L`Entre-Deux - Santé mentale au Québec

Commentaires

Transcription

L`Entre-Deux - Santé mentale au Québec
L’Entre-Deux : une maison de
thérapie et d’hébergement pour
femmes en dépression
Pauline Lacroix
L
a maison « Hébergement l’Entre-Deux » est un ancien presbytère
construit à la fin des années cinquante. Il a l’aspect d’une petite
maison familiale, située à côté de l’église du quartier, près d’une bibliothèque, d’un tennis et de la piscine municipale. On peut qualifier son
environnement de tranquille, d’agréable, d’apaisant.
Corporation sans but lucratif, « L’Entre-Deux » est subventionnée
par la Régie régionale de la Santé et des Services sociaux de la Montérégie. Elle fut créée en février 1983 à la suite d’une étude faite par un
groupe de personnes qui travaillaient dans le domaine de la santé mentale : travailleurs sociaux, psychologues, psychiatres, bénévoles, membres de différents organismes tels Carrefour pour elle, Le Moutier ou
d’établissements publics C.H., CLSC, CSSM. 1 Le résultat de l’enquête
démontrait que trop de femmes se retrouvaient hospitalisées en service
psychiatrique faute d’existence d’une autre formule d’aide qui aurait
pu leur être proposée. Mandat fut donc donné à un organisateur communautaire de s‘entourer d’une équipe, afin de mettre sur pied une
maison pouvant accueillir des femmes en grandes difficultés.
« L’Entre-Deux » porte son nom parce qu’elle fut pensée comme un
lieu et un temps transitoires, lieu et temps autres, entre l’hôpital et la
maison, entre la maladie et le retour à la vie. Dés le départ la clientèle
était nombreuse, dix-huit à vingt résidantes, représentant diverses problématiques, femmes alcooliques, toxicomanes, itinérantes, psychotiques, ou encore femmes en dépression. L’intervention d’aide qui fut
tout d’abord proposée était de type occupationnel : activités d’artisanat, promenades, tâches à la cuisine ou participation à l’entretien de la
1. Centre hospitalier, Centre local des services communautaires, Centre des services
sociaux de Montérégie
196
Les ressources alternatives de traitement
maison. Les quelques rencontres de groupe servaient simplement à réguler au quotidien les aspects relationnels et organisationnels de la vie
en commun.
Mais très vite et ceci dès 1984, la composition de la clientèle se restructure et s’impose d’elle-même : elle devient exclusivement celle de
femmes en dépression. À partir de ce constat, un programme de thérapie de groupe et de thérapie individuelle s’élabore. L’orientation féministe et la thérapie de groupe deviennent les fondements de l’approche
qui sera désormais favorisée auprès des résidantes. Cette nouvelle option vise à faire échec à l’isolement des femmes et à encourager avec
leur capacité de prise en charge la solidarité entre elles. Cette nouvelle
orientation de l’intervention d’aide offerte à « L’Entre-Deux » sera
d’ailleurs rendue officielle en 1989 par les membres de l’assemblée générale. En outre, le nombre des résidantes qui seront acceptées sera désormais réduit à un maximum de quatorze.
Il est très évident que l’approche de « L’Entre-Deux » a puisé ses
sources dans le mouvement culturel et social de libération des femmes
des années 1970. En tout premier lieu, il y a le profond désir de reconnaître les femmes comme étant des participantes à part entière à la société. Une conscience sociale affirmée, une tendresse pour les femmes
souffrantes et des valeurs militantes sous-tendent notre programme.
L’accent « féministe » qui marque notre approche croit aux capacités intrinsèques des femmes à se prendre en charge et à se réapproprier leur
vie. Nous entendons aussi les aider à développer une estime d’ellesmêmes et à découvrir, pour chacune, ses compétences propres.
De nombreuses études féministes ont démontré que la socialisation et l’apprentissage des rôles sexuels, féminins ou masculins, produisent pour chaque sexe, par les spécificités de l’éducation et du conditionnement socioculturel qu’ils impliquent, des vulnérabilités, des
blessures, des formes de détresse mais aussi des forces particulières. Notamment le fait que nombre de femmes aient appris à vivre en fonction
des autres et non d’abord en fonction d’elles-mêmes, a grandement réduit leur sentiment d’existence propre et leur sentiment d’identité. Si le
partenaire amoureux, si l’enfant, si le parent malade n’est plus là, beaucoup de femmes se sentent comme si elles n’étaient plus personne, se
sentent vides et sans raison de vivre. De plus, le rôle social traditionnel
imparti à la femme l’a longtemps isolée dans la vie domestique où elle
avait, de surcroît, souvent le sentiment de « ne pas fournir à la tâche ».
