Les quatre aspe..

Commentaires

Transcription

Les quatre aspe..
L’évolution de
l’humanité
VI
LES QUATRE
ASPECTS DU
MIRAGE
Le Gardien du
Seuil
La maya
Le mirage
L’illusion
0
Les quatre aspects du mirage,
l’aveuglement de l’humanité
et les voiles des révélations
Chaque grand cycle du zodiaque de 25920 ans
correspond à l’incarnation d’une race humaine, mais
compte surtout au niveau du développement de la
conscience.
Le mirage est un terme de synthèse regroupant
l’illusion, le mirage à proprement parler, la maya et le
Gardien du Seuil. Leur dissolution nécessite de la part
de l’humanité un travail de plusieurs siècles :
Ils sont les variantes d’un même concept issu des
Forces négatives, Forces des ténèbres ou Forces
noires, qui induisent en erreur les plus sérieux et
leurrent l’âme qui ne les reconnaît pas.
Résultant des pensées et des sentiments humains,
ces quatre nuisances sont dues à la fausseté et à
l’imperfection des vies lunaires qui emprisonnent
l’âme, depuis l’action des "Dieux imparfaits" ou en
cours de perfectionnement comme toute la création.
Exempts de mirage et d’illusion, les règnes subhumains subissent néanmoins la maya du monde.
Selon un des postulats de l’Absolu, les vies
humaines plus avancées doivent prendre en charge les
vies plus jeunes : l’unité mentale, le corps émotionnel
et le corps physique double, synthétisés par la
personnalité.
o Le double corps physique est composé du
corps énergétique ou éthérique baignant dans
un océan d’énergies, et du corps physique
dense, qui n’est pas une unité d’énergie mais
1
un réceptacle de celles, subtiles, des corps
émotionnel, mental et au-delà ; lui-même, subit
le contrecoup du corps éthérique planétaire.
o Le corps émotionnel, qui était à l’origine la
partie inferieure du mental, aurait dû
fonctionner comme une plaque sensible à tous
les contextes environnants.
o Le mental concret exprime toutes les vies
mineures qui composent la personnalité.
Pour dépasser ces mondes de manifestation,
l’homme doit combattre les quatre aspects du mirage,
en tenant compte de la vie terrestre, de son
environnement, de sa vie familiale, professionnelle,
sociale, nationale et raciale.
La quatrième Hiérarchie créatrice des monades
humaines doit aussi remplir son contrat de vie et
amener ces vies mineures à un état d’harmonie,
d’équilibre et de sagesse. L’homme doit s’aligner avec
son âme ou être de lumière intérieur, d’abord
emprisonnée par les vies mineures dont il doit se
libérer*.
Il doit ensuite préparer sa "maison" intérieure pour
que le Divin puisse s’y manifester, ce qui oblige en
priorité au nettoyage des pollutions de la personnalité.
Celui qui s’ouvre à la vraie spiritualité – qui n’a rien
de religieux – entame donc un processus de
purification qui peut durer plusieurs vies. Lorsque son
amour aide les autres à devenir meilleurs, il libère
progressivement les "prisonniers" de la planète, travail
d’abord personnel puis collectif dans le groupe, dès
qu’il comprend l’unicité de la vie, toute âme étant une
unité de conscience dans l’Âme du monde. Atteindre
la Présence divine, c’est d’abord prendre conscience
de cette Âme universelle.
Plusieurs initiations soulèvent un à un les voiles
du mirage, pour une humanité qui devrait en être à sa
_______
* Dans le monde actuel, il est sain d’être rebelle, voire
provocateur au sens supérieur du terme : cette société matérialiste
doit changer et il est bon de s’y opposer par la pensée ou la
parole car « Qui ne dit mot consent ».
2
cinquième ronde et n’en est qu’à la quatrième.
Les voiles ont la double fonction de cacher et de
protéger. Le voile le plus opaque de la Fausseté
concerne le monstre à abattre dans son ensemble, alors
que la pure nature du plan mental cosmique est la
Vérité : elle semble promouvoir le Bien et ne délivre
qu’ensuite le message du Mal, de la négativité et de la
destruction, par exemple en faisant d’abord apprécier
les saveurs du tabac ou de l’alcool avant d’en faire une
habitude irrépressible et délétère. Cette négativité
même jette d’autres voiles... En revanche, le Bien met
d’abord en évidence la difficulté car il n’est pas facile
de maîtriser les vies mineures
Kama-manas, le mental inférieur émotionnel
stratifié de nocivités, est en même temps pétri
d’illusions et de mirages dont il faudra assécher la
"mer". Au-dessous de ce bas-astral se situe la
Fraternité noire qui possède ses propres moyens
d’emprisonnement.
• L’hydre à neuf têtes.
Par ses faiblesses, l’humanité se soumit
inconsciemment à l’hydre à neuf têtes, dont chacune
représentait les aspects pernicieux de ce non-soi.
 Sur le plan physique et concernant la maya :
o la sexualité dans ses abus et sa dépravation,
alors que cette fonction voulue par Dieu doit
unir deux êtres à tous les niveaux et démontrer
pratiquement leur amour ;
o l’excès de bien-être matériel qui amollit
l’âme ;
o l’argent en surplus ou mal acquis qui conduit
au matérialisme.
 Sur le plan astral et concernant le mirage :
o la peur ou manque de foi ;
o l’ambition ou besoin de pouvoir ;
o la haine, qui s’oppose à une affectivité plus ou
moins possessive – à ne pas confondre avec
l’affection ou tendresse.
 Sur le plan mental et concernant l’illusion :
o la cruauté ou meurtre verbal ;
3
o l’orgueil qui prend racine dans la bêtise ;
o le séparatisme, qui s’oppose à l’amour qui est
unité, liberté et harmonie dans toute la création
mathématiquement conçue et géométriquement
organisée.
Aujourd’hui, les 20% de la masse humaine
commencent à s’éveiller, mais 4% seulement
assument leur travail et la réalité de leur âme. Lorsque
celui
qui
émerge
du
troupeau
rayonne
énergétiquement, il exhale une belle lumière : les
Frères noirs tentent aussitôt de le faire rechuter en
amplifiant et en revendiquant la part de négativité
qu’il intègre encore. Il doit lutter, non seulement
contre lui-même, contre cette pression extérieure, et en
outre contre l’égrégore de lourdes vies mineures qu’il
a auparavant nourries : de la dépendance, il doit passer
à la non-dépendance, à l’équilibre puis à la maîtrise.
o la première maîtrise concerne la maya sur le
sous-plan physique éthérique, et la nondépendance aux appétits physiques ;
o la deuxième concerne le mirage et le sous-plan
astral ou émotionnel et passionnel ;
o la troisième concerne l’illusion et le sous-plan
mental, où un discernement intelligent doit
surmonter les formes-pensées collectives.
Dans ce crescendo de révélations, l’âme prend
progressivement le pouvoir qui lui est destiné.
L’initié passe ensuite du travail spirituel ou
énergie d’Amour, au service divin en obéissant à
l’énergie de Volonté impersonnelle du Père, encore
rarement utilisée.
Le disciple qui rayonne le fait alors avec autant
de neutralité que le Soleil : les sujets prédisposés
seront attirés par son énergie et y répondront par euxmêmes*.
Par ailleurs, Seigneur de ce monde terrestre, Sanat
_______
* Mais une personne ou un groupe sont parfois désignés pour un
service particulier, et pourront garder leur individualité de
conscience tout en fonctionnant dans l’universalité.
4
Kumara vit Son nom déformé en "Satan" par ceux qui
utilisèrent mal Son offrande de liberté et
d’individualité. Son âme se situant sur le deuxième
sous-plan monadique, celui qui veut la contacter doit
avoir ses corps aussi purs que du cristal, et pouvoir
affirmer que l’autre est une partie de lui-même et vice
versa, ce qui demande un amour intégral où se
reconnaît l’unité de la vie. Celui qui en est incapable
risque d’être brûlé par le considérable voltage de Son
Feu électrique. C’est pourquoi il faut passer par
"Satan" pour parvenir à Sanat, dont le nom est un
autre voile qui cache Sa véritable identité ésotérique.
Les véritables noms des archanges sont
également masqués par leur appellation exotérique.
Ces voiles sont donc des protections ou des
leurres : tout est sous haute surveillance et ceux qui
passent outre le font à leurs risques et périls. En
revanche, tout être sincère, qualifié et authentique peut
aborder les hautes énergies directement et sans danger.
Enfin plusieurs techniques existent pour se libérer de
ces voiles.
Le problème de l’humanité est actuellement de
dissiper les mirages qui l’enserrent, ce qui devient
possible pendant l’ère du Verseau, grâce à
l’importance accordée à la méditation et à la maîtrise
mentale, qui permettront aux vrais penseurs d’en
débarrasser le monde.
L’initié doit faire tomber les voiles qui dissimulent
les Maîtres, car ceux qui ont besoin de maîtres sont de
jeunes disciples ou des aspirants. Les autres ne
rencontrent que des anciens, et ils progressent
ensemble fraternellement, ce qui est accordé par la
bienveillance divine.
Celui qui atteint le niveau de l’âme en est au stade
de non-dépendance ; il ne sera réellement un Maître
qu’à la cinquième révélation, en affirmant : « je suis
devenu ce que je suis ». Entre le fait de dire « je suis
cela » et « j’ai à devenir ce que je suis », il a dû
intégrer « Je pense, donc je crée », car il est créateur
même en l’ignorant, y compris par sa pensée qui lui
5
prépare un futur plus ou moins positif : être relié au
Père le relie à la fonction divine de création, et l’écran
sera totalement levé lorsque le disciple n’aura que des
pensées de qualité.
« Marche et crée » peut être le premier
Commandement de l’initié : chacun doit se changer
lui-même pour changer ce monde lourd et pénible, et
cette autocréation se fait dans son propre champ de
bataille intérieur. Les progrès vers la compréhension
ne peuvent se faire que progressivement en
construisant le futur.
• Les trois races principales, les mirages et leurs
solutions
Les voiles sont généralement liés aux élémentaux,
donc aux éléments Terre, Eau, Feu et Air, qui
constituent les corps sur des fréquences différentes.
Selon ses propres formulations de pensées ou de
paroles, l’homme y puise inconsciemment depuis qu’il
en a perdu la vision.
Race
lémurienne
Force
physique
contre énergie
vitale.
Paires
d’opposés.
Qualité.
Sensibilité.
Gardien du
Seuil.
Ange de la
Présence.
Problème
Maya.
Mirage.
Illusion.
Méthode
Maîtrise de
l’astral.
Hatha yoga
pour les
aspirants.
Laya yoga
pour les
disciples.
Maîtrise du
mental.
Bhakti yoga
pour les
aspirants.
Raja yoga
pour les
disciples.
Maîtrise de
l’âme.
Raja yoga
pour les
aspirants.
Agni yoga
pour les
disciples.
But
Première
initiation.
Inspiration.
Deuxième
initiation.
Illumination.
Troisième
initiation.
Intuition.
Dualité
Race atlante
6
Race aryenne
Le travail de dépollution de l’humanité
Lorsqu’une humanité se manifeste sur le plan
physique, elle est normalement accompagnée de
Guides passés au-delà du règne humain et ayant choisi
le premier des sept Sentiers d’Évolution supérieure : le
service terrestre.
Pendant des centaines de milliers d’années, notre
humanité écouta ses Guides, qui durent Se retirer
lorsqu’elle tomba dans le séparatisme : le Mal
cosmique arriva sur la Terre et se manifesta par un
déluge à l’époque atlante. Les Guides continuèrent
cependant à être attentifs à la famille humaine
désormais "jetée dans les ténèbres" et livrée à ellemême, et le Logos planétaire évita sa perte définitive.
L’Être cosmique qui amena la Fausseté sur la
Terre avait comme but d’ériger une barrière
infranchissable entre l’âme et le plan christique. Cela
correspond à la perte du sens de l’orientation ou repère
essentiel de la Vérité, ce qui les plonge dans un doute
déstabilisant : ils deviennent incapables de retrouver le
Fils-Âme.
Lorsqu’il accède à la Vérité du plan mental, le
disciple capte cette énergie christique qui rend intuitif
et peut alors rendre un grand service à la cause
mondiale. Il touche parallèlement à la dimension du
Pur, premier don reçu de la Mère, avant d’accéder aux
plans liés au Père et au Parfait. Ces dons de la vie sont
tous simples et normaux – et les illusions religieuses
doivent être remises en cause…
Avec l’aide du Seigneur karmique, l’âme peut
choisir ce qu’elle doit améliorer, et retrouve son
travail où elle l’avait laissé dans sa dernière
incarnation. Mais, au cours de sa descente, elle est
emprisonnée et étouffée par les vies lunaires et les vies
mineures terrestres.
