Musique - Théâtre du Château

Transcription

Musique - Théâtre du Château
avec le mécénat de :
Ville
e
po
ur la partici
E At r
d’Eu
UN IP
IC
M
lemil Théâtre
Merci au Sh
ques
s sept mas
pation de se
h
AL
Le Théâtre du Château est un équipement municipal subventionné par la Ville d’Eu et soutenu par
la DRAC Haute-Normandie, le Conseil Régional de Haute-Normandie, le Conseil Général de SeineMaritime, l’Odia Normandie (Office de Diffusion et d’Information Artistiquede Normandie) et l’ONDA
(Office National de Diffusion Artistique).
u
a
e
t
â
h
C
u
d
Théâtre
T
Ouverture
le d’Orlé
Place Isabel
35 06 07 64
97 • Fax : 02
20
50
35
02
Tél. :
u.fr
treduchatea
[email protected]
duchateau.fr
www.theatre
h
i de 14h à 18
i au vendred
rd
a
m
u
d
:
rie
de la billette
Imprimerie GABEL 02 32 82 39 39 - Théâtre du Château : Licences : n°1 - 132874 n°2 - 132875 n°3 - 132876 - Directrice de la publication : Marie-Françoise Gaouyer - Photo 1re et 4e de couverture : Christian Copin
hâteau
Théâtre du Cans et Bragance - 76260 EU
011
-2
0
1
0
2
n
o
is
a
S
tre baroques
e et théâ
nnée musiqu
ntio
Scène conve
r ?
e
u
iq
n
u
m
m
o
C
Message(s)
2
mettre en
iquer, c’est
mun, c’est
« Commun
m
ettre en co
m
et
;
n
u
m
com
Si l’on estime
us constitue.
o
n
i
se
u
q
e
ct
l’a
ible, on refu
e est imposs
rd
a
u
cq
que cet act
Ja
t
main. » Alber
tout projet hu
x,
ut être deu
uniquer il fa
s
a
p
va
e
Pour comm
n
ce
Cette éviden
us
vo
it
rra
u
au moins !
o
p
i
rser. Ce qu
vous bouleve
serait deux
tte saison : ce
ce
en
er
ch
u
to
.
événements
nnement de
: le conventio
r
ie
m
re
p
dois par
Le
municipal Eu
Affaires
notre théâtre
es
ionale d
g
Ré
n
io
ct
la Dire
ndie et le
Haute-Norma
e
d
s
lle
re
Cultu
-Normandie.
nal de Haute
io
g
Ré
il
se
n
o
C
connaissance
nce, cette re
En l’occurre
ncerne le
nationale co es mais
e
rté
o
p
de
roqu
musique ba
théâtre et la
notre lieu
s
a
p
êchera
us toutes
cela n’emp
so
s styles
tre
u
’a
d
llir
ei
d’accu
nt pour le
est importa
a
el
C
.
es
form
notre ville et
t culturel de
rayonnemen
ses actions
de nombreu
cela promet
t, la Région,
ta
nues par l’E
te
u
so
u.
s
lle
re
cultu
nicipalité d’E
ent et la Mu
m
tre
rte
n
a
co
ép
n
D
le
la re
permettent
Ces actions
, les acteurs
rs
u
te
u
a
s
le
c
ve
a
es
n
u
des je
tacle : ça va
iens du spec
ic
n
ch
te
s
le
et
er !
communiqu
saison :
ème de la
th
le
:
d
n
Le seco
uer ? ».
« Communiq
25 spectacles
as moins de
p
t
n
so
e
n
e
C
n : théâtre,
nt notre saiso
rmance,
qui émaillero
er
danse, p fo
e,
u
siq
u
m
,
opéra
Nous vous
et cirque.
s
te
s
et
n
n
rio
ma
niquer dan
de commu
lle
vi
la
e
d
souhaitons
ls
lieux culture
s
les différents
u pour vou
a
ve
u
o
n
à
t
n
iro
vr
t.
u
o
en
s’
qui
autrem
les découvrir
permettre de
verbale ou
t
es
n
nicatio
ou écrite.
La commu
le
le est ora
el
,
le
a
es
rb
ve
non
de décrire d
e » permet
g
.
a
es
g
g
n
a
la
n
«
n
Le
perso
lieux, des
r
te
n
co
ra
objets, des
e
d
liberté aussi
Il donne la
oires. Il rend
ist
h
es
d
,
ts
en
des événem
xplication, le
formation, l’e
n
l’i
s,
le
ib
ss
o
p
e les émotion
critique. Il aid
la
e,
ism
ét
conseil et la
h
st
l’e
ts. Il autorise
les sentimen
.
ts
o
m
e
d
x
u
buts du
poésie, les je
pas là les
Nous le
Ne sont-ce
?
l
ent culture
lus pour
p
développem
rs
u
jo
vrerons tou
u
œ
et
s
n
o
croy
fins !
arriver à ces
aitons une
s vous souh
u
o
n
u
a
ve
u
A no
!
belle saison
ise Gaouyer
Marie-Franço
ille d’Eu
Maire de la V
r
Michel Barbie
re
ltu
u
de la C
aire chargé
Adjoint au M
ns
ers de pigeo
fumée, lâch
gers
sa
es
m
,
Signaux de
er
m
outeilles à la
ces
voyageurs, b
campagne,
auchant la
ev
t un
en
d
sè
du Roy ch
os
p
r
communique
er.
manières de
e ne plus exist
culier, celui d
rti
nt
so
se
n
io
charme pa
ract
formes d’inte
cette
c
ve
a
,
C’est que les
es
cl
au fil des siè
développées,
intes liées à
rer les contra
no
’ig
ettre une
volonté d
er
ps, pour p m
m
te
u
a
et
ce
l’espa
immédiate et
d’informations
n
io
iss
m
ns
tra
tive qui soit.
la plus exhaus
mme tout le
ication - co
un
m
nm
co
Or la
ifier - est dava
laît à le rect
nt
a
rm
fo
er
p
monde se p
nge
simple écha
ur et
tage qu’un
tre un émette
en
ts
en
m
ne
g
atifs,
ei
ns
rm
re
fo
de
jeux in
. Loin des en
ssus
ce
ro
p
un récepteur
un
t en effet
es
r
ue
n
iq
un
ta
comm
r l’interpré tio
de sens pa
e
ou
g
rta
lle
a
ui
p
ve
e
d
u’il le
es signes. Q
ireréciproque d
rge nécessa
a
ch
nt
a
ic
un
m
l,
m
na
co
ca
le
non,
forme
essage d’une
it
d
t
en
m
re
ment son m
ut
a
te, tonalité nd
support, ges
mètres qui re
ra
a
p
e
d
le
b
...
m
re
se
iè
en
ul
g
n
d’u
soi, sin
e à l’autre, en
qui
s
rd
a
eg
toute adress
« r
s
du corps », ce
Le « langage
d’expressions
» sont autant
ng
xlo
nt
ise
d
en
champs d’e
nt des vastes
de la
e
in
a
qui témoigne
om
d
couvre le
uctibilité de
pressivité que
et de l’irréd
n
tio
a
ue qui seiq
communic
e forme un
un
à
t
les
ep
nc
ce co
la langue. El
ent celle de
im
m
ém
ta
e
èr
no
ct
it
ra
ra
alement du ca
témoignent ég imaginatif et incarné de
ant,
nemment viv
ication.
un
ène de
toute comm
tive, une sc
ec
sp
er
p
tte
un espace
Dans ce
r excellence
a
p
t
les
es
tre
Théâ
sein duquel
ication, au
et
à
eç
d
de commun
en
muniquent
m
co
nt
es
so
nc
ils
prése
quand
mots, même
au delà des
situations et
travaille » les
«
s
tre
éâ
Th
là. Le
n qui rend le
une dimensio
s
e
lu
èr
p
nf
ts
co
en
ur
le
sentim
résentes, les
bles.
la
b
m
ise
réalités plus p
a
vr
relations plus
viintenses, les
monde, l’art
jecteur sur le
ro
é,
nn
ço
up
so
Coup de p
ur in
le sous un jo
déce
e
d
vant le dévoi
re
iè
m
livrer - à la lu
itif
pour nous le
nsible et intu
s compréhe
lu
p
qui
ce
te
ou
calage d
nt. C’est sans
e
qu’auparava
saugrenu d
emblement
ss
ra
et
e
le
ur
sc
ifie
st
ob
ju
lle
dans une sa
e
spectateurs
ion du mond
vis
e
un
ls
ue
q
ux
à
a
s
e,
he
né
confi
s planc
sur quelque
est résumée
es.
demi éclairé
ssion baroque
nte », l’expre
a
r
ic
un
m
om
« C
e autre pou
plus que tout
n
io
ct
tru
ns
l’est peut-être
co
la
sément dans
du
se situer préci
le la portée
up
éc
d
ui
q
ie
g
aer
b
én
tre
ne
éâ
’u
th
d
nnage du
so
er
p
ts
Le
fe
e.
langag
s par des ef
ainsi ses dire
e
in
La
m
e.
illu
nc
ue
roq
éloque
rants de son
de style, ga
lle composée
ce
re
co
en
plus
musique - et
cette même
ns
a
d
e siècle - s’inscrit
n.
II
XV
au
de séductio
portement et
uer
iq
un
m
m
vague d’em
co
ce désir de
Animée par
plus, pour sa
se souciant
ne
ue signiautrement,
un quelconq
à
oi
nv
re
n
part, d’u
ses construcsonore, dans
e
nc
ion
se
ré
p
la
fié,
une express
les, traduit
au
et
ite
lim
tions musica
la
à la fois à
ue
sit
se
ui
q
n.
brute
unicatio
e toute comm
s
paroxysme d
ner quelque
on
d
n
saiso
s.
Puisse cette
le
ro
ces belles pa
exemples de
Parlons-en !
Alice Orange
Directrice
pin
© Christian Co
3
on
is
a
s
e
d
e
r
Ouvertu
mbre
te
Jeudi 16 sep
e la saison
résentation d
19h30
P
en présence
2010-2011
d’artistes
Durée : 1h
20h30
Bruyère
a
L
e
d
n
a
e
J
be
ractères de
Colom
Les Ca
rais et Sainte
de Marin Ma
Rêveuse
5
musiques
nsemble La
et
in Lazar et l’E
in avec grâce
avec Benjam
,
ra son chem
88
ce
16
tra
r
en
za
e
La
lié
nçais. Pub
, Benjamin
n
fra
iso
te
lis
sa
s
ra
e
o
ve
d
rè
m
de b
lèbre
uverture
n ensemble
entale du cé
Pour fêter l’o
uvre monum
compose d’u
ant une
se
l’œ
sin
s
e
n
es
cl
a
d
d
siè
its
e
a
fantaisi
urs de ce
r de portr
œ
sû
m
n
s
ie
le
b
es et les
u
o
ru
et
s
es
aximes
dans le
Les Caractèr
ensées, de m
ous promène
p
n
r
e
gique.
u
d
lo
te
o
u
s,
zo
ire
L’a
ra
in
s.
s de jard
temporain
re
pièces litté
n
llu
a
co
s
es
se
d
e
e
d
tieuse
et c’est sans
s sa plum
critique facé e
est irrésistible
prennent sou
e
i
cl
u
q
ta
A la
e,
ec
cl
sp
siè
II
e soi-même.
dans ce
salons du XV
petite part d
convoquée
e
nie
n
its
g
u
a
a
u
p
rtr
o
o
,
m
p
n
co
isi
e
ouvrir, en
de son vo
éc
La galerie d
eu
d
p
ra
n
fe
u
s
ur,
u
ve
te
o
u
u
y retro
Lazar n
e de l’a
mal que l’on
nte et incisiv
gie, Benjamin
u
la
o
ril
b
b
la
ce
e
d
en
nte
ntellig
lumière vacilla
min Perrot, l’i
lton et Benja
Bo
s caricatures.
se
ce
n
e
re
d
o
Fl
ce
de
et l’auda
ité
n
er
d
o
m
ainsi que la
in
Durée : 30 m
delles.
cktail aux chan
tion, no
tte représenta
A l’issue de ce
pin
© Christian Co
co
erons pour un
us nous retrouv
0 20 97)
Entrée libre
le au 02 35 5
b
sa
n
e
p
is
d
in
(réservation
Musique
ntosnio Vivaldi
o
s
i
a
S
e
r
t
a
d’An
Les Qu
ajeur RV 114
ieno en ut m
rip
rto
ce
on
C
ajeur RV 93
r luth en ré m
r RV 128
Concerto pou
o en ré mineu
ttr
ua
q
a
rto
Conce
Primavera
ur RV 269 La
je
a
m
i
m
en
ate
us 8 nº 1
r RV 315 L’Est
Concerto op
2 en sol mineu
unno
nº
ut
8
L’A
us
3
op
29
Concerto
fa majeur RV
en
3
no
er
nº
8
nv
us
297 L’I
Concerto op
fa mineur RV
en
4
nº
8
us
Concerto op
li Incogniti
Ensemble G
direction
yer : violon et
Amandine Be
olons
vi
:
Flavio Losco
Alba Roca,
o : alto
Marta Páram
lle
to : violonce
a
c
c
e
Marco C
ne
lo
o
vi
:
la
ie
Barc
Baldomero
e
rb
éo
mano : th
Francesco Ro
n
ci
na : clave
Anna Fonta
,
yer en 2006
Amandine Be
r
s
a
p
trè
é
la
d
n
Fo
m de
tire son no
ia
l’ensemble
e Accadem
tin
er
lib
e et
par
23
16
aristocratiqu
en
niti, fondée
degli Incog
nise. De ce
redano à Ve
Lo
o
sc
ce
n
a
Fr
d’en hériter
également
nnu sous
nom, il tente
co
t pour l’in
û
o
g
n
u
:
tation des
l’esprit
es, l’expérimen toire, la
rm
fo
s
se
s
te
tou
u réper
recherche d
s
sonorités, la
iques ». Aprè
ss
a
cl
«
es
d
rte
ve
es
u
tiv
redéco
interpréta
expériences
les multiples
d’Amandine
lle
Saisons, ce
is
tre
a
u
Q
es
d
tout à la fo
e révélation
Beyer est un
te.
rafraîchissan
égante et
s
iré
sp
in
s
naturelle, él
tre concerto
a
u
q
s
es
d
ce
Dans
e en effet
, on découvr
par la nature
un pays où
s
n
a
uveaux d
o
n
.
es
g
a
ys
a
p
tout entendu
voir tout vu et
tte
ce
e
d
s
l’on croyait a
tif
ita
criptifs et im
t
Les effets des
» connaissen
e
ist
n
n
io
ss
re
p
im
e
n
«
’u
e
d
vr
le
oeu
enta
ration instrum chant des
ici une illust
Le
e.
iv
ss
re
p
ce ex
s
rare puissan
du chien, le
ts
en
m
ie
o
b
a
s
t
le
en
x,
u
em
a
oise
claqu
insectes, le
ie
lu
p
la
attaques des
de
ou le débit
n
des dents
L’interprétatio
rt.
fo
ef
s
n
sa
t
le
en
p
d
n
s’ente
bel exem
uvre est un
de cette œ
nt l’idée est
o
d
iti
n
Incog
gagée et
du travail des
en
n
tre une visio
uelles ils
de transmet
xq
u
a
œuvres
es
d
et
te
en
ér
coh
ur sensibilité
au gré de le
s’attachent,
réunis.
de leur goût
n
nal de Diffusio
/ Office Natio n musique
n de l’ONDA
sio
ie
ffu
ut
di
so
le
de
n
avec
entio
e d’une conv
dans le cadr
© DR
20h s murs)
mbre - tio
te
p
e
s
2
2
n hors le
i
d
ta
n
Mercre
ame (représe
le Notre-D
à la Collégia
Artistique,
nouvelle
roche, cette
urité de l’app
e doit à
at
an
m
la
om
,
él
ue
m
jeu poétiq
e que tout
n
ur
so
ct
le
e,
»
os
la
rtu
«
lesse vi
énement :
« Par sa soup
sionnaires. »
ns est un év
otiques et vi
Quatre Saiso
pn
s
hy
de
ns
n
iso
ws, août 2008
io
rs
ve
s Quatre Sa
Classiquene
De
.
er
éd
ss
po
présent
c entracte
e : 1h30 ave
Tarif B / Duré
7
ce
Performan
Est-ce que it quíil me parle ?
le monde sa
oupées
iner,
our un conta
Spectacle p
8
r et cent p
éo projecteu
d
vi
n
u
,
rs
eu
deux act
gnie
,
Ktha compa
ia Lafforgue
ulidrat, Laetit
m
r
a
Le
s,
a
Chloé Cha
c
Guillaume Lu
Yann le Bras,
las Vercken
Packer, Nico
snier, Laura
e Pauline Be
d
e
avec l’aid
e Lévèque,
eynig, Camill
Cros, Elisa H
l
Julien Peisse
c’est indénia
nous parle,
us
o
n
e
d
s
Le monde
a
p
rd, il n’arrête
le monde
ble. Il est bava
s. Est-ce que
se
o
n
ch
es
d
ire
d
répertoire no
parle ? est le
n
o
p
ré
s,
ité
sait qu’il me
ires : public
d
s
ce
e
s,
d
if
ire
st
exhau
ses popula
ations, sages
deurs, inform
urnaux, lettres
jo
s,
n
télévisio
u
émissions de
e est ainsi, a
es…Le mond
rte
in
x
u
a
p
administrativ
ci
de nos prin
n
l’u
s
,
n
se
ie
ra
h
tid
quo
s ces p
travers toute
à
rs
,
rs
lo
u
a
i
te
o
cu
m
lo
er à
our s’adress
s.
formulées p
et n’existe pa
m
l’é
i
u
q
e
n
n
so
n
er
’u
p
d
que la
la forme
prend dès lors
perçois du
Le spectacle
je
e
u
q
u de ce
s
compte-rend
e
m dit. Dan
vers ce qu’il
e
d
n
o
m
le
monde à tra
e
u
tive, Est-ce q
cette perspec
ué dans un
parle ? est jo
e
s
m
’il
u
q
it
sa
d’établir dan
s, le but étant
xiro
p
La
e.
container clo
g
n
tion un écha
les
la représenta
obique avec
h
p
ro
st
u
a
cl
e
:
u
sq
le
re
tra
p
éâ
mité
n th
ne la situatio
s
tre
u
’a
d
acteurs soulig
à
nt
mains parle
des êtres hu
toute la repré
et
le
ro
a
p
La
s.
in
t
a
m
en
m
hu
êtres
s simple
t ainsi dirigée
sentation son
tateurs assis
ec
sp
s
le
t vers
et uniquemen
il d’adresse
uite du trava
rs
u
o
p
la
s
n
là. Da
teur que la
eur au specta
ct
l’a
e
d
e
ct
dire
pe, ce specta
ktha dévelop
s
lité
a
ré
s
le
compagnie
er
à questionn
t
cle s’attache
et notammen
es
in
ra
o
p
m
te
n
o
co
p
s
le
im
a
soci
e nous
otidienne qu
u
q
s
se
xie
ra
hy
h
p
sp
e
l’a
ers d
avec ses milli
se la société
e cet espace
d
t
n
rta
so
En
s.
u
ite
fa
s
toute
rc du Châtea
ndue du pa
te
l’é
er
é,
in
fin
ta
n
n
co
le co
sera déposé
…
n
ie
b
- sur lequel
d
ran
faire le plus g
devrait vous
ntainer
val Teatro Co
a-jolie) - Festi
(Mantes-l
di, Collectif 12
tion
ntre de Créa
gnie - Arca
tte) et du Ce
n Ktha compa
rc de la Ville
Pa
Coproductio
ris
Pa
- Chili)
ue (Mairie de
ière écriture
(Valparaiso
e Périphériq
pour la prem
ien de l’Espac strat
DTS / SACD)
M
(D
e
ru
avec le sout
ob
la
l
ur
Technique Ni
ide Ecrire po
Artistique et
néficié de l’a
pagnie a bé
m
co
ha
Kt
La
du projet.