La dépression apparaît fréquemment comme une réponse, exprimée
sous la forme de résistance passive, face à une vie que la femme a peine
à comprendre et à maîtriser et qui ne lui appartient pas en propre.
Pauline Lacroix
197
Les femmes qui s’adressent à « L’Entre-Deux » traversent ce qu’il est
convenu d’appeler une dépression majeure. Elles sont démunies affectivement et financièrement. Elles ont perdu l’appétit, le sommeil, l’estime d’elles-mêmes et le goût de vivre. Elles sont souvent hantées par
des idées suicidaires et plusieurs ont déjà tenté de se supprimer. Beaucoup en plus ont été victimes de mauvais traitements, de violence et
d’abus sexuels. Âgées en moyenne de 40 ans, la majorité d’entre elles
ont vécu avant de venir à « L’Entre-Deux » un ou plusieurs séjours en
hôpital psychiatrique. Elles nous voient, disent-elles, comme leur dernier espoir, leur bouée de sauvetage.
Un deuil, une rupture amoureuse, une perte de travail, un épuisement familial ou professionnel, un sentiment d’échec profond, un
passé traumatisant revenant à la mémoire ou tout simplement une incapacité à vivre seule, ont été autant de déclencheurs immédiats de la
crise aiguë qu’elles traversent. Ces déclencheurs immédiats de l’état de
dépression ramènent les femmes dans leurs conflits psychiques non résolus autant face à des événements présents qu’à un passé lointain. On
constate au plan psychique un Moi qui s’est affaibli à trop tenter de répondre aux attentes des autres ou qui s’est écroulé devant la perte du
regard bienveillant et l’impossibilité de continuer à s’oublier pour avoir
l’amour et l’affection. En même temps, il y a un désir de mettre à jour
un « moi caché », abandonné, avec tout le ressentiment qui accompagne cet imaginaire. Tout ceci donne une confusion d’émotions brutes,
nouées, et cette confusion court-circuite la capacité de penser.
Mais si toutes ces femmes sont diagnostiquées comme étant « en
dépression », elles ne présentent toutefois pas le même tableau clinique.
On sait combien la problématique de la dépression est hétérogène et la
dynamique psychique de chaque cas, singulière. Aussi, l’intervention de
soutien et l’approche clinique que nous proposerons devront-elles,
dans la mesure du possible, se personnaliser, et se moduler en fonction
de chaque cas.
L’Entre-Deux est un lieu psychothérapeutique. Notre croyance
dans la capacité de l’être humain à grandir nous amène à offrir aux
femmes une démarche ayant pour but de changer et non pas d’accepter sa « maladie » et de se laisser couler dans le rôle passif de malade.
Au plan thérapeutique, notre approche s’inspire de plusieurs perspectives : humaniste, psycho-dynamique et psychanalytique. Elle favorise l’écoute, l’expression des émotions, la compréhension du mal être
qui a été à la source de l’état de dépression. Une attention toute particulière est accordée à l’expression de la colère. Les femmes sont encouragées à utiliser une salle dite de « défoulement » où on trouve un
198
Les ressources alternatives de traitement
« punching bag » des coussins, des balles et où elles peuvent crier à leur
aise. C’est en même temps une reconnaissance de la légitimité de l’expérience de la colère qui, traditionnellement, a été censurée chez les
fillettes et chez les femmes comme s’il y avait là une émotion inacceptable pour une femme. C’est un moyen d’exprimer cette violence intérieure sans danger ni pour autrui ni pour soi-même. En apprenant peu
à peu à libérer cette énergie, les femmes peuvent commencer à retrouver une capacité à s’affirmer et à se redonner un peu de pouvoir.
