La personne âgée

Commentaires

Transcription

La personne âgée
La personne âgée
La personne âgée
Mieux la connaître pour mieux
l’accompagner
Quelques termes qui pour vous la
définissent
Sommaire
•
•
•
•
•
•
•
Introduction
Les principales pathologies
Le fonctionnement en EHPAD
Une communication adaptée
La manutention: quelques rappels
Les transports les plus fréquents
Conclusion
Les principales pathologies
• Accidents vasculaires
cérébraux
• La maladie
d’Alzheimer
• L’agressivité chez la
personne âgée
• Les démences
• La dépression
• La maladie de
Parkinson
• La douleur
Introduction
• Devenir âgé, c’est perdre sans cesse, devenir
dépendant.
• La notion de dépendance n’a pas de définition
propre; elle est relative à la maladie, au handicap
social.
• Elle peut être physique, psychologique ou sociale;
elle est la conséquence d’accumulation de
troubles.
• La dépendance physique est définie comme
l’incapacité d’accomplir sans l’aide d’une tierce
personne au moins trois actes de la vie courante.
Les accidents vasculaires
cérébraux
• Le cerveau est irrigué par un réseau
d’artères. Chaque petite artériole se charge
d’apporter du sang oxygéné à un territoire
bien précis du cerveau. Il suffit que cette
artériole voit son débit interrompu pour que
le territoire situé en aval se trouve
brutalement privé d’oxygène.Aussitôt
apparaissent les premiers symptômes .
1
Les symptômes
•
•
•
•
•
•
•
•
Trouble de la parole
Trouble du langage
Paralysie d’un côté
Trouble de la vision
Trouble de la sensibilité
Plus graves des troubles respiratoires
Des paralysies
De la fièvre
Notre rôle
• Repérer le côté hémiplégique et se placer de ce
côté lors de la mobilisation pour pallier à la perte
d’équilibre
• Bien se présenter en face de la personne
• Parler clairement et repérer si elle a compris
• Expliquer ce qui va être fait, rassurer
• Assurer une bonne installation au fauteuil ou sur le
brancard attention au bras hémiplégique qu’il ne
soit pas dans le vide
• Stimuler si besoin, l’encourager
La maladie d’Alzheimer
• C’est une maladie qui se caractérise par la
présence dans les cellules cérébrales
d’anomalies provocant leur dégénérescence
ou leur disparition progressive.
Notre rôle
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Ne pas bousculer la personne
Reformuler la demande
Expliquer tout changement d’habitude
Encourager la parole, ne pas poser des questions
sur la date, des souvenirs précis
Ne pas donner des consignes trop complexes
Ne le blâmer pas pour sa paresse
Ne le critiquez pas pour ses délires
Soyez rassurant
Veillez à votre sécurité si agressivité
Les symptômes
•
•
•
•
•
•
•
Troubles de la mémoire et de la compréhension
Troubles des fonctions cognitives et intellectuelles
Anxiété, dépression, apathie
Idées délirantes, hallucinations
Troubles du comportement: agressivité,agitation
Troubles du sommeil
Troubles alimentaires
L’agressivité chez la personne
âgée
• C’est un symptôme extrêmement fréquent. Elle
répond à des causes multiples: physiques,
psychologiques, médicamenteuses,
environnementales, sociales et affectives.
• L’agressivité peut être verbale, des injures, des
menaces de représailles, des colères qui peuvent
aller jusqu’à l’agression physique caractérisée par
des gifles, des pincements, des morsures, des
coups de pieds…
2
L’agressivité
• Elle peut être mise en relation avec les griefs, les
frustrations instillées tout au long de l’existence
entre le malade et sa famille, et son entourage.
• Les comportements agressifs sont observés chez
les personnes qui méconnaissent complètement
leurs troubles et qui ne comprennent pas les
limitations de leurs activités habituelles : la
conduite automobile, les courses, la cuisine, la
gestion des finances….
Notre rôle
• Le plus souvent, les accès d’agressivité sont de
courte durée et …vite oubliés de la part du
malade. Veillez néanmoins à votre propre sécurité
et ne laissez pas la situation s’envenimer.
• Si vous vous sentez débordé et si vous avez peur
pour le malade ou pour vous même, n’hésitez pas
à demander de l’aide à l’équipe soignante ou à
l’un de vos collègues.