0 et 21h30
3
h
9
1
,
0
3
h
7
1
5 octobre ors les murs)
Mardi u Château (représentation h
au Parc d
. Ils me disent
us par hasard
no
ez
ch
rder mon
us
viendrez pl
fant et de ga
ût et vous ne
tenir mon en
go
er ? »
de
le
ni
nt
t
pa
es
de
c’
un
an
m
ns
nous
? Il rentre da
aie. Ils me de
i
vr
t
to
« Ils me disent
es
n,
ie
lle
ch
’e
Tu as un
t belle et qu
r 2010
pas de chien.
que la vie es
parle ? févrie
panier. Je n’ai
sait qu’il me
n
so
de
ns
on
m
da
le
n
chie
Est-ce que
agnie
© Ktha Comp
e : 45 min
Tarif A / Duré
ThȂtre
Motus
ue arie Collin
s
u
o
c
e
h
c
u
d’Anne-M
et bo
tre
Loncin
Le Petit Théâ
et jeu : André
ne
è
sc
n
e
e
is
M
laude Clin
n sonore : C
Compositio
manuelle
stumes : Em
Décor et co
rn
d’Inge Zo
Sage, assistée
lie Loncin
ation : Rosa
m
ni
a
Dessin et
ume Ledun
Vidéo : Guilla
dolphe Hazo
Lumière : Ro
de Locussol
décor : Clau
n
tio
uc
tr
ns
o
C
ncin
avec André Lo
arie-Claire
lie Loncin, M
Ju
e
d
ix
vo
s
le
et
Davies, Jorn
de Clin, Bob
Michel, Clau
Seemann,
Ravon, Pierre
Koors, Warda
ssy, Noé de
u
o
n, Pierre C
n
a
n
em
Se
sit
Pra
ile Bayle, Jea
r Bonet, Céc
Sousa, Arthu
es Martel
Lenoir, Hugh
r de sa bien
ttend le retou
a
oy
cr
’in
d
Un homme a
que chose
el
u
q
«
a
la
le
El
aimée.
-ce que ce
dire… Qu’est
ble » à lui
chose d’ine
u
q
re « quel
êt
n
aie
b
t
eu
p
en sa comp
Il attend et,
nt
a
d
n
Pe
croyable » ?
i…
dons auss
n
tte
a
s
n
u
o
tio
n
gnie,
e conversa
rviennent un
i
su
u
s,
q
p
m
ré
te
a
ce
eur ég
e, un voyag
fu
so
es
t
u
téléphoniqu
to
t
rtie, un enfan
cherche la so
curieux.…
r, un pigeon
u
le
trô
s
n
co
n
flé, u
its riens san
sion de pet
es
e
cc
m
su
tra
te
la
et
C
stitue
ortance con
grande imp
vie dans toute
la
te
p
ca
i
u
q
e
cl
s
ta
ec
du sp
autre vie plu
our saisir une
p
re
lité
iè
a
n
n
a
a
b
m
sa
A la
e et intense…
secrète, intim
ce vaut tant
n
re
fé
ré
la
zu
’O
d
d’un film
tographique
ect cinéma
sp
a
n
so
r
pou
déroule avec
e - l’histoire se
u
s
iq
ét
h
st
’e
u
q
ses, des plan
ck et des ellip
n
so
e
d
n
a
des flash-ba
b
e
utres serrés. Un s discours
larges et d’a
le
ludique tisse
complexe et
ge avec les
a
n
n
so
s du per
et les silence
Paroles qui
du monde.
ix
vo
s
le
et
bruits
uillées, noms
hrases bredo
p
t,
nen
êl
m
s’em
ut de nos la
dus sur le bo
t
n
ve
in
va
à jamais per
ns le
es bées… Da
ffo
a
t,
n
se
gues, bouch
u
m
tour à tour a
i
u
q
e
g
ts
n
o
a
m
des
qui s’éch
nt, qu’est-ce
lent, console
l’on retient ?
e
u
q
e
qu’est-c
vraiment et
d’Anne-Marie
plume alerte
Guidé par la
que pressé
n
ien appre d
éd
m
aco
le
,
llin
Co
ne vaut la p
de dire, rien
uco
e
ch
u
par le désir
bo
s voilà donc
et
à
eç
d
tience… Nou
en
s,
à nos silence
sue, en proie
ots…
m
au delà des
en
ult
ault-Comba
ée de Collégi
- Ville de Pont
et de la Cour
tre
ne
ar
éâ
Th
r-M
tit
-su
Pe
ny
nce,
n le
orig
AC Ile-de-Fra
Coproductio
oustier de Th
Culture / DR
Théâtre du M
la
du
t.
e
ul
de
id
ba
e
l’a
èr
inist
avec
lt-Com
ce à Pontau
ée par le M
et en résiden
conventionn
compagnie
ine-et-Marne
,
Se
tre
de
éâ
al
Th
ér
Le Petit
nseil Gén
nné par le Co
est subventio
58
re à 18h30
ations en p.
udi 14 octob
arine. Inform
m
e
cr
En aparté : je
n
l’E
à
dré Loncin
Lecture d’An
t
dérique Toule
© Fré
Vend
re - 19h30
redi 22 octob
ire à 14h30
séance scola
n’importe
ouille, on dit
uille, on bred
ho
âc
m
s
le
e, on
les mâchonn
aussi. »
les mots, on
2009
et la langue
ts
ig
do
cousue, juin
« On mâche
s
le
d
or
m
en
s’
us et bouche
ot
on
M
is
,
lin
pu
ol
et
C
oi
qu
Anne-Marie
spectacle
e : 45 min
Tarif A / Duré
e 4 ans
ille, à partir d
à voir en fam
11
usic
Baroque m
ÈHe
n
E
t
e
rcell
n
o
d
i
D
de enry Pu
is actes
Opéra en tro
ncert
Version de co
Tate
m
Livret : Nahu
12
armonique
Le Poème H
tre
incent Dumes
Direction : V
Lefilliâtre
Dido : Claire
d
erine Padau
th
a
C
:
a
Belind
stre du
cal et Orche
Ensemble vo
ire de Rouen
Conservato
scal Hellot
Direction : Pa
min Tinel
ja
n
illiers
Aeneas : Be
: Perrine Dev
n
a
m
o
w
Second
li
argot Mellou
Sorceress : M
nier
eu
M
e
n
a
m
Ro
First witch :
essier
h : Margot M
Second witc
y
a
-G
Raffin
Spirit : Juliette
Sazio
e
in
to
n
A
:
r
Sailo
s
au printemp
ée est écrit
à
,
te
Ta
m
Didon et Én
hu
livret de Na
rre ignore
1689, sur un
où l’Anglete
e
u
q
o
ép
e
un
rme curieuse
éra, cette fo
France.
encore l’op
is l’Italie et la
u
q
n
co
à
éj
équilibrée,
qui a d
vre concise et
u
œ
tte
ce
s
Dan
personnages
des
ères
ct
ra
ca
s
le
perspicacité
ts avec une
sont dépein
ui donne
étonnante q
e
u
iq
g
lo
o
psych
rticulière à
n toute pa
sio
en
im
d
une
de Virgile. A
le-ci s’inspire
l’action. Cel
ousailles de
prépare les ép
Carthage, on
grec Enée.
s
o
avec le hér
n
o
id
D
e
in
la re
tent la chute
ières complo
rc
so
ge.
es
d
is
a
M
n de Cartha
la destructio
re
iv
u
rs
u
o
p
de Didon et
e
à Enée d
e
n
n
o
rd
o
rit
n
Un esp
, selo la
rs l’Italie où
ve
le
ip
ire
ér
p
son
fonder l’emp
dieux, il doit
s
se
it
fa
n
volonté des
ido
ésespérée, D
este
n
fu
t
n
de Rome. D
a
ch
vie dans un
adieux à la
in earth. C’est
hen I am laid
W
l
ra
ist
g
a
m
oration entre
d’une collab
ble hautdans le cadre
ique - ensem
n
o
rm
a
h
e
le Poèm
urs reprises
ueilli à plusie
cc
a
d
n
a
rm
no
servatoire à
e - et le Con
sur notre scèn gional de Rouen que
t ré
jet associe
Rayonnemen
donné. Le pro
ra
se
rt
ce
n
ce co
usiciens de
solistes et m
s
le
t
fe
ef
en
Conservatoire
ux élèves du
et élèves
l’ensemble a
l, Orchestre
ca
vo
le
b
m
(Ense
, occasion
strumentales)
in
es
ss
a
cl
des
r d’un projet
public autou
rritoires de fédérer le
n - et de te
tio
éa
cr
e
d
l
origina
ualité.
d’une rare q
la Région
rmandie et
RAC Haute-No
Baroque
/D
ue
re
iq
ltu
us
Cu
M
la
de
Ministère de
e du Centre
le
ch
Vocaux
r
er
es
pa
ch
bl
u
Re
m
en
se
de
ut
r
En
onique est so
n avec l’Atelie la FEVIS (Fédération des
rm
tio
Poème
Ha
ra
e
du
bo
l
lla
èm
pa
ci
Le Po
en co
mécène prin
t membre de
es
le
die. Il travaille
il
t
an
es
et
t
rm
e
al
on
No
ér
eGén
Haut
Royaum
ical Société
la Fondation
écénat Mus
de Versailles,
écialisés). M
Sp
e
ux
ta
en
de Normandi
et Instrum
n Artistique
.
d’Informatio
et
n
Harmonique
sio
ffu
Di
e / Office de
A Normandi
ien de l’ODI
avec le sout
- 20h tion hors les murs)
ovembre
présenta
e
Jeudi g4ian
(r
e
le Notre-Dam
à la Collé
de Didon ©
RMN
scène
cœur d’une
me installé au
la doum
,
ite
co
e
du
br
tra
m
i
péno
cur. Qu’ains
tre lumière et
s du clair-obs
tamment en
n des maître
l’u
ou
ur
« On est cons
To
)
eorges de La
de Tenebrae
peinte par G
03 (à propos
20
r
»
ie
!
nv
lle
ja
,
be
leur est
Le Répertoire
iresse, Enée
Gérard de La
au banquet
e : 1h
Tarif B / Duré
usic
Baroque m
Ècis O’Neill…
f
a
C
s
e
h
c
t
i
, Fran
Le mW
ohn Playford
usiques de J
Les Witches
rd : violon
Odile Edoua
n : flûtes
ho
ic
Claire M
iterne
uet : luth, gu
Pascale Boq
cin, cistre
a
erger : cl ve
lb
e
ch
Ei
y
d
d
Fre
ambe
t : viole de g
Sylvie Moque
scènes, les
sorcellent les
en
es
h
itc
W
Les
éophoniques
chaînes stér
s
le
et
es
d
n
o
ernier. Leur
du siècle d
des âges
depuis la fin
d
n
er du fo
en
m
ra
e
d
t
but es
et tavernes
des planches
t
ce
n
ia
b
m
l’a
re, privilégian
e Shakespea
­
ro
p
im
et
au temps d
n
oire, intuitio
m
é­
m
n
e,
u
ch
recher
propose
Witches-Café
visation. Le
l’Angleterre
s
n
a
d
débute
i
u
q
ns
e
g
ya
vo
achever da
1ère pour s’
is…
a
d
n
a
irl
d’Elisabeth s
b
u
festive des p
et
l’ambiance
ion joyeuse
ct
u
d
tro
in
e
u
n
d
u
s
s
rè
ite
p
A
extra
e Ballads
,
rd
o
yf
a
Pl
dansante d
n
de Joh
er
st
a
M
e
ist
g
Dancin
s intim
se fait plu
ues et les
l’atmosphère
sq
a
M
s
unds, le
it
avec les Gro
on se plaisa
sur lesquels
us,
ss
La
e
Ballad Tunes
d
d
Avec Rolan
à improviser.
om de la fin
e un grand n
lu
sa
le
b
m
se
n
l’e
se termine en
e
puis la soirée
et de ses
du XVI siècle
meux O’Neill
fa
u
d
ie
si
n
g
a
comp
diablés… Ain
es et Reels en
ip
p
rn
Ho
s,
Jig
e
e le passae g
me fait revivre
m
et
ra
g
II
ro
p
XV
ce
et le
cles, le XVI
entre deux siè es musicaux : les cours
ond
et villages
entre deux m
ère et les tavernes
I
h
et
b
d’Elisa
es. Il vous fera
es britanniqu
tré
n
co
s
o
n
de
s différentes
travers de ce
voyager au
à danser, à
de musiques
ambiances
opulaire. Le
p
l
e au ba
m
m
co
es
r
u
la co
des lieux et d
varie au gré
e
le
m
m
isi
o
ra
g
ch
ro
p
insi
Théâtre a a
t
en
m
se
lis
b
humeurs… Le
a
Ville, un ét
e
d
l
te
ô
tre
l’H
o
n
e
Bar d
situé sur
des eudois,
bien connu
accueillir le
r
u
o
p
pale,
ode fort
place princi
i s’accomm
u
q
fé
a
-C
Witches
informels et
s originaux et
ce
a
sp
’e
d
n
bie
vec de quoi
core mieux a
se déguste en t boire…
rtou
manger et su
ue,
n Artistiq
nal de Diffusio
/ Office Natio n musique
A
ND
l’O
de
ien
ffusio
avec le sout
ention de di
e d’une conv
dans le cadr
s
© Robin Davie
mbre - 20h
murs)
Mardi 9l’Hônteol dveeVille (représentation hors les
au Bar de
n aux
rtie en réactio
loppait en pa
nseurs
ve
ce
dé
s
se
de
le
ne
rô
ancien
le cont
s, la musique
oir assimilé
t bientôt sous
re décennie
de liberté fu
erté après av
lib
nt
ve
la
ce
de
« Il y a quat
;
ns
ue
ndre, être
se
te
siq
ce
en
as
s
cl
er
le
uv
A
du
tro
Les Witches.
t
et le mal. Re
conformismes
en
en
os
bi
op
le
pr
t
ce que
» dictan
ai 2009
« baroques
ciennes, voilà
Dauphiné, m
s pratiques an
renoble et du
G
de
s
he
fic
les règles de
»
Les Af
ntracte
t pas sorcier.
e : 2h avec e
libre, ce n’es
ère) / Duré
Tarif B (entrée +
une bi
15
usic
Baroque m
d
n
a
l
w
o
D
e
l
b
Dou
16
Le Sonart
12 cordes,
llier : guitare
David Cheva
ique
guitare class
e
offer : théorb
tr
ls
e
H
o
Brun
o
n
ra
uët : sop
Anne Mago
lus grand
mme le p
co
é
ér
sid
Con
curseur de la
n temps, pré
so
t
e
d
e
ist
th
lu
n Dowland es
antique, Joh
n
so
r
u
o
p
mélodie rom
rs
de nos jou
surtout connu nt de compositeur. Ses
le
ta
les
exceptionnel
t su traverser
mélodies on
le
b
u
o
D
s.
magnifiques
te
n
ntes et intriga
cet
tre
en
âges, émouva
irs
iro
un jeu de m
Dowland est
nsfiguration
ue et sa tra
q
ro
a
in.
b
s
er
iv
n
u
contempora
nde musical
n
’u
d
,
re
d
n
dans un mo
te
nnées à en
o
d
t
s
n
n
ro
a
se
d
Ainsi,
ix et luth,
ces pour vo
iè
,
p
tre
s
u
le
,
l’a
té
cô
, de
originale et
r,
llie
a
ev
h
C
leur version
d
re par Davi
ns
leur réécritu
visateur. Da
ro
p
im
et
r
e
eu
u
sit
iq
o
p
ét
com
ne esth
tion, loin d’u
a
ré
s,
-c
ce
re
n
re
tte
iffé
ce
s d
gommant le
.
te
n
se
ré
ip
fusionnelle
n
m
land est o
ow
D
e
ts
d
fle
e
re
vr
l’œu
uelle les
tre, dans laq
Cette rencon
pour mieux
trechoquent
en
s’
er
x
u
a
sic
u
m
effet d’affirm
, permet en
e
d
s
lu
p
se confondre
a
écrite il y
e
vr
u
n
œ
io
e
ss
qu’un
c l’expre
dialoguer ave
400 ans peut
i, avec cohé­
u
’h
rd
s d’aujou
de musicien
r le Sonart, le
gination. Pou
rence et ima
vivante qui
e
ne musiqu
u
si
in
a
t
es
jazz
fermements
urs et les en différents
to
n
co
s
le
it
fu
les
ntre entre
et la renco
ur du projet
cœ
u
a
t
es
x
u
a
sic
u
m
styles
On retrouve
t ensemble.
ce
e
d
e
u
iq
st
arti
échos et les
Dowland les
agouët,
dans Double
erté.Anne M
lib
tte
ce
e
d
rs
précédent
couleu
faisait dans le
le
le
el
e
m
com
riations, se
Gesualdo Va
e
c
m
m
ra
g
ro
p
cherche ave
e de cette re
ce
e
d
te
u
met au servic
co
rnation, à l’é
talent et inca
à réinventer.
l
geste musica
e
ne de Trois
de Normandi
SACEM.
