FRATERNITAS 01.01.2004

Commentaires

Transcription

FRATERNITAS 01.01.2004
FRATERNITAS
01.01.2004
ita Vol. XXXVI. Nr. 94 - OFM Roma - tel. +39.0668.491.365 - fax. +39.0668.491.364
Examinez tout, retenez ce qui est bon
Nous vivons un temps de recherche et, pour beaucoup,
d’incertitude et de désorientation (cf. EiE 7ss). Un temps qui
dure trop longtemps pour certains. Mais il ne faut pas oublier
que pendant les périodes de changements rapides et profonds
comme la nôtre, il n’y a pas de réponses définitives. Quand
nous aurons trouvé la réponse, la question aura déjà changé.
Face à l’instabilité que cela comporte, nous courons le
risque de rechercher la stabilité, la commodité et , nous
devons bien le reconnaître, ce n’est pas en accord avec la
forme de vie que nous avons embrassée. La vie religieuse et,
si l’on veut, plus encore la vie franciscaine, doit toujours
chercher à se situer dans ses lieux de prédilection!: les lieux
instables, les lieux de fractures, comme le rappelle le
document final du Chapitre, là où les pas de l’humanité
trébuchent à cause du harcèlement du non-sens, de l’absence
de justice et de la présence de la violence … pour offrir une
réponse qui parte de la foi et transmettre un message qui soit
une alternative à tout type de «!fracture!» (cf. Sdp 20). C’est
en conscience qu’il faut récupérer l”itinérance”, surtout
intérieure, mais pas uniquement, comme expression d’une
disponibilité absolue à se mettre en route (cf. Sdp 33). Il faut
“prendre le large” (Lc 5,4), “lancer le filet toujours plus loin”
dans des exodes, des recherches et des discernements
BELGIO - Bruxelles:
incessants, sans autoriser quiconque à s’arrêter ou à «!fixer sa
demeure!».
[…] Nous vivons dans une société du cellophane, de
l’image, de l’apparence, de l’extériorité. Comme on soigne
bien l’emballage! La culture de l’image et de l’apparence
renforce le phénomène de l’immédiat. On n‘a pas le temps
d’approfondir, il n’y pas de place pour les grandes valeurs.
On considère bon ce qui nous paraît bon, mais cela provoque
fréquemment une crise aiguë de la vérité. On dit et on
prêche une chose et on pense et on en fait une autre, où ne se
retrouve rien ou pas grand chose de ce qu’on a dit et de ce
qu’on défend.
Notre vie franciscaine, au contraire, n’appartient pas à la
culture de l’apparence, mais à celle de la profondeur. Même
si le Frère mineur ne «!doit pas mépriser et juger les hommes
qu’il voit se vêtir avec une somptuosité excessive dans les
couleurs» (cf. Rb 2,17), et donc ne pas juger non plus et
mépriser cette culture du cellophane, il fixera néanmoins
toujours sa vocation et sa mission au-delà des apparences,
dans la profondeur de la vie, là où les valeurs sont en jeu.
[Lourdes 20.11.2003]
Fr. José R. Carballo, Ministre général OFM
envoi de six nouveaux missionnaires
BRUXELLES – Le troisième groupe de nouveaux
missionnaires a terminé la préparation spécifique dans la
Fraternité franciscaine de «!Notre Dame des Nations!» à
Bruxelles.
À la fin de la période de formation, le Ministre général,
Fr. José R. Carballo, a rejoint la Fraternité le 10 décembre
2003 pour y célébrer le “mandat missionnaire”. Il a remis à
chacun le texte de la Règle de saint François, comme guide
pour la mission.