Devenir un "individuniversel" consiste justement
à se libérer de l’illusion, du mirage, de la maya et du
Gardien du Seuil qui empêchent le libre envol de
l’âme. Dans des textes archaïques, il est dit que
7
l’homme deviendra ensuite le plus grand des Dieux. Il
peut commencer à le réaliser en se libérant de ses
voiles :
 par la transmutation, il nettoie ses vies
mineures de leurs pollutions et peut choisir
celles qu’il veut accueillir ;
 par la transformation, il devient l’âme qu’il est,
et attire des vies mineures illuminées par les
qualités du Logos planétaire : le Pur, le Bien,
le Beau et le Vrai ;
 par la transfiguration, il s’identifie avec
l’Homme céleste qui lui donne vie, et pénètre
Son âme. Après la cinquième initiation, il
devient divin en devenant un Maître.
8
Le Gardien du Seuil ou mirage
sur le plan physique
et le postulant
Le Gardien du Seuil* est l’entité du non-soi, donc
la résistance des vies mineures mal épurées qui
maintiennent en esclavage et tentent d’empêcher
l’accès à un plan de conscience supérieur.
Il est l’égrégore de toutes les pollutions qui
forment la "bête" humaine, l’ensemble des forces
d’une personnalité devenue toute-puissante. Il incarne
les forces psychiques et mentales développées et
alimentées au cours des âges, le troisième aspect divin
déformé par la triple personnalité humaine, qui est
devenue un nouveau voile.
Sur le plan physique, le Gardien du Seuil
synthétise la conscience du cerveau et l’illusionmirage-maya à surmonter, jusqu’à l’intégration de la
personnalité à l’âme.
Toujours présent, il n’est activé lorsque l’aspirant
perçoit comme un tout les trois aspects de sa
personnalité, qui intègre la force mentale, la force
astrale et l’énergie vitale, mais pas le Soi spirituel
supérieur.
Son image doit être affrontée par le chercheur
pendant sa quête de lumière et courageusement
dissipée pour mériter l’initiation : il n’est qu’une
forme-pensée élémentale qui barre la voie du sacré,
une cumulation des erreurs de la personnalité au cours
des multiples vies nécessaires pour traverser le règne
humain. Il devra finalement se soumettre à l’âme ou
deuxième aspect divin et disparaître en elle.
La densité de cette époque matérialiste offre
l’opportunité de porter un coup mortel au Gardien du
Seuil planétaire : les tensions permettront justement de
réagir et de réorganiser les valeurs humaines pour
_______
* Les Églises commirent l’erreur gigantesque de ne s’intéresser
qu’au Gardien du Seuil ou aspect matérialiste, et non pas à
l’Ange de la Présence ou libération de l’âme.
9
Instaurer une meilleure compréhension. Pour détruire
un élément qui n’est plus conforme au Plan, il suffit
d’attendre sa cristallisation : ce qui est durci et
rigidifié devient vulnérable, et l’émergence
d’aspirations spirituelles peut tout faire basculer et
tout transformer…
Le Gardien se tient à l’ombre de la porte de
l’initiation, et doit affronter l’Ange de la Présence ou
âme en un ultime conflit.
L’Ange de la Présence s’opposant au Gardien du
Seuil
Le développement de la sensibilité d’une race
indique l’imminence de la reconnaissance de l’Ange :
la fusion avec le Gardien ne fut jamais aussi proche,
car l’humanité apprend à distinguer le vrai du faux.
L’Ange de la Présence est associé aux Guides de
l’humanité, et ils aident les disciples à se réaliser en
tant qu’âmes. L’énergie étant neutre, elle peut
intensifier l’un ou l’autre des aspects de la nature
humaine, et c’est pourquoi leur action est gérée avec
une grande sagesse.
Diverses sortes d’Anges de la Présence existent,
relatives aux familles d’âmes sur l’un ou l’autre
Rayon, dont ils veillent à faire épanouir les qualités.
Celui qui guide le cinquième règne* est supervisé
par le Christ, Maître des Guides, qui fait passer la
première et la deuxième initiation, avant l’Homme
céleste qui supervise les suivantes.
Le disciple en cours de maîtrise peut mener à bien le
processus, car il dirige son destin, et les anciens ne
sont là que pour le protéger : un autre voile doit donc
être levé sur les tabous religieux, qui prétendent que
l’accès à la Présence** est impossible.
_______
* Le but du sixième règne est de synthétiser tous les Rayons pour
passer au stade supérieur.
** Dans le conte de Blanche-Neige qui représente l’âme, le
prince illustrait déjà l’Ange de la Présence venant l’épouser…
10
Lors de la fusion entre la personnalité et l’âme, le
disciple pénétré de sa lumière atteint la conscience de
l’unicité de la vie – l’Évolution Supérieure lui
permettra d’aller à la rencontre de Sanat Kumara – :
après avoir pu dire « je pense donc je suis » avec son
mental concret, il affirme « je suis cela » avec son
âme*. Dans ce processus d’évolution, l’énergie
centrale de la monade a une montée en puissance. Si
elle est libérée sans avoir rempli son contrat de vie ou
épuration de ses vies mineures, elle implose sa
manifestation, d’où l’intervention et le rôle des
Guides.
Quant à l’âme, elle représente le premier voile par
rapport à ces vies mineures ; sans elle, la rencontre
serait également implosive entre la racine de vie de la
quatrième Hiérarchie créatrice, et les vies mineures de
la sixième ou de la septième. Tout voile protecteur se
déchire si les étapes sont brûlées, et le discernement
doit être progressif.
Pour que la Terre devienne sacrée, le centre
planétaire de la tête doit être relié au centre basal, en
rapport avec le règne minéral – relèvent du centre de
la tête ceux qui assument la Volonté divine – ; dans le
schéma d’ensemble, les plans intermédiaires entre la
Source et les plus jeunes vies du minéral sont autant
de voiles de la haute Réalité divine : c’est pourquoi
l’humanité qui remonte commence toujours par
répondre d’abord avec sa conscience inférieure et les
forces brutes du corps et de la personnalité, avant de
s’élever de plan de conscience en plan de conscience –
encore autant de voiles de la Divinité.
Pendant une longue période, les forces de la
personnalité ne constituent pas le Gardien, car
l’homme ne se positionne qu’en victime des
circonstances et de sa propre nature, sans rien savoir
de la vie supérieure.
_______
* Première forme manifestée de la monade, l’âme est le voile de
la présence terrestre qui la protège de sa brûlure : s’il y avait
contact direct et inopiné, au lieu d’une fusion radioactive
monadique, il y aurait fission, donc destruction.
11
Lorsque l’aspirant se réoriente vers le service
sous l’impression de l’âme depuis le plan mental et
que sa personnalité est unifiée, le Gardien est reconnu
et dominé en trois stades :
 le Rayon de la personnalité dirige les
ambitions et les buts de la vie : le signe du
Lion domine le Gardien positif, alors que
l’âme est négative ;
 Il est partagé entre la poursuite des désirs
personnels et la préparation à l’initiation : les
Gémeaux contrôlent cette oscillation ;
 il est plus influencé consciemment par l’âme
dont le Rayon commence à dominer : plus ou
moins bien maintenu dans la lumière, le mental
tente de maîtriser la nature inférieure ; le
Gardien s’oriente vers la réalité, se détache de
la Grande Illusion et se rapproche de l’Ange ;
le Sagittaire le rend négatif, et l’âme positive et
prépondérante.
Le Scorpion, le Sagittaire et le Capricorne font
finalement fusionner le Gardien et l’Ange : le Rayon
de l’âme gouverne la personnalité et le karma ; leurs
rapports dépendent des cinq Rayons du corps
physique, du corps astral, du corps mental, de la
personnalité et de l’âme.
La technique de la Présence ou ligne du Fils-Âme
L’Ange et l’âme amènent l’initié en contact avec
les corps de l’Homme céleste, ce qui le fait progresser
vers le point de départ originel de Son évolution
cosmique :
o il rencontre Son corps éthérique sur le sousplan manasique supérieur ;
o il rencontre Son corps astral sur le sous-plan
bouddhique ou christique ;
o il rencontre Son corps mental sur le sous-plan
atmique.
La Présence est la Force motrice à l’arrière-plan de
toute révélation, Dieu immanent poussé à Se faire
12
reconnaître par l’existence de Dieu transcendant.
Efficace sur le plan mental, cette technique fait
affluer l’intuition qui succède au mental rationnel, et
dissipe l’illusion pour y subtiliser les idées divines qui
seront formulées en idéaux. En établissant le contact
avec l’agent spirituel directeur, elle permet au disciple
de devenir un observateur détaché et de collaborer au
Plan : l’âme domine la personnalité intégrée et ses
relations horizontales et verticales.
Liée à l’agni yoga du Feu, cette technique
comporte donc :
 l’épanouissement de l’intuition ;
 la reconnaissance de la vérité et des formes
phénoménales comme symbolisant des réalités
spirituelles ;
 la dissipation de l’illusion par la "signification"
réelle ;
 la révélation de l’Ange ;
 l’indication de la Présence ;
 l’ouverture au monde des idées ;
 l’approche des initiations supérieures, avec la
troisième initiation de la Transfiguration et
l’application de l’intuition ;
 la fusion du Gardien et de l’Ange, alors luimême gardien du Sentier de l’Évolution
supérieure.
La technique de la Présence est celle de la
RÉVÉLATION, qui témoigne de l’existence occulte
d’un groupe de Révélateurs, dont la triple tâche
consiste à :
o évaluer le degré de développement de la
conscience humaine, en répondant à ses
demandes de lumière et de connaissance ;
o décider de la prochaine révélation, de sa forme,
du moyen par lequel elle devra se manifester,
de sa date et de son lieu ;
o connaître les obstacles et idées préconçues à
combattre.
Plusieurs stades sont nécessaires pour préparer la
révélation de la Présence.
13
 La maîtrise de la personnalité, ainsi préparée
au contact avec le Réel.
 La focalisation dans l’âme et la fusion avec
elle, l’influence de l’Ange ayant préparé la
conscience à la révélation de la Présence.
 La pause nécessaire pour penser d’une manière
constructive sous son influence.
 Le maintien du mental dans la lumière de
l’âme ou Ange.
 L’orientation du mental vers les pensées
incarnant la révélation.
 Une nouvelle pause avant la présentation.
 L’effort pour percevoir la Présence divine dans
toutes les formes de l’univers et dans la
lumière irradiée par l’Ange.
 La révélation du Dessein et de ce qui tente de
le concrétiser.
 L’adoption d’un service par le disciple pour
transmettre à l’humanité la triple lumière de
l’intuition – fusion de celle de la personnalité
focalisée dans le mental, de celle de l’âme
focalisée dans l’Ange, et de celle, universelle,
de la Présence – : cette intuition impersonnelle
fait pratiquer une méthode capable de soulager
ou de libérer plusieurs individus.
 L’intuitif est reconnu comme capable de
recevoir une révélation de la vérité, sous la
forme d’une clairvoyance, d’une clairaudience,
ou en devenant un canal de pouvoir.
 La révélation est précipitée dans le monde
terrestre, où elle subit, au-delà de l’Ange,
l’épreuve du Feu dévorant de Dieu, aspect de
l’agni yoga : une partie retourne à sa source,
une autre détruit le révélateur, et une troisième
brûle ou illumine ceux qui reconnaissent la
révélation. La troisième initiation de la
Transfiguration couronne le tout : seule la
Présence est perçue, en même temps que
l’union entre le passé, le présent et l’avenir.
 La révélation arrive chez l’intuitif.
14
 Sa réaction à la révélation le fait réfléchir à la
manière de la présenter aux penseurs sous une
forme plus ou moins voilée mais relativement
pure.
 Dans la réponse des penseurs apparaissent les
fausses interprétations qui finissent par
augmenter l’illusion mondiale, avant d’être
alimentées par elle – les dogmes théologiques
et toutes les doctrines en font partie – mais
l’humanité a tout de même progressé.
La turbulence du désir matériel a laissé place à
l’aspiration, au contact de l’âme et à la vie de l’âme
lors des cinq grandes initiations, qui unifient la
volonté individuelle et la Volonté divine.
15
La maya ou mirage sur le plan éthérique
et l’aspirant sur le Sentier de probation
La maya apparue au temps de la Lémurie,
provient du corps mental inférieur et du corps astral ;
elle contamine le corps énergétique sur le plan
physique, donc l’aura : comme le corps physique
respire l’air de la qualité ambiante, le corps éthérique
respire de l’énergie, horizontalement et verticalement.
La maya est liée à l’activité constructrice du
Logos planétaire* Lui-même, et à une fraction des
forces qui constituent Sa vie, conditionnent la Terre et
lui donnent son apparence. Mais le Logos planétaire
ne s’identifie pas à la maya qu’Il a créée – dont le but
final est de libérer les prisonniers de la planète – : Son
"Indifférence divine" incita l’homme à croire le
mirage de l’impénétrable Volonté de Dieu, de Sa
transcendance, et non Son immanence en chaque
créature et en chaque atome…
Le problème de maya est complexe du fait que,
sur le plan physique éthérique, un conflit a lieu entre
le monde subjectif de la personnalité et d’anciennes
énergies de la Matière issues du précédent système
solaire. Elle est reliée à ce qui se trouve entre le corps
énergétique et la matière dense et synthétise toutes les
pollutions humaines. Certains prétendent par exemple
que la matière n’est qu’une autosuggestion, un produit
de l’imagination, une erreur de l’intellect, et
considèrent comme maya tout le monde phénoménal.
