ppas complet - Accueil du site internet de la SAFER MAINE OCEAN

Commentaires

Transcription

ppas complet - Accueil du site internet de la SAFER MAINE OCEAN
Programme Pluriannuel
d’Activité des Safer
(PPAS)
2015-2021
« Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire ;
quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire. »
Georges Clemenceau
TABLE DES MATIERES
PREAMBULE .......................................................................................................................................................... 1
PARTIE 1 : Le PPAS, un document d’orientation politique et stratégique .............................................................. 2
1. Méthodologie et suivi d’élaboration .................................................................................................................... 2
1.1. Méthodologie d’élaboration ...........................................................................................................................................2
1.2. Comité Régional d’Elaboration .......................................................................................................................................2
1.3. Approbation....................................................................................................................................................................3
2. Suivi et procédure de révision du PPAS ................................................................................................................ 3
2.1. Suivi et évaluation ..........................................................................................................................................................3
2.2. Procédure de révision .....................................................................................................................................................3
3. Définition et objectifs ........................................................................................................................................... 4
3.1. Définition ........................................................................................................................................................................4
3.2. Objectifs généraux ..........................................................................................................................................................4
4. Bilan et perspectives du PPAS 2007-2013 ............................................................................................................ 5
4.1. Bilan du PPAS 2007-2013 ................................................................................................................................................5
4.2. Perspectives pour le PPAS 2015-2021 ............................................................................................................................6
5. Diagnostic ............................................................................................................................................................. 7
5.1. Diagnostic du marché foncier .........................................................................................................................................7
5.2. Prix des terres et prés libres non bâtis en 2010 et 2013...............................................................................................10
6. Enjeux agricoles, environnementaux et de développement rural concernant l'activité de la Safer .................. 11
6.1. Des enjeux nationaux ...................................................................................................................................................11
6.2. Une déclinaison régionale ............................................................................................................................................11
7. Analyse AFOM .................................................................................................................................................... 11
7.1. Les éléments favorables à l’action de la Safer ..............................................................................................................11
7.2. Les éléments contraignant l’action de la Safer (menaces) ...........................................................................................14
7.3. Les principaux atouts de la Safer et points d’amélioration...........................................................................................16
PARTIE 2 : 5 enjeux, 1 programme d’actions ........................................................................................................21
1. Renouveler les générations agricoles
Action 1.1 Assurer la transmission des exploitations et l'installation en agriculture ............................................................22
Action 1.2 Améliorer la transmissibilité des exploitations .....................................................................................................24
Action 1.3 Conforter les exploitations agricoles en vue d’assurer leur viabilité ....................................................................25
2. Concilier agriculture et environnement
Action 2.1 Restructurer et aménager le foncier ....................................................................................................................26
Action 2.2 Assurer la complémentarité entre environnement et activité agricole ...............................................................27
Action 2.3 Maintenir et développer l’Agriculture Biologique (AB) ........................................................................................28
3. Préserver les ressources naturelles
Action 3.1 Préserver les terres agricoles ...............................................................................................................................29
Action 3.2 Préserver la forêt ..................................................................................................................................................30
Action 3.3 Préserver la biodiversité .......................................................................................................................................31
Action 3.4 Préserver la qualité de l'eau .................................................................................................................................32
4. Participer au développement durable des territoires ruraux
Action 4.1 Assurer un appui technique aux collectivités dans la mise en œuvre des politiques publiques ..........................33
Action 4.2 Faciliter l’implantation de porteurs de projets en milieu rural (y compris périurbain) ........................................35
5. Assurer l'observation foncière, la veille foncière et la transparence du marché et des procédures
Action 5.1 Développer et déployer la compétence de la Safer en matière d'observation, contrôle et veille foncière .........36
Action 5.2 Appuyer les collectivités dans l'élaboration des documents d'urbanisme et/ou de planification .......................37
Action 5.3 Poursuivre l'action de la Safer en faveur de la transparence du marché foncier .................................................38
PARTIE 3 : Les clés de la réussite du PPAS...........................................................................................................399
1. Renforcer les engagements sur la « Qualité et la traçabilité de l’action de la Safer » ..................................... 399
1.1. Les démarches à poursuivre .........................................................................................................................................39
1.2. Les démarches à engager .............................................................................................................................................40
2. Adapter la gouvernance de la Safer à l’évolution du contexte sociétal et législatif ........................................... 40
3. Développer de nouveaux partenariats ............................................................................................................... 41
3.1. Approche territoriale (agricole et politiques publiques) ..............................................................................................41
3.2. Approche par filière ......................................................................................................................................................41
4. Valoriser nos métiers et nos savoir-faire ............................................................................................................ 42
4.1. Valoriser nos métiers ....................................................................................................................................................42
4.2. Mieux faire connaître notre organisation .....................................................................................................................42
5. Développer des moyens humains et un modèle économique ........................................................................... 43
5.1. Quels moyens humains pour répondre à ces enjeux ? .................................................................................................43
5.2. Quel modèle économique ? .........................................................................................................................................44
CONCLUSION GENERALE ......................................................................................................................................46
ANNEXES
Note de service du MAAF.................................................................................................................................. I
Extrait de la Loi d’Avenir (art 13)................................................................................................................... XXI
Consultations PPAS ...................................................................................................................................... XXV
Charte Ethique des Safer ............................................................................................................................ XXVII
Guide à l’attention des candidats ............................................................................................................... XXIX
Règlement intérieur des comités techniques départementaux ................................................................... XXXI
Règlement du comité de direction ........................................................................................................... XXXVII
Carte de secteurs des conseillers fonciers ............................................................................................... XXXVIII
GLOSSAIRE ..................................................................................................................................................... XXXIX
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................................... XLI
PREAMBULE
L’élaboration de ce PPAS se déroule dans un contexte politique et législatif riche. La Safer devra prendre
en compte les nouveautés apportées par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (dite
« loi d’avenir ») dès que celle-ci sera promulguée ainsi que ses décrets d’application. Par ailleurs, la
régionalisation prévue par cette loi et la réforme territoriale en cours qui impactera le périmètre et les
compétences des futures régions administratives et des autres collectivités, auront des incidences fortes
sur le périmètre et l’organisation des Safer.
La Safer Maine Océan, à l’instar de l’ensemble du Groupe Safer, s’engage à intégrer ce principe de
régionalisation. Toutefois, il ne pourra vraiment prendre corps que lorsque la réforme territoriale aura
défini les périmètres et les compétences des futures régions. Cela impactera l’ensemble des Safer.
L’adéquation générale aux périmètres des futures régions nécessitera du temps et la mise en place d’un
calendrier de convergence afin de ne pas déstabiliser économiquement et socialement les Safer
concernées. En conséquence le choix a été fait d’élaborer le PPAS en restant sur le périmètre actuel de
la Safer Maine Océan, c’est-à-dire sur les départements de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la
Mayenne et de la Sarthe. La régionalisation pourra, en fonction des évolutions législatives, faire l’objet
d’un avenant ultérieur.
Ce PPAS est élaboré conformément à la note de service du ministère de l’agriculture, de
l’agroalimentaire et de la forêt (MAAF) en date du 10 février 2014. Il comprend en première partie, le
bilan du précédent PPAS suivi d’un diagnostic global du contexte et des enjeux à l’échelle de la Safer
Maine Océan (ou de la Région des Pays de la Loire lorsque cela s’avère pertinent).
Une analyse AFOM (Atouts-Faiblesses-Opportunités-Menaces) a été réalisée autour des 4 axes
stratégiques des Safer, à partir des réflexions menées en interne au sein des services de la Safer Maine
Océan et de la consultation de ses partenaires.
Ces approches ont permis d’identifier cinq enjeux majeurs qui sont développés dans la deuxième partie
et déclinés en fiches-action avec des objectifs chiffrés à l’aide d’indicateurs (dont ceux proposés dans la
note de service du MAAF précitée).
Enfin, la troisième partie précise les adaptations qui seront mises en œuvre pour atteindre ces objectifs.
Cela concerne notamment la traçabilité et le suivi des actions, la gouvernance, les nouveaux
partenariats ou encore la recherche des moyens financiers et humains adéquats.
1
PARTIE 1 : LE PPAS, UN DOCUMENT D’ORIENTATION POLITIQUE ET
STRATEGIQUE
1. Méthodologie et suivi d’élaboration
1.1. Méthodologie d’élaboration
Les dispositions réglementaires (article R141-7 du code rural et de la pêche maritime) prévoient que chaque
Safer établisse un programme pluriannuel d'activités (PPAS) soumis à l'approbation des ministres chargés de
l'agriculture et des finances. Le PPAS actuellement en cours arrivant à échéance, il se devait d'être renouvelé
pour la période 2015-2021.
Une note du MAAF en date du 10 février 2014 a défini le contenu, les modalités et le suivi de l‘élaboration de
ce document (voir annexe 1).
Il doit contenir :
 Un diagnostic avec le contexte et les enjeux locaux
 Une analyse atouts – faiblesses – opportunités – menaces (dite analyse AFOM)
 Un bilan et les enseignements du précédent PPAS
 La stratégie de la Safer pour 2015-2021
 Les axes prioritaires d’intervention
 Les dispositions de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation du PPAS
 Les moyens et le financement
Ces étapes s’appuient sur différents documents d’orientation régionale et prennent en compte les
contributions des partenaires de la Safer, consultés lors d'entretiens préalables, ou sollicités en tant que
membres du comité d'élaboration.
1.2. Comité Régional d’Elaboration
Un comité régional d’élaboration, dont la présidence était assurée par M. BATARD, représentant de la DRAAF
commissaire du gouvernement Agriculture adjoint, par délégation du Préfet, a été constitué afin :



d'accompagner et suivre le bon déroulement des travaux du PPAS
de procéder ou faire procéder aux différentes consultations nécessaires
de contribuer à l'élaboration du diagnostic et des objectifs et à la finalisation du document
Le comité est composé de représentants :
 de la Safer, (Président et Directeur Général)
 des collectivités locales (conseil régional des Pays de la Loire et conseils généraux de la Loire-Atlantique,
du Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe),
 des services de l’État (direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF),
direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL), directions
départementales des territoires (et de la mer) de Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe
(DDT(M)),
 des commissaires du gouvernement « agriculture » et « finances »,
 de l’Agence de Services et de Paiement (ASP) en qualité d’administrateur de la Safer,
 et de la chambre régionale d’agriculture.
Les quatre présidents des comités techniques départementaux de la Safer ont également été associés.
2
1.3. Approbation
Le PPAS a été présenté à la commission régionale de la forêt et du bois et à la commission régionale de
l’économie agricole, réunies le 4 novembre 2014. Il a également été validé par le Conseil d’Administration de la
Safer le 19 novembre 2014, après accord des commissaires du gouvernement agriculture et finances. Il a été
transmis pour approbation avant le 30 novembre 2014 aux ministres chargés de l’agriculture et des finances,
accompagné d’un avis motivé des commissaires du gouvernement.
Il sera consultable après approbation des deux ministères, sur le site internet du MAAF, de la FNSafer, de la
Safer Maine Océan et de la Préfecture de Région.
2. Suivi et procédure de révision du PPAS
2.1. Suivi et évaluation
Conformément à la note du ministère évoquée ci-dessus, le PPAS fera l’objet d’un suivi annuel qui participera
au compte-rendu annuel d’activité. Il s’agira d’évaluer les réalisations à la fois sur l’année passée et sur
l’ensemble de la période écoulée (bilan consolidé) par rapport aux objectifs initiaux fixés lors de l’élaboration
du PPAS.
Ce bilan comprendra deux parties, l’une consacrée à la mise en œuvre générale et l’autre relative à la mise en
œuvre des axes prioritaires.
Il sera présenté et devra être approuvé par le Conseil d‘Administration de la Safer chargé d’arrêter les comptes,
puis transmis aux ministères de tutelle de la Safer après avis motivé des commissaires du gouvernement. Il fera
ensuite l’objet d’une présentation lors de l’assemblée générale ordinaire de la Safer.
Un an avant la fin du PPAS, une évaluation globale sera réalisée
2.2. Procédure de révision
La révision du PPAS peut avoir lieu soit à l’initiative de la Safer soit sur demande des commissaires du
gouvernement notamment en raison :
– de l’évolution des dispositions législatives ou réglementaires,
 de modifications des orientations régionales ayant un impact direct et significatif sur l’activité de la Safer
 d’écarts significatifs entre les réalisations et les objectifs du plan
Le comité d’élaboration présenté ci-dessus deviendra alors un comité de révision.
Cette procédure de révision pourra être globale ou simplifiée ; ce choix est laissé à l’appréciation des
commissaires du gouvernement en lien avec la Safer.
La révision globale se fera en reprenant l’ensemble de la procédure définie pour l’élaboration du PPAS. La
procédure simplifiée impliquera a minima le comité de révision et le Conseil d’Administration.
3
3. Définition et objectifs
3.1. Définition
Le PPAS est un document d’orientation et de gestion de l’activité de la Safer. Il présente une stratégie, des
priorités d’action et des objectifs quantifiés. Au travers d’une dynamique de projet, il développe les modalités
d’intervention, les conditions de la réussite et les ajustements nécessaires ; il contribue ainsi à fédérer les
partenaires et les collaborateurs de la Safer autour d’objectifs et de priorités d’intervention partagés.
Document politique de référence de la Safer pour la période 2015-2021, il a vocation à être diffusé pour faire
connaître les actions de la Safer, ses engagements, son fonctionnement et ses procédures.
Il s’adresse à l’ensemble des collaborateurs et des partenaires de la Safer : responsables professionnels
agricoles, élus, responsables des administrations d’État ou de collectivités territoriales, partenaires
environnementaux et forestiers, administrateurs, membres de Comités Techniques Départementaux.
3.2. Objectifs généraux
L’objet général de la Safer est de mettre en œuvre les volets fonciers (bâtis et non bâtis) des politiques
publiques rurales, y compris dans les espaces périurbains, en vue de la meilleure adéquation entre porteurs de
projets (agriculteurs, forestiers, investisseurs, entrepreneurs ruraux,…) et espaces (parcelles, exploitations,
bâtiments, zones spécifiques, territoires de projet) dans une perspective durable et en prenant en compte la
multifonctionnalité des espaces et des parcelles.
Sa mission est précisée dans l’art L 141-1 du Code Rural et de la Pêche Maritime (CRPM) (tel qu’il ressort de la
loi d’avenir en cours de promulgation, votée en juillet 2014) :
« I. – Des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural peuvent être constituées pour remplir les
missions suivantes :
« 1° Elles œuvrent prioritairement à la protection des espaces agricoles, naturels et forestiers. Leurs
interventions visent à favoriser l’installation, le maintien et la consolidation d’exploitations agricoles ou
forestières afin que celles-ci atteignent une dimension économique viable au regard des critères du schéma
directeur régional des exploitations agricoles, ainsi que l’amélioration de la répartition parcellaire des
exploitations. Ces interventions concourent à la diversité des systèmes de production, notamment ceux
permettant de combiner les performances économique, sociale et environnementale et ceux relevant de
l’agriculture biologique au sens de l’article L. 641-13
« 2° Elles concourent à la diversité des paysages, à la protection des ressources naturelles et au maintien de la
diversité biologique
« 3° Elles contribuent au développement durable des territoires ruraux, dans le cadre des objectifs définis à
l’article L. 111-2 ;
« 4° Elles assurent la transparence du marché foncier rural ;
Les priorités dégagées dans le PPAS doivent répondre à ces enjeux nationaux. Elles doivent également prendre
en compte les orientations régionales définies notamment dans le plan régional d’agriculture durable (PRAD),
le futur schéma régional de cohérence écologique (SRCE), le programme de développement rural régional
(PDRR), le futur plan régional de la forêt et du bois (PRFB).
Les actions retenues pour la mise en œuvre de ces priorités devront répondre aux attentes des partenaires de
la Safer quant à la transparence des marchés et l’observation foncière, le maintien et le développement de
l’activité agricole et forestière de la Safer, le développement durable des territoires ruraux et la préservation
de l’environnement.
4
4. Bilan et perspectives du PPAS 2007-2013
4.1. Bilan du PPAS 2007-2013
Le bilan du PPAS 2007-2013 a mis en évidence la pertinence de l’action de la Safer sur 5 points :
4.1.1. La contribution de la Safer Maine Océan à l’évolution de l’agriculture
L’action de la Safer Maine Océan est jugée comme ayant apporté une forte contribution à l’installation et au
maintien des filières. Elle a su accompagner le développement de l’agriculture biologique et, concernant
l’enjeu de la transmission des exploitations, elle a su combiner l’ensemble de ses outils pour assurer la maîtrise
foncière et faciliter le transfert global des unités économiques comprenant le foncier bâti et non bâti en vente
et celui en location. Enfin, concernant les structures d’exploitation, la Safer est reconnue comme ayant joué un
rôle de modérateur permettant de conforter les exploitations les plus modestes, tout en limitant l’expansion
des unités les plus importantes.
4.1.2. La contribution de la Safer au développement local
La Safer Maine Océan est aujourd’hui un partenaire naturel des maîtres d’ouvrage, publics ou privés. Sa
capacité à constituer des réserves foncières, à en assurer une gestion temporaire ou à opérer des
compensations agricoles est reconnue.
4.1.3. La contribution de la Safer à la préservation de l’environnement et l’aménagement forestier
Partenaire des syndicats d’eau et de l’Agence de l’eau pour la préservation de la ressource en eau potable, la
Safer contribue à la prise de conscience et à la sensibilisation de ses interlocuteurs (agriculteurs ou élus). Le
cahier des charges pouvant intégrer des engagements environnementaux constitue un élément déterminant
dans l’action de la Safer.
En matière d’activité forestière, le contexte régional réduit les possibilités d’intervention de la Safer. Pour
autant cette activité n’est pas ignorée puisque chaque Comité Technique Départemental comprend au sein de
ses membres un représentant de la propriété forestière.
De manière générale, en favorisant la pérennité des activités agricoles ou forestières, les actions de la Safer
concourent à la préservation et à la mise en valeur des paysages. Elles contribuent au maintien d'une
agriculture favorable au patrimoine naturel.
4.1.4. L’impact de la Safer sur l’évolution des prix du marché foncier
La Safer n’évite pas la croissance naturelle des prix, mais elle limite les augmentations brutales.
Elle contribue à la prise de conscience de la consommation des terres agricoles notamment par l’outil
Vigifoncier proposé aux collectivités.
4.1.5. Les évolutions réglementaires sur les missions de la Safer
Les évolutions réglementaires sont constantes et induisent des conséquences directes sur l’activité de la Safer
(ex : Loi Warsmann).
Dans ce contexte, la qualité et le professionnalisme des relations avec ses autorités de tutelles sont
fondamentaux. C’est indispensable pour que la Safer puisse conduire sereinement son action et pour s’assurer
d’une vision partagée dans la mise en œuvre de ces nouvelles réglementations.
Certaines limites légales au droit de préemption freinent cependant parfois l’action de la Safer en faveur de
l’agriculture. Sur ce sujet, les attentes étaient fortes vis-à-vis de la loi d’avenir. Elle y a répondu en partie, en
confirmant le rôle des Safer comme opérateur foncier de l’agriculture et du monde rural et en renforçant
certaines de leurs prérogatives. Cela concerne notamment la capacité d’intervention en cas de vente en
démembrement de propriété ou de cession conjointe de terrains à vocation ou usage agricoles et de biens sur
lesquels elle ne bénéficie pas d’un droit de préemption.
La mise en place des Périmètres de protection des Espaces Agricoles Naturels périurbains (PEAN) entraîne une
nouvelle forme d’intervention de la Safer. Celle-ci s’est matérialisée début 2014 par la signature d’une
convention entre la Safer et le Département de la Loire-Atlantique où près de 20 000 ha de PEAN ont été créés.
5
4.2. Perspectives pour le PPAS 2015-2021
4.2.1. Installation/transmission
En matière d’installation des jeunes agriculteurs, deux propositions émergent : assurer un suivi des
installations, (évolution, pérennité, accompagnement post-installation…) et privilégier les installations en
Agriculture biologique (AB) en cas de cession de terres bio.
La transmission des exploitations est un enjeu fort des 10 prochaines années. Il est nécessaire de combiner
tous les outils dont dispose la Safer pour sécuriser le volet foncier de la transmission, et renforcer les
partenariats : Chambres d’Agriculture, DDT, Organisations de producteurs, Organismes techniques spécialisés,
Centre de gestion, Coopératives, Collectivités…
4.2.2. Observation/Veille foncière
La Safer entend développer l’observation foncière, auprès des collectivités locales et des services de l’État. Elle
doit contribuer à la prise de conscience de la consommation des espaces agricoles et permettre de la quantifier
pour répondre à la demande des décideurs publics, notamment à l’aide du portail Vigifoncier.
4.2.3. Développement des territoires ruraux
La Safer doit s’attacher à répondre aux besoins en développement des collectivités locales tout en prenant en
compte les besoins de l’agriculture et la préservation des terres agricoles.
Dans le même temps, il est nécessaire de systématiser le partenariat avec les EPF au travers de conventions
précisant les modalités d’interventions et complémentarités d’actions entre la Safer et ces Établissements
Publics. C’est ce qui a été fait début 2014 par la signature d’une convention avec l’EPF de Loire-Atlantique par
anticipation sur les dispositions de la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) votée depuis.
4.2.4. Préservation de l’environnement
Le renforcement du partenariat avec la DREAL devrait permettre d’être mieux informé des évolutions
réglementaires en matière d’environnement et d’anticiper les incidences qu’elles pourraient engendrer sur la
gestion du foncier (ex : compensations environnementales).
L’action de la Safer en matière environnementale est méconnue. La communication du Compte Rendu
d’Activité Environnementale devrait permettre aux services de l’État de mieux quantifier le rôle de la Safer
dans ce domaine. Enfin, une intervention efficace nécessite du temps et un suivi des engagements pris par les
attributaires. Il est donc nécessaire de faire évoluer les cahiers des charges environnementaux dans leur
contenu et leur durée.
6
5. Diagnostic
5.1. Diagnostic du marché foncier
L'étude du marché foncier rural est faite à partir des données de l'observatoire du marché foncier rural établi
par les Safer qui s'appuie sur l'ensemble des notifications des projets de vente que les notaires sont tenus
d'adresser aux Safer en vertu du Code rural et de la pêche maritime. Ces informations couvrent l'ensemble du
marché des espaces naturels (agricoles et forestiers). (source : étude FNSafer 2013).
Le marché foncier rural se décompose en sous marchés, classés selon la destination la plus probable des biens
après la vente. Plusieurs critères sont utilisés pour effectuer ce classement : nature de culture, profession de
l'acquéreur, surface, situation locative, exemption au droit de préemption de la Safer :
- Les marchés ruraux : ensemble des biens situés en zones agricoles ou naturelles qui n'ont pas de vocation
agricole ou qui perdent cette vocation au profit de pratiques ou d'usages non agricoles.