Les missionnaires “envoyés” sont: Fr. Carmelo
Giannone, Italien, et Fr. Drago Gveric, Croate, missionnaires
dans la Vice-Province de saint François en Afrique et à
Madagascar; Fr. Francisco Stilano, Mexicain, missionnaire
au Zimbabwe; Fr. Drago Vujevic, Croate de Bosnie,
missionnaire en Afrique du Sud; Fr. Alessandro Chistolini,
Italien, missionnaire au Congo-Brazzaville; Fr. Eleuthère
Baharanyi Makuta, Congolais, missionnaire pour la
Fraternité d’Istanbul en Turquie. Le Ministre général qui
était accompagné par le Fr. Vincenzo Brocanelli a eu un
dialogue avec chacun des missionnaires en partance.
Des frères venus des Fraternités voisines et d’autres
membres de la famille franciscaine étaient présents à la
célébration.
Fr. Carballo a également pu rencontrer les Fraternités des
Frères belges et des Clarisses qui résident au «!Chant
d’Oiseau!». Il a eu ensuite une réunion très profitable avec la
Fraternité «!Notre Dame des Nations!», qui accueille et
accompagne les missionnaires, dans le but de faire une
évaluation et de réfléchir aux perspectives d’avenir d’un
service aussi important pour l’Ordre.
Entrevue avec le Secrétaire général pour la Formation et les Études
Nous avons interviewé le Secrétaire général pour la
Formation et les Études, Fr. Massimo Fusarelli, de la
Province des SS. Pierre et Paul, Rome-Italie. Les frères
présents dans ce même bureau: Fr. Alojzy Warot, Vicesecrétaire, de la Province de S. Marie des Anges,
Cracovie-Pologne, et Fr. John Wright, de la Province
d’Irlande, Gardien de la Fraternité de S. Isidore à Rome,
qui collabore part-time. Le Secrétariat est en outre aidé
par le Comité exécutif formé par Fr. John-Paul Than
(Singapour), Fr. João Inácio Müller (Brésil) et Fr. Albert
Schmucki (Suisse).
Fr. Massimo, comment définirais-tu le secrétariat général
Ufficio Comunicazioni, Curia Generale dei Frati Minori, Via S. Maria Mediatrice 25, 00165 Roma
- 1 -.
FRATERNITAS
pour la Formation et les Études ?
C’est un instrument qui aide le Ministre général et le
Définitoire à accomplir leur tâche d’animateurs de l’Ordre.
Avant tout par la coordination entre les Entités et les
Conférences de tout ce qui se fait déjà pour la Formation; par
ailleurs c’est aussi un moyen de promotion, aussi bien pour
les secteurs dans lesquels il y a déjà plus d’initiatives grâce à
une tradition qui s’est consolidée, que pour d’autres où il est
important de créer des liens, de susciter et d’accompagner de
nouvelles initiatives, ou encore de renforcer celles qui
existent déjà. C’est dans cet esprit que le Secrétariat est aussi
le «!lieu d’écoute!» de tout ce qui se fait dans l’Ordre. Ce
n’est pas une machine qui propose automatiquement et fait
pleuvoir d’en haut des projets et des initiatives.
Nous avons la forte impression qu’une finalité
importante de notre service, c’est de continuer à susciter la
confiance chez nos frères. En effet , nous nous demandons si,
sans confiance dans l’avenir et dans la possibilité de vivre
aujourd’hui le charisme franciscain, en repérant des voies
toujours nouvelles, une formation digne de ce nom serait
encore possible.
Quelles sont les perspectives et les projets pour le futur ?
Au mois de novembre 2003, avec le Comité exécutif du
Secrétariat pour la Formation et les Études, nous avons
élaboré une ébauche de «!Plan pour le sexennat! 20032009!». Le Définitoire général l’a examiné dans son
entièreté et approuvé pendant le temps fort de novembre. Il
est maintenant prêt pour la publication et la diffusion dans
tout l’Ordre en huit langues. Le Plan pour le sexennat part
d’une «!orientation générale!», articulée en quatre domaines
clés: 1. Continuer à nous demander “qui est” le Frère Mineur
dans ce temps de changement!; 2. approfondir la formation
spécifique franciscaine; 3. approfondir l’accompagnement
pendant la formation aussi bien permanente qu’initiale; 4.
promouvoir les études, un domaine où l’urgence prime de
plus en plus, afin de vivre et témoigner l’Évangile au cœur
de cette période de changement historique.