La maya ajoute au mirage une intense activité sur
les niveaux éthériques qu’elle pollue : elle est le
gâchis vital, émotionnel et incontrôlé par le mental.
Même si l’homme se perfectionne, il risque de
donner dans le matérialisme, et la maya, sur le Sentier
de probation, doit être dévitalisée pour permettre le
juste maniement de ses forces.
_______
* L’étude de l’analogie entre le macrocosme et le microcosme
peut être utile pour mieux la comprendre.
16
Les pensées, les paroles erronées et les critiques
alourdissent le corps énergétique planétaire au lieu de
l’élever. Le pollueur – premier pollué – devra nettoyer
ses « écuries d’Augias » où son karma s’est accumulé.
La maya* s’attaque à la personnalité intégrée, et à
son accord avec l’illusion mentale et le mirage astral.
Le double corps physique dense et éthérique est
vitalisé par des énergies émanant de niveaux où l’âme
a produit une réaction d’identification : elles donnent à
l’homme moyen son caractère et le rendent positif ou
négatif. Sa propre maya lui fait croire qu’il est luimême cette forme ou apparence. Elle agit en effet
dans la substance matérielle, et ses forces dominent
ses sept centres énergétiques, mais pas la puissance
dominante de l’âme : elle est prépondérante chez tous
ceux qui ne sont pas sur le Sentier de probation.
Ceux qui subissent les forces physiques, astrales
et mentales inférieures, sont convaincus de leur
véracité, ce qui est justement la maya. Beaucoup spnt
dominés par des désirs corporels, et concentrent leurs
forces dans le centre sexuel. D’autres sont motivés par
des ambitions de pouvoir ou des satisfactions
émotionnelles plus subtiles : le plexus solaire est alors
prépondérant. La contrtainte éthérique de la maya
inspire donc les pensées, les aspirations, les désirs et
les activités sur le plan physique.
Avant le discipulat, elle assimile d’abord la force
latente dans la forme physique dense, et la nature
animale** se conforme aux impulsions émanant du
pranâ chez l’homme non développé, ou de l’astral
inférieur chez l’homme commun.
_______
* À l’échelle planétaire, elle agit de la manière suivante au
niveau matériel : 80% des biens de l’humanité appartiennent à
20% d’accapareurs fortunés, et la maya fait que, plus ils
accumulent de richesses, plus s’installe la peur de manquer. Cela
induit un phénomène lunaire de séparatisme, alors que les anges
solaires œuvrent pour l’unité.
** Dans le règne animal, la bataille des opposés concerne aussi le
corps physique dense et des forces éthériques ; c’est ainsi qu’il
approche de l’expérience de l’individualisation et exprime son
aspiration supérieure.
17
Après la réorientation vers des valeurs supérieures,
la force éthérique entre en conflit avec le corps
physique dense pendant la bataille des opposés
inférieurs : les disciplines physiques – abstinence,
végétarisme, hygiène et exercices corporels – écartent
la domination de la matière et libèrent le disciple qui
doit livrer une autre bataille entre les paires d'opposés
– le véritable kurukshetra ou aspect supérieur de l’âme
conduisant à l’initiation – qu’il livrera dans le corps
astral entre les opposés du système solaire actuel.
Ces processus se retrouvent dans tous les règnes.
Processus
Rapports
Obstacles
Résultats
1. Coordination
physique.
Règne
minéral.
Maya.
Développement
de la conscience
divine.
2. Orientation
astrale.
Règne
végétal.
Mirage.
Expression de
l’âme grâce à sa
beauté et à son
utilité.
3. Direction
mentale.
Règne
animal.
Illusion.
Manifestation du
Christ, approche
de l’individualisation
4. Alignement
de la
personnalité.
Règne
humain.
Gardien
du Seuil.
Révélation de la
gloire de Dieu,
objectif de
l’humanité.
La technique de la Lumière ou ligne de la MèreSubstance
Le disciple doit apprendre à distinguer la lumière
de la matière*, la fausse lumière de l’astral, la lumière
_______
* La fusion des deux lumières de la matière intéresse seulement
les besoins de la personnalité : l’homme développe la capacité
d’employer la lumière des substances physique et mentale,
engendrant une fausse lumière d’où celle de l’âme est strictement
exclue. Ce pouvoir peut déboucher sur la magie noire et la force
de destruction matérielle.
18
du mental concret caractérisé par le doute, la lumière
de l’âme, celle de la triade spirituelle, enfin celle de la
monade, avant de parvenir à la Lumière suprême des
grandes Vies célestes, disponible pendant l’ère du
Verseau grâce au Rayon VII d’Ordre cosmique.
Plus étroitement liée au mental, cette technique
fait descendre sur les idéaux et la vie expérimentale
l’illumination de l’âme. Ses règles furent déjà
présentées par Patanjali* dans les cinq stades de
concentration, de méditation, de contemplation,
d’illumination et d’inspiration, qui nécessitent
l’application des Cinq Règles et des Cinq
Commandements. Le tout produit l’illumination, le
service, la discipline, le contact avec la Hiérarchie, et
finalement le stade "d’unité isolée" dans la vie
intérieure de l’initié.
D’une expansion de conscience à une autre, les
mondes formels et informels se révèlent dans diverses
lumières :
 celle de la Matière dans chaque atome ;
 celle du corps vital ou éthérique, qui unifie
celles du soi inférieur, lequel révèle le monde
de la forme, de la matière, de l’instinct, du
désir et du mental, tout en reflétant la Lumière
unique ;
 celle de l’intellect ou de la connaissance ;
 celle de l’âme, qui relie le formel et l’informel,
et ouvre le conflit entre le réel et l’irréel ;
 celle de l’intuition, qui la complète avec la
révélation de la nature de Dieu et de l’unité du
Tout.
L’illumination met d’abord le mirage en
évidence, puis le dissipe : l’homme se rend compte
que les apparences cachent le Bien, le Beau et le Vrai,
et résout les opposés en une unité. Liée au raja yoga,
cette technique débouche sur la deuxième initiation,
applique le pouvoir de transformation et ouvre à une
vie illuminée par le Divin en trois stades.
_______
* Cf. Brochure IX.
19
•
La focalisation de la lumière du mental et de la
matière dans le corps mental.
La lumière positive du mental domine le corps
astral – qui, seulement créé par les désirs, ne possède
pas de lumière – puis fusionne avec la lumière
négative du cerveau, avant de révéler un mirage que
l’aspirant comprend, sans pouvoir le dissiper.
• La méditation sur les réalités spirituelles et le
contact avec le Soi.
Le lumière de l’âme s’ajoute à la lumière mineure
de la matière, elles sont focalisés sur le plan mental
par l’imagination créatrice, ce qui leur permet de
dissiper le mirage.
• Les lumières de la matière, du mental, de la
connaissance, de la sagesse de l’âme et de
l’intuition sont consciemment fusionnées.
Focalisées et orientées vers le mirage, elles font
disparaître la fausse lumière du plan astral.
Une fois éclairé, le disciple prend conscience de
celle qui se trouve en lui comme dans tous les
atomes : il peut coopérer au Plan, car le monde
subjectif est devenu pour lui une réalité, et il sait
dissiper le mirage. Cette fusion des lumières lui a fait
percevoir et connaître la plus pure et la plus puissante
qui occulte les moins importantes : « Dans cette
lumière, nous verrons la Lumière ».
Elle révèle d’abord le monde des formes, celui des
idéaux, puis la nature de l’âme et des idées, enfin celle
de la Divinité, en une unique Révélation lentement
développée.
Lorsque l’illumination remplace le mirage, l’état
de samadhi ou de béatitude est atteint : l’initié dispose
du double regard sur la vie qu’il voit aussi depuis le
haut, dans la claire lumière froide de la conscience
non affective du Père, et procède donc avec
détachement, impassibilité et indifférence au non-soi
d’autrui, ce qui le fait accéder en direct à la réalité et
le conduit à la bienveillance : il ne se préoccupe plus
des agitations mineures que pour les réduire.
20
La plus ancienne prière du monde se réfère aux
trois aspects du mirage :
« Conduis-nous, O Seigneur,
des ténèbres à la lumière,
de l’irréel au réel,
de la mort à l'immortalité,
du chaos à la beauté,
de l’individu à l’universel,
de l’excès au juste milieu,
au point de vie plus abondant de réalité et de
lumière pour, de là, y travailler. »
(Brihadaranyaki Upanishad 1, 3, 28).
Cette prière s’adresse spécifiquement à ceux qui
ont perdu leur réalité d’être.
« Conduis-nous des ténèbres à la lumière » se
réfère au mental lorsqu’il est illuminé par la lumière
de l’intuition grâce à la technique de la Présence et à
la méditation.
« Conduis-nous de l’irréel au réel » concerne le
plan astral et ses mirages enveloppants qui illustrent
l’irréel.
Le tout est lié au Fils-Âme ou second aspect
divin, qui éveille progressivement l’humanité.
Derrière l’illusion, le mirage et la maya, se tient la
VÉRITÉ* ou claire conscience de l’Existence et de la
Réalité essentielle et initiale.
Lorsque le Bouddha parvint à l’illumination, Il
énonça quatre Nobles Vérités concernant la
souffrance, sa cause et sa dissipation par le rejet du
désir.
1. L’existence dans l’univers phénoménal est
responsable de la souffrance et du chagrin.
2. La cause de la souffrance est le désir
d’existence dans l’univers phénoménal.
3. La cessation de la souffrance est atteinte par
l’élimination du désir d’existence terrestre.
_______
* C’est pourquoi Jésus-Christ resta silencieux devant Pilate qui
symbolisait l’intellect humain, sachant qu’aucune réponse
concernant la Vérité n’aurait de sens pour son mental limité.
21
4. Le Sentier conduisant à la cessation de la
souffrance est le noble Sentier octuple.
Les degrés de ce Sentier donnent les clés :
o des valeurs justes ;
o des paroles justes ;
o du mode de vie juste ;
o de la pensée juste ;
o de l’aspiration juste ;
o de la conduite juste ;
o de l’effort juste ;
o de la joie juste, qui consiste à transmettre la
lumière à ceux qui en manquent – l’éventuelle
réponse de leur âme provoquant une grande
joie.
Les émules du Bouddha et Ses neuf cents arhats
ou saints hommes initiés, utilisèrent Ses doctrines
pour lutter contre l’illusion mondiale.
Le Christ insista particulièrement sur le bien
d’autrui, conseilla une vie de service, de sacrifice,
d’oubli de soi et d’amour pour tous. Son arrivée
symbolique portera, cette fois avec neuf mille arhats,
un dernier coup fatal au mirage du monde.
L’aventure humaine consiste à terminer ici-bas un
travail commencé dans d’autres vies, jusqu’à
réinstaurer la pureté originelle après la descente dans
l’opacité des mondes inférieurs et la dépendance aux
vies mineures : l’aspiration spirituelle permet
l’ascension vers la lumière, et éclaire le chemin au fur
et à mesure des progrès.
En surmontant le mirage, donc en comprenant la
nature de l’illusion, chacun peut aider à les dissiper
dans sa propre vie et dans les rapports de groupe.
Puisque seule l’intuition et la lucidité peuvent les
détruire, des intuitifs entraînés sont essentiels grâce à
l’acuité de leur intellect, l’illumination de leur mental,
leur amour et leur service.
La sacralisation de la Terre est une œuvre
commune, mais l’homme ne le comprend qu’après la
troisième initiation de la Transfiguration, qui lui
22
permet d’intégrer la notion de Bien de l’ensemble
avant de s’identifier au Père.
Pour acquérir le discernement et une claire
interprétation, il suffit au disciple d’apaiser son
intellect, de se relier à son âme et de se mettre en état
d’invocation pour recevoir la lumière qui attend de
l’impressionner.
L’inspiration s’opposant à la maya et la dévitalisant
Les opposés de la maya sont :
 l’inspiration, par le transfert des forces des
centres inférieurs vers les supérieurs qui
répondent directement à celle de l’âme ; la
"divine Indifférence" à l’égard de la substance
attractive et son usage impersonnel rendent
l’inspiration possible ;
 la volonté de devenir une fontaine ou centre de
vie et non de mort ;
 La concentration : avec l’œil intérieur, il suffit
au disciple de se tourner calmement vers la
lumière pour trouver un point de paix, et de
diriger judicieusement la force nécessaire pour
faire apparaître ce qui est vrai, beau et réel ;
 l’occultisme, qui affronte la réalité des choses
de la vie, ce qui dévitalise la maya et permet de
manier intelligemment les énergies et les
forces ;
 l’implication dans les réalités de la vie, une
fois les centres d’énergie alignés avec les
planètes.
La technique de la "divine Indifférence" ou ligne du
Père-Esprit
Liée au karma yoga dans sa forme la plus pratique,
cette technique conduit à la première initiation qui
ouvre à une vie inspirée.
