Airbus ouvre une usine en Tunisie et réduit ses

Commentaires

Transcription

Airbus ouvre une usine en Tunisie et réduit ses
w w w . i n v es t i n t u n i s i a. t n
Airbus ouvre une usine en Tunisie et réduit ses coûts
Le constructeur aéronautique Airbus va construire une usine de composants en Tunisie dans le cadre du nouveau
plan d'économie d'un milliard d'euros au sein de sa maison mère EADS, pour faire face à la faiblesse du dollar,
a annoncé son président Louis Gallois.
Le plan, qui comprend 650 millions d'euros d'économie chez l'avionneur européen, a été présenté aux syndicats
lors d'un comité d'entreprise d'Airbus et ne comprend pas de nouvelles suppressions d'emplois.
"Ce programme n'a pas de volet emplois", précise Louis Gallois dans un entretien au quotidien Le Monde.
"Airbus embauche dans la production pour répondre à la demande d'activités".
Dans un communiqué, Airbus précise que sur les 650 millions d'économies, 350 millions proviendront d'une
extension des mesures du précédent plan Power 8 de 2010 à 2012 et 300 millions de l'internationalisation de la
production.
Le nouveau plan, baptisé Power8+, complète le précédent plan de restructuration Power8 qui visait 2,1 milliards
d'économies entre 2007 et 2010 uniquement au sein d'Airbus et comprenait 10.000 suppressions d'emplois.
"Airbus va reprendre le projet de Latécoère consistant à s'implanter en Tunisie pour fabriquer des pièces classiques
et investir en France dans les productions les plus sophistiquées, notamment les composites. Nous ferons de même
en Allemagne et en Espagne", ajoute Louis Gallois.
La construction d'une usine en Tunisie serait la première implantation d'Airbus hors de la zone euro et vise
uniquement à réduire ses coûts.
Les projets d'usines d'assemblage en Chine en 2009 et aux États-unis dans l’Alabama permettraient aussi de
réduire les coûts mais seraient avant tout des implantations stratégiques sur ces marchés lucratifs.
Airbus en Tunisie : "une opportunité" pour Luc Chatel
Le secrétaire d'Etat français à l'Industrie, Luc Chatel, estime que ‘la décision prise par EADS d'implanter une
usine en Tunisie est "plutôt une opportunité qu'une menace".
Nouvelobs.com
FIPA News
Septembre 2008
1
w w w . i n v es t i n t u n i s i a. t n
L’objectif du Gitas est d’atteindre les 30 membres
au courant du premier semestre de 2009.
Un nouveau projet aéronautique à
Tabarka.
Un groupe américano-koweïtien devrait prochainement
s’installer à Tabarka (Ville touristique à l’extrême Nord de
la Tunisie), pour travailler dans le secteur de la
maintenance aéronautique.
Selon la même source, ce groupe compte faire un
investissement d’une valeur de 1 milliard DT, pour la
construction d’une importante unité de maintenance des
gros avions, dans l’environnement immédiat de l’aéroport
international de Tabarka.
Cet investissement pour lequel le groupe étranger a déjà fait
les déclarations nécessaires depuis mars 2008, se fera en
plusieurs phases dont la première nécessitera 120 millions de
DT d’investissement.
Un sous-traitant aéronautique
français s’installe.
Dans une information rapportée par le magasine
économique français Usine Nouvelle, la société Mecahers,
sous-traitant aéronautique spécialisé dans la mécanique de
précision implantée en Haute-Garonne française, vient de se
doter d'un nouveau site de production en Tunisie.
Le magasine indique qu’une nouvelle société vient d'être
constituée pour porter ce projet, la TMIS (Team
Manufacturing Industry and Service) et qui est détenue à
80 % par Mecahers et à 20 % par Sotip, une autre PMI
haute-garonnaise.
TMIS sera dédiée à l'assemblage de meubles
électriques et sous-ensembles d'aérostructures. La nouvelle
société démarre ses activités au Sud de Tunis, dans un
premier atelier de 1600 m2, avec un effectif de 15 personnes.
