63 activités pour s`amuser et progresser

Commentaires

Transcription

63 activités pour s`amuser et progresser
Vie quotidienne
Parents, enfants
63 activités
pour s’amuser
et progresser
© D. Laurens/PhotoALto
Sarah Dubois & Frédérick Delorme
handicaps : vivre mieux aujourd’hui
et préparer demain
boutique
http://boutique.magazine-declic.com
• Abonnez-vous facilement
• Achetez le guide pratique
qui vous intéresse
• Retrouvez un ancien numéro de Déclic
• Achetez un dossier de déclic
• Découvrez les sorties en avant première
@
DÉCLIC est édité par Handicap International,
association loi 1901 reconnue d’utilité publique, www.handicap-international.fr
Sommaire
1. Réaliser les gestes de base
Boire au verre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Manger à la cuillère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Se servir de ses deux mains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Ouvrir une porte .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Saisir de petits objets .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Se débrouiller dans la cuisine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Monter et descendre les escaliers.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2. Se préparer le matin
Se laver tout seul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se brosser les dents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se raser .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mettre son pantalon .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Enfiler un pull . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Lacer ses chaussures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ranger sa chambre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
23
25
27
29
31
33
35
3. Gérer son handicap
Améliorer son maintien .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Être autonome avec sa trachéotomie .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
S’autosonder .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Marcher avec des béquilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Compenser par le toucher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Jouer avec son fauteuil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
39
41
43
45
47
49
4. Se sentir mieux
Se reposer .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se défouler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se relaxer .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Flotter .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Être moins violent .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Patienter .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Être plus souple .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Avoir moins peur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se mettre à l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
53
55
57
59
61
63
65
67
69
5. S’exprimer, communiquer
Taper sur un clavier .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Maîtriser les mimiques et l’intonation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
S’exprimer avec des pictos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Parler avec des images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dessiner .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dessiner sous la dictée .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se repérer dans la famille .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Faire des photos .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Improviser .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
79
81
83
85
87
89
6. S’amuser, s’éveiller
Jouer couché .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Affiner ses sensations .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Agir et réagir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Se repérer dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Reconnaître les formes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
Jouer avec presque rien .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Jouer sans risque de fracture .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Ecouter .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Faire l’acrobate .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
7. Faire de l’exercice
Renvoyer la balle .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Faire la course .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Randonner en fauteuil .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Danser en couple .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Accepter des partenaires de jeu .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Se dépenser .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bouger pour perdre du poids .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Être en forme le jour J .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
113
115
117
119
121
123
125
127
8. Faire du sport
Courir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
faire du ski de fond .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Jouer au hand fauteuil .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Escalader . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Faire du sport avec une maladie respiratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Accepter la différence au gymnase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
S’entraîner pour la compétition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Choisir un séjour sportif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
131
133
135
137
139
141
143
145
Légende des pictogrammes
Déficience motrice
Déficience mentale
Déficience auditive
Déficience visuelle
1
Réaliser les
gestes de base
e n g l o b e
Un magazine
Tous les deux mois, 100 pages d’infos pratiques
et de témoignages partagés par plus de 40 000 lecteurs.
Des guides pratiques
Pour répondre aux questions médicales,
administratives et juridiques des parents.
Des tables rondes
Associations, établissements :
des journalistes pour animer vos rencontres.
Un site Internet
L’espace interactif pour partager, s’informer, s’exprimer…
www.magazine-declic.com
Une newsletter
Rejoignez les 10 000 destinataires de la newsletter
pour suivre l’essentiel de l’actualité entre deux magazines.
www.magazine-declic.com/Newsletter
Une boutique en ligne
Pour s’abonner, retrouver un ancien numéro,
commander un guide pratique.
http://boutique.magazine-declic.com
DÉCLIC est édité par Handicap International,
association loi 1901 reconnue d’utilité publique, www.handicap-international.fr
Réaliser les gestes de base
Boire au verre
Regarder son verre
Pour que votre enfant ne soit pas surpris, faites-lui d’abord goûter la boisson selon
le mode habituel, cuillère ou biberon. Demandez-lui ensuite de pencher la tête vers
l’avant. Ne placez jamais le verre dans sa bouche ouverte, derrière ses dents et
sur sa langue, dans l’objectif de verser le liquide. Pour boire sans risque de fausse
route, il faut que l’enfant soit actif. Inclinez le verre afin que la boisson touche ses
lèvres, et attendez que ce contact déclenche un réflexe d’aspiration, puis remettez
le verre en position verticale pendant qu’il déglutit. Une astuce consiste à lui proposer de regarder le fond de son verre. Avec un tout-petit, on peut utiliser un gobelet
décoré avec des étoiles ou des poissons qui bougent et attirent son attention,
même s’il ne comprend pas la consigne.
Bien refermer les lèvres
Pour que le liquide ne s’écoule pas de sa bouche, l’enfant doit avancer ses lèvres
et les contracter. Placez le verre contre sa lèvre inférieure, sans appuyer. Vous pouvez l’aider en mettant un doigt sous son menton pour bien maintenir la mâchoire,
s’il est hypotonique. Penchez le verre pour mettre brièvement le liquide en contact
avec ses lèvres. Il va fermer sa bouche autour du verre et peut-être se mettre à téter
comme s’il s’agissait d’un biberon. Répétez l’opération jusqu’à ce qu’il abandonne
cette habitude et qu’il soit familiarisé avec un geste nouveau pour lui.
S’entraîner à aspirer
Un jeu avec une paille peut être un bon entraînement pour qu’il apprenne à maîtriser son effort d’aspiration. Vous pouvez, dans un premier temps, remplacer les
pailles par des tuyaux souples à l’ouverture large, qui demandent moins de force
de succion. Les exercices avec une paille obligent l’enfant à refermer les lèvres
avant d’aspirer, ce qui est un réflexe utile.
Épaissir les liquides
Quand les risques de fausse route sont très importants, on peut faciliter la tâche de
l’enfant en choisissant pour son apprentissage un liquide plus visqueux que l’eau,
comme un yaourt à boire. On peut aussi épaissir n’importe quel liquide grâce à
des poudres, disponibles en pharmacie, qu’il faut doser pour obtenir la consistance d’une crème.
www.magazine-declic.com | 63 activités pour s’amuser et progresser
Eau ou boisson sucrée ?
Pour qu’il soit vécu dans la sérénité, l’apprentissage doit toujours se dérouler en
dehors des repas, à des moments où l’enfant n’a pas soif. Quelques-uns aiment
l’eau, d’autres ont besoin d’être stimulés par le goût d’une boisson sucrée. À l’inverse, la vue d’un jus de fruit peut exciter certains enfants au point de leur faire perdre
tous leurs moyens. À vous de choisir. Un bon compromis, si vous craignez pour son
équilibre alimentaire ou ses dents : un sirop très faiblement dosé par vos soins.
En voyage
Tant que boire au verre reste un exercice délicat, n’oubliez pas de conserver pour
l’enfant un mode d’hydratation facile en toutes circonstances, de façon à ce qu’il
boive en quantité suffisante. On trouve, par exemple, des gelées aux goûts variés
sous forme de petits pots. Elles peuvent vous suivre partout et permettent à l’enfant
de boire de l’eau à la cuillère, en attendant qu’il ait acquis une parfaite autonomie
avec un verre.
| www.magazine-declic.com
Réaliser les gestes de base
Manger à la cuillère
Un nouveau mouvement
Tant qu’il s’alimente au biberon, l’enfant fait bouger sa langue d’avant en arrière
pour absorber le lait. S’il présente des problèmes de motricité, il se cantonne souvent à cette technique, même avec la cuillère. Il saisit et écrase les aliments qu’il
fait fondre en les pressant contre le palais. Ce mécanisme convient très bien pour
ce qui peut être ramolli par la salive, comme les biscuits, mais devient vite problématique avec des aliments plus solides. Pour s’adapter à des consistances variées,
l’enfant doit acquérir de nouvelles habitudes. Entamez cet apprentissage en dehors
des repas, pour une gourmandise, de façon à ce que la faim et la tension qu’elle
implique ne le rendent pas plus difficile. Commencez de préférence avec un aliment mou et un peu collant, de la crème de marrons par exemple.
Jeux de langue
Le premier apprentissage est celui de l’ouverture de la bouche : l’enfant doit savoir
abaisser sa mâchoire inférieure et la laisser ouverte. Éventuellement, vous pouvez
la soutenir légèrement avec la main si ce maintien lui demande beaucoup d’efforts.
Jouez ensuite à lui faire abaisser la langue. Il suffit pour cela de poser votre index
à plat en appuyant doucement. Demandez-lui de soulever sa langue pour bloquer
votre doigt sur son palais. S’il comprend mal la consigne, introduisez son doigt
dans votre bouche et montrez-lui les mouvements de lever puis d’abaissement de la
langue. À partir de 2 ans d’âge mental, ce jeu d’imitation peut le motiver.
Le bon côté
Selon les cas, vous aurez tendance à stimuler les mouvements de la langue de
votre enfant plutôt du côté droit de la bouche si vous êtes gaucher, et vice versa.
Attention : votre enfant peut être latéralisé à l’inverse de ce que vous lui proposez.
Observez-le, et s’il est plus à l’aise pour mouvoir sa langue d’un côté, choisissez
celui-ci de préférence afin de lui faciliter la tâche.
Aïe !
Au cours de l’apprentissage, il est probable que votre enfant vous morde les doigts.
Préparez-vous à cette éventualité pour moduler vos réactions et masquer vos émotions, autant que possible ! La crainte de vous faire mal peut le décourager s’il est
très émotif. Apprenez aussi à desserrer ses dents en exerçant une pression douce
sur la joue, à la jonction des deux mâchoires.
www.magazine-declic.com | 63 activités pour s’amuser et progresser
Accepter la cuillère
À défaut d’un couvert adapté, utilisez une cuillère à glace, plate et peu incurvée.
Introduisez-la chargée d’une petite quantité d’aliment, en évitant d’en mettre sur
le dessous pour ne pas encourager l’enfant à la lécher. En tenant la cuillère avec
le pouce et l’index, vous pouvez soutenir de l’auriculaire la mâchoire inférieure et
l’aider à refermer la bouche. Quand il pince ses lèvres sur la cuillère, maintenezla avec une certaine fermeté pour éviter qu’il remonte la langue trop fortement,
et décrivez un arc de cercle pour la retirer doucement.
Abandonner le biberon ?
Quand pouvez-vous estimer qu’il est temps de passer à l’alimentation à la cuillère
pour les repas ? Il faut que l’enfant ait acquis quelques réflexes. Des exemples :
il ouvre la bouche en aplatissant la langue et ne la relève pas au contact de la
cuillère, il n’utilise pas ses dents pour mordre l’ustensile et empêcher son passage.
Enfin, il referme les lèvres pour saisir l’aliment au moment où vous retirez le couvert.
S’il en est là, il lui reste à acquérir de la rapidité, une question de temps et de
patience.
10 | www.magazine-declic.com
Réaliser les gestes de base
Se servir de ses deux mains
Main empêchée ou parasitée
Les exercices de latéralisation peuvent intéresser tous les enfants avant l’âge scolaire, car le choix définitif d’une main dominante facilite les apprentissages, notamment celui de l’écriture. Ils sont particulièrement adaptés pour améliorer la motricité
fine des enfants qui “oublient” d’utiliser une de leurs mains dans les jeux. Ils sont
plus difficiles à réaliser, mais très utiles, avec les enfants qui se servent des deux
(l’une parasitant l’autre et défaisant ce que la première vient de construire). On le
remarque tout particulièrement chez les enfants hyperactifs. Il s’agit alors de faire
travailler les deux mains de façon complémentaire, l’une après l’autre, puis simultanément, et de frustrer celle dont l’action n’est pas nécessaire. Lorsque la main
dominante n’est pas de façon évidente la gauche, il semble préférable, a priori,
de privilégier la droite.
Lâcher un cube
Apprendre à lâcher un cube volontairement demande une certaine maturation
neurologique (savoir ouvrir ses doigts) et psychologique (accepter de se séparer de
l’objet). Si votre enfant en est capable seul, vous pouvez lui apprendre à le faire
dans votre main et à votre demande. Commencez par un cube à la fois, puis avec
deux. Vous placez vos mains plus bas que les siennes et vous lui demandez de
lâcher un cube, de le reprendre, puis de lâcher l’autre. Au début, il aura tendance
à laisser tomber les deux objets en même temps. S’il est à l’aise, proposez-lui le
même jeu en prenant et en lâchant du bout des doigts.
Bras tendus
Lâcher des objets sur le sol, debout, les deux bras tendus à l’horizontale, est plus
difficile, surtout si vous demandez à l’enfant de ne pas regarder la main qui agit.
Il prend deux petites balles, vous lui proposez de lâcher celle qui est du côté gauche, puis celle du côté droit, tout en vous regardant. Plus compliqué : faire tomber
les deux en même temps. L’exercice est réussi si l’enfant parvient à laisser tomber
les deux balles sans marquer de décalage entre sa main dominante et l’autre.
Récré à la maison
Frapper dans ses mains, puis dans vos mains tendues, en croisant, une fois, deux
fois, trois fois. N’hésitez pas à jouer à ce petit jeu de cour de récréation, que vous
pouvez compliquer à l’infini sur le rythme d’une comptine. Il est très utile pour la latéralisation de votre enfant et lui apprend à mémoriser des enchaînements moteurs.
www.magazine-declic.com | 11
63 activités pour s’amuser et progresser
Les jeux de tri
Vous pouvez demander à votre enfant de trier un carton rempli de billes, en utilisant
alternativement ses deux mains. La gauche prend les rouges pour faire un tas, la
droite les bleus pour en construire un autre. Le jeu sera plus difficile si le mouvement
est croisé : prendre de sa main droite une bille pour élaborer un tas à gauche, puis
de sa main gauche pour en réaliser un à droite. Aidez toujours votre enfant de
la voix pour le soutenir et rythmer son activité : « Maintenant, tu prends une bille
rouge », « Tu la poses », etc.
Le jeu du lave-vaisselle
Autre jeu de tri : des fourchettes et des cuillères sont mélangées à droite de l’enfant.
Ce dernier sélectionne les cuillères de la main droite, les passe dans la main gauche, puis les pose. Le tri inverse, plus difficile pour un droitier : prendre de la main
gauche, passer à la droite et poser. Puis, à nouveau, si le jeu se déroule bien :
les deux tas sont mélangés et, alternativement, la main droite passe les cuillères
à la gauche, la gauche les fourchettes à la droite. Cela demande beaucoup de
concentration. Ne prolongez pas l’activité plus de trois ou quatre minutes.
12 | www.magazine-declic.com
Réaliser les gestes de base
Ouvrir une porte
Actionner la poignée
Lorsque la poignée résiste, le plus efficace consiste à l’allonger par un bricolage
simple. Petite leçon de physique : faites mesurer à votre enfant combien sa force
est démultipliée quand il l’exerce loin de l’axe. L’allongement rend aussi la poignée
plus facile à attraper. S’il n’a pas assez de force, montrez-lui comment imprimer
à son bras un mouvement de balancier : lancé en l’air, celui-ci retombera sur la
poignée, qui s’abaissera. Une sangle de marine est également très utile pour accrocher la porte et la ramener vers soi. Elle peut aussi servir à actionner la poignée.
Le bouton de porte rond est un casse-tête pour ceux qui ne peuvent faire le geste
de tourner l’avant-bras. Il existe pour cela des aides mécaniques adaptables qui
transforment un mouvement vertical en mouvement rotatif.
Grossir les clés
Autre souci : utiliser des clés. C’est un apprentissage indispensable à l’école face
aux serrures d’ascenseur, généralement diaboliques. Agrandir la surface de prise
de la clé suffit parfois à résoudre un problème de préhension. Pour cela, on peut
faire appel à des aides techniques (porte-clés à manche ergonomique ou grossisseurs en catalogues spécialisés) ou les fabriquer. Achetez un petit morceau de
plastique thermoformable dans un magasin de bricolage et chauffez-le. Faites-le
adhérer à la clé d’un côté, et donnez-lui de l’autre une forme adaptée à la main
de l’enfant avant de le laisser durcir.
Pousser et tirer
Une fois la poignée actionnée, l’enfant peut s’appuyer sur elle pour avancer. Plus
délicat : la porte que l’on ouvre en la tirant. Il faut alors apprendre à gérer le recul
sans tomber. Le plus sûr consiste à faire de petits pas en arrière en trouvant un point
d’appui pour sa main libre. En fauteuil, il est souvent utile d’avoir une sangle que
l’on peut attacher à la poignée pour l’entraîner en reculant.
Saisir sans glisser
Des boules pourvues de picots, vendues généralement pour actionner les appareils
électroménagers, s’agrippent bien aux boutons de porte quand ceux-ci présentent suffisamment d’aspérités. Si la poignée est trop régulière, une astuce simple
consiste à l’emmailloter avec de gros élastiques, ce qui lui donne des qualités
antidérapantes.
www.magazine-declic.com | 13
63 activités pour s’amuser et progresser
Portes coulissantes et groom
Si la porte reste pour votre enfant un obstacle infranchissable, renseignez-vous sur
les possibilités d’installation de systèmes coulissants dans la maison. Des roulements
à billes très sensibles permettent l’ouverture et la fermeture grâce à une impulsion
très légère. C’est une alternative aux aménagements domotiques, beaucoup plus
coûteux. Pensez également au groom mécanique ou électrique, un appareil simple
qui freine la porte et la referme automatiquement, comme celui que l’on trouve
dans de nombreux commerces.
Par précaution
Une sangle de marine et un petit morceau d’antidérapant, que l’enfant garde
toujours dans sa poche, peuvent lui éviter bien des mauvaises surprises devant une
porte inconnue. Pour l’antidérapant en rouleau, les boules à picots et les adaptateurs de clés, consultez les catalogues spécialisés. Les autres matériels évoqués sont
disponibles dans le circuit commercial non spécialisé.
14 | www.magazine-declic.com
Réaliser les gestes de base
Saisir de petits objets
Avec de la pâte à modeler
Ce grand classique des activités ludiques passionne souvent l’enfant dès 3 ans.
Le malaxage et la création de formes développent la sensibilité de sa paume et
exercent sa force manuelle. L’enfant peut réaliser une boule de pâte avec une main
puis l’autre, en faisant des mouvements circulaires contre la table. Il aplatira ensuite
la boule pour la transformer en galette. Après, proposez-lui de la percer avec le
bout de ses doigts. Autre forme basique : le cylindre présenté comme un ver de
terre, gros ou fin, court ou long, selon ses préférences. Montrez-lui comment glisser
sa main d’avant en arrière, parallèlement à la table. Commencez à ébaucher
l’animal, puis laissez-le faire. Plus le ver est fin, plus il est difficile de l’agrandir sans
le rompre.
Ping-pong de précision
Des exercices les plus simples jusqu’à la prestidigitation, les balles de ping-pong se
révèlent pleines de ressources. L’enfant peut commencer par en saisir une, posée
sur la table, retourner sa main, paume vers le haut, puis l’ouvrir pour faire glisser
la balle par terre. Les premières fois, elle va tomber de trop haut et faire de petits
rebonds. L’enfant devra essayer de refaire le même geste, mais plus en douceur.
S’il devient habile dans cette manipulation, colorez les balles et demandez-lui d’en
prendre deux, puis trois, de lâcher seulement la bleue, de la reprendre, puis de
lâcher la rouge, etc. Ces exercices simples sont réalisables dès 5 ans.
Pour les gourmands
Ceux qui rechignent à mettre les mains dans la pâte à modeler « parce que c’est
pour les bébés » seront peut-être ravis de s’exercer de la même façon avec de la
pâte à tarte. Malaxer, faire une boule pour la laisser reposer, l’étendre avec un
rouleau à pâtisserie : ces gestes sont très intéressants pour entraîner son habileté
manuelle et la sensibilité de ses paumes dans un contexte attractif…
si toutefois vous aimez
cuisiner.
Du bout des doigts
Ramasser des cartes, les mettre à l’endroit, en faire un tas, les placer à l’envers sur
la table en faisant un damier, puis les retourner une à une : cette activité invite à travailler la prise du bout des doigts. Avec un joli jeu de tarot, dont vous pourrez commenter les figures, l’exercice deviendra même une belle histoire pour les petits.
www.magazine-declic.com | 15
63 activités pour s’amuser et progresser
La bataille
L’apprentissage de vrais jeux de cartes est une excellente option pour les enfants
plus grands, que les exercices sans but ennuient rapidement. La fameuse bataille
demande de la dextérité : il faut prendre et poser une seule carte à la fois, ramasser
ses gains et faire des tas réguliers. Même si votre enfant ne connaît pas la valeur
des figures, il vous fera confiance et pourra y prendre beaucoup de plaisir. Et s’il
devient un accro de la bataille, il ne vous restera plus qu’à jouer plus souvent avec
lui, ou à lui trouver un autre partenaire.
La tour infernale
Le jeu de mikado est en lui-même un fantastique exercice de dextérité. Mais rien
ne vous empêche d’utiliser ce matériel pour des activités plus simples. Montrez-lui
comment faire une tour en superposant les baguettes deux à deux, en carré, à la
manière des murs des cabanes de trappeurs. Plus difficile : la tente d’Indiens. Vous
attachez trois baguettes à leur extrémité afin de réaliser un trépied. Il s’agit ensuite
pour l’enfant de rajouter le plus grand nombre de baguettes possible.
16 | www.magazine-declic.com
Réaliser les gestes de base
Se débrouiller
dans la cuisine
Quelques investissements
Il suffirait d’un rien pour que vous puissiez le laisser dîner seul, un soir de temps en
temps. Cette perspective vaut bien quelques petits aménagements dans la cuisine.
Parmi les plus utiles : le micro-ondes, installé assez bas et près d’un plan de travail
pour recevoir le plat chaud, et les plaques en vitrocéramique sur lesquelles on peut
faire glisser une casserole. Enfin, la desserte roulante, pour transporter des aliments
chauds sans risque de chute. Votre adolescent est peut-être désemparé face à un
bouchon à dévisser, un liquide à verser doucement, une boîte ou un bocal à ouvrir.
Sélectionnez avec lui quelques aides techniques bien adaptées, mais sans céder
aux gadgets. Les fabricants ne manquent pas d’idées…
Ensuite, à vous le cinéma !
Les conserves
Choisissez un ouvre-boîte électrique stable, à hauteur réglable pour pouvoir poser
la conserve pendant l’opération. Veillez à ce qu’il produise des découpes nettes
afin d’éviter les blessures. Les boîtes munies d’une languette sont théoriquement plus
faciles à ouvrir, si l’on parvient à glisser son doigt et à tirer assez fort pour arriver à
ses fins. Dans le cas contraire, il existe des systèmes de crochets qui aideront votre
adolescent à dérouler le couvercle sans peine.
L’ouvre-bocal
De forme triangulaire, l’ouvre-bocal se trouve sur les marchés ou dans les catalogues spécialisés. Il est très efficace pour déboucher des pots de toutes tailles. Pour
le rendre encore plus facile d’utilisation, vous pouvez le fixer sous un élément de
cuisine ou sous la table, par exemple. Votre enfant y glissera le pot jusqu’à ce qu’il
se coince, puis l’ouvrira avec ses deux mains.
Versez !
Se servir un liquide sans faire déborder son verre est un exercice difficile si l’on
manque de force ou de coordination. Parmi les aides techniques, le verseur est
particulièrement astucieux. Il s’agit d’un support dans lequel on glisse une bouilloire
qui pivote sous une poussée très légère, avec un système de sécurité pour ne pas
verser trop vite.
www.magazine-declic.com | 17
63 activités pour s’amuser et progresser
À table
Si vous êtes un peu bricoleur(euse), fabriquez une tablette avec une encoche en
demi-cercle à partir d’une rallonge de la table de cuisine. Cet aménagement permet d’être mieux installé, car les appuis des membres supérieurs sur le plan sont
multipliés. Pour toutes les opérations de préparation du repas, l’usage d’un plateau
antidérapant à poignées évite bien de la casse. On peut y placer de façon stable
l’assiette, le verre ou un pot de yaourt. Les sets antidérapants sont utiles, mais assez chers en catalogues spécialisés. Vous en trouverez d’aussi efficaces dans les
commerces ordinaires.
Ménagez sa susceptibilité
Si certaines aides techniques, verres inclinés ou couverts ergonomiques vous semblent très bien adaptés aux difficultés de votre enfant, ne les achetez jamais sans
lui demander son avis, surtout s’il s’agit d’un adolescent. Il est le mieux placé pour
savoir ce qui l’aide vraiment. D’autant que ce qui vous apparaît pratique peut lui
sembler, à lui, compliqué. En famille, il préférera sans doute des couverts et une
assiette ordinaires, quitte à utiliser des instruments adaptés lorsqu’il est seul.
18 | www.magazine-declic.com
Réaliser les gestes de base
Monter et descendre
les escaliers
Quelques tests
Avant toute chose, vérifiez les capacités physiques de votre enfant. Est-il capable
de se déplacer sur une surface inclinée, pente ou bosse sans mettre les mains au
sol ? Peut-il éviter un obstacle et l’enjamber ? Monte-t-il et descend-il seul d’une hauteur de dix centimètres (une caisse en bois posée au sol, par exemple) ? A-t-il acquis
la notion de pédalage ? Enchaîne-t-il plusieurs obstacles successifs sans marquer
de temps d’arrêt ? Sait-il rester en équilibre sur un engin stable, puis mobile ? Maintient-il son équilibre sur un pied ? Ce dernier test est primordial, car ce problème
de posture est très proche de celui posé par l’impulsion indispensable pour passer
d’une marche à l’autre. Si votre enfant s’en sort bien et réussit au moins deux des
six tests précédents, vous pouvez vous lancer. Sinon, il faut attendre qu’il soit plus
à l’aise.
L’importance du lieu
Évitez l’escalier en colimaçon et les marches qui laissent voir le vide en dessous.
Attention aussi à la matière : le bois craque, le ciment glisse, le métal est bruyant.
Commencez avec un escalier qui comporte peu de marches et dont la pente n’est
pas trop forte. Idéalement, il est équipé d’une main courante arrondie et antidérapante. Celle-ci doit avoir un diamètre qui facilite la préhension, et ne présenter
aucun obstacle qui obligerait votre enfant à lâcher prise.
En douceur
Tous les jeux dans l’escalier doivent se dérouler dans le calme. Les mouvements
seront lents, pour que l’enfant en prenne conscience.
La marionnette : deux cordelettes sont attachées autour des jambes de votre enfant.
Vous vous placez derrière lui et l’accompagnez lors de son cheminement dans l’escalier, en aidant ses mouvements comme pour une marionnette. Vous le sécurisez
par votre présence et le soutenez dans ses enchaînements.
Les appuis
Tape des pieds : demandez à votre enfant de se déplacer en faisant du bruit avec
ses pieds. Cela l’oblige à utiliser toute la marche pour placer ses appuis.
Touche les genoux : votre enfant monte ou descend l’escalier en touchant ses
genoux avec ses mains, ce qui l’amène à une variation des appuis.
www.magazine-declic.com | 19
63 activités pour s’amuser et progresser
Cache-couleur : collez sur chaque marche une pastille qu’il doit cacher avec son
pied.
Avec des cordes
Le rappel : une corde de gros diamètre est attachée au sommet de l’escalier.
En tirant sur ses bras, votre enfant enchaîne les pas en plaçant ses pieds en opposition.
Le traîneau : vous êtes un chien du Grand Nord, une corde ou une sangle passée
autour de votre taille. Votre enfant se fait tracter en montant l’escalier.
Les rampes : deux cordes sont tendues le long de l’escalier. Votre enfant prend appui sur chacune d’elle, d’abord en les agrippant, puis en posant les mains à plat.
Le stepper
Cet engin sert en général à l’entraînement sportif. Ses marches antidérapantes
sont reliées par une tringlerie rigide. On peut y associer un guidon revêtu d’un
manchon en mousse antiallergique. Cela donne quelque chose qui ressemble à un
vélo d’appartement, mais l’enfant s’en servira pour marcher ou imiter le mouvement
des membres inférieurs dans les escaliers. On trouve des steppers dans tous les
magasins de sport et en vente par correspondance.
20 | www.magazine-declic.com
2
Se préparer
le matin
Se préparer le matin
Se laver tout seul
Faire le point
Vous l’aidez modérément, mais il ne se lave jamais sans vous pour le moment.
Commencez par faire le bilan de ce qui manque à son autonomie dans la toilette,
pour savoir – ce n’est pas toujours le cas – si votre enfant est en mesure de se
débrouiller seul.
