Fiche de présentation Lycée Talensac

Commentaires

Transcription

Fiche de présentation Lycée Talensac
Classe de Première Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales
Lycée Talensac (Nantes)
Juin 2015
Concours national de la sécurité sociale
Thème 3. La sécu, c’est quoi pour moi ?
Axe d’étude : les dispositifs proposés par la sécu pour favoriser
l’autonomie des jeunes
Projet de classe (27 élèves)
Thème 3
La Sécu, c’est quoi pour moi ?
Fiche de présentation
Les représentations de la Sécurité sociale sont très souvent marquées par des clichés. Il est
frappant de voir comment ces clichés peuvent être intégrés par les jeunes alors qu’ils n’ont pas
tous une relation « conscientisée » à la Sécurité sociale ou à l’inverse pour certains, une
expérience insatisfaisante des services en lien avec leur réalité d’usagers ou d’enfants d’usagers
qui leur donne une vision réductrice et négative de l’ensemble du dispositif. Ces représentations
sont renforcées par une communication de la Sécurité sociale vers les citoyens et particulièrement
les jeunes parfois trop technique, souvent inadaptée, voire invisible ou méconnue.
Nom de l’établissement scolaire
Lycée technologique et professionnel Talensac, 18 rue de Talensac, 44000 Nantes.
Classe
Première Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales (ST2S)
Enseignant référent
Nom : COIGNEC
Prénom : Marie
Discipline enseignée (ou autre fonction) : Sciences et Techniques Médico-Sociales
Tél. portable : 06 25 09 08 04
E-mail : [email protected]
Nom et Prénom des élèves : (27 élèves)
Annelise COHEN
Chloé DEGRE
Camille DUVAL
Astrid ELLUL
Marion GANRY
Alexandra GICQUIAUD
Marine GOUAISBAULT
Amaëlle GUITTET
Solène HAUGMARD
Clémence HERVOUET
Marine JOGUET
Simon LE BRUN
Amélie LE RAY
Tiphaine LOQUET
Alice MARCHAND
Léa MARTIN
Juliette MAURIN
Camille MERLIER
Louise MEYNET
Lucile MORILLE
Justine PIVRON
Morgane QUERE
Manon RICHARD
Louna RICHARDOT
Justine ROINE
Ilona SICARD
Cécile TESSON-GUENNEC
Partie 1. Regard de l’enseignant référent sur le projet du groupe
1.1.
Comment les élèves se sont-ils organisés pour débattre, échanger, décider des
choix orientant leur projet ?
Tout d’abord, enseignants et élèves ont posé les jalons de l’esprit de travail de ce projet de
classe. L’ambiance de travail devait permettre «l’écoute de la parole de chaque élève et le respect
de l’implication de chacun».
Un projet de ce type est un vecteur d’apprentissage de compétences telles que
l’organisation dans le travail et la prise d’initiative. Afin de favoriser leur autonomie, les élèves se
sont attribués des rôles (secrétaire, animateur de séance, gestionnaire de temps, rapporteur,
responsable des données informatisées, photographe…). En amont de chaque séance, les élèves
établissaient les objectifs et estimaient le temps prévu pour chaque activité.
Les modalités de travail ont pris différentes formes. Le plus fréquemment, nous avons
travaillé par petits groupes. Les élèves ont fractionné le travail et ont distribué des tâches à chacun
des groupes. Le résultat des recherches faisait l’objet d’une mise en commun en classe entière.
Les choix relatifs aux orientations du projet ont été abordés en classe entière.
1.2.
En quoi les élèves se sont-ils sentis concernés personnellement par les différentes
facettes du thème et quel(s) sujet(s) relatif(s) à leur propres préoccupations ou
habitudes a ou ont été plus particulièrement débattu(s) ?
