Sujet: Web-Art, acquisitions et collections

Transcription

Sujet: Web-Art, acquisitions et collections
Université de GRENOBLE II
Pierre Mendès France
Mémoire de DEA
Hi
s
t
oi
r
edel
’
Ar
te
tHi
s
t
oi
r
ede
sRe
l
a
t
i
onse
tI
nt
e
r
a
c
t
i
ons
Culturelles Internationales
Sujet: Web-Art, acquisitions et collections
Textes, Bibliographie
Déposé en juin 2004
A Grenoble par:
Jean-David BOUSSEMAER
Directeur de recherches
M. Thierry DUFRENE
Volume 1/2
WEB-ART:
ACQUISITIONS ET COLLECTIONS
1
REMERCIEMENTS
2
En préambule, je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur Thierry Dufrêne
quiaa
c
c
e
pt
éd’
ê
t
r
emondi
r
e
c
t
e
urder
e
c
he
r
c
he
s
.
Me
sr
e
me
r
c
i
e
me
nt
svonté
ga
l
e
me
ntàt
out
e
sl
e
spe
r
s
onne
squionta
c
c
e
pt
édem’
a
i
de
r
dans le cadre de cette étude:
• Mme Claude ALLEMAND-COSNEAU –Conservateur en chef et Directrice du Fonds
National d'Art Contemporain (Paris)
• Mme Frédérique BAUMGARTNER – Service des Nouveaux Médias au Centre
Pompidou (Paris)
• Mme Damaris BENTZ – Documentaliste au FRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur
(Marseille)
• Mme Marielle BONNAND, Responsable des Arts Plastiques au Fonds National d'Art
Contemporain (Paris)
• M. Frédéric BUISSON –Assistant de direction au FRAC Bourgogne (Dijon)
• M. Heath BUNTING –Artiste (Bristol)
• M Claude CLOSKY –Artiste et créateur de sites (Paris)
• Mme Daphne DRAGONA –Coordinatrice du FOURNOS et du festival [email protected]
Festival (Athènes)
• M. Laurent GARDIEN –Régisseur au FRAC Languedoc Roussillon (Montpellier)
• M. Emmanuel LATREILLE –Directeur du FRAC Languedoc Roussillon (Montpellier)
• Mme Inge LINDER-GAILLARD –Assistante expositions au Centre National d'Art
Contemporain (Grenoble)
• M. Graham McKENZIE –Directeur du Centre for Contemporary Arts (Glasgow)
• Mme Juliette MAGE –Responsable du Multimédia à la Fondation Cartier (Paris)
• M. Ivan MARINO –Artiste vidéaste, designer multimedia et enseignant au MECAD
• M. Óscar MUNOZ –Conservateur au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía
(Madrid)
• M. Roc PARES –Pr
of
e
s
s
e
uràl
’
I
ns
t
i
t
utUni
ve
r
s
i
t
a
r
idel
'
Audi
ovi
s
ua
ldel
’
Uni
ve
r
s
i
t
é
Pompeu Fabra (Barcelone)
• Mme Christiane PAUL – Cons
e
r
va
t
r
i
c
e du Dé
pa
r
t
e
me
nt‘
Nouve
a
ux Mé
di
a
s
’a
u
Whitney Museum (New York)
• M. Doris PEINBAUER - Assistant au Marketing et aux Relations Publiques au Ars
Electronica Center (Linz)
• Mme Nathalie PIERRON-BONNIKE –Assistante Scientifique au FRAC Nord Pas de
Calais (Dunkerque)
• Mme Evelyne POMEY –Documentation des œuvr
e
s au MNAM/Cci (Paris)
• M. Gérard PONSON –Bibliothèque du Musée des Beaux Arts (Grenoble)
3
• M. Jorge RIBALTA –Service Culturel et Relations Publiques au MACBA (Barcelone)
• M. Richard RINEHART –Di
r
e
c
t
e
urduDé
pa
r
t
e
me
nt‘
Di
g
i
t
a
lMe
di
a
’a
uBAMPFA
(Berkeley)
• Mme Anne-Laure RIBOULET –As
s
i
s
t
a
nt
ea
uSe
r
vi
c
e‘
Communi
c
a
t
i
one
tMé
c
é
na
t
’d
u
FRAC Ile-de-France (Paris)
• M. Didier SCHULMANN –Conservateur de la Bibliothèque Kandinsky au Musée
National d'Art Moderne (Paris)
• Mme Christine SEMENCE –Assistante du Président au Centre National d'Art et de
Culture Georges Pompidou (Paris)
• Mme Cheryl SIM –Coordinatrice à la programmation du Centre Oboro (Montréal)
• M. Igor SPANJOL –Conservateur du Média Art de la Moderna Galerija (Ljubljana)
• Mme Melanie TOWNSEND –Conservatrice à la Walter Phillips Gallery du Banff
Centre (Banff, Alberta)
• Mme Sara TUCKER –Di
r
e
c
t
r
i
c
eduDé
pa
r
t
e
me
nt‘
Di
g
i
t
a
lMe
di
a
’a
uDi
aCe
nt
e
rf
ort
he
Arts (New York)
Enfin, je tiens à signaler que le soutien constant de Géraldine Selin, de mes
a
mi
se
tdeme
spr
oc
he
sm’
aé
t
ée
xt
r
ê
me
me
ntpr
é
c
i
e
ux.Uni
mme
ns
eme
r
c
iàGi
l
l
e
sBa
l
me
te
t
à Benoît Broisat.
4
INTRODUCTION
ET
METHODOLOGIE
5
INTRODUCTION
Depuis quatre décennies, les sociétés post-modernes ont considérablement
développé les nouvelles technologies médiatiques, ont progressivement su nous amener à les
utiliser et ont ainsi bâti une véritable technosphère communicationnelle.
Les sciences humaines –not
a
mme
ntl
’
hi
s
t
oi
r
ee
tl
as
oc
i
ol
og
i
edel
’
a
r
t–nous
mont
r
e
ntqu
el
’
é
vol
ut
i
onde
smode
sdepe
ns
é
e
ss
’
opè
r
epa
r
a
l
l
è
l
e
me
nta
udé
ve
l
oppe
me
ntd
e
s
outils et des médiums (photog
r
a
phi
e
,c
i
né
ma
,vi
dé
o.
.
.
)
.Da
nsunet
e
l
l
es
i
t
ua
t
i
on,i
ln’
e
s
tp
a
s
é
t
onna
ntquel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
na
i
té
t
é(
e
ts
oi
te
nc
or
e
)boul
e
ve
r
s
épa
rl
’
a
vè
ne
me
ntd’
I
nt
e
r
ne
t
.
Dès 1993, quelques artistes technophiles se tournèrent tout naturellement vers le Web, un
champ médiatique et artistique encore vierge. Grâce à de continuels nouveaux possibles
(
l
og
i
c
i
e
l
se
tma
t
é
r
i
e
l
s
)a
i
ns
iqu’
àuni
nc
r
oy
a
bl
ee
s
pr
i
tdec
onquê
t
e
,de
scyber-créateurs
continuent d'y expérimenter de nouvelles formes artistiques, rassemblées sous le vocable de
"Web-art" 1.
L’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que
,qu
is
’
é
t
a
i
tpr
i
nc
i
pa
l
e
me
ntdé
ve
l
oppéhor
sde
sc
i
r
c
ui
t
s
of
f
i
c
i
e
l
s(
e
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
ntàc
a
us
ed’
unea
bs
e
nc
edes
out
i
e
n)
,r
é
us
s
i
tg
r
â
c
ea
uWe
b-Art à sortir
de la quasi-clandestinité 2. Depuis dix ans, de nombreuses institutions –aussi bien classiques
que spécialisées – s
er
e
pos
i
t
i
onne
nte
té
l
a
bor
e
ntde
spr
ogr
a
mme
sd’
a
c
qui
s
i
t
i
on e
tde
conservation pour le Web-Art.
1
LeWe
be
s
tu
npr
ot
oc
ol
ed’
I
n
t
e
r
n
e
tqu
if
u
ti
n
v
e
n
t
ée
tdé
v
e
l
oppée
n19
89pa
rl
’
Ang
l
a
i
sTi
m Be
r
n
e
r
s
-Lee pour
faciliter le travail de documentation des chercheurs du Centre Européen de Recherches Nucléaires (Genève,
Su
i
s
s
e
)
.Et
onn
e
me
n
tàs
e
sdé
bu
t
s
,l
eWe
bn
’
i
n
t
é
r
e
s
s
ag
u
è
r
el
e
si
n
du
s
t
r
i
e
l
se
tl
e
ss
c
i
e
nt
i
f
i
qu
e
squ
ipr
é
f
é
r
a
i
e
n
t
mi
s
e
rs
u
rd’
a
ut
r
e
sr
é
s
e
a
u
x
,pa
rc
on
t
r
e
, il attira - dès octobre 1993 - les premiers particuliers. Ce mini-succès
pe
u
tf
a
c
i
l
e
me
n
ts
’
e
x
pl
i
qu
e
rpa
rl
ami
s
eàdi
s
pos
i
t
i
on–sur le réseau –de browsers et de logiciels permettant de
créer des sites (en 1994, le premier browser graphique –Mosaic –fut mis au point et les images purent être
largement diffusées sur le Web). Quelques artistes surent exploiter ces outils et furent dans les premiers à
investir ce nouvel espace. Fin 1993-début 1994, on comptait - parmi les deux cents websites pionniers - les
premiers espaces artistiques: King cross Phone-in and here, The File room, Waxweb. En moins de deux ans, le
Web se développa internationalement. Une nouvelle culture et une multitude de nouvelles pratiques artistiques
furent inventées. En 1995, on inventa le vocable de "Web-art" pour regrouper toutes les pratiques artistiques
utilisant le Web comme matière première. Le Web-art est produit, hébergé et exclusivement diffusé sur ce
support.
2
Entre les années soixante et quatre-vingt-di
x
,l
’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
qu
en’
é
t
a
i
tgu
è
r
ea
n
a
l
y
s
éet admiré. Pour plus
d’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
e
sr
a
i
s
on
sdu s
u
r
s
a
u
td’
i
n
t
é
r
ê
t
,cf. l
’
i
n
t
r
odu
c
t
i
on deL’
ar
tnumé
r
i
que–comment la
t
e
c
hnol
ogi
ev
i
e
ntaumondedel
’
ar
td’
Edmon
dCou
c
h
ote
tNor
be
r
tHi
l
l
a
i
r
e
,
Pa
r
i
s
,Fl
a
mma
r
i
on
,2003
.
6
Dans le cadre de cette année de DEA, nous avons choisi de nous concentrer
sur ces acquisitions et sur la mise en place de collections de web-art en Amérique du Nord et
en Europe.
Assistons-nous actuellement à un collectionnisme de Web-Art ? Qui a
t
e
nda
nc
eàdé
f
e
ndr
ec
e
sœuvr
e
s(
l
e
sp
o
uvoi
r
sé
t
a
t
i
que
s
,l
e
sf
onda
t
i
onspr
i
v
é
e
s
…)? Comment
sont-elles appréhendées dans les lieux institutionnels ? Nous allons également tenter de
r
é
pondr
eàdi
ve
r
s
e
sa
ut
r
e
sque
s
t
i
onsc
onc
e
r
na
ntl
es
t
a
t
utde
sœuvr
e
se
tde
sa
r
t
i
s
t
e
s
.Aque
l
l
e
s
f
or
me
sdet
r
a
ns
a
c
t
i
onsé
c
onomi
que
sc
e
sœuvr
e
sont
-elles donné naissance ? Qui choisit les
œuvres et que demande-t-on aux artistes de produire ? Quels sont les artistes appréciés par
l
e
si
ns
t
i
t
ut
i
ons?Qu’
e
ne
s
t
-il du copyright ? Faut-il instaurer un droit spécifique pour les
transactions de Web-Art ? A-t-on réfléchi à la bonne conservation de ces œuvr
e
s?
Lar
e
c
he
r
c
hedeDEA n’
a
y
a
ntpa
spourvoc
a
t
i
on d’
a
bout
i
ràune‘
é
t
ude
finali
s
é
e
’
,nousa
vonspr
é
f
é
r
éé
t
udi
er isolément des cas bien ciblés par aires géographiques.
Dans un premier temps, nous traiterons du Net-Art en Amérique du Nord. Nous analyserons
d’
a
bor
ds
a situation au sein de deux grandes zones –la Côté Est (un pôle catalyseur ?) et la
Californie –puis nous essayerons de comprendre la condition de la Web-création dans deux
centres isolés (le Walker Art Center de Minneapolis, le Laboratoire Oboro de Montréal).
Dans un second temps, nous examinerons lapl
a
c
equ’
oc
c
upel
eNe
t
-art dans les institutions
européennes ; en Espagne, puis en France et enfin en Grande-Bretagne où deux pôles se
distinguent: Londres et l
’
Ec
os
s
e
.
7
METHODOLOGIE
En l
’
a
bs
e
nc
e d’
ouvr
a
ge
ss
url
at
hé
ma
t
i
que a
bor
dé
e
,j
’
a
idu c
ompul
s
e
r
diverses sources écrites (le plus souvent disponibles via le Web): presse spécialisée et
générale3, bases de données en ligne4, communiqués et dossiers de presse, sites de
communautés5, forums, groupes et listes de discussions6,r
a
ppor
t
st
e
c
hni
que
soud’
a
c
t
i
vi
t
é
s
é
c
onomi
que
s
.
.
.
.Tr
è
svi
t
e
,j
’
a
ic
ons
t
a
t
équel
e
ss
our
c
e
sé
t
a
i
e
ntnombr
e
us
e
se
tquel
e
sque
l
que
s
r
e
ns
e
i
g
ne
me
nt
sut
i
l
e
sé
t
a
i
e
nt‘
noy
é
s
’de
da
ns
.J
’
a
ia
us
s
ir
e
ma
r
quéqu’
é
t
udi
e
rl
e
scollections
américaines était beaucoup plus aisé que de faire des recherches sur les collections
e
ur
opé
e
nne
s(
c
e
l
as
’
e
xpl
i
quepa
rl
aqu
a
l
i
t
éde
ss
e
r
vi
c
e
sdec
ommuni
c
a
t
i
one
tdec
ons
e
r
va
t
i
on
des institutions outre-a
t
l
a
nt
i
que
)
.Ame
sdé
pe
nds
,j
’
a
ié
g
a
l
e
me
ntcompris que certains centres
n’
a
va
i
e
ntj
a
ma
i
sr
i
e
npubl
i
éd’
i
nt
é
r
e
s
s
a
nts
url
e
ur
sc
ol
l
e
c
t
i
onsdeWe
b-Art et que personne ne
s
’
e
né
t
a
i
tj
a
ma
i
ss
ouc
i
é(
MECADàBa
r
c
e
l
one
,MOCAdeLosAng
e
l
e
s
,Ce
nt
r
ePompi
dou)
.
Ledoc
ume
ntquim’
aé
t
él
epl
usut
i
l
epoura
border la conservation du WebAr
te
s
tl
’
e
xc
e
l
l
e
nt
eé
t
udeé
c
r
i
t
epa
rMmeSus
a
nMor
r
i
s
: Museum & New Media Art (octobre
2001, rapport de recherches commissionné par la Fondation Rockfeller, 36 pages7). Dans
celui-ci, nous pouvons trouver des informations concises et précieuses pour comprendre les
pol
i
t
i
que
sd’
a
c
qui
s
i
t
i
onsde
smus
é
e
sa
mé
r
i
c
a
i
ns(
nomsde
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
s
,or
i
e
nt
a
t
i
onde
s
c
ol
l
e
c
t
i
ons
…)
.Nota: s
a
nsdout
epourde
sr
a
i
s
onsd’«ancienneté », la situation européenne
n’
e
s
tg
uè
r
ea
bor
dé
e(
s
e
ul
e
sque
l
que
sinformations sommaires sont mentionnées sur les
acquisitions de la Tate Gallery).
Sui
t
eàme
sl
e
c
t
ur
e
s
,j
’
a
is
ouha
i
t
é–pour combler mes lacunes - correspondre
par email avec de nombreux chercheurs et responsables institutionnels compétents
(responsables de départements de new media arts, conservateurs et administrateurs). Plus
3
Parmi les revues les plus utiles, nous pouvons citer: Telepolis (Hanovre), Wired (San Francisco), Leonardo
(Cambridge) et le New York Times.
4
La base de données la plus intéressante est celle du centre de recherche et de documentation de la Fondation
Daniel Langlois (Montréal): CR+D (http://www.fondation-langlois.org/).
5
La communauté la plus importante et la plus remarquable est Rhizome (
Ne
w Yor
k
)
.D’
a
u
t
r
e
sc
ommuna
u
t
é
s
peuvent - selon les sujets - être utiles à la recherche sur le Web-Art: Netzspannung (Allemagne), Channel
(
Au
t
r
i
c
h
e
)
…
6
Parmi les listes de discussions les plus intéressantes, nous pouvons citer: Nettime (différentes listes dont une
francophone), New-media-curating (New York), <Ambit> (Glasgow).
7
Cf. http://www.rockfound.org/Documents/528/Museums_and_New_Media_Art.pdf
8
récemment (mars-a
vr
i
l2004)
,j
’
a
ie
nt
r
e
pr
i
sl
a mê
me dé
ma
r
c
he a
ve
c que
l
que
sa
r
t
i
s
t
e
s
reconnus ayant reçu des commissions pour des web-créations.
Pourde
sr
a
i
s
onsdet
e
mps
,j
’
a
ic
oncentré mes efforts sur les musées européens
et américains. Da
nsl
ec
a
dr
edef
ut
ur
e
sr
e
c
he
r
c
he
s
,i
ls
e
r
a
i
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntd’
a
na
l
y
s
e
rl
as
i
t
ua
t
i
on
en Asie, Océanie et Amérique du Sud. L’
Af
r
i
ques
e
mbl
et
ot
a
l
e
me
ntma
r
g
i
na
l
i
s
é
e
: à la fin du
vingtième siècle seuls six pays –d
o
ntl
’
Egy
pt
e
,l
eMa
r
oc
,l
eKe
ny
ae
tl
eZi
mba
bwe–
comptaient plus de dix mille internautes8.
Las
e
c
t
i
on‘
f
e
s
t
i
v
a
l
se
te
xpos
i
t
i
ons
’
Aumoi
sdedé
c
e
mbr
e2
003,j
’
a
ir
e
s
s
e
r
r
émons
uj
e
tder
e
c
he
r
c
he
suni
que
me
nt
autour des acquisitions institutionnelles et de la mise en place de collections. Dans le cadre
dec
emé
moi
r
e
,j
’
a
it
ot
a
l
e
me
nta
ba
ndonnél
’
a
c
t
i
vi
t
édel
amons
t
r
a
t
i
on.J
’
a
iné
a
nmoi
ns
souhaité afficher une partie de mes résultats (cf. l
al
i
s
t
edef
e
s
t
i
va
l
se
td’
e
xpos
i
t
i
o
ns
temporaires visibl
eda
nsl
ar
ubr
i
que‘
Expos
i
t
i
ons
’
)
.
Pour obtenir une nomenclature assez étoffée, je me suis servi, dans un
pr
e
mi
e
rt
e
mps
,del
ape
t
i
t
el
i
s
t
epr
opos
é
epa
rl
eWhi
t
ne
yMus
e
um da
nss
onpor
t
a
i
l‘
Ar
t
por
t
’
(dans celui-ci, ont été répertoriés dix-neuf festivals et quarante-deux expositions
temporaires9)
.Pa
rl
as
ui
t
e
,j
’
a
ic
he
r
c
h
éd’
a
ut
r
e
sl
i
s
t
e
sdel
i
e
ns
.J
’
a
ic
ons
t
a
t
équec
e
l
l
e
s
-ci
é
t
a
i
e
nta
s
s
e
znombr
e
us
e
sma
i
sn’
é
t
a
i
e
ntquet
r
è
sr
a
r
e
me
ntr
é
a
l
i
s
é
e
sdema
ni
è
r
es
c
i
e
nt
i
f
i
que
(nota:j
’
a
id
ûvé
r
i
f
i
e
rl
apr
é
s
e
nc
ede web-créations pour chaque exposition). Enfin, pour
c
ompl
é
t
e
rc
er
é
pe
r
t
oi
r
e
,j
’
a
ic
ons
ul
t
él
e
ss
i
t
e
s pe
r
s
onne
l
s de que
l
que
s we
b-artistes
internationalement reconnus (nota:l
ama
j
or
i
t
éd’
e
nt
r
ee
uxypl
a
c
e
ntl
e
ur‘
curriculum vitae
ar
t
i
s
t
i
que
’- dans ceux-ci, ils y indiquent leurs participations aux manifestations artistiques).
Pourl
’
i
ns
t
a
nt
,c
e
t
t
el
i
s
t
ee
s
tt
r
è
sl
oi
nd’
ê
t
r
ee
xha
us
t
i
ve(
e
l
l
ee
s
tpl
ut
ôtà
considérer comme un échantillon assez bien représentatif des manifestations passées). Dans
le cadre de futures recherches, je souhaiterai réaliser une base de données recensant la
majorité des festivals et expositions lors desquels furent présentées des web-créations.
8
Cf. BONY (Anne), Les années 90, Paris, Editions du regard, 2000, p.212.
Liste des festivals visible au: http://artport.whitney.org/resources/festivals.shtml
Pour les expositions: http://artport.whitney.org/resources/netartexhibitions.shtml
9
9
Las
e
c
t
i
on‘
c
ol
l
e
c
t
i
ons
’
A ma connaissance, aucune typologie géographique de la Web-création
(
mê
mei
nc
ompl
è
t
e
)n’
a
va
i
té
t
ér
é
di
gé
ea
va
ntc
e
t
t
ea
na
l
y
s
e
.Af
i
nd’
obt
e
ni
runel
i
s
t
eàl
af
oi
s
e
xha
us
t
i
vee
tbi
e
ndé
l
i
mi
t
é
e
,j
en’
a
ié
numé
r
équel
e
sœuvr
e
si
nt
é
g
r
é
e
sàde
sc
ol
l
e
c
t
i
onsde
musées non virtuels (les deux seules exceptions sont les commissions lancées par les deux
plateformes new-y
or
ka
i
s
e
s
)
.Le
sc
e
nt
a
i
ne
sd’
œuvr
e
spl
a
c
é
e
sda
nsl
as
e
c
t
i
onArtbase de
Rhi
z
ome n’
ont pa
s é
t
é l
i
s
t
é
e
s (
l
a nome
nc
l
a
t
ur
e e
s
t di
s
poni
bl
e a
u:
http://rhizome.org/fresh/artists_A-Z.rhiz).
Conc
r
è
t
e
me
nt
,j
’
a
il
i
s
t
ét
out
e
sl
es web-créations de chaque musée10, puis je les
a
ic
l
a
s
s
é
e
spa
ror
dr
ec
hr
onol
og
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on.Cet
r
a
va
i
lpe
r
me
tdef
a
c
i
l
e
me
ntdi
s
c
e
r
ne
r
les dates de début et de fin des acquisitions. Nota: pourr
e
c
he
r
c
he
rt
ousl
e
st
r
a
va
uxd’
un
artiste, il est recommandé de faire une requête via le moteur de recherches interne.
10
Ce travail de listage fut souvent facile à réaliser. Pour certains centres
,j
’
a
idum’
a
dr
e
s
s
e
rdi
r
e
c
t
e
me
n
tà des
conservateurs. Pour trouver une partie des web-créations localisées en France (notamment celles des FRAC),
j
’
a
ie
x
pl
oi
t
éle système Videomuseum.
10
Première Partie
LA SITUATION EN AMERIQUE DU NORD
11
CHAPITRE 1 –LA SITUATION EN AMERIQUE DU NORD
Introduction
1 –Quelques rappels historiques
Depuis les années cinquante, les Américains –et les Canadiens dans une bien
moindre mesure –ont toujours montré un fort intérêt pour les mouvements artistiques liés à
la science et à la technologie. En 1950, le mathématicien américain Ben L. Laposky fut le
premi
e
ràs
’
i
nt
é
r
e
s
s
e
ràl
’
or
di
na
t
e
urc
omme out
i
la
r
t
i
s
t
i
que(
cf. sa série des Electron
Abstractions11).
Dans les années soixante, le computer art commença à être intégré au marché
del
’
a
r
ta
mé
r
icain. En 1963, le périodique Computers and Automation annonça la première
c
ompé
t
i
t
i
ond’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que
.Le
spa
r
t
i
c
i
pa
nt
sf
ur
e
ntuni
que
me
nté
va
l
ué
ss
urde
sc
r
i
t
è
r
e
s
esthétiques (et non pas du point de vue du design12). Assez rapidement, le computer-art
de
vi
ntl
’
obj
e
tdec
onvoi
t
i
s
edeque
l
que
sg
r
a
ndsc
ol
l
e
c
t
i
onne
ur
sa
méricains: M. David W.
Bermant13… I
lf
ute
xpos
é da
nsl
e
sg
a
l
e
r
i
e
s(
e
x.l
e
se
xpos
i
t
i
ons‘
Co
mput
e
r
-generated
Pi
c
t
ur
e
s
’d
u5a
u19f
é
vr
i
e
r1965àl
aHowa
r
dWi
s
eGa
l
l
e
r
y
)a
i
ns
iqueda
nsl
e
spl
usg
r
a
nds
centres artistiques (ex. ‘
TheMa
c
hi
nea
sSe
e
na
tt
heEndofMe
c
ha
ni
c
a
lAge
’a
uMoMA e
n
1968). A la même époque, une critique spécialisée commença à poindre ; les premières
r
é
f
l
e
xi
onss
url
’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
quef
ur
e
ntdé
ve
l
oppé
e
sda
nsl
ac
é
l
è
br
er
e
vueLeonardo (créée
par Franck Molina en 1967 et entièrement dédiée aux arts technologiques).
I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntdes
oul
i
g
ne
rque « l
’
a
bs
e
nc
er
é
e
l
l
ea
ux Et
a
t
s
-Unis de
politique culturelle publique a laissé aux fondations privées, et surtout aux universités (dont
notamment le MIT), une certaine initiative dans le secteur de la r
e
c
he
r
c
he
.L’
or
g
a
ni
s
a
t
i
on
11
Pour en savoir plus sur Ben L. Laposky (1914-2000), cf. LEAVITT (Ruth), Artist and Computer, Easton,
Harmony Press, 1976.
12
Le
sde
uxpr
e
mi
e
r
spr
i
xf
u
r
e
n
ta
t
t
r
i
bu
é
sàde
si
ng
é
ni
e
u
r
sde
sl
a
bor
a
t
oi
r
e
sder
e
c
h
e
r
c
h
e
sdel
’
U.S. Army
Ballistic Missile.
13
David W. Bermant (1919 - 2000): entrepreneur new-yorkais (spécialisé dans les galeries marchandes et les
pl
a
c
e
spu
bl
i
qu
e
s
)qu
imon
t
ae
n
t
r
e1965e
t19
94u
n
ede
spl
u
si
n
t
é
r
e
s
s
a
n
t
e
sc
ol
l
e
c
t
i
onsd’
a
r
tt
e
c
hn
ol
og
i
qu
e
(cinétique, électronique, vidéo et informatique). Nous pouvons y découvrir des pièces de célèbres pionniers
(Jean Tinguely,Ma
r
c
e
lDu
c
h
a
mp,Na
mJ
un
ePa
i
k
…)a
i
ns
iqu
edebe
a
u
c
ou
pd’
a
r
t
i
s
t
e
smoi
n
sc
onnu
s(
cf. galerie
virtuelle au: http://vv.arts.ucla.edu/projects/98-99/bermant_all/bermant/). Depuis 1996,l
a‘
Da
v
i
d Be
r
ma
n
t
Foundation: Col
or
,Li
gh
te
tMot
i
on
’g
è
r
ec
e
te
n
s
e
mbl
e
.
12
EAT (Experiments in Art and Technology) a joué, par exemple, un rôle important dans le
r
a
ppr
oc
he
me
nt
sdel
’
a
r
te
tdel
as
c
i
e
nc
e
.El
l
ea
va
i
tpourobj
e
c
t
i
fdef
our
ni
ra
uxa
r
t
i
s
t
e
sl
e
matériel technologique dont ils avaient besoin sans juger de la qualité artistique des projets ;
c
e
t
t
ea
ppr
é
c
i
a
t
i
onr
e
l
e
va
i
td’
unpr
og
r
a
mme‘
a
r
te
tt
e
c
hnol
og
i
e
’c
onç
upa
rl
eLosAnge
l
e
s
County Museum of Art14. »
Dès ses débuts, le Web-Art fut envisagé comme une poursuite logique du
computer-art (il ne f
utpa
spe
r
ç
uc
ommeuner
upt
ur
e
)e
tf
i
tl
’
obj
e
tdel
’
a
t
t
e
nt
i
ondupubl
i
ce
t
de
sc
r
i
t
i
que
se
tde
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
t
.
2 –Di
ve
r
s
e
spol
i
t
i
que
sd’
a
c
qui
s
i
t
i
ondeWe
b-Art
Entre 1997 et 1999, quelques institutions souhaitèrent obtenir et cristalliser
des collections de web-créations préexistantes: le SFMoMA reçut en 1997 Ada’
We
b, Atlas et
Funnel, le Walker Art Center acquit de nombreux sites (à partir de 1998) et le Dia passa une
alliance avec Stadium (
f
é
vr
i
e
r1999)
.De
pui
s 2000,c
e
t
t
e pol
i
t
i
que d’
a
c
qui
s
i
t
i
on e
s
t
totalement abandonnée.
Actuellement, tous les centres qui collectionnent du Web-art, encouragent la
Web-création par le biais de commissions spécifiques. Quelques uns font appel à des artistes
‘
t
r
a
di
t
i
onne
l
s
’e
tr
e
c
onnus(
l
eDi
aCe
nt
e
rf
ort
heAr
t
s
)
,d’
autres, a contrario, ne misent que
sur des artistes spécialisés dans les nouveaux médias (le Walker). La plupart des institutions
adoptent une position intermédiaire ; ainsi, par exemple, le SFMoMA et le Guggenheim
f
i
r
e
nta
ppe
l
sa
uxde
uxc
a
t
é
g
or
i
e
sd’
a
r
t
i
s
tes. Il est intéressant de remarquer que le MoMA
c
ha
ng
e
as
apol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on: j
us
qu’
e
n200
0,i
lpr
i
vi
l
é
g
i
al
e
sa
r
t
i
s
t
e
st
r
a
di
t
i
onne
l
s
,pui
s
dé
c
i
dadenepl
uss
’
a
dr
e
s
s
e
rqu’
àde
sa
r
t
i
s
t
e
sde
snouve
a
uxmé
di
a
s
.
Quelques acquisitions eurent lieu suite à des concours: le Smithsonian
American Museum obtint ses trois seules web-c
r
é
a
t
i
onsl
or
sdel
ac
ompé
t
i
t
i
ondu‘
Ne
w
Me
di
a
/
Ne
w Ce
nt
ur
yAwa
r
d’e
tl
eSFMOMA a
c
qui
tuns
i
t
es
ui
t
ea
u‘
SFMoMA We
bby
Awa
r
d2000’
.
14
COUCHOT (Edmond) et HILLAIRE (Norbert), L’
Ar
tnumé
r
i
que–comment la technologie vient au monde
del
’
ar
t
, Paris, Flammarion, p.173.
13
Seul le Solomon Guggenheim Museum intègre toutes ses web-créations dans
s
ac
ol
l
e
c
t
i
onpe
r
ma
ne
nt
e(
l
eWhi
t
ne
yn’
e
naqu’
unes
e
ul
e
)
.Tout
e
sl
e
sa
ut
r
e
si
ns
t
i
t
ut
i
o
ns
préfèrent conclure des contrats de diffusion –exclusifs ou non –avec les artistes. Nota: ce
t
y
ped’
a
c
c
or
dpe
r
me
tdemont
r
e
rdenombr
e
us
e
sœuvr
e
s à un moindre prix15.
3 - Les programmes de conservation: des recherches individuelles au
consortium « Archiving the Avant-garde »
J
us
qu’
e
n1998,c
ha
quei
ns
t
i
t
ut
i
ona
mé
r
i
c
a
i
neé
l
a
bor
as
onpr
opr
epr
ogr
a
mme
de conservation pour les médias instables. Chaque conservateur avait des points de vue assez
tranchés - ne correspondant pas forcément à ceux de ses collègues (cf. le Guggenheim, le
Wa
l
ke
r
…)
.
Depuis 1998, les Américains sont rentrés dans une deuxième phase de
recherches. Les responsables des institutions ont tendance à rassembler leurs compétences
pour former de véritables consortiums. Au sein de ces derniers, les directeurs tentent
d’
é
l
a
bor
e
rde
spr
ot
oc
ol
e
spourpr
é
s
e
r
ve
rl
e
ur
sœuvr
e
sinstables (celles relevant du Web-art
mais également de la perfor
ma
nc
e
,d
el
’
i
ns
t
a
l
l
a
t
i
ona
i
ns
iquedel
’
a
r
tc
onc
e
pt
ue
le
tdi
g
i
t
a
l
)
.
Pa
rc
ebi
a
i
s
,i
l
se
s
pè
r
e
nt«of
f
r
i
ràl
apr
é
s
e
nt
ee
tàl
af
ut
ur
eg
é
né
r
a
t
i
on l
’
oppor
t
uni
t
é
d’
a
ppr
e
ndr
ee
td’
ê
t
r
ei
ns
pi
r
é
spa
rl
e
sœuvr
e
s[
-c
e
l
aa
f
i
nd’
e
n]a
s
s
ur
e
rl
ape
r
pé
t
ua
t
i
on16 ».
Jusqu’
àpr
é
s
e
nt
,de
uxg
r
a
ndsc
ons
or
t
i
umsonté
t
émi
se
npl
a
c
e
:
□LeConc
e
pt
ua
l& I
nt
e
r
me
di
aAr
t
sOnl
i
ne(
CI
AO)
: un organisme, fondé par
le BAM/PFA, le Walker Art Center et le Franklin Furnace, qui travaille en collaboration avec
douze autres institutions internationales (dix américaines, une anglaise et une brésilienne17).
Son ambition est de développer des méthodes standardisées pour offrir une documentation et
permettre un accès facile aux formes artistiques conceptuelles et éphémères. Il fut pensé
15
Ce
t
t
edé
ma
r
c
h
en
’
e
s
tpa
spr
opr
ea
uWe
b-Art. Le MoMA passe ce type de contrat pour de nombreuses formes
artistiques.
16
Archiving the Avant-Garde: Documenting and Preserving Variable Media Art, étude publiée sur le site du
Berkeley Art Museum & Pacific Film Archive, sd.
Cf. http://www.bampfa.berkeley.edu/about_bampfa/avant_garde.html
17
Les membres du CIAO sont: l’
An
t
h
ol
ogyFi
l
m Ar
c
h
i
v
e
s
,l
aBl
oc
kGa
l
l
e
r
y
,l
aNor
t
hwe
s
t
e
r
nUn
i
v
e
r
s
i
t
y
,
l
’
El
e
c
t
r
on
i
cCa
f
éI
n
t
e
r
n
a
t
i
on
a
l
,l
eGe
t
t
y Research Institute, le Hood Museum, le Dartmouth College, le Museu
de Arte Contemporanea da USP (Sao Paulo), la National Gallery of Canada, la School of the Art Institute of
Ch
i
c
a
g
o,l
aTa
t
eGa
l
l
e
r
ydeLon
dr
e
se
tl
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
yofI
owaAl
t
e
r
n
a
t
i
v
eTr
a
di
t
i
ons in the Contemporary Arts.
14
comme un équivalent aux catalogues et aux expositions créés pour la promot
i
onde
s‘
a
r
t
s
t
r
a
di
t
i
onne
l
s
’
.
□ L’
Ar
c
hi
vi
ng t
he Ava
nt
-garde: un consortium exclusivement américain
regroupant: le BAM/PFA, le Salomon R. Guggenheim Museum, Rhizome.org, le Franklin
Furnace Archive et le Cleveland Performance Art Festival and Archive. Ses objectifs sont:
•l
edé
ve
l
op
pe
me
ntd’
unes
t
r
a
t
é
g
i
eg
l
o
b
a
l
ea
f
i
ndedoc
ume
nt
e
re
tc
ons
e
r
ve
rl
e
sœuvr
e
s
.
•l
ac
onc
e
pt
i
ondes
c
hé
ma
spourl
apr
é
s
e
r
va
t
i
onde
sme
t
a
da
t
a
s
.
•l
ami
s
ea
upoi
ntdepr
oc
e
s
s
usd’«é
mul
a
t
i
on»
.
•l
ami
s
eàd
i
s
pos
i
t
i
ond
’
i
nf
or
ma
t
i
on
sc
onc
e
r
na
ntl
e
spr
oc
é
dé
se
mpl
oyés (à destination des
professionnels mais aussi du public) - cela avec la plus grande précision muséologique,
technique et artistique possible. Ces informations sont notamment répertoriées dans le
document destiné aux artistes, collectionneurs et musées: ‘
A Gui
det
oGoodPr
a
c
t
i
c
e
si
n
Documenting and Preserving Works of variables Media Art18’
.
•l
ami
s
eàd
i
s
pos
i
t
i
onde
sr
é
s
ul
t
a
t
sobt
e
nus(
pa
re
xe
mpl
e
,l
or
sdus
y
mpos
i
um «Pr
e
s
e
r
vi
ng
the Immaterial » au Guggenheim en 2001, ou lors des conférences –ouvertes au public –
données à Cleveland, à Berkeley et à New York).
Une des initiatives les plus remarquables du programme « Archiving the
Avant-g
a
r
de»f
utl
ami
s
ee
npl
a
c
ed’
unout
i
lc
ommun: le « Variable Media Questionnaire ».
I
ls
’
a
g
i
td’
unef
i
c
hede
s
t
i
né
eà recevoir toutes les informations nécessaires à la bonne
c
ons
e
r
va
t
i
onde
se
xpé
r
i
e
nc
e
sr
e
l
e
va
n
tde
smé
di
a
si
ns
t
a
bl
e
s
.Da
nsl
e
sf
a
i
t
s
,dè
squ’
unet
e
l
l
e
œuvr
eest acquise, celle-c
if
a
i
tl
’
obj
e
td’
unenot
i
c
e(
c
onj
oi
nt
e
me
ntr
é
di
gé
epa
rl
’
a
r
t
i
s
t
ee
t
l
’
a
c
he
t
e
ur
)da
nsl
a
que
l
l
es
ontl
i
s
t
é
e
st
out
e
sl
e
si
nf
or
ma
t
i
onsut
i
l
e
sa
upr
opr
i
é
t
a
i
r
e(
s
’
i
lal
e
dr
oi
te
tl
ebe
s
oi
nde‘
r
e
-c
r
é
e
r
’l
’
œuvr
e- not
a
mme
nte
nc
a
sd’
obs
ol
e
s
c
e
nc
e
)
.Pouré
vi
t
e
rt
out
dilemme, il fut convenu de sélectionner et de respecter un vocabulaire standardisé. Il est
i
nt
é
r
e
s
s
a
ntder
e
ma
r
que
rquec
ede
r
ni
e
rf
utc
hoi
s
ia
f
i
nd’
ê
t
r
ec
ompa
t
i
bl
ea
ve
cl
e
spr
i
nc
i
pa
l
e
s
normes utilisées pour les œuvr
e
s traditionnelles: l
e‘
Dubl
i
nCor
e
’(
ut
i
l
i
s
épourl
’
a
r
c
hi
va
g
ee
n
bi
bl
i
ot
hè
que
)
,l
’‘
Enc
ode
dAr
c
hi
va
lDe
s
c
r
i
pt
i
on’(
ut
i
l
i
s
épourl
e
sa
r
c
hi
ve
s
)
,l
e‘
Ca
t
e
g
or
i
e
sf
or
De
s
c
r
i
pt
i
onofWor
ksofAr
t
’(
nor
meduGe
t
t
y
)
,e
tl
e‘
Me
t
a
da
t
aEnc
odi
nga
ndTr
a
ns
mi
s
s
i
on
19
St
a
nda
r
d’(
ut
i
l
i
s
épa
rl
aBi
bl
i
ot
hè
queduCongr
è
s
)
.
18
19
Document édité sur papier et téléchargeable en ligne au: http://www.nyu.edu/its/humanities//ninchguide/
Cf. comparaison entre les différents standards utilisés pour la conservation des documents in Annexes, p.56.
15
4 –Actuellement: une phase de difficultés ?
En 2002, plusieurs centres nord-américains arrêtèrent – plus ou moins
discrètement –l
e
urpol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on deWe
b-art: le Guggenheim, le Whitney, le
SFMoMAe
tl
eCe
nt
r
eObor
o.Enma
i2003,c
ef
uta
ut
ourdel
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onpha
r
e–le Walker
Art Center –d’
a
nnonc
e
rl
esacrifice de son Département des Nouveaux Médias.
Dans le cas du Laboratoire Oboro, les responsables souhaitèrent continuer
leurs expérimentations vers de nouvelles pratiques artistiques (la télévision online). Dans
d’
a
ut
r
e
sl
i
e
ux,i
le
s
tpa
rc
ont
r
et
r
è
sdifficile de savoir si les abandons résultent de choix
économiques ou idéologiques. La cessation des activités au Walker a déclenché une véritable
crise et a provoqué de nombreuses interrogations.
Heureusement, quelques institutions continuent leur politique en faveur du
Web-Art: le Dia Center for the Arts, les deux grandes plateformes new-yorkaises online
(Rhizome et Turbulence) et le Museum of Contemporary Arts de Los Angeles. Le MoMA,
quant à lui actuellement en travaux, espère reprendre sa politique d’
a
c
qui
s
i
t
i
onàpa
r
t
i
rde
2005.
16
A –New York: pôle catalyseur du Web-art ?
1 –Les atouts de New York pour le développement du Web-Art
De
pui
s1946,nousa
s
s
i
s
t
onsàl
’
e
s
s
or- aussi bien économique que créatif - de
la mégalopole new-yorkaise. Tirant parti de ses multiples atouts (une économie florissante, de
nombreux artistes aux parcours divers, un public hétérogène, ainsi que de performants
instituts de formation, de tutelle, de promotion et de distribution), New York réussit assez
logiquement, dans les années quatre-vingt-di
x,às
’
i
mpos
e
rc
ommeunde
spr
i
nc
i
pa
uxf
oy
e
r
s
de la Web-création.
a –Que
l
que
sr
a
ppe
l
shi
s
t
or
i
que
ss
url
’
a
vè
ne
me
ntdel
’
a
r
tt
e
c
hnol
og
i
que
Dè
sl
emi
l
i
e
ude
sa
nn
é
e
ss
oi
xa
nt
e
,l
epubl
i
cn
e
wy
or
ka
i
se
utl
’
oc
c
a
s
i
onde
découvr
i
r de
s œuvr
e
st
e
c
hnol
og
i
que
sà t
r
a
ve
r
s de gr
a
nde
se
xpos
i
t
i
ons (
t
r
è
ss
ouve
nt
commentées par la presse généraliste).
En 1965, la galerie new-yorkaise Howard Wise montra pour la première fois
aux Etats-Uni
sdel
’
a
r
tdi
g
i
t
a
l(
s
e
ul
sd
e
st
r
a
va
uxgr
a
phi
que
sde scientifiques furent présentés:
par exemple, Guassian Quadrtic de Michael Noll). Immédiatement, la presse couvrit
l
’
é
vé
ne
me
nt
: le magazine Time s
’
e
nt
hous
i
a
s
madel
’« attrait esthétique20 » des œuvr
e
s, tandis
que le New York Herald Tribune dénonça une forme artistique « froide et sans âme21 ».
L’
e
xpos
i
t
i
on‘
The Machine as Seen at the End of the Mechanical Age’(
1968)
organisée par le MoMA fut décisive. Pontus Hulten, directeur du Moderna Museet de
St
oc
khol
m,voul
utmont
r
e
rl
’
é
vol
ut
i
o
ndel
ape
r
c
e
pt
i
onde la machine chez les artistes (de
Francis Picabia, en passant par les machines metamatic de J
e
a
n Ti
ng
ue
l
y
,j
us
qu’
a
ux
e
xpé
r
i
me
nt
a
t
i
onsdel
’
E.
A.
T.
)
.L’
e
xp
o
s
i
t
i
onr
e
c
ue
i
l
l
i
tunf
r
a
ncs
uc
c
è
se
tpe
r
mi
ta
upubl
i
cde
c
ompr
e
ndr
equ’
i
lé
t
a
i
te
nt
r
a
i
ndevi
vr
eunc
ha
ng
e
me
ntd’
é
poque
:a
pr
è
sl
’
â
gedel
ama
c
hi
ne
,
unenouve
l
l
eè
r
edel
’
é
l
e
c
t
r
oni
quec
omme
nç
a
i
tàpoi
ndr
e
.Denombr
e
uxc
r
é
a
t
e
ur
ss
ouha
i
t
è
r
e
nt
alors exploiter les nouvelles possibilités.
20
21
Cf. X, « Computer-Generated Pictures », in Time, New York, 23 avril 1965.
Cf. X, « Computer-Generated Pictures », in The New York Herald Tribune, 10 avril 1965.
17
En1970,J
a
c
kBur
nh
a
m mi
te
npl
a
c
el
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Software, Information
Technology: Its New Meaning for Art’a
uJ
e
wi
s
hMus
e
umdeNe
wYor
k.Il voulut montrer au
public comment les artistes « utilisaient le médium de la technologie électronique dans des
voies non conventionnelles22. » I
lr
e
f
us
adepr
é
s
e
nt
e
rde
sœuvr
e
st
r
a
di
t
i
onne
lles et se
c
onc
e
nt
r
as
url
e
sœuvr
e
sé
l
e
c
t
r
oni
que
s
.
A partir des années soixante-dix, les expositions de computer-art se
succédèrent et des festivals commencèrent à se mettre en place.
b –Le Web-Art intégré dans les galeries
Très tôt (avant même la prise de conscience des musées), quelques
galeriéristes new yorkais –mus par la curiosité - t
e
nt
è
r
e
ntdepr
omouvoi
rl
’
a
r
tnumé
r
i
que
.
Dans une interview menée par Sara Tucker, Magda Sawon, fondatrice et directrice de la
Postmasters Gallery, déclara: « En mars 1996, nous avons organisé une exposition intitulée
'
Ca
nYouDi
g
i
t
’da
nsl
a
que
l
l
enousa
vonsmont
r
éde
sœuvr
e
snumé
r
i
que
sdepr
è
sde30
a
r
t
i
s
t
e
s
,c
ha
c
unes
urunor
di
na
t
e
urdi
f
f
é
r
e
nt
.[
…]Da
nsl
ef
ond,nouss
omme
st
ouj
o
u
r
s
curieux, toujours à la recherc
hedel
’
a
r
tquir
e
f
l
è
t
enot
r
eé
poquee
tnot
r
ec
ul
t
ur
e
,ques
es
oi
t
en peinture, sculpture, photographie, vidéo, etc. [
…]I
lnousas
e
mbl
équ’
unnouve
a
umé
di
um
pourunee
xpr
e
s
s
i
onc
r
é
a
t
i
veé
t
a
i
tné
,e
ndé
c
a
l
a
g
e
,s
il
’
onpe
utdi
r
e
.Nousvoul
i
onsl
’
e
xpl
or
e
r
,
le comprendre, trouver les artistes intéressants dans ce domaine et montrer leur travail avec
d’
a
ut
r
e
sf
or
me
sa
r
t
i
s
t
i
que
spl
usf
a
mi
l
i
è
r
e
s
:l
’
i
nt
é
g
r
e
re
tl
ec
ont
e
xt
ua
l
i
s
e
r
,l
’
i
ns
c
r
i
r
eda
nsl
e
c
our
a
ntpr
i
nc
i
pa
ldel
’
a
r
t
,l
es
or
t
i
rdes
ong
he
t
t
o23. »
D’
a
ut
r
es galeriéristes –comme Steve Sacks, fondateur et directeur de la
Bitforms Gallery –profitèrent du phénomène de mode du cyberart pour le promouvoir à leur
tour. « L’
é
t
i
nc
e
l
l
eaé
t
él
aqua
nt
i
t
éd’
e
xpos
i
t
i
o
nsdemus
é
e
squis
e
mbl
a
i
e
nts
out
e
ni
rl
e
s
artistes numériques. [
En2001]j
’
a
is
e
nt
il
ané
c
e
s
s
i
t
édec
r
é
e
runeg
a
l
e
r
i
et
r
è
sc
i
bl
é
e(
i
de
m)
.»
22
Cf. catalogue Software, Information Technology: Its New Meaning for Art¸ New York, The Jewish Museum,
1970, p.10.
23
TUCKER (Sara Schnittjer), « Magda Sawon VS Steve Sacks », in le site du Musée Moderne Grand Duc Jean,
Luxembourg, traduction: Da
n
i
e
lLe
s
ba
c
h
e
s
,r
u
br
i
qu
e‘
qu
i
z
’
,s
d.
http://www.mudam.lu/Magazine/index_fr.htm.Tou
t
e
sl
e
si
ndi
c
a
t
i
on
su
l
t
é
r
i
e
u
r
e
sma
r
qu
é
e
s‘
i
de
m’f
on
tr
é
f
é
r
e
n
c
e
à cette interview.
18
Dans les deux cas, il est intéressant de remarquer que leur clientèle reste
encore limitée. Selon Magda Sawon, il est « t
r
i
s
t
eàdi
r
ema
i
sl
emondedel
’
a
r
tr
e
s
t
e
majoritairement technophobe, de façon surprenante plus que la société en général (idem). »
La c
ons
e
r
va
t
i
on de l
’
a
r
tnumé
r
i
que s
e
mbl
eê
t
r
e une de
spr
é
oc
c
upa
t
i
ons
communes de ces galeriéristes. Magda Sawon tente de « communiquer avec les institutions et
l
e
ss
pé
c
i
a
l
i
s
t
e
se
nt
e
c
hnol
og
i
es
url
aba
s
ede
sc
r
i
t
è
r
e
sd’
a
r
c
hi
va
g
ee
tdec
ons
e
r
va
t
i
onl
e
spl
us
courants (idem). » Pour Steve Sacks, « l
ac
ons
e
r
va
t
i
ons
e
r
ar
é
s
ol
uena
t
ur
e
l
l
e
me
nts
il
’
œuvr
e
va
utl
a pe
i
ne d’
ê
t
r
ec
ons
e
r
vé
e
.[
I
lne
]t
e
nt
e pa
sde f
a
i
r
e de f
a
us
s
e
spr
ome
s
s
e
s[
…]
L’
a
s
s
i
s
t
a
nc
et
e
c
hni
quef
a
i
tl
’
obj
e
td’
u
na
c
c
or
dc
l
a
i
ra
umome
ntdel
ave
nt
e(idem). »
c –La presse favorable au Web-Art
De
pui
sl
’
a
vè
ne
me
ntduWe
b-Art, la presse new-yorkaise est très dynamique et
très enthousiaste à son égard.
Depuis janvier 1996, Matthew Mirapaul donne - dans les colonnes du New
York Times - de
spoi
n
t
sder
e
pè
r
es
url
’
é
vol
ut
i
ondel
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onna
l
i
s
a
t
i
onduNe
t
-Art (cf. la
r
ubr
i
que‘
[email protected]’
,t
ousl
e
sj
e
udi
sde1996à200024). Pour lui, « l
’
i
mpl
i
c
a
t
i
ondes musées
da
nsl
’
a
r
tdi
g
i
t
a
ln’
e
s
tpa
ss
e
ul
e
me
ntunebonnec
hos
e
,c
’
e
s
te
s
s
e
nt
i
e
l
.[
I
la
voua
]c
ompr
e
ndr
e
l
ar
é
s
i
s
t
a
nc
epur
i
s
t
eàl
’
a
r
ti
ns
t
i
t
ut
i
onna
l
i
s
é
,s
pé
c
i
f
i
que
me
ntqua
ndunme
di
um e
s
tnouve
a
u,
mais [selon lui] les musées sont impliqués dans la validation de la pratique. [
…]Le
smus
é
e
s
25
quic
ommi
s
s
i
onne
ntc
e
sœuvr
e
sa
i
de
n
tàé
t
a
bl
i
runeé
c
onomi
e
.»
d –Des lieux de formation de pointe
Quelques centres new yorkais forment des net-artistes et des théoriciens du
cyberart. Deux institutions semblent particulièrement en pointe: la Columbia University
School of the Arts et la Visual School of Art.
24
Li
s
t
ede
sa
r
t
i
c
l
e
sd’
[email protected] visible au:
http://www.nytimes.com/library/tech/reference/indexartsatlarge.html
25
HADLER (Simon), « Interview with Matthew Mirapaul », in Rhizome, New York, 31 juillet 2000.
http://rhizome.org/object.rhiz?1797
19
Dans son laboratoire Digital Media Center (DMC), la première offre un
enseignement en cyberart. Las
e
c
t
i
on‘
Ar
ta
ndTe
c
hnol
ogy
‘e
s
ta
c
t
ue
l
l
e
me
ntdi
r
i
g
é
epa
r
Mark Tribe (cyberartiste, fondateur de Rhizome,me
mbr
eduCons
e
i
ld’
a
dmi
ni
s
t
r
a
t
i
ondu
New Museum …).
Da
nss
ondé
pa
r
t
e
me
nt‘
Comput
e
rAr
t
’
,l
as
e
c
ondef
or
mea
nnue
l
l
e
me
ntqua
t
r
e
26
vi
ng
té
t
udi
a
nt
sa
uxs
ubt
i
l
i
t
é
sdel
’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que(
di
pl
ômeobt
e
nue
nqua
t
r
ea
ns
). Les
enseignants sont particulièrement bien impliqués dans les manifestations institutionnelles et
sont régulièrement appelés pour organiser les principales cyber manifestations artistiques
(
Br
uc
eWa
ndss
’
oc
c
upeduNew York Digital Salon a
uMoMA…)
.Le
sé
t
udi
a
nt
ss
’
or
i
e
nt
e
nt
s
oi
tve
r
sde
sc
a
r
r
i
è
r
e
sa
r
t
i
s
t
i
que
s
,s
oi
tve
r
sl
ec
omme
r
c
edel
’
a
r
tnumé
r
i
que
.
2 –Les acquisitions institutionnelles
Dès le milieu des années quatre-vingt-dix, trois des grands musées new
yorkais créés dans les années trente –le MoMA, le Guggenheim et le Whitney –intégrèrent
le Web-Ar
tàl
e
ur
spr
og
r
a
mme
sd’
a
c
q
u
i
s
i
t
i
onse
td’
e
xpos
i
t
i
ons
.Tr
è
svi
t
e
,c
e
l
ui
-ci fut valorisé
et obtint même une certaine légitimité (phénomène assez inhabituel pour les nouvelles
pratiques artistiques). Malheureuseme
nt
,e
n 2002,c
e
st
r
oi
s‘
t
e
mpl
e
s de l
ac
ul
t
u
r
e
’
a
ba
ndonnè
r
e
ntpl
usoumoi
nsl
e
ur
sp
o
l
i
t
i
que
sd’
a
c
qui
s
i
t
i
on(
nota: le MoMA a une position
assez ambiguë).
Depuis 1995, le Dia Center for the Arts remplit parfaitement sa mission de
promotion des nouvelles pratiques artistiques en encourageant très fortement le Web-Art. Il
fut le premier centre à commissionner une web-création (1995) et est actuellement le seul à
c
ont
i
nue
rs
apol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on.En2003,l
eNe
w Mus
e
um,l
emus
é
edel
’
a
r
ta
c
t
ue
l
,
semble lui aussi avoir fait un bond en direction du Web-Ar
t(
not
a
mme
nte
ni
nvi
t
a
ntl
’
é
qu
i
pe
de Rhizome dans ses murs). Actuellement, ces deux musées sont ceux qui valorisent le mieux
le Web-Art à New York.
26
Cf. présentation des formations au: http://www.schoolofvisualarts.edu/grad/index.jsp?sid0=2&sid1=28
20
Deux grandes plateformes online, à but non lucratif, encouragent elles aussi
l
’
a
r
ts
urI
nt
e
r
ne
t
: Turbulence (
qui
,de
pui
s1996,c
ommi
s
s
i
onnee
nvi
r
onhui
tœuvr
e
spa
ra
n)e
t
Rhizome.
Pourc
ompl
é
t
e
rc
epa
nor
a
ma
,nousde
vonsme
nt
i
onne
rl
’Alternative Museum,
un musée fondé en 1975, qui ferma ses portes en 2001, et qui actuellement ne continue ses
27
a
c
t
i
vi
t
é
squ’
e
nl
i
g
ne
.Sapr
i
nc
i
pa
l
emi
s
s
i
on e
s
td’
e
nc
our
a
g
e
rl
edéveloppement et la
promotion des arts digitaux. Chaque année, un commissaire est nommé et est notamment
chargé de commissionner des Web-créations (prog
r
a
mme ‘
TAM Digital Media
Commi
s
s
i
ons
’
).
Nota: Pour de
sr
a
i
s
on
s de c
ommodi
t
é
,nous a
vons pl
a
c
él
’
i
ns
t
i
t
ut
i
on
washingtonienne du Smi
t
hs
oni
a
nAme
r
i
c
a
nAr
tMus
e
um da
nsl
az
oned’
i
nf
l
ue
nc
edel
a
mégalopole new-yorkaise.
A.1 –Museum of Modern Art (MoMA)
Auj
our
d’
huic
ons
i
dé
r
éc
ommel
’
a
r
c
hé
t
y
pede
smus
é
e
sd’
a
r
tmode
r
ne
,l
e
MoMA a su - en se basant sur une « stratégie et un mode commercial28 » - être et rester « un
‘
pr
odui
t
’d
el
ac
onna
i
s
s
a
nc
e
,del
ac
r
i
t
i
que
,del
’
é
r
udi
t
i
on,del
ac
ompr
é
he
ns
i
on,dug
oût
artistique. [Cela est essentiellement du au fait que tout au long de son histoire, les
c
ons
e
r
va
t
e
ur
sontc
ompr
i
s
]qu’
unef
oi
squ’
unpr
odui
te
s
tr
é
a
l
i
s
é
,l
at
â
c
hes
ui
va
nt
ec
ons
i
s
t
eà
le distribuer29. »
Le MOMA fut le premier musée à avoir intégré l'art technologique dans ses
murs. En1968,i
lor
g
a
ni
s
al
ac
é
l
é
br
i
s
s
i
mee
xpos
i
t
i
on‘
Ar
ta
sSe
e
na
tt
heEndofMe
c
ha
ni
c
a
l
27
Cf. le site del
’
Al
t
e
r
n
a
t
i
v
eMus
e
um: http://www.alternativemuseum.org/
PUTNAM (James), LeMus
é
eàl
’
œuv
r
e–LeMus
é
ec
ommemé
di
umd
ansl
’
ar
tc
ont
e
mpo
r
ai
n, Paris, Thames
and Hudson, 2002, p.28.
29
Pr
op
osd’
Al
f
r
e
dBa
r
r
,«Pr
e
s
e
n
ts
t
a
t
u
sa
n
df
u
t
u
r
edi
r
e
ction of the Museum of Modern Art », in MoMA
Archives: AHB Papers (AAA:3266;122), 1933, p.2 –reprint in PUTNAM (James), LeMus
é
eàl
’
œuv
r
e–Le
Mus
é
ec
ommemé
di
umdansl
’
ar
tc
ont
e
mpor
ai
n, Paris, Thames and Hudson, 2002, p.28.
28
21
Age30. A partir des années soixante-di
x,i
ls
’
i
mpl
i
quaf
or
t
e
me
ntda
nsl
’
a
r
tvi
de
o: il mit en
31
pl
a
c
el
as
é
r
i
ed’
e
xpos
i
t
i
ons‘
Pr
oj
e
c
t
s
’(
1971)
,pui
sl
as
é
r
i
ededi
s
c
us
s
i
ons‘
Vi
de
oVi
e
wpoi
n
t
(
1977,pa
r
t
i
c
i
pa
t
i
onsdeVi
t
oAc
c
onc
i
,Na
mJ
unePa
i
k,Kr
i
s
t
i
nLuc
a
s
…)
.En1992,l
eMoMA
lança un programme similaire en faveur des new media arts,l
e‘
Te
c
hnol
ogyi
nt
he90s
’(
l
o
r
s
de symposiums, les conservateurs présentèrent des artistes exploitant les nouvelles
pos
s
i
bi
l
i
t
é
sof
f
e
r
t
e
spa
rl
’
hy
br
i
da
t
i
onde
smé
di
a
sé
l
e
c
t
r
oni
que
se
ti
nf
or
ma
t
i
que
s
)
.En1996,c
e
fut - assez logiquement - au tour du Web-Ar
td’
ê
t
r
emi
se
na
va
nt
.
Le programme en faveur du cyberart fut confié à Barbara London32,
l
’
e
mbl
é
ma
t
i
quec
ons
e
r
va
t
r
i
c
eduDé
pa
r
t
e
me
ntde
sFi
l
mse
tdel
aVi
de
o.De
pui
ss
ona
r
r
i
v
é
e
e
n1973,e
l
l
et
e
nt
ededoc
ume
nt
e
r
,depr
é
s
e
r
ve
re
td’
e
nc
our
a
ge
rl
’
a
r
tvi
dé
o.Vi
s
i
onna
i
r
e
,e
l
l
e
r
é
us
s
i
tt
r
è
st
ôtàmont
e
rde
se
xpos
i
t
i
onsd’
a
r
tvi
dé
oa
uMoMA a
i
ns
iqu’
àf
onde
rune
fabuleuse collection (environ deux mille œuvr
e
s
)
.As
s
e
zl
og
i
que
me
nt
,Ba
r
ba
r
aLondon
considéra les débuts du Web-Ar
ta
ve
cl
amê
mea
t
t
e
nt
i
onquec
e
uxdel
avi
dé
o.Lor
sd’
une
interview en 200033, elle affirma que le Web-Ar
té
t
a
i
te
nt
r
éda
nsunepha
s
ed’
é
me
r
ge
nc
et
r
è
s
vaste et particulièrement intéressante (elle compara ses débuts aux premières manifestations
énergiques du body art).
A.1.1 –Les web-créations
Entre 1996 et 2001, le MoMA convia quelques artistes - déjà présents dans les
collections - à produire des web-créations pour accompagner des expositions temporaires.
Pour ces productions, le MoMA bénéficia des nombreuses aides (notamment celles du
Trustee Susan Jacoby, du Mus
e
um’
sJ
uni
orAs
s
oc
i
at
e
set du Contemporary Arts Council).
30
Cf. Cat. Expo The Machine as Seen at the End of Mechanical Age, New York, MoMA, 1968.
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
’
i
n
t
é
r
ê
tpor
t
éàl
av
i
dé
opa
rl
eMoMA,cf. « Museum of Modern Art Video and
Film Program » - http://www.experimentaltvcenter.org/history/groups/gtext.php3?id=50
32
Barbara London: Arrivée au MoMA au département des gravures et des livres illustrés (1973), elle profita de
l'acquisition de matériel vidéo (reçu la même année) pour monter une collection et organiser des shows avec
Nam June Paik, Laurie Anderson, Gary Hill, Bill Viola... Elle fit de nombreux voyages au Japon et en URSS
pour se tenir au courant des nouveautés et découvrir des vidéo-artistes... Pour plus d'informations sur ses
précédentes activités, cf. http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/ilondon.html
33
Cf.l
’
i
n
t
e
r
v
i
e
wdeBa
r
ba
r
aLo
n
donpa
rGe
n
c
oGu
l
a
n
,i
nNew York Arts Magazine, 2000.
http://nyartsmagazine.com/43/20.html
31
22
En 1996, le MoMA participa à la co-production –avec äda web et artAIDS –
d’
uns
i
t
edug
r
ouped’
a
c
t
i
vi
s
t
e
sGe
ne
r
a
lI
de
a
.Tr
è
ss
omma
i
r
e
,c
es
i
t
en’
of
f
r
equ’
una
c
c
è
sà
cinq petites vignettes fixes (série des Imagesvirus) et à une zone dans laquelle il est possible
det
é
l
é
c
ha
r
g
e
runé
c
onomi
s
e
urd’
é
c
r
a
n34.
En 1997, Peter Halley imagina –pourl
’
e
xpos
i
t
i
onquil
uié
t
a
i
tc
ons
a
c
r
é
e
‘
Ne
w Conc
e
pt
si
nPr
i
nt
ma
ki
ng35’–le site Exploding the Cell. Des programmateurs et des
designers furent chargés de créer des animations shockwave36 à partir de neuf images
di
g
i
t
a
l
e
s(
ve
ndue
sàl
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onl
’
a
n
n
é
epr
é
c
é
de
nt
e
)
.Ene
nt
r
a
nts
url
es
i
t
e
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
t
invité à sélectionner une des neuf images numériques, puis à la re-coloriser selon ses goûts
(zone après zone) et enfin à imposer sa signature à côt
édec
e
l
l
edel
’
a
r
t
i
s
t
e
.
Par la suite, le MoMA offrit des opportunités similaires à Robert Cumming
(Academic Interactive Exercise, 199837), à Allan McCollum (The Registration of an Artwork,
mars 199938), à Fred Wilson (Road to Victory, mars 199939) et à Michael Craig-Martin (6
Objects, Ready or Not, novembre 199940).
En2001,l
e
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
sduMoMA c
ons
t
a
t
è
r
e
ntques
’
i
l
spour
s
ui
va
i
e
nt
da
nsc
e
t
t
evoi
ei
l
sn’
obt
i
e
ndr
a
i
e
ntqu
’
unes
or
t
ede‘
doubl
evi
r
t
ue
l
’dumusée. Ils décidèrent
a
l
or
sdes
’
adresser à de véritables web-a
r
t
i
s
t
e
s
.Les
e
ulc
y
be
r
a
r
t
i
s
t
eàpourl
’
i
ns
t
a
ntàa
v
oi
r
été commissionné dans ce cadre fut Tony Oursler41. Son site –TimeStream (mai 2001) –
traite des phénomènes de mimétisme existant entre les inventions du passé et celles de notre
34
Cf. œuv
r
et
ou
j
ou
r
sa
c
c
e
s
s
i
bl
ea
u
:http://www.moma.org/exhibitions/1996/generalidea/index.html
L’
e
x
pos
i
t
i
one
u
tl
i
e
ua
uMoMAdu18s
e
pt
e
mbr
e1997a
u8f
é
v
r
i
e
r1998.
36
Logiciel d'édition multimédia créé par la société Macromedia p
ou
rl
ac
on
c
e
pt
i
one
tl
al
e
c
t
u
r
ed’
a
n
i
ma
t
i
ons
(celles-ci sont directement réalisées à partir du programme Director)
.L’
a
n
i
ma
t
i
onShockwave est très prisée
dans la publicité online ainsi que pour les logos et les jeux.
37
Le photographe américain (né en 1943) fut invité à produire sa web-c
r
é
a
t
i
onàl
’
oc
c
a
s
i
ondel
’
e
x
pos
i
t
i
on‘
Th
e
Cl
ut
t
e
rofHa
ppe
n
s
t
a
n
c
e
:Ph
ot
og
r
a
ph
sbyRobe
r
tCummi
ng’(
du19ma
r
sa
u15j
u
i
n1998)
.
38
L’
a
r
t
i
s
t
ec
a
l
i
f
or
n
i
e
n(
n
ée
n1944
)f
u
ti
nv
i
t
éàc
r
é
e
rc
es
i
t
eda
n
sl
ec
a
dr
edel
’
e
x
pos
i
t
i
on‘
Th
eMu
s
e
um a
s
Mu
s
e
:Ar
t
i
s
t
sRe
f
l
e
c
t
’
.Cette œuv
r
efait référence aux séries de sculptures abstraites en forme de tableaux
(
c
r
é
é
e
spa
rl
’
a
r
t
i
s
t
eda
n
sl
e
sa
n
n
é
e
squ
a
t
r
e
-vingt). Cf. la c
a
pt
u
r
ed’
é
c
r
a
ne
tl
’
article du Los Angeles Times, 25
mars 1999 –http://home.att.net/~allanmcnyc/christopherknight.html
39
Commel
’
œuv
r
epr
é
c
é
de
n
t
e
,c
e
l
l
e
-c
if
u
tc
omma
n
dé
eda
n
sl
ec
a
dr
edel
’
e
x
pos
i
t
i
on ‘
Th
eMu
s
e
um a
sMu
s
e
:
Ar
t
i
s
t
sRe
f
l
e
c
t
’
.
40
Le MoMA proposa au plasticien britano-américain Michael Craig Martin (né en 1941) de créer son site à
l
’
oc
c
a
s
i
onde‘
Mode
r
n
St
a
r
t
s
:Th
i
n
gs
’(du 21 novembre 1999 au 14 mars 2000). Biogra
ph
i
edel
’
a
r
t
i
s
t
e(
c
on
nu
pour ses sculptures, installations et réalisations murales): http://www.artnet.com/ag/artistdetails.asp?aid=4547
41
Tony Oursler (né à New York en 1957): obtint un BFA d'arts au California Institute for the Arts (1979). Il est
essentiellement connu pour ses dessins, performances, installations et contes vidéo fantasmagoriques. Pour plus
d'informations, cf. le site personnel de l'artiste: http://oursler.net/
35
23
é
poque
.I
la
bor
del
e
sphé
nomè
ne
sd’
o
b
s
c
ur
a
nt
i
s
mee
tdedi
f
f
i
c
i
l
emi
s
ee
nl
umi
è
r
e(
r
é
f
é
r
e
n
c
e
àl
aCa
ve
r
nedePl
a
t
on)
.L’
œuvr
ee
s
tc
e
ns
é
emi
e
uxnousf
a
i
r
ec
ompr
e
ndr
ee
ta
ppr
é
c
i
e
rno
t
r
e
é
poque
.Sousl
af
or
med’
une animation (et de collages) en Flash42, elle nous fait découvrir
des apparitions mystérieuses.
A.1.2 –Le statut des web-créations
Les web-créations - visibles sur le site du MoMA - ne font pas, à proprement
parler, partie des collections. Pour Barbara London, les Media arts sont encore trop
dy
na
mi
que
spourê
t
r
es
ui
vi
spa
rl
’
i
ne
r
t
i
ei
ns
t
i
t
ut
i
onne
l
l
e
.Lor
s
quel
eMoMA c
ommi
s
s
i
onne
uneœuvr
e
, il obtient les droits exclusifs pendant une durée de deux ans (information donnée
par Susan Morris –elle précisa dans son r
a
ppor
tqu’
unef
oi
sl
edé
l
a
ipassé, il est convenu
qu’
uner
é
é
va
l
ua
t
i
ons
oi
te
f
f
e
c
t
ué
e
)
.
Susan Morris mit en évidence un problème juridique concernant Reprints
(
1997)
,uneœuvr
ed’
Al
l
a
nMc
Col
l
um.A s
onl
a
nc
e
me
nt
,c
e
t
t
ewe
b-création fut co-hébergée
par le MoMA et par Stadium43. Lorsque ce dernier fut acquis par le Dia Center, celui-ci
changea de statut et devint la propriété exclusive du Dia. Le MoMA décida alors de ne plus
le lier à son site.
A.1.3 –La situation actuelle
Actuellement, le progr
a
mmed’
a
c
qui
s
i
t
i
onsdewe
b-créations est arrêté. Il
devrait être repris dans les futurs locaux du MoMA (35ème rue –ouverture prévue fin 2004début 2005).
42
Flash: logiciel - produit par la société Macromedia - permettant de créer des animations vectorielles
complexes (souvent tridimensionnelles) et facilement chargeables sur le Web (extension associée: SWF). Pour
les lire, il est nécessaire de télécharger un plug-in.
43
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rc
e
t
t
eg
a
l
e
r
i
ev
i
r
t
u
e
l
l
e
,cf. p.35.
24
A.2 - Whitney Museum
Depuis sa fondation en 1930 par Gertrude Vanderbilt, le Whitney Museum
essaye de promouvoir les avant-gardes artistiques et philosophiques américaines.
Actuellement, plus de douze mille œuvr
e
s(
d
e mi
l
l
e ne
ufc
e
nta
r
t
i
s
t
e
sdont
: Georgia
O'Keeffe, Edward Hopper et Alexander Calder) y sont conservées.
Lors de ces trois dernières décennies, les responsables du Whitney semblent
avoir privilégié deux positions assez antagonistes: une approche académique vis-à-vi
sdel
’
a
r
t
a
mé
r
i
c
a
i
ne
tunea
ppr
oc
hepl
usnova
t
r
i
c
e(
a
c
c
e
pt
a
t
i
onde
snouve
l
l
e
st
e
nda
nc
e
sdel
’
a
r
t
contemporain44).