Il n’est pas capable d’effectuer tous les gestes indispensables à une hygiène quotidienne ? Vous n’êtes pas sûr qu’il se souviendra des différentes séquences nécessaires et qu’il saura les répéter ? Si ce sont les seuls obstacles qui vous retiennent,
tentez un compromis : il se lave seul, mais, tous les trois jours, vous intervenez pour
le lavage des cheveux, des oreilles ou pour le soin des ongles, par exemple.
Un grand bénéfice en matière d’autonomie vaut bien une hygiène un peu moins
parfaite… En revanche, il faudra attendre si vous jugez qu’il n’a pas toutes les
compétences requises pour réagir en cas de danger.
Attention aux brûlures !
On pense aux dangers du bain, moins à ceux de la douche, pourtant une eau trop
chaude peut provoquer des brûlures profondes. Avant de laisser votre enfant se
débrouiller seul, il faut vous assurer qu’il sait réagir à une élévation inattendue de
la température (parce qu’il a déréglé le mitigeur ou que son frère utilise beaucoup
d’eau froide). Il doit être capable de régler l’eau à la bonne température et de se
retirer très vite du jet brûlant. Si votre enfant a une sensibilité abaissée à la douleur
sur tout ou une partie de son corps, sa sécurité tiendra aussi à la qualité de votre
installation : prévoyez un limiteur de température.
Toilette de chat
Votre enfant n’aime pas se laver et vous craignez qu’il ne fasse le minimum ? Pensez à lui acheter un shampoing qui ne pique pas les yeux (comme ceux destinés
aux tout-petits) et repérez ce qui lui facilitera la vie : les produits de douche qui
conviennent pour les cheveux et le corps, par exemple. Autre solution pour les
réfractaires de la petite toilette : les lingettes avec lesquelles il se débarbouillera le
visage d’un seul geste.
Bain : la facilité
Dans le bain, les produits moussants, même utilisés en petite quantité, sont
assez détergents pour que votre enfant soit lavé simplement en remuant dans l’eau
pendant cinq ou dix minutes. Le seul impératif est de lui apprendre à se rincer.
www.magazine-declic.com | 23
63 activités pour s’amuser et progresser
Cette opération lui semble fastidieuse ? Proposez-lui un siège de baignoire qui
laisse passer l’eau, cela deviendra plus amusant.
Douche : l’efficacité
Même quand votre enfant ne se savonne pas correctement partout, le passage
sous le jet d’eau chaude suffit à éliminer la poussière et la transpiration de la
journée, s’il ne s’est pas particulièrement sali dans une activité de plein air. Restez
inflexible sur un point : il doit rester au moins trois minutes sous la douche et passer
du savon tous les jours sur les zones critiques (aisselles et parties intimes). Selon
les dermatologues, un nettoyage plus approfondi deux ou trois fois par semaine
suffit.
Les petites aides
Les catalogues s’adressant aux personnes âgées proposent de nombreux produits
malins pour faciliter la toilette. N’hésitez pas à regarder de ce côté pour trouver
des poignées qui l’aideront à entrer et sortir de la baignoire, des tabourets ou des
sièges très stables pour s’asseoir sous la douche, ou des brosses ergonomiques qui
permettent d’atteindre le dos ou les pieds en déployant un effort limité.
24 | www.magazine-declic.com
Se préparer le matin
Se brosser les dents
Tenir trois minutes
Les dentistes préconisent un brossage énergique pendant trois minutes pour assurer
une bonne hygiène et éviter la formation des caries. Le premier souci est, par
conséquent, d’installer confortablement l’enfant pour qu’il soit capable de tenir
une position pendant un temps assez long sans se fatiguer. Pour les jeunes qui
font beaucoup de mouvements involontaires (infirmes moteurs cérébraux), comme
pour ceux qui ont du mal à soutenir longtemps le poids de leurs bras (myopathes),
choisissez un siège réglable. L’enfant doit être assis à la bonne hauteur, de façon
à pouvoir caler ses coudes contre le lavabo. Ainsi sa main sera au niveau de
sa bouche, soit pour introduire simplement la brosse à dents électrique, soit pour
effectuer les mouvements de brossage. En fauteuil, on peut surélever l’accoudoir et
utiliser une cuvette.
Bouger la tête plutôt que les bras
Avec un enfant IMC athétosique, qui présente des troubles de la coordination ou
une grande maladresse gestuelle, on peut choisir de déplacer le problème du brossage. Souvent, ces enfants contrôlent mieux la tête que leurs membres supérieurs.
Commencez l’apprentissage en maintenant fermement le bras de l’enfant et en
lui demandant de faire des mouvements courts de haut en bas, puis latéralement.
Ensuite, il pourra essayer de bouger sa tête en gardant un bras calé sur un accoudoir ou contre le lavabo. Le mouvement circulaire que les dentistes préconisent est
assez difficile à obtenir. Ne soyez pas trop exigeants du moment que les dents
sont propres.
Se rincer
Si la station debout est impossible ou instable, choisissez un siège qui passe sous
le lavabo et permet à l’enfant de cracher en évitant les éclaboussures. La bassine
est souvent plus pratique, surtout en fauteuil. Bien posée contre le tronc, elle permet
d’apprendre à cracher en penchant la tête vers le fond. En vacances, la bassine et
la brosse à dents électrique permettent une autonomie en toutes circonstances.
La fée Électricité
La brosse à dents électrique (il existe des modèles rechargeables sans fil) effectue
le bon mouvement avec peu d’efforts. Son utilisation nécessite un minimum de
déplacements de la main de l’enfant et requiert moins de force que le brossage
traditionnel : deux avantages considérables.
www.magazine-declic.com | 25
63 activités pour s’amuser et progresser
Le dentifrice, un plus
Les tubes longs qu’il faut presser d’une main en tenant la brosse de l’autre multiplient
les difficultés. Choisissez un dentifrice vertical à pression, que l’on peut éventuellement fixer au mur. Certains enfants détestent avoir beaucoup de mousse dans
la bouche, d’autres adorent et ont tendance à l’avaler. Testez plusieurs marques.
Si votre enfant est autonome pour se brosser les dents mais ne parvient pas à bien
doser le dentifrice, il peut s’en passer : l’essentiel, d’un point de vue hygiénique,
vient de l’action mécanique.
Un geste personnel
Certaines marques proposent des sprays qui nettoient les dents sans action mécanique, mais, pour le moment, ils ne peuvent pas prétendre à l’efficacité d’un
véritable brossage. Tant que votre enfant n’est pas autonome pour ce geste et que
vous le faites pour lui, n’oubliez pas de lui demander ce qu’il préfère. Commencez
par la mâchoire d’en haut ou d’en bas, et rincez-le avec de l’eau froide, tiède ou
chaude.
26 | www.magazine-declic.com
Se préparer le matin
Se raser
Comme papa
Mimétisme ? Sentiment qu’il s’agit d’un geste plus viril ? Les adolescents handicapés
préfèrent généralement le rasoir à main à sa version électrique, pourtant plus facile
à manipuler. Ils s’alignent en cela sur le reste de la population masculine. Même
si la dextérité de votre jeune adolescent ne lui permet pas de choisir définitivement
cet instrument pour se faire la barbe, il aura envie d’essayer. Sachez qu’il ne peut
pas se faire mal : au pire, les lames provoquent des écorchures superficielles.
Achetez-lui des rasoirs à tête jetable, en évitant le bas de gamme. Les lames de
bonne qualité préservent mieux la peau, en coupant net le poil sans le tirer. Les
têtes se changent en moyenne toutes les deux semaines, notamment pour des
raisons d’hygiène.
Une bonne prise en main
Les jeunes infirmes moteurs cérébraux qui présentent des dystonies des mains éprouvent des difficultés à serrer ou à tenir longtemps le manche du rasoir. Vous pouvez
acheter à votre garçon un bracelet métacarpien, disponible dans les catalogues
spécialisés. Il entoure la paume et le dos de la main, et permet de la maintenir
serrée autour du rasoir. Une autre possibilité pour ceux qui se crispent facilement et
attrapent des crampes : grossir le manche avec de la mousse. Celle qui est vendue
en magasin de bricolage pour l’isolation des tuyauteries convient très bien. Vous
pouvez la couper avec des ciseaux et la coller avec de la néoprène, elle résiste
à l’eau.
Acné et petits bobos
Par une coïncidence physiologique ennuyeuse, les premiers poils de barbe apparaissent souvent en même temps que les boutons sur le visage. Pour soulager
les petites écorchures, bannissez les lotions alcoolisées qui piquent, dessèchent la
peau et aggravent l’acné. Choisissez des crèmes apaisantes et réparatrices non
grasses. Sur un épiderme sain, les saignements sont arrêtés par de la pierre d’alun,
qu’il suffit de frotter contre la peau.
Rappel d’orthophonie
Pour bien présenter la peau et la mettre en contact avec le rasoir, il faut gonfler
les joues, faire circuler la langue et tordre la bouche. Quelques séances d’orthophonie, avec des mouvements de mimiques et un travail du positionnement de la
langue, peuvent être utiles pour les jeunes qui ont des difficultés praxiques de la
sphère buccofaciale.
www.magazine-declic.com | 27
63 activités pour s’amuser et progresser
De bonnes conditions
Le meilleur moment pour se raser se situe immédiatement après la douche ou le
bain : la peau est propre (ce qui évite les infections), et les poils de barbe sont
ramollis par l’eau et la chaleur. Il n’empêche, l’emploi de la mousse à raser est
indispensable car elle adoucit. La bombe peut être collée sur une surface plane
ou attachée par un velcro à un point fixe, pour une utilisation plus aisée. Un miroir
pourvu d’une attache en accordéon est plus facile à manipuler et permet de se
raser assis.
Électrique
Le rasoir électrique est une bonne alternative quand la motricité des mains et des
bras est trop perturbée. Dans ce cas, veillez à ce que l’adolescent soit convenablement assis. Proposez-lui de poser ses coudes et éventuellement ses avant-bras
sur une table, ou au bord du lavabo, pour limiter l’incoordination et les gestes
intempestifs. Des adaptations permettent de solidariser le rasoir et la main : ce sont,
par exemple, des housses en cuir qui se ferment avec des velcros.
28 | www.magazine-declic.com
Se préparer le matin
Mettre son pantalon
Aux toilettes
Devenir autonome pour s’habiller est important pour un enfant handicapé, mais la
première priorité reste sa capacité à savoir baisser et relever son pantalon afin de
pouvoir aller seul aux toilettes. Avec un enfant qui présente des troubles praxiques,
un jeune IMC ou hémiplégique, l’apprentissage doit commencer par là. Des passants de ceinture assez larges pour qu’il puisse les prendre à pleines mains, ou
y glisser éventuellement les doigts pour tirer, l’aideront considérablement. Quand
les manipulations deviennent trop compliquées, choisissez un pantalon à taille
élastique que l’enfant peut enfiler seul, plutôt qu’un autre plus classique qui ne lui
permet pas cette autonomie. Pour les enfants paraplégiques, préférez les modèles
qui s’ouvrent sur les côtés, plus faciles à défaire et à refermer.
Atteindre les pieds
Certains enfants rencontrent des difficultés pour enfiler leur pantalon : saisir leurs
pieds, les introduire dans les jambes de la culotte pour ensuite remonter le vêtement. S’ils conservent une bonne préhension, une astuce pratique consiste à utiliser
des sangles de la longueur du pantalon, munies de pinces à linge que vous fixez
à leur extrémité en scotchant une des branches. Assis sur le bord de son lit, l’enfant
pince chacun des bords du vêtement sur les côtés, le laisse tomber à ses pieds puis
le remonte en tirant sur les sangles. En s’entraînant, et si le pantalon n’est pas trop
étroit, il arrivera à “viser” convenablement pour introduire ses jambes.
Anneaux et dragonnes
Si votre enfant a du mal à faire une pince assez forte avec ses doigts pour saisir
son pantalon, vous pouvez coudre sur les côtés des dragonnes, dans lesquelles il
peut passer la main et tirer de la façon qui lui convient. Il pourra aussi avoir des
difficultés pour faire glisser la fermeture Éclair, à cause de la languette souvent trop
petite. Pour l’aider, fixez-y un morceau de tissu cousu ou un anneau de porte-clés
dans lequel il passera un doigt.
Rapprocher les bords
Si votre enfant peine à rapprocher les bords de son pantalon pour le fermer, vous
pouvez lui bricoler une sangle munie d’un retour Velcro et d’un morceau de thermoplastique à son extrémité pour qu’elle ne sorte pas de la boucle. Cette ceinture
maison doit être assez grande pour permettre de quitter le pantalon en la desserrant, mais sans l’ouvrir.
www.magazine-declic.com | 29
63 activités pour s’amuser et progresser
Assis, allongé… ou autrement
Allongé ou assis au bord du lit, par terre le dos calé par l’angle d’un mur, sur un
tabouret bas : il y a de multiples façons de mettre un pantalon et des techniques
parfois très personnelles à imaginer, comme glisser en rampant dans le jean maintenu au sol par des crochets qui passent dans la ceinture. Laissez à votre enfant le
soin de choisir la position qui lui convient le mieux. Ce ne sera pas forcément celle
qui vous semble la plus pratique ou la plus rapide qui marchera le mieux, mais
celle qui lui plaît et qui lui donne envie d’y arriver seul.
C’est beau, un jean !
Le préféré des ados est aussi le plus difficile à fermer, en particulier les modèles à
boutons, mais que ne ferait-on pas pour un jean ? Le zip est plus facile, quoiqu’il
reste le fameux bouton serti. Pour faciliter la manœuvre, il faut parfois s’en séparer
et en coudre un autre avec du fil élastique que l’on trouve en mercerie. Le tissu ne
vient pas avec le bouton, ce qui nécessite un geste moins ferme. Sinon, la solution
du Velcro est intéressante : cousu sous la boutonnière, il passe inaperçu.
30 | www.magazine-declic.com
Se préparer le matin
Enfiler un pull
Dans quel sens ?
Pour que l’enfant visualise l’ensemble du vêtement, installez-le devant une table et
étalez le pull en déployant les manches de chaque côté. Si aucun repère fiable
n’est présent à l’origine (les étiquettes sont désormais fantaisistes), vous pouvez coudre un ruban de couleur pour marquer l’arrière du pull. Mieux encore, choisissez-en
un dont la forme ou le motif permet un repérage facile. Avant d’enfiler un pull, il
faut aussi différencier l’endroit de l’envers. On peut se fier aux coutures, mais elles
sont parfois discrètes. L’étiquette est une indication, à condition de la distinguer des
logos des marques, placés sur l’endroit du vêtement. Comme support d’apprentissage, choisissez des habits dont l’envers tranche sur l’endroit au plan des matières
(jacquard, bouclettes) ou des couleurs.
D’abord la tête
Assis bien droit face au vêtement pour le saisir correctement, votre enfant doit
passer complètement sa tête par l’encolure avant de se préoccuper des manches.
Il faut éviter, surtout les premières fois, que cette opération ne dure trop longtemps.
Aidez-le au besoin car s’il reste prisonnier de son pull, il va s’énerver ou avoir peur
parce qu’il sera aveuglé. Il doit prendre en même temps le bas du pull et l’encolure, pour bien rabattre l’ensemble vers son cou. On choisira pour commencer des
vêtements amples et légers, plus faciles à enfiler qu’un maillot de corps, dont les
ouvertures sont étroites, ou qu’un pull de montagne, trop lourd.
Éviter les contractions La difficulté de la tâche peut provoquer des contractions involontaires des bras,
même si l’enfant était très détendu au début de la séance. Aidez-le à reproduire
les manœuvres de décontraction automatique qu’il pratique avec son kiné. Vous
saisissez son poignet et enroulez son bras vers l’aisselle à plusieurs reprises. Il sera
ainsi plus à l’aise pour continuer l’apprentissage.
Manches courtes puis longues
Trouver l’emmanchure est l’opération la plus délicate, celle qui met de nombreux
enfants en échec. Pour réduire la difficulté, on peut commencer par un vêtement
à manches courtes, où il s’agit essentiellement de glisser son bras au bon endroit
sans rajouter la complication du passage à travers la manche. Quand l’enfant se
sent à l’aise, on peut essayer les manches longues.
www.magazine-declic.com | 31
63 activités pour s’amuser et progresser
Un bras après l’autre
Il faut veiller à ce que l’enfant n’essaie pas d’enfiler les deux manches en même
temps, au risque de se retrouver entortillé dans son pull. S’il maîtrise moins bien la
motricité d’un de ses bras, on commence par celui-là. Le vêtement a un maximum
d’ampleur au début de l’opération, ce qui facilite la tâche, et l’enfant peut s’aider
avec sa main la plus habile. Pour les mêmes raisons, un droitier ou un gaucher ne
commence pas par sa main directrice. Quand la main de l’enfant est entièrement
ressortie de la première manche, il peut s’attaquer à la seconde.
Déshabillage du soir
Si l’habillage prend trop de temps le matin, on peut opter pour le déshabillage du
soir, nettement plus rapide. L’enfant attrape le pull sur sa nuque et tire doucement à
partir du col, pour le faire remonter et dégager la tête. Puis il sort un bras, en utilisant la main qu’il maîtrise le mieux pour maintenir la manche. Avec un bras et une
main entièrement dégagés, il retirera aisément la seconde manche. En procédant
ainsi, le pull se retrouve à l’endroit, ce qui évite une corvée inutile.
32 | www.magazine-declic.com
Se préparer le matin
Lacer ses chaussures
Bien installé
Pour accéder confortablement à ses pieds, la position assise est pratique, à condition que la chaise soit bien adaptée à la taille de l’enfant. Un pied posé sur le sol,
ce dernier dispose d’un appui pour glisser l’autre pied dans la chaussure. Certains
jeunes préfèrent se mettre par terre sur un tapis, parce qu’ils voient mieux ce qu’ils
font. Il faut alors bien caler leur dos pour qu’ils puissent se concentrer sans penser
à maintenir leur posture.
Choisir la bonne chaussure
La première difficulté se situe au niveau de l’orientation droite-gauche. Pour éviter
les erreurs et chausser d’emblée le bon pied, on peut mettre une marque ou un petit
dessin sur le bord externe de chaque chaussure, en donnant
la consigne : « Il ne faut pas que les dessins se touchent. »
Consignes orales
Certains enfants ont du mal à se représenter un enchaînement de gestes dans l’espace : ceux atteints d’apraxies et notamment les jeunes infirmes moteurs cérébraux.
En revanche, les consignes orales les soutiennent pour répondre à la question qui
les embarrasse : par où commencer ? N’hésitez pas à joindre la parole au geste.
Souvent, eux-mêmes s’y prennent mieux quand ils parlent tout haut et décrivent le
mouvement qu’ils sont en train de faire.
Décontracté
Avec un enfant qui présente beaucoup de mouvements involontaires et de contractions, une petite manœuvre est utile pour éviter qu’il présente ses jambes en extension pendant la séance d’apprentissage. Il se couche sur le dos, vous saisissez ses
pieds et ramenez ses membres l’un après l’autre vers son ventre, en triple flexion,
genoux et chevilles fléchis.
Des lacets bicolores
Les chaussures orthopédiques ont l’avantage de s’ouvrir largement, mais il faut
apprendre à passer les lacets dans les crochets. Pour apporter à l’enfant une aide
visuelle, achetez deux lacets de couleurs différentes, coupez-les en deux et réunissez-les à nouveau de façon à obtenir deux lacets bicolores. Puis colorez avec du
vernis à ongles assorti les crochets correspondants.
www.magazine-declic.com | 33
63 activités pour s’amuser et progresser
Nœuds simples et boucles
Pour lui montrer les gestes à reproduire, placez-vous derrière l’enfant. Ce qu’il
voit quand vous lacez ses chaussures face à lui peut le troubler dans son apprentissage. Pour surmonter les problèmes de coordination entre les deux membres
supérieurs, il est préférable pour l’enfant d’accomplir l’essentiel du travail avec la
main la plus habile ou qu’il contrôle le mieux. S’il est droitier, l’enfant saisit un brin
dans sa main gauche. La main droite fait passer le lacet autour du premier brin
et le retire. Pensez toujours à décrire le mouvement, et utilisez si nécessaire des
lacets bicolores en disant : « Le brin rouge passe autour du brin bleu. » La boucle
demande un peu plus d’entraînement. Une étape intermédiaire consiste à faire une
boucle avec le lacet de gauche, une autre avec celui de droite, et de les nouer
ensemble. Ce laçage est très efficace.
Des lacets qui ne se lacent pas
On peut remplacer les lacets d’origine par des lacets élastiques. Ils ressemblent
à des fils de téléphone, se détendent facilement quand on passe le pied, puis se
resserrent en tire-bouchonnant sans dépasser de la chaussure. On en trouve de
couleurs vives dans les magasins de gadgets.
34 | www.magazine-declic.com
Se préparer le matin
Ranger sa chambre
Compréhension et motivation
Avant l’âge de 3 ans, la notion de rangement n’est pas compréhensible pour un
petit. Il aime semer ses jouets partout dans la maison, comme autant de bornes
rassurantes qu’il redécouvre avec surprise et plaisir. En revanche, voir disparaître
ses trésors dans un placard ne lui plaît pas du tout. Bien plus tard, le jeune se ménage souvent un désordre très personnel dans lequel il se sent bien. S’approprier sa
chambre en recréant un environnement intime qui est différent du reste de la maison
et où les parents ne sont plus les bienvenus : voilà l’un des signes évidents de l’entrée
dans l’adolescence. À ces deux extrémités de l’enfance, le désordre est constructif,
et votre désir qu’il y ait un peu plus d’ordre aura un écho très faible. Entre 4 et
12 ans, en revanche, le rangement est un exercice ou un jeu utile pour comprendre
les catégories, pour s’organiser ou pour participer à la vie domestique.
Les peluches et les poupées
Au fur et à mesure de la prise de conscience de son identité sexuelle, qui s’affirme
entre 3 et 6 ans, le petit prend goût aux jeux de tris et aux catégories. À cet âge,
ranger est intéressant, car mettre ensemble ou séparer des objets devient une façon
de comprendre le monde. Cela ne signifie pas que l’enfant va ranger lui-même,
mais si vous vous attelez à cette tâche, faites-le en sa présence et avec son aide. Il
s’y intéressera certainement, en proposant peut-être ses options toutes personnelles
(les poupées-filles d’un côté, les peluches-garçons de l’autre). Dans tous les cas,
respectez ses préférences et ne “rangez” pas sans lui son œuvre en LEGO.
Pour réaliser un projet
« Si tu n’avais pas tout jeté pêle-mêle, tu retrouverais ton camion » : cette phrase
n’a pas de sens pour un enfant de moins de 6 ans. Il est au désespoir, mais
il ne fera pas le lien avec le rangement. Lorsqu’il est capable de faire des projets :
« En rentrant à la maison, je construirai une maison avec les briques vertes »,
il peut comprendre qu’il est utile d’attribuer une place fixe à certains objets pour
les retrouver.
Aider papa et maman
Participer à certaines corvées a beaucoup de sens pour un enfant qui mesure parfois très tôt la charge que représente son handicap dans la famille. Si ses frères et
sœurs sont tenus de ranger leur espace personnel, c’est un argument décisif pour
le lui demander aussi, même si votre enfant souffre de troubles moteurs et que cela
exige quelques efforts.
www.magazine-declic.com | 35
63 activités pour s’amuser et progresser
Faire dormir les jouets
Les premiers rangements autonomes, que l’enfant réalise sans votre aide, peuvent
concerner quelques objets qu’il aime ou utilise quotidiennement. Choisissez avec
lui une place dédiée à deux ou trois de ses jouets préférés, où il peut les “faire
dormir” avant d’aller lui-même au lit. Il sera content de les retrouver immédiatement
quand il en aura envie. Demandez-lui, par exemple, de mettre son cartable toujours à la même place, ou de déposer son manteau sur la patère en rentrant à la
maison. Il commencera à intégrer le principe : une chose, une place.
Et s’il en fait trop ?
Les enfants qui présentent des troubles autistiques ont souvent besoin de créer un
environnement immuable. Ils ne supportent pas le moindre “dérangement”. Cela
n’a aucun lien avec vos exigences éducatives ou votre style de vie. Cependant,
vous pouvez tenter d’assouplir les manies de votre enfant avant qu’elles ne se
cristallisent. Proposez-lui des variantes, par exemple : « Tu veux que le nounours
soit sur l’étagère, mais on pourrait le placer à droite plutôt qu’à gauche, si tu es
d’accord. »
36 | www.magazine-declic.com
3
Gérer son
handicap
Gérer son handicap
Améliorer son maintien
Multiplier les informations
La rééducation précoce des jeunes déficients visuels a presque fait disparaître les
attitudes “typiques” des aveugles (visage penché en avant ou tête relevée en extension, les yeux dirigés vers le ciel). Ce sont les stimulations visuelles et le besoin de
recueillir des informations avec les deux yeux qui dirigent le regard des personnes
voyantes vers la cible (objet, interlocuteur) et ainsi déterminent – et corrigent – la
position de la tête comme de l’ensemble du corps. Lorsque les informations visuelles sont insuffisantes ou unilatérales, une compensation de l’attitude est nécessaire
pour éviter les cambrures, le dos rond ou la scoliose, qui peuvent résulter d’une
mauvaise position. Certains jeux, qui aident l’enfant à construire une image précise de son corps et de ses déplacements dans l’espace, le préparent utilement à
maîtriser ses postures.
Sensibilité musculaire
Pour avoir une attitude correcte sans apport visuel, une grande attention doit être
portée aux sensations internes et en particulier à la proprioception, c’est-à-dire
la sensibilité musculaire. Cette aptitude permet notamment de se représenter son
corps et sa position dans l’espace ; elle peut être développée au cours du jeu de la
statue. L’enfant-statue, qui a choisi une posture bien déterminée et compliquée (un
pied en l’air, une main sur la tête, etc.) est autorisé à bouger comme dans le jardin
extraordinaire de la chanson de Trénet. Au signal, il doit retrouver exactement la
position initiale : un bon exercice de mémorisation.
De l’attention, pas du réflexe !
La volonté de rééduquer l’attitude d’un jeune déficient visuel peut avoir un effet pervers si elle fait appel à des réflexes plutôt qu’à une adaptation à l’environnement.
Ainsi, ne lui répétez pas qu’il faut lever la tête pour parler “poliment”. L’essentiel
pour lui est de tenir compte d’un maximum de données (d’où vient la voix, celui à
qui l’on parle est-il assis ou debout, etc.). Sinon, il pourra lui arriver de lever la tête
vers un interlocuteur… situé plus bas.
Douloureuse lumière
Certaines attitudes de repli corporel ont pour seule origine une hypersensibilité au
rayonnement lumineux. Des lunettes aux verres fumés peuvent alors améliorer spectaculairement le maintien. Si votre ado amblyope fait partie de ceux qui n’aiment
pas porter ce signe de la cécité, il ne vous reste plus qu’à le convaincre de choisir
www.magazine-declic.com | 39
63 activités pour s’amuser et progresser
une monture très tendance.
Avec un petit
L’énumération de toutes les parties du corps est un jeu apprécié de tous. Pour un
petit déficient visuel, il faut y accorder une grande importance. Apprenez-lui à nommer bras, avant-bras, mollet, etc., mais surtout invitez-le à faire des comparaisons :
le mollet est plus gros que l’avant-bras ; est-il plus court, plus long ? et chez maman ?
et chez papa ? Cela peut donner lieu à des jeux amusants : toucher le bout de son
nez avec le poignet gauche, le petit orteil droit avec l’index, etc. Variante : l’enfant
vérifie que maman n’a pas triché.
Souvenir de l’effort
Votre enfant marche en plein air sur quelques dizaines de mètres, sur un terrain
présentant de petits obstacles. Pour commencer, vous le guidez avec la voix (deux
pas à gauche, trois à droite, etc.). Puis, de retour
à la case départ, l’enfant essaie de refaire le trajet grâce à sa “carte mentale” des
lieux et au souvenir de l’effort musculaire fourni. S’il s’amuse bien, compliquez le
jeu : un premier trajet avec des foulées normales et le second à tout petits pas, par
exemple.
40 | www.magazine-declic.com
Gérer son handicap
Être autonome
avec sa trachéo
Moins de fatigue
La trachéotomie consiste à pratiquer une incision de la trachée qui permet de respirer plus aisément et en déployant moins d’efforts. C’est aussi un moyen d’accéder
plus facilement aux sécrétions gênantes, pour les aspirer. L’objectif est de diminuer
la fatigue et d’augmenter l’autonomie. Le principal inconvénient est que l’incision
se referme rapidement ; c’est pourquoi il est impératif de placer une canule et de ne
pas laisser l’orifice béant pendant plus de cinq minutes, au risque d’avoir ensuite
des difficultés pour la remettre. En pratique, il est essentiel que le jeune apprenne
très vite à retirer et replacer seul le matériel, en particulier lorsque ce geste est
nécessaire tous les jours, voire deux fois par jour. Il faut aussi lui faire prendre de
bonnes habitudes en matière d’hygiène, puisque la trachéotomie rend plus sensible aux infections.