Les élèves ont opté pour la thématique des dispositifs favorisant l’autonomie des jeunes car
elle fait écho à leurs préoccupations actuelles et futures. Nous nous sommes donc appuyés sur
des situations liées au quotidien des élèves (présentation de la couverture de base et
complémentaire santé à partir de situations sanitaires les concernant, identification des différents
types de cotisations en fonction de cas concrets…). A partir de ces situations, de multiples
échanges ont eu lieu en classe, notamment sur la thématique du sens qu’ils attribuaient à la
solidarité collective, au mécanisme de redistribution et à leur responsabilisation en qualité
d’usager. En lien avec l’actualité, les élèves se sont également questionnés sur certaines mesures
de la loi santé proposée par la ministre Marisol Touraine (généralisation du tiers payant…).
1.3. Le projet a –t-il constitué une bonne plus-value pédagogique ?
Ce projet a constitué un levier afin de donner davantage de sens à des connaissances
théoriques sur la sécurité sociale. Plus globalement, il apparaît que ce projet a amené les élèves à
prendre conscience des mécanismes de notre système de protection sociale (protection collective,
redistribution, responsabilité face à sa « contribution »…). De surcroît, le travail en
interdisciplinarité (anglais, espagnol, histoire) a permis aux élèves d’avoir une vision plus large de
cette thématique. Par ailleurs, les élèves ont développé des compétences méthodologiques en
réalisant une enquête sur les jeunes et la sécurité sociale dans leur lycée (rigueur dans la
démarche d’étude, réalisation et analyse d’entretiens et de questionnaires…).
1.4. Y-a-t-il eu des contacts aves des professionnels de sécurité sociale locaux à l’occasion
du projet ?
Une sortie a été élaborée conjointement avec la sécurité sociale afin de répondre aux
besoins des élèves. L’axe choisi étant l’autonomie des jeunes, nous avons ciblé les branches les
plus en lien avec le sujet. La Caisse d’Allocations Familiales (CAF) nous a proposé une visite de la
structure d’une matinée et l’intervention de différents professionnels (formateur au sein de la
sécurité sociale, professionnel de la CPAM). La visite avait pour fil conducteur le traitement d’un
dossier d’Allocation Personnalisée au Logement (APL), de sa réception jusqu’au versement des
prestations. A travers le suivi de ce dossier, nous avons pu observer l’organisation du travail.
1.5. Quels ont été les apports de ces contacts sur la réflexion des élèves ?
Cette sortie a facilité la mise en lien des éléments abordés en classe avec la réalité
concrète de prise en charge des situations. Ces contacts avec les professionnels ont permis de
donner du sens à leur objet d’étude depuis 3 mois et de matérialiser la sécurité sociale. Les élèves
ont été surpris et fiers de s’immerger dans cette réalité professionnelle, de découvrir « l’envers du
décor » en entrant dans l’espace privé de cette institution, d’observer le travail dans les différents
pôles et la répartition des tâches.
Partie 2. Regards des élèves sur le projet
2.1. Le projet mené et la candidature au concours national vous ont-ils plu, et ont-ils
constitué un moment d’apprentissage à la fois intéressant et ludique ?
Ce projet nous a plu. Il a permis de renforcer les liens entre les élèves de la classe. Chacun
d’entre nous a participé à sa manière au projet (recherches sur les différentes prestations, idées
afin d’avancer dans le projet, tournage du film et montage…). Nous avons appris à nous organiser
en groupe (écoute de chacun, respect de l’idée de l’autre, mise en commun des idées…), à gérer
notre temps (échéancier de projet, de tournage…) et à fonctionner de façon démocratique pour
prendre les décisions importantes (votes pour le choix du thème, du support et de l’axe d’étude).
Différents outils ont été utilisés (diaporama pour présenter l’évolution de nos recherches,
utilisation de caméras et de logiciels de montage…) sans que ce soit dans un cadre trop scolaire.
L’ambiance était décontractée ce qui n’empêchait pas notre sérieux puisque nous avions
l’impression d’apprendre sans efforts.
Ce projet a facilité la découverte, sous forme concrète, du programme de Sciences et
Techniques Sanitaires et Sociales (ST2S). En méthodologie, nous avons appris à réaliser une
enquête et nous avons conçu, utilisé et analysé de vrais questionnaires et entretiens.