« L'objectif est de porter ce site à environ 300 personnes
d'ici à 2012 », précise Patrick Razat, PDG de
Mecahers.
Tunisie :
L’industrie aéronautique fait Cartel en
attendant Airbus.
Le mois de septembre dernier a connu certes
l’annonce d’Airbus de sa décision de s’installer en Tunisie,
mais il a aussi été le mois pendant lequel le nombre des
membres du Gitas (Groupement des Industries Tunisiennes
des aéronautiques et spatiales) est passé à 18 membres après
n’être que de 7 membres au mois de septembre 2007.
Le Gitas est un groupement qui compte parmi
d’autres des sociétés du secteur aéronautique et
spatial implantés en Tunisie, parmi lesquelles on
trouve de grands groupes tels que Latécoère,
Zodiac et Sogema. Parmi les objectifs du Gitas,
favoriser les échanges, les collaborations et les
synergies du secteur aéronautique et spatial
implanté en Tunisie afin de favoriser le
déve lop pe ment d ’ u ne «supp ly cha i n»
aéronautique tunisienne.
Les sociétés membres de ce groupement installées
sont actives dans différents domaines, tels que le
câblage aéronautique, la tôlerie, la mécanique de
précision, la fonderie et le traitement de surfaces,
les cartes et les sous ensembles électroniques ainsi
que la plasturgie, la maintenance d’aéronefs et les
bureaux d’études dans le domaine.
Le groupe allemand Draxlmaier
bientôt opérationnel à Siliana
La nouvelle unité industrielle du groupe allemand
''Draxlmaier'', implantée dans le gouvernorat de
Siliana (Nord-Ouest de la Tunisie), entrera en
production dans quelques semaines. Tous les
équipements et les matériaux nécessaires ont été
acheminés pour être installés dans les nouveaux
locaux du groupe.
Spécialisé dans les composants automobiles et la
production de câbles électriques destinés totalement
à l’exportation, cette unité, aménagée sur une
superficie de 25 000 m2 couverts, moyennant un
investissement de l’ordre de 20 millions de dinars,
emploiera dans une première étape 1650 personnes
(cadres et ouvriers).
Lors de sa visite en Tunisie en septembre 2006,
Fritz Draxlmaier, président-directeur général du
groupe allemand, avait exprimé la volonté de
Draxlmaier de renforcer ses activités en Tunisie
dans le cadre d’extensions. Le responsable allemand
a même exprimé l’intention d’aménager tout un
complexe industriel dans la région de Siliana,
encouragé dans son œuvre, par le climat des
affaires incitatif qui caractérise la Tunisie et par la
compétence de la main d’œuvre tunisienne.
Lire la suite à la page 3
FIPA News
Septembre 2008
2
w w w . i n v es t i n t u n i s i a. t n
C’est en 2007 que le groupe a acquis un lot de
terrain à Siliana d’une superficie totale de 14 ha
et a entamé la même année les travaux de
construction de son unité industrielle.
Ce projet connaîtra des extensions en 2009 et en
2010 et sera doté d’une surface couverte de
43.000 m3, ce qui porte le coût total du projet
« Draxlmaier » à Siliana à 60 millions de dinars
et permettra d’employer au total 4.600
personnes.
Benetton entrera en production à
Gafsa prochainement
Une nouvelle unité industrielle de textile
relevant du Groupe italien « Benetton », le plus
grand fabricant de vêtements d’Europe, entrera
en activité à partir du mois d’octobre moyennant
des investissements de l’ordre de 280 mille
dinars.
Cette unité, dont la production est totalement
destinée à l’exportation, va générer 100 emplois.
Dans une seconde étape, trois autres unités,
d’une capacité d’emploi de 340 personnes, seront
implantées à Metlaoui ainsi que dans la zone
industrielle de Laguila (Gafsa Sud) et à Borj
Lakarma (Mdhila).
