Exercices dosages

Commentaires

Transcription

Exercices dosages
Exercices dosages
Exercice 1
On dispose d’une échelle de teinte en diiode dont les concentrations C sont connues. Un spectrophotomètre, réglé
sur la longueur d’onde 450 nm, permet de mesurer l’absorbance A des solutions de l’échelle de teinte. On peut
alors tracer la courbe A = f(C) présentée ci-dessous.
1- Comment appelle-t-on la courbe A = f(C) ?
2- La loi de Beer-Lambert est-elle vérifiée ?
3- Sans modifier les réglages du spectrophotomètre, on mesure l’absorbance AS = 0,64 d’une solution (S)
de diiode. En déduire, par deux méthodes différentes, la valeur de la concentration CS en diiode de cette
solution.
Exercice 2
La carence en élément calcium, l’hypocalcémie, peut être traitée par injection intraveineuse d’une solution de
chlorure de calcium. On souhaite déterminer la concentration C0 en chlorure de calcium contenue dans une
ampoule de 10,0 mL.
Pour cela, le contenu de l’ampoule est dilué 100 fois. La mesure de la conductivité de la solution (S) obtenue est
-1
S = 1,23 mS.cm . On mesure également la conductivité de différentes solutions étalons en chlorure de sodium.
Les résultats sont rassemblés dans le tableau ci-dessous :
Conductivité molaire ionique de l’ion calcium dans l’eau à 25°C : 11,9 mS.m2.mol-1
Conductivité molaire ionique de l’ion chlorure dans l’eau à 25°C : 7,63 mS.m2.mol-1
1234-
Pourquoi a-t-on dilué le contenu de l’ampoule ?
Comment appelle-t-on la courbe = f(C) ?
Démontrer la loi de Kohlrausch. Est-elle vérifiée ici ?
Déterminer, par deux méthodes différentes, la valeur de la concentration C0.
Exercice 3
L’AOSEPT est un produit utilisé pour le nettoyage et la décontamination des lentilles de contact. La notice du
produit indique que la solution aqueuse contient, entre autres, du peroxyde d’hydrogène et, comme seules espèces
ioniques, l’ion chlorure et l’ion sodium.
Lors d’un contrôle de qualité, le produit est considéré comme satisfaisant si l’incertitude relative entre la mesure
effectuée et l’indication du fabricant est inférieure à 10%. Pour ce produit, le fabricant indique « chlorure de
sodium à 8,5 g.L-1 ».
On prépare des solutions étalons de concentrations C connues en chlorure de sodium, par dilution d’une solution
mère. On mesure alors la conductivité des solutions filles, puis on trace la courbe = f (C).
On dilue 10 fois la solution commerciale avant de mesurer sa conductivité : on trouve 1,8 mS.cm-1.
1- Déterminer la concentration massique de la solution commerciale en chlorure de sodium.
2- Quel sera le résultat du contrôle de qualité ?
Exercice 4
On souhaite déterminer la concentration molaire en diiode d’une solution pharmaceutique de lugol par titrage. On
dose pour cela 10,0 mL de solution de lugol par une solution de thiosulfate de sodium de concentration
1,00.10-1 mol.L-1. Le volume versé à l’équivalence est 7,8 mL.
Exercice 5
On souhaite déterminer la concentration molaire exacte en ions ferreux d’une solution par titrage. Cette
concentration est voisine de 1,5.10-2 mol.L-1. On dosera pour cela 20,0 mL de cette solution par l’ion
peroxodisulfate.
1- Sachant que la burette a un volume de 25,0 mL, déterminer la plage de concentration possible pour la
solution de peroxodisulfate de potassium, si l’on veut estimer la concentration de la solution titrée avec
trois chiffres significatifs.
2- On utilise l’orthophénantroline ferreuse comme indicateur coloré. Cet indicateur est rouge intense en
présence d’ions ferreux, sinon bleu pâle. Proposer un protocole expérimental et expliquer soigneusement
comment est repérée l’équivalence.
Exercice 6
Le dioxyde de soufre est un gaz présent dans l’air pollué. Lorsque la concentration massique en dioxyde de soufre
dépasse 500 µg.m-3, la population est alertée.
On fait barboter 1,00.104 m3 d’air pollué dans 1,00 L d’eau, le dioxyde de soufre se dissout alors totalement dans
l’eau. On prélève 10,0 mL de cette solution que l’on place dans un bécher. On titre ce prélèvement à l’aide d’une
solution aqueuse de permanganate de potassium à 1,0.10-2 mol.L-1. La solution titrée devient rose violacé pour un
volume versé de solution titrante égal à 8,0 mL.
On précise que l’oxydant conjugué du dioxyde de soufre est l’ion sulfate.
Le seuil d’alerte est-il atteint ?