Les coliques du nourrisson ou coliques idiopathiques du premier

Commentaires

Transcription

Les coliques du nourrisson ou coliques idiopathiques du premier
Les coliques du nourrisson ou coliques idiopathiques du premier trimestre
Ce trouble, première cause d’inconfort du nourrisson, apparaît vers la 3ème semaine de vie et
peut durer jusqu’à la fin du 3ème mois.
Il est parfois difficile de différencier les fameuses coliques d’autres problèmes comme la faim
et la période de pleurs qui survient très fréquemment en fin de journée chez beaucoup de
bébés (surcharge émotionnelle).
Le diagnostic de coliques est admis devant plus de 3 heures de pleurs par jour, pendant
plus de 3 jours par semaine et durant plus de 3 semaines.
On observe un pic entre 6 et 8 semaines (graphique de Brazelton).
Signes et symptômes
Les coliques se traduisent par des douleurs abdominales spasmodiques (contractions
musculaires) qui déclenchent chez le bébé des accès de pleurs intenses et un état d’agitation,
accompagnés d’émissions de gaz. Les pleurs du nourrisson sont inhabituels, plus stridents et
difficiles voire impossibles à calmer. Le bébé hurle sans relâche pendant des heures, se tortille
et expulse des gaz intestinaux parfois nauséabonds. Son visage devient rouge, ses poings se
serrent et ses jambes se replient sur son ventre ballonné. Les signes augmentent parfois lors de
la tétée : le bébé s’arrête brusquement de boire et pleure violemment en lâchant le sein et en
rejetant la tête en arrière. Souvent, l’heure qui suit le repas est la plus perturbée. Il ressent
parfois de « faux besoins » et cherche à pousser pour se soulager. Ce moment de crise peut
aussi s’accompagner de vomissements.
Les accès de coliques surviennent à n’importe quel moment de la journée et c’est ce
symptôme qui permet de les différencier des pleurs du soir.
Causes
Les coliques sont essentiellement dues à l’immaturité du tube digestif, incapable d’assumer un
transit équilibré. Même le lait maternel est mal absorbé.
Parmi les autres causes possibles, on cite souvent le tabagisme des parents, les suppléments de
fer de synthèse pris par la mère (le fer irrite le système digestif), la consommation très
importante de produits laitiers par la mère, et les tétées trop rapprochées (moins de 2h.).
Quant aux bébés nourris au biberon, on note les repas donnés trop rapidement sans laisser de
pause, ni de temps pour le rot. On cite également la consommation trop importante de caféine,
théine, aliments très épicés ainsi que trop d’oranges et autres agrumes, particulièrement
irritants pour le système digestif. La consommation régulière d’édulcorants par la maman et la
prise d’antibiotiques par la mère et le bébé pourraient aussi provoquer des coliques.
Attention : Il ne s’agit pas pour la maman de se priver de tous les produits énumérés cidessus, car c’est uniquement l’excès qui peut engendrer des perturbations !
Traitements et petits moyens pour soulager le nourrisson
Il n’y a pas de traitement radical, puisque l’origine du trouble est due à l’immaturité du tube
digestif. Il faut attendre la fin des 3 mois. Cependant, il ne faut pas renoncer à chercher les
moyens de soulager l’enfant.
- Essayer de trouver un équilibre alimentaire : Ne pas nourrir de façon anarchique et
laisser un intervalle correct entre les tétées (2h. minimum) ; donner des rations
raisonnables ; ne pas donner autre chose que du lait (surtout pas de jus de fruit) ; éviter
de donner 2 laits différents qui seront plus difficiles à digérer
- Aider l’enfant à éliminer ses gaz (en effet, la distension intestinale est très
douloureuse). Effectuer des massages du ventre, toujours dans le sens des aiguilles
d’une montre. Utiliser un peu d’huile d’amandes afin de favoriser un toucher doux et
-
-
-
-
-
-
ne pas hésiter à masser en profondeur avec le plat de la main. Replier les genoux de
l’enfant contre son abdomen et gardez cette pression environ 30 secondes ; alterner
avec un mouvement doux des deux genoux venant masser le ventre dans le sens des
aiguilles d’une montre.
La chaleur : Elle aide à relâcher les intestins et à soulager les spasmes. Cela peut être
la chaleur du corps des parents ou une bouillote (pas trop chaude et entourée d’une
serviette) que l’on glisse sous le ventre du bébé.
La position : Ne pas laisser le petit sur le dos, mais le mettre à plat ventre sur l’avant
bras du parent (face en direction du sol) ou à cheval sur une bouillotte. Lui permettre
de se replier sur lui-même. On peut aussi installer l’enfant dans la position du
« bouddha » : dos contre la poitrine du parent, le tenir assis dans les mains, genoux
croisés et repliés sur le ventre en pressant légèrement.
Le portage sécurisé (tête soutenue) : Utiliser un porte-bébé ventral aux heures
critiques ; le contact corporel, l’emmaillotement et le mouvement sont de petits
moyens ayant souvent le pouvoir d’apaiser les bébés les plus difficiles.
Autres « astuces » : Mettre le bébé dans sa poussette et le bercer, lui donner un peu de
tisane de fenouil. En cas de crise aiguë, mettre 1 sucre dans 100 ml de tisane ; on a en
effet constaté que le sucre a la propriété de stimuler des composés du cerveau qui
apaisent la douleur et diminue la détresse. La sucette peut calmer et soulager le bébé.
Les médicaments : Le pédiatre recommandera souvent un antispasmodique, mais ce
type de médicament a l’inconvénient de ralentir le transit et d’augmenter les faux
besoins. Ne pas hésiter à essayer l’homéopathie, car certains produits sont très
efficaces (voir avec son pharmacien).
L’ostéopathe peut aussi apporter sa contribution au soulagement des coliques du
nourrisson.
De manière générale, il est important que les parents ne cèdent pas à la panique et l’enfant
doit sentir qu’ils dominent la situation. Il est essentiel de ne pas le nourrir n’importe comment
ni de le poser et reprendre à tous instants. Il faut plutôt le rassurer et créer autour de lui un
climat calme et rassurant et, pour le docteur Marie Thyrion (Le sommeil, le rêve et l’enfant), il
s’agit là des 9/10ème du traitement !
Synthèse des recherches effectuées en 2002 dans le cadre du groupe « Soins à domicile »
Septembre 2010

Documents pareils