une salle de restauration,
où quelques convives aux allures de
losers sexuels bien castés sont déjà en
train de grignoter. Je rafle quelques sand-
wichs que j'emporte dans ma loge,
Beurk, ils sont tout congelés à l'intérieur
(les sandwichs, hein). Je suis bien décidé
à m'isoler jusqu'à la dernière minute, histoire de ne pas tomber sur quelqu'un qui
me reconnaisse. Je me suis bien laissé
pousser une moustache gay-friendly
pour changer mon apparence, mais c'est
dérisoire.
Sur la porte de la loge, une étiquette :
. Frédéric et Aude ', Voilà que rapplique
une grande rouquine. Je me lance :
- Euh... Vous allez.témoigner pour quoi ?...
Sl c'esi pas rndlscref...
- Oh, pas du tout... Je vais en parler
devant des millions de gens, alors...
La conversation prend un ton surréaliste.
Elle m'explique que I'acte sexuel la
dégoûte, que son pauvre copain, qu'elle
aime pourtant, doit faire ceinture (de
Une fille de la production l'amène dans
la pièce à côté pour la rebriefer encore un
petit coup. Je saisis quelques bribes :
- Là, Jean-Luc vavous demander...
Alors Ià vous pouvez dire : "pour moi, faire
I'amour, c'est aller au charbon."
En sofiant du maquillage, je rencontre
Estelle en live. Elle me rebriefe à mon tour,
habillée un peu sexy. Moi, bien à fond
dans mon perso de branleur cérébral, je
mate ses jambes ostensiblement. J'ai
droit au tutoiement :
- Donc, quand il te demande en quoi la
masturbation est préférable à I'acte
sexuel, tu lui parles de tes fantasmes...
Par contre, faudrait éviter les hlstolres
avec les hermaphrodites, là... Le public
n'aime pas trop ce genre de trucs, hein...
Mais tu pounais dire "les plus belles femmes du monde".
- Je pourrais citer des noms ?
- Bien sûr
!
H moins 10'. Tous les invités sont ras-
semblés dans les coulisses. Tout le
monde a le trac, sauf le sexologue de service qui fanfaronne.
H moins 5'. On se pose dans nos fauteuils respectifs. Le public est déjà là. Le
chauffeur de salle enchaîne ses vannes
nulles. Soudain, je vois passer devant moi
une meuf, queue de cheval, casque et
micro... Merde ! Je I'ai déjà vue quelque
par1, celle-là ! Mais oir
? ChezSacrée
chasteté).
Laurence l'an dernier ? Elle passe devant
Je lui parle de mon cas. On se trouve des
points communs. Le serial-branleur et la
moi, je me baisse en faisant mine de
refaire mon lacet. Ça y est, je me souviens ! C'est elle qui m'avait incendié
quand j'avais traîné Fabrice, dans un
fauteuil roulant de location, au milieu
coincée du cul : on forme un beau couple dans notre petite loge. Je compatis
intérieurement, elle a l'air plutôt cool
comme fille. Je lui demande
-Vous n'avezjamais consulté un psychologue ? Ou un sexologue ?
:
- Non.
- Donc... l'émission,
c'est la première
chose que vous faites, concrètement, pour
trouver une solution ?
Ben oui.
-
du plateau du Téléthon, il y a deux
ans.
Elle repasse, je tourne la tête de I'autre
côté. H moins 1', ce serait trop con de
tout foirer au dernier moment.
Delarue apparaît. On tourne. Sauvé par
le gong !
La suite, vous la connaissez.
2007 :
squat en direct
sur le plateau
du TéIéthon.
40 tl:Éctrc
des Savanes / numéro 269
Quelques iours anrès
avoir étd posfé,e
surpailymotion,
lâ vidéo de la peiformanôe
est étrangement retirée...
Pas fiers, cllez Réservoir Prod ?
Bilan ae
l'imposture
l- affaire enfle : triple passage au Zapprng,
tnterviews sur Canal +, Europel, Direct
8, gros buzz dans les journaux et sur le
net, et comble d'infortune, Raffarin qui
brocarde Delarue en direct sur le plateau
du Grand Journal. ..