Production Lu
n Artistique
utenu par la
so
t
es
rt
d’Informatio
et
n
Le Sona
sio
ffu
Di
e / Office de
A Normandi
ien de l’ODI
avec le sout
mbre - s20h
e
v
o
n
7
1
i
d
’Elle
Mercre
ival Chants d
re du fest
dans le cad
lument
gageant réso
voie en s’en
et jazz
l
sa
é
ca
uv
vo
t
tro
t
ar
en
improvisée,
r définitivem
ue
oi
rmes
iq
fo
av
us
s
e
m
,
bl
de
r
in
m
vallier se
ntempora
t pour crée
« David Che
tre univers co
nstituent
es se fonden
en
co
os
s
ch
ns
le
i
s
io
le
at
qu
«
id
ts
br
que
s élémen
dans ces hy
travaille à ce
t à ce que le
Sa musique
en cherchan
s
ai
m
rt
moderne…
pa
t pas au dé
e, avril 2010
».
qui n’existaien
Jazz Magazin
ment lisibles.
m
ta
ns
co
t
resten
© DR - Gérard
Proust
e : 1h
Tarif B / Duré
usic
Baroque m
de
eJordi Savall
u
q
i
t
l
e
c
e
l
o
i
La V
e
Un hommag
n, Simon
de O’Carola
Airs et danses
acpherson,
ow, James M
Fraser, Niel G
hall...
William Mars
ia Set
The Caledon
’s Set
ra
oi
M
rd
The Lo
rp
Carolan’s Ha
Set
The Lamento
urite Jigg
vo
Fa
s
n’
Carola
ire Pipes
The Lancash
Set
l
a
The Doneg
et lyra-viol
essus de viole
d
:
ll
va
Sa
i
Jord
harpe irlanrence-King :
w
La
w
re
nd
A
lterium
daise et psa
l - à l’inverse
e occidenta
d
n
o
m
le
s
n
Da
s lequel les
oriental dan
s
du monde
e déve­loppée
nt davantag
le ra
o
n
cultures se so
o
iti
d
pace de tra
s,
dans un es
traditionnelle
siques dites
u
m
ré
s
u
le
d
s
er
le
p
u
t
se
on
u folkloriques
populaires o
si l’écriture
si,
in
A
.
lité
ra
l’o
à
grâce
des formes
ermis l’essor
p
a
le
a
sic
mu
aussi relégué
ments, elle a
et des instru
ues vivantes
utes les musiq
dans l’oubli to
iennement
tid
aient quo
n
g
a
p
m
o
cc
qui a
bre. Dans ce
s grand nom
lu
p
le
u
d
e
vi
la
ltiques pour
musiques ce
contexte, les
lia
Production A
s d’Ecosse et
s musicale
aux tradition
d’Irlan
e et d’Irlande,
olon, d’Ecoss
identale,
« fiddle » ou vi
l’Europe occ
s
n
a
d
t,
en
musiques,
constitu
. Toutes ces
n
tio
p
e
ce
ex
une
rance d’un
vec persévé
a
s
es
d
ise
n
sm
u
n
t
tra
ituen
l’autre, const
génération à
es traditions
d
es
in
o
m
tri
a
p
x
s.
u
ea
b
plus
notre temp
vantes de
vi
i
s
rd
le
Jo
a
e
sic
d
u
m
viole
gramme, la
e
rp
a
h
la
r
Pour ce pro
a
p
ccompagnée
w
Savall sera a
rion d’Andre
lté
sa
p
le
et
s
u
ise
to
a
é
d
lis
irlan
r a réa
g. Ce dernie
t
n
sa
vi
ro
p
Lawrence Kin
en im
agnements
nelles
n
o
iti
les accomp
d
tra
pratiques
e
selon les
e approch
s’agit d’un
Il
e
.
té
es
p
o
nu
d
n
a
co
été
t sobre qui a
s
ce
e
d
l
volontairemen
tie
ntrer l’essen
o
m
x
,
u
es
ie
m
pour
elles-mêm
se trouve en
i
u
q
l.
,
a
es
u
sic
u
siq
m
mu
ours
e de leur disc
dans la forc
nettoyé ces
ir
vo
a
mble
; épurées,
Le temps se
er
t leur sup flu
u
to
e
,
d
s
ie
d
mélo
fil des siècles
evenues, au
d
t
es
n
d
so
n
s
le
tio
el
lébra
les à la cé
indispensab
nts de la vie
a
u
rq
a
m
s
lu
p
s
le
ts
momen
ur vaincre la
chansons po
:
e
m
ts
m
o
h
l’
de
r les momen
ses pour fête
à
ce
râ
g
t,
tristesse, dan
n
et représente
de bonheur… ort le plus sensible et le
pp
la musique, l’a
des cultures.
el
n
plus person
Vox
58
re à 19h30
ations en p.
i 24 novemb
ed
cr
er
m
:
onde. Inform
é
rt
m
u
d
s
En apa
tin
a
m
film Tous les
Projection du
zewski
© David Ignas
re - 20h
b
m
e
v
o
n
5
2
Jeudi
son ident de l’esprit de
le est le refle
age de
up
’im
pe
qu
un
nt
d’
ta
la musique
le temps en
e,
ns
m
da
l’â
e
de
rm
ir
fo
est le miro
s qui prend
« Si le visage
viduelle mai
l’origine indi
à
et unique ».
é
re
tit
op
février 2009
en
pr
id
l
re
tité,
Jordi Savall,
espace cultu
un
d’
e
bl
l’ensem
e : 1h30
Tarif C / Duré
19
Cirque
on
d
n
i
D
u
d
t
n
Le Cha
20
Rasposo
Compagnie
olliens
rie et Fanny M
ns
Ecriture : Ma
llie
o
M
ne : Fanny
ns
Mise en scè
llie
o
M
t
n
ce
e : Vin
visation
ro
Scénographi
p
tation et im
p
a
d
a
n,
tio
Créa
cky Lignon,
noit Keller, Ja
Be
:
le
a
ic
us
m
isot
nvois, Alain Po
Christian Milla
Scholl, Bruno
olliens, Julien
M
rie
a
M
c
Ave
nt Mignot,
Forte, Vince
e
Lussier, Luca
olliens, Hélèn
ns, Joseph M
Fanny Mollie
Molliens
­
n, la Compa
nt du Dindo
de
e
d
u
lit
Dans Le Cha
so
évoque la
gnie Rasposo i l’accompagne et le
u
q
t.
l’artiste, celle
res s’éteignen
que les lumiè
e,
cl
ta
ec
sp
pour­suit dès
ce
sonnage de
si
Chaque per
cherche ain
e
u
iq
ér
im
ch
,
t
té
in
ra
,
jo
re
hu
déc
ent. Il
à cet isolem
er
p
la
p
,
a
h
ille
éc
m
à
sa fa
n qui sera
disparates
alors le cla
es
vi
e
d
n
io
n
u
ré
e,
troup
ble à un
clos, sembla
s
er
iv
n
u
n
u
dans
ste devient
clôtures. L’arti
s
n
sa
ire
to
terri
à d’autres
solitude face
alors une
n huis clos
l’intérieur d’u
ire l’effort
solitudes, à
rd
ut d’abo fa
fa
il
el
r
u
q
le
s
dan
vant d’essaye
c les autres a
ve
la
a
r
r
te
su
xis
s,
’e
d
exilé
prendre. En
de les com
ntent leurs
fro
n
co
s
n
ie
ss
a
rc
ci
s
le
route,
plus qu’une
r n’en former
u
o
p
s
re
ltu
cu
monde. C’est
t leur propre
nt
et réinventen
que le Cha
con douillet
r,
tre
en
à
dans ce co
lic
b
vite le pu
in
n
o
et
d
s
in
lie
D
du
, les fo
er les ivresses
t
pour partag
e réunissan
u
rq
ci
de ce
n­
co
,
rs
eu
les illusions
g
lti
uilibristes, vo
acrobates, éq gleurs, comédiens et
n
jo
anque au
tor­­sionnistes,
yage saltimb
vo
Un
la
musiciens.
s
an lequel
omadisme d
ce,
n
a
ér
tin
cœur du n
l’i
r
a
, métissée p
musique slave
e chose :
urs quelqu
jo
u
to
te
n
co
ra
s, la vie en
s ou les joie
les souffrance
somme.
ts du Cirque
tional des Ar
d’Alès, Pôle Na e Nationale de Narbonne
rie
rre
Ve
La
èn
ec
s
stival Le Man
- Le Théâtre, Sc
gnonnage av
Fe
pa
ue
Le
m
rq
Ci
co
et
du
ss
en
ts
Rasposo,
tional des Ar
e (ChalonThéâtre de Cu
Ru
Na
Le
le
la
r
Pô
,
de
Compagnie
go
ts
ès
Tré
Al
Ar
nl des
n Verrerie d’
ée de Lannio
entionnée
ntre Nationa
Coproductio
conventionn
, Scène conv
L’Abattoir, Ce
ique, Scène
s - La Piscine
(Belgique) kt
ée
ar
nc
M
Ela
De
s
Le Carré Mag
Le
- Le Theater op uest Provence, Festival
de
fait son Cirque
eil Régional
nés O
gne, du Cons
Scènes et Ci
)
ne
aô
r-S
ry
DRAC Bourgo
su
la
ab
al
de
,
-M
S)
ay
DT
en
Chât
lture (DM
DAMI
d’Antony et
ère de la Cu
Loire et de L’A
ien du Minist
de Saône et
al
avec le sout
ér
én
G
l
ei
du Cons
Château (Eu)
Bourgogne,
) - Théâtre du
tionale (DSN
Na
e
èn
Sc
la
n Dieppe
ppe* pour
Coréalisatio
etour Eu-Die
Château.
uera l’aller-r
du
ct
fe
tre
ef
!
éâ
te
Th
ui
le
transporter
navette grat
h45 devant
Laissez-vous
est fixé à 18
Dieppe, une
ts.
rendez-vous
r l’accès à
enez vos bille
Le
pr
h.
us
20
vo
à
où
e
Pour facilite
jour
mbr
acement le
jeudi 2 déce
pl
dé
du
ce
ce
ur
an
sé
es po
rver vos plac
Merci de rése s places disponibles.
ite de
* dans la lim
bre - 20h
m
e
c
é
d
3
i
16h
d
ndre
embre s- m
c
é
d
5
e
h
Jeudi 2 et Ve
c
n
Dima re (représentation hors le urs)
Samedi 4 et
ier Ga
art
à Dieppe, qu
l
cirque familia
pitreries… Le
en
tre
rt
nè
pe
pé
ex
Rasposo on
ltige, un fils
ose de la vo
apiteau des
ctive
l’élégant ch
: une fille virtu
réussite colle
it
us
lle
so
rfa
be
e
pa
e
iss
re
gl
un
t
se
vie
es
on
La
on
i.
« L’équilib
nd
nd
hu
Di
ua
d’
d’aujour
u Chant du
enchante. Q
nnel et cirque
tio
des Rasposo
e tout nouvea
di
C
.
tra
ité
ue
tim
rq
in
leur
al entre ci
ût 2009
aussitôt dans
rcours origin
Télérama, ao
onner un pa
qu’ailleurs. »
e
us
re
eu
qui vient cour
al
ch
te
la piste, plus
avec entrac
s’écoule sur
/ Durée : 2h
lahaye
© Florence De
Tarif A
e 8 ans
ille, à partir d
à voir en fam
tes
Marionnet
s
g
n
i
r
t
s
n
o
Circus
tion :
et interpréta
Conception
Viktor Antonov
rionnettes à
tacle de ma
ec
sp
ce
s
n
a
D
arionnettiste
nov, maître m
s oubliées
fils, Viktor Anto
o
c les traditi n
ve
a
e
u
o
n
re
y ajoutant
russe,
arionnettes en
m
e
d
tre
éâ
th
du
propre à la
’authenticité
la touche d
ène. Dans ce
arts de la sc
gestuelle des
sans paroles
e
», spectacl
fils
e
à
e
u
irq
« C
e numéros d
ne dizaine d
x
u
ye
jo
n
constitué d’u
clow
en effet un
ut
o
b
le
r
su
cirque, c’est
é
parlant perch
e
et un oiseau
t une série d
ui présenten
q
u
ez
d
n
x
n
u
so
ye
s
e
d
us le
leaux. Ainsi, so
fabuleux tab
ur, un trio de
fle
e
n
u
ve
lti
cu
r
ki
fa
n
u
,
numéros,
public
chaînent des
en
s
zé
n
a
p
chim
altérophile se
r muscle h
un Monsieu
puis soulève
monocycle
chameau
déplace en
u
ordinaires, n
tra
ex
,
s
id
o
p
des
des flammes
le et crache
vo
l
ia
éc
sp
s
trè
fait la danse
se orientale
e
une danseu
n vieil homm
r la tête d’u
ces
s
te
u
du ventre su
to
et
narguilé...
qui fume le
uidées par
iquement g
n
u
s,
n
tie
a
b
o
cr
a
tonov est u
. Si Viktor An
n
u
i
ss
u
a
t
quelques fils
es
il
te hors pair,
ir et
marionnettis
our concevo
p
el
n
n
tio
p
ce
ex
sà
te
n
et
sa
n
arti
rion
main ses ma
tor
ik
V
.
té
lp
fabriquer à la
u
en bois sc
rt
a
p
lu
p
la
d
r
n
fils, pou
s le mo e
t enfin - dan
in
tte
a
ov
n
Anto
ditionnelles nnettes tra
et
r
u
o
m
u
des mario
d’h
s inégalés
t
des sommet
ite forme tou
et
p
tte
ce
s
n
a
D
.
ité
le
tiv
it
n
fa
d’inve
t - qui a
rtiste comple
s
public, cet a
e entier - vou
d
n
o
m
als du
u
a
le
éa
id
tour des festiv
tion
si une initia
l.
propose ain
art ancestra
t
ce
e
d
e
u
iq
g
a
m
e
d
n
mo
59
ations en p.
le Yères. Inform court
es
Br
ys
Pa
le
sc-Ro
tion sur
Saint-Rémy-Bo
décentralisa
des fêtes de
lle
Spectacle en
Sa
:
sc
30
o
h
Milleb
bre, 19
des fêtes de
Lundi 6 décem
, 20h30 : Salle
re
b
em
éc
d
Mardi 7
cours)
(Calendrier en
ov
© Viktor Anton
30
bre - 19hh
m
e
c
é
d
8
0
i
3
d
4
1
à
Mercre
i 7 décembre
ire mard
séance scola
ées frapçons, de pens
de hautes le
grands
,
ts
us
an
pl
x
qu
pi
au
s
its
marionnette
ppeler de tra
s
ra
le
le (…)
s
r
rè
pa
pa
Au
je
es
cispourra
Horace, Mar
poésie, inspiré
e,
ot
de
ist
er. »
Ar
ou
,
« Combien ne
e
ng
on
ic
e, Byron, Béra
s temps ? Plat
ison, de capr
ltaire, Goeth
et de tous le
pantes de ra
Vo
,
es
re
ré
iè
nt
ol
co
M
,
s
utes le
ervantes
s (1852)
génies de to
akespeare, C
squ’à nos jour
modernes, Sh
is l’antiquité ju
pu
de
pe
ro
et parmi les
s en Eu
e : 45 mn
s marionnette
Tarif A / Duré
nin, Histoire de
Charles Mag
de 3 ans
ille, à partir
à voir en fam
23
Musique
es
s
s
u
r
s
e
u
q
i
Mus
opus 37
ski Les Saisons
ov
ïk
ha
Tc
h
tc
s opus 35 bis
Piotr Ili
(création)
Cinq mélodie
ev
vi
ko
o
Pr
ei
violon et piano
r
ou
Serg
p
te
na
anov So
Valery Arzoum
tein : piano
Serguei Mils
in : violon
Maria Milste
24
se terminera
ce-Russie 2010
n
a
Fr
ée
n
n
L’A
rendez-vous
un second
découvrir
à Eu par
propose de
s
u
vo
i
u
q
l
culture
la musique
es pages de
d
n
ra
g
es
u
q
quel
isons, suite
russe. Les Sa
es
instrumentale
ul composé
our piano se
75
18
re
b
de pièces p
em
ov
vski entre n
’un
par Tchaïko
ctéristiques d
ra
ca
t
n
so
,
76
tif,
18
ec
i
a
sp
m
tro
et
e, in
sical poétiqu
,
té
en
rm
u
langage mu
to
s
n style plu
u
s
n
a
D
t
.
er
en
g
vif et lé
u fondem
également a
le lyrisme est
fiev, comme
ko
o
Pr
ue de
o
de la musiq
s pour pian
inq mélodie
s.
se
eu
u
g
u
dans ces C
fo
antes et
ch
tta
a
e
,
rit
n
lo
éc
o
et vi
lement
pièce - éga
La troisième
ts - est une
en
m
ru
eux inst
. Dans la
pour ces d
Arzoumanov
ry
le
Va
e
d
n
créatio
sa musique
deux autres,
es
d
ité
u
tin
n
co
ie et l’écriture
nt la mièvrer
e
fuit tout auta
une musiqu
pour créer
dramatique
ut. Loin de
jusqu’au bo
te
n
a
n
n
io
ss
a
p
usique russe
ration, la m
ance au
toute structu
éral l’exubér
én
g
la
en
re
préfè
allement à
sage, l’emb
e
t
m
es
tis
e
n
a
m
m
m
ro
rogra
le présent p
t
en
m
le
a
cadence. Si
ég
st
ns l’âme, il l’e
ainsi russe da
uei et Maria
rg
Se
s,
te
rè
rp
c
par ses inte
œuvres ave
joueront ces
rs
u
le
e
d
Milstein, qui
rit
fidélité à l’esp fille, ces
conviction et
en
e
èr
p
e
d
nts
rs
auteurs. Brilla
de concou
t lauréats
n
t
so
en
m
es
ru
st
st
rti
a
r in
x dans leu
rnoi
u
To
u
internationau
d
Premier prix
respectif :
à Rome ;
de Musique
l
a
n
tio
a
rn
Inte
international
du concours
t
Premier prix
s prometten
Paris. Ils nou
t et
n
ya
ro
d
de l’UFAM à
u
fo
de musique
un moment
musiciens de
l’image des
à
,
ire
a
n
n
sio
vi
nt.