Des investissements de plus de 800 mille dinars
seront fournis pour la réalisation de ces unités
qui entreront en phase de production vers le mois
de novembre et décembre 2008.
Basé à Sahline (gouvernorat de Monastir) dans le
Centre Est, depuis 1994, le groupe de textile
italien Benetton compte consolider sa présence
en Tunisie en créant au total 20 unités de
confection d’ici la fin 2009 employant près de 3
000 ouvriers.
Il a déjà installé, en 2006, une nouvelle
plate-forme industrielle à Kasserine (Centre de la
Tunisie).
Le groupe italien de chaussures de
sécurité « Cofra » s’implante en Tunisie
Cofra, fabricant italien de chaussures de sécurité, va
aménager une unité industrielle dans la ville de Tabarka
(gouvernorat de Jendouba) sur un terrain de 3,5 ha.
Le montant des investissements de ce projet, dont les
travaux d’aménagement vont démarrer fin 2008, est estimé à
20 millions de dinars. Il va créer dans une
première étape près de 2000 emplois.
D’ores et déjà, une délégation du groupe
Cofra, a
récemment visité les lieux où sera implantée l’usine. Les
responsables du projet prévoient dans une deuxième étape de
créer une seconde unité spécialisée dans la
fabrication de vêtements de protection en travail, ce qui va
permettre d’embaucher près de 3000 personnes.
Délocalisation de Continental :
La Tunisie dame le pion à la Bulgarie et à la
Tchéquie
Après un benchmarking avec la République Tchèque et la
Bulgarie, la Direction de Continental vient d’arrêter son
choix sur la Tunisie, rapporte la presse économique
tunisienne citant le site web de ‘’l’Usine Nouvelle’’.
D’ailleurs, la Tunisie partait favorite par rapport aux deux
pays, car c’était la solution espérée par les salariés, et ce
d’autant plus le site Tunisie permet de «ne supprimer que 382
emplois» sur les 780 que compte l'établissement, contre 560
suppressions envisagées dans les deux autres scénarios.
L'intégralité de la production d'autoradios sera donc
délocalisée dans le courant du deuxième trimestre 2009,
indique le site web de ‘’l’Usine Nouvelle’’.
Un leader mondial développe ses activités
en Tunisie
Lectra, leader mondial des solutions technologiques
intégrées pour les industries utilisatrices de matériaux
souples, a annoncé récemment dans un communiqué, la
nomination de Jean Patrice Gros au poste de Directeur de
Lectra Tunisie. J.P Gros aura pour principale mission de
développer la présence de Lectra en Tunisie dans les secteurs
de la mode et de l’automobile, ainsi que sur les marchés en
expansion des tissus industriels, de l’aéronautique et du
nautisme.
Lire la suite à la page 4
FIPA News
Septembre 2008
3
w w w . i n v es t i n t u n i s i a. t n
« La Tunisie dispose d’atouts non négligeables pour accroître
son développement économique notamment dans le domaine du
textile. En premier lieu, ce pays est doté d’une main d’œuvre
qualifiée avec une forte capacité d’adaptation. Par ailleurs, les
industriels tunisiens tendent de plus en plus à
renforcer la qualité de leur création, de leur production et de leur
logistique », précise Jean Patrice Gros.
«La Tunisie connaît en effet de profondes mutations et de
très nombreuses entreprises passent actuellement d’un statut
de sous-traitance, à la cotraitance puis la création. Au-delà
du marché européen, la Tunisie représente un levier de
développement prometteur pour les pays adhérents au
projet d'Union pour la Méditerranée.
Lectra Tunisie a également à coeur de développer ses
partenariats avec les écoles et universités tunisiennes et
d’aider les étudiants et les jeunes designers en leur donnant
accès aux solutions technologiques innovantes qu’ils auront
à utiliser au cours de leur vie professionnelle » ajoute le
communiqué de Lectra qui dispose déjà de 2 bureaux
implantés à Tunis et à Ksar Helal (gouvernorat de Monastir)
et compte aujourd’hui près de 400 clients.