Voils ?ouutz vgttT Uu'lsreW? ott * uN
KoqlÈlq€ AWc vïrÆ lvtkKo/çAttr tÉ CHA^J&,,,
H/vu4,u,,, Ç.A
LE
V^jf
(outs(,,,
]
La semaine suivante, la direction de
France 2 sermonne l'animateur-producteur. Patricia Boutinard Rouelle, Directrice
de I'unité documentaires et magazines
9Eart
de la Deux se confie à 20 minutes :
"Les propos tenus sont inacceptables
pour une chaîne de service public. ll faut
être plus vigilant au moment des pré-
?oUK-
enquétes sur/es invités (.. ) À l'avenft les
suTefs cholsis pour les directs seront
moins délicats."
Ou comment une imposture de L'Écho
boute la trash-W hors du service public !
Plus tard, j'apprendrai qu'Estelle Gilles,
ma "coach", a été licenciée,
Une question demeure : fallait-il que
Delarue punisse une simple employée,
histoire de marquer le coup, ou est-ce
le principe "sujets glauques en direct"
qui est en cause, comme le justifie jus-
tement la direction de France 2
Ça se discute.
6tt
ù[email protected]
w ruur! ),
^(cHë.
?
Quoi qu'il en soit, soyons rassurés pour
Jean-Luc, la sécurité de son emploi est,
elle, préservée, comme le précise une
'EYrT€((lglZ,
T€(euy
brève sur le site web de Réservoir prod
qui stipule que "suite à quelques paru-
tions récentes, France 2 et Jean-Luc
Delarue reaffirment lzur confiance mutuelle
et la poursuite de leur collaboration". Ouf.
f**û iI**r{**T
*pÉqT*Àlti* *s l'*3ûfûs?tr*!
Notre serial-branleur fait Ia une.,
UÉcho des Savanes / numéro zeg t 41
(N'
'PassoirepourProd."'
travail d'amateur
salaire de nabab
Jean-Luc Delarue, I'homme qui gagne 120 000 euros par mois bâcte-t-il son boulot
En 2003, je piège sa boîte (qui produit l'émission C'est mon choix) ;
5 ans plus tard, je récidive, toujours sous mon vrai nom !
Le radin bidon que
- Et
Le producteur (qui se présente comme
celui de Pékin Express) arrive, il m'in-
y a cinq ans, Fabrice me fait une petite
il répond en mon nom à un aPPel
vite à faire quelques pas dehors, ll m'ex-
farce:
plique que ce n'est pas possible de
payer les invités, que c'es| "contraire à
à témoin, pour l'émission C'est mon
chox. Le thème : "Vous êtes le pire des
radins". Je décide de jouer le jeu, je me
la déontologie iournallstrque" (sic). li me
dit qu'ils ont été réglos, qu'ils nous ont
défrayé ma femme et moi, train, hôtel,
compose un personnage abominable,
pilleur de fleurs dans les cimetières et
chapardeur de papier-cul, qui ne tire la
chasse qu'une seule fois par jour...
Et je suis sélectionné pour figurer au
panthéon de la beauferie télévisuelle,
en compagnie d'un copain qui joue le
rôle de mon frère.
resto...
Je réponds que c'était la condition de
départ pour que je leur donne mon aprèsmidi. S'ils veulent que je reste après 1B
heures, il faut me verser une compensation. Je demande 150 euros.
Le Roi !.
Quelques années passent, et un jour je
reçois un coup de fil d'Europe 1 . La jour-
naliste travaille pour l'émission de
des
Dechavanne, aujourd'hui on parle des
radins, et justement un copain à elle,
qui bosse chez Réservoir Prod, lui a
('ai mauvais fond).
Sacré
Finalement il dégaine son portefeuille
42
mépris dans son regard. lls ont voulu le
Roi des radins ? ils l'ont eu ! Je lui dis
que je suis peut-être rateau, mais pas
escroc : je lui enverrai une facture. Je
L'Écho des savanes... mais, visiblement,
- Allez Frédériq c'esf pas posslb/e... On
note ses nom et coordonnées.