A.2.1 –Des débuts prometteurs mais peu engagés (1994-2001)
En véritable pionnier, le Whitney fut la première institution à acquérir une
45
web-création: Thewor
l
d’
sf
i
r
s
tc
ol
l
ab
o
r
at
i
v
es
e
nt
e
nc
e
.I
ls
’
a
g
i
td’
uns
i
t
eda
t
a
ï
s
t
edel
’
a
r
t
i
s
t
e
et théoricien des nouveaux médias Douglas Davis. Réalisé en 1994 pour une exposition à la
pe
t
i
t
ega
l
e
r
i
ed’
a
r
tdel
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeLe
hma
n(
Br
onx)
,l
es
i
t
ef
uta
c
he
t
ée
nj
a
nvi
e
r1995pa
r
l
ec
é
l
è
br
ec
ol
l
e
c
t
i
onne
urd’
a
r
tne
wy
or
ka
i
sEug
è
neSc
hwa
r
z
.A s
amor
t(
que
l
que
ss
e
ma
i
n
e
s
apr
è
sl
’
a
c
q
u
i
s
i
t
i
on)
,s
af
e
mmedonnal
’
œuvr
ea
uWhi
t
ne
y
,quic
ont
i
nuaàl
al
a
i
s
s
e
ra
c
c
e
s
s
i
bl
e
en ligne. Actuellement, cette web-création est la seule a officiellement être intégrée à la
collection permanente du musée.
En septembre 1998, Max Anderson, le nouveau directeur du Whitney, décida
46
der
e
ma
ni
e
rl
’
or
g
a
ni
s
a
t
i
ondumus
é
e
.I
ll
a
i
s
s
aa
l
or
sàChr
i
s
t
i
nePa
ul
(conservatrice adjointe
attachée aux New Média Arts) et à Larry Rinder l
es
oi
ndes
’
oc
c
upe
rdu Web-art. La prise
conscience du potentiel attractif et artistique de ce nouveau médium n'eut cependant pas lieu
avant 2000 (le Whitney ayant dans un premier temps préférer miser sur le off-line). Le
44
At
i
t
r
ed’
e
x
e
mpl
e
,l
eWh
i
t
n
e
ypu
bl
i
ae
n1973l
el
i
v
r
edeDo
u
g
l
a
sDa
v
i
s
:Art and the Future.
Cf. a
n
a
l
y
s
edel
’
œuv
r
er
é
di
g
é
eda
n
sl
ec
a
dr
edumé
moi
r
edema
î
t
r
i
s
edel
’
a
u
t
e
u
r‘
L’
I
nt
e
r
a
c
t
i
v
i
t
éda
nsl
eWe
bAr
t
’
,reprint in Annexes p.58.
46
Ch
r
i
s
t
i
a
n
ePa
ul
:Di
r
e
c
t
r
i
c
edel
’
I
n
t
e
l
l
i
g
e
n
t
eAr
t(
s
e
r
vi
c
ed’
or
g
a
n
i
s
a
t
i
one
td’
i
nf
or
ma
t
i
ons
u
rl
’
a
r
tdi
g
i
t
a
l
)
.A
beaucoup écrit (notamment des hypertextes), fondae
n1995,l
ar
e
v
u
e‘
I
n
t
e
l
l
i
g
e
ntAg
e
n
t
’(
s
pé
c
i
a
l
i
s
é
eda
n
sl
e
s
new media arts)
.En
s
e
i
g
n
ea
uMFAd’
a
r
tg
r
a
phi
qu
e(
àl
aSc
h
oolVi
s
u
a
lAr
tdeNe
wYor
k
)
.
45
25
vecteur culturel qui bouleversa les esprits fut la Biennale du Whitney 2000 (et la création de
l
ac
a
t
é
g
or
i
e‘
Net-Ar
t
’
)
.
A.2.2 –Le portail Artport (2001-)
En 2001, le Whitney lança son portail online Artport47. Tous les mois (depuis
mars 2001), une nouvelle web-c
r
é
a
t
i
onye
s
ti
nt
é
g
r
é
e
.Of
f
i
c
i
e
l
l
e
me
nt
,l
’
e
ns
e
mbl
ed’
œuvr
e
s
ne fait pas partie de la c
ol
l
e
c
t
i
ondumu
s
é
e(
ma
i
sde
s‘
a
r
c
hi
ve
s
’
)
.L’
i
ns
t
i
t
ut
i
onnedi
s
pos
epa
s
de
sdr
oi
t
sd’
e
xc
l
us
i
vi
t
é(
s
e
l
onChr
i
s
t
i
a
nePa
ul
,c
e
l
as
’
e
xpl
i
quepa
rde
sr
a
i
s
onsdec
oût
)
.
Conc
r
è
t
e
me
nt
,l
e
sa
r
t
i
s
t
e
sontl
edr
oi
td’
e
xpos
e
rl
e
ur
sœuvr
e
soùi
l
sl
es
ouha
i
t
e
nt
.Da
nsc
e
cas, le Whitney exige juste que les exposants apposent une ligne indiquant que le projet fut
originellement commissionné par ses soins. Dans le contrat, il est également stipulé que le
Whitney bénéficie du droit de préemption: e
nc
a
sdemi
s
ee
nve
nt
ed’
unwebsite, il a la
priorité sur tout autre candidat.
En deux ans, le Whitney réussit – da
ns l
ec
a
dr
e d’
e
xpos
i
t
i
ons – à
commissionner trois projets. A travers ces premiers choix, le Whitney semble avoir voulu
très progressivement faire valoir le Web-art (comme au Dia Center, celui-ci est envisagé
c
ommeunepour
s
ui
t
edel
’
a
r
tt
r
a
di
t
i
onne
le
tnonpa
sc
ommeuner
upt
ur
e
)
.
Durant le mois de juillet 2001, les internautes purent avoir accès à un site de
Tina Laporta
48
intitulé Voyeur_Web49. Sur le modèle des très populaires reality shows,
l
’
a
r
t
i
s
t
epl
a
ç
ade
swebcams dans un appartement. Elle créa ensuite une interface didactique un plan au sol hypermédia - permettant à chaque internaute de sélectionner et de visionner en
t
e
mpsr
é
e
ll
’
i
nt
é
r
i
e
urd’
unepi
è
c
edes
onc
hoi
x.Se
l
onl
e
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
sduWhi
t
ne
y
,l
’
œuvr
e
de
va
i
topé
r
e
re
nque
l
ques
or
t
eunet
r
a
ns
i
t
i
one
nt
r
el
’
a
r
tvi
dé
oe
tl
ene
t
-art. Outre cet aspect, le
site tentait de montrer aux participants la différence et les interrelations possibles entre les
sphères publ
i
que
s(
l
e We
b)e
tpr
i
v
é
e
s(
l
’
e
s
pa
c
es
ur
ve
i
l
l
é
)
.A t
r
a
ve
r
sc
e
t
t
ee
xpé
r
i
e
nc
e
47
Cf. http://www.whitney.org/artport - le site est sponsorisé par Hewlett Packard.
Tina Laporta: media artiste de renommée internationale habitant et travaillant à New York. Son principal
médium est le Net. En 1999, elle reçut une commission de Turbulence (site Distance), puis en 2000 de
l
’
Al
t
e
r
n
a
t
i
v
e Mu
s
e
um (
a
c
h
è
v
e
me
n
tdu pr
oj
e
tRe:[email protected]). Elle participa également à de
n
ombr
e
us
e
se
x
pos
i
t
i
ons(
‘
Dy
s
t
opi
aa
n
dI
de
n
t
i
t
yi
nt
h
eAg
eofGl
oba
lCommuni
c
a
t
i
ons
’àl
aTr
i
be
sGa
l
l
e
r
y
,Ne
w
Yor
k
,‘
Te
l
e
ma
t
i
cCon
n
e
c
t
i
on
s
:Th
eVi
r
t
u
a
lEmbr
a
c
e
’e
n2001)
.
49
Cf. http://www.whitney.org/artport/commissions/voyeurweb (
v
e
r
s
i
on‘
a
r
c
h
i
v
e
s
’
)
.
48
26
voyeuriste, les internautes étaient mieux sensés appréhender les qualités du Web. Depuis que
celle-c
if
uta
c
he
vé
e
,uneve
r
s
i
on‘
a
r
c
hi
ve
s
’r
e
mpl
a
ç
al
’
œuvr
es
url
es
i
t
e
.
Idea Line50 fut conçu par Martin Wattenberg comme une vaste base de
donné
e
sdel
i
e
nspe
r
me
t
t
a
ntdemi
e
uxs
’
i
mme
r
g
e
rda
nsl
’
uni
ve
r
sduc
y
be
r
a
r
t(
s
e
l
onl
’
a
r
t
i
s
t
e
,
le Net-Ar
te
s
tunes
or
t
ed’
i
mme
ns
et
a
pi
s
s
e
r
i
eàpa
r
c
our
i
r
)
.Conc
r
è
t
e
me
nt
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
epe
utsur un diagramme hypertextuel - sélectionner un site en fonction de son année de production
(de 1994 à 2002) ainsi que de son genre (récit, hypertexte, collage, humour, hasard,
activisme, politique, communautés, performance, téléprésence, vidéo, webcam, flash,
animation, audio, browser, shockwave, jeu, graphisme tridimensionnel, intelligence
a
r
t
i
f
i
c
i
e
l
l
e
,r
e
c
onna
i
s
s
a
nc
evoc
a
l
e
,vi
s
i
on del
’
i
nf
or
ma
t
i
que
,r
obot
i
que
,tuning matériel,
prototypes, programmation, minimalisme et abstraction). Très facilement, il peut percevoir
les évolutions diachronique et synchronique du Net-Ar
t(
e
nf
onc
t
i
ondude
gr
éd’
i
nt
e
ns
i
t
é
coloré des liens et de la forme modulable du diagramme). Il pouvait également - cela ne
semble plus possible - fournir des suggestions de sites pour enrichir le répertoire (Christiane
Paul compara cette œuvr
eà un enfant requerrant un « constant baby-sitting51 »).
En 2002, Christine Paul commissionna aux meilleurs artistes programmeurs
a
mé
r
i
c
a
i
ns(
Al
e
xGa
l
l
owa
y
,Ma
r
kNa
pi
e
r
,Ma
r
t
i
nWa
t
t
e
nbe
r
g
…)depe
t
i
t
spr
ogr
a
mmes à
vocation artistiques et destinés à être vi
s
i
bl
e
ss
url
eWe
b(
c
ode
se
nj
a
va
… - cette pratique est
connue sous le nom de « Sof
t
wa
r
eAr
t»
)
.El
l
er
é
us
s
i
tàobt
e
ni
rdouz
epr
og
r
a
mme
squ’
e
l
l
e
mit en ligne en septembre 2002 sur un portail intitulé « CODeDOC ». A travers cette
‘
e
xpos
i
t
i
onpe
r
ma
ne
nt
e
’
,e
l
l
evoul
ut«démystifier le code comme une force mystérieuse et
cachée [et] le révéler à l'utilisateur52. » Concrètement, le visiteur, en entrant sur le site,
s
é
l
e
c
t
i
onneuneœuvr
e
.I
le
s
ta
l
or
si
mmé
di
a
t
e
me
nti
nvité à lire le code source. En bas du
programme, il découvre un bouton cliquable qui lui permet de voir le résultat ostensible
quand les lignes de code sont exécutées.
50
Cf. http://artport.whitney.org/commissions/idealine.shtml
Propos de Christiane Paul reprint in « Screen Savers » de Carly Berwick, Artnews Online, septembre 2002.
52
Paroles de Christiane Paul reprises par Marie Lecher dans son article « Le plus simple appareil », in
Libération, Paris, 19 septembre 2003.
51
27
A.2.3 –Des stratégies de conservation
Comme les autres institutions américaines participant au programme Variable
Media Initiative,l
e Whi
t
ne
y dé
ve
l
oppe de
s mé
t
hode
s de c
ons
e
r
va
t
i
on.I
ls
’
i
nt
é
r
e
s
s
e
particulièrement aux émulateurs (programmes permettant un fonctionnement identique sur
une plateforme différente) et imagine des stratégies singulières pour chaque site.
Enma
r
s2004,Chr
i
s
t
i
a
nePa
ulm’
i
ndi
quaquel
eWhi
t
ne
yé
t
a
i
te
nt
r
a
i
nde
cataloguer les spécificités de chaque projet (nombre de fichiers utiles, type de langage,
plugins et browsers requis etc.).
A.3 –Solomon R. Guggenheim Museum
I
ni
t
i
a
t
i
vepr
i
vé
ed’
un mé
c
è
ned’
or
i
g
i
nes
ui
s
s
e
,l
aFonda
t
i
on Sa
l
omon R.
Guggenheim fut lancée en 1937 et ouverte au public deux ans plus tard (sous le nom de
‘
Mus
e
um ofNon-Obj
e
c
t
i
vePa
i
nt
i
ng
’
)
.Dè
sl
’
or
i
gi
ne
,l
epr
i
nc
i
pa
lobj
ectif de ce philanthrope
e
tdes
oné
qui
pef
utd’
a
c
qué
r
i
rune
n
s
e
mbl
ed’
œuvr
e
sor
i
g
i
na
l
e
ss
edé
ma
r
qua
ntdel
aba
na
l
e
représentation du réel. Progressivement, les directeurs réussirent à acquérir de
sœuvr
e
s
a
ppa
r
t
e
na
ntàt
ousl
e
sg
r
a
ndsc
our
a
nt
sdel
’
a
va
nt
-garde européenne (art abstrait, surréalisme,
e
xpr
e
s
s
i
onni
s
mea
l
l
e
ma
nd…)e
tdupos
t
mode
r
ni
s
me(
mi
ni
ma
l
i
s
me
…)
.
Au début des années quatre-vingt-dix, les responsables du musée reconnurent
un extraordinaire avenir aux new media arts (et plus particulièrement au Web-art). Jon
Ippolito, artiste de formation et conservateur du département des nouveaux medias (depuis
1991), se pencha tout particulièrement sur les transformations induites dans le domaine de la
création visuelle.
Observant que les new media arts étaient difficilement intégrables au marché
del
’
a
r
t
,Jon Ippolito souhaita que les musées remplissent un « rôle que les galeries ne
28
pourraient pas tenir, que les marchands ne pourraient pas tenir et que par extension, les
collectionneurs privés ne pourraient pas tenir53. »
A.3.1 –Historique de la collection de Web-Art
En 1996, Jon Ippolito élabora et amorça - sur le serveur du musée - un site
dataïste intitulé CyberAtlas.Da
nsc
e
t
t
eœuvr
ei
nc
r
é
me
nt
a
l
e
,c
ha
quevi
s
i
t
e
uré
t
a
i
ti
nvi
t
éà
ajouter une carte de son choix ; cela afin def
or
me
rune‘
mé
t
a
-c
a
r
t
e
’
.
De
uxa
nsa
pr
è
sc
ec
oupd’
e
s
s
a
i
,l
eGugge
nhe
i
m54 commissionna sa première
web-création: Brandon A One-Year Narrative Project in Installments (1998–99) de Shu Lea
Cheang55.L’
œuvr
e–d’
a
bor
dc
onç
uec
omme un film traditionnel autour de la vie de Teena
Renee Brandon, un jeune meurtrier transsexuel –fut développée en tant que website évoluant
en temps réel. Du point de vue de la forme, elle est assez difficile à cerner (nombreux types
d’
i
nt
e
r
f
a
c
e
s
)
,voi
r
emême dérangeante (images volontairement provocantes de tatouages, de
dissection de pénis superposées par le biais de javascript)
.L’
œuvr
er
e
me
te
nc
a
us
el
’
or
dr
e
pré-é
t
a
bl
ie
tnousf
a
i
tr
é
f
l
é
c
hi
rs
url
ac
r
é
a
t
i
ondel
’
i
de
nt
i
t
é(
pr
obl
è
mec
e
nt
r
a
lda
nsl
’
uni
ve
rs du
We
b)
.El
l
eque
s
t
i
onnel
aj
e
une
s
s
edel
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onna
l
i
s
a
t
i
on del
aWe
b-création (
l
’
œu
vr
e
n’
é
t
a
i
tf
a
i
t
equepourdur
e
runes
e
ul
ea
n
né
ee
tpe
r
me
t
t
a
i
tunepl
ur
a
l
i
t
éd’
a
r
t
i
s
t
e
se
td’
a
ut
e
ur
s
)
.
En 2000, Thomas Krens, le directeur du Guggenheim, conçut un très
a
mbi
t
i
e
uxp
l
a
npr
é
voy
a
ntl
’
a
c
qui
s
i
t
i
ondevi
ng
tœuvr
e
spourl
apr
e
mi
è
r
ea
nné
e
.Ma
i
sde
s
problèmes financiers rendirent moribond le programme. Deux après, Jon Ippolito tenta à son
t
ourder
e
l
a
nc
e
rl
epr
oc
e
s
s
usd’
a
c
qui
s
i
t
i
on: « L’
obj
e
c
t
i
fe
s
tàl
af
oi
s de démontrer notre
conviction que ces formes culturelles doivent être protégées dans le futur et de trouver une
méthode pour y parvenir56. » Le 18 février 2002, le Gugg
e
nhe
i
ma
c
qui
tde
uxœuvr
e
sde
cyberartistes internationalement reconnus: Net.flag de Mark Napier et Unfolding Object de
53
MORRIS (Susan), Museums & New Media Art, rapport de recherches commissionné par la Fondation
Rockefeller, New York, octobre 2001, p.31.
54
Brandon fut commissionné par Matthew Drutt, conservateur associé à la Recherche, et par John G.Hanhardt,
conservateur du département Film et Arts médiatiques.
55
Shu Lea Cheang (américaine, née en 1954 à Taiwan): artiste exploitant la vidéo et les nouveaux médias depuis
les années quatre-vingt. Cf. sa biographie: http://www.juliafriedman.com/bio_cheang.html
56
Propos de Jon Ippolito repris par Matthew Mirapaul in « Arts online –Getting Tangible Dollars for an
Intangible Creation » (
bu
l
l
e
t
i
nl
a
i
s
s
és
u
rl
al
i
s
t
ededi
s
c
u
s
s
i
on
s‘
Ne
t
t
i
me
’
,l
e19f
é
v
r
i
er 2002).
29
John F. Simon Jr. Ces deux œuvr
e
s ne sont pas des prouesses technologiques, mais sont plutôt
à considérer comme des perfectionnements des travaux précédemment effectués par les
artistes.
Unfolding Object est une poursuite ludique et interactive des réflexions de
John Simon sur le carré (elles-mêmes inspirées par celles de Joseph Albers: idée des carrés
inscrits les uns dans les autres). L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàc
l
i
que
rs
urunc
ubepourl
evoi
rs
e
déplier. Au fur et à mes
ur
edudé
p
l
i
a
g
e
,de
s‘
ma
r
que
sdet
r
a
va
i
l
’(
de
sl
i
g
ne
sobl
i
que
s
)
s
’
i
ns
c
r
i
ve
nts
url
e
snouve
l
l
e
sf
a
c
e
se
ti
ndi
que
ntc
omme
ntl
er
é
s
ul
t
a
taé
t
éobt
e
nu.Comme
l
’
é
c
r
i
vi
tMa
t
t
he
wMi
r
a
pa
ul
,c
e
t
t
eœuvr
epe
utê
t
r
ec
ons
i
dé
r
é
ec
ommeune«jolie métaphore du
processus créatif57 ».
L’
œuvr
edeMa
r
kNa
pi
e
re
s
tuneœuvr
ebe
a
uc
ouppl
uss
oc
i
a
l
equique
s
t
i
onne
l
a not
i
on du nouve
a
ut
e
r
r
i
t
oi
r
equ
’
e
s
tl
e We
b.Fa
c
ea
u dé
f
e
r
l
e
me
nta
c
t
ue
lde
sc
r
i
s
e
s
i
de
nt
i
t
a
i
r
e
s
,l
’
a
r
t
i
s
t
et
e
nt
edenousf
a
i
r
er
é
f
l
é
c
hi
rs
url
ac
y
be
r
-étendue dépourvue de frontière
physique. Dans un premier temps, il nous laisse constater que les internautes, qui cohabitent
sur le Net, ne disposent pas de drapeau pour affirmer leurs valeurs idéologiques. Puis, il nous
éclaire sur la signification des éléments constitutifs des drapeaux (motifs et couleurs) pour
ensuite nous laisser le choix de la composition du notre.
A.3.2 –Le statut des web-créations
Considérant le Web-Ar
tc
ommen’
i
mpor
t
eque
l
l
ea
ut
r
ef
or
mea
r
t
i
s
t
i
que
,l
e
s
responsables du Guggenheim cherchèrent à acquérir la totalité des droits sur les sites. Sur
t
out
e
sl
e
sœuvr
e
s
,l
emus
é
edi
s
pos
ede
sc
ode
ss
our
c
ea
i
ns
iquedel
’
e
xc
l
us
i
vi
t
éde
sdr
oi
t
s
d’
e
xpos
i
t
i
o
n
,dec
ons
e
r
va
t
i
one
t–en cas de besoin –der
e
c
r
é
a
t
i
ondel
’
œuvr
e(
c
e
l
adonneune
valeur unique au site commissionné). Selon Maria Pallante, cette exclusivité est nécessaire
poure
mpê
c
he
rl
e
sa
r
t
i
s
t
e
sd’
e
xpos
e
rl
e
ur
sœuvr
e
sda
nsde
smus
é
e
sc
onc
ur
r
e
nt
s(
nota: il
s
e
mbl
e
r
a
i
tquel
eGugge
nhe
i
m pe
r
me
t
t
ea
ux a
r
t
i
s
t
e
sdemont
r
e
rl
e
ur
sœuvr
e
sda
nsde
s
cont
e
xt
e
s non mus
é
a
ux)
. Pour ob
t
e
ni
rc
e
t
t
e pr
é
r
og
a
t
i
ve
,l
e mus
é
e n’
hé
s
i
t
e pa
sà
commissionner assez cher les websites (entre dix à quinze mille dollars par acquisition).
57
Idem.
30
Pour éviter tout malentendu et toute fraude, le Guggenheim conclut des
contrats très complets avec les artistes. Dedans sont notamment indiqués une description
a
ppr
of
ondi
edel
’
œuvr
e(
t
i
t
r
e
,é
l
é
me
nt
svi
s
ue
l
se
ts
onor
e
s
…)a
i
ns
iquel
’
e
ns
e
mbl
edes
e
s
t
e
c
hnol
og
i
e
si
nhé
r
e
nt
e
s(
c
ode
ss
our
c
e
s
,f
i
c
hi
e
r
si
ma
ge
s
…)
.
A.3.3 –Le‘
Va
r
i
a
bl
eMe
di
aEndowme
nt
’
Constatant que les new media arts évoluaient très vite, Jon Ippolito créa un
s
e
r
vi
c
epourr
e
me
t
t
r
eàj
ourl
e
sœuvr
e
sde
ve
nue
sobs
ol
è
t
e
s
:l
e‘
Va
r
i
a
bl
eMe
di
aEndowme
n
t
’
.
Ce programme fut très intelligemment co-créé avec la Fondation Langlois.
Jean Gagnon, le directeur de cette fondation, déclara: « compte tenu de notre intérêt
pa
r
t
i
c
ul
i
e
rpourl
ar
e
c
he
r
c
hepor
t
a
nts
url
ac
ons
e
r
va
t
i
onde
sdoc
ume
nt
se
tde
sœuvr
e
sd’
a
r
t
numé
r
i
que
s
,c
e
t
t
ea
l
l
i
a
nc
enousdonnel
’
oc
c
a
s
i
onder
éunir deux expertises complémentaires:
c
e
l
l
equenouspos
s
é
donsda
nsl
adoc
ume
nt
a
t
i
on del
’
hi
s
t
oi
r
ede
sa
r
t
smé
di
a
t
i
que
s
,e
t
l
’
e
xpé
r
i
e
nc
ei
né
g
a
l
é
e du Gugg
e
nhe
i
m da
ns l
a pr
é
s
e
nt
a
t
i
on e
tl
ac
ons
e
r
va
t
i
on de c
e
s
58
œuvr
e
s
.»
Le
sr
e
s
pons
a
bl
e
sdu‘
Va
r
i
a
bl
eMe
di
aEndowme
nt
’é
l
a
bor
è
r
e
ntde
ss
t
r
a
t
é
g
i
e
s
de c
ons
e
r
va
t
i
on e
tde
s pr
ot
oc
ol
e
sr
e
nda
ntl
e
s œuvr
e
si
ndé
pe
nda
nt
e
s de
st
e
c
hnol
og
i
e
s
(matérielles et logicielles).
Lors de la rédaction du contrat de vente, quinze pourcents sont
automatiquement réservés pourl
e‘
Va
r
i
a
bl
eMe
di
aEndowme
nt
’
.L’
a
r
t
i
s
t
ee
s
ti
nvi
t
éàdé
c
r
i
r
e
s
onœuvr
ee
tal
apos
s
i
bi
l
i
t
édec
hoisir entre quatre alternatives sur le devenir de celle-ci
quand elle deviendra inutilisable:
•l
esimple s
t
oc
ka
gephy
s
i
quedel
’
œuvr
e
.
•l
’
é
mul
a
t
i
on(
onr
e
f
a
i
tuneœuvr
edi
f
f
é
r
e
nt
ema
i
sa
s
s
e
zpr
oc
heg
r
a
phi
que
me
nt
)
•l
ami
g
r
a
t
i
on(
ona
mé
l
i
or
el
’
œuvr
ee
nf
onc
t
i
onde
snouve
a
uxout
i
l
si
nf
or
ma
t
i
que
s
)
•l
ar
é
i
nt
e
r
pr
é
t
a
t
i
on(on re-c
r
é
el
’
œuvr
el
or
s
qu’
unenouve
l
l
epos
s
i
bi
l
i
t
ée
s
tof
f
e
r
t
e
)
.
58
COUCHOT (Edmond) et Hillaire (Norbert), L’
Ar
tnumé
r
i
que–comment la technologie vient au monde de
l
’
ar
t
, Paris, Flammarion, 2003, p.174.
31
A.4 - Dia Center for the Arts
Cr
é
ée
n1974(
àl
’
i
ni
t
i
a
t
i
vedePhi
l
i
ppadeMe
ni
le
tHe
i
ne
rFr
i
e
dr
i
c
h)
,l
eDi
a
Center for the Arts fut conçu comme une fondation privée à but non lucratif. En 1986, il fut
c
onve
r
t
ie
nc
e
nt
r
ed’
a
r
tmul
t
i
di
s
c
i
pl
i
na
i
r
e
. Ses principales missions sont l
’
« initiation,
l
’
e
nc
our
a
g
e
me
nt
,l
a pr
é
s
e
nt
a
t
i
on [
e
t
]l
ac
ons
e
r
va
t
i
on de pr
oj
e
t
sà l
’
a
r
r
i
vé
e de c
ha
que
[nouveau] médium59. » Let
e
r
mede‘
Di
a
’– motg
r
e
cs
i
g
ni
f
i
a
nt‘
a
u moy
e
n de
’–fut
spécifiquement choisi pour suggérer que ce centre a un rôle d'intermédiaire entre le public et
des artistes exploitant des médiums peu conventionnels (Richard Serra, Dan Flavin, Donald
J
udd…)
.De
pui
ss
e
sd
é
but
s
,l
e mu
s
é
e(
s
out
e
nu pa
rde g
r
a
nde
sf
or
t
une
sa
mé
r
i
c
a
i
ne
s
)
e
nc
our
a
geque
l
que
sa
r
t
i
s
t
e
sàc
r
é
e
rde
spr
oj
e
t
s’
hor
snor
me
s
’(tels que Lightning Field de
Walter de Maria en 1977).
Le Dia c
omme
nç
aàs
’
i
nt
é
r
e
s
s
e
ra
uNe
t
-ar
tàpa
r
t
i
rdel
af
i
ndel
’
a
nné
e1994
(lorsque Michael Govan60 fut nommé directeur). Une des principales raisons de cet attrait fut
l
’
a
s
pe
c
ti
nt
i
mi
s
t
eduNe
t
-Ar
t(
l
e
sr
e
s
pons
a
bl
e
sf
ur
e
ntf
a
s
c
i
né
spa
rl
’
i
dé
edef
a
c
eà face direct
a
ve
cl
’
é
c
r
a
n)
.Au sein du centre, le Web-ar
tn’
e
s
tpa
spe
r
ç
uc
ommeuner
upt
ur
epa
rr
a
pp
or
t
a
uxa
ut
r
e
sa
r
t
s(
e
tpa
rc
ons
é
que
ntn’
e
s
tpa
si
s
ol
édur
e
s
t
edel
ac
ol
l
e
c
t
i
on)
.I
le
s
tpl
u
t
ôt
envisagé comme une poursuite des activités précédemment menées ; c'est-à-dire
e
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
ntc
ommeun pr
ol
ong
e
me
ntdel
aquê
t
edel
adé
ma
t
é
r
i
a
l
i
s
a
t
i
on del
’
obj
e
t
artistique (nota: l
eDi
aCe
nt
e
rs
ef
i
tc
o
n
na
î
t
r
ec
ommeunde
sha
ut
sl
i
e
uxdel
’
a
r
tc
onc
e
pt
ue
l
)
.
A.4.1 - Les commissions
Enma
r
s1995,l
eDi
ade
vi
ntl
epr
e
mi
e
rc
e
nt
r
ed’
a
r
tàc
ommi
s
s
i
onne
rune
web-création: Fantastic Prayers61 del
’
a
r
t
i
s
t
eTonyOur
s
l
e
r
,del
ape
r
f
or
me
rCons
t
a
nc
ede
59
Cf. l
ar
u
br
i
qu
e‘
h
i
s
t
or
i
qu
e
’dus
i
t
eduDi
a- http://www.diacenter.org/dia/history.html
Michael Govan: directeur de la Dia Art Foundation en 1994, puis président et directeur. Avant sa nomination,
il fut conservateur adjoint au Williams College Museum of Art (Williamstown, Massachusetts), puis directeur
adjoint du Musée Solomon R. Guggenheim (New York). Il a monté plusieurs grandes expositions (dont une sur
Dan Flavin à New York et à Londres).
61
Cf. archives: http://www.diacenter.org/rooftop/webproj/fprayer/fprayer.html - l
’
œu
v
r
en’
e
s
tpl
u
sa
c
c
e
s
s
i
bl
e
s
u
rl
eWe
b.El
l
eé
v
ol
u
aj
u
s
qu’
e
nj
u
i
n2000–date à laquelle, elle fut stockée et commercialisée sous la forme
d’
unCD-Rom –quatre séquences sont visibles au: http://www.diacenter.org/fp/excerpts.html
60
32
62
Jong et du compositeur Stephen Vitiello. Initialement développé a
ut
ourd’
unepe
r
f
or
ma
nc
e
,
l
es
i
t
ef
utc
onç
u àl
af
oi
sc
omme une ba
s
e d’
a
r
c
hi
ve
se
tc
omme une e
xt
e
ns
i
on de
l
’
é
vé
ne
me
nt
.For
me
l
l
e
me
nt
,i
ls
epr
é
s
e
nt
ec
ommeuneœuvr
ehy
pe
r
mé
di
adontl
’
hi
s
t
oi
r
es
e
déroule dans un lieu baptisé « Arcadia »
.L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàs
eg
l
i
s
s
e
rda
nsl
ape
a
ud’
un
archéologue et à évoluer dans la structure générale pour découvrir des fragments narratifs
hy
pe
r
mé
di
a
s(
pa
r
ol
e
s
,mus
i
que
s
,s
é
que
nc
e
svi
dé
o…)
.
Comme le souligna Valérie Lamontagne, « les œuvr
e
s du début affichent un
désir d'aller au delà du simple cadre de l'Internet, car elles développent parallèlement des
aspects performatifs et interactifs en direct. Les performances multimédiatiques, l'intégration
del
ada
ns
e[
…]r
e
f
l
è
t
e
nte
f
f
e
c
t
i
ve
me
ntc
epe
nc
ha
ntna
t
ur
e
lduDACpour l'interdisciplinarité
et l'expérimentation63. »J
us
qu’
àma
i
nt
e
na
nt
,l
e
sa
xe
sder
e
c
he
r
c
he
squis
e
mbl
e
nta
voi
ré
t
é
privilégiés sont: l
a pe
r
f
or
ma
nc
e
,l
es
oc
i
a
l(
l
e
sc
hoi
x opé
r
é
s pa
rl
’
homme f
a
c
eàl
a
technologie) ainsi que les réflexions sur le support écranique (esthétiques, philosophiques) ou
s
url
ar
é
c
upé
r
a
t
i
ond’
i
nf
or
ma
t
i
onsduWe
b.
Actuellement, une vingtaine de web-créations ont déjà été commissionnées64
(toutes furent sélectionnées par la conservatrice Lynne Cooke, assistée par Sara Schnittjer
Tucker, la Directrice du Département des nouveaux médias).
Le Dia Center souhaite prioritairement commissionner des artistes
t
r
a
di
t
i
onne
l
sr
e
c
onnus(
pe
i
nt
r
e
s
,vi
dé
a
s
t
e
s
,mus
i
c
i
e
ns
,poè
t
e
s
,da
ns
e
ur
s
,a
r
c
hi
t
e
c
t
e
s
…)e
ts
e
montre surtout intéressés par les possibilités esthétiques et conceptuelles du Web. Il espère
quel
e
sa
r
t
i
s
t
e
s‘
t
r
a
di
t
i
onne
l
s
’or
i
e
nt
e
r
ontl
eWe
b-art vers de nouvelles tendances (non
prévues par les infographes) et pourront ainsi justifier la présence du Web-art au sein du
musée.
Concernant le processus de production, « i
ln’
yapa
sder
è
g
l
enidel
i
g
ne
directrice fixées pour ces projets –[
c
e
l
a
]va
r
i
ebe
a
uc
oupd’
unpr
oj
e
tàl
’
a
ut
r
e
.Sa
r
aTuc
ke
r
62
Cette performance a eu lieu en mai 1993 dans le Rooftop Urban Park Project del
’
a
r
t
i
s
t
eDa
nGr
a
h
a
m
(installation placée sur le toit du Dia).
63
Cf. LAMONTAGNE (Valérie), « LeWe
bduDi
aAr
tCe
nt
e
r»
,i
nAr
c
h
é
e
,s
e
c
t
i
on‘
c
r
i
t
i
qu
e
s
’oc
t
obr
e2000http://www.archee.qc.ca/ar.php?page=article&section=texte&no=132&note=ok&PHPSESSID=ae&ea2cf
c3f02c2a0fdec02c235b0e8e#1
64
Lebu
dg
e
tmoy
e
ne
s
tdeh
ui
tmi
l
l
edol
l
a
r
spa
rs
i
t
e(
c
epr
i
xn
’
i
n
c
l
u
tpa
sl
e
sdr
oi
t
ss
u
rl
’
œu
v
r
equ
ir
e
s
t
e
n
t
l
’
e
n
t
i
è
r
epr
opr
i
é
t
éde
sa
r
t
i
s
t
e
s
)
.
33
travaille étroitement avec les artistes pour réaliser le projet dans des conditions optimales.
[.
.
.
]Bi
e
nq
u
’
i
lya
i
tque
l
que
se
xc
e
pt
i
ons
,l
apl
upa
r
tde
sa
r
t
i
s
t
e
snes
a
ve
ntpa
spr
og
r
a
mme
r
: le
s
c
hé
madet
r
a
va
i
lc
ons
i
s
t
ed’
a
bor
dàe
xpl
or
e
rl
e
spot
e
nt
i
a
l
i
t
é
se
tl
e
sl
i
mi
t
e
s
,e
ns
ui
t
eà
travailler étroitement avec Tucker sur le design et la programmation des projets65 ». Certains
a
r
t
i
s
t
e
sr
e
s
t
e
ntt
r
è
spe
udet
e
mpsda
nsl
ec
e
nt
r
e(
Cl
a
udeCl
os
kyn’
ypa
s
s
aqu’
unevingtaine de
jours) tandis que d’
a
ut
r
e
syr
é
s
i
de
ntbe
a
uc
ouppl
usl
ong
t
e
mps(
Che
r
y
lDone
ga
nys
é
j
our
na
plus de six semaines).
A.4.2 –Le statut des commissions
Les web-c
r
é
a
t
i
onsn’
a
p
pa
r
t
i
e
nne
ntpa
s
, à proprement parler, à la collection du
Dia. Ce dernier dispose d’
unel
i
c
e
nc
ee
xc
l
us
i
ved’
hé
be
r
g
e
me
nts
url
eNe
t(payée en moyenne
huit mille dollars). Le contrat passé avec les artistes est très souple. Parmi les principales
clauses, nous pouvons mentionner que:
• l
’
a
r
t
i
s
t
eg
a
r
del
ec
opy
r
i
g
hte
tl
apr
opr
i
é
t
édel
’
œuvr
e
.
• les créateurs doivent demander une autorisation auprès du musée pour exposer leur
œuvr
ee
n de
hor
sdu c
e
nt
r
e(
nota: ces permissions sont accordées presque
systématiquement).
• l
o
r
s
quel
eDi
as
ou
ha
i
t
ec
omme
r
c
i
a
l
e
me
nte
xpl
oi
t
e
runeœuvr
e(
pa
re
xe
mpl
el
a
vendre sous forme de CD-Rom), il doit passer un contrat supplémentaire avec
l
’
a
r
t
i
s
t
e
.
• l
o
r
s
qu’
uneautre institution souhaite passer une licence de non exclusivité, elle doit
r
e
c
e
voi
ràl
af
oi
sl
’
a
c
c
or
dduDi
ae
tdel
’
a
r
t
i
s
t
e
.
A.4.3 –[email protected]
En février 1999, le Dia passa une alliance avec Stadium une des premières
plateformes indépendantes qui hébergea des web-créations66. Dans celle-ci, nous pouvons
t
r
ouve
rde
sœuvr
e
sd’
a
r
t
i
s
t
e
sinternationalement reconnus: David Askevold, Louise Lawler,
Allan McCollum, John Simon, Lawrence Weiner et Ma
c
i
e
jWi
s
ni
e
ws
ki
…I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
nt
65
66
Email de Sara Tucker et Lynne Cooke envoyé à Steve Dietz, le 16 mars 1998.
Stadium fut fondé en 1994 par Ron Wakkary.
34
de remarquer que le choix se porta quelques fois sur des artistes traditionnels étrangers au
mondeduc
y
be
r
a
r
t(
e
nc
e
l
a
,c
e
t
t
epol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
one
s
tpr
oc
hedec
e
l
l
eduDi
a
)
.
Lec
e
nt
r
edé
c
i
dad’
hé
be
r
g
e
re
tdepr
omouvoi
rStadium pourqu’
i
lpu
i
s
s
e
continuer à choisir et à produire de manière autonome ses projets (nota: le partenariat prit
a
l
or
sl
enom de‘
St
a
di
u
[email protected]
a
’
)
.Ma
l
h
e
ur
e
us
e
me
nt
,St
a
di
um ne poursuivit pas ses activités:
Ron Wakkary, le fondateur et commissaire de la collection trouva un poste de professeur
agrég
ée
nt
e
c
hnol
og
i
edel
'
i
nf
or
ma
t
i
one
te
na
r
t
si
nt
e
r
a
c
t
i
f
sàVa
nc
ouve
re
tn’
e
utpl
usle
temps de diriger son projet.
MmeSa
r
aTuc
ke
rmec
onf
i
r
maqu’
i
ls
’
a
g
i
s
s
a
i
tdus
e
ulpr
oj
e
ta
c
qui
se
nde
hor
s
du programme de commissions.
A.5 –Le Smithsonian American Art Museum (Washington)
LeSmi
t
hs
oni
a
nAme
r
i
c
a
nAr
tMus
e
um f
utf
ondée
n1829àpa
r
t
i
rd’
undondu
g
ouve
r
ne
me
ntf
é
dé
r
a
l
.Tr
è
svi
t
e
,s
onf
ondsg
r
a
ndi
te
tde
vi
ntl
’
unde
spl
usi
mpor
t
a
nt
sa
u
x
Etats-Unis (environ trente-neuf mille œuvr
e
sys
ontc
ons
e
r
vé
e
s
: art colonial, paysages du dixneuvième siècle, impressionnisme américain, peinture réaliste et abstraite, projets du New
Deal, sculpture, photographie, gravure, dessin, art afro-a
mé
r
i
c
a
i
n,a
r
td’
Amé
r
i
queLa
t
i
ne
,a
r
t
f
ol
kl
or
i
que
…)
.
Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, le Smithsonian se donne comme
pr
i
or
i
t
éder
a
ppr
oc
he
rl
’
a
r
te
tl
at
e
c
hnol
og
i
e
.Enoctobre 1996, le musée mit à disposition des
internautes une vitrine online de sa collection de photographies américaines67. Le website fut
baptisé « Helios » et sa direction fut confiée à Steve Dietz (également directeur du
Departement des new media arts du Walker Art Center de Minneapolis).
67
Nou
spou
v
on
se
n
t
r
ea
u
t
r
ey dé
c
ou
v
r
i
rl
ama
gn
i
f
i
qu
ec
ol
l
e
c
t
i
on « Ch
a
r
l
e
sI
s
a
a
c
s» a
i
n
s
iqu’
un
es
é
r
i
e
d’
e
x
pos
i
t
i
on
sonline. Cf. http://www.juliafriedman.com/bio_cheang.html
35
A.5.1 –Le « New Media/New Century Award » (2000-2001)
En 2000, Merry Foresta, conservatrice du Département de Photographie, eut
l
’
i
dé
edec
r
é
e
runc
onc
our
spours
é
l
e
c
t
i
onne
rde
swe
b-créations destinées à enrichir le site
« Helios »
.I
ni
t
i
a
l
e
me
ntc
onç
ua
ve
cl
’
i
nt
e
nt
i
ond’
ouvr
i
rdenouve
a
uxhor
i
z
o
nsnumé
r
i
que
sa
ux
seuls photographes, le concours fut élargi à tous les artistes des new medias. Ce changement opéré par les conservateurs - r
é
s
ul
t
ad’
undoubl
ec
ons
t
a
t
: c
e
l
uid’
uner
é
e
l
l
ea
bs
e
nc
ede
s
pé
c
i
a
l
i
s
t
e
sda
nsl
edoma
i
nedel
aphot
og
r
a
phi
ed’
a
r
tnumé
r
i
quee
tc
e
l
uidel
apol
y
va
l
e
nc
ede
s
créateurs exploitant les nouveaux medias (nota: ceux-ci ont tendance à profiter des
hybridations autorisées par les différentes technologies numériques). La thématique du
concours (baptisé le « New Media/New Century Award ») fut le paysage. Ce choix
correspondait à une volonté de compléter les collections du musée ; celui-c
idi
s
pos
ed’
un
remarquable ensemble de tableaux (notamment des peintures de la Hudson River School) et
de photographies68 e
nl
i
e
n.Lapl
upa
r
tde
sœuvr
e
sr
e
ç
ue
sf
ur
e
ntc
ompos
é
e
sdemor
c
e
a
ux
audio-visuels assemblés par le biais des technologies Flash et Shockwave.
Le 1er novembre 2000, le jury –composé de Steve Dietz et Jim Sheldon,
pr
of
e
s
s
e
urdeNe
w Me
di
aAr
tàl
’
Eme
r
s
onCol
l
e
g
edeBos
t
on–annonça les trois gagnants:
Cindy Bernard, Russet Lederman and Patrick Lichty. Chacun reçut quatre mille dollars69 ainsi
quel
’
assurance de la diffusion de son œuvr
esur le site Helios.
Les trois sites furent mis en ligne à partir de janvier 2001. Lors de la première
a
nné
ed’
e
xp
os
i
t
i
on,l
ec
e
nt
r
eobt
i
ntl
e
sdr
oi
t
se
xc
l
us
i
f
ss
url
e
st
r
oi
sœuvr
e
s
.De
pui
s
,l
emus
é
e
g
a
r
deunec
opi
edec
ha
quec
r
é
a
t
i
onma
i
snebé
né
f
i
c
i
epl
usdel
’
e
xc
l
us
i
vi
t
éde
sdr
oi
t
s(
nota: le
mus
é
epe
utt
ouj
our
sl
i
br
e
me
nts
es
e
r
vi
rdel
’
œuvr
eàde
sf
i
nspr
omot
i
onne
l
l
e
soué
duc
a
t
i
ve
s
)
.
A.5.2 –Analyse des trois œuvr
e
s
L’
a
r
t
i
s
t
ec
a
l
i
f
or
ni
e
nne Ci
ndy Be
r
na
r
d réalisa – avec le musicien Joseph
Hammer –un site conceptuel proposant cinq ambiances paysagères, sonores et colorées
68
En 1987, la Dominion Foundation aida le musée à acquérir une collection de trois cents photographies de
pa
y
s
a
g
ee
ta
i
n
s
iàof
f
r
i
ra
u
xv
i
s
i
t
e
u
r
sunpa
n
or
a
mav
a
r
i
édel
’
Amé
r
i
qu
edel
af
i
nduv
i
ng
t
i
è
mes
i
è
c
l
e
.
69
La somme de douze mille dollars fut obtenue grâce au mécénat de la compagnie de gaz naturel Dominion
(celle-ci aide le musée depuis 1987).
36
(
é
voc
a
t
i
ond’
unc
our
a
ntma
r
i
n,d’
unboi
s
,d’
unc
ha
mp,d’
undé
s
e
r
te
td’
unpa
y
s
a
gede
montagne). Da
ns une pr
é
s
e
nt
a
t
i
on de c
e
t
t
e œuvr
e
,e
l
l
ea
f
f
i
r
ma s
’
ê
t
r
ei
ns
pi
r
é
e d’
une
photographie prise en 1967 et représentant un jeune homme nommé Joseph. Celui-ci pose
fièrement et tient un filtre gélatine rouge (pe
nda
nts
e
sva
c
a
nc
e
s
,i
ln’
a
ur
a
i
tpa
sa
r
r
ê
t
éde
regarder les paysages à travers ce plastique coloré). Sur le site projections+sound, Cindy
Bernard ne propose aucune image f
i
g
ur
a
t
i
ve;l
es
pe
c
t
a
c
t
e
urn’
e
s
tc
onf
r
ont
équ’
àuné
c
r
a
n
monoc
hr
omepa
s
s
a
ntd’
unenua
nce colorée à une autre (sur un rythme lent de musique
r
é
pé
t
i
t
i
ve
)
.Commeda
nsl
’
a
r
ta
bs
t
r
a
i
te
tda
nsc
e
r
t
a
i
ne
ss
c
è
ne
sd’
i
nt
e
r
s
t
i
c
ea
uc
i
né
ma
,l
es
i
t
e
ne nousdonne pa
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on o
bj
e
c
t
i
ve ma
i
sa
uc
ont
r
a
i
r
el
a
i
s
s
ea
g
i
rnot
r
e pr
opr
e
subjectivité.
Dans American Views: Stories of the Landscape, la designer et cyberartiste
Russet Lederman réalisa un collage non-linéaire fait de bribes de trois récits personnels.
L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
tc
onf
r
ont
éàt
r
oi
spa
g
e
sc
ons
t
i
t
ué
e
sdepe
t
i
t
e
svi
g
ne
t
t
e
s(
e
nl
e
ss
ur
vol
a
nt
,i
l
découvre des textes et en cliquant dessus, il écoute des micro-séquences audio) ; chacune
d’
e
nt
r
ee
l
l
e
sé
voquel
epa
r
c
our
sd’
unpe
r
s
onna
ge
: Cindi, un designer vivant dans le Kentucky
(entre 1998 et 2001), Adam, un ingénieur environnemental californien (entre 1989 et 2001) et
Neil un New-yorkais vivant dans les années cinquante.
L’
a
r
t
i
s
t
ee
tc
ommi
s
s
a
i
r
ei
ndé
pe
nda
ntPa
t
r
i
c
kLi
t
c
hyc
r
é
aung
i
g
a
nt
e
s
ques
ite
hypermédia donnant accès à trente-deux photographies panoramiques de sa ville (North
Canton, Ohi
o)pr
i
s
e
se
nt
r
e1996e
t1998,a
i
ns
iqu’
àde
si
ndi
c
a
tions textuelles et à plus de trois
he
ur
e
sdes
é
que
nc
e
svi
dé
o.Lel
i
e
udé
voi
l
épa
rl
’
a
r
t
i
s
t
ee
s
tunez
oner
é
s
i
de
nt
i
e
l
l
ee
npl
e
i
ne
expansion (résultant du phénomène de migration dans les années quatre-vingt-dix). En
pa
r
c
our
a
ntl
es
i
t
e
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
epr
e
nd c
onscience de phénomènes sociaux, économiques,
c
ul
t
ur
e
l
s(
…)t
y
pi
que
sde
s banlieues américaines. Les hommes sont étrangement absents des
photos (sur celles-ci, sont essentiellement présentés des maisons, des routes, des ponts, des
voitures garées et des usines). La vie n’
est visible que dans les vidéos, dans lesquelles
diverses personnes témoignent de leur quot
i
di
e
ne
tdel
’
é
vol
ut
i
ondel
e
urcité (création
d’
é
qui
pe
me
nt
s
: bi
bl
i
ot
hè
que
s
…)
.
37
A.6 –Les plateformes online
Les plates-formes online sont des lieux de sociabilité purement virtuels, à but
non lucratif. Financées par des fonds privés et publics, elles forment et conservent des
ensembles de web-créations. Ré
g
ul
i
è
r
e
me
nt
,e
l
l
e
sor
ga
ni
s
e
ntde
sc
ommi
s
s
i
onsd’
a
c
qui
s
i
t
i
on
s
.
Actuellement, deux immenses plates-formes, aux objectifs très différents, coexistent à New York: Rhizome et Turbulence.
A.6.1 –Rhizome.org
Rhizome est actuellement la plus importante et la plus populaire plate-forme
online dédiée à la création, à la présentation, à la discussion et à la conservation des new
media arts.
A.6.1.1 –Historique (1996-)
Rhizome fut officiellement lancé par Mark Tribe le 1er février 1996 sous la
f
or
med’
unemailing list (hébergée par la société desk.nl). A cette époque, le fondateur résidait
encore à Berlin70. En mars 1996, il déménagea à New York et convertit Rhizome en website
(
l
ebuti
ni
t
i
a
lé
t
a
i
tl
’
a
r
c
hi
va
gede
sdi
s
c
us
s
i
onsé
l
e
c
t
r
oni
que
s
)
.Dè
sl
e
spr
e
mi
e
r
sé
c
ha
nge
s
,de
nombreux internautes –souhaitant une collectivisation du Web-Art - suggérèrent à Mark
Tribe de bâtir un espace de vente online d’
œuvr
e
svi
r
t
ue
l
l
e
s(
i
ma
g
e
se
ta
ni
ma
t
i
ons
)
.I
le
n
r
é
s
ul
t
a‘
Rh
i
z
ome
.
c
om’
,un espace de dépôt vente (appartenant à la même société que
Rhizome mais étant financièrement indépendant). La communauté de Rhizome était alors
71
c
onvi
é
eàpr
opos
e
rde
sœuvr
e
se
ta
i
ns
iàa
l
i
me
nt
e
rl
ec
omme
r
c
e
. Cet espace fonctionna
quatre ans et fut fermé en 1999 (ou en 2000 ?). Il est intéressant de remarquer que cet arrêt fut
pr
é
c
é
dée
nma
r
s1998pa
runi
mpor
t
a
ntc
ha
ng
e
me
ntd’
or
i
e
ntation du site Rhizome. Constatant
70
Mark Tribe travaillait à Berlin comme designer graphique et comme Net-artiste.
En 1998, le site recevait mensuellement la visite de vingt-trois mille internautes (estimation donnée par
Mirapaul in le New York Time, 2 avril 1998).
71
38
72
que les revenus de Rhizome.com c
o
mme
nç
a
i
e
ntàs
’
e
f
f
i
l
oc
he
r
, Mark Tribe décida très
judicieusement de se consacrer à une nouvelle plateforme à but non lucratif intitulé
‘
Rhi
z
ome
.
or
g
’
.
Rhizome.org - codirigé par Mark Tribe et Rachel Greene - démarra avec une
liste de mille cinq cents soixante-dix membres (répartis en deux groupes: ‘
Ra
w’e
t‘
Di
g
e
s
t
’
)
.
Dè
sl
edé
but
,Tr
i
bedé
c
i
dad’
or
i
e
nt
e
rRhi
z
omeve
r
sl
eNe
t
-Art. Il créa alors une zone à partir
de laquelle il était possible de visionner des animations et des sites interactifs: Artbase73.
Rhi
z
omebé
né
f
i
c
i
ed’
i
mpor
t
a
nt
e
sa
i
de
sf
i
na
nc
i
è
r
e
spr
ove
na
ntdenombr
e
us
e
s
institutions. Sur la fe
ui
l
l
ed’
i
mpos
i
t
i
ondeRhi
z
ome(
200074), nous pouvons constater que
l
’
or
ga
ni
s
a
t
i
onreçut des subventions de: la Rockfeller Foundation75 (100'000 dollars), la New
York Fondation for the Arts76 (14'000 dollars), la Fondation Daniel Langlois77 (25'000
dollars), l
’
Andy Warhol Foundation78 (20'000 dollars), la William H. Donner Foundation79
(10'000 dollars), du Tribe Trust (
15’
000dol
l
a
r
s
)
,l
aHale & Dorr (25'444 dollars), du New
York State Council of the Arts80 (5'000 dollars) et le National Endowment for the Arts81
(17'000 dollars).
72
Tendance générale dans cette économie: cf. les problèmes rencontrés par Ada’
we
b(lâché par AOL en 1998) et
le magazine électronique Word.
73
Artbase est accessible au: http://rhizome.org/fresh/art/
74
Fe
u
i
l
l
ed’
i
mpos
i
t
i
onpu
bl
i
é
es
u
rl
es
i
t
edeRhizome –partiellement reproduite in Annexes pp.62-64.
75
La Rockfeller Foundation encourage, entre autres, des artistes américains et mexicains exploitant les nouveaux
mé
di
a
s(
vi
dé
o,f
i
l
m,de
s
i
gn
,mul
t
i
mé
di
a
…)
.El
l
et
e
nt
ed’
opé
r
e
rde
sr
a
ppr
oc
h
e
me
nt
se
n
t
r
e les artistes et les
c
ommuna
u
t
é
ss
c
i
e
n
t
i
f
i
qu
e
s
.Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. http://www.rockfound.org/
76
La New York Fondation for the Arts fut créée en 1971. Elle encourage les initiatives personnelles et les
organismes culturels à New York. Depuis 1998, elle soutient de nombreuses productions informatiques. Pour
pl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s, cf. http://www.nyfa.org/
77
Créée en 1997, la Fondation Daniel Langlois encourage les pratiques des new media arts ainsi que la réflexion
critique connexe à ces expérimentations
.El
l
es
’
e
s
s
a
y
eàr
a
ppr
oc
h
e
rl
e
ss
c
i
e
n
t
i
f
i
qu
e
s
,l
e
sa
r
t
i
s
t
e
se
tl
e
si
ng
é
n
i
e
u
r
s
.
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. http://www.fondation-langlois.org/
78
Cr
é
é
ee
n1987,l
’
Andy Warhol Foundation encourage les initiatives innovantes et expérimentales dans le
doma
i
n
ede
sa
r
t
sv
i
s
u
e
l
s
.Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
ons
,cf. http://www.warholfoundation.org/
79
Crée à Philadelphia en 1932, la William H. Donner Foundation f
u
td’
a
bor
dc
on
ç
u
epou
rs
ou
t
e
n
i
rl
ar
e
c
h
e
r
c
h
e
c
on
t
r
el
ec
a
n
c
e
r
.Laf
on
da
t
i
ons
’
i
n
s
t
a
l
l
aàNe
wYor
ke
n1960e
ts
’
i
mpl
i
qu
ada
n
sl
aCul
t
u
r
ee
tl
e
sAr
t
sàpa
r
t
i
rde
1993.
Pou
rpl
u
sd’
i
n
f
or
ma
t
i
ons
,cf. http://www.independencefoundation.org/aboutus.html
80
Le New York State Council of the Arts est le plus ancien organisme chargé d’
e
n
c
ou
r
a
g
e
rles organisations
culturelles à but non lucratif (environ mille trois cent). Elle soutient particulièrement les new media arts (audio,
r
a
di
o,mul
t
i
mé
di
a
,v
i
dé
o…)
.Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. http://www.nysca.org/
81
Basé à Washington, le National Endowment for the Arts encourage toutes les pratiques artistiques aux EtatsUn
i
s
.Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
ons
,cf. http://www.nea.gov/
39
En septembre 2003, Rhizome conclut un partenariat avec le New Museum of
Contemporary Art82 deSo
Ho(
Ne
wYor
k)
.L’
é
qui
pes
’
i
ns
t
a
l
l
ada
nsl
e
smur
sdumus
é
ea
f
i
nd
e
bénéficier de ses services administratifs (nota: Rhizome espère ainsi économiser cent mille
dollars par an). Lisa Philips, la directrice du New Museum, se félicita de cette alliance (qui
permit à son institution de nouer des contacts avec la jeune scène des new media arts).
Lamê
mea
nné
e
,l
’
a
c
c
è
sa
us
i
t
ede
vi
ntpa
y
a
nt(
c
ot
i
s
a
t
i
ona
nnue
l
l
edec
i
nq
dollars). Rhizome subit alors de lourdes attaques83 mais resta toujours aussi populaire. Sa
newsletter hebdomadaire (le Rhizome's digest) est actuellement diffusée à plus de six mille
internautes.
A.6.1.2 –Artbase (1998-)
En 1998, les responsables du site conçurent Artbase,une
s
pa
c
ed’
a
r
c
hi
va
g
ee
t
de présentationd’
œuvr
e
svi
r
t
ue
l
l
e
s
.A l
’
or
i
g
i
ne
,s
e
ul
e
sl
e
sc
r
é
a
t
i
onsr
e
l
e
va
ntduNe
t
-art
étaient acceptées. Depuis janvier 2002, le site héberge également des art objects84 considérés
comme historiques: des jeux, des logiciels, de la documentation sur des performances (et des
installations) utilisant les new media arts… LebutdeRhi
z
o
men’
e
s
tpa
sdef
or
me
rune
c
ol
l
e
c
t
i
ond’
œuvr
e
se
xc
e
pt
i
onne
l
l
e
sma
i
spl
ut
ôtdec
r
é
e
rune
s
pa
c
edes
i
t
e
sut
i
l
i
s
a
ntl
e
s
technologies symptomatiques de notre époque85.
Da
nsl
ec
a
dr
ed’
Ar
t
ba
s
e
,c
en’
e
s
tpa
sunc
ommi
s
s
a
i
r
e(
ouunec
ommi
s
s
i
on)q
ui
choisit une optique de collection particulière mais ce sont les artistes qui doivent formuler une
demande. Chaque artiste peut soumettre son site86 e
nl
’
a
c
c
ompa
g
na
ntde
smetadatas exigées
(
nom del
’
a
r
tiste, lieu et date de création, taille, type, genre, titre(s), technologies employées,
qua
t
r
eàhui
tmot
sc
l
e
f
sdé
f
i
ni
s
s
a
ntl
emi
e
uxl
’
œuvr
e
,les types de plateforme, de browser, de
82
Fondé en 1977, le New Museum of Contemporary Art e
s
ta
c
t
u
e
l
l
e
me
n
tl
’
e
s
pa
c
ed’
a
r
tc
on
t
e
mpor
a
i
nl
epl
us
visité de New York.
83
Cf. par exemple: KOVACEVIC (Vladimir), « After Rhizome », message laissé in la liste de discussions
« Nettime », 6 mars 2003 –http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-0303/msg00038.html
84
Terme de référence employé par Rhizome –cf. « Rhizome ArtBase Management Policy », 23 septembre 2002.
http://www.rhizome.org/artbase/policy.htm
85
Ens
e
pt
e
mbr
e200
2,l
es
i
t
ea
c
c
u
e
i
l
l
a
i
ts
i
xc
e
nt
sc
i
n
qu
a
nt
eœu
v
r
e
se
tr
e
v
e
n
di
qu
a
i
tl
’
a
j
ou
td’
un
edi
z
a
i
n
edes
i
t
e
s
chaque semaine.
86
Le s
i
t
epr
opos
ea
u
xa
r
t
i
s
t
e
sde
u
xt
y
pe
sd’
a
r
c
h
i
v
a
g
e
:l
e
ss
i
t
e
sc
l
on
é
s(
Artbase di
s
pos
ed’
unec
opi
edel
’
œu
v
r
ee
t
la rend accessible aux internautes) et ceux reliés (Artbase pr
op
os
ej
u
s
t
eunl
i
e
nv
e
r
sl
’
URL del
’
œuv
r
et
a
n
t
qu
’
e
l
l
ee
s
ta
c
c
e
s
s
i
bl
e
)
.
40
ba
nde
…)
.Le
sœuvr
e
ss
onte
ns
ui
t
e vi
s
i
onné
e
se
ts
é
l
e
c
t
i
onné
e
se
nf
onc
t
i
on de critères
prédéfinis87:
l
’
a
s
pe
c
t nova
t
e
ur d
a
ns l
e doma
i
ne e
s
t
hé
t
i
que
, l
a s
ophi
s
t
i
c
a
t
i
on
conceptuelle, l
’
i
mpa
c
tpol
i
t
i
que
,l
apor
t
é
edel
’
œuvr
eda
nsl
e
sdi
s
c
us
s
i
onsdunew media art
(
oupl
usg
é
né
r
a
l
e
me
ntdel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n)
,l
e
sdi
s
c
us
s
i
onss
us
c
i
t
é
e
spa
rl
’
œuvr
eda
ns
Rhi
z
ome(
ouda
nsl
e
sa
u
t
r
e
spubl
i
c
a
t
i
ons
)
,l
apos
i
t
i
ondel
’
œuvr
eda
nsl
ac
a
r
r
i
è
r
edel
’
a
r
t
i
s
t
e
(
ou de s
on œuvr
e
)
,l
a pr
ove
na
nc
e(
c
ommi
s
s
i
ons
,e
xpos
i
t
i
ons e
ta
p
pa
r
t
e
na
nc
e à de
s
collections).
L’
a
r
t
i
s
t
eg
a
r
det
ousl
e
sdr
oi
t
ss
url
’
œuvr
e(
not
amment celui de la propriété
i
nt
e
l
l
e
c
t
ue
l
l
e
)
.Mê
meda
nsl
ec
a
sde
sœuvr
e
sc
l
oné
e
s
,l
’
a
r
t
i
s
t
eal
edr
oi
td’
e
xpos
e
rs
onœuvr
e
où il le désire (de manière online et off-line), de la vendre et/ou de la soumettre à une
t
r
a
ns
a
c
t
i
onc
omme
r
c
i
a
l
e
.Lor
sdel
’
a
c
t
edecandidature, Rhizome demande à chaque artiste
s
’
i
la
c
c
e
pt
ed’
a
c
c
or
de
rque
l
que
sa
ut
o
r
i
s
a
t
i
ons(
l
edr
oi
tder
é
a
l
i
s
e
rde
sc
a
pt
ur
e
sd’
é
c
r
a
nàde
s
f
i
nspr
omot
i
onne
l
l
e
s
,dec
r
é
e
rde
sa
ni
ma
t
i
onsàpa
r
t
i
rdec
a
pt
ur
e
sd’
é
c
r
a
n,d’
e
f
f
e
c
t
ue
rde
s
enregistrements audio, le droit de migration88,d’
é
mul
a
t
i
on,der
é
i
nt
e
r
pr
é
t
a
t
i
on)
.L’
œuvr
epe
u
t
être soustraite de la collection si Rhizome pense avoir des raisons valables (en cas de violation
del
oi
s
…)ous
il
’
a
r
t
i
s
t
el
edé
s
i
r
e(
i
ll
uis
uf
f
i
tdel
es
i
g
na
l
e
rde
uxmoi
sàl
’
a
va
nce).
A.6.1.3 –Commissions spécifiques (2002 et 2004)
En novembre 2001, Rhizome lança un programme de commission de Web-Art
89
s
ousl
af
or
med’
unc
onc
our
s(
dot
édequi
nz
emi
l
l
edol
l
a
r
s
). La revue imposa alors deux
sujets très différents: l
ac
r
é
a
t
i
ond’
une interface alternative pour accéder à ses archives online
et une réflexion sur la situation politique (suite aux événements du 11 septembre 2001). Cette
initiative reçut un large écho: cent trente cinq soumissions furent reçues et évaluées par un
panel de cinq experts internationalement reconnus dans le champs des new media arts (Steve
Dietz du Walker Art Center de Minneapolis, Alex Galloway de Rhizome.org, Ken Goldberg
del
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeCa
l
i
f
or
ni
e
,Christiane Paul du Whitney Museum of American Art et Mark
87
Liste des critères visibles in « Rhizome ArtBase Management Policy », site de Rhizome, 23 septembre 2002 http://www.rhizome.org/artbase/policy.htm
88
Ledr
oi
tdemi
g
r
a
t
i
onpe
r
me
tàl
’
i
n
s
t
i
t
u
t
i
onder
e
mpl
a
c
e
rl
e
stags d’
u
n
eœuv
r
ede
v
e
n
u
eobs
ol
è
t
epa
rde
nouveaux compatibles avec les nouvelles technologies.
89
Cette somme est apportée par la Jerome Foundation, le New York City Department of Cultural Affairs
Cultural Exchange Program,l
’
Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, la Rockefeller Foundation et les
membres de la communauté de Rhizome.
41
Tribe de Rhizome.org). Les deux gagnants - Christopher Fahey et John Klima - reçurent
chacun cinq mille dollars et les deux suivants - Nungu et Lisa Jevbratt - se virent remettre
deux mille cinq cents dollars. Dix autres artistes se virent attribuer une mention honorable.
En 2004, le programme de commission fut relancé90. Rhizome souhaita –grâce
aux fonds de la Jerome Foundation91 et de la Greenwall Foundation92 –encourager cinq
nouveaux projets (financements à hauteur de mille cinq cents à trois mille cinq cents dollars
par site). Les artistes furent invités à concevoir des œuvr
e
s sous la forme de jeu vidéo en
ligne. Dans le règlement, il était précisé que les artistes ne devaient pas escompter une aide
technique de Rhizome. Pour évaluer les propositions, Rhizome fit une nouvelle fois appel à un
jury très compétent, composé: duc
r
i
t
i
quea
l
l
e
ma
ndTi
l
ma
nBa
umg
a
r
t
e
l
,del
’
a
r
t
i
s
t
eNa
t
a
l
i
e
Bookc
hi
n,duc
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
onj
a
pona
i
sYuki
koShi
ka
t
aa
i
ns
iquedeRa
c
he
lGr
e
e
ne
et Francis Hwang (travaillant tous les deux à Rhizome). Normalement, les noms des gagnants
auraient du être annoncés le 7 mars 2004. Nota: le 23 mai 2004, l
e
sr
é
s
ul
t
a
t
sn’
é
t
a
i
e
ntt
ouj
our
s
pas affichés (seules furent dévoilés les descriptifs des quarante-huit propositions reçues93).
A.6.2 –Turbulence.org
Turbulence94 est une organisation à but non lucratif, spécifiquement orientée
vers le Net-Art. Depuis 1996, elle a déjà commissionné soixante-quinze web-créations
d’
a
r
t
i
s
t
e
sreconnus ou émergents. Actuellement, Turbulence apparaît comme une ressource
inestimable pour tous les passionnés des new media arts.Le
sœuvr
e
sdes
ac
ol
l
e
c
t
i
ons
ont
régulièrement montrées lors de festivals (elles le furent notamment au Whitney Museum of
90
Cf. le règlement du concours lancé en 2004, reprint in Annexes, p.65.
La Jerome Foundation f
u
tc
r
é
é
eàStPa
u
l(
Mi
nn
e
s
ot
a
)pa
rl
’
a
r
t
i
s
t
ee
tphi
l
a
nt
h
r
opeJ
e
r
omeHi
l
l(
1905-1972).
Elle encourage la création et la production de nouvelles formes artistiques. Par le biais de commissions, elle
e
s
s
a
y
edec
on
t
r
i
bu
e
ràl
ar
e
c
on
n
a
i
s
s
a
n
c
ed’
a
r
t
i
s
t
e
sé
me
r
g
e
n
t
sà New York et dans le Minnesota. Cf. site de la
fondation: http://www.jeromefdn.org/
92
La Greenwall Foundation fut créée en 1949 par Frank et Anna Greenwall. Elle encourage la vie culturelle
new-yorkaise (arts visuels, arts vivants, littérature et arts médiatiques). En 2003, la fondation offrit cinquantecinq mille dollars pour les actions en faveur des arts des nouveaux médias (dont quinze mille dollars à
Turbulence). Cf. le site de la fondation: http://www.greenwall.org/
93
Cf. la liste des quarante huit propositions reçues en 2004: http://rhizome.org/commissions/all_proposals.rhiz
94
Turbulence appartient a
u gr
ou
pe‘
New Radio an
d Pe
r
f
or
mi
ng Ar
t
s
,I
n
c
’
.Fon
dée
n 1981 pa
rHe
l
e
n
Th
or
i
n
g
t
on
,c
e
tor
g
a
n
i
s
mee
s
tc
on
s
i
dé
r
éc
ommel
apr
i
n
c
i
pa
l
es
ou
r
c
ede‘
r
a
di
oa
r
t
’e
tde‘
s
ou
n
dsa
r
t
’a
uxEt
a
t
s
Un
i
s
.I
ladé
j
àc
ommi
s
s
i
onn
épl
usdet
r
oi
sc
e
n
t
sœu
v
r
e
s(
n
ouv
e
a
u
xdr
a
me
sc
on
c
e
pt
u
e
l
s
,doc
ume
nt
a
ires,
e
x
pl
or
a
t
i
on
sdul
a
ng
a
g
e
,mé
di
t
a
t
i
on
smus
i
c
a
l
e
s
,c
ompos
i
t
i
on
se
nv
i
r
onn
e
me
nt
a
l
e
s
,e
x
pl
or
a
t
i
on
smus
i
c
a
l
e
s
…)–
cf. http://somewhere.org/
91
42
Ame
r
i
c
a
nAr
tl
or
sdel
aBi
e
nna
l
e
,de‘
Bi
tSt
r
e
a
ms
’e
t‘
Da
t
aDy
na
mi
c
s
’
, au Total Museum of
Contemporary Art, à C-The
or
y
,àl
aCor
ne
l
lUni
ve
r
s
i
t
y
,àAr
sEl
e
c
t
r
oni
c
a
,àl
’
International
Festival of New Cinema and New Media deMont
r
é
a
l
,àl
’
European Media Arts Festival, au
New Forms at the Sunda
nc
eFi
l
mFe
s
t
i
va
l
….
)
.
A.6.2.1 –Le fonctionnement des commissions
Deux fois par an (généralement en juillet et en décembre95), Turbulence lance
unc
onc
our
si
nt
e
r
na
t
i
ona
l
.At
r
a
ve
r
s
,c
e
sc
ompé
t
i
t
i
ons
,l
e
sor
g
a
ni
s
a
t
e
ur
ss
ouha
i
t
e
ntd’
unep
a
r
t
« fournir aux artistes de toutes l
e
s di
s
c
i
pl
i
ne
s[
…] l
’
oppor
t
un
i
t
é d’
e
xpl
or
e
rl
e
s
c
a
r
a
c
t
é
r
i
s
t
i
que
ss
pé
c
i
f
i
que
sdumé
di
um We
b[
e
td’
a
ut
r
epa
r
t
]obt
e
ni
rdenouve
l
l
e
sœuvr
e
s
96
é
pr
ouva
ntl
aqua
l
i
t
édel
’
e
nvi
r
onne
me
ntI
nt
e
r
ne
t
. » Ils encouragent les créateurs - artistes
des nouvelles technologies, écrivains, musiciens, plasticiens, performers… - à imaginer de
nouvelles formes interdisciplinaires, créatives et collaboratives.
Le
s œuvr
e
ss
onté
va
l
ué
e
s pa
r de
sj
ur
y
sc
ompos
é
s de pr
of
e
s
s
i
onne
l
s
(généralement reconnus comme théoriciens et artistes des nouveaux médias97). Ils
sélectionnent les projets en fonctions des données envoyés par les artistes (informations
biographiques, court curriculum vitae avec des liens vers des projets online, un résumé du
projet: titre, description, explication du caractère artistique, spécifications techniques).
