L`Italie, célèbre botte s`enfonçant dans la Méditerranée, est un des

Commentaires

Transcription

L`Italie, célèbre botte s`enfonçant dans la Méditerranée, est un des
talie
L’Italie, célèbre botte s’enfonçant dans
la Méditerranée, est un des pays les plus
appréciés des touristes. Au 18e siècle, le
voyage en Italie fait partie du Grand Tour
que se doit de faire tout gentleman de la
bonne société britannique. L’Italie est
un foyer d’art et de culture exceptionnel.
Quelque connaissance que vous ayez de
ses splendeurs, sachez que l’Italie est un
trésor que l’on n’a jamais fini de découvrir
et d’admirer. Dans l’imaginaire collectif,
l’Italie évoque la Rome impériale, les
pizzas, le Pape, Roméo et Juliette, le
football et la mafia. En réalité, peu de pays
présentent autant de facettes d’une région
à une autre et d’une ville à une autre.
L’Italie est une contrée où « la dolce vita »
fait partie du quotidien. L’hédoniste qui
sommeille en vous appréciera ses terrasses
ensoleillées et se délectera de sa cuisine et
ses vins raffinés.
B
el l i s si ma It a l ia
La « Botte italienne » s’avance dans la Méditerranée. Elle est, à l’est, séparée de la
péninsule balkanique par l’Adriatique, tandis que les mers Ionienne, Ligurienne
et Thyrrénienne bordent son littoral ouest. Au nord, elle possède des frontières
communes avec la France, la Suisse, l’Autriche et la Slovénie. Outre la Sicile et la
Sardaigne, le territoire national englobe d’autres îles plus petites : Capri, Ischia,
Elbe, les Éoliennes, les Égades ainsi que Pantelleria. Les montagnes occupent
une partie importante de la topographie. Les Alpes s’étendent d’est en ouest,
entre Gênes et Trieste, à travers les régions septentrionales dépourvues de front
maritime. La chaîne des Apennins, l’épine dorsale de l’Italie, s’étire de Gênes à la
Sicile. Au nord-est s’étend la vaste plaine du Pô, fortement peuplée et industrialisée.
Le pays connaît une activité sismique non négligeable avec trois volcans toujours
en activité : le Vésuve, près de Naples, l’Etna en Sicile et le Stromboli dans les
îles Éoliennes. De même, des tremblements de terre secouent périodiquement le
pays, les derniers en 1980 et 1997. L’Italie est divisée en 20 régions. La beauté des
paysages italiens surprend partout le visiteur. L’Italie a une population de près
de 58 millions et une densité moyenne de 189 habitants au km2. Rome, la capitale,
compte 2,7 millions d’habitants. L’Italie possède un climat tempéré, doux et
agréable, protégée des vents froids du nord par la barrière des Alpes et l’influence
modérée de la mer. Par contre, on peut retrouver des écarts de température très
importants à proximité de la mer ou dans les montagnes. L’hiver est très froid dans
les Alpes, froid et brumeux dans la plaine du Pô et dans le centre des Apennins.
Par contre l’hiver est doux et presque chaud sur les côtes italiennes. L’Italie est
agréable en tout temps : les sports d’hiver dans le nord ; les stations balnéaires et
lacustres en été, les villes d’art au printemps et en automne.
C
out u mes
La sieste (il pisolino ou la pennichella à Rome) fait partie des traditions depuis
l’Antiquité. L’été surtout, la ville s’endort après le dîner. Les boutiques ferment, la
circulation ralentit et les travailleurs de la sixième heure (siste vient de desexta
hora) sont l’exception. Une coutume venue du Sud maintenant propagée dans tout
le pays, c’est la « passeggiata ». Entre 18 h et 20 h, les rues fourmillent d’une foule
extraordinaire qui monte et descend la rue en un rite immuable. Sur le corso ou la
piazza, cette traditionnelle promenade du soir était régie autrefois par des règles
strictes : seuls les hommes y figuraient dans leur plus beau costume, les souliers
pointus brillants comme une lire neuve. Puis les femmes sont venues égayer
de leurs toilettes cette sombre foule masculine, mais garçons et filles formaient
encore des groupes distincts où, sous la surveillance attentive de tout le village,
le seul langage permis était celui des yeux. Un regard trop appuyé était presque
un engagement. Aujourd’hui, les modes ont évolué mais la passeggiata demeure.