le marché résidentiel
le marché des espaces de loisirs
le marché des espaces en voie d'artificialisation
le marché forestier et des espaces naturels
- Les marchés agricoles : biens dont la vocation agricole est vérifiée au regard de la profession de
l'acquéreur, de la situation locative, de la surface, la nature cadastrale dominante (terres et prés,
vignes, ...) et/ou du prix.
5.1.1. Le marché foncier rural national (source FNSafer)
En 2013, au niveau national, nous observons une stabilisation du marché foncier rural en nombre de
transactions et surfaces vendues et une baisse en valeur.
Cette situation est liée à la dépréciation des marchés de l'urbanisation, du résidentiel et des espaces de loisir,
(liée à la dégradation des conditions économiques). Le marché forestier est stable et une reprise du marché
agricole est observée en nombre et en surface mais avec une baisse en valeur.
Le marché foncier agricole
En 2013, au niveau national le marché foncier agricole poursuit sa mutation :
- Les surfaces vendues (terres et prés) diminuent du fait de la réduction de l'espace agricole liée à
l'extension urbaine, du résidentiel en campagne et des infrastructures, des boisements et de la
progression du marché des terres louées.
- Les opportunités d'installation sur terres libres diminuent.
- Le marché des terres louées rattrape celui des terres libres : l'acquisition des terres louées est faite
principalement par les fermiers en place dans le but de consolider les exploitations existantes.
- Du fait de la fermeture du marché des terres libres, l'exploitation des terres en fermage devient le moyen
d'agrandissement des exploitations existantes.
Ces tendances sont atténuées dans l'Ouest et en particulier dans les Pays de la Loire où le marché des terres
libres est plus actif, où le bâti est plus fréquent et où les opportunités d'installations sont plus nombreuses.
Au niveau national toujours, le prix des terres est en hausse en 2013. Cette hausse s'explique par les revenus
agricoles en hausse depuis 2 ans, des taux d'intérêt bas et des perspectives de maintien à un niveau élevé des
cours des matières premières agricoles qui encouragent les agriculteurs à investir dans le foncier. Cette
progression s’observe surtout en élevage bovin, et polyculture-élevage du fait de meilleurs revenus en 2011 et
2012.
- les sociétés ont tendance à acheter les biens les plus chers, de surfaces plus importantes, en particulier les
biens bâtis.
- l'État et les collectivités acquièrent des biens à forte valeur unitaire, dans différentes optiques : constituer
des réserves foncières, mettre en œuvre les mesures de compensation environnementales, préserver les
ressources naturelles ou encore favoriser une agriculture de proximité notamment en secteur périurbain.
7
5.1.2. Le marché foncier rural sur la zone d’action de la Safer Maine Océan
a) Un marché foncier rural hétérogène
Après une contraction du nombre de transactions de l’ordre de 9.8% sur la période 2010-2012 (par rapport à la
période 2007-2009) avec des différences substantielles entre les départements (de -2.1% en Loire-Atlantique
jusqu’à -15.8% en Sarthe), l’activité semble se redresser en 2013 avec une hausse de 3.2% (12 000 ventes
notifiées). Néanmoins, la baisse des surfaces notifiées observée sur la période 2010-2012 (-11.3%) semble se
poursuivre en 2013 avec un recul de plus de 3%.
b) Un marché foncier agricole globalement tendu
Le marché agricole reste globalement tendu avec une stagnation du nombre d’acquisitions depuis 2009, une
baisse des surfaces notifiées en 2013 (-5%) et pour la première fois depuis 4 ans, une baisse également des
niveaux d’investissement (-3.5%). Ces chiffres font de l’exercice 2013 le plus faible depuis 13 ans. Difficile à
évaluer, le phénomène de cessions sous forme de transferts de parts non notifiés à la Safer est cependant une
des explications à la contraction du marché exprimée dans le diagnostic foncier. Cela représente un nombre
croissant de transferts de propriétés mais surtout, cela concerne souvent les unités les plus importantes en
surface.
8
c) Un besoin de surfaces supplémentaires
La réforme de la PAC, du fait de la diminution du montant global des soutiens devrait conduire à une recherche
d’augmentation de surfaces pour le maintien des revenus. De même, la réforme de la filière lait devrait
conduire à une restructuration des exploitations laitières avec une recherche de surfaces complémentaires
pour répondre aux volumes supplémentaires à produire.
Le développement des surfaces dédiées aux grandes cultures que nous constatons depuis plusieurs années va
également inciter les exploitants à rechercher des surfaces supplémentaires pour compenser une éventuelle
baisse des cours mais surtout pour compenser le surcoût lié à la conditionnalité des aides.
D’une manière générale, et même si cette croyance ne résiste pas toujours à une analyse économique fine des
systèmes d’exploitation, l’augmentation en surface est souvent perçue comme le moyen le plus rapide pour
préserver les capacités de production ou augmenter les revenus de l’exploitation.
Entre 2000 et 2010, la surface agricole utile (SAU) moyenne par exploitation est ainsi passée de 41 ha à 60 ha.
Ce raisonnement montre toutefois rapidement ses limites, notamment à cause des effets de seuils.
Enfin, toujours dans le registre de la recherche de surfaces complémentaires, les exploitations d’élevage sont
de plus en plus en demande de foncier, essentiellement pour gérer leurs problèmes d’effluents. Ici aussi, une
réflexion plus poussée pourrait conduire à rechercher des complémentarités entre agrandissement des
exploitations et gestion des épandages plutôt qu’à arbitrer des concurrences.
d) Une consommation des terres agricoles qui se maintient
Concernant le marché de l’urbanisation, si les superficies des terres perdant leur vocation agricole pour
changer de destination ont diminué ostensiblement depuis la crise, en passant de
600-700 ha/an/département (2005-2007) à 260-430 ha/an/département sur 2011-2013, on note cependant en
2013 les prémices d’un revirement haussier dans tous les départements excepté la Sarthe.
La consommation de SAU reste un enjeu qu’il convient d’observer pour mieux la maîtriser.
e) Un prix du foncier agricole à la hausse
Il faut ajouter à cela une hausse sensible des prix du foncier agricole qui, malgré la conjoncture, ont progressé
de + 18% entre 2009 et 2013 en Mayenne, +6% en Sarthe et + 4% dans le Maine-et-Loire. Seule la
Loire-Atlantique préserve des prix quasi stables depuis 5 ans. (Voir cartes ci-après)
f)
Conclusion : une pression foncière multifactorielle
Tous ces éléments concourent à caractériser une pression foncière accrue, pour des raisons diverses :
évolution des systèmes d’exploitation vers les grandes cultures, agrandissement des exploitations lié aux
contraintes environnementales (augmentation de surfaces pour s’orienter vers des systèmes plus extensifs, ou
sécuriser les plans d’épandage), ou plus simplement pour le maintien de l’autonomie fourragère et le maintien
ou l’augmentation du revenu. Dans ce contexte la Safer doit être en mesure de jouer pleinement son rôle de
régulateur sur les prix et de médiateur foncier pour préserver les terres agricoles tout en contribuant à la
préservation des ressources naturelles, de la biodiversité et au développement des territoires ruraux.
9
5.2. Prix des terres et prés libres non bâtis en 2010 et 2013
10
6. Enjeux agricoles, environnementaux et de développement rural concernant
l'activité de la Safer
6.1. Des enjeux nationaux
Le PPAS doit intégrer dans sa stratégie et ses priorités d'action les orientations agricoles nationales définies
dans le cadre :
- du projet agro-écologique pour la France destiné à favoriser les systèmes de production visant la triple
performance économique, sociale, environnementale et, notamment, les systèmes de production en
agriculture biologique,
- de la politique rénovée en faveur de l'installation en agriculture qui a désormais une cible élargie
notamment aux candidats à l’installation de plus de 40 ans et aux projets d'installation progressive (voir
er
article 1 de la loi d’avenir).
La volonté de l'État est de renforcer la politique des structures pour la rendre plus efficace. Elle est clairement
retranscrite dans la loi d'avenir par une confirmation du rôle des services de l’État et de la mission de service
public des Safer, un renforcement de la capacité d'intervention de ces dernières et une adaptation de leur
gouvernance. L’article 13 de la loi d’avenir modifie substantiellement les articles L141-1 et L143-1 et suivants
du Code rural et de la pêche maritime (CRPM) (voir annexe n°2).
6.2. Une déclinaison régionale
La Région des Pays de la Loire est particulièrement concernée par ces enjeux en raison d’une agriculture
dynamique, riche et diversifiée (voir diagnostic territorial du PRAD) pour laquelle il faut préserver les terres
agricoles et assurer le renouvellement des exploitants. Le nombre important de zones revêtant un enjeu
environnemental (voir diagnostic du SRCE) invite à trouver des compatibilités voire des complémentarités
entre agriculture et environnement. Le PDRR met en évidence à la fois l’importance économique de l’activité
agricole et l’incidence de cette dernière sur l’ensemble du développement des territoires ruraux notamment
en zone périurbaine.
Autant d’enjeux que la Safer doit intégrer dans sa stratégie et l’analyse AFOM qui suit détaille point par point
les éléments favorisant ou limitant l’action de la Safer en ce sens et en quoi la loi d’avenir apporte des
améliorations.
7. Analyse AFOM
L’élaboration de ce PPAS nécessite une analyse de type « Atouts – Faiblesses - Opportunités – Menaces » dite
AFOM. Cette analyse est le résultat à la fois du diagnostic, d’une réflexion interne au sein des services de la
Safer Maine Océan et enfin des consultations réalisées spécifiquement dans le cadre de ce PPAS. À chaque
interlocuteur sollicité (voir liste des consultations en annexe n°3) il a été demandé de mettre en évidence les
éléments externes à la Safer qui favorisent son action (les opportunités) et ceux qui la contraignent (les
menaces) avant de développer ses atouts et les points qu’il conviendrait d’améliorer (ses faiblesses).
7.1. Les éléments favorables à l’action de la Safer
7.1.1. Le renouvellement des générations d’exploitants agricoles
Les rencontres menées dans le cadre de l’élaboration de ce PPAS et les documents d’orientation consultés
(PDRR, PRAD notamment) mettent systématiquement en évidence un enjeu majeur pour l’agriculture et le
milieu rural : réussir le renouvellement des générations agricoles pour préserver le dynamisme de l’activité
agricole régionale.
11
Ce renouvellement tient à la démographie qui va avoir pour conséquence un nombre important de cessations
d’activité. En 2010 plus de 65% des exploitants avaient entre 40 et 59 ans. Par conséquent, plus de la moitié de
ces exploitants seront en âge de partir en retraite en 2020 (voir tableau ci-dessous). Il s’en suivra la mutation
d’un volume important de surface, par vente ou location.
Âge du chef d'exploitation
Ensemble
Exploitation
individuelle
GAEC
EARL avec chef
d'exploitation seul
EARL avec plusieurs
coexploitants
Statut autre
Ensemble
Moins de
40 ans
34344
6256
% des
moins de
40 ans
18,21
19142
2650
4550
De 40 à
49 ans
% des
40 à 49
De 50 à
59 ans
% des
50 à 59
60 ans
ou plus
% des 60
et plus
10985
31,98
11926
34,72
5177
15,07
13,84
5068
26,47
6923
36,16
4501
23,51
1601
35,18
1619
35,58
1265
27,80
65
1,42
3642
720
19,77
1616
44,37
1184
32,50
122
3,34
4463
871
19,51
1828
40,95
1674
37,50
90
2,015
2547
414
16,25
854
33,53
880
34,55
399
15,66
(Source Chambre Régionale d’Agriculture des Pays de la Loire)
7.1.2. L’importance de l’agriculture dans l’économie des Pays de la Loire
Le dynamisme et la diversité des productions agricoles ligériennes sont une richesse à préserver. L’agriculture
et ses industries d’aval sont des activités déterminantes pour la Région en termes de développement
économique et d’emploi :
-
la production agricole représente 4% de la population active régionale
la filière agroalimentaire plus de 4,5% des emplois régionaux
Par ailleurs, l'agriculture occupe une place importante sur le territoire régional : la Surface Agricole Utile (SAU)
occupe 68,2% du territoire soit 2 103 390 ha, contre 53,1% au niveau national (source PDRR).
7.1.3. La richesse paysagère et environnementale
La région Pays de la Loire est riche d’un point de vue environnemental avec des paysages variés (zones
humides, bocages, plaines, vallées, prairies…). À titre d’exemple, les haies occupent 4% de la SAU régionale
(contre 2% en France) et ces paysages remarquables sont le résultat de pratiques agricoles traditionnelles qui
ont su les préserver.
Ce patrimoine naturel et paysager est soumis à une pression d'aménagement (urbanisme, infrastructures,
équipements divers), à des pollutions plus ou moins diffuses et à des pratiques de gestion pas toujours
adaptées.
En matière de biodiversité, de nombreux outils de protection et de gestion existent. Dans certains cas,
l'intervention foncière accompagnée d'une orientation de la gestion peut être un moyen d'action déterminant
et irremplaçable pour préserver de manière forte et durable un espace ou une fonctionnalité naturelle. La
création du conservatoire d’espaces naturels des Pays-de-la-Loire doit permettre de développer une véritable
politique en ce sens en lien avec les acteurs existants.
En matière de paysage, dans le périmètre d’intervention de la Safer Maine Océan, un nombre conséquent
d’ensembles paysagers et patrimoniaux remarquables ont été protégés réglementairement. Ces espaces
emblématiques concernent très souvent des espaces à dominante naturelle et agricole. Ils sont protégés
notamment pour leur qualité paysagère et patrimoniale (marais, coteaux, prairies inondables, massifs
forestiers,..).
Si l’objectif majeur de ces dispositifs réglementaires est la préservation en l’état des sites, des actions de mise
en valeur peuvent également être utilement engagées. Au cours de l’instruction des dossiers, une conversion
de ces terrains en surface exploitable pour l’agriculture peut ainsi utilement contribuer à la requalification des
sites.
12
7.1.4. Une surconsommation des espaces agricoles
Toutefois, cette richesse paysagère et environnementale crée une attractivité touristique et résidentielle qui,
logiquement, a pour corollaire la nécessité de développer des espaces de vie, des voies de circulations, des
zones d’activités qui sont autant de sources de consommation de l’espace agricole. L'INSEE indique qu'en 2010
le foncier agricole en France a perdu 82 000 hectares, soit 0,3% par an. Cette consommation est supérieure de
50% par rapport à l’Allemagne où l’activité économique est plus soutenue qu’en France.
En Pays de la Loire ce sont 9 000 ha/an sur 2007-2009. Depuis 2009, la consommation annuelle de SAU a
diminué pour atteindre 7 000 ha/an soit un ratio équivalent à la consommation nationale.
Face à ces données, il n’est pas exagéré de parler de « surconsommation » des terres agricoles. L’observation
foncière de la Safer permet de quantifier et visualiser cette consommation. Elle peut ainsi éclairer les décideurs
lors de l’élaboration des documents de planification. La consommation des espaces agricoles peut entrainer un
morcellement des exploitations. La Safer a un rôle à jouer sur l'amélioration de la structuration parcellaire des
documents de planification et limiter les conséquences de l’urbanisation par des compensations foncières.
7.1.5. La nécessité des compensations agricoles
La Safer entretient des partenariats avec les collectivités et les acteurs privés pour les accompagner dans leurs
projets de développement. Elle peut ainsi mesurer l’impact foncier de ces projets et compenser les
exploitations concernées.
La nécessité d’assurer des compensations foncières agricoles, se renforce chaque année du fait de la
consommation de la SAU évoquée précédemment et du besoin croissant de surfaces (voir § 3.1.2 b et d).
En Pays de la Loire, il s’agit d’une préoccupation de la profession agricole et des pouvoirs publics. Le Plan
Régional Agriculture Durable (PRAD) en fait une priorité et identifie la Safer comme un des partenaires
principaux pour limiter cette consommation des terres agricoles et, à défaut, la compenser.
7.1.6. La nécessaire protection des espaces naturels
Le PDRR rappelle que le maintien et la restauration de la qualité de l’eau est un enjeu régional majeur et, dans
le domaine, d’importants efforts restent à faire. Le Schéma Régional de Cohérence Écologique démontre la
nécessité, pour la préservation de la biodiversité, d’instaurer des trames vertes et bleues, qui via les
documents d’urbanisme deviennent opposables aux tiers. Diverses mesures de protection dont les Espaces
Naturels Sensibles (ENS) ou les PEAN ont été mises en place. Autant de documents ou de dispositifs qui
traduisent la volonté politique de répondre à une attente sociétale.
Le foncier étant à la base de toute activité humaine, directement ou non, s’agissant d’espace à préserver, ces
mesures ont une résonnance en matière d’utilisation du foncier et de pratiques agricoles.
En outre, dans les 4 départements où s’exercent les missions de la Safer Maine Océan, on recense 86 sites
classés et 123 sites inscrits, pour une surface totale d’environ 70 000 hectares, soit un peu moins de 2 % du
territoire concerné.
Enfin, en plus de ces espaces réglementairement protégés, il convient de signaler l’inscription du Val de Loire
au patrimoine mondial de l’Unesco, un vaste paysage culturel qui s’étend sur plus de 280 kilomètres de
Sully-sur-Loire (45) à Chalonnes-sur-Loire (49).
7.1.7. La triple performance économique, sociale et écologique
Développer l’agriculture biologique, assurer des compensations environnementales, favoriser les projets agroécologiques combinant performance économique et écologique sont autant d’enjeux auxquels la Safer doit
répondre en recherchant la meilleure compatibilité voire la complémentarité entre la préservation des espaces
naturels et le maintien d’une utilisation agricole des terres adaptée.
7.1.8. La valorisation de la ressource forestière
Les forêts privées en Pays de la Loire couvrent 317 000 ha, ce qui représente environ 11 % du territoire
régional. Cette région forestière plutôt modeste (taux national : 29 %) figure néanmoins parmi les plus actives
sur le plan de la transformation des bois, qui va donc bien au-delà de la valorisation de la seule ressource
régionale.
13
Celle-ci s'inscrit dans le cadre de la gestion forestière durable appliquée au niveau de la propriété individuelle
grâce aux Plans simples de gestion. Au-delà du seuil de propriétés de 4 ha, ils couvrent 60 % des surfaces
concernées et dépassent 85 % pour les forêts de plus de 25 ha.
Les difficultés majeures proviennent des plus petites propriétés (< 4 ha), dont le grand nombre (115 000) et la
dispersion, s'ils constituent un réel atout environnemental, n'en demeurent pas moins un handicap sérieux à
leur valorisation économique.
Ces problématiques nationales se trouvent aujourd'hui confrontées à une demande en forte croissance sur le
bois-énergie et au développement de l'utilisation du bois dans la construction, au sein d'une balance
commerciale très déficitaire.
Pour le bois, comme pour l'alimentation, "Consommer local" s'imposera de plus en plus.
7.1.9. La reconnaissance par ses partenaires de la compétence et de la polyvalence de la Safer
La compétence de la Safer est reconnue en matière d’intervention et d’observation foncière. La loi d’avenir l’a
rappelé et a renforcé ses pouvoirs et ses moyens, notamment en élargissant ses capacités d’intervention par
préemption et en faisant d’elle un membre de droit des futures Commissions Départementales de Préservation
des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers( CDPENAF). Le rapport foncier du CESER Pays de la Loire de juin
2013 présente également la Safer comme un partenaire incontournable des collectivités et des établissements
publics fonciers (EPF) pour la mise en place d’une véritable politique d’intervention foncière (en lien
notamment avec les Départements dans le cadre des PEAN). Cette compétence s’exerce de manière
polyvalente, tant au profit de l’agriculture que dans le développement durable des territoires ruraux ou la
préservation de l’environnement.
7.2. Les éléments contraignant l’action de la Safer (menaces)
7.2.1. Un contexte qui évolue plus vite que les moyens d’intervention de la Safer
La Safer dépend de l’adaptation des outils dont elle dispose aux exigences de ses missions. Ceux-ci ont été
élaborés par le législateur. Or, ils n’évoluent pas aussi vite que le contexte dans lequel la Safer tente de les
utiliser. On peut citer ainsi :
a) La dissociation du foncier et du bâti
En zones de forte pression foncière (littorale ou périurbaine par exemple), les usages du foncier sont multiples.
Or, la législation limite les capacités de préemption de la Safer. Les dispositions de la loi d’avenir devraient
permettre quelques avancées, notamment sur les bâtiments ayant perdu leur usage agricole depuis moins de 5
ans ou sur les biens mixtes, sur lesquels une préemption partielle pourra s’envisager. Toutefois, pour
intéressantes qu’elles soient, ces nouvelles prérogatives risquent d’être très insuffisantes par rapport aux
enjeux ou difficiles à mettre en œuvre (pour la préemption partielle notamment).
b) L’absence de droit de préemption sur les transferts de parts sociales
Du fait de la déconnexion croissante entre le financement du foncier et celui du capital d’exploitation, les
ventes par transfert de parts sociales s’amplifient d’année en année. La Safer doit être présente sur ce marché.
Toutefois, l’absence d’un droit de préemption sur les cessions sous forme sociétaire, ne lui permet pas de jouer
pleinement son rôle de régulation et de transparence du marché. Cela ouvre des failles importantes dans le
dispositif du contrôle des structures dans lesquelles s’engouffrent tous ceux qui souhaitent le contourner.
Ici aussi, en donnant aux Safer la possibilité de préempter uniquement en cas de cession de la totalité des parts
d’une société, la loi d’avenir n’apporte qu’une réponse très incomplète à cette question qui prend une
importance croissante au fil des ans.
c) Absence de stratégie d’aménagement forestier
Le morcellement de la propriété est une des limites à la valorisation de la forêt. Toutefois, il ne ressort pas des
entretiens réalisés une volonté forte de la part des acteurs de la filière d’instaurer la restructuration foncière
comme l’une des priorités d’intervention.
De même, l’absence de droit de préemption sur le marché forestier (que ce soit sur les cessions de parts ou les
biens boisés) ne permet pas à la Safer d’être identifiée comme un partenaire potentiel.
14
d) La durée trop limitée des modes de gestion temporaire
Enfin, concernant l’appui technique aux collectivités, la durée des modes de gestion temporaire (5 ans pour
une Convention d’Occupation Provisoire et Précaire (COPP), 3 ou 6 ans pour une Convention de Mise à
Disposition (CMD)) est un facteur limitant bien que ces conventions soient jugées utiles et sécurisantes par nos
partenaires. Leur durée réglementaire est en effet trop courte par rapport au temps nécessaire à la réalisation
des études, des procédures d’acquisition et/ou d’échange des terrains et de passation de marché pour le
projet.
7.2.2. Un positionnement délicat de la Safer dans un contexte passionnel
a) La mise en cause de l’objectivité de la Safer
La question de l’objectivité de la Safer dans son action est souvent revenue dans les entretiens et ce alors
même que la Safer s’attache à respecter strictement les procédures garantissant la transparence des décisions
et travaille en permanence sous le contrôle de ses autorités de tutelle. De même, alors que les notifications de
vente sont diffusées à tous les syndicats agricoles représentatifs et que toutes les procédures de décision sont
écrites, soumises à un appel public à candidature et à l’accord des commissaires du gouvernement, l’image qui
en ressort est encore trop souvent celle d’une Safer qui prend ses décisions à huis clos, avec une concertation
qui serait très restreinte.
Deux raisons structurelles tiennent à cela :
-
le foncier reste un sujet très passionnel du fait d’un contexte concurrentiel important,
la Safer procède à des arbitrages entre candidatures concurrentes. De ce fait, il subsistera toujours
des réactions négatives émanant de candidats non retenus ou retenus partiellement.
b) Des divergences d’approche vis-à-vis de l’environnement ou du développement local
La Safer recherche une compatibilité entre des projets d’intérêts divergents, alors que la tendance générale
demeure à vouloir opposer agriculture et environnement ou agriculture et développement local. Cette
opposition est fréquente notamment parmi les défenseurs de l’environnement. Ces divergences influent sur le
ressenti et la perception du rôle de la Safer.
7.2.3. Une image trop souvent floue et déformée
L’image générale qui ressort de la Safer est très souvent réduite aux seules préemptions et génère, de ce fait,
une méconnaissance forte de son rôle et de son action. Les outils et les atouts qu’elle possède sont souvent
ignorés de ses interlocuteurs voire de ses partenaires. Les conseillers fonciers sont ainsi régulièrement amenés
à expliquer leur métier, justifier leur intervention, le fait que la Safer puisse acquérir à l’amiable ou encore
qu’elle doive facturer des frais d’intervention.
Enfin, la Safer est bien identifiée par les partenaires (collectivités, EPF, aménageurs publics ou privés, OPA…)
comme un opérateur foncier. Cependant sa connaissance du marché et sa capacité d’observation et d’analyse
de la faisabilité foncière d’un projet sont méconnues. Par conséquent, elle n’est pas perçue comme un
partenaire de l’amont capable d’apporter des éléments d’aide à la décision.
7.2.4. La difficulté à trouver des partenaires pour assurer le suivi d’un cahier des charges
environnemental
Lorsque la Safer attribue un bien en faveur d’un projet environnemental, elle impose un cahier des charges
environnemental. Or elle n’a pas en interne toutes les compétences requises pour évaluer, juger et sanctionner
un éventuel non-respect des engagements pris. La crédibilité de la Safer s’en trouve également affaiblie.
Espérons que la création du CEN permettra de nouer des partenariats pour renforcer ce suivi.
7.2.5. Un fonctionnement par territoire à repenser
La gestion du foncier rural repose historiquement sur une approche et un maillage territorial (voir annexe n°8).
Les réseaux et partenariats se sont construits en suivant cette logique. Or, le renouvellement des générations
agricoles est aujourd’hui une question cruciale au sein des filières avec un impact fort sur le devenir des
organisations de producteurs et des enjeux qui dépassent les limites territoriales traditionnelles. Pour
répondre à ces mutations, la Safer doit évoluer ainsi que ses partenaires habituels.
15
7.2.6. L’absence d’un modèle économique permettant de financer la mission de service public de la
Safer
a) Aménagement foncier amiable
La Safer participe à la restructuration foncière des exploitations au quotidien. À ce titre, elle perçoit une
rémunération pour le service rendu. Elle est parfois sollicitée uniquement pour effectuer de la restructuration
amiable, hors procédure d’aménagement foncier, en vue d’améliorer le parcellaire des exploitations et
rationnaliser la valorisation des espaces agricoles. Par le passé, ces actions bénéficiaient de financements
publics qui n’existent plus aujourd’hui.
b) Le petit parcellaire
De même est-elle sollicitée pour intervenir, à l’amiable ou en préemption, sur du petit parcellaire ou sur du
linéaire pour satisfaire à des projets présentant un double enjeu agricole et environnemental et assurer la mise
en place de plans de gestion (exemple dans les Basses Vallées Angevines ou les prés bas en bord de rivières). Le
temps passé sur ces opérations est souvent long et les frais d’intervention importants en proportion de la
valeur du foncier mobilisé. De ce fait, lorsque ces projets ne s’inscrivent pas dans un projet identifié et financé,
la Safer éprouve des difficultés à satisfaire aux porteurs de projets.
c) L’observation foncière
Les services de l’État et des collectivités sont régulièrement en demande d’analyse et d’observation foncière.
La demande est légitime mais les lignes budgétaires sont insuffisantes voire inexistantes.
Malgré la prise de conscience de la consommation du foncier et l’évaluation de cette consommation du foncier
demandée auprès de la Safer, le contexte budgétaire ne permet pas toujours de financer le travail engagé par
la Safer pour remplir sa mission de service public.
7.3. Les principaux atouts de la Safer et points d’amélioration
7.3.1. Les atouts
a) Transparence des marchés
La transparence des marchés est une compétence de plus en plus reconnue à la Safer Maine Océan. Cela tient
aux atouts dont elle est dotée et qu’elle a su développer.
Ainsi lui est-elle reconnue sa réactivité et son approche terrain pluridisciplinaire, à la fois technique et adaptée
aux contextes locaux. Elle a pu mettre à profit une véritable compétence dans l’expertise sur le foncier bâti et
non bâti.
Les procédures qu’elle doit respecter, bien que contraignantes pour ses interlocuteurs, garantissent la
transparence de son action et la faculté, pour chacun, de poser sa candidature auprès de la Safer.
Cette transparence est désormais accrue par la diffusion des appels à candidature sur son site Internet
(www.safermao.fr). Vis à vis des collectivités, les retours des élus ou de leurs collaborateurs ayant accès à
Vigifoncier montrent que cet outil cartographique associé à la qualité des rapports fonciers transmis
périodiquement répond à un réel besoin et participe à une meilleure connaissance de leur territoire.
Les données dont elle dispose lui permettent de réaliser des études précises sur l’évolution des marchés, les
enjeux ou la consommation du foncier etc… Que ce soit à la demande d’une collectivité ou d’un opérateur
privé, la Safer est en mesure de réaliser des croisements de données et de cartographier le résultat à la
parcelle. Elle peut donc ainsi assurer une analyse extrêmement fine à l’échelle d’un territoire.
La mise en ligne de son activité et les rapports fonciers qu’elle établit accroissent encore la transparence des
marchés fonciers quant au prix mais également quant aux observations qu’elle formule.
b) Négociation foncière et immobilière en milieu rural
En matière de négociation foncière, cœur de métier de la Safer, ses atouts sont nombreux de par son
expérience et des outils dont elle dispose. Nous nous attacherons à retenir les compétences et les atouts
qu’elle a développés au-delà des moyens que la loi lui confère.
- Capacité à mobiliser et combiner l’ensemble des outils dont elle dispose pour assurer la maîtrise du
foncier et des bâtiments :
16
La Safer dispose d’outils qui lui permettent d’intervenir sur les ventes ou les locations de foncier et
de bâtiments, les transferts de parts sociales, de cheptel, matériel etc…
Sa force est de savoir les combiner pour trouver des solutions globales pour des biens complexes
(biens ruraux associés à du foncier ou des bâtiments agricoles, transmissions complètes
d’exploitations….).
- Capacité à procéder à des arbitrages complexes entre des projets concurrents :
La pluridisciplinarité des conseillers fonciers de la Safer et la composition de ses instances de
décision regroupant tous les acteurs du monde rural en font un organisme unique. La mise en place
d’un cahier des charges dans toutes les rétrocessions lui donne la capacité de s’assurer dans le temps
du respect des engagements pris. Tout ceci concourt à accroître sa légitimité au sein du milieu rural,
à être présente sur le marché foncier et devenir ainsi un véritable acteur du marché et de la mise en
œuvre d’une politique agricole.
- Connaissance des filières, approche cartographique et valorisation des bases de données :
La combinaison de ces trois domaines de compétence contribue à positionner la Safer comme un
partenaire majeur dans la politique de renouvellement des générations agricoles et de pérennisation
d’une agriculture dynamique et diversifiée.
c) Des moyens au service de la propriété forestière
Ses compétences en matière de négociation foncière sont un atout qui doit être valorisé dans les relations avec
les propriétaires forestiers. Elle peut aussi intégrer dans le cahier des charges Safer l’obligation de mettre en
place un plan simple de gestion.
L’existence au sein du groupe Safer d’un réseau national de conseillers fonciers ayant une sensibilité en
matière forestière, permet de trouver des porteurs de projet ou des investisseurs sur l’ensemble du territoire
français.
d) Développement durable des territoires ruraux
Sa capacité de médiation entre agriculteurs et collectivités est une force. La Safer est la seule structure qui peut
à la fois négocier les emprises, constituer des stocks fonciers, assurer leur gestion temporaire et affecter ces
stocks aux compensations agricoles et/ou environnementales.
Là encore, le cahier des charges systématique permet de trouver des solutions adaptées aux biens et aux
projets et d’en assurer le suivi.
Suite à des acquisitions amiables, en sa qualité d’opérateur foncier rural polyvalent, la Safer est en mesure
d’assurer une mise en relation des porteurs de projet avec des collectivités ou de faciliter l’émergence d’un
projet en réorientant un bien bâti tout en préservant les terres agricoles.
e) Protection de l’environnement
Dans ce domaine la Safer a su démontrer sa capacité à :
- arbitrer pour assurer la compatibilité entre préservation de l’environnement et maintien d’une activité
agricole ;
- anticiper, par des acquisitions amiables, pour satisfaire à des projets environnementaux sans attendre une
contrainte réglementaire. Le cahier des charges environnement mis en place pour chaque attribution
assure le respect des engagements pour une période longue (jusqu’à 30 ans maximum) nécessaire en
matière d’environnement ;
- intervenir par usage de son droit de préemption environnemental. La Safer évite des usages non
conformes de biens protégés ;
- assurer une gestion temporaire des biens acquis (à l’amiable ou par préemption) à des fins
environnementales.
7.3.2. Les pistes d’amélioration
À la suite des éléments contraignant l’action de la Safer, en s’appuyant sur les opportunités et les atouts
recensés, quelques pistes d’amélioration ont été identifiées.
a) Transparence des marchés
- Mettre en application les sanctions existantes en cas d’absence de notification de vente
17
L’objectif serait de limiter la part du marché non notifié. Les rencontres réalisées avec les notaires
sont à renouveler pour mieux expliquer le fonctionnement de la Safer et ses modes opératoires.
Cette démarche est d’autant plus pertinente à l’adresse de notaires nouvellement installés. Elle est
également rendue indispensable par les dispositions de la loi d’avenir qui renforcent les sanctions en
cas de défaut d’information de la Safer.
- Cibler les destinataires et la nature de l’information diffusée
Il s’agit d’éviter des utilisations concurrentielles. Vis-à-vis de ces destinataires (privés ou publics) il
est nécessaire de trouver une équilibre entre le coût de revient du traitement des informations et le
service rendu en différenciant la tarification selon qu’il s’agisse d’un interlocuteur privé ou public.
- Maintenir, voire améliorer la qualité de saisie des notifications
La saisie, la vérification et le traitement des notifications sont des étapes déterminantes pour assurer
une observation foncière de qualité et donner des informations pertinentes.
- Croiser les données Safer avec celles de la DGFIP
Cette disposition qui vient d’être votée améliorera encore la finesse et la pertinence de l’observation
foncière. Ce savoir-faire doit être intégré à l’activité de la Safer et valorisé lors des rencontres avec
les collectivités ou leurs établissements.
b) Négociation foncière en milieu rural
- Montrer la plus-value apportée par la Safer
À l’entame d’un dossier et/ou à son issue, il s’agit de mettre en avant non seulement le résultat
recherché ou obtenu mais également la méthode employée vis-à-vis des interlocuteurs de la Safer
pour se positionner en véritable acteur de la transmission des exploitations, et notamment :