A l’unanimité, lors de notre bilan en classe entière, ce qui se dégage est que nous avons pu
apprendre autrement et réellement.
2.2. Votre regard sur la sécurité sociale a t-il changé ? Oui ou non, et pourquoi ?
Notre regard sur la sécurité sociale avant le projet :
Nous avions beaucoup de préjugés sur la sécurité sociale. Au début du projet, un
brainstorming a été effectué avec la classe pour dégager nos représentations. Ce qui ressortait
principalement c’était que le rôle de la sécurité sociale était de rembourser les frais médicaux.
Nous imaginions que le système était basé à l’échelle individuelle et nous ne savions pas vraiment
d’où provenait l’argent des remboursements. Nous pensions que la sécurité sociale était associée
uniquement à l’administratif et nous imaginions les professionnels entourés de « paperasse ».
Notre regard sur la sécurité sociale après le projet :
Ce projet nous a permis de comprendre l’utilité réelle de la sécurité sociale. Nous avons
pris conscience que nous sommes tous concernés par le système de protection sociale et que
nous ne payons pas seulement pour nos risques sociaux mais pour ceux de tout le monde. Ce
système fait que nous sommes tous solidaires. La sécurité sociale n’est pas là seulement pour
rembourser les soins médicaux. Elle prend en compte bien d’autres risques (vieillesse, famille,
maladie professionnelle…). Elle s’occupe également de la promotion de l’autonomie des jeunes
par l’intermédiaire de l’Allocation Personnalisée Logement (APL) ou d’autres prises en charge
comme par exemple une subvention pour le BAFA en Loire Atlantique.
Suite à notre visite de la CAF, notre vision a évolué. Finalement, la sécurité sociale n’est
pas qu’associée à la « paperasse ». Les dossiers sont dématérialisés aujourd’hui, il n’y a plus de
« piles de papiers ». De plus, notre étonnement a porté sur le nombre important de personnels
pour traiter les situations et de l’organisation dans différents pôles. Nous avons également été
surpris car les professionnels de la sécurité sociale parlent « d’entreprise ». Dans nos
représentations, nous nous attendions peut-être à une logique moins « gestionnaire ».
Nos professeurs de langues (anglais et espagnol) ont pris l’initiative de nous faire découvrir
les systèmes de protection sociale à l’étranger. La comparaison avec le système français nous a
permis de prendre conscience que nous sommes très privilégiés.
2.3. Pourquoi votre projet mérite-t-il d’être retenu par le jury national pour un prix ?
Ce projet a été réalisé de façon collective et dans la bonne humeur. Nous avons essayé de
rendre un travail de qualité dans un temps restreint. La découverte des « coulisses » de la CAF a
permis de donner du sens à la théorie vue en cours. De plus, il y a eu une très bonne entente
entre les élèves et les professeurs qui nous ont bien accompagnés. Ce projet nous a permis
d’effectuer une réelle enquête sur la sécurité sociale auprès des élèves de notre lycée. Notre vidéo
a mis en scène ce que nous avons appris dans le cadre de notre étude. Afin de déconstruire les
représentations de la sécurité sociale des jeunes du lycée, nous avons utilisé des supports variés
(entretiens rejoués par les élèves de la classe, « Draw my Life » explicatif) et essayé de les
adapter à nos codes sociaux.
Partie 3. La sécu c’est quoi pour moi ?
3.1. Expliquer le choix du (des) sujet(s) d’étude que vous avez retenu(s)
Nous avons choisi le thème 3 « la sécu c’est quoi pour moi ?» à partir des votes des élèves
de la classe. Nous nous sentions concernés par ce thème car il interrogeait la jeunesse. De plus, il
nous permettait d’utiliser les outils vus en cours (questionnaires, entretiens).
Au sein du thème 3, nous avons choisi de nous centrer sur l’autonomie des jeunes. Ce choix s’est
fait après avoir effectué des recherches, par groupes, sur les différents types de prestations de la
sécurité sociale (santé des jeunes, prestations pour favoriser l’autonomie des jeunes, la famille, les
retraites…). Finalement, nous avons opté pour les prestations favorisant l’autonomie des jeunes à
la majorité absolue des voix. Nous avons choisi ce thème car nous nous sentions en adéquation
avec celui-ci.