Lectra est numéro un mondial des solutions technologiques
intégrées pour automatiser, rationaliser et accélérer les
processus de conception, de développement et de fabrication
des produits des industries utilisatrices de matériaux
souples. Lectra développe les logiciels et les systèmes de
découpe automatique les plus avancés et propose des
services associés, spécifiques à un ensemble de grands
marchés dont la mode (habillement, accessoires,
chaussure), l’automobile (sièges et intérieurs
automobiles, airbags), l’aéronautique, l’industrie nautique et
l’ameublement. Avec un effectif de 1550 personnes, Lectra
accompagne 20 000 clients dans plus de 100 pays et a réalisé
un chiffre d’affaires de 217 millions d’euros en 2007.
Nouvelle unité tuniso-sud-coréenne de
fabrication de la soie
Une unité tuniso-sud-coréenne de fabrication de la soie est
entrée en service, il y a un mois, dans la région de Hwamdia
à Tabarka (gouvernorat de Jendouba au Nord ouest de la
Tunisie). Le coût de ce projet est estimé à 1,44 millions de
dinars, dont 522 mille dinars fournis par la Tunisie et 918
mille dinars alloués par l'Agence sud-coréenne de
coopération internationale.
Le projet prévoit, dans une première phase, la plantation de
mûriers sur une superficie de 20 hectares au profit de 20
sériciculteurs, tandis que des pépinières ont été aménagées
pour intensifier la culture des plants.
FIPA News
Jusqu'ici, une dizaine de diplômés du supérieur
dans la région ont bénéficié de parcelles agricoles
irriguées et d'une formation pratique dans la
plantation de mûriers avec le co-encadrement du
Commissariat régional au développement agricole
et d'experts coréens. Résultat: quelques 10 000
mûriers ont été plantés.
Un nouveau briquetier de stature
internationale s’implanterait en
Tunisie
Le briquetier Koramic vient d’annoncer son
intention de créer des sites de production en
Afrique du Nord avec pour première étape
certainement la Tunisie, selon lemoniteur.com.
En effet, Koramic, fabricant de tuiles et briques
en terre cuite, fait partie depuis janvier 2004 du
groupe autrichien Wienerberger qui n’est autre
que le numéro Un mondial de brique en terre cuite
et deuxième tuilier européen, avec des ventes en
2007 qui se sont établies à 2,47 milliards d’euros
dont 55% en Europe de l’Ouest, 34% en Europe
de l’Est et 13% en Amérique du Nord.
Le groupe Wienerberger compte près de 260
usines et emploie 13.640 personnes réparties dans
25 pays.
SODIFRANCE s'implante en Tunisie
SODIFRANCE, qui s'est récemment implanté en
Tunisie joue la carte de la délégation de personnes
et internationalise ses recrutements d'ingénieurs
tunisiens.
La SSII française au capital de 5 millions de
d'euros est organisée autour de 11 filiales.
SODIFRANCE réalise des prestations de services
informatiques auprès des grands comptes
notamment dans les secteurs Banque Assurance
Retraite et Administration Défense.
SODIFRANCE est le spécialiste de la
modernisation des patrimoines, l'évolution vers les
nouvelles technologies et les architectures SOA,
grâce à des offres de solutions automatisées
développées par son centre de R&D.
Ses 2 filiales spécialisées, Onext et Mia-Software,
interviennent en nouvelles technologies: Onext
réalise des portails Internet/intranet basés sur des
technologies CMS en Open Source.
Septembre 2008
Lire la suite à la page 5
4
w w w . i n v es t i n t u n i s i a. t n
Mia-Software, quant à elle, développe et commercialise
une suite logicielle dédiée à l'optimisation du cycle de vie
des applications.
annuelle fixe par mètre carré, et une autre redevance
variable selon le trafic du port.