Cédants et repreneurs
Organismes Professionnels Agricoles
Acteurs économiques (banques, centres de gestion…)
Acteurs des filières…
- Mettre en place un portage foncier garanti
Un tel dispositif faciliterait la restructuration et la transmissibilité. Il pourrait être garanti soit par
convention avec une collectivité soit par un partenaire économique d’une filière agricole.
- Renforcer le partenariat avec les filières
Dans le cadre du renouvellement des générations il est nécessaire de renforcer ou développer de
nouveaux réseaux. Pour ce faire la Safer devra valoriser les compétences spécifiques de ses
conseillers auprès des filières.
Pour autant, il convient de construire ces nouveaux partenariats dans le respect des règles
habituelles de prise de décision.
- S’adapter aux nouveaux projets
La diversité des projets agricoles a conduit la Safer à élargir la composition de ses instances. Cette
ouverture doit s’accompagner d’une adaptation des processus décisionnels pour avoir une meilleure
capacité pour examiner tous les projets et adapter le cahier des charges aux projets atypiques.
En matière d’installation aidées, le cahier des charges doit intégrer des engagements économiques
pour respecter les critères d’octroi de la DJA pendant toute la durée prévue, conformément aux
dispositions légales réglementaires.
- Assurer le suivi des attributaires
La Safer doit se donner les moyens de rester en contact des attributaires tout au long de leur carrière
pour les accompagner à chaque étape de leur activité professionnelle. Elle sera ainsi en meilleure
capacité pour mesurer la pérennité des projets d’installation, assurer un meilleur suivi de ses
attributaires et démontrer ainsi la réussite de son action.
18
c) Développer l’action en faveur de la filière bois
La Safer doit évaluer le potentiel du marché forestier (structure forestière, part de la forêt sous plan simple de
gestion…) afin de se doter des compétences internes (ou mutualisées entre Safer) ou rechercher celles
externes, techniques et fiscales adaptées à ce potentiel.
En externe, elle doit améliorer son réseau et tisser des relations plus étroites avec le centre régional de la
propriété forestière (CRPF).
De ces relations pourra émerger un cahier des charges plus adapté aux besoins de la filière bois intégrant
notamment l’engagement de réaliser un document de gestion même en deçà des seuils de surface obligatoires.
d) Être associée en amont des décisions d’aménagement
Pour être plus présente au cœur des problématiques des territoires ruraux, la Safer doit être associée en
amont des projets de développement, notamment lors de l’élaboration des plans locaux d’urbanisme (PLU).
Cela nécessite de :
- Capitaliser sur les réussites pour être identifié comme un partenaire du développement local et
régulièrement sensibiliser les collectivités à la nécessité de maintenir la diversité des filières.
- Donner les moyens aux instances décisionnelles de la Safer d’apprécier les enjeux portés par les projets de
développement rural (critère d’emploi, préservation de l’espace, compatibilité avec le maintien de
l’agriculture).
- Mutualiser nos compétences entre Safer pour répondre aux projets d’envergure ou aux projets innovants.
- Nouer de nouveaux partenariats : de nouvelles collaborations seront à initier pour connaître et apprécier
la faisabilité des projets atypiques (CCI, CRT…).
e) La protection de l’environnement
Pour que l’action de la Safer, dans ce domaine, soit plus efficace et plus visible il convient de :
- Renforcer le cahier des charges environnemental dans ses conditions de mise en œuvre et de suivi des
engagements (avec des engagements vérifiables et sanctionnables).
- Former les représentants des organismes ou associations protectrices de l’environnement afin qu’ils
puissent pleinement remplir leur mission au sein des comités techniques.
- Identifier les zonages environnementaux et les intégrer dans l’expertise menée par les conseillers
fonciers.
- Mettre en évidence, dans la présentation des dossiers au Comité Technique, l’ensemble des engagements
environnementaux déjà pris (et déjà renseignés) par le candidat.
- Capitaliser sur les actions de la Safer en faveur de l’environnement (motivation en Comité Technique,
dossiers subventions de l’État pour le volet environnemental, CRAe) en mettant en relief les nouveaux
partenariats initiés avec les acteurs environnementaux (Conservatoire du littoral, Conservatoire d’Espaces
Naturels, …).
- Développer des financements spécifiques pour assurer à la Safer une juste rémunération de son action.
- Étudier, avec les acteurs spécialisés, collectivités et services de l'État, les besoins et possibilités
d'interventions plus spécifiques à la biodiversité et aux paysages, notamment :
• utiliser l'intervention foncière agricole pour éviter la destruction ou la dégradation de milieux ou
d'espaces, par exemple par échange de parcelles
• assurer une meilleure maîtrise du foncier dans les espaces naturels les plus importants ou les
plus vulnérables, par une intervention publique le cas échéant
• orienter quantitativement et qualitativement les dispositifs de compensation environnementale
• œuvrer au maintien des exploitations agricoles, viticoles et forestières en place en privilégiant
des modes d’exploitation respectueux des paysages et des milieux
• favoriser la conversion de certaines zones dégradées (ex. terrains en friche, délaissés, anciennes
zones de loisirs et de camping, ...) en terres pour l’agriculture ou l’élevage
• contribuer, dans le respect de la loi, à la recherche d’un meilleur équilibre dans la valorisation
agricole et environnementale du foncier dans certaines zones sensibles, notamment les zones
humides telles que la Vallée de la Loire et de ses affluents par exemple.
19
SYNTHESE DE LA PARTIE 1
L’analyse AFOM a permis d’identifier les 5 enjeux majeurs et complémentaires sur lesquels doit se
construire le PPAS.
Concernant le domaine agricole, le nombre important des exploitants qui arriveront au terme de leur
carrière va rester soutenu pour les 10 prochaines années. Dans certains secteurs comme l’horticulture,
ce sont plus de 50% des exploitants qui cesseront leur activité. Le premier défi à relever est donc
d’assurer le renouvellement des générations en demeurant un acteur majeur de la transmission des
exploitations.
Cette transition ne doit pas être uniquement quantitative. La Société est en demande d’une production
plus locale, plus sécurisée et plus respectueuse de l’environnement. En parallèle, la profession
recherche légitimement à maintenir ses revenus. Pour cela elle se doit de toujours être plus
performante pour dégager de la valeur ajoutée, seul moyen de rester présent sur des marchés
mondialisés. Voulue par l’État, la triple performance économique, sociale et environnementale est un
paramètre que la Safer doit prendre en compte dans ses arbitrages. Il s’agit là d’enjeux transversaux que
la Safer intègre de plus en plus dans l’instruction de ses dossiers.
Le « pari » de cette transition sera gagné si la Safer participe à maintenir des agriculteurs dans
l’ensemble des filières, condition sine qua non de la vitalité des territoires.
Pour y parvenir, il est indispensable de veiller à limiter la consommation des espaces valorisés par
l’agriculture et appréhender le foncier agricole comme une ressource naturelle à préserver au même
titre que l’eau ou la biodiversité faunistique et floristique.
Du maintien de la production agricole locale, dépend la valeur ajoutée qu’elle développe tant en amont
(au travers de la recherche et développement notamment dans les filières végétales spécialisées) qu’en
aval de l’acte de production (par la transformation et la commercialisation). En dépendent également
les emplois qu’elle crée ou qu’elle génère et, par voie de conséquence le développement et le
dynamisme des zones rurales dont l’agriculture est une des composantes majeures.
La mission de la Safer ne se cantonne donc pas à la sphère agricole. À la fois témoin et acteur de la
multifonctionnalité de l’espace rural, en facilitant l’émergence de projets ruraux (non agricoles), elle
participe activement à la mise en œuvre des politiques publiques pour favoriser un développement
durable des territoires ruraux (y compris périurbains). Ce rôle de médiateur et/ou d’opérateur foncier
doit être renforcé pour favoriser l’implantation de porteurs de projets générateurs d’emplois en zone
rurale.
Dans le même temps, la Safer doit poursuivre et améliorer son action sur la transparence des marchés
fonciers, agricoles et ruraux, pour répondre à la demande des collectivités et des services de l’État.
Garante d’une veille foncière, la Safer assure également une mission d’analyse et d’observation foncière
pour éclairer les pouvoirs publics dans les orientations qu’ils auront à prendre en faveur de
l’aménagement des territoires.
20
PARTIE 2 : 5 ENJEUX, 1 PROGRAMME D’ACTIONS
Le milieu rural reste le témoin privilégié du développement des activités humaines et de leurs
conséquences en matière de consommation du foncier.
Après avoir servi de réserve foncière pour assurer le développement des villes, des infrastructures
industrielles, artisanales, commerciales, de tourisme de loisir, ou encore la réalisation d’axes de
communication (routes, voies de chemin de fer…), le milieu rural est désormais aussi perçu comme une
richesse naturelle à préserver avec de multiples ressources au rang desquelles se trouvent l’eau, la forêt,
la biodiversité mais également les terres agricoles.
Aujourd’hui encore, la maîtrise du foncier est un des leviers de la préservation des richesses naturelles,
(zonages environnementaux, compensations environnementales, compensations agricoles, PEAN…).
Toutes ces évolutions successives participent à la fois à une concurrence entre ces différents usages et à
une consommation des espaces valorisés par l’agriculture.
Les pouvoirs publics n’ont pris conscience de cette réalité que très récemment et cherchent désormais à
« Éviter, Réduire voire Compenser » la consommation des terres agricoles.
La Safer, par sa polyvalence -mise en évidence dans le diagnostic qui précède-, est un interlocuteur
privilégié pour faciliter le renouvellement des générations agricoles, concilier l’agriculture et
l’environnement, participer à la préservation des ressources naturelles, contribuer au développement
durable des territoires ruraux et assurer la transparence du marché foncier.
Ces enjeux comportent chacun des problématiques différentes auxquelles il convient d’apporter des
réponses spécifiques détaillées au travers de fiches-action décrivant les actions envisagées, les
partenaires (financiers ou techniques), les moyens (humains et/ou techniques et/ou financiers) et des
indicateurs de progression.
Deux précisions cependant :
L’enjeu du renouvellement des générations agricoles est appréhendé avec différentes échelles de
temps.
À court terme et en premier lieu sont présentées les actions à destination des cédants qui se trouvent
actuellement confrontés à la transmission de leur exploitation (action 1.1).
À moyen terme, les actions présentées dans la fiche-action 1.2 concernent les exploitants qui envisagent
de céder leur exploitation dans les 5 à 10 ans à venir et pour lesquels un accompagnement technique
est nécessaire pour améliorer la transmissibilité de leur exploitation.
À plus long terme, il convient de conforter les exploitations de taille modeste afin d’assurer leur viabilité
pour espérer les transmettre.
Enfin, il est important de rappeler que le développement durable des territoires ruraux implique à la fois
l’économie -dont l’agriculture fait partie intégrante- et l’environnement. La profession agricole et les
défenseurs de l’environnement trouvent de plus en plus souvent des points de convergence. Ils ont
notamment pour dénominateur commun la volonté de préserver l’ensemble des richesses du territoire.
C’est pourquoi, les fiches-action 4.1 et 4.2 mettent en évidence la complémentarité et la convergence
de l’agriculture et de l’environnement.
21
Enjeu N°1
Renouveler les générations agricoles
Action 1.1
Assurer la Transmission des exploitations et l'installation en agriculture
National
(2012)
Nombre de 1ères installations
Indicateur(s) (hors transfert entre époux)
dont nombre de JA (chefs
de contexte
d'exploitation)
Superficie Moyenne des 1ères
installations (hors transfert
entre époux) (en Ha)
11544
(hors DOM)
5 248
32
(hors DOM)
Maine Océan
(2012)
Région
(2012)
Source
759
994
MSA
/
499
MAAF
32,46
33,25
MSA
Public
concerné
Cédants, repreneurs (dont les candidats à l'installation) et propriétaires fonciers
Objectif
général
Mobiliser l'ensemble des moyens permettant de positionner la Safer en acteur de la transmission des
exploitations agricoles et de l'installation en agriculture.
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateur(s)
de
réalisation
- assurer un renouvellement des générations agricoles sur l'ensemble du territoire
- préserver la diversité des filières
- favoriser l'émergence de projets viables et conformes aux projets agricoles départementaux et au futur
schéma directeur régional des structures.
- valoriser la capacité de la Safer à sécuriser le volet foncier de la transmission par la combinaison de tous les
outils dont elle dispose
- développer des partenariats de nature à organiser et faciliter la synergie des acteurs de la transmission
- favoriser le dialogue entre les acteurs par des rencontres régulières
Région
Chambres d'Agriculture (régionale et départementales)
Syndicats agricoles
Coopératives et toute autre organisation de producteurs (fédération viticole, FNPHP…)
Centres de gestion
Notaires
Banques
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
- apport spécifique de conseillers fonciers ayant des compétences particulières, soit sur une filière soit en matière
de gestion
- apports du groupe interne « Transmission » mis en place par la Safer Maine Océan
Moyens techniques :
- mettre en relation des conseillers fonciers avec des conseillers ou techniciens d’organismes partenaires en
charge de la transmission
- développer les conventions d'Intermédiation Locative dans le cadre des transmissions
Moyens financiers :
- financement de l'installation (banques, bailleurs, fonds d'investissement...)
- financement par portage foncier (Région, suite stockage temporaire)
- signature d'une convention de partenariat avec la Chambre Régionale d’Agriculture (RDI) et les Chambres
Départementales
- réalisation de dossiers opérationnels en partenariat RDI/Safer
- signature convention de portage foncier avec la Région
- nombre de dossiers de transmission (indicateur 1.1.1)
- nombre de conventions d'Intermédiation locative dans le cadre des transmissions (indicateur 1.1.2)
- taux de surfaces exploitées en location (indicateur 1.1.3)
- taux de prise de marché sur les unités bâties de plus de 20 ha (indicateur 1.1.4)
22
Référence
nationale
Nombre de 1ères installations
dont nombre de JA
(bénéficiaires de la DJA)
dont nombre en
Hors Cadre Familial
dont nombre certifiés en
Agriculture Biologique
Surface rétrocédée en faveur
des 1ères installations / Total
des surfaces rétrocédées pour
la mission agricole (hors
maintien des fermiers en
place)
Surface rétrocédée en faveur
de l'installation / Total des
surfaces rétrocédées pour la
mission agricole (hors maintien
des fermiers en place)
1 158
90
(107 en 2012)
120
280
NON SIGNIFICATIF
(70 en 2012)
90
691
Indicateur**
1.1.3
(87 en 2012)
130
15
(exercice 2012)
70
(moyenne annuelle 2007-2012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
31%
29%
30%
Situation de référence
Maine Océan
Source
Safer/Terre
d'EuropeScafr
17
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Source
Safer/Terre
d'EuropeScafr
41%
41%
45%
Référence
nationale
Situation de référence
Maine Océan
(base année 2012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
Source
Nombre de dossiers
d'Intermédiation locative
pas de
référence
connue
26
50
Surface totale d'intermédiation
locative
pas de
référence
connue
415
1 000
Surfaces gérées en
Intermédiation locative
/Surfaces rétrocédées dans le
cadre des transmissions
pas de
référence
connue
pas de référence
connue
50%
Référence
nationale
Situation de référence
Maine Océan
(données 2007)
(donnée RGA 2010)
76,5%
70%
71%
MAAF
(Agreste)
Situation de référence
Maine Océan
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
Source
Surfaces exploitées en location
par des tiers/Total des surfaces
exploitées
Référence
nationale
Indicateurs***
1.1.4
56
(exercice 2012)
(base année
2012)
Indicateurs*
1.1.2
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
(moyenne annuelle 2007- 2012)
Référence
nationale
Indicateur 1.1.1
Situation de référence
Maine Océan
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
(moyenne annuelle sur 20072012)
Taux de prise de marché sur
des unités bâties de plus de
20 ha en nombre
pas de
référence
connue
37,4%
Taux de prise de marché sur
des unités bâties de plus de
20 ha en surface
pas de
référence
connue
Région
(donnée RGA 2010)
Safer
Source
40%
Safer
37,1%
40%
* le recours à l'intermédiation locative est fréquent dans les cadre des transmissions d'exploitations pour sécuriser le foncier exploité en location
par le cédant en s'assurant que le repreneur puisse en poursuivre l'exploitation également.
** le taux de surfaces exploitées en location permet de vérifier si l'activité de la Safer en intermédiation locative, dans le cadre des transmissions,
est proportionnelle au volume de terres exploitées en location hors transmission
*** les unités bâties de plus de 20ha caractérisent les biens susceptibles de faire l'objet d'une transmission. Le taux de prise de marché sur ce
type de bien est un indicateur de l'activité de la Safer sur ce marché et donc sur les transmissions d'exploitations.
23
Enjeu N°1
Renouveler les générations agricoles
Action 1.2
Améliorer la transmissibilité des exploitations
Situation
Nationale
Indicateurs
de contexte
Nombre de contrats de
génération en faveur de
l'installation
SAU Moyenne (en ha)
(RGA 2010)
Nombre d'agriculteurs
installés en 2012 depuis
5 années et moins (hors
transfert entre époux)
Public
concerné
Objectif général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens Humains,
Techniques et
Financiers
Indicateurs
de réalisation
Situation de référence
Maine Océan
Situation de référence
Région
Source
/
/
MAAF
58
61
MAAF
4 001
5 108
MSA
2 000
(objectif annuel à
partir de 2016)
55
(hors DOM)
55 673
(2008 à 2012
- hors DOM)
Exploitants de 55 ans et plus, propriétaires fonciers
Mobiliser l'ensemble des moyens permettant d'améliorer la viabilité et la transmissibilité des exploitations par
la confortation et l'amélioration de leurs structures foncières
-
cartographier des exploitations non transmissibles en l'état
identifier les mesures à prendre pour améliorer la transmissibilité des exploitations
faciliter la restructuration du parcellaire des exploitations à céder par échanges
conforter par apport d'ilots issus du stock Safer
rechercher les complémentarités d'usage du foncier, notamment entre agrandissement des exploitations et
gestion des effluents (plans d'épandage)
- permettre le stockage des exploitations non transmissibles en vue soit de conforter des exploitations
environnantes soit d'associer plusieurs structures modestes pour recréer une structure transmissible
- identifier la diversité des filières et de leurs pôles décisionnels pour déterminer, avec elles, les actions à
entreprendre pour renforcer la transmission des exploitations
Région
Chambres d'Agriculture
Coopératives et toute autre organisation de producteurs (fédération viticole, FNPHP…)
Organismes de conseil
Centres de gestion
Notaires
Moyens humains :
- Equipes opérationnelles et service études de la Safer
- Apport spécifique de conseillers fonciers ayant des compétences particulières, soit sur une filière soit en
matière de gestion
- Apports du groupe interne « Transmission » mis en place par la Safer Maine Océan
Moyens techniques :
- études et cartographie des exploitations concernées
- étude conduite par l'ESA d’Angers sur l'organisation des filières
Moyens financiers :
- financement du portage par un stockage garanti
- recherche de financements complémentaires
- signature d'une convention de partenariat avec la Chambre Régionale d’Agriculture (RDI)
- réalisation de dossiers opérationnels en partenariat RDI/Safer
- signature d’une convention de portage foncier avec la Région ou toute Collectivité engagée dans une
démarche de restructuration foncière
- nombre de dossiers de confortation hors JA (indicateur 1.2)
- surface rétrocédée pour agrandissement par rapport au total des surfaces rétrocédées (indicateur 1.2)
Référence
nationale
Situation de référence
Maine Océan
Objectif
Maine Océan
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
(moyenne annuelle sur 2007-2012)
3 988
317
320
204
21
50
(à compter de 2015)
Source
Indicateurs 1.2
Nombre d'agrandissements
dont agrandissements avec
engagement de transmission
pour installation
Safer/Terre
d'EuropeScafr
24
Enjeu N°1
Renouveler les générations agricoles
Action 1.3
Conforter les exploitations agricoles en vue d’assurer leur viabilité
Objectif
National
Indicateurs
de contexte
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de
réalisation
Indicateurs
1.2.1
Nombre de rétrocessions en vue
d'un étoffement pour agriculteur
de moins de 55 ans
Situation de référence
Maine Océan
Situation de référence
Région
(moyenne annuelle 2007-2012)
(moyenne annuelle 2007-2012)
217
/
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
58
61
MAAF
4 001
5 108
MSA
/
55
SAU Moyenne (en ha)
(RGA 2010)
(hors DOM)
Nombre d'agriculteurs installés en
2012 depuis 5 années et moins
(hors transfert entre époux)
(2008 à 2012
- hors DOM)
Source
55 673
Exploitants de moins de 50 ans, propriétaires fonciers
Mobiliser les moyens permettant de consolider les exploitations agricoles afin qu'elles atteignent une dimension
économique viable au regard des schémas directeurs de l'agriculture
Favoriser :
- l'appui à la restructuration du parcellaire des exploitations à céder par échanges
- la confortation par apport d'ilots issus du stock Safer
- le stockage en vue de restructurer et conforter des exploitations pour améliorer leur viabilité
- la sécurisation des exploitations sur le respect des normes environnementales en matière d’épandage en
recherchant, dans l’utilisation du foncier, les complémentarités entre les productions agricoles et la gestion des
effluents
Collectivités territoriales
Région
Chambres d'Agriculture
Coopératives
Organismes de conseil
Centres de gestion
Banques
Moyens humains : Equipes opérationnelles et service études de la Safer.
- Apport spécifique de conseillers fonciers ayant des compétences particulières, soit sur une filière soit en matière
de gestion
Moyens techniques : études et évaluation des exploitations en lien avec des organismes partenaires
Moyens financiers :
- financement du portage par un stockage d'anticipation garanti
- recherche de financements complémentaires
- réalisation de dossiers opérationnels en lien avec les partenaires identifiés ci-dessus
- signature convention de portage foncier avec la Région ou toute Collectivité engagée dans une démarche de
restructuration foncière
- nombre de dossiers de confortation de JA (indicateur 1.2.1)
- surfaces rétrocédées en vue d'une confortation (indication 1.2.1)
Nombre d'agrandissements
dont nombre d'agrandissements
sur les 5 premières années
d'installation
Surfaces rétrocédées pour
agrandissement/Total des surfaces
rétrocédées (hors maintien des
fermiers en place)
Référence
nationale
Situation de référence
Maine Océan
Objectif
Maine Océan
(moyenne annuelle
sur 2007-2012)
(moyenne annuelle sur 20072012)
(à compter de 2015)
3 988
317
320
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
227
12
32
49,8%
53,7%
50% objectif à ne pas dépasser
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
25
Enjeu N°2
Concilier agriculture et environnement
Action 2.1
Restructurer et aménager le foncier
Indicateurs
de contexte
Objectif
National
(annuel à
partir de 2016)
Situation de référence
Maine Océan
Situation de référence
Région
Source
2 000
/
/
MAAF
National
Maine Océan
Région
Source
58
61
MAAF
4 001
4 222
MSA
Nombre de contrats de génération
en faveur de l'installation
SAU Moyenne (en ha)
(RGA 2010)
Nombre d'agriculteurs installés en
2012 depuis 5 années et moins
(hors transfert entre époux)
55
(hors DOM)
55 673
(2008 à 2012
- hors DOM)
Public
concerné
Tous les exploitants et les propriétaires bailleurs
Objectif
général
Restructurer et améliorer le parcellaire des exploitations pour une meilleure performance économique, agronomique
et un moindre impact environnemental
Descriptif
de l'action
Conduire des opérations d’aménagement foncier en vue de :
- permettre une valorisation plus rationnelle des parcelles
- permettre un gain de temps et de carburant pour les exploitants
- limiter le déplacement des engins et les traversées de bourgs ou d'agglomérations
- faciliter le transfert et la surveillance des troupeaux
- faciliter l'entretien des haies et mares présentes sur l'exploitation
- privilégier la maîtrise du foncier jouxtant les sièges d'exploitation pour faciliter la mise aux prés des animaux
Principaux
Partenaires
Chambres d'Agriculture
Région
Départements
Autres collectivités
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques :
- études et cartographie des exploitations concernées
- enquêtes terrain en vue d'échanges
- acquisitions et portage pour développer des échanges amiables multilatéraux ou des opérations de
remembrement
- mise en place et suivi du cahier des charges
Moyens financiers :
- financement des frais d'intervention de la Safer, des frais de géomètre et des frais d'acte notarié au travers d'une
convention d'intervention avec les partenaires
- recherche de financements complémentaires
Indicateurs
de
réalisation
- nombre d'opérations d'aménagement foncier hors procédure d'aménagement.
- surfaces mutées dans un but d'amélioration de la structure foncière d'une exploitation
Référence
nationale
Indicateurs
1.2.2*
Nombre de remaniements
parcellaires
Surfaces rétrocédées dans
le cadre d'un remaniement
parcellaire
Situation de référence
Maine Océan
Objectif
Maine Océan
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
(moyenne annuelle sur 20072012)
(à compter de 2015)
2 441
35
50
4 165
132
150
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
*Le remaniement parcellaire est caractéristique d'une activité de restructuration. Le nombre d'opérations générées par le remaniement parcellaire et
les surfaces concernées sont des indicateurs de l'activité de la Safer en matière de restructuration
26
Enjeu N°2
Concilier agriculture et environnement
Action 2.2
Assurer la complémentarité entre environnement et activité agricole
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de
réalisation
Tous les exploitants, structure de protection et de conseil en matière environnementale
Mettre en évidence et conduire des actions foncières qui renforcent la convergence et la complémentarité entre
développement d'une activité agricole et préservation des ressources environnementales
Mobiliser l'ensemble des moyens permettant d'améliorer la complémentarité entre agriculture et environnement et
favoriser ainsi la recherche de la double performance économique et environnementale.
Il s'agit notamment de :
- s’appuyer sur les données cartographiques dans la présentation des dossiers en comité technique
- mettre en évidence, lors de la présentation en comité technique, les engagements environnementaux déjà pris par
les candidats
- en amont des compensations agricoles ou environnementales, faire réaliser une étude d'impact technicoéconomique sur les exploitations concernées
- associer des partenaires compétents en vue de rédiger un cahier des charges environnemental avec des
engagements adaptés, vérifiables et prévoir les modalités du suivi
- assurer une confortation d'exploitation lorsque cela contribue au respect de normes environnementales, y
compris en AB
- lors d'une rétrocession à un porteur de projet en vue d'une location par bail rural environnemental, associer un
partenaire compétent à l'élaboration et au suivi du bail
- prendre en compte les besoins réels d'épandage dans le choix des attributaires et rechercher des
complémentarités d'usage du foncier entre agrandissement des exploitations, gestion des effluents et
préservation du potentiel agronomique des sols.
Chambres d'Agriculture
Organismes de protection de l'environnement
futur Conservatoire d’Espaces Naturels
Région
Départements
Syndicats d'eau et Agence de l'eau
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques :
- études et cartographie des exploitations concernées, croisement avec les secteurs à enjeux environnementaux
- enquêtes terrain en vue d'échanges
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles
- acquisitions et portage pour développer des échanges amiables multilatéraux ou des opérations de
remembrement
Moyens financiers :
- financement des frais d'intervention de la Safer, et des frais d'acte notarié au travers d'une convention
d'intervention avec les partenaires
- recherche de financements complémentaires
- nombre d'opérations mixtes agricoles et environnementales
- surfaces mutées dans le but de préserver ou de valoriser la richesse environnementale tout en maintenant une
activité agricole sur les parcelles en question
Référence
nationale
Indicateurs
2*
Surfaces rétrocédées en matière
environnementale à usage
agricole / Total des surfaces
rétrocédées (toutes missions)
dont part des rétrocessions
environnementales impliquant la
reconquête de l'usage agricole
dont part des rétrocessions
environnementales impliquant le
maintien de l'usage agricole
Situation de référence
Maine Océan
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015 )
(moyenne annuelle
sur 2007-2012)
(moyenne annuelle sur 2007-2012)
/
NON SIGNIFICATIF
(problème de codification)
5.5%
/
NON SIGNIFICATIF
(problème de codification)
5%
/
NON SIGNIFICATIF
(problème de codification)
95%
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
* indicateur à mettre en place en 2015 (prise en compte des opérations ayant un objectif prioritaire environnemental associé à un
objectif secondaire à caractère agricole)
27
Enjeu N°2
Concilier agriculture et environnement
Action 2.3
Maintenir et développer l’Agriculture Biologique (AB) et les circuits courts
La Safer ne peut pas fixer d’objectif en matière de circuits courts. Il s’agit d’une donnée qui relève de la liberté d’entreprendre. Elle ne fait l’objet
d’aucune certification, peut concerner, à un moment ou un autre, tous les agriculteurs et ne peut pas entrer dans les critères de choix du comité
technique départemental. Cependant, conformément à la note de service du ministère du 10 février 2014, le tableau indicateur sur les réalisations
en circuits courts est intégré à ce stade du PPAS. Toutefois, la case « objectifs » dudit tableau doit, pour les seuls circuits courts, être interprétée
comme une prévision de réalisation et non comme un objectif revendiqué par la Safer.
indicateur de
contexte
Taux de SAU en agriculture
biologique/ SAU Totale
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de
réalisation
National
(2012)
Maine Océan
(2012)
Région
(2012)
Source
3,8%
5,5%
5,2%
Agence Bio
Tous les exploitants
Contribuer à la triple performance économique, sociale et écologique en préservant et développant les surfaces
valorisées en Agriculture Biologique
Il s'agit notamment de :
- valoriser les données cartographiques dans la présentation des dossiers opérationnels concernant des
parcelles en AB
- privilégier l'attribution des terres en AB à des candidats qui s'engagent à maintenir la conduite en AB
- contribuer à la mise en œuvre du programme national "Ambition Bio 2017"
- en amont des attributions définitives en AB ou en vue d'une conversion, avec l'appui de partenaires
compétents, vérifier la faisabilité et la viabilité économique et environnementale du projet
- associer des partenaires compétents en vue de rédiger un cahier des charges spécifique AB avec des
engagements adaptés, vérifiables et en prévoir les modalités de suivi
- lors d'une gestion temporaire assurée par la Safer (COPP ou CMD), associer un partenaire compétent à la
recherche de candidats, à la rédaction du contrat de location et au suivi des engagements
Chambres d'Agriculture (services spécialisés AB)
Syndicats agricoles
Interbio
Région
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques :
- mise en relation des conseillers fonciers avec des conseillers ou techniciens spécialisés en AB
- identification des exploitations concernées
- enquêtes terrain
