les emissions trash à la télévision

Commentaires

Transcription

les emissions trash à la télévision
UNIVERSITE PAUL CEZANNE – AIX-MARSEILLE III
FACULTE DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE D’AIX-MARSEILLE
Institut de Recherche et d’Etudes en Droit l’Information et de la Communication
LES EMISSIONS “TRASH” A LA TELEVISION
RAPPORT DE RECHERCHE D.E.S.U. DROIT DE L’AUDIOVISUEL
Réalisé par Mlle Laurie SAMAMA
Sous la direction de M. Jean-Pierre FERRAND
Aix-en-Provence
Année 2003-2004
1
SOMMAIRE
CHAPIOTRE 1 PRESENTATION DE CE GENRE D'EMISSION
SECTION 1 L'EMERGENCE D'UN NOUVEAU CONCEPT?
SECTION 2 L'IMPACT DE CES EMISSIONS SUR LE PUBLIC (…)
CHAPITRE 2 L'ENCADREMENT DE CE GENRE D'EMISSION
SECTION 1 UNE NECESSAIRE INTERVENTION DES AUTORITES DE REGULATION
SECTION 2 UNE INTERVENTION EN PRATIQUE LIMITEE CONDUISANT A (…)
2
INTRODUCTION
Depuis quelques années maintenant, et précisément depuis le premier volet de
l’émission « Loft Story », en mai 2001, la France s’est mise à la « télé-réalité ». Malgré le
nom, ce genre d’émission semble complètement à l’opposé de la réalité, car plus proche en
fait du sitcom, savamment orchestré par des producteurs. En effet la réalité, ce n’est pas la
mise en situation de personnes dans un environnement réfléchi, avec des personnalités triées
sur le volet, la réalité, c’est montrer des personnes dans leur propre environnement sans rien
provoquer ou dicter dans leur comportement. Mais, bien sûr, cela ennuie, et donc cela n’est
pas susceptible de rapporter grand chose en terme d’audience.
On peut cependant trouver, sur le net cette fois, quelques sites où l’on peut voir des
gens, qui ont volontairement installé chez eux quelques webcams et continuent à vivre,
normalement, sous l’œil des internautes. Enfin, il n’y a là rien de passionnant, hormis peutêtre pour certaines personnes atteintes de voyeurisme extrême.
Dans la même idée, est apparue il y a quelques années aux Etats-Unis, un nouveau
phénomène. A l’origine, un groupe de jeunes, férus de cascades parce-que pratiquant le
skateboard, ont décidé de filmer leurs exploits eux-mêmes, et ont très vite été repéré par une
chaîne américaine diffusée sur le câble et le satellite, MTV (Music Television).
Peu à peu, les cascades sont devenus des défis, stupides le plus souvent, et parfois
dangereux. L’émission originelle, « Jackass », signifie d’ailleurs « crétin », ou « couillon ».
On peut appeler cela de la télé-réalité, puisque, bien que les sketchs sont préparés,
scénarisés et encadrés par des professionnels, les différents « acteurs » de ces émissions ne
font pas semblant, ce sont eux qui réalisent les défis, et filment le tout avec un amateurisme
volontaire qui renforce cette impression de proximité et facilite l’identification aux
différents personnages. Tous jouent leur propre rôle, il n’y a pas de personnages, pas
d’intrigue, et c’est cela même qui a fait son succès. Peu à peu, l’idée a attiré de plus en plus
de jeunes, pour qui les participants de ces émissions sont devenus de vrais modèles, et
beaucoup ont réalisé leurs propres « jackasseries », allant même jusqu’à envoyer des
cassettes vidéos de leurs exploits à MTV, en espérant une diffusion.
3
Et puis, on a constaté que la plupart des scènes pouvaient être dangereuses, cruelles,
humiliantes, mais cela ne choque pas les jeunes, ils en sont, au contraire, très admiratifs ;
devant l’engouement, et surtout la multiplication de groupes de jeunes imitant les
protagonistes de Jackass, les autorités de régulation ont reçu de nombreuses plaintes, que ce
soit en France, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
Mais ce phénomène, c’est d’abord et surtout un moyen pour ces jeunes qui s’en
inspirent, de se faire entendre, connaître, reconnaître, autrement qu’en participant à des
émissions comme « Star Academy » ou « Popstar » ; ils semblent refuser ce système,
n’appartiennent pas à cette génération aveuglée par cette célébrité facile. Et puis ce
comportement peut paraître juvénile, idiot même, alors que la plupart des jeunes
« adeptes », ont entre 15 et 25 ans. Qu’est ce qui attire le plus ces jeunes ? La transgression
des interdits ? La prise de risque ? Est-ce une manière pour eux de montrer qu’ils refusent
de grandir, de faire parti du monde des adultes ?
Mais que se passe-t-il lorsque les images qu’ils voient les incitent à prendre plus de
risque encore ? Certains disent que le but n’est pas de se faire mal, mais qu’ils acceptent
cette possibilité, qu’elle fait partie du jeu. Sont-ce réellement les images que la télévision
leur montre qui les incitent à reproduire des défis dangereux ? Mais en même temps, la
télévision peut-elle tout montrer, et ainsi, banaliser ? Car ce qui est dangereux, c’est cette
banalisation, de la violence, de la douleur, de l’humiliation ; c’est elle qui fait naître
l’insouciance, l’irresponsabilité, et provoque des accidents, parfois sans gravité, mais
parfois mortels.
Après avoir présenté ce phénomène, et ceux qui le font, nous verrons en quoi et de
quelle manière les émissions qui en sont à l’origine, sont encadrées, même si en pratique il
n’est pas évident et souhaitable d’imputer l’entière responsabilité des accidents, à la
télévision.
4
CHAPITRE 1
PRÉSENTATION DE CE GENRE D’ÉMISSION
Avant toute chose, il convient de préciser que le terme « trash » n’est pas notoirement
utilisé pour désigner les émissions dont nous allons parler. Enfin rien n’est officiel, mais les
émissions dont nous allons traiter ne sont pas les seules à faire partie de cette catégorie
d’émissions dites « trash ».
En outre, ce terme semble le plus proche de ce qu’on peut y voir. Nous verrons plus
loin en quoi ces émissions, et leurs participants sont « trash », en en étudiant le contenu.
Car « trash » en anglais, cela signifie « ordure ». Or, l’émission phare de ce
phénomène est une émission américaine intitulée « Jackass », qui signifie « crétin ». Cela
traduit pleinement la philosophie de ces jeunes adultes qui se livrent à toute sorte de sketchs
parfois drôles, et souvent dangereux ; car c’est là justement que se pose le problème. En
effet, ces bandes de copains complètement déjantés, prêts à tout et surtout à n’importe quoi,
sont devenus avec le temps de vrais idoles, mais surtout des modèles pour de nombreux
jeunes -et moins jeunes- ; c’est ce que nous aborderons justement dans la seconde souspartie.
SECTION 1
L’ÉMERGENCE D’UN NOUVEAU CONCEPT ?
Parmi les émissions qui feront l’objet de notre étude, il y a bien sûr « Jackass » que
nous avons cités précédemment, mais aussi « Dirty Sanchez », en Grande-Bretagne.
Dans ces émissions, le point commun ce sont les gags douteux souvent scatologiques,
l’automutilation, et les cascades risquées. Car ce qui compte c’est d’être capable de relever
les pires défis, quitte à se blesser, mais sans jamais bien sûr, le laisser paraître. Chacun tour
à tour, les participants de ces émissions se livrent, volontairement ou pas, à des défis, devant
l’œil attentif des autres comparses, qui prennent un malin plaisir à se voir souffrir
mutuellement.
Bref ces émissions c’est l’autodérision, ou carrément l’humiliation ; chaque
participant doit prendre sur lui-même, ravaler sa fierté, et subir les moqueries de ses
camarades, ou au contraire leur admiration.
5
C’est en cela que ce concept peut apparaître comme quelque chose de nouveau,
notamment par rapport à l’époque de Charlie Chaplin, et des films en noir et blanc, où les
acteurs faisaient rire par leurs attitudes burlesques, où ils se tournaient eux-mêmes en
ridicule.
Ce qui est nouveau ici et ce qui est malsain, c’est cet espèce de plaisir qui ressort de
la souffrance de l’autre, bref du sadisme à l’état pur.
Voyons de plus près qui font ces émissions et de quoi elles se composent en détail.
§1. Les émissions trash dans le monde à travers leurs acteurs
L’émission qui va principalement nous intéresser, « Jackass », était diffusée
jusqu’à récemment sur le câble et le satellite par MTV France.
Lancée en 1981 sur les réseaux câblés américains, MTV est depuis plus de 20
ans la première chaîne musicale du monde ; ses chaînes sont implantées sur tous les
continents, d’Europe en Asie. La chaîne appartient au groupe Viacom Inc. qui possède
notamment Paramount Pictures et Cbs.
C’est cette chaîne qui a réuni deux bandes issues de l’univers du skateboard
dont les uns viennent du magazine de skate américain Big Brother, et les autres, de
l’équipe de cKy (Camp Kill Yourself -ou le « camp des suicide-toi-), vidéos de skate
trash qui ont eu un énorme succés aux Etats-Unis. Les anciens de Cky ont d’ailleurs dû
mettre de l’eau dans leur vin, c’est-à-dire accepter l’univers de la télévision et les gags
plus « soft » de Jackass.