Placer, enlever la canule
Un bon lavage des mains dure trois minutes, à l’eau chaude, en frottant avec du
savon de Marseille et en brossant les ongles. Il faut ensuite préparer la nouvelle canule avant de retirer l’ancienne : la monter, vérifier l’état du ballonnet en le gonflant,
la lubrifier et préparer des compresses stériles. Pour aider votre enfant à changer
de canule, placez-vous derrière lui et devant un miroir pour qu’il voie bien les mouvements adéquats. Tirez doucement la canule vers le bas, en la saisissant avec une
compresse imbibée d’eau bouillie afin de ne pas vous souiller les mains. Pour faire
glisser la suivante, il vaut mieux lever légèrement le menton.
La bonne référence
Pour agir rapidement en cas d’accident au cours d’un déplacement ou pour
résoudre un problème face à un matériel défectueux, votre enfant doit connaître
le numéro et la marque de sa canule. Il doit pouvoir dire quelles sont les bonnes
références, les écrire ou montrer le papier plastifié sur lequel vous les aurez notées.
Il est très désagréable d’avoir à utiliser une canule dont le diamètre n’est pas parfaitement adapté.
Face aux incidents
Devant une canule qui semble trop grosse pour la trachée, il faut d’abord vérifier le
numéro du matériel. Remettre du lubrifiant si elle donne l’impression d’adhérer aux
parois. Un spasme au niveau de la trachée peut gêner sa progression. Il faut alors
www.magazine-declic.com | 41
63 activités pour s’amuser et progresser
que l’enfant ferme les yeux et se repose quelques secondes, sans retirer la canule :
elle pourra continuer à glisser une fois la tension apaisée.
Hygiène avant tout
La canule doit être nettoyée au savon de Marseille et à l’eau tiède, puis trempée
dans une solution antiseptique (produit du type Bétadine dilué avec de l’eau) et
rincée à l’eau bouillie froide. Une fois désinfectée de cette façon, il faut la sécher
avec des compresses stériles pour éviter que subsistent des traces d’humidité, propice au développement des bactéries, et la mettre à l’abri de la poussière (de
préférence dans un bocal en verre).
Attention à ne pas dépasser la durée d’utilisation, généralement comptée à partir
de l’ouverture de l’emballage.
Les soins de peau
L’orifice de la trachéotomie doit être nettoyé au moins quotidiennement, même si la
canule reste une semaine en place. Une fois que les compresses sales ont été retirées, on peut essuyer délicatement le pourtour, en faisant bien attention de toujours
aller de l’intérieur vers l’extérieur. En cas de changement de canule très fréquent,
il vaut mieux opter pour les compresses les plus douces, non tissées, qui limitent
l’irritation de cette zone fragile.
42 | www.magazine-declic.com
Gérer son handicap
S’autosonder
Autonome !
Quand la vessie se vide mal, des sondages répétés selon un rythme défini (souvent
plus de cinq par jour), peuvent être prescrits par le médecin. Une vidange complète protège notamment des infections le haut appareil urinaire et les reins. Pour les
filles comme pour les garçons, les sondes autolubrifiées stériles sont généralement
choisies. On recommande en principe vers l’âge de 10 ans l’acquisition de l’autonomie dans l’autosondage. Mais cette règle est très variable selon la dextérité, la
maturité de l’enfant et sa motivation. On ne compte plus les week-ends chez les
cousins qui ont déclenché l’envie de savoir se débrouiller seul !
Quel que soit l’âge de votre enfant, il est toujours préférable que l’apprentissage
pratique de ce geste soit effectué avec un tiers (infirmier, éducateur). Ce qui ne vous
empêche pas d’en suivre le déroulement.
Stérile ou propre ?
Il y a eu beaucoup de discussions sur les risques inhérents à cette pratique effectuée
plusieurs fois par jour par des enfants qui peuvent “oublier” les précautions hygiéniques, en particulier le lavage des parties génitales et des mains avant chaque
sondage. En réalité, les contraintes ne sont pas si lourdes. Il faut se laver les mains
avec du savon et se brosser les ongles avant chaque manipulation du matériel.
Une toilette génitale quotidienne avec un savon doux suffit, sauf en cas de souillure
par les selles.
Et si ça fait mal ?
Le passage de la sonde peut être légèrement douloureux quand le sphincter se
contracte. Le mieux est de se détendre… ou de tousser. Cet effort fait mécaniquement s’ouvrir le sphincter ; c’est pourquoi la toux est parfois à l’origine de fuites
inopportunes. Il existe des gels spécifiques qui créent une petite anesthésie locale.
Cela peut être utile au début de l’apprentissage. Soyez interventionniste en cas de
douleur forte, accompagnée d’une envie constante de vider sa vessie, de fièvre ou
d’urines malodorantes ou colorées. Ce sont les signes d’une éventuelle infection, et
il faut consulter d’urgence un médecin.
« Je vais me blesser »
Répétez à votre enfant que les tissus de son corps sont solides, résistants, en particulier ceux qui sont destinés, la vie durant, à contenir et conduire les urines. La sonde,
flexible, est fabriquée de telle façon qu’elle se plie au contact de la vessie. Il faut le
convaincre qu’il est beaucoup moins fragile que ce petit bout de plastique.
www.magazine-declic.com | 43
63 activités pour s’amuser et progresser
« Je n’y arrive pas »
L’introduction d’un objet dans une partie intime et précieuse de son corps est génératrice d’angoisse. Ce serait, à l’inverse, l’indifférence affichée envers ce geste
qui devrait inquiéter. Garçons et filles se posent des questions sur leur intégrité
physique : peur d’être déflorée, de se tromper d’orifice, d’abîmer son pénis, de se
faire mal, de percer sa vessie, de devenir impuissant. Ils ne l’exprimeront pas ainsi,
mais diront souvent qu’ils ne parviennent pas à effectuer le sondage. Donnez-lui
des éléments pour qu’il comprenne son anatomie et l’innocuité du geste. Rassuré,
il y “arrivera” bien mieux.
Des documents utiles
Même si vous ne pensez pas assister aux séances d’apprentissage pratique de
l’autosondage, vous pouvez préparer votre enfant en lui procurant des dessins
explicatifs sur cette technique. Les entreprises qui fabriquent le matériel nécessaire
proposent des ouvrages ou des informations sur le Net, qui peuvent vous aider.
44 | www.magazine-declic.com
Gérer son handicap
Marcher avec
des béquilles
C’est du sport !
Les béquilles sont indispensables dès que la pose du pied sur le sol peut aggraver
une lésion. Mais se servir efficacement de cette aide ne va pas de soi, et l’effort
est de taille : les sportifs eux-mêmes le disent. Comme dans toute activité physique,
il faut penser à réaliser un petit échauffement avant de s’élancer. Quelques mouvements de décontraction pour faire rouler lentement les épaules, qui seront très sollicitées ; des rotations des coudes et des poignets en maintenant les membres le long
du corps, ce qui active la circulation ; des mouvements des doigts afin d’éviter les
fourmillements ; des frottements des mains l’une contre l’autre pour décongestionner
les zones de pression. Au cours d’un déplacement un peu long, il est nécessaire de
ménager des temps de pause et de s’hydrater. Pour que cela soit possible partout,
installez un porte-bidon et une gourde sur une des béquilles.
Confort d’abord
Première condition pour bien se déplacer : l’ajustement des béquilles. Elles sont
à la bonne hauteur si leurs poignées se trouvent au niveau du poignet de votre
enfant lorsqu’il est debout, chaussé, les bras le long du corps. Montrez-lui comment
le vérifier régulièrement, car les béquilles ont tendance à prendre du jeu, ce qui
modifie leur taille. Un réglage est indispensable aussi à chaque changement de
chaussures. L’usage de gants cyclistes ou de poignées remplies de gel évite les
ampoules et joue un rôle d’amortisseur. Autre détail utile les jours de pluie : des
balles de tennis crevées placées sur les patins en caoutchouc, qui risquent de
devenir glissants.
S’asseoir et se lever
Avec une chaise dure, munie d’accoudoirs et surélevée, c’est plus facile. Pour
s’asseoir, il faut reculer jusqu’à ce que l’intérieur des genoux touche le bord du
siège – les deux béquilles dans la main du côté non blessé et la jambe malade
placée légèrement vers l’extérieur – puis se baisser lentement en se retenant aux
accoudoirs. Pour se relever : s’appuyer sur l’accoudoir du côté opéré, les béquilles
dans la main opposée et la jambe tenue bien droite en avant.
Pour démarrer
Debout, placer les béquilles à quinze centimètres des orteils en choisissant un
www.magazine-declic.com | 45
63 activités pour s’amuser et progresser
écartement confortable des pieds. Transférer ensuite le poids sur les poignées, en
poussant vers le bas avec les mains. Il vaut mieux ne pas poser directement les
avant-bras, car cela peut endommager les nerfs de cette région. Appuyer la partie
supérieure des béquilles contre le haut des côtes en s’aidant des avant-bras.
Se déplacer
Si la pose d’un pied est interdite, il faut avancer les béquilles et la jambe blessée
en même temps, en transférant le poids sur les poignées avant de déplacer la
jambe saine, qui prend le relais. Si un appui partiel est autorisé, il est possible de
répartir le poids entre les béquilles et la jambe malade. Les hanches doivent alors
rester droites ou légèrement tournées vers l’extérieur. Le poids porte sur les mains
et non sur les avant-bras. Pour être à l’aise, il faut pouvoir se tenir debout en pliant
un peu les coudes.
Le top
Entre les béquilles en métal lourdes, bruyantes, inconfortables, et les modèles
ultralégers, il n’y a guère de comparaison. Si votre enfant a besoin de cette aide
à la marche de façon permanente ou pendant plusieurs mois, l’investissement est
valable. Préférez les modèles en fibre de carbone, bien supérieurs à ceux en aluminium. Les produits Elite (de la firme ULCanes) pèsent de 280 à 310 grammes
selon la taille, soit cinq fois moins que les béquilles traditionnelles.
www.ulcanes.com/french/
46 | www.magazine-declic.com
Gérer son handicap
Compenser
par le toucher
Contre le verbalisme
Reconnaître la nature d’un sol, s’orienter en fonction d’une source de chaleur,
identifier rapidement un objet grâce à un contact furtif : la prise d’information tactile
est essentielle pour l’autonomie d’un jeune déficient visuel. Les mains, les pieds, le
visage et le corps dans son ensemble sont pourvoyeurs d’informations que l’enfant
peut apprendre à décoder. Par ailleurs, quand la vision fait défaut, la mise en
contact avec la réalité matérielle du monde est un besoin vital. Plus la sensibilité
tactile de l’enfant est aiguisée, entraînée, moins il tombe dans le verbalisme, c’està-dire la manipulation abusive de mots qui ne sont pas compris, faute d’être liés
à du concret.
Tapis multisensoriel
Contrairement à une idée reçue, la cécité ne développe pas spontanément les
autres sens. Un éveil précoce au toucher est indispensable. En assemblant sur un
socle rigide des carrés de différentes matières (feutrine, feuille d’aluminium, toile
de jute, soie, polystyrène, moquette, contreplaqué), vous pouvez réaliser un tapis
tactile. Utilisé comme aire de jeu, il offre au petit l’occasion de multiplier ses expériences. Ne le proposez que pendant des temps limités dans la journée (vingt ou
trente minutes maximum) et n’oubliez pas de ménager à votre enfant des endroits
où il puisse se reposer des stimulations tactiles pour s’ouvrir au son, par exemple.
Une méthode pour explorer
Un nouvel objet ? Apprenez à votre enfant à le reconnaître globalement. Le premier
contact se fait lentement avec le dos de la main, les doigts en flexion. Quand le
volume et la forme globale sont identifiés (le poste de radio), on peut palper avec
la paume pour trouver le bouton et écouter son émission préférée. On peut aussi
reconnaître un objet grâce à l’une de ses parties (l’oreille de l’ours en peluche).
Faire un gâteau
Proposez à votre petit de vous aider à faire de la pâtisserie. Manipuler ce qui
pique et ce qui coupe, verser un liquide d’un récipient à l’autre sans en renverser,
malaxer, triturer : il apprendra des gestes utiles dans la vie quotidienne, mais aussi
il approchera concrètement des volumes et des matières.
Le chaud, le froid, le vent
www.magazine-declic.com | 47
63 activités pour s’amuser et progresser
La reconnaissance du froid et du chaud permet l’orientation en direction d’une
source de chaleur. La perception des mouvements d’air donne des indications sur
l’environnement (ouverture d’une porte, coin d’une rue). Avant d’apprendre à utiliser ces éléments pour déambuler, l’enfant doit s’entraîner à les percevoir. Cela peut
passer par de multiples jeux à la maison : se diriger vers une fenêtre ouverte, vers
le radiateur. Ou en extérieur : dans une prairie, tourner le dos au soleil ; en ville, un
jour de vent, reconnaître l’abord d’une intersection par les courants d’air.
Reconnaître du pied
Faites découvrir à votre enfant, pieds nus ou avec des chaussures à semelles fines,
toutes les particularités d’un chemin familier. Grâce au vocabulaire appris (glissant, visqueux, en pente, granuleux, lisse, caillouteux), demandez-lui de décrire
un sentier nouveau. L’habitude de reconnaître les différents types de sol lui sera
utile pour mémoriser des parcours. Mais attention à ne pas en faire un tic : dans la
vie courante, on ne traîne pas tout le temps ses pieds sur le sol pour recueillir des
informations.
48 | www.magazine-declic.com
Gérer son handicap
Jouer avec son fauteuil
Une activité très physique
Un enfant a véritablement pris possession de son fauteuil lorsqu’il a fait des bêtises
grâce à lui ou lorsqu’il a surmonté son appréhension pour en faire un compagnon
de ses jeux. Vous pouvez l’aider dans cette conquête en organisant des exercices
amusants qui le rendront plus performant et donc plus assuré dans ses déplacements. Avant toute activité, pensez à l’échauffement : bouger sur son fauteuil,
changer de position, faire des mouvements de rotation des épaules et des bras.
Cette précaution est indispensable après un trajet en voiture, où votre enfant a pu
s’endormir ou s’ankyloser. N’oubliez pas que le maniement d’un fauteuil est une
activité très physique. Le déplacement demande de la puissance et de la souplesse
dans les bras. Et, pour réagir rapidement (et dégager de la chaussée, par exemple), il faut être capable de produire des efforts intenses.
Essayez-le !
Rien de tel, pour être à l’aise dans les jeux avec votre enfant, que de connaître le
maniement de son fauteuil pour l’avoir expérimenté vous-même. Essayez-le, qu’il
soit manuel ou électrique, en vérifiant tout de même au préalable de ne pas dépasser trop largement le poids maximal prévu par le constructeur. Vous pourrez
ainsi vous appuyer sur les sensations que vous avez éprouvées, afin de donner des
conseils plus pertinents à votre enfant.
Tout-terrain
Le fauteuil tout-terrain, grâce à ses pneus adaptés, est idéal pour s’amuser, parce
qu’il permet de circuler sur des sols irréguliers. Avec un modèle de ce type, votre
enfant pourra aller vite, s’il le souhaite, sans risquer d’abîmer l’assise à cause des
chocs. Si vous avez la possibilité de lui offrir ce beau cadeau, n’hésitez pas.
Obstacles et chutes
Pour franchir un obstacle sans tomber, votre enfant doit faire preuve d’équilibre, de
coordination, de contrôle tonique et de précision. Afin d’éviter la chute ou la crainte de tomber qui peuvent le freiner dans ses déplacements, faites-lui expérimenter
ce qui l’inquiète, dans une ambiance sécurisante. Vous pouvez commencer par
impulser un mouvement de bascule du fauteuil, en allant progressivement vers une
inclinaison plus forte et plus brutale. À la maison, et avec un matelas, allez jusqu’à
faire chuter votre enfant en douceur, s’il est d’accord. Il s’apercevra – comme vous
– qu’il en faut beaucoup pour se retrouver par terre.
www.magazine-declic.com | 49
63 activités pour s’amuser et progresser
Jeu de précision
Rendez-vous avec votre enfant sur un terrain de foot, et demandez-lui de chevaucher une ligne droite : il doit avancer très vite, sans jamais toucher la ligne avec les
roues du fauteuil. Puis, même chose en marche arrière. Plus difficile : proposez-lui
de suivre la ligne du rond situé au centre du terrain ou de l’un des arcs de cercle
qui se trouvent devant les buts. Puis, même travail de précision en reculant. L’activité en plein air est la plus agréable, mais vous pouvez commencer les premières
approches à la maison, dans un lieu plus sécurisant pour lui et pour vous.
Ça dérape
Pour être vraiment autonome avec un fauteuil manuel ou électrique, l’expérience de
sols irréguliers ou inattendus est d’une grande utilité, même en ville. Dans ce but,
les exercices de dérapages contrôlés sont très amusants et efficaces. Repérez une
étendue de sol sablonneux sur un parcours de santé ou à la plage. Votre enfant
devra prendre de la vitesse et s’arrêter en bloquant les roues. Pour cet exercice, les
pneus tout-terrains sont conseillés.
50 | www.magazine-declic.com
4
Se sentir mieux
Se sentir mieux
Se reposer
Levez le pied !
Pour aider à se reposer un jeune adolescent qui est soumis aux contraintes d’un
corset ou d’une orthèse, adaptez d’abord l’environnement et l’ambiance de la
maison dans ce but. Personne ne peut se relâcher pour un moment de repos ou
pour plonger dans le sommeil pendant que le reste de la famille est sur le pied de
guerre, ouvre les portes, s’interpelle ou écoute de la musique. Le retour au calme,
à la tranquillité du corps et de l’esprit, doit intervenir logiquement après un temps
d’agitation et à un moment où chacun y aspire. Cela ne veut pas dire qu’un “couvre-feu” sera imposé à tout le monde : à chacun sa manière de lever le pied. Un
couple de passionnés de sport emmène son enfant handicapé en poussette pour
de longues promenades en forêt : c’est un temps de récupération pour eux, et l’ado
s’oxygène ou s’endort dans le silence de la nature, bercé par le mouvement.
Ambiance
Pensez aux nombreux CD qui associent de la musique à des sons naturels, chants
d’oiseaux, chutes d’eau, etc. Certaines huiles essentielles ont des vertus apaisantes :
essayez par exemple de mettre deux gouttes de lavande sur l’oreiller. La température de la pièce ne doit pas être trop élevée. La pénombre est toujours bienvenue.
L’horloge interne de notre organisme est sensible à des facteurs externes comme la
lumière du jour. Même s’il est pratique de proposer une sieste après le repas, les
périodes de plein soleil en été ne sont pas idéales pour lâcher prise. Ce sera plus
facile quelques heures plus tard, vers la fin de l’après-midi.
Chasser les tensions
Pour préparer l’adolescent au repos, proposez-lui de faire des rotations de la tête
vers la droite et vers la gauche. Lorsqu’il inspire, demandez-lui de pencher la tête
alternativement d’un côté et de l’autre, puis, lorsqu’il expire, dites-lui de la remettre
droite (ou aidez-le à le faire), dans l’axe du corps. C’est un mouvement à répéter
plusieurs fois pendant quelques minutes. Dépliez ses jambes avec lui sans forcer.
L’important est de les mobiliser pour les assouplir.
Assis aussi
On peut se reposer assis, mais, dans ce cas, il faut bien veiller à la position. Le
tronc doit être légèrement incliné en arrière et soutenu par un dossier jusqu’à la
nuque, les bras appuyés sur des accoudoirs. L’angle entre le corps et les cuisses
doit être ouvert, c’est-à-dire supérieur à 90 degrés. Évitez les sièges mous dans
lesquels on s’enfonce trop.
www.magazine-declic.com | 53
63 activités pour s’amuser et progresser
Dans l’eau
La flottaison procure, en balnéothérapie, des moments de détente très agréables. Avec de l’eau chaude, un produit aromatique du type huile essentielle, et si
votre baignoire est assez grande pour le permettre, vous pouvez recréer une telle
ambiance. Utilisez des “frites” placées à différents endroits sous le corps de votre
enfant, afin de le maintenir sans effort. Le water bed, c’est-à-dire un matelas à eau,
donne également une sensation de flottaison, dans un espace sans aucun risque.
À privilégier si votre enfant n’est a priori pas à l’aise dans l’eau.
À éviter
Observez les moments où votre enfant diminue naturellement son activité : son
corps indique le moment de la pause. Ce qui ne marche jamais : lui proposer de
se reposer après un effort physique soutenu. Malgré la fatigue, il n’y arrivera pas.
L’activité lui a demandé une attention soutenue, et son cerveau est encore en ébullition. Il faut toujours ménager une période de transition entre la dépense exigeante
et le vrai repos.
54 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Se défouler
Besoin de bouger
Il est énervé, excité ou trop fatigué pour se concentrer sur des apprentissages : vous
pensez que votre enfant a besoin de se défouler. Ce jugement est souvent justifié.
Les petits, surtout avant 6 ans, âge à partir duquel ils peuvent trouver des moyens
plus variés de libérer leur énergie, sont effectivement apaisés quand ils ont pu se
dépenser. Et cela d’autant plus s’ils présentent un handicap moteur ou sensoriel qui
limite leur exercice physique spontané. Pour répondre à cette nécessité quasiment
physiologique, le sport n’est pas la meilleure piste. L’essentiel est de rendre possible une activité assez libre et intense, afin que l’enfant parvienne à une sensation
d’épuisement qui permet un vrai relâchement des tensions. Il s’agit, pour cela, de
trouver un objectif de jeu (plutôt que des règles) qui soutienne assez longtemps
l’intérêt de l’enfant.
Hors limites
Les jeux d’eau sont les plus accessibles à tous, par exemple dans la salle de bain,
que l’on transforme transitoirement en terrain ludique. Quelle différence avec le
bain du soir ? Vous avez méticuleusement tout prévu (environnement, temps, sécurité, etc.) pour ne pas être obligé d’intervenir, d’arrêter la séance ou de la faire
entrer dans les règles indispensables au quotidien. Taper sur l’eau en éclaboussant
le plus possible, en criant, en restant bien plus longtemps que d’habitude. Il suffit
de rajouter régulièrement de l’eau chaude et de prévenir les voisins. Pour une fois,
c’est votre enfant qui décidera d’arrêter de jouer.
Coussins party
Avec un enfant qui ne marche pas, organisez un “himalaya” d’oreillers, qu’il s’agit
de vaincre. Même si la mobilité de votre enfant est limitée, vous verrez combien il
va s’amuser. Grimper, ramper, se laisser glisser sur des coussins ou sur un canapé
dépourvu d’angles vifs l’oblige à engager l’ensemble de son corps dans le mouvement, ce qu’il n’a pas forcément l’occasion de faire souvent. Et si la séance a lieu
sur le canapé neuf du salon, il aura en plus le plaisir de la transgression.
Contre-indications
La médecine de rééducation a beaucoup évolué, renversant les recommandations
de prudence qui interdisaient l’activité physique dans un grand nombre de pathologies il y a vingt ans. Il subsiste cependant quelques contre-indications à l’effort,
en particulier pour certaines maladies neuromusculaires : renseignez-vous auprès
de votre médecin.
www.magazine-declic.com | 55
63 activités pour s’amuser et progresser
À chacun sa balle
Quel que soit le handicap de votre enfant, il y a probablement une balle qui lui
convient : très légère s’il manque de force, souple pour permettre une bonne préhension, sonore s’il est malvoyant, etc. À vous d’adapter le jeu à ses capacités :
sait-il attraper ou renvoyer la balle ? Si votre enfant ne joue pas encore seul ou avec
des camarades, c’est une activité idéale pour lui donner l’occasion de se dépenser. L’interaction avec vous, ou avec un adulte en général, est d’ailleurs préférable
pour que l’enfant “se lâche” sans provoquer de drame.
On monte le son
On se défoule mieux à l’extérieur, au grand air. Sinon, il faut prévoir un espace
intérieur bien ventilé. Autre avantage : au jardin ou dans la nature, votre enfant
pourra exprimer à pleins poumons sa joie de frapper la surface de l’eau, sa satisfaction d’avoir attrapé la balle ou simplement son plaisir de faire du bruit. Dans une
société très attentive à limiter les pollutions sonores, où vous demandez souvent à
votre enfant d’être discret, cela fait évidemment partie du jeu.
56 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Se relaxer
Quand et pourquoi ?
Il est en colère, anxieux ou agressif, et c’est toujours le même scénario : nuque
raide, crampes, tics, respiration difficile, situation qui dégénère… Comment
détourner son attention et désamorcer la crise ?
Par quelques jeux simples qui lui apprendront à écouter son corps. Ou par les trucs
proposés par les pros de la relaxation afin d’apprendre à relâcher ses muscles.
Mais première règle : il faut choisir le bon moment. Parent et enfant peuvent s’entraîner ensemble après le repas, entre deux activités ; avec le kiné en début de
séance pour calmer le jeune, ou à la fin pour qu’il récupère après un effort intense.
Une fois que les gestes sont devenus familiers, reste à s’en servir pour neutraliser
une tension.
Techniques de relaxation
Le parent, dont les gestes ne seront ni brusques ni saccadés, peut s’inspirer de deux
méthodes de relaxation : Schultz et Jacobson (attention aux mouvements sectaires
qui proposent des stages de formation à ces méthodes). La première joue sur la
sensation de pesanteur. Allongez l’enfant sur un tapis, la tête sur un coussin, les
bras étendus le long du corps, les jambes l’une contre l’autre. Dans une ambiance
semi-obscure, utilisez des formules simples (« Ton corps est lourd… »).
Avec la seconde, il s’agit de diminuer l’activité mentale. Installé confortablement,
l’enfant ferme les yeux, essayant de ne penser à rien. Puis on lui demande de
contracter quelques muscles (« Serre et desserre le poing »).
Respirer
Pour se détendre, votre enfant doit savoir respirer. Faites-le asseoir et prendre plusieurs inspirations profondes en plaçant ses mains sur sa poitrine. Chaque fois
qu’il expirera, il les placera sur sa bouche. Il reproduira les mêmes mouvements
en respirant par le nez, puis les yeux clos. Vous pouvez aussi lui faire moduler des
sons lors de l’expiration.
Petite séance
Mettez une musique douce, une lumière tamisée, et à voix basse racontez à l’enfant, installé dans une position qu’il apprécie, une histoire calme...
Toujours dans une atmosphère calme, l’enfant est allongé sur un grand tissu. Ses
parents, placés de chaque côté, provoquent des petits déplacements lents en tirant
et soulevant doucement le tissu.
www.magazine-declic.com | 57
63 activités pour s’amuser et progresser
Écouter, observer, reproduire
Voici une série de jeux qui peuvent être instaurés comme des petits rituels d’apaisement.
Le photographe : l’enfant bouge, mais dès que le parent dit « Clic », il s’immobilise
(pensez à échanger les rôles).
Le guide : l’enfant a les yeux fermés ou bandés et suit avec précision les informations données par son guide. Celles-ci peuvent être délivrées oralement, mais
aussi physiquement (la main sur le bras pour tourner à gauche, dans le dos pour
s’arrêter, etc.).
La musique : les yeux fermés, l’enfant écoute une musique dont on fait varier le
volume, les aigus, les graves. On peut lui proposer ensuite d’illustrer les mélodies
par des positions du corps.
Le sculpteur : la maman-statue prend la pose. L’enfant-sculpteur ferme les yeux et devine du bout des doigts la position de sa mère. Puis il la reproduit, les yeux toujours
clos, avec son père qui joue le rôle de pâte à modeler.
En duo : placez un ballon entre vos deux corps et traversez les pièces de l’appartement, yeux ouverts puis fermés, sans qu’il ne tombe (pensez à varier l’objet,
sa forme et sa matière, mais aussi les parties du corps qui le retiennent).
58 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Flotter
Un plaisir corporel
Un enfant handicapé, une fois placé dans l’eau, n’est plus perçu de la même manière : certains déficits disparaissent. La densité du corps du tout-petit le prédispose
à flotter. De sa vie intra-utérine, il a gardé l’instinct de bloquer ses voies respiratoires
en cas d’immersion. C’est à partir de ces dispositions naturelles qu’en grandissant,
l’enfant, avec l’aide de l’adulte, va se réapproprier l’eau, s’y retrouver à l’aise et
autonome. Non pas en apprenant les gestes codifiés de la nage, mais par des
jeux et des évolutions, dans une perspective de bonheurs partagés. L’adulte doit
procurer à la fois sentiment de sécurité et plaisir corporel. Avec les petits polyhandicapés, on tiendra compte de leur intérêt pour le mouvement et de leur sensibilité
au toucher, aux vibrations de la voix, au contact du corps à corps.