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
- acquisitions et portage pour développer des échanges amiables multilatéraux ou des opérations de
remembrement
Moyens financiers :
- financement des frais d'intervention de la Safer, au travers d'une convention d'intervention avec les
partenaires
- recherche de financements complémentaires
- valorisation des financements existants (FEADER) et éventuellement recherche de financements
supplémentaires pour les attributaires s'engageant dans une conversion Bio inscrite dans le cahier des
charges Safer
- nombre de projets accompagnés en faveur de l'AB
- surfaces mutées dans le but de préserver, de valoriser et de développer l'AB
- nombre de projets accompagnés par la Safer en faveur des circuits courts
Référence
nationale
Situation de référence
Maine Océan
pour l'année 2013
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
336
32
32
4,7%
5,9%
6%
119
136*
135
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Indicateurs
1.3
Nombre de projets accompagnés
par la Safer en faveur de
l'agriculture biologique
Surface rétrocédée en faveur de
l'agriculture biologique/Surfaces
agricoles rétrocédées (hors
maintien des fermiers en place)
Nbre de projets accompagnés par
la Safer en faveur des circuits
courts
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
*chiffre tenant compte des projets commercialisant totalement ou partiellement la production en circuits courts au regard des déclarations
des candidats retenus
28
Enjeu N°3
Préserver les ressources naturelles et les paysages
Action 3.1
Préserver les terres agricoles
art L 141-1 1° du CRPM : « [les Safer] œuvrent prioritairement à la protection des espaces agricoles, naturels et forestiers »
Indicateur(s)
de contexte
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Taux de SAU / Surface totale
Régionale
National
(2012)
Maine Océan
(2012)
Région
(2012)
Source
49,0%
/
65,5%
MAAF
Tous les exploitants et autres acteurs du milieu rural
Mettre en œuvre tous les moyens pour préserver la destination et l'utilisation des ressources agricoles (terres et
bâtiments) au profit des agriculteurs.
Mobiliser l'ensemble des moyens favorisant la préservation des terres agricoles et notamment :
- maintenir la destination agricole lorsque celle-ci est menacée
- identifier et cartographier les secteurs en friche
- proposer et favoriser la remise en état des parcelles en friche ainsi identifiées
- associer des partenaires compétents en vue de rédiger un cahier des charges spécifique à la remise en état avec
des engagements adaptés, vérifiables et en prévoir les modalités de suivi
- si nécessaire, rechercher des bailleurs, prêts à s'engager sur le cahier des charges Safer
- lors d'une rétrocession à un bailleur, associer un partenaire compétent pour l'élaboration d'un bail en vue de la
remise en état et du suivi des engagements
- lors d'une gestion temporaire assurée par la Safer (COPP ou CMD) sur des terres en friche, associer un partenaire
compétent à la recherche de candidats, à la rédaction du contrat de location et au suivi des engagements
- imposer, au travers du cahier des charges, une remise en état agricole suite à un usage non agricole (ex:
exploitation de carrière, aire de stockage lors de grands travaux, enfouissement de matériaux inertes...) et associer
un partenaire compétent pour l'élaboration du cahier des charges en vue de la remise en état et du suivi des
engagements
- lors de la rétrocession d'un bien rural (bâti ou non), préserver au maximum l'utilisation agricole de la SAU vendue
avec ce bien
Région
Collectivités locales
Chambres d'Agriculture
Coopératives
Organismes de conseil
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques :
- identification par cartographie des secteurs et/ou parcelles concernés
- enquêtes terrain en vue d'acquisitions éventuelles ou mise en place de gestion temporaire
Moyens
- étude conduite par des partenaires pour préciser et assurer le suivi de la remise en état
Humains,
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
Techniques
- combiner l'ensemble des outils dont dispose la Safer pour gérer la vente (avec ou sans bâti) ou la location (COPP et
et Financiers
CMD)
Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer et des partenaires par convention (éventuellement dans le cadre de
programmes dédiés) avec un stockage garanti si nécessaire
- recherche de financements complémentaires
- signature d'une convention d'étude ou de partenariat
Indicateur(s)
de
- nombre de dossiers conduits en faveur de la préservation des terres agricoles (indicateur 1.4)
réalisation
- surfaces rétrocédées en faveur de la préservation des terres agricoles (indicateur 1.4)
Référence
nationale
Indicateurs
1.4
Nombre de rétrocessions en
matière agricole / Total du
nombre de rétrocessions (toutes
missions)
Surfaces rétrocédées en matière
agricole / Total des surfaces
rétrocédées (toutes missions)
Situation de référence
Maine Océan
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
(moyenne annuelle sur 20072012)
80,3%
86,9%
Objectif
Maine Océan
( à compter de 2015)
Source
87%
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
83,1%
93,5%
94%
29
Enjeu N°3
Préserver les ressources naturelles et les paysages
Action 3.2
Préserver la forêt
indicateur(s)
de contexte
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de réalisation
Surface de forêt
privée/Surface totale (hors
Guyane)
National
(2012)
Maine Océan
(2012)
Région
(2012)
Source
19,0%
/
9,63%
MAAF
Propriétaires forestiers et sylviculteurs
Conduire, en partenariat avec les professionnels du secteur, un travail de préservation et de gestion d'une forêt de
qualité, adaptée aux besoins de la filière bois
- maintenir la destination forestière des parcelles lorsque celle-ci est menacée
- proposer et favoriser le boisement lorsque cela s'avère pertinent, par exemple :
o en présence de parcelles agricoles isolées au milieu d'un secteur boisé
o de manière exceptionnelle, en présence de parcelles pour lesquelles des contraintes
environnementales particulières ne permettraient pas une valorisation agricole
- lors d’une rétrocession, associer un partenaire compétent pour la rédaction d'un cahier des charges intégrant la
mise en place d'un document de gestion durable ou d’un plan simple de gestion et en assurer le suivi
- analyser, avec les acteurs de la filière bois (Syndicats forestiers professionnels, entreprise d’amont et d’aval
etc…) les besoins en essences et les secteurs à privilégier pour apporter une réponse adaptée compatible avec
les enjeux agricoles et environnementaux
Région
Chambres d’agriculture
CRPF
ONF
Coopératives forestières
Syndicats de propriétaires forestiers et sylviculteurs (départementaux et régionaux, Fransylva)
Société Forestière de la Caisse des Dépôts et Consignations
Experts forestiers et hommes de l’art
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
- apport spécifique de conseillers fonciers ayant des compétences particulières en matière forestière.
Moyens techniques :
- identification des exploitations concernées
- enquêtes terrain en vue d'acquisitions éventuelles ou d'échange
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
- appui de l’expertise du CRPF pour éclairer les instances de la Safer avant décision d’attribution ou sur
l’élaboration des documents de gestion
Moyens financiers : financement de l'intervention de la Safer par convention (éventuellement dans le cadre de
programmes dédiés) avec un stockage garanti si nécessaire
- signature d'une convention d'étude ou de partenariat avec le CRPF
- nombre de dossiers conduits en faveur de la préservation des parcelles boisées (indicateur 1.5)
- surfaces rétrocédées en faveur de la préservation des parcelles boisées (indicateur 1.5)
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Situation de référence
Maine Océan
(moyenne annuelle sur 20072012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015 )
5,4%
1,3%
2%
Source
Nombre de rétrocessions en
Indicateurs 1.5 matière forestière / Total du
nombre de rétrocessions (toutes
missions)
Surfaces rétrocédées en matière
forestière / Total des surfaces
rétrocédées (toutes missions)
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
7,8%
0,5%
2,6%*
* objectif qui pourrait être accru dès lors que la filière sollicitera la Safer pour engager une démarche de restructuration foncière
amiable de la forêt privée.
30
Enjeu N°3
Préserver les ressources naturelles et les paysages
Action 3.3
Préserver la biodiversité
Public
concerné
Tout public (exploitants, collectivités, organismes de protection de l'environnement)
Objectif
général
Poursuivre l'intégration de la protection de la biodiversité dans l'activité de la Safer, en partenariat avec les
collectivités territoriales, les organisations agricoles et les organismes agréés de protection de l'environnement en
recherchant la triple performance, économique, sociale et environnementale.
-
Descriptif
de l'action
-
-
être en veille des politiques et des programmes de protection de la biodiversité
maintenir la destination prairial des parcelles lorsque celle-ci est menacée
maintenir le caractère naturel des milieux chaque fois que possible
favoriser les projets comprenant des engagements en matière de préservation de la biodiversité
favoriser la remise en l'état prairial lorsque cela s'avère pertinent et juridiquement possible :
o en présence de parcelles boisées coupées isolées au milieu d'un secteur bocager
o en présence de parcelles pour lesquelles la valorisation par l'élevage serait préférable du fait de contraintes
environnementales particulières (zone inondable, zone humide, site classé, espace naturel protégé...)
associer les organismes de protection de l'environnement en vue de rédiger un cahier des charges intégrant les
mesures réglementaires ou un plan de gestion et de préservation de la biodiversité et prévoir les modalités de suivi
définir une durée d'application du cahier des charges adaptée aux enjeux environnementaux
lors d'une rétrocession à un bailleur portant sur des parcelles revêtant un enjeu environnemental identifié, associer
les partenaires compétents pour l'élaboration d'un bail intégrant les préconisations environnementales
lors d'une gestion temporaire assurée par la Safer (COPP ou CMD) sur des parcelles revêtant un enjeu
environnemental identifié, associer un partenaire compétent à la recherche de candidats, à la rédaction du contrat
de location et au suivi des engagements
sur des périmètres identifiés et correspondants à des secteurs à enjeux, notamment ceux identifiés dans le SRCE,
développer un partenariat avec des collectivités territoriales, le Conservatoire du Littoral, le Conservatoire
d’Espaces Naturels ou des organismes agréés de protection de l'environnement notamment pour anticiper, réaliser
et gérer des stocks en vue de la préservation, voire de la restauration ciblée de la biodiversité et, autant que
possible, assurer une gestion agricole adaptée
Chambres d’agriculture
Collectivités Territoriales
Principaux Conservatoire du Littoral, futur Conservatoire d’Espaces Naturels
Partenaires Organismes agréés de protection de l'environnement
CRPF
Syndicats forestiers départementaux (FRANSYLVA)
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques :
- identification par cartographie des secteurs et/ou parcelles concerné(e)s
Moyens
Humains,
- enquêtes terrain en vue d'acquisitions éventuelles ou d'échanges au profit d'organismes de protection de
Techniques
l'environnement ou de gestionnaires de sites
et
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
Financiers Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer par convention (éventuellement dans le cadre de programmes dédiés) avec
un stockage garanti si nécessaire
- recherche de financements complémentaires
Indicateurs
- nombre de dossiers conduits en faveur de la préservation de la biodiversité
de
- surfaces rétrocédées en faveur de la préservation de la biodiversité
réalisation
Référence
nationale
Situation de référence
Maine Océan
(2012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
pas de référence
connue
92%
90%
pas de référence
connue
pas de référence
connue
5
pas de référence
connue
97%
95%
pas de référence
connue
pas de référence
connue
50 ha
(moyenne annuelle
sur 2007-2012)
Nombre de rétrocessions en matière
de protection de la biodiversité / Total
du nombre de rétrocessions (toutes
Indicateurs missions)
dont nombre de rétrocessions avec
2.1*
cahier des charges spécifique
biodiversité
Surfaces rétrocédées en matière de
protection de la biodiversité / Total
des surfaces rétrocédées (toutes
missions)
dont surfaces rétrocédées avec cahier
des charges spécifique biodiversité
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
* en pratique, toutes les opérations conduites par la Safer permettant de préserver le potentiel agricole, environnemental ou forestier
d’un territoire contribuent, directement ou indirectement, à la préservation de la biodiversité. Cela n’est pas contradictoire avec la
conduite d’actions particulières sur des sites à enjeux remarquables préalablement identifiés
31
Enjeu N°3
Préserver les ressources naturelles et les paysages
Action 3.4
Préserver la qualité de l'eau dans des secteurs à enjeux identifiés
Public
concerné
Exploitants, collectivités et syndicats d'eau
Objectif
général
Poursuivre, en partenariat avec la profession agricole et l'ensemble des gestionnaires en charge de la ressource en
eau, la mise en œuvre d'une politique dynamique en matière de préservation de la qualité de l'eau en recherchant
la triple performance, économique, sociale et environnementale.
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques et
Financiers
Indicateurs
de réalisation
Indicateurs
2.2*
Mobiliser les moyens favorisant la préservation de la qualité de l'eau et notamment :
- être en veille des politiques, des programmes et des réglementations en matière de protection de la qualité de
l'eau
- répondre aux besoins d'information des collectivités ou des syndicats intercommunaux d'adduction d'eau
potable (SIAEP) quant au marché foncier de leur territoire et la faisabilité foncière de leurs projets
- développer avec la Chambre d'Agriculture, conformément au 10ème programme d'action de l'Agence de l'eau,
la mise en place des diagnostics communs en amont des décisions d'acquisitions foncières et en aval vis à vis des
modalités de gestion
- assurer un appui technique aux SIAEP lorsqu'un contrat territorial comprend une démarche d'acquisition
foncière
- favoriser les projets comprenant des engagements en matière de préservation de la qualité de l'eau
- associer les partenaires compétents en vue de rédiger un cahier des charges adapté intégrant les mesures
réglementaires ou volontaires en matière de préservation de la qualité de l'eau, et en prévoir les modalités de
suivi,
- définir une durée d'application du cahier des charges adaptée aux enjeux environnementaux
- lors d'une rétrocession à un bailleur portant sur des parcelles revêtant un enjeu en matière de préservation de la
qualité de l'eau, associer les partenaires compétents pour l'élaboration d'un bail intégrant les préconisations
environnementales
- lors d'une gestion temporaire assurée par la Safer (COPP ou CMD) sur des parcelles revêtant un enjeu en matière
de préservation de la qualité de l'eau, associer un partenaire compétent à la recherche de candidats, à la
rédaction du contrat de location et au suivi des engagements
Collectivités Territoriales
SIAEP et Associations de captage
SAGE
Chambres d'Agriculture
Agence de l'eau
CRPF
Syndicats forestiers départementaux (FRANSYLVA)
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
- apport spécifique de conseillers fonciers ayant des compétences particulières en matière de protection de la
qualité de l’eau
Moyens techniques :
- identification par cartographie des secteurs et/ou parcelles concerné(e)s
- conventionnement Vigifoncier
- enquêtes terrain en vue d'acquisitions éventuelles ou d'échange au profit d'un SIAEP
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer par convention (éventuellement dans le cadre de programmes dédiés)
avec un stockage garanti si nécessaire
- recherche de financements complémentaires
- nombre de dossiers conduits en faveur de la préservation de la qualité de l'eau
- surfaces rétrocédées en faveur de la préservation de la qualité de l'eau
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Situation de référence
Maine Océan
(moyenne annuelle sur 20072012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
Nombre de rétrocessions en
matière de protection de la
qualité de l'eau
pas de référence
connue
NON SIGNIFICATIF
(problème de codification)
8
Surfaces rétrocédées en matière
de protection de la qualité de
l'eau
pas de référence
connue
NON SIGNIFICATIF
(problème de codification)
50
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
* indicateur à mettre en place en 2015 (en se limitant à la protection des captages + aire d’alimentation faisant l’objet d’un arrêté et
assainissement)
32
Enjeu N°4
Participer au développement durable des territoires ruraux
Action 4.1
Assurer un appui technique aux collectivités dans la mise en œuvre des politiques publiques
Indicateur
de contexte
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de
réalisation
Taux de communes en zone
de revitalisation rurale (ZRR)
National
(2012)
Maine Océan
(2012)
Région
(2012)
Source
39,0%
18%
15%
DATAR
Collectivités territoriales et établissements publics qui leur sont associés
Favoriser la réalisation des projets de développement durable portés par les collectivités en assurant la maîtrise du
foncier nécessaire dans un contexte local apaisé et serein, en cherchant à mettre en œuvre le principe « Éviter,
Réduire, Compenser »
- informer les collectivités et les services de l'État sur les marchés ruraux, et les tendances constatées
- conseiller les collectivités dans le cadre de la réalisation de leurs projets d'aménagement
- identifier / cartographier les secteurs à enjeux, ou de moindre conséquence pour l'agriculture et/ou l'environnement
- maîtriser le foncier nécessaire aux projets en proposant et favorisant la compensation des terres à urbaniser
- permettre à la Safer de constituer des stocks anticipés garantis pour faciliter la réalisation du projet, les
compensations nécessaires et la restructuration foncière des exploitations concernées.
- finaliser aussi souvent que possible, des conventions de stockage du foncier avec les maîtres d’ouvrage pour
compenser les surfaces prélevées pour les projets d’aménagement
- associer des partenaires en vue de réunir l'ensemble des compétences pour l'émergence et la réussite des projets
- lors d'une rétrocession à une collectivité, adapter le cahier des charges au projet dans son contenu et sa durée
- lors d'une rétrocession à une collectivité en qualité de bailleur, associer un partenaire compétent pour l'élaboration
d'un bail adapté, en conciliant une utilisation économiquement viable par l'exploitant avec les engagements
nécessaires au projet de la collectivité et en prévoir les modalités de suivi
- lors d'une gestion temporaire assurée par la Safer (COPP ou CMD) au profit d'une collectivité, associer un partenaire
compétent à la recherche de candidats, à la rédaction du contrat de location et au suivi des engagements
Collectivités locales
Organismes de conseil (géomètres, experts,…)
Chambres d'Agriculture
Organismes de protection de l'environnement
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
- apports spécifiques du groupe interne « Collectivités » mis en place par la Safer Maine Océan
Moyens techniques :
- information du marché foncier via Vigifoncier
- étude de faisabilité foncière et environnementale
- identification par cartographie des secteurs et/ou parcelles potentielles
- enquêtes terrain en vue d'acquisitions éventuelles
- recueil de promesses de vente
- réalisation et gestion temporaire des réserves foncières
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer et des partenaires par convention (éventuellement dans le cadre de
programmes dédiés) avec un stockage garanti si nécessaire
- recherche de financements complémentaires
- nombre de conventions d'étude et/ou de réserve foncière
- part de l'activité liée au développement rural sur l'activité de la Safer (indicateur 3.1)
- surfaces rétrocédées en faveur du développement rural (indicateur 3.1)
- nombre de promesses de vente (indicateur 3.2)
33
Référence
nationale
Indicateurs
3.1
Indicateur
3.2**
Part en % du chiffre d'affaires de la SAFER
dans le développement durable des
territoires ruraux
dont % du chiffre d’affaire pour les
rétrocessions hors mission agricole
Surfaces rétrocédées pour le
développement durable des territoires
ruraux (hors mission agricole) / Total des
surfaces rétrocédées
Surfaces réorientées dans un intérêt général
public vers des usages non agricoles / Total
des surfaces rétrocédées (toutes missions)
Nombre de recueils de Promesses de vente
pour le compte des collectivités
(moy annuelle
2007-2012)
(moyenne annuelle 2007-2012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
100%
100%
100%
14.5%
13%
Situation de référence
Maine Océan
Source
5%
7,1%
6,50%
4,1%
4.4%
3%****
/
59
40
(objectif à ne pas dépasser)
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
Surfaces stockées au bout de 3 ans dans le
Indicateur cadre de conventions liées à un
120%
120%
aménagement/ surfaces nécessaires à la
3.3***
réalisation des aménagements
* par définition, toutes les opérations réalisées par la Safer contribuent au développement durable des territoires ruraux, et notamment les opérations agricoles
** le nombre de promesses de ventes réalisées pour le compte des collectivités montre l'importance de l'activité de la Safer au service des collectivités
*** le rapport surfaces stockées/surfaces nécessaires à la réalisation du projet montre la nécessité constante de prévoir des compensations
****La Safer ne peut pas fixer d’objectif en matière de taux de surfaces réorientées vers un usage d’intérêt public non agricole. Il s’agit d’une donnée qui dépend
essentiellement de la localisation et de l’importance des projets portés par les maître d’ouvrage publics. Bien que la Safer ait une démarche volontariste sur ce point, elle ne
peut influer sur la mise en œuvre des politiques publiques de sa propre initiative. Cependant, conformément à la note de service du ministère du 10 février 2014, le tableau
indicateur sur l’appui technique au développement durable des territoires ruraux est intégré à ce stade du PPAS. Toutefois, la case « objectifs » dudit tableau doit, sur ce point,
être interprétée comme une prévision de réalisation et non comme un objectif revendiqué par la Safer.
34
Enjeu N°4
Participer au développement durable des territoires ruraux
Action 4.2
Faciliter l’implantation de porteurs de projets en milieu rural (y compris périurbain)
Public
concerné
Objectif
général
Descriptif
de l'action
Principaux
Partenaires
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de réalisation
Tout public
Contribuer à l'implantation de projets privés approuvés par les collectivités publiques et contribuant au développement
durable des zones rurales.
Mobiliser les moyens permettant de favoriser le volet foncier du développement durable des territoires ruraux notamment
par les actions suivantes :
- favoriser l'implantation de porteurs de projets répondants aux objectifs de l'art L 111-2 du CRPM
- être en veille des attentes des collectivités et de la Société
- informer les collectivités sur les projets ruraux soumis à la Safer
- mettre en relation les collectivités et les porteurs de projet
- étudier la faisabilité des projets retenus
- identifier et cartographier les secteurs potentiels d'implantation des projets
- assurer la médiation et la négociation foncière nécessaire à la réussite du projet
- permettre à la Safer de constituer des stocks anticipés garantis pour faciliter la réalisation du projet, les
compensations nécessaires et les éventuelles restructurations des exploitations voisines
- proposer et favoriser le maintien de l'utilisation des terres agricoles par la location éventuellement en CMD si le
porteur peut en avoir un besoin ultérieur
- rechercher la complémentarité entre implantation d'un projet en milieu rural et préservation de la vocation des terres
agricoles
- faciliter la compensation foncière ou les échanges en vue d'une restructuration des exploitations environnantes
- associer des partenaires en vue de réunir l'ensemble des compétences pour l'émergence et la réussite des projets
- lors d'une rétrocession à un porteur de projet, adapter le cahier des charges au projet dans son contenu et sa durée
- favoriser, dans le cahier des charges Safer, les solutions conciliant un usage ponctuel de terres par le porteur de projet
(parking temporaire pour une manifestation par exemple) avec leur mise en valeur agricole
- lors d'une gestion temporaire assurée par la Safer (COPP ou CMD) au profit d'un porteur de projet, associer un
partenaire compétent à la recherche de candidats, à la rédaction du contrat de location et au suivi des engagements
Collectivités locales
Chambres d'Agriculture
Organismes de conseil (CRT, CCI, Comité d'Expansion...)
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques:
- étude de faisabilité foncière et environnementale
- identification par cartographie des secteurs et/ou parcelles potentielles
- mise en relation et assurer le lien entre les porteurs de projets et les responsables des territoires
- enquêtes terrain en vue d'acquisitions éventuelles
- négociation et médiation
- réalisation de réserves foncières
- gestion temporaire des réserves foncières
- partage de compétences juridiques et rédactionnelles entre partenaires
Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer et des partenaires par convention avec un stockage garanti si nécessaire
- recherche de financements complémentaires
- nombre de rétrocessions mixtes (agri + réorientation) sur le total des rétrocessions en réorientation (indicateur 3.3)
- surfaces maintenues à usage agricole dans des rétrocessions mixtes (indicateur 3.3)
(2012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
/
0
5%**
/
80%
80%
/
140
200
Référence nationale
(moyenne annuelle sur
2007-2012)
Indicateurs
3.3*
Nombre de rétrocessions de biens
ruraux (hors résidentiel) en zone
de revitalisation rurale (ZRR) /
Nombre total des rétrocessions de
biens ruraux
Nombre d’opérations à finalité
mixte (agri + réorientation
partielle) / Nombre total des
réorientations vers un intérêt
privé non agricole
Surfaces maintenues à usage
agricole dans les opérations à
finalité mixte (agri + réorientation
partielle vers un intérêt privé non
agricole)
Situation de référence
Maine Océan
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
* indicateur à mettre en place en 2015
**La Safer ne peut pas fixer d’objectif de taux de rétrocession de biens ruraux en ZRR car elle ne maîtrise pas la localisation des mises en vente de ces biens dans ces zones.
Cependant, conformément à la note de service du ministère du 10 février 2014, le tableau indicateur sur les rétrocessions de biens ruraux en ZRR est intégré à ce stade du PPAS.
Toutefois, la case « objectifs » dudit tableau doit, sur ce point, être interprétée comme une prévision de réalisation et non comme un objectif revendiqué par la Safer.
35
Enjeu N°5
Assurer l'observation foncière, la veille foncière
et la transparence du marché et des procédures
Action 5.1
Développer et déployer la compétence de la Safer en matière d'observation, contrôle et veille foncière
Public
concerné
Services de l'État, Collectivités, EPF, OPA
Objectif
général
Conserver une présence forte de la Safer sur le marché foncier pour jouer pleinement notre rôle d'observation et de
contrôle.
Diffuser la connaissance de ce marché auprès des collectivités et autres partenaires.
Contribuer à l’évaluation et au suivi de la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers
Descriptif
de l'action
Mobiliser l'ensemble des moyens favorisant le développement des missions de veille et d'observation foncière de la
Safer et notamment :
- poursuivre le déploiement de Vigifoncier sur l'ensemble du territoire
- informer les services de l'État des tendances du marché foncier constatées sur leur territoire de délégation
- informer les OPA des tendances du marché foncier constatées sur leur territoire
- informer les collectivités des tendances du marché foncier constatées sur leur territoire
- mettre en évidence la qualité et la finesse des observations conduites par la Safer
- présenter une restitution cartographiée à des échelles différentes de ces observations
- caractériser et quantifier les tendances lourdes et notamment la consommation des terres agricoles
- croiser les données disponibles des services de l'État avec les données Safer à l'échelle parcellaire
- participer à la réflexion au sein des CDPENAF
- Intégrer, croiser et valoriser les données Safer avec les Données de Valeur Foncière (DVF) émises par les Services
des Domaines.
Principaux
Partenaires
Services de l'État (DRAAF, DREAL, …)
Direction des Finances Publiques (pour l'utilisation des DVF)
Collectivités locales (service aménagement)
Chambres d'Agriculture (Régionale et Départementales)
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Moyens humains :
- équipes opérationnelles et service études de la Safer
Moyens techniques :
- outils de gestion de bases de données
- outils de cartographie
- restitutions des observations sous diverses formes et à différentes échelles
Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer et des partenaires par convention avec les collectivités et les services de
l'État
- recherche de financements complémentaires
Indicateurs
de
réalisation
-
taux de prise de marché de la Safer sur le marché global
taux de prise de marché de la Safer sur le marché préemptable
nombre de conventions Vigifoncier
taux de couverture du territoire par conventionnement Vigifoncier
nombre de conventions avec les services de l'État
Référence
nationale
(moyenne annuelle
sur 2007-2012)
Indicateurs
4.1
Taux de prise de marché de la
SAFER sur le marché total en
surface
Taux de prise de marché de la
SAFER sur le marché
préemptable
Nombre de communes sous
convention de veille foncière
15.3%
Situation de référence
Maine Océan
(moyenne annuelle 20072012)
Objectif
Maine Océan
(à compter de 2015)
12,6%
15%
Source
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
27,0%
22,0%
30%
Objectif
Maine Océan
National
Maine Océan
(au 31/12/2012)
(au 31/12/2012)
7 735
(soit 36% de la zone d’intervention
de la Safer)
438
Source
(à compter de 2015)
100/an
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
36
Assurer l'observation foncière, la veille foncière
et la transparence du marché et des procédures
Appuyer les collectivités dans l'élaboration
des documents d'urbanisme et/ou de planification
Enjeu N°5
Action 5.2
Public
concerné
Objectif général
Services de l'État, Collectivités, EPF
Valoriser la compétence Safer en matière d'observation foncière pour établir des diagnostics fonciers pertinents
préalables à l'élaboration des Documents d'Urbanisme.
Descriptif
de l'action
Mobiliser l'ensemble des moyens facilitant l'élaboration des documents d'urbanisme et notamment :
- apporter un appui à la réalisation de diagnostics fonciers
- partager des données et des informations avec les services de l'État ou ceux des collectivités
- faciliter la prise en compte de tous les éléments de contexte notamment la qualité des sols
- construire les éléments permettant le suivi des politiques publiques et assurer ce suivi
Principaux
Partenaires
Services de l'État (DRAAF, DREAL, …)
Collectivités locales (service aménagement)
Chambres d'Agriculture (Régionale et Départementales)
Moyens
Humains,
Techniques
et
Financiers
Moyens humains :
- essentiellement le service études et cartographie de la Safer en lien avec les équipes départementales
Moyens techniques :
- outils de gestion de bases de données
- outils de cartographie
- restitutions des observations sous diverses formes et à différentes échelles
Moyens financiers :
- financement de l'intervention de la Safer et des partenaires par convention avec les collectivités et les services de
l'État
- recherche de financements complémentaires
Indicateur
de réalisation
Indicateur 4.2
- nombre de conventions d'études avec des collectivités territoriales ou avec les services de l'État
Nombre de conventions
d'étude signées avec des
collectivités
National
Maine Océan
(au 31/12/2012)
(référence au 31/12/2012)
0
Objectif
Maine Océan
Source
(à compter de 2015)
5
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
37
Assurer l'observation foncière, la veille foncière
et la transparence du marché et des procédures