Opérant dans les trois mondes, elle révèle les
formes, leurs réactions et leurs effets, en même temps
23
que leur pouvoir de tromper et d’emprisonner la
conscience.
Elle éliminer la maya et l’emprise de la matière
dans le corps éthérique grâce à la maîtrise consciente
du corps astral purifié – nombreux sont alors ceux qui
passent sur le Sentier de probation.
• La distribution de la force sur les niveaux
éthériques.
Les paires d’opposés apparaissent clairement au
postulant, même s’il subit encore leur influence.
 Il sait qu’il est le triple reflet mental, astral et
physique d’une Trinité plus élevée qui est pour
lui la Réalité.
 Il comprend qu’en dirigeant bien son corps
éthérique, il fera coïncider la vision et son
expression.
 Il est conscient que son corps physique dense*
n’est qu’un automate obéissant à des forces et
à des énergies subtiles*, soit :
o le corps éthérique et les forces de maya, ou
l'inspiration émanant de points de tension
spirituelle ;
o le corps astral et les forces de mirage, ou
l’amour conscient de l’âme ;
o le mental et les forces d’illusion, ou
l’illumination
provenant
de
sources
supérieures ;
o l’âme comme véhicule d’impression de la
monade,
jusqu’à
la
construction
de
l’antahkarana, ce pont de matière mentale
reliant la monade et la personnalité.
Sept facteurs conditionnent la qualité des forces
qui cherchent à s’exprimer par le corps éthérique :
_______
* Ce corps physique peut être dominé par la force du centre
sacré, qui produit le désir de satisfaire les appétits physiques, ou
par le plexus solaire en ce qui concerne l’émotionnel. Il peut
aussi être dirigé par l’énergie supérieure de l’âme qui exprime
l’être pur. Il peut enfin être poussé à l’action par des idées ou
pensées d’autres hommes, ou animé par la Hiérarchie spirituelle.
24
o le Rayon de l’âme agissant dans le centre
coronal ;
o le Rayon de la personnalité agissant dans le
centre frontal ;
o le Rayon du corps mental ;
o le Rayon du corps émotionnel ;
o le Rayon du corps physique ;
o l’énergie du signe astrologique du soleil ;
o l’influence du signe de l’Ascendant.
Après les avoir reconnus, le disciple travaille avec
une connaissance scientifique des forces qu’il ressent
lorsqu’elles pénètrent son corps éthérique.
Lorsqu’il s’identifie à l’énergie de son âme, il
utilise ses "trois yeux" :
 l’œil intérieur spirituel et divin d’Atma,
véritable œil de la vision impliquant l’idée de
dualité entre celui qui voit et ce qui est vu : cet
organe d’observation de l’âme dirige la
personnalité – il se trouve actuellement dans
un repos relatif – ;
 l’œil droit ou œil de Bouddhi, réagit
directement avec cet œil divin, et dirige
l’activité supérieure de la personnalité sur le
plan physique ;
 l’œil gauche de Manas, distribue l’énergie
mentale des desseins de la personnalité.
Deux triangles de forces spirituelles sont ainsi
formés :
o œil spirituel, centre frontal et œil droit pour le
disciple avancé ;
o centre frontal, œil gauche et œil droit pour
l’aspirant.
Celui qui est intégré et focalisé dans sa
personnalité purifiée devient intuitif et surtout mental :
il utilise à la fois la force d’intuition de l’œil droit, et
la force mentale de l’œil gauche. Les deux triangles
fonctionnent correctement, et les sept centres
éthériques dirigés par l’âme, organisent le dessein de
ce fils de Dieu actif.
25
Par un des triangles ou les deux synchronisés, les
cinq centres de l’épine dorsale sont rythmiquement
dominés par l’énergie dirigée en eux ou à travers eux.
Il s’ensuit une vie d’application et de service
spirituels, surtout régis par le triangle supérieur.
 Agissant par lui, l’âme dirige : l’illusion est
dissipée et le mental illuminé – la monade la
remplacera sur une volute plus élevée de la
spirale, et la personnalité deviendra un agent
de l’Esprit.
 Sous l’influence croissante de l’âme, la
personnalité agit au moyen du second triangle :
le mirage et la nature astrale sont dissipés.
 L’âme et la personnalité intégrée dirigent la vie
du disciple : la maya est dévitalisée dans le
monde des énergies éthériques, et seules sont
employées les forces vouées à servir
l’intention divine.
D’abord observateur mental, le disciple découvre
le point focal de son identification, s’assure des forces
qui le poussent et devient conscient de leur intensité,
de leur fréquence et de leur manifestation.
Lorsqu’il passe à l’action, il utilise leurs qualités,
leur Rayon et leurs indications astrologiques :
o les centres de son corps éthérique deviennent
ses agents de force ;
o les deux triangles de vision et de direction
s’organisent dans sa tête et agissent comme un
seul sur les niveaux subjectifs et objectifs ;
o les agents de direction de sa tête et les centres
de sa colonne vertébrale vitalisent et activent
son corps physique*.
_______
* Chez les Orientaux, l’aspect Volonté du Rayon I est
absent, et ils manquent de dynamisme et de détermination ;
négativement polarisés, ils s’adaptent mal à la civilisation et au
progrès. Positivement polarisés, les Occidentaux utilisent
l’énergie directrice de l’âme, et ont besoin d’un minimum
d’enseignement ; dans la race aryenne, une fusion se produit
actuellement entre l’aspect Volonté, le mental et le cerveau.
26
• La pratique respiratoire.
Des exercices de respiration trouvent finalement
leur place dans la vie rythmée du disciple, qui les
instaure lui-même.
Cette pratique repose sur l’utilisation du Mot sacré
OM – dont le septuple énoncé équivaut à un exercice
respiratoire. Elle est indissociable de la pensée et de
l’intention car l’énergie suit la pensée, et de la volonté
de la triade spirituelle.
Tout disciple construisant l’antahkarana peut
commencer à pratiquer soigneusement des exercices
de respiration dirigés. Le récepteur négatif de la
pensée ou cerveau, l’agent de la volonté ou mental, et
la triade elle-même sont mis en contact par
l’antahkarana. Mais seuls les initiés du troisième
degré influencés par la monade, peuvent les utiliser
correctement et obtenir des résultats.
L’étudiant peut sans danger en pratiquer certains
s’il possède un véritable idéalisme, une juste pensée,
la compréhension de ses véhicules d’expression et du
monde des forces. L’inspiration en résultera.
La pratique de la respiration a un effet
physiologique* si elle n’est pas motivée par une
pensée claire, et l’aspirant ne peut évoluer : au sein de
sa propre aura qu’il inhale, il alimente sa nature
inférieure en un cercle vicieux qui se renforce chaque
_______
* D’autres effets physiologiques sont visibles comme, par
exemple, le développement de la poitrine chez les chanteurs
d’opéra : elle intensifie l’émotivité et l’instabilité, tout en
donnant au chant un caractère astral.
Or le son imprègne toutes les formes : la planète a sa propre note,
comme chaque minuscule atome, et tous ces accords forment la
grande symphonie jouée par la Hiérarchie et l’humanité. Ces sons
s’uniront lorsque s’achèvera la symphonie planétaire de par Sanat
Kumara. La Terre apportera alors une notable contribution aux
vastes accords des sphères du système solaire, et les Logoï
planétaires chanteront ensemble.
Chacun peut au départ y participer par une respiration correcte,
un rythme maîtrisé et organisé, une pensée pure et de justes
relations entre toutes les parties du chœur.
27
jour, jusqu’à ce qu’il soit complètement pris par le
mirage et la maya.
Le disciple provoque des ajustements de forces
lorsqu’il peut diriger son énergie vers un centre avec
une pensée organisée, et un mental maintenu à un
point de tension méditative. Son attention se retire du
monde de l’illusion, du mirage et de la maya pour se
fixer sur l’âme et la "claire et froide lumière" divine.
Il est libéré lorsqu’il y ajoute la technique de
l’Indifférence.
• La pratique de l’Indifférence.
Elle consiste en une attitude neutre vis-à-vis du
non-soi, et au refus d’être identifié à autre chose qu’à
la réalité spirituelle.
Dans la vie quotidienne, elle demande de se
positionner en tant qu’"unité isolée" : l’initié devient
un chevalier à l’armure étincelante refusant toute
souillure extérieure ou intérieure, en l’éliminant
immédiatement par le Feu divin. Rien ne doit être
cédé par affectivité à celui qui demande de l’aide,
mais celle-ci implique de la tendresse et de la douceur,
parfois l’exigence et la sévérité, voire un silence
bienveillant si rien d’autre n’est accepté.
En fait, "l’Indifférence divine" illustre la descente
directe d’un point à un autre sans aucune déviation ni
déformation.
 Le disciple moyen.
Son point de tension se trouve sur le niveau
mental, qui s’illumine graduellement par le contact de
l’âme.
o En "voyant" clairement dans sa lumière et avec
un juste sens des valeurs, il peut dissiper
l’illusion.
o En projetant sa lumière consciemment sur le
plan astral, il peut dissiper le mirage.
o En déversant sa lumière dans le corps
éthérique et en l’ancrant dans les centres
appropriés, il peut rester totalement indifférent
à la maya.
28
 Le disciple.
Il doit s’assurer de ce point, et connaître la
puissance de la tension sur laquelle il peut compter. Il
cherche ensuite à l’intensifier par le fait qu’il est une
âme et non une personnalité. Il projette enfin l’énergie
qualifiée, du point de tension directement au corps
vital, d’où elle se dirige vers les sept centres de
maîtrise.
C’est alors qu’il peut appliquer l’Indifférence pour
ne pas devenir prisonnier de la force éthérique ou
voiles de la maya : de son point de concentration, il
doit refuser tout attachement à une forme ou à un plan
quelconque, en projetant l’énergie dans et à travers les
trois mondes. Si son progrès est détourné par une
illusion ou un mirage, il sait s’en détacher et
assembler ses forces pour leur stade final de
répudiation, sauf de celles qu’il utilise consciemment.
 L’initié.
Pour lui, le processus se poursuit depuis un point
de tension dans l’âme, et plus tard dans la triade
spirituelle.
29
L’illusion sur le plan astral ou mirage,
et le Sentier du discipulat
Le mirage apparut dans les premiers temps de
l’Atlantide. Il n’existe pas grand-chose de mental en
lui, et il prédomine encore en l’humanité actuelle qui
vit d’une manière atlante – mais la race aryenne saura
le dissiper.
Le mirage intervient sur le Sentier du disciple.
Son problème se pose lorsque l’illusion mentale est
intensifiée par le désir sur le plan astral*.
Le corps astral de la planète est apparemment une
sombre masse sphérique de brume d’une telle densité
qu’elle semble impénétrable, hostile à la vie, et
brouille la vision des hommes depuis des temps
immémoriaux.
Son mirage provient de la déformation de ce qui
fut révélé et qui cache la vérité derrière les sentiments
et les réactions émotionnelles ; sa puissance provient
justement du fait que l’être humain s’identifie avec sa
nature astrale.
Très puissant en raison de l’ancienneté de la
substance astrale, ce mirage est aussi matériel que les
formes-pensées, qui ont une vie, un dessein propre
séparatif, nettement défini, dynamique, pénétrant et
précis. Les mirages astraux sont encore plus matériels,
mais suffocants, flous et enveloppants : l’individu y
est immergé comme dans un océan de brouillard, alors
qu’il est confronté aux formes-pensées, mais non
immergé en elles.
Plusieurs types de mirages concernent toute la
famille humaine : ils peuvent aussi bien faire croire à
l’orgueilleux qu’il doit réaliser une œuvre importante,
lui donner l’ambition d’atteindre la lumière ou un
poste social élevé, lui faire croire à sa propre
infaillibilité, à sa capacité de résoudre tous les
problèmes, à l’intérêt que lui portent les Forces noires,
_______
* Le corps astral humain est une illusion, car le mental, lui-même
illusoire, y définit l’ensemble des désirs.
30
lui faire exagérer ses devoirs, ses responsabilités ou
les conditions environnantes, enfin l’entraîner vers une
dévotion fanatique ou le plonger dans de perpétuels et
insatiables désirs*. Mais il existe encore mille autres
mirages…
Pour bien comprendre le mirage, il faut remonter à
la création du mental concret, fonction de Caïnpersonnalité et don de l’Homme céleste au sein du
système solaire, au même titre que celui de Vénus lui
octroya le mental supérieur d’Abel-Âme.
Ce mental concret ou individualité de conscience
incorporait la sensibilité dans sa partie inférieure, qui
devait s’épanouir en imagination créatrice, mais devint
le mental émotionnel** kama-manas, qui doit être
asséché et remplacé par elle.
Sa dissipation est étroitement liée à celle des
désirs qui génèrent les souffrances. Tout ce qui va
dans le sens de l’épanouissement fait partie de
l’imagination créatrice, qui implique l’adhésion au
plan bouddhique et au plan atmique : la monade de
l’homme – qui doit devenir ce qu’il est – se trouve
dans le corps de manifestation du Père-Esprit dont il
détient un don et une richesse, ainsi que de la MèreMatière, et il devra s’identifier à Lui.
