Caclul de Marée et Courants - Memovoile

Commentaires

Transcription

Caclul de Marée et Courants - Memovoile
Calcul de Marée et Courants
Ne pas faire une confiance absolue aux cartes,
en particulier sur les sondes anciennes et les bancs de sable !
Corrections géographiques avec des coefficients différents de 95 et 45
Toutes les données (hauteurs, heures, corrections géographiques, ... ) sont fournies pour les
coef95 et coef45.
Pour les autres coefficients, linéariser les données (heures et hauteur) ou utiliser l’abaque
donner dans les atlas des courants.
NOTE : En pratique en prenant les corrections de vives-eaux pour les coefficients supérieur à
70, et les corrections de mortes-eaux pour les coefficients inférieur à 70, les résultats sont
satisfaisant sur les côtes françaises..
ATTENTION ! Au niveau des Iles anglo-normandes et de l’Angleterre les différences
peuvent être notable !
Corrections météorologiques
-
-
Par hPa de différence avec 1013 hPa, corriger d’un cm la hauteur de l’eau (Anticyclone
donne moins de hauteur d’eau).
Le vent pousse l’eau : il avance/retarde la marée et l’amplifie/la diminue (60cm de plus
aux anglos après 3 jours d’W).
Prendre en compte la mi-hauteur de la houle.
Imprécisions des sondes
L’espace entre les relevés de sondes = le nombre de mètres représentés par un cm. sur la carte
à l’échelle du relevé de sonde.
Exemple : une relevé de sonde à 1 :50.000 donne 500 mètres entre chaques relevés (sic) !
Les blancs sur la carte signifient absence d’information et non absence de dangers !
Par fonds < 20m, l’erreur sur la profondeur <0.2m, mais l’erreur sur la marée sur les levées
anciens ± 0.5m et peut atteindre 1m. A partir de 1970 (GPS), les incertitudes sont de 10m.
Avant 1970 les incertitudes sont proches des terres : 10–30 m. / En vue des terres : 100 m. /
Hors de vue des terres : 300 m.
Confiance « d’absence de danger » entre deux relevés de sonde en fonction du type de
relevé :
- - - : Sondage au plomb : mesure ponctuel du fond juste au niveau du point de relevé.
± : Sondeur acoustique : mesure une surface égale à la moitié de la profondeur au niveau de
chaque point de relevé.
+ : Dragage hydrographique : assure un minimum entre deux sondes, un plafond.
+++ : Sondeur latéral ou sonal : mesure complète du fond entre deux sondes.
+++ : Sondeur multi-faisceaux : mesure complète du fond avec un seul navire (surface
supérieure au double de la profondeur).
ATTENTION : Etalonner le sondeur avec la sonde à main avant chaque navigation !
Dès que la gîte >½ de l’angle du faisceau, le sondeur n’est plus fiable (~>20°, les données
doivent être prises avec précaution) !
Le calcul de marée en pratique, sans les courbes de ports
La marée suit approximativement une courbe sinusoïdale*, approximation en 6 segments
avec la règle des douzièmes :
1ère heure 1/12 du marnage, 2ème heure 2/12 du marnage, 3ème heure 3/12 du marnage, … 3/12, 2/12,
1
/12.
ASTUCE : Aplatir la courbe en étalant l’axe des heures selon la règle des douzièmes. Tracer
la droite joignant la PM et la BM.
* : la vitesse de propagation de l’onde de marée diminue avec la profondeur.
La crête de l’onde de marée (PM) se propage plus vite que le creux (BM), d’autant plus que la
profondeur est faible (mascaret).
La montante est souvent plus rapide que la descendante. L’étale de pleine mer est souvent plus
longue que l’étale de basse mer.
NOTE : la bande noire de lichen sur les rocher peut servir d’étalon de mesure. Niveau moyen du
marnage du coin (coef75).
Vincent HERAULT
NAVIGATION
Les courants
Les courants sont donnés heure par heure sur les cartouches des cartes et sur les atlas des
courants pour les coef 95 et 45. Pour les coefficients différents de 95 et 45, opérer comme
pour les corrections d’heures et hauteurs d’eau.
ATTENTION : Les courants pour PM +1h, +2h ……. PM –1h, PM –2h, ….
sont des heures rondes et non des heures marées !
Le courant donnée pour une heure précise et en fait valide pour 30 minutes avant et 30 minutes
après l’heure précisée.
Pour l’estime, il est préférable de calculer sa position à la fin de la validation de chaque
tranche horaire (sinon pondérer en fonction du temps passé dans chaque tranche).
Exemple, pour une pleine mer à 15h12, il vaut mieux estimer sa position à 15h12 + 30’, 15h12 + 1h30, 15h12 +
2h30,
… soit 15h42, 16h42,17h42, … en prenant respectivement les courants données pour PM, PM+1h, PM+2h, …
Seul le calcul pour la toute première tranche devra être effectué (à moins d’être parti pile à 14h42).
MEMO VOILE - http://memovoile.free.fr

Documents pareils