Les symptômes au début
•
•
•
•
•
Troubles de la mémoire récente
Perte d’autonomie
Troubles du comportement( agitation, agressivité, apathie)
Syndrome dépressif avec repli sur soi et insomnie
Troubles du langage avec une perte du mot ou des phrases
mal construites
• Trouble du caractère avec parfois délire de persécution ou
de préjudice
• Désorientation dans le temps et dans l’espace
• Absence de projet et impossibilité d’organiser sa vie de
tous les jours
Notre rôle
• Veiller à garder notre calme et à nous adresser à la
personne doucement, sans hausser le ton de la
voix malgré ses cris et ses reproches
• Etre rassurant et ne pas hésiter à entrer en contact
physiquement avec lui, sans intrusion
• Ne nous laissons pas envahir par nos émotions
même si certaines paroles ou certains actes nous
bouleversent
• Ne le culpabilisons pas même si le comportement
nous apparaît intolérable
Les démences
• C’est un affaiblissement acquis, progressif,
spontané et irréversible de toutes les
fonctions intellectuelles: mémoire,
attention, jugement, capacité de
raisonnement et les perturbations des
conduites sociales qui en résultent.
Les Symptômes à la phase d’état
• Aggravation des troubles de la mémoire
• Difficulté et impossibilité à effectuer les gestes de
la vie courante
• Fausses reconnaissances, hallucinations
• Le langage s’appauvrit et devient
incompréhensible
• Incontinence urinaire et fécale
• Désorientation temporo-spatiale complète
• Perte de la marche
3
Notre rôle
• S’assurer qu ‘il n’y a pas d’obstacle autour
de la personne
• Stimuler la personne en lui expliquant les
gestes à faire
• Ecouter, rassurer, expliquer
• Avoir une attitude adaptée face à l’agitation
ou l’agressivité
La dépression
• La dépression est un mal être qui se
caractérise par des troubles de l’affectivité,
de l ‘humeur, un ralentissement psychomoteur et des troubles physiques
Les troubles de l’affectivité et de
l’humeur
•
•
•
•
•
•
•
Ils se signalent par une douleur morale
une morosité
un découragement
une insatisfaction
une tristesse
un pessimisme
une dévalorisation
Les troubles physiques
•
•
•
•
•
•
Troubles du sommeil
Difficultés d’endormissement
Fatigue matinale
Troubles de l’appétit
Limitation de l’autonomie
Phobie des maladies
Un ralentissement psychomoteur
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Une fatigue tout le temps
Un manque d’entrain
Une lassitude
Une démarche lente
Un visage figé
Les gestes et les paroles sont rares
Pertes de mémoire
Repli sur soi
Désinvestissement permanent
Ressenti douloureux face aux choses de la vie
Notre rôle
• Donner une bonne image de la personne, la
féliciter, la valoriser, l’encourager
• Dédramatiser ses propos si besoin
• Être à l’écoute et faire parler la personne
• Faire des transmissions à l’équipe soignante
si idées suicidaires récurrentes
4
La maladie de Parkinson
• Affection neurologique, dite dégénérative, qui
touche une petite zone cérébrale au sein de
laquelle une population de cellules nerveuses est
atteinte, les neurones dopaminergiques. Pour une
raison inconnue, ces neurones sont touchés et
disparaissent progressivement. La fabrication de
dopamine diminue, puis n’est plus suffisante: alors
surviennent les symptômes parkinsoniens.
Les symptômes habituels: trois
signes principaux
• Un tremblement de repos
• Une raideur ou rigidité ou hypertonie des
muscles
• Une lenteur des mouvements ( akinésie)
Les autres symptômes
Notre rôle
• Fatigabilité: la rigidité, la lenteur des mouvements
favorisent la fatigue
• Difficultés motrices: Raideur, impossibilité de faire le
premier pas, impossibilité de franchir une marche ou un
seuil, difficultés pour les transferts; Risque de chute
• Problèmes nutritionnels fréquents: perte de poids car perte
d’appétit, difficultés à porter à la bouche, à mastiquer, à
avaler. Risque de fausse route.
• Impact psychologique avec dépression à l’annonce du
diagnostic, anxiété, crise de panique.
• Désordres de sommeil et de relaxation avec insomnie,
cauchemars, crampes nocturnes, angoisses, agitation…
• Aider la personne dans les gestes quotidiens
• Ne pas surestimer les capacités de la personne « à
chaque jour suffit sa peine »
• Ne pas bousculer la personne, ne pas s’énerver
• Dégager le passage, le sécuriser
• Mobiliser doucement la personne, ne pas tirer sur
ses membres
• Valoriser, écouter, expliquer
La douleur
Différents types de douleur
• La douleur est une expérience sensorielle et
émotionnelle désagréable, liée à une lésion
tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite
dans des termes évoquant une telle lésion.
• La douleur par excès de nociception (80%), plaies, chocs,
infarctus, inflammations, infections, brûlures, froid…Elles
augmentent avec le mouvement. Elle est liée au
vieillissement des organes, des tissus, comme les douleurs
rhumatologiques.
• La douleur neuropathique est due à des compressions ou
destructions de nerfs. Elle se retrouve dans des maladies
comme le diabète ou l’alcoolisme.
• La douleur psychogène quand aucune cause n’a été
décelée, elle est souvent refoulée chez la personne âgée et
est due à la dépression et l’hypochondrie.