’ils interprète
caractère qu
osité techant lier la virtu
ch
sa
t
en
m
tique lui
ru
de son inst
ique roman
le vrai maître
ne de la mus
e
é avec
ai
m
el
m
m
pp
do
co
ra
t
Le
te
.
ai
présen
. L’artiste ét
icale parfaite
te
us
an
m
in
« Milstein se
n
sc
fa
sio
t
er
ilstein étai
une imm
soirée de M
nique avec
t proche... La
en
pièces. »
s
em
le
m
ab
trê
br
an, Brno, 1994
ex
m
est
Rudolf Pecm
outait d’inno
aj
et
e
sm
enthousia
tolia.com
© Svemir - Fo
mbre - 20h
Jeudi 9 déce
c entracte
e : 1h30 ave
Tarif B / Duré
n-Beaptiste Lully
o
i
m
r
e
H
t
e
de Jean
Cadmus
OpÈra
!
transporter une soirée découverte
-vous
z
Laisse
s propose
u
u Château vo ormandie
Le Théâtre d
-N
te
u
a
Rouen H
à l’Opéra de
d’après
pe Quinault
Livret : Philip
de
vi
’O
d
rphoses
Les Métamo
armonique
Le Poème H
nt Dumestre
icale : Vince
us
m
n
tio
c
ire
D
in Lazar
ne : Benjam
Mise en scè
en scène :
n à la mise
Collaboratio
Louise Moaty
amletz
e : Gudrun Sk
Chorégraphi
aron
e : Adeline C
Scénographi
t
o
Alain Blanch
Costumes :
illet
hristophe Na
C
Lumières :
nmoussa
Be
e
ild
: Math
Maquillage
et Orchestre
eurs, Chœur
ns
a
D
s,
te
lis
So
armonique
du Poème H
ione, Jeanus et Herm
m
d
t
a
C
c
Ave
Quinault on
et Philippe
re
en
g
n
u
Baptiste Lully
73, à
ance, en 16
rs
donné naiss
dant plusieu
en
p
r
se
o
p
im
s’
it
lla
a
qui
pporter une
la Cour et a
à
s
ie
n
en
déc
française à
piquement
couleur ty
édie lyrique.
péra : la trag
la partie
l’histoire de l’o
r
u
o
estre - p
m
u
r
D
t
n
ce
Vin
Lazar - pou
et Benjamin
à
s
lé
tte
a
musicale sont
énique - se
la partie sc
e telle qu’elle
vr
u
l’œ
e
d
rit
sp
l’e
re,
r
ve
retrou
dans ce cad
l’époque et,
à
.
e
se
éé
eu
cr
in
it
a
m
ét
n lu
ter une versio
,
ts
n
ei
p
rs
o
à en réinven
: déc
t admirable
s
Le résultat es
s et divinité
re
st
n
o
m
e
d
s
­
n
en
io
rit
u
a
a
p
ap
, plate
dans les airs
s
le
,
fin
En
.
tournoyant
ugie
lairé à la bo
rs,
tièrement éc
e des déco
g
a
m
l’i
à
t
n
so
x
u
es
ijo
m
b
costu
mes en
spirés. De plu
in
s
et
n
x
a
d
eu
t,
ci
en
ré
p
ccèd
soieries se su
incrustés, les
r…
u
te
n
a
ch
un frou-frou en
n péra de Roue
.
yaumont - O
Ro
n
io
at
nd
s - Fo
ue
e de Versaille
péra Comiq
ique Baroqu
Production O
e Harmonique s
ntre de Mus
èm
Ce
n
Po
tio
Le
uc
ai
Coprod
tre de Caen
roque Franç
andie - Théâ
usique du Ba
ique.
Haute Norm
soutien de M
l’Opéra Com
le
à
08
ec
20
av
r
s
ie
isé
nv
ja
21
te effectuera
le
e
Décors réal
éé
cr
vette gratui
production
Château.
e, une na
di
du
an
rm
tre
Reprise de la
No
éâ
evant le Th
Rouen Haut
de
de
5
h1
ra
18
pé
l’O
à
llets.
r l’accès à
us est fixé
prenez vos bi
Pour facilite
Le rendez-vo
jour où vous
Eu-Rouen*.
acement le
pl
r
dé
ou
et
ce
r-r
ur
lle
l’a
es po
rver vos plac nibles.
Merci de rése
places dispo
ite des
* dans la lim
io
© E. Carecch
h
les murs)
embreie- (r2e0
c
é
d
ntation hors
7
se
1
ré
i
p
d
re
Vend de Rouen Haute-Normand
à l’Opéra
er l’œuvre
r fait chatoy
njamin Laza
Be
ns paralyet
sa
re
tre
oi
es
ist
ajuster à l’h
Vincent Dum
s’
de
su
e
a
algré ses
nt
r
m
illa
za
r,
ution br
e, d’humou
Benjamin La
di
.)
gé
(.
.
tra
té
« La reconstit
au
public
de
be
ais bien au
de passion,
e précieuse
d’aventure,
au musée m
s
ge
de Lully d’un
pa
an
e
él
in
m
st
e
de
(…) C
es, ne se
ier 2008
ser le théâtre
mythologiqu
La Croix, janv
storiques et
références hi
i. » d’aujourd’hu
vec entracte
e : 2h15 a
Tarif C / Duré
27
usrPaul Scarron
o
m
A
í
l
‡
e
n
d’aprè
Hym
28
el Proust
Groupe Marc Juliette de Charnacé
ne :
Mise en scè
rtès
hédalia Taza
G
Musique :
: Goury
s
e
um
st
e, co
Scénographi
gt
urent Castain
Lumières : La
er,
n Baumgartn
ouvenin, Julie
zin,
Pu
yu
p
Avec Cyrille Th
u
D
uy, Dorothée
Antoine Go
lia Tazartes
rd et Ghéda
illa
u
G
in
m
ja
Ben
ro
t : Satchie No
special gues
tilhomme
Mendoce, gen
e
d
e
u
g
ie
D
Dom
is lontemps
aime depu
té
en
rg
a
és
d
it une cour
rres et lui fa
Hélène de To hésite. Une indéniable
ne
’il
assidue. Hélè
le attend qu
s lie mais el
le
e,
ité
u
q
lic
p
es
n
m
co
roma
jeune fille
hérite. Une
lui qu’elle
ce
er
ch
t arra
s de « la
Leonor, veu
ra
b
iegue, des
D
m
n
o
D
e,
aim
iera toute so
». Elle déplo
e
n
sa
lè
Hé
et
r
lle
u
Be
cœ
gagner son
énergie à
ns relâche
sa
ra
ce
n
o
én
d
et
ce
n
confia
le. La pièce
t de sa riva
en
em
ss
re
té
l’in
-ci, incarnée
tour de celle
nt il est
s’articule au
igmatique ta
én
e,
m
m
o
h
par un
ThȂtre
CrÈation
is. Dans
ns comprom
sa
et
»
sh
t
ca
«
carré,
comportemen
rron décrit le
a
t
Sc
en
e,
rg
xt
l’a
te
ce
port à
ens par rap
e
n
u
s
n
a
d
de jeunes g
me
uction com
et à la séd
le spectacle
et
e
u
iq
g
lo
o
zo
e
ce
n
ie
expér
pour parler d
oint de vue
p
u
ce
d
t
te
n
p
o
rre
d
a
récu
main, thème
l’humain-inhu
à partir de
st
’e
C
.
n
rro
a
Sc
e
d
théâtre
ureuse - que
trahison amo
la
r
o
n
n
a
g
l’in
ne à l’amou
ifique de Hym
in
se
u
a
,
le genre spéc
parlé
rte d’opéra
est crée, so
personnages
es
d
n
tio
a
rn
ca
n
ix
l’i
el
u
duq
érante. La vo
ce prépond
la
p
ra
e
se
n
u
s
t
n
rtè
tie
za
Ghédalia Ta
chantée de
nscient, de
co
in
r
u
le
de
l’expression
rs émotions
ets ou de leu
u
m
rs
u
le
p
rs
leu
e analytique
e point de vu
is
sublimées. C
lume à la fo
ment à la p
ette
C
.
n
rro
sied parfaite
a
Sc
efficace de
elliptique et
grande place
en effet une
e
,
iss
la
re
u
rit
éc
scénique et
n et au jeu
ne
’u
d
re
iè
à l’imaginatio
n
a
tacle, à la m
dans ce spec
rps dans le
le prend co
el
,
re
o
h
p
a
ét
m
visuel.
s
de Colombe
ine, Théâtre
du Conseil
) - l’Avant-Se
Normandie,
ny
eig
ss
ob
Ba
(B
on
3
gi
Ré
DI
- MC9
la
st
CA
de
ou
AR
Pr
e,
d’
l
,
di
er
ce
ar
Basse-Norman icipalité de Trouville-sur-M
n Groupe M
Coproductio
S, de la DRAC
Mun
DT
la
DM
de
la
s,
de
do
lva
ien
andie
avec le sout
DRDJS du Ca
ue de Norm
lvados, de la
ation Artistiq
rm
Ca
fo
du
In
al
d’
ér
et
Gén
Diffusion
/ Office de
Normandie
n de l’ODIA
ie
ut
so
le
avec
11
di 7 janvier 20
10 au vendre
.
20
58
re
.
b
p
em
en
s
éc
n
Informatio
mardi 14 d
.
u
tre
d
:
éâ
é
rt
Th
a
u
p
a
En a
mes »
Corps-Costu
Exposition « En
r - 20h
ie
Jeudi 6 janv
© DR
d
mon plus gran
, que j’ai eu
rir
ou
m
u
ul
que j’ai vo
nre ! »
pas mon ge
es de ma vie,
s, qui n’était
ché des anné
pa
gâ
it
i
sa
n, 1913
j’a
ai
e
pl
qu
« Dire
our de Swan
qui ne me
une femme
st, fin d’Un am
Marcel Prou
amour pour
e : 1h20
Tarif B / Duré
ThȂtre
pinre
a
c
S
e
d
s
ie
d’après Moliè
Les Fourber
anipulateur
Un Scapin m
in
Emilie Valant
Compagnie
n:
tio
ta
et interpré
Adaptation
Jean Sclavis
lantin
ne : Émilie Va
Mise en scè
illes Richard
Lumières : G
istée de
Valantin, ass
ilie
Décor : Ém
ire
Jean-Luc Ma
rôle de
musicale du
n
tio
si
o
p
Com
er
st
ee
M
incent De
, assistée
Hyacinte : V
tin
n
la
Va
ilie
s : Em
Marionnette
Morinière
de François
elle Schäller
ation de Isab
p
ci
rti
a
p
la
et
bel
et Adeline Isa
, Coline
athilde Brette
M
:
s
e
costum
Kerouredan
Privat, Laura
e
e la pièce d
daptation d
n­
rio
a
m
it
Dans cette a
hu
le
pin manipu
Molière, Sca
aux visages
ille
ta
e
d
n
ra
g
e
d
s
te
net
ts napolitains
irés par les sain
es
expressifs,insp
es » de crèch
les « caractèr
de
e
îtr
a
m
baroques et
in
p
vec ce Sca
populaires. A
ées au sens
instrumentalis
s,
e
marionnette
, l’idée est d
me au figuré
n
’u
d
re
o
h
propre com
p
a
bout la mét
filer jusqu’au
personnages
ulateur de
ip
n
a
-m
in
p
a
Sc
comique du
ir la fonction
entre les
et faire valo
simple jouet
,
le
el
fic
à
pantin
amuse. Ce
utre qui s’en
a
n
’u
d
s
in
ma
de de Scapin
ligne la solitu
parti prix sou
évoile. Il ne
e la pièce d
d
se
ly
a
n
l’a
que
utour duquel
xe central a
l’a
s
lu
p
ra
se
nnages mais
s autres perso
rionnettes
évolueront le
m
rviteur de a
se
le
ra
d
n
ie
redev
plateau afin
era sur le
u
q
o
t
nv
co
’il
qu
en attendan
dernière fois
la
e
d
e
u
iq
d’exister une
g
e fourberie tra ueils que
la mort, ultim
x éc
eu
d
s
le
r
te
vi
’é
e
pièce. Afin d
tion historiqu
la reconstitu
t
n
n
te
io
n
ct
se
l’a
ré
p
,
re
ficielle
alisation arti
et la réactu
é imaginaire
ss
a
p
n
u
s
n
a
d
e
u
se sit
s historiques
les référence
t
n
sa
lis
p
u
o
ass
Scapin n’est
costumes. Si
n’a pas
des décors et
ballet - Lully
ie
éd
m
co
e
pas un
sique pour
écrit de mu
t
en
ém
ss
re
exp
et le chant
- la musique
cette pièce
ent liés à la
que étroitem
spectacle
sont à l’épo
Le
théâtrale.
n
tio
ta
n
se
repré
e de citations,
ué, sous form
ct
n
o
ur
p
si
in
a
t
es
ptistes et, po
des deux Ba
a
ér
p
’o
d
irs
de musiques
a
e, de vrais
th
n
ci
a
Hy
le
e
r
d
le rôle
e Lully pa
s la veine d
réécrits dan
er. Toutes ces
st
ee
cent de M
s,
musicien Vin
s et réfléchie
la fois simple
x
eu
ci
u
so
trouvailles, à
e
cl
’un specta
d
e
g
a
in
m
l’i
se
à
u
sont
oésie a
r farce et p
s
d’harmonise
-marionnette
in
a
m
ge hu
d’un mélan
ent réussi.
particulièrem
tre de SaintOpéra-Théâ
L’Esplanade
st)
Fu
du
re
ntin (ex-Théât
ie Émilie Vala
n Compagn
(Oullins)
ication ce
an
iss
Coproductio
na
la Commun
éâtre de la Re
Culture et de
la
.
he
de
e
èc
èr
rd
Etienne - Le Th
ist
Min
de l’A
la Drôme et
enue par le
rtements de
ntin est sout
ie Emilie Vala
pes - les Dépa
Al
gn
epa
ôn
m
Rh
Co
La
gion
e-Alpes - la Ré
la DRAC Rhôn
an
© Frédéric Je
r - 20h h30
ie
v
n
ja
6
2
i
d
er à 14
Mercre
ardi 25 janvi
ire le m
séance scola
ingéniosité
esure d’une
donnent la m
in
nt
la
Va
ilie
aginés par Em
le dispositif im amaturgique. »
ril 2008
« Le décor et
dr
Libération, av
se
urrie de fines
no
ue
iq
én
sc
e : 1h20
Tarif B / Duré
31
Musique
Ensemble
in ntraires
a
r
o
p
m
e
t
n
o
interc Vents de liberté, vents co
s
i Six Bagatelle
György Liget
es
èc
Pi
is
Tro
ky
Igor Stravins
toni Luci II
Franco Dona
,5
se Densité 21
nza VII
Edgard Varè
er zoo, Seque
b
m
nu
us
p
O
rio
Be
no
Lucia
an Sources
Patrick Burg
orain
tercontemp
Ensemble in
te
flû
:
Ophèle
Emmanuelle
is
o
tb
u
a
u:h
Didier Patea
te : clarinette
m
o
C
e
m
Jéro
: basson
Paul Riveaux
nama : cor
Jens McMa
32
,
z en 1976
Pierre Boule
it
n
u
ré
in
Créé par
ra
o
intercontemp
ne
l’Ensemble
artageant u
p
s
te
lis
so
n
u
e
rit
et
éc
te
e
tren
musiqu
ion pour la
é
itu
st
n
o
C
même pass
’hui.
e
e à aujourd
s la
u
so
cé
du XX siècl
la
p
ermanent et
ki,
en groupe p
sanna Mälk
sicale de Su
u
m
e
d
n
s
io
n
ct
a
s
ire
d
us le
mmande to
hir
ric
en
t
l’Ensemble co
en
n
uvres qui vien
aux chefs
nouvelles œ
et s’ajouter
ire
to
er
p
ré
résidence
son
XXe siècle. En
is 1995,
d’œuvre du
ep
usique d u
m
la
e
d
ité
le à des
à la C
de l’Ensemb
n
tio
a
p
ci
rti
a
la p
jeune public
aux pour le
sic
u
n
m
ts
je
ro
p
de formatio
es activités
uit
d
tra
s
te
ainsi qu’à d
tis
nes instrumen
e
pour les jeu
au service d
ent profond
em
ir
g
a
vo
g
a
s
en
rè
un
s. Ap
t des public
l’élargissemen
la section de
ison passée
sa
la
lli
ei
u
cc
a
t la section des
nsemble, c’es
uintette,
cuivres de l’E
rmation de q
fo
e
n
u
s
n
a
d
vents,
11. Le Théâtre
nneur en 20
o
l’h
à
ra
se
i
qu
à l’occasion
également,
­
renouvellera
e d’une colla
eil, le princip
e
d
r
eu
sit
de cet accu
o
p
c un com
boration ave
rgan - dont
insi Patrick Bu
A
s.