Le show est co-crée et co-produit par Spike Jonze, réalisateur de films (« Dans la
peau de John Malkovitch »), de clips, de vidéos de skate, ou encore acteur (« Les rois du
désert »).
Parmi les membres de l’équipe, on retrouve : Johnny Knoxville (de son vrai
nom Philip John Clapp), ancien cascadeur et leader du groupe ; c’est lui qui a eu l’idée
de créer ce show. En effet, c’est en 1997 qu’il parle de son idée à Jeff Tremaine, alors
6
rédacteur du magazine Big Brother. Johnny Knoxville se fait embaucher comme
journaliste et enregistre des cascades pour des diffusions en vidéo.
Bam margera, est un skateur professionnel, qui a participé à des vidéos de cKy,
tourné des vidéos de skate et a sorti un film intitulé « Haggard » avec Brandon
Dicamillo et Chris Raab. En outre, il est dorénavant le héros d’une nouvelle émission
diffusée actuellement sur MTV dans laquelle il martyrise ses parents, et intitulée
« Viva la Bam ».
Font également partis du casting, Jeff Tremaine, le réalisateur, et ancien du
magazine Big Brother ; Steve O (de son vrai nom Stephen Gilchrist Glover), spécialiste
des gags ignobles et écœurants ; il a fait la connaissance de Johhny Knoxville au
magazine Big Brother.
Jason « Weeman » Acuna , skateur professionnel et nain de l’équipe (d’où son
surnom, weeman qui signifie « petit homme »); Chris Pontius, Chris Raab (« Raab
Himself » de son surnom).
Mais aussi Preston Lacy, qui était acteur de publicité et de sketchs pour le show de
Jay Leno, il est surtout connu dans Jackass pour sa mauvaise humeur.
Ehren McGehey surnommé Danger Ehren à cause de ses cascades toujours plus
dangereuses, il porte cependant un casque à chacune de ses prestations.
Pour finir on peut citer Dave England, mais aussi Ryan Dunn, également skateur
professionnel, et qui tourne dans les vidéos de Bam Margera.
L’émission a également pu convier de célèbres invités comme Brad Pitt, ou Tony
Hawk, ce qui montre combien elle est célèbre outre atlantique.
Diffusée en France pendant trois ans, l’émission n’a cessé d’attirer les foules et a
fait augmenter l’audience de Mtv France de 170%. Précisons qu’il y a eu trois saisons
ce qui fait 24 épisodes en tout et pour tout, plus des rediffusions.
En plus de l’univers de la télévision, l’équipe de « Jackass » s’est essayé à celui du
cinéma, avec le film « Jackass the movie », qui est, selon ses protagonistes, encore plus
trash que la série, dans la mesure où il n’a subit aucune censure. Ce film n’a d’ailleurs
jamais été diffusé sur nos écrans ; néanmoins les fans peuvent toujours réussir à se le
procurer via le net ou les vidéoclubs.
7
La particularité de ce film réside dans le fait qu’il n’y a pas de scénario, il n’est qu’un
très long épisode de la série, trois épisodes en fait puisqu’il dure 1h30. De plus qui dit
cinéma dit moyens plus importants, cascades plus dangereuses et insultes non censurées,
bref de quoi rassasier les fans frustrés du cadre imposé par la télévision.
En outre, Jackass a fait des émules, puisqu’ une autre émission est née,
également diffusée sur MTV, et intitulée « Dirty Sanchez ». Dans celle-ci, on retrouve
trois gallois et un anglais qui font la même chose que dans Jackass, sauf qu’ils vont
beaucoup plus loin. En effet, cette émission fait le plus souvent souffrir que rire, à
l’écran. Il semble, qu’avec Dirty Sanchez, on est passé à un stade supérieur ; il s’agit
plus d’une quête de la douleur que de simplement se marrer entre copains.
Alors que l’émission n’est plus dans la grille de programmes de MTV France, MTV
UK s’apprête à en diffuser la deuxième saison. Cela serait-il le résultat d’une mise en garde
du CSA contre ce genre d’émission ? C’est ce que nous aborderons dans la deuxième partie.
En France, il n’existe pas exactement d’émission similaire, mais il y a eu
récemment au cinéma le film « les 11 commandements » de Michael Youn, qui reprend
à l’identique ce concept. Ce dernier est devenu « célèbre » grâce à une émission qu’il
présentait sur M6, le «Morning Live » de 7 heures à 9 heures et ce pendant deux ans. Il
a d’ailleurs eu l’occasion d’y faire du « jackass » de temps à autre, ce qui a valu
quelques recommandations de la part du CSA, à M6.
Ce qui dérange, c’est qu’on ne sait plus vraiment où s’arrête la fiction et où
commence la réalité.
C’est d’ailleurs cette proximité qui semble attirer les jeunes ; et aussi cette facilité à
réaliser des gags parfois dangereux. Même si « Jackass » est présentée comme une série, les
jeunes ont réellement l’impression de se voir entre eux, et s’identifient complètement à ceux
qui ne sont en fait que des acteurs. Cependant ces acteurs ne se font pas doubler, ils jouent
leur propre rôle, mais il faut rappeler que la plupart sont des skateurs professionnels,
habitués des cascades, et qu’ils sont en outre entourés de professionnels prêts à intervenir en
cas d’accident. Les défis ne sont pas réalisés sans précaution, malgré ce qu’ils peuvent
laisser paraître.
8
D’autre part, il y a un scénario derrière ces émissions, il ne s’agit pas uniquement de
sketchs bruts réalisés impulsivement ; mais malgré cela, on peut avoir l’impression en
visionnant des épisodes, que des gens comme tout le monde s’essaient, comme chacun
pourrait le faire, à des défis avec seulement une caméra pour témoin. On est donc face à une
proximité, ce qui provoque un sentiment d’identification, auquel on peut rajouter une
impression de facilité, de banalité et donc de banalisation de la douleur.
En France, à côté du phénomène Michael Youn, une autre émission, d’un autre
style cependant, intéresse de près le CSA. Il s’agit d’une émission de télé-réalité,
inspirée des Etats-Unis, et intitulée « Fear Factor ». Ici, on a un présentateur, mais qui
ne s’essaie à aucun des défis qu’il fait réaliser à des participants, tantôt « célébrités »,
tantôt « anonymes ». Les uns jouent pour des associations, les autres pour de l’argent.
La (seule) différence avec Jackass, c’est le fait que l’émission soit considérée comme un
jeu alors que certains défis n’ont rien à envier à Jackass. Mais dans ce cas, on se
targue de « divertissement ».
Et on multiplie les messages du genre « n’essayer pas de reproduire ce que vous allez
voir » ou « ces cascades sont réalisées sous l’œil de secouristes prêts à intervenir » ; bref on
cherche à rassurer, et à éviter en réalité que les gens, et surtout les mineurs, ne reproduisent
ce qu’ils voient. Le coté sérieux, et solennel de l’émission peut la différencier de Jackass
également ; disons que dans cette dernière, il y de l’humiliation, du danger, mais que les
gens savent à quoi s’en tenir. Dans Fear Factor, on ne parle surtout pas d’humiliation, mais
de courage, de dépassement de soi-même, surtout lorsque l’enjeu est de faire gagner de
l’argent à une association. Nous allons justement nous intéresser à ce que ces émissions
montrent dans cette nouvelle partie.
§2. Le contenu des émissions trash
Avant d’aborder les défis présentés par les membres de Jackass, intéressonsnous rapidement à ce que ces derniers faisaient dans leur “show respectif ”, c’est-àdire cKy et le magazine Big Brother.
Dans cKy, un des protagonistes ingurgite 18 laxatifs d’un seul coup, et se promène
ensuite dans la rue, dans le plus simple appareil, et arrive ce qui doit arriver, à savoir ce qui
9
se passe lorsque l’on prend des laxatifs. Un autre, lui, ira jusqu’à uriner sur son propre père,
bref beaucoup de « gags » scatologiques.
Dans les vidéos du magazine Big Brother (Boob, Number Two, et Crap), Johnny
Knoxville teste sur lui divers dispositifs d’autodéfense, ou encore se fait volontairement
renverser par une voiture.
En ce qui concerne Jackass, chacun des acteurs de la série a réalisé des sketchs qui
leur sont propres, et c’est ainsi qu’il convient de les énumérer.
Tout d’abord Johnny Knoxville ; il s’est fait peindre une cible sur le ventre et tirer
dessus au paintball. Il a également testé la solidité des coques pour les parties génitales, ou
encore, s’est pris des coups de marteau ou autres boules de billard, lancées d’un immeuble,
dans les parties sensibles de son corps. Il a également boxé en ayant la cheville cassée, etc…
En ce qui concerne Steve O, il est considéré comme le plus déjanté de la bande,
ce qui paraît normal étant donné son passé de clown… Parmi les sketchs qu’il a
réalisé, on peut citer celui où il avale, vivant, un poisson rouge, et se force ensuite
pendant plusieurs minutes à le revomir vivant ; également celui où il aspire un ver de
terre par le nez et le fait ressortir vivant de sa bouche ; il s’est fait relier les fesses par
un piercing, il a plongé dans une piscine en sautant du haut d’un immeuble, ou encore
a plongé son visage dans un bain de méduses vivantes…
Certains encore se déguisent, que ce soit en canard ou en fée, et s’amusent à mettre
des pièces dans le parcmètre à la place des automobilistes (ce qui énerve grandement les
policiers), et c’est ce qui a valu à Ehren Mcghehey le surnom de « fée des parcmètres » ;
d’autres se montrent nus, dans des endroit publics de préférence.