L’immersion
Être à l’aise dans l’eau signifie avant tout l’être sous l’eau. Le relâchement musculaire doit être maximal. La douche constitue une première étape. L’entrée dans le
bassin se fait progressivement. On peut commencer par les membres, asperger les
orifices : yeux, oreilles, bouche, nez, et terminer par l’immersion du visage. Le nageur éprouve alors une nouvelle sensation qui peut l’angoisser. Les adultes présents
devront se montrer patients et confiants, sans brusquer l’enfant pour lui prouver avec
douceur qu’il peut flotter. Toutes les positions seront expérimentées : sur le dos, sur
le ventre, debout.
Respirer
La respiration en piscine demande une importante maîtrise de soi ; il faut bien
dissocier l’expiration, longue, de l’inspiration, brève, toutes deux effectuées par la
bouche. Éventuellement, l’enfant peut s’aider d’une inspiration par le nez. Cette
technique peut être difficile à réaliser pour certains jeunes handicapés mentaux.
Il est souhaitable de leur proposer l’exercice de façon globale au début, en insistant surtout sur l’expiration (faire des bulles dans l’eau).
S’allonger
Certaines personnes craignent de s’allonger parce qu’elles ne sont pas capables
de se redresser, c’est-à-dire de revenir à une position verticale. Sur le ventre, le
redressement se fait par une flexion des genoux vers les épaules : le buste se met
alors à la verticale et l’on retrouve le fond avec les pieds. Se coucher sur le dos est
moins apprécié et l’adulte doit souvent garder le contact du regard avec l’enfant.
www.magazine-declic.com | 59
63 activités pour s’amuser et progresser
Se déplacer
Si l’on “pousse” l’eau devant soi, on recule. Si on la “tire”, on avance. L’un des
exercices les plus courants consiste à s’asseoir dans une petite bouée, ou encore
à se munir de brassards, pour bien flotter sur l’eau. On s’amuse à se déplacer et à
tourner sur soi-même. L’utilisation de tapis flottants ou de “frites” aidera les anxieux,
en leur faisant percevoir de façon évidente la portance de l’eau. On peut aussi se
déplacer avec d’autres moyens de soutien : planche, cerceau, ballon de baudruche, pneus de différentes dimensions.
Jeux de flottaison
On peut passer d’une position ventrale à une position dorsale : prendre une ou
deux planches sous les aisselles et jouer à se balancer, à voir ses pieds devant ou
derrière soi… Autre jeu : allongez votre enfant sur le dos, dites-lui d’imaginer qu’il
est une crêpe et retournez-le tantôt à l’envers, tantôt à l’endroit, en lui chantant une
comptine. Tous ces plaisirs partagés ne doivent pas vous faire oublier que votre
enfant peut se fatiguer, ressentir le froid de l’eau. Restez vigilants !
60 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Être moins violent
L’aider à se faire comprendre
Vous ne supportez plus ses cris, ses balancements, les troubles du comportement
souvent liés à l’étiquette qui lui a été collée. Il détruit tout pendant quelques secondes, telle une tornade, puis redevient doux comme un agneau, sans se rendre
compte de ce qui s’est passé. L’enfant est très sensible au climat qui l’entoure.
Écoutez, communiquez avec lui, ne soyez pas avare de câlins ni de bisous.
En mettant des gestes à la place des coups, des mots à la place des mouvements,
vous pouvez le conduire à se faire comprendre autrement.
Dédramatisez !
Il passe à l’acte (agression, attaque, impulsivité) et vous affronte ponctuellement ou
constamment. Par différentes méthodes, vous devez l’aider à mieux comprendre
sa violence, à l’apprivoiser pour mieux la diluer. Il est primordial de dédramatiser
la relation d’opposition. Ce n’est pas une façon de nier sa violence ; au contraire,
vous reconnaissez votre enfant pour ce qu’il est avec ses souffrances et ses angoisses. De votre côté, essayez de vivre plus lentement, plus calmement.
Imaginer des solutions
Construire des règles : un tableau est installé dans la cuisine, avec des dessins qui
évoquent des situations de calme ou de violence. Vous classez en deux colonnes
ce qui est acceptable et ce qui l’est moins. Votre enfant visualise le degré de
violence de certaines de ses attitudes. Avant que la tension soit trop importante,
regardez ce tableau avec votre enfant, en mettant le doigt sur ce qui est en train
de se passer.
Trouver des dérivatifs : l’exemple d’un enfant souffrant de troubles autistiques,
accueilli dans un club de judo. Lors de certains exercices, il se couchait au sol et
se frappait violemment la tête. Après avoir essayé de le raisonner plusieurs fois, j’ai
décidé de lui proposer une autre activité. Au bord du tapis, j’ai posé une grande
feuille de carton avec quelques crayons. Lorsqu’il se jetait au sol, je me plaçais
devant la feuille et je dessinais. À force de me voir répéter ce manège, il s’est mis
à m’imiter. Cela a eu pour effet de réduire les tensions dans le groupe.
Sortir, jouer
Acceptez de prendre un moment pour sortir, quelles que soient les conditions
météo, dès que la tension monte. Faire de la balançoire, marcher en forêt ou dans
la rue quelques minutes. L’enfant élimine ses pulsions par un effort physique bref et
www.magazine-declic.com | 61
63 activités pour s’amuser et progresser
soutenu. On peut aussi avoir recours à la musique. Évitez les mélodies répétitives
avec trop de paroles ; préférez les musiques relaxantes (chant du vent dans les
arbres, bruit de vagues…).
Le milieu aquatique procure également un climat apaisant : pensez au bain
relaxant, à la douche tonique chaude, à la bassine d’eau où l’on joue avec les
doigts ou avec les pieds (le clapotis qui détend).
Enfin, le judo reste une discipline de prédilection pour l’éveil sportif des enfants.
L’apprentissage du respect de l’autre, de la maîtrise de soi, et l’attrait du kimono
sont des valeurs sûres.
Derniers conseils
Ne vous découragez pas si la première méthode n’a pas fonctionné. Pour chaque
re-cette, il est essentiel d’ajouter ses propres ingrédients. Il n’est pas nécessaire
de rechercher des causes pathologiques aux comportements violents de l’enfant,
ni d’abuser de médicaments. Une écoute attentive et des réponses adéquates à
chaque cas particulier suffisent souvent à réguler les débordements physiques et
langagiers.
62 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Patienter
Une habilité sociale
Quand un tout-petit veut quelque chose, c’est tout de suite. Différer la satisfaction
d’un désir ou d’un besoin est une faculté qui s’acquiert progressivement. Avant
l’âge de 4 ans, et jusqu’à 8 ou 10 ans pour la plupart des enfants déficients
intellectuels, l’effort est trop grand. Attendre son tour, par exemple, suppose une
certaine maturité. Il faut savoir résister à l’envie de prendre un objet tentant, saisir le
point de vue d’un enfant “concurrent”, avoir quelques notions de la durée (attendre
un petit peu, cinq minutes, ou longtemps, jusqu’au lendemain). Cet apprentissage
difficile est indispensable pour pacifier les relations en famille car un enfant qui ne
sait pas attendre tyrannise ses parents et ses frères et sœurs. Il aide aussi l’enfant
dans ses relations à l’extérieur, car c’est une habilité sociale primordiale.
Chacun son tour
Dans leurs premières relations, les petits aiment jouer “en présence” d’autres enfants, mais pas “avec” eux. Les tentatives de coopération sont timides : un enfant
donne son jouet, regarde l’autre le manipuler… un certain temps, puis se précipite
pour le récupérer. Comment savoir si votre enfant est prêt à comprendre et à accepter d’attendre son tour ? Observez-le. S’il ne désire un objet que lorsqu’il le voit
dans les mains d’un autre, le mieux est de ne pas aller plus vite que la musique
et de proposer des jouets en double exemplaire. Sinon votre enfant se révoltera
contre une contrainte incompréhensible pour lui.
Si c’est amusant…
Créez des situations où l’attente fait partie du jeu. En automne, on se met sous un
arbre et on attend qu’une feuille tombe. En forêt, on se poste près d’une fourmilière
jusqu’à voir passer une fourmi dans des “buts” fabriqués avec des baguettes. Pour
les plus aguerris : on pêche de petits poissons dans un étang bien pourvu, ou alors
on observe le bouchon du pêcheur en attente de la “touche”.
En terrain neutre
Patienter et attendre son tour chez soi, avec ses propres jouets, c’est beaucoup
demander… Le faire sur un terrain neutre, dans un parc, par exemple, peut constituer une étape intéressante. Pour s’asseoir sur le tourniquet, il faut qu’une place se
libère. Si, par manque de patience, votre enfant choisit un autre agrès, il risque
de rater son tour…
www.magazine-declic.com | 63
63 activités pour s’amuser et progresser
Dédramatisez !
Pour que toute attente ne devienne pas un drame, commencez par ne pas considérer qu’il s’agit, pour votre enfant, d’une grave torture. Lui demander de se laver
les mains et d’attendre que la table soit mise et les convives assis n’est pas insupportable, même s’il a un peu faim. Votre propre mesure en la matière ne suffira
pas, mais, à l’inverse, un enfant ressent très fort l’impossibilité que vous avez de lui
imposer une frustration, et cela le rend encore plus impatient. Un problème d’éducation qui n’est pas spécifique à la population des jeunes handicapés…
Montrez l’exemple
Ne pas se jeter sur un dessert, ne pas couper la parole dans une conversation à
plusieurs : un idéal de bonne éducation difficile à atteindre. D’ailleurs, beaucoup
d’adultes valides en sont incapables ! Soyez indulgents quand un enfant fait des
efforts mais craque parce que l’excitation du plaisir de manger ou de dire quelque
chose a pris le dessus. En revanche, dites-lui combien cela vous fait plaisir de le
voir patienter. Et, bien sûr, montrez l’exemple, car c’est la meilleure des pédagogies.
64 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Être plus souple
Augmenter la force musculaire
La forme physique dépend de plusieurs facteurs, notamment l’endurance, la musculature et la souplesse. Une articulation est raide si les muscles et les tissus qui
l’entourent diminuent sa capacité naturelle à se mouvoir. Dans ce cas, quand les
muscles sont trop courts, la force est restreinte et de mauvaises postures fréquentes,
avec en bout de chaîne des douleurs ou des déformations. Par exemple, lorsque
les muscles fléchisseurs des hanches sont raides, que ceux des jambes et du bas
du dos sont trop courts, le bassin est projeté vers l’avant, ce qui provoque une
courbure excessive de la région lombaire. Il peut en résulter des douleurs dorsales
chroniques ou une pénible sciatique. Autre inconvénient : les muscles raides sont
plus exposés aux déchirures, aux claquages et aux accidents imputables à la
fatigue.
Au saut du lit
C’est le matin, au réveil, que le corps est généralement le moins souple. Ne brusquez pas votre enfant. Une séance d’étirement dans la chambre est idéale. Les
muscles les plus souvent sollicités ont davantage besoin d’être étirés. Suivant la
pathologie de l’enfant, certains mouvements sont indiqués et d’autres non : il est
indispensable de prendre l’avis du médecin ou du kiné pour envisager de travailler un exercice, surtout s’il est répété quotidiennement. Dans tous les cas, les
mouvements doivent être progressifs et procurer une sensation de détente. Votre
enfant peut aussi en effectuer certains à l’arrière de la voiture, pendant que vous
le conduisez à l’école.
Le jeu du pantin
Assis ou debout, placez-vous en face de votre enfant, la tête droite, centrée sur
les épaules, qui sont basses et tirées en arrière. Bombez le torse et rentrez le ventre. Relâchez tout : les épaules se voûtent et la tête part en avant. Recommencez
à plusieurs reprises en demandant à votre enfant de vous imiter. Il va découvrir, à
l’occasion de cet exercice, que la posture a beaucoup d’importance dans l’image
que l’on donne de soi.
Aïe !
La souplesse vient de l’exercice physique en général, ne vous focalisez pas sur certains mouvements d’assouplissement très connus : debout, aller toucher ses orteils
ou assis, mettre sa tête contre ses jambes tendues. Ce sont des tests plutôt que des
www.magazine-declic.com | 65
63 activités pour s’amuser et progresser
exercices. Difficiles, ils peuvent être dangereux à cause de l’effort demandé aux
muscles de la partie inférieure du dos.
Torse et épaules
Pour se tenir correctement sur un siège ou dans un fauteuil sans s’effondrer ni être
obligé de rechercher constamment la bonne posture, il faut faire travailler doucement les muscles du torse et des épaules. Demandez à votre enfant de s’asseoir,
bras croisés au bord d’une table. Il peut utiliser ses avant-bras comme appuis et
doit faire bouger son dos sans décoller les fesses du siège. Quand il a trouvé une
bonne position, il la tient le plus longtemps possible. Cet exercice améliore la posture assise, qui devient naturelle et moins pénible.
Courbatures et crampes
Les muscles douloureux à la suite d’une activité physique sont le signe d’un manque
de souplesse. Cette sensation pénible diminue avec des mouvements réalisés avant
et après l’effort : rotations du cou, des épaules, du bassin et des genoux. Pensez-y
aussi quand vous allez simplement faire une balade. Les crampes sont anodines et
représentent comme un signal d’alarme du corps, qui a besoin d’étirements doux.
Elles rappellent qu’il faut boire avant, pendant et après l’effort physique.
66 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Avoir moins peur
Une réaction acquise
Selon les psychologues comportementalistes, la phobie s’apprend. L’enfant a eu
une expérience désagréable en présence d’un stimulus (par exemple, une grosse
araignée). Dans son esprit, la peur qu’il a eue est intimement liée à cet objet
effrayant. Plus il y est confronté, plus le lien entre les deux éléments se renforce.
On parle de phobie quand la peur légitime se généralise : de l’araignée, elle
s’étend à tous les insectes, y compris les plus inoffensifs, ou à tous les endroits qui
peuvent en abriter. La peur impose alors des stratégies d’évitement (refus d’aller
dans le grenier). Puisque ce comportement est acquis, vous pouvez veiller à ne pas
favoriser les situations dans lesquelles le jeune enfant le construit, et réagir de façon
adéquate pour l’atténuer. Les phobies d’animaux, qui touchent un enfant sur six,
disparaissent souvent spontanément entre 9 et 11 ans.
Contagieuse
Le risque pour un enfant de développer une phobie est multiplié par trois si l’un de
ses parents est phobique. Si vous reculez en grimaçant à la vue d’un serpent en
photo, les signes d’angoisse que vous manifestez sont repérés par votre enfant, qui
va alors se méfier de cet animal. De même, les recommandations par trop catastrophistes (« Si tu te penches par la fenêtre, tu vas tomber et t’écraser par terre »,
« Si tu t’approches des vagues, tu vas te noyer ») trahissent votre crainte et peuvent
être le point de départ d’une phobie. Essayez de garder votre calme et signalez
fermement qu’il y a un danger, mais sans entrer dans des détails trop concrets ou
trop réalistes.
Confrontation : à proscrire
« Puisque tu crains le noir, va chercher de la confiture dans la cave ! » : un tel traitement entretient la peur et peut déboucher sur la phobie, c’est-à-dire une crainte qui
va englober une partie importante du monde environnant. L’enfant va élaborer des
stratégies d’évitement (mentir, trouver des excuses) ou tenter d’affronter la situation :
dans les deux cas, ce sera pour lui une lutte intense et éprouvante, qu’il vaut mieux
lui épargner.
Il n’y a pas de honte
Le raisonnement ne peut pas servir aux phobiques pour surmonter leur crainte.
Votre explication (« Il n’y a pas de requin dans cette piscine ») est inutile ; d’ailleurs,
les enfants savent souvent eux-mêmes que leur peur est exagérée. Votre insistance
www.magazine-declic.com | 67
63 activités pour s’amuser et progresser
à montrer le caractère irrationnel de son comportement peut même être néfaste :
votre enfant aura honte et perdra un peu de sa confiance en lui.
Circonscrire
Pour les psychologues ou psychiatres comportementalistes, il est possible de faire
disparaître la peur par un conditionnement inverse de celui qui l’a produite. Sans
vouloir “traiter” votre enfant, vous pouvez vous inspirer de cette idée pour calmer
le jeu devant une peur légitime et éviter qu’elle ne prenne de l’ampleur. Par exemple, si votre enfant craint les chats, habituez-le doucement à regarder cet animal
en photo, à colorier des silhouettes du félin. Proposez-lui de manipuler un chat en
peluche. Ces jeux aident à circonscrire la peur autour de la réalité de l’animal
éventuellement griffeur.
Phobie scolaire
Devant un petit qui ne veut pas aller à l’école, on évoque facilement la crainte
d’affronter la classe. Sachez que c’est plutôt l’angoisse de se séparer de vous qui
agit. En parallèle à une aide extérieure (psychothérapie, par exemple), racontez
à votre enfant les moments de joie que vous avez (et que vous avez eus à son
âge) dans les liens amicaux, invitez à la maison vos amis, des cousins. Tout ce qui
renforce le plaisir de la relation avec autrui et lui en donne l’expérience l’aidera à
se séparer de vous.
68 | www.magazine-declic.com
Se sentir mieux
Se mettre à l’eau
S’acclimater
Patauger dans la piscine gonflable ou jouer sur la plage. Même s’il ne s’agit pas
de nager, votre enfant doit s’être au préalable acclimaté à l’élément liquide pour
pratiquer ces activités avec plaisir. Vous pouvez le préparer en douceur à cette
rencontre, et d’autant mieux si vous-même vous sentez très à l’aise dans l’eau. Les
premiers contacts sont essentiels ; prévoyez des moments privilégiés, seul avec
votre enfant. L’objectif est son plaisir et le vôtre, rien d’autre. Ne croyez pas qu’un
petit qui a pratiqué quelques activités aquatiques est protégé en cas d’immersion accidentelle. Il saura peut-être bloquer sa respiration, battre des jambes pour
remonter à la surface, mais tant qu’il ne sait pas nager véritablement, il ne faut en
aucun cas penser que cela suffit pour prévenir une noyade. Un petit, même habitué
à l’eau, doit être surveillé constamment.
Se tremper
Le petit bassin de la piscine, profond de 50 à 90 centimètres avec une eau autour
de 28 °C, est idéal si vous pouvez éviter les “heures de pointe” : renseignez-vous à
l’accueil. Comme l’élément liquide concerne tous les sens, la crainte de l’eau peut
prendre de multiples formes. L’enfant peut être inquiet des clapotis de l’eau, effrayé
par les reflets à la surface, ne pas supporter d’être en apesanteur, sans contact
avec le sol. Par petites touches, faites remarquer à l’enfant ces différentes sensations. Mettre la main puis le pied dans l’eau, faire de petites vagues, observer les
reflets, faire flotter un objet en plastique pour regarder les mouvements de l’eau.
S’immerger
Même si votre enfant aime le bain, une étendue d’eau importante peut le surprendre. Entrez avec lui en le maintenant contre vous pour le rassurer. À chaque progression (genoux, ventre, torse), demandez l’assentiment de votre enfant. S’il est à
l’aise, satisfait et sans crainte, il va pousser des petits cris, s’agiter pour mieux sentir
l’eau sur sa peau. Maintenez-le en position verticale, en le tenant sous les aisselles,
et éloignez-le de vous s’il l’accepte.
S’allonger
S’il s’amuse bien lorsque vous le tenez debout, faites-le glisser autour de vous
pour expérimenter une position plus allongée dans l’eau. Vous pouvez ensuite lui
faire tester la sensation de flotter, en le munissant de brassards gonflables. S’il est
d’accord, lâchez-le quelques secondes. À l’aise, il prendra progressivement une
position verticale dans l’eau.
www.magazine-declic.com | 69
63 activités pour s’amuser et progresser
S’éclabousser
L’immersion complète, indispensable pour apprendre à nager, n’est pas requise
lors des premiers contacts. En revanche, l’enfant doit s’habituer à avoir de l’eau sur
le visage, sur la tête, à supporter d’être aspergé. C’est important pour qu’il puisse
ensuite jouer avec d’autres enfants. Faites des vagues, jouez à frapper la surface
de l’eau. Le réflexe de fermer les yeux, la bouche, et de cesser de respirer au
contact de l’eau existe chez le tout-petit sans troubles de la motricité buccofaciale.
Si votre enfant est sujet aux troubles de la déglutition, ce sont des jeux à éviter.
Progresser
S’il ne présente pas de déficience motrice, le petit apprend spontanément à faire
des mouvements de jambes pour progresser. Au début, il agite ses pieds en même
temps, puis le mouvement devient alternatif (une jambe après l’autre). Au terme de
son apprentissage, il fera des battements de crawl. La façon de se mouvoir dans
l’eau dépend de l’évolution psychomotrice de l’enfant. Les battements de jambes
coordonnés ne peuvent être réalisés avant l’âge de 7 ou 8 ans.
70 | www.magazine-declic.com
5
S’exprimer,
communiquer
S’exprimer, communiquer
Taper sur un clavier
Faire une cage
Ces exercices de motricité manuelle, proposés sous forme de jeu, aident l’enfant
à maîtriser ses doigts. Réalisables à partir de 5 ans, ils préparent au maniement
d’un clavier ou de la commande d’un fauteuil électrique. Plus agile manuellement,
l’enfant est à l’aise pour aborder les activités des classes de maternelle comme
le découpage, le dessin et les premiers apprentissages de l’écrit. Demandez-lui
d’appuyer ses paumes l’une contre l’autre, puis de fléchir les doigts pour créer un
espace dans ses mains. Il réalise une petite cage pour emprisonner un oiseau.
Au début, l’enfant maintiendra certainement toute la pulpe de ses premières phalanges en contact. Demandez-lui d’agrandir la cage en maintenant simplement
l’extrémité des quatre doigts l’une contre l’autre, les pouces restant en contact sur
toute leur longueur.
Laisser partir l’oiseau
Ensuite, il s’agit d’ouvrir la cage, suffisamment longtemps (quelques secondes) pour
que l’oiseau puisse s’envoler. Cet exercice permet de séparer les doigts les uns des
autres et demande de les commander indépendamment. On peut ouvrir la cage
en éloignant l’un de l’autre les deux index, c’est l’étape la plus facile. Plus délicat :
faire la même chose avec, successivement, les deux majeurs, puis les deux annulaires et enfin les deux auriculaires. Si l’enfant prend de l’assurance, il peut enchaîner
les mouvements suivants : fermer la cage, l’ouvrir avec les index, refermer puis
rouvrir avec les majeurs, etc. Cet exercice exige de la concentration, ne le répétez
pas plus de trois ou quatre fois.
La petite bête
Par ordre de difficulté croissante, les “jambes” de la bête qui marche sur la table
peuvent être matérialisées par le couple index-majeur, index-auriculaire, majeurannulaire, majeur-auriculaire et annulaire-auriculaire. Au début, l’enfant fait pivoter
son poignet et laisse glisser ses doigts sur la table. Puis il apprend à lever plus haut
les “jambes” et à maintenir son poignet fixe.
Les sauts de puce
Main au-dessus de la table, les doigts sont réunis et posés sur la surface. L’enfant
soulève sa main et étend ses doigts, pour retrouver ensuite la position initiale. Pour
cet exercice, réalisable dès 4 ans, il faut veiller à ce que les “pattes” de la puce
s’écartent tous de la même façon et demander à l’enfant de ralentir le mouvement
pour y parvenir.
www.magazine-declic.com | 73
63 activités pour s’amuser et progresser
Les courses sur table
Plus difficiles que la simple course à deux doigts, d’autres pas d’animaux peuvent
compléter l’entraînement à partir de 7 ans. Pour marcher comme l’araignée, l’extrémité de chacun des doigts (pouce compris) repose sur la table. Ils se soulèvent et
avancent l’un après l’autre. À la manière du lapin, le majeur et l’annulaire se soulèvent ensemble, puis l’index et l’auriculaire les suivent. Pour imiter le dromadaire,
index et majeur commencent, suivis du couple annulaire-auriculaire. Dans ces deux
derniers pas, les pouces ne reposent pas sur la table.
Comme sur un piano
Les mains posées sur la table comme sur un clavier de piano, l’enfant a les doigts
légèrement fléchis. On attribue à chacun un chiffre ou une gommette de couleur.
Ensuite, l’enfant pianote en série 1-2-3-4-5, puis 5-4-3-2-1 ou, plus difficile, un enchaînement arbitraire comme 1-3-2-4-5. Commencez toujours par un entraînement
de la main dominante, puis de l’autre, avant d’envisager des séries à deux mains,
identiques d’abord, puis différentes pour les plus habiles.
74 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Maîtriser les mimiques
et l’intonation
Les petits signes qui en disent long
Certains jeunes déficients mentaux ont parfois de la peine à décrypter ou à réaliser
une série d’expressions du visage ou de la voix. De même, ils peuvent avoir du
mal à produire de façon claire les mimiques qui accompagnent habituellement un
souhait ou une question. Chez les petits privés d’une parole aisée, l’expression du
visage ou l’intonation sont pourtant d’un grand secours. En famille, avec des personnes qui les connaissent bien, ces enfants ne sont pas gênés, car leur entourage
les devine et sait se faire comprendre. En revanche, dans les milieux de socialisation de l’enfant, une mauvaise maîtrise et une reconnaissance incomplète de ce
complément du langage peuvent provoquer des malentendus et créer de véritables
obstacles à la communication. De petits exercices et des jeux peuvent améliorer
leur expression et faciliter l’échange.
S’observer
Devant un grand miroir, votre enfant à vos côtés, racontez-lui de petites histoires
et amusez-vous à mimer des personnages très contents, qui ont très peur, qui sont
fâchés ou tristes. En forçant un peu la note, faites-lui toucher des doigts, sur votre
visage, les signes caractéristiques de ces expressions. Le sourcil qui se fronce ou
monte très haut, la bouche qui s’étire ou dont les commissures s’abaissent. À lui,
ensuite, de reproduire ces mimiques à votre demande. À partir de cette base,
vous pouvez explorer des expressions moins contrastées en lui faisant distinguer les
différences entre la frayeur et l’étonnement, la bouderie et la dénégation.
Le remerciement
L’apprentissage d’un code gestuel pour dire « Merci » est souvent imaginé et inventé dans les familles pour des enfants qui ne parlent pas. Mais il est indispensable
que celui-ci soit évident afin qu’il remplisse son rôle auprès d’étrangers. Pour cela,
il peut être utile de l’enrichir. Si votre enfant a l’habitude de hocher la tête, il est
peut-être capable, en même temps, de fermer rapidement les yeux ou de faire un
signe en rapprochant ses mains, ce qui évite toute équivoque.
Avec des images
À partir de livres illustrés, aidez votre enfant à repérer les éléments qui indiquent les
sentiments d’un personnage. Montrez-lui les yeux ronds qui marquent la surprise,
www.magazine-declic.com | 75
63 activités pour s’amuser et progresser
le geste du doigt qui souligne l’ordre donné, le regard baissé de l’enfant qui se fait
gronder. Demandez-lui d’imiter le personnage.
Un chat ? Un chat !
La maîtrise des intonations de l’interrogation ou de l’exclamation aide l’enfant à
se faire comprendre, même s’il ne respecte pas toutes les règles de la syntaxe.
Commencez par lui faire entendre les nuances de sens et d’intonation, à partir de
phrases longues où la modulation de la voix est très prononcée : « L’ombre que je
vois, est-ce que c’est un chat ? » ou « J’ai bien vu le chat ! » Le but est qu’il distingue la différence sur un seul mot, « Chat ! » ou « Chat ? », et puisse la reproduire.
Un exercice de ce type fonctionne bien en s’appuyant sur des images de loto.
Demander poliment
Savoir formuler poliment un souhait est capital pour l’enfant qui commence à quitter
le cercle familial. On peut l’aider à s’appuyer sur l’intonation s’il parle bien, mais
aussi sur la gestuelle dans les autres cas. Même s’il ne sait pas dire « Peux-tu me
donner à boire, s’il te plaît ? », vous pouvez lui enseigner à énoncer « Boire » en
inclinant la tête de côté, par exemple. Ces petits détails améliorent beaucoup les
relations avec les adultes, mais également avec les autres enfants.
76 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
S’exprimer avec des pictos
Un accès facilité au langage
Les techniques alternatives à la communication orale (comme les tableaux ou classeurs de pictogrammes) ont longtemps été utilisées en désespoir de cause, quand
un enfant se trouvait définitivement empêché de parler pour des raisons motrices. La
conception actuelle est inverse, car il est admis qu’elles ne retardent en rien l’accès
au langage oral, bien au contraire. Cette aide favorise un éventuel passage vers
la parole, lorsqu’il est possible. On la propose désormais à des petits dès qu’ils ont
un risque sérieux de parler tard ou pas du tout. L’orthophoniste enseignera à votre
enfant à se servir des pictogrammes selon des méthodes et à partir de matériels
très divers. Mais pour qu’un enfant se saisisse vraiment de ce moyen de s’exprimer,
il faut surtout qu’il baigne dans un environnement qui lui donne envie de l’utiliser.