3.2. Afin de nourrir votre réflexion, vous avez été amenés à réaliser des micros-trottoirs
vers d’autres élèves, ou des interviews ou des questionnaires que vous avez exploités.
Indiquez en quelques lignes : ce que ces interviews vous ont apporté pour le projet ; ce qui
vous a étonné dans les propos recueillis
Dans un premier temps, nous avons effectué quinze entretiens filmés auprès des élèves de
l’établissement. Nous souhaitions obtenir des réponses qualitatives. Notre lycée est un lycée
technologique et professionnel (1300 élèves). Pour avoir un panel de réponses le plus large
possible, nous avons choisi d’interroger des élèves de différentes filières et niveaux : 1ère
Baccalauréat professionnel Gestion Administration (GA), 1ère Sciences et Technologies de
Laboratoire (STL) et des BTS biotechnologies première année.
Nous avons construit notre support vidéo en nous appuyant sur ces entretiens réalisés.
Ces entretiens filmés ont été rejoués par les élèves volontaires de la classe afin de garder
l’anonymat des enquêtés.
Dans un second temps, nous avons souhaité compléter notre enquête en utilisant le
questionnaire afin d’obtenir des données quantitatives. Nous avons interrogé deux classes : une
seconde Générale et Technologique et une terminale Sciences et Technologies du Management
et de la Gestion (STMG). Notre échantillon était de 60 élèves.
Dans la classe de Seconde générale et technologique, 40 % des élèves connaissent l’âge
de la sécurité sociale, 60 % ne savent pas. En majeure partie, 80% des secondes pensent que la
sécurité sociale est seulement utile pour le remboursement de soins médicaux. Seulement 3 %
des élèves savent que la sécurité sociale aide à payer le logement pour les étudiants. 80 % ne
connaissent pas d’aides de la sécurité sociale concernant l’autonomie des jeunes et seulement
16% connaissent la carte vitale. Aucun élève ne mentionne les APL.
Dans la classe de Terminale STMG, 87% des élèves connaissent la sécurité sociale tandis
que 13% en ont entendu parler. Seulement 32% des élèves connaissent l’âge de la sécurité
sociale. 77% des élèves pensent que tout le monde est concerné par la sécurité sociale et 19%
pensent que la sécurité sociale ne concerne que les majeurs. Cependant, 97% des élèves ont
connaissance de la possibilité d’obtenir la carte vitale à 16 ans. Le secteur d’intervention principal
est, selon les élèves, la maladie à 93%.
Conclusion de notre étude (entretiens et questionnaires) :
Notre échantillon n’étant pas représentatif, notre étude doit rester inscrite dans notre lycée.
Elle permet cependant d’observer une tendance.
Globalement, ce qui nous a surpris est le manque de connaissances des jeunes sur la
sécurité sociale (toutes classes confondues). Les différentes branches semblent floues (confusion
parfois entre pôle emploi et sécurité sociale). Ils associent systématiquement sécurité sociale et
maladie et ont du mal à citer spontanément d’autres secteurs d’intervention (retraite, famille,
accidents du travail…). Cependant, nous avons pu observer une différence entre les classes. Les
élèves de terminale et de BTS ont globalement de meilleures connaissances sur la sécurité sociale
que les secondes et les premières (qu’ils aient ou non étudié la sécurité sociale dans leur cursus
scolaire). On observe que les plus grands se sentent davantage concernés par la sécurité sociale
que les élèves plus jeunes. Une hypothèse serait que plus les élèves grandissent, plus ils se
sentiraient pris en compte par la sécurité sociale, ce qui semble favoriser leur intérêt et renforcer
leurs connaissances.
3.3. Pour les sujets d’étude retenus, analysez brièvement les représentations des
interviewés : sont elles positives, négatives, neutres (pas de représentation particulière) ?
Pourquoi d’après vous.