Parmi les cascades, on retrouve le lancé de caddie avec une personne à l’intérieur, et
bien sûr, c’est mieux quand il s’agit de dévaler une pente et de finir retourné à la fin.
Il arrive également que les membres du groupe prennent un de leur camarade pour cible ou
plutôt pour souffre-douleur (Chris Raab est généralement la cible préférée), et lui tirent
dessus au paintball, ou l’assènent carrément de coups.
La plupart étant d’anciens ou d’actuels skateurs professionnels, ils leurs arrivent de se livrer
à des cascades en skate.
Parmi les gags assez dégoûtant, on retrouve celui où Ryan Dunn, saute en vélo et
atterrit dans une marre d’excréments ; Dave England, lui, a réalisé un défi très écœurant
10
dans lequel il avale, crus, tous les ingrédients d’une omelette, puis les rejettent dans une
poêle, remet à cuire sa préparation, et pour finir, la déguste…
Après avoir vu, presque dans la totalité, les sketchs réalisés par les acteurs de
Jackass, on peut constater qu’ils n’hésitent pas à faire les pires choses, même si ces défis
peuvent les mettre en danger, ou du moins les blesser grièvement.
Mais, contrairement à ce que l’on croit, il y a pire que Jackass en matière de danger
et d’humiliation. En effet dans le même registre d’émission entièrement consacrée aux
expériences d’un groupe de garçons, les défis réalisés vont jusqu’à choquer des adeptes de
Jackass. Beaucoup abordent l’émission « Dirty Sanchez » dans les forums de discussions, et
se disent outrés devant l’irresponsabilité flagrante de ses protagonistes qui vont plus loin
que Jackass dans la prise de risque et l’humiliation.
Pour citer quelques uns de leurs « exploits », l’un deux a, par exemple, essayé de se
casser un morceau de carreau sur le menton en se donnant, à plusieurs reprises, des coups
violents au risque de se blesser sérieusement ; un autre défi consiste à stopper une roue de
vélo avec ses parties génitales ou ses aisselles ; un autre encore, consiste à se faire tirer sur
les fesses (nu bien sûr), sur du goudron, pour ensuite se faire verser par ses compères et sur
la plaie, du sel et du vinaigre… Bref on constate que contrairement à Jackass, où certains
des sketchs peuvent faire sourire, Dirty Sanchez ne s’attarde pas sur ce registre comique,
mais lui préfère l’humiliation de ses acteurs, la souffrance brute, le sado-masochisme pour
résumer.
En France, c’est, comme on l’a déjà dit précédemment, le comédien Michael Youn
qui apparaît comme l’incarnation « jackass » dans notre pays, même si, comme il l’avoue
lui-même (dans une interview réalisée pour un documentaire sur le phénomène « jackass »
par Canal Plus), à l’époque où il a connu Jackass (pendant la période « Morning Live »), il
était déçu de voir qu’outre-atlantique, on pouvait faire mieux que lui dans la stupidité.
C’est avec son film « Les 11 commandements » que Michael Youn a fait, à
proprement parler, du « jackass ». Dans ce film, Michael Youn et ses compères doivent à
tout prix accomplir les « 11 commandements » de la blague pour sauver le monde. Cela
revient donc à remplir une maison d’eau pour la transformer en piscine géante, jouer au
beach volley sur une plage publique après avoir ingurgité du viagra, faire du roller sous
11
somnifères, servir de cible à un joueur de football ou à une joueuse de tennis avec une coque
pour unique vêtement, ou encore ingurgiter des piments mexicains... Bref, à priori rien de
bien méchant ; sauf que derrière certains des sketchs, on s’aperçoit que Michael Youn
dépasse parfois les limites, notamment celles du vieux monsieur propriétaire de la maison
inondée qui n’a pas su avant de louer sa maison, ce qui allait en être fait. Ici, ce n’est donc
pas à eux qu’ils infligent des « souffrances » mais plutôt aux personnes victimes de leur
crétinerie. D’ailleurs lorsque Michael Youn fait le bilan de ce film, il précise que l’équipe a
eu droit à 7 arrestations, 2 procès, 1 interdiction préfectorale, 1 quinzaine de contrôle de
police, et environ 400.000 euros de dommages et intérêt versés.
Bien que beaucoup moins osé que Jackass, Michael Youn est rapidement devenu
avec son émission quotidienne diffusée sur M6 de 2000 à 2002, le porte parole d’une
génération de jeunes prêts à relever n’importe quel défi pourvu qu’il soit idiot et sans
intérêt.
Avec son film, il a réussi à assouvir son envie d’égaler les membres de Jackass,
frustré de l’arrêt de son émission du matin, pour lequel, précisons-le, le CSA avait envoyé
quelques recommandations à M6 (notamment après la diffusion d’une émission où Michael
Youn a montré comment il a ligoté un de ses jeunes fans à un arbre). Ainsi, suite à des
plaintes de téléspectateurs, le Conseil a mis en garde la chaîne pour l’émission Morning
Live ; et ce pour : risque d’encouragement de comportements dangereux et agressifs
(émission du 4 décembre 2001), risque d’atteinte à la dignité de la personne (émission du 12
décembre 2001), etc. Le Conseil a pour cela précisé que l’animateur était devenu un modèle
pour le jeune public d’une part, et d’autre part que l’horaire de diffusion nécessitait une
vigilance accrue, et qu’un avertissement n’était donc pas suffisant. Suite à cela, l’émission a
changé d’équipe…
SECTION 2
L’IMPACT DE CES ÉMISSIONS SUR LE PUBLIC (…)
§1. (…) à travers le développement de groupes amateurs
Première du genre, Jackass a rapidement été copié à la télévision, et sur MTV
encore, avec Dirty sanchez ; la seule différence comme on l’a vu précédemment, c’est
12
que les élèves ont largement dépassé les maîtres, puisque Dirty Sanchez est beaucoup
plus « trash » que Jackass.
Mais à côté de ces professionnels, diffusés à la télévision sur le câble et le satellite,
d’autres groupes se sont développés et tentent, tant bien que mal, de se faire connaître, afin,
peut-être, d’égaler leurs idoles en terme de notoriété.
On retrouve ces groupes un peu partout dans le monde, ils sont accessibles le
plus souvent par le biais de leur site internet ; ainsi, l’on peut citer le « project
senseless » en Allemagne, les espagnols de « Lafela.com », les « Italian Jackass » en
Italie, et enfin des jackass également en Pologne (http://www.jackass.prv.pl/).
En France, nombreux sont les jeunes qui ont décidé de créer leur site internet,
entièrement dédié à leurs prouesses « jackassiennes ». Le plus souvent, il s’agit
d’adolescents, ou de jeunes adultes, souvent de sexe masculin, 3 ou 4 de manière générale,
qui se filment et mettent à disposition de tous, leurs enregistrements. Peut-être dans le but
non avoué de se faire repérer, et pourquoi pas produire par une chaîne de télévision.
Quoique ce genre de scénario semble peu probable en France, et ce à cause ou grâce au
CSA.
Quoiqu’il en soit, certains de ces jeunes participent depuis peu à bon nombre
d’émissions, dans le but d’informer sur ce phénomène venu d’outre atlantique. Car en effet
cela inquiète, mais c’est ce que nous verrons un peu plus loin.
Le groupe qui fait le plus parler de lui depuis quelque temps, c’est le groupe des
« Trop Tebê », autrement dit les « Trop Bête » (traduction du verlan). Composé de quatre
garçons d’une vingtaine d’années, ce groupe se livre à toute sorte de cascades ou
expériences, directement inspirées de Jackass.
Toujours en France, un autre groupe réalise lui aussi des défis à la jackass, et porte le
nom de « Death Trap » (en français, « piège mortel »). La tranche d’âge est ici un peu
inférieure puisque les membres de ce groupe sont encore au lycée, ils sont cinq et ont eux
aussi leur site internet, sur lequel ils diffusent leurs gags.
13
Ces jeunes ont-ils conscience des risques qu’ils prennent à reproduire ou inventer des
défis dangereux, histoire de faire comme leurs idoles ? Les Death Trap ont par exemple
totalement conscience qu’ils peuvent se faire mal, se casser quelque chose, mais ils
semblent accepter le risque comme une fatalité.
Comme eux, Michael Youn reconnaît avoir 14 ans d’âge mental, et préfère continuer
à faire le sale gosse que de grandir. Car comme les acteurs de Jackass ou Dirty Sanchez, il
est âgé d’une trentaine d’années, preuve que le phénomène ne touche pas que les
adolescents et les enfants.
A côté des Trop Tebê et des Death Trap, on retrouve également les « Ssackaj » de
Marseille, les « Frackass » de Nice, les « Sbotch » de Toulouse, le groupe « Au saumon » de
Strasbourg, mais aussi ceux qui ont un site internet comme les « Patcul », les « QI
Négatif », la « Crashers Team », la « Chopote Team ».