5
Notre rôle
• Ecoute attentive de la personne, elle seule peut apprécier sa
douleur, son intensité, sa fréquence. Ne pas mettre en
doute sa parole
• Bien installer la personne, dans son fauteuil, dans le
véhicule, sur un brancard.
• Attention lors des manipulations car les personnes
douloureuses ont peur du contact, peur du toucher.
• Rassurer car beaucoup d’anxiété, crainte de l’hôpital,
crainte de souffrir, crainte de mourir. La douleur n’est pas
seulement physique.
• Transmettre des informations si besoin au personnel
soignant.
Gestion d’un rdv extérieur
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Passage du médecin
Appel du lieu de rdv
Prévenir la famille
Prévenir les ambulances
Essayer de récupérer un bon de transport
Préparer un courrier dans une enveloppe
Informer le personnel
Informer le résident
Faire les transmissions
Le fonctionnement en EHPAD
•
•
•
•
•
•
97 résidents
45 médecins traitants de la région
15 Pharmacies selon le choix du résident
2 ide le matin et 1 ide l’après midi
1 ide de garde le week end et les jours fériés
1 directrice et 1 secrétaire en semaine
Une communication adaptée
• Face à des malentendants
• Face à des malvoyants
• Attirer l’attention de la
personne avant de lui parler
• Regarder la personne bien en
face
• Ne pas crier, éviter les bruits de
fond, parler clairement
• Etre expressif , faire des gestes
• Etre patient, positif et calme
• Attendre une réponse et
s’assurer d’avoir été compris
• Faire préciser ce qu’il voit
• Eclairer correctement
• Donner des repères
(couleur, nombres de
pas…)
• Poser sa main sur son bras
en lui parlant lui permet
de vous situer
• Solliciter la personne afin
d’éviter l’isolement
Communication auprès d’une
personne démente
Comprendre ce qu’elle veut nous
dire
• Manifester votre arrivée
• Obtenir l’attention de la personne démente avant
de rentrer en communication avec elle, se placer
en face de la personne, chercher son regard.
• Utiliser le toucher: lui prendre la main ou le bras
doucement en lui parlant
• Nommer la personne: « Bonjour Mme X »; se
présenter: « je suis Mr Y, ambulancier… »
• Prendre du temps, il ne faut pas bousculer la
personne, ne pas avoir l’air pressé, s’adapter à son
rythme.
• Lui permettre de verbaliser, lui laisser le temps de
s’exprimer
• Décoder le message, rechercher ce qu’elle a voulu
dire
• Prendre en compte l’émotion de la personne et la
verbaliser: « Madame x, je vois bien que vous
êtes en colère… mais… »
• Lui montrer que l’on a entendu, être attentif
• Si l’on a pas compris, ne pas insister pour ne pas
mettre la personne en situation d’échec.
6
Donner un retour, se faire
comprendre
• Etre conscient de l’importance de la
communication non verbale, une mimique, un
sourire, une attitude, une poignée de main…
• Parler d’un ton calme, souriant, avoir un regard
apaisé
• Ne donner qu’un message à la fois
• Poser des questions simples voir fermées
nécessitant une réponse oui ou non
• Reformuler, rassurer
La manutention: Rappel de
quelques principes de base
• Fixation de la colonne, verrouillé le dos plat, plier
les genoux, serrer les abdominaux
• Utiliser les membres inférieurs
• Positionner la charge le plus près possible du
corps, attention aux palettes, à ne pas abîmer la
peau fragile de la personne âgée par exemple
• Utiliser ses membres supérieurs, choisir ses prises,
ne pas porter de bijoux, ne pas tirer les membres
du résidents
• Rechercher les points d’appui
• Pas de précipitations
Risques importants chez la
personne âgée
•
•
•
•
•
•
Les chutes
L’angoisse
Les plaies de transferts
Les vomissements
L’agressivité
La douleur
Observer la réponse
• Observer le comportement verbal et non
verbal
• Répéter quelques mots du discours
• Donner notre degré de compréhension
• Observer l’évolution de la situation: la
personne est-elle rassurée? A t-elle peur de
la voiture? Du transport? S’apaise t-elle? A
t-elle compris?
Les transports les plus fréquents
• La radiologie ( bilan de chute, tassements
lombaires, radio pulmonaire, échographie)
• Les Urgences ( Chute, OAP,
décompensation cardiaque ou pulmonaire,
syndrome de glissement)
• Les consultations extérieures ( cardiologues,
ophtalmologues, rhumatologues,
neurologues…)
Conclusion
• En tant que soignant nous donnons un sens
à la vie de la personne âgée,nous sommes
leur quotidien, nous devons la reconnaître,
l’accepter telle qu’elle est, la valoriser.
• Avec la personne âgée, nous devons prendre
le temps, écouter, entendre, rassurer.
7

Documents pareils