Nous proposons également un travail introspectif en vue de développer un regard sur soi et une conscience de soi. Nous valorisons la
parole pour sortir du « non dit » et mettre des mots sur la souffrance
psychique : souffrance qui sera aussi analysée en fonction de l’enfance,
des expériences passées et du contexte familial et social. Il sera important de comprendre l’impact des événements de son histoire sur la nature de ses difficultés et de départager les sentiments rattachés aux expériences infantiles de ceux rattachés aux expériences de la réalité
immédiate.
Pour les participantes, apprendre à se mettre à l’écoute d’ellesmêmes augmente leurs capacités de choisir et ainsi de devenir plus autonomes. Toutefois, pour certaines l’introspection est une chose abstraite qu’elles ressentent comme inaccessible et menaçante. Elles ont
vécu dans l’action et le concret des choses et ont peu réfléchi sur elles,
leur situation et leur détresse. C’est souvent une première occasion de
regard sur soi. L’expérience est parfois si difficile, si neuve, si impensable quelque part, que certaines s’en défendront jusqu’à la fin.
Pour éviter que les femmes ne stagnent dans la position de victimes, un accent soutenu est mis sur la responsabilisation de ses propres
attitudes et de ses comportements, ceci afin d’apprendre à se « réapproprier » sa vie. Les femmes sont invitées à se placer au centre de leur vie
et à devenir conscientes de leur identité, de leurs connaissances, de leurs
faiblesses, et de leurs capacités d’atteindre leurs buts.
Une telle démarche exige donc de la part des résidantes une participation active. C’est pourquoi celles-ci choisissent volontairement de
venir à « L’Entre-Deux » et de s’impliquer dans toutes les formes d’activités qui leur seront proposées. Comme la dépression produit chez le
sujet un état de passivité et de léthargie, notre programme se veut obligatoire afin de stimuler les femmes à se mobiliser, à sortir de leur repli
et de leur enfermement.
S’inscrivant dans la lignée des courants féministe et humaniste, notre
approche conteste le recours à un diagnostic objectivant qui dépersonnalise le sujet. Toutefois, vu l’existence de différences réelles entre les indivi-
Pauline Lacroix
199
dus, notre intervention s’est enrichie de l’approche de James F. Masterson
auprès de patients présentant des troubles de la personnalité. Celui-ci
s’inscrit dans les courants psychodynamiques de la psychologie du Soi et
de la théorie des relations d’objet. Il distingue quatre structures de personnalités pathologiques présentant des troubles de la personnalité
(« borderline », narcissique, schizoïde et antisocial) et propose des stratégies de communication adaptées à chaque structure de personnalité. Son
approche préconise le développement de l’alliance thérapeutique et met
l’accent sur l’analyse des résistances, passages à l’acte et mécanismes de
défense qui font obstacle à cette alliance. Pour Masterson, il s’agit du problème le plus important que l’on rencontre avec ce type de clientèle.
Le cheminement proposé, qui se réalise dans un contexte d’hébergement, veut permettre aux femmes de prendre une distance de leur
milieu afin de saisir plus clairement ce qu’il en est de leur situation de
vie. Souvent, beaucoup de ces femmes vont reproduire entre elles et revivre les mêmes patterns relationnels vécus dans leur enfance ou dans
leur milieu familial. Mais au Centre, elles ont l’aide des intervenantes
pour entrevoir ces formes de répétition, et même parfois en comprendre les ressorts.
Habiter à « L’Entre-Deux », c’est se donner, pour un temps, un lieu
d’appartenance, un environnement chaleureux, soutenant et sécurisant. C’est aussi une immersion dans de nouvelles valeurs faites de respect de soi et des autres et de communication. Mais, autant le milieu de
vie en hébergement peut être source d’entraide, autant il peut être aussi
propice aux rivalités et à la méfiance. Certaines femmes rencontrent
plus que d’autres des difficultés d’adaptation à la vie de groupe, à la
thérapie et au cadre, ce qui peut susciter en elles des sentiments d’incapacité et d’exclusion.
Le séjour à « L’Entre-Deux » dure au maximum trois mois. C’est
donc un séjour de moyenne durée. Cette intervention thérapeutique
ponctuelle ne prétend pas transformer en profondeur la personnalité
mais vise plutôt à améliorer le fonctionnement d’une personne dans son
rapport à elle-même et aux autres. Parfois il réussit de façon si significative, que l’on peut parler de transformation.