Comment entendez-vous impliquer l’Ordre dans ce
travail?
Les lignes d‘action sont diverses. C’est avant tout notre
désir, en agissant ensemble avec les Entités et les
Conférences et grâce aux visites que nous réaliserons,
d’aider et d’assimiler les bons et divers documents sur la
formation que l’Ordre a produit pendant toutes ces années.
EGITTO –
Nous n’avons pas de nouveaux documents au programme,
mais nous rédigerons plutôt des aides écrites qui permettront
l’assimilation des documents existants. En particulier, nous
avons en chantier un matériel écrit pour une relecture de la
Règle et des Constitutions générales. Nous proposerons en
outre un matériel écrit contenant des indications de méthode
en vue de l’élaboration des projets de vie et mission; nous
pensons aussi à des instruments pour l’animation de ce qu’on
appelle «!l’année franciscaine!» durant le Post-Noviciat,
celles des premières années de Profession solennelle et de la
formation aux ministères. En ce qui concerne la promotion
des études, en obéissant au Chapitre général, nous nous
interrogerons sur la possibilité concrète de créer auprès de
l’Athénée pontifical Antonianum de Rome, un Institut
franciscain de Pédagogie pour la formation des Formateurs.
Plusieurs de ces initiatives, outre la programmation des
visites, sont entreprises en dialogue avec le Secrétariat
général pour l’Évangélisation, le Bureau de Justice et Paix,
les Assistants de l’OSC (Clarisses) et de l’OFS et les
Définiteurs généraux selon leurs aires respectives
d’animation.
Quelles sont les initiatives que le Secrétariat a en chantier
?
Nous continuerons les Cours pour les Formateurs: en
octobre 2004 à Rome et à Assise pour ceux de la Formation
initiale. Avec les Secrétaires généraux pour la Formation et
les Études des autres Familles franciscaines, nous proposons
à Canterbury (Angleterre): un cours de neuf mois pour un
petit groupe de Formateurs et en novembre 2004, un cours
pour les Modérateurs de la Formation permanente de nos
Familles. En septembre et en octobre 2004, pour les frères de
langue espagnole qui ont vingt ans de profession solennelle,
il y aura un temps sabbatique, «!Célébrant le don de la
vocation!». En février 2005, nous aurons le Conseil
international pour la Formation et les Études. Au mois
d’octobre
de la même année aura lieu le Congrès
international pour les Maîtres de Novices. En 2007, le
Congrès international pour les Modérateurs de la Formation
permanente.
Nous commençons notre service dans l’enthousiasme et
avec un peu de trépidation, vu les dimensions et la
complexité de notre Fraternité internationale. Nous confions
dans la collaboration et le partage d’idées avec de nombreux,
même de très nombreux frères disséminés de par le monde.
Cours de Formation permanente sur les Priorités du sexennat.
Le Caire – Du 25 au 28 novembre 2003, les Frères de la
Vice-Province de la .Famille en Égypte se sont rencontrés au
Caire pour réfléchir ensemble sur les Priorités de l’Ordre
pour le sexennat 2003-2009.
Aidés par la présence du Définiteur général Fr. Francesco
Bravi, plus de cinquante frères de la Vice-Province ont
approfondi claque priorité dans un contexte de prière et de
méditation, en tenant compte du cheminement que la
Fraternité provinciale est en train d’accomplir, du contexte
culturel et religieux dans lequel ils sont insérés et de la
préparation du prochain Chapitre provincial.
Le soir du 27 novembre les frères ont rencontré le
Patriarche copte-catholique, Sa Béatitude Stéphane, et ils ont
évalué les engagements pastoraux dans les différents
diocèses où ils sont présents. La rencontre s’est conclue
vendredi 28 par une Eucharistie solennelle en rite copte (
auquel appartiennent les frères égyptiens), présidée par Frère
Samuel Fahim, qui célébrait le 25ème anniversaire de son
ordination sacerdotale.