Pour ces jeunes, faire du jackass n’est que pousser un peu plus loin le style « Video
Gag », ou encore le style de Jean-Yves Lafesse. Comme le précise la « team » de « QI
Négatif », « la souffrance fait partie du jeu mais ce n’est pas notre but ».1
Bien que fans de Jackass, tous essaient de trouver leur style, d’apporter leur touche
personnelle comme le dit un des membres de la « Crashers Team » dans un article du
Nouvel Observateur.2
Parmi leurs exploits ces groupes peuvent boire leur propre urine, avaler un litre de
vodka pour se faire vomir, se faire épiler le derrière avec la flamme d’une bombe aérosol
allumée par un briquet, sauter du haut d’un toit pour atterrir dans un arbre… Mais ils
peuvent aussi mettre en scène de fausses agressions en déguisant l’un d’eux en bonne sœur
et l’assener de coups de pieds, etc.
On a donc du vrai « jackass » réalisé par de vrais amateurs ; cependant pas de
chance pour eux de devenir des stars, car aucune des cassettes envoyées à MTV n’est
même visionnée. Ce n’est cependant pas pour autant qu’ils s’arrêtent là, puisque bon
nombre de ces groupes réussissent à faire parler d’eux, et c’est ce que nous verrons
ultérieurement.
1
2
Article France Dimanche cf www.qi-negatif.com
www.nouvelobs.com/articles/p2046/a231199.html
14
Mais on peut affirmer qu’il est impossible qu’une chaîne française de télévision
ou du câble ne leur accorde un jour leur propre émission, comme ça a été le cas outreatlantique et outre-manche. Est-ce une marque de laxisme des autorités de régulation
de ces pays, ou une plus grande ouverture d’esprit ? Nous y répondrons par la suite.
De manière générale la tranche d’âge de ces groupes est de 15 à 25 ans ;
d’ailleurs, comme le dit Julien Pescatore, responsable du marketing de MTV France,
Jackass « est l’émission non hertzienne la plus regardée par les 15-24 ans le samedi
soir ».
Cet engouement pour ce genre d’humour devient dangereux lorsque les limites
sont dépassées et que le pire arrive, l’accident. Alors on regrette et on prend
conscience surtout que ces émission peuvent banaliser le danger. Et se pose alors la
question de savoir si l’on peut tout montrer ? Tout montrer au risque d’inciter, au
risque de devenir un modèle ? C’est ce que nous allons justement aborder maintenant
en étudiant les accidents qui se sont produits.
§2. (…) à travers les accidents
Lorsqu’on regarde Jackass, on peut être étonné par la manière dont l’émission est
filmée. On croirait visionner une vidéo de son petit frère faisant le pitre avec ses copains au
fond du jardin. Et c’est ce qui explique cet engouement, cette identification ; on parle d’un
« amateurisme calculé » pour renforcer le réalisme. Alors, on les imite ; certains, comme on
l’a vu précédemment, se filment et retransmettent leurs vidéos sur leur site internet. Ceux-là
s’adonnent à leur « passion » dès qu’ils ont un moment de libre, pendant le week-end ou les
vacances. D’autres font ça occasionnellement, mais l’accident, lui, peut survenir à tout
moment.
Pour citer David Carnie, rédacteur en chef du magazine Big Brother, ce qui intéresse
les membres de Jackass, ce n’est pas de réussir des cascades, mais justement de se
« planter ». C’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour lui au début lorsqu’il participait aux
15
vidéos avec la bande. Il devait sauter une rangée de bidons alignés, en patins à glaces ; au
dernier moment alors qu’il prenait son élan, l’un d’eux a rajouté un bidon, ce que David
Carnie n’avait pas vu. Il a trébuché sur le premier et s’est aplati sur le dernier, et au final
s’est lustré une épaule. Pourtant, il a réussi à faire rire ses compères mais n’a jamais plus
participé à aucune vidéo.
En ce qui concerne les jeunes qui reproduisent les Johnny Knoxville et autres Steve
O, il est arrivé à plusieurs reprises que cela se termine assez, voire très mal.
C’est d’ailleurs ce qui a poussé MTV à rappeler régulièrement « Ce sont des
professionnels, n’essayer pas de faire ça chez vous ».
Mais malgré ces quelques précautions, les accidents se produisent, car généralement
les jeunes ne mesurent pas le risque qu’ils prennent à reproduire certains défis.
Ainsi on dénombre notamment quatre accidents mortels ; en novembre 2002, dans
l’Ohio, une adolescent de 18 ans s’est tué en tombant d’une camionnette. En décembre de la
même année, dans l’Indiana, un garçon de 13 ans s’est tué tandis que ses cinq amis ont été
blessé après que le van qu’ils conduisaient ait heurté des rails de chemin de fer à plus de 110
km/h.
Au Nouveau-Mexique cette fois, un garçon de 15 ans a trouvé la mort après avoir été
éjecté du capot d’une voiture en mouvement. Enfin, en janvier 2004, en Californie, une
jeune fille de 16 ans est décédée lors d’une cascade autour d’un manège.
Mais il n’y a pas que des accidents mortels ; d’autres s’ils n’ont pas entraîné la mort,
ont causé de sérieux dégâts. En effet, et concernant la France cette fois, le 16 mars en
banlieue parisienne, un adolescent de 17 ans s’est fracturé le bassin, les poignets et les
genoux, en tentant de reproduire avec ses amis une scène de Jackass. Il a chuté d’un dôme
de parking qu’il avait escaladé après s’être promené nu dans un chariot de supermarché.
Pour revenir aux Etats-Unis, un garçon dans le Connecticut, a souffert de nombreuses
brûlures après avoir tenté de reproduire une scène de Jackass dans laquelle Johnny
Knoxville se prenait pour un barbecue ; or pour cette scène Johnny Knoxville portait des
habits ignifugés, et cela, les téléspectateurs l’ignoraient. Toujours aux Etats-Unis, un
adolescent a foncé en voiture sur un de ses amis qui devait l’éviter au dernier moment mais
16
qui n’y est pas parvenu. La même année six mois plus tard (août 2001), un autre garçon, de
11 ans cette fois, a tenté de reproduire la même scène du « barbecue humain », ce qui lui a
valu également de sérieuses brûlures.
Pour citer un autre cas, mais qui n’a blessé personne cette fois-ci, toujours en 2001, dans le
Minnesota, un adolescent de 19 ans s’est mis à courir dans une rue fréquentée, habillé
seulement d’une blouse d’hôpital, et brandissant une tronçonneuse ; il a avoué s’être, bien
sûr, inspiré de Jackass.
D’autres incidents se sont produits et mettant cette fois en cause un des membres de
l’équipe, à savoir Steve-O ; celui-ci a par exemple, alors qu’il participait à un concours de
baffes, conduit un adolescent dans le coma, dont ce dernier est finalement sorti.
On ne peut que constater que ces émissions ont une réelle influence sur leur public,
jeune ou moins jeune. L’idée de transgresser les règles, celles des autres et ses propres
limites aussi, plaît, et ceci est grossi par la médiatisation, la notoriété dont jouissent ses
personnes aujourd’hui. Après la « Star Academy », « Loft story », on peut devenir célèbre
rien qu’en ne faisant que des « conneries », il suffit de paraître le plus déjanté possible
dorénavant, pour pouvoir passer à la télé, à la radio…Mais n’y a-t-il pas un moment où les
choses vont trop loin, où on ne contrôle plus rien ? Et là, tout est possible.
Cela pose la question de savoir si l’on peut tout montrer, au risque d’inciter, de
provoquer par les images ? Ou alors, est-ce un faux problème ? Doit-on attribuer cela aux
images, chacun n’est-il pas responsable ? Bien sûr lorsqu’il s’agit de mineurs, ce sont les
parents qui sont responsables, mais dans notre société actuelle, de l’internet et du monde
sans limite, peut-on vraiment y faire quelque chose ? Pour Michel Fize, sociologue au
CNRS, spécialiste des questions de l’adolescence, il faut « rappeler les familles à leurs
responsabilités », car selon lui, « laisser son fils mettre la main sur une plaque électrique ne
doit pas être toléré »3.
En tout état de cause, il semble normal d’encadrer ce genre de programme, quoique
les Etats-Unis, l’Angleterre et la France n’aient pas la même approche du « problème ».
3
Citation issue de www.troptebe.com/presse/20minutes.jpg
17
CHAPITRE 2
SECTION 1
L’ENCADREMENT DE CE GENRE D’EMISSION
UNE NECESSAIRE INTERVENTION DES AUTORITES DE
REGULATION
§1. En France, une volonté d’empêcher les débordements
Avant de parler des émissions trash, parlons d’abord de la chaîne qui les diffusent
dans notre pays. On imagine mal ce genre d’émission, diffusée sur une chaîne hertzienne
par exemple,
même si elle l’est à 23 heures. Alors, comment se fait-il que la filiale
française de MTV puisse diffuser de telles images, sans être, ou presque, inquiétée par le
Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ?
Bien qu’il n’ait aucun pouvoir de censure, le Conseil est le contrôleur des
programmes, il doit veiller à la bonne application des textes dans ce domaine de
l’audiovisuel.
Ainsi, il doit veiller à ce que certains principes fondamentaux soient respectés, tels
notamment, la dignité de la personne humaine, la protection de l’enfance et de
l’adolescence, etc.
En excluant les chaînes publiques, on constate que le moteur des chaînes privées,
qu’il s’agisse de chaînes hertziennes, du câble ou du satellite, c’est l’audience. La course à
l’audience est la motivation récurrente de celles-ci ; et cela se comprend, car il faut
rapporter de l’argent à ceux qui en ont investi.