Le cahier de vie
À la manière d’un carnet de voyage, fabriquez un cahier qui permet d’évoquer
les événements de la vie de votre enfant. Collez l’étiquette d’une bouteille de lait,
un ticket de bus, la photo de son frère, etc. En lui annonçant le programme de la
journée, vous pourrez en même temps désigner ces représentations : « Tu vas petitdéjeuner, puis nous prendrons le bus ensemble pour aller voir l’orthophoniste et, au
retour, nous attendrons ton frère qui rentrera de l’école. » Cette façon d’associer
des éléments de la réalité et des mots avec leur image en deux dimensions est une
introduction naturelle à l’utilisation des pictogrammes, plus abstraits.
Partout dans la maison
Le bébé entend des mots qu’il ne connaît pas, qu’il ne comprend pas, mais cela lui
sert à se familiariser avec eux. De la même façon, mettez votre enfant en présence
de pictogrammes qu’il n’a pas encore appris à utiliser. Affichez dans la cuisine
ceux qui correspondent à des objets qu’on y trouve ou à des actions qui ont lieu
dans cette pièce : réfrigérateur, évier, pommes de terre, éplucher, cuire. Le moment
venu, il les retrouvera sur son tableau.
Initiation en douceur
Tout ce qui aiguise l’intérêt de votre enfant pour l’image est utile pour qu’il intègre
les principes de la communication grâce à des photos, puis à partir des représentations très abstraites de la réalité que sont les pictogrammes. Passez du temps à
lui lire des histoires illustrées, en désignant les personnages, en l’incitant à pointer
du doigt si cela lui est possible.
www.magazine-declic.com | 77
63 activités pour s’amuser et progresser
Place à l’imagination
L’utilisation d’un tableau n’est pas l’apprentissage d’une langue avec ses règles
immuables, ni une rééducation au sens classique. L’orthophoniste enseignera à
votre enfant des méthodes lui permettant de ménager ses efforts d’un point de vue
ergonomique et lui proposera des solutions simples pour élaborer des “phrases”
compréhensibles et sans ambiguïté. Mais à la maison, en situation, soyez ouverts
aux raccourcis que votre enfant pourra inventer. Si vous avez compris ce qu’il voulait exprimer, il a réussi, quel que soit le moyen employé.
Un jouet technologique
Certains systèmes de communication graphique sont couplés à des synthèses vocales. Cet aspect technologique plaira certainement à votre enfant, qui aura peut-être
envie de s’en servir pour jouer avant de l’utiliser à bon escient. Surtout, laissez-le
faire ses gammes, même si les premiers échanges ne sont pas efficaces au point
de vue de la communication. La possibilité de faire du bruit et de solliciter votre
attention est, pour votre enfant, une découverte inouïe : soyez patients !
78 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Parler avec des images
Un outil à conquérir
De nombreuses méthodes de communication conçues pour les enfants autistes sont
fondées sur l’usage de dessins plus ou moins stylisés ou de photos que l’enfant manipule pour s’exprimer. On l’encourage à saisir une image pour demander l’objet
qu’il convoite, solliciter de l’aide, dire oui ou non. Les orthophonistes formés à ces
méthodes conseillent souvent aux familles de pratiquer ce mode de communication
à la maison et constatent que des parents s’y sont déjà essayés en autodidactes. Il
n’y a rien de nocif à faire cette expérience tant que l’effort demandé à l’enfant reste
modéré, mais elle peut se révéler très décevante. Si un enfant n’a pas acquis au
préalable un certain nombre de mécanismes mentaux, les images ne lui “parlent”
pas davantage que les mots, et il ne les utilise pas dans un but de communication.
Avant de se servir de cet outil, il faut l’apprivoiser.
Comprend-il les images ?
Les jeunes autistes qui se désintéressent des mots comprennent plus aisément le
monde à partir d’images. Cela ne signifie pas que votre enfant est d’emblée capable de faire le lien entre une photo de sa peluche et le nounours lui-même. Afin
de vous en assurer, demandez-lui d’établir des couples objet-image. Pour l’aider,
procédez par étapes, en partant de photos couleur à l’échelle de l’objet, avant
d’utiliser des photos en noir et blanc, puis des dessins.
Attention conjointe
Les enfants au développement normal adoptent spontanément, avant la parole, le
geste de montrer du doigt pour demander quelque chose. Ce code est la base de
ce que les spécialistes nomment l’« attention conjointe » (attirer l’attention d’autrui
sur ce qui m’intéresse). Or cette capacité, sur laquelle repose la communication
à l’aide d’images, apparaît rarement d’elle-même chez un jeune autiste. Vous
pouvez la stimuler en montrant vous-même du doigt ou en touchant les objets que
vous signalez à l’attention de votre enfant, en créant des surprises, en lui lisant des
livres : toutes activités qui demandent de s’intéresser ensemble, en même temps, à
la même chose.
Jeux de tri
Si votre enfant aime les jeux de tri (distinguer et ranger des boules, des cubes, etc.),
orientez-le vers des exercices qui impliquent des images.
Vous pouvez, par exemple, lui demander de placer les couverts dans un tiroir où
www.magazine-declic.com | 79
63 activités pour s’amuser et progresser
sont collés des dessins de cuillers, fourchettes, couteaux. C’est un bon entraînement
pour qu’il assimile le lien objet-image.
Et la parole ?
Vous craignez que l’usage des images empêche votre enfant d’apprendre à parler ? Toutes les observations montrent le contraire. Pour un enfant autiste, la difficulté
réside dans le sens même de la communication : dans quel but et pourquoi s’adresser à l’autre ? L’idée est donc de s’appuyer sur la vue, qui est souvent le point fort
de ces jeunes, pour amorcer le processus. Une fois que cette étape est franchie
et que l’enfant a besoin et envie de communiquer, il s’oriente naturellement vers la
technique la plus rapide et la plus efficace, à savoir la parole.
Créez le besoin
Votre enfant reconnaît comme telle l’image d’un objet ? Vous pouvez créer de
petites situations motivantes, en mettant hors de sa portée un jouet qu’il affectionne.
À lui de vous présenter l’image correspondante pour l’obtenir. Ne jouez jamais sur
sa frustration : si votre enfant n’y arrive pas, montrez-lui comment faire, avant que
la situation ne devienne tendue. Vous prenez alors à sa place le dessin du jouet et
vous le présentez à une troisième personne, qui va le chercher pour lui.
80 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Dessiner
Bien stable
À la maison, s’asseoir, prendre un crayon de couleur ou un feutre et dessiner,
ce n’est pas son truc. Pourtant, il aime bien s’occuper de cette façon en séance
d’ergothérapie. Peut-être faut-il l’installer plus confortablement et lui proposer des
instruments qui lui facilitent la tâche ? Première précaution : vérifier que le bas de
son corps est bien stable. Calé entre la chaise et la table, les cuisses en appui
horizontal sur toute leur longueur, les pieds posés sur les rehausse-pieds du siège-coquille, votre enfant n’aura plus à se soucier de son équilibre et sera plus disponible
pour des activités manuelles.
Autre astuce : pensez à une table pourvue d’une encoche, qui permet à l’enfant
d’avancer le buste et de bien poser ses coudes. Pour cette raison, la table ronde
du salon est à proscrire.
Une tablette adaptée
Si vous disposez d’un bureau pourvu d’une tablette rétractable, remplacez-la par
une planche plus profonde que vous entaillerez en demi-cercle. Ce bricolage est
particulièrement utile si votre enfant porte un corset qui l’empêche de s’approcher
suffisamment d’une table standard. La plus simple des scies sauteuses suffit pour
réaliser cette adaptation. Poncez le bord découpé avec du papier de verre et
vernissez s’il s’agit d’un bois massif, ou appliquez sur le chant un morceau de tissu
spécial qui se colle à l’aide d’un fer à repasser. Rien de plus agaçant qu’une feuille
qui glisse : apprenez-lui à la maintenir avec sa main libre ou scotchez-la.
Une bonne prise
Si votre enfant présente de gros problèmes de préhension, choisissez de petits
crayons de couleur en forme de champignon. De 4 ou 5 centimètres de haut, ils
peuvent être pris à pleines mains. Bon marché, ils sont vendus par six en grande
surface. Le même principe existe avec des feutres pourvus d’un capuchon en forme
d’animal.
Des résultats stimulants
Même si sa dextérité est très diminuée, votre enfant peut se servir de pochoirs et de
grosses mousses pour étaler de la peinture. Le rendu est plutôt joli, ce qui est très
stimulant. Les dessins découpés dans des ronds de plastique sont plus délicats à
utiliser : une fois le crayon mis dans les “rails”, il faut suivre le tracé sans en sortir.
www.magazine-declic.com | 81
63 activités pour s’amuser et progresser
Pas orthodoxe ?
Certains jeunes infirmes moteurs cérébraux écrivent mieux les coudes collés au
corps. Pour lutter contre les mouvements dystoniques de leurs bras, d’autres maintiennent avec leur main libre le poignet de celle qui dessine. Votre enfant trouvera
peut-être spontanément des attitudes encore différentes et qui sembleront étranges
à des personnes non averties. Ne le découragez surtout pas, même si sa position
n’est pas idéale (asymétrique, mauvaise pour son dos…). La recherche d’une solution personnelle est une avancée concrète et très importante vers son autonomie.
Stylos triangulaires
La marque Stabilo propose des crayons de couleur triangulaires d’un diamètre
assez gros, qui permettent de poser trois doigts. Pour des enfants, ces modèles
sont plus faciles à utiliser que ceux qui prévoient une place pour chaque doigt. Les
porte-stylos adaptables en plastique reproduisent le même principe. Si le diamètre
n’est pas le bon, un coup de cutter et une réparation avec du scotch feront l’affaire
et tiendront le coup aussi longtemps… que la plupart des crayons.
82 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Dessiner sous la dictée
Apprivoiser la trace
Certains enfants sont à l’aise devant une feuille dès qu’ils sont capables de saisir
un crayon. Ils gribouillent, ravis de la trace qu’ils laissent sur le papier. D’autres sont
intimidés et ont besoin d’encouragements. Une telle inhibition est fréquente chez
les petits trisomiques. Par courtes séances de quelques dizaines de minutes, vous
pouvez aider votre enfant à aborder cette activité grâce au dessin dicté, très encadré, où vous le rassurez et l’accompagnez pas à pas. C’est un jeu où l’on nomme
chaque chose, où l’on apprend à écouter et à respecter les consignes, ce qui en
fait un exercice d’éveil assez complet. Pas d’inquiétude si vous n’avez pas vousmême la fibre picturale. Il s’agit de réaliser des formes simples pour représenter de
façon schématique une maison, une fleur, un soleil ou un bonhomme.
S’orienter dans l’espace
Commencez par faire un dessin en commentant vos gestes et en vous installant à
côté de votre enfant. « Regarde, je dessine un soleil. Le soleil est en haut dans le
ciel : je le place en haut de la feuille. Je dessine une maison au milieu de la feuille :
je commence par un carré pour les murs, en bas de la feuille. Le toit est au-dessus. »
Vous lui posez ensuite des questions en lui demandant de montrer du doigt les différentes parties de la maison : « Regarde le toit. Où est le toit ? Tu me le montres ?
Est-ce qu’il est en haut, en bas ? et la fleur ? Elle est du côté de la main dont tu te
sers pour manger, elle est à droite. Montre-moi la fleur, etc. »
Fais comme moi !
Disposez deux feuilles, une pour lui, l’autre pour vous, et proposez à votre enfant
de dessiner une maison et un jardin. Prenez l’initiative en lui demandant de vous
imiter, étape par étape. Si l’exercice lui plaît, vous pouvez lui suggérer, une fois le
dessin fini, d’ajouter quelques détails de son cru, que vous reproduisez à votre tour.
« Si la maison avait une cheminée, où la mettrais-tu ? Tu saurais la dessiner ? Et si
elle avait plusieurs fenêtres ? »
Relier des points
Si votre enfant hésite à se lancer, vous pouvez lui faciliter la tâche en marquant sur
sa feuille des points à relier. Quatre points pour les murs de la maison, trois pour
un toit pentu. Beaucoup d’enfants que le dessin libre rebute apprécient ce genre
d’exercices. Et si vous manquez d’imagination, il existe de nombreux cahiers de
jeux sur ce principe dans le commerce.
www.magazine-declic.com | 83
63 activités pour s’amuser et progresser
« Tu saurais faire une maison ? »
Lorsque l’enfant connaît bien les différentes parties d’une maison, d’une fleur ou
d’un bonhomme, qu’il sait s’orienter sur la feuille et imiter le dessin que vous faites
pour lui, vous pouvez passer à la dictée. « J’aimerais que tu dessines une petite
fleur en bas à gauche, et deux maisons avec un chemin au milieu de la feuille. Il y
a une petite fille devant la maison, tu peux la dessiner ? » S’il connaît les couleurs,
cela peut être une consigne supplémentaire. Donnez-lui des indications en cours de
route pour l’aider, mais ne guidez pas sa main. À lui de jouer !
Encouragez-le !
Ces différentes propositions conviennent très bien pour un petit trop timoré face
à une feuille blanche. Mais il est fort possible que votre enfant se mette à vouloir
dessiner ce qui lui chante. Encouragez-le, car c’est bien le but de toute l’activité !
Un enfant qui aime dessiner, qui est bien familiarisé avec le maniement d’un crayon
et avec l’espace d’une feuille, aura des facilités pour ses apprentissages scolaires
futurs et en particulier, bien sûr, pour l’écriture.
84 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Se repérer dans la famille
Pour tous
Visite de cousins éloignés, évocation du grand-père disparu, grandes tablées où
les enfants découvrent avec stupéfaction que leur tonton est aussi un papa – et l’inverse… Les fêtes de fin d’année aiguisent la curiosité des petits sur leur rang dans la
fratrie et leur place dans la succession des générations, et cela dès l’âge de 2 ans
et demi ou 3 ans. Le handicap introduit parfois un certain désordre dans ce domaine, quand le cadet est plus avancé dans sa scolarité que l’aîné. Les recompositions familiales produisent généralement des situations étonnantes : tante et nièce
peuvent alors partager le même bac à sable. Rétablir une vérité généalogique à
côté de la réalité de l’âge ou de la maturité est une expérience enrichissante pour
un petit. Mais pensez-y aussi – feutres et coloriages en moins – pour un adolescent
ou un jeune adulte.
Un arbre ? Pas si simple
En prenant trois générations d’une famille traditionnelle, vous pouvez improviser
avec votre enfant pour dessiner un arbre. Il suffit de choisir de “descendre” vers lui
en commençant par ses grands-parents, ou de “remonter” à partir de lui vers ses
ascendants. En revanche, si vous appartenez à une grande famille quelque peu
recomposée, consultez d’abord des sites Internet qui proposent des techniques de
représentation. Inspirez-vous-en, vous gagnerez du temps.
Qui épouse qui ?
Un arbre généalogique que vous dessinez ou coloriez avec votre enfant et sur
lequel vous pouvez coller des photographies est un bon support pour mettre en
évidence les relations qui existent à l’intérieur de la famille et pour en parler. On
s’aperçoit par exemple que, dans un couple, le conjoint vient toujours d’un autre
arbre. Dessinez des branches pourvues de feuilles entre frères et sœurs, des branches qui portent des fruits entre maris et femmes : voilà de quoi discuter sur ce qui
est possible entre conjoints et sur ce qui est interdit dans la fratrie comme avec les
autres membres de sa famille dans toutes les sociétés humaines.
Ma différence
Un petit qui présente un handicap a besoin qu’on lui en parle et qu’on lui explique
ce que l’on sait de la transmission de sa différence, quand il en a hérité génétiquement. L’arbre généalogique peut être une introduction à cette discussion, en
particulier lorsque d’autres membres de la famille partagent le même handicap.
www.magazine-declic.com | 85
63 activités pour s’amuser et progresser
Plongée dans les albums
Pourquoi vos enfants sont-ils les plus grands fans des albums de famille ? Observezles ; c’est vous qu’ils cherchent sans relâche dans ces portraits de classe. Prêtezvous au jeu : il est important, pour un enfant, de savoir et de comprendre que ses
parents ont été petits, qu’ils ont eu des couches et qu’ils ont fait des bêtises. C’est
également un encouragement indispensable pour ceux qui ne grandissent pas
comme les autres. Rassurez-les : même s’ils passent les étapes d’une façon différente, ils vieillissent, comme vous.
Le jeu des ressemblances
Étalez les photos de famille, puis demandez à votre enfant qui ressemble à qui
et pourquoi. Les points communs ne se résument pas aux yeux bleus ou bruns.
Ce peut être une prédilection pour la confiture de fraise ou une aversion pour les
chiens. Racontez-lui ce que vous savez de l’enfance des uns et des autres, faiteslui part des anecdotes familiales. Pour finir, il devra trouver ce qu’il partage avec
chacun : une façon amusante de le rassurer sur sa place dans la famille et sur son
importance.
86 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Faire des photos
Évaluer
Avant de vous lancer dans un investissement matériel, commencez par identifier
les capacités de votre enfant : peut-il manipuler seul un appareil photo, c’est-à-dire,
au minimum, le tenir, cadrer et déclencher librement ou sur un support fixe comme
un trépied ou une table ? Que fera-t-il de ses clichés : un album, un poster, une
collection, une expo ?
Avec des jumelles
Avant de passer à la photo, incitez votre enfant à modifier sa façon de voir le
monde, par exemple en regardant à travers des jumelles ou une longue-vue. Expliquez-lui qu’un objet très éloigné nous semble tout petit et qu’avec les jumelles,
grâce au grossissement, on a l’impression de se rapprocher. Ensuite, s’il n’est pas
très habile, choisissez un appareil ludique avec des poignées (comme le modèle
de Fisher-Price) qui faciliteront la tenue et le cadrage. Cela donnera d’excellents
résultats. Il ne sait pas quoi photographier ? Proposez-lui de créer son propre album
avec les photos de sa famille et des lieux qui lui plaisent. N’hésitez pas à utiliser le
noir et blanc : il permet de repérer les formes sans la complexité des couleurs.
Économique
Globalement, il est plus facile pour un enfant de prendre conscience de cette
activité si elle débouche sur des tirages. La solution la plus économique et la plus
pratique est celle de l’appareil jetable. Il ne craint pas les chocs, on peut le perdre
sans drame, et c’est un moyen peu onéreux de réaliser de belles photos.
Et le numérique ?
L’usage d’un appareil numérique peut être tentant, mais ce n’est pas forcément
une bonne initiation à l’image. Cette technique incite en effet à faire de grandes
quantités de photos, à les stocker, à les visionner à l’écran et, comme cela prend
du temps et coûte de l’argent, à en imprimer très peu. Si vous tenez au numérique
et que vous êtes sûr de ne pas enterrer les prises de vues de votre enfant au fond
de votre ordinateur, investissez dans une imprimante photo.
Patience
Quel que soit votre choix d’appareil, vérifiez que la manipulation est aisée et testezle (c’est généralement possible à la FNAC). Vous pouvez coller des gommettes de
couleur sur les différentes parties pour en expliquer le maniement à votre enfant.
www.magazine-declic.com | 87
63 activités pour s’amuser et progresser
88 | www.magazine-declic.com
S’exprimer, communiquer
Improviser
Un climat propice
Afin de libérer ses tensions, un enfant doit disposer d’une aire de jeu pour sortir
des cadres et des gestes imposés par l’éducation ou la rééducation. L’improvisation
est un processus par lequel il manifeste, dans un langage désorganisé, la façon
dont il perçoit la réalité. Mais il faut réunir certaines conditions propices pour que
l’improvisation puisse surgir. Il convient de choisir un lieu où l’enfant ne peut pas
se blesser en tombant ni briser des objets fragiles s’il se laisse aller sans retenue.
Il faut aussi un climat sécurisant. Lors de moments d’improvisation et de jeux libres,
l’enfant ne doit pas se sentir jugé par le regard ou l’attitude des autres : parents,
éducateurs ou copains. Cela signifie que le jeu ne fonctionne qu’entre personnes
qui se font mutuellement confiance. En famille, on éloigne le petit frère moqueur
quand on veut inciter un jeune à se lâcher corporellement.
Libérer son potentiel
Chaque enfant possède un potentiel créateur à découvrir. L’objectif est d’élargir son
registre d’expression personnelle pour qu’il acquière un “vocabulaire” corporel.
Cela peut commencer par la prise de conscience des différentes possibilités de
tension et de relâchement du corps, en alternant activité et passivité. Par exemple :
votre enfant est debout les yeux fermés, vous l’entourez de vos bras et vous le
faites avancer ou reculer, se pencher, comme s’il était une bouteille agitée par les
vagues. Puis vous prenez sa place. Variante “déménagement” : votre enfant est une
sculpture et vous improvisez son “transport” à travers la maison.
La malle aux tissus
Une caisse remplie d’étoffes est une source intarissable d’improvisation. Pour inciter
votre enfant à se déguiser, renversez la question habituelle. Au lieu de : « En quoi
veux-tu te déguiser ? », qui le ferait entrer dans un cadre préétabli, donnez-lui quelques vêtements disparates en lui demandant ensuite en quoi il s’est déguisé. Cela
peut être le départ d’un nouveau jeu : « Et maintenant que tu es un grand-père, que
vas-tu faire ? »
Attention s’il angoisse
Chez certains enfants, l’improvisation peut générer de l’angoisse. Renoncer aux
gestes habituels et sécurisants pour en adopter de nouveaux les inquiète. Il vaut
mieux suspendre le jeu devant certaines manifestations typiques comme le repli
sur soi, les comportements stéréotypés ou au contraire l’agressivité envers d’autres
personnes.
www.magazine-declic.com | 89
63 activités pour s’amuser et progresser
Je serais…
Imaginez des jeux de mime sur la base de contrastes simples. « Je joue quelqu’un
de gai ou quelqu’un de triste, regarde-moi et devine ce que j’ai choisi. À toi de
jouer : tu es reposé ou fatigué, jeune ou vieux, tu as chaud ou froid. Je le devine
à ton mime. »
Si ce jeu plaît à votre enfant, il aura envie de choisir plus librement le thème de son
mime (à partir de livres illustrés, par exemple). Il pourra être un chat ou un chien,
une fleur ou un arbre, une chaise, une table, des ciseaux. Pour les poètes en herbe :
être le vent, la terre, le feu, l’eau.
Retour à la réalité
Les notions de choses permises ou interdites sont bousculées dans l’improvisation.
C’est pourquoi ces jeux sont fortement chargés affectivement. Après des situations
vécues qui sont parfois très bouleversantes et où l’enfant s’est échauffé, laissez-lui le
temps de s’exprimer calmement après le jeu : il raconte à un tiers ou dessine ce qui
s’est passé. Cela permet de revenir en douceur vers la vie “normale” et de faciliter
l’intégration du vécu corporel.
90 | www.magazine-declic.com
6
S’amuser,
s’éveiller
S’amuser, s’éveiller
Jouer couché
Couché, mais actif !
Au cours du développement de l’enfant, la position assise est source de grandes
découvertes dans le jeu et la manipulation d’objets. Penser alors que cette installation est la meilleure pour qu’il améliore sa motricité manuelle tombe sous le sens.
Et pourtant, c’est une erreur. Tant qu’un petit ne tient pas assis sans effort, la position
couchée sur le dos est celle où il peut être le plus actif, car toute son attention n’est
pas mobilisée par le maintien de sa posture. Allongé confortablement, sans risque
de tomber, il est alors bien disposé à entrer en contact avec un environnement varié
sur lequel il va agir. Être curieux, toucher à tout, explorer les jouets à leur portée
sont des attitudes que l’on observe chez tous les bébés, même les plus lourdement
déficients, à condition de leur proposer de bonnes stimulations sans aller toutefois
au-delà de leurs possibilités.
Il se tourne sur le côté
Remuer librement bras et jambes est un bon exercice pour le bébé qui expérimente
son équilibre et s’apprête à se tourner sur le côté. Ne l’y incitez pas tant qu’il ne
parvient pas à se maintenir ni à retrouver seul sa position couchée initiale. Offrezlui, une ou deux heures par jour, un espace plus vaste que son lit, mais borné par
des coussins, de façon à ce qu’il soit libre de ses mouvements et rassuré. Installez-le
sur un matelas ferme ou une couverture qui lui donne des points d’appui stables.
Quand vous observerez ses premières tentatives pour se tourner sur le côté, posez
près de lui, en les lui montrant, de petits objets qu’il convoite.
Jeux de mains pas vilains
Il vient de découvrir ses mains : il va les faire bouger, les ouvrir, les faire se rencontrer. Tout un programme ! Il faut parfois attendre la fin de sa première année pour
qu’un enfant au développement retardé s’y livre avec une bonne maîtrise. Même
s’il y passe des heures, votre petit ne s’ennuie pas. Ne mettez pas systématiquement des jouets dans ses mains, pour lui laisser le temps de s’approprier son propre
corps.
Patience !
Le petit enfant n’a pas besoin de partenaire dans ses premiers jeux. La répétition
d’un même geste pour saisir un canard en plastique qui se dérobe le passionne
autant à chaque fois. N’intervenez pas pour devancer ses désirs, mais veillez à
éviter les frustrations prévisibles : pas de balle qui roule tant qu’il ne sait pas se
déplacer pour la rattraper.
www.magazine-declic.com | 93
63 activités pour s’amuser et progresser
Mobiles : pour la déco
Les mobiles et portiques pourvus de jouets suspendus sont souvent surprenants : les
toucher provoque des bruits inattendus ou des mouvements imprévisibles. Ils égayent
la chambre de l’enfant, mais n’en abusez pas sous prétexte que les constructeurs
les appellent « entraîneurs de préhension et de jeu ». Comprendre que la petite
peluche ne bouge que si on la pousse, c’est bien pour le bébé de 1 an occupé à
repérer les relations de cause à effet. En revanche, les réactions incompréhensibles
et impossibles à répéter fascinent un temps, mais finissent par lasser.
Un, puis deux
Le saisir, le regarder, l’agiter, l’amener à sa bouche, le lâcher. Dans ses premiers
jeux, un seul objet suffit à attirer toute l’attention d’un bébé. Un morceau de tissu
coloré, un volant de badminton en plastique ou la fameuse girafe, tout ce qui
se tient d’une main lui convient. Lorsqu’il commence à s’inquiéter du jouet qu’il a
lâché, conscient qu’il existe hors de sa vue, vous pouvez lui en proposer plusieurs
à la fois. Il aura alors, mais pas avant, le plaisir de choisir.
94 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Affiner ses sensations
Jeux de proprioception
Votre enfant glisse sa main dans son cartable, mais il lui faut l’ouvrir largement et
détailler son contenu pour trouver une gomme ou un feutre. Imaginez-vous à sa
place : vous auriez reconnu l’objet selon sa forme, sa taille, sa texture et son poids,
le tout sans y penser et sans regarder. Cette capacité fait partie de ce que les psychomotriciens - entre autres spécialistes du développement - appellent la proprioception. Elle nous permet d’identifier un objet sans forcément le voir, et d’adapter
en conséquence nos réponses gestuelles. Des jeux sur ce thème sont intéressants
pour votre enfant, car ils affinent ses sensations tactiles et combattent certaines déficiences manuelles, fréquentes dans de nombreux handicaps. En outre, ils seront
une source d’amusement pour un ou plusieurs enfants, et ce, dès 5 ans. Ce qui ne
gâche rien.
La balle dans le sac
Du point de vue moteur, savoir tenir correctement son stylo facilite l’apprentissage
de l’écriture et aide à acquérir un geste sûr et rapide. Les jeux avec des objets
placés dans un sac opaque (ou une boîte à chaussures trouée pour le passage
de la main) sont très efficaces pour développer la préhension. Munissez-vous de
plusieurs balles, coupelles, petites peluches, que vous possédez en deux exemplaires. Vous disposez les uns sur une table, et cachez leur jumeau. L’enfant manipule
d’abord l’objet que vous avez désigné, puis il plonge sa main dans le sac, sans
regarder à l’intérieur, pour reconstituer les paires.
Les yeux ouverts
Afin de multiplier les possibilités de jeu avec des objets uniques, dessinez avec
votre enfant (ou pour lui) leurs images symboliques. Les objets correspondants sont
déposés dans une boîte à chaussures que vous maintenez sous la table, à lui de
les trouver. Un peu plus difficile : vous nommez simplement l’objet. Même s’il n’a
pas besoin de le voir pour cet exercice de reconnaissance, il faut que votre enfant
garde les yeux ouverts. Testez : c’est plus facile !
