La musique sacrée entre les IXe et XIIe siècles : Une

Commentaires

Transcription

La musique sacrée entre les IXe et XIIe siècles : Une
MUSICOLOGY (MUSICOLOGIE) LamusiquesacréeentrelesIXeetXIIesiècles:Unehistoiredechanteurs
UniversitéParisSorbonne
K.LIVLJANIC Les répertoires liturgiques (plain‐chant, tropes, séquences, drame liturgique, organum) la notation neumatique et les modes médiévaux seront étudiés du point de vue de leurs acteurs principaux, les chanteurs médiévaux. L’accent sera également mis sur notre vision contemporaine de ces répertoires, en relevant les différentes idées reçues que notre société véhicule à propos des musiques médiévales. LamusiquedelaGrèceantiqueetsaréceptionjusqu’al’époquemoderne
UniversitéParisSorbonne
T. PSYCHOYOU L’objectif central de ce cours est d’explorer ce qui a pu concrètement constituer, des siècles durant, un modèle antique, puis d’en étudier les filiations : qu’est‐ce l’« idéal antique » et quelles connaissances précises avons‐nous de la musique d’un passé si lointain ? Du Moyen âge à l’époque baroque (et au‐delà), musiciens, princes et philosophes convoquent l’Antiquité pour répondre à des finalités différentes, théoriques, musicales, poétiques, symboliques, allégoriques, dans un processus de légitimation du présent par l’exemple du passé, à la fois source d’inspiration et modèle à surpasser. Tel nouvel Orphée, tel prince Apollon, tel Art poétique, Aristote, Homère, Euripide, Iphigénie, Médée, Pythagore, Platon… À partir d’exemples précis nous allons étudier une série de questions qui, de Boèce et le Quadrivium jusqu’à Monteverdi et la « Querelle des Anciens et des Modernes », ont mis en système l’héritage et la filiation antiques au cœur de l’édifice théorique et pratique de la musique occidentale. RameauetRousseau:Histoired’unecontroverse
UniversitéParisSorbonne
R. LEGRAND Musicien polyvalent, Jean‐Philippe Rameau (1683‐1764) a composé des pièces de clavecin, des motets, des cantates et des opéras tout en produisant une importante œuvre théorique. Sa musique et ses traités ont été discutés en profondeur par Jean‐Jacques Rousseau (1712‐1778) dont l’esthétique s’est construite en contradiction avec les positions ramistes, notamment à partir de la Querelle des Bouffons (1752‐1754). L’analyse du débat portera sur le répertoire (notamment lyrique : les opéras de Rameau, Le Devin du village de Rousseau), sur la théorie (traités de Rameau, contribution de Rousseau à l’Encyclopédie, Dictionnaire, Essai sur l’origine des langues) et sur les textes polémiques qui ont marqué les points forts de la controverse. LareformedeGlucketl’évolutiondel’opéradanslasecondemoitiéduXVIIIesiècle
UniversitéParisSorbonne
J‐P.BARTOLI Panorama des genres mélodramatiques du XVIIIe siècle ‐ l’opéra seria, l’opera buffa, la tragédie lyrique, l’opéra comique – et des débats esthétiques autour de ces genres (notamment la querelle des bouffons) suivi de la description de l’apport et de l’influence de Gluck. Étude plus détaillée de l’Orfeo ed Euridice puis de l’Orphée français. Lesmusiquesdelanuit:duromantismeaupost‐romantisme
UniversitéParisSorbonne
D. PISTONE Tout au long du XIXe siècle, les esthétiques de la nuit constituent une part importante des expressions romantiques, au sein desquelles l’art instrumental, souvent porté par un contexte incitateur, s’avère particulièrement créateur – dans la vision des contemporains comme dans notre imaginaire actuel – de styles voire de modèles significatifs. HistoiredesmusiquespopulairesAnglo‐américainesdel’apparitiondurock’n’rollaudébutdesannées
1970
UniversitéParisSorbonne