L’encadrement thérapeutique que nous proposons est assuré par
des femmes uniquement. Ce choix délibéré de construire un univers
exclusivement féminin favorise, pensons-nous, le partage, l’entraide,
l’amitié, la confiance et la solidarité entre femmes. Un espace féminin,
une valorisation du féminin, la présence à travers les thérapeutes et les
autres résidantes de modèles féminins aident aux retrouvailles avec soi
comme femme.
200
Les ressources alternatives de traitement
Lors d’une première rencontre individuelle avec une thérapeute, la
résidante doit se définir un ensemble d’objectifs à atteindre pendant
son séjour. Chaque semaine, elle doit également identifier un objectif
particulier pour la semaine qui commence. Nous croyons qu’en posant
des actions concrètes dans leur quotidien, en identifiant et en exprimant ce qu’elles veulent, les femmes vont s’engager dans un processus
de reprise du pouvoir sur leur vie.
La thérapie de groupe, noyau central de notre traitement, se déroule quatre fois par semaine et est animée par deux thérapeutes. Au
début de chaque session, les thérapeutes proposent un exercice de centration afin d’aider chaque participante à identifier son émotion ; elles
devront à nouveau nommer l’émotion qui les habite à la fin de la session. Dans cet exercice, les femmes apprennent ainsi à être à l’écoute de
leurs émotions et à les discerner.
De plus, les résidantes sont invitées à prendre la parole de façon
spontanée, tout en respectant l’espace de parole des autres. Les thérapeutes, par leurs interventions, soutiennent les femmes dans l’expression verbale et l’élaboration de leurs difficultés. Elles facilitent l’expression des émotions et favorisent des prises de conscience. Elles les
questionnent pour les stimuler à trouver leurs propres solutions et par
le fait même à découvrir leurs capacités. Elles doivent résister toutefois
à la pression de celles qui aimeraient bien qu’on trouve à leur place des
réponses et des modes d’emploi. Les thérapeutes soulignent les contradictions qui peuvent exister entre un objectif choisi, un désir exprimé et
un comportement. Cette confrontation, pour être efficace, se doit d’être
faite avec empathie et ne pas être teintée d’une notion de blâme.
Les thérapeutes cherchent à optimiser tout ce que le groupe peut
permettre. Qu’il s’agisse du partage, de l’entraide, de la reconnaissance
de ce qu’il peut y avoir de commun et de différent dans l’expérience de
chacune, de la normalisation et de la dédramatisation de certaines situations. Les résidantes disposent d’un pouvoir d’intervention auprès
des autres résidantes, car c’est une autre façon de reconnaître leurs
compétences. La dynamique d’un groupe est, croyons-nous, une source
importante d’énergie de changement.
Divers ateliers d’expérimentation ont lieu une fois par semaine car
nous croyons, à l’instar des théoriciens humanistes Carl Rogers et
Abraham Maslow, qu’une personne en santé psychique est une personne créatrice.
L’atelier de créativité propose aux femmes des expériences neuves, en
fournissant l’occasion d’utiliser diverses techniques de collages, de dessins et de modelages. À la fin de ce qui s’avère un véritable laboratoire ex-
Pauline Lacroix
201
périenciel, la thérapeute effectue un retour sur la production de chacune
et accueille les émotions qui ont été suscitées par le travail. Les femmes
sont bien souvent surprises de se découvrir un tel potentiel créateur.
L’atelier de théâtre est animé par une intervenante qui est aussi comédienne. Elle a recours au jeu de rôles et à l’interprétation de personnages afin d’éveiller l’imaginaire et d’augmenter l’expression de soi. Ces
pratiques permettent aux résidantes d’entrer en contact avec des parties jusque là ignorées d’elles-mêmes. La majorité des femmes y trouvent du plaisir et y font des « insight » appréciables.
L’atelier de conscience corporelle est animé par une massothérapeute. Des activités de massage, de posture et de respiration donnent la
possibilité aux femmes d’entrer en relation avec toutes les parties de
leurs corps. Les femmes établissent alors des liens entre certaines sensations physiques et leurs émotions. Beaucoup de femmes qui ont été
blessées dans leur corps réapprivoisent le fait de toucher et d’être touchée.
Enfin, l’atelier de relaxation est animé par l’intervenante du soir.