Or l’imagination créatrice s’exprime par la
pensée : la réception d’une idée se fait sous
l’impression quelque chose de sacré, qu’il faut ensuite
structurer, formuler et concrétiser, ce qui est une
forme de magie blanche de l’imagination
créatrice***…
L’éveil d’un être à sa dimension d’âme est un
travail sacré conforme à la réalité attendue par le Père.
Le plan christique doit être en phase positive, et le
_______
* Un de ses exemples les plus parlants est la publicité qui stimule
les désirs et les faux besoins.
** L’humanité apprend progressivement à faire travailler son
mental, et de moins en moins son corps émotionnel, ce qui est
actuellement le but de son évolution.
***Dans la peinture, elle fait apparaître en image les réalités de
hauts lieux et délivre un message.
31
plan mental en phase négative de réception et de
transmission. Mais actuellement, le mental positif crée
une barrière infranchissable à l’âme, chez les hypermentaux par exemple.
Le sage à la grande sensibilité épurée, a une
perception raffinée de la réalité, et ne se laisse plus
aller à des délires émotionnels, car il sait que
l’affectivité est un mirage. Tout individu travaillant
sur lui-même agit parallèlement sur le mirage du
monde, même en plusieurs vies.
Quant à l’amour, il n’est pas un sentiment, mais
une énergie de vie : "l’a-mor" s’oppose à la mort.
Mais les quatre niveaux du faux, du séparatisme, de
l’égocentrisme et de l’affectivité mènent à l’état de
mort en obligeant aux renaissances, tant que la
continuité de conscience n’est pas obtenue.
L’intelligence fut développée dans le précédent
système solaire, et l’amour doit l’être dans celui-ci,
mais le monde conçu par le Père avec la Volonté de
Bien est encore difficile à imaginer.
Tout ce qui est construit se reproduisant au niveau
de l’âme, puis de la monade, chacun doit parvenir à sa
dimension divine, car il a reçu une richesse spécifique
de la vie à développer.
Les causes du mirage mondial
• Les causes planétaires :
Elles sont inhérentes à la substance même, les
atomes de toutes les formes étant hérités du précédent
système solaire. Si le Logos planétaire représente pour
l’homme la perfection, et s’il aspire à Ses qualités, Il
compte parmi les "Dieux imparfaits" à cause de cet
atavisme de la substance pour les Vies plus avancées.
• Les causes provoquées par l’humanité.
Elle-même créa et intensifia lentement le mirage
de sa propre conscience. Son ampleur est aujourd’hui
telle que l’âme y est immergée, et que les masses
s’identifient entièrement au sentiment, à l’affectivité,
aux réactions émotionnelles et à l’auto-apitoiement.
32
Le monde actuel est divisé en trois groupes.
 Ceux dont la conscience encore atlante est
fascinée par :
o les objets de désir matériel ;
o le ressenti dans les rapports ;
o un idéal considéré comme vrai ou juste ;
o La beauté et la satisfaction émotionnelle qu’ils
réclament ;
o le bien-être spirituel de leur aspiration
religieuse.
 Ceux dont la conscience appartient au stade
aryen.
Leur mental éveillé complique les choses, car leurs
les illusions intellectuelles s’ajoutent aux mirages de
l’astral.
 Ceux qui se libèrent du mirage, de l’illusion et
sont sensibles à la "Voix du Silence" et aux
demandes de l’âme.
• Les causes provoquées par les individus.
Leurs mirages proviennent de cinq types de
forces :
 celles de leur corps physique dense et
éthérique qui provoquent la maya ou énergie
incontrôlée ;
 celles de leur corps astral, basées sur les désirs
des sens et les oppositions, ce qui les soumet
aux mirages produits par leur jeu réciproque,
additionné de la maya ;
 celles de leur corps mental inférieur coloré par
les activités passées, ce qui ajoute l’illusion au
mirage et à la maya ;
 celles du triple Rayon de leur personnalité qui
intensifie ces trois aspects en un seul mirage
important ;
 celles du Rayon de l’âme qui augmente sa
puissance rythmique, en tentant de s’imposer à
la personnalité.
Lorsque l’équilibre est atteint, leur jeu réciproque
pousse l’aspirant en probation vers le discipulat et
jusqu’à l’initiation.
33
Le mirage résulte pour chacun :
 de son propre passé, avec sa façon erronée de
penser, ses désirs égoïstes et sa fausse
interprétation des desseins de la vie ;
 de la vie de désir familiale présente et passée ;
 du mirage national, augmenté des illusions de
chaque nation, si fortes qu’elles semblent
incarner les traits psychologiques basés sur ses
Rayons ;
 du très ancien mirage de la race qui maintient
la conscience sur le plan astral ; l’argent et sa
valeur matérielle est un de ceux qui déforment
bien des valeurs humaines.
Les types émotionnels répondent facilement au
mirage du monde et à leur propre mirage, hérité ou
créé par eux-mêmes. La masse est spécifiquement
émotionnelle – avec, parfois, des éclairs de
compréhension mentale –, ce qui lui montre un monde
déformé dont l’aura se mêle au mirage du monde et
dont les miasmes malsains sont générés depuis des
millions d’années.
Quant au mirage de l’autorité sur les masses, il
prend sa source dans leur psychologie encore infantile,
car elles ont besoin de se protéger par des règles et des
lois imposées par un État, une oligarchie ou un
dictateur ; en passant par la conscience spirituelle, ce
mirage peut conduire à l’intégrisme ou à l’Inquisition
où l’accent était mis sur les châtiments de l’Église et
sa prétendue infaillibilité.
L’aspect élevé du mirage est en fait la
reconnaissance du gouvernement de l’ange solaire,
âme ou Ego. Lorsque l’illusion et le mirage sont
surmontés, le corps astral disparaît de la conscience, il
ne reste aucun désir pour le soi séparé, et l’homme est
essentiellement une âme, un mental et un cerveau.
Cette maîtrise des désirs ne s’acquiert qu’en des
dépassements graduels conscients.
Entre ces deux extrêmes se situent toutes les
réactions intermédiaires.
34
Cependant, ceux qui n’ont pas pris d’initiations
supérieures peuvent plonger dans le mirage d’un idéal
de liberté qu’ils ont eux-mêmes créé, et ils en
deviennent paradoxalement prisonniers, rejettent
toutes les règles sauf celle de leur propre âme : ils
oublient que le contact avec elle est encore
intermittent, et qu’ils ont besoin d’un instructeur et
des règles du groupe. Tous peuvent en effet se libérer
de la domination de la personnalité ou des
personnalités, mais jamais de la loi de Service et de la
relation constante d’homme à homme et d’âme à âme :
être réellement libre, c’est demeurer dans la lumière
de l’âme qui est essentiellement conscience de groupe,
dont la reconnaissance révèle de nouvelles lois, de
nouvelles responsabilités, de nouveaux devoirs et de
nouvelles relations. Nul ne peut y échapper, mais
seulement désobéir temporairement.
• Le mirage du matérialisme.
Il cause la détresse actuelle du monde et son
problème économique, mais il disparaîtra le premier.
La notion du nécessaire varie selon le stade
d’évolution : pour certains, la possession de ce qui est
matériel peut constituer un enseignement aussi
important que ne le feraient les expériences plus
élevées d’un mystique ou d’un ermite. Le disciple peut
alors réorienter sa vie et découvrir que la libération
des choses matérielles porte en elle sa propre
récompense : il devient libre de vivre la vie mentale et
spirituelle.
• Le mirage du sentiment.
Il maintient en esclavage dans les réactions
émotionnelles. Certains se préoccupent de leurs
devoirs, de leurs responsabilités, et d’une
compréhension sentimentale de l’amour, souvent
confondu avec l’affectivité ou désir d'aimer et d’être
aimé. Mais l’égoïsme de ceux qui semblent
désintéressés est parfois considérable…
• Le mirage de la dévotion.
Beaucoup de disciples en probation, surtout du
Rayon VI, errent à cause de lui en circuit fermé. Il est
35
le plus puissant mirage de ceux qui se dévouent à une
cause, à un instructeur, à une personne, à un devoir ou
à une responsabilité, en une dévotion extatique.
• Le mirage des paires d’opposés.
Il fait partie de l’hérésie du séparatisme.
Consciemment enregistrée, une oscillation se
produit sur le Sentier de probation, jusqu’à la
découverte de la voie du milieu. Cette oscillation entre
les dualités provoque le mirage, parfois coloré de joie
et de béatitude, parfois de mélancolie et de dépression,
ce qui dure tant que le sentiment domine : il passe de
la joie intense du disciple parvenant à s’identifier à
l’objet de sa dévotion, au plus sombre désespoir s’il
n’y parvient pas.
Le tout est astral, et la sensibilité n’a rien à voir
avec l’âme, qui peut réduire les dualités lorsque
l’aspirant ne s’identifie plus à un des opposés, mais
avance librement vers son but sur la lumineuse voie du
milieu.
• Le mirage du Sentier du milieu.
Sur le plan astral, il reflète l’activité de l’esprit, de
l’âme, du corps, soit de la vie, de la conscience et de la
forme : les trois aspects divins*.
Les échecs du disciple sont souvent dus à l’orgueil
ou au complexe de sauveur du monde, ce qui est
mirage d’une haute aspiration, mais centrée sur soi.
_______
* Les trois réponses de Jésus au diable qui le tentait dans le
désert, après son baptême et son adombrement par la colombe du
Saint-Esprit, illustrent parfaitement cette voie du milieu
(Matthieu IV, 1 à 11) :
« Il eut faim après quarante jours de jeûne, et Satan lui ayant
demandé de changer les pierres en pain : "L’homme ne vivra pas
que de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche
de Dieu" répondit Jésus.
Le diable le transporta au sommet du temple et lui dit de se jeter
en bas, prétextant que les anges le porteront puisqu’il était fils de
Dieu. Il reçut comme réponse : "Tu ne tenteras point le Seigneur,
ton Dieu".
Satan lui promit touts les royaumes du monde s’il l’adorait, mais
Jésus lui dit : "Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras
Lui seul" » (Matthieu IV, 1 à 11).
36
• Le mirage du séparatisme.
Il est le pire puisqu’une seule Vie existe dans tous
les univers.
Ce mirage peut s’exprimer sous des formes
réactives de haine, de répulsion ou de critique, parfois
sous les trois. Mais un juste point de vue pour l’un
peut être faux pour l’autre : c’est ce qui cause le
désaccord, et il faut se défaire de l’orgueil pour
examiner un point de vue différent.
Le mirage est présent lorsqu’on trouve :
 des critiques, alors qu’une analyse attentive
montrerait qu’elles ne sont pas justifiées ;
 des reproches, alors qu’aucune responsabilité
et aucun droit personnels ne sont concernés ;
 une vanité tirée de ce qui est accompli ou de la
satisfaction d’être un disciple ;
 un sentiment de supériorité forcément
séparatif.
Le mirage atteint son apogée à la troisième
initiation, pendant la bataille finale entre les paires
d’opposés, qui se termine par la victoire de l’Ange
incarnant les Forces du Bien : le dualisme et le désir
matériel non identifié au Tout laissent place à l’unité
et à une vie plus abondante.
L’illumination du mental peut remédier à tous ces
mirages.
• Les six Règles symboliques sur le Sentier.
L’autorité des Règles du Sentier apparaît à celui
qui parvient à l’état de disciple et à la troisième
initiation : il y apprend à cheminer avec discrétion,
absence de désir et harmonie avec les autres.
Issues d’anciens manuscrits de sagesse, ces Règles
résultent de l’expérience de millions de Pèlerins.
1. « La route est foulée dans la lumière du jour ».
Le disciple prend garde aux fausses
interprétations et aux fausses directions projetées par
ceux qui conduisent. À chaque tournant, il se
confronte à lui-même, toujours vigilant quant à ses
perceptions.
37
2. « Ce qui était caché y est révélé, et la vérité est
vue clairement ».
Chacun connaît la faiblesse des autres mais continue
à avancer sans s’en écarter, sa propre lumière lui
évitant la fausse interprétation et la fausse direction.
3. « Le Pèlerin ne chemine pas seul ».
Pendant l’ère du Verseau émergent le cinquième
règne et l’esprit de groupe.
« Il ne se précipite ni ne se hâte, mais ne perd pas
de temps », comme la tortue de la fable de La
Fontaine car, si celui-ci ne compte pas, il est tout de
même précieux.
« Certains accélèrent l’allure et il les suit ;
d’autres restent en arrière et ne parviennent pas à
trouver leur place » et il peut les aider s’il a intégré
la notion de groupe.
4. « Le Pèlerin doit éviter de dissimuler son
visage aux regards des autres » : être clair, ne pas se
masquer ni se prendre au sérieux.
« Il ne porte pas un pot d’eau contenant
seulement ce qui lui est nécessaire », mais aussi
l’eau de vie pour ceux qui ont soif d’amour et de
sagesse.