Quatre critères sont particulièrement appréciés: l
emé
r
i
t
ea
r
t
i
s
t
i
que
,l
’
or
i
g
i
na
l
i
t
é
,l
ede
g
r
é
d’
i
nt
e
r
a
c
t
i
vi
t
éa
i
ns
iquel
adi
f
f
i
c
ul
t
ét
e
c
hni
que(
a
u ni
ve
a
u del
apr
og
r
a
mma
t
i
on e
tde
l
’
i
nnova
t
i
ont
e
c
hnol
og
i
que
)
.
Unef
oi
ss
é
l
e
c
t
i
onné
,l
’
a
r
t
i
s
t
ea- au maximum - un an pour achever son projet
(en 2004, le délai passa à neuf mois). Il reçoit entre deux mille cinq cents et cinq mille dollars
(pour obtenir ces sommes, Turbulence bénéficie du soutien de trois fondations –Greenwall,
95
Cf. le règlement du dernier concours (mars 2004): http://turbulence.org/comp_04/guidelines.htm
Cf. http://www.aec.at/en/archives/festival_archive/festival_catalogs/festival_artikel.asp?iProjectID=8528
97
En 2004, les cinq membres du jury furent: Luci Eyer (artiste londonienne et éditrice du journal Evreything),
Marc Garrett (webartiste, écrivain, activiste, co-fondateur de la plateforme Futherfield), Eduardo Navas (artiste
et écrivain), Norie Neumark (artiste des nouveaux médias et professeur de Média Arts àl
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
éde
Technologie de Sydney) et Helen Thorighton (écrivain, compositrice, artiste des médias, fondatrice et directrice
exécutive de Turbulence).
96
43
Jerome, LEF98 - et du National Endowment for the Arts99). En échange de cette somme,
l
’
a
r
t
i
s
t
es
’
e
ng
a
ge
,pe
nda
ntt
r
oi
sa
ns
,à ne présenter son site que sur Turbulence. Passé ce
dé
l
a
i
,i
lr
e
t
r
ouvel
’
i
nt
é
gr
a
l
i
t
éde
sdr
oi
t
ss
urs
onœuvr
e(
s
’
i
ll
esouhaite, il peut la faire
c
ons
e
r
ve
re
tl
’
e
xpos
e
ra
i
l
l
e
ur
s
)
.
A.6.2.2 –Les œuvr
e
s
Le 1er avril 1996, Turbulence lança sa première web-création: North Country
d’
He
l
e
nTh
or
i
ng
t
on100 e
tEr
i
cSc
he
f
t
e
r
.I
ls
’
a
g
i
td’
unehy
pe
r
mé
di
a
t
ur
e- techniquement assez
sommaire - a
us
uj
e
td’
uns
que
l
e
t
t
ea
n
o
ny
met
r
ouvéda
nsunboi
sa
uxa
bor
dsdeNe
w Yor
k.
La même année Turbulence sélectionna encore cinq autres sites exploitant des outils très
récents: Laurel Wilson exploita la technologie d'affichage tridimensionnel 3dmf (développée
par Apple, e
l
l
en’
e
s
ta
uj
our
d’
huipl
usut
i
l
i
s
é
e
)
,Harris Skibell se pencha sur les nouvelles
possibilités offertes par le langage Java.
La collection de Turbulence est particulièrement intéressante car –plus que
tout autre ensemble (Artbase de Rhizome exceptée) –elle donne un aperçu des possibilités
t
e
c
hnol
og
i
que
se
xpl
oi
t
é
e
spa
rl
e
sc
r
é
a
t
e
ur
s(
i
ls
e
r
a
i
tpos
s
i
bl
ed’
e
ndr
e
s
s
e
runeé
vol
ut
i
on)
.El
l
e
f
a
i
té
ga
l
e
me
nts
e
nse
nnousl
a
i
s
s
a
n
tpe
r
c
e
voi
rl
’
é
t
e
nduedel
’
i
ma
g
i
na
i
r
ec
r
é
a
t
i
fde
sne
t
artistes.
Le 9 décembre 2003, Turbulence annonça la liste des seize artistes
commissionnés en 2004101. Actuellement sept web-créations sont déjà accessibles en ligne ;
celles-c
idé
mont
r
e
ntd’
unepa
r
t
, que le cyberart est très hétérogène (tant au niveau technique
qu’
a
uni
ve
a
uduc
ont
e
nu)e
td’
a
ut
r
ep
a
r
t
, quel
e
st
e
c
hnol
og
i
e
sa
c
t
ue
l
l
e
spe
r
me
t
t
e
ntd’
of
f
r
i
r
des expériences captivantes (les résultats obtenus sont résolument différents de ceux des
spectactures‘
ba
s
i
que
s
’de
sdé
but
sd
uWe
b-art). Beatriz da Costa –en collaboration avec
98
La LEF encourage –en Californie et en Nouvelle Angleterre –les arts visuels, les arts vivants, les arts
médi
a
t
i
qu
e
s
,l
al
i
t
t
é
r
a
t
u
r
e
,l
’
a
r
c
h
i
t
e
c
t
u
r
ee
tl
e design – cf. le site de la fondation: http://www.leffoundation.org/main.htm
99
Le National Endowment for the Arts fut créé en 1965 pour sauvegarder le patrimoine américain et encourager
les nouvelles initiatives – cf. le site officiel: http://www.nea.gov/ e
tl
’
h
i
s
t
or
i
qu
e de l
’
i
ns
t
i
t
u
t
i
on
:
http://www.arts.gov/pub/NEAChronWeb.pdf
100
Helen Thorington: écrivain, compositrice, artiste des médias et directrice exécutive de New Radio and
Performing Arts (depuis 1981).
101
Liste des commissions visible au: http://turbulence.org/upnext.html
44
Jamie Schulte, and Brooke Singer –me
tànot
r
edi
s
pos
i
t
i
onunec
ol
l
e
c
t
i
ond’
out
i
l
sI
nt
e
r
ne
t
nous permettant de décrypter quelques pratiques capitalistes (les bases de données contenant
des informations personnelles, les codes-ba
r
r
e
s
…)
.Da
vi
dCr
a
wford nous fournit une série de
documentaires expérimentaux sur les passagers du métro de différentes villes. Trois
s
c
i
e
nt
i
f
i
que
sd’
i
Ka
t
un (
J
i
m Ba
i
l
e
y
,Ka
na
r
i
nka
,Pi
r
un,a
nd Yor
iSa
ka
kur
a
)c
r
é
è
r
e
ntune
interface convertissant des conversations instantanées (chat) en schémas colorés. A partir de
ses connaissances en genetic engineering, Shannon Kennedy interpréta visuellement le code
source du virus informatique Mydoom ;l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàobs
e
r
ve
rde
sa
ni
ma
t
i
o
ns
construites sur le modèle des analyses biologiques (grilles de lecture montrant des
développements viraux grâce à différents niveaux de gris). M. Takeo Magruder réalisa trente
et une animations colorées et extrêmement soignées en ASCII Art (les vidéos ainsi que les
textes portent sur des événements qui ont eu lieu entre le 1er et le 31 janvier 2004: images
c
oul
e
ur
st
r
a
ns
mi
s
e
sdeMa
r
s
…)
.J
i
l
l
i
a
nMc
dona
l
d(perfomer canadien et artiste des médias,
vivant à New York) créa une animation Flash confrontant différents types de violence:
cinéma, jeux vidéo, situation politique actuelle (Guerre en Irak) et mouvement du Gangster
Rap.
Actuellement, le système de commissions fonctionne toujours (un appel à
candidature fut clôturé le 31 mars 2004102).
102
Cf. le règlement du concours lancé en 2004 par Turbulence.org, reprint in Annexes p.68.
http://turbulence.org/comp_04/guidelines.htm
45
B –Le pôle californien
Introduction
Dè
sl
e
sa
nné
e
ss
oi
xa
nt
e
,l
aCa
l
i
f
or
ni
ea
ppa
r
a
î
tc
ommeun s
e
c
ond ‘
c
e
n
t
r
e
mot
e
ur
’ou
t
r
e
-atlantique, ainsi que comme un miroir grossissant des tendances de la société
américaine. A contrario del
a‘
s
a
g
e
’Ne
wYor
k,l
aCa
l
i
f
or
ni
ee
s
te
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
nta
dmi
r
é
epour
son « ‘
i
nt
e
l
l
i
g
e
nt
s
i
aor
ga
ni
que
’por
t
e
us
ed’
unes
t
r
a
t
é
g
i
ec
ul
t
ur
e
l
l
es
us
c
e
pt
i
bl
eder
a
s
s
e
mb
l
e
r
un bloc historique de toutes les oppositions103 » (rockeurs ethniques, rappeurs, muralistes,
Mi
keKe
l
l
e
y
,J
i
m Sha
w…)
.
De
pui
s1996,nousa
s
s
i
s
t
onsàl
’
é
me
r
g
e
nc
ed’
unes
c
è
nedeNe
ta
r
t
i
s
t
e
sa
s
s
e
z
dynamique (Natalie Bookchin, Christina McPhee, Sa
c
hi
koHa
y
a
s
hi
…)a
i
ns
iqu’
àl
’
a
r
r
i
vé
edu
cyberart dans les musées.
1 –Quelques rappelshi
s
t
or
i
que
ss
url
’
a
vè
ne
me
ntdel
’
a
r
tt
e
c
hnol
og
i
que
En1966,Ma
ur
i
c
eTuc
hma
n,c
ons
e
r
va
t
e
urduDé
pa
r
t
e
me
nt‘
Ar
tmode
r
ne
’du
Los Angeles County Museum of Art,c
onç
utl
epr
o
g
r
a
mme‘
Ar
ta
ndt
e
c
hnol
ogy
’(
s
ur
nommé le
‘
A.a
ndT.Tuc
hma
n’
spl
a
n104’
). A partir de 1968, il invita en résidence quelques uns des
meilleurs artistes du moment, pendant douze semaines, dans les industries californiennes de
pointe. Soixante-six artistes furent sélectionnés: Andy Warhol fut convié chez Cowles
Communications, Tony Smith chez Ge
mi
ni
,Rob
e
r
tRa
us
c
he
nbe
r
gc
he
zTe
l
e
dy
ne
… Nota: les
vi
s
i
t
e
ur
sl
’
Expos
i
t
i
onUni
ve
r
s
e
l
l
ed’
Os
a
ka(
1970)e
ur
e
ntl
’
oc
c
a
s
i
ondedé
c
ouvr
i
rl
apl
up
a
r
t
des travaux dans le Pavillon américain.
Dans L'Idéologie californienne105, Richard Barbrook et Andy Cameron
soulignèrent que –dans les années soixante-dix –la culture californienne fut très marquée par
‘
l
e hi
ppi
s
me r
a
di
c
a
l
’
. Le
sa
de
pt
e
s de c
e
t
t
ec
ont
r
e
-culture prônaient des « idéaux
103
DAVIS (Mike), City of quartz, Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 1997, p.18.
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. TUCHMAN (Maurice), A Report on the Art and Technology Program of the Los
Angeles County Museum, Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art, 1971.
105
BARBROOK (Richard) et CAMERON (Andy), « L'Idéologie californienne », in Hermès revue critique, n°5,
automne-hiver 1999 –http://pages.globetrotter.net/charro/HERMES5/barbrook.htm
104
46
universalistes, progressistes et rationnels, tels que la démocratie, la tolérance, la réalisation de
soi et la justice sociale »
.Sique
l
que
sunss
’
i
ns
ur
gè
r
e
ntc
ont
r
el
’
i
nf
or
ma
t
i
que(
pe
r
ç
uec
omme
unenouve
l
l
er
e
l
i
g
i
on)
,i
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntdec
ons
t
a
t
e
rquel
apl
upa
r
td’
e
nt
r
ee
uxe
s
t
i
mè
r
e
ntque
–par le biais de la convergence des médias, de l'informatique et des télécommunications –il
serait possible de bâtir une « agora électronique –un lieu virtuel où chacun pourrait exprimer
ses opinions sans crainte d'être censuré. » Très vite, des activistes et artistes californiens
utilisèrent lesnouve
a
uxmé
di
a
sa
ve
cl
’
obj
e
c
t
i
fdec
onstruire une « Nouvelle Amérique106 ».
2 –Les atouts de la Californie
La Californie dispose de deux villes particulièrement dynamiques: San
Francisco et Los Angeles. La première a une histoire intellectuelle assez ancienne
(
Be
a
t
ni
ks
…)
.Las
e
c
onde- est devenue « l
ac
a
pi
t
a
l
ec
ul
t
ur
e
l
l
ed’
unei
mme
ns
ei
ndus
t
r
i
e
c
ul
t
ur
e
l
l
equi
,de
pui
sl
e
sa
nné
e
svi
ng
t
,ai
mpor
t
éde
smi
l
l
i
e
r
sd’
é
c
r
i
va
i
ns
,dec
i
né
a
s
t
e
se
t
d’
a
r
t
i
s
t
e
spa
r
mil
e
spl
ust
a
l
e
nt
ue
ux107 »
.‘
Vi
l
l
emonde
’da
nsl
a
que
l
le les artistes côtoient les
scientifiques et les ingénieurs, Los Angeles est devenu un véritable « laboratoire du futur108 ».
Actuellement, de nombreux cyberartistes (Ken Goldberg) et théoriciens des
new media arts (Roy Ascot) résident et travaillent en Californie. Quelques uns furent appelés
pour diriger des départements dans les facultés les plus réputées (Design à UCLA, robotique
et téléprésence à Berkeley, arts électroniques à San Francisco). Nota: l
’
e
ns
e
i
g
ne
me
ntdu
cyberart est particulièrement bien mis en valeur en Californie.
La revue en ligne Wired –basée à San Francisco, traitant de la Technologie, de
la Culture, du Business et de la Politique –e
s
tpa
r
t
i
c
ul
i
è
r
e
me
nta
t
t
e
nt
i
veàl
’
a
c
t
i
onde
s
institutions en faveur de la Web-création (cf. notamment les articles de Reena Jana entre 1997
et février 2002, ainsi que ceux de Robin Clewley, Jason Spingarn-Koff).
106
Ibidem
DAVIS (Mike), City of Quartz, Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 1997, p.18.
108
Expression des chercheurs de UCLA –source: DAVIS (Mike), City of Quartz, Los Angeles, capitale du futur,
p.82.
107
47
3 –Le Web-Art dans les musées
Entre 2000 et 2002, les musées californiens ont régulièrement organisé des
expositions de Net-Art. Depuis, les grands centres semblent beaucoup moins intéressés par la
mons
t
r
a
t
i
on d’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que; les institutions de San Francisco (le SFMoMA, le SF
Camerawork…)s
e
mbl
e
ntpl
ut
ôtpr
i
vi
l
é
g
i
e
rl
aphot
og
r
a
phi
enumé
r
i
que
.
A ce jour, trois grandes institutions californiennes possèdent des droits sur des
web-créations: le Berkeley Museum, le San Francisco Museum of Modern Art et le Museum
of Contemporary Art de Los Angeles. Seuls les deux derniers ont réellement bâti des
collections (le SFMoMA entre 1996 et 2001, le MoCA à partir de 2001) et ont élaboré des
politiques de conservation. Actuellement, s
e
ull
eMoCAc
ont
i
nues
apol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
ons
.
B.1 –San Francisco Museum of Modern Art (SFMoMA)
Inauguré en 1935, le SFMoMA est le plus a
nc
i
e
nmus
é
ed’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n
del
aCôt
eOue
s
t
.Al
’
he
ur
ea
c
t
ue
l
l
e
,i
ldi
s
pos
ed’
unef
a
bul
e
us
ec
ol
l
e
c
t
i
ondevi
ng
t
-deux mille
œuvr
e
s(
pa
r
mil
e
s
que
l
l
e
s de
st
oi
l
e
s d’
El
l
s
wor
t
h Ke
l
l
y
, quatorze travaux de Robert
Rauschenberg, Les Valeurs personnelles de René Magritte, un exemplaire de Fontaine de
Marcel Duchamp et deux peintures tardives de Piet Mondrian).
Dè
ss
onouve
r
t
ur
e
,l
eSFMoMAs
edi
s
t
i
ng
uae
ndonna
ntdel
’
i
mpor
t
a
nc
ea
ux
nouvelles pratiques artistiques. Il fut, par exemple, l
’
unde
spr
e
mi
e
r
smus
é
e
sàc
ons
i
dé
r
e
rl
a
photographie comme un art à part entière (actuellement plus de douze mille photographies y
sont conservées). Depuis les années cinquante, il se constitue également une impressionnante
collection de media arts (essentiellement des installations sonores et vidéo109).
Assez logiquement au début des années quatre-vingt-dix, le SFMoMA se
pencha sur les new media arts.En19
9
0,i
lor
g
a
ni
s
al
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Ba
yAr
e
a
’(
vé
r
i
t
a
bl
emi
s
e
109
Parmi les pièces majeures de la collection de new media arts figurent des installations de Nam June Paik
(Egg Grows, 1984-89), de Mary Lucier (Dawn Burn, 1973), de Dan Graham (1974, Opposing Miror and
Video monitor on Time Delay, 1974).
48
en lumière des travaux de dix artistes pionniers). Depuis 1995, le musée acquiert et expose de
nombreuses œuvr
e
sé
l
e
c
t
r
oni
que
s(
Pa
i
k)
,vi
dé
o(
Vi
t
o Ac
c
onc
i
,Ma
t
t
he
w Ba
r
ne
y
…)e
t
Internet.
B.1.1 –Les prémices de la collection de Web-Art
A son arrivée à la direction du musée (en 1987), John R. Lane décida de
dé
l
é
g
ue
rl
apr
i
s
ededé
c
i
s
i
on àt
r
o
i
ss
ousc
ons
e
r
va
t
e
ur
s(
c
ha
c
un c
ha
r
g
éd’
uni
mme
ns
e
110
dé
pa
r
t
e
me
nt
:‘
pe
i
nt
ur
ee
ts
c
ul
pt
ur
e
’
,‘
a
r
c
hi
t
e
c
t
ur
ee
tde
s
i
g
n’e
t‘
nouve
a
uxmé
di
a
s
’
). Le
département des nouveaux médias fut placé sous la direction de Bob Riley. Ce dernier
s
’
i
nt
é
r
e
s
s
ae
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
nta
uxi
ns
t
a
l
l
a
t
i
onsvi
dé
oe
t
, malheureusement, ne se soucia guère
d’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que
.Aus
s
ia
s
s
e
zpa
r
a
doxa
l
e
me
nt
,c
ef
utAa
r
onBe
t
s
ky
,l
ec
ons
e
r
va
t
e
urdu
dé
pa
r
t
e
me
nt‘
Ar
c
hi
t
e
c
t
ur
ee
tDe
s
i
g
n’(
àpa
r
t
i
rde1995)
,quif
utl
epr
e
mi
e
ràs
é
r
i
e
us
e
me
nt
s
’
e
nqué
r
i
rduc
y
be
r
a
r
t
.
Une des premières initiatives de Betsky fut –en 1997 –de demander aux
créateurs des galeries virtuelles Ada’
We
b, Atlas et Funnel de lui céder des travaux111).
L’
i
mpor
t
a
ntn’
é
t
a
i
ta
l
or
spa
sd’
a
c
qué
r
i
rde
s«me
r
ve
i
l
l
e
st
e
c
hnol
og
i
que
sma
i
sde
se
xe
mp
l
e
s
de bon design112. »
Entre 1996 et 1998, Betsky réussit encore à obtenir huit autres web-créations
(il est intéressant der
e
ma
r
que
rquet
out
e
sc
e
sœuvr
e
sf
ur
e
ntdonné
e
spa
rl
e
sa
r
t
i
s
t
e
se
t
qu’
a
uc
unenef
uta
c
he
t
é
e
)
.Lapr
e
mi
è
r
ea
c
qui
s
i
t
i
one
utl
i
e
ue
n1996;i
ls
’
a
g
i
tdeIdiodyssey:
Balloon Jumping, une hypermédiature co-r
é
a
l
i
s
é
epa
rl
’
é
c
r
i
va
i
nc
a
l
i
f
or
ni
e
nMa
t
t
he
w Me
nt
o
etl
ede
s
i
g
ne
rDa
vi
dOppe
nhe
i
m.L’
œuvr
e- quir
e
l
a
t
el
evold’
unemont
g
ol
f
i
è
r
e- est
t
e
c
hni
que
me
ntf
a
s
c
i
na
nt
epourl
’
é
poq
u
e
: la mise en page est soignée (images de fond en noir
et blanc retravaillée avec une grande minutie –souvent par superposition de couleur), des
a
ni
ma
t
i
onsé
voque
ntl
emouve
me
ntl
or
sduvol
…
110
Le département de design fut créé en 1983, celui des nouveaux médias en 1988. Un département de
photographie fut mis en place en 1980.
111
I
ls
e
mbl
e
r
a
i
tqu’
a
u
c
unc
ont
r
a
tn’
a
i
té
t
és
i
gn
éa
v
e
cl
e
swe
bme
s
t
r
e
sdec
e
ss
i
t
e
s - information trouvée dans
l
’
a
r
t
i
c
l
ede KUCHI
NSKAS (
Su
s
a
n
)
,«Museums Add Web Sites to Collections », in Wired News, San
Francisco, 12 février 1997 - http://www.wired.com/news/culture/0,1284,2009,00.html
112
Pr
oposd’
Aaron Betsky repris in KUCHINSKAS (Susan), « Museums Add Web Sites to Collections », Ibid.
49
Une des acquisitions les plus enthousiasmantes –du point de vue du design –
fut le site de la maison de radio et de télévision hollandaise VPRO. En 1998, la société donna
au musée un extrait représe
nt
a
t
i
fdes
ons
i
t
e(
t
e
lqu’
i
lé
t
a
i
tvi
s
i
bl
ea
upr
i
nt
e
mpsdel
’
a
nné
ee
n
cours – s
a
n
sl
’
a
c
c
è
sa
ux v
i
dé
ose
ta
ux e
xt
r
a
i
t
smus
i
c
a
u
x)
.Da
nsc
es
i
t
e
,l
ag
r
a
phi
s
t
e
hol
l
a
nda
i
s
eMi
e
keGe
r
r
i
t
z
e
ns
’
e
xpr
i
mapa
rl
ebi
a
i
sd’
undé
c
oupa
geg
é
omé
t
r
i
quea
s
s
e
zc
l
a
i
r
ainsi que pa
rl
’
us
a
g
e de
sc
oul
e
ur
s pr
i
ma
i
r
e
se
ts
e
c
onda
i
r
e
s(
i
s
ol
é
e
s da
ns de
st
ube
s
f
l
uor
e
s
c
e
nt
s
)
.Sy
mpt
oma
t
i
quedude
s
i
g
nhol
l
a
nda
i
s
,l
es
i
t
ee
s
tc
onç
ua
ut
ourd’
una
c
c
è
s
s
i
mpl
ee
te
f
f
i
c
a
c
eàl
’
i
nf
or
ma
t
i
on.
B.1.2 –Lepor
t
a
i
l‘
E.
Spa
c
e
’(
2000-)
David Ross, directeur du SFMoMA (de juin 1998 à août 2001113)
,s
’
a
s
s
oc
i
aà
Betsky pour mener une politique active en faveur de la Web-création. En février 2000, il
compléta son équipe en nommant un expert du Web-art –Benjamin Weil –au poste de
directeur du département des new media arts.
En février 2000, le SFMoMA, lança son nouveau website ; celui-ci fut conçu
comme « une mise à jour et une extension –esthétique et technologique –du précédent
site114. » Concrètement, le renouveau se manifesta essentiellement par l’
a
j
outd’
une
s
pa
c
e
virtuel spécifiquement conçu pour le Web-art: l
epor
t
a
i
l‘
E.
Spa
c
e
’
.
a –Le SFMoMA Webby Prize et le Cyberfemmy
En 2000, le SFMoMA lança deux concours pour enrichir son espace virtuel.
Le premier –le SFMoMA Webby Prize for Excellence in Online Art 2000 (richement doté de
cinquante mille dollars115) –fut adressé à tous les artistes qui avaient « comme principal
113
David Ross: après une direction particulièrement dynamique du Whitney Museum (de 1991 à 1998), il fut
nommé en 1998 à la tête du SFMoMA. Le conseil souhaita ramener un « brin de vie après le mandat de Jack
Lane » (cf. X, « Ross Man », in Artforum, New York, mai 1998, p.49). David Ross fut particulièrement apprécié
pour ses ‘
s
h
owsc
u
l
t
u
r
e
l
s
’(
c
equ
in’
a
v
a
i
tpa
sf
or
c
é
me
n
té
t
ébi
e
ne
s
t
i
mépa
rl
e
sc
r
i
t
i
qu
e
sn
e
wy
or
k
a
i
sma
i
squ
i
,
en Californie, pa
r
u
tê
t
r
eu
nmé
t
h
odepa
r
t
i
c
u
l
i
è
r
e
me
n
tbi
e
na
da
pt
é
eàl
apr
omot
i
ondel
’
a
r
tc
on
t
e
mpor
a
i
n
)
.
114
Propos reprint in GRAHAM (Beryl), « An interview de Benjamin Weil », in Crumb, Université de
Sunderland, avril 2002 –http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/iweil.htm
115
Les cinquante mille dol
l
a
r
sf
u
r
e
n
tobt
e
n
uspa
rl
ebi
a
i
sd’
undona
n
onyme(
s
e
l
onSu
s
a
nMor
r
i
s
,les donateurs
seraient Dick et Pamela Kramlich).
50
obj
e
c
t
i
fd’
e
xpé
r
i
me
nt
e
rs
url
eNe
te
tqui[
e
xpl
or
a
i
e
nte
té
t
e
nda
i
e
nt
]l
ac
a
pa
c
i
t
édi
s
t
i
nc
t
i
vedu
médium en ligne116. » Le second –le Cyberfemmy Award (prix de vingt mille dollars) –fut
i
ma
g
i
népourr
é
c
ompe
ns
e
runevi
s
i
one
tune
nga
g
e
me
ntc
y
be
r
f
é
mi
ni
s
t
e
.Af
i
nd’
obt
e
ni
rune
mé
di
a
t
i
s
a
t
i
onopt
i
ma
l
e
,Da
vi
dRos
ss
’
a
s
s
oc
i
aàTi
f
f
a
nySc
ha
y
n,l
af
onda
t
r
i
c
ee
tdi
r
e
c
t
r
i
c
ede
l
’
International Academy of Digital Arts and Sciences (
or
g
a
ni
s
a
t
e
urde
s‘
We
bbyAwa
r
ds
’
,
cérémonie annuelle récompensant les meilleurs sites Internet). Les deux concours furent
simultanément ouverts le 22 février et clôturés le 14 mars 2000 ; les noms des gagnants
furent annoncés le 11 mai 2000 à San Francisco (lors de la cérémonie des Webby).
Le SFMoMA prévit la création – a
us
e
i
n d’
E.
Spa
c
e – d’
une r
ubr
i
que
s
pé
c
i
f
i
que(
l
a‘
f
e
m.
s
pa
c
e
’
)pourhé
be
r
ge
rl
es
i
t
edel
ag
a
g
na
nt
educ
onc
our
sCyberfemmy.
Ma
l
he
ur
e
us
e
me
nt
,l
’
i
ni
t
i
a
t
i
vef
utdi
s
c
r
è
t
e
me
ntmi
s
ea
uxoubl
i
e
t
t
e
se
tl
ar
e
mi
s
edupr
i
xn’
e
u
t
pa
sl
i
e
u… (
nota: aucune explication –même sur les sites cyberféministes –ne fut donnée
concernant cet abandon de projet).
Lec
onc
our
s‘
SFMoMAWe
bbyAwa
r
d2000’e
ut
, quant à lui, bien lieu. Trois
cents trente six artistes y participèrent (dont certains de renommée internationale: David
Cr
a
wf
or
d,Mouc
he
t
t
e
,l
’
é
qui
peSa
wa
dBr
ooks
…)
.Pouré
va
l
ue
rl
e
spr
oj
e
t
s
,l
eSFMoMA f
i
t
appel à un jury compétent ; celui-ci fut composé de Gary Hill (commis
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
ons
)
,
deMa
c
hi
koKus
a
ha
r
a(
c
ommi
s
s
a
i
r
ee
tPr
of
e
s
s
e
urd’
a
r
tàl
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeKobe
)
,deJ
ohn
Maeda (designer et Professeur au MIT), de Femke Wolting (responsable du VPRO Digital)
ainsi que de quelques cadres du SFMoMA (Aaron Betsky, Benjamin Weil, Keiko Hayashi,
directeur du design graphique, John Weber, Leanne et George Roberts, responsable du
service culturel et éducatif). Ne souhaitant pas retenir une seule initiative, le jury prima
quatre sites: Eden Garden du duo belge Entropy8Zuper (Auriea Harveu et Michaël Samyn)
reçut la premier prix et trois artistes se virent attribuer une mention honorable (le Japonais
Ichiro Aikawa, le Coréen Young-hae Chang et le Canado-mexicain Rafael Lozano-Hemmer).
Eden Garden est une hyperfiction narrative et immersive. Dans un univers
pr
oc
hedec
e
l
uide
sj
e
uxvi
dé
o,l
’
i
nt
e
r
na
ut
eal
apos
s
i
bi
l
i
t
édes
eg
l
i
s
s
e
rda
nsl
ape
a
ud’
un
a
va
t
a
rpours
’
i
mpl
i
que
rda
nsde
ss
c
é
na
r
i
os
.I
lqui
t
t
es
onuni
ve
r
sa
na
l
y
t
i
quee
tquot
i
di
e
npo
ur
se plonger dans un monde surréel et poétique (un Eden virtuel fantasmé).
116
Cf. le règlement complet du concours: http://www.webbyawards.com/sfmoma/ - reprint in Annexes pp.70-72.
51
Seul Eden Garden f
uti
nt
é
g
r
éda
nsl
’
E.Space.Unc
ont
r
a
td’
e
xc
l
us
i
vi
t
éf
ut
s
i
g
née
nt
r
el
eSFMoMAe
tl
e
sde
uxa
r
t
i
s
t
e
spourunedur
é
ed’
una
n.De
pui
sl
af
i
nduc
ont
r
a
t
,
l
emus
é
eg
a
r
del
edr
oi
td’
e
xpos
e
rl
’
œuvr
ee
tl
’
a
r
t
i
s
te a le droit de la vendre.
b - Le
sc
ommi
s
s
i
onsàl
’
oc
c
a
s
i
ondel
’
e
xpos
i
t
i
on‘
010101’
En collaboration avec Intel,l
eSFMoMA or
ga
ni
s
al
’
e
xpos
i
t
i
on‘
010101: Art
i
nTe
c
hnol
og
i
c
a
lTi
me
s
’(
3ma
r
s–8j
ui
l
l
e
t2001)a
ut
ourdel
anot
i
ondec
o
nf
l
ue
nc
edel
’
Ar
t
e
tdel
aTe
c
hnol
og
i
e
.Da
vi
dRos
ss
ou
ha
i
t
amé
l
a
ng
e
rde
sœuvr
e
st
r
a
di
t
i
onne
l
l
e
s(
pe
i
nt
ur
e
s
,
sculptures) avec des pratiques artistiques expérimentales (sound art, environnements virtuels
e
ti
mme
r
s
i
f
s
…)
.«Le show e
s
tpl
usqu’
unee
xpos
i
t
i
ond’
a
r
t;[
…]i
lmontre comment la
t
e
c
hnol
og
i
ea
ppor
t
edenouve
l
l
e
si
dé
e
se
tunpr
oc
e
s
s
usdet
r
a
va
i
l
.[
…]I
ls
i
mul
edenouve
l
l
e
s
pratiques dans le musée117. »
Le 1er janvier 2001118, le SFMoMA présenta les cinq sites faisant partie de
l
’
e
xpos
i
t
i
on: c
e
l
ui d’
Ent
r
opy
8Zupe
r a
i
ns
i que
quatre
nouveaux
spécifiquement
commissionnés pour la manifestation. Pour David Ross, « le futur [était] arrivé !
119
» et il
était primordial de valoriser le Web-a
r
tàl
’
oc
c
a
s
i
ondel
’
e
nt
r
é
eda
nsl
enouve
a
umi
l
l
é
na
i
r
e
.
Le musée fit appel à cinq pionniers et vedettes du Net-Art: l
’
Amé
r
i
c
a
i
nMa
r
kNa
pi
e
r
,
l
’
é
qui
pebr
i
t
a
nni
queThoms
on& Cr
a
i
g
he
a
d,l
’
Ang
l
a
i
sMa
t
t
he
w Ri
t
c
hi
ee
tl
eFrançais Erik
Adi
g
a
r
d.Cha
c
unf
uti
nvi
t
éàr
é
f
l
é
c
hi
rs
url
’
e
xpé
r
i
e
nc
ea
r
t
i
s
t
i
quei
ndui
t
epa
rl
e
snouve
l
l
e
s
f
or
me
sd’
i
nt
e
r
a
c
t
i
vi
t
é
.
L’
a
r
t
i
s
t
edi
g
i
t
a
lne
w-yorkais Mark Napier (1961-) créa une expérience sur la
dé
f
r
a
g
me
nt
a
t
i
on de
si
nf
or
ma
t
i
onsdu We
b.L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàt
a
pe
runea
dr
e
s
s
e
Internet, puis à observer la décomposition imprévisible de la page en neuf fenêtres animées.
La page perd sa fonction informative pour devenir un ensemble chaotique et changeant (les
117
Propos de Pam Pollace, vice-président de Corporate Mrketting Intel Corporation, reprint in cat. de
l’
e
x
pos
i
t
i
on‘
010101: Ar
ti
nTe
c
h
n
ol
ogi
c
a
lTi
me
s
’
,SFMoMA, San Francisco, 2001, p.7.
118
Cette monstration virtuelle eut lieu t
r
oi
smoi
sa
v
a
n
tl
’
e
x
pos
i
t
i
onde
sœuv
r
e
s‘
phy
s
i
qu
e
s
’da
n
sl
e
smu
r
s
.
119
Propos reprint in « SFMoMA & Intel launch 010101 at one minute past midnight Jan 1 », message envoyé
par Geneva Anderson à Nettime, 2 janvier 2001 –http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l0101/msg00004.html
52
ne
ufz
one
ss
ontdé
pl
a
ç
a
bl
e
se
tontde
sdi
me
ns
i
onsmodi
f
i
a
bl
e
s
)
.L’
e
xpé
r
i
e
nc
epe
utê
t
r
evue
120
comme un « c
l
i
nd’
œi
ls
a
r
doni
queàl
ama
l
l
é
a
bi
l
i
t
édi
g
i
t
a
l
ed’
I
nt
e
r
ne
t
.»
Le designer Erik Adigard (1953-) élabora Timelocator, un site à l’
esthétique
pa
s
s
é
i
s
t
e(
l
i
e
nss
oul
i
g
né
s
,c
oul
e
ur
sdeba
s
e
…)s
e
ns
énousf
a
i
r
er
é
f
l
é
c
hi
rs
url
ana
t
ur
ede
s
pa
ge
sWe
be
ts
url
et
e
mpsd’
I
nt
e
r
ne
t
.L’
œuvr
ea
g
i
tc
ommeunehor
l
ogepe
r
pé
t
ue
l
l
e: une
montre change continuellement de couleur (0 en blanc, 5 en rouge et 9 en bleu foncé), des
i
ma
g
e
s mouva
nt
e
sa
ppa
r
a
i
s
s
e
nt à c
ha
que s
e
c
onde
… Le
sé
l
é
me
nt
s du s
i
t
es
ont
incompréhensibles et doivent certainement avoir une valeur ironique (liens menant vers des
pages très diverses, images hétéroclites telles que des oi
s
e
a
ux,de
smi
l
i
t
a
i
r
e
s
…)
E-Poltergeist d’
Al
i
s
onCr
a
i
g
he
a
de
tdeJ
onThoms
one
s
tunee
xpé
r
i
e
nc
ea
y
a
nt
t
r
a
i
tàl
’
e
nvi
r
onne
me
ntde
sna
vi
g
a
t
e
ur
s
.Lor
s
quel
’
i
nt
e
r
na
ut
el
a
nc
el
es
i
t
e
,l
apa
gedumoteur
de recherches Yahoo s
’
ouvr
ee
tunemul
t
i
t
udedef
e
nê
t
r
e
spop-up apparaît. Une musique
a
s
s
our
di
s
s
a
nt
ee
tr
é
pé
t
i
t
i
venouspe
r
me
tdec
ompr
e
ndr
equel
’
or
di
na
t
e
urapr
i
sl
ec
ont
r
ôl
edu
browser e
tq
u’
i
lnousi
mpos
eunl
ongmonol
og
ue
.
c –Les deux dernières commissions
En 2001, le SFMoMA put –g
r
â
c
eàl
’
a
i
def
i
na
nc
i
è
r
edel
aJames Irvine
Foundation121 et de la Jerome Foundation122 –commissionner deux autres websites. Il
s
’
a
dr
e
s
s
a à de
ux a
r
t
i
s
t
e
s ne
w-yorkaises spécialisées dans les new media arts et
internationalement reconnues: Yael Kanarek123 et Lynn Hershman124. Les web-créations
furent accessibles aux internautes à partir du 29 juillet 2002.
120
WEIBER (John S.), « Beyond the saturation point: the Zeigeist in the Machine », in le cat. de l
’
e
x
pos
i
t
i
on
‘
010101: Ar
ti
nTe
c
h
n
ol
og
i
c
a
lTi
me
s
’
,Sa
nFr
a
n
c
i
s
c
o,2001,
p.
23.
121
L’
I
r
v
i
n
eFoun
da
t
i
on f
u
tc
r
é
é
ee
n1937 àl
’
i
n
i
t
i
a
t
i
v
edeJ
a
me
sI
r
v
i
n
e
,una
g
r
i
c
u
l
t
e
u
rc
a
l
i
f
or
n
i
e
n
.El
l
e
s
’
i
mpl
i
qu
er
é
gu
l
i
è
r
e
me
n
tda
nsl
epa
y
s
a
g
eé
c
on
omi
qu
e
,s
oc
i
a
le
tc
u
l
t
u
r
e
lde la Californie –pour plus de détails,
cf. son site: http://www.irvine.org/
122
Cf. note n°89.
123
Yael Kanarek (née à New York en 1967): artiste multimédia et cyberthéoricienne (écrits publiés dans The
NY Times, le Monde Interactif, Art News, Flash Art Italy, Wired, ArtByte…). Actuellement, elle vit et travaille à
New York (elle est représentée par la célèbre Galerie Bitforms). Son travail fut souvent montré sur en Europe,
en Asie et en Amérique (elle a notamment exposé à la Whitney Biennial 2002). En octobre 2002, elle gagna le
CNRS/UNESCO Lewis Carroll Argos prize (France) et en juin 2003, elle reçut le premier prix aux Netizens
International Net Art (Rome).
124
Lynn Hershman: c
onn
u
eda
nsl
e
sdoma
i
n
e
sdel
aph
ot
og
r
a
ph
i
e
,del
av
i
dé
o,del
’
i
ns
t
a
l
l
a
t
i
one
tdu Net-Art.
En 1994, elle reçut le Siemens Media Prize (
ZKM)
.L’
a
n
né
es
u
i
v
a
nt
e
,e
l
l
ef
u
tl
apr
e
mi
è
r
ef
e
mmeàbé
n
é
f
i
c
i
e
r
53
Yael Kanarek déposa, dans E.Space, le deuxième chapitre de sa web-création
multidisciplinaire World of Awe (
l
e‘
Mondedel
’
é
t
onne
me
nt
’
,œuvr
ee
npe
r
pé
t
ue
l
l
eé
vol
ut
i
on
depuis 1995). Le site rhizomique –pr
é
s
e
nt
éc
ommel
ej
our
na
ll
ebor
dnumé
r
i
qued’
un
chercheur de trésor solitaire –est divisé en quatre espaces distincts: ‘
Lovel
e
t
t
e
rdi
s
pa
t
c
he
r
’
(e-ma
i
l
sd’
a
moure
nvoy
é
spa
rl
epr
os
pe
c
t
e
ur
)
,‘
Mus
i
cf
ort
heWor
l
dofAwe
’(
c
ompos
i
t
i
ons
mus
i
c
a
l
e
sdeYoa
vGa
le
nl
i
e
na
ve
cl
ac
or
r
e
s
ponda
nc
e
)
,‘
Nowhe
r
e
s
’(
qua
r
a
nt
e
-huit paysages
désertiques en images de synthèse –obs
e
r
vé
s pe
nda
ntl
e
si
nve
s
t
i
g
a
t
i
ons
)
,e
t‘
l
ej
our
na
l
’
(récit multilinéaire et hypermédia du voyageur). « L’
é
c
r
i
t
ur
e[
e
s
t
]s
ou
ve
ntc
ompa
r
é
ea
u
‘
r
é
a
l
i
s
mema
g
i
que
’deGa
r
c
i
aMa
r
que
z[
e
t
]nepe
utê
t
r
es
é
pa
r
é
ede
sa
ut
r
e
smé
di
a
spr
é
s
e
nt
s
.
C’
e
s
te
nc
e
l
aquec
e
t
t
eœuvr
eouvr
eunenouve
l
l
evoi
edel
ana
r
r
a
t
i
on e
ne
xpl
oi
t
a
nt
pleinement les possibilités du web en tant que véhicule-support-médium, rendant possible
une narration combinatoire, réellement multi-média125. »
Lynn Hershman fournit Agent Ruby, un SRA (acronyme anglais de SelfReplicating Automatons - référence au secondl
ongmé
t
r
a
g
edel
’
a
r
t
i
s
t
e
: Teknolust, 2002). Le
site nous permet de discuter en temps réel avec une identité féminine et virtuelle. Beaucoup
pl
uss
ophi
s
t
i
quéqu’
unTamagoshi,l
’
Agent Ruby est éternel, mémorise nos réponses, est
capable de reconnaître nos voix et peut même nous répondre avec un ton adéquat. Selon
Be
t
s
ky
,c
es
i
t
ee
s
tpa
r
t
i
c
ul
i
è
r
e
me
nti
nt
é
r
e
s
s
a
ntpui
s
qu’
i
lr
é
us
s
i
tàmé
l
a
nge
rl
e
sc
oul
e
ur
s
,l
e
t
e
xt
e
,l
’
a
ni
ma
t
i
on,l
ef
i
l
m,l
avi
dé
oda
nsunc
ol
l
a
g
ec
ont
i
nue
l
.
Ces deux hypermédiatures –pouvant être considérées comme de véritables
c
he
f
sd’
œuvr
eduWe
b-Art –f
ur
e
ntma
l
he
ur
e
us
e
me
ntl
e
sde
r
ni
è
r
e
sa
c
qui
s
i
t
i
onsdel
’
E.Space.
Sans doute, le départ de David Ross (août 2001) fut à la source de cet abandon126.
d’
un
er
é
t
r
os
pe
c
t
i
v
ea
uSan Francisco International Film Festival.En1999,e
l
l
er
e
mpor
t
al
’
Independent Spirit
Award ainsi que le prestigieux Golden Nica Prix Ars Electronica. Son travail est intégré à de nombreuses
collections: le Museum of Modern Art (NY), le National Gallery of Canada (Toronto), la DG Bank (Frankfurt),
le Walker Art Center (Minneapolis), le William Lehmbruch Museum (Duisburg), ZKM (Karlsruhe), le Berkeley
Art Museum/Pacific Film Archive (Berkeley) et le Hess Collection (Napa).–cf. bibliographie et biographie
complètes au: http://www.lynnhershman.com/cv.html
125
ZAND KASSIMO (Caroline), « Yael Kanarek, World of Awe », in Paris-art.com, sd. - http://www.parisart.com/modules-modload-netart-travail-136.html
126
Lec
on
s
e
i
ld’
a
dmi
n
i
s
t
r
a
t
i
onduSFMoMAdé
c
i
dades
epa
s
s
e
rde
ss
e
r
v
i
c
e
sdeDa
v
i
sRos
s
,j
u
g
ét
r
opdé
pe
n
s
i
e
r
et mauvais gestionnaire –pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. BONNETI (David), « Money issues drove Ross to quit
SFMOMA Departure was months in making », in San Francisco Chronicle, 21 août 2001 –reprint in:
http://web.tickle.com/tests/careeriq/?sid=1991&supp=redswinglinegroupc1&test=careeriqogt
54
B.1.3 –Le statut des œuvr
e
s
Dupoi
ntdevuedel
’
a
c
t
i
onmus
é
a
l
eàme
ne
r
,Benjamin Weil estime que le
Web-ar
tdoi
tê
t
r
ea
bor
dédel
amê
mema
ni
è
r
equel
’
a
r
tdel
ape
r
f
or
ma
nc
e. Le musée doit
encourager la Web-création en commi
s
s
i
onna
ntde
se
xpé
r
i
e
nc
e
s
.I
ldoi
tê
t
r
ec
a
pa
bl
ed’
of
f
r
i
r
a
uxa
r
t
i
s
t
e
sunei
nf
r
a
s
t
r
uc
t
ur
e(
l
’
hé
be
r
g
e
me
nt
)
,de
smoy
e
nsf
i
na
nc
i
e
r
sa
i
ns
iqu’
unea
s
s
i
s
t
a
nc
e
technique.
Le SFMoMA passe avec les artistes des contrats très souples et non exclusifs.
Lemus
é
en’
est pas propriétaire des web-créations (il ne dispose que du droit de les exposer
t
a
ntqu’
i
ll
epe
ut
)
.Del
e
ur
sc
ôt
é
s
,l
e
sa
r
t
i
s
t
e
spe
uve
ntpr
ê
t
e
r(
ve
ndr
eoue
xpos
e
r
)l
e
ur
sœuvr
e
s
da
nsd’
a
ut
r
e
si
ns
t
i
t
ut
i
ons
.
Selon Weil, parler de « collection de Net-ar
t»n’
e
s
tpa
sc
onc
e
va
bl
e- à cause
duc
a
r
a
c
t
è
r
ei
ns
t
a
bl
ede
sœuvr
e
s
.I
lpr
é
f
è
r
el
et
e
r
med’«a
r
c
hi
va
g
e»(
«a
umome
ntoùvou
s
dé
c
i
de
zd’
a
r
c
hiver [
uns
i
t
e
]
,c
e
l
as
i
g
ni
f
i
equ’
i
ln’
apl
usdevi
e
,e
ts
’
i
ln’
apl
usdevi
ei
ln’
e
s
t
plus le même127. ») En cela, Weil revendique sa démarche comme différente de celle adoptée
pa
rSt
e
veDi
e
t
z(
quipe
ns
equet
out
eœuvr
e‘
c
ol
l
e
c
t
i
onné
e
’doi
té
vol
ue
rpourr
e
s
t
e
re
nvi
e
)
.I
l
e
s
t
i
mequ’
uneœuvr
ede
ve
nue‘
obs
ol
è
t
e
’doi
tf
a
i
r
el
’
obj
e
td’
uner
é
f
l
e
xi
ons
urs
apour
s
ui
t
eou
au cont
r
a
i
r
es
urs
ona
r
r
ê
t(
c
a
squines
’
e
s
tpa
se
nc
or
epr
odui
t
)
.Lepr
obl
è
mes
epos
al
or
s
quel
a
licence du plugin Pulse utilisé par Eden.Garden.1.0 e
xpi
r
a(
e
tquel
’
œuvr
es
’
a
r
r
ê
t
ade
f
onc
t
i
onne
r
)
.A c
emome
ntl
à
,l
e
sr
e
s
pons
a
bl
e
sdumus
é
es
’
i
nt
e
r
r
ogè
r
e
nts
url
a maintenance
de
sœuvr
e
s(
s
url
e
sc
oût
s
,l
e
sr
e
s
pons
a
bi
l
i
t
é
s
…)
.Enl
’
a
bs
e
nc
edevé
r
i
t
a
bl
ec
ont
r
a
t
,Be
nj
a
mi
n
We
i
lc
ompr
i
tquel
as
i
t
ua
t
i
onde
va
i
tê
t
r
er
é
g
l
é
epa
runa
r
r
a
ng
e
me
ntàl
’
a
mi
a
bl
ea
ve
cl
e
s
a
r
t
i
s
t
e
s
.Lemus
é
es
’
oc
c
upadel
apa
r
t
i
ef
i
na
nc
i
è
r
e(
i
la
c
heta une nouvelle licence de Pulse
3D) et les artistes élaborèrent une remise à jour du site.
Au sein du musée, la conservation du Web-Art est perçue comme un devoir.
En 2001, Pip Laurenson128 t
e
nt
ad’
é
l
a
bor
e
runemé
t
hodedec
ons
e
rvation pour World of Awe
2 de Karnarek. Dans un premier temps, elle réalisa des impressions sur papier (une de chaque
127
GRAHAM (Beryl), « An interview with Benjamin Weil » , in CRUMB, Université de Sunderland, interview
menée en avril 2002 - http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/iweil.htm
128
Pi
pLa
u
r
e
ns
on
:c
ons
e
r
v
a
t
r
i
c
ede
sa
r
t
sé
l
e
c
t
r
on
i
qu
e
se
tde
s‘
me
di
ak
i
n
e
t
i
c
’àl
aTa
t
eGa
l
l
e
r
y
.En 2001, elle
travailla en collaboration avec Benjamin Weil, Jill Sterrett (directeur du SFMoMA) et quelques artistes (dont
Yael Karnarek).
55
page du website), des captures de lignes de codes, des descriptions de liens, des captures
sonores ainsi que de teintes visuelles. Ensuite, elle tenta de définir le rôle de chaque élément
et, pour finir, elle écrivit les différentes conditions de préservation de ceux-ci.
B.2 –Berkeley Art Museum (BAM) & Pacific Film Archive (PFA)
I
na
ug
ur
ée
n1970,l
eBAM/
PFA e
s
ta
c
t
ue
l
l
e
me
ntl
’
undes plus grands musées
universitaires des Etats-Uni
s
.I
ldi
s
pos
ed’
unei
mpor
t
a
nt
ec
ol
l
e
c
t
i
ondet
r
e
i
z
emille œuv
r
e
s
,
axée autour des trois thématiques (
t
out
e
se
nl
i
e
na
ve
cl
e
smi
s
s
i
onsdel
’
e
ns
e
i
g
ne
me
nt
)
:
l
’
i
nnova
t
i
ona
r
t
i
s
t
i
que
,l
’
e
xpl
or
a
t
i
oni
n
t
e
l
l
e
c
t
ue
l
l
ee
tl
’
a
na
l
y
s
es
oc
i
é
t
a
l
e
.Les points forts de
l
’
e
ns
e
mbl
es
ont
: l
’
a
r
ta
s
i
a
t
i
quet
r
a
d
i
t
i
onne
le
tc
ont
e
mpor
a
i
n,l
e
smi
ni
a
t
ur
e
si
ndi
e
nne
s
,l
a
peinture américaine (Mark Rothko, Jackson Pollock, Helen Frankenthaler), ainsi que le
‘
c
ont
e
mpor
a
r
yi
nt
e
r
na
t
i
ona
la
r
t
’(
Shi
r
i
nNe
s
ha
t
)
.
Le BAM/PFA a une position ambivalente vis-à-vis du Net-art ;d’
unepa
r
t
,i
l
n’
ac
ommi
s
s
i
onnéquede
ux we
b-c
r
é
a
t
i
ons(
e
n 1999 e
t2000)
,e
td’
a
ut
r
epa
r
t
,Ri
c
ha
r
d
Rinehart, directeur des médias numériques, continue à développer une remarquable réflexion
sur la préservation des œuvr
e
s numériques.
B.2.1 –Une petite collection de Web-art
Le musée inclut dans sa collection permanente deux web-créations: 24h00 de
Valery Grancher (lancé le 4 octobre 1999) et Ouija de Ken Goldberg (2000). Toutes les deux
ontc
ommepa
r
t
i
c
ul
a
r
i
t
éd’
a
voi
ré
t
éc
o-produites avec des personnes travaillant sur le campus
(enseignants et étudiants).
Le projet de Valery Grancher –24h00 –e
s
tuneœuvr
ec
onc
e
pt
ue
l
l
ec
o-réalisée
avec vingt-qua
t
r
eé
t
udi
a
nt
sd’
UCBe
r
ke
l
e
y(
i
ns
c
r
i
t
sa
uxbe
a
ux-a
r
t
s
,e
nhi
s
t
oi
r
edel
’
a
r
ta
i
ns
i
56
129
qu’
e
nbi
ol
og
i
ec
e
l
l
ul
a
i
r
ee
tmol
é
c
ul
a
i
r
e
). A chaque heure (durant toute une journée), un des
étudiants devait faire un portrait photographique et choisir un mot pour le décrire. Au bout de
vingt-qua
t
r
ehe
ur
e
s
,l
’
a
r
t
i
s
t
edi
s
pos
al
’
e
ns
e
mbl
es
uruns
i
t
ee
tnu
mé
r
ot
al
e
svi
ng
tqua
t
r
e
images (par ordre chronologique). En regardant la collection, nous sommes amenés à réfléchir
sur notre dimension temporelle, c'est-à-dire « à percevoir les choses selon le principe
d'ambivalence, de simultanéité ou de relativité. Nos repères classiques sont éclatés, il n'y plus
de chemin linéaire qui vaille. On est assis face à un écran, on est fixé et en même temps on se
confronte à des instants de 24h00 et à des globalités130 »
Ouija 2000131 est une Web-installation télérobotique de Ken Goldberg132 qui
fut co-r
é
a
l
i
s
é
ea
ve
cde
si
ng
é
ni
e
ur
se
tde
sde
s
i
g
ne
r
sdel
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeCa
l
i
f
or
ni
e
.El
l
epe
r
me
t
à des internautes anonymes –vingt au maximum –de télé-ma
nœuvr
e
runbr
a
sa
r
t
i
c
ul
é
.Pour
c
ef
a
i
r
e
,i
l
sdoi
ve
ntt
outd’
a
bor
ds
eme
t
t
r
ee
nc
ondi
t
i
on(
é
c
a
r
t
e
rl
e
urc
l
a
vi
e
rdel
e
urpl
a
nde
t
r
a
va
i
l
,pl
a
c
e
rl
e
urt
a
pi
sdes
our
i
sf
a
c
eàl
’
é
c
r
a
n,é
t
e
i
ndr
el
e
sl
a
mpe
s
,pl
a
c
e
rdouc
e
me
ntl
e
ur
s
deux mains sur la souris) puis répondre à une série aléatoire de questions divinatoires (telles
133
que « Serez-vous riches en 2000 ? ») –e
ns
es
e
r
va
ntd’
unepl
a
nc
hedeOui
j
a
virtuelle. Les
mouvements des souris des internautes sont ensuite analysés par le site et déterminent les
commandes à envoyer au bras. Contrairement à ce qui se passait dans les premiers dispositifs
de téléprésence (chaque mouvement était mis en mémoire et un enchaînement était exécuté),
lebr
a
sboug
ei
c
is
a
nsquepe
r
s
onnenes
a
c
heàl
’
a
va
nc
ec
omme
nt (cela peut laisser penser à
une intervention mystique). Dans les faits, le mouvement correspond à la moyenne des actions
opé
r
é
e
s
.Subt
i
l
e
me
nt
,Gol
dbe
r
gs
es
e
r
vi
tdu‘
t
h
é
or
è
mec
e
nt
r
a
ll
i
mi
t
e
’deMoi
vr
e
-Laplace
(1812) –une moyenne de variables aléatoires de même loi tend vers une gaussienne si le
nombr
edeva
r
i
a
bl
e
st
e
ndve
r
sl
’
i
nf
i
ni–pour critiquer des notions telles que la voyance et ses
a
c
t
i
onsmi
r
a
c
l
e
spa
rl
’
i
nt
e
r
mé
di
a
i
r
ede
smoy
e
nst
e
c
hnol
og
i
que
s(
a
udi
x-neuvième siècle par le
téléphone, au vingtième siècle via I
nt
e
r
ne
t
…)
.
129
Cepr
oj
e
tbé
n
é
f
i
c
i
adel
’
a
i
dedu Mi
n
i
s
t
è
r
ef
r
a
n
ç
a
i
sde
sAf
f
a
i
r
e
sEt
r
a
ng
è
r
e
s
,del
’
AFFA (Association
Française d'Action Artistique) et de différents services culturels français.
130
GAUGUET (Bertrand), « No Memory / Un entretien avec Valéry Grancher », in Archée, Montréal, section
‘
e
nt
r
e
t
i
e
ns
’
,ma
r
s2000–http://archee.qc.ca/ar.php?page=imp&no=108
131
Œu
v
r
ev
i
s
i
bl
ea
u
: http://ouija.berkeley.edu/
132
Ken Goldberg (1961 à Ibadan, Nigeria): Pionnier de la télérobotique via le Web. Actuellement, il est artiste
e
tPr
of
e
s
s
e
u
ra
s
s
oc
i
édeGé
ni
eI
n
du
s
t
r
i
e
l
,d’
El
e
c
t
r
ot
e
c
h
ni
qu
ee
td’
I
n
f
or
ma
t
i
qu
eàl
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
édeBe
r
k
e
l
e
y
.
133
Planchette utilisée par les voyants pour communiquer avec les esprits.
57
B.2.2 –La réflexion menée sur les méthodes de conservation
Après que le BAM/PFA ait acheté Ouija 2000134, Richard Rinehart décida
d’
e
nt
a
me
runer
é
f
l
e
xi
ons
url
e
smoy
e
nsdec
ons
e
r
va
t
i
ondel
’
a
r
ti
nf
or
ma
tique (Web-art,
i
ns
t
a
l
l
a
t
i
onsdeJ
ohn Kl
i
ma
…)
.I
lf
i
tt
outd’
a
bor
da
ppe
làKe
n Gol
dbe
r
g
,pui
sc
r
é
aun
c
ons
or
t
i
um a
ve
cdi
f
f
é
r
e
nt
smus
é
e
se
tc
e
nt
r
e
sd’
a
r
t
,l
e«Conceptual and Intermedia Arts
Online » (CIAO135).
Richard Rinehart se demanda: « désirons-nous prés
e
r
ve
rc
e
sœuvr
e
soul
e
s
garder en vie ?Lapr
e
mi
è
r
ea
ppr
oc
het
r
a
i
t
euneœuvr
ef
a
i
s
a
nta
ppe
làde
smé
di
a
si
ns
t
a
bl
e
s
comme un enregistrement musical, confinant dans le temps une performance magistrale. La
seconde approche traite davantage l
’
œuvr
ec
ommeunepartition musicale, à savoir ouverte à
de futures itérations136. » Pour lui, ces deux visions sont complémentaires et il est primordial
d’
e
nvi
s
a
g
e
r une s
t
r
a
t
é
g
i
e mul
t
i
di
me
ns
i
onne
l
l
e de c
ons
e
r
va
t
i
on: « les enregistrements
ma
i
nt
i
e
nne
nti
nt
a
c
t
el
’
i
nt
e
nt
i
onna
l
i
t
ép
e
r
f
or
ma
t
i
vef
onda
me
nt
a
l
ee
nvued’
e
xpos
i
t
i
onsf
ut
ur
e
s
t
a
ndi
squel
e
spa
r
t
i
t
i
onsma
i
nt
i
e
nne
nti
nt
a
c
t
e
sl
apa
t
i
nedel
’
hi
s
t
oi
r
ee
tl
apr
ove
na
nc
ee
nvue
de la recherche future [idem] ».
Conc
e
r
na
ntl
ec
a
ss
pé
c
i
f
i
qued’
Ouija 2000,Ri
ne
ha
r
ta
j
out
aqu’« il pourrait
arriver que les futurs réseaux modifient de
sa
s
pe
c
t
ss
ubt
i
l
sdel
’
œuvr
e
, tels que le temps de
rétroaction et de délai entre une commande acheminée et la réaction du robot. Cette
modification pourrait avoir un effet significatif sur Ouija 2000, ce qui met en question la
vé
r
a
c
i
t
édel
’
e
nt
r
e
mi
s
edel
’
i
nt
e
r
na
ut
e
.Si
mul
e
runt
e
mpsder
é
t
r
oa
c
t
i
one
tdedé
l
a
ipourune
e
xpos
i
t
i
onf
ut
ur
emodi
f
i
e
r
a
i
té
g
a
l
e
me
ntl
’
œuvr
e
.I
ls
e
mbl
equel
as
ol
ut
i
ondepr
é
s
e
r
va
t
i
on
pourc
e
t
t
eœuvr
et
i
e
ndr
ada
va
nt
a
g
ed’
uné
ve
nt
a
i
lde positions plutôt que de taper dans le mille
a
ve
cl
’
uned’
e
l
l
e[
i
de
m]
.»
134
Pour la modique somme de sept cent cinquante dollars, le musée acquit le robot, le programme informatique,
l
e
sf
i
c
h
i
e
r
smul
t
i
mé
di
aa
i
ns
iqu
el
ema
t
é
r
i
e
ld’
i
n
s
t
a
l
l
a
t
i
on
.
135
Parmi les autres organismes figurent: l
’
An
t
h
ol
ogyFi
l
m Ar
c
h
i
v
e
s
,l
eBe
r
k
e
l
e
yAr
tMus
e
um /Pa
c
i
f
i
cFi
l
m
Archive, la Block Gallery, la Northwestern University, l
’
El
e
c
t
r
on
i
cCa
f
éI
n
t
e
r
n
a
t
i
on
a
l
,le Franklin Furnace
Archive, le Getty Research Institute, le Hood Museum, le Dartmouth College, le Museu de Arte Contemporanea
da USP (Sao Paulo), la National Gallery of Canada, la School of the Art Institute of Chicago, la Tate Gallery de
Lon
dr
e
s
,l
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
yofI
owaAl
t
e
r
n
a
t
i
v
eTr
a
di
t
i
on
si
nt
h
eCon
t
e
mpor
a
r
yAr
t
se
tl
eWa
l
k
e
rAr
tCe
n
t
e
r
.
136
Propos de Richard Rinehart repris in « Perspectives Berkeley Art Museum/ Pacific Film Archive »,
Perspectives Berkeley Art Museum/Pacific Film Archive, sd. –http://www.variablemedia.net/pdf/Rinehardt.pdf
58
B.3 –Le Museum of Contemporary Art (Los Angeles)
Depuis son ouverture en 1979, le Museum of Contemporary Art (MoCA) de
Los Angeles a pour principale mission de collectionner l
’
a
r
ta
mé
r
i
c
a
i
ne
te
ur
opé
e
nc
r
é
é
depuis 1940. Il possède un remarquable ensemble de cinq mille œuvr
e
s
: quelques pièces
ma
j
e
ur
e
sdel
’
a
r
ta
mé
r
i
c
a
i
n(
e
xpr
e
s
s
i
onni
s
mea
bs
t
r
a
i
t
,PopAr
t
,onz
et
oi
l
e
sdeSa
m Fr
a
nc
i
s
,
six boites et quinze collages de Joseph Cornel
l…)a
i
ns
iqu’
unemul
t
i
t
udeder
é
a
l
i
s
a
t
i
onsde
j
e
une
sa
r
t
i
s
t
e
sé
me
r
g
e
nt
s
.De
pui
s2002,i
lr
e
ç
oi
tr
é
g
ul
i
è
r
e
me
ntd’
i
mpor
t
a
nt
sdonsdevi
dé
o
se
t
d’
i
ns
t
a
l
l
a
t
i
onsr
e
l
e
va
ntde
snew media arts (Doug Aitken, Tracey Emin, Steve McQueen,
Pi
pi
l
ot
t
iRi
s
t
…)
.I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntdes
i
g
na
l
e
rquel
eMoCAnedi
s
pos
ea
c
t
ue
l
l
e
me
ntqued’
un
faible budget mais réussit néanmoins à poursuivre ambitieusement ses acquisitions et ses
e
xpos
i
t
i
ons(
not
a
mme
ntg
r
â
c
eàl
’
a
c
t
i
ondes
e
sde
uxpr
i
nc
i
pa
uxs
pons
or
s
: El Paso Natural
Gas Company et la Citibank Private Bank).
B.3.1 –Historique de la collection
En 1999, Jeremy Strick137 fut nommé directeur du MoCA. A son arrivée, il fut
très critiqué: d’
unepa
r
ts
urs
af
or
ma
t
i
onuni
ve
r
s
i
t
a
i
r
e(
i
la
va
i
tunef
or
ma
t
i
one
nhi
s
t
oi
r
ede
l
’
a
r
te
tnon pas en administ
r
a
t
i
on)e
td
’
a
ut
r
epa
r
ts
urs
ac
a
r
r
i
è
r
e(
j
us
qu’
a
l
or
s
,i
ln’
a
va
i
té
t
éque
c
ons
e
r
va
t
e
urdudé
pa
r
t
e
me
nt‘
Pe
i
nt
ur
ee
tSc
ul
pt
ur
e
’del
’
Ar
tI
ns
t
i
t
ut
edeChi
c
a
g
o)
.Pour
s
’
i
mpos
e
r
,i
lmi
tt
r
è
svi
t
ee
npl
a
c
eunpr
ogr
a
mmee
nf
a
ve
urdude
s
i
g
n,del
’
art actuel et des
new media arts.
Le 11 avril 2001, le MoCA inaugura son nouveau website (www.moca.org).
Ext
r
ê
me
me
n
ts
i
mpl
ed’
ut
i
l
i
s
a
t
i
on,i
lé
t
a
i
ts
t
r
uc
t
ur
éa
ut
our
sdet
r
oi
sgr
a
nde
ss
e
c
t
i
ons
:une
partie informative sur le musée (notes sur les expositions, la collection permanente, les
a
c
t
i
vi
t
é
sdus
e
r
vi
c
epé
da
g
og
i
que
…)
,unebout
i
quee
tunpor
t
a
i
l(
l
i
e
nse
tr
e
s
s
our
c
e
ss
url
’
a
r
t
c
ont
e
mpor
a
i
n)
.Lebutdus
i
t
eé
t
a
i
td’
ê
t
r
eun«l
i
e
udedé
c
ouve
r
t
ee
td’
a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
epour
a
ug
me
nt
e
rl
’
e
ng
oue
me
ntdupubl
i
cve
r
sl
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n138 ».
137
J
e
r
e
mySt
i
c
k
:a
n
c
i
e
nc
ons
e
r
v
a
t
e
u
rduDé
pa
r
t
e
me
n
tdeSc
u
l
pt
u
r
ee
tdePe
i
n
t
u
r
eduv
i
ng
t
i
è
mes
i
è
c
l
eàl
’
Ar
t
Institute of Chicago.
138
Propos de Jeremy Strick reprint in le dossier de presse « Razorfish and MoCA launch expanded Museum
Web Site », MoCA, 11 avril 2002.
59
En juin 2001, le MOCA inaugura la ‘
Digital Gallery139’
, un espace
d’
e
xpos
i
t
i
o
nonline.Lapr
e
mi
è
r
eœuvr
eàyê
t
r
ei
nc
or
por
é
ef
utStill Life: Choosing and
Arranging140, un site de John Baldessari141.I
ls
’
a
g
i
td’
unewe
b-création ludique qui permet au
public - pa
rl
ebi
a
i
sd’
unea
ni
ma
t
i
on- dec
ompos
e
runena
t
ur
emor
t
e(
àpa
r
t
i
rd’
obj
e
t
st
r
è
s
di
ve
r
s
e
sdé
f
i
l
a
ntda
nsl
apa
r
t
i
eba
s
s
edel
’
é
c
r
a
n)
.
B.3.2 –Le choix des commissions
D’
une ma
ni
è
r
eg
é
né
r
a
l
e
,l
e mus
é
ee
utt
e
nda
nc
eàf
a
i
r
ea
ppel à des
personnalités hors normes et pas forcément impliquées dans le champ des news medias arts:
Bruce Sterling (écrivain de science-fiction), Paul D. Miller (artiste conceptuel, écrivain et
mus
i
c
i
e
n)
,Mor
nus(
mus
i
c
i
e
n)
.A c
ô
t
édec
e
l
a
,i
ls
’
a
dr
e
s
s
aé
g
a
lement à quelques artistes
s
pé
c
i
a
l
i
s
é
sda
nsl
’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que
: Liz Larner, Erik Loyer, Jason Salavon, Cindy Bernard.
Quand nous passons en revue les différents sites commissionnés par le musée,
nous nous r
e
ndonsc
ompt
equ’
i
l
ss
o
ntt
ousdot
é
sd’
i
nt
e
r
f
a
c
e
s intuitives et ludiques aux
couleurs chatoyantes.
B.2.3 –Le
sc
ondi
t
i
onsd’
a
c
qui
s
i
t
i
one
tdec
ons
e
r
va
t
i
on
Lemus
é
edi
s
pos
edel
’
a
i
def
i
na
nc
i
è
r
edel
aJ
a
me
sI
r
vi
neFounda
t
i
on142. Le
budg
e
tva
r
i
ebe
a
uc
oupd’
unec
ommi
s
s
i
onàl
’
a
ut
r
e
: entre trois et douze mille dollars (selon
Sus
a
nMor
r
i
s
)
.Ce
l
ac
ouvr
el
ec
a
c
he
tdel
’
a
r
t
i
s
t
ea
i
ns
iquel
e
sc
oût
st
e
c
hni
que
s
.
139
Accessible au: http://moca.org/museum/digital_gallery.php
Still Life: Choosing and Arranging e
s
tl
ep
r
e
mi
e
rs
i
t
edel
’
a
r
t
i
s
t
e
.Il est toujours accessible au:
http://www.moca-la.org/museum/digital_gallery/jbaldessari/index.html
141
Né à National City (Californie) en 1937, John Baldessari passa en 1957 son MA au San Diego State College
(Californie) puis finit ses études au Otis Art Institute (Los Angeles et au Chouinard Art Institute (Los Angeles).
Il commença sa carrière comme peintre, puis se tourna vers la photographie, le cinéma, la vidéo et les livres
d’
a
r
t
i
s
t
e
s
.I
le
s
tpa
r
t
i
c
u
l
i
è
r
e
me
n
tr
e
c
onnuda
nsl
edoma
i
n
edel
’
a
r
tc
on
c
e
pt
u
e
l
.En1990,s
onœu
v
r
ef
i
tl
’
obj
e
t
d’
un
eg
r
a
n
der
é
t
r
os
pe
c
t
i
v
ea
uMoCA. Actuellement, il vit et travaille à Santa Monica (Californie).
142
Cf. note n°121.
140
60
En2001,J
e
r
e
mySt
r
i
c
kr
e
s
t
aa
s
s
e
zé
va
s
i
fs
url
e
sdr
oi
t
sd’
e
xc
l
us
i
vi
t
ée
ta
f
f
i
r
ma
que le musée disposait de ceux-cit
a
ntquel
e
sœuvr
e
sé
t
a
i
e
ntpr
é
s
e
nt
é
e
ss
url
es
i
t
edu
MoCA143.
143
MORRIS (Susan), Museums and New Media Arts, op. cit., p.24.
61
C. Sites excentrés
Ende
hor
sde
sz
one
sd’
i
nf
l
ue
nc
edel
ac
a
pi
t
a
l
ene
w-yorkaise et du bassin
californien, nous pouvons remarquer la mise en place de collections dans deux zones
excentrées: la région des Grands Lacs et le Canada.
AMi
nne
a
pol
i
s
,l
’
i
mpl
a
nt
a
t
i
onduNe
t
-Ar
tpe
uts
’
e
xpl
i
que
rpa
rl
apr
é
s
e
nc
ed’
un
musée particulièrement dynamique et attractifs: le Walker Art Center. Il semblerait que les
a
ut
r
e
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
tvoi
s
i
nsn’
a
i
e
ntpa
sé
t
éi
nf
l
ue
nc
é
s
.
Concernant le Canada, nousa
vonsc
ons
t
a
t
équ’
a
uc
uneg
r
a
ndei
ns
t
i
t
ut
i
o
nne
disposait de collection de Net-Art. Le seul fonds que nous ayons découvert est celui du Centre
Oboro de Montréal. Toutefois, nous pouvons émettre quelques suppositions quant à la
pos
s
i
bl
ee
xi
s
t
e
nc
ed’
unmi
nc
ee
ns
e
mbl
edewe
b-créations à la Walter Phillips Gallery de
Banff144.
C.1 –Walker Art Center (Minneapolis, Minnesota)
Fondée
n1927,l
eWa
l
k
e
rAr
tCe
nt
e
rf
utl
epr
e
mi
e
re
s
pa
c
epubl
i
cdel
’
Upper
Midwest c
ons
a
c
r
éàl
’
a
r
t
.Audé
butd
e
sa
nné
e
squa
r
a
nt
e
,s
e
sr
e
s
pons
a
bl
e
spr
of
i
t
è
r
e
ntd’
un
i
mpor
t
a
ntdondeGi
l
be
r
tWa
l
ke
rpoura
c
qué
r
i
rde
sœuvr
e
sd’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n(
Pa
bl
oPi
c
a
s
s
o,
He
nr
yMoor
e
,Al
be
r
t
oGi
a
c
ome
t
t
i
…)
.