Trier
Avec l’autorisation du bricoleur en chef de la maison, rassemblez des vis, des
écrous, des clous de tailles différentes. Les deux mains dans un sac opaque et un
modèle devant les yeux, votre enfant en sortira ces articles de quincaillerie un à un,
en annonçant leur nom. S’il trouve le jeu trop facile, proposez-lui d’essayer avec
une seule main.
www.magazine-declic.com | 95
63 activités pour s’amuser et progresser
Doser son effort
Reconnaître la façon dont les objets pèsent dans la main aide à doser finement son
effort. Des exercices avec des objets de même taille et de poids différents peuvent
entraîner votre enfant à distinguer cette sensation. Entre deux objets que vous lui
demandez de soupeser, lequel est le plus lourd ? Il ne sait pas ? Un peu de mise en
scène s’impose. Proposez-lui de les déposer doucement sur un oreiller moelleux.
Est-ce que l’oreiller va s’écraser un peu, beaucoup, ou pas du tout ? Petit à petit,
il va être capable de répondre à
la question avant de faire le test.
À plusieurs
Toutes ces activités peuvent être adaptées pour réunir plusieurs joueurs, notamment
celle du tri où chaque enfant tente, à son tour, de trouver une vis ou un écrou dans
un sac. Si ces jeux lui plaisent, augmentez progressivement leur difficulté afin qu’ils
gardent leur intérêt. Deux ou trois séances d’une vingtaine de minutes par semaine
est un bon rythme. N’en faites pas trop : malgré leur aspect ludique, ces opérations
de discrimination demandent beaucoup de concentration.
96 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Agir et réagir
En liberté “surveillée”
Votre enfant vous regarde, ressent, écoute. Mais pas forcément comme vous l’imaginiez, ni autant que vous l’espériez. Et pourtant… Le vent dans les cheveux, l’eau
sur les mains, la vision d’une flamme provoquent toujours des réactions, souvent
inattendues, incongrues pour les parents qui guettent un progrès. Ces mouvements
parasites, même lorsqu’ils sont violents, ont une signification que nous voulons
décrypter sans attendre : ne s’est-il pas fait mal ? Ne souffre-t-il pas ? Et combien de
fois parents et professionnels ont enchaîné les exercices de stimulation, sans succès, alors que l’enfant ne désirait rien d’autre qu’un peu de solitude, de tranquillité,
pour observer son environnement ? Laissons-le agir et regardons…
Se préparer à jouer
Pour que l’activité se déroule agréablement, évitons les lumières vives, les jeux
bruyants aux sons saccadés et stridents, les matériaux lourds avec des angles et
des textures agressifs. On peut aussi prévoir de raconter une histoire simple, afin
d’amorcer le jeu. Amusante, elle captivera l’esprit de l’enfant lorsque vous établirez
un contact corporel soudain. S’il refuse d’être tenu, laissez-lui l’occasion de vous
attraper pour vous pousser ou vous tirer.
Des jeux pour calmer
Une émotion violente, une grande agitation, une sensation pénible, et le voilà
bouleversé. Proposez-lui alors des jeux d’écoute et de dialogue corporel, comme :
“le photographe” (réagir à un signal donné, s’arrêter au clic et ne plus bouger),
“le chef d’orchestre” (répéter les mouvements du chef, faire ce que l’on voit),
“le guide” (se déplacer les yeux fermés en restant à l’écoute du corps de l’autre).
Anticiper avec “le hérisson”
L’enfant est pieds nus sur un revêtement qu’il apprécie ; des pinces à linge sont
accrochées à ses vêtements pour simuler les épines. L’objectif est de les attraper
doucement, sans les arracher, alors que le hérisson se met en boule pour se protéger. Cet exercice peut se faire en famille (plusieurs hérissons et plusieurs chasseurs),
d’abord à l’intérieur dans un espace restreint, puis à l’extérieur.
Être maître chez soi
Il s’agit d’apprendre à défendre un territoire, matérialisé par le tapis du salon. Le
parent est l’attaquant qui essaie de se placer sur le tapis, l’enfant doit tenter de l’en
www.magazine-declic.com | 97
63 activités pour s’amuser et progresser
empêcher. Vous pouvez varier les positions (à genoux, debout, à quatre pattes…),
la taille du territoire à défendre, les moyens de le faire (avec ou sans les mains,
en sautant à pieds joints…). Reste aux parents à raconter une histoire pour ajouter
du piquant, par exemple celle de l’Île au trésor (ce dernier étant symbolisé par
une boîte posée au centre du tapis). Ce jeu se pratique d’abord à deux, puis à
plusieurs, et enfin à l’extérieur, en équipe.
Mimer : observer, coordonner, exprimer
Le mime mobilise la créativité de l’enfant, ses capacités d’expression et sa sensibilité. On peut commencer par des jeux de grimaces simples comme “Jean qui
rit, Jean qui pleure”. Vous pouvez aussi passer votre main sur son visage : elle
descend, il fait semblant de pleurer ; elle remonte, il sourit. Le mime s’adapte également au jeu d’action : le jeu des métiers, des personnalités ou des animaux (même
principe).
98 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Se repérer dans l’espace
Premiers repères
Dedans, dehors, dessus, dessous, devant, en haut, en bas, à gauche, à droite, au
milieu : ces mots sont autant de points de repère qui nous permettent d’organiser
chacun des gestes de notre quotidien. Pour qu’un enfant soit capable de se repérer
dans l’espace, il lui faut avoir compris le sens de ces mots. Ses parents ont donc
intérêt à les utiliser dès sa petite enfance en prenant comme référence le corps du
bébé et le leur.
Ainsi, chaque jour les activités seront nommées en fonction de la place qu’elles
occupent dans l’espace ou des déplacements qu’elles nécessitent. On préfèrera
aussi dire « Pose ton verre sur la table » plutôt que « Pose ton verre là ». Enfin, jeux
de mains (comme « la petite bête qui monte ») et comptines pourront être améliorées par l’utilisation de ce vocabulaire.
La maison, premier espace de jeu
Jouer à cache-cache l’incite, sans que cela soit pesant, à découvrir l’espace. Qu’il
se dissimule sous une table, dans un placard ou en haut des escaliers, pensez à
commenter les recherches. Autre jeu, celui des questions-réponses. Interrogez-le
(Où se trouve l’eau chaude ? Où est la chambre de ta sœur ?) et demandez-lui de
vous y conduire. Vous pouvez aussi prendre en photo certains détails de la maison.
À lui de les retrouver pour de vrai.
Enfin, le « qui veut faire quoi ? » : qui veut promener la poupée Lili dans le jardin ?
Qui veut aller ranger ce journal dans le salon ? À son retour, demandez-lui de vous
raconter son déplacement.
Bilan psychomoteur
Il ne parvient pas à choisir un itinéraire, il donne l’impression de toujours se perdre
(même dans la maison) ou encore la maîtresse vous alerte parce qu’il semble se
repérer moins bien que ses camarades. Un bilan psychomoteur permettra d’identifier le trouble et de comprendre ce qui gêne l’enfant dans son apprentissage de
l’espace. Un suivi régulier l’aidera à apprendre à son rythme.
Créer une maquette
C’est l’automne, la forêt n’est pas loin. Profitez d’une promenade familiale pour
récolter divers matériaux (feuilles, cailloux, petites branches…) et, de retour à la
maison, déposez votre butin sur la table. Ensemble, décidez de construire la maquette d’une maison. Comment seront faites les cloisons ? Et de quoi seront recouverts les sols ? les plafonds ?
www.magazine-declic.com | 99
63 activités pour s’amuser et progresser
Des difficultés persistent ?
L’appartement est trop grand, cela l’inquiète. Pour le sécuriser, vous pouvez réduire
l’espace de jeu à une pièce qu’il affectionne (sa chambre, la cuisine). Il peut aussi
être inhibé par l’expression verbale. Qu’à cela ne tienne, faites-le plutôt dessiner
que de décrire : « Dessine l’ourson Tino qui est sur l’armoire. » Si votre enfant
connaît les couleurs, associez-les aux jeux (« Qu’est-ce qui est rouge et à coté du
fauteuil bleu ? »). Il est également possible de dérouler une corde de couleur sur le
parcours de la chambre au salon, pour l’aider à se diriger en souplesse. Attention,
les formes (gros, grand, énorme) peuvent bloquer les apprentissages.
À droite, à gauche
La latéralisation se met en place progressivement. Cet apprentissage s’effectue en
fonction de la dominance latérale : il s’agit du côté du corps que l’enfant préfère
utiliser. Parce que ses deux mains ne font pas les mêmes activités, il va sentir de
manière différente son côté droit et son côté gauche. Cette différenciation joue un
rôle important pour se repérer dans l’espace. Plus tard, il abordera la réversibilité,
qui lui permettra de repérer la droite et la gauche d’autrui.
100 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Reconnaître des formes
Un accompagnement nécessaire
À partir de 18 mois, les petits peuvent commencer à s’intéresser aux jeux d’encastrement simples, de quatre à huit objets (animaux, ustensiles de cuisine, légumes)
découpés dans un support et qu’ils peuvent s’amuser à saisir et à replacer. Cette
activité d’éveil est utile pour tous, mais en particulier pour les jeunes déficients intellectuels. L’encastrement des pièces requiert des compétences complexes (stratégie
de reconnaissance visuelle et tactile, notion d’endroit et d’envers, de haut et de
bas, obligation de procéder par ordre). Il est utile d’accompagner l’enfant avant
de le laisser tâtonner seul. Votre aide lui évitera de s’y prendre anarchiquement
sans suite ni logique, en prenant une pièce au hasard, en essayant une fois avant
d’en choisir une deuxième pour faire de même. La réussite qui dépend seulement
de la chance n’est pas très stimulante et le lasserait vite.
Les bons modèles
Les grandes marques comme Fischer Price fournissent des produits très bien adaptés aux petites mains. Dans certains modèles, les pièces sont surmontées de plots
par lesquels l’enfant peut les attraper. Cela rajoute une difficulté de préhension fine
qu’il vaut mieux supprimer en les sciant. L’enfant qui saisit les pièces à pleines mains
prend mieux conscience de leur forme, ce qui facilite également la reconnaissance
visuelle. Évitez les modèles qui reproduisent sur le support l’image des pièces à
replacer. Dans cette configuration, le jeu se résume à un loto de reconnaissance
globale d’image, ce qui en limite grandement l’intérêt.
Nommer les pièces
Pour aborder le jeu, il est important d’amener l’enfant à bien l’observer, à reconnaître chaque élément individuellement et à lui donner un nom. Commencez par
présenter à votre enfant le support garni de ses pièces. Prenez-les une à une pour
les lui donner, en les nommant. Suivant ses capacités de langage, vous pouvez ensuite poser des questions fermées : « Ce que tu tiens en main, c’est bien un chat ? »,
ou ouvertes : « Quelle est cette pièce ? »
À l’envers et à l’endroit
Votre enfant sait reconnaître les pièces, soit en les désignant du doigt, soit en les
nommant. Renversez alors le support vers lui. Les pièces se retrouvent face contre
la table, il peut les mélanger et les faire pivoter. Son premier travail sera de les
retourner (notion d’envers et d’endroit), puis de les placer sur la table dans le sens
du dessin (notion de haut et de bas).
www.magazine-declic.com | 101
63 activités pour s’amuser et progresser
Avec le regard
Placez-vous de biais à côté de votre enfant, pour observer comment ses yeux
se portent sur les pièces. De cette façon, si vous lui demandez le cheval et que
vous voyez son regard se tourner vers le bon élément, vous pouvez l’encourager.
Laissez-lui tout le temps de balayer l’ensemble des pièces qui lui sont proposées.
Pendant qu’il cherche des yeux, demandez-lui de laisser ses mains au repos sur la
table. Il ne prend la pièce que s’il l’a au préalable reconnue. Cet apprentissage
d’une stratégie du regard est un bon exercice préparatoire à la lecture et l’aide à
contrôler son impulsivité.
Du premier coup
L’exercice est complètement réussi si l’enfant sait à l’avance où placer la pièce qu’il
tient en main, c’est-à-dire qu’il reconnaît visuellement la forme en creux du support.
Bien sûr, il peut se tromper au début, mais s’il tient un chat, il faut qu’il essaye, en
s’aidant de ses deux mains, jusqu’à ce que la pièce s’encastre au bon endroit.
En jouant à ce jeu cinq minutes par jour (dix minutes maximum) pendant une ou
deux semaines, il deviendra très fort. Vous pourrez alors lui proposer des supports
comprenant des formes géométriques, avec davantage de pièces.
102 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Jouer avec presque rien
Bricolages de campagne
L’épouvantail : avec des bouts de bois de récupération (manche à balai, bout de
palette et ficelle), créez le corps. Puis, à l’aide de quelques vieux vêtements, donnez une touche personnelle au personnage : héros juvénile ou monsieur âgé.
La gaule à fruits : ôtez le fond d’une bouteille en plastique, puis découpez le pourtour pour former une corolle que vous entaillerez. Coincez l’extrémité d’une perche
dans le goulot : la gaule est prête pour cueillir les fruits haut perchés. Il suffit de
coincer leur queue dans l’entaille.
Courses au trésor
Au jardin, dans les bois ou dans les champs, ces courses qui consistent à rapporter
des “trésors” enrichiront les connaissances des enfants et leur vocabulaire.
Au jardin : trouvez trois feuilles dissemblables, trois insectes, des cailloux de couleurs différentes.
À la campagne : cherchez des plumes d’oiseaux, des fleurs, des insectes, des
écorces.
Au bord de la mer : des coquillages, des galets.
Avec les plus jeunes, on peut soutenir l’attention en inventant une histoire de pirates
ou d’explorateur.
Randonnées de découverte
Tout le long des grandes marches, proposez plusieurs activités à vos enfants. Vous
verrez que le parcours le plus familier retrouvera tout son intérêt : fabriquez des
chapeaux à l’aide de feuilles, d’herbes et d’aiguilles de pin. La nature abonde en
sons et en bruits entrecoupés çà et là par le silence. Rien de tel qu’une randonnée
pour apprendre à reconnaître et à identifier les uns afin d’apprécier les autres : le
caquètement des poules, le bourdonnement des abeilles, les jappements du chien,
les stridulations de la cigale, le coassement du crapaud.
Et s’il fait mauvais
Maison miniature : avec des allumettes pour faire les chemins et leurs boîtes pour
matérialiser les maisons, vous pouvez réaliser la maquette de votre prochaine randonnée en ville.
Mimes et déguisement : pensez à garder de vieux vêtements et accessoires
(ruban, foulard, chapeau) dans une caisse facilement accessible, et déguisez-vous
ou jouez des scènes de la vie courante.
www.magazine-declic.com | 103
63 activités pour s’amuser et progresser
La piste aux étoiles : en utilisant ces déguisements, inventez un spectacle, imitez le
funambule, le dompteur, et riez ensemble.
Les yeux bandés
Si votre enfant supporte de rester les yeux bandés, invitez-le à découvrir la maison
autrement que par la vue : toucher les objets pour les reconnaître, écouter un son
familier et retrouver l’endroit d’où il provient. Repérer une odeur et se rapprocher
d’elle.
Si l’idée de bander les yeux n’est pas envisageable, pensez aux notions de forme
et de couleur : en observant les poutres du plafond (le bois dessine de magnifiques paysages), inventez une histoire, et essayez le grand classique des ombres
chinoises.
Dans le calme
Un guide, un aveugle : l’enfant a les yeux bandés (dans un premier temps, faire
l’exercice avec les yeux fermés pour ceux qui n’acceptent pas le bandeau) et doit
suivre les informations données par son guide. Variez les propositions : donnez les
consignes avec la main ; verbalement ; à l’aide d’un son ; selon un code convenu.
Dialogue corporel : le but est de coopérer, d’ajuster son action à celle de l’autre.
On peut, à deux, essayer de traverser une pièce de la maison lentement, sans
bruit, en coinçant un ballon entre les deux corps. Pensez à changer les points de
contact.
104 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Éveiller un bébé fragile
Une aisance vitale
Un enfant fragile sur le plan osseux à cause d’une ostéogenèse imparfaite (appelée aussi « maladie des os de verre ») risque de présenter de graves fractures à la
suite d’une chute ou d’un heurt, même léger. Jouer avec lui, l’encourager à se mouvoir, à acquérir une bonne maîtrise de ses déplacements, est absolument vital, car
son aisance motrice est la meilleure des préventions. Plus facile à dire qu’à faire,
puisqu’il faut surmonter une inquiétude bien compréhensible. De plus, l’enfant qui
a souffert d’une fracture ou qui s’est fait mal en se cognant au cours d’un jeu aura
tendance à assimiler la douleur avec le mouvement qui l’a produite et refusera parfois de le refaire. La mobilisation de son attention autour d’une activité qu’il aime,
le plaisir qu’il trouvera à s’amuser en votre compagnie l’aideront à surmonter ces
inhibitions aussi bien qu’une séance de rééducation.
Il en a tellement envie…
S’approcher de vous ou d’un objet qui le tente, telle est la motivation principale
d’un bébé pour relever la tête, s’appuyer sur ses avant-bras ou opérer ses premiers
retournements. Regarder dans la direction du jouet convoité, prendre des appuis
pour mieux le contempler : ce sont aussi les premiers entraînements pour progresser
vers la marche. Encouragez votre bébé en le plaçant le plus souvent possible au
sol, sur un tapis ou un matelas. Usez de tous les jouets d’éveil, musicaux, colorés,
et amusez-le en faisant le clown, afin de l’inciter au mouvement, mais sans le submerger : un jouet après l’autre, en attendant qu’il se soit lassé de l’un pour passer
au suivant.
S’éloigner du sol
Tous les jeux qui encouragent à augmenter la distance avec le sol – des premiers
redressements sur les bras à la station debout – sont d’une grande utilité pour le
développement moteur du bébé. À partir de 8 ou 10 mois, les chaussures pourront
rendre ses appuis plus efficaces et empêcheront les glissades. Ne négligez pas
cet aspect, même si un retard de la marche est fréquent chez les petits atteints de
la maladie des os de verre.
Les crayons qui roulent
Avec des coussins ou une planche recouverte de mousse, fabriquez un plan
incliné. Et proposez un jeu irrésistible : attraper les crayons de couleur qui roulent.
Votre enfant tente de les attraper et se retrouve sur une surface en pente qu’il va
www.magazine-declic.com | 105
63 activités pour s’amuser et progresser
apprendre à maîtriser. Un petit habitué à se mouvoir sur du plat va ainsi expérimenter de nouveaux appuis pour avancer en montée ou en descente.
Jeu du pendule
La fragilité des membres inférieurs d’un tout-petit impressionne beaucoup les parents, qui craignent alors de le mettre sur ses pieds. Or c’est précisément pour rendre ses jambes plus solides qu’il faut le placer en position debout : vous favorisez
ainsi son développement musculaire et osseux. Dès l’âge de 4 mois, un bébé peut
être mis à califourchon sur un rouleau de sofa. Lorsqu’il se tient bien dans cette
position, montrez-lui un pendule ou balancez un jouet attrayant devant lui : l’enfant
va déplacer sa tête et apprendre à adapter ses appuis au sol en fonction de ce
mouvement.
De la hauteur
Placé sur un matelas, votre enfant va prendre conscience des différences de niveau. Si son jouet tombe, il va s’approcher du bord du matelas, évaluer le danger
et prendre un risque mesuré. Une fois qu’il est à l’aise pour descendre et remonter,
mettez-le en présence de surfaces de même hauteur mais plus dures : un pas de
porte, par exemple. Contrairement à une idée reçue, il ne faut pas éliminer ces
matières de l’environnement du bébé fragile, mais le familiariser avec elles.
106 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Éveiller l’oreille
d’un tout-petit
D’où vient ce son ?
L’environnement de l’enfant lui offre, dès sa naissance, une grande variété d’occasions de percevoir des sons. En réalité, il connaît la plupart d’entre eux depuis sa
vie intra-utérine : la voix de ses parents et particulièrement de sa mère, la musique si
vous en écoutez, le cliquetis de la vaisselle. Bien que ces sons ne soient donc pas
nouveaux, la vie aérienne permet des exercices inédits : dans ses premiers mois,
le bébé va apprendre à localiser les sons, à identifier leur origine et à comprendre quel objet (quelle personne, quel animal, quelle situation) en est responsable.
Les études sur des nouveau-nés montrent que ces compétences sont prêtes à se
développer dès la naissance et qu’elles s’affinent au fur et à mesure de la maturation cérébrale, dans les premiers mois de vie. Encourager cette exploration, surtout
si votre enfant risque de présenter une déficience mentale ou sensorielle, lui sera
bénéfique.
Tout nouveau tout beau
Tourner sa tête vers un bruit intéressant : un bébé le fait dans ses premiers mois, dès
que son cerveau devient capable de calculer le temps qui sépare l’arrivée d’un son
dans une de ses oreilles, puis dans l’autre. C’est cet infime décalage qui lui permet
de déduire automatiquement, comme nous, et sans la voir, où se trouve la source
d’un bruit. Le moteur psychologique de ce processus est l’intérêt pour la nouveauté.
Pour stimuler votre enfant, proposez des tintements de clochette, des couinements
de peluche et autres sons rigolos. D’abord dans son champ visuel, puis, quand il
les connaît bien, en dehors.
Vibrations
La localisation spatiale à partir des vibrations est amusante pour tous les petits et
très utile pour ceux qui présentent une déficience auditive. Donnez à votre enfant
l’occasion de ressentir des vibrations. Tout-petit, posez-le sur un très gros ballon
gonflable et jouez à provoquer des petits chocs à gauche, à droite, tout près de
lui, un peu plus loin. Si le sol s’y prête, mettez-le par terre quand vous écoutez de
la musique rythmée, ou dansez avec lui.
Le matériel
« Écoute ! Tu as entendu ? C’est la cuillère qui frappe l’assiette. C’est fini. »
www.magazine-declic.com | 107
63 activités pour s’amuser et progresser
La stimulation auditive est amusante avec des tambourins, des clochettes, des
appeaux et les jouets qui imitent les cris des animaux, bien sûr. Mais pensez aussi
à attirer l’attention de votre enfant sur les bruits de la vie quotidienne : l’eau qui
coule, la porte qui claque, la sonnerie du téléphone.
Que préfères-tu ?
Choisir soi-même, rien de tel pour comprendre le lien entre une action et un son.
Proposez à votre enfant un de ces jouets sonores qui produisent des cris d’animaux
quand on appuie sur les boutons. Certains permettent de petits enregistrements.
Réalisez votre propre sélection, à partir des aboiements du chien, de la voix des
frères et sœurs, mais aussi de sons désagréables, des grincements, des frottements
de polystyrène, pour que votre enfant soit poussé à choisir et à éviter ceux qu’il
aime le moins.
Vive le bruit !
Une ambiance animée dans une maison n’a jamais gêné le sommeil ou le repos
d’un petit. Imposer aux plus grands de se taire et de marcher sur la pointe des
pieds ne correspond à aucun besoin repéré du nourrisson. Rappelez-vous que votre enfant, pendant sa vie utérine, entendait les bruits environnants et qu’il percevait
aussi les battements cardiaques et toute la machinerie biologique interne de sa
maman. Un vrai raffut, très voisin du niveau sonore quotidien dans lequel baigne
un adulte.
108 | www.magazine-declic.com
S’amuser, s’éveiller
Faire l’acrobate
Petits échauffements
Bouger, remuer, sauter. Le mouvement fait partie intégrante du développement de
l’enfant, qu’il soit valide ou non. Voici quelques exercices à réaliser avec lui pour
retrouver le plaisir tout simple de faire bouger son corps.
Avec votre enfant, recherchez différentes attitudes sur le canapé : se mettre en
boule ou les jambes à l’équerre sur le dossier. Cherchez toutes les manières de
marcher et de sauter, à quatre pattes comme le chien, le lapin, la grenouille ou à
pieds joints. Autres possibilités : se déplacer en tournant sur soi-même, en se grandissant, en sautillant, puis à pas chassés. Montrez-lui comment ramper sur le tapis :
au sol, couché à plat ventre en tirant d’abord sur les bras, puis en poussant. Vous
referez le même exercice sur le dos.
Pousser, tirer, tenir, serrer
Les enfants aiment bien le corps à corps avec des plus grands, profitez-en : ils peuvent pousser maman assise sur un coussin, la relever avec les mains lorsqu’elle est
accroupie sur le tapis. Des objets de la maison serviront également pour ce genre
d’exercices : cartons à tirer, à pousser ou à assembler comme les wagons d’un petit
train. On peut aussi tenir son enfant dans diverses positions et à différentes hauteurs, verticalement et horizontalement : sur la hanche droite, puis sur la gauche.
En lui demandant de serrer fermement les jambes, faites-le rouler autour de vous,
un peu à la manière du rock acrobatique. En général, ils adorent !
Équilibre
Proposez-lui de lever et porter en équilibre différents objets non fragiles : un manche
à balai dans la main, un gobelet en plastique sur le front, une cuillère avec une
balle dans la bouche. Utilisez les chaises de la maison pour que vos enfants se
déplacent dessus en équilibre, d’abord en s’aidant de votre main, puis en acceptant de la lâcher.
Roulades et acrobaties
Faites-lui découvrir toutes les possibilités de roulades : avant- arrière, sans mettre
la tête, jambes tendues. Choisissez toujours un sol mou et, alors qu’il effectue la
pirouette, soutenez-le d’une main dans le dos. Dehors, vous pouvez l’encourager
à monter sur un banc, un petit mur, à se suspendre à des portiques, en restant
toujours près de lui.
www.magazine-declic.com | 109
63 activités pour s’amuser et progresser
Accessoires
Vous avez utilisé des objets domestiques comme accessoires gymniques. Vous
pouvez aussi installer un espalier, qui servira à de nombreux jeux de grimper et qui
permettra de travailler l’équilibre. Un minitrampoline dans le jardin leur apprendra
à rebondir. Les filles aiment bien évoluer avec des rubans ou ballons : une baguette
à brochettes et quelques centimètres de ruban devraient faire l’affaire et augmenter
la difficulté mais aussi le plaisir des déplacements dans l’espace.
Précautions
N’allez pas trop vite, rien ne vous empêche de reprendre plusieurs fois des jeux
appréciés par les enfants. L’important est de leur permettre de satisfaire leur besoin
de mouvement et de jeu grâce à des activités corporelles mesurées et surveillées.
Quelques exercices répétés au ralenti seront suffisants au départ. Ne lui demandez
jamais de tenir des positions en bloquant sa respiration. Il doit chercher à inspirer
et expirer lentement et prendre d’importants temps de récupération. Enfin, vérifiez
bien les contre-indications médicales au niveau du dos et des hanches.
110 | www.magazine-declic.com
7
Faire de
l’exercice
Faire de l’exercice
Renvoyer la balle
Sérier les difficultés
Les jeux de raquette demandent un certain nombre de compétences physiques et
une bonne coordination des mouvements. Il faut pouvoir se déplacer avec un objet
dans la main, anticiper la trajectoire de la balle afin de la rattraper, et lui imprimer
ensuite l’énergie nécessaire pour la renvoyer au bon endroit. Avant d’entrer dans
cet apprentissage complexe, vérifiez ce dont votre enfant est capable. Peut-il se
déplacer en fauteuil, marcher ou courir en tenant à la main une miniraquette ou
un objet (marteau, poêle) ? Parvient-il à suivre une balle des yeux ? Comment se
débrouille-t-il pour lancer un objet dans une zone délimitée en le frappant avec la
raquette ? Alternez les exercices où il est à l’aise (pour qu’il s’entraîne) avec ceux
qui lui posent davantage de problèmes (pour qu’il progresse).
Jouer sans se faire mal
Au cours de l’apprentissage, les chutes sont fréquentes, surtout si l’enfant se donne
à fond pour rattraper une balle difficile. Pour éviter les écorchures, choisissez un
terrain souple, de préférence une pelouse. Le principal inconvénient des sports de
raquette est qu’ils ne font travailler intensément qu’une seule partie du corps. Vérifiez qu’il n’existe pas de contre-indication pour votre enfant. En fauteuil, on pensera
à bloquer les jambes pour un meilleur travail de la partie supérieure du corps. Dans
tous les cas, l’échauffement devra être très complet.
Matériel d’initiation
Pour les débutants, il existe des miniraquettes en tissu et des gants ayant la forme
d’une tête de chien, que l’on enfile et qui “croquent” la balle avec leurs mâchoires.
