Les Gets, Morzine, Avoriaz: la neige écolo-chic

Commentaires

Transcription

Les Gets, Morzine, Avoriaz: la neige écolo-chic
Patrimoinorama
Les Gets, Morzine, Avoriaz: la neige écolo-chic.Source Le Figaro Immobilier.
06-01-2007
Entre lac Léman et Mont-Blanc, Morzine, Les Gets et Avoriaz incarnent, chacune avec leur personnalité, une certaine
idée des sports d'hiver : familiale et éprise d'un art de vivre authentique et raffiné. Les trois stations se nichent au coeur
du domaine skiable des "Portes du Soleil" aux 650 kilomètres de pistes reliées par remontées mécaniques. Autant dire
que les amateurs de glisse ont de quoi s'en donner à coeur joie. Mais les autres ne sont pas oubliés : balades à pied et en
raquettes, montgolfière et parapente, patinage, plongée sous glace et VTT offrent des alternatives pour tous les goûts...
"Aux Gets et à Morzine, un vacancier sur deux ne skie pas", souligne Fabrice Chevet, de l'agence Chevet
Immobilier/Century 21. Ceux-là trouvent leur compte dans l'ambiance "village" de ces stations de moyenne altitude, loin
de la neige façon "industrie de masse". Après l'arrêt du festival du film fantastique qui lui a conféré une réputation
internationale, Avoriaz, lancée au début des années 60 par le fondateur de Pierre & Vacances Gérard Brémond et le
champion olympique Jean Vuarnet, a renoué avec "une clientèle familiale aisée, mais qui refuse l'ostentation", observe
Jean Arnéodo de l'Immobilière des Hauts Forts. Avant-gardiste en terme d'écologie, avec son architecture "mimétique"
classée au patrimoine du XXème siècle par l'UNESCO et le bannissement des voitures dans le village, Avoriaz a fait
école : Les Gets et Morzine sont également engagées dans des démarches de développement durable. Morzine, dont
l'essor touristique remonte aux années 20, a respecté l'esprit "chalet" dans la conception d' immeubles de taille limitée.
Aux Gets, le centre de la station est en cours de réaménagement afin d'en éradiquer l'automobile.
Les trois stations sont situées à environ 70 kilomètres de l'aéroport de Genève et accessibles par TGV via les gares de
Thonon-les-Bains et Cluses. Cette facilité d'accès renforce l'attractivité des trois stations haut-savoyardes, pas
seulement auprès des cadres de l'Île-de -France, du Nord et de l'Est de la France, mais aussi voire surtout auprès des
étrangers. Ils représentent plus de la moitié des transactions et ont largement alimenté la spectaculaire flambée des
prix de l'immobilier local, multipliés par deux en cinq ans.
Autre facteur de hausse, un marché centré sur la revente en raison de la raréfaction de nouvelles constructions : les
permis sont bloqués aux Gets pour des problèmes d'adduction d'eau, et le foncier disponible manque à Morzine. Dans
cette station, d'une capacité touristique de 21 000 lits, "les studios se vendent aujourd'hui à partir de 3500 euros du m2 et
jusqu'à 7000 euros au pied des pistes", détaille Fabrice Chevet."Quant aux chalets, d'une taille souvent respectablequatre chambres en moyenne-, on n'en trouve pas à moins de 400 000 euros", indique Marc Olivier, de l'agence Olivier.
"Le niveau des prix est un peu moins soutenu à la location mais il faut néanmoins compter 200 euros le lit à la semaine",
précise-t-il.
Aux Gets (16 000 lits), "un studio se négocie autour de 100-120 000 euros et jusqu'à 160-170 000 euros en fonction de la
qualité du bien et de sa situation, un 2-pièces de160 à 250-270 000 euros, et un 3-pièces de 250 jusqu'à 350-400 000
euros. Pour un chalet, il faut compter 600 à 800 000 euros", selon Fabrice Chevet. "Le marché a profondément changé
en un an : l'offre s'est réduite, les acheteurs sont moins nombreux mais beaucoup plus motivés, informés et sélectifs.
Ils se décident vite et sont prêts à mettre le prix lorsqu'un bien correspond à leurs attentes", analyse le professionnel. Côté
locatif, "en pleine saison, un studio se loue 600 à 800 euros la semaine, un 2-pièces 700 à 1200 euros, un 3-pièces jusqu'à
1500-1600 euros". A Avoriaz, observe Jean Arnéodo, "les studios partent à 3500 euros le m2 mais la clientèle se porte
davantage vers des surfaces plus grandes : les 2-pièces partent à 5000 à 5800 euros le m2, les 3-pièces à 6000-7000 euros
du m2, les 2-pièces cabine de 30-35 m2 à 6100 -6200 le m2". Très restreint, le marché des chalets surfe sur les cîmes du
million d'euros et plus l'unité de 150 à 200 m2. "Le marché reste fluide. Il y a toujours des acquéreurs aux prix actuels",
relève Jean Arnéodo. A noter que la commune de Morzine prépare une refonte du plan local d'urbanisme pour
augmenter le potentiel constructible de la station.
http://www.patrimoinorama.com
Propulsé par Joomla!
Généré: 29 September, 2016, 21:24

Documents pareils