p
m
te
tre
o
n
re dans le
Sources figu
ce projet
le quintette
au centre de
ra
se
e
m
m
progra
ion. Dans le
de transmiss
et
n
sio
u
iff
d
de
temporaine,
musique con
ses com­
champ de la
né à travers
lig
u
so
a
e
st
cet arti
n actuelle
ne expressio
’u
u
q
s
n
io
posit
oétiques et
des traits p
tir
e
vê
re
t
eu
p
une semain
séjournera
ce
en
sid
ré
lumineux. Il
e
n
le cadre d’u
trer
à Eu dans
our rencon
p
s
lle
re
ltu
cu
c
s
ve
n
a
io
ct
d’a
rtager
ds et faire pa
t
en
id
év
t
petits et gran
ce
gement a
g
en
et
.
ité
simplic
d nombre
au plus gran
point de vue
© D.R
vrier - 20h
Vendredi 4 fé
rain » car en
, « contempo
ité
r
rs
pa
ve
,
di
76
la
19
ndation, en
l’ouverture à
ésidé à la fo
Inter » pour
ente de
edo aura pr
r passion, «
cr
e et perman
pa
e
»
os
C
.
e
rtu
bl
ps
vi
m
m
n
te
io
at
tre
« Ense
rm
no
fo
e
de
Boulez, d’un
la création
Sinfonietta. »
gagé dans
chestre Pierre
ue du London
r et chef d’or
iq
eu
nn
sit
ars 2007
ita
po
br
m
e
le co
Le Monde, m
sur le modèl
e
ué
lq
ca
s,
31 soliste
cte
c entra
e : 1h20 ave
Tarif B / Duré
ThȂtre
mLeewis Carroll
m
a
e
r
d
,
e
d’après
Drink m
Alice au Pays
wonderdventures in
a
s
e’
lic
A
s
rè
d’ap
g Glass
gh the Lookin
land et Throu
du Chat-Foin
Compagnie
nri Parisot
He
Traduction :
sta,
: Yann Daco
Adaptation
ham
Alexis Magen
sta
: Yann Daco
ne
è
sc
n
e
e
s:
Mis
ire
o
ss
e
e et acc
Scénographi
e
sn
re
ef
D
William
Fabien Persil,
Guilbaud
ic
Er
:
re
Lumiè
r
Kakou Cavalie
Costumes :
u
ie
nt Math
Vidéo : Laure
lo Elcoq
b
Pa
:
ue
Musiq
el, Pablo
n
A thony Canu
Musiciens :
e
ire Fauqu
Elcoq, Grégo
soussan,
ux, Sarah Ben
ye
Ba
o
n
u
Br
Avec
cisci, Florent
, Hélène Fran
lla
te
Bo
a
iti
ët
La
t
anuel Noble
Houdu, Emm
e sept ans
petite fille d
tte
ce
t
es
e
Alic
et imaginée
la fois réelle
is,
et demi, à
rôle d’angla
arroll. Ce d
écrit
,
es
u
par Lewis C
tiq
a
de mathém e siècle, au
professeur
X
à la fin du XI
llé
ce rêve évei
téléphone,
u
d
n
io
rit
l’appa
premières
moment où
phie et des
ra
g
to
o
h
p
de la
volutionnent
ériennes ré
a
s.
es
in
ch
ma
et au temp
à l’espace
le rapport
des merveilles
s
qui met sen
extravagant
,
e
d
ire
n
a
o
in
m
Un
et imag
sous réel
es
le
d
b
s
em
su
ss
es
re
d
qui
on-sens, et
logique et n
onnants du
ét
s
ire
to
rri
te
s
ce
le.
à
fort
ut est possib
s lesquels to
n
a
la
d
et
tre
s
éâ
th
nnaire
thèmes visio
a
st
co
a
D
A travers les
n
n
wis Carroll, Ya
un
r
u
o
p
s
langue de Le
n
ie
sic
cteurs et mu
de
rassemble a
la poésie et
e
d
s
ile
a
s
le
r
e
su
t-c
e
Es
g
?
ya
i
vo
le Ro
i dort ? Est-ce
e
lic
A
Si
?
r
l’humour. Qu
u
te
Est-ce l’au
?
r u
te
à
ta
e
n
ec
le sp
t un hym
merveilles es
au pays des
, De l’autre
ce
n
ce
o
à l’inn
plus tard,
l’enfance et
n
blié neuf a s
u
p
ir,
iro
m
u
côté d
radis. C’est
te de ce pa
er
p
la
te
n
raco
it précis, que
x, à cet endro
é
entre les deu
e. Débarrass
me, Dream m
te
n
co
le
se situe Drink
e,
tin
gerie enfan
dy
de son ima
film de Woo
e
d
rte
so
e
n
u
ce
t
s
n
n
ie
a
ev
d
d
ister
omment ex
s
Allen sur C
es carrollien
g
a
n
n
so
er
p
s
Le
e
?
g
e
mond
ns ce voya
ent Alice da
accompagn
eux solutions
d
a
nd qu’elle
is
qui lui appre
ream me (Bo
Drink me ou D
t au
en
rti
a
pour exister :
p
p
a
oi) ; soit elle
moi ou rêve m
t tel qu’il est,
consomman
le
en
e
d
n
o
m
un autre…
e d’en rêver
soit elle décid
ux rives
éâtre des de
rmandie - Th
l de Granville
e - L’Archipe
de Haute-No
di
al
an
on
rm
gi
ré
No
ue
de
iq
és
at
ci
so
am
dr
as
s
re
teur
léguée Cent
andie
in - Les produc
Production dé
ue de Norm
ie du Chat-Fo
ation Artistiq
n Compagn
rm
tio
fo
In
uc
d’
od
et
pr
Co
Diffusion
/ Office de
Normandie
n de l’ODIA
ie
ut
so
le
avec
ier à 19h30
ercredi 9 févr
m
:
é
rt
a
p
a
En
en p. 58
Informations
En enfance.
el
thieu Douzen
© Ma
er - 19h30
ri
Jeudi 17 fév
bougie.
ant telle une
ble la
e réduire à né
m
r
em
ss
pa
re
ir
oi
fin
qu
pourrais bien
imaginer à
je
d’
e,
ya
ic
sa
Al
it
es
sa
le
ous se di
alors ? Et el
« Car voyez-v
j’aurais l’air,
de de quoi
an
soufflée… »
m
it
de
l’a
e
n
veilles (1865)
’o
m
Je
ie après qu
pays des mer
ug
au
bo
e
e
ic
Al
un
l,
d’
ol
flamme
Lewis Car
à vo
e : 1h35
Tarif A / Duré
1 ans
e
à partir d 1
ir en famille,
35
quin Desprez Nymphes des bois
pus Ergone Canticuit
toine Busnois In hydraulis
cob Obrecht Missa Sicut rosa spinam
illaume Crétin Déploration sur le trépas de Jean Ockeghem
Musique
r ghem
e
i
r
C
,
r
i
m
e
G
rqeuers ,en hommage à Johannes Ocke
Plo
musi
36
ir, crier
Rue Plorer, gém
es bois
Pierre de la
d
es
rez Nymph
Josquin Desp
it
u
Cantic
Lupus Ergone
is In hydraulis
o
sn
Bu
sa spinam
hem
Antoine
Jean Ockeg
Missa Sicut ro
t
ch
re
b
O
b
r le trépas de
su
Jaco
n
tio
ra
lo
rétin Dép
Guillaume C
ues : quatre
rsantes musiq
stylistique,
de bouleve
rande variété
a
g
ic
e
us
n
M
’u
d
in
ts
s
mote
iabolu
complète et
Ensemble D
olyphonique
n
p
io
se
ct
es
ire
tion.
d
m
:
r
e
un
rbe
:
e de déplora
Antoine Gue
deric Betous
rdinaire poèm
e
du
o
Fr
,
tra
g
ée
e
ex
g
rr
o
n
U
p
u
ssentent l’a
ré
p
Andrés Roja
re
es
vr
re
eu
Ces o
et illust nt
altos
nco-flamand
rmond ,
e
fra
t
G
r
in
ué
o
ie
p
liv
tre
O
con
ulay,
ui s’est effect
Raphaël Bo
t insensible q
Primard :
s
en
ce
m
ue
râ
se
g
ug
,
lis
H
g
ce
c,
le
ki
Renaissan
Branislav Ra
par
s
Moyen Âge et
ée
tre
lim
en
b
su
ténors
es sublimes et
ton-basse
t
à ces musiqu
istorky : bary
ître. Elles seron
Emmanuel V
du grand ma
n
it
io
e
la
rit
ss
u
a
a
vo
b
isp
:
d
le
e
la
ition
Philippe Roch
mme la trad
chantées co
x chanteurs
eu
a
d
u
o
em
h
n
u
eg
à
ck
,
O
la
el
es
p
n
a cap
Johan
vres. Depuis
inspiré un
L’œuvre de
lon les oeu
t
se
en
e
a
em
rti
a
ct
p
ire
r
ire d
lus in Music
ns, pa
influencé, vo
mble Diabo
de musicie
se
n
n
le
tio
l’e
b
ta
,
a
ré
ér
92
rp
19
sid
n
es­
et l’inte
nombre co
cre à l’étude
médiats succ
du
sa
im
s,
n
le
u
co
o
va
s
ié
se
in
éd
ra
m
contempo
up de ces
s musiques
des
de toutes le
aître. Beauco t comme
u’aux gran
sq
ju
n
seurs du m
rie
en
o
rir
g
p
ré
t
g
ne
n
u
le
t
n
ta
c
a
e
ve
d
ch
e cle, a
nt
compositeurs
e et XIIIe
s du XV siè
euvres, laissa
ie
o
n
o
s
h
se
p
I
ly
e
XI
o
d
s
p
le
ur
e
modèle une
marquée po
éloquents d
t
prédilection
moignages
musica, c’es
s
in
u
s
To
lu
o
t.
b
n
ia
ie
ainsi des té
D
rta
is.
o
p
ça
e
n
i
g
Â
lu
fra
e
s
en
cl
’il
siè
qu
u Moy
contribué
l’admiration
théoriciens d
visite et ont
ainsi que les
u
, cette quarte
d
a
n
e
i-f
re
èr
m
t
p
n
lle
o
a
e
lui
ient l’interv
image d
a
n
m
m
so
o
daient mal
n
er
m
ris
onnante
t s’accom o
ét
à popula
n
o
e
d
st
e
t
ca
té
en
tte
m
ans ce
it absolumen
. aug
bienveillant d
et qu’il falla
ompositeurs
s,
-c
rs
ille
u
re
te
o
n
a
rs
h
u
le
s-c
­
de musicien
polyphonie !
1497, a forte
éviter dans la
ckeghem, en
’O
e
d
d
rt
n
o
tio
m
a
La
énér
tte brillante g
ment ému ce
à la création
u
lie
é
n
n
o
d
a
et
s
n
ie
music
ue,
tiq
Diffusion Artis
National de
ue
NDA / Office
iq
us
l’O
m
de
n
n
sio
ie
ffu
avec le sout
ention de di
e d’une conv
dans le cadr
rs
Jeudi 10 ma
- 20h
nt
, rude et sava
urtant ardent
s
po
de
t
n
an
tio
ch
nouï, où ce
et de la restitu
terprétation
yage dans l’i
), chain
vo
(…
d’
e
un
ue
t
ch
iq
es
er
t
og
ncer
la rech
musicol
« Chaque co
) Au-delà de
rtoire une
elle érudition
la fragilité (…
nne au répe
e exceptionn
do
un
i
fie
qu
ni
en
sig
i
rri
baigne dans
te
qu
té
ce
cô
s,
te
un
an
ec
qu
te, av
mélodies man
ion immédia
ue sur l’émot
in 2004
scinante. »
fa
e
rc
que soliste jo
fo
La Tribune, ju
e
eptible et un
rc
pe
é
pt
lu
vo
s
© Robin Davie
e : 1h10
Tarif B / Duré
ce
Performan
s
e
l
o
r
a
p
s
n
a
PiËce s
Annie
réalisation :
Conception,
ren
Ju
orvillier, Anne
Dorsen, DD D
en
rs
o
D
ne : Annie
Mise en scè
uschmeier
e : Roland Ra
hi
p
Scénogra
ique :
sonore, mus
Conception
ux
Sébastien Ro
omas Dunn
Th
:
Lumières
ren
illier, Anne Ju
Avec DD Dorv
r­
cinéaste po
e-Neige, le
é
lis
a
ré
a
Dans Blanch
iro
César Monte
tugais Joâo
de Robert
d’une pièce
n
if
tio
ta
p
a
d
l’a
e sur l’object
osant sa vest
e,
g
a
im
s
n
Walser en p
a sa
a : du ciném
il
de la camér
e se produitu
Q
ir.
o
n
d
n
fo
r
su
ée
ix
riv
p
vo
des
e est
rme artistiqu
spécifique,
lorsqu’une fo
n
io
ss
re
xp
e d’e
fonde est
de son mod
la
i
de ce qu
rt
a
p
e
n
u
d
quan
nes sensibles
Vers quelles zo
?
ée
r ?
ch
n
tra
re
u spectateu
l’attention d
les
es
sé
o
p
se déplace
t
ue se son
q
n
tio
es
u
q
illi
C’est la
DD Dorv er
Anne Juren,
es
h
,
p
ra
g
ré
cho
Annie Dorsen
se en scène
rs
u
le
e
d
et la metteu
re
r à la frontiè
pour travaille
t de leur
es. Le résulta
tiv
ec
sp
re
formes
s n’est pas
e sans parole
èc
Pi
e,
ch
er
rech
ise en scène
uet ou une m
m
tre
éâ
th
u
d
tacle dont la
ais un spec
ntinuant
sans texte, m
absentée, co
it
ra
se
se
parole
lle a habités,
s corps qu’e
le
r
lit
ille
va
tra
à
ce qui emp
nner un silen
a
e
u
iq
st
laissant réso
rti
a
te. L’équipe
lay,
chaque ges
character p
o
tw
e
Th
ce
iè
n
p
tio
la
rti
a
utilisé
me p
Williams, com
se
it
es
su
n
n
e
cl
Te
ta
e
d
ec
graphie. Le sp
ns
io
ct
ire
d
pour la choré
s
le
et
dramatique
Au
ainsi l’histoire
de la pièce.
s
le
tra
éâ
th
et
ne
es
u
’u
iq
d
én
sc
scène,
e mise en
s,
re
liè
u
g
sin
moyen d’un
expression
e
n
’u
d
s
et
le
le
gestuel
présenter
nsiste à re
co
s
il
le
va
tra
et
le
ues
psychologiq
es
g
a
n
n
so
motivations
per
plexes des
actions com
le et sous son
ro
a
p
la
r
a
p
e
u
q
t
ir
en
m
autre
ce à découvr
e performan
Un
.
en
ce
’il
u
en
q
i
flu
in
quo
ience à vivre,
ou une expér
laissera pas
s
u
vo
e
n
e
cl
ta
ec
sp
soit, ce
indifférent…
g, brut
ene Salzbur
int-Denis- Sz
tbewegung
de Seine-Sa
ns
s
le
Ku
d
na
io
un
at
iener Tanz
iques intern
Production W
s chorégraph
n Rencontre
lture
.