Ce sera l’idéal pour acquérir des réflexes. On trouvera aussi des raquettes qui ont
l’aspect des chisteras de la pelote basque. En polyéthylène souple, elles pourront
être utilisées dès 6 ans.
Balles multicolores
Le speed-ball rappelle le jokari. C’est un jeu de raquette autour d’un mât rigide
auquel est accroché un fil de 1,5 mètre de long avec une balle. Il existe aussi des
balles en couleur facilement repérables pour des enfants ayant des problèmes de
vue, et un modèle multicolore permettant d’apprendre aux enfants le phénomène
de rotation.
www.magazine-declic.com | 113
63 activités pour s’amuser et progresser
Petits jeux pour se lancer
Ils permettent de se familiariser avec les gestes et les attitudes du tennis. Exemple :
une balle de ping-pong dans chaque main, l’enfant les laisse tomber sur le sol et
les rattrape. Le chope-balles l’aide à intercepter une balle lancée à la main. Avec
une raquette de ping-pong, l’enfant lance verticalement une balle de tennis et
essaye de l’amortir. Il peut aussi faire rebondir un ballon de baudruche à l’aide
d’une raquette de badminton. Avec une raquette de minitennis, il lance une balle
sur une table pour la faire rebondir.
L’inscrire à un club
Pour progresser, une inscription à un club peut être envisagée. Le minitennis permet
aux enfants de 5 ou 6 ans d’aborder ce sport de façon ludique. Les balles sont
en mousse, les terrains adaptés à leur taille. Les règles de la fédération de tennis
en fauteuil sont globalement les mêmes que celles du tennis standard. Le “premier
pas” pongiste permet aux plus jeunes de découvrir gratuitement le tennis de table,
sous forme de jeux.
114 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Faire la course
Plus vite
Pour être bon en course, saut ou lancer, mieux vaut bien s’entraîner. En effet, le
verdict du chrono ou de la barre est sans appel. En revanche, toutes ces activités
pratiquées pour le plaisir vont développer des qualités de base : la vitesse, la
détente, la coordination des mouvements. Prenons l’exemple de la course. On
incitera l’enfant, dès son plus jeune âge, à marcher doucement, puis de plus en
plus vite. Il apprendra ensuite à courir avec un changement d’allure ou de direction, à réagir à un signal. Dans un parc, il effectuera un long trajet en transportant
des objets d’un point à un autre. Petit jeu à lui proposer : sur une longue distance,
il agrémentera son parcours en ramassant à intervalles réguliers des objets qu’il
rapportera à la fin de l’exercice. Enfin, n’oubliez pas les temps de récupération,
doublés par rapport à un enfant valide.
À plusieurs pour se motiver
Courir ensemble, c’est plus amusant ; proposez de jouer au chat et à la souris,
d’imiter la course de certains animaux et soutenez le jeu en racontant une histoire.
On peut se promener dans la forêt en franchissant des obstacles de différentes
façons : sans élan, puis avec élan, en marchant ou en courant. Lorsque l’enfant
maîtrise bien son souffle et sa course, il peut se lancer dans des relais, au cours
desquels les plus lents se motivent par rapport aux plus rapides. Au plaisir de la
course s’ajoute alors celui de gagner. Pour ceux en fauteuil, on organisera un
parcours matérialisé par deux cordes : il faudra suivre le chemin ainsi tracé sans
heurter ou dépasser les limites.
Plus haut
Pour bien sauter, il faut se préparer : trouver sa course d’élan, choisir le pied d’appel, travailler l’impulsion et envisager la chute. D’une façon plus ludique, sauter
invite à se propulser en l’air, à se grandir, à vouloir toucher des objets accrochés à
une branche. Comme pour la course, les enfants imiteront les animaux. Après avoir
couru comme des zèbres, ils vont pouvoir sauter comme des grenouilles !
Dans la nature
Les enfants adorent les parcours. La nature offre l’embarras du choix : on peut sauter
d’un petit mur, enjamber une flaque d’eau, s’envoler au-dessus de la rivière sans mordre le bord. Les sauts varieront en hauteur et en longueur. Ils s’exécuteront d’abord
en prenant appui avec un pied, puis avec les mains, en quelque sorte en faisant le
saute-mouton. Les plus hardis essaieront de le réaliser avec leurs copains.
www.magazine-declic.com | 115
63 activités pour s’amuser et progresser
Plus loin
Avec des objets de matières et de poids différents, les enfants vont découvrir des
trajectoires variées. Légères, les balles s’envoleront loin. Plus lourdes, elles nécessiteront force et résistance dans les bras. Sur le sol, elles rebondiront, glisseront. Les
enfants s’apercevront qu’on peut lancer avec les deux mains à partir de la tête, de
l’épaule, du ventre. Avec une main, ils lanceront des boules de neige, des balles
de son, des fléchettes sur une cible, des pierres dans l’eau. Plus naturellement, on
peut lancer le fil de la canne à pêche ou du pain aux oiseaux.
Précautions
Pour finir, quelques conseils : pensez aux petits échauffements des bras, aux étirements des cuisses et des mollets, des muscles du dos pour le saut. Les courses se
feront sur distances et dénivelés variés. En alternant course et marche, la récupération sera plus facile. Partez à plusieurs, le phénomène de groupe est toujours
porteur. Avec des vêtements amples et des chaussures adaptées, l’effort sera aisé.
Apprenez aussi à votre enfant à bien respirer, il courra plus longtemps.
116 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Randonner en fauteuil
Un fauteuil pour s’amuser
Mieux vaut commencer par de petites promenades aux alentours de la maison,
sans imposer à l’enfant un fatigant trajet en voiture : dans un premier temps, une
vingtaine de minutes suffit ; si vous voyez que votre enfant est heureux, la durée sera
augmentée. Avant de partir, il testera ses réactions en fauteuil : marchez, trottinez
puis courez avec lui, et évaluez ses facultés à accepter la vitesse. Apprenez-lui à
se déplacer seul, en utilisant les capacités de rotation de l’engin autour d’obstacles
naturels (enchaînements avant-arrière, tour et demi-tour). Proposez-lui de le basculer
dans son siège afin qu’il ressente la position inclinée. Avec des gants, il essaiera
aussi d’immobiliser les roues à chaque tour pour effectuer des “lâcher-freiner”.
Balades en famille
Rendez votre enfant actif en lui proposant de choisir l’itinéraire (des chemins assez
larges avec des dénivelés moyens), et en l’associant à la découverte de la nature.
Il s’enhardira à reproduire sur un site naturel les petits tests de manipulation faits
autour de la maison : en roulant, puis en tournant plus rapidement. Il expérimentera
également ce qu’il peut ressentir en passant sur l’herbe, la terre, le sable. Il testera
ses capacités à gravir une petite pente, seul ou poussé par un adulte. Il peut aussi
se servir d’une corde passée autour d’un tronc comme d’une corde de rappel, et
ainsi se rapprocher de l’arbre en tirant dessus…
Astuces
Pour simuler un terrain caillouteux, on utilisera de vieilles balles de tennis taillées
en leur milieu. Elles seront ensuite placées comme des cabochons sur les pneus
du fauteuil. Pour les chemins empierrés : entourez l’axe des petites roues avec des
chambres à air de cinq à dix centimètres de large, l’engin a davantage d’adhérence et les roulettes ne godillent plus.
Tenue et position
Un survêtement est une tenue appropriée ou, mieux, pour une saine évacuation de
la transpiration, une veste en Gortex. Des gants en Kevlar protègeront du frottement
des roues.
Installez confortablement votre enfant : les fessiers bien calés au fond du siège, les
mains doivent être en contact avec les axes des roues arrière et les coudes avec
les pneus.
www.magazine-declic.com | 117
63 activités pour s’amuser et progresser
Accessoires
Pensez aux coussins pour protéger les hanches, et aux protections latérales en
contreplaqué pour empêcher l’anorak de glisser dans les roues. Pour ceux qui n’ont
pas la mobilité des membres inférieurs, des cale-genoux réglables et repliables sont
d’une grande utilité. Si le maintien du dos se révèle difficile, le port d’une ceinture
souple passant derrière le dossier et serrée sur le ventre sera indispensable. Une
barre de maintien pourra aussi être installée à l’intérieur du siège, à hauteur des
accoudoirs, afin de constituer un appui supplémentaire pour les rotations.
Fauteuil tout-terrain
Tous ces conseils sont donnés pour des fauteuils standard. Il existe aujourd’hui des
modèles tout-terrains qui se présentent sous la forme d’un chariot muni de trois ou
quatre roues équipées de pneus VTT et de puissants freins à disque. Ils sont destinés
à des sentiers de montagne dont la pente peut être raide et d’une largeur minimale
de quatre-vingts centimètres. Ils nécessitent une grande pratique et sont réservés à
des personnes autonomes. Notons que le fauteuil monoroue (la Joëlette) est plus
adapté à des promenades familiales.
118 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Danser en couple
Accepter d’être touché
La danse est ancestrale, et les jeunes handicapés mentaux ne sont pas les derniers
à ressentir le plaisir de bouger leur corps. C’est d’ailleurs cet aspect-là qui doit être
avant tout privilégié. Choisissez une musique qui leur plaît. Testez-la pour éviter de
provoquer un rejet. Ils adorent en général les mélodies entendues à la télévision.
Danser implique d’accepter d’être regardé, touché, manipulé. Des “jeux” préparatoires pourront être organisés. Ainsi, le danseur vient s’asseoir sur une personne
également assise, jambes étendues, tous deux orientés dans la même direction.
Ensuite, celui du dessous essaie de balancer son partenaire, passif. Il se dégage
alors sans brutalité et, au moment de la séparation, lui soutient la tête pour la
déposer sur le sol. Le danseur passif reste allongé quelques instants.
Les premiers pas
Certains auront du mal à se regarder dans un miroir. Préférez alors qu’un adulte se
place en face du jeune pour effectuer les premiers pas. En se tenant par les deux
mains, face à face, on apprend par exemple le pas chassé. Il s’effectue en se
déplaçant latéralement : on fait un pas de côté avec la jambe droite et on ramène,
en sautant, la jambe gauche, qui vient chasser la jambe droite, et ainsi de suite.
Entraîné par l’adulte, qui imprime la cadence, l’adolescent peut faire le tour d’une
pièce. Si le jeune éprouve des difficultés, la figure peut se réaliser sans saut et sans
rythme. On écarte la jambe droite, on ramène le pied gauche, etc.
Variantes
L’adulte peut inviter le danseur à réaliser quelques pas en tenant un objet (ballon,
bâton) dans une main, puis dans l’autre, et à évoluer sur une musique. On peut
aussi proposer d’exécuter une danse rythmée en se tenant par une main et en
faisant varier les paramètres du mouvement. Ainsi, les jeunes doivent s’arrêter au
signal, tourner sur eux-mêmes ou aller en sens contraire. Utilisez à fond les ressources des jeux dansés, tels que celui de la danse du tapis.
Rythme
Privilégiez les danses aux rythmes simples. Il est parfois difficile d’intégrer les huit
temps du rock. Contentez-vous alors d’un rythme ternaire : 1-2-3, 1-2-3. Évitez les
musiques saccadées comme la techno avec des enfants psychotiques, mais aussi
les slows pour leur trop grande proximité physique. L’emploi d’instruments à percussion tels que les djembés aideront l’apprenti danseur à marquer le rythme.
www.magazine-declic.com | 119
63 activités pour s’amuser et progresser
Quelles danses ?
Hormis sur les musiques qui provoquent des réactions violentes de la part de certains, toutes les danses peuvent être apprises. Les danses collectives développeront
plutôt le plaisir de s’exprimer en groupe, d’appartenir à une communauté qui
s’amuse (fête de famille, bal, etc.). D’autres demandent un apprentissage plus particulier (rock, valses ou certaines danses folkloriques). Mais on aurait tort de penser
que les jeunes déficients mentaux ne peuvent pas s’intégrer à ces manifestations.
Après une période d’adaptation, ils y ont tout à fait leur place.
Les bienfaits de la danse
Ils sont nombreux : la danse apaise les tensions et la frustration par le mouvement,
en particulier chez les jeunes psychotiques. Sur une musique jazzy, il est facile de
se libérer. Les déficients mentaux ont du mal à se concentrer. Grâce à la danse,
qui est avant tout un jeu, ils y arriveront mieux. Et pour tous, handicapés ou non,
elle est un moyen de se retrouver, de faire la fête, sans préjugés. Certains pourront
d’ailleurs intégrer un cours au coût relativement modeste, dans une MJC.
120 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Accepter des
partenaires de jeu
Son envie et la vôtre
« Va-t-il pouvoir faire du sport avec les autres ? » Dans cette question qui brûle les
lèvres de beaucoup de parents, il y en a deux autres. L’enfant lui-même a-t-il envie
de pratiquer une activité physique en groupe ? Un des parents a-t-il la patience, la
compétence et la disponibilité pour l’accompagner ? Si ces deux conditions sont
réunies, il faut essayer. Souvent, l’envie émerge parce que le frère ou la sœur fait
partie d’un club sportif. Mais il ne faut pas faire reposer tout le poids de l’intégration dans un groupe sur la fratrie. Le fait de bien connaître la structure ne suffit pas
pour que tout soit réglé. Si un copain d’école ou d’établissement est déjà intégré
dans une équipe, c’est un plus, mais cela ne vous dispense pas d’un accompagnement et d’une préparation, toujours indispensables.
Choisir le bon sport
La meilleure motivation pour participer : un coup de cœur pour une activité sportive
particulière. Visionnez des matchs avec votre enfant, à la télévision ou en vidéo,
et testez ses réactions. Il n’aime pas, ça l’ennuie au bout de quelques minutes, il
ne comprend pas du tout les règles ? Il s’agit peut-être de trouver quelque chose
qui l’accroche davantage. Pendant vos vacances, inscrivez-vous en famille aux
jeux sportifs qui sont proposés dans les campings ou sur vos lieux de villégiature.
C’est une bonne occasion de tester l’envie et les capacités de votre enfant dans un
environnement peu compétitif, où l’on vient surtout pour s’amuser.
Le désir de progresser
Pour s’adapter au jeu collectif, il faut réagir rapidement, avoir envie de s’opposer
et de chercher des solutions pour gagner. Développez ces qualités chez votre
enfant en jouant avec lui à des jeux de balle qui demandent des déplacements
rapides en fauteuil. S’il aime jouer seul, invente des situations (balle au mur, etc.),
encouragez-le, c’est un bon signe : il a envie de progresser dans l’apprentissage
de certaines habiletés manuelles.
L’importance du lieu
L’endroit où se déroule l’activité a un grand rôle, car qui dit jeu collectif dit bruit.
Certains enfants sont capables de jouer en groupe en extérieur, mais hurlent de
peur dans un gymnase parce que le son résonne et que la luminosité rend les cou-
www.magazine-declic.com | 121
63 activités pour s’amuser et progresser
leurs insupportables. Si votre enfant a ce type de sensibilité, pensez à une activité
sportive plus tranquille (danse, relaxation).
Surmonter les blocages
Impossible de participer la peur au ventre, c’est le principal obstacle à la pratique.
Pour pouvoir aider votre enfant, il faut comprendre ses craintes, qui sont toujours
irrationnelles (vous ne pouvez pas les deviner sans lui poser de questions). A-t-il peur
du contact ? de tomber ? Est-ce que les remarques de l’entraîneur ou de ses partenaires lui font perdre ses moyens ? Est-il mal à l’aise sous le regard d’étrangers ?
En discutant avec lui de ce qui le gêne, vous ne le laissez pas avec ses peurs, et
vous l’aidez à se décrisper.
Tout doux
Participer à un jeu collectif est un travail mental et physique. Choisissez un lieu
d’accueil où votre enfant pourra pratiquer pendant des séances de quarante-cinq
minutes maximum, à distance des repas et de la fin de la journée. Munissez-le
d’un cardiofréquencemètre, car certains enfants n’ont pas conscience de l’effort.
Accompagnez-le et encouragez-le. Plus tard, si l’intégration est réussie et que la
solidarité de l’équipe fonctionne, vous pourrez le laisser aller seul dans sa seconde
famille.
122 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Se dépenser
Bien dans son corps
Chez un enfant autiste qui a du mal à entrer en contact avec son environnement,
la dépense physique peut être utile. Elle permet de travailler le tonus musculaire, le
contrôle de la force et de la vitesse, ce qui le mettra plus à l’aise dans son corps.
En lui fixant des objectifs simples comme réussir à réaliser un parcours d’obstacles
avec des chaises, des cônes, des cerceaux, vous l’amènerez doucement vers une
activité bénéfique pour lui. Organisez de petites séances régulièrement, une à
deux fois par semaine, afin qu’il se familiarise avec cette nouveauté. Si l’activité
lui plaît, votre enfant va progresser peu à peu et montrer plus de motivation et d’attention. Vous constaterez peut-être, en plus, une réduction de ses comportements
d’autostimulation.
Démarrage en douceur
Observez comment votre enfant manipule les objets et se sert de son corps : ses
goûts spontanés seront la base de l’activité. Présentez-lui un ballon et regardez s’il
le prend et le garde longtemps ou s’il s’en débarrasse rapidement, s’il joue davantage avec ses pieds ou, au contraire, s’il est tenté de s’en emparer avec les mains.
S’il s’intéresse au lancer du ballon, on pourra envisager des passes de balle ; s’il
aime le faire rouler, on peut imaginer un jeu de quilles ou un slalom avec la balle
au pied. Si le ballon l’indiffère ou qu’il en a peur, préférez des activités qui ne
nécessitent pas cet objet, comme une course ou des parcours de sauts.
Sensations
Quand votre enfant sera à l’aise avec les parcours simples, vous pourrez passer à
des activités plus variées. En général, il préférera celles où il ressent des émotions
fortes, comme le roller. Pour pratiquer ce sport, choisissez des endroits spacieux,
un parc par exemple. Commencez par un apprentissage de l’équilibre, en tenant
bien votre enfant, puis proposez-lui de courtes allées et venues.
Un cadre propice
Attachez-vous à créer un environnement rassurant. Gardez toujours le même timbre
de voix, cela permet à votre enfant de ne pas être surpris par une consigne qui lui
paraît plus difficile que les autres à réaliser. Mettez-vous à sa hauteur pour lui parler,
afin de l’inciter plus facilement à reproduire vos gestes.
Enfin, bannissez les actions sportives en extérieur en fin de journée ou lorsque la
nuit tombe, pour éviter qu’il ait peur ou qu’il s’angoisse.
www.magazine-declic.com | 123
63 activités pour s’amuser et progresser
En avant l’imagination !
Racontez à votre enfant une histoire qu’il peut mimer avec votre aide et qui se transforme en activité physique. Ainsi, la fermière qui va faire son marché en se pressant
devient une véritable course où l’on récupère des fruits et légumes en plastique
dispersés dans le jardin. Dans les activités d’intérieur, pour soutenir l’attention de
votre enfant, servez-vous d’un support musical. Une musique douce sur laquelle il
peut faire de petits pas, puis une plus rythmée où il bougera les bras et les jambes
comme au cours de vraies séances de gymnastique.
Chacun à sa place
La position que vous adoptez pendant la séance joue un rôle sur l’attention et la
participation de votre enfant. Placez-vous à côté ou derrière lui, plutôt qu’en face à
face comme lors des traditionnels cours d’éducation physique. Cela permet à votre
enfant de mieux se concentrer sur les gestes à accomplir et améliore ses capacités
d’observation. L’imitation des gestes est facilitée, car il n’a pas à les inverser.
124 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Bouger pour perdre
du poids
Première alerte
Depuis dix ans, les statistiques montrent que, dès le plus jeune âge, trop d’enfants prennent le chemin du surpoids ou de l’obésité. Pour enrayer cette évolution,
adapter l’alimentation de l’enfant aux dépenses de son organisme est la première
démarche. Sachez aussi que le manque de sommeil favorise la prise de poids.
Et, bien sûr, il est recommandé d’augmenter sa dépense physique, si toutefois
l’effort n’est pas interdit.
Changer ses habitudes
Faites-lui prendre conscience de son image : devant un miroir, regardez-vous,
comparez-vous, imaginez-vous autrement. Aidez votre enfant à distinguer masse,
volume et poids, en jouant à transporter des objets plus ou moins encombrants.
L’objectif est de lui faire comprendre qu’il est utile qu’il maigrisse. Non parce qu’il
serait laid, mais parce que l’obésité est synonyme de contraintes, d’inconfort et de
difficultés pour son avenir. Décidez-le à adapter sa tenue vestimentaire (couleurs,
matières) et sa coupe de cheveux afin d’améliorer son image.
Un sport pour lui
Le sport suffit rarement pour perdre du poids. Pour brûler un kilo de graisse, il faudrait marcher cent quarante kilomètres. Choisissez avec votre enfant une activité
motivante qui permet des progrès. Certaines mettent à mal les articulations, en particulier lorsqu’on est lourd : jogging, tennis ou jeux de ballon. Ne lui proposez pas
non plus en priorité les sports qui demandent souplesse et vitesse, tels l’escalade,
l’athlétisme ou la danse. La natation (aquagym, balnéothérapie), le vélo (d’appartement, avec une pratique en extérieur sur terrain plat) et la gymnastique (sous
forme d’exercices musculaires effectués lentement) restent les plus indiqués.
Idées préconçues
Certaines idées ont la vie dure, et beaucoup d’enfants en surpoids se retrouvent
dans une section de judo pour, leur dit-on, jouer de leur force. Il faut savoir que,
opposés à des enfants agiles et rapides, ils connaissent alors souvent une situation
d’échec.
www.magazine-declic.com | 125
63 activités pour s’amuser et progresser
Trouver des occasions
L’activité la plus facile à organiser est la marche, avec un minimum de trente minutes par jour afin d’entretenir sa forme. Pour y arriver, on peut mettre à profit
toutes les situations familiales : aller chercher le pain à pied, randonner le weekend, diminuer le temps passé devant la télévision, choisir systématiquement les
escaliers plutôt que l’ascenseur, profiter d’un rayon de soleil pour faire du vélo,
mettre plus d’énergie dans tous les gestes du quotidien. Pratiquer lentement évite
l’essoufflement et permet de prolonger l’effort. Vérifiez que votre enfant s’hydrate
suffisamment, surtout s’il transpire.
126 | www.magazine-declic.com
Faire de l’exercice
Être en forme le jour J
Réveiller son corps
Avant de retrouver le chemin de l’institution, il est utile que votre enfant se dégourdisse le corps et l’esprit. Il sera mieux dans sa peau et en meilleure situation pour
appréhender l’inconnu et la nouveauté. Commencez, le matin, par lui proposer de
petits mouvements qui sollicitent tour à tour les doigts, les paumes, les poignets, les
chevilles, le cou et le visage. Il peut jouer à tambouriner sur la table, à se frotter la
paume des mains, à les serrer l’une contre l’autre, à froncer les sourcils ou à faire
des moulinets avec la tête, les poignets ou les chevilles. Prenez quelques minutes
pendant le petit-déjeuner pour cette mise en route. C’est un moment idéal, car il est
très important de s’être bien hydraté avant et après l’effort.
Prêt pour la cantine
Peut-être va-t-il prendre pour la première fois ses repas dans un self-service ? Si cette
perspective l’inquiète, il peut s’entraîner, à la maison, à transporter des objets d’une
pièce à l’autre. Apprenez-lui à tenir un plateau en équilibre, à se déplacer sans
faire tomber les objets disposés dessus. Augmentez progressivement la difficulté en
choisissant des éléments plus lourds et moins stables. S’il est en fauteuil, il s’exercera à faire de petites stations dans le couloir sans renverser son plateau. Terminez
par une simulation proche de la réalité, avec couverts, assiette et verre.
Dans le jardin
Si vous disposez d’un jardin, profitez-en pour lui proposer de vous y aider. Il peut
ranger le petit matériel ou des bûches de bois avec une brouette, ramasser les fruits
en cherchant à plier les jambes tout en gardant l’équilibre. Ces petites activités
où il se rendra utile lui plairont certainement et, dans le même temps, elles seront
l’occasion de pratiquer une activité physique.
Manier son fauteuil
Les parcours de santé sont des endroits bien adaptés pour s’entraîner à manier son
fauteuil. Votre enfant pourra y faire des demi-tours, avancer en zigzag, prendre de
la vitesse et apprendre à s’arrêter net. Proposez-lui aussi de monter et descendre
des pentes à petits dénivelés. Dans une ambiance sécurisante, il aura moins d’appréhension.
Équilibre
Le long d’un parcours de santé, un enfant qui marche peut travailler son équilibre
en s’entraînant à suivre les lignes au sol, à enjamber des obstacles ou à se suspen-
www.magazine-declic.com | 127
63 activités pour s’amuser et progresser
dre à un portique. S’il souhaite en faire plus, multipliez le nombre d’exercices plutôt
que d’augmenter leur difficulté. Pour la marche ou la course, de la même façon, il
vaut mieux accroître la longueur des déplacements que la vitesse. S’il se prend au
jeu et veut recommencer régulièrement, songez à établir un bilan de santé avec
votre médecin, en l’interrogeant sur d’éventuelles contre-indications.
Jeux de société
Il apprécie particulièrement un jeu de société ? Offrez-lui ce plaisir qui l’entraîne à
mémoriser des consignes et à les suivre sans faute. Profitez également des soirées
où vous jouez en famille pour lui apprendre les gestes de co-opération et de participation, qui lui seront utiles en collectivité. Confiez-lui, par exemple, le soin de
mettre en place un tapis sur la table, de disposer les éléments du jeu, puis de tout
ranger soigneusement dans la boîte pour ne rien perdre.
128 | www.magazine-declic.com
8
Faire du sport
Faire du sport
Courir
Bon pour lui… et pour vous !
La course n’a rien d’une activité extraordinaire. Les enfants, dès qu’ils en ont la
capacité physique, s’amusent spontanément à courir après un ballon, derrière leur
grand frère, ou font semblant de s’enfuir pour vous inciter à les rattraper. L’habitude
de courir disparaît souvent chez les adolescents déficients mentaux, par manque
d’occasions ou de partenaires. Pourtant, cette activité de plein air leur ferait le plus
grand bien pour décompresser, et à vous aussi ! Vous pouvez commencer par un
parcours de santé dans un parc. Le dimanche est généralement le jour des familles,
et vous pourrez vous laisser porter par le groupe. Si vous êtes seuls, courez côte à
côte, puis face à face (vous progressez en marche arrière). Ensuite, faites-vous attraper, faites-vous rejoindre pour provoquer de petites accélérations : dans ces situations ludiques, votre enfant courra sans rechigner, comme lorsqu’il était plus petit.
Corrigez ses erreurs
Un défaut fréquent consiste à regarder ses pieds en courant, alors que la tête
comme le tronc doivent rester droits. L’attitude générale doit être tonique, pour
éviter de provoquer des douleurs lombaires et cervicales. En même temps, pas
de crispation : ne pas serrer les poings, ne pas contracter les mâchoires, ne pas
hausser les épaules. Les bras, légèrement fléchis, sont dans l’axe de la course, pied
gauche et bras droit en avant, puis bras gauche et pied droit, mais sans exagérer
ce mouvement. Veillez aussi à ce que le jeune déroule complètement son pied sur
le sol et ne coure pas sur la pointe ou le talon.
Il est trop gros
L’obésité n’est pas un obstacle à la course, mais les articulations sont fortement
sollicitées et il faut choisir des chaussures adaptées au jogging pour réduire les
impacts. Courez avec votre enfant pendant de très courtes périodes (moins d’une
minute) entrecoupées de moments de récupération où vous marchez rapidement.
Même s’il préfère les tee-shirts XXL qui flottent, persuadez-le de choisir des vêtements près du corps, mieux adaptés à l’effort.
Dosez !
Pratiquée de façon raisonnable et dosée, la course convient à tous. Consultez
votre médecin par précaution et utilisez un cardiofréquencemètre (vendu dans les
magasins de sport) pour contrôler son effort et le vôtre. La pratique est à proscrire
quand votre enfant est à jeun, le soir peu de temps avant qu’il aille se coucher ou
après un repas de fête.
www.magazine-declic.com | 131
63 activités pour s’amuser et progresser
Itinéraire
Beaucoup de jeunes déficients intellectuels ont du mal à se représenter une distance donnée, surtout s’il s’agit de courir autour d’une piste. En donnant à votre
enfant des repères précis (« On va tourner trois fois autour du terrain, on va passer
près du lac, ensuite on dépassera le tas de bois »), il pourra concevoir des objectifs
intermédiaires motivants. Dans le même esprit, prendre toujours le même chemin
constitue un bon choix si ce dernier est assez varié. Dans ces conditions, il est plus
facile au jeune d’intérioriser le parcours et de soutenir un rythme.