« Il ne porte pas sur l’épaule un bâton non
recourbé sur lequel personne ne peut s’appuyer »,
mais a prévu de soutenir la marche de l’autre et de
lui offrir un bras secourable, sans toutefois le porter.
5. « Chaque Pèlerin emporte ce dont il a besoin :
un vase contenant des braises » pour réchauffer
l’âme de ses compagnons.
« Une lampe afin qu’elle jette ses rayons sur son
cœur » et montre la nature de la vie cachée –
donner des solutions ne favorise pas le
discernement, et il leur laisse le choix, tout en
élargissant leur champ de vision.
« Une bourse contenant de l’or qu’il ne gaspille
pas mais partage avec les autres » : il fait de l’argent
un usage spirituel tout en assumant le confort de ses
proches, pour qu’ils s’ouvrent à la spiritualité sans
souffrir du manque.
38
« Un vase scellé qui contient ses aspirations, et
qu’il déposera aux pieds de Celui qui l’attend » avec
ses qualités et ses expériences qui sont autant de
trésors de compréhension qui lui ont permis
d’assumer son contrat de vie.
6. « Le Pèlerin reste à l’écoute de l’autre pendant
son cheminement, a la main généreuse », sait aider
son compagnon s’il est en difficulté, « la langue
silencieuse » avec l’innocuité, car la pensée est un
pouvoir et la critique un poison énergétique, « le
cœur compatissant, la voix d’or ou douce, le pied
rapide » puisqu’il ne perd pas de temps dans sa
progression, « l’œil ouvert à la lumière » : son
troisième œil analyse les situations pour aider l’autre
à s’améliorer, et il tient compte de la puissance de la
parole.
« Il sait qu’il ne voyage pas seul ».
Le mirage et les Rayons
• RAYON I :
o mirage de la destruction ;
o mirage de l’isolement, de la solitude, de
l’attitude distante ;
o mirage de la force physique ;
o mirage du magnétisme personnel ;
o mirage de l’égocentrisme et de la puissance
personnelle ;
o mirage de celui qui se croit au centre de tout ;
o mirage de l’ambition personnelle et égoïste ;
o mirage du commandement, de la dictature et
de la domination ;
o mirage de l’imposition de la volonté sur les
individus et sur des groupes.
o mirage du complexe messianique dans le
domaine de la politique ;
o mirage de la destiné égoïste, du droit divin
exigé – comme par les rois d’antan.
39
Ceux du Rayon I peuvent surmonter le mirage
avec une facilité relative, après avoir pris conscience
qu’il est une limitation de la personnalité.
• RAYON II :
o mirage d’aimer et d’être aimé ;
o mirage de la popularité ;
o mirage de la sagesse personnelle ;
o mirage de la responsabilité égoïste ;
o mirage d’une compréhension trop complète
empêchant l’action juste ;
o mirage de l’auto-apitoiement ;
o mirage du complexe messianique dans le
domaine de la religion et des besoins du
monde ;
o mirage de la peur provoquée par une trop
grande sensibilité ;
o mirage du sacrifice de soi ;
o mirage du faux désintéressement ;
o mirage de la satisfaction de soi ;
o mirage du service égoïste.
Ceux du Rayon II sont généralement conscients
des mirages grâce à leur faculté innée de claire
perception, mais leur problème consiste à supprimer
leur réaction à l’attraction magnétique du plan astral :
ils réagissent moins souvent à un mirage particulier,
que temporairement à tous les mirages. Leur
perspicacité y ajoute la considération de cette facilité
de réponse comme un péché et un échec, attitude
négative qui retarde leur libération.
• RAYON III :
o mirage de l’excès d’occupations ;
o mirage de la coopération individuelle au Plan,
et non en formation de groupe ;
o mirage des projets incessants ;
o mirage du travail créateur sans raison valable ;
o mirage des bonnes intentions égoïstes ;
o mirage de l'araignée guettant au centre de sa
toile ;
o mirage d’une présence divine dans les
machines ;
40
o mirage des manipulations tortueuses et
incessantes ;
o mirage de sa propre connaissance et de sa
propre efficacité.
Ceux du Rayon III sont aussi sensibles au mirage
que ceux du Rayon VI, car leur mental habile cherche
des combinaisons, ils s’illusionnent fréquemment et
peuvent parfois tromper les autres. Ils ne savent pas
communiquer clairement leur pensée par la parole, et
sont souvent incapables d’enseigner.
• RAYON IV :
o mirage de la guerre ;
o mirage du conflit nécessaire pour imposer la
justice et la paix ;
o mirage d’une vague perception artistique ;
o mirage de la perception psychique en guise
d’intuition ;
o mirage de la sensibilité musicale ;
o mirage des paires d’opposés dans le sens
supérieur.
o mirage de la satisfaction personnelle et du
confort.
Ceux du Rayon IV sont particulièrement sujets au
mirage lorsqu’ils font descendre leurs illusions sur le
plan astral, ce qui génère le double problème du
mirage et de l’illusion.
Ils sont néanmoins le groupe d’âmes qui finira par
révéler la véritable nature de l’intuition, ce qui
résultera justement de leur combat.
• RAYON V :
o mirage de la matérialité ou exagération de la
forme ;
o mirage de l’intellect ;
o mirage de la connaissance et de la définition ;
o mirage de l’assurance basée sur l’étroitesse de
point de vue ;
o mirage de la forme cachant la réalité ;
o mirage de l’organisation ;
o mirage de l’extérieur cachant l’intérieur.
41
Ceux du Rayon V souffrent le moins du mirage,
mais sont surtout victimes de l’illusion en niant
l’existence de l’âme. Croyant qu’ils peuvent se suffire
à eux-mêmes, ils répondent plutôt au pouvoir de la
pensée car ils sont très orgueilleux de leur habilité
mentale, bien fixés dans leurs desseins et surtout
intéressés par le monde concret et intellectuel.
Lorsque l’âme devient pour eux une réalité, leur
réaction à l’illusion faiblit puis disparaît. Tout en
méprisant l’influence du corps astral, ils reconnaissent
difficilement le mental comme destiné à révéler le Soi
spirituel, leur intellect s’interposant entre eux et la
vision.
• RAYON VI :
o mirage du fanatisme ;
o mirage de la dévotion ;
o mirage de l’idéalisme ;
o mirage de l’attachement aux formes et aux
personnes ;
o mirage de la loyauté et des croyances ;
o mirage des réactions émotionnelles ;
o mirage de la sentimentalité ;
o mirage de l’ingérence ;
o mirage des paires d’opposés inférieures ;
o mirage des Sauveurs et des Instructeurs du
monde ;
o mirage de la vision étroite.
Ceux qui travaillent à la dissipation du mirage
dans leur propre vie sont souvent des aspirants dont
l’âme, la personnalité ou le corps astral se trouvent sur
le Rayon VI.
Parmi les plus efficaces, ces aspirants sont
pourtant peu conscients des mirages qu’ils admettent
difficilement, surtout s’il s’agit d’un mirage spirituel
élevé intensifié par la dévotion.
• RAYON VII :
o mirage du travail magique ;
o mirage du rapport entre les opposés ;
o mirage des pouvoirs souterrains ;
o mirage de ce qui unit ;
42
o mirage du corps physique ;
o mirage du mystère et du secret ;
o mirage de la magie sexuelle ;
o mirage de la manifestation des forces.
Ceux du Rayon VII savent créer des formespensées claires : les mirages qui les dominent sont
donc précis, nets et souvent compulsifs, mais se
cristallisent rapidement et disparaissent.
La nécessité du travail de groupe pour dissiper le
mirage
Dans la dimension planétaire, le travail de groupe
peut résoudre les problèmes les plus importants, et la
méditation collective clarifie le brouillard du mirage.
Vivre en tant qu’âme fait en premier lieu prendre
conscience de l’Âme universelle et de la fraternité
entre toutes ses âmes. Cela correspond à l’esprit de
groupe qui fait avant tout respecter autrui et ne plus se
comporter comme une personnalité isolée.
Un groupe ne se crée pas par hasard, mais réunit
des âmes qui se connaissent depuis plusieurs vies,
avec ses forces et ses faiblesses. Il a une dimension de
personnalité, une dimension d’âme, un niveau de
réalisation et la possibilité de passer de la première à
la cinquième initiation. Tant qu’il n’a pas pris la
deuxième initiation de la gestion émotionnelle, il ne
fonctionne qu’au niveau de la personnalité, dans la
critique, le jugement, le besoin de domination et le
désir d’être bien vu. Mais les Maîtres ne sont
intéressés que par le rayonnement et le silence attentif
qui indique l’écoute de l’âme : la démarche essentielle
consiste à ne pas peser sur le reste du groupe.
Deux moyens peuvent faire atteindre la maîtrise
de la personnalité : soit la discipline, soit les énergies
transcendantes des qualités divines, qui éliminent en
même temps les quatre aspects du mirage.
43
L’illumination, opposé et remède du mirage
Le disciple qui travaille à la dissipation du mirage
passe par quatre stades :
 celui de la reconnaissance du ou des mirages
qui cachent le Réel, ce qui dépend du Rayon
de la personnalité ;
 celui de la focalisation de la conscience sur le
plan mental et de la lumière qui lui fait bien
voir le mirage ;
 celui de sa projection dans les recoins du plan
astral, ce qui dissipera le mirage majeur et
révélera le Réel ;
 celui de l’identification avec le Réel qui
dissipera d’autres mirages plus subtils.
Pour avoir une idée de la nature du mirage, il faut
se représenter le deuxième, le troisième et le
quatrième niveau du plan astral comme plongés dans
un brouillard plus ou moins dense. La lumière de
l’homme ordinaire ne fait que lui donner du relief, en
mettant encore plus en évidence son opacité et sa
nocivité.
La seule lumière capable de dissiper le brouillard
du mirage est celle de l’âme, qui l’illumine et le
dissipe immédiatement : particulièrement consacrée au
plan astral, elle sait révéler par l’intermédiaire du
mental ce que le mirage voilait et cachait.
Une certaine préparation lui est cependant
nécessaire.
• Le disciple doit établir un contact conscient
avec la lumière de l’âme par la méditation.
• Son aspiration spirituelle dissipe le mirage du
plan astral qui est le champ de bataille des
désirs illusoires.
• Il met en rapport l’âme et le plan astral par son
corps astral, seul instrument de contact avec
l’âme.
• Il attire ensuite sa lumière, la focalise dans son
plexus solaire, puis travaille sur le plan astral à
la dissipation du mirage.
44
•
Lorsque l’âme, le corps astral et le plan astral
sont reliés, il fait passer la lumière temporaire
du centre solaire au centre du cœur.
• Il se débarrasse de ses tensions pour travailler
avec son amour et la pureté de sa foi. Moins il
ressent, moins il est préoccupé de ses
sentiments, de sa réussite ou de son échec, plus
le travail s’accomplit efficacement – mais sans
précipitation, surtout pour les très anciens
mirages.
D’éventuels troubles peu importants du plexus
solaire peuvent se produire.
Beaucoup de mirages peuvent être éliminés s’ils
sont soumis au mental, qui subjugue les émotions par
une présentation dépassionnée et rigoureuse des faits :
la vérité est ici connaissable dans une forme concrète.
Faire appel à sa lumière fait, même
temporairement, disparaître le mirage, mais peu
nombreux sont ceux qui savent reconnaître leurs
erreurs à cause de la vanité de leur mental.
45
L’illusion ou mirage sur le plan mental
et le Sentier de l’initiation
L’illusion se manifesta parmi les plus avancés
dans les derniers temps de l’Atlantide, et domine
encore la race aryenne : sa compréhension limitée et
sa connaissance matérialiste interprètent mal la vérité
et la voilent derrière un nuage de formes-pensées, qui
semblent alors plus réelles que la réalité ; elles tirent
leur vitalité d’idées fausses, égoïstes ou produites par
des idéalistes sincères qui cherchent à les imposer au
corps mental des masses.
L’illusion agit sur le Sentier de l’initiation et dans
le monde des idées sans cesse brassées : elle bloque le
libre jeu de l’intuition et son réel pouvoir de révéler
l’avenir immédiat.
Pour l’aspirant, l’illusion la plus grave est la nondistinction entre l’âme et la personnalité – à laquelle il
ne doit surtout pas s’identifier.
Cette perception erronée peut descendre dans le
monde de la sensation et y devenir un puissant mirage,
dès que l’entité de la forme-pensée s’allie au
sentiment.
Toute conception étroite et séparative d’une idée
déforme forcément la vérité, et suscite la réaction
émotionnelle qui alimente le désir et transfère le plan
mental au plan astral.
Projetée dans le mental inférieur, l’illusion
devient une tromperie et une fausse information, car
elle dérive de son incapacité à enregistrer et à traduire
ce qui fut communiqué.
L’illusion peut aussi provenir d’une réaction aux
idées nouvelles.