Bref, au nom de l’audience, les chaînes, et surtout ces dernières années, ont étoffé
leurs grilles de programmes, de ces florissants shows de télé-réalité ; or, ces derniers sont
propices à toujours plus d’extravagance, qu’il s’agisse de sexe, de violence, etc.
Ainsi, même les chaînes hertziennes se mettent au trash, indirectement, en invitant
par exemple en deuxième partie de soirée le maintenant très célèbre Steve-O, membre de
Jackass, dans l’émission « la méthode Cauet » ; cela a permis à TF1 de réaliser une très
bonne audience (36,3%), quitte à subir les frasques du jeune homme arrivé saoul à
18
l’enregistrement de l’émission. Celui-ci ne s’est d’ailleurs pas fait prier pour faire un striptease, et n’a eu aucune gêne à uriner sur le bureau de l’animateur, ce qui, bien sûr n’a pas
été gardé au montage.
Une autre émission, d’un genre un peu différent, inquiète le Conseil, qui entend en
restreindre quelque peu le contenu ; cette émission, intitulée Fear Factor, nous vient des
Etats-Unis. Le principe est simple, 6 personnes doivent relever des défis pour qu’à la fin il
n’en reste qu’un, qui empoche une somme d’argent. Les défis proposés sont variés, mais
certains peuvent surtout être dangereux. Ainsi en début d’émission le présentateur adresse
un message aux téléspectateurs leur précisant qu’il ne faut en aucun cas reproduire ce qu’ils
vont voir, et que l’émission est encadrée par des professionnels. Parmi les défis proposés, on
peut citer celui où il faut traverser à moto le plus grand nombre possible de baies vitrées,
celui où il s’agit de faire une cascade en voiture de course, celui où il faut attraper le plus
grand nombre de drapeaux du haut d’un immeuble de 50 étages, etc. Mais d’autres défis
sont parfois répugnants, comme par exemple celui qui consiste à avaler différents insectes
(araignées, vers, mille-pattes…), celui où il faut avaler un œil d’autruche ou des testicules
d’un autre animal le plus vite possible, etc.
Ce qui dérange surtout le Conseil, c’est lorsque ce soi-disant divertissement pousse
les concurrents à bout de nerfs, jusqu’à qu’ils craquent (les monteurs étant très friands de
ces moments où le candidat se met complètement à nu car cela attire) ou jusqu’à ce qu’ils
accomplissent le défi en question. Une variante de l’émission consiste à faire participer des
« célébrités », celles-ci jouant pour une association. Pour l’émission, il s’agit de courage, de
dépassement de soi, alors que pour le Conseil, il s’agit plus d’humiliation et de voyeurisme.
Mais bien sûr, si c’est pour la bonne cause…
Pour en revenir à MTV France, le cas est particulier, car elle (et donc les programmes
qu’elles diffusent) ne dépend pas du CSA français. En effet, MTV n’a pas été
conventionnée par le Conseil, elle a simplement fait l’objet d’une déclaration auprès de ce
dernier. Il suffit que la chaîne passe une convention avec un pays membre de l’Union
Européenne pour que celle-ci s’applique aux autres membres. Cependant, elle doit faire
l’objet d’une déclaration afin d’être distribuée par le câble et/ou le satellite dans notre pays.
19
Ainsi le Conseil ne peut rien faire concernant la diffusion par ladite chaîne
conventionnée par le Royaume-Uni, d’émissions comme Jackass ou Dirty Sanchez. Elle
dépend de l’Ofcom, l’instance britannique de régulation audiovisuelle, qui lui a délivré une
autorisation de diffusion.
Cependant, depuis le mois de juin 2004, MTV France a cessé de diffuser Jackass ;
selon Julien Pescatore, il s’agit d’une question de droits de diffusion, et non d’une
quelconque pression. Suite à l’accident qui a eu lieu en banlieue parisienne, et à la réception
d’une lettre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel belge, le CSA français et plus
précisément Agnès Vincent-Deray, qui dirige le groupe de travail chargé de la protection de
l’enfance et de l’adolescence au Conseil, a écrit à l’Ofcom pour connaître sa position sur la
diffusion de ces deux émissions. Il convient de préciser qu’une première lettre avait été
envoyée à l’Ofcom par Agnès Vincent-Deray, et que c’est suite à l’accident de cet
adolescent français de 17 ans, que Mme Vincent-Deray a réitéré sa requête, la première
n’ayant rien donné. A ce jour la seule réponse connue du public reste l’arrêt effectif de
l’émission depuis le mois de juin 20044.
Au niveau européen, les activités de radiodiffusion télévisuelle sont régies par la
directive « Télévision sans frontières » du 3 octobre 1989. Parmi les objectifs visés par la
directive, on retrouve notamment la protection des mineurs ; ainsi dans son article 22 elle
précise que les Etats membres doivent prendre toute mesure appropriée pour que les
émissions diffusées « ne comportent aucun programme susceptible de nuire gravement à
l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs, notamment (…) des scènes ce
pornographie ou de violence gratuite ».
En France, la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de la communication
modifiée, dispose « la communication audiovisuelle est libre », mais en limite ensuite
l’exercice par des principes tels que le respect de la dignité de la personne humaine. Ainsi,
son article 15 renforcé par la loi du 1er août 2000, précise que « le Conseil Supérieur de
l’Audiovisuel veille à la protection de l’enfance et de l’adolescence et au respect de la
dignité de la personne dans les programmes mis à disposition du public par un service de
communication audiovisuelle (…) ». Dans son rapport d’activité de l’année 2003, sur le
4
www.csa.fr/actualite/decisions/decisions_detail.php?id=16454
20
point de la coopération avec les autres régulateurs européens, le Conseil fait référence aux
pratiques des instances de régulation « convergentes », parmi lesquelles la protection des
mineurs. Concernant cette coopération entre instances de régulation européennes, celles-ci
font parties de la plate-forme européenne des instances de régulation (EPRA) ; créée en
avril 1995 à Malte, elle compte 49 instances de régulation émanant de 39 pays européens, et
organise deux réunions par an sur l’invitation d’une instance de régulation.
Concernant l’intervention du Conseil français auprès de son homologue britannique,
elle a en tout cas porté ses fruits concernant Jackass et Dirty Sanchez.
Mais rappelons tout de même que d’autres émissions ont pris la relève, comme par
exemple « Viva la Bam » où là ce n’est plus à lui que Bam Margera inflige des souffrances,
mais à ses parents. Le Conseil n’a plus qu’à ouvrir l’œil sur d’éventuels incidents
concernant non plus les adolescents, mais leurs parents.
Sans entrer dans le détail de la télé-réalité, nous avons vu notamment dans
l’introduction, que des programmes comme Jackass ou Dirty Sanchez ressemblaient plus à
ce qui est appelé « télé-réalité », que des programmes comme « Loft Story » ou « Star
academy ». Et ce grâce à l’amateurisme poussé à son paroxysme dans ces programmes.
Mais cela ne pose pas de problème ; enfin jusqu’au jour où la fiction est tellement proche de
la réalité, que, inspirés par ce que la télévision leur montre, des adolescents en mal de
sensations fortes, décident, eux aussi, de s’y mettre, et même, de filmer leurs exploits.
Enfin, ces adolescents sont plus avides de notoriété que de sensations fortes, d’une
reconnaissance, d’où l’utilisation, souvent, d’une caméra, preuve de leur extrême
« courage ».
C’est après l’accident d’un jeune américain, brûlé au troisième degré en essayant de
faire la merguez sur un barbecue pour imiter Johnny Knoxville, que MTV a affiché en début
d’émission un message indiquant aux téléspectateurs de ne pas reproduire les sketchs. Ce
conseil n’a pas été suivi, et d’autres incidents plus ou moins graves, sont venus compléter la
liste. Même si, pour le sociologue Michel Fize, « les invitations à la prudence lors des
émissions sont surtout des incitations à la transgressions » (supra, p.14, note 4)
21
En France, on commence à prendre conscience de ce phénomène d’imitation, et le
CSA n’entends pas le laisser se propager. Ainsi, le groupe Trop Tebê qui devait participer à
une émission intitulée « la méthode Cauet » sur TF1, s’est vu signifier au dernier moment,
que celle-ci était annulée. En effet, ces derniers précisent sur leur site www.troptebe.com,
dans la rubrique news, que le CSA n’a pas voulu qu’ils participent à cette émission car
« cela pousse les jeunes à faire pareil ». Serait-ce de la censure ? Ou plutôt une volonté de
retarder la propagation du phénomène par la médiatisation, comme c’est le cas aux EtatsUnis par exemple ? Mais cela est-il pour autant évitable ? Ces différents clones de Jackass
commencent peu à peu à faire parler d’eux, alors, le Conseil préfère freiner cette marche
(inévitable ?) vers la notoriété, ou plutôt vers la médiatisation du phénomène.
Quoiqu’il en soit, les choses sont radicalement différentes aux Etats-Unis et en
Grande-Bretagne. Le public anglo-saxon semble moins “chétif” que le public français car
nombre de programmes américains par exemple ne risquent pas de voir le jour en France,
pas avant un bon moment en tout cas. Preuve en est qu’à la sortie du film « Jackass : the
movie », programmée en France le 7 mai 2003, la société de distribution Paramount (qui
appartient au groupe Viacom Inc., tout comme MTV) a finalement décidé de ne pas sortir le
film sur les écrans français, estimant que le public français n’était pas encore prêt pour ce
genre d’humour, provoquant un mouvement de réunion parmi les fans (5000 d’entre eux ont
signé une pétition pour la sortie du film). Pour donner quelques chiffres, 16000 DVD du
film se sont vendus en deux semaines, en France ; aux Etats-Unis, le film a rapporté 59 500
000 dollars, lors de sa sortie en novembre 2002.