Dans la pénombre d’une chandelle, elle lit un conte, fait jouer une cassette de musique ou dirige une visualisation. Chaque résidante est étendue sur son tapis de sol. Dans cette position couchée, propice à induire
des états de régression corporelle et émotionnelle, il arrive que des éléments refoulés, souvenirs, fantasmes, émotions, etc. fassent un retour
vers la conscience.
Les apprentissages informels vécus dans la vie quotidienne de la
Maison s’ajoutent et complètent le programme thérapeutique structuré. Alors que le souper est propice aux échanges et au plaisir, la soirée
permet aux femmes de développer des liens entre elles, de reprendre
contact avec leurs familles et amis, de faire un retour sur des prises de
conscience de la journée. Souvent, les femmes ont besoin de l’accompagnement de l’intervenante de soir pour composer avec les émotions
vécues dans diverses situations. Quant à la nuit, s’il y a lieu, l’intervention d’aide se fait dans le but de calmer l’angoisse et de retrouver le
sommeil. La fin de semaine, l’intervenante répond à des besoins ponctuels.
L’intervenante doit discriminer les demandes d’aide des résidantes :
ceci afin qu’elles ne deviennent pas totalement dépendantes d’elle mais
aussi pour respecter ses limites propres. Toutefois, mettre des limites
exige que l’intervenante ait établi un bon contact avec la résidante et
ensuite qu’elle aide la résidante à comprendre son comportement.
Durant le dernier mois de séjour, les intervenantes de fin de semaine rencontrent de façon individuelle chaque résidante, une fois la
202
Les ressources alternatives de traitement
semaine, ceci afin de les aider à préparer leur retour chez elles. Elles les
guident dans des prises de décision, des démarches à faire (logement,
travail…) et elles les accompagnent dans leurs angoisses de séparation
d’avec la Maison, les intervenantes, les résidantes.
Suite au séjour à « L’Entre-Deux » des résidantes, une période de
suivi est accessible, au rythme d’une thérapie semaine, dans un groupe
de cinq personnes. Ce suivi favorise l’intégration des apprentissages au
quotidien. Nous incitons également les résidantes à rechercher un soutien auprès d’autres organismes car elles repartent vers la vie « ordinaire » non sans une certaine fragilité.
Les intervenantes sont des professionnelles. Elles ont des formations universitaires en psychologie et sociologie et continuent de se
perfectionner et d’avoir recours à de la supervision clinique. En outre
la Maison prévoit un budget pour la formation continue. Depuis 3 ans,
les thérapeutes qui animent la thérapie de groupe sont en supervision
clinique dans une approche thérapeutique des troubles de la personnalité. Cette année, toute l’équipe a reçu une formation dans cette approche et a une supervision clinique depuis l’automne 1999.
Un travail de collaboration et de concertation s’avère crucial entre
les intervenantes. Ce travail est sans cesse à construire et à entretenir car
parfois, les conflits entre résidantes rendent le climat d’équipe et la solidarité plus précaires. Un relais d’information, de partage et d’échange
entre les intervenantes assure une continuité et une cohérence dans
l’intervention.
Les réunions d’équipe servent à diffuser l’information, à faire le
point sur le cheminement de chacune des résidantes et à élaborer, le
mieux possible, un portrait de la résidante qui guide le type d’intervention à exercer auprès d’elle.
Ce portrait contient des éléments de son histoire familiale, de son
mode relationnel autant avec sa famille, conjoint, amies qu’avec les intervenantes et les résidantes de la Maison, les thèmes importants de sa
vie (abandon, inceste, violence), les transferts ou les projections effectués sur les intervenantes et le type de réaction contre-transférentielle
qu’elles suscitent, soit le cortège de sentiments plus ou moins ambivalents qui peuvent être induits chez telle ou telle intervenante : idéalisation, amour, tendresse, rejet, violence, mépris, haine, indifférence, ennui, exaspération, etc.…
Les intervenantes utilisent un système de fiches où sont consignées
toutes les informations pertinentes concernant chaque résidante. De
cette façon, chaque intervenante peut s’y référer afin d’être au courant
de ce qui s’y est passé durant son absence. Ce cadre apporte une cer-
Pauline Lacroix
203
taine unité dans l’intervention des membres du personnel qui interviennent à des heures différentes.