Ufficio Comunicazioni, Curia Generale dei Frati Minori, Via S. Maria Mediatrice 25, 00165 Roma
- 2 -.
HAÏTI-La
présence franciscaine
Les premiers missionnaires qui arrivèrent à Haïti en 1505
étaient des Franciscains, mais leur présence s’est perdue
pendant les siècles suivants. Le premier Frère est retourné
sur l’île en 1988, envoyé par la province d’Amérique
centrale. Haïti est habitée par une population afroaméricaine, qui descend des esclaves africains et a conservé
la mentalité et la religion traditionnelle de l’Afrique
orientale, le Vaudou. Comme elle a été colonie de la France,
la langue officielle est le français mais le peuple parle le
créole, l’ancienne langue locale, ainsi que le français et
parfois l’espagnol. C’est un des pays les plus pauvres du
monde. Il se présente comme une île ethnique/culturelle,
linguistique et religieuse
dans les Caraïbes. L’Église
GUATEMALA -
catholique, bien implantée, est constituée de neuf diocèses et
d’un clergé diocésain presque suffisant en nombre. Les
vocations sacerdotales et religieuses ne manquent pas.
Les Frères vivent dans deux fraternités: une à Port-auPrince, la capitale et à Pestel, à 300 km, première présence
franciscaine, que l’on peut rejoindre après 11 heures de
voiture à cause du mauvais état des routes. Les frères ont une
paroisse d’environs 35.000 habitants avec 10 chapelles dans
la région où ils développent différentes activités!: catéchèse,
assistance aux malades et aux pauvres, enseignement.
Actuellement il y a un profès temporaire qui a émis ses vœux
fin novembre et cinq aspirants qui commenceront le Postulat
dans les premiers mois de 2004.
II° Congrès Missionnaire des Amériques: l’occasion d’une réflexion
En conclusion de l’Année sainte missionnaire célébrée en
Amérique centrale,
le II° Congrès missionnaire des
Amériques a eu lieu dans la ville de Guatemala City du 25 au
30 novembre. 3000 congressistes provenant de tous les pays
du Continent, du Canada au Chili, et des représentants de
tous les diocèses y ont participé. L’objectif du Congrès était
«!d’animer la vie des Églises particulières du Continent pour
qu’à partir de leur propre expérience évangélisatrice, elles
assument avec responsabilité et dans la solidarité, la tâche de
la mission ad gentes ». Ce fut une rencontre écclésiale de
réveil et d’animation de l’esprit missionnaire. Son slogan
était!: Église d’Amérique, ta vie, c’est la mission!! Les
conférences, les travaux d’approfondissement en groupe et
les célébrations ont cerné le thème: «!Être missionnaires de
l’Église de notre continent à partir de la petitesse, de la
pauvreté et du martyre!».
À ceux qui ont participé à cet événement exceptionnel,
l’Église d’Amérique latine a montré quelques caractères
spécifiques et fort intéressants de son visage. Il s’agit avant
tout d’une Église constituée par la présence active et massive
des laïcs, spécialement des catéchistes. On perçoit chez tous
un fort sens d’appartenance à l’Église: les gens sont fiers
d’être catholiques! Être croyant, chrétien, catholique et
missionnaire forme un tout et constitue la joie et
l’engagement de chacun. Et puis on a constaté une grande
communion entre les églises du Nord et du Sud de
USA – Médaille
l’Amérique: on peut donc dire qu’un climat de réciprocité
relie les deux parties du même continent. Mais surtout, dans
ce Congrès, l’église des Amériques a fait un grand pas vers
la missio ad gentes, passant d’Église «!évangélisée!» à
Église «!évangélisatrice!».