Depuis les années soixante, le Walker apparaît comme un modèle de centre
artistique multidisciplinaire. Il organise des expositions majeures (circulant sur tout le
t
e
r
r
i
t
oi
r
e
)
,mè
neunepol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
ont
e
na
ntc
ompt
ede
snouve
l
l
e
spr
a
t
i
que
s(
a
r
t
s
144
Di
f
f
é
r
e
n
t
sc
on
s
e
r
v
a
t
e
u
r
sm’
i
n
di
qu
è
r
e
n
t
,pa
rma
i
l
,de
spr
oposc
on
t
r
a
di
c
t
oi
r
e
ss
u
run
eé
v
e
n
t
u
e
l
l
ec
ol
l
e
c
t
i
on
.
MmeMe
l
a
n
i
eTowns
e
n
dm’
i
n
f
or
madel
ac
r
é
a
t
i
ondes
i
t
e
sa
r
t
i
s
t
i
qu
e
sàl
’
oc
c
a
s
i
ond’
e
x
pos
i
t
i
onst
e
mpor
a
i
r
e
s
.
Cf. http://www.banffcentre.ca/WPG/nmsc/NetWork/Net_Work.html
62
visuels, arts vivants, vivants, vi
dé
o,c
i
né
ma
…)e
tme
te
npl
a
c
ede
spr
ogr
a
mme
sé
duc
a
t
i
onne
l
s
i
nnova
nt
s
.Ac
t
ue
l
l
e
me
nt
,l
eWa
l
ke
rdi
s
pos
ed’
unf
a
bul
e
uxe
ns
e
mbl
edehui
tmille œuvr
e
s–
dont de nombr
e
us
e
ss
c
ul
pt
ur
e
s mi
ni
ma
l
e
s(
Dona
l
dJ
udd,Da
n Fl
a
vi
n…)
,des œuv
r
e
s
électroniques (Nam June Paik…)e
tdes vidéos. Par son dynamisme, il obtient les faveurs du
public et figure parmi les dix musées les plus visités aux Etats-Unis.
LeWa
l
ke
rs
’
i
nt
é
r
e
s
s
aa
s
s
e
zt
ôta
uWe
b-Art. En juillet 1997, Steve Dietz145,
conservateur du département des New Media Initiatives, imagina la Gallery 9146: un espace
online destiné à la fois à héberger des websites spécifiquement commissionnés par le centre et
la Digital Arts Study Collection (un ensemble développé autour de projets préexistants). La
collection ne cessa de croî
t
r
ej
us
qu’
e
nma
i2003.
C.1.1 –La Digital Arts Study Collection
Enl
’
e
s
pa
c
edesix ans, Steve Dietz réussit à récupérer de nombreux sites (des
œuvr
e
sma
i
sé
g
a
l
e
me
ntde
sdos
s
i
e
r
sd’
œuvr
e
se
tde
sa
r
c
hi
ve
sd’
a
r
t
i
s
t
e
s
)
.Ennove
mbr
e1998,
le Walker annonça sa première acquisition: Ada’
We
b147 (un website au design expérimental
dans lequel il est possible de trouver des créations de: Doug Aitken, Jenny Holzer, General
I
de
a
,J
oDi
,Ant
oni
oMun
t
a
da
s
,Vi
vi
a
nSe
l
bo,La
wr
e
nc
eWi
e
ne
r
…)
.L’
a
c
ha
tf
utné
g
oc
i
éa
ve
c
America On Line quis
’
e
ns
é
pa
r
ae
n1998(
nota: la version acquise est ultérieure à celle
acquise par le SFMoMA). Sur le coup, Steve Dietz se montra très enthousiaste: « c
’
e
s
tune
fantastique fondation pour la Digital Arts Study Collection du Walker et une aspiration pour
les projets artistiques online projetés pour notre Gallery 9148 ». En 2003, il fut beaucoup plus
sceptique: « i
lé
t
a
i
tc
l
a
i
rqu’
àl
’
é
poque
,c
e
l
aé
qui
va
udr
a
i
tàa
s
phy
xi
e
rl
epa
pi
l
l
on,pe
ui
mpor
t
e
145
DIETZ (Steve): en 1996, il fut appelé par la direction du Walker pour créer le Département des New Media
Initiatives.Tr
è
st
ôt
,i
ls
’
i
n
t
é
r
e
s
s
aa
uWe
b-Art (selon lui, un médium appréciable pour son hybridité, sa fluidité
et son interactivité).
146
La Galerie 9 est toujours accessible au: http://www.walkerart.org/gallery9/
147
Ada’
We
b(du nom de la première programmatrice: Lady Ada Lovelace): site co-fondé en février 1994 par
Benjamin Weil et John Borthwick (nota: la première web-création y fut placée en mai 1995). Il était accessible
àpa
r
t
i
rdepl
u
s
i
e
u
r
spa
g
e
spr
i
n
c
i
pa
l
e
se
ts
’
a
r
t
i
c
ul
a
i
ta
u
t
ou
rdes
i
xg
r
a
n
de
sz
on
e
s
: "project" (espace réservé aux
c
r
é
a
t
i
on
spu
bl
i
é
e
sdeAda
’
we
b)
,"
i
n
f
l
ux
"(
we
b-c
r
é
a
t
i
ons
)
,"
c
on
t
e
x
t
"(
c
r
é
a
t
i
on
s
,l
i
s
t
ed’
é
v
é
n
e
me
n
t
s
.
.
)
,"
u
s
a
g
e
"
(
z
on
ed’
i
nf
or
ma
t
i
onss
u
rl
e
sme
mbr
e
s
,r
e
vu
e
sdepr
e
s
s
e
,ne
ws
l
e
t
t
e
r
…)
,"
n
ot
a
"(
f
or
um)e
t"
e
x
c
h
a
n
g
e
"(objets
d’
a
r
t
i
s
t
e
s
)
.A l
’
é
poqu
edes
ona
c
qu
i
s
i
t
i
onpa
rl
eWa
l
k
e
r
,l
es
i
t
eé
t
a
i
tc
on
s
i
dé
r
épa
rl
eNew York Times comme
«l
ame
i
l
l
e
u
r
eg
a
l
e
r
i
ed’
a
r
tduWe
b».
148
Cf. le communiqué de presse du Walker Art Center, « Forms New Digital Art Study Collection –First
acquisition is Pi
on
e
e
r
i
ngWe
bSi
t
eAda
’
We
b», n°189, 20 novembre 1998.
Cf. http://www.walkerart.org/generalinfo/press1998/press_adaweb.html
63
la douceur du coussinet [sur lequel il serait] épinglé149. » Pour lui, il importait juste de
c
r
i
s
t
a
l
l
i
s
e
rl
’
e
ns
e
mbl
ee
td’
e
nf
or
me
r«un dossier historique » (terme de Dietz150).
Enmê
met
e
mpsquel
’
a
c
qui
s
i
t
i
ond’
Ada’
we
b,l
eWa
l
ke
rdé
c
i
dad’
a
r
c
hi
ve
r
Beyond Interface151: une exposition virtuelle de Steve Dietz comportant vingt-quatre créations
de web-artistes renommés (de Mark Amerika, Natalie Booklin, Heath Bunting, Ken Goldberg,
J
oDi
…)
.
Pa
rl
as
ui
t
e
,Di
e
t
za
c
qui
te
nc
or
el
e
ss
i
t
e
sd’
Art Dirt, de Booling Alley, de
Consual Fantasy Engine, de DissimiNET et de Franklin Furnace: The Future of the Present.
C.1.2 –Les commissions
Entre 1998 et 2003, Steve Dietz commissionna une vingtaine de sites
spécifiquement créés pour le Walker. Selon lui, le centre devait être un « catalyseur pour la
152
nouvelle expres
s
i
onc
r
é
a
t
i
vede
sa
r
t
i
s
t
e
sa
i
ns
iqu’
unl
i
e
ud’
e
nga
g
e
me
ntdupubl
i
c
. » La
définition du Net-Ar
tnede
va
i
te
na
uc
unc
a
sê
t
r
er
e
s
t
r
e
i
nt
ee
tl
’
i
nnova
t
i
onde
va
i
tê
t
r
epr
omue
.
Lepr
og
r
a
mme‘
Emerging Artists/Emergent Medium’
Dans le cadre de ses commissions de web-art, la Gallery 9 instaura le
pr
ogr
a
mme‘
Emerging Artists/Emergent Medium’
.Gr
â
c
ea
us
out
i
e
nf
i
na
nc
i
e
rdel
aJerome
Foundation153, le centre réussit à acquérir dix sites innovants (en trois temps: d’
a
bor
de
n
1999, puis en juin et en décembre 2000).
149
DIETZ (Steve), « Walker Art Center », in L'approche des médias variables: la permanence par le changement,
Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et Fondation Daniel Langlois (Montréal), 2003 http://www.variablemedia.net/pdf/Dietz.pdf
150
Idem
151
Le site Beyond Interface est toujours accessible au: http://www.walkerart.org/gallery9/beyondinterface/
152
Propos lisibles sur le s
i
t
eduWa
l
k
e
rAr
tCe
n
t
e
r
,r
u
br
i
qu
e‘
Con
t
a
c
t
’
.
http://info.walkerart.org/about/contact.wac
153
Cf. note n°91.
64
Lors de chaque session, la sélection des artistes fut effectuée par Steve Dietz ou par un jury154 - a
pr
è
suna
ppe
ld’
o
f
f
r
edi
f
f
us
és
url
eNe
t
.Pourpostuler, il suffisait - par
courrier électronique - de mentionner ses références artistiques, une courte description de son
pr
oj
e
t(
t
i
t
r
e
,f
onc
t
i
onne
me
ntdel
’
œuvr
e
,s
pé
c
i
f
i
c
a
t
i
onst
e
c
hni
que
s
)
, a
i
ns
iqu’
uner
é
f
l
e
xi
on
succincte sur sa position personnelle face au Net-Art.
Aucune thématique ne fut fixée pour les deux premières sessions. Par contre
pour la troi
s
i
è
me
,St
e
veDi
e
t
za
j
out
ada
nsl
er
è
g
l
e
me
ntquet
out
e
sl
e
sœuvr
e
sde
va
i
e
ntê
t
r
e
a
xé
e
sa
ut
ourde l
at
hé
ma
t
i
que du ‘
t
r
a
ns
l
oc
a
l
’
.«Da
ns l
’
e
s
pr
i
td’
un pr
oj
e
tme
na
ntà
l
’
e
xpl
or
a
t
i
on,l
’
EAEM3e
nc
our
a
gel
e
spr
opos
i
t
i
onsquigrosso modo explorent et interprètent
le translocal, particulièrement celles qui traitent de la situation, de la fondation et de
155
l
’
a
ge
nc
e
me
nta
us
e
i
nd’
unc
ont
e
xt
ec
onne
c
t
i
fe
tg
l
oba
l
.»
Une autre limitation importante fut mise en place: le lieu de résidence des
artistes. Tous devaient réside
ràNe
w Yor
kouda
nsl
’
Et
a
tduMi
nne
s
ot
a(
nota: la promotion
des artistes de cet état est une priorité de la Jerome Fondation).
I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntder
e
ma
r
que
rquel
eWa
l
ke
rn’
a
s
s
ur
auni
que
me
ntqu’
unr
ôl
e
d’
hé
be
r
ge
ure
tnes
’
i
mpl
i
quapa
sda
nsl
apr
oduc
t
i
onde
sœuvr
e
s(
Di
e
t
ze
xi
g
e
ade
sa
r
t
i
s
t
e
s
qu’
i
l
ss
e dé
br
ouillassent par eux–mêmes). Chacun toucha cinq mille dollars (plus
éventuellement deux à quatre mille autres pour compenser les coûts techniques). En échange
dec
e
t
t
es
omme
,l
’
a
r
t
i
s
t
ea
c
c
e
pt
a
i
t- pendant douze mois - denepr
é
s
e
nt
e
rs
on‘
pr
oj
e
tc
ompl
e
t
’
ques
url
es
i
t
eduWa
l
ke
r
.Auboutd’
una
n,l
ec
e
nt
r
edi
s
pos
a
i
tàpe
r
pé
t
ui
t
éd’
uneve
r
s
i
ondu
s
i
t
e
,ma
i
sn
’
a
va
i
tpl
usl
e
sdr
oi
t
se
xc
l
u
s
i
f
sd’
a
r
c
hi
va
gee
td’
e
xpos
i
t
i
ondel
’
œuvr
e
.Lec
e
n
t
r
e
n’
a
va
i
tpl
usnonpl
usl
’
obl
i
g
a
t
i
ondeme
t
t
r
ee
nva
l
e
url
epr
oj
e
t
.
Da
nsl
e
sa
ppe
l
sd’
of
f
r
e
,l
eWa
l
ke
rme
nt
i
onna
i
té
ga
l
e
me
ntqu’
i
lnedi
s
pos
a
i
tpa
s
d’
i
nt
e
r
f
a
c
e
s phy
s
i
que
s da
ns s
e
s ga
l
e
r
i
e
s ma
i
s qu’
i
lpouva
i
te
nvi
s
a
ge
rd’
e
nc
r
é
e
r(
e
n
c
ol
l
a
bor
a
t
i
ona
ve
cl
e
sa
r
t
i
s
t
e
s
)s
’
i
l recevait des propositions intéressantes.
154
Steve Dietz se chargea de la sélection des deux premières sessions. Pour la troisième, il se fit assister
par Douglas Fogle (conservateur assista
n
ta
uDé
pa
r
t
e
me
n
t‘
Ar
t
sVi
s
u
e
l
s
’duWa
l
k
e
rAr
tCe
n
t
e
r
,Mi
nn
e
a
pol
i
s
)
,
Gunalan Nadarajan (Faculty of Visual Arts, Lasalle - SIA College of Arts, Singapore) et Yukiko Shikata
(commissaire indépendant à Tokyo).
155
Règlement disponible sur le: http://netartcommons.walkerart.org/NAC/02/05/24/1915206.shtml - reprint in
annexes pp.73-74.
65
C.1.3 –Le statut particulier du Net-Art
Af
i
nd’
é
vi
t
e
rt
outpr
ob
l
è
mej
ur
i
di
que
,l
adi
r
e
c
t
i
onduWa
l
ke
rnes
ouha
i
t
apa
s
intégrer les Web-c
r
é
a
t
i
onsa
us
e
i
ndes
ac
ol
l
e
c
t
i
onpe
r
ma
ne
nt
e
.I
c
i
,l
emus
é
en’
e
s
tpa
s
envi
s
a
géc
ommeuns
e
r
vi
c
edec
ons
e
r
va
t
i
on,ma
i
spl
ut
ôtc
ommeunema
i
s
ond’
é
di
t
i
ononline.
« La direction est partie du principe que le site web de ce musée a une fonction de publication,
et d'édition en ligne et que, par conséquent, tous les développements artistiques sur ce site
rentrent dans le même domaine de responsabilité que la gestion des publications papier du
musée156. »
Commepourt
out
e
ss
e
sa
c
qui
s
i
t
i
ons
,l
eWa
l
ke
rf
a
i
tr
e
mpl
i
ràl
’
a
r
t
i
s
t
eun
que
s
t
i
onna
i
r
es
url
e
s me
s
ur
e
s à pr
e
ndr
ee
nc
a
s d’
obs
ol
e
s
c
e
nc
e de l
’
œuvr
e
: droit au
remplacement (si cela est effectué de manière imperceptible), droits de consultation de
l
’
a
r
t
i
s
t
e
…
Da
nst
ousl
e
sc
a
s
,l
al
i
c
e
nc
ee
s
tnone
xc
l
us
i
ve(
l
’
a
r
t
i
s
t
epe
utc
onc
l
ur
ede
s
c
ont
r
a
t
ss
i
mi
l
a
i
r
e
sa
ve
cd’
a
ut
r
e
smus
é
e
s
)e
tl
ec
e
nt
r
edé
t
i
e
ntundr
oi
td’
e
xpos
i
t
i
on(
e
né
c
ha
nge
del
ar
e
s
pons
a
bi
l
i
t
éduma
i
nt
i
e
ndel
’
œuvr
e
)
.
C.1.4. –Les difficultés actuelles du centre
En mai 2003, la direction du musée décida de sacrifier le Département des
Nouveaux Médias. Six des onze employés (dont le conservateur Steve Dietz157) furent alors
licenciés. En réaction à cette annonce, Sarah Cook –c
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
oni
ndé
pe
nda
nt
e
–rédigea une pétition de protestation158 qui obtint un large écho sur le Web (en sept jours, elle
reçut le soutien de six cent quatre vingt neuf artistes, critiques, commissaires et conservateurs
de musées). Les signataires reprochèrent à la directrice du musée, Kathy Halbreich, de
156
Cf. l
es
i
t
edeVa
l
e
r
yGr
a
nc
h
e
r
,r
u
br
i
qu
e‘
doc
ume
n
te
nl
i
gn
edel
al
e
c
t
u
r
eduma
r
di18 mars 2003 –
Positionnement des musées face à l'émergence de nouvelles expressions et transversalités’
.
http://www.nomemory.org/conf/data/conf4.html
157
Depuis son licenciement, Steve Dietz travaille comme freelance curator. Il a été appelé pour gérer le prochain
‘
ISEA2006Sy
mpos
i
um’e
tl
e‘
Ze
r
oOn
eSa
nJ
os
eI
nt
e
r
n
a
t
i
on
a
lFe
s
t
i
v
a
lofAr
ta
n
dTe
c
h
n
ol
ogy
’(2006). Il
s
’
oc
c
u
pedupr
og
r
a
mmedec
on
s
e
r
v
a
t
i
ondel
aWalter Phillips Gallery (Banff Centre, Canada) et enseigne à
l
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
éduMi
nn
e
s
ot
ae
ta
uMinneapolis College of Art + Design.
158
COOK (Sarah), « Open Letter To Kathy Halbreich, Director, Walker Art Center » , 6 mai 2003, reprint in
Annexes pp.75-76 –http://www.mteww.com/walker_letter/index.shtml
66
s
’
a
t
t
a
que
ri
n
j
us
t
e
me
nta
uWe
b-Art en raison de sa jeunesse. Christiane Pa
uls
’
é
t
onnadec
e
t
t
e
décision qui, selon elle, e
s
ts
t
r
i
c
t
e
me
nti
nc
ompr
é
he
ns
i
bl
ed’
unpoi
ntdevueé
c
onomi
que
.
Sousl
apr
e
s
s
i
ondel
apé
t
i
t
i
on,l
adi
r
e
c
t
i
ondumus
é
es
’
e
nga
g
e
aàma
i
nt
e
ni
re
n
ligne la collection. En juin 2003, Kathy Halbreich reconnut également que son « programme
[
é
t
a
i
t
]‘
moi
n
sambi
t
i
e
ux
’que prévu mais [affirma] que son ‘
engagement en faveur de l'art des
nouveaux médias n'[avait] pas faibli. [Pour la elle, le problème provenait du fait] que les
ressources disponibles ne [permettaient] pas de concrétiser cet engagement aussi rapidement
159
ques
ouha
i
t
é
’
.»
Actuellement, le département existe toujours mais n’
apl
usqu’
unr
ôl
ede
maintenance. Le musée espère lui redonner un plus grand rôle en 2005 ; à cette date, il est
prévu que soit ouverte une nouvelle aile (celle-ci doublera la surface d'exposition et permettra
au musée de disposer de trois salles dédiées aux œuvr
e
s numériques).
C.2 –Centre Oboro (Montréal)
Fondé en 1982, Oboro est un centre transculturel, montréalais, à but non
160
lucratif, géré par unc
ol
l
e
c
t
i
fd’
a
r
t
i
s
t
e
s
.I
ls
’
e
s
tdonnépourmi
s
s
i
ond’
e
nc
our
a
ge
rl
’
a
r
t
contemporain expérimental (arts visuels, new media arts,pe
r
f
or
ma
nc
e
s
…) a
i
ns
ique
l
’
é
c
ha
nged’
i
dé
e
s
.I
ls
er
e
ve
ndi
quet
r
è
souve
r
t(
«à toutes les formes de projets originaux qui
font avancer la réflexion et évoluer les pratiques artistiques161 »). Ses principales activités
sont: la monstration, l
’
é
di
t
i
on,l
’
a
c
c
u
e
i
le
nr
é
s
i
de
nc
e
,l
ami
s
ee
npl
a
c
edec
onf
é
r
e
nc
e
s
,
d’
a
t
e
l
i
e
r
se
tdepr
oj
e
t
se
nr
é
s
e
a
ux.
En 1995, le centre intégra à sa progr
a
mma
t
i
onunes
é
r
i
ed’
é
vé
ne
me
nt
s(
e
tde
projets) utilisant les nouvelles technologies ;i
ll
uidonna l
e nom de ‘
Te
c
hnObor
o’
.
Progressivement, il intensifia ses activités dans ce domaine et mit en place un véritable
159
DUSSUEL (Chantal), « Un grand musée américain saborde son département "nouveaux médias" », in
Transfert.net, Paris, 3 juin 2003 –http://www.transfert.net/a8907
160
OBORO e
s
te
nt
r
ea
u
t
r
eme
mbr
eduRe
g
r
ou
pe
me
n
tde
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
t
i
s
t
e
sa
u
t
og
é
r
é
sduQu
é
be
c
,del
’
Al
l
i
a
n
c
e
des arts médiatiques indépendants et du Conseil québécois des arts médiatiques. Il est coordonné par: Bernard
Bilodeau, Daniel Dion et Su Schnee.
161
Cf. l
ar
u
br
i
qu
e‘
Appe
ldedos
s
i
e
r
s
’
, in le site du centre Oboro –http://www.oboro.net/appel/index.html
67
162
‘
l
a
bor
a
t
oi
r
enouve
a
ux mé
di
a
s
’(officiellement inauguré le 7 décembre 1997). Celui-ci
« propose un contexte stimulant de création qui favorise les pratiques innovatrices. Il a
comme objectif, pour l'ensemble de la communauté, l'avancement de la réflexion dans le
domaine des arts médiatiques, des nouveaux médias et des nouvelles technologies163. » Il ne
fixe aucune limite et étudie tous les dossiers artistiques. « Les demandes peuvent prendre la
forme, entre autres, de quelques jours d'accès à une unité informatique sans frais ou à des
coûts réduits, d’
unpr
oj
e
tder
é
s
i
de
nc
edepl
us
i
e
ur
ss
e
ma
i
ne
sc
ouvr
a
ntdi
f
f
é
r
e
nt
sa
s
pe
c
t
sd'
une
164
pr
oduc
t
i
on,d’
unpr
oj
e
tdec
opr
oduc
t
i
onmul
t
i
pa
r
t
i
t
ei
mpl
i
qua
ntunc
ommi
s
s
a
i
r
e
. » Tous les
pr
oj
e
t
ss
ontj
ugé
spa
rl
eComi
t
édepr
og
r
a
mma
t
i
one
nf
onc
t
i
ond’
unc
e
r
t
a
i
nnombre de
critères (notamment la pertinence, la qualité artistique, le contexte montréalais et le budget
nécessaire).
A partir de mai 1997, aux divers projets novomédiatiques et télématiques
me
né
sa
ve
c di
f
f
é
r
e
nt
sc
e
nt
r
e
s(
e
tc
ommuna
ut
é
s
)
,s
’
a
j
out
a un e
ns
e
mbl
e de projets
spécifiquement conçus pour le Web. Pendant quatre ans165, le centre permit à une quinzaine
d’
a
r
t
i
s
t
e
sdec
r
é
e
rdepe
t
i
t
spr
oj
e
t
shy
pe
r
mé
di
a
sa
s
s
e
zor
i
g
i
na
uxma
i
sn’
of
f
r
a
ntpa
sdegr
a
n
de
s
possibilités interactives. Nota: le TechnOboro est un laboratoire dirigé par des artistes –et,
par conséquent, a des enjeux différents de ceux des grosses institutions (dépendant des
fondations industrielles ou des universités). Il ne dispose pas de gros budgets et doit se
contenter de projets plus modestes.
Les art
i
s
t
e
sg
a
r
de
ntl
’
e
nt
i
è
r
epr
opr
i
é
t
édel
e
ur
swe
b-créations. Chaque année,
le Centre doit leur verser des droits et passer des accords avec eux pour continuer à diffuser
l
e
sœuvr
e
s(
nota:i
l
sontl
apos
s
i
bi
l
i
t
édedé
c
l
i
ne
rl
’
of
f
r
e
)
.L’
e
nt
e
nt
ededi
f
f
us
i
oni
ndique que
les projets doivent être reproduits dans leur intégralité et sans déformation (à moins que
l
’
a
r
t
i
s
t
el
ui
-même ne consente par écrit à une reproduction non conforme).
162
L’
e
s
pa
c
ee
s
ts
itué dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal (à proximité de la rue Duluth). A son
ouverture, il fut coordonné par Daniel Dion, Cheryl Sim et Gisèle Trudel.
163
Cf. le site duCe
n
t
r
eObor
o,r
u
br
i
qu
e‘
Laboratoire nouveaux médias’
:
http://www.oboro.net/appel/index.html
164
Cf. le site duCe
n
t
r
eObor
o,r
u
br
i
qu
e‘
Ac
t
i
v
i
t
é
s’
: http://www.oboro.net/lab/activities_fr.html
165
LeCe
n
t
r
eObor
on
’
apa
spr
odu
i
tden
ou
v
e
a
u
xpr
oj
e
t
ss
u
rl
eWe
bde
pu
i
s2001.Oboro.Tv, une chaîne de
télévision online, est devenue leur grande priorité (http://www.oboro.tv).
68
Deuxième Partie
LA SITUATION EN EUROPE
69
CHAPITRE 2 –LA SITUATION EN EUROPE
Introduction
Comme les Etats-Uni
s
,l
’
Eur
ope r
é
us
s
i
tà t
i
r
e
rpa
r
t
ide mul
t
i
pl
e
sa
t
o
ut
s
conjoncturels –une économie propice à la création, la présence de multiples artistes aux
166
pa
r
c
our
sdi
ve
r
s
,d’
unpubl
i
cf
i
dè
l
e
, ainsi que de nombreux instituts de formation, de tutelle,
de promotion et de distribution –po
u
rs
’
i
mpos
e
rc
ommel
’
unde
spr
i
nc
i
pa
uxf
oy
e
r
sdel
a
Web-création.
Pour ce chapitre, (faute de temps) nous avons volontairement limité notre
recherche aux trois pays dans lesquels nous avons trouvé le plus de collections de Web-art:
l
’
Es
pa
g
ne
,l
aFr
a
nc
ee
tl
aGr
a
nde
-Br
e
t
a
g
ne
.Da
nsl
ec
a
dr
ed’
é
t
ude
sul
t
é
r
i
e
ur
e
s
,i
ls
e
r
a
i
t
i
nt
é
r
e
s
s
a
ntd’
a
na
l
y
s
e
rl
e
sque
l
que
si
ni
t
i
a
t
i
ve
spr
i
s
e
se
nAl
l
e
ma
g
nee
te
nEur
opedel
’
Es
t
.
1 –Quelques rappels historiques sur le computer-art
a –Al
l
e
ma
g
nee
tl
’
Eur
opec
e
nt
r
a
l
e
Lapr
e
mi
è
r
ee
xpos
i
t
i
ond’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
quee
utl
i
e
ue
n1965àl
aTechnische
Hochschule de Stuttgart (y furent montrés des travaux de trois mathématiciens: Frieder Nake,
Michael Noll et Ge
or
g
eNe
e
s
)
.Tr
è
svi
t
e
,l
’
Al
l
e
ma
g
nes
’
i
mpos
ac
ommel
epr
i
nc
i
pa
ll
i
e
ude
monstration du computer-art167. Dans les années soixante, il est également intéressant de
remarquer que de très nombreuses galeries tchécoslovaques et yougoslaves présentèrent ces
nouvelles pratiques168.
166
« Un Européen sur trois au moins se rend annuellement dans un musée » propos de GUY (J.M.), in Les
pratiques culturelles en Europe, Paris, la Documentation française, 1991.
167
Pa
r
mil
e
spr
e
mi
è
r
e
se
x
pos
i
t
i
on
sd’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que en Allemagne nous pouvons citer: ‘
Comput
e
r
g
r
a
f
i
k
’
(1967, or
g
a
n
i
s
é
epa
rM.Kr
a
mpe
n
,Ga
l
e
r
i
ei
mHa
us
eBe
h
r
,St
u
t
t
g
a
r
t
)
,‘
Comput
e
r
g
r
a
f
i
k’(
1967,or
g
a
n
i
s
é
epar M.
Krampen, Studio f, Ulm) et ‘
Compu
t
e
r
-Kun
s
t
’(
1969,Ku
bu
sGa
l
l
e
r
y
,Ha
n
ov
r
e
)
.
168
Parmi les prin
c
i
pa
l
e
se
x
pos
i
t
i
on
sd’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
qu
ee
n Eu
r
ope c
e
n
t
r
a
l
e
,n
ou
spou
v
onsme
n
t
i
onn
e
r
:
‘
Computer Graphic’(
1968,Hou
s
eofAr
t
,Br
n
o,Tc
h
é
c
os
l
ova
qu
i
e
)
,’
Compu
t
e
rGr
a
ph
i
c
’(
1968,Ga
l
l
e
r
y
,J
i
h
l
a
v
a
,
Tc
h
é
c
os
l
ov
a
qu
i
e
)
,‘
Compu
t
e
rGr
a
ph
i
c
’(
1968,Ga
l
l
e
r
y, Cottwaldov, Tchécoslovaquie) et ‘
Te
n
de
n
c
j
e4’(
1968,
Galerije Grada Zagreba, Zagreb, Yougoslavie).
70
b –Grande-Bretagne
Le
sBr
i
t
a
nni
que
ss
’
i
nt
é
r
e
s
s
è
r
e
ntàl
’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
quedè
sl
af
i
nde
sa
nn
é
e
s
s
oi
xa
nt
e
.Lepr
e
mi
e
rg
r
a
ndve
c
t
e
urdec
onna
i
s
s
a
nc
e
sf
utl
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Cybernetic Serendipity:
The Computer and the Arts’(
1968,I
ns
t
i
t
ut
e of Contemporary Arts). Le commissaire, Jasia
Reinhardt, voulut montrer comment les technologies réussissaient à influencer la création
artistique. « Quipour
r
ani
e
rquenousa
s
s
i
s
t
ons
,a
ve
cl
’
i
nf
or
ma
t
i
que
,àunes
e
ns
a
t
i
onne
l
l
e
expansion des médias et des technique artistiques ? Sans doute les possibilités inhérentes à
l
’
or
di
na
t
e
urc
ommeout
i
ldec
r
é
a
t
i
onmodi
f
i
e
r
ont
-e
l
l
e
sa
s
s
e
zpe
ul
e
sl
a
ng
a
g
e
spr
opr
e
sdel
’
a
r
t
,
pui
s
qu’
i
l
spr
oc
è
de
nte
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
ntd’
undi
a
l
oguee
nt
r
el
’
a
r
t
i
s
t
e
,s
e
si
dé
e
se
tl
es
uppor
t
.Et
.169
pour
t
a
ntc
e
spos
s
i
bi
l
i
t
é
svonta
gr
a
ndi
rl
ec
ha
mpdel
’
a
r
te
ta
c
c
r
oî
t
r
es
adi
ve
r
s
i
t
é
. » Trois
artistes –Charles Csuri, Lloyd Summer et Duane Palyka - montrèrent leurs expérimentations
graphiques sur ordinateur.
En 1969, Alan Sutliffe fonda le Computer Arts Society pour « encourager
l
’
us
a
gec
r
é
a
t
i
fde
sor
di
na
t
e
ur
sda
nsl
e
sa
r
t
se
tpourf
a
vor
i
s
e
rl
e
sé
c
ha
nge
sd’
i
nf
or
ma
t
i
ons
techniques. Pour remplir ces objectifs, la société commença à publier une newsletter intitulée
Page, contenant des écrits sur la communa
ut
éde
sa
r
t
i
s
t
e
se
xpl
oi
t
a
ntl
’
i
nf
o
r
ma
t
i
que
,a
i
ns
ique
170
de
sl
i
s
t
e
sd’
e
xpos
i
t
i
onse
td’
é
vé
ne
me
n
t
s
.»
c –France
D’
unema
ni
è
r
eg
é
né
r
a
l
e
,l
e
si
ns
t
i
t
ut
i
onsf
r
a
nç
a
i
s
e
snes
’
i
nt
é
r
e
s
s
è
r
e
ntg
uè
r
ea
ux
arts électroniques et informatiques. Les premières initiatives furent entreprises par le Musée
d’
Ar
tdel
aVi
l
l
edePa
r
i
se
tpa
rl
'
ARC(
a
c
r
ony
med’
Ani
ma
t
i
onRe
c
he
r
c
heConf
r
ont
a
t
i
on171).
169
Cf. propos de REICHARDT (Jasia) in le catalogue Cybernetic Serendipity, Londres, 1968, p.68 –reprint in le
catalogue Electra,Pa
r
i
s
,Mu
s
é
ed’
Ar
tMode
r
n
e
,1983,p.
68.
170
Cf. GOODMAN (Cynthia), Digital Visions Computer and Arts, New York, Everson Museum of Art, 1987,
p.38.
171
L’
ARCe
s
tu
n
es
t
r
u
c
t
u
r
equ
if
utmi
s
ee
npl
a
c
ee
n196
6pa
rl
eMusée d'Art Moderne de la Ville de Paris. Elle
fut initalement dirigée par Pierre Gaudibert. « L'institution a pour locaux ceux du MAMVP, mais son
financement et son administration sont indépendants, rattachés directement à la Direction des Beaux-arts. Elle
n'a pas de but de conservation, mais d'exposition » (THENEZE, Annabelle, Exposer l'art contemporain à Paris.
L'exemple de l'ARC au Musée d'art moderne de la Ville de Paris (1967-1988)
,t
h
è
s
es
ou
t
e
n
u
ee
n2004àl
’
Ec
ol
e
des Chartes, Paris –Ré
s
umédel
’
é
t
u
de
:http://theses.enc.sorbonne.fr/document143.html).
71
En1983,l
e
sa
r
t
sé
l
e
c
t
r
oni
que
se
ti
nf
or
ma
t
i
que
sf
ur
e
ntmi
sàl
’
honne
ura
ve
c
172
l
’
e
xpos
i
t
i
on‘
El
e
c
t
r
a
’
.Da
nsunva
s
t
es
e
c
t
e
ur, des systèmes permettaient au public « de
créer des images nouvelles, et plusieurs micro-ordinateurs ou autres appareils ludiques [de]
donner libre jeu à son intervention173. [
L’
e
xpos
i
t
i
one
utung
r
a
nds
uc
c
è
s
]
: elle réussit à relier
de
uxc
ul
t
ur
e
s
,l
’
unea
r
t
i
s
t
i
que
,l
’
a
ut
r
es
c
i
e
nt
i
f
i
que[
e
ta
i
ns
i
]àc
ont
r
i
bue
ràa
gr
a
ndi
rl
ec
ha
mp
g
é
né
r
a
ldel
’
e
s
t
hé
t
i
que
.[
El
l
e
]a
t
t
i
r
ae
nout
r
edenouve
l
l
e
sf
r
a
c
t
i
onsdes
onpubl
i
c
,e
t[
f
i
t
]s
e
174
r
e
j
oi
ndr
el
e
spa
r
t
i
s
a
nsd’
una
r
té
l
i
t
i
s
t
ee
tl
e
sdé
f
e
ns
e
ur
sd’
una
r
tpopul
a
i
r
e
.»
2 –Notes succinctes sur les collections de Web-Art en Allemagne et en Europe
centrale
a –Allemagne
A ma connaissance, la Kunsthalle de Hambourg est le seul musée allemand à
conserver des web-créations. En février 1997,i
lr
e
ç
utqua
t
r
eœuvr
e
s; celles-ci furent
s
é
l
e
c
t
i
onné
e
sl
or
sduc
onc
our
s‘
Ext
e
ns
i
on’l
a
nc
épa
rl
ej
our
na
lSpiegel175. Par la suite,
l
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onne compléta pas cette amorce de collection.
Le ZKM176, l
’
un des plus grands musées consacrés aux new media arts,
semble, cette année, se pencher sur le Web-Art.I
ldi
s
pos
ed’
undé
pa
r
t
e
me
ntspécifiquement
consacré au Net – le ‘
ZKM_Institute for Net Development177’– qui organise des
conférences, coproduit des projets artistiques et invite des artistes en résidence. A l
’
he
ur
e
actuelle, il semble ne toujours pas disposer de collection de Web-Art.
172
L’
e
x
pos
i
t
i
one
u
tl
i
e
udu10 décembre 1983 au 5 février 1984. Elle fut conçue par Marie-Odile Briot et Frank
Popper. Elle reçut le soutien des chercheurs de Paris VIII: Edmond Couchot, Jean-Louis Boissier et Dominique
Belloir.
173
Cat. Electra, Mu
s
é
ed’
Ar
tMode
r
n
edel
aVi
l
l
edeParis, 1983, p.62.
174
Ibid. p.77.
175
Les quatre œuv
r
e
s correspondent aux quatre prix attribués lors du concours: Cyber Tattoo des Allemands
Micz Flor et Florian Claue (prix de dix mille marks), Refugee Republic du Germano-Américain Ingo Guenther
(cinq mille marks), Intima 0.html du Slovène Igor Stromajer (trois mille marks) et Order a Theft de
l
’
Ame
r
i
c
a
n
o-autichienne Christine Meierhofer (prix symbolique).
176
Le ZKM (
a
c
r
ony
me a
l
l
e
ma
n
d de ‘
Ze
n
t
r
um f
û
rKu
ns
tu
n
d Te
c
h
n
ol
ogi
e
’
)est un énorme complexe
muséologique, de plus de quarante mille mètres carrés, situé à Karlsruhe. Depuis 1997, il est composé de deux
bâtiments juxtaposés (le ZKM Museum for Contemporary Art et le ZKM Media Museum). Sa mission première
e
s
tdel
i
e
rde
sf
or
me
s‘
t
r
a
di
t
i
on
n
e
l
l
e
s
’(
pe
i
nt
u
r
e
,sculpture, design graphique…)àdes initiatives utilisant des
médiums plus contemporains (photographie, holographie, vi
dé
o,i
n
s
t
a
l
l
a
t
i
onsmu
l
t
i
mé
di
a
s
,i
mme
r
s
i
v
e
s
…)
.Pou
r
pl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. http://www.zkm.de/
177
Cf. le site du ZKM_Institute for Net Development: http://on1.zkm.de/zkm/e/institute/netzentwicklung/
72
Il est très probable que les institutions allemandes chercheront à acquérir des
œuvr
e
svi
r
t
ue
l
l
e
sen obs
e
r
va
ntl
’
e
s
s
orduNe
t
-Art au sein des grandes collections privées (ex.
en janvier 2004, Sammlung Volksfürsorge commanda une webcréation à Cornelia
Sollfrank178).
Le plus grand ensemble de web-créations enAl
l
e
ma
g
nen’
a
ppa
r
t
i
e
ntpa
sàune
institution. Il fut mis en place par la plateforme online Netzspannung179. Sa section
‘
Showc
a
s
ef
ürdi
g
i
t
a
l
eKuns
tundKul
t
ur
’e
s
te
nvi
s
a
g
é
ec
ommeune‘
a
r
c
hi
veouve
r
t
e
’a
ux
artistes, aux designers et aux scientifiques.
b –Europe centrale: Hongrie et Slovénie
L’
a
vè
ne
me
ntd’
I
nt
e
r
ne
ts
ur
vi
nte
nmê
met
e
mpsqu
el
aChut
eduBl
ocdel
’
Es
t
.
Aussi, le Web fut perçu comme un moyen de libération démocratique (de nombreux
pionniers du Net-Ar
tvi
nr
e
ntd’
Eur
opeCe
nt
r
a
l
eoudel
’
Es
t
: VukCos
i
c
,Al
e
xe
iShul
g
i
n…)
.
LeCe
nt
r
epourl
aCul
t
ur
ee
tl
aCommuni
c
a
t
i
on(
l
e‘
C3180’
)e
s
tl
’
i
ns
t
i
t
ut
i
o
n
d’
Eur
ope c
e
nt
r
a
l
e qui a montré le plus grand intérêt pour le Web-Art. Depuis son
inauguration (le 26 juin 1996), il a pleinement concentré ses efforts sur la bonne intégration
de
snouve
a
uxmé
di
a
sda
nsl
at
r
a
di
t
i
onc
ul
t
ur
e
l
l
ee
tda
nsl
’
a
va
nt
-garde artistique. Entre 1996
et 2002, le centre réussit à obtenir une vingtaine de web-créations.
En 1999, Igor Stomajer offrit une de ses web-créations, b.ALT.ica, à la
Moderna Galerija de Ljubljana. Igor Spanjol, le conservateur chargé des arts technologiques,
déplore que le musée ne puisse pas entreprendre une collection de new media arts. Cette
impossibilité est à mettre sur le compte du Ministère de la Cutlure slovène qui ne fournit que
très peu de fonds pour les pratiques contemporaines (nota: l
’
Et
a
ts
l
ovè
nepr
i
vi
l
é
g
i
el
e
sa
r
t
s
178
Cf. http://www.volksfuersorge.de/internet/vfu/vfu.nsf/docs/dasunternehmen_volksfuersorge_kunstnetzkunst
generat!or
179
La Collection est accessible au: http://netzspannung.org/netzkollektor/
180
Le C3 est un espace expérimental r
é
s
u
l
t
a
n
tdel
’
u
n
i
ondel
aSor
osFou
n
da
t
i
one
tdel
aMATÁV(
Ré
s
e
a
ude
s
t
é
l
é
c
ommun
i
c
a
t
i
on
se
nHong
r
i
e
)
.I
le
s
tdi
r
i
g
épa
rMi
k
l
osPe
t
e
r
n
a
k
,unh
i
s
t
or
i
e
ndel
’
a
r
ts
pé
c
i
a
l
i
s
éda
n
sles new
media arts. Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
ons
,cf. http://www.c3.hu/
73
traditionnels: pe
i
nt
ur
ee
ts
c
ul
pt
ur
e
)
.D’
i
c
ide
uxa
ns
,St
r
a
nj
ole
s
pè
r
er
é
us
s
i
ràa
c
qué
r
i
rAscii
History of Moving Images (2000) de Vuk Cosic.
74
A –Une initiative paneuropéenne: Virtual Centre Media Net (VCMN)
Depuis 2000, six fondations culturelles tentent d'unir leurs efforts pour
construire une cyber plateforme paneuropéenne: le CICV Pierre Schaeffer (Hérimoncourt,
Fr
a
nc
e
)
,l
’
European Media Art Festival (Osnabrück, Allemagne), la Foundation for Art and
Creative Technology (Liverpool, Angleterre), le KIBLA (Maribor, Slovénie), la Student
Computer Art Society (Sofia, Bulgarie) et le DEPAS (Spetses, Grèce). Ponctuellement, elles
bé
né
f
i
c
i
e
nt du s
out
i
e
n de l
’
International Center for Contemporary Arts (Bucarest,
Roumanie), du V2 (Amsterdam, Pays-Bas), de la Fondation Axis (Amsterdam) et du Zo
(Catane, Italie).
Gr
â
c
eàl
’
a
i
def
i
na
nc
i
è
r
eof
f
e
r
t
epa
rl
aCommi
s
s
i
onEur
opé
e
nne(
da
nsl
ec
a
dr
e
dupr
og
r
a
mme‘
Cul
t
ur
e2000’
)
,l
eVCMNputof
f
i
c
i
e
l
l
e
me
ntdé
ma
r
r
e
rs
e
sa
c
t
i
vi
t
é
sl
e1er juin
2002. Nota:poura
s
s
ur
e
rs
onf
onc
t
i
on
n
e
me
nt
,s
ondé
ve
l
oppe
me
nte
ts
apr
omot
i
on(
j
us
qu’
a
u
30 mai 2004), le VCMN reçut une subvention de 493'277 euros181. Lorsque la date fatidique
sera passée, le centre aura besoin de trouver de nouveaux fonds.
Le VCMN mène princ
i
pa
l
e
me
ntde
sa
c
t
i
vi
t
é
sdec
ommi
s
s
a
r
i
a
td’
e
xpos
i
t
i
o
ns
,
d’
é
di
t
i
one
tder
e
c
he
r
c
he
sa
ve
cdi
f
f
é
r
e
nt
e
suni
ve
r
s
i
t
é
s
.I
laé
ga
l
e
me
ntc
ommeobj
e
c
t
i
fde
constituer une collection permanente de new media arts (et plus particulièrement de Webart). Ponctuellement, unec
ommi
s
s
i
o
n d’
e
xpe
r
t
s(
c
ons
t
i
t
ué
eder
e
s
pons
a
bl
e
sdec
ha
que
institution) sélectionne des œuvr
e
s (imaginées soit directement pour le centre, soit pour un de
ses membres).
A.1 –La collection
Entre 2002 et 2003, la plateforme réussit à acquérir une collection
pr
é
a
l
a
bl
e
me
ntf
or
mé
ea
i
ns
iqu’
àc
ommi
s
s
i
onne
runewe
b-c
r
é
a
t
i
on.Tout
e
sc
e
sœuvr
e
sontun
point commun: elles traitent de la notion de frontière entre le monde de l'art et celui de
l
’
i
nf
or
ma
t
i
on.Pourl
e
sr
e
s
pons
a
bl
e
sduVCMN,l
as
phè
r
ea
r
t
i
s
t
i
quedoi
ts
’
i
mmi
s
c
e
rda
nsl
e
monde de la haute technologie. Cela, afin de trouver une « résonance culturelle plus large et
181
Cf. le rapport « Culture 2000 –exercise 2002 –17 Multi annual co-operation projects supported in the field of
Visual Arts », 11 décembre 2003 –http://europa.eu.int/comm/culture/eac/culture2000/ pdf/projets2002/multi.pdf
75
d’
i
de
nt
i
f
i
e
rl
ac
ont
r
i
but
i
on c
ul
t
ur
e
l
l
e d'
un mouve
me
ntqui
,pa
rc
e
r
t
a
i
nsc
ôt
é
s
,e
s
te
n
désaccord avec l'idée même d'un monde d'art182. »
Lor
sdel
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Ki
ng
dom ofPi
r
a
c
y<KOP>’(
du22f
é
vr
i
e
ra
u27ma
r
s
2003a
uFACT,Li
ve
r
pool
)
,l
eVCMN a
c
qui
tl
’
i
nt
é
g
r
a
l
i
t
éde
st
r
a
va
uxe
xpos
é
s
.L’
e
ns
e
mbl
e
KOPe
s
tun‘
open workspace’regroupant quatorze web-créations et trois textes axés autour
183
de l
at
hé
ma
t
i
quedul
i
br
epa
r
t
a
g
ed’
i
nf
or
ma
t
i
ons
(nota: ceux-ci prônent des procédés
proches de ceux de la piraterie informatique).
Touj
our
sda
nsl
ec
a
dr
edec
e
t
t
ee
xpos
i
t
i
on,l
eVCMN pr
of
i
t
adel
’
a
i
de
f
i
na
nc
i
è
r
ed
e‘
Cul
t
ur
e2000’pourc
ommi
s
s
i
onne
rBurn184, une web-i
ns
t
a
l
l
a
t
i
ondel
’
a
r
t
i
s
t
e
a
mé
r
i
c
a
i
ne(
d’
or
i
g
i
net
a
ï
wa
na
i
s
e
)Shu Le
aChe
a
ng
.Ce
t
t
ee
xpé
r
i
e
nc
enousf
a
i
tpr
e
ndr
e
conscience des nouvelles possibilités offertes pas le peer-to-peer (P2P). Malgré son statut de
« pr
a
t
i
quec
u
l
t
ur
e
l
l
ec
ommuneda
nsl
’
â
g
ede la reproduction digitale185 », le P2P a mauvaise
presse (essentiellement à cause de ses excès entraînant de colossales pertes dans le régime du
dr
oi
td’
a
ut
e
ur
)
.Pourc
ont
r
e
c
a
r
r
e
rc
e
t
t
er
é
put
a
t
i
one
tmont
r
e
rc
omme
ntl
epr
oc
é
dépouva
i
tê
t
r
e
utile aux interna
ut
e
s
,l
’
a
r
t
i
s
t
emont
au
n
ebi
bl
i
ot
hè
quedef
i
c
hi
e
r
sMP3 libres de droits (nota:
chaque musicien peut faire une demande pour y adjoindre ses propres compositions), puis
créa une interface didactique sur le Net. Par le biais de celle-c
i
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
epe
utc
hoisir des
mor
c
e
a
ux,c
r
é
e
rs
apr
opr
ec
ompi
l
a
t
i
on,pui
ss
’
i
ll
edé
s
i
r
el
at
é
l
é
c
ha
r
g
e
re
tl
ag
r
a
ve
rs
urun
CD.L’
œuvr
ea
ppe
l
l
ede
sl
i
e
nsdec
ompl
i
c
i
t
ée
tque
s
t
i
onnel
’
i
nt
e
r
na
ut
es
url
api
r
a
t
e
r
i
e
.
De
pui
ss
onl
a
nc
e
me
nt
,l
’
œuvr
eobt
i
e
ntuné
nor
mes
uc
c
è
s
: elle fut notamment montrée au
Whi
t
ne
yMus
e
um a
i
ns
iqu’
àl
ac
i
nqua
nt
i
è
meBi
e
nna
l
edeVe
ni
s
e
.
A.2 –Les
t
a
t
utde
sœuvr
e
s
Lor
s
qu’
unewe
b-création est intégrée à la collection du VCMN, celle-ci est
automatiquement sauvegardée (sur CD-Rom et DVD-Rom) et est conservée dans la base de
182
Site du VCMN –rubrique ‘
VCM.
NETCol
l
e
c
t
i
on–Presenting the projects Kop - Dive –Bu
r
n
’
.
http://fournos.netmode.ntua.gr/vcmn/collection/exhibitionPermanentCollectionAbout.htm
183
Les
i
t
ef
u
tl
a
n
c
ée
n2001àTa
ï
wa
ne
tf
utpr
é
s
e
n
t
él
or
sd’‘
Ars Electronica 2002’
.L’
e
s
pa
c
eest toujours
accessible au: http://kop.fact.co.uk/KOP/html/kop_fact.html
184
L’
œuv
r
eest accessible au: http://kop.spc.org/burn/index.html
185
Cf. les commentaires s
u
rl
’
œuv
r
eda
n
sl
ar
u
br
i
qu
e‘
a
bou
t
’dus
i
t
e
:http://kop.fact.co.uk/burn/html/about.html
76
donné
e
sduc
e
nt
r
e
.LeVCMNn’
apa
sl
edr
oi
tdel
’
a
l
t
é
r
e
roudel
as
uppr
i
me
r
.I
lnes
er
é
s
e
r
ve
quel
edr
oi
tdemodi
f
i
e
r(
ouder
a
c
c
our
c
i
r
)l
e
snot
e
se
xpl
i
c
a
t
i
ve
sf
our
ni
e
spa
sl
’
a
r
t
i
s
t
e
.
Pour les productions numériques (photographies et vidéos), les artistes gardent
l
e
sdr
oi
t
smor
a
uxe
tr
e
s
t
e
ntr
e
s
pons
a
bl
e
sduc
ont
e
nudel
e
ur
sœuvr
e
s(
not
a
mme
ntvi
s
-à-vis
d’
uné
ve
nt
ue
ltiers). Pour les web-créations,l
’
i
s
s
uee
s
tlégèrement différente. La plupart des
web-artistes exploitent des freewares et par conséquent sont moins soumis aux licences et
copyrights.
Les responsables sont conscients que les artistes cherchent au maximum à
diffuser l
e
ur
sœuvr
e
s(
l
e
ur
spr
oj
e
t
ss
o
nts
ouve
nta
c
c
e
s
s
i
bl
es à partir de nombreux sites) et
semblent parfaiteme
ntbi
e
ns
’
a
c
c
ommode
rdec
e
t
t
e‘
nouve
l
l
ephi
l
os
ophi
e
’(
t
e
r
medeMme
Daphne Dragona).
LeVCMN e
s
tobl
i
g
édec
ons
e
r
ve
rl
e
sœuvr
e
shé
be
r
g
é
e
se
tdoi
ta
s
s
ur
e
rl
ebon
fonctionnement technique du website (il a notamment le devoir de mettre à jour les différents
s
t
a
nda
r
dst
e
c
hni
que
spouré
vi
t
e
rl
’
obs
o
l
e
s
c
e
nc
ede
ss
i
t
e
s
)
.
77
B –Espagne
Introduction
Dans les années quatre-vingt-di
x,l
’
Es
pa
g
nevi
ts
onma
r
c
hédel
’
a
r
tdé
c
l
i
ne
re
t
dé
c
i
dader
é
a
g
i
r
.L’
Et
a
ti
nt
e
r
ve
nt
i
onni
s
t
er
é
f
or
mal
es
y
s
t
è
med’
e
ns
e
i
g
ne
me
nta
r
t
i
s
t
i
que- jugé
trop traditionnel186 - et tenta de promouvoir les new media arts (
t
outc
ommel
’
e
s
s
e
nt
i
e
lde
s
pratiques artistiques contemporaines187) en mettant en place des festivals et des départements
muséaux spécifiques.
Concernant le Web-ar
t
,l
’
Et
a
tn’
i
nt
e
r
vi
ntquet
r
è
st
a
r
di
ve
me
nt
.En2003,le
Mi
ni
s
t
è
r
edel
’
Ar
te
tdel
aTe
c
hno
l
og
i
e(en collaboration avec la Fondation ARCO188)
or
ga
ni
s
al
ec
onc
our
s‘
1s
tSc
i
e
nc
e
,Ar
ta
ndTe
c
hnol
ogyAwa
r
dARANEUM’
.A t
r
a
ve
r
sl
’
un
de
sde
uxpr
i
x(
l
’
a
ut
r
eé
t
a
ntconsacr
éàl
er
e
c
he
r
c
hes
c
i
e
nt
i
f
i
que
)
,l
’
Et
a
tmontra son désir de
développer la production artistique ainsi que la critique du Web-art. Cet élan étatique tardif
e
s
tc
e
r
t
a
i
ne
me
ntàpe
r
c
e
voi
rc
ommeuns
ur
s
a
utf
a
c
ea
uma
nqued’
e
ng
oue
me
nte
td’
i
ni
t
i
a
t
i
ve
des institutions espagnoles. En 2001, le Musée National de la Reina Sofia se vit offrir deux
web-c
r
é
a
t
i
onss
ui
t
eàunc
onc
our
s
,ma
i
snepr
of
i
t
apa
sdel
’
oc
c
a
s
i
onpoure
nt
r
e
pr
e
ndr
eune
pol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on.Apr
è
sde
sdé
but
st
r
è
spr
ome
t
t
e
ur
s(dix acquisitions entre 1999-2000),
le MECAD semble lui aussi avoir totalement délaissé le Web-ar
t
.A l
’
he
ur
ea
c
t
ue
l
l
e
,s
e
ulle
MACBA t
e
nt
e d’
a
c
qué
r
i
r de
s web-créations (malgré des difficultés économiques et
idéologiques).
La position des institutions vis-à-vis du Web-art peut paraître paradoxale,
pui
s
quel
’
Es
pa
g
nepos
s
è
dedenombr
e
uxa
t
out
spourf
a
c
i
l
i
t
e
rs
ondé
ve
l
oppe
me
nt
.D’
unepa
r
t
,
elle peut se vanter de bénéficier de la présence de quelques cyberartistes très appréciés sur la
186
Cf. GIANNETTI (Claudia), « Creación, educación y nuevas tecnologías »,t
e
x
t
epr
on
on
c
él
or
sde‘
Mesas
redondas: Comunidades Autónomas y MECD’(
16 décembre 2001, Madrid, Facultad de CC. de la Información
de la UCM).
http://www.cnice.mecd.es/cinternet-educacion/documentacion/general/mesas/resumenes/texto7_cg.html
187
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
apol
i
t
i
qu
edel
’
é
t
a
te
s
pa
g
nolv
i
s
-à-vis des new média arts, cf. BREA (José
Luis), « Spanish New Media », in Rhizome, New York, 14 novembre 1997.
http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=936&text=943
188
Le règlement du concours est disponible au: http://www.araneum.es/bases_en.php. Le projet retenu en
janvier 2004 fut Umbrella de Jonah Brucker-Cohen and Katherine Moriwaki. Les artistes –qui reçurent la très
importante récompense de vingt mille euros –devraient rendre le site accessible au public en décembre 2004.
Cf. http://www.undertheumbrella.net/
78
scène internationale: Jodi, Muntadas, Rica
r
doEc
he
va
r
r
í
a
,Da
ni
e
lGa
r
c
í
aAndúj
a
r
… D’
a
ut
r
e
part, elle forme de nombreux spécialistes (artistes et théoriciens) ;àt
i
t
r
ed’
e
xe
mpl
e
, nous
pouvonsc
i
t
e
rl
’
Escola Superior de Disseny (Barcelone) qui, depuis 1998, assure un cycle
universitaire –un master et un post-diplôme –portant sur la pratique curatoriale des new
media arts.
B.1 –Museo National Centro de Arte Reina Sofia
Le Museo National Centro de Arte Reina Sofia (MNCARS, Madrid) est
i
nt
e
r
na
t
i
ona
l
e
me
nta
ppr
é
c
i
épours
ac
ol
l
e
c
t
i
ond’
a
r
te
s
pa
g
nol (de la fin du dix-neuvième
s
i
è
c
l
eàl
as
e
c
ondeg
ue
r
r
emondi
a
l
e
)
,a
i
ns
iquepours
e
sc
he
f
sd’
œuvr
ede
sa
va
nt
-gardes
européennes (Retrato de Josette de Juan Gris, Guernica de Picasso, Hombre con pipa de
Joan Miró, El gran masturbador deSa
l
va
dorDa
l
í
…)
.
Sie
l
l
er
e
s
t
ee
nc
or
e mé
c
onnue
,l
ac
ol
l
e
c
t
i
on d’
a
r
ta
c
t
ue
le
s
tt
out
e
f
oi
s
r
e
ma
r
qua
bl
e
.Nouspouvonsydé
c
ou
v
r
i
rde
sœuvr
e
sd’
a
r
t
i
s
t
e
s‘
t
r
a
di
t
i
onne
l
s
’- Jean Fabre,
Ani
s
hKa
poor
,Ge
r
ha
r
dRi
c
ht
e
r
,Mi
q
u
e
lBa
r
c
e
l
ó… - ainsi que de plasticiens exploitant des
technologies plus récentes (Jean-Marc Bustamente, Andreas Gursky, de nombreux vidéastes:
Ana Laura Aláez, Jordi Colommer, Carles Congost, Susy Gómez, Liliana Porter). En 2001,
le MNCARS se vit offrir deux web-créations pa
rl
’
Unidad Editorial189.
B.1.1 –Le concours
En 2001, le Journal El Mundo l
a
nç
al
e
s‘
ElMundoNe
t
-Ar
tAwa
r
ds
’
,un
concours destiné à « stimuler les nouvelles créations et [à] encourager ceux qui croient dans
190
l
’
a
r
tc
r
é
époure
ts
url
eNe
t
. » Deux prix furent alors imaginés:
1°
)l
e‘
EL MUNDO Award to be the best Net-Ar
twor
k’
: distinction,
richement dotée de dix mille euros, r
é
s
ul
t
a
ntduc
hoi
xd’
unj
ur
yc
ompé
t
e
ntc
ompos
éd
e
:
Christine van Assche (conservatrice du Département des Nouveaux Médias du Centre
189
190
Ce
t
t
ema
i
s
ond’
é
di
t
i
onpos
s
è
dee
n
t
r
ea
u
t
r
el
es
e
c
on
dqu
ot
i
di
e
nn
a
t
i
on
a
l
:El Mundo.
Cf. le règlement du concours: http://alcazaba.elmundo.es/netart/netarten/basesobrasr.htm
79
Georges Pompidou), José Jiménez (profe
s
s
e
urd’
Es
t
hé
t
i
queàl
’
Uni
ve
r
s
i
t
éAut
onomede
Madrid), Benjamin Weil (conservateur du département du Média Art du SFMoMA) et
Vi
c
e
nt
eMa
t
a
l
l
a
na(
r
e
pr
é
s
e
nt
a
ntdel
’
UNEDI
SA-EL MUNDO).
Cette récompense fut attribuée à Igor Stromajer191 pour le site What was he
thinking about? berlin? praha? ljubljana? skopje? Cette web-c
r
é
a
t
i
one
s
tun‘
e
nvi
r
onne
me
nt
vi
r
t
ue
lé
mot
i
onne
l
’(
t
e
r
medel
’
a
r
t
i
s
t
e
)
,unehy
pe
r
mé
di
a
t
ur
ea
mphi
g
our
i
que
.L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
t
invité à ouvrir - de manière hasardeuse - des fenêtres grises pour découvr
i
rd’
i
nha
bi
t
ue
l
l
e
s
animations (effet de loupe mobile, travelling de pop-up c
l
i
g
not
a
nt
e
s
…)
.
2°
)l
e‘
ELMUNDO Na
vi
g
a
t
or
'
sAwa
r
dt
ot
hebe
s
tNe
t
-Ar
twor
k’(
pr
i
xdot
é
de deux mille cinq cents euros). Cette récompense - à la différence de la première citée - fut
attribuée à la suite du vote des internautes. Elle fut décernée à Cristina Casanova et Sergi
Jorda pour leur opéra interactif Don Quijote en Barcelona.
192
Ce
nts
i
x œuvr
e
sf
ur
e
n
tr
e
ç
ue
se
té
va
l
ué
e
s
(une seule par artiste fut
a
c
c
e
pt
é
e
)
.Se
ul
e
sl
e
sœuvres relevant du Net-Art furent acceptées (c'est-à-dire celles « créées
s
pé
c
i
f
i
que
me
ntpourl
eNe
t[
…]ut
i
l
i
s
a
ntI
nt
e
r
ne
tc
ommeun moy
e
n dec
r
é
a
t
i
on e
tde
di
f
f
us
i
on»
)
.Le
sde
uxœuvr
e
sr
é
c
ompe
ns
é
e
sf
ur
e
nti
nt
é
g
r
é
e
sàl
ac
ol
l
e
c
t
i
on.
B.1.2 –Situation actuelle
Comme cela fut indiqué dans le règlement du concours193, le MNCARS
di
s
pos
ede
sdr
oi
t
sd’
e
xpos
i
t
i
one
td’
a
r
c
hi
va
g
es
url
e
sde
uxœuvr
e
sr
e
t
e
nue
s
.
Il est regretta
bl
equel
emus
é
enepr
of
i
t
apa
sdel
’
oc
c
a
s
i
onpours
el
a
nc
e
rda
ns
l
ac
our
s
eàl
’
a
r
tvi
r
t
ue
l. En février 2004, Oscar Munoz, conservateur au Musée National,
m’
i
ndi
quaq
u’
i
ln’
é
t
a
i
tpourl
’
i
ns
t
a
ntpa
sque
s
t
i
ondec
r
é
e
runeg
a
l
e
r
i
evi
r
t
ue
l
l
e
.
191 Igor Stromajer (né en 1957 en Slovénie): Sont
r
a
v
a
i
le
s
te
s
s
e
n
t
i
e
l
l
e
me
n
ta
x
éa
u
t
ou
rd’
I
n
t
e
r
n
e
te
tdel
a
communication. Son site portail est Intima Virtual Base. Il a participé à de nombreuses rencontres
internationales en Europe et en Amérique. Certaines de ses web-créations ont été acquises par des musées
(Centre Pompidou, Hamburger Kunsthalle, Slovene Museum of Contemporary Arts de Ljubljana).
192 Cf. l
al
i
s
t
ede
sœu
v
r
e
sr
e
ç
u
e
s
: http://www.ociototal.com/old01/articulos/70/3-70.html
193 Cf. le règlement du concours: http://alcazaba.elmundo.es/netart/netarten/basesobrasr.htm
80
B.2 - Mus
e
ud’
Ar
tCont
e
mpor
a
nideBa
r
c
e
l
ona(
Ba
r
c
e
l
one
)
LeMus
e
ud’
Ar
tCont
e
mpor
a
nideBa
r
c
e
l
ona(
MACBA) est un musée très
récent - inauguré en novembre 1995194 - r
é
s
ul
t
a
ntduc
ha
nge
me
ntd’
or
i
e
nt
a
t
i
onopé
r
épa
rl
a
municipalité de Barcelone (nota: depuis deux décennies, la métropole délaisse son secteur
i
ndus
t
r
i
e
l
,s
et
our
ne ve
r
sl
’
é
c
onomi
et
e
r
t
i
a
i
r
ee
tt
e
nt
e de se faire reconnaître
internationalement195. Il fut envisagé comme une poursuite du MNAC (possédant une
c
ol
l
e
c
t
i
on a
l
l
a
ntdel
’
a
r
tr
oma
nj
us
q
u’
à1950)
.I
le
s
tl
ef
r
ui
tdu r
e
g
r
oupe
me
ntdet
r
o
i
s
c
ol
l
e
c
t
i
onsd
’
a
r
tduvi
ng
t
i
è
mes
i
è
c
l
e
,c
e
l
l
e
s
: du Gouvernement Catalan (environ un millier
d’
œuvr
e
s: Mi
r
o,Be
uy
s
,Pi
s
t
ol
l
e
t
t
o,Ta
pi
e
s
…)
,du Barcelona Council (
de
sœuvr
e
sp
l
us
r
é
c
e
nt
e
sde Sus
a
na Sol
a
no,J
a
ume Pl
e
ns
a
…)e
tde l
a Mus
e
u d’
Ar
tCont
e
mpor
a
nide
Ba
r
c
e
l
onaFounda
t
i
on(
e
nvi
r
onde
uxc
e
nt
sœuvr
e
s
: Broodthaers, Merz
,Ma
nz
oni
,Long
…196).
As
e
sdé
but
s
,l
eMACBAc
onnutd’
i
mpor
t
a
nt
e
sdi
f
f
i
c
ul
t
é
s(
e
tr
i
va
l
i
t
é
si
nt
e
r
n
e
s
)
qua
nta
uxc
hoi
xde
sa
c
qui
s
i
t
i
onse
tàl
apr
é
s
e
nt
a
t
i
onc
ohé
r
e
nt
el
’
e
ns
e
mbl
e
.Pourypa
l
i
e
r
,l
e
consortium décida, en 1998, de laisser les deux collectivité
s publ
i
que
ss
’
oc
c
upe
rdu
fonctionnement du musée et de laisser à la Fondation le soin de former une collection propre à
l
’
i
ns
t
i
t
ut
i
on.Ac
t
ue
l
l
e
me
nt
,c
e
t
t
ede
r
ni
è
r
emè
ne une pol
i
t
i
que d’
a
c
qui
s
i
t
i
on r
e
l
a
t
i
ve
me
nt
active ;l
’
a
n
né
ede
r
ni
è
r
e
,e
l
l
eae
nt
r
ea
ut
r
eacheté des films de Vito Acconci (années soixantedix) et de Bruce Nauman (fin des années soixante –début des années soixante-dix), ainsi que
des dessins de Raymond Petitbon (années quatre-vingt).
De
pui
s1996,l
eMACBA s
’
a
c
ha
r
ne–malgré de nombreuses difficultés (tant
idéologiques que financières) –à mettre en avant le Web-art. Actuellement, il tente de
r
e
dé
ma
r
r
e
rs
apol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on(
pr
og
r
a
mme‘
Es
pa
i
.
D’
)
.
194
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
e
sor
i
g
i
n
e
sduMACBA,cf. la s
e
c
t
i
on‘
Mus
e
um Hi
s
t
or
y
’dus
i
t
edumus
é
e
:
http://www.macba.es/historiaMuseo.php
195
Le MACBA e
s
tl
’
un de
sde
r
n
i
e
r
sbâ
t
i
me
nt
se
mbl
é
ma
t
i
qu
e
sde l
’
Es
pa
gn
e mode
r
n
e(
c
e
l
l
e de
s Jeux
Olympiques de Barcelone en 1992…).
196
La Fondation fut créée en 1987 pour activement contribuer à la création et au développement du MACBA.
Elle est essentiellement dirigée par trente-huit patrons et trente-trois entreprises.
81
B.2.1 –Première initiative: ‘
MACBAEnl
i
ni
a
’
En avril 1995, Narcis et Roc Parès197 (co-f
onda
t
e
ur
sdel
’
é
qui
pe‘
Ga
l
e
r
i
a
Vi
r
t
ua
l
’
)p
r
opos
è
r
e
nta
uMACBA,àl
’
UPF(
Uni
ve
r
s
i
t
a
tPompe
uFa
br
a
)e
tàl
’
I
UA (
I
ns
t
i
t
ut
Uni
ve
r
s
i
t
a
r
idel
’
Audi
ovi
s
ua
l
)dec
o-créer un website commun. Il en résulta un espace
technoculturel intitulé « MACBA En linia » (officiellement mis en ligne le 16 juillet 1996).
‘
MACBA en linia198’f
u
ti
ni
t
i
a
l
e
me
ntor
i
e
nt
éve
r
sl
’
e
xpl
or
a
t
i
onde
snouve
l
l
e
s
possibilités artistiques (il ne fut pas conçu comme un outil d’
i
ns
t
i
t
u
t
i
onna
l
i
s
a
t
i
onduWe
b-art).
L’
i
dé
eg
é
né
r
a
l
eé
t
a
i
tde«faciliter la recherche et la production (par opposition à une approche
‘
pa
t
r
i
moni
a
l
e
’d’
é
l
a
bor
a
t
i
ondec
ol
l
e
c
t
i
on199 »). Trois grands axes furent mis en avant: la
r
e
c
he
r
c
he
,l
apr
oduc
t
i
one
xpé
r
i
me
nt
a
l
ea
i
ns
iquel
a‘
r
é
a
c
t
i
va
t
i
on’del
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
npa
rl
e
biais du Web.
Unede
sg
r
a
nde
se
nt
r
e
pr
i
s
e
sde‘
MACBA En l
i
ni
a
’f
utl
apr
oduc
t
i
on de
Sisyphus200 d’
Ant
oniAba
d(
s
i
t
er
é
a
l
i
s
ée
npa
r
t
e
na
r
i
a
ta
ve
cl
emus
é
edeWe
l
l
i
ng
t
on,Nouve
l
l
e
Zé
l
a
nde
)
.Ce
t
t
eœuvr
enousmont
r
a
i
tunhommet
or
s
enus
’
e
f
f
or
ç
a
ntdet
i
r
e
rdes
onc
ôté une
corde (nota: selon si nous nous connections sur le site de Barcelone ou sur celui de
We
l
l
i
ng
t
on
,l
’
hommet
i
r
a
i
tl
ac
or
devers la gauche ou vers la droite). Par le biais de cette
mé
t
a
phor
e
,l
’
a
r
t
i
s
t
evoul
utnousf
a
i
r
epe
r
c
e
voi
rl
ec
a
r
a
c
t
è
r
er
é
pé
t
i
t
i
fde la recherche sur
Internet et voulut soulever la question de la difficile communication entre les internautes.
Malgré le fort succès de cette initiative, le programme ‘
MACBA Enl
i
ni
a
’fut
malheureusement assez vite clos àc
a
us
ed’
unec
r
i
s
ei
nt
e
r
nea
umusée. Lorsque Miquel
Molins201 quitta ses fonctions de directeur du MACBA, le musée enclencha un processus de
r
e
s
t
r
uc
t
ur
a
t
i
on.A c
emome
ntl
à
,c
e
r
t
a
i
nsr
e
s
pons
a
bl
e
snec
ompr
i
r
e
ntpa
sl
’
i
nt
é
r
ê
tpor
t
éà
l
’
e
xpé
r
i
me
nt
a
t
i
onda
nsl
ec
ha
mpduWe
b-art et souhaitère
ntdi
s
pos
e
rd’
uns
i
t
epl
usi
nf
or
ma
t
i
f
197
Diplômé des Beaux-Arts de Barcelone (1992), Roc Pares devint en 1993 le directeur de la Galeria Virtual
(http://www.iua.upf.es/%7Egvirtual/) et travailla sur les nouvelles possibilités offertes par la Réalité Virtuelle.
(Curriculum Vitae accessible au: http://www.iua.upf.es/%7Erpares/trebactu.htm).