Mais, les intervenantes rencontrent, à l’occasion, le problème de la
« leader négative ». L’influence qu’elle exerce auprès des autres résidantes crée une situation de violence passive. Il peut être complexe, pour
les thérapeutes, de dépasser ce sentiment d’impasse qui peut engendrer
un sentiment d’impuissance avant qu’un certain contrôle du groupe ne
soit rétabli.
Les intervenantes jouent aussi un rôle de figure d’autorité. Elles
doivent faire respecter les règles de vie élémentaires (ponctualité, heures d’entrée, permissions) par les résidantes. Bien qu’elles essaient
d’être « justes » ou le plus neutres possible dans ces transactions, les
frustrations et les rivalités des résidantes sont nombreuses, et maintenir la confiance s’avère parfois une tâche compliquée.
Autant pour les résidantes que pour les intervenantes, la menace du
suicide lorsqu’elle apparaît est presque intolérable. Se fait jour alors une
inquiétude palpable dans la maison et le groupe se fragilise. Les intervenantes doivent gérer les impacts de cette situation sur les autres. On peut
dire que la maison « est en crise » et qu’une décision devra se prendre
quant au maintien parmi nous de la personne plus directement cause de
ce déséquilibre du groupe. Qu’une résidante parle de ses idées suicidaires
fait partie de la démarche thérapeutique mais ce qui devient affectivement
insupportable pour toutes, c’est lorsque le recours à la menace de suicide
est ressenti comme un chantage ou une intimidation ou encore un désir
de contrôle de l’ensemble du groupe. Fort heureusement, cette situation
de menace exprimée à un tel degré d’intensité ne se présente pas souvent.
De façon générale, on peut dire que lorsque les résidantes nous
quittent, elles ont repris un certain goût à la vie, elles se connaissent
personnellement davantage, comprennent mieux leurs difficultés relationnelles et sont plus outillées pour faire face aux événements de la vie.
En 1994-1995, la direction a confié à une membre de l’équipe,
Lucie Sauvé, un mandat de recherche visant à définir plus clairement
les fondements de l’approche féministe et à en mesurer l’efficacité. Les
résultats obtenus à partir du test Beck semblent confirmer une diminution des symptômes de dépression chez les résidantes six mois après la
fin de leur séjour.
Ce système d’aide a évolué tout au long de ses années d’existence
grâce à l’implication de tout le personnel. Actuellement, notre questionnement de fond porte sur les enjeux que comporte l’intervention
thérapeutique auprès d’une clientèle ayant des troubles de la personnalité, et ceci dans un contexte d’hébergement.
204
Les ressources alternatives de traitement
Nous avons été confrontées au grand besoin de définir plus clairement notre cadre et de le faire respecter rigoureusement. Nous avons
aussi appris à ne pas laisser dans l’ombre des agirs anodins des résidantes et à porter une attention particulière au clivage.
Dans notre contexte de travail, il y en a lourd à entendre, il y a un
contact prolongé quotidien et un haut niveau de demandes affectives
de la part des résidantes. Nous devons être extrêmement vigilantes afin
de ne pas risquer l’essoufflement sinon l’épuisement des membres de
l’équipe.
« L’Entre-Deux » n’est pas le paradis perdu et la formule que nous
proposons n’est pas une solution magique. Comme toute expérience
d’aide on y connaît des réussites et hélas quelques échecs. Mais notre
croyance au développement de la personne humaine et aux capacités
spécifiques des femmes maintient notre engagement de continuer à
chercher et à apprendre pour mieux aider des femmes en détresse.
RÉFÉRENCES
BECK, A. T. et al., 1961, An inventory for measuring depression, Archives of Géneral Psychiatry, vol. 4, p.53-63.
CORBEIL, C., PÂQUET-DECHY, A., LAZURE, C. LEGAULT, G. L., 1983, L’intervention féministe, l’alternative des femmes au sexisme en thérapie,
Montréal, Éditions Albert Saint-Martin.
CROWLEY DANA, Jack, 1991, Née pour se taire, Canada, Le Jour, 1993.
MASLOW, A. H., 1968, Vers une psychologie de l’être, Paris, Fayard, 1972
MASTERSON, J. F., 1985, The Real Self – A Developmental, Self, and Object Relations Approach. New York, Brunner/Mazel.
Rogers, C.R., 1961, Le développement de la personne, Paris, Dunod,
1976.