Une minute avant l'enregistrement, toujours flanqué de mes deux intermittentes, je soupire :
- Allez, j'en ai marre, je me casse.
- Ah non Frédéric, vous n'avez Pas le
droit, vous avez été payé pour rester !
- Non, je plaisantais !
Elles rient jaune.
ça ne les refroidit pas !
l-enregistrement est prévu pour le début
d'après-midi. Mais les cafouillages s'accumulent : pannes de courant, manque de
public pour faire la claque.,. En définitive,
on a un retard de plus de cinq heures.
a tout préparé pour vous, le plateau, et
tout... ll y a beaucoup d'argent en ieu...
- Je m'en fous. Vous, vous êtes PaYés,
moi je touche pas un centime. Bon, ie
mon show pour C'est mon choix. Les
"hooouuuu !" du public me replongent
quelques années en arrière, Je me peÊ
2OO7 : copié-collé
sur M6
!
mais ils essaient de garder le sourire
PqVç pour
bidonnage
Malgré ce "coming out" radiophonique,
quelques années plus tard, je suis à nouveau sollicité par Studio 89, une filiale du
groupe M6, pour une nouvelle émission,
Sacrée Laurence. Quatre ans que mes
références de super radin circulent de
prod en prod... Studio 89 est allé chercher des infos sur mon blog, ils savent
que je suis imposteur professionnel pour
!
et me tend un billet de cinquante : "C'esf
de ma poche." Là, je lis clairement le
prends à ce moment pourquoi on voit
toujours les mêmes têtes dans ce genre
d'émission : ils se refilent les fiches des
"bons clients"... Peut-être même qu'il y
a un marché parallèle : "ll est beau mon
radin, qui n'en veut ?" La fille me Prie
de ne pas préciser que c'est elle qui m'a
appelé, étant donné que ce sont les
les auditeurs qui appellent...". Gros
embarras dans le studio. Mon ancien
"coach" de Réservoir m'appelle aussi
sec, horrifié. J'en profite pour le narguer
fâdlns
La n{Tociation se prolonge vingt minutes.
transmis mes coordonnées. Je com-
audlteurs qui sont censés se manifester.
Je passe en direct à l'antenne.
Dechavanne : " Alors Frédéric, vous éfes
un gros radin !" . Moi : "Pas du tout. Votre
collaboratrice m'a contacté parce que
Ie suis passé à C'est mon choix, mals
c'était bidonné. Votre émission aussi on
dirait, vu que vous faites croire que c'est
sinon, tu fais de la BD ? C'est super
intéressant !...
Iepaf s'ur*achu
ll
?
temorgner
Tout le monde est stressé, et pour couronner le tout, ce connard de radin fait
des siennes : "ll est hors de quesflon que
je reste jusqu'à 19 heures ! J'étais OK
pour vous donner gratuitement mon
après-midi, mais maintenant ie me bane."
Je lis dans leurs yeux qu'ils sont super
emmerdés, j'y vois même de la haine,
t t:Écno des Savanes / numéro 269
:
mets toutefois une petite nouveauté
me barre.
-
Qu'esf-ce que vous voulez
:
-
?
Champagne ?
n'ai ien à foutre du champagne.
Ce que je veux, c'est de I'argent.
L assistante du réalisateur vire au
- J'en
cramoisi
C'est parti. Je fais un copié-colié de
:
Vous savez qu'en plus, fe me suls
arrangé pour me faire payer par le producteur ?
Je sors mon billet de cinquante, ça jette
un gros froid. Évidemment, le passage
sera coupé au montage.
L'affaire est reprise par la presse.
C'est pas possrb le Fredéic, on ne peut
pas vous payer... On paye pas les invités...
Entrevue y consacre trois Pages.
- Alors je me barre.
À la rentrée suivante, l'émission n'est
-
Grosse panique. Eile part chercher le
producteur. Pendant ce temps, deux
gentilles intermittentes me font la
conversation. On sent qu'elles ont été
briefées pour me faire patienter
:
pas reconduite.