Coproductio
e)
ts et de la Cu
nshaus (Vienn
cation, des Ar
du
l’E
de
Koproduktio
l
ra
Ministère fédé
de Vienne, du
autrichien
ien de la Ville
l
ut
re
so
ltu
le
cu
ec
m
av
Foru
mukk) et du
(b
e
ch
tri
Au
d’
nn
© Thomas Du
rs - 20h
Mardi 22 ma
e : 1h
Tarif B / Duré
39
Danse
Barocco
40
TPO
Compagnie
sco Gandi,
tique : France
is
rt
a
n
tio
c
Dire
rini
Davide Ventu
nzi
e : Paola Latta
hi
p
ra
Chorég
Ro
: ssano
formatique
Technique in
Monti
Elsa Mersi
graphique :
Conception
ia Capurso,
ant : Annap
Voix off et ch
oli
Angelica Porti
rtaco Cortesi
a
Sp
tti
Musique :
Fiamma Cio
ccessoires :
Costumes, a
Farulli
rio Rotiroti
Cortesi, Rosa
ia
Liv
:
rs
o
c
é
D
ia Rossetti
cci et Stefan
rlu
a
C
la
o
Pa
Avec
s­
typique, s’in
orégraphie a
r
su
ts
n
se
ré
Barocco, ch
ux fictifs p
lie
e
d
r
u
rie
d
té
n
crit à l’in
s vidéo gra
es projection
scène par d
paces sont
es
différents
es
C
t.
a
rm
fo
ux-le-Vicomte
palais de Va
le Salon
inspirés du
pparaît ainsi
a
t
n
o
d
ce
n
en Fra
tre baroque,
le Petit Théâ
e,
u
siq
u
m
de
des glaces,
ue, la Galerie
es
la Pinacothèq
lle des artific
danse, la Sa
s
ce
e
d
le Salon de
n
cu
royal. Cha
in
r
rd
u
Ja
te
ta
le
et
spec
ts réserve au
en
à
em
t
n
n
en
ro
m
vi
le
en
rtuel
en l’invitant vi
des surprises
ise, à traverser
ça
n
fra
la
à
rc
a
p
le
rir
u
parco
és d’histoire.
s lieux charg
ce
e
d
s
ce
iè
p
les
t ainsi
le château es
e,
cl
ta
ec
sp
Dans ce
ais aussi le
t le décor m
en
m
le
u
se
non
orégraphie
de cette ch crets. La
protagoniste
les se
les traces et
qui en révèle
r dans un
ainsi d’entre
et
m
er
p
se
dan
s dans lequel
s tournoyante
ce
iè
p
e
d
u
je
perpétuelle
ique est en
l’espace scén ment que les artistes
ouve
mutation, m
t au gré
déclenchen
es
êm
m
selle
éplacement.
et de leur d
de leur pas
chnologies
en effet des te
Barocco utilise ettant d’agir en direct
erm
interactives p
a l’utilisation
et les sons vi
es
g
e
a
im
s
le
r
su
s les tapis d
cachés sou
s
n
a
d
a
de senseurs
O
pagnie TP
m
co
e
La
u
.
iq
danse
une poét
développé
n
cette veine
sur la créatio
ée
d
ique fon
in
se
u
a
théâtrale un
les
ents sensib
d’environnem
s performers
le
u
o
lic
b
u
p
le
c
s
el
u
q
des
relation ave
itement en
ro
si
ét
in
t
a
n
t
n
tre
so
en
ds
tits et gran
,
lle
rie
so
n
la scène. Pe
se
périence
ex
e
n
u
n
à
u
s
r
convié
e pou
et immersiv
dyna­mique
ultimédia m
et
veilleux
voyage mer
e.
cture baroqu
dans l’archite
ana
mpagnie TPO
ile della Tosc
Production Co
astasio Stab
n Teatro Met
tio
uc
od
pr
Co
30
i 8 avril -(re1p9réhsentation hors les murs)
VendreMd
ichel Audiard
à la Salle
ire à 14h30
séance scola
ie
chorégraph
e : Barocco,
us
te
»
et
s.
ive
om
ct
pr
o intera
création
ojections vidé
une nouvelle
à l’aide de pr
revient avec
éé
ie
cr
,
gn
té
pa
an
m
, janvier 2010
« La co
eau ench
Paris mômes
ur d’un chât
douce au cœ
nturini
© Davide Ve
à vo
e : 1h
Tarif A / Duré
ans
5
e
d
à partir
ir en famille,
Musique
a
c
i
t
e
o
P
a
c
i
s
Mu
er Tod is
, Toccata, D
en
d
n
u
w
er
b
hat ü
gnen zu Zion
rr die Gefan
n nicht, es
ei
He
W
er
d
nn
n
a
m
en
W
eck
e,
Matthias W
Stadt so wüst
, Wie liegt die
en
g
n
lu
ch
rs
ve
gelein
ne lieben En
erlösen wird
Herr Lass dei
ch
A
r
e
6
nd
26
Tu
Franz
ta Bux WV
u
ehude Sona
ent au milie
Dietrich Buxt
miers, institu
ir »
so
u
d
parmi les pre
es
u
e
e ces « musiq
du XVII siècl
les églises
s
:
r
e
d
tous dans
e
Les Cyclope
a
à
M
s
y
le
rr
de
ie
sib
Th
es
,
te
acc
oin
istes. Elève
Bibiane Lap
aient organ
ét
nn
a
ils
t
km
e
n
u
o
ec
d
iq
W
st
ias
direction arti
Schütz, Matth
nts
prano
h
ta
so
n
ric
:
in
r
se
ré
ie
He
p
rn
re
a
Eugénie W
plus brillants
ra
est l’un des
uld : basse
ourg qui au
Benoit Arno
le de Hamb
n
o
ci
éc
e
ve
u
a
tte
cl
siq
:
u
ce
m
te
e
d
oin
de sur la
Bibiane Lap
ence profon
ar
e
p
u
flu
rg
in
o
e
:
ée
n
r
u
u
e
rq
d
a
e
M
Thierry Ma
llemande.
lupe Del
a
baroque a
ioni, Guada
de la Music
es
u
q
ro
Olivia Centur
a
b
s
ce
re
u
a
d
fig
u
a
s
le
ns
nde
ulanger,
Moral : violo
par une gra
eau, Lucile Bo
Poetica et
ue de ce
ub
siq
Pl
u
e
e
m
b
tin
m
is
la
a
hr
C
violes de g
puntique,
:
tra
u
n
a
e
co
paroxysmes
in
rt
es
a
rvient à d
Marion M
a
mas Jolly
p
o
r
Th
:
eu
sit
une
ue
o
q
p
ni
com
scé
spondent à
Conception
rares qui corre
al.
ifs
sic
ss
u
re
m
p
e
ex
de
langag
répertoires
e
e nouvelle du
rc
es
ch
fo
d
ro
la
p
n
p
à
a
’u
es
d
liennes lié
s Abend­
ita
Au cœur
le
s
,
n
es
tio
p
e
a
u
lo
ov
n
yc
siq
e-mu
Les in
des C
du lien text
innovatione
pré­­dilection
aphorique
ét
uent une
d’élection
q
m
o
in
év
II
rra
te
XV
en
musik
usicale du
t ainsi un
n
m
ro
e
vi
ve
u
ands de
la
tro
s
m
n
l’ancien
siteurs alle
o
s
majeure da
p
u
m
So
.
co
lic
s
b
le
u
chez
ch. Avec le
ncert p
siècle : le co
précédant Ba
en effet de
n
it
tio
a
a
ét
fort
ér
e
én
u
g
la
usiq
s Cyclopes,
régime, la m
officielles ou
dmusiken, le
s
n
en
as
b
tio
m
A
a
o
st
e
Th
cl
ife
n
e
cy
a
ique d
nte
toutes les m
mplicité scén
ujours prése
ce
co
to
ir
vr
la
u
is
o
e
a
d
éc
m
d
spirituelles,
pris de faire
La pratique
fonctionnel.
.
Jolly, ont entre
le
s
u
o
n
s large public
dans un rôle
e
p
u
q
ertoire au lu
p
ré
public tel
rt
t.
ce
n
en
co
du
gressivem
est née pro
connaissons
e du Nord,
n
g
a
m
ns d’Alle
Les musicie
ille
bourg Octev
nale de Cher
11
Scène natio
20
,
nt
ril
av
de
6
Tri
le
le
Trident
rritoires
e - la Région
Création au
es - Zig Zag Te
e-Normandi
n Les Cyclop
RAC de Bass
/D
re
Coproductio
ltu
Cu
istère de la
és par le Min
sont missionn
.
Normandie
en
Ca
Les Cyclopes
de
lle
Artistique de
die et la Vi
Information
d’
et
n
Basse-Norman
sio
Diffu
e / Office de
A Normandi
ien de l’ODI
ut
so
le
de saisir
ec
av
qui permet
© Guy Vivien
avril - 20h
Vendredi 15
te
ctère stylisé
biane Lapoin
tion un cara
Maeder et Bi
e
rry
à leur réalisa
un
ie
e
d’
Th
nn
s,
Et
ur
do
..
te
s.
ils
le
des déta
re : les chan
instrumenta
no
es
so
,
r
er
èc
eu
ni
pi
« La finesse
ar
nh
et
W
s
d’Eugénie
constant bo
re des motet
que avec un
et le soprano
ro
ts
l’écriture prop
ba
an
t
ss
illi
ba
ja
m
u du co
, ardents,
mènent le je
ur charmeurs
2009
mystique... »
esse, tour à to
é
pt
lu
vo
de
ce, octobre
infaillible just
e
im
bl
su
,
re
velles d’Alsa
iè
m
ou
lu
N
s
de
re
t
iè
an
rn
De
un ch
e
Tarif B / Duré
: 1h30 avec
entracte
43
ce
Performan
Parlement
Précédé de
édie
e l’Encyclop
La Chorale d
, hum
Suivi de Hum
clopédie
cy
n
l’E
le jeu de
44
e
: Joris Lacost
Conception
anos et
D
ic
ér
n : Fréd
Collaboratio
éra
Grégory Cast
ory Castéra,
Danos, Grég
Avec Frédéric
coste,
eaud, Joris La
Nicolas Fourg
s Macé,
ve
fon, Pierre-Y
La
le
el
nu
a
Emm
ona
t, Esther Salm
Nicolas Rolle
t un projet
e la parole es
d
ie
éd
p
o
cl
L’Ency
appréhender
cherche à
i
u
q
if
ct
lle
co
iversité des
ent la d
s
transversalem
llecte toute
les. Elle co
s et
le
ro
a
p
formes ora
e
d
gistrement
sortes d’enre
sonores, des
des pièces
e
n
n
io
ct
fe
n
co
ns, des jeux
des installatio
intéresser
conférences,
r
nces pou s’
a
rm
fo
er
p
ou des
parole : la
formels de la
ts
le
ec
sp
a
x
au
ntonation,
l’adresse, l’i
e
sé
o
p
ro
p
cadence,
e
ration. La soiré
ces
e
d
s
timbre, la satu
tte
ce
ifférentes fa
r­
présentera d
par une inte
le débutera
El
.
,
es
ie
ch
éd
er
p
o
ch
cl
re
ncy
Chorale de l’E
rie
ét
m
éo
g
vention de La
cal parlé à
bouche
ensemble vo
te mise en
et
C
.
le
b
ria
va
performance
ra par la
de paroles
se poursuiv
sé
o
lo comp
so
n
u
t,
en
m
Parle
laidoirie, un
s qu’une p
rs
aussi diverse
r, un discou
e répondeu
e,
u
iq
ét
o
p
message d
n
e déclamatio
politique, un
che religieux,
com, un prê
sit
e
d
it
tra
ex
n
u
. Tous ces
taire sportif..
recueillis
un commen
d’abord
ts,
t fourni
n
o
enregistremen
s,
re
p
alités pro
u
q
rs
le
u
le
r
u
po
ure théâtra
d’une écrit
e
g
ta
n
o
m
la matière
par
procédant
ais
m
,
es
xt
particulière,
te
ion non de
et composit
ccéder une
faisant se su
En
e
s.
n
so
e
d
ur d’un mêm
voix à l’intérie
le
el
nu
a
m
centaine de
Em
de l’actrice
corps, celui
un discours
ent génère
m
rle
Pa
,
n
fo
La
traversé par
et poétique,
transformiste
humaine. La
de la parole
est opéré
la diversité
g
le monta e
t
n
o
d
re
iè
man
des entre des
e des similitu
îtr
ra
a
p
p
a
it
fa
ntes, ainsi le
formes différe
atopées
discours de
n
tre des o om
en
t
en
em
ch
rappro
rs de gym et
dant un cou
en
p
t.
es
ré
fé
pro
’Olivier Cadio
temporain d
,
m
Hu
r
a
p
un texte con
turera enfin
ô
cl
se
e
ce
d
n
La séa
édie, sorte
e l’encyclop
Hum le jeu d
lic est invité à
b
u
p
auquel le
»
st
te
d
lin
b
«
participer…
r 2009.
janvie
llette
bervilliers en
helle 1:1
Parc de La Vi
ratoires d’Au
bo
er
La
rti
Production Éc
s
Ca
le
r
n
n Fondatio
é produite pa
m
Co-productio
rlement a ét
es
ing Arts Foru
version de Pa
irées Nomad
et à Perform
ux
ea
rd
Une première
Bo
cadre des So
de
le
T
ns
TN
da
,
au
er
ts
rti
Ca
n
io
at
nd
Remerciemen
Fo
juin 2009 à la
Création le 6
Mardi 3 mai
- 20h
.
nce modeste
cle d’appare
ta
le
r
ec
su
sp
tre
ce
sur nous
ène à met
t beaucoup
qui nous am
rieuse
rien, il en di
ssamment et
avec une fu
de
ce
rt
e
in
so
in
is
n
m
pr
O
t
is,
n.
es
io
at
on
sion,
ic
« Et pu
el
es
un
pr
qu
m
ex
le
m
espace d’
nore dans
ours de co
Sur le flux so
i a encore un
les et les disc
qu
ro
Et
pa
.
te
es
an
ai
vr
les
e, agiss
même plan
le : rare, dens
uver la paro
nvier 2010
»
t.
en
envie de retro
em
st
Le Monde, ja
: le théâtre, ju
i
hu
d’
ur
jo
au
ntalski
© Huma Rose
e
Tarif B / Duré
: 1h30 avec
entracte
ThȂtre
Athalidee Jean Racine
musicaux
Intermèdes
tiste Moreau
p
de Jean-Ba
La Demeure
ra Rübner
ne : Alexand
Mise en scè
rande
La
e : Eloïse b
e
Scénographi
rat, assistée d
Hélène Delp
Costumes :
Jule Winter
: Mathilde
et coiffures
s
e
g
lla
ui
q
a
M
éphanie
assistée de St
Benmoussa,
Aznarez
phie Dedra Rübner, So
Avec Alexan
e-Guersande
Roussat, Ann
lage, Cécile
uet, Caroline
sq
ros-de Ga
G
lia
e
Ju
x,
u
o
Led
(soliste), Ann
iam Arbouze
yr
M
s,
a
u
rro
A
liste)
Magouët (so
n musicale
rrot : directio
Pe
in
m
a
nj
Be
ne Tamby :
haut, Stépha
Mélanie Fla
m Mahflûtes
brecht, Myria
um
H
e
um
lla
Gui
s
nane : violon
h : théorbe
ic
nr
e
André H
de gambe
t-Yves : viole
Isabelle Sain
clavecin
Julie Blais :
cine, fut
gédie de Ra
tra
re
iè
n
er
d
,
Athalie
le Saint-Louis
maison roya
la
r
is
u
o
p
e
rit
éc
lever, aux fra
chargée d’é
me de
M
e
de Saint-Cyr,
d
us la houlette
du roi et so
uante jeunes
q
n
ci
t
n
ce
x
eu
Maintenon, d
s
© Robin Davie
ai - 21hsentations hors les murs)
Samedeille1d4u Cm
ollège (repré
à la Chap
ie en cinq
blesse. Tragéd
o
n
la
e
d
filles
Demoiselles,
ntée par les
se
ré
p
re
,
es
ct
a
intermèdes
mporte des
Athalie co
an-Baptiste
Je
plume de
la
e
d
x
u
a
music
avait disparu
tte musique
ce
r
O
.
u
a
re
o
M
e par trois
s, escamoté
des mémoire
qui l’ont jugée
ise en scène
siècles de m
uvé suspect
tro
t en outre
n
o
i
u
e
q
et
e,
inutil
e s’alourdiss
tre de Racin
,
éâ
le
th
ra
o
le
e
ch
u
q
ue
d’une musiq
es
n
u
je
e
d
tout à coup
r
our un choeu tion que
composée p
ues
uel il n’est q
q
définitive,
filles, dans le
en
r
a
C
sacré.
cré au
sa
d’invoquer le
résence du
p
la
n
ie
b
c’est
en jeu dans
musique met
la
e
t,
u
q
tre
théâ
jours agissan
invisible et tou
ce
e
d
l
a
p
Athalie. Dieu,
rinci
ersonnage p
s
est bien le p
les trois règle
s
n
a
d
nu
te
n
co
e
d
se
é
u
en
susp
et ponct
ie classique
de la tragéd
es. L’heureuse
in
in
m
r voix fé
et
chœurs pou
ue antique
’une poétiq
si par
in
a
it
rencontre d
u
d
tra
biblique se
d’un lyrisme
la tragédie,
chant dans
u
d
l’irruption
longement
musique, pro
comme si la
suspendait
r,
ix de l’acteu
vo
la
e
t.
d
isé
ét
esth
différemmen
ur l’exprimer
o
p
e
e
ch
m
tta
ra
a
d
s’
le
que
tte émotion
C’est bien ce
ise en scène
m
te
n
se
ré
p
la
r
ve
u
sonnages,
à retro
tous les per
le
el
u
és
q
la
s
n
da
teur, sont jou
inés par l’au
s
le
el
tu
es
g
tels qu’imag
les
mes, dont
par des fem
scinent…
retrouvées fa
die
ille)
ute-Norman
rques-la-Bata
/ DRAC de Ha
émie Bach (A
munication
athes - Acad
m
m
Co
ilo
la
)
Ph
s
de
ille
Le
ta
n
a-Ba
lture et
Coproductio
ch (Arques-l
ère de la Cu
e
ien du Minist
Académie Ba
de Normandi
avec le sout
âteau (Eu) Ch
du
tre
ion Artistique
éâ
at
Th
rm
n
fo
tio
In
isa
d’
al
et
n
Coré
ce de Diffusio
andie / Offi
l’ODIA Norm
de
n
ie
ut
lles des
so
avec le
penser à ce
ent
présents, font
que mouvem
ments omni
ve
ou
m
s
ur
s
b Wilson. Cha
le
ho
Bo
en
éc
de
s,
s
s
te
ur
te
le
tis
rè
s,
de ces ar
lle des interp
ique des mot
ce
us
à
m
où
la
« Les mains
,
er
es
ire résonn
mbodgienn
amplifier, à fa
danseuses ca
à signifier, à
et
m
se
ts
ptembre 2006
de doig
Libération, se
rimés. »
: 2h
e
Tarif C / Duré
47
Musique
tos
r
e
c
n
o
C
s
e
L
eois
g
r
ch
u
o
b
e
ebastian Ba
d
n
a
br
de Johann S
48
ur BWV 1050
5 en ré maje
n°
is
eo
rg
V 1055
ou
ndeb
la majeur BW
Concerto bra
d’amour en
s
oi
1047
b
V
ut
BW
ha
r
majeur
Concerto pou
eois n°2 en fa
1049
rg
V
ou
BW
eb
ur
nd
je
ra
a
4 en sol m
Concerto b
n°
is
eo
rg
ou
ndeb
convie ainsi
Concerto bra
programme
ois... à
le présent
n, le hautb
cin, le violo
ermann
m
ve
estre)
a
m
h
cl
Zi
rc
o
fé
le
(l’
a
C
o
le ripien
rtmeister
Ensemble
c
ze
ve
n
a
ko
r
et
rte
n
ce
lo
eo
con
ourg ise ».
i : vio
Pablo Valett
irée « brandeb
so
e
n
n
u
lo
Spitta
s
o
n
vi
a
:
d
ier
û à Philipp
David Plant
olon
lificatif est d
fait
vi
a
:
u
e,
n
q
u
so
e
iq
n
in
C
a
b
ge germ
sa
Nicholas Ro
l’u
t
n
a
iv
lto
ra
a
su
qui,
non :
le marg ve
Patricia Gag
dédicataire,
u
a
.