Poursuivre l'action de la Safer en faveur de la transparence du marché foncier
Enjeu N°5
Action 5.3
Public
concerné
Tout Public
Objectif général
Maintenir un haut niveau de qualité dans le respect des procédures et la transparence de l'instruction de l'ensemble des
dossiers instruits par la Safer
Descriptif
de l'action
Mobiliser l'ensemble des moyens d'accroître l'action de la Safer en faveur de la transparence du marché et notamment :
- valoriser la transparence des procédures de la Safer (notamment publicité légale)
- montrer l'importance de ces procédures pour un traitement équitable des candidatures et une connaissance par tous
des décisions de la Safer
- rappeler, chaque fois que nécessaire, que l'obligation de notifier est la 1ère étape de la transparence
- expliquer le mécanisme et les motivations de la préemption et notamment la préemption en révision du prix
- mettre en œuvre le droit de préemption chaque fois que nécessaire mais en lui conservant un caractère exceptionnel
- expliquer l'intérêt de l'ouverture du droit de préemption aux mutations de droits sociaux
- poursuivre et renforcer les échanges avec :
o la profession agricole
o les notaires
o les services des collectivités et les élus
o les propriétaires fonciers
Principaux
Partenaires
Services de l'État
Chambre d'Agriculture
Syndicats Agricoles
Collectivités
Notaires
Cridon
Moyens Humains,
Techniques
et
Financiers
Indicateurs
de
réalisation
Moyens humains :
- implication de l’ensemble des services de la Safer
Moyens techniques :
- rencontre régulière avec la profession et les partenaires agricoles de la Safer
- rencontrer les notaires (et le Cridon) à intervalles réguliers (2 ou 3 ans) pour se tenir mutuellement informés des
évolutions réglementaires et de l'interprétation qui en est faite
- développer les moyens de communication : site Internet, articles de presse, lettre foncière
- intervenir dans le cursus de formation des notaires et de leurs collaborateurs
- intervenir dans le cursus de formation des agents des collectivités en charge du dossier foncier
- nombre de contentieux intentés par des candidats non retenus perdus par la Safer par rapport au nombre total de
candidatures instruites
- proportion de contentieux perdus par la Safer
- proportion d'avis défavorables émis par les Commissaires du Gouvernement sur l'ensemble des dossiers présentés
- nombre de rencontres annuelles mises en place à partir de 2015 avec les partenaires de la Safer (Chambre, syndicats,
élus, notaires) pour présenter son fonctionnement, ses procédures, etc...
- nombre d'interventions de la Safer dans les cursus de formation
Situation de référence
Maine Océan
Objectif
Maine Océan
(au 31/12/2012)
(à compter de 2015)
Source
Nombre d'avis défavorables des Commissaires du Gouvernement sur les opérations de (d')
Indicateurs 5
Préemption simple
2
0
Préemption avec révision du prix
/
0
Acquisition
(> 75 000 €)
/
0
Rétrocessions
1
0
Conventions
/
0
Safer/Terre
d'Europe-Scafr
38
PARTIE 3 : LES CLES DE LA REUSSITE DU PPAS
Toutes les actions développées dans les parties ci-dessus ont pour objectif de permettre à la Safer de
remplir sa mission de service public. Du fait de l’évolution générale de l’environnement des Safer et
notamment de la loi d’avenir de l’Agriculture, quelques adaptations sont nécessaires dans l’organisation
et le fonctionnement pour parfaire les attentes des partenaires.
Cela concerne notamment la gouvernance, dans le prolongement des dispositions de la loi d’avenir,
l’affichage de la transparence et de la traçabilité des décisions, la mise en place de nouveaux
partenariats ou encore le développement d’un modèle économique permettant à la Safer de disposer
des moyens humains, techniques et financiers nécessaires à son action.
1. Renforcer les engagements sur la « Qualité et la traçabilité de l’action de la
Safer »
La Safer Maine Océan a déjà engagé des démarches pour améliorer la qualité et la lisibilité de son action. Elles
sont à poursuivre et de nouvelles initiatives sont à engager.
1.1. Les démarches à poursuivre
1.1.1. Le Respect de la Charte Éthique
La Safer Maine Océan a participé à l’élaboration de la Charte Éthique Nationale en 2012 qui a pour ambition
d’affirmer les valeurs qui animent les Safer et présenter les principes qui encadrent et guident leurs
interventions. Cette charte a été largement diffusée auprès des partenaires et est disponible sur notre site
internet. La Safer s’assure de son respect dans le cadre de ses interventions et au sein de ses instances de
décision (voir annexe n°4)
1.1.2. La communication du « Guide à l’attention du candidat »
Depuis 2010, la Safer Maine Océan a pris l’initiative de remettre à chaque candidat à la rétrocession de biens
avec son dossier de candidature un « Guide à l’attention du candidat ». Ce guide présente les engagements de
la Safer pour un traitement équitable de toutes les candidatures, le déroulement de la procédure d’attribution,
les droits et les devoirs des candidats. Il est également disponible sur le site internet de la Safer où il peut être
consulté par toute personne intéressée (voir annexe n°5). Le guide à l’attention du candidat sera revu pour
tenir compte notamment des évolutions apportées par la loi d’avenir et ses décrets d’application.
1.1.3. Le respect du règlement intérieur des Comités Techniques Départementaux
Le fonctionnement des Comités Techniques est régi par un règlement intérieur établi par le Conseil
d’Administration de la Safer et régulièrement remis à jour. Il précise la composition des comités techniques,
leurs règles des comités techniques et les modalités d’émission des avis. Il rappelle également les
incompatibilités de fonctions, le devoir de confidentialité autour du contenu des débats et les sanctions en cas
de manquement à ces règles. Tous les membres des comités techniques sont, bien entendu, destinataires d’un
exemplaire de ce règlement.
Un règlement intérieur a également été établi par le Conseil d’Administration de la Safer concernant le
fonctionnement du Comité de Direction qui peut être lui aussi amené à émettre des avis sur des dossiers
opérationnels (voir annexes n°6 et 7).
Ces règlements seront mis à jour pour tenir compte notamment des évolutions apportées par la loi d’avenir et
ses décrets d’application.
1.1.4. L’affichage des décisions
Selon les dispositions du Code Rural, les décisions d’attribution font l’objet d’un affichage en mairie ainsi que
d’une information directe aux candidats non retenus ainsi qu’aux acquéreurs évincés en cas de préemption.
39
1.2. Les démarches à engager
1.2.1. Élaboration d’un « Guide à l’attention des Vendeurs »
À l’instar du Guide à l’attention des candidats, un guide à l’attention des vendeurs doit être élaboré. Il
précisera l’ensemble des étapes qui composent une vente immobilière et rappellera les engagements
réciproques pris par les vendeurs et la Safer. Il rappellera également les procédures de publicité et
d’attribution des biens ainsi que l’engagement d’équité de traitement des candidatures.
Un troisième guide pourra également être élaboré à l’attention des propriétaires manifestant le souhait de
louer leurs biens dans le cadre d’une intermédiation locative avec la Safer.
1.2.2. Communication du « Guide à l’attention des Vendeurs »
Ce guide à l’intention des vendeurs sera systématiquement transmis aux propriétaires manifestant le souhait
de confier la vente d’un bien foncier à la Safer. Il sera également consultable sur le site internet de la Safer.
1.2.3. Communication des processus de décision
La Safer s’engage à communiquer sur ses processus de décision. Elle les rappellera chaque fois qu’elle en aura
l’occasion notamment lors des consultations locales, de journées d’échanges avec des partenaires, des
assemblées départementales annuelles et, chaque fois que nécessaire, au sein de toutes ses instances de
décision. Enfin, soit au travers des guides cités ci-dessus, soit à partir de documents spécifiques, tous les
processus d’attribution de terres en propriété ou par Intermédiation Locative seront diffusés sur le site internet
de la Safer.
1.2.4. Traçabilité des décisions
Les rétrocessions opérées par la Safer font l’objet d’un cahier des charges dont la sanction, en cas de nonrespect, peut conduire, selon le cas, à l’action en résolution ou à la mise en œuvre de la procédure de
délaissement. La Safer doit se donner les moyens d’assurer un meilleur suivi de ce cahier des charges. Cela
passe par :
-
-
une rédaction plus précise de son contenu, notamment en ce qui concerne les engagements
environnementaux, ceux pris en matière d’agriculture biologique ou ceux liés à l’installation avec les
aides publiques,
la capacité à vérifier (ou faire vérifier par des partenaires spécialisés, notamment sur les aspects
environnementaux) le respect des engagements pris.
2. Adapter la gouvernance de la Safer à l’évolution du contexte sociétal et
législatif
Les enjeux développés plus haut montrent le caractère pluridisciplinaire de l’action de la Safer. Cette diversité
s’est déjà traduite dans le passé par une ouverture et une évolution de la composition des Comités Techniques
et du Conseil d’Administration de la Safer à de nouveaux partenaires : notaires, propriétaires fonciers et
forestiers, représentants de l’environnement, syndicats spécialisés, etc…
La loi d’avenir va plus loin en prévoyant une structuration des Conseils d’Administration en trois collèges
représentants :
-
la profession agricole
les collectivités territoriales
les autres partenaires dont à minima un représentant d’une association environnementale agréée et
d’une fédération de chasseurs.
La Safer adaptera sa gouvernance à ces nouvelles dispositions légales. Une réflexion sera également engagée
au sein du Conseil d’Administration pour porter à 24 le nombre d’administrateurs.
Elle s’adaptera également aux dispositions particulières concernant d’éventuelles consultations locales qui sont
attendues dans les décrets d’application de la loi.
40
3. Développer de nouveaux partenariats
3.1. Approche territoriale (agricole et politiques publiques)
3.1.1. Le partenariat avec les OPA (Chambre d’Agriculture notamment)
Sur le volet agricole, des expériences passées ont montré la complémentarité des missions des différents
organismes qui concourent au développement de l’agriculture sur l’ensemble du territoire.
Pour développer et améliorer l’efficacité d’une action conjuguée, il est nécessaire de formaliser ces
partenariats en identifiant les missions, les modes d’intervention et la valeur ajoutée que chaque structure
peut apporter.
Des démarches sont déjà entamées sur le volet transmission pour s’assurer d’une bonne articulation entre
l’intervention de la Safer et celle des services Transmission des Chambres d’Agriculture. D’autres démarches
pourraient être engagées notamment avec les centres de gestion et les organismes qui proposent des sessions
de préparation à la transmission des exploitations.
3.1.2. Le partenariat avec la Région
La démarche territoriale ne doit pas se limiter à une approche technique. Il est indispensable de bénéficier
d’une impulsion forte des pouvoirs publics. Un partenariat avec la Région est en cours de réflexion notamment
pour assurer une prise en charge financière du portage foncier pour faciliter l’installation en agriculture. Se
donner les moyens d’assurer ce portage temporaire (quelques mois voire quelques années) est primordial pour
se doter d’une politique active de transmission des exploitations. En effet, c’est souvent le seul moyen de
compenser l’absence de coïncidence entre le moment où le cédant souhaite arrêter son activité et celui où le
candidat à l’installation a réuni toutes les conditions de la reprise.
3.1.3. Le partenariat avec les Collectivités et leurs établissements publics ou structures associées
Des partenariats peuvent également être envisagés dans le cadre plus général de l’accompagnement des
politiques publiques en faveur du développement rural. La majeure partie des projets d’aménagement d’une
collectivité ont un impact sur le foncier agricole. Afin de mieux anticiper ces projets et leurs conséquences, il
convient d’organiser les échanges et les différentes collaborations possibles avec les collectivités, leurs
établissements publics et leurs structures associées. L’objectif est en premier lieu de mieux faire connaître la
Safer et ses moyens d’action afin de se positionner en partenaire de l’aménagement des territoires. Dans une
seconde phase, il conviendra de finaliser des conventions opérationnelles avec ces collectivités.
3.1.4. Les autres partenariats pour mieux appréhender le développement rural
Participer au développement rural suppose de collaborer au développement de toutes les économies :
industriel, commercial, touristique, etc…
Les Chambres de Commerce et d’Industrie, les Chambres des Métiers, les Comités d’Expansion (ou agence de
développement), le Comité Régional du Tourisme (entre autres) sont des interlocuteurs privilégiés pour
identifier les secteurs de développement, la typologie des investisseurs et l’évolution de ces secteurs d’activité.
La Safer doit provoquer et multiplier les échanges avec ces organismes qui sont confrontés à des
problématiques foncières et sont en demande de service face à ces difficultés.
3.2. Approche par filière
Pour répondre au plus près aux préoccupations et aux besoins des acteurs économiques locaux, la Safer doit se
rapprocher également des organisations de producteurs, des structures coopératives et des autres entreprises
d’amont et d’aval encadrant les filières. Elle peut apporter un soutien notamment aux représentants des
filières rentables et porteuses d’emplois mais qui, pour certaines, éprouvent des difficultés pour assurer le
renouvellement des générations (maraîchage, horticulture ou élevage par exemple).
L’objectif de ces partenariats est, d’une part, d’assurer la transmission des exploitations en place et leur reprise
par des agriculteurs et, d’autre part, de garantir aux acteurs concernés le maintien de volumes de production
suffisants pour la pérennité des filières.
41
Dans un premier temps, il s’agit de mieux connaître la configuration des exploitations, identifier les conditions
de leur transmissibilité et les éventuelles actions à entreprendre pour les rendre transmissibles. Les structures
encadrant les filières pourront ensuite apporter un appui technique ou une garantie pour faciliter la
transmission des exploitations et le renouvellement des générations.
La Safer a d’ores et déjà engagé des démarches avec les acteurs des filières traditionnelles (notamment
laitière) et ceux des productions végétales spécialisées. D’autres contacts sont en cours avec des représentants
d’autres filières.
Les consultations du PPAS ont notamment révélé des attentes dans le bois et l’agriculture biologique.
4. Valoriser nos métiers et nos savoir-faire
4.1. Valoriser nos métiers
4.1.1. En interne
La réflexion engagée au sein des services de la Safer Maine Océan a révélé la nécessité d’un travail
d’explication en interne des fonctions de chacun des services. Une meilleure compréhension du rôle et du
fonctionnement de chaque service doit permettre de mieux collaborer voire d’anticiper sur les besoins.
En parallèle, au sein de la Safer Maine Océan ainsi que de l’ensemble du groupe des Safer, des collaborateurs
dotés de compétences spécifiques peuvent être des personnes ressources. Il serait pertinent d’identifier ces
personnes ressources afin de mutualiser ces compétences pour mieux les valoriser au niveau régional ou
national.
4.1.2. En externe
Pour être reconnue comme un acteur de la transmission agricole et un partenaire du développement rural, la
Safer doit valoriser ses compétences en communiquant sur ses réalisations. En particulier, elle doit mettre en
avant sa spécificité : la sécurisation du foncier au moment d’une transmission.
Elle doit communiquer sur les collaborations auxquelles elle participe, montrant ainsi sa polyvalence en se
positionnant comme un partenaire des projets agricoles et ruraux.
Cette démarche nécessite un travail d’explication sur la nature, la spécificité et la complémentarité des outils
dont elle dispose, ainsi que sur les services et prestations qu’elle apporte pour sécuriser la maîtrise du foncier
et des bâtiments lors des cessions d’exploitations.
4.2. Mieux faire connaître notre organisation
Pour être mieux reconnue, la Safer doit valoriser la spécificité de son organisation. Réunissant au sein de ses
instances dirigeantes ou consultatives l’ensemble des acteurs des territoires ruraux, elle a ainsi la faculté de
s’adapter aux évolutions de son environnement et répondre aux besoins de chacun de ces acteurs. Son
fonctionnement assure une large diffusion de son activité, des informations dont elle dispose et des
observations qu’elle réalise sur le marché foncier.
La Safer doit s’attacher à mettre en avant la valeur ajoutée de son action et montrer qu’elle répond pleinement
aux objectifs de l’ensemble des missions qui lui ont été confiées au service de l’agriculture et du
développement durable des territoires ruraux, sous le contrôle des services de l’État.
42
5. Développer des moyens humains et un modèle économique
5.1. Quels moyens humains pour répondre à ces enjeux ?
La mise en œuvre du programme pluriannuel d’activité de la Safer ne pourra se faire que si des moyens
humains adaptés à l’accomplissement sont mis en œuvre. Ceux-ci se déclinent à trois niveaux :
au siège de la Safer (fonctions supports)
dans les services départementaux
dans le développement de fonctions transversales : service études/cartographie et compétences
spécifiques.
5.1.1. Dans les services du siège
Actuellement, le siège de la Safer Maine Océan occupe 9 personnes (hors Directeur) affectées essentiellement
à la comptabilité, au traitement des notifications, au suivi administratif des dossiers, à la gestion temporaire, à
la maintenance informatique et à la gestion administrative et financière de la Safer.
L’objectif est de maintenir un siège avec des effectifs limités mais suffisants pour assurer ces fonctions.
Des évolutions vont toutefois intervenir dans les années à venir qui nécessiteront une adaptation du personnel
du siège et une nouvelle répartition des tâches. Nous pouvons d’ores et déjà en citer deux :
-
la dématérialisation des notifications, qui transformera la fonction de saisie des notifications en une
fonction de vérification et de contrôle de la validité des informations transmises par les Notaires ;
la rétrocession du stock LGV, qui allègera le suivi de la gestion temporaire.
5.1.2. Dans les services départementaux
Dans l’organisation historique de la Safer basée sur un maillage territorial, les services départementaux
constituent les unités opérationnelles, avec des conseillers fonciers organisés par secteur géographique (voir
annexe n°8).
Actuellement, ils se composent de 5 à 6 conseillers fonciers, 2 ou 3 assistantes et un directeur départemental.
En Loire-Atlantique, on compte également un chargé d’études qui assure plus spécifiquement le suivi des PEAN
dans le cadre d’une convention avec le Conseil Général.
Cette organisation et cette structuration des équipes départementales doivent être maintenues pour assurer
une couverture optimale du territoire.
Toutefois, les spécificités de certaines filières de production ainsi que les demandes des collectivités
nécessitent des compétences particulières qui ne sont pas forcément cumulables avec celles, plus généralistes,
d’un conseiller foncier en charge d’un secteur. Il faut donc, en complément du maillage territorial, se doter des
compétences permettant de répondre à ces besoins spécifiques.
Pour cela, la Safer propose trois types de solutions en développant des fonctions transversales dont certaines
sont d’ores et ores et déjà mises en place.
5.1.3. Dans les fonctions transversales
a) Le développement du service études :
Composé aujourd’hui de 2 chargés d’études, il effectue des missions spécifiques en matière de cartographie,
communication, analyses statistiques, études à la demande de collectivités ou des services de l’état, seul ou en
partenariat avec les services de la FNSafer ou de Chambres d’agriculture par exemple.
b) La valorisation de compétences transversales au sein des équipes départementales :
Certains conseillers fonciers disposent de compétences particulières : en matière équestre, viticole, gestion,
forestière, etc…
Tout en conservant une organisation par secteur géographique, ces compétences spécifiques doivent être
valorisées, soit au sein de groupes de réflexion internes, soit en confiant aux personnes concernées des
missions transversales à l’échelle soit du département soit de l’ensemble de la Safer.
43
c) La mutualisation entre Safer :
À ce jour, seules l’informatique et la formation du personnel font l’objet d’une véritable mutualisation au sein
du groupe Safer.
Il faudrait pouvoir élargir à d’autres domaines cette mutualisation de groupe entre Safer concernées par des
thématiques communes. Toutefois, les difficultés observées par le passé dans ce domaine laissent penser que
la réussite d’une mutualisation de moyens doit se faire soit sous le couvert de la FNSafer, soit en créant des
structures adaptées de type GIE.
5.2. Quel modèle économique ?
Le maintien de moyens humains et techniques adaptés à sa mission implique que la Safer conserve un modèle
économique lui permettant d’équilibrer ses charges et poursuivre son développement.
Depuis 7 ans, la Safer parvient à assurer son équilibre financier alors même que l’enveloppe globale des
subventions nationales est en diminution constante. Elles couvrent aujourd’hui moins de 5% des charges de
structure totale des Safer. C’est donc bien par les honoraires qu’elle facture dans le cadre de ses interventions
auprès des agriculteurs, des collectivités et d’une manière générale de l’ensemble des personnes physiques ou
morales bénéficiaires de ses services que la Safer assure l’équilibre de ses comptes. Chaque partenaire, et
notamment les collectivités territoriales avec lesquelles la Safer est régulièrement amenée à contractualiser,
doit avoir conscience de cette situation.
Compte tenu du caractère non lucratif de la Safer, les excédents dégagés sont systématiquement réaffectés
aux réserves ou servent à financer des actions spécifiques. Ainsi, en début d’année, la Conseil d’Administration
a décidé d’affecter une partie du résultat à la mise en place du SAFIR, une aide spécifique destinée aux jeunes
agriculteurs, pour limiter les frais liés à l’acquisition de foncier.
Pour autant, l’équilibre financier de la Safer est toujours précaire. Il n’est obtenu que dans les derniers jours de
l’exercice et est totalement insuffisant pour permettre à la Safer d’assumer seule le coût d’une politique
ambitieuse de stockage en faveur de l’installation ou conduire à grande échelle des opérations d’échanges
amiables multilatéraux. Ce type d‘opération ne peut s’envisager qu’avec la mise en place de partenariats
financiers avec des collectivités, les services de l’État, ou encore des opérateurs privés à condition qu’ils
acceptent les règles et procédures de fonctionnement de la Safer.
La Safer doit donc être en capacité de développer un modèle économique à deux niveaux :
- d’une part, elle doit par son activité dégager les ressources permettant de financer son action au
quotidien et payer ses charges de structure ;
-
d’autre part, elle doit développer des partenariats afin d’assurer la prise en charge financière et
la garantie de bonne fin d’opérations foncières indispensables au développement des territoires
ruraux mais ne pouvant être financées à partir de ses seules ressources.
La loi d’avenir prévoit la mise en place d’une comptabilité analytique, dans l’objectif d’établir les modalités
d’une solidarité financière entre Safer. Pour utile que soit cette approche, une comptabilité analytique doit
également avoir d’autres ambitions et finalités.
5.2.1. Une comptabilité analytique, pour quoi faire ?
Depuis leur création, l’équilibre financier des Safer s’est construit autour de quelques opérations d’envergure
qui permettent de financer le coût d’intervention sur des dossiers de moindre valeur :
-
acquisitions de petites parcelles,
-
préemptions en révision de prix (souvent suivies d’un retrait de vente),
-
travail d’aménagement parcellaire,
sur lesquels les frais d’intervention « classiques » de la Safer sont insuffisants pour rémunérer le
travail effectué.
La mise en place d’une comptabilité analytique ne doit pas avoir pour finalité de remettre en cause la
construction de cet équilibre. Elle doit permettre d’établir dans un budget prévisionnel les coûts et les produits
de chaque projet ainsi que le délai nécessaire pour atteindre l’équilibre financier de ces actions puis de
comparer ces prévisions au résultat réel des actions réalisées.
44
Pour chaque action, l’objectif est d’apprécier les pertes ou les gains prévisionnels puis réels afin de permettre
au Conseil d’Administration de procéder aux arbitrages sur les actions déficitaires :
-
rechercher les financements complémentaires auprès de divers partenaires permettant d’équilibrer
le coût de ces actions ;
si aucun financement n’est possible
• soit les abandonner
• soit, si elles sont jugées indispensables, les poursuivre en faisant jouer le principe de la solidarité
interne à la Safer Maine Océan (sur le principe « les gros dossiers paient les petits ») ;
Dans ce dernier cas, deux remarques s’imposent :
-
la limite de cette solidarité interne reste l’équilibre financier global de la Safer
la comptabilité analytique doit aussi permettre d’identifier quelles actions bénéficiaires financent les
opérations déficitaires.
5.2.2. Rémunérer les interventions à leur juste coût
L’objectif global doit être d’adapter le barème d’intervention de la Safer afin que chaque action conduite
trouve son équilibre financier. Dans cette optique, un toilettage et une actualisation du barème seront opérés
chaque année, lors du dernier Conseil d’Administration de l’année.
5.2.3. Trouver des financements complémentaires
Ils sont indispensables pour certains chantiers importants où il n’est pas envisageable de faire supporter
l’intégralité de la prestation de la Safer aux seuls attributaires en fin d’opération. D’ores et déjà, trois
situations, correspondant à une demande réelle, sont identifiées :
-
L’aménagement et la restructuration foncière :
La Safer a toujours conduit des opérations d’échanges amiables multilatéraux restructurant. Historiquement,
ces mesures bénéficiaient de financements publics à travers les OGAF ou par des aides des Départements. Ces
financements ont aujourd’hui disparu alors que dans le même temps une demande nouvelle s’est fait jour pour
ces opérations, notamment dans une approche agro écologique, pour limiter les déplacements sur les routes.
La relance de tels chantiers ne pourra se faire que si des financements spécifiques pour assurer le portage du
foncier, l’animation d’échanges et la prise en charge des frais de notaires et de géomètres sont trouvés auprès
des collectivités territoriales ou d’autres partenaires intéressés par ces actions (coopératives éventuellement).
-
Le portage en faveur de l’installation :
Ce point a déjà été évoqué à plusieurs reprises dans le PPAS. Le portage foncier est une des clés de la réussite
d’une politique d’installation et de renouvellement des générations en agriculture. Toutefois, il nécessite une
masse importante de capitaux qui ne pourront être mobilisés que si un partenariat arrive à aboutir,
notamment avec la Région.
-
Le financement d’actions spécifiques :
Un exemple concret est représenté par la convention PEAN avec le Département de la Loire-Atlantique qui
permet de financer le coût du chargé d’études de la Safer responsable du suivi des PEAN. On peut imaginer que
des conventions similaires soient établies sur d’autres projets afin d’assurer la prise en charge financière
d’autres actions conduites par la Safer dans le cadre de ses missions.
Ces trois exemples ne sont pas exhaustifs et illustrent des besoins identifiés à ce jour. D’autres demandes pourront
émerger dans le futur et nécessiter, elles aussi, la recherche de partenariats financiers.
45
CONCLUSION GENERALE
Le PPAS 2015-2021 s’inscrit dans la volonté de la Safer de poursuivre pleinement son action au service
du Développement Durable des territoires ruraux. L’agriculture en est plus que jamais l’un des
principaux moteurs, par la valeur ajoutée générée, les emplois (directs ou induits) créés, la manière dont
elle façonne les paysages et contribue à l’équilibre écologique des territoires. Elle occupe à ce titre une
place centrale au cœur du PPAS. Celui-ci met également en évidence les convergences et les
complémentarités qui doivent être trouvées entre les différents usages, publics ou privés, du foncier
agricole et rural avec, en toile de fond, la volonté affichée de préserver cette ressource.
Il s’appuie sur le savoir-faire des équipes de la Safer, forgé par plus de 50 ans d’expérience, mais
souligne aussi la nécessité de développer de nouvelles compétences et de nouveaux partenariats,
notamment pour répondre aux défis du renouvellement des générations et de la préservation de la
diversité des filières.
Enfin, le PPAS est renforcé par la mise en place d’objectifs qualitatifs et quantitatifs identifiés et
mesurables. Ils feront l’objet d’une évaluation et de bilans annuels réguliers.
Il reste maintenant à réussir sa mise en œuvre qui passe par la mobilisation de l’ensemble des équipes
salariées et dirigeantes, par la poursuite et le développement de partenariats avec la profession
agricole, autour des enjeux et objectifs présentés dans les fiches actions. Elle passe aussi par le maintien
de relations constructives avec les services de l’État, basées sur les échanges et la confiance, et
marquées par la volonté de préserver la capacité d’anticipation et la réactivité de la Safer tout en
respectant pleinement son cadre juridique d’intervention.
Ces engagements et cette confiance réciproques demeurent plus que jamais indispensables à la réussite
de la Safer, à la qualité de son action et à sa reconnaissance par l’ensemble des acteurs du monde rural.
***
46
ANNEXES
ANNEXE 1
Direction générale des politiques agricole,
agroalimentaire et des territoires
Sous-direction des entreprises agricoles
Bureau des statuts et des structures (BSS)
3, rue Barbet de Jouy
75349 PARIS 07 SP
0149554955
Note de service
DGPAAT/SDEA/2014-105
10/02/2014
Date de mise en application : Immédiate
Diffusion : Tout public –
Cette instruction n'abroge aucune instruction. Cette instruction ne modifie aucune instruction.
Nombre d'annexes : 1
Objet : Programme pluriannuel d'activité des SAFER (PPAS) - Période 2015-2021.
Destinataires d'exécution
DRAAF
DAAF
DDT(M)
Agence de service et de paiements (ASP)
Résumé : Contenu, modalités d'élaboration et de mise en œuvre des programmes pluriannuels
d'activité que les Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER) devront élaborer
pour la période 2015-2021.
Textes de référence :- Articles R. 141-7, R. 141-8 et R. 144-4-5° du code rural et de la pêche
maritime ;
- Décret n° 97-1197 du 19 décembre 1997 pris pour l'application au ministre de l'économie, des
finances et de l'industrie du 1° du décret n° 97-34 du 15 janvier 1997 relatif à la déconcentration des
décisions administratives individuelles.
I
Sommaire :
I - CONTEXTE ET ENJEUX POUR LES FUTURS PPAS
II – CADRE RÉGLEMENTAIRE
1 - Fondement juridique du
PPAS 2 - Sanction
3 - Rôle des Commissaires du
gouvernement
III – ELABORATION DU PPAS
1 - Nature et objectifs du
PPAS 2 - Orientations
stratégiques
3 - Contenu du PPAS
4 - Procédure d'élaboration du PPAS
IV – SUIVI ET ÉVALUATION DU PPAS
1 - Suivi annuel de la mise en œuvre du
PPAS 2 – Evaluation du PPAS en fin de
période
V - LA RÉVISION DU PPAS
ANNEXE : INDICATEURS NATIONAUX DE CONTEXTE ET DE RÉALISATION - FIXATION DES
CIBLES
II- CONTEXTE ET ENJEUX POUR LES FUTURS PPAS
Les programmes pluriannuels d’activité des SAFER arrivent à échéance et doivent être renouvelés pour
la période 2015-2021. La présente note de service a donc pour objectif de définir le cadre d’élaboration,
de suivi et de révision de ces PPAS.
Sur la base des orientations stratégiques fixées dans la présente note, le PPAS doit être un véritable
instrument d’orientation et de gestion de l’activité de la SAFER doté d’objectifs et d’indicateurs chiffrés.
Par ailleurs, le projet de loi d'avenir pour l'agriculture et la forêt, actuellement en cours de discussion au
Parlement, vise à accroître l'efficacité des dispositifs de préservation des terres agricoles et, en
particulier, celle de l'intervention des SAFER par les principales mesures suivantes:

révision de leurs statuts qui devront prévoir une gouvernance structurée en trois collèges et
élargie aux associations agréées de protection de l'environnement,

rationalisation de leur fonctionnement par l'instauration pour chaque société d'un périmètre
d'intervention régional voire inter-régional et création d'un fonds de péréquation géré par la
FNSAFER,

regroupement de leurs missions d'intérêt général autour de 4 axes (agriculture,
environnement, développement rural et transparence du marché foncier) avec une priorité
donnée à la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers et à l’installation des
nouveaux agriculteurs,

renforcement de la sécurité juridique du droit de préemption qui devient permanent.
Les conditions d'exercice de ce droit de préemption pourront être réexaminées à l'occasion du
renouvellement du PPAS, sur demande motivée des commissaires du gouvernement ou de la SAFER.
Ceci renforce la nécessité que le PPAS traduise, de façon concrète et précise, la stratégie
d'intervention de la SAFER, par la détermination de priorités d'actions et des outils à mobiliser
ainsi que par des engagements en termes d'objectifs chiffrés.
II
III– CADRE RÉGLEMENTAIRE
1 - Fondement juridique du PPAS
Les dispositions de l’article R. 141-7 du code rural et de la pêche maritime prévoient l’établissement d’un
PPAS par chaque SAFER. Ce programme est soumis à l’approbation des ministres chargés de
l’agriculture et des finances (ainsi que du ministre chargé des Outre-Mer pour les trois SAFER de
Guadeloupe, Martinique et de La Réunion).
Ce même article prévoit la communication aux mêmes ministres, d’un compte-rendu annuel d’activité.
2 - Sanction
Selon la procédure définie à l’article R. 141-3, l’article R. 141-8 du CRPM autorise à suspendre
l’agrément des SAFER qui ne mettent pas en œuvre le PPAS (arrêté conjoint des ministres chargés de
l’agriculture et des finances, pris après consultation des chambres d’agriculture des départements
concernés et avis des CDOA).
3 - Rôle des Commissaires du gouvernement
Si les commissaires du gouvernement disposent d’un pouvoir de contrôle général sur l’activité des
SAFER prévu par l’article R 141-9 du CRPM, aucune précision de nature réglementaire ou par note de
service n’a jusqu’à présent été apportée sur leur rôle au regard des PPAS. La présente note de service
précise le rôle des commissaires du gouvernement concernant l’élaboration et le suivi des PPAS.
IV – ELABORATION DU PPAS
1 – Nature et objectifs du PPAS
Le PPAS est un document de référence destiné à définir :



la stratégie, les priorités d’action et les objectifs quantifiés de la SAFER,
les modalités d’intervention et les conditions de sa réussite,
les ajustements de ses ressources et de ses moyens en conséquence.
Il fixe, en particulier, le cadre dans lequel la SAFER intervient au regard de ses quatre missions
d'intérêt général :




agricole et forestière : installation, consolidation des exploitations agricoles et forestières pour
l'atteinte d'une dimension économiquement viable, amélioration de la répartition parcellaire,
diversité des productions et agro-écologie ;
environnementale : diversité des paysages, protection des ressources naturelles et
biodiversité ;
développement durable des territoires ruraux ;
transparence du marché foncier (veille et observation).
Le PPAS permet également de créer une dynamique de projet permettant de fédérer ses partenaires
ainsi que son personnel autour d'objectifs et de priorités d'intervention partagés.
Il est rendu public, en particulier à destination de l’ensemble des acteurs du domaine agricole,
forestier, de l’environnement, de l’aménagement et du développement local
III
2 - Orientations stratégiques
Le PPAS doit intégrer dans sa stratégie et ses priorités d'action, d'une part, les orientations nationales
définies dans le cadre :

du projet agro-écologique pour la France destiné à favoriser les systèmes de production visant
la double performance économique et environnementale et en particulier les systèmes de
production en agriculture biologique,

de la politique rénovée en faveur de l'installation en agriculture qui a désormais une cible élargie
notamment aux candidats à l’installation de plus de 40 ans et aux projets d'installation
progressive.
D'autre part, il prend en compte les orientations régionales définies dans les documents de planification
et de programmation régionaux :




les plans régionaux de l’agriculture durable (PRAD),
les schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE), les programmes régionaux de
développement rural (PRDR),
les plans pluriannuels régionaux de développement forestiers (futurs programmes régionaux de
la forêt et du bois du projet de LAAAF),
et, dans la mesure du possible, les documents de cadrage régionaux relatifs à
l’aménagement du territoire et au développement local impactant potentiellement l’activité des
SAFER.
Le PPAS doit définir une stratégie donnant la priorité à la préservation des terres agricoles,
naturelles et forestières et à l'installation des nouveaux agriculteurs. Une attention particulière sera
également portée sur l'objectif de maintien et de développement de la diversité des systèmes de
production agricole, riches en emploi et en valeur ajoutée sur les territoires.
Cette stratégie devra être conforme aux orientations et priorités fixées par les schémas directeurs
départementaux des structures agricoles (devenant des schémas directeurs régionaux des
exploitations agricoles dans le projet de LAAAF).
Outre le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’agroalimentaire et la forêt qui renforce le dispositif
SAFER, certains autres projets de loi en cours prévoient d'importantes évolutions en matière de politique
foncière qui impacteront directement l'activité des SAFER.
En particulier, le projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové dit « ALUR » prévoit que
les actions des établissements publics fonciers (EPF) d'Etat comme des EPF Locaux ne pourront
être menées dans les espaces agricoles et naturels qu'en coopération avec les SAFER.
Une coopération entre EPF locaux et SAFER est pareillement prévue pour les acquisitions foncières
nécessaires à la protection d'espaces agricoles et naturels péri-urbains (PAEN) auxquelles il peutêtre
procédé à l'intérieur de périmètres préalablement définis.
Il en sera tenu compte dans le cadre de la préparation du PPAS en particulier à l'étape du recensement
des besoins des partenaires de la SAFER mais également au stade de la détermination des moyens
d'action de la société.
Enfin, en matière d'information sur le marché foncier, ce programme doit intégrer le respect des
dispositions en vigueur avec notamment la communication aux services de l’Etat des informations que
la SAFER détient sur l’évolution des prix et l’ampleur des changements de destination des terres
agricoles.
IV
3 - Contenu du PPAS
Le PPAS est établi selon un cadre harmonisé qui comprend :
1-1 - Un diagnostic avec le contexte et enjeux locaux
Un diagnostic global sur la situation du marché foncier ainsi que sur les enjeux agricoles,
environnementaux et de développement rural associés (en lien avec les diagnostics des documents
régionaux et de programmation mentionnés précédemment) est réalisé au niveau régional. Il précise le
contexte et les enjeux locaux, articulés autour des quatre missions d’intervention de la SAFER.
1-2 - Une analyse AFOM (Atouts, Faiblesses, Opportunités, Menaces) 1
Une analyse de type AFOM portant à la fois sur les enjeux territoriaux et sur ceux de la structure
SAFER est conduite.
1-3 - Un bilan et les enseignements sur le PPAS précédent
L’évaluation du PPAS sur la période 2007-2012 (note de service DGPAAT/SDEA/N2013-3017 du 30 avril
2013) est valorisée dans ce cadre avec le bilan de ses réalisations et les leçons à tirer de sa mise en
œuvre.
1-4 - La stratégie du PPAS pour la période à venir
Il s’agit ici de définir les orientations et les objectifs globaux de la SAFER pour la période du PPAS et de
les hiérarchiser en tenant compte des moyens et des ressources prévisionnels.
1-5 - Les axes prioritaires d'intervention
Des axes prioritaires d’intervention de la SAFER, en application de sa stratégie, sont fixés.
Ils sont déclinés par actions comprenant un descriptif et les objectifs quantifiés à atteindre sur la période
2015-2021. Des indicateurs de contexte et de réalisations ainsi que des cibles sont précisés. En annexe
figurent les indicateurs nationaux à intégrer dans le PPAS. Ces indicateurs sont complétés par des
indicateurs régionaux adaptées au contexte local de chaque SAFER.
1-6 - Les dispositions de mise en œuvre, de suivi et d'évaluation du PPAS
Le compte-rendu annuel d’activité qui est mentionné à l’article R 141-7 du CRPM, intègre un bilan
annuel de la mise en œuvre du PPAS.
Le PPAS doit prévoir les modalités de sa révision conformément aux instructions du paragraphe V,
notamment dans le cadre des modifications législatives et réglementaires à venir qui prendront effet dans
le courant de la programmation 2015-2021.
L’évaluation du PPAS un an avant la fin de programmation doit également être précisée.
1-7 - Les moyens et
financement
Le PPAS précise les moyens et les financements permettant d’accomplir les actions, regroupées suivant
les axes prioritaires d’intervention.
1« SWOT » en anglais.
V
4 - Procédure d'élaboration du PPAS
4-1 - Comité régional
d'élaboration
Un comité régional (voire inter-régional) présidé par le préfet ou le DRAAF/DAAF par délégation est
constitué.
Composé de 10 à 15 personnes, il comprend a minima la SAFER, des collectivités locales (conseil
régional, conseils généraux), des services de l’Etat (DRAAF, DREAL, DDT/DDTM), les commissaires du
gouvernement « agriculture » et « finances », l’ASP en qualité d’administrateur de la SAFER et la
chambre régionale d’agriculture.
Pour les 3 SAFER des DOM, les préfets adapteront la composition des comités. Le
comité d’élaboration du PPAS a pour rôle de (d’) :
•
•
•
accompagner et suivre le bon déroulement des travaux du PPAS ;
procéder ou faire procéder aux différentes consultations nécessaires ;
contribuer à l’élaboration du diagnostic et des objectifs.
Le conseil d'administration et les comités techniques départementaux sont tenus régulièrement informés
de l’état d’avancement des travaux par la SAFER et sont consultés sur le projet de PPAS.
4-2 - Etapes d'élaboration du projet de PPAS
Quatre étapes principales pour l’élaboration du PPAS peuvent être distinguées :
4-2-1 Consultations préalables
Les acteurs clés des politiques agricoles, environnementales et de développement local, partenaires
potentiels de la SAFER ou déjà actifs de la SAFER (Conseil(s) régional(aux), Conseils généraux,
DRAAF, DREAL, DDT/DDTM, Agences de l'eau, Etablissements publics fonciers, Conservatoire de
l'espace littoral et des rivages lacustres, Conservatoires régionaux des espaces naturels, etc.) sont
consultés sur :


leurs propositions relatives à la stratégie d'intervention de la SAFER ;
leurs besoins d'intervention de la SAFER dans leur champ de compétence et, le cas échéant,
leur participation notamment financière.
4-2-2 Elaboration et validation du projet de PPAS
Le projet de PPAS est rédigé par la SAFER.
A chaque étape de son élaboration (diagnostic, stratégie globale, axes prioritaires d'intervention,
etc.), il est présenté et discuté au comité d’élaboration du PPAS.
Il fait l'objet d'une présentation aux comités techniques départementaux puis à la Commission régionale
de l’économie agricole et du monde rural (COREAMR) ainsi qu'à la Commission régionale de la forêt et
du bois (CRFB) élargies aux autres acteurs du foncier concernés (EPF, CREN, etc.).
Il est soumis pour validation au conseil d’administration de la SAFER, après accord des
commissaires du gouvernement agriculture et finances. Pour ce faire, il est transmis aux
commissaires du gouvernement agriculture et finances au moins 15 jours avant la séance du conseil
d’administration de la SAFER.
VI
4-2-3 Adoption définitive du PPAS
Le PPAS est transmis pour approbation, avant le 30 novembre 2014, aux ministres chargés de
l’agriculture et des finances (ainsi qu’au ministre chargé des Outre-mer pour les 3 PPAS DOM). Il est
accompagné de l’avis motivé des commissaires de gouvernement agriculture et finances.
4-2-4 Publicité
Après approbation du PPAS par les Ministres, celui-ci est mis à la disposition du public sur les sites
internet de la SAFER et de la Préfecture de région. Les sites internet du MAAF et de la FNSAFER
relaient également cette information.
V – SUIVI ET ÉVALUATION DU PPAS
1 - Suivi annuel de la mise en œuvre du PPAS
1-1 – Contenu
Le PPAS fait l’objet d’un bilan annuel de sa mise en œuvre au titre du compte-rendu annuel d’activité
mentionné à l’article R 141-7 du CRPM. Ce document permet de dresser un bilan à la fois sur les
réalisations d'une année ainsi que sur celles menées depuis le début de la période de
programmation (bilan « consolidé »).
Ce bilan annuel contient :

une partie sur la mise en œuvre générale du programme précisant en particulier:
 le bilan global,
 les difficultés rencontrées,
 les évolutions éventuelles du contexte de la mise en œuvre du programme.

une partie sur la mise en œuvre par axes prioritaires du programme comprenant :
 la mesure de la réalisation des objectifs et l’analyse des progrès accomplis,
 les problèmes rencontrés et les mesures pour y remédier.

une annexe rassemble les indicateurs de contexte et de réalisation mis à jour ainsi que des
cibles quantifiées pour l’année écoulée (y seront renseignés les indicateurs nationaux définis à
l'annexe de la présente note de service et ceux définis à l'échelon régional) et comprend un bilan
« consolidé » depuis le début de la période de programmation.
1-2 - Procédure
Le bilan annuel de la mise en œuvre du PPAS est établi par la SAFER.
Il est soumis au Conseil d’administration de l’année n+1 qui approuve les comptes de la SAFER de
l’année n, accompagné de l’avis motivé des commissaires du gouvernement agriculture et finances qui
en auront eu communication au moins 15 jours avant la tenue de la séance du conseil d’administration.
Après approbation du Conseil d'administration de la SAFER, il est transmis aux ministres chargés de
l’agriculture et des finances (ainsi qu’au ministre chargé des Outre-mer pour les 3 PPAS DOM),
accompagné de l’avis motivé des commissaires de gouvernement agriculture et finances.
Ce bilan du PPAS est ensuite présenté aux comités techniques départementaux ainsi qu’à l’assemblée
générale ordinaire des actionnaires de la SAFER.
2 – Evaluation du PPAS en fin de période
Les PPAS sont évalués un an avant la fin de la programmation, soit dans le courant de l'année 2020.
L’évaluation s’effectue selon la procédure décrite par la note de service du 30 avril 20132 relative au bilan 2007VII
2012 des PPAS. A la demande des commissaires du gouvernement, il pourra, à cette occasion, être fait appel à un
évaluateur indépendant.
VI- LA RÉVISION DU PPAS
La révision du PPAS a lieu à l’initiative de la SAFER ou sur demande des commissaires du gouvernement
notamment en raison:
– soit de l’évolution des orientations nationales comme l’adoption de nouvelles dispositions législatives ou
réglementaires,
– soit de modifications des orientations régionales ayant un impact direct et significatif sur l’activité des
SAFER.
En particulier, l'établissement de schémas directeurs régionaux des exploitations agricoles au titre du contrôle
des structures pourra constituer un motif de révision.
 soit en cas d’écart significatif entre les réalisations et les objectifs du plan
Elle se déroule selon la procédure définie pour l’élaboration du PPAS, le comité d’élaboration devenant un
comité de révision.
Des ajustements mineurs ou modifications du PPAS peuvent être effectués selon une procédure simplifiée qui
impliquera a minima le comité régional et l’examen pour approbation du Conseil d’administration.
Le choix entre la procédure de révision ou la procédure simplifié de révision/modification est laissé à
l’appréciation des commissaires du gouvernement, en liaison étroite avec la SAFER.
Tout PPAS ainsi modifié est transmis aux ministères chargés de l’agriculture et des finances (ainsi qu’au
ministère chargé des Outre-mer pour les 3 PPAS DOM), accompagné de l’avis motivé des commissaires de
gouvernement agriculture et finances.
La Directrice générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires
Catherine GESLAIN – LANEELLE
VIII
Annexe (rectifiée)
Indicateurs nationaux des PPAS pour la période 20152021
Un ensemble d’indicateurs chiffrés partagés par l’ensemble des PPAS sont définis au titre :


De la fixation des objectifs quantifiés
Du suivi annuel de l’activité des SAFER
I – Fixation des objectifs quantifiés du PPAS
Deux catégories d'indicateurs sont définies ci-après :
des indicateurs de contexte qui ont vocation à être actualisés annuellement en cours de
période