L’Italie a toujours le goût de la fête. Les festivités religieuses tiennent, bien sûr, la
première place. Chaque localité a son patron et ne manque pas de l’honorer avec
faste ; chaque quartier a son protecteur et chaque église son saint protecteur. Il y
a également les fêtes profanes, comme les carnavals. Les plus célèbres sont ceux
de Venise et de Viareggio, un des plus importants d’Europe. Il faut aussi compter
toutes les manifestations à caractère historique comme le Palio de Sienne, le Calcio
Sorico de Florence ou la Corsa dei Ceri de Gubbio. Ajoutons les nombreux festivals
comme celui du Cinéma international de Venise (la Mostra), ceux d’Art lyrique de
Vérone ou de Spolete et celui de la chanson italienne de San Remo.
A
rt
Véritable « musée vivant », l’Italie possède un éventail de richesses culturelles et
historiques rarement égalé en Europe. Un voyage en Italie est toujours un circuit
artistique. Les trésors sont si nombreux qu’on peut presque le considérer comme
une véritable galerie d’art en plein air. C’est là que l’on trouve plus de la moitié
du patrimoine mondial de l’UNESCO. Chaque époque y a laissé un témoignage
inestimable. Un grand nombre de pièces, petites et grandes, appartenant au passé,
sont conservées dans des centaines de sites archéologiques et dans plus de 3000
musées disséminés sur l’ensemble du territoire, où les touristes, les visiteurs et
les chercheurs peuvent les admirer et les étudier. L’Italie est exceptionnellement
riche en souvenirs de son passé le plus lointain : théâtres et autres édifices de
l’époque grecque et romaine ; villes entières, routes et quartiers autrefois ensevelis
et que des fouilles habiles ont patiemment mis au jour, temples, statues, monnaies,
inscriptions, objets d’usage courant, etc. Les cathédrales romanes et gothiques
édifiées après l’an mille de notre ère, souvent enrichies avec élégance, s’élèvent
encore, imposantes surtout dans les régions du centre et du nord, tandis que
l’ancienne architecture religieuse est un mélange fascinant d’éléments byzantins,
musulmans et normands au sud. On trouve également les témoignages d’une
tradition artistique enracinée et répandue dans chaque région, dans chaque ville
et village d’Italie, parfois sous la forme « primaire » de l’artisanat.
Léonard de Vinci, Michel-Ange, Masaccio, Botticelli, Piero della Francesca,
Mantegna, Donatello, Raphaël, Antonello da Messina, Bramante, le Corrège,
le Tintoret, Giorgione. Tous ces artistes (sculpteurs, peintres, architectes) sont
entrés dans la légende et sont connus dans le monde entier comme étant les plus
grandes expressions du génie artistique de tous les temps. Leurs œuvres attirent
constamment des visiteurs qui restent émerveillés et stupéfaits, des étudiants et
des chercheurs désireux de comprendre et de percer les secrets de cet art sublime.
C’est l’art de la Renaissance, le grand mouvement culturel né en Italie au 15e siècle
qui a profondément influencé l’histoire de la culture et de la civilisation italienne
et européenne. La Renaissance a replacé l’homme, qui était resté en marge par
rapport aux desseins divins durant les siècles difficiles du Moyen-Âge, et le
monde laïc au centre de l’univers. Des philosophes comme Giordano Bruno et
Tommaso Campanella, des savants comme Copernic et Galilée, des chercheurs
comme Machiavel, des poètes comme L’Arioste, des musiciens comme Palestrina
et Monteverdi sont les grands hommes de la Renaissance. Grâce à une vision
« moderne » du monde et de la société partagée et soutenue par une bourgeoisie
riche et entreprenante, ils ont changé radicalement la façon de penser, d’agir et
de créer dominante de l’époque. Pour les arts et l’architecture, la Renaissance
est synonyme de chefs-d’œuvre, de génie inventif et créatif. La grande saison
artistique de la Renaissance a laissé de magnifiques traces partout en Italie,
non seulement dans les grandes villes comme Florence, Rome, Venise, Milan et
Naples, mais également dans beaucoup d’autres centres de nombreuses régions
italiennes. Les tableaux, les statues, les églises, les palais et les fontaines sont une
série ininterrompue et impressionnante de signes à travers lesquels le visiteur
peut reconstruire par la pensée une civilisation qui a vraiment changé le monde.