L’étude de faisabilité technique de ce projet a été
confiée au bureau d'études hollandais «Royal Has
Koning» associé à un partenaire tunisien,
International Development Consultants (IDC).
Vers la création d’une filiale de
CETIM-France en Tunisie
Au cours d’une visite effectuée, dernièrement en
Tunisie, par une délégation du CETIM-France conduite
par Philipe Choderlos de Laclos, directeur général, le
CETIM-France a formulé le souhait de créer une filiale en
Tunisie, sous forme de structure légère d’ingénierie de
hautes technologies, orientée vers la sous-traitance
locale ciblée et un partenariat technologique durable.
L’objectif de cette filiale est d’assurer des services de
soutien technique à l’industrie et d’offrir le transfert
technologique de l’expérience du CETIM- France vers
d’autres pays de la région (Maghreb, Moyen-Orient et
Afrique), tout en consolidant les actions d’accompagnement du CETIME en Tunisie en matière de Recherche
Développement & Innovation à travers les programmes
européens destinés à la Tunisie.
Aussi, ce rapprochement serait-il de nature à
apporter une valeur ajoutée significative pour
l’attractivité du pays vis-à-vis des IDE, notamment ceux
du secteur automobile et aéronautique.
Port en eaux profondes d’Enfidha :
Démarrage en 2009 des travaux
de réalisation
Huit groupes dont 4 occidentaux (Canada, Italie,
Danemark et Portugal) et deux du Golfe ont manifesté
leur intérêt pour le financement, la réalisation et
l’exploitation, selon la technique de concession, du port
en eaux profondes dans la zone d’Enfidha (Centre Est de
Tunisie).
Le dernier délai pour présenter l’offre financière est fixé
au 25 décembre tandis que l’investisseur
sélectionné sera connu le premier semestre de l’année
prochaine. Le démarrage du projet est prévu avant fin
2009.
L’État tunisien va céder à l’investisseur qui sera
retenu quelque 1.200 hectares extensibles pour la
réalisation du port en plus de 2.000 hectares destinés à
abriter une zone logistique.
FIPA News
En contrepartie, la Tunisie recevra une redevance
La capacité d'accueil annuelle du terminal de
conteneurs s'élève à environ 5 millions de
conteneurs, alors que la capacité de la station
multidisciplinaire est de l'ordre de 4,5 millions de
tonnes.
Ce projet constituera une excellente plateforme pour
le trafic international avec l'activité du transbordement et la desserte du marché tunisien. Pour
l'activité internationale, l'étude donne une capacité
de 1,2 million EVP (équivalent vingt pieds) en 2008
et sera portée en 2020 à 3,9 millions EVP.
Il contribuera à combler un déficit de capacité
portuaire, dès 2009 en Méditerranée centrale, du fait
de sa position dans un carrefour de transport
maritime (entre les bassins occidental et oriental de
la Méditerranée), aérien (avec le futur aéroport
d'Enfidha), routier (avec l'axe autoroutier BizerteSfax), et ferroviaire Tunis-Gabès.
Échange commercial Tunisie- sud
méditerranéen : 1.98 milliards de
dollars
Selon des chiffres officiels, le volume des échanges
commerciaux de la Tunisie avec les pays du sud du
bassin méditerranéen a cru de plus de 50% en 2007.
Le volume global des échanges commerciaux en 2007
a atteint 2.242 milliards de dinars.
Les exportations vers les pays du sud du bassin
méditerranéen ont été de 956.7 millions de dinars
contre 648.2 millions de dinars en 2006 (+ 47,5%).
La Libye, le premier partenaire de la Tunisie, au
niveau maghrébin et arabe, et le cinquième, à
l'échelle mondiale est en tête des partenaires du sud
du bassin méditerranéen suivie par l’Algérie
(38.4%), le Maroc (23,1%) et l’Égypte (11,6%).
Le volume des exportations vers les autres pays du
sud du bassin méditerranéen ne représente que 2,7%
du volume global.
Septembre 2008
5