Il est sept heures moins vingt, Docteur Goffart

Commentaires

Transcription

Il est sept heures moins vingt, Docteur Goffart
290434
Il est sept heures moins vingt, Docteur Goffart
Question de Monsieur le conseiller Luc Parmentier
En 2001, j’avais questionné votre prédécesseur Monsieur l’Echevin Claude Despiegeleer sur
le carillon du beffroi de l’Hôtel de Ville. (question et réponse ci-après).
A la suite de cette question, le carillon avait été remis en état de fonctionnement et, de
nouveau, il rythmait la vie des Carolos de la Ville-haute.
Depuis près de deux ans, celui-ci est devenu aphone et maintenant l’horloge est en rade.
En 2010, l’Echevin Paul Ficheroulle me répondait :
Le dernier entretien date de 2001.
Un nouvel entretien est prévu (contrôle et remise en état). La Division des Bâtiments
a émis un bon de commande à destination de la société Clock O Matic.
Un contrôle et une remise en état sont prévus cette année sur ce bon de commande.
Un entretien annuel fera l’objet d’un marché qui sera préparé dès 2011.
Pourriez-vous me faire connaître la date du prochain entretien à effectuer sur le carillon ainsi
que celle de la remise en état de l’horloge ?
« Carillon du Beffroi de l'Hôtel de Ville - 200125
Question de Parmentier Luc
Le Beffroi de l’Hôtel de Ville de Charleroi a été classé par l’UNESCO comme “Patrimoine
mondial de l’humanité”. Son carillon rythme la vie quotidienne de notre Ville haute,
interprétant des airs folkloriques différents à chaque ¼ d’heure : l’heure ”Pays de
Charleroi”, au quart d’heure, “Skeusè l’feu, Zabèle”, à la demie, “Lolotte”, et à l’heure 3⁄4,
“El quézène au Mambourg”.
Depuis quelques années, le carillon ne sonnait plus que les heures en interprétant chaque
fois un air différent.
Mais, plus grave, depuis les dernières journées du patrimoine, la carillon reste muet !
Pourrait-on me faire connaître les causes de ce dysfonctionnement et le remède éventuel
que l’on compte y apporter ?
Réponse de Despiegeleer Claude
Le carillon du beffroi est en parfait état de fonctionnement mais il n’est pas au goût de tous
les riverains de vivre à son rythme.
En effet, vous devez comprendre que les mélodies les plus agréables peuvent devenir
exaspérantes à force de répétition.
C’est pourquoi la remise en service du carillon est réservée à des manifestations
occasionnelles et sur demande, comme par exemple, lors des journées du patrimoine.
Cette opération se fait par l’intervention de la société “Clock O’Matic” qui assure la
programmation et les réglages adéquats.
Toutefois, pourquoi ne pas reconsidérer la chose et tenter un nouvel essai.
Dès lors, je demande à mes services de solliciter la société “Clock O‘Matic” afin qu’elle
établisse un devis pour le remettre en service »
Réponse de Monsieur l’échevin Eric Goffart
Effectivement, la société Clock O Matic a réalisé en 2010 les prestations de maintenance mais
signalait que de nombreuses bobines de commande (plaquettes électroniques) et marteaux
(pour taper sur les cloches) étaient en panne.
Vu la vétusté, il a été décidé de rédiger un cahier des charges de remplacement de
l'électronique du carillon. Les travaux étaient estimés à 25.000€. A cette époque, l'horloge
fonctionnait.
Le dossier a donc été soumis pour accord et proposition de subsides au Service du patrimoine
de la Direction générale de l'Aménagement du Territoire, du Logement, du Patrimoine et de
l'Energie.
Le dossier a alors évolué vers une proposition de réhabilitation complète du beffroi,
réhabilitation pour laquelle une fiche sanitaire du beffroi a été réalisée par Igretec.
A la mi-mars 2013, la panne de l'horloge a été signalée. Après vérifications, il a été
diagnostiqué que la panne provenait de la même armoire électronique que le carillon.
Il est évident, au vu de la spécificité du matériel et des opérations à effectuer, que la Ville
doive passer un marché public pour la réalisation des travaux de remise en service du carillon
et de l'horloge.
Ce dossier fera donc l'objet d'une proposition budgétaire lors de l'élaboration du prochain
budget communal, en accord avec les Services du Patrimoine.