G
astronomie
La cuisine italienne est une cuisine ensoleillée, donc parfumée, une vraie
farandole de couleurs, d’arômes et de saveurs qui séduit les palais les plus
exigeants, quelle que soit la latitude. PÂTES de formes, de goûts et de couleurs
variées : longues, courtes, fourrées, torsadées, aux œufs, au safran, de blé noir,
au piment, aux épinards, au jus de betterave, à la tomate, aux champignons, et
plus encore. Les fabricants de pâtes artisanales se mettent à colorer leurs produits
(colorants 100% naturels), apportant dans les assiettes un petit plus de gaieté et de
saveurs. Quoi qu’il en soit, spaghetti, cannelloni, tagliatelle, tonnarelli, fettuccine
nous enchantent à longueur d’année, tout comme les lasagne, linguine, gnocchi,
tortellini fourrés de farces diverses. On comprend mieux que « Dom Patillo » ait
succombé au péché de gourmandise. Mais le Bel paese est aussi un pays de vins
et de fromages variés, avec de nombreuses productions traditionnelles d’une
exceptionnelle qualité (truffle blanche du Piémont, parmiggiano reggiano, grana
padano, jambon de Parme et de San Daniele, riz de Vercelli, limoncello, grappa,
etc.). Il ne faut surtout pas oublier l’olio d’olive (l’huile d‘olive), répandue dans
toute la botte, de la Ligurie à la Sicile et qui est la base de la cuisine italienne. Les
Italiens font partie des trois plus importants consommateurs d’huile d’olive dans
le monde avec les Grecs et les Libyens. L’incomparable café italien (cappuccino,
expresso, lungo) et les fameux gelati (glaces) font partie de cet art culinaire. Pour
un non italien, la cuisine italienne a son épicentre quelque part entre la Toscane et
l’Émilie Romagne et se résume à des plats classiques comme la pizza napoletana,
les pâtes à la bolognaise ou un délicieux tiramisù, mais on a vite la tête qui tourne
en se rappelant immédiatement la qualité des produits des terroirs piémontais, de
l’originalité de la cuisine vénitienne, du charme puissant de la cuisine populaire
romaine, de la richesse lombarde, des saveurs méridionales calabraises, siciliennes,
sardes, ainsi que celles de nombreuses autres régions.
Il y a les incontournables de la cuisine italienne, les grands classiques, pourraiton dire : d’abord le minestrone dont on ne se lasse pas, ou le carpaccio frais et
léger que les gourmets accompagnent de grissini. L’Italie peut se targuer d’avoir
un des plus vieux fromages du monde, le pecorino romano. On parle toujours
d’olives en Italie et il y en a une grande variété : vertes ou noires, petites, allongées,
grosses, rondes, et chaque cru a sa variété aux saveurs toujours différentes. Ces
saveurs se retrouvent dans les huiles d’olives italiennes de grande qualité, dorées
et fruitées, vertes et puissantes, chacune avec ses particularités; chaque cru est
une gourmandise. La plus grosse production se fait en Sicile, dans les Pouilles
et le Latium. Goûtez les huiles de Toscane à la saveur délicate et fruitée ou la
fameuse huile de Laudemio, verte et au fruit intense. Autour de Lucques, vous
obtenez des huiles légères et fruitées; Montaleino donne une huile rustique et
colorée, l’Ombrie, voisine de la Toscane, donne des huiles vivantes, typées, mais
peu fruitées. Trevi donne une huile couleur or à l’arôme d’amande et longue
en bouche. L’huile d’olive italienne, ce sont des saveurs à découvrir, à cuisiner,
à savourer. En outre, les Italiens ont un art pour assaisonner divinement leurs
poissons et leurs viandes : escalope milanaise, osso buco milanais, côte de bœuf
florentine, sauces bolognaises, carbonara et autres, dans lesquelles vous pouvez
mettre une infinie variété d’ingrédients : tomate, magret, anchois, charcuterie, et
plus encore. La palette des desserts italiens est extrêmement vaste et va des fruits
aux pâtisseries en passant pas les glaces et sorbets dont la renommée a dépassé
les frontières depuis belle lurette. Autres incontournables, les célèbres pizzas. Au
16e siècle, avant l’apparition de la pizza, on préparait en Italie des tourtes sucrées et
salées. Au 19e siècle, les Napolitains seront les premiers à utiliser la tomate cuite en
sauce sur les galettes de pain. Ce qui fait qu’on ne se lasse jamais de la pizza, c’est
qu’elle se prépare de multiples manières et avec une variété infinie de produits.
V
ins
La viticulture en Italie remonte à la plus haute Antiquité. Les Romains et avant eux
les Étrusques cultivaient la vigne. Les Grecs avaient donné au territoire le surnom
d’Œnotria signifiant la terre du vin (appellation plus spécifique à la Calabre,
alors colonie grecque). Le vignoble s’étend dans toutes les régions italiennes de la
Vénétie à la Sicile. L’Italie est aujourd’hui, avec 42 millions d’hectolitres, dont 21 %
environ en appellations d’origine, le deuxième producteur mondial, derrière la
France. Elle exporte environ 15 millions d’hectolitres annuellement, ce qui fait d’elle
l’un des premiers pays exportateurs de vin au monde, avec l’Espagne et la France.

Documents pareils