Globalement, les entretiens et les questionnaires dépouillés montrent plutôt une
représentation positive de la sécurité sociale chez les jeunes. A la question, « selon vous, la
sécurité sociale est-elle utile ? », les enquêtés répondent spontanément oui. Les mots qui
reviennent pour qualifier la sécurité sociale sont des termes positifs : protection, sécurité et soins.
Cependant, une petite partie des élèves ne semble pas vraiment avoir d’avis sur la sécurité
sociale. Les représentations sont neutres. Elles concernent principalement les élèves les plus
jeunes du lycée (secondes et premières).
Les élèves ont une représentation plutôt positive de la sécurité sociale. Paradoxalement, ils
n’ont que peu de connaissances sur ce système. Ils émettent un avis positif sans pouvoir le
justifier par d’autres éléments que le remboursement de soins. Cependant, ce système ne se
cantonne pas à l’assurance maladie. Les autres secteurs d’intervention de la sécurité sociale
(retraite, famille…) et ses principes (redistribution des cotisations sous forme de prestation,
solidarité collective) semblent flous pour les jeunes. Nous pouvons poser l’hypothèse que si les
élèves avaient une meilleure connaissance du système, de son fonctionnement et de ses
domaines d’action, cela leur permettrait de poser un regard plus critique (de façon positive ou
négative) et de pouvoir construire une réflexion plus personnelle sur la sécurité sociale afin de
devenir des citoyens éclairés. Nous supposons que c’est avant tout lors de l’entrée dans la vie
étudiante puis professionnelle que les jeunes prennent conscience d’une partie du fonctionnement
du système (par le choix d’une sécurité sociale étudiante, le versement d’APL, le prélèvement des
cotisations sur salaire…).
3.4. Quelles propositions souhaitez-vous formuler pour améliorer les représentations sur la
sécurité sociale et son image (à partir des sujets d’études retenus) ?
Au regard des résultats de notre enquête, nous observons que les élèves manquent
globalement d’information sur le fonctionnement de la sécurité sociale (secteurs d’intervention,
financement et système de solidarité). Une meilleure connaissance du système pourrait permettre
aux élèves de pouvoir réellement exercer leur esprit critique en comprenant ses finalités et ainsi,
de se positionner en qualité de citoyen social. En seconde, 90 % des élèves ne se sentent pas
vraiment ou pas du tout informés par la sécurité sociale et 65% en terminale. Les jeunes du lycée
souhaitent avoir des informations en lien avec leurs préoccupations et centres d’intérêts. Les
élèves semblent davantage convaincus par des informations sur la sécurité sociale en s’appuyant
sur leur établissement scolaire. 50 % souhaiteraient une intervention de professionnels au lycée et
30 % proposent une campagne de communication à la télévision ou sur les réseaux sociaux à
destination des jeunes.
3.5. Quels sont les documents, site internet, manuels …qui vous ont particulièrement aidés
à réaliser votre projet (indiquez les 3 ou 4 principaux) ?
En premier lieu, nous nous sommes appuyés sur les documents pédagogiques présentés
sur le site du concours. Le document la sécurité sociale m’accompagne tout au long de ma vie
édité à l’occasion des 70 ans a été très utile pour choisir notre axe d’étude et appréhender
simplement les différentes prestations relatives à notre sujet.
Concernant, la découverte des principes du système de protection sociale (assistance,
assurance) et des différents régimes, nous avons travaillé à partir du site internet vie publique
(www.vie-publique.fr).
Afin d’obtenir des données plus détaillées sur les prestations ou conditions d’attribution
nous avons consulté les sites internet ameli et caf (www.ameli.fr et www.caf.fr).
Nous nous sommes également aidés de petites vidéos synthèses disponibles sur le site le
monde.fr (dessine moi l’éco : la protection sociale et le bulletin de salaire).
Afin de développer un regard critique sur les enjeux de la protection sociale aujourd’hui,
nous avons travaillé à partir d’articles de presse (tirés du Monde) interrogeant, par exemple, Didier
Tabuteau, responsable de la chaire santé à l’institut d’études politiques.

Documents pareils