Cet important chemin d’ouverture missionnaire ne doit
pas nous laisser sans réfléchir, nous les Franciscains. Nous
qui avons été les pionniers de l’évangélisation en Amérique,
nous risquons de nous retrouver à l’arrière d’une Église en
marche. Nous, qui avons ouvert les chemins de la mission,
nous pourrions risquer de nous retrouver assis au bord de la
route de l’histoire. Aujourd’hui, en Amérique latine, il y a au
moins deux domaines que l’on peut considérer mission ad
gentes spécifique, où l’Église est peu présente et nous
sommes presque absents!: les populations indigènes et les
populations afro-américaines.
À partir de ces considérations, le peu de frères présents
au Congrès ont exprimé le besoin et l’urgence d’animer à
nouveau les provinces franciscaines en Amérique latine, en
encourageant les fraternités «!missionnaires!» sur le
continent, en valorisant nos laïcs franciscains ( Jeunesse
franciscaine et OFS), et en ouvrant une fraternité qui prépare
les nouveaux missionnaires pour le continent. Tous ont
souhaité que dans quelques années, on puisse célébrer un
Congrès missionnaire franciscain de toute l’Amérique latine.
présidentielle de la Liberté à la mémoire de Frère Mychal Judge
NEW YORK – Le 3 décembre 2003, Gifford Miller,
porte-parole de l’Administration citadine, a tenu une
conférence de presse pour informer de la délibération du
Conseil de la ville de New York qui a concédé la Médaille
présidentielle de la Liberté, la plus haute décoration civile
aux États Unis, au Frère Mychal Judge. Chapelain des
Pompiers de New York, Frère mineur de la Province du Très
saint Nom, Frère Mychal est décédé le 11 septembre 2001
tandis qu’il assistait les victimes de l’attaque aux Tours
jumelles du World Trade Center. Outre son ministère de
chapelain, Frère Mychal était engagé dans l’assistance aux
pauvres et aux malades du SIDA. Au cours de la tragédie du
vol TWA 800, il avait été aux côtés des familles des
victimes. «!A travers des gestes gratuits d’amour et de bonté,
il a conquis le respect et l’estime de tant d’hommes et de
femmes, spécialement parmi les pompiers!», a affirmé
Miller. À la conférence de presse, auprès des Soldats du feu
et du Conseil municipal de New York, était aussi présent le
Frère Christopher Keenan, OFM, le chapelain successeur de
Frère Mychal.
Ufficio Comunicazioni, Curia Generale dei Frati Minori, Via S. Maria Mediatrice 25, 00165 Roma
- 3 -.
BURKINA-FASO – Fraternité
en mission
L’Église du Burkina Faso et en particulier le diocèse de
Kaya ont accueilli les Frères mineurs de la Vice Province du
Verbe Incarné. Le 4 octobre dernier, la nouvelle Fraternité de
trois frères a fait son entrée dans la paroisse de Korsimoro
qui se trouve à une heure de l’axe routier Ouaga-Kaya. La
nouvelle présence franciscaine se compose de: Fr. Raphaël
Segiet, Fr. Maurice Mahamadou Sawadago et Fr. Daniel
Akpa Meledi. Le Diocèse de Kaya a été constitué en 1969 ,
grâce au démembrement de celui de Ouagadougou. Il
comprend sept paroisses.
ITALIA - La
La ville de Kaya se trouve à 105 km au nord-est de la
capitale. Les Frères mineurs sont la première présence
religieuse masculine dans le diocèse.
La population appartient dans sa majorité à l’ethnie
Mossi et c’est pourquoi pendant le premier trimestre, les
frères se consacreront à l’apprentissage de la langue locale
au Centre de Formation catéchétique de Tougouri.