Surtout de nature mentale, elle atteint en
particulier ceux qui sont plus intellectuels qu’émotifs,
les individus développés et intelligents prêts à
s’orienter correctement : elle se construit autour d’une
intuition, concrétisée par le mental jusqu’à ce que son
apparence semble si véridique au disciple, qu’il croit
46
savoir ce qu’il faut faire et s’efforce de le transmettre
avec un certain fanatisme.
L’illusion ne nie pas le monde phénoménal, mais
la limitation mentale humaine l’interprète mal et
refuse de le voir tel qu’il est, fausse interprétation qui
constitue la Grande Illusion.
Elle concerne surtout les bien-pensants persuadés
de détenir la vérité, et dont le mental fonctionne si
intensément qu’il en devient déséquilibrant et pollue
l’humanité depuis des siècles.
Elle perturbe les disciples acceptés qui élargissent
leur conscience pour répondre au contact de l’âme.
Lorsqu’ils auront dévoilé l’illusion, ils sont prêts pour
la troisième initiation, mais les aspirants moyens de
type mental risquent de se voir succomber à l’illusion
de la masse souvent fanatisée.
Poussée à l’extrême, cette illusion peut provoquer
des maladies mentales ou des idées fixes, comme celle
du pouvoir par exemple.
Ses grandes formes-pensées sont actuellement si
puissantes que peu de mentaux ne sont pas sous son
emprise, qui prend racine dans la vie inférieure de la
personnalité et les désirs des masses. Mais nombreux
sont ceux qui n’ont pas développé le mental et
possèdent la "sagesse du berger" : le mental concret
n’est en effet qu’une mémoire.
En réalité, l’illusion – activité de l’âme – résulte
du mental de toutes les âmes incarnées : c’est l’âme
qui y est plongée, jusqu’à ce qu’elle apprenne à y
déverser sa propre lumière.
La pire est d’ignorer qu’il n’existe qu’une seule
Existence issue de l’Absolu, et que chaque être en est
une parcelle : la diversité fait croire à de nombreuses
vies, mais l’Unité perdure dans cette diversité, et
l’âme le comprend dès qu’elle se libère de ses voiles.
Une idée passe du plan de l’intuition au cerveau
en plusieurs stades :
 elle est perçue par le mental maintenu dans la
lumière de l’âme ;
47
 elle descend sur les niveaux supérieurs du plan
mental, en étant encore abstraite pour le mental
inférieur ;
 l’âme projette sa lumière vers le haut et
l’extérieur ; elle fait émerger l’idée faible et
nébuleuse dans la conscience et, capable de
voir dans le monde supérieur par l’œil de
l’âme, le mental l’enregistre de plus en plus
clairement ;
 l’idée devient un idéal* à désirer et à
matérialiser : la faculté mentale de construire
des formes-pensées agit pour orienter l’idée
vers sa manifestation.
 L’illusion la déforme alors, provoquée par :
o le Rayon de l’âme qui colore la forme-pensée
construite, ce qui fait la recouvre d’un premier
voile ;
o la qualité plus ou moins imparfaite des trois
aspects de la personnalité intégrée, et de
l’alignement entre l’âme, le mental et le
cerveau ;
o l’imprécision et le flou de la forme pensée ;
o l’instabilité du rapport entre le mental et l’idée,
ce qui dépend de la qualité du Rayon du corps
mental : un deuxième voile recouvre l’idée
perçue.
Les sept types de manifestation de l’illusion
L’illusion peut se manifester de sept manières.
• La fausse perception d’une idée.
Le mental non encore illuminé de l’aspirant doit
apprendre à distinguer :
o une idée d’un idéal ;
o un concept intuitif d’un concept mental ;
o ce qui se forme dans les idées nouvelles et ce
_______
* Idée manifestée, un idéal est son expression temporaire, qui sert
un besoin donné et montre comment accéder à un avenir plus
adéquat.
48
qui disparaît des idées anciennes ;
ce qui est constructif et ce qui est destructif ;
les Rayons qui colorent les présentations ;
les idées et les formes-pensées ;
celles qui sont créées à dessein par la
Hiérarchie et celles qui le sont par l’humanité ;
o les formes-pensées raciales et les idées de
groupe.
Le raja yoga, qui maintient le mental dans la
lumière et le fait percevoir correctement, peut y
remédier.
• La fausse interprétation d’une idée.
L’idée est partiellement perçue et déformée par
l’imperfection du mental, à cause de la surestimation
de ses pouvoirs et de l’orgueil – péché par excellence
du type mental, qui colore les premiers stades.
La pratique de la prudence peut y remédier.
• La fausse appropriation d’une idée.
La personnalité s’approprie l’idée comme si elle
appartenait à l’aspirant qui lui donne trop
d’importance, oubliant que les idées viennent du plan
de l’intuition et appartiennent à tous.
La surestimation de la personnalité, sa
dramatisation, son affirmation et l’exagération de ses
réactions en sont les causes.
Un effort constant pour se centrer sur l’âme peut y
remédier.
• La fausse direction donnée à une idée.
L’horizon est borné par la conscience : le disciple
ne perçoit qu’un fragment de l’idée fondamentale et
l’attribue à un domaine d’activités sans rapport avec
elle.
La cause en est un mental limité et séparatif.
La formation du mental en vue de le rendre
inclusif peut y remédier.
• La fausse intégration d’une idée.
Chaque disciple a un plan de vie et un champ de
service, sans quoi il ne serait pas un disciple. Dans ses
méditations de groupe, il peut percevoir une idée qui
lui semble valable et cherche à l’intégrer dans sa vie.
o
o
o
o
49
Mais il ne doit pas forcément travailler avec toutes les
idées qu’il perçoit, ni les imposer à son corps mental
non préparé : il peut être victime du mirage de son
propre désintéressement.
Les causes en sont l’activité exagérée du mental, le
manque de discernement, le désir d’acquérir, la
cupidité et l’égoïsme de la personnalité.
L’esprit d’humilité peut y remédier.
• La fausse incarnation ou application d’une
idée.
Des âmes évoluées et des initiés élevés peuvent
avoir l’intuition de grandes idées spirituelles, et leur
donner une forme grâce à l’union de leur âme intuitive
et de leur mental intelligent : l’idée contactée est alors
revêtue d’une matière mentale qui ne lui convient pas
et prend une mauvaise direction en se matérialisant.
La cause en est un faux discernement au niveau de
la substance, un manque d’entraînement ésotérique à
l’activité créatrice et l’illusion collective produite par
les autres types d’illusions.
Les méthodes du plan mental et du Rayon V
peuvent y remédier par la lucidité et le discernement.
L’inertie qui freine la maîtrise
Le monde physique est sujet à la maya ou mise en
scène théâtrale des vies entre elles, la projection en
manifestation attirant les vies mineures qu’elle
intéresse.
L’inertie provient justement de l’aspect MèreMatière, dont les atomes tournent sur eux-mêmes,
alors que le principe du Père-Esprit est le progrès qui
aiguillonne. Le Fils-Âme conjugue les deux
mouvements en une spirale allant d’un pôle à l’autre –
d’où des périodes de doutes dans la phase négative.
Le temps terrestre nécessaire est défini par la
vibration émise par la monade quittant l’Absolu,
comparable à un caillou qui provoque des ondes
vibratoires en tombant dans l’eau. Le reste est
illusion : plus l’idée descend de plan en plan, plus
50
l’illusion se développe dans le temps et l’espace, et
plus l’inertie prend le pouvoir. Elle est donc aussi une
importante vie mineure de la Matière.
L’intuition ou perception spirituelle, ligne du PèreEsprit s’opposant à l’illusion
L’illusion n'est pas surmontée tant que :
 le centre de la conscience n’est pas passé sur le
plan mental ;
 que l’aspirant n’a pas entrepris un service
intelligent ;
 qu’il n’a pas réalisé l’alignement avec son âme
et établi son contact avec elle en prenant la
première initiation.
Plusieurs méthodes peuvent recentrer le mental.
o l’alignement maintenu avec l’âme, ce qui
favorise le discernement ;
o le contact avec la lumière de l’âme caractérisée
par l’unicité, après avoir appris à la distinguer
de celle de la matière, de celle de l’astral et de
celle du mental concret ;
o l’indifférence au non-soi, grâce au travail de
réflexion des douze secondes avant l’expulsion
de l’énergie qualitative, pour discerner entre la
réaction de la personnalité et celle de l’âme.
L’intuition ou reconnaissance de la réalité sans
l’aide du mental, est la seule à pouvoir dissiper
l’illusion. Elle est de la nature du plan bouddhique ou
christique qui se déverse dans le mental supérieur. Le
sens de synthèse qu’est le mental doit fonctionner
comme un simple outil ; forcément encombré – car il
saisit, traduit, observe en permanence et dans tous les
sens –, il dispose d’énergie, mais la dilue
constamment, ce qui le rend inefficace. Sa puissance
même doit donc être synthétisée.
Les objectifs à atteindre par l’intuition sont donc :
o la rareté, parmi les idées sans cesse brassées
par le mental ;
o la concentration ;
51
o la dispersion des illusions.
L’attitude "d’unité isolée" peut lui rendre sa
sérénité*.
L’intuition dispense la révélation progressive des
voies de Dieu, Sa transcendance, Son immanence et
leurs causes sous-jacentes : elle éveille l’être véritable
en l’ouvrant à la perception spirituelle. Il peut dès lors
expérimenter le royaume divin dans les mondes
manifestés et savoir comment lui- même et toute
l’humanité peuvent coopérer au Dessein divin et
accélérer sa réalisation.
Par l’intuition, les lois de la vie spirituelle – qui
gouvernent Dieu Lui-même, conditionnent Shamballa
et guident la Hiérarchie – lui apparaissent dès qu’il se
montre capable de les intégrer et de les appliquer.
L’intuition agit dans tout esprit clair et
analytique, mais ne concerne que les perceptions de la
triade spirituelle et les idées : elle est au "monde de la
signification" ce que le mental est aux trois mondes de
l’expérience.
Peuvent recevoir la révélation grâce à l’intuition :
 ceux qui ont contacté le Plan divin et se sont
consacrés au service de l’humanité ;
ceux qui sont en contact avec le Plan à des
moments d’intuition supérieure, et voient
clairement le travail à faire pour la conduire
des ténèbres à la lumière ;
 ceux qui sont de véritables prêtres par vocation
_______
* Cette agitation peut être comparée à celle d’une tornade mais,
dans l’œil du cyclone, tout est calme : seules perdurent dans le
mental la sérénité, la paix, la bienveillance, la tempérance,
l’impassibilité et l’innocuité.
** Ne pas faire à autrui ce qu’on ne voudrait pas qu’autrui nous
fasse est une démarche de l’âme. Pour passer de l’influence du
Fils-Âme à celle du Père-Esprit, il suffit de faire à autrui ce qu’on
aimerait qu’autrui nous fasse. L’énergie des justes relations est
puisée dans le plan christique ou corps astral de l’Homme céleste,
dont la nature fondamentale est amour, alors que la volonté de
Bien de l’ensemble fait appel au plan atmique. Mais l’initié lâché
dans le monde se sait dans les mains du Père, travaille pour lui, et
se laisse conduire là où son travail est nécessaire.
52
spirituelle ;
 ceux qui sont des mystiques ou des occultistes
pratiques, dont la vie disciplinée, l’aspiration
ardente et l’intellect entraîné peuvent évoquer
l’intuition et prendre contact avec la véritable
source de sagesse divine.
Si les cinq sens procurent la connaissance du plan
physique, la sensibilité psychique procure la
connaissance du plan astral et le mental la perception
intellectuelle ; tous trois sont des aspects de la lumière
de connaissance de l’âme, qui donne une forme aux
trois corps où elle a choisi de s’emprisonner.
Sur une volute supérieure de la spirale, l’intuition
exprime la triade spirituelle, la relie avec les niveaux
supérieurs de la manifestation divine et résulte de la
vie de la monade qui révèle progressivement le
Dessein divin. La personnalité est une déformation de
cette expression supérieure, mais permet aussi à
l’initié de s’entraîner à la perception intuitive.
L’intuition est encore une reconnaissance
intérieure expérimentale de sa propre identification au
Mental universel et au fait de se reconnaître comme
une partie de la Vié éternelle. Elle possède un pouvoir
supérieur à celui du mental : celui de la raison pure.
Seul un initié peut exercer la véritable intuition,
aussi facilement que l’être intelligent exerce le
principe mental ; dans certains cas extrêmes, elle peut
fonctionner beaucoup plus tôt.
En harmonie avec le troisième aspect qui produit
les modèles de formes et les symboles, elle ouvre à la
compréhension synthétique de l’universalité, qui fait
disparaître – même momentanément – le séparatisme.
À son point le plus élevé, elle est liée à l’Amour total
qui identifie avec tous les êtres et crée un contact avec
le corps de lumière de toutes les formes qu’elle révèle.
Brisant le mirage et l’illusion, en particulier dans
le groupe, elle clarifie parallèlement le mental du
monde, dissipe, rejette et élimine l’illusion par le
détachement envers ce qui est irréel : elle relie à la
53
réalité cachée dans les formes, avant l’identification
avec elle.
Dissipant donc l’illusion à partir de l’âme, elle
incorpore trois qualités.