198
Cf. la présentation de MACBA en linia à‘
I
SEA96’(
Ams
t
e
r
da
m)e
ta
uMus
e
um Comput
e
rNe
t
wor
k
Symposium (Ottawa), reprint in Annexes pp.80-81.
199
Correspondance avec Roc Pares (email daté du 30 janvier 2004).
200
Cf. l
’
œuv
r
e
:http://www.iua.upf.es/~abad/sisif/presang.htm
201
N’
a
r
r
i
v
a
n
tn
iàor
g
a
n
i
s
e
rl
’
e
n
s
e
mbl
ede
sc
ol
l
e
c
t
i
on
s
,n
iàg
é
r
e
rl
e
sdi
s
c
or
de
se
n
t
r
el
e
st
r
oi
sor
g
a
n
i
s
a
t
i
ons
,
Mi
qu
e
lMol
i
ns(
a
n
c
i
e
npr
of
e
s
s
e
u
rd’
h
i
s
t
oi
r
edel
’
a
r
tàBa
r
c
elone) fut demis de ses fonctions par le Conseil
d’
a
dmi
n
i
s
t
r
a
t
i
onduMACBA.
82
(
l
emus
é
eve
na
i
td’
ouvr
i
rs
e
spor
t
e
sa
upubl
i
c
)
.Le
sc
ont
r
a
t
sdepa
r
t
e
na
r
i
a
ta
ve
cl
af
a
c
ul
t
é
f
ur
e
nta
l
or
sbl
oqué
sj
us
qu’
àc
equ’
unnouve
a
uc
ons
e
r
va
t
e
urf
ûtnommé
.Lor
s
queMa
nol
o
Borja-Villel prit la relève quelques moi
spl
ust
a
r
d,‘
MACBAEnl
i
ni
a
’f
utt
ot
a
l
e
me
ntoubl
i
ée
t
cinq web-créations restèrent inachevées.
B.2.2 –De
uxc
ommi
s
s
i
onse
npa
r
a
l
l
è
l
ed’
e
xpos
i
t
i
on(
2002e
t2003)
En2002,l
eMACBAc
o
mmi
s
s
i
onnaunnouve
a
uwe
bs
i
t
ea
r
t
i
s
t
i
queàl
’
oc
c
a
s
i
on
del
’
e
xpos
i
t
i
on ‘
On Tr
a
ns
l
a
t
i
on’(
e
xc
l
us
i
ve
me
ntc
ons
a
c
r
é
ea
ux c
r
é
a
t
i
onsa
r
c
hi
t
e
c
t
ur
a
l
e
s
,
médiatiques, urbaines et muséales de Muntadas202)
.L’
œuvr
e- intitulée On Translation:
Web203 - fut designée par Ricardo Iglesias et reprend des concepts préalablement développés
par Muntadas. Contrairement à ce que nous pourrions dans un premier temps supposer, il ne
s
’
a
g
i
tpa
si
c
id’
une ba
na
l
ee
xpos
i
t
i
on online d’
é
l
é
me
nt
s pr
é
e
xi
s
t
a
nt
s(
phot
og
r
a
ph
i
e
s
,
vi
dé
os
…)ma
i
sd’
unei
nt
e
r
pr
é
t
a
t
i
on.Pourc
ha
queœuvr
emont
r
é
eda
nsl
’
e
xpos
i
t
i
on,Ri
c
a
rdo
Iglesias souhaita nous donner les explications de Muntadas, puis nous fournir une
interprétation visuelle spécifiquement réalisée pour le Web.
En 2003, le MACBA invita Dora Garcia204 à produire une webcréation dans le
c
a
dr
edel
’
e
xpos
i
t
i
on‘
ElRe
i
no.Una Novela para un Museo205’(
‘
Leroyaume. Une nouvelle
pourunmus
é
e
’
)
.L’
a
r
t
i
s
t
ea
c
c
r
oc
hade
swebcams à différents endroits du musée et créa une
interface sur le Web pour que les internautes puissent observer ses performances en direct. La
série de performance fut envisagée comme une nouvelle dont les acteurs étaient les personnes
présentes dans le musée (artiste, personnel et public).
202
L’
e
x
pos
i
t
i
one
utl
i
e
ua
uMACBA du29n
ov
e
mbr
e2002a
u9f
é
v
r
i
e
r2003.Commi
s
s
a
i
r
ed’
e
x
pos
i
t
i
on: José
Lebrero Stals.
203
Œu
v
r
ev
i
s
i
bl
ea
u
: http://www.macba.es/muntadas/Muntadas.html
204
Dora Garcia (née en 1965): Vit à Amsterdam, Bruxelles et Madrid. Elle est essentiellement reconnue dans les
domaines suivant: photographie, installation, sculpture, performance, vidéo, sound art et net-art. Son travail a
s
ou
v
e
n
tt
r
a
i
tàl
’
i
n
t
é
g
r
a
t
i
on del
’
i
n
di
v
i
duda
n
sla société. Cf. sa courte biographie fournie par la galerie
bruxelloise Jan Mot au : http://www.galeriejanmot.com/index.html
205
L’
e
x
pos
i
t
i
one
u
tl
i
e
ua
uMACBAen mars 2003 –pou
rpl
u
sd’
i
n
f
or
ma
t
i
ons
,cf. http://www.macba.es/elreino/
83
B.2.3 - Le programme actuel « Espai.D » (depuis novembre 2003)
En 2003, Roberta Bosco et Stefano Caldana furent appelés par le MACBA
pourc
onc
e
voi
runnouve
a
uwe
bs
i
t
edot
éd’
une
s
pa
c
edé
di
éa
uNe
t
-Art. Cette zone hybride nommée « Espai.D206 » - f
utc
onç
uea
ve
cl
’
i
nt
e
nt
i
ondepe
r
me
t
t
r
ea
umus
é
ededé
ve
l
op
p
e
r
des web-projets pratiques et théoriques. Selon Jorge Ribalta, responsable des Relations avec
l
ePubl
i
c
,Es
pa
i
.
D n’
e
s
tpa
sàe
nvi
s
a
g
e
r«c
ommeune
s
pa
c
epur
e
me
nt‘
e
xhi
bi
t
oi
r
e
’mais
c
ommeunea
r
t
i
c
ul
a
t
i
onc
ompl
e
xed’
œuvr
e
s
,det
e
xt
e
se
td’
a
ut
r
e
sr
e
s
s
our
c
e
sr
e
l
a
t
i
f
sa
ux
champs intéressants le musée207. » Toujours selon l
ui
,Es
pa
i
.
D doi
tpe
r
me
t
t
r
ed’
e
nt
a
me
rune
mé
moi
r
ec
r
i
t
i
quede
sus
a
g
e
sd’
I
nt
e
r
ne
t(
vuc
ommeunl
i
e
ud’
e
xpé
r
i
me
nt
a
t
i
ona
r
t
i
s
t
i
quee
tde
construction discursive).
Lar
e
s
pons
a
bi
l
i
t
édel
’
Es
pa
i
.
Ddoi
ta
nnue
l
l
e
me
ntê
t
r
ec
onf
i
é
eàuncommissaire
invité. En février 2004, le musée était en pourparlers avec Roberta Bosco sur le programme
du premier cycle. Actuellement, ne sont visibles sur le site que les deux anciens projets ainsi
qu’
unes
e
c
t
i
on‘
a
r
c
hi
ve
s
’(
nonmi
s
eàj
our–constat le 1er avril 2004). De nouvelles sections
semblent être en cours de préparation (nota: l
’
Es
pa
i
.
De
s
tc
onç
uc
ommeunl
a
bor
a
t
oi
r
equi
s
’
é
t
of
f
ee
nf
onc
t
i
ondes
e
sbe
s
oi
nse
td
es
e
sr
e
c
he
r
c
he
s
)
.
Depuis son inauguration (le 14 novembre 2003), le site souffre
malheureusement de problèmes financiers. Selon Roc Parès, le musée décida dans un premier
t
e
mpsden’
a
c
c
or
de
rquet
r
è
spe
udec
r
é
di
t
sàce département.
B.3 - LeMe
di
aCe
nt
e
rd’
Ar
tiDi
s
s
e
ny(
MECAD)
LeMECAD e
s
tun c
e
nt
r
ed’
a
r
tba
r
c
e
l
ona
i
s
,c
r
é
ée
ns
e
pt
e
mbr
e1998 à
l
’
i
ni
t
i
a
t
i
vede la Fundació del Disseny Tèxtil208. Ses activités - production, diffusion,
séminaires, workshops,f
or
ma
t
i
onuni
ve
r
s
i
t
a
i
r
e
… - sont spécifiquement tournées vers les
pratiques des new media arts. Il se revendique comme « un lieu ouvert et décentralisé,
206
Accè
sàl
’
Es
pa
i
.
D:http://www.macba.es/espaid/index.EN.php
Renseignements donnés par M. Ribalta, par mail, le 9 février 2004.
208
La Fundació del Disseny Tèxtil e
s
tt
r
è
si
mpl
i
qu
é
eda
n
sl
’
a
r
tc
on
t
e
mpor
a
i
n
.En1989, elle avait déjà été à
l
’
or
i
g
i
n
edel
ac
r
é
a
t
i
ondel
’
Ec
ol
eSu
pé
r
i
e
u
r
edeDe
s
i
gn
)
.
207
84
pouvantdé
v
e
l
oppe
rs
e
sa
c
t
i
vi
t
é
st
a
ntda
nss
e
spr
opr
e
sl
oc
a
uxqueda
nsd’
a
ut
r
e
se
s
pa
c
e
s
c
ul
t
ur
e
l
sa
ve
cl
e
s
que
l
si
lt
r
a
va
i
l
l
ee
nc
ol
l
a
bor
a
t
i
on,àl
’
i
ma
g
edel
’
e
s
pa
c
et
é
l
é
ma
t
i
que
.Gr
â
c
e
às
e
spr
oj
e
t
si
nt
e
r
ne
souàs
e
sc
ol
l
a
bo
r
a
t
i
onsa
ve
cd’
a
ut
r
e
sor
ga
ni
s
me
s
,l
eMECAD souhaite
mul
t
i
pl
i
e
rs
e
sa
ng
l
e
sd’
a
c
t
i
onpourde
ve
ni
ràl
af
oi
sunc
e
nt
r
eder
e
c
he
r
c
hee
tdepr
oduc
t
i
on
d’
i
dé
e
se
td’
a
c
t
i
vi
t
é
s
,unnoy
a
uder
é
c
e
pt
i
one
td’
a
i
dea
uxpr
oj
e
t
sr
é
a
l
i
s
é
spa
rde
sa
r
t
i
s
t
e
s
,de
s
de
s
i
g
ne
r
so
ud’
a
ut
r
e
sa
c
t
e
ur
sc
ul
t
ur
e
l
s
,unl
i
e
ude diffusion et une plate-forme de projection
pour des créateurs de tous les domaines des arts médiatiques209. »
LeMECAD di
s
pos
ed’
une
s
pa
c
es
pé
c
i
f
i
queder
e
c
he
r
c
he
se
td’
é
l
a
bor
a
t
i
on
d’
œuvr
e
sélectroniques: le MediaLab. Entre 1999 et 2000, son équipe (co)produisit dix webcréations.
B.3.1 –Le
st
r
oi
sc
ommi
s
s
i
onspour‘
ne
t
_c
ondi
t
i
on’
Da
nsl
ec
a
dr
edel
’
e
xpos
i
t
i
on‘
ne
t
_c
ondi
t
i
on’(
pr
é
s
e
nt
é
ea
uMECAD du24
septembre au 19 novembre 1999210), le centre commissionna trois web-créations à des
artistes espagnols: Antoni Abad, Roberto Aguirrezabala et Ricardo Iglesias. Celles-ci nous
i
nt
e
r
r
og
e
nts
url
’
é
me
r
g
e
nc
ee
tl
edé
v
e
l
oppe
me
ntdec
y
be
r
-pratiques (renforcées et parfois
imposées par le Net): la communication en temps réel, la surveillance du réseau et
l
’
i
nt
e
r
a
c
t
i
vi
t
é
.
L’
a
r
t
i
s
t
ec
a
t
a
l
a
n Ant
oniAba
d211 produisit Z, « une mouche freeware à
comportements variables212. » Lor
s
quel
’
or
di
na
t
e
ure
s
te
nl
i
g
ne
,l
amouc
hepr
e
ndvi
ee
t
l
’
i
nt
e
r
na
ut
epe
utc
ommuni
que
rvia le canal Z. « Selon différents critères: fuseau horaire,
mouches en ligne, courbe de l'évolution de la communauté, arbre généalogique de l'essaim,
langue, etc. les utilisateurs de Z peuvent manipuler le comportement et la morphologie de
chaque individu mouche au Z.lab, le laboratoire génétique. Les mutants en résultant peuvent
209
De
s
c
r
i
pt
i
onde
sa
c
t
i
v
i
t
é
sduMECADvi
s
i
bl
es
u
rl
es
i
t
edel
’
UNESCO,s
e
c
t
i
on‘
c
u
l
t
u
r
e
’
,2003.
http://portal.unesco.org/culture/fr/[email protected]_ID=10666&URL_DO=DO_PRINTPAGE&URL_SECTION=2
01.html
210
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
onss
u
rl
’
e
x
pos
i
t
i
on
,cf. le site: http://on1.zkm.de/netcondition/start/language/default_e
211
Antoni Abad (né en 1956 à Lleida): commença sa carrière artistique comme sculpteur, puis se fit reconnaître
dans le champs des new media arts.I
lpa
r
t
i
c
i
pae
n
t
r
ea
u
t
r
eà‘
Ne
tCon
di
t
i
on
’(
1999)
,àl
a48ème Biennale de
Ve
n
i
s
e(
1999)e
tà‘Me
’a
uSa
l
onde
sMé
di
a
sduNe
wMu
s
e
um ofCon
t
e
mpor
a
r
yAr
t(
j
a
n
v
i
e
r2001,New York).
Actuellement, il vit et travaille à Barcelone. Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
’
a
r
t
i
s
t
e
,cf. sa biographie in
Atmosphera, sd. –http://www.atmosfera0.com/contaminantes/autores.phtml?id_autor=5 (en espagnol).
212
Cf. l
apa
g
ed’
i
n
f
or
ma
t
i
ons
u
rl
esite Z: http://www.zexe.net/pkanal.php?id=-1&op=1&dir=down&doc=index
_ok_idioma.php?id=87
85
être échangés à travers le canal Z. L'objectif de Z est de créer un réseau de communication
distribué, indépendant de tout serveur central213. »
Pour son projet What:you:get, Roberto Aguirrezabala214 développa un site
ayant pour trame un dialogue fictionne
le
nt
r
ede
uxpe
r
s
onna
g
e
sa
i
ns
iqu’
uns
y
s
t
è
mede
surveillance pour épier les mouvements des internautes. « Le participant parcourt le web sans
se rendre compte que tous ses clics sont contrôlés par un programme résidant. Ses
mouvements sont enregistrés da
nsuneba
s
ededonné
e
soùl
’
onf
or
mes
oni
de
nt
i
t
é
,dé
f
i
ni
e
pa
rl
ama
ni
è
r
eder
é
s
oudr
et
out
e
sl
e
ss
i
t
ua
t
i
onsqu’
onl
uis
oume
t
.What:you:get se transforme
en un jeu qui tourne autour de l'identité. Au fur et à mesure que le participant avance dans
l'histoir
e
,i
ldoi
tpr
e
ndr
eda
va
nt
a
g
ededé
c
i
s
i
ons[
…]I
ldoi
ta
i
ns
ichatter, écrire des
me
s
s
a
ge
s
…215 »Pr
ogr
e
s
s
i
ve
me
nt
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
equi
t
t
es
ons
t
a
t
utdel
e
c
t
e
ure
tr
e
mpl
a
c
el
e
s
deux personnages. A la fin, c'est-à-di
r
ea
pr
è
sa
voi
rl
ul
e
shui
tme
s
s
a
ge
s
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
ese voit
of
f
r
i
runea
na
l
y
s
eps
y
c
hol
og
i
quedes
e
sr
é
pons
e
s(
ni
ve
a
udemé
l
a
nc
ol
i
e
…)
.
Ricardo Iglesias216 créa reference, une interface hypermédia amphigourique non linéaire et iconoclaste - sensée nous faire réfléchir sur le chaos dans lequel sont plongées
nos sociétés actuelles. Nous sommes confrontés à des « Warning » clignotants, à des bruits
dej
e
uxvi
dé
osa
i
ns
iqu’
àt
outunvoc
a
bul
a
i
r
ef
or
me
l(
a
s
c
e
ns
e
ur
s
,pop-up…)a
uque
lnous
sommes habitués mais qui est utilisé de manière inhabituelle et non fonctionnelle.
L’
i
nt
e
r
a
c
t
i
vi
t
ée
s
tmi
s
eàma
l
:l
’
i
nt
e
r
na
ut
et
e
nt
edes
’
a
ppr
opr
i
e
rl
ec
ont
r
ôl
edus
i
t
e
,ma
i
se
n
vain, puisque la machine le reprend sans cesse.
B.3.2 –Un soutien à la web-c
r
é
a
t
i
ond’
Amé
r
i
quel
a
t
i
ne
En 1999, Claudia Giannetti invita en résidence trois jeunes net-artistes
d’
Amé
r
i
queLa
t
i
ne
: deux Argentins (Ivan Marino et Dina Roisman) ainsi que le Chilien
213
Ibidem.
Roberto Aguirrezabala (né en 1971 à Bilbao): après des études d’
a
r
t(
u
n
el
i
c
e
n
c
ed’
a
u
di
ov
i
s
u
e
le
tdepe
inture
àl
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
é deVa
s
c
oe
n
t
r
e1990 e
t1995), ilf
on
dal
’
a
g
e
n
c
epu
bl
i
c
i
t
a
i
r
es
u
rAdclick –cf. la fiche
bibliographique assez complète au: http://www1.euskadi.net/kultura/artes_plasticas/artes2002-4_e.htm (en
espagnol).
215
X, « Laboratorio Creativo de Adclick para Internet », in MarketingDirecto.com, 17 mai 2000.
http://www.marketingdirecto.com/noticias/noticia.php?idnoticia=1697
216
Ricardo Iglesias (né en 1965 à Madrid): après des études de Philosophie et de Lettres à Madrid, il se
s
pé
c
i
a
l
i
s
ae
n1999da
n
sl
eWe
bde
s
i
g
ne
tda
n
sl
’
a
r
té
l
e
c
t
r
on
i
qu
e
.Ac
t
u
e
l
l
e
me
n
t
,il est pr
of
e
s
s
e
u
ràl
’
Ec
ol
edu
MECAD.
214
86
Marian Maturana. Apparemment le MECAD ne fournit aucune ligne directrice. Les trois
sites obtenus furent intégrés dans la collection du MECAD.
Mariano Maturana217 créa Postliterate, une bibliothèque publique virtuelle
réunissant des fragments audiovisuels. Les internautes étaient invités à contribuer à cette base
de données en envoyant une image.
Ivan Marino218 é
l
a
bor
aune‘
mé
di
t
a
t
i
on g
r
a
phi
que
’s
urs
amère décédée.
L’
œuvr
ee
s
tpr
é
s
e
nt
é
es
urunmodel
udi
quee
te
s
ta
s
s
e
zs
omma
i
r
e
me
nts
t
r
uc
t
ur
é
e(
une
s
uc
c
e
s
s
i
ondehui
tpa
g
e
s
,dontuni
nd
e
x)
.L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàe
ndé
c
ouvr
i
rl
e
smul
t
i
p
l
e
s
pos
s
i
bi
l
i
t
é
s
.Lor
s
qu’
i
ldé
pl
a
c
es
onc
ur
s
e
ur
,de
si
ndi
c
a
t
i
onsa
pparaissent dans les barres de
s
t
a
t
ute
tdet
i
t
r
e
.Dè
squ’
i
ls
ur
vol
el
ec
oi
ne
n ha
utàg
a
uc
he
,un me
s
s
a
gepe
r
s
onne
l
apparaît dans une pop-up d’
a
ve
r
t
i
s
s
e
me
nt
…
Dina Roisman219 reçut une bourse pour développer sa web-création,
Relaciones de incertidumbre. Celle-ci est axée autour deux notions: l
a‘
Cha
nc
e
’e
tl
e
s
r
e
l
a
t
i
onse
nt
r
el
aCe
r
t
i
t
udee
tl
’
I
nc
e
r
t
i
t
ude
.L’
œuvr
epos
eunpr
obl
è
me«Qu’
e
s
tc
equel
a
Chance ?[
…]Lac
ha
nc
ee
s
t
-e
l
l
eu
n
ené
c
e
s
s
i
t
éi
ne
xt
r
i
c
a
bl
epourl
’
homme(
unec
ho
s
e
imaginaire) ou existe-t-elle réellement ?
220
»Poura
bor
de
rc
edi
l
e
mme
,l
’
a
r
t
i
s
t
ec
r
é
aune
hypermédiature ludique –infinie et sans logique apparente – obl
i
ge
a
ntl
’
i
nt
e
r
na
ut
eà
continuellement prendre des décisions hasardeuses. Dans un premier temps, il est perturbé
pa
rl
’
a
bs
e
nc
eder
e
pè
res significatifs, puis progressivement, il s
’
ha
bi
t
ueà la navigation.
Nota: i
ln’
e
xi
s
t
equa
s
iment aucune documentation sur les productions du
MECAD (ni sur papier, ni sur le Web),a
us
s
ij
’
a
is
ouha
i
t
éc
or
r
e
s
pondr
ea
ve
cl
e
sr
e
s
pons
a
b
l
e
s
du centre. Malheureusement, en dépit de demandes de renseignements répétées, aucune
217
Marian Maturana (né en 1960): média artiste reconnu dans les domaines de la vidéo et du Net-art. Il
s
’
i
n
t
é
r
e
s
s
epa
r
t
i
c
u
l
i
è
r
e
me
ntàl
apa
r
t
i
c
i
pa
t
i
ondupu
bl
i
ce
ta
upa
r
t
a
g
edel
aCu
l
t
u
r
e
.En1998
,i
lpa
r
t
i
c
i
paàl
’
‘
Electronic Media Festival’(
Os
n
a
br
ü
c
k
)
,a
u‘
De
moc
r
a
c
ySh
ow’(
Ga
t
eFou
n
da
t
i
on
,Ams
t
e
r
da
m)
… - cf. la liste
de ses principales créations: http://hypermedia.ucla.edu/animal/curwork.htm
218
Ivan Marino (né en 1968 en Argentine): designer multimédia, artiste vidéo et professeur de new media arts.
Pour pl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. le site personneldel
’
a
r
t
i
s
t
e
:http://ivan-marino.net/
219
Dina Roisman (née à Buenos Aires en 1974): a
pr
è
sde
sé
t
ude
sdeph
ot
og
r
a
ph
i
ee
tdepe
i
n
t
u
r
eàl
’
Un
i
v
e
r
s
i
t
é
deBu
e
n
osAi
r
e
s
,e
l
l
es
el
a
n
ç
ac
ommede
s
i
gn
e
rg
r
a
phi
qu
e
.En
t
r
e1997e
t20
01,e
l
l
es
’
oc
c
upadel
ar
u
br
i
qu
e‘
Ar
t
s
di
g
i
t
a
ux’da
n
sl
epé
r
i
odi
qu
ea
r
g
e
n
t
i
nCl
a
r
í
n
.
220
Cf. ROISMAN (Dina), « [relaciones de incertidumbre] », in Mecad Electronic Journal, Barcelone, n°4, juin
2000 –http://www.mecad.org/e-journal/archivo/numero4/mopro.htm
87
réponse ne me fut fournie. Les seules informations que j
’
a
ie
ul
’
oc
c
a
s
i
onder
e
c
e
voi
rme
furent données par les artistes.
88
C –La situation en France: un art quiaduma
làs
’
i
ns
t
a
l
l
e
r
Introduction
1 - Le Web-art, un art longtemps resté marginal
J
us
qu’
e
n2003,l
eWe
b
-art - a contrario de la vidéo et de la photographie - ne
f
i
tl
’
obj
e
tqued’
unt
r
è
sf
a
i
bl
ee
ng
oue
me
nte
nFr
a
nc
e
.Le
sdi
ve
r
s
e
si
ni
t
i
a
t
i
ve
spr
i
s
e
spa
rl
’
Et
a
t
n’
e
ur
e
ntg
uè
r
eder
e
t
e
nt
i
s
s
e
me
nt
s(
‘
Ent
r
é
eLi
br
e
’
)e
tl
e
sg
r
oupe
spr
i
vé
snes
’
e
ng
a
g
è
r
e
ntque
t
r
è
smodé
r
é
me
ntda
nsl
ac
ons
t
i
t
ut
i
ond’
e
ns
e
mbl
ed’
œuvr
e
s(
Fonda
t
i
onCa
r
t
i
e
r
)
.Le
sc
a
us
e
s
dec
ema
nqued’
e
xa
l
t
a
t
i
ons
ontmul
t
i
pl
e
s; parmi les plus probables, nous pouvons citer:
•l
’
a
bs
e
nc
ed’
uner
é
e
l
l
epol
i
t
i
queg
l
oba
l
eme
né
ee
nf
a
ve
urduWe
b221.
•l
’«i
s
ol
e
me
ntdel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n,a
ve
cde
spr
a
t
i
que
se
tde
st
e
c
hni
que
si
na
dé
qua
t
e
s
au regard de la société qui émerge, mais qui perdurent malgré tout, et cela, tout
s
i
mpl
e
me
ntpa
r
c
equel
’
é
c
onomi
edes
ons
y
s
t
è
mef
onc
t
i
onnes
urunt
y
pe‘
donné
’
d’
obj
e
t
s
,e
ts
e
ul
e
me
nts
urc
et
y
ped’
obj
e
t
s
,c
ompt
et
e
nudel
ade
ma
ndedes
on
marché, très cadré et tributaire de références culturelles historiques établies. Il aurait
f
a
l
l
uqu’
e
nl
e
urt
e
mpsMone
te
tVa
nGog
ha
i
e
ntdé
j
à‘
pe
i
nt
’a
ve
cde
spi
xe
l
ss
uré
c
r
a
n
c
a
t
ho
di
quepourquel
ema
r
c
héa
i
tl
et
e
mpsd’
é
vol
ue
re
tpourquel
’
onve
ndeda
nsl
e
s
g
a
l
e
r
i
e
sd’
a
r
td’
a
uj
our
d’
huide
st
é
l
é
vi
s
e
ur
soude
sé
c
r
a
nsi
nf
or
ma
t
i
que
sàl
apl
a
ce de
toiles de lin tendues sur châssis222. »
•l
’
é
l
i
t
i
s
medel
ac
ul
t
ur
e
.«Nousa
vonsc
he
znousunec
ul
t
ur
eé
l
i
t
i
s
t
equis
’
a
c
c
ompa
g
ne
ma
lduf
a
i
tqu’
I
nt
e
r
ne
tr
e
pr
é
s
e
nt
eunea
ut
r
ec
ul
t
ur
equinef
onc
t
i
onnepa
ss
url
e
modèle pyramidal classique du pouvoir. Il y a une antinomie entre la structure en
r
hi
z
omede
sr
é
s
e
a
uxquie
s
tc
e
l
l
ed’
I
nt
e
r
ne
te
tl
at
r
è
sf
or
t
et
r
a
di
t
i
onf
r
a
nç
a
i
s
ede
221
« Le gouvernement a lancé jeudiu
n
ec
a
mpa
g
n
edec
ommuni
c
a
t
i
onpou
rpr
omou
v
oi
rl
’
u
t
i
l
i
s
a
t
i
ondel
’
i
n
t
e
r
n
e
t
[
…]Ba
pt
i
s
é
e‘
I
n
t
e
r
n
e
tdé
c
l
a
r
éd’
u
t
i
l
i
t
ét
ou
tpu
bl
i
c
’
,c
e
t
t
ec
a
mpa
gn
es
’
i
n
s
c
r
i
tda
nsl
ec
a
dr
edupl
a
nRe
s
o2007
(
pou
ru
n
eRé
pu
bl
i
qu
enumé
r
i
qu
edel
’
i
nf
or
ma
t
i
on
)pr
é
s
e
n
t
épa
rl
ePr
e
mi
e
rmi
n
i
s
t
r
ee
nnov
e
mbr
e2002[
…]‘
I
l
faut une vraie mobilisation nationale pour rattraper notre retard en équipements de micro-ordinateurs et faire
d’
i
n
t
e
r
n
e
tc
emé
di
um dec
onn
a
i
s
s
a
n
c
e
se
td’
é
c
h
a
ng
e
s…’adé
c
l
a
r
éJ
e
a
n
-Pierre Raffarin. La France compte
au
j
ou
r
d’
hu
i21mi
l
l
i
onsd’
i
n
t
e
r
n
a
u
t
e
s
,s
oi
t41,
5% del
apopu
l
a
t
i
onf
r
a
n
ç
a
i
s
e
,e
t10mi
l
l
i
on
sdef
oy
e
r
sé
qu
i
pé
s
d’
unmi
c
r
o-or
di
n
a
t
e
u
r
s[
…]Cet
a
u
xr
e
s
t
ee
n
c
or
eda
nsl
amoy
e
n
n
eba
s
s
ede
sg
r
a
n
dspa
y
si
n
dus
t
r
i
a
l
i
s
é
se
tde
s
pays européens. » (Source: dépêche de l
’
Ag
e
n
c
eFr
a
n
c
ePr
e
s
s
e
,30oc
t
obr
e20
03)
.
222
FOREST (Fred), Pour un Art Actuel, Pa
r
i
s
,L’
Ha
r
ma
t
t
a
n
,Col
l
.Ou
verture philosophique, 1998, p.212.
89
centralisation du niveau administratif, éducatif, voire de nos modes de vie, toujours
peu ou prou de coloration cartésienne et jacobine223. »
•l
es
e
nt
i
me
ntàt
or
tquel
eWe
b-a
r
tn’
e
s
tqu’
unphé
nomè
nedemodes
a
nsa
ve
ni
r
.
•l
’
a
bs
e
nc
edemé
c
é
na
tpr
i
vé
.A l
’
i
nve
r
s
ede
sEt
a
t
s
-Uni
s
,l
e
smus
é
e
se
tc
e
nt
r
e
sd’
a
r
t
f
r
a
nç
a
i
sner
e
ç
oi
ve
ntquet
r
è
spe
ud’
a
r
g
e
ntdus
e
c
t
e
urpr
i
véoua
s
s
oc
i
a
t
i
f(
f
ondations
souhaitant profiter des nouvelles tendances pour se donner une image).
Une des premières –et des rares –prises de conscience du commerce de la
Web-c
r
é
a
t
i
on e
utl
i
e
u àl
’
Hôt
e
lDr
ouotl
e 16 oc
t
obr
e 1996– lors de la vente de
Parcelle/Réseau de FredFor
e
s
t
.Ce
t
t
eœuvr
e–une image fixe consultable sur le Net et
conçue pour un affichage en haute résolution (en seize millions sept cent mille couleurs et en
1280*1204) –fut acquise par Bruno Chabannes224 et Antoine Beaussant225 (pour un montant
de cinquante-huit mille francs226). L’
i
l
l
us
t
ration représente « un personnage mythique qui
avance en portant dans ses bras un très jeune enfant qui symbolise la société
d'information et de communication dans laquelle nous entrons227. » Loi
nd’
ê
t
r
ee
nvi
s
a
gé
ep
a
r
les acheteurs comme un simple gadget, l’
œuvr
eservit de point de départ à la société Nart228,
un « groupe plurimédia consacré à l'art (un pôle de ventes d'art, avec ventes aux enchères,
ventes à prix fixes, boutiques exclusives, services d'expertise et un pôle éditorial avec le
portail Web Artindex.fr et les revues offline Le Journal des Arts, L'
Œi
l
, NDLR)229 ».
Parallèlement à ses activités marchandes, Nart entreprit quelques initiatives remarquables.
Ainsi par exemple, par le biais du service Nart Channel, les internautes purent découvrir –en
223
Ibidem, p. 214.
Bruno Chabannes: collectionneur réputé, ancien directeur des éditions Amaury et ancien président du
Syndicat professionnel des éditeurs de contenus en ligne (alias le GESTE).
225
Antoine Beaussant: fondateur de la filiale d'information boursière en ligne Victoire Multimédia (qu'il a
revendue à LVMH) et ancien vice-président du GESTE.
226
« Antici
pa
n
ts
u
run
eé
v
ol
ut
i
oni
n
é
v
i
t
a
bl
ede
spr
a
t
i
qu
e
sa
r
t
i
s
t
i
qu
e
s
,dudr
oi
te
tduc
omme
r
c
edel
’
a
r
t
,Fr
e
d
For
e
s
t
,n
ons
a
nspr
ov
oc
a
t
i
on
,a
ba
n
don
n
at
ouss
e
sdr
oi
t
sd’
a
ut
e
u
ra
upr
of
i
tdel
’
a
c
qu
é
r
e
u
r
,r
e
n
dul
i
br
ed’
e
n
commercialiser la diffusion à son propre profit. Cette provocation a le mérite, non seulement de poser la
question des formes de création liées aux nouvelles technologies de communication, mais aussi de suggérer de
n
ouv
e
l
l
e
spr
a
t
i
qu
e
sé
c
on
omi
qu
e
se
tdedi
f
f
u
s
i
ondel
’
a
r
t
,e
nqu
e
l
qu
es
or
t
eunma
r
c
h
édel
’
a
r
tquir
e
s
t
e
entièrement à inventer au seuil du XXIème siècle » (FOREST (Fred), « Parcelle Réseau », sur le site personnel
del
’
a
u
t
e
u
r‘
We
bn
e
t
mus
e
um‘
,r
u
br
i
qu
e‘
Fr
e
dFor
e
s
t- Rétrospective - Art sociologique - Esthétique de la
c
ommuni
c
a
t
i
on’- http://webnetmuseum.org/html/fr/expo_retr_fredforest/actions/49_fr.htm#text).
227
FOREST (Fred), « Parcelle-Réseau », texte d'archives qui était en ligne sur le site de www.nart.com entre
1996 et 1999, reprint sur le: http://www.fredforest.org/Parcelle-Reseau/fr/
228
Ac
t
u
e
l
l
e
me
n
t
,l
as
oc
i
é
t
én’
e
x
i
s
t
epl
u
s
.Le3 mai 2000, le Tribunal de Grande Instance de Paris interdit aux
sociétés Nart SAS et Nart Inc d’
or
g
a
n
i
s
e
rde
sopé
r
a
t
i
on
sdev
e
n
t
e
sa
uxe
n
c
h
è
r
e
se
nl
i
g
n
ee
nFr
a
n
c
e(perçues
comme contraire au monopole des commissaires priseurs - loi du 25 juin 1841).
229
GODLUCK (Solveig), « Nous espérons ouvrir l'art au plus grand nombre », in Transfert, Paris, 28 juin 2000 http://www.transfert.net/a1077
224
90
direct et de manière continue –le travail et la vie d'artistes dans leurs ateliers (le premier qui
s
epr
ê
t
aàl
’
e
xpé
r
i
e
nc
ef
utAr
ma
ndu9oc
t
obr
ea
u19nove
mbr
e1998)
.
2 - La situation actuelle
a - Les signes annonciateurs d’
une meilleure acceptation du
Web-art
Al
’
he
ur
ea
c
t
ue
l
l
e
,l
e
ss
pé
c
i
a
l
i
s
t
e
sf
r
a
nç
a
i
sdu Ne
t
-Art tentent de mieux
s
’
or
g
a
ni
s
e
rp
ourpa
r
t
a
ge
rl
e
ur
sc
onna
i
s
s
a
nc
e
s
.Denombr
e
uxdé
ba
t
sont régulièrement lieu à
Paris. Parmi les dernières initiatives intéressantes, nous pouvons mentionner:
230
•‘
Le
sMa
r
di
sduNumé
r
i
que
’: tous les deuxièmes mardis du mois, depuis février
200
3
,de
spe
r
s
onna
l
i
t
é
sdumondede
sa
r
t
sdi
g
i
t
a
uxvi
e
nne
ntdé
ba
t
t
r
ea
ut
ourd’
une
thématique prédéfinie.
•‘
Le
sPr
e
mi
e
r
sJ
e
udi
sduMul
t
i
mé
di
a
’
: tous les premiers jeudis du mois, des artistes des
nouveaux medias viennent expliquer au public leurs démarches et leurs
préoccupations (événements organisés au Carré des Jalles par l'association MédiasCité).
Les grandes manifestations présentant du Web-art attirent de plus en plus de
s
pe
c
t
a
t
e
ur
se
td’
a
r
t
i
s
t
e
s
.Lede
r
ni
e
re
nda
t
e
,l
eFestival Flash (organisé par Centre Pompidou,
du 16 avril au 8 mai 2004231), fut un véritable succès. Quinze jours avant la remise des prix,
Marie Lechner, journaliste à Libération fit le point sur la situation: « la soirée de clôture
affiche, d’
or
e
se
tdé
j
à
,c
ompl
e
t
.‘
Le
s500pl
a
c
e
ss
ontpa
r
t
i
e
sàt
out
evi
t
e
s
s
e
,l
à
, on entame la
l
i
s
t
ed’
a
t
t
e
n
t
e
’pa
r
e
i
lpourl
ePr
i
xduPubl
i
c
.End
e
uxj
our
s
,i
l
ss
on
tdé
j
àp
l
usde500àa
v
oi
r
voté en ligne. Cont
r
et
out
ea
t
t
e
nt
e
,l
enombr
ed’
œuvr
e
se
nvoy
é
e
s
, a lui aussi, sensiblement
a
ug
me
nt
é
,a
ve
cpl
usde550s
oumi
s
s
i
o
ns(
unec
e
nt
a
i
nedepl
usquel
’
a
npa
s
s
é
)
.‘
C’
e
s
tvr
a
i
qu’
i
lyaundé
c
a
l
a
g
epa
rr
a
ppor
tàl
ar
é
a
l
i
t
éé
c
onomi
que
.Onpe
ns
a
i
tqu’
i
ly aurait moins de
230
231
Cf. l
es
i
t
ede
s‘
Ma
r
di
sduNumé
r
i
qu
e
’
: http://www.francoiscoulon.com/rencontres/index.html
Cf. le site du festival: http://www.flashfestival.net/2004/
91
232
pr
oj
e
t
s
,quel
aqua
l
i
t
és
’
e
nr
e
s
s
e
nt
i
r
a
i
t
,ons
’
e
s
tt
r
ompé
,r
e
c
onna
î
tl
’
or
ga
ni
s
a
t
r
i
c
e
. » Il est
233
également intéressant de constater –c
o
nt
r
a
i
r
e
me
ntàc
equ’
i
ndi
quaMa
r
i
eLe
c
hne
r
–que de
très g
r
a
ndsnomsf
r
a
nç
a
i
sdel
’
a
r
tvi
r
t
ue
lfigurèrent parmi les finalistes (le groupe Panoplie,
Olga Kisseleva, Eric Marie alias Bobi
g
…)
.
b –Trois freins à la diffusion du Web-art: la presse, les galeries et la
formation
En France, le gros handicap du Web-art semble être le manque de
communicatione
ndi
r
e
c
t
i
ondug
r
a
ndpubl
i
c
.Lapr
e
s
s
egé
né
r
a
l
i
s
t
ee
ta
r
t
i
s
t
i
quenes
’
i
nt
é
r
e
s
s
e
quet
r
è
spe
uàl
’
i
nt
é
gr
a
t
i
one
tàl
amons
t
r
a
t
i
onduc
y
be
r
a
r
tda
nsl
e
smus
é
e
s
.Lequot
i
di
e
n
Libération f
a
i
tpr
e
s
quef
i
g
ur
ed’
e
xc
e
pt
i
on(cf.l
ar
ubr
i
que‘
Di
g
i
t
a
l
e
s
’t
ousl
e
svendredis)
234
.
Cette lacune est sans doute à mettre sur le compte de l
’
a
bs
e
nc
edec
r
i
t
i
que
s spécialisés.
Les galeries françaises –contrairement à leurs homologues new-yorkaises –
ne semblent guère intéressées par le Net-Art. Parmi les rares espaces marchands qui ont
encouragé des net-artistes, nous pouvons citer les galeries parisiennes: Grégoire
Maisonneuve235, le Sous-Sol236 et Jennifer Flay237.
Les professeurs Edmond Couchot et Norbert Hillaire déplorèrent en 2003
« une absence de politique claire et bien informée dans les deux grandes institutions [ayant]
232
Cf. l
’
a
r
t
i
c
l
edeMa
r
i
eLe
c
hn
e
r
,«Retour de Flash », in Libération,Pa
r
i
s
,r
u
br
i
qu
e‘
Di
g
i
t
a
l
e
s
’
,23a
v
r
i
l2004,
visible au: http://www.liberation.fr/page.php?Article=199093
233
Ma
r
i
e Le
c
hn
e
rr
e
g
r
e
t
t
aàt
or
tl
’« absence de poids lourds fédérateurs » et considéra les finalistes
comme « un
et
r
i
pot
é
ed’
a
n
ony
me
sàdé
c
ouv
r
i
r
.»
234
Pa
r
mil
e
sa
u
t
r
e
ss
ou
r
c
e
sd’
i
n
f
or
ma
t
i
on
s traitant du Net-Art, nous pouvons citer les revues online: Synesthesie
et le Monde Interactif (quelques rares articles).
235
En 2001, Gr
é
g
oi
r
eMa
i
s
on
n
e
u
v
e
,l
edi
r
e
c
t
e
u
rdel
ag
a
l
e
r
i
eé
pony
me
,s
ouh
a
i
t
aouv
r
i
run
ei
n
t
e
r
f
a
c
e
/
œuv
r
ea
f
i
n
de présenter des web-créations. A cette fin, il fit appel à Patrick Bernier (artiste) et à Jean-Noël Lafargue
(programmeur). Collectivement, ils élaborèrent '217.
174
.
19
2.
66’
,«une initiative privée - un désir - qui entend
soutenir et accompagner, de la production à la promotion, des projets d'artistes développés spécifiquement pour
Internet ». La collection est composée de projets spécialement commissionnés pare
tpou
r‘
217.
1
74.
192.
66’
(
s
i
t
e
sdePa
t
r
i
c
kBe
r
n
i
e
r
,Lu
dov
i
cBu
r
e
le
tTé
l
é
f
é
r
i
qu
e
)a
i
ns
iqu
ed’
œuv
r
e
sobt
e
nu
e
sàt
i
t
r
ed’
e
n
c
ou
r
a
g
e
me
n
t
(projets de Claude Closky, de la Collection Yoon Ja & Paul Devautour, Rainer Ganahl, Jan Kopp et Gianni
Motti). Pour plusd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. Annexes, pp.89-91.
236
Yv
onNou
z
i
l
l
e
,di
r
e
c
t
e
u
rdel
aGa
l
e
r
i
e‘
LeSous
-Sol
’(
f
e
r
mé
ede
pui
sma
i2003)
, permit au collectif
Téléphérique de montrer ses travaux.
237
La Galerie Jennifler Flay vendit entre autre des sites de Claude Closky.
92
vocation à prendre en charge [le numérique]: les écoles des Beaux-Arts et les universités238. »
Hormis à l
’
Uni
ve
r
s
i
t
édePa
r
i
s
-VIII (délivrant un di
pl
ômed’
a
r
te
tdet
e
c
hnol
og
i
edel
’
i
ma
ge
depuis 1982) et à l’
Ec
ol
eNa
t
i
ona
l
eSupé
r
i
eure des arts Décoratifs, i
l
sc
ons
t
a
t
è
r
e
ntquel
’
a
r
t
239
informatique –a
va
i
té
t
éj
us
qu’
àpe
u–délai
s
s
éf
a
ut
edemoy
e
ne
td’
i
nt
é
r
ê
t
. Ils énoncèrent
un c
e
r
t
a
i
n nombr
ede f
r
e
i
nsqua
ntàl
af
or
ma
t
i
on des
pé
c
i
a
l
i
s
t
e
sde l
’
a
r
tnumé
r
i
q
u
e
:
notamment « une résistance des enseignants eux-mêmes » et la sous-estimation des potentiels
(
t
e
c
hnol
og
i
evuec
ommec
ompl
e
xee
tdi
f
f
i
c
i
l
ed’
a
c
c
è
s–trop pour des étudiants en art). Pour
l
’
i
ns
t
a
nt
,l
’
i
nf
or
ma
t
i
quee
s
te
nc
or
epe
r
ç
uec
ommeun s
i
mpl
eout
i
lne
ut
r
ee
tn’
e
s
tp
a
s
envisagée comme un médium or
i
g
i
na
l(
c
’
e
s
t
-à-dire offrant de nouvelles possibilités
créatives).
3 –La mise en place de collections de Web-art (1996-)
Par rapport aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne, nous pouvons remarquer
qu’
e
nFr
a
n
c
e
,l
e Web-ar
tn’
aé
t
équep
e
ui
nc
l
usda
nsl
e
sc
ol
l
e
c
t
i
onsde
smu
s
é
e
se
tde
sc
e
nt
r
e
s
d’
a
r
t
.Auc
ungr
a
ndmus
é
edepr
ovi
nc
enedi
s
pos
edec
y
be
r
-créations.
En 1998, la Fondation Cartier fut le premier centre français à acquérir des
web-créations. Dans le cadre d’
e
xpo
s
i
t
i
ons
,e
l
l
ee
nc
ommi
s
s
i
onnahui
t
.Ce
t
t
ei
ni
t
i
a
t
i
vef
ut
malheureusement arrêtée en 2001.
Comme pour la plupart des pratiques contemporaines, il est à signaler que
différents services du Ministère de la Culture essayèrent de jouer un rôle de catalyseur.
Actuellement, ces initiatives semblent s
’
e
s
s
ouf
f
l
e
re
tnes
e
mbl
e
nt pas avoir motivé les
muséesàa
c
qué
r
i
rde
sœuvr
e
svi
r
t
ue
l
l
e
s
.
De
pui
s2002,l
e Mus
é
e Na
t
i
ona
ld’
Ar
tMode
r
ne e
s
tl
as
e
ul
ei
ns
t
i
t
ut
i
on
f
r
a
nç
a
i
s
eme
na
ntunepol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
ondeWe
b-art.
238
Cf. COUCHOT (Edmond) et HILLAIRE (Norbert), L’
Ar
tnumé
r
i
que–comment la technologie vient au
mondedel
’
ar
t
, Paris, Flammarion, 2003, p.156.
239
Al
al
i
s
t
ede
sé
t
a
bl
i
s
s
e
me
nt
spr
é
c
é
de
mme
n
tc
i
t
é
s
,j
’
a
j
o
u
t
e
r
a
iqu
e
l
qu
e
sateliers: Audiolab (département
pédagogique consacré aux pratiques sonores et audio à la Villa Arson), le Collectif ESP (Arts décoratifs de
Strasbourg) et le College invisible (post-diplôme des Beaux Arts de Marseille).
93
C.1 –Les initiatives du Ministère de la Culture
De
pui
s une di
z
a
i
ne d’
a
nné
e
s
,l
’
Et
a
tf
i
na
nc
e de nombreux rapports de
240
r
e
c
he
r
c
he
ss
urdé
ve
l
oppe
me
ntdel
’
a
r
tt
e
c
hnol
og
i
que
. En 2002, la Délégation aux Arts
Plastiques confia à Anne Laforêt et Jean Davallon, directeur du Laboratoire Culture et
Communi
c
a
t
i
ondel
’
Uni
ve
r
s
i
t
éd’
Avi
g
nonPa
y
sdeVa
uc
l
us
e
,l
es
oi
nder
é
di
g
e
runr
a
pp
o
r
t
sur la conservation du Net-Art (« Net Art et institutions artistiques et muséales:
problématiques et pratiques de la conservation »,e
nc
our
sd’
é
c
r
i
t
ur
e
).
Le Ministère de la Culture ne s
’
e
nga
g
e
aquet
r
è
spe
uda
nsl
’
a
c
qui
s
i
t
i
onde
Web-ar
t
.MmeMa
r
i
e
l
l
eBonna
nd,r
e
s
pons
a
bl
ede
sAr
t
sPl
a
s
t
i
que
s
,m’
i
nf
or
maquel
eFonds
Na
t
i
ona
ld’
Ar
tCont
e
mpor
a
i
nnepos
s
é
da
i
ta
uc
unewe
b-création241. Seuls, la Délégation aux
Ar
t
sPl
a
s
t
i
q
u
e
s(
e
n1999)e
tt
r
oi
sFondsRé
g
i
ona
uxd’
Ar
tCont
e
mpor
a
i
n(
e
nt
r
e1996e
t2002)
ontmont
r
éd
el
’
i
nt
é
r
ê
tpourc
e
t
t
epr
a
t
i
que
.
C.1.1 –Délégations aux Arts Plastiques: por
t
a
i
l‘
Ent
r
é
eLi
br
e
’(
online
depuis le 19 mars 1999242)
Constatant que le Net-art était bien ancré en France en 1998, le Ministère de la
Cul
t
ur
ee
tdel
aCommuni
c
a
t
i
onss
ouha
i
t
aa
g
i
rpourr
e
s
t
e
ra
uc
ont
a
c
tdel
’
a
c
t
ua
l
i
t
é
.La
Délégation aux Arts Plastiques eut alors la louable idée de bâtir une collection de Webcréations. Grâce au fonds du Centre National des Arts Plastiques, Christine Macel et Pascale
Cassagnau –toutes deux inspectrices à la Délégation aux Arts Plastiques –achetèrent
qua
t
or
z
eœuvr
e
sd’
a
r
t
i
s
t
e
sdeg
é
né
r
a
t
i
onse
tdenot
or
i
é
t
é
s différentes: Michel Aubry, Gilles
Barbier, Alain Bublex, Daniel Buren, Gérard Collin-Thiébaut, François Curlet, Kendell
Geers, Véronique Journard, Matthieu Laurette, Ange Leccia, François Morellet, Rémi Bréval,
Jean-Jacques Rullier, Alberto Sorbelli.
240
Cf. COUCHOT (Edmond) et HILLAIRE (Norbert), L’
Ar
tnumé
r
i
que–comment la technologie vient au
mondedel
’
ar
t
, Paris, Flammarion, 2003, pp.138-148.
241
Mail envoyé par Mme Marielle Bonnand le 3 mai 2004.
242
Si
t
el
a
n
c
él
or
sdel
aFê
t
edel
’
I
n
t
e
r
n
e
t’
99–collection accessible au: http://www.culture.fr/entreelibre/
94
Les responsables désirèrent tenir compte de la diversité et de la transversalité
de
sc
our
a
nt
sdel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n.Lebutr
e
ve
ndi
quén’
é
t
a
i
tpa
sde«mettre en avant la
di
me
ns
i
on p
ur
e
me
ntt
e
c
hni
que du s
uppor
t
,[
ma
i
sd’
a
i
de
rl
e
sa
r
t
i
s
t
e
s
]àdé
ve
l
oppe
run
imagina
i
r
edel
avi
r
t
ua
l
i
t
ée
tdel
’
i
n
t
e
r
a
c
t
i
vi
t
ée
nt
e
na
ntc
ompt
edel
ana
t
ur
es
pé
c
i
f
i
que
243
d’
e
s
pa
c
ep
ubl
i
cquec
ons
t
i
t
uedé
s
or
ma
i
sl
’
I
nt
e
r
ne
t
. » Pour les accompagner dans leurs
c
r
é
a
t
i
ons
,l
eMi
ni
s
t
è
r
el
e
urof
f
r
i
tunea
s
s
i
s
t
a
nc
et
e
c
hni
que(
i
ls
’
a
l
l
oual
e
ss
e
r
vi
c
edel
’
Ag
e
nc
e
Quadrupède244).
a –Lesœuvr
e
sa
c
qui
s
e
s
Le
squi
nz
eœuvr
e
spr
o
p
os
é
e
ss
ontt
y
pi
que
sde
spr
é
c
é
de
nt
st
r
a
va
uxdes artistes.
Ainsi, par exemple, le conceptualiste Michel Aubry reprit la thématique du jeu de hasard (une
table de roulette invitant les internautes à la rêverie), Gérard Collin-Thiébaut celle de
l
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onna
l
i
s
a
t
i
ondel
’
a
r
t(
unec
a
r
t
edel
aFr
a
nc
ei
nt
e
r
a
c
t
i
vepe
r
me
t
t
a
ntd’
obt
e
ni
rde
s
données administratives sur les différentes institutions: é
c
ol
e
sd’
a
r
t
,c
e
nt
r
e
s
,FRAC…)e
t
Jean-Jacque
sRul
l
i
e
rc
e
l
l
edur
ê
ve
….
A travers six petits jeux interactifs, Daniel Buren245 souhaite nous faire
redécouvrir six de ses anciens travaux (tous réalisés in situ et conçus à partir de bandes): la
performance Photo-Souvenirs (1968, Paris), la frise du Wide White Space (1969, Anvers), un
poster collé sur les murs de la station de métro Iéna (1970 –la même année il en colla cent
quarante dans les stations parisiennes), un poster plaqué s
urunea
f
f
i
c
he‘
St
i
m-St
i
mu
l
a
t
e
’
(date inconnue) ainsi que deux murs peints. Dans chaque cas, le spectateur est invité à
découvrir un mécanisme pour perturbe
rl
’
œuvr
ei
ni
t
i
a
l
e
: soit en en modifiant les couleurs, soit
en les animant.
243
« 19-20-21 mars 1999 –C’
e
s
tl
aFê
t
edel
’
I
n
t
e
r
n
e
t
,c
’
e
s
tl
af
ê
t
epou
rt
ou
sl
e
si
nt
e
r
n
a
u
t
e
spr
é
s
e
n
t
se
tf
ut
u
r
s–
toute la Culture est en fête », dossier du Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, n°45, 17 mars
1999, p.10.
244
Créée en 1997, Quadrupède est une firme spécialisée dans la conception graphique de sites Internet. Pour
pl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. http://www.quadrupede.com/
245
Daniel Buren (né à Boulogne-Billancourt en 1938): a
p
r
è
sde
sé
t
u
de
sàl
’
Ec
ol
ede
sAr
t
s(
1957-1960) et à
l
’
Ec
ol
eNa
t
i
on
a
l
eSu
périeure des Beaux-Arts, il décida de mettre en avant la neutralisation de la peinture.
Concrètement, il abandonna toutes ses influences passées (Picasso, Matisse, Rivera) pour se consacrer à une
peinture abstraite, réduite à sa plus simple expression En septembre 1965, il découvrit, par hasard, au Marché
Saint-Pierre une toile imprimée (composée de bandes verticales de 8,7 cm de large). L’
a
n
n
é
es
u
i
v
a
nt
e
,il cof
on
dal
emouv
e
me
n
tBMPT(
a
v
e
cl
av
ol
on
t
éd’
a
t
t
e
i
n
dr
el
e«degré zéro » de la peinture). Selon lui, l
’
a
l
t
e
r
n
a
n
c
e
deba
n
de
sbl
a
n
c
h
e
se
tc
ol
or
é
e
s(
un
i
qu
emot
i
fdes
apr
odu
c
t
i
on
)pe
r
me
td’
obt
e
n
i
ru
n« outil visuel » offrant un
« élargissement du champ visuel du spectateur ».
95
b –Les critiques formulées
Très loin du succès escompté, le site fut fortement critiqué par la plupart des
spécialistes français des arts numériques (artistes et théoriciens). Il le fut sur des aspects
esthétiques (« L'usage intensif –et revendiqué –de Shockwave et Flash n'en fait même pas un
bons
i
t
e‘
dé
mo’pourc
e
sl
og
i
c
i
e
l
sma
i
sl
a
i
s
s
e
rait plutôt craindre que le web puisse devenir
aussi ennuyeux que la télé246 »), sur le type de contrat utilisé (
i
nt
e
r
di
s
a
ntl
’
i
nc
r
é
me
nt
a
t
i
onde
s
sites dataïstes247), ainsi que s
url
e
sc
r
i
t
è
r
e
sdes
é
l
e
c
t
i
ond’
œuvr
e
s
.
En septembre 1999, le CAAP (Comité des Artistes Auteurs Plasticiens) se
pl
a
i
g
ni
tdel
’
or
g
a
ni
s
a
t
i
onde
sc
e
t
t
ei
ni
t
i
a
t
i
ve
:«c
e
t
t
ec
omma
ndepubl
i
que[
…]aé
t
éi
ni
t
i
é
ep
a
r
un inspecteur de la création artistique en charge des nouvelles technologies, qui a choisit ellemême les artistes et en a assurél
ec
ommi
s
s
a
r
i
a
t
,pui
sl
es
ui
vimé
di
a
t
i
qu
e[
…]LaDAPe
s
t
a
i
ns
ide
ve
nueunc
e
nt
r
ed’
a
r
tvi
r
t
ue
le
tl
’
i
ns
pe
c
t
e
ur
,unc
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
on.Es
t
-ce la
mission de la DAP ? Etc
e
l
l
ed’
uni
ns
pe
c
t
e
urdel
ac
r
é
a
t
i
ona
r
t
i
s
t
i
que?Lar
é
s
ona
nc
edut
e
r
me
"commandepubl
i
que
"i
ndui
tpournous
,qu’
i
lya
i
tuna
ppe
ld’
of
f
r
eouve
r
te
tpubl
i
c
,e
tno
n
pa
sdé
s
i
g
na
t
i
ona
r
bi
t
r
a
i
r
e
.Las
a
g
e
s
s
ea
ur
a
i
té
t
équ’
i
lya
i
tmê
meundoubl
ea
ppe
ld’
of
f
r
e
s
:
l
’
un, pour le commissariat de la commande auprès des structures travaillant déjà avec les
nouve
l
l
e
st
e
c
hnol
og
i
e
sdontl
e
sé
c
ol
e
sd’
a
r
t
;l
’
a
ut
r
e
, pourc
hoi
s
i
rl
e
spr
oj
e
t
sd’
a
r
t
i
s
t
e
sàme
t
t
r
e
en ligne. Mais sans doute est-c
et
r
opde
ma
nde
rqu’
i
ls
oi
tr
a
ppe
l
éàc
ha
c
uns
ami
s
s
i
on? 248 »
Ext
r
ê
me
me
ntc
r
i
t
i
qua
bl
e
,c
ec
hoi
xd’
a
r
t
i
s
t
e(
n’
a
y
a
nt pas toujours des affinités
avec le réseau) fut, sans aucun doute, réalisé pourde
sr
a
i
s
onsdef
a
c
i
l
i
t
é
.Pourl
’
a
r
t
i
s
t
e
g
e
ne
voi
sBl
ue
s
c
r
e
e
n,i
ldé
c
oul
ed’
unemé
c
onna
i
s
s
a
nc
ed’
una
r
tquipe
upa
r
a
î
t
r
ea
upr
e
mi
e
r
abor
dt
r
è
spr
ovoc
a
t
e
ur(
«C’
e
s
ts
ûr que si la DAP a cherché en 98 c
equ’
é
t
a
i
tl
’
a
r
tne
t
, ils ont
du trouver aux quatre coins du web des critiques féroces del
’
a
r
ti
ns
t
i
t
ut
i
onne
le
tpa
r
t
i
re
n
249
courant ! Encore aurait-i
lf
a
l
l
utqu’
i
lc
he
r
c
heàc
ompr
e
ndr
eque
l
quec
hos
e
»).
246
BURREAUD(
Ann
i
c
k
)
,«Mor
e
l
l
e
te
tGe
e
r
ss
a
uv
e
n
t‘
En
t
r
é
eLi
br
e
’»
,i
nISAST/LEONARDO, mai 1999.
« Je pense par exemple à une célèbre exposition "entrée libre" qui contenait certains sites sensés évoluer dans
le temps mais auxquels les artistes n'avaient plus le droit de toucher après la date de lancement officiel: la
première vertu de la virtualité, qui est la possibilité de renouveler son contenu, de l'actualiser, ne semblait
apparemment pas pratique dans ce cadre institutionnel », extrait du message « Re: Pour info/appel à
participation/nomemory », message laissé par LAFARGUE (Jean-Noël et/ou Nathalie) in le groupe de
di
s
c
u
s
s
i
ons‘
f
r
.
r
e
c
.
a
r
t
s
.
pl
a
s
t
i
qu
e
s
’le 16 février 2002.
248
Extrait du Bulletin du CAAP, n°16, septembre 1999 (citation relevée par Fred Forest in Mon Procès contre
Beaubourg, chapitre 4‘
Lemi
l
i
e
udel
’
a
r
tc
on
t
e
mpor
a
i
n
:dy
s
f
on
c
t
i
on
n
e
me
n
t
se
tf
on
c
t
i
onn
e
me
nt
’
,p.119.
249
« Re: Pour info/appel a participation/nomemory »
,me
s
s
a
gel
a
i
s
s
épa
rl
’
a
r
t
i
s
t
eBl
u
e
s
c
r
e
e
nda
n
sl
eg
r
ou
pede
di
s
c
u
s
s
i
ons‘
f
r
.
r
e
c
.
a
r
t
s
.
pl
a
s
t
i
qu
e
s
’
,17f
é
v
r
i
e
r2002–reprint in Annexes pp.82-83.
247
96
C.1.2 –Trois Fonds Régionaux d’
Art Contemporain: Bourgogne,
Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Cote d'Azur
Cr
é
é
se
n 1982, l
e
s Fonds Ré
g
i
ona
ux d’
Ar
t Cont
e
mpor
a
i
n(
FRAC)
r
e
pr
é
s
e
nt
e
ntl
’
unde
spr
i
nc
i
pa
uxout
i
l
sdel
adé
c
e
nt
r
a
l
i
s
a
t
i
onc
ul
t
ur
e
l
l
e
.Gr
â
c
eàe
ux,c
ha
que
région a la possibilité de diffuser la création vivante ainsi que de librement former sa propre
c
ol
l
e
c
t
i
on d’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n.De
pui
sl
e
uri
ns
t
a
ur
a
t
i
on,l
’
a
c
c
e
ntf
utpor
t
éàl
af
oi
ss
ur
l
’
a
c
qui
s
i
t
i
o
n d’
œuvr
e
s d’
a
r
t
i
s
t
e
s vi
va
nt
se
ts
ur l
ac
ons
t
i
t
ut
i
on de s
oc
l
e
s hi
s
t
or
i
qu
e
s
(minimalisme, art conceptuel, arte povera…)
.
Deux décennies après leur institution, Ami Barak, ancien directeur du FRAC
Languedoc Roussillon, signala que de nombreux courants et artistes (tels que Georg Baselitz,
Francesco Clemente et Amselm Kiefer), très a
ppr
é
c
i
é
spa
rl
emondedel
’
a
r
t
, étaient
totalement absents des collections –pour lui, « i
ls
’
a
g
i
td’
un c
hoi
x,voi
r
ed’
unrefus
finalement assez général250. » Le Web-art semble malheureusement rentrer dans cette
catégorie.
Il est intéressant de remarquer que les FRAC les plus fournis (Bretagne,
Centre, Rhône-Alpes, Picardie et Al
s
a
c
e
)n’
ont toujours pas acquis de Web-art. Seuls trois
FRAC - assez faiblement dotés - disposent de Web-créations: Bourgogne, LanguedocRous
s
i
l
l
one
tPr
ove
nc
eAl
pe
sCôt
ed’
Az
ur
.
Enc
ont
a
c
t
a
ntl
e
sr
e
s
p
o
ns
a
bl
e
sa
c
t
ue
l
sdec
e
st
r
oi
si
ns
t
i
t
ut
i
ons
,j
’
a
ic
ons
t
a
t
é
qu’
a
uc
unc
ont
r
a
ts
pé
c
i
f
i
quen’
a
va
i
té
t
ér
é
di
gé(rien ne fut précisé sur le fonctionnement des
s
i
t
e
s
,s
url
e
smoda
l
i
t
é
sdec
ons
e
r
va
t
i
on…)
.
a –FRAC Provence-Alpes-Côt
ed’
Az
ur (PACA)
En1996,l
eFRACPACAf
utl
epr
e
mi
e
rf
ondsàdi
s
pos
e
rd’
unewe
b-création:
A propos de Nancy Crater de David Vincent.
250
Proposd’
AmiBa
r
a
ki
nTrésors publics, 20ansdec
r
é
at
i
o
nsdansl
e
sf
ondsr
é
gi
onauxd
’
ar
tc
ont
e
mpor
ai
n,
Paris, Flammarion, 2003, p.14.
97
Ava
ntd’
ê
t
r
eunwe
bs
i
t
e
,A propos de Nancy Crater fut imaginé comme une
série de vidéos sur une artiste virtuelle. Le premier épi
s
odee
utl
i
e
uàl
’
oc
c
a
s
i
onde la
conférence ‘
C'
e
s
tdé
j
àde
ma
i
n’donnée au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Nice
(février 1994). David Vincent demanda aux douze intervenants de lire à tour de rôle leur
texte, devant une caméra, en remplaçant le nom de l'artiste dont il devait parler par celui de
Nancy Crater251.Pa
rl
ebi
a
i
sdec
e
t
t
emi
s
ee
ns
c
è
ne
,Da
vi
dVi
nc
e
nts
ouha
i
t
amont
r
e
rqu’
une
œuvr
es
ec
ons
t
i
t
uee
n pa
r
t
i
epa
rl
edi
s
c
our
squ’
e
l
l
es
us
c
i
t
e
.Le5 ma
r
s1994,l
’
a
r
t
i
s
t
e
r
e
nouve
l
al
’
e
xpé
r
i
e
nc
ea
uCe
ntre international de poésie de Marseille (dans le cadre de
l
'
e
xpos
i
t
i
on‘
Gé
né
r
i
que2,ve
r
sunes
ol
i
da
r
i
t
éopé
r
a
t
i
onne
l
l
e
’or
g
a
ni
s
é
epa
rl
eFRACPACA)
.
Cette fois-c
ie
nc
or
e
,douz
epe
r
s
onna
l
i
t
é
sdel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n(
dontGuyTor
t
os
a
,Ami
Barak, Frank Perrin,Ni
c
ol
a
sBour
r
i
a
ude
tEr
i
cTr
onc
y
)s
epr
ê
t
è
r
e
ntàl
’
e
xpé
r
i
e
nc
e
.
En 1996, David Vincent comprit que pour confronter un maximum de
témoignages, il serait idéal de lancer sur le Web une base de données évolutive. Il plaça ses
252
premières données en ligne et c
r
é
aque
l
que
sé
vé
ne
me
nt
spoure
nr
e
c
ue
i
l
l
i
rd’
a
ut
r
e
s
.
Actuellement, le site est toujours accessible: chacun peut lire les informations disponibles sur
l
’
a
va
t
a
re
té
c
r
i
r
es
e
spr
opr
e
sc
omme
nt
a
i
r
e
s
.
b –Le FRAC Languedoc Roussillon
Je suis ton ami(e)... tu peux me dire tes Secrets de
Nicolas Frespech (1998)
La première web-création intégrée à la collection du FRAC Languedoc
Roussillon fut Je suis ton ami(e)... tu peux me dire tes Secrets de Nicolas Frespech253. Elle
fut acquise en 1998 par le biais de la procédure habituelle254: elle fut choisie par le Comité
251
Nancy Crater est le personnage clef du premier épisode de la série télévisée Star Trek ;i
ls
’
a
g
i
td’
un
extraterrestre se faisant passer pour une archéologue en mission d'études sur la planète M113. David Vincent fut
fasciné par cette capacité à apparaître simultanément et différemment à diverses personnes.
252
Parmi les événements, nous pouvons citer:l
e‘
Sé
mi
n
a
i
r
eNa
n
c
yCr
a
t
e
r
’(
f
é
v
r
i
e
r1995,La
bor
a
t
oi
r
edeDe
s
i
gn
Ar
g
ume
n
t
a
i
r
e
,Vi
l
l
aAr
s
on
,Ni
c
e
)
,‘
A pr
oposdeNa
n
c
yCr
a
t
e
r
’(
ma
r
s1997,c
omme
n
t
a
i
r
e
sd'
é
t
u
di
a
n
t
sde
l'ESBAM, Galerie de l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille), ‘
Conversation autour de Nancy Crater’(mai 1998,
Le Café Parisien, Marseille avec Michel Enrici, Jean-Yv
e
sJ
ou
a
nn
a
i
se
tRu
dyRi
c
c
i
ot
i
)
,‘
Té
moi
gn
a
g
e
ss
u
rNa
n
c
y
Crater’(
31 mai 1998, interviews pendant le vol Nice-Paris AF5211). Depuis juillet 2002, il est possible de
dé
pos
e
ru
nme
s
s
a
g
es
u
rl
’
a
r
t
i
s
t
ev
i
r
t
u
e
làl
’
a
dresse mail suivante: [email protected]-113.info
253
Si
t
ea
u
t
ou
rdel
’
œuv
r
edisparue: http://www.frespech.com/secret/
254
L’
œuv
r
ef
u
ta
c
h
e
t
é
ev
i
ng
tmi
l
l
ef
r
a
n
c
sàNi
c
ol
a
sFr
e
s
pe
c
h
.
98
technique du FRAC et la décision fut entérinée par le Conseil de direction (le 10 mars 1998).
I
ls
’
a
g
i
td’
u
neœuvr
eouverte et participative offrant aux internautes la possibilité de lire des
confidences anonymes (défilement en Flash)
,pui
ss
’
i
l
sl
edé
s
i
r
e
nt
, del
i
br
e
me
nts
’
e
xpr
i
me
rà
l
e
urt
our
.Lebutdupr
oc
e
s
s
use
s
tdec
a
pt
e
rt
outunpa
nc
a
c
hédel
’
Huma
ni
t
é
.
Le work-in-progress recueillit un important succès255. Malheureusement, il ne
resta que moins de trois ans en ligne. Le 27 février 2001, la Chambre Régionale des Comptes
constata –sans se prononcer sur la qualité artistique –quel
’
œuvr
ec
ont
e
na
i
tde
sobs
c
é
ni
t
é
s
s
us
c
e
pt
i
bl
e
sd’
he
ur
t
e
rl
as
e
ns
i
bi
l
i
t
éd’
unpubl
i
cé
g
a
r
éounona
ve
r
t
i
.Lepr
é
s
i
de
ntdela
Cha
mbr
ep
r
opos
aa
l
or
squ’
unef
e
nê
t
r
edemi
s
ee
ng
a
r
de(
t
e
l
l
e
sc
e
l
l
e
squel
’
ont
r
ouveà
l
’
e
nt
r
é
ede
ss
i
t
e
sàc
a
r
a
c
t
è
r
epor
nog
r
a
phi
que
)s
oi
tajoutée pour désamorcer toute polémique.
Cette solution ne fut, hélas, pas adoptée et le site fut censuré le 7 décembre 2001. Frespech se
vi
ti
nt
e
r
di
r
el
’
a
c
c
è
sàs
ons
i
t
ee
tl
edr
oi
tdel
eme
t
t
r
eàj
our
.Pours
edé
f
e
ndr
e
,i
lf
i
ta
ppe
là
maître Rojinsky (spécialiste du droit des nouvelles technologies) et déclencha une immense
polémique sur le Net (notamment par la mis
ee
npl
a
c
ed’
unec
a
mpa
g
nede«t
e
r
r
e
sd’
e
xi
l
virtuelles256 »).
Le 21 janvier 2002, Michel Kotas, le Directeur Général des Services de la
Région Languedoc Roussillon, lui répondit en ces termes: « il a été décidé de retirer cette
œuvr
edu site et de la conserver dans les réserves du Frac, où elle va rejoindre bon nombre
d'autres acquisitions, en attendant que soit trouvée une solution qui réponde aux observations
de la Chambre régionale des Comptes, et soit conforme à la mission de service public de la
Collectivité Régionale257. »
Le 5 décembre 2003, Frespech informa les membres de sa liste de diffusion
que la situation avait peu évoluée maisquel
’
œuvr
epour
r
a
i
tê
t
r
er
é
i
nt
é
g
r
é
es
ur le site du
FRAC. La Région lui aurait demandé de rédiger « un dossier, un prot
oc
ol
e[
…]pourj
us
t
i
f
i
e
r
c
e
t
t
eœuvr
ee
ts
e
se
nj
e
ux258. » Malencontreusement, un nouveau problème poignit: il est
«i
mpos
s
i
b
l
eder
e
t
r
ouve
runec
opi
edel
’
œuvr
e
,i
ls
e
mbl
equel
eBa
c
k-updel
’
hé
be
r
ge
ur
255
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
ef
on
c
t
i
on
n
e
me
n
tdec
e
t
t
eœuvr
e
,cf. le mémoire de ma
î
t
r
i
s
ed’
h
i
s
t
oi
r
edel
’
a
r
t
del
’
a
u
t
e
u
r
,L’
i
nt
e
r
ac
t
i
v
i
t
édansl
eWe
b-Art, Grenoble, juillet 2003 (chapitre reprint in Annexes pp.85-87).