SAUVÉ, Lucie, 1996, Recherche action, 1) mise en mots de la spécificité de
l’approche féministe à L’Entre-Deux 2) évaluation, à moyen terme des
résultats de notre approche.
COLLECTION HORS SÉRIE DE SANTÉ MENTALE AU QUÉBEC
Les femmes et la folie, 1981 (épuisé)
Pour un réseau autonome en santé mentale, (1987) (épuisé) réalisée en
collaboration avec le GIFRIC
20 ans de Santé mentale au Québec (1996), disponible en version intégrale sur le site web de Santé mentale au Québec :
www.cam.org/~rsmq/
À paraître en décembre 2000 : L’art des intervenants en santé mentale
Pour vous procurer un exemplaire du volume Les ressources alternatives
de traitement, prière d’envoyer un chèque ou mandat-poste libellé au
nom de Revue santé mentale au Québec, au montant de 10 $ CAN
(75 FF), à l’adresse suivante :
Canada : C.P. 548, succ. Place d’Armes, Montréal, Qc, H2Y 3H3
(514-523-0607; fax : 514-523-0797)
France : Communautés et santé mentale/revue Santé mentale au Québec,
136 rue Louis Becker, Villeurbanne, 69100, France (04-72657500)
Nom
Adresse
Ville
Pays
Code postal
Téléphone
Fax
Courriel
SANTÉ MENTALE AU QUÉBEC
Une revue de recherche et d’innovation thérapeutique au service des
cliniciens et des chercheurs depuis 25 ans.
LISTE DES VOLUMES DISPONIBLES
Vol. XXV, no 1
(printemps 2000)
Dossier : Les désastres naturels
Vol. XXIV, no 2
(automne 1999)
Dossier : Le devenir des cliniques externes de psychiatrie
Vol. XXIV, no 1
(printemps 1999)
Dossier : Schizophrénie, délires et thérapie cognitive
Vol. XXIII, no 2
(automne 1998)
Dossier : Le suivi communautaire
Vol. XXIII, no 1
(printemps 1998)
Dossier : L’autisme
Vol. XXII, no 2
(automne 1997)
Dossier : Le rôle des hôpitaux psychiatriques
Vol. XXI, no 2
(automne 1996)
Dossier : Intégration sociale et soutien communautaire
Vol. XXI, no 1
(printemps 1996)
Dossier : Virage ambulatoire et états de stress post-traumatique
LES DOSSIERS À PARAÎTRE DANS LES PROCHAINS NUMÉROS
Vol. XXV, no 2
(automne 2000)
Dossier : Itinérance
Vol. XXVI, no 1
(printemps 2001)
Dossier : Les jeunes enfants (moins de 3 ans)
Vol. XXVI, no 2
(automne 2001)
Dossier : Doubles diagnostics
ABONNEMENT ( 2 numéros par année)
Particuliers o
Institutions o
Étudiants o
1 an
31,06 $ (150FF)
42,56 $ (200FF)
24,16 $ (140FF)
2 ans
56,36 $ (215FF)
74,77 $ (325FF)
42,56 $ (200FF)
3ans
81,67 $ (275FF)
104,67 $ (435FF)
63,26 $ (250FF)
Je désire un abonnement pour :
o un an ; o deux ans; o trois ans au tarif de ____________
Je désire
l’unité
exemplaire(s) du volume
au montant de 24,16 $ (100 FF)
NOM
PROFESSION
ADRESSE
VILLE
PROVINCE
PAYS
CODE POSTAL
TÉLÉPHONE
FAX
COURRIEL
MODE DE PAIEMENT
o chèque ou mandat à l’ordre de Revue Santé mentale au Québec
o Visa
o MasterCard
No de carte
Date d’exp.
Signature
Date
RETOURNER À :
Revue santé mentale au Québec
C.P. 548, succ. Place d’Armes
Montréal (Québec) H2Y 3H3
SMQ/Santé mentale et
communautés
136 rue Louis Becker
Villeurbanne, 69110, France
On peut consulter les résumés de tous les articles publiés dans Santé mentale au
Québec depuis sa création en 1976 sur le site Internet de la revue :
http://www.cam.org/~rsmq/
Cet ouvrage
composé en Minion corps 11 sur 13
a été achevé d’imprimer
en novembre deux mille
sur les presses de
membre du groupe Scabrini,
à Cap-Saint-Ignace (Québec).