• L’illumination.
Celle-ci n’est pas la "lumière dans la tête"
phénoménale, mais celle qui éclaire le chemin et le
mental, y compris l’intellect, qu’elle maintient dans la
lumière.
Pour y parvenir, les aspirants doivent cultiver le
mental en tant que réflecteur de la lumière de l’âme au
milieu des angoisses et de la tromperie de l’illusion ;
se retirant calmement dans le mental, ils y
maintiennent les pensées et les désirs à l’abri du
monde d’action de la personnalité, et en centrant leur
conscience dans l’âme. Leur patience sera
récompensée par l’illumination intérieure qui, une fois
reconnue est celle du monde et des Âges, de plus en
plus resplendissante jusqu’à leur extinction.
• La compréhension.
Toujours spontanée, elle est purement intuitive,
hors de tout raisonnement.
Elle implique la faculté de ne plus s’identifier à la
forme, ce qui est aisé pour ceux du Rayon I – qui
doivent éviter le sentiment d’isolement ou de
supériorité qui ne les identifie pas aux autres – ; elle
implique l’amour de tous les êtres dans le détachement
– qui peut ici être égoïste et dépourvu d’amour –, le
contact avec la vie en tant que personnalité intégrée, la
réaction de l’âme aux desseins du groupe, et
l’unification de l’âme et de la personnalité.
• L’amour.
L’affection et une nature aimante se manifestent
au fur et à mesure que l’intuition se développe. Mais
l’amour vrai est une connaissance inclusive de la vie
et des besoins de tous, qui supprime les barrières et le
séparatisme : celui qui aime sait s’identifier avec
l’autre.
54
La maîtrise mentale et la méditation
Toute méditation devient spirituelle lorsqu’elle
est profonde, même sans être alignée avec les plans
supérieurs : elle est alors connectée avec l’âme. Le
temps passé en méditation conduit à l’état de samadhi
ou méditation permanente, qui offre le double regard
montrant en même temps la vie de la Terre et celle du
Ciel.
À partir de là, chacun devient une fontaine
d’énergie par laquelle peuvent s’exprimer les
Hiérarchies planétaire, solaire et cosmique, alignement
qui participe à la dissipation du brouillard créé par
l’illusion, le mirage et la maya.
L’éveil de l’intuition et l’étude des symboles
La plus puissante méthode d’éveil de l’intuition est
l’étude des symboles ou formes visibles des réalités
subjectives, la "lecture spirituelle" de Patanjali.
 Elle guide la vie intérieure.
 Elle développe la découverte de la réalité audelà des apparences.
 Elle favorise l’intégration entre l’âme, le
mental et le cerveau, dont elle active les
cellules encore endormies.
 Elle éveille le centre frontal chez l’aspirant et
fait vibrer le centre coronal.
 Elle favorise le travail intelligent pour le Plan
et l’efficacité dans l’aide apportée à autrui.
Le symbole s’étudie en cinq stades qui activent le
cerveau, le mental, et précèdent toujours l’authentique
révélation.
1. Exotérique, par l’observation de sa forme avec
la mémoire et les connaissances du cerveau, de
ses lignes, de ses couleurs, de ses nombres, de
sa disposition géométrique, etc.
2. Émotionnel, en ressentant ses qualités avec la
réponse sensible du corps astral – ce qui n’a
rien de commun avec l’intuition.
55
3. Conceptuel, s’il comporte une intention
supérieure, un enseignement ou un sens
spirituel, en l’élevant sur le plan mental
concentré.
4. Synthétique en ce qui concerne son intention et
son dessein.
5. Ésotérique, selon la réaction vibratoire d’un
centre, du corps astral ou du corps mental,
relative à sa qualité et à la réalité fondamentale
qu’il cache.
Après avoir été abordé et compris, le symbole doit
être synthétisé en une idée : l’investigation et
l’inclusion de ce qu’il recouvre et sa perception
intuitive aboutissent à sa magnétisation et à
l’expression de son idée sur le plan physique. Chacun
peut le percevoir d’une manière différente, mais un
manque d’intérêt pour lui présuppose une indifférence
pour le sens des formes de la vie même.
Le groupe et son intuition pour dissiper l’illusion
mondiale
La dissipation de l’illusion réside dans
l’entraînement d’intuitifs au mental bien développé.
Les deux plus grands Révélateurs de l’humanité –
le Bouddha et le Christ – lui offrirent des révélations
simples mais puissantes.
 Les causes des souffrances humaines sont le
désir et l’égoïsme ; renoncer au désir rend
libre.
 Il existe une voie de libération qui conduit à
l’illumination.
 Posséder le monde entier ne sert à rien si
l’homme doit perdre son âme.
 Chacun est un fils de Dieu.
 Les voies de l’amour et du sacrifice sont
libératrices.
Une grande partie de ces révélations fut transmise
par les religions, mais la révélation fondamentale fut
perdue. Depuis deux mille ans, le mental de l’homme
56
s’est cependant développé et il répond mieux à la
vérité.
Actuellement, un groupe à tendance intuitive – pas
encore de vrais intuitifs – attend la révélation
constructive du Nouvel Âge, avec une si grande
intensité qu’il focalise l’intention de toute l’humanité.
La révélation sera mieux protégée par la
compréhension car « chaque œil la verra ». Dans le
passé, elle n’atteignit qu’un petit groupe, et il lui
fallait des siècles pour transmettre son message.
57
La technique de la Fusion, but de l’évolution
Elle concerne la constante maîtrise de la
personnalité par l’âme pendant l’initiation, qui met fin
à l’évolution terrestre de l’humanité.
• Le disciple.
Un important point de crise est affronté par le
disciple lorsqu’il résout l’ultime opposition entre le
Gardien et l’Ange. Après la victoire de celui-ci, il peut
prendre des initiations majeures.
Pendant ses nombreuses existences, il était resté
sur le seuil – lui-même le Gardien – avant de
percevoir l’énergie et l’existence spirituelle de l’Ange.
Entre eux, il a dû traverser un "terrain brûlant" avec
une forte volonté et en soumettant sa personnalité* au
feu de la purification finale : bien développée, elle est
devenue un instrument utile pour l’âme.
Cet instrument digne de confiance doit ensuite
mystiquement être sacrifié, ce qui lui semble d’abord
difficile mais, une fois qu’il a traversé à trois reprises
le "terrain brûlant", tous les empêchements sont
détruits : la volonté spirituelle s’exprime dans le
rapport entre l’Ange et le Gardien avant la domination
de la Volonté divine. Ces deux aspects de la volonté
ne peuvent se rencontrer que lorsque l’illusion, le
mirage et la maya ont perdu leur pouvoir.
Juste à mi-chemin du "terrain brûlant" se situe
donc la soumission de l’inférieur au supérieur, qui
vont ensemble l’un vers l’autre : la petite lumière de la
personnalité – qui continue d’exister – est absorbée et
enveloppée par la plus grande lumière de l’aura
rayonnante de l’Ange**.
_______
* Ses faiblesses peuvent à tout moment provoquer des crises,
alors que ses forces peuvent devenir des points de tension.
** Cela est symboliquement dépeint par l’Assomption de la
Vierge, dont la constellation se perd dans le rayonnement du
soleil. La Vierge représente la forme matérielle, la personnalité et
le Gardien du Seuil ; le Soleil représente la nature spirituelle,
l’âme et l’Ange de la présence ; la Terre représente l’aspirant et
le disciple.
58
Jean-Baptiste s’y référait en disant : « Il faut qu’il
croisse et que je diminue », en tant que disciple avant
la deuxième initiation. Cette croissance et ce déclin
occultes sont décrits dans les phases de la lune et dans
le signe des Gémeaux, où la lumière de CastorPersonnalité diminue lentement alors que celle de
Pollux-Âme s’intensifie de plus en plus.
La destinée et le service du disciple s’orientent
alors vers la réalisation de groupe, le travail de groupe,
le service de groupe et finalement l’initiation de
groupe.
• Le Maître.
Il a maîtrisé toutes les techniques, toutes les
méthodes possibles de domination et de fusion, les
trois et des cinq mondes de l’évolution humaine et
surhumaine. Il possède pleinement l’omniprésence et
l’omniscience, conscient de la Vie unique qui anime
toute la manifestation.
Après la cinquième initiation, Il atteint un champ
de perceptions encore plus élevé, qui Le rendent
omnipotent et lui permettent d’exprimer la Volonté de
la monade.
Libéré, le Maître commence une double activité :
o en tant que membre de la Hiérarchie qui
coopère au Plan et s’occupe de sauver
l’humanité ;
o en tant que disciple de Sanat Kumara qui Le
prépare à la Voie de l’Évolution Supérieure.
59
Résumé des quatre aspects du mirage
Le Gardien du Seuil
•
•
L’opposé du Gardien du Seuil sur le plan
physique est :
o l’Ange de la Présence.
Les techniques utilisées pour le vaincre sont :
o la fin de la dualité et l’union ;
o l’intégration de la personnalité ;
o la technique de la Présence ou ligne du
Fils-Âme ;
o la révélation.
La maya
•
•
Les opposés de la maya sur le plan éthérique
sont :
o la mise en valeur de la réalité ;
o l’inspiration ;
o la volonté de devenir une fontaine de vie ;
o la concentration ;
o la distribution de la force ;
Les techniques utilisées pour dévitaliser la
maya sont :
o une bonne coordination physique ;
o une juste orientation astrale ;
o une saine direction mentale ;
o l’alignement de la personnalité avec l’âme.
Le mirage
•
L’opposé du mirage sur le plan astral est :
o l’illumination du mental par l’âme, qui
permet de percevoir la vérité, sur la ligne
de la Mère-matière.
• Les techniques utilisées pour dissiper le mirage
sont :
o la dissipation du désir ;
60
o la méditation, silencieuse pour ne pas nourrir
les formes-pensées ;
o la vision juste ou lucidité ;
o le travail de groupe ;
o le maintien du mental dans la lumière de
l’âme.
o l’initiation ;
o l’observance des six Règles du Sentier.
L’illusion
•
•
Les opposés de l’illusion sur le plan mental
sont :
o les révélations de l’intuition et l’étude des
symboles, ou ligne du Père-Esprit ;
o la perception spirituelle de l’âme, puis de
la monade ;
o la clarté, l’analyse.
Les techniques utilisées pour disperser
l’illusion sont :
o la conscience centrée sur le plan mental ;
o la maîtrise mentale ;
o le service ;
o l’alignement avec l’âme ;
o la concentration ;
o la contemplation par l’âme ;
o la méditation qui permet l’action de l’âme.
61
Tableau résumant les quatre aspects du mirage.
Plan
Gardien du
Seuil
Physique.
Conscience
du cerveau.
Maya
Mirage
Illusion
Éthérique.
Astral.
Mental.
Opposé
Ange de la
Présence.
Inspiration.
Illuminatio
n, lucidité,
vision.
Intuition,
perception
spirituelle.
Objectif
Discerneme
nt.
Personnalité
intégrée.
Dévitalisatio
n.
Sentier de
probation et
de
purification.
Dissipation
.
Sentier du
discipulat.
Dispersion.
Union, fin
de la dualité.
Occultisme,
maniement
de la force.
Méditation,
mental
fermement
maintenu
dans la
lumière.
Contemplati
on par l’âme.
Champ
de
bataille
Techniqu
e
62
Sentier de
l’initiation,
monde des
idées.
Table des matières
Les quatre aspects du mirage, l’aveuglement de
l’humanité et les voiles des révélations
Page 1
Le travail de dépollution de l’humanité
Page 7
Le Gardien du Seuil ou mirage sur le plan
physique et le postulant
L’Ange de la Présence s’opposant au
Gardien du Seuil
La technique de la Présence ou ligne du
Fils-Âme
La maya ou mirage sur le plan éthérique et
l’aspirant sur le Sentier de probation
La technique de la Lumière ou ligne de la
Mère-Substance
L’inspiration s’opposant à la maya et la
dévitalisant
La technique de la "divine Indifférence" ou
ligne du Père-Esprit
L’illusion sur le plan astral ou mirage, et le
Sentier du discipulat
Les causes du mirage mondial
Le mirage et les Rayons
La nécessité du travail de groupe pour
dissiper le mirage
L’illumination, opposé et remède du
mirage
L’illusion ou mirage sur le plan mental
et le Sentier de l’initiation
Les sept types de manifestation de
l’illusion
L’inertie qui freine la maîtrise
L’intuition ou perception spirituelle, ligne
du Père-Esprit s’opposant à l’illusion
La maîtrise mentale et la méditation
L’éveil de l’intuition et l’étude des
symboles
Le groupe et son intuition pour dissiper
l’illusion mondiale
Page 9
Page 10
Page 12
Page 16
Page 18
Page 23
Page 23
Page 30
Page 32
Page 39
Page 43
Page 44
Page 46
Page 48
Page 50
Page 51
Page 55
Page 55
Page 56
La technique de la Fusion, but de l’évolution
Page 58
Résumé des quatre aspects du mirage
Page 60
63