256
Le
st
e
r
r
e
sd’
e
x
i
l
ss
on
ta
c
c
e
s
s
i
bl
e
sàpa
r
t
i
rde
:http://frespech.com/secret/
257
Cf. http://www.erm.lu/creation_gif/annuaire2003/languedoc_roussillon/languedoc_roussillon_2.htm
258
Ibidem.
99
(
Za
r
c
r
om)n
’
a
ipa
sf
onc
t
i
onné(
!
!
!
!
!
!
!
!
)Cequivoudr
a
i
tdi
r
equel
’
œuvr
eor
i
g
i
na
l
ea
ur
a
i
té
t
é
détruite259 !!! »
12h = 10h de Claude Closky (1999)
Una
na
pr
è
sl
’
a
c
ha
tdes
apr
e
mi
è
r
ewe
b-création, le FRAC en acheta une
seconde: 12h=10h de Claude Closky. Comme dans de nombreuses autres productions de
Closky
,i
ls
’
a
g
i
td’
uneœuvr
ea
ug
r
a
phi
s
memi
ni
ma
li
nt
e
r
r
og
e
a
ntl
’
e
s
t
hé
t
i
qued’
unt
e
mps
sans qualité.
Quand le spectateur arrive sur le site, il est invité à observer une animation
Shockwave: unemont
r
ei
ndi
qua
ntl
’
he
ur
edema
ni
è
r
edé
c
i
ma
l
e(
c
ha
quede
mi
-journée est
découpée en dix heures, chaque heure en dix minutes, chaque minute en dix secondes). Ici,
l
’
a
r
t
i
s
t
ej
ouea
ve
cl
ac
ons
t
r
uc
t
i
onhuma
i
nedus
y
s
t
è
mehor
a
i
r
e
.L’
œuvr
e«s
'
a
ppa
r
e
nt
eàune
écriture du désir, c'est-à-dire arrachée au discours, décentrée, triviale260. »
c –FRAC Bourgogne
En 2002, le FRAC Bourgogne acheta Le rêve du ciel, une web-création de
Catherine Beaugrand (
2000)
.De
pui
ss
ona
c
qui
s
i
t
i
on,l
’
œuvr
en’
e
s
tuni
que
me
ntvi
s
i
bl
eque
depuis le site du FRAC. Elle est considérée comme devant demeurée unique (cela fut
c
onj
oi
nt
e
me
ntdé
c
i
dée
nt
r
el
’
a
r
t
i
s
t
ee
tl
adi
r
e
c
t
i
on)
.Nota: de légères modifications ont été
e
f
f
e
c
t
ué
e
sp
a
rl
’
a
r
t
i
s
t
ea
va
ntl
ave
nt
e(
c
e
l
l
e
s
-c
if
ur
e
ntr
é
a
l
i
s
é
e
spourquel
’
œuvr
es
oi
tmi
e
u
x
adaptée à une exposition).
Catherine présenta Le rêve du ciel « sous la forme d'un damier de neuf cases
interactives. Images, textes, sons ou video apparaissent sur cet échiquier selon le jeu de
l'internaute. Ce kaléidoscope est une mise en scène autour de quelques questions auxquelles
on se trouve directement confronté dans la conception et la réalisation d'une œuvr
edans un
259
Pr
oposd’
AmiBa
r
a
k(
a
n
c
i
e
ndi
r
e
c
t
e
u
rduFRAC La
n
gu
e
docRou
s
s
i
l
l
on
)v
i
s
i
bl
e
ss
u
rl
es
i
t
edel
aGa
l
e
r
i
e
Edward Mitterrand –http://www.edwardmitterrand.com/artists/closky/index.php
260
Ibidem.
100
monument historique. Les internautes sont invités à envoyer un document numérique qui
constitue leur propre réponse à la question posée. Celui-ci sera intégré dans un deuxième
damier construit suivant le même principe et associant des éléments reçus. Cet échiquier sera
réactualisé tous les mois. Première question: qu'est-ce qu'un monument historique261 ? »
C.2 –Centre Georges Pompidou
Ouvert au public en 1977, le Musée Na
t
i
ona
ld’
Ar
tMode
r
ne(
MNAM)apour
mi
s
s
i
ond’«inventorier, de conserver, de restaurer, d'enrichir, de présenter au public et de
me
t
t
r
ee
nva
l
e
url
e
sc
ol
l
e
c
t
i
onsd’
œuvr
e
s d'art dont le Centre Pompidou a la garde, dans les
domaines des arts plastiques, des arts graphiques, de la photographie, du cinéma
expérimental, de la vidéo, des nouveaux médias, de la création industrielle, du design et de
l'architecture depuis le début du XXe siècle262. »
Ac
t
ue
l
l
e
me
nt
,l
eMNAM di
s
pos
ed’
unf
ondsdepl
usdec
i
nqua
nt
e
-cinq mille
œuvr
e
s
.Pa
r
mic
e
l
l
e
s
-c
i
,nouspouvonsr
e
ma
r
que
rque
l
que
s‘
de
s
s
i
nsàl
’
or
di
na
t
e
ur
’(
a
c
qui
s
entre 1989 et 2002), quelques installations interactives263, ainsi que quatre sites Internet.
Dans un premier temps, les conservateurs ne se montrèrent guère
enthousiastes quant au Web-art. Ils partirent du constat que « les institutions artistiques ne
semblent jamais assez flexibles pour prendre en compte en temps réel [les nouvelles]
expériences artistiques264 »e
tr
e
f
us
è
r
e
ntdes
’
e
nga
g
e
rpr
é
c
i
pi
t
a
mme
ntda
nsune politique
d’
a
c
qui
s
i
t
i
ondewe
b-c
r
é
a
t
i
ons
.J
us
qu’
e
n2003,i
l
ss
emont
r
è
r
e
ntt
r
è
spr
ude
nt
s
,se refusèrent
d’
a
c
he
t
e
rduWe
b-art et préférèrent observer comment les diverses institutions, qui en avaient
déjà acquis, se débrouillaient.
261
Cf. la pa
g
ed’
i
n
t
r
odu
c
t
i
ondel
’
œu
v
r
e
: http://lereveduciel.frac-bourgogne.org/quadrill.html
Cf. le s
i
t
eduCe
n
t
r
ePompi
dou
,r
u
br
i
qu
e‘
Or
g
a
n
i
s
a
t
i
onduCe
n
t
r
e–Départements et dir
e
c
t
i
on
s
’
.
http://www.cnac-gp.fr/Pompidou/Communication.nsf/0/69EE6ECC371B657BC1256E8A004E2A89?Open
Document
263
Cf. le catalogue online du Mus
é
eNa
t
i
on
a
ld’
Ar
tMode
r
n
e
:
http://tinguely.cnac-gp.fr/hitlist.php?hs=1089&vs=864&is_sel=0&pg=0&mc=7&mr=4
264
Cf. « Introduction à net-art » in le site du Centre Pompidou, reprint in Annexes p.88.
http://www.centrepompidou.fr/netart/images/introfrtxt.gif
262
101
C.2.1 –L’
e
nt
r
é
edu Web-Art dans la collection (2002)
En 2002, les deux artistes belges Herman Asselberghs et Johan Grimonprez
f
i
r
e
ntdond’
unedel
e
ur
spr
oduc
t
i
onsda
t
a
ï
s
t
e
s
:Prends Garde ! A jouer au fantôme, on le
devient. Ce site –d’
a
s
s
e
zgr
a
ndee
nve
r
g
ur
e- avait été coproduit en 1997 par le Centre
Georges Pompidou, la ‘
documenta X’et le ‘
Timefestival’(en collaboration avec le De
vereniging van het Museum voor Hedendaagse Kunst de Gent et le De andere Film
d’
Anve
r
s
)
.I
ls
’
a
g
i
td’
unei
mme
ns
evi
dé
ot
hè
quequipe
r
me
tàl
’
i
nt
e
r
na
ut
edel
i
br
e
me
nt
c
hoi
s
i
rs
onp
r
ogr
a
mme(
pa
r
mil
e
sœuvr
e
sé
c
l
e
c
t
i
que
spr
opos
é
e
s
:‘
Ge
nde
rCr
a
s
h’deCr
i
t
i
c
a
l
Ar
tEns
e
mbl
e
,‘
ShutTheFuc
kUp/Te
s
tTube
’deGe
ne
r
a
lI
de
a
,‘
l
at
a
r
t
ea
uc
i
t
r
on’deJ
oe
l
Ba
r
t
ol
ome
o,‘
L’
œi
ldeVi
c
hy
’deCl
a
udeCha
br
ol
…). Outre le visionnage, le visiteur a
également l
apos
s
i
bi
l
i
t
éd’
e
nvoy
e
rs
e
spr
opr
e
spr
oduc
t
i
ons
.
La même année, le Centre acheta également deux web-créations: Calendrier
2000 du plasticien français Claude Closky265 et Sprinkling menstrual Navigator du Slovène
Igor Stromajer266. Pour ses deux premiers investissements, il est intéressant de constater que
le Centre Pompidou préféra miser sur des artistes conceptuels et déjà reconnus dans le
domaine du Web-art (des sites de Closky figuraient déjà dans les collections du Dia Center et
du FRAC Roussillon et Stromajer avait déjà des web-créations dans les collections de la
Hamburger Kunsthalle, de la Modern Gallery de Ljubljana et du Nacional de Arte Reina
Sofia, Madrid). Les deux artistes exploitèrent une esthétique simplifiée pour évoquer des faits
sociétaux.
Claude Closky fut le premier web-artiste à avoir été appelé par le Centre
Pompidou. En 2000, il y avait déjà co-commissionné - avec Mme Alison M. Gingeras –une
exposition de net-art en ligne: ‘
Vernaculaires, parler, déformer, inventer les nouveaux
langages du Web‘(
nota: sept grands noms du Web-Art - Vuc Cosic, Jodi, Mark Napier,
Rainer Ganahl, ®™ARK, le Cercle Ramo Nash et le duo Olive Martin/Patrick Bernier furent invités à montrer des différentes pratiques scripturales sur le Web). En 2002, le Centre
lui acheta Calendrier 2000, un hypertexte très rudimentaire indiquant à chaque clic un
265
Igor Stromajer (né à Maribor en 1967) fit ses études à l'Académie de Théâtre, de la Radio, du Film et de la
Té
l
é
v
i
s
i
ondeLj
u
bl
j
a
n
a
.Sons
u
j
e
tdepr
é
di
l
e
c
t
i
one
s
tl
’
i
nt
i
mi
t
é
.En1996,i
ldé
c
ou
v
r
i
tI
n
t
e
r
n
e
te
ts
i
mul
t
a
n
é
me
n
t
abandonna le théâtre (jugé selon lui trop peu interactif). Il créa son portail personnel Intima.org. Actuellement, il
vit et travaille la plupart du temps à Ljubljana et à Anvers.
266
Claude Closky (né à Paris en 1963) fréquenta les Arts Décoratifs (1982, Paris) puis en 1984 co-fonda le
collectif Les Frères Ripolin (notamment avec Pierre Huyghe). Il abandonna totalement la peinture en 1987. La
liste de ses travaux et une bibliographie sont disponibles au: http://sittes.nett/top10.htm
102
nouve
a
us
l
og
a
npubl
i
c
i
t
a
i
r
ea
i
ns
iqu’
uneda
t
e(
l
ec
y
c
l
e- affiché à rebours - commence le jour
en cours et finit le 1er janvier). Sur le modèle des calendriers chrétiens, Closky nous indique
habilement que la société de consommation adopte des principes similaires à ceux
anciennement employés par la religion (dans cette optique, la publicité est devenue une sorte
d’
opi
umdupe
upl
e
)
.
Ave
cl
’
a
i
dedej
ur
i
s
t
e
sduCe
nt
r
e
,Cl
a
udeCl
os
kyc
o-rédigea le contrat pour
c
e
t
t
eœuvr
e(
transaction opérée via la Galerie Jennifler Flay). La webcréation y est définie
c
ommeuneœuvr
euni
que(
e
tnonpa
sc
ommeunmul
t
i
pl
e–nota: dans un premier temps, les
conservateurs eurent des préjugés sur la reproductibilité des websites). Pour montrer son
uni
c
i
t
é
,l
ec
omi
t
ér
é
f
l
é
c
hi
tt
outpa
r
t
i
c
ul
i
è
r
e
me
nts
url
’
a
dr
e
s
s
edus
i
t
e–celle-ci fut choisie
pourê
t
r
el
apl
uss
i
mpl
epos
s
i
bl
e(
i
ni
t
i
a
l
e
me
nt
,l
’
adresse ne comportait que deux noms: celui
duc
e
nt
r
ee
tc
e
l
uidel
’
a
r
t
i
s
t
e
)
.Lec
e
nt
r
edétient les droits de diffusion dans le musée (le
c
ont
r
a
te
s
tpr
oc
hedec
e
l
uipa
s
s
épourl
’
a
c
qui
s
i
t
i
ondeba
nde
svi
dé
os
)
.Pa
rc
ont
r
e
,i
lne
possède pas les droits de commercialisation (par exemple, il n’
apa
sl
’
a
ut
or
i
s
a
t
i
ondevendre
des reproductions sousl
af
or
medec
a
r
t
e
spos
t
a
l
e
s
…)
.Cl
a
udeCl
os
kyg
a
r
dee
nc
or
eque
l
qu
e
s
dr
oi
t
ss
urs
onœuvr
e
: il a notamment la possibilité de la reproduire à sa guise.
Sprinkling menstrual Navigator est une hyper-narration associant des
séquences filmiques avec des phrases philosophiques (et/ou pragmatiques). Elle traite de la
s
oc
i
é
t
éma
r
c
ha
nde
,del
’
a
mourma
l
h
e
ur
e
ux,a
i
ns
iquede
sdi
f
f
i
c
ul
t
é
sc
o
mmuni
c
a
t
i
onne
l
l
e
s
da
nsnot
r
es
oc
i
é
t
é
.Surunf
onddemus
i
qued’
a
s
c
e
ns
e
ur
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
tc
onf
r
ont
éàde
s
pictogrammes (hélicoptère, sens obligatoire, randonneurs, oiseaux..) et à des ouvertures de
pages (ayant des noms de domaine simple: food.com, electricty.com, milk.com,
identity.com…)
.
C.2.2 –Les années décisives (2003-2004)
En septembre 2003, le musée inaugura une nouvelle version de son site267. En
son sein, fut créé une section spécifiquement réservée au Net-Art268. Celle-ci fut conçue avec
267
Ce site semble recueillir un franc succès. En janvier 2004, le Centre Pompidou annonça dans un
communiqué que le nombre de ses visiteurs online était mensuellement passé à environ cent mille par mois (la
103
comme but « non s
e
ul
e
me
ntd’
é
vo
l
ue
re
n pha
s
ea
ve
cl
e
sa
r
t
i
s
t
e
si
nt
é
r
e
s
s
é
s pa
rl
e
s
technologies, mais aussi de contribuer activement à la vie culturelle du numérique269. »
En décembre 2003, le CNAC acheta une troisième web-création: The Golden
Virus & Other Web Site Stories du cyberartiste roumain Calin Man270. « L'histoire principale
contient 8 écrans on/off line: Aradin Eclipsovici rencontre le virus d'or, un virus « calin »
qui
,a
ul
i
e
udec
a
us
e
rde
sdomma
g
e
snumé
r
i
que
s
,pr
opos
eàl
'
ut
i
l
i
s
a
t
e
urd’
e
nvoy
e
rt
r
oi
s
souhaits. Calin Man s'approprie un fait véritable, celui de la plus grande rivalité sur Internet ;
l'artiste manipule certains c
l
i
c
hé
st
y
pi
que
sdul
a
ng
a
gei
nt
e
r
ne
te
nl
’
e
xpé
r
i
me
nt
a
nta
ve
cs
on
pot
e
nt
i
e
ls
y
mbol
i
que
.L'
humour
,l
as
ubve
r
s
i
one
tl
'
a
ut
he
nt
i
c
i
t
és
onta
uc
œurdec
epr
oj
e
twe
b
dans lequel le désir de figurer le cyberespace comme un lieu sacré est manifeste271. »
Dans son éditorial du mois de janvier 2004, le site du Centre Georges
Pompidou titra: « Ler
é
s
e
a
ue
tl
’
uni
ve
r
sdes
y
nt
hè
s
eonta
t
t
e
i
ntl
e
urâ
gedema
t
ur
i
t
é
.PLACE
AU CONCRET272 ». Un peu plus bas dans cet article, nous pouvions encore lire: « Le site
internet du Centre Pompidou, face aux mutations technologiques et comportementales de
notre monde, ne peut à ce jour apporter le sensible, la sensation du réel. Il doit rendre
compte, mais faut-i
le
nc
or
equ’
i
lt
r
ouv
es
e
smot
s
.C’
e
s
tunec
our
s
epe
r
pé
t
ue
l
l
e
.»
Malheureusement à ce jour (avril 2004), le Centre Pompidou semble encore
t
r
è
sl
oi
nd’
a
voi
ra
t
t
e
i
nts
e
sobj
e
c
t
i
f
s
.L’
e
ns
e
mbl
ede
ss
i
t
e
sI
nt
e
r
ne
tn’
e
s
tmê
mepa
sa
c
c
e
s
s
i
bl
e
à partir du serveur principal (il est nécessaire de connaître les quatre adresses pour y
accéder).
consultation durerait en moyenne plus de quatre minutes et les internautes se rendraient en moyenne sur quatre
pages).
268
Cf. l
as
e
c
t
i
on‘
Ne
t
a
r
t
’–http://www.centrepompidou.fr/netart/
269
Cf. http://www.cnac-gp.fr/netart/french.html
270
Calin Man (né en 1961): Travaille comme éditeur et designer de magazine. Il est également membre du
Kinemaikon group (www.v2.nl/kinema-ikon/). Vit à Arad (Roumanie).
271
Cf. l
es
i
t
eduCe
n
t
r
ePompi
dou(
r
u
br
i
qu
e‘
c
onf
é
r
e
n
c
e–débats –r
e
n
c
on
t
r
e
s
’
,Ca
l
i
nMa
n,15dé
c
e
mbr
e2003
)
http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/0/CA0594998946B2CAC1256DCE004BFFCB?OpenDocu
ment&sessionM=2.6.2&L=1
272
Cf. http://www.cnac-gp.fr/Pompidou/Communication.nsf/0/7AE398B972830EB0C1256DF3006E49EB?Open
Document&L=1
104
C.3 –LaFonda
t
i
onCa
r
t
i
e
rpourl
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
n
Inaugurée en 1984273, la Fondation Cartier « apourvoc
a
t
i
ond’
a
i
de
rl
ac
r
é
a
t
i
o
n
a
r
t
i
s
t
i
quec
ont
e
mpor
a
i
nee
td’
e
ndi
f
f
us
e
rl
ac
onna
i
s
s
a
nc
e
.[
…]Li
e
uvi
va
ntd'
é
c
ha
ng
e
se
tde
dialogue, [elle] a su développer une relation suivie avec les artistes dont elle défend le travail,
tant à travers des expositions que par des commandes ou des publications. Son histoire est
ainsi jalonnée de projets menés en collaboration avec des artistes français274. »
Pr
og
r
e
s
s
i
ve
me
nt
,l
aFonda
t
i
onar
é
us
s
iàbâ
t
i
rune‘
c
ol
l
e
c
t
i
one
ng
a
g
é
e
’e
té
c
l
e
c
t
i
queàl
’
i
ma
ge
de notre époque (renouveau de la pratique artistique des années soixante et soixante-dix,
épanouissement des années quatre vingt et essor des nouveaux médiums dans les années
quatre-vingt-dix275).
C.3.1 –La Galerie Virtuelle (1998-2001)
C.3.1.1 –Les prémices (1998)
En 1998, la Fondation Cartier créa une « Galerie Virtuelle276 » et entama un
programme en faveur de la Web-création. En quatre ans, elle acquit hui
tœuvr
e
s;t
out
e
sf
ur
e
nt
des commandes réalisées dans le cadre de la programmation des expositions (elles sont
considérées comme des extensions des manifestations). Le choix des sites revint aux
c
ommi
s
s
a
i
r
e
sd’
e
xpos
i
t
i
o
na
i
ns
iqu’
a
udi
r
e
c
t
e
urde la Fondation.
Lapr
e
mi
è
r
eœuvr
e–Self277 de Valery Grancher278 - fut lancée à la mi-avril
1998.Sui
t
eàunede
ma
ndedel
aFonda
t
i
onCa
r
t
i
e
rdec
r
é
e
runeœuvr
ee
nl
i
e
na
ve
cl
e
sj
a
r
d
i
ns
,
Gr
a
nc
he
rs
ugg
é
r
aqu’
i
lpr
é
f
é
r
e
r
a
i
té
l
a
bor
e
runewe
b-création. Considérant Internet comme
273
Inaugurée en 1984 à Jouy-en-Josas (Yvelines), la Fondation Cartier pou
rl
’
a
r
tc
on
t
e
mpor
a
i
ns
’
i
ns
t
a
l
l
a
,en
1994, dans le bâtiment construit par Jean Nouvel (261, boulevard Raspail –75014 Paris).
274
Propos relevés sur le site de la Fondation Cartier (rubrique: ‘
l
aFon
da
t
i
on
’
)
.
http://www.fondation.cartier.fr/fra/fondatio/choix/index.htm
275
Liste des artistes présents dans la collection: http://www.fondation.cartier.fr/fra/collec/listart/listart.htm#a
276
Cf. la Galerie Virtuelle: http://www.fondation.cartier.fr/fra/galerie/index.htm
277
Lepr
oj
e
tn
’
e
s
tpl
use
nl
i
gn
e
.
278
An
c
i
e
n‘
v
i
dé
o-j
oc
k
e
y
’da
nsl
e
sa
nn
é
e
squ
atre-vingt-dix, Valery Grancher découvrit Internet en 1993. Trois
ans plus tard, il créa son site personnel Nomemory.org. En1997,i
le
u
tl
’
oc
c
a
s
i
onder
e
n
c
on
t
r
e
ràl
adoc
ume
n
t
a
X, les principaux acteurs du Net-Art (Heath Bunting, Vuk Cosik et Jodi)
105
« une totale découverte et comme une aventure279 », les responsables cédèrent. Selon Hélène
Kelmachter, conservatrice adjointe, «Gr
a
nc
he
ra
va
i
tque
l
quec
hos
eder
a
s
s
ur
a
ntpa
r
c
equ’
i
l
a
va
i
ta
c
c
umul
éuns
a
voi
r[
…e
ti
lé
t
a
i
tpa
r
t
i
c
ul
i
è
r
e
me
ntt
ouc
ha
nt
]pa
rl
’
é
l
é
g
a
nc
edes
on
style280. » En visitant Self, les internautes étaient invités à observer une image de
l
’
Ant
a
r
c
t
i
que(
t
r
a
ns
mi
s
epa
rwe
bc
a
me
tr
e
nouve
l
é
et
out
e
sl
e
she
ur
e
s
)pui
sàr
é
a
g
i
re
nt
e
mps
réel (en envoyant un mot par courrier électronique).
C.3.1.2 –Le développement (1999-2001)
Cette première tentative semble avoir été perçue comme une réussite,
pui
s
qu’
e
n1999,l
aFonda
t
i
ona
c
qui
ts
i
xa
ut
r
e
swe
b-c
r
é
a
t
i
ons
.Loi
nd’
ê
t
r
edeba
na
l
e
sœuvr
e
s
sans prétention, celles-ci offrent différents regards inhabituels sur le Web-art.
La Fondation fit par exemple appel à Titouan Lamazou (1955-), un ancien
étudiant aux Beaux-arts (1972-1973)quis
’
i
l
l
us
t
r
ac
ommena
vi
ga
t
e
ure
tqui
, en 1996, se
reconvertit dans le reportage de voyages. Dans le cadre de son projet de « bateau-atelier » - un
immense catamaran de cinquante mètres destiné à accueillir des artistes (plasticiens,
photographes, d'écrivains et poètes) - Titouan Lamazou fut invité à déposer des pages de son
carnet de bord au grès de ses voy
a
g
e
s
.Surl
es
i
t
e
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
ede
va
i
tpouvoi
rc
ont
e
mpl
e
r
« l'évolution du projet, découvrir régulièrement les nouvelles esquisses des intervenants, les
réactions des artistes, des médias ou des partenaires281. »
Al
’
oc
c
a
s
i
ondel
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Unmonder
é
e
l
’(du 29 juin au 15 décembre
1999) - qui proposait « uner
é
f
l
e
xi
ons
url
’
i
ma
g
i
na
i
r
edel
af
i
nduvi
ng
t
i
è
mes
i
è
c
l
ee
ts
urs
e
s
rapports à la réalité282 », Valery Grancher se vit offrir une deuxième commission pour une
web-création283. Après avoir acheté à la Lunar Embassy trois concessions mitoyennes sur la
Lune(
d’
unes
ur
f
a
c
et
ot
a
l
edequi
nz
ehe
c
t
a
r
e
s
,r
é
pa
r
t
i
e
sa
ut
ourduc
r
a
t
è
r
edeGa
s
s
e
ndi- 18° de
latitude sud et 38° de latitude ouest), Grancher produisit Longitude 38, une hyperfiction
279
MADRE (Philippe), « Cartier Foundation Gets Lesson in Digital Art », in Wired news, San Francisco, 17
avril 1998 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,11678,00.html
280
Idem
281
Cf. l
’
h
i
s
t
or
i
qu
edupr
oj
e
t
: http://www.fondation.cartier.fr/fra/galerie/lamazou/bateau.htm
282
Cf. GALLAROTTI (Iris), « Valéry Grancher. NoMemory.org », in Paris-art.com, 20 septembre 2002.
http://www.paris-art.com/modules-modload-netart-travail-382.html
283
Selon Josephine Barry, la Fondation paya cinq mille dollars pour cette web-création –cf. « Information as
Muse: Net Art and the Market », juin 1999 –http://www.calarts.edu/~line/berry.html
106
composée det
e
xt
e
s
,d’
i
ma
ge
se
td’
e
s
qui
s
s
e
s
.Da
nsc
e
l
l
e
-c
i
,l
’
a
r
t
i
s
t
ei
ma
gi
nea
voi
rpl
a
c
ét
r
oi
s
webcams s
urs
e
st
e
r
r
i
t
oi
r
e
se
nvued’
unet
é
l
é
s
ur
ve
i
l
l
a
nc
ec
ons
t
a
nt
ee
tpr
é
ve
nt
i
ve
.«L’
œuvr
e
se présente sous la forme de deux écrans juxtaposés: àg
a
uc
he
,l
epr
oj
e
td’
unemi
s
s
i
ons
patiale
sur la Lune ; et à droite, des documents sur différentes missions de la NASA vers la Lune.
D’
unc
ôt
é
,l
apr
é
c
i
s
i
ondoc
ume
nt
a
i
r
ede
st
e
xt
e
se
tde
si
ma
ge
sdel
aNASA ;del
’
a
ut
r
ec
ôt
é
,
l
’
i
ma
g
i
na
i
r
edel
’
œuvr
edeGr
a
nc
he
r
.Pa
r
t
i
c
i
pa
ntdel
’
hi
s
t
oi
r
ede
sutopies, Longitude 38
284
e
xpl
or
el
ar
e
l
a
t
i
one
nt
r
er
é
e
le
tf
i
c
t
i
on,e
nt
r
el
’
e
s
pa
c
eg
é
og
r
a
phi
quee
tl
’
e
s
pa
c
eme
nt
a
l
.»
C.3.2 –Le « Cont
r
a
tt
y
pepourl
’
a
c
qui
s
i
t
i
ondune
ta
r
t»
Lors de la transaction de Self,Va
l
e
r
yGr
a
nc
he
rs
er
e
ndi
tc
ompt
edel
’
a
bs
e
nc
e
del
é
g
i
s
l
a
t
i
onda
nsl
edoma
i
nedel
’
a
c
qui
s
i
t
i
ondewe
b-créations. Pour y palier, il élabora un
285
« Cont
r
a
tt
y
pepourl
’
a
c
qui
s
i
t
i
ondune
ta
r
t
». Dans cette convention, sont définis les droits
des différentes parties (propriété, reproduction, diffusion, adaptation, rémunération, vie de
l
’
œuvr
e
,r
é
s
i
l
i
a
t
i
ondec
ont
r
a
t
,publ
i
c
i
t
é
…)
.L’
œuvr
ee
s
tr
e
c
onnuec
ommeune«contribution
intellectuelle [
…]L'
Ar
t
i
s
t
ec
è
deàl
'
Ac
qué
r
e
ur
,pourl
emondee
nt
i
e
ràt
i
t
r
ee
xc
l
us
i
fe
tpour
[une] durée [devant être] précisée, les droits d'exploitation de l'Œuvr
e
.»
L’
i
ns
t
i
t
ut
i
ondi
s
pos
ee
n
t
r
ea
ut
r
ed’
unl
a
r
g
edr
oi
tder
e
pr
oduc
t
i
on(
c
opi
e
ss
ur
t
outt
y
pe de s
uppor
tde l
’
œuvr
ei
nt
é
gr
a
l
e ou pa
r
t
i
e
l
l
e
)
,de di
f
f
us
i
on (
l
i
br
e
,à é
c
he
l
l
e
internationale, de manière online ou off-line) e
td’
a
da
pt
a
t
i
on(
not
a
mme
ntpourl
e
spr
odui
t
s
dérivés). Elle peut « poursuivre toute contrefaçon, imitation ou exploitation, sous quelque
forme que ce soit, de l'Œuvr
edans la limite des droits cédés ».
L’
a
r
t
i
s
t
e «n'est pas [tenu] responsable des problèmes technologiques en
général ». Il bénéficie de « la protection du droit moral de l'Artiste tel qu'il est défini selon la
législation française » et garde quelques droits sur sa création:
- clause 5.2: l
’
a
r
t
i
s
t
epe
ut« recouvrer l'entière propriété de tous ses droits sur
son travail » à la condition que « dans un délai de trois années à compter de la signature du
présent contrat, la présentation de [son] Œuvr
estoppe. » Dans ce cas, « l
a[
…]c
onve
nt
i
on
284
285
Ibid note 10.
Contrat visible au: http://www.nomemory.org/data/contrat.html - reprint in Annexes pp.92-96.
107
[est] annulée de plein droit sans qu'il soit besoin d'une formalité judiciaire quelconque [et] les
sommes perçues par l'Artiste lui [restent] définitivement acquises. »
- clause 7: l
or
s
quel
’
œuvr
eabe
s
oi
nd’
ê
t
r
er
e
s
t
a
ur
é
eoupor
t
é
eve
r
suna
u
t
r
e
support, ce travail doit être « soumis et effectué par l'Artiste ou [par] une société de son choix,
moyennant un facturation pour la dite prestation. »
- clause 9: l
’
Ar
t
i
s
t
ee
s
tr
e
c
onnuc
omme«l
’
a
ut
e
ure
xc
l
us
i
f» et son nom doit
être mentionné sur le site (nota:unl
i
e
ns
url
’
œuvr
edoi
té
g
a
l
e
me
ntê
t
r
edi
r
i
g
és
urs
onsite
personnel). Il interdit « toutes appositions de logo qui seraient imposées par les diffuseurs
éventuels de l'Œuvr
eet de ses dérivés directs ou indirects. »
108
D - Grande-Bretagne: l
’
é
me
r
g
e
nc
ed’
un‘
c
y
be
r
-boom’
Introduction
Profitant à la fois de sa situation géographique et de la langue, la GrandeBretagne sut t
i
r
e
rpa
r
t
idudé
ve
l
oppe
me
ntdel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
na
uxEt
a
t
s
-Unis. En quelques
décennies, elle réussit à s
’
i
mpos
e
rc
omme une pl
a
que t
r
a
ns
i
t
oi
r
ee
nt
r
el
e‘
Nouve
a
u
Continent
’e
tl
’
Eur
ope
.
Actuellement, la Grande Bretagne semble être le seul pays européen à avoir
parfaitement bien su intégrer le Web-Art dans ses structures ; cela aussi bien dans les grandes
i
ns
t
i
t
ut
i
onsl
ondon
i
e
nne
s(
l
aTa
t
eGa
l
l
e
r
ye
tl
’
I
CA)queda
nsl
e
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
ns
(l
’
I
nI
VA deLondr
e
s
,l
eCCA deGl
a
s
g
ow…)
.De
uxg
r
a
ndspôl
e
ss
e
mbl
e
nts
edi
s
t
i
ng
ue
r
:
Londr
e
se
tl
’
Ec
os
s
e
.
Les atouts de la Grande-Bretagne
1 - L’
é
me
r
g
e
nc
edel
i
e
uxs
pé
c
i
a
l
i
s
é
s
Depuis 1996, nous assistons à une phase de construction de nouveaux lieux de
di
f
f
us
i
on,s
p
é
c
i
f
i
que
me
nta
mé
na
g
é
sp
o
url
apr
omot
i
one
tl
’
e
xpos
i
t
i
ondel
’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
que
.
Le Media Centre de Hudderfield (nord-oue
s
tdel
’
Ang
l
e
t
e
r
r
e
)e
s
tl
’
unde
spl
us
remarquables. Inauguré en octobre 2001, il propose dans son espace de monstration, le
‘
Me
di
a
l
oung
e
’
, de
se
xpos
i
t
i
ons de qua
l
i
t
é(
e
x.mons
t
r
a
t
i
on de l
’
i
ns
t
a
l
l
a
t
i
on I
nt
e
r
ne
t
Decorative Newsfeeds de Thomson & Craighead, du 23 avril au 25 juin 2004286) ainsi que
des rencontres avec des célébrités du cyberart (ex. le 7 août 2003, le centre invita Graham
Harwood, artiste commissionné par la Tate Gallery). Depuis le 17 octobre 2002, le centre
di
s
pos
eé
g
a
l
e
me
ntd’
une
s
pa
c
ec
ons
a
c
r
éa
uxa
r
t
i
s
t
e
se
ta
uxt
hé
or
i
c
i
e
ns
:l
e‘
Di
g
i
t
a
lRe
s
e
a
r
c
h
Uni
t
’(
l
eDRU287). En partenariat avec le Yorkshire Arts, le Arts Council of England,
l
’
European Regional Development Funds e
tl
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeHudde
r
s
f
i
e
l
d,l
eDRU t
e
nt
ede
286
287
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rl
eMedialounge: cf. http://druh.co.uk/medialounge/exhibitions.html
Renseignements sur le DRU accessibles au: http://druh.co.uk/medialounge/exhibitions.html
109
remplir trois missions: programmer des commissions de web-art288, instituer un programme
de recherches et organiser des résidences.
Dans tout le Royaume-Uni, de tels lieux émergent et encouragent fortement la
c
r
é
a
t
i
oni
nf
or
ma
t
i
que(
e
xpos
i
t
i
ons
,p
r
og
r
a
mme
sder
é
s
i
de
nc
e
s
,der
e
c
he
r
c
he
s
…)
: le PVA
MediaLab (Bridport, fondé par un petit groupe d'artistes en 1996289)
,l
’
ArtSway (New Forest,
fondé en 1997290)
,l
’
I
ns
t
i
t
ut
eofDi
g
i
t
a
lAr
t& Te
c
hnol
ogy(
Uni
ve
r
s
i
t
édePl
y
mout
h291), le
BALTIC (Gateshead, créé en 2002292), la Site Gallery (Sheffield293), le Planetary Collegium
(Newport, fondé le 1er mai 2003, sous le patronage du Professeur Roy Ascott294), le
Watershed (Bristol295)
….
2 –Les espaces de discussions, l’
é
di
t
i
one
tl
apr
e
s
s
e
Fi
e
r
sdel
e
ure
xpé
r
i
e
nc
eda
nsl
’
i
ns
t
i
t
ut
i
onna
l
i
s
a
t
i
onde
snew media arts, les
organismes culturels britanniques mettent en place des conférences internationales sur les
pratiques curatoriales. La dernière en date –i
nt
i
t
ul
é
e‘
Br
i
t
i
s
hNe
wMe
di
aAr
t
’(
3a
vr
i
l200
4,
Tate Britain Auditorium) –fut co-organisée par The Arts Council296, le Film & Video
Umbrella et la Tate Britain. Des responsables institutionnels (Steve Dietz, Sarah Cook...)
ainsi que de nombreux artistes ayant déjà été commissionnés pour des web-créations (Matt
Ful
l
e
r
,De
s
pe
r
a
t
eOpt
i
mi
s
t
s
,Thoms
on& Cr
a
i
ghe
a
d…)c
onve
r
s
è
r
e
nts
url
e
ur
sdé
ma
r
c
h
e
s
actuelles: considérations sur les différents procédés de conservation, sur la réception des
œuvr
e
sd’
a
r
te
t sur les volontés des créateurs.
Sur le Web, les Britanniques créent également des lieux de rencontres et de
discussions spécifiquement axés autour des pratiques curatoriales des new media arts. Un des
288
La première année, le centre lança quatre web-créations particulièrement remarquables.
http://druh.co.uk/seminar_2003/seminar_2003.html - cf. la liste des commissions in Annexes p.27.
289
Site du PVA: http://www.pva.org.uk/
290
Si
t
ed’
Ar
t
Swa
y
: http://www.artsway.org.uk/
291
Si
t
edel
’
I
ns
t
i
t
u
t
eofDi
g
i
t
a
lAr
t&Te
c
h
n
ol
ogy
:http://www.i-dat.org/
292
Site du BALTIC: http://www.balticmill.com/
293
Site de la Site Gallery: http://www.sitegallery.org/v8/index.html
294
Site du Planetary Collegium: http://www.caiia-star.net/
295
Le Watershed fut le premier centre britannique consacré aux new media arts. Il ouvrit une section réservée
a
u
xAr
t
sdi
g
i
t
a
ux
:l
e‘
Di
gi
t
a
lSh
e
d’(
http://www.dshed.net/navigation/).
296
L’
Art Council of England e
s
tl
’
or
g
a
n
i
s
mer
e
di
s
t
r
i
bu
a
n
tl
’
a
r
g
e
n
tpu
bl
i
ce
tl
e
sr
e
v
e
nu
sdel
al
ot
e
r
i
en
a
t
i
on
a
l
e
aux institutions culturel
l
e
s
.Po
u
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. http://www.artscouncil.org.uk/
110
sites les plus admirables est CRUMB297. Celui-ci est co-administré par Beryl Graham et
Sarah Cook et est encouragé par l
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeSunde
r
l
a
nde
tle BALTIC.
Quelques revues spécialisées abordent la Web-création. Une des principales
est Mute. Fondée en 1994 par deux artistes (Simon Worthington and Pauline van Mourik
Br
oe
kma
n)e
tf
i
na
nc
é
epa
rl
’
Art Council of England, cette publication online s
’
e
s
tdonné
e
pourobj
e
c
t
i
f
sd’
i
nf
or
me
rl
e
si
nt
e
r
na
ut
e
ss
url
e
si
nt
e
r
r
e
l
a
t
i
onse
xi
s
t
a
nte
nt
r
el
’
a
r
te
tl
e
s
nouvelles technologies298.
D.1 - Londres: la capitale européenne du Web-Art
L’
a
ut
onomi
epr
og
r
e
s
s
i
vede
spa
y
sdel
aGr
a
nde
-Bretagne (Pays de Galles,
Ecosse, Irlande du Nord) a, depuis une décennie, donné à Londres une plus importante marge
dema
nœuvr
e
.
Trois grandes institutions londoniennes ont déjà lancé des programmes de
commissions de web-c
r
é
a
t
i
ons
:l
e mus
é
e de l
a Ta
t
ea
i
ns
ique l
e
sde
ux c
e
nt
r
e
sd
’
a
r
t
contemporain (
l
’
ICA et l
’
InIVA).
D.1.1 - Tate Gallery
Fondé
ee
n1897àpa
r
t
i
rdel
ac
ol
l
e
c
t
i
ond’
He
nr
yTa
t
e(
sous le nom de
‘
Na
t
i
ona
lGa
l
l
e
r
yofBr
i
t
i
s
hAr
t
’
)
,l
aTa
t
eGa
l
l
e
r
ydevint hui
ta
nsa
pr
è
sl
’
unde
sg
r
a
nds
mus
é
e
sna
t
i
ona
ux.A s
e
sdé
but
s
,e
xc
l
us
i
ve
me
ntc
ons
a
c
r
é
eàl
’
a
r
tbr
i
t
a
nni
que(
pe
i
nt
ur
e
,
sculpture et arts graphiques depuis le seizième siècle), la Tate r
e
ç
utl
’
a
ut
or
i
s
a
t
i
one
n1917par le biais du Rapport Curzon - des
et
our
ne
rve
r
sl
’
a
r
tmode
r
nei
nt
e
r
na
t
i
ona
l
.Touta
ul
o
ng
duvi
ng
t
i
è
mes
i
è
c
l
e
,l
ac
ol
l
e
c
t
i
ondel
aTa
t
es
’
a
gr
a
ndi
t(
e
l
l
epos
s
è
dea
c
t
ue
l
l
e
me
nts
oi
xa
nt
e
sept mille œuvr
e
s
)e
ts
edi
ve
r
s
i
f
i
a
.At
i
t
r
ed’
e
xe
mpl
e
,l
e
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
si
nt
é
gr
è
r
e
ntl
’
a
r
tvi
dé
o
297
298
Site de CRUMB: http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/index.html
La revue Mute est accessible au: http://www.metamute.com
111
à partir de 1972 (nota: c
e
t
t
epr
a
t
i
qu
ea
r
t
i
s
t
i
quef
utpe
uc
ol
l
e
c
t
i
onné
ej
us
qu’
a
umi
l
i
e
ud
e
s
années quatre-vingt dix).
Le Web-ar
ta
t
t
i
r
al
’
a
t
t
e
nt
i
onde
sr
e
s
pons
a
bl
e
se
n1999e
tf
ut
,dès l
’
a
nné
e
s
ui
va
nt
e
,pl
a
c
éda
nsunc
a
dr
epa
r
f
a
i
t
e
me
ntbi
e
ns
t
r
uc
t
ur
é
.Enl
’
e
s
pa
c
edec
i
nqa
ns
,l
aTa
t
ea
déjà commissionné –avec un soin tout particulier –sept web-créations. Il est intéressant de
s
i
g
na
l
e
rquede
pui
sl
ar
e
s
t
r
uc
t
ur
a
t
i
ondel
aTa
t
e
,l
’
e
s
pa
c
evi
r
t
ue
lconsacré au Web-art –la
‘
Ta
t
eConne
xi
on’–est considérée comme la cinquième galerie del
’
i
ns
t
i
t
ut
i
on(aux côtés des
Tate Britain, Modern, Liverpool et St Ives).
a –Le premier site commissionné (1999)
Poura
c
c
ompa
g
ne
rl
e‘
Tate Bankside Annual Event’(
1999,Bor
oug
hMa
r
ke
t
,
Southwark St, Londres), la Tate commissionna son premier projet sur le Web: Broadcast299
de Karen Guthrie et de Nina Pope300.S’
i
ns
pi
r
a
ntde
sContes de Canterbury301 écrits par
Geoffrey Chaucer (1380), les deux artistes choisirent de s’
i
nt
é
r
e
s
s
e
ra
uxpé
r
é
gr
i
na
t
i
onsde
vingt-ne
uf‘
pè
l
e
r
i
nsde
st
e
mpsmode
r
ne
s
’(
a
r
t
i
s
t
e
s
,é
c
r
i
va
i
nse
té
t
udi
a
nt
s
)
.Dur
a
ntt
out
el
a
journée du 11 septembre 1999 (de 10h30 à 22h00), les voyageurs purent raconter via
broadcast leurs récits au Borough Marketplace (Southwark). Suite à cet événement, la Tate
plaça, sur son site, toutes les archives collectées (textes, images, vidéo au format r
e
al
…).
299
Archives visibles au: http://www.somewhere.org.uk/broadcast/index.htm
Nina Pope (née en 1968) and Karen Guthrie (née en 1970) collaborent depuis 1995 sur de nombreux projets
(
i
n
s
t
a
l
l
a
t
i
onse
tpe
r
f
or
ma
n
c
e
s
)e
x
pl
oi
t
a
n
tl
e
sn
ou
v
e
l
l
e
st
e
c
h
n
ol
ogi
e
s(
I
n
t
e
r
n
e
t
,v
i
de
o…)
.El
l
e
se
x
pl
oi
t
e
n
tl
e
réseau comme médium de
pui
s1996(
pr
o
j
e
t‘
A Hy
pe
r
t
e
x
tJ
ou
r
n
a
l
’
)
.Re
l
a
t
i
v
e
me
ntc
onn
u
e
s
,e
l
l
e
sv
e
n
a
i
e
n
t–
qu
e
l
qu
e
ss
e
ma
i
n
e
sa
v
a
n
tc
e
t
t
eœu
v
r
e–der
e
c
e
v
oi
rl
’
Imaginaria Award. En octobre 1999, leur travail était
é
g
a
l
e
me
n
tmont
r
éàl
’
I
CA(
Lon
dr
e
s
)
.
301
Dans ce livre, sont successiv
e
me
ntn
a
r
r
é
e
sl
e
sa
v
e
n
t
u
r
e
sd’
un
et
r
e
n
t
a
i
n
edepè
l
e
r
i
n
ss
er
e
n
da
n
ta
utombeau de
Saint Thomas de Canterbury. Un soir, les voyageurs –réunis dans l'hôtellerie du faubourg de Southwark –
racontent leurs histoires, chacun en fonction de son caractère, de son sexe, de sa classe sociale (un homme de loi,
un clerc d'Oxford, un seigneur de campagne, un médecin, un intendant de grande maison, un officier des
tribunaux eccl
é
s
i
a
s
t
i
qu
e
s
,u
nc
a
pi
t
a
i
n
edev
a
i
s
s
e
a
uma
r
c
h
a
n
d,der
i
c
h
e
sbou
r
g
e
oi
s
…).
300
112
b –L’
a
nné
edé
c
i
s
i
ve
: 2000
Au printemps 2000, Sandy Nairne, la directrice des programmes nationaux,
demanda à Matthew Gansallo302 de sélectionner deux web-créations. Celles-ci étaient
de
s
t
i
né
e
sàa
c
c
ompa
g
ne
rl
’
é
vé
ne
me
ntma
j
e
urqu’
é
t
a
i
tl
’
a
dj
onc
t
i
ondel
aTa
t
eMode
r
n(
a
i
ns
i
303
quel
’
i
na
ug
ur
a
t
i
ondunouve
a
uwe
bs
i
t
edel
aTa
t
e
).
Pour être correctement informé sur cet art atypique et en découvrir les
nouvelles possibilités, Matthew Gansallo et quelques conservateurs de la Tate commencèrent
par se rendre au Zentrum fur Medientechnologie de Karlsruhe304 (en février 2000). En
c
ol
l
a
bor
a
t
i
ona
ve
cl
ec
é
l
è
br
ec
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
onPe
t
e
rWe
i
be
l
,i
l
ss
’
i
nf
or
mè
r
e
nts
ur
que
l
que
sa
r
t
i
s
t
e
s‘
pr
ome
t
t
e
ur
s
’
.
Une fois de retour à Londres, l
ec
hoi
xde
spr
e
mi
è
r
e
sœuvr
e
ss
ef
i
te
nc
omi
t
é
r
e
s
t
r
e
i
nt
.Ma
t
t
he
w Ga
ns
a
l
l
os
’
e
nt
our
adet
r
oi
sc
ons
e
i
l
l
e
r
s
: Tom Bets (éditeur sur le Web),
ainsi que Matthew Fuller et Lisa Haskel (tous deux conservateurs). Sur les recommandations
deSa
ndyNa
i
r
ne
,i
l
snec
é
dè
r
e
ntpa
sàl
’
e
xc
i
t
a
t
i
on(
a
uxi
ni
t
i
a
t
i
ve
st
r
opa
mbi
t
i
e
us
e
se
tpa
r
conséquent trop vagues) et se concentrèrent pour bâtir un projet cohérent et parfaitement bien
c
e
r
né
.Li
s
aHa
s
ke
lé
t
a
bl
i
tunepr
e
mi
è
r
el
i
s
t
ed’
a
r
t
i
s
t
e
ssusceptibles de convenir: Irational,
J
oDi
,Gr
a
ha
[email protected]
g
r
e
l
… Aur
e
g
a
r
ddec
e
ti
nve
nt
a
i
r
e
,Gons
a
l
l
oe
s
t
i
maqu’
i
lf
a
l
l
a
i
ta
j
ou
t
e
r
un nouveau critère au choix final: la reconnaissance da
nsd’
a
ut
r
e
sdoma
i
ne
sa
r
t
i
s
t
i
que
spl
us
305
306
t
r
a
di
t
i
onne
l
s(
l
e
snomsd’
EmmaKa
y
,d’
Ang
usFa
i
r
hur
s
t
… f
ur
e
nta
l
or
sé
voqué
s
)
.Le
choix final se porta sur Simon Patterson307 et sur Graham Harwood (du groupe Montgrel308).
302
Apr
è
sde
sé
t
u
de
sd’
a
r
te
td’
a
r
c
h
i
t
e
c
t
u
r
ee
tun
ec
a
r
r
i
è
r
edec
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
x
pos
i
t
i
on
s
,Matthew Gansallo fut
a
ppe
l
épa
rl
aTa
t
eGa
l
l
e
r
yc
omme‘
Se
n
i
orr
e
s
e
a
r
c
hf
e
l
l
ow’
.
303
Le premier website de la Tate Gallery fut créé en février 1998. Très simple, il fut établi et mis à jour par un
seul web éditeur travaillant trois jours par semaine. En mars 2000, la Tate lança un nouveau site beaucoup plus
sophistiqué comportant: une vitrine électronique (commune avec le MoMA), une base de documents numérisés,
u
npr
og
r
a
mmed’
é
v
é
n
e
me
nt
sv
i
s
i
bles via webcast,de
sf
or
umsdedi
s
c
u
s
s
i
on
s
… En2001,
l
es
i
t
er
e
v
e
n
di
qu
apl
us
d’
unmi
l
l
i
ons
e
ptc
e
nt
smi
l
l
ev
i
s
i
t
e
u
r
s
.Le temps moyen de visite était supérieur à sept minutes (statistiques
fournies par le groupe Htiwise).
304
I
l
se
u
r
e
n
tl
’
oc
c
a
s
i
on de dé
c
ou
v
r
i
rl
’
e
x
pos
i
t
i
on ‘
Ne
t Con
di
t
i
on’ mon
t
r
a
nt s
oi
x
a
n
t
en
e
uf pr
oj
e
t
s
spécifiquement réalisés pour le Web.
305
Emma Kay (née en 1961 à Londres): son travail est essentiellement axé autour de la mémoire (écriture de
récit en juxtaposant des données historiques et des histoires fictionnelles). Elle a entre autre exposé
à la Bi
e
n
n
a
l
ed’
I
s
t
a
n
bu
l(
199
8)
,àl
aTa
t
eGa
l
l
e
r
y(
1999)
,àl
aBi
e
nn
a
l
edeSy
dn
e
y(
2002)e
tàl
aKu
ns
t
h
a
l
l
e
Budapest (2003). Vit et travaille actuellement à Londres.
306
Angus Fairhurst (né en 1966 à Penbury, Kent): Connu dans les domaines du dessin, de la peinture, de la
ph
ot
og
r
a
ph
i
e
,del
ape
r
f
or
ma
nc
es
on
or
e
,del
’
a
r
ti
n
f
or
ma
t
i
qu
ee
tdel
as
c
u
l
pt
u
r
e
.Sont
r
a
va
i
le
s
te
s
s
e
n
t
i
e
l
l
e
me
n
t
axé autour de la société de consommation. Il a notamment exposé au: Karsten Schubert (Londres, 1990), White
113
La webcréation de Graham Harwood309 est un virulent pastiche du site de la
Ta
t
eGa
l
l
e
r
y
,c
r
i
t
i
qua
ntl
e
sva
l
e
ur
ss
oc
i
a
l
e
sdel
’
i
ns
t
i
t
ut
i
on(
c
'
e
s
t
-à-di
r
ec
e
l
l
e
sdel
’
é
l
i
t
e
anglaise). Sur la page de garde (similaire à celle de la Tate310), Montgrel indiqua311:
« - La Collection du Tate Bâtard: le passé et le présent de la collection bâtardisée
avec la boue, la pellicule visqueuse et les croûte de la Tamise.
- Le Tate Bâtard de la Grande-Bretagne: l'hôte pendant 500 ans de petits chéris
délectables et d'objets de luxe, reflet moral des objectifs sociaux et colonne
vertébrale de l'élite Britannique.
- Tate le Bâtard Moderne: une nouvelle galerie principale montrant, elle aussi, de
beaux petits chéris délectables et des objets de luxe, reflet moral des objectifs
sociaux et colonne vertébrale de l'élite Britannique, logée dans l'ancienne
Centrale électrique sur la banque sud de la Tamise (Bankside Power).
- Le Tate Bâtard de Liverpool: la plus grande galerie d'art moderne au RoyaumeUni mise sur pied grâce aux émeutes de Toxteth.
- Le Bâtard Tate St Ives: tout l'art moderne britannique situé près d'un site côtier
spectaculaire et logé dans le secteur des plus bas salariés de la GrandeBretagne. »
Ac
ôt
éde
sc
he
f
sd’
œu
vr
e
sdel
aga
l
e
r
i
e(
t
a
bl
e
a
uxdeHog
a
r
t
h,Tur
ne
r
…)
,
Harwood introduisit des images ironiques et des textes subversifs sur l'histoire « bâtarde » du
musée, son côté sombre, occulté par l'esthétisation et les beaux objets. En réalisantc
e‘
sub
site’
,l
’
a
r
t
i
s
t
evoul
utmontrer la dualité des grandes institutions muséales actuelles (
d’
unepa
r
t
Cube (Londres, 1996), Contemporary Fine Arts (Berlin, 1997), Sadie Coles H.Q. (Londres, 1998). Cf. sa
biographie au: http://www.cfa-berlin.de/lay/fairhurst/fairhurst_bio.html
307
Simon Patterson (né en 1967 à Leatherhead):a
r
t
i
s
t
er
e
c
onn
uda
nsl
emi
l
i
e
udel
’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
nde
pu
i
sl
a
fin des années quatre-vi
ng
t
.I
ls
es
pé
c
i
a
l
i
s
ada
n
sl
e
sph
é
n
omè
n
e
sdes
u
bs
t
i
t
u
t
i
on
.Sonœu
v
r
el
apl
u
sc
on
nu
ee
s
t
The Great Bear (
1
992
);i
ls
’
a
g
i
td’
u
npl
a
ndemé
t
r
ol
on
don
i
e
ns
u
rl
e
qu
e
ll
e
sn
oms de stations on été remplacés
pa
rde
sn
omsdepe
r
s
onn
a
g
e
sc
é
l
è
br
e
s(
a
c
t
e
u
r
s
,s
a
i
n
t
s
,ph
i
l
os
oph
e
s
…)
.Pa
t
t
e
r
s
onadé
j
àé
t
ée
x
pos
éa
uMoMA
(
da
n
sl
ec
a
dr
ede‘
Pr
oj
e
c
t7
0’
)e
tf
u
tn
omi
n
ée
n1996p
ou
rl
ePr
i
xTu
r
n
e
r
.LeMatch des Couleurs fut sa
première web-création.
308
Formé en 1997, le groupe londonien Montgrel est composé de Matsuko Yokokoji, Mervin Jarman, Richard
Pierre-Davis et Graham Harwood. Cf. le site du groupe: http://www.mongrelx.org/index.html
309
Graham Harwood (né en 1960): artiste du groupe Montgrel, connu depuis les années quatre-vingt. Son travail
questionne essentiellement l
e
sc
l
a
s
s
i
f
i
c
a
t
i
onsh
a
bi
t
u
e
l
l
e
se
tl
e
su
s
a
g
e
sde
st
e
c
hn
ol
og
i
e
s(
c
u
l
t
u
r
et
e
c
h
n
o…)
.En
1999, Harwood reçut deux prix nationaux (
l
eCl
a
r
ksDi
g
i
t
a
lBu
r
s
a
r
ye
tl
’
Imaginaria Award) et fut exposé à
l
’
I
ns
t
i
t
u
t
eofCon
t
e
mpor
a
r
yAr
ta
i
n
s
iqu’
a
uWa
t
e
r
s
h
e
dBr
i
s
t
ol
.
310
Cf. la page du site: http://www.tate.org.uk/netart/mongrel/home/default.htm (traduction donnée par Pierre
Robert in « La Tate Bâtarde », Archée, Montréal, septembre 2000):
http://archee.qc.ca/ar.php?page=article&section=texte2&note=ok&no=128#2.
311
Cf. c
a
pt
u
r
ed’
é
c
r
a
ndel
apr
e
mi
è
r
epa
g
e
,reprint in Annexes pp.97-98.
114
àc
ons
i
dé
r
e
rc
omme de
s‘
t
e
mpl
e
s de l
’
a
r
t
’e
td’
a
ut
r
e pa
r
tc
omme de
s‘
out
i
l
s de
dé
moc
r
a
t
i
s
a
t
i
onc
ul
t
ur
e
l
l
e
’
)
.Vé
r
i
t
a
bl
ec
oc
kt
a
i
le
xpl
os
i
f
,l
’
œuvr
edéchaîna tout naturellement
de farouches critiques ;e
l
l
ef
utj
ug
é
et
e
l
l
e
me
ntt
e
nda
nc
i
e
us
equ’
e
l
l
edutê
t
r
emodi
f
i
é
eàde
maintes reprises (vingt-c
i
nqf
oi
ss
e
l
onl
’
a
r
t
i
s
t
e
)
.Mê
mel
e
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
sa
g
ue
r
r
i
s(
c
omme
Chr
i
s
t
i
neva
nAs
s
c
h)s
’
i
nt
e
r
r
og
è
r
e
nts
url
e
slimites à fixer pour les web-créations au sein des
musées.
Très loin des préoccupations hacktivistes312 de son homologue, Simon
Pa
t
t
e
r
s
onr
é
a
l
i
s
auneœuvr
ebe
a
uc
ouppl
usl
é
g
è
r
e
.I
ls
es
e
r
vi
td’
unc
omme
nt
a
i
r
eder
é
s
ul
t
a
t
s
de football (prononcé par Eugène Sacomaco sur Radio France) pour élaborer son Match des
couleurs. A chaque équipe, il associa arbitrairement un code hexadécimal en usage sur le
Net313.Lor
sdel
’
é
c
out
ede
sr
é
s
ul
t
a
t
s
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
evoi
tl
ac
oul
e
ura
ppa
r
a
î
t
r
eda
nsune
fenêtre.
Dans une interview menée par Sarah Cook, Matthew Gansallo expliqua avoir
eu des difficultés à transmettre ses conceptions sur le Web-art aux responsables de la Tate. Il
dut convaincre les responsables du marketing que le website devait être à la fois un lieu
informati
fe
tuns
uppor
tpourl
’
a
r
t
.I
lduté
g
a
l
e
me
nte
xpl
i
que
ra
us
e
r
vi
c
edepr
e
s
s
ee
tde
publ
i
c
i
t
éc
omme
nta
ppor
t
e
rl
e
si
nf
or
ma
t
i
onss
url
e
sœuvr
e
s(
i
lr
e
f
us
at
out
ea
ppr
oc
he
e
xpé
r
i
me
nt
a
l
ee
ts
ouha
i
t
aqu’
e
l
l
e
ss
oi
e
ntc
omme
nt
é
e
sc
ommen’
i
mpor
t
eque
l
l
ea
ut
r
eœuvr
e
).
Enf
i
n,i
ldutpe
r
s
ua
de
rs
e
sc
ol
l
è
g
ue
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
squel
aTa
t
en’
a
va
i
tbe
s
oi
nqued’
unl
i
e
u
pur
e
me
ntvi
r
t
ue
l(
dè
sl
edé
but
,i
lr
e
f
us
adec
r
é
e
rde
ss
a
l
l
e
sr
e
mpl
i
e
sd’
or
di
na
t
e
ur
sa
uxa
l
l
ur
e
s
de bureau).
Susan Morris indiqua dans son rapport que la Tate Ga
l
l
e
r
y n’
é
t
a
i
tpa
s
propriétaire de ces web-c
r
é
a
t
i
ons
.Lemus
é
epa
s
s
as
i
mpl
e
me
ntuna
c
c
or
dd’
e
xc
l
us
i
vi
t
épour
une durée de un an avec les artistes (licence payée dix mille livres par commission). Si un
créateur le souhaite, il est libre, une fois le contrat terminé, de retirer son œuvr
edus
i
t
edel
a
Tate.
312
Hacktivisme: Terme inventé en 1994 par lec
ol
l
e
c
t
i
fa
mé
r
i
c
a
i
n‘
Cr
i
t
i
c
a
lAr
tEns
e
mbl
e
’
.L’
h
a
c
k
t
i
v
i
s
mepeut
être considéré comme un mouvement artistique et subversif, assez bien structuré, qui transpose sur le réseau une
forme de militantisme politique et altermondialiste.
313
Cette démarche est ass
e
zpr
oc
h
edec
e
l
l
equ
’
i
la
v
a
i
topt
é
ee
n1997pou
rColor Match.I
ls
’
é
t
a
i
ta
l
or
ss
e
r
v
i
d’
une
n
r
e
g
i
s
t
r
e
me
n
tder
é
s
u
l
t
a
t
ss
por
t
i
f
s(
di
f
f
us
és
u
rl
aBBC)pou
rmont
e
runt
e
x
t
eda
n
sl
e
qu
e
li
la
s
s
oc
i
a
i
tl
e
s
équipes à des numéros de couleurs Pantone.
115
c –La situation entre 2001 et 2003
Le
sde
uxpr
e
mi
è
r
e
sœuvr
e
s- lancées le 12 juillet 2000 - furent perçues
comme des réussites314 et incitèrent les responsables de la Tate à engager un véritable
programme de promotion du Web-art (cf. l
’
e
xpo
s
i
t
i
onArt Now en 2001 dans laquelle furent
présentées trois installations exploitant les possibilités du Net).
En 2002, la Tate relança son programme de commissions de Net-art. Pour le
c
hoi
xde
sœuvr
e
s
,e
l
l
es
’
a
dr
e
s
s
ac
e
t
t
ef
oi
sa
uDigital Programmes Departement. Celui-ci
rédigea une liste de quatorze artistes (ou collectifs) susceptibles de convenir. Au mois de
j
ui
l
l
e
t
,nouspûme
sa
dmi
r
e
rs
url
es
i
t
el
e
sde
uxpr
e
mi
è
r
e
sœuvr
e
sr
e
t
e
nue
s
:Border Xing
Guide de Heath Bunting315 et Tate in Space de Susan Collins316.
L’
œuvr
ede Heath Bunting est un site informatif axé autour de la thématique
del
at
r
a
ve
r
s
é
edef
r
ont
i
è
r
e
.Sonor
i
g
i
na
l
i
t
ér
é
s
i
deda
nsl
ef
a
i
tqu’
e
l
l
en’
e
s
tvi
s
i
bl
equ’
àpa
r
t
i
r
de certains lieux disposant d’
IP f
i
xe
s
.Lor
s
quel
’
i
nt
e
r
na
ut
ea
r
r
i
ves
url
apa
ged’
a
c
c
ue
i
ldu
site317,i
le
s
ti
nvi
t
éàs
er
e
ndr
eda
nsl
’
unde
se
ndr
oi
t
sl
i
s
t
é
spoura
voi
ra
c
c
è
sàl
’
œuvr
e(
pa
r
exemple, le Dixie Bar s
i
t
ués
url
aPl
a
c
ed’
a
r
me
sàCa
l
a
i
s
)
.L’
œuvr
edé
c
l
e
nc
hadenombr
e
us
e
s
polémi
que
se
tf
i
tr
é
f
l
é
c
hi
rl
e
sc
r
i
t
i
que
ss
url
’
a
c
c
è
sàl
al
i
br
ei
nf
or
ma
t
i
onvia le Web. Le débat
fut encore plus houleux lor
s
que
,t
r
è
sf
a
c
é
t
i
e
us
e
me
nt
,l
’
a
r
t
i
s
t
edonnade
sa
ut
or
i
s
a
t
i
onsd’
a
c
c
è
s
à certains musées: l
eMus
é
ed’
Ar
tMode
r
neGr
a
nd-Duc Jean au Luxembour
g
,l
’
I
CA de
Londr
e
s
,l
eMus
é
edeSa
nPa
ol
ol
or
sd
el
aBi
e
nna
l
e
…
Tout comme Border Xing Guide, Tate in Space e
s
tuneœuvr
es
url
et
hè
mede
l
’
e
xpa
ns
i
ona
r
t
i
s
t
i
que
.Pa
r
t
a
ntduc
ons
t
a
tquel
es
i
t
edel
aTa
t
eé
t
a
i
tde
ve
nul
’
unde
sg
r
a
nds
phares de la culture internationale (deux millions de visiteurs par an), Susan Collins comprit
quepouré
l
a
r
g
i
rl
az
oned’
i
nf
l
ue
nc
eduTate Trustees i
lf
a
l
l
a
i
tl
’
é
t
e
ndr
eàl
’
e
s
pa
c
e
.El
l
ec
r
é
a
alors un site dataïste: elle mit au point un concours et invita les internautes à lui envoyer des
314
En 2001, un pou
rc
e
n
tde
ss
i
xc
e
n
t
sc
i
n
qi
n
t
e
r
n
a
u
t
e
si
n
t
e
r
r
og
é
ss
u
rl
es
i
t
edel
aTa
t
ea
f
f
i
r
mas
’
yê
t
r
er
e
n
du
pou
ra
l
l
e
rda
n
sl
ar
u
br
i
qu
e‘
Ne
t
-Ar
t
’
.Enoc
t
obr
e2001,c
i
n
qmi
l
l
ev
i
s
i
t
e
u
r
sa
c
c
é
dè
r
e
n
tàl
apa
g
epr
i
n
c
i
pa
l
ede
c
e
t
t
er
u
br
i
qu
e
.Lapa
g
ed’
a
c
c
ue
i
ln’
é
t
a
i
ta
l
ors que la trente-neuvième page la plus consultée (statistiques données
lors du Web Trends report).
315
Heath Bunting: cf. sa biographie au: http://www.irational.org/cgi-bin/cv/cv.pl?member=heath
316
Susan Collins (née à Londres en 1964): après des études à la Slade School of Fine Art et à la School of the Art
Institute of Chicago, elle se spécialisa dans les installations et les interventions dans les espaces publics –cf. sa
biographie détaillée: http://www.susan-collins.net/SACbio.html
317
Cf. dossier de presse: http://irational.org/cgi-bin/border/clients/deny.pl
116
i
ma
g
e
spou
rc
onc
e
voi
rl
ede
s
i
g
nd’
unef
ut
ur
eTa
t
ei
nSpa
c
e
.Le concours prit fin le 20
janvier 2003 (actuellement, les internautes sont toujours invités à voir les images retenues).
Dans le dossier de presse, nous pouvons lire que le site fut imaginé comme une
«i
nt
e
r
ve
nt
i
on[
.
.
.
]unea
r
è
nepourl
edé
ba
te
tl
’
i
ma
g
i
na
t
i
on.Lepr
oj
e
ts
oul
è
vede
sque
s
t
i
ons
sur les ambitions culturelles et institutionnelles ainsi que sur les désirs très humains
d’
obs
e
r
va
t
i
one
tdec
ommuni
cation318. »
D.1.4 La situation depuis 2003
En 2003 et 2004, la Tate reçut une importante aide financière de la Fondation
Langlois (programme ‘
Net Art at Tate: A Program of Net Art Commissions’
)po
ur
c
ommi
s
s
i
o
nne
rqua
t
r
eœuvr
e
s(
de
uxa
ur
a
i
e
ntdue
sê
t
r
ediffusées à partir de septembre 2003 dans les faits, une seule le fut319 - et deux autres devraient être mises online en mai 2004).
Al
’
he
ur
ea
c
t
ue
l
l
e
,l
aTa
t
en’
at
ouj
our
spa
sdec
ons
e
r
va
t
e
urs
pé
c
i
a
l
i
s
éda
nsl
e
s
new media arts et escompte diffuser les œuvr
e
sc
omma
ndé
e
ss
urs
ons
i
t
eWe
bpe
nda
ntc
i
nq
ans.
D.1.2 - L’
I
ns
t
i
t
ut
eofCont
e
mpor
a
r
yAr
t
s
Cof
ondée
n1947pa
rSi
rJ
a
me
sPe
nr
os
ee
tHe
r
be
r
tRe
a
de
npl
e
i
nc
œurde
Londr
e
s
,l
’
I
ns
t
i
t
ut
eofCont
e
mpor
a
r
yAr
t
s(
I
CA)a- depuis ses débuts - comme principaux
obj
e
c
t
i
f
sdeme
t
t
r
ee
nva
l
e
url
e
sc
r
é
a
t
e
ur
sbr
i
t
a
nni
que
s
,d’
i
ns
t
i
t
ut
i
onna
l
i
s
e
rdenouve
l
l
e
s
pr
a
t
i
que
sa
r
t
i
s
t
i
que
se
td’
or
ga
ni
s
e
rdeg
r
a
nde
se
xpos
i
t
i
onspourpe
r
me
t
t
r
eàde
sa
r
t
i
s
t
e
sdes
e
faire reconnaître sur la scène artistique britannique (Pablo Picasso, Henry Moore, Damien
Hi
r
s
t
,Da
v
i
d Hoc
kne
y
…)
.I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntde r
e
ma
r
que
rque c
e
st
r
oi
sde
s
s
e
i
nss
ont
similaires à ceux du MoMA.
318
Cf. http://www.tate.org.uk/home/news/spacecomp_11-03-2003.htm
En novembre 2003, la Tate présenta le site Blessed Bandwith de Shil
paGu
pt
a
.L’
a
u
t
r
eœuv
r
e–créée par
Natalie Bookchin et Jacqueline Stevens –f
u
tr
e
por
t
é
ea
umoi
sd’
a
v
r
i
l2004.
319
117
Ena
ut
omne1968,J
a
s
i
aRe
i
c
ha
r
dt
,di
r
e
c
t
r
i
c
ea
s
s
i
s
t
a
nt
edel
’
I
CA,organisa la
pr
e
mi
è
r
eg
r
a
ndee
xpos
i
t
i
ond’
a
r
ti
nf
or
ma
t
i
quee
nEur
ope
,‘
Cy
be
r
ne
t
i
cSe
r
e
ndi
pi
t
y–The
Comput
e
ra
ndTheAr
t
s
’(
du2a
oûta
u30oc
t
obr
e1968320). Entre quarante-cinq et soixante
mille visiteurs vinrent observer les expérimentations de cent trente artistes (installations
i
nt
e
r
a
c
t
i
ve
s
,r
obot
s
,‘
pa
i
nting-ma
c
hi
ne
s
’
,pe
i
nt
ur
e
smonoc
hr
ome
ss
urde
sor
di
na
t
e
ur
sI
BM,
musique électronique…321).
Ma
l
g
r
éunf
or
te
ng
a
ge
me
nte
nf
a
ve
urdel
’
a
r
tt
e
c
hnol
og
i
que(
c
r
é
a
t
i
ond’
un
« New Media Center »e
n1997)
,l
’
I
CAnes
emont
r
ag
uè
r
ee
nt
hous
i
a
s
t
evi
s
-à-vis du Web-art
(i
ls
’
yi
nt
é
r
e
s
s
ade2000à2001,pui
sa
ba
ndonnat
ot
a
l
e
me
nts
onpr
og
r
a
mme
)
.
a –Le « New Media Center »
En1997,l
’
I
CA dé
c
i
dades
’
é
qui
pe
rd’
unnouve
le
s
pa
c
ec
ons
a
c
r
éàl
’
a
r
t
technologique, le « New Media Center ». Ce centre fut pensé pour « aider les artistes à
développer différentes formes de travaux utilisant les médias digitaux, redéfinir les relations
e
nt
r
el
e
sa
r
t
i
s
t
e
se
tl
epubl
i
c
,r
e
pe
ns
e
rl
er
ôl
ee
tl
ana
t
ur
edel
’
i
ns
t
i
t
ut
i
ona
r
t
i
s
t
i
queduf
u
t
ur
dans le contexte des espaces digitaux, donner un a
c
c
è
sa
uxa
r
c
hi
ve
sdel
’
I
CA[performances
et discussions], et donner un accès aux artistes aux derniers matériels et logiciels
informatiques, notamment les application utilisées par la médecine, le commerce et
322
l
’
a
r
mé
e
.»