des indicateurs de réalisation pour lesquels les SAFER fixeront des objectifs quantifiés à
atteindre par rapport à une situation de référence (ex. réalisations sur la période 2007-2012)
Un glossaire précise la définition de chaque indicateur.
1 - Mission agricole
1.1 – Installations
A- Indicateurs de contexte
National
(en 2012)
Nombre de 1ères
installations (hors
transferts entre époux)
dont nombre de JA
(chefs d’exploitation)
Superficie moyenne des
1ères installations (hors
transferts entre époux)
(en ha)
Région
(en 2012)
Source
11 544
(hors DOM)
MSA
5 248
MAAF
32
(hors DOM)
MSA
IX
B – Indicateurs de réalisation
SAFER
Référence
Situation de
nationale
référence
(moyenne annuelle (moyenne annuelle
sur 2007-2012)
sur 2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
1 158
Safer/
dont nombre de JA
bénéficiaires de la DJA
280
Terres
d'EuropeScafr
dont nombre en hors
cadre familial
691
Nombre de 1ères
installations
dont nombre certifiés en
agriculture biologique
SAFER
130
(exercice 2012)
Référence
Situation de
nationale
référence
(moyenne annuelle (moyenne annuelle
sur 2007-2012)
sur 2007-2012)
Surface rétrocédée en
faveur des 1ères
installations / Total des
surfaces rétrocédés pour
la mission agricole (hors
maintien des fermiers en
place)
31%
Surface rétrocédée en
faveur de l’installation /
Total des surfaces
rétrocédés pour la
mission agricole (hors
maintien des fermiers en
place)
41,2%
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
NB :Ne sont pas comptabilisées en "rétrocessions en faveur de l'installation", les "étoffements après
installations", ni les "étoffements préparant une installation".
X
1.2 – Agrandissements
A- Indicateur(s) de contexte
Nombre de contrats de
génération en faveur de
l’installation
SAU moyenne (en ha)
(RGA 2010)
Nombre d’agriculteurs installés
en 2012 depuis 5 années et
moins (hors transferts entre
époux)
Objectif national
(annuel à partir
de 2016)
Situation de
référence
Source
2 000
0
MAAF
National
Région
Source
55
(hors DOM)
MAAF
55 673
MSA
(de 2008 à
2012 - hors
DOM)
B – Indicateurs de réalisation
SAFER
Nombre d’agrandissements
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
3 988
dont nombre d’agrandissements
sur les 5 premières années
d’installation
327
dont nombre d’agrandissements
avec engagement de
transmission pour installation
204
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
XI
SAFER
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Surface rétrocédée pour
agrandissement / Total des
surfaces rétrocédées pour la
mission agricole (hors
maintien des fermiers en place)
49,8%
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
NB : Sont comptabilisés en “surface rétrocédée pour agrandissement ”, les
étoffements après installation et les étoffements préparant une installation.
1.3 – Agriculture biologique et circuits courts
A- Indicateur(s) de contexte
National
(en 2012)
Taux de SAU en agriculture
biologique / SAU totale
Région
(en 2012)
3,8 %
Objectif national
(pour 2017)
Source
8%
Agence
Bio
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
B – Indicateurs de réalisation
SAFER
Nombre de projets accompagnés
par la SAFER en faveur de
l’agriculture biologique
Surface rétrocédée en faveur de
l’agriculture biologique / Surfaces
agricoles rétrocédées hors maintien
des fermiers en place
Nbre de projets accompagnés par la
SAFER en faveur des circuits courts
Référence
nationale
pour
l’année
2012
336
4,7%
Situation de
référence
pour l’année
2012
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
119
XII
1.4 – Activité globale agricole
A- Indicateur(s) de contexte
National
(en 2012)
Taux de SAU / Surface
régionale
Région
(en 2012)
49%
Source
MAAF
B – Indicateurs de réalisation
SAFER
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Nombre de rétrocessions en
matière agricole / Total du
nombre de rétrocessions (toutes
missions)
80,3%
Surfaces rétrocédées en
matière agricole / Total des
surfaces rétrocédées (toutes
missions)
83,1%
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
1.5 – Domaine forestier
A- Indicateur(s) de contexte
National
(en 2012)
Surface de forêt privée / Surface
totale (hors Guyane)
19%
Région
(en 2012)
Source
MAAF
XIII
B – Indicateurs de réalisation
SAFER
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Nombre de rétrocessions en
matière forestière / Total du
nombre de rétrocessions (toutes
missions)
5,4%
Surfaces rétrocédées en
matière forestière / Total des
surfaces rétrocédées (toutes
missions)
7,8%
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
2 – Mission environnementale :
Indicateurs de réalisation
SAFER
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Surfaces rétrocédées en
matière environnementale à
usage agricole / Total des
surfaces rétrocédées (toutes
missions)
/
Dont part des rétrocessions
environnementales impliquant la
reconquête de l’usage agricole
/
Dont part des rétrocessions
environnementales impliquant le
maintien de l’usage agricole
/
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
XIV
3 – Mission de développement durable des territoires ruraux
A- Indicateur(s) de contexte
National
(en 2012)
Taux de communes en zone de
revitalisation rurale (ZRR)
Région
(en 2012)
39%
Source
DATAR
B – Indicateurs de réalisation
SAFER
Part en % du chiffre d’affaires
de la SAFER dans le domaine
du développement durable des
territoires ruraux
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
/
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
Surfaces rétrocédées pour le
développement durable des
territoires ruraux / Total des
surfaces rétrocédées (toutes
missions)
7,1%
Surfaces réorientées dans
l'intérêt général public vers des
usages non agricoles / Total des
surfaces rétrocédées (toutes
missions)
4,10%
XV
SAFER
Nombre de rétrocessions de
biens ruraux (hors résidentiel)
en zone de revitalisation rurale
(ZRR) / Nombre total des
rétrocessions de biens ruraux
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
/
Safer/
Terres
d'EuropeScafr
4 – Veille et prise sur le marché foncier
Indicateurs de réalisation
SAFER
Référence
nationale
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Situation de
référence
(moyenne
annuelle sur
2007-2012)
Objectif
(prévision
annuelle pour
2015-2021)
Source
en surface (ha)
Taux de prise de marché de la
SAFER sur le marché total
15,3%
Taux de prise de marché de la
SAFER sur le marché
préemptable
27%
SAFER
Nombre de communes sous
convention de veille foncière
Safer/
Terres
Situation de
référence
(au 31/12/2012)
7 735
d'EuropeScafr
Objectif
(2015-2021)
Source
Safer/Terres
d'Europe-Scafr
6.
XVI
5 – Contrôle des opérations
SAFER
Situation de
référence
Objectif
(2015-2021)
Source
(au 31/12/2012)
Nombre d’avis défavorables des commissaires du gouvernement
sur les opérations de (d’) :
Préemption simple
Préemption avec révision de
prix
Acquisition (> 75 000 €)
Safer/Terres
d'Europe-Scafr
Rétrocessions
Conventions
II - Suivi annuel d’activité :
Le bilan annuel d’activité de la SAFER retrace l’activité de la SAFER pour l’année écoulée. Il permet également
de suivre la réalisation des objectifs fixés dans les PPAS.
Les indicateurs retenus sont établis sur la base de ceux du bilan d’activité réalisé pour l’évaluation des PPAS
pour 2007-2012.
Ils feront l’objet d’une révision dans le courant de l’année 2014.
XVII
Glossaire des termes et indicateurs utilisés dans les indicateurs
Indicateur / Terme
Définition
Agrandissements
Toutes les opérations d'agrandissement y compris celles intervenant dans les
5 ans précédant une installation ou dans les 5 ans lui succédant.(source : SCAFR –
FNSAFER)
Agrandissements avec engagement
de transmission pour installation
Rétrocession par la Safer d’un bien en faveur d’un agriculteur en activité, proche
de la cessation d’activité, sous réserve qu’il transmette son exploitation dans le
cadre d’une installation. L’attributaire peut être l’agriculteur directement ou un
apporteur de capitaux bailleur. (source : SCAFR – FNSAFER)
Agrandissements sur les 5 premières
années d’installation
Agrandissements concomitants à une installation en agriculture ou qui
intervient au maximum 5 ans après une installation.(source : MAAF)
Agriculteurs certifiés en agriculture
biologique
Agriculteurs qui exploitent des surfaces agricoles en respectant le cahier des
charges de l’agriculture biologique. Ces surfaces regroupent les surfaces «
certifiées bio » et les surfaces « en conversion ».
(source : Agence bio – L’agriculture biologique. Ses acteurs, ses produits, ses
territoires – Edition 2013)
Agriculteurs installés depuis 5 années
et moins
Chefs d’exploitation installés depuis 5 ans et moins qui sont affiliés au régime de
la MSA.(source : MSA)
Avis défavorable des commissaires
du gouvernement
Avis défavorable rendu par l’un des commissaires du gouvernement agriculture
ou finances de la SAFER sur tous les actes ou opérations qui lui sont soumis
par la SAFER, indépendamment de la décision finale (préemptions simples ou
avec révision de prix, acquisitions d’un montant > 75 000 €, rétrocessions,
conventions). L’avis défavorable d’un commissaire entraîne l’annulation de
l’opération
Biens ruraux
Constituent des biens ruraux les biens non agricoles situé dans l’espace rural (au
sens des articles L.141-1 et L.111-2 du code rural).(source SCAFR – FNSAFER)
Chiffre d’affaires d’activité de la
SAFER dans le domaine du
développement durable des
territoires ruraux
Chiffre d’affaires réalisé par la SAFER pour l’ensemble de ses opérations en lien
avec le développement durable des territoires ruraux. (source SCAFR – FNSAFER)
Circuit court
Mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente
directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition
qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire entre l’exploitant et le consommateur.
Commune située dans une zone qui regroupe des territoires ruraux qui
rencontrent des difficultés particulières : faible densité démographique,
handicap structurel sur le plan socio-économique et qui fait l’objet d’un
classement spécifique.
(arrêtés des 14 et 24/07/2013 publiés au JO des 12 et 26/07/2013)
(source : DATAR)
Commune sous convention de veille
foncière
Commune ayant conclu avec la SAFER une convention qui lui permet d’avoir
communication en temps réel de l’ensemble des notifications des ventes sur son
territoire qui sont adressées à la SAFER par les notaires.
Ce suivi est notamment permis par abonnement à l’application
informatique “vigifoncier” développée par la FNSAFER. (source : SCAFR FNSAFER)
XVIII
Contrat de génération
Contrat défini à l’article 14 du projet de loi pour l’avenir pour
l’agriculture, l’alimentation et la forêt (LAAAF), tel qu’adopté en 1ère lecture par
l’Assemblée nationale.
Installation hors cadre familial
L'installation hors cadre familial s'entend comme l'installation sur un siège
d'exploitation indépendant de l'exploitation d'un parent jusqu'au 3ème degré,
collatéraux inclus (au sens des articles 741 et suivants du code civil)
JA (chefs d’exploitation)
Personnes physiques de moins de 40 ans ayant réalisé une première
installation en agriculture en qualité de chef d’exploitation à titre individuel, ou
comme associé exploitant d’une société et qui sont éligibles à une aide financière
à l’installation (dotation jeune agriculteur ou prêts bonifiés).
Maintien des fermiers en place
Rétrocession du siège d'exploitation et/ou de parcelles au fermier en place ou à
un apporteur de capitaux pour permettre au fermier en place de se maintenir.
(source : SCAFR – FNSAFER)
Premières installations
Premières installations correspond aux premières affiliations des chefs
d’exploitation au régime des non-salariés agricoles.
(source : MSA - Tableau de bord de la population des nouveaux exploitants
agricoles en 2012 – Edition 2014)
Résidentiel
Comprend les résidences principales et secondaires
Rétrocessions en matière agricole
Comprend l’ensemble des rétrocessions effectuées par une SAFER à destination
principale agricole avec les rétrocessions et les agrandissements en faveur de
l’installation, les étoffements, les remaniements parcellaires, les opérations de
maintien de fermiers en place, les opérations pastorales et celles d’intérêt
général agricole avec maintien de l’usage agricole.
(source : SCAFR – FNSAFER)
Rétrocessions en matière
environnementale
Comprend l’ensemble des rétrocessions effectuées par une SAFER à destination
principale environnementale.
Ces rétrocessions ont pour but principal la protection de l’environnement, à
travers notamment l’attribution à un Conservatoire d’espaces naturels (CEN), au
Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres (CELRL), à diverses
associations de protection de la nature, ou à des collectivités dans le cadre de
leur politique de protection des espaces, en particulier les Conseils généraux
dans le cadre de leur politique ENS. Elles peuvent comprendre les rétrocessions à
des particuliers qui acceptent un cahier des charges environnemental ou qui
louent avec un bail rural environnemental. (source SCAFR – FNSAFER
Rétrocessions en matière forestière
Comprend l’ensemble des rétrocessions effectuées par une SAFER à destination
principale forestière.
(source : SCAFR – FNSAFER)
Rétrocessions pour le
développement durable des
territoires ruraux
Comprend l’ensemble des rétrocessions effectuées par une SAFER ayant comme
destination principale le développement durable des territoires ruraux. Elles
comprennent les rétrocessions des biens initialement acquis avec un usage
agricole, et rétrocédés vers des finalités rurales sans objectif de production
agricole, ni de préservation de l’environnement (réorientations) et les opérations
sur les biens ruraux (définis précédemment) - (source SCAFR – FNSAFER)
XIX
SAU en agriculture biologique
SAU « certifiée bio » et « en conversion ».(cf. avant)
SAU moyenne
Superficie agricole utilisée moyenne
Superficie moyenne des 1ères
installations
Nombre d’hectares moyen sur lequel s’effectue une première installation en
agriculture
Surfaces « en conversion
Surfaces en 1ère, 2ème et 3ème année de conversion.
(source : Agence bio – L’agriculture biologique. Ses acteurs, ses produits, ses
territoires -Edition 2013)
Surfaces dites « certifiées bio
Surfaces qui rassemblent les parcelles dont la période de conversion est terminée.
Les productions issues de ces parcelles peuvent donc être commercialisées avec
la mention « agriculture biologique ».
(source : Agence bio – L’agriculture biologique. Ses acteurs, ses produits, ses
territoires - Edition 2013)
Taux de prise de marché de la SAFER
sur le marché préemptable
Ratio de l’ensemble des surfaces acquises par la SAFER hors forêts de plus de
1 ha sur le total des surfaces acquises notifiées hors celles avec exemption
du droit de préemption, hors forêts de plus de 1 ha et hors acquisitions des
fermiers en place depuis plus de 3 ans.(source : SCAFR – FNSAFER)
Taux de prise de marché de la SAFER
sur le marché total
Ratio de l’ensemble des surfaces acquises par la SAFER sur la somme des
surfaces notifiées.
(source : SCAFR – FNSAFER)
XX
ANNEXE 2
EXTRAIT DE LA LOI D’AVENIR POUR L’AGRICULTURE, L’ALIMENTATION ET LA FORÊT
ARTICLE 13
Le titre IV du livre Ier du code rural et de la pêche maritime est ainsi modifié :
1° L’article L. 141-1 est ainsi modifié :
a) Le I est ainsi rédigé :
« I. – Des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural peuvent être constituées pour remplir les
missions suivantes :
« 1° Elles œuvrent prioritairement à la protection des espaces agricoles, naturels et forestiers. Leurs interventions
visent à favoriser l’installation, le maintien et la consolidation d’exploitations agricoles ou forestières afin que
celles-ci atteignent une dimension économique viable au regard des critères du schéma directeur régional des
exploitations agricoles, ainsi que l’amélioration de la répartition parcellaire des exploitations. Ces interventions
concourent à la diversité des systèmes de production, notamment ceux permettant de combiner les performances
économique, sociale et environnementale et ceux relevant de l’agriculture biologique au sens de l’article L. 641-13
;
« 2° Elles concourent à la diversité des paysages, à la protection des ressources naturelles et au maintien de la
diversité biologique ;
« 3° Elles contribuent au développement durable des territoires ruraux, dans le cadre des objectifs définis à
l’article L. 111-2 ;
« 4° Elles assurent la transparence du marché foncier rural ;
b) Le 3° du II est ainsi rédigé :
« 3° Acquérir des actions ou parts de sociétés ayant pour objet principal l’exploitation ou la propriété agricole,
notamment, par dérogation à l’article L.322-1, la totalité ou une partie des parts de groupements fonciers agricoles
ou de groupements fonciers ruraux ; »
c) Au début de la première phrase du premier alinéa du 1° du III, les mots : « Dans les cas visés aux 1° et 2° du II, »
sont supprimés ;
d) Il est ajouté un IV ainsi rédigé :
« IV. – 1. La structure regroupant l’ensemble des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural
transmet tous les ans au Conseil supérieur de la forêt et du bois le bilan des activités de ces sociétés en matière
forestière.
« 2. Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural participent aux réunions et apportent leur appui
technique aux travaux de la commission départementale de la préservation des espaces naturels, agricoles et
forestiers prévue à l’article L. 112-1-1. Elles sont également représentées par la structure les regroupant,
mentionnée au 2° du II de l’article L. 141-6, auprès de l’Observatoire des espaces naturels, agricoles et forestiers
prévu à l’article L. 112-1. » ;
2° Après l’article L. 141-1, sont insérés des articles L. 141-1-1 et L. 141-1-2 ainsi rédigés :
« Art. L. 141-1-1. – I. – Pour l’exercice de leurs missions, les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement
rural sont préalablement informées par le notaire ou, dans le cas d’une cession de parts ou d’actions de sociétés,
par le cédant, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’État, de toute cession entre vifs conclue à titre
onéreux ou gratuit portant sur des biens ou droits mobiliers ou immobiliers mentionnés au II de l’article L. 141-1
situés dans leur ressort. Cette obligation d’information vaut également pour les cessions d’usufruit ou de nuepropriété, pour lesquelles sont notamment précisées la consistance et la valeur des biens concernés.
« II. – Si un bien ou un droit mobilier ou immobilier sur lequel une société d’aménagement foncier et
d’établissement rural est autorisée à exercer le droit de préemption en application des articles L. 143-1 et L. 143-7
est aliéné au profit d’un tiers en violation de l’obligation d’information mentionnée au I du présent article, ladite
société peut, dans un délai de six mois à compter de la publication de l’acte de vente ou, défaut de publication,
dans un délai de six mois à compter du jour où la date de la vente lui est connue, demander au tribunal de grande
instance soit d’annuler la vente, soit de la déclarer acquéreur au lieu et place du tiers. Elle peut, dans un délai de
six mois à compter de la date à laquelle elle en a été informée, demander au tribunal de grande instance d’annuler
une cession conclue à titre gratuit si elle estime que cette cession aurait dû lui être notifiée en tant que cession à
titre onéreux.
XXI
« III. – Si un bien ou un droit mobilier ou immobilier qui n’entre pas dans le champ d’application du II est aliéné au
profit d’un tiers en méconnaissance de l’obligation d’information mentionnée au I, l’autorité administrative peut,
d’office ou à la demande de la société d’aménagement foncier et d’établissement rural, prononcer une amende
administrative, égale au moins au montant fixé à l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la
cinquième classe et au plus à 2 % du montant de la transaction concernée. Les frais résultant des mesures
nécessaires à l’exécution de cette sanction sont à la charge du contrevenant. L’autorité administrative avise
préalablement l’auteur du manquement des faits relevés à son encontre, des dispositions qu’il a enfreintes et des
sanctions qu’il encourt. Elle lui fait connaître le délai dont il dispose pour faire valoir ses observations écrites et, le
cas échéant, les modalités selon lesquelles il peut être entendu s’il en fait la demande. Elle l’informe de son droit à
être assisté du conseil de son choix. La décision de sanction ne peut être prise plus d’un an après la constatation
des faits. Elle peut faire l’objet d’un recours de pleine juridiction devant la juridiction administrative.
« Art. L. 141-1-2. – Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural transmettent à l’autorité
administrative, dans les conditions prévues à l’article L. 331-5, les informations qu’elles reçoivent, en application
du I de l’article L. 141-1-1, sur les cessions de parts ou d’actions de sociétés concernant des sociétés ayant obtenu
une autorisation d’exploiter.
« Pour l’exercice de leurs missions et la transparence de leurs actions, les sociétés d’aménagement foncier et
d’établissement rural :
« 1° Sont autorisées à communiquer aux personnes publiques et aux personnes privées chargées d’une mission de
service public les informations qu’elles détiennent sur le prix, la surface, la nature et la référence cadastrale des
biens concernés par la cession et, le cas échéant, les analyses qui en découlent ;
« 2° Communiquent aux services de l’État, dans des conditions fixées par décret, les informations qu’elles
détiennent sur l’évolution des prix et l’ampleur des changements de destination des terres agricoles. » ;
3° L’article L. 141-6 est ainsi rédigé :
« Art. L. 141-6. – I. – Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural sont constituées à l’échelle
régionale ou interrégionale. Elles doivent être agréées par les ministres chargés de l’agriculture et de l’économie.
Leur zone d’action est définie dans la décision d’agrément.
« II. – Peuvent obtenir l’agrément mentionné au I les sociétés dont les statuts prévoient :
« 1° La présence, dans leur conseil d’administration, de trois collèges comportant des représentants :
« a) Des organisations syndicales à vocation générale d’exploitants agricoles, représentatives à l’échelle régionale,
ainsi que des chambres régionales d’agriculture, auxquels peuvent s’ajouter, pour atteindre le cas échéant le
nombre de membres requis pour ce collège, d’autres représentants professionnels agricoles proposés par les
chambres régionales d’agriculture ;
« b) Des collectivités territoriales de leur zone d’action et, le cas échéant, des établissements publics qui leur sont
rattachés ;
« c) D’autres personnes, dont l’État, des actionnaires de la société et des représentants des associations agréées
de protection de l’environnement et des fédérations départementales, interdépartementales ou régionales des
chasseurs ;
« 2° L’adhésion à une structure regroupant l’ensemble des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement
rural agréées et la participation au fonds de péréquation géré par cette structure, dans des conditions fixées par
décret en Conseil d’État.
« Les collèges mentionnés au 1° sont composés en recherchant une représentation équilibrée des femmes et des
hommes.
« Lorsqu’une société d’aménagement foncier et d’établissement rural s’est constituée sous la forme d’une société
anonyme, ses statuts peuvent prévoir, par dérogation à l’article L. 225-17 du code de commerce, de porter jusqu’à
vingt-quatre le nombre de membres du conseil d’administration.
« III. – Les collectivités publiques et les personnes morales représentatives des intérêts économiques,
environnementaux et sociaux à caractère rural peuvent participer au capital social des sociétés d’aménagement
foncier et d’établissement rural. » ;
3° bis La section 1 du chapitre II est complétée par des articles
L. 142-5-1 et L. 142-5-2 ainsi rédigés :
« Art. L. 142-5-1. – Lorsqu’une société d’aménagement foncier et d’établissement rural met en vente un terrain
dont les productions relèvent de l’agriculture biologique au sens de l’article L. 641-13, elle le cède en priorité à un
candidat s’engageant à poursuivre une exploitation en agriculture biologique pour une durée minimale de six ans.
« Lorsqu’une société d’aménagement foncier et d’établissement rural met en vente des terrains boisés d’une
superficie inférieure à dix hectares, le choix de l’attributaire porte prioritairement sur un propriétaire de terrains
boisés contigus. Au cas où plusieurs propriétaires répondent aux mêmes critères, celui dont les terrains boisés font
l’objet de l’un des documents de gestion mentionnés au 2° de l’article L. 122-3 du code forestier est prioritaire.
« La priorité d’attribution prévue au deuxième alinéa du présent article n’est applicable ni aux surfaces boisées
mentionnées aux b et c du 6° de l’article L. 143-4 du présent code, ni aux terrains boisés attribués conjointement à
un bâtiment d’habitation ou d’exploitation auquel ils sont attenants, ni aux terrains boisés attribués avec d’autres
parcelles non boisées si la surface agricole est prépondérante.
XXII
« Art. L. 142-5-2. – (Supprimé) » ;
4° L’article L. 143-1 est ainsi modifié :
a) Les deux premiers alinéas sont remplacés par six alinéas ainsi rédigés :
« Il est institué au profit des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural un droit de préemption en
cas d’aliénation à titre onéreux de biens immobiliers à usage agricole et de biens mobiliers qui leur sont attachés
ou de terrains nus à vocation agricole, sous réserve du I de l’article L. 143-7. Sont considérés comme à vocation
agricole, pour l’application du présent article, les terrains situés soit dans une zone agricole protégée créée en
application de l’article L. 112-2 du présent code, soit à l’intérieur d’un périmètre délimité en application de l’article
L. 143-1 du code de l’urbanisme, soit dans une zone agricole ou une zone naturelle et forestière délimitée par un
document d’urbanisme. En l’absence d’un document d’urbanisme, sont également regardés comme terrains à
vocation agricole les terrains situés dans les secteurs ou parties non encore urbanisés des communes, à l’exclusion
des bois et forêts.
« Ce droit de préemption peut également être exercé en cas d’aliénation à titre onéreux de bâtiments d’habitation
faisant partie d’une exploitation agricole. Il peut également être exercé en cas d’aliénation à titre onéreux des
bâtiments situés dans les zones ou espaces mentionnés au premier alinéa et qui ont été utilisés pour l’exercice
d’une activité agricole au cours des cinq dernières années qui ont précédé l’aliénation, pour leur rendre un usage
agricole. L’article L. 143-10 n’est pas applicable dans ce dernier cas.
« Sont assimilés à des terrains nus les terrains ne supportant que des friches, des ruines ou des installations
temporaires, occupations ou équipements qui ne sont pas de nature à compromettre définitivement leur vocation
agricole.
« Lorsque l’aliénation à titre onéreux porte de façon conjointe sur des terrains à vocation agricole et des droits à
paiement découplés créés au titre de la politique agricole commune, ce droit de préemption peut s’exercer
globalement sur l’ensemble ainsi constitué aux seules fins d’une rétrocession conjointe des terrains et des droits
ainsi acquis, selon des modalités fixées par décret.
« Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural peuvent exercer leur droit de préemption en cas
d’aliénation à titre onéreux de l’usufruit ou de la nue-propriété des biens mentionnés au présent article. Elles ne
peuvent préempter la nue-propriété de ces biens que dans les cas où elles en détiennent l’usufruit ou sont en
mesure de l’acquérir concomitamment, ou lorsque la durée de l’usufruit restant à courir ne dépasse pas deux ans,
ou dans le but de la rétrocéder, dans un délai maximal de cinq ans, à l’usufruitier de ces biens.
« Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural peuvent, sous réserve du I de l’article L. 143-7,
exercer leur droit de préemption en cas d’aliénation à titre onéreux de la totalité des parts ou actions d’une
société ayant pour objet principal l’exploitation ou la propriété agricole, lorsque l’exercice de ce droit a pour objet
l’installation d’un agriculteur. » ;
b) Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :
« En cas de méconnaissance des dispositions du présent chapitre par une société d’aménagement foncier et
d’établissement rural, le ministre chargé de l’agriculture peut suspendre, pour une durée n’excédant pas trois ans,
le droit de préemption de cette société. En cas de réitération des manquements, l’agrément mentionné à l’article
L. 141-6 peut être retiré. » ;
4° bis Après l’article L. 143-1-1, sont insérés des articles L. 143-1-1 et
L. 143-1-2 ainsi rédigés :
« Art. L. 143-1-1. – La société d’aménagement foncier et d’établissement rural est autorisée à n’exercer son droit
de préemption que sur une partie des biens aliénés lorsque l’aliénation porte simultanément sur des terrains à
usage agricole ou à vocation agricole et sur une ou plusieurs des catégories de biens suivantes :
« 1° Des bâtiments à usage agricole et les biens mobiliers qui leur sont attachés ;
« 2° Des bâtiments mentionnés au deuxième alinéa de l’article L. 143-1 ;
« 3° Des biens pour lesquels elle ne bénéficie pas d’un droit de préemption.
« Ce droit de préemption peut ne s’exercer que sur les terrains à usage ou à vocation agricole et les biens mobiliers
qui leur sont attachés, ou sur ces terrains et l’une des catégories de biens mentionnées aux 1° et 2° ou sur ces deux
catégories. « Lorsque la société d’aménagement foncier et d’établissement rural fait part au vendeur de son
intention de ne préempter qu’une partie des biens mis en vente, le propriétaire peut exiger qu’elle se porte
acquéreur de l’ensemble des biens aliénés. S’il accepte la préemption partielle, il peut exiger que la société
d’aménagement foncier et d’établissement rural l’indemnise de la perte de valeur des biens non acquis. À défaut
d’accord amiable sur le montant de l’indemnisation, celui-ci est fixé par le tribunal de grande instance.
« Art. L. 143-1-2 (nouveau). – Lorsque, en application du dernier alinéa de l’article L. 143-1-1, la société
d’aménagement foncier et d’établissement rural a été tenue d’acquérir des biens, elle doit les rétrocéder
prioritairement à l’acquéreur évincé. « En cas de refus d’acquisition par ce dernier, elle doit les proposer à la
rétrocession à l’un ou plusieurs des candidats attributaires de la partie des biens ayant motivé la décision de
préemption ou les proposer à la rétrocession dans l’un des objectifs prévus à l’article L. 143-2. « En cas de refus
d’acquisition par ces attributaires ou en cas d’impossibilité de rétrocession dans l’un des objectifs prévus au même
article L. 143-2, elle peut céder ces biens à toute personne qui se porte candidate, dans le respect des missions
XXIII
mentionnées à l’article L. 141-1. « Quel que soit l’attributaire, le prix de cession de ces biens ne peut excéder leur
prix d’achat par la société d’aménagement foncier et d’établissement rural, majoré des frais qu’elle a supportés. »
5° L’article L. 143-2 est ainsi modifié :
a) À la fin du premier alinéa, la référence : « l’article 1er de la loi n° 99-574 du 9 juillet 1999 d’orientation agricole »
est remplacée par la référence : « l’article L. 1 » ;
b) Le 2° est ainsi rédigé :
« 2° La consolidation d’exploitations afin de permettre à celles-ci d’atteindre une dimension économique viable au
regard des critères du schéma directeur régional des exploitations agricoles et l’amélioration de la répartition
parcellaire des exploitations existantes, dans les conditions prévues à l’article L. 331-2. » ;
c) Le 8° est ainsi rédigé :
« 8° La protection de l’environnement, principalement par la mise en œuvre de pratiques agricoles adaptées, dans
le cadre de stratégies définies par l’État, les collectivités territoriales ou leurs établissements publics ou
approuvées par ces personnes publiques en application du présent code ou du code de l’environnement ; »
5° bis L’article L. 143-4 est ainsi modifié :
a) Au premier alinéa du 6°, les mots : « surfaces boisées » sont remplacés par les mots : « parcelles classées
en nature de bois et forêts au cadastre »
b) (nouveau) Il est ajouté un 8° ainsi rédigé :
« 8° Les acquisitions de la nue-propriété d’un bien par ses usufruitiers et celles de l’usufruit d’un bien par ses nupropriétaires. » ;
6° L’article L. 143-7 est ainsi rédigé :
« Art. L. 143-7. – I. – En vue de la définition des conditions d’exercice du droit de préemption mentionné à l’article
L. 143-1, la société d’aménagement foncier et d’établissement rural saisit l’autorité administrative compétente de
l’État d’une demande indiquant les zones dans lesquelles elle estime nécessaire de pouvoir exercer ce droit et, le
cas échéant, la superficie minimale des terrains auxquels il devrait s’appliquer. Cette autorité recueille l’avis des
commissions départementales d’orientation de l’agriculture et des chambres d’agriculture compétentes dans la
zone considérée et consulte le public dans des conditions permettant de recueillir ses observations. Au vu de ces
avis et de la synthèse des résultats de la consultation du public, les conditions d’exercice du droit de préemption
sont fixées par décret pour chaque société d’aménagement foncier et d’établissement rural.
« II. – À l’occasion du renouvellement du programme pluriannuel d’activité de la société d’aménagement foncier et
d’établissement rural, sur demande motivée des commissaires du Gouvernement ou de la société, il peut être
procédé au réexamen des conditions d’exercice du droit de préemption, selon les modalités prévues au I.
« III. – L’illégalité pour vice de forme ou de procédure du décret fixant ou modifiant les conditions d’exercice du
droit de préemption d’une société d’aménagement foncier et d’établissement rural ne peut être invoquée par voie
d’exception après l’expiration d’un délai de six mois à compter de sa publication. L’annulation, pour vice de forme
ou de procédure, du décret fixant ou modifiant les conditions d’exercice du droit de préemption d’une société
d’aménagement foncier et d’établissement rural ne permet pas de remettre en cause les décisions de préemption
devenues définitives. » ;
7° L’article L. 143-7-1 est ainsi modifié :
a) À la première phrase du troisième alinéa, les mots : « l’acquisition d’une » sont remplacés par les mots : «
acquérir la » ;
b) Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :
« Lorsque la société d’aménagement foncier et d’établissement rural exerce, à la demande et au nom du
département, le droit de préemption prévu au 9° de l’article L. 143-2, elle peut faire usage de la procédure de
révision du prix de vente prévue à l’article L. 143-10. » ;
7° bis L’article L. 143-7-2 est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« Préalablement à toute rétrocession, elle les informe également de son intention de mettre en vente tout bien
situé sur le territoire de leur commune. » ;
8° À la deuxième phrase de l’article L. 143-12, les mots : « l’autorisation prévue au deuxième alinéa de » sont
remplacés par les mots : « le décret prévu à » ;
9° (Supprimé)
Article 13 bis
I. – Après l’article L. 141-8 du code rural et de la pêche maritime, il est inséré un article L. 141-8-1 ainsi rédigé :
« Art. L. 141-8-1. – Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural établissent chaque année une
comptabilité analytique, selon des règles et un plan comptable communs à toutes ces sociétés. Les commissaires
du Gouvernement sont destinataires des documents comptables ainsi produits. »
II (nouveau). – À l’article L. 141-9 du même code, la référence :
« L. 141-8 » est remplacée par la référence : « L. 141-8-1 ».
XXIV
ANNEXE 3
CONSULTATIONS REALISEES DANS LE CADRE DU PPAS
Services
concernés
Partenaires
Conseil Régional
