A vélo dans les parcs musicaux

Commentaires

Transcription

A vélo dans les parcs musicaux
© Stefan Gloede
A vélo dans les parcs musicaux
Par Ruben Hesse
Les cyclistes mélomanes peuvent inscrire à leur agenda 2016 le concert
à bicyclette du festival de musique classique de Potsdam Sanssouci.
L’année dernière, le concert a proposé deux parcours cyclistes et mis
en relation musique, plantes et jardins.
N
ous optons pour l’agréable
tour à vélo familial de
douze kilomètres. Où donc commence une si agréable balade si
ce n’est justement dans le jardin
d’agrément ? Les origines de ce
parc, le plus ancien de Potsdam,
remontent au 16e siècle. Là où autrefois les princes et les rois flânaient, nous autres, preux chevaliers de la pédale, sommes
accueillis comme il se doit avec
« tambours et trompettes » par la
virtuose baroque Ute Hartwich
et son ensemble.
Allègrement, nous remontons
en selle. Direction la « Freundschaftsinsel », l’île de l’amitié. Le
jardinier de l’île nous emmène
à travers le monde magnifique
des plantes vivaces du célèbre
26
ATE MAGAZINE 1/16
jardinier Foerster. Cet amateur
de Mozart ayant baptisé l’une de
ses variétés légendaires de Delphinium « Une petite musique
de nuit », cette dernière sera donc
interprétée par les talentueux
musiciens du quintette de Foerster dans la salle de concert.
Dans les jardins fruitiers
Alexandrowka, quelques kilomètres plus loin, nous nous
délectons d’un délicieux jus
de fruit, lequel n’existerait pas
sans le travail des abeilles et des
bourdons. C’est par son medley
classique du « Vol du Bourdon »
le plus rapide au monde que le
maître tubiste Jörg Wachsmuth
rend hommage aux pollinisateurs affairés.
La balade à vélo continue
jusqu’au site de l’exposition florale allemande de 2001 qui permit à Potsdam d’acquérir un nouveau jardin public complétant
ainsi ses parcs historiques. Dans
l’Orangerie de biosphère, l’artiste
sonore Hans van Koolwijk présente son « Bambuso Sonoro »,
un instrument particulièrement
exotique : un orgue à écouter et à
essayer, fabriqué à partir de tiges
de bambou géantes.
Après tant d’émotions, nous
nous asseyons au café « camp tropical » pour le repas. Nous décidons de remettre à plus tard la
visite de l’apiculteur de Sanssouci et pédalons jusqu’au château
Lindstedt. Quel dommage que le
VOYAGES
roi Frédéric-Guillaume IV n’ait
pu emménager dans un tel lieu
de retraite, ce jardin idyllique est
bien ce qu’il y a de plus beau. L’air
épicé de la campagne souffle sur
le jardin quand les Musiciens de
Saint Julien entonnent la « Fête
champêtre » sur deux musettes
et un tombac. A l’époque du
rococo, la musette de cour était
un accessoire indispensable de
la mode champêtre. Nous nous
serions bien attardés auprès de
ces musiciens, mais la dernière
station nous attend encore. Nous
nous massons les jambes et nous
préparons pour les derniers kilomètres.
Félicitations, nous avons
atteint notre but ! L’église de la
paix de Sanssouci nous propose
non seulement un repos bien
mérité, mais aussi une collation.
Ainsi que deux surprenantes
installations sonores : « 73,8 Kilo
Ohm » et l’orchestre de pendules
à coucou d’Erwin Stache. Toutes
deux s’inscrivent dans la tradition des machines sonores grâce
auxquelles des ingénieurs futés
étonnent les visiteurs du jardin
depuis l’Antiquité. Enfin, nous
assistons à un concert d’oiseaux
composé par Händel pour luimême : « Le coucou et le rossignol » joué par l’ensemble The
King’s Consort, accompagné à
l’orgue par le talentueux Menno
van Delft. Fatigués, mais heureux, nous enfourchons nos vélos
et rentrons à la maison avec pour
conclusion : « Il faut cultiver notre
jardin » (Voltaire). En 2016, nous
serons à nouveau de la partie.
© Stefan Gloede
Chaque été, le Palais de Sanssouci à Potsdam accueille un
somptueux festival musical.
Vue sur l’Orangerie.
Le concert à bicyclette 2016 aura
lieu le 12 juin sous la devise
« Bonjour La France ».
www.musikfestspiele-potsdam.de
Le vélo permet de se déplacer allègrement
d’un concert à l’autre.
Brandebourg, paradis de la bicyclette
Brandebourg est une région idéale pour faire du vélo : de vastes forêts, des lacs et un
passé historique forment un cadre idéal pour une expérience de balade relaxante. Des
hôtels accueillant les cyclotouristes, des stations de location de vélos ainsi que des stations de recharge de batterie complètent l’offre. Deux pistes cyclables, Berlin–Usedom
et Berlin–Copenhague, traversent entre autres le nord de Brandebourg. Les cyclistes en
vacances l’été prennent plaisir à traverser les fraîches forêts ombragées, à se rafraîchir
dans les lacs ou à découvrir des monuments historiques tels le château de Rheinsberg, le
parc de la tuilerie, la gare impériale et la résidence de chasse Hubertusstock.
Sur le circuit de 180 kilomètres « Märkische Schlössertour », les cyclistes sont plongés au cœur de la glorieuse époque
prussienne. En Prignitz, région célèbre pour sa tranquillité rurale, il existe un parcours « pédaler d’un chiffre à l’autre » ,
offrant aux cyclistes la possibilité de mieux faire connaissance avec la région.
www.reiseland-brandenburg.de/themen/radfahren.html
ANNONCE
ORTLIEB WATERPROOF:
CITÉ. SAC À DOS.
Commuter Daypack City:
D’INFO sac à dos urbain
ICI!
étanche
PLUS
U!
A
E
V
U
NO
ATE MAGAZINE 1/16
27