En mars 1998, Sholto Ramsey, le premier responsable du centre, expliqua
avoir dû choisir à la hâte une nouvelle salle. Le choix se porta sur un ancien entrepôt du bar.
Celui-c
if
uts
oi
g
ne
us
e
me
nta
mé
na
g
épa
runc
a
bi
ne
td’
a
r
c
hi
t
e
c
t
ur
el
ondoni
e
nàl
amode(
f.a.t:
320
Avant cette manifestation majeure, de nombreuses petites expositions eurent lieu dans les pays
germanophones: ‘
Ex
pe
r
i
me
nt
a
l
eAs
t
h
e
t
i
k’(
1959,Museum fur Angewandte Kunst, Vienne), une autre au
Technische Hochschule de Stuttgart (1965, commissaires: Frieder Nake, Michael Noll et George Nees),
‘
Ge
n
e
r
a
t
i
v
eCompu
t
e
r
g
r
a
f
i
k’(
5-19 février 1965, Studien-Galerie des Studium Generale, Stuttgart, commissaire:
Ge
or
gNe
e
s
)
,‘
Compu
t
e
r
g
r
a
f
i
k
’(
5-26 novembre 1965, Galerie Wendelin Niedlich, Stuttgart, commissaires:
Frieder Nake et Georg Nees).
321
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. l
’
a
r
t
i
c
l
ed’USSELMANN (
Ra
i
n
e
r
)
,«
The Dilemma of Media Art: Cybernetic
Serendipity at the ICA London », in Leonardo, volume 9, n°6, 2001 –reprint sur le: http://mitpress2.mit.edu/ejournals/LEA/LEA2002/LEA/BKISSUES/lea_9-6new.html
322
RAMSAY (Sholto), « Announcer New Media Centre Opens at ICA », mail envoyé à Sandra Fauconnier le 8
décembre 1997 - reproduit in la liste de diffusion ‘
Nettime’
, 12 décembre 1997 - http://www.nettime.org/ListsArchives/nettime-l-9712/msg00019.html
118
acronyme de Fashion Architecture Design) ;c
e
l
apourdonne
rl
’
i
mpr
e
s
s
i
onqu’
i
la
va
i
tf
a
i
t
l
’
obj
e
td’
unemûr
er
é
f
l
e
xi
on(
e
tqu’
i
ln’
a
va
i
tpa
suni
que
me
nté
t
és
é
l
e
c
t
i
onnépa
rné
c
e
s
s
i
t
é
)
.
Le centre fut doté de connexions Internet à très haut débit (T3) et de douze stations
informatiques (offertes par Sun.Microsystems, le sponsor officiel du centre).
La première intiative du centre fut co-produite avec le magazine Everything
(printemps 1998323) ;i
ls
’
a
g
i
tdupr
og
r
a
mme'
e
BC'(
everything Broadcasting Corporation).
Des artistes étaient invités à diffuser online des vidéos –ou grâce à des webcams –des
performances en direct.
b –Les cinq web-créations encouragées
Ent
r
e 2000 e
t2001,l
’
I
CA e
nc
our
a
g
e
al
a pr
oduc
t
i
on de c
i
nq œuvr
e
s
spécialement conçues pour le Web324.L’
I
ns
t
i
t
uts
’
a
dr
e
s
s
adi
r
e
ctement à des artistes vivant en
Grande-Bretagne. Les web-créations sont très différentes les unes des autres ; tant du point
de vue formel que du contenu.
Lapr
e
mi
è
r
ed’
e
nt
r
ee
l
l
e
s–Sodaplay –fut commissionnée en 2000 au collectif
Soda (Ed Burton, Matt Wr
i
g
ht
,Da
vi
dMut
h…)
.Ec
r
i
t
ee
nJava (un des échos du partenariat
avec
Sun
Microsystems ?
)
,c
e
t
t
e we
bc
r
é
a
t
i
on pe
r
me
t d’
a
ni
me
r de
s s
t
r
uc
t
ur
e
s
t
r
i
di
me
ns
i
onne
l
l
e
se
nf
i
ldef
e
r
.L’
i
nt
e
r
na
ut
epe
utl
i
br
e
me
nts
’
a
mus
e
ra
ve
cde
s‘
doodles’
(gribouillis mobiles évoquant des créatures animales ou anthropomorphes) en variant de
nombr
e
uxpa
r
a
mè
t
r
e
s(
t
e
l
squel
e
sde
gr
é
sdepe
s
a
nt
e
ure
td’
é
l
a
s
t
i
c
i
t
é
)
.Lor
s
qu’
i
labi
e
n
compris les possibilités offertespa
rl
’
œuvr
e
,l
es
i
t
el
uidonnela possibilité de concevoir ses
propres formes et de les ajouter aux bibliothèques existantes.
En 2000, le centre commissionna également Blackout au collectif
Di
s
i
nf
or
ma
t
i
on.I
ls
’
a
g
i
td’
une
s
pa
c
ehy
pe
r
mé
di
a–composé de vidéos, de photographies, de
textes et de sons –permettant au public de s
’
i
mme
r
ge
rda
nsl
’
a
ng
oi
s
s
a
nt
ea
t
mos
phè
r
ed
e
s
bunkers abandonnés et devenus en quelques décennies obsolètes. Par le biais de ce site, les
323
324
Cf. les archives du programme 'eBC' : http://bak.spc.org/everything/
Cf. l
epor
t
a
i
lme
n
a
n
ta
uxœu
vr
e
s
:http://193.123.212.249/
119
artistes souhaitent promouvoir la « conservation physique des vestiges de cette architecture
325
moderne et vernaculaire, i
mpor
t
a
nt
sd’
unpoi
ntdevuea
r
c
hé
ol
og
i
quee
ts
oc
i
a
l
.»
Enf
é
vr
i
e
r2001,l
’
I
CA a
i
dal
eduoDesperate Optimists (Christine Molloy et
Joe Lawlor326) à développer map50, une série sur le Web. Le duo choisit alors sept artistes327
(ou collectifs) et les laissa chacun réaliser neuf épisodes se déroulant pendant vingt-quatre
heures dans la banlieue nord-e
s
tdeLondr
e
s
.Cha
quec
r
é
a
t
e
urf
utl
i
br
ed’
ut
i
l
i
s
e
rl
at
e
c
hni
que
multimédia de son choix: Chris Dorley-Br
ownc
ons
t
r
ui
s
i
tde
sé
pi
s
ode
si
nt
e
r
a
c
t
i
f
sàl
’
a
i
dede
photog
r
a
phi
e
spr
i
s
e
squa
t
or
z
ea
nsa
va
nt
,J
oeLa
wl
ors
es
e
r
vi
td’
i
ma
g
e
sdec
a
mé
r
a
sde
s
ur
ve
i
l
l
a
nc
e
,Chr
i
s
t
i
neMol
l
oy e
xpl
o
i
t
al
amul
t
i
l
i
né
a
r
i
t
éof
f
e
r
t
epa
rl
eNe
t
… Le
ss
e
pt
premiers épisodes furent mis online le 9 février e
tc
ha
queve
ndr
e
dis
ui
va
nt(
j
us
qu’
a
u9avril),
sept nouveaux épisodes étaient diffusés.
Que
l
que
ss
e
ma
i
ne
sa
p
r
è
s
,l
’
I
CA r
e
nouve
l
as
on a
i
dea
ux de
ux a
r
t
i
s
t
e
sde
Desperate Optimists. Durant une première phase (du 11 au 13 mai 2001), le duo tourna un
film interventionniste dans six quartiers de Londres (Southwark, Lambeth, Camden,
Wandsworth, Islington et Westminster). Cent quatre vingt personnes – i
s
s
ue
sd’
on
z
e
communautés différentes –participèrent. Le film traite de la multiplicité des identités
culturelles et sociales des Londoniens ; suite à un crash de soucoupe extraterrestre, un virus
e
s
tl
i
bé
r
é da
ns l
’
a
t
mos
phè
r
ee
tt
r
a
ns
f
or
me l
e
s ge
ns e
nl
e
uroppos
é(
l
e
s Bl
a
nc
ss
e
mé
t
a
mor
phos
e
nte
nNoi
r
s
,l
e
sf
e
mme
se
nhomme
s
,l
e
spe
r
s
onne
sâ
g
é
e
se
nj
e
une
s
…)
.Apa
r
t
i
r
de toutes ces données, le groupe monta également un website, London Framed. Celui-ci peut
ê
t
r
ec
ons
i
dé
r
éc
ommeunez
oned’
a
r
c
hi
ve
set permet notamment –via des clips disposés en
mosaïque328 –dec
ompa
r
e
rc
equis
’
e
s
ts
i
mul
t
a
né
me
ntpa
s
s
éa
uxs
i
xe
ndr
oi
t
s
.
En2001,l
’
I
CAa
i
dal
ecollectif IRATIONAL (coordonné par Rachel Baker et
Heath Bunting329) à mettre en place le projet Cellular Pirate Listening Station. Les artistes
325
Cf. la pa
g
edepr
é
s
e
n
t
a
t
i
onde
sœuv
r
e
sdel
’
I
CA: http://193.123.212.249/projects.html
Christine Molloy et Joe Lawlor sont deux artistes irlandais vivant au Royaume Uni depuis 1987. Ils travaillent
surtout dans les domaines des arts numériques, de la vidéo, du film, de la radio et de la performance. Pour plus
d’
i
nf
or
ma
t
i
on
s
,cf. leur site: http://www.desperateoptimists.com/pages/biog.shtm
327
Desperate Optimists a retenu les artistes suivants: Chris Dorley-Brown, Alan Howley, Joe Lawlor, Christine
Molloy, pleasant_net (Johannes Boreckers, Ralf Chille, Manuel Fabritz and Katharina Tietze) et The Max
Factory (Sharon Smith and Felicity Croydon).
328
Cf. l
es
i
t
edel
’
œu
v
r
e
: http://www.desperateoptimists.com/london_framed/index.html
329
Heath Bunting (né en 1966): depuis les années quatre-vingt, il créé des situations et des environnements
provocateurs et subversifs. Il a c
h
e
r
c
h
éàbâ
t
i
rde
s‘
c
on
t
e
x
t
e
ss
oc
i
a
ux’e
ne
x
pl
oi
t
a
n
tde
sou
t
i
l
sdec
ommun
i
c
a
t
i
on
performants (radio, fax, mail, BBS,We
b…)
.
326
120
placèrent un scanner radio dans le centre de Londres (celui-ci prend des signaux radio pirates
dans la ville et les réémet sur le Web) et créèrent un website permettant aux internautes
d’
e
nvoy
e
rl
e
ur
s pr
og
r
a
mme
ss
ur l
e
s onde
sl
ondoni
e
nne
s
.L’
i
nt
e
r
f
a
c
ea
g
i
s
s
a
i
tcomme
une porte, autorisant la radiodiffusion de programmes pirates londoniens dans leur état
original.
c –La situation actuelle
En dépit des recherches assez poussées et de nombreux mails (envoyés aux
c
ons
e
r
va
t
e
ur
se
ta
uxa
r
t
i
s
t
e
s
)
,nousnes
omme
spa
spa
r
ve
nusàc
ompr
e
ndr
el
ar
a
i
s
ondel
’
a
r
r
ê
t
del
apol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on.I
ls
e
mbl
e
r
a
i
tquel
’
a
c
c
or
de
nt
r
eSun Microsystems e
tl
’
I
CAn’
a
i
t
pas fonctionné330. Nousn’
a
vonspa
sn
o
npl
usr
é
us
s
ià obtenir de renseignements sur le statut
dec
e
sœuv
r
e
s(
f
ont
-e
l
l
e
spa
r
t
i
e
sd’
unec
ol
l
e
c
t
i
onpe
r
ma
ne
nt
e
,d’
unevi
t
r
i
nedepr
é
s
e
nt
a
t
i
on
online ?) et sur les types de contrats passés.
D.1.3 - Institute of International Visual Arts (Londres)
Fondée
n1994,l
’
I
ns
t
i
t
ut
eofI
nt
e
r
na
t
i
ona
lVi
s
ua
lAr
t
s(
InIVA) est le seul
c
e
nt
r
ed’
a
r
t
svi
s
ue
l
sbr
i
t
a
nni
ques
ubve
nt
i
onnépa
rde
sf
onds publics. A travers de multiples
activités (expositions, édition, recherches, interventions éducatives…)
,i
ls
’
e
s
s
a
y
eàmont
r
e
r
–à une audience la plus large possible –diverses pratiques de la culture britannique
contemporaine. Il joue un rôle de catalys
e
ure
ni
nc
i
t
a
nta
udi
a
l
og
uea
i
ns
iqu’
e
npr
omouv
a
nt
l
et
r
a
va
i
ld’
a
r
t
i
s
t
e
se
tdec
ommi
s
s
a
i
r
e
sd’
e
xpos
i
t
i
ona
uxbackgrounds divers. Depuis son
l
a
nc
e
me
nt
,l
e
sme
mbr
e
sduc
ons
e
i
ld’
a
dmi
ni
s
t
r
a
t
i
ons
e
mbl
e
ntpa
r
t
i
c
ul
i
è
r
e
me
nti
nt
é
r
e
s
s
é
spa
r
331
les nouvelles possibilit
é
sdel
’
a
r
tnumé
r
i
que
e
tt
e
nt
e
ntpr
i
nc
i
pa
l
e
me
ntd’
a
t
t
i
r
e
rl
’
a
t
t
e
nt
i
o
n
s
urdej
e
une
sa
r
t
i
s
t
e
s‘
pr
ome
t
t
e
ur
s
’
.
330
Cf. les pr
oposdeBe
n
j
a
mi
nWe
i
li
nl
’
i
n
t
e
r
v
i
e
wdeBe
r
y
lGr
a
h
a
m donnée au SFMoMA en avril 2002, p.10.
http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/pdf/weil.pdf
331
Pa
r
mil
e
spr
i
n
c
i
pa
l
e
spe
r
s
onna
l
i
t
é
smot
i
v
é
e
spa
rl
’
a
r
tnumé
r
i
qu
e
,n
ouspouv
onsc
i
t
e
r
:St
ua
r
tHa
l
l(
pr
é
s
i
de
n
t
)
,
Homi K. Bhaba (administrateur) et Gilane Tawadros (directeur du centre, critique réputée en art et études
culturelles).
121
Laga
l
e
r
i
evi
r
t
ue
l
l
e‘
X-Spa
c
e
’
En 1996, le centre londonien re-designa son website et créa une galerie
332
virtuelle
spécifiquement conçue pour accueillir des web-créations: l
e‘
X-Spa
c
e
’
.A c
e
t
t
e
occasion, il instaura un programme de commissions pour permettre à de jeunes créateurs
d’
é
l
a
r
g
i
rl
e
ur
spr
a
t
i
que
sc
ul
t
ur
e
l
l
e
sa
uWe
b-art et de montrer leurs travaux à une grande
échelle (actuellement, le centre réussit à attirer sur son site plus de six mille deux cents
visiteurs par mois333).
Le centre ne souhaite pas accueillir de véritables cyberartistes mais au
c
ont
r
a
i
r
ede
sa
r
t
i
s
t
e
s‘
t
r
a
di
t
i
onne
l
s
’a
y
a
ntde
si
dé
e
sor
i
g
i
na
l
e
sàme
t
t
r
ee
nœuvr
es
url
e
réseau. Après une sélection sur concours, les créateurs retenus sont invités en résidence
pendant quatre à dix semaines. Pendant ce temps, les « jeunes artistes aux horizons divers
[ont] la possibilité de travailler en collaboration avec des concepteurs et des technologues du
Web334. »
Depuis ses débuts, le X-Space est considéré comme un lieu central dans la
présence online del
’
i
nI
VA.Da
nsunpr
e
mi
e
rt
e
mps(
j
us
qu’
e
n1998)
,l
ec
e
nt
r
en’
a
c
qui
t
a
nnue
l
l
e
me
ntqu’
uneoude
uxwe
b-créations (deux en 1996, puis une en 1997, et une autre en
1998)
.Ce n’
e
s
tqu’
à pa
r
t
i
rde 2
0
00 qu’
I
nI
VA e
nt
r
e
pr
i
tune vé
r
i
t
a
bl
e pol
i
t
i
que de
commission.
Le
spr
e
mi
è
r
e
sœuvr
e
sde‘
X-Spa
c
e
’(
1996-1998)
La première œuvr
ecommissionnée fut la Drawing Machine d’
I
ndi
kaPe
r
e
r
a
(novembre 1996), une hypermédiature extrêmement sommaire montrant les différentes
é
t
a
pe
sde l
ac
r
é
a
t
i
on d’
une ma
c
hi
n
e à de
s
s
i
ne
r(
de
spl
a
nst
e
c
hni
que
sa
i
ns
ique d
e
s
phot
og
r
a
phi
e
sdel
’
i
ns
t
a
l
l
a
t
i
on,del
ama
c
hi
nee
tdeque
l
que
sr
é
s
ul
t
a
t
s
)
.
Par la suite, les artistes créèrent essentiellement des animations flash et
shockwave.A t
i
t
r
ed’
e
xe
mpl
e
,nouspouvonsc
i
t
e
rMa
r
yEva
nsquii
nve
nt
aunea
ni
ma
t
i
on
332
Espace accessible au: http://www.iniva.org/assets/xspace/xspace.html
Cf. les statistiques données par le centre en octobre 2003 –http://www.iniva.org/collaboration/multimedia
334
« Institute of International Visual Arts (inIVA) X-Space Programme of Artists' Commissions », in le site de la
Fondation Langlois, Montréal, 2000.
333
122
ludique et interactive en noir et blanc (
l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàdé
pl
a
c
e
rs
as
our
i
spo
ur
découvrir de nouveaux logos dessinés). Nous pouvons également mentionner la web-création
de Joy Gregory. Sur un fond de musique enjouée et répétitive –l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
tc
onvi
éà
c
i
r
c
ul
e
rda
nsunhy
pe
r
mé
di
amul
t
i
c
ol
or
epourydé
c
ouvr
i
rl
’
uni
ve
r
sde
sbl
onde
s(
c
e
l
aà
travers un questionnaires, des je
ux,de
sr
é
f
é
r
e
nc
e
st
e
c
hni
que
se
tbi
bl
i
ogr
a
phi
que
s
…)
.
Lami
s
ee
npl
a
c
ed’
unevé
r
i
t
a
bl
epol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on(
1999
2002)
335
En2000,l
’
i
nI
VAbé
né
f
i
c
i
adel
’
a
i
def
i
na
nc
i
è
r
edel
aFonda
t
i
onLa
ng
l
oi
s
et
puta
i
ns
idé
ve
l
oppe
runevé
r
i
t
a
bl
epol
i
t
i
qued’
acquisition de web-créations. A trois reprises
(entre 1999 e
t2002)
,l
’
i
ns
t
i
t
utl
a
nç
ade
sc
ommi
s
s
i
ons
:
1°
)Le8j
ui
n2000,l
’
I
nI
VAmi
te
nl
i
g
net
r
oi
ss
i
t
e
sd’
artistes aux parcours très
différents: Ka
t
r
i
neHj
e
l
de(
unepe
i
n
t
r
ei
nt
é
r
e
s
s
é
epa
rl
’
a
r
c
hi
t
e
c
t
ur
ee
tl
’
a
mé
na
g
e
me
ntde
336
l
’
e
s
pa
c
e
), Freddie Robins (un artiste du textile) et Una Walker (une artiste sensible à
l
’
a
r
c
hi
t
e
c
t
ur
emi
l
i
t
a
i
r
e
)
.
2°
)Enj
ui
l
l
e
t2000,l
’
i
n
I
VAl
a
nç
aunnouve
la
ppe
làc
a
ndi
da
t
ur
e
.Tr
oi
spr
oj
e
t
s
337
furent retenus (en plus du site commandi
t
éd’
of
f
i
c
eàAa
r
onWi
l
l
i
a
ms
on
).
Jamie Wagg produisit B-52, un simulateur de vol online. Loin des belles
images des logiciels du marché, le site nous dévoile des images électroniques grises foncées
(aux allures de peintures monochromes). La perception de la guerre apparaît de manière
a
bs
t
r
a
i
t
e
,d
uf
a
i
tquel
e
ss
e
ul
e
si
ma
ge
sa
uxque
l
l
e
snouspui
s
s
i
onsa
c
c
é
de
rs
onti
s
s
ue
sd’
un
système de navigation à affichage électronique (nota: le bombardier Boeing B-52 vole
t
e
l
l
e
me
ntha
utqu’
i
ldoi
tê
t
r
epi
l
ot
éa
uxi
ns
t
r
ume
nt
s
)
.I
c
i
,l
’
a
r
t
i
s
t
ej
oueàl
af
oi
ss
urc
e
t
t
e
distance ironique, sur la charge émotionnelle de la manipulation du bombardier et sur
l
’
i
r
r
i
t
a
t
i
ond
el
’
i
nt
e
r
na
ut
epr
i
védebe
l
l
e
si
ma
ge
s
.
335
En 2000, la Fondation caritative canadienne Daniel Langlois distribua un million et demi de dollars pour
financer trente-sept pr
o
j
e
t
sd’
or
g
a
n
i
s
me
se
tc
h
e
r
c
h
e
u
r
sda
nsl
e
sdoma
i
n
e
sde
sn
ouv
e
l
l
e
st
e
c
h
n
ol
og
i
e
s(
l
i
s
t
ede
s
lauréats: http://www.findarticles.com/cf_dls/m2479/1_28/64263070/p1/article.jhtml).
336
Katrine Hjelde: artiste norvégienne, vivant actuellement à Londres. CV visible au:
http://www.iniva.org/archive/resource/1879
337
Les
i
t
ed’
Aa
r
onWi
l
l
i
a
ms
on
,a
r
t
i
s
t
es
ou
r
d,e
s
s
e
n
t
i
e
l
l
e
me
n
ti
n
t
é
r
e
s
s
épa
rl
e
spr
obl
è
me
sdec
ommun
i
c
a
t
i
on
,
n
’
e
s
tpa
sun
eœu
v
r
eàpr
opr
e
me
ntpa
r
l
e
rma
i
su
npor
t
a
i
li
nf
or
ma
t
i
fs
u
rs
e
spe
r
f
or
ma
n
c
e
se
ti
n
s
t
a
l
l
a
t
i
ons passées.
123
Le collectif Flow Motion - c
ompos
éd’
a
r
t
i
s
t
e
se
tdemus
i
c
i
e
ns
: Anna Piva,
Trevor Mathison et Edward George - créa une animation Flash intitulée Dissolve. A travers
cinq courtes séquences poétiques et interactives, le groupe voulut créer un nouveau type de
film interactif et non figuratif (à base de lettres et/ou de formes abstraites).
3°
)Enma
r
s2002,l
’
I
nI
VApr
é
s
e
nt
as
urs
ons
i
t
ede
uxnouve
l
l
e
swe
b-créations.
Da
mi
e
nRobi
ns
ons
’
i
ns
pi
r
ade
si
nf
or
ma
t
i
onsmé
t
é
or
ol
og
i
que
sr
e
t
r
a
ns
mi
s
e
s
par la radio –selon lui, les mieux retenues par le public –pour créer son site Aerial.
L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éàc
l
i
que
rs
urunba
r
omè
t
r
epours
é
l
e
c
t
i
onne
ra
uha
s
a
r
dunede
sdi
x
situations atmosphériques préenregistrées. Dès que cela est fait, un commentaire audio et une
animation Flash (montrant un ciel) se déclenchent. Dans la plupart des cas, ces animations
s
ont pe
r
t
ur
bé
e
s pa
rl
’
i
nc
l
us
i
on d
e mot
i
f
s gé
omé
t
r
i
que
s(
ba
nde
s
,c
e
r
c
l
e
s
,e
f
f
e
t
ka
l
é
i
dos
c
opi
que
…)
.
Pat Naldi – une a
r
t
i
s
t
ei
nt
é
r
e
s
s
é
e pa
rl
e
snot
i
onsd’
i
mpé
r
i
a
l
i
s
me e
tde
colonialisme – réalisa East of Eden, un jardin virtuel en perpétuel accroissement.
Thé
or
i
que
me
nt
,i
lé
t
a
i
tpr
é
vuqu’
a
umome
ntoùunvi
s
i
t
e
urs
ec
onne
c
t
e
,unef
l
e
urs
oi
tg
é
né
r
é
e
e
tpl
a
nt
é
ed
a
nsl
ej
a
r
di
n(
c
e
l
a
,e
nf
onc
t
i
ondel
as
i
t
ua
t
i
ong
é
og
r
a
phi
quedel
’
i
nt
e
r
na
ut
e
)
.
Ai
ns
i
,i
lde
v
a
i
tê
t
r
epos
s
i
bl
e
,àt
e
r
me
,d’
observer la diversité géographique des internautes
c
onne
c
t
é
sj
us
qu’
a
l
or
s
.Nota: c
e
t
t
eœuvr
es
e
mbl
enepa
sf
onc
t
i
onne
r
.
La situation actuelle (depuis 2002)
Un appel à candidature fut lancé en 2002 (clos le 29 novembre 2002) mais
n’
e
utj
a
ma
i
sdes
ui
t
e(
a
uc
unnom d’
a
r
t
i
s
t
e
snef
utdé
voi
l
é
)
.I
la
ur
a
i
tdupe
r
me
t
t
r
ed’
e
nr
i
c
hi
rl
a
c
ol
l
e
c
t
i
ondeque
l
que
sœuvr
e
se
nt
r
ej
a
nvi
e
re
tma
r
s2003.
Enma
r
s2004,l
’
I
nI
VA s
i
g
na
l
aqueRe
né
eGr
e
e
n,é
c
r
i
va
i
ne
ta
r
t
i
s
t
e(
c
i
né
ma
,
vidéo, photographie, sculpture), était en tra
i
ndet
e
r
mi
ne
runeœuvr
epourX-Space. Aucune
information sur le site ne fut mentionnée ;l
’
i
ns
t
i
t
utme
nt
i
onnauni
que
me
ntquel
ac
r
é
a
t
r
i
c
e
travaillait habituellement sur les systèmes de classification (sensés rendre la vie plus
compréhensible et aboutissant souvent à des résultats absurdes).
124
D.2 –L’
é
me
r
ge
nc
ed’
uns
e
c
ondpôl
e
:l
’
Ec
os
s
e?
Déjà perçue en 1997 par Catherine Millet comme un « r
é
s
e
r
voi
rd’
é
ne
r
g
i
e
s
créatrices338 »
,l
’
Ec
os
s
eas
u–en moins de dix ans –affirmer son intérêt tout particulier
pour les new media arts. De nombreuses institutions proposent des expositions ainsi que des
f
e
s
t
i
va
l
ss
pé
c
i
a
l
i
s
é
s(
da
nsl
as
e
ul
evi
l
l
ed’
Edi
nbur
g
h,nouspouvonss
i
g
na
l
e
rl
er
ôl
emot
e
ur
de la Fruitmarket Gallery, du National Museum of Scotland et du New Media Scotland).
De
pui
s nove
mbr
e 2000, Edi
nbur
g
h di
s
pos
e d’
un pr
e
s
t
i
g
i
e
ux i
ns
t
i
t
u
t
d’
e
ns
e
i
g
ne
me
ntdi
s
pe
ns
a
ntuna
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
edumul
t
i
me
di
ae
tdude
s
i
g
n.Annue
l
l
e
me
nt
,
l
’
Uni
ve
r
s
i
t
éNa
pi
e
r(
Sc
hoolofDe
s
i
g
na
ndMe
di
aAr
t
s
)f
or
mec
i
nqc
e
nt
s(
pos
t
)
doc
t
or
a
nt
s
aux sc
i
e
nc
e
sde l
’
i
ndus
t
r
i
ec
r
e
a
t
i
ve a
i
ns
iqu’
àl
a phi
l
os
ophi
e de
snouve
a
ux mé
di
a
s
(apprentissage de la critique théorique et définition de nouveaux champs de recherches).
Depuis 2001, le Fonds Alt-W339 offre des bourses –de deux mille à deux
mille cinq cent livres –aux web-a
r
t
i
s
t
e
s(
a
i
ns
iqu’
a
ux de
s
i
g
ne
r
s
,vi
dé
a
s
t
e
s
/
c
i
né
a
s
t
e
s
,
musiciens et concepteurs de logiciels) écossais qui expérimentent dans le champ du Net-Art
interactif. Chaque année, Alt-W lance un concours (la troisième édition fut arrêtée le 30
janvi
e
r2004)
.Le
spr
oj
e
t
ss
ontdé
pa
r
t
a
g
é
se
nf
onc
t
i
ondel
aqua
l
i
t
é
,del
’
or
i
g
i
na
l
i
t
é
,de
s
c
ompé
t
e
nc
e
sdel
’
a
r
t
i
s
t
ea
i
ns
iqued
ude
g
r
éd’
e
xpl
oi
t
a
t
i
onde
sr
e
s
s
our
c
e
sof
f
e
r
t
e
spa
rl
e
Web340. Divers partenariats conclus avec des institutions nationales (Scottish Screen,
Scottish Enterprise) et locales (Dundee City Council, Dundee College, Abertay University
and the School of Television at the University of Dundee) permettent aux boursiers de
facilement avoir accès aux équipements existants en Ecosse.
D.2.1 –Centre for Contemporary Arts (Glasgow)
Le Centre for Contemporary Arts (CCA) fut créé à Glasgow en 1992 (nota: à
l
’
é
poque
,i
ln’
e
xi
s
t
a
i
tqu
et
r
oi
sa
ut
r
e
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
na
uRoy
a
ume
-Uni: l
’
I
CA à
Londr
e
s
,l
’
Ar
nolfini à Bristol et le Chapter Arts Centre à Cardiff). Initialement, ses dirigeants
338
MILLET (Catherine), L’
Ar
tc
ont
e
mpor
ai
ņParis, Flammarion, collection Dominos, mars 1997, p.69.
Pour en savoir plus sur le Fonds Alt-W, cf. http://64.33.16.144/alt-w/downloads/altw.pdf
340
La liste des projets subventionnés est toujours visible: cf. http://64.33.16.144/alt-w/projects.html (première
édition en 2002) et http://64.33.16.144/alt-w/projects2.html (2eme édition, février 2003).
339
125
dé
c
i
dè
r
e
ntd’
or
i
e
nt
e
rl
apr
ogr
a
mma
t
i
o
ne
nf
a
ve
urde
sa
r
t
svi
s
ue
l
s
,del
ape
r
f
or
ma
nc
e
,dulive
art, de la danse, de la musique et du cinéma indépendant.
Le 21 octobre 2001,l
ec
e
nt
r
es
’
i
ns
t
a
l
l
ada
nsdenouve
a
uxl
oc
a
uxe
tbé
né
f
i
c
i
a
de très importantes subventions de la loterie nationale (plus de dix millions de livres). Francis
McKee341,d
i
r
e
c
t
e
urduDé
pa
r
t
e
me
nt‘
Di
g
i
t
a
lAr
t
s& Ne
wMe
di
a
’
,l
a
nç
aa
l
or
sl
ec
e
nt
r
eda
ns
la course aux new media arts. A l
’
oc
c
a
s
i
ondel
’
i
na
ug
ur
a
t
i
ondunouve
lé
t
a
bl
i
s
s
e
me
nt
,i
l
invita le duo JODI (célèbres pionniers du Web-art), puis un mois après, organisa un
important
colloque
sur
les
« Network
Commissioning/Curating Networks
342
Cultures,
Networked
Arts
Practice
and
er
» (du 30 novembre au 1 décembre 2001).
Le‘
Vi
r
t
ua
lSpa
c
e
’
Al
’
oc
c
a
s
i
ondel
ar
é
ouve
r
t
ur
educ
e
nt
r
e
,l
eCCA mont
auneg
a
l
e
r
i
evi
r
t
ue
l
l
e
i
nt
i
t
ul
é
e‘
Vi
r
t
ua
lSpa
c
e
’
.Da
nsunpr
e
mi
e
rt
e
mps(
de2001à2002)
,Fr
a
nc
i
sMc
Ke
eypl
a
ç
a
trois pi
è
c
e
sr
e
ma
r
qua
bl
e
me
ntor
i
g
i
na
l
e
s
,ma
i
sn’
e
xpl
oi
t
a
ntquet
r
è
spe
ul
e
sr
e
s
s
our
c
e
sdu
r
é
s
e
a
u(
unec
our
t
ea
ni
ma
t
i
one
tde
uxœuvr
e
sàt
é
l
é
c
ha
r
ge
r–nota: ces trois sites relèvent plus
del
a‘
dé
mo’queduWe
b-a
r
tàpr
opr
e
me
ntpa
r
l
e
r
)
.Cen’
e
s
tqu’
e
n2003quel
eCCA semble
avoir réellement pris conscience du potentiel du Web ; cela fut particulièrement bien mis en
va
l
e
ura
ve
cl
ami
s
ee
npl
a
c
ed’
uns
y
s
t
è
medec
ommi
s
s
i
ons
pé
c
i
f
i
que(
l
aGlasgow Net Art
Commission).
Le
st
r
oi
spr
e
mi
è
r
e
sœuvr
e
s(
2001e
t2002)
343
Dans lec
a
dr
edel
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Wor
dsa
ndThi
ng
s
’
, le duo JoDi344 fournit au
CCA une version allégée de Untitled-Game (douze des cent cinquante variations créées en
341
Francis Mc Kee: conservateur, enseignant-chercheur (à la Glasgow School of Art) et écrivain (il est
notamme
n
tl
’
a
u
t
e
u
rden
ombr
e
u
xc
a
t
a
l
og
u
e
ss
u
rl
e
sa
r
t
i
s
t
e
sé
c
os
s
a
i
s
: Christine Borland, Ross Sinclair, Douglas
Gor
dona
n
dSi
monSt
a
r
l
i
ng
)
.Av
e
cKa
yPa
l
l
i
s
t
e
r
,i
ls
’
oc
c
u
paduPa
v
i
l
l
onEc
os
s
a
i
sàl
aBi
e
n
n
a
l
edeVe
n
i
s
e2003.
342
Les principaux intervenants étaient: Eric Kluitenberg, Josephine Bosma, Chris Byrne, (directeur du New
Media Scotland), Carey Young, Thomson/Craighead, Duncan Campbell, Heath Bunting, Simon Yuill et Eddie
Berg (directeur de la Foundation for Art and Creative Technology, Liverpool).
343
L’
e
x
position inaugurale –i
n
t
i
t
u
l
é
e‘
Wor
dsa
n
dTh
i
n
gs
’(
du 21 octobre au 23 décembre 2001) –fut
commissionnée par Francis McKee et réunit quatre artistes aux talents divers: Mark Dion, Cheryl Donegan,
JODI et Simon Starling.
126
2001)
.A pa
r
t
i
rd’
uns
i
t
epor
t
a
i
l
,l
e
si
nt
e
r
na
ut
e
ss
onti
nvi
t
é
sàt
é
l
é
c
ha
r
g
e
rde
sni
ve
a
ux
radicalement modifiés du célèbre jeu de combat Quake, puis à jouer. A une époque où les
c
onc
e
pt
e
ur
sdej
e
uxvi
dé
opr
opos
a
i
e
ntdé
j
àde
sc
oul
e
ur
sc
ha
t
oy
a
nt
e
sa
i
ns
iqu’
ungr
a
phi
s
me
réaliste, les deux artistes employèrent volontairement une géométrie rigide, et une palette très
r
é
dui
t
e(
noi
re
tbl
a
nc
)
.L’
œuvr
eobt
e
n
u
ef
a
i
tl
’
obj
e
td’
unvé
r
i
t
a
bl
edé
f
ia
bs
ur
del
a
nc
épa
rl
e
s
a
r
t
i
s
t
e
se
te
s
ti
l
l
i
s
i
bl
e(
l
’
e
s
t
hé
t
i
quef
a
i
tpe
ns
e
ràc
e
l
l
ede
sdé
but
sducomputer-art –cf. travaux
de Frieder Nake et Vera Molnar).
Lor
sd’
uner
é
sidence au CCA (du 1er janvier au 28 février 2002345), les
membres du groupe islandais The Icelandic Love Coporation346 –Sigrún Hrólfsdóttir (1973),
Jóní Jónsdóttir (1972) et Eirún Sigurðardóttir (1971) –mirent en ligne la vidéo Where Do We
Go From Here ? Il s
’
a
g
i
td’
uneœuvr
epoé
t
i
quenoni
nt
e
r
a
c
t
i
ve
: l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éà
contempler un diaporama (femmes en blanc) sur un fond de chant a cappella347. Tourné à
pa
r
t
i
rd’
unf
i
l
m dug
r
oupe(
r
é
a
l
i
s
ée
n1999)
,l
’
a
ni
ma
t
i
onnousmont
r
equa
t
r
ee
l
f
e
sba
t
i
f
ol
a
nt
dans l
ana
t
ur
ej
us
qu’
àl
’
a
r
r
i
vé
ed’
undr
a
me
:l
ac
hut
emor
t
e
l
l
ed’
unef
a
l
a
i
s
e
.A l
’
uni
s
s
on,l
e
s
esprits crient et appellent au s
e
c
our
s
…
Al
’
oc
c
a
s
i
ondel
’
e
xpos
i
t
i
on'
l
i
t
e
r
a
t
ur
ei
sne
t
wor
ki
ngt
oourg
e
nedub'(
CCA,
a
oût2002)
,l
eCCApe
r
mi
tàl
’
é
c
r
i
va
i
nj
a
pona
i
sKenji Siratori348 –de diffuser des animations
scripturales en Flash (des Biocaptures). Sur un rythme soutenu, le texte – apparaît
magiquement en blanc, mot après mot –sur un fond noir. Le style est âpre et violent, le fond
sonore cacophonique (bruits de kl
a
xon,dej
e
uxvi
dé
os
…)e
tl
at
y
pog
r
a
phi
ec
ompl
è
t
e
me
nt
modifiée ;l
et
outpr
odui
tunea
t
mos
phè
r
ec
onf
us
e
.Se
l
onl
’
a
r
t
i
s
t
e
,c
e
t
t
enouve
l
l
ef
or
me
344
Figure emblématique du Web-art, le duo JoDi est constitué de la photographe hollandaise Joan Heemskerk
(née en 1968) et du vidéaste performer belge Dick Paesmans (né en 1965). Peu de temps après leur rencontre
da
n
su
n
eé
c
ol
ed’
a
r
th
ol
l
a
nda
i
s
e
,l
e
sde
ux a
r
t
i
s
t
e
sdé
c
i
dè
r
e
n
tdes
é
j
ou
r
n
e
rda
n
sla Silicon Valley pour
a
ppr
of
on
di
rl
e
u
rc
on
n
a
i
s
s
a
n
c
e
si
nf
or
ma
t
i
qu
e
se
ts
’
i
n
i
t
i
e
ràI
n
t
e
r
n
e
t
.En
t
r
e1994e
t199
5,i
l
sj
e
t
è
r
e
n
tl
e
sba
s
e
sde
leur fameux site chaotique JoDi. A travers celui-ci, ils voulurent exprimer leur colère vis-à-vis du trop grand
série
uxdel
at
e
c
h
n
ol
og
i
ee
tc
he
r
c
h
è
r
e
n
tàs
’
a
t
t
a
qu
e
ràl
al
og
i
qu
ef
or
me
l
l
ede
sdi
s
pos
i
t
i
f
si
nt
e
r
a
c
t
i
f
s
.
345
Leg
r
ou
pef
u
ti
nv
i
t
éda
nsl
ec
a
dr
edupr
og
r
a
mme‘
Ne
t
wor
kNor
t
h’
: uns
y
s
t
è
med’
é
c
h
a
n
gec
u
l
t
u
r
e
li
n
i
t
i
épa
r
le Nordic Council of Ministers et destiné à con
s
ol
i
de
rl
e
sl
i
e
n
se
nt
r
el
e
spa
y
sd’
Eu
r
oped
uNor
de
tl
eRoy
a
ume
Uni (
e
tl
’
I
r
l
a
n
de
)
.
346
Cf. Curriculum vitae et liste des expositions du groupe sur le site de la I8 Gallery (Reykjavik).
http://www.i8.is/new/icl.htm#
347
Transcription des paroles disponible sur le site des artistes.
http://www.ilc.is/works/where_do_we_go/where_poem.asp
348
Kenji Siratori (1975): écrivain très connu au Japon pour ses nouvelles Tattoo and Hallucination et Blood
Electric (devenu un classique de la littérature cyberpunk). Il se définit comme un « écrivain hypermoderne
travaillant dans un environnement digital ». Vit actuellement à Sapporo.
127
d’
é
c
r
i
t
ur
el
uif
uti
ns
p
i
r
é
epa
rl
ar
ude
s
s
edumouve
me
nttechno et sans doute par Antonin
Artaud349.
Les « Glasgow Net Art Commissions » (2003-2004)
Le 25 juin 2003, le CCA lança officiellement sa première « CCA: Glasgow
Net Art Commission »: Epic Tales de Carlo Zanni350. Ce site –techniquement remarquable –
offre aux internautes la possibilité de reformater des pages Web: la disposition des
documents reste la même, mais le texte est réinterprété (celui-ci apparaît soit en anglais
moderne, soit en gothique). La mise en valeur imprévisible des caractères –ainsi que la
ba
ndes
onor
ed’
i
ns
pi
r
a
t
i
ondark gothic (paroles de yat.kha) –s
or
tl
’
i
nt
e
r
na
ut
eduhigh-tech de
l
’
i
nf
or
ma
t
i
quee
tdel
aba
na
l
i
t
équot
i
di
e
nne
.Ce
l
ui
-c
idé
c
hi
f
f
r
el
e
sé
c
r
i
t
ur
e
se
ts
’
é
pr
e
ndde
leur beauté inattendue. « Chacun des mots s'est détaché comme s'il avait été taillé, comme si
c'était un talisman. C'est pour cette raison que les poésies écrites dans une langue étrangère
ont un prestige qu'elles n'ont pas notre propre langue, car on entend, on voit, chacun des mots
individuellement. Nous pensons à la beauté, au pouvoir, ou simplement à l'étrangeté. »
351
(
c
i
t
a
t
i
ondeBor
g
e
sàl
aba
s
edut
r
a
va
i
ldel
’
a
r
t
i
s
t
e
).
En 2004, le CCA organisa un appel à candidature pour déterminer la nouvelle
« CCA: Glasgow Net Art Commission ». Le concours prit fin le 25 mars. Théoriquement,
l
’
œuvr
edevrait être finalisée e
ns
e
pt
e
mbr
e2004.Las
é
l
e
c
t
i
onde
vr
a
i
tof
f
r
i
ràl
’
a
r
t
i
s
t
eune
rémunération de cinq cents pounds a
i
ns
iqu’
unes
ommedemi
l
l
epounds pour la réalisation
dus
i
t
e
.Ac
t
ue
l
l
e
me
nt(
f
i
na
vr
i
l2004)
,l
enomduga
g
na
ntn’
at
ouj
our
spa
sé
t
ér
é
vé
l
é
.
349
Cf. MARSHALL (Richard), « The Nude Brain: An Interview with Kenji Siratori », in 3AM, juin 2002 –
http://www.3ammagazine.com/litarchives/2002_jun/interview_kenji_siratori.html
350
Carlo Zanni (né en 1975): jeune artiste italien vivant à Milan et à Turin. Il peint des paysages et programme
des portraits. Son travail a déjà été montré au P.S.1, au Museum of Contemporary Art de Chicago, lors de la
première Biennale de Tirana et de la troisième Biennale de Montréal, à la Bitforms Gallery (New York) et à la
Galerie Alix Forever (Genève).
351
Cf. le poè
me'
OnBl
i
n
dn
e
s
s
'
deBor
g
è
s(
r
e
pr
odu
i
tda
n
sl
apa
r
t
i
e‘
de
s
c
r
i
pt
i
on’dus
i
t
e
)
.
128
D.2.2 –New Media Scotland
Fondé en 1999 à Edinburgh, le New Media Scotland est une agence à but non
lucratif, remarquablement dynamique et soutenue par des fonds publics (ceux du Scottish
Arts Council)
.I
ls
’
e
s
s
a
y
e–sous différents angles –à promouvoir les new media arts.
Ré
g
ul
i
è
r
e
me
nt
,i
lpr
odui
te
tc
ommi
s
s
i
onnede
sœuvr
e
sdi
g
i
t
a
l
e
s
,or
ga
ni
s
ede
sé
vé
ne
me
nt
s
(
e
x:l
ef
e
s
t
i
va
l‘
Di
f
t- sound art and acoustic ecology’àGl
a
s
g
ow352), invite des artistes (dans
le cadre de résidence, de workshop, de laboratoire temporaire –t
e
lque‘
Re
mot
e
’da
nsl
e
s
Highlands en 2002) et distribue des informations gratuites via sa newsletter.
a –Host
Le 1er août 2000, le New Media Scotland i
na
ug
ur
a‘
Hos
t
’
,une
s
pa
c
evi
r
t
u
e
l
destiné à temporairement accueillir des web-créations. Grâce à différents fonds (notamment
celui du Alt-W), le centre peut allouer un budget et une assistance technique pour chaque
projet. En moins de quatre ans, le centre a déjà commissionné vingt websites: certains à de
jeunes créateurs écossais émergents (Eua
n Sut
he
r
l
a
nd)
,d’
a
ut
r
e
s à de
sa
r
t
i
s
t
e
si
nt
e
r
nationalement reconnus (comme Claude Closky ou le groupe nippon Candy Factory).
La première web-création commissionnée fut Utopia du photographe écossais
Gair Dunlop353.Sousl
af
or
med’
unehy
pe
r
mé
di
a
t
ur
e
,l
’
œuvre est sensée nous faire réfléchir
s
url
’
i
dé
ed
ePe
r
f
e
c
t
i
one
ts
url
apl
a
c
edel
’
i
ndi
vi
duda
nsl
as
oc
i
é
t
é
.L’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
ti
nvi
t
éà
évoluer dans une superbe demeure du dix-neuvième siècle - la Hospitalfield House
(Arbroath, Ecosse
354
) - reflétant les goût
sdel
’
a
r
i
s
t
oc
r
a
t
i
eé
c
os
s
a
i
s
e(
mobi
l
i
e
rr
a
f
f
i
né
,
c
ol
l
e
c
t
i
on d
et
a
bl
e
a
ux,deg
r
a
vur
e
s
…)
.I
lal
apos
s
i
bi
l
i
t
édec
ont
e
mpl
e
rl
’
i
nt
é
r
i
e
urde
quelques pièces grâce à des scènes panoramiques et de cliquer sur des objets pour obtenir des
approfondissements contextuels.
352
Pou
rpl
u
sd’
i
nf
or
ma
t
i
on
ss
u
rle festival, cf. http://www.mediascot.org/drift/
Apr
è
sdebr
i
l
l
a
n
t
e
sé
t
u
de
sdePh
ot
og
r
a
ph
i
eàl
’
I
n
s
t
i
t
utPol
y
t
e
c
h
n
i
qu
edeLon
dr
e
s(
s
pé
c
i
a
l
i
t
é
:i
ma
g
e
r
i
e
électronique), Gair Dunlop s
’
i
n
t
é
r
e
s
s
ae
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
nta
u
xr
e
l
a
t
i
on
se
n
t
r
el
’
i
de
n
t
i
t
é
,l
ec
or
pse
tl
el
i
e
u
.I
lv
i
t
actuellement à Glasgow. Cf. le curriculum c
ompl
e
tdel
’
a
r
t
i
s
t
e
: http://www.gairspace.org.uk/htm/cv2.htm
354
Gair Dunlop fut invité en résidence à la Hospitalfield House (Arbroath, Ecosse) de septembre 1999 à février
2000. Lors de son séjour il fut particulièrement sensibilisé par « le patrimoine matériel et idéel, témoignage de la
mentalité de siècles précédents »qu’
i
la
s
s
oc
i
aa
v
e
cs
on«intérêt pour l'idée d'espace et perfectibilité. » (cf. site
de la Hospitalfield House - http://www.hospitalfield.org.uk/htm/artres.htm).
353
129
Une collection très hétérogène
En parcourant la collection de web-créations, nous nous apercevons
qu’
a
uc
unel
i
g
nedi
r
e
c
t
r
i
c
en’
aé
t
éf
i
xé
e; tant les projets sont différents les uns des autres.
Da
nsl
ama
j
or
i
t
éde
sc
a
s
,l
e
sœuvr
e
sonté
t
éc
r
é
é
e
sdans le cadre de festivals (aux
thématiques diverses), puis ont été intégrées dans Host. Seuls quelques websites ont
spécifiquement été créés pour la galerie virtuelle (exemple: Diskompactor de Torsten
Lauschmann). Parmi les initiatives les plus marquantes, nous pouvons relever les webcréations de Claude Closky et de Takuji Kogo.
Da
nsl
ec
a
dr
ede‘
Vi
vr
es
aVi
e
n355’- unf
e
s
t
i
va
ld’
a
r
tc
ont
e
mpor
a
i
nf
r
a
nç
a
i
s
or
ga
ni
s
épa
rl
’
Al
l
i
a
nc
eFr
a
nç
a
i
s
ed’
Edi
nbur
g
h- l
ec
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
o
nTanya Leighton
invita Cl
a
u
d
eCl
os
kyàr
é
a
l
i
s
e
runeœuvr
e(
depr
é
f
é
r
e
nc
ee
nl
i
e
na
ve
cl
e
snouve
a
uxmé
di
a
s
ma
i
sa
uc
unec
ont
r
a
i
nt
enel
uif
utf
i
xé
e
)
.Cl
a
udeCl
os
kys
oumi
ta
l
or
sl
’
i
dé
ed’
unj
e
udeTetris
non interactif. Contrairement à ce qui se passe dans le jeu original, ici, la partie ne finit
356
j
a
ma
i
se
tl
es
c
or
es
’
i
nc
r
é
me
nt
edema
ni
è
r
ei
nf
i
ni
e
. Très intéressée par ce projet, Tanya
Le
i
g
ht
onmi
te
nr
e
l
a
t
i
onl
’
a
r
t
i
s
t
ea
ve
cChr
i
sBy
r
nepourpl
a
c
e
rl
’
œuvr
es
urHost. Un contrat
d’
e
xc
l
us
i
vi
t
éf
uta
l
or
ss
i
g
népouru
n
edur
é
edet
r
oi
sa
ns
.Ac
t
ue
l
l
e
me
nt
,l
’
obl
i
g
a
t
i
one
s
t
t
e
r
mi
né
ee
tl
’
a
r
t
i
s
t
es
ouha
i
t
ec
ont
i
nue
ràvoi
rs
ons
i
t
es
url
es
e
r
ve
urHost.
En 2002, Takuji Kogo, membre du collectif japonais Candy Factory, fut
accueilli en résidence par le centre écossais ; cela essentiellement pour établir des relations
c
ul
t
ur
e
l
l
e
se
nt
r
el
e
sde
uxna
t
i
ons
.Dur
a
nts
ons
é
j
our
,l
’
a
r
t
i
s
t
eé
l
a
bor
ac
i
nqpr
oj
e
t
sa
c
c
e
s
s
i
b
l
e
s
sur le Web: Clearance, Do, My Dad seduced my fiancee, Why et Win.exe. Dans les quatre
pr
e
mi
è
r
e
sœuvr
e
s
,l
’
i
nt
e
r
na
ut
ee
s
tc
onf
r
ont
éàune fenêtre unique présentant une vue animée.
Grâce à des travellings et à des zooms de caméra, il découvre des atmosphères inhabituelles:
l
’
i
nt
é
r
i
e
urd’
unebout
i
quedel
uxeé
c
o
s
s
a
i
s
e
,l
avi
s
i
ond’
unpl
a
t
e
a
udet
our
na
g
edé
s
e
r
t
,une
émission ennuyeuse sur uné
c
r
a
nt
é
l
é
vi
s
ue
l
.L’
œuvr
ee
s
tr
a
f
f
i
né
e(
e
npl
e
i
né
c
r
a
na
ve
cun
l
é
ge
rc
a
dr
enoi
r
…)e
ts
e
mbl
es
edé
t
a
c
he
rdel
apr
oduc
t
i
onc
ont
e
mpor
a
i
ne
,quir
e
c
he
r
c
hel
a
di
f
f
us
i
one
nt
e
mpsr
é
e
le
tl
’
i
nt
e
r
a
c
t
i
vi
t
é
.El
l
ei
nvi
t
el
es
pe
c
t
a
t
e
uràunec
ont
e
mpl
a
t
i
onqua
s
i
passive (nota: il ne peut que changer de point de vue en cliquant sur sa souris).
355
Pou
rpl
u
sd’
i
n
f
or
ma
t
i
onss
u
rc
e
t
t
ee
x
pos
i
t
i
on
,cf. « Young, Gifted and French », in Guardian, Londres, 16
novembre 2000 (auteur inconnu) - http://www.guardian.co.uk/Archive/Article/0,4273,4091788,00.html
356
De
pu
i
sunc
h
a
ng
e
me
n
tdes
e
r
v
e
u
re
n2004,l
’
œuv
r
ee
s
t‘
e
ndomma
g
é
e
’e
tl
es
c
or
ee
s
t
,àc
h
a
qu
el
a
n
c
e
me
n
tdu
site, remis à zéro.
130
Le site Win.exe –co-réalisé avec Ola Pehrson - e
s
tuneœuvr
el
udi
que
,
pr
é
s
e
nt
é
es
urunmodea
na
l
og
uea
uxqua
t
r
ea
ut
r
e
s
,ma
i
sa
xé
ea
ut
ourd’
uné
l
é
me
ntvi
r
t
ue
l
:
l
’
i
c
ônedubur
e
a
u(
c
e
l
l
edel
’
e
nvi
r
onne
me
ntg
r
a
phi
queWindows). Dans un communiqué de
pr
e
s
s
e
,l
e
sr
e
s
pons
a
bl
e
sduc
e
nt
r
ee
xpl
i
què
r
e
ntque
,pa
rc
e
t
t
emé
t
hode
,l
’
i
c
ônequi
t
t
es
on
s
t
a
t
utdepurout
i
li
nf
or
ma
t
i
quee
tde
vi
e
ntune‘
s
c
ul
pt
ur
e
’
,‘
unena
t
ur
edi
g
i
t
a
l
e
’
.Ce
t
t
e
démarches
’
a
ppa
r
e
nt
eàc
e
l
l
edeMa
r
c
e
lDuc
ha
mpquidé
c
ont
e
xt
ua
l
i
s
a
i
tl
’
obj
e
tduquot
i
di
e
n
pourl
’
i
nt
é
gr
e
ra
umondedel
’
a
r
t
.
Dur
a
ntl
’
é
t
é2002,l
ecentre enrichit habilement son espace Host en organisant
‘
Re
mot
e
’
,unpr
og
r
a
mmedemi
nir
é
s
i
de
nc
e
sdans les Highlands réservé aux artistes des
nouve
a
ux mé
di
a
s
.I
l
i
y
a
naNe
dkova
,c
ommi
s
s
a
i
r
ed’
e
xpos
i
t
i
ona
uNe
w Me
di
aSc
ot
l
a
nd,
convia sept cyber-créateurs à réfléchir tout particulièrement sur les aspects sociaux et
géographiques des Cairngorms (« que se passe-t-il quand le réalisme urbain rencontre le
romantisme rural ? 357»). Les projets obtenus furent techniquement très sommaires mais
néanmoins intéressants du point de vue idéel. Le site le plus marquant est The Price of
freedom, duduoThoms
on& Cr
a
i
g
he
a
d.I
ls
’
a
g
i
td’
unet
r
a
ns
f
or
ma
t
i
ond’
unqua
t
r
a
i
nde‘
The
Br
uc
e
’
,unpoè
meé
pi
quedeJ
ohnBa
r
bour
,e
nunes
é
r
i
edel
i
e
nsme
na
ntve
r
sde
sdoma
i
ne
sà
ve
ndr
e
.Po
u
ra
c
c
ompa
g
ne
rl
’
œuvr
e
,l
e
sa
r
t
i
s
t
e
sé
c
r
i
vi
r
e
ntunel
e
t
t
r
eouve
r
t
e‘
Ma
ki
ngac
a
s
e
for the twinning of Newtonmore and Las Vegas' dans laquelle ils abordèrent la thématique
de
snouve
l
l
e
sf
or
me
sdef
r
ont
i
è
r
e
s(
àl
’
è
r
edunumé
r
i
que
)e
tda
nsl
a
que
l
l
ei
l
spr
ônè
r
e
ntun
jumelage entre Newtonmore et Las Vegas358.
La situation actuelle
Actuellement, le New Media Scotland continue toujours à acquérir des webcréations. La dernière œuvr
e- Doppelgange - fut commissionnée à l'artiste écossaise
Beverley Hood à l'occasion d'une exposition au Street Level Photoworks (mars 2004,
Glasgow). Le site est un environnement graphique dans lequel évoluent des personnages
tridimensionnels (l'artiste et six autres créateurs rencontrés lors d'une résidence à Basel).
Cette œuvr
eréussit à concilier la thématique du portrait avec les nouvelles technologies.
357
BYRNE (Chris), « REMOTE reminder », message laissé i
nl
al
i
s
t
ededi
s
c
u
s
s
i
on
s‘
Ambi
t
’
,11n
ov
e
mbr
e
2002 –http://www.mail-archive.com/[email protected]/msg00711.html
358
Lettre visible au: www.morevegas.net/
131
CONCLUSION
132
CONCLUSION
Touta
ul
ong dec
emé
moi
r
e
,nousa
vonsr
e
f
us
éd’
a
dopt
e
runepos
i
t
i
on
« sécessionniste [prônant le Web-ar
tc
omme une
]r
upt
ur
ea
ve
cl
e modè
l
e de l
’
a
r
t
classique359 ». Nous avons, au contraire, privilégié une approche « évolutionniste » le plaçant
dans la continuité de formes artistiques plus traditionnelles360. Nous avons montré qu’
i
lfaisait
l
’
obj
e
td’
a
c
q
ui
s
i
t
i
onslà, où le computer-art avait précédemment été encouragé et montré au
publ
i
c(
e
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
ntà Ne
w Yor
k,e
n Ca
l
i
f
or
ni
ea
i
ns
iqu’
e
n Eur
ope Oc
c
i
dentale et
Centrale). Pour chaque grande zone géographique, nous avons essayé de dresser un bref
panorama des atouts en fa
ve
urdel
’
i
mpl
a
nt
a
t
i
onduWe
b-art ; nous avons fourni quelques
informations sur la presse y étant favorable (New York Time, Wi
r
e
d…), sur les rares galeries
en présentant ainsi que sur les institutions de formations spécialisées.
1 –L’
a
c
qui
s
i
t
i
one
tmi
s
een place de collections de Web-art
En2000,l
’
a
r
t
i
s
t
ef
r
a
nç
a
i
sVa
l
e
r
yGr
a
nc
he
ré
mi
tunc
ons
t
a
tpa
r
t
i
c
ul
i
è
r
e
me
nt
éloquent: « il a fallu 100 ans à la photo pour pénétrer les musées, 30 pour la vidéo et 3 pour
Internet361. » Dans les faits, dès 1995 (soit deux ans après les premiers sites), le Web-art
commença à être intégré dans les collections des grandes institutions new-yorkaises. Les deux
premiers centres qui disposèrent de cyber-œuvr
e
s furent le Whitney et le Dia Center for the
Arts. Très vite, ils furent rejoints dans leur choix par quelques grandes institutions phares aux
Etats-Unis –le MoMA (1996), le SFMoMA (1996), le Walker Art Center (1996) –par la
plateforme online Turbulence (1996), ainsi que par quelques g
r
a
ndsc
e
nt
r
e
sd’
a
r
te
ur
opé
e
ns
:
le C3 de Budapest (1996) et la Fondation Cartier (1997).
Comme de nombreuses autres pratiques, le Web-art est différemment
encouragé aux Etats-Uni
se
te
nEur
ope
.Le
si
ns
t
i
t
ut
i
onsa
mé
r
i
c
a
i
ne
sbé
né
f
i
c
i
e
ntd’
i
mpor
t
a
n
t
s
apports financiers de sociétés commerciales (ex. Intel au SFMoMA, Consolidate Natural Gas
359
BURREAUD (Annick), Rapport: art et technologie: la monstration,s
e
c
t
i
onI
V‘
Mon
s
t
r
a
t
i
onpr
é
s
e
nt
eet
c
on
s
e
r
v
a
t
i
on’
,j
a
n
v
i
e
r1998–http://www.olats.org/livresetudes/etudes/monstration/section6ok.shtml
360
Annick Burreaud indiqua dans son rapport: « Cette position est plutôt celle des gens de musées et
d'institutions culturelles ainsi que des artistes qui on
ta
c
qu
i
su
n
ec
e
r
t
a
i
n
en
ot
or
i
é
t
éda
n
sl
e
smi
l
i
e
uxdel
’
a
r
t
électronique et qui veulent une "vraie" reconnaissance dans le milieu de l'art. »
361
GAUGUET (Bertrand), « No Memory / Un entretien avec Valéry Grancher », in Archée, Montréal, section
‘
e
nt
r
e
t
i
e
ns
’
,ma
r
s2000–http://archee.qc.ca/ar.php?page=imp&no=108
133
Company a
uSmi
t
hs
oni
a
nAr
tMus
e
um…)e
tdefondations privées. Parmi ces dernières, nous
pouvons citer: la Jerome Foundation362 (Turbulence, Walker Art Center, Rhizome), la
Greenwall Foundation363 (Turbulence) et la James Irvine Foundation364 (MoCA de Los
Angeles). Par ailleurs, le
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
ta
mé
r
i
c
a
i
nsdi
s
pos
e
ntde crédits publics offerts par: le
New York State Council of the Arts365 (Dia Center for the Arts, Rhizome, Turbulence) et le
Nationale Endowment for the Arts366 (Turbulence).
Les institutions européennes disposent essentiellement de crédits donnés par
les états. Le principal mécène du Web-art en France est le Ministère de la Culture (idem en
Espagne). En Grande Bretagne, les institutions réussissent à obtenir des web-créations
notamment grâce aux revenus de la loterie nationale. Le mécénat privé reste exceptionnel (les
journaux El Mundo et Spiegel offrirent des web-créations respectivement au MNCARS et à la
Kunsthalle de Hambourg).
a –La position des grandes institutions
Le
sgr
a
ndsmus
é
e
sd’
Amé
r
i
queduNor
dr
é
a
g
i
r
e
ntt
r
è
st
ôtàl
’
a
r
r
i
vé
eduNe
t
Art, alors que les principales institutions européennes tardèrent à acquérir des web-créations
(elles préférère
ntobs
e
r
ve
rl
’
é
vol
ut
i
onduc
y
be
r
a
r
tout
r
e
-atlantique).
J
us
qu’
e
n2002,que
l
qu
e
s di
r
e
c
t
e
ur
sa
mbi
t
i
e
ux(
Da
vi
dRos
sa
uSFMoMA…)
ainsi que quelques conservateurs américains internationalement reconnus dans le domaine des
new media arts (Barbara London au MoMA, Christiane Paul au Whitney Museum, Benjamin
Weil au SFMoMA, Steve Di
e
t
za
uWa
l
ke
rAr
tCe
nt
e
r
…)r
é
us
s
i
r
e
ntàprojeter le Net-art au
devant de la scène culturelle.
Les conservateurs américains font appel à des cyber-artistes et/ou à des artistes
traditionnels. Tandis que leurs homologues européens privilégient, de manière très nette, des
artistes reconnus dans le domaine du Web-art.
362
Cf. note n°91.
Cf. note n°92.
364
Cf. note n°121.
365
Cf. note n°80.
366
Cf. note n°81.
363
134
Souvent, les musées obtinrent des web-créationsàl
’
oc
c
a
s
i
ond’
expositions.
Entre 1996 et 2001, dans le cadre de rétrospectives, le MoMA demanda à quelques artistes
d’
i
ma
g
i
ne
rd
e
sœuvr
e
svi
r
t
ue
l
l
e
se
nl
i
e
na
ve
cl
e
ur
spr
oduc
t
i
onst
r
a
di
t
i
onne
l
l
e
s
.En2000
,l
e
SFMoMA fit appel à des cyber-artistes pour l’
e
xpos
i
t
i
on‘
010101:Ar
ta
ndTe
c
hnol
og
i
c
a
l
Ti
me
s
’
.
I
le
s
ti
nt
é
r
e
s
s
a
ntder
e
l
e
ve
rqu’
a
uc
unede
sgr
os
s
e
si
ns
t
i
t
ut
i
onsquia
c
qui
ts
e
s
premières web-créations via un concours (Smithsonian American Art museum, MNCARS,
Kunsthalle de Hambourg) ne monta par la suite de collection. Seuls les musées ayant
r
é
e
l
l
e
me
ntmi
se
npl
a
c
eunepol
i
t
i
qued’
a
c
qui
s
i
t
i
on(
Ta
t
e
,Di
aCe
nt
e
rf
ort
heAr
t
,SFMoMA,
Walker Art Center) réussirent à bâtir des ensembles intéressants.
b –Le Web-ar
tda
nsl
e
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
t
Dès 1996, quel
que
sc
e
n
t
r
e
sd’
a
r
tc
he
r
c
hè
r
e
ntàbâ
t
i
rde
se
ns
e
mbl
e
sdewe
bcréations (Laboratoire Oboro, MECAD, ICA, INIVA, CCA, New Media Scotland). Dans la
ma
j
or
i
t
éde
sc
a
s
,c
e
si
ns
t
i
t
ut
i
onson
tdé
j
àa
r
r
ê
t
él
e
ur
spr
ogr
a
mme
sd’
a
c
qui
s
i
t
i
on.Se
ul
e
sl
e
s
institutions britanniques spécialisées dans les new media arts –c'est-à-dire les deux centres
é
c
os
s
a
i
sa
i
ns
iquel
’
I
nI
VAe
tl
eMe
di
aCe
nt
r
edeHudde
r
f
i
e
l
d–poursuivent leurs activités.
Alors que dans la plupart des cas, les conservateurs de musées achètent des
sites fina
l
i
s
é
s
,l
e
sr
e
s
pons
a
bl
e
sde
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
tpr
é
f
è
r
e
nti
nvi
t
e
rde
sc
r
é
a
t
e
ur
sàdé
ve
l
oppe
r
leur site lors de résidence (Oboro, MECAD, CCA). Pour sélectionner les artistes, quelques
unsl
a
nc
e
ntde
sa
ppe
l
sd’
of
f
r
e(
I
nI
VA,l
e
s‘
Gl
a
s
g
owNe
tAr
tCommi
s
s
i
ons
’duCCA).
Les centres ne commissionne
ntqu’
a
s
s
e
zr
a
r
e
me
ntde
swe
b-créations dans le
c
a
dr
ed’
e
xpos
i
t
i
ons(
e
x.l
eMECADda
nsl
ec
a
dr
ede‘
Ne
t
_c
ondi
t
i
on’
)
.
c –Les plateformes online
Les plateformes - soutenues par les grandes fondations et les fonds publics encouragent la Web-création en organisant des concours.
135
A contrario deTur
bul
e
n
c
equil
a
i
s
s
ea
uxa
r
t
i
s
t
e
sl
ec
hoi
xdus
u
j
e
tdel
’
œuvr
e
,
Rhizome préfère imposer des thématiques.
2 –Méthodes de conservation
Obs
e
r
va
ntdé
j
àd’
i
mme
ns
e
spe
r
t
e
sd’
œuvres relevant des new media arts
(
vi
dé
o,é
l
e
c
t
r
oni
que
,i
nf
or
ma
t
i
que
…)
,l
e
sgr
a
ndsmus
é
e
s–essentiellement américains –
mirent en place des programmes de conservation.
Comme le souligna Annick Burreaud, « conserver n'est pas une fin en soi. Tout
conserver est impossible et revient à ne rien préserver. La conservation de l'art électronique
doit s'appuyer sur les réponses à des questions préalables: que garder ? comment prélever ?
qui choisit ? - avant même que de penser aux solutions techniques à mettre en œuvr
e
.[
La
conservation permet de laisser] le temps d'une certaine décantation afin de pouvoir opérer un
tri hors des turbulences du présent367. »
Le Web-ar
tn’
e
s
tpa
sun«artefact original monolithique368 »
,i
ln’
e
xi
s
t
epa
sde
méthode infaillible de conservation. Chaque conservateur doit établir une stratégie sur le
devenir de sa collection de web-c
r
é
a
t
i
ons
.Tr
è
ss
ouve
nt
,c
e
l
ar
e
vi
e
ntàl
’
i
nt
e
r
r
og
a
t
i
on: faut-il
« pr
é
s
e
r
ve
rc
e
sœuvr
e
soul
e
sg
a
r
de
re
nvi
e? » [idem]. Dans le premier cas, cela équivaut à
faireune
nr
e
g
i
s
t
r
e
me
nt
.Ce
t
t
emé
t
ho
dee
s
ti
dé
a
l
epourma
i
nt
e
ni
ri
nt
a
c
t
el
’
i
nt
e
nt
i
onna
l
i
t
éde
l
’
a
r
t
i
s
t
e(
p
o
urde
se
xpos
i
t
i
onsf
ut
ur
e
s
…)
.Da
nsl
es
e
c
ond c
a
s
,l
’
œuvr
e est davantage
considérée « comme une partition musicale, à savoir ouverte à de futures itérations » [idem].
Le
sc
ons
e
r
va
t
e
ur
sc
he
r
c
he
ntàa
r
c
hi
ve
rde
st
r
a
c
e
sdoc
ume
nt
a
i
r
e
sdel
'
œu
v
r
e
.
Sur les sites portails (souvent dans des rubriques annexes), il est possible de découvrir des
appareils critiques et des metadatas sur les créations.
367
BUREAUD (Annick), Ibid.
RINEHARD, « Berkeley Art Museum / Pacific Film Archive », in le si
t
e‘
Va
r
i
a
bl
eme
di
anetwork - Réseau
de
smé
di
a
sv
a
r
i
a
bl
e
s
’
,s
d,p.25.
368
136
Al
’
he
ur
ea
c
t
uelle, nous pouvons constater que la majorité des web-créations
fonctionnent toujours. Toutes celles conservées dans les musées et dans l
e
sc
e
nt
r
e
sd’
a
r
ts
ont
encore accessibles.
137
BIBLIOGRAPHIE
138
GENERALITES
A –Etudes et ouvrages
•Variable media network - Réseau des médias variables, site résultant de la collaboration du
Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et de la Fondation Daniel Langlois
(Montréal) –http://www.variablemedia.net
•COOK (
Sarah), BERYL (Graham) et MARTIN (Sarah), Curating New Media, Gateshead,
Baltic Centre for Contemporary Art, 2002.
•COPPAGE(
Ke
ndr
a
)
,Internet Art and The Museum Influence, étude publiée sur son site
personnel, 4 juillet 2002 –http://www.idreaminblue.com/articles/internet_art.doc
•COUCHOT(
Edmond)e
tHI
LLAI
RE(
Nor
be
r
t
)
,L’
Ar
tnumé
r
i
que- comment la technologie
v
i
e
ntaumondedel
’
ar
t
,Pa
r
i
s
,Fl
a
mma
r
i
on,2003,c
ha
p.‘
L’
a
r
t
,l
aCul
t
ur
ee
tl
eTe
mps
’
,pp.
211-233.
•DEPOCAS(
Al
a
i
n)
,I
PPOLI
TO(
J
on)e
tCAITLIN (Jones), Permanence through change: the
variable media approach - L'approche des médias variables: la permanence par le
changement, étude publiée par la Fondation Daniel Langlois (Montréal) et le Solomon R.
Guggenheim Museum (New York), 2003.
http://www.variablemedia.net/f/preserving/html/var_pub_index.html
•DUVI
LLI
ER (
Al
ba
ne
)
,Le Net Art bouleverse-t-i
ll
ec
hamp del
’
ar
tc
ont
e
mpor
ai
n?,
recherche dans le cadre du s
é
mi
n
a
i
r
e‘
Écrit, Image, Oral et Nouvelles Technologies’
,
Université de Sociologie, Paris 7 Denis Diderot, 2002.
http://www.artemis.jussieu.fr/hermes/hermes/actes/ac0102/netart_duvillier.htm
•HUMMELEN (
I
j
s
br
a
nd)e
tSI
LLE (
Di
onne
)
,Modern art: who cares?, Amsterdam, The
Foundation for the Conservation of Modern Art, Instituut Collectie Nederland, 1999
(
s
ur
t
outl
ec
ha
pi
t
r
e‘
Electronic media: rethinkingt
hec
ons
e
r
va
t
or
'
sr
ol
e
’
, pp.300-307).