L’évêque de Kaya, Mgr Thomas Kaboré a exprimé sa
joie d’accueillir les frères et a souhaité que l’implantation du
charisme franciscain apporte de la fécondité à son diocèse.
solidarité du Zecchino d’Oro
Le 22 novembre 2003 au siège de l’Académie
antonienne des Frères mineurs de Bologne (Italie) s’est
conclu le 46° Zecchino d’Oro. Né en 1959, le festival de
chansons pour enfants est connu dans le monde entier; il tire
son nom du conte de fée «!Pinocchio!», la marionnette créée
en 1881 par Carlo Lorenzini, dit Collodi, (du nom de la
petite cité toscane où était née sa maman). La finale
transmise en Eurovision par la RAI le 22 novembre a eu 5
Millions de téléspectateurs en Italie. «!Nous sommes surpris
de voir comment les chansons et les enfants ont attiré autant
de public par la seule force d’un rassemblement dans la
sérénité. – a déclaré Alessandro Caspoli, OFM, Directeur de
l’Antonienne - Voilà la force du Zecchino!: avoir lancé un
message de sérénité et de paix dans un moment critique de
l’histoire du monde et de notre pays!».
Chaque année, depuis 1991, le Zecchino d’Oro fait la
promotion de projets en faveur des jeunes en situation de
difficulté dans le monde. L’initiative de cette année, la
construction d’une école à Bethlehem a été présentée
pendant la soirée finale par le Custode de Terre Sainte, Fr.
Giovanni Batistelli et par le Directeur de la «!Terra Santa
High School!» de Bethlehem, Fr. Ibrahim Faltas. Au cours
de la manifestation, le Petit Chœur de l’Académie
antonienne a été promu Ambassadeur de l’UNICEF dans le
monde, comme porte-parole de millions de gamins et de
fillettes en difficulté. Cette nomination signifie la
reconnaissance de l’engagement de l’Académie antonienne
et de ce que font les frères de l’Émilie/Romagne pour la
solidarité envers les enfants du monde.
Petites/Grandes nouvelles
• Le 28 novembre, sept Clarisses sont parties pour l’Albanie,
quatre albanaises et trois italiennes. Elles lanceront la
fondation clarienne à Scutari (Albanie). Dimanche 14
décembre, dans la Cathédrale de Scutari, pendant la
célébration présidée par l’archevêque de Scutari, Mgr
Angelo Massafra, OFM, les Clarisses albanaises ont émis la
profession des vœux perpétuels entre les mains de Sœur
Diana Papa, abbesse Présidente fédérale de la Fédération des
Clarisses des Pouilles.
• Lors de congrès célébrés au mois de décembre, Les
Consulteurs théologiques de la Congrégation pour la cause
des saints ont examiné la ‘Positio’ sur le Martyre des
Serviteurs de Dieu Victor Schumillas Fernandes et 21
compagnons, Frères mineurs de la province de saint
Grégoire en Castille (Espagne), morts au cours de la
persécution religieuse de 1936. Ils ont abouti à une
conclusion favorable. Dans un congrès analogue, les
Consulteurs historiques ont examiné, avec conclusion
favorable, la ‘Positio’ sur le martyre des Serviteurs de Dieu
Frédéric Bachstein et ses 13 compagnons, Frères mineurs de
différentes provinces européennes exécutés à Prague en
1611, à cause de leur défense de la foi catholique.
• Le Secrétariat pour l’Évangélisation missionnaire de la
COMPI organise en Terre Sainte un Congrès qui s’intitule:
«!Frères mineurs, de l’évangélisation missionnaire au
dialogue pour la paix!». Le Congrès se déroulera du 12 au 21
février sous une forme itinérante. Il est ouvert aux frères ou
aux laïcs engagés, sensibles au problème. Qui désire
participer peut contacter le Frère Fulvio Sabia, Convento S.
Maria della Pace, Montecorvino Rovella (Salerno – Italie),
Tél. +39.089867049, Fax +39.089867228.
Agenda du Ministre général
• du 12 au 17 janvier – Temps Fort du Définitoire général
• du 19 au 23 janvier – Rencontre avec les Visiteurs généraux
• du 24 au 28 janvier – Visite à la Province de Sicile (Italie)
• du 30 au 31 janvier – Rencontre avec les Conférences COMONA et Subsaharienne au Caire
FRATERNITAS - OFM - Roma
Direttore responsabile Gino Concetti – Redattore : Gianfranco Pinto Ostuni
Internet: http://www.ofm.org/fraternitas. Email: [email protected]

Documents pareils