Les infirmières en ont « ras la blouse »

Commentaires

Transcription

Les infirmières en ont « ras la blouse »
Date : 09 NOV 16
Journaliste : Sylvie Montaron
Pays : France
Périodicité : Quotidien
OJD : 198324
Page 1/1
ACTU LYON ET REGION
RHONE SANTÉ
Les infirmières en ont « ras la blouse »
Entre 1300 et 2 DOO infirmiers et aides-soignants
ont défilé hier à Lyon.
des jeunes, c'est
bien ' » Sounrc dcs
habitués malgré la morosité
Outre la forte mobilisation entre 1300, selon la police et
2000, selon les organisateurs la manifestation des infirmiers
et aides-soignants a marqué
par sa jeunesse hier
Si une intersyndicale CGT/
FO/SUD avait appelé au
mouvement ainsi que 17 organisations professionnelles,
c'est aussi beaucoup via les réseaux sociaux que les infirmières se sont mobilisées
• Outre les infirmiers, élèves infirmiers, aides-soignantes et personnels du secteur
médico-social, une dizaine de policiers "solidaires" ont participé au défilé. Photo s M
Une manif contre
la dégradation
des conditions de travail
Issus du milieu hospitalier Hospices civils de Lyon, Vinatier, Saint-Joseph Saint-Luc libéral, des Instituts de formation maîs aussi du secteur
médico-social, les manifestants ont protesté contre la dégradation des conditions de
travailetle« manquedeconsidcration »
« Nous sommes en sous-effectifs depuis l'ouverture de l'hôpital Femme-Mère-Enfant en
2008. L'équipe du bloc opératoire est épuisée, nous sommes
toujours dans l'urgence et le
bloc est devenu dangereux ! »,
explique cette infirmière de
l'HFME qui préfère rester
anonyme « Aux urgences de
Lyon sud, il n'y a pas que les
patients qui soient maltraités
c'est aussi la situation quoti-
Tous droits réservés à l'éditeur
dienne du personnel », raconte Loic Juvigny, en réponse à
un article du Progrès sur un patient handicapé se plaignant
d'une attente de 8 heures le
Woctobre Danslanuitdelundi à mardi, avec 120 entrées en
24 heures, le service étant encore en surchauffe
« En 10 ans, la fréquentation a
doublé sans adaptation ni augmentation du personnel J'ai
16 ans d'ancienneté ct jc gagne
I 750 €parmois en travaillant
de joui; de nuit, les week-ends,
dans le stress et les responsabilités. Ce qui me sauve, c'est
l'amour de mon métier »,
poursuit Loïc Juvigny
Dans le service de chirurgie digestive post urgence de l'hôpital Edouard-Hernot, « avec
une infirmière et une aide-soignante pour 16 patients le
week-end, ceux-ci ne sont pas
en sécurité non plus », remar-
que Valérie Guerpeillon
« L'autre jour, on m'a demande dc travailler sur deux services en même temps I », ajoute
sa collègue Élodie Trontin
Toujours à HEH, « les services
V2 ct V3 vont fusionner Dcs
lits vont être fermés pour augmenter l'ambulatoire qui pose
aussi problème car aux urgences, on a dc plus en plus dc retour de patients douloureux
ou infectieux », raconte
Alexandre Meunier, infirmier
au pavillon N
Au Vinatier, ce sontaussiles fusions et fermetures de hts au
profit de l'hôpital de jour qui
suscitent l'inquiétude. Pour les
infirmières libérales, la reconnaissance doit passer par une
revalorisation dcs actes et un
arrêt des projets de glissements de tâches « À partir du
3e soin, on travaille gratuitement et maintenant, on entend que les facteurs vont distribuer des médicaments ' »,
explique Christine Bclland,
infirmière à Seyssuel (Isère),
ajoutant « On n'est plus des
bonnes sœurs on a des fa
milles à nourrir ' »
Sylvie Montaron
SAINT-LUC 6765959400502

Documents pareils