•JENNINGS (Pamela), New media arts: new funding models, rapport préparé pour Creativity
& Culture Rockefeller Foundation, New York, décembre 2000.
http://digital-bauhaus.com/html/mediaArtReport/reportabstract.html
•KRUSE(
Ma
r
kus
)
,Museums, galleries, art sites, virtual curatings and the world-wide-web,
Unpub PhD dissertation, Ohio State University, 1998.
•LEI
GTHON (
Ta
ny
a
)e
tBUCHLER (
Pavel), Saving the image: art after film, Centre for
Contemporary Arts (Glasgow) et Manchester Metropolitan University, 2002.
•JONES (Maggie) et BEAGRIE (Neil), Preservation management of digital materials: a
handbook, Londres, The British Library, 2001.
139
•LUZ(
El
a
d)
,Internet, Contemporary E Art & Virtual Museology, 1er janvier 2001 (surtout le
c
ha
pi
t
r
e3‘
Cyber Cul
t
ur
e
:Te
c
hnol
ogywi
t
haTwi
s
t
’
).
http://www.geocities.com/SoHo/Veranda/4189/b03.html
•MORRI
S(
Sus
a
n)
,Museums & New Media Art, rapport de recherches commissionné par la
Fondation Rockefeller, New York, octobre 2001.
http://www.rockfound.org/Documents/528/ Museums_and_New_Media_Art.pdf
•PAUL(
Chr
i
s
t
i
a
ne
)
,Digital Art, Londres, Thames and Hudson, 2003.
•RI
FKI
N(
J
e
r
e
my
)
,The Age of Access: The New Culture of Hypercapitalism, New York,
Tarcher/Putnam, 2000.
•ROTTENBERG (
J
e
f
f
)
,Avoiding Technological Quicksand: Finding a Viable Technical
Foundation for Digital Preservation, Washington, Council on Library and Information
Resources, janvier 1998 - http://www.clir.org/pubs/reports/rothenberg/contents.html
•SCHOLDER(
Amy
)e
tCRANDALL(
J
or
da
n)
,Interaction: Artistic practice in the network,
New York, Distributed Art Publishers, 2001, cha
pi
t
r
e‘
I
ns
t
i
t
ut
i
ons
:Ar
c
hi
t
e
c
t
ur
e
sof
a
t
t
e
nt
i
on
’
.
•X,Research project: methods of production, presentation and preservation of media art,
Dortmund, Hartware Medien Kunst Verein, 2002.
•WADE(
Ga
vi
n)
,Curating in the 21st Century, Walsall, The New Art Gallery, 2000.
B –Articles
•ANDERSON (Maxwell L.), « Preserving the Perishable Art of the Digital Age », in New
York Times, 24 septembre 2000.
•ANTON (
Sa
ul
)
,« Net gains: A roundtable on new-media art », in Artforum, New York,
mars 2001, pp.119-125.
•BASTI
NG (
Ba
r
ba
r
a
)
,«Netzkunst provoziert die Kunstmuseen », site personnel, Zurich,
2001 –http://www.xcult.ch/texte/basting/01/museen.html
•BEARMAN(
Da
vi
d)
,« Use of Advanced Digital Technology in Public Places », in Archives
and Museum Informatics, Toronto, 6ème année, n°3, automne 1992.
•BERWI
CK (
Ca
r
l
y
)
,«Thene
w ne
w-media blitz: digital art, in all its forms, is gaining
prominence among artists, curators, and audiences », in ARTnews, New York, vol. 100,
n°4, avril 2001, pp.112-116 –http://www.artnewsonline.com/pastarticle.cfm?art_id=894
•BRAKE(
J
a
ne
)
,« Commissioning for the Internet »,r
é
s
uméd’
unt
r
a
va
i
làl
aMa
nc
he
s
t
e
r
University, sd. – http://www.artdes.mmu.ac.uk/interactivearts/workontheweb/reacharch
%20and%20nots/information/commissioning_for_the_internet.htm
140
•BREI
TZER (Frith), « Digital art comes into the museum », in Adobe.com, 21 juin 2001.
•CARLSON (
Sc
ot
t
)
,« Museums Seek Methods for Preserving Digital Art », in The
Chronicle of Higher Education, Washington, 28 mai 2002.
http://chronicle.com/free/2002/05/2002052802t.htm
•COHEN (
Al
l
i
s
onG.
)
,« The Art of the Net », supplément de Legal Times, Washington, 17
juin 2002 –http://cov.com/publications/294.PDF
•COOK(
Sa
r
a
h)
,« Toward a theory of the practice of curating new media art », in Beyond the
box: Diverging curatorial practices, sld. de Melanie Townsend, Banff, Banff Centre Press,
2003, pp.169-182.
•COOK (
Sa
r
a
h)
,« Has curating killed net.art? », in Ar
t
i
s
t
s
’
Newsletter, Londres, n°58, mai
2000 –http://absoluteone.ljudmila.org/sarah_cook1.php
•CROWE(Jennifer), « An Interview with Steve Dietz », in Intelligent Art, New York, volume
3, n°1, 2003.
http://www.intelligentagent.com/archive/v03%5B1%5D.01.curation.crowe.pdf
•DI
ETZ (
St
e
ve
)
,« Interfacing the Digital », in Archimuse, Toronto, rubrique ‘
Papers
Museums a
ndt
heWe
b’
,2003.
http://www.archimuse.com/mw2003/papers/dietz/dietz.html
•DI
ETZ(
St
e
ve
)
,« Curating new media », in Words of wisdom: a curator's vade mecum on
contemporary art, sld. de Carin Kuoni, New York, Independant Curators
International, 2001, pp.49-52.
•DI
ETZ(
St
e
ve
)
,« Curating (on) the Web », in Archimuse, Toronto, 26 mars 1998.
http://www.archimuse.com/mw98/papers/dietz/dietz_curatingtheweb.html
•FROHNE(
Ur
s
ul
a
)
,« Old art and new media: The contemporary museum », in Afterimage,
New York, septembre et octobre 1999.
•GOLONU (
Be
r
i
n)
,« A conversation with Benjamin Weil », in Artweek, Palmyra, 31ème
année, n°5, 2000, pp.17-18.
•GRAHAM (
Be
r
y
l
)
,« Fun [does not equal] pleasure: Games and interactive computer-based
art in mainstream galleries », in Mariosofia: Elektronisten pelien kulttuuri (Mariology:
Electronic game culture), s
l
d.d’
Er
kkiHuht
a
mo,He
l
s
i
nki
,Ga
ude
a
mus
,2002.
•GRAHAM (
Be
r
y
l
)e
tCOOK (
Sa
r
a
h), « Curating new media: Net and not net », in Art
Monthly, Londres, novembre 1999, pp.44-45.
•GRAHAM (
Be
r
y
l
)
,« A study of audience relationships with interactive computer-based
visual artworks », in Leonardo, Cambridge, MIT Press, 32ème année, n°4, 1999, pp.326328.
141
•GREENE(
Ra
c
he
l
)
,SUTTON (Gloria) et FULLER (Matt), « Voiceover », in Afterimage,
New York, mars et avril 2002.
•GROYS(
Bor
i
s
)
,« Das Museum im Zeitalter der Medien », in Logik der Sammlung. Am
Ende des musealen Zeitalters, sld. de KRUGER (Michael), Munich et Vienne, Editions
Akzente, 1997.
•HECK (
Pe
t
r
a
), « Interview with Tilman Baumgaertel », in Rhizome, New York, 13 février
2000 –http://www.rhizome.org/print.rhiz?1635
•HUFFMAN (Kathy Rae), « Curating and Conserving New Media - A Workshop Presented
by the Banff Multimedia Institute and the Walter Phillips Gallery », in Telepolis, Hanovre,
28 juin 1998 –http://www.heise.de/tp/english/pop/event_2/4114/1.html
•IPPOLITO (Jon), « The Museum of the Future: A Contradiction in Terms? », in Artbyte,
Londres, juin-juillet 1998 –reprint in le s
i
t
e‘
Va
r
i
a
bl
eMe
di
a
’
:
http://www.three.org/variablemedia/vm_concept.html
•J
ANA (
Re
e
na
)
,«Restoring the Sistine Website », in Wired News, San Francisco, 22 mars
2001 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,42493,00.html?tw=wn_story_related
•KI
TTLER(Friedrich), « Museums on the Digital Frontier », in le catalogue The End(s) of
the Museum, Fundació Antoni Tàpies, Barcelone, 1996, pp.67-81.
http://www.bard.edu/hrp/keenan/introduction.htm
•KUCHI
NSKAS(
Sus
a
n)
,« Museums Add Web Sites to Collections », in Wired News, San
Francisco, 12 février 1997 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,2009,00.html
•LASKY(
J
ul
i
e
)
,« 4 Breakthrough Net-Artists break into museums. But what do you do with
art on the Web after Napster? », in DigitalAll, New York, sd. –http://www.samsung.com/
DigitAll/brandcampaign/magazinedigitall/web_summer/feature2/feature2.htm
•MAHONEY (
El
i
s
a
be
t
h)
,«The 21st-century artform », in The Guardian, Manchester, 21
septembre 2001.
http://www.guardian.co.uk/21stcenturyarts/story/0,1319,554637,00.html
•MAYFI
ELD (
Ke
ndr
a
)
,«How t
op
r
e
s
e
r
vedi
g
i
t
a
la
r
t»
,i
nWired News, San Francisco, 23
juillet 2002 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,53712,00.html
•MI
RAPAUL(
Ma
t
t
he
w)
,« Putting a Price Tag on Digital Art », in The New York Times
Cybertimes, 19 novembre 1998.
http://www.nytimes.com/library/tech/98/11/cyber/artsatlarge/19artsatlarge.html
•MI
RAPAUL (
Ma
t
t
he
w)
,« Leading Art Site Suspended », in The New York Times
Cybertimes, 3 mars 1998 –http://search.nytimes.com/books/search/bin/fastweb?getdoc
+cyber-lib+cyber-lib+20071+0+wAAA+adaweb
• MORI
CE (
Anne
-Marie), « Cons
e
r
ve
r
,e
xpos
e
r
,r
e
s
t
a
ur
e
rl
e
s œuvr
e
si
ns
t
a
bl
e
s», in
Synesthésie, Saint-Ouen, 14 octobre 2003.
http://www.synesthesie.com/index.php?id=1366&table=textes
142
•MULLER (
KLAUS)
,«Going Global: Reaching Out for the Online Visitor », in Museum
News, Washington, vol. 81, n°5, septembre-octobre 2002.
http://www.xs4all.nl/~kmlink/09newarticles/03reachingout.htm
•OLSON(
Ma
r
i
s
aS.
)
,« Net Art: Hard to hold », in Wired News, San Francisco, 29 novembre
1999 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,32658,00.html
•POLLACK(
Barbara), « Mouse trap », in Artnet, New York, 7 mai 2001.
http://www.artnet.com/Magazine/reviews/pollack/pollack5-7-01.asp
•REENA(
J
a
na
)
,« Is New Media Art Collectible? », in Wired News, San Francisco, 24 mars
1998 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,11161,00.html
•RI
NEHART (
Ri
c
ha
r
d)
,« The Straw that Broke the Muse
um’
sBa
c
k–Collecting and
Preserving Digital Media Art Works for the Next Century » in Switch, San Jose State
University, 14 juillet 2000.
http://switch.sjsu.edu/~switch/nextswitch/switch_engine/front/front.php?artc=233
•ROULEAU (
Ma
r
t
i
ne
)
,«Conserver la virtualité », in Vie des arts, Montréal, été 2003,
r
ubr
i
que‘
Cy
be
r
c
ul
t
ur
e
’
,p.
67.
•SAUL(
Ant
on)
,«Ne
tg
a
i
ns
:ar
oundt
a
bl
eonne
w-media art », in Artforum, New York, vol.
39, n°7, mars 2001, pp.118-125 et 159.
•SCHLEI
NER (
Anne
-Marie), « Curation fluidities and oppositions among curators, filter
feeders, and future artists », in Intelligent Agent, New York, 2003.
http://www.intelligentagent.com/archive/Vol3_No1_curation_schleiner.html
•SEYDEL(
J
or
i
nde
)
,« The Exhibition as Emulator », in Mediamatic, Amsterdam, n°10#1,
2000 –http://www.mediamatic.nl/magazine/10_1/seijdel_exhibition/seydelem_2gb.html
•WARD (
Os
s
i
a
n)
,« What are institutions doing about art on the Internet? », in The Art
newspaper.com, Denville, 2002.
http://www.theartnewspaper.com/news/article.asp?idart=5391
•X,«Net Art Exhibitions », in le site Artport, New York, Whitney Museum, 2002.
http://www.whitney.org/artport/resources/netartexhibitions.shtml
•X,«Abs
ol
uta
ng
e
lpr
og
r
a
m ma
ke
sgr
a
nt
st
odi
g
i
t
a
la
r
t
spr
og
r
a
ms»
,i
nPhilanthropy news
digest, New York, vol. 5, n°45, 9 novembre 1999.
C –Colloques, lectures, séminaires et conférences (par ordre chronologique)
•Echoes of Art: Emulation As a Preservation Strategy, symposium, New York, Solomon R.
Guggenheim Museum, Peter B. Lewis Theater, 8 mai 2004.
http://variablemedia.net/e/seeingdouble
143
•British New Media Art, conférence, Londres, Tate Britain Auditorium, 3 avril 2004.
http://www.tate.org.uk/britain/eventseducation/artnewmedia
•Le net art: circulation, diffusion, conservation, colloque, Valence, CRAC, 16 et 17 janvier
2004 –http://www.crac.asso.fr/multimedia/colloque/colloque.htm
•Archiving the Avant-Garde: Preserving Digital / Media Art - A Free Public/Professional
Symposium, Berkeley, PFA Theater, 12 novembre 2003.
•Développer la recherche et la création artistique avec le numérique - L'exemple des centres
d'arts numériques en Europe, colloque, Paris, Théâtre de la Gaité Lyrique, 26-28
septembre 2003.
•Museums and the web 2003: selected papers from an international conference, sld. de David
Bearman et Jennifer Trant, Pittsburgh, 19-22 mars 2003.
•Positionnement des musées face à l'émergence de nouvelles expressions et transversalités,
lecture de Valery Grancher, Paris, Fondation Cartier, 18 mars 2003.
http://www.nomemory.org/conf/data/conf4.html
•Session 5: Le Net art dans le cadre muséal, les circuits marchands et institutionnels à
l'heure de la mondialisation, discussion modérée par Pierre Restany, Paris, Centre
Français du Commerce Extérie
ur
,3
0nove
mbr
e2002(
da
nsl
ec
a
dr
eduf
e
s
t
i
va
l‘
Ar
t
mé
di
a
VI
I
I
’
)–http://www.olats.org/setF11.html
•Bits of Culture, New Projects Linking the Preservation and Study of Interactive Media,
séminaire co-organisé par le Goethe Institute San Francisco, les Stanford University
Libraries et le Stanford Humanities Laboratory, tenu à la Stanford University, au Albert
M. Bender Room et à la Cecil H. Green Library, 7 octobre 2002.
•Art Museum in a Wired Context, esse
nt
i
e
l
l
e
me
ntl
’
intervention d’
Anni
kaHa
ns
s
on‘
Virtual
Museums and Public Understandings of Science and Culture’
, Stockholm, 26-29 mai 2002
http://www.nobel.se/nobel/nobel-foundation/symposia/interdisciplinary/ns120/lectures/
hansson.pdf
•Cy
c
l
edet
r
ois conférences au Guggenheim Museum de New York:
- Art in a Networked Space, Sackler New Media Theater, 18 mars 2002.
- Who Controls New Media? Open Art in Closed Systems, Peter B. Lewis Theater, 21
mars 2002.
- Collecting the Uncollectable, Sackler New Media Theater, 9 avril 2002.
•Network Cultures, Networked Arts Practice and Commissioning/Curating Networks,
Glasgow, CCA, 30 novembre - 1er décembre 2001.
•On the Presentation of Online Art In Physical Space, discussion dans le cadre de
l
’
e
xpos
i
t
i
on‘
Dystopia + Identity in the Age of Global Communications’
, 6 janvier 2001.
http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-bold-0102/msg00600.html
•How Net Art Is Being Assimilated by Mainstream Institutions, lecture prononcée par Mark
Tribe, Berkeley, Dickson Art Center, 29 octobre 2001.
144
•Real Life: Virtual Experiences –new connections for museum visitors, congrès organisé par
le MCN/CIMI, Cincinnati, 24-27 octobre 2001.
Programme au: http://www.mcn.edu/mcn2001/mcn_confinfo.html
•About the collection, preservation and presentation of bits and bytes, lecture de H. Dieter
Huber, lors du colloque ‘
Unde
rc
ons
t
r
uc
t
i
on:a
r
t
.
ne
t
.
dor
t
mund.
de
’
,Ac
a
de
mi
ede
sAr
t
s
visuels de Stuttgart, 19 mai 2001 –http://art.net.dortmund.de/eng/per/hu_4fr.html
•Curating New Media, séminaire, Gateshead, 10-12 mai 2001 –Actes in Curating New
Media, sld. de Sarah Cook, Beryl Graham and Sarah Martin, Gateshead, Baltic Centre for
Contemporary Art, Coll. B.Read, n°6, 2002.
•About the collection, preservation and presentation of bits and bytes, lecture donnée par
Hans Dieter Huber lors de la conférence under construction: art.net.dortmund.de,
Stuttgart, Auftrag der Staatlichen Akademie der Bildenden Künste, 19 mai 2001.
http://www.hgb-leipzig.de/ARTNINE/huber/aufsaetze/bits.html
•Momentum forum on digital arts practice, débat entre Sara Diamond, Clive Gillman, and
Matt Locke, DA2, Bristol, 19-21 avril 2001 –http://www.da2.org.uk/momentum/
•Digital Dialogues: Curating Byte-Based Art, symposium, San Francisco, SFMOMA, SFAI
Lecture Hall, 17 mars 2001.
http://www.sanfranciscoart.edu/database/SFAI_Events_detail.asp?id_event=256
•Preserving the Immaterial: a Conference on Variable Media, séminaire, New York,
Guggenheim Museum, printemps 2001.
•Rencontre internationale sur les arts, la science et l'industrie: Souillac II, organisée par la
Fondation Daniel Langlois et le Laboratoire de langage électronique de l'École d'art de
Cergy, 2000 –http://www.fondation-langlois.org/flash/f/stage.php?NumPage=110
• Me
e
t
i
ngannue
ldel
’
Ame
r
i
c
anI
ns
t
i
t
ut
ef
orCons
e
r
v
at
i
on, Philadelphie,
8-13 juin 2000.
Informations au: http://palimpsest.stanford.edu/byform/mailing-lists/cdl/2000/0373.html
•Networks and markets, forum online or
g
a
ni
s
épa
rl
’
I
ns
t
i
t
ut
eofI
nt
e
r
na
t
i
ona
lVi
s
ua
lAr
t
s
(Londres) et la X Art Foundation (New York), 13 mars - 23 mai 2000.
Programme visible au: http://www.blast.org/agencies/inivablast/
•Archiving the Web, Londres, Institute of Contemporary Art, 13 février 1999.
•Deuxièmes rencontres francophones nouvelles technologies et institutions muséales,
Montréal, 1999 (actes publiés à Montréal, Société des musées québécois, 1999).
•Curating and Conserving New Media, colloque organisé par le Banff Multimedia Institute et
la Walter Phillips Gallery –rapport rédigé par Kathy Lee Huffman, reprint in Heise
Zeitschriften, Hanovre, 28 juin 1998.
http://www.google.fr/search?q=cache:0FmMhEL2GfkJ:www.heise.de/tp/english/pop/even
t_2/4114/1.html+barbara+london+moma&hl=fr&ie=UTF-8
145
•Rencontres francophones nouvelles technologies et institutions muséales, Dijon, Palais des
Congrès, 18-19 mars 1998.
•Museum and the Web, colloque organisé par Archives & Museum Informatics, Los
Angeles, 16-19 mars 1997.
D–Listes de discussions
•‘
Ambit’(liste gérée par le New Media Scotland, sur les actions en Grande-Bretagne).
http://www.mail-archive.com/[email protected]/
•‘
EAT-Ra
w’(
l
i
s
t
eg
é
r
é
epa
rl
eWa
l
ke
rAr
tCe
nt
e
rdeMi
nne
a
pol
i
s
)
.
http://maillist.walkerart.org/pipermail/eat-cooked/
•‘
Empy
r
e
’(
l
i
s
t
eg
é
r
é
epa
runec
ommuna
ut
éa
us
t
r
a
l
i
e
nnee
ta
xé
ea
ut
ourde
spr
a
t
i
que
s
artistiques sur Internet, depuis janvier 2002).
http://lists.cofa.unsw.edu.au/pipermail/empyre/
•‘
ESpe
c
t
r
a
’(
a
r
c
hi
ve
sduMuseum Computer Network, Ottawa, de 2000 à 2002).
http://www.mcn.edu/eSpectra/index.html
•‘
Fibre Culture’(forum, entre autre, sur les new media arts).
http://www.fibreculture.org/
•‘
Nettime’(sur les pratiques des new media arts).
http://www.nettime.org
•‘
New-media-curating’(liste modérée par Beryl Graham et Sarah Cook, depuis février 2001).
http://www.jiscmail.ac.uk/lists/new-media-curating.html
•‘
Re
a
de
r
-l
i
s
t
’(
dé
ba
t
ss
url
e
smé
di
a
st
r
a
di
t
i
onne
l
se
tr
é
c
e
nt
s
,de
pui
smars 2001).
http://mail.sarai.net/pipermail/reader-list
•‘
Rohrpos
t
’(en allemand, sur la culture des médias digitaux et sur le Net).
http://post.openoffice.de/cgi-bin/mailman/listinfo/rohrpost
•‘
Rol
ux’(liste modérée, critiques des medias arts).
http://rolux.org/lists/main.html
•‘
SPECTRE’(
medias arts et culture en Europe, depuis août 2001).
http://coredump.buug.de/cgi-bin/mailman/listinfo/spectre
•‘
Syndicate’(discussions entre des conservateurs, théoriciens et artistes des medias arts en
Europe, Amsterdam, depuis 1996) –http://anart.no/sympa/info/syndicate
146
SITUATION EN AMERIQUE DU NORD
Généralités et contexte historique
•COUCHOT(
Edmond)e
tHi
l
l
a
i
r
e(
Nor
be
r
t
)
,L’
Ar
tnumé
r
i
que–comment la technologie
v
i
e
ntaumondedel
’
ar
t
, Paris, Flammarion, 2003, pp.172-176.
‘
Ar
c
hi
vi
ngt
heAva
nt
-g
a
r
de
’
•The NINCH Guide to Good Practice in the Digital Representation and Management of
Cultural Heritage Materials, étude co-r
é
di
g
é
epa
rl
’
Humanities Advanced Technology
a
ndI
nf
or
ma
t
i
onI
ns
t
i
t
ut
e(
HATI
I
)
,l
’
Uni
ve
r
s
i
t
édeGlasgow, et la National Initiative for
a Networked Cultural Heritage (NINCH), octobre 2002.
http://www.nyu.edu/its/humanities//ninchguide/
•X,Archiving the Avant-Garde: Documenting and Preserving Variable Media Art, sd.
http://www.bampfa.berkeley.edu/about_bampfa/avant_garde.html
•X,«Archiving the Avant Garde », rapport du Preserving, Archiving and Dissemination
(PAD), Los Angeles, sd.
http://www.eliterature.org/pad/content/related_projects/aag.php
A –Côte Est
A.1 –MoMA
•Dos
s
i
e
r documentaire, Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD THE
MUSEUM OF MODERN ART 00016541 C].
•« AnI
nt
e
r
ne
tTi
me
l
i
neoft
hemovi
ngi
ma
g
e
,TonyOur
s
l
e
r
’
swe
bs
i
t
e
,Ti
me
s
t
r
e
a
m,i
sf
i
r
s
t
in a new series of online artists projects commissioned by the Museum of Modern Art »,
dossier de presse, janvier 2001.
http://www.moma.org/about_moma/press/2001/timestream12_2_01.html
•COOK(
Sa
r
a
h)
,« Interview with Barbara London, MoMA –except –re media lounges »,
interview donnée le 22 mars 2001 –reprint i
nl
al
i
s
t
e‘
Ne
w-Media-Cur
a
t
i
ng
’
,23oc
t
obr
e
2001
–
http://www.jiscmail.ac.uk/cgi-bin/wa.exe?A2=ind0110&L=new-mediacurating& P=R573&I=-1&X=54297F168AFD6284C4&Y=zeusdu38%40aol%2Ecom
•GULAN(
Ge
nc
o)
,« Interview de Barbara London », in NY Arts Magazine, 2000.
http://nyartsmagazine.com/43/20.html
147
•LONDON(Barbara), « Digital Art Takes Shape at MoMA », in Leonardo, Cambridge,
MIT Press, vol. 34, n°2, 2001.
http://muse.jhu.edu/journals/leonardo/v034/34.2london.html
•SZEKERES(
Andrea), « [artinfo] The Museum of Modern Art », email envoyé à la liste
dedi
f
f
us
i
on‘
i
nf
[email protected]
-f
l
ux.
c
om’
,1
6f
é
vr
i
e
r2001.
http://lists.c3.hu/pipermail/artinfo/2001-February/000032.html
A.2 –Whitney Museum
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fonda
t
ion Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD WHITNEY
MUSEUM OF AMERICAN ART 00011004 C].
•COOK (
Sa
r
a
h)
,«Conversation re data dynamics and Artport with Christiane Paul »,
interview du 28 mars 2001, reprint i
nl
al
i
s
t
ededi
s
c
us
s
i
ons‘
Ne
wMe
di
aCur
a
t
i
ng
’
,2
0
août 2000 –http://www.jiscmail.ac.uk/cgi-bin/wa.exe?A2=ind0108 &L= new-mediacurating&P=R1162&I=-1
•KI
VATI
NETZ(
Ma
ga
l
i
)
,«Artport: The Whitney as a Digital Museum –The Whitney of
Ame
r
i
c
a
nAr
t
’
sNe
tAr
tI
ni
t
i
a
t
i
ve
,
a
ndi
t
sl
a
t
e
s
tonl
i
nee
xhi
bi
t
i
on,
CODe
DOC», sd.
http://www.interactiva.com.ar/maga/artport.pdf
•LECHER(
Ma
r
i
e
)
,«Le plus simple appareil », in Libération, Paris, 19 septembre 2003.
http://www.epidemic.ws/biennale_press/double-blind_press/Lib%E9ration.htm
•MI
RAPAUL(
Ma
t
t
he
w)
,«Now Anyone Can Be in the Whitney Biennial », in The New
York Times on the Web, 23 mars 2000.
Reprint in: http://www.rtmark.com/more/articles/whitneymirapaul.html
•REENA (
J
a
na
)
,«Whitney Speaks: It Is Art », in Wired News, San Francisco, 23 mars
2000 http://www.wired.com/news/culture/0,1284,35157,00.html?tw=wn_story_related
•X,«Net art brings 'geekdom' to the Whitney: Experimental hangs with traditional at
contemporarty New York museum », in CNNFry, New York, r
ubr
i
que‘
Ne
ws
’
,20a
vr
i
l
2000 –http://www.cnn.com/2000/fyi/news/04/19/whitney/
A.3 –The Solomon R. Guggenheim Museum
• Communiqué
de presse « The Daniel Langlois Foundation and the Guggenheim Museum
launch the book permanence trough change: the variable media approach », reprint in la
liste de discuss
i
ons‘
Re
a
de
r
-Li
s
t
’
,7 mai 2003.
http://mail.sarai.net/pipermail/reader-list/2003-May/002754.html
•
Dossier de presse, « Solomon R. Guggenheim Museum to launch Internet Art
Commissions on February 18, 2002 ».
http://www.guggenheim.org/press_releases/internet_art.html
148
•BAILLARGEON (Stéphane), « Conserver le changement: la fondation Daniel Langlois et
le musée Guggenheim proposent un système révolutionnaire de conservation des
‘
œuvr
e
sva
r
i
a
bl
e
s
’», in Le Devoir, Montréal, 8 mai 2003.
•CHEANG (Shu Lea), « Launching Brandon », in la liste de diffusion ‘
Nettime’
,
Amsterdam, le 24 juin 1998.
http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-9806/msg00076.html
•COHEN (Allison G.), « The Art of the Net », supplément de Legal Times, Washington,
17 juin 2002 –http://cov.com/publications/294.PDF
•
IPPOLITO (Jon), « The Variable Media initiative at the Guggenheim », in D-Lib
Magazine, Reston, vol 7, n°5, mai 2001 –http://www.dlib.org/dlib/may01/05inbrief.html
•
MIRAPAUL (Matthew), « Arts online: Getting Tangible Dollars for an Intangible
Creation », in New York Times, 18 février 2002.
http://www.nytimes.com/2002/02/18/arts/design/18ARTS.html
•NAPI
ER (
Ma
r
k)
,« Preserving the Immaterial: A Conference on Variable Media »,
discours prononcé au Solomon R. Guggenheim Museum, New York, 31 mars 2001,
reprint i
nl
es
i
t
e‘
va
r
i
a
bl
eme
di
aa
ppr
oa
c
h’
.
http://www.variablemedia.net/f/preserving/html/var_pre_napier.html
•REENA(
J
a
na
),«TheGugge
nhe
i
m'
sne
wl
e
g
a
c
ys
y
s
t
e
m»
,i
nWired, San Francisco, vol.
9, n°10, octobre 2001, p.64.
http://www.wired.com/wired/archive/9.10/mustread.html?pg=3
•SI
LBERMAN (
St
e
ve
)
,« Guggenheim Goes Digital », in Wired News, San Francisco, 10
juillet 1998 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,13648,00.html
•SPI
NGARN-KOFF (Jason), « Guggenheim Going Virtual », in Wired News, San
Francisco, 9 juin 2000 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,36741,00.html
•X,«Cr
é
e
rl
'
a
r
tdec
ons
e
r
ve
rl
e
sœuvr
e
s périssables », in Le Soleil, Montréal, 3 juin 2002,
p.B3.
•X,«Gugge
nhe
i
mt
oc
ol
l
e
c
tonl
i
nea
r
t»
,i
nFlash Art, New York, n°224, mai et juin 2002,
p.70.
•X,«Mé
di
a
sva
r
i
a
bl
e
se
tpa
t
r
i
moi
nec
ul
t
ur
e
l»
,i
nLe Devoir, Montréal, 19 mars 2002,
p.B8.
•X,«LeGugg
e
nhe
i
me
tl
af
onda
t
i
onDa
ni
e
lLa
ng
l
ois créent un réseau de conservation des
nouveaux médias », in Le Lien multimédia, Montréal, vol. 8, n° 10, 18 mars 2002, p.3.
149
A.4 –Dia Center for the Arts
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fonda
t
i
on Da
ni
e
lLa
ng
l
oi
s
, Montréal, sd. [Côte: DD DIA
CENTER FOR THE ARTS 00015496 C].
•Dos
s
i
e
rdepr
e
s
s
e«Dia Center for the Arts forms alliance with Stadium », 26 février 1999
http://www.diacenter.org/dia/press/stadium.html
•BAUMGARTEL (
Ti
l
ma
n)
,« Netzkunst bei der Dia Art Foundation: Jesus mit dem
Hirsch», in Telepolis, Hanovre, 15 mai 1997.
http://www.heise.de/tp/deutsch/inhalt/sa/3079/1.html
•GALLOWAY(
Al
e
x)
,« James Buckhouse with Holly Brubach », in Rhizome, New York,
19 février 2002 –http://www.rhizome.org/thread.rhiz?thread=1907&text=3249
•LAMONTAGNE(
Va
l
é
r
i
e
)
,«Le Web du Dia Art Center », in Archée, Montréal, section
‘
c
r
i
t
i
que
s
’
,oc
t
obr
e2000.
http://www.archee.qc.ca/ar.php?page=article&section=texte&no=132&note=ok&PHP
SESSID=ae8ea2cfc3f02c2a0fdec02c235b0e8e#1
•LAPORTA (
Ti
na
)
,«Wome
ni
nNe
w Me
di
a
:Sa
r
aTuc
ke
r»
,di
s
c
us
s
i
onl
or
sdel
a‘
16t
h
Wome
ni
nt
heAr
t
sConf
e
r
e
nc
e
’(
s
pons
or
i
s
é
epa
rl
’
Institute for Research on Women de
la Rutgers University), reprint sur le site personnel de Tina Laporta, 18 mai 1998.
http://users.rcn.com/laporta.interport/tucker.html
A.5 –Smithsonian American Art Museum
•Dos
s
i
e
rdepr
e
s
s
edumus
é
e« Winners of the Smithsonian American Art Museum's New
Media/New Century Award Announced », sd.
http://americanart.si.edu/press/pr_archive/pr-awardwinners.cfm
•Dos
s
i
e
rdepr
e
s
s
edumus
é
e
,« New Media/New Century Award Established for Online
Landscape Project », 15 août 2000 –http://americanart.si.edu/press/pr_archive/prnewmediaaward.cfm
•Dos
s
i
e
rdepr
e
s
s
edumus
é
e
,« Smithsonian American Art Museum Expands Virtual
Audience », 2 mars 2001 –http://americanart.si.edu/press/pr_archive/pr-webvisits.cfm
•BERNARD (Cindy), « Statement on web works and projections+sound », in son site
pe
r
s
onne
l
,r
ubr
i
que‘
we
bwor
ks
’
,s
d.
http://www.sound2cb.com/statements/bernardhammer.shtml
•X,« Winners of the Smithsonian American Art Museums New Media-New Century
Award Announced », in Absolutearts.com, Columbus, 8 janvier 2001.
http://www.absolutearts.com/artsnews/2001/01/08/27913.html
150
A.6 –Rhizome.org
•Dé
c
l
a
r
a
t
i
o
nd’
i
mpôtdeRhi
z
ome
.
or
g¸2000.
http://www.rhizome.org/info/Rhizome_2000_990.pdf
•Dos
s
i
e
rd’
a
r
c
hi
ve
s
,Fonda
t
ion Daniel Langlois, Montréal, sd [côte inconnue].
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD RHIZOME.
ORG: RHIZOME ARTBASE 00010483 P].
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fonda
t
i
on Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD RHIZOME.
ORG 00007145 C].
•D.(
A.
)
,«Rhi
z
ome
.
or
g: Rhizome ArtBase », in le site de la Fondation Langlois, Montréal,
2000 –http://www.fondation-langlois.org/flash/f/stage.php?NumPage=287
• HWANG (Francis),
« Commissions », in le site de Rhizome, New York, 2004.
http://rhizome.org/commissions/2004_voting.rhiz
•
KABATOFF (Michael), « Unforgiving memory and The human generosity project,
symposia at the Banff New Media Institute, Canada, 22-29 August 2001 », in
Convergence, Université de Luton, vol. 8, n°1, printemps 2002, pp.106-112.
•
KOVACEVIC (Vladimir), « After Rhizome », message laissé in la liste de discussions
‘
Nettime’
, 6 mars 2003 – http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l0303/msg00038.html
• KOVACEVIC
(Vladimir), « After Rhizome - One year later », 6 février 2004.
http://www.netzwissenschaft.de/kuenst.htm
• MIRAPAUL
(Matthew), « New Museum Joins Forces with Artists' Web Site », in The New
York Times, 30 septembre 2003.
http://www.nytimes.com/2003/09/30/arts/design/30DIGI.html
•MI
RAPAUL(
Ma
t
t
he
w)
,«Digital Artworks That Play against Expectations », in The New
York Times, 30 septembre 2002.
http://www.nytimes.com/2002/09/30/arts/design/30ARTS.html
•MI
RAPAUL(
Ma
t
t
he
w)
,«De
l
a
y
sc
ont
r
i
but
et
oal
a
c
kl
us
t
e
ry
e
a
rf
ordi
g
i
t
a
la
r
t»
,i
nThe New
York Times, 23 décembre 1999.
•MI
RAPAUL(
Ma
t
t
he
w)
,«Ar
ts
i
t
et
a
ke
spl
ungei
nt
onot
-for-profitability », in The New York
Times, 2 avril 1998.
http://www.nytimes.com/library/tech/98/04/cyber/artsatlarge/02artsatlarge.html
•RI
NEHART(
Ri
c
ha
r
d)
,«Pr
e
s
e
r
vi
ngt
heRhi
z
omeAr
t
Ba
s
e»
,i
nRhizome.org, New York,
2002 –http://rhizome.org/artbase/report.htm
•SCHAUER(
Pe
t
e
r
)
,« Interview with Alex Galloway », in The Art Newspaper, New York,
avril 2001 –http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=1732&text=2353
151
•SONDHEI
M(
Al
a
n)
,« Objet: [extreme] now: Rhizome.org Net-Art Commissions (fwd) »,
in le groupe de di
s
c
us
s
i
on‘
fa.fiction-of-philosophy’
,27nove
mbr
e2001.
http://groups.google.fr/groups?q=Whitney+Museum+net-art&hl=fr&lr=&ie=UTF8&selm=fa.ogn88fv.mkgrh4%40ifi.uio.no&rnum=3
•THORESEN(
Bj
or
n)
,«Rhi
z
omeope
nsonl
i
nea
r
ta
r
c
hi
ve»
,i
nMotion Design Technology,
12 novembre 1999.
•TRI
BE(
Ma
r
k)
,«Rhi
z
omeAr
t
Ba
s
e
:Ar
c
hi
vi
ngne
ta
r
t», in Archimuse, Pittsburgh, 2000.
http://www.archimuse.com/mw2000/abstracts/prg_80000226.html
•TRI
BE(
Ma
r
k)
,« Rhizome: burn rate »,me
s
s
a
gel
a
i
s
s
éi
nl
al
i
s
t
ededi
f
f
us
i
on‘
ne
t
t
i
me
-l AT
bbs
.
t
hi
ng
.
ne
t
’
,23j
a
nvi
e
r2003.
http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-0301/msg00106.html
•WI
LLI
AMS(
Al
e
na
)
,«Rhi
z
ome
.
or
g», in L'approche des médias variables: la permanence
par le changement, publié par le Solomon R. Guggenheim Museum, à New York, et la
fondation Daniel Langlois, à Montréal, pp.39-41.
http://www.variablemedia.net/pdf/Williams.pdf
•X,« Commissions », in le site de Rhizome, New York, 2004.
http://www.rhizome.org/commissions/
•X,« Rhizome.org 2002 Net Art Commissions - October 2 - November 3, 2002 - Zenith
Media Lounge », in le site du New Museum of Contemporary Art, sd.
http://www.newmuseum.org/more_exh_rhiz_2002.php
•X,« Rhizome.org to affiliate with the New Museum of Contemporary Art », communiqué
de presse du New Museum, New York, 23 septembre 2003.
http://www.newmuseum.org/Press_Office/Press_Releases/Rhizome.htm
•X,« Call to Artists: Net Art Commissions », in Absolutearts.com, Columbus, 3 décembre
2001 - 15 janvier 2002 –http://www.absolutearts.com/artsnews/2001/12/03/29417.html
A.7 –Turbulence.org
•Rè
g
l
e
me
ntduc
onc
our
s‘
International Net.Art Competition’
,in le site de Turbulence, 2004.
http://www.turbulence.org/comp_04/guidelines.htm
•LAMONTAGE(
Va
l
é
r
i
e
)
,«Interview for MobileGaze », in MobileGaze, Montréal, 2001.
http://new-radio.org/helen/about/mobilegaze.html
•THORI
NGTON (Helen), « Tur
bul
e
n
c
e»
,i
nl
es
i
t
edel
’
El
e
c
t
r
oni
cAr
tCe
nt
e
r
,Linz, sd.
http://www.aec.at/en/archiv_files/19971/E1997_422.pdf
•X,« About Turbulence », in le site de Turbulence, sd.
http://turbulence.org/about/about.html
152
•X,«Le site Turbulence », in La Revue mensuelle - Robotique, vie artificielle, réalité
virtuelle, Paris, n°15, 2001.
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2001/15/turbulence.htm
B –Californie
B.1 –Museum of Contemporary Art (Los Angeles)
•Dos
s
i
e
rd
epr
e
s
s
e«Razorfish and MoCA launch expanded Museum Web Site », 11 avril
2002.
•X, « The persistence of hyperbole », in Rhizome, New York, sd. (mars 2002 ?).
http://rhizome.org/print.rhiz?3361
•X, « Digital Baldessari », in Art.net.com, New York, 21 juin 2001.
http://www.artnet.com/magazine/news/artnetnews/artnetnews6-21-01.asp
•X, « New online Art project », in Art.net.com, New York, 17 octobre 2001.
http://www.artnet.com/magazine/news/artnetnews/artnetnews10-17-01.asp
B.2 –SFMoMA
•BONETTI(
Da
vi
d)
,«High on tech: New-media artwork finally rises above novelty status »,
in San Francisco Chronicle, 3 juin 2001, p.54.
•GRAHAM (
Be
r
y
l
)
,« Curating New Media Art: SFMoMA and 010101 », in CRUMB,
Université de Sunderland, 2002.
http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/append/sfmomar.pdf
•GRAHAM (
Be
r
y
l
)
,« An interview with Benjamin Weil », in CRUMB, Université de
Sunderland, avril 2002 –http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/iweil.htm
•FERRER (
Luc
i
a
noA.
)
,« Fw: The New Architect: Art in Technological Times », email
e
nvoy
éàl
al
i
s
t
ededi
f
f
us
i
on‘
Ne
t
t
i
me
-l
a
t
’
,Ams
t
e
r
da
m,23ma
r
s2001.
http:/amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-lat-0103/msg00126.html
•KI
MARA (
Ly
nne
)& WI
NOGRAD (
Pol
l
y
)
,«SFMOMA unveiled redesigned, expanded
Web Site - Ne
wf
e
at
ur
e
si
nc
l
ude‘
e
.
s
pac
e
’onl
i
negal
l
e
r
y», in FineArt forum, vol. 14,
1999 –http://www.msstate.edu/Fineart_Online/Backissues/Vol_14/faf_v14_n03/reviews/
webby.html
•REENA(
J
a
na
)
,«We
i
l
'
swi
dewe
b:c
ur
a
t
orBe
nj
a
mi
nWe
i
lme
di
a
t
e
st
hemarriage of art and
technology at San Francisco's Museum of Modern Art », in ARTnews, New York, vol.
100, n°4, avril 2001, pp.60-62.
153
•WALLACE(
Ri
c
ha
r
dS.
)
,«[
a
l
i
c
e
bot
-general] agentruby at sfmoma », message adressé au
g
r
oupededi
s
c
us
s
i
ons‘
alicebot-general’
, 26 août 2002.
http://list.alicebot.org/pipermail/alicebot-general/2002-August/006209.html
B.3 –Art Museum (BAM) & Pacific Film Archive
•Commun
i
quédepresse « Valéry Grancher –An artwork for the BAM/PFA Web site –
october 4 through January 31 », reprint in la liste de diffusion ‘
Nettime’
, 12 septembre
1999
http://www.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-9909/msg00082.html
•BERWI
CK(
Ca
r
l
y
)
,« Screen Savers », in Artnews online, New York, septembre 2002.
http://www.artnewsonline.com/pastarticle.cfm?art_id=1170
•GALLAROTTI(
I
r
i
s
)
,«Valéry Grancher. NoMemory.org », in Paris-art.com, 20 septembre
2002 –http://www.paris-art.com/modules.php?op=modload&name=netart&file=travail
&id=382
•RI
NEHART(
Ri
c
ha
r
d)
,« Perspectives –Berkeley Art Museum/Pacific Film Archives », in
L'approche des médias variables: la permanence par le changement, publié par le
Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et la fondation Daniel Langlois
(Montréal), pp.25-27 –http://www.variablemedia.net/pdf/Rinehardt.pdf
•ZUCKERMANJ
ACOBSEN(
He
i
di
)
,« Ken Goldberg », sd.
http://www.ieor.berkeley.edu/~goldberg/art/ouija/catalog.pdf
C - Autres zones géographiques du continent nord-américain
C.1 –Walker Art Center
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
ntaire, Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD 00016304 C].
•Web Walker, revue, Minneapolis, sld. de Steve Dietz, n°1 à 21, mai 1999 (n°1) au 27 mars
2000 (n°21), archives en ligne:
http://www.walkerart.org/gallery9/webwalker/ww_032700.html
•Dos
s
i
e
rdepr
e
s
s
e
,« Walker Art Center forms new digital Art Study Collection First
Ac
qui
s
i
t
i
oni
sPi
one
e
r
i
ngWe
bSi
t
eAda
’
We
b», dossier de presse du centre, n°189, 20
novembre 1998 –http://www.walkerart.org/generalinfo/press1998/press_adaweb.html
•ATKI
NS(
Robe
r
t
)
,« State of the (Online) Art », in Art in America, New York, avril 1999.
http://www.findarticles.com/cf_dls/m1248/4_87/54432699/p1/article.jhtml?term=
•BOSMA (
J
os
e
phi
ne
)
,«I
nt
e
r
vi
e
w wi
t
hSt
e
veDi
e
t
z»
,i
nl
al
i
s
t
ededi
f
f
us
i
on‘
Ne
t
t
i
me
’
,18
janvier 2000 –http://www.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-0001/msg00092.html
154
•COOK(
Sa
r
a
h)
,« Open Letter To Kathy Halbreich, Director, Walker Art Center », pétition
rédigée le 6 mai 2003 –http://www.mteww.com/walker_letter/index.shtml
•CROWE (Jennifer), « An Interview with Steve Dietz », in Intelligent Agent, New York,
janvier 2003.
http://www.intelligentagent.com/archive/ v03%5B1%5D.01.curation.crowe.pdf
•DI
ETZ(
St
e
ve
)
,«Wa
l
ke
rAr
tCe
nt
e
r», in L'approche des médias variables: la permanence
par le changement, Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et Fondation Daniel
Langlois (Montréal), 2003 –http://www.variablemedia.net/pdf/Dietz.pdf
•DI
XON(
Pa
m)
,«Art for the Web –i
t
’
savi
s
ua
l
,vi
s
c
e
r
a
le
xpe
r
i
e
nc
e»
,i
nThe Dixon Report,
New York, 4 avril 1999 –http://www.pamdixon.com/april0499column.htm
•DUSSUEL (
Cha
nt
a
l
)
,«Un grand musée amér
i
c
a
i
ns
a
bor
des
ondé
pa
r
t
e
me
nt‘
nouve
a
ux
mé
di
a
s
’», in Transfert.net, Paris, 3 juin 2003 –http://www.transfert.net/a8907
•J
ANA(
Re
na
)
,« The Walker Goes for Digital Art », in Wired News, San Francisco, 24 avril
1999 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,16464,00.html
•J
OSSI(
Fr
ank), « The State of Digital Art », in Wired News, San Francisco, 24 avril 1999.
http://www.wired.com/news/culture/0,1284,19169,00.html
•KRAUS(
Ama
nda
)
,« The Walker's Cyber Collection », in Museum News, Washington,
mars - avril 1999.
•MALONEY(
J
a
ni
c
e
)
,« Museums Click on the Web, And the Favor Gets Returned », in The
New York Times, 21 avril 1999.
•X,Artists and communities at the crossroads: Walker Art Center annual report 2001-2002,
Minneapolis, Walker Art Center, 2002.
C.2 –Centre Oboro
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fonda
t
i
on Da
niel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD OBORO
00007132 C].
•CHAGNON (
J
oha
nne
)
,«En réseau et hors du commerce », in Archée, Montréal, section
‘
c
r
i
t
i
que
s–cy
be
r
c
ul
t
ur
e
’
,j
ui
n200
1–http://archee.qc.ca/ar.php?page=imp&no=161
•DASKALOVA (
Ros
s
i
t
z
a
)
,«L'art et les nouvelles technologies à Montréal: à l'occasion de
l'ouverture de Technoboro », in Le Magazine électronique du CIAC, Montréal, n° 4,
février 1998 –http://www.ciac.ca/magazine/archives/no_4/magelectronique.html
•LAMARCHE(
Be
r
na
r
d)
,«Col
l
a
bo
r
a
t
i
ont
out
es
pé
c
i
a
l
e»
,i
nLe Devoir, Montréal, 11 mai
2000.
155
•X,«La
nc
e
me
ntdus
i
t
ee
tde
spr
oj
e
t
swe
b»
,i
nl
es
i
t
ed’
Obor
o,Mont
r
é
a
l
,r
ubr
i
que
‘
Évé
ne
me
nt
’
,2003-2004.
•X,Centres d'artistes: programmation automne 2003, Montréal, Ed. Regroupement des
centres d'artistes autogérés du Québec, 2003.
156
SITUATION EN EUROPE
Généralités
•Développer la recherche et la création artistique avec le numérique - L'exemple des centres
d'art numériques en Europe, colloque, Paris, Théâtre de la Gaité Lyrique, 26-28 septembre
2003.
•About the collection, preservation and presentation of bits and bytes, lecture de H. Dieter
Huber, lors du colloque ‘
Unde
rc
ons
t
r
uc
t
i
on:a
r
t
.
ne
t
.
dor
t
mund.
de
’
,Ac
a
de
mi
ede
sAr
t
s
visuels de Stuttgart, 19 mai 2001 –http://art.net.dortmund.de/eng/per/hu_4fr.html
A –Une initiative paneuropéenne: Virtual Centre Media Net (VCMN)
•CONNOR (Micheal), « Presenting the projects KOP- DIVE- BURN », in site du VCMN, sd.
http://fournos.netmode.ntua.gr/vcmn/collection/exhibitionPermanentCollection About.htm
•KOLIOPANOS (Yagos), « Virtual Centre Media Net », in Rhizome, New York, 2 janvier
2004 –http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=11618&text=22310#22310
•SANTORI
NAI
OS(
Ma
nt
hos
)
,«Interviews with VCMNet members », in le magazine online
du VCMN, n°2, janvier 2004 –http://fournos.netmode.ntua.gr/vcmn/magazine/article?
id=61&issueTitle=Magazine02&issueId=38
•X,«
Virtual Centre Media Net », in le site du Fournos Centre for Digital Culture, Athènes, sd.
http://www.fournos-culture.gr/English/NewsandEvents/vcmnet.html
•X,«Culture 2000 –exercise 2002 –17 Multi annual co-operation projects supported in the
field of Visual Arts », por
t
a
i
ldel
’
Uni
onEur
opé
e
nne
,11 décembre 2003.
http://europa.eu.int/comm/culture/eac/culture2000/pdf/projets2002/multi.pdf
B –Espagne
•BREA(José Luis), « Spanish New Media », in Rhizome, New York, 14 novembre 1997.
http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=936&text=943
B.1 –Mus
e
ud’
Ar
tCon
t
e
mpor
a
nideBa
r
c
e
l
ona(
MACBA)
•PARES (Narcis) et PARES (Roc), « MACBA En Línia », in The Annual Conference of the
Museum Computer Network, Ottawa, Museum Computer Network, 1996.
157
•REDONDO (
Ma
r
i
aCa
r
me
n)
,«El Museo de Arte Contemporáneo de Barcelona, MACBA,
espacio para el Net Art - MACBA expone Net Art en sus espacios físico y virtual », in le
s
i
t
edel
’
Uni
ve
r
s
i
t
éSa
nt
i
l
l
a
na
,Ma
r
t
e
s
,15ma
r
s2004.
http://mpd2003.gssi.es/user/template2/pages/articulo.php?id_seccion=13&id_articulo=113
&id_periodico=18
•X,« New MACBA website + Debate », in Rhizome, New York, 11 novembre 2003.
http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=11039&text=21357
B.2 –Me
di
aCe
nt
e
rd’
Ar
tiDi
s
s
e
ny(
MECAD)
•I
GLESI
AS(
Ri
c
a
r
do)
,«Ne
t
_c
ondi
t
i
onpr
oj
e
c
tr
e
f
e
r
e
nc
i
a
s»
,me
s
s
a
gedé
pos
éi
nl
ef
or
um
‘
f
or
[email protected]
kbx.
de
’
,Berlin, Haus der Kulturen der Welt, 24 septembre 1999.
http://www.hkw.de/forum/forum1/doc/sep-dec99/0924-1755-Iglesias
B.3 –Museo National Centro de Arte Reina Sofia
•X,«ELMUNDO pr
e
mi
a‘
l
apoé
t
i
c
a
’e
nI
nt
e
r
ne
t», in El Mundo, Madrid, pa
g
e‘
c
ul
t
ur
a
’
,18
février 2001 –http://www.el-mundo.es/2001/02/18/cultura/957007.html
•X,«EL MUNDO concede los premios Net-Art a las mejores obras difundidas en Internet »,
in El Mundo, Madrid, pa
g
e‘
c
ul
t
ur
a
’
,17f
é
vr
i
e
r2001.
http://www.el-mundo.es/elmundo/2001/02/17/cultura/982413747.html
•X,« EL MUNDO Net-Art Awards », in El Mundo, Madrid, sd.
http://alcazaba.elmundo.es/netart/netarten/basesobrasr.htm
B.4 –Araneum
•AHMAD(
Fa
i
s
a
l
)
,« Rhizome.org: For Immediate Release - ARANEUM Jury Announced »,
in Rhizome, New York, 19 novembre 2003.
http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=11179&text=21503
•AHMAD(
Faisal), « For inmediate release - - - Araneum - - - Extended application deadline
until January 2st 2004 », in Rhizome, New York, 12 novembre 2003.
http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=11463&text=21999
• MATALLANA (
Vi
nc
e
nt
e
)
, « For immediate release/ARANEUM/Art, Science and
Technology Award/Awarded by the Spanish Ministry of Science and Technology », in
Rhizome, New York, 15 octobre 2003.
http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=10686&text=20737
158
C –France
C.1 –Les initiatives du Ministère de la Culture
C.1.1 –DAP: Entrée Libre
•«19-20-21 mars 1999 –C’
e
s
tl
aFê
t
edel
’
I
nt
e
r
ne
t
,c
’
e
s
tl
af
ê
t
epourt
ousl
e
si
nt
e
r
na
ut
e
s
présents et futurs –toute la Culture est en fête », dossier du Ministère de la Culture et de la
Communication, Paris, n°45, 17 mars 1999.
http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/ lettre/dossiers/dossier45.pdf
•BLUESCREEN,«Re: Pour info/appel à participation/nomemory », message in le groupe
‘
f
r
.
r
e
c
.
a
r
t
s
.
pl
a
s
t
i
que
s
’
,17 f
é
vr
i
e
r2
002 –http://groups.google.fr/groups?hl=fr&lr=&ie=
UTF-8&selm=a4oa4m%24bgi%241%40wanadoo.fr&rnum=11
•BUREAUD(
Anni
c
k)
,«Morellet et Geers sauvent Entrée Libre », in OLATS, Montréal, mai
1999 –http://www.olats.org/reperes/online/entree_libre.shtml
•X,Bulletin du CAAP, Paris, n°16, septembre 1999 (reprint par Fred Forest in Mon Procès
contre Beaubourg, chap. ‘
Le mi
l
i
e
u de l
’
a
rt contemporain: dysfonctionnements et
f
onc
t
i
onne
me
nt
’
,
p.119)
– http://www.fredforest.org/proces/PC/Word6Win95/4Dysfonctionnement.doc
C.1.2 –FRAC PACA
•Ca
t
.Arta contemporana in Sudul Frantel, exposition itinérante en Roumanie, Saint-Tropez,
Art Concret, 1996.
•DEVAUTOUR(
Pa
ul
)
,t
e
xt
edel
at
é
l
é
c
onf
é
r
e
nc
epr
é
vuel
e28nove
mbr
e1996àSa
i
nt
-Denis,
da
ns l
ec
a
dr
el
'
e
xpos
i
t
i
on ‘
Ar
t
i
f
i
c
e
s 4’ (
non t
e
nue pour de
sr
a
isons techniques)http://www.labart.univ-paris8.fr/Actes/Devautour01.html#Nancy
•LUYCKX (
Fi
l
i
p)
,«Les rouages de la collection Yoon-Ja Devautour », in Sin-Lukasstichtig
vzw, Bruxelles, n°3, janvier 2000.
C.1.3 –FRAC Languedoc Roussillon
•BLANKART(
Ol
i
vi
e
r
)
,«Art & censure: le crochet X ? », in Le Sexe et les Arts, Paris, Ed.
Beaux Arts Magazine, mars 2004.
•FRESPECH (
Ni
c
ol
a
s
)
,« Une nouvelle lettre pour essayer de comprendre », Email envoyé
da
nsl
ec
a
dr
edudé
ba
t‘
Ar
te
nl
i
g
nee
tc
e
ns
ur
e
’
,reprint in Visuelimage, Paris, rubrique
‘
c
hr
oni
que
s
’
,23a
vr
i
l2002–http://www.visuelimage.com/ch/frespech/
159
•GAUGUET(
Be
r
t
r
a
nd)
,« Les Secrets Censurés de Nicolas Frespech ou comment Je ne suis
plus un site », in Archée,Mont
r
é
a
l
,s
e
c
t
i
on‘
Cy
be
r
c
ul
t
ur
e–Ent
r
e
t
i
e
ns
’
,a
vr
i
l2002.
http://archee.qc.ca/ar.php4?btn=texte&no=181&note=ok
•KOTAS(
Mi
c
he
l
)
,« Dernières nouvelles »,i
nl
es
i
t
edel
’
a
r
t
i
s
t
e
,l
e21j
a
nvi
e
r2002.
http://frespech.com/secret/lettre02.html
•MOREAU (Antoine), « J'y crois pas... », message laissé dans le groupe de discussions
‘
f
r
.
r
e
c
.
a
r
t
s
.
pl
a
s
t
i
que
s
’
,17ma
r
s2002–http://groups.google.fr/groups?q=tu+peux+me+dire
+tes+secrets+Nicolas+Frespech&hl=fr&lr=&ie=UTF-8&selm=1f96u2m.1gz0ipo5hbyss
N%25am%40antoinemoreau.net&
•RI
VOI
RE(
Anni
c
k)
,« Le FN pas fan du net art », in Libération, Paris, 15 mars 2002.
http://www.frespech.com/secret/articleliberation.html
C.2 –Centre Pompidou
•«Calin Man »,i
nl
es
i
t
eduCe
nt
r
ePompi
dou,r
ubr
i
que‘
c
onf
é
r
e
nc
e–débats –r
e
nc
ont
r
e
s
’
,
15 décembre 2003 –http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/0/CA0594998946
B2CAC1256DCE004BFFCB?OpenDocument&sessionM=2.6.2&L=1
•GAUGUET (
Be
r
t
r
a
nd)
,«Quelques notes sur intima.org d'Igor Stromajer », in le site
Intima.org d’
I
gorSt
r
oma
j
e
r
,oc
t
obr
e2003–http://www.intima.org/bfp.html
C.3 –Fondation Cartier
•« Verbarium », in le site des artistes Christa Sommer et Laurent Mignonneau, 1999.
http://www.iamas.ac.jp/~christa/WORKS/CONCEPTS/VERBARIUMConcept.html
•GALLAROTTI(
I
r
i
s
)
,«Valéry Grancher. NoMemory.org », in le site Paris-art.com, 20
septembre 2002.
http://www.paris-art.com/ modules.php?op=modload&name=netart&file=travail&id=382
•MADRE (Frédéric), « Cartier Foundation Gets Lesson in Digital Art », in Wired News, San
Francisco, 17 avril 1998 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,11678,00.html
C.4 –Galerie Maisonneuve
•CASTI
ER (
Cl
a
i
r
e
-Hélène), « L'art enfin dopé par Internet », in Le Monde Informatique,
Paris, septembre 2002 –reprint in le site de la galerie Artfloor.
http://www.artfloor.com/ebn.asp?pid=163&article=18
•STAEHLE(
Wol
f
ga
ng
)
,«217.174.192.66 », in Rhizome, New York, 20 février 2002.
http://rhizome.org/print.rhiz?3246
160
D –Grande-Bretagne
•British New Media Art,j
our
né
eder
é
f
l
e
xi
onor
ga
ni
s
é
epa
rl
’
Arts Council England, Londres,
Tate Britain, Clore Auditorium, avril 2004.
Notes de présentation: http://www.tate.org.uk/britain/eventseducation/artnewmedia
•New Media Art: practice and context 1994 - 2004, Londres, ACE/Cornerhouse, 2004.
D.1 –Londres
D.1.1 –Tate Gallery
•Dos
s
i
e
rd
oc
ume
nt
aire, Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD NET ART
TATE. A PROGRAMME OF NET ART COMMISSIONS 00020704 P].
•« Broadcast (29 pilgrims, 29 tales) Tate Annual Event », communiqué de presse du 11
septembre 1999 –http://www.tate.org.uk/home/news/11_0899.htm
•COOK(
Sa
r
a
h)
,«An interview with Matthew Gansallo », conversation téléphonique reprint
in Crumb, Université de Sunderland, 18 décembre 2000.
http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/crumb/phase3/nmc_intvw_gansallo.html
•FONTAI
NE (
Domi
ni
que
)
,«Tate: Net Art at Tate: A Program of NetArt Commissions
(Londres, Royaume-Uni) », in site de la Fondation Langlois, Montréal, 2002.
http://www.fondation-langlois.org/f/projets/
•FULLER(
Ma
t
t
he
w)
,«Ar
tme
e
tNe
t
,Ne
tme
e
tAr
t»
,i
nl
es
i
t
edel
aTa
t
e
,Londr
e
s
,2000.
http://www.tate.org.uk/netart/mat1.htm
•HARGER (
Honor
)
,«Tate celebrates the launch of online art programme », in la liste de
di
f
f
us
i
o
n‘
Ne
t
t
i
me
’
,27j
ui
n2000.
http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-0006/msg00202.html
•J
ONES(
J
ona
t
ha
n)
,« Pilgrims like us », in The Guardian, Londres, 9 septembre 1999.
http://www.guardian.co.uk/Archive/Article/0,4273,3900015,00.html
•MEDOSCH (
Ar
wi
n)
,«Netzkunst bei Tate Britain: Traditionsbewusste Kunstinstitution
stürzt sich ins Online-Universum », in Telepolis, Hanovre, 26 juin 2000.
http://www.heise.de/tp/deutsch/html/result.xhtml?url=/tp/deutsch/inhalt/sa/3542/1.html&w
ords=Medosch
•NARULA (
Moni
c
a
)
,«Uncomfortable proximity », message laissé dans la liste de
di
s
c
us
s
i
ons‘
Re
ader-list’
, 30 avril 2001.
http://mail.sarai.net/pipermail/reader-list/2001-April/000051.html
•NOORT(
My
l
e
neVa
n), « Tate's problems with net.art », in The Guardian, Londres, 24 mai
2000, repris in ‘
Nettime’
, Amsterdam, 26 mai 2000.
http://www.guardian.co.uk/online/story/0,3605,265410,00.html
161
•PATA(
Ka
nda
l
l
)
,« Histories of Internet Art: Fictions and factions –net pratice », in le site de
l
’
Uni
ve
r
s
i
t
éduCol
or
a
do,s
d. –http://art.colorado.edu/hiaff/NP_HA_ART03_Rev.htm
•RELLI
E(
J
e
mi
ma
)
,«Intervention and subvention, collaboration and community –Ne
tAr
t
’
s
contribution to the transformation of the museum », notes de la conférence donnée dans le
c
a
dr
edu f
e
s
t
i
va
l‘
Ar
t
mé
di
aVI
I
I
’
,Paris, Centre Français du Commerce Extérieur, 30
novembre 2002 –http://www.olats.org/projetpart/artmedia/2002eng/te_jRellie.html
•ROBERT(
Pi
e
r
r
e
)
,«Le‘
Ta
t
eBâ
t
a
r
d
’», in Archée, Montréal, septembre 2000.
http://www.archee.qc.ca/ar.php?page=article&section=texte&no=128&note=ok#1
•SPRI
NGARN-KOFF (Jason), « New Net Exhibit: But Is It Tate? », in Wired, San Francisco,
14 juillet 2000 –http://www.wired.com/news/culture/0,1284,37456,00.html
•X,«Ma
t
t
he
w Ga
ns
a
l
l
opr
e
s
e
nt
a
t
i
o
n», in Curating New Media, sld. de Sarah Cook, Beryl
Graham and Sarah Martin, Gateshead, Baltic Centre for Contemporary Art, collection
B.Read, n°6, 2002.
http://www.newmedia.sunderland.ac.uk/balticseminar/gansall.htm
D.1.2 –Institute of International Visual Arts
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
ire, Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD INSTITUTE OF
INTERNATIONAL VISUAL ARTS (INIVA)].
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fonda
t
i
onDa
ni
e
lLa
ng
l
oi
s
, Montréal, sd. [Côte: DD INSTITUTE OF
INTERNATIONAL VISUAL ARTS (INIVA): X-SPACE 00010490 P].
•Rapport annuel 04/02 - 03/03 –http://www.iniva.org/assets/reports/02_03.pdf
•P. (A.), « Institute of International Visual Arts (inIVA): X-Space programme of artists'
commissions », in le site de Fondation Daniel Langlois, Montréal, 2000.
http://www.fondation-langlois.org/flash/f/stage.php?NumPage=273
•X,« Launch of Three Digital Artworks at x-space », in Absolutearts.com, Columbus, 8 juin
2000 –http://www.absolutearts.com/artsnews/2000/06/08/27062.html
D.1.3 –Institute of Contemporary Arts
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
i
r
e
,Fonda
t
i
onDa
ni
e
lLa
ng
l
oi
s
, Montréal, sd. [Côte: DD INSTITUTE OF
CONTEMPORARY ARTS 00017669 C].
•DESPERATE OPTIMISTS, « map50 », in site personnel des artistes, 2001.
http://www.desperateoptimists.com/map50_website/web1/pages/about.htm
162
•RAMSAY(
Shol
t
o)
,«Announcer New Media Centre Opens at ICA », mail envoyé à Sandra
Fauconnier le 8 décembre 1997 –reprint in la liste de diffusion ‘
Nettime’
, 12 décembre
1997 –http://www.nettime.org/Lists-Archives/nettime-l-9712/msg00019.html
•VOOK(
J
a
nko)
,« Die Letzten wollen die Ersten sein - Geschafft: das New Media Centre des
ICA in London macht nun auch Webcasting », in Telepolis, Hanovre, 4 juillet 1998.
http://www.heise.de/tp/deutsch/inhalt/sa/3215/1.html
D.2 –Ecosse
D.2.1 –New Media Scotland (Edinburgh)
•Dos
s
i
e
rdoc
ume
nt
a
ire, Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD NEW MEDIA
SCOTLAND 00015394 C].
•CD-Rom New Media Scotland, Edinburgh, Ed. New Media Scotland, sd.
•Li
s
t
ededi
f
f
us
i
on‘
Ambi
t
’–http://www.mail-archive.com/[email protected]/
•X,Drift: three days of sound art + acoustic ecology across Glasgow, Edinburgh, New Media
Scotland, 1999 –http://www.mediascot.org/drift/driftarts/program.pdf (
n’
e
s
tpl
use
nl
i
g
ne
)
•X,« Host: Beagles and Ramsay - Unrealised Dreams », in les groupes de discussions
‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
c
e
l
t
i
c
’
,‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
s
c
ot
t
i
s
h’e
t‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
br
i
t
i
s
h’
,16oc
t
obr
e2003.
http://groups.google.fr/groups?q=%22NEW+MEDIA+SCOTLAND%22+host++Edinburg
h&hl=fr&lr=&ie=UTF-8&selm=1g2y7gi.z5atdr142zvqbN%25info%40nospam.
mediascot.org&rnum=5
•X,« Host: 2 new projects by slateford and McPherson & Fildes », in les groupes de
di
s
c
us
s
i
ons‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
c
e
l
t
i
c
’
,‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
s
c
ot
t
i
s
h’
,14dé
c
e
mbr
e2002.
http://groups.google.fr/groups?q=%22NEW+MEDIA+SCOTLAND%22+host++Edinburg
h&hl=fr&lr=&ie=UTF-8&selm=1fn6s3c.1m6dr361815eleN%25mediascot%40
somewhere.org&rnum=3
•X,« Ne
w Me
di
aSc
ot
l
a
nd’
sNe
w Di
g
i
t
a
lSumme
r», in les groupes de discussions
‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
c
e
l
t
i
c
’e
t‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
s
c
ot
t
i
s
h’
,2j
ui
l
l
e
t2002–http://groups.google.fr/groups
?q=%22NEW+MEDIA+SCOTLAND%22+host++Edinburgh&hl=fr&lr=&ie=UTF-selm
=1fepq0p.1w6ygl219u4rvcN%40%5B192.168.0.3%5D&rnum=4
• X, « New Media Scotland - 3 new projects », in le groupe de discussions
‘
s
oc
.
c
ul
t
ur
e
.
s
c
ot
t
i
s
h’
,25nove
mbr
e2001–http://groups.google.fr/groups?q=% 22NEW
+MEDIA+ SCOTLAND%22+host+Edinburgh&hl=fr&lr=&ie=UTF-8&selm=1f3 gemn.
1m5ewr7l8zg8tN%40%5 B192.168.181.242%5D&rnum=6
•X, « New Media Scotland announces the launch of HOST », in FineArt forum = art +
technology netnews, Kelvin Grove, volume 14, issue 9, septembre 2000.
http://www.msstate.edu/Fineart_Online/Backissues/Vol_14/faf_v14_n09/#inn12
163
D.2.2 –CCA (Glasgow)
•Dossier documentaire, Fondation Daniel Langlois, Montréal, sd. [Côte: DD CENTRE FOR
CONTEMPORARY ARTS, GLASGOW 00021545 C].
•ZANNI(
Ca
r
l
o)
,« Epic Tales - CCA: Glasgow Net Art Commission 2003 », in Rhizome,
New York, 9 juillet 2003.
http://shell.windows.com/fileassoc/0409/xml/redir.asp?EXT=FH9
164
TABLE DES MATIERES
165
REMERCIEMENTS
p.2
INTRODUCTION ET METHODOLOGIE
p.5
Première Partie: SITUATION EN AMERIQUE DU NORD
p.11
A –New York: pôle catalyseur du Web-art ?
p.17
A.1 –Museum of Modern Art
p.21
A.2 –Whitney Museum
p.25
A.3 –Solomon R. Guggenheim Museum
p.28
A.4 –Dia Center for the Arts
p.32
A.5 –Smithsonian American Art Museum (Washington)
p.35
A.6 –Les plate-formes online new-yorkaises
p.38
A.6.1 –Rhizome.org
p.38
A.6.2 –Turbulence.org
p.42
B –Le Pôle Californien
p.46
B.1 –San Francisco Museum of Modern Art
p.48
B.2 –Berkeley Art Museum & Pacific Film Archive
p.56
B.3 –Museum of Contemporary Art (Los Angeles)
p.59
C –Sites excentrés
p.62
C.1 –Walker Art Center (Minneapolis, Minnesota)
p.62
C.2 –Centre Oboro (Montréal)
p.67
166
Deuxième Partie: SITUATION EN EUROPE
p.71
A –Une initiative paneuropéenne: le Virtual Centre Media Net
p.75
B –Espagne: l'échec muséal vis-à-vis du Web-art
p.78
B.1 –Museo National Centro de Arte Reina Sofia
p.79
B.2 –Mus
e
ud
’
Ar
tCo
nt
e
mpor
a
n
ideBa
r
c
e
l
o
na
p.81
B.3 –Me
d
i
aCe
nt
e
rd
’
Ar
tiDi
s
s
e
ny
p.84
C –Fr
a
nc
e
:una
r
tquiaduma
làs
’
installer
p.89
C.1 –Les initiatives du Ministère de la Culture
p.94
C.1.1 –DAP:‘
Ent
r
é
eLi
br
e
’
p.94
C.1.2 –Trois FRAC: Bourgogne, Languedoc-Roussillon, PACA
p.97
C.2 –Centre Georges Pompidou
p.101
C.3 –Fondation Cartier
p.105
D –Grande-Bretag
ne
:l
’
é
me
r
ge
nc
ed’
u
n‘
c
y
be
r
-boom’
D.1 –Londres: la capitale européenne du Web-Art
p.109
p.111
D.1.1 –Tate Gallery
p.111
D.1.2 –Institute of Contemporary Art
p.117
D.1.3 –Institute of International Visual Arts
p.121
D.2 –L’
é
me
r
g
e
nc
ed
’
u
ns
e
c
ondpô
l
eb
r
i
t
a
nn
i
qu
e
:l
’
Ec
os
s
e?
p.125
D.2.1 –Centre for Contemporary Arts (Glasgow)
p.126
D.2.2 –New Media Scotland (Edinburgh)
p.129
167
CONCLUSION
p.132
BIBLIOGRAPHIE
p.138
Généralités
p.139
Situation en Amérique du Nord
p.147
Situation en Europe
p.157
168