MUSICOLOGY (MUSICOLOGIE) O.JULIEN Ce cours aborde l’ensemble des courants qui ont marqué les musiques populaires anglo‐américaines entre le début des années 1950 et le début des années 1970 (rock ’n’ roll, doo‐wop, soul music, production records, girl groups, British blues, British rock, surf music, rock garage, folk‐rock, heavy metal, rock psychédélique, rock progressif, etc.) ainsi que l’histoire des musiques qui sont à l’origine de ces courants (blues, rhythm ‘n’ blues, gospel, folk music, hillbilly/country & western, etc.). En début d’année, nous commençons par éclaircir la notion de «musiques populaires au sens de popular music» avant d’analyser les facteurs socioculturels et technologiques grâce auxquels le rock ’n’ roll s’est imposé sur le marché du disque américain entre 1954 et 1956 ; nous consacrons également une séance entière à l’histoire de l’enregistrement et des techniques du son de l’invention du phonographe à la fin des années 1950, ce qui nous permet, par la suite, de nous attarder sur les techniques de production caractéristiques de tel courant, de telle période, voire de tel producteur ou de telle maison de disques. ArtsetmusiqueenEuropeauXIXesiècle
UniversitéParisSorbonne
B. JOBERT Ce cours vise, par l'exploration de différents thèmes, à introduire à une analyse des arts plastiques ou visuels du dix‐neuvième siècle envisagés dans la perspective de leurs rapports avec la musique. Seront ainsi notamment abordés: architecture et musique (salles de théâtre, de concert et d'opéra, de Claude‐Nicolas Ledoux (théâtre de Besançon, 1778‐1784) aux frères Perret (Théâtre des Champs‐Elysées, 1913); la représentation du musicien, de Grétry à Debussy; les arts de la scène (décors, costumes), la peinture et la sculpture, de la Révolution française aux Ballets russes; peindre ou représenter la musique: le problème de l'art total. Ethnomusicologie:Modesetrythmes
Université Paris Sorbonne
F.PICARD L’ethnomusicologie, étude des musiques autres que la musique savante européenne, nécessite des outils d’analyse de leurs spécificités (modalité et pentatonisme, rythmes) rendant compte de ce qui est conçu et réalisé tel qu’on l’entend dans les enregistrements à travers la transcription. Lachansonmédiévaledanstoussesétats‐XIIIe‐XVesiècles
UniversitéParisSorbonne
Isabelle Ragnard Ce cours a pour objet de rappeler les spécificités du principal genre profane cultivé par des générations de compositeurs, des trouvères à Guillaume Dufay (formes fixes, sujets poétiques variés, subsistance de la monodie, invention d’une polyphonie spécifique à l’expression lyrique), puis de comprendre les rapports entre la chanson et les autres genres musicaux de la fin du Moyen‐âge (motet, musique instrumentale, messe, contrafactum) et enfin de placer la chanson dans le contexte de la société médiévale (circonstance de son interprétation, insertions dans des œuvres littéraires et théâtrales). MusiciensetpoètesdusecondXVIesièclefrançais
UniversitéParisSorbonne
A.TACAILLE Les répertoires musicaux de la seconde moitié du seizième siècle opèrent une très belle synthèse entre langue, poétique et nouveaux canons musicaux. Au cours de ces décennies tourmentées, entre plaisirs et urgences se forge une relation décisive des mots, du mètre et du son, de manière parfois très expérimentale. Le cours explorera les croisements de la poésie et de la musique, les rencontres des musiciens et des poètes. OpéraetdrameauXIXesiècle
UniversitéParisSorbonne
J‐J. VELLY Le cours retrace les grandes évolutions du genre lyrique au XIXe siècle, en mettant en avant les caractéristiques propres à chaque style. Les innovations sont confrontées aux évolutions stylistiques, esthétiques et philosophiques du temps. HybridationsdesstylesmusicauxetvocauxdelachansonmédiatiqueenFrance
UniversitéParisSorbonne
MUSICOLOGY (MUSICOLOGIE) C.RUDENT Le cours traite des chansons médiatiques (parfois appelées « musiques populaires » ou « musiques actuelles ») françaises depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Du point de vue musical, ces chansons sont au croisement d’influences et de traditions parfois contradictoires, entre larges apports des musiques anglaises ou américaines et héritages locaux. Le résultat est souvent hybride. Le cours étudie ce mélange de styles dans les parties instrumentales (style des compositions et des arrangements) mais aussi dans la voix et la manière de chanter (conformément à tel ou tel modèle). ArchéologiedesformesetdeslangagesmusicauxauXXesiècleàl'épreuvedesécritsdescompositeurs