lle
ce
n
ce
n
re
lo
fé
ré
: vio
Brandebourg
Petr Skalka
Ludwiga de
é
a
n
sit
n
ci
er
tia
ve
iv
a
ris
d
h
cl
e
:
C
n
Céline Frisch
rtos sont d’u
ois
porte : hautb
Les six conce du point de vue de
Emmanuel La ik Bosgraaf : flûtes à
n
ta t
il
, Er
étonnante,
de l’appare
Michael Form
formelle que
re
e­
u
d
ct
n
ru
ra
st
b
la
certo
bec
Ainsi, le Con
: traverso
instrumental.
ni
nte en fait
re
ro
a
Ba
p
p
a
na
s’
ia
D
°5
n
is
te
et
eo
p
bourg
: trom
ier concerto
Hannes Rux
t au prem
en
em
rto
u
riq
o
hist
n
tre. Le Conce
M. Zimmerman
vier et orches
lui,
de
a
cl
é
à
r
af
u
C
t
o
n
le
p
a
,
certs
n°2, qu
is
Situé à Leipzig
eo
e siècle les con
rg
u
o
ss
eb
rto gro o
brand
u XVIII
par les
e du conce
accueillait a
rm
e
in
fo
a
it
la
m
d
se
n
re
rep
aque
s tout à fa
donnés ch
des modalité ambiguïté
m Musicum
iu
c
g
ve
lle
a
o
C
is
a
m
u
d
tte
mu­siciens
asion à un
n retrouve ce
à cette occ
nouvelles. O
i est de style
u
q
es
d
°4
n
s
iré
rto
la
et proposait
ce
éc
n
o
C
es
n
le
a
ncert royal
dans
mélom
public de
s inspiré du co
la musique
trè
e
s
d
in
yle
o
et
m
n
es
n
éa
n
fa
nt à aucun st
ce
cantates pro
en référen
e se rattacha
N
les
is.
st
,
re
’e
ça
C
iè
n
n
a
fra
.
de ces
r, à leur m
l
instru­mentale
eu
ia
u
iv
g
nv
vi
ire
co
fa
en
ainsi
alors
vert et
is semblent
à l’esprit ou
tti et Céline
eo
le
rg
u
Va
ur
o
le
lo
eb
b
e
d
d
n
Pa
Bra
ue
usical
rencontres q
, l’Ensemble
e de l’art m
98
ès
19
th
n
sy
en
e
é,
n
d
u
n
Frisch ont fo
d’aborder la
mps.
mann, afin
époque. te
Café Zimmer
nte de cette
rta
ce
n
co
ire
e
musiqu
rt imagina
d’un conce
A la manière
mmermann,
Zi
d
e Gottfrie
d
fé
ca
u
a
AC Hauteien de la DR
ut
n reçoit le so
rmandie.
Zimmerman
emble Café
gion Haute-No
ns
Ré
l’E
la
e,
di
de
an
et
rm
s)
lle
No
re
eut
ltu
Ha
Cu
s
en
Affaire
En résidence
gionale des
(Direction Ré
Normandie
Mercredi 18
mai - 20h
t à la fois virasé. Tout y es »
ph
de
n,
sio
phistiqué.
ue, d’expres
rriblement so
de dynamiq
, simple et te
magnifique
t
se
tri
es
aî
e
m
bl
nvier 2002
ite
em
« L’ens
une parfa
Le Monde, ja
cé, libre et d’
vant et nuan
a
© Petr Skalk
c entracte
e : 1h30 ave
Tarif B / Duré
ThȂtre
Beaucoup
ienhakespeare
r
r
u
o
p
it
u
r
de b
de William S
ouverts
Les 26 000 c
enn
: Philippe Péh
ne
dith
Mise en scè
Ju
:
n
tio
ta
, adap
Dramaturgie
Feyrner
Livchine
pt : Jacques
Mètre-conce
njram
Be
ny
o
e : Anth
Scénographi
yer
re : Erich Ma
Matière sono
con
u
e : Liliane Bo
truction :
Chorégraphi
ns
o
c
t
nique e
ch
te
n
tio
c
ire
D
gnier
z, Michel Mu
Alexandre Dia
au
Camille Perre
Costumes :
Bodtszaris
ilo
ostiches : M
p
s
ue
uq
rr
Pe
phe Arnulf,
Abela, Christo
Avec Karine
Chabane,
ie
er, Sébast n
g
n
la
Be
in
a
Rom
h Douhaire,
champ, Sara
es
D
e
n
a
rv
Se
il, AnneOlivier Dureu
Pierre Dumur,
Nicolle,
ain, Florence
Gaëlle Jourd
le Veïn,
el
lle, Emmanu
Philippe Nico
ille
V
cques
Valérie Veril, Ja
nt depuis
uverts trace
co
0
r,
00
26
Les
ique singulie
néraire artist
ce
la
p
la
t
n
15 ans un iti
a
de rue valoris
vers un théâtre
tiriques dé­
sa
s
n
o
lsi
u
p
tre
en
r,
eu
ct
de l’a
teur et poésie
sque dévasta
rle
u
b
s,
ée
rid
b
envisage le
compagnie
refuse de
brute. Cette
ne utopie et
u
e
m
m
he
co
théâtre
Une démarc
u’il va de soi.
q
ù
er
o
ér
là
sid
n
tre
co
théâ
e à installer le
qui les amèn
spectateur
as, toucher le
p
d
n
tte
l’a
e
on n
yeusement la
bousculer jo
,
re
..
o
n
ig
s’
i
u
q
rits endormis.
iller les esp
en
t
n
tre
n
routine, réve
re
i
u
ge, les voilà q
Etonnant vira
monument
ttaquer à un
a
s’
r
u
o
p
lle
sa
ruit pour rien
aucoup de b
tent leur
du théâtre : Be
nous présen
Ils
!
re
ea
sp
ke
de Sha
gi-comédie
de cette tra
n
tio
ta
ré
rp
inte
France, aux
connue en
eu
r
p
r
u
o
C
e
d
els, mais su
fs et spiritu
ie.
n
ro
l’i
et
dialogues vi
lie
co
ent la mélan
que
laquelle plan
me romanes
tra
tte
ce
e
d
es,
r
rié
u
tra
to
n
Au
ur co
oires d’amo
nt
le
o
ric
-b
pleine d’hist
re
nnent et
lo
u
o
éb
d
0
ve
les 26 00
jours a c
tionnant tou
es
u
q
e,
h
yt
dans une
le m
ns du théâtre
n
humour le se
sûr, n’aura rie
qui, à coup
e,
iv
rs
ve
b
su
adaptation
i
ss
Toujours au
public au
de classique.
attend son
ie
n
g
a
p
m
co
la
nait à des
ile Zola don
tournant… Em s querelles du moment
ns le
artistes pris da
e fois qu’on
nt : « Chaqu
a
iv
su
il
se
n
le co
ns un code en
enfermer da
voudra vous
tre, ceci n’est
ci est du théâ
déclarant : ce
rrément : le
ca
répondez
,
tre
éâ
th
u
d
pas
es théâtres, et
te pas. Il y a d
xis
’e
n
tre
éâ
th
000 couverts
mien ». Les 26
ste, leur
je cherche le
ur. Iconocla
le
le
vé
u
ont tro
t.
st assurémen
spectacle l’e
dans la
onne - Chalon
arseille) en Haute-Gar
(M
s)
s
e(
ic
bl
ad
Pu
om
ux
on
Saunier) - Pr
au (Brest) - Lie
le
ne
s
ur
on
Fo
(L
Le
ra
Ju
c)
n Scènes du
/ Eclat (Aurilla
Coproductio
Le Parapluie
)
sur-Saône) nen
du
lo
ou
ha
s-R
(C
-lè
e
le
Ru
lle de Dijon,
ottevil
gne, de la Vi
/ Vivacité (S
DRAC Bourgo
L’Atelier 231
la
de
,
S)
DT
lture (DM
é)
ère de la Cu
(Vieux Cond
ien du Minist
e et le Boulon
avec le sout
gn
go
ur
Bo
de
al
on
gi
Ré
l
Consei
© Co Ibuc
Mercredi 25
mai - 20h
couverts e des 26000
ble. La troup
rtes pas
da
ce
an
t
m
ai
m
uv
co
e… et très re
France - ne po
bl
de
ta
tée, les
on
es
fu
tiv
ac
et
irr
éa
ectacle
ière, légère
e les plus cr
an
ru
m
de
ur
le
tre
« Attention, sp
A
)
éâ
th
classique.(...
pagnies de
»
e de manière
une des com
Et très drôle.
are en scèn
’est bien vu.
pe
C
es
).
ak
(…
Sh
s
re
ptembre 2007
pè
re
mettre
s
le
Le Monde, se
ts brouillent
26 000 couver
0
e : 1h3
Tarif B / Duré
51
ThȂtre
nce
e
l
i
s
u
d
e
l
o
Par
52
La Demeure
ra Rübner
ne : Alexand
Mise en scè
rande
La
e : Eloïse b
Scénographi
urent Valo
Rübner et La
ra
d
n
xa
le
A
Avec
en cours)
(distribution
incte de
que est dist
ro
a
b
le
el
tu
La ges
ngue des sisignes. La la
es
d
e
u
g
n
la la
rt entière, do
langue à pa
et
ire
a
m
m
gnes est une
gra
habet, d’une
tée d’un alp
des langues
e
rti
a
p
it
fa
le
El
.
xe
ta
n
sy
e
d’un
roque, pour
gestuelle ba
La
.
nt
es
in
a
m
hu
gestes qui o
le utilise des
r
u
o
p
s
a
p
sa part, si el
e
e constitu
n
e,
n
sig
e
e
m
d
valeur
scrit com
ngue. Elle s’in
dre de la
autant une la
ca
le
s
n
age da
s
un métalang
in
m e le sen
, dont elle illu
viie
g
er
én
déclamation
e
n
elle insuffle u
et à laquelle
e, quel sens
tte perspectiv
ce
s
n
a
D
.
te
n
va
nner au rap
pourra t-il do
?
s
n
io
ss
re
le spectacle
p
ex
de ces deux
roprochement
ù l’acteur ba
miers lieux o
re
p
tre
u
es
a
d
st
n
L’u
n n’e
r son inspiratio
que va puise
et qu’est la
u
m
el
tu
es
tre g
que ce théâ e siècle. On peut aussi
XVII
peinture du
le lire, il y a
Poussin que
er
rd
a
g
re
n
ie
b
s qui sont
ns corporelle
tio
ta
n
se
ré
p
des re
des tableaux
ramatiques,
d
es
t
d
tu
tti
a
des
éâtre. Le poin
scènes de th
t
es
e
cl
ta
qui sont des
ec
sp
énique de ce
de départ sc
n purement
tio
sa
vi
ro
p
’im
d
il
va
x
tra
n
u
ainsi
r de tableau
rporel autou
co
iet
Ph
el
e,
g
tu
es
va
g
Cara
olas Poussin,
précis de Nic
tant d’autres.
et
e
n
ig
a
p
m
a
h
C
e
d
lippe
t physiques incarneron
n
ie
éd
ns
m
co
Les
présentés da
sonnages re
u
o
t
n
va
a
ment les per
n
tu
et inventeron
r le
a
p
es
té
ces tableaux
n
se
scènes repré
un après des
brouilleront,
s tableaux se
le
is
à
Pu
.
tre
n
ei
p
urs poétique
par un reco
ie
rg
tu
a
m
notamment
ra
d
e
te idée d’un
la vidéo. Cet
un théâtre vi
à
re
tiè
a
m
e
ffr
o
e
g
le
rro
ra
te
tu
pic
’elle in
ns, parce qu
suel et de se
remier, parce
p
t
en
ém
me él
le geste com
parole silene
penser un
à
te
vi
in
lle
qu’e
ent.
silence éloqu
cieuse et un
aille)
rques-la-Bat
mie Bach (A
dé
ca
A
u)
Château (E
al Theatre)
n Théâtre du
national Visu
Coproductio
er
nt
(I
VT
l’I
ien de
2011
avec le sout
mai au 7 juin
hâteau du 30
C
du
tre
éâ
Th
création au
Résidence de
au (Eu)
tre du Châte
2011 au Théâ
in
ju
7
di
ar
m
Création le
30
9 juin - 114h93h
i
d
u
e
J
/
0
h
5
juin - 1
i 10 juin à
i8
vendred
Mercred
rdi 7 juin et le
olaires le ma
séances sc
CrÈation
© Rebecca
Guilbert
à vo
e : 1h15
Tarif A / Duré
0 ans
à partir de 1
ir en famille,
itinse Galland
u
n
e
n
u
t
e
Les Milled’après la traduction d’Anto
CrÈation
ThȂtre
t
Rêver l’Orien
is, François
Marin Mara
e
d
s
ue
iq
Mus
ibald Gluck
hristoph Will
C
,
rin
e
up
o
C
tion :
et interpréta
Conception
Louise Moaty
ne :
mise en scè
Regard sur la
zar
Benjamin La
aron
e : Adeline C
hi
p
ra
g
no
Scé
t
o
ch
Alain Blan
Costumes :
illet
hristophe Na
C
:
s
Lumière
nmoussa
Be
e
ild
th
a
:M
Maquillage
sque dont
aire et fanta
in
g
a
ité
im
t
n
Orie
ntières. Rééd
tracer les fro
à
le
ît
r
la
u
p
o
p
se
il
ance
gt fois en Fr
se
its
nu
e
plus de vin
n
u
et
e
cle, les Mille
et
seul XVIII siè
te l’Europe
u
to
rs
ve
tra
à
t
n
en
tio
g
a
ira
p
sp
pro
e d’in
t une sourc
e,
u
siq
u
m
y deviennen
, en
: en littérature
ins
inépuisable
t les chem
n
ce
tra
se
,
re
tu
ira
n
ffr
ei
o
p
i
en
ue qu
e romanesq
m
tis
à
o
ire
ex
sa
n
es
’u
d
néc
s la distance
s
ce
r
te
n
aux Lumière
ru
p
ement. Em
iss
u
o
r
n
rti
a
a
p
ép
leur
, c’est
par Galland
es
cé
e,
m
tra
lis
s
ta
te
n
u
ro
l’orie
sources de
r
avec lui aux
urs rêvé pa
ille
a
n
’u
d
tre
n
n
co
u
n
i
à la re
ropose ic
uise Moaty p
l’Occident. Lo
d’une durée
es
d
trois épiso
spectacle en
posant une
environ, com
d’une heure
nctuée de
o
qui sera p
e
illé
ve
e
u
long
s et salées et
ntales sucrée
rie
o
rs
u
ce
u
o
d
nsemble La
usiciens de l’e
alement
de thé. Les m
agneront ég
p
m
o
cc
a
ar
se
Rêveu
t évoqué p
c cet Orien
ve
s
a
le
t
ci
et
ré
ce
éens
eurs europ
s
le
ta
n
rie
o
les composit
ues
s de musiq
s.
transcription
eurs musicien
g
ya
vo
es
d
r
a
p
es
ez
d
rté
n
o
rapp
nne re
erazade do
eh
Sh
es
st
e
rti
m
a
m
s
o
C
nuit, le
n de nuit en
vous au sulta
revenir pour
à
r
u
te
ta
ec
sp
le
u
t
n
invitero
oires, jusqu’a
suite des hist
la
re
d
n
te
en
it…
bout de la nu
Rêveuse
Ensemble La
e gambe
lton : violes d
Florence Bo
is et flûtes
ller : hautbo
ui
C
e
um
lla
Gui
rbe, guitare
rrot : luth, théo
Pe
in
m
a
nj
Be
baroque
, cor
ller : clavecin
Bertrand Cui
e
es Mille et un
traduction d
en
e
ru
a
p
La première
,
d
toine Gallan
nuits par An
retentissant.