personnes rencontrées
Date
M. UNVOAS
échanges réguliers
Port Autonome Nantes St-Nazaire
M. CHEVALIER
06/06/2014
DRAAF
V. FAVRICHON; M.BATARD
16/04/2014
Comité Régional du Tourisme
Conservatoire du Littoral
Agence de l'Eau
29/10/2014
DREAL
Mrs FERRY-WILCZEK, VIROULOT,
HINDERMEYER, GIRARD et LE MOING
19/05/2014
CREN (ou CEN)
Fabrice NORMAND
19/05/2014
Chambre Régionale d'Agriculture
Bureau
05/05/2014
FRSEA/CRJA
Commission Structures
14/04/2014
Confédération Paysanne
Responsables régionaux
16/04/2014
Coordination Rurale
Mme JOLLIVET-MORIN, Mrs
CAILLEAUX,
BOULAND, MAILLET, et MEDARD
18/06/2014
TERRENA
Mrs BARAUD, PLACET, CAILLON
et LALLOUE
18/06/2014
Direction
AGRIAL
pas de retour
INTERBIO
Mme MAUSSION, Mrs BOURCERIE
et JAUNET
25/04/2014
Crédit Agricole
Mrs REVEYAZ , NOEL et TAILLEE
22/10/2014
Crédit Mutuel
Mrs FORVEILLE
06/06/2014
CER
pas de retour
Syndicat des propriétaires fonciers
Mrs REBILLARD et de SORBAY
28/04/2014
CRPF (A.D'AMECOURT)
A.D'AMECOURT et FX DUBOIS
16/04/2014
XXV
Services
concernés
Partenaires
Services
départementaux Filière Viticole :
Fédération Viticole (ou assimilé)
44 & 49
44 et 49
Services
départementaux
49 & 53
EquiCER
Service
départemental
44
Filière cultures spécialisées : Fédération des Maraichers Nantais
Dates
Plusieurs
rencontres ont
eu lieu
26/06/2014
Filière culture spécialisées :
Service
départemental
49
Service
départemental
53
Service
départemental
72
Coop des Vergers d'Anjou
Coop Fleuron d'Anjou
Plusieurs
rencontres ont
eu lieu
Filière LAIT : Groupe BONGRAIN
31/03/2014
Filière LAIT : Groupe SODIAAL
Pas de retour
CAM
Pas de retour
DDT 53
18/04/2014
AMF 53
Septembre 2014
CG 53
Septembre 2014
CC Loué – Brûlon - Noyen
14/05/2014
CG 72
16/05/2014
DDT 72
19/05/2014
Ville de Sablé sur Sarthe
18/06/2014
Filière Volaille : CAFEL
14/05/2014
XXVI
ANNEXE 4
SAFER
CHARTE ETHIQUE
Avec cette charte éthique, les SAFER ont l’ambition d’affirmer clairement les valeurs
qui les animent, de présenter les principes qui encadrent et guident leurs
interventions et de s’engager auprès de leurs partenaires et interlocuteurs.
Les règles qui encadrent nos interventions
Les Safer ont été créés par la loi d’orientation agricole de 1960. Le législateur leur confie actuellement
trois missions d’intérêt général :
- contribuer au maintien et au développement de l’agriculture et de la forêt,
- participer au développement local
- protéger l’environnement, les paysages et les ressources naturelles.
Les Safer sont des opérateurs fonciers. Elles accompagnent l’ensemble des acteurs qui contribuent au
développement équilibré des territoires ruraux et périurbains : Etat, agriculteurs, collectivités, porteurs
de projets publics et privés.
Cet accompagnement et les actions qui en découlent s’inscrivent dans le cadre de politiques publiques.
Les Safer sont placées sous l’autorité permanente des Ministère de l’Agriculture et des Finances.
Sociétés anonymes sans but lucratif, chargées d’une mission d’intérêt général, leur gouvernance est
partagée entre la profession agricole et les collectivités.
Les principes qui guident nos actions
« Prendre en compte de façon concertée le développement durable dans la gestion du foncier rural
est une nécessité car la terre n’est pas une ressource renouvelable »
- Développer une connaissance précise des territoires où nous intervenons, au service des acteurs
publics et privés et de leurs projets. Cette connaissance se fonde sur l’expérience, la présence sur le
terrain et l’observation foncière.
- Pratiquer systématiquement la concertation et la médiation et, pour cela, entretenir un dialogue
permanent avec l’ensemble des acteurs, agriculteurs, collectivités et porteurs de projets publics et
privés, impliqués dans le développement des territoires ruraux et périurbains.
- Privilégier l’action en partenariat avec les acteurs ayant des compétences complémentaires aux
nôtres, susceptibles de prendre une part active aux missions qui nous ont été confiées. Ces acteurs sont
notamment les organisations professionnelles agricoles, les instances forestières, les organismes de
protection de l’environnement, les centres de gestion, les notaires, les établissements publics fonciers,
les agences de l’eau et les agences d’urbanisme.
XXVII
- Fonder nos arbitrages sur la prise en compte la plus large des utilisations possibles des biens, sur
l’anticipation de l’évolution des territoires et des projets, et sur des débats au sein des comités
techniques. Ces comités sont représentatifs de la diversité et du pluralisme du monde agricole et rural.
- Privilégier systématiquement le mode de fonctionnement amiable et non l’exercice du droit de
préemption.
Les valeurs qui nous animent
Les projets de développement d’activités et de préservation des territoires ruraux et périurbains sont de
plus en plus diversifiés. Nous accordons beaucoup d’attention au respect de chaque projet, ainsi qu’au
respect des motivations de chacun des acteurs impliqués. Notre mode de fonctionnement garantit un
traitement équitable de chaque projet et la transparence de nos actions.
Animés par une volonté d’aboutir à des solutions concertées qui rassemblent le consensus le plus large,
nous inscrivons le pragmatisme dans nos valeurs. Notre action se veut concrète ; elle concilie les
caractéristiques des projets et les réalités des territoires.
Nous suivons depuis plusieurs décennies l’évolution du foncier sur les territoires ruraux et périurbains.
Conscients de la portée de nos décisions dans le temps, nous cultivons cette mémoire pour qu’elle guide
nos interventions et nos arbitrages.
Présents et engagés en permanence sur les territoires, nous assumons la responsabilité de nos
interventions et de nos arbitrages ; attentifs, nous accompagnons les acteurs locaux et les porteurs de
projet dans la durée.
Les engagements que nous prenons vis-à-vis de nos partenaires et clients, Etat,
collectivités publiques, porteurs de projets, responsables socio-économiques.
- L’accueil et l’écoute de tous.
- La cohérence de nos interventions avec les projets de territoires définis par les politiques publiques
- La recherche et la présentation de porteurs de projets en adéquation avec les politiques définies.
- La prise en compte des projets de façon impartiale, transparente et rigoureuse.
- La mobilisation des compétences techniques nécessaires à l’expertise des différents projets.
- Le suivi contractuel de l’engagement des porteurs de projets retenus, par le biais d’un cahier des
charges.
- L’information sur les modes de fonctionnement de la SAFER, les critères de prise de décision, la
rémunération, l’état d’avancement des dossiers et les possibilités de réexamen.
XXVIII
ANNEXE 5
Guide à l’attention des candidats
(Annexe au dossier de candidature)
Madame, Monsieur,
Vous venez de faire acte de candidature à l’acquisition d’un bien foncier auprès de la Safer et
nous vous remercions de votre confiance. Afin de vous permettre de mieux comprendre nos
procédures décisionnelles, nous joignons à votre dossier de candidatures ce guide qui en
précise les différentes étapes ainsi que les engagements de la Safer vis-à-vis des candidats :
- Première étape : l’appel public à candidatures (article R 142-3 du Code Rural) :
O Tous les projets d’attribution (suite à acquisition amiable ou préemption) réalisés
par la Safer font l’objet d’un appel public à candidatures pendant lequel la Safer
reçoit toutes les candidatures qui se présentent aux conditions demandées.
O Les conditions de la cession, notamment financières, sont communiquées aux
personnes intéressées.
- Deuxième étape : l’instruction des candidatures :
o La Safer s’engage sur une instruction objective et équitable de toutes les
candidatures révélées durant la publicité légale.
o Les dossiers sont établis à partir des données déclaratives des candidats complétées
par les informations recueillies (après accord des candidats) auprès des
administrations et organismes concernés.
o Chaque candidat apporte toutes les précisions utiles sur son projet.
- Troisième étape : Un processus décisionnel basé sur :
1° La consultation du Comité Technique Départemental (article R 141-5 du Code Rural)
· Instance départementale, il réunit en son sein les principaux acteurs de l’aménagement
foncier rural (représentants de la profession agricole, des élus locaux, des notaires,
notamment). Sa composition et son rôle sont régis par un règlement intérieur. Il arbitre
et fait un choix en cas de candidatures concurrentes.
· Ses avis sur les projets de rétrocession doivent être émis à une majorité qualifiée des ¾
des membres votants. Ce principe garantit un large consensus sur les propositions
d’attribution, gage d’une meilleure intégration future du candidat dans l’environnement
local.
· Si la majorité qualifiée n’est pas réunie, ou dans certains cas particuliers prévus par le
règlement du Comité Technique, le dossier est renvoyé devant le Comité de Direction
ou le Conseil d’Administration de la Safer.
XXIX
2° L’accord obligatoire des Commissaires du Gouvernement (article R 141-11 du Code Rural)
Les Commissaires du Gouvernement agriculture et finances représentent les deux ministères de
tutelle de la Safer. Toute décision de rétrocession prise par la Safer doit obligatoirement
recevoir leur accord.
La mise en œuvre opérationnelle des décisions de rétrocession :
 Premier cas : Si vous êtes retenu attributaire :
La Safer vous proposera la signature d’une convention de cession, qui précisera les conditions
exactes de la vente, les motivations de la rétrocession et les engagements à prendre à travers le
cahier des charges Safer.
La signature et la mise en œuvre de cette convention de cession pourront cependant être
conditionnées par la réalisation d’une ou plusieurs conditions suspensives.
 Deuxième cas : Si vous n’êtes pas retenu attributaire :
La Safer vous informera par téléphone ou courrier que votre projet n’a pas été retenu.
Vous recevrez ensuite (dans le délai maximum d’un mois de la signature de l’acte de vente) une
information officielle sur la décision motivée prise par la Safer (article R 142-4 du Code Rural
complété par l’article R 143-11 en cas de préemption).
Attention ! Compte tenu des délais d’instruction, il peut s’écouler plusieurs mois entre
l’examen du dossier par le Comité Technique Départemental et la signature de l’acte notarié de
vente.
En conclusion :
La Safer s’engage à traiter de manière équitable tous les candidats et à privilégier la recherche
d’accords en cas de candidatures concurrentes. Il reste néanmoins des choix à faire, des
arbitrages à rendre. C’est le rôle des Comités Techniques Départementaux, qui s’attachent à
rendre des avis le plus objectifs possibles, dictés par le souci de proposer le projet le mieux
adapté aux potentialités du secteur, aux contraintes propres du bien à la vente et aux objectifs
définis par les politiques territoriales.
Enfin, si les décisions prises par la Safer sont publiques, le règlement intérieur du Comité
Technique impose en revanche à ses membres des obligations de confidentialité sur le contenu
des débats.
Nous vous remercions de respecter cette règle, par égard pour les membres du Comité
Technique.
XXX
ANNEXE 6
RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES COMITÉS TECHNIQUES DÉPARTEMENTAUX
APPLICABLE À COMPTER DU 07 DECEMBRE 2013
PRÉAMBULE
Le décret n° 2000-671 du 10 juillet 2000 pris en application de la Loi d'Orientation Agricole du 9 juillet
1999 et portant modification des dispositions réglementaires du Code Rural relatives aux SAFER prévoit,
en ses articles R 141-4 et R 141-5, la mise en place d'un Comité Technique Départemental consultatif,
ainsi que l’élaboration d'un règlement intérieur fixant la composition et le fonctionnement de ces
Comités Techniques Départementaux.
Leur rôle consultatif ne concerne que les opérations visées à l'art. R 141-1 et ne saurait en aucun cas
porter sur les problèmes de gestion, de financement ou de fonctionnement de la Société.
Les Comités Techniques Départementaux ont un rôle purement consultatif et les avis qu’ils émettent en
suite de leurs débats n'engagent pas la Société vis-à-vis des tiers.
MISE EN OEUVRE
Les Comités Techniques Départementaux sont mis en place à la diligence du Président du Conseil
d'Administration et du Directeur Général Délégué, auxquels le Conseil donne tous pouvoirs à cet effet.
Le présent règlement a été agréé par le Conseil d'Administration du 06 décembre 2013. Il prend effet à
compter du 07 décembre 2013.
1 - ORGANISATION
1.1 . ZONE DE COMPÉTENCE
II existe un Comité Technique dans chaque département de la zone d'action de la SAFER MAINE OCEAN
définie par l'arrêté interministériel d'agrément du 30 Octobre 1962 pour les départements de la
Mayenne et de la Sarthe, complété par l'arrêté d'agrément du 13 Mars 1986 relatif à l'extension du
ressort territorial de la SAFER aux départements de la Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire.
Soit:
• un Comité Technique Départemental en Loire-Atlantique
• un Comité Technique Départemental en Maine-et-Loire
• un Comité Technique Départemental en Mayenne
• un Comité Technique Départemental en Sarthe
XXXI
1.2 . COMPOSITION
1.2.1. Membres
Sont membres de droit, sauf refus de leur part de siéger :
• Le Président du Conseil d'Administration de la Société et les Organismes Administrateurs et Censeurs
de la Société dont la zone d'action s'étend sur le département.
• Les Organismes Actionnaires dont la zone d'action s'étend sur le département, qu'ils soient ou non
Administrateurs ou Censeurs, à condition qu’un Organisme équivalent d'un autre département soit
représenté au Conseil (Départements, Chambres départementales d'Agriculture, Caisses de Crédit
Agricole, Caisses Régionales de Réassurance Mutuelle Agricole, Syndicats Départementaux de la
Propriété Rurale, Syndicats Départementaux de la Propriété Forestière).
• Les Organismes Actionnaires particulièrement intéressés à l'aménagement foncier agricole et rural et
expressément désignés par le Conseil et propres aux départements suivants :
- MSA dans les quatre départements
- Crédit Mutuel Maine-Anjou, Basse-Normandie en Mayenne et Sarthe
- Crédit Mutuel de Loire-Atlantique et du Centre Ouest en Loire-Atlantique
- Centres de Gestion (CER de Maine-et-Loire; CER de Mayenne - Sarthe)
- Familles Rurales de Maine-et-Loire
- SDAOC MUSCADET en Loire-Atlantique
• Les représentants des syndicats agricoles, actionnaires ou non actionnaires, dont la représentativité
aux niveaux départemental et national répond aux dispositions du décret n° 90-187 du 28 février
1990 modifié relatif à la représentation des organisations syndicales d'exploitants agricoles au sein
de certains organismes ou commissions.
• Une Association représentative des maires de chaque département :
- pour le département de Loire-Atlantique : l'Association des Maires de Loire-Atlantique.
- pour le département de Maine-et-Loire : l'Association des Maires de Maine-et-Loire.
- pour le département de la Mayenne : l'Association des Maires de la Mayenne.
- pour le département de la Sarthe : l'Association Amicale des Maires et Adjoints de la Sarthe.
• Un représentant d'associations de protection de l'environnement agréées au titre de l'article L. 141-1
du code de l'environnement. Le Conseil d’Administration de la Safer désigne dans chaque
département l’association qui siège au Comité Technique pour une durée de deux ans, sauf perte
d’agrément qui entraine la désignation immédiate d’une nouvelle association. À l’issue du mandat,
le renouvellement ou le choix d’une nouvelle association sont faits par le Conseil d’Administration
de la Safer.
• Le Directeur Départemental des Territoires du département ou son représentant (Directeur
Départemental des Territoires et de la Mer pour la Loire-Atlantique).
• Le Trésorier Payeur Général ou le Directeur Départemental des Finances Publiques du département ou
son représentant.
• Le Directeur de la SAFER ou son représentant.
Sont membres permanents les Organismes expressément désignés par le Conseil d’Administration :
FDGA de la Sarthe
CER de Loire-Atlantique
Syndicats Départementaux de la Propriété Forestière de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire
Sections de Preneurs de Baux (FDSEA) de Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe
Fédération Viticole de l'Anjou en Maine-et-Loire
L’intercommunalité mandatée par ses pairs pour représenter les Communautés de Communes du
Département. Etant précisé qu’à ce jour, seuls la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire ont
désigné un représentant.
XXXII
Sont invités permanents les organismes suivants désignés par le Conseil :
Le Conseil des Équidés des Pays de la Loire dans chaque département
La Chambre des Notaires du département concerné
Un représentant de la Communauté Urbaine de Nantes en Loire-Atlantique
L'Association des Expropriés de la Sarthe en Sarthe
L'Association des Expropriés de la Mayenne en Mayenne
La Fédération des Maraîchers Nantais en Loire-Atlantique
Les EPCI actionnaires et non mandatées dans chacun des départements
Un second représentant de la Chambre d’Agriculture au titre du service ayant repris les anciennes
activités de l’ADASEA
L’organisme représentant les propriétaires bailleurs en CDOA suite à la parution de l’arrêté
préfectoral fixant sa composition à la suite des élections aux Chambres d’Agriculture, si cet
organisme n’est pas déjà membre de droit du Comité Technique Départemental en sa qualité
d’actionnaire départemental.
Invités non permanents : le Président du Conseil d'Administration peut inviter toute personne dont il
juge la présence utile, soit pour apporter des informations aux membres du Comité, soit pour faire
connaître le fonctionnement de la SAFER.
Assistent également les collaborateurs de la SAFER chargés d'instruire les dossiers.
1.3 . PRÉSIDENCE
Le Président du Conseil d'Administration de la SAFER est Président de droit du Comité Technique
Départemental.
Il peut déléguer cette fonction à un autre membre du Conseil, Administrateur ou Censeur, siégeant
comme titulaire au Comité Technique. Cette délégation est révocable à tout moment par le Président.
Un suppléant au Président du Comité Technique peut également être désigné. Ce suppléant doit être
membre du Conseil, Administrateur ou Censeur, siégeant comme titulaire au Comité Technique.
Le Comité Technique Départemental peut faire une proposition de nomination au Président du Conseil
d'Administration. En ce cas la proposition est faite en séance et soumise au vote à bulletins secrets.
− Le 1er tour de scrutin a lieu à la majorité absolue des suffrages exprimés.
− Le 2ème tour à la majorité relative des suffrages exprimés.
Le Président du Conseil d'Administration participe à ce vote, et le choix lui revient en tout état de cause.
Le Président du Comité Technique Départemental et son suppléant sont désignés pour une période de
deux ans, après le renouvellement partiel des représentants des membres du Comité Technique
Départemental (cf. article 1.4. Représentation des Membres). Ils sont toujours renouvelables.
En cas d'absence du Président du Comité Technique Départemental, le Comité est présidé par le
Président du Conseil d’Administration s’il est présent ou, en cas d’absence de ce dernier, par le
suppléant du Président du Comité Technique puis, à défaut, par le plus âgé des Administrateurs ou
Censeurs de la Société présents à la réunion, ou, à défaut, par le Membre du Comité le plus âgé.
Rôle du Président du Comité Technique :
• préparer les séances du Comité Technique Départemental, en concertation avec le directeur
départemental
• animer et présider les séances du Comité Technique Départemental,
• veiller à la régularité des avis rendus,
• faire assurer le respect de la confidentialité,
• assurer le respect des orientations du Conseil d'Administration,
• assumer et expliquer, en concertation avec le Directeur Départemental, les orientations prises auprès
des instances professionnelles et des personnes concernées.
XXXIII
1.4 . REPRÉSENTATION DES MEMBRES
Les collectivités, établissements et organismes composant le Comité Technique Départemental sont
représentés aux délibérations de celui-ci par une seule personne nommée par ledit organisme et dont la
désignation est notifiée à la SAFER par écrit.
Cette personne est désignée en principe à titre permanent, de manière à pouvoir suivre l'évolution des
opérations. Toutefois, un suppléant peut être désigné afin de remplacer le représentant permanent en
cas d'empêchement exceptionnel. Ceci exclut toute représentation par pouvoir ou mandat.
Le Représentant Permanent et le Suppléant sont nommés pour une durée maxima de 4 ans,
renouvelable après confirmation par l'organisme qui les a désignés. En cas de changement de
représentant avant la fin de son mandat quadriennal, le nouveau représentant est désigné pour la
période restant à courir.
Le renouvellement des représentants des membres du comité se fait par moitié tous les 2 ans, les
années impaires.
Toute absence d'un organisme à trois réunions consécutives du Comité Technique Départemental sera
signalée au Président dudit organisme.
Tout organisme non représenté à six réunions sur douze réunions consécutives sera considéré comme
se désintéressant des travaux du Comité et ne sera plus convoqué aux réunions. Le Président de
l'organisme concerné en sera personnellement informé.
Les frais de déplacement des représentants des organisations membres pour leur participation aux
réunions des Comités Techniques Départementaux seront pris en charge par la Société.
Ces frais seront remboursés dans les conditions définies par le Conseil d'Administration.
2 - FONCTIONNEMENT
2.1 . CONVOCATIONS ET ORDRES DU JOUR
Le secrétariat du Comité est assuré par le Service Départemental.
2.1.1. Réunions ordinaires
Le Comité Technique Départemental se réunit ordinairement, selon un programme annuel arrêté par le
Conseil d'Administration.
Il est convoqué par le Président du Conseil d'Administration ou par le Service départemental. La
convocation est adressée directement au Représentant Permanent de chaque organisme. A défaut de
nomination d’un représentant par un organisme, la convocation est adressée à son Président, au siège
social.
2.1.2. Réunions Extraordinaires
En dehors des réunions ordinaires, le Comité Technique Départemental peut être convoqué
extraordinairement en cas d'urgence. Une note de renseignements est alors jointe à la convocation.
En tant que nécessaire, une consultation écrite peut être organisée. Le résultat de cette consultation fait
l’objet d’un procès-verbal qui est approuvé lors de la réunion ordinaire suivante.
2.2 . COMPÉTENCES - ATTRIBUTIONS
Le Comité Technique Départemental est un organe consultatif.
Il donne son avis sur les projets d'attribution par cession ou par substitution prévus au 1° et les projets
de louage prévus au 7° de l'article R 141-1 du Code Rural et sur toute question qui lui est soumise par le
Président de la SAFER.
XXXIV
2.3 . DÉBATS
Le Comité débat des questions qui lui sont soumises quel que soit le nombre de présents.
Tous les membres du Comité Technique peuvent participer aux débats et exprimer leur opinion sur les
dossiers présentés.
Les invités, permanents ou occasionnels ainsi que les collaborateurs salariés de la SAFER ne participent
pas aux votes.
Le Président du Conseil d'Administration ne prend pas part aux votes, sauf s'il préside la séance.
Si un membre du Comité ne souhaite pas participer aux votes pendant l'ensemble de la séance du
Comité Technique Départemental, l'annonce en sera faite en début de réunion et mentionnée au
procès-verbal.
S'il s'agit d'une non-participation pour une opération déterminée, la mention figurera sur la fiche
concernée, en suite de l'avis émis par le Comité.
Les votes sont réalisés à main levée, ou à bulletins secrets si le Président de la Safer ou un seul des
membres participant au vote le demande.
Lorsque le Comité Technique est consulté sur un projet visé à l’article R.141-1 1° et 7° du Code Rural
(projets d’attribution par cession, substitution ou louage), son avis doit recueillir la majorité qualifiée
réunissant au moins les 3/4 des voix des membres votants.
A défaut le dossier est obligatoirement soumis au Comité de Direction ou au Conseil d’Administration
avant toute décision.
Il en est de même si un administrateur ou un censeur présent le demande en séance, même si l’avis du
Comité a recueilli la majorité qualifiée.
Le Président du Conseil d’Administration peut également soumettre un dossier au Comité de Direction
ou au Conseil d’Administration de sa propre initiative, même si l’avis du Comité a recueilli la majorité
qualifiée.
Le Comité de Direction, qui se réunit trimestriellement, peut être convoqué spécialement en tant que de
besoin.
Lorsque le Comité Technique est consulté sur toutes autres questions figurant à l’ordre du jour,
notamment sur les projets de préemptions ou les acquisitions amiables, son avis est rendu à la majorité
simple des votants. En cas de partage des voix, la voix du Président est prépondérante. Dans tous les
cas, le Président du Comité Technique peut décider au vu des débats, de différer le vote et d’ajourner
l’examen du dossier à une séance ultérieure.
2.4 . PROCES VERBAUX
Un procès-verbal de séance est dressé après chaque séance et tenu à la disposition des Membres du
Comité Technique Départemental et du Conseil d'Administration au siège de l'antenne départementale
de la Société. Il mentionne l'identité et la qualité des membres présents, qui émargent sur une feuille de
présence.
Il indique le nombre des votants.
Il mentionne la motivation de l'avis émis pour chaque projet d’attribution sur lequel le Comité était
consulté.
Le cas échéant, il précise les motifs pour lesquels un dossier est soumis au Comité de Direction ou au
Conseil d’Administration.
2.5 . COHÉRENCE DE LA POLITIQUE D'AMÉNAGEMENT FONCIER
Le Comité Technique s'attache pour chaque dossier étudié à suivre les objectifs légaux fixés par le Code
Rural et les orientations prises par le Conseil d'Administration et à tenir compte des Projets Agricoles
Départementaux (PAD).
XXXV
3 - INCOMPATIBILITÉ DE FONCTIONS - CONFIDENTIALITÉ - SANCTIONS
3.1 . INCOMPATIBILITÉ DE FONCTIONS
Ne peuvent faire partie des Comités Techniques Départementaux ou représenter des personnes morales
ayant voix délibérative au sein des Comités, les personnes dont la profession ou les occupations
apparaissent comme normalement incompatibles avec les fonctions confiées aux Membres d'un Comité
Technique Départemental d'une Société d'Aménagement Foncier et d'Établissement Rural.
Il en est ainsi notamment des particuliers qui, habituellement, achètent des immeubles en leur nom, en
vue de les revendre, ou qui se livrent à des opérations d'intermédiaire pour l'achat ou la vente de tels
biens. Cette interdiction vise également les personnes qui, en droit ou en fait, se trouvent placées sous
la dépendance de personnes dont les fonctions sont normalement incompatibles avec celles de Membre
d'un Comité Technique Départemental d'une Société d'Aménagement Foncier et d'Établissement Rural.
3.2 . CONFIDENTIALITÉ
Les membres du Comité Technique qui sont concernés par une opération examinée en séance ou qui
ont un lien personnel direct ou indirect de parenté ou d’alliance, jusqu'au 4ème degré inclus avec une
partie au dossier étudié (vendeur, acquéreur évincé, candidat, ...) s'engagent à le faire savoir au
Président du Comité Technique. Ils sont tenus de quitter la salle lors de l'étude du dossier.
Cette règle s'applique également au personnel de la Société ainsi qu'à tous les autres participants
(invités permanents ou non permanents) du Comité Technique.
En cas d'avis favorable d'attribution à un administrateur ou un censeur de la SAFER ou à toute personne
ayant un lien personnel direct ou indirect de parenté ou d’alliance, jusqu'au 4ème degré inclus avec eux,
le dossier fait l'objet d'une présentation spécifique au Conseil d'Administration mettant en évidence ces
liens de parenté ou d’alliance.
Les membres du Comité Technique, de même que les autres participants et le personnel SAFER sont
tenus au respect des principes de confidentialité, de solidarité et d’obligation de réserve à propos des
avis émis. Il leur est interdit de communiquer des renseignements sur tout ce qui concerne les faits ou
informations dont ils ont connaissance dans l'exercice ou à l'occasion de leur fonction, et sur les
positions exprimées lors des débats. La signature de la liste de présence matérialise cet engagement lors
de chaque réunion.
Ils n'ont pas, notamment, à informer qui que ce soit des avis émis par le Comité, ni à communiquer à
des tiers tout ou partie des documents préparatoires ou des procès-verbaux, qui sont des documents de
travail confidentiels internes à la Société.
Seuls les services techniques de la SAFER sont habilités à informer officiellement les tiers concernés par
les dossiers étudiés.
En cas de manquement, le Président de la SAFER est habilité à notifier par écrit un avertissement à
l'intéressé puis, en cas de nouveau manquement, à demander le remplacement de ce représentant à
l'organisme qui le délègue.
Dans tous les cas, si le remplacement n'est pas effectué après demande de la SAFER, le Président se
réserve le droit, par LR/AR, d'exclure temporairement ou définitivement le représentant au Comité
Technique.
***
XXXVI
ANNEXE 7
Règlement du Comité de Direction de la SAFER Maine Océan
Le Comité de Direction de la SAFER est une instance consultative mise en place par la SAFER Maine Océan sur
proposition de son Président.
Le présent règlement, approuvé par le Conseil d’Administration en date du 08 décembre 2010, est applicable à
compter du 1er janvier 2011.
COMPOSITION
Il se compose :
du Président de la SAFER
des quatre Présidents des Comités Techniques Départementaux
du Directeur Général Délégué
des Chefs de service Départementaux
de l’Attaché(e) de Direction.
Le Président de la SAFER peut en outre proposer à tout administrateur ou censeur de la SAFER de participer à une
réunion du Comité de Direction s’il estime sa présence utile ou si ce dernier a demandé en Comité Technique
l’examen d’un dossier opérationnel par le Comité de Direction.
REUNION
Le Comité de Direction se réunit trimestriellement et peut être convoqué de manière exceptionnelle en tant que
de besoins .Il débat des questions qui lui sont soumises quel que soit le nombre de présents. Le secrétariat de
séance est assuré par le Directeur Général Délégué.
ROLE
Il a pour rôle d’apporter au Président de la SAFER, un éclairage sur tous les sujets qu’il souhaite soumettre à son
examen. Les Présidents de Comité Technique peuvent également proposer au Président de la SAFER des questions
à étudier en Comité de Direction .Il peut également être consulté sur des dossiers opérationnels avant une
décision définitive si la demande en a été formulée lors d’un Comité Technique Départemental pour l’une des
raisons suivantes prévues expressément par le règlement intérieur des Comités Techniques :absence d’avis pris à
la majorité qualifiée du Comité Technique en faveur de l’un des candidats pour les projets d’attribution par
rétrocession, substitution ou louage par intermédiation locative, absence d’avis pris à la majorité simple du Comité
Technique pour les projets d’acquisition amiable ou par préemption, ainsi que pour les CMD et baux Safer,
demande formulée en Comité Technique par un administrateur ou un censeur de la SAFER. Dans ce cas-là, ce
dernier est invité à participer au Comité de Direction pour exprimer son point de vue. Règlement Comité de
Direction Safer Maine Océan
Enfin, le Président de la SAFER peut, à son initiative, soumettre tout dossier opérationnel à l’avis du Comité de
Direction, quel que soit l’avis émis par le Comité Technique Départemental. Pour tous les dossiers opérationnels
qui lui sont soumis, les avis du Comité de Direction doivent être émis à l’unanimité des Présidents de Comité
Technique et du Président de la SAFER présents. Les salariés de la SAFER et les administrateurs ou censeurs invités
par le Président ne participent pas au vote. En l’absence d’unanimité, le dossier est obligatoirement soumis à l’avis
du Conseil d’Administration avant toute décision définitive. En tout état de cause, les avis émis par le Comité de
Direction sont strictement consultatifs et ne sauraient en aucun cas engager la SAFER.
PROCES VERBAL
Un procès-verbal est établi après chaque réunion du Comité de Direction et adressé à chacun de ses membres. Il
mentionne l'identité et la qualité des membres présents, qui émargent sur une feuille de présence. Il mentionne la
motivation de l'avis émis pour chaque projet d’attribution sur lequel il était consulté et le cas échéant, précise les
motifs pour lesquels un dossier est soumis au Conseil d’Administration
***
XXXVII
ANNEXE 8
XXXVIII
GLOSSAIRE
AFOM
Atouts-Faiblesses-Opportunités-Menaces
CCI
Chambre de Commerce de d’Industrie
CDPENAF
Commission Départementale de Préservation des Espaces Naturels et Forestiers
CEN
Conservatoire d’Espaces Naturels
CESER
Conseil Economique Social et Environnemental de la Région
CMD
Convention de Mise à Disposition
COPP
Convention d’Occupation Provisoire et Précaire
CRA
Compte-Rendu d’Activité
CRAe
Compte-Rendu d’Activité environnemental
CREN
Conservatoire Régional des Espaces Naturels
Cridon
Centre de Recherches, d’Information et de Documentation Notariales
CRPF
Comité Régional de la Propriété Forestière
CRPM
Code Rural et de la Pêche Maritime
CRT
Comité Régional du Tourisme
CTD
Comité Technique Départemental
DDT
Direction Départementale des Territoires
DGFIP
Direction Générale des Finances Publiques
DJA
Dotation d’installation aux Jeunes Agriculteurs
DRAAF
Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt
DREAL
Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement
EARL
Exploitation Agricole à Responsabilité Limitée
ENS
Espaces Naturels Sensibles
EPF
Etablissement Public Foncier
ESA
Ecole Supérieure d’Agriculture
FEADER
Fonds Européen Agricole pour le Développement Régional
XXXIX
FNPHP
Fédération Nationale des Producteurs de l’Horticulture et des Pépinières
FNSafer
Fédération Nationale des Safer
GAEC
Groupement Agricole d’Exploitation en Commun
LGV
Ligne à Grande Vitesse
MAAF
Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt
OGAF
Opération Groupée d’Aménagement Foncier
OPA
Organisme Professionnel Agricole
PAC
Politique Agricole Commune
PDRR
Programme de Développement Rural Régional
PEAN
Périmètre de Protection et de mise en valeur des Espaces Agricoles et Naturels Périurbains
PLU
Plan Local d’Urbanisme
PPAS
Programme Pluriannuel d’Activité des Safer
PRAD
Plan Régional d’Agriculture Durable
PRFB
Plan Régional de la Forêt et du Bois
RDI
Répertoire Départ – Installation
SAGE
Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux
SAU
Surface Agricole Utile
SIAEP
Syndicat d’Adduction d’Eau Potable
SRCE
Schéma Régional de Cohérence Ecologique
XL
BIBLIOGRAPHIE
Titre
Auteur
Edition
Evaluation du PPAS de la
Safer Maine Océan 2007 – 2013
Safer Maine Océan
Juillet 2013
Schéma Régional de Cohérence Ecologique
(phase diagnostic)
Plan Régional d’Agriculture Durable des Pays
de la Loire
(diagnostic et actions)
DREAL des Pays de la Loire
Juillet 2012
DRAAF des Pays de la Loire
Mars 2012
Plan Régional de la Forêt et du Bois des Pays de
la Loire
2012-2016
DRAAF des Pays de la Loire
Mars 2013
Programme de Développement Rural Régional
(extrait) des Pays de la Loire
Rapport « Aménagement du territoire et
politiques foncières en Pays de la Loire»
Hors-Série « Le prix des terres, analyse des
marchés fonciers ruraux »
Rapport Foncier 2013 de la Safer Maine Océan
Conseil Régional
DRAAF des Pays de la Loire
CESER
Juillet 2014
FNSafer/MAAF
Mai 2014
Safer Maine Océan
Mai 2014
Juin 2013
XLI
Siège Social
94 rue de Beaugé
« La Futaie » CS 72119
72021 LE MANS Cedex 2
Tel: 02.43.83.48.10
[email protected]
www.safermao.fr
www.proprietes-rurales.com