UniversitéParisSorbonne
D.COHEN‐LEVINAS Il s’agit d’étudier, d’ausculter et d’analyser à travers un parcours dans un choix d’œuvres musicales et de textes théoriques l’évolution des formes, des langages et des supports qui ont traversé l’ensemble du XXe siècle dans le domaine de la composition et de retracer une sorte de cartographie des principales transformations en vigueur durant ce siècle. PeintureetmusiqueenEuropeauXXesiècle
UniversitéParisSorbonne
G.DENIZEAU Au XXe siècle, l¹établissement théorique d'une musique affranchie de la tonalité et d'une peinture libérée du naturalisme induit la convergence des expressions sensibles sous le double signe de la nécessité intérieure et de la vibration commune. Dans cette optique seront étudiés les plus innovants transferts (espace musical et temps pictural, plastique sonore et dynamique visuelle, humanisme matérialiste et abstraction mystique) ainsi que les correspondances, interactions, équivalences et analogies au sein de contributions prestigieuses (Debussy‐Klimt, Stravinsky‐Picasso, Kandinsky‐Schoenberg, Matisse‐Varèse, Beuys‐Stockhausen, etc.). Prenant en compte toutes les expériences – du cubisme au Net art, du dodécaphonisme sériel à la musique acousmatique –, c’est un tableau cohérent de la production sensible du XXe siècle européen qui est ainsi proposé. Lesécolespianistiquesentre1750et1830
UniversitéParisSorbonne
J.ROUDET Il s’agit d’étudier l’essor du piano et l’émergence d’une littérature propre au nouvel instrument. La notion d’école permet de cerner la diversité des choix esthétiques et stylistiques en présence dans les principaux centres européens entre 1750 et 1830. Elle met en évidence trois objets d’étude : la facture instrumentale, les œuvres dédiées au(x) piano(s) et la manière dont on les joue. La mise en relation de ces trois angles d’observation permet de reconsidérer des idées reçues fortement attachées à ce répertoire (l’hégémonie de l’école viennoise et de la sonate, la notion de génération romantique). Présencesdesmusiquesnordiques,XXe‐XXIesiècles
UniversitéParisSorbonne
M.FISCHER Au‐delà des mythes anciens, des coutumes nationales et du folklore, le développement musical de l’Europe du Nord mérite d’être reconnu et apprécié. Le répertoire est suffisamment riche pour aborder des œuvres aussi différentes que celles Wilhelm Stenhammar, Carl August Nielsen, Johan Julius Christian Sibelius, Aare Merikanto, Allan Petterson, Harald Saeverud, Eduard Tubin. L’élargissement à d’autres compositeurs prendra en considération les démarches d’Hugo Alfven, Jón Leifs, Eller Heino, Eduard Tubin, Lepo Sumera, Arvo Pärt. Cette vision d’ensemble aura pour objet de sortir de l’isolement des musiques à tort ignorées par les auditeurs français. D’autres talents seront intégrés à ce large tour d’horizon pour entrer dans la globalité d’une étude où s’inscriront les noms de Geirr Tveitt, Aulis Sallinen, Armas Järnefelt, Einojuhani Rautavaara et, plus proche de nous, ceux de Kaija Saariaho et Magnus Lindberg. MusiquespopulairesmédiatiquesenFrance,de1950à2000
UniversitéParisSorbonne
C.Rudent Le cours traite des chansons médiatiques (parfois appelées « musiques populaires » ou « musiques actuelles ») françaises depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Du point de vue musical, ces chansons sont au croisement d’influences et de traditions parfois contradictoires, entre larges apports des musiques anglaises ou américaines et héritages locaux. Le résultat est souvent hybride. Le cours étudie ce mélange de styles dans les parties instrumentales (style des compositions et des arrangements) mais aussi dans la voix et la manière de chanter (conformément à tel ou tel modèle). MUSICOLOGY (MUSICOLOGIE)