Plein air
Il reste rétif ? Motivez-le avec le jeu des quatre coins. Un enfant se place au centre
d’un carré virtuel. Les autres enfants occupent les angles et se font des signes en
vue d’échanger de place. Si le joueur du centre est assez rapide, il s’installe dans
le coin vacant, et le perdant se met au centre.
Autre exemple : placés sur une ligne, les enfants avancent selon vos consignes (pas
de puce, de souris, de sauterelle, de géant). S’ils se trompent, ils retournent en
arrière ; si vous êtes distrait, ils peuvent avancer à leur guise jusqu’à l’arrivée.
132 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
Faire du ski de fond
Avant de partir
Le ski de fond permet d’alterner, en terrain plat ou vallonné, les plaisirs de la glisse
et les moments de découverte de la nature. L’idéal est de débuter sur une vaste
étendue avec une neige abondante et neuve. Il faut du souffle, de bons muscles
des cuisses et des bras, savoir glisser et porter le poids du corps alternativement
sur une jambe, puis sur l’autre. Avant de partir, pour améliorer les capacités d’endurance, rien de tel que quelques balades en vélo, VTT ou rollers. À skis, la notion
d’équilibre est primordiale. Petits tests à réaliser avant que votre enfant ne monte
sur les planches : accepte-t-il d’avoir des chaussures particulières, d’avoir les pieds
entravés ? Comment réagit-il sur un terrain en pente ? Pour l’habituer, on pourra
l’entraîner sur le sol nu, par des petits parcours en marchant, en courant, puis en
ajoutant les bâtons.
S’adapter au matériel et à la neige
L’enfant devra s’habituer à se chausser et enfiler les dragonnes (cordons sur la poignée des bâtons), porter les skis en équilibre sur différents terrains. Il apprendra à
damer la neige, chaussures aux pieds, puis avec les skis, et à se déplacer sur une
neige dure et vierge sans les bâtons. Il laissera une trace, en sortira sans l’abîmer,
se déplacera dans toutes les directions en dessinant une marguerite dans la neige.
En parcourant d’autres terrains, il saura faire la différence entre la montée, le plat
et la descente.
Premiers jeux
Sur le plat, aidez l’enfant à trouver différentes manières de se déplacer en ligne
ou latéralement (en marchant, en courant sans soulever complètement ses skis, en
sautant). Puis il apprendra à descendre de petites pentes, à se laisser tomber, à
passer des bosses et à glisser entre des portes. Toujours sur terrain plat, jouez au
ballon, en glissant sur les planches, sans bâtons. Enfin, votre bambin recherchera
toutes les façons possibles de remonter une pente, en escalier ou en canard.
Le pas de skating
Maintenant, il faut se risquer sur les pistes. D’abord dans les traces, en poussant
alternativement sur la jambe gauche puis sur la droite. Ensuite, on ajoutera les
bâtons. En prenant appui sur eux, ils vous propulsent à la manière des perches
des gondoliers. Les plus chevronnés apprendront le pas de skating : comme pour
le roller, on fait glisser ses skis en portant le poids du corps tantôt d’un côté, tantôt
de l’autre.
www.magazine-declic.com | 133
63 activités pour s’amuser et progresser
Matériel
Pour débuter, des skis à écailles sont recommandés. Ils glissent moins vite que
ceux à semelle lisse. Ne les prenez pas trop longs. Choisissez-les par rapport à
la puissance de l’enfant (poids, taille, vitesse d’exécution). Pour les chaussures, la
souplesse et le confort du pied en position de flexion ainsi que la rigidité latérale
sont des éléments déterminants. Si vous ne quittez jamais les pistes, prenez des
chaussures à tige basse, ce sont les plus légères. Si vous allez sur des terrains
vierges, optez pour des chaussures montantes.
Petits tests
Voici quelques repères pour évaluer la progression de votre enfant : il sait repérer
ses skis parmi d’autres paires, les chausse correctement et enfile ses dragonnes.
Il peut se déplacer en laissant une trace, sans les bâtons. Il parvient à dessiner une
forme en skiant. Il glisse genoux pliés, mains à leur hauteur. Il se baisse et se relève
en glissant. Il maintient ou accélère sa vitesse en poussant sur les bâtons, et fait une
course avec vous sans tomber. Il est prêt pour être un champion !
134 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
Jouer au hand-fauteuil
Préliminaires
Avant d’aborder les gestes fondamentaux du handball, il convient de vérifier si
l’adolescent possède un minimum de dextérité, s’il supporte le bruit du ballon et accepte d’attraper ou de lancer un objet. Dans un premier temps, on peut rechercher
toutes les manipulations possibles avec la balle, en commençant par un petit modèle. On variera aussi les matières en utilisant des baudruches, de la peluche, du
plastique ou du cuir. Nous vous conseillons un bon produit : le ballon de sandball,
en cuir souple et chaud (catalogue Identités Score). Pour ouvrir l’appétit de jeu,
motiver et préparer l’attention, lancez le ballon face à votre enfant (assis sur une
chaise). Vous faciliterez son ajustement postural par des recherches d’équilibre et
une bonne coordination œil-main : recevoir le ballon d’abord en le bloquant contre
son corps, puis en le stoppant devant soi, enfin en l’attrapant d’une main.
Se déplacer
Les trois actions majeures du handball sont le déplacement, le tir au but et le dribble.
Proposez à votre enfant un maximum de déplacements avant d’ajouter le ballon :
tourner, reculer, changer de direction, bloquer, slalomer. Demandez-lui d’effectuer
les mêmes exercices avec un ballon sur les genoux, coincé sous un bras, ou en
essayant de le tenir d’une main. Des exercices avec le ballon posé au sol peuvent
également être envisagés : le jeune le poussera avec son fauteuil (attention, pour
éviter que le ballon ne se coince sous le cadre, posez des bandes élastiques
scratch). Pour parer au basculement arrière du fauteuil, installez un stabilisateur.
Tir au but
Montrez-lui la meilleure méthode pour atteindre la cage : envoyer le ballon à deux
mains, en le jetant vers le but comme au basket, ou en le projetant comme un
punching-ball. Essayez les tirs sur un mur en dessinant une cible, en se plaçant à
des distances différentes, en changeant de ballon. Ces cibles peuvent être évidées
(cerceaux), et même mobiles, pour augmenter la difficulté. Évitez que le papa joue
les gardiens, car l’enfant aura du mal à réussir ses buts.
Dribble
Le dribble est gêné par le fauteuil. Utilisez alors un ballon de basket, au rebond
plus haut et à la surface plus importante. La texture des sols modifie aussi le jeu. On
peut choisir le gazon, le parquet ou le Taraflex. En un mot, un revêtement agréable : la personne déficiente est souvent perturbée par les bruits saccadés dans les
exercices de dribble.
www.magazine-declic.com | 135
63 activités pour s’amuser et progresser
En famille
L’idée première est de mettre en place des activités communes. Il faut mesurer la
motivation de l’enfant, mais aussi la vôtre, car c’est vous qui devrez manipuler
son fauteuil. La personne en fauteuil peut être associée au jeu collectif en tant que
relayeur au sein d’une équipe de valides. On adaptera les règles classiques du
jeu à la famille : par exemple, les parents doivent faire quatre passes avant de tirer
au but, et l’autre duo, celui avec l’ado en fauteuil, se déplacera et marquera sans
dribbler ; les buts ne mesureront pas plus d’un mètre de large, et on dessinera sur
le sol une zone à ne pas dépasser.
Condition physique
Le feu vert du milieu médical est essentiel pour ce type de sport, car les facultés cardiorespiratoires vont être mises à l’épreuve. L’initiation au hand-fauteuil ne peut être
envisagée qu’à la suite d’activités physiques pratiquées régulièrement. La personne
en fauteuil doit posséder un minimum de capacités physiques (vision, ouïe, sens du
déplacement) pour l’aborder.
136 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
Escalader
Anticiper
Vous aimeriez partir avec votre enfant à l’assaut d’une paroi ? C’est possible à
condition de bien vous y préparer ensemble.
Des jeux lui apprendront à s’équilibrer et à s’adapter à différents niveaux de verticalité. Il faudra aussi l’aider à maîtriser ses émotions, à évaluer ses limites et à
respecter les consignes. D’un point de vue plus technique, faites-lui essayer un casque pour être sûr qu’il le tolère (idem avec un baudrier). Et assurez-vous que votre
enfant supporte la hauteur.
Ces préliminaires effectués, un entraînement dans diverses conditions et sur différentes matières le familiarisera avec la technique : à la maison, apprenez-lui
à utiliser le matériel (mettre le baudrier, faire un nœud d’encordement) ; chez le
kiné, à monter et descendre l’espalier ; en salle d’escalade, à traverser des pans
d’entraînement…
Handicaps
Les personnes malvoyantes pratiquent aisément l’escalade grâce à leur sens tactile
plus développé. Celles en fauteuil peuvent s’initier à la tyrolienne (descente suspendue à une corde tendue entre deux arbres) ou au rappel sur plan incliné.
Attention aux couleurs des prises sur la paroi qui, si elles sont trop vives, peuvent
effrayer les jeunes psychotiques ou autistes. Enfin, l’escalade est déconseillée aux
personnes asthmatiques, épileptiques, diabétiques ou sujettes au vertige.
Quand ce sport est proscrit, l’alternative est offerte par « l’accro-branche ».
Règles de sécurité
Bien sûr, vous n’utiliserez que du matériel homologué et vous apprendrez à votre
enfant à respecter les règles élémentaires de sécurité. Ses cheveux devront être
attachés, les bijoux ôtés et les vêtements portés près du corps.
Ne surestimez pas ses possibilités, même si vous aimez le pousser à se dépasser.
En fonction du handicap, la séance d’escalade, encadrée par un professionnel
compétent, durera de quinze à quarante minutes.
Sus aux a priori
L’escalade, ça fait peur, « c’est pour les grands sportifs, pas pour moi ni pour ma
fille »… Les a priori qui entourent cette discipline empêchent d’en découvrir les
bienfaits. Grimper permet pourtant de renouer avec le tout-petit qu’on a été, d’apprendre à connaître son corps et à trouver ses équilibres. Et c’est bon pour toute la
famille. Renseignez-vous !
www.magazine-declic.com | 137
63 activités pour s’amuser et progresser
Des jeux pour se préparer
Les ouistitis : pour apprendre à maîtriser sa peur et à se réceptionner au sol, l’enfant
saute à partir de différents supports sur une surface aménagée, en fléchissant les
jambes.
Croisé-décroisé : pour tester de nouveaux équilibres en fonction d’autrui, on joue à
se croiser en marchant sur des tabourets.
Saut perché : pour anticiper une action, développer la maîtrise de soi et la rapidité,
l’enfant se perche à un signal et, au suivant, change de perchoir.
Découverte du sol : pieds nus, yeux bandés, l’enfant découvre et décrit les divers
revêtements posés sur le sol.
La montagne à la maison : placer des chaises de différentes hauteurs (qui symboliseront un rocher, une montagne…), et passer de l’une à l’autre (en utilisant le dossier pour s’équilibrer). On pourra faire de même avec des tables qu’on espacera
(pour créer la notion de vide) et sur lesquelles l’enfant rampera.
Le décroche-ballon : installer des ballons à différentes hauteurs et demander à l’enfant de les récupérer. L’exercice pourra être mené en extérieur.
Le Terrien et le lézard : placer contre un mur une échelle ou l’escabeau familial ;
l’enfant se déplace, le corps et les mains collés au mur, les pieds en contact avec
la plinthe. Il avance latéralement, escalade l’échelle, la redescend en s’aggripant
aux barreaux et continue son périple.
138 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
Faire du sport avec
une maladie respiratoire
Un cercle vicieux
Les enfants qui souffrent de troubles respiratoires obstructifs ont tendance à diminuer spontanément leurs dépenses physiques, en favorisant les activités les moins
éprouvantes pour le souffle. Comme leur maladie provoque une tolérance réduite
à l’effort, ils se détournent du sport, ce qui crée une sorte de déconditionnement.
Pour éviter l’essoufflement, la douleur dans la poitrine et la sensation angoissante
que les poumons répondent mal et avec retard à la commande (dyspnée), toute
une stratégie d’évitement se met en place. Or une activité physique réduite a pour
conséquence de rendre le handicap plus important, ce qui conforte la volonté
d’éviter l’effort. Les recommandations médicales sont claires à ce sujet : une pratique sportive régulière et modérée est indispensable. Mais il faut d’abord surmonter
un rejet compréhensible.
Chercher le confort
Comment souffrir moins et sortir de ce cercle vicieux ? Par un réentraînement qui
va faire diminuer la demande d’air. C’est donc l’endurance qui doit être travaillée,
pour que l’enfant puisse prolonger un exercice sans crainte de manquer d’air et
pour qu’il prenne conscience du seuil ventilatoire au-delà duquel il va ressentir
de l’inconfort. Avant d’être autonome dans ce domaine, il doit être guidé. Une
épreuve d’effort se déroule généralement en milieu médicalisé, sur un cyclo-ergomètre, vélo grâce auquel on peut faire varier la difficulté. On définit un seuil qui
correspond à une fréquence cardiaque : il ne faudra pas le dépasser au cours des
activités physiques.
Surveillance médicale
Des activités physiques simples comme la marche ou le vélo, qui ne requièrent
pas de technicité sportive particulière, sont faciles à organiser avec votre enfant.
Néanmoins, il est préférable que le début du réentraînement soit réalisé avec un
kiné ou un professionnel des activités sportives titulaire d’un brevet d’État qui prend
en compte ce type de handicap. Et, dans tous les cas, cette reprise d’activité devra
être supervisée par un médecin.
Autocontrôle
Un enfant peut être autonome pour la marche, le vélo, la natation, dès qu’il est
assez raisonnable pour respecter les indications d’un cardiofréquencemètre et
www.magazine-declic.com | 139
63 activités pour s’amuser et progresser
s’arrêter dès qu’il atteint son seuil ventilatoire. Les modèles simples et très lisibles,
disponibles dans les magasins de sport, comportent une montre qui indique le
pouls à partir d’un capteur maintenu sur la poitrine avec un bandeau élastique.
Se réentraîner
Pour commencer un réentraînement, il est recommandé de pratiquer trois séances
hebdomadaires (marche sur tapis ou vélo en salle) d’au moins quarante-cinq minutes. Les périodes de récupération et celles où l’intensité de l’effort est proche du
seuil ventilatoire sont alternées. Le déroulement idéal est le suivant : cinq minutes
d’échauffement, dix minutes d’activité intense, puis cinq minutes de récupération,
dix minutes intenses, encore cinq minutes de récupération suivies de sept minutes
d’effort, pour finir avec trois minutes de récupération.
Objectif randonnée
Un chemin sur un terrain accidenté avec ses montées, ses faux plats et de petites
descentes : voilà un cadre naturel qui permet parfaitement une alternance effort-récupération. Ce peut être un objectif très attractif pour toute la famille Si vous n’êtes
pas familier de ce genre d’activités, rapprochez-vous d’une association. Vous y
trouverez des éléments précis sur les types de parcours, leur difficulté, et l’on vous
proposera sans doute des marches collectives d’un niveau très accessible.
140 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
Accepter la différence
au gymnase
Plus vite, plus haut
Au gymnase, l’enfant handicapé moteur est confronté à ses limites physiques, au
regard des autres qui vont plus vite, plus haut. Ses camarades perçoivent davantage ses difficultés et l’enseignant est amené à adapter les exercices, alors que ce
n’est pas forcément le cas dans les autres activités scolaires. Cette réalité n’est pas
facile à assumer. Votre jeune aura peut-être envie de “sécher”, comme beaucoup
d’élèves en unité pédagogique d’intégration (UPI) qui devraient suivre les cours
d’éducation sportive avec leurs camarades valides, mais qui désertent le terrain de
sport. Rappelez-lui qu’un gymnase n’est pas le temple de la performance. Il s’agit
d’un lieu de pratiques physiques, ludiques, sociales, où chacun progresse et se dépasse. Il s’inquiète de ce corps qui mute, qu’il doit livrer au regard des autres et qui
ne ressemble jamais à celui du voisin ? C’est le signe qu’il devient adolescent…
Astuces
Il existe une multitude de solutions pour faire jouer ensemble des jeunes valides et
handicapés, en inventant des contraintes spécifiques.
Dans les sports collectifs, on peut :
- modifier la grosseur ou le poids du ballon ;
- réduire la taille de la cage adverse pour les valides ;
- accorder une valeur plus élevée aux buts inscrits par les jeunes handicapés ;
- jouer en mobilité réduite (au foot ou au basket : interdiction aux valides d’utiliser
leur meilleur pied ou leur meilleur bras) ;
- bander un œil aux valides qui jouent avec des malvoyants.
Nouvelles règles
Très efficace pour valoriser les uns et faire toucher du doigt aux autres les contraintes du handicap : pratiquer ensemble des disciplines sportives adaptées. Cela peut
être le torball, par exemple. On peut également, lorsque le matériel est disponible,
faire jouer tous les élèves dans des fauteuils roulants. Quand les jeunes handicapés sont familiers de ces disciplines, cela leur permet aussi d’être les “experts”, en
matière de règles, de stratégie, etc.
Tous athlètes
L’athlétisme, où la performance est au premier plan, peut malgré tout être adapté.
Toute la classe est chronométrée, mais :
www.magazine-declic.com | 141
63 activités pour s’amuser et progresser
- l’enfant valide sprinte sur une distance supérieure pour arriver à la même ligne
d’arrivée que le jeune handicapé ;
- le jeune déficient fait une course simple pendant que son camarade valide parcourt la même distance en sautant des haies.
Yeux bandés
Des valides, yeux bandés, jouent avec des déficients visuels à faire des passes de
balle sans parole, avec un matériel qui fait peu de bruit. On s’aperçoit alors que
les joueurs désavantagés ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Une entrave
momentanée modifie les repères du valide. Le voilà déstabilisé, plongé dans une
situation de handicap. Il s’efforce alors de faire de son mieux et constate que les
personnes handicapées, pour pratiquer un sport, doivent faire preuve d’autant de
volonté, de réflexe et d’adresse que lui. Difficile, ensuite, de nourrir le moindre
sentiment de supériorité.
En tandem
Faire des équipes mixtes qui associent le meilleur physiquement avec le plus faible, le second avec l’avant-dernier, etc. permet de faire tomber bon nombre de
préjugés. Les qualités nécessaires pour surmonter un handicap (courage, motivation, persévérance) se révèlent extrêmement précieuses dans le sport. Placer une
personne handicapée dans la position de leader peut s’avérer très utile pour elle,
pour sa confiance en elle, et constituer un atout pour le moral et la cohésion de
l’équipe.
142 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
S’entraîner pour
la compétition
Être premier
L’important est de participer, dit-on. Oui, mais l’esprit de la compétition a aussi ses
charmes. Le désir de gagner et d’obtenir une récompense peut être épanouissant,
pour peu que l’activité sportive pratiquée ainsi convienne à la personnalité du jeune
et se déroule sous la responsabilité de professionnels attentifs. Le véritable danger
de la compétition – et les parents doivent être vigilants – provient de la pression
d’un entraîneur qui veut se valoriser à travers son athlète et ne s’intéresse plus au
désir du jeune. Celui qui en a les capacités et la volonté doit être encouragé à se
mesurer aux autres, jamais contraint. Il doit aussi avoir le droit de changer d’avis :
parce que l’entraînement est trop dur ou que ses préoccupations ne sont plus les
mêmes. Et s’il craque cinq minutes avant le départ de la course, un bon entraîneur
le réconforte sans le culpabiliser.
S’habituer au changement
Il est plus difficile de faire preuve de son meilleur niveau dans un contexte nouveau. Or, en compétition, il faut souvent se déplacer, l’athlète rencontre des personnes inconnues, joue sur un terrain ou avec un matériel différents de ceux de
l’entraînement. Des détails peuvent perturber un jeune qui n’a pas l’habitude du
changement : une piscine qui présente des dessins de carrelage particuliers pour
un nageur, une nouvelle pagaie pour un kayakiste ou le passage du parquet au
sol Taraflex pour un basketteur. Il est très important qu’un enfant ne soit pas inscrit
dans une compétition sans avoir au préalable fait l’expérience d’un environnement
inconnu.
Tout n’est pas possible
Toutes les pratiques ne sont pas accessibles à tous, valides ou handicapés. Cela
fait partie du rôle de l’entraîneur de savoir quel sport et quelle compétition sont
ouverts en fonction du niveau du jeune et des progrès qu’il peut raisonnablement
envisager de faire. C’est à lui aussi que revient la tâche d’écarter un athlète qui ne
peut pas ou ne peut plus pratiquer en sécurité parce que l’effort constitue un risque
pour sa santé.
Attention aux excès
Se découvrant un talent, un jeune peut être tenté d’en faire trop pour progresser,
www.magazine-declic.com | 143
63 activités pour s’amuser et progresser
jusqu’à tomber de fatigue comme disent certains. Assurez-vous que le professionnel
qui suit votre enfant veille au grain, c’est-à-dire qu’il le teste régulièrement pendant
l’effort avec un cardiofréquencemètre (qui permet de mesurer le rythme cardiaque)
et lui propose un barème de progression.
Enjeu pour qui ?
La compétition peut devenir la soupape de sécurité d’un établissement : on organise une manifestation sportive pour dissiper une ambiance tendue… Certains
éducateurs sportifs sont parfois d’anciens athlètes qui ont envie de gagner des
compétitions par procuration. Le rendez-vous sportif lointain, quelquefois à l’étranger, fait voir du pays à votre enfant, mais il sort aussi ses accompagnateurs de leur
train-train. Il existe quantité de mauvaises raisons pour pousser un jeune à concourir
pour une médaille. Une seule parade, demandez-lui : « As-tu vraiment envie d’y
aller ? »
C’est la fête !
Pour beaucoup d’athlètes, la compétition est liée à la fête, à l’ambiance particulière qui entoure la performance produite en public, quel que soit le niveau des
participants. D’autres sont très sensibles aux récompenses, médailles, podiums,
cadeaux. Sur ce dernier point, renseignez-vous pour épargner des déconvenues à
votre enfant. Il est arrivé que des organisateurs imaginent de donner une peluche
à de jeunes adultes, ce qui, évidemment, n’est pas du meilleur goût pour valoriser
leurs efforts.
144 | www.magazine-declic.com
Faire du sport
Choisir un séjour sportif
Ses goûts et ses difficultés
Pour qu’un séjour sportif soit profitable, l’idéal est que vous choisissiez avec votre
enfant une activité et un niveau d’exigence qui lui soient bien adaptés. Le séjour
doit le stimuler, lui donner envie de faire des efforts, dans la mesure de ce qu’il peut
réaliser. Il ne faut pas qu’il rentre épuisé ou frustré par ses échecs. Tenez compte
de ses goûts, mais aussi de ses possibilités physiques et de son aptitude à vivre en
groupe et hors de la maison. À vous de jouer habilement afin de le guider vers ce
qui lui convient. Pour faire votre choix, adressez-vous au délégué “sport et handicap” de la direction départementale Jeunesse et Sports, qui pourra vous renseigner.
Pour un premier départ, préférez un séjour court (une semaine au plus) dans un lieu
proche de votre domicile, ce qui simplifie et dédramatise une éventuelle intervention de votre part en cas de problème.
L’encadrement
Trop de séjours sont organisés avec de jeunes accompagnateurs pleins de bonne
volonté, qualifiés dans le sport concerné, mais qui ne possèdent pas la moindre
expérience du handicap. Évitez-les. Pour faire face à toutes les situations qui peuvent survenir en une ou deux semaines de vie collective, les responsables doivent
avoir une expérience reconnue ou une qualification complémentaire spécialisée
dans l’accueil des publics handicapés (UF2 spécifique du BAFA).
Votre enfant est-il prêt ?
Le séjour le mieux pensé ne pourra pas convenir à votre enfant s’il n’est pas prêt.
Avant d’envisager de l’inscrire, il faut que vous répondiez oui aux questions suivantes. Vous avez voyagé avec votre enfant et tout s’est bien déroulé ? Il est autonome
pour se laver, s’habiller, manger – ou sinon, ses difficultés sont bien évaluées et
connues de ceux qui vont l’accueillir ? Il a déjà vécu avec bonheur un petit séjour
(week-end) sans vous, par exemple une sortie dans le cadre de son école ou de
son établissement ? Il a expérimenté sans difficulté l’altitude ou le climat qu’il rencontrera pendant son séjour ?
Bouche à oreille
Ne vous fiez pas aux plaquettes ou aux sites Internet qui vantent des expérimentations qui resteront sans suite. Préférez des structures solides et connues, dont vous
aurez entendu parler en bien.
www.magazine-declic.com | 145
63 activités pour s’amuser et progresser
Quelques adresses à consulter : www.loisirs-pluriel.com (centres adaptés),
www.handisport.org (Fédération française handisport), www.ffsa.asso.fr
(Fédération française de sport adapté).
Transport, adaptations, durée
Vous serez invités à une réunion de présentation du séjour. Posez les questions qui
vous permettront de tester la préparation des accompagnateurs. « Combien de
temps prévoyez-vous pour les repas ? », « Quels types d’adaptations sont prévus
dans les transports ? », « De quelle assistance médicale disposez-vous en cas de
besoin ? » Au moindre doute, creusez, en particulier si votre enfant a un handicap
moins connu que la trisomie 21, la paraplégie ou l’autisme. Sachez aussi qu’un
séjour de plus de quinze jours ne se justifie que pour des athlètes.
Stop, urgence !
Certains enfants sont perturbés de façon très spectaculaire par le changement de
lieu, de personne, de voix, ou par l’attitude de leur entourage.
Il n’est pas toujours aisé d’avouer que l’on a peut-être mal évalué les capacités
d’adaptation de son enfant. Cependant, si votre petit (ou un éducateur sportif) vous
appelle à l’aide au bout de trois jours, n’hésitez pas à faire le déplacement pour
vous rendre compte de l’importance du problème et, éventuellement, interrompre
l’expérience.
146 | www.magazine-declic.com
abonnez-vous à déclic
Offre spéciale
réservée aux lecteurs
du guide
+
6 nos du magazine (48 e)
1 dossier spécial
Les formations
pour les parents (5 e)
=
Pour vous 41 e
seulement au lieu de 53 e
soit 12 e d’économie

???
abonnement spécial guide déclic
À renvoyer à TSR-Déclic, 36-38 av. Pierre-Brossolette, 92240 Malakoff.
q OUI, je profite de l’offre spéciale 1
Nom ……………………………………………………
Déclic. je règle 41 e 2 et je reçois les
Prénom ………………………………………………….
6 prochains numéros + le dossier
« Les formations pour les parents ». Adresse …………………………………………………
Je joins mon règlement par chèque bancaire
………………………………………………………….
ou postal (libellé à l’ordre de Déclic).
Code Postal ……………… Ville ………………………
Offre valable dans la limite des stocks disponibles.
2
DOM-TOM : 45  (6 nos),
Europe communautaire et Suisse : 53  (6 nos).
Autres pays : 60  (6 nos).
Téléphone ……………………………………………
E-mail …………………………………………………
CODE???
1
Conformément à la loi Informatique et Libertés du 06-01-1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant dans notre fichier.
DÉCLIC est édité par Handicap International, association loi 1901 reconnue d’utilité publique.
Les collections
déclic
Mon enfant handicapé
Mon enfant est polyhandicapé
Mon enfant est trisomique
Mon enfant est handicapé mental Mon enfant a un TED
Mon enfant est IMC
Mon enfant a une myopathie
vie quotidienne
63 activités pour s’amuser et progresser
vie de famille
???????? Parent solo et/ou divorcé ???????
???????? Couple ??????????
majeur dépendant
???????? Parent vieillissant avec adulte dépendant ????????
Paroles de
Thierry Decloitre - Les mots d’un père
Sarah Dubois - Les mots des pros
DÉCLIC est édité par Handicap International,
association loi 1901 reconnue d’utilité publique, www.handicap-international.fr
© D. Laurens/PhotoALto
Vie quotidienne
Texte Lore commy nullaore dolut lumsan henismod tat. Ut do dolor sit alit iliquatisl essequissim vel eugiam, si. Ut eumsandion ut nim
illa feum dolorpe raestrud esed exercil laoreros dolor sum vulla facip euipis autatum num
ipsustrud.
Texte Lore commy nullaore dolut lumsan henismod tat. Ut do dolor sit alit iliquatisl essequissim
vel eugiam, si. Ut eumsandion ut nim illa feum dolorpe raestrud esed exercil laoreros dolor sum
vulla facip euipis autatum num ipsustrud. 500
ISBN : ??? – Prix : ?? e
Tél. : 04 72 84 00 10
www.magazine-declic.com
http://boutique.magazine-declic.com
handicaps : vivre mieux aujourd’hui et préparer demain