Voyons donc ce qui fait que des pays comme les Etats-Unis et le Royaume Uni sont
plus « ouverts » en matière de programmes audiovisuels.
22
§2. Le constat d’un libéralisme des pays anglo-saxons ?
Lorsqu’elle était encore diffusée aux Etats-Unis, un même épisode de Jackass
pouvait repasser 10 fois dans la semaine, et était suivi par quelques 20 millions de
téléspectateurs toutes les semaines.
Fort de son succès outre-atlantique, Jackass n’en a pas moins disparu de la grille de
programme de MTV. Selon ses protagonistes, cet arrêt serait la décision de Johnny
Knoxville, décidé à se consacrer dorénavant à sa carrière d’acteur ( il a notamment joué
dans « Men in black 2 »). Cependant, à la suite des accidents s’inspirant de la série, la
chaîne MTV a fait l’objet de pressions que ce soit de la part d’associations, ou d’hommes
politiques. En réponse à ces pressions, la chaîne a invoqué son message d’avertissement
« n’essayez pas de le refaire à la maison » ; se disant affligée par les accidents parfois
mortels, elle n’en accepte toutefois aucunement la responsabilité. Mais la chaîne a peu à peu
cédé, notamment en refusant de passer les sketchs les plus « violents ». Et puis la décision
de Johnny Knoxville est tombée ; MTV a bien tenté de le convaincre de tourner encore
quelques épisodes, le leader du groupe a bel et bien décidé de stopper l’émission à son
« apogée », au grand désespoir de la chaîne. Johnny Knoxville n’avait sûrement pas
l’intention de se voir dicter sa conduite, et mettre de l’eau dans son vin pour sortir la chaîne
de la polémique.
Mais cela n’a pas suffit à arrêter la bande à Knoxville, puisque après l’arrêt de
l’émission sur MTV, le film « Jackass : the movie » est sorti sur les écrans américains. Et
l’on pouvait lire sur l’affiche : « avec des choses que vous ne verrez jamais à la télévision ».
(Voir plus haut les recettes du film)
Mais le reste de l’équipe de Jackass n’en est pas resté là, puisque MTV diffuse
actuellement une émission intitulée « Wildboyz » avec Steve-O et Chris Pontius ; les deux
compères parcourent le monde à la recherche d’animaux sauvages auxquels ils se
confrontent physiquement. Une autre émission, avec pour personnage principal Bam
Margera, dans laquelle il mène la vie dure à ses parents, est également diffusée sur MTV
(« Viva la Bam ») ; ainsi on peut le voir découper le plancher de la maison à la
tronçonneuse, aménager un skate-park dans la salle à manger, etc.
23
On peut dire que les pays anglo-saxons sont plus « ouverts », dans la mesure où leur
public est friand de ces programmes scandaleux, et d’ailleurs concernant la « trash tv » les
Etats-Unis ont d’autres exemples à nous fournir. En effet, on peut citer l’émission intitulée
« Wudja ? Cudja ? », diffusée pendant un an, et consistant à proposer à des jeunes pris au
hasard dans la rue, de relever des défis souvent douteux, contre une somme d’argent. Les
Etats-Unis sont aussi célèbres pour leurs nombreux « talk-shows » où les dérapages sont
assez fréquents ; on y retrouve des présentateurs du genre Sébastien Cauet ou Michael
Youn.
De plus, ces pays ont une vision différente de la nôtre ; en effet, un porte-parole de
l’Ofcom a dit qu’ils n’avaient reçu aucune plainte à propos de Jackass, et même si
l’émission n’est plus diffusée, MTV UK s’apprête à diffuser la seconde saison de Dirty
Sanchez, le Jackass version anglaise et plus trash encore. Mais concernant cette dernière,
une plainte a été déposée. Ladite plainte a été déposée par quatre téléspectateurs auprès de
l’Independant Television Commission (celle-ci a cessé d’exister le 18 décembre 2003, et ses
fonctions sont maintenant assurées par l’Ofcom -Office of Communication-. L’Ofcom
assure aujourd’hui les fonctions des cinq anciennes autorités de régulation qu’elle remplace
et qui sont : le BSC -Broadcasting Standards Commission-, l’ITC, Oftel, the Radio
Authority, et the Radiocommunications Agency).
Elle porte sur une des séquences de l’émission, au cours de laquelle l’un des
protagonistes se fait traîner, les fesses nues, sur du goudron, puis une fois en sang, ses
compères lui versent du sel et du vinaigre sur la plaie. Les requérants ont invoqué le
caractère sado-masochiste et dérangeant de la scène. A l’époque, l’ITC a demandé à la
chaîne MTV comment le sketch objet de la plainte cadrait avec les exigences du Code
(« the ITC Programme Code »), concernant la violence. La réponse de la chaîne est assez
surprenante ; celle-ci explique que le but de l’émission est de stimuler l’intérêt et
l’étonnement des téléspectateurs, qu’il s’agit aussi de voir ce qui peut motiver ces quatre
garçons à faire ce qu’ils font. C’est pourquoi l’émission est parsemée de commentaires de
personnes extérieures sur les protagonistes, comme les amis, la famille, et même un
psychologue, qui analyse la motivation des participants. Bref pour MTV, il y a plus dans ce
programme que de la violence gratuite, et certains défis paraissent plus dangereux qu’ils ne
le sont en réalité.
24
De plus la chaîne rappelle que l’avertissement en début d’émission avertit clairement
les gens sur le contenu du programme qu’ils s’apprêtent à regarder. Cependant, elle
reconnaît que la scène en question est à la marge de ce qui est acceptable, et a précisé
qu’elle ne diffuserait plus ce genre de sketchs.
De son côté, l’ITC reconnaît l’utilité des différents avertissements avant et pendant
le programme, et le fait qu’elle indique clairement aux téléspectateurs ce qu’ils vont voir.
Elle reconnaît également la dangerosité de ce genre de programme, mais précise que les
défis sont exécutés en présence de professionnels de la sécurité. Mais elle n’accepte pas les
scènes du genre de celle qui est contestée, où l’on s’inflige de la souffrance gratuitement ; le
fait que les participants fassent cela en connaissance de cause ne justifie pas d’ignorer les
clauses du Code des Programmes, qui prohibent le fait de montrer de la violence gratuite.
On a l’impression au vu de cette plainte, que la chaîne a réussi à « berner » l’autorité
de régulation, en lui disant ce que celle-ci avait envie d’entendre ; la chaîne a fait une erreur
en diffusant ce sketch, elle le reconnaît, bref, pas d’avertissement, juste une sorte de
remontrance de l’ITC qui rappelle plusieurs fois qu’elle ne cautionne pas la violence
gratuite. Que dire alors de la scène où un des membres de Dirty Sanchez se frappe
volontairement le visage avec un carreau afin de le briser, ou encore de celle où il faut
supporter la douleur de se recevoir un manche de râteau de jardin en plein visage ? Pour
résumer, il n’y a pas d’intervention de l’autorité de régulation si il n’y a pas de plainte, mais
à cet égard, l’ITC a elle-même reconnu que les gens savent très bien à quoi s’attendre avec
ce genre de programmes…Cela implique donc qu’il ne devrait pas avoir l’air étonné,
choqué et donc se plaindre ?
Concernant toujours le Royaume-Uni, d’autres émissions de ce type y sont diffusées ;
en effet, une chaîne du câble et du satellite diffuse une émission intitulée « World Of Pain »,
celle-ci faisant, comme son nom l’indique, l’apologie de la douleur et de la torture. Cette
émission se définissant comme une émission de divertissement, qui montre la souffrance
des uns pour le plaisir des autres…5
5
http://www.bravo.co.uk/worldofpain/
25
Concernant les Etats-Unis maintenant, l’équivalent du CSA est la « Federal
Communication Commission », agence indépendante du gouvernement des Etats-Unis,
directement responsable devant le Congrès. Selon la FCC, diffuser des programmes
obscènes, indécents, blasphématoires, est une violation de la loi fédérale. C’est le Congrès
qui a donné à la FCC la responsabilité de faire respecter la loi, ; ainsi, la Commission peut
formuler des avertissements, prononcer une peine d’amende ou révoquer la licence de
diffusion d’une station qui diffuserait de tels programmes. Ainsi la FCC définit l’obscénité
comme non protégée par le premier Amendement de la Constitution (sur la liberté
d’expression), et comme devant être prohibée à tout prix. L’indécence, elle, doit être limitée
à un créneau horaire (entre 22h et 6h) ; elle ne peut être entièrement interdite car protégée
par le premier Amendement. Cependant, elle doit être limitée pour éviter la diffusion de tels
programmes pendant des moments dans la journée où il existe un risque que des enfants
tombent dessus.
Quant à la procédure, la FCC doit recevoir des plaintes du public concernant des
programmes indécents ou obscènes, suite à quoi le personnel de la Commission réexamine
lesdites plaintes. Puis s’il s’avère qu’il y a eu violation de loi, la Commission ouvre une
enquête, envoie un courrier à la chaîne concernée pour qu’elle s’explique.