ès
cc
su
n
u
ît
a
n
n
co
,
1704
erveillé ces
découvre ém ensemble
L’Occident
sus
ctés et cou
t
contes colle
rps d’un réci
co
s
le
p
lti
u
m
s
t.
le
n
e
rie
m
com
sur l’O
porte ouverte
se voulant
mpose, fai­
co
re
,
ille
pte, ta
le prisme
Galland ada
rs
vre à trave
eu
l’o
er
lu
o
sant év
sformant le
culture. Tran
re
p
,
ro
p
sa
de
et enchanté
lon exotique
sérail en un sa escriptions de détails
s d
il émaille se
s ou sorbets
ierreries, sofa
p
es
u
sq
re
pitto
signes d’un
autant de
t
en
n
n
ie
Quimper
ev
d
Nationale de
© Signelazer
Mardi 28 juin
- 19h30
au (Eu)
tre du Châte
ille, Scène
Caen - Théâ
de Cornoua
de
tre
tre
éâ
éâ
Th
Th
n
Productio
Royaumont
Quimper
n Fondation
ationale de
ille, Scène N
Coproductio
ua
no
or
C
éâtre de
er
ril 2011 au Th
ndredi 1 av
ve
n
io
at
ré
C
a bientôt,
ur qui paraîtr
tendant le jo
at
en
,
lie
pp
us su
ez pas, je vo
savez. »
vous ne dorm
es que vous
its, 1704
nt
co
x
au
« Ma sœur, si
be
s
ille et une nu
ce
de
un
er
alland, Les M
nt
G
co
e
ra
in
e
to
m
An
de
h avec deux
e :4
Tarif C / Duré
entractes
55
es
u
iq
t
is
t
r
a
s
Les action
s
et culturelle
du
le du travail
e la plus visib
rti
nt
a
p
so
,
ite
es
d
u
t
iq
s et artist
propremen
lle
n
re
tio
ltu
a
cu
m
s
m
n
b
ra
pour ut
d’actio
la prog
breux projets
. Ce travail a
Aux côtés de
m
llis
o
ei
n
u
e
si
cc
d
a
,
u
a
es
hâte
e garantir ain
spectacl
Théâtre du C
l’accès et d
autour des
r
n
es
lite
iso
st
ci
rti
fa
sa
a
n
e
s
u
’e
le
aq
,d
avec
conduits ch
es spectacles
tre informelle
,
« chemin » d
’une rencon
le
D
r
milieu scolaire
s.
tre
lic
en
n
b
o
u
ée
m
p
s
e
en
le
d
m
s
e
u
to
rm
e
te
lité
d
a
g
t
n
lo
t, la fin
nemen
ilisation sur le
leur concep
l’accompag
e à une sensib e artistique, quel que soit
cl
ta
ec
sp
n
t.
u
n
u
viva
après
de pratiq
ortes de l’art
ar un atelier
grandes les p
s
te
en passant p
u
to
ir
vr
u
ns est d’o
de ces actio
ses
Des coulis
au balcon
éâtre
La visite du Th
nt organisées
u Théâtres so
r
Des visites d
emande. Su
sur simple d
lic
b
u
p
n
u
toute l’année
à
es
sont proposé
e)
mesure, elles
elle au lycé
rn
te
a
m
la
e
à
(d
r
te
ire
p
la
a
o
d
sc
t s’a
nt égalemen
les,
el
u
id
iv
d
mais peuve
in
s (personnes
tous les public
ntreprises…).
comités d’e
s,
n
tio
a
ci
o
ass
istorique du
uverte de l’h réhension
De la déco
mp
lienne à la co
t
théâtre à l’ita
e en passan
u
iq
én
sc
ie
er
in
,
ch
n
a
tio
m
a
de sa
e rénov
de travaux d
es
p
t
a
n
ét
so
s
le
r
tre
a
p
Théâ
aspects du
les différents
ces ouverts
a
p
es
s
le
s
tou
ses, locaux
évoqués et
lis
u
n (loges, co
sio
a
cc
l’o
r
u
po
istration).
alcon, admin
techniques, b
illers
Les Poula
près les
Rencontres a
spectacles
bre de
grand nom
n
’u
d
e
u
nt orga­
A l’iss
rencontres so iques
es
d
,
es
cl
ta
artist
spec
les équipes
t
nisées avec
s séances es
bjectif de ce
,
ée
n
ta
n
o
accueillies. L’o
sp
e manière
d
,
tre
c
et
m
ve
a
er
de p
endu
simple et dét
un échange
seigner sur
n
re
se
e
ireux d
qu’il vient
un public dés
e
u spectacl
d
»
s
se
lis
u
les « co
de voir.
s
nces auprè
sur ces séa
97
20
50
Informations
35
Copin au 02
de Christian
u scolaire
ie
il
m
n
e
s
Les action
DRAC /
partenaires
utiens de
so
x
il
u
a
ce
Grâ
rsuit son trava
Théâtre pou
ise
m
la
r
a
précieux, le
lics p
ent des pub
n
d’élargissem
ectacles, d’u
sp
es
d
r
u
to
u
a
,
es
d
ce
la
n
en p
estinatio
’actions à d
ensemble d
les sensibiliser
à
t
n
es visa
publics jeun
s, à favoriser
programmée
aux œuvres
la sortie au
artistique et
e
u
tiq
ra
p
la
Théâtre.
Le projet
u collège »
« musique a
e
u développ
du Châtea
x
tre
eu
éâ
d
e
Th
Le
uprès d
urs années a
sie
et
lu
)
p
u
is
u
(E
e
ep
p
d
ilip
ollège Louis-Ph
collèges - le C
a (Le Tréport)
n
o
lm
Sa
el
ch
Ra
n
e
g
tio
a
llè
le Co
sensibilis
écifique de
un projet sp
’elles soient
u
q
s
le
musica
classiques,
aux formes
improvisées,
s,
te
n
va
sa
,
nnée, ce
écrites
... Cette a
es
in
ra
l
o
p
m
te
con
r de l’accuei
linera autou
e
d
rt,
a
n
projet se déc
So
le de jazz Le
de l’ensemb
e baroque
u
siq
u
m
e
d
r­
l’ensemble
nsemble inte
mann et l’E
er
e
m
d
m
Zi
e
vr
fé
u
a
C
e l’œ
in autour d
contempora
n.
Patrick Burga
Les dispositifs
ationale
Education n
iques
’Ateliers artist
PA
Les projets d
giens, les A
llé
co
es
n d
de
r
u
to
u
A destinatio
a
cette année
s’articulent
me, dream
ectacle Drink
sp
u
l’accueil d
pagnie du
par la com
porteront
me présenté
s
n
interventio
s
Le
.
es
in
o
t-F
Cha
roll autour d
de Lewis Ca
re
e
d
itu
cr
et
l’é
ir
r
n
su
uve
temps, du so
en
tre
et
m
thèmes du
e
d
dée est ainsi
l
l’enfance. L’i
rcours théâtra
a
p
n
u
s
n
a
s
le
s
u
en
to
s
ce
se
pla
préci
thématiques
d’actions
autour de
le
b
m
se
en
t un
artistes,
s
développan
le
c
ntres ave
co
n
re
:
es
varié
ns dans les
ns, interventio
tio
ta
n
se
ré
p
re
.
ue théâtrale
classes, pratiq
C (Projet
Classes à PA
e
d
ts
je
ro
p
Les
Culturel)
s
Artistique et
ts des école
n des enfan
tio
nt
a
so
s
le
el
A destin
s,
et primaire
maternelles
tacle Parole
tour du spec
u
a
es
es
isé
n
a
rg
o
dre, les artist
Dans ce ca
es
d
e
u
g
n
du silence.
la
la
un atelier sur
vail
proposeront
que et un tra e
ro
a
b
le
el
tu
es
g
II
la
XV
,
u
es
d
n
sig
nture
nts sur la pei
avec les enfa
siècle.
pin
© Christian Co
57
Ès
Les apart
ouvertes à
, gratuites et
es
cl
ta
ec
sp
constituant
tour des
ison théâtrale
positions au
sa
ro
la
p
ent
à
es
es
d
t
tiv
n
so
ces rela
ues, notamm
Les apartés
des conféren
étitions publiq
la
p
re
e
ré
d
êt
t
ls
es
n
ei
d
u
ve
s,
cc
eu
avec les a
rogrammée
p
tous. Elles p
n
lie
es
vr
c
u
en
s
ve
œ
re
a
s
irecte
sur le
es lectu
résonance d
un éclairage
os murs ou d
en
n
s
s
n
n
io
a
d
sit
o
s
xp
éé
cr
s ou d’e
de spectacles
de projection
il peut s’agir
,
s
fin
En
.
n
iso
sa
tendu que de
trales, n’est en
ation.
entions théâ
nv
co
les
la programm
n
lo
et qui, se
dit au public
qu’un acteur
* Aparté : ce
spectateurs.
cture
Rencontre- le
58
obre à 18h30
bouche
Jeudi 14 oct
cle Motus et
ta
ec
sp
u
d
r
autou
cousue
e-Marie Collin
textes d’Ann
Lecture de
ncre marine
Loncin à l’E
par André
gnon à Eu.
19 rue Paul Bi
Entrée libre
de
ns du mon
Tous les mati
19h30
novembre à
Mercredi 24
rdi Savall, La
Jo
e
d
rt
nce
autour du co
e
Viole celtiqu
orniau (1991)
film d’Alain C
Projection du
, Gérard et
ierre Marielle
avec Jean-P
epardieu.
Guillaume D
été créées,
du film ont
es
u
siq
u
m
s
Le
Jordi Savall.
choisies par
adaptées et
Entrée libre
stumes
En Corps-Co
10
décembre 20
Du mardi 14
11
20
r
ie
nv
ja
au vendredi 7
à l’amour
tacle Hymne
ec
sp
u
d
r
u
to
au
l’artiste Goury
Exposition de
)
rojection vidéo e à 19h30
(dessins et p
mbr
ce
dé
14
di
ar
m
Vernissage le
re
lib
e
tré
En
En enfance
vrier à 19h30
Mercredi 9 fé
dream me
tacle Drink me,
wis Caroll
autour du spec
Le
e
d
r des textes
u
to
u
a
il
va
Tra
lliennes par
atiques caro
et des thém
tre du Lycée
l’option Théâ
les élèves de
t.
Anguier-Caye
chy.
e : Gilles Cau
rm
fo
en
ise
M
Entrée libre
ur
TournÈe s
esle YËres
r
B
s
y
a
P
le
ition du
de la défin
re
d
ca
le
s
Dan
09-2013 du
d’actions 20
programme
esle Yères et
ional de Br
t Animer
Pays Interrég
à son proje
t
en
ar
ém
rm
confo
habitants p
enrichir ses
et
u
d
ys
tre
Pa
le
Théâ
le Sport, le
é­
p
o
e
n
la Culture et
’u
d
e
t à l’initiativ
n
Château es
écentralisatio
d
e
d
le
a
in
rig
te
o
sis
n
n
ratio
projet co
musicale. Le
u
théâtrale et
ison un o
sa
e
u
chaq
u
a
Eu
à
à tourner
llis
ei
tacles accu
plusieurs spec
osition des
ettant à disp
m
,
ys
Pa
u
d
in
se
ent expertise
qui le constitu itinérant et
communes
ue
tériel techniq
artistique, ma
rganisation
r
ique pou l’o
ist
g
lo
ire
fa
ir
savo
alité de cette
ement. La fin
de cet évèn
la rencontre
t d’aller à
salles de
opération es
es
éloignés d
s
lic
b
u
p
des
événement
de créer un
et
es
cl
ta
ec
sp
du Pays. Cette
ateur au sein
roposés
culturel fédér
tacles sont p
ec
sp
x
s
eu
d
,
saison
us on string
lisation : Circ
tra
et
en
ov
éc
n
d
en
r Anto
nnettiste Vikto
par le mario
mble de jazz
se
n
l’e
r
a
land p
Double Dow
Le Sonart.
munes du
our les com
p
s
n
tio
a
rm
Info
ueil de ces
ées par l’acc
Pays intéress
97.
u 02 35 50 20
spectacles a
pin
© Christian Co
s
e
u
iq
t
a
r
p
s
Information
onnement)
ab
Les tarifs (hors
rif A
Spectacles ta
rif B
Spectacles ta
plein
10€
réduit (1)
8€
13€
15€
18€
20€
ment
e
n
n
o
b
ía
d
Bulletin
réduit (2)
5€
gné de votre
tre accompa
éâ
Th
r vous
au
e
alement veni
retournez-l
us pouvez ég
personne et
r
Vo
).
pa
ic
bl
tin
lle
pu
r
bu
Tréso
18h.
Remplissez un
à l’ordre du
redi de 14h à
hèque libellé
mardi au vend
du
t
he
règlement (c
ic
gu
près de notre
abonner au
10€
hâteau
ce - 76260 Eu
Théâtre du C
ns et Bragan
a
rlé
’O
d
le
...................
el
.....................
Place Isab
.....................
15€
.........
Nom : ............
...
Prénom : . ......
s
Les formule
t
abonnemen
Code postal
rvation et de
iorité de rése
pr
e
un
d’
z
ie
vous bénéfic
• La formule z la formule abonnement, la saison.
se
de
sis
es
oi
cl
ch
ta
Si vous
les spec
aines
llets trois sem
tiels pour tous
tarifs préféren
prendre vos bi
ent
ez
em
uv
n
n
po
o
us
b
a
vo
hors
ment,
• La formule s retenu la formule abonne es disponibles.
pa
s plac
de
ite
lim
la
Si vous n’avez
ns
ésentation da
avant la repr
2010
Réservation
– location
ardi 31
à partir du m
août
h.
di de 14h à 18
• au Théâtre ouverte du mardi au vendre
uhaitées et
est
de places so
La billetterie
e le nombre
qu
i
it, n’oubliez
ns
du
ai
ré
e
rif
cl
ta
r
ta
• par courrie re, la date et l’heure du spec blic. Si vous bénéficiez d’un nt remis le soir du
tit
sero
sor pu
Mentionner le
l’ordre du Tré
s billets vous
rnier cas,
justificatif. Vo
èque libellé à
. Dans ce de
ile
un
ch
ic
d’
m
un
ie
e
do
dr
op
in
tre
oc
jo
vo
ot
à
ph
és
la
ss
e
re
dr
join
seront ad
pas de nous
uhaitez, vous
tre courrier.
les
, si vous le so
timbrée à vo
e
pp
lo
ve
parvenir dans
en
spectacle ou
e
un
e
dr
in
jo
i-ci doit nous
lu
de
s
ce
t,
pa
z
en
ie
bl
em
n’ou
sans règl
annulée.
atiquement
e réservation
ion est autom
ns le cas d’un
at
Da
rv
!
se
n
ré
io
nt
tre
te
At
délai, vo
-delà de ce
re
trois jours. Au
carte bancai
ue, espèces,
èq
ch
:
t
en
glem
Modes de rè
spectacle.
t de chaque
encé.
ngés.
tacle comm
avant le débu
repris, ni écha
e fois le spec
s une heure
ni
un
rte
nt
ve
ite
so
ou
erd
ne
nt
int
s
être
terie so
ut
Les billet
let
pe
bil
lle
la
sa
et
Théâtre
ée dans la
sa volonté.
.
Les portes du
ectacles, l’entr
endantes de
s spectacles
ir du
ur certains sp
enregistrer de
s raisons indép
entuel le so
Attention ! Po
ation pour de
agnateur év
phier, filmer ou
mm
mp
gra
co
gra
oto
ac
ph
pro
la
votre
de
lui
ce
Il est interdit de erve le droit de modifier
accueil et
se rés
préparer votre
La direction
tre venue.
: pour mieux
ormer de vo
bilité réduite
uloir nous inf
mo
vo
à
n
es
bie
nn
de
s
Perso
ion
erc
rem
us
us vo
spectacle, no
..................
...............
... Ville
: . ..................
............
.........
.....................
......
Profession : ...
glement de
Ci-joint un rè
■ 12€
:
■ 18€
■ 54€
■ 24€
■ 60€
.................
.....................
.....................
..................
.....................
../…...
ance : …../…
naiss
.......... Date de
.....................
.....................
.....................
...
Courriel : . ......
................
.....................
.....................
..................
.....................
el : . ...............
....
.....................
.....................
.........
Tél. professionn
...................
.....................
.....................
..................
: .....................
e : ..........
.. Tél. portabl
.....................
: .....................
Tél. domicile
.........
.....................
.....................
..................
.....................
...
.....................
.....................
.....................
.................
.....................
.....................
..................
.....................
.....................
Adresse : ......
..........
.....................
.....................
..................
.....................
.....................
mplois,
mandeurs d’e
de 20 ans, de
ins
mo
,
nts
Spec
n.
ces
atif aux étudia
uite au balco
l’achat de pla
n d’un justific
s à visibilité réd
nnes et pour
r présentatio
chat de place upes à partir de 20 perso
t proposé su
l’a
es
ur
uit
po
réd
et
if
s,
(1) Ce tar
ans, aux gro
RSA, abonné
moins de 12
néficiant du
x enfants de
personnes bé
est proposé au
uit
réd
if
tar
e.
Ce
(2)
-chaussé
uite au rez-de
à visibilité réd
tacles tarif C
.....................
.....................
.....................
€
■ 36€ ■ 40
0€
■ 110€ ■ 15
■ 33€
■ 100€
sez d’un droit
tés, vous dispo
rs et aux liber
hie
fic
.
x
tre
au
éâ
e,
matiqu
e
sant au Th
dans le cadr
relative à l’infor ncernant en vous adres
informations
6 janvier 1978
co
ivante. ■
à traiter ces
mation vous
su
s
ent à la loi du
or
uit
se
ém
inf
nd
ca
e
rm
ut
la
co
nfo
to
ur
Co
être
à cocher
rectification po nos partenaires pourront
vous invitons
d’accès et de
ez pas, nous
part,
ne le souhait
ion de votre
us
sit
vo
po
Si
.
op
es
uf
qu
Sa
publi
de relations
d’opérations
ture :
Date et signa
....
…..../…..../…
61
Total
*Entourer le jour choisi
Les Mille et une nuits
Athalie
Cadmus et Hermione
La Viole celtique
Tarif C
Les Quatre Saisons
Est-ce que le monde sait qu’il me parle ?
Motus et bouche-cousue
Didon et Enée
Le Witches-Café
Double Dowland
Le Chant du Dindon*
Circus on the string
Musiques russes
Hymne à l’Amour
Les Fourberies de Scapin
Ensemble Intercontemporain
Drink me, dream me
Plorer, Gemir, Crier
Pièce sans paroles
Barocco
Musica Poetica
Parlement
Les Concertos brandebourgeois
Beaucoup de bruit pour rien
Parole du silence*
Tarifs A et B
Spectacles
28/06/11
14/05/11
17/12/10
25/11/10
8-9 /06/11
25/05/11
18/05/11
03/05/11
15/04/11
08/04/11
22/03/11
10/03/11
17/02/11
04/02/11
26/01/11
06/01/11
09/12/10
08/12/10
2-3-4-5/12/10
17/11/10
09/11/10
04/11/10
22/10/10
05/10/10
22/09/10
Dates
54 €
Choisir
6 spectacles
Choisir
3 spectacles
33 €
6 spectacles
Découverte
3 spectacles
60 €
Choisir
2 spectacles
Choisir
3 spectacles
Enfant
Adulte
Enfant
Adulte
Pass
Jeune public
3 spectacles
110 € 12 € 24 € 18 € 36 €
Choisir
3 spectacles
Choisir
7 spectacles
10 spectacles
Classique
5 spectacles
40 €
4 spectacles
Baroque music
Barroco
100 €
12 spectacles
Pass
150 €
25 spectacles
Plan de la salle
L’équipe
Christian Copin
Billetterie et Communication
[email protected] theatreduchateau.fr
Alice Orange
Direction
[email protected]
Dominique Dacheville
Accueil et Diffusion publicitaire
Pierre Saint-Léger
Régie
[email protected]
Viviane Dubois
Entretien

Documents pareils