Voilà pour la théorie ; dans les faits, que s’est-il passé pour Jackass ? Diffusée aux
Etats-Unis d’octobre 2000 à l’été 2003, Jackass n’est désormais plus. Cela s’explique par
les pressions et l’action de protestation des différentes associations de parents et même du
Congrès. A la tête de ces politiciens, c’est le sénateur Joseph Lieberman qui a mené l’action
après les différents accidents survenus aux Etats-Unis, directement inspirés de l’émission.
Le sénateur Joseph Lieberman, candidat à la vice présidence, avait demandé de revoir
l’émission ou de la supprimer de l’antenne. Suite à cela, Johnny Knoxville annonçait son
départ, malgré les propositions de MTV de tourner d’autres épisodes.
Mais l’équipe n’en est pas restée là, elle a en quelque sorte pris sa revanche,
puisqu’elle est allée beaucoup plus loin avec « Jackass : the movie ».
Pour citer une plainte concernant Jackass, ou plutôt l’un de ses membres, la FCC a eu
à connaître d’une plainte dirigée contre une station de radio, pour avoir diffusé un dialogue
26
indécent lors d’une émission à laquelle était invité un des membres de Jackass. La station de
radio a finalement été condamnée au paiement d’une amende.
SECTION 2
UNE INTERVENTION EN PRATIQUE LIMITEE
CONDUISANT A (…)
On a pu voir précédemment que les autorités de régulation intervenaient le plus
souvent suite à des plaintes de particuliers ; on constate donc un retard, un décalage,
puisqu’une émission comme Jackass a été diffusée pendant trois ans avant d’être
supprimée de l’antenne. En outre, elle a permis à MTV France d’augmenter son
audience de 170%. Et c’est justement ce succès, cet engouement, qui a sonné le glas de
l’émission. Mais d’autres du même genre continuent d’être diffusées, notamment aux
Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Mais si les autorités de régulation mettent un
certain temps avant d’agir, des associations, spécialement créées, veillent à ce que ce
genre de programme ne dépassent pas ce qui est acceptable, et veillent surtout à
protéger les mineurs de ce genre de programmes.
D’un autre côté, les médias ont pris conscience de ce phénomène, de cet
engouement des jeunes, et ont décidé de se mettre eux aussi à la « trash tv » ; pas en la
diffusant, mais plutôt en tentant de l’expliquer, de la décortiquer, bref il s’agit de se
servir d’un bon filon sous couvert d’information. Car les émissions traitant du
phénomène « jackass » se sont multipliées et attirent bien sûr, de nombreux
téléspectateurs.
27
§1. (…) L’intervention des associations à côté de celle des instances de régulation (en
France et à l’étranger)
Les émissions comme Jackass ne sont que le reflet d’une génération, ou plutôt son
inspiration, un nouveau moyen de se faire entendre. Et puis cela se traduit par la mise en
scène de la transgression des interdits, la résistance à l’entrée dans le monde adulte.
Cependant, des associations veillent à ce que des incidents du genre « jackass » ne se
produisent plus. Suite à la multiplication des accidents inspirés de l’émission, diverses
associations ont insisté pour que le Congrès lui-même, en la personne du sénateur Joseph
Lieberman, demande le retrait de l’antenne de l’émission. Et cela a été fait puisque trois ans
après sa première diffusion, MTV a cessé de diffuser Jackass.
Peu après, l’association « Parents Television Council » aux Etats-Unis, a fait pression
sur Hollywood concernant notamment le film « Jackass : the movie », pour que ce dernier
soit interdit aux enfants de moins de 17 ans non accompagnés par un adulte (“R-Rated”).
Les fans crient au scandale, l’association, elle, se félicite d’avoir réussi à prouver que
le contenu de ce film était réservé aux adultes, mais qu’il était délibérément destiné aux
enfants.
Cette association est une de celles qui ont été créées dans le but de veiller à ce que les
enfants ne soient pas constamment assaillis par la violence, le sexe, dans la télévision et les
autres médias.
En Grande-Bretagne, on trouve l’association nationale des téléspectateurs et
auditeurs, Mediawatch ; son rôle est de veiller au respect de la dignité humaine dans les
programmes, et de manière générale, d’agir pour une meilleure programmation dans les
médias. On peut alors s’étonner de voir que ce même pays diffuse des programmes tels que
« Dirty Sanchez », où la violence et l’humiliation sont au programme. Mais concernant
Jackass, l’Ofcom, l’équivalent du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, affirme n’avoir reçu
aucune plainte.
28
Cependant, au lieu de faire pression sur les programmes, ne devrait-on pas rappeler
aux familles leurs responsabilités vis-à-vis de leurs enfants ? Puisque, selon le « Committe
for Public Education of the American Academy of Pediatricians », les jeunes n’ont pas
réellement conscience des conséquences que peuvent avoir leurs gestes, et sont donc
vulnérables aux modèles que les médias leur présentent.
En France, les associations proprement créées dans le but de protéger les mineurs
contre les dérives dans les médias sont assez rares. Disons qu’elles ne sont pas créées
spécialement pour cela comme c’est le cas aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, où l’on
retrouve notamment, l’association « Parents Television Council » (USA), l’« American
Family Association » (USA), « Morality In Media » (USA), l’association « Kidscape »
(RU), l’association « Parentline » (RU), l’association « Family and Youth Concern » (RU),
pour n’en citer que quelques unes.
Dans notre pays, l’on peut citer l’association « Les Pieds dans le Paf », qui se définit
comme une association nationale des auditeurs et téléspectateurs actifs. Née en 1988 en
réaction au fait que la télévision aujourd’hui a pris une place primordiale dans notre société.
La télévision se consomme 3 heures par jour en moyenne dans notre pays, et le taux
d’équipement des foyers est de 97 %. Nos choix, nos comportements, sont modelés par la
télévision ; cela apparaît clair avec ce phénomène, cet engouement pour des émissions
comme Jackass. L’arrivée de la télé-réalité en général, a accentué ce phénomène
d’identification, car cela ne se traduit pas que par le biais d’émissions comme Jackass et
Dirty Sanchez. Ce qui diffère, c’est que dans le cas de ces émissions, cela touche les jeunes
d’une part, et d’autre part, ce que la télévision montre dans ce cas est proche de la violence
et de l’humiliation.
A côté de l’association « Les Pieds dans le Paf », l’ « Union Nationale des
Associations Familiales » joue un rôle dans l’étude des médias, et son influence sur les
jeunes. Elle a d’ailleurs participé, en juillet 2002 à la création de Collectif Interassociatif
Enfance et Média, ce dernier ayant tenu plusieurs réunions, dont une justement le 22
novembre 2001 relative à « l’influence des médias sur la construction des enfants et des
jeunes ». Le 30 juin 20046 s’est d’ailleurs tenu l’audition du CIEM par le Conseil Supérieur
de l’audiovisuel concernant la signalétique de protection du jeune public. Cette audition
6
http://www.unaf.fr/article.php3?id_article=760&var_recherche=television+et+jeunes
29
avait pour objet de réfléchir sur les objectifs du lancement de la nouvelle campagne sur la
signalétique de protection du jeune public. Le Conseil a d’ailleurs diffuser une publication
relative à « la protection de l’enfance et de l’adolescence à la télévision »7 ; dans cette
publication, le Conseil traite de ses motifs d’intervention en matière de protection des
mineurs. Dans cette partie, il invoque l’impact des programmes sur le jeune public, à travers
le risque d’identification et l’imitation d’une action dangereuse ou incivique ; concernant
l’imitation, elle cite un jeu intitulé « Défi dégueu », diffusé sur la chaîne pour enfants Canal
J, dans laquelle le présentateur devait avaler une boisson composée de différents produits.
Le Conseil a adressé un courrier à la chaîne « lui rappelant son engagement à veiller
à la protection des enfants et des adolescents, notamment en évitant la diffusion de scènes
présentant des comportements inciviques et dangereux ».
Le Conseil a également cité l’émission « Fear Factor », diffusée sur TF1, « compte
tenu du caractère particulièrement répugnant de certaines séquences de jeu mettant en scène
les candidats, et des risques d’imitation qu’elle pouvait susciter chez les jeunes
téléspectateurs ».
Mais contrairement à ce qui a pu se passer aux Etats-Unis, où des associations ont
directement agi contre l’émission Jackass, les plaintes, en France, émanent de particuliers,
et ne sont pas le résultat d’une action d’associations. Le phénomène n’est peut-être pas aussi
poussé dans notre pays, et les Etats-Unis, par exemple, ont certainement plus à faire en ce
qui concerne la surveillance de programmes dans le genre de Jackass, etc. Il s’agit plus en
France de questions d’ordre général, que d’actions contre un programme en particulier.
Interrogé sur le phénomène, l’Unaf voit dans ce genre d’émissions, « une atteinte à la
dignité humaine et à l’intégrité de l’autre, une confusion entre plaisir et douleur, une
promotion de l’absurde ». Certains gags peuvent faire rire, mais d’autres scènes relèvent
purement et simplement du « snuff movie » (torture filmée). « En diffusant ces émissions,
les adultes érigent ces pratiques en modèles au lieu de proposer aux jeunes du sens et des
repères », selon Jean-Pierre Quignaux, spécialiste média de l’Unaf.
7
www.csa.fr/rapport2003/donnees/rapport/VIII-etudes.htm
30
Cependant, le phénomène, s’il inquiète, intéresse aussi beaucoup les jeunes, mais
aussi les adultes, et c’est pourquoi les médias essaient de l’expliquer, de l’analyser, que ce
soit en faisant intervenir des psychologues, des sociologues, ou des fans de Jackass
directement.
Est-ce une volonté de le faire comprendre à ceux qui l’ignorent encore, ou l’occasion
de tirer profit de quelque chose qui marche ?
§2. (…) L’intervention des médias : la multiplication d’émissions propres à informer
et avertir
Nous l’avons vu, ce phénomène touche d’abord les jeunes, qu’il s’agisse
d’adolescents de 15 ans ou de jeunes adultes de 25 ans (d’ailleurs les protagonistes de ces
émissions ont, pour la plupart, entre 20 et 30 ans). Mais ce qui effraie, c’est que de plus
jeunes (comme c’est d’ailleurs arrivé aux Etats-Unis) s’essaient eux aussi à ce genre de
défis. C’est pourquoi France 3 a eu l’idée de traiter, le 18 mars 2004, de ce sujet, dans une
émission entièrement destinée aux tous petits et intitulée « Mon Kanar ». Cette émission a
pour but de traiter de l’actualité avec les enfants et pour eux, bref de les familiariser avec
quelque chose qu’ils n’ont pas l’habitude de regarder. L’émission a ainsi convié Serge
Tisseron, psychiatre pour les enfants, à faire des commentaires sur ce phénomène, cet
humour nouveau et qui plaît tant. Pour ce dernier, les adolescents sont prêts à tout pour
prouver qu’ils sont des grands ; « s’ils montrent qu’ils ont mal, ils seront considérés comme
des petits (…) . Par contre, s’ils dissimulent la douleur, ils seront considérés comme des
grands ». Et il conclut en disant « ce n’est pas un exemple à suivre ». L’émission a même
rencontré les Trop Tebê, qui ont, comme ils l’ont d’ailleurs dit sur leur site, peser leurs mots
en raison de l’âge des téléspectateurs.
L’émission n’a pas oublié de citer l’accident qui est survenu en raison parisienne,
valant de nombreuses fractures à un adolescent de 17 ans, qui avait voulu imiter Jackass.
Concernant toujours la télévision, mais cryptée cette fois-ci, Canal Plus a consacré le
16 février 2004, son émission « Lundi Investigation », au phénomène, qu’elle a intitulée,
« De Jackass à Mickael Youn : les nouveaux ados masos ». Le reportage nous présente,
31
outre les TropTebê, les Death Trap, dans leur environnement, à Chalon-sur-Saône, où on les
voit en train de réaliser plusieurs de leurs défis et expliquer leur motivation.
Nous sont présentés également des jeunes de Los Angeles, sur lesquels le réalisateur
Paul Hough a tourné en 2003, un film intitulé « the backyard », documentaire sur ce
phénomène, qui n’est pas encore sorti en France ; ici on a l’impression que ces jeunes sont
passés un cran au-dessus de ceux qui imitent « gentiment » les Jackass, puisqu’ils se livrent
par exemple à des combats de catch, mettent le feu à leur adversaire, lui cassent un membre,
etc. Aux Etats-Unis, on appelle cela le « Backyard Wrestling », littéralement le « catch de
jardin ».
L’émission est d’ailleurs allée à la rencontre du réalisateur, mais aussi de Dave
Carnie, rédacteur en chef du magazine Big Brother (voir plus haut). Sont également
intervenus divers sociologue et pédopsychiatre, ou encore le directeur des programmes de
MTV France. Un critique d’art, auteur d’un livre intitulé « l’idiotie » a donné une analyse
intéressante du phénomène en ce qu’il le compare au burlesque, et aux films de Charlie
Chaplin.
Pour revenir aux chaînes du service public, France 3 dans l’émission « C’est mon
choix » a invité sur son plateau différents groupes « jackassien », dont les Trop Tebê, afin
de comprendre leur motivation et de les confronter aux questions du public présent.
France 5, quant à elle, a consacré son émission « Arrêt sur images » au sujet « Faut-il
interdire Jackass ? ». Etaient conviés, Marie-Laure Denis, conseillère au CSA, Divina FrauMeigs, sociologue spécialiste des médias (qui a également participé à l’émission de Canal
Plus), et Eric Cambray, fan de Jackass. Cette émission, qui a pour habitude de décortiquer
les thèmes qui ont fait l’actualité à travers les émissions qui en ont traité, est notamment
revenue sur l’émission de Canal Plus ; les caméras de France 5 ont fait visionner le
reportage de Canal Plus à l’équipe des Death Trap. Parmi les reportages, l’émission a
évoqué Dirty Sanchez, l’homologue anglais de Jackass, mais aussi l’émission Fear factor,
sur laquelle le CSA entend garder un œil. Durant toute l’émission, aucune image de Jackass
ou Dirty Sanchez n’a cependant été montré, en raison de l’heure de diffusion, et des scènes
limites, néanmoins diffusées en plateau (le téléspectateur a dû se contenter d’images
lointaines).
32
Le phénomène a également été traité sur LCI, dans l’émission de Valérie Expert
intitulée « On en parle avec… », et à laquelle étaient conviés Marcel Rufo, pédopsychiatre
marseillais habitué des plateaux télé, et un des membres de l’équipe des Trop Tebê. Ces
derniers précisent sur leur site qu’ils ont été très satisfait de la présentation du phénomène
notamment par M. Rufo.
En ce qui concerne la radio8, RFI et Europe 2 ont traité du phénomène, en conviant
les Trop Tebê ; à côté de cela, bon nombre de journaux ont écrit des articles sur ce
phénomène, ses « adeptes », les accidents, etc. Parmi eux, on retrouve notamment le journal
gratuit 20 minutes, Le Monde, Le Nouvel Observateur, France Dimanche, VSD ou encore
Midi Libre, pour ne citer qu’eux9.
En conclusion, on peut dire que ce phénomène n’est pas si nouveau, dans le sens où
tous les jeunes se sont un jour amusés de cette manière, que ce soit pour transgresser
l’interdit, ou attirer l’attention. Et puis, épater ses copains, faire des choses stupides
uniquement pour montrer que l’on est capable de les faire, cela a toujours existé, notamment
dans les cours de récréation. Alors, il est normal qu’une émission entièrement consacrée à
des jeunes qui se filment en train de faire n’importe quoi, connaisse un tel succès. Ils ont
réussi à faire ce que tous ont probablement rêvé de faire ; devenir célèbre en faisant l’idiot,
en s’amusant avec ses potes. Mais bien sûr, les choses ont mal tourné lorsque des accidents
se sont produits.
Est-ce réellement la faute de la télévision qui véhicule ses images ? Est-ce parcequ’elles les montrent, que les chaînes érigent ces jeunes en modèles ? Une chaîne de
télévision doit montrer ce qui plaît à son public, son but est de faire de l’audience ; bien sûr,
il y a des limites dans ce qu’il convient de montrer, mais ne faut-il pas éviter de tomber dans
l’extrême, et remettre plutôt les choses à leur place ?
Si des jeunes prennent des risques en tentant d’imiter des scènes d’une émission,
c’est peut-être parce-qu’ils sont mal informés, ou mal encadrés tout simplement. La
télévision, même si elle doit être bridée parfois, ne peut tenir le rôle d’éducateur, de parent.
8
9
www.troptebe.com/index2.php?p=presse
www.qi-negatif.com/medias.php
33
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION..............................................................................................................3
CHAPITRE 1
Présentation de ce genre d’émission....................................................5
SECTION 1 L’ÉMERGENCE D’UN NOUVEAU CONCEPT ? ................................5
§1. Les émissions trash dans le monde à travers leurs acteurs ........................................6
§2. Le contenu des émissions trash....................................................................................9
SECTION 2 L’IMPACT DE CES ÉMISSIONS SUR LE PUBLIC (…)...................12
§1. (…) à travers le développement de groupes amateurs..............................................12
§2. (…) à travers les accidents .........................................................................................15
CHAPITRE 2 L’ENCADREMENT DE CE GENRE D’EMISSION ........................18
SECTION 1 UNE NECESSAIRE INTERVENTION DES AUTORITES DE
REGULATION ................................................................................................................18
§1. En France, une volonté d’empêcher les débordements ............................................18
§2. Le constat d’un libéralisme des pays anglo-saxons ?................................................23
SECTION 2 UNE INTERVENTION EN PRATIQUE LIMITEE CONDUISANT A
(…) ....................................................................................................................................27
§1. (…) L’intervention des associations à côté de celle des instances de régulation (en
France et à l’étranger) .....................................................................................................28
§2. (…) L’intervention des médias : la multiplication d’émissions propres à informer et
avertir ...............................................................................................................................31
TABLE DES MATIERES ...............................................................................................34
34
ANNEXE
SOURCES INTERNET :
www.csa.fr
www.fcc.gov
www.ofcom.org.uk
www.unaf.fr
www.piedsdanslepaf.com
www.mediawatchuk.org
www.parentstv.org
www.afa.net
www.moralityinmedia.org
www.famyouth.org
www.kidscape.org.uk
www.parentlineplus.org
www.epra.org
www.mtv.fr
www.mtv.com
www.mtvco.uk
www.france5.fr
www.france-amerique.com/infos/actualite/actu1.html
www.abcnews.com
www.qi-